Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie II. Le cours de la vie au coeur des dynamiques familiales

Introduction

Texte intégral

  • 1 Lorenzetti L., Neven M. (2001), Démographie, famille et reproduction familiale, pp. 83-100.

1Cette partie peut se concevoir comme un lien, lien entre histoire démographique et histoire des familles, lien entre biographies individuelles et dynamiques des ménages. Les démographes envisagent la question de l’homéostasie des populations en s’attachant aux moyens mis en œuvre par les communautés humaines pour s’adapter à un monde aux ressources forcément limitées, pour éviter l’apparition trop fréquente du frein traditionnel de la mortalité. Les historiens de la famille qui s’intéressent à la reproduction et à la survie des groupes familiaux, lorsqu’ils analysent les stratégies adoptées lors des partages, de l’établissement des jeunes ménages, etc., s’inscrivent – parfois sans le savoir ou sans l’expliciter – dans cette problématique en décrivant somme toute l’homéostasie à l’intérieur des familles1. Notre approche ici se situe à mi-chemin entre les deux disciplines.

2Notre travail initial consistait à observer comment une population rurale réagissait quand tout son système socio-économique s’effondrait sous les coups de boutoir de la révolution industrielle verviétoise. Il s’agissait d’étudier à la fois les familles et les individus dans un contexte régional où la petite propriété paysanne avait été dominante, mais cessait de l’être. Il semblait acquis que tout le système avait implosé en raison de la disparition de la proto-industrie et du remembrement des terres agricoles effectué par les bourgeois au détriment des paysans propriétaires.

3Mais le chapitre II a mis en évidence une situation originale : le Pays de Herve se ruralise du point de vue de son économie, malgré une structure des emplois qui reste relativement diversifiée. Les structures agricoles herviennes sont un peu marquées par la période de gloire de l’agriculture de subsistance mais pas trop, puisque l’agriculture commerciale de produits relativement luxueux se maintient. En somme, la région passe très bien le cap de la grande dépression agricole de 1873-1893, au terme de laquelle toutes les régions rurales du pays essayent plus ou moins d’adopter le modèle hervien. L’économie hervienne est donc demeurée relativement prospère, mais au prix d’une ruralisation marquée et d’une faible consommation de main-d’œuvre.

4Les Herviens gèrent la situation nouvelle grâce au frein malthusien du mariage tardif et à l’émigration. Ils sont d’autant plus contraints de le faire que, pendant tout le xixe siècle, la fécondité légitime reste forte ; son déclin s’amorce seulement après 1890. Dans ce régime démographique particulier, très traditionnel, cette partie a pour objectif de comprendre la dynamique des familles herviennes à travers l’étude des ménages, du système familial et, enfin, à travers une analyse de la reproduction et de la formation des familles rurales.

5Les chapitres IV et V ont fondamentalement le même objet – étudier le ménage hervien – mais ils se fondent sur des approches différentes, qui mettent finalement en évidence des résultats très cohérents. Le chapitre IV envisage le ménage en tant qu’unité de production et de consommation. Il s’agit, dans un premier temps, de décrire sa microéconomie, en adoptant d’emblée une perspective individuelle : les Herviens vivent dans des cellules familiales dont la structure est censée être plus ou moins équilibrée, compte tenu de certaines hypothèses de complémentarité. Bien entendu, cet équilibre évolue dans le cours de la vie des individus, notamment en fonction de leur âge et de leur état matrimonial, et il n’est pas nécessairement identique pour les filles et pour les garçons. Dans ce cadre, nous accordons alors une attention toute particulière aux ménages les plus marginaux, ceux qui, selon une série d’indicateurs microéconomiques et sociaux (comme l’isolement par exemple), peuvent être perçus comme éprouvant davantage de difficultés.

6Le chapitre V se fonde quant à lui sur l’analyse du ménage en tant que groupe de cohabitation. L’approche est différente, mais la structure est la même, puisque nous nous efforçons d’abord de détailler les types de ménage de la région herbagère et d’en observer le fonctionnement, avant de nous attacher, une fois de plus, à repérer les marginalités. A priori, l’approche est classique, fondée sur l’organisation de la cellule de cohabitation, conformément à la classification célèbre proposée par Hammel et Laslett. Mais nous verrons qu’elle est éclairée avec pertinence par l’optique individuelle que nous avons adoptée ; celle-ci remet notamment en question la fameuse ‘nuclear hardship’ qui pèse sur les isolés, et principalement sur les personnes âgées, dans toute l’Europe occidentale. L’évolution des structures de parenté au sein du foyer dans le cours de la vie individuelle met en lumière la position inconfortable des jeunes Herviens, les enfants d’une part, mais aussi les jeunes adultes.

7Ces dernières années, toutefois, des voix de plus en plus nombreuses se sont élevées pour dénoncer cette perception limitée de la parenté, qui s’arrête aux individus partageant le toit et le couvert. Elles affirment que la fondation d’une nouveau foyer ne signifie pas pour autant la rupture des solidarités familiales. L’objectif du chapitre VI est précisément de mesurer la « disponibilité » des parents au-delà du ménage, la présence dans le même village de frères et sœurs, de pères et mères et, pour les adultes, d’enfants, afin de comprendre le système familial hervien dans toute sa complexité. Un autre indicateur, fondé sur les patronymes, complète la vision, aide à décrire au mieux les structures des parentèles qui s’observent dans les campagnes de l’Entre-Vesdre-et-Meuse dans la seconde moitié du xixe siècle.

8Enfin, la question de la survie et de la formation de la famille rurale est au cœur même de notre étude. Le chapitre VII emprunte quelques méthodes aux généalogistes pour analyser à la fois le devenir des familles qui étaient présentes en 1846 et l’apparition de celles qui ont donné naissance aux noyaux terminaux, ceux de 1900. Le noyau dur, les familles qui représentent la continuité de la région, est aussi scruté avec attention, tant d’un point de vue qualitatif que d’un point de vue quantitatif. Nous nous intéressons au poids réel de ces lignées stables dans la société hervienne et aussi à leurs particularités en termes démographiques, sociaux, familiaux, afin de comprendre comment elles sont parvenues à maintenir leur descendance dans la même entité géographique pendant plus d’un demi-siècle. De surcroît, analyser la survie des familles, c’est aussi l’occasion de mieux saisir les différences éventuelles dans les comportements respectifs des locataires et des propriétaires, l’importance de leur ancrage dans la société paysanne.

9En somme, toute cette deuxième partie est destinée à éclairer le paradoxe d’une société dont l’économie très en avance sur son temps, monétarisée, rentable et ouverte aux échanges extérieurs, parvient à perdurer dans un système démographique traditionnel. A première vue, l’homéostasie de la société est gérée non pas par des moyens modernes comme la contraception, mais bien par des freins malthusiens anciens, comme le mariage tardif et l’émigration. Pour comprendre les processus qui sont à l’œuvre, nous essayons notamment de voir quels sont les individus qui supportent le plus durement la ruralisation, la saturation du marché du travail hervien. Il s’agit aussi de comprendre les systèmes familiaux qui se mettent en place pour résister.

Notes

1 Lorenzetti L., Neven M. (2001), Démographie, famille et reproduction familiale, pp. 83-100.

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search