Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie I. Pays, communautés, familles

Chapitre II - La recomposition de l’économie et de la société

Texte intégral

1. La formation d’une région économique et d’une société rurale originales : le Pays de Herve au crépuscule de l’époque moderne

  • 1 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales – SERVAIS P. (1982b), Industries rurales – BI (...)

1L’histoire du Pays de Herve, son originalité dans le contexte belge, sa prospérité tout à fait exemplaire pour une région rurale, sont connues des historiens depuis la remarquable thèse que J. Ruwet publia en 1943. S’il fallait encore démontrer l’utilité d’un ouvrage d’analyse du XIXe siècle au Pays de Herve, il suffirait de dire que ce sont les conclusions de J. Ruwet qui constituent la meilleure introduction à ce chapitre. Il a en effet étudié avec brio l’émergence d’un pays prospère, mais les rares travaux portant sur le début de l’époque contemporaine ont clairement montré que cet héritage n’est pas resté intact1. Cette construction d’un pays rural et moderne, qui prit trois siècles au moins, s’effiloche en quelques décennies à peine, confrontée à la révolution industrielle, à de nouvelles règles de succession (Code Napoléon) et à la transition démographique.

  • 2 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, p. 292.

2« À l’époque moderne, le Pays de Herve est le théâtre d’une révolution agraire qui affecte toute la vie rurale, bouleversant non seulement le paysage et les conditions économiques, mais aussi la psychologie paysanne »2. Cette triple transformation peut se résumer comme suit.

3Du point de vue agricole, les herbages propices aux pâtures remplacent les cultures vivrières et les parcelles boisées. Le véritable triomphe des herbages sur les champs s’opère dans la deuxième partie du XVIIe siècle : l’épicentre du phénomène se situe au cœur même du Pays de Herve, à nouveau dans le ban de Herve. Les zones plus périphériques de l’Entre-Vesdre-et-Meuse sont également touchées, mais la prédominance des vergers et pâturages y est cependant moins nette. Dans le nord et près de la Meuse (Fouron-le-Comte, Fouron-Saint-Martin, Richelle, Warsage, Mouland, Teuven ou Neufchâteau), les champs labourés restent majoritaires, tandis que les herbages occupent une place somme toute mineure (de 12 à 37 % de la superficie dans les localités sus-citées). À l’est de la région, les bois et les bruyères conservent, à côté des prairies, une importance non négligeable.

  • 3 Deprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix. Voir aussi la synthèse récente de Oris M. (1998) (...)

4Ces transformations agraires vont évidemment de pair avec des mutations économiques importantes : d’une part, l’importation des grains devient indispensable puisque la production locale est réduite à sa plus simple expression ; d’autre part, le lait, le beurre et autres fromages, produits sur place en énormes quantités, sont principalement des denrées d’exportation. Cette transformation radicale n’est pas sans impact sur la vie quotidienne des paysans herviens. L’importation obligatoire des denrées alimentaires les place dans une situation inconfortable, puisqu’ils sont dépendants de l’extérieur pour leur subsistance. Au tout début du xixe siècle, le marché d’Aubel affiche des prix systématiquement supérieurs aux autres foires belges, notamment au marché de Bruxelles. M. Deprez explique cette cherté des grains entre autres par le prix du transport, le Pays de Herve étant dans une position un peu excentrique, éloigné des fleuves importants. Région proche de l’Allemagne et des Pays-Bas, les séries de prix y sont d’ailleurs mieux corrélées avec celles de l’Allemagne du Sud qu’avec celles des Départements réunis. D’autre part, des spéculateurs ont vraisemblablement créé artificiellement des crises, afin de fournir préférentiellement les consommateurs plus riches d’autres villes centrales de Belgique3. Toutefois, dès le régime hollandais, la situation s’améliore et les prix d’Aubel s’alignent sur les autres places d’échanges belges.

  • 4 Schnackers J. (1964), Histoire des hauts bans de Herve, pp. 185-186.
  • 5 Cité par Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 167-168.
  • 6 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 189.
  • 7 Idem, p. 190 — Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales.

5Parallèlement, le Pays de Herve se distingue aussi par le développement d’une véritable agriculture d’exportation, qui donne à l’économie locale un caractère à la fois moderne et original. Depuis le xvie siècle, le fromage de Herve sous toutes ses formes – remoudou, des quatre saisons, ordinaire – est célèbre bien au-delà de sa terre de fabrication. Les Herviens se sont très vite lancés dans le commerce transfrontalier, leurs productions étant connues en Prusse, en France, en Hollande et même en Russie ou en Amérique4. Ce produit d’exportation par excellence fut, dès l’époque moderne, fabriqué en quantité. Déterminer avec certitude non seulement le volume global des laitages livrés au commerce, mais aussi leur rapport financier, paraît une entreprise utopique. Nous nous contenterons de quelques approximations, largement suffisantes d’ailleurs pour se faire une idée générale. Thomassin estimait que la production fromagère d’une vache hervienne était onze fois supérieure à celle d’une vache hesbignonne5. Sur base de l’importance du cheptel hervien, de sa production supposée et du prix du lait et du fromage, P. Servais évalue à 2.221.148 florins le revenu des deux principales productions laitières de la région, contre 923.000 florins pour le filage de la laine6. Certes, il ne s’agit que d’estimations grossières, mais elles démontrent l’importance de l’agroalimentaire hervien : au début du xixe siècle, c’est une source de revenus équivalente à celle de l’ensemble du secteur textile, filage, tissage et apprêt confondus7.

  • 8 Nous reviendrons sur la proto-industrie textile dans la section 2.1.
  • 9 Hansotte G. (1972), La clouterie liégeoise, p. 13. En 1812, le pays de Liège compte environ 3.500 c (...)
  • 10 Outre la partie méridionale du Pays de Herve, les armuriers se retrouvent aussi dans l’ensemble de (...)
  • 11 Gaïer C. (1976), Quatre siècles d’armurerie liégeoise, p. 69. R. Leboutte estime quant à lui que la (...)
  • 12 Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 70.
  • 13 Gaïer C. (1988), Huit siècles de houillerie liégeoise, p. 130.

6L’économie hervienne se caractérise enfin par sa diversification étonnante, principalement dans ses espaces frontaliers. En effet, si le textile est l’activité proto industrielle par excellence du cœur du Pays de Herve8, elle n’est pas répandue de manière aussi nette dans l’ensemble de l’Entre-Vesdre-et-Meuse. L’exploitation des mines et le travail des métaux sont, à ses côtés, les deux principales activités non agricoles de la région herbagère. La clouterie, qui occupait dans la région liégeoise 3.379 personnes en 17699, se concentre dans la partie occidentale, à cheval sur le bassin industriel liégeois (Chênée, Soumagne et Fléron, surtout) et la lisière du Pays de Herve (Olne, Xhendelesse). L’étendue réelle de l’armurerie, localisée sur les rives de la Vesdre10, n’est pas facile à déterminer. Pour la fin du xviiie siècle, C. Gaïer estime à 2.000-2.500 personnes le nombre de travailleurs dans ce secteur, dont environ 1.600-1.700 résident dans les campagnes11. Comme les cloutiers, ils travaillent à domicile dans de petits ateliers pour le compte de façonnaires et, souvent, ils conjuguent leur activité avec la culture d’un lopin de terre, un peu d’élevage ou des travaux saisonniers12. L’exploitation des mines de houille dans la région est elle aussi attestée, mais son ampleur n’a rien de comparable. En 1812, C. Gaïer recense 221 mineurs domiciliés dans cinq communes herviennes : Trembleur, Charneux, Thimister, Saint-Remy et Xhendelesse, qui ne pèsent pas bien lourd face aux quelque 2.200 houilleurs de Saint-Nicolas et Ans et Glain réunis13.

7En somme, l’économie de la région affirme son originalité par trois aspects majeurs qui, regroupés, dessinent un profil exceptionnel pour l’époque : l’importation des moyens de subsistance, le développement d’une agriculture d’exportation et la diversification des activités. Toutefois, l’élément dominant reste l’agriculture, dans la mesure où elle constitue la principale source de revenus. Le Pays de Herve est donc une région d’économie diversifiée où domine cependant une agriculture commerciale.

  • 14 Servais P. (1982a), La rente constituée, p. 238.

8La transformation du paysage et de l’économie rurale eut bien sûr, aussi, des conséquences sociales considérables. L’élevage réclame une main-d’œuvre nettement plus restreinte que le labourage des champs et toute une partie de l’emploi du temps des cultivateurs et agriculteurs locaux se trouve par là même libérée. Les paysans ont alors le loisir de développer des activités annexes dans le secteur textile ou la métallurgie. L’organisation de l’activité textile proto-industrielle fait l’objet d’une analyse plus détaillée dans la section suivante (2.2.), quant à son organisation et son mode de fonctionnement. Signalons simplement qu’à la veille de la révolution industrielle verviétoise, à Herve et dans le ban de Herve, soit au cœur de la région herbagère, 47,8 % des hommes et 65,7 % des femmes déclarent leur activité dans le textile, quand environ un quart des actifs voient dans l’agriculture leur activité essentielle14.

  • 15 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, p. 184.
  • 16 SEGALEN M. (1980), Mari et femme, surtout pp. 87-104 – DUBY G., WALLON A. (dir.) (1976), Histoire d (...)

9Toutefois, la croissance démographique provoque une tension constante, qui justifie la nécessité de maintenir une forte production : la proto-industrialisation mobilise toute la famille. Le travail des femmes et des enfants au Pays de Herve n’a fait, à notre connaissance, l’objet d’aucune étude particulière, mais plusieurs auteurs – particulièrement P. Servais – ont cependant relevé des indications intéressantes. Vers 1800, la proportion de la population active féminine est tout à fait remarquable, puisque 49 % des femmes déclarent exercer une profession. Dans certains cantons (Fléron, Aubel et Herve) leur part relative atteint même 57 à 63 %15. Dans toutes les sociétés rurales, le travail des femmes est considéré comme primordial. Le fermier et son épouse assument chacun des rôles précis et complémentaires, l’absence de l’un des deux rendant souvent incertaine la destinée de l’exploitation16. Dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse, le travail féminin revêt une importance toute particulière. D’un point de vue proto-industriel, il est clair que la filature – secteur qui requiert une forte main-d’œuvre – est une activité typiquement féminine (moins d’un tiers de fileurs, contre plus de deux tiers de fileuses). D’un point de vue agricole, la région se définit nettement comme une zone herbagère et donc laitière où, une fois encore, la femme tient une place majeure.

  • 17 SERVAIS P. (1982c), Les structures agraires, p. 306 – RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes (...)

10Cette mobilisation de toute la famille est le reflet, à l’échelon familial, de la diversification des revenus qui caractérise le Pays de Herve à l’échelon régional. Malgré les accidents conjoncturels, c’est un des supports d’une tendance de fond positive : l’affirmation de la propriété paysanne. Au XVIIIe siècle, la condition des paysans herviens ne connaît pas de changement radical, ni dans un sens, ni dans l’autre. Pourtant, une nouvelle mentalité s’est développée à l’époque moderne, sous l’effet combiné de la proto-industrialisation, de l’augmentation des revenus grâce aux laitages – plus lucratifs que la vente du blé –, et du nouveau recouvrement du sol. P. Servais définit l’originalité du régime foncier de l’Entre-Vesdreet-Meuse par trois caractéristiques : l’importance de la micropropriété, l’origine indigène des propriétaires et, aussi, leurs racines paysannes. En effet, les paysans herviens des XVIIe et XVIIIe siècles se sont vus de plus en plus attirés par la possession de leur terre. Leur position économique leur a le plus souvent permis d’accéder à la petite propriété, suffisante dans le contexte régional pour la subsistance d’un ménage17.

  • 18 Idem.

11Il est intéressant de noter que dans un contexte économique à la fois favorable et précaire, le désir de devenir ou de rester propriétaire ait pu prendre de telles proportions et être tellement ancré dans les mentalités des classes rurales. Témoins de cet état d’esprit, le nombre impressionnant de rentes qui grèvent la propriété. D’une part, les paysans herviens choisissent d’hypothéquer leur bien plutôt que de le vendre ; d’autre part, ils préfèrent acheter à terme plutôt que de louer18.

  • 19 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, pp. 191-192 – ID. (1982c), Les structures agraires, p. 306.
  • 20 ID. (1982a), La rente constituée, pp. 270-272.

12Concrètement, les agriculteurs possèdent entre 50 et 60 % des terres au cœur du Pays de Herve (Charneux, Clermont, Aubel) à la fin de l’époque moderne19. Le phénomène s’accroît au cours du XVIIIe siècle et l’importance de la rente dans le ban de Herve ne cesse d’augmenter pendant cette période, le paysan optant délibérément pour l’endettement afin de posséder la terre qu’il cultive20.

  • 21 KRIEDTE P., MEDlCK H., SCHLUMBOHM J. (1996), Proto-industrialisation, p. 51.

13Cette observation incite à rouvrir brièvement le débat sur les conséquences multiples présumées et observées de la proto-industrialisation. Censée abaisser l’âge au mariage d’un point de vue démographique et élever le niveau de vie sous l’angle économique dans le modèle théorique développé par F. Mendels, la proto-industrialisation a depuis suscité de nombreux travaux, parmi lesquels des études de concepts et des analyses de cas. Notre propos ici n’est pas de retracer l’histoire de l’industrie à domicile dans les bocages herviens, opération qui déborderait largement du cadre chronologique que nous nous sommes fixé. Mais l’originalité du Pays de Herve, la rationalité qui s’y est développée, méritent toute notre attention. Le développement de la proto-industrie a conduit à une affirmation de la propriété paysanne ; la soif de la terre est sans aucun doute une rationalité culturelle qui a marqué l’histoire de la région à l’époque moderne. Que les paysans propriétaires soient en même temps des travailleurs industriels constitue une réelle originalité. Souvent, au contraire, « l’implication de la production industrielle par une large couche de producteurs ruraux semble avoir entraîné un processus de différenciation sociale, menant à l’émergence d’une strate de petits paysans ou ’sous-paysans’ qui durent se tourner vers l’industrie à domicile pour survivre »21.

  • 22 Ces deux types « devraient être entendus non pas comme une dichotomie mais comme des extrêmes d’un (...)
  • 23 Le processus de paupérisation enclenché par la proto-industrie, dans le modèle initial de F. Mendel (...)

14Dans La rente constituée dans le ban de Herve au XVIIIe siècle, P. Servais retrace les efforts constants fournis par les cultivateurs herviens pour acquérir une terre, voire simplement, lorsque leur situation est moins favorable, la conserver. Dans un vaste article récapitulatif des théories et des études concrètes relatives à la proto-industrialisation, P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm distinguent deux types de sociétés, selon qu’elles sont fondées sur un régime de haute ou de basse tension démographique22. Dans un système où la tension est forte – dans une économie de gaspillage de vie, pour reprendre l’expression de A. Imhof – les naissances sont nombreuses, mais les décès aussi. Les accidents de la vie sont fréquents et le développement d’une proto-industrie dans un tel contexte peut tout au plus offrir une respiration entre deux accidents possibles. Au contraire, les rationalités qui peuvent se dégager dans des systèmes démographiques de basse tension paraissent nettement plus étendues23.

  • 24 Ibidem, pp. 37-39.
  • 25 Vandenbroeke C. (1984), Le cas flamand.
  • 26 Gutmann M.P. (1991), How do urban and rural industrial populations grow?, p. 422. Ce même auteur n’ (...)

15Cette distinction originale fondée sur la nature des systèmes démographiques permet de comprendre des évolutions différentes de la proto-industrie dans des régimes apparemment similaires. Ainsi, le canton suisse de Appenzell-Ausserrhoden, peut apparaître, à première vue, comme un cas classique de région rurale « industrialisée » : spécialisée dans l’élevage du bétail et la production laitière, elle connut, dès la fin du moyen âge, un grand développement de l’industrie textile à domicile. Pourtant, les comportements démographiques observés sont loin de correspondre à la théorie. L’âge moyen au mariage est particulièrement élevé, les mortalités périnatale et infantile sont énormes, la fécondité légitime est élevée. Bref, dans ce contexte de haute tension démographique, la population stagne au xviiie siècle, malgré un développement économique favorable24. La Flandre étudiée par C. Vandenbroeke se situe dans un contexte similaire, où la proto-industrialisation ne parvient pas à empêcher la paupérisation des campagnes25. Quasiment à l’opposé de ces modèles, le Pays de Herve connaît lui aussi un phénomène de saturation, si l’on en croit les Back Projections réalisées par M. Gutmann pour la région rurale située autour de Venders. Entre 1615 et 1720, les campagnes expérimentent une forte croissance démographique, avec un doublement de la population. Par la suite, le niveau démographique se stabilise jusqu’à la fin du xviiie siècle. Que ce soit pendant la période d’envolée ou durant celle d’accalmie, M. Gutmann parle d’une « fécondité et d’une mortalité modérées », l’immigration jusqu’en 1720, puis une légère émigration après cette date, constituant les éléments dominants du régime démographique rural. Il s’agit donc bien d’un système de basse tension, au sein duquel la mobilité limite le frein positif de la mortalité26.

  • 27 Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 240-245.
  • 28 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 193.

16Dans un tel contexte, la proto-industrialisation peut permettre de réaliser des projets familiaux de moyen et long termes. C’est véritablement cette situation qui prédomine sur le plateau de Herve à l’époque moderne, quand émergent les paysans propriétaires. La petite propriété concerne environ un tiers des terres : outre l’exploitation réduite qu’ils possèdent, les agriculteurs assument parallèlement une tâche proto-industrielle. Dans certaines zones bien précises, là où le travail à domicile est le plus répandu, les ouvriers s’attachent à acquérir un modeste lopin de terre, largement insuffisant pour faire vivre le ménage, mais très important comme revenu d’appoint27. « Et dans cette optique, l’achat d’une toute petite propriété n’est considéré que comme une étape dans un long processus qui débute avec l’acquisition de quelques créances douteuses, se poursuit avec la constitution d’un solide portefeuille de rentes et aboutit aux sommets de la hiérarchie villageoise »28.

  • 29 Contrairement à des contrées comme la Hesbaye où le troc est encore régulièrement de mise au xixe s (...)

17Sans conteste, la proto-industrialisation au Pays de Herve rime avec l’acquisition de terres. Dans le fond, cette « rationalité culturelle » hervienne a deux origines. D’une part, une culture paysanne, dans un contexte de basse tension démographique, où l’acquisition d’une propriété est concevable et devient possible. D’autre part, une origine économique, dans la mesure où l’agriculture d’import-export, développée très tôt dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse, a obligé les paysans, via leur intégration dans des circuits économiques complexes, à intégrer des rationalités économiques modernes29.

2. Une société et une économie régionales en implosion. De 1798 à1870

2.1. L’effondrement de la proto-industrialisation face à la poussée de Verviers

  • 30 Servais P. (1982b), Industries rurales, pp. 180-181.

18L’usage répété d’un mot ne lui dorme pas un sens naturel. C’est particulièrement vrai pour le terme « proto-industrialisation ». L’apparition de ce concept dans les années 1970 a fait couler beaucoup d’encre, les débats se focalisant non seulement sur sa définition même, mais aussi, comme nous venons de le voir, sur ses conséquences supposées sur l’économie, la vie sociale et la démographie au sein des campagnes. Une bibliographie importante atteste de l’ampleur de discussions que nous n’avons pas l’intention de ranimer. Dans le cas qui nous occupe, le caractère proto-industriel de la région ne fait pas de doute. Contentons-nous de rappeler que P. Servais l’a démontré par une étude de la structure professionnelle du Pays de Herve, des caractéristiques économiques de la région et de la répartition de la propriété à la fin du xviiie siècle30.

  • 31 Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, p. 273.
  • 32 Hélin E. (1993), Vie et mort des bassins industriels, pp. 127-129.

19La proto-industrie textile se concentre au cœur même du Pays de Herve, à Clermont, Mortier et dans le ban de Herve, dont la main-d’œuvre gravite autour des centres de Dison et de Hodimont. Une autre zone textile se dégage aussi à l’est de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, où Merols, Kettenis, Gemmenich et Teuven font figure de « centres isolés d’activité drapière »31. Ils tirent parti d’une production locale qu’ils écoulent sur le marché d’Aix-la-Chapelle32.

  • 33 DESAMA C. (1985), Population et révolution industrielle, pp. 65-70 – LEBRUN P. (1979), Histoire qua (...)
  • 34 DESAMA C. (ibidem).
  • 35 VAN DER HERTEN B., ORIS M., ROEGIERS J. (dir.) (1995), La Belgique industrielle en 1850, pp. 71, 98 (...)

20Le début de l’époque contemporaine marque un tournant dans l’histoire de la proto-industrie textile du Pays de Herve qui subit une double transformation. Le travail à domicile montre ses premiers signes d’essoufflement, particulièrement dans le domaine du filage, tandis que plusieurs entrepreneurs choisissent d’implanter des usines dans les campagnes, en dehors de la véritable agglomération verviétoise qui entre à ce moment de plain-pied dans la révolution industrielle33. Cette « industrialisation » prend en fait deux visages : aux portes de la cité lainière de William Cockerill, les banlieues acquièrent rapidement un caractère urbain particulièrement marqué, notamment à Hodimont, Lambermont, Dison ou Andrimont34. Mais au-delà de l’agglomération, métiers à tisser, filatures, manufactures de draps et autres machines à vapeur fleurissent également dans le paysage hervien. Toutefois, il va sans dire que l’implantation de quelques manufactures dans des localités comme Charneux ou Thimister n’entame en rien leurs caractéristiques typiquement campagnardes, comme en attestent d’ailleurs quelques lithographies d’usines publiées dans La Belgique industrielle de 185035.

  • 36 Ces chiffres ne tiennent pas compte des entreprises installées dans le sous-secteur hervien le plus (...)

21L’image traditionnelle, véhiculée par de nombreux chercheurs (de Bihot à Patriarca), pointe du doigt l’industrialisation de Verviers comme responsable de la chute de la proto-industrie textile du Pays de Herve, celle-ci entraînant à son tour un déclin démographique. A priori, l’installation des fabriques à la campagne montrerait plutôt qu’a existé une période d’espoir et de prospérité. L’ouvrage de prestige édité en 1995, La Belgique industrielle en 1850. Deux cents images d’un monde nouveau, comprend des lithographies de quatre entreprises textiles – filatures ou manufactures – érigées·dans le Pays de Herve au début du XIXe siècle. Deux d’entre elles sont situées à Charneux, nous aurons l’occasion d’y revenir, les autres sont implantées à Dalliem et Thimister. Bien d’autres villages herviens ont aussi accueilli des manufactures ·liées à l’activité de la laine dans le courant du XIXe siècle. En l’absence de données statistiques claires dans le Recensement industriel de 1846, il est toutefois permis d’approcher ces manufactures rurales par le recours au Dictionnaire géographique de la Province de Liège, publié en 1831. Il dénombre un minimum de 54 fabriques de draps, de 14 filatures, de 11 fouleries et de 3 moulins à foulon, sans compter ici les métiers à tisser mécaniques ni les teintureries36.

22La vision caricaturale d’un pôle verviétois entrant de plein fouet dans le progrès, opposé à une campagne environnante sur le déclin, paraît ici remise en question. Le dynamisme n’est pas exclu du Pays de Herve, qui voit même un grand nombre de fabriques s’installer sur son territoire, pendant que la révolution industrielle bat son plein dans la ville voisine. Pourtant, quelques chiffres relevés çà et là permettent de déjà témoigner d’une tension évidente, dès les premières décennies du XIXe siècle, qui se manifeste à la fois par un net recul du secteur textile et par la chute de la population active dans son ensemble.

  • 37 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, pp. 196-198.
  • 38 PATRIACA S. (1986), Farmers, spinners, pp. 34-35.
  • 39 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, p. 183.

23En ce qui concerne le premier de ces topiques, P. Servais a fourni de nombreux exemples sur lesquels nous ne reviendrons pas, préférant citer ici des travaux moins connus37. Une comparaison effectuée par S. Patriarca sur la distribution des chefs de ménage par secteur économique indique une évolution importante entre 1803 et 1829, dates auxquelles ont été effectués deux recensements de la population à Charneux. En un quart de siècle, en effet, le secteur de l’agriculture occupe une portion relative grandissante (passant de 30 à 40 %), tandis que le secteur textile voit sa part diminuer très nettement. Il représente 57,5 % en 1803, contre 31 I % en 1829 et ce sont le commerce, la mine, l’agriculture et l’artisanat qui profitent de cet effondrement. Alors que 46 % de la population active était occupée dans le textile sous le régime français, seuls 26 % s’y rattachent encore en 1829. Cette évolution traduit en fait l’effondrement des fileurs (de 30,4 à 6,7 %), tandis que la proportion des tisserands reste plus ou moins stationnaire (12-13 %)38. Bien sûr, on pourra objecter que dans un monde marqué par la pluriactivité, il est malaisé d’interpréter des recensements où une seule profession est indiquée. Toutefois, P. Servais, qui a largement analysé les sources du XVIIIe et du début du XIXe siècle, considère que c’est le travail le plus rémunérateur qui est mentionné39. Ne sont renseignés comme agriculteurs que les individus exploitant des propriétés d’une taille raisonnable, qui rapportent donc davantage que l’éventuel travail fourni dans la proto-industrie. De toute façon, l’ampleur des écarts est tellement prononcée entre les deux recensements qu’elle ne laisse aucun doute sur la réalité de l’évolution.

  • 40 PATRIARCA S. (1986), Farmers, spinners, p. 38 (pour 1803 et 1829) – SERVAIS P. (1982b), Industries (...)
  • 41 Idem, p. 197.

24Ce recul évident du secteur textile ne peut être dissocié d’un autre phénomène, tout aussi patent, et relevé dans l’ensemble de la région herbagère. La part de la population active au sein de la population globale est également en nette régression. Prenons l’exemple de Charneux : de 76 % en 1803, elle chute à 56,8 % en 1829, puis à 54,6 % en 184640. Nous assistons donc, dans les premières décennies du XIXe siècle, à une double évolution, que P. Servais avait résumée en deux termes : désindustrialisation et déqualification41.

  • 42 A.E.L. Communes. Charneux, Rôles du droit de patente, 1836-1849, n° 36.
  • 43 Cette transformation des anciens moulins en fabriques de draps est d’observation assez courante. La (...)
  • 44 A.E.L. Communes. Chameux, Rôles du droit de patente, 1836-1849, no 36.
  • 45 Schnackers J. (1964), Histoire des Hauts Bans de Herve. Notes historiques et généalogiques, pp. 186 (...)

25De ce point de vue, le cas de Charneux est une fois de plus instructif. La commune voit s’implanter sur son territoire, sous le régime français, deux manufactures nouvelles. Joseph Snoeck, tout d’abord, ouvre une fabrique de draps en 1799, dont on sait peu de choses, si ce n’est qu’entre 1836 et 1849, l’entreprise désormais tenue par son fils Chrétien, occupe entre 191 et 198 ouvriers42. En 1812, c’est Jean Joseph Xhibitte qui demande à transformer en moulin à filer un ancien moulin à farine43. Cette autorisation lui est accordée et la nouvelle production commence deux ans plus tard. Un moulin à fouler s’ajoute à l’outil existant en 1820, puis Xhibitte installe des machines à vapeur : la première apparaît en 1833, suivie par d’autres en 1841, 1849 et 1854. Le nombre d’ouvriers travaillant pour lui à Charneux oscille entre 82 et 137 dans les années 1830-184044, mais l’incendie d’une de ses fabriques située dans un village voisin a pour conséquence un agrandissement de l’usine de Chameux. Au milieu du xixe siècle, elle emploie alors environ 250 travailleurs45.

  • 46 Patriarca S. (1986), Farmers, spinners, p. 37.
  • 47 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 202 — Thonnar A. (1904), Les industries à domicile en Be (...)

26Qu’advient-il du travail à domicile dans ces conditions ? Comme nous l’avons vu à travers les chiffres proposés par S. Patriarca et P. Servais, ce sont les fileurs et surtout les fileuses qui encaissent de plein fouet les conséquences de cette implantation manufacturière à la campagne. Les raisons sont multiples. D’abord, les fileurs apparaissent au bas de l’échelle sociale, plus bas même que les houilleurs46. Financièrement d’ailleurs, leur position est la moins enviable et ce sont donc forcément eux qui, lorsque la situation économique devient plus critique, en font les frais les premiers. Contrairement aux tisserands, qui ont eu l’opportunité d’investir dans la terre à l’époque moderne, la pluriactivité est nettement moins répandue parmi les fileurs, de sorte qu’ils n’ont guère de position de repli possible. Enfin, et peut-être surtout, un critère très objectif a largement joué en leur défaveur : les premières mécaniques de l’époque contemporaine ne sont pas encore en mesure de rivaliser avec le travail des tisserands, qui profitent d’un sursis, tandis que le filage peut dès cette époque s’effectuer en usine, avec une main-d’œuvre restreinte. Les chiffres ne laissent aucune équivoque sur la situation de ces travailleurs peu qualifiés : le recensement de l’an XIII dénombre 1.003 fileurs et fileuses à Chameux, celui de 1846 en compte 5 !47

  • 48 A.E.L., Fonds Hollandais, no 2492, Rapport de Stavelot — Fonds Hollandais, no 2490, Le bureau de Bi (...)
  • 49 Constans S. (1801), Tableau politique du département de l’Ourthe, p. 85.
  • 50 Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 135.

27En fait, sous le régime hollandais, le manque de travail est patent dans l’ensemble du Pays de Liège et dans tous les secteurs industriels. Dans le Pays de Herve, et notamment dans les cantons de Herve et d’Aubel, l’introduction des métiers à filer est responsable du chômage qui touche en masse les fileurs ruraux, « privés d’une ressource qui leur permettait de se procurer abondamment les denrées nécessaires à la vie pour la majeure partie de l’année mais encore de quoi se vêtir proprement et vivre dans une sorte d’aisance »48. Il faut dire qu’un métier à filer actionné par trois fileurs remplace avantageusement deux cents travailleurs à domicile49 ! Les communes des cantons de Dalhem et d’Aubel, principales régions textiles rurales, insistent sur les pertes considérables occasionnées par la mécanique pour les fileurs en général et pour les enfants et les vieillards en particulier, principales victimes qui ne peuvent se réorienter dans aucun autre secteur d’activité50.

  • 51 A.E.L., Fonds Hollandais, no 2502, Clermont. Cité par Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans (...)

28Manifestement, la première moitié du xixe siècle, voire simplement les trente premières années, est caractérisée par un recul des fileurs à domicile dans le Pays de Herve, tandis que la mécanisation tente une percée à la campagne. Le témoignage d’un Clermontois décrit la situation : « avant l’établissement des machines à filer et autres inventions pour diminuer le nombre de bras nécessaires à la fabrication du drap, cette commune étoit ouvrière et n’avoit guère que le tiers des pauvres qu’elle a aujourd’hui. Presque la moitié de sa population générale étoit occupée aux fabriques de draps et gagnoit très bien sa vie, à filer, tisser, lainer, tordre, éplucher, etc. (...) De grands cultivateurs même ne dédaignoient pas de filer pendant la saison que leur culture ne les occupoient pas. Depuis l’introduction de ces machines, il n’y a plus que quelques tisserands qui, heureusement n’ont pu encore être remplacés par des mécaniques. Tous les ouvriers sont réduits à la mendicité par défaut de travail. Il n’y a, dans cette commune, aucune espèce d’atelier capable d’occuper le plus petit nombre d’ouvriers. Il y a même à remarquer que le petit nombre de ceux qui se donnent pour fabricants de drap et prennent patente à ce sujet, ne font que peu de draps à façon et pour occuper leur famille. En général, tous les indigents étoient fileurs, quelques-uns tissoient, tondoient ou lainoient mais seulement un sur quinze »51.

  • 52 Thonnar A., Les industries à domicile en Belgique, p. 68.

29Les autres travailleurs du textile disséminés dans le monde rural, principalement les tisserands, subissent leurs premiers revers dans les années 1860, lorsque de premières machines s’alignent comme concurrentes. Dans un premier temps toutefois, elles restent moins performantes que l’homme et ne peuvent traiter tous les tissus. À la fin du siècle cependant, les avancés technologiques réalisées dans ce domaine portent un coup fatal aux derniers tisserands à domicile, contraignant les plus jeunes à se recycler. En 1904, A. Thonnar, auteur d’un rapport sur l’industrie à domicile en région wallonne, conclut que « le tissage à la main uniquement pratiqué par des ouvriers à domicile ne joue aucun rôle appréciable dans la production des tissus de laine à Venders, et sa disparition totale ne troublerait en rien l’organisation économique actuelle »52.

  • 53 Bihot C. (1913), Le pays de Herve, pp. 66-67.
  • 54 Schnackers J. (1964), Histoire des Hauts Bans de Herve, pp. 186-187.
  • 55 A.E.L. Communes. Charneux, Rôle du droit de patente, 1834-1849, no 36.
  • 56 Pieyns-Rigo P. (1985), Inventaire des autorisations d’établissements insalubres.

30Quant aux manufactures qui avaient fleuri dans la campagne hervienne sous le régime français, elles n’ont pas résisté très durablement, malgré leur apparente prospérité dans la première moitié du siècle53. Leur histoire reste encore largement à écrire. Les usines chameutoises créées par Snoeck et Xhibitte ferment leurs portes au plus tard dans les années 1880 et à l’aube du xxe siècle il n’en reste plus que des vestiges architecturaux54. En 1834, outre les deux entrepreneurs cités plus haut, quatre habitants de Charneux paient une patente comme fabricants de draps ou fileurs. Quinze années plus tard, seule une personne est encore répertoriée en tant que fabricant d’étoffe de laine : elle emploie un ouvrier et ne possède pas de mécanique55 ! De 1815 à 1908, treize demandes « d’établissements insalubres et dangereux » ont été émises pour la commune de Chameux, dont dix émanant des entreprises de Xhibitte et de Snoeck. Le premier, entre 1834 et 1858, veut installer des machines et des chaudières à vapeur, ainsi qu’un appareil à fabriquer le gaz d’éclairage. Les requêtes de Snoeck sont plus tardives (entre 1851 et 1870) et plus variées : outre des aspirations similaires à celles de son concurrent, il demande à installer un atelier pour le foulage des laines en 1869. À Chameux, au-delà de 1870, plus aucune requête ne proviendra du secteur textile jusqu’à la Première Guerre mondiale56.

  • 57 Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales, p. 11.

31La disparition de l’industrie de la laine dans le Pays de Herve est donc le résultat d’un double processus. Le textile de tradition proto-industrielle a subi, dans un premier temps, la concurrence des manufactures locales nées de tentatives d’industrialisation à la campagne. Puis, dans un deuxième temps, ces usines rurales n’ont elles-mêmes pu résister à la machinerie verviétoise, « qui centralise dans une agglomération urbaine restreinte mais dense, l’activité industrielle »57.

2.2. La propriété paysanne : de l’apogée à l’implosion

  • 58 J. Ruwet avait noté la multiplication de propriétés de taille restreinte au xviiie siècle (Ruwet J. (...)

32Il peut paraître vain de décrire le processus d’émiettement de la propriété paysanne quand P. Servais a montré, en 1982 déjà, la triple évolution qui touche l’ensemble du Pays de Herve durant la première moitié du xixe siècle : l’accession des bourgeois des villes à la propriété rurale, la diminution de la mainmise paysanne sur les terres (raréfaction du nombre de paysans possédant la terre qu’ils cultivent) et le remembrement de la propriété, les petits terrains se faisant plus rares. L’objectif n’est donc pas ici de refaire la démonstration, mais simplement de rappeler cet élément important dans le contexte régional58.

  • 59 Ibidem.
  • 60 Servais P. (1982c), Les structures agraires, p. 307.
  • 61 La question de l’influence du Code Napoléon sur l’émiettement de la propriété se pose indiscutablem (...)

33Nous l’avons mentionné rapidement dans le premier paragraphe de ce chapitre, le Pays de Herve à l’époque moderne présente un régime foncier caractéristique et original, où les propriétés sont petites, voire très petites, et les propriétaires en majorité paysans et locaux. Mais les signes avant-coureurs de la fin de ce régime foncier apparaissent dès le régime hollandais. En 1826, les exploitations charneutoises de taille moyenne voient leur part relative tomber sous la barre des 50 % (48,4 %), au profit à la fois de la grande et de la micropropriété59. Vingt ans plus tard, le recensement agricole de 1846 confirme la saturation, même l’implosion, du système hervien. Le tableau II-l indique que la part des propriétés moyennes s’est réduite de façon spectaculaire : 38,5 % des terres exploitées affichent une taille variant de plus de un hectare à dix hectares, contre 52 % à la fin du xviiisiècle60. Les propriétés de plus de dix hectares représentent désormais 13,6 % de l’ensemble des terres cultivées, près de deux fois plus qu’un demi-siècle plus tôt. Le changement est notable, mais les grandes propriétés restent quand même marginales : les terroirs de plus de 40 hectares ne sont que 3 %. À l’opposé, le nombre relatif des micropropriétés s’est lui aussi accru. Les terres de moins d’un hectare comptent pour 48 % dans le total61.

34Cette modification générale dans la physionomie des exploitations va de pair avec une évolution de leur mode de faire-valoir. En termes de superficie, il ressort que le pourcentage de terres cultivées par leur propriétaire se résume à un tiers de la superficie. Quelle que soit la sous-région envisagée, le profil hervien est très homogène. Seule ressort la région des Fourons, où se concentre la plus grande partie des cultivateurs-propriétaires. Analysée sous l’angle du nombre de propriétés, la part des exploitants-propriétaires se révèle plus importante, autour de 40 %. Toutefois, le faire-valoir indirect, l’exploitation du sol par un paysan louant la terre, est partout la norme, atteignant un maximum de 64 % dans l’Avant Pays de Herve, contre un minimum élevé de plus de 56 % dans la région de Montzen.

Tableau II-1 La taille des propriétés en 1846 par sous-régions (en %)

Tableau II-1 La taille des propriétés en 1846 par sous-régions (en %)

Source : Agriculture. Recensement général (15 octobre 1846), Bruxelles, 1850.

3. La transformation des structures agricoles au cours de la deuxième moitié du xixe siècle

3.1. Les propriétés agricoles vers 1860

  • 62 Servais P. (1982c), Les structures agraires, p. 319, note 26. De nombreux travaux ont été consacrés (...)

35Le travail commercial du fameux imprimeur brugeois, P.C. Popp, a englobé diverses localités du Pays de Herve, dont les communes de Chameux et de Clermont, situées au cœur de la région. Datées des environs de 186262, les matrices de Popp ne dispensent pas seulement une photographie de plus après le recensement de 1846, qui a été exploité dans le paragraphe précédent ; elles sont surtout intéressantes pour les indications qu’elles fournissent sur la distribution des propriétés rurales.

Figure II-1 Répartition des propriétaires selon le revenu imposable des propriétés agricoles. Charneux et Clermont, 1862

Figure II-1 Répartition des propriétaires selon le revenu imposable des propriétés agricoles. Charneux et Clermont, 1862

Source : Popp P.C. (s.d.) [1862], Atlas cadastral parcellaire de Belgique,
Clermont, Charneux,
Bruges.

36Pour ne pas nous limiter à une simple répartition des terres agricoles selon leur superficie, nous avons choisi de tirer parti de la richesse de la source qui était à notre disposition en employant la courbe de Lorenz : elle met en évidence une inégalité flagrante dans la répartition de la fortune foncière. Dans nos deux villages tests, environ 50 % des propriétaires possèdent à peine 5 % du revenu locatif imposable de la localité. En d’autres mots, la moitié des personnes qui versent un impôt pour la terre agricole qu’elles détiennent totalisent un vingtième des avoirs de leur commune. La figure II-1 met en lumière ce fractionnement plus qu’inégalitaire, qui l’est d’autant plus qu’on envisage ici une catégorie de personnes a priori privilégiées, puisqu’elles possèdent un bien ! Au cœur du Pays de Herve, à peine 15 % des Charneutois et 12 % des Clermontois, disposent de la moitié des revenus agricoles imposables du village. Les 2 % de propriétaires les mieux lotis s’acquittent de 11, voire de 18 % des impôts fonciers.

  • 63 Né en 1777, décédé en 1859, il fut, outre ses activités de banquier et d’investisseur, président du (...)
  • 64 La baronne de Floen Adlecrona, née le 22 septembre 1808, épouse le 28 août 1836 Amédée de la Rousse (...)

37Si l’on examine en détail les six propriétaires de Charneux qui ont un revenu locatif de leurs terres agricoles supérieur à 2.000 francs, on observe un patron bien diversifié. D’une part, on retrouve trois Liégeois, ce qui démontre bien l’emprise du monde urbain sur le terrain hervien. Deux d’entre eux sont des nobles, Augustine Cécile de Spirlet, épouse de Villenfagne, et Henri de wanden de Macar. Les trois autres par contre sont des habitants de Chameux, parmi lesquel Eugène Xhibitte ; la veuve de Snoeck n’est d’ailleurs pas loin avec 1.780 francs de revenu locatif de terre agricole. On peut parler à leur propos de « modernité traditionnelle » : Snoeck et Xhibitte, et leurs descendants, étaient et sont restés les deux coqs du village. Certes, ils ont investi dans l’industrie, mais cela ne les a pas empêchés de conserver une assise foncière très importante. Dans la localité voisine de Clermont, ce sont encore six individus qui sont concernés par des impôts locatifs supérieurs à 2.000 francs. Parmi eux, cette fois, les Liégeois jouent un rôle plus marqué encore (5 sur 6). Dans cette mainmise des citadins sur la propriété hervienne, deux groupes peuvent être distingués. D’une part, les banquiers et négociants, dont la figure de proue est sans conteste le banquier Gérard Théodore Pierre Joseph Nagelmackers63, et d’autre part, les nobles, représentés ici par Adlecrona Marie Zoé Arnoldine Thérèse Josèphe de Floen, baronne de la Rousselière64.

3.2. Renforcement ou désaffection du modèle agricole hervien ?

  • 65 Notons que le nombre de communes prises en considération pour l’établissement de ces chiffres n’est (...)

38Le « modèle hervien » tel qu’il a été défini pour l’époque moderne est ce fameux pays de bocages où paissent les troupeaux. L’évolution des propriétés agricoles ne doit pas laisser oublier un élément primordial : l’affectation du sol. Pour en mesurer le devenir au cours du xixe siècle, nous examinerons en détail la superficie couverte par les prairies, qu’elles soient fauchées ou pâturées. Le tableau II-2 résume, pour les quatre sous-régions herviennes et pour le Pays de Herve dans son ensemble, l’évolution du pourcentage de terres exploitées réservées aux herbages de 1787 à 189565.

Tableau II-2 La part des prairies dans les terres agricoles. Le Pays de Herve de 1787 à 1895 (en %)

Tableau II-2 La part des prairies dans les terres agricoles. Le Pays de Herve de 1787 à 1895 (en %)

Sources : Pour 1787, RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 63-65 — Agriculture. Recensement général de 1846, publié par le Ministère de l’Intérieur, Bruxelles, 1850 — Agriculture. Recensement général de 1866, publié par le Ministère de l’Intérieur, Bruxelles, 1871 — Agriculture. Recensement général de 1880, publié par le Ministère de l’agriculture, de l’industrie et des travaux publics, Bruxelles, 1885 — Agriculture. Recensement général de 1895, publié par le Ministère de l’agriculture et des travaux publics, Bruxelles, 1900.

39D’après un calcul effectué sur base des chiffres fournis par J. Ruwet, en 1787, 64,3 % du sol mis en valeur dans la région hervienne l’est sous forme de prairies. Cette proportion ne sera plus égalée au siècle suivant : en 1846, elle est tombée à 54,6 % et elle perd encore 10 % dans les vingt années qui suivent. Dans le dernier quart du siècle, cette portion remonte à près de la moitié de la surface exploitée. La division de la région en sous-secteurs permet toutefois de dégager des particularismes locaux. Ainsi, la moyenne générale résulte en réalité de quatre processus distincts, parfois opposés. Si l’on compare les dates extrêmes, 1787 et 1895, dans le Vrai Pays de Herve tout d’abord, les changements survenus sont légers : proportionnellement, les herbages n’ont perdu que 6 %. Dans l’Avant Pays de Herve, où les surfaces réservées aux pâtures et autres prés étaient considérables au xviiie siècle (près de trois quart des terrains), la chute est plus nette et surtout précoce. Tout se déroule avant 1846 et à partir du milieu du xixe siècle, leur proportion repart lentement à la hausse. À l’est, le profil est tout différent, puisque l’on assiste véritablement à une extension du fameux modèle hervien, qui s’opère entre 1846 et 1895, de manière lente mais constante.

40La zone la plus proche de Venders, celle que nous avons qualifiée par commodité de « Bords de Vesdre », connaît quant à elle un patron spécifique, qui ne peut être dissocié de l’expansion démographique du grand centre textile voisin. En effet, l’urbanisation et l’industrialisation ont indéniablement donné naissance à une demande accrue en denrées de subsistance, telles que les céréales ou les pommes de terre. Autour de Verviers, tant en périphérie du Pays de Herve que dans certains villages ardennais du sud de la Vesdre, une tendance à orienter les cultures en fonction des besoins du centre urbain le plus proche s’est naturellement développée. À Bilstain, Baelen et Membach, la part des herbages n’a cessé de décroître dans la deuxième moitié du xixe siècle, pour atteindre un minimum de 22 % de la surface exploitée en 1880.

  • 66 Vliebergh E., Ulens R. (1909), La population agricole de la Hesbaye, p. 88.

41En résumé, si l’on excepte cette région qui entre peu à peu dans l’agglomération verviétoise après 1850, on ne peut guère parler d’une réelle réduction ou d’un déclin quelconque du modèle hervien. Certes, les herbages diminuent légèrement en proportion, mais en nombres absolus, leur superficie s’accroît même légèrement, passant de 17.287 hectares à près de 19.000 entre 1846 et 1895. Il faut considérer ce développement dans le contexte plus général d’une économie agricole belge entièrement tournée vers la subsistance et les besoins croissants des centres industriels : en conservant une part aussi importante aux pâtures, le Pays de Herve préserve toute son originalité dans un système qui privilégie d’autres structures agraires66.

4. Une économie rurale en recomposition, nature et conjoncture

4.1. Les laitages

42Si le Pays de Herve se caractérise par ses vertes étendues de pâturages, c’est énoncer un truisme que de dire que la principale source de revenus de la région réside dans le produit des troupeaux, particulièrement les laitages. Le lait, le beurre et le fromage constituent en effet les principaux débouchés de l’agriculture hervienne.

  • 67 Bihot C. (1913), Le Pays de Herve, p. 79.
  • 68 Malcorps J. (1936), Le fromage de Herve Pinon R. (1981), Le Herve, roi de nos fromages, p. 269 — (...)

43Le fromage de Herve, qui a sans nul doute contribué à la réputation de la région, est, comme le beurre, confectionné à la ferme. Les diverses étapes de transformation du lait s’effectuent dans les caves des exploitations agricoles, « où un vrai luxe de propreté se rencontre partout »67. Le paysan se retrouve à toutes les étapes de la transformation : producteur du lait, c’est lui aussi qui fabrique le fromage, puis le vend. Certes, une évolution dans le sens d’une production semi-industrielle semble se dessiner, qu’il est malheureusement difficile de dater avec précision. Divers témoignages confirment toutefois le caractère encore largement artisanal de la production des laitages dans la première moitié du xxe siècle, malgré des transformations évidentes apparues très progressivement au cours des XIXe et xxe siècles, dans le sens d’une spécialisation du travail visant à une meilleure efficacité68.

44Les changements des modes de fabrication ne donnent pas d’indication précise sur les conditions de vie du paysan, même s’il semble crédible d’écarter la thèse d’une diminution nette de ses revenus. En effet, il est clair que l’argent qu’il peut espérer tirer de ses productions est proportionnel au travail de transformation qu’il a accompli ; il vendra le fromage terminé plus cher que le fromage non affiné et a fortiori, plus cher que le lait ! Mais résumer la question en ces termes serait réducteur. C’est sans compter le temps gagné, l’accroissement éventuel de la productivité et l’assurance que le lait sera vendu. La réussite d’un fromage est aléatoire et une perturbation intervenant à quelque stade de sa production peut hypothéquer sa réussite.

  • 69 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 189 — Bihot C. (1913), Le Pays de Herve, p. 78.
  • 70 Ce chiffre de 120/130 kg est proposé par le Ministère de l’Agriculture en 1900 (Monographie agricol (...)

45Une autre voie consiste alors à envisager l’évolution de la production du lait et de ses dérivés dans l’économie hervienne. Si l’on en croit les chiffres de Thomassin pour le régime français, qui évalue l’ensemble du cheptel à 28.740, et ceux de C. Bihot qui dénombre 27 à 30.000 vaches avant la Première Guerre mondiale, la situation n’a guère empiré a priori, surtout dans un contexte de stagnation, voire de déclin démographique (cf. chapitre III)69. Certes, ces données statistiques se prêtent peu à des comparaisons strictes, mais retenons tout de même que le géographe Bihot estime à 120/130 kg de beurre la production moyenne d’un bovidé, quand Thomassin l’évaluait à 20 kg cent ans plus tôt !70 La productivité agricole a donc indéniablement progressé, la production laitière du Pays de Herve pouvant être estimée vers 1913 à 9 millions par an, ce qui constitue une somme très respectable pour l’époque.

  • 71 Cité par Buchet A. (1970), Monographies historiques, p. 75.
  • 72 Vos L. (1944), L’économie laitière, p. 114.
  • 73 Idem, p. 62.

46À Charneux, un rapport rédigé en 1843 par le Collège échevinal déclare que 1.650.000 fromages ont été produits, soit un poids total de 1.237.000 kilogrammes. Un bon tiers d’entre eux était écoulé dans le pays, tandis que 61,6 % de l’odorante production prenaient les chemins de l’exportation71. Pour donner un point de repère, la production annuelle de fromage de Herve, circonscrite dans des limites bien précises (Aubel, Clermont, Thimister, Chameux –surtout– et Battice), est évaluée en 1943 à environ 5.000.000 de kg72. Incontestablement, les chiffres présentés un siècle plus tôt témoignaient déjà d’un réel dynamisme et d’un excellent rendement, surtout si l’on prend en compte les progrès intervenus dans la rentabilité des espèces bovines herviennes73.

  • 74 Les prix de Verviers ont été reconstitués à partir du Prix moyen des grains et des autres produits (...)

47L’évolution des prix des produits laitiers au cours du xixe siècle est aussi un indice de la situation économique de ceux qui les mettent en vente. Le graphique II-1 retrace l’évolution du prix du beurre sur le marché hervien et sur les places belges. Pour reconstituer une série locale, nous avons eu recours aux séries du marché de Herve (pour la période 1811-1831), puis à celles du marché de Verviers de 1851 à 1910. La série belge couvre, quant à elle, les années 1851 à 191074. Les courbes présentent une similitude quasi parfaite, à ceci près que les prix sont plus élevés dans l’est de la Belgique, terre de production d’une grande partie des laitages. La qualité du produit fourni dans la région constitue une explication plausible à cet état de choses.

Graphique II-1 Évolution du prix du beurre dans le Pays de Herve et en Belgique, 1811 - 1910

Graphique II-1 Évolution du prix du beurre dans le Pays de Herve et en Belgique, 1811 - 1910

Sources : Exposé de la situation de la Ville de Verviers, 1851-1910 Moniteur belgeDeprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix, t. 2, p. 10 et 14 — Gadisseur J. (1990), Le produit physique de la Belgique 1830-1913, pp. 756-760 et 827-828.

  • 75 La conversion de florins en francs a été réalisée selon la formule proposée par Vandenbroeke C. (19 (...)
  • 76 Vandervelde E. (1910), L’exode rural et le retour aux champs, pp. 106-107 — Gadisseur J. (1976), Le (...)

48Le premier demi-siècle est difficile à analyser étant donné le caractère lacunaire de nos séries, mais le niveau de 1851 correspond grosso modo à celui des années 1820. Par contre, entre 1851 et le début des années 1880, le prix du beurre ne cesse de s’accroître, pour atteindre un sommet de 3,82 francs en 1880 sur le marché verviétois et de 3,34 francs au kilo en 1883 sur l’ensemble du territoire belge75. Dans les années 1880, il connaît un creux qui perdure jusqu’en 1895, date à partir de laquelle le mouvement des prix repart à la hausse. Le beurre franchit de nouveau le cap des 3 francs au kilo en 1910. En somme, lorsque la crise agricole ravage le prix des céréales – entre 1874 et 1893 – celui d’un produit laitier de base comme le beurre ne connaît qu’une crise limitée, et dans le temps, et dans son ampleur76. La tendance ascendante se dessine à nouveau dès les années 1895 et suivantes. Alors que dans toute l’Europe de l’Ouest la paysannerie souffre durement durant le dernier tiers du xixe siècle et est contrainte à une reconversion douloureuse, le Pays de Herve aurait-il tout simplement été épargné ?

Graphique II-2 Évolution du prix de la viande dans le Pays de Herve et en Belgique, 1811-1910

Graphique II-2 Évolution du prix de la viande dans le Pays de Herve et en Belgique, 1811-1910

Sources : Exposé de la situation de la Ville de Verviers, 1851-1910 Moniteur belgeDeprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix, t. 2, p. 10 et 14 — Gadisseur J. (1990), Le produit physique de la Belgique 1830-1913, pp. 756-760 et 827-828.

  • 77 Ainsi, les premiers efforts d’amélioration de la race bovine ont abouti à un meilleur rendement en (...)

49L’évolution du prix de la viande semble moins primordial dans le contexte agricole qui nous concerne, dans la mesure où l’élevage hervien est davantage destiné aux produits laitiers qu’à l’abattage77. Cet aspect de l’économie locale, s’il est loin de jouer un rôle prépondérant, permet cependant de confirmer un statut régional privilégié. Le graphique II-2 met en évidence des courbes du prix de la viande très semblables à celles du beurre : une tendance à la hausse s’observe à partir de 1855, tandis que la crise des années 1870-1890 se marque davantage comme une légère dépression, voire une stagnation, que comme un accident majeur. D’autre part, comme pour l’ensemble des denrées alimentaires, une unification des prix sur l’ensemble du territoire belge se dessine dès le milieu du xixe siècle.

  • 78 Vos L. (1944), L’économie laitière, p. 63.
  • 79 Ibidem.
  • 80 Il faut noter que le premier mouvement d’amélioration du bétail en Belgique se marque vers 1840. Le (...)
  • 81 Braive G. (1973), Le monde paysan belge de 1830 à 1870, surtout pp. 180 et 184-185.

50Ces chiffres attirent l’attention et invitent à approfondir l’examen. Vers 1885, un grand mouvement pour l’amélioration des races bovines se déclenche en Belgique et il connaît d’emblée un vif succès dans la région verviétoise : « c’est au Pays de Herve que ce mouvement prit corps le plus rapidement et le plus sûre ment ».78 Le but explicite de plusieurs villageois locaux, propriétaires fonciers, vétérinaires et autres techniciens, est de créer « par une sélection intelligente et continue, une race essentiellement laitière et beurrière, mais présentant une bonne conformation, afin d’obtenir un rendement suffisant à l’abattage »79. Des syndicats d’élevage bovin furent constitués dans cette optique, à Venders d’abord, puis à Fléron-Visé et à Herve-Aubel. Ils décidèrent même d’unir leurs efforts en 1896 dans la Fédération des Herd Books de l’Est de la Belgique, groupant en son sein les sociétés d’élevage bovin du Pays de Herve80. Ce mouvement endogène, déterminé par le volontarisme des exploitants plus que par une impulsion exogène du gouvernement, montre à souhait que la région herbagère a su conserver, au cours du xixe siècle, un dynamisme assez remarquable dans un monde rural considéré plutôt comme conservateur et réfractaire au progrès81.

  • 82 Van Molle L. (1979), De Belgische Katholieke Landbouwpolitiek — Craeybeckx J. (1973-1974), De agrar (...)
  • 83 Gadisseur J. (1976), Les lents progrès de l’agriculture, pp. 130-135— Oris M. (1991), Économie et d (...)
  • 84 Vos L. (1944), L’économie laitière, p. 62.
  • 85 En France, G. Duby et A. Wallon ont aussi mis en évidence un impact différent de la crise agricole (...)

51Si la crise agricole du dernier tiers du siècle a sans nul doute affecté l’économie régionale, les paysans herviens ont rapidement réagi, notamment en étendant la superficie des herbages. En effet, les recensements agricoles montrent clairement que dès 1880, et probablement en fait dès les débuts de la crise céréalière de 1873-74, la part réservée aux herbages repart à la hausse (voir supra, tableau II-2). D’autre part, le nombre de vaches laitières est en constante augmentation entre 1846 et 1895 : il s’accroît de 5.520 unités entre ces deux dates, dont près de 3.300 au cœur de la région. Les agriculteurs du Pays de Herve sont parmi les premiers à profiter des initiatives gouvernementales et des crédits d’impulsion accordés par l’État central afin de relancer l’économie agricole82. Les qualités laitières de leur bétail constituent une question qui leur tient à cœur en cette période où la concurrence se fait plus rude, dans un contexte belge et ouest européen de reconversion générale de l’agriculture83. Il est vrai que le beurre est une denrée rentable à l’époque, comme l’attestent le graphique II-1 et les commentaires de L. Vos84. Les agriculteurs vont donc tenter d’améliorer les qualités laitières de leur bétail. En somme, par de nombreux aspects, le Pays de Herve, à la fin du xixe siècle, se définit encore comme une région où la modernité est de mise, et cette dernière a sans nul doute des racines historiques85.

4.2. Les autres « industries » rurales

  • 86 Leboutte R. (1996), Adaptation, reconversion, pp. 272-274
  • 87 Idem, p. 275.
  • 88 Idem, pp. 275-278.

52Après une période moderne qui en avait fait un terroir où la pluriactivité régnait en maître incontesté, le Pays de Herve s’est vu obligé de recentrer une grande partie de ses activités vers l’agriculture dans le courant du xixe siècle. La concurrence des centres industriels naissants fut fatale tout d’abord aux cloutiers ruraux, qui disparurent des campagnes périphériques de la région dans les années 1800-182086. L’autre branche métallurgique bien représentée dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse était constituée par l’armurerie. Cette activité, caractérisée dès le siècle des Lumières par une forte spécialisation des ouvriers, connaît une grande expansion au cours du xixe siècle, que R. Leboutte explique en ces termes : « en l’absence de standardisation, chaque arme est une pièce unique ; la multiplicité des modèles, surtout dans l’arme de chasse et de luxe, entravait la mécanisation au profit de l’artisanat »87. Mais son développement au sein des campagnes, loin de s’accompagner d’une amélioration de la condition des ouvriers ruraux, alla plutôt de pair avec un avilissement des salaires, perceptible dès la création des premières usines en 1795. C’est seulement en 1889 toutefois que la naissance de la Fabrique Nationale d’armes de guerre, à Herstal, obligea les travailleurs à domicile-à se limiter aux armes de chasse, tout en permettant à ceux d’entre eux qui ne possédaient pas de forge de louer une place à la fabrique : « la prolétarisation devenait inévitable ». La chute des revenus dans les dernières décennies du xixe siècle fut spectaculaire et le premier conflit mondial mit un terme à l’existence de l’industrie armurière à domicile88.

  • 89 Ministère de l’Agriculture (1900), Monographie agricole, p. 35.
  • 90 Hoyois G. (1981), L’Ardenne et l’Ardennais, pp. 594-597. E. Hélin quant à lui mentionne les centres (...)
  • 91 En 1896, la cordonnerie tenait la première place : une fabrique de chaussures occupait 50 personnes (...)

53Étant donné les objectifs de ce travail et de ce chapitre en particulier, il ne nous semble pas utile d’étudier dans le détail les autres industries qui subsistèrent (ou non) dans le Pays de Herve. Deux raisons majeures justifient notre choix. Premièrement, il existe incontestablement des branches traditionnelles, telles les brasseries, les distilleries, les meuneries, que l’on retrouve dans toutes les régions agricoles, sans qu’elles fassent la fortune du pays. Elles y jouent un rôle économique, mais pas déterminant, sauf peut-être lorsqu’elles font défaut ! De toute façon, selon une étude menée par le ministère de l’agriculture en 1900, il apparaît clairement qu’à « l’exception de quelques moulins à vent et à eau, (...) nous ne pouvons citer, comme industries agricoles qui utilisent dans une large mesure les produits de la région, que la siroperie et la laiterie »89. D’un autre côté, certaines communes peuvent se targuer de spécialités locales, plus ou moins importantes sur le plan financier, social ou géographique. Ainsi, si l’Ardenne est sans conteste au xixe siècle une région réputée pour ses tanneries90, plusieurs fosses existent quand même dans la campagne de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, notamment à Herve. La même bourgade abrite aussi des cordonniers, qui acquirent sans aucun doute une certaine renommée dans le cadre régional hervien91, voire au-delà. De là à considérer cette « industrie » comme un facteur pouvant avoir des retombées économiques et sociales pour l’ensemble du secteur hervien, il y a un pas que nous n’avons pas franchi. Nous n’avons pas voulu aborder ici tous les types d’industries rurales dans le Pays de Herve au xixe siècle, afin d’étudier les moindres particularismes. Notre ambition s’est bornée à contribuer à l’étude de l’évolution économique de la région, via des secteurs susceptibles d’expliquer des mutations démographiques, économiques ou sociales.

54À la lecture détaillée des différentes sources, il apparaît que le Pays de Herve s’est bel et bien ruralisé au cours du xixe siècle. Le nombre de travailleurs industriels domiciliés dans la région, d’après le recensement de 1910, est de 16.548 individus (pour la cinquantaine de communes herviennes que nous avons recensées). Ce chiffre ne pèse pas bien lourd face aux 247.665 individus du secteur industriel dénombrés dans l’ensemble de la province de Liège. Même en ne tenant compte que des 27 % d’entre eux domiciliés dans les communes rurales, soit un peu plus de 66.000 individus, la région hervienne fait pâle figure : il ne reste pas grand chose de la région proto-industrielle de l’époque moderne ! Un second indice renforce encore l’aspect rural du Pays de Herve. En effet, le recensement industriel se base sur les lieux de domicile des travailleurs, pas sur leur lieu de travail : les habitants de la périphérie hervienne sont le plus souvent des « navetteurs », qui profitent des moyens de transport à bon marché pour se rendre tous les jours, voire toutes les semaines, dans les centres industriels. La carte 2 offre à cet effet une indication intéressante. Découpé en sous-régions, le Pays de Herve donne une image contrastée. D’un côté, la région située en bord de Vesdre s’est largement industrialisée, ayant manifestement profité de l’essor de Venders. C’est dans cette zone périphérique que s’observe la plus forte concentration de main-d’œuvre industrielle. L’Avant Pays de Herve, en bordure du bassin liégeois, présente une image plus nuancée, où Herve est la seule localité qui compte plus de mille travailleurs industriels. À l’opposé, le cœur du Pays de Herve s’affirme comme typiquement rural. Seize des dix-neuf entités qui le composent totalisent moins de 250 personnes impliquées dans l’industrie, et souvent beaucoup moins...

Carte 2. Les travailleurs industriels domiciliés dans le Pays de Herve en 1910

Carte 2. Les travailleurs industriels domiciliés dans le Pays de Herve en 1910

Source : Statistique de la Belgique, Recensement de l’industrie et du commerce (31 décembre 1910), Bruxelles.

5. Vers une ruralisation et ses nuances. L’écho social des mutations économiques

5.1. Les professions à travers les registres de population

  • 92 Gubin E., Van Neck a. (1981), La répartition professionnelle de la population belge Desama C. (19 (...)
  • 93 Hélin E. (1993), La pluriactivité.
  • 94 Cette question a déjà été débattue dans le chapitre I.

55Quand un document comme le registre de population indique un métier, il nous offre moins l’identification d’un statut économique précis qu’une identité individuelle. Cette donnée est fonction des déclarations faites par les chefs de ménage, déclarations qui ont elles-mêmes été transmises par des agents recenseurs. Nous savons combien le travail des enfants par exemple est difficile à aborder au travers des sources du xixe siècle92. L’activité des adultes, au moins masculins, ne pose pas les mêmes problèmes, mais elle ne peut refléter toute la complexité, la diversité, le cumul des professions93. L’image que nous recomposons est un panorama social, partiellement biaisé, mais d’autant plus révélateur sans doute de l’image que les gens avaient d’eux-mêmes. Rappelons en outre un problème plus spécifique. Contrairement à la majorité des données contenues dans le registre de population, la mention professionnelle est une indication statique : elle apparaît chaque fois qu’un individu est inscrit dans le registre ou déplacé dans un nouveau ménage94. Concrètement, nous avons travaillé ici sur les professions déclarées lors des recensements de population qui ont servi de base à l’établissement des registres, c’est-à-dire sur les individus « codés A » des registres de population successifs. Nous abordons la question à travers les registres de population de trois communes du Vrai Pays de Herve – Chameux, Clermont et Neufchâteau – que nous avons présentées dans l’Introduction générale.

56Si l’on envisage simplement l’évolution de la population active, le Pays de Herve présente pour une fois un profil assez classique, qui contraste avec les nombreuses spécificités qui le distinguent, à beaucoup d’égards, des autres régions rurales. Le taux brut d’activité révèle ainsi de grandes différences entre les sexes. Chez les hommes, il oscille dans les recensements successifs entre 59 et 70 %, quelle que soit la localité considérée. Aucun schéma général ne se dégage du graphique II-3. L’évolution est quasiment stationnaire à Clermont ; Neufchâteau connaît un taux minimum en 1866, tandis que le creux se marque plus tard à Chameux (59 % en 1880).

Graphique II-3 L’évolution de la population active au cœur du Pays de Herve, de 1846 à 1890

Graphique II-3 L’évolution de la population active au cœur du Pays de Herve, de 1846 à 1890

Graphique II-4 Répartition des hommes par branche d’activité, de 1846 à 1890

Graphique II-4 Répartition des hommes par branche d’activité, de 1846 à 1890

57Les statistiques d’activité féminine sont affectées par des problèmes critiques évidents. Aussi est-ce essentiellement le patron masculin que nous décrivons ci-après. Le graphique II-4 illustre la répartition des hommes actifs selon leur branche d’activité. D’une manière générale, le secteur agricole est le plus important : à Clermont et Charneux, un tiers des hommes actifs s’identifient à l’agriculture en 1846, puis leur part grimpe à 40 % en fin de période.

  • 95 Buchet A. (1970), Monographies historiques, p. 76. Nous avons évoqué l’évolution de la production t (...)

58Dans les communes de Clermont et de Chameux, l’activité textile continue à jouer, dans la deuxième moitié du xixe siècle, un rôle non négligeable. L’évolution de ce secteur présente d’ailleurs dans ces deux localités un profil très similaire, malgré une plus forte représentation à Chameux. C’est en 1866 que la proportion de travailleurs du textile est maximale, 35 % à Chameux, 28 % à Clermont. Ce pic est à mettre en relation avec le développement des manufactures rurales évoquées ci-dessus. A. Buchet confirme : « De 1860 à 1866, l’essor remarquable du textile fit, qu’au Pays de Herve, les tisserands à domicile et les petites fabriques établies à la campagne, connurent une remarquable prospérité. Aux années de crise qui suivirent, les perfectionnements incessants apportés au tissage, la position plus favorable, la forte concurrence et la concentration des fabriques dans la région verviétoise desservie par le chemin de fer, provoquèrent la disparition lente mais complète des fabriques et de la main-d’œuvre textile du plateau de Herve »95.

  • 96 Oris M. (1990), Les électeurs du Conseil de l’Industrie et du Travail de Liège en 1905. L. Lorenzet (...)

59L’artisanat rural, entendons par là les horlogers, les charpentiers, les menuisiers, les tailleurs, les cordonniers, etc. est lui aussi bien représenté, puisqu’environ un Charneutois et un Clermontois sur cinq déclare exercer une profession de ce type. Une petite baisse s’observe en 1866, corollaire sans aucun doute de la sur-représentation des métiers textiles à cette date. C’est véritablement à Neufchâteau que l’artisanat connaît un grand essor dans la seconde moitié du xixe siècle, passant de 12 à 45 % des travailleurs masculins en l’espace de trente-cinq ans. Il est dû à la montée des métiers de la construction. L’urbanisation offre aux travailleurs du bâtiment (ardoisiers, maçons, terrassiers et autres couvreurs), aux menuisiers et charpentiers, et dans une moindre mesure aux ouvriers du fer, de nouveaux horizons96.

60Reste alors à envisager les extrémités de l’échelle sociale. Partout, la part des journaliers, commis et domestiques va en s’amenuisant. La réduction est surtout spectaculaire à Neufchâteau, dans la mesure où ce village comptait une proportion impressionnante d’ouvriers non qualifiés en 1846 (39 %), qui fond à 18 % en 1880. Dans les autres entités herviennes, leur part est de 9 % à cette date. Quant au poids de ce que nous avons appelé le secteur des services, il appelle peu de commentaires. Il reste quasiment constant dans les trois bourgades tests et moins d’un Hervien sur dix, voire seulement un sur vingt à Neufchâteau, ressortit à cette catégorie.

  • 97 C’était déjà le cas à l’époque moderne (cf. section 1), puisque seulement un quart des actifs se dé (...)

61Dans cet aperçu socioprofessionnel, un élément mérite toute notre attention : c’est le contraste frappant entre la ruralisation évidente de l’économie que nous avons constatée dans le paragraphe précédent (point 4.2.) et les activités auxquelles les individus masculins s’identifient, qui révèlent un panorama plus marqué par la diversité. Certes, à travers les registres de population, une dominante de l’agriculture se dégage malgré tout, mais elle n’est pas aussi écrasante que son poids dans l’économie régionale97.

5.2. Le « who’s who » des propriétaires au xixe siècle

62Les quelques travaux portant sur le Pays de Herve au xixe siècle mettent en exergue les changements économiques profonds qui affectent à cette époque le régime foncier. Outre les modifications du parcellaire et le recentrage de l’économie sur les produits de l’élevage, la décomposition générale du système proto-industriel aurait également mis à mal la spécificité, l’originalité des propriétaires. Disparition du faire-valoir direct au profit du métayage, arrivée des bourgeois des villes qui font main basse sur le patrimoine foncier, disparition des paysans propriétaires, voilà le portrait attendu du Pays de Herve après 1850. Les lignes qui suivent confirment et nuancent ce propos, en montrant que parfois cet aperçu est réducteur. Certes, la région s’adapte, mais en douceur et sans éclats...

  • 98 Nous avons également dépouillé le Recensement agricole de 1880, mais pour cette question-ci, il se (...)
  • 99 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 194.
  • 100 L’importance du faire-valoir indirect dans le Pays de Herve n’avait jamais réellement été quantifié (...)

63Les recensements agricoles de 1846, 1866 et 1895 révèlent trois éléments importants98. D’abord, la micropropriété gagne du terrain, et le phénomène est plus net et plus précoce (dès 1866) parmi les propriétaires qui mettent eux-mêmes leurs terres en valeur. Toutefois, contrairement à la situation qui prévalait au xviiie siècle, les propriétaires de mini-parcelles de terrain ne sont plus des individus qui acquièrent des terres nouvelles afin de s’assurer petit à petit un avenir, dans l’espoir que ce maigre terrain sera le point de départ d’une ascension à la fois sociale et financière. Désormais, il faut voir à la tête de cette multitude de petites exploitations non viables, des paysans qui ont presque tout perdu : les micropropriétés du xixe siècle sont les vestiges de terres généralement plus importantes qu’il a fallu dépecer pour survivre, les derniers témoins d’une société de paysans propriétaires99. Ensuite, la proportion de propriétaires s’amenuise : en 1895, à peine un paysan sur trois possède la terre qu’il exploite. Enfin, en termes de superficies, la superficie agricole exploitée par des locataires augmente d’environ 4 %100.

64En résumé, la part des propriétaires s’amenuise et d’une manière générale, la taille de leurs terres se restreint. Dans ces conditions, il est évident que le profil type du propriétaire s’est lui aussi modifié. Les sources cadastrales permettent d’examiner la propriété foncière au Pays de Herve sous deux aspects qui faisaient son originalité à l’époque moderne : la forte proportion d’indigènes et de paysans parmi les propriétaires. La matrice de Popp offre dans un premier temps un instantané au début des années 1860 ; le relevé des mutations cadastrales de Neufchâteau s’inscrit davantage dans une perspective évolutive. Nous l’envisagerons en second lieu.

  • 101 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 194.

65D’après P. Servais, vers 1860, les cultivateurs ont perdu la plus grande partie de leurs prérogatives, possédant au mieux 30 % de la terre cultivable, quand les bourgeois en détiennent une part similaire, voire plus importante101. Une analyse approfondie des plans Popp de Charneux et de Clermont confirme le constat. Comme cela ressort du tableau II-3, qui prend en considération non pas la superficie possédée, mais simplement le nombre de propriétaires, trois professions tiennent le haut du pavé. Environ un propriétaire sur quatre est encore cultivateur ou fermier, ce qui constitue un recul indéniable du paysan dans la propriété hervienne. Évidemment, il faut en outre tenir compte du groupe des rentiers et propriétaires, représenté dans des proportions presque identiques (23 %), et qui est assez difficile à cerner : la mention de rentier laisse clairement supposer que l’individu n’exerce aucune activité, mais celle de propriétaire maintient une certaine ambiguïté. Parmi ces derniers, un certain nombre sans doute, impossible à évaluer, sont aussi des agriculteurs. À côté des agriculteurs et des rentiers, les artisans et industriels occupent aussi une place de choix : ils représentent dans chacune des communes 22 % de l’ensemble des détenteurs de biens agricoles. Une dernière catégorie émerge, enfin, celle qui regroupe les commerçants, négociants, notaires, médecins et autres professions libérales (10 à 14 %).

Tableau II-3. Répartition des propriétaires de terres agricoles selon leur profession. Charneux et Clermont, 1862 (en %)

Profession

Charneux

Clermont

Inconnue

7,4

7,9

Rentier, propriétaire

22,9

22,3

Fermier, cultivateur

27,5

23,4

Journalier, domestique, ouvrier

7,0

3,1

Artisan, industriel

22,2

22,7

Services privés

10,2

14,4

Services publics

2,5

6,2

Terres communales

0,3

0,0

Sociétés

0,0

0,0

Total

100,0

100,0

Total (n)

284

291

Source : POPP P.C. (s.d.) [1862], Atlas cadastral parcellaire de Belgique, Clermont, Charneux, Bruges.

Tableau 11-4. Répartition des propriétaires de terres agricoles selon leur domicile. Charneux et Clermont, 1862 (en %)

Domicile

Charneux

Clermont

Localité étudiée

5,6

6,9

Avant Pays de Herve

19,0

3,1

Vrai Pays de Herve

26,4

31,6

Région Moresnet-La Calamine

0,0

1,4

Bords de Vesdre

2,5

2,7

Autres communes rurales

12,3

5,5

Région industrielle liégeoise

28,5

30,6

Région industrielle verviétoise

3,9

10,0

Autres villes (dont Maastricht et Aachen)

1,8

7,6

Étranger

0,0

0,7

Total

100,0

100,0

Total (n)

284

291

Source : POPP P.C. (s.d.) [1862], Atlas cadastral parcellaire de Belgique, Clermont, Charneux, Bruges.

  • 102 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 191.
  • 103 Toutes ces données confirment et même renforcent les indications recueillies par P. Servais, selon (...)

66Quant à la répartition opérée en fonction du domicile des propriétaires de terres agricoles (tableau II-4), elle confirme un net recul des villageois dans la possession de leur localité. À Charneux, les habitants du village ne représentent plus que 5,6 % des propriétaires des terrains agricoles de la commune, tandis que les Clermontois, dans leur entité, en représentent moins de 7 %. Le constat est moins net cependant si l’on prend la peine d’envisager l’ensemble du Pays de Herve : entre 46 et 53 % des détenteurs de terres agricoles restent des Herviens en ce début des années 1860. La proportion est honorable... mais l’évolution est nette par rapport au début du xixe siècle, quand plus de 80 % des terres agricoles appartenaient à des gens du cru102. Les citadins sont désormais bien ancrés dans la région bocagère de l’Entre-Vesdre-et-Meuse : un tiers des propriétaires de Charneux sont domiciliés en ville ou dans une commune industrielle, contre près de la moitié à Clermont (48 %). C’est principalement l’arrivée massive des bourgeois venant de la région industrielle liégeoise qui provoque cette révolution foncière... À eux seuls, ils représentent environ 30 % des propriétaires103.

Tableau II-5. Les propriétaires de terres agricoles dans le cadastre de Neufchâteau par période d’apparition et profession, 1834 – 1913 (en %)

Profession

1834-1853

1854-1873

1874-1893

1894-1913

Inconnue

2,7

1,2

2,1

1,0

Sans profession

1,6

2,5

4,3

9,0

Ménagère

7,2

6,1

6,0

5,5

Rentier-propriétaire

8,0

16,0

14,9

10,9

Fermier-cultivateur

48,3

37,3

37,0

33,3

Journalier

9,9

10,2

6,8

3,0

Artisan

10,3

11,5

14,9

21,4

Travailleur de l’industrie

2,1

2,9

2,6

4,0

Services privés (*)

6,4

7,4

8,1

6,5

Services publics

3,3

4,9

3,4

5,5

Total ( %)

100,0

100,0

100,0

100,0

Total (n)

513

244

235

201

(*) Service privés : regroupe les commerçants, les professions libérales et les notaires Source : A.E.L. Communes, Neufchâteau, Matrice cadatrale 1834-1919.

  • 104 Nouveaux venus qui sont de « vrais nouveaux » acteurs apparaissant à Neufchâteau ET de « faux nouve (...)

67Le cadastre primitif de Neufchâteau de 1834, mis à jour jusqu’en 1919, permet d’envisager l’évolution sur le long terme et de manière continue. Le tableau II-5 présente la question sous un angle un peu particulier, dans la mesure où il ne prend pas en considération pas tous les propriétaires du village période par période, mais il identifie simplement les propriétaires existant entre 1834 et 1853, puis dans les années qui suivent, pas groupe de vingt ans, tous les nouveaux venus104. S’il fallait résumer en une phrase l’évolution des propriétaires fonciers en fonction de leur profession, nous dirions que deux groupes s’essoufflent et un troisième se démarque. Les fermiers-cultivateurs apparaissent sans conteste comme les grands perdants. Eux qui l’emportaient haut la main dans les vingt premières années observées, soit environ jusqu’à la moitié du xixe siècle (48 %), sont désormais de plus en plus rares à acquérir une terre à Neufchâteau, que ce soit par achat, héritage, partage ou pour quelque autre raison. Dans les vingt années qui précèdent la Première Guerre mondiale, seul un nouveau propriétaire sur trois relève encore de ce groupe professionnel. L’autre groupe qui ressort lésé de notre analyse est celui des journaliers, qui n’apparaissent plus que dans 3 % des acquisitions opérées entre 1894 et 1913. Les artisans au sens large, y compris les personnes qui relèvent de l’industrie, en profitent pour augmenter leur mainmise sur le patrimoine foncier. Leur importance relative a carrément doublé en l’espace de quatre-vingts ans (de 12 à 25 %) ! C’est un groupe qui monte..., mais qui change aussi. Au fil des ans, les personnes relevant de l’industrie tendent à être de moins en moins des houilleurs et des ouvriers du textile ; ils sont davantage patrons de fabriques, industriels divers, etc. Le groupe des artisans au sens strict a connu moins de bouleversements dans sa structure. Sa « percée » économique dans un contexte d’urbanisation et d’industrialisation des contrées environnantes s’explique aisément à travers ces métiers de la construction, particulièrement les maçons, voire les menuisiers, dont nous avons évoqué le poids croissant en commentant la statistique professionnelle extraite des registres de population.

68Une analyse similaire menée en fonction du lieu de domicile a révélé peu de changements, car la diminution des Neucastellois est directement compensée par la montée des voisins du Vrai Pays de Herve. Les Herviens dominent pendant toute la période, en acquérant grosso modo quatre terres sur cinq !

69Il vaut donc mieux en revenir à la profession, pour identifier les acteurs du remembrement des terres agricoles au cours du xixe siècle. Le tableau II-6 met en évidence le pourcentage de réductions et d’extensions de terres, en nombre et en superficie, entre 1834 et 1919, selon qu’elles ont été réalisées par l’un ou l’autre groupe professionnel. Les acteurs principaux de cette dynamique foncière sont incontestablement les personnes qui se définissent comme rentiers et propriétaires, à condition que l’on raisonne en termes de superficie ; ce sont par contre les agriculteurs si l’on prend en considération le nombre d’individus engagés dans les échanges. En somme, la mentalité des agriculteurs se confirme : au lieu d’être à la traîne, plus conservateurs que les autres, ils affichent des comportements cohérents, ceux de la tendance générale. Ce sont des acteurs à part entière de la modernisation des structures agricoles herviennes, mais ils n’ont pas, cela va de soi, les mêmes moyens que les rentiers !

Tableau II-6 Répartition des extensions-réductions des terres agricoles selon la profession du propriétaire. Neufchâteau, 1834 – 1913

Tableau II-6 Répartition des extensions-réductions des terres agricoles selon la profession du propriétaire. Neufchâteau, 1834 – 1913

(*) Services privés : regroupe les commerçants, les professions libérales et les notaires
Source : A.E.L. Communes, Neufchâteau, Matrice cadatrale 1834-1919.

70En guise de conclusion, nous pouvons dire que cet aperçu social des mutations économiques et foncières a mis en évidence une série d’évolutions qui ont marqué le Pays de Herve tout au long du xixe siècle. Si les agriculteurs occupent une place importante et croissante dans la répartition socioprofessionnelle de la région hervienne, les travailleurs du textile conservent longtemps une part respectable, tandis que les artisans opèrent une réelle percée. Ce groupe socioprofessionnel mérite d’ailleurs une mention spéciale : dans toutes les sources utilisées, des registres de population à la matrice cadastrale de Neufchâteau, en passant par les matrices de Popp à Clermont et Charneux, les artisans sont non seulement de plus en plus nombreux, mais surtout de plus en plus riches. Leur volonté de devenir propriétaires s’affirme clairement au cours de la deuxième moitié du xixe siècle.

71Pendant toute cette période, le propriétaire terrien exploite des surfaces de plus en plus petites et sa part parmi les exploitants est en régression constante, mais finalement légère (moins 6 % en un demi-siècle). Sa fiche signalétique se modifie aussi sensiblement, mais l’on pourrait parler d’évolution à deux visages. Si l’on se contente d’une comparaison entre deux photos prises isolément, la première vers 1800, la seconde vers 1860, le contraste paraît frappant : le cultivateur a cédé beaucoup de terrain aux rentiers-propriétaires et aux artisans, et même si les paysans conservent une position encore largement majoritaire, les citadins ont fait main basse sur une part importante des surfaces agricoles. Mais cette comparaison ponctuelle est sévère, elle marque des contrastes et cache une partie de l’évolution. La matrice des mutations cadastrales de Neufchâteau met en lumière un autre élément : certes, les agriculteurs et les journaliers essuient des revers entre 1854 et 1873 particulièrement, mais par la suite, leur situation cesse de se détériorer. Ils ont connu en quelque sorte une crise avant la crise : la grande dépression agricole des années 1870-1890 ne les affecte quasiment pas !

Conclusion

  • 105 Sur « la grande dépression de l’agriculture » en France, voir notamment : Duby G., Wallon A. (dir.) (...)
  • 106 Statistique de la Belgique (1900), Agriculture. Recensement général de 1895. Tome 5 : Partie analyt (...)

72De cette étude de l’évolution des structures économiques, foncières et sociales du Pays de Herve au cours du xixe siècle, il ressort un constat sur lequel nous n’aurions pas parié en entamant ce travail : aux prises avec une décomposition évidente de son économie proto-industrielle, la région bocagère, sans réellement se reconvertir, réussit pleinement son insertion dans la modernité. La valeur vénale des terres labourables et surtout des prairies est un indice révélateur de ce succès local, dans un contexte de crise agricole généralisée qui affecte l’ensemble de la Belgique, mais aussi une grande partie de l’Europe de l’Ouest, dans le dernier tiers du xixe siècle105. Pour l’ensemble du Royaume, ce sont bel et bien les régions herbagères du Pays de Herve et des environs de Tongres qui affichent les valeurs les plus élevées pour les prairies : elles atteignent par endroits 8.000 francs l’hectare, quand la moyenne nationale est évaluée à quelque 3.200 francs ! En outre, la baisse généralisée des prix agricoles entre 1874 et 1895 a peu touché ces régions de pacages, dans la mesure où « les spéculations animales sont prédominantes et les prix des produits qu’elles fournissent ont été fort peu atteints par la crise »106. Nous avons vu en effet que les courbes de prix du beurre et même des viandes se sont globalement maintenues, quand le cours des autres produits de l’agriculture, particulièrement des céréales, s’effondrait sur les marchés européens.

  • 107 Bruneel C., Daelemans F., Dorban M., Vandenbroeke C. (1987), Population et subsistances, pp. 305-31 (...)
  • 108 Capron C., Oris M. (1997), Demography, family system, and economy, p. 7.

73Depuis la fin de l’Ancien Régime, tout au moins, l’agriculture qui prédomine dans l’Europe du nord-ouest est une agriculture de subsistance, principalement en raison de la forte densité de population qui caractérise toute cette zone européenne occidentale. La Révolution industrielle renforce encore cette situation, dans la mesure où les nouveaux prolétaires créent des besoins supplémentaires en pommes de terre et céréales107. Pendant cet âge d’or du blé et de la pomme de terre, le Pays de Herve se singularise par une agriculture d’exportation, orientée principalement vers les laitages et dans une moindre mesure vers la viande et les fruits. Assez remarquablement, ce modèle survit pendant les quelques décennies (1830-1875) de « triomphe » des céréales, sans vraiment se reconvertir dans la subsistance. Pourtant, les villes voisines en pleine explosion démographique, et spécialement le centre textile verviétois, sont demanderesses de denrées alimentaires de première nécessité. Seuls certains villages herviens périphériques proches de Verviers, au même titre que plusieurs localités ardennaises occupant une position géographique similaire, ont répondu à cette pression en modifiant quelque peu leurs structures agraires, dans le sens d’une intensification de l’élevage de porc – le lard étant la seule viande que pouvait s’offrir de temps à autre le prolétaire urbain – et surtout d’un développement de la culture des pommes de terre108.

  • 109 Bruneel C., Daelemans F., Dorban M., Vandenbroeke C. (1987), Population et subsistances, p. 306 — M (...)
  • 110 Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales, pp. 14-18.
  • 111 Gadisseur J. (1981), Le triomphe industriel, pp. 75-76 — Kurgan-Van Henterijk G. (1981), La petite (...)
  • 112 Confirmation pour une région voisine du Pays de Herve dans Vliebergh E., Ulens R. (1911), L’Ardenne (...)
  • 113 Duby G., Wallon A. (1976), Histoire de la France rurale, p. 443.

74L’arrivée en 1873-74 des blés américains sur le marché belge fait littéralement exploser le système agricole traditionnel : « Une politique annonaire extraordinairement libérale aboutit à sacrifier totalement les intérêts de l’agriculture nationale. La porte était ouverte au blé d’Amérique, meilleur marché. Les industriels y étaient favorables. De bas prix, du grain et du pain, permettaient de peser sur l’évolution des salaires »109. Les régions d’agriculture céréalière sont bien sûr les premières à souffrir de la crise et se reconvertissent : la Hesbaye et le Condroz, pour ne citer qu’elles, s’orientent vers la culture de la betterave sucrière, organisée désormais de manière plus industrielle110. De nombreuses campagnes choisissent de produire des denrées de consommation plus élaborées, plus « luxueuses », car la période qui précède directement la Première Guerre mondiale voit exploser la consommation des ménages. Cette transformation du marché intérieur trouve son origine dans la montée en puissance, mal connue mais indéniable, des classes moyennes, de la « petite bourgeoisie »111. Les herbages tendent à occuper une place désormais accrue dans le paysage rural, afin de fournir des laitages et des viandes à ces nouveaux consommateurs112. Cette conversion des champs en pâtures ne se limite d’ailleurs pas aux territoires belges. Nos voisins d’Outre-Quiévrain affirment que « la conséquence économique la plus importante de la dépression fut le développement de l’élevage bovin. Conséquence logique si l’on considère les prix. Viande, lait, beurre et fromages ne furent-ils pas moins dépréciés que les autres produits et pendant moins longtemps ? »113.

  • 114 D’autre part, les lois protectionnistes édictées par le gouvernement en 1887 et 1895 pour protéger (...)
  • 115 E. Vliebergh et R. Ulens mettent en évidence le rôle pionnier joué par le Pays de Herve dans la rec (...)

75Pendant ce temps, le Pays de Herve passe donc d’une position marginale, au sens strict du terme, à une place privilégiée ! Non content d’avoir maintenu une agriculture orientée sur la production de denrées relativement luxueuses, même pendant la plus belle période de l’agriculture de subsistance, il passe dès lors à travers la grande dépression agricole sans pénalité majeure. Il ne souffre d’aucune des affres de la reconversion puisqu’il présente déjà des structures pionnières, celles qui se généralisent à partir des années 1890. Certes, à ce moment-là, la concurrence s’accroît puisque tout le monde imite le Pays de Herve114, mais un mélange de tradition, de connaissances acquises au cours de décennies d’expérimentation, et d’innovations au moment où l’agronomie devient une science, lui conserve une situation tout à fait avantageuse115.

  • 116 La Compagnie ferroviaire des Plateaux de Herve fut constituée par Arrêté Royal du 25 juillet 1869. (...)
  • 117 P. Servais dresse un constat similaire pour le réseau de communication local, dense certes, mais es (...)

76En outre, il ne faut pas négliger le rôle des voies de communication dans le succès relatif de la réorientation de l’économie hervienne. Depuis l’époque moderne au moins, les paysans herviens n’ont jamais éprouvé de réelle difficulté pour exporter leurs productions, malgré des moyens de communication pour le moins limités. L’arrivée des chemins de fer dans la vallée de la Vesdre en 1843 a peut-être accéléré le déclin des manufactures rurales situées au cœur de la région herbagère, en privilégiant les localités qui longeaient la voie ferrée, mais la rupture en ce domaine se situe après 1866, ce qui incite à en douter. L’implantation du rail dans le Pays de Herve est tardive : les premiers tronçons de la ligne de Chênée à Verviers par Fléron, Herve, Battice et Dison sont inaugurés en 1872 et les travaux durent jusqu’en 1879. Depuis Herve et Battice, la ligne est prolongée vers la frontière allemande en 1881 d’abord, puis en 1895116. Sa création coïncide avec les débuts de la crise céréalière, ce qui ne pouvait pas mieux tomber pour les paysans herviens. En somme, le chemin de fer a joué un rôle longtemps discutable et a donné, au bout du compte, un coup de pouce bienvenu117.

  • 118 L’excellent article de Kriedte P., Medick H. et Schlumbohm J. (1996, Proto-industrialisation, pp. 2 (...)
  • 119 Idem, p. 58 et 70.

77Redondance d’originalité ! Le Pays de Herve se différencie des autres régions rurales par son histoire, mais aussi en tant qu’ancien espace proto-industriel qui réussit sa réorientation. Évidemment, si les études sur les régions où l’industrie à domicile s’est développée, principalement aux xviie et xviiie siècles, ne manquent pas118, il n’est pas aisé pour autant de dresser une typologie à l’échelle européenne de ce que sont devenues ces aires durant et après la révolution industrielle. « Aujourd’hui nous pourrions avoir l’impression que le problème ‘industrie à domicile’ a été liquidé par le triomphe total de l’industrie en fabrique. La prudence s’impose toutefois (...) Les formes, les fonctions et les conséquences historiques des relations entre agriculture et proto-industrie varient à l’extrême »119.

  • 120 Jacquemyns G. (1929), Histoire de la crise économique des Flandres, surtout pp. 248-269 — Andre R.,(...)
  • 121 Woronoff D., Préface, in Cailly C. (1993), Mutations d’un espace proto-industriel, p. 7.

78D’abord, il ne faut pas perdre de vue que le succès hervien est partiel, dans la mesure où l’industrie à domicile a bel et bien disparu, ou presque, parallèlement à la poussée de Verviers. Mais grâce surtout à une productivité accrue et au maintien des prix des produits du terroir, le paysan de l’Entre-Vesdre-et-Meuse est parvenu à conserver un niveau de vie plus ou moins décent. Le contraste flagrant avec la vaste zone proto-industrielle du lin flamand fait d’autant mieux ressortir l’originalité hervienne : dans le nord du pays, la révolution industrielle a eu pour conséquence une paupérisation profonde, une fragilisation des populations rurales qui a été clairement révélée par les ravages de la fameuse crise des Flandres quand un élément conjoncturel, la maladie des pommes de terre, a rompu un équilibre par trop précaire (1845-47)120. Le Perche du xviiie siècle, une des régions les plus actives de son époque à l’échelon français, n’a guère mieux réalisé sa reconversion « et n’a laissé derrière elle que des lambeaux d’industries manufacturières »121.

  • 122 Tropetter C. (1997), Agriculture, proto-industry and Mennonite entrepreneurship.

79À l’opposé, la région de Twente, située à l’est des Pays-Bas, est un exemple type de reconversion réussie. Comme le Pays de Herve, cette aire de proto-industrie textile développe une agriculture tournée vers les marchés extérieurs. Grâce à des circonstances institutionnelles et économiques favorables, qui n’entrent pas dans notre propos ici, elle vit émerger un groupe d’entrepreneurs mémonnites disposant de capitaux importants : leur emprise sur l’industrie linière fut précoce et parvint à se maintenir jusqu’au xxe siècle. Twente est un cas d’école dans la mesure où l’implantation précoce d’un système proto-industriel a mis en place les structures nécessaires à une révolution industrielle réussie122.

80En somme, le Pays de Herve se situe entre ces deux extrêmes : la proto-industrie disparaît dans le courant du xixe siècle pour céder la place à une ruralisation marquée, mais pas ratée. Bien sûr, il ne faut pas aller trop vite en besogne dans le passage de l’économique au démographique. L’économie régionale est certes restée prospère relativement parlant, mais en se centrant sur des activités agricoles qui requéraient une main-d’œuvre limitée, les excédents ne trouvant plus à s’employer désormais dans les métiers de la laine. Peut-on dès lors poser le paradoxe d’une démographie languissante, voire déclinante, au sein d’une économie florissante ? C’est cette hypothèse et ses multiples aspects que nous allons analyser dans les prochains chapitres.

Notes

1 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales – SERVAIS P. (1982b), Industries rurales – BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve – PATRIARCA S. (1986), Farmers, spinners.

2 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, p. 292.

3 Deprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix. Voir aussi la synthèse récente de Oris M. (1998), A brief discussion on the economic series, surtout p. 13.

4 Schnackers J. (1964), Histoire des hauts bans de Herve, pp. 185-186.

5 Cité par Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 167-168.

6 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 189.

7 Idem, p. 190 — Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales.

8 Nous reviendrons sur la proto-industrie textile dans la section 2.1.

9 Hansotte G. (1972), La clouterie liégeoise, p. 13. En 1812, le pays de Liège compte environ 3.500 cloutiers (Lebrun P. (1979), Histoire quantitative et développement de la Belgique, p. 269).

10 Outre la partie méridionale du Pays de Herve, les armuriers se retrouvent aussi dans l’ensemble de la région liégeoise, excepté dans le bassin amont.

11 Gaïer C. (1976), Quatre siècles d’armurerie liégeoise, p. 69. R. Leboutte estime quant à lui que la dispersion de l’armurerie dans les campagnes est maximale aux alentours de 1900 (Leboutte R. (1996), Adaptation, reconversion, p. 276).

12 Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 70.

13 Gaïer C. (1988), Huit siècles de houillerie liégeoise, p. 130.

14 Servais P. (1982a), La rente constituée, p. 238.

15 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, p. 184.

16 SEGALEN M. (1980), Mari et femme, surtout pp. 87-104 – DUBY G., WALLON A. (dir.) (1976), Histoire de la France rurale, p. 344. – GUNNLAUGSSON G.A., GARDARSDOTIIR O. (1996), Transition into widowhood, p. 437.

17 SERVAIS P. (1982c), Les structures agraires, p. 306 – RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, p. 249.

18 Idem.

19 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, pp. 191-192 – ID. (1982c), Les structures agraires, p. 306.

20 ID. (1982a), La rente constituée, pp. 270-272.

21 KRIEDTE P., MEDlCK H., SCHLUMBOHM J. (1996), Proto-industrialisation, p. 51.

22 Ces deux types « devraient être entendus non pas comme une dichotomie mais comme des extrêmes d’un large éventail de modes possibles de comportements » (Idem, p. 44). Pour des systèmes de pression démographique modérée, voir WRIGLEY E.A., SCHOFIELD R. (1983), English population history from family reconstitution – WILSON C. (1984), Natural fertility in pre-industrial England. À l’opposé, le canton suisse de Appenzell-Ausserrhoden apparaît comme un système de haute pression (voir notamment TANNER A. (1982), Spulen – Weben – Sticken, cité par KRIEDTE P. MEDICK H., SCHLUMBOHM J. (1996), Proto-industrialisation).

23 Le processus de paupérisation enclenché par la proto-industrie, dans le modèle initial de F. Mendels, a été depuis maintes fois remis en question. Il semble plus approprié de fonctionner au cas par cas. De nombreuses sociétés agraires d’organisation très variée ont connu la proto-industrialisation et celle-ci est loin d’avoir entraîné, dans chacune des régions touchées, des processus démographiques ou économiques similaires (Kriedte P., Medick H., Schlumbohm J. (1996), Proto-industrialisation, pp. 29-71).

24 Ibidem, pp. 37-39.

25 Vandenbroeke C. (1984), Le cas flamand.

26 Gutmann M.P. (1991), How do urban and rural industrial populations grow?, p. 422. Ce même auteur n’observe aucune diminution de l’âge au mariage entre 1650 et 1790, ni à Venders, ni dans ses environs. Sur l’ensemble de la période, la tendance est même plutôt à l’accroissement [de 25,5 à 27 ans environ], (ID. (1987), Protoindustrialization and marriage ages in Eastern Belgium, p. 158).

27 Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 240-245.

28 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 193.

29 Contrairement à des contrées comme la Hesbaye où le troc est encore régulièrement de mise au xixe siècle (les céréaliers paient le meunier et les journaliers avec une partie de la récolte), le Pays de Herve, de par son économie commerciale et ses contacts nombreux avec l’extérieur, voire l’étranger, est totalement engagé dans une économie monétaire. Sur la subsistance du troc dans les régions céréalières, voir Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, Partie 1, vol. 2, p. 545.

30 Servais P. (1982b), Industries rurales, pp. 180-181.

31 Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, p. 273.

32 Hélin E. (1993), Vie et mort des bassins industriels, pp. 127-129.

33 DESAMA C. (1985), Population et révolution industrielle, pp. 65-70 – LEBRUN P. (1979), Histoire quantitative et développement de la Belgique, p. 175-219.

34 DESAMA C. (ibidem).

35 VAN DER HERTEN B., ORIS M., ROEGIERS J. (dir.) (1995), La Belgique industrielle en 1850, pp. 71, 98, 117-118, 121.

36 Ces chiffres ne tiennent pas compte des entreprises installées dans le sous-secteur hervien le plus proche de Verviers, dénommé « Bords de Vesdre » car ces communes tendent de plus en plus à entrer dans 1’agglomération verviétoise au cours du XIXe siècle et la concentration d’entreprises textiles y est plus importante qu’ailleurs : à Bilstain, Membach et Petit-Rechain réunis, Vander Maelen recense plus de 40 fabriques de draps. Précisons également que nous parlons ici d’un minimum dans la mesure où le Dictionnaire de cet auteur se contente parfois de mentionner des filatures de laine et des fouleries dans une localité sans en préciser le nombre exact (VANDER MAELEN P. (1831), Dictionnaire géographique de la province de Liège).

37 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, pp. 196-198.

38 PATRIACA S. (1986), Farmers, spinners, pp. 34-35.

39 SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, p. 183.

40 PATRIARCA S. (1986), Farmers, spinners, p. 38 (pour 1803 et 1829) – SERVAIS P. (1982b), Industries rurales, p. 196 (pour 1846).

41 Idem, p. 197.

42 A.E.L. Communes. Charneux, Rôles du droit de patente, 1836-1849, n° 36.

43 Cette transformation des anciens moulins en fabriques de draps est d’observation assez courante. La commune voisine de Thimister notamment en connaît à la même époque (Hasquin H. et al. (1980), Communes de Belgique).

44 A.E.L. Communes. Chameux, Rôles du droit de patente, 1836-1849, no 36.

45 Schnackers J. (1964), Histoire des Hauts Bans de Herve. Notes historiques et généalogiques, pp. 186-187 — Patriarca S. (1986), Farmers, spinners, p. 31 — Desama C., Bauwens C. (1995), Une petite ville au cœur de la révolution industrielle, p. 119.

46 Patriarca S. (1986), Farmers, spinners, p. 37.

47 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 202 — Thonnar A. (1904), Les industries à domicile en Belgique, p. 13.

48 A.E.L., Fonds Hollandais, no 2492, Rapport de Stavelot — Fonds Hollandais, no 2490, Le bureau de Bienfaisance du canton de Herve au sous-intendant de la province de Liège, 18 juillet 1818 — Fonds Hollandais, no 2488, Observations du Bureau central de Bienfaisance du canton d’Aubel, 1er juillet 1818. Passage cité par Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 134.

49 Constans S. (1801), Tableau politique du département de l’Ourthe, p. 85.

50 Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 135.

51 A.E.L., Fonds Hollandais, no 2502, Clermont. Cité par Haesenne-Peremans N. (1981), La pauvreté dans la région liégeoise, p. 135.

52 Thonnar A., Les industries à domicile en Belgique, p. 68.

53 Bihot C. (1913), Le pays de Herve, pp. 66-67.

54 Schnackers J. (1964), Histoire des Hauts Bans de Herve, pp. 186-187.

55 A.E.L. Communes. Charneux, Rôle du droit de patente, 1834-1849, no 36.

56 Pieyns-Rigo P. (1985), Inventaire des autorisations d’établissements insalubres.

57 Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales, p. 11.

58 J. Ruwet avait noté la multiplication de propriétés de taille restreinte au xviiie siècle (Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 235-249).

59 Ibidem.

60 Servais P. (1982c), Les structures agraires, p. 307.

61 La question de l’influence du Code Napoléon sur l’émiettement de la propriété se pose indiscutablement, dans la mesure où il supprime des règles de primogéniture et impose un partage égalitaire. Sous l’Ancien Régime, le Pays de Herve s’inscrivait déjà dans un contexte de coutume égalitaire, mais le souci de maintenir la propriété paysanne avait imposé des accommodements au principe de partage par le biais d’accords à l’amiable. Un seul enfant héritait de la terre, mais en contrepartie, il dédommageait ses cohéritiers, éventuellement en grevant d’une rente le bien qu’il avait reçu (Architecture rurale, pp. 63-66). A priori, le Code Napoléon impose une pression puisqu’il interdit ces pratiques. Toutefois, lorsqu’on examine le cadastre de Neufchâteau (1834-1919), on est frappé par le nombre de propriétés collectives possédées par les enfants untel, la veuve et les enfants, etc. En somme, une bonne entente évitait une sortie forcée de l’indivision. Et ce fut visiblement une solution de long terme (20-30 ans) dans toute une série de cas.

62 Servais P. (1982c), Les structures agraires, p. 319, note 26. De nombreux travaux ont été consacrés à l’auteur du plan et de la matrice qui l’accompagne. Citons notamment : Dussart V. (1953), L’intérêt géographique, pp. 322-329 — Hannes J. (1968), L’atlas cadastral parcellaireVan Den Abeele A. (1970), Quelques renseignements concernant le plan cadastral de la ville de Bruges par P C. Popp, pp. 147-159.

63 Né en 1777, décédé en 1859, il fut, outre ses activités de banquier et d’investisseur, président du Conseil provincial de Liège de 1836 à 1855, (Stengers J. (1975), Index des éligibles au Sénat). Sur cette famille liégeoise de banquiers et d’industriels, la littérature ne manque pas. Citons particulièrement les notices rédigées par Caulier-Mathy N. (1981), Nagelmackers— ID. (1990), Nagelmackers— Id. (1996), Nagelmackers (famille) — Id. (1996), Le monde des parlementaires liégeois 1831-1893.

64 La baronne de Floen Adlecrona, née le 22 septembre 1808, épouse le 28 août 1836 Amédée de la Rousselière, originaire de France. Ce dernier devient baron le 4 juin 1847 par disposition du roi (Annuaire de la noblesse de Belgique (1848), t. 2, pp. 165-166 ; (1849), t. 3, pp. 196-197).

65 Notons que le nombre de communes prises en considération pour l’établissement de ces chiffres n’est pas constant, mais il se base sur des échantillons suffisamment importants pour que l’on puisse se permettre des comparaisons. Pour 1787, J. Ruwet nous fournit les données relatives à 29 communes, tandis que dans les recensements agricoles du xixe siècle, nous comptons en moyenne sur 45 localités pour établir nos pourcentages.

66 Vliebergh E., Ulens R. (1909), La population agricole de la Hesbaye, p. 88.

67 Bihot C. (1913), Le Pays de Herve, p. 79.

68 Malcorps J. (1936), Le fromage de Herve Pinon R. (1981), Le Herve, roi de nos fromages, p. 269 — Vos L. (1944), L’économie laitière— Dechaineux M. (1985), Histoire illustrée de Herve et des Herviens, p. 60 — Statistique de la Belgique (1900-1902), Recensement général des industries et des métiers (31 octobre 1896), p. 5 — Statistique de la Belgique (1913-1921), Recensement de l’industrie et du commerce (31 décembre 1910), t. 5, p. LX.

69 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 189 — Bihot C. (1913), Le Pays de Herve, p. 78.

70 Ce chiffre de 120/130 kg est proposé par le Ministère de l’Agriculture en 1900 (Monographie agricole du Pays de Herve, p. 31).

71 Cité par Buchet A. (1970), Monographies historiques, p. 75.

72 Vos L. (1944), L’économie laitière, p. 114.

73 Idem, p. 62.

74 Les prix de Verviers ont été reconstitués à partir du Prix moyen des grains et des autres produits alimentaires vendus à Verviers, série publiée annuellement dans l’Exposé de la situation de la Ville de Verviers, 1851-1910 (Neven M. (1997), Epidemiology of town and countryside, p. 66). Pour les années 1879 et 1889, ils ont été complétés par le Moniteur belge. Les valeurs du beurre à Aubel sont issues de Deprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix, t. 2, p. 10, de même que les données belges pour 1811-1830, p. 14. Pour la période ultérieure, dans l’ensemble du royaume, voir Gadisseur L (1990), Le produit physique de la Belgique, pp. 756-760 et 827-828. Pour être complète citons encore Scholliers P. (1993), The cost of living. Nous avons récolté une partie de ces chiffres, mais nous devons à Michel Oris la constitution de séries de prix au niveau local et national. Un article recense les principales constatations relatives aux séries économiques, y compris des notes critiques et de premières interprétations : Oris M. (1998), A brief discussion on the economic series.

75 La conversion de florins en francs a été réalisée selon la formule proposée par Vandenbroeke C. (1988), Werkinstrumenten bij een historische, pp. 263-265.

76 Vandervelde E. (1910), L’exode rural et le retour aux champs, pp. 106-107 — Gadisseur J. (1976), Les lents progrès de l’agriculture, pp. 130-135 — Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, partie 1, vol. 2, p. 543 — Peeters M. (1936), Les prix et les rendements de l’agriculture belge. Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales, pp. 14-18.

77 Ainsi, les premiers efforts d’amélioration de la race bovine ont abouti à un meilleur rendement en termes de viande, mais les résultats étaient mauvais pour le lait. Ils ont dès lors été abandonnés. Comme nous l’indiquons ci-après, ce n’est que dans le dernier tiers du xixe siècle que le bon compromis sera trouvé.

78 Vos L. (1944), L’économie laitière, p. 63.

79 Ibidem.

80 Il faut noter que le premier mouvement d’amélioration du bétail en Belgique se marque vers 1840. Les gros propriétaires fonciers du Pays de Herve introduisirent dans les étables des éléments améliorateurs et un Comice agricole de Verviers fut fondé en 1846. Toutefois, les résultats demeurèrent médiocres (Idem, p. 61)

81 Braive G. (1973), Le monde paysan belge de 1830 à 1870, surtout pp. 180 et 184-185.

82 Van Molle L. (1979), De Belgische Katholieke Landbouwpolitiek — Craeybeckx J. (1973-1974), De agrarische depressie, pp. 181-226.

83 Gadisseur J. (1976), Les lents progrès de l’agriculture, pp. 130-135— Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy, vol. 1, p. 49.

84 Vos L. (1944), L’économie laitière, p. 62.

85 En France, G. Duby et A. Wallon ont aussi mis en évidence un impact différent de la crise agricole selon les régions, non seulement en raison des types d’exploitations du sol, mais aussi en fonction des réactions des paysans. D’une manière générale, « les éleveurs, emboucheurs et cultivateurs ‘progressistes’ ou ‘modernistes’, entendons par là ceux qui diversifiaient le plus leurs assolements, donc leurs productions, réussirent à mieux résister » (Duby G., Wallon A. (dir.) (1976), Histoire de la Franc rurale, p. 450).

86 Leboutte R. (1996), Adaptation, reconversion, pp. 272-274

87 Idem, p. 275.

88 Idem, pp. 275-278.

89 Ministère de l’Agriculture (1900), Monographie agricole, p. 35.

90 Hoyois G. (1981), L’Ardenne et l’Ardennais, pp. 594-597. E. Hélin quant à lui mentionne les centres principaux que sont Stavelot et Malmedy (Hélin E. (1986), Les industries du Département de l’Ourthe en 1808, pp. 263-265).

91 En 1896, la cordonnerie tenait la première place : une fabrique de chaussures occupait 50 personnes et l’industrie du cuir dans son ensemble comptait 677 personnes de plus. Cette industrie déclina doucement dans les premières décennies du xxe siècle, pour péricliter définitivement après la Seconde Guerre mondiale (B.D., Herve). Pour plus de précisions, voir Buchet A. (1970), Monographies historiques, p. 27 — De Ryckel A. (1889), Histoire de la ville de Herve.

92 Gubin E., Van Neck a. (1981), La répartition professionnelle de la population belge Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, pp. 201-209 — Gubin E. (1989), Le travail des femmes et des enfants en Belgique Potelle J.-F. (1998), Dison au milieu du xixe siècle, pp. 112-113.

93 Hélin E. (1993), La pluriactivité.

94 Cette question a déjà été débattue dans le chapitre I.

95 Buchet A. (1970), Monographies historiques, p. 76. Nous avons évoqué l’évolution de la production textile proto-industrielle dans le paragraphe 2.1.

96 Oris M. (1990), Les électeurs du Conseil de l’Industrie et du Travail de Liège en 1905. L. Lorenzetti a dressé un constat similaire en observant des migrations saisonnières de Tessinois vers la Suisse alémanique et la Suisse romande où, dans la seconde moitié du xixe siècle, les chantiers offraient de nouvelles opportunités de travail ((1999), Economie et migrations, notamment p. 65).

97 C’était déjà le cas à l’époque moderne (cf. section 1), puisque seulement un quart des actifs se déclaraient agriculteurs, alors que l’élevage constituait déjà la principale source de revenus. Manifestement, les gens s’identifiaient davantage au secteur textile dans la mesure sans doute où ils passaient plus de temps derrière le rouet ou le métier à tisser que dans les pâtures. L’important ici n’est pas de faire la part des choses, de voir dans quelle mesure ces chiffres correspondent à la réalité, pour la simple raison que dans un contexte de pluriactivité protoindustrielle, une telle entreprise déboucherait sur des résultats tout aussi incertains que ceux fournis par les recensements de l’époque. Par contre, il semble intéressant de souligner que ces campagnards herviens s’identifient plus à un secteur qu’à un autre. J. Quataert remarquait d’ailleurs aussi que la littérature relative à la proto-industrialisation mettait davantage en relief l’importance des activités industrielles plutôt qu’agraires dans le rythme de vie des manufacturiers ruraux (Quataert J.H. (1988), A new view of industrialization : ‘Protoindustry’, p. 11).

98 Nous avons également dépouillé le Recensement agricole de 1880, mais pour cette question-ci, il se limite à fournir des données agrégées par canton. Nous avons préféré ne pas exploiter ces chiffres, dans la mesure où ils ne sont pas strictement comparables aux autres recensements.

99 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 194.

100 L’importance du faire-valoir indirect dans le Pays de Herve n’avait jamais réellement été quantifiée jusqu’ici. Dans le Vrai Pays de Herve, qu’il limitait à huit communes, J. Massart l’estimait à 60 % de la surface agricole dans les années 1820 et à 77 % quelque quarante ans plus tard (Massart J. (1945), Quelques aspects des régimes). Les chiffres que nous proposons ici se situent donc en dessous de ses évaluations, puisqu’ils sont de l’ordre de 65 % de terres exploitées en location en 1846 dans la région du Centre, et de 70 % à la fin du xixe siècle. Dans l’ensemble du pays, l’exploitation du sol par des locataires plutôt que par leur propriétaire est la forme dominante dès la fin du xixe siècle. Seules les régions pauvres de l’Ardenne et de la Campine se distinguent des autres régions rurales (Vandervelde E. (1910), L’exode rural et le retour aux champs, p. 56).

101 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 194.

102 Servais P. (1982b), Industries rurales, p. 191.

103 Toutes ces données confirment et même renforcent les indications recueillies par P. Servais, selon lequel, dans les années 1860, les gens du cm détiennent un maximum de 50 % des terres agricoles, voire simplement un tiers. Même en prenant en considération les personnes domiciliées dans les localités limitrophes, leur proportion reste limitée : 66 % à Aubel, 41 % à Clermont (Servais P. (1982c), Les structures agraires, p. 315). J. Massart observe par ailleurs le même phénomène au cœur de la région herbagère sur le plus long terme : le nombre de fermiers résidant dans la communauté parmi les propriétaires identifiables diminue constamment entre 1782 et 1864 (Massart J. (1945), Quelques aspects des régimes, p. 75).

104 Nouveaux venus qui sont de « vrais nouveaux » acteurs apparaissant à Neufchâteau ET de « faux nouveaux », c’est-à-dire de simples héritiers des propriétaires de la période 1834-1853. Distinguer les deux groupes ne serait bien sûr pas sans intérêt, mais nécessiterait de nombreuses mini-enquêtes généalogiques. Nous nous bornons donc ici à une première analyse grossière de la reproduction d’un groupe social.

105 Sur « la grande dépression de l’agriculture » en France, voir notamment : Duby G., Wallon A. (dir.) (1976), Histoire de la France rurale, pp. 387 et sv.

106 Statistique de la Belgique (1900), Agriculture. Recensement général de 1895. Tome 5 : Partie analytique, p. 444.

107 Bruneel C., Daelemans F., Dorban M., Vandenbroeke C. (1987), Population et subsistances, pp. 305-310.

108 Capron C., Oris M. (1997), Demography, family system, and economy, p. 7.

109 Bruneel C., Daelemans F., Dorban M., Vandenbroeke C. (1987), Population et subsistances, p. 306 — Mc. INNIS R.M. (1986), The emergence of a world economy, p. 86.

110 Neven M., Oris M. (2003), Les industries rurales, pp. 14-18.

111 Gadisseur J. (1981), Le triomphe industriel, pp. 75-76 — Kurgan-Van Henterijk G. (1981), La petite entreprise de la fin de l’Ancien Régime à nos jours.

112 Confirmation pour une région voisine du Pays de Herve dans Vliebergh E., Ulens R. (1911), L’Ardenne, pp. 200-204. Sur la modification de la composition alimentaire, voir SHAW G. (1985), Changes in consumer demand.

113 Duby G., Wallon A. (1976), Histoire de la France rurale, p. 443.

114 D’autre part, les lois protectionnistes édictées par le gouvernement en 1887 et 1895 pour protéger avant tout les bestiaux et les produits de laiterie compensent pour les paysans herviens la récente concurrence du marché belge (DEGREVE D. (1982), Le commerce extérieur de la Belgique, pp. 37-38 — Suetens M. (1955), Histoire de la politique commerciale, pp. 110-116).

115 E. Vliebergh et R. Ulens mettent en évidence le rôle pionnier joué par le Pays de Herve dans la reconversion du système agricole ardennais. Il a non seulement servi d’exemple, mais aussi expérimenté des innovations technologiques : « Le voisinage du Pays de Herve incite d’ailleurs à s’engager dans cette voie (la substitution de la culture herbagère à la culture des céréales), la vulgarisation des engrais chimiques, l’emploi de méthodes herviennes, contrôlées par l’observation et modifiées selon l’expérience d’une population rurale, naturellement intelligente et pratique, assura le succès » (Vliebergh E., Ulens R. (1911), L’Ardenne, pp. 200-201).

116 La Compagnie ferroviaire des Plateaux de Herve fut constituée par Arrêté Royal du 25 juillet 1869. Le premier réseau fut ouvert le 15 juillet 1872, le dernier le 1er décembre 1879. Conformément aux conditions incluses dans l’arrêté de concession, l’Etat exploite cette ligne, puis la rachète le 7 septembre 1897 (Laffut M. (1984), Les chemins de fer belges, vol. 1, p. 434 ; vol. 2, pp. 564-581).

117 P. Servais dresse un constat similaire pour le réseau de communication local, dense certes, mais essentiellement conçu pour les marcheurs : « les voituriers de Herve n’ont pas attendu l’achèvement de la grand-route Liège-Aix-la-Chapelle dans la seconde moitié du xviiie siècle pour acheminer indifféremment fromages, beurre et draps sur toutes les routes d’Europe et jusqu’au fin fond des Allemagnes ». Il ajoute du reste qu’entre 1830 et 1860, des efforts furent consentis pour élargir et améliorer les routes, grâce à des travaux d’empierrage des chemins et d’élagage (Architecture rurale, p. 63) ;

118 L’excellent article de Kriedte P., Medick H. et Schlumbohm J. (1996, Proto-industrialisation, pp. 29-71) dresse un panorama impressionnant et diversifié des différentes études menées sur le sujet à la suite du travail pionnier de F. Mendels.

119 Idem, p. 58 et 70.

120 Jacquemyns G. (1929), Histoire de la crise économique des Flandres, surtout pp. 248-269 — Andre R., Pereira-Roque J. (1974), La démographie de la Belgique, p. 74.

121 Woronoff D., Préface, in Cailly C. (1993), Mutations d’un espace proto-industriel, p. 7.

122 Tropetter C. (1997), Agriculture, proto-industry and Mennonite entrepreneurship.

Table des illustrations

Titre Tableau II-1 La taille des propriétés en 1846 par sous-régions (en %)
Légende Source : Agriculture. Recensement général (15 octobre 1846), Bruxelles, 1850.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure II-1 Répartition des propriétaires selon le revenu imposable des propriétés agricoles. Charneux et Clermont, 1862
Légende Source : Popp P.C. (s.d.) [1862], Atlas cadastral parcellaire de Belgique,Clermont, Charneux, Bruges.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau II-2 La part des prairies dans les terres agricoles. Le Pays de Herve de 1787 à 1895 (en %)
Légende Sources : Pour 1787, RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 63-65 — Agriculture. Recensement général de 1846, publié par le Ministère de l’Intérieur, Bruxelles, 1850 — Agriculture. Recensement général de 1866, publié par le Ministère de l’Intérieur, Bruxelles, 1871 — Agriculture. Recensement général de 1880, publié par le Ministère de l’agriculture, de l’industrie et des travaux publics, Bruxelles, 1885 — Agriculture. Recensement général de 1895, publié par le Ministère de l’agriculture et des travaux publics, Bruxelles, 1900.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique II-1 Évolution du prix du beurre dans le Pays de Herve et en Belgique, 1811 - 1910
Légende Sources : Exposé de la situation de la Ville de Verviers, 1851-1910 Moniteur belge — Deprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix, t. 2, p. 10 et 14 — Gadisseur J. (1990), Le produit physique de la Belgique 1830-1913, pp. 756-760 et 827-828.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique II-2 Évolution du prix de la viande dans le Pays de Herve et en Belgique, 1811-1910
Légende Sources : Exposé de la situation de la Ville de Verviers, 1851-1910 Moniteur belge — Deprez M. (1948), Essai sur le mouvement des prix, t. 2, p. 10 et 14 — Gadisseur J. (1990), Le produit physique de la Belgique 1830-1913, pp. 756-760 et 827-828.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Carte 2. Les travailleurs industriels domiciliés dans le Pays de Herve en 1910
Légende Source : Statistique de la Belgique, Recensement de l’industrie et du commerce (31 décembre 1910), Bruxelles.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique II-3 L’évolution de la population active au cœur du Pays de Herve, de 1846 à 1890
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Graphique II-4 Répartition des hommes par branche d’activité, de 1846 à 1890
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau II-6 Répartition des extensions-réductions des terres agricoles selon la profession du propriétaire. Neufchâteau, 1834 – 1913
Légende (*) Services privés : regroupe les commerçants, les professions libérales et les notairesSource : A.E.L. Communes, Neufchâteau, Matrice cadatrale 1834-1919.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search