Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie II. Le cours de la vie au coeur des dynamiques familiales

Chapitre VII. Destins individuels, destins des lignées

Texte intégral

1. Pourquoi et comment

1.1. Pourquoi ?

1Les divers chapitres de cette deuxième partie consacrée au ‘cours de la vie au cœur des dynamiques familiales’ ont montré que le devenir des individus, leurs choix de vie, se joue dans la dynamique de leur ménage et de leur famille. Le système familial fonctionne d’ailleurs assez bien, dans l’ensemble, puisqu’il laisse entrevoir une sérieuse solidarité inter- et intra-générationnelle. C’est toutefois une société dans laquelle le frein malthusien de l’âge tardif au mariage et du célibat définitif élevé, traduit en réalité les difficultés qu’éprouvent les jeunes gens à s’établir au cœur du pays herbager. À l’échelon régional, l’effondrement de tout un pan de l’activité économique, à savoir la proto-industrie textile, ainsi que les conditions démographiques peu favorables expliquent le solde migratoire négatif. Pourtant, et malgré tout, le déficit de la balance des échanges migratoires est plus ou moins compensé par une fécondité légitime élevée et une mortalité très faible.

2Incontestablement, l’ensemble de la société hervienne ne s’effondre pas d’un seul coup. L’ambition de ce chapitre est d’observer, dans un contexte de morosité démographique, puis même de déclin, quelles sont les familles qui se sont maintenues, de discerner les moyens mis en œuvre pour y parvenir et de comprendre le pourquoi de leur « réussite ».

  • 1 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproductionOris M. (2001), Une démographie des familles.

3Dans cette partie consacrée aux dynamiques familiales, ce chapitre se fonde tout naturellement sur une démographie des familles qui exclut par là même toute une partie de la population, celle qui ne se reproduit pas. Nous envisageons donc, dans une perspective obligatoirement longitudinale, les mécanismes du renouvellement. Seules deux analyses exploratoires ont à notre connaissance été menées à ce jour dans une optique similaire à la nôtre1. La méthodologie que nous adoptons est clairement d’inspiration généalogique : les lignées familiales sont étudiées à la fois dans un sens descendant et ascendant, mais notre étude se limite aux contours administratifs et géographiques de la commune, de même qu’elle ne peut revendiquer que 54 ans de profondeur.

4Pour mieux comprendre les divers processus qui concourent au renouvellement ou à la reproduction de la famille rurale, trois angles ont été adoptés. Le premier s’intéresse directement aux familles présentes lors de notre première observation, ainsi qu’à leurs descendants directs : ces NOYAUX de 1846 – notion que nous expliciterons ci-dessous – sont observés pendant toute la seconde moitié du xixe siècle, afin de voir quels sont leurs comportements démographiques spécifiques, par rapport à ceux de l’ensemble de la population hervienne (décrits dans le chapitre III). Il s’agit de suivre l’évolution des individus appartenant à ces noyaux « originels » jusqu’au 31 décembre 1900 et de voir s’ils ont décliné plus ou moins rapidement, de quelle façon et pour quelles raisons.

5La seconde approche prend le problème en sens inverse, puisque nous isolons pour commencer les NOYAUX familiaux de 1900 et que nous repérons leurs ascendants directs ainsi que leurs frère(s) et sœur(s) éventuels. Cette étude permet de comprendre d’où proviennent ces familles herviennes de l’extrême fin du xixe siècle, et de remonter notamment à leur implantation dans le Pays de Herve.

6Le troisième point de vue adopté croise les deux précédents en repérant les individus qui appartiennent à la fois aux deux types de noyaux, « originels » et « terminaux ». Ils représentent les familles « stables », celles qui se sont reproduites et qui se sont perpétuées dans la seconde moitié du xixe siècle. Bien sûr, prises individuellement, ces personnes elles-mêmes ont pu apparaître ou disparaître en cours de période, mais elles appartiennent à des familles qui, elles, sont restées sur place. L’hypothèse que nous posons ici est que ces familles constituent véritablement le noyau dur, la continuité culturelle de la société rurale. Celle-ci sera d’autant plus solide que cette colonne vertébrale représente un pourcentage important de la population totale.

1.2. Comment ?

7Avant d’aborder les dynamiques démographiques des noyaux respectifs, il convient encore de préciser la méthodologie que nous avons adoptée pour définir la population appartenant aux noyaux de 1846, aux noyaux de 1900 et à ceux que nous appellerons les noyaux stables.

  • 2 Laslett P. (1972), Introduction, surtout p. 31.
  • 3 Une exception : les individus dont le mariage est suivi rapidement d’une émigration et qui ne fond (...)

8Notre point de départ, ce sont les noyaux familiaux, selon la définition de P. Laslett2. Concrètement, tous les couples – avec ou sans enfants – et les veufs/veuves qui vivent avec des enfants le 16 octobre 1846 sont considérés comme formant les noyaux originels. Chaque noyau ainsi isolé – soit un nombre total de 1.120 – reçoit un numéro séquentiel d’identification. Ensuite, tous les enfants qui vivent dans ces ménages se voient attribuer le numéro de leurs parents. La population socle, le noyau originel en quelque sorte, est ainsi identifiée. Dans nos trois communes, en date du 16 octobre 1846, 4.598 individus s’y rattachent. Commence alors l’opération de recherche généalogique descendante. Tous les enfants de ces noyaux familiaux de départ nés après l’ouverture du premier registre de population sont également identifiés et reçoivent le matricule de leurs parents. Le numéro d’identification donné à un individu reste le même aussi longtemps que dure son observation, même s’il quitte la commune pour y revenir plus tard. Une exception toutefois : les personnes des noyaux de 1846 qui se marient ou se remarient obtiennent un nouvel identifiant. Le conjoint entre, par la même occasion, dans la population de référence, s’il n’y était déjà, de même que les enfants qui naissent de ce nouveau foyer. Le processus est alors répété : tout individu appartenant aux noyaux de 1846 qui passe du statut de célibataire ou de veuf à celui de marié incrémente le compteur, puisqu’une autre cellule familiale se crée3, et les descendants successifs sont repérés au fur et à mesure de leur inscription dans le registre. À terme, en date du 1er janvier 1900, tous les survivants et descendants directs (fils, petits-fils,...) des noyaux familiaux de 1846 ne sont plus qu’au nombre de 1.636. La dépopulation au sein de ces familles s’élève donc à 64,4 %.

9Un exemple concret rendra mieux compte de la démarche adoptée. Nicolas Joseph Cols, natif de Charneux, est présent dans le ménage de ses parents au 16 octobre 1846. Au même titre que ses six frères et sœurs célibataires et cohabitant avec lui, il reçoit le numéro du noyau familial de ses parents (no7) et par le fait même, appartient à la population des noyaux de 1846. Il se marie le 10 février 1847 et sort trois mois plus tard pour Battice, sans avoir vécu avec sa femme. Comme ils n’ont pas fondé une nouvelle unité de cohabitation, Nicolas Joseph Cols conserve, jusqu’à son émigration, son numéro de noyau originel. Il revient dans son village natal le 25 mai 1850, accompagné de sa femme et de deux enfants. Il s’agit donc pour lui d’une immigration-retour, mais comme il rentre avec un foyer, il est doté d’un nouveau numéro de noyau (le no 472), au même titre d’ailleurs que son épouse et ses deux filles. Dix enfants naissent encore de cette union et tous contribuent à augmenter la taille de la population dite des noyaux de 1846, en recevant la même identification que leurs parents. En 1866, la femme de Nicolas Joseph Cols décède et celui-ci se remarie trois années plus tard : sa nouvelle épouse est inscrite dans son ménage. La cellule familiale ainsi créée justifie, pour ces deux individus, l’attribution d’un autre numéro (le no473), qu’ils conservent jusqu’à leur sortie définitive de Charneux quelques mois après la célébration. Par contre, les enfants de Nicolas Joseph Cols gardent le numéro qu’ils ont reçu lors de leur entrée dans la commune par immigration (pour les deux aînés) ou lors de leur naissance.

10La figure VII-1 résume les numéros de noyaux familiaux qui ont été attribués à cet individu au cours de son observation à Charneux, ainsi que ceux de ses descendants. Si Nicolas Joseph Cols a vécu dans trois noyaux familiaux différents, sa caractéristique de départ – l’appartenance aux noyaux du 16 octobre 1846 – a toujours été prise en compte, malgré une absence de trois années.

11Toute cette analyse vise, d’une part, à comprendre comment ces noyaux originels se sont reproduits ou comment ils ont disparu progressivement, comment ils se sont réduits ; d’autre part à observer leur éventuelle démographie différentielle. Il est bien entendu que parmi les adultes présents en 1846, une bonne partie sont morts avant 1900. Dès lors, leur « survie » s’analyse à travers leurs descendants. Dans le chapitre DI, nous avons vu que les migrations ont joué un rôle relativement important : s’agissait-il d’un réel renouvellement des familles, ou simplement d’allers-retours de gens du pays ?

Figure VII-1. L'attribution des noyaux familiaux. Un exemple concret de généalogie descendante à partir des noyaux de 1846

Figure VII-1. L'attribution des noyaux familiaux. Un exemple concret de généalogie descendante à partir des noyaux de 1846

Sur la ligne du temps sont indiqués les mouvements migratoires et les changements de statut matrimonial de COLS Nicolas Joseph. Les numéros de noyaux attribués à chaque individu sont inscrits à côté de son nom ou prénom, entre parenthèses.

12Pour mieux comprendre encore cette reproduction des familles au sein du Pays de Herve, nous avons intégré dans notre analyse différentielle fondée sur les généalogies descendantes une dimension socio-économique. Grâce aux matrices cadastrales dressées dans les années 1860 par l’ingénieur P.C. Popp, il est possible de distinguer, au sein des populations de Chameux et de Clermont inscrites dans les registres, quelles personnes possèdent des biens fonciers sur place. Les propriétaires domiciliés dans ces deux villages ont été couplés avec notre base de données démographiques. Par convention, nous avons considéré que tous les individus qui n’apparaissaient pas dans les matrices cadastrales étaient de simples locataires : c’est une hypothèse un peu restrictive, qui sous-évalue quelque peu le groupe des propriétaires, dans la mesure où un individu peut très bien posséder des biens dans une autre commune que celle dans laquelle il réside, et n’être que simple locataire dans son village. Si ce type de circonstances n’est pas à exclure, le risque est toutefois relativement limité. De toute façon, le but est de savoir si, dans une région où le faire-valoir direct recule durant tout le siècle, les propriétaires ont plus ou moins bien réussi à se maintenir. Il importe donc avant tout que ceux qui sont identifiés comme propriétaires le soient de manière certaine, et non pas qu’absolument tous les propriétaires soient répertoriés.

  • 4 Les ouvrages relatifs aux méthodes de généalogie descendante et ascendante sont légion. Citons sim (...)

13L’analyse des noyaux de 1900 envisage une problématique à la fois opposée et complémentaire, celle de la formation des noyaux terminaux. Le point de départ de l’étude, dans ce cas, se situe à la fin de notre période d’observation, le 31 décembre 1900. À cette date, tous les noyaux familiaux au sens de P. Laslett présents dans les trois communes de notre échantillon hervien, sont recensés et se voient attribuer un numéro séquentiel : 917 cellules familiales, qui représentent 3.714 individus, sont ainsi isolées. Il s’agit alors de pratiquer de la généalogie ascendante, en repérant dans un premier temps, les pères et mères de ces individus4. Lorsque les géniteurs sont identifiés et ont reçu eux aussi un numéro séquentiel qui montre leur appartenance aux noyaux de 1900, leurs enfants sont à leur tour recherchés : cette étape permet de repérer les enfants qui soit sont célibataires en 1900 et ne forment donc pas de noyaux familiaux, soit se sont mariés mais sont sortis avant la dernière année de notre observation. Dans le premier cas, ils reçoivent le numéro d’identification de leurs parents ; dans le second, le compteur est une nouvelle fois incrémenté. La recherche se poursuit alors pour les générations antérieures, jusqu’à ce que plus aucun parent (père/mère), aucun frère ou sœur, aucun oncle ou tante, des individus constituant la population dite des noyaux de 1900 ne puisse plus être découvert.

14Enfin, le repérage des individus appartenant aux noyaux stables est aisé, puisqu’il s’agit simplement de comptabiliser les Herviens qui appartiennent à la fois aux noyaux de 1846 et à ceux de 1900. Ils forment la véritable continuité des lignées dans le Pays de Herve. Les fluctuations des noyaux 1846 et des noyaux 1900 donnent respectivement une idée des mouvements de disparition et d’apparition des familles. Les ‘noyaux stables’ sont la constante : ce sont les familles qui étaient là au départ et sont toujours présentes à l’arrivée.

2. L’entrecroisement des dynamiques démographiques et familiales

15Les graphiques VII-1 et VII-2 montrent l’entrecroisement attendu des courbes des noyaux de 1846, de 1900 et des noyaux stables. La population des noyaux originels fond progressivement, tandis que l’on assiste parallèlement à la formation des noyaux familiaux de la fin de la période. C’est ce mouvement des familles, qui se comprend à travers l’extinction et l’apparition des noyaux familiaux, que nous envisageons ci-après, par le biais d’une étude différentielle des comportements démographiques des différentes sous-populations herviennes.

Graphique VII-1. Nombre d’individus composant les lignées. Évolution au 1er janvier de chaque année, 1847-1900

Graphique VII-1. Nombre d’individus composant les lignées. Évolution au 1er janvier de chaque année, 1847-1900

Graphique VII-2. Nombre de noyaux familiaux. Évolution au 1er janvier de chaque année, 1847-1900

Graphique VII-2. Nombre de noyaux familiaux. Évolution au 1er janvier de chaque année, 1847-1900

2.1. Comment disparaissent les familles

16Les 1.120 noyaux familiaux répertoriés le 16 octobre 1846 dans les trois communes ne cessent de se réduire en nombre tout au long du xixe siècle. C’est un résultat assez attendu dans un contexte démographique maussade, où l’on assiste cependant à un brassage relativement important de la population (cf. chapitre III). L’ampleur de la diminution est loin d’être négligeable : à la veille du xxe siècle, 446 cellules familiales descendant des noyaux originels résident encore au cœur du Pays de Herve, soit à peine 40 % de l’effectif de départ.

  • 5 Oris M. (1997), L’impact d’une dépression économique, pp. 539-543 — Eggerickx T. (2002), Migration (...)

17Au-delà de ce constat, l’essentiel est de comprendre par quels mécanismes cette progressive extinction s’est réalisée. Le graphique VII-3 met en évidence le rôle joué par un solde migratoire fortement négatif (-25,4 ‰ en moyenne pour l’ensemble de la période observée, 1847-1900) : la population des familles de 1846 voit son stock s’éroder de 2,5 % chaque année, ce qui constitue une perte substantielle. Dans les années 1870, une relative accalmie s’observe malgré tout. Elle correspond à des années de crise dans le monde urbain et les ruraux sont donc moins à même de s’insérer dans le monde du travail des cités industrielles, jusque là largement ouvert5. À la même époque, le solde naturel remonte d’ailleurs quelque peu (8,7 ‰ entre 1870 et 1879). Cette légère hausse s’explique par le fait que des émigrants en puissance – généralement des jeunes au potentiel fécond important et dotés d’une mortalité faible – restent sur place.

Graphique VII-3. Évolution des soldes naturels et migratoires des noyaux de 1846 (moyennes mobiles par pas de trois ans)

Graphique VII-3. Évolution des soldes naturels et migratoires des noyaux de 1846 (moyennes mobiles par pas de trois ans)
  • 6 Par définition, les immigrations au sein des noyaux de 1846 sont des migrations-retour, puisque l’ (...)
  • 7 Pour l’ensemble de la période, le solde migratoire est de – 11,8 ‰ lorsque toute la population est (...)

18Le moteur réel de l’érosion des familles originelles est donc incontestablement le poids des émigrations, qui n’est guère compensé par des migrations-retour6. La comparaison de la démographie des familles dites des noyaux de 1846 avec celle de la population totale apporte une preuve tangible : la balance migratoire des premières est deux fois plus négative que celle de l’ensemble des Herviens observés7. D’autre part, bien que positif jusqu’en 1891, le solde naturel des noyaux de 1846 s’avère moins élevé (5,7 ‰ en moyenne entre 1847 et 1900, contre 8 ‰ tous individus confondus). Il décline en outre avec une dizaine d’années d’avance par rapport au patron général et, dans la dernière décennie du siècle, la mortalité est à six reprises plus importante que la natalité. Pour ces dix dernières années, le solde naturel des individus appartenant aux noyaux de 1846 est d’ailleurs quasiment nul (+0,3 %).

19Bref, tous les indicateurs démographiques bruts concordent pour expliquer la disparition progressive et néanmoins marquée des noyaux familiaux qui constituaient notre population originelle, ainsi que de leurs descendants. Le mouvement des échanges migratoires leur est nettement défavorable, et leur solde naturel est également assez morne : des taux de natalité légèrement inférieurs à ceux de tous les individus observés dans les trois communes tests entre 1846 et 1900, combinés à des taux de mortalité un peu supérieurs, expliquent cette démographie anémique des familles de 1846. Ainsi, l’indice de nuptialité est très faible dès le départ et ne cesse de décroître au fil du temps (Tableau VII-1). Dans la dernière décennie du xixe siècle, l’indicateur de la proportion des mariées (Im) est seulement de 0,226, contre 0,296 pour l’ensemble des Herviennes observées. Ce chiffre traduit la pression sur le mariage. Malgré la fécondité légitime très élevée de cette sous-population (Ig de 0,918), sa reproduction est faible, compte tenu de son potentiel fécond très limité. Les fameux freins malthusiens que constituent dans la région herbagère le mariage tardif et le célibat définitif sont encore plus prégnants parmi les familles originelles du cœur du Plateau : ceux qui ont pu se maintenir sur place ont dû consentir des sacrifices importants...

20Ils en retirent le bénéfice d’une espérance de vie élevée, qui tend à augmenter au fil des ans, passant de 47,4 ans en moyenne en début de période, à 51,8 dans la dernière décennie du xixe siècle. Pourtant, les membres des noyaux de 1846 affichent quand même des valeurs légèrement inférieures à celles de l’ensemble de la population hervienne. Rien donc d’un groupe favorisé.

21Un départ massif des jeunes adultes, contribue à expliquer la démographie spécifique des noyaux de 1846, et complète son portrait. En effet, les individus des noyaux originels qui fêtent leur vingt-cinquième anniversaire dans une des trois communes encourent près de 30 % de risques d’émigrer avant leurs trente ans. C’est à cette époque de leur vie que les quotients d’émigration sont les plus forts, et d’une manière générale, c’est entre 20 et 34 ans que la propension à quitter son village est la plus marquée (graphique VII-4). Quelques évolutions se dessinent au cours de la seconde moitié du xixe siècle : les jeunes adultes, dès l’âge de 15 ans, voient leurs « chances » de partir augmenter sensiblement. À l’opposé, les risques d’émigrer après 35 ans – qui ne cessent de décroître à mesure que l’âge augmente – sont moindres après 1890 qu’avant la dépression des années 1870-1880. De même, les enfants de moins de 15 ans, dont le quotient d’émigration pour chaque groupe d’âge quinquennal se situe en début de période aux alentours de 17-19 %, voient leurs chances de rester sur place s’accroître au fil du temps.

Tableau VII-1. Indices de nuptialité, de fécondité légitime et espérance de vie à la naissance de la population des noyaux

Tableau VII-1. Indices de nuptialité, de fécondité légitime et espérance de vie à la naissance de la population des noyaux

Graphique VII-4. Quotients d'émigration des individus des noyaux de 1846par âge et par période

Graphique VII-4. Quotients d'émigration des individus des noyaux de 1846par âge et par période

2.2. Le différentiel locataires-propriétaires

  • 8 Sur les plans Popp, voir chapitre II, section 3.1. Rappelons simplement ici que la datation précis (...)

22L’utilisation combinée des matrices de Popp et des registres de population de Charneux et de Clermont offre l’opportunité d’ajouter une dimension sociale à l’étude de la reproduction des lignées au cœur du Pays de Herve. Après un couplage de ces deux sources, il est en effet possible d’envisager les comportements démographiques différentiels – et leur efficacité réelle en termes de reproduction familiale – des noyaux herviens selon qu’il s’agit de personnes qui, en 1862, possédaient ou non une maison (au moins) sur le territoire des deux villages concernés8.

23Selon la méthode appliquée pour les noyaux familiaux de 1846, nous avons repéré tous les noyaux présents dans les deux communes en date du 1er janvier 1862, en distinguant trois catégories : la première isole les locataires, c’est-à-dire tous les individus dont aucun membre de la cellule familiale nucléaire (au sens strict du terme) n’apparaît dans les matrices cadastrales. La seconde regroupe les propriétaires qui possèdent au moins une maison, mais aucune surface exploitable. La troisième concerne les gens qui, en 1862, détiennent à la fois un bien immeuble et une terre agricole. Nous avons ensuite appliqué à chacune de ces sous-populations la méthode des généalogies descendantes pour suivre, année par année, ces noyaux familiaux et leurs héritiers jusqu’à l’extrême fin du xixe siècle. L’évolution annuelle du nombre de noyaux respectifs et des individus qui les composent indique un contraste frappant dans la survie des individus issus des familles de propriétaires par rapport au reste de la population qui ne possède ni maison, ni terre agricole (graphique VII-5).

  • 9 Précisons que nous englobons sous le terme « propriétaire » ceux qui en 1862 possédaient une maiso (...)

24En effet, en moins de quarante années, le nombre de noyaux parmi les locataires décroît dans des proportions bien plus fortes : sur 567 noyaux familiaux isolés au départ, il en reste seulement 198 en 1900, soit à peine 35 %. Par contre, parmi les propriétaires9, la sélection opérée est moins perceptible puisqu’il reste en fin de période près de 58 % du nombre de cellules observées en 1862. En 1900, sur les territoires de Chameux et de Clermont, un total de 142 personnes descendent directement des propriétaires de maisons, 134 proviennent des gens qui, en 1862, possédaient au moins une maison et une terre dans un des deux villages, soit pour ces deux catégories de propriétaires confondues, 63,2 % des effectifs recensés par Popp trente-huit ans plus tôt. Il reste une majorité de locataires (897), mais ils représentent à peine plus d’un tiers de ceux qui étaient présents au début des années 1860.

Graphique VII-5. Évolution du nombre de noyaux et du nombre d’individus qui les constituent selon qu’il s’agit de locataires ou de propriétaires, 1862-1900

Graphique VII-5. Évolution du nombre de noyaux et du nombre d’individus qui les constituent selon qu’il s’agit de locataires ou de propriétaires, 1862-1900

Légende : propriétaires 1 = propriétaires de maisons uniquement
propriétaires 2 = propriétaires de maisons et de terres agricoles

25Une telle distance entre propriétaires et locataires implique l’existence de comportements démographiques très différenciés. Manifestement, le solde naturel est pour peu de choses dans ces écarts, comme l’indique le graphique VII-6. Positif tant pour les locataires que pour les propriétaires, les premiers jouissant même d’une petite longueur d’avance, puisque leur moyenne s’élève à 7,7 ‰ pour l’ensemble de la période, contre 6,6 ‰ pour tous les propriétaires confondus. Les profils adoptés par les courbes respectives offrent des patrons distincts, celles des propriétaires, bien que calculées sur base de moyennes quinquennales, étant particulièrement accidentées. À partir des années 1880, les locataires et leurs descendants voient leur solde décroître progressivement, tandis que les propriétaires ont plutôt connu un creux au début des années 1870. En réalité, malgré une plus grande régularité dans le chef des non-propriétaires, les taux bruts de natalité et de mortalité n’indiquent aucune spécificité marquée et les moyennes calculées pour les 39 années d’observation sont similaires dans les différentes sous-populations. Les indices de nuptialité et de fécondité légitime laissent entrevoir la même homogénéité entre propriétaires et locataires, tandis que l’espérance de vie à la naissance indique un différentiel limité à 1,3 année (tableau VII-2).

Graphique VII-6. Évolution des soldes naturels des individus des noyaux de 1862 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)

Graphique VII-6. Évolution des soldes naturels des individus des noyaux de 1862 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)

Tableau VII-2. Indices de nuptialité (Im), indice de fécondité légitime (Ig) et espérance de vie à la naissance (e0) des locataires et des propriétaires

Tableau VII-2. Indices de nuptialité (Im), indice de fécondité légitime (Ig) et espérance de vie à la naissance (e0) des locataires et des propriétaires
  • 10 Selon D. Devolder, ce type de transition n’est pas rare. Dans un premier temps, le passage de la p (...)

26C’est donc au niveau des migrations que l’écart se creuse entre les familles de propriétaires et les autres. En effet, le déficit des entrées sur les sorties est énorme dans le chef des locataires, particulièrement au début de notre observation : jusqu’en 1867, leur balance migratoire est déficitaire de 50, voire de 60 ‰ (graphique VII-7). Entre 1862 et 1900, le solde des locataires est de –32,8 ‰, contre 18,9 ‰ en moyenne pour les propriétaires, soit une différence marquée de quelque 14 ‰. Au fil du temps, et surtout à partir des années 1890, les courbes des uns et des autres tendent toutefois à se rapprocher, pour osciller dans la dernière décennie autour de –27 ‰. Les expériences vécues par les différentes sous-populations n’ont donc pas grand chose en commun. Les locataires ont connu la situation la plus catastrophique dans les années 1860, puis ont quelque peu redressé la barre. Cette forte diminution dans un premier temps s’explique par les contrats dont la durée est assez courte, et en raison desquels la sélection opérée est rapide. Mais ceux qui restent sont appréciés par leurs propriétaires, qui renouvellent ou étendent la durée de leur contrat, d’où la formation possible d’un groupe de riches et puissants locataires10. Mais, malgré tout, l’écart avec les propriétaires subsiste. Ainsi, ces derniers, ont connu dans leur ensemble un solde migratoire peu négatif jusqu’à la fin des années’ 1870, qui permettait de compenser partiellement une chute parallèle de la natalité et la hausse de la mortalité. Mais une fois le solde naturel plus ou moins stabilisé et revenu à des valeurs positives, la balance migratoire des propriétaires a vu ses pertes augmenter.

Graphique VII-7. Évolution des soldes migratoires des individus des noyaux de 1862 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)

Graphique VII-7. Évolution des soldes migratoires des individus des noyaux de 1862 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)

27En somme, quand la pression est moindre, les propriétaires émigrent moins. Un tel constat tend à confirmer le système d’homéostasie relative du Pays de Herve, dans lequel l’émigration est l’échappatoire. D’une part, il y a une population de locataires au sein de laquelle l’émigration est normale : la durée de leur contrat est relativement limitée et seule une minorité se stabilise pour former une nouvelle « élite » rurale. D’autre part, il y a un groupe de propriétaires qui essaie de placer ses enfants. Cependant, comme les propriétés détenues par ces paysans sont petites, la pression à l’intérieur des familles est grande et il faut que l’émigration procède à un certain « écrémage ».

28Très logiquement, ce ne sont pas les migrations-retour qui jouent un rôle clé dans les évolutions respectives, puisqu’elles assurent un renouvellement annuel de 1 % seulement de la population parmi les locataires, tandis que les taux d’immigration les plus faibles s’observent parmi les propriétaires de maisons et terres agricoles (5,7 ‰ en moyenne entre 1862 et 1900). Ce sont donc bien les départs en masse des gens non liés par la possession d’un bien immeuble (maison ou terre) qui expliquent l’extinction plus rapide de la sous-population des locataires. Sur une population fictive de 1.000 habitants, les noyaux de locataires doivent compter en moyenne sur 43 départs annuels. La pérennité des propriétaires – bien que toute relative – est mieux assurée, puisque les sorties ne concernent dans ce groupe que 25 à 28 individus sur 1.000 chaque année.

2.3. Le processus de formation des familles herviennes de 1900

  • 11 À Limbourg, entre 1846 et 1900, le taux de croissance moyen annuel oscille entre – 0,63 % (dans la (...)

29En date du 16 octobre 1846, 1.381 individus (soit un quart de la population totale domiciliée dans les trois villages de notre échantillon) sont à la base de ce qui formera les noyaux terminaux, c’est-à-dire les quelque 3.714 individus composant les noyaux familiaux au 31 décembre 1900. La croissance moyenne de cette sous-population entre 1846 et 1900 s’élève donc à 1,85 % l’an. Une telle augmentation est tout à fait honorable pour une population rurale du xixe siècle, comparable, voire supérieure à celle observée dans des petites villes comme Huy ou Limbourg11 : en un demi-siècle, cette sous-population qui a donné lieu aux noyaux familiaux de 1900 a plus que doublé.

30Le solde naturel des individus des noyaux de 1900 est particulièrement positif si l’on considère les 54 années d’observation. En moyenne, il se situe autour de 15,3 %, c’est-à-dire un niveau près de deux fois supérieur à celui de tous les Herviens (cf. chapitre III) et presque trois fois plus élevé que le solde naturel des noyaux de 1846 ! L’évolution au cours de la seconde moitié du xixe siècle est cependant assez conforme à ce que nous avons pu observer pour l’ensemble des Charneutois, Clermontois et Neucastellois, avec un fléchissement assez net dès le début des années 1880. Cependant, les quelque 300 noyaux que l’on observe en 1846 n’ont pas formé à eux seuls la totalité des cellules familiales qui existent cinquante ans plus tard : l’immigration a joué un rôle déterminant dans la progression de cette sous-population.

31Les apports migratoires sont globalement positifs (2 ‰ en moyenne pour 1847-1900) et cela mérite d’être souligné dans le contexte régional. Mais à côté de la dynamique naturelle, qui participe au « remplacement » à concurrence de 1,5 % chaque année, son poids est tout de même bien faible. L’analyse des quotients d’émigration et d’immigration par âge apporte malgré tout une série d’indications intéressantes. Le graphique VII-8 illustre l’explosion, non seulement de l’émigration en général, mais surtout de l’émigration des jeunes entre le milieu du xixe siècle et la dernière décennie. À 25 ans, les Herviens des noyaux de 1900 voient leur risque d’émigrer dans les cinq ans quintupler, passant de 10 à 50 % ! La proportion de départs des jeunes adultes est impressionnante, surtout durant le dernier quart du xixe siècle. Il ressort très clairement de ce graphique que l’émigration concerne de plus en plus au fil des ans les couples qui viennent de se former, comme en témoigne la poussée parallèle des risques de partir des enfants en bas âge. Les enfants de 0-4 ans voient en effet leur probabilité de quitter leur village passer de 4, à 15, puis à 30 % en l’espace d’un demi-siècle. De tels quotients d’émigration observés au sein de la population qui donne quand même naisance aux noyaux familiaux de 1900 montrent que les familles qui vivent au cœur du Pays de Herve à l’aube du xxe siècle sont en fait le produit d’une sélection poussée. Les risques observés révèlent la quantité d’oncles, tantes, frères et sœurs des individus des noyaux terminaux qui, quelle qu’en soit la raison, ne se sont pas maintenus.

Graphique VII-8 Quotients d’émigration des individus des noyaux de 1900 par âge et par période

Graphique VII-8 Quotients d’émigration des individus des noyaux de 1900 par âge et par période
  • 12 Burguière A. (1986), Les cent et une familles, p. 50 — Breschi M, Manfredini M. (2002), Individual (...)

32Les quotients d’immigration des noyaux de 1900 indiquent aussi une forte poussée dans la dernière décennie du xixe siècle, mais légèrement décalée dans le cours de la vie des individus (graphique VII-9). C’est au début de la trentaine que l’apport migratoire est le plus important, voire entre 35 et 39 ans (pour la période 1873-1890). De ce point de vue, le modèle hervien se rapproche des observations faites sur des populations italiennes. À Bologne, A. Burguière a ainsi noté au xviiie siècle la pression exercée par les propriétaires pour maintenir sur leurs terres la force de travail requise : le décès du chef d’un ménage de locataires signifiait ainsi la rupture du contrat. Des observations analogues ont plus récemment été réalisées pour d’autres villages ruraux de l’Italie du xixe siècle, Madregolo et Casalguidi12 Dans ces sociétés rurales italiennes, les propriétaires acceptent comme tenanciers de leurs exploitations des familles bien formées : ni des vieillards, bien entendu, ni de trop jeunes ménages, jugés trop instables, sans expérience et sans enfants susceptibles de les aider. Dans le Pays de Herve, ce sont aussi des familles matures, ayant une force de travail potentielle assez solide en quantité et en qualité, qui viennent s’installer à la fin du xixe siècle.

Graphique VII-9. Quotients d’immigration des individus des noyaux de 1900 par âge et par période

Graphique VII-9. Quotients d’immigration des individus des noyaux de 1900 par âge et par période

33La démographie des noyaux de 1900 apparaît d’emblée comme très différente et se démarque des comportements des individus qui formaient les noyaux familiaux originaux. Les taux bruts de natalité des premiers sont constamment plus élevés (graphique VII-10). En moyenne, pour la période 1846-1900, ils se montent à 29,8 ‰ pour les membres des noyaux de 1900 contre 24,4 ‰ seulement pour ceux de 1846. Parallèlement, les indices de nuptialité, sans atteindre bien sûr des valeurs extraordinaires, sont sans conteste supérieurs à ceux de l’ensemble de la population hervienne, et a fortiori, à ceux des noyaux de 1846. Les indices de fécondité générale et légitime atteignent aussi des valeurs plus grandes. Un différentiel de mortalité se fait également jour entre les deux sous-populations (graphique VII-10). Parallèlement, l’espérance de vie est aussi plus élevée : les individus des noyaux terminaux vivent en moyenne 3,5 années de plus que leurs homologues des cellules originelles. Entre ces deux sous-populations, les différences sont plus marquées en début qu’en fin de période.

Graphique VII-10. Évolution des taux bruts de natalité et de mortalité des individus des noyaux de 1846 et 1900 (moyennes mobiles par pas de trois ans)

Graphique VII-10. Évolution des taux bruts de natalité et de mortalité des individus des noyaux de 1846 et 1900 (moyennes mobiles par pas de trois ans)

34Les graphiques VII-8 et VII-9 mettent en évidence le renforcement du brassage de la population. En 1900, les familles présentes dans les trois villages herviens résultent d’une double formation : d’une part, elles sont issues d’une sélection sévère qui a éliminé la plupart des collatéraux ; d’autre part, elles se sont formées par l’apport migratoire récent de nouvelles familles. En proportion, le poids des cellules familiales apparues après 1846 est plus significatif puisqu’elles ont donné naissance à près de 62 % des familles de 1900. En effet, malgré un solde naturel très positif, les familles d’origine ont connu une émigration très marquée, tandis que les nouveaux immigrants connaissaient eux aussi une natalité élevée.

3. La destinée d’une sous-population : les enfants des noyaux familiaux de 1846

3.1. La question de la discrimination au sein des fratries

35Les modes de disparition des familles de 1846, la mise en évidence d’un net différentiel entre les propriétaires et les locataires, comparés à la formation des familles de 1900, ont laissé de côté un aspect important de la survie de la famille rurale : ce sont les processus de discrimination qui ont permis à certaines lignées de survivre, grâce aux choix auxquels elles ont procédé. Certains enfants ont été poussés à émigrer, d’autres sont restés auprès de leurs parents sans se marier... Pourtant, une précision s’impose d’emblée : le terme « discrimination » est utilisé ici sans aucun jugement de valeur. En effet, la décision d’émigrer a peut-être concerné, exclusivement ou principalement, des volontaires, de même que des adultes ont pu spontanément choisir de ne pas convoler. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la frontière entre choix individuels et choix familiaux que nous essayons de définir ici, nous nous centrons plutôt sur les processus de sélection opérés au sein des familles.

  • 13 Dans la problématique qui nous concerne ici, à savoir la sélection des individus au sein des ligné (...)

36Pour les envisager, nous avons choisi comme population de référence les enfants – voire les petits-enfants (tous les descendants directs) – des noyaux familiaux recensés dans le Pays de Herve le 16 octobre 1846. Les stratégies de survie se repèrent à travers les comportements démographiques, en faisant l’hypothèse que les deux variables qui créent le différentiel sont le rang de naissance et le sexe. Existait-il une discrimination entre les garçons et les filles, poussant les uns à rester, les autres à partir ? Ou, en fonction du rang que l’enfant occupait dans sa famille à l’âge de 15 ans13, selon qu’il était l’aîné ou le cadet, ses comportements étaient-ils différents ?

  • 14 Pour rappel, il s’agit de tous les descendants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversai (...)
  • 15 Rappelons ici un élément méthodologique : dans le cadre précis de ce paragraphe, est considérée co (...)

37Le rang à 15 ans dépend avant tout de la taille de la fratrie qui, nous l’avons vu, peut s’avérer particulièrement grande au cœur du Pays de Herve. Nous l’avons calculée pour chacun des 2.947 enfants observés14. Le graphique VII-11 met en lumière la situation difficile à laquelle les jeunes sont confrontés, au sein même de leur famille. Seuls 2,7 % d’entre eux n’ont ni frère, ni sœur : a priori, leur position peut être considérée comme idéale, dans la mesure où leurs parents, pour établir leur enfant unique, sont théoriquement en mesure de concentrer toutes leurs ressources sur ce seul individu15. Ces enfants constituent une population à la fois marginale et intéressante dans la région bocagère, dans la mesure où leur démographie peut revêtir des caractéristiques très particulières. Parallèlement, 6,4 % des enfants âgés de 15 ans n’ont qu’un seul « rival direct » au sein de leur ménage. Mais la norme est tout autre. Grâce à une forte fécondité légitime et à une très basse mortalité, 80 % des jeunes qui atteignent 15 ans et commencent leur longue transition vers l’âge adulte, sont en compétition avec au moins trois frères et/ou sœurs. Concrètement en effet, si l’on se place dans la position des jeunes de 15 ans, 15 % des fratries sont composées de 4 personnes, 61 % de 5 à 9 individus et même 4 % comptent en leur sein un minimum de 10 frères et sœurs.

  • 16 Segalen M. (1994), La notion d’avantage — Id. (1984), ‘Avoir sa part’, pp. 129-144. À l’opposé, de (...)

38Au sein de ces fratries étendues, la place de chacun n’est pas la même. Souvent, les rôles et les avantages dévolus aux cadets et aux aînés, même dans des sociétés égalitaires16, sont plus ou moins circonscrits, déterminés par la culture familiale, voire régionale. Outre les 2,7 % d’enfants uniques qui occupent un statut spécifique, il s’avère qu’à 15 ans, 19,1 % des jeunes sont les aînés, 20 % exactement sont les cadets. Une majorité, soit 58,2 % des adolescents de notre échantillon, occupent au sein de leur fratrie une position intermédiaire (graphique VII-12).

Graphique VII-11. Répartition des descendants des noyaux de 1846, selon la taille de leur fratrie quand ils fêtent leur 15e anniversaire

Graphique VII-11. Répartition des descendants des noyaux de 1846, selon la taille de leur fratrie quand ils fêtent leur 15e anniversaire

Graphique VII-12. Répartition des descendants des noyaux de 1846, selon leur rang dans la famille quand ils fêtent leur 15e anniversaire

Graphique VII-12. Répartition des descendants des noyaux de 1846, selon leur rang dans la famille quand ils fêtent leur 15e anniversaire

39Pour comprendre les processus de discrimination qui entrent en ligne de compte au cœur de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, les biographies de ces personnes ont été suivies pendant vingt ans, soit jusqu’à leur 35e anniversaire. L’étude du destin des individus pendant un tel laps de temps exigeait donc la troncature des données en 1880, puisque notre base démographique s’arrête en 1900. Au total, dans les analyses de survie, ce sont les destinées de 1.298 descendants des noyaux familiaux de 1846 qui ont fêté leurs 15 ans entre le 16 octobre 1846 et le 31 décembre 1880 qui ont été scrutées avec attention.

3.2. Survivre au Pays de Herve : une question de « hasard » ?

40Commençons par une mesure globale : à 35 ans, 33,5 % des adolescents présents vingt ans plus tôt sont encore là, même si certains d’entre eux, peu nombreux nous le verrons ci-après, ont effectué quelques allers-retours. Le différentiel par sexe n’est pas patent : 31,4 % des garçons sont restés, contre 35,5 % des filles. La décomposition par périodes quinquennales montre qu’à 20 ans, il reste 82 % de l’effectif de départ, à 25 ans, 62,6 % et 44,7 % cinq ans plus tard.

41Comme l’indique clairement le graphique VII-13, l’analyse fondée sur le rang de naissance apporte surtout un élément essentiel : les stratégies familiales reflètent, avant tout, un système profondément égalitaire. Les proportions de survivants tous les cinq ans, selon qu’il s’agit d’aînés, de cadets ou de personnes de rang intermédiaire, présentent à quelques détails près des profils identiques. A 35 ans, toutefois, tant chez les hommes que chez les femmes, il apparaît quand même que les aînés sont ceux qui sont le moins restés (27,7 % chez les hommes, 33,6 % chez les femmes), même si les écarts par rapport à la moyenne sont relativement réduits. Les plus « fidèles » à leur village, ou à leurs parents, sont les cadettes du côté féminin, tandis qu’il s’agit des enfants qui occupaient à 15 ans une position intermédiaire du côté masculin. Quant aux enfants uniques, l’effectif limité permet difficilement de réaliser une analyse de survie. Néanmoins, les résultats obtenus à partir des 35 cas de départ, à savoir 25,7 % de survivants à 35 ans, n’appuient pas l’hypothèse d’une position privilégiée qui les aurait incités à rester dans leur village.

Graphique VII-13. Les descendants des noyaux de 1846 présents lors de leur 15e anniversaire : proportion d’individus qui subsistent dans la commune à 20, 25, 30 et 35 ans, selon le rang et le sexe ( %)

Graphique VII-13. Les descendants des noyaux de 1846 présents lors de leur 15e anniversaire : proportion d’individus qui subsistent dans la commune à 20, 25, 30 et 35 ans, selon le rang et le sexe ( %)

3.3. Rythmes, causes et proportions d’extinction

42La quasi-absence d’un différentiel dans les chances de survivre au cœur du Pays de Herve n’exclut pas l’existence de discriminations quant au rythme et aux causes de la disparition des enfants. Les facteurs de l’extinction sont simples : soit le villageois est décédé entre ses 15 et ses 35 ans, soit il a quitté la commune. Dans ce second cas, deux hypothèses sont à prendre en considération : il peut être sorti définitivement, il peut aussi revenir. Le tableau VII-3 présente, pour les deux sexes confondus, l’importance relative des mouvements par rapport à l’effectif de départ : 7,9 % des personnes observées décèdent dans la commune avant de fêter leur 35e anniversaire. Sur le même laps de temps, on enregistre 66,3 % de sorties, ce qui ne signifie pas absolument que les deux tiers des individus ont bel et bien quitté leur commune : en effet, une même personne peut sortir et revenir à plusieurs reprises au cours des vingt années pendant lesquelles elle est sous observation. L’importance des migrations-retour est illustrée par les rentrées. Pour les 1.298 individus de 15 ans étudiés, 99 migrations-retour sont enregistrées sur une période de 20 ans, ce qui signifierait – dans une hypothèse maximaliste qui attribuerait chacun de ces mouvements à une personne différente – une proportion de 7,6 %.

43Les décès pèsent finalement peu sur les processus d’extinction des enfants des noyaux de 1846, de même que les rentrées ne pèsent pas bien lourd dans la balance des mouvements. C’est donc au niveau des sorties que nous allons envisager le différentiel en fonction du rang au sein de la fratrie. À 35 ans, entre 65,6 et 67,7 % des enfants présents vingt ans plus tôt ont émigré, soit une proportion finale d’émigrations presque identique pour tous les rangs. Cependant, les rythmes diffèrent sensiblement. Alors que les aînés partent majoritairement entre 20 et 24 ans, les cadets et les enfants de rang intermédiaire quittent généralement le pays un peu plus tard, entre 25 et 29 ans. Mais unanimement, entre 30 et 34 ans, les risques deviennent faibles pour tous ceux qui ne sont pas encore partis, variant entre 10,5 et 12,6 % de la population de départ.

Tableau VII-3 – Processus d'extinction parmi les descendants des noyaux de 1846, par sexe et rang à 15 ans dans la fratrie

Tableau VII-3 – Processus d'extinction parmi les descendants des noyaux de 1846, par sexe et rang à 15 ans dans la fratrie

Note : population = les descendants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversaire dans la commune

44Quant aux enfants uniques, il se confirme que s’ils ont moins survécu que les autres dans le Pays de Herve, c’est bel et bien en raison d’une propension plus marquée à quitter leur localité, qui se vérifie presque à tous les âges. L’hypothèse d’un différentiel de mortalité qui aurait expliqué une probabilité de rester moins importante est donc écartée. Cette observation renforce l’idée que rester n’est pas gagner, puisque les enfants uniques, qui ne souffrent pas de la compétition avec des frères et sœurs désireux de s’établir dans la région de pâturages, optent quand même de préférence pour l’émigration. Rappelons toutefois que les effectifs d’enfants uniques sont faibles ; ceci n’est donc qu’un élément parmi d’autres.

  • 17 En effet, dans toute l’Europe occidentale, le service domestique tend à se féminiser au cours du x (...)

45L’observation des processus d’extinction par sexe met en avant trois différences, pas nécessairement flagrantes, mais néanmoins réelles. En premier lieu, les mouvements de sortie sont plus nombreux chez les femmes, mais ils sont partiellement compensés par une immigration-retour proportionnellement plus importante (9,3 %, contre 5,9 % chez les hommes). La deuxième discrimination est liée à la précédente : les différences dans l’intensité des mouvements migratoires se concentrent surtout entre 15 et 25 ans, ce qui laisse supposer un lien avec la domesticité en ville17. Enfin, le rang de naissance ne joue pas le même rôle pour les deux sexes, même si de part et d’autre, aucun patron très net ne se dégage. Du côté masculin, les cadets sont les plus enclins à partir, tandis que les enfants qui occupaient à 15 ans un rang intermédiaire sont les plus stables. Toutefois, c’est aussi dans leur chef que se concentre la mortalité la plus forte (11,6 % des effectifs disparaissent par décès avant d’atteindre 35 ans), ce qui pourrait suffire à expliquer une émigration moindre. Inversement, les filles qui n’étaient à 15 ans ni les cadettes, ni les aînées, sont celles qui ont le plus quitté leur village dans les vingt années qui ont suivi, mais dans leur cas, une mortalité plus faible peut au contraire constituer un argument explicatif.

46En somme, les différences qui se font jour entre filles et garçons sont difficiles à interpréter, dans la mesure où il n’est même pas aisé de les établir avec certitude. Les écarts dus à une mortalité différentielle peut-être aléatoire tant son niveau est faible, ont eux-mêmes influencé les risques d’émigrer.

3.4. Qui sont ceux qui restent ?

47Après vingt années d’observation, seul un tiers des Herviens et Herviennes présents au cœur du Pays de Herve à 15 ans sont restés au pays, certains d’entre eux (une minorité de quelques pour cent) ayant d’ailleurs séjourné pour un temps en dehors de leur village. C’est au devenir de ces gens qui sont restés qu’est consacré le tableau VII-4, leur destinée étant analysée en deux termes : l’état matrimonial et le statut de parent (père, mère).

Tableau VII-4 – Destin des enfants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversaire dans le Pays de Herve et qui sont restés au village, selon leur statut matrimonial, leur statut de parent et leur rang dans la fratrie (en %)

Tableau VII-4 – Destin des enfants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversaire dans le Pays de Herve et qui sont restés au village, selon leur statut matrimonial, leur statut de parent et leur rang dans la fratrie (en %)

Note : 100 % = la colonne ‘population totale’ du tableau VII-3 ; ‘Ever married’ = mariés + veufs

48Sur les 1.298 individus étudiés, 82,2 % résident toujours dans le même village quand ils fêtent leur 20e anniversaire. L’immense majorité de ces jeunes adultes est encore à ce moment célibataire et sans enfant. Cinq années plus tard, le tableau s’est déjà sensiblement modifié, puisque parmi ceux qui restent, un peu plus d’une personne sur dix a convolé et pour la moitié d’entre elles, un premier enfant au moins est déjà né de cette union. À 30 ans, nous l’avons vu, la proportion de gens encore présents dans leur village a déjà bien diminué : 29,7 % des adolescents désormais adultes sont restés célibataires et sans enfants, tandis que 11,6 % sont mariés – ou l’ont été – et sont devenus père ou mère. Seuls 2,7 % des quelque treize cents individus de départ se sont mariés, mais n’ont pas encore procréé. Quant aux parents célibataires, ils comptent pour la portion congrue (0,5 %), ce qui illustre le caractère marginal de la fécondité illégitime dans la société rurale hervienne, sur laquelle nous reviendrons dans la troisième partie. Enfin, vingt ans exactement après le début de notre observation, un certain rééquilibrage entre mariés et célibataires s’est opéré. Concrètement, 16,9 % des enfants des noyaux de 1846 sont restés dans leur village et ne se sont pas mariés, tandis que 16,6 % ont eux aussi opté pour la stabilité géographique, mais ont convolé en justes noces.

  • 18 « Pour les généticiens, un enfant ‘utile’ est un individu qui va se reproduire en participant à la (...)

49En somme, c’est bien la combinaison de deux phénomènes qui explique la stagnation des familles herviennes : l’émigration et le frein malthusien pesant sur le mariage. À première vue, leur forte fécondité légitime aurait dû favoriser leur explosion démographique, mais cet élément est fortement tempéré par la très faible proportion d’« enfants utiles », pour reprendre une expression employée par les généalogistes et les généticiens18. À peine plus d’un enfant sur dix (13,3 % très précisément) a fondé une famille et a reproduit sa lignée à l’âge de 35 ans. Quant à l’importance des enfants toujours célibataires à cet âge, elle atteste des éléments déjà mis en exergue dans d’autres chapitres de ce volume, notamment de la forte proportion de célibat définitif et de la cohabitation des enfants célibataires devenus adultes avec leurs parents.

3.5. Le Pays de Herve remis en contexte

  • 19 Par rapport à la population de départ, 66,3 % de mouvements de sortie ont été observés, mais ils o (...)
  • 20 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproduction, p. 458.

50Les destins des enfants des noyaux familiaux qui existaient au milieu du xixe siècle dans le Pays de Herve montrent à l’évidence que ces familles se sont « anormalement » peu reproduites. Il n’est guère aisé de trouver des études similaires à la nôtre, mais celle de A. Bideau et G. Brunet menée dans la vallée de la Valserine, bien qu’elle ne permette pas une comparaison stricte, met encore mieux en lumière la spécificité hervienne. Un trait majeur distingue les deux analyses : le cas français porte sur une période antérieure à la nôtre (xviiie, voire début xixe siècle), envisageant tous les couples formés entre 1760 et 1774. Ce facteur explique ainsi un premier différentiel, l’impact de la mortalité, qui touche un quart de la descendance des familles jurassiennes, contre moins de 8 % dans notre région bocagère. Notre parti pris de départ, celui de commencer notre analyse de survie à partir du 15e anniversaire, a largement contribué à créer cette différence. Mais surtout, la confrontation des données révèle que les émigrations et les célibats définitifs concernent moins de la moitié des individus étudiés, contre plus de trois personnes sur quatre dans le Pays de Herve19. De ce point de vue, la région herbagère se rapproche un peu plus des résultats observés en Suisse, dans le village de Jussy situé non loin de Genève. Dans la reproduction familiale, l’émigration constitue également un facteur majeur, particulièrement parmi la population féminine : 48 % des femmes qui ont atteint 15 ans quittent leur village à l’âge adulte, le plus souvent pour la ville. Mais le constat est moins net pour les hommes, puisque seul un tiers d’entre eux opte pour le départ20.

  • 21 Bideau A., Brunet G. (1996), Rester ou partir, p. 73.
  • 22 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproduction, p. 454.

51Au total, la région herbagère se distingue réellement par un pourcentage très faible d’enfants utiles, proportionnellement deux fois moindre que celui enregistré dans le Jura français (25,8 %)21. L’écart avec les villageois de Jussy est cette fois beaucoup plus marqué. L’analyse de la descendance de 146 femmes mariées indique que les enfants qui ont survécu à leur quinzième anniversaire sont au nombre de 384. Parmi ces enfants, 51 % des filles et 65 % des garçons se marient et restent sur place22. Certes, tous ne procréent pas nécessairement, mais il est clair que la majorité d’entre eux a eu une descendance.

  • 23 Servais P. (2002), Death and patrimonial descent.
  • 24 Bouchard G. (1994), Rang de naissance et destin socio-économique, p. 107.

52L’absence de discrimination entre les enfants dans le Pays de Herve est un phénomène somme toute surprenant, même si la région s’inscrit parfaitement dans un système dit « égalitaire », notamment dans le domaine de l’héritage et de la transmission du patrimoine23. En effet, les témoignages ne manquent pas pour souligner « la notion d’avantage dans les sociétés égalitaires », pour reprendre un titre de M. Segalen. Au Québec, G. Bouchard a mis en évidence l’égalitarisme paysan, qui selon lui s’explique, au-delà d’un esprit, d’une optique à visée égalitariste, parce « qu’un terroir faiblement occupé et en expansion servait un idéal d’équité dans l’établissement des enfants »24. Il ne coulait pas de source qu’une tradition identique parvienne à exister sur le vieux continent européen, où le territoire est ‘clos’. Évidemment, tenir cette région rurale pour un espace saturé, rempli, c’est compter sans une échappatoire en pleine expansion : le monde urbain. D’autre part, l’historien québécois a relevé d’importantes discriminations entre filles et garçons, alors que dans le Pays de Herve, nous ne sommes parvenue à déceler qu’un faible différentiel par sexe, tant parmi ceux qui partent que parmi ceux qui restent.

  • 25 Les deux autres proviennent de l’Ardenne liégeoise : Sart et Polleur.
  • 26 Servais P. (2003), La transmission patrimonialeId. (à paraître), Transmissions patrimoniales en (...)

53Bien sûr, notre approche est partielle, elle n’envisage ni les niveaux d’instruction respectifs, par exemple, ni même les pratiques d’héritage. Ces dernières toutefois sont très difficiles à saisir dans le Pays de Herve. À partir des portefeuilles de notaires, P. Servais a analysé la transmission dans trois localités de l’est de la Belgique, dont le village hervien de Clermont-sur-Berwinne25 et a dressé un inventaire précis des pratiques testamentaires et des partages notariés pour la période 1805-1860. Les premiers résultats qui se dégagent indiquent une prépondérance numérique des testaments, tandis que les partages ont rarement fait l’objet de documents officiels établis devant notaires. Mais dans l’ensemble, même les testaments sont peu nombreux, ce qui laisse supposer que la plupart des successions se réglaient en famille, soit en application pure et simple du Code Civil, soit par la mise en œuvre de systèmes informels de compensations grâce auxquels personne ne se sentait lésé. D’ailleurs, l’utilisation intense des contreparties monétaires ne fait aucun doute dans ce village herbager, tandis que les indications récoltées dans l’Ardenne liégeoise ne vont pas du tout dans ce sens. Manifestement, l’économie monétaire et commercialisée – sur laquelle nous avons insisté dans le chapitre II – transparaît dans la gestion des patrimoines26. En somme, même s’il est évident que ces premiers résultats sont bien trop sommaires et réclament des analyses plus détaillées, ils tendent à confirmer, à ce stade, que si les stratégies familiales ne respectaient pas nécessairement la stricte égalité, les enfants en tout cas ne se sentaient pas particulièrement spoliés lors des partages et des transmissions. S’il en avait été autrement, la menace de conflits potentiels aurait conduit davantage de Herviens à avaliser leurs transactions devant un notaire, afin de les sécuriser contre les risques de disputes familiales.

  • 27 Tilly L. A. (1984), Linen was their life.
  • 28 Segalen M. (1994), La notion d’avantage, p. 196 et p. 207.

54Au vu des destinées des enfants des noyaux familiaux de 1846, il n’est pas facile de savoir si certains, dans la cellule familiale, ont été sacrifiés et d’autres favorisés. Le sexe a véritablement joué un rôle mineur, tandis que le rang à 15 ans dessine tout au plus un poids légèrement plus marqué des aînés parmi les émigrants. Cette observation se rapproche de constats menés dans des contextes bien différents du système hervien, où le plus âgé des enfants doit véritablement ouvrir la voie, montrer à ses cadets le chemin à suivre et être le premier à lever les embûches27. Quoi qu’il en soit, l’assertion de M. Segalen, selon laquelle la distinction aîné/cadet n’est pas pertinente en régime égalitaire, se vérifie globalement dans les campagnes de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. Mais il ne faut pas exclure pour autant la notion d’enfant avantagé28, même si dans le cas qui nous occupe, il n’est pas nécessairement simple de percevoir, de ceux qui sont restés et de ceux qui sont partis, qui peut être considéré comme le « perdant ».

4. La colonne vertébrale du Pays de Herve : les noyaux stables

55Le croisement entre l’extinction des noyaux familiaux de 1846, par le biais d’un déficit migratoire important, et la formation des noyaux familiaux de 1900 principalement grâce à une balance naturelle particulièrement positive, met en évidence l’existence d’une sous-population un peu particulière, celle des familles stables. Il s’agit simplement des Herviens et Herviennes qui ont maintenu leur lignée au cœur du Pays de Herve tout au long de la seconde moitié du xixe siècle. De deux choses l’une : soit les individus n’ont jamais quitté leur village ou n’en sont sortis que momentanément, soit leurs descendants directs, voire des frères et sœurs, y sont toujours domiciliés à l’aube du xxe siècle.

56À l’origine, cette population de stables représente 26 % des habitants recensés dans les trois villages en 1846, mais son importance numérique ne cesse de s’accroître pendant près de quarante ans. Le 1er janvier 1884, 1.912 individus appartiennent à 456 noyaux familiaux dits stables, ce qui correspond exactement à 40,8 % de la population présente à cette même date. Par la suite, l’importance de ce groupe décroît légèrement et à l’extrême fin du xixe siècle, il compte encore 1.552 personnes, soit 37,1 % de la totalité des villageois.

57Les individus appartenant aux « doubles noyaux » apparaissent, de manière assez attendue, comme un ensemble dont les indicateurs démographiques se situent à mi-chemin entre ceux des noyaux de 1846 et ceux de 1900. Le graphique VE-14 montre ainsi un solde naturel nettement positif jusqu’en 1880 (16,9 ‰), qui diminue de moitié dans les vingt années qui suivent. Parallèlement, le solde migratoire, d’entrée de jeu négatif, subit une baisse de niveau assez prononcée à la même époque, passant d’une moyenne de -8,5 ‰ avant 1880, à -18,9 ‰ pour les deux dernières décennies du xixe siècle. Les indices de Coale permettent d’affiner quelque peu le portrait d’une sous-population qui apparaît comme plus prolifique encore que tous les autres groupes lorsque l’on envisage la fécondité matrimoniale. Par contre, l’indice de nuptialité est moins élevé que celui des noyaux de 1900.

Graphique VII-14. Évolution des soldes naturels et migratoires des noyaux doubles (moyennes mobiles par pas de trois ans)

Graphique VII-14. Évolution des soldes naturels et migratoires des noyaux doubles (moyennes mobiles par pas de trois ans)

58L’étude des espérances de vie met en exergue un différentiel démographique assez patent qui distingue cette sous-population. Elle se démarque nettement du patron hervien général et des noyaux de 1846 grâce à une longévité plus importante de deux ans et demi, voire trois ans. Les divergences tendent toutefois à s’amenuiser au cours de l’avancement des années : l’écart maximal est observé avant 1873 (4,3 ans) et l’écart minimal se monte seulement à 0,3 année dans la dernière décennie du xixe siècle. Par contre, les valeurs de l’espérance de vie à la naissance parmi les noyaux stables sont très légèrement inférieures à celles des noyaux de 1900, moins d’un an d’écart dans tous les cas. Un rapprochement entre les indicateurs démographiques des noyaux de 1900 et des noyaux stables se fait jour, tandis qu’un fossé plus ou moins net les sépare des noyaux de 1846 et de la démographie régionale au sens large.

59Le graphique VII-15 affiche les profils respectifs des risques de partir et d’arriver dans le cours de la vie des individus. Pendant les quarante premières années de leur vie, les gens qui appartiennent au « noyau dur » de la population hervienne ont plus de chances de quitter le Pays de Herve que d’y revenir. Puis, dès la quarantaine, les deux courbes se rejoignent plus ou moins : les probabilités de mouvements deviennent alors très réduites (moins de 4 %). Toutefois, même dans la jeunesse, le comportement qui prédomine très largement, c’est la stabilité..., caractéristique bien logique puisque, par définition, il s’agit de la population la plus stable de notre échantillon. Entre 25 et 30 ans, 15,3 % des jeunes adultes quittent leur village pour tenter leur chance ailleurs : c’est peu par rapport aux quotients observés au même âge pour les noyaux de 1846 d’une part, pour ceux de 1900 d’autre part ! Ce seul chiffre cache pourtant une évolution certaine entre la période antérieure à la dépression agricole et la dernière décennie du xixe siècle. Après 1890, en effet, même parmi cette population constante et peu mobile, les quotients d’émigration augmentent à toute époque de la vie, mais surtout entre 15 et 34 ans, ainsi qu’entre 0 et 4 ans. Bref, l’émigration des jeunes – seuls ou en couples – se généralise.

Graphique VII-15. Quotients d’émigration et d’immigration par âge des noyaux doubles

Graphique VII-15. Quotients d’émigration et d’immigration par âge des noyaux doubles
  • 29 Notre étude des structures socioprofessionnelles des individus des noyaux stables ne porte que sur (...)
  • 30 Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que la classification socioprofessionnelle employ (...)

60Au-delà des indicateurs démographiques qui caractérisent les individus composant les noyaux stables, l’analyse de leur structure socioprofessionnelle, en début et – idéalement – en fin de période, offre de nouvelles perspectives pour l’étude de la survie de la famille rurale. Dans un premier temps, elle permet de vérifier si les individus qui ont perpétué leur lignée pendant un demi-siècle jouissaient au départ d’un positionnement social particulier29. Le tableau VII-5 indique qu’en 1846, les agriculteurs et les artisans sont sur-représentés parmi les gens qui se sont maintenus. Ce que l’on pourrait appeler le taux de succès, c’est-à-dire le pourcentage d’individus appartenant aux noyaux stables exprimés en pour cent des effectifs de chaque profession, s’élève en effet à 31 % parmi les artisans, à 28,4 % parmi les paysans30. Ce succès de l’artisanat, s’il n’était pas particulièrement attendu, s’explique pourtant à la lumière d’une évolution que nous avions vue se dessiner dans le chapitre II : la proportion d’individus déclarant un métier artisanal explose littéralement lors du dernier recensement, particulièrement dans la commune de Neufchâteau. Dès lors, comme le domaine est prospère, les enfants d’artisans n’hésitent pas à suivre la voie tracée par leur père, et trouvent à s’établir dans ce secteur en croissance. À l’opposé, les personnes sans profession et les journaliers sont ceux qui ont éprouvé les difficultés les plus grandes à maintenir leur lignée au cœur du Pays de Herve, ou qui ont le moins choisi cette voie. Répétons-le, aucun élément ne permet encore de voir si rester constituait un gage de réussite !

Tableau VII-5. Structure socioprofessionnelle des hommes de 15 ans et plus, présents le 16 octobre 1846 ou le 1er janvier 1881 (1884 à Neufchâteau) [en %]

Tableau VII-5. Structure socioprofessionnelle des hommes de 15 ans et plus, présents le 16 octobre 1846 ou le 1er janvier 1881 (1884 à Neufchâteau) [en %]

61Un autre aspect de la question consiste à examiner si les noyaux familiaux de 1900 issus de la population de 1846, c’est-à-dire les personnes qui bénéficient a priori des meilleures informations relatives aux opportunités qu’offre le marché de l’emploi local, celles qui sont le plus au fait du fonctionnement culturel du système économique, ont tiré parti de tous ces avantages pour se doter d’une position dominante. Certes, nos données ne permettent qu’une vérification partielle de cette problématique, puisque la dernière mise à jour généralisée des professions a été effectuée lors de l’ouverture des registres le ler janvier 1881 à Charneux et Clermont, et 1884 à Neufchâteau. Bref, notre découpage n’est pas idéal dans la mesure où il ne se situe pas véritablement au bout du processus, mais il permet malgré tout de dégager certaines tendances. Le premier trait qui émerge est assez inattendu : le groupe des agriculteurs, dont la proportion reste parfaitement similaire entre 1846 et 1881 si l’on considère tous les hommes de 15 ans et plus des trois villages réunis, marque le pas au sein des lignées stables. Alors que les agriculteurs représentaient 36 % des adultes de sexe masculin appartenant aux noyaux stables en 1846, ils ne comptent plus que pour 27 % trente-cinq ans plus tard. Le recul des journaliers, en chiffres relatifs, est également patent, mais il reflète largement le repli substantiel de cette catégorie socioprofessionnelle au sein de la population totale.

  • 31 Oris M. (2001), Une démographie des familles, p. 48.

62Les artisans, qui dès le départ étaient sur-représentés parmi les noyaux originels qui se sont maintenus pendant cinquante ans, confirment leur pérennité, puisqu’ils comptent encore pour un quart des noyaux stables en 1881. Les chutes assez marquées des journaliers et des agriculteurs ne profitent pas vraiment à la petite et moyenne bourgeoisie, dont le progrès est moins apparent parmi les stables. Outre les artisans, les principaux bénéficiaires sont les inactifs et les travailleurs du textile. La croissance des premiers, assez spectaculaire, s’explique difficilement, hormis peut-être par une moindre qualité des sources. Celle des seconds peut sembler aussi déconcertante, dans un contexte de ruralisation marquée. En fait, les résultats dégagés par M. Oris à partir d’une recherche semi-généalogique assez similaire à notre démarche, démontrent la percée des bourgeois dans le petit centre minier de Tilleur où, manifestement, les populations qui se maintiennent sur place s’en sont mieux sorties que les autres : « Les derniers venus devaient se cantonner dans les activités les plus basses et les plus rudes, alors que les plus anciens, bien acclimatés, bien informés sur les diverses opportunités locales, en profitaient pour accéder progressivement, parfois à la génération suivante, à des positions sociales plus élevées »31.

  • 32 Brun J. (1993), La mobilité résidentielle.
  • 33 Capron C., Eggerickx T., Oris M., Poulain M. (1999), Quitter ou rester dans son quartier ?

63Dans le Pays de Herve, l’analyse de la survie des familles rurales met plutôt en évidence une composante inverse, où les pauvres – en l’occurrence les inactifs et les travailleurs du textile – sont affectés par une « immobilité de contrainte ». Nous touchons ici un problème que des sociologues et démographes contemporains ont soulevé à plusieurs reprises dans des études consacrées à la mobilité géographique. Ainsi, J. Brun évoque la mobilité rêvée et redoutée, lorsqu’il analyse les comportements des plus défavorisés : si les pauvres ne déménagent pas, c’est qu’ils n’ont pas les moyens de leurs déplacements32. Tout récemment, des chercheurs liégeois et louvanistes ont observé dans la ville de Namur entre 1991 et 1998, la faible propension des étrangers non européens à opérer une mobilité ascendante, c’est-à-dire à s’établir dans un quartier plus aisé que le leur. Parallèlement, l’immobilité, la sédentarité plus forte des populations pauvres est confirmée par le fait qu’elles n’encourent aucun risque supérieur de connaître une mobilité descendante33. C’est le même type de blocage que nous observons en un tout autre lieu, à une tout autre époque.

  • 34 Thonnar A. (1904), Les industries à domicile en Belgique, p. 13.

64En résumé, l’étude de la structure socioprofessionnelle des noyaux stables met en exergue deux faits marquants. Ce sont ceux qui, en 1846, exerçaient la profession d’agriculteurs ou d’artisans qui ont le mieux maintenu leur lignée, mais les descendants de ces individus n’ont pas nécessairement suivi la voie de leurs prédécesseurs. Ainsi, après quelque trente années, le poids des agriculteurs au sein des familles stables a chuté. En 1880, les cellules familiales dites stables sont composées majoritairement d’artisans – ce qui se comprend étant donné la prospérité du secteur au cœur du Pays de Herve – et de travailleurs du textile. Outre l’immobilisme des moins favorisés, deux autres arguments ont sans doute joué pour expliquer l’accroissement relatif de ces derniers parmi les noyaux stables : d’une part, les sources ne sont pas claires quant à la chronologie exacte de l’effondrement des deux usines rurales principales de Charneux, celles de Snoeck et de Xhibitte. Lors du recensement de 1880, il n’est pas évident qu’elles ont déjà fermé leurs portes. D’autre part, nous avons vu dans le chapitre II que les travailleurs du textile les plus âgés ne parvenaient pas à se reconvertir34.

65L’étude des patronymes constitue également un angle intéressant pour comprendre les processus de sélection de la population stable. Notre hypothèse consiste à considérer que si certaines familles sont mieux parvenues à rester sur place, c’est qu’elles bénéficiaient de réseaux plus étendus que les autres. En effet, comme le révèle le graphique VII-16, les personnes appartenant aux noyaux stables peuvent théoriquement se reposer sur des parentèles plus élargies que le reste de la population.

  • 35 Nos commentaires portent uniquement sur la population masculine des noyaux stables, dans la mesure (...)
  • 36 La description des réseaux de parenté sur base du nombre d’individus partageant le même patronyme (...)

66En réalité, les individus de sexe masculin35 appartenant aux noyaux stables peuvent compter sur 15,6 personnes qui partagent le même nom de famille, alors que la moyenne pour l’ensemble des Herviens des trois communes aux mêmes âges, c’est-à-dire entre la naissance et 70 ans, s’élève seulement à 12,1 patronymes communs (voir chapitre VI)36. L’évolution dans le cours de la vie de l’individu n’est pas tout à fait identique, même si c’est encore entre 15 et 20 ans que les réseaux sont les plus étendus (17,6 en moyenne). En fait, la position privilégiée des individus des noyaux stables émerge surtout aux âges adultes actifs, puisqu’à 30-34 ans, les noyaux stables connaissent 16 homonymes dans leur village, contre 11 seulement pour tous les Herviens confondus. Une baisse significative du nombre de patronymes communs ne survient qu’à partir de 40 ans. En somme, les résultats confirment à première vue notre hypothèse de départ : les familles les plus étendues ont mieux réussi que les autres à perpétuer leur lignée. De tels écarts entre la population dite stable et le reste des Herviens ne peuvent simplement s’expliquer par l’exclusion des célibataires dans l’analyse démographique des familles. Il est vrai que les célibataires, population traditionnellement plus mobile, ont a priori des chances moindres d’appartenir à des familles importantes, mais ceci ne justifie pas un tel différentiel.

Graphique VII-16. Nombre moyen des patronymes communs dans le cours de la vie des hommes appartenant aux noyaux stables

Graphique VII-16. Nombre moyen des patronymes communs dans le cours de la vie des hommes appartenant aux noyaux stables
  • 37 Bouchard G., De Pourbaix I. (1985), Itinéraires individuels et familiaux, pp. 6-7.

67Mais outre la spécificité des réseaux de parenté des noyaux stables par rapport à l’ensemble de la population hervienne, leur évolution même au cours de la seconde moitié du xixe siècle met en lumière des changements notables. Concrètement, aucune modification ne survient dans l’enfance entre les parentèles observées pour tous les individus stables présents le 16 octobre 1846 et ceux résidant dans les trois villages tests le 31 décembre 1900 (Graphique VII-16). Par contre, entre 15 et 49 ans, les deux courbes se séparent nettement : les adolescents et jeunes adultes (15-24 ans) perdent jusqu’à 4 homonymes en l’espace d’un demi-siècle. Par la suite, les écarts restent importants, mais ils se réduisent graduellement : à 45-49 ans, tout de même, les individus issus des noyaux stables comptent 1,6 parents de moins dans leur village que leurs homologues du même âge 50 ans plus tôt. Une telle évolution met une fois encore en évidence l’écrémage réel qui s’est opéré au cœur de la région herbagère. Dans cette contrée « pleine », saturée – par opposition aux territoires vides (ou ouverts) du Québec à la même époque37 – il n’y avait ni terre en suffisance, ni travail pour tous les bras. Et si ces familles ont maintenu leur lignée, c’est parce que, par le biais des migrations, elles ont laissé partir certains de leurs membres, voire encouragé leur départ. Il est clair que si ces familles n’avaient pas procédé à cette sélection, le système n’aurait plus été viable. D’autre part, le contraste avec une commune industrielle comme Tilleur se renforce, puisque dans le Pays de Herve, le fait d’être resté n’est pas un signe évident de succès, comme en atteste la réduction de la taille des familles stables.

68Toutefois, l’examen de la distribution des patronymes nous invite à ne pas passer d’un extrême à l’autre en matière d’interprétation. Le graphique VII-17 illustre un phénomène analogue à celui déjà observé pour les Herviens dans leur globalité dans le chapitre VI, à savoir une médiane dont les valeurs sont inférieures à la moyenne. Cet écart traduit l’existence de quelques patronymes à fréquence élevée qui « tirent la moyenne vers le haut ». Mais dans ce double graphique, le trait marquant réside surtout dans la comparaison du troisième quartile qui, hormis un profil plus régulier en 1900, n’a pas changé au cours du xixe siècle. En d’autres mots, cela signifie que, tant au début qu’en fin de période, un quart de la population dite stable appartenait à des familles étendues, dont la fréquence patronymique équivalait au moins à 18 individus. Dès lors, il va de soi que l’évolution à laquelle nous assistons à travers la diminution du nombre moyen de patronymes communs aux individus des noyaux stables résulte seulement d’une frange de la population.

69En résumé, il y a, d’un côté, un groupe de familles dont les patronymes sont de fréquence relativement basse, inférieure en tout cas à la moyenne. C’est cette sous-population qui a le plus diminué, c’est là que la sélection apparaît la plus importante. À l’inverse, parmi les stables, il existe un ensemble de familles qui portent les patronymes les plus courants, celles qui se situent au-delà du troisième quartile. Manifestement, ces cellules familiales-là se sont mieux perpétuées.

70A priori, les grands réseaux familiaux offrent donc une meilleure résistance : d’une part, les familles les plus stables ont une parentèle clairement plus large que les autres Herviens ; d’autre part, au sein même des lignées qui ont survécu, les patronymes à fréquence élevée ont encore mieux traversé l’épreuve du temps. Toutefois, ce dernier constat n’est valable qu’à une condition, c’est que les familles concernées soient bien les mêmes en début et en fin de période ! Or, justement, un examen détaillé des patronymes les plus fréquents parmi les familles stables en 1846 et en 1900 nuance singulièrement cette vision. En effet, au dernier jour de notre période d’observation, 25 noms de familles – parmi les noyaux stables – ont une fréquence supérieure ou égale à 20, mais seuls 9 d’entre eux figuraient déjà au sein des grands réseaux familiaux en 1846 :

  • les Lemaire, Halleux, Lejeune et Levaux à Charneux ;
  • les Baguette, Detry, Domken et Pirenne à Clermont ;
  • les Lejeune, de nouveau, à Neufchâteau.

71En réalité, le nombre de patronymes à haute fréquence n’a guère changé en l’espace d’un demi-siècle (26 pour les trois localités réunies en 1846, contre 25 en fin de période), mais le renouvellement a concerné près de deux tiers de ces familles : 17 des patronymes les plus répandus en 1846 ne figurent plus dans la liste des larges réseaux en 1900 où, à l’inverse, 16 noms de familles ont fait leur apparition.

Graphique VII-17. Évolution du nombre de personnes portant le même patronyme que les membres des noyaux stables de sexe masculin.

Graphique VII-17. Évolution du nombre de personnes portant le même patronyme que les membres des noyaux stables de sexe masculin.

72Une fois de plus, nous ne pouvons pas considérer qu’un processus simple était à l’œuvre. Au sein même des lignées qui se sont maintenues, nous retrouvons la dualité déjà observée à travers la comparaison des noyaux de 1846 et de 1900, entre les familles qui se perpétuent et celles qui s’anémient. Deux exemples concrets illustrent cette dualité à travers le cas de patronymes qui existaient à Charneux en 1846.

  • 38 “Une « sortie définitive » s’entend pour toute émigration qui n’est pas suivie, pendant notre péri (...)

73Commençons par le nom de HENRARD, patronyme qui le premier jour de notre période d’observation est porté par 27 personnes domiciliées dans le village de Charneux et réparties dans 10 ménages différents. Nous ne nous intéressons pas ici aux liens qui unissent entre elles ces différentes cellules familiales, puisque notre objectif se limite à observer comment ce nom de famille à fréquence élevée s’est peu à peu effacé, sans toutefois disparaître. La figure VII-2 illustre, grâce à l’utilisation de sigles traditionnellement employés par les généalogistes, les destins respectifs de ces hommes et femmes, dont deux seulement étaient des isolés. Tous deux quittent la localité au début des années 1850. L’émigration est d’ailleurs sans conteste – et sans surprise – le principal facteur qui explique la progressive « disparition » du patronyme. En un bon demi-siècle, 18 HENRARD sortent définitivement, ce qui représente une émigration pour deux tiers des individus de départ38. Huit autres sont décédés et, en 1900, il ne reste qu’un individu, de sexe masculin (en caractères gras dans la figure VII-2), qui n’a jamais « abandonné » son village natal, même temporairement.

74Mais ce seul « rescapé » a fondé un foyer et, faisant preuve d’une fécondité typiquement hervienne, il a transmis son nom à ses neuf enfants, dont trois sont toujours domiciliés à Chameux le 31 décembre 1900. L’un d’entre eux – un homme – a d’ailleurs lui aussi prolongé la lignée paternelle et sept enfants en vie en 1900 s’appellent également Henrard. À l’aube du xxe siècle, ce sont donc au total douze personnes qui portent encore ce patronyme dans ce petit village herbager : outre les descendants du seul « rescapé », une jeune mariée est entrée en 1893, avec son époux et ses enfants, qui prennent bien entendu le nom de leur père.

75La figure VII-3 illustre le phénomène inverse, c’est-à-dire qu’elle montre par le biais d’un exemple qui est un simple cas d’espèce, ni plus ni moins représentatif qu’un autre, comment certains patronymes, présents en 1846 mais peu répandus, se sont multipliés au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Le 16 octobre 1846, 12 personnes portant le nom de LOUIS et réparties dans deux ménages distincts sont domiciliées à Chameux. Il s’agit dans les deux cas d’un père et de ses cinq enfants, qui ont de nouveaux frères ou sœurs après la date du recensement. Le premier perd trois enfants par décès, mais deux de ses rejetons se marient et restent dans la localité : l’un d’eux est un homme, qui verra naître 10 enfants de son union, dont 7 survivent encore le 31 décembre 1900. Dans le second ménage, deux des sept enfants du couple originel meurent en bas âge, trois émigrent définitivement et deux garçons fondent un foyer dans leur village. Le plus jeune des deux toutefois, fait une escapade d’un an à Battice avant de se réinstaller, définitivement, à Chameux, avec femme et enfants. Le 31 décembre 1900, on dénombre 23 LOUIS au sein de la commune, dont trois étaient déjà présents 54 années plus tôt.

Figure VII-2. Le patronyme HENRARD dans la seconde moitié du xixe siècle à Charneux. Une disparition progressive

Figure VII-2. Le patronyme HENRARD dans la seconde moitié du xixe siècle à Charneux. Une disparition progressive

Légende
Triangle : individu de sexe masculin
Cercle : individu de sexe féminin
Contours gras : présent le 16 octobre 1846
Hachures : ne porte pas le patronyme étudié
Quadrillage : présent le 31 décembre 1900
Les dates entre parenthèses indiquent la naissance et le décès. Celles précédées de S signalent une sortie, de M un mariage.
‘ = ‘ surmonté ou suivi d’une date : mariage à la date mentionnée
Les chiffres romains indiquent des noyaux familiaux distincts en 1846.

Figure VII-3. Le patronyme LOUIS dans la seconde moitié du xixe siècle à Charneux. Une importance numérique croissante

Figure VII-3. Le patronyme LOUIS dans la seconde moitié du xixe siècle à Charneux. Une importance numérique croissante

Légende : voir figure VII-2

76Bref, ces deux « généalogies patronymiques » ne sont pas censées résumer tous les modes de disparition progressive des lignées herviennes, ni à l’opposé, leur principal type de formation. Ils montrent toutefois qu’entre les familles qui ont « réussi », celles qui se sont développées en tout cas, et les autres, les différences tiennent finalement à peu de choses. Si la lignée des LOUIS s’est non seulement maintenue mais aussi étendue, c’est à la fois parce qu’elle formait une structure solide (12 membres répartis dans seulement deux noyaux familiaux), mais surtout parce que trois enfants de sexe masculin se sont établis sur place après leur mariage (à peine 3 sur 13).

77Revenons pour conclure à la problématique de départ. L’étude des patronymes et, dans une certaine mesure, celle des groupes socioprofessionnels confirme, tout d’abord, que les familles qui se sont maintenues dans le Pays de Herve au cours de la seconde moitié du xixe siècle, appartenaient au départ aux groupes les plus puissants. Mais un examen longitudinal plus détaillé remet un peu en question une interprétation classique qui consisterait à penser que les mieux armés, ceux dont le statut social est le plus élevé et dont le réseau familial est le plus étendu, sont restés. D’une part, le poids des travailleurs du textile et des gens ‘sans profession’ s’est accru au fil du temps, tandis que bourgeois et agriculteurs voyaient leurs proportions se réduire parmi les lignées qui se perpétuaient. D’autre part, un réel renouvellement s’est opéré entre 1846 et 1900 parmi les patronymes censés représenter les réseaux familiaux les plus étendus.

Conclusion

78La question qui est au cœur de ce chapitre, c’est le renouvellement de la famille rurale. Nous l’avons envisagé dans une double perspective, en appliquant les deux méthodes de base de la généalogie, c’est-à-dire la recherche ascendante et descendante. Nous les avons croisées pour répondre à deux questions distinctes mais complémentaires : que deviennent les familles qui sont là en début de période et d’où proviennent les familles que l’on observe en fin de période ?

79L’analyse des familles originelles et de leurs descendants met en lumière une disparition importante du « stock initial », puisqu’en l’espace d’un demi-siècle, ce sont 60 % d’entre elles qui disparaissent progressivement. Un processus majeur est à l’œuvre, quelque peu appuyé par un élément plus mineur. D’une part, et c’est là l’essentiel, la balance migratoire connaît un solde déficitaire très important, les fortes émigrations n’étant guère compensées par le très faible taux d’immigrations-retour. D’autre part, ces familles affichent un solde naturel positif, mais peu élevé. En réalité, parmi ces familles originelles, le poids des adultes actifs et féconds est faible, ce qui explique un indice de nuptialité particulièrement bas, un mouvement naturel peu dynamique.

80La démographie des noyaux terminaux met au contraire en relief un solde naturel très positif, couplé à des apports migratoires faibles mais réels. Ces familles de 1900 sont formées à moins de 40 % par des familles originelles, et résultent pour plus de 60 % de l’immigration. Manifestement, la population hervienne est un mélange d’anémie et de dynamisme, et ce sont deux sous-populations différentes qui sont à l’origine de ces deux phénomènes opposés.

  • 39 « People stayed because they perceived that they had an investment in the land and the community a (...)

81Un premier contraste, très net, apparaît entre les propriétaires et les locataires et dont l’existence n’était pas évidente a priori. En effet, dans une société rurale traditionnelle, il est assez vraisemblable d’envisager une position dominante des propriétaires. Mais dans le Pays de Herve de la seconde moitié du xixe siècle, cette hypothèse ne tient pas nécessairement la route. En effet, les locataires qui dirigent une exploitation remembrée rentable, tant pour le propriétaire urbain que pour eux, ne sont pas nécessairement plus mal lotis que les propriétaires ruraux, qui se maintiennent difficilement à la tête d’exploitations dont la taille est de plus en plus réduite. En fait, les résultats de la démographie des familles révèle que ces deux hypothèses sont des perceptions extrêmes, presque caricaturales. D’un côté, il s’avère clairement que conformément à l’assertion de M. Gutmann39, la possession d’un bien immeuble est en effet un facteur d’ancrage dans les campagnes de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, puisque le maintien de la lignée est beaucoup plus fréquent que parmi les locataires. Ceux-ci constituent une population nettement plus mouvante, responsable au premier chef du brassage que l’on observe dans le Pays de Herve, encore qu’elle se décompose elle-même entre une sous-population très mobile et une autre relativement établie. Par contre, lorsque l’on considère des indicateurs démographiques tels que le niveau du mariage, la fécondité légitime ou l’espérance de vie à la naissance, le différentiel n’est pas patent. Au total, toutefois, les propriétaires ont un taux de succès dans le maintien de leur lignée de plus de 60 %, contre à peine plus d’un tiers pour les locataires.

82D’autre part, ce mélange s’explique aussi parce que, en 1900,37 % de la population provient des noyaux de 1846. Bref, plus d’un tiers des habitants représentent la parfaite continuité, le noyau dur de la société hervienne. Cette « colonne vertébrale » se caractérise, tout au long de la seconde moitié du xixe siècle, par une fécondité légitime exceptionnelle et une longévité impressionnante. Et pourtant, cette sous-population si particulière, qui a survécu et qui s’est reproduite pendant plus de cinquante ans, ne peut pas véritablement apparaître, au terme d’analyses plus poussées, comme une élite sociale. Elle n’a pas profité de sa situation pour s’assurer une place de choix au sein de la société hervienne, elle n’a pas gravi les échelons de la réussite. En effet, si ses membres se recrutent au départ parmi les artisans et les agriculteurs, leurs descendants n’embrassent pas nécessairement la carrière de leurs pères. Et en 1880, apparaît ce résultat surprenant : à côté des artisans, un groupe en pleine explosion dans le Pays de Herve au xixe siècle, les ‘sans profession’ et les travailleurs du textile sont sur-représentés parmi les stables. Bref, c’est plus à un immobilisme des défavorisés qu’à une prédominance des nantis que s’assimile le noyau dur du pays bocager. De plus, si les familles étendues ont davantage perpétué leur lignée, elles ne l’ont fait qu’au prix d’une sélection sévère et, en fin de période, toutes les grandes familles qui existaient en 1846 n’ont pas toujours survécu. Loin de s’étendre, elles se sont plutôt renouvelées, cédant parfois même leur place à d’autres parentèles...

83La sélection au sein des cellules familiales a joué un rôle important. Il existait une forte compétition entre frères et sœurs, puisque quatre adolescents de quinze ans sur cinq comptaient au moins trois frères ou sœurs au sein de leur foyer. La plupart des parents herviens étaient donc placés devant un dilemme majeur lorsque leur nombreuse progéniture atteignait l’âge de s’établir. Le principal résultat qui se dégage d’une analyse de survie des enfants entre 15 et 35 ans, est le caractère profondément égalitaire du système hervien. Le sexe et le rang dans la fratrie, notamment, n’ont pas été des facteurs d’émigration déterminants. Les aînés ont toutefois eu un rôle quelque peu spécifique à jouer, qui consistait à ouvrir la voie pour leurs cadets. Leur propension à quitter le village est ainsi légèrement plus forte que celle des autres enfants. Ils émigrent aussi plus jeunes, le plus souvent entre 20 et 24 ans, tandis que les cadets choisissent généralement de partir entre 25 et 29 ans.

84Parmi ceux qui restent, il est tout aussi difficile d’établir des critères de discrimination entre ceux qui se sont mariés et perpétués sur place et ceux qui sont restés célibataires. Ces derniers forment une population à la fois marginale et importante dans le système familial hervien, mais ils ne semblent pas être le produit d’une sélection systématique fondée sur des critères spécifiques. Il ne faut pas exclure toutefois une notion d’avantage, une position privilégiée de certains enfants, mais il n’est pas aisé de déterminer ni sur quels critères le privilège est fondé, ni de quelle manière il se marque.

85Un « devenir familial » issu du registre de population de Chameux illustre de manière parfaite, presque exemplaire, les processus à la fois de sélection et de maintien d’une famille hervienne, bien implantée en 1846 dans la commune (une branche de la famille des Henrard). Il montre que la frontière entre la survie d’une lignée et sa disparition tient finalement à peu de choses. Au milieu du xixe siècle, Paschal Henrard et sa femme, âgés respectivement de 70 et 58 ans, vivent avec quatre enfants, âgés de 15 à 23 ans. Leurs trois filles émigrent définitivement dans les années 1850, l’une d’entre elle après s’être mariée, tandis que leur fils se marie en 1856 et fonde un nouveau foyer dans la commune. Le couple ainsi formé donne naissance à neuf enfants, dont les deux tiers, devenus adultes, optent pour l’émigration. En 1900, il reste donc dans la localité trois enfants. L’un d’eux a convolé en 1888 et, en l’espace d’une douzaine d’années, a donné naissance à quelque neuf bambins. Les deux autres – une fille de 41 ans, un garçon de 32 ans – cohabitent toujours avec leurs parents. Dans cet exemple, de nombreux éléments caractéristiques de la démographie hervienne et du système familial se retrouvent : forte émigration, faible mortalité des enfants, fécondité élevée et célibat définitif en sont les traits les plus marquants.

86Enfin, ce chapitre a permis de répondre dans une large mesure à une des questions que nous posions dans le deuxième chapitre de cet ouvrage : d’où provient la transformation culturelle dans le Pays de Herve ? Les Herviens eux-mêmes en sont-ils les acteurs, ou bien un nouveau peuplement est-il responsable du changement ? La réponse se dessine beaucoup plus nettement, puisqu’il y a d’une part un bastion de petits propriétaires plutôt résistant et, d’autre part, une frange de population beaucoup plus mobile, beaucoup plus neuve, constituée de locataires. La modernisation du Pays de Herve a largement été réalisée par ces derniers, mettant en valeur les exploitations de taille plus importante appartenant à des propriétaires urbains.

Notes

1 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproductionOris M. (2001), Une démographie des familles.

2 Laslett P. (1972), Introduction, surtout p. 31.

3 Une exception : les individus dont le mariage est suivi rapidement d’une émigration et qui ne fondent donc pas un nouveau foyer dans leur village, ne reçoivent pas de nouvel identifiant au moment de leurs noces. Ils conservent le même identifiant jusqu’à leur sortie.

4 Les ouvrages relatifs aux méthodes de généalogie descendante et ascendante sont légion. Citons simplement Jette R., Charbonneau H. (1984), Généalogies descendantes et analyse démographique Bideau A., Poulain M. (1984), De la généalogie à la démographie historiqueBideau A., Brunet G., Prost M. (1996), Demography, genealogy and genetics— Poulain M. (2001), Le renouvellement de la population.

5 Oris M. (1997), L’impact d’une dépression économique, pp. 539-543 — Eggerickx T. (2002), Migrations et crises économiques.

6 Par définition, les immigrations au sein des noyaux de 1846 sont des migrations-retour, puisque l’appartenance aux noyaux familiaux originels de 1846 est une condition sine qua non pour appartenir à cette sous-population.

7 Pour l’ensemble de la période, le solde migratoire est de – 11,8 ‰ lorsque toute la population est prise en considération (cf. chapitre III).

8 Sur les plans Popp, voir chapitre II, section 3.1. Rappelons simplement ici que la datation précise du document n’est pas connue. Il est toutefois établi qu’il a été élaboré au début des années 1860 et P. Servais a proposé l’année 1862 (Servais P. (1982c), Les structures agraires, p. 319, note 26). Sans que nous puissions confirmer cette date avec une certitude absolue, les éléments nominatifs des registres de population attestent la vraisemblance de cette proposition. Nous avons donc retenu la date du 1er janvier 1862 pour comptabiliser les noyaux familiaux respectifs des locataires et des propriétaires.

9 Précisons que nous englobons sous le terme « propriétaire » ceux qui en 1862 possédaient une maison, les membres de leur noyau familial à cette date et toute leur postérité. Il est bien entendu que parmi les descendants, tous ne possédaient pas nécessairement un bien immeuble ou une terre à Chameux ou à Clermont !

10 Selon D. Devolder, ce type de transition n’est pas rare. Dans un premier temps, le passage de la propriété paysanne au fermage ou métayage est très mal vécu par les paysans. Mais quand des exploitations agricoles de grande taille se forment, elles doivent nécessairement être confiées à des familles paysannes expérimentées, « à même de lutter efficacement contre les prétentions des propriétaires. La principale conséquence fut la diminution de la précarité du contrat : les familles de gros laboureurs conservèrent de génération en génération les mêmes terres louées, quoique le bail soit de courte durée » (Devolder D. (1999), Le modèle européen de mariage. Voir aussi Moriceau J.M., Postel-Vinay G. (1992), Ferme, entreprise et famille).

11 À Limbourg, entre 1846 et 1900, le taux de croissance moyen annuel oscille entre – 0,63 % (dans la dernière décennie du xixe siècle) et un maximum de 1,8 % entre 1867 et 1877, tandis qu’à Huy, entre 1824 et 1895, la croissance annuelle s’élève à 1,17 % (Capron C. (1996), La population de Limbourg, p. 30 — Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, Partie I, p. 30).

12 Burguière A. (1986), Les cent et une familles, p. 50 — Breschi M, Manfredini M. (2002), Individual and family mobilityOris M., Ochiai E. (2002), Family crisis.

13 Dans la problématique qui nous concerne ici, à savoir la sélection des individus au sein des lignées à travers les pratiques de mariage, d’émigration, etc., il nous a semblé plus judicieux de tenir compte non pas du rang de naissance, mais plutôt du rang à 15 ans. À cet âge, en effet, s’amorce la transition qui va conduire l’adolescent vers l’âge adulte. Même s’il n’est pas né le premier de sa famille, d’éventuels décès survenus dans l’enfance pour son ou ses frères et/ou sœurs plus âgés ont fait de lui, en pratique, l’aîné de la famille quand il fête son15e anniversaire. Ce comptage à 15 ans donne donc une meilleure perception de la situation de la fratrie lorsque les premiers enfants atteignent l’âge de mener leur vie de manière plus ou moins autonome et que les choix se posent concrètement pour établir la progéniture.

14 Pour rappel, il s’agit de tous les descendants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversaire à Charneux, Clermont ou Neufchâteau entre le 16 octobre 1846 et le 31 décembre 1900.

15 Rappelons ici un élément méthodologique : dans le cadre précis de ce paragraphe, est considérée comme enfant unique toute personne qui n’a ni frère ni sœur dans le même ménage, étant entendu que ses parents ont peut-être donné naissance à d’autres enfants, mais que ceux-ci sont soit décédés, soit partis, lorsque l’individu étudié fête son 15e anniversaire.

16 Segalen M. (1994), La notion d’avantage — Id. (1984), ‘Avoir sa part’, pp. 129-144. À l’opposé, des partages égaux entre tous les héritiers s’observent dans des sociétés de droit écrit où l’institution d’un héritier avec exclusion des enfants dotés est la règle (Fontaine L. (1992), Droit et strategies). Sur la diversité des pratiques successorales, on consultera Derouet B. (1989), Pratiques successorales et rapport à la terre.

17 En effet, dans toute l’Europe occidentale, le service domestique tend à se féminiser au cours du xixe siècle. Particulièrement dans la région liégeoise, « it is the monopoly of young single women coming from the rural areas of the country » (Oris M. (2000), The female life course, p. 185). De nombreux historiens ont en effet mis cet aspect en évidence, notamment Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, pp. 240-245 — Leboutte (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 89 — Dumont C. (1994), Migrations intérieures et immigration, p. 198.

18 « Pour les généticiens, un enfant ‘utile’ est un individu qui va se reproduire en participant à la constitution de la génération suivante. Nous ajoutons une notion géographique, puisque seuls nous intéressent ici les individus qui donnent naissance à un enfant dans le site d’observation » (Bideau A., Brunet G. (1996), Rester ou partir, p. 72).

19 Par rapport à la population de départ, 66,3 % de mouvements de sortie ont été observés, mais ils ont été compensés par 7,6 % de rentrées, ce qui signifie qu’au total, les émigrations définitives ont concerné près de 59 % des individus. Pour les données françaises, voir Bideau A., Brunet G. (1996), Rester ou partir, p. 73 — Bideau A., Brunet G., Heyer E., Plauchu H. (1993), Histoire généalogique, p. 36.

20 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproduction, p. 458.

21 Bideau A., Brunet G. (1996), Rester ou partir, p. 73.

22 Perrenoud A. (1993), Mobilité et reproduction, p. 454.

23 Servais P. (2002), Death and patrimonial descent.

24 Bouchard G. (1994), Rang de naissance et destin socio-économique, p. 107.

25 Les deux autres proviennent de l’Ardenne liégeoise : Sart et Polleur.

26 Servais P. (2003), La transmission patrimonialeId. (à paraître), Transmissions patrimoniales en période de transitions industrielles.

27 Tilly L. A. (1984), Linen was their life.

28 Segalen M. (1994), La notion d’avantage, p. 196 et p. 207.

29 Notre étude des structures socioprofessionnelles des individus des noyaux stables ne porte que sur les hommes de 15 ans et plus.

30 Nous attirons l’attention du lecteur sur le fait que la classification socioprofessionnelle employée ici ne peut être comparée aux répartitions par branche d’activité réalisées dans le chapitre II. Ici, le statut social de l’individu est pris en compte.

31 Oris M. (2001), Une démographie des familles, p. 48.

32 Brun J. (1993), La mobilité résidentielle.

33 Capron C., Eggerickx T., Oris M., Poulain M. (1999), Quitter ou rester dans son quartier ?

34 Thonnar A. (1904), Les industries à domicile en Belgique, p. 13.

35 Nos commentaires portent uniquement sur la population masculine des noyaux stables, dans la mesure où la transmission patrilinéaire du nom de famille rend la mesure plus précise, plus adéquate pour les hommes.

36 La description des réseaux de parenté sur base du nombre d’individus partageant le même patronyme figure dans le chapitre VI, section 2. Toutefois, nous citons ici des chiffres, des moyennes, qui n’apparaissaient pas dans le chapitre VI, afin d’aligner dans le cadre de ce chapitre-ci des données comparables. Pour cette raison, par exemple, nous nous référons à une évolution au fil de la seconde moitié du xixe siècle, que nous n’avions guère utilisée dans le contexte plus général antérieur.

37 Bouchard G., De Pourbaix I. (1985), Itinéraires individuels et familiaux, pp. 6-7.

38 “Une « sortie définitive » s’entend pour toute émigration qui n’est pas suivie, pendant notre période d’observation, par une immigration-retour. Toutefois, dans ce cas précis, il est plus que probable que les départs ont bel et bien été définitifs, dans la mesure où tous les Henrard présents en 1846 qui émigrent, le font avant 1870. Notre période d’observation court encore pendant une bonne trentaine d’années et si les émigrants ne sont pas revenus pendant ce long laps de temps, leurs chances de revenir plus tard sont alors bien minces ! Notons aussi que par souci de simplicité, nous n’avons conservé que le dernier événement connu : les sorties temporaires ont été volontairement omises.

39 « People stayed because they perceived that they had an investment in the land and the community and that present and future opportunities existed which were better than those offered elsewhere » (Gutmann M.P. (1980), War and rural life, p. 203).

Table des illustrations

Titre Figure VII-1. L'attribution des noyaux familiaux. Un exemple concret de généalogie descendante à partir des noyaux de 1846
Légende Sur la ligne du temps sont indiqués les mouvements migratoires et les changements de statut matrimonial de COLS Nicolas Joseph. Les numéros de noyaux attribués à chaque individu sont inscrits à côté de son nom ou prénom, entre parenthèses.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Graphique VII-1. Nombre d’individus composant les lignées. Évolution au 1er janvier de chaque année, 1847-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique VII-2. Nombre de noyaux familiaux. Évolution au 1er janvier de chaque année, 1847-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique VII-3. Évolution des soldes naturels et migratoires des noyaux de 1846 (moyennes mobiles par pas de trois ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau VII-1. Indices de nuptialité, de fécondité légitime et espérance de vie à la naissance de la population des noyaux
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique VII-4. Quotients d'émigration des individus des noyaux de 1846par âge et par période
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Graphique VII-5. Évolution du nombre de noyaux et du nombre d’individus qui les constituent selon qu’il s’agit de locataires ou de propriétaires, 1862-1900
Légende Légende : propriétaires 1 = propriétaires de maisons uniquementpropriétaires 2 = propriétaires de maisons et de terres agricoles
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Titre Graphique VII-6. Évolution des soldes naturels des individus des noyaux de 1862 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau VII-2. Indices de nuptialité (Im), indice de fécondité légitime (Ig) et espérance de vie à la naissance (e0) des locataires et des propriétaires
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Graphique VII-7. Évolution des soldes migratoires des individus des noyaux de 1862 (moyennes mobiles par pas de 5 ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique VII-8 Quotients d’émigration des individus des noyaux de 1900 par âge et par période
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Graphique VII-9. Quotients d’immigration des individus des noyaux de 1900 par âge et par période
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique VII-10. Évolution des taux bruts de natalité et de mortalité des individus des noyaux de 1846 et 1900 (moyennes mobiles par pas de trois ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Graphique VII-11. Répartition des descendants des noyaux de 1846, selon la taille de leur fratrie quand ils fêtent leur 15e anniversaire
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique VII-12. Répartition des descendants des noyaux de 1846, selon leur rang dans la famille quand ils fêtent leur 15e anniversaire
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Graphique VII-13. Les descendants des noyaux de 1846 présents lors de leur 15e anniversaire : proportion d’individus qui subsistent dans la commune à 20, 25, 30 et 35 ans, selon le rang et le sexe ( %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau VII-3 – Processus d'extinction parmi les descendants des noyaux de 1846, par sexe et rang à 15 ans dans la fratrie
Légende Note : population = les descendants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversaire dans la commune
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Tableau VII-4 – Destin des enfants des noyaux de 1846 qui ont fêté leur 15e anniversaire dans le Pays de Herve et qui sont restés au village, selon leur statut matrimonial, leur statut de parent et leur rang dans la fratrie (en %)
Légende Note : 100 % = la colonne ‘population totale’ du tableau VII-3 ; ‘Ever married’ = mariés + veufs
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Graphique VII-14. Évolution des soldes naturels et migratoires des noyaux doubles (moyennes mobiles par pas de trois ans)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique VII-15. Quotients d’émigration et d’immigration par âge des noyaux doubles
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Tableau VII-5. Structure socioprofessionnelle des hommes de 15 ans et plus, présents le 16 octobre 1846 ou le 1er janvier 1881 (1884 à Neufchâteau) [en %]
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique VII-16. Nombre moyen des patronymes communs dans le cours de la vie des hommes appartenant aux noyaux stables
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique VII-17. Évolution du nombre de personnes portant le même patronyme que les membres des noyaux stables de sexe masculin.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure VII-2. Le patronyme HENRARD dans la seconde moitié du xixe siècle à Charneux. Une disparition progressive
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende LégendeTriangle : individu de sexe masculinCercle : individu de sexe fémininContours gras : présent le 16 octobre 1846Hachures : ne porte pas le patronyme étudiéQuadrillage : présent le 31 décembre 1900Les dates entre parenthèses indiquent la naissance et le décès. Celles précédées de S signalent une sortie, de M un mariage.‘ = ‘ surmonté ou suivi d’une date : mariage à la date mentionnéeLes chiffres romains indiquent des noyaux familiaux distincts en 1846.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure VII-3. Le patronyme LOUIS dans la seconde moitié du xixe siècle à Charneux. Une importance numérique croissante
Légende Légende : voir figure VII-2
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5504/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search