Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie II. Le cours de la vie au coeur des dynamiques familiales

Chapitre VI. Familles plurielles. Vers les réseaux de parenté

Texte intégral

1Les chapitres IV et V ont dessiné un système familial hervien efficace car le ménage, tant par sa structure microéconomique que par sa structure de cohabitation, s’avère être une unité à la fois souple et équilibrée. D’un côté, les individus vivant dans les cellules les plus fragiles sont en définitive peu nombreux ; de l’autre, la grande majorité des unités domestiques se montre capable de faire face aux stress économiques et d’éviter l’isolement des individus théoriquement plus démunis, comme les veuves et les personnes âgées. Mais il serait erroné de limiter l’étude de la famille à celle du groupe de cohabitation.

  • 1 Levi G. (1987), Inheriting power Hareven T.K. (1991), The history of the family Hareven T.K., (...)
  • 2 Un récent ouvrage rassemble une série de contributions qui intègrent dans l’étude du veuvage des f (...)
  • 3 Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis.

2Peter Laslett, véritable initiateur de l’étude du ménage et des structures de parenté à l’intérieur de celui-ci, a notamment été critiqué pour le côté assez réducteur de sa démarche. Ses détracteurs, G. Lévy en tête,1 arguent du fait qu’un individu qui ne vit avec aucun des membres de sa famille n’est pas pour autant un être isolé. Les liens du sang peuvent rester très forts, même sans cohabitation, et la famille peut aider « à distance »2. En somme, ils n’accordent aucune valeur à l’hypothèse de base de la ‘nuclear hardship’, à savoir l’absence « normale » de solidarité au-delà du groupe domestique. Mais en réalité, ce débat a pratiquement une dimension idéologique et se présente comme une querelle de postulats opposés, très peu d’analyses précises ayant réellement étudié les structures de la parenté au-delà des ménages3.

  • 4 La ‘nuclear hardship hypothesis’, énoncée pour la première fois de manière explicite par J.E. Smit (...)
  • 5 Alter G. et al. (2002), When dad died Reher D.S (1998), Family ties in Western Europe.

3La question qui se trouve au cœur de la ‘nuclear hardship hypothesis’, c’est la solitude des « exclus » du système nucléaire, les personnes âgées occupant de ce point de vue la position théoriquement la plus délicate. Mais cet isolement ne se limite pas aux frontières strictes du ménage. En effet, les premières recherches sur les fonctions de la famille mettent en évidence le faible rôle joué par la parenté en Europe occidentale. L’Europe du Nord-Ouest, caractérisée par son système de ménages nucléaires, est présentée comme opposée à l’Europe orientale et méridionale où dominent les ménages complexes et étendus : la parenté est censée jouer dans ces deux types de sociétés des rôles très distincts, qui dépendent des structures familiales dominantes. De lourdes difficultés pèsent sur « les individus quand les règles sociales requièrent d’eux qu’ils vivent dans des familles nucléaires 4 » : dans ce type d’organisation, la solidarité n’est pas censée fonctionner au-delà des limites du ménage. Contrairement aux systèmes familiaux complexes dans lesquels la charge des isolés et des pauvres est assumée par leur famille, c’est davantage la communauté, par le biais de sociétés de secours mutuel ou de bureaux de bienfaisance, qui prend en charge les plus démunis5.

  • 6 Pour un résumé des critiques adressées à Laslett et au groupe de Cambridge en général, voir Jansse (...)
  • 7 L’ouvrage de Plakans A. et l’article de Hareven T.K. font figure de pionniers dans la tentative d’ (...)
  • 8 Post W. et al. (1997), Reconstructing the extended kin-network, p. 263. Un constat similaire était (...)
  • 9 Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 2.
  • 10 Voir notamment diverses contributions dans Derosas R., Oris M. (2002), When dad died.

4Sur ce point aussi, la ‘nuclear hardship hypothesis’ a été largement débattue et controversée6. Plusieurs recherches ont été menées pour dépasser cette vision quelque peu dichotomique et pour envisager, dans les systèmes nucléaires, les relations entre ces deux dimensions que sont le ménage et la famille. Les premiers essais furent assez frileux et limités7, et en 1997, W. Post et ses collègues néerlandais estiment que, dans l’ensemble, l’analyse des parentés demeure un champ en friches8. A. Perrenoud partage leur opinion et renchérit : « Although all social organization – work, residence, intermarriage, social solidarities – is regulated by kinship groups, the dimensions of this kinship group, its composition as well as its evolution during the transition from traditional to modem society, remains poorly understood »9. En fait, les historiens qui veulent entamer des études de ce type sont confrontés au double problème de la pauvreté des sources disponibles et de la méthodologie à mettre en œuvre pour reconstituer les parentés au-delà du ménage. Pourtant, dans le cadre des nouvelles recherches centrées sur le cours de la vie des individus, la parenté et son influence sur les comportements démographiques occupent désormais une place de plus en plus importante10.

  • 11 Le Bras H. (1973), Parents, grands-parents, bisaïeux— Id. (1976), Évolution des liens de famille.
  • 12 D’ailleurs, les études relatives aux « parentés actives » sont toujours rares, particulièrement en (...)
  • 13 Laslett P. (1988), Family, kinship and collectivity, p. 162.
  • 14 Ruggles S. (1996), The effects of demographic change, p. 35.

5En fait, plusieurs approches ont été utilisées pour investiguer ce terrain de recherches. D’une part, une série d’études se fondent sur des simulations qui ont pour but d’estimer la disponibilité potentielle des parents (au sens large) dans une société donnée. Le véritable pionnier est sans doute le français Le Bras, qui dès 1973 reconstitue ainsi des liens familiaux ascendants (parents, grands-parents et arrière-grands-parents)11. En 1988, P. Laslett recense différentes façons par lesquelles la famille – vue comme groupe de corésidence ou comme réseau de parenté – peut aider un individu. Mais au-delà de toutes les incertitudes qui pèsent sur le fonctionnement et la réalité de cette entraide familiale (particulièrement la possibilité matérielle de « donner un coup de main » et la volonté de le faire), il constate que la disponibilité même des parents est faible12. Son estimation, calculée sur base d’une système de microsimulation que nous avons déjà évoqué (CAMSIN), lui permet de conclure que « Kinship cannot have been a finally reliable resource for those in trouble during the ‘ancien regime’ »13. Plus récemment, S. Ruggles s’est prêté lui aussi au jeu des simulations, mais il obtient des résultats tout à fait différents. En particulier, il met l’accent sur l’impact décisif des facteurs démographiques sur l’augmentation des ménages étendus. Le recul de la mortalité, la diminution de l’âge au mariage, le niveau même de la fécondité et la ‘generation length’ ont accru le potentiel de familles étendues : « Demography determines the composition of kin groups, and the composition of kin groups defines the context for residence decisions »14.

  • 15 Le Bras lui-même avait d’ailleurs souligné cette particularité des liens familiaux, où les différe (...)
  • 16 Ruggles S. (1996), The effects of demographic, p. 21.

6Toutefois, la validité des méthodes de simulation a parfois été remise en cause. D’une part, les microsimulations se fondent sur des moyennes. Or, note Perrenoud, les liens familiaux prennent des formes très variées et les résumer dans une moyenne ne peut guère refléter la réalité15. D’autre part, S. Ruggles lui-même reproche à ses propres modèles leur complexité : « The methods of historical family demography have been too ambitious and too complex, have involved too many assumptions, and have been based on insufficient data »16.

  • 17 Hareven T.K. (1982), Family time and industrial time.
  • 18 Janssens A. (1993), Family and social change, p. 16.
  • 19 Ross E. (1983), Survival networks.

7D’autres historiens de la famille ont préféré se fonder sur des enquêtes orales pour étudier d’une manière plus concrète les liens de parenté qui existent dans les populations. La recherche la plus célèbre dans ce domaine a été menée par T.K. Hareven. Elle a mis en exergue l’existence de larges et intenses réseaux de parenté parmi les migrants québecquois dans la communauté textile de Manchester, aux États-Unis17. La validité de ses travaux a cependant été remise en question par plusieurs de ses confrères, qui lui reprochent une vision romantique et quelque peu idéalisée de la famille ancienne18. C’est pourtant dans ce même courant que s’inscrivent une série de recherches menées en Angleterre qui se basent sur des autobiographies d’ouvriers du xixe et du début du xxe siècle. L’une d’entre elles a notamment mis en évidence non pas des réseaux de parenté étendus, mais plutôt, parmi les immigrants de Londres, des réseaux féminins de voisinage19. Évidemment, et sans même tenir compte des nombreux problèmes critiques soulevés par cette méthode, l’histoire orale n’est applicable qu’aux populations suffisamment récentes.

  • 20 Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations.
  • 21 Post W. et al. (1997), Reconstructing the extended kin-network. Sur les liens entre généalogie et (...)

8Une troisième « école » observe des populations réelles, sans simulation, en se fondant sur des documents nominatifs, des recensements, des registres d’état civil et autres sources traditionnellement employées par les démographes. En Europe, un certain nombre de chercheurs ont la chance de disposer de sources suffisamment complètes pour reconstituer, à partir d’approches purement généalogiques ou plus démographiques, les réseaux de parenté au sein d’une population donnée. Les recherches d’A. Perrenoud sur Jussy, un petit village rural du canton de Genève, s’inscrivent clairement dans l'optique généalogique. Partant des familles présentes dans la commune en 1797, il reconstitue leurs ascendants jusqu’au début du xviiie siècle et suit leurs descendants jusqu’au milieu du xixe siècle20. C’est également l’option choisie par W. Post et son équipe pour étudier les réseaux de parenté aux Pays-Bas depuis 183021.

  • 22 Les deux études n’incluent dans leur échantillon que les couples mariés avec enfants (puisqu’il es (...)
  • 23 Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household, p. 109.
  • 24 Manfredini M., Breschi M. (2002), Parental loss Derosas R. (2002), Fatherless families in Venice

9Toutefois, les sources qui permettent de réaliser de telles études sont assez rares, et surtout, une enquête généalogique ne peut être appliquée qu’à des populations relativement restreintes. Pour réaliser respectivement la reconstitution des parentés à Jussy et aux Pays-Bas, A. Perrenoud et l’équipe de F. Van Poppel ont d’ailleurs éliminé une partie importante de la population de départ, les approches adoptées ne permettant pas de réaliser des enquêtes exhaustives22. D. Kertzer et ses collègues ont estimé, par exemple, que pour la population de Casalecchio en 1921 (5.990 habitants), retracer les histoires généalogiques de chacun des individus en faisant les connections qui s’imposaient avec les autres personnes résidant dans la même ville, était simplement impensable23. Si l’on veut réaliser une étude des parentés qui porte sur l’ensemble d’une population, il s’agit alors d’identifier non pas tout le réseau ascendant et descendant de chacun de ses membres, mais simplement leurs parents proches, ce qui constitue une recherche plus limitée et moins fastidieuse. On applique alors des méthodes généalogiques dans une optique démographique. C’est la voie qu’ont suivie notamment des chercheurs italiens pour reconstituer des réseaux de parenté, à Venise ou à Casalguidi24.

10Au niveau belge, à partir des registres de population – dont l’unité de base est pourtant le ménage – il est possible d’étudier la question de la parenté dans une localité définie, en dépassant le cadre strict de l’unité de cohabitation. C. Capron, au sein du Laboratoire de Démographie de l’Université de Liège, a mis au point deux indicateurs de parenté, que nous avons appliqués à nos données herviennes. Le premier repère les parents proches d’un individu, entendons par-là les père, mère, frère(s) et sœur(s) éventuels, à condition qu’ils vivent dans la même entité. C’est une approche semi-généalogique, en ce sens qu’elle ne répertorie pas les descendants et ne remonte pas jusqu’aux grands-parents et surtout qu’elle s’arrête au cadre assez restreint du village. Comme elle comporte des biais évidents, elle est complétée par un « indicateur patronymique » : il repère l’ensemble des personnes domiciliées dans la commune qui portent le même nom de famille. Les pages qui suivent ont pour seule ambition de montrer dans quels types de réseaux familiaux vivent les Herviens, de décrire les réseaux de parenté qui existent : sont-ils étendus ou limités aux parents proches ? Dans ce système nucléaire, quels sont les supports sur lesquels l’individu peut théoriquement compter, ses soutiens éventuels au-delà du ménage ? Comment évolue la taille de cette famille géographiquement proche en fonction de l’âge des individus ?

1. Les parents proches

  • 25 Toutes les précisions méthodologiques relatives à ces deux indicateurs figurent dans Capron C. (19 (...)
  • 26 Surtout à partir du recensement de 1880.
  • 27 Sur le couplage d’un individu dans le cours de sa vie, d’un recensement à l’autre, même d’un ménag (...)

11Nous n’allons pas nous lancer ici dans de longues explications méthodologiques, qui ont fait l’objet de plus amples développements dans divers travaux25, mais expliquer néanmoins en quelques mots le principe même du fonctionnement de la recherche des parents proches. Dans la base de données initiale, les liens entre les individus d’un même ménage sont inscrits (soit par déduction au moment de l’encodage, soit par notification explicite dans la source elle-même26). Si, dans le cours de sa vie, un individu a vécu avec ses parents dans la même cellule de cohabitation27, ses géniteurs sont repérés : le fichier PM indique pour chaque personne ayant vécu dans la localité étudiée, les références de ses géniteurs. Quand deux individus ont les mêmes parents, on en déduit qu’ils sont frère(s) et/ou sœur(s). La déduction fonctionne aussi en sens inverse.

1.1. Présence des père et mère

12Entre 0 et 20 ans, 90 à 99 % des enfants et adolescents vivent dans la même localité qu’un de leurs parents, mais à 20 ans, un peu plus des deux tiers seulement ont encore leur père et leur mère (graphique VI-1). À 25 ans, s’amorce un grand tournant : seulement 75,5 % des filles et 80,4 % des jeunes hommes résident encore à proximité d’un de leurs parents et environ la moitié des gens de cet âge n’ont pas leurs deux parents dans la commune. Ces chiffres, bien sûr, ne peuvent se comprendre que dans une double optique. D’une part, avec l’âge, la probabilité de perdre ses parents par décès s’accroît. D’autre part, parmi les jeunes adultes, étant donné l’important brassage de la population que nous avons observé dans le chapitre III, il y a des personnes qui viennent s’installer dans les villages que nous étudions. Ils arrivent seuls ou en famille, c’est-à-dire avec femme et enfant(s), mais vraisemblablement pas avec leurs parents. À 40 ans, moins d’un tiers des individus observés ont encore au moins un parent vivant dans la même entité administrative, mais à partir de 50 ans, les géniteurs « disponibles » deviennent vraiment rares.

Graphique VI-1. Présence des père et mère dans le cours de la vie (en %)

Graphique VI-1. Présence des père et mère dans le cours de la vie (en %)

Note méthodologique : Étudier la parenté de chacun des individus des trois localités en « temps réel » était fastidieux. C’était un travail titanesque, qui aurait débouché sur une base de données lourde à traiter : en effet, chaque décès, chaque naissance, chaque migration, modifie la taille du réseau de parenté des individus. Nous avons donc choisi d’observer les parents proches, ou les patronymes, tous les 5 ans. Concrètement, la population observée est la suivante : elle compte tous les individus qui sont nés entre le 16 décembre 1846 et le 31 décembre 1900 dans un des trois villages étudiés, ainsi que tous ceux qui ont fêté un anniversaire quinquennal dans une de ces localités. Un individu né à Charneux en 1848, qui quitte le village en 1870, puis revient en 1879 et décède en 1889 apparaîtra dans les tableaux et graphiques de ce chapitre aux âges suivants : 0, 5, 10, 15, 20, 35 et 40 ans.
Signalons également qu’aucun couplage inter-localités n’a été effectué. Par conséquent, les réseaux de parenté qui ont été observés se limitent au cadre strict du même village. Pour éviter de multiplier les tableaux et graphiques, nous avons cependant opté pour une présentation groupée des résultats, pour l’ensemble des trois communes étudiées, mais le lecteur doit garder présent à l’esprit qu’il s’agit d’une addition de données récoltées dans trois villages distincts. Au total, notre observation porte sur 26.601 occurrences chez les hommes et 27.777 occurrences chez les femmes.

  • 28 Sur ce point, voir Ruggles S. : « Comparisons of family structure should always consider the poten (...)
  • 29 Ces biais ont été clairement énoncés par Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 31 et suiva (...)

13Évidemment, une évolution de ce type est tout à fait prévisible : la possibilité de vivre avec (ou près de) ses parents ne peut que diminuer avec l’âge ! Des mesures semblables acquièrent toute leur signification quand on les rapproche de résultats obtenus dans d’autres régions, les comparaisons permettant de mettre en évidence d’éventuels traits spécifiques. Les informations rassemblées par C. Capron pour deux localités de l’Est de la Belgique mettent déjà en avant des différences patentes. Dans le petit centre industriel de Tilleur, à côté de Liège, les réseaux de parents proches sont dès le départ beaucoup plus réduits. A 25 ans, environ 30 % des citadins ont un père résidant à Tilleur, moins de 40 % y ont une mère, tandis que dans le Pays de Herve plus de trois individus sur quatre ont encore un de leurs parents dans le voisinage tout proche. Il est cependant un peu dangereux d’opérer des confrontations strictes entre deux localités, particulièrement lorsque la période d’observation n’est pas la même et que les conditions démographiques diffèrent28. Dans le cas qui nous occupe, précisons que la méthode que nous utilisons induit deux biais majeurs29 :

  • pour repérer les géniteurs d’un individu, il est nécessaire qu’à un moment ou à un autre, nous soyons en mesure de faire le lien entre lui et eux. Étant donné la configuration même de nos registres de population, il est donc indispensable qu’il ait vécu avec eux à un moment dans le cours de sa vie, et que nous en ayons une trace dans nos sources. En d’autres mots, notre méthode ne pose aucun problème quand nous avons la chance de pouvoir observer une personne qui a passé son enfance dans la commune. Par contre, quand un individu au début de l’observation (soit le 16 octobre 1846) est en âge de s’assumer seul et ne vit donc plus avec ses parents, il est difficile de repérer ces derniers, sauf si plus tard, dans le cours de la vie de l’individu, ils se côtoient de nouveau dans la même cellule d’habitation. Il est aussi possible dans certains cas de les retrouver par l’intermédiaire d’un frère ou d’une sœur, à partir de déductions logiques.
  • un autre point faible de la méthode concerne les immigrants, en vertu du même principe. Si les nouveaux venus arrivent en famille, aucun problème particulier ne survient. Mais dans le cas des migrations solitaires, il n’est pas nécessairement possible de faire le lien entre deux générations, qui arrivent à des dates différentes dans des ménages distincts.
  • 30 Oris M. (1994), Dynamique socio-professionnelle.
  • 31 Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 31.

14En fonction de l’échantillon choisi et des caractéristiques de la localité étudiée, ces points faibles auront un impact plus ou moins important sur le résultat final. Plus la période d’observation est longue, plus les chances sont nombreuses de retrouver les parents proches, car le poids des troncatures – c’est-à-dire des manques dus à l’absence d’information avant le début de l’observation – s’amenuise. D’autre part, une arrivée massive d’immigrants solitaires cache peut-être des migrations en chaîne. En somme, la comparaison que nous effectuons avec Tilleur est entachée par ces problèmes, car la période d’observation du petit centre minier est courte (20 ans, contre 54 ans pour le Pays de Herve) et ses flux migratoires sont énormes30. Toutefois, il ne faut pas exagérer l’impact de ces faiblesses. C. Capron a montré que ceux que les généalogistes appellent « les fondateurs », c’est-à-dire ceux dont la biographie nous est inconnue avant la date d’ouverture du premier registre de population, ont une influence assez limitée sur les résultats finaux : ils représentent à Sart 14,4 % de la population observée entre 1812 et 1900, et 8,2 % à Tilleur, malgré une période d’analyse beaucoup plus courte (1846-1866)31. Dans l’échantillon hervien, les adultes installés dans un ménage différent de celui de leurs parents en 1846, les fondateurs donc, représentent 11,4 % de la population.

15En gardant ces restrictions à l’esprit, on peut quand même observer que les résultats obtenus pour Charneux, Clermont et Neufchâteau ne s’apparentent pas strictement à ceux dégagés pour une région rurale proche, l’Ardenne liégeoise. À Sart, moins de 4 adolescents de 15 ans sur 5 ont encore leur père ou leur mère, tandis qu’au même âge, 96 % des Herviens peuvent encore compter sur un de leurs parents au moins. A 25 ans, l’avantage des habitants du pays herbager est encore relativement marqué : ils sont au minimum 10 % plus nombreux à côtoyer leur géniteur, et 5-7 % plus nombreux à voisiner leur mère. Par la suite, les différences entre les deux aires géographiques se réduisent considérablement. On peut considérer qu’à 40 ans, tant dans l’Ardenne liégeoise que dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse, environ un individu sur cinq peut théoriquement compter sur un de ses géniteurs résidant dans le même village.

16Pour comprendre les différences dans l’enfance entre ces deux zones rurales voisines, puis les raisons pour lesquelles un rapprochement des résultats s’opère aux âges adultes, il est intéressant de retourner aux tables de mortalité. Dans le Pays de Herve, les résultats des deux sexes sont très similaires et les espérances de vie, à tout âge, sont quasiment identiques (voir annexe VI-1). Seule l’espérance de vie à la naissance est sensiblement plus élevée chez les femmes (+ 1,3 an), grâce à une mortalité infantile et enfantine très basse. En partant d’une population fictive de 10.000 individus, fermée, donc sans mouvement migratoire, soumise aux conditions de mortalité observées dans le Pays de Herve, un peu plus de 2.000 enfants disparaissent au cours des cinq premières années. Il en faut quarante de plus pour en perdre de nouveau 2.000, mais seulement dix années suffisent alors pour observe un millier de décès supplémentaires. Au total, après soixante ans, il reste un peu moins de la moitié de la population de départ.

  • 32 Les tables de mortalité de Sart ont été calculées au sein du laboratoire de démographie afin de ré (...)

17Dans l’échantillon ardennais, les données sont totalement différentes : après cinquante ans déjà, près de la moitié de la population de départ est déjà décédée32. Bien sûr une raison très simple explique déjà partiellement l’écart entre le Pays de Herve et Sart : les chiffres relatifs aux père et mère fournis par C. Capron couvrent presque tout le xixe siècle (1812-1900), or le déclin de la mortalité ne s’observe pas avant le milieu du siècle. Il est donc parfaitement logique de retrouver à Sart une mortalité plus importante. À la naissance, dans ce village ardennais, l’espérance de vie d’un nourrisson est 6 à 7 ans plus courte que celle d’un petit Hervien. À tout âge d’ailleurs, son handicap restera marqué : à peu près trois ans d’écart jusqu’à 34 ans révolus, puis le fossé se fait moins net, bien qu’il faille attendre l’âge de 60 ans pour qu’il tombe sous les deux ans ! Chez les filles, la distance entre les habitantes des deux régions, pourtant voisines, est encore plus grande, particulièrement jusqu’à 39 ans, en raison d’une mortalité différentielle nette entre les sexes à Sart, qui est pour ainsi dire inexistante dans le Pays de Herve.

18Bref, les différences de niveau de la mortalité, qui restent même marquées aux âges adultes, expliquent sans aucun mal que les petits Herviens aient pu compter dans des proportions bien plus importantes sur la présence et le soutien de leurs père et mère. Si les écarts s’estompent aux âges adultes, surtout après 40, même 50 ans, c’est simplement parce que le nombre de personnes qui ont encore un géniteur en vie devient de plus en plus faible, de moins en moins significatif. A 55 ans, les habitants de la région bocagère vivront encore en moyenne pendant 18 ans, tandis que les Ardennais se contenteront d’une espérance de vie de 16 ans (hommes), au mieux de 16,8 ans (femmes).

  • 33 Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 6.

19À Jussy, près de Genève, la moitié de la population a encore un père en vie à 29,5 ans, et une mère en vie à 32,5 ans. Dans le Pays de Herve, selon que l’on considère les hommes ou les femmes, on constate effectivement une mutation vers ce moment-là dans le cours de leur vie. À 25 ans, plus de 3 individus sur 4 ont encore un parent au moins dans le même village, à 30 ans, cette proportion tombe à 57-61 %. Mais vouloir à tout prix comparer ces résultats n’a guère de sens, d’autant qu’A. Perrenoud dans son optique généalogique dépasse les frontières communales pour suivre les parents dans tout le canton de Genève33.

  • 34 Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household, p. 113.

20Toutefois, et malgré toute la prudence requise par des comparaisons de données obtenues par des moyens différents, via des méthodes non strictement similaires et dans des optiques diverses, il semble bel et bien que les Herviens, jusqu’aux environs de 30 ans minimum, ont pu compter très largement sur leur père et mère. A Casalecchio, petite ville italienne qui se distingue par une forte proportion de familles étendues au xixe siècle, à peine 42 % des jeunes femmes de 20 à 29 ans pouvaient espérer s’appuyer sur un de leurs parents dans la même localité34. C’est 15 % de moins que les Herviennes de 30 ans ! Dans cette région d’Europe du Sud, les chercheurs ont mis en évidence d’ailleurs des réseaux de parenté très différents selon le sexe des individus, l’isolement des femmes se dessinant de manière beaucoup plus nette et plus précoce. La discrimination sexuelle qui émerge des recherches réalisées sur les fichiers démographiques de Charneux, Clermont et Neufchâteau est beaucoup plus discrète. Elle ne se précise qu’à partir de 20 ans, mais dans des proportions qui restent très modestes : 2 à maximum 5 % de chances en moins pour une femme d’avoir un parent à proximité. Les légères différences s’expliquent d’ailleurs par la coutume qui consiste pour un jeune couple à s’installer de préférence dans la commune d’origine du mari, plutôt que chez la femme.

1.2. Présence de frère(s) ou sœur(s)

21Se limiter à l’étude des père et mère est évidemment très réducteur. Nous avons vu notamment que pour les Herviennes plus ou moins âgées, les fratries pouvaient jouer un rôle pour constituer un groupe de cohabitation, une stratégie de collaboration, de coopération. Envisager le nombre de frères et sœurs « disponibles » dans la commune est un point essentiel pour l’étude de la vieillesse.

22Le graphique VI-2 illustre le nombre de frères et sœurs qu’un individu côtoie, dans le même ménage, mais aussi au-delà, dans le cours de sa vie. À la naissance, les Herviens ont en moyenne 2,7 frères et sœurs ; à 5 ans, d’autres naissances sont survenues dans la famille et chaque individu en compte en moyenne 3,7. C’est à 10 et 15 ans que le nombre est maximal (4,5). À 25 ans, chaque habitant peut compter sur le soutien de 3 frères ou sœurs ; cinq ans plus tard, ce chiffre est tombé à 2 en moyenne et à 40 ans, moins d’un frère ou d’une sœur réside dans le même village.

Graphique VI-2. Nombre moyen de frères et sœurs domiciliés dans la même localité

Graphique VI-2. Nombre moyen de frères et sœurs domiciliés dans la même localité
  • 35 Par souci « d’économie », afin de ne pas allonger les phrases, nous utilisons le terme ‘frère’ pou (...)

23Mais cette moyenne couvre des réalités très diverses. Le graphique VI-3 offre une perception beaucoup plus précise des réseaux de frères et sœurs et de l’évolution de leur taille en fonction de l’âge des individus. D’emblée, des profils quelque peu differents se dessinent selon que l’on observe la population masculine ou féminine. À la naissance, 80 % des garçons ont des frères et sœurs, puis cette proportion grimpe à 93-96 % entre 5 et 20 ans. À ces âges, la taille des fratries est assez importante : on peut même observer qu’l garçon sur 5, voire 1 sur 4, a entre 6 et 9 frères35. Ils sont par contre à peine 2 % à en avoir 10 ou plus. À 25 ans, comme pour les nouveau-nés, environ 4 jeunes hommes sur 5 vivent dans la même localité qu’au moins un frère ou une sœur. Cependant, la composition de cette fratrie n’est pas la même qu’à la naissance, puisque davantage d’individus en font partie. Concrètement, alors que 18 % des nourrissons n’ont qu’un seul frère, seulement 9,8 % des gens de 25 ans comptent un réseau aussi restreint.

24Aux âges adultes, les fratries s’amenuisent progressivement, au gré des mouvements migratoires et, dans une moindre mesure, des effets de la mortalité. À 35 ans, près d’un individu sur deux ne peut compter sur aucun frère dans sa commune et les fratries de plus de 6 personnes se sont réduites comme peau de chagrin. Néanmoins, 10 % des hommes observés peuvent théoriquement se reposer sur 4 ou 5 frères, ce qui n’est pas rien étant donné que ces résultats ne portent que sur des aires géographiques relativement restreintes. Au crépuscule de leur vie active, vers 55 ans, à l’âge finalement où les enfants aînés commencent à quitter le cocon familial, seuls 5 % des hommes peuvent encore compter sur 3 frères ou plus et à peine plus de 15 % ont 1 ou 2 frères à proximité. Le Hervien se retrouve dans une situation exactement opposée à celle qu’il a connue en moyenne à la naissance : pour près de 8 individus masculins sur 10, la fratrie est désormais inexistante. Dans la vieillesse, la disponibilité des parents proches continue bien sûr à régresser et à partir de 70 ans, moins d’un homme sur dix peut encore s’appuyer sur un frère ou une sœur dans les moments difficiles, du moins à l’échelle de son village.

25L’observation de la population féminine appelle quelques nuances. L’allure générale des courbes – et donc de l’évolution des fratries dans le cours de la vie – est similaire, mais la taille du réseau de parents proches est généralement plus restreinte. Jusqu’à 15 ans, aucune différence n’émerge en fonction du sexe des individus, mais dès l’entrée dans l’âge adulte, les femmes s’avèrent légèrement lésées. Toutefois, les différences sont minimes, de l’ordre de 1 à 2,5 % à partir de 35 ans. En fait, il ressort surtout que la diminution des fratries disponibles apparaît plus tôt chez les femmes : à 30 ans, seules 57 % d’entre elles ont encore au moins un frère présent dans la commune.

  • 36 Notamment dans le cadre du veuvage. Voir Alter G. et al. (2002), When dad diedDerosas R. (2002) (...)

26Tous ces commentaires soulèvent cependant plusieurs remarques. D’abord, nous l’avons déjà noté, mais il est important de le souligner, il ne s’agit que d’une étude des parents proches à l’intérieur de la commune. Si des frères, des sœurs, ou des père et mère résident dans le village voisin, ils n’apparaissent pas dans nos données. Notre ambition n’était d’ailleurs pas de parvenir à une reconstitution généalogique des parentés. Il s’agissait avant tout de dresser un aperçu des réseaux existant dans la région bocagère en restant dans les limites autorisées par nos sources, donc à l’intérieur des frontières communales. Dans la troisième partie de ce travail, il s’agira alors d’inclure dans nos modèles d’analyse des biographies les données relatives à la parenté, afin de voir si les réseaux familiaux influencent – comme plusieurs études l’ont montré dans des cas bien particuliers36 – les comportements démographiques des individus.

Graphique VI-3. Répartition de la population en fonction du nombre de frères et de sœurs vivant dans la même localité

Graphique VI-3. Répartition de la population en fonction du nombre de frères et de sœurs vivant dans la même localité
  • 37 Van Poppel F. (1995), Widows, widowers and remarriage, pp. 24-25— Neven M. (1998), Intensity and c (...)
  • 38 Rendons à César ce qui lui appartient : c’est un constat similaire établi par A. Perrenoud pour la (...)

27D’emblée cependant, les acquis de cette analyse des réseaux familiaux dans le Pays de Herve au xixe siècle complètent notre perception du fonctionnement d’un système familial. Les graphiques VI-4 et VI-5 résument la situation des individus au cours de leur vie, et mettent en exergue les très faibles différences entre les sexes. Les Herviens, de la naissance à 20 ans, ont un réseau de parents proches très étendu. Du point de vue des père et mère, c’est incontestablement un excellent résultat, puisque l’existence des géniteurs est un élément essentiel à la survie même des enfants en bas âge37. Par contre, les bienfaits des familles nombreuses sont quant à eux plus discutables. Certes, leur simple existence témoigne d’une mortalité tout à fait basse et donc d’une bonne santé générale de la famille hervienne. Mais lorsque les enfants arrivent à l’âge adulte, ils sont en concurrence avec de nombreux frères et sœurs. Dans une région de petites propriétés soumises aux remembrements, il est dès lors difficile pour les parents d’établir trois, quatre, voire davantage d’enfants encore38. Cette particularité démographique régionale a sans aucun doute des conséquences sur les importants flux migratoires observés dans le chapitre III.

Graphique VI-4. Proportion de personnes sans frère ni sœur vivant dans leur localité, 1847-1900

Graphique VI-4. Proportion de personnes sans frère ni sœur vivant dans leur localité, 1847-1900

28À 25 ans, environ le quart des individus qui habitent dans les trois villages tests, n’ont plus ni père, ni mère. Vingt ans plus tard, ce sont plus des trois quarts des Herviens qui ont perdu leurs deux géniteurs, la plupart d’entre eux par décès. La diminution des fratries est plus lente, moins radicale : à 35 ans, un peu plus d’une personne sur deux n’a plus dans la même commune aucun de ses frères et sœurs. À 50 ans, trois Herviens sur quatre sont désormais dans cette situation d’isolement (partiel). Les variations dans les réseaux de fratries aux âges adultes doivent davantage s’expliquer par les mouvements migratoires des populations aux âges actifs que par le niveau de la mortalité, comme le démontrent les chiffres présentés dans le chapitre III et rappelés ci-dessus. Dès lors, la réduction des groupes de frères et sœurs implique nécessairement une dispersion des fratries, qui confirme la difficulté des familles à établir dans le Pays de Herve leurs trop nombreux enfants.

Graphique VI-5. Proportion d’individus sans père ni mère vivant dans leur localité, 1847-1900

Graphique VI-5. Proportion d’individus sans père ni mère vivant dans leur localité, 1847-1900

1.3. Les isolés

29Le graphique VI-6 offre, peut-on dire, une perception maximalisée de l’isolement des Herviens dans le cours de leur vie. Il s’agit ici des personnes pour lesquelles aucun parent proche n’a été recensé dans la population de leur village (exception faite de leurs époux et enfants éventuels). À partir de 20 ans, la courbe obtenue est très proche de celle relative à l’évolution des fratries : 35 et 50 ans sont des âges clés, âges auxquels d’abord deux, puis trois individus sur quatre ne peuvent se reposer sur personne de leur génération ou de la génération antérieure. Après 50 ans, la régression se ralentit, mais à partir de 65 ans tout de même, moins d’un habitant sur dix compte encore des parents proches, selon la définition que nous avons donnée à ce terme.

30Il importe toutefois de rappeler que ce graphique donne de la réalité la vision la plus pessimiste. D’abord, comme nous l’avons signalé, parce que seule une partie de la parenté est prise en compte. Ensuite, parce que parmi les individus observés, nous n’avons sans doute pas été en mesure de reconstituer tous les liens existants (cf. supra, le problème des fondateurs et des migrations en chaîne). C’est pourquoi nous avons choisi de compléter cette perception des réseaux de parenté à travers les enfants qui, une fois adultes, deviennent des supports, des soutiens de vie pour les vieux, leur « bâton de vieillesse » dit une expression populaire.

Graphique VI-6. Proportion d’individus totalement isolés (sans parents proches) dans leur localité

Graphique VI-6. Proportion d’individus totalement isolés (sans parents proches) dans leur localité

1.4. Les enfants

  • 39 Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household.

31Jusqu’ici, notre recherche des parents proches a laissé de côté un aspect pourtant très important de la parenté. Comme Kertzer39, notamment, nous nous sommes intéressée aux ascendants et aux collatéraux directs, mais nous n’avons pas repéré les enfants. Avant 40, 50 ans, sans doute, cet aspect n’est pas essentiel, mais dans la vieillesse, la présence à proximité des enfants est incontestablement un facteur qui vaut d’être pris en considération. Les données du problème s’inversent en effet vers la cinquantaine : rares sont les personnes qui, à cet âge, peuvent encore compter sur un de leurs géniteurs, mais elles sont de plus en plus nombreuses, par contre, à pouvoir se tourner vers leur progéniture pour traverser des moments difficiles !

  • 40 Entre 25 et 80 ans, pour toute la période 1847-1900, 13.161 hommes et 13.996 femmes ont fêté un an (...)

32La méthodologie appliquée pour repérer la présence des enfants d’un individu est la même que celle qui permettait de rechercher ses parents. Simplement, nous avons effectué cette recherche à partir de l’âge de 25 ans. Mais avant même de nous intéresser à l’importance de ces liens familiaux et dans la foulée des observations relatives à l’isolement des individus, nous nous sommes d’emblée tournée vers les Herviens âgés de 25 à 80 ans et pour lesquels aucun enfant n’a pu être localisé dans la même commune. Le graphique VI-7 illustre l’ampleur du phénomène tout au long du cours de la vie. À 25 ans, environ 90 % des personnes observées40 n’ont aucun enfant. Cette proportion ne cesse alors de décroître jusqu’à 45, 50 ans, conformément au cycle de formation des ménages et à la succession des naissances dans les foyers ainsi créés. Pourtant, à 50 ans, plus d’un tiers des individus n’ont aucun enfant, et cette proportion tend par la suite à augmenter de nouveau. Une discrimination sexuelle apparaît sur le graphique. Entre 25 et 40 ans, cette forme de solitude est plus marquée chez les hommes, mais à partir de 55 ans, ce sont clairement les femmes qui se montrent les plus isolées. À 80 ans, un peu moins de 4 hommes sur 10 sont sans enfant, contre plus de la moitié des femmes au même âge.

Graphique VI-7. Évolution de la proportion de solitaires (individus sans enfant dans la localité) dans le cours de la vie

Graphique VI-7. Évolution de la proportion de solitaires (individus sans enfant dans la localité) dans le cours de la vie
  • 41 Il s’obtient en rapportant le nombre de célibataires âgés de 45 à 54 ans à l’ensemble des individu (...)
  • 42 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main d’oeuvre, p. 293. Les valeurs herviennes sont en réal (...)

33Le portrait ainsi dressé fait ressortir une image assez négative. Les « solitaires » que nous avons repérés sont composés en fait de trois sous-populations. D’une part, comme pour les père, mère, frères et sœurs, une petite partie des informations relatives aux liens de parenté nous échappe à cause, principalement, du problème des fondateurs et des immigrés. D’autre part, et c’est sans conteste la composante principale de ce groupe, toute une partie de ces individus sont des personnes qui n’ont jamais eu d’enfants, des célibataires pour la plupart. Le taux de célibat définitif41 dans le Pays de Herve est en effet particulièrement élevé : 20,7 % pour les hommes, 21,7 % pour les femmes, soit 12 à 14 % de plus que les valeurs observées dans le Bassin aval liégeois par R. Leboutte au milieu du xixe siècle. Bien entendu, une comparaison entre ces deux aires géographiques n’est sans doute pas la plus pertinente. Mais même les taux fournis par les différents recensements de la population pour l’ensemble des communes rurales de la province de Liège mettent en lumière la spécificité hervienne. 12,2 % des hommes de 50 ans sont encore célibataires en 1846 dans les campagnes liégeoises, contre 15,5 % des femmes. En 1890, ces proportions sont respectivement de 17,3 et de 15,6 %, ce qui reste nettement en deçà des observations relevées dans le Pays de Herve42. Enfin, il y a ceux aussi qui ont des enfants qui vivent à l’extérieur, c’est-à-dire en dehors de la communauté observée.

34Pour étudier les liens de parenté « descendants », il est en définitive plus juste de se fonder sur les personnes qui étaient théoriquement susceptibles de pouvoir compter sur un de leurs enfants, et d’éliminer dans les analyses qui suivent les ‘solitaires’. Nous avons donc travaillé uniquement sur les individus qui avaient des enfants. En ce qui les concerne, deux questions se posent d’emblée : sur combien d’enfants peuvent-ils compter ? Ces enfants vivent-ils dans le ménage du parent en question ou en dehors ?

35A 25 ans, les personnes qui ont déjà des enfants en ont en moyenne moins de deux (respectivement 1,45 pour les hommes et 1,65 pour les femmes). Ce nombre s’accroît plus rapidement pour les femmes : à 45 ans, une mère de famille hervienne vit avec 4,62 enfants dans son voisinage direct, et peut-on franchement dire au vu du graphique VI-8, cohabite avec eux. Pendant toute cette période, qui correspond d’ailleurs grosso modo à la vie féconde de la femme, le nombre moyen d’enfants est supérieur pour les individus de sexe féminin, ce qui s’explique par le fait que les femmes sont traditionnellement plus jeunes que leur époux. Pour les hommes, c’est donc seulement à 50 ans que leur nombre moyen d’enfants est maximal (4,48). Le fait que la taille la plus grande soit atteinte à ces âges relativement élevés confirme le régime de fécondité non contrôlée, ou en tout cas de fécondité légitime très forte, dans la région herbagère. Après 45, 50 ans, la disponibilité des enfants décroît, au fur et à mesure que ceux-ci atteignent l’âge adulte et sont eux-mêmes en mesure de fonder leur propre foyer. Si seule la mortalité entrait en ligne de compte, la courbe diminuerait très légèrement, étant donné la faible mortalité aux âges adultes qui caractérise le Pays de Herve. Mais la taille du réseau filial disponible se réduit de manière beaucoup plus drastique : entre 45 et 80 ans, les individus observés voient leurs soutiens potentiels diminuer de 2 voire de 2,5 personnes. Incontestablement, l’émigration des jeunes adultes joue un rôle majeur dans cette évolution.

36Ce graphique met en lumière un second aspect des relations parents-enfants dans la région bocagère. La distance entre la courbe de tous les enfants disponibles et celle qui ne représente que les enfants qui cohabitent avec les individus observés est faible. Elle se dessine très discrètement à partir de 45, 50 ans et s’accentue au fil des ans, sans jamais dépasser toutefois 0,70 individus. Cela signifie clairement qu’il y a peu de disponibilité des enfants au-delà du ménage, et par conséquent, que les possibilités pour les jeunes de s’installer dans un village hervien sont faibles.

Graphique VI-8. Nombre moyen d’enfants disponibles dans la commune dans le cours de la vie des parents

Graphique VI-8. Nombre moyen d’enfants disponibles dans la commune dans le cours de la vie des parents

Note : ont été exclus de la population observée les individus sans enfant repéré.

  • 43 Alter G. (1996), The European marriage pattern Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitati (...)

37Pour résumer de façon un peu grossière, simplifiée, la situation des parents sur base du graphique VI-8, il faut considérer qu’à 50 ans environ, les Herviens peuvent compter en moyenne sur 4,5 enfants. Vingt-cinq ans plus tard, deux d’entre eux cohabitent encore avec eux, un troisième (parfois) habite toujours dans le village, mais dans un ménage séparé, et deux autres ont « disparu », la plupart du temps par émigration, beaucoup plus rarement par décès. Certes, le réseau a décru nettement, mais il n’en est pas moins clair que les adultes qui ont eu des enfants peuvent compter sur un soutien de leur part qui est vraiment très fort. G. Alter, relaye plus tard par M. Oris et C. Capron, a émis l’idée selon laquelle dans les systèmes familiaux nucléaires, un enfant se « sacrifiait » pour prendre soin des parents43. Manifestement, le chiffre atteint dans la région herbagère de l’Est de la Belgique est beaucoup plus fort : il explique en grande partie, par un phénomène de ‘réversion’, la très forte proportion de Herviens pour lesquels aucun enfant n’a pu être retrouvé. Ces enfants restent avec leurs parents, au détriment de la fondation d’un foyer propre, et se retrouvent eux-mêmes sans enfant pour les soutenir pendant leur propre vieillesse.

38À cet égard, la proportion de célibataires parmi les enfants qui continuent de cohabiter avec leurs parents est tout à fait significative (graphique VI-9). Quand les parents ont entre 25 et 55 ans, la quasi-totalité de leur progéniture est célibataire, ce qui s’explique bien sûr par des âges moyens plutôt bas puisque beaucoup de ces descendants ne sont pas encore des adultes. C’est seulement à partir de 75 ans que la propension des femmes à corésider avec un enfant marié s’affirme de façon un peu plus nette (20 puis 28 % des enfants sont désormais mariés ou veufs). Chez les pères, la même évolution s’observe, mais avec de nouveau 5 années de décalage. Ces résultats ne sont guère surprenants et confirment simplement une série d’informations du chapitre V, relatives notamment à la faible proportion de ménages complexes.

Graphique VI-9. Pourcentage de célibataires parmi les enfants vivant à l’intérieur du ménage de leurs parents

Graphique VI-9. Pourcentage de célibataires parmi les enfants vivant à l’intérieur du ménage de leurs parents

39Mais qui sont ces enfants qui se « sacrifient » ? Le tableau VI-1 présente le pourcentage d’enfants qui résident dans le ménage de leurs parents par rapport à l’ensemble des fils et des filles résidant dans la commune. Il n’est guère utile de le détailler longuement pour remarquer qu’aucune discrimination sexuelle n’apparaît. La probabilité pour une fille de cohabiter avec ses parents tant que ceux-ci sont en vie est tout à fait similaire à celle qu’encourent les garçons. La fameuse « société égalitaire » qui ressort jusqu’à présent des analyses que nous avons menées dans la région émerge une fois encore. En effet, si l’on considère l’ensemble des enfants disponibles à l’âge de 50 ans pour un père de famille, il apparaît que vingt ans plus tard, un quart d’entre eux vit encore dans le ménage paternel. Ces proportions valent aussi bien pour les fils que pour les filles (tableau VI-2, partie A). Par contre, les mères sont un peu plus lésées : quand elles ont 70 ans, seulement un cinquième des enfants qui étaient présents dans le village 20 ans plus tôt cohabitent avec elles. Si l’on considère tous les enfants restés dans la commune, y compris donc ceux qui résident dans un foyer séparé, plus aucune discrimination n’apparaît entre pères et mères (tableau VI-2, partie B). Toujours sur base des garçons et des filles disponibles quand les parents avaient 50 ans, il apparaît que si les parents ont survécu jusqu’à 70 ans, ils peuvent encore compter sur le tiers d’entre eux. Ce n’est pas un résultat si mauvais pour une société où la ‘nuclear hardship hypothesis’ était censée isoler les vieux ! À 75 ans toutefois, la situation est moins positive (il en reste seulement un cinquième) et carrément mauvaise à 80 ans (seulement 1 enfant sur les 10 qui auraient théoriquement pu être là).

Tableau VI-1. Pourcentage de garçons et de filles qui restent dans le ménage de leurs parents par rapport à l’ensemble des enfants ‘disponibles’ dans la commune

Tableau VI-1. Pourcentage de garçons et de filles qui restent dans le ménage de leurs parents par rapport à l’ensemble des enfants ‘disponibles’ dans la commune

Tableau VI-2. Sur base de l’ensemble des enfants disponibles quand les parents ont 50 ans, proportion de garçons et de filles qui restent par la suite dans le ménage parental ou dans la commune

Tableau VI-2. Sur base de l’ensemble des enfants disponibles quand les parents ont 50 ans, proportion de garçons et de filles qui restent par la suite dans le ménage parental ou dans la commune

*Tous les pourcentages sont exprimés en fonction du nombre total d’enfants disponibles dans la commune lorsque les parents atteignent 50 ans, soit 1.868 garçons et 1.953 filles

40En conclusion, l’étude des père, mère, frères(s) et sœur(s) disponibles, c’est-à-dire domiciliés dans le même village, avait mis en évidence deux âges clés dans le cours de la vie des Herviens. Trente-cinq et surtout cinquante ans apparaissaient comme des moments « charnière » dans le réseau des parents proches, l’importance des père, mère et des fratries commençant à décliner nettement au-delà de cette limite. L’analyse du réseau des enfants disponibles indique elle aussi un tournant vers 45, 50 ans, puisque cette étape de la vie correspond pour la plupart des individus à l’entrée de leurs enfants dans l’âge adulte, et donc à une vague d’émigration. Pourtant, le tableau est loin d’être vraiment noir. En réalité, il est possible à ce stade de distinguer deux sous-populations :

  • la première est constituée des individus qui ont des enfants. Ces personnes apparaissent comme plutôt gâtées, car elles peuvent compter très tard sur un soutien filial. Le plus souvent même, cette aide est directe, assez peu contestable, puis-qu'un, voire deux enfants, célibataires pour la plupart, restent auprès de leurs parents, cohabitent avec eux.
  • Ce sont ces enfants « sacrifiés » qui forment le plus gros du bataillon des individus sans enfant. Ils sont, comme l’a indiqué G. Alter, sacrifiés deux fois. La première dans leur jeunesse, quand ils ne fondent pas un foyer ; la seconde, dans la vieillesse, puisqu’ils ne peuvent compter sur aucun descendant direct. L’importance des fratries dans le Pays de Herve aux âges élevés trouve partiellement son origine dans ces célibataires, une fois que les parents sont décédés. Un élément toutefois n’est pas encore clair à ce stade de notre étude, et il conviendra d’y revenir : peut-on réellement dire qu’il s’agit d’individus sacrifiés pour prendre soin de leurs parents ? En effet, la disponibilité des enfants au-delà du ménage est assez restreinte, ce qui signifie que les autres descendants ont dû émigrer. Au moment de la succession, il est vraisemblable, bien que l’on soit dans une société de partage égalitaire, que l’héritage de la terre ou du contrat de locataire soit revenu à ceux qui étaient restés sur place. Il faudra investiguer dans les archives notariales pour s’en assurer, ce que nous n’avons pu faire dans le cadre de ce travail.

2. Les patronymes

  • 44 Capron C. (1998), Essai de reconstruction.
  • 45 Sur les variations patronymiques, voir notamment Hélin E. (1974), La dénomination des personnes.

41Ces recherches sur les parents proches, malgré des renseignements très précieux sur les soutiens potentiels des individus dans le cours de leur vie, souffrent de certaines carences que nous n’avons pas omis de mentionner. L’utilisation des patronymes pour compléter la perception de l’éventuel isolement des individus peut s’avérer très intéressante quand il s’agit de combler une partie des manques et d’étoffer la description des réseaux familiaux dans le Pays de Herve. L’indicateur patronymique que nous employons ici a été mis au point par C. Capron44. Il repose sur le principe selon lequel des personnes qui portent le même patronyme appartiennent à la même famille. Dans le chapitre IV, nous avons déjà eu l’occasion de préciser comment nous avions procédé pour « réduire » les noms de famille, c’est-à-dire pour éviter le piège des variations orthographiques qui risquaient de compromettre la recherche. En bref, grâce au couplage des individus qui a été effectué non seulement d’un recensement à l’autre, mais aussi d’un ménage à l’autre à l’intérieur d’un même registre, nous avons été en mesure de réaliser un dictionnaire des variantes d’un même patronyme45.

42Pas plus que l’étude des parents proches, cette analyse patronymique n’est exempte de biais. Une de ses faiblesses principales a été explicitée dans le chapitre IV, nous nous contenterons donc de la rappeler succinctement. Cette approche postule qu un seul ancêtre a donné son nom, puisque nous rapprochons tous les PIRENNE comme appartenant à la même famille au sens large. Or, cette hypothèse de départ est totalement invérifiable. Une autre objection peut aussi être avancée : le Pays de Herve s’inscrit dans un système patrilinéaire, les enfants héritant à vie du nom de famille de leur père. Dès lors, il est incontestable que la recherche des patronymes communs est moins efficace pour les femmes, car elle omet tout le poids des descendants, même directs. Par contre, quels que soient son sexe, son âge ou son état matrimonial, l’individu continue à porter le nom de son père : traditionnellement, dans les registres de population, les femmes mariées sont inscrites sous leur nom de jeune fille et elles apparaissent alors clairement dans le réseau de parenté de leur père, et de leurs frères et sœurs.

  • 46 Entre 1847 et 1900, sur le territoire de Charneux, Clermont et Neufchâteau réunis, 27.061 hommes e (...)

43En somme, l’approche patronymique n’est pas la panacée, mais elle constitue un excellent moyen de compléter la perception précédente, qui limitait la famille à un réseau très restreint, omettant les grands-parents, les oncles, les neveux, etc. Pour commencer, le graphique VI-10 illustre, par sexe et tous les 5 ans entre la naissance et 80 ans, le nombre moyen d’individus qui portent le même patronyme que les personnes observées46. C’est dans l’enfance que les Herviens ont le réseau de « parenté patronymique » le plus étendu, qui connaît son apogée à 15 ans, résultat qui d’emblée concorde avec les informations récoltées via l’étude des parents proches. En moyenne, à cet âge, les adolescents de la région bocagère comptent un peu plus de 13 personnes dans la commune qui portent le même nom de famille qu’elles. Après 20 ans, la courbe s’incline vers le bas de manière assez nette : en l’espace de 10 ans, les habitants de sexe masculin voient leur « réseau patronymique » se réduire de deux unités, mais par la suite, le niveau reste très stable jusqu’à l’aube de la vieillesse. Une nouvelle chute s’observe, mais de moindre ampleur, entre 60 et 65 ans : les vieux disposent quand même en moyenne d’un réseau de plus de 10 personnes.

Graphique VI-10. Nombre moyen d’individus qui portent le même patronyme que les personnes observées

Graphique VI-10. Nombre moyen d’individus qui portent le même patronyme que les personnes observées

44La valeur de l’indicateur patronymique est nettement moins bonne pour les femmes, nous l’avons dit. Il nous semble plus prudent, en raison du biais qui touche les femmes, de ne commenter que l’évolution de la parenté élargie des individus de sexe masculin. D’ailleurs, dans l’enfance, les réseaux des deux sexes sont tout à fait similaires, mais à partir de 30 ans un réel décrochage s’observe. En réalité, les enfants qui naissent dans les jeunes couples et qui, en raison de la méthode utilisée, ne sont répertoriés que dans le réseau de leur père, provoquent le décalage entre hommes et femmes. Pourtant, d’après l’ensemble des éléments récoltés pour le Pays de Herve, il n’y a aucune raison de penser que le sexe dit faible soit plus isolé que l’autre aux âges adultes.

  • 47 Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 37.

45Dans des villages comme Clermont et Charneux qui comptent environ 2.000 habitants dans la seconde moitié du xixe siècle, et même comme Neufchâteau, où la population à l’époque avoisine les 850 âmes, un nombre moyen de 11-13 patronymes communs pour chacun des individus est sans conteste assez faible. À Sart, entre 1812 et 1900, C. Capron a relevé des chiffres de 25 noms de famille communs vers 10 ans, puis un léger déclin vers 30 ans, aux alentours tout de même de 23-24 noms identiques47. L’écart entre ces deux régions est principalement dû à des distributions totalement différentes. Le graphique VI-11 représente, de part et d’autre de la moyenne, les quartiles 1 et 3, ainsi que la médiane. Il montre que l’allure générale de la courbe moyenne est tout à fait représentative des évolutions du « réseau patronymique » dans la vie des Herviens. Toutefois, elle est plus élevée d’environ trois individus que la médiane : concrètement, cela signifie que quelques patronymes très fréquents tirent la moyenne vers le haut. La moitié des jeunes de moins de vingt ans comptent un maximum de 10 patronymes identiques dans leur village, la plupart de ces noms étant sans doute d’ailleurs, vu l’importante de la fécondité dans les familles herviennes, portés par des frères et sœurs. Au total, les trois quarts des individus observés ont un réseau patronymique qui se limite à 17 unités.

46La « norme hervienne » se localise dans des réseaux de 10 à 19 personnes. En effet, près d’un tiers de la population (31,7 %) – un peu plus dans la jeunesse, un peu moins aux âges adultes – se situe dans cette fourchette. Une proportion très légèrement moindre des Herviens s’intègre dans des réseaux de 5 à 9 personnes (30,9 %). Ces deux groupes, à eux seuls, concernent 56 à 71 % de la population. Les individus qui n’ont, dans la commune, qu’une seule personne qui porte leur nom sont rares dans l’ensemble (4,2 %), mais leur poids tend cependant à s’accroître au fil des ans, pour atteindre 8-9 % dès l’âge de 65 ans. Quant aux réseaux plus étendus, une petite tendance à la baisse semble se dessiner au fur et à mesure que l’âge des individus avance, mais le patron n’est pas très net.

Graphique VI-11. Évolution, dans le cours de la vie d’individus, du nombre de personnes qui portent le même patronyme qu’eux, 1847-1900

Graphique VI-11. Évolution, dans le cours de la vie d’individus, du nombre de personnes qui portent le même patronyme qu’eux, 1847-1900
  • 48 Ibidem.

47En fait, dans la localité ardennaise de Sart étudiée par C. Capron, la majeure partie de la population se concentre, elle aussi, dans des réseaux de 5 à 19 personnes, donc dans des groupes patronymiques relativement réduits. Si la moyenne y atteint 25 patronymes communs, c'est parce que le poids des grandes familles y est nettement plus accentué : « Les valeurs de la moyenne, nettement plus élevées que la médiane (...) s’expliquent par les fréquences très élevées de quelques rares patronymes (...). S’ils ne représentent tout au long de la vie que de 1 à 1,5 % de la population à chaque date anniversaire, ces faibles pourcentages concernent immédiatement pour chacun des noms de famille plus de 100 individus ! »48. Or, dans aucun des trois villages herbagers observés, les mêmes noms de famille ne reviennent aussi souvent ! C’est à Charneux qu’apparaît la plus grande récurrence d’un même nom : il s’agit des Lonneux, mais la présence simultanée d’individus portant ce patronyme ne concerne jamais plus de 75 personnes. Dans l’ensemble des trois communes tests, outre ces Lonneux de Chameux, quatre patronymes reviennent fréquemment : les Pirenne (à Clermont), les Lejeune et les Halleux (à Chameux) et les Levaux (à Neufchâteau). Dans tous ces cas d’espèce, la présence simultanée d’une cinquantaine d’individus a pu être observée à plusieurs reprises entre 1847 et 1900. Il faut d’ailleurs accorder une place spéciale aux Lejeune, qui apparaissent en bonne position dans chacune des entités étudiées. Dans ce cas précis, il semble opportun de se demander si l’hypothèse d’un fondateur unique ne fausse pas les résultats, d’autant que ce patronyme est très répandu et non spécifique à la région.

48Quoi qu’il en soit, cette brève analyse des patronymes dans le Pays de Herve, apporte un élément essentiel à l’étude des liens familiaux. En effet, sans même présumer de l’efficacité réelle des réseaux de parenté, les résultats prouvent que « l’éclatement » des fratries aux âges adultes, observé ci-dessus, a touché l’ensemble de la population hervienne et rares sont les familles qui ont pu préserver – ou acquérir – une hégémonie locale. Contrairement à la société ardennaise, où quelques grosses familles, en période de dépopulation et d’émigration massive, sont parvenues à se maintenir et manifestement à obtenir une position dominante, la société hervienne offre un visage plus égalitaire. La dispersion des fratries a évité la formation de très gros réseaux de parenté.

Conclusion

  • 49 Alter G. (1996), The European marriage pattern, p. 19.

49En parfaite cohérence avec les résultats acquis précédemment, nous voyons se dessiner un système au sein duquel les structures familiales au sens large – qu’il s’agisse du ménage ou des réseaux de parenté – évoluent au cours de la vie. Les enfants du Pays de Herve vivent dans des ménages de taille assez grande, ont de nombreux frères et sœurs, et leurs parents sont presque toujours en vie. L’entrée dans l’âge adulte signifie, à la fois, le retour à des cellules de taille plus réduite (les nouveaux ménages n’ont pas encore d’enfants) et la dispersion des fratries. Petit à petit, c’est donc la progéniture qui remplace les frères et sœurs, et qui constitue l’essentiel du réseau familial des Herviens. Vers 50 ans, presque tous les individus vivent désormais sans leurs parents (décédés pour la plupart), les frères et sœurs sont partis sous d’autres cieux... et les enfants eux-mêmes, devenus adultes, commencent à émigrer. Pourtant, les vieux habitants de la région herbagère évitent l’isolement de manière très efficace : ils ont eu leurs enfants tardivement et ces enfants eux-mêmes vont se marier très tard, et donc rester à la maison pendant de longues années49. Le système européen de mariage tardif évite ainsi en grande partie le ‘empty nest’, la solitude trop forte des personnes âgées. Dans le Pays de Herve, le taux de célibat définitif élevé, l’énorme proportion de personnes qui ne se marient pas, qui restent auprès de leurs parents, prouvent la solidité des stratégies de solidarité inter-générationnelle.

50Mais ce chapitre avait pour ambition, avant tout, de dépasser le cadre strict de la cellule de cohabitation auquel nos sources tendent trop souvent à nous contraindre et de rechercher les liens familiaux existant au-delà du ménage, afin d’approcher le système familial dans sa complexité. Notre étude – et c’est aussi la limite de la méthode – se borne au cadre assez étroit de la commune : elle offre ainsi une vision minimaliste des parents (proches ou éloignés) disponibles. Pourtant, si l’on considère une fois encore la ‘nuclear hardship hypothesis’, il s’avère que les plus démunis, quand ils ne sont pas pris en charge par leurs parents au sens large, sont assumés par la communauté. Et au xixe siècle, cette communauté, ce n’est certes pas l’État providence – qui n’existe pas encore–, mais bien la commune, par l’intermédiaire de son Bureau de Bienfaisance. Dès lors, situer les parentés au niveau de la plus petite entité administrative, c’est justement se placer sur un plan où parenté et communauté peuvent être en compétition. Bien sûr, cela ne veut pas dire que les enfants qui ont émigré n’envoient pas à leurs parents restés « au village » une petite somme de temps en temps, mais on peut dire en fait que pour une mesure de disponibilité (dans tous les sens du terme), la commune n’est pas un si mauvais cadre spatial.

51L’étude des parents disponibles dans la région herbagère débouche sur deux résultats qui pourraient paraître contradictoires. D’une part, elle confirme la théorie de P. Laslett, qui estime que la parenté au-delà du ménage compte pour peu de choses dans les sociétés nucléaires. De fait, à Chameux, Clermont et Neufchâteau, les réseaux familiaux sont relativement restreints, notamment en raison de la dispersion des fratries aux âges adultes. D’autre part, une grande solidarité, à la fois inter-et intra-générationnelle, se dégage malgré tout : elle s’exprime principalement par le « sacrifice » des enfants qui ne se marient pas et qui plus tard, n’auront donc pas l’opportunité de bénéficier du soutien de leur progéniture comme bâton de vieillesse. En somme, deux sous-populations se dégagent et la distinction entre elles s’opère sur le critère des enfants : il y a les individus qui en ont eu et il y a les autres. Les premiers ont l’assurance d’être aidés par un ou deux enfants restés célibataires et qui peuvent prendre soin du ménage ; les seconds doivent opter pour des stratégies de substitution qui, au bout du compte, étant donné la faible proportion d’individus isolés, s’avèrent assez efficaces !

Notes

1 Levi G. (1987), Inheriting power Hareven T.K. (1991), The history of the family Hareven T.K., Langenbach R. (1978), Amoskeag — Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household.

2 Un récent ouvrage rassemble une série de contributions qui intègrent dans l’étude du veuvage des femmes l’influence de la famille au sens large sur les comportements démographiques des veuves et des orphelins (Derosas R., Oris M. (2002), When dad died).

3 Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis.

4 La ‘nuclear hardship hypothesis’, énoncée pour la première fois de manière explicite par J.E. Smith, a surtout été largement relayée par P. Laslett (Smith J.E. (1984), Widowhood and ageing, p. 439 — Laslett P. (1988), Family, kinship and collectivity, surtout p. 153 et note 1).

5 Alter G. et al. (2002), When dad died Reher D.S (1998), Family ties in Western Europe.

6 Pour un résumé des critiques adressées à Laslett et au groupe de Cambridge en général, voir Janssens A. (1993), Family and social change, pp. 10-13 — Kertzer D.I. (1985), Review essay. Notons que Cornell L.L. a comparé trois livres publiés en 1983-84 sur le thème de la famille. Elle donne une vision générale, une sorte de résumé comparatif, des théories et des postulats qui les sous-tendent, chacun des ouvrages analysés adoptant des points de vue très différents (Cornell L.L. (1986), Household studies). Ici, nous ne relançons pas le débat entre groupes de corésidence et réseaux familiaux : nous tenons plutôt à englober différentes méthodes et perceptions de la famille pour dresser un portrait aussi complet et nuancé que possible du Pays de Herve au xixe siècle.

7 L’ouvrage de Plakans A. et l’article de Hareven T.K. font figure de pionniers dans la tentative d’envisager l’étude de la famille dans la démographie des ménages nucléaires (Plakans A. (1984), Kinship in the past— Hareven T.K. (1991), The history of the family). En 1992, Kertzer et son équipe ont entamé une étude sur l’influence de la parenté sur les comportements individuels dans la petite ville italienne de Casalecchio, notamment sur la propension des veuves à émigrer (Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household).

8 Post W. et al. (1997), Reconstructing the extended kin-network, p. 263. Un constat similaire était énoncé quatre années plus tôt par. Smith J.E. et Oeppen J. (1993), Estimating numbers of kin, p. 280.

9 Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 2.

10 Voir notamment diverses contributions dans Derosas R., Oris M. (2002), When dad died.

11 Le Bras H. (1973), Parents, grands-parents, bisaïeux— Id. (1976), Évolution des liens de famille.

12 D’ailleurs, les études relatives aux « parentés actives » sont toujours rares, particulièrement en milieu rural (Fontaine L. (1995), Rôle économique de la parenté, p. 8.

13 Laslett P. (1988), Family, kinship and collectivity, p. 162.

14 Ruggles S. (1996), The effects of demographic change, p. 35.

15 Le Bras lui-même avait d’ailleurs souligné cette particularité des liens familiaux, où les différences qui s’observent entre le passé et le présent « is more the result of the variety of situations than their mean frequency » (Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 2 —Le Bras H. (1976), Évolution des liens de famille).

16 Ruggles S. (1996), The effects of demographic, p. 21.

17 Hareven T.K. (1982), Family time and industrial time.

18 Janssens A. (1993), Family and social change, p. 16.

19 Ross E. (1983), Survival networks.

20 Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations.

21 Post W. et al. (1997), Reconstructing the extended kin-network. Sur les liens entre généalogie et parenté, voir particulièrement les chapitres 4 et 9 dans Plakans A. (1984), Kinship in the past.

22 Les deux études n’incluent dans leur échantillon que les couples mariés avec enfants (puisqu’il est nécessaire de connaître les descendants), à condition encore que leurs parents soient connus, voire se soient mariés entre des dates bien précises (Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 4— Post W. et al. (1997), Reconstructing the extended kin-network, p. 268). Kertzer lui-même, dans son étude menée en 1992, n’inclut que les enfants, les adultes mariés et les veufs/veufs (Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household).

23 Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household, p. 109.

24 Manfredini M., Breschi M. (2002), Parental loss Derosas R. (2002), Fatherless families in Venice.

25 Toutes les précisions méthodologiques relatives à ces deux indicateurs figurent dans Capron C. (1998), Essai de reconstruction Capron C. (1997), De la reconstitution.

26 Surtout à partir du recensement de 1880.

27 Sur le couplage d’un individu dans le cours de sa vie, d’un recensement à l’autre, même d’un ménage à l’autre, voir le chapitre I.

28 Sur ce point, voir Ruggles S. : « Comparisons of family structure should always consider the potential impact of differences in demographic behavior » (Ruggles S. (1996), The effects of demographic, p. 35).

29 Ces biais ont été clairement énoncés par Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 31 et suivantes.

30 Oris M. (1994), Dynamique socio-professionnelle.

31 Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 31.

32 Les tables de mortalité de Sart ont été calculées au sein du laboratoire de démographie afin de réaliser les comparaisons utiles avec le Pays de Herve. Elles n’ont jamais été publiées à ce jour sous cette forme (par sexe, période 1812-1900).

33 Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 6.

34 Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household, p. 113.

35 Par souci « d’économie », afin de ne pas allonger les phrases, nous utilisons le terme ‘frère’ pour désigner à la fois les frères et les sœurs. Il s’agit de ce que les Anglo-Saxons appellent les ‘siblings’, terme qui n’a pas d’équivalent en français.

36 Notamment dans le cadre du veuvage. Voir Alter G. et al. (2002), When dad diedDerosas R. (2002), Fatherless families in VeniceManfredini M., Breschi M. (2002), Parental loss.

37 Van Poppel F. (1995), Widows, widowers and remarriage, pp. 24-25— Neven M. (1998), Intensity and consequences, pp. 174-175.

38 Rendons à César ce qui lui appartient : c’est un constat similaire établi par A. Perrenoud pour la localité suisse de Jussy qui a attiré notre attention sur ce phénomène dans le Pays de Herve (Perrenoud A. (1998), The coexistence of generations, p. 5).

39 Kertzer D., Hogan D., Karweit N. (1992), Kinship beyond the household.

40 Entre 25 et 80 ans, pour toute la période 1847-1900, 13.161 hommes et 13.996 femmes ont fêté un anniversaire quinquennal (25, 30, 35,..., 80) à Clermont, Charneux ou Neufchâteau, étant entendu que dans ce calcul, un individu qui est là sans discontinuer entre 23 et 53 ans reviendra 6 fois dans notre observation.

41 Il s’obtient en rapportant le nombre de célibataires âgés de 45 à 54 ans à l’ensemble des individus de cette tranche d’âge.

42 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main d’oeuvre, p. 293. Les valeurs herviennes sont en réalité beaucoup plus proches des observations réalisées par T.W. Guinnane dans les campagnes irlandaises où, au tout début du xx e siècle, près d’un quart des individus « in their late forties or early fifties had never married and were unlikely ever to do so » (Guinanne T.W. (1997), The vanishing Irish, p. 21).

43 Alter G. (1996), The European marriage pattern Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

44 Capron C. (1998), Essai de reconstruction.

45 Sur les variations patronymiques, voir notamment Hélin E. (1974), La dénomination des personnes.

46 Entre 1847 et 1900, sur le territoire de Charneux, Clermont et Neufchâteau réunis, 27.061 hommes et 28.291 femmes sont nés ou ont fêté un anniversaire quinquennal (5 ans, 10 ans,..., jusque 80 ans). Ce sont ces occurrences qui constituent notre échantillon pour cette étude des patronymes. Elles n’interviennent pas elles-mêmes dans le nombre moyen de patronymes communs.

47 Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 37.

48 Ibidem.

49 Alter G. (1996), The European marriage pattern, p. 19.

Table des illustrations

Titre Graphique VI-1. Présence des père et mère dans le cours de la vie (en %)
Légende Note méthodologique : Étudier la parenté de chacun des individus des trois localités en « temps réel » était fastidieux. C’était un travail titanesque, qui aurait débouché sur une base de données lourde à traiter : en effet, chaque décès, chaque naissance, chaque migration, modifie la taille du réseau de parenté des individus. Nous avons donc choisi d’observer les parents proches, ou les patronymes, tous les 5 ans. Concrètement, la population observée est la suivante : elle compte tous les individus qui sont nés entre le 16 décembre 1846 et le 31 décembre 1900 dans un des trois villages étudiés, ainsi que tous ceux qui ont fêté un anniversaire quinquennal dans une de ces localités. Un individu né à Charneux en 1848, qui quitte le village en 1870, puis revient en 1879 et décède en 1889 apparaîtra dans les tableaux et graphiques de ce chapitre aux âges suivants : 0, 5, 10, 15, 20, 35 et 40 ans.Signalons également qu’aucun couplage inter-localités n’a été effectué. Par conséquent, les réseaux de parenté qui ont été observés se limitent au cadre strict du même village. Pour éviter de multiplier les tableaux et graphiques, nous avons cependant opté pour une présentation groupée des résultats, pour l’ensemble des trois communes étudiées, mais le lecteur doit garder présent à l’esprit qu’il s’agit d’une addition de données récoltées dans trois villages distincts. Au total, notre observation porte sur 26.601 occurrences chez les hommes et 27.777 occurrences chez les femmes.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Graphique VI-2. Nombre moyen de frères et sœurs domiciliés dans la même localité
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Graphique VI-3. Répartition de la population en fonction du nombre de frères et de sœurs vivant dans la même localité
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Graphique VI-4. Proportion de personnes sans frère ni sœur vivant dans leur localité, 1847-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique VI-5. Proportion d’individus sans père ni mère vivant dans leur localité, 1847-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique VI-6. Proportion d’individus totalement isolés (sans parents proches) dans leur localité
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique VI-7. Évolution de la proportion de solitaires (individus sans enfant dans la localité) dans le cours de la vie
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique VI-8. Nombre moyen d’enfants disponibles dans la commune dans le cours de la vie des parents
Légende Note : ont été exclus de la population observée les individus sans enfant repéré.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Graphique VI-9. Pourcentage de célibataires parmi les enfants vivant à l’intérieur du ménage de leurs parents
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau VI-1. Pourcentage de garçons et de filles qui restent dans le ménage de leurs parents par rapport à l’ensemble des enfants ‘disponibles’ dans la commune
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau VI-2. Sur base de l’ensemble des enfants disponibles quand les parents ont 50 ans, proportion de garçons et de filles qui restent par la suite dans le ménage parental ou dans la commune
Légende *Tous les pourcentages sont exprimés en fonction du nombre total d’enfants disponibles dans la commune lorsque les parents atteignent 50 ans, soit 1.868 garçons et 1.953 filles
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Graphique VI-10. Nombre moyen d’individus qui portent le même patronyme que les personnes observées
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique VI-11. Évolution, dans le cours de la vie d’individus, du nombre de personnes qui portent le même patronyme qu’eux, 1847-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5501/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search