Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Jean-Daniel Candaux

La perception du Moyen Âge liégeois à la veille de la Révolution, vue à travers les concours historiques de la Société d’Émulation1

Alexis Wilkin

Texte intégral

  • 1 C’est pour nous un grand plaisir de remercier chaleureusement notre ami Pierre-Marie Gason, collab (...)
  • 2 Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasqui (...)
  • 3 Livres & Lumières, p. 9-10.

1Les historiens des idées nuancent maintenant l’image négative du paysage intellectuel du Liège du xviiie siècle, image qui devait beaucoup aux sentences lapidaires de quelques grands esprits français. Dans leurs propos liminaires, les auteurs de Livres & Lumières au pays de Liège amendaient le jugement aussi féroce qu’expéditif de Voltaire, qui ne voyait dans les Liégeois qu’un peuple de « Jésuites et de buveurs de bière2 ». À défaut de pouvoir se targuer d’une production propre, ils y mettaient en avant la prospérité d’une certaine imprimerie de contrefaçon qui était, il est vrai, sans doute animée autant par des intérêts économiques que par des prises de position philosophiques3. Même en nuançant, même en cherchant avec bienveillance et bonne volonté des traces d’un Esprit nouveau, le chercheur ne peut que dresser un bilan mitigé de la pénétration du « philosophisme » dans le pays de Liège. Pour apporter notre petite contribution à cette enquête, il nous a semblé intéressant de mesurer la perception ambiguë qu’on avait de l’héritage médiéval au sein d’une des plus prestigieuses sociétés savantes liégeoises, la Société d’Émulation.

  • 4 Voir R. Malherbe, Société libre d’Émulation de Liège. Liber memorialis, 1779-1879, Liège, 1879, p. (...)
  • 5 Voir le fameux livre de D. Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens pr (...)

2La Société d’Émulation est inaugurée le 2 juin 17794. Établie avec le soutien du prince-évêque Velbruck, ses missions sont de soutenir les progrès des arts et des sciences par une saine concurrence entre les esprits ; elle peut en cela être comparée à ces sociétés d’encouragement qui ont fleuri en France dès la seconde moitié du xviiie siècle. Elle rassemble des hommes lettrés de profils très divers qui se préoccupent de tous les domaines du savoir et des arts ; elle ne peut donc pas être comparée stricto sensu aux académies provinciales5 dont le rythme d’installation se ralentissait d’ailleurs très fortement dès 1760.

  • 6 De Froidcourt, ibid., p. 156.
  • 7 A. Francotte, La Propagande des Encyclopédistes français au pays de Liège (1750-1790), Bruxelles, (...)

3G. de Froidcourt, dans son ouvrage presque hagiographique sur Velbruck, l’a dépeinte comme un foyer de l’esprit nouveau6 ; quant à l’historien catholique Auguste Francotte, il y a vu rien moins que le lieu où la Révolution liégeoise s’était tramée7. Francotte écrit ainsi que la Société d’Émulation « permit aux idées philosophiques de s’étaler au grand jour. Il ne manquait plus désormais au Voltairianisme aucun moyen de propagande. Il y avait les journaux, les livres, le théâtre, la parole publique. La Société groupa les hommes d’action, elle leur fournit une tribune, elle leur donna l’occasion de se signaler et d’apprendre à la foule les noms de ceux qui devaient la diriger un jour. C’est là que dans l’échange continuel des idées révolutionnaires se prépara la ruine de la nationalité liégeoise. »

  • 8 On consultera, sans prétendre aucunement à l’exhaustivité : les quelques pages, brossées à très gr (...)

4Admettons provisoirement ces prémisses, très souvent reproduites dans la littérature, et posons notre problématique. Le sens commun attribue aux « philosophes » imprégnés des idées des Lumières un regard particulièrement dédaigneux sur le Moyen Âge8 ; le destin, par exemple, de l’adjectif féodal est bien connu. Notre propos est donc de caractériser le rapport au Moyen Âge au sein de la Société d’Émulation et de mesurer si les présumés « esprits éclairés » qui la composaient nourrissaient une hostilité particulière envers celui-ci, à quelques années à peine de la Révolution liégeoise.

  • 9 L’inventaire de ces archives a été effectué par P. Bertholet, Inventaire d’archives de la Société (...)
  • 10 Liste dans R. Malherbe, loc. cit.
  • 11 La fameuse question no 1 posée à la séance publique du 2 juillet 1779 : « Pourquoi le pays de Lièg (...)

5Pour mener ce projet à bien, nous avons la chance d’avoir conservé un reliquat des archives de l’ancienne Société d’Émulation, dont la plus grande partie a disparu le 20 août 1914 dans l’incendie par les troupes allemandes du bâtiment qui les abritait9. Afin de favoriser la diffusion des lettres et sciences dans l’ancienne principauté, la Société avait coutume d’organiser des concours littéraires, scientifiques et artistiques sous la forme de questions posées ; elle recevait des mémoires examinés par des commissions désignées à cet effet. Ce sont ceux-ci qui ont survécu. Plusieurs des concours avaient une finalité historique10 : il s’agissait, tantôt de retracer les débuts de l’histoire liégeoise ; tantôt de dresser un portrait, forcément flatteur, de quelques grands princes-évêques qui avaient régné sur la nation liégeoise. Les raisons qui président à la rédaction de pareils éloges ne sont guère difficiles à découvrir : au sein de la Société, la tendance est à louer les grands esprits du passé ; à chercher tout ce qui démontre le génie liégeois en matière historique ou littéraire, encore que la lucidité n’en soit pas absente, comme en témoigne la question célèbre sur les raisons qui présidaient à la pauvreté littéraire du pays de Liège11.

  • 12 Notger, prince-évêque de Liège de 972 à 1008 ; Wazon, prince-évêque de Liège de 1042 à 1048 ; Hugu (...)
  • 13 Érard de la Marck, prince-évêque de Liège de 1505 à 1538 ; Gérard de Groesbeeck, de 1564 à 1580.

6Parmi les sujets historiques choisis figuraient de très grands personnages, comme les évêques Notger, Wazon ou Hugues de Pierrepont12. Et, à des époques plus tardives, Érard de la Marck ou Gérard de Groesbeeck13. Le médiéviste que je suis ne se penchera que sur l’éloge des trois premiers.

7Dans le cadre de cette brève communication, nous examinerons le profil des auteurs des éloges qui ont concouru ; nous en dégagerons les lignes de force et de rupture ; nous tenterons de dégager leurs sources historiques ; nous mesurerons l’exactitude de leurs renseignements, analyserons l’accueil qui sera fait à leur mémoire et conclurons, de manière forcément nuancée, sur le climat intellectuel qui régnait au sein de la Société d’Émulation à la veille de la Révolution liégeoise. Le lecteur ne s’étonnera pas de la place accordée ici aux éloges consacrés au prince-évêque Wazon ; ce sont eux qui apportent à notre propos les éléments les plus intéressants, à la différence des travaux consacrés à Notger ou à Hugues de Pierrepont.

L’Éloge de Wazon (séance publique du 18 février 1783) : méritocratie et sens du devoir patriotique

  • 14 Sur Wazon, sans souci aucun d’exhaustivité, J.-L. Kupper, « Wazo », in Lexikon des Mittelalters, 8 (...)
  • 15 Anselme, Gesta episcoporum leodiensis, éd. R. Köpke, MGH SS, 7, p. 189-234 ; S. Balau, Les Sources (...)

8Le prince-évêque Wazon (1042-1048) est incontestablement une figure importante de l’histoire liégeoise. Parmi les aspects les plus importants du règne de Wazon, il y a sans aucun doute son implication dans la diffusion des idéaux de la réforme grégorienne ; cette dernière avait pour objectif d’amender le fonctionnement ecclésiastique, en débarrassant l’église du népotisme et en l’émancipant autant que possible de la tutelle impériale, très importante dans la désignation des évêques14. L’intérêt de l’évêque Wazon pour le fonctionnement des écoles liégeoises, alors en pleine période de prospérité intellectuelle, est aussi fort connu ; Wazon fut d’ailleurs, avant d’être évêque, écolâtre de la cathédrale, c’est-à-dire rien moins que chef de toutes les écoles du diocèse de Liège. La biographie de l’évêque Wazon nous est connue par une des sources les plus précieuses de l’historiographie liégeoise, les Gesta episcoporum leodiensis, rédigées par le chanoine Anselme vers 105015.

  • 16 Sur Moxhon, A. Borgnet, Révolution liégeoise, 2, p. 251, 332, 539 ; Chevalier de Theux de Montjard (...)

9Les rapports des commissaires désignés par l’Émulation pour examiner la qualité des éloges proposés ont distingué, parmi les candidats, trois travaux méritants. Le premier est identifié dans une note marginale : il s’agit de « Moxhon Jr. », qui est peut-être H.J.A. Moxhon, auteur d’un laborieux éloge du prince-évêque Velbruck, rédigé à l’occasion de la fête de son saint patron, Charles Borromée et, après la Révolution liégeoise, membre de l’Assemblée provinciale chargée de remplacer les États d’Ancien Régime16 ; les autres auteurs sont plus connus : Pierre Joseph Henkart et Emmanuel Ansiaux.

  • 17 Henkart a été moins bien étudié que la figure emblématique de Bassenge. Voir L. Lohest, Trois poèt (...)
  • 18 Deux Ansiaux appartenaient à la Société d’Émulation : Antoine-Joseph, prélocuteur, fils du bourgme (...)
  • 19 Sur ce personnage de peu d’envergure, voir P.-M. Gason, « Théorie et pratique poétique à Liège en  (...)
  • 20 A. Borgnet, La Révolution liégeoise, 1, p. 190, lui prête une participation active au Comité arist (...)

10Il n’est pas nécessaire de présenter Pierre Joseph Henkart17. Homme politique liégeois et brillant avocat, impliqué dans tous les combats révolutionnaires liégeois de la fin du xviiie siècle, ami de Bassenge et Reynier, Henkart, même s’il fut un « modéré », est vraiment une figure de premier plan de l’histoire liégeoise. L’éloge qu’il rédige du prince-évêque Wazon n’en est que d’un plus grand intérêt. Emmanuel-Antoine-Joseph Ansiaux18 a adopté de tout autres positions politiques ; jurisconsulte et littérateur, il est l’auteur de vers qui brocardent le chevalier de Saint-Péravi, ce médiocre poète français accueilli à Liège par Velbruck19. Après avoir été un proche d’Hoensbroeck, dont il fut un des conseillers, Ansiaux s’inscrit dans les rangs des contre-révolutionnaires, prend la fuite pendant la Révolution liégeoise, part vers l’Allemagne, errant de ville en ville pour mourir désargenté à Munster ; sa fin de vie est misérable20. Comme nous le verrons plus bas, il ne doit pas être considéré, comme certains l’ont parfois écrit, comme un conservateur ultra.

  • 21 Théodose Bouille (1680-1743), carme déchaussé, auteur de l’Histoire de la ville et pays de Liège, (...)

11Première constatation qui vaut pour les trois œuvres : aucune d’elles ne trahit véritablement une connaissance approfondie du Moyen Âge. Travaux rhétoriques, volontiers pesants et ampoulés, ils sont des compilations hâtives dont le matériau est puisé dans les œuvres d’autres historiens liégeois plus méritants, comme Bouille ou Fisen qui arrivent largement en tête des travaux cités21. En cela, donc, elles n’ont pas l’intérêt historique des travaux du baron de Villenfagne que nous évoquerons plus bas et qui seul mérite véritablement le qualificatif d’historien.

12C’est donc hors du champ de l’histoire médiévale qu’il faut porter son regard pour trouver quelque intérêt à ces œuvres de commande. Nos auteurs, moins érudits que le baron de Villenfagne, utilisent la biographie du prince-évêque Wazon pour aborder des thèmes très divers qui sont, en cette fin de xviiie siècle, d’une brûlante actualité. Nous allons nous en rendre compte ici : le Moyen Âge n’est pas étudié pour lui-même ; chaque auteur y puise le matériau d’une comparaison entre le passé et le présent, afin d’aborder de manière détournée des problématiques actuelles comme le gouvernement du prince et, plus particulièrement, certaines matières dans lesquelles le souverain a la main haute, comme l’instruction ou la tolérance religieuse.

  • 22 Moxhon : A.É.L., Émulation, 12, p. 6, 8, 11, 13-14, 17, 19 ; Ansiaux : A.É.L., Émulation, 10, fo 1 (...)
  • 23 Moxhon, A.É.L., Émulation, p. 13.
  • 24 Moxhon, A.É.L., Émulation, 12, p. 6 ; Henkart aussi appelle Wazon citoyen : par exemple A.É.L., Ém (...)
  • 25 Cette expression est utilisée dès le Moyen Âge pour justifier les décisions épiscopales. Voir J. L (...)
  • 26 Ainsi, le Liège de Wazon était, selon Henkart, une « république, pauvre encore, mais vertueuse, ma (...)

13Le but premier de nos auteurs est de tracer le portrait du souverain idéal ; l’objectif n’est pas nouveau : sans même remonter à la lointaine Antiquité, Henkart, Ansiaux ou Moxhon répondent à une préoccupation qui fut aussi celle des intellectuels médiévaux qui ont multiplié les « Miroirs du Prince », ces manuels d’éducation à la souveraineté rédigé à l’usage des héritiers du trône. À la figure de Wazon répond toujours celle de Velbruck ; les deux hommes sont de parfaits exemples du prince dévoué tout entier au bonheur de ses sujets. La soumission de Wazon aux desiderata de la « nation liégeoise » est, chez Moxhon comme Henkart, le fil conducteur de la biographie de Wazon22 ; c’est pour répondre aux souhaits de ses concitoyens que Wazon quitte un exil doré à la cour impériale23 ; c’est encore pour répondre aux appels pressants du peuple que, malgré lui, il sera élu évêque clero et populo, selon l’expression consacrée. Bien plus, nos auteurs n’hésitent pas à décrire Wazon comme un « citoyen qu’enflamme le bien public », comme un homme qui s’immolerait pour le « bonheur public24 »... Cette phraséologie a de quoi enflammer les imaginations des historiens, puisqu’elle apparaît à la veille de 1789. Gardons nous donc d’accorder trop d’importance à ces expressions ; l’illusion de la rétrospectivité nous conduirait volontiers à plaquer les concepts révolutionnaires sur cette terminologie : n’oublions pas que, dès le Moyen Âge, le prince-évêque justifiait ses décisions par le bien de tous, le « commun profit25 ». L’utilisation du mot « république26 », ou du mot « citoyen » ne fait pas davantage de nos panégyristes des rousseauistes convaincus ; pour Moxhon, les méthodes pédagogiques employées par Wazon visent à former d’excellents « citoyens » au service de l’État, donc des fonctionnaires efficaces, ce qui n’a rien de spécifiquement démocratique.

  • 27 A.É.L., Émulation, 12, p. 4.
  • 28 Par exemple A.É.L., Émulation, 11, p. 8 où il fustige le siècle de Wazon où « courbé sous le joug (...)
  • 29 A.É.L., Émulation, 10, fo 1 vo. Cette citation est empruntée à l’Excuse à Ariste.
  • 30 Le fait est plaisant, lorsque l’on sait qu’Ansiaux sera, quelques années plus tard, un des agents (...)

14L’examen de la figure du prince idéal, ce monstre bicéphale qui est à la fois Wazon et Velbruck, est l’occasion pour nos auteurs de passer en revue certains éléments de politique intérieure qui sont concrètement du ressort du souverain. Avec, notamment, une grande attention portée à la question des équilibres sociaux. La basse extraction du prince-évêque Wazon permet à nos trois écrivains de faire l’éloge de la méritocratie. Les panégyristes s’accordent tous à louer l’élévation du futur évêque par sa seule vertu, par son zèle aux études, par son intelligence. Comme le dit de manière lyrique Moxhon, Wazon « ne fait consister ses titres que dans les vertus27 ». Henkart utilise des figures de style similaires et les exprime avec une plume plus agile et revendicative28 ; Ansiaux est le plus insistant, et cite Corneille29 : « Wazon serait plus petit, s’il ne tenait sa noblesse que de ses aïeux, pouvant dire avec un célèbre tragique : “je ne dois qu’à moi seul toute ma renommée”30. »

  • 31 Voir l’article de L. Croq, « Bourgeoisie professionnelle, talents », in Dictionnaire européen des (...)
  • 32 Il n’est pas inutile de citer ici un poème écrit par l’oncle d’Emmanuel Ansiaux, Nicolas-Joseph, à (...)

15Cette insistance sur le mérite n’est pas révolutionnaire : elle s’inscrit pleinement dans le projet de la Société d’Émulation, dont les buts sont de stimuler les talents locaux dans les domaines des arts et sciences par une saine compétition. Cet éloge de la science, de l’instruction et de l’Émulation, qui excite le zèle des plus doués, est caractéristique de la mentalité de cette « bourgeoisie de talents » dont l’importance numérique mais aussi intellectuelle va exploser pendant le xviiie siècle31 ; celle-ci utilise cette concurrence entre les hommes qui lui offre un modèle égalitaire d’ascension sociale. Pour mieux asseoir cette revendication, la bourgeoisie invoque l’intérêt de la communauté tout entière, qui profite évidemment d’une saine gestion et de l’utilisation avisée du potentiel intellectuel et humain de la Nation32.

  • 33 A.É.L., Émulation, 12, p. 5.
  • 34 Voir J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 379.
  • 35 Il s’agissait notamment de répondre aux besoins créés par la suppression de l’ordre des Jésuites. (...)
  • 36 A.É.L., Émulation, 10, fo 16 vo.

16Le prince, celui d’hier comme celui du xviiie siècle, est au cœur de cette politique d’encouragement des talents. Nos auteurs se plaisent à souligner son rôle moteur. Et ceux-ci de rappeler comment Notger, ce « prince éclairé », selon les termes mêmes de Moxhon33, a été sensible aux « mérites » (le mot est employé) du jeune Wazon. Ce dernier, une fois devenu écolâtre, c’est-à-dire responsable de l’éducation de la jeunesse34, a reçu un dépôt sacré du souverain et de la Nation. Cette politique méritocratique passe évidemment par l’encouragement de la scolarisation. Question d’actualité, en cette fin du xviiie siècle : Velbruck fut lui aussi le fondateur d’une série d’établissements scolaires35 dont il serait fastidieux de dresser ici la liste. Ces derniers s’inscrivaient dans le cadre d’une politique cohérente, tout au moins sur le plan théorique, car sa bonne mise en œuvre demandait des moyens importants qui n’étaient guère disponibles en cette période de difficultés : dans l’éloge de Wazon, Ansiaux déplore l’insuffisance de l’effort financier consenti par l’évêque en faveur des écoles publiques36. Mais le prince aurait eu des grandes difficultés à leur accorder beaucoup plus puisqu’il était pris dans l’étau d’un système politique statique difficilement capable de se réformer.

  • 37 A.É.L., Émulation, 11, p. 58-59.
  • 38 Voir l’étude classique de N. Haesenne-Peremans, La Pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de l (...)
  • 39 D. Parthoens, Velbrück, p. 128-132. Voir encore D. Droixhe, cité n. 35.

17Les questions qui engagent l’équilibre social sont au cœur des préoccupations de nos trois auteurs : promotion des individus méritants, éloge de l’instruction... Certaines tensions se font jour, aussi, dans l’exposé des panégyristes. Ainsi, alors qu’Ansiaux se félicite de la création et de l’extension de multiples collégiales par Wazon, Henkart déplore quant à lui l’absence d’un hospice ou de toute institution charitable parmi toutes ces fondations37… Ce reproche est aisément compréhensible si l’on prête attention à la situation politique et sociale de la fin du règne de Velbruck : la pauvreté est un problème accablant et les réflexions vont bon train pour résoudre ce qui est aussi considéré comme une crise morale mettant en danger l’ordre social38 ; le prince-évêque Velbruck est impliqué dans les projets de création d’un Hôpital — à la place du Prieuré Saint-Léonard, et d’une Aumône générale qui ne fut finalement pas installée de son vivant39.

  • 40 A.É.L., Émulation, 12, p. 14.
  • 41 A.É.L., Émulation, 11, p. 37.
  • 42 D. Parthoens, Velbrück, p. 86-91 et les pages très vivantes de D. Droixhe, Des Lumières..., p. 28- (...)

18Autre exemple de l’omniprésence des conflits d’intérêts entre classes sociales : Moxhon dépeint volontiers Wazon comme le défenseur du peuple et du clergé contre les grands40. Et les réformes de Wazon prévôt offrent à Henkart — lui qui avait pourtant été doté d’un canonicat à la collégiale de Saint-Martin — un prétexte pour égratigner le clergé : au Moyen Âge, selon Henkart, les chanoines percevaient des « émoluments dont la modicité, dans ces temps heureux d’égalité, de fortune, de liberté, temps bien changés depuis, ne suffisaient pas à la dignité des caractères dont ils étaient vêtus41 ». Tout est évidemment dans la réserve exprimée au milieu de cette sentence : ces « temps bien changés depuis » ! Comment ne pas la mettre en rapport avec le conflit avec la noblesse et le haut clergé dont Velbruck venait de sortir perdant quelques années auparavant : l’évêque ne venait-il pas d’essayer d’étendre certains impôts aux ordres privilégiés, afin de permettre la restauration des chaussées urbaines, en piteux état42 ? Une certaine amertume se ressent sous la plume des bourgeois auteurs de l’éloge de Wazon ; ils auraient volontiers apprécié l’extension de l’assise d’un impôt qui les touchait au premier chef. Il est toutefois remarquable qu’Ansiaux, qui sera aussi ultérieurement mêlé de près à la défense de l’Ordre équestre, ne suit pas Henkart et Moxhon dans leurs critiques de la noblesse...

  • 43 Henkart : A.É.L., Émulation, 11, p. 83-84 ; Moxhon, A.É.L., Émulation, 12, p. 28.
  • 44 Sur ce sujet, voir l’article de R. Crahay, « Réactions liégeoises à l’Édit de tolérance (1781-1782 (...)
  • 45 Sur François-Xavier de Feller et son Journal historique et littéraire : M. Le Maire, Un publiciste (...)
  • 46 D. Parthoens, Velbrück, p. 138-141 et surtout l’inévitable de Froidcourt, Velbruck, p. 172-210.
  • 47 De Froidcourt, L’Abbé Raynal au pays de Liège (1781), Liège, 1946. Complément bibliographique dans (...)
  • 48 D. Parthoens, Velbrück, p. 98-104 avec bibliographie.
  • 49 Voir l’étude classique d’A. Chérel, Fénelon au xviiie siècle en France, Paris, 1917 (réimpr. en 19 (...)
  • 50 A.É.L., Émulation, 10, fo 18.
  • 51 A.É.L., Émulation, 10, fo 18 ; Ansiaux qualifie aussi Wazon de « philosophe vertueux » : ibid., fo(...)
  • 52 A.É.L., Émulation, 10, fo 17.

19L’éloge de Wazon a donc été l’occasion d’aborder la difficile question des relations sociales ; il est aussi prétexte à traiter d’une matière tout aussi sulfureuse, celle de la question de la tolérance religieuse. Pour ce faire, nos trois auteurs utiliseront une lettre écrite par le prince-évêque Wazon à son homologue de Châlons-sur-Marne, relative à l’attitude à adopter vis-à-vis des « manichéens », c’est-à-dire des hérétiques qui se trouvent sous sa juridiction43. Wazon recommande à son correspondant de ne pas les persécuter, mais d’essayer de les convaincre par l’exemple et le prêche. Ansiaux, Henkart et Moxhon louent de manière insistante la tolérance de Wazon, ce qui n’est pas innocent, lorsque l’on inscrit ces débats dans l’actualité de l’année 1783. En effet, la principauté bruit encore des conséquences de l’Édit de tolérance de Joseph II, mesure qui s’appliquait essentiellement aux protestants et qui ulcérait les défenseurs orthodoxes de la religion catholique44 ; pensons, par exemple, au célèbre ex-jésuite François-Xavier de Feller et à plusieurs membres du Synode liégeois qui n’auront de cesse de combattre la contagion des idées joséphistes45. D’autres querelles idéologiques et philosophiques venaient également de secouer la principauté : aux conséquences de l’Édit de tolérance de Joseph II, il faut ajouter l’affaire d’Aix-la-Chapelle relative à la répression de la franc-maçonnerie46, la querelle entre Bassenge et le Synode à propos de l’affaire Raynal47, mais aussi l’épisode du Tableau de l’Église de Liège rédigé par le chevalier de Heeswyck48, dont les excès — surtout politiques — obligeront Velbruck lui-même à sortir de sa réserve. Dans ce contexte, l’éloge de la modération de Wazon n’est pas sans signification ; de même, l’évocation de la tolérance de Fénelon — un lieu commun, en ce xviiie siècle49 — prend un relief différent sous la plume d’Ansiaux. Celui-ci cite l’auteur piétiste en ces termes : « Nulle puissance humaine n’a droit sur la liberté du cœur ; la violence ne persuade pas, elle ne fait que des hypocrites, donner de tels prosélytes à la religion, ce n’est pas la protéger, c’est la mettre en servitude50. » Mais il accompagne cette citation de ce commentaire plus audacieux qui vise le xie siècle liégeois : « On était bien éloigné encore d’adopter cet esprit de tolérance ; il manquait à l’Europe les rayons bienfaisants de la philosophie. » Ansiaux, est bien conscient de sa témérité ; il se rattrape en ajoutant que « l’auteur n’entend parler que de cette philosophie bienfaisante qui n’a pour but que de rendre les hommes vertueux, et non d’abuser de raisonnements pour les égarer dans des disputes dangereuses51 ». Mais cette timide rétractation n’est rien, si on la met en rapport avec ce qu’il avait écrit un peu plus haut, en blâmant « l’aveuglement funeste qui a tant de fois nui au christianisme52 ! ».

  • 53 C’est ici l’occasion de rappeler l’excellent jugement de M. Florkin, Ansiaux, p. 20 : « Le syndic (...)
  • 54 Ansiaux, A.É.L., Émulation, 10, fo 21 : « Dans la religion, il fut zélé sans fanatisme, et toléran (...)

20Toutefois, on chercherait en vain dans nos trois éloges une mise en cause plus radicale de la religion ; au contraire, celle-ci occupe une place importante dans le panégyrique de Wazon qui fut, ne l’oublions pas, autant évêque que prince. Ansiaux a eu beau exprimer de manière assez vive certaines critiques sur le christianisme, ceci ne l’a pas empêché de dépeindre le rôle de l’évêque comme celui d’un protecteur de la foi53. Les trois auteurs s’accordent à reconnaître à celle-ci une utilité publique : elle sert de support au bon gouvernement du prince qui la protège en retour. Et la piété intérieure n’est pas laissée de côté : chacun des trois auteurs loue la dévotion, l’esprit de mesure, la vie austère et les mortifications du héros Wazon54.

De Villenfagne : un travail d’historien

  • 55 Sur de Villenfagne, voir la notice de la Biographie Nationale, 26, Bruxelles, 1936-1938, col. 757- (...)
  • 56 Bien qu’il ait nourri le projet de fonder, en 1787, un journal conservateur, avec des personnages (...)
  • 57 Mémoires pour servir à l’histoire de Liège, ou collection des discours historiques qui ont concour (...)
  • 58 Mémoires..., p. 26. De Villenfagne utilise ici le grand mythe des peurs de l’an mil. Cette légende (...)

21La spécificité de ces discours, finalement si actuels, qui ressemblent si peu à l’œuvre d’historiens, apparaît mieux si on les compare avec les travaux du baron de Villenfagne d’Ingihoul55. Celui-ci est le seul à appréhender le passé pour lui-même, en évitant l’écueil de vouloir le faire répondre à l’actualité. Son texte est donc moins polémique et beaucoup plus exact ; plus circonstancié et précis. De Villenfagne est le seul auteur qui ait utilisé d’autres matériaux de base que les quelques grandes synthèses compilées par Henkart, Moxhon ou Ansiaux. Mais son travail est aussi un reflet moins fidèle des conceptions de son auteur, bien que, çà et là, transparaissent des opinions personnelles. De Villenfagne, parfois présenté de manière caricaturale comme un conservateur intransigeant56, loue pourtant à son tour l’élévation de Notger par ses propres mérites ou se gausse volontiers de récits de miracles écrits, selon lui, dans une langue barbare57. Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de constater que, parmi tous les auteurs d’éloges de l’Émulation, c’est de Villenfagne qui se montre le plus acerbe envers le Moyen Âge en le dépréciant avec insistance ; Notger est ainsi supérieur au « siècle barbare et ténébreux qui l’a vu naître ». De même, de Villenfagne fait une place importante dans ses écrits aux prétendues grandes peurs de l’an mil : « L’aveugle superstition étendoit sur ce malheureux siècle un voile épais ; c’étoit elle qui divilguoit de tous côtés que le monde allait finir ; et l’ignorance, sa fidelle compagne, entretenoit les peuples dans cette idée fatale : déjà l’agriculture négligée, les avantages du commerce méconnus, les maisons des particuliers, les édifices publics et les temples tombant en ruine58. »

22Malgré ces approximations, de Villenfagne est certainement le plus fiable de nos auteurs ; mais il n’est pas le plus intéressant pour notre propos.

  • 59 R. Malherbe, op. cit., p. 36.
  • 60 D. Droixhe, Des Lumières à la Révolution, p. 24-25, relève bien le patriotisme qui occupe alors le (...)
  • 61 Voir le texte cité au début de cet article.

23Que conclure de cet exposé sur le climat intellectuel qui régnait au sein de l’Émulation ? La prudence s’impose avant d’adopter des conclusions d’ordre trop général. Les archives de la Société d’Émulation ont presque entièrement disparu et ne permettent pas de porter des jugements catégoriques. De surcroît, le genre littéraire de l’éloge ne se prête guère aux audaces littéraires et philosophiques et se complaît volontiers dans un style aimable et superficiel. Ces précautions prises, nous pouvons néanmoins admettre le caractère très modéré des éloges qui ont concouru. Sans aucun doute, en matière de tolérance religieuse, en matière de critique sociale, des idées relativement audacieuses apparaissent-elles ; mais elles sont aussi celles du prince-évêque. Ce qui témoigne du fait que dans un premier temps, l’Émulation est très logiquement, à l’instar de ces académies françaises que nous évoquions, dévouée au pouvoir qui la nourrit. Ses statuts en témoignent, puisqu’ils n’autorisent tout débat que tant qu’il sera « conforme à l’autorité du prince et aux lois du pays » [...] et que tant qu’il ne pourra « donner atteinte à la pureté de la foi59. » Flatter l’honneur national — « resserrer les liens qui unissent le citoyen à sa patrie », comme il est écrit dans les archives de la Société60 ; plaire au prince en place ; honorer les grands esprits liégeois qui ont témoigné de leur sens des lettres... voilà ce qui attire les distingués membres de la Société d’Émulation lorsqu’ils choisissent Wazon, Hugues de Pierrepont ou Notger comme thèmes de concours. Chacun de nos auteurs prendra soin de conclure son éloge par un parallèle établi entre le prince-évêque du passé et Velbruck ou Hoensbroeck. On aura donc bien de la peine à produire ces textes comme des preuves appuyant la thèse de Francotte ou de Froidcourt qui voyaient dans l’Émulation « le lieu de l’échange des idées révolutionnaires61. ».

  • 62 C’est ici l’occasion de rappeler la citation du baron de Villenfagne rapportée par M. Florkin, Ans (...)

24La Société d’Émulation d’avant 1789 apparaît plutôt, à travers les discours de ses membres, comme fort similaire dans sa démarche à ces académies scientifiques provinciales françaises qui furent, selon la belle formule de Daniel Roche, des écoles de « conformisme ouvert ». Des idées nouvelles y circulent, mais tout ce beau monde reste majoritairement acquis au pouvoir en place ; les futurs révolutionnaires liégeois eux-mêmes semblent bien y avoir fait preuve d’une véritable « plasticité » intellectuelle qui les a conduits d’une attitude de courtisans lettrés à une posture plus radicale. Il n’y a donc pas lieu de poser ici une équivalence entre « philosophisme » et esprit révolutionnaire, de même qu’il ne faudrait pas affirmer que la Société d’Émulation ne comptait dans ses rangs que des « philosophes » : elle était un cercle où des idées novatrices ont circulé mais n’était pas pour autant l’endroit où se remettait en cause de manière fondamentale l’ordre social et politique62 ; des esprits très attachés à ce dernier comme des voltairiens convaincus s’y sont rencontrés et y ont entretenu un commerce intellectuel facilité par une certaine courtoisie mondaine. L’Émulation n’était pas le lieu des clameurs révolutionnaires, tout au plus celui d’une sociabilité ronronnante et modérément audacieuse. Les évènements politiques en ont redessiné les contours et en ont radicalisé le profil ; mais il nous semble, au vu des circonstances, que confondre l’après et l’avant 1789 serait une erreur de perspective.

Notes

1 C’est pour nous un grand plaisir de remercier chaleureusement notre ami Pierre-Marie Gason, collaborateur scientifique au Centre d’histoire du livre et des bibliothèques de l’Université de Liège, qui nous a été d’une aide très précieuse dans l’élaboration du présent travail. Nos remerciements les plus chaleureux vont également aux organisateurs du colloque pour leur cordiale invitation.

2 Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasquin et Michèle Mat-Hasquin, Liège, Desoer, 1980, p. 11. Sur le climat intellectuel qui régnait à Liège à la veille de la Révolution, D. Droixhe, Des Lumières à la Révolution, La Révolution liégeoise de 1789, Bruxelles, 1989, p. 21-35 ; Id., La Diffusion des idées nouvelles, La vie culturelle dans nos provinces au xviiie siècle, Bruxelles, 1983, p. 87-103 ; A. Vandegans, Introduction aux lettres françaises, Le siècle des Lumières dans la Principauté de Liège, Liège, 1980, p. 21-28. Pour une bibliographie plus exhaustive, D. Droixhe, Guide bibliographique pour l’histoire de la Principauté de Liège, 6, La Vie intellectuelle, in Annuaire d’histoire liégeoise, 27, 51, 1994-1995, p. 88-127.

3 Livres & Lumières, p. 9-10.

4 Voir R. Malherbe, Société libre d’Émulation de Liège. Liber memorialis, 1779-1879, Liège, 1879, p. 9 sqq. ; les travaux d’U. Capitaine, Notice historique sur la Société libre d’Émulation de Liège, Liège, 1868 ; en dernier lieu C. Opsomer, « Une filiale de la Société d’encouragement dans le département de l’Ourthe. La société libre d’Émulation de Liège (1779-1850) », in Encourager l’innovation en France et en Europe. Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, éd. S. Benoît, G. Emptoz et D. Woronoff, Paris, 2006, p. 287-304, avec une bibliographie exhaustive ; D. Droixhe, Des Lumières..., p. 24 ; G. de Froidcourt, François-Charles de Velbruck, prince de Liège, franc-maçon, Liège, 1936, p. 148-157 ; D. Parthoens, « La politique intérieure du prince-évêque François-Charles de Velbrück (1772-1784) », in Annuaire d’Histoire liégeoise, 34, 58, 2004, p. 141-142.

5 Voir le fameux livre de D. Roche, Le Siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Paris, 1978, 2 vol. ; voir aussi le discours inaugural de Saint-Péravi, cité par C. Opsomer, op. cit., p. 290 : les académies ont un objet spécialisé ; l’Émulation s’intéresse à toutes les disciplines, mais d’une manière forcément moins approfondie.

6 De Froidcourt, ibid., p. 156.

7 A. Francotte, La Propagande des Encyclopédistes français au pays de Liège (1750-1790), Bruxelles, 1880, p. 105-107, que l’on mettra en balance avec J. Küntziger, Essai historique sur la propagande des Encyclopédistes français en Belgique au xviiie siècle, Bruxelles, 1879. — Sur la Révolution liégeoise, le travail magistral d’A. Borgnet n’a pas été remplacé : Histoire de la Révolution liégeoise de 1789, Liège, 1865, 2 vol. ; il doit être complété par le petit ouvrage, très clair, de P. Harsin, La Révolution liégeoise de 1789, Bruxelles, 1954 ; par le catalogue de l’exposition de 1989 cité plus haut ; voir la synthèse de B. Demoulin et J.-L. Kupper, Histoire de la Principauté de Liège, Toulouse, 2002, p. 216-229 qui remplace le travail classique de J. Lejeune, La Principauté de Liège, 4e éd., Liège, 1996.

8 On consultera, sans prétendre aucunement à l’exhaustivité : les quelques pages, brossées à très gros traits, relatives au xviiie siècle, de l’ouvrage du médiéviste J. Heers, Le Moyen Âge, une imposture, Paris, 1992, p. 106 sqq. ; J.-M. Dufays, « Le “Moyen Âge” au dix-huitième siècle : contribution à l’étude de la terminologie et de la problématique d’“époque intermédiaire” », in Études sur le xviiie siècle, 8, 1981, p. 125-145 ; la thèse de J. Voss, Das Mittelalter im historischen Denken Frankreichs. Untersuchungen zur Geschichte des Mittelalterbegriffes und der Mittelalterbewertung von der zweiten Hälfte des 16. bis zur Mitte des 19. Jahrhunderts, Munich, 1972 ; E. Esteve, « Le Moyen Âge dans la littérature du xviiie siècle », in Revue de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 28e armée, 1922-1923, p. 353-382.

9 L’inventaire de ces archives a été effectué par P. Bertholet, Inventaire d’archives de la Société libre d’Émulation de Liège, 1779-1790, Archives de l’État à Liège, Bruxelles, A.G.R., 1999, Instruments de recherche à tirage limité, 38. Voir l’introduction de cet inventaire.

10 Liste dans R. Malherbe, loc. cit.

11 La fameuse question no 1 posée à la séance publique du 2 juillet 1779 : « Pourquoi le pays de Liège, qui a produit un si grand nombre de savants et d’artistes célèbres, n’a-t-il vu naître que rarement dans son sein des hommes également distingués dans la littérature française... ? » : R. Malherbe, op. cit., p. 38-39.

12 Notger, prince-évêque de Liège de 972 à 1008 ; Wazon, prince-évêque de Liège de 1042 à 1048 ; Hugues de Pierrepont, prince-évêque de Liège de 1200 à 1229. Wazon, question no 13 (R. Malherbe, op. cit., p. 43 : séance publique du 18 février 1783) ; Notger, question no 18 (R. Malherbe, op. cit., p. 45 : séance publique du 20 février 1784) ; Hugues de Pierrepont, question no 23 (R. Malherbe, op. cit., p. 47 : séance du 25 février 1785). — Il n’est pas inutile de signaler les noms des vainqueurs : pour Wazon, le vainqueur est l’avocat Ansiaux ; le travail d’Henkart a fait l’objet d’une mention ; le baron de Villenfagne a remporté le concours sur Notger ; aucun prix n’a été décerné pour Hugues ; toutefois le poète Malherbe a été distingué.

13 Érard de la Marck, prince-évêque de Liège de 1505 à 1538 ; Gérard de Groesbeeck, de 1564 à 1580.

14 Sur Wazon, sans souci aucun d’exhaustivité, J.-L. Kupper, « Wazo », in Lexikon des Mittelalters, 8, Munich, 1997, col. 2082 ; J. Closon, « Wazon, évêque de Liège (1042-1048) », in Biographie nationale, 27, 1938, col. 145-150 ; E. Hoerschelmann, Bischof Wazo von Lüttich und seine Bedeutung für Den Beginn des Investitutstreites, Düsseldorf, 1955 et encore R. Huysmans, Wazo in den idëenstrijd zijner dagen, Nimègue-Utrecht, 1932.

15 Anselme, Gesta episcoporum leodiensis, éd. R. Köpke, MGH SS, 7, p. 189-234 ; S. Balau, Les Sources de l’Histoire du Pays de Liège. Étude critique, Bruxelles, 1903, p. 131-132 et surtout p. 162-172, et la bibliographie citée par J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, Paris, 1981, p. 15, n. 24 ; Id., « Les “Gesta pontificum Leodicensis aecclesiae” du chanoine Anselme, in À la mémoire de Jean Lejeune, Problématique de l’histoire liégeoise, Liège, Le Grand Liège, 1981, p. 29-39 ; Id., « Episcopus, ingenui, cives et rustici, La chronique d’Anselme et l’histoire économique du pays mosan », in Villes et campagnes au Moyen Âge. Mélanges en l’honneur de G. Despy, p. 405-414, qui a bien compris l’intérêt remarquable de la chronique d’Anselme.

16 Sur Moxhon, A. Borgnet, Révolution liégeoise, 2, p. 251, 332, 539 ; Chevalier de Theux de Montjardin, Bibliographie liégeoise..., Bruges, 1885, col. 636 : Ode à S.A.C. Mgr François Charles, des comtes de Velbruck, prince-évêque de Liège, etc., etc., pour la fête de saint Charles Borromée, son auguste patron.

17 Henkart a été moins bien étudié que la figure emblématique de Bassenge. Voir L. Lohest, Trois poètes liégeois : Henkart, Reynier, Bassenge, Bruxelles, 1945 ; A. Borgnet, Révolution liégeoise, passim ; voir D. Droixhe, « Noblesse éclairée, bourgeoisie tendre dans la principauté de Liège au xviiie siècle », in Études sur le xviiie siècle, 9, 1982, p. 9-47.

18 Deux Ansiaux appartenaient à la Société d’Émulation : Antoine-Joseph, prélocuteur, fils du bourgmestre Christophe Ansiaux. Antoine-Joseph était, dès la création de la Société d’Émulation, associé ordinaire et membre de son conseil d’administration ; ces responsabilités rendent très vraisemblable que ce soit le fils d’Antoine-Joseph, Emmanuel-Antoine-Joseph, né le 1er janvier 1761, qui ait ici concouru ; Emmanuel-Antoine-Joseph était d’ailleurs associé adjoint de la Société. Voir la belle étude de M. Florkin, « Un médecin antiphilosophe, Nicolas-Joseph Ansiaux », in Revue médicale de Liège, 7, 1, p. 18-34 et aux p. 18-20 ; p. 28 et 31-32 avec une belle bibliographie ; voir encore M.-L. Polain, « Ansiaux », in Biographie Nationale, 1, 1866, col. 336-337 ; A. Borgnet, Révolution liégeoise, 1, p. 190. Emmanuel Ansiaux a en outre aussi concouru pour l’éloge d’Érard de la Marck. Il n’est en outre pas inintéressant de savoir qu’Emmanuel est l’auteur d’une description du monument funéraire du prince-évêque Velbruck, dessiné par F.-J. Dewandre, et parue dans L’Esprit des journaux en février 1785, p. 254-257. — Voir encore son éloge funèbre par de Villenfagne d’Ingihoul, Mélanges historiques et littéraires, Liège, 1810, p. 47-51.

19 Sur ce personnage de peu d’envergure, voir P.-M. Gason, « Théorie et pratique poétique à Liège en 1778 : l’hommage de Saint Péravi à Voltaire et Rousseau », in Études sur le xviiie siècle, 6, 1979, p. 63-75 ; J. Brassinne, Biographie nationale, 21, col. 131 et R.A. Leigh, « Rousseau, Voltaire and Saint-Péravy », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 94, 1972, p. 17-23. C’est encore l’occasion de citer l’avis féroce de M. Florkin, Ansiaux, p. 19, en fait emprunté pour partie à de Villenfagne, Mélanges, p. 48 : « Saint-Péravi […] mourut à l’âge de 57 ans, dans la misère et la crapule les plus complètes. Saint-Péravi était un sac à vin et un joyeux insouciant. »

20 A. Borgnet, La Révolution liégeoise, 1, p. 190, lui prête une participation active au Comité aristocratique allié au Triumvirat de Hamal, qui luttait contre les révolutionnaires. Mais Florkin attribue ce rôle à son père, le syndic : Ansiaux, p. 28.

21 Théodose Bouille (1680-1743), carme déchaussé, auteur de l’Histoire de la ville et pays de Liège, Liège, 1725 a été très souvent utilisé, notamment parce qu’il écrivait en français ; Barthélemy Fisen (1591-1649), dont l’œuvre principale est la fameuse Sancta Legia romance ecclesiœ filia..., Liège, 1696. Ces deux œuvres, avec la compilation de sources du vicaire général Jean Chapeaville (1551-1617), Qui gesta pontificum Tungrensium..., 1612-1616, sont les travaux les plus compulsés par nos auteurs.

22 Moxhon : A.É.L., Émulation, 12, p. 6, 8, 11, 13-14, 17, 19 ; Ansiaux : A.É.L., Émulation, 10, fo 10 ro ; fo 11 ; Henkart, A.É.L., Émulation, 11, p. 5, 15, 31-32, 45-46, 52-53 (le texte d’Henkart a été paginé au crayon, probablement par un archiviste ; nous suivons cette numérotation).

23 Moxhon, A.É.L., Émulation, p. 13.

24 Moxhon, A.É.L., Émulation, 12, p. 6 ; Henkart aussi appelle Wazon citoyen : par exemple A.É.L., Émulation, 11, p. 7-8 ; ou encore p. 14, 31, 32, 41, 86, il est même « prince citoyen, il s’applaudissait même de voir dans les foyers de sa patrie la liberté fière et tranquille à l’abri des loix ».

25 Cette expression est utilisée dès le Moyen Âge pour justifier les décisions épiscopales. Voir J. Lejeune, Liège et son pays, Naissance d’une patrie, xiii e- xive siècle, Liège, 1948, p. 502, n. 158. — Il semble qu’elle soit héritière des anciennes conceptions antiques d’utilitas communis ou publica ; cette conception s’oppose à l’intérêt particulier. Mais elle est aussi parfaitement autocrate : il faut attendre la période révolutionnaire et l’intégration de l’idée de contrat social pour que s’impose la conception d’une définition démocratique de cette utilité publique.

26 Ainsi, le Liège de Wazon était, selon Henkart, une « république, pauvre encore, mais vertueuse, mais libre, mais tranquille, mais heureuse : la noblesse ignorante mais fière brillait par son courage et sa valeur ; le peuple, avec beaucoup de rudesse, était ferme, actif et belliqueux... » : A.É.L., Émulation, 11, p. 48-49 ; voir encore ibid., p. 84 : « république naissante encore ». — Citons encore ici l’avis publié de manière posthume du poète guadeloupéen Nicolas Germain Léonard sur l’État liégeois avant la Révolution (Histoire ecclésiastique et politique de l’État de Liège, Paris, 1801, p. xix : « Quoique l’on puisse regarder cet État comme aristocratique, il paroit plutôt être un mélange bizarre de gouvernemens qu’un gouvernement propre. On y voit un souverain, comme dans les monarchies, un sénat et un corps de nobles, comme dans les aristocraties ; on y voit, comme dans les démocraties, le peuple à la tête de l’État, et, comme dans les républiques fédératives, une association de toutes les villes de la Province. »

27 A.É.L., Émulation, 12, p. 4.

28 Par exemple A.É.L., Émulation, 11, p. 8 où il fustige le siècle de Wazon où « courbé sous le joug servile d’un préjugé ridicule, un noble s’enorgueillissait de sa stupide ignorance ».

29 A.É.L., Émulation, 10, fo 1 vo. Cette citation est empruntée à l’Excuse à Ariste.

30 Le fait est plaisant, lorsque l’on sait qu’Ansiaux sera, quelques années plus tard, un des agents du parti aristocratique : voir plus haut, n. 18.

31 Voir l’article de L. Croq, « Bourgeoisie professionnelle, talents », in Dictionnaire européen des Lumières, éd. M. Delon, Paris, 1997, p. 171-173 avec bibliographie.

32 Il n’est pas inutile de citer ici un poème écrit par l’oncle d’Emmanuel Ansiaux, Nicolas-Joseph, à l’occasion de l’accession au siège épiscopal d’Hoensbroeck, Les Vœux accomplis, publiés chez l’imprimeur Tutot : « Aux bienfaits, aux faveurs que sa main va répandre / Le vrai mérite, seul aura droit de prétendre / On le verra toujours, équitable en son choix / Distinguer la vertu, l’appeler aux emplois ;/Insensible à l’encens que le flatteur prodigue. » Voir M. Florkin, Ansiaux, p. 22.

33 A.É.L., Émulation, 12, p. 5.

34 Voir J.-L. Kupper, Liège et l’Église impériale, p. 379.

35 Il s’agissait notamment de répondre aux besoins créés par la suppression de l’ordre des Jésuites. Voir en dernier, sur ce sujet d’importance, D. Parthoens, Velbrück, p. 122-128, et, sur l’enseignement médical, les travaux de M. Florkin qui y sont cités ; voir aussi D. Droixhe, Des Lumières..., p. 23-24, où il insiste à juste titre sur la part de Jacques de Heusy.

36 A.É.L., Émulation, 10, fo 16 vo.

37 A.É.L., Émulation, 11, p. 58-59.

38 Voir l’étude classique de N. Haesenne-Peremans, La Pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la Révolution industrielle. Un siècle de tensions sociales (1730-1830), Paris, 1981, et les autres travaux de ce même auteur.

39 D. Parthoens, Velbrück, p. 128-132. Voir encore D. Droixhe, cité n. 35.

40 A.É.L., Émulation, 12, p. 14.

41 A.É.L., Émulation, 11, p. 37.

42 D. Parthoens, Velbrück, p. 86-91 et les pages très vivantes de D. Droixhe, Des Lumières..., p. 28-29 sur l’anticléricalisme de l’époque.

43 Henkart : A.É.L., Émulation, 11, p. 83-84 ; Moxhon, A.É.L., Émulation, 12, p. 28.

44 Sur ce sujet, voir l’article de R. Crahay, « Réactions liégeoises à l’Édit de tolérance (1781-1782) », in Livres & Lumières..., p. 85-117 ; La Tolérance civile. Actes du colloque de Mons, éd. R. Crahay, Études sur le xviiie siècle, volume hors série, 1, 1982.

45 Sur François-Xavier de Feller et son Journal historique et littéraire : M. Le Maire, Un publiciste au siècle des Lumières, François-Xavier de Feller, thèse de doctorat inédite, Université catholique de Louvain, 1949 ; R. Trousson, « L’abbé François-Xavier de Feller et les philosophes », in Études sur le xviiie siècle, 6, 1979, p. 103-115 et l’étude de L. Corbesier, dans ce volume.

46 D. Parthoens, Velbrück, p. 138-141 et surtout l’inévitable de Froidcourt, Velbruck, p. 172-210.

47 De Froidcourt, L’Abbé Raynal au pays de Liège (1781), Liège, 1946. Complément bibliographique dans D. Droixhe, Guide bibliographique, p. 106.

48 D. Parthoens, Velbrück, p. 98-104 avec bibliographie.

49 Voir l’étude classique d’A. Chérel, Fénelon au xviiie siècle en France, Paris, 1917 (réimpr. en 1970, Genève).

50 A.É.L., Émulation, 10, fo 18.

51 A.É.L., Émulation, 10, fo 18 ; Ansiaux qualifie aussi Wazon de « philosophe vertueux » : ibid., fo 13 vo ; et il conclut son exposé par un parallèle entre Velbruck et Wazon, puis par le rappel de la figure de l’empereur Trajan, entouré de philosophes : ibid., fo 19 vo

52 A.É.L., Émulation, 10, fo 17.

53 C’est ici l’occasion de rappeler l’excellent jugement de M. Florkin, Ansiaux, p. 20 : « Le syndic Ansiaux et son fils le conseiller [Emmanuel] ne méritent sûrement pas la réputation d’affreux réactionnaires qu’on leur a faite. L’un et l’autre ne manquaient ni de raison, ni d’esprit, ni même d’esprit critique, mais, produits d’une éducation reposant sur une vue du monde qui conserve encore des thuriféraires, ils plaçaient les frontières de l’esprit critique aux seuils de la théologie et du politique. »

54 Ansiaux, A.É.L., Émulation, 10, fo 21 : « Dans la religion, il fut zélé sans fanatisme, et tolérant comme Fénelon. »

55 Sur de Villenfagne, voir la notice de la Biographie Nationale, 26, Bruxelles, 1936-1938, col. 757-759 rédigée par M. Yans ; voir encore P. Raxhon, La Révolution liégeoise de 1789 vue par les historiens, p. 19-20 ; J. Helbig, « À propos du cinquantième anniversaire de la mort de Villenfagne », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 12, 1874, p. 489-493.

56 Bien qu’il ait nourri le projet de fonder, en 1787, un journal conservateur, avec des personnages aussi célèbres que l’ancien jésuite F.-X. de Feller, le chanoine franc-maçon de Paix ou Nicolas-Joseph Ansiaux (A. Francotte, La Propagande..., p. 144). N. Vanwelkenhuyzen a consacré un article à cette entreprise avortée : « Une galerie du conservatisme liégeois en 1787. À propos du projet de journal antiphilosophique », in Le Livre et l’Estampe, 141, 1994, p. 157-165.

57 Mémoires pour servir à l’histoire de Liège, ou collection des discours historiques qui ont concouru, à la Société d’Émulation, depuis son établissement, Maestricht et Liège, 1785, p. 35.

58 Mémoires..., p. 26. De Villenfagne utilise ici le grand mythe des peurs de l’an mil. Cette légende a notamment été popularisée par le cardinal Baronius (1538-1607) et, avant lui, par le célèbre Trithème, abbé de Sponheim et de Saint-Jacques de Würzburg (1462-1516), polygraphe étonnant et inventeur, notamment, d’un système de cryptographie. Or ce dernier figure dans les nombreuses sources expressément citées par le baron de Villenfagne dans son éloge de Notger.

59 R. Malherbe, op. cit., p. 36.

60 D. Droixhe, Des Lumières à la Révolution, p. 24-25, relève bien le patriotisme qui occupe alors les esprits de beaucoup de lettrés liégeois, en cette fin de xviiie siècle.

61 Voir le texte cité au début de cet article.

62 C’est ici l’occasion de rappeler la citation du baron de Villenfagne rapportée par M. Florkin, Ansiaux, p. 19, selon qui « l’Émulation était plutôt le lieu de réunion de quantité d’esprits turbulents, factieux, et tracassiers, imbus de ces maximes philosophiques et révolutionnaires dont l’explosion a retenti après dans les quatre parties de l’univers, que le paisible rassemblement du petit nombre d’amateurs, soit pour les Lettres, soit pour les Arts, que nous avions parmi nous ». Mais il ne faut pas oublier que le recul historique, et en particulier les évènements révolutionnaires de 1789, peuvent entacher le jugement du baron de Villenfagne. La composition de la Société a été remaniée à la faveur des bouleversements politiques : les Patriotes déjà présents dans la Société ont élargi cette dernière à d’ardents révolutionnaires, tandis que les sociétaires hostiles à la Révolution la quittaient d’un même élan (cf. le chanoine de Paix ; les Ansiaux, etc.) : U. Capitaine, op. cit., p. 61-62. L’Émulation ne peut donc être jugée à l’aune de sa composition de 1789, puisque celle-ci est le reflet des rapports de force politiques du moment. Il n’est par contre pas étonnant qu’en 1792, Hoensbroeck y voie « une société d’insubordination » (Mandement de Hoensbroeck, conservé à l’Université de Liège : XXIII.34.4, cité par C. Opsomer, op. cit., p. 291).

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search