Version classiqueVersion mobile

Individus et familles : les dynamiques d'une société rurale

 | 
Muriel Neven

Introduction

Texte intégral

  • 1 L’exemple le plus célèbre reste la grande enquête de Princeton sur le déclin de la fécondité, qui (...)
  • 2 Pour un aperçu des travaux belges portant sur les populations industrielles, voir Neven M., Devos (...)

1La démographie des populations rurales européennes au xixe siècle est aujourd’hui encore une terre en friche. C’est une situation paradoxale dans la mesure où le succès extraordinaire de la méthode de reconstitution des familles a débouché sur des centaines de monographies paroissiales. La plupart, cependant, exploraient les campagnes d’Ancien Régime et leurs démographies multiformes. Les populations mouvantes du xixsiècle, engagées dans la grande transition de la fécondité, de la mortalité et de la mobilité ne sont pas pour autant restées dans l’ombre, mais pendant longtemps, elles ont essentiellement été étudiées sur la base de statistiques agrégées, au niveau national ou, au mieux, régional. Ce furent d’ailleurs autant des démographes que des historiens qui se sont attaqués à ce matériau1. Les analyses nominatives sont plus récentes, largement associées au développement de l’informatique. Elles se sont focalisées sur la nouveauté, sur l’originalité, sur la source du changement, bref sur la révolution industrielle et les populations nouvelles qui en sont issues. C’est une tendance générale, mais particulièrement marquée en Wallonie, puisque notre région a été le berceau continental de l’industrialisation moderne2.

  • 3 Eggerickx T., Poulain M. (1995), Croissance et déclin des communes industrielles, p. 271.

2Pourtant, même dans ce qui est devenu la région wallonne, les habitants des campagnes demeurent largement majoritaires tout au long du xixe siècle : vers 1800, le taux d’urbanisation s’élève seulement à 15 %, contre 45 % en 19003. C’est d’ailleurs un trait qui se retrouve dans toute l’Europe occidentale jusqu’à l’aube du xxe siècle : socialement parlant, le continent reste une Europe de paysans... mais ces derniers sont de plus en plus profondément marqués par l’industrialisation. Dans le Pays de Herve, particulièrement, les contacts se font intenses et se réalisent en deux étapes.

3Dès l’époque moderne, des activités de type proto-industriel s’implantent dans la région bocagère. Dans les zones souvent périphériques, la clouterie, l’armurerie et l’exploitation des mines côtoient l’activité régionale dominante : l’élevage de bovidés. Le travail à domicile gagne aussi le Plateau et, dès le xvie siècle, les Herviens se voient confier des tâches de filage et de tissage à domicile. Un premier pas vers le monde industriel, et sa logique d’économie monétaire, est réalisé à travers une agriculture commerciale qui vise les marchés urbains, mais aussi à travers un ‘putting out system’ élaboré qui voit les marchands de Verviers et de Liège organiser le travail de milliers d’artisans ruraux (cf. chapitre II).

  • 4 Gadisseur J. (1976), Les lents progrès de l’agriculture — Desert G. (1976), La grande dépression d (...)
  • 5 Leboutte R. (2000) (ed.), Migrations et migrants dans une perspective internationaleMoch L.P. (1 (...)

4Le deuxième contact avec le monde des villes est beaucoup plus brutal, moins « équilibré ». À l’aube du xixe siècle, la révolution industrielle, à Verviers d’abord, à Liège ensuite, entraîne un brusque déclin de la production proto-industrielle hervienne : armuriers, cloutiers et surtout fileurs à domicile se retrouvent rapidement sans travail dans les campagnes. Pour être brutal, le mouvement ne peut être assimilé pour autant à une subite destruction de l’outil rural : dans cet ouvrage, nous nous attachons d’ailleurs à montrer que le processus fut moins simple qu’il n’y paraît à première vue. Il n’en reste pas moins que, parallèlement à cet effondrement proto-industriel, l’acquisition des terres par les petits paysans locaux touche à son terme : l’émiettement de la propriété atteint son seuil de viabilité. La pression démographique des campagnes n’est plus absorbée par la proto-industrialisation. La société implose, mais d’un point de vue strictement économique, une fois de plus, le processus est moins clair car l’expansion du marché urbain incite des bourgeois à investir dans la terre, à racheter les petites parcelles et à les remembrer progressivement en de grandes exploitations commerciales. Investir dans l’agriculture, c’est réaliser un bon placement car le marché ne cesse de croître et les prix des produits grimpent, du moins jusqu’en 1873. Ruralisation et prolétarisation du paysannat sont les maîtres mots de cette reconversion qui, finalement, n’est pas spécifique au Pays de Herve. Commune à toute l’Europe rurale au xixe siècle4, elle va de pair avec une intensification des relations villes-campagnes. Précisément, les rapports entre le Pays de Herve et les cités environnantes, Venders et Liège en tête, ont aussi une dimension humaine évidente. L’extraordinaire croissance des villes – en l’espace d’un siècle, les citadins passent de 20 à 60 % dans la province de Liège – fut en partie réalisée grâce à des apports migratoires en provenance des campagnes, pour lesquelles les centres urbains apparaissent comme des échappatoires5.

5Dans le Pays de Herve, les conséquences de ces multiples évolutions sont claires : la population hervienne décline entre 1800 et 1900. C’est dans ce contexte que se situe notre analyse : l’effondrement de la proto-industrie et le morcellement extrême des terres bouleversent à la fois l’économie et les structures sociales. Notre ambition consiste à observer les comportements humains dans un contexte spécifique et peu étudié – celui d’un pays proto-industriel prospère qui se ruralise – et c’est donc véritablement la recomposition de la société hervienne qui nous intéresse.

  • 6 Perrenoud A. (1977), Variables sociales en démographie urbaine, p. 144.
  • 7 Moch L.P. (1992), Moving Europeans. Migration in Western Europe, p. 111.

6Pour ce faire, il ne s’agit pas seulement de mener sur une population rurale une étude de démographie historique, mais surtout de réaliser un travail de démographie différentielle. D’emblée, cette ambition est novatrice, puisque selon Alfred Perrenoud : « Génératrices d’inégalité, les villes seules offrent un éventail de conditions suffisamment ouvert pour que le niveau de vie ou la profession puissent engendrer des différences sensibles dans l’âge au mariage, la fécondité ou la mort, seules elles comportent des effectifs assez importants pour en permettre l’étude6 ». Vingt ans après la parution de ces lignes, nous essayons d’enfin les démentir ! Concrètement, il s’agit d’observer comment le Pays de Herve réagit après que tout son système socio-économique fondé sur la proto-industrie s’est effondré. Au-delà de la description des tendances, notre objectif consiste à discerner l’hétérogénéité relative de la population hervienne, en saisissant les interactions entre trajectoires individuelles, dynamique des familles, mutations de la société et de l’économie régionale. En somme, dans une collectivité rurale en pleine reconversion, quelles sont les options prises par les individus en fonction des choix qui leur sont offerts, bien sûr, mais aussi de leur histoire, de leur contexte familial, de leur environnement social et de leurs aspirations personnelles ? Cette reconversion est intéressante à deux points de vue. Nous nous attacherons à saisir les critères de discrimination entre ceux qui partent (décès ou émigration) et ceux qui restent. Parallèlement, les attitudes spécifiques de ceux qui demeurent retiendront notre attention, parce que « the out-migration was only one response to rural crises ; people also persisted at home, staying on in the countryside and changing the means by which they earned their bread, and living on less7 ».

  • 8 Tous ces points sont détaillés dans la première partie de cet ouvrage.
  • 9 Lacomble-Masereel B., Helin E. (1979), Les archives communales au lendemain des fusions des commun (...)

7Pour atteindre le cœur du changement social, deux niveaux d’analyse se côtoient : la région dans son ensemble et un échantillon de villages plus circonscrit. Pour définir le Pays de Herve de manière globale, une série de critères sont à prendre en considération, sur la base de statistiques agricoles, d’éléments géographiques, mais aussi de traits économiques, sociaux et démographiques. Nécessairement, toutefois, le portrait perd en précision ce qu’il gagne en amplitude. C’est pourquoi, à l’intérieur de l’ensemble régional, un échantillon plus restreint a fait l’objet d’une analyse minutieuse : chaque parcours individuel, chaque trajectoire familiale vécue entre 1846 et 1900, a été reconstituée. Notre choix s’est fixé sur trois villages situés au cœur de ce que les géographes appellent le Vrai Pays de Herve : Charneux, Clermont et Neufchâteau, trois entités qui totalisent, en moyenne, 4.700 habitants au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. Sans dévoiler des problématiques qui seront abordées dans le cours de ce travail, il est clair que la sélection s’est opérée en fonction de deux critères. D’abord, ces trois localités sont tout à fait représentatives des structures sociales de la région que nous avons choisi d’étudier. Tant d’un point de vue géographique qu’économique ou démographique, elles s’intègrent parfaitement dans le Vrai Pays de Herve8. De surcroît, nous pouvions nous appuyer sur une collection complète de registres de population de 1846 à 1900, source qui constitue le véritable pilier de notre étude. Or, même si ces registres représentent indéniablement le fleuron de la démographie belge, tous n’ont pas résisté, loin s’en faut, à l’épreuve du temps9.

8Au total, les trois communes que nous avons sélectionnées forment un bloc spatial continu, un échantillon ‘cluster’, disent les spécialistes. Il offre une taille critique suffisante pour les analyses que nous avons menées. Parallèlement, si cet ensemble est cohérent, il n’est pourtant pas a priori parfaitement homogène. Le village de Neufchâteau, essentiellement, se distingue par deux aspects : deux fois plus petit, environ, en nombre d’habitants, il est aussi le seul où la proto-industrie textile n’a guère eu d’impact. Charneux et Clermont semblent plus proches dans leurs structures sociales, mais Chameux se singularise néanmoins par l’implantation, au début du xixe siècle, d’entreprises textiles qui ont retardé la ruralisation. Cette relative dissemblance des trois villages établit, pensons-nous, une des richesses de cette étude, car si leur représentativité est une condition sine qua non, il ne faut pas, pour autant, qu’une homogénéité parfaite gomme la disparité des situations. Au contraire, nous espérons qu’au terme de ce travail, le lecteur sera convaincu que nous avons toujours pourchassé la diversité, l’hétérogénéité, même au sein d’une société cohérente à beaucoup d’égards.

9Ces deux niveaux de lecture définis, la recherche s’organise autour de trois acteurs indissociablement imbriqués : la région, la famille et l’individu. Ces trois notions semblent élémentaires, mais se révèlent en fait bien plus complexes qu’il n’y paraît.

10La première partie envisage l’économie et la démographie du Pays de Herve dans une perspective macrorégionale au cours de la seconde moitié du xixe siècle. Elle se subdivise en deux chapitres, l’un axé directement sur l’économie hervienne depuis l’époque moderne jusqu’à l’aube du xxe siècle, l’autre établissant le bilan de la démographie régionale au cours du xixe siècle. Le chapitre II est essentiel à deux points de vue. D’abord, il dresse l’état des connaissances sur la région depuis le xviiie siècle, ce qui permet de voir quelle était la situation avant la période qui nous intéresse directement, et comment le Pays de Herve se transforme. En décrivant de manière détaillée l’économie régionale, il met en exergue les grandes reconversions auxquelles la société hervienne est confrontée. C’est donc un socle indispensable pour les analyses démographiques ultérieures, un préalable qui rend possible une meilleure compréhension de la situation d’Ancien Régime et de son évolution au xixe siècle.

  • 10 Dupaquier J. (1973), De l’animal à l’homme, pp. 39-43 — Smith D.S. (1977), A homeostatic demographi (...)

11Dans ce contexte, la démographie peut être considérée dans une perspective d’homéostasie10 : les Herviens adapteraient leurs comportements démographiques pour maintenir un équilibre entre population et économie. Outre l’analyse de la (dé)population du Pays de Herve au sens large, le chapitre III est centré sur les grandes composantes démographiques des trois villages tests au cours de la seconde moitié du xixe siècle. À côté d’une analyse des structures par âge et sexe, l’évolution annuelle de la fécondité, de la nuptialité, des mobilités et de la mortalité autorise une première perception – globale – du régime démographique de l’Entre-Vesdre-et-Meuse.

  • 11 Segalen M. (1995), Introduction, p. 7.
  • 12 De Regt A. (1995), Liens de sang contre liens d’alliance aux Pays-Bas, p. 161.

12La famille est au cœur de la deuxième partie de ce travail, mais la notion même de famille revêt des sens très variés. Deux traits caractérisent notre analyse des dynamiques familiales. D’une part, nous avons voulu briser le carcan du ménage comme seul cadre de la vie familiale dans une société nucléaire. « On ne peut admettre que la famille soit seulement constituée de ce couple (...) et ses enfants, réalités empiriques que cernent le plus souvent les démographes. La dimension collatérale et surtout intergénérationnelle des rapports familiaux, que l’allongement de la vie rend de plus en plus évidente, est aujourd’hui redécouverte11 ». De même, « Au cours de ces dernières décennies, l’assistance fournie par les enfants adultes à leurs parents âgés a donné lieu à force débats et recherches qui ont conduit à reconsidérer les relations intergénérationnelles dans leur ensemble. La parentèle y est alors apparue comme un élément significatif, alors même que l’organisation de la vie domestique s’apparente à une structure nucléaire12 ». Nous sommes partie du principe que ces constats valaient aussi pour les sociétés du xixe siècle et nos analyses successives prouvent la validité de cette hypothèse. Pour atteindre le système familial dans son ensemble, nous envisageons à la fois le groupe de cohabitation, les réseaux familiaux et l’appartenance de l’individu à une lignée.

13Sous ses multiples aspects, la famille hervienne est surtout considérée à partir d’une perspective individuelle. En d’autres termes, nous n’étudions pas uniquement la dimension moyenne du ménage, ni le nombre de parents proches sur lesquels les Herviens peuvent en général s’appuyer, ni même l’ampleur de leur réseau patronymique. Il s’agit plus concrètement de voir dans quel contexte familial s’inscrivent les gens au cours de leur vie, en fonction de leur âge, de leur sexe, voire de leur état matrimonial. À cinq ans, les individus vivent dans des unités de cohabitation dont la taille et la complexité n’ont rien à voir avec celles qu’ils connaîtront à 25 ou à 65 ans. De même, l’étendue des fratries – le nombre de frères et sœurs qui vivent dans le même village – fluctue au gré des migrations respectives et des effets de la mortalité. Autre exemple, le ménage, dont nous nuançons mais ne nions pas le rôle essentiel, ne doit pas s’analyser seulement en fonction de la structure des liens de parenté en son sein. C’est aussi un groupe microéconomique dont l’équilibre dépend de la complémentarité, selon l’âge et le sexe, des individus qui le composent.

14Nous verrons que ce double renouvellement – élargissement de la notion de famille et analyse individuelle – permet de reconsidérer bien des idées reçues sur le fonctionnement du système familial au sein des sociétés nucléaires, ne serait-ce qu’à travers les notions de solidarité et d’isolement.

15La dimension individuelle – déjà présente dans l’approche méthodologique des dynamiques familiales – est véritablement au cœur de la troisième partie de notre ouvrage, qui est directement centrée sur l’individu et les différentes étapes qu’il traverse au cours de sa vie. Les chapitres VIH à XI sont orchestrés en fonction de deux ambitions. D’abord, il s’agit de repérer les grandes transitions qui surviennent tout au long de l’existence des Herviens. Ils survivent à l’enfance, entrent dans le monde des adultes en courtisant, en quittant le foyer parental, pour émigrer ou pour se marier. Ils fondent à leur tour leur propre cellule de cohabitation, avec conjoint et enfants, puis entrent dans la vieillesse. Ce résumé succinct et simpliste dessine une série de ruptures qui marquent les trajectoires individuelles. Dans ce cadre, une première tâche consiste à déterminer le calendrier des transitions, en nous attardant davantage sur la fréquence de certaines attitudes à un stade donné (comportements modaux) que sur des âges moyens. Mais il s’agit aussi d’observer les gens qui ne franchissent pas certaines étapes, ceux qui ne se marient pas, par exemple, ou qui ne quittent pas le foyer parental. Ces minorités parfois importantes constituent des sous-populations particulières sans lesquelles il est impossible de comprendre le fonctionnement du système familial. L’observation des cassures qui scandent les trajectoires de vie se double d’un second objectif : une fois définis et repérés les comportements usuels et les attitudes atypiques, une fois opérée la distinction entre norme et marginalité, nous nous attachons alors à distinguer les critères sur lesquels se fondent les discriminations.

16Pour atteindre réellement l’hétérogénéité des comportements individuels, nous intégrons dans l’analyse du suivi des individus au cours de leur existence des méthodes originales : les tables de vie et, surtout, l’analyse des biographies. En quelques mots, cette dernière, aussi appelée ‘event history analysis’, permet d’étudier les possibilités qu’une transition donnée survienne, en fonction même de l’environnement de l’individu. Nous avons donc développé systématiquement des analyses qui croisent une série de variables explicatives potentielles. En fonction même du risque étudié, les déterminants varient. Il est évident que les facteurs qui influencent la mortalité infantile, le ‘leaving home’ ou le risque d’émigrer dans la vieillesse ont peu de points semblables. Pourtant, nous avons maintenu une logique d’organisation commune à tous les modèles, qui croise trois grands types de caractéristiques :

  • individuelles, tout d’abord, où l’âge et le sexe sont des critères fondamentaux ;
  • familiales au sens large, qui prennent en compte à la fois les membres du ménage et le réseau patronymique ;
  • communautaires, à travers une série de prix ou d’indicateurs macrodémographiques.
  • 13 Bengtsson T. (1993), Combined time-series and life-event analysis.
  • 14 Id. (1997), Combined life-event analysis and time series analysis, pp. 5-6 — Hareven T.K. (1994), (...)

17Chaque transition est imbriquée dans une tentative d’explication globale fondée sur des dimensions individuelles, familiales et régionales. Principalement démographiques, ces traits ne se limitent pas à ce seul aspect : dans ce travail, conformément à la logique même des études du cours de la vie où la pluridisciplinarité est de rigueur, la conjoncture économique est intégrée dans les analyses multivariées13. En réalité, ‘the life course approach’ distingue au moins trois dimensions temporelles : le temps biographique (ou individuel), le temps historique (ou communautaire) et le temps social (ou familial)14.

  • 15 Levi G. (1991), On microhistory Corbin A. (1998), Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. S (...)

18À travers cette présentation du plan, il apparaît que nous avons privilégié d’une part, un des deux niveaux d’analyse – l’échantillon minutieux de trois villages – et, d’autre part, une notion, celle de l’individu. Nos options méthodologiques sont explicitées de manière plus détaillée dans le chapitre I ; il ne convient donc pas de s’y attarder dans cette introduction. Mais il est clair, insistons à nouveau sur ce point, qu’elles s’inscrivent véritablement dans une perspective individuelle. A priori, ce choix peut apparaître comme le simple reflet des valeurs de la société contemporaine, valeurs dont l’utilisation dans des études historiques déboucherait sur des visions anachroniques. Nous vivons aujourd’hui dans une société réputée individualiste, et qui le devient toujours davantage. Parallèlement, la méthodologie en démographie évolue elle aussi et elle met de plus en plus l’accent sur des analyses individuelles. Dans une perspective multidisciplinaire, les essais de microhistoire illustrent cette tendance15. Ils se fondent sur un rejet plus ou moins affirmé de notions longtemps classiques comme les classes, ou même les simples groupes sociaux. Définir quelqu’un comme un prolétaire ou un paysan serait adhérer à un déterminisme socio-économique simpliste qui ferait fi du caractère complexe, multiple et, au total, unique de chaque individu. Dans le même temps, cette conception négligerait la dynamique des changements d’attributs, de rôles, de croyances dans le cours de la vie.

  • 16 Lepetit B. (1989), Tentons l’expérience, p. 1319.

19L’opposition entre les tenants du micro et du macro ne doit cependant pas être caricaturée. Refusant de l’enfermer dans des a priori idéologiques, B. Lepetit, dans une des nombreuses réflexions sur l’histoire sociale qu’il a menées dans les Annales ESC, a plutôt mis l’accent sur la loi des rendements décroissants liés à la « réification des structures analytiques », autrement dit à l’usage répétitif de méthodes et de grilles de lectures : « l’accumulation des données a pris le pas sur l’ambition et parfois le souci même de l’interprétation »16.

  • 17 Dykstra P.A., Van Wissen L. (1999), Introduction : the life course approach as an interdisciplinar (...)
  • 18 Courgeau D., Lelievre E. (1989), Analyse démographique des biographies, p. 3.

20Clairement, notre intention n’est pas de nous enfermer dans une querelle idéologique. Cet ouvrage veut prouver qu’aborder la démographie sous l’angle individuel, ce n’est pas se fermer sur l’individu, c’est au contraire s’ouvrir : par définition, une approche du cours de la vie « includes both micro- and macrolevel influences on individual behavior17 ». Chaque personne est envisagée dans son environnement à la fois social, professionnel, familial et même régional. En outre, ces dimensions sont intégrées dans des modèles interactifs pour dessiner un environnement qui n’est pas déterministe. Au contraire, ce sont les « causalités du probable » qui sont au cœur d’une recherche sans préjugél18.

  • 19 Moch L.P. (1992), Moving Europeans. Migration in Western Europe, p. 7. B. Lepetit ne dit pas autre (...)

21C’est pourquoi nous croyons que choisir entre micro et macrodémographie, c’est indéniablement perdre, d’un côté comme de l’autre : « If we focus on the macroeconomic level alone, we lose the actors who are essential to this drama, dismissing their agendas and denying the factor of human agency. If we focus on the personal alone, we miss the opportunity to connect migration with historical change19 ». Par ce travail, nous tentons de dépasser ce clivage, de refuser la segmentation de la connaissance et les partis pris. Nous essayons, au contraire, de construire ou de consolider les ponts entre histoire sociale, économique, démographique et familiale, de restituer l’humanité d’une société rurale en transition.

***

22Cet ouvrage n’aurait sans doute jamais vu le jour sans le soutien actif de mon entourage, tant privé que professionnel, deux sphères parfois séparées d’ailleurs par des frontières assez floues.

23J’exprime d’abord avec plaisir toute ma gratitude à Messieurs les Professeurs Claude Desama – promoteur de la thèse dont ce livre est issu –, Paul Servais, George Alter et Michel Oris. Tous ont manifesté pour mon travail un intérêt soutenu, l’ont relu avec attention et m’ont fait bénéficier de leurs connaissances inépuisables. Qu’il s’agisse d’une meilleure compréhension du cadre régional, des méthodes, des ressources ou de l’exploitation des registres de population, chacun a apporté sa pierre à l’édifice. Si cet ouvrage a quelque qualité, aucun d’entre eux n’y est étranger.

24Le soutien moral, technique et logistique du Laboratoire de Démographie fut lui aussi primordial. Je sais tout ce que je dois à son directeur, Michel Oris. Il a largement contribué à enrichir cette étude, par ses conseils judicieux, sa vision perspicace et sa pensée originale. Son départ à Genève où une nouvelle carrière professionnelle lui tendait les bras n’a jamais altéré sa grande disponibilité. Le rôle d’Etienne van der Straten Waillet, époux et collègue malgré lui – ou inversement –, a été particulièrement ingrat, mais ô combien déterminant. Sans son savoir-faire informatique, je n’aurais pu exploiter de nouveaux outils méthodologiques. Catherine Capron m’a également apporté une aide appréciable. Je n’oublierai pas nos discussions – tantôt sérieuses, tantôt légères – pendant les pauses-café qui ont rythmé, heureusement, ces années de labeur. Plus tard, Françoise Jeuris s’est acquittée d’une tâche précieuse mais souvent rébarbative : la relecture minutieuse des épreuves et l'uniformisation des références bibliographiques.

25Enfin, tout au long de ce volume, j’insiste sur le rôle essentiel que jouait la famille sur les destinées individuelles des Herviens. La mienne a aussi tenu un rôle prépondérant et chaque génération a apporté sa contribution. Mes parents, d’abord, qui furent des re-lecteurs attentifs de la première heure ; mon mari, bien sûr, dont j’ai souvent mis la patience à rude épreuve ; mes enfants, enfin, qui ont su s’épanouir – et m’épanouir – même quand le stress pesait sur le noyau familial. Que tous trouvent ici un témoignage de ma reconnaissance.

Notes

1 L’exemple le plus célèbre reste la grande enquête de Princeton sur le déclin de la fécondité, qui a été résumée dans Coale A.J., Watkins C.S. (1986), The decline of fertility in Europe.

2 Pour un aperçu des travaux belges portant sur les populations industrielles, voir Neven M., Devos I. (2001), Breaking stereotypes. Historical demography in Belgium since 1981, pp. 314-316, ainsi que la bibliographie de Devos I. (2001), Selective bibliography of Belgian historical demography, pp. 353-355.

3 Eggerickx T., Poulain M. (1995), Croissance et déclin des communes industrielles, p. 271.

4 Gadisseur J. (1976), Les lents progrès de l’agriculture — Desert G. (1976), La grande dépression de l’agriculture — Agulhon M. (1976), Les transformations du monde paysan.

5 Leboutte R. (2000) (ed.), Migrations et migrants dans une perspective internationaleMoch L.P. (1992), Moving Europeans. Migration in Western Europe — Oris M., Capron C., Neven M. (2002), Le poids des réseaux familiaux, pour le cas particulier de la Belgique orientale.

6 Perrenoud A. (1977), Variables sociales en démographie urbaine, p. 144.

7 Moch L.P. (1992), Moving Europeans. Migration in Western Europe, p. 111.

8 Tous ces points sont détaillés dans la première partie de cet ouvrage.

9 Lacomble-Masereel B., Helin E. (1979), Les archives communales au lendemain des fusions des communes — Malpas N. (1986), Inventaire des registres de population conservés dans la province de Liège.

10 Dupaquier J. (1973), De l’animal à l’homme, pp. 39-43 — Smith D.S. (1977), A homeostatic demographic regime Gutmann M.P. (1991), How do urban and rural industrial populations grow ? — Lee R.D. (1992), L’autorégulation de la population — Anderson M. (1996), Migration and nupitality.

11 Segalen M. (1995), Introduction, p. 7.

12 De Regt A. (1995), Liens de sang contre liens d’alliance aux Pays-Bas, p. 161.

13 Bengtsson T. (1993), Combined time-series and life-event analysis.

14 Id. (1997), Combined life-event analysis and time series analysis, pp. 5-6 — Hareven T.K. (1994), Synchronizing individual time, family time and historical time.

15 Levi G. (1991), On microhistory Corbin A. (1998), Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu, 1798-1876 Rosental P.A. (1999), Les sentiers invisibles Devriese A., Vanhaute E. (2001), Working-class girls.

16 Lepetit B. (1989), Tentons l’expérience, p. 1319.

17 Dykstra P.A., Van Wissen L. (1999), Introduction : the life course approach as an interdisciplinary framework for population studies, p. 5.

18 Courgeau D., Lelievre E. (1989), Analyse démographique des biographies, p. 3.

19 Moch L.P. (1992), Moving Europeans. Migration in Western Europe, p. 7. B. Lepetit ne dit pas autre chose quand il écrit : « Il faut briser l’opposition appauvrissante entre la micro et la macroanalyse pour approfondir la question plus essentielle des formes d’adéquation acceptables entre les questionnements, les méthodes d’étude et l’échelle d’observation des phénomènes » (Lepetit B. (1989), Tentons l’expérience, p. 1321).

© Presses universitaires de Liège, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search