Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie II. Le cours de la vie au coeur des dynamiques familiales

Chapitre V. Le ménage. Cohabitation et parenté

Texte intégral

1Comme le chapitre précédent, le chapitre V est entièrement consacre à l'étude du ménage hervien. Toutefois, il n’est plus ici considéré comme une unité économique, mais plutôt comme une cellule au sein de laquelle cohabitent des individus que des liens unissent. Parents proches, parents éloignés, maîtres et domestiques, ils partagent non seulement le gîte et le couvert, mais plus encore, ils mènent au jour le jour une existence commune. Dans un premier temps, nous observons précisément le système familial hervien, tel qu’il se dessine à travers les structures de ménage privilégiées par les habitants du plateau herbager, mais aussi à travers leur mode de formation et les relations qui unissent leurs membres. À partir de ce portrait d’ensemble, l’adoption d’une approche individuelle nous permet de mettre l’accent, dans la deuxième partie de ce chapitre, sur les marginalités, avec une fois encore la volonté d’identifier l’éventuelle inefficacité sociale du système.

  • 1 Laslett P. (1988), Family, kinship and collectivityRose S.O. (1994), Widowhood and povertyMa (...)

2Une problématique structure réellement toute notre thématique, c’est la ‘nuclear hardship hypothesis’ énoncée par P. Laslett, selon laquelle le système familial nucléaire est vulnérable. En fait, l’historien britannique assume que dans les sociétés dominées par les idéaux et les valeurs de la famille nucléaire, il est essentiel que les ménages soient économiquement autonomes. S’ils cessent de l’être pour une raison quelconque (maladie, veuvage, vieillesse, etc.), il en résulte une situation de misère et de marginalité. Il s’agit d’une hypothèse dans la mesure où elle postule que la règle du néolocalisme rompt les solidarités familiales. Les enfants établis dans leur propre ménage n’accueilleraient pas volontiers leur(s) parent(s) en détresse, non plus d’ailleurs que des parents plus éloignés. Les collectivités civiles ou religieuses seraient les seules sources de salut : tables des pauvres, English Poor Law ou, dans nos régions, bureaux de bienfaisance et sociétés de charité...1.

  • 2 Chudacoff H., Hareven T.K. (1979), From the empty nest to family dissolutionId. (1978), Family t (...)
  • 3 Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages— Janssens A. (1993), Family and social change.

3Reprenant explicitement ou implicitement cette théorie, beaucoup d’historiens de la famille ont mis l’accent sur la problématique de l’isolement des personnes âgées, d’une fin de vie dans un ‘empty nest’2. Notre ambition est de tester justement cette approche individuelle : est-ce que les Herviens se retrouvent dans des situations de cohabitation particulières au cours de leur vie ? Plusieurs auteurs – et nous y avons fait écho dans le chapitre IV – ont reproché à P. Laslett de travailler « en transversal », en négligeant la dynamique. Dès lors, plus récemment, quelques recherches ont approché le ménage dans une optique explicitement longitudinale3, partant du principe que la ‘nuclear hardship hypothesis’ s’inscrit bel et bien dans le cours de la vie, mais peut être abordée sous l’angle du ménage. Toutefois, il existe encore des débats, fondés sur le fait que cette analyse réalisée au niveau de la cellule de cohabitation peut biaiser un certain nombre de vues, alors qu’une approche individuelle débouche à la fois sur des résultats différents et plus probants. Nous n’allons pas dans cette introduction expliquer en détail les arguments des deux parties, car nous tenterons dans les pages qui suivent de mettre en évidence les divergences qui se font jour selon que l’on utilise telle ou telle démarche. Notre postulat de départ repose sur l’idée qu’il est plus cohérent et plus pertinent d’étudier les configurations de cohabitation au cours de la vie en adoptant le point de vue de l’individu. En effet, l’évolution de la taille du ménage dans le cours de la vie, ses changements de structures ou encore les liens de parenté unissant chaque membre au chef montrent que chaque personne vit dans des unités domestiques en perpétuel changement et que, précisément, elle s’adapte sans cesse afin d’éviter les situations les plus critiques. Cette perspective individuelle et longitudinale montre aussi qu’au bout du compte, le système familial hervien – limité ici à la cellule de cohabitation – s’avère déjà efficace, puisque les plus fragiles sont bien entourés.

1. Un système familial nucléaire

1.1. Les types de ménage selon la classification de Hammel-Laslett

  • 4 Laslett P. (1972), Introduction, surtout p. 31.
  • 5 Hammel E.A., Laslett P. (1974), Comparing household structure.

4Depuis l’ouvrage Household and Family in Past Time édité en 1972, la typologie des ménages mise au point par P. Laslett4 – puis légèrement remaniée deux ans plus tard avec la collaboration de E. A. Hammel5 – est devenue une référence presque incontournable dès qu’un historien ou un démographe s’attache à décrire les structures du foyer. À partir des registres de population belges, comme pour la plupart des sources historiques exploitées par des chercheurs européens, la corésidence des individus au sein d’une même cellule s’étudie principalement à partir de ‘photos’ prises à des moments précis, généralement des recensements. De là sont donc nées toute une série de critiques – déjà évoquées dans les chapitres I et IV – sur la validité des résultats obtenus.

  • 6 Plutôt que d’infliger une note « obèse », nous nous permettons de renvoyer le lecteur au chapitre (...)

5Il convient toutefois de faire la part des choses et de ne pas exagérer la portée des critiques adressées à Laslett et ses disciples. D’abord, sa typologie se révèle tout à fait appropriée dans une série d’études, quand elles ne se fixent pas pour objectif des analyses longitudinales. Elle permet de dégager le mode le plus traditionnel, le plus courant, de fonctionnement du ménage dans une société donnée. Quels que soient les phénomènes démographiques qui influencent la structure des foyers, par exemple une mortalité élevée et une fécondité plutôt basse peu favorables à la cohabitation de trois générations, il reste que, dans les faits, les ménages nucléaires dans cette société-là étaient la norme. D’autre part, la typologie de Hammel-Laslett, mise au point il y a un quart de siècle, a depuis été utilisée sans cesse, pour décrire des contextes aussi différents que l’Asie ou l’Europe du Nord, depuis les débuts de l’époque moderne jusqu’à nos jours6.

6Dans le cas qui nous occupe, la description des ménages herviens selon une classification largement éprouvée permettra, au-delà de l’observation de l’organisation interne des cellules de cohabitation herviennes – déjà intéressante en soi –, de voir si cette société rurale continue à s’inscrire pleinement dans le schéma régional ou si, par certains aspects, elle se démarque des structures traditionnellement observées en Belgique et dans l’Europe du Nord-Ouest en général.

  • 7 Pour travailler sur la structure des ménages et les liens de parenté entre les individus à l’intér (...)
  • 8 Dans la typologie originelle, Laslett désigne comme « no family » les ménages ou l'on trouve des « (...)
  • 9 Nos références bibliographiques se limitent à King M., Preston S.H. (1990), Who lives with whom ?
  • 10 Citons entre autres, sans souci d’exhaustivité, les contextes très variés dans lesquels cette typo (...)

7Le tableau V-1 est donc fondé sur une statistique des gens présents à Clermont, Chameux et Neufchâteau lors des recensements de 1846, 1866 et 1880 (plus 1890 pour la seule commune de Chameux). Les résultats des trois localités observées ont été additionnés à chacun des recensements : ce tableau se présente dès lors comme un résumé de dix photos prises dans trois villages herviens7. Nous avons choisi de présenter les données sous deux optiques. La première indique la répartition des ménages selon la typologie de Laslett, en distinguant ainsi les ménages solitaires, « sans noyau8 », nucléaires, étendus et complexes. Le total de cent pour cent représente donc la totalité des ménages observés (par exemple, 1.152 en 1846). C’est la table typique qui figure depuis 1972 dans une multitude de travaux. La seconde partie de ce tableau propose la répartition des individus en fonction du type de ménage auquel ils appartiennent, une optique donc ‘individuelle’ qui nous paraît davantage représentative de la réalité. Si les deux approches se côtoient sur le tableau, c’est d’une part pour permettre de mesurer les écarts entre ces deux perceptions, ce qui à notre connaissance, n’a guère fait l’objet de nombreuses études9 et, d’autre part, afin d’autoriser la comparabilité des résultats avec des régions diverses de Wallonie et d’ailleurs10.

Tableau V-1. Répartition des ménages et des individus selon la typologie de Hammel-Laslett (en %)

Tableau V-1. Répartition des ménages et des individus selon la typologie de Hammel-Laslett (en %)

(*) les données de 1890 concernent uniquement la commune de Charneux

  • 11 Ce noyau familial peut cohabiter ou non avec un ou des domestiques, ou d’autres personnes n’ayant (...)
  • 12 Une telle répartition est assez attendue dans le contexte de l’Europe du Nord-Ouest. Pour une comp (...)
  • 13 Pour une synthèse, voir Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis, spécialement table 1. Pour diffé (...)

8Observons tout d’abord la répartition des ménages herviens en 1846. Plus de sept ménages sur dix sont de type nucléaire, c’est-à-dire qu’ils sont composés d’un couple marié - avec ou sans enfant(s) - ou d’un veuf/une veuve avec enfant(s)11. À cette date également, 9 % des ménages sont de type étendu, ce qui signifie qu’à la famille nucléaire se joignent d’autres apparentés (frère, parent, cousin,...) à condition qu’ils ne forment pas un couple. La proportion de ménages de solitaires (8,2 %) est presque similaire. Les ménages sans noyau comptent pour 6,2 % de l’ensemble : il s’agit de foyers où cohabitent des membres de la même famille (exception faite de parents avec enfant(s)), donc des frères et sœurs, des cousins, des oncles, etc. Les ménages complexes, où cohabitent plusieurs noyaux familiaux, comptent pour une portion congrue de 3,9 %12. Clairement, le Pays de Herve s’inscrit totalement dans la région de l’Europe occidentale, caractérisée par le système du ménage simple, nucléaire13.

  • 14 Ces résultats-ci ont été obtenus à partir d’une méthodologie différente de celle utilisée dans le (...)

9Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, la prédominance des ménages nucléaires dans la région bocagère se confirme et conserve les mêmes proportions. Toutefois, deux évolutions notables se dessinent. D’une part, et ce n’est guère une surprise au vu des résultats que nous avons déjà pu recueillir dans le chapitre précédent, la proportion de ménages solitaires augmente14. D’autre part, le pourcentage de ménages étendus diminue de manière assez spectaculaire, puisqu’il tombe de 9 à moins de 4 % entre 1846 et 1880. Ce ne sont donc ni eux, ni les groupes complexes, qui expliquent la progression des grands ménages de plus de 8 individus.

  • 15 Elle est défendue avec force par Ruggles S. (1987), Prolonged connections— Folbre N. (1988), Women (...)

10L'approche individuelle, fondée non plus sur le nombre de ménages de chaque type mais plutôt sur le nombre d’individus qui composent ces ménages, offre une perception plus proche de la réalité15. Dans les faits, elle indique une prépondérance du nucléaire encore plus nette. En 1846, 77 % des Herviens vivent dans des foyers nucléaires et cette proportion grimpe à 82 % lors du recensement de 1880, et même à 83 % en 1890 à Charneux. Les autres différences dues aux points de vue adoptés débouchent sur des résultats attendus : la part des individus répertoriés dans les ménages solitaires et sans noyau – respectivement 2,5 et 3,7 % en 1846 – est bien moindre que la proportion de ménages de ce type dans la typologie de Hammel-Laslett. Inversement et en toute logique, les individus vivant dans des cellules de cohabitation de type étendue et complexe ont un poids plus important.

  • 16 Rappelons que la taille moyenne des ménages de Chameux, Clermont et Neufchâteau est de 4,5 personn (...)

11Le graphique V-l indique une triple évolution de la taille des ménages dans la seconde moitié du xixe siècle : augmentation nette des ménages isolés, importance également accrue des très grands ménages et léger déclin des ménages de 3 à 6 membres. La confrontation des deux approches souligne les mêmes évolutions générales, mais les proportions ne sont pas identiques. Ainsi, si 12 % des ménages herviens entre 1847 et 1900 sont des foyers de solitaires, moins de 3 % des individus sont en réalité confrontés à cette situation d’isolement. Opter pour une perception individuelle relativise donc le poids des isolés dans la société, accentue celle des grands ménages et offre une vision plus proche de la réalité humaine que l’optique stricte du ménage. La cohabitation à deux ne subit quant à elle aucune grande variation au cours du temps : elle concerne environ 6 à 7 % de la population tout au long du demi-siècle étudié. Les individus vivant dans des ménages de taille moyenne16 – entre 3 et 6 personnes – sont de moins en moins nombreux, mais représentent tout de même environ la moitié des Herviens. Entre un cinquième et un quart des individus vivent dans des foyers de 7-8 personnes, et même 19 % de la population cohabite avec 8 personnes et plus.

Graphique V-1 - Répartition des ménages en fonction de leur taille (%)

Graphique V-1 - Répartition des ménages en fonction de leur taille (%)

Répartition des individus en fonction de la taille de leur ménage

Répartition des individus en fonction de la taille de leur ménage
  • 17 Laslett P. (1972), Introduction, pp. 5-10.

12Néanmoins, quel que soit le point de vue adopté (celui du ménage ou celui des individus), des évolutions similaires s’observent, dans le sens d’une simplification des structures familiales et d’une plus forte propension à la solitude, deux phénomènes qui sont paradoxalement liés, par l’historiographie ancienne, au développement de l’industrialisation et de l’urbanisation17.

1.2. Des structures aux fonctions : un premier point sur le système familial hervien

  • 18 Laslett P. (1983), Family and household, pp. 526-527. Précisons d’emblée que le tableau élaboré par (...)
  • 19 De nombreux articles et ouvrages décrivent le système familial d’Europe occidentale. Pour une synt (...)
  • 20 Les données relatives aux manages (âge au manage, écarts d’âge,...) ont été calculées sur base des (...)

13L’inscription du Pays de Herve dans une société de ménages nucléaires ne fait donc aucun doute. Mais au-delà de cet exposé sur les structures, que peut-on dire du fonctionnement familial dans la région au xixe siècle ? Le tableau V-2 résume une série de tendances dans l’organisation du ménage, du groupe domestique. Nous l’avons élaboré sur base d’un ensemble de critères proposés en 1983 par P. Laslett pour différencier quatre zones en Europe : l’Europe occidentale, centrale, méditerranéenne et orientale18. Une première série de données est relative au mode de formation des ménages. Parmi les types de systèmes proposés, le modèle nord-ouest européen se distingue par un âge au mariage élevé et la règle du néolocalisme19. Nous reviendrons plus loin sur le second point, mais en ce qui concerne le premier, les âges moyens au premier mariage sont incontestablement hauts20.

  • 21 Van de Walle E. (1965), La nuptialité en Belgique de 1846 à 1930, p. 46.

14Dans les trois villages observés, les hommes célibataires se mariaient en moyenne à 30,2 ans et les femmes à 28,2 ans. La fameuse diminution de l’âge au mariage, caractéristique au xixe siècle de l’Europe de l’ouest et de la Belgique en particulier, ne se vérifie pas dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse. Tout au plus une légère diminution s’observe chez les Herviennes après 1873, mais l’abaissement est seulement de 0,4 ans ! Dans l’ensemble du royaume, pourtant, un rajeunissement net se dessine entre 1851-56 et 1886-90 (environ deux ans pour chacun des sexes)21.

  • 22 Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, p. 49— Desama C. (1976), L’expansion démographique du x (...)

15Un contraste évident se marque entre le Pays de Herve et les aires urbaines. La région bocagère se distingue à la fois par un âge au mariage très élevé et une persistance du modèle tout au long du xixe siècle, alors que les autres centres plus urbanisés ont déjà entamé un mouvement d’abaissement de l’âge au mariage22.

Tableau V-2. Le système familial dans le Pays de Herve dans la seconde moitié du xixe siècle

1846-1872

1873-1890

1891-1900

TOTAL

1. mode de formation
Age moyen au 1er mariage, homme
Age moyen au 1er mariage, femme
Age moyen au 1er mariage, total
Indice de nuptialité (Im)
Écart d’âge au 1er mariage
Proportion de femmes plus âgées que leur mari
Proportion de veuves se remariant

30,1
28,4
29,0
0,332
2,2
31,9
3,5

30,3
28,0
28,9
0,338
2,5
27,9
4,2

-
-
-
0,296
-
-

30,2
28,2
29,0
0,328
2,3
30,4
3,8

2. typologie de Hammel-Laslett
Proportion de ménages de solitaires
Proportion de ménages sans noyau
Proportion de ménages simples
Proportion de ménages étendus
Proportion de ménages complexes

9,4
6,0
72,2
7,7
4,7

12,9
6,8
73,0
3,8
3,6

8,6
9,9
74,8
5,5
1,3

10,5
6,3
72,4
6,4
4,3

3. socio-économie du ménage
Présence de parents travailleurs (non souche)
Domestiques célibataires
Domestiques non célibataires
Nombre moyen d’adultes actifs (15-54 ans) parménage
Proportion de ménages de moins de 4 personnes

2,7
2,3
0,2
2,4
37,7

2,3
1,2
0,1
2,3
40,5

4,6
1,0
0,1
2,6
38,4

2,8
1,9
0,2
2,4
38,6

Sources :
A. E. L. Communes. Charneux, Clermont, Neufchâteau, Registres de mariage, 1846-1900 Registres de population de Chameux, Clermont, Neufchâteau, 1846-1900
Note : les données relatives au mode de formation du ménage, à l’exception des Im, ont été élaborées sur base des registres de mariage et couvrent donc la période 1846-1890. Tous les mariages survenus dans les trois localités étudiées ont été pris en compte, soit un total de 1221 unions. Les autres résultats ont été obtenus à partir de la population présente à chaque recensement (les codés A) dans chacun des trois villages. La période 1846-1872 est constituée d’une moyenne entre les renseignements du recensement de 1846 et de celui de 1866. Le recensement de 1880 a permis l’élaboration des résultats pour la période 1873-1890. Celui de 1890 n’a fait l’objet de la création d’un nouveau registre qu’à Chameux, et donc seule cette localité est prise en compte pour les informations relatives à la troisième et dernière période. Enfin, Im a pu être calculé pour l’ensemble de la période 1847-1900 sur base de l’observation continue des populations des trois villages herviens (personne-années).

  • 23 Hajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household, p. 69.

16Dans le contexte du monde rural de l’Est de la Belgique, l’absence d’évolution observée dans les trois villages herviens n’est pas surprenante. Le niveau, par contre, y est particulièrement élevé, surtout quand on le compare aux âges proposés par Hajnal pour le ‘north-west European simple household system’ : plus de 26 ans pour les hommes, plus de 23 pour les femmes23.

  • 24 Signalons que c’est la lecture de R. Rudolph qui a attiré notre attention sur cette problématique (...)

17A priori, l’on pourrait penser qu’au xixe siècle, la population hervienne, qui subit l’effondrement de la proto-industrie locale, se replie sur elle-même et que le frein malthusien du mariage tardif joue un rôle à la fois nouveau et essentiel comme régulateur démographique. Mais M. Gutmann et R. Leboutte ont montré que, dès l’époque moderne, en pleine prospérité et au moment même où la proto-industrie dynamise la région bocagère, la propension des jeunes à quitter rapidement le cocon familial était déjà faible. L’une des raisons avancées par ces auteurs est le long apprentissage auquel les jeunes devaient se soumettre au sein de leur ménage pour apprendre un métier24. Manifestement donc, la stratégie d’un établissement tardif est bien antérieure à la recomposition de la région bocagère dans un cadre plus strictement rural, puisqu’elle était déjà une composante notable de la démographie et de la culture familiale hervienne du xviiie siècle.

  • 25 Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité, p. 10. D’autre part, R. Lesthaeghe propo (...)
  • 26 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’oeuvre, pp. 294-295.

18Cet âge au mariage tardif va de pair avec un indice de nuptialité des femmes fécondes très bas, comme nous l’avons vu dans le chapitre III. Pour la période 1846-1900, l'Im s’élève à 0,328 dans la région laitière wallonne, tandis que dans la population rurale de Flandre orientale, il oscille entre 0,345 en 1846 et 0,439 en 190025. Dans le bassin aval liégeois, la Basse-Meuse et l’ensemble de la province de Liège, Im est aussi systématiquement supérieur aux valeurs observées à Chameux, Clermont et Neufchâteau. Or, plus l’indice est faible, plus il indique un modèle de mariage tardif et non généralisé décrit par J. Hajnal26.

  • 27 Burguière A. et al. (1986), Histoire de la famille, pp. 26-27.
  • 28 Shorter E. (1975), The making of the modem family— Anderson M. (1980), Approaches to the history, p (...)
  • 29 Van Poppel F., Liefbroer A., Post W. (1998), Vers une plus grande homogamie d'âge, surtout pp. 74-7 (...)
  • 30 Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, p. 48.
  • 31 Garden M. (1998), Mariages parisiens à la fin du xixe siècle, p. 117.

19D’après A. Burguière, la diffusion large et précoce du mariage tardif en Europe occidentale est généralement associée à une faible différence d'âge entre les époux27. Shorter, pour sa part, a soutenu que ce phénomène s’était particulièrement répandu à partir de la fin du xviiie siècle, comme une « révolution » amorcée dans les classes laborieuses. Peu à peu, au xixe siècle et au xxe siècle, la tendance vers une homogamie d’âge entre les conjoints se serait généralisée dans les classes plus élevées, pour finalement devenir la règle28. Peu d’études ont toutefois été menées afin d’observer l’évolution des écarts d’âge au mariage en fonction de la classe sociale. Van Poppel et ses collègues ont réalisé un premier essai fructueux à partir de sources néerlandaises : « c’est effectivement dans la classe ouvrière qu’un mouvement vers l’homogamie s’est d’abord manifesté. La classe supérieure, la moyenne bourgeoisie et les petits fonctionnaires ont suivi, avec un retard de plusieurs décennies »29. Ces auteurs ont également noté des différences régionales dans la diffusion des pratiques homogames, partiellement liées au niveau d’urbanisation. Pourtant, dans les trois villages herviens étudiés, situés indéniablement dans une région rurale moderne à beaucoup d’égards, mais qui passe malgré tout au xixe siècle à côté de l’industrialisation, l’écart moyen observé au premier mariage est seulement de 2,3 ans. Le régime démographique de la région bocagère est très traditionnel, avec particulièrement un âge au mariage tardif qui ne s’effrite pas au cours du xixe siècle, contrairement à ce qui s’observe au sein des populations prolétaires. Néanmoins, l’écart d’âge entre les époux est faible. Pour donner quelques éléments de comparaison, lorsqu’un mariage est célébré à Liège – milieu urbain par excellence – entre deux célibataires, l’écart d’âge oscille entre 1,4 et 2 ans entre 1840 et 189030. À Paris, les registres d’état civil de 1885 mettent en évidence une différence moyenne de 3 ans et 6 mois, les hommes étant plus âgés que leurs épouses31. C’est un élément qui mérite d’être signalé car selon l’historiographie traditionnelle, les zones rurales sont plutôt connues pour leurs grandes différences d’âge entre époux.

  • 32 Van Poppel F., Liefbroer A., Post W. (1998), Vers une plus grande homogamie d'âge, pp. 74-75. M. Mi (...)
  • 33 Shorter E. (1977), Naissance de la famille moderne, p. 193.
  • 34 Ibidem, annexe III, pp. 351-352.

20Dans le Pays de Herve, un peu moins d’une femme sur trois est même plus vieille que l’homme qu’elle épouse. Laslett estime que cette proportion était en général élevée dans le système européen du nord-ouest, mais il ne fournit pas réellement de standard de référence. Selon F. Van Poppel et ses collègues, dans les populations anciennes, il n’était effectivement pas rare que des hommes convolent avec des femmes beaucoup plus âgées qu’eux32. Le résultat qui figure dans le tableau V-2 ne porte cependant pas sur l’ampleur des écarts, mais sur la proportion d’unions célébrées entre des individus, quand le mari est plus jeune que sa fiancée. Shorter estime que « du temps de la société traditionnelle, jusqu’à un quart de tous les maris prenaient une femme plus âgée qu’eux-mêmes de 5 ans et plus ».33. Il propose en outre des chiffres similaires pour la Belgique au milieu du xixe siècle : un cinquième des femmes sont nettement plus vieilles (minimum 5 ans d’écart) que leur époux34. Dans ce contexte, les pourcentages obtenus pour la région herbagère s’inscrivent plutôt en dessous des normes de l’époque.

  • 35 De nombreuses études menées en France, en Allemagne, au Danemark, en Angleterre ou encore en Fland (...)
  • 36 Mitterauer M., Sieder R. (1982), The European family.
  • 37 Van Poppel F. (1995), Widows, widowers and remarriage, p. 422. En Angleterre et en Flandre, la pro (...)
  • 38 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 334.

21Le tableau V-2 – qui rappelons-le est une version simplifiée d’un ensemble de critères sélectionnés par Laslett pour définir l’organisation du ménage dans les différentes régions d’Europe – prévoit que la proportion de veuves se remariant est assez élevée à l’ouest du continent. En réalité, la grande majorité des études qui ont pu être menées ne concernent pas directement la proportion de veufs/veuves qui se remarient, mais plutôt la part des remariages parmi les unions célébrées. C’est donc cette donnée que nous avons calculée, afin de situer le Pays de Herve dans un contexte plus large, tout en restant consciente du fait que cette mesure ne reflète pas strictement la propension des veuves à trouver un nouveau conjoint35. La proportion de remariages des veuves parmi l’ensemble des unions célébrées entre 1846 et 1890 s’élève à peine à 3,8 % et aucune évolution ne se fait jour entre le début et la fin de la période étudiée. Une fois de plus, le Pays de Herve se démarque du patron traditionnel, qui veut que la proportion de remariages ait diminué au cours du temps36. D’après une série de renseignements collectés par F. Van Poppel, ce déclin s’amorce pourtant vers 1870 et notre découpage par périodes était donc parfaitement adéquat pour déceler, le cas échéant, une quelconque transformation du poids des remariages à la fin du xixe siècle37. Évidemment, le niveau est, dès le départ, tellement bas qu’il reste peu de marge pour une chute importante. Dans la seconde moitié du xixe siècle, nous avons été en mesure de reconstituer la proportion de veuves se remariant dans le bassin industriel liégeois, grâce à une série de chiffres fournis par R. Leboutte. Elle représente 5,4 % de l’ensemble des mariages observés entre 1840-1849 et 3,9 % en 1899-1901 et ce déclin patent est, d’après l’auteur, une conséquence de la baisse de la mortalité38.

22La deuxième série de critères concerne la proportion de ménages classés selon la typologie de Hammel-Laslett évoquée plus haut : elle résume simplement les informations précédentes et il n’y a pas lieu de s’y attarder. Il est toutefois intéressant de déterminer quels étaient les rôles de chacun à l’intérieur de ces ménages. Le tableau V-3 éclaire les relations liant les membres du ménage à leur chef. Très logiquement, dans un système où près de huit Herviens sur dix vivent dans des structures nucléaires, l’écrasante majorité d’entre eux (environ 90 %) sont soit chefs de ménage, soit épouse, soit enfants de ce chef. La tendance se renforce même au fil des recensements, ce qui confirme la simplification des structures familiales et l’augmentation de la part des individus vivant dans des ménages nucléaires. D’autres enseignements émergent de l’observation de ce tableau :

  • la très petite proportion de parents plus ou moins éloignés (oncles, cousins, neveux, beaux-frères, etc.) atteste la faible importance des ménages étendus et complexes ;
  • moins de 1 % des individus observés sont recensés comme étant le père ou la mère du chef de ménage : bref, quand parents et enfants vivent dans le même ménage, il est rare que les géniteurs ne soient pas à la tête de la cellule familiale ;
  • la domesticité, qu’il n’est pas nécessairement facile d’étudier en raison de problèmes de sous-enregistrement, se dessine comme majoritairement féminine. La proportion de servantes et domestiques diminue nettement au fil des recensements, passant de 1,7 à 0,6 % chez les hommes en l’espace d’un tiers de siècle et de 4 à 1,9 % chez les femmes.
  • enfin, une observation d’un ordre plus technique : le pourcentage des personnes pour lesquelles la relation avec le chef de ménage est incertaine diminue significativement au fil du temps, signe d’une augmentation de la qualité des fichiers (voir chapitre I).

Tableau V-3. Relation liant les membres du ménage au chef de ménage, codés A

Tableau V-3. Relation liant les membres du ménage au chef de ménage, codés A

23La troisième partie du tableau V-2 est consacrée à une description plus socioéconomique du groupe domestique. Elle confirme en fait son refermement sur la famille nucléaire et parfois les parents proches. Il s’avère en réalité que très peu de parents (moins de 3 %) qui ne sont pas de la ligne directe du chef de ménage, s’ajoutent au ménage comme force de travail.

  • 39 Lundh C. (1995), Households and families, p. 61 — Chayanov A.V. (1966), The theory of the peasant e (...)
  • 40 Hajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household, pp. 69-71.

24Les travaux du suédois C. Lundh – fondés largement sur le cycle du ménage paysan décrit par A. Chayanov – mettent en évidence l’utilisation, dans la Scanie rurale, de domestiques au début de la fondation du ménage, afin de compenser le fait que les jeunes enfants ne sont pas capables de fournir une quelconque force de travail. Dès que les enfants sont à même d’apporter leur contribution dans l’économie familiale, le poids des domestiques s’atténue considérablement39. Dans le Pays de Herve, la domesticité joue un rôle manifestement mineur. Certes, nous avons évoqué à plusieurs reprises le problème du sous-enregistrement des servantes et domestiques, lié à la fois à la question des définitions de la population de droit et de fait et aux séjours parfois brefs de cette catégorie de travailleurs. Toutefois, les données fournies lors des recensements – que nous avons utilisées dans cette recherche – sont tout de même les plus fiables. Or, elles débouchent, elles aussi, sur des résultats bien maigres. En tout état de cause, la très faible proportion des domestiques mariés (0,16 % des travailleurs) montre clairement que les individus concernés par ces métiers domestiques sont avant tout intégrés dans le ‘life cycle servanthood’. Dans le modèle nord-ouest européen de formation du ménage, Hajnal retient trois critères fondamentaux : outre un âge au mariage élevé et la règle du néolocalisme, il constate que les jeunes gens, avant de se marier, se placent comme domestiques dans différents ménages. C’est selon lui un élément indissociable du mariage tardif qui permet, du point de vue du jeune domestique, de se constituer une épargne ou du moins de vivre de manière autonome avant de fonder son propre foyer. Du point de vue plus général du fonctionnement de la société, ce système permet l’existence d’une main-d’œuvre libre de circuler en fonction du travail qui lui est offert. En particulier, dans les régions rurales, les jeunes qui proviennent d’exploitations petites, au lieu d’être une charge pour leur famille, peuvent exercer leur force de travail soit dans d’autres ménages paysans où elle est la bienvenue, soit en ville40.

  • 41 Lundh C. (1998), The marriage pattern — ID. (1995), Households and families.
  • 42 Segalen M. (1987), Life course patterns, p. 216.
  • 43 Déjà au début du xixe siècle, S. Patriarca note qu’à Charneux, l’emploi de domestique est très lim (...)

25La Scanie suédoise est, dans l’ensemble, une belle illustration du modèle d’Hajnal41. M. Segalen estime cependant le système français très différent des systèmes anglo-saxons. Selon elle, l’idéal familial de nos voisins d’outre-Quiévrain consistait à garder les enfants à la maison jusqu’à leur mariage. Tous bien sûr n’y parvenaient pas, mais justement, commencer sa vie comme domestique était le signe d’une grande pauvreté42. Le Pays de Herve, comme d’ailleurs l’Ardenne liégeoise, se rattache manifestement au modèle français43.

26Enfin, on compte en moyenne 2,4 adultes d’âge actif, ce qui n’est pas une proportion négligeable dans une société où le nombre moyen d’individus par ménage est de 4,5 personnes. Ceci confirme globalement les résultats de la microéconomie.

2. La ‘nuclear hardship hypothesis’

  • 44 Selon lui, dans un système nucléaire avéré pendant au moins quatre siècles – l’Angleterre préindus (...)
  • 45 « ‘Spinster clustering’is the grouping together of women (in twos, threes and fours) to rent some (...)

27Dans ses structures comme dans son fonctionnement, le modèle familial hervien est donc bien nucléaire. S’il implique la vulnérabilité des marginaux et en particulier des personnes âgées, cela peut se traduire par une évolution des configurations de cohabitation au cours de la vie. De ce point de vue, comme Laslett l’a noté lui-même44, l’éventail des possibilités est relativement ouvert. La vieillesse peut être associée à la solitude, mais aussi à une position inférieure d’hôte au sein du ménage d’un enfant (structure étendue). Il peut également s’agir de regroupements défensifs de marginaux, apparentés ou non, qui unissent leurs efforts pour survivre, comme les ‘spinster clustering’ observées par O. Hufton45. Ce sont ces stratégies que nous allons tenter d’analyser dans les pages qui suivent.

2.1. La taille moyenne du ménage : son évolution dans le cours de la vie selon le sexe

28L’évolution de la taille du ménage au cours de la vie individuelle fournit pour commencer une indication précieuse. Dans le Pays de Herve, les personnes âgées se retrouvent dans des foyers de dimension bien plus réduite que ceux qu’elles ont connus quand elles étaient jeunes. Le graphique V-2 offre une vision assez claire des modifications qui interviennent dans les parcours individuels des Herviens. Deux cycles émergent très nettement, le premier couvrant la période de la naissance au mariage. C’est clairement dans l’enfance que les individus partagent le toit et le couvert avec le plus grand nombre de cohabitants : entre 5 et 19 ans, les enfants et les adolescents vivent dans des unités dont la taille moyenne dépasse 7 individus. Aces âges (surtout 5-14 ans), les enfants ont à la fois des frères et sœurs aînés et cadets – relativement nombreux d’ailleurs vu la forte fécondité légitime qui caractérise la région bocagère – et leurs parents sont toujours en vie. Le nombre moyen de cohabitants diminue ensuite progressivement, pour atteindre une taille approximative de 5 membres vers 30-34 ans.

  • 46 Nous devons à cet auteur un certain nombre des idées que nous développons dans ce paragraphe afin (...)
  • 47 Idem, p. 97.

29Un cycle similaire se répète à partir de 30 ans, mais son amplitude est nettement moindre. Dans un premier temps, il se traduit par une augmentation de la dimension moyenne des ménages dans lesquels évoluent les individus : vers 40-50 ans, elle est passée approximativement à 5,8-5,9 personnes. C’est également à ce moment que les premières divergences apparaissent en fonction du sexe des individus : entre 30 et 49 ans, les hommes vivent dans des cellules légèrement plus réduites, puis à partir de 50 ans, la tendance s’inverse clairement et les écarts se creusent (environ un demi cohabitant de moins dans les ménages des femmes). L’inégalité des sexes face à la mort et la plus forte proportion de veuves qui en résulte sont sans nul doute responsables de ce phénomène. D’ailleurs, le graphique réalisé par D. Reher46 sur base des données de Cuenca, en Espagne, dessine un profil parfaitement similaire : les transitions s’y produisent au même moment dans le cours de la vie, et les écarts entre les sexes ont la même dimension. La seule véritable différence qui émerge de la comparaison de ces milieux a priori sans points communs consiste dans le fait que les Espagnols observés vivent dans des unités de cohabitation plus petites47.

Graphique V-2. Taille moyenne du ménage par âge et sexe

Graphique V-2. Taille moyenne du ménage par âge et sexe

Sources : Registres de population de Charneux, Clermont et Neufchâteau. Période 1846-1900 Méthode : Basé sur des personnes-années, observation en continu sur l'ensemble de la période

2.2. Le cycle de vie du ménage à travers son chef : évolution des structures

  • 48 Une série de travaux partent de ce postulat. Citons, parmi d’autres, Alter G. (1996), The European (...)
  • 49 Reher D.S. (1997), Perspectives on the family, p. 86-88

30La typologie des ménages a mis en évidence une prédominance écrasante de la famille nucléaire dans le Pays de Herve, alors que les autres formes d’organisation ménagère, surtout les ménages complexes et sans noyau, sont marginalisées. Étudier cette typologie et ses variantes en fonction de l’âge ou du sexe du chef du ménage, c’est aussi envisager le cycle de développement du ménage - tout en restant fidèle à notre option méthodologique - à travers l’âge de l’individu qui est à sa tête. Les jeunes foyers sont ceux dirigés par des moins de 30 ans, par des gens qui viennent de s’établir. Lorsque les enfants naissent et grandissent, on parlera plutôt d’une cellule « mature », puis le ménage devient vieux quand il se vide à la suite du départ des enfants, eux-mêmes devenus adultes. C’est à ce moment que la ‘nuclear hardship hypothesis’ se vérifierait pleinement, que le ménage serait le plus menacé, que les individus endureraient le plus sévèrement les imperfections du système familial et tomberaient à charge de la société. Les personnes âgées et isolées – principalement les veuves – seraient les premières victimes d’une organisation nucléaire de la société48. Plus récemment, D. Reher a rappelé qu’il n’y avait pas un, mais bien des systèmes nucléaires, et qu’en particulier, les formes de corésidence résultent de compromis entre les contraintes démographiques de reproduction et de mortalité, les conditions économiques et les schémas de solidarité familiale49.

  • 50 Ils sont seulement au nombre de 40 pour l’ensemble des trois villages étudiés, tous recensements c (...)

31Concrètement, les chefs de ménage jeunes sont beaucoup moins susceptibles d’être à la tête de structures complexes que les plus âgés et c’est seulement à partir de 55 ans que ce type d’organisation représente plus de 5 % des ménages (graphique V-3). Si l’on excepte les chefs de 20-24 ans50, c’est une nouvelle fois avec l’âge que la proportion de solitaires augmente, dès 50 ans déjà, mais le mouvement s’affirme surtout au-delà de 70 ans (16 % des chefs de 70-74 ans et 28,6 % des 75 ans et plus). Inversement, la proportion de chefs de ménages nucléaires oscille autour de 80 % jusqu’aux environs de 50 ans, pour diminuer progressivement par la suite, au point qu’après 75 ans, à peine plus d’un ménage sur deux relève encore de ce type.

32Sans hésitation, les ménages « matures » sont les plus représentatifs du modèle standard régional, tandis que les stratégies, les organisations plus diversifiées s’observent surtout dans les unités de cohabitation dirigées par des personnes de plus de 50 ans.

  • 51 Rappelons toutefois que les données que nous analysons ici ne sont pas strictement comparables à c (...)
  • 52 Pour des détails sur ce point, le lecteur se reportera à Neven M. (2000a), Dynamique individuelle (...)

33Notons aussi que de très nettes différences se font jour lorsque l’on compare les structures en fonction du sexe du chef de ménage. En effet, chez les femmes, la proportion de ménages nucléaires y est beaucoup plus réduite (souvent moins d’un ménage sur deux) et, comme nous l’avions vu dans le chapitre IV51, la solitude les touche davantage : entre 40 et 74 ans, 14 à 34 % des femmes chefs de ménage vivent dans des unités solitaires et, au-delà de 75 ans, cette proportion atteint même 44 %52. Les fratries jouent quant à elles un rôle non négligeable dans la vie des Herviennes, surtout entre 40 et 74 ans. Au-delà, bien sûr, le nombre de frères et sœurs survivants réduit nettement les possibilités de cohabiter avec l’un d’entre eux (cf. infra).

Graphique V-3. Proportion de ménages complexes, solitaires et nucléaires en fonction de l’âge du chef, Pays de Herve, 1846-1890

Graphique V-3. Proportion de ménages complexes, solitaires et nucléaires en fonction de l’âge du chef, Pays de Herve, 1846-1890

Sources : les codés A des Registres de Population de Clermont, Charneux et Neufchâteau en 1846, 1866, 1880 (et 1890 pour Chameux).

2.3. Les structures de parente au sein du ménage et le cours de la vie : la diversité des positions des aînés

34À ce stade de notre recherche et conformément aux vues de P. Laslett (et de beaucoup de ses disciples), il apparaît que la ‘nuclear hardship hypothesis’ pèse sur les vieux, et que, parmi eux, les femmes sont particulièrement défavorisées. Les personnes âgées vivent en moyenne dans des ménages de taille plus réduite et beaucoup de femmes chef de ménage sont en réalité à la tête de ménages solitaires, au point qu’à partir de 75 ans, près d’une sur deux endure cette situation. Pourtant, déjà de premiers résultats se font jour : d’une part, les aînés sont à la tête de structures plus diversifiées, ce qui laisse supposer des stratégies de réponse à l’hypothèse de Laslett ; d’autre part, les fratries, en tout cas les groupes domestiques sans noyau où cohabitent des parents qui n’appartiennent pas à la même lignée (famille-souche), jouent un rôle non négligeable parmi les chefs de ménage féminins du Pays de Herve.

  • 53 Insistons sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une répartition socioprofessionnelle, mais bien de l’é (...)

35Appréhender le cycle de vie de tous les Herviens sous l’angle de leur structure de cohabitation met davantage en lumière la position des vieux, puisque la relation de parenté entre un individu et le chef du ménage est largement fonction de l’âge de chacun et varie donc dans le cours de la vie. Avant 15 ans, il n’est guère étonnant de constater que 97 % des Herviens observés appartiennent à la famille souche du chef, c’est-à-dire qu’ils en sont les enfants (tableau V-4). Entre 15 et 54 ans, 42 % des personnes occupent la position de leadership dans leur ménage, à moins qu’elles ne soient épouse du chef, et 45-48 autres pour cent appartiennent à la famille souche. Assez logiquement, c’est à ce moment que la proportion de domestiques est maximale : ce statut concerne 6,9 % des femmes en 1846 et 2,7 % des hommes, mais ces proportions se réduisent au fil du temps53. Trois traits majeurs caractérisent les individus de 55-74 ans. Premièrement, 83 à 88 % d’entre eux sont chefs ou épouse, ce qui constitue indéniablement une proportion très élevée. Les autres, assez bizarrement, font plus souvent partie de la famille non-souche du chef de ménage que de sa famille souche, ce qui signifie qu’ils ont davantage tendance à vivre avec des frères, sœurs, cousins, oncles ou neveux qu’avec leurs propres enfants. Ce constat est valable pour les deux sexes, mais chez les femmes, la situation est encore plus fréquente (10 % des cas), ce qui rejoint les renseignements recueillis sur l’importance des fratries pour les Herviennes. Enfin, il faut encore noter que c’est au-delà de 55 ans que le risque de vivre dans un ménage « étranger », c’est-à-dire dont le chef n’est pas un membre de sa famille, est le plus grand.

Tableau V-4. Relation liant les membres du ménage au chef de ménage par grands groupes d’âge

Tableau V-4. Relation liant les membres du ménage au chef de ménage par grands groupes d’âge

Source : Les codés A des registres de population de 1846, 1866, 1880 et 1890.

  • 54 Pour les chiffres absolus et les pourcentages qui ont servi à établir ces deux graphiques, voir l’ (...)

36L’évolution de la structure de cohabitation dans le cours de la vie individuelle permet une nouvelle approche de la vieillesse. Dans le graphique V-454, la répartition des individus dans les différents types de ménages distingués par Hammel-Laslett tient compte de leur âge et de leur sexe.

  • 55 Cette observation va à l’encontre de l’hypothèse – largement relayée par le ‘Groupe de Cambridge’ (...)
  • 56 Alter G. et al. (1997), Household formation systems.
  • 57 IbidemOris M., Ochiaie. (2002), Family crisis.

37Le principal trait qui ressort de ces figures, c’est une nouvelle perception de la solitude au Pays de Herve. D’une part, elle concerne une proportion finalement assez faible des individus. Avant 50 ans, un maximum de 5,1 % des Herviens appartiennent à des ménages solitaires et c’est seulement quand le troisième âge est déjà bien entamé (65, 70 ans) que plus d’un individu sur dix est isolé dans son ménage, ne vivant avec aucun parent, même éloigné. La « dureté », la sévérité, du système familial nucléaire envers les plus âgés n’est pas avérée55. Le système nucléaire évite la solitude aux vieux de manière aussi performante que des systèmes de familles souche ou complexes. Une étude comparative de Yokouchi (un village japonais), de Sart et de Venders, avait abouti en 1997 à un résultat surprenant : la proportion de personnes âgées vivant avec leurs enfants ne diffère guère dans ces systèmes familiaux pourtant opposés, puisqu’elle oscille dans les trois cas entre 70 et 80 %56. À ce niveau, la véritable particularité sociale se situe plutôt dans le statut matrimonial des enfants cohabitant. Dans les systèmes nucléaires qui caractérisent l’Est de la Belgique, les célibataires constituent l’immense majorité (90 %), tandis qu’au Japon, cette proportion atteint au mieux 70 %, parfois 50 %57. D’autre part, les graphiques relativisent un second aspect : le côté essentiellement féminin de l’isolement, que nous avons pourtant mis en exergue à plusieurs reprises jusqu’ici, ce qui confirme encore une fois la pertinence de l’approche individuelle par rapport à celle des ménages. Globalement, 3,1 % des individus de sexe masculin recensés dans les trois villages vivent dans des ménages solitaires, contre seulement 2,8 % des femmes. Toutefois, il faut quand même noter que la proportion des femmes isolées est plus importante à partir de 55 ans, précisément quand les femmes deviennent beaucoup plus nombreuses que les hommes.

38La catégorie des ménages sans noyau rassemble moins de 5 % des habitants de la région herbagère. La part des hommes qui cohabitent avec des membres de leur famille autres que leur épouse, leur(s) enfant(s) ou leur(s) géniteur(s) oscille à l’âge adulte entre 3 et 7 %, mais l’âge ne dessine aucun patron particulier. Leurs homologues féminines sont par contre plus enclines, dès l’âge de 30 ans, à vivre avec des collatéraux ou de la famille plus éloignée. Entre 60 et 74 ans, par exemple, plus d’une femme sur dix vit dans un foyer sans noyau.

Graphique V-4. La structure du ménage dans le cours de la vie des Herviens et des Herviennes (en %)

Graphique V-4. La structure du ménage dans le cours de la vie des Herviens et des Herviennes (en %)
  • 58 Les résultats relatifs aux ménages complexes donnent des renseignements différents selon que l’on (...)
  • 59 Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages, pp. 183-185 — Todd E. (1990), L’invention de l’Europ (...)
  • 60 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

39Le risque de vivre dans un ménage complexe est plus important chez les enfants et les jeunes adultes, tandis que vers 50 ans, la probabilité est la plus faible quel que soit le sexe58. C’est un résultat qui suggère une cohabitation momentanée des jeunes ménages qui se créent, avec les parents de l’un des époux, et un établissement un peu retardé en tant que foyer autonome. Dans la banlieue industrielle liégeoise, R. Leboutte observe qu’entre 1846 et 1890, un nouveau ménage sur quatre ne respecte pas la règle du néolocalisme. Sans donner de durée précise, il estime toutefois que la période de cohabitation avec le noyau familial ascendant est relativement éphémère, et qu’après cinq ans, en tout cas, l’importance relative de ces types de ménages est fortement réduite59. D’autres chercheurs liégeois, C. Capron et M. Oris, ont observé l’âge moyen auquel les enfants cessaient de cohabiter avec leurs parents, en abordant la question sous un angle double, celui du ‘leaving home’ des enfants et de la mortalité des parents eux-mêmes. Leur comparaison d’un milieu urbain (Tilleur) et de deux villages ardennais (Polleur et Sart) les pousse à conclure que les jeunes citadins sont généralement enclins à quitter leurs parents plus précocement, disposant ainsi d’une période de « liberté », d’autonomie, avant leur mariage. À l’opposé, dans les campagnes, les départs sont fortement liés au mariage, et il existe indéniablement, pour un certain nombre de jeunes couples, des périodes brèves de cohabitation avec le ménage parental60.

  • 61 R. Leboutte observe à Cheratte, Herstal et Oupeye une tendance à la complexité croissante au fur e (...)
  • 62 Sokoll T. (1994), The household position of elderly widows in poverty, p. 218.
  • 63 Alter G. (1996), The European marriage pattern, pp. 9-11. À Sart, même après 75 ans, un minimum de (...)

40À l’opposé, vivre dans un ménage étendu est une probabilité qui augmente avec l’âge. Ce phénomène indique le retour, après un deuil, d’un certain nombre de veufs/veuves (relativement peu nombreux tout de même) dans le ménage d’un de leurs enfants mariés61. Ce sont les femmes qui ont déjà fêté leur 75e anniversaire qui sont le plus susceptibles de connaître cette situation : 12,8 % d’entre elles vivent en effet dans des ménages étendus. Sokoll avait d’ailleurs déjà insisté sur le fait que « there seems to be little justification for the view that a large proportion of paupers, especially among the elderly, and most particularly elderly women, lived in residential isolation ». Au contraire, il constate que les veuves âgées et les vieilles filles ont plutôt tendance à se retrouver dans des ménages étendus (avec des parents, plus ou moins éloignés) ou dans des ménages dits « solitaires » selon la typologie de Laslett, foyers au sein desquels elles cohabitent toutefois avec des étrangers62. À Verviers, en 1831, G. Alter a constaté en effet que les femmes âgées célibataires sont 15 % à vivre seules entre 55 et 64 ans, 22 % à 65-74 ans, puis leur proportion décroît nettement. À partir de ce moment, plus de 40 % d’entre elles vivent dans ce qu’il appelle des ‘old age home’ ou des groupes de 9 individus minimum sans relation de parenté aucune. D’autre part, un minimum de 7 veuves sur 10 de 55 à 74 ans résident encore avec au moins un de leurs enfants (marié ou non)63.

41Le graphique V-5 offre une vision globale de la situation des personnes âgées de 55 ans et plus, un résumé en quelque sorte de la situation des 2.413 aînés des trois villages, répertoriés dans les recensements de 1846, de 1866 et de 1880. Il atteste la variété de stratégies, de structures de cohabitation pour tous ces individus. Environ un tiers d’entre eux ne vivent pas dans le ménage type, c’est-à-dire dans un ménage nucléaire. Sur cent Herviennes de plus de 55 ans, 11 vivent seules ou sans aucun membre de la famille dans leur unité de cohabitation, 10 autres résident dans un groupe domestique étendu et 10 encore dans une cellule sans noyau familial. Seules 5 d’entre elles cohabitent dans des ménages complexes, donc dans des foyers où deux noyaux familiaux partagent le toit et le couvert.

Graphique V-5. Répartition des personnes de 55 ans et plus selon leur sexe et le type de ménage dans lequel elles vivent

Graphique V-5. Répartition des personnes de 55 ans et plus selon leur sexe et le type de ménage dans lequel elles vivent

Sources : Les codés A des registres de population de 1846, 1866 et 1880.

42Chez les hommes de cette catégorie d’âge, le modèle est analogue : la probabilité de vivre dans un ménage complexe est juste un peu plus élevée (7 %) et celle de corésider dans une cellule sans noyau est plus faible (5 %). Laslett estimait à 15 % environ la proportion des ménages étendus ou complexes et à 15 % également le poids des foyers solitaires dans une société nucléaire. L’analyse des structures au Pays de Herve dans la seconde moitié du xixe siècle offre un tableau plus nuancé, où le sort des aînés particulièrement apparaît moins sombre que prévu. Certes, les ménages nucléaires peuvent cacher un isolement déguisé : si un vieux couple se retrouve sans ses enfants, on peut considérer que son sort est précaire, en raison d’une force de travail quasi inexistante. Mais en fait, parmi les 64 à 69 % de personnes de 55 ans et plus résidant dans un groupe domestique nucléaire, près de 85 % vivent au moins avec un enfant !

2.4. Un système plus dur pour les adultes célibataires que pour les vieux ?

  • 64 M. Oris et E. Ochiai (2002), une fois de plus, renvoient à une série de références et de mesures d (...)

43Le paragraphe précédent a mis en lumière la diversité des réponses aux « épreuves » imposées aux personnes âgées dans le système nucléaire. Toutefois, bien qu’il y ait encore ici matière à controverse, plusieurs éléments indiquent l’existence d’une autre catégorie de sacrifiés du système. Le tableau V-5 envisage la corésidence avec les parents proches (père, mère, frère(s), sœur(s) ou épouse), dans un contexte où la famille nucléaire est plus que largement dominante. Près de neuf enfants sur dix, garçons ou filles, vivent avec leurs deux géniteurs, ce qui traduit le faible taux de mortalité aux âges adultes dans la région hervienne (voir chapitre ID)64. 5 % vivent avec leur mère seulement, 4 % avec leur père, et moins de 2 % ne cohabitent pas avec leurs parents. Parmi les adultes actifs (15-54 ans), plus d’une personne sur deux ne vit avec aucun de ses parents, mais ils sont encore 30 % à corésider avec père et mère. C’est de toute évidence une proportion énorme. Elle indique que la ‘nuclear hardship’ qui, nous l’avons vu, épargne relativement les vieux, pèse lourdement sur les adultes, en tout cas sur ceux qui n’ont pas quitté le Pays de Herve ! C’est une conséquence à la fois de la grande espérance de vie dans la région herbagère et de la dureté constante, durant toute la seconde moitié du xixe siècle, du frein malthusien.

44La part des Herviens qui cohabitent avec des frères et sœurs est très importante dans l’enfance : 61 % d’entre eux vivent au moins avec un frère cadet et 63 % avec une sœur plus jeune, tandis que près d’un enfant sur deux a au moins un frère aîné, ainsi qu’au moins une grande sœur. Si l’on observe les petites filles, les proportions sont quasiment similaires. À 15-54 ans, les risques diminuent et s’inversent, c’est-à-dire que désormais, il est plus probable de vivre avec un aîné (± 30 %) qu’avec un cadet (± 20-22 %). Au-delà de 55 ans, la cohabitation avec des parents proches devient dérisoire : la survivance de géniteurs est rarissime (moins de 1 %), et rares sont ceux qui vivent encore avec ne serait-ce qu’un frère ou une sœur. En additionnant les personnes qui résident avec au moins un frère ou une sœur plus jeunes et un frère ou une sœur aînés, et en considérant que ces catégories ne sont pas redondantes – ce qui n’est guère le cas –, les Herviens âgés de 55 ans et plus cohabitant avec un membre collatéral de la famille souche seraient au maximum 7 %.

Tableau V-5. Les corésidents dans le ménage, selon l’âge (en %)

Tableau V-5. Les corésidents dans le ménage, selon l’âge (en %)
  • 65 Alter G. et al. (1997), Household formation systems, p. 4.
  • 66 Sur les enfants « sacrifiés », voir Alter G. (1996), The European marriage pattern, p. 17.

45Entre 55 et 74 ans, 63 % des hommes et 56 % des femmes vivent au moins avec un enfant célibataire, mais seulement 8 % avec un descendant direct marié. Comme G. Alter et ses collègues l’ont mis en évidence, c’est une des différences essentielles entre le système de famille souche et le système nucléaire. Ce n’est pas tant la part des parents qui corésident avec leur progéniture, mais plutôt l’état civil de celle-ci qui est déterminante (voir supra)65. Le néolocalisme s’affirme donc à nouveau clairement. La fondation de foyers indépendants par les jeunes couples suit immédiatement le mariage dans la plupart des cas. La cohabitation avec un enfant célibataire peut quant à elle traduire plusieurs situations : d’une part, tous les éléments indiquent un mariage tardif et un célibat définitif élevé ; il n’est donc pas étonnant que des sexagénaires vivent avec des enfants célibataires déjà adultes. D’autre part, mais l’argumentation est totalement invérifiable à ce stade de notre étude, il peut s’agir d’enfants « sacrifiés », chargés de veiller au bien-être de leurs parents dans la vieillesse et qui se retrouvent eux-mêmes seuls et marginaux quand leur rôle s’achève (voir chapitre XI)66.

Conclusion

46Au-delà de la simple classification typologique des ménages, ce chapitre avait pour ambition de comprendre de manière plus complète, plus globale, le système ou plutôt les systèmes familiaux dans le Pays de Herve au xixe siècle. Il s’agissait de faire la connexion entre l’organisation même des groupes domestiques, le régime démographique – notamment la nuptialité et la fécondité – et la culture régionale.

47La « simple » statistique descriptive des groupes de cohabitation révèle déjà une série d’informations et met notamment en lumière toute l’incidence du parti pris méthodologique du chercheur sur la perception des réalités anciennes. À première vue, la répartition des ménages selon la typologie de Hammel-Laslett, offre du Pays de Herve une image tout à fait conforme à la norme nord-ouest européenne : plus de 70 % de ménages nucléaires, 9 % de ménages étendus, 8,2 % de solitaires, une part encore plus restreinte de foyers sans noyau et, enfin, une très faible proportion de ménages complexes. Mais l’approche individuelle montre que l’isolement des Herviens est carrément un phénomène marginal : seuls 6 % d’entre eux vivent en réalité dans des ménages solitaires ou sans noyau !

48La ‘nuclear hardship hypothesis’ de P. Laslett ne se vérifie pas de manière très nette pour les personnes âgées, parmi lesquelles notamment la solitude est beaucoup moins fréquente que l’on aurait pu s’y attendre d’après le portrait dressé par l’historiographie traditionnelle. Pour éviter l’isolement, il existe indéniablement une solidarité intra-générationnelle entre les frères et sœurs d’un certain âge, qui n’hésitent pas à cohabiter. C’est une stratégie intéressante, qui indique des comportements assez variés afin de contourner l’épreuve, la solitude, imposée dans les sociétés nucléaires aux individus qui ne parviennent pas à s’intégrer dans le système dominant.

49En revanche, si elle épargne relativement les vieux, la ‘nuclear hardship’ pèse lourdement sur les jeunes adultes, comme en témoigne la forte proportion de personnes de 15-54 ans qui corésident avec leurs parents (près d’une personne sur trois !). Ces chiffres traduisent à la fois un mariage tardif – caractéristique qui demeure d’ailleurs tout au long de la période observée – et un célibat définitif élevé. En somme, la véritable épreuve dans le système nucléaire hervien, c’est le frein malthusien ; c’est la difficulté pour les jeunes gens de quitter le foyer parental et de se marier. Leur devenir est à ce stade difficile à déterminer avec précision. L’hypothèse du sacrifice voudrait qu’après le décès de leurs parents, ils entrent eux-mêmes dans la vieillesse seuls et sans soutien. Mais précisément, les analyses développées dans ce chapitre montrent que les cas de solitude sont finalement assez rares. Dès lors, une hypothèse alternative doit considérer des stratégies qui sont moins souvent évoquées dans la littérature, comme la cohabitation avec des frères et sœurs eux aussi célibataires ou l’accueil par des membres de la famille éloignée. C’est le suivi des biographies, dans la troisième partie de cet ouvrage, qui permettra de trancher.

Notes

1 Laslett P. (1988), Family, kinship and collectivityRose S.O. (1994), Widowhood and povertyMarchini A. (1994), Poverty, the life cycle of household— Hufton O. (1984), Women without men. Pour un aperçu à la fois général et assez détaillé de la ‘nuclear hardship hypothesis’ et de ses implications, voir Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis et Reher D. S. (1998), Family ties in Western Europe.

2 Chudacoff H., Hareven T.K. (1979), From the empty nest to family dissolutionId. (1978), Family transitions into old ageHareven T.K. (1982), The life course and aging in historical perspective.

3 Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages— Janssens A. (1993), Family and social change.

4 Laslett P. (1972), Introduction, surtout p. 31.

5 Hammel E.A., Laslett P. (1974), Comparing household structure.

6 Plutôt que d’infliger une note « obèse », nous nous permettons de renvoyer le lecteur au chapitre 66 de la Bibliographie Internationale de Démographie Historique (taille et composition des ménages et des feux).

7 Pour travailler sur la structure des ménages et les liens de parenté entre les individus à l’intérieur de celui-ci, il est en effet plus correct, compte tenu des sources belges, de ne travailler que sur les codés A. Au moment du recensement, on sait en effet de manière certaine qui est le chef de ménage et les liens de parenté sont connus.

8 Dans la typologie originelle, Laslett désigne comme « no family » les ménages ou l'on trouve des « coresidents siblings, coresidents relatives of other kinds, persons not evidently related ». Concrètement, il s’agit de membres de la même famille, à condition qu’aucun noyau familial n’apparaisse dans le ménage, c’est-à-dire qu’on n’y retrouve pas un enfant avec un de ses parents (Laslett P. (1972), Introduction, p. 31). C’est pourquoi nous avons préféré traduire l’expression « no family » par « sans noyau ».

9 Nos références bibliographiques se limitent à King M., Preston S.H. (1990), Who lives with whom ?

10 Citons entre autres, sans souci d’exhaustivité, les contextes très variés dans lesquels cette typologie a été appliquée : Danhieux L. (1983), The evolving household, p. 414— Fauve-Chamoux A. (1983), Women in an urban environment, p 481 — Wall R. (1983), Introduction, p. 21 — Segalen M. (1988), Les structures familiales, p. 418— Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages, p. 177.

11 Ce noyau familial peut cohabiter ou non avec un ou des domestiques, ou d’autres personnes n’ayant aucun lien de parenté avec eux.

12 Une telle répartition est assez attendue dans le contexte de l’Europe du Nord-Ouest. Pour une comparaison avec d’autres localités de l’Est de la Belgique, voir Neven M. (2000a), Dynamique individuelle et reproduction familiale, p. 216. Dresser un tableau synoptique permettant une comparaison avec une série de régions, villes ou villages d’Europe ou d’Asie paraît peu digne d’intérêt. Nous renvoyons le lecteur qui voudrait se livrer à cet exercice fastidieux à Laslett P. (1972), Introduction, p. 61 et 85. Dans l'Invention de l’Europe, Todd E. (1990) réalise une synthèse et une bibliographie des études disponibles à l’échelle européenne. En 1998, A. Fauve-Chamoux et E. Ochiai ont publié un ouvrage regroupant 20 contributions, dans lequel la plupart des auteurs ont également établi des classifications de ménages sur base des critères de P. Laslett. (Fauve-Chamoux A. et Ochiai E. (1998), Maisons et famille-souche).

13 Pour une synthèse, voir Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis, spécialement table 1. Pour différentes typologies des ménages et des familles en Europe, voir Hajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household— Laslett P. (1983), Family and household— Burguière A. et al. (1986), Histoire de la famille.

14 Ces résultats-ci ont été obtenus à partir d’une méthodologie différente de celle utilisée dans le chapitre IV. Dans le cas présent, ils sont basés sur une photo lors des recensements de la population (les codés A), tandis que nos données antérieures ont été obtenues à partir des ménages observés à chaque 1er janvier entre 1847 et 1900.

15 Elle est défendue avec force par Ruggles S. (1987), Prolonged connections— Folbre N. (1988), Women on their own (citée par King M., Preston S. (1990), Who lives with whom ?). Dès la fin des années 1970-début 1980, déjà, deux auteurs avaient développé ce point de vue : Smith D.S. (1979), Averages for units and averages, pp. 285-298 et Watkins S.C. (1980), On measuring transitions and turning points, pp. 181-187.

16 Rappelons que la taille moyenne des ménages de Chameux, Clermont et Neufchâteau est de 4,5 personnes.

17 Laslett P. (1972), Introduction, pp. 5-10.

18 Laslett P. (1983), Family and household, pp. 526-527. Précisons d’emblée que le tableau élaboré par P. Laslett contient uniquement des appréciations qualitatives assez floues (« souvent », « fréquemment », « rarement », etc.) Nous tentons ici de quantifier plus strictement chacun des éléments du tableau pour notre échantillon hervien. Lorsque c’est possible, nous comparons nos résultats chiffrés à d’autres sociétés qui s’inscrivent, elles aussi, dans le modèle dit ouest-européen.

19 De nombreux articles et ouvrages décrivent le système familial d’Europe occidentale. Pour une synthèse des principales caractéristiques de cette grande région, se référer notamment à Wrigley E. et al. (1997), English population history from family reconstitution, particulièrement pp. 121-126 — Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisisHajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household, p. 66.

20 Les données relatives aux manages (âge au manage, écarts d’âge,...) ont été calculées sur base des registres des mariages. Les registres de population en effet englobent toute une population mouvante (les migrants) pour laquelle ces données sont souvent inconnues. Mais compte tenu de la règle de prescription des cent ans valable pour les actes d’état civil, nos données issues des registres des mariages ne couvrent que la période 1846-1890. Il s’agit de toutes les unions qui ont été célébrées à Chameux, à Clermont et à Neufchâteau.

21 Van de Walle E. (1965), La nuptialité en Belgique de 1846 à 1930, p. 46.

22 Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, p. 49— Desama C. (1976), L’expansion démographique du xixe siècle, pp. 145-146.

23 Hajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household, p. 69.

24 Signalons que c’est la lecture de R. Rudolph qui a attiré notre attention sur cette problématique particulière au Pays de Herve (Rudolph R. (1995), Major issues, p. 16). M. P. Gutmann et R. Leboutte développent cette explication relative au mariage tardif dans Gutmann M.P., Leboutte R. (1983), Rethinking protoindustrialization and family, surtout 603-604. La théorie de la proto-industrialisation, qui aurait permis aux jeunes de s’émanciper beaucoup plus tôt car leur établissement en tant que ménage indépendant n’est pas lié à l’héritage d’une terre, est ici battue en brèche : en réalité, le type même de l’industrie à domicile a son importance pour expliquer les comportements des ménages paysans et proto-industriels (Pfister U. (1995), The protoindustrial household economy).

25 Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité, p. 10. D’autre part, R. Lesthaeghe propose des Im pour la Belgique, mais aussi la France, l’Allemagne ou l’Italie dont les niveaux sont plus élevés que dans la région herbagère, Lesthaeghe R. (1977), The decline of Belgian fertility.

26 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’oeuvre, pp. 294-295.

27 Burguière A. et al. (1986), Histoire de la famille, pp. 26-27.

28 Shorter E. (1975), The making of the modem family— Anderson M. (1980), Approaches to the history, pp. 44-45.

29 Van Poppel F., Liefbroer A., Post W. (1998), Vers une plus grande homogamie d'âge, surtout pp. 74-75, 102. C. Vandenbroeke note également que « les écarts d’âge sont toujours extrêmes pour les classes les plus aisées » (Vandenbroeke C. (1977), Caractéristiques de la nuptialité, p. 11). Tout récemment, B. Van de Putte et K. Matthijs parviennent à des conclusions plus nuancées sur la ville de Louvain au xixe siècle, dans la mesure où le comportement des classes culturelles moyennes changerait plus vite que celui des classes inférieures. Toutefois, là encore, les femmes de l’élite restent plus enclines à épouser un partenaire beaucoup plus âgé (Van De Putte B. et Matthijs K. (2001), Romantic love and marriage).

30 Jacquemin A. (1991), Les mariages à Liège, p. 48.

31 Garden M. (1998), Mariages parisiens à la fin du xixe siècle, p. 117.

32 Van Poppel F., Liefbroer A., Post W. (1998), Vers une plus grande homogamie d'âge, pp. 74-75. M. Mitterauer et R. Sieder évoquent aussi les femmes plus âgées que leur époux, signalent que le phénomène se rencontre moins fréquemment que la situation inverse, mais ne fournissent aucune donnée quantifiée (Mitterauer M., Sieder R. (1982), The European family, p. 149).

33 Shorter E. (1977), Naissance de la famille moderne, p. 193.

34 Ibidem, annexe III, pp. 351-352.

35 De nombreuses études menées en France, en Allemagne, au Danemark, en Angleterre ou encore en Flandre mettent en évidence la tendance de plus en plus prononcée à ne pas se remarier. Toutefois, ces résultats ont parfois été contestés en raison de la méthodologie utilisée car « a measure like the proportion of remarriages within the total number of marriages leaves much room for misinterpretation » (Oris M., Ochiaie. (2002), Family crisis).

36 Mitterauer M., Sieder R. (1982), The European family.

37 Van Poppel F. (1995), Widows, widowers and remarriage, p. 422. En Angleterre et en Flandre, la proportion de secondes unions atteint environ 10 % au tournant des xixe-xxe siècles, alors qu’elle comptait pour environ un quart des mariages auparavant (Schofield R., Wrigley E.A. (1981), Remarriage intervals, p. 212 — Seccombe W. (1995), A millenium of family changeVan de Velde I., Matthijs K. (1997), Proportion, frequency and intensity of remarriage.

38 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 334.

39 Lundh C. (1995), Households and families, p. 61 — Chayanov A.V. (1966), The theory of the peasant economy, pp. 55-69.

40 Hajnal J. (1983), Two kinds of pre-industrial household, pp. 69-71.

41 Lundh C. (1998), The marriage pattern — ID. (1995), Households and families.

42 Segalen M. (1987), Life course patterns, p. 216.

43 Déjà au début du xixe siècle, S. Patriarca note qu’à Charneux, l’emploi de domestique est très limité et que « there is no evidence of the extensive circulation of life-cycle servants discovered in the English case... » (Patriarca S. (1986), Farmers, spinners, p. 68).

44 Selon lui, dans un système nucléaire avéré pendant au moins quatre siècles – l’Angleterre préindustrielle –, il existe environ 15 % de ménages de type étendu ou complexe. Concrètement, il pense que les ménages types (papa, maman, enfants), accueillent leurs propres parents, une fois que ceux-ci sont devenus veufs, afin d’éviter la solitude aux personnes âgées.

45 « ‘Spinster clustering’is the grouping together of women (in twos, threes and fours) to rent some kind of accommodation where they could share costs of heating and lighting and the time spent at market, in food preparation, fetching wood and water, or picking up and delivering work ». L’auteur a observé ce type de ménages dans divers endroits de France, à Beauvais, Lyon, Paris, mais aussi dans les villages de Le Velay et de Bessin. (Hufton O. (1995), Women without men, surtout pp. 129-130).

46 Nous devons à cet auteur un certain nombre des idées que nous développons dans ce paragraphe afin d’illustrer les étapes de la vie des individus à travers leur ménage (voir chapitre IV, « Stages of life », dans Reher D.S. (1997), Perspectives on the family, pp. 81-118).

47 Idem, p. 97.

48 Une série de travaux partent de ce postulat. Citons, parmi d’autres, Alter G. (1996), The European marriage pattern, notamment p. 16 — Henderson J., Wall R. (1994), Poor women and children. Pour un aperçu général, voir Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis.

49 Reher D.S. (1997), Perspectives on the family, p. 86-88

50 Ils sont seulement au nombre de 40 pour l’ensemble des trois villages étudiés, tous recensements confondus.

51 Rappelons toutefois que les données que nous analysons ici ne sont pas strictement comparables à celles du chapitre IV, où les tableaux relatifs aux ménages de solitaires résultaient d’une addition des différentes situations observées à chaque 1er janvier, entre 1847 et 1900. La définition même de la solitude était quelque peu différente : il s’agissait explicitement des personnes isolées, tandis que dans la classification de Hammel-Laslett que nous mettons en œuvre dans ce cinquième chapitre, les ménages solitaires peuvent être composés de plusieurs individus, à condition qu’aucun lien de parenté ne les unisse au chef. D’autre part, cette typologie élaborée n’a pu être établie qu’aux dates précises des recensements. Pourtant, si les deux points de vue adoptés ne donnent pas des chiffres exactement similaires, les enseignements qui ressortent sont du même ordre et se confirment mutuellement.

52 Pour des détails sur ce point, le lecteur se reportera à Neven M. (2000a), Dynamique individuelle et reproduction familiale, pp. 228-231.

53 Insistons sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une répartition socioprofessionnelle, mais bien de l’étude des relations de parenté au sein du ménage. Ainsi, si une jeune femme est servante de profession, mais est la fille du chef de ménage, elle apparaît dans la famille souche et non comme domestique dans le tableau V-4.

54 Pour les chiffres absolus et les pourcentages qui ont servi à établir ces deux graphiques, voir l’annexe V-1.

55 Cette observation va à l’encontre de l’hypothèse – largement relayée par le ‘Groupe de Cambridge’ – selon laquelle beaucoup de personnes âgées ne pouvaient compter sur aucun support familial (Smith R. (1984), The structured dependenceThomson D. (1984), The decline of social welfare— Wall R. (1992), Relationships between the generations. Pour une remise en cause, voir Alter G. (1996), The European marriage pattern, notamment pp. 5-6.

56 Alter G. et al. (1997), Household formation systems.

57 IbidemOris M., Ochiaie. (2002), Family crisis.

58 Les résultats relatifs aux ménages complexes donnent des renseignements différents selon que l’on adopte le point de vue de l’individu ou celui du chef de ménage. Dans la section 2.2, en effet, nous avons vu que les chefs de ménage de 55 ans et plus étaient les plus susceptibles d’être à la tête de ménages complexes, mais ces informations ne sont pas pour autant contradictoires.

59 Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages, pp. 183-185 — Todd E. (1990), L’invention de l’Europe.

60 Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants.

61 R. Leboutte observe à Cheratte, Herstal et Oupeye une tendance à la complexité croissante au fur et à mesure que le ménage vieillit : « pas question ici de phénomène d'empty nest, comme c’est généralement le cas dans les ménages contemporains » (Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages, p. 185). G. Alter, dans une étude sur les ménages verviétois en 1831, notait que, globalement, parmi les personnes âgées de 55 ans et plus, les plus susceptibles de corésider avec leurs enfants étaient les veuves. Et c’est surtout à partir de 70 ans que les différences avec les veufs et les personnes mariées se marquaient de façon plus nette (Alter G. (1996), The European marriage pattern, pp. 7-10).

62 Sokoll T. (1994), The household position of elderly widows in poverty, p. 218.

63 Alter G. (1996), The European marriage pattern, pp. 9-11. À Sart, même après 75 ans, un minimum de 67 % des femmes partagent le foyer d’un de leurs enfants (Alter G. et al. (1997), Household formation systems, tableau 3).

64 M. Oris et E. Ochiai (2002), une fois de plus, renvoient à une série de références et de mesures dans leur paragraphe 1.1. Sur l’âge des orphelins et son évolution au cours des siècles, voir particulièrement Van Poppel F. (1995), Widows, widowers and remarriage, pp. 421-422 et Bourdelais P. (1997), L'âge de la vieillesse, pp. 222-225.

65 Alter G. et al. (1997), Household formation systems, p. 4.

66 Sur les enfants « sacrifiés », voir Alter G. (1996), The European marriage pattern, p. 17.

Table des illustrations

Titre Tableau V-1. Répartition des ménages et des individus selon la typologie de Hammel-Laslett (en %)
Légende (*) les données de 1890 concernent uniquement la commune de Charneux
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique V-1 - Répartition des ménages en fonction de leur taille (%)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Répartition des individus en fonction de la taille de leur ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Tableau V-3. Relation liant les membres du ménage au chef de ménage, codés A
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique V-2. Taille moyenne du ménage par âge et sexe
Légende Sources : Registres de population de Charneux, Clermont et Neufchâteau. Période 1846-1900 Méthode : Basé sur des personnes-années, observation en continu sur l'ensemble de la période
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Graphique V-3. Proportion de ménages complexes, solitaires et nucléaires en fonction de l’âge du chef, Pays de Herve, 1846-1890
Légende Sources : les codés A des Registres de Population de Clermont, Charneux et Neufchâteau en 1846, 1866, 1880 (et 1890 pour Chameux).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau V-4. Relation liant les membres du ménage au chef de ménage par grands groupes d’âge
Légende Source : Les codés A des registres de population de 1846, 1866, 1880 et 1890.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique V-4. La structure du ménage dans le cours de la vie des Herviens et des Herviennes (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Graphique V-5. Répartition des personnes de 55 ans et plus selon leur sexe et le type de ménage dans lequel elles vivent
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Sources : Les codés A des registres de population de 1846, 1866 et 1880.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau V-5. Les corésidents dans le ménage, selon l’âge (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5498/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search