Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie II. Le cours de la vie au coeur des dynamiques familiales

Chapitre IV. Le ménage, unité de production et de consommation

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir par exemple Hendrickx F. (1993), From weavers to workers.

1Ce chapitre se fonde sur l’analyse microéconomique de la cellule de cohabitation. Cette approche n’est certes pas aussi populaire que l’analyse du ménage en tant que groupe de cohabitation qu’a développée P. Laslett et que nous abordons dans le chapitre V. Ici, le regard est à la fois ancien et neuf. Ancien, parce que les cadres théoriques remontent aux travaux de l’économiste Chayanov sur les ménages ruraux en Russie. Neuf, dans la mesure où le succès des modèles de Cambridge a été tel qu’il a éclipsé les autres optiques. Ce n’est donc que depuis quelques années que les historiens réinvestissent le ménage en termes de complémentarités et de flexibilités. Il est vrai qu’à la suite de F. Mendels, des études - parfois remarquables - sur la proto-industrialisation ont tenté de mettre en évidence la dimension économique du ménage, mais il y avait, dans leur démarche, une sorte de distorsion méthodologique puisque l’unité d’analyse était très généralement la fiche de famille selon L. Henry... et pas le ménage en tant que tel1. Au carrefour des traditions française et anglaise, R. Wall, en 1986, a proposé la notion de ‘family adaptive economy’ : elle insiste sur les capacités d’adaptation du groupe de cohabitation, sur sa flexibilité, qui elle-même dépend de la complémentarité des rôles.

2C. Lundh, puis R. Wall lui-même, ont essayé de systématiser ces analyses, notamment en utilisant des estimations pour mesurer l’équilibre microéconomique des ménages. Plus récemment encore, D. Reher a initié une piste prometteuse en mettant l’accent sur les ménages marginaux déséquilibrés, déstructurés. Elle repose sur l’idée que le fonctionnement normal d’un système, familial en l’occurrence, est difficile à atteindre dans sa normalité, mais que ses ‘ratés’ nous en révèlent les contours et l’efficacité sociale.

3Au xixe siècle, nous l’avons vu, la population hervienne est soumise au changement. Elle résiste pourtant, plus ou moins bien, et la deuxième moitié du siècle peut globalement se concevoir comme une période de restructuration, de recomposition. Cette résistance, consciente ou non, volontaire ou pas, s’organise à plusieurs niveaux : régional tout d’abord, puisque toute la zone est concernée par les mêmes mutations socio-économiques, mais aussi à un niveau beaucoup plus micro. C’est ce cadre plus circonscrit, plus humain peut-être, que nous proposons d’aborder ici, afin de situer le Hervien dans ses cadres de vie quotidiens.

4Pour y parvenir, l’étude du ménage s’impose d’elle-même. Cette unité, définie comme l’ensemble des personnes qui partagent le gîte et le couvert, est primordiale pour comprendre, pour situer les comportements individuels. Dans ce groupe plus ou moins restreint, chacun a un rôle à jouer, des tâches à assumer, et si un individu n’y tient pas sa place, le fonctionnement même de cette cellule de cohabitation, que l’on qualifie souvent de « cellule de base » de la société, est directement menacé. À travers plusieurs lectures, chacune contestable mais dont le croisement fait émerger des cohérences, nous nous interrogeons sur la construction des équilibres microéconomiques le long du cours de la vie. Nous considérons entre autres les discriminations selon le sexe et le statut socioprofessionnel. Une dernière section accorde une attention particulière à l’identification des situations hors normes, sources potentielles de difficultés.

1. La taille du ménage

  • 2 Fauve-Chamoux A., Wall R. (1997), Nuptialité et famille, p. 344.
  • 3 Ces valeurs ont été calculées sur base des personnes présentes dans les trois villages respectifs (...)
  • 4 Voir Burguière A., Lebrun F. (1986), Les cent et une familles. Pour des données sur l’Angleterre e (...)

5« Dans l’Europe préindustrielle, la taille du ménage se situait le plus souvent entre quatre et cinq personnes, mais ces moyennes recouvraient des réalités fort diverses »2. Comme nous l’avons déjà souligné, le ménage est une unité mouvante, une micro-population dont l’importance varie en fonction des naissances, des décès, des mariages et des migrations. Cependant, l’étude appliquée aux trois villages herviens ne met en évidence aucun changement notable : de 1846 à 1900, la taille moyenne est de 4,5 personnes par ménage, avec une très légère baisse à partir de 1894 : en 1900, un ménage hervien compte en moyenne 4,3 membres3. De ce point de vue, le Pays de Herve s’inscrit totalement dans le système familial de l’Europe occidentale4.

  • 5 Laslett P. (1969), Un monde que nous avons perdu, pp. 257-258. Depuis la remise en question de la p (...)

6Évidemment, la taille brute du ménage, indépendamment de tout élément de composition, ne peut prétendre illustrer la complexité de sa structure. En d’autres mots, petit ménage ne va pas toujours de pair avec forme nucléaire, tandis que des structures élargies ne sont pas uniquement le fait de ménages importants. Après plusieurs décennies pendant lesquelles les sociologues pensaient que les structures du ménage s’étaient simplifiées au cours du temps, les cellules nucléaires se multipliant seulement à l’époque contemporaine, ils en sont venus, il y a une trentaine d’année, à une analyse beaucoup moins linéaire de l’évolution. Contrairement aux théories de F. Le Play en vigueur jusqu’alors, les études initiées par P. Laslett en 1965 sur l’Angleterre préindustrielle mettent en effet en évidence la taille relativement restreinte des unités domestiques, bien avant la révolution industrielle. La famille nucléaire est bel et bien la famille « standard » de l’Europe du Nord-Est5.

  • 6 « From this point of view », ajoute-t-il, « the extended family is merely a phase through which mo (...)
  • 7 La question de la complexité des conditions démographiques a été traitée de manière approfondie pa (...)

7Mais les travaux de P. Laslett ont eux-mêmes fait l’objet de critiques et ont rapidement été remis en cause par L. Berkner notamment. Ce dernier a souligné l’importance de la perspective longitudinale dans la perception du ménage. Comme c’est une unité en perpétuel changement, une vision ponctuelle en fausse la perception. Et l’historien autrichien avance deux arguments majeurs. D’une part, argue-t-il, si les recensements de population ne répertorient que 10 % (exemple fictif) de ménages complexes, cela est loin de signifier que 90 % des ménages sont nucléaires. En fait, un pourcentage beaucoup plus élevé de cellules familiales passe par des phases de complexité, mais celles-ci ne se prolongent pas nécessairement longtemps. Ainsi, une fille se marie et son époux vient la rejoindre dans le foyer de ses parents : si le nouveau couple ne fonde une cellule séparée qu’après la naissance de son premier enfant, il y aura eu, mettons, une année pendant laquelle le ménage nucléaire est devenu un ménage complexe. Si le recensement tombe cette année-là, les historiens-démographes le remarqueront. Mais s’ils se fondent sur des recensements décennaux, ils ont neuf chances sur dix de le rater. En somme, les types de ménages isolés par P. Laslett « peuvent simplement être des phases dans le cycle de développement d'une seule organisation familiale »6. D’autre part, l’espérance de vie, l’âge au mariage et le calendrier de fécondité influencent directement la probabilité pour trois générations successives de cohabiter : le risque sera d’autant plus réduit que la mortalité est forte7. Dès lors, seul le cycle de vie des ménages permettra de rendre compte de leur structure réelle.

2. Le ménage rural, unité de production et de consommation

2.1. Complémentarités et flexibilité

  • 8 Lundh C. (1995), Households and families, p. 36. De nombreux auteurs intègrent d’ailleurs cette con (...)

8Chaque individu, selon son âge, son sexe et selon la structure même du ménage dans lequel il évolue, occupe une certaine position et joue un rôle particulier. « Dans une société rurale, le ménage ne remplit pas seulement une fonction sociale, comme celle de manger et de vivre ensemble, mais il fonctionne aussi comme une unité de production et de bien-être », écrit l’historien suédois C. Lundh8.

  • 9 Segalen M. (1980), Mari et femme, pp. 87-104. En Autriche, R. Sieder et M. Mitterauer insistent sur (...)
  • 10 Gunnlaugsson G.A., Gardarsdottir O. (1996), Transition into widowhood, p. 437 — Schmidtbauer P. (19 (...)
  • 11 Segalen M. (1980), Mari et femme, p. 121.
  • 12 Idem, p. 117.

9Dans cette perspective, la complémentarité des sexes joue à n’en pas douter un rôle clé dans l’équilibre d’un ménage, rôle qui a été mis en lumière par divers auteurs. M. Segalen a montré que dans le monde rural, hommes et femmes assument des fonctions complémentaires, au point que la survie même du ménage est mise en péril lorsque l’une des deux parties n’est plus en mesure de tenir son rôle. Le veuvage, pour prendre l’exemple le plus extrême, menace directement la tenue de l’exploitation9. Gunnlaugsson et Gardasdottir partagent la même opinion quand ils affirment que les veuves, dans les zones rurales, sont plus sévèrement affectées que leurs homologues des villes, dans la mesure où la gestion d’une ferme requiert la présence des deux sexes10. Cette complémentarité des sexes, si nécessaire à la survie d’une cellule domestique (particulièrement à la campagne) est d’ailleurs un des arguments les plus souvent avancés pour expliquer un pourcentage élevé de remariages, parmi les hommes surtout, car ils ont besoin d’une femme pour assumer la gestion quotidienne du foyer, son intendance en d’autres mots. Pour M. Segalen, dans une société rurale, « la destinée de la maison passe par le travail des époux complémentaires et solidaires »11. Toutefois, elle souligne la difficulté de dresser un portrait type du partage des tâches à la campagne, dans la mesure où « le degré de coopération, la part féminine dans les travaux du sol, varie selon la composition du ménage et le moment de son cycle, selon son niveau économique, selon les moments de l’année et finalement peut-être selon des modèles culturels qui sont le plus difficile à connaître »12.

10La complémentarité des sexes est aussi indissociable d’une complémentarité générationnelle. Sur le plan strictement socio-économique, et sans entrer dans des questions beaucoup plus insondables des conséquences diverses (affectives entre autres) d’un deuil, une veuve aura de meilleures chances de conserver son statut social et de maintenir le niveau de vie qui était le sien avant le décès de son époux, si elle a un fils d’âge adulte capable de prendre en mains les charges qui jusque-là incombaient à son père. Inversement, le décès prématuré d’une épouse sera plus facilement supporté par son mari survivant si une de leurs filles est capable de « remplacer » sa mère.

  • 13 Wall R. (1986), Work, welfare and the family, p. 265.
  • 14 « Classiquement, le ménage poursuit deux buts principaux qui sont à la fois, le maintien voire l’e (...)

11En résumé, vu par les historiens, le ménage est une unité de production et de consommation en perpétuel mouvement, qui serait dotée d’après R. Wall d’une relative flexibilité. Cette notion nouvelle, écrit-il, peut aider à l’interprétation de « societies at the point of transition, where proto-industrial, household-based labour coexisted with a wage economy », ce qui est typiquement le cas du Pays de Herve13. Cette faculté d’adaptation dépend évidemment de la structure même du ménage, par âge et par sexe, mais aussi du marché du travail local. Ce concept de Family adaptive economy cher à R. Wall s’inscrit donc, implicitement, dans la théorie de l’homéostasie, mais au niveau familial, dans la recherche d’équilibre entre les besoins et les ressources disponibles. L’idée selon laquelle la cellule familiale, au sens restreint du terme (personnes liées par le sang et logeant sous un même toit), doit maintenir son équilibre, est d’ailleurs récurrente parmi les historiens de la famille14.

  • 15 Berkner L. (1972), The stem family, p. 405.
  • 16 Chayanov A. V. (1966), The theory of the peasant economy.
  • 17 Berkner L. (1972), The stem family, p. 414.

12Le ménage s’adapte donc et traverse des cycles : « Families go through developmental cycles as the individuals who compose them go through their life cycles »15. Et c’est justement le cycle de vie de la famille, du ménage même, qui explique le comportement économique des paysans. Pendant la première partie de son cycle, le niveau de vie du ménage rural décroît à chaque naissance, car les individus en bas âge nécessitent des dépenses qu’ils ne sont pas en mesure de compenser en travaillant dans la ferme. Par contre, dans la deuxième partie de sa vie, le paysan voit le bien-être de sa maisonnée augmenter à mesure que les enfants, désormais en âge de travailler, apportent leur contribution personnelle, leur force de travail. Telle est, en quelques mots, la théorie décrite par Chayanov à partir de la société paysanne russe16, théorie qui est reprise dans un sens élargi par L. Berkner : ce schéma, en effet, convient aussi bien pour l’économie non monétaire russe que pour l’économie rurale autrichienne. Dans le premier cas, simplement, c’est la terre possédée par les foyers paysans qui fluctue en fonction des phases que le groupe familial traverse ; dans le second, c'est la somme du travail fourni par la famille qui connaît une période de « crise » au début de la vie du ménage17.

2.2. La microéconomie des ménages : problèmes de mesure

  • 18 Henderson J., Wall R. (1994), Introduction, p. 7. Voir aussi Lundh C. (1995), Households and famili (...)
  • 19 Institut National de Statistique (1974), Recensement de la population, 31 décembre 1970, t. 5-A, p (...)

13Pour étudier la microéconomie du cycle de la vie, il est certain que l’historien est contraint de se référer à certaines approximations et de travailler au niveau du ménage, vu dans la double perspective d’une unité de production et de consommation. Pour évaluer la consommation des individus, de nombreux chercheurs ont proposé des solutions. Henderson et Wall en ont résumé les principales18, mais nous avons choisi pour notre part d’utiliser l’échelle finalisée par les Nations Unies et utilisée dans de nombreux pays du monde, dont la Belgique depuis le recensement de 197019. Le tableau IV-1 présente la consommation moyenne d’un individu en fonction de son âge et de son sexe : elle repose sur le principe selon lequel un enfant en bas âge consomme moins qu’un enfant plus âgé, et ce dernier consomme à son tour moins qu’un adulte. Une petite différentiation existe aussi, mais uniquement pour les adultes, en fonction du sexe, l’homme étant censé consommer davantage que son homologue féminine. C’est l’homme adulte de 15 à 59 ans qui est pris comme personne de référence : il consomme une unité et les autres individus consomment seulement un certain pourcentage de cette unité. En réalité, les différentes mesures proposées sont assez similaires et les différences entre elles restent limitées. Bien sûr, cette échelle des Nations Unies, comme n’importe quelle autre d’ailleurs, est seulement un standard de référence, un simple indicateur de la consommation courante des personnes. Il est manifeste que tous les enfants d’un âge déterminé ne mangent pas précisément un pourcentage parfaitement défini de ce que consomme leur père et que tous les hommes adultes n’ont pas les mêmes besoins. C’est juste une échelle moyenne de consommation, et les variations autour de cette moyenne peuvent être plus ou moins importantes, mais il est acquis quand même que les personnes âgées comme les enfants en bas âge, nécessitent moins de ressources qu’un adulte actif dans la force de l’âge.

Tableau IV-1. Unités de consommation par âge et sexe. Quelques propositions d’échelles

Tableau IV-1. Unités de consommation par âge et sexe. Quelques propositions d’échelles

(*) Sauf pour les femmes enceintes et allaitantes, qui consomment 1 unité.
Sources : Institut National de Statistique (1974), Recensement de la population, p. 133. Henderson J., Wall R., Introduction, p. 7. Lundh C., Households and families, p. 61-62.

  • 20 Neven M. (2000b), Mortality differentials.
  • 21 Sur les salaires et les budgets familiaux en Belgique, voir Alter G. (1984), Work and income in th (...)

14Le problème de la mise au point d’une échelle pour la force de travail, c’est-à-dire le travail qu’un individu de tel âge et de tel sexe est susceptible de fournir, est encore plus aigu. En effet, même si l’on établit qu’un individu masculin de 25 ans est un actif potentiel au meilleur de sa forme, il reste encore à déterminer si cette force de travail trouve à s’employer. Dans les sociétés rurales, la question est d’autant plus ardue à résoudre que le travail s’exerce rarement de façon constante tout au long de l’année, et que les périodes de sous-activité alternent avec les saisons de sous-activité. Toutefois, plusieurs solutions existent pour évaluer, au sein d’un ménage, le potentiel de production, sans présumer en rien de sa situation réelle. La première solution, la meilleure sans doute sur le plan méthodologique, consiste à travailler sur les salaires. C’est une solution que nous avions adoptée dans un travail antérieur pour étudier la population d’un petit centre industriel liégeois20, mais elle est peu appropriée au contexte hervien. D’une part, les informations relatives aux salaires en Belgique sont peu nombreuses et fournies généralement à un niveau agrégé qui ne prend pas en compte les particularismes locaux21. D’autre part, dans une société rurale, l’ensemble de l’économie n’est pas monétarisée : lorsqu’un fermier possède la terre qu’il exploite, il est clair que le travail qu’il fournit, avec l’aide de son épouse, pour s’occuper du bétail, fabriquer le beurre et le fromage, etc. ne peut se mesurer en argent.

  • 22 Berkner L. (1972), The stem family, p. 415.
  • 23 C. Lundh propose pour sa part de lui conférer une force de travail équivalente à celle de l'homme (...)

15En 1972, L. Berkner a quant à lui proposé de calculer les « unités de travail » disponibles au sein d’un ménage lors des différentes phases de cycle de vie de la famille, en se référant aux années d’existence du ménage pour attribuer ce qu’il appelle des ‘standard labour units contributed’22. Mais cette méthode implique de savoir quand le ménage a été créé, ce qui, dans notre cas, revient à ne pas exploiter toute la base de données que nous avons constituée. Nous avons donc opté pour une troisième solution, celle proposée par C. Lundh, qui a déterminé dans le cadre d’une région rurale de Suède, la Scanie, des unités de travail standard fondées, comme les unités de consommation, sur le sexe et l’âge des individus. Le tableau IV-2 résume la force de travail potentielle des personnes : les enfants de moins de 9 ans ne produisent rien, tandis que ceux âgés de 9 à 15 ans, ainsi que le troisième âge, fournissent un labeur qui équivaut à 50 % de la production d’un homme adulte. Quant à la femme, compte tenu des périodes de grossesse, puis d’allaitement, et de son rôle prépondérant dans l'éducation et la prise en charge des enfants, nous l'estimons à 80 % de celle d'un individu de sexe masculin23.

Tableau IV-2. Force de travail potentielle par âge et sexe

Âge

Force de travail

Enfant 0-8

0

Enfant 9-15

0,5

Personne âgée (60+)

0,5

Femme adulte (16-59)

0,8

Homme adulte (16-59)

1

Lundh C. (1995), Households and families, p. 59-60.

  • 24 Outre C. Lundh, d’autres auteurs ont déjà calculé un tel indicateur (le producer/consumer ratio), (...)

16C'est C. Lundh, une fois encore, qui a récemment proposé d'établir le ratio entre force de travail et unités de consommation au sein d'un ménage, afin de dresser un indicateur de bien-être socio-économique24. Nous avons calculé cet indicateur sur nos données herviennes. Étant donné les échelles choisies, il varie entre 0 et 1 : un ratio égal à 1 exprime un équilibre (théorique) parfait entre consommation et production, le ménage étant susceptible de produire autant qu'il consomme. Évidemment, rares sont les ménages qui parviennent à ce résultat et un ratio inférieur à 1 n'indique pas absolument que l'individu concerné vit dans un ménage en voie de paupérisation. L'important consiste à voir quels individus évoluent dans les ménages les plus fragiles, et quels sont ceux qui sont le mieux armés pour affronter la vie dans le cadre d’un environnement familial a priori équilibré.

  • 25 Subacchi P. (1993), Conjonctural poor and structural poor, pp. 70-71.
  • 26 Idem, p. 71.

17Bien entendu, le ratio socio-économique n'apporte pas une réponse absolue et ne dépeint pas strictement la réalité quotidienne. P. Subacchi exprime parfaitement d'ailleurs la difficulté d'estimer « the earning and spending capacity of family and to draw a net balance between them (...) Women and children were often performed tasks which were on the borderline between housework and market work »25. Néanmoins, elle dresse la corrélation entre les revenus d'un ménage et ses dépenses : si un nouveau membre entre dans la famille et ne contribue pas à son budget, l'économie du ménage est déficitaire26. En contrepartie, quand un membre du ménage disparaît, les changements qui en découlent pour la microéconomie du ménage dépendront largement du sexe et de l'âge du défunt (ou du migrant) et du rôle que cette personne jouait au sein du ménage.

18En somme, cet outil est loin de permettre d'observer des niveaux de vie d'un point de vue absolu et incontestable. Son intérêt est ailleurs : il s'agit d’examiner les changements relatifs de contexte familial qui surviennent dans le cours de la vie. Dans cette optique, l'utilisation d'un standard de référence est très utile, puisqu'il permet d'obtenir des observations continues, calculées sur une base constante et donc comparables à travers le temps. Avant d'aborder concrètement les résultats de cette simulation microéconomique, deux dernières remarques méthodologiques méritent d’être mentionnées. Premièrement, les liens de parenté à l’intérieur du ménage n’interviennent pas dans la mesure de son équilibre potentiel. Qu’une femme vive avec son mari, ou qu’une fois veuve elle prenne un domestique pour l’aider, toutes autres choses restant égales (composition du ménage, nombre d’enfants, âges, etc.), dans les deux situations, la consommation et la force de travail seront égales. Deuxièmement, les tableaux et graphiques présentés ci-dessous envisagent le cycle de vie des ménages, mais abordé en quelque sorte d'un point de vue individuel. Les personnes de tel âge vivent dans des ménages dont la consommation moyenne s'élève à autant, la force de travail à autant et le ratio socio-économique qui en résulte se situe à tel niveau.

3. Bien-être et niveau de vie du ménage dans le Pays de Herve : un premier aperçu

  • 27 Cette observation est d'autant plus probante que moyenne et médiane se confondent parfaitement dan (...)

19Pour bénéficier d'une vision d'ensemble de la situation socio-économique des ménages en fonction de l'âge des individus, le rapport entre les unités de consommation et la force de travail offre une solution sinon parfaite, du moins éloquente. Le graphique IV-1 montre clairement que la tension la plus forte est endurée par les enfants de moins de 10 ans : ils vivent dans des foyers au sein desquels la consommation est importante tandis que la force de travail est faible27. En effet, au fur et à mesure que l'enfant grandit, la consommation du ménage s'accroît, non seulement en raison même du poids de l'individu concerné, qui augmente avec son âge, mais aussi sans doute, en raison des frères et sœurs qui sont nés après lui. Parallèlement, les travailleurs potentiels sont généralement peu nombreux dans les foyers au sein desquels se concentre la population la plus jeune, puis leur poids augmente sans cesse.

20Les individus de 15, voire de 20 ans, vivent dans des unités familiales où la consommation est maximale, de l’ordre de 5,75 ou 5,90 équivalents adulte. Ce sont les individus de 20 ans qui vivent dans les ménages en principe les mieux armés. Il est vrai qu'à cet âge, particulièrement dans le Pays de Herve où le mariage tardif est la règle, les jeunes gens vivent encore souvent sous le toit de leurs propres parents, et plusieurs frères et sœurs adultes peuvent apporter leur contribution aux revenus familiaux, alors même que leurs parents sont encore suffisamment jeunes pour fournir un travail efficace et précieux. Globalement, dans les groupes de cohabitation où la pression exercée par la consommation est maximale, la force de travail disponible permet théoriquement de répondre aux besoins accrus. Toutefois, un léger décalage place dans une situation encore plus favorable les jeunes gens de 20 ans : la consommation de leur ménage amorce déjà un léger déclin, tandis que leur force de travail potentielle est à son apogée.

21Après 25/30 ans, les jeunes couples s'installent, ont des enfants... qui ne peuvent dans un premier temps contribuer au bien-être économique du foyer, et les années sont dures jusqu'aux environs de 40, 45 ans. Après 40 ans, le premier cycle se répète et c’est un véritable décalque de ce qui se passe pendant l'enfance : entre 40 et 60 ans, le ménage s'agrandit et nécessite des ressources plus importantes, mais les membres les plus jeunes atteignent progressivement l’âge adulte et leur force potentielle s’accroît elle aussi.

22Malgré un niveau de vie qui recule indubitablement à partir de 60 ans, il ressort que les aînés ne sont pas les plus mal lotis, puisqu’au gré des départs des enfants qui quittent le foyer parental, la charge à assumer s'atténue. Toutefois, au-delà de 75 ans, ils vivent dans des structures de plus en plus fragiles sur le plan strictement économique : si la consommation moyenne des ménages dans lesquels ils évoluent reste inférieure à 3 unités, leur force de travail se situe autour de 2,33. Toutefois, à ce stade, il est difficile de dresser le profil type de leurs cellules de cohabitation. Une force de travail moyenne de 2,33 peut en effet indiquer soit une taille assez réduite (comme trois personnes âgées vivant ensemble), soit que l'individu vit avec 1 ou 2 adultes (un de ses enfants par exemple) et des petits-enfants en bas âge, dont la force de travail est inexistante.

23De tous, ce sont les Herviens de 25, puis de 55 ans, qui vivent dans les unités les plus équilibrées. À ces âges, le ratio économique, c'est-à-dire le rapport entre consommation et production, atteint en moyenne 90 % de sa valeur idéale.

Graphique IV-1. Evolution du ratio socio-économique des ménages durant le cours de la vie des individus

Graphique IV-1. Evolution du ratio socio-économique des ménages durant le cours de la vie des individus
  • 28 Reher D. (1997), Perspectives on the Family, pp. 91-92. Pour la Pologne, Kochanowicz J. (1983) s’es (...)
  • 29 Ce graphique a été réalisé en fonction de l’âge du chef de ménage. Il n’a été tenu compte, en rais (...)

24Nos indicateurs socio-économiques, à la fois sophistiqués et approximatifs, ont l’avantage de présenter d’une manière concrète et pratique le bien-être, le niveau de confort économique théorique des ménages. Ils sont plus sujets à caution quant au poids que l'on attribue à chacune des personnes, mais ils résument d'une façon très synthétique le cours de la vie des individus à travers leur groupe de cohabitation. D’autres approches permettent également de se faire une idée du niveau de vie d’une unité de cohabitation. L’une d’entre elles consiste simplement à calculer la structure par âge et sexe du foyer dans lequel les personnes de chaque catégorie résident, mais en réalité, cette conception est incluse dans notre exercice de modélisation, qui n’est rien d’autre qu’une pondération de la structure des ménages par deux standards économiques. Il est aussi possible, comme le propose D. Reher, de recenser le nombre d'enfants présents dans une cellule domestique en fonction de l'âge de son chef, ainsi que leur âge moyen28. Nous nous sommes livrée à cet exercice sur nos données herviennes et le graphique IV-2 en livre les résultats29.

Graphique IV-2. Nombre et âge moyens des enfants en fonction de l’âge du chef de ménage

Graphique IV-2. Nombre et âge moyens des enfants en fonction de l’âge du chef de ménage

25Il ressort clairement, pour commencer, que le nombre d’enfants pour chaque chef de famille ne cesse de croître à partir de 20 ans, pour atteindre un maximum de 3,36 en moyenne à l’âge de 45 ans. A 25 ans, chaque chef a en moyenne la charge d’un demi-enfant âgé de moins de 2 ans ; vingt ans plus tard, ils sont plus de 3 enfants d’environ une dizaine d’années d’âge moyen. C’est donc seulement quand le chef de ménage fête son cinquantième anniversaire que la situation connaît une première embellie. Les enfants sont un peu moins nombreux en moyenne, mais surtout, un peu plus vieux. Puisque leur âge moyen est de 13,7 ans, l’aîné est largement assez âgé, selon les critères de l’époque, pour contribuer désormais par son travail au bien-être de la cellule familiale.

26L’étude du ratio socio-économique des ménages en fonction de l’âge des individus avait mis en évidence deux catégories de personnes théoriquement privilégiées : les 25 et les 55 ans. Ce graphique confirme totalement cette perception, puisqu’un chef de ménage de 55 ans a trois enfants de plus de 17 ans en moyenne qui, manifestement et pour la première fois, constituent plus un renfort qu’un fardeau. Quant aux individus de 25 ans, deux solutions sont envisageables. Soit ils vivent encore chez leurs parents (âgés de 55-65 ans) et ils contribuent efficacement à l’équilibre économique du ménage. Soit ils ont fondé leur propre foyer, mais la charge que constitue leur éventuelle progéniture est encore bien légère, d’autant que tous sont loin d’avoir déjà un enfant ! Globalement donc, la modélisation réalisée à partir des unités de consommation et de la force de travail rejoint les observations faites sur base du nombre moyen et de l’âge moyen des enfants en fonction de l’âge du chef de ménage.

27Malgré le caractère non absolu de notre indicateur socio-économique, les résultats auxquels nous sommes parvenue nous ont conduite à pousser plus loin l'exercice, afin d'affiner la vue d'ensemble. Ainsi, la même étude menée en fonction du sexe des individus observés n'indique pas une quelconque discrimination : qu'ils soient hommes ou femmes, les individus traversent au cours de leur vie des phases de plus ou moins fortes tensions, et les deux sexes font les mêmes expériences aux mêmes âges. Seules deux petites différences émergent, puisque les femmes vivent dans des structures où la consommation est moins importante, et où la force de travail est également moindre. Mais au niveau du ratio, ces petites divergences n’apparaissent pas.

28Quant à l'indicateur microéconomique mesuré en fonction du secteur professionnel du chef de ménage, il fournit un résultat spécifique : les individus qui vivent dans des unités domestiques dont le chef est un ouvrier non qualifié (concrètement surtout un journalier, parfois un domestique), connaissent dans l'ensemble une situation un peu plus difficile que la population hervienne moyenne. Pour les personnes de 15 ans et plus, l'équilibre entre consommation et production au sein de leur foyer est globalement moins avantageux que celui de l’ensemble des ménages. Manifestement et donc même sans tenir compte des différences de rémunérations entre les divers métiers, les cellules de cohabitation dirigées par des travailleurs non qualifiés sont plus fragiles que les autres, de par leur simple composition par âge et sexe !

4. Hors normes et marginaux ? Les ménages en difficulté potentielle

  • 30 Reher D. (1997), Perspectives on the family, pp. 111-114.

29Les simulations microéconomiques proposées ci-dessus n’ont pas la prétention, nous l’avons dit, de représenter une réalité parfaite et il faut leur reconnaître des limites. L’important, une fois de plus, n’est pas de donner aux grilles de lecture une valeur littérale, mais de croiser les regards. Dans les pages qui suivent, nous allons ainsi tenter de repérer les cellules « à problèmes », celles qui sont susceptibles de rencontrer davantage de difficultés. Cette notion de ménages à risque, ou d’individus vulnérables, a été développée récemment par D. Reher dans son étude sur la famille en Espagne. Il a d’ailleurs établi un « indice de vulnérabilité », basé sur les personnes vivant dans un foyer monoparental, les individus isolés de tout parent dans leur ménage et les solitaires30.

30Concrètement, nous avons jugé pertinents quatre critères de fragilité. La solitude est le premier d’entre eux. Il s’agira de voir non seulement comment elle a évolué au fil du xixe siècle, mais aussi quelles personnes sont les plus touchées. Un deuxième élément qu’à la suite de D. Reher d’ailleurs, nous avons choisi de prendre en considération, ce sont les cellules familiales dirigées par des femmes, ce qui implique ipso facto dans une société rurale d’Europe occidentale, l’absence d’un adulte de sexe masculin. En troisième lieu, les individus vivant dans des ménages potentiellement déséquilibrés sur le plan économique – dont le ratio est inférieur à 60 ou à 70 % du maximum théorique – feront aussi l’objet d’une étude détaillée. Mais comme c’est à nouveau une somme pondérée qui n’exprime pas tout, nous terminerons notre tour d’horizon des marginaux et des hors-normes par une étude spécifique des groupes domestiques où la complémentarité des sexes fait défaut.

4.1. Les solitaires

  • 31 Bourdelais P. (1984), Le démographe et la femme seuleLoth J. (1981), La femme seule à Metz— Fauv (...)

31La solitude constitue sans conteste un élément de fragilité, théoriquement du moins, que le rapport entre consommation et production ne prend pourtant pas en considération. Une femme seule de 30 ans, étant donné les échelles retenues dans notre modélisation, a une consommation équivalente à sa capacité de travail potentielle, mais sa situation est pourtant peu enviable d’un point de vue psychologique et même socio-économique. Les historiens qui ont redécouvert la femme seule en peignent d’ailleurs un portrait plutôt sombre31.

32Bien sûr, une personne isolée dans son foyer peut bénéficier de l’aide de parents, d’amis, voire de voisins en cas de besoin, mais il est vraisemblable de penser qu’un individu trouvera plus facilement un appui auprès d’une personne avec laquelle il vit et dont il partage le quotidien. En cas de maladie, pour prendre un exemple à la fois concret et courant, le déficit budgétaire, le handicap passager, le surcroît de travail pour les autres individus seront assumés plus facilement par des cohabitants du malade que par des personnes extérieures, contraintes de se déplacer pour lui venir en aide, voire de l’accueillir temporairement chez elles. Bref a priori, vivre seul est une situation relativement difficile à gérer, sur le plan organisationnel bien sûr, économique le plus souvent, affectif sans doute aussi.

  • 32 Une petite précision méthodologique s’impose. Notre observation porte sur les chefs de ménage de C (...)
  • 33 Sur la situation de cohabitation des personnes âgées dans l’Est de la Belgique, voir ALTER G. et a (...)

33Or, dans la seconde moitié du xixe siècle, les ménages d’isolés ne cessent d’augmenter dans le Pays de Herve. Leur poids passe de moins de 7 % en 1847 à plus de 14 % en 1900, à la suite d’une progression quasi constante au cours de ces quelque 54 aimées. Mais qui sont ces isolés ? Le tableau IV-3 fournit deux types d’information : la part des solitaires parmi les chefs de ménage et la répartition par âge et sexe des solitaires. Indéniablement, les femmes sont beaucoup plus susceptibles de vivre seules que les hommes : plus d’un quart des chefs de ménage féminins observés sont en réalité des isolées, contre seulement 7 % parmi leurs homologues masculins32. Chez les hommes, les isolés se répartissent de manière relativement égalitaire à tous les âges, exception faite tout de même des individus de 20 et 25 ans, qui représentent un poids assez limité. La plus forte concentration de chefs isolés se situe à 65 et 70 ans (près de 19 % d’entre eux). Chez les femmes aussi, un tiers des occurrences observées se concentrent à 65, 70 et 75 ans. Les plus âgées par contre sont sans doute trop vieilles pour s’assumer seules et la proportion d’isolées à 80 ou 85 ans et plus tombe à quelque 5-8 %33. D’une manière générale, si l’on envisage les chefs de ménage tous sexes confondus, le poids des isolés augmente avec l’âge entre 20 et 70 ans, pour décroître par la suite.

Tableaux IV-3. La proportion de solitaires parmi les chefs de ménage en fonction de l’âge et du sexe

Tableaux IV-3. La proportion de solitaires parmi les chefs de ménage en fonction de l’âge et du sexe

34Si l’on aborde la question sous un autre angle, celui du pourcentage de solitaires, l’âge apparaît également comme un facteur déterminant. Entre 30 et 70 ans, moins de 10 % des hommes chefs de ménage observés vivaient sans cohabitant. A partir de 75 ans toutefois, leur proportion s’accroît et à 85 ans et plus, un tiers d’entre eux vivent en isolés. Parmi les femmes observées, c’est à 50 et 55 ans que le risque de vivre seule est le moindre (moins de 20 %), mais jusqu’à 40 ans et après 60 ans, au moins une femme chef de ménage sur quatre vit seule. La question de la solitude se pose de façon plus aiguë dès que les femmes atteignent le troisième âge. Pour les plus vieilles d’entre elles (85 ans et plus), 47 % des chefs de foyer observées ne partagent leur foyer avec personne.

4.2. Les femmes chefs de ménage

  • 34 Le tableau IV-4 a été constitué sur base des ménages observés à chaque 1er janvier, les totaux ann (...)
  • 35 Reher D. (1997), Perspectives on the family, p. 106. A. Fauve-Chamoux et R. Wall soulignent les dif (...)

35Si l’isolement est sans doute, en tout cas dans la vieillesse, un facteur de fragilisation, les ménages dirigés par des femmes peuvent constituer un autre indicateur de vulnérabilité. Cette situation révèle en effet l’absence d’un mâle adulte capable d’épauler la femme. Dans le Pays de Herve, la proportion de ménages de ce type est tout à fait étonnante et significative34. Tous âges confondus, plus d’un ménage sur cinq est mené par une femme. Entre 12 % et 18 % des chefs de ménage âgés de 25 à 49 ans sont de sexe féminin, ce qui constitue un rapport quantitatif important (tableau IV-4). À titre de comparaison, à Cuenca en Espagne, entre 1750 et 1970, le taux de femmes qui gèrent leur foyer à ces âges oscille entre 2 et 10 %35. Dans le Pays de Herve, entre 1846 et 1900, à partir de 50 ans, ce pourcentage ne cesse d’augmenter pour atteindre un maximum de 37 % à 70 ans et plus : la mortalité différentielle entre hommes et femmes est sans nul doute la grande responsable de cet état de choses, puisque les veuves prennent le relais de leur mari défunt.

  • 36 Par exemple à Cuenca (Idem, p. 90).
  • 37 Il faut toutefois noter que ce constat porte uniquement sur les proportions. En chiffre absolus, le (...)

36L’originalité hervienne ne se situe pas aux âges élevés. Les pourcentages de ménages conduits par des femmes sont tout à fait similaires, à partir de 60 ans, à ceux observés ailleurs36. Assurément, le résultat le plus étonnant, c’est que près d’un ménage hervien sur trois dirigés par un jeune (20-24 ans) est mené par une femme37. Toutefois, dans environ la moitié des cas, il s’agit d’un effet de biais, ou du moins d’une perception de la réalité inhérente à la source elle-même (ordre d’inscription des individus, dates de mouvements incertaines,...). Ceci dit, il existe aussi des cas dépourvus d’ambiguïté, où une jeune fille est inscrite à la tête d’un ménage dans lequel cohabitent ses frères et sœurs, et même, – nous avons relevé un cas de ce type – ses parents.

Tableau IV-4. Proportion de chefs de ménage de sexe féminin, par âge

Âge

Nombre de ménages

Proportion de femmes chefs de ménage ( %)

20-2425-2930-3435-3940-4445-4950-5455-5960-6465-69>=70Total

696217237595189584862716578621155644939837355600

31,817,912,313,212,917,020,624,727,830,537,022,7

  • 38 Sur la taille réduite des ménages dirigés par des femmes, voir Oris M., Ochiai E. (2002), Family cr (...)
  • 39 Reher D. (1997), Perspectives on the family, p. 91. R. Wall et A. Fauve-Chamoux, dans un contexte l (...)

37Si les femmes du Pays de Herve qui dirigent leur ménage ne sont pas rares, les foyers dont elles ont la charge ne sont toutefois pas strictement semblables aux autres. Notamment, la taille moyenne du ménage en fonction de l’âge et du sexe du chef (graphique IV-3) met en évidence certaines disparités. C’est à partir de 30 ans en réalité que l’écart se creuse, les femmes étant à la tête de ménages plus petits. Une femme de 35 ans dirige des foyers de 3 personnes en moyenne, contre 4,6 personnes pour un homme du même âge. L’écart maximal est observé à 40, 45 ans – environ deux individus de plus chez la gent masculine – puis les différences s’atténuent sans cesse jusqu’à 90 ans. Cette disparité s’explique logiquement : lorsqu’une femme a la charge d’un foyer, c’est parce qu’aucun homologue masculin (précisément un époux) ne peut assumer cette charge... Ipso facto, le ménage est donc composé d’un membre en moins ! D’autre part, si l’homme est absent, la femme donne naissance à moins d’enfants38... Quant à l’ampleur des écarts, elle s’apparente à celle observée par D. Reher à Cuenca39, même si la taille des cellules herviennes est dans l’ensemble plus réduite.

Graphique IV-3. Taille moyenne du ménage selon le sexe et l’âge du chef de ménage

Graphique IV-3. Taille moyenne du ménage selon le sexe et l’âge du chef de ménage
  • 40 Cf. section 3, graphique IV-1.

38Il n’est donc pas rare qu’une femme organise la gestion quotidienne d’un groupe domestique hervien, mais son ménage est globalement plus petit que ceux tenus par des individus de sexe masculins. Il est évidemment intéressant de vérifier si dans ces cellules théoriquement plus fragiles, la composition par âge et sexe entraîne elle aussi un déséquilibre. Le ratio économique, fondé sur le rapport entre consommation et production, permet une première approche de la question. Le graphique IV-4 présente pour l’ensemble de la période (1847-1900) la balance économique, dont l’équilibre théorique parfait, rappelons-le, se situe à 1. Il exprime les résultats, par âge, en pour cent de ce maximum. Si l’on compare les unités dirigées par une femme aux ménages herviens moyens – dirigés par un homme ou une femme40–, il ressort que jusqu’à 55 ans, les individus qui évoluent dans des ménages « féminins » connaissent une balance économique favorable. C’est particulièrement entre 30 et 45 ans qu’un net avantage (de 5 à 11 %) se dessine pour ces derniers. En réalité, la pression exercée dans les structures « traditionnelles » (c’est-à-dire les couples mariés) par la succession de jeunes enfants qui accroissent la consommation sans apporter leur force de travail, est nettement moins forte dans le cas de foyers tenus par une femme. Les raisons évoquées pour justifier la taille réduite de ces ménages, et notamment la beaucoup plus faible propension des femmes dont le mari est absent à procréer, sont donc totalement vérifiées par cet exercice de modélisation.

Graphique IV-4. Évolution du ratio microéconomique moyen des individus vivant dans des ménages dirigés par une femme

Graphique IV-4. Évolution du ratio microéconomique moyen des individus vivant dans des ménages dirigés par une femme

4.3. Les ménages au ratio microéconomique le plus faible

39Examiner les ménages dont le ratio microéconomique est le plus faible peut constituer une approche assez significative des groupes domestiques vulnérables. Evidemment, il s’agit de fixer un seuil de pauvreté très théorique, mais ce n’est pas nécessairement une entrave dans notre démarche, dans la mesure où notre but n’est pas de dire que x % de la population hervienne au xixe siècle vit dans la misère. Notre objectif est double. Il s’agit d’abord de scruter l’évolution dans le temps de la proportion de personnes qui vivent dans des ménages dont le ratio est inférieur ou égal à un pourcentage fixé arbitrairement, afin de voir si la situation des paysans du pays bocager empire ou non après 1850. Il est question aussi de repérer les catégories d’âge les plus touchées.

  • 41 Les résultats du tableau IV-5 sont présentés pour l’ensemble de la période 1847-1900. En effet, ho (...)

40Observons tout d’abord à travers le tableau IV-5 (volet gauche) la proportion de personnes vivant dans des ménages dont le ratio microéconomique est inférieur à 60 % du maximum : elle s’élève à 11,4 % pour l’ensemble de la période envisagée. C’est avant 1872 que leur poids est le plus faible (9,9 %), tandis qu’entre 1873 et 1890, ces cellules de cohabitation à l’équilibre précaire sont relativement plus nombreuses41. Quel que soit le point de vue adopté, ce sont incontestablement les enfants jusqu’à 10 ans qui sont les plus défavorisés. Ils représentent à eux seuls 70 % des individus qui vivent dans les foyers les plus « pauvres », c’est-à-dire ceux au sein desquels le rapport entre consommation et production est le plus mauvais. En outre, si l’on considère tous les enfants de 10 ans et moins, on se rend compte qu’environ un quart d’entre eux sont clairement désavantagés.

Tableau IV-5. Répartition par âge des individus vivant dans les ménages herviens les plus déséquilibrés

Tableau IV-5. Répartition par âge des individus vivant dans les ménages herviens les plus déséquilibrés

A : individus vivant dans des ménages dont le ratio microéconomique est <= à 0,6 D : individus vivant dans des ménages dont le ratio microéconomique est <= à 0,7 B et E : A et D en % de ‘Population’ C et F : % en colonne de A et D

41Ce sont ensuite les individus de 35 et 40 ans qui représentent le poids le plus important parmi les malchanceux, ce qui est somme toute un résultat logique au vu des éléments que nous avons analysés dans les paragraphes précédents. À ce moment de sa vie, l’individu est en effet souvent confronté à une situation économique plus difficile à gérer, « handicapé » par des enfants en bas âge trop jeunes pour participer au bien-être du ménage. Quant aux personnes âgées, contrairement à ce que nous aurions pu attendre, elles ne figurent que de manière accessoire parmi les plus déséquilibrés des foyers herviens. En fait, même si le ratio économique des cellules dans lesquelles elles vivent est en moyenne peu élevé, elles sont loin d’être les plus mal loties.

42Pour compléter l’exercice, nous nous sommes livrée à une étude similaire en fixant le seuil de pauvreté à un ratio inférieur à 70 % de l’équilibre théorique parfait (tableau IV-5, volet droit). Bien évidemment, les personnes répertoriées dans cette catégorie sont plus nombreuses et représentent grosso modo 30,8 % de la population observée. Désormais, les enfants de 0, 5 et 10 ans ne constituent plus « que » 57,5 % de l’ensemble des individus vivant dans les ménages les plus modestes. On note l’apparition des adolescents de 15 ans (7,2 %) et surtout du troisième âge, qui compte désormais pour 11,6 % des défavorisés herviens. Ceci confirme totalement nos observations antérieures : les ‘vieux’ sont mal... mais pas au plus mal.

4.4. La complémentarité des sexes

  • 42 Il le fait en réalité de manière indirecte dans la mesure où le poids attribué à chaque individu e (...)

43L’une des faiblesses de l’indicateur microéconomique que nous avons utilise jusqu’ici réside dans le fait qu’il ne prend pas explicitement en compte les complémentarités des sexes et des générations42. Or, une structure composée d’un veuf et de deux fils âgés d’une vingtaine d’années sera théoriquement parfaitement équilibrée, alors que dans la vie quotidienne, l’absence d’une femme leur sera préjudiciable. Pour cette raison, nous avons choisi de repérer dans les registres de population de notre échantillon hervien la part des cellules domestiques « sexuellement déséquilibrées ». Le graphique IV-5 nous livre le résultat de cette recherche. Une courbe illustre, parmi l’ensemble des ménages observés, la part de ceux dont la taille est supérieure à un et dans lesquels on ne retrouve aucun adulte mâle de 15 ans ou plus ; la seconde représente les ménages sans une femme de 15 ans ou plus, étant entendu bien sûr que les cellules de solitaires ont été d’office exclues.

  • 43 Reher D. (1997), Perspectives on the family, p. 111.
  • 44 Cette réticence vis-à-vis des statistiques des indigents a d’ailleurs déjà été soulevée par M. Ori (...)

44On repère ainsi environ 5 % de ménages au sein desquels les cohabitants ne peuvent compter sur la présence d’aucun homme, contre 2,5 % de ménages où c’est l’absence d’une femme adulte qui se ressent. L’évolution au cours du temps semble varier en fonction de phénomènes plutôt aléatoires : aucune tendance ne se dégage clairement. Grosso modo, de ce point de vue, environ 7 à 8 % des foyers herviens sont confrontés à une difficulté certaine, dont l’impact réel est toutefois difficile à mesurer. Il est d’autant plus malaisé de tirer des conclusions à partir de cet indicateur qu’à notre connaissance, aucune étude analogue n’a été réalisée par d’autres chercheurs. La conception la plus similaire à la nôtre émane de D. Reher, qui l’a réalisée dans un contexte totalement différent, celui d’une petite ville castillanne, Cuenca. D’après ses normes de ‘vulnérabilité’, il estime qu’à l’exception des enfants de 0-4 ans, qui jouissent d’une position assez privilégiée, environ 10 % de la population, tous âges confondus, expérimente des situations potentiellement difficiles. À partir de 70 ans, il considère même qu’une femme sur deux est vulnérable43. Sans aller aussi loin, les chiffres que nous obtenons peuvent être confrontés à la statistique des ménages indigents établie pour chacune des communes de Belgique lors du recensement de 1846. La part des foyers secourus par les bureaux de bienfaisance est très importante à Chameux (31,2 %), près de deux fois moindre à Neufchâteau (16,1 %) et carrément quatre fois moindre à Clermont (8,3 %). Il est clair que ces chiffres ne sont pas parfaitement représentatifs du degré de pauvreté d’une population, car les fonds dont dispose chaque localité pour aider les pauvres déterminent largement la définition même du seuil de pauvreté44.

Graphique IV-5. Part des ménages d’au moins deux personnes ne comprenant soit aucun homme, soit aucune femme de 15 ans et plus

Graphique IV-5. Part des ménages d’au moins deux personnes ne comprenant soit aucun homme, soit aucune femme de 15 ans et plus

Conclusion

45Le ménage joue un rôle de tout premier plan. Nous l’avons envisagé ici dans une perspective typiquement « chayanovienne » d’unité de production et de consommation ; sa taille moyenne relativement réduite (4,5 individus) l’intègre dans le modèle traditionnel de l’Europe occidentale. Environ un groupe domestique sur deux est composé de trois à six membres, malgré une double évolution dans le sens d’une augmentation des très grandes cellules de cohabitation et des foyers d’isolés. Une étape indispensable, à ce stade de notre étude, consistait à observer le cycle de vie du ménage hervien, afin de voir à quel(s) âge(s) l’habitant de Charneux, de Clermont, de Neufchâteau vit dans une structure équilibrée. Au-delà de son intérêt intrinsèque, cette observation permet de pouvoir mieux comprendre les « choix » démographiques, les options individuelles des gens de la région. Observer le cycle de vie de l’unité de cohabitation, c’est se donner les moyens de comprendre des phénomènes comme le leaving home, l’âge au mariage et même l’émigration (cf. partie III).

46Comme dans d’autres sociétés rurales considérées ailleurs, le ménage hervien au xixe siècle traverse des cycles au cours de son existence, qui sont fonction du nombre de ses membres et de leur capacité de production. L’image générale qui se dégage peut paraître assez traditionnelle : lorsqu’un nouveau foyer se crée, les charges qu’il doit assumer s’alourdissent au fil des ans, au fur et à mesure des naissances qui viennent augmenter la consommation générale. Lorsque les enfants sont en âge de produire, le bien-être de la cellule familiale s’accroît. Puis, les personnes plus âgées doivent faire face aux départs de leurs enfants devenus adultes, et voient de nouveau leur équilibre microéconomique devenir plus précaire. Au-delà de cette observation, réalisée à partir d’un exercice de modélisation, l’élément le plus marquant réside dans le fait que ce sont indéniablement les enfants, dans le Pays de Herve, qui supportent les situations les plus pénibles. À l’opposé, toutes périodes et tous sexes confondus, ce sont les jeunes adultes de 25 ans et les personnes d’âge mûr (55 ans) qui sont les mieux lotis.

  • 45 Neven M. (1998), Intensity and consequences.

47Justement, un des apports essentiels de ce chapitre réside dans la tentative de mise en évidence d’une série de cellules vulnérables, notamment en raison de leur structure par âge et sexe. Globalement, il est manifeste qu’ils représentent une proportion finalement assez faible de la population hervienne, qui apparaît avant tout, à travers les ménages, comme une société assez homogène. La solitude concerne un peu plus d’une personne sur dix, et ce sont surtout les femmes vers 65, 70 ans qui en subissent les effets les plus rudes. D’autre part, plus d’un groupe sur cinq est mené par une femme. Les poids observés pour le troisième âge offrent finalement un profil plutôt attendu, mais ce qui frappe à première vue, ce sont les pourcentages de jeunes foyers conduits par des personnes de sexe féminin. Malgré une série de biais liés à la source, qu’il ne faut certes pas sous-estimer, il est manifeste que la femme, dans le Pays de Herve, a un rôle à jouer et n’est pas automatiquement reléguée au second plan. Bien sûr, elle gère des unités de taille plus réduite, que la simple absence d’un époux explique partiellement. Mais d’un point de vue microéconomique, la structures des ménages « féminins » est plutôt favorable, notamment parce que les jeunes enfants ne constituent pas de lourdes charges. Finalement, c’est un résultat qui rejoint les données obtenues sur une population beaucoup plus restreinte, celle des veuves de l’Ardenne liégeoise et même du bassin de Tilleur : à l’exception des jeunes femmes isolées avec des bambins en bas âge, il apparaissait que les cellules familiales pouvaient d’une manière générale supporter la perte de l’homme45. Ce résultat inattendu allait à l’encontre de toute l’historiographie classique du veuvage, mais les diverses études menées dans l’Est de la Belgique, avec des méthodes et des outils variés, confirment une indéniable flexibilité des ménages dans des localités fort diverses de l’Est de la Belgique. Au vu des structures par âge et sexe des unités domestiques, pondérées par des échelles de production et de consommation, il existe bel et bien dans le Pays de Herve au xixe siècle un potentiel interne de capacité d’adaptation, de compensation.

48Si les plus défavorisés sont les enfants de moins de dix ans, la composition des ménages dans lesquels vivent les ‘vieux’, envisagée sous le rapport entre consommation et production, n’est guère avantageuse non plus, malgré une situation qui s’avère toutefois moins catastrophique que chez les tout jeunes. Enfin, les structures mal équilibrées du point de vue à la fois de la complémentarité entre les sexes et entre les générations, confirment l’image générale qui s’esquissait à travers les autres arguments : relativement peu nombreux, ils dessinent a contrario le portrait d’une région où la microéconomie des ménages se révèle plutôt positive, rassurante.

Notes

1 Voir par exemple Hendrickx F. (1993), From weavers to workers.

2 Fauve-Chamoux A., Wall R. (1997), Nuptialité et famille, p. 344.

3 Ces valeurs ont été calculées sur base des personnes présentes dans les trois villages respectifs au 1er janvier de chaque année, entre 1847 et 1900.

4 Voir Burguière A., Lebrun F. (1986), Les cent et une familles. Pour des données sur l’Angleterre et le Pays de Galles, voir Laslett P. (1972), Mean household size in England, p. 138 et Wall R. (1972), Mean household size in England from printed sources, pp. 159-203. Pour la Suède rurale, voir Lundh C. (1995), Households and families, p. 39. Peu de données précises sont en réalité disponibles pour des régions d’Europe occidentale au xixe siècle. Pour un village français de Seine-et-Mame, voir Blayo Y. (1972), Size and structure, surtout 255. Pour la ville française de Nanterre, voir Segalen M. (1988), Les structures familiales, p. 416.

5 Laslett P. (1969), Un monde que nous avons perdu, pp. 257-258. Depuis la remise en question de la prédominance des ménages complexes avant l’époque contemporaine, de nombreux auteurs ont consacré des articles à la question des structures et des types de ménages. Citons entre autres Segalen M., Les structures familiales, pp. 405-423 — Burguière A., Lebrun F., Les cent et une familles, p. 48 — Lundh C., Households and families, pp. 33-34.

6 « From this point of view », ajoute-t-il, « the extended family is merely a phase through which most families go » (Berkner L. (1972), The stem family, p. 405). Pour la critique de Laslett par Berkner, voir Idem, surtout pp. 405-408.

7 La question de la complexité des conditions démographiques a été traitée de manière approfondie par plusieurs chercheurs, qui ont réalisé des modèles de simulation des types de ménage en fonction des régimes démographiques. Cf. notamment le programme CAMSIN développé par le Cambridge Group for the History of Population and Social Structure. Pour des explications et des descriptions des approches par simulation, S. Ruggles (1986) renvoie à une série d’ouvrages et d’articles plus ou moins spécifiques : voir sa note 8, p. 102, dans Ruggles S. (1986), Availability of kin.

8 Lundh C. (1995), Households and families, p. 36. De nombreux auteurs intègrent d’ailleurs cette conception dans l’étude de la famille ou du ménage, notamment : Daelemans F. (1981), Onderzoek naar de omvang— Kochanowicz J. (1983), The peasant family, pp. 153-166 — Laslett P. (1983), Family and household— Danhieux L. (1983), The evolving household, pp. 409-420 — Guinanne T.W. (1997), The vanishing Irish, pp. 18-20 particulièrement.

9 Segalen M. (1980), Mari et femme, pp. 87-104. En Autriche, R. Sieder et M. Mitterauer insistent sur le fait que peu de veufs ou de veuves géraient la ferme seuls pendant une longue période : « Usually in a rural household the central roles of two adults, one male, one female, had to be filled permanently because of a domestic economy where the family as a whole engaged in the production process » (Sieder R., Mitterauer M. (1983), The reconstruction of the family fife course, p. 309).

10 Gunnlaugsson G.A., Gardarsdottir O. (1996), Transition into widowhood, p. 437 — Schmidtbauer P. (1983), The changing household, p. 372.

11 Segalen M. (1980), Mari et femme, p. 121.

12 Idem, p. 117.

13 Wall R. (1986), Work, welfare and the family, p. 265.

14 « Classiquement, le ménage poursuit deux buts principaux qui sont à la fois, le maintien voire l’expansion de la propriété pour les générations futures, et le bien-être économique aux différentes étapes du cycle de la famille » (Capron C., Oris M. (2000), Ruptures de cohabitation entre parents et enfants. Sur ce sujet, consulter aussi Anderson M. (1980), Approaches to the history, p. 69 — Rudolph R.L., The European family and economy, p. 124 — Tilly L. (1984), Linen was their life, pp. 313-315.

15 Berkner L. (1972), The stem family, p. 405.

16 Chayanov A. V. (1966), The theory of the peasant economy.

17 Berkner L. (1972), The stem family, p. 414.

18 Henderson J., Wall R. (1994), Introduction, p. 7. Voir aussi Lundh C. (1995), Households and families, pp. 61-62 — Neven M. (1998), Intensity and consequences, p. 141.

19 Institut National de Statistique (1974), Recensement de la population, 31 décembre 1970, t. 5-A, p. 133. R. Leboutte, notamment, a aussi eu recours à ce standard pour étudier la consommation des ménages de la Basse-Meuse liégeoise (Leboutte R. (1998), La dynamique des ménages, p. 185).

20 Neven M. (2000b), Mortality differentials.

21 Sur les salaires et les budgets familiaux en Belgique, voir Alter G. (1984), Work and income in the family economy — Scholuers P., Van Den Eeckhout P. (1988), Geld in't laatje — Scholliers P. (1991), Le travail des femmes mariées. M. Oris a récemment publié une synthèse critique des différentes sources économiques : (1998), A brief discussion on the economic series.

22 Berkner L. (1972), The stem family, p. 415.

23 C. Lundh propose pour sa part de lui conférer une force de travail équivalente à celle de l'homme adulte (soit 1 unité complète), qui est réduite à 50 % en période de grossesse et d'allaitement. Nous avons préféré lui attribuer une contribution au travail de 80 % pendant toute sa période d'activité pour deux raisons majeures. La première consiste dans la difficulté d'évaluer la longueur de la période d'allaitement, qui peut considérablement varier d'une région à l'autre, voire tout simplement d'une femme à l'autre. La seconde réside dans le fait que la mère est traditionnellement la personne chargée de soigner ses enfants et de les prendre en charge. Donc, même lorsqu'elle n'est pas accaparée par les soins d'un nourrisson, elle est moins disponible que son mari et par conséquent moins "productive".

24 Outre C. Lundh, d’autres auteurs ont déjà calculé un tel indicateur (le producer/consumer ratio), notamment D. Gaunt (1983). Ce dernier se base également sur les forces productrices et le nombre de bouches à nourrir... mais il écrit explicitement qu’il n’explicitera rien ! « We can assigne a hypothetical value to each household’s member’s productive capacity and the quantity of food each consumes. These will be called here production and consumption units and will not really be defined in clear terms » (Gaunt D. (1983), The property and kin relationships, p. 269).

25 Subacchi P. (1993), Conjonctural poor and structural poor, pp. 70-71.

26 Idem, p. 71.

27 Cette observation est d'autant plus probante que moyenne et médiane se confondent parfaitement dans ces catégories d'âge : la moyenne est représentative et la distribution totalement gaussienne. Les premier et troisième quartiles, ainsi que la médiane, ont été calculés afin d’effectuer une analyse sommaire de la distribution, mais tout ce qui est ressorti de cette étude est, qu’effectivement, la courbe moyenne est un bon résumé et que la distribution autour de cette moyenne a bien un profil gaussien.

28 Reher D. (1997), Perspectives on the Family, pp. 91-92. Pour la Pologne, Kochanowicz J. (1983) s’est livré à des mesures similaires dans The peasant family, pp. 158-159.

29 Ce graphique a été réalisé en fonction de l’âge du chef de ménage. Il n’a été tenu compte, en raison de la lourdeur des traitements informatiques, que des chefs de ménage qui ont fêté leur 20e, leur 25e, leur30e anniversaire (etc.) dans une des trois communes étudiées.

30 Reher D. (1997), Perspectives on the family, pp. 111-114.

31 Bourdelais P. (1984), Le démographe et la femme seuleLoth J. (1981), La femme seule à Metz— Fauve-Chamoux A. (1981), La femme seuleCartier M. (1981), La femme seule en ChineFauve-Chamoux A. (1986), La femme seule, une réalité urbaine, pp. 295-305.

32 Une petite précision méthodologique s’impose. Notre observation porte sur les chefs de ménage de Charneux, Clermont et Neufchâteau réunis qui ont fêté un anniversaire quinquennal (20 ans, 25 ans, 30 ans, etc.) dans une de ces trois communes entre le 16 octobre 1846 et le 31 décembre 1900. Une personne reviendra autant de fois qu’elle a été présente dans la commune lors d’un de ses anniversaires multiples de 5 ans. Concrètement, l’observation porte sur 8.844 occurrences masculines et 2.568 occurrences féminines, parmi lesquelles 643 occurrences solitaires chez les hommes et 709 chez les femmes. Donc, il ne s’agit pas de déterminer dans l’ensemble de la population hervienne le pourcentage des personnes vivant seules, mais simplement, de repérer la part des chefs de ménage observés qui vivent seuls.

33 Sur la situation de cohabitation des personnes âgées dans l’Est de la Belgique, voir ALTER G. et al. (1997), Household formation systemsAlter G. (1996), The European marriage pattern.

34 Le tableau IV-4 a été constitué sur base des ménages observés à chaque 1er janvier, les totaux annuels ayant été additionnés pour présenter les résultats de manière synthétique pour l’ensemble de la période. Notons cependant qu’étant donné la structure même des registres de population belge, il est impossible de déterminer, lorsque le chef de ménage disparaît, quel individu assume désormais ce rôle, jusqu’à ce qu’un nouveau recensement de la population ne nous fournisse la nouvelle structure. Dans ces conditions, nous avons assumé que le successeur était le premier individu (survivant) inscrit après le chef. Cette hypothèse de travail conduit donc à une légère surestimation possible du nombre de ménages dirigés par des femmes, dans la mesure où l’épouse est généralement notée à la suite de son mari. Le biais ainsi créé est cependant bien minime : d’une part, la période de flottement est limitée car le recensement suivant refixe clairement la situation, de même que tout déménagement ; d’autre part, un simple comptage sur les veuves codées A (donc présentes lors des recensements de la population) dans le Pays de Herve montre que 78,6 % d’entre elles, tous âges confondus, dirigent leur ménage. Notre hypothèse de travail s’avère donc fondée.

35 Reher D. (1997), Perspectives on the family, p. 106. A. Fauve-Chamoux et R. Wall soulignent les différences importantes qui existent à travers toute l’Europe selon que le milieu observé est urbain ou rural. Les deux auteurs n’offrent pas réellement de résultats comparables aux nôtres, mais ils constatent que « la grande majorité des chefs de ménage sans conjoint vivant sont en fait de sexe féminin. En milieu rural, les exceptions sont rares (...) » (Fauve-Chamoux A., Wall R. (1997), Nuptialité et famille, p. 357).

36 Par exemple à Cuenca (Idem, p. 90).

37 Il faut toutefois noter que ce constat porte uniquement sur les proportions. En chiffre absolus, les femmes chefs de ménage à 20-24 ans sont au nombre de 221, sur 55.600 occurrences recensées dans les trois villages pour l’ensemble de la période.

38 Sur la taille réduite des ménages dirigés par des femmes, voir Oris M., Ochiai E. (2002), Family crisis — Tilly L. et Scott J.W. apportent un autre éclairage sur la question en observant que « souvent » les veuves étaient contraintes de placer leurs enfants dans des institutions spécialisées, voire de les envoyer sur les routes afin qu’ils trouvent par eux-mêmes des moyens de subsistance (Tilly L.A et Scott J.W. (1987) Les femmes, le travail et la famille, p. 70). A. Fauve-Chamoux et R. Wall voient quant à eux une différence dans la taille des ménages urbains et ruraux, et ils attribuent cet écart au fait « que les femmes solitaires sont rares à la campagne, contrairement à ce qui se passe en ville, où l’on trouve de nombreuses célibataires et veuves isolées » (Fauve-Chamoux A., Wall R. (1997), Nuptialité et famille, p. 355).

39 Reher D. (1997), Perspectives on the family, p. 91. R. Wall et A. Fauve-Chamoux, dans un contexte lui aussi très différent du Pays de Herve, puisqu’il s’agit de la ville française de Reims en 1802, évaluent la taille moyenne des ménages dont le chef est masculin à 3,6 personnes, contre 1,9 seulement quand le foyer est dirigé par une femme. Dans les campagnes de Valenciennes à la fin du xviie siècle, les ménages dont le chef est féminin sont de taille plus importante (près de quatre personnes), mais c’est toutefois deux personnes de moins que dans les foyers tenus par des laboureurs aisés (Fauve-Chamoux A., Wall R. (1997), Nuptialité et famille, p. 355 et 359).

40 Cf. section 3, graphique IV-1.

41 Les résultats du tableau IV-5 sont présentés pour l’ensemble de la période 1847-1900. En effet, hormis une plus forte proportion de Herviens vivant dans des ménages au ratio relativement bas pendant les années 1873-1890, la répartition par âge reste strictement similaire à travers le temps.

42 Il le fait en réalité de manière indirecte dans la mesure où le poids attribué à chaque individu est fonction de son âge et de son sexe, mais une pénalité de 0,2 pour les femmes adultes n’a qu’un impact très faible sur le résultat total.

43 Reher D. (1997), Perspectives on the family, p. 111.

44 Cette réticence vis-à-vis des statistiques des indigents a d’ailleurs déjà été soulevée par M. Oris, qui constatait des fluctuations dans la fréquentation des bureaux de bienfaisance, directement liées aux fonds dont ils disposaient (Oris M. (1984), Pauvreté et transition démographique à Huy).

45 Neven M. (1998), Intensity and consequences.

Table des illustrations

Titre Tableau IV-1. Unités de consommation par âge et sexe. Quelques propositions d’échelles
Légende (*) Sauf pour les femmes enceintes et allaitantes, qui consomment 1 unité.Sources : Institut National de Statistique (1974), Recensement de la population, p. 133. Henderson J., Wall R., Introduction, p. 7. Lundh C., Households and families, p. 61-62.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique IV-1. Evolution du ratio socio-économique des ménages durant le cours de la vie des individus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique IV-2. Nombre et âge moyens des enfants en fonction de l’âge du chef de ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Tableaux IV-3. La proportion de solitaires parmi les chefs de ménage en fonction de l’âge et du sexe
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Graphique IV-3. Taille moyenne du ménage selon le sexe et l’âge du chef de ménage
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Graphique IV-4. Évolution du ratio microéconomique moyen des individus vivant dans des ménages dirigés par une femme
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau IV-5. Répartition par âge des individus vivant dans les ménages herviens les plus déséquilibrés
Légende A : individus vivant dans des ménages dont le ratio microéconomique est <= à 0,6 D : individus vivant dans des ménages dont le ratio microéconomique est <= à 0,7 B et E : A et D en % de ‘Population’ C et F : % en colonne de A et D
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique IV-5. Part des ménages d’au moins deux personnes ne comprenant soit aucun homme, soit aucune femme de 15 ans et plus
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5495/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search