Version classiqueVersion mobile

Entre presse et littérature

 | 
Sarah Mombert
, 
Pascal Durand

Chapitre 9. Dumas dans ses bonnes œuvres

Texte intégral

  • 1 Voir Schopp (Claude), « Le Tombeau d’Honoré de Balzac », L’Année balzacienne, nouvelle série, 2,19 (...)

1Le Mousquetaire, presque dès son début, va se consacrer aux bonnes œuvres, au profit des morts autant que des vivants. Aux morts, il se propose d’élever des tombeaux ou des monuments (Balzac, Soulié, Nerval, Marie Dorval), aux vivants, généralement des moyens de subsistance. Ne seront considérés ici que les vivants, les morts ayant été traités par ailleurs1.

2Mais auparavant on peut s’interroger sur les raisons qui ont pu pousser A. Dumas, outre sa générosité naturelle et reconnue, à entreprendre telle ou telle campagne en faveur des moins heureux. Il semble qu’un des motifs, plus ou moins conscient, soit le désir de combler le fossé qui existe entre celui qui écrit et celui qui lit, en invitant le lecteur à participer à une œuvre commune. Dumas embarque son lecteur vers le bien. Par ailleurs, ces bonnes œuvres concernent généralement — il en allait de même pour les morts — des hommes ou des femmes appartenant au monde des arts : les campagnes entreprises dénoncent donc la condition faite aux artistes (et à leurs proches) par le pouvoir, puisque la charité publique est obligée de se substituer à l’action de l’État.

3L’objectif de ce chapitre est avant tout d’éclairer les conditions de ces bonnes œuvres, en identifiant surtout ceux qui en ont été les bénéficiaires.

Les Petites Incurables2

  • 2 Alexandre Dumas, « Causerie avec mes lecteurs » : no 49, 8 janvier 1854 ; no 50, 9 janvier ; no 52 (...)

4La première bonne œuvre du Mousquetaire se rattache à un prêtre.

5François Moret, né à Bar-sur-Seine le 16 décembre 1795, ordonné pour le diocèse de Troyes, est arrivé dans le diocèse de Paris le 15 novembre 1831, comme prêtre à Saint-Gervais, avant d’être nommé second vicaire à Saint-Étienne-du-Mont (1833), premier vicaire à Saint-Denis-du-Saint-Sacrement (1836-1843), puis à Saint-Philippe-du-Roule (1843-1854), fonction qu’il a quittée en 1854, car le 23 février 1853 avait été fondée l’œuvre de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

6L’archevêque de Paris Mgr Sibour était à l’origine de l’œuvre :

Dès le début, Mgr l’Archevêque, dont les sympathies s’étendent à tout ce qui souffre a reconnu dans ces chétives créatures vouées à la douleur et au rebut depuis le berceau jusqu’à la tombe le type des membres souffrants de Jésus-Christ et par là même la portion la plus chère de son troupeau. Il leur a donné comme protectrices et pour mères les religieuses de l’ordre de Marie-Joseph, dont les sacrifices et les dévouements sont incomparables.

  • 3 Voir Javary (Manuel), L'Œuvre du chanoine Moret [à paraître], M. Javary est l’actuel directeur de (...)

7Il avait appelé auprès de lui l’abbé Moret, lui avait confié son projet et lui avait donné la mission de fonder l’œuvre de Notre-Dame-des-Sept Douleurs3.

  • 4 Pierre François Eugène Giraud (Paris, 9 août 1806 - 28 décembre 1881), prix de Rome en 1826, peint (...)

8C’est à l’instigation du peintre Eugène Giraud et du docteur Joseph Paul Gaimard (1796-1858)4, médecin-naturaliste, qui « veut absolument m’emmener avec lui au pôle nord » que Dumas se rend sur son premier lieu de bienfaisance, le 6 janvier 1854. Mais l’un (on sait les liens étroits qui unissaient le peintre et la princesse) ou l’autre, semble-t-il, agissent sans doute au nom de la princesse Mathilde. En effet,

  • 5 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 50, 9 janvier 1854.

L’abbé Moret eut l’idée d’aller trouver la princesse Mathilde, qu’il ne connaissait pas, — c’est une idée que je lui eusse donnée, moi qui la connais depuis quinze ans.
À Florence, la princesse Mathilde était la Notre-Dame-de-Quarto — demandez aux pauvres aveugles de la ville dont le soleil brûle les yeux, s’ils savaient, dans la nuit de la cécité, trouver le chemin qui conduisait à la belle jeune fille et à la fraîche villa qu’elle habitait.
Heureux temps ! Jours regrettés par moi, chère Altesse, où je vous voyais trois fois la semaine, et où vous n’étiez princesse que de nom !
La princesse fit ce qu’elle faisait toujours. On lui demandait de donner d’une main, elle donna des deux.
Oh ! princesse ! j’ai toujours soupçonné que c’était vous qui posiez pour la belle statue de la Charité de Bartolini5.

9On devine la pensée de la princesse : il s’agit de populariser par la presse une cause à laquelle elle a accordé son patronage.

  • 6 Cette rue, disparue lors de la création des avenues de Friedland et Hoche, reliait la rue du faubo (...)

10Arrivé dans la petite maison du 22 du passage Sainte-Marie-du-Roule, siège de l'œuvre6, sous la conduite de la sœur Marie-Joseph, « femme de trente à trente-deux ans, à la parole douce et affable, au visage souriant », Dumas visite les lieux :

Elle prit les clés et marcha devant nous, nous conduisant au troisième.
Le troisième est occupé par la lingerie, pauvre lingerie composée de trente à trente-cinq paires de draps et de douze douzaines de chemises.
Tout cela est propre, blanc, raccommodé comme par des fées, — mais tout cela ne vaut pas cent cinquante francs.
Chemises et draps sont faits avec de vieux linge donné à l’établissement par des âmes charitables, qui lui sont venues en aide.

11Il recueille de la bouche de la sœur Marie-Joseph l’histoire des premiers temps de la fondation, en particulier celle des six œufs, seuls vivres que les sœurs avaient eu à partager au soir de leur installation.

12Le lendemain et le surlendemain, Dumas publie dans Le Mousquetaire une longue « Causerie avec mes lecteurs », récit habilement théâtralisé (le dialogue de la sœur Marie-Joseph et de la maîtresse de la maison) qui émeut sans pathos et, allant au-devant des désirs de la princesse Mathilde, ne peut qu’émouvoir et donc qu’entraîner un mouvement de générosité. D’ailleurs, à la fin de la « Causerie », A. Dumas paie d’exemple :

  • 7 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 50, 9 janvier 1854.

Eh bien ! chers lecteurs, si vous ne voulez pas que ce soit l’abbé Moret qui paie le loyer de cette maison de ses propres deniers, il faut la payer, vous, vos amis, moi, tout le monde.
Quant à moi, j’ai fait de mon mieux : en revenant trouver mes convives qui avaient déjeuné sans moi, j’ai tendu la main, et j’ai, ma foi, recueilli, entre hier et aujourd’hui, quatre-vingt-dix francs que j’envoie, avec les deux numéros du journal, au digne abbé Moret qui ne saura guère ce que cela veut dire7.

  • 8 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 52, 11 janvier 1854, p. 1.
  • 9 Mousquetaire, no 51, 10 janvier 1854.

13Des lecteurs lui emboîtent le pas, comme Polydore Millaud qui envoie cent francs pour les petites incurables, ajoutant « Votre journal le Mousquetaire est une mauvaise affaire pour vous ; mais à coup sûr une belle et bonne action pour les autres8 » ou comme ce marquis de Varennes9, que la curiosité, mais surtout le désir de mieux connaître le lectorat du Mousquetaire incitent à identifier. Auguste Adrien Edmond Goddes, marquis de Varennes (Coulommiers, 24 mars 1801-16 février 1864), élève à Henri IV et à Charlemagne, attaché jeune au cabinet du vicomte de Senones, secrétaire de la Maison du Roi, a reçu en peinture les leçons de Denon, dont il est devenu l’ami. Il s’est retiré en 1826 à Coulommiers dont il est devenu maire (1835-1846) et conseiller d’arrondissement (1847). Il a exposé au Salon de 1834 à 1837 et a publié des œuvres littéraires, entre autres Simples fables (Vve L. Janet, 1853) et Pris au piège (Librairie nouvelle, 1854), dont Le Mousquetaire a rendu compte.

14La lecture continuée du Mousquetaire montre un soutien sans faille de Dumas aux petites incurables ; la sympathie que Dumas éprouve pour le bon et digne abbé Moret en est sans doute la cause.

  • 10 Mousquetaire, no 197, 9 juin 1854.

15Ainsi le journal produit un reçu de l’abbé Moret qui déclare avoir touché la somme de 800 francs pour l’œuvre des jeunes filles incurables. « J’ajoute, écrit ce dernier, que ce n’est pas la première fois que j’ai de semblables actions de grâce à lui rendre10. » Cette somme provient de la souscription Léon Reynier, dont il sera question plus loin.

16Ainsi, il imprime une deuxième « Causerie avec mes lecteurs » qui décrit l’une des manifestations en faveur de l’œuvre, une messe à Saint-Philippe-du-Roule, avec sermon de l’abbé Coquereau et quête de la princesse Mathilde, « mendiante sublime ». L’arrivée de Dumas à l’église, ce 11 mars 1854, mérite citation :

  • 11 Mousquetaire, 12 mars 1854.

J’allai humblement me mettre au dernier rang des fidèles, ayant grand-peine à trouver une chaise ; mais grâce à ma longue taille, qui me joue éternellement le mauvais tour de me dénoncer, le bon et digne abbé Moret m’aperçut, me vint chercher malgré ma résistance et me fit l’honneur de me conduire dans le chœur.
Je sais où je veux aller, mais il n’y a pas homme plus gauche que moi pour aller où on me mène.
Enfin, après avoir coudoyé quatre ou cinq voisins, fixé les regards de deux mille spectateurs sur moi, je m’assis, me cachant du mieux que je pus au milieu de privilégiés auxquels on avait, comme moi, réservé des places d’honneur.
Par chance, Giraud, mon bon et cher Giraud, qui venait de m’envoyer un magnifique dessin représentant deux arabes accroupis dans notre cour de Constantine, vint s’asseoir près de moi ; puis Gaimard, dont le nom est inséparable de tous les voyages scientifiques ; puis Froment-Meurice, le Benvenuto Cellini de notre époque.
Les regards, on le comprend, n’en furent pas moins tournés de notre côté, mais au moins ils s’éparpillèrent sur quatre personnes au lieu de peser sur un seul.
Je me sentis un peu plus à l’aise11.

17Il faut dire qu’Alexandre Dumas ne nous a pas habitués à hanter les églises.

18L’année suivante, Le Mousquetaire imprime le 6 mars 1855 une circulaire de l’abbé Moret annonçant un « sermon de charité » qui aura lieu ce même mardi, au profit des jeunes filles incurables, en l’église Saint-Germain l’Auxerrois (« S.A.I. la princesse Mathilde quêtera dans les rangs de l’assemblée » est-il indiqué en nota).

19Dumas ajoute ce commentaire à la circulaire :

On connaît l’œuvre de dévouement entreprise par notre digne abbé Moret, nous en avons plusieurs fois entretenu nos lecteurs.
L’œuvre a prospéré. Ce n’est plus à vingt jeunes incurables que les bonnes sœurs prodiguent leurs soins, c’est à soixante-trois enfants, réunis dans l’asile auquel la princesse Mathilde a donné son nom.

20Et il annonce qu’il reviendra sur la situation actuelle de l’œuvre de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, et qu’il donnera à ses lecteurs quelques détails sur l’accroissement qu’elle a pris.

  • 12 Ouverte en 1810 entre l’actuel boulevard Haussmann et l’actuelle avenue de Messine, cette voie est (...)

21Et, en effet, à la fin du mois, le 28 mars, « après avoir perdu son âme en racontant des choses passablement scandaleuses » dans les numéros précédents, il fait « amende honorable », et revient aux incurables de l’abbé Moret, dans une troisième « Causerie », où il raconte d’abord le transfert de l’œuvre, le 15 avril 1854, de la rue Sainte-Marie-du-Roule au 2, avenue de Plaisance12, où l’abbé Moret a loué une maison assez vaste pour contenir cent à cent vingt enfants.

22Mais le récit n’est là que comme prélude à l’essentiel.

Allons, d’Artagnan, le chapeau à la main, mon ami, et dites ce que vous avez à dire.
Chers lecteurs, belles lectrices,
Au nom de Notre-Dame de Courseulles, à laquelle j’ai une dévotion toute particulière, qui m’a sauvé du vin d’Arbois de Milady, des balles des Rochellois et des coups d’épée de M. de Vardes, laissez-moi vous dire ceci le plus éloquemment possible.
Outre les aumônes, qui sont toujours les bienvenues, attendu que l’aumône est une de ces fleurs qui ont leur source au ciel, et dont l’eau désaltère les âmes, au lieu de désaltérer les corps ; outre les aumônes, les dames patronnesses de l’œuvre, la princesse Mathilde en tête, ont eu l’idée de faire une loterie, et, ayant eu cette idée, celle d’envoyer deux cents billets à notre domicile de la rue d’Amsterdam no 77.
Les billets sont à un franc.
Nous sommes très gueux, nous autres mousquetaires : aussi n’en avons-nous pu en prendre que vingt, entre Athos, Porthos, Aramis et moi.
Il en reste donc cent quatre-vingts.

23Pour placer les billets restants, d’Artagnan-Dumas lance un vibrant appel à des quêteuses particulières, les étoiles d’alors du théâtre, à l’exception du Théâtre-Français (« Nous sommes en froid avec l’établissement, et nos bons amis, nous en avons partout, se compromettraient en portant nos couleurs » explique-t-il).

24Dumas termine son article en reproduisant les paroles éloquentes que l’abbé Moret, qui était, la veille « assis là à ma droite », lui a dites :

Si j’étais homme de lettres, écrivain, journaliste, je crierais aux riches — aux riches qui ont du cœur bien entendu — je leur crierais : donnez de l’argent, donnez des vêtements, donnez du linge, donnez des secours de toute espèce à de pauvres enfants malades, infirmes, incurables, qui, il y a deux ans, ne savaient où reposer leur tête ; que l’on avait oubliées jusqu’alors et laissées mourir dans une misère profonde ; un asile vient de leur être ouvert : élargissez-le pour que toutes y puissent être reçues, afin qu’elles y reçoivent un adoucissement à des souffrances qui ne cesseront qu’avec la vie.
Je crierais aux mères de famille, dont les enfants sont robustes et bien constitués, donnez, donnez, pour reconnaître la faveur insigne que Dieu vous a faite en gardant vos enfants de toute infirmité. Au nom de vos chers et beaux enfants, donnez à ces pauvres enfants infirmes et affligées.
Je crierais aux malades : l’espérance est assise à votre chevet, elle vous sourit, elle vous console, elle vous montre l’époque rapprochée où cesseront vos douleurs. Donnez à celles qui ont la vie à traverser, portant le fardeau de l’infirmité et de la douleur. Demain, dans dix jours, dans un mois, vous aurez la santé, vous ; ces pauvres enfants, eux, ne l’auront jamais. Vous allez cesser de souffrir, vous ; donnez à celles qui souffriront toujours.

25Trois jours plus tard, le 31 mars 1855, Dumas publie une première liste de donateurs, ajoutant : « Nous voudrions pouvoir publier les lettres qui accompagnaient l’argent qu’on vous envoie ; la plupart sont des modèles de charité, mais Le Mousquetaire deviendrait un journal par lettres. »

26Parmi les généreux donateurs, signalons Heinrich Heine :

  • 13 2 août 1855, repris dans Heine (Heinrich), Correspondance, no 1673, Sӓkularausgebe. Werke, Briefwe (...)

Je vous prie donc, mon cher ami, de disposer de ces pauvres vingt francs [qu’il avait donnés pour le tombeau de Marie Dorval] en faveur des petites filles incurables, pour lesquelles vous avez quêté souvent d’une manière si touchante. J’ai oublié le nom de la petite communauté des bonnes sœurs qui se vouent aux soins de ces enfants malheureux et je vous prie de m’en donner de nouveau l’adresse, car il pourrait bien arriver que j’en eusse besoin dans un moment où des velléités de charité me passent par la tête ; j’aime de temps en temps à faire remettre une carte chez le bon Dieu13.

  • 14 Le Monte-Cristo, no 2, 30 avril 1857.

27Si, ensuite, les petites incurables semblent disparaître du Mousquetaire, elles réapparaissent d’abord deux ans plus tard, dans Le Monte-Cristo, sous forme d’un échange épistolaire du 23 avril 1857 entre Dumas et le chanoine titulaire de Saint-Denis : l’abbé, après avoir embrassé l'« Excellent M. Dumas » « sur les deux joues », le prie de mettre sur le journal la circulaire de la loterie des Jeunes Filles pauvres infirmes, incurables, dont le tirage aura lieu le 5 mai ; Dumas insère lettre et circulaire : « Mon fils et moi vous envoyons chacun un dessin. » « Inscrivez-nous en outre pour cent billets » ajoute-t-il14.

  • 15 Le Dartagnan, no 42 et 43, 9 et 12 mai 1868.

28Enfin, treize ans plus tard dans le Dartagnan, son dernier journal, Dumas imprime — première d’une série de « Causeries » consacrée aux établissements vertueux (Notre-Dame-des-Arts, Les Abeilles, l’École professionnelle des femmes, les Filles de Saint-Sauveur, Œuvres du refuge de Sainte-Anne ou des Madeleines repenties, l’Œuvre allemande) — une courte monographie des Petites Incurables15.

29À vrai dire, Dumas s’y contente de reprendre la « Causerie avec mes lecteurs » du Mousquetaire des 8 et 9 janvier 1854 ; il la retouche pour introduire d’innocents mensonges (« C’était dans cette petite maison du passage Sainte-Marie-du-Roule que, trois ou quatre jours après l'’installation des sœurs, je fus appelé pour aider l’œuvre de toute la publicité que pourrait lui donner Le Mousquetaire que je venais de fonder. ») ou pour l’actualiser en résumant la situation actuelle, treize ans après, de l’œuvre de l’abbé Moret :

Maintenant, que sont devenues les petites incurables depuis quinze ans ?
Elles sont restées jusqu’en 1864 rue de Plaisance ; alors, pour cause d’expropriation, elles sont allées à Neuilly, où l’on a fait construire, pour elles, une magnifique maison dans l’ancien parc royal.
La princesse Mathilde, qui les a toujours soutenues, a son nom gravé dans la pierre, sur le fronton de l’édifice.
Elles sont aujourd’hui deux cent seize.
L’abbé Moret a continué de diriger le petit troupeau qui s’est augmenté, comme on le voit, de deux cent quatorze brebis.
Seule la sœur Célestin est restée ; les trois autres, toujours en bonne santé, ont été envoyées en Provence selon les besoins de l’ordre.

30Pour conclure, on peut rappeller une scène et un dialogue rapportés par Pierre Margry. Alors que Dumas était alité,

Un ecclésiastique, directeur d’une œuvre à laquelle Dumas avait donné l’appui de sa plume était là. Il lui fit des compliments sur son Comte de Sainte-Hermine, disant qu’il prenait un grand plaisir à suivre son récit :
— Vous êtes le seul, l’abbé, qui m’en ayez parlé ainsi ; nul ne m’en parle. Et je vois bien que je suis fini.
— Oh non ne parlez pas ainsi... Vous nous charmerez encore de longs jours. Vous retrouverez la santé.
— Non, non, je le sens bien la mort n’est pas loin.
— Ne parlons pas de cela dit l’abbé.
— Non non au contraire parlons-en, il faut s’y préparer.

31Cet ecclésiastique, bien sûr, c’est l’abbé Moret, qui meurt à Neuilly le 11 juin 1874, après une courte maladie.

Au secours des artistes

32Lorsque Dumas ne va pas aux bonnes œuvres, ce sont les bonnes œuvres qui viennent à lui.

  • 16 Parti de Paris le 20 février pour assister à Bruxelles à la première représentation de La Jeunesse (...)

33En février 1854, lors d'un retour de Bruxelles, par le chemin de fer16, l’écrivain, pendant les vingt minutes d’arrêt, s’est installé dans le buffet de la gare de Valenciennes pour écrire, et c’est la maîtresse du buffet qui attire son attention sur Rafin, le frère de la grande tragédienne Mlle Duchesnois, née Catherine Joséphine Rafin à Saint-Saulve, le 5 juin 1777 et morte à Paris, le 8 janvier 1835.

34Ce Rafin, âgé de quatre-vingt-deux ans, est dans la misère, lui révèle l'hôtesse, car il a refusé de plaider contre ses neveux et nièces pour entrer en possession des douze mille francs que par son testament la tragédienne avait légués à ce frère.

  • 17 Mousquetaire, no 98, 26 février 1854.

35« Ô pauvre Duchesnois, si tu vois cela, de ce pays inconnu qu’on appelle la mort, comme tu dois souffrir ! » s’écrie Dumas à la fin de la « Causerie avec mes lecteurs » dans laquelle il a recréé son dialogue avec l’hôtesse17.

Voilà ce qui se passait dans mon esprit et ce que je me disais à moi même.
Et voilà huit jours que ce que je me dis à moi-même, je n’ose vous le
dire.
Pourquoi ?
Est-ce que la honte du bien me prendrait, par hasard ? Est-ce que je me souviendrais qu’on a dit que je battais la caisse sur des bonnes actions ?
Que m’importe ce que l’on dit.
Il faut que le vieillard ait cent francs bien vite, entendez-vous ; il en a besoin.
Dieu m’est témoin que je n’estime pas cent francs le manuscrit de ce pauvre roman que vous lisez tous les jours et qu’on appelle Le Salteador — près d’une bonne action, un manuscrit n’est rien que de la poussière d’orgueil.
Le manuscrit du Salteador est à la bonne âme qui enverra en son nom, et non au mien, cent francs à M. Rafin, frère de Mlle Duchesnois, à Saint-Saulve, près de Valenciennes.

36Ce Rafin, son acte de décès envoyé par la mairie de Saint-Saulve apprend qu’il se prénommait Antoine Joseph, fils de Jean Jacques Rafin et de Françoise Milot, tous deux journaliers, et qu’il était vraisemblablement né en novembre 1773, puisque à son décès, le 27 février 1857, il est dit âgé de quatre-vingt-quatre ans trois mois.

  • 18 Galerie historique des portraits des comédiens de la troupe de Voltaire gravés à l’eauforte sur de (...)

37D’autre part un document conservé dans les Archives municipales de la commune de Saint-Saulve, nous révèle que, quelques mois plus tôt, le maire de Saint-Saulve a déjà attiré, en septembre 1853, l’attention de Manne, conservateur de la Bibliothèque impériale, qui, préparant un ouvrage18, lui avait demandé des renseignements sur Mlle Duchesnois et sa famille, sur la gêne d’Antoine Rafin : « Quant à son frère Antoine Rafin, vieillard de 81 ans, il vit bien pauvrement à Saint-Saulve avec une faible pension de la liste civile. Permettez-moi de vous prier d’employer tout votre crédit et celui de vos amis pour améliorer la position du vieux Antoine Rafin » ; le 12 octobre, Manne lui répondait :

Vous me parlez, Monsieur, de la position précaire dans laquelle se trouve le frère âgé de la grande tragédienne, je n’ai pu m’occuper qu’hier seulement de tâcher de lui être utile, je ne sais si je réussirai complètement. Je puis vous dire qu’il y a tout lieu d’espérer de lui obtenir un secours, modique il est vrai, du ministre d’État mais qui ne pourrait lui être versé que sur l’exercice 1854. Je vais faire de sorte également que la Comédie française fasse quelque chose pour lui et si je réussis je m’empresserai de vous en informer.

38Le maire lui répondait :

  • 19 Voir Marecaille-Stievenard (Yvette), Joséphine Duchesnois. Saint-Saulve 1777 - Paris 1835, Cercle (...)

Permettez-moi de vous remercier de tout l’intérêt que vous portez au vieux Rafin et de vous demander le nom de la personne à qui je dois adresser ma lettre pour obtenir de la Comédie française une représentation à bénéfice19.

  • 20 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 99, 27 février 1854, p. 1.
  • 21 Mousquetaire, no 100, 28 février 1854, p. 1.

39Le cri de désespoir de Dumas rencontre des oreilles tout ouvertes, et la « Correspondance » du Mousquetaire découvre la solution rapidement trouvée pour venir à l’aide d’Antoine Rafin : c’est d’abord Polydore Millaud qui, lisant la « Causerie » à quatre heures, promet d’apporter les cent francs demandés à quatre heures et demie, au bureau du journal. « Je prends votre manuscrit de la main droite, mais je vous le rends de la main gauche ; peut-être pourra-t-il servir une seconde fois à une action pareille à celle à laquelle vous le destinez » écrit-il20. Le manuscrit est, en effet, remis à un des abonnés du Mousquetaire qui désire garder l’anonyme et qui est venu apporter cent francs derrière Millaud21. C’est enfin J.-B. Foucart qui, par télégraphie privée, annonce à Dumas que son vœu est rempli, que Rafin a les cent francs.

40Ce court épisode permet d’identifier un deuxième abonné du Mousquetaire : Jean-Baptiste Foucart (Valenciennes, 1823-1898). C’est un avocat, type de bourgeois libéral et cultivé, républicain, hostile à la monarchie de Juillet et à l’Empire, poète et auteur dramatique à ses heures, amateur d’art et bibliophile, l’une des figures marquantes de Valenciennes au xixe siècle. Condisciple de Carpeaux à l’Ecole des Frères, il est resté pour celui-ci un ami fidèle et un hôte attentif. C’est pour lui que l’artiste a modelé en 1848 l’allégorie de la Sainte Alliance des Peuples. Il est le père d’Anna et de Paul Foucart, que Carpeaux a également représentés.

  • 22 Mousquetaire, no 102, 3 mars 1854.

41Le Mousquetaire imprime les reçus de Rafin, prouvant que les trois cents francs lui ont bien été remis22.

42Une autre bonne œuvre est apportée à Dumas par Émile de Girardin, sous forme de lettre, datée du 12 mai 1854 :

Mon cher Dumas, voici une action d’éclat qui s’offre à vous ; il s’agit d’empêcher qu’un grand artiste ne devienne un mauvais soldat ; faites ce qu’il y aura à faire ; vous le ferez mieux que moi.

43Cette lettre lui est remise par « un beau jeune homme, presqu’un enfant, vingt-un ans [qui] arrive avec son père. »

44Ce jeune artiste, c’est Léon Reynier, « premier grand prix du Conservatoire de musique, une réputation déjà faite, à l’âge où l’on occupe à peine une place dans le monde. »

  • 23 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 175, 16 mai 1854, p. 1.

45Ce jeune homme est tombé à la conscription et est condamné « à partir, à quitter sa famille, à perdre son état », s’il ne trouve pas quatre mille francs pour s’offrir un remplaçant23.

  • 24 « Le quatorze aoust mil huit cent trente-trois ; à midi. Acte de naissance de Léon Reynier né le d (...)
  • 25 « Le treize avril mil huit cent trente-huit à trois heures et demie de relevée. Acte de naissance (...)
  • 26 Revue et Gazette musicale de Paris, no 13, 27 mars.

46Qui est Léon Reynier ? Il est né le 11 août 1833 à Saint-Cloud (Seine-et-Oise)24, de Reynier Nicolas Reynier, maître de pension, et de Caroline Catherine Athalie Louise Laugier, dite Dalte. Les Reynier, cinq ans plus tard, ont donné naissance à une fille, dont il est brièvement question dans la « Causerie » de Dumas25. Cette jeune sœur de Léon deviendra pianiste, puisqu’en 1860, elle accompagnera Orliani lors d’un concert à la salle Herz26.

  • 27 Pougin (Arthur), Le Ménestrel, 12 mai 1895, p. 152. Voir aussi Revue et Gazette musicale de Paris,(...)

47Léon Reynier, « élève de Massart, au Conservatoire, avait obtenu un second prix au concours de 1847, en compagnie de M. Ernest Allais, élève d’Habeneck, qui fut depuis chef d’orchestre de l’Opéra, et de M. Portehaut aîné, élève d’Allard, qui devint plus tard chef d’orchestre au Théâtre-Italien, et, chose rare, les trois camarades, ainsi couronnés, remportaient tous trois ensemble le premier prix l’année suivante27. » Dans la Revue et Gazette musicale de Paris, il est rendu compte des nombreux concerts auxquels il a participé l’année suivant l’obtention de son premier prix, au Théâtre-Italien (no 11, 18 mars), à la salle Herz (no 13, 1er avril), chez Massart, où il joue avec le maître, Chéri et Jacquard le 6e quatuor de Beethoven (no 15, 15 avril), à la salle Herz de nouveau, où le critique juge que ce « violoniste précoce, audacieux » est « peut-être un peu trop dans son jeu précocement passionné » (no 18, 6 mai ; no 29, 22 juillet), enfin dans le Parc de Neuilly pour une fête de jour au bénéfice des indigents (no 35, 2 septembre) ; en 1850, Henri Blanchard, malgré des nuances, promet un bel avenir au jeune violoniste qui porte encore une petite veste qui a l’air de le retenir un peu trop sur le seuil de l’adolescence :

  • 28 Revue et Gazette musicale de Paris, no 17,7 avril 1847.

Le concert donné par ce Paganini en herbe datera dans la vie de ce jeune artiste [...] L’expression peut-être un peu trop nerveuse de son archet, la force du son, l’audace, le réussi du trait et des sons harmoniques, sa phrase bien nuancée en font un artiste, un virtuose presque complet28.

48Le violoniste apparaît encore cette année-là dans des concerts estivaux, à la mairie de Tours où est remarqué « son aplomb extraordinaire pour son âge » (no 24, 16 juin), et dans le salon Frascati du Havre (no 33, 18 août). Mais, à partir de Tannée suivante, il s’est fait rare : en 1851, à part sa participation à une « représentation extraordinaire dramatique et lyrique » où Ton note l’« exhubérante expression qui caractérise ce jeune violoniste » (no 11, 16 mars), ne sont relevées que des prestations à Londres, qui remportent un « succès prodigieux », aux théâtres de Miss Kelly et de Saint-James et dans les New Beethoven Rooms (no 28, 13 juillet) ; en 1852, il donne un concert à la salle Herz : « Sa manière de jouer du violon est expensive, trop expensive peut-être », juge le critique, « ce jeune artiste s’impressionne tant qu’il finit par impressionner l’auditoire » (no 11, 14 mars). En septembre, « Léon Reynier, notre habile et gracieux violoniste, est de retour à Paris de sa brillante excursion en Bretagne », au cours de laquelle il a donné de nombreux concerts au Croisic (La Presse, du 5 septembre) ; en 1853, concert unique pour lequel lui est reprochée une fois encore son « expansion qui va jusqu’à la sensiblerie » (no 15, 10 avril) ; en 1854, concert unique encore, à la salle Pleyel, à l’issue duquel lui est recommandé de ne pas prendre « la vibration pour de la passion » (no 18, 3 avril).

  • 29 Fonds Glinel, R 3 16 10. Jean Joseph Stanislas Albert de Damas-Hinard (Madrid, 11 décembre 1805 - (...)

49C’est à ce moment de sa carrière qu’il appelle A. Dumas à son secours. Le premier mouvement de celui-ci est de s’adresser à 1 impératrice Eugénie, par l'intermédiaire de Damas-Hinard, secrétaire des commandements de l’impératrice.29

50La lettre est conservée par la Société des Amis d’Alexandre Dumas :

Cher et grand ami —
Voici cette fois quelque chose qui en vaut la peine et j’ai recours à vous — entendez-vous bien, à vous qui pouvez seul sauver une famille du désespoir.
Il faut le mot est écrit je le laisse — d’ailleurs j’ordonne à genoux comme les autres prient — Il faut que notre belle et bonne et gracieuse Majesté obtienne qu’un de mes bons petits amis — Mr Léon Reynier jeune artiste violoniste du plus grand avenir tombé à la conscription, ne parte pas.
Elle n’a pour cela qu’un mot à dire — qu’elle desserre les perles précieuses que Dieu lui a données à la place de dents et mon protégé sera exempté.
Je vous ai dit quelle profonde et respectueuse tendresse je lui avais vouée dès 1847 — Je vous en donne aujourd’hui la preuve en la mettant à même de faire une bonne action.
Allons cher confrère — encore — encore — encore — encore. Soyez tranquille ce ne sera point la dernière.
À vous de cœur
Alex Dumas.
12 mai.

51La réponse de Damas-Hinard, imprimée dans Le Mousquetaire laisse peu d’espoir :

  • 30 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 175, 16 mai 1854, p. 1.

[Paris], Palais-Royal, 12 mai 1854.
Cher et illustre confrère,
La supplique de votre jeune protégé est déjà au travail, et le moment venu je l’appuierai de votre recommandation autrement puissante que mes paroles.
Mais, permettez-moi de vous le dire, poète, la chose n’est point aussi facile que vous paraissez le croire, et la personne dont vous réclamez l’intervention prononce avec son cœur toujours, mais toujours aussi avec sa raison. Songez donc que, pour sauver un jeune homme que le sort avait condamné, il faut condamner un autre jeune homme que la Providence avait sauvé. L’exemption de l’un est la perte de l’autre. Déjà, dans les années ordinaires, c’est chose grave que d’enlever un enfant à son père, à sa mère, à ses jeunes frères, à ses jeunes sœurs, à tous ses amours ; on ne fait cela que pour le maintien de l’ordre et la défense de la patrie. Mais dans les circonstances exceptionnelles et solennelles où nous nous trouvons, quelle responsabilité prenez-vous, ô poète ! devant les hommes et devant Dieu !
Enfin, maître, il ne m’appartient pas de préjuger la décision qui sera prise. Je vous le répète, la demande de votre protégé est au travail, accompagnée de votre recommandation : l’impératrice prononcera, et soyez assuré qu’elle prononcera selon la justice et la charité. Mille complimens de cœur.
Damas-Hinard30.

52Aussi la conclusion de Dumas est-elle vite tirée : « c’est à nous les artistes, de sauver un artiste. Plus d’exemption exceptionnelle et injuste, — une souscription volontaire. Il faut quatre mille francs, nous les aurons. »

53Il s’adresse à ses quatre mille abonnés et, comme l’année suivante en faveur des petites incurables aux étoiles des théâtres, afin qu’elles se fassent quêteuses ; sont sollicitées Mme Oranger, Mme Guyon, Eugénie Doche, Mme Laurent, Mme Lacressonnière, Alice Ozy, Rose Chéri, Judith et Nathalie du Théâtre-Français, Mlle Arène de l’Odéon, Lucie Mabire de la Porte-Saint Martin, Mlle Tuillier de P Ambigu, Mlle Arnault de la Gaîté. Mais l’appel s’élargit à tout le monde artistique : des musiciens (Meyerbeer et Roger), des hommes de presse (Émile de Girardin, Polydore Millaud, Mirés), des écrivains (Varennes, Victor Séjour), des peintres (Gudin, Giraud, Delacroix, Louis Boulanger, Hello, Desbarolles, Isabey, Cicéri, Horace Vernet), un éditeur (Alexandre Cadot), et le « troisième abonné » du Mousquetaire, Lesseps, ni Ferdinand, ni Théodore, le diplomate, mais vraisemblablement Jules Simon Prosper de Lesseps (16 février 1809-10 octobre 1887), agent du bey de Tunis à Paris.

54Ensuite, du 18 mai au 4 juin, dans Le Mousquetaire, les listes des souscripteurs se succèdent, accompagnées souvent de lettres d’envoi.

55Un examen attentif de ces listes pourrait donner des indications fines sur le lectorat du journal. On peut prendre, au hasard, A. Cazaban, ancien capitaine de cavalerie à Pau.

56Antoine Jean Cazaban (Varsovie, 11 mars 1791 - Pau, 10 avril 1858), fils de Guillaume Cazaban (Gardères, Hautes-Pyrénées, 1756 - Pau, 17 octobre 1808 ; il est à sa mort cafetier) et d’Agnès Dorothée Mitroska, engagé volontaire à dix-sept ans dans le premier régiment des lanciers polonais, devenu le 1er septembre 1808 le 7e de chasseurs légers, a participé aux campagnes d’Espagne, d’Allemagne et de France, occupant successivement les grades de brigadier-fourrier, de maréchal des logis chef, d’adjudant et a été nommé sous-officier à partir du 1er août 1812. Il a été transféré au 2e régiment de chevau-léger, devenu par la suite le 2e régiment des lanciers de la Reine ; le 5 mai 1814, il a quitté le corps pour se rendre à Paris muni d’un congé illimité. Ayant reçu l’ordre de rejoindre son régiment le 22 avril 1815, il a participé à la campagne de France avant d’être licencié après les Cent-Jours le 1er août 1815. En demi-solde, il a été incorporé le 25 mai 1819 comme maréchal des logis dans le régiment de chasseurs à cheval (Charente), devenu ensuite le 6e et 1er régiment de chasseurs. Adjudant sous-officier (22 janvier 1820), sous-lieutenant (23 janvier 1821), il a fait la campagne d’Espagne dans le 4e corps de Catalogne (1823) et a fait partie, à Saragosse, de l’armée d’occupation, ce qui lui a valu d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur (23 mai 1825) et chevalier de première classe de l’Ordre royal et militaire de Saint-Ferdinand. Une chute de cheval en 1830 a entraîné chez lui « une claudication considérable de l’extrémité pelvienne ». Nommé lieutenant le 4 juillet 1830, capitaine le 3 décembre 1832, il a épousé en 1834 à Maubeuge Isabelle Pétronille de Cornet, veuve de Mauraige (qui semble lui avoir donné un fils, puisque en 1924 un de Casceban, se disant son petit-fils, demande au ministère des Armées les états de service de son grand-père). Il a été admis à faire valoir ses droits à la retraite le 28 novembre 1835, après vingt-trois ans trois mois et quatorze jours de service. Il s’est fixé à Pau où il mourra après avoir épousé en secondes noces Marie Zeleda Dumesnil.

  • 31 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 184,25 mai 1854, p. 1.

57La souscription artistique pour Reynier, qui avait récolté deux mille six cents francs, connaît des rebondissements puisque d’abord un ancien soldat, F. Bouziques, rue de l’Empereur, à Montmartre, propose de remplacer le violoniste pour rien31 ; enfin, parce que, à la suite de l'intervention de l'impératrice, Reynier est dispensé de conscription. C’est Léon Reynier qui l’annonce lui-même à Dumas :

  • 32 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 185,26—27 mai 1854, p. 1.

Merci, monsieur Dumas,
Mais voilà que tout ce que nous avons fait, ou plutôt tout ce que vous avez fait, est devenu chose inutile, et que de tout cela reste seulement ma reconnaissance pour vous et les bons cœurs qui ont voulu conserver, non pas un artiste à la France, je ne m'estime pas si haut, mais un enfant à sa famille.
Une puissante intervention dénoue votre œuvre, et me rend à mon père, à ma mère, à ma sœur, sans que le bienfait que l’on m’accorde retombe en douleur sur une autre tête.
Maintenant, vous comprenez bien, cher monsieur Dumas, je vous suis acquis corps et âme.
Vous parliez d’un concert au profit des monumens Soulié et Balzac,
Me voilà !
Vous parliez d’une représentation au bénéfice de vos petites incurables,
Me voilà !
Disposez de moi, c’est tout ce que je sais vous dire, mais je vous le dis de grand cœur32.

58La somme recueillie est répartie entre l’œuvre des Petites Incurables, la femme du soldat qui s’est proposé et les monuments Balzac et Soulié.

59Après cet épisode qui le libère de ses obligations militaires, Léon Reynier, à parcourir la Revue et Gazette musicale de Paris, ne se prodigue guère sur la scène parisienne. En 1856, à la salle Herz, il « se distingue toujours par son exubérance sentimentale ou paganinienne et par un son venant du cœur » (no 16, 5 avril) ; on le retrouve trois ans plus tard, à Arras (no 11, 13 mars 1859), puis à la salle Herz (no 13, 27 mars) et à un concert Magnus (no 14, 3 avril) ; en 1860, après une prestation à la salle Herz, le critique salue ce « brillant virtuose qui ne prodigue pas son talent dans les concerts, mais qu’on accueille toujours avec sympathie » (no 15, 8 avril). En effet, il faut attendre quinze ans pour que soit à nouveau imprimé dans la revue le nom de Reynier, à propos d'une prestation à la salle Pleyel : « Tous nos compliments à M. Léon Reynier qui a tenu en maître sa partie dans le trio de Beethoven et qui a joué avec beaucoup de verve et de talent une fort jolie suite pour violon de Vieuxtemps » (no 10, 7 mars) ; l’année d’après, le 12 mai, à une soirée chez Léon Reynier, est créé un quatuor à cordes d’O. Fouque (no 20, 20 mai) ; les trois années suivantes, « ce virtuose irréprochable, artiste plein de sentiment » se produit quatre fois, toujours aux côtés de la pianiste Marie Poitevin, les trois première fois salle Érard (no 9 et no 17, 3 mars et 28 avril 1778 ; no 11, 16 mai 1879), la dernière salle Pleyel (no 20, 16 mai 1880).

  • 33 Voir Constant (Pierre), Le Conservatoire National de Musique et de Déclamation, Paris, 1900.

60Léon Reynier meurt à Paris le Paris le 5 mai 18 9533. Le Ménestrel du 12 mai 1995 lui consacre une nécrologie, signée A. P. [Arthur Pougin] : « Un excellent artiste, et bien distingué, le violoniste Léon Reynier, bien connu dans les salons de Paris, où son talent était justement apprécié, est mort cette semaine, âgé d’un peu plus de soixante ans, qu’il était loin de paraître et qu’il portait avec une vigueur peu commune. » Après avoir rappelé les circonstances de ses prix au Conservatoire, Pougin ajoute : « Léon Reynier qui se produisait rarement devant le grand public, mais qui était bien connu de tous les artistes, dont l’estime et l’amitié lui étaient fidèles, sera regretté de ceux qui ont été à même de l’approcher et de l’apprécier. »

  • 34 Fauquet (Joël-Marie), César Franck, Fayard, 1999, p. 359.
  • 35 Ibid., p. 660. « L’édition du Quatuor à cordes, par un oubli difficilement explicable, omettra de (...)

61Parmi ces amitiés fidèles, celle de César Franck : « Durant l’été de 1856, écrit Joël-Marie Fauquet, Cavaillé-Coll organisa plusieurs auditions de cet instrument [grand orgue construit pour la cathédrale de Carcassonne] resté unique en son genre : l’une d'elles eut lieu le 7 juillet avec la participation de Peter Cavallo et du jeune violoniste Léon Reynier avec qui Franck allait nouer une durable amitié34. » Plus de trente ans plus tard, au printemps de 1889, lorsque Franck voulut entraîner son esprit « à penser quatuor », il se tourna vers Léon Reynier à qui sera dédiée l’œuvre à venir. « Le violoniste, fin chambriste, qui avait participé aux débuts de la société La Trompette, joua sur la demande du compositeur tous les quatuor de Beethoven dans des réunions qui eurent lieu chez lui chaque semaine35. »

62La dernière bonne œuvre concerne la vieille Mme Saqui, alors âgée de soixante-huit ans.

  • 36 Voir Wild (Nicole), Dictionnaire des théâtres parisiens au xixe siècle : les théâtres et la musiqu (...)
  • 37 Glnisty (Paul), Mémoires d’une danseuse de corde. Madame Saqui. 1786—1866, E. Fasquelle, 1907, p.  (...)

63Marguerite Antoinette Lalanne, Mme Saqui (Agde, 26 février 1786 - Neuilly, rue de Neuilly, 48, 21 janvier 1866), fille de Jean-Baptiste Lalanne, originaire de Moucin (diocèse de Lescar), marchand botaniste (et acrobate forain), et d'Hélène Moscomicari, a été baptisée à Saint-Sever d’Agde le jour de sa naissance ; elle a suivi son père à Paris lorsque celui-ci a été engagé par Nicolet ; puis elle s’est fait connaître sous l’Empire comme danseuse de corde, mais, concurrencée par la célèbre Malaga, elle a parcouru d’abord la province à la tête d’une troupe de funambules avant d’être pleinement reconnue et de faire les beaux jours des jardins du Tivoli ; vêtue d’une tunique très courte sur un maillot couleur chair, elle donnait des représentations devant l’Empereur et ses troupes. Elle a épousé Jean Julien Pierre Saqui (Lecuiellé, Indre-et-Loire, 7 mai 1786 - Paris, 11 août 1825), fils d’un marchand droguiste, qui a obtenu en 1816, le privilège, au 62 (nouveau 52), boulevard du Temple, du Théâtre des Acrobates, inauguré le 3 décembre 1816. À la mort de son mari, le théâtre a pris le nom de Théâtre de Mme Saqui qu’elle a loué en 1832 à Roux, dit Dorsay, avant de le lui vendre en 183836. En même temps, elle parcourait l’Europe, remportant d’éclatants succès à Londres (1818) ou en Allemagne. « C’est en 1851 qu’elle fit sa dernière tournée en Espagne ; sur la route de Paris, à Bayonne, à Bordeaux, à Angoulême, à Poitiers, à Tours, à Orléans, elle donne des représentations qui sont suivies. À Paris, profitant de ce regain de gloire, elle a l’idée de proposer ses talents au directeur de l’Hippodrome, ce vaste cirque de bois qui avait été construit près de l'Arc-de-Triomphe [...] Elle parut, non plus en guerrière, mais dans un costume de pèlerin avec une longue barbe postiche37. »

  • 38 H. (A.), Célébrités populaires. Madame Saqui, première acrobate de France, 1861. Voir également : (...)

64L’Illustration du 3 juillet 1852 propose d’elle une gravure qui la représente dans cet attirail. « Le 15 août 1853, elle inaugurait la première fête du nouvel empereur [...] en faisant une ascension au Champ-de-Mars. Elle avait alors soixante-huit ans ; elle n’en a pas moins une corde de deux cent quarante mètres de longueur, sur une hauteur de trente-huit mètres38. » Cigale, elle devra danser jusque dans la vieillesse : en 1861 ou 1862, à l'âge de soixante-quinze ans, elle figurera, pour sa dernière représentation, au programme de l’Hippodrome.

  • 39 Mousquetaire, 11 août 1854. Dans les comptes rendus des séances de l’Académie des sciences (janvie (...)

65Dumas est alerté sur la misère et l’oubli dans lequel Mme Saqui est « tombée du royaume de l’air », par deux lettres des 10 et 15 juillet 1854 d un nommé Chautard, qui n’a pu être identifié39. Pour illustrer sa « Causerie », Dumas y insère une lettre de son fils que celui-ci lui aurait envoyée le 10 septembre 1851, alors que lui-même résidait alors à Bruxelles. Cette lettre, après avoir raconté un récent séjour au Havre, narre une représentation à l’Hippodrome de Mme Saqui, à laquelle il a assisté.

66La date aussi bien que le statut de cette lettre soulèvent bien des doutes.

  • 40 L'Illustration, 22 mai 1852, p. 341.

67En effet, en septembre 1851, Dumas père n’était pas à Bruxelles, et l’extrait de Paul Ginisty cité permet de rectifier la datation : il s’agit de 1852, et non de 1851 ; plus précisément, L’Illustration rend compte d’une des prestations de Mme Saqui dans sa livraison du 22 mai 185 240 : « Si vous voulez un souvenir vivant du temps de l’Empire, allez à l’Hippodrome, où Mme Saqui danse sur la corde sans autre balancier que ses soixante-seize ans [Mme Saqui n’a alors que soixante-six ans], » Ces représentations ont commencé au début du mois de mai ; Théophile Gautier en rend compte dans son feuilleton de La Presse du 10 mai :

La première de ces nouveautés a soixante-douze ans. C’est presque une résurrection. Qui n’a entendu parler de Mme Saqui ?
La sylphe de la corde raide, la fée du balancier, qui traversa la Seine sur un fil d’archal, au mariage de l’Empereur, eh bien ! Mme Saqui exécute en personne, et non pas à l’état d’ombre ou de revenant, une ascension qui dépasse en péril et en audace tout ce que les funambules de vingt ans pourraient rêver de plus hardi.

68Le 13, le même journal annonce le « Dernier voyage de Mme Saqui au Mont Saint-Bernard ».

69Par ailleurs, le récit de Dumas fils est-il bien une lettre privée, de fils à père ? Le développement et le soin apportés au texte plaident plutôt pour un article (sous forme épistolaire ?) qu’aurait imprimé un journal du temps.

70L’appel de Dumas dans Le Mousquetaire, en faveur de Mme Saqui, est entendu : le journal imprime le 25 août 1854 une liste des sommes reçues pour Mme Saqui, d’un montant total de quatre cent quatre francs — parmi les donateurs, un abonné de la région de Lyon : M. Vulliet Durand, domicilié au Vernay, par Lyon. Le Service Archives et Documentation de la mairie de Caluire et Cuire a pu retrouver dans le recensement de 1856 (1 F 4/1) mention de cet abonné : c’était l’un des deux frères Vuillet Durand, âgés de vingt-huit et trente ans, rentiers, qui habitaient au 54, quai de la Saône, avec leur domestique Catherine Clanchard (âgée de quarante-trois ans).

71Ces quatre monographies touchant les bonnes œuvres du Mousquetaire ne démentent en rien le jugement que Victor Hugo portera sur son vieil ami disparu : « Alexandre Dumas n’était pas moins haut par le cœur que par l’esprit. C’était une grande âme bonne. »

Notes

1 Voir Schopp (Claude), « Le Tombeau d’Honoré de Balzac », L’Année balzacienne, nouvelle série, 2,1981, pp. 245-253.

2 Alexandre Dumas, « Causerie avec mes lecteurs » : no 49, 8 janvier 1854 ; no 50, 9 janvier ; no 52, 11 janvier ; no 111, 12 mars 1854 ; no 87, 28 mars 1855. « Œuvre de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. Asile Mathilde », no 65, 6 mars 1855 ; « Quelques mots à propos de la loterie des petites incurables », no 90, 31 mars 1855 [signé : Davy]. Voir également « Les Petites Incurables », Le Dartagnan, 9 et 12 mai 1868.

3 Voir Javary (Manuel), L'Œuvre du chanoine Moret [à paraître], M. Javary est l’actuel directeur de l’œuvre fondée par l’abbé Moret.

4 Pierre François Eugène Giraud (Paris, 9 août 1806 - 28 décembre 1881), prix de Rome en 1826, peintre, pastelliste, caricaturiste, ami de Dumas, auteur du portrait de l’écrivain gravé pour la première édition illustrée du Comte de Monte-Cristo, l’accompagna en Espagne et en Afrique du Nord. Voir Dumas (Alexandre), L'Art et les artistes contemporains au Salon de 1859, Paris, Librairie nouvelle, A. Bourdilliat et cie, 1859, pp. 137-141.
Joseph Paul Gaimard (31 janvier 1796 - 10 décembre 1858) servit aux côtés de Jean René Constant Quoy, comme naturaliste à bord des vaisseaux La Coquille, sous le commandement de Duperrey, et L’Astrolabe, sous le commandement de d’Urville, entre 1826 et 1829. Il dirigea ensuite l’expédition scientifique La Recherche (1835-1836), explorant l’océan Arctique. En 1835, il visita l’Islande, y revenant l’été suivant à la tête d’une autre expédition scientifique commissionnée par le gouvernement français. Le compte rendu de ce voyage parut en neuf volumes sous le titre de Voyage en Islande et au Groenland. En 1838, il conduisit une nouvelle expédition aux Svalbard. Deux espèces lui ont été dédiées : Eualus gaimardii (H. Milne Edwards, 1837) et Byblis gaimardi (Kroyer, 1846).

5 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 50, 9 janvier 1854.

6 Cette rue, disparue lors de la création des avenues de Friedland et Hoche, reliait la rue du faubourg Saint-Honoré et la place de l’Étoile. Le bail de la maison, daté du 16 avril 1853, retrouvé dans les archives de l’œuvre, indique que la propriétaire n’était autre que Marie d’Agoult. Dans la marge de ce document figure la mention suivante au crayon : « C’est là que M. Al. Dumas est venu s’inspirer pour écrire un article intéressant pour nous. » Puis, souligné « Les six œufs ».

7 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 50, 9 janvier 1854.

8 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 52, 11 janvier 1854, p. 1.

9 Mousquetaire, no 51, 10 janvier 1854.

10 Mousquetaire, no 197, 9 juin 1854.

11 Mousquetaire, 12 mars 1854.

12 Ouverte en 1810 entre l’actuel boulevard Haussmann et l’actuelle avenue de Messine, cette voie est devenue depuis la rue de Téhéran. Le 2 fait le coin avec la rue de Monceau où habitait l’abbé Moret.

13 2 août 1855, repris dans Heine (Heinrich), Correspondance, no 1673, Sӓkularausgebe. Werke, Briefwechsel, Lebenszeugnisse, Weimar et Paris, 1970, tome XXIII, p. 442.

14 Le Monte-Cristo, no 2, 30 avril 1857.

15 Le Dartagnan, no 42 et 43, 9 et 12 mai 1868.

16 Parti de Paris le 20 février pour assister à Bruxelles à la première représentation de La Jeunesse de Louis XIV, Dumas est de retour le 22, à minuit.

17 Mousquetaire, no 98, 26 février 1854.

18 Galerie historique des portraits des comédiens de la troupe de Voltaire gravés à l’eauforte sur des documents authentiques par Frédéric Hillemacher, avec des détails biographiques inédits par E.-D. de Manne, Lyon, Scheuring, 1861.

19 Voir Marecaille-Stievenard (Yvette), Joséphine Duchesnois. Saint-Saulve 1777 - Paris 1835, Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes, 1996, p. 237.

20 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 99, 27 février 1854, p. 1.

21 Mousquetaire, no 100, 28 février 1854, p. 1.

22 Mousquetaire, no 102, 3 mars 1854.

23 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 175, 16 mai 1854, p. 1.

24 « Le quatorze aoust mil huit cent trente-trois ; à midi. Acte de naissance de Léon Reynier né le dimanche onze aoust à neuf heures du soir, à Saint-Cloud, au domicile de ses père et mère, fils de Reynier Nicolas, âgé de vingt-neuf ans, maître de pension, et de Caroline Catherine Athalie Louise Laugier, dite Dalte, âgée de vingt-deux ans, son épouse. Les témoins ont été les sieurs Charles Antoine Fauchat, âgé de cinquante-un ans, sous-chef retraité des finances, secrétaire archiviste de la Mairie y demeurant, et Sevin Victor, âgé de cinquante-cinq ans, marchand de vin, domicilié à Saint-Cloud. Sur la représentation de l’enfant et la déclaration du père qui a signé avec nous maire et lesdits témoins après lecture faite. »

25 « Le treize avril mil huit cent trente-huit à trois heures et demie de relevée. Acte de naissance de Anna, Marie, Lucile, Léonie Reynier de sexe féminin, née aujourd’hui à trois heures de relevée chez ses père & mère, fille légitime de François Nicolas Napoléon Reynier, âgé de trente-quatre ans, instituteur, demeurant à Saint-Cloud, rue du Calvaire, numéro 5, et de Nathalie Dalté, son épouse, âgée de vingt-six ans. Les témoins ont été le père de l’enfant, sus nommé, qualifié et domicilié et Pierre Félix Duval de la Neuville, âgé de soixante-quatre ans, secrétaire archiviste de la mairie de cette commune, y demeurant. L’enfant nous a été représenté et la déclaration faite par le père qui a signé avec le témoin, après lecture faite, avec nous conseiller municipal délégué, faisant fonction d’officier de l’état civil. »

26 Revue et Gazette musicale de Paris, no 13, 27 mars.

27 Pougin (Arthur), Le Ménestrel, 12 mai 1895, p. 152. Voir aussi Revue et Gazette musicale de Paris, no 22, 6 août 1848.

28 Revue et Gazette musicale de Paris, no 17,7 avril 1847.

29 Fonds Glinel, R 3 16 10. Jean Joseph Stanislas Albert de Damas-Hinard (Madrid, 11 décembre 1805 - Neuilly, 10 octobre 1891), traducteur du théâtre espagnol, du Romancero espagnol (1845), nommé bibliothécaire au Palais du Louvre le 30 décembre 1848, fut à partir du 7 février 1853 secrétaire des Commandements de l’impératrice. Il donna aussi une traduction du Poème du Cid (Cantar de Mio Cid).

30 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 175, 16 mai 1854, p. 1.

31 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 184,25 mai 1854, p. 1.

32 « Causerie avec mes lecteurs », Mousquetaire, no 185,26—27 mai 1854, p. 1.

33 Voir Constant (Pierre), Le Conservatoire National de Musique et de Déclamation, Paris, 1900.

34 Fauquet (Joël-Marie), César Franck, Fayard, 1999, p. 359.

35 Ibid., p. 660. « L’édition du Quatuor à cordes, par un oubli difficilement explicable, omettra de mentionner » que l’œuvre est dédiée à Reynier.

36 Voir Wild (Nicole), Dictionnaire des théâtres parisiens au xixe siècle : les théâtres et la musique, Aux Amateurs de livres, 1989.

37 Glnisty (Paul), Mémoires d’une danseuse de corde. Madame Saqui. 1786—1866, E. Fasquelle, 1907, p. 180.

38 H. (A.), Célébrités populaires. Madame Saqui, première acrobate de France, 1861. Voir également : Mame (E. D.) et Menetrier (C.), Galerie historique des comédiens de la troupe de Nicolet, etc., 1869.

39 Mousquetaire, 11 août 1854. Dans les comptes rendus des séances de l’Académie des sciences (janvier-juin 1888) figurent, associés comme sur la liste des dons en faveur de Mme Saqui, les noms de Chautard (Sur la cyanaldéhyde par M. P. Chautard) et de Leroy (M. A. Leroy adresse une Note sur la navigation aérienne).

40 L'Illustration, 22 mai 1852, p. 341.

© Presses universitaires de Liège, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search