Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Bruno Demoulin

L’encyclopédisme dans le Journal historique et littéraire de François-Xavier de Feller et dans le Journal général de l’Europe de Pierre-Henri-Marie Lebrun (1785-1791)

Laurence Corbesier

Texte intégral

1En 1785, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert pourrait être considérée comme digérée dans le monde littéraire. Ses premières heures sont passées, et avec elles les premières interrogations et critiques. Et pourtant, plusieurs événements vont donner un nouveau souffle au débat : le lancement de l’Encyclopédie dite Méthodique en 1782 ainsi que le décès de Jean Le Rond d’Alembert en 1783, suivi par celui de Denis Diderot l’année suivante.

  • 1 Prospectus non paginé du 11e volume du Journal général de l’Europe, janvier 1787.
  • 2 Voir, entre autres, Carole Smadja, « La carrière de Pierre-Henri-Marie Lebrun dit Tondu », in La P (...)

21785 est l’année de naissance du Journal général de l’Europe, fruit de l’association d’un journaliste français, Pierre-Henri-Marie Lebrun-Tondu (1754-1793), et d’un imprimeur liégeois, Jean-Joseph Smits. Ce journal se distingue des gazettes ordinaires par le traitement de l’information : la première partie, traitant de politique, de commerce et d’agriculture, débute par un « éditorial », analyse critique et globale des derniers événements qui seront détaillés par la suite dans les rubriques géographiques. Au volet politique qui paraît trois fois par semaine s’ajoute une partie littéraire à l’existence éphémère : la Bibliothèque raisonnée de littérature, sciences et art (1786-1787). Dans l’esprit de Lebrun les deux parties sont intimement liées : la première contient « le récit des Evénemens les plus remarquables du tems présent » et la seconde « s’occupera du progrès des connoissances humaines en tous genres1 ». L’abandon des nouvelles littéraires correspond à la proscription du journal décidée en juin 1787 par le Conseil du Brabant suite aux attaques répétées contre le gouvernement de Joseph II. Le journal ne réapparaît que le 5 janvier 1788 à Liège où il demeurera jusqu’à son exil en terre française au début de l’année 1791. Déçu par les faillites des révolutions brabançonne et liégeoise, Lebrun poursuit quelque temps sa carrière de journaliste avant d’être nommé ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Danton en août 1792. Cette carrière sera de courte durée : accusé et arrêté le deuxième jour du coup d’état montagnard (1er et 2 juin 1793), il quitte sa fonction et est emprisonné puis guillotiné en septembre de la même année, à l’âge de 39 ans2.

  • 3 Voir Brigitte Van Den Bossche, François-Xavier de Feller, un défenseur intransigeant du catholicis (...)

3Pour la même période, un tout autre journal et un tout autre auteur : François-Xavier de Feller (1735-1802) et son Journal historique et littéraire (1773-1794)3. Né à Bruxelles, de Feller est ordonné prêtre en 1764 après son noviciat chez les jésuites de Tournai et des études théologiques à Luxembourg. Sa carrière de journaliste débute en 1769 aux Pays-Bas où il rédige des articles de littérature et de théologie pour La Clé du cabinet des princes de l’Europe. En 1773, deux ans après sa profession solennelle, la Compagnie de Jésus est supprimée : l’abbé consacre dès lors toute son énergie à écrire contre les adversaires de ses principes dans son Journal historique et littéraire, publié successivement à Luxembourg (1773-1788), Liège (1788-1790) et Maastricht (1790-1794). Le journal paraît tous les 15 jours et comprend deux parties : les nouvelles littéraires et les nouvelles politiques. Les nouvelles littéraires consistent en l’analyse d’ouvrages récents dans tous les domaines (philosophie, théologie, sciences, littérature, histoire...). De larges extraits y trouvent leur place.

4À travers le prisme de ces deux journaux symbolisant la lutte entre les idées des Lumières et celles de la frange conservatrice de l’Église, c’est l’opinion publique naissante que nous avons interrogée sur l’encyclopédisme. Sont abordées dans un premier temps l’Encyclopédie de Diderot et de d’Alembert ainsi que l’Encyclopédie méthodique. Après avoir mis en lumière les jugements des journalistes à leur encontre, la seconde partie porte sur deux sujets au cœur même du débat encyclopédique : la connaissance et l’éducation. Pour terminer, nous nous sommes penchée sur la manière dont les journalistes appréhendèrent le siècle des Lumières.

Première partie. La critique des encyclopédies par les deux journalistes

5Les réflexions de Lebrun et de Feller quant à leur rôle de journaliste déterminent la manière dont ils vont critiquer les entreprises encyclopédiques.

  • 4 Sa position est déterminée par l’ouverture de nos régions à l’esprit des Lumières dans la seconde (...)
  • 5 Journal historique et littéraire, 1er novembre 1791, p. 347.
  • 6 Journal historique et littéraire, 1er avril 1783, p. 556-557.

6Pour de Feller, les journalistes doivent compter parmi les meilleurs esprits. Dans un temps d’émulation du savoir, mais où chacun ne dispose ni du temps ni de la patience nécessaires à l’étude, le journaliste est un rapporteur qui extrait la substance des matériaux préalablement étudiés pour offrir au lecteur des analyses exactes et précises, des résultats clairs. S’il fait vœu d’impartialité, il est convaincu que la critique actuelle pêche par un excès d’indulgence4. Avec la dégradation du savoir, la véritable critique s’est pervertie à son tour, s’inscrivant dans la spirale du « louer pour être loué en retour5 ». S’engageant plus loin, de Feller s’étonne en 1783 que des volumes de l’Encyclopédie méthodique paraissent dans l’indifférence générale de la presse. Convaincu que ce silence a été acheté par les encyclopédistes, il se récrie contre le manque de liberté des écrivains lorsqu’il s’agit de critiquer la nouvelle philosophie, « les systèmes de mode et de vogue ». Ce bâillon imposé aux détracteurs de la nouvelle vague porte la marque funeste des idées de « douceur, d’humanité, de bienfaisance » et surtout de tolérance, concept à l’origine d’un édit promulgué la même année par Joseph II6.

7Le bon journaliste dépeint dans le Journal général de l’Europe est semblable sur certains points : il rassemble des matériaux épars et présente des tableaux de manière rapide, claire, précise et ordonnée. Il est exact dans les faits, libre dans ses jugements et impartial. Cependant, l’idée de tolérance fustigée par de Feller imprègne toute l’œuvre de Lebrun qui refuse la louange facile ou la critique acerbe.

  • 7 Journal général de l’Europe, 301, 15 mai 1787, 13, p. 95.

C’est le vice seul, c’est l’erreur, c’est le faux goût que nous avons dessein de démasquer sans ménagement [...] mais toujours avec les armes de la douceur, de la persuasion, de la critique sensée7.

8Les armes des deux journalistes diffèrent donc radicalement : lorsque la verve fielleuse de François-Xavier de Feller s’attaque à la vie privée d’un auteur, cela signifie que tous les moyens sont bons pour lutter contre la dépravation du siècle. Les vœux de Lebrun sont tout autres : établir la vérité, avec tolérance et humilité.

  • 8 Journal historique et littéraire, 15 février 1785, p. 263 et Journal général de l’Europe. Seconde (...)

9L’abbé de Feller et Lebrun s’accordent sur la définition première de l’Encyclopédie : l’exposition de l’ordre et de l’enchaînement des connaissances humaines dans une seule collection destinée à faciliter l’instruction8. De Feller seul pousse la réflexion plus avant.

  • 9 Journal historique et littéraire, 1er octobre 1779, p. 179-181.
  • 10 Journal historique et littéraire, 15 avril 1785, p. 576-577.

10S’insurgeant contre la prétention des encyclopédistes de regrouper tous les savoirs humains en un seul ouvrage9, il dénonce essentiellement le caractère subversif de l’œuvre. Celle-ci est le « véhicule d’une épidémie cruelle », un arsenal pour la secte philosophique qui a conçu le projet « cabalistique » d’infiltrer non seulement la littérature, mais aussi le pouvoir et l’Église. Le masque du savoir recouvre le véritable dessein de l’œuvre que seul un examen approfondi révèle. Au détour d’un anodin article de géographie, le lecteur se voit incité à déserter sa religion responsable de ses malheurs ; à haïr les hiérarchies religieuse et politique qui le maintiennent dans l’esclavage et l’abrutissement. Il s’agit là pour de Feller d’un véritable « prosélytisme philosophique10 ».

  • 11 Journal historique et littéraire, 15 juillet 1786, p. 402.
  • 12 Journal historique et littéraire, 1er avril 1789, p. 497.
  • 13 Journal historique et littéraire, 1er janvier 1785, p. 77.
  • 14 Journal historique et littéraire, 15 février 1785, p. 262-264.

11Le rédacteur du Journal historique et littéraire apporte une à une les preuves de son assertion. Citer les articles impies ne suffit pas : il critique vivement les moyens mis en œuvre par les encyclopédistes. La parution de la Méthodique le pousse à s’interroger sur la forme qu’une encyclopédie doit respecter. Le système alphabétique était une aberration : les sciences doivent être traitées « de suite, et non pas par de petits paquets détachés », selon l’affirmation de Bacon11. L’ordre thématique choisi dans l’Encyclopédie méthodique ne réhabilite cependant pas toute l’œuvre12. De manière générale, l’abbé de Feller s’érige contre toute forme de compilation en littérature. Il est persuadé que les petits ouvrages, au sujet ciblé et maîtrisé par leur auteur, sont de loin préférables aux compilations, vastes ouvrages sans originalité13. Les encyclopédistes n’ont selon lui que le talent « de copier, d’allonger et d’embrouiller14 ». Des plagiats mal déguisés parsèment l’œuvre dite disparate, car les articles les plus respectables côtoient les plus funestes. Cette bigarrure permet de camoufler les vues profondes des auteurs ; le système des renvois participe du même effort.

  • 15 Ibidem.
  • 16 Ibidem.

12En effet, les renvois contrarient l’objectif instructif de l’œuvre. Ils n’occasionnent que fatigue et dépit lorsqu’au bout d’une manipulation fastidieuse, une question n’est pas élucidée ou pire, se voit résolue de manière contradictoire par les différents auteurs consultés15. De Feller souligne l’incohérence et le manque de concertation scientifique ainsi que la négligence des concepteurs face aux erreurs grossières, telles que des renvois qui n’aboutissent pas (ainsi l’article « Constantinople » renvoie à « Liamet », qui demeure logiquement introuvable, puisqu’il n’existe pas)16.

  • 17 Journal historique et littéraire, 1er février 1786, p. 231.
  • 18 Journal historique et littéraire, 15 avril 1786, p. 571.

13Malgré la médiocrité de son contenu, l’Encyclopédie reste un ouvrage à grand succès ; de Feller ne voit d’ailleurs dans la Méthodique qu’une spéculation de librairie et la rebaptise « l’encyclop-économie ». L’objectif serait de relancer les ventes d’une collection en perte de vitesse17. Ajoutons à cela la remarque acerbe du journaliste à propos de la médiocre qualité du papier et de l’impression, résultat de l’appât du gain des concepteurs18.

  • 19 Journal général de l’Europe. Seconde partie : Bibliothèque raisonnée de littérature, sciences et a (...)
  • 20 Idem, p. 32-62 et 113-134.

14Lebrun, quant à lui, adresse un seul reproche à l’Encyclopédie méthodique dans la seconde partie de son journal. Ses propos sont mesurés : nul projet cabalistique, nulle impiété ou esprit de lucre dénoncés. L’on perçoit toutefois certains regrets quant au manque d’harmonie des auteurs sur leurs principes. Les articles de l’Encyclopédie méthodique analysés proviennent tous du Dictionnaire d’économie politique, considéré comme la partie la plus importante, traitant de la science du bonheur19. La comparaison de ces articles fait apparaître de fâcheuses divergences entre les théories physiocratiques énoncées par Grivel dans les articles « Agricole » et « Commerce » et leurs démentis dans les articles de son collègue Desmeunier20.

  • 21 Idem, p. 5-6.

15Comment nos deux journalistes perçoivent-ils les auteurs des deux encyclopédies ? S’ils s’accordent sur la haute réputation dont jouissaient les fondateurs de la première Encyclopédie, le sens qu’ils confèrent à cette reconnaissance diffère radicalement. Pour Lebrun, seuls de beaux génies pouvaient s’atteler à cette immense entreprise. Malgré leurs soins, il fut nécessaire de parfaire l’édifice, d’où la naissance de la Méthodique, à laquelle participent « une société de gens de lettres, dont la plupart sont avantageusement connus21 ».

  • 22 Voir à ce sujet les chapitres consacrés à la République des lettres en péril suite à « l’inquiétan (...)
  • 23 Journal historique et littéraire, 1er août 1787, p. 493-494.
  • 24 Journal historique et littéraire, 15 mars 1788, p. 457-458.
  • 25 Journal historique et littéraire, 1er septembre 1784, p. 79-84.

16La notoriété des auteurs ne résulte pour de Feller que de leur recherche effrénée de gloire, d’honneurs et de titres. Ceux qu’il appelle le plus souvent les « compilateurs » se sont érigés en « dictateurs de la littérature ». Ces petits auteurs aussi médiocres que vaniteux plongèrent la République des lettres dans la plus profonde décadence22. Depuis lors, un patriarcat domine la nouvelle philosophie, dont les instigateurs furent Voltaire et ses successeurs, Diderot et d’Alembert. D’Alembert est présenté comme un homme ingrat envers la géométrie et avide de se montrer bel-esprit, littérateur et philosophe23. Sans son titre de secrétaire de l’Académie française, il n’eut été qu’un mince littérateur, un écrivain du commun24. Quant à Denis Diderot, de Feller souligne son impiété qu’il retrouve dans le Code de la nature et le déterminisme matérialiste qu’il substitue à la Providence dans sa Lettre sur les sourds et les muets, Le Sixième sens, De l’éducation publique et ses Pensées philosophiques25.

17Le journaliste entend rappeler le jugement que ce dernier émit à propos de l’Encyclopédie et de ses auteurs :

  • 26 Ibidem, et répété dans le Journal historique et littéraire du 1er avril 1789, p. 498 et du 1er oct (...)

Un gouffre où des especes de chiffoniers jetterent pêle-mêle une infinité de choses mal vues, mal digérées, bonnes, mauvaises, incertaines et toujours incohérentes et disparates. On y a employé une race détestable de travailleurs, qui ne sachant rien et qui se piquant de savoir tout, cherchèrent à se distinguer par une universalité désesperante, se jetterent sur tout, brouillerent tout, gâterent tout26.

  • 27 Journal historique et littéraire, 15 juillet 1788, p. 440 ; Journal historique et littéraire, 1er (...)

18Ultime trahison pour de Feller que la participation d’hommes d’Église aux entreprises encyclopédiques. La rédaction du Dictionnaire de théologie de la Méthodique par l’abbé Bergier ne fait que renforcer le crédit de l’œuvre et dissipe malheureusement les dernières inquiétudes des lecteurs honnêtes27.

Deuxième partie. L’Encyclopédie : de la connaissance à l’éducation

De Feller ou l’éloge de l’ignorance

  • 28 Journal historique et littéraire, 15 mai 1786, p. 124-129.
  • 29 Nom donné par M. Faujas dans son ouvrage Minéralogie des volcans, ou description de toutes les sub (...)
  • 30 , Journal historique et littéraire, 15 février 1789, p. 250.

19Une question émerge de la lecture de ce titre : est-il concevable qu’un homme réputé pour son instruction s’érige en apologiste de l’ignorance ? L’affirmation est moins paradoxale qu’il n’y paraît. Tout d’abord, le savoir ne doit pas être à la portée de tous mais réservé à une élite. Ceci nous éclaire sur le dédain que le journaliste témoigne à l’encontre de son siècle, où la masse des savants grossit chaque jour davantage, où chacun se pique de tout savoir. Nul doute que de Feller ne se classe parmi l’élite en question28. D’autre part, l’éloge de l’ignorance ne signifie pas un quelconque retour à la bestialité mais bien la conscience des limites imposées à la connaissance humaine. Dans sa recherche de sens, l’homme doit finalement s’en remettre au Suprême Ordonnateur29 aussi appelé Souverain Moteur30.

  • 31 Voir la réfutation du matérialisme dans Journal historique et littéraire, 1er août 1789, p. 483.

20La première vérité est l’existence de Dieu, bien qu’elle soit indémontrable. De cet axiome s’élancent les rayons de toutes les sciences physiques et morales. La vérité peut être indémontrable si l’on considère que deux voies mènent à la connaissance. La première est celle des sensations, locales et spéculatives. Les matérialistes, formellement condamnés par de Feller, ne jurent que par elles31. Pour le jésuite, l’homme se fiant uniquement à ses sensations redevient animal. La seconde voie est celle des sentiments qui altèrent toute la personne. Le premier de ces sentiments est la conscience, universelle ; il recense aussi l’espérance, la crainte, l’amour et la haine. Sentiments et sensations s’équilibrent par le jeu des vases communicants : lorsque les sentiments sont forts, les sensations s’affaiblissent, et inversement. Voilà comment du point de vue moral l’ignorant est savant : la conscience du bien et du mal est universelle. De même, lorsque l’homme s’interroge sur son origine et sur son avenir, sa foi seule peut lui répondre :

  • 32 Journal historique et littéraire, 1er août 1789, p. 488.

Toutes questions auxquelles un enfant instruit par deux lignes de catéchisme, répond mieux que n’ont fait les philosophes de tous les siècles32.

  • 33 Journal historique et littéraire, 15 février 1789, p. 261.
  • 34 Journal historique et littéraire, 1er septembre 1789, p. 29.

21La route la plus courte vers Dieu est donc le sentiment, car l’entendement et ses mots sont à l’image de l’homme, trop faibles pour transmettre cette vérité intime33. En répondant aux questions de l’homme, la foi, contrairement au doute scientifique, rend aussi l’homme plus heureux. « Il est bien plus doux de croire » s’écrie de Feller, parlant même de « béatitude anticipée ». Les douleurs de la vie deviennent des faveurs divines ; l’homme se fourvoie en cherchant le bonheur hors de lui-même : il est dans la contemplation de l’Éternel34.

Il faut repousser les limites de la connaissance

22Les mystères seraient donc impénétrables, ce serait profaner que de vouloir les percer. La réponse de Lebrun fuse : fainéantise ! Il y a quelque paresse intellectuelle à évoquer le mystère lorsqu’il apparaît difficile de pénétrer les secrets de la nature ; les philosophes doivent sortir de cette inertie et chercher à faire reculer les bornes de la connaissance.

  • 35 Le débat sur la génération des animaux et des plantes est particulièrement éclairant. Voir le Jour (...)
  • 36 Idem, p. 45-46.

23Deux postulats permettent d’expliquer ce point de vue : une foi immense en la raison humaine et l’imperméabilité de la philosophie à la théologie. Celle-ci est, selon l’auteur du Journal, destinée à notre édification (morale, ajouterions-nous). La philosophie a pour objet « d’étendre les lumières de l’entendement35 ». La route la plus courte vers la connaissance n’est donc pas comme l’affirmait de Feller, le sentiment, mais la raison. À ce propos, le Journal général de l’Europe publie, à la demande de ses lecteurs, la pièce en vers de Jean-Baptiste Rousseau intitulée « Numa », qui aurait servi de catéchisme à Voltaire36. Elle débute ainsi :

Votre impertinente leçon
Ne détrait point mon pyrrhonisme :
Ce n’est point par un vain sophisme
Que vous surprendrez ma raison.
L’esprit humain veut des preuves plus claires
Que les lieux communs d’un curé.
Ce fatras obscur de mystères
Qu’on débite au peuple effaré,
Avec le sens commun n’est pas bien mesuré,
La raison n’y peut rien connoître :
Et quand on les croit, il faut être
Bien aveugle ou bien éclairé.

Une mission éducative

24Les deux organes d’information s’affrontent de plus belle sur le thème de l’instruction. Doit-elle être générale ou réservée à une élite ? Quel doit être son contenu ? Pour y répondre, il faut en revenir aux vérités fondamentales défendues par les deux hommes.

  • 37 Journal historique et littéraire, 1er août 1787, p. 491-493.

25Sur la route pour le bonheur des hommes, objectif ultime des deux auteurs, l’instruction n’est pas nécessairement le meilleur guide. Pour de Feller, la première vérité étant l’existence de Dieu, la foi seule conduit les hommes à la vertu. D’où sa grande crainte de voir le rôle éducatif de l’Église effacé par la présence de la philosophie. Celle-ci, héraut de la nouvelle éducation, serait la ruine de l’instruction chrétienne : pour preuve, les universités envahies de philosophes, les jésuites boutés hors de leurs collèges37.

  • 38 L’enfant doit être éduqué, mais d’abord par la religion pour apprendre les principes de vertu. De (...)
  • 39 Journal historique et littéraire, 15 mars 1786, p. 401-406.

26Mais que reproche-t-il exactement à cette nouvelle éducation ? Tout d’abord sa vocation universelle. Il s’érige contre l’édification des femmes, des enfants38 et contre les nouvelles méthodes. À cet effet, notons la mention de l’Encyclopédie : les « charlatans d’éducation » d’aujourd’hui et leurs « nouvelles méthodes doivent former en très peu de tems des sujets admirables, des prodiges des sciences, de petits encyclopédistes39 ». Les ouvrages instructifs foisonnent : abrégés, dictionnaires, livres élémentaires, méthodes...

  • 40 Journal historique et littéraire, 15 mai 1876, p. 127.

On lit le soir quelques-unes de ces brochures illusoires, et l’on se réveille le lendemain bel-esprit, savant, philosophe, poëte, artiste40.

27Nous l’aurons compris : être savant n’est pas à la portée du premier venu ; on le devient à force d’efforts, de travail, de maîtrise des langues anciennes et de recherches. Le commun des mortels ne doit recevoir qu’un minimum d’éducation, religieuse et/ou liée à sa fonction. La Bibliothèque de l’homme public conçue par Condorcet et visant à cultiver chaque homme dans les domaines de la politique, de la législation, des finances, de l’agriculture, du commerce et du droit est une aberration. Son utilité d’après l’auteur est liée à la Révolution française qui a permis à tout homme de partager le pouvoir. De Feller conclut ironiquement :

  • 41 Journal historique et littéraire, 15 avril 1791, p. 570-571.

Si les vœux des auteurs sont remplis, les ateliers seront bientôt déserts : tout artisan, qui se croira du génie (et il est triste de s’en croire tout-à-fait dépourvu) étudiera Hobbes et Machiavel. Il y aura [...] moins de bons souliers, mais les choses publiques en iront bien mieux41.

28Pour Lebrun, la vérité première n’est pas d’ordre théologique mais juridique. En effet, la base de la connaissance réside dans les lois saintes et immuables de la nature, à savoir l’ordre et la justice dont découlent les droits de l’homme, liberté et propriété en tête. Il incombe à tout homme de connaître les lois positives, déduites par la raison à partir des lois naturelles : par conséquent l’instruction doit être universelle et gratuite.

29En définitive, les deux journalistes se croisent sur le chemin de l’éducation : celle-ci doit différer selon les individus. Pour le commun des mortels, l’apprentissage de base est celui de la vertu, qui le mènera à vivre en bonne intelligence avec ses semblables et à respecter l’ordre établi. Les journalistes se séparent sur la question de l’origine de cet ordre établi et sur la définition de la vertu. Respect et obéissance à Dieu pour l’un, justice humaine chez l’autre. En effet, aucune mention d’ordre divin pour Lebrun : la vertu est le respect d’une justice stricte, la probité inaltérable. Ces qualités ne touchent que les hommes éclairés et habitués de bonne heure au bien. Or, la misère empêche les plus pauvres de s’élever car ils consacrent tous leurs efforts à la subsistance ; le luxe amollit les plus riches et favorise le vice et la dépravation.

  • 42 Journal général de l’Europe, 17, 7 février 1789, 1, p. 249-250.

C’est donc dans l’état mitoyen, c’est dans cette heureuse médiocrité [...] qu’on peut trouver les lumières comme les vertus, la science comme la probité, le sentiment comme les efforts du véritable patriotisme42.

Troisième partie. Des journaux témoins de leur temps

30L’entreprise encyclopédique témoigne d’une confiance totale en la capacité humaine de maîtriser le monde. Une volonté d’expliquer l’enchaînement des connaissances humaines qui élève l’homme au rang de moteur d’un progrès infini. Comment nos deux journalistes perçoivent-ils ce siècle des Lumières ?

  • 43 Journal historique et littéraire, 1er février 1788, p. 168.

31Dépassons d’emblée le tableau manichéen pourtant nettement perceptible et sans grande surprise : effectivement, la position des deux hommes aux extrémités des courants de pensée de cette fin du xviiie siècle apporte la réponse la plus simple. De Feller fustige intégralement ce siècle de dépravation, d’ignorance et d’impiété qui relègue Dieu au second plan derrière l’homme ; il reprend à cet effet le mot d’un prélat qui, entendant nommer ce siècle éclairé, s’écrie « soit, mais il faut convenir que c’est le diable qui tient la chandelle43 ». À l’inverse, Lebrun s’enthousiasme pour l’ère nouvelle qui s’ouvre sur les idées de liberté, de droits de l’homme, de progrès et de bonheur social. Oui, tout ceci est exact. Mais...

32Première constatation : François-Xavier de Feller a pris conscience que dans sa lutte contre la dépravation du siècle, il devrait retourner contre les « philosophistes » leurs propres armes, dans un combat inégal au vu de leur succès. Par conséquent, il reprend à son compte certains concepts dans l’air du temps. La nouvelle philosophie vise le bonheur humain ? Soit, il fait sienne l’idée du bonheur, accessible pour l’homme dans l’au-delà mais aussi sur terre dans l’amour de Dieu. La science se développe par l’expérience et par l’observation ? Très bien, mais alors, tous les systèmes qui ne reposent ni sur l’un ni sur l’autre sont erronés. Ces méthodes accréditent-elles le système matérialiste ? Non, celui-ci est dès lors insensé.

33Seconde constatation : l’enthousiasme de Lebrun pour la philosophie du siècle se transforme en amertume lorsqu’il observe le décalage entre les idées et leur application. Son rapport au temps présent est double : s’il estime vivre dans un siècle exceptionnel, il constate ensuite que les conceptions intellectuelles qui ont émergé de cette effervescence sont loin d’être concrétisées aux niveaux politique, économique et social.

34Dans quels domaines l’Europe est-elle en train de rater son siècle philosophique ? Son opinion peut se résumer dans le Coup d’œil philosophique sur la philosophie du 18me siècle qu’il publie en 1786. S’adressant à ses descendants, l’auteur épingle les erreurs du siècle, l’une après l’autre. Au niveau politique : nations étrangères les unes aux autres, guerres, suprématie du droit romain sur le droit naturel, corruption des cours, mauvaise gestion financière et fiscale ; au niveau culturel : ignorance du peuple, liberté de la presse refrénée, concurrence scientifique ; au niveau social : mépris à l’encontre des agriculteurs, majorité populaire vivant dans la misère, corruption des mœurs ; au niveau religieux, manque de tolérance entre les différentes confessions. Le coup d’œil termine par une note plus positive :

  • 44 Journal général de l’Europe. Seconde partie : Littérature, sciences et art, 3, 1786, 71-74.

Cependant en lisant nos meilleurs ouvrages d’économie politique, nos neveux seront obligés de convenir que notre siecle fut l’aurore de la philosophie, que nous avons créé les vrais principes de la morale, et semé les vrais germes du bonheur social : puissent-ils en recueillir les fruits44 !

Conclusions

35La lecture de deux journaux aussi contrastés à la fin du xviiie siècle permet de dépasser les conclusions hâtives quant à leur perception du mouvement encyclopédique : suffirait-il d’opposer à l’admiration d’un auteur progressiste l’indignation d’un catholique conservateur ? Éluder de la sorte le débat risque de laisser bon nombre d’interrogations en suspens.

36D’une part, les invectives de l’abbé de Feller contre la prétention de rassembler des matières plagiées et peu approfondies dans de grosses compilations ne constituent pour lui que le moyen d’attaquer une œuvre subversive. Car lui-même use de ces instruments dans son œuvre : le Journal historique et littéraire fourmille de textes pillés chez les apologistes chrétiens tels Bergier ou Barruel. Les matières traitées sont peu approfondies étant donné que le but du journal est de présenter une information historique et littéraire condensée. Le journal ainsi que le Dictionnaire historique (5 volumes publiés entre 1781 et 1783) pourraient sans difficulté être classés dans la catégorie des compilations. De ce fait une très courte distance sépare l’auteur jésuite des entreprises encyclopédiques. Au-delà des ouvrages encyclopédiques, ce qu’il redoute avant tout est l’esprit qui anime les productions du siècle des Lumières, à savoir la prétention de reléguer Dieu derrière l’homme et derrière la science, ainsi que l’instruction de ces principes à un public de plus en plus large. Assénant les mêmes arguments, il condamne l’œuvre encyclopédique en brandissant l’anathème et en prédisant l’Apocalypse. D’où l’écartèlement du chrétien instruit entre le rejet des idées nouvelles et la nécessité de l’avancement du savoir. De Feller combattra jusqu’au bout pour rassembler connaissance et théologie.

37D’autre part, le Journal général de l’Europe s’imprègne incontestablement des idées du siècle : Lumières, raison, liberté, égalité et tolérance sont évoquées avec autant d’admiration que leurs plus illustres représentants : Voltaire, Rousseau, Montesquieu... Et pourtant, l’Encyclopédie ne sera pas l’emblème de ce siècle : Lebrun lui aussi dénonce certaines conceptions des encyclopédistes. Pour ce révolutionnaire, les idées n’ont qu’une raison d’être : elles sont la passerelle entre la réflexion et l’action. Une fois établies, elles doivent être répandues et intégrées dans les réformes politiques, économiques et sociales. Par conséquent la vérité est nécessairement une. Or, Lebrun ne discerne à aucun moment que l’un des objectifs des premiers encyclopédistes fut précisément de refuser cette croyance en la vérité une et inaltérable. Son incompréhension se révèle lorsqu’il analyse les incohérences de la partie économique de l’Encyclopédie méthodique.

38L’admiration de Lebrun pour les principes établis par les Lumières se dégrade peu à peu, au fil des échecs des révolutions brabançonne, liégeoise et française. Sa hargne atteint son paroxysme à partir de 1791 lorsqu’il s’aperçoit que la contre-révolution se met en place en Europe. Sa conclusion est tranchante : le siècle des Lumières a raté sa philosophie d’utilité publique.

39Pris dans leur tourmente respective, les deux journalistes ne disposent finalement d’aucun recul par rapport à la révolution du savoir qui s’est opérée sous leurs yeux. Leur perception des œuvres encyclopédiques ne se détache jamais de leurs convictions propres, de leur volonté d’œuvrer au bonheur social, quelle que soit la définition qu’ils entendent donner de ce bonheur.

Notes

1 Prospectus non paginé du 11e volume du Journal général de l’Europe, janvier 1787.

2 Voir, entre autres, Carole Smadja, « La carrière de Pierre-Henri-Marie Lebrun dit Tondu », in La Plume et le Plomb. Journaux et journalistes au pays de Liège au temps de l’Heureuse Révolution 1789, Contribution au bicentenaire par l’Association des journalistes professionnels liégeois et luxembourgeois, Bruxelles, Crédit Communal de Belgique, 1989, p. 109-121 ; Bernadette Vanderschuren, Un journal à la veille des révolutions : Pierre-Marie-Henri Lebrun et le Journal général de l’Europe, mémoire de Licence en Histoire, Université de Liège, Liège, 1960.

3 Voir Brigitte Van Den Bossche, François-Xavier de Feller, un défenseur intransigeant du catholicisme dans la seconde moitié du xviiie siècle, mémoire de licence en Histoire, Université de Liège, Liège, 1996 ; R. Trousson, « L’abbé F.-X. de Feller et les philosophes », in Études sur le xviiie siècle, 6, 1979, p. 103-115.

4 Sa position est déterminée par l’ouverture de nos régions à l’esprit des Lumières dans la seconde moitié du xviiie siècle. Voir R. Trousson, op. cit.

5 Journal historique et littéraire, 1er novembre 1791, p. 347.

6 Journal historique et littéraire, 1er avril 1783, p. 556-557.

7 Journal général de l’Europe, 301, 15 mai 1787, 13, p. 95.

8 Journal historique et littéraire, 15 février 1785, p. 263 et Journal général de l’Europe. Seconde partie : Bibliothèque raisonnée de littérature, sciences et art, 3, 1786, p. 5.

9 Journal historique et littéraire, 1er octobre 1779, p. 179-181.

10 Journal historique et littéraire, 15 avril 1785, p. 576-577.

11 Journal historique et littéraire, 15 juillet 1786, p. 402.

12 Journal historique et littéraire, 1er avril 1789, p. 497.

13 Journal historique et littéraire, 1er janvier 1785, p. 77.

14 Journal historique et littéraire, 15 février 1785, p. 262-264.

15 Ibidem.

16 Ibidem.

17 Journal historique et littéraire, 1er février 1786, p. 231.

18 Journal historique et littéraire, 15 avril 1786, p. 571.

19 Journal général de l’Europe. Seconde partie : Bibliothèque raisonnée de littérature, sciences et art, 3, 1786, p. 8.

20 Idem, p. 32-62 et 113-134.

21 Idem, p. 5-6.

22 Voir à ce sujet les chapitres consacrés à la République des lettres en péril suite à « l’inquiétante ascension d’une piétaille littéraire », dans Didier Masseau, L’Invention de l’intellectuel dans l’Europe du xviiie siècle, Paris, PUF, 1994.

23 Journal historique et littéraire, 1er août 1787, p. 493-494.

24 Journal historique et littéraire, 15 mars 1788, p. 457-458.

25 Journal historique et littéraire, 1er septembre 1784, p. 79-84.

26 Ibidem, et répété dans le Journal historique et littéraire du 1er avril 1789, p. 498 et du 1er octobre 1779, p. 181. Robert Mortier nous rappelle à ce propos que cette confidence fut faite par Diderot à Luneau de Boisjermain, « témoin douteux mais souvent très bien informé », si ce n’est au ministre Sartine ; l’historien insiste sur le caractère marginal de l’aveu, proféré peut-être dans une période de découragement du philosophe ou peut-être assombri par Luneau. Remarquons enfin que de Feller choisit le passage le plus frappant, évitant à dessein de rappeler que Diderot dénonce la modicité des honoraires qui décourage certains collaborateurs. Robert Mortier, « Diderot et le projet encyclopédique », in La Culture comme projet de société, colloque interdisciplinaire de l’Institut collégial européen, Campin, Éditions Universitaires, 2001, p. 237-248.

27 Journal historique et littéraire, 15 juillet 1788, p. 440 ; Journal historique et littéraire, 1er avril 1789, p. 496-498.

28 Journal historique et littéraire, 15 mai 1786, p. 124-129.

29 Nom donné par M. Faujas dans son ouvrage Minéralogie des volcans, ou description de toutes les substances produites ou rejetées par les feux souterrains, à Paris, chez Cuchet ; à Liège, chez Lemarié, 1785 ; ouvrage analysé dans Journal historique et littéraire, 15 février 1786, p. 258-262.

30 , Journal historique et littéraire, 15 février 1789, p. 250.

31 Voir la réfutation du matérialisme dans Journal historique et littéraire, 1er août 1789, p. 483.

32 Journal historique et littéraire, 1er août 1789, p. 488.

33 Journal historique et littéraire, 15 février 1789, p. 261.

34 Journal historique et littéraire, 1er septembre 1789, p. 29.

35 Le débat sur la génération des animaux et des plantes est particulièrement éclairant. Voir le Journal général de l’Europe. Seconde partie : Littérature, sciences et art, 5,1787, p. 245-274.

36 Idem, p. 45-46.

37 Journal historique et littéraire, 1er août 1787, p. 491-493.

38 L’enfant doit être éduqué, mais d’abord par la religion pour apprendre les principes de vertu. De Feller s’insurge à ce propos contre l’Émile de Rousseau, qui entend laisser stagner l’esprit des enfants jusqu’à l’adolescence. Laisserait-on les enfants dans l’ignorance de Dieu jusqu’à l’époque où les passions s’éveillent ? Voir Journal historique et littéraire, 1er août 1787, p. 503-504.

39 Journal historique et littéraire, 15 mars 1786, p. 401-406.

40 Journal historique et littéraire, 15 mai 1876, p. 127.

41 Journal historique et littéraire, 15 avril 1791, p. 570-571.

42 Journal général de l’Europe, 17, 7 février 1789, 1, p. 249-250.

43 Journal historique et littéraire, 1er février 1788, p. 168.

44 Journal général de l’Europe. Seconde partie : Littérature, sciences et art, 3, 1786, 71-74.

Auteur

Université de Liège

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search