Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Bruno Demoulin

« La recherche de la langue parfaite » dans les encyclopédies du xviiie siècle

Sophie Croiset

Texte intégral

  • 1 Titre original : La Ricerca della lingua perfetta nella cultura europea, Bari, Laterza, 1993. Umbe (...)

1En choisissant cet intitulé, nous nous permettons d’emprunter à Umberto Eco, une partie du titre d’un de ses ouvrages, dont la traduction en français est La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, livre publié en 1993, entièrement consacré à la question des langues mythiques et universelles1. Aussi le présent exposé aura pour but, tout en mettant en exergue diverses conceptions du langage du xviiie siècle telles qu’elles apparaissent dans différents ouvrages encyclopédiques, de faire ressortir les images de perfection ou d’imperfection de la langue qui s’en dégagent.

I. Crainte de déchéance ou éloge du progrès des langues

  • 2 Nous pensons notamment à Daniel Droixhe et à son ouvrage La Linguistique ou l’appel de l’histoire,(...)

2Au cœur de l’article « Langue » du volume IX de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts, et des métiers (1765), (réside le problème de l’évolution linguistique. Nous ne pensons pas trahir un secret — d’autres linguistiques l’ayant affirmé bien avant nous2 — en avançant que ce problème trouvait déjà des manifestations à l’aube du xviiie siècle, et ce sous la forme de plaintes émises à l’encontre de l’idée de déchéance probable de la langue face à une évolution future inéluctable. Celles-ci émanaient de divers auteurs et savants et concernaient la langue française tout comme certaines langues étrangères. Dans le même temps, la critique et l’opposition sensualiste par rapport à l’idée répandue d’imperfection du signe a engendré, a contrario, un certain optimisme quant à l’évolution, celui-ci étant lié à l’avènement de la notion — introduite notamment par les sensualistes eux-mêmes — de progrès des langues. On remarque d’ailleurs, à l’époque, une montée certaine de l’intérêt pour les études étymologiques, intérêt qui ne tardera guère à prendre de l’ampleur.

3Le xviiie siècle est ainsi imprégné de la présence de ces deux tendances antinomiques. La première est celle d’un auteur comme Voltaire (1694-1778), la question qui le tourmentait dans l’article « Langue française » de son Dictionnaire philosophique (1764) en étant tout à fait représentative :

  • 3 Voltaire, « Langue française », in Dictionnaire philosophique, Genève, Gabriel Grasset, 1764, mis (...)

Qu’arriverait-il si vous changiez ainsi le sens de tous les mots ? On ne vous entendrait, ni vous, ni les bons écrivains du grand siècle3.

  • 4 Louis Racine, Réflexions sur la poésie [éd. orig. 1747], in Œuvres de Louis Racine, 2, Paris, 1808 (...)
  • 5 Antoine Rivarol, De l’Universalité de la langue française, discours qui a remporté le prix de l’Ac (...)

4Ceci étant dit, Voltaire est loin d’être le seul représentant de cette inquiétude ambiante, Louis Racine (1692-1763) dans ses Réflexions sur la poésie (1747)4, Antoine Rivarol (1753-1801) dans De l’Universalité de la langue française (1784)5 ou encore l’abbé de Saint-Pierre (1658-1743) dans son Discours adressé à l’Académie (1714), pour ne citer qu’eux, ont témoigné d’une appréhension similaire. Il est vraisemblable que la norme et la rigueur qu’on a voulu insuffler à la langue française dès le xviie siècle et, sans doute davantage encore, le style des grands écrivains de ce siècle (comme Racine, Pascal, Boileau et autres Bossuet), aient contribué à inspirer à ces auteurs postérieurs une certaine crainte par rapport à la notion de mutabilité linguistique. Remarquons que la même crainte s’était manifestée chez le jésuite Bouhours, qui déjà dans la seconde moitié du xviie siècle, affirmait sa peur d’une corruption future de la langue française dans Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène (1671) :

  • 6 Dominique Bouhours, Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène par un gentilhomme de province, Paris, Che (...)

Si la langue est dans sa perfection, je meurs de peur qu’elle ne se corrompe bientôt ; car il me semble que les choses ne sont jamais plus près de leur mine que quand elles sont arrivées au plus haut point où elles peuvent monter6.

  • 7 Jonathan Swift, Les Voyages de Gulliver, trad. Guillaume Villeneuve, Paris, Flammarion, 1997, p. 2 (...)

5Toutefois, les auteurs français ne sont pas les seuls à affirmer leur appréhension. Pour ne citer qu’un seul exemple, et non des moindres, Swift, auteur anglais, est également représentatif de cette attitude méfiante, lui qui dans Les Voyages de Gulliver (1721) nous fit connaître les Struldbruggs, ces fameux personnages immortels de Luggnagg éprouvant tant de difficultés à comprendre leurs semblables de génération différente, ceci étant dû au caractère non permanent de l’état de la langue7. Ainsi l’évolution était présentée comme un problème de taille.

  • 8 Nous empruntons cette référence à l’ouvrage de D. Droixhe, op. cit., p. 182.

6Cependant, prenant le contre-pied de cette tendance affirmée, une vision plus optimiste, certes a priori moins apparente, se fit entendre également, et ce notamment au sein du discours8 de François-Augustin Paradis de Moncrif (1687-1770) lu à l’Académie française, au titre révélateur : Qu’on ne peut ni ne doit fixer une langue vivante. Il y réhabilite l’idée de mutabilité de la langue en tenant les propos suivants :

  • 9 François-Augustin Paradis de Moncrif, Qu’on ne peut ni ne doit fixer une langue vivante, in Œuvres (...)

À mesure que nous acquérons des lumières, ou que nous embrassons de nouvelles vues, il est naturel que l’art de rendre la pensée s’étende et se perfectionne, soit en produisant des mots qui manquaient à la langue [...] soit en prenant dans une signification plus étendue ou nouvelle certains termes usités9.

7Nous trouvons dans ce discours l’idée qu’une langue est susceptible d’« accroissements » et de « retranchemens » en fonction des idées, « dépendans de la nature de notre esprit », et de changements, « nés de la langue même » dans la prononciation, l’orthographe et dans certains types de construction. Cette impossibilité de stabilisation totale de la langue se retrouve notamment dans un autre ouvrage à volonté encyclopédique du xviiie siècle, celui de Jean-Baptiste Robinet, qui fut l’un des continuateurs de la Grande Encyclopédie, le Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique (1777-1783). Ce dernier est effectivement tout à fait éloquent à ce sujet dans l’article « Parole (Usage de la) » du tome vingt-sixième :

  • 10 Jean-Baptiste Robinet, « Parole (Usage de la) », in Dictionnaire universel des sciences morale, éc (...)

Il arrive tous les jours qu’un simple particulier invente de nouveaux mots ou donne à ceux qui sont déjà reçus, une nouvelle signification [...]. Mais c’est ce qui ne se pourrait pas faire, s’il y avoit là-dessus quelque convention obligatoire [...] que l’on n’oseroit soutenir, & qui est manifestement réfuté par une pratique assez fréquente, & à laquelle personne ne trouve à redire, & qui sert au contraire merveilleusement à embellir et à enrichir les langues10.

8Le sentiment ambivalent qu’inspire l’évolution linguistique au xviiie siècle étant attesté, l’article « Langue » de l’Encyclopédie témoigne toutefois bien davantage de la première tendance. Son auteur, Nicolas Beauzée (1717-1789), y regrette en effet l’absence d’une « science raisonnée des principes immuables et généraux du Langage ». Vantant les qualités de la langue « naturelle », cette langue immuable offerte aux hommes par la puissance divine, Beauzée se place en position de refus par rapport aux « principes constans de la mutabilité naturelle du langage ». Ainsi, opposé aux conceptions de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) dont il cite, dans son article, des passages du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité (1755) — ce dernier mettant en avant la création du langage par l’homme lui-même en fonction de ses besoins — Beauzée prône l’idée selon laquelle le langage est un don du Tout-Puissant :

  • 11 Nicolas Beauzée, « Langue », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts, et d (...)

C’est donc Dieu lui-même qui non-content de donner aux deux premiers individus du genre humain la précieuse faculté de parler, la mit encore aussitôt en plein exercice, leur inspirant immédiatement l’envie & l’art d’imaginer les mots & les tours nécessaires aux besoins de la société naissante11.

9Il tire cette conclusion du constat d’une création impossible par l’homme lui-même étant donné la diversité manifeste des langues du monde.

  • 12 Nicolas Beauzée, « Langue », op. cit., p. 252.

Mais s’il y avoit une langue qui tient à la nature de l’homme, ne seroit-elle pas commune à tout le genre humain, sans distinction de tems, de climats, de gouvernemens, de religions, de mœurs, de lumières acquises, de préjugés, ni d’aucunes des autres causes qui occasionnent les différences des langues12 ?

10Ce point de vue sur l’origine du langage qui aujourd’hui nous semblerait particulier était en réalité, à l’époque, une façon plutôt banale de régler le problème. Toutefois l’argument invoqué par Beauzée paraît assez peu solide, et son avis s’oppose notamment à ce qu’affirme le chevalier Louis de Jaucourt (1704-1779) dans l’article « Langage » de la même Encyclopédie en parlant de la naissance des différents idiomes :

  • 13 Louis de Jaucourt, « Langage », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences..., 9, op. c (...)

Mais la différence des climats, des mœurs & des temperamens fait que tous les habitans de la terre ne sont point également sensibles ni également affectés13.

11Ainsi, chaque peuple peut se créer sa propre langue, et l’hypothèse de Beauzée trouve une concurrence directe. L’autorité de Dieu sur le langage telle que Beauzée l’envisage lui permet d’invoquer l’épisode mythique de Babel comme origine incontestable de la multiplication des langues. Véritablement inscrit dans un système atemporel, et prêchant que « cette confusion fut subite », il postule, suivant la tradition biblique que Dieu a soudainement multiplié les idiomes après avoir « fait passer cette langue primitive de générations en générations », marquant ainsi la fin d’une langue universelle originelle. En tenant ce type de discours, Beauzée adopte une position radicale de méfiance quant à la mutabilité du signe. Bien entendu, son système est loin d’être sans faille, puisque l’on trouve dans le même article l’idée que Dieu n’agit pas contre la nature et que celui-ci a opéré des changements analogues dans la langue primitive à ceux que les causes naturelles auraient engendrés. Ainsi, malgré ses opinions radicales, il lui semble impossible d’éviter totalement les notions de nature et de temps, autrement dit l’évolution elle-même.

  • 14 Denis Diderot, « Encyclopédie », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences..., 5, op. (...)

12De la même méfiance font preuve Rousseau, dans l’Essai sur l’origine des langues, mais également Diderot dans l’article « Encyclopédie » de la Grande Encyclopédie. Ce dernier y souhaite que la « langue se fixe [...] autant qu’il est possible de la fixer14 ». Diderot voit néanmoins la continuité comme un principe inaliénable et envisage en ce sens la réalité de changements, lents et progressifs, au sein des langues. Son seul souci tient à son espérance de maîtrise et de connaissance de la langue, concepts qui ne peuvent être envisageables si la langue n’est quelque peu fixée.

II. Rêve de langue universelle et création par l’imitation

13À la lumière des considérations précédentes, nous ne serons guère surpris de constater que Nicolas Beauzée puisse ressentir une attirance prononcée pour le concept de langue universelle. Et effectivement, au sein du même article « Langue », après avoir procédé à une comparaison fastidieuse des langues du monde, il laisse transparaître son désir de voir s’élever une langue commune aux différentes nations :

  • 15 Nicolas Beauzée, « Langue », op. cit., p. 265.

En attendant que les savans soient convenus entre eux d’un langage de communication, pour s’épargner respectivement l’étude longue, pénible & toujours insuffisante de plusieurs langues étrangères ; il faut qu’ils aient le courage de s’appliquer à celles qui leur promettent le plus de secours dans les genres d’étude qu’ils ont embrassés par goût ou par la nécessité de leur état15.

14Et il précisera quelques lignes plus bas, dans ce même article, qu’il serait envisageable de choisir à cet effet la langue latine ou la langue française, affirmant ainsi le poids de cette dernière au niveau international.

  • 16 C’est dans l’ouvrage De dignitate et augmentis scientiarum (De la Dignité et de l’accroissement de (...)
  • 17 Dalgarno, instituteur d’Oxford, est le créateur d’une langue philosophique dont il développe les c (...)
  • 18 Évêque de Chester, John Wilkins était un des savants les plus éminents d’Angleterre et l’un des fo (...)
  • 19 Lodwick est le premier à avoir publié un essai de langage fondé sur les caractères réels en 1647 s (...)
  • 20 Leibniz est l’inventeur d’une langue complexe basée sur le principe de la combinatoire mathématiqu (...)
  • 21 Jean Le Rond d’Alembert, « Caractères », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, de (...)

15La possibilité d’utiliser une langue commune pour communiquer et transmettre des connaissances à travers le monde n’est pas neuve à l’époque. En témoigne l’article « Caractères » du volume II de l’Encyclopédie (1752) dans lequel Jean Le Rond d’Alembert a laissé trois textes, dont l’un est consacré à la question de la langue universelle. Dans ce dernier, d’Alembert expose les réflexions de Francis Bacon16, George Dalgarno17, John Wilkins18, Francis Lodwick19 et Gottfried Wilhelm Leibniz20 sur les caractères réels, ces caractères qui, opposés aux caractères nominaux ont été tout au long du xviie siècle l’idée maîtresse des diverses créations de langues dites « a priori ». Ces langues étaient fondées sur des caractères renvoyant à des notions et non à des mots ainsi que sur la recherche des concepts primitifs traversant l’esprit humain. Nous ne nous étendrons guère sur ce point qui n’est plus réellement d’actualité au xviiie siècle, de tels systèmes s’étant révélés d’une difficulté trop importante pour être acceptables et utilisables. Il est cependant intéressant de remarquer que d’Alembert tire la conclusion sceptique qu’il lui semble peu probable d’ancrer dans la pratique l’utilisation d’une langue universelle suivant ainsi, au contraire de Beauzée, la tendance selon laquelle pensée et langage sont nécessairement liés, s’influencent mutuellement et évoluent de manière commune. L’hypothèse d’une grammaire des idées universelle, rationnelle et stable ne lui semble ainsi guère soutenable, la langue ne reflétant pas un univers constitué et organisé au préalable, mais contribuant à sa formation21.

16L’article « Langage », de Louis de Jaucourt, que nous évoquions plus haut, rejette également toute possibilité de langue universelle comme en témoigne l’extrait ci-dessous :

  • 22 Louis de Jaucourt, « Langage », op. cit., p. 242.

Puisque du différent génie des peuples naissent les différens idiomes, on peut d’abord décider qu’il n’y en aura jamais d’universel. Pourroit-on donner à toutes les nations les mêmes mœurs, les mêmes sentimens, les mêmes idées de vertu & de vie, & le même plaisir dans les mêmes images tandis que cette différence procede de celle des climats que ces nations habitent, de l’éducation qu’elles reçoivent, & de la forme de leur gouvernement22 ?

17La question, rhétorique entendons-le, paraît plutôt pertinente, et les arguments proposés tiennent la route. C’est ainsi que l’on remarque que Beauzée s’écarte définitivement des théories, si crédibles soient-elles, de ses collaborateurs et bien plus encore dans un article qui témoigne des changements ayant pu intervenir entre l’Encyclopédie et l’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières (1782-1832) : l’article « Sanscrit ». Voici ce que contient cet article si nous le consultons dans le tome quatorzième de la Grande Encyclopédie (1765) :

  • 23 Nicolas Beauzée, « Sanscrit ou Samskret » in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, 1 (...)

Sanscrit ou Samskret, s. m. (Hist. mod.) c’est le nom qu’on donne parmi les idolâtres de l’Indostan à une langue fort ancienne, qui n’est connue que des bramines ou prêtres, & dans laquelle est écrit le vedam, qui contient les dogmes de la religion des Indiens. Voyez Vedam. Cette langue sacrée se trouve ainsi nommée Hanscrit & Samskrotam ; il n’y a que la tribu des prêtres & celle des kutteris ou nobles à qui il soit permis de l’apprendre23.

  • 24 Nicolas Beauzée, « Sanscrit ou Samskret ou Samskroutan », in Dictionnaire de grammaire et littérat (...)

18Brève définition de cette langue mythique qui se retrouve également dans le Dictionnaire de grammaire et littérature extrait de l’Encyclopédie méthodique (1782-1786)24. Toutefois, dans cet ouvrage, l’article « Sanskrit » dépasse la simple définition. De fait, il contient les réflexions de Nicolas Beauzée qui vante largement les qualités dont fait preuve cette langue à la fois riche et accessible :

  • 25 Nicolas Beauzée, op. cit., p. 167.

Un simple écolier qui ne saurait rien de la grammaire peut, en opérant selon les règles sur une racine ou un élément primitif, en tirer plusieurs milliers de mots vraiment samskrets25.

  • 26 Nicolas Beauzée, op. cit., p. 168.

Quoique le Shanscrit soit d’une richesse prodigieuse, ses principes se trouvent rassemblés dans une grammaire et un vocabulaire peu lumineux26.

19Et ces caractéristiques tellement exceptionnelles poussent Beauzée à rêver de la possibilité de construire une telle langue en Europe :

  • 27 Nicolas Beauzée, op. cit., p. 169.

Une qui put au moins servir de moyen de communication entre les savants de tout l’Univers27.

20Il indique qu’il ne pourrait s’agir du sanskrit lui-même — la révélation des principes détaillés de la langue des Brahmanes consistant en un mystère impénétrable — il s’agit de créer une nouvelle langue artificielle dont le fonctionnement de la grammaire serait semblable à celui de la grammaire du sanskrit. Beauzée se laisse ainsi aller à une description partielle de ce langage, évoquant la création de mots par l’imitation, c’est-à-dire par la ressemblance du son avec l’être ou l’objet désigné, et à partir des notions d’« idée primitive » et « d’idée accessoire ». Sa tentative est bien loin d’être parfaite et présente de nombreux défauts dont le plus visible est sans aucun doute la complexité. L’article est toutefois intéressant à la fois par l’idée qu’il véhicule, attestant du caractère original de son auteur, mais également par les sources qu’il invoque. En effet, Beauzée cite deux ouvrages pour appuyer ses théories, celui du Président Charles de Brosses (1709-1777), le Traité de la formation mécanique des langues et des principes physiques de l’étymologie (1765) et celui d’Antoine Court de Gébelin (1725-1784), le Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne (1773-1782).

  • 28 Antoine Court de Gébelin, Histoire naturelle de la parole ou origine du langage, de l’écriture et (...)

21Court de Gébelin, dans Histoire naturelle de la parole ou origine du langage, de l’écriture et de la grammaire universelle à l’usage des jeunes gens (1772), ouvrage extrait du Monde primitif, affirme que « la raison de chaque mot est son rapport avec l’objet qu’il désigne28 ». Par ceci, il entend que lorsque l’être humain applique un mot à une chose, il ne crée pas un rapport arbitraire, il n’invente rien, il ne fait que peindre au mieux, avec le mot, la chose qu’il cherche à désigner :

  • 29 Antoine Court de Gébelin, op. cit., p. 11.

Les premiers qui parlèrent désignèrent donc les êtres par des sons qui peignoient leurs qualités29.

22Et c’est précisément ce rapport de collusion entre le mot et la chose que Beauzée cherche à retrouver, à recréer dans son projet de langue artificielle au cœur de l’article « Sanskrit ». Court de Gébelin explique par l’évolution de la langue l’impossibilité de percevoir ce rapport.

  • 30 Antoine Court de Gébelin, op. cit., p. 14.

La plupart des noms, imitations dans l’origine se sont altérés insensiblement, en sorte qu’on ne peut appercevoir sans une extrême attention leurs rapports avec les objets qu’ils désignent30.

23Beauzée ambitionnerait donc de reconstituer un tel langage naturel qui puisse être commun à toutes les nations par sa nature transparente. Toutefois, nous noterons qu’en aucun cas Court de Gébelin n’évoque l’existence d’une langue originelle unique. S’il soutient en effet comme Beauzée l’hypothèse de l’origine divine du langage, il ajoute d’emblée la précision suivante :

  • 31 Antoine Court de Gébelin, op. cit., p. 14-15.

Comme les noms donnés par comparaison ont nécessairement dû suivre le point de vue d’après lequel on fait ces comparaisons, & que ce point de vue a du varier suivant les contrées & suivant les siècles, les noms eux-mêmes ont éprouvé divers changements d’un peuple à l’autre31.

24Ainsi le beau rêve de Beauzée, de construire une langue fondée sur l’imitation, qui par conséquent serait facilement assimilable par tous les peuples, semble difficilement réalisable étant donné le caractère arbitraire qu’elle représenterait pour d’autres peuples. L’auteur trouve ainsi une objection dans la source qu’il cite lui-même.

  • 32 Remarquons que le point de vue général sur le langage que Charles de Brosses expose dans son ouvra (...)

25Le Président de Brosses avance des idées semblables à propos de la question de l’imitation dans le langage32. Ainsi, l’auteur affirme que rien n’est laissé au hasard dans la construction des mots comme nous pouvons le constater dans l’extrait suivant.

  • 33 Charles de Brosses, Traité de la formation méchanique des langues et des principes physiques de l’ (...)

La terminaison latine urire est appropriée à désigner un désir vif et ardent de faire quelque chose [...] il semble qu’elle ait été fondamentalement formée sur le mot urere et sur le signe radical ur qui en tant de langues signifie le feu. Ainsi la terminaison était bien choisie pour désigner un désir brûlant33.

  • 34 Voltaire, « Langues », in Questions sur l’Encyclopédie par des Amateurs, [4], in Collection complè (...)

26Bien entendu, la critique ne resta pas muette face à ces allégations et ainsi Voltaire dans l’article « Langues » de ses Questions sur l’Encyclopédie par des Amateurs (tome quatrième, 1775) disait de ce système qu’il le voyait comme « fort en défaut » et que sans doute vaudrait-il mieux s’en méfier34. À nouveau, le sujet amène discussions et si le projet de Beauzée n’aboutit jamais, celui-ci nous aura du moins permis d’éclairer ce type de théorie quant à la création du langage.

III. « Toutes les langues sont imparfaites comme nous »

27Eu égard aux propos que nous avons tenus, nous pouvons arguer que la question de la perfection possible de la langue est bien présente dans les réflexions du xviiie siècle. En témoigne encore l’ouvrage de Voltaire de 1773, Mélanges philosophiques, littéraires, historiques, &c, Tome Second dans lequel se trouve un article « Des Langues », contenant une idée intéressante :

  • 35 Voltaire, Des Langues, in Mélanges philosophiques, littéraires, historiques, &c, [2], in Collectio (...)

Il n’est aucune langue complette, aucune qui puisse exprimer touts nos idées & toutes nos sensations, leurs nuances sont trop imperceptibles et trop nombreuses. [...] ainsi toutes les langues sont imparfaites comme nous35.

28Telle est donc la langue française, la belle langue à laquelle les grammairiens ont voulu imposer norme et conventions. Voltaire en reconnaît pourtant la grandeur, tout comme son caractère « général » et « commun », entendons « propre à être diffusé et utilisée par le plus grand nombre » :

  • 36 Voltaire, Des Langues, op. cit., p. 4.

Elle n’est ni si abondante & si maniable que l’italien, ni si majestueuse que l’espagnol, ni si énergique que l’anglais ; & cependant elle a fait plus de fortune que ces trois langues par cela seul qu’elle est plus de commerce et qu’il y a plus de livres agréables chez elle qu’ailleurs : elle a réussi comme les cuisiniers de France, parce qu’elle a plus flatté le gout général36.

29Comme Beauzée l’entendait également dans l’article « Langue » de l’Encyclopédie (voir supra), Voltaire lie le rayonnement de la langue française à l’attrait pour la culture française, pour ses romans, pour son théâtre, pour ses manières, pour ses danses, sa façon de meubler appartements et jardins. Certes, celle-ci présente ses irrégularités, et Voltaire ne manquera pas de les noter :

  • 37 Voltaire, Des Langues, op. cit., p. 7.

Garçon, courtisan, coureur sont des mots honnêtes ; garce, courtisane, coureuse, sont des injures. Vénus est un nom charmant, vénérien est abominable37.

30Il soulève également ces problèmes d’« enfans qui ont perdu leur père » :

  • 38 Voltaire, Des Langues, op. cit., p. 7.

Nous avons des architraves & point de traves, des architectes & point de tectes, des soubassemens & point de bassemens ; il y a des choses ineffables & et point d’effables. On est intrépide, on n’est pas trépide ; impotent, & jamais potent ; un fond est inépuisable, sans pouvoir être puisable. Il y a des impudens, des insolens, mais ni pudens ni solens ; nonchalant signifie paresseux, & chalant celui qui achète38.

31Voltaire précise que ces défauts sont ceux de toutes les langues, mais qu’on ne peut pour autant envisager de les changer de quelque manière qu’il soit, comme l’affirme d’ailleurs l’attachement à la langue française dont il fait preuve. Par ailleurs, la diffusion de la langue française à l’époque et de l’anglais aujourd’hui s’effectue malgré les défauts de ces langues qui n’en empêchent guère la compréhension, voire l’admiration.

32Chaque langue présente donc ses caractéristiques propres, chaque auteur pourra voir en l’une d’elles la raison de sa supériorité. Ainsi, on a eu beau vouloir dominer la langue, la fixer autant que possible, ou contourner les difficultés qu’elle présente par l’utilisation d’un idiome universel, contrecarrer l’usage semble définitivement improbable.

Notes

1 Titre original : La Ricerca della lingua perfetta nella cultura europea, Bari, Laterza, 1993. Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, trad. J.-P. Manganaro, Paris, Seuil, 1997.

2 Nous pensons notamment à Daniel Droixhe et à son ouvrage La Linguistique ou l’appel de l’histoire, Genève, Droz, 1978.

3 Voltaire, « Langue française », in Dictionnaire philosophique, Genève, Gabriel Grasset, 1764, mis en ligne sur http://www.voltaire-integral.com/html/19/franc.htm

4 Louis Racine, Réflexions sur la poésie [éd. orig. 1747], in Œuvres de Louis Racine, 2, Paris, 1808, p. 253-262.

5 Antoine Rivarol, De l’Universalité de la langue française, discours qui a remporté le prix de l’Académie de Berlin, Berlin, 1784, http://www.bribes.org/trismegiste/rivarol.htm

6 Dominique Bouhours, Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène par un gentilhomme de province, Paris, Chez Sébastien Mabre-Cramoisy, 1671, p. 124.

7 Jonathan Swift, Les Voyages de Gulliver, trad. Guillaume Villeneuve, Paris, Flammarion, 1997, p. 255-268.

8 Nous empruntons cette référence à l’ouvrage de D. Droixhe, op. cit., p. 182.

9 François-Augustin Paradis de Moncrif, Qu’on ne peut ni ne doit fixer une langue vivante, in Œuvres mêlées, Paris, B. Brunet, 1743, p. 68.

10 Jean-Baptiste Robinet, « Parole (Usage de la) », in Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique ou Bibliothèque de l’homme-d’état et du citoyen, 26, Londres, 1777-1783, p. 193-194.

11 Nicolas Beauzée, « Langue », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts, et des métiers, par une société de gens de lettres, 9, Paris, mis en ordre et publié par M. Diderot et M. d’Alembert, 1765, p. 253.

12 Nicolas Beauzée, « Langue », op. cit., p. 252.

13 Louis de Jaucourt, « Langage », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences..., 9, op. cit., 1765, p. 243.

14 Denis Diderot, « Encyclopédie », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences..., 5, op. cit., 1755, p. 635.

15 Nicolas Beauzée, « Langue », op. cit., p. 265.

16 C’est dans l’ouvrage De dignitate et augmentis scientiarum (De la Dignité et de l’accroissement des sciences), publie en 1623, que Bacon explique en quoi consiste la notion de caractère réel et quelle peut être son utilité.

17 Dalgarno, instituteur d’Oxford, est le créateur d’une langue philosophique dont il développe les caractéristiques dans Ars Signorum publié à Londres en 1661.

18 Évêque de Chester, John Wilkins était un des savants les plus éminents d’Angleterre et l’un des fondateurs de la Société Royale de Londres. Après avoir pris connaissance du projet de langue universelle de Dalgarno, Wilkins a entrepris de l’améliorer et de le compléter.

19 Lodwick est le premier à avoir publié un essai de langage fondé sur les caractères réels en 1647 sous l’intitulé A Common Writing.

20 Leibniz est l’inventeur d’une langue complexe basée sur le principe de la combinatoire mathématique présentée dans Dissertatio de arte combinatoria de 1666.

21 Jean Le Rond d’Alembert, « Caractères », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts, et des métiers, par une société de gens de lettres, 2, Paris, mis en ordre et publié par M. Diderot et M. d’Alembert, 1752, p. 645.

22 Louis de Jaucourt, « Langage », op. cit., p. 242.

23 Nicolas Beauzée, « Sanscrit ou Samskret » in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, 14, op. cit., 1765, p. 627.

24 Nicolas Beauzée, « Sanscrit ou Samskret ou Samskroutan », in Dictionnaire de grammaire et littérature, 3, Paris, Liège, Panckoucke et Plomteux, 1786.

25 Nicolas Beauzée, op. cit., p. 167.

26 Nicolas Beauzée, op. cit., p. 168.

27 Nicolas Beauzée, op. cit., p. 169.

28 Antoine Court de Gébelin, Histoire naturelle de la parole ou origine du langage, de l’écriture et de la grammaire universelle à l’usage des jeunes gens [1772], in Monde primitif analysé et comparé avec le monde moderne, Paris, 1773-1782, p. 10.

29 Antoine Court de Gébelin, op. cit., p. 11.

30 Antoine Court de Gébelin, op. cit., p. 14.

31 Antoine Court de Gébelin, op. cit., p. 14-15.

32 Remarquons que le point de vue général sur le langage que Charles de Brosses expose dans son ouvrage ne correspond pas pour autant aux conceptions globales de Court de Gébelin. Nous n’évoquons ici qu’un aspect précis de leur étude.

33 Charles de Brosses, Traité de la formation méchanique des langues et des principes physiques de l’étymologie, Paris, 1765, p. 64.

34 Voltaire, « Langues », in Questions sur l’Encyclopédie par des Amateurs, [4], in Collection complète des œuvres de Mr. de Voltaire, [24], Genève, 1775, p. 38. Ceci étant dit, Voltaire ne fournit pas dans cet article d’argument probant qui puisse appuyer sa critique.

35 Voltaire, Des Langues, in Mélanges philosophiques, littéraires, historiques, &c, [2], in Collection complète des œuvres de Mr. de Voltaire, [15], Genève, 1773, p. 1.

36 Voltaire, Des Langues, op. cit., p. 4.

37 Voltaire, Des Langues, op. cit., p. 7.

38 Voltaire, Des Langues, op. cit., p. 7.

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search