Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Jean-Daniel Candaux

Architecture et cosmopolitisme à Liège à la fin du xviiie siècle. Notes et illustrations

Maurice Lorenzi

Texte intégral

  • 1 A.É.L., Échevins. Procès non classés, boîte 910.

1L’inventaire de la bibliothèque de l’architecte liégeois Étienne Fayn, le deuxième du nom, dressé en 1782 en vue d’une vente, mérite d’être brièvement évoqué1.

2De toute évidence, le scribe qui a rédigé le document a travaillé sous la dictée : certaines altérations dans le rendu de titres d’ouvrages, certains sons distordus dans leur transcription graphique trahissent la méthode de travail du notaire : rapidité d’exécution et exactitude relative. À titre d’exemples, citons Les Agremens des agremens de la Redoute de Spa pour Les Agremens et desagremens de la Redoute de Spa, ou encore La Philosophie nègre pour Le Philosophe nègre.

3Cela n’enlève cependant rien au grand intérêt de ce document : celui-ci, en nous révélant la nature des publications qui ont suffisamment éveillé l’intérêt d’Étienne Fayn pour qu’il en soit devenu acquéreur, parfois en double exemplaire, est un indicateur utile pour la compréhension du niveau de culture d’un architecte liégeois en 1782, et permet de mieux cerner ses préoccupations dans un contexte notamment européen.

4Outre les nombreux portefeuilles, albums, dessins et gravures isolés, la bibliothèque révèle les goûts et les orientations intellectuelles de l’artiste.

5Quelque vingt-quatre entrées forment la partie « encyclopédique » ; elles concernent les divers domaines des sciences (Valmont de Bomare, Pluche), des arts (le Dictionnaire de musique de Rousseau), ou des lettres et des techniques (Richelet, le Dictionnaire des arts et des sciences de Thomas Corneille). Mais les grands ensembles encyclopédiques, tout comme les travaux de Buffon ou le Dictionnaire universel de Robinet font défaut. Trente-deux entrées concernent, de manière plus ciblée, les arts dans tous les domaines, de l’architecture à la peinture ou à la sculpture, avec une bonne part réservée aux disciplines propres à l’ingénieur.

6Une douzaine de titres témoignent d’un certain éclectisme ou d’un intérêt relatif dans le domaine historique, trois ouvrages étant consacrés à l’histoire de l’Orient. Leur choix manque de cohérence et n’inscrit pas la discipline parmi les options prioritaires de Fayn.

7Dans le domaine spirituel, il est difficile de tirer une conclusion des seize entrées relatives à la théologie et à la piété. Le Paradis terrestre du Liégeois Rasir côtoie ici deux exemplaires de l’Imitation de Jésus-Christ. La présence d’une édition latine de saint Augustin, des Provinciales de Pascal et du poème sur La Religion de Louis Racine ne peuvent amener à conclure à une tendance janséniste au départ d’un ensemble bien hétéroclite.

8Une quinzaine de titres témoignent d’un penchant ou d’un intérêt pour l’hétérodoxie : d’Argens est présent avec les Lettres cabalistiques et les Lettres chinoises, Voltaire avec Candide et les Contes et nouvelles, mais aussi avec La Henriade. Le Compère Mathieu accentue la note philosophico-libertine. Les Lumières radicales pèchent par leur absence.

9Les œuvres de fiction en sa possession suivent de relativement près l’actualité avec Marmontel, Madame Riccoboni, Baculard d’Arnaud mais aussi avec Le Philosophe nègre de Mailhol — dont l’action se déroule pour partie à Spa — et l’incontournable Cyrus de Ramsay et Duclos. La littérature anglaise est présente avec Les Nuits d’Young. On trouve aussi les grands auteurs latins et grecs (Ovide, Horace, Homère, Cicéron, Tite-Live, etc.) comme des œuvres complètes d’auteurs classiques français (Boileau, Racine, Régnier, Saint-Evremond, J.-B. Rousseau).

10Le théâtre est incontestablement la grande passion de Fayn avec plus de soixante entrées. On trouve parfois en plusieurs exemplaires des œuvres plus souvent modernes qu’anciennes, faisant la part belle aux opéras comiques sans négliger les tragédies de Voltaire (Olympie, Mahomet, Alzire, Nanine). Beaumarchais ne manque pas à l’appel, pas plus que Diderot, avec Le Père de famille. On notera la présence du théâtre dialectal liégeois (Li ligeoi égagi, Li voëdge di Chaufontaine — avec une « suite » qui pose problème —, Les Hypocondes, en deux exemplaires). Quelques collections d’œuvres mettent à sa disposition un répertoire qui s’inscrit déjà dans les classiques du genre (Regnard, Crébillon).

11Il n’est pas impossible que Fayn se soit frotté à la technique de la gravure ; il possède en effet pas moins de soixante et un portraits du prince-évêque, probablement des estampes représentant François-Charles de Velbruck, dont il se pourrait qu’il possède la matrice en cuivre ; l’inventaire décrit en effet « une platinne du portrait de S. A. en cuivre rouge ».

  • 2 Jean-François de Neufforge, Recueil élémentaire d’architecture, Paris, 1757-1780.

12Outre les nombreux livres, dessins, plans et estampes qui touchent peut-être à l’architecture et sont simplement signalés sans être décrits, on trouve notamment un Frontispice — entendez la façade — de l’eglise de St Pierre à Rome, un Plan de la colonnade du Louvre, une Coupe et élévation du Dôme des invalides, le Portail de l’eglise Royale des invalides, l’Arc de triomphe du trone au faubourg St Antoine, un Jardin anglo-chinois, l’Elevation de la nouvelle Magdelaine, deux plans et une coupe de ladite église. Notons qu’il ne s’agit évidemment pas de l’édifice actuel dessiné par Vignon sur ordre de Bonaparte, mais de l’église détruite dessinée par l’architecte Couture sur le modèle de l’église Sainte-Geneviève, elle-même dessinée par Soufflot. Sont encore cités des vues de Rome de Piranèse, deux livres intitulés Nouvelle architecture, Les Délices de Versailles, les Pratiques d’architecture, un Traité du beau essentiel dans les arts avec planches et desseins, de Nouveaux trophées ou cartouches, deux volumes du Recueil élémentaire d’architecture, — sans aucun doute l’ouvrage de Neufforge2 dont nous parlerons plus loin, — et Les 4 livres d’architecture d’andret, alias Andrea, palladio.

  • 3 Paul Bertholet, Les Jeux de hasard à Spa au xviiie siècle. Aspects économiques, sociaux, démograph (...)
  • 4 Marc Bouchat, « Barthélemy Digneffe et la construction de l’hôtel de Hayme de Bornai à Liège (1775 (...)

13Les Agremens et desagremens de la Redoute de Spa est un ouvrage, non pas d’architecture, mais relatif à une polémique touchant aux jeux dans la ville d’eau3. Le nom de l’architecte Barthélemy Digneffe étant associé à cet édifice aujourd’hui disparu, voilà tout trouvé le lien avec la suite de mon exposé : un regard sur l’hôtel de Hayme de Bornai à Liège, dont Digneffe fut très probablement l’architecte4.

14L’hôtel de Hayme de Bornai a été construit entre 1775 et 1778 pour le compte de Jean-Baptiste de Hayme de Bornai, banquier et bourgmestre de Liège entre 1762 et 1784, très riche bourgeois allié et apparenté à de puissantes familles de la principauté. L’organisation du plan de l’hôtel, inhabituelle à Liège, s’ordonne suivant le modèle entre cour et jardin à la française, mais aussi suivant le modèle italien à piano nobile. Cette structure dédie les étages aux pièces d’apparat et aux espaces de vie des maîtres, attribuant le rez-de-chaussée à des espaces purement fonctionnels. Cette organisation s’exprime en façade par un rez-de-chaussée à bossages semblable à un vaste soubassement haut d’un niveau, à la florentine, à l’instar de nombreux modèles publiés par Neufforge. L’ordre colossal caractérise la façade sud, côté jardin, aujourd’hui quai de Maastricht. La composition de cette façade est truffée de citations de Neufforge : outre le rez-de-chaussée à bossages, épinglons les festons de guirlandes de laurier qui embrassent le sommet des pilastres, les chapiteaux à glyphes et à mutules, ainsi que les entrelacs qui ornent les linteaux des fenêtres de l’étage noble.

  • 5 Jacques-François Blondel, Cours d’architecture ou Traité de la Décoration, Distribution et Constru (...)
  • 6 Jean-Charles Delafosse, Nouvelle Iconologie historique ou Attributs hiéroglyphiques qui ont pour o (...)

15À l’intérieur de l’édifice, les entrelacs qui ornent les contours des miroirs du salon des glaces sont inspirés du Cours d’architecture de Blondel5. Les décors sculptés, notamment sur les portes, citent directement Delafosse6. Enfin, l’on retrouve l’inspiration de Neufforge dans les entrelacs qui forment le garde-corps de l’escalier d’honneur.

16Sans doute convaincu par les qualités de l’architecte, Jean-Baptiste de Hayme de Bornai confie au même Barthélemy Digneffe la construction de sa nouvelle maison de villégiature à Fraiture, dans le Condroz liégeois. Certes, le château a disparu dans un incendie, mais il subsiste suffisamment d’éléments de qualité pour permettre encore aujourd’hui une lecture suffisante de cet ensemble magnifique ; mais jusqu’à quand, si aucune mesure de protection n’est prise ? Le site, actuellement, sert de camping municipal.

  • 7 Janine Barrier, Les Architectes européens à Rome. 1740-1765. La Naissance du goût à la grecque, Pa (...)

17Les éléments d’architecture encore visibles à Fraiture sont sans doute, à Liège, l’expression la plus achevée du goût à la grecque, à cette époque, goût international par excellence7. La présence des vases cinéraires qui somment les pilastres des grilles en témoigne (fig. 1), de même que les deux panneaux de pierre ornés de profils en bas-relief, ainsi que le petit temple carré qui subsiste (fig. 2), l’organisation du site ayant été conçue avec deux temples selon une parfaite symétrie.

Figure 1. Château de Fraiture en Condroz. Grille de clôture et vase cinéraire « à la grecque ».

Figure 2. Château de Fraiture en Condroz. Le petit temple encore debout.

  • 8 Vinciane Meulders-Draguet, « Le mobilier et la décoration Empire du château de Longchamps », in Ma (...)

18Le château de Longchamps à Waremme mérite lui aussi des mesures de protection8.

19Il semble que la construction du château actuel ait débuté vers 1805. Michel-Laurent de Sélys et son épouse Marie-Denise Gandolphe, née à Paris, ont souvent séjourné dans la capitale française entre 1802 et 1814 ; ils ont donc pu à loisir se familiariser avec le style Empire. Du reste, Marie-Denise n’a pas manqué de faire l’acquisition, à Paris, d’une copie en terre cuite de l’Hermaphrodite Borghese exécutée par Henri-Joseph Rutxhiel, natif de Lierneux, Sculpteur des Enfants de France, selon le titre à lui conféré par Bonaparte. Le choix de l’architecte est également significatif : Aimé Dubois est parisien, et travaille en bonne intelligence avec les entrepreneurs-architectes liégeois Duckers.

  • 9 Charles Percier et Pierre François Léonard Fontaine, Palais, maisons et autres édifices modernes, (...)

20Le château de Longchamps est néo-classique, cela ne fait aucun doute. Il respire le goût français, cela ne fait aucun doute non plus. Seulement le goût français ? Non : il y a de l’Angleterre aussi ; plus précisément de l’Écosse. Certes l’architecte s’est principalement inspiré des gravures de Percier et Fontaine9, mais il a aussi une bonne connaissance de l’œuvre des frères architectes et décorateurs écossais Robert et James Adam — ces maniaques de l’antiquité grecque, étrusque et romaine — et il n’a pas manqué de s’en inspirer. Le parc lui-même, typiquement, est dessiné à l’anglaise (fig. 3).

Figure 3. Château de Longchamps à Waremme. Vue du parc et du château.

21La décoration du château de Longchamps est inspirée des mêmes sources que celle du château de la Grande-Noë, en Normandie. Or, il se fait que le propriétaire de la Grande-Noë, Monsieur de Bernard de Marigny, s’est exilé, précisément en Écosse, en 1792 ; il revint en France en 1801, apparemment passionné par ce que l’on nommait déjà le style Adam. Il commanda alors une nouvelle décoration intérieure pour son château, dont on ne connaît hélas pas l’architecte. Sélys et Bernard de Marigny se seraient-ils rencontrés à Paris, ou bien, plus simplement, auraient-ils choisi le même architecte ? Ou encore les deux occurrences se seraient-elles rencontrées ? On ne sait.

22Au château de Longchamps, une aimable fantaisie architecturale fait directement référence à la campagne d’Égypte : que trouver de plus viril qu’une fausse tente de bivouac pour accueillir la salle de billard et probablement le fumoir ? Si la référence à l’Empire y est évidente, la peinture du plafond de l’abside évoque toutefois le style Adam, et tel décor de mobilier imite tout simplement une porcelaine de Wedgwood. L’ensemble s’inscrit donc parfaitement dans le goût néo-classique.

23Et bien, non ! Un discret élément du décor, une frise toute simple, est déjà néo-gothique.

24La contemporanéité des formes néo-classiques et néo-gothiques ne manque pas de surprendre : voici qu’en plus de l’égyptomanie, de l’intérêt pour l’antiquité grecque, étrusque, et romaine, le Moyen Âge revisité s’exprime déjà comme valeur émergente !

Figure 4. Château de Sélys-Longchamps à Waremme. Décor de la salle à manger (détail).

  • 10 Université de Liège, Bibliothèque générale, ms. 3921, pièce no 68.

25En 1802, l’architecte Poidevin expédie, de Paris, un courrier au citoyen Henkart, juge au tribunal criminel de Liège. La missive, qui fait brièvement allusion à Sélys, contient notamment un projet pour un pavillon néo-gothique10 (fig. 5). L’extrait qui suit montre à nos yeux étonnés d’hommes du xxie siècle une démarche architecturale, courante avant le xxe siècle, où la forme du contenant, de l’édifice, précède le programme fonctionnel qu’elle est supposée pouvoir contenir :

  • 11 Université de Liège, Bibliothèque générale, ms. 3921, pièce no 67.

Vous auriez bien reçu plus tôt, mon cher concitoyen, le projet de pavillon que je vous adresse, si je n’avais attendu pour vous le faire parvenir l’envoi que je fais en même temps au Citoyen Sélys. [...] Comme vous le verrez dans le dessin, la partie inférieure du pavillon sera destinée à contenir la pompe, et le réservoir au-dessus. La tour circulaire pourra servir de belveder, de colombier, ou à tout autre usage au moyen du petit escalier qu’il est facile d’y pratiquer [... ]11.

Figure 5. Projet pour un pavillon néo-gothique par l’architecte Poidevin, daté du 7 vendémiaire an 11 (29 septembre 1802). Encre et lavis sur papier.

26Bref, vous y mettrez ce que vous voudrez.

  • 12 Voir, à ce sujet, les illustrations dans Paul C. Hautecler, Maurice Lorenzi et Emmanuel Vanderheyd (...)

27Revenons au goût français. Sur les portes d’accès au superbe salon de l’ancien hôtel de Sauvage, à Liège, actuellement propriété du Collège Saint-Barthélemy12, Euterpe et Terpsichore sont représentées, à la grecque, dans leur drapé mouillé. Le salon est donc dédié à la musique et à la danse.

28Ce salon, qui n’a rien à envier aux plus élégants salons d’hôtels parisiens d’époque Empire, figure parmi les plus remarquables de l’art décoratif du tout début du xixe siècle à Liège : il mérite lui aussi une protection.

Figure 6. Vue du salon de l’hôtel de Sauvage à Liège.

Notes

1 A.É.L., Échevins. Procès non classés, boîte 910.

2 Jean-François de Neufforge, Recueil élémentaire d’architecture, Paris, 1757-1780.

3 Paul Bertholet, Les Jeux de hasard à Spa au xviiie siècle. Aspects économiques, sociaux, démographiques et politiques, in Bulletin de la Société verviétoise d’archéologie et d’histoire, Dison, 66, 1988.

4 Marc Bouchat, « Barthélemy Digneffe et la construction de l’hôtel de Hayme de Bornai à Liège (1775-1778) », in Le Musée d’armes, 34-36, 1982, p. 27-47. Voir, à ce sujet, les illustrations dans Paul C. Hautecler, Maurice Lorenzi, et Emmanuel Vanderheyden, « Promenade en Féronstrée et Hors-Château à Liège. Visite de quelques hôtels de maître du xviiie siècle », in Carnets du Patrimoine, Ministère de la Région wallonne, D.G.A.T.L.P., Division du Patrimoine, Namur, 35, 2003, p. 16-23.

5 Jacques-François Blondel, Cours d’architecture ou Traité de la Décoration, Distribution et Construction des bâtiments contenant les leçons données en 1750, et les années suivantes, Paris, 1771-1777.

6 Jean-Charles Delafosse, Nouvelle Iconologie historique ou Attributs hiéroglyphiques qui ont pour objets les Elemens, les Saisons, les Quatre parties du Monde, et les diverses complexions de l’Homme, Paris, 1767.

7 Janine Barrier, Les Architectes européens à Rome. 1740-1765. La Naissance du goût à la grecque, Paris, Monum/Éditions du patrimoine, 2005.

8 Vinciane Meulders-Draguet, « Le mobilier et la décoration Empire du château de Longchamps », in Maisons d’Hier et d’Aujourd’hui, 83, 3e trimestre 1989, p. 3-19. Maurice Yans, Inventaire des Archives de Sélys-Longchamps, A.G.R., no 1467-1471.

9 Charles Percier et Pierre François Léonard Fontaine, Palais, maisons et autres édifices modernes, dessinés à Rome, Paris, 1798.

10 Université de Liège, Bibliothèque générale, ms. 3921, pièce no 68.

11 Université de Liège, Bibliothèque générale, ms. 3921, pièce no 67.

12 Voir, à ce sujet, les illustrations dans Paul C. Hautecler, Maurice Lorenzi et Emmanuel Vanderheyden, op. cit., p. 28-33.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Château de Fraiture en Condroz. Grille de clôture et vase cinéraire « à la grecque ».
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5304/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Figure 2. Château de Fraiture en Condroz. Le petit temple encore debout.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5304/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Figure 3. Château de Longchamps à Waremme. Vue du parc et du château.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5304/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Légende Figure 4. Château de Sélys-Longchamps à Waremme. Décor de la salle à manger (détail).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5304/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Figure 5. Projet pour un pavillon néo-gothique par l’architecte Poidevin, daté du 7 vendémiaire an 11 (29 septembre 1802). Encre et lavis sur papier.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5304/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Figure 6. Vue du salon de l’hôtel de Sauvage à Liège.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5304/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k

Auteur

Commission royale des monuments, sites et fouilles de la Région wallonne

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search