Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Bruno Demoulin

Jean-Jacques Tutot, imprimeur, libraire et éditeur au pays de Liège à la fin du xviiie siècle

Pierre Gilissen

Texte intégral

Intérieur d’imprimerie, huile sur bois de Léonard Defrance, ca. 1782, 39,5 x 53 cm (coll. particulière).

1Présent en plusieurs circonstances importantes de l’histoire de son époque et de son pays, jouant pleinement son rôle de bourgeois entreprenant, capitaliste avant l’heure, Jean-Jacques Tutot est très représentatif de ces hommes du siècle des Lumières qui ont préparé la Révolution liégeoise, et la disparition de la Patrie liégeoise elle-même, sans le vouloir, sans même le savoir.

2À côté des Desoer, Plomteux et Bassompierre, plus connus que lui, Tutot reste au second rang de l’histoire de la librairie, de l’imprimerie et de l’édition liégeoises, mais à l’époque il semble bel et bien avoir été le premier entrepreneur de ce secteur.

3Voici donc la présentation d’un éclectique pragmatique, opportuniste sans doute, mais peut-être finalement plus idéaliste que ce qu’il y paraît et dont il ne nous reste plus que quelques morceaux de papier imprimé.

  • 1 Biographie nationale de Belgique, 25, p. 856, article de P. Verhaegen ; pour la généalogie de la f (...)

4Jean-Jacques Tutot, issu d’une famille d’origine française, est né à Liège le 22 février 1741 et est baptisé à l’église Notre-Dame-aux-Fonts1. Ses parents, Jacques Tutot et Marie-Thérèse Remigy s’étaient mariés à Liège en 1737.

  • 2 Théodore Gobert, Liège à travers les âges, Les Rues de Liège, 10, Bruxelles, Culture et Civilisati (...)

5Après avoir tenu des boutiques à Maëstricht et à Spa durant l’été 1765, Tutot s’installa comme libraire rue Sous la Tour (aujourd’hui rue de Bex) fin 1765. Il acquit alors rapidement la réputation de libraire spécialisé dans la vente des ouvrages français contemporains2.

  • 3 Paul Bertholet, Les Jeux de hasard à Spa au xviiie siècle. Aspects économiques, sociaux, démograph (...)

6Le 29 novembre 1766, il épousa en l’église Saint-Jean-Baptiste à Liège Marie-Adélaïde Painsmay3, issue d’une bonne famille d’imprimeurs liégeois, mariage providentiel pour l’avenir de notre homme. Tout nous porte en effet à penser que Tutot a épousé la fille du patron chez qui il avait fait son apprentissage, après avoir démontré à son futur beau-père ses capacités techniques et commerciales. Le phénomène est classique, on en conviendra, et la dot de la demoiselle Painsmay fut certainement déterminante pour le devenir professionnel de son époux.

Intérieur d’imprimerie, Planche XIV du chapitre relatif à l’imprimerie en caractères de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

  • 4 De Theux, Bibliographie liégeoise, année 1740, col. 526.

7Tutot s’installa après son mariage « au Quartier d’Isle » et y resta jusqu’à l’automne 1769. Il débuta réellement dans la profession d’éditeur-imprimeur en 1768 par un retirage des Institutiones Doctrinae Christianae sive Compendium theologiae dogmaticae et moralis auctore Petro Ludovico Danes4. Il s’agissait de la troisième édition d’un ouvrage paru à Liège en 1740 et dont Tutot annonçait la souscription dès 1767, après en avoir obtenu le privilège du prince-évêque Charles-Nicolas d’Oultremont par acte du Conseil Privé du 8 juin 1767.

  • 5 Daniel Droixhe, Le Marché de la lecture dans la « Gazette de Liège » à l’époque de Voltaire, Liège (...)

8À grand renfort de publicité, Tutot lance son premier livre sur le marché de la bondieuserie et de la prêtraille. Il peut sembler paradoxal qu’un futur révolutionnaire commence sa carrière par une publication religieuse, mais comme le remarque Daniel Droixhe, « une bonne part du commerce de la lecture, notamment dans une ville de province, se trouve à l’ombre de l’église et du côté d’un public avide de certitudes rituelles. Non seulement tous les imprimeurs liégeois en feront l’expérience, mais celle-ci pourra en inciter l’un ou l’autre, qui a pris des risques dans le champ de la littérature avancée, à déplacer l’activité vers des secteurs intellectuellement et commercialement plus paisibles5. »

  • 6 Daniel Droixhe, op. cit., p. 35.

9Il faut en effet constater que durant les quatre premières années d’activité comme éditeur de Tutot, jusque 1772, ses publications sont toutes de même nature, tout à fait dans la ligne du régime clérical princier. En outre, Tutot devient le distributeur liégeois attitré des presses de Louvain, gardiennes de la plus pure orthodoxie et de la tradition catholique, notamment des publications du libraire J. Michel6.

  • 7 Ulysse Capitaine, Recherches historiques et bibliographiques sur les Journaux et les écrits périod (...)
  • 8 Daniel Droixhe, op. cit., p. 29.

10Parallèlement à ses activités de libraire, d’imprimeur et d’éditeur de livres, Tutot joua un rôle considérable à la fin de l’Ancien Régime dans l’établissement d’une vraie presse liégeoise. On peut même le considérer comme un précurseur, puisque dès l’hiver 1770, il annonce dans la Gazette de Liège « qu’il va imprimer toutes les semaines un Mercure du Parnasse ou Catalogue des livres nouveaux ». Selon Ulysse Capitaine, ce premier recueil hebdomadaire, le Mercure du Parnasse7, serait sorti dès janvier 1771 mais, et nous partageons cette thèse, Daniel Droixhe considère que le projet ne fut réellement mis à exécution qu’un an plus tard et sous une autre forme8. On ne retrouve en effet aucune autorisation, aucun acte officiel relatifs à cette publication, pas plus qu’un seul exemplaire n’a été retrouvé à ce jour dans une bibliothèque ou un fonds d’archives public ou privé.

11C’est dans ce cadre que « l’octroi et le privilège d’imprimer, vendre et débiter » L’Esprit des journaux furent accordés par le prince-évêque François-Charles de Velbruck le 4 juin 1772 à Jean-Jacques Tutot, « [...] sous la condition bien expresse [...] que le dit ouvrage ne renfermera absolument rien qui puisse, soit directement, soit indirectement, blesser la religion, l’honnêteté, les mœurs ni le respect dû aux puissances ; pour assurance de quoi aucun volume du dit ouvrage ne pourra paraître avant d’avoir été revu et examiné par le chanoine de Latte », le secrétaire et l’examinateur du Synode nommé censeur spécial pour la circonstance.

  • 9 Pierre Guérin s. j., « Jésuites réfugiés à Liège au temps de leur suppression », in Bulletin du Vi (...)

12Le premier numéro de L’Esprit des journaux, « dédié à Monseigneur François-Charles des Comtes de Velbruck, Evêque et Prince de Liège », fut distribué en juillet 1772. En homme avisé, Tutot avait choisi comme directeur... le bibliothécaire de Velbruck lui-même, Jean-Louis Coster, un ex-jésuite, célèbre prédicateur originaire de Nancy, où il avait prononcé et publié en 1766 les oraisons funèbres du dauphin de France et de Stanislas Ier Leszczynski, roi de Pologne9.

Page de titre du premier numéro de L’Esprit des journaux, Liège, juillet 1772.

13Principalement destiné à l’exportation, L’Esprit des journaux se limite pratiquement à ce que nous appellerions aujourd’hui une revue de presse. Bien qu’il publie régulièrement des articles originaux, L’Esprit des journaux se contente en effet, la plupart du temps, de sélectionner des extraits d’autres périodiques ou de commenter des livres nouveaux, en s’appuyant toutefois sur les idées des encyclopédistes, un peu à la façon du Journal encyclopédique fondé à Liège en 1756 par Pierre Rousseau. Les feuilles les plus souvent citées sont alors L’Année littéraire du fameux publiciste et critique Fréron, le Journal encyclopédique de Pierre Rousseau, la Gazette universelle de Littérature, le Mercure de France ou le Journal de politique et de littérature.

  • 10 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 82-83.

14En mai 1773, Tutot fut amené à transférer la publication à Bruxelles où il possédait une librairie, rue de la Madeleine, et une seconde imprimerie ; il entama alors une collaboration avec le libraire bruxellois Horgnies, « expéditeur des gazettes étrangères pour tous les Pays-Bas autrichiens ». Le prince Charles de Lorraine accorda au journal une protection particulière. Néanmoins, Tutot maintint la rédaction à Liège et, dès 1776, reprit l’impression en principauté de Liège, renonçant à son établissement de Bruxelles après avoir essuyé des pertes financières considérablesl10.

  • 11 L’enseigne de façade existe toujours au no 43 En Neuvice. Voir l’Inventaire du Patrimoine monument (...)

15Toujours débordant de dynamisme, Tutot, qui a déménagé son officine à Tété de 1770 en Neuvice, à l’enseigne « Au Marteau d’Or Coroné11 », puis place Saint-Barthélemy, fonde à Liège deux nouveaux hebdomadaires, en octobre 1772 le Journal historique et politique (in-12 de 48 pages), sur lequel nous reviendrons plus tard, et en février 1773, L’Indicateur (in-8° de 16 pages), qui s’annonce comme un supplément à L’Esprit des journaux.

  • 12 Sur Lignac, voir spécialement Marcel Florkin, Un prince, deux préfets, Liège, Vaillant-Carmanne, 1 (...)

16L’Esprit des journaux fut complètement réorganisé en janvier 1775. Tutot remplaça Coster par une nouvelle équipe composée d’un écrivain et journaliste connu, médecin de surcroît, Louis-François de Lignac, venu spécialement de Lille, et d’un liégeois, le chanoine Outin du Val des Écoliers. Cette équipe dirigeante devait rester en place jusqu’en 179312.

  • 13 Marcel Florkin, op. cit., p. 94.

17Selon Marcel Florkin, « Lignac s’entoura d’une série de collaborateurs, journalistes français pour la plupart, et il donna à l’Esprit des journaux la tendance définie dans la Préface qu’il écrivit pour le numéro de janvier 1775, le premier qui fut composé sous sa direction. Dans les quatre à cinq cents pages que contenait chaque mois L’Esprit des journaux, on trouve non seulement des extraits et des résumés de livres et d’articles de périodiques mais une série de productions originales d’auteurs liégeois, en particulier dans le domaine scientifique. Dans le numéro de janvier 1775, par exemple, de telles contributions sont signées par l’apothicaire Desaive et par le chirurgien Dehousse. Sous l’impulsion de Lignac, L’Esprit des journaux, tout en répandant les Lumières, fut un ferment important des débuts du mouvement scientifique liégeois du xviiie siècle. Il donna au petit milieu des Liégeois épris de sciences une tribune où pouvaient être publiées leurs observations13. »

Page de titre du premier tome de L’Esprit des journaux, Bruxelles, janvier 1775.

  • 14 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, Lettres autographes de Velbruck, 2, Liège, Imprimerie natio (...)

18Malgré le choix d’un directeur proche du prince-évêque, L’Esprit des journaux s’attira rapidement des ennemis du fait des « assertions contre la religion et les mœurs » qu’il aurait contenues. La publication fut qualifiée de « code du philosophisme » par le cardinal archevêque de Malines dans une plainte adressée en mai 1780 au procureur-général du Brabant. Ce dernier répondit d’ailleurs qu’il ne trouvait dans L’Esprit des journaux rien qui démontre « le caractère dangereux et licencieux signalé ». Malgré cet avis modéré, Velbruck, résidant au château de Seraing, écrivait le 2 novembre 1780 au chanoine Delatte, secrétaire du Synode : « Je vous envoie une lettre plaintive du Nonce, ce prélat est fort larmoiant et peu consolant, vous verrez qu’il en a contre l’Esprit des journeaux, qui s’imprime à ce que je crois avec privilège à Bruxelles, ou du moins sous ce nom. [...] Demandez au Père Velars [le censeur membre du synode] si on porte le journal à la Censure si on a quelque indice que cela s’imprime à Liège, enfin de prévenir tout ce qui contribue à abaisser le culte, et au contraire de se servir de touts les moiens pour faire respecter notre sainte Religion14. »

  • 15 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 83.

19À partir de 1782, L’Esprit des journaux fut coédité avec le libraire parisien Valade, avec un privilège de Louis XVI, mais reparut à Liège, pour la troisième fois, à partir de janvier 1793. Tutot, dans une mauvaise passe financière, fut alors contraint par ses créanciers de vendre son Esprit des journaux au libraire Emmanuel Flon de Bruxelles15. L’Esprit des journaux continuera à être publié jusqu’en 1818 !

  • 16 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 92.

20À l’exemple du Journal de Paris, créé le 1er janvier 1777 et premier quotidien publié en France, Jean-Jacques Tutot décida de créer un journal quotidien, ce qui ne s’était jamais vu auparavant à Liège et fit réellement sensation. Il l’intitula La Feuille sans titre, et le premier numéro sortit le 1er février 1777. Tutot, en veine d’humour au second degré, justifie ainsi le choix d’un titre aussi inattendu : « D’après la foule innombrable de journaux et d’ouvrages périodiques qui couvrent la surface de l’Europe, on n’est pas peu embarrassé de trouver, pour une feuille à naître, un titre dont la différence avec les autres soit marquée ; c’est pour cette raison que nous n’en donnons aucun à la nôtre. » La direction en fut confiée à Mauss, officier au bureau des Postes impériales à Liège. À partir du 11 avril 1777, le nouveau quotidien liégeois proposa chaque semaine une gravure d’un modèle de coiffure à la mode16.

Numéro 194 de La Feuille sans titre (mercredi 13 août 1777).

  • 17 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 1, p. 241.

21La Feuille sans titre s’abstenait généralement de publier les nouvelles politiques, ce qui était souvent le cas des journaux sous l’Ancien Régime. On y retrouvait selon Georges de Froidcourt : « [...] toutes les productions de l’esprit, les pièces de poésie fugitives, les bons mots, les anecdotes décentes, les découvertes les plus intéressantes dans la médecine, la chirurgie, la botanique, l’agriculture et dans les arts soit libéraux, soit mécaniques, les fêtes brillantes et surtout les modes. On ne peut pas dire que ce journal avait l’esprit philosophique, fort à la mode à l’époque, même à Liège, quoiqu’on y relève dès le premier numéro une sorte d’apologie de Voltaire poète, à l’occasion du compte rendu de l’Almanach des Muses et qu’un mois plus tard il annonce l’apparition des portraits gravés de plusieurs auteurs qui ont travaillé à l’Encyclopédie, Montesquieu, Voltaire, Diderot et Dalembert [...]17. »

22La Feuille sans titre se faisait également l’écho des représentations théâtrales données à Liège, avec des détails intéressants sur les artistes qui s’y produisaient.

23Velbruck fait savoir le 8 août 1777 à Jean-Nicolas de Chestret que les arrangements relatifs à La Feuille sans titre entre Tutot et Mauss lui conviennent. Le 20 octobre, il semble maintenir sa bienveillance envers notre imprimeur-libraire : « Quand le libraire Leroux viendra demander l’octroy, nous verrons ce qu’il aura à répondre ; l’imprimerie mérite sûrement de l’attention ; à la rentrée de l’hiver nous examinerons celle du Sr Tutot qui mérite particulièrement toute considération, il faudra voir comment éluder les reproches de la Cour de Rome et le moïen de garder le secret sur le lieu de l’impression. »

  • 18 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 1, p. 233.

24Le prince-évêque soulève dans cette lettre plusieurs questions bien distinctes : l’octroi demandé par Tutot concerne l’impression et la vente exclusive, pendant quinze ans, des catéchismes traduits en flamand, ce qu’il obtiendra le 2 mars 1778 ; l’allusion à la Cour de Rome indique clairement la volonté du prince de protéger le libraire des foudres de la censure du Synode, après la publication par Tutot en 1776, et en seconde édition en mars 1777, des Lettres du pape Clément XIV (Ganganelli), fausse correspondance « philosophique » attribuée au pape qui avait supprimé l’ordre des jésuites mais écrite en réalité par le marquis Louis-Antoine de Caraccioli (1719-1803). En donnant instruction au secrétaire de son Conseil privé de dissimuler le lieu d’impression du volume, Velbruck « couvre » sans ambiguïté possible tant le contrefacteur que le propagateur des idées nouvelles18.

Lettres du pape Clément XIV (Ganganelli), Liège, J.-J. Tutot, 1776 ; frontispice gravé par Henri-Joseph Godin

  • 19 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 1, p. 241.

25Cependant, la protection du prince-évêque n’était pas sans limite, puisqu’à plusieurs reprises Tutot fat condamné à payer des amendes pour avoir vendu clandestinement des « éditions de Bouillon » d’œuvres de Diderot, Chamfort, Helvétius, etc. De plus, le 5 novembre 1777, en bon despote éclairé, mais en despote tout de même, Velbruck donne instruction à de Chestret de faire supprimer La Feuille sans titre dans des termes draconiens : « Pour des raisons à moi connu, je vous prie, mon cher Chestret, de faire conoitre au Conseil privé que mes volontés sont de suprimer la feuille sans titre, sans rémission. Je vous prie de tenir la main qu’ils soient exécutés sans aucun délais ni représentation19. »

  • 20 Marcel Florkin, op. cit., p. 158-168.
  • 21 Sur Pierre-Michel Ramoux et François Vilette, voir spécialement Marcel Florkin, op. cit., respecti (...)

26Toujours dynamique et à la pointe de son temps, Jean-Jacques Tutot figure en 1779 parmi ces sept « citoyens animés de l’amour de la patrie », fondateurs de la Société d’Émulation. D’après Marcel Florkin20, c’est à son initiative que se seraient réunis quelques amis chez l’abbé Evrard Ramoux, botaniste, principal du Grand collège et auteur du fameux hymne le « Valeureux Liégeois », le 22 avril 1779, afin d’établir le programme et les statuts de la future « société de pensée ». Étaient présents ce jour là, outre lui-même et l’abbé Ramoux, le frère de ce dernier, Pierre-Michel Ramoux, chirurgien, François Villette, physicien, le prélocuteur Lucion, ainsi que deux des rédacteurs français de L’Esprit des journaux, Louis-François de Lignac et P. Dreux, ancien secrétaire du comte de Vergennes, ministre des Affaires étrangères du roi de France21.

Mémoires en réponse à la question : Quel est le meilleur moyen d’entretenir la propreté des Rues de la Ville de Liege, sans augmenter, que d’un dixième au plus, les frais ordinaires que la Ville fait à ce sujet ? &c., [J.-J. Tutot], 1780.

Notes relatives au plan d’embellissement de la Ville de Liege, Mémoire de l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz, J.-J. Tutot, 1781.

27Jean-Jacques Tutot, installé à cette époque à l’entrée du Publémont, « près Saint-Hubert », devient alors tout naturellement l’imprimeur « officiel » de l’Émulation, comme par exemple lorsqu’en janvier 1780, les avocats Comesse et Bourdon remportent conjointement le prix de la Société pour leurs mémoires en réponse à la question « Quel est le meilleur moyen d’entretenir la propreté des Rues de la Ville de Liege, sans augmenter, que d’un dixième au plus, les frais ordinaires que la Ville fait à ce sujet ? » (problème soit dit en passant qui reste d’une brûlante actualité plus de 225 ans plus tard...) ou lorsque l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz remporte en février 1781 le même prix pour son plan d’embellissement de la Ville de Liège.

  • 22 Félix-Joseph Cralle fut désigné taxateur le 3 juillet 1762 par les échevins de la Souveraine Justi (...)

28En cette même année 1781, Jean-Jacques Tutot, en chef d’entreprise désireux de déployer de nouvelles activités, se lança dans la fabrication de papier. En association avec l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz, dont nous venons de parler, et le taxateur Félix-Joseph Cralle22, beau-frère de Renoz, il reprend et transforme le vieux moulin du biez des Polets à l’entrée du quartier de la Boverie, sur la rive droite de la Meuse.

Carte (détail) des moulins et usines situés le long de l’Ourthe au xviiiesiècle (la papeterie « Renoz » porte le no 41), extrait de Liège au xixe siècle, Les Transformations d’Auguste Hock, 1885.

  • 23 Théodore Gobert, op. cit., 10, p. 115 ; une minute du filigrane pour l’impression du papier à l’us (...)

29Jacques-Barthélemy Renoz meurt le 2 octobre 1786. Au début de janvier 1787, Tutot fait anonymement passer des annonces dans la Gazette de Liège pour vendre ses parts de l’affaire et c’est la veuve Renoz qui les lui rachète. La papeterie Renoz devait devenir sous l’Empire la première papeterie de France ; elle exportait en Italie, en Allemagne et en Hollande ; on a même prétendu que son papier était le seul admis dans le cabinet de l’empereur dès 180523 !

  • 24 Paul Bertholet, op. cit., p. 186.

30Dans le même esprit de diversification de ses affaires, Jean-Jacques Tutot au printemps de 1783 s’associe avec l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz, le taxateur Félix-Joseph Cralle et Noël-Joseph Levoz, bourgeois de Liège et marchand de fer, mais aussi et surtout le fameux tenancier du « Salon Levoz » à Spa, à l’origine de la célèbre « Affaire des jeux de Spa » et donc de la Révolution liégeoise elle-même. Ce dernier choix ne relève en rien du hasard, Levoz étant allié à la belle-famille de Tutot, sa sœur Isabelle Levoz ayant épousé Pierre-Remy Painsmay, frère de Madame Tutot, en août 176524. Les candidats investisseurs adressent une requête au prince-évêque pour obtenir l’autorisation d’établir un service de diligences entre Liège et Paris.

Page de titre de l’Encyclopédie méthodique, Grammaire et Littérature, Paris, Panckoucke et Liège, Plomteux, 1782.

  • 25 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 2, p. 204.
  • 26 Lambert Grailet, Charles-François-Antoine-Marie Graillet, 1762-1799, fils de prince-évêque mort po (...)

31Le 5 mai 1783, le prince accorde son autorisation, abandonnant à la Chambre des comptes le soin d’expédier les « conditions et arrangements convenables ». Toutefois, le 11 mai suivant, Velbruck fait savoir laconiquement à de Chestret que « Le Bourguemaitre Graillet a l’octroÿ des diligences sur la France25 ». Dans les faits, Velbruck signifie ainsi sa volonté d’imposer à Tutot et ses associés, dans une affaire que l’on devine rentable, celui que l’histoire de Liège retiendra comme le « cocu magnifique » du règne du prince philosophe. On sait en effet que la femme du bourgmestre Nicolas-Mathieu de Graillet, la belle Stinette Bouget, fut la maîtresse de Velbruck durant vingt ans (de 1755 à 1775 année de son décès) et lui donna deux fils, Charles-François, né le 2 juillet 1762, et François-Charles, né le 21 mai 1773. On comprend donc que le prince devait accorder des « compensations » au complaisant bourgmestre pour « services rendus au chef de l’État ». Parfaitement au courant de cet imbroglio sentimental, comme tout Liège et une partie de l’Europe, le pragmatique Tutot devait se plier sans résistance aux désirs du prince et les actes sont passés le 20 mai 1783 devant le notaire Ansiaux26.

  • 27 Michel Hannotte, « Journaux et journalistes liégeois au temps de l’Heureuse Révolution », in La Pl (...)

32Au milieu de Tété de 1785, Tutot abandonne son projet et cède l’octroi ainsi obtenu au prince de la Tour et Taxis, général héréditaire des Postes impériales27.

  • 28 Joseph Brassine, L’Imprimerie à Liège jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Bruxelles, Éditions du Mu (...)

33Malgré toutes ces affaires, importantes mais finalement accessoires, Tutot reste un homme d’imprimerie, d’édition et de presse. Il est à la tête d’une des trois plus grandes imprimeries de la principauté ; située près de l’église Saint-Hubert à l’entrée du Publémont, elle aurait compté jusque trente-trois presses et occupé plusieurs centaines d’ouvriers28.

34À l’automne de 1783, notre rusé Tutot crée une Société typographique de Liège avec Hyacinthe Fabry, bientôt acteur important de la Révolution liégeoise et futur député de Liège au Conseil des Cinq-Cents sous le Directoire, une demoiselle Renoz, jeune parente de l’architecte du même nom, Mauss, l’ancien directeur de La Feuille sans titre et sans doute le libraire Horgnies de Bruxelles, et ce dans le but de publier une contrefaçon de l’Encyclopédie méthodique dont la publication en soixante volumes, à Paris par Panckouke et à Liège par Plomteux, avait débuté en 1782.

  • 29 Pol-P. Gossiaux, « L’Encyclopédie “liégeoise” (1778-1792) et l’Encyclopédie nouvelle », in Livres (...)

35Tutot disposait manifestement d’un important réseau de diffusion dans toute l’Europe, notamment grâce à L’Esprit des journaux, et avait donc les moyens de donner un maximum de retentissement à son projet. Mais malgré une publicité considérable pour l’époque (le prospectus fut tiré à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires) et des propositions plus alléchantes pour les libraires et pour les bibliophiles29, on ne connaît comme volumes réellement publiés que le Dictionnaire de théologie. Par M. l’abbé Bergier, chanoine de l’église de Paris [...] Extrait de l’Encyclopédie méthodique. Edition augmentée de tous les articles renvoyés aux autres parties de l’encyclopédie (8 volumes parus de 1789 à 1792, indiqués comme de la Société typographique) et le Dictionnaire de grammaire et de littérature suivi d’un double tableau d’analyse qui montre la chaîne des idées de l’ensemble et l’ordre de la lecture des articles. Extrait de l’Encyclopédie méthodique (6 volumes parus en 1789, indiqués comme de la Société typographique).

36Le 30 avril 1784, dans l’après-midi, Velbruck meurt en son château d’Hex des suites d’une congestion cérébrale. C’est la fin d’une époque heureuse pour la principauté. Les prémisses de la politique obscurantiste qui débouchera sur la Révolution liégeoise se mettent en place dès le début du nouveau règne, après l’élection le 21 juillet 1784, de César-Constantin, comte de Hoensbroech, ancien conseiller du prince Charles d’Oultremont et réactionnaire notoire.

Les Vœux accomplis de Nicolas-Joseph Ansiaux, J.-J. Tutot, 1784.

37Le peuple ne s’y trompait guère ; ne racontait-t-on pas dans les mes de Liège qu’après son avènement Hoensbroech aurait répondu à un librairie lui proposant ses services : « Jamais je n’ai lu et je ne commencerai pas à soixante-quatre ans ! », ce qui, même si le mot avait été inventé, en dit très long sur la considération dont le nouveau prince jouissait parmi ses sujets ?

38À l’occasion de l’élection d’Hoensbroech, Nicolas-Joseph Ansiaux, médecin à Ciney, convaincu sans doute de ses qualités de versificateur, composa en hommage au nouveau prince un poème intitulé Les Vœux accomplis, d’une grande platitude sur le plan littéraire, mais exemplatif de l’esprit qui régnait alors dans le chef des partisans de l’ordre clérical établi ; on y évoque en effet le règne de Velbruck comme une période abominable à laquelle il est mis fin par l’arrivée d’Hoensbroech sur le trône de saint Lambert.

39Le ton est donné sans ambiguïté aucune. Une ode aussi réactionnaire ne devait bien sûr pas être du goût de ceux qu’on appellera bientôt les Patriotes, et cependant Tutot, dont l’officine de librairie était pourtant très proche de ces milieux, n’hésita pas, en bon commerçant opportuniste, à l’imprimer et sans doute la diffuser. Les affaires sont les affaires !

  • 30 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 100.

40Véritable « magnat de la presse » avant l’heure, J-J. Tutot crée encore un nouveau quotidien, la Feuille du jour. Fondé en novembre 1784, il ne devait survivre que quelques mois, malgré une conception intéressante basée sur le journal français Les Affiches de Paris. Chaque numéro comprenait trois parties distinctes : une partie consacrée à l’art, la littérature et les sciences, une autre aux annonces diverses et une troisième aux éphémérides locales comme les mariages, les décès, le prix du grain ou les jours d’audience du prince30.

41L’explication du caractère éphémère de la Feuille du jour doit être trouvée dans l’anecdote suivante. Tutot avait engagé en 1782 comme compagnon-imprimeur un Français de 28 ans, Pierre-Marie Tondu, connu plus tard sous le nom de Pierre Lebrun. Très vite, Lebrun passa rédacteur et selon Smits, son futur associé :

  • 31 Bernadette Vanderschuren, Un journal à la veille des révolutions : Pierre Lebrun et le « Journal g (...)

Il rédigeait pour le compte de ce libraire [Tutot] le Journal Historique et Politique qui n’a jamais eu plus de succès que pendant le temps qu’il fut entre ses mains. [...] C’est lui qui a donné l’idée de la dite Feuille du Jour, qui en a fait le prospectus et qui l’aurait continuée sur le même plan si monsieur Tutot, le propriétaire, ne lui eût continuellement mis des entraves [...] mais monsieur Tutot a négligé de faire toutes les dépenses nécessaires surtout pour la partie de commerce qui fut absolument ratée, pour la partie littéraire qui demandoit absolument qu’on donnât un second à monsieur Lebrun [...] qui seul ne pouvait suffire à tant de besogne31.

  • 32 Carole Smadja, « La Carrière de Pierre-Henri-Marie Tondu dit Lebrun », in La Plume et le Plomb, op (...)

42Lebrun devait connaître une destinée peu commune, puisque, après avoir quitté le service de Tutot au printemps de 1785, il fonde son propre journal, en association avec Jean-Joseph Smits, également un ancien collaborateur de l’imprimerie de Tutot, le Journal général de l’Europe appelé à un brillant succès. Plus tard, après avoir joué un rôle important lors des évènements de la Révolution liégeoise, il quitte le pays de Liège et rentre en France en décembre 1790. Lebrun fut ensuite introduit par le général Dumouriez au ministère des Affaires étrangères ; le jour même de la chute de la monarchie, le 10 août 1792, Danton l’appela dans son nouveau gouvernement au poste de ministre des Affaires étrangères. À la suite du coup d’État de Robespierre et des Montagnards, il fut arrêté le 2 juin 1793, emprisonné puis guillotiné à Paris le 27 décembre suivant32.

  • 33 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 101.

43À partir du 1er décembre 1785, Tutot mit en vente le Cabinet des Modes. Ce magazine féminin avant l’heure était la contrefaçon pure et simple du journal publié sous le même titre à Paris par le libraire Buisson. Tutot, qui décidément n’avait peur de rien et faisait preuve d’un sacré culot, alla même jusqu’à reproduire des mentions dénonçant les contrefacteurs dans son genre, comme celle-ci : « Nous avons appris que, dans divers pays de l’Allemagne, qu’à Liège, qu’en Saxe, les libraires contrefaisaient nos cahiers ; mais qu’ils les contrefaisaient à ne point les reconnaître ; que ce n’était ni nos modes, ni nos dessins, ni notre enluminure, ni nos couleurs, ni nos descriptions ; que rien n’était soigné, n’était fait ; que ces contrefaçons étaient grotesques et ridicules, et qu’elles n’empruntait de nos cahiers que le nom. » Cette revue comportait trois gravures coloriées par l’artiste liégeois Godin ; chaque numéro était suivi du Passe-Temps des Toilettes, recueil de poésies, de romances et d’anecdotes composé en grande partie par la poétesse française Gillette-Adélaïde Dufrénoy (1765-1825)33.

44On s’en souvient, Tutot avait lancé en octobre 1772 un hebdomadaire, imprimé à Liège bien que renseigné comme publié à Genève, le Journal historique et politique des principaux évènements des différentes cours de l’Europe. Principalement destiné aux Pays-Bas autrichiens, le journal vit sa direction reprise, à partir du 1er janvier 1783, par le jésuite Henri-Ignace Brosius, polémiste catholique luxembourgeois, originaire de Virton, radicalement opposé aux réformes de Joseph II et disciple du très clérical et très réactionnaire abbé de Feller.

Premier numéro du 6 janvier 1790 du Journal philosophique et chrétien.

  • 34 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 105 et Michel Hannotte, « Journaux et journalistes liégeois au temp (...)

45Finalement le Journal historique et politique fut interdit dans les Pays-Bas méridionaux par une ordonnance de l’Empereur Joseph II du 26 janvier 1788. Et cependant..., le Journal historique et politique continua à paraître sous ce titre dans la principauté de Liège et dans les pays extérieurs à l’Empire jusqu’en décembre 1791, avec une interruption durant l’année 1790. J-J. Tutot intervint alors auprès de Brosius pour qu’il adopte une attitude moins hostile à la politique de l’Autriche. La publication, plus ou moins semblable dans sa forme et sur le fond, continua en Allemagne et dans les Pays-Bas de février 1788 à décembre 1789 sous le titre Le Nouvelliste impartial, toujours dirigée par Brosius et imprimée à Liège par Tutot. Ce journal devait être remplacé de façon immédiate, dès janvier 1790, par le Journal philosophique et chrétien34.

46Ici encore, on ne peut que constater l’opportunisme de J-J. Tutot qui, pour des raisons d’intérêts purement commerciaux, collabore avec un véritable agitateur catholique aux antipodes de ses idées personnelles. Il est vrai que situé à Liège, Tutot ne risquait pas grand chose à éditer un journal d’opposition au régime du despotisme éclairé de Joseph IL Par ce biais, on peut même affirmer que Tutot réalise une forme de symbiose, temporaire mais néanmoins réelle, des milieux patriotes liégeois et bruxellois.

  • 35 R. Bragard et G. Macours, La Correspondance de Sacré Bastin, chargé d’affaires du Gouvernement gén (...)

47À cet égard, on peut aujourd’hui mieux mesurer l’ampleur du rôle joué par Jean-Jacques Tutot dans la diffusion des idées politiques opposées à l’empereur dans les Pays-Bas méridionaux, grâce à la publication de la correspondance diplomatique du chargé d’affaires des Pays-Bas près le Prince de Liège, Sacré Bastin, avec les ministres plénipotentiaires autrichiens à Bruxelles, le Comte de Belgiojoso, puis le Comte de Trauttmansdorff35.

48De mai 1787 à mars 1788, il est en effet beaucoup question de notre imprimeur liégeois dans cette correspondance. On peut ainsi se rendre compte à quel point Tutot, à cette époque, était étroitement surveillé, on peut même dire espionné, par les agents autrichiens sous la direction de Sacré Bastin. Ce dernier va jusqu’à faire engager un homme à lui comme bibliothécaire de Tutot afin de mieux informer le Gouvernement général de Bruxelles sur les étroits contacts entretenus par Tutot avec Brosius, Feller et l’ancien nonce apostolique à Bruxelles, Zondadari, réfugié à Liège après avoir été expulsé des Pays-Bas. Sacré Bastin donne beaucoup de détails à Trauttmansdorff et reçoit de lui force instructions, notamment pour empêcher l’entrée sur le territoire des Pays-Bas des livres et publications imprimées par Tutot et interdites par le Gouvernement de Bruxelles.

49Fidèle à l’adage « Ta main droite doit ignorer ce que fait ta main gauche », Tutot, dont on vient de voir qu’il permettait à l’opinion catholique la plus réactionnaire de s’exprimer sur ses presses, décide de créer en janvier 1787 un nouveau mensuel, du style de L’Esprit des journaux, mais en anglais, The British Register.

50Cette feuille était destinée à la nombreuse et surtout riche clientèle des Anglais résidant sur le continent ; on pense bien évidemment à Spa, très fréquenté alors par les touristes britanniques. Toutefois, dans le prospectus de lancement du journal, Tutot dévoile les raisons plus politiques qui l’ont déterminé à entreprendre cette publication : outre le prix élevé des journaux anglais, argument purement commercial, notre imprimeur met en avant les difficultés qui sont créées par le gouvernement ecclésiastique à leur entrée sur le territoire de la principauté :

  • 36 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 103-104.

La liberté qu’ont ou que prennent les Anglais de discuter, dans leurs journaux ou gazettes toutes sortes de matières, sans en excepter même les plus délicates, est encore un obstacle qui s’oppose à ce que les papiers publics soient répandus directement chez les autres peuples, où la liberté de la presse, plus restreinte, ne s’étend pas jusqu’à permettre d’y attaquer les objets que l’on y révère. Nos voisins peuvent s’égayer chez eux des cérémonies de l’Église romaine, quelques-uns même peuvent s’efforcer d’ébranler les fondements de toute religion ; ces excès philosophiques suffisent pour motiver les entraves qui s’opposent ailleurs à la libre circulation de leurs écrits36.

51Une fois encore, pour qui sait lire entre les lignes, il apparaît clairement que Tutot désapprouvait le système clérical en place et devait tenter en douce de faire passer dans le British Register les idées libérales venant d’Angleterre, exactement comme il le faisait en français depuis quinze ans dans L’Esprit des journaux.

  • 37 Léon Lahaye, Analyse des Actes contenus dans les registres du Scel des Grâce, Liège, Société des B (...)

52Cependant, Tutot devait rester prudent, car ayant plusieurs enfants, il avait besoin de l’appui de l’autorité princière pour « caser » sa progéniture. C’est ainsi qu’il obtient du Conseil privé de Hoensbroeck une commission d’enseigne au Régiment national liégeois pour son fils Charles, le 3 août 178937, soit quelques jours à peine avant les évènements qui vont bouleverser les structures de l’État et de la société, soit la Nation liégeoise tout entière.

Notes

1 Biographie nationale de Belgique, 25, p. 856, article de P. Verhaegen ; pour la généalogie de la famille Tutot, consulter le site Internet http://gwl.geneanet.org/index.phn3?b=perenaultl&lang=fr;p=jean+jacques:n=tutot.

2 Théodore Gobert, Liège à travers les âges, Les Rues de Liège, 10, Bruxelles, Culture et Civilisation, 1977, p. 458.

3 Paul Bertholet, Les Jeux de hasard à Spa au xviiie siècle. Aspects économiques, sociaux, démographiques et politiques, in Bulletin de la Société verviétoise d’archéologie et d’histoire, Dison, 66, 1988, p. 186.

4 De Theux, Bibliographie liégeoise, année 1740, col. 526.

5 Daniel Droixhe, Le Marché de la lecture dans la « Gazette de Liège » à l’époque de Voltaire, Liège, Vaillant-Carmanne, 1995, p. 28.

6 Daniel Droixhe, op. cit., p. 35.

7 Ulysse Capitaine, Recherches historiques et bibliographiques sur les Journaux et les écrits périodiques liégeois, Liège, Desoer, 1850, p. 79.

8 Daniel Droixhe, op. cit., p. 29.

9 Pierre Guérin s. j., « Jésuites réfugiés à Liège au temps de leur suppression », in Bulletin du Vieux Liège, 264, 1994, p. 49.

10 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 82-83.

11 L’enseigne de façade existe toujours au no 43 En Neuvice. Voir l’Inventaire du Patrimoine monumental de la Ville de Liège, Liège, Solédi, 1974, p. 243 et Francine Van der Ghinst-Doyen, La Mémoire des Enseignes de Liège, s.l., 1992, p. 40.

12 Sur Lignac, voir spécialement Marcel Florkin, Un prince, deux préfets, Liège, Vaillant-Carmanne, 1957, p. 90-100.

13 Marcel Florkin, op. cit., p. 94.

14 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, Lettres autographes de Velbruck, 2, Liège, Imprimerie nationale des Invalides, 1954, p. 47.

15 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 83.

16 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 92.

17 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 1, p. 241.

18 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 1, p. 233.

19 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 1, p. 241.

20 Marcel Florkin, op. cit., p. 158-168.

21 Sur Pierre-Michel Ramoux et François Vilette, voir spécialement Marcel Florkin, op. cit., respectivement p. 158-168 et p. 67-75 ; sur P. Dreux, voir spécialement Georges de Froicourt et Maurice Yans, op. cit., 2, p. 65.

22 Félix-Joseph Cralle fut désigné taxateur le 3 juillet 1762 par les échevins de la Souveraine Justice de la Cité et du Pais de Liège. Sa sœur Marie-Josèphe-Gabrielle Cralle était l’épouse de Jacques-Barthélemy Renoz.

23 Théodore Gobert, op. cit., 10, p. 115 ; une minute du filigrane pour l’impression du papier à l’usage de Napoléon, provenant de l’ancienne imprimerie Renoz, a été exposée en 1939 au Musée d’Armes pour l’exposition La Légende napoléonienne au Pays de Liège (Catalogue, no 572, p. 105).

24 Paul Bertholet, op. cit., p. 186.

25 Georges de Froidcourt et Maurice Yans, op. cit., 2, p. 204.

26 Lambert Grailet, Charles-François-Antoine-Marie Graillet, 1762-1799, fils de prince-évêque mort pour la [...] République, Liège, Éditions « Si Liège m’était conté... », 1989, p. 23.

27 Michel Hannotte, « Journaux et journalistes liégeois au temps de l’Heureuse Révolution », in La Plume et le Plomb. Journaux et journalistes au pays de Liège au temps de l’Heureuse Révolution 1789, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1989, p. 59.

28 Joseph Brassine, L’Imprimerie à Liège jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, Bruxelles, Éditions du Musée du Livre, s.d., p. 37.

29 Pol-P. Gossiaux, « L’Encyclopédie “liégeoise” (1778-1792) et l’Encyclopédie nouvelle », in Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasquin et Michèle Mat-Hasquin, Liège, Desoer, 1980, p. 199-236 ; Catalogue de l’exposition Le Siècle des Lumières dans la Principauté de Liège, Liège, 1980, p. 114-117.

30 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 100.

31 Bernadette Vanderschuren, Un journal à la veille des révolutions : Pierre Lebrun et le « Journal général de l’Europe », Liège, Éditions de la revue La Vie wallonne, 1962, p. 6-10.

32 Carole Smadja, « La Carrière de Pierre-Henri-Marie Tondu dit Lebrun », in La Plume et le Plomb, op. cit., p. 109-121.

33 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 101.

34 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 105 et Michel Hannotte, « Journaux et journalistes liégeois au temps de l’Heureuse Révolution », in La Plume et le Plomb, op. cit., p. 69.

35 R. Bragard et G. Macours, La Correspondance de Sacré Bastin, chargé d’affaires du Gouvernement général des Pays-Bas autrichiens auprès du Prince-Evêque de Liège (1786-1794), Bruxelles, Académie royale de Belgique, Commission royale d’Histoire, 1994, p. 106-161.

36 Ulysse Capitaine, op. cit., p. 103-104.

37 Léon Lahaye, Analyse des Actes contenus dans les registres du Scel des Grâce, Liège, Société des Bibliophiles Liégeois, 1931, p. 334.

Table des illustrations

Légende Intérieur d’imprimerie, huile sur bois de Léonard Defrance, ca. 1782, 39,5 x 53 cm (coll. particulière).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende Intérieur d’imprimerie, Planche XIV du chapitre relatif à l’imprimerie en caractères de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Page de titre du premier numéro de L’Esprit des journaux, Liège, juillet 1772.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Page de titre du premier tome de L’Esprit des journaux, Bruxelles, janvier 1775.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Numéro 194 de La Feuille sans titre (mercredi 13 août 1777).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Lettres du pape Clément XIV (Ganganelli), Liège, J.-J. Tutot, 1776 ; frontispice gravé par Henri-Joseph Godin
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Mémoires en réponse à la question : Quel est le meilleur moyen d’entretenir la propreté des Rues de la Ville de Liege, sans augmenter, que d’un dixième au plus, les frais ordinaires que la Ville fait à ce sujet ? &c., [J.-J. Tutot], 1780.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Notes relatives au plan d’embellissement de la Ville de Liege, Mémoire de l’architecte Jacques-Barthélemy Renoz, J.-J. Tutot, 1781.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Carte (détail) des moulins et usines situés le long de l’Ourthe au xviiiesiècle (la papeterie « Renoz » porte le no 41), extrait de Liège au xixe siècle, Les Transformations d’Auguste Hock, 1885.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Page de titre de l’Encyclopédie méthodique, Grammaire et Littérature, Paris, Panckoucke et Liège, Plomteux, 1782.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Les Vœux accomplis de Nicolas-Joseph Ansiaux, J.-J. Tutot, 1784.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende Premier numéro du 6 janvier 1790 du Journal philosophique et chrétien.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5295/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Institut archéologique liégeois

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search