Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Chapitre premier. Les sources et les méthodes

Texte intégral

1. Quelques nouveaux problèmes avec une source unique : le registre de population

  • 1 Le principal travail critique fut réalisé par R. Obotela (1982), Les recensements belges au XIXe si (...)
  • 2 Pour les patentes, voir chapitre II, surtout point 2.1 ; pour le cadastre, voir chapitre II, sectio (...)

1Les ouvrages qui mentionnent les Registres de Population, les détaillent ou en tirent parti ne manquent pas, même si les études de grande envergure ne sont pas très fréquentes1. Non seulement de nombreuses localités ont perdu certains, voire la totalité, de leurs registres, mais en outre, leur exploitation réclame un très long travail de préparation des données, d’organisation des fichiers, de corrections et d’adaptations, particulièrement lorsque l’analyse porte sur une longue période. Ce document a littéralement servi de clé de voûte à notre étude, complété par d’autres sources démographiques lorsque cela s’est avéré nécessaire (spécialement l’état civil, voir infra). Des sources économiques diverses ont également été exploitées lorsque nous en avions la possibilité, afin de détailler certains aspects particuliers de la vie dans le Pays de Herve (patentes et cadastre en particulier). Tous ces documents annexes ont été couplés, dans la mesure du possible, avec les registres de population. Afin de ne pas complexifier à l’envi cet exposé, nous avons choisi de simplement présenter ici le pilier de l’étude, tandis que les sources annexes, leurs faiblesses et leur utilité, seront présentées dans le corps du travail2. L’annexe I-1 dresse par ailleurs un tableau récapitulatif des sources encodées.

2Le 16 octobre 1846, le premier recensement de la population est organisé en Belgique et toutes les localités du Royaume ouvrent à cette date leur premier registre. On recopie les données récoltées – nom, prénom, état civil, lieu et date de naissance (ou âge), profession et parfois la relation avec le chef de ménage – tout en regroupant les gens par ménage, en fonction de leur adresse. L’originalité du registre de population belge réside dans le fait qu’il « reste ouvert » après le recensement. Tous les événements qui peuvent survenir à un individu (décès, déménagement à l’intérieur de la commune, mariage, émigration) ou à un ménage (naissance) sont inscrits au fur et à mesure. Les personnes qui immigrent dans la localité y sont aussi mentionnées.

  • 3 Obotela R. (1982), Les recensements belges, p. 131.

3En principe, chaque recensement implique l’ouverture d’un nouveau registre. Cinq recensements ont été organisés en Belgique pendant la seconde moitié du xixe siècle, précisément les 31 décembre 1856, 1866, 1880 et 1890 (outre le 16 octobre 1846, déjà signalé). Toutefois, les communes peu peuplées avaient le loisir de poursuivre l’enregistrement dans l’ancien volume3, une opportunité que les autorités des trois communes herviennes étudiées ici n’ont pas hésité à saisir, comme l’indique clairement le tableau I-1. Dans nos trois localités, le premier registre est resté opérationnel jusqu’en 1866, mais une mise à jour a été effectuée à la date du 31 décembre 1856. Nous en envisageons les conséquences dans le point 1.2.

Tableau I-1. Périodes couvertes par les registres de population

Recensement de

Charneux

Clermont

Neufchâteau

1846

16/10/1846 - 31/12/1866

16/10/1846 - 31/12/1866

16/10/1846 - 31/12/1866

1866

01/01/1867 - 31/12/1880

01/01/1867 - 31/12/1880

01/01/1867-31/12/1883

1880

01/01/1881 - 31/12/1890

01/01/1881 - 31/12/1900

01/01/1884-31/12/1900

1890

01/01/1890 - 31/12/1900

-

-

Période globale

16/10/1846 - 31/12/1900

16/10/1846 - 31/12/1900

16/10/1846 - 31/12/1900

Sources :
Archives de l’État à Liège. Communes. Chameux, Registres de population, no 41-42.
Administration communale de Herve, Registres de population de Charneux, no 1-6.
Archives de l’État à Liège. Communes. Clermont, Registres de population, no 11-14, 16-19, 21- 24.
Archives de l’État à Liège. Communes. Neufchâteau, Registres de population, no 254-260. Sauf référence contraire, ces documents réunis et complétés par les données issues de l’état civil, constituent la source des tableaux, figures et graphiques présentés dans ce travail.

  • 4 Lacomble-Masereel B., Hélin E. (1979), Les archives communales au lendemain des fusions de communes (...)
  • 5 Capron C. (1997), De la reconstitution.

4Il n’entre pas dans nos intentions de nous attarder sur la richesse des données contenues dans les registres de population, de nombreux travaux ayant déjà été consacrés à cet aspect4. Il ne s’agit pas davantage de décrire de façon détaillée et systématique les différentes étapes de constitution des fichiers, dans la mesure où ce processus a été longuement développé par C. Capron, dans un mémoire d’études spécialisées en documentation et sciences de l’information5. Nous envisageons plutôt de décrire non la source en général, mais bien les registres herviens et leurs imperfections en fonction des problèmes concrets auxquels nous avons été confrontée et dont il nous a fallu tenir compte, soit dans le travail préparatoire de « nettoyage » des bases de données, soit ultérieurement dans l’analyse des résultats. Certains écueils sont inhérents au document lui-même : plusieurs d’entre eux sont parfois bien connus (comme le sous-enregistrement des naissances et décès), mais d’autres n’ont encore jamais été soulevés (particulièrement les « faux codés A »). En outre, diverses difficultés sont directement liées à la méthode que nous avons choisie, à l’exploitation que nous avons décidé de faire. Comme il ne s’agit pas seulement de travailler sur une population stable et que nous avons opté pour une analyse longitudinale continue, il fallait encore pouvoir déterminer, à tout moment, quels étaient les individus présents dans la localité. En somme, il fallait obligatoirement fixer des bornes d’entrée et de sortie d’observation pour chacun des individus et des pièces de biographie que nous avons observés, soit pour pas moins de 34.718 fiches individuelles. Dans les pages qui suivent, nous avons fait le choix de passer vite sur les problèmes connus, mais de développer de préférence des questions nouvelles et spécifiques à nos sources.

1.1. Le sous-enregistrement des naissances et des décès, une question bien connue et bien gérée

5Si le registre de population est plein de ressources pour le démographe et se prête parfaitement à une analyse longitudinale, ce document n’a toutefois pas été conçu pour lui ! En d’autres termes, la source convient à de nombreux travaux, à condition que les fichiers soient préparés de façon rationnelle et systématique, à condition aussi qu’une série de lacunes originelles soient comblées.

  • 6 Les auteurs cités dans les notes infrapaginales ci-dessus, évoquent cette question. Voir aussi Poul (...)
  • 7 Piron T. (1901), Des registres de population en Belgique, p. 61.
  • 8 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 55.

6Né à l’initiative de la Commission Centrale de Statistique, le registre de population est néanmoins perçu avant tout, par les fonctionnaires locaux, comme un document administratif. Comme tel, il s’intéresse aux personnes qui vivent dans la localité, et non aux morts, avec comme première conséquence un oubli systématique des mort-nés6. Autres laissés pour compte : les enfants morts en bas âge. Il est clair que le registre, théoriquement ouvert en permanence7, était dans la pratique remis à jour plus ou moins régulièrement, mais tout événement survenant dans la commune n’était pas inscrit immédiatement. Ayant déjà noté le problème, G. Alter a suggéré que les enfants oubliés pourraient permettre d’évaluer la fréquence des remises à jour8. Ainsi, si l’on repère que de nombreux enfants morts moins de deux mois après leur naissance n’apparaissent pas dans le document, cela signifierait une remise à jour espacée d’au moins deux mois. Dans la pratique, alors qu’un enregistrement automatique, immédiat, est prévu par la loi, il s’avère qu’il est plutôt effectué mensuellement (tableau I-2).

7En effet, sur un total de 457 enfants inscrits dans les actes d’état civil de la commune, mais absents des registres de population, 296 (soit 64,8 %) meurent ou sortent dans l’année même qui suit leur naissance. L’immense majorité de ces départs - carrément 96 % - se produisent dans le mois qui suit immédiatement l’inscription dans le registre d’état civil. L’importance relative des mort-nés varie très fort d’une commune à l’autre. Si seulement un cinquième des oublis sont dus aux mort-nés à Charneux et à Neufchâteau, cette population représente par contre près de 73 % des enfants ajoutés à partir de l’état civil de Clermont. Ce seul élément démontre que la valeur de tous les registres n’est pas identique ; elle dépend notamment du soin que l’employé local a apporté à sa mise à jour.

Tableau I-2. Destinée des enfants ajoutés à partir de l’état civil. Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1847-1900 (en %)

Tableau I-2. Destinée des enfants ajoutés à partir de l’état civil. Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1847-1900 (en %)

8Dans notre étude démographique, une série d’oublis aurait pu – si nous n’avions pas apporté les corrections requises – se révéler lourde de conséquence, puisque 35,2 % des enfants non inscrits dès leur naissance dans les registres de population de leur commune de domicile ont survécu à leur premier anniversaire. Dans leur cas, il ne s’agit pas d’une simple omission due à la volonté de ne tenir compte que des vivants. Il s’agit bel et bien d’erreurs, de négligences. De nouveau, l’importance de ces dernières dépend du fonctionnaire communal chargé de la tenue des registres. Ces survivants ne représentent que 13,6 % des oubliés à Clermont, contre déjà 25,6 % à Neufchâteau et un total impressionnant de 42,2 % à Charneux !

9Pour pallier cette carence majeure, qui affecte très nettement toute étude relative à la fécondité mais aussi bien d’autres résultats, nous avons donc été contrainte de compléter nos informations par la confrontation avec les actes d’état civil. En quelques mots, la méthode consiste à imprimer un listing des naissances indiquées dans le registre, année par année, et à comparer cette liste avec les actes de naissances du village étudié. Tous les enfants inscrits dans le second et qui ne figurent pas dans le premier sont alors encodés systématiquement puis, grâce aux renseignements relatifs à leurs parents, ajoutés au sein du ménage dans lequel ils auraient dû figurer. La même procédure est appliquée pour tous les décès survenus dans la localité. Dans la pratique, pour l’ensemble des trois communes, 6,4 % de naissances ont dû être ajoutées, soit une moyenne de dix naissances par an. Le graphique I-1 laisse toutefois apparaître une amélioration considérable dès l’ouverture du registre qui suit directement le recensement du 31 décembre 1866. En réalité, les tâtonnements administratifs durent carrément vingt ans au cœur du Pays de Herve. De 1847 à 1866, pour les trois villages considérés, ce sont quelque 18 naissances que les fonctionnaires locaux oubliaient, en moyenne, chaque année. À partir de 1867, ce chiffre tombe à seulement 4 naissances annuelles : seuls les mort-nés, désormais, n’apparaissent pas dans les registres de la population de chaque commune.

10Quant aux décès, outre ceux survenus aux enfants en bas âge, ils ne faisaient pas non plus toujours l’objet de toute l’attention des responsables communaux. Au total, grâce à la confrontation de nos sources avec les registres de l’état civil, nous avons ajouté 605 décès pour la période 1847-1890, soit une moyenne de 13,9 décès par année. Ces corrections représentent 15,3 % de la mortalité globale (graphique I-2). Les hésitations, les errements de début de période, notés pour les naissances, se constatent de nouveau de façon évidente. Avant 1867, 23,2 décès, en moyenne, ne figurent pas dans les registres de population, contre 6,2 après cette date. Une fois de plus, aussi, Clermont se distingue par la qualité de ses sources.

  • 9 Alter G., Oris M. (2000), Mortality and economic stress, p. 341. Nous verrons cependant ci-dessous (...)

11Notons cependant que de telles corrections – qu’il s’agisse des décès ou des naissances – n’ont pas été possibles pour la dernière décennie du xixe siècle, compte tenu du fait que la consultation des actes est soumise à la loi des cent ans sur la confidentialité des données administratives nominatives. Les taux de fécondité et de mortalité seront donc légèrement sous-estimés et le tempo de la transition démographique surestimé9.

Graphique I-1. Proportion de naissances ajoutées dans les registres de population, à partir des registres d’état civil

Graphique I-1. Proportion de naissances ajoutées dans les registres de population, à partir des registres d’état civil

Graphique I-2. Proportion de décès ajoutés dans les registres de population, à partir des registres d’état civil

Graphique I-2. Proportion de décès ajoutés dans les registres de population, à partir des registres d’état civil
  • 10 Toutes ces questions ont été largement détaillées par Alter G. et Oris M. (1999), Access to marriag (...)

12Les manages posent quant à eux un problème très spécifique, qui nécessite une vive attention lors de la constitution d’une série d’analyses. Inscrits de façon très aléatoire par les fonctionnaires locaux, ils sont le plus souvent indiqués sans aucune précision de date ni de lieu. Nous avons jugé plus prudent de recourir à l’encodage systématique du registre des mariages de 1847 à 1890 (toujours conformément à la règle des « 100 ans »). Dans un second temps, les fichiers « mariage » ont été couplés avec les registres de population, c’est-à-dire que tous les mariés ont été recherchés dans les registres de population et les indications relatives à leur mariage y ont été ajoutées10. Les pourcentages de réussite respectifs sont identiques dans chacune des trois communes, à savoir 70,8 % d’individus couplés du côté masculin, contre 95,7 % du côté féminin.

  • 11 Plusieurs articles parus dans Actes du colloque international. Amour et Mariage en Europe (Liège, 1 (...)

13Très logiquement, les femmes ont pu être retrouvées plus facilement que les hommes dans les trois communes, étant donné la coutume belge de se marier dans la commune d’origine de la jeune fille11. Nos données sur les mariages proviennent donc de deux sources : par le registre des mariages, nous connaissons les unions survenues dans la commune, même si les deux époux n’y résidaient pas ; par le registre de population, nous connaissons parfois les mariages survenus ailleurs, mais nous ne savons pas s’ils sont notés systématiquement et, quand ils le sont, c’est souvent de manière lacunaire (juste une année, pas de date précise). Toutes ces situations ont donc dû faire l’objet d’une analyse spécifique : dans la plupart des cas, une sortie ultérieure, un changement d’adresse, la naissance d’un enfant permettent de comprendre la situation, au prix de recherches parfois longues et fastidieuses.

1.2. Les périodes de flottement post-censitaires

  • 12 Notamment Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy — Pasleau S. (1998), Industries et populat (...)
  • 13 Cette clause était expressément prévue dans l’article 3 des Instructions générales pour la constata (...)

14Dans une série de travaux menés jusqu’à ce jour sur les registres de population12, une distinction avait été établie entre les personnes présentes dans la localité lors du recensement (les « codés A ») et celles arrivées plus tard, à la suite d’une immigration, d’un déménagement ou tout simplement par naissance (les « codés B »). Les codés A ont longtemps été considérés comme un reflet fidèle de la réalité, mais M. Oris (1991) avait déjà souligné dans sa thèse que la « photo » n’était pas aussi nette qu’on ne l’avait cru jusque-là. En effet, la période qui suit le recensement est une période un peu floue pour les administrations communales. En principe, tout nouvel événement devrait être inscrit dans le nouveau registre de population, ouvert au lendemain du recensement. Cependant, il est clair que le recopiage des données du recensement dans le nouveau document ne peut se faire en une nuit ; il faut au moins plusieurs mois pour que le registre soit opérationnel. En effet, les bulletins par ménage collectés par les agents recenseurs servaient en priorité à l’établissement de nombreuses statistiques. Ensuite seulement, les communes pouvaient charger un employé ou un écrivain public de recopier à la main chaque fiche, ce qui constituait sans nul doute un travail de longue haleine... La période de flottement pouvait être relativement longue et se prolongeait en tout cas au-delà d’un an. En attendant, les fonctionnaires qui devaient enregistrer les naissances, décès et mariages, les notaient dans le registre précédent13. Et si un individu mourait deux mois après le recensement, par exemple, son décès était inscrit dans l’ancien document et l’individu n’était pas mentionné dans le registre adéquat, puisqu’au moment où le fonctionnaire devait transcrire la fiche du ménage telle qu’elle apparaissait au recensement, l’individu était mort.

15On est donc confronté à une petite sous-estimation des codés A qui, la plupart du temps, ne pose aucun problème dans un modèle d’analyse longitudinale (voir infra, section 2), mais qui, dans certaines circonstances très précises a réclamé des traitements au cas par cas. Prenons un exemple concret : un chef de ménage de Charneux meurt le 12 avril 1881 et son décès est indiqué dans le registre de 1866. Dans le registre suivant, nous retrouvons sa femme inscrite comme veuve ! Ce type de situation se décline dans d’autres versions, plus ou moins complexes. Une jeune femme de Clermont meurt le 29 mai 1881. Elle a eu un enfant le 3 mai 1881, qui décède quelques mois plus tard (le 10 août 1881). Dans le registre de 1880, le père est transcrit comme veuf et l’enfant, né et mort en 1881, n’est mentionné ni dans le registre de 1866, ni dans celui de 1880. Dans ces rares circonstances, une correction manuelle des fichiers a dû être réalisée, les individus et les événements manquants étant ajoutés dans le volume de 1880.

16Cette période de flottement lors de la création d’un nouveau registre pose aussi un problème pour les ménages qui ont fait un court séjour dans la commune juste après l’organisation d’un recensement. C’est particulièrement à Clermont que la transition a engendré le plus d’incertitude, surtout au début des années 1880.

17Une troisième difficulté émerge précisément dans les trois communes que nous avons choisies, en raison de l’absence de registre en 1856. Certes, le registre de 1846 est resté ouvert jusqu’en 1866, mais une photographie intermédiaire eût été la bienvenue dans cette longue période de vingt ans. Théoriquement, les autorités communales, sans être contraintes d’ouvrir un nouveau registre, auraient dû profiter du recensement de 1856 pour faire le point de la situation et compléter toute une série d’informations. C’est en effet ce qui s’est passé à Clermont, où la mise à jour du registre dix ans après sa création fut réalisée avec soin : 108 mentions « absent en 1856 » ont pu être dénombrées, ainsi que 70 mentions « entré au recensement de 1856 ». Ces remarques indiquent clairement que les feuilles du deuxième recensement ont été confrontées au registre existant. Les « nouveaux » venus dans la commune, qui avaient négligé de mentionner leur présence auprès de l’administration, ont été ajoutés, tandis que toutes les personnes qui n’étaient plus présentes lors du recensement, sans qu’aucune sortie ou aucun décès ait été indiqué, ont été « rayées d’office », pour reprendre l’expression consacrée par l’usage. Aucune comparaison aussi minutieuse ne semble avoir été effectuée par les fonctionnaires de Charneux ni de Neufchâteau. D’un point de vue critique, notre situation est donc plus difficile, car pour repérer des incohérences nous devons nous contenter des renseignements fournis par le recensement de 1866. La marge d’incertitude est dès lors plus grande.

18Notons aussi au passage que pour une raison qui nous est restée obscure, le village de Neufchâteau n’a pas ouvert de registre le 1er janvier 1881, mais trois ans plus tard. Malgré les quelques problèmes logistiques que cette particularité a pu nous poser lors de l’encodage, afin de distinguer les codés A des codés B, elle n’a eu aucune incidence ni sur le traitement ultérieur des données, ni sur la continuité de la période d’observation.

19Enfin, la question de la définition des populations de droit et de fait a été maintes fois soulevée, sans que Ton puisse apporter une véritable solution au problème. Nous y avons tout simplement été attentive, afin de démasquer une série de doubles comptages.

1.3. Les problèmes inhérents aux méthodes d’analyse : disparitions, apparitions, mutations

  • 14 « (...) the life cycle needs only two boundary events » (Watkins S.C., McCarthy J. (1980), The fema (...)

20Opter pour une observation longitudinale des populations entraîne le respect de toute une série de règles contraignantes. L’analyse des méthodes utilisées fait l’objet de la seconde partie de ce chapitre : nous envisagerons donc simplement ici les « carences » de la source démographique. Aussi longtemps qu’on travaille sur les codés A, on photographie l’instant de façon somme toute facile. Mais nous avons pris l’option de profiter de la richesse des données pour pouvoir suivre les personnes dans le cours de leur vie. Il est dès lors primordial de savoir quand un individu est présent dans la localité, jusqu’à quelle date on peut l’observer, et éventuellement quand il y revient. En d’autres mots, il importe de connaître sa date d’entrée en observation (par naissance ou par immigration) et sa date de sortie (par décès ou par émigration)14. Théoriquement, le registre de population nous fournit ces renseignements, mais certains font malheureusement défaut. Le tableau I-3 répertorie le nombre d’individus qui ont disparu des fichiers, sans qu’aucune sortie ou décès ait été mentionné, ainsi que le nombre de ceux qui « apparaissent » soudainement, soit parce qu’ils sont codés A alors qu’ils ne se trouvaient pas dans le registre précédent, soit parce qu’ils sont codés B, mais qu’aucune date de début d’observation n’est mentionnée.

Tableau I-3. Les apparus et les disparus dans les registres de population

Tableau I-3. Les apparus et les disparus dans les registres de population

(*) Nombre d’apparus en pour cent du total des entrées du registre (entrées et apparitions) et nombre de disparus en pour cent du total des sorties du registre (sorties et disparitions).
Note : Les disparus ne peuvent pas être repérés systématiquement dans les derniers registres encodés, c’est-à-dire ceux de 1880 à Clermont et Neufchâteau, et ceux de 1890 à Charneux. En effet, comme la base de données ne reprend pas le registre ouvert lors du recensement général de la population du 31 décembre 1900, nous n’avons donc aucun moyen d’identifier les individus manquant à l’appel. Les quelques très rares cas qui apparaissent sur ce tableau sont le fait de personnes qui sont revenues dans un village qu’elles étaient censées n’avoir jamais quitté.

  • 15 Le registre de population italien qui se généralise dans les années 1860 est à de nombreux points d (...)
  • 16 Les articles 15 à 56 des Instructions générales sont consacrés aux modalités à respecter, par chaqu (...)
  • 17 Signalons simplement les articles de Van Damme D. (1990), Onderstandswoonst, sedentarisering en sta (...)

21La question du sous-enregistrement des migrations est classique, évoquée dans toutes les études fondées sur les registres de population15. Pourtant, tout un système administratif existait en Belgique pour endiguer le problème, notamment par un échange de lettres entre les communes de départ et de destination16. D’autre part, comme le montre le tableau I-3, le sous-enregistrement est plus patent du point de vue des sorties que des entrées, ce qui s’explique par les lois et règlements en matière de bienfaisance publique. En effet, les candidats devaient être domiciliés depuis cinq années minimum dans une commune, afin de pouvoir bénéficier d’une aide quelconque émanant des autorités locales. Dans ces conditions, il est fort logique que les individus se soient plus facilement déclarés lors de leur arrivée que lors de leur sortie. Nous ne nous étendrons pas sur le sujet, qui a déjà été abordé dans la littérature scientifique17.

  • 18 Voir Capron C. (1997), De la reconstitution, pp. 30-45.
  • 19 Sur ces questions, voir Desama C. (1991), Le couplage automatique des données nominatives, pp. 119- (...)

22Au départ, nous avons donc dû mener 4.558 mini-enquêtes pour retrouver des individus non sortis, non décédés, que l’on ne repérait pas par les méthodes traditionnelles de couplage18. Après cette longue analyse menée pour chacun en particulier, il s’est avéré que malgré les systèmes de contrôle mis au point par l’administration centrale, 1.417 cas de « disparitions » et 1.204 cas d’« apparitions » n’avaient pu être résolus (tableau I-3)19. Il a alors fallu fixer des « fourchettes chronologiques » afin de déterminer à quel moment la sortie ou l’entrée dans la commune avait pu avoir lieu. Le principe d’attribution de ces bornes temporelles est simple, la pratique est plus fastidieuse... Les individus sans date de sortie, de mutation ou de décès qui n’apparaissent pas dans le registre de population suivant, en somme, toutes les personnes dont on perd la trace, se voient attribuer un événement « R ». Chaque situation est étudiée individuellement afin de déterminer une date minimale (un individu ne peut pas quitter la commune avant d’être né, ou avant d’y être entré) et une date maximale, qui correspond le plus souvent à celle du recensement suivant, où l’on sait qu’il n’a pas été comptabilisé dans la commune. Une date est alors choisie au hasard, entre le terminus a quo et le terminus ad quem précédemment définis, dans un fichier reprenant toutes les sorties inscrites dans le registre concerné. Le même processus est également en vigueur pour les individus qui « apparaissent » soudainement, soit lors d’un recensement alors que leur présence n’avait jamais été signalée dans le dénombrement précédent, soit pour les personnes qui arrivent après l’ouverture du registre, mais qui n’ont pas de date d’entrée.

  • 20 De nombreux travaux ont été consacrés par cette équipe à cette localité. Pour des indications relat (...)
  • 21 Quand à la suite du mariage, les époux forment un ménage distinct et se séparent de leur famille, o (...)

23Puisque nous suivons l’individu au cours de sa vie, les ménages successifs dans lesquels il vit sont également primordiaux. Un système de « mutations » a été mis au point par le Laboratoire de Démographie de l’Université de Liège, en collaboration avec G. Alter, dans le cadre de l’exploitation de la base de données de Sart, un petit village ardennais20. L’exemple le plus fréquent concerne les personnes qui se marient et fondent, avec leur conjoint, un nouveau ménage. Dans le registre de population, les déménagements – entendons par-là les changements de domicile à l’intérieur d’une même localité – sont notifiés de façon très aléatoire, notifications qui sont davantage soumises à l’initiative de l’employé communal qu’à des règles strictes émanant des autorités belges. Dans certains registres en effet, l’employé, après la date du mariage par exemple, mentionne comme observation : « renvoyé au folio untel » et, dans des cas bien plus rares, dans le ménage de destination, on trouve la mention « vient du folio untel »21. Les informations relatives aux mutations sont indispensables pour nous, mais aussi, avouons-le, bien souvent lacunaires.

24Il a donc fallu ajouter une date de mutation chaque fois qu’un individu apparaissait plusieurs fois dans le même registre. Précisons d’emblée une exigence rigoureusement observée afin d’éviter toute ambiguïté : il ne s’agit pas d’ajouter un mouvement dans la base, mais simplement d’en préciser la datation. La mutation n’est pas fictive, puisqu’un même individu est inscrit deux, voire trois fois dans le même registre, sous des statuts différents, dans des ménages différents, etc. Notre travail consiste simplement à préciser le moment auquel s’est produit le changement de domicile.

25Au total, 1.149 mutations figurent dans notre base de données, parmi lesquelles seulement 45,3 % des changements d’adresse à l’intérieur des limites communales étaient signalés et datés à l’origine dans les registres de population des trois villages herviens. Ils sont, pour l’essentiel, liés au néolocalisme, c’est-à-dire à la formation d’un nouveau ménage par un jeune couple, chacun des époux quittant ses parents respectifs : en effet, près des deux tiers des changements de domicile opérés à l’intérieur d’une même localité (59,2 %) suivent directement une cérémonie nuptiale.

  • 22 Dans un premier temps, les administrations communales et les agents de la police locale étaient cha (...)

26Ceci dit, il existait des règles à respecter et des contrôles menés par l’administration centrale étaient d’ailleurs régulièrement effectués pour vérifier la bonne tenue du document22. Les fonctionnaires n’avaient ni le loisir d’inventer ce qu’ils voulaient, ni un quelconque intérêt à le faire. Simplement, par facilité ou peut-être par mauvaise compréhension des règles, ils ont parfois introduit des erreurs, surtout dans les registres de 1846, lors de la mise en place laborieuse d’un système administratif neuf et complexe.

27Une tendance à l’amélioration est d’ailleurs repérable à travers deux autres indices. D’une part, l’indication précise de la date de naissance devient la norme à partir de 1866. Auparavant, dans les registres de 1846, la mention de l’âge est monnaie courante : elle concerne 42,2 % des individus, contre seulement 0,03 % dans les registres ultérieurs. D’autre part, la proportion d’événements indiqués sans chronologie rigoureuse dans les registres de population des trois localités observées est en nette diminution au fil du temps. Sur les 9.843 événements inscrits à l’origine par l’employé communal, 7,01 % sont mentionnés sans date pour la période 1846-1866. Dans les registres ouverts le 1er janvier 1867, leur poids est déjà tombé à 1,74 % et dans les vingt dernières années du xixe siècle, moins de 1 % des entrées, sorties et mariages sont non datés.

28Pour conclure la critique des sources, le graphique I-3 propose une approche globale, dans la mesure où il compare la population de chacune des trois communes de notre échantillon au 1er janvier de chaque année, d’une part, calculée sur base de nos registres de population, d’autre part, fondée sur des statistiques officielles. Il met en évidence la très forte similitude des courbes.

Graphique I-3. Les populations des trois villages tests de 1847 à 1900 à travers deux sources : les registres de population et les publications officielles

Graphique I-3. Les populations des trois villages tests de 1847 à 1900 à travers deux sources : les registres de population et les publications officielles

Sources :
1831-1847 Statistique de la Belgique, Population. Mouvement de l’état civil, 1 vol. 1831-1840, puis annuel (Ministère de l’Intérieur, Bruxelles) ;
1856-1880 Exposé de la situation administrative de la province de Liège ;
1880-1900 Institut National de Statistiques, Le mouvement de la population.

2. Pour un renouveau méthodologique

29Dans tout travail de démographie historique, le choix des méthodes a des implications essentielles. En fonction de ses objectifs et des sources dont il dispose, l’historien-démographe optera pour des outils spécifiques et sa décision sera capitale, car ses choix préalables vont circonscrire, dans une certaine mesure, l’objet et l’étendue de son étude.

2.1. Les enjeux méthodologiques

  • 23 En 1981, R. Leboutte signalait que « Paradoxalement, ce sont les périodes les plus contemporaines q (...)
  • 24 Henry L. (1956), Anciennes familles genevoises — Fleury M., Henry H. (1956), Nouveau manuel de dépo (...)
  • 25 Pour une discussion sur ce sujet, voir Neven M., Devos I. (2001), Breaking stereotypes. Historical (...)

30La démographie du xixe siècle a parfois été délaissée, pour deux raisons majeures semble-t-il. D’une part, les pionniers de la discipline, historiens de l’époque moderne, ont longtemps considéré que la démographie historique s’arrêtait vers 1800-1850. Au-delà, avec les statistiques et les recensements, commençait la démographie23. D’autre part, dans le traitement des données nominatives, le blocage émane à la fois de la masse des sources et de l’inadaptation d’une méthode comme la reconstitution des familles, largement dominante jusqu’au milieu des années 198024, pour étudier des populations urbaines et industrielles très mobiles. La première barrière a été levée par le recours progressif à l’informatique. Le second problème, celui de l’inadéquation des méthodes, est toujours en cours de résolution25.

  • 26 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle. D’autres chercheurs ont également privilég (...)
  • 27 Vandenbroeke C. (1977), Prospektus van het historisch-demographisch onderzoek — Id. (1977), Caracté (...)
  • 28 Eggerickx T. (1998), La dynamique démographique. R. Leboutte consacre plusieurs pages d’explication (...)
  • 29 Sur le problème des troncatures, voir ci-dessous point 2.2.
  • 30 T. Eggerickx, nous y reviendrons dans le chapitre X, a comparé dans son étude sur le bassin industr (...)

31Pour schématiser, distinguons trois écoles. La première s’est tournée vers une étude des structures démographiques et de leurs relations avec les dynamiques de population. Ces historiens utilisent les méthodes classiques des démographes, mais en les intégrant dans des problèmes historiques comme la révolution industrielle ou la formation des marchés du travail liés aux processus migratoires. En terre belge, le pionnier de cette approche est C. Desama, qui a reconstitué la population verviétoise au coeur de la révolution mécanique26. Un deuxième courant tente plutôt d’adapter la méthode de Louis Henry aux spécificités du document, en d’autres mots, de faire de la reconstitution des familles à partir des registres de population, puisque ces derniers facilitent la tâche des chercheurs. Cette approche a été inaugurée par C. Vandenbroecke et ses élèves27 et le dernier travail de grande envergure a été mené à bien par un démographe-historien, T. Eggerickx28. Les familles étudiées doivent nécessairement s’être mariées sur place et être restées plus ou moins stables. Malgré une amélioration manifeste de la méthode, puisque les femmes ne doivent plus nécessairement être observées jusqu’à la fin de leur période féconde (45-50 ans), ces recherches sont toutefois confrontées au problème des troncatures à gauche lorsque la date de mariage est inconnue29. Concrètement, les immigrants sont toujours exclus de l’échantillon observé30. Dans les communes du Pays de Herve, cela revient à éliminer du champ d’observation environ deux tiers des individus...

32Entre ces deux courants – étude des structures ou reconstitution des familles – on constate un phénomène qui traverse toute l’histoire de la population depuis ses origines, une division du travail, pas toujours clairement pensée, entre la macro et la microhistoire. Toutefois, malgré des avancées certaines et des résultats très intéressants, ces méthodes ne permettent pas d’atteindre les interactions entre trajectoires individuelles, dynamique des familles et mutations des sociétés et économies régionales.

  • 31 Cox D.R. (1972), Regression models and life tables.
  • 32 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course mais aussi Hogan D.P., Kertzer D.I. ( (...)
  • 33 Bengtsson T. (1993), Combined Time-Series.

33Progressivement s’est donc imposée l’idée qu’il fallait développer des analyses longitudinales appropriées à une documentation comme les registres de population. Un arsenal méthodologique, initialement développé dans le milieu médical31, a d’abord été repris et employé dans les sciences sociales et se diffuse depuis peu parmi les historiens. Il s’agit de l’event history analysis, que nous appellerons improprement, selon la formulation française, analyse des biographies, ou encore analyse de survie. C’est une approche fondamentalement microdémographique, où l’individu est l’unité statistique de base, et dont l’objectif est de mesurer la probabilité de survenance d’un événement, en fonction d’une série de variables qui caractérisent l’individu. En démographie historique, ces approches mettent l’accent sur les transitions individuelles pensées dans un contexte beaucoup plus large, à la fois familial, social et économique. C’est véritablement G. Alter qui a initié le mouvement en Belgique dans une perspective historique, au travers d’une étude sur le cours de la vie féminine à Venders au xixe siècle32. L’historien suédois T. Bengtsson, quant à lui, a ouvert la voie à une approche plus économique, en intégrant dans ses modèles d’analyses des séries temporelles de prix, salaires ou températures. C’est un apport important car il permet d’évaluer l’impact des conjonctures sur les parcours de vie33.

  • 34 Bengtsson T., Saito O. (2000), Population and economy.
  • 35 Alter G., Gutmann M.P. (1999) Casting spells, p. 165

34Le Projet EurAsien pour l’Etude comparée de la Population et de la Famille, né en 1994, à l’initiative du Japonais A. Hayami, s’inscrit explicitement dans cette volonté d’étudier les comportements privés, personnels, à travers les interactions sociales et économiques. Les équipes belge, chinoise, japonaise, italienne et suédoise s’attachent depuis plusieurs années à développer des modèles d’analyse de la fécondité, de la mortalité et des migrations qui intègrent données individuelles, familiales et communautaires. Le premier ouvrage collectif fournit plusieurs exemples de modèles multivariés, où l’individu est défini par des caractéristiques diverses34 : « These techniques have allowed researchers to delve further into demographic processes in the past and to link events (births, deaths, marriages, and migrations) to individuals’life histories, their families, or the broader community »35.

  • 36 Très précisément, entre 1846 et 1900, la population chute de 19,8 % à Charneux, de 13,4 % à Clermon (...)

35C’est véritablement dans ce courant-là que se situe cet ouvrage, puisqu’il s’agit de mettre à jour les stratégies de survie des petites gens et de leur famille au sein d’une société rurale en pleine mutation. S’arrêter à des considerations descriptives – 15 % de la population disparaît des campagnes herviennes en un demi-siècle – n’était guère une gageure36. Par contre, observer le déclin démographique de la région à partir d’un point de vue individuel offre une nouvelle opportunité, celle de dresser une véritable démographie différentielle, dont les processus de sélection sont l’objet par excellence. L’enjeu est de cerner en fonction de quels facteurs des individus ont « choisi » de rester et d’autres de partir, étant bien entendu que le choix était peut-être tout théorique.

2.2. Les unités de mesure : le primat de l’individu

  • 37 Nous détaillons ces chiffres dans le chapitre X, section 2.

36Nous venons de le voir dans le point 2.1, le concept de famille, tel que l’a défini L. Henry, n’offre qu’une approche partielle de la démographie d’une population, puisqu’il faut pouvoir observer soit une famille complète (pendant tout le cycle génésique de la femme), soit une famille achevée (dont on connaît le début par mariage et la fin d’observation à une date précise d’émigration, de décès ou de veuvage, avant la fin de la vie féconde de la femme). Statistiquement parlant, sur la base de données herviennes, nous n’aurions pu étudier que 381 familles selon la première méthode, 1.175 selon la seconde, soit respectivement 11,5 et 35,6 % des familles fécondes réellement observées37. L’étude démographique du Pays de Herve ne se fonde donc pas sur cette technique, mais il importe toutefois d’apporter une précision majeure. Le concept de famille ne se résume pas à la famille biologique de Louis Henry, ni au ménage de Peter Laslett : il englobe aussi la parenté, c’est-à-dire l’ensemble des personnes liées par le sang ou par l’alliance, qu’elles vivent ou non sous le même toit. Dans cette acception-là, la famille s’intègre dans les analyses menées dans ce travail, nous y reviendrons ultérieurement.

  • 38 Leboutte R. (1998), Dynamique des ménages et conjoncture socio-économique, p. 1 — voir aussi ID. (1 (...)
  • 39 Chayanov A. (1990), L’organisation de l’économie paysanne, pp. 60-62 — Leboutte R. (1998), Dynamiqu (...)

37Le concept de ménage, entendu comme « une réunion de personnes, apparentées ou non, qui vivent sous le même toit, autour du même feu et mangent au même pot »38, cher à R. Leboutte, est sans conteste très intéressant, d’autant qu’à première vue il semble approprié à un document comme le registre de population, où l’unité de base est le ménage. Pourtant, travailler sur le ménage dans une optique longitudinale pour une analyse sociale ne s’avère plus possible. Le ménage est en effet une institution dynamique, très flexible, qui s’adapte à la conjoncture démographique et économique et qui connaît un cycle de vie propre39. Le nombre d’individus qui le composent varie en fonction des naissances, des décès, des migrations ; bref il fluctue, mais il est difficile de dire quand il commence et quand il s’achève. Un petit exemple concret, issu du registre de population de Clermont (1867-1880), illustrera mieux notre propos.

Lors du recensement du 31 décembre 1866, le ménage est composé de quatre individus : un couple et ses deux enfants.

L’aîné des enfants se marie en 1872 avec Barbe, qui le rejoint dans son ménage et le jeune couple a un premier enfant en mars 1873.

Le chef de ménage meurt en octobre 1873.

L’année suivante, sa fille épouse Lambert Bebronne, qui la rejoint dans le ménage et ils ont trois enfants à Clermont avant de quitter la localité en 1879. Pendant quatre ans, ont donc coexisté la veuve, le fils aîné, sa femme et leurs enfants, et la fille cadette avec son mari et ses enfants.

Dans le recensement suivant, la veuve coréside toujours avec son fils aîné, sa femme et ses enfants, mais désormais, le fils est devenu le chef de ménage.

  • 40 Capron C., Oris M. (2000), Rupture de cohabitation entre parents et enfants.

38Il est clair qu’entre le ménage d’origine et celui observé quatorze ans plus tard, il n’y a plus beaucoup de points communs. Il semble difficile de continuer à parler du même ménage, mais il n’est pas aisé non plus de placer la ou les ruptures. Toute décision en ce domaine apparaît nécessairement subjective et critiquable40.

  • 41 Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells.
  • 42 Pour l’utilisation de cette technique à partir des registres de population belges, la synthèse la p (...)

39Les notions sont beaucoup plus claires lorsque l’on travaille sur le cours de la vie d’un individu, et que l’on étudie la dynamique de ses corésidences. Pour être totalement précise, nous considérons en réalité des pièces de vie, des spells disent les anglophones41. Chaque occurrence d’un individu dans le registre de population a été encodée, donnant lieu à ce que l’on peut appeler une fiche individuelle, qui répertorie donc tous les renseignements notés dans le document original. Notre optique étant de travailler sur le cours de la vie, il s’est avéré indispensable de relier entre elles les fiches individuelles relatives au même individu, qui se succédaient au fil des registres, voire au sein d’un même registre lorsque l’individu avait déménagé. Les opérations de couplage et leurs techniques ont fait l’objet de très nombreux travaux et il serait inutile et fastidieux d’en rappeler les grandes lignes pour la énième fois. Nous préférons renvoyer le lecteur à une bibliographie abondante42. Les différentes pièces de vie d’un même individu mises bout à bout forment en quelque sorte sa biographie, le cours de sa vie.

40Une précision s’impose d’emblée : il n’est pas nécessaire d’observer un individu de sa naissance jusqu’à sa mort pour reconstituer sa biographie. Celle-ci peut être censurée ou tronquée sans que l’étude en soit affectée. Ces deux notions méritent que l’on s’y attarde quelque peu.

  • 43 Dans cette étude, les données sont automatiquement censurées à gauche pour tous les événements anté (...)

41Il est approprié de parler de censure lorsque l’on ignore la date à laquelle la transition étudiée dans une analyse particulière survient. La pièce de vie sera censurée à gauche dans la mesure où l’on ignore si l’événement concerné s’est produit avant que l’individu ne soit sous observation. Elle sera plus fréquemment censurée à droite lorsque la transition attendue ne se produit pas dans notre observation. Dans une étude sur le mariage, l’émigration d’un célibataire censure la pièce de vie à droite, puisque l’individu en question peut très bien se marier ultérieurement. D’une manière peut-être plus surprenante, le décès d’un célibataire est aussi considéré comme une forme de censure à droite43.

  • 44 Gutmann M.P., Alter G. (1993), Family reconstitution, p. 164.
  • 45 Dribe M. (2002), Household and family aspects, p. 9 — Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells (...)

42La définition la plus claire de la troncature nous est sans doute donnée par G. Alter et M.P. Gutmann. Elle fait référence au manque d’information concernant les attributs autres que l’événement d’intérêt [c’est-à-dire autres que la transition étudiée] dans une étude particulière44. Ces auteurs nous livrent un exemple très simple : dans le cas d’une étude sur la mortalité, le fait de ne pas observer un individu pendant les premières années de sa vie ne constitue pas une censure à proprement parler, puisqu’il est clair qu’il était vivant depuis sa naissance ! Par contre, s’il arrive sous observation à l’âge de 5 ans, nous ignorons ses « caractéristiques » pendant ses cinq premières années de vie. L’analyse est alors limitée à la période pendant laquelle l’information sur les attributs explicatifs potentiels de sa mortalité sont disponibles. Les données antérieures à la période sous observation sont alors tronquées. D’une manière générale, on parle de troncature à gauche lorsque l’individu entre dans la commune après que l’étude a commencé45.

43Pendant toute la période pendant laquelle un individu est sous observation – soit un maximum de 54 ans (de 1846 à 1900) dans cette étude – on dit qu’il est « at risk », littéralement soumis au risque. Bien sûr, la population à risque varie d’une analyse à l’autre. Si tous les individus sont censés mourir, seules sont susceptibles de se marier les personnes qui ont un âge minimum et qui ne sont pas mariées, seuls les veufs sont aptes à se remarier et ainsi de suite. La notion de population soumise au risque est donc essentielle et nous veillerons chaque fois à la définir de manière précise.

***

Figure I-1 – Les configurations de cohabitation d’un Clermontois…

Figure I-1 – Les configurations de cohabitation d’un Clermontois…

Décès ; Naissance ; Mariage ; Sortie
Les liens de parentés sont notés en fonction de François Grondal ID
Les personnes nées après l’arrivée de ID dans un ménage sont soulignées.
Ne sont notés dans le tableau que les événements survenus pendant la présence de ID dans le ménage (sa mère meurt par exemple en 1878, mais à ce moment ID ne réside plus avec elle).

44Utiliser l’individu comme unité de mesure n’entraîne pas le sacrifice du ménage et de la famille, qui constituent des dimensions fondamentales de la vie des personnes, mais simplement, ces dimensions – et d’autres – sont considérées du point de vue personnel. Cette méthode implique de toujours se placer dans une dialectique « individuelle-contextuelle », bref de placer l’homme dans son environnement mouvant. La qualité des résultats quant à elle dépendra largement de la qualité d’identification du contexte. Dans cette étude, celui-ci sera envisagé sous quatre angles : le ménage, la famille, la parenté et la communauté.

45L’individu peut être replacé dans le contexte de son ménage, tout d’abord. Prenons un ménage présent lors du premier recensement de population à Clermont le 16 octobre 1846, mais ne considérons que l’optique d’un de ses membres. François Grondal, né le 1er octobre 1840 est le fils aîné d’une famille de quatre enfants et nous allons suivre le cours de la vie de cet individu à travers l’évolution de ses configurations de cohabitation (figure I-1).

46Le parcours de vie de François Grondal, tronqué à gauche (notre observation commence six ans après sa naissance), est constitué de 37,5 personne-années (du 16 octobre 1846 au 20 avril 1884). Cet individu est observé à travers cinq occurrences dans le registre – chacune d’entre elles encadre le ménage tel qu’il se présente sur les cinq folios concernés – mais il est passé par une vingtaine de configurations. Entre les clichés que constituent les occurrences, le film continue à se dérouler. Dans chaque configuration, sa place diverge, son rôle aussi sans aucun doute. Inscrit à l’origine avec ses parents et ses deux sœurs, il devient orphelin de père à l’âge de 15 ans. À 20 ans, il apparaît comme le deuxième individu d’un ménage où sa mère, veuve, est inscrite comme chef. Il se marie à 32 ans, s’installe chez son épouse et cohabite par la même occasion pendant 5 années avec deux belles-sœurs. Il naîtra 6 enfants de cette union dont 5 meurent en bas âge : chaque naissance ou décès entraîne la constitution d’une nouvelle pièce de vie. Son épouse décède en 1877, soit 5 ans après leur union. Il se remarie en 1879 et l’on retrouve un nouveau cliché de la situation dans le registre de population : il s’installe avec sa seconde épouse, dans un nouveau ménage, avec le seul enfant survivant du premier lit. Avant son départ pour la commune voisine de Thimister en 1884, deux enfants sont nés de sa deuxième union, le premier d’entre eux décédant deux jours après sa naissance.

  • 46 Laslett P. (1972), La famille et le ménage – Berkner L. (1972), The stem Family – ID. (1975), The u (...)

47À travers une optique de dynamique des ménages, suivre cette histoire relèverait du casse-tête. À partir d’une approche de l’individu, le procédé n’est pas, pratiquement parlant, beaucoup plus aisé, mais à tout le moins, une optique individuelle ne simplifie-t-elle pas la réalité. La complexité du cours de la vie est bien prise en compte à travers l’évolution des configurations de cohabitation. En effet, il existe tout un débat parmi les historiens de la famille qui consiste essentiellement à critiquer l’analyse transversale comme niant et cachant la complexité46. Plus exactement, étant donné les conditions démographiques de mortalité, d’âge au mariage et de fécondité, la complexité ne peut apparaître sur le cours de la vie d’un individu que durant un laps de temps réduit. Or, en se contentant de quelques clichés périodiques, le risque est grand de passer à côté de nombreuses situations complexes. La biographie de François Grondai permet d’ailleurs de mieux comprendre le reproche adressé aux études transversales, puisque de simples photographies faites lors des recensements de 1846, 1866 et 1880 n’auraient pas permis de repérer son premier mariage (survenu en 1872), ni une cohabitation de cinq années avec ses belles-sœurs (de 1872 à 1877), qui prend fin quelques mois après le décès de son épouse. Ici, grâce à une approche individuelle replaçant chacun dans le contexte de son ménage (ou de ses ménages serait-il plus juste de dire), on observe toutes les transitions dans une optique longitudinale qui ne sacrifie rien de tout ce que le document nous apporte.

  • 47 A. Fauve-Chamoux a publié de nombreux articles consacrés aux familles souches des Pyrénées, société (...)

48Évidemment, puisque ces situations complexes ne représentent finalement qu’une courte période dans l’existence d’un homme, se donner la peine de suivre tous les parcours de vie peut paraître une dépense d’efforts trop importante pour des résultats que l’on n’attend pas abondants, dans la mesure où le ménage nucléaire est la norme dans nos régions. Cependant, nous disposons de sources exceptionnelles et peu de chercheurs sont dans une position aussi optimale que la nôtre pour proposer un renouveau méthodologique. Qui plus est, il n’est pas absurde de se demander si, même dans un système nucléaire, les individus ne passaient pas couramment par des phases de complexité. Si une telle hypothèse se vérifiait, cela signifierait que ce ne sont pas les structures ou les formes qui sont importantes, mais bien l’idéal, la culture familiale que chaque société se donne47. Il n’est pas exclu notamment que les enfants mariés recueillent leur parent devenu veuf.

49Le contexte familial, au sens de L. Henry, est aussi essentiel pour comprendre un parcours de vie. Mais comme il s’agit simplement d’une variante de l’étude du ménage, ce point ne mérite aucune analyse approfondie. Dans l’exemple développé ci-dessus, groupe de cohabitation et famille se confondent pratiquement. A l’exception du foyer au sein duquel deux belles-sœurs cohabitent avec François Grondai, aucune personne étrangère au noyau familial ne figure dans les autres ménages observés.

  • 48 Capron C. (1998), Essai de reconstruction.
  • 49 Alter G. et al. (2002), When dad died.

50La parentèle est un autre facteur à considérer si l’on veut saisir dans toute sa complexité le comportement démographique des hommes et des femmes. Nous allons essayer, à travers divers modèles ou interprétations, de tester l’influence que peut avoir la parenté sur toute une série de comportements démographiques individuels, comme le risque pour une veuve d’émigrer selon qu’elle possède ou non un réseau de parenté susceptible de l’épauler. Il va sans dire que la première étape, et non la moindre, pour étudier l’importance des parentèles, est de déterminer leur étendue et de définir leurs limites. Nous présentons ici une méthodologie mise au point au sein du laboratoire de Démographie de l’Université de Liège par notre collègue C. Capron48, exploitée depuis dans un travail collectif portant sur le comportement des veuves dans la localité ardennaise de Sart-lez-Spa et la ville industrielle de Tilleur49.

  • 50 Les failles de la méthode sont explicitées dans le chapitre VI.

51En fait, deux indicateurs ont été mis au point pour identifier les « parents » d’un individu. Le premier repère les parents proches au-delà de l’entité restreinte qu’est le ménage. En clair, sont isolés, au sein de l’espace géographique étudié, les ascendants (père et mère, voire grands-parents) et les collatéraux (frères et sœurs) d’un individu. Comme d’habitude, le principe est simple, mais la méthode plus lourde et plus ardue, dans la mesure où les registres de population ne nous donnent – et encore de manière non systématique – que les liens de parenté au sein d’un même ménage, liens qui sont définis le plus souvent par rapport au chef de ce ménage. Le jeu a donc consisté à créer un fichier qui répertorie l’ensemble des apparitions d’un même individu dans la commune, et par un système d’inférence des liens, à vérifier si ses parents sont présents, ainsi que d’éventuels frères et sœurs50.

  • 51 Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 22.

52Un deuxième indicateur se focalise sur l’occurrence des patronymes au sein de la localité. Pour le constituer, il importe de passer un écueil important, surtout dans les sources nominatives du xixe siècle, celui des variations orthographiques. Grâce aux opérations de couplage réalisées sur la base de donnée, qu’il ne convient pas de détailler ici, il est toutefois possible de créer un dictionnaire qui répertorie, pour un même nom, les formes associées, les variantes qui ont été effectivement rencontrées et surmontées lors de la reconstitution des biographies. Sur cette base, il suffit alors de comptabiliser l’ensemble des personnes qui, à une date donnée, portent le même nom. La méthode comporte cependant deux défauts majeurs : non seulement elle ne permet d’isoler que la filiation paternelle, mais en outre, il ne s’agit que d’un indicateur d’approximation, puisqu’un même nom peut être porté par des personnes n’ayant entre elles aucun lien de parenté. Toutefois, les premiers résultats obtenus sont très encourageants, dans la mesure où les deux indicateurs, appliqués à deux localités différentes, ont donné des résultats concordants. Tous deux indiquent un large réseau de parenté dans le village rural de Sart, « la présence parentale au début de l’existence (étant) remplacée à l’âge adulte par de larges fratries qui se maintiennent jusque dans la vieillesse »51. À l’opposé, ils identifient des réseaux de parents proches quasi inexistants dans le centre sidérurgique et minier de Tilleur, où les apports patronymiques sont très variés.

  • 52 ALTER G., ORIS M. (1998), Rural marriage in an industrializing region.

53Situer l’individu par rapport à sa parentèle, c’est finalement le localiser au sein d’une communauté. Nous avons choisi de prendre explicitement en compte cette communauté dans laquelle il vit et nous définissons cette dernière dans sa dimension temporelle. T. Bengtsson a ouvert la voie en intégrant dans ses analyses individuelles longitudinales des séries économiques (prix et salaires), mais il reste encore un champ quasiment vierge pour d’autres variables. M. Oris et G. Alter ont tout récemment intégré dans un examen de la nuptialité de Sart-lez-Spa, l’évolution annuelle des rapports de masculinité des « mariables »52.

54Bref, une fois l’unité définie – l’individu – une approche de la démographie différentielle par complexité croissante est désormais envisageable. La méthode la plus élaborée s’avérera parfois la meilleure, mais certainement pas toujours ! Les tables de vie et l’event history analysis constituent l’essentiel des démarches qui ont soutenu les analyses menées au fil de cette étude. Les pages suivantes en proposent les principes de base et leurs atouts majeurs dans le cadre d’une étude fondamentalement longitudinale. Loin de nous l’idée de dénigrer les techniques qualifiées de plus traditionnelles, auxquelles d’ailleurs nous avons aussi eu recours. L’essentiel, pour le lecteur, est de garder présent à l’esprit, tout au long des lignes qui suivent, que notre ambition est d’étudier le cours de la vie d’individus intégrés dans une communauté rurale en pleine mutation : les réponses individuelles, les comportements démographiques se sont construits au jour le jour, chacun agissant, consciemment ou non, en fonction de son histoire personnelle et des multiples pressions environnementales.

2.3. Les stratégies longitudinales antérieures à l’analyse des biographies

55L’event history analysis est une méthode passionnante, nous le verrons en détail dans le paragraphe suivant (voir point 2.4.), un outil remarquable pour la compréhension et l’étude de la démographie différentielle, mais elle ne présente jamais que des résultats relatifs. Elle permettra d’isoler des phénomènes très précis, comme par exemple un risque de mourir de 14 % supérieur lorsque l’on a un frère aîné. Mais pour exploiter les résultats, il importe de connaître le référent !

  • 53 HENRY L. (1972), Techniques d’analyse en démographie historique, pp. 127-133 – PRESSAT R. (1985), M (...)

56C’est dans ce cadre-là qu’apparaît toute l’utilité de la table de vie, aussi appelée table de risques, dont l’application la plus classique en démographie est sans conteste la table de mortalité. En quelques mots, sur la base des décès observés dans une population donnée et du nombre de personne-années exposées au risque de décéder, on calcule des taux de mortalité par âges ou groupes d’âge, d’où l’on dérive des quotients. Ceux-ci mesurent statistiquement la probabilité à un anniversaire x de mourir avant l’anniversaire x + n. Ces quotients de mortalité par âge sont alors appliqués à une population fictive, afin d’observer les survivants. Le but est d’affecter des conditions de mortalité réelles observées dans une localité précise, à une population fictive de 10.000 individus qui seraient nés en même temps et ne connaîtraient aucun échange avec l’extérieur, afin de voir combien il resterait de survivants après un an, après cinq ans et ainsi de suite. C’est sur la base d’une table de mortalité que l’on calcule des espérances de vie, c’est-à-dire le nombre moyen d’années restant à vivre aux personnes atteignant l’âge x53.

  • 54 ALTER G. (1988), Family, fertility and the female life course, p 14.

57Très longtemps, la table de mortalité est restée le modèle un peu trop exclusif de la table de vie, jusqu’à ce que les méthodes d’analyse du cours de la vie ramènent au tout premier plan des applications plus variées. En effet, elle offre la possibilité d’estimer l’âge moyen auquel survient une transition dans la vie de l’individu ou, en d’autres mots, de calculer une espérance de vie dans un état un statut donné54. Par exemple :

  • probabilité pour un homme marié de l’âge x de devenir veuf en moyenne à l’âge x+n

  • probabilité pour un enfant de l’âge x de quitter ses parents à l’âge x+n

    • 55 NEVEN M. (1998), Intensity and consequences, p. 5 – CAPRON C., ORIS M. (2000), Rupture de cohabitat (...)

    probabilité pour un individu de statut social déterminé de quitter la commune à l’âge y55

  • 56 Sur cette notion de personne-années, nous renvoyons le lecteur à ALTER G. (1988), Family, fertility (...)

58L’élaboration de tables de vie est indispensable pour obtenir des indications non biaisées, des valeurs qui tiennent compte de la structure par âge de la population. Elle implique l’élaboration de taux adéquats, basés sur le dénombrement d’un « événement » et d’une population de référence ventilée par âge. En somme elle suppose la prise en considération des personne-années, concept fondamental dans les études de ’survival analysis’. Tous les individus ne contribuent pas de la même façon à la vie d’une localité considérée dans une approche longitudinale, puisque certains restent plus longtemps que d’autres. Un simple dénombrement des individus domiciliés dans la localité ne peut servir de référence pour calculer des taux. Dès lors, les modèles biographiques se réfèrent aux personne-années, concept qui permet de tenir compte de chaque individu en fonction du temps réel qu’il a passé dans la commune observée. Concrètement, un enfant né à Charneux qui décède à 11 ans et 3 mois représente 11,25 personne-années dans la commune réparties comme suit : 1 année complète dans le groupe des moins de 1 an ; 4 années complètes dans le groupe de 1-4 ans ; 5 années complètes dans le groupe des 5-9 ans et 1,25 année dans le groupe des 10-14 ans. Cette méthode garantit donc la proportionnalité ainsi que la prise en compte de l’ensemble des individus qui ont vécu dans un lieu donné, là où les méthodes traditionnelles ne permettaient de repérer que ceux qui étaient présents à une date déterminée. Les questions abordées prennent alors une forme différente, puisqu’il ne s’agit plus simplement de compter le nombre de personnes qui ont le statut x, mais plutôt de mesurer le temps que ces personnes ont passé dans ce statut x56. La vision transversale peut dès ce moment céder la place à une, approche longitudinale. Du portrait de groupe, nous passons alors à la mise en évidence de la diversité des trajectoires individuelles.

  • 57 Récemment, C. Capron et M. Oris (2000), ont élargi le champ d’application de la table de vie, en im (...)

59Dans cette population de référence constituée de personne-années ventilées par âge, il est désormais possible de calculer des taux divers, en plaçant au numérateur chacune des transitions que l’on veut étudier – se marier, devenir veuf, mourir, quitter le foyer parental, changer de rôle au sein du ménage, devenir parent, etc. Étendre les tables de mortalité aux autres transitions de la vie ne constitue donc pas une opération statistique de haut vol, mais la constitution de la base de données qui va permettre d’étudier les ruptures s’avère quant à elle fastidieuse, d’autant qu’elle requiert dès le départ une documentation très riche. Ceci explique sans aucun doute la quasi-absence de ces tables dans les analyses démographiques traditionnelles, jusqu’à l’apparition des études de biographies57.

60En outre, la méthode des tables de vie montre ses limites aussitôt qu’il s’agit de travailler sur plusieurs variables. Par exemple, croiser 2 sexes et 21 groupes d’âge avec 4 statuts sociaux et 4 régions de provenance, implique de répartir la population et surtout les événements en 672 cellules ! Il va de soi que les effectifs trop réduits vont entraîner des résultats aberrants. Pour résoudre partiellement ce problème, il est nécessaire de travailler sur une période de temps relativement longue, qui sera d’ailleurs d’autant plus longue que la population est réduite.

2.4. L’analyse des biographies (event history analysis)

  • 58 Alisson P. (1984), Event History Analysis Bocquier P. (1996), L’analyse des enquêtes — Gutmann M. (...)

61Il n’entre pas dans nos intentions de rédiger un « Manuel d’utilisation de l’event history analysis », bien d’autres auteurs ayant consacré à cette méthode, qui des articles d’introduction, qui des ouvrages très pointus58. Nous allons simplement tenter d’en exposer les principes de base, puisque d’une part, nous l’avons largement utilisée dans ce travail et que, d’autre part, elle est à ce jour assez peu répandue parmi les historiens francophones. Il s’agira d’une présentation sommaire de ses principaux atouts dans le cadre de l’analyse que nous menons sur le Pays de Herve.

  • 59 Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells, p. 168.

62Les méthodes d’analyse du cours de la vie permettent de fixer le calendrier des grandes étapes qui jalonnent le parcours des individus, comme l’âge au premier mariage, l’âge à la maternité, l’âge au veuvage,... Le principe de l’event history analysis est d’identifier les caractéristiques des individus qui rendent une transition plus ou moins susceptible de survenir59. Le comportement démographique de chacun peut être influencé non seulement par une série de caractéristiques individuelles, mais aussi par une conjoncture familiale, sociale et économique beaucoup plus générale et en perpétuelle mutation. C’est au chercheur bien entendu qu’il appartient de déterminer l’ensemble des caractéristiques pertinentes, des « covariates », permettant de mesurer le risque d’apparition d’une transition.

63L’événement qui modifie la vie d’un individu peut prendre des formes très différentes, dont la plus radicale est évidemment la mort ! Les changements d’état civil, de célibataire à marié, de marié à veuf, de veuf à remarié, sont aussi des transitions évidentes. Mais bien d’autres éléments marquent l’existence d’un homme : la perte de ses parents (le passage à l’état d’orphelin), la naissance d’un enfant, ou encore le changement de rôle joué au sein du ménage, sont autant d’événements qui ne peuvent être négligés.

  • 60 Pour l’élaboration des fichiers d’event history analysis, se reporter par exemple à Alter G., Gutma (...)

64La principale difficulté dans une analyse longitudinale réside dans la constitution d’une base de données qui soit capable de rendre compte de la dynamique des vies. Il ne s’agit pas seulement de suivre l’évolution individuelle de chacun, mais encore de noter toutes les transitions, toutes les modifications, qui affectent sa réalité quotidienne. L’objet d’étude est bien l’individu, mais situé dans l’environnement dans lequel il évolue : il sera notamment toujours en relation avec les événements qui marquent le vécu de son ménage (cf. supra point 2.2.). Sans vouloir détailler la méthode de constitution des fichiers60, il importe de préciser de quelle manière nous avons procédé pour justement conserver l’individu dans son contexte familial. À l’origine, les différentes pièces de vie trouvées dans le document source sont mises bout à bout pour constituer la biographie de chaque personne. Chaque événement qui survient dans le cours de son existence crée une sorte de rupture dans sa biographie, qui est alors scindée en plusieurs pièces de vie. Leur nombre est simplement fonction du thème étudié.

65Prenons un exemple simple. Une biographie très traditionnelle se compose de deux pièces de vie : de la naissance (N) au mariage (M), du mariage au décès (D).

66Étudier le veuvage (V) implique l’indication d’une nouvelle transition, donc la création d’une nouvelle pièce de vie.

67Après le veuvage, il peut encore y avoir une coupure. Dans un premier temps, l’individu vit seul, puis il va rejoindre un de ses enfants dans un autre ménage. Une nouvelle pièce de vie le représentera donc, avec une série de caractéristiques différentes, et notamment le rôle qu’il joue dans le ménage (il quitte la position de chef, pour devenir simplement le père, voire le beau-père du chef).

68Les transitions décrites ci-dessus revêtent un double aspect. D’une part, elles indiquent des événements qui scandent le cours de la vie des individus. De l’autre, elles marquent aussi le passage d’un état à un autre, puisque du statut de célibataire, l’individu devient marié, puis veuf. En résumé, dans chaque pièce de vie, l’individu est défini par une série de variables, et si l’une d’entre elles change, une nouvelle séquence de vie doit être créée. Dans le cas précédent, par exemple, chaque enfant né après le mariage, puis, vingt ans plus tard, le départ de chacun d’entre eux pour fonder un foyer, entraînent des modifications dans le cours de la vie de l’individu, .qui se traduisent par un découpage de sa biographie. Il est inutile de continuer la démonstration plus avant, le principe est dessiné. Il va sans dire que ces opérations constituent, après la préparation de la base de données, une étape fondamentale du travail.

  • 61 BOCQUIER P. (1996), L’analyse des enquêtes – ALLISON P.D. (1984), Event history analysis – YAMAGUCH (...)
  • 62 C’est le cas notamment des historiens italiens et japonais, qui fondent leurs analyses démographiqu (...)

69Lorsque le fichier de l’ensemble des biographies a été constitué, il faut alors utiliser un modèle statistique adéquat qui permettra de déterminer les « risques » (par le biais de l’estimation de coefficients) auxquels sont soumis les individus, en somme, d’extraire les tableaux de résultats61. Plusieurs logiciels statistiques permettent de faire tourner des modèles de probabilité proportionnelle. Pour nos données, nous avons employé la méthode dite de Cox, la plus appropriée aux observations réellement longitudinales. Elle est en fait indiquée lorsque les dates exactes des transitions sont connues, tandis que les modèles logistiques s’appliquent davantage aux études discrètes de type recensements annuels, sans observation intercensitaire62.

  • 63 BOCQUJER P. (1996), L’analyse des enquêtes, p. 133.
  • 64 ALTER G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 15.

70En fait, P. Bocquier écrit que l’« on peut voir le modèle de Cox comme le contrôle par la régression de l’effet des variables explicatives dans l’analyse de survie, ou bien comme l’introduction de la dimension temporelle dans la régression »63. En somme, les tableaux issus de l’event history analysis présentent des « estimations de coefficients qui montrent la relation attendue entre les changements intervenus dans les variables explicatives et les changements survenus dans la variable dépendante », c’est-à-dire la transition étudiée64.

  • 65 Idem, p. 27.

71Par rapport aux méthodes démographiques plus traditionnelles, l’event history analysis offre plusieurs avantages, qui nous ont poussée à l’exploiter dans notre travail. Le premier, et non le moindre, réside dans le fait qu’elle prend en compte le temps. Cette dimension n’apparaît pas par définition dans des données transversales, mais elle est par contre essentielle dans une optique longitudinale. Dans l’analyse de survie, il est même juste de dire que le temps intervient de deux manières. D’abord, étant donné que le parcours de l’individu est pensé comme une succession de transitions, le cours de sa vie s’analyse par rapport au temps passé dans les différents statuts, entre deux transitions. Pour cette raison, la part respective de chaque personne dans la base de données constituée est fonction de la durée qu’elle a passée sous observation65. En outre, puisqu’il s’agit d’étudier la probabilité de survenance d’un événement en fonction de divers critères qui caractérisent l’individu, le temps écoulé entre l’introduction d’une variable et le risque d’occurrence d’un événement peut être pris en considération. Ainsi, dans l’analyse de la mortalité infantile, la méthode intègre la plus forte mortalité des premiers jours, car la dimension de temps est précisément mesurée à partir de la naissance. Dans d’autres modèles, c’est par le biais de variables spécifiques que le temps est inclus : c’est le cas, par exemple, lorsque l’on étudie les risques d’émigration en fonction de la durée de séjour des immigrants.

72Dans un contexte d’observation continue, les variables qui définissent l’individu peuvent être constantes ou au contraire évoluer au cours du temps. Le sexe et le lieu de naissance sont par essence des variables stables. Quant aux changements qui surviennent dans le temps, tous ne peuvent être observés au jour le jour. En effet, la profession n’est connue que lors d’une inscription dans le registre : si l’individu change de métier six mois après son entrée dans la commune, nous l’ignorons jusqu’au recensement suivant. Il en va de même pour le changement éventuel des rôles au sein du ménage. Ainsi, le décès du Pater familias entraîne sans aucun doute des modifications dans la hiérarchie familiale, puisque la veuve ne reprend pas nécessairement le flambeau, le fils aîné pouvant à l’occasion se substituer au défunt. Cependant, cette information ne peut être connue que dans le registre de population ultérieur. Il existe toutefois un nombre important de time varying covariates, c’est-à-dire de données qui sont en perpétuelle mutation. C’est particulièrement le cas de celles qui prennent en compte la situation du ménage, comme sa taille, le décès éventuel d’un frère dans les deux années qui précèdent, la force de travail potentielle au sein du ménage... Il en va de même pour les informations relatives à la parentèle, dans la mesure où chaque mouvement observé soit chez un parent proche, soit parmi les personnes du village portant le même patronyme, est susceptible de modifier l’indicateur.

  • 66 Pour rappel, pour des précisions relatives à la méthodologie des indicateurs de parenté, nous renvo (...)

73L’expression de ces variables, qu’elles soient stables ou continues, peut prendre trois formes. La première est la forme binaire, utilisée notamment pour le sexe ou l’activité (homme-femme ; actif-inactif). La seconde concerne les variables catégorielles qui, comme leur nom l’indique, répartissent la population à risque en diverses rubriques. Les secteurs d’activité, les statuts professionnels, les régions de provenance et de destination, sont quelques exemples parmi d’autres de facteurs qui entraînent le recours à des catégories. Enfin, certaines sont continues ou numériques : concrètement, toutes les caractéristiques qui impliquent des nombres – nombre de frères et sœurs au sein du ménage, séries de prix... – ressortissent à cette forme de déterminants. Afin de lisser les écarts, d’éviter les fluctuations trop importantes, ces variables numériques peuvent être exprimées en logarithmes ou réparties dans des catégories. C’est explicitement l’option que nous avons retenue lorsque nous utilisons l’indicateur patronymique pour mesurer l’étendue du réseau de parenté à l’intérieur du village66.

74Tous les résultats d’une analyse sont exprimés par rapport à une population de référence. Dans le cas d’une variable binaire comme le sexe, le principe est simple : on évalue la probabilité pour les femmes qu’un événement x arrive, en mesurant leur comportement par rapport à celui des hommes, les autres variables (profession, origine, ménage,...) étant prises en compte. Dans le cas d’une rubrique catégorielle, la démarche reste la même, le jeu consistant simplement à choisir une catégorie de référence aussi appelée catégorie omise. À nouveau, c’est en comparant avec cette population que les résultats seront exprimés. La conjoncture particulière concerne les variables continues, car dans leur cas, le résultat traduit le changement qu’induirait une progression d’une unité de la variable explicative.

75Ceci dit, les taux de probabilité sont rarement utilisés directement, car ils sont compliqués à lire et à interpréter. En fait, pour des raisons de facilité d’exploitation, ils sont transformés en risques relatifs, plus aisés à manipuler, car centrés sur 1 :

  • donc, un risque relatif de mortalité de 0,8 pour les femmes implique qu’elles ont 20 % de risques en moins de mourir que les hommes ;

  • un risque relatif de 1,05 associé à la profession de journalier signifierait que leur risque de mourir au sein de ce ménage est 5 % supérieur à celui de la catégorie choisie comme référence, en l’occurrence dans ce travail, les agriculteurs.

76Les tableaux issus de l’event history analysis comportent, à côté des risques relatifs, une colonne réservé à l’hypothèse de ‘signification’. Lorsque sa valeur est inférieure à 0,05, cela signifie que le risque d’observer le résultat obtenu ou un résultat plus grand alors que sa vraie valeur est égale à 0 est faible. Cette limite de 5 % est communément retenue dans les sciences sociales. Lors de l’interprétation des tableaux, il est important de chercher des cohérences et de ne pas s’attarder sur des résultats remarquables isolés, puisque le risque d’être confronté à un résultat dû au hasard est réel. Concrètement, pour faciliter la lecture de nos tableaux, nous indiquerons les résultats « significatifs » en gras, en précisant toujours le niveau retenu (inférieur à 10 ou à 5 %).

  • 67 Pour cette raison, l’analyse des tables peut donner des résultats qui seront totalement modifiés pa (...)

77Outre sa dimension temporelle, l’analyse de survie présente un atout majeur que nous avons déjà mentionné à plusieurs reprises : c’est une approche de type multivarié. Non seulement elle offre la possibilité d’intégrer dans le modèle différentes variables (ou covariates), mais en outre, celles-ci décrivent l’individu et son contexte, qu’il soit familial ou communautaire. Nous ne reviendrons pas sur ces thèmes, qui ont été débattus dans le point 2.2, mais il importe de spécifier que ces variables se contrôlent réciproquement. Les effets mis en évidence sont contrôlés par l’effet des autres facteurs explicatifs mesurés67. Si un modèle met en exergue une surmortalité des veuves par rapport aux femmes mariées, celle-ci existe indépendamment de la structure par âge des deux groupes considérés.

  • 68 Hogan D.P., Kertzer D.I. (1985), Longitudinal approaches, p. 28.

78Enfin, c’est un argument plus statistique mais pas dénué d’intérêt : l’analyse des biographies permet de travailler sur des populations réduites. À l’origine d’ailleurs, ces modèles ont été développés pour traiter le problème des petits nombres68 et l’utilisation des personne-années grossit largement la taille de la population en observation. Bien sûr, la base de données hervienne et ses quelque 34.000 fiches individuelles constitue un bel échantillon de départ, mais malgré tout, les effectifs risquent d’être faibles dans certains cas bien précis, comme l’étude des migrations en fonction de certains critères. Lorsqu’il y a éclatement des données, l’event history analysis comble les vides laissés par la table de vie. La taille de l’échantillon est explicitement prise en compte dans l’algorithme de calcul pour établir si un résultat est significatif ou non. D’après les statisticiens, le facteur le plus important n’est d’ailleurs pas tant la population que le nombre d’événements.

79Toutefois, au risque d’énoncer un truisme, l’analyse des biographies n’est pas la méthode parfaite, et il importe de rester attentif à plusieurs pièges. La première erreur à ne pas commettre est d’oublier le risque de multicolinéarité. La méthode de l’analyse de survie offre l’opportunité d’étudier plusieurs variables ensemble, mais elles ne doivent pas se recouper exagérément, auquel cas les effets seront dispersés dans plusieurs facteurs similaires. Par exemple, dans les sociétés où les formes nucléaires dominent, introduire dans le même modèle multivarié la taille d’un ménage et le nombre d’enfants âgés de moins de 15 ans n’est guère judicieux, dans la mesure où ces deux déterminants sont trop corrélés.

  • 69 Nous tenons à remercier Jan Van Bavel, de la Katholieke Universiteit Leuven, pour avoir bien voulu (...)
  • 70 BENGTSSON T., CAMPBELL C., LEE J. (2003), Life under pressure.

80D’autre part, l’event history analysis est conçue comme un modèle où les risques sont proportionnels. Il suppose que le risque de mourir est le même à tout âge, ce qui ne constitue pas à proprement parler une hypothèse vraisemblable. Ainsi, le risque de mourir peut être trois fois plus élevé à 60 ans, mais il ne va pas augmenter de 20 % à tout âge. L’hypothèse de proportionnalité n’est donc pas toujours valable, mais les logiciels de statistique permettent de la tester69. C’est au chercheur qu’il appartient de résoudre chaque problème posé, en imaginant des solutions précises. Pour reprendre l’exemple des risques de décès qui varient en fonction de l’âge, plusieurs solutions ont été proposées. Certains choisissent de construire des modèles différents pour les divers groupes d’âge. C’est une issue généralement jugée suffisante par les spécialistes, moyennant bien sûr le choix de catégories appropriées. Le récent livre relatif à la mortalité publié par les chercheurs du ’groupe eurasien pour l’étude de la population et de la famille’, a opté pour cette solution, en créant quatre modèles distincts pour les 0-1 an, les 2-14 ans, les 15-54 et les 55 et p1us70.

  • 71 BOCQUIER P. (1996), L’analyse des enquêtes.
  • 72 CAPRON C. (2002), Une analyse statistique des migrations à partir d’un registre de population.

81Les modèles d’analyse des biographies présument l’antériorité de la cause sur l’effet, étant donné que le principe qui sous-tend cette démarche consiste à étudier comment un événement qui survient dans la vie d’un individu peut affecter la probabilité de la survenance d’un autre événement. Pour qu’il y ait relation causale entre deux événements, il est indispensable que tous deux ne surviennent pas simultanément, la cause devant toujours précéder l’effet71. Cette hypothèse de départ peut devenir un handicap dans certains cas précis. C. Capron a notamment montré que, dans une étude des mobilités, il n’est pas toujours possible de consigner toutes les variables dans le modèle72. D’une part, le risque d’accueillir un immigrant ne peut guère être calculé dans la mesure où l’individu n’est étudiable qu’à partir du moment où il s’inscrit dans la commune. D’autre part, si l’on étudie les caractéristiques individuelles favorisant l’émigration, une partie des déterminants sera incontestablement manquante, dans la mesure où seuls les facteurs du push pourront être isolés. En effet, les pouvoirs attractifs du lieu d’émigration (pull) ne sont pas intégrables. En somme, on peut voir ce qui pousse les émigrants dehors, mais pas les facteurs attractifs de l’endroit où ces hommes vont s’installer. Dans ces conditions, la prise en compte des variables dites « communautaires » revêt toute son importance, dans la mesure où elles décrivent tout un contexte économique et social. Ainsi, les conjonctures des prix et salaires peuvent éclairer sans aucun doute les mouvements des individus, tandis que le déséquilibre des sexes sur le marché matrimonial local permet éventuellement d’expliquer pourquoi certains partent plus que d’autres.

82En résumé, l’event history analysis est une méthode aux atouts nombreux et parfaitement adaptée à l’exploitation des registres de population belges. Toutefois, elle est aussi risquée dans la mesure où l’on peut difficilement présumer, anticiper les résultats. Le rôle du chercheur n’en est que plus important. La qualité du travail est largement fonction de ses choix de départ et bien sûr de l’analyse des résultats. La cohérence de ces derniers à travers plusieurs tableaux est un repère essentiel dans une étude de démographie différentielle. Nous hésitons à conclure cet exposé des méthodes – qui se révèle toujours être un exercice difficile – tant la conclusion justement semble aller de soi. En fonction des questions posées, le jeu consiste simplement à opter pour l’approche la plus adéquate, sans jamais perdre de vue les objectifs fixés.

83Pour terminer cette description des sources et des méthodes, il ne nous semble pas superflu de présenter succinctement la base de données démographique que nous avons constituée et exploitée. Le tableau I-4 la résume en quelques chiffres. Une fois complétée par l’état civil et débarrassée des doublons, elle se compose de 34.718 fiches qui sont autant de pièces de vie. Ces différentes pièces d’un même individu mises bout à bout forment en quelque sorte sa biographie, le cours de sa vie. Au total, ce sont 21.435 biographies qui ont ainsi été reconstituées, certaines pour quelques jours, d’autres pour 54 ans.

84Le nombre de personne-années sur lesquelles nous avons pu travailler représente aussi un élément essentiel, puisqu’elles constituent notre population de référence. Leur nombre total dans notre base s’élève à 252.897. En d’autres mots, cela reviendrait à étudier autant de personnes sur un laps de temps d’une année complète et, concrètement, puisque notre analyse porte sur cinquante-quatre ans, nous avons observé en moyenne 4.683 Herviens chaque année.

85Enfin, la vie de tout individu est jalonnée d’une série de transitions. Dans le tableau I-4, n’apparaissent que les événements suivants : les mariages, les sorties et les radiations (comptabilisées ensemble), les entrées et les apparitions, les mutations et les décès. Bien sûr, d’autres comportements démographiques marquent un parcours individuel, comme le décès des parents ou le deuil du conjoint. Il va de soi que notre étude démographique ne se bornera pas aux seuls événements répertoriés dans le tableau ci-dessous et qu’elle tentera au contraire d’approcher le cours de l’existence sous des angles nouveaux et variés.

Tableau I-4 - La base de données démographiques du Pays de Herve

Tableau I-4 - La base de données démographiques du Pays de Herve

Notes

1 Le principal travail critique fut réalisé par R. Obotela (1982), Les recensements belges au XIXe siècle dans le cadre d’une thèse de doctorat.

2 Pour les patentes, voir chapitre II, surtout point 2.1 ; pour le cadastre, voir chapitre II, section 3 et toute la troisième partie de ce travail.

3 Obotela R. (1982), Les recensements belges, p. 131.

4 Lacomble-Masereel B., Hélin E. (1979), Les archives communales au lendemain des fusions de communes— Poulain M. (1978), Du registre de population aux statistiques — Gutmann M.P., Van De Walle E. (1978), New sources for social and demographic history — Van De Walle E., Blanc O. (1975), Registres de population et démographie — Balthasar H., DE Belder J., Hannes J., Verhelst J. (1961), Enkele bronnen voor de sociale geschiedenis van de 19de eeuw.

5 Capron C. (1997), De la reconstitution.

6 Les auteurs cités dans les notes infrapaginales ci-dessus, évoquent cette question. Voir aussi Poulain M., Tabutin D. (1981), La surmortalité des petites filles — Watkins S.C., Mccarthy J. (1980), The female life cycle, p. 168.

7 Piron T. (1901), Des registres de population en Belgique, p. 61.

8 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 55.

9 Alter G., Oris M. (2000), Mortality and economic stress, p. 341. Nous verrons cependant ci-dessous que l’écart entre la population observée dans les registres de population et les relevés officiels réalisés annuellement par les autorités communales est très limité, même dans la dernière décennie du xixe siècle. Entre 1891 et 1900, le calcul des personne-années surestime de 4,8 % la population de Charneux par rapport à un décompte officiel au 1er janvier de chaque année. Celle de Clermont n’est surestimée que de 0,8 % et, à Neufchâteau, nos observations sont inferieures de 4,3 % aux relevés officiels. Or, la moyenne des écarts observés sur l’ensemble de la période 1847-1900, entre les registres de population et la statistique officielle est respectivement de 0,4, 1,1 et -1,2 % dans ces trois villages. En somme, dans nos dix dernières années d’observations, l’absence des corrections effectuées sur base de l’état civil se marque, sans entraîner cependant de biais trop importants.

10 Toutes ces questions ont été largement détaillées par Alter G. et Oris M. (1999), Access to marriage in East Ardennes, pp. 135-136. Ces auteurs se sont notamment livrés à un exercice de comparaison des âges moyens au mariage dans les registres de population et les registres de mariage de Sart. Les âges calculés à partir des premiers sont légèrement plus élevés. Nous reviendrons sur ces questions dans le chapitre IX.

11 Plusieurs articles parus dans Actes du colloque international. Amour et Mariage en Europe (Liège, 1978) concernent les coutumes wallonnes, notamment Hélin E., Les saisons du mariage, pp. 160-166 — Leboutte R., Les fiançailles et le mariage dans les communautés catholiques soumises aux Provinces-Unies, pp. 167-172 — Firket C., Freins et stimulants au mariage au début de l’industrialisation, pp. 173-177 — Hanson D., L’émigration étrangère à Liège (1920-1975), pp. 192-205.

12 Notamment Oris M. (1991), Économie et démographie de Huy — Pasleau S. (1998), Industries et populations.

13 Cette clause était expressément prévue dans l’article 3 des Instructions générales pour la constatation des changements de résidence et la tenue des registres de population : « (...) le temps nécessaire à cette vérification ne permettant pas que les inscriptions s’effectuent dès le premier janvier, les changements dans l’état de la population continueront provisoirement d’être annotés sur le registre actuel. Ces mutations seront reportées sur le nouveau registre, après qu’il aura été rempli, de manière à représenter fidèlement la situation de la population de droit de la commune au moment du recensement » (Recueil des dispositions (1901), pp. 15-16).

14 « (...) the life cycle needs only two boundary events » (Watkins S.C., McCarthy J. (1980), The female life cycle, p. 167).

15 Le registre de population italien qui se généralise dans les années 1860 est à de nombreux points de vue similaire au registre de population belge et souffre des mêmes faiblesses. D.P Hogan et D.I Kertzer (1985) ont particulièrement insisté sur le sous-enregistrement des migrations (Longitudinal approaches, p. 24).

16 Les articles 15 à 56 des Instructions générales sont consacrés aux modalités à respecter, par chaque individu et par chaque commune, en matière de changement de résidence (in Recueil des dispositions (1901), pp. 20-32). Pour étudier les migrations à Limbourg, C. Capron a d’ailleurs comblé les lacunes de ses sources par l’exploitation des certificats de changement de résidence, qui sont concrètement « copie de la fiche envoyée par les fonctionnaires limbourgeois en charge de la population aux communes de destination des émigrants pour les prévenir qu’un Limbourgeois devait arriver chez eux, ou à l’inverse des documents similaires reçus à Limbourg et relatifs aux immigrants » (Capron C. (1999), Une analyse socio-démographique des migrations, p. 56).

17 Signalons simplement les articles de Van Damme D. (1990), Onderstandswoonst, sedentarisering en stad-platteland-tegenstellingen et Oris M. (1988), Fécondité légitime et illégitime.

18 Voir Capron C. (1997), De la reconstitution, pp. 30-45.

19 Sur ces questions, voir Desama C. (1991), Le couplage automatique des données nominatives, pp. 119-126 — ID. (1972), Le couplage automatique des données en démographie historique.

20 De nombreux travaux ont été consacrés par cette équipe à cette localité. Pour des indications relatives à la méthodologie utilisée pour la constitution de cette base de données, voir Capron C., Oris M. (1997), Demography, family system, and economy — Alter G., Oris M. (2000), Mortality and economic stress.

21 Quand à la suite du mariage, les époux forment un ménage distinct et se séparent de leur famille, on les raye des folios où ils figuraient et on leur consacre un nouveau folio, comme s’ils venaient de s’établir dans la commune » (Instructions générales, art. 67, in Recueil des dispositions (1901)).

22 Dans un premier temps, les administrations communales et les agents de la police locale étaient chargés de vérifier à tout moment les données qui figuraient dans les registres de population, spécialement celles relatives aux entrées, aux sorties et aux professions des habitants. Pour augmenter l’efficacité des contrôles, l’arrête royal du 30 décembre 1900 prévoit l’organisation d’une vérification périodique (Piron T. (1901), Des registres de population, pp. 96-100).

23 En 1981, R. Leboutte signalait que « Paradoxalement, ce sont les périodes les plus contemporaines qui ont suscité le moins de travaux de la part des historiens-démographes, au point que l’un d’eux a même parlé de ‘siècle délaissé’ à propos du xixe siècle (...) Depuis une dizaine d’années cependant quelques travaux s’attaquent aux xixe et xxe siècles » (Leboutte R. (1981), Pour une autre approche de la transition démographique, p. 104 — Armengaud A. (1971), Un siècle délaissé).

24 Henry L. (1956), Anciennes familles genevoises — Fleury M., Henry H. (1956), Nouveau manuel de dépouillement et d’exploitation de l’état civil ancien — Gauthier E., Henry L. (1958), La population de Crulai, paroisse normande. Il y a moins de vingt ans, R. Leboutte constatait que « les ‘méthodes Henry’ ont surtout été appliquées aux populations d’Ancien Régime et rares sont les chercheurs qui ont franchi la barrière de l’année 1789 ! » (Leboutte R. (1981), Pour une autre approche de la transition démographique, p. 108). Depuis, ce constat a heureusement un peu vieilli !

25 Pour une discussion sur ce sujet, voir Neven M., Devos I. (2001), Breaking stereotypes. Historical demography in Belgium since 1981.

26 Desama C. (1985), Population et révolution industrielle. D’autres chercheurs ont également privilégié cette méthode pour l’étude de populations urbaines : Oris M. (1991), Economie et Démographie de Huy — Pasleau S. (1998), Industries et population. En dehors de l’espace belge, voir aussi Bourdelais P., Demonet M. (1993), Rythmes et modes de formation Corsini C.A. (1991), Ménage et structure socio-professionnelle en Toscane.

27 Vandenbroeke C. (1977), Prospektus van het historisch-demographisch onderzoek — Id. (1977), Caractéristiques de la nuptialité et de la fécondité — Coolens I. (1981), Vruchtbaarheidstransitie eind 19de –begin 20ste eeuw — Oris M. (1988), Fécondité légitime et illégitime.

28 Eggerickx T. (1998), La dynamique démographique. R. Leboutte consacre plusieurs pages d’explications relatives aux méthodes à mettre en œuvre dans le cadre d’une exploitation des registres de population pour la reconstitution des familles (Leboutte R. (1984), Reconstitution des familles).

29 Sur le problème des troncatures, voir ci-dessous point 2.2.

30 T. Eggerickx, nous y reviendrons dans le chapitre X, a comparé dans son étude sur le bassin industriel carolorégien les sédentaires et les immigrants, mais la définition de ces derniers a toutefois un sens très restrictif. Il centre son analyse sur les femmes âgées de 15 à 50 ans dont la date de mariage est connue : sont considérées comme immigrantes celles qui sont entrées en observation avant leur mariage (immigrants anciens) ou au moment de leur union. Et toutes les femmes doivent être restées en observation continue jusqu’à la fin de leur vie féconde (Eggerickx T. (1998), La dynamique démographique, pp. 241-247).

31 Cox D.R. (1972), Regression models and life tables.

32 Alter G. (1988), Family, fertility and the female life course mais aussi Hogan D.P., Kertzer D.I. (1985), Longitudinal approaches — Kertzer D.I., Hogan D.P. (1989), Family, political economy and demographic change — Gutmann M.P., Watkins S.C. (1990), Socio-economic differences in fertility control.

33 Bengtsson T. (1993), Combined Time-Series.

34 Bengtsson T., Saito O. (2000), Population and economy.

35 Alter G., Gutmann M.P. (1999) Casting spells, p. 165

36 Très précisément, entre 1846 et 1900, la population chute de 19,8 % à Charneux, de 13,4 % à Clermont et de 7,4 % à Neufchâteau. Sur le déclin démographique du Pays de Herve au xixe siècle, voir chapitre III.

37 Nous détaillons ces chiffres dans le chapitre X, section 2.

38 Leboutte R. (1998), Dynamique des ménages et conjoncture socio-économique, p. 1 — voir aussi ID. (1998), La dynamique des ménages., pp. 163-164 — Janssens A. (1993), Family and social change.

39 Chayanov A. (1990), L’organisation de l’économie paysanne, pp. 60-62 — Leboutte R. (1998), Dynamique des ménages et conjoncture socio-économique, p. 4. Notons au passage que R. Leboutte voyait lui-même les limites et les imperfections de la méthode Leboutte (R. (1984), Reconstitution des familles, pp. 108-109).

40 Capron C., Oris M. (2000), Rupture de cohabitation entre parents et enfants.

41 Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells.

42 Pour l’utilisation de cette technique à partir des registres de population belges, la synthèse la plus récente est celle de C. Capron (1997), De la reconstitution, pp. 26-47. Bien d’autres auteurs avaient toutefois abordé la question précédemment. Citons notamment Hélin E. (1972), Le couplage des données nominatives — Livi-Bacci M. (1972), Quelques problèmes dans le couplage des données nominatives en Toscane Desama C. (1972), Le couplage des données en démographie historique — ID. (1991), Le couplage automatique des données nominatives — Oris M. (1990), Le couplage des registres de population belges.

43 Dans cette étude, les données sont automatiquement censurées à gauche pour tous les événements antérieurs au 16 octobre 1846 et à droite pour ceux postérieurs au 31 décembre 1900.

44 Gutmann M.P., Alter G. (1993), Family reconstitution, p. 164.

45 Dribe M. (2002), Household and family aspects, p. 9 — Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells, p. 169.

46 Laslett P. (1972), La famille et le ménage – Berkner L. (1972), The stem Family – ID. (1975), The use and misuse of census data for the historical analysis of family structure.

47 A. Fauve-Chamoux a publié de nombreux articles consacrés aux familles souches des Pyrénées, société au sein de laquelle la complexité familiale peut être considérée comme un couronnement. La contrainte morale favorable à la permanence de la famille souche favorise à la fois l’émigration des cadets ou leur célibat définitif : Fauve-Chamoux A. (1987), Le fonctionnement de la famille-soucheId (1985), Vieillesse et famille-soucheId (1984), Les structures familiales au royaume des familles-souches — ID (1981), Population et famille dans les hautes Pyrénées.

48 Capron C. (1998), Essai de reconstruction.

49 Alter G. et al. (2002), When dad died.

50 Les failles de la méthode sont explicitées dans le chapitre VI.

51 Capron C. (1998), Essai de reconstruction, p. 22.

52 ALTER G., ORIS M. (1998), Rural marriage in an industrializing region.

53 HENRY L. (1972), Techniques d’analyse en démographie historique, pp. 127-133 – PRESSAT R. (1985), Manuel d’analyse de la mortalité – CAPRON C. (1997), De la reconstitution, pp. 65-66.

54 ALTER G. (1988), Family, fertility and the female life course, p 14.

55 NEVEN M. (1998), Intensity and consequences, p. 5 – CAPRON C., ORIS M. (2000), Rupture de cohabitation entre parents et enfants – CAPRON C. (1997), De la reconstitution, pp. 66-68. De nombreuses autres applications ont été imaginées par divers auteurs : probabilité de survenance d’un premier mariage (WATKINS S.C., MCCARTHY J. (1980), The female life cycle, p. 172) – ALTER G. (1988), Family, fertility and the female life course, spécialement pp. 36-41 – l’âge au ’leaving home’ (DRIBE M. (2002) Household and family aspects). Pour des exemples concrets dans ce volume, voir notamment les tableaux 6 à 9 du chapitre IX.

56 Sur cette notion de personne-années, nous renvoyons le lecteur à ALTER G. (1988), Family, fertility and the female life course, pp. 13-14.

57 Récemment, C. Capron et M. Oris (2000), ont élargi le champ d’application de la table de vie, en imaginant une table à plusieurs sorties pour étudier la fin de la cohabitation entre parents et enfants. Ils ont envisagé la question sous un angle double, la corésidence pouvant être rompue par le départ des enfants, mais aussi par le décès des parents. Notons aussi que ce thème fut l’objet d’une des premières applications des tables de vie en dehors du champ de la mortalité. Voir Stevens D.A. (1990), New evidence on the timing of early life course transitions.

58 Alisson P. (1984), Event History Analysis Bocquier P. (1996), L’analyse des enquêtes — Gutmann M.P., Alter G. (1993), Family reconstitution. Toute la troisième partie de ce dernier ouvrage (Reher D., Schofield R., Old and new methods in historical demography) est d’ailleurs consacrée à l’Event-History analysis with Historical Data : Trussel J., Guinnane T. (1993), Techniques of Event-History Analysis Courgeau D., An attempt to analyse individual migration histories Diamond I., Rhodri D., Egger P., Some applications of recent developments — Bengtsson T., Combined Time-Series. Pour une présentation simple des nombreux atouts des méthodes d’analyse longitudinale, voir Hogan D.P., Kertzer D.I. (1985), Longitudinal approaches.

59 Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells, p. 168.

60 Pour l’élaboration des fichiers d’event history analysis, se reporter par exemple à Alter G., Gutmann M.P. (1999), Casting spells Capron C. (1997), De la reconstitution., pp. 62-64.

61 BOCQUIER P. (1996), L’analyse des enquêtes – ALLISON P.D. (1984), Event history analysis – YAMAGUCHI K. (1991), Event history analysis.

62 C’est le cas notamment des historiens italiens et japonais, qui fondent leurs analyses démographiques sur des recensements annuels ou bisannuels (LAGAZIO C., MARTELLI C., RETTAROLI R. (1998), Italian mortality report – TSUYA N.O., KUROSU S., The mortality effects of adult male death on women and children). Sur cette problématique, voir notamment HOGAN D.P., KERTZER D.I. (1985), Longitudinal approaches, pp. 25-28.

63 BOCQUJER P. (1996), L’analyse des enquêtes, p. 133.

64 ALTER G. (1988), Family, fertility and the female life course, p. 15.

65 Idem, p. 27.

66 Pour rappel, pour des précisions relatives à la méthodologie des indicateurs de parenté, nous renvoyons le lecteur à Capron C. (1998), Essai de reconstruction.

67 Pour cette raison, l’analyse des tables peut donner des résultats qui seront totalement modifiés par l’analyse multivariée, dans la mesure où celle-ci peut déterminer, dans un modèle bien pensé, le rôle joué par chaque variable. Un cas concret mettra davantage en lumière cette notion de contrôle réciproque des variables. Dans un article relatif à la mortalité à Sart-lez-Spa au xixe siècle, G. Alter et M. Oris ont observé une mortalité différentielle selon le statut professionnel du chef de ménage. Mais après avoir développé un modèle multivarié complet, ils se sont aperçus que, statistiquement parlant, elle n’était plus du tout significative. La raison en est simple : en réalité, ce différentiel est dû à d’autres caractéristiques explicatives (dans le jargon, on dira que cet effet est capturé), comme la composition du ménage, la réaction aux crises économiques, le caractère endogène de la mortalité au sein du ménage. Ce sont ces variables qui effacent l’effet du statut socioprofessionnel dans le cas de Sart (Alter G., Oris M. (2000), Mortality and economic stress).

68 Hogan D.P., Kertzer D.I. (1985), Longitudinal approaches, p. 28.

69 Nous tenons à remercier Jan Van Bavel, de la Katholieke Universiteit Leuven, pour avoir bien voulu nous prodiguer une initiation à la méthode d’Event History Analysis et avoir attiré notre attention sur l’importance de cette hypothèse. P. Bocquier l’explique en des termes simples : « Ce modèle de régression [Cox] calcule l’effet des variables explicatives sur le risque annuel de connaître l’événement. À chaque variable est associé un coefficient de régression qui mesure l’influence moyenne de cette variable sur le risque annuel. En d’autres termes, l’effet des variables est proportionnel à la probabilité annuelle de connaître l’événement (...) Cette hypothèse de proportionnalité est assez forte, et il est nécessaire de la vérifier pour chaque variable du modèle » (Bocquier P. (1996), L’analyse des enquêtes, p. 134).

70 BENGTSSON T., CAMPBELL C., LEE J. (2003), Life under pressure.

71 BOCQUIER P. (1996), L’analyse des enquêtes.

72 CAPRON C. (2002), Une analyse statistique des migrations à partir d’un registre de population.

Table des illustrations

Titre Tableau I-2. Destinée des enfants ajoutés à partir de l’état civil. Charneux, Clermont et Neufchâteau, 1847-1900 (en %)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Graphique I-1. Proportion de naissances ajoutées dans les registres de population, à partir des registres d’état civil
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique I-2. Proportion de décès ajoutés dans les registres de population, à partir des registres d’état civil
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau I-3. Les apparus et les disparus dans les registres de population
Légende (*) Nombre d’apparus en pour cent du total des entrées du registre (entrées et apparitions) et nombre de disparus en pour cent du total des sorties du registre (sorties et disparitions).Note : Les disparus ne peuvent pas être repérés systématiquement dans les derniers registres encodés, c’est-à-dire ceux de 1880 à Clermont et Neufchâteau, et ceux de 1890 à Charneux. En effet, comme la base de données ne reprend pas le registre ouvert lors du recensement général de la population du 31 décembre 1900, nous n’avons donc aucun moyen d’identifier les individus manquant à l’appel. Les quelques très rares cas qui apparaissent sur ce tableau sont le fait de personnes qui sont revenues dans un village qu’elles étaient censées n’avoir jamais quitté.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique I-3. Les populations des trois villages tests de 1847 à 1900 à travers deux sources : les registres de population et les publications officielles
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Sources :1831-1847 Statistique de la Belgique, Population. Mouvement de l’état civil, 1 vol. 1831-1840, puis annuel (Ministère de l’Intérieur, Bruxelles) ;1856-1880 Exposé de la situation administrative de la province de Liège ;1880-1900 Institut National de Statistiques, Le mouvement de la population.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure I-1 – Les configurations de cohabitation d’un Clermontois…
Légende Décès ; Naissance ; Mariage ; SortieLes liens de parentés sont notés en fonction de François Grondal IDLes personnes nées après l’arrivée de ID dans un ménage sont soulignées.Ne sont notés dans le tableau que les événements survenus pendant la présence de ID dans le ménage (sa mère meurt par exemple en 1878, mais à ce moment ID ne réside plus avec elle).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-8.png
Fichier image/png, 93k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau I-4 - La base de données démographiques du Pays de Herve
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5474/img-12.png
Fichier image/png, 140k

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search