Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Partie I. Pays, communautés, familles

Introduction

Texte intégral

Une histoire régionale. Plus qu’un cadre, un acteur vivant : le pays de Herve

  • 1 BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, p. 5.
  • 2 Ce problème de la démarcation des régions a été souvent mis en évidence, notamment par E. Hélin, da (...)
  • 3 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 9-11 – BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve(...)
  • 4 BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, pp. 28-29.

1Traditionnellement défini comme la partie de la province de Liège située sur la rive droite de la Meuse, au nord de la Vesdre1, le Pays de Herve ne connaît pas de frontières très nettes. Chaque scientifique y va de sa propre définition ; en particulier, géographes et historiens n’adoptent pas d’emblée une acception unanime. Les auteurs d’ailleurs reconnaissent eux-mêmes l’arbitraire d’un choix de délimitation2, tant il est clair que le paysage typique hervien ne naît pas au bord des limites administratives et politiques des communes, fixées par l’homme, de même qu’on ne passe pas sans transition de la banlieue industrielle liégeoise ou des champs cultivés de la Hesbaye aux bocages et vergers herviens3. C. Bihot décrit très bien l’ambiguïté et la difficulté de délimiter le Pays de Herve : « À Feneur, Saint-Remy, Cheratte, Barchon, entre les meules de blé se glissent déjà des pâturages ; la grange diminue et s’efface ; les deux vies rurales s’entremêlent avant de se séparer. Mais vers Micheroux, sur la crête du plateau, paraissent les derniers champs ; vers Julémont cessent les moissons. Au-delà, c’est le pays herbager »4.

2Si les frontières de cette région ne sont pas nettes et absolues, deux facteurs en sont sans nul doute ’responsables. D’une part, il existe en périphérie des zones de transition, notamment celles décrites ci-dessus par C. Bihot, où le paysage se transforme progressivement. D’autre part, le Pays de Herve a connu au cours du temps des évolutions, des phases d’extension et de contraction, qui rendraient anachronique toute tentative de délimitation stricte. En somme, les définitions géologiques, hydrographiques et hydrologiques ne permettent pas de poser des bornes précises, tandis que les traits socio-économiques ou paysagers dessinent des réalités historiques mouvantes. Une définition précise et constante serait non seulement « ahistorique », mais aussi sans objet dans un travail dont le but n’est pas de recenser un nombre exact de communes herviennes, mais plutôt de mettre en évidence l’existence d’une région spécifique, et de souligner les éléments qui fondent son originalité, démographique bien sûr, mais aussi économique, sociale ou géographique.

  • 5 Collectif (1987), Architecture rurale de Wallonie. Pays de Herve, p. 31.
  • 6 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes, p. 13.

3Dans son acception la plus large, le Pays de Herve s’assimile à l’Entre-Vesdre-et-Meuse, exception faite de l’agglomération urbaine liégeoise qui s’étend aussi sur la rive droite du fleuve5. J. Ruwet, conscient de la diversité politique, administrative, linguistique et naturelle, a tenu à étudier tout l’Entre-Vesdre-et-Meuse, « parce que cette région a connu pendant tout l’ancien régime des courants économiques analogues et une transformation agraire identique »6. La carte 1 dessine les contours du Pays de Herve au sens large.

Carte 1 – Le Pays de Herve au xixe siècle

Carte 1 – Le Pays de Herve au xixe siècle
  • 7 J. Ruwet représente sur sa carte Visé, Richelle, Argenteau et Cheratte, quatre communes mosanes qui (...)
  • 8 La Région liégeoise. L’évolution de la population.
  • 9 Signalons tout de même que J. Alexandre étend le Pays de Herve à cinq de ces localités : Saive, Cer (...)

4À l’ouest et au sud, la région est bordée par les bassins industriels de Liège et de Verviers. Du côté liégeois tout d’abord, une zone un peu floue émerge, celle de la Basse Meuse, de Cheratte à Visé. Certains auteurs la considèrent déjà comme hervienne, mais cette vision n’est pas unanime7. Pour notre part, nous avons choisi de ne pas prendre en compte, dans nos analyses démographiques, les quatre communes mosanes, dans la mesure où elles sont largement intégrées dans l’espace industriel liégeois du xixe siècle et se définissent davantage comme une aire en processus d’urbanisation que comme des localités rurales. Au sud de ces communes, au confluent de la Meuse et de l’Ourthe, toute une série d’entités sont rarement considérées comme appartenant au Pays de Herve. De Grivegnée à Soumagne, de Wandre à Forêt, c’est un ensemble de bourgs ou de villages qui ont fini par se fondre dans l’agglomération urbaine de Liège au cours d’un processus long, qui couvre tout le xixe siècle, voire le début du xxe siècle8. Certains d’entre eux ont un caractère mixte, avec des aspects champêtres plus ou moins marqués, comme Melen, Cerexhe-Heuseux ou Micheroux, mais d’une manière générale, leur économie est tournée tout entière vers la ville9. Région de cloutiers et de charbonniers, les travailleurs à domicile du secteur textile en sont totalement absents.

  • 10 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, p. 58 — Lebrun P. (1979), Histoire quantit (...)
  • 11 Bihot C. (1913), Le Pays de Herve, p. 32.

5La basse vallée de la Vesdre s’accole presque naturellement à cette aire. Outres les cloutiers et les armuriers, elle accueille aussi une série de forges de quelque importance (platineries, fenderies,...). Quant aux localités situées le long de la Vesdre au-delà d’Olne, elles appartiennent à l’espace hervien à l’aube du xixe siècle. Le développement de Venders entraîna très vite la formation d’une agglomération industrielle de taille restreinte, englobant Dison, Hodimont et Petit-Rechain dès les années 1840. C’est seulement quelques décennies plus tard que Lambermont, Andrimont et Wegnez acquirent à leur tour un statut de faubourg, entrant assez tardivement dans la banlieue verviétoise. En somme, l’agglomération créée autour de la ville textile a quelque peu mordu sur le Pays de Herve, faisant perdre à six communes leur caractère rural10. C. Bihot, en observateur attentif du début du xxe siècle, confirme le double caractère de ces localités situées en bordure de la rivière qui, bien qu’étant devenues à cette époque plus manufacturières qu’agricoles, restent encore profondément marquées par les mœurs rurales et où longtemps « fabrique et ferme voisinèrent »11.

  • 12 Institut National de Statistiques (1983), Recensement de la population et des logements au 1er mars (...)
  • 13 Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes, p. 314.
  • 14 Ces communes sont : Amblève, Bellevaux-Ligneuville, Bevercé, Bullange, Butgembach, Crombach, Elsenb (...)

6Au nord et à l’est, ce sont des bordures plus artificielles qui délimitent la région. La frontière avec les Pays-Bas est stabilisée depuis le Traité des XXIV articles (1839). Le seul changement dans le nord de l’Entre-Vesdre-et-Meuse est intervenu en 1962, lorsque les villages de Fouron-Saint-Martin, Fouron-Saint-Pierre, Remersdael et Teuven ont été transférés dans la province de Limbourg12. Du côté germanophone, c’est véritablement l’histoire des cantons rédimés qui marque la région. Eupen, par exemple, intégré dans le Haut-Ban de Baelen à l’époque moderne13, fut incorporé à l’Allemagne lors du Traité de Vienne en 1815, de même qu’une série de localités voisines. C’est en 1925, à la suite du Traité de Versailles, que ces communes furent rattachées au territoire belge14. En tant que villages non belges à l’époque où se situe notre étude, ils n’entrent pas dans notre définition du Pays de Herve lorsque nous avons reconstitué des chiffres de population (chapitre III) ou des tableaux de statistique agricole (chapitre II).

  • 15 Hansotte G. (1981), Histoire quantitative et développement de la Belgique, pp. 292-293 — Oris M. (1 (...)
  • 16 Au xviiie siècle, par contre, la population était restée essentiellement rurale, avec une majorité (...)
  • 17 Dumont B. (1980), Welkenraedt, pp. 1617-1618.

7D’autre part, la région frontalière avec la Prusse se signale par deux situations particulières, qui créent des exceptions notables au sein de l’espace rural hervien. La première résulte du développement de l’extraction du minerai de zinc à La Calamine, par la fameuse Société anonyme des Mines et Fonderies de Zinc de la Vieille Montagne, qui s’assure une position dominante à l’échelon mondial à partir des années 185015. L’essor de cette activité au xixe siècle eut des répercussions importantes sur la population active des localités environnantes, particulièrement à Montzen, Moresnet, Gemmenich16, qui connaîtront une évolution démographique typique d’une région industrielle, tout à l’opposé du modèle hervien (voir chapitre III). L’autre cas d’espèce est la petite ville de Welkenraedt, qui voit sa population décupler entre 1831 et 1910 à la suite de l’implantation d’une importante gare frontalière (voir chapitre III)17.

8Bref, voilà un espace géographique plus ou moins défini. Au total, quarante-neuf communes peuvent être considérées comme appartenant au Pays de Herve, tant en raison de la qualité de leur sol que de leur organisation sociale et économique au cours du xixe siècle. La zone décrite ici ne se limite pas au Pays de Herve au sens le plus strict, mais elle englobe aussi toute une série de zones de transition, notamment vers la Vesdre et la Meuse : les cloutiers, les armuriers, voire les travailleurs des mines y ont joué un rôle non négligeable.

  • 18 HÉLIN E. (1993), Vie et mort des bassins industriels, p. 127.
  • 19 CAPRON C., ORIS M. (1997), Demography, family system, p. 7 – HOYOIS G. (1981), L’Ardenne et l’Arden (...)
  • 20 BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, p. 5.

9D’autre part, il faut accepter que l’ambiguïté du Pays de Herve ne réside pas uniquement dans un problème de définition étroite ou étendue, de modèle pur et d’espaces de transition. C’est aussi une région dans l’acception très classique du terme en ce sens qu’elle se distingue des aires environnantes – en particulier, dans son cas, du point de vue agricole – et qu’elle s’est toujours inscrite dans des ensembles plus vastes, commerciaux et industriels. En effet, l’espace économique verviétois fut beaucoup plus large que la seule région de pâturages décrite ci-dessus, puisqu’il s’étendait dans un rayon qui comprenait aussi une bonne partie de l’Ardenne liégeoise et des territoires du Sud de l’Allemagne. Dans cet espace manufacturier décrit par E. Hélin, au XVIIIe siècle, « environ 30.000 fileurs et fileuses et quelques milliers de tisserands à domicile travaillent pour les marchands-fabricants de la vallée »18. Toutefois, faire partie de la même sphère économique proto-industrielle que l’Ardenne, qui gravite autour de Verviers, n’efface pas de profondes différences entre ces deux régions agricoles : tandis que les herbages herviens permettent le développement d’une agriculture d’exportation poussée (voir chapitre II, paragraphe 2.1.), les sols pauvres de l’Ardenne n’offrent guère d’opportunités à leurs habitants et les cultures locales sont insuffisantes pour subvenir aux besoins domestiques. Il est vrai que le « modèle hervien » s’est étendu au-delà de la Vesdre à travers l’Ardenne, mais le processus ne débute pas avant 1850 (loi de 1847 imposant la vente des biens communaux) et il fut très long. Le bocage n’atteint Butgembach qu’après la Deuxième Guerre mondiale19. Dans ce contexte, le Pays de Herve apparaît à la fois comme une terre originale et la composante d’un tout. Il présente « dans l’ensemble de ses caractères physiques et humains une individualité bien marquée, une personnalité géographique nettement définie »20.

  • 21 Une liste des communes par sous-région est disponible en Annexe II-1.

10Dans ce tout plus ou moins cohérent, symbolisé par des bocages herbagers, de petites parcelles de prairies entourées de haies, différents secteurs ont été distingués par les géographes et ,les historiens dans leurs analyses successives, afin de faire la différence entre le sol typiquement hervien et les espaces de transition. Nous avons déjà évoqué ces derniers en discutant des délimitations du Pays de Herve, et pouvons donc nous borner à les énumérer21 : le secteur de La Calamine-Welkenraedt et le versant droit de la vallée de la Vesdre. En outre, à l’ouest, entre la vallée de la Meuse et Mortier-Warsage, s’étend l’Avant Pays de Herve, zone mixte où les pratiques culturales de la Hesbaye se prolongent, mais avoisinent les premières prairies. C’est véritablement une région-tampon, constituée d’une vingtaine de villages plus ou moins ruraux, plus ou moins urbanisés, dont tous les aspects témoignent d’une réelle dualité : le sol est à la fois limoneux et argileux, les activités proto-industrielles sont très diversifiées.

11Ce travail exploite essentiellement des données issues du « Vrai Pays de Herve », c’est-à-dire de la région du Centre. D’un point de vue géographique, c’est l’argilite qui constitue l’élément physique fondamental de ce secteur, caractéristique qui permet au sol de retenir l’humidité et le rend plus favorable aux prairies qu’aux cultures. C’est véritablement cet espace, autour de Charneux, Clermont et Aubel, qui a créé l’image d’Épinal, où arbres fruitiers et troupeaux se côtoient dans un paysage verdoyant et vallonné.

Notes

1 BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, p. 5.

2 Ce problème de la démarcation des régions a été souvent mis en évidence, notamment par E. Hélin, dans une tentative de délimitation des bassins industriels : « Un espace économique, lui, ne se laisse pas si aisément cerner, justement parce qu’il oblige à prendre simultanément en compte plusieurs dimensions (...). Dès à présent, on devine que les bassins industriels ne sont pas circonscrits par des frontières fixes (Grenzlinie) mais par des zones mouvantes de transition (Grenzraum) » (HÉLIN E. (1993), Vie et mort des bassins industriels).

3 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes rurales, pp. 9-11 – BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, pp. 8-36 – ALEXANDRE J. (1956), La population de la Province de Liège. Le Pays de Herve, pp. 383-384. Les limites du Pays de Herve varient en fonction du point de vue adopté, Bihot se fondant principalement sur la structure du sol (forme du terrain, géologie, tectonique du sol, hydrographie et hydrologie) et sur l’activité humaine, Ruwet préférant adopter une définition plus historique, fondée sur la chronologie des grandes mutations.

4 BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, pp. 28-29.

5 Collectif (1987), Architecture rurale de Wallonie. Pays de Herve, p. 31.

6 RUWET J. (1943), L’agriculture et les classes, p. 13.

7 J. Ruwet représente sur sa carte Visé, Richelle, Argenteau et Cheratte, quatre communes mosanes qui apparaissent également dans l’ouvrage récent consacré à l’Architecture rurale de Wallonie. Le Pays de Herve. Par contre, elles sont explicitement exclues par J. Alexandre et C. Bihot. R. Leboutte, quant à lui, spécialiste du bassin aval et de la Basse Meuse, considère que le Pays de Herve commence bel et bien sur la rive droite du fleuve (LEBOUTTE R. (1988), Reconversions de la main-d’œuvre, p. 78 — Collectif (1987), Architecture rurale de Wallonie, p. 31 — Bihot C. (1913), le Pays de Herve, pp. 27-36. — Alexandre J. (1956), La population de la Province de Liège, p. 383.

8 La Région liégeoise. L’évolution de la population.

9 Signalons tout de même que J. Alexandre étend le Pays de Herve à cinq de ces localités : Saive, Cerexhe-Heuseux, Tignée, Evegnée et Melen (Alexandre J. (1956), La population de la Province de Liège, p. 383).

10 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle, p. 58 — Lebrun P. (1979), Histoire quantitative et développement de la Belgique, p. 165 — Oris M. (1990), L’urbanisation de la Province de Liège, p. 98.

11 Bihot C. (1913), Le Pays de Herve, p. 32.

12 Institut National de Statistiques (1983), Recensement de la population et des logements au 1er mars 81, p. 178.

13 Ruwet J. (1943), L’agriculture et les classes, p. 314.

14 Ces communes sont : Amblève, Bellevaux-Ligneuville, Bevercé, Bullange, Butgembach, Crombach, Elsenborn, Eupen, Eynatten, Faymonville, Hauset, Heppenbach, Hergenrath, Kettenis, Lommersweiler, Lontzen, Malmédy, Manderfeld, Meyrode, Neu-Moresnet, Raeren, Recht, Reuland, Robertville, Rocherath, Saint-Vith, Schoenberg, Thommen, Weismes et Walhorn (Institut National de Statistiques (1983), Recensement de la population et des logements au 1er mars 81, p. 178).

15 Hansotte G. (1981), Histoire quantitative et développement de la Belgique, pp. 292-293 — Oris M. (1995), Un enfant du siècle : la fabrication du zinc.

16 Au xviiie siècle, par contre, la population était restée essentiellement rurale, avec une majorité de travailleurs du textile. Rares à cette époque étaient ceux qui se rendaient à la mine cuprifère de La Calamine (Hélin E. (1963), Croissance démographique, pp. 231-232).

17 Dumont B. (1980), Welkenraedt, pp. 1617-1618.

18 HÉLIN E. (1993), Vie et mort des bassins industriels, p. 127.

19 CAPRON C., ORIS M. (1997), Demography, family system, p. 7 – HOYOIS G. (1981), L’Ardenne et l’Ardennais, p. 182.

20 BIHOT C. (1913), Le Pays de Herve, p. 5.

21 Une liste des communes par sous-région est disponible en Annexe II-1.

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Le Pays de Herve au xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5480/img-1.png
Fichier image/png, 76k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search