Version classiqueVersion mobile

Opera inedita

 | 
Jean Rudhardt

Essai sur la religion grecque

Avertissements

Texte intégral

11) Au cours de l’Antiquité, les sociétés helléniques, la mentalité des Grecs et leur religion ont évolué. Certes le nom des divinités principales, plusieurs de leurs mythes et certains de leurs cultes ont survécu jusqu’au triomphe du christianisme ; de même l’Antiquité tardive a gardé le souvenir d’œuvres littéraires anciennes ; mais les contextes où les individus les ont situés les uns et les autres, les interprétations qu’ils en ont données ont profondément changé. Les contemporains d’Hésiode et ceux de Plutarque n’ont pas vécu leur religion de la même façon. Si nous voulons tenter d’entrer dans la compréhension de la religion grecque, il faut restreindre notre ambition et nous en tenir à l’étude d’une époque limitée. Dans la longue histoire de la Grèce, une période retiendra mon attention : celle où le monde hellénique est composé de cités qui sont chacune un État souverain. Elles forment alors le principal des cadres où la vie religieuse se déroule. L’appartenance à une cité contribue à définir l’identité d’un individu, son mode de vie et ses valeurs ; pour lui la piété s’associe étroitement au civisme. Piété et morale changeront progressivement quand les cités auront perdu leur autonomie. Je considérerai donc en premier lieu la Grèce des cités. Cela ne m’empêchera pas de citer des auteurs appartenant à des époques antérieures. Il me paraît légitime d’utiliser des textes d’Homère et d’Hésiode parce que leurs poèmes, familiers aux Grecs des siècles classiques, leur ont servi de modèles ou de références ; opportun aussi de mentionner des auteurs plus tardifs, quand ils rapportent des traditions qui leur sont manifestement antérieures.

22) Pour faire comprendre les démarches propres à la mentalité antique, force nous est d’employer des mots grecs, si les concepts qu’ils signifient n’ont pas d’équivalents dans la pensée moderne. Mais la répétition des mots grecs peut être fastidieuse. Pour l’éviter, il m’arrivera d’utiliser des mots français signifiant l’idée grecque d’une manière approximative, dans les développements mêmes où je tenterai de montrer leur inadéquation. Pour ne pas répéter trop souvent le verbe σέβειν, dans les chapitres que je lui consacrerai, il m’arrivera par exemple d’employer les verbes français « respecter » ou « honorer ». Le contexte, je l’espère, permettra au lecteur de comprendre qu’ils sont les substituts provisoires d’un mot grec intraduisible.

33) Renonçant délibérément à être complet et proposant ici des vues personnelles, j’adjoindrai à cet essai quelques notes bibliographiques, pour permettre au lecteur de trouver des informations importantes que j’aurai passées sous silence et de critiquer les thèses que j’aurai exposées.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search