Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie I. Pays, communautés, familles

Chapitre III. Une population en transition

Texte intégral

  • 1 Dupaquier J. (1973), De l’animal à l’homme, pp. 39-43 — Smith D.S. (1977), A homeostatic demograph (...)

1Ce chapitre envisage l’étude du régime démographique du Pays de Herve dans son ensemble. En effet, depuis la remise en question de la méthode de reconstitution des familles et de sa représentativité, l’étude des régimes démographiques est apparue comme une des principales voies pour sortir la démographie historique de l’impasse. Il ne s’agit plus seulement d’analyser des phénomènes isolés comme c’était le cas dans une certaine démographie des familles, mais plutôt d’envisager l’ensemble des composantes dans leurs interactions. C’est sur ces fondements que s’est développé le modèle dit d’homéostasie, proposé par J. Dupâquier et repris par d’autres chercheurs1. Il vise à étudier la reproduction de la population et repose sur le constat, pour l’Ancien Régime, d’un équilibre assez correct entre le régime démographique et les ressources économiques. En somme, les populations de l’Europe préindustrielle mettaient en oeuvre une série de mécanismes démographiques pour éviter l’apparition du frein malthusien « positif » qu’est la mortalité, qui survient lorsque le nombre de bouches à nourrir excède les ressources disponibles. Le mariage tardif – sur lequel l’attention des chercheurs s’est longtemps focalisée – n’est pas l’unique processus régulateur et les migrations, par exemple, peuvent jouer un rôle considérable.

2Deux ruptures surviennent au xixe siècle. Elles bouleversent l’équilibre des populations homéostatiques et permettent de les libérer de la « trappe malthusienne ». C’est d’abord la révolution industrielle qui permet l’expansion démographique. C’est ensuite la transition démographique, née du recul de la mortalité et de la diffusion de pratiques de limitation des naissances. À ce stade, notre ambition est précisément, en tenant compte des acquis du chapitre précédent, d’établir une série de premières conclusions sur l’homéostasie dans le Pays de Herve, sa réalité, ses limites et son évolution.

  • 2 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, pp. 264-267.
  • 3 Le travail fondateur de cette méthodologie est celui de Wrigley E.A. et Schoffield R.S. (1981), Th (...)

3Tout le travail méthodologique que nous avons réalisé sur les données démographiques et que nous avons largement décrit dans le premier chapitre, autorise des réalisations uniques, comme la reconstitution de la structure par âge, sexe et état matrimonial de la population, année par année. Elle est exprimée en termes de personne-années « soumises au risque » et cette population est précisément mise en rapport avec une série de risques, comme celui de mourir, de naître, d’émigrer. Dans les travaux de démographie historique relatifs au xixe siècle, c’est un problème méthodologique constant que de douter des taux bruts, tant ils peuvent être influencés par les structures de la population d’origine2. Toutefois, ce sont généralement les seules mesures qui puissent faire l’objet de calculs annuels ! Sans nous engager à ce stade dans des analyses statistiques sophistiquées, en utilisant simplement les méthodes « classiques » de la démographie, notre parti pris heuristique prouve sa pertinence. Dans ce chapitre, nous proposerons des évolutions annuelles des structures de la population, des espérances de vie, des indices de fécondité, etc. De telles mesures conjoncturelles fines, non biaisées, n’ont à ce jour été proposées par les historiens-démographes qu’à partir des techniques de « back projections » ou « rétro-projections », donc de modèles estimatifs qui proposent une vérité probabiliste discutable3. Dans notre cas, il s’agit d’une reconstruction directe, aussi sûre donc que peuvent l’être des résultats construits à partir de sources historiques.

  • 4 Ces trois bases de données ont été constituées au sein du Laboratoire de Démographie de l’Universit (...)

4L’école de Liège est en fait la première, à notre connaissance, à avoir développé pour trois localités des données susceptibles de fournir des taux, espérances ou indices annuels pondérés par les structures démographiques. Tilleur représente l’échantillon urbain et industriel, Polleur et Sart constituent la référence ardennaise, particulièrement précieuse en raison de sa proximité avec le Pays de Herve4. Dans les pages qui suivent, toute une série de comparaisons proviennent de l’est de la Belgique, simplement parce qu’il ne nous a pas été possible de trouver des données similaires pour d’autres régions.

5Dans ce troisième chapitre, nous allons d’abord partir du niveau régional. Après avoir remis en cause la profonde détérioration de la situation économique du Pays de Herve, nous nous interrogeons ici sur la question de la dépopulation, de l’exode rural et autres lieux communs à partir desquels la destinée des populations rurales au xixe siècle est généralement décrite. Cet exercice permet de rencontrer deux objectifs : le premier est d’établir la représentativité des trois communes pour lesquelles nous avons effectué une collecte de données nominatives lourde. Ce point assuré, nous nous attacherons à décrire les composantes d’une démographie régionale. C’est seulement dans les chapitres ultérieurs de cet ouvrage que nous en proposerons une variété de lecture à l’échelle des groupes sociaux, des familles et des individus. Notre but à ce stade est de réaliser plutôt une analyse de type agrégé, qui permette de déterminer le régime démographique d’un ensemble régional, le (Vrai) Pays de Herve, sans considérer à ce stade ses aspects différentiels.

1. Les limites de la dépopulation

  • 5 Notons toutefois que par souci d’uniformité, nous n’avons pu répertorier dans ce tableau que les l (...)

6L’évolution du chiffre de population dans les communes du Pays de Herve constitue un excellent point de départ pour une analyse de la tendance démographique générale de la région. Le tableau III-1 fournit pour chacune des sous-régions économiques et pour le secteur hervien en général le nombre d’habitants répertoriés, de 1831 à 1910, lors de chaque recensement officiel organisé dans l’ensemble du royaume entre ces deux dates5. La première partie présente les résultats sous forme de chiffres bruts, la seconde permet une visualisation aisée de la tendance générale. Le nombre d’individus répertoriés en 1831 constitue la base 100 : toute augmentation de la population se marque par un accroissement de l’indice et, inversement, un chiffre inférieur à 100 indique une dépopulation.

Tableau III-1. Évolution de la population du Pays de Herve, par sous-région, de 1831 à 1910

Tableau III-1. Évolution de la population du Pays de Herve, par sous-région, de 1831 à 1910
  • 6 Tous ces indices sont extraits de Andre R., Pereira-Roque J. (1974), La démographie de la Belgique (...)

7Le résultat général obtenu révèle une croissance de l’ordre de 27 % pour l’ensemble du Pays de Herve et il appelle d’emblée deux remarques. D’une part, la Belgique du xixe siècle connaît une explosion démographique impressionnante : entre 1831 et 1890, la progression est de 60 %. Dans un cadre international, cette poussée est loin d’être marginale : les Pays-Bas, l’Écosse, l’Empire allemand et les Pays Scandinaves présentent des augmentations de 61 à 77 %. L’Angleterre et le Pays de Galles mènent quant à eux la danse, puisqu’en l’espace de soixante années, le nombre de leurs habitants s’est multiplié par deux6. Dans une telle ambiance générale, la poussée hervienne de 21 % entre 1831 et 1890 paraît quelque peu dérisoire !

  • 7 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, p. 58.

8D’autre part, le tableau III-1 affiche clairement une démographie à plusieurs vitesses et la moyenne hervienne reflète assez mal les disparités sous-régionales. Deux secteurs, les plus petits du point de vue du nombre de localités qui les composent, s’inscrivent complètement dans la tendance nationale d’explosion démographique. La région orientale de Montzen est aux antipodes du schéma hervien attendu, vu l’extraordinaire accroissement du nombre de ses habitants en l’espace de quatre-vingts années. Le résultat pourtant, compte tenu des remarques que nous avons déjà faites dans le chapitre précédent, n’est guère surprenant. Non seulement des villages comme Gemmenich, Montzen et Moresnet voient leur population doubler, voire tripler, sous l’influence du développement de l’industrie de zinc à La Calamine (voir supra), mais surtout, le petit village de Welkenraedt, qui comptait 416 âmes lors de l’Indépendance belge, approche les 5.000 individus en 1910, grâce à l'importante gare frontalière qui s'y installe. La région des Bords de Vesdre, représentées par six localités situées en bordure septentrionale du Pays de Herve, entre petit à petit, au cours du xixe siècle, dans l’agglomération verviétoise7.

9C’est donc dans le Vrai Pays de Herve que la fameuse dépopulation des campagnes peut s’observer le plus sûrement, même si peu de transformations apparaissent en réalité entre 1831 et 1880. La baisse démographique se chiffre à 8 % entre l’Indépendance de la Belgique et le premier conflit mondial et s’opère pour l’essentiel entre 1880 et 1910. C’est aussi une nette tendance à la stabilité qui caractérise l’Avant Pays de Herve, qui ne se distingue de la région du Centre que par une lente hausse entre 1856 et 1900 (+ 9 %). Bref, ce sont les deux zones les plus typiquement rurales de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, composées d’une bonne trentaine de communes, qui stagnent... (voir carte 3).

Carte 3. La population dans le Pays de Herve. La situation en 1910, mesurée sur base de la population de 1831 (=100)

Carte 3. La population dans le Pays de Herve. La situation en 1910, mesurée sur base de la population de 1831 (=100)
  • 8 Vandermotten C., Vandewattyne P. (1985), Les étapes de la croissance, surtout p. 51.
  • 9 Capron C., Debuisson M., Eggerickx T. (2000), Démographie wallonne.
  • 10 Alexandre J. (1955), La population de la Province de Liège, pp. 274-275.

10L’image d’Epinal qui dépeint les campagnes belges du xixe siècle aux prises avec une sérieuse dépopulation, liée à l’exode rural, apparaît trop caricaturale. C’est plutôt en termes de contraste de croissance entre villes et campagnes qu’il faut cerner le problème. Le Sud et le Nord du Pays connaissent, dès 1850 tout au moins, des évolutions très différentes. En Flandre, d’une manière générale, l’urbanisation est allée de pair avec une augmentation de la population rurale8. En Wallonie, il est juste de parler d’une croissance peu dynamique dans les zones rurales, qui se mue en déclin à partir des années 18809. Mais le déclin des campagnes n’est pas uniforme. Ainsi, en Hesbaye par exemple, malgré une émigration importante entre 1884 et 1914, l’excédent des naissances sur les décès est tel que la population continue d’augmenter10 Le Vrai Pays de Herve s’inscrit quant à lui dans le schéma rural wallon « moyen », puisque le nombre de ses habitants décroît sensiblement entre 1880 et 1910.

  • 11 Il s’agit en réalité d’exploiter notre base de données démographique constituée à partir des Regis (...)

11Tous ces éléments cependant ne nous fournissent qu’une mesure globale ; ils ne nous disent pas grand chose sur la démographie du Pays de Herve et sur son originalité éventuelle. C’est pourquoi, dans la suite de ce chapitre, nous n’utiliserons plus les données officielles, émanant des recensements périodiques, mais bien des données nominatives, collectées à un niveau individuel, nominatif11.

12Notre étude démographique va donc se centrer sur les localités typiquement herviennes. Nous avons vu que d’un point de vue géographique et socio-économique, Charneux, Clermont et Neufchâteau sont de celles-là et s’inscrivent dans ce que l’on a appelé la région du Centre, ou encore le Vrai Pays de Herve. L’évolution de leur population au cours du xixe siècle confirme leur spécificité hervienne, comme l’indique le graphique III-1. Alors que la baisse générale observée dans le Vrai Pays de Herve atteint 8 % entre 1831 et 1910, les trois communes tests affichent des tendances similaires, mais le déclin démographique y est plus net encore. Entre ces deux dates extrêmes, Charneux a connu le recul le plus prononcé, de l’ordre de 33 %, tandis que Clermont et Neufchâteau essuient des pertes de l’ordre de 22-23 %. Le caractère accidenté de la courbe de Neufchâteau s’explique par une population restreinte (moins de mille habitants) où, par conséquent, le moindre pic ou creux se traduit par une nette variation dans l’allure générale.

13Les courbes de l’évolution de la population à Charneux et Clermont sont parfaitement corrélées entre elles (0,99), et plus généralement d’ailleurs avec la courbe du Vrai Pays de Herve (0,90 et 0,94). On peut donc dire que ces communes sont représentatives de leur région d’un point de vue socio-économique et géographique mais aussi sur le plan démographique. Neufchâteau se démarque quelque peu par un profil particulier, mais les corrélations avec les deux autres échantillons herviens restent tout à fait significatives : 0,75 avec Charneux, 0,70 avec Clermont.

Graphique III-1. L’évolution de la population dans le Vrai Pays de Herve et dans les trois communes-test (Charneux, Clermont, Neufchâteau) entre 1831 et 1910. (Indice base 100 = 1831)

Graphique III-1. L’évolution de la population dans le Vrai Pays de Herve et dans les trois communes-test (Charneux, Clermont, Neufchâteau) entre 1831 et 1910. (Indice base 100 = 1831)

14Les rares données dont nous disposons pour la période française montrent que durant les premières décennies du xixe siècle, la destruction de la proto-industrie rurale, particulièrement du filage à domicile, a eu des effets démographiques immédiats (graphique III-2). En l’espace d’un quart de siècle (1805-1831), les populations de Charneux et de Clermont ont chuté respectivement de 16 et 11 %. Dans les vingt années qui suivent, la baisse continue à un rythme toutefois moins soutenu : en 1850, 2.126 personnes sont encore domiciliées à Charneux (contre 2.732 en 1805) et 2.095 à Clermont (contre 2.424 sous le régime français), soit des diminutions de l’ordre de 26 et 16 % en l’espace de quarante cinq années. L’évolution spécifique de Neufchâteau confirme l’impact manifeste de l’économie sur l’évolution de la population. En effet, dans ce petit village hervien où la proto-industrie textile n’a jamais réussi à s’implanter, la population n’a pas eu à subir dans les premières décennies du xixe siècle une reconversion économique majeure, et cela se traduit simplement par un maintien du nombre d’habitants tout au long du siècle.

  • 12 « La phase suivante, de 1856 à 1876, nous est apparue comme une phase d’équilibre entre les salair (...)

15La restructuration économique qui stabilise la population se dessine nettement sur les courbes démographiques à Charneux et Clermont dès les années 1850. Cette inversion des tendances s’explique par deux facteurs au moins. D’une part, l’extension des cultures est limitée dans la région, mais elle existe néanmoins à cette époque et c’est évidemment une activité consommatrice de main-d’œuvre. D’autre part, la période 1850-1873 correspond à une période faste pour les villes, populations et entreprises industrielles. C'est la phase ascendante d’un Kondratieff que R. Leboutte et L. De Saint Moulin ont largement décrit au niveau de la région liégeoise 12. C’est indéniablement tout profit pour les maçons et les autres travailleurs de la construction qui résident dans la campagne hervienne, mais travaillent surtout pour le marché urbain. Les manufactures textiles rurales ont elles aussi bénéficié d'un marché en croissance, qui leur permettait de compléter, plutôt que réellement concurrencer, la production des grandes firmes verviétoises.

Graphique III-2. L’évolution de la population sur le long terme. Charneux, Clermont et Neufchâteau entre 1805 et 1976. Indice base 100 = 1805

Graphique III-2. L’évolution de la population sur le long terme. Charneux, Clermont et Neufchâteau entre 1805 et 1976. Indice base 100 = 1805

Sources : les données qui ont servi à établir ce graphique sont reportées en annexe III-1.

16Quand la régression survient, une fois de plus, la démographie confirme l’analyse économique du chapitre II : la crise de 1873-1893 n’a guère eu d’impact sur le peuplement, ni à Neufchâteau, ni à Clermont, ni à Charneux, où le déclin s’amorce véritablement vers 1890. Le recentrage sur les produits laitiers et l’élevage, soit sur des activités à faible consommation de main-d’œuvre, se traduit par une accentuation de l’exode rural dans les vingt/vingt-cinq années qui précèdent la Première Guerre mondiale.

17Toutefois, si divers facteurs économiques structurels et conjoncturels expliquent la résistance de la population au cœur du Pays de Herve dans les années 1850-1890, il reste encore à comprendre quels phénomènes ou comportements démographiques ont rendu possible cette stabilité et, par la suite, quels sont les mécanismes qui ont conduit à un nouveau fléchissement du nombre d’habitants. Dans un premier temps, nous allons simplement établir la part respective des soldes naturels et migratoires. L’analyse porte sur des taux exprimés en pour mille habitants (voir annexes III-2 et III-3).

Graphique III-3. Évolution des soldes naturel et migratoire, 1847 – 1900

Graphique III-3. Évolution des soldes naturel et migratoire, 1847 – 1900

18Le solde naturel reste positif tout au long des 54 années observées, à deux exceptions près (graphique III-3). La première, en 1871, est provoquée par un excédent de décès, lié à une épidémie sur laquelle nous reviendrons dans le paragraphe 3.2. La seconde est due à une très faible natalité dans l’ensemble des trois communes en 1892. Dans notre échantillon hervien, le solde naturel correspond à un accroissement annuel de 8 %o en moyenne et aucun des trois villages ne présente un profil particulier. Il faut simplement signaler, une fois de plus, une courbe plus accidentée à Neufchâteau, mais dans l’ensemble, les trois entités présentent un patron homogène, similaire. Un point toutefois retient l’attention : les années 1890 marquent un changement dans le rapport entre les décès et les naissances ; ces dernières demeurent plus nombreuses, mais l’écart entre les deux diminue. Concrètement, l’accroissement annuel moyen de la population dû à l’excédent des naissances sur les décès s’élevait à 8,4 %o entre 1847 et 1890 ; il tombe à 5,9 %o en moyenne dans la dernière décennie du xixe siècle.

  • 13 En réalité, dans les années 1850-1860, les pertes sont assez proches de la moyenne (-12,5 %0), puis (...)

19Évidemment, dans un contexte de stagnation, puis de déclin démographique, si le solde naturel reste positif, c’est donc du côté des mouvements migratoires qu’il faut chercher l’origine de la dépopulation. Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, les émigrants sont presque toujours plus nombreux que les nouveaux venus au cœur du Pays de Herve. Pour l’ensemble de la période le déficit migratoire s’élève annuellement à près de 12 %o, mais les fluctuations qui surviennent révèlent une grande disparité. En 1857 et 1889, les départs sont plus intenses et la perte de population due aux migrations atteint plus de 35 ‰ ! À l’opposé, le solde migratoire a été positif huit fois au cours de ce demi-siècle. Outre ces sérieuses variations annuelles, il faut encore souligner la spécificité des années 1891-1900. L’excédent des sorties sur les entrées est en moyenne 4 ‰plus prononcé au cours de cette décennie que pour l’ensemble de la période observée13.

20Cette accentuation de la tendance au cours des dix dernières années du xixe siècle, conjuguée à un croît largement ralenti de la balance naturelle, explique le déclin de la population qui se réamorce à cette époque, après une période de relative stabilité.

2. Les structures par âge et par sexe

21L’étude des structures de la population est un élément presque incontournable en démographie, préalable indispensable aux analyses ultérieures, qui permet de « situer » en quelque sorte la population étudiée. Dans cette étude, toutefois, elle n’est pas vue comme une fin en soi. Nous considérons cet élément dans une optique plus pragmatique : elles nous fournissent une sorte d’échelle de valeurs, de grille de référence. Jusqu’à présent, elles ont presque exclusivement été calculées à un moment précis, le plus souvent aux dates des recensements généraux de la population. Puisque nous en avons les moyens, nous travaillerons quant à nous sur une base annuelle. Le gros avantage dans ce cas précis est d’obtenir un paradoxe : une vision globale beaucoup plus détaillée que lorsqu’il faut se contenter du résultat des recensements, espacés d’au minimum dix ans. Il sera donc possible de percevoir, dès les premiers signes, un renversement ou un renforcement de tendance. Bref, cette observation continue des structures nous permet de gagner en précision et en clarté.

2.1. Les structures par âge

2.1.1. Une population pré-transitionnelle

  • 14 Ces pyramides résultent tout simplement de l’addition des structures de population annuelles pour (...)
  • 15 Voir aussi d’ailleurs l’évolution du chiffre de la population, les soldes migratoires et les solde (...)

22La pyramide par âge et sexe est un moyen commode pour visualiser, en un coup d’œil, la structure d’une population. Puisque nous travaillons sur base annuelle, nous étions en mesure de proposer, pour chacune des trois communes de notre échantillon hervien, 54 pyramides. Nous avons préféré opter, le lecteur nous comprendra aisément, pour la constitution de pyramides par périodes 14. Ces dernières, au nombre de trois, ont été retenues à la suite d’une analyse détaillée des divers résultats de ce paragraphe, et notamment en fonction de l’indice de vieillissement et du rapport de masculinité : 1873 et 1891 nous sont apparues comme deux dates clés dans l’évolution démographique du Pays de Herve1515.

  • 16 Oris M. (1994), Contributions migratoires, structures démographiques, p. 61.

23En effet, la physionomie générale de la pyramide par âge et sexe du Pays de Herve – nous considérons Charneux, Clermont et Neufchâteau, dans ce cas-ci, comme trois entités indissociables – témoigne de sérieuses modifications qui se sont opérées en un plus d’un demi-siècle (figure III-1). Pendant la première période (1847-1872), la pyramide prend la forme d’un triangle isocèle presque parfait, nonobstant un léger creux aux âges actifs, spécialement entre 25 et 45 ans. Cette concavité est plus nette chez les hommes que chez les femmes et ne semble pas anormale dans la mesure où l’on observe un phénomène exactement inverse dans les villes16 : à ces âges, les mouvements migratoires liés au travail peuvent être vus comme responsables des écarts entre villes et campagnes.

24Dans la phase ultérieure, qui couvre la période 1873-1890, la base rétrécit de façon notable : la proportion d’enfants de moins de 5 ans, de 5 à 9 ans, de 10 à 17 ans, est plus proche désormais de 50 que de 60 %o. Un léger vieillissement par le sommet, entre 60 et 70 ans, se fait jour également. La dernière décennie du xixe siècle montre un Pays de Herve en mutation. De la pyramide presque parfaitement équilibrée des années antérieures à 1873, il ne reste plus grand chose et de nettes différences émergent entre les structures respectives des hommes et des femmes, qui jusqu’alors étaient très semblables. De part et d’autre, bien sûr, le socle se fragilise, conformément au schéma classique des populations transitionnelles. Du côté masculin, un sérieux bombement apparaît entre 10 et 25 ans surtout, mais même jusqu’à 35 ans. Chez les femmes, chaque groupe d’âge quinquennal entre 0 et 25 ans représente une portion équivalente et c’est seulement après ces âges que la pyramide adopte un dessin beaucoup plus conventionnel, puisque la contribution de chaque groupe diminue à mesure que l’âge augmente. Par contre, après 1890, aucun changement réel ne vient bouleverser le sommet de la pyramide. Tout au plus peut-on observer une légère diminution des contributions au-delà de 55 ans.

25Voici donc le portrait un peu impressionniste de la démographie du pays herbager dans la seconde moitié du xixe siècle.

Figure III-1. Pyramide des âges, par sexe et par période

Figure III-1. Pyramide des âges, par sexe et par période

2.1.2. L’indice de vieillissement

26Pour une première approche quantitative des structures par âge, la répartition de la population par grands groupes (0-14 ; 15-54 ; 55 et plus) offre une approche un peu plus quantitative des structures, qui restent stables pendant toute la deuxième moitié du xixe siècle. Le principal enseignement qui s’en dégage, c’est un vieillissement qui s’opère non par le sommet, mais par la base, via une diminution de la proportion des jeunes à partir de 1890. Les jeunes représentent en moyenne 31,5 % de la population hervienne, la catégorie des actifs potentiels représente quant à elle plus de la moitié des habitants (de 52 à 55 %), tandis que les aînés comptent pour 16,5 % des habitants pendant les 25 premières années observées (1847-1872), puis cette proportion diminue quelque peu, proche de 15 % dans le dernier quart du xixe siècle.

27Ces informations sont confirmées par l’indice de vieillissement, qui rapporte la population des personnes de 65 ans et plus à celle des moins de 15 ans. Une augmentation indique un vieillissement de la population, et vice versa. Relativement élevé en début de période, il se chiffre en moyenne à 26,7 pour les années 1847-1877 et est largement supérieur à celui des années 1878-1900 (21,9). Le véritable creux se marque cependant entre 1882 et 1894 (20,8). Dans les toutes dernières années du xixe siècle, l’indice remonte légèrement, sans plus atteindre toutefois la barre des 25.

  • 17 Oris M. (1994), Contributions migratoires, structures démographiques, p. 61 — Leboutte R. (1988) R (...)
  • 18 André et Pereira-Roque parlent d’un vieillissement par la base en Wallonie (Andre R., Pereira-Roqu (...)

28D’évidence, un tel résultat ne s’imposait pas d’emblée. Certes, le vieillissement de la population est surtout un phénomène caractéristique du xxe siècle17, mais les études qui ont établi ce constat se fondaient sinon sur des populations urbaines et industrielles, au moins sur des populations rurales en voie d’industrialisation. Dans la campagne, il est légitime d’imaginer un scénario plus précoce, principalement en raison du profil type du migrant, un adulte en âge fécond, ou du moins actif, qui quitte son village pour trouver à s’employer dans un centre urbain18. Quelle que soit pourtant la localité envisagée, le profil de la courbe est similaire, avec un creux dans le dernier quart du xixe siècle.

  • 19 En effet, l’indice de sénilité de la petite ville traditionnelle de Huy oscille, de 1820 à 1900, e (...)

29Toutefois, le recul de l’indice de vieillissement des Herviens ne doit pas occulter le fait que cette population était tout de même relativement vieille19. L’importance des ‘vieux’ dans le pays herbager, avec un niveau de départ très élevé, est typique finalement d’une population qui a assisté au départ de ses jeunes, lorsque le travail à domicile a été battu en brèche par une industrialisation poussée des centres urbains voisins. Ensuite, il a fallu du temps pour redresser la situation.

2.2. Le rapport de masculinité dans le Pays de Herve

  • 20 Scholliers P. (1995), De la proto-industrialisation à la révolution industrielle — Gubin E. (1993) (...)

30L’hypothèse d’une sur-représentation masculine dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse au xixe siècle peut a priori se défendre. D’abord parce que les fileuses ont subi le plus durement le choc de la révolution industrielle. Elles furent les premières à devoir affronter le chômage dans la campagne, il est donc logique de penser qu’elles sont parties tenter leur chance en ville. De plus, le monde industriel textile est de ceux qui font assez largement recours à la main-d’œuvre féminine : les femmes perdent donc leur emploi à la campagne, mais trouvent en théorie facilement du travail à quelques kilomètres de leur village natal20.

31Mais le graphique III-4 infirme notre postulat de départ. Les femmes sont en surnombre, sans discontinuer, de 1847 à 1895, avec une différence maximale entre 1862 et 1864 : pendant ces trois années en effet, on compte seulement 93 hommes pour 100 femmes. À l’extrême fin du xixe siècle, la tendance se renverse très légèrement (1 % en plus d’hommes que de femmes), mais c’est Charneux à lui seul qui crée le changement. À ces dates, les deux autres villages continuent de connaître des rapports de masculinité de l’ordre de 95 à 98.

  • 21 Poulain M., Tabutin D. (1981), La surmortalité des petites fillesId. (1990), La surmortalité de (...)
  • 22 Sur l’influence de la mortalité sur le rapport des sexes, voir notamment Vallin J. (1988), La mort (...)
  • 23 Certes, on observe parfois une surmortalité féminine due aux aléas de la maternité et de l’accouch (...)

32Pour mieux cerner le phénomène, la répartition par sexe a été croisée avec les grands groupes d’âges. Selon les critères traditionnels, la surpopulation féminine était attendue parmi les plus âgés, car les femmes sont réputées plus résistantes que les hommes. Les rapports de masculinité des seniors sont pour cette raison, le plus souvent, largement inférieurs à 100. Pour les plus jeunes par contre, le modèle généralement observé en Belgique met en évidence une surmortalité des petites filles et de nombreuses hypothèses ont été avancées pour l’expliquer21. Cette mortalité différentielle entraîne donc théoriquement une sur-représentation des garçons parmi les moins de 15 ans22. Dans le groupe des adultes de 15 à 54 ans, le poids plus important de l’un des deux sexes s’explique davantage par le contexte économique et la contribution des migrants, que par un quelconque différentiel de mortalité23. Mais, à nouveau, toutes ces réflexions préliminaires s’effondrent devant les résultats herviens. Quelle que soit la catégorie d’âge, les femmes sont en surnombre à Charneux ; elles le sont aussi à Clermont, mais à partir de 15 ans seulement ; elles le sont enfin, à Neufchâteau, à partir de 55 ans. Cette analyse par sexe met une nouvelle fois en évidence une démographie hervienne très spécifique, à laquelle le rôle joué à la ferme par les femmes, notamment dans le travail du lait et de ses dérivés, n’est peut-être pas étranger.

Graphique III-4. L’évolution du rapport de masculinité (Hommes/Femmes) dans le Pays de Herve, 1847 – 1900

Graphique III-4. L’évolution du rapport de masculinité (Hommes/Femmes) dans le Pays de Herve, 1847 – 1900

3. Naître et mourir dans le bocage

3.1. La reproduction d’une population rurale

3.1.1. Une natalité et une fécondité générale faibles

  • 24 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main d’œuvre, p. 250.
  • 25 Les données belges proviennent de Andre R., Pereira-Roque (1974), La démographie de la Belgique, p. (...)

33Pour donner un premier aperçu des tendances de la reproduction, le taux brut de natalité – c’est-à-dire le nombre de naissances rapporté à la population totale – est représenté sur le graphique III-5. Il révèle une évolution en trois temps. Jusqu’en 1861, la moyenne annuelle s’élève à 24,9 naissances pour mille habitants. Pendant les vingt années qui suivent, le taux grimpe à 29,4 %o. La période de déclin s’amorce dès 1880, la natalité tombant alors à24 ‰. Dans le bassin rural-industriel situé en aval de la Cité ardente, cher à R. Leboutte, le même mouvement en trois phases apparaît dans la deuxième moitié du xixe siècle, mais la natalité y est toutefois plus élevée. Elle ne descend sous les 30 ‰ qu’à partir de 1886. En réalité, les taux bruts observés dans le Pays de Herve apparaissent comme particulièrement faibles. Par rapport à la moyenne nationale, l’écart se chiffre à environ 3 ‰ en début de période (1846-50 ; 1851-55) et grimpe jusqu’à 7 ‰ à la fin de notre observation (1896-1900)25. Cette impression est d’ailleurs renforcée par la comparaison avec une autre région rurale wallonne, la province de Luxembourg, dont le taux brut de natalité en 1845 est de 30 %o. C’est seulement à l’aube du xxe siècle que les taux des deux régions rurales, le Pays de Herve et l’Ardenne au sens large, deviennent similaires, autour de 25 ‰.

Graphique III-5. Le taux brut de natalité dans le Pays de Herve, 1847 – 1900

Graphique III-5. Le taux brut de natalité dans le Pays de Herve, 1847 – 1900
  • 26 L’évolution annuelle, de 1847 à 1900, des indices de Coale If, Ig et Im figure en annexe I1I-4.
  • 27 Sur la définition, les avantages et les limites des index de fécondité, qui furent notamment utili (...)

34Le taux de natalité est une mesure brute. L’indice de fécondité générale (If), mis au point par A.J. Coale, permet d’affiner les résultats26. Ce dernier, au lieu de rapporter les naissances à toute la population, les envisage en fonction du nombre total de femmes fécondes (c’est-à-dire les femmes âgées de 15 à 49 ans, quel que soit leur statut matrimonial, avec une pondération par la fécondité des Huttérites)27.

35Du point de vue strictement technique du démographe, l’indice de fécondité générale n’est pas une mesure très précise, mais elle est cependant utile et explicite. En clair, elle n’identifie pas le comportement des individus, mais bien la dynamique démographique régionale. Appliqué aux données herviennes, l’If donne des indications qui concordent parfaitement avec celles obtenues à partir des taux bruts et les trois même périodes émergent distinctement sur le graphique III-6. If est proche de 0,250 dans les années 1850, puis monte dans les vingt années qui suivent pour atteindre un sommet en 1880 (0,342). Après cette date, le recul est constant et ne se dément plus : à la fin du siècle, If se chiffre à 0,220.

  • 28 Les données relatives aux indices de fécondité des différentes provinces de la Belgique proviennent (...)

36Cet indice est largement utilisé par les historiens-démographes et permet, mieux que le taux brut de natalité, de situer le Pays de Herve par rapport à d’autres régions. Qu’on le compare à la fécondité générale de la province de Liège ou à celle de Luxembourg, l’If des trois entités herviennes au milieu du xixe siècle est indéniablement faible. Sa valeur lors du recensement de 1856 est seulement de 0,251, contre 0,330 pour la province de Liège et 0,316 pour celle, beaucoup plus rurale, du Luxembourg. Cette année-là d’ailleurs, quelle que soit la province belge considérée, aucun If n’est inférieur à 0,30228. Le Pays de Herve comble toutefois progressivement son retard, et en 1880, il affiche des valeurs qui se situent désormais dans la norme. Après cette date, la chute de la fécondité générale est assez soutenue : dès 1890, l’If hervien est de nouveau moins élevé, mais la différence reste limitée. C’est surtout à l’extrême fin du xixe siècle que l’écart se creuse de nouveau de manière plus prononcée : en 1900, aucune des neuf provinces du royaume ne présente un indice aussi bas que celui de Charneux, Clermont et Neufchâteau réunis !

Graphique III-6. L’indice de fécondité générale (If) dans le Pays de Herve, 1849 – 1898

Graphique III-6. L’indice de fécondité générale (If) dans le Pays de Herve, 1849 – 1898

3.1.2. Une forte fécondité des couples

37Ce profil général ne tend pas pour autant à indiquer une transition démographique précoce. C’est en réalité l’indice de fécondité matrimoniale (Ig) qui fournit le résultat le plus probant, puisqu’il rapporte directement les naissances légitimes aux femmes mariées, âgées de 15 à 49 ans. Cette mesure s’exprime en pour cent de la fécondité des Huttérites. Les trois phases décrites plus haut se dessinent une fois encore. Au milieu du xixe siècle, la fécondité légitime dans le Pays de Herve est élevée (Ig=0,842 en 1850, voir graphique III-7). Elle connaît une petite baisse dans les années 1850, puis part résolument à la hausse : Ig se monte à 0,935 en 1866 et reste très élevé jusqu’en 1880 (en moyenne, pendant cette période intercensitaire, Ig=0,870). Il entame alors un déclin lent pendant les deux dernières décennies du xxe siècle.

Graphique III-7. L’indice de fécondité légitime (Ig) dans le Pays de Herve, 1849 – 1898

Graphique III-7. L’indice de fécondité légitime (Ig) dans le Pays de Herve, 1849 – 1898
  • 29 Il est d’observation courante de constater, quelles que soient les dates retenues, une fécondité r (...)
  • 30 Pour ces données de comparaison avec Dison, Verviers et Liège, voir Oris M. (1995), La transition (...)
  • 31 Rappelons que la primauté des villes dans le déclin de la natalité est un phénomène généralisé, ma (...)

38Ce qui apparaît clairement, lorsque l’on compare ces indices à ceux des agglomérations voisines de Liège et de Verviers, ainsi qu’à leur banlieue, c’est avant tout une évolution spécifique dans le troisième quart du xixe siècle. En effet, vers 1846, les trois villages herviens connaissent un niveau de fécondité légitime proche de ceux de Verviers, de Dison, du bassin industriel en aval de Liège et même de la province de Liège en général29. Mais vingt ans plus tard, l’écart s’est creusé : l’Ig de Charneux, Clermont et Neufchâteau réunis a grimpé jusqu’à 0,935 lors du recensement de 1866, tandis qu’il est resté pratiquement stable à l’échelon provincial (+0,02), ainsi que dans les deux métropoles régionales30. La distance se marque encore davantage dans les quinze années qui suivent, car Ig décroît partout... sauf dans le Pays de Herve. Par conséquent, en 1880, la fécondité légitime est 25 à 35 % plus élevé dans la région bocagère que celle des bassins industriels voisins et de la province de Liège dans son ensemble31.

  • 32 Perrenoud A. (1988), Les transitions démographiques, p. 10 — Oris M. (1996), Fertility and migrati (...)
  • 33 Alter G., Oris M. (1999), Fertility and fecundity.

39Cette hausse de la fécondité des couples n’est pourtant pas un phénomène anormal, même si certaines régions entament déjà, dès cette époque, leur transition décisive. En réalité, il n’est pas rare d’observer, juste avant la généralisation des pratiques de régulation des naissances, une augmentation substantielle de la natalité et même de la fécondité légitime, qui résulte simplement d’un relâchement du frein traditionnel de la nuptialité. Les Anglophones qualifient cette période de ski jump32. Une étude toute récente sur l’Ardenne montre qu’une montée de la fécondité des couples se produisant juste avant le déclin décisif peut aussi être due à une amélioration de la fertilité des femmes, elle-même liée à une meilleure alimentation33. C’est sans doute l’explication qu’il faut retenir pour le Pays de Herve, car le paragraphe suivant illustrera la dureté et surtout la constance du frein malthusien pesant sur le mariage.

  • 34 Données de comparaison pour la province de Luxembourg dans Eggerickx T. (1993), L’évolution de la (...)
  • 35 Pour des données hesbignonnes, voir l’Ig de l’arrondissement de Waremme en 1880, 1890 et 1900 dans(...)

40Cette comparaison met en exergue un différentiel urbain-rural qui se creuse dans le courant du xixe siècle. D’une part, la fécondité légitime augmente dans le Pays de Herve, de l’autre, elle diminue à la fois plus tôt et plus vite dans les centres urbains. Mais même si l’on envisage ces valeurs dans un contexte purement rural, l’Entre-Vesdre-et-Meuse se démarque par un patron assez particulier. En effet, malgré un niveau similaire dans les Ardennes (province de Luxembourg) vers 1846-1856, les trois villages herbagers empruntent un chemin différent dans les années qui suivent. Nous l’avons vu, leur fécondité légitime augmente, alors qu’elle stagne, voire décline, dans la province de Luxembourg34. En 1880, à la veille de la transition décisive, la fécondité des femmes mariées des autres zones rurales, tant ardennaises qu’hesbignonnes35, est déjà nettement en deçà de celle observée dans le Pays de Herve.

41C’est donc seulement dans les deux dernières décennies du xxe siècle que la région des prairies entame la transition de la fécondité. Mais son retard sur les populations urbaines, dont les comportements se modifient rapidement, était tel qu’il n’a pu se combler en vingt ans. Au tournant du siècle, l’Ig des trois communes tests est environ deux fois plus élevé que celui de Liège et de Verviers !

3.1.3. Dureté et constance du frein malthusien

  • 36 La proportion de femmes mariées représente pour l’ensemble de la période environ 18 % du groupe fé (...)
  • 37 Cette population est prise comme référence car elle ne pratique aucune forme de limitation des nai (...)

42La diffusion du contrôle des naissances dans la campagne hervienne est tardive et lente. Avant qu’elle ne survienne, le régime démographique est caractérisé par une forte fécondité légitime, qui contraste avec une natalité et une fécondité générales très basses. Deux éléments peuvent expliquer ce paradoxe apparent : la proportion de femmes fécondes mariées d’une part36, l’âge de ces femmes mariées d’autre part. Le patron général de la nuptialité est traditionnellement résumé par un index de la proportion des mariés (Im). Outre une indication générale sur le niveau de la nuptialité, il procure aussi des renseignements intéressants sur le potentiel fécond de la population étudiée. En effet, la structure par âge et état matrimonial des femmes est pondérée par la fécondité des Huttérites, ce qui donne aux femmes jeunes les plus fertiles une plus grande importance37. En termes peut-être plus explicites, cet indice de nuptialité tient compte de la fertilité différentielle par groupe d’âges : une femme de 20-24 ans est plus susceptible de donner naissance à un enfant qu’une femme de plus de 45 ans.

Graphique III-8. L’indice de nuptialité dans le Pays de Herve, 1847 – 1900

Graphique III-8. L’indice de nuptialité dans le Pays de Herve, 1847 – 1900
  • 38 R. Lesthaeghe propose des Im pour la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Italie (Idem, p. 55).

43L’Im est particulièrement faible dans le Pays de Herve et la tendance se renforce au fil du xixe siècle (graphique III-8). En effet, alors qu’il augmente dans de nombreux pays européens entre 1846 et 190038, il tend au contraire à diminuer dans la région la plus herbagère de Wallonie. La proportion des mariées est la plus importante au milieu du xixe siècle (0,335), mais dès cette époque sa valeur est déjà relativement faible : l’Im calculé pour l’ensemble de la Belgique est légèrement supérieur (0,375), mais surtout, l’Im français se situe déjà à 0,520. Dans les trois villages herviens, l’indice de nuptialité diminue nettement jusqu’en 1858-1860, avec un creux à 0,312. Il remonte quelque peu dans les années qui suivent, mais entame un déclin irrémédiable à partir de 1884. C’est ce bas niveau de Im, cette pression sur le mariage, qui explique le contraste entre la forte fécondité légitime et les basses fécondité générale et natalité. Manifestement, le frein traditionnel de la nuptialité tardive et du célibat définitif joue pleinement son rôle dans la régulation des naissances au cœur du Pays de Herve. Au lieu de se délier, via un âge au mariage plus bas ou un accès au mariage plus généralisé, cette contrainte proprement malthusienne se renforce. Cela signifie à n’en pas douter une difficulté pour les jeunes ménages de s’établir : ils doivent alors patienter ou s’« expatrier ». Nous envisagerons ces questions en détail dans le chapitre IX.

3.2. La mortalité

  • 39 Palloni A. (1988), Les mortalités de crise, pp. 231-236 — Dupaquier J. (1979), L’analyse statistiq (...)

44Les mesures liées à l’étude de la mortalité se heurtent à certains problèmes méthodologiques. D’une part, les taux bruts – simple rapport des décès survenus dans une localité donnée à l’ensemble de la population de la commune cette année-là – fournissent un indice conjoncturel, qui met en évidence avant tout les accidents de la mortalité39. Si elle offre le double avantage de souligner les phénomènes localisés dans le temps et d’être calculable annuellement, cette mesure est biaisée d’une certaine façon puisqu’elle ne tient pas compte de la structure de la population.

  • 40 Cf. par exemple, Capron C. (1996), La population de Limbourg, annexes 3 à 6, pp. XLI-XLIV ou Oris (...)

45D’autre part, l’espérance de vie à la naissance, obtenue sur base du calcul des tables de mortalité, nous offre une vision plus sûre, mais elle ne peut s’établir qu’à partir de données démographiques assez complètes. C’est pourquoi, dans la plupart des travaux démographiques, il existe un net contraste entre l’analyse temporelle (fondée sur les taux) et l’analyse structurelle sur base de tables de mortalité. Ces dernières en effet, pour s’appuyer sur un nombre d’éléments suffisamment important et atteindre une base statistique satisfaisante, considèrent généralement des périodes de temps relativement larges. On calcule assez couramment des espérances de vie pour une période globale de dix ou vingt ans, voire davantage40. Par conséquent, les accidents épidémiologiques ou autres qui perturbent la tendance générale sont en fait noyés dans la masse. Certains n’apparaissent plus du tout, d’autres sont atténués.

46Grâce aux registres de population et au travail de mise en œuvre effectué pour attribuer à chaque individu inscrit dans la base de données une date d’entrée et de sortie d’observation, il est possible de résoudre ce dilemme de manière optimale : il s’agit de calculer des tables annuelles. C’est ce que nous avons réalisé en additionnant les populations de Charneux, Clermont et Neufchâteau et les décès annuels survenus dans ces trois villages, chacune de ces données étant bien sûr répartie par groupes d’âges quinquennaux.

47Le graphique III-9 propose un aperçu de l’évolution de la mortalité dans le Pays de Herve à travers les taux de mortalité et les espérances de vie des trois communes tests, chaque mesure étant exprimée annuellement. La corrélation entre les deux courbes est excellente puisque le coefficient obtenu s’élève à –0,87. Sur base de ces deux mesures plus complémentaires que concurrentes, nous pouvons donc aborder l’étude des niveaux et de la conjoncture de la mortalité dans le bocage hervien.

Graphique III-9. Évolution des taux bruts de mortalité et des espérances de vie à la naissance

Graphique III-9. Évolution des taux bruts de mortalité et des espérances de vie à la naissance

3.2.1. La mortalité hervienne : niveaux et conjoncture

  • 41 Dans les lignes qui suivent, nous puisons nos données sur Seraing, Dison, Huy et Liège dans Oris M (...)
  • 42 Andre R., Pereira-Roque J. (1974), La démographie de la Belgique, p. 51.

48Le graphique III-9 présente deux mesures différentes, mais en fait très concordantes. Dès lors, utilisons l’une d’entre elles, le taux de mortalité, pour donner une première description générale du temps long de la mortalité pour les trois communes réunies. En 1847, le taux brut de mortalité s’élève à 23,2 ‰, mesure qui semble particulièrement basse si on la compare au centre verviétois où 37 individus sur 1.000 meurent cette année-là. La valeur hervienne se situe plutôt à un moyen terme entre le patron observé dans des localités industrielles récentes comme Limbourg (27,3 ‰) ou Dison (23,5 ‰) et celui des villages ardennais que sont Sart (20 ‰) et Polleur (16 ‰)41. Mais contrairement à ce qui se passe dans toutes ces communes, les Herviens voient leur taux de mortalité se réduire au cours des années qui suivent, pour atteindre une valeur minimale de 14,5 ‰ en 1856. Pour donner une idée de la performance réalisée, le taux moyen de la Belgique se situe à cette date à 21,5 ‰42. Après cette période euphorique, les taux repartent à la hausse, légère mais constante, et atteignent un sommet en 1871 (29,8 ‰). Pendant les vingt années qui suivent, le taux de mortalité de Charneux, Clermont et Neufchâteau se stabilise entre 16 et 20 ‰, proposant un niveau assez comparable à celui des villages de Sart et de Polleur, plus favorable en tout cas que celui des centres urbains et industriels de la région.

49Tardivement, à partir de 1893, s’amorce de manière plus prononcée et décisive le déclin de la mortalité. D’une manière générale, dans cette dernière décennie du xixe siècle, les taux bruts de mortalité des différentes entités de l’est de la Belgique naviguent dans les mêmes eaux. Dans le Pays de Herve, le taux brut de mortalité s’élève en moyenne, pour les années 1893-1900, à 15,1 ‰, ce qui est très proche du village de Sart (14,8 ‰) et de la petite ville historique de Huy (15,4 ‰). Les centres industriels proposent des valeurs un peu plus élevées, mais désormais très voisines : à proximité de la région herbagère, les taux de mortalité moyens dans les huit dernières années du xixe siècle sont respectivement de 15,9 ‰ à Verviers et de 16,1 ‰ dans deux faubourgs régionaux, Limbourg et Dison. Toute cette région dont le développement économique est fondé sur la révolution industrielle dans le domaine textile connaît d’ailleurs une transition précoce : Seraing et Liège sont à la traîne (respectivement 18,3 et 17,2 ‰), tout en restant en deçà de la moyenne du royaume (18,6 ‰). L’image générale qui se dégage, c’est un Pays de Herve assez favorisé, épargné par les mortalités excessives. Si le déclin des taux de mortalité y est moins spectaculaire dans la deuxième moitié du xixe siècle que dans certains centres urbains et industriels, c’est aussi parce que, dès 1850, le niveau n’y était guère élevé.

3.2.2. Une région préservée : l’absence d’une dépression épidémiologique entre 1850 et 1870

  • 43 Chacun des cinquante-quatre points de la courbe du Pays de Herve sur le graphique III-10 est fondé (...)

50Au-delà d’une simple description des tendances, il importe de replacer l’évolution de la courbe hervienne dans un contexte épidémiologique régional. Le graphique III-1043 offre une vision comparative : le Pays de Herve est mis en relation avec l’Ardenne, autre zone rurale qui appartient aussi à la sphère économique vervietoise, et avec un faubourg industriel liégeois, Tilleur. Il se base sur les espérances de vie annuelles qui, nous venons de le voir, permettent de comparer des populations aux structures démographiques diamétralement opposées.

Graphique III-10. Évolution des espérances de vie à la naissance dans le Pays de Herve, dans l’Ardenne liégeoise (Sart et Polleur) et dans un faubourg industriel liégeois (Tilleur), 1847 – 1900

Graphique III-10. Évolution des espérances de vie à la naissance dans le Pays de Herve, dans l’Ardenne liégeoise (Sart et Polleur) et dans un faubourg industriel liégeois (Tilleur), 1847 – 1900

Note : données annuelles pour les trois communes réunies du Pays de Herve ; moyenne mobile par pas de cinq ans pour les données des autres localités
Sources : Registres de population de Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1846-1900 Registres de population de Sart et Polleur (1846-1900) et de Tilleur (1846-1880)

  • 44 Neven M. (1997), Epidemiology of town and countryside.
  • 45 Putzeys J. (1867), Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur. Ce phénomène a déjà été étudié a (...)
  • 46 APC, 29 octobre 1844, in Loi relative au domicile de secours, p. 47 (cité par Van Damme D. (1990),(...)

51En tout premier lieu, un net contraste apparaît dans les armées 1850 à 1870 entre la région herbagère et l’autre versant de la Vesdre. Si aux environs de 1847-1850, les communes rurales herviennes et ardennaises connaissent des espérances de vie d’un même ordre de grandeur, les deux régions expérimentent dans les années qui suivent des destins différents. La fameuse dépression épidémiologique des années 1850-1870, dont nous avons déjà discuté dans une autre recherche44, affecte au premier chef les centres industriels (Verviers, Seraing, Tilleur), mais contamine également les campagnes, avec une ampleur variable. Celles-ci sont plus ou moins touchées en fonction des contacts humains qu’elles entretiennent avec les villes voisines, car les rapports réciproques sont essentiels dans la diffusion des maladies à caractère épidémique. Lors de la fameuse épidémie de choléra de 1866, le docteur Putzeys, secrétaire de la Commission Médicale Provinciale, s’est livré à un recensement quotidien des victimes selon leur lieu de domicile, afin de repérer la progression géographique de la maladie. Son rapport met en lumière un phénomène patent de contamination des campagnes via leur métropole industrielle (Liège pour la Hesbaye, Verviers pour le Pays de Herve et l’Ardenne), par le biais des migrations alternantes45. Outre ces navetteurs, il faut aussi tenir compte des immigrants urbains originaires des campagnes proches qui, quand ils tombent malades, retournent dans leur village natal pour se faire soigner, car ils peuvent compter sur l’aide de la famille restée « au pays ». L’existence de réactions de ce type est attestée par un parlementaire belge, De Saegher, qui estimait en 1844 que la charge des pauvres devait être assumée par la commune dans laquelle ils travaillaient, même en dehors de tout contexte épidémiologique : « (les villes) devraient entretenir les malades qui ont contracté leurs maladies, leurs infirmités, par suite des travaux auxquels ils se sont livrés dans ces villes mêmes »46.

  • 47 L’Exposé administratif de la situation de la Province de Liège ne mentionne pas explicitement le v (...)
  • 48 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage Capron C., Oris M. (1997), Demography, family syste (...)

52L’examen du graphique III-10 montre que l’Ardenne liégeoise fut réellement affectée par cette fameuse dépression des années 1850-1873, tandis que l’espérance de vie au cœur du Pays de Herve reste plus ou moins constante pendant toute cette période. Le seul creux manifeste se situe en 1871, en raison d’une brusque chute dans la commune de Neufchâteau, liée à un accident épidémiologique : la variole, nous y reviendrons, sévit cette année-là avec une acuité toute particulière47. Faut-il en déduire que les liens entre la région herbagère et les villes avoisinantes étaient ténus à cette époque ou se tissaient à sens unique ? C’est en tout cas une hypothèse à laquelle nous devrons être attentive dans l’analyse des champs migratoires (voir infra). Il faut compter aussi avec un autre élément. Le Pays de Herve a connu ses années noires au début du xixe siècle, lorsque le filage à domicile a perdu sa raison d’être, puis il a commencé à se restructurer. En Ardenne par contre, la loi de 1847 relative à la vente des biens communaux donne un sérieux coup de bâton aux structures en place et bouleverse profondément le mode de vie local48. Les deux régions rurales de l’extrême est de la Belgique expérimentent donc après 1850 des destins tout à fait différents, qui expliquent au moins en partie les sensibilités différentes et les réactions particulières de leur démographie.

53D’autre part, le contraste entre les espérances de vie de l’échantillon hervien et de la petite cité minière de Tilleur est à la fois marqué et révélateur. Dès le milieu du xixe siècle, il est clair que le Pays de Herve connaît une situation privilégiée. L’espérance de vie à la naissance dépasse allègrement les 40 ans, atteignant même 50 ans en 1849. C’est indéniablement un des niveaux les plus hauts que l’on puisse observer en Belgique à cette époque. Un enfant né à Charneux, Clermont ou Neufchâteau peut espérer vivre jusque l’âge de 45 ans. C’est quelque quinze années de plus qu’un habitant de la banlieue industrielle liégeoise : à Tilleur, l’espérance de vie à la naissance est tout juste de 30 ans en 1849, année durant laquelle le choléra frappe durement. Manifestement, le graphique III-10 confronte deux situations extrêmes : d’une part, celle d’un Pays de Herve dont les habitants connaissent déjà une situation démographique très favorable ; de l’autre, une bourgade avec une population en pleine croissance où les gens paient un lourd tribut à la révolution industrielle en cours ! Il s’agit sans doute de la disparité maximale qui puisse s’observer entre le monde urbain et le monde rural dans la Belgique du xixe siècle.

  • 49 Nous avons trouvé ces données de comparaison dans ORIS M. (1998), Mortalité, industrialisation et (...)
  • 50 Ibidem Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 408 et 430 — Pasleau S. (1998),(...)

54Les autres centres industriels des régions liégeoises et verviétoises présentent des conditions démographiques certes moins catastrophiques que Tilleur, mais largement défavorables quand on les compare aux données herviennes. Ainsi, en 1846, l’espérance de vie à la naissance est de 35 ans à Dison, petite cité textile aux portes du Pays de Herve, de 34 ans à Seraing ou encore de 38 ans à Huy49. Évidemment, nous l’avons dit, nous n’avons pas été en mesure de trouver des espérances annuelles pour ces diverses localités. Mais grâce à une série de données ponctuelles, il ressort pourtant clairement que l’ensemble des localités urbaines a encaissé une réelle dépression dans le troisième quart du xixe siècle. Partout à cette époque, l’espérance de vie stagne, voire décroît. En l’espace de dix années (1846-1856), elle est tombée de 6 ans dans le Bassin aval de Liège et même de 9 ans à Seraing et dans la Basse Meuse liégeoise50 !

  • 51 Le contraste de mortalité villes-campagnes est un thème récurrent quoique difficile de l’étude des (...)

55Cette dépression est au premier chef épidémiologique, car ce sont vraiment les maladies infectieuses qui marquent le paysage pathologique des villes. Elles créent un contraste entre monde urbain et zones rurales plus fort qu’il ne l’a sans doute jamais été51. Une étude plus détaillée des taux de mortalité met en exergue le rôle primordial joué par les épidémies dans des centres populeux comme Verviers, Dison ou les faubourgs de Liège. Une corrélation quasi parfaite existe ainsi entre « l’état sanitaire » des centres industriels, c’est-à-dire l’absence ou au contraire l’occurrence de maladies de type épidémique, et les courbes de mortalité. Par contre, l’allure générale de la courbe des décès herviens révèle un patron tout différent. Le graphique III-11, qui indique les accidents conjoncturels survenus dans le Pays de Herve, à Verviers et à Seraing met en évidence avant tout le grand absent de la courbe rurale : le choléra !

  • 52 Larondelle N.J. (1867), Rapport sur l’épidémie de choléra qui a régné à Verriers Angennot L. (18 (...)
  • 53 Le Mouvement de l’état civil pendant l’année 1849 (Bruxelles, 1851) relève 1 décès par choléra à C (...)
  • 54 Voir 1’Exposé administratif de la situation de la Province de Liège, 1850 (pp. 235-236), 1854 et 1 (...)

56Sans revenir longuement sur ce fléau qui a tant marqué les populations européennes du xixe siècle et a donc suscité de nombreuses études dans les rangs des historiens, force est de constater qu’aucune de ses incursions en Belgique, pourtant bien funestes, n’a provoqué de grands bouleversements au cœur du pays herbager 52. En 1849 particulièrement, son arrivée dans nos contrées n’influence en aucune manière les courbes des trois villages étudiés53, de même qu’en 1854 et 1866, le Pays de Herve dans son ensemble fut largement préservé du fléau54.

Graphique III-11. Les taux de mortalité dans le Pays de Herve, à Seraing et à Verriers

Graphique III-11. Les taux de mortalité dans le Pays de Herve, à Seraing et à Verriers

Sources : Registres de population de Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1846-1900Pasleau S. (1998), Industries et populations, p. 424 — Neven M. (1997), Epidemiology of town, p. 46.

  • 55 Rapports des Commissions médicales provinciales sur leurs travaux pendant l’année 1866, M. Hayez, (...)
  • 56 Poncelet P. (1986), Le choléra à Liège en 1866, p. 111.
  • 57 Exposé administratif de la situation de la Province de Liège, 1867. Les Documents Statistiques de  (...)
  • 58 Putzeys J. (1867), Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur.

57La plus meurtrière des invasions cholériques en Belgique survient en 1866. Indéniablement, les communes du Pays de Herve les plus touchées sont celles situées à la périphérie de la région, tout près de la zone industrielle de Verviers : Lambermont compte un décès pour 59 habitants55. Les localités herviennes du secteur « Bords de Vesdre » totalisent 192 décès, soit en moyenne 1 décès pour 120 habitants. C’est ensuite dans l’Avant Pays de Herve que la maladie prélève le plus lourd tribut, mais les pertes restent malgré tout très limitées. Plus d’un tiers des entités de ce sous secteur hervien n’ont à déplorer aucune victime par choléra en 1866 et dans les autres villages, environ 1 personne sur 205 est morte des suites de la maladie. Au cœur de la région bocagère, le phénomène est encore plus marginal : d’après les rapports officiels, douze des dix-neuf villages ont été totalement épargnés, dont Clermont et Neufchâteau. Dans les sept autres, le bilan apparaît presque dérisoire (55 décès au total) face aux 8.462 victimes de la province de Liège et aux 43.400 décès enregistrés dans l’ensemble du Royaume56. A Charneux, sur 1.773 habitants, l’épidémie fait une seule victime57. La chronologie des apparitions de la maladie dans la région herbagère ne révèle qu’une chose : pendant un mois, le choléra sévit dans la région industrielle liégeoise et la campagne hesbignonne, sans que le moindre cas soit relevé dans le Pays de Herve. Le 19 juillet, la première victime est repérée à Verviers et les premiers cas herviens surgissent quelques jours plus tard58.

  • 59 Oris M. (1990), Querelles autour de la statistique des causes de décès.

58En somme, pendant la fameuse dépression épidémiologique des années 1850-1860, le Pays de Herve poursuit son petit bonhomme de chemin, à l’abri des grandes crises et des épidémies. Seul le village de Neufchâteau présente, pendant une période assez limitée (1865-1873) une chute de son espérance de vie, due en fait à deux creux, ceux de 1868 et de 1871. L'Exposé administratif de la situation de la Province de Liège ne fournit aucun renseignement relatif à une quelconque épidémie dans cette localité, mais cela ne signifie pas pour autant qu’elle ait été épargnée. À l’exception des épidémies de choléra qui suscitent la mise en œuvre de statistiques précises, la plupart des maladies, surtout enfantines, sont signalées assez grossièrement : « la variole a régné avec une grande intensité dans plusieurs communes... ». Au nombre de celles-ci, figure peut-être Neufchâteau. D’autre part, la taille de ce village est restreinte et l’absence d’un médecin dans la localité suffit pour expliquer que des cas d’affections épidémiques n'aient pas été signalés à la Commission médicale provinciale, malgré l’obligation légale59. Enfin et surtout, nous l’avons déjà signalé, cette petite commune est, de par sa taille, plus sujette à des variations importantes.

3.2.3. Le déclin de la mortalité

  • 60 Entre 1848 et 1910, la variole est mentionnée à vingt-et-une reprises dans l’Exposé administratif (...)
  • 61 Kuborn H. (1897), Aperçu historique sur l’hygiène publique, p. 31.
  • 62 Havelange C. (1990), Les figures de la guérison, pp. 251-267.
  • 63 Biraben J.N., cité par Charbonneau H., LaRose A. (ed.) (1979), The great mortalities, p. 339.

59Le déclin de la mortalité commence paradoxalement par un coup de bambou : l’épidémie de variole de 1871. Cette maladie, qui règne généralement à l’état endémique, provoque parfois au niveau local de réelles épidémies. Au cours du xixe siècle, elle sévit avec une intensité variable sur l’ensemble du continent européen et elle connaît un sérieux renouveau dans les années 1870-1880, précisément quand la mortalité amorce partout son déclin décisif60. De 1871 à 1880, 5.040 personnes meurent en moyenne chaque année en Belgique des suites de la maladie, mais dans la décennie suivante, ce nombre est déjà tombé à 1.36161. Bien sûr, la vaccine existe depuis 179862, mais en Belgique, elle n’est pas encore devenue obligatoire. En outre, une mutation du virus vers 1870 explique que des populations vaccinées aient été touchées malgré tout par le fléau63 Il se répand d’ailleurs dans toute l’Europe.

  • 64 Darmon P. (1986), La longue traque de la variole, pp. 57-60. Pour deux expériences nationales, voi (...)
  • 65 Nous avons développé toute cette analyse dans un article spécifique, fondé sur des données verviét (...)

60Notre interprétation se fonde sur ce que nous apprend l’épidémiologie. Une affection contagieuse est d’autant plus meurtrière qu’elle atteint une population vierge car elle trouve des cibles sans protection et parfois même prédisposées à succomber. Le mal se répand alors à un rythme exponentiel jusqu’à un seuil de contamination maximal. Dans un second temps, la sélection et l’immunité acquise des survivants créent un groupe résistant et l’épidémie reflue. Dans notre théorie, la variole des années 1870-1871 a un rôle fondamental car elle réussi ce que même le choléra n’était pas parvenu à faire : la dernière grande épidémie du xixe siècle est aussi la première à dépasser les disparités épidémiologiques entre ville et campagne64. À partir de ce moment, il n’y a plus de populations préservées. Le seuil maximum de contamination est atteint et le grand reflux peut commencer65.

  • 66 Le Roy Ladurie E. (1973), Un concept : l’unification microbienne du monde Perrenoud A. (1980), L (...)

61En 1871, les taux de mortalité à Clermont (33,1 ‰) et à Neufchâteau surtout (48,6 ‰) s’inscrivent totalement dans le schéma régional de mortalité, centres urbains et zones rurales confondus. Mieux même que l’Ardenne voisine, le Pays de Herve a donc connu une longue période de préservation pendant la fameuse phase de dépression épidémiologique qui touchait au premier chef les villes en pleine expansion, confrontées à la détérioration de leurs conditions sanitaires et à une véritable explosion démographique. C’est dans le dernier tiers du xixe siècle que se manifeste dans le pays herbager la transition épidémiologique : elle se développe après ce que Emmanuel Le Roy Ladurie a appelé « l’unification microbienne du monde » qui, entamée au xvie siècle, s’achève avec la variole de 187166.

  • 67 Pour rappel, les premiers tronçons de la ligne du Pays de Herve ne sont tracés qu’entre 1872 et 18 (...)
  • 68 Ces chiffres relatifs à l'instruction scolaire sont issus de Minten L. et al. (1992-937, Les stati (...)

62Il est très difficile d’établir avec certitude pourquoi cette épidémie a réussi à mordre sur des campagnes largement épargnées jusque là, hormis l’évidence évoquée plus haut d’une mutation virale particulièrement brutale. Un argument majeur pourrait reposer sur l’intensification des relations migratoires entre Verviers et son arrière pays, déjà évoquées en parlant du choléra, en excluant cependant un rôle éventuel du chemin de fer67. Nous analyserons cette question avec attention dans la quatrième partie de ce chapitre. Le développement de l’instruction constitue aussi un élément susceptible d’expliquer une contamination des populations rurales, puisque les écoles sont des foyers de contamination par excellence. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, la fréquentation scolaire est en réelle progression dans la province de Liège, comme dans l’ensemble du Royaume d’ailleurs. En 1845, tous réseaux confondus, 3.399 élèves sont inscrits régulièrement dans une école primaire liégeoise. Un demi-siècle plus tard, on en dénombre 12.67968. Certes, ces chiffres ne prétendent pas constituer un taux de scolarisation et pour mesurer plus justement l’ampleur du mouvement, encore faudrait-il tenir compte de l’augmentation globale de la population. Pourtant, sans nous obliger à recourir à de telles mesures, une seule observation met en lumière tout l’impact qu’a pu avoir la scolarisation, notamment dans les campagnes, sur la diffusion d’une épidémie. C’est véritablement en l’espace de 10 années (1866-1875) que la population scolaire explose, passant de 3.475 unités à 9.286. Une telle augmentation n’est pas l’unique résultante d’une poussée démographique : la population liégeoise n’a pas triplé en dix ans !

  • 69 Neven M. (1997), Epidemiology of town and countryside, p. 69.

63Après 1873-75, la mortalité entame un recul fondamental dans toute la Belgique et l’Europe du Nord-Ouest en général. En 1877, pour la première fois, l’espérance de vie à la naissance d’un habitant de Tilleur (49 ans), ce centre minier et sidérurgique liégeois, est identique, voire supérieure, à celle des ruraux, tant Herviens (48 ans) qu’Ardennais (46 ans). Les deux dernières décennies du xixe siècle voient se dessiner une homogénéisation générale non seulement d’ailleurs des niveaux de mortalité, mais plus généralement du paysage pathologique. La transition se traduit notamment par une baisse des processus infectieux dans les centres urbains, qui étaient typiques de la phase d’explosion démographique, et par la montée, à la ville et à la campagne, des « maladies de dégénérescence » comme la « vieillesse » ou le cancer 69.

64Le déclin fondamental de la mortalité dans la deuxième moitié du xixe siècle ne doit pas être surestimé dans le Pays de Herve. La région part sans conteste d’une position privilégiée dès 1850, mais ce n’est réellement qu’à l’extrême fin du xixe siècle, à partir de 1891 précisément, que l’espérance de vie à la naissance dépasse presque systématiquement les 50 ans.

4. Les espaces migratoires

4.1. Intensité et efficacité des échanges, un bilan sans surprises

  • 70 Dans cette partie, nous additionnons les entrées et sorties de Charneux, Clermont et Neufchâteau, (...)
  • 71 La corrélation entre les taux annuels d’immigration et d’émigration atteint à peine 0,55.

65L’importance des mouvements migratoires sur la démographie du Pays de Herve dans la seconde moitié du xixe siècle est un fait établi. Nous avons vu en effet dans la première partie de ce chapitre que le solde des entrées-sorties est négatif tout au long de la période observée : en moyenne, chaque année, les trois villages herviens gagnent 40 habitants sur 1000 par immigration et en perdent près de 52 par émigration, soit un solde négatif de 11,8 ‰70 Le graphique III-12 indique cependant, malgré des conjonctures de court terme différentes71, des tendances très similaires pour les deux courbes. Le nombre d’entrées s’accroît au fil du temps : au début de notre observation (1847-1851), le taux d’immigration annuel s élève a 32,2 %o, puis il progresse presque constamment jusqu’à l’extrême fin du xixe siècle, pour atteindre 45,9 %o en 1896-1900. Dès le milieu du siècle, l’émigration est plus importante dans le Pays de Herve, se chiffrant à quelque 40,5 ‰ en 1847-1851 et ce taux augmente de 17,3 ‰ en l’espace de cinquante années. Ces quelques chiffres se résument en un commentaire assez sommaire : le déséquilibre entre les nouveaux arrivants et les partants se creuse. Mais est-il réellement approprié, malgré des tendances à la hausse, de parler d’une forte intensité des mouvements migratoires dans la région herbagère ? Le brassage concerne en moyenne chaque année 9,2 % de la population : théoriquement, à ce rythme-là, toute la population des trois villages est renouvelée en à peine plus de dix années ! C’est une proportion respectable pour une population rurale.

Graphique III-12. Taux d’émigration et d’immigration dans le Pays de Herve, 1847 – 1900 (moyenne mobile par pas de 3 ans)

Graphique III-12. Taux d’émigration et d’immigration dans le Pays de Herve, 1847 – 1900 (moyenne mobile par pas de 3 ans)

Note : les mouvements internes aux trois villages (Charneux, Clermont, Neufchâteau) ne sont pas pris en compte

  • 72 Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations.
  • 73 Oris M. (1993), La transition de la mobilité au xvxe siècle, p. 199.
  • 74 Capron C., Oris M. (1997), Demography, family system and economy, p. 28 — Alter G., Oris M. (1997) (...)

66Certes, elle n’est en rien comparable aux mouvements que connaissent les villes industrielles en pleine explosion à la même époque. La petite ville textile de Limbourg, située en bordure du Pays de Herve à la périphérie de la zone industrielle verviétoise, voit ses taux d’immigration et d’émigration exploser. En l’espace de moins de vingt ans (1847-1865), ils augmentent respectivement de 40 et de 35 ‰72. Dans ce cas précis, on peut réellement parler d’un turn over très important de la population, de l’ordre de 13,8 % par an. Dans la petite ville de Huy, à une trentaine de kilomètres de Liège, l’intensité des échanges migratoires est par contre assez similaire à celle observé dans le Pays de Herve. En quelque cinquante années, elle a pratiquement doublé, passant d’environ 60 échanges pour mille habitants en 1851 à 120 ‰ en 190073. Le renouvellement de la population par mouvements migratoires concerne approximativement 9 % des Hutois. Évidemment, le plus judicieux consiste à établir des comparaisons avec d’autres zones rurales, afin de mieux évaluer la place du Pays de Herve. Pendant la seconde moitié du xixe siècle, l’intensité des mouvements est nettement moindre dans l’Ardenne liégeoise, puisqu’elle concerne moins de 7 % de la population, à Sart comme à Polleur74.

67En somme, les mobilités spatiales entraînent un brassage important au sein du Pays de Herve. Il s’agit maintenant de voir si les individus qui arrivent dans les trois villages du Plateau proviennent de zones socio-économiques différentes, ou s’il s’agit largement de mouvements circulaires et régionaux, qui n’affectent pas la structure sociale et culturelle de la population hervienne.

4.2. Push and pull, hypothèses explicatives

  • 75 Courgeaud. (1980), Analyse quantitative des migrations humaines Oris M. (1997), L'impact d'une d (...)
  • 76 Cette dialectique d’« attraction/répulsion » a été partiellement remise en cause par E. Hélin, qui (...)

68Tous ces mouvements ne peuvent se comprendre qu’en envisageant les interactions avec les régions environnantes. Les migrations s’inscrivent dans un modèle géographique classique de « push and pull »75, qui prend en considération à la fois les facteurs répulsifs des communes étudiées (push), littéralement ceux qui poussent les individus à quitter leur localité, et les éléments attractifs (pull) des entités vers lesquelles les émigrants se dirigent76.

69L’évolution des mouvements migratoires du Pays de Herve est analysée par périodes, afin de déceler d’éventuelles modifications dans le comportement des migrants. Ces trois périodes prennent en compte, autant que faire se peut, les phénomènes de push et de pull, et respectent la division chronologique que nous avons déjà adoptée pour l’étude des structures de la population (voir le point 2.1.1. de ce chapitre).

  • 77 Oris M. (1997), L'impact d’une dépression économique, p. 539-543. Pour une analyse détaillée des m (...)

70La première époque, avant 1873, est un temps de relative prospérité dans l’ensemble du royaume. Aucun problème économique spécifique ne se pose dans les campagnes herviennes et rien a priori ne laisse penser que les habitants du bocage sont forcés de s’exiler, hormis une pression démographique non totalement contrôlée par la nuptialité. Toutefois, une forte attirance des centres urbains en pleine croissance industrielle, où les usines regroupent une main-d’œuvre importante, est largement concevable. Entre 1873 et 1890, pendant ce que les historiens ont appelé « la grande dépression », la tendance s’inverse : le pull décroît clairement dans les villes et les zones industrielles, mais parallèlement, le marasme économique et la chute des prix des céréales poussent les campagnards à l’extérieur. Il reste encore à déterminer toutefois si ces deux phénomènes ont une incidence similaire sur les mouvements migratoires. Une étude menée dans le tissu urbain liégeois sur Seraing a montré que pendant cette période noire, c’était véritablement le pull qui dictait sa loi au mouvement migratoire de la cité de John Cockerill. Entre 1873 et 1890, en effet, Seraing n’a plus guère besoin de main-d’œuvre supplémentaire et les taux d’immigration chutent nettement, malgré un phénomène de push rural qui aurait pu inciter les habitants des villages voisins en difficulté à tenter leur chance ailleurs77.

  • 78 Nous n’excluons pas bien sûr l’influence probable des villes étrangères, mais néanmoins toutes proc (...)

71À cette époque, nous l’avons vu dans le chapitre II, aucun problème particulier ne vient accentuer le push du Pays de Herve, puisque son économie laitière, déjà novatrice et tournée vers l’exportation, ne subit pas clairement les effets de la crise. Par contre, il est clair que l’attractivité des deux centres principaux proches du pays herbager, Verviers et Liège, est en régression78. Un élément étaie d’ailleurs ce fait : dans les années 1870-1880, le solde migratoire de nos trois villages, négatif, remonte nettement (voir supra).

  • 79 Cf. les études sur l’origine des immigrants à Verviers entre 1806 et 1846 (Desama C. (1985), Popul (...)
  • 80 Desama C. (1994), Démographie et société (surtout 137-138) — Id. (1998), A bout de souffle !
  • 81 Desama C. (1994), Démographie et société, pp. 138-139.
  • 82 Oris M. (1990), L'urbanisation de la province de Liège, p. 91.

72La troisième période isole les dix dernières années du xixe siècle, pendant lesquelles l’émigration hervienne se fait plus intense. Mais les zones d’émigration sont-elles restées les mêmes ? En effet, une hypothèse raisonnable accorde une place importante à Verviers comme terre d’accueil des Herviens79. Toutefois, la grande dépression a porté un coup fatal à la cité lainière, qui ne se remettra jamais tout à fait de cette crise80. Après un demi-siècle d’innovations et de primauté technologique, les grands patrons des sociétés textiles verviétoises abandonnent de plus en plus leur statut et leur fonction de fabricants de draps, dans les années 1850-1860, au profit de spéculations financières, avec comme première conséquence une non-modernisation de l’outil. La crise de 1873 les touche de plein fouet et les force à rénover : l’introduction du double métier à tisser (le fameux « ours blanc ») une vingtaine d’années plus tard aura pour premier effet un dur conflit social, puis une chute de l’emploi...81 Bref, après 1890, on peut sans nul doute parler de push dans le Pays de Herve, d’une situation économique qui encourage les campagnards à quitter leur village, mais il n’est pas certain que Verviers ait conservé la même attractivité ! À l’inverse, après la crise du Kondratieff du fer, Liège repart dans un Kondratieff croissant de l’acier et retrouve des forces nouvelles82 : il est donc possible que les Herviens se tournent davantage vers le bassin métallurgique que vers le bassin lainier.

73C’est ce mélange de faits établis et des hypothèses qui en découlent qui a donc servi de canevas à notre découpage temporel et au questionnement des statistiques migratoires. Pour analyser ces deux sous-populations que sont les immigrants et les émigrants, nous envisagerons dans un premier temps les migrants selon leur région d’origine ou de destination. On « quantifiera » alors la sphère de recrutement des nouveaux venus et les aires de prédilection des émigrants en fonction de la distance qui les sépare de leur village. Une troisième approche permettra, pour les échanges avec les localités belges uniquement, de tester l’hypothèse du départ des Herviens vers des aires en plein essor démographique, que nous qualifierons de zones attractives et, au contraire, de l’arrivée dans le Pays de Herve de personnes provenant de secteurs en déclin.

4.3. Les régions de provenance et de destination

  • 83 Rappelons que, géographiquement parlant, une partie des Cantons rédimés appartient au Pays de Herv (...)

74Premier constat : le tableau III-2 met en évidence la réelle prépondérance du Pays de Herve dans le champ migratoire. Concrètement, la moitié des immigrants de nos trois villages proviennent tout simplement d’une des seize autres localités du Vrai Pays de Herve tout au long de la période étudiée. Si l’on envisage l’ensemble du Pays de Herve situé en territoire belge83, ce sont environ deux tiers des nouveaux arrivants qui en proviennent et ces proportions sont quasiment stables entre 1847 et 1900. Nous aboutissons donc à ce paradoxe : dans la seconde moitié du xixe siècle, les villages herviens qui connaissent une stagnation, puis une baisse de leur population, se nourrissent principalement des individus provenant d’autres villages herviens... En contrepartie, la majorité des habitants de Charneux, Clermont et Neufchâteau qui quittent leur commune vont s’installer de préférence dans une entité hervienne voisine. C’est donc un brassage sans renouvellement réel de la population, que ce soit d’un point de vue socio-économique ou culturel. Une évolution se dessine dans la dernière décennie du xixe siècle, le Pays de Herve dans son ensemble attirant moins d’émigrants que lors des deux périodes précédentes.

75Nous avons fait l’hypothèse d’échanges migratoires importants entre le Pays de Herve et les régions industrielles de Verviers surtout, de Liège ensuite. Trois évolutions ou phénomènes apparaissent dans le tableau III-2. Tout d’abord, les échanges s’intensifient au cours du temps avec l’un et l’autre de ces bassins de main-d’œuvre, tant en ce qui concerne les entrées que les sorties. En outre, et c’est un résultat attendu, Verviers, Liège et leur banlieue respective reçoivent du Pays de Herve davantage d’habitants qu’ils n’en envoient. Enfin, le bassin liégeois acquiert une importance plus grande au fil du temps, particulièrement en ce qui concerne les émigrations. Avant 1873, la proportion des Herviens qui partent pour la région urbaine et industrielle (RUI) liégeoise est de 5 %, contre 9,4 % qui choisissent Verviers. Par contre, dès 1873, les deux proportions s’équilibrent tout en s’accentuant : 9,2 % entre 1873 et 1890, environ 15,5 % entre 1891 et 1900. Ces résultats tendent à nuancer un de nos postulats de départ, selon lequel le pouvoir attractif de Verviers aurait diminué après la crise des années 1873-1890. En fait, les départs de Herviens pour la cité lainière et ses environs ne régressent pas durant les trois dernières décennies du xixe siècle, au contraire, mais le bassin liégeois joue désormais un rôle équivalent à celui du pôle textile.

Tableau III-2. Les mouvements migratoires par région de destination et de provenance, 1847-1900

Tableau III-2. Les mouvements migratoires par région de destination et de provenance, 1847-1900
  • 84 En 1847-1872, la région de destination ou de provenance d’environ 16 % des migrants est inconnue. (...)

76Tous ces mouvements internes au Pays de Herve ou avec les zones urbaines et industrielles de Verviers et de Liège structurent de plus en plus nettement les espaces migratoires herviens. Avant 1873, ils concernent environ les trois quarts des échanges. Dans la dernière décennie du xixe siècle, 83 % des immigrants de nos trois villages proviennent de ces aires et 88 % les choisissent comme terre d’exil. Dans ces conditions bien sûr, il reste peu de place pour les autres régions, d’autant que les sources, particulièrement durant la première période, ne sont pas d’une précision exemplaire quant à l’origine ou à la destination des migrants84 ! Aucun bassin industriel wallon, à part Liège et Verviers, n’attire les Herviens. Les échanges avec d’autres régions rurales sont également très réduits.

77Il reste enfin un mot à dire de l’importance des villes voisines que sont Maastricht et Aix-la-Chapelle. On doit bien leur reconnaître un rôle plus limité qu’escompté : les échanges avec l’étranger, en considérant à la fois les arrivants et les sortants, n’atteignent même pas 3 % dans la dernière décennie du xixe siècle. Ces deux métropoles sont sans doute stratégiquement des centres importants pour le commerce des Herviens, mais d’un point de vue démographique en tout cas, leur influence est très contestable.

Conclusion

78Le premier résultat de notre analyse montre que la dépopulation hervienne est le fait de deux sous-régions (l’Avant Pays et le Centre), et qu’elle s’exprime davantage en termes de stabilité jusque dans les années 1880-1890, avant de se muer en réel déclin. Les populations de notre échantillon sont de ce point de vue presque plus topiques que typiques et la dépopulation y est quelque peu exacerbée : les résultats que nous obtenons doivent être perçus comme des mesures, des comportements, extrêmes. La démographie du Vrai Pays de Herve se résume en deux mouvements inverses : un solde naturel positif, un solde migratoire négatif. Leur ampleur respective est similaire jusque 1890, ce qui permet une stabilisation de la population, après une phase de déclin évident à la suite de l’effondrement de la proto-industrie au début du xixe siècle. C’est seulement à partir de 1890 que l’un prend le pas sur l’autre.

79Quant à la structure de la population, elle se modifie sensiblement dans la deuxième moitié du xixe siècle. De 1847 à 1872, elle se présente sous la forme d’un triangle isocèle presque parfait, au socle solide, mais à partir de 1873, la part des jeunes s’amenuise et devient particulièrement fragile dans la dernière décennie. Le Pays de Herve vieillit par la base, mais non par le sommet, tout simplement parce qu’en 1850, cette région herbagère était déjà vieille. La période 1850-1890 doit être perçue, tant du point de vue démographique qu’économique, comme une phase de recomposition : la population, qui a connu les années les plus dures au début du xixe siècle, limite les dégâts.

80Dans ce contexte, la transition démographique n’apparaît pas comme un processus très circonscrit et parfaitement datable. Si on se limite à l’étude de la seconde moitié du xixe siècle, le modèle traditionnel qui implique une antériorité de la diminution de la mortalité par rapport à celle de la natalité est loin d’être respecté. Les indices de fécondité, qu’elle soit légitime ou générale, diminuent à partir de 1880, tandis que l’espérance de vie commence réellement à progresser une dizaine d’années plus tard. Mais ce serait faire fi d’un aspect important de la démographie hervienne : dès le milieu du xixe siècle, le niveau de la mortalité est tellement faible que l’on peut considérer que la transition de la mortalité est déjà en cours dès cette époque. Un fait toutefois demeure indiscutable : 1890 marque un tournant décisif, car les courbes des décès et des naissances s’inclinent à la baisse de manière beaucoup plus nette.

81Le Pays de Herve s’inscrit bien entendu dans un cadre régional plus large, mais un cadre régional mouvant. Entre 1850 et 1900, une réorientation des relations humaines s’opère. Avant les années 1870, les liens entre le Pays de Herve et les régions avoisinantes sont assez ténus et la région herbagère se présente avant tout comme l’arrière pays de Verviers, qui constitue la seule véritable région avec laquelle les Herviens entretiennent des contacts privilégiés. Ce phénomène apparaît au grand jour dans les processus spatiaux et surtout la chronologie des atteintes lors des épidémies de choléra. C’est seulement après que le virus a touché Verviers que les premières victimes apparaissent dans le Pays de Herve. Mais dans le dernier quart du xixe siècle, le relatif isolement des Herviens s’atténue, non seulement désormais par une intensification des relations avec la zone industrielle de la vallée de la Vesdre, mais aussi, et surtout, grâce à une ouverture vers Liège et sa banlieue, qui participe sans nul doute à l’unification épidémiologique de la Belgique orientale.

82Le but de ce chapitre, nous l’avons précisé dans l’introduction, était d’observer l’homéostasie du Pays de Herve, en d’autres mots, de vérifier si l’équilibre d’Ancien Régime entre population et ressources économiques avait pu se maintenir au cours du xixe siècle, et par quels phénomènes régulateurs ce résultat aurait été obtenu. En réalité, il apparaît que le régime hervien est caractérisé par une extrême tension. La pression sur le rapport démographie-économie est constamment maintenue par une forte fécondité légitime et une mortalité très basse. Ces premières sources de contrainte, au niveau macrodémographique, sont à la fois atténuées et relayées par une double tension qui pèse sur les individus et les familles. D’une part, un accès au mariage très difficile qui, contrairement à ce qui se passe ailleurs, le devient même de plus en plus dans la seconde moitié du xixe siècle et, d’autre part, l’émigration. En termes chronologiques, il apparaît clairement que la nuptialité a permis de modérer l’émigration jusque vers 1890 : ce frein proprement malthusien explique la faible fécondité générale, bien plus qu’une transition de la fécondité légitime finalement tardive et limitée, qui ne survient pas avant 1890. Dans la dernière décennie du xixe siècle, nuptialité et émigration jouent ensemble, c’est-à-dire que le second comportement démographique s’accentue alors que le frein malthusien ne se relâche pas. Tous mécanismes confondus, c’est véritablement l’émigration qui apparaît comme le facteur ultime de mutation de la démographie hervienne : c’est elle qui dicte le mouvement de baisse démographique qui se dessine à l’extrême fin du xixe siècle.

Notes

1 Dupaquier J. (1973), De l’animal à l’homme, pp. 39-43 — Smith D.S. (1977), A homeostatic demographic regime— Lee R.D. (1992), L'auto-régulation de la population Anderson M. (1996), Migration and nuptiality.

2 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, pp. 264-267.

3 Le travail fondateur de cette méthodologie est celui de Wrigley E.A. et Schoffield R.S. (1981), The population history of England. Pour l’est de la Belgique, M.P. Gutmann a aussi eu recours à cette technique : Gutmann M.P. (1991), How do urban and rural industrial populations grow ?

4 Ces trois bases de données ont été constituées au sein du Laboratoire de Démographie de l’Université de Liège, sous la direction de M. Oris. Pour une exploitation des données de Tilleur, voir Neven M. (2000b), Mortality differentials. Pour Sart et Polleur, les bases de données ont été préparées de manière similaire à celle du Pays de Herve, mais à ce jour, seuls ont été exploités les résultats de Sart. Voir notamment Alter G., ORIS M. (2000), Mortality and economic stress Alter G. et al. (1997), Household formation systems Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage.

5 Notons toutefois que par souci d’uniformité, nous n’avons pu répertorier dans ce tableau que les localités observées à chaque recensement. Si les données faisaient défaut pour l’une ou l’autre raison, nous avons été contrainte d’éliminer la commune pour l’ensemble de la période. Au total, sur les 50 entités qui constituent le Pays de Herve, d’après la définition que nous en avons fixée dans l’introduction de la première partie, nous avons pu reconstituer 42 séries complètes.

6 Tous ces indices sont extraits de Andre R., Pereira-Roque J. (1974), La démographie de la Belgique, pp. 15-16.

7 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, p. 58.

8 Vandermotten C., Vandewattyne P. (1985), Les étapes de la croissance, surtout p. 51.

9 Capron C., Debuisson M., Eggerickx T. (2000), Démographie wallonne.

10 Alexandre J. (1955), La population de la Province de Liège, pp. 274-275.

11 Il s’agit en réalité d’exploiter notre base de données démographique constituée à partir des Registres de Population de Charneux, Clermont et Neufchâteau de 1846 à 1900.

12 « La phase suivante, de 1856 à 1876, nous est apparue comme une phase d’équilibre entre les salaires, la démographie et les constructions » (De Saint Moulin L. (1969), La construction et la propriété, p. 141 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 137-144 — Id. (1987), Au carrefour des transitions).

13 En réalité, dans les années 1850-1860, les pertes sont assez proches de la moyenne (-12,5 %0), puis dans les vingt années suivantes, qui correspondent bon an mal an à la grande dépression économique, la tendance se ralentit. Les pertes sont en effet moins nombreuses et les trois villages perdent désormais moins de 1 % de leur population à cause d’un excédent d’émigration. Par contre, dans la dernière décennie du xixe siècle, le solde migratoire annuel s’élève en moyenne à -15,3 ‰.

14 Ces pyramides résultent tout simplement de l’addition des structures de population annuelles pour un nombre d’années déterminé.

15 Voir aussi d’ailleurs l’évolution du chiffre de la population, les soldes migratoires et les soldes naturels, tous trois indiquant un changement dans la dernière décennie du xixe siècle.

16 Oris M. (1994), Contributions migratoires, structures démographiques, p. 61.

17 Oris M. (1994), Contributions migratoires, structures démographiques, p. 61 — Leboutte R. (1988) Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 197-204.

18 André et Pereira-Roque parlent d’un vieillissement par la base en Wallonie (Andre R., Pereira-Roque J. (1972), Les évolutions régionales de la structure des âges, p. 293 — Id., La démographie de la Belgique, pp. 219-239.

19 En effet, l’indice de sénilité de la petite ville traditionnelle de Huy oscille, de 1820 à 1900, entre 17 et 22, tandis qu’il ne descend pas sous la barre de 20 dans le Pays de Herve, à une exception près (1890). Dans le bassin aval de Liège, tout au long du xixe siècle, les valeurs sont largement inférieures à 17. Les structures de la Basse Meuse sont également plus jeunes, inférieures à 22 en tout cas lors de chacun des recensements de la population entre 1846 et 1890. En somme, c’est seulement après 1875 que les valeurs observées dans le Pays de Herve ont tendance à s’inscrire dans un schéma régional plus « normal » (Oris M. (1991), Economie et démographie de Huy, p. 709 — Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 202 et 218).

20 Scholliers P. (1995), De la proto-industrialisation à la révolution industrielle — Gubin E. (1993), La grande ville, un lieu féminin Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, p. 149.

21 Poulain M., Tabutin D. (1981), La surmortalité des petites fillesId. (1990), La surmortalité des petites filles.

22 Sur l’influence de la mortalité sur le rapport des sexes, voir notamment Vallin J. (1988), La mortalité en Europe de 1720 à 1914, pp. 31-33.

23 Certes, on observe parfois une surmortalité féminine due aux aléas de la maternité et de l’accouchement, mais les risques encourus ne sont pas suffisants pour créer un réel écart entre les sexes.

24 Leboutte R. (1988), Reconversions de la main d’œuvre, p. 250.

25 Les données belges proviennent de Andre R., Pereira-Roque (1974), La démographie de la Belgique, p. 21.

26 L’évolution annuelle, de 1847 à 1900, des indices de Coale If, Ig et Im figure en annexe I1I-4.

27 Sur la définition, les avantages et les limites des index de fécondité, qui furent notamment utilisés dans le fameux « European Fertility Project », voir 1’Appendix B du chapitre II, pp. 153-162 dans Coale A.J., Watkins S.C. (1986), The decline of fertility in Europe.

28 Les données relatives aux indices de fécondité des différentes provinces de la Belgique proviennent de Lesthaeghe R. (1977), The decline of Belgian fertility, 1800-1970, p. 130.

29 Il est d’observation courante de constater, quelles que soient les dates retenues, une fécondité rurale plus élevée que la fécondité urbaine. Dans ce cas précis, les valeurs du Pays de Herve sont similaires à celles de Dison et du bassin industriel liégeois, et un peu plus élevées que celles de Verviers (+0.06) et de Liège (+0,11). Pour un aperçu général du différentiel ville-campagne, voir Sharlin A. (1986), Urban-rural differences.

30 Pour ces données de comparaison avec Dison, Verviers et Liège, voir Oris M. (1995), La transition de la fécondité, p. 361. Pour les bassins industriels en aval de Liège, voir Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 341. Pour la province de Liège, voir Lesthaeghe R. (1977), The decline of Belgian fertility, p. 103.

31 Rappelons que la primauté des villes dans le déclin de la natalité est un phénomène généralisé, mais la situation des centres industriels est moins spécifique. Ainsi, dans le Hainaut, ils amorcent leur transition après les campagnes, tandis que dans la province de Liège, ils sont plus précoces que les espaces ruraux (Oris M. (1995), La transition de la fécondité, p. 365).

32 Perrenoud A. (1988), Les transitions démographiques, p. 10 — Oris M. (1996), Fertility and migration, surtout p. 181.

33 Alter G., Oris M. (1999), Fertility and fecundity.

34 Données de comparaison pour la province de Luxembourg dans Eggerickx T. (1993), L’évolution de la natalité et de la fécondité, pp. 65-69.

35 Pour des données hesbignonnes, voir l’Ig de l’arrondissement de Waremme en 1880, 1890 et 1900 dans Lesthaeghe R. (1977), The decline of Belgian fertility, p. 106.

36 La proportion de femmes mariées représente pour l’ensemble de la période environ 18 % du groupe féminin, et ce pourcentage reste très stable au cours de la seconde moitié du xixe siècle.

37 Cette population est prise comme référence car elle ne pratique aucune forme de limitation des naissances. Voir par exemple Lesthaeghe R. (1977), The decline of Belgian fertility, p. 47.

38 R. Lesthaeghe propose des Im pour la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Italie (Idem, p. 55).

39 Palloni A. (1988), Les mortalités de crise, pp. 231-236 — Dupaquier J. (1979), L’analyse statistique des crises, pp. 85-92 — Oris M. (1998), Mortalité, industrialisation, pp. 301-304.

40 Cf. par exemple, Capron C. (1996), La population de Limbourg, annexes 3 à 6, pp. XLI-XLIV ou Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, annexes 51 à 105, pp. 158-185).

41 Dans les lignes qui suivent, nous puisons nos données sur Seraing, Dison, Huy et Liège dans Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, annexe 125, p. 208. Sur Sart, Polleur et Verviers, voir notamment Neven M. (1997), Epidemiology of town and countryside, pp. 40-45.

42 Andre R., Pereira-Roque J. (1974), La démographie de la Belgique, p. 51.

43 Chacun des cinquante-quatre points de la courbe du Pays de Herve sur le graphique III-10 est fondé sur le calcul d’une table de mortalité, avec en moyenne au numérateur 86 décès et au dénominateur 4683 personne-années. Une telle réalisation n’était pas envisageable commune par commune, car un problème d’effectifs se posait. Nous avons alors choisi de réaliser non pas des moyennes, mais des additions mobiles par pas de cinq ans. Concrètement, pour calculer l’espérance de vie à Charneux en 1849, nous avons additionné la population (personne-années) de la localité des années 1847 à 1851 (addition mobile par pas de 5 ans), à laquelle nous avons rapporté l’ensemble des décès survenus au cours de ces années-là. Pour 1850, la période retenue allait de 1848 à 1851, et ainsi de suite. L’annexe III-5 reprend les espérances de vie annuelles des trois communes tests, ainsi que les espérances calculées par addition mobile par pas de cinq ans pour Charneux, Clermont et Neufchâteau séparément.

44 Neven M. (1997), Epidemiology of town and countryside.

45 Putzeys J. (1867), Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur. Ce phénomène a déjà été étudié avec attention par Oris M. (1987), Choléra et hygiène publique, p. 91.

46 APC, 29 octobre 1844, in Loi relative au domicile de secours, p. 47 (cité par Van Damme D. (1990), Onderstandswoonst, sedentarisering en stad-platteland-tegenstellingen, p. 501).

47 L’Exposé administratif de la situation de la Province de Liège ne mentionne pas explicitement le village de Neufchâteau, mais le patron de la mortalité ne laisse aucun doute sur l’origine de cette hausse soudaine de la mortalité, qui se localise très nettement dans le groupe des moins de 5 ans.

48 Alter G., Oris M. (1999), Access to marriage Capron C., Oris M. (1997), Demography, family system, and economy Hoyois G. (1981), L’Ardenne et l’Ardennais, pp. 154-157.

49 Nous avons trouvé ces données de comparaison dans ORIS M. (1998), Mortalité, industrialisation et urbanisation, p. 291.

50 Ibidem Leboutte R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, pp. 408 et 430 — Pasleau S. (1998), Industries et populations, p. 434.

51 Le contraste de mortalité villes-campagnes est un thème récurrent quoique difficile de l’étude des populations d’Ancien Régime, depuis l’article pionnier d’Allan Sharlin. Pour ce dernier, les villes sont des cimetières qui sous l’Ancien Régime ne peuvent survivre, donc a fortiori, s’étendre, que grâce à l’apport continu des campagnes (Sharlin A. (1986), Urban-Rural differences).

52 Larondelle N.J. (1867), Rapport sur l’épidémie de choléra qui a régné à Verriers Angennot L. (1850), Recherches historiques et statistiques sur le choléra — Lafosse A. (1977), Épidémies de choléra à Verriers— Oris M. (1987), Choléra et hygiène publique, pp. 82-106 — Oris M. (1994), De la démographie à l’épidémiologie, pp. 311-338. En France aussi, la littérature foisonne d’ouvrages et d’articles consacrés au fléau, notamment Bourdelais P., Dodin A. (1987), Visages du choléra Bourdelais P., Raulot J.Y. (1987), Une peur bleue Bourdelais P. (1988), Le Choléra, présentationId. (1991), Choléra des villes et choléra des champs.

53 Le Mouvement de l’état civil pendant l’année 1849 (Bruxelles, 1851) relève 1 décès par choléra à Charneux, 2 à Clermont et 0 à Neufchâteau.

54 Voir 1’Exposé administratif de la situation de la Province de Liège, 1850 (pp. 235-236), 1854 et 1855.

55 Rapports des Commissions médicales provinciales sur leurs travaux pendant l’année 1866, M. Hayez, p. 276.

56 Poncelet P. (1986), Le choléra à Liège en 1866, p. 111.

57 Exposé administratif de la situation de la Province de Liège, 1867. Les Documents Statistiques de 1866 confirment l’absence de décès par choléra à Neufchâteau et Clermont (Documents statistiques, t. 1, 1857-1869).

58 Putzeys J. (1867), Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur.

59 Oris M. (1990), Querelles autour de la statistique des causes de décès.

60 Entre 1848 et 1910, la variole est mentionnée à vingt-et-une reprises dans l’Exposé administratif de la situation de la Province, parfois parce que quelques cas ont été signalés, parfois parce qu’elle est à l’origine de réelles épidémies.

61 Kuborn H. (1897), Aperçu historique sur l’hygiène publique, p. 31.

62 Havelange C. (1990), Les figures de la guérison, pp. 251-267.

63 Biraben J.N., cité par Charbonneau H., LaRose A. (ed.) (1979), The great mortalities, p. 339.

64 Darmon P. (1986), La longue traque de la variole, pp. 57-60. Pour deux expériences nationales, voir aussi : Rutten W. (1997), ‘De vreselijkste aller harpijen’ — Sköld P. (1996), The two faces of smallpox.

65 Nous avons développé toute cette analyse dans un article spécifique, fondé sur des données verviétoises et ardennaises (NEVEN M. (1997), Epidemiology of town and countryside, p. 50).

66 Le Roy Ladurie E. (1973), Un concept : l’unification microbienne du monde Perrenoud A. (1980), Le biologique et l’humain Kiple K., Beck S. (1997), Biological consequences.

67 Pour rappel, les premiers tronçons de la ligne du Pays de Herve ne sont tracés qu’entre 1872 et 1879, donc après l’épidémie.

68 Ces chiffres relatifs à l'instruction scolaire sont issus de Minten L. et al. (1992-937, Les statistiques de l’enseignement en Belgique, vol. 2, p. 208 et vol. 3, p. 315.

69 Neven M. (1997), Epidemiology of town and countryside, p. 69.

70 Dans cette partie, nous additionnons les entrées et sorties de Charneux, Clermont et Neufchâteau, mais pour offrir une mesure exacte des bilans migratoires, tous les mouvements entre ces trois villages ont été annulés.

71 La corrélation entre les taux annuels d’immigration et d’émigration atteint à peine 0,55.

72 Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations.

73 Oris M. (1993), La transition de la mobilité au xvxe siècle, p. 199.

74 Capron C., Oris M. (1997), Demography, family system and economy, p. 28 — Alter G., Oris M. (1997), Mortality and migration in East Belgium, p. 4.

75 Courgeaud. (1980), Analyse quantitative des migrations humaines Oris M. (1997), L'impact d'une dépression économique, p. 546 — Eggerickx T. (2002), Migrations et crises économiques, pp. 13-14.

76 Cette dialectique d’« attraction/répulsion » a été partiellement remise en cause par E. Hélin, qui attribue le premier rôle à la tension malthusienne population-subsistances, soit aux facteurs push (Hélin E. (1990), Aux confins de la démographie historique, pp. 623-624).

77 Oris M. (1997), L'impact d’une dépression économique, p. 539-543. Pour une analyse détaillée des migrations à Seraing, voir Pasleau S. (1998), Industries et populations, pp. 196-295.

78 Nous n’excluons pas bien sûr l’influence probable des villes étrangères, mais néanmoins toutes proches que sont Aix-la-Chapelle et Maastricht. Nous y reviendrons dans l’analyse des migrants par origine ou destination.

79 Cf. les études sur l’origine des immigrants à Verviers entre 1806 et 1846 (Desama C. (1985), Population et révolution industrielle), à Dison (Potelle J.-F. (1998), Dison au milieu du xixe siècle) et à Limbourg (Capron C. (2002), Une analyse statistique des migrations)

80 Desama C. (1994), Démographie et société (surtout 137-138) — Id. (1998), A bout de souffle !

81 Desama C. (1994), Démographie et société, pp. 138-139.

82 Oris M. (1990), L'urbanisation de la province de Liège, p. 91.

83 Rappelons que, géographiquement parlant, une partie des Cantons rédimés appartient au Pays de Herve, mais est située en territoire germanique jusqu’à la Première Guerre mondiale.

84 En 1847-1872, la région de destination ou de provenance d’environ 16 % des migrants est inconnue. Il n’y a cependant aucune raison de penser que ces individus avaient un profil de migration très spécifique qui bouleverserait le tableau des régions migratoires privilégiées des Herviens. À partir de 1873, la catégorie des inconnus est nettement plus réduite.

Table des illustrations

Titre Tableau III-1. Évolution de la population du Pays de Herve, par sous-région, de 1831 à 1910
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Carte 3. La population dans le Pays de Herve. La situation en 1910, mesurée sur base de la population de 1831 (=100)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Graphique III-1. L’évolution de la population dans le Vrai Pays de Herve et dans les trois communes-test (Charneux, Clermont, Neufchâteau) entre 1831 et 1910. (Indice base 100 = 1831)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Graphique III-2. L’évolution de la population sur le long terme. Charneux, Clermont et Neufchâteau entre 1805 et 1976. Indice base 100 = 1805
Légende Sources : les données qui ont servi à établir ce graphique sont reportées en annexe III-1.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Graphique III-3. Évolution des soldes naturel et migratoire, 1847 – 1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure III-1. Pyramide des âges, par sexe et par période
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Graphique III-4. L’évolution du rapport de masculinité (Hommes/Femmes) dans le Pays de Herve, 1847 – 1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique III-5. Le taux brut de natalité dans le Pays de Herve, 1847 – 1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique III-6. L’indice de fécondité générale (If) dans le Pays de Herve, 1849 – 1898
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique III-7. L’indice de fécondité légitime (Ig) dans le Pays de Herve, 1849 – 1898
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique III-8. L’indice de nuptialité dans le Pays de Herve, 1847 – 1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique III-9. Évolution des taux bruts de mortalité et des espérances de vie à la naissance
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Graphique III-10. Évolution des espérances de vie à la naissance dans le Pays de Herve, dans l’Ardenne liégeoise (Sart et Polleur) et dans un faubourg industriel liégeois (Tilleur), 1847 – 1900
Légende Note : données annuelles pour les trois communes réunies du Pays de Herve ; moyenne mobile par pas de cinq ans pour les données des autres localitésSources : Registres de population de Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1846-1900 Registres de population de Sart et Polleur (1846-1900) et de Tilleur (1846-1880)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Graphique III-11. Les taux de mortalité dans le Pays de Herve, à Seraing et à Verriers
Légende Sources : Registres de population de Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1846-1900 — Pasleau S. (1998), Industries et populations, p. 424 — Neven M. (1997), Epidemiology of town, p. 46.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Graphique III-12. Taux d’émigration et d’immigration dans le Pays de Herve, 1847 – 1900 (moyenne mobile par pas de 3 ans)
Légende Note : les mouvements internes aux trois villages (Charneux, Clermont, Neufchâteau) ne sont pas pris en compte
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Tableau III-2. Les mouvements migratoires par région de destination et de provenance, 1847-1900
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5486/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 297k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search