Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Manuel Couvreur

L’encyclopédisme dans les mots et les choses : différence entre la Cyclopœdia et l’Encyclopédie

Martine Groult

Texte intégral

  • 1 On peut se reporter au tableau historique de Pierre Moullart-Sanson, Carte du Paradis terrestre se (...)

1Avant d’être associé à un processus d’élargissement de la connaissance, l’encyclopédisme a relevé de l’érudition et de l’histoire de la religion. Son objet consistait à exposer la carte de la connaissance dans la suite des siècles énoncée dans la Bible, ce que Bossuet nommait l’histoire universelle1. Lorsqu’au siècle des Lumières est apparu avec les encyclopédistes un changement de perspective dans le savoir, lorsque l’abrégé du spectacle des hommes ou de la nature a été remplacé par l’observation des mouvements de l’esprit humain et des entrailles de la terre, selon l’expression de Buffon, l’encyclopédisme a été apparenté à un courant de pensée de l’histoire de la philosophie. Plus exactement, la philosophie et l’histoire furent convoquées ensemble dans un discours sur l’ordre du savoir. Le discours a été qualifié de raisonné et l’histoire de philosophique.

2Cependant, si en libérant l’encyclopédisme du point de départ contraignant du divin les d’Alembert, Diderot, Voltaire et Buffon ont bouleversé les données antérieures de la connaissance, la forme choisie pour mettre en œuvre cette pensée nouvelle est restée une forme contraignante. En effet, le dictionnaire, même raisonné, conserve la contrainte de l’ordre alphabétique, c’est pourquoi l’Encyclopédie a proposé de dépasser cette contrainte incontournable par un ordre encyclopédique. Cet ordre retrace l’ouverture de l’esprit qui effectue le passage d’une discipline à une autre. Il conduit d’une manière générale un élargissement du « point de vue » d’une seule discipline vers celui de toutes les disciplines scientifiques. En conséquence de quoi lorsque le dictionnaire raisonné se situe dans l’espace de l’encyclopédisme, il comporte deux ordres de présentation qui sont l’explication des mots dans un ordre alphabétique et l’exposition des principes de la science dans un ordre encyclopédique.

  • 2 Voir L’Encyclopédie ou la création des disciplines, dir. M. Groult, Paris, CNRS Éditions, 2003.

3Ce double enjeu philosophico-scientifique et lexicographique de l’encyclopédisme a été parfaitement perçu par Chambers dans son projet encyclopédique de la Cyclopœdia et en partie réalisé dans le projet philosophique de d’Alembert et Diderot. Il appartient à ce dernier projet d’avoir fait de toutes les disciplines, des sciences à part entière2 et d’avoir pour caractéristique fondamentale un esprit d’ouverture développé dans la liaison des sciences entre elles. Cette liaison, désignée de nos jours par l’interdisciplinarité, est fondée sur la définition et l’explication de chaque science. Elle met en place une philosophie des rapports qui caractérise l’encyclopédisme au siècle des Lumières.

4Dans ce cadre nouveau, les deux disciplines convoquées ont été particulièrement modifiées. L’histoire a été détachée de la vie des rois et la philosophie a été détachée de la théologie. Dominante et libérée, la philosophie s’invite un peu partout. On la voit intervenir dans toutes les disciplines et participer à l’encyclopédisme qui ne se suffit plus de l’érudition. L’exigence d’un fondement universel commun, visible et démontrable, fait désormais partie du travail du savant, lequel doit fournir une définition et un espace à cet universel dont le point de départ est l’entendement. Dans son parcours vers l’autonomie qui lui sera définitivement acquise avec Kant, la philosophie se caractérise alors par une manière d’être ou de procéder. Comportement et principes vont constituer ses voies de développement. La philosophie ne dépend plus d’aucune autorité et grâce à cette indépendance, elle se redéfinit dans une méthode. Elle montre un chemin à toutes les disciplines qui, dans leur développement ou leur naissance, sont définies par le processus de leurs principes. Il ne s’agit plus de prouver la dépendance d’une matière à l’égard de Dieu mais d’expliquer son principe de départ, avec quoi elle fonctionne et où elle conduit. Et cette démarche analytique du mouvement des choses assigne à la connaissance la démarche philosophique des Lumières.

5Pour transformer l’encyclopédisme du simple rassemblement de mots dans un ordre alphabétique en une voie de passage d’un principe à un autre dans un ordre encyclopédique, formateur de la chaîne du savoir, le philosophe pose des questions qui vont obliger les auteurs de dictionnaires à présenter une démarche philosophique de départ. Dans ces conditions, une des premières interrogations posée est : « Faut-il tout rassembler ? » Pour l’érudit, la question ne se posait pas puisque l’encyclopédisme consistait à tout rassembler. Pareillement, on peut dire avec Chambers que le premier souci du lexicographe consiste dans le « tout » rassemblé. Autre est la position du philosophe et de l’historien spéculatif qui considèrent qu’il faut choisir ce qu’on rassemble en fonction de ce qu’on veut démontrer. Ce qu’on veut démontrer constitue alors le sujet des projets de dictionnaires, projets qui sont exposés dans les discours préliminaires ou dans les préfaces des dictionnaires et des encyclopédies.

  • 3 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de ge (...)
  • 4 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre 1, Paris, Les Belles Lettres, 1951, p. 51.

6On voit par ces indications sommaires que les projets qui exposent le sens de l’encyclopédisme ont pour point de départ un esprit d’ouverture dont le but consiste à organiser des rapports entre tous les éléments rassemblés pour communiquer la connaissance. L’organisation de ces rapports met en œuvre la voie des principes des sciences et engage leur application. Dans la mesure où la communication constitue un objectif prioritaire sur l’exhaustivité du savoir, la définition des éléments — termes et principes — est liée à l’organisation du savoir. Toutefois, il est affirmé dans le même temps que tout ne peut pas être mis en rapport. Ce constat est fait par d’Alembert, qui appuie l’aspect philosophique de l’Encyclopédie en affirmant à l’article « Dictionnaire de Sciences & d’Arts3 » que l’explication est plus importante que la réalisation et donc qu’« il suffit d’avoir montré qu’il est très possible » d’exécuter un dictionnaire raisonné. C’est donc avec une attention particulière qu’il convient de lire les prospectus et autres préfaces dans lesquels la classification du savoir est clairement exposée en fonction du projet philosophique. On peut encore ajouter que Pline ne s’exprime pas autrement que d’Alembert dans la préface de sa vaste compilation sur l’Histoire naturelle en 37 volumes. « Il nous faut toucher à tous les points que les Grecs embrassent sous le nom de culture encyclopédique », déclare-t-il face au travail qui l’attend pour arriver à tout rassembler tout en intéressant le lecteur et en conservant à chaque chose sa nature. Et il ajoute plus loin, « aussi, même si nous manquons notre but, il est suffisamment beau et glorieux d’avoir voulu l’atteindre4 ».

7Il faut aussi avancer que l’encyclopédisme n’est pas toujours attaché à Tordre alphabétique et que c’est dans l’exposé du projet et dans l’objectif visé qu’il existe. C’est pourquoi, il est possible de déduire que le Journal encyclopédique dont Pierre Rousseau déclare dans le Prospectus avoir pour but de « rassembler », d’établir une « heureuse circulation » des idées et de « former le goût en donnant les moyens d’apprécier les productions de l’esprit », est manifestement un projet encyclopédique. Au terme de ces brèves observations préliminaires destinées à introduire les préfaces de la Cyclopœdia de Chambers et de l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot, le lecteur peut prévoir que dans les deux entreprises la présentation de la classification des sciences comporte des expressions spéculatives semblables. Toutefois, ces expressions comportent aussi des sens totalement différents selon les points de départ et les objectifs affichés. Voyons maintenant la différence entre le projet encyclopédique exposé par Chambers dans sa « Préface » datée de 1727 et le projet philosophique de l’Encyclopédie présenté dans le « Discours préliminaire des éditeurs » de 1751.

8Comme ils l’affirment, d’Alembert et Diderot se sont bien opposés à Chambers et on peut lire dans tout ce que dit faire Chambers ce que justement les encyclopédistes se sont refusés de faire. Pour exemple, la place accordée à l’histoire, aux circonstances, aux règles, les jugements sur la démonstration ou l’expérimentation ou encore l’arbitraire refusé par Chambers. Tout ceci constitue des points sur lesquels les éditeurs prennent l’exact contre-pied. Ce que Chambers met en avant, l’Encyclopédie le place au second plan et ce qu’il met de côté, l’Encyclopédie le prend pour ligne épistémologique. De leur différence va pouvoir être dégagée la philosophie de l’encyclopédisme.

  • 5 Jean Le Rond d’Alembert, Discours préliminaire des éditeurs de 1751 et articles de l’Encyclopédie (...)

9On ne saurait parler d’encyclopédisme sans commencer par les arbres encyclopédiques qui, placés dans les préfaces, exposent dans un ordre le rassemblement de la connaissance qui constitue pour Chambers un « tout ». Chambers a inséré dans sa « Préface » un arbre encyclopédique à propos duquel Diderot écrit : « Tous les arbres encyclopédiques se ressemblent nécessairement par la matière ; Tordre seul & l’arrangement des branches peuvent les distinguer. On trouve à peu près les mêmes noms des sciences dans l’Arbre de Chambers & dans le nôtre. Rien n’est cependant plus différent5. » On voit en effet que le « Discours préliminaire des éditeurs » comprend quatre parties qui sont :

  • le texte de d’Alembert avec une partie du Prospectus de Diderot,
  • l’« Explication détaillée du système des connaissances humaines » par Diderot,
  • les « Observations sur la Division des Sciences du Chancelier Bacon » par Diderot,
  • le « Système Figuré des Connaissances humaines » signé par l’astérisque de Diderot mais réalisé par les deux éditeurs tout comme le texte du « Discours préliminaire » signé par d’Alembert.
  • 6 Ibid., p. 189-204. Les autres éditions du « Discours préliminaire » datent de 1753, 1759, 1763, 17 (...)
  • 7 Cyclopœdia or an universal dictionary of arts and sciences de Chambers a été éditée en 2 vol. sans (...)

10Que ce soit l’édition de 1751 ou les éditions suivantes qui contiennent quelques légers changements dans le texte, la structure du texte introductif de l’Encyclopédie reste la même6. Chez Chambers, à qui la « Préface » tout comme les deux volumes de la Cyclopœdia ne reviennent qu’à lui seul, il y a des modifications de structure entre l’édition de 1728 et la seconde édition de 17387. La première édition de 1728 comporte 3 parties qui sont :

  • le texte de Chambers,
  • dès la 2e page, l’arbre encyclopédique : « view of knowledge »,
  • 47 notes qui listent la nomenclature des sciences sur plus de trois pages infolio et absorbent sur plusieurs pages le texte de la « Préface ».

Cyclopædia de Chambers, 1re édition, 1728, p. ii.

11Puis dans la 2e édition de 1738 dix pages du texte de 1728 passent en note. Le texte en est également changé, des passages ne sont pas repris et, pour ce qui nous occupe, cela divise la « Préface » avec une4e partie qui consiste dans une note de cinq pages in-folio sur deux colonnes consacrée à la définition de l’art.

12En résumé, dans les deux ouvrages, on a un texte qui organise la connaissance, en fournit la représentation sous forme d’un tableau — « view of knowledge » ou « système figuré des connaissances humaines » — et des explications sur les sciences et sur l’art. Mais dans la Cyclopœdia les 30 pages sont coupées par les notes dont celles de la « view of knowledge » listent la nomenclature de chaque science, pendant que dans l’Encyclopédie les 54 pages constituent un discours philosophique continu où le tableau de l’arbre encyclopédique est mis à la fin, page 54, et non en deuxième page.

  • 8 Cyclopœdia, op. cit. : « so to dispose such a multitude of materials, as not to make a confused he (...)

13La représentation dès la page 2 de la Cyclopœdia est là pour signifier la priorité du tout. Le point de départ est ce tout qui, déjà là, est formé de parties avec lesquelles une chaîne peut être constituée en partant du plus simple pour aller vers le plus complexe. Chambers pose le problème : « Comment disposer une telle multitude de matériaux sans qu’il en résulte un amoncellement confus de parties incohérentes, mais bien plutôt un tout consistant8 ? » Il se distingue, selon lui, des simples lexicographes en se fixant pour objectif la considération des rapports mutuels des matières et la formation d’une chaîne grâce aux renvois, allant du général au particulier. Dans cette organisation fondée sur les mots — n’oublions jamais la nomenclature — Chambers suit Aristote dans l’interprétation de son époque qui posait la question de la génération comme un phénomène général de deux substances indéterminées où une substance s’alliait à une autre substance ; le problème étant de savoir comment ces deux substances allaient devenir un être organisé. La question de l’origine de l’ordre relève pareillement chez Chambers d’une organisation dans le tout et non de la question de l’application d’un principe à un autre. Le tout ne se décompose pas, il est un tout déjà organisé. Chambers adopte dans sa présentation du savoir la même idée que celle de la théorie des germes pré-existants. Il n’y a pas de formation progressive puisqu’il y a eu par Dieu création de tous les germes ou de tous les principes dans un système établi.

Cyclopædia de Chambers, 1re édition, 1728, p. iii.

14Il est clairement affiché dès le 7e paragraphe de la « Préface », que si le système l’emporte sur le dictionnaire, le dictionnaire n’est pas sans avantage pour le système et qu’il est peut-être le seul moyen de restituer tout le cercle de la connaissance. Chambers écrit : « if the System be an improvement upon the Dictionary, the Dictionary is some advantage to the System ; and that this is perhaps, the only way wherein the whole circle ». Le système prévaut toujours. Le but est de restituer « the whole circle ». L’ordre alphabétique ajoute simplement une vérification au système donné. Ce tout ne souffre pas l’oubli et la nomenclature doit être une liste exhaustive. Tout est déjà là. Il n’est pas superflu de remarquer qu’à la fin des 2 volumes il y a un index des mots et articles qui sont expliqués sous d’autres et non mentionnés dans leurs places alphabétiques (An Index of Words and Articles which are explained under others, and not mentioned in their alphabetical places). Cet index des articles, comme les notes, complète sur 9 pages in-folio les 47 notes du tableau de la connaissance placé en page 2. Le tout est fermé et, à la fin des deux volumes, il est complet.

15On sait que l’Encyclopédie ajoute à la fin des 17 volumes de discours un grand nombre d’articles omis. Mais ce sont des articles et ni au début ni à la fin il n’y a dans l’Encyclopédie de liste de mots. La nomenclature est une démarche qui appartient à Chambers et aux successeurs lexicographes comme le pasteur Mouchon ou Charles J. Panckoucke, mais ce n’est pas un procédé qui vise la philosophie des sciences et des arts. Toutefois, Chambers se démarque des autres lexicographes de manière intempestive. C’est ici qu’il faut se rappeler ses remarques sur les néologismes et justement le mot qu’il a inventé pour son dictionnaire. Il revendique son néologisme dans les définitions apportées, après la première édition, dans les articles Cyclopædia et Encyclopædia. Cyclopædia est un cercle ou boussole des arts et des sciences alors qu’une encyclopédie est un cercle dans le sens de chaîne. Boussole et chaîne pointent « la » différence fondamentale. Voici les définitions :

CYCLOPÆDIA*, Κυκλοπαιδεία, the circle, or compass of arts and sciences : more ordinarily called encyclopædiá. See ENCYCLOPÆDIA.
*The word cyclopædia is not of classical authority, though frequent enough among modem writers, to have got into several of our dictionaries. Some make it a crime in us to have called the present work by this name ; not considering, that names and titles of books, engines, instruments, &c. are in great measure arbitrary ; and that authors make no scruple even of coining new words on such occasions, when there are no old ones to their mind. This it is Dr. Hook calls his fine book of microscopical observations, Micrographia, Wolfius his book on the air, Aerometria, Drake his book of anatomy, Anthropologia, &c. and all of them words of modem, if not their own fabric : and on no better authority stand the names of half our later inventions, as Microscope, Telescope, Barometer, Thermometer, Micrometer, &c. — But it is suggested, the word cyclopœdia is ambiguous, and may denote the science of a circle, as well as the circle of sciences : we answer, that a custom, the only sovereign rule of language, has determined the word to the latter sense, it is no more chargeable with ambiguity than a thousand other words of received use ; no more, for instance, than micrometer, which might either denote a little measure, or a measure of little things.

CYCLOPÆDIA*, Κυκλοπαιδεια, le cercle, ou boussole des arts et des sciences : plus habituellement appelé encyclopédie. Voir Encyclopædia.
* Le mot cyclopœdia n’est pas d’autorité classique, cependant il est assez fréquent parmi les auteurs modernes, pour avoir pénétré dans plusieurs de nos dictionnaires. Certains nous ont reproché comme un crime d’avoir appelé le présent travail par ce nom ; sans considérer que ces noms et titres de livres, de moteurs, d’instruments, &c. sont dans une large mesure arbitraires ; et ces sortes d’auteurs ne prennent aucun scrupule même pour fabriquer des mots nouveaux à telle ou telle occasion, quand il ne leur vient aucuns mots anciens à l’esprit. Tel est le cas de Dr. Hook qui appelle son beau livre sur les observations microscopiques, Micrographia, de Wolfius qui appelle son livre sur l’air, Aerometria, de Drake qui appelle son livre sur l’anatomie, Anthropologia, &c. et de tous les mots modernes qui n’ont pas leur propre construction : et ce n’est pas sur une meilleure autorité que s’établissent les noms de la moitié de nos inventions postérieures, comme Microscope, Télescope, Baromètre, Thermomètre, Micromètre, &c. — Mais à ceux qui suggèrent que le mot cyclopœdia est ambigu, et peut désigner la science d’un cercle, aussi bien que le cercle des sciences nous répondons, que comme de coutume, la seule règle souveraine de la langue qui a déterminé le mot sur le dernier sens n’est pas plus chargée d’ambiguïté que mille autres mots reconnus d’usage, comme par exemple, le micromètre, qui pourrait désigner une petite mesure, ou une mesure de petites choses.

  • 9 La traduction volontairement mot à mot nous revient. Sur l’approche de Vitruve nous renvoyons à M. (...)

ENCYCLOPÆDIA*, the circle, or chain of arts and sciences. See Art , and Science .
*The word is compounded of the preposition εν, ιa, κυκλος, circle, and παιδεια, science, doctrine, discipline, learning : the root being ταις, child, infant.
The Greeks used the terms for the knowledge of the seven liberal arts, and the possession of all the sciences. Orbis ille doctrinæ quem Græci ενκνκλοπαιδειαν vocant, says Quintilian. It is sometimes also written κυκλοπαιδεια, cyclopædia : Vitrivius in the preface to his 6th book calls it, encyclios disciplina. See Cyclopædia .
ENCYCLOPÉDIE*, le cercle, ou la chaîne des arts et des sciences. Voyez Art et Science.
*Le mot est composé d’une préposition en, ia, kuklos, cercle, et paideia, science, doctrine, discipline, savoir : la racine est tais, enfant, infant.
Les Grecs emploient le terme pour la connaissance des sept arts libéraux, et la possession de toutes les sciences. Orbis ille doctrinoe quem Grœci ενκυκλοπαιδειαν vocant, dit Quintilien. C’est aussi écrit parfois, κυκλοπαιδεια, cyclopœdia : Vitruve dans la préface à son 6ème livre l’appelle, encyclios disciplina. Voyez Cyclopædia9.

Cyclopædia de Chambers, 5e édition, Dublin, 1742, p. iii.

16Dans une Cyclopœdia, les rapports sont entre les mots et les sciences et les arts, pendant que dans une Encyclopédie les rapports sont à l’intérieur entre les sciences et les arts. Chambers manifeste judicieusement par l’invention d’un néologisme la différence qu’il entend poser entre son œuvre et une encyclopédie. Il a fait un guide pour les lecteurs car il n’y a pas d’accroissement possible comme le laisse entendre une chaîne du savoir dans laquelle de nouveaux maillons pourraient être ajoutés. Il s’affirme bien ainsi lexicographe et non physicien ou philosophe.

  • 10 Voici le paragraphe célèbre du « Discours préliminaire » sur Chambers, p. xxxv : « Il a bien senti (...)

17En revanche, l’Encyclopédie pose dès le « Discours préliminaire » les rapports des sciences dans une systématique arbitraire et non dans un système fixe ou un guide à suivre. Chambers se préoccupe des parties que sont les mots car le tout, présenté dans une nomenclature exhaustive, est son point de départ. Ensuite, il guide le lecteur dans la nomenclature avec pour point de repère le réseau des mots et non le rapport des principes. D’ailleurs, pour d’Alembert, si l’ordre encyclopédique de Chambers remonte aux premiers principes, il reste dans le monde littéraire sans possibilité de s’égarer. Son ordre n’a de valeur que par rapport à sa nomenclature et non par rapport à la Science qui est beaucoup plus vaste10. L’auteur de la Cyclopœdia ne propose en aucun cas une construction de la connaissance à partir d’un point de vue spéculatif global — celui du philosophe — qui renferme la voie des principes directeurs à découvrir pour chaque science. Cette voie n’est pas extérieure à l’homme, une fois encore elle est le mouvement intérieur des facultés de l’entendement.

  • 11 Cyclopœdia, op. cit., p. xiv et trad. M. Malherbe, p. 115.

18Dans l’arbre encyclopédique, là où l’Encyclopédie écrit « Entendement », la Cyclopœdia écrit « Knowledge ». Le « tableau de la connaissance » (« view of knowledge ») est la présentation de chaque science dont les termes sont comme des graines de semence. Le tout déploie ce qui est déjà présent dans la graine. La science ne fait pas de progrès, seules des circonstances favorables vont faire ouvrir le germe et ajouter des mots au vocabulaire d’une science. Sous le tableau de la connaissance, Chambers écrit en 1742 : « This is a view of knowledge, as it were in stamine » et en 1728 dans la première édition (p. ii), il employait le terme in semine (p. iii). En 1728 dans un paragraphe, supprimé par la suite, il avoue avoir plus emprunté dans son organisation à la Divinité qu’à la philosophie, et en considérant ce que c’est que philosopher, il constate que le système de la génération ne dit rien de plus que l’augmentation parce que, au départ, on a la semence. Chambers fait valoir ici la théorie oviste. L’animalcule nous est donné in semine et l’ordre ne peut venir que de Dieu. Quand on est du point de vue de Dieu on est « conscient de connaître seulement le What » et quand on est du point de vue du philosophe « on pense aussi connaître le How. Ce qui est une illusion ». Poser la question « comment la graine de l’être a commencé ? » revient à s’égarer11. C’est pourquoi Chambers présente un tableau qui n’est pas l’exposition d’une machine en marche — celle des facultés de l’entendement sur le système du monde — mais qui est la semence telle qu’elle nous est donnée par Dieu qui a tout créé en un moment.

19On pressent logiquement que l’accroissement du savoir va être une « perversion » et en aucun cas une modification positive. L’homme ne peut agir sur la science des choses qui vient du Créateur, en revanche et c’est pourquoi Chambers défend les néologismes, il peut agir sur la langue. Il ne peut même agir que sur la langue. Il ajoute des mots pour mieux comprendre le tout apporté par Dieu. C’est donc le langage qu’il faut réformer si on veut réformer la science, mais on ne peut rien dire sur la science des choses. La théorie de la pré-existence des germes constitue l’origine incontournable de la position de Chambers dans la « Préface » de la Cyclopœdia où on reste bien toujours dans le domaine des mots. Ce refus de l’accroissement du savoir constitue un point inébranlable qui conduit Chambers à critiquer Bacon lequel, pourtant, ne discutait pas l’autorité de Dieu ou de la nature comme les encyclopédistes.

  • 12 Cyclopœdia, « Préface », 1728, p. xv.

20Aussi, il semble que « connexion » ne renferme pas ce que le terme « liaison » renferme chez Diderot et d’Alembert. Chaque matière chez Chambers est un tout et fait partie d’un tout consistant plus grand et non arbitraire, auquel elle est reliée. Les rapports mutuels sont entre la ou les parties et le tout, mais ils ne sont pas entre une partie d’une science et une partie d’une autre science pour former une nouvelle science jusqu’alors inconnue. Chez Chambers comme tout est déjà préformé, tout est déjà relié au tout. Lisons son point de vue : « Our view was, to consider the several matters, not only in themselves, but relatively, or as they respect each other : both to treat them as so many wholes, and as so many parts of some greater whole ; their connexion with which to be pointed out by a reference. » Le renvoi indique la « connexion ». Il est à remarquer que l’édition de 1728 éclaircissait le sens de « connexion ». On pouvait lire que la connexion consiste dans la relation entre la cause et l’effet ; autrement dit la connexion est la relation à Dieu puisque Cause et Dieu sont la même chose : « [...] giving Connexion to the several Parts and Members, i.e. by establishing the Relation of Cause and Effect, which is the very thing that denominates God12. »

  • 13 « Préface », trad. par M. Malherbe, op. cit., p. 34. Pour la citation plus haut, la traduction est (...)
  • 14 Cyclopœdia, « Préface », 1728, p. viii.
  • 15 Cyclopœdia « Préface », 1738 sqq., p. x.
  • 16 Cyclopoedia, « Préface », 1728, p. xvii, xiii et xiv. La traduction de la p. xiii par M. Malherbe (...)

21Les sciences ne communiquent pas entre elles, elles communiquent avec Dieu. Ensuite, la liaison se fait par un renvoi de mots et ces renvois vont établir une communication entre les parties du dictionnaire, « afin que les articles pussent être replacés dans l’ordre naturel des sciences dont l’ordre alphabétique les avait écartés13 ». Il est à retenir que l’objectif est de retrouver l’ordre naturel qu’aucun autre ordre ne saurait remplacer. Dans les dix pages de la première édition transformées en 1738 en longue note, cet ordre naturel est expliqué : il est l’ordre de Dieu ou de la nature. Il va désormais de soi que seuls les mots et l’art qui sont d’origine humaine sont arbitraires et en aucun cas les choses et l’ordre encyclopédique des sciences. Chambers commençait sa démonstration en 1728 par la déficience de l’art : « From this View may appear the deficiency of that established Définition of Art ; Ars est habitus mentis cum recta ratione opératus14. » La même définition de l’art est discutée de la façon suivante en 1738 : « This doctrine may seem to overturn the Aristotelian definition of art15. » Dieu est l’origine de tout et par conséquent la sensation qui précède l’imagination, tient de la divinité. Si les sensations sont, comme pour les encyclopédistes, la base de la connaissance, elles constituent pour Chambers, en accord avec la pensée de son époque, l’Histoire naturelle. Parmi les paragraphes non repris de la première édition, le début du premier est éclairant : « It appears then, that is in vain that we pretend to pervert the Order of Nature ». Puis plus loin, Chambers affirme : « The Whole is His ; and the Agency of Man is only circumstantial16 »

  • 17 Cyclopœdia, op. cit., 1728, p. xiv et xvii, puis 1738, p. xiv sqq. : « Et ainsi la physique se sai (...)
  • 18 Encyclopédie, op. cit., article « Art », 1, p. 713b et « Discours préliminaire », p. xv.

22Lorsque le tout est Dieu, philosopher consiste à construire des théories qui énumèrent des lois c’est-à-dire les actions du créateur. La suite du raisonnement est connue : le philosophe qui ne parle que des effets est sceptique de la cause, donc de Dieu, et sa philosophie conduit à l’athéisme. Or Dieu est présent à chaque chaînon de la chaîne des lois de la Nature qui sont les lois divines, sinon le tout tombe en pièces : « He must be also présent at every Link, or the Whole will fall to pièces. » Enfin, la conclusion dans l’édition de 1738 est sans ambivalence : « And thus do Physics take hold of Ethics ; God, of Man17. » C’est par cette dernière phrase que, dans la seconde édition revue, Chambers choisit de clore sa note qui expose la définition de l’art comme émanant d’une inspiration divine. Nos facultés naturelles montrent la voie qui les rattache à Dieu par le désir ou l’inclination, l’inclination étant le commencement de l’art. En revanche, Diderot privilégie dans l’origine de l’art « l’industrie de l’homme appliquée aux productions de la nature ». Rien n’est, en effet, plus différent puisque comme Dieu l’homme a une position. Si l’Encyclopédie consiste à « rassembler les connaissances dans le plus petit espace possible », elle consiste aussi « à placer [...] le Philosophe au-dessus de ce vaste labyrinthe18 ». Ce que voit le philosophe ce ne sont pas les articles, ce sont les principes des sciences que le lecteur, s’il s’y intéresse, ira chercher en lisant le dictionnaire raisonné comme une encyclopédie ou qu’il n’ira pas chercher s’il lit l’encyclopédie comme un dictionnaire. Rien ne tombe en pièces puisque le lecteur lit les fondements de la science à partir desquels il décide une construction ou une autre. Cela est possible, puisque le tout est pour l’homme le chantier de la connaissance.

  • 19 Encyclopédie, 4, 1754, p. 969a.
  • 20 Encyclopédie, « Discours préliminaire », op. cit., p. xviii et xix (éd. Champion, p. 108) dont voi (...)

23Revenons à l’article « Dictionnaire de sciences & d’arts » dans lequel d’Alembert dit explicitement que « le dictionnaire encyclopédique montre la liaison scientifique de l’article qu’on lit, avec d’autres articles qu’on est le maître si l’on veut d’aller chercher19 ». Les éditeurs ne sont pas des guides qui disent au lecteur le chemin qu’il doit suivre dans les articles pour savoir leur relation au système. S’il s’intéresse à la métaphysique des corps, le lecteur cherchera à comprendre la « liaison scientifique » c’est-à-dire qu’il lira les articles qui expliquent les principes d’une science et leurs rapports avec les autres sciences — ces célèbres articles dont les éditeurs avancent qu’ils auront été « un des principaux mérites de cet ouvrage ». Cette position libérale qui place le lecteur en maître et le savant en serviteur, dénonce l’autoritarisme du lexicographe anglais. Il ne faut toutefois pas s’y tromper, cette dénonciation relève autant de la stratégie que d’un jugement. Elle signifie qu’il n’y a pas de voie unique tracée par Dieu. D’Alembert et Diderot demandent en fait de pouvoir, après Galilée et dans leur siècle des Lumières, pratiquer la science indépendamment du système théologique. Quant aux renvois, dans l’Encyclopédie, ils servent « principalement à indiquer la liaison des matières » et non pas celle d’une matière avec le tout. En ce cas, les oublier n’est pas un problème « parce que les termes d’Art ou de Science [...] se trouvent expliqués à leur article, que le lecteur ira chercher de lui-même ». Dans la mesure où un ordre appelé l’ordre de Dieu ou de la nature n’est plus imposé, il y a l’ordre de l’entendement humain, lequel sera d’évidence arbitraire. Relisons d’Alembert : « L’ordre encyclopédique ne suppose point que toutes les sciences tiennent directement les unes aux autres. Ce sont des branches qui partent d’un même tronc, savoir de l’entendement humain20. »

  • 21 Encyclopédie, article « Encyclopédie », p. 642Ab. Signalons qu’un numéro de la revue Corpus, 51, 2 (...)

24On sait que pour Diderot, les renvois ne sont pas des mots mais des stratégies pour faire comprendre. Ils troublent et concilient. « Ils sont l’art de déduire les conséquences les plus fortes21. » Or, lorsque les liaisons des mots relèvent de la stratégie, elles sont des idées. Chez Chambers, il n’y a ni épistémologie, ni stratégie spéculative car son but est de diffuser la science sans rien changer à ce qui est puisque cela a été institué par Dieu. La métaphysique relève de la science de Dieu et pas de la science des choses. Dans l’Encyclopédie, d’Alembert instaure une métaphysique des corps comme métaphysique de la science de la nature dirigée par les idées — la science de l’homme est au-dessus de la science de la nature. Il revient à l’homme d’être le maître de la compréhension des choses. Le refus des choses et de la métaphysique des sciences chez Chambers est assez clair avec la grammaire. Il est d’autant plus intéressant que c’est un bel exemple dans l’Encyclopédie pour définir la métaphysique des sciences.

  • 22 Encyclopédie, article « Construction », 4, 1754, p. 73a et 73b.

25Pour Chambers, la notion technique de relation est, en grammaire : « la dépendance des mots dans la construction ». Dans l’Encyclopédie, pour expliquer la notion technique de relation, Du Marsais, auteur qui partage les idées des encyclopédistes (ce qui n’est pas le cas de tous les auteurs d’articles), établit une différence entre construction et syntaxe. Si la construction est l’arrangement des mots dans le discours, la syntaxe est « ce qui fait en chaque langue, que les mots excitent le sens que l’on veut faire naître dans l’esprit de ceux qui savent cette langue ». La priorité est au rapport entre ce qui fait signes. Le terme prioritaire est « faire naître », c’est-à-dire que ce qui importe c’est ce qui se passe pour faire liaison et qui va « faire naître » un sens dans l’esprit. Les signes sont à l’origine de la liaison des mots — et non la grammaire — ; liaison dans laquelle il faut chercher une métaphysique de la langue fondée sur le même du rapport. La métaphysique fonctionne parce que « l’homme est un être vivant22 » ; elle est ce vivant de l’entendement transmis par les idées. Diderot parlait, on s’en souvient, de l’industrie de l’homme.

26Avant les mots, avant leur définition, il y a ce fondement de la grammaire, science des choses ou connaissance des signes. En raison de cette science, « dépendance » des mots ne veut pas dire « ordre successif » des relations mais « rapports ». Les rapports des mots entre eux ne peuvent faire signes que « quand on en sait la destination ». Le savoir de cette destination appartient à l’homme. Il ne lui est pas pré-donné. C’est le travail des idées ou métaphysique des sciences que d’Alembert pointe dans les principes directeurs du système du monde. Du Marsais insiste sur le décalage entre concevoir un sens total et énoncer par la parole ce que l’on a conçu, car c’est dans l’énonciation qu’intervient la construction métaphysique de rapports. Pour éclairer cette relation Du Marsais prend pour point de départ non pas les mots mais les idées de l’homme. C’est l’« intelligence du sens », dit-il, qui place un mot par rapport à un autre. Ce n’est pas la dépendance des mots qui construit la phrase mais la syntaxe qui structure son sens. On aura compris que ce sont les facultés de l’entendement humain qui constituent l’origine des langues. La manière de penser c’est-à-dire le processus de liaison qui consiste à faire naître des rapports expose d’abord une logique des opérations de l’entendement qui, ensuite, seront énoncées dans des règles directrices de la construction. Il résulte de ce bref aperçu que, dans l’Encyclopédie, la philosophie des rapports convoque la systématique dont l’objet est de faire voir comment se passent les liaisons. La naissance des idées constitue l’origine de la métaphysique des sciences et c’est pourquoi le « Discours préliminaire » commence par un exposé sur les idées. Si cet exposé doit beaucoup à Locke, on ne saurait passer sous silence l’importance du chancelier Bacon pour les éditeurs de l’Encyclopédie.

  • 23 Ibid. Sur les relations entre Bacon et l’Encyclopédie, voir M. Groult, « Le rôle de l’inversion da (...)
  • 24 Discours préliminaire des éditeurs de 1751, 1999, op. cit., p. 145.

27Ainsi qu’ils le revendiquent eux-mêmes, les éditeurs empruntent à Bacon son point de départ, à savoir l’entendement possesseur de la capacité de construire l’enchaînement des idées par les rapports entre les facultés. L’Encyclopédie répète que « c’est de nos facultés que nous avons déduit nos connaissances23 ». Et d’Alembert réitère ce point de départ pour différencier son organisation de celle de Chambers : « Le premier objet sur lequel nous nous sommes écartés de l’Auteur Anglois, c’est l’Arbre généalogique qu’il a dressé des Sciences & des Arts, & auquel nous avons crû devoir en substituer un autre24. » Le tableau qui se substitue à celui de Chambers est recopié de Bacon avec toutefois une différence dans l’ordre des facultés puisque Bacon énonce : la mémoire, l’imagination et la raison, pendant que le « Système figuré » énumère : la mémoire, la raison et l’imagination. Ce n’est que sous la direction de la raison que l’imagination produit une création. En d’autres termes, on ne crée pas le travail des idées. À cette première inversion, le « Système figuré » en ajoute une deuxième entre la science de la nature et la science de l’homme. Bacon place la science de la nature avant la science de l’homme alors que l’Encyclopédie pour installer une métaphysique des sciences, place la science de l’homme en première position. Ici, l’homme dirige la connaissance de la nature. Pendant que le chancelier anglais déclare, en homme politique, que l’homme ne triomphera de la nature qu’en lui obéissant, les encyclopédistes positionnent l’homme comme travaillant à triompher de la nature par le pouvoir de l’observation et de l’expérience. Pour marquer cette distinction, Diderot inscrit dans le « Discours préliminaire » les différences avec Bacon dans les « Observations sur la division de sciences du chancelier Bacon », même si l’accord avec Bacon reste entier sur l’importance à attribuer aux choses. Ce dernier aspect de la science des choses constitue un point crucial dans la différence entre la Cyclopœdia et l’Encyclopédie par lequel nous allons conclure.

  • 25 Encyclopédie, « Avertissement » du tome 3, 1753, op. cit., p. v.

28Dans l’« Avertissement » du tome 3, d’Alembert reproche à Chambers d’avoir réduit la connaissance à un « champ vide et stérile » (p. IV), de ne pas avoir regardé du côté des choses. Pour l’auteur du Traité de dynamique, dans une encyclopédie l’ordre de l’entendement fait sens par rapport à l’ordre alphabétique de la même manière que la syntaxe par rapport à la construction. Si la construction de l’Encyclopédie suit l’ordre alphabétique, son sens suit l’ordre de l’entendement. C’est relativement à la science des choses que la science des faits doit être posée. Par exemple il faut préférer les systèmes philosophiques aux noms propres des philosophes parce que c’est dans les principes que se loge la connaissance et non dans l’histoire des savants. Plus loin, se reprochant même d’avoir trop été influencé par Chambers, d’Alembert insiste sur la science des choses. On est au tome 3 et il pense pouvoir améliorer encore l’Encyclopédie en tant que dictionnaire. Alors, dit-il, « plus ce Dictionnaire se perfectionnera, plus il perdra du côté des simples faits, & plus il gagnera au contraire du côté des choses, ou du moins du côté des faits qui y mènent25 ». Pour autant qu’on sache, être du côté des choses c’est avant tout observer l’usage. Et l’on ne s’étonne pas de retrouver le rôle de l’observation des choses dans la voie qui mène à la connaissance. La voie de la connaissance n’est pas dans les mots, elle est dans le mouvement que ce soit celui des mots ou celui des éléments de la nature. Encore faut-il, pour être dans l’encyclopédisme, à la différence du dictionnaire, considérer ce mouvement comme Bacon, à savoir comme un accroissement. Ce processus n’est pas un point de départ ou d’arrivée, il reste un travail à effectuer continuellement. Cet aspect est fondamental et démontre le non-encyclopédisme de Chambers.

  • 26 Trad. p. 71 et 74. La phrase de Chambers est sans point d’exclamation. La voici : « Small matter b (...)

29Il faut dire que pour Chambers, l’unique objet de la Cyclopœdia est de s’intéresser aux faits, c’est-à-dire aux découvertes et progrès acquis qui, emboîtés les uns dans les autres constituent une science achevée. Autrement dit, il fait l’historique de la science mais il ne considère pas la façon dont la science a évolué. Pendant que le « Discours préliminaire » de l’Encyclopédie déclare avoir « suivi dans le Système encyclopédique l’ordre métaphysique des opérations de l’Esprit, plutôt que l’ordre historique de ses progrès depuis la renaissance des Lettres » (p. xxv), Chambers affirme dans sa « Préface » que l’enchaînement est dans l’historique des découvertes scientifiques : « un dictionnaire doit être une histoire » : « A Dictionary, by our own confession, is to be a history. » Le lexicographe vient après l’événement. « (Qu’importe le cap suivi par un navire pourvu qu’il fasse un voyage prospère26 ! » Seul le résultat de la découverte est à faire connaître. C’est avec cet esprit que Chambers a rapporté les découvertes de Newton, Newton étant son guide dans les sciences. Et lorsque Chambers ajoute que « les démonstrations n’ont rien à faire dans un dictionnaire » : « demonstrations, strictly speaking, have nothing to do in a dictionary » on est en droit de penser qu’il y a une différence réelle avec l’Encyclopédie. Les démonstrations n’ont rien à faire dans un dictionnaire lorsque celui-ci est uniquement un guide. Le dictionnaire n’a pas pour but de faire comprendre, de former l’esprit du lecteur ; il conduit le lecteur dans un voyage organisé. On est loin de l’épistémologie dalembertienne exposée dans l’article « Elémens des sciences » où l’histoire des sciences n’est pas l’historique des découvertes, mais la philosophie des principes scientifiques.

Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1751, 1 : « Discours préliminaire », p. liij.

Francis Bacon, division de l’entendement humain décrite dans De Dignitate et augmentis scientiarum (1re édition, 1605 ; 1623, version latine plus étendue).
Tableau extrait de Bacon, The Advancement of Learning, 5e édition par W.A. Wright, Oxford, 1926.

  • 27 Le verbe est de lui dans l’« Avertissement » du tome 3 de l’Encyclopédie, op. cit., p. jx.
  • 28 Nous nous permettons de renvoyer à M. Groult, D’Alembert et la mécanique de la vérité dans l’Encyc (...)
  • 29 Cyclopœdia, « Préface » : « [...] like the scaffolding, before a fine buiding, which break and int (...)

30On a vu que les choses et l’expérience constituent ce que d’Alembert revendique27 explicitement et que la métaphysique des sciences commence par l’observation des choses et la démonstration des expériences. Alors que l’inventeur du principe de l’équilibre28 s’oppose épistémologiquement à Newton en lui reprochant de ne fournir que les résultats sans apporter les démonstrations, c’est-à-dire sans expliquer le chemin spéculatif suivi par son esprit pendant le travail qui a abouti à la loi de l’attraction, Chambers juge que de rapporter par exemple les expériences qui ont conduit à la théorie de la lumière et des couleurs ressemblerait à « un échafaudage monté devant un bel édifice, brisant et coupant la vue et cachant la plupart des beautés de l’œuvre29 ». Seule l’œuvre, tout consistant, importe. Rapporter les expériences et les démonstrations aurait également pour conséquence de perdre le pouvoir du guide. On ne guide que celui qui ne sait pas. C’est pourquoi le point de vue du savant encyclopédiste consiste à faire comprendre le sens pour qu’ensuite chacun avance de lui-même dans la connaissance à partir de son propre esprit et soit ainsi autonome. Pour montrer comment atteindre la connaissance des principes, d’Alembert prévoit une encyclopédie « fort riche en Physique générale et en Chimie, du moins quant à la partie qui regarde les observations et les expériences ».

  • 30 Encyclopédie, « Avertissement » du tome 3, op. cit., p. v et vj.
  • 31 Cyclopœdia, « Préface » p. xix : « Less might have sufficed, to shew why, in the course of this wo (...)

31C’est en refaisant les expériences que chacun — qui n’a pas eu le génie de découvrir un principe directeur du système du monde — fera faire à son propre esprit le mécanisme de la découverte. Tout le monde s’amusera ainsi au xviiie siècle à faire ou refaire des expériences. Chambers ne s’embarrasse pas de faire voir la vérité des choses : « Everybody, perhaps, may be concerned in the truth of it, but not to see the truth of it. » Or, ce qui caractérise l’encyclopédisme c’est justement de faire voir la vérité des choses, ce qui est à l’origine de l’ouverture et c’est, pour d’Alembert, ce qui fait de « ce dictionnaire un ouvrage cosmopolite30 ». Cette expression est là pour répéter que le lecteur va trouver dans chaque science le développement des principes fondamentaux, les détails exposés et mis en rapport avec les principes, « des vues neuves » sur l’un ou l’autre et toutes les sources pour lui permettre d’aller de lui-même s’instruire plus à fond, s’il le désire. Cette vérité qui consiste à offrir à tous la possibilité d’avoir accès à la compréhension de la connaissance constitue le renversement de perspective opéré par les éditeurs et définit l’encyclopédisme qui deviendra la base de notre enseignement national français. L’Encyclopédie ne peut être en accord avec cette phrase radicale de Chambers « nous avons en général omis l’appareil des démonstrations et des expériences et donné les doctrines dans leur pureté31 ».

32Ainsi pouvons-nous conclure que dans la diffusion de la connaissance la manière de faire reste primordiale. Chambers comme les encyclopédistes avait pour but de diffuser le savoir mais sa manière de procéder a été totalement différente. La démarche proposée au lecteur d’avoir le courage de se servir de son propre entendement, ainsi que la traduira Kant, s’oppose radicalement avec celle qui consiste à demander au lecteur de se laisser guider sans effort de réflexion. Le projet philosophique de l’Encyclopédie qui consiste dans la mise en rapport des facultés de l’entendement expose que les idées naissent de la liaison des mots et que de la liaison des idées naissent les principes directeurs. Quand l’homme aura compris ce processus alors, l’humanité atteindra le stade de la connaissance. Lorsqu’elle n’est pas un tout déjà fait, la connaissance est dans la recherche du mécanisme qui explique les choses que ce soient les techniques de l’atelier ou les démonstrations mathématiques.

33La vérité sans démonstration a existé de tout temps — dire que les idées viennent de Dieu ou faire lire « les doctrines dans leur pureté » sans critique. Comment changer la façon de penser si le point de départ est le point d’arrivée ? Pierre Rousseau a ouvert la connaissance en ayant pour objectif dans son Journal encyclopédique d’exposer tous les points de vue de la littérature étrangère. Il restait ensuite à chacun de mettre en rapport la littérature française avec celle venant de l’étranger. On constate ici encore que c’est dans le projet de départ qu’est posé le point de vue à partir duquel les choses sont appréhendées pour construire un tout formateur. Ce point de vue générateur d’une systématique ouverte qui envisage des rapports au lieu de présenter un système qui impose une finalité a caractérisé le xviiie siècle d’un « esprit philosophique », qualification qui a justement été attribuée au Journal encyclopédique. Peu importe par conséquent la forme choisie de dictionnaire ou de journal, il reste que l’encyclopédisme a constitué une approche libérale permettant à la philosophie de se dévêtir des systèmes autoritaires pour se vêtir d’une méthode de construction logique des mots et des choses. Mais les enjeux de cette méthode sont politiques et le stratège peu soucieux de l’homme privilégiera toujours les systèmes qui imposent comment sont les choses plutôt que les systématiques qui exposent comment se passent « les choses ».

Notes

1 On peut se reporter au tableau historique de Pierre Moullart-Sanson, Carte du Paradis terrestre selon Moyse, Paris, Rue Froimenteau, 1724. Tiré de la Genèse, il contient « ce qui s’est passé de plus considérable pendant 1 656 ans et dix jours jusqu’au Déluge ». Partant des explications de l’apôtre saint Paul, Moullart-Sanson met en tableau « la création de l’Univers, l’origine du genre humain, la demeure de chaque peuple, Tordre des tems, des saisons et des années » qui forment un abrégé de l’Histoire.

2 Voir L’Encyclopédie ou la création des disciplines, dir. M. Groult, Paris, CNRS Éditions, 2003.

3 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de Lettres, mis en ordre et publié par M. Diderot [...] et M. d’Alembert [...], Paris, Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand, 1751-1765 (17 vol. de Discours) et 1762-1772 (11 vol. de Planches), article « Dictionnaire de Sciences & d’Arts tant libéraux que méchaniques », 4, 1754, p. 969a.

4 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre 1, Paris, Les Belles Lettres, 1951, p. 51.

5 Jean Le Rond d’Alembert, Discours préliminaire des éditeurs de 1751 et articles de l’Encyclopédie introduits par la querelle avec le Journal de Trévoux, Paris, Champion, 1999 : Diderot, « Observations sur la division des sciences du Chancelier Bacon », p. 183-188. La partie reprise du Prospectus de Diderot se trouve p. 142-158.

6 Ibid., p. 189-204. Les autres éditions du « Discours préliminaire » datent de 1753, 1759, 1763, 1767.

7 Cyclopœdia or an universal dictionary of arts and sciences de Chambers a été éditée en 2 vol. sans pagination excepté la « Préface », en 1728, 1738, 1739, 1741 à Londres, puis en 1742 à Dublin (5e édition) et à nouveau à Londres en 1746, 1751-1752. La numérotation de la 1re édition commence à la p. i, et celle des éditions suivantes, p. ii (leur page 2 a pour numéro : p. iii). Les éditions en 4 volumes commencent en 1743 et ne sont pas dues à Chambers mais à John Lewis Scott et Sir John Hill. Voir Giorgio Tonelli, A Short-Title List of subject Dictionaries of the sixteenth, seventeenth and eighteenth centuries as aids to the history of ideas, London, 1971, p. 13 sqq.

8 Cyclopœdia, op. cit. : « so to dispose such a multitude of materials, as not to make a confused heap of incoherent Parts, but one consistent Whole. », p. i et 4e paragraphe de la « Préface », p. ii de la 5e édition 1742. Et au paragraphe suivant : « a chain may be carried on from one end of an art to the other, i.e. from the first or simplest complication of ideas, appropriated to the art, which we call the elements, or principles thereof to the most complex, or general one, the name or term that represents the whole. » Nous utilisons la traduction de Michel Malherbe dans la revue Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, 37, octobre 2004, que voici : « on peut former une chaîne allant d’un art à l’autre, c’est-à-dire, de la première et de la plus simple complication d’idées propre à un art, ce que nous appelons les éléments, c’est-à-dire, les principes de cet art, à l’idée la plus complexe ou la plus générale qui soit et au nom ou au terme qui représente le tout », p. 36.

9 La traduction volontairement mot à mot nous revient. Sur l’approche de Vitruve nous renvoyons à M. Groult, « L’enjeu du Discours préliminaire des éditeurs », in L’Encyclopédie ou la création des disciplines, op. cit., p. 77-90.

10 Voici le paragraphe célèbre du « Discours préliminaire » sur Chambers, p. xxxv : « Il a bien senti le mérite de l’ordre encyclopédique, ou de la chaîne par laquelle on peut descendre sans interruption des premiers principes d’une Science ou d’un Art jusqu’à ses conséquences les plus éloignées, & remonter de ses conséquences les plus éloignées jusqu’à ses premiers principes ; passer imperceptiblement de cette Science ou de cet Art à un autre, & s’il est permis de s’exprimer ainsi, faire sans s’égarer le tour du monde littéraire. Nous convenons avec lui que le plan & le dessein de son Dictionnaire sont excellens, & que si l’exécution en étoit portée à un certain degré de perfection, il contribueroit plus lui seul aux progrès de la vraie Science que la moitié des Livres connus. Mais, malgré toutes les obligations que nous avons à cet Auteur, & l’utilité considérable que nous avons retirée de son travail, nous n’avons pû nous empêcher de voir qu’il restoit beaucoup à y ajouter. En effet, conçoit-on que tout ce qui concerne les Sciences & les Arts puisse être renfermé en deux Volumes in-folio ? La nomenclature d’une matière aussi étendue en fourniroit un à elle seule, si elle étoit complette. Combien donc ne doit-il pas y avoir dans son Ouvrage d’articles omis ou tronqués ? »

11 Cyclopœdia, op. cit., p. xiv et trad. M. Malherbe, p. 115.

12 Cyclopœdia, « Préface », 1728, p. xv.

13 « Préface », trad. par M. Malherbe, op. cit., p. 34. Pour la citation plus haut, la traduction est : « Notre intention était de considérer les diverses matières non seulement pour elles-mêmes mais aussi relativement, dans leurs rapports mutuels, de manière à les traiter chacune comme un tout et comme les parties d’un tout plus grand, leur liaison à ce dernier étant indiqué par un renvoi », ibid.

14 Cyclopœdia, « Préface », 1728, p. viii.

15 Cyclopœdia « Préface », 1738 sqq., p. x.

16 Cyclopoedia, « Préface », 1728, p. xvii, xiii et xiv. La traduction de la p. xiii par M. Malherbe atténue le vrai sens : « C’est en vain que nous prétendons modifier l’ordre de la nature », op. cit., p. 114. « Pervert » renferme un jugement que « modifier » ne contient pas. Pareillement la traduction de la p. xiv est : « le tout est Sien et l’action de l’homme n’est que circonstancielle », ibid., p. 115. « Agency » est difficilement traduisible en français, mais il ajoute l’idée d’une mise en ordre ou d’une organisation que le terme « action » ne comporte pas. Tout en saluant le travail de M. Malherbe, on regrette que la publication ne soit pas bilingue. Pour avoir la version de la « Préface » de la 1re édition de 1728 ainsi que les 2 volumes de Chambers, le lecteur peut la consulter gratuitement en ligne à l’adresse suivante : http://digital.library.wisc.edu/1711.dl/HistSciTech.Cvclopaedia01. Nous rappelons l’adresse pour consulter l’Encyclopédie dans sa version originale et intégrale : http://www.lib.uchicago.edu/efts/ARTFL/proiects/encyc

17 Cyclopœdia, op. cit., 1728, p. xiv et xvii, puis 1738, p. xiv sqq. : « Et ainsi la physique se saisit de l’éthique et Dieu de l’homme », trad. p. 123.

18 Encyclopédie, op. cit., article « Art », 1, p. 713b et « Discours préliminaire », p. xv.

19 Encyclopédie, 4, 1754, p. 969a.

20 Encyclopédie, « Discours préliminaire », op. cit., p. xviii et xix (éd. Champion, p. 108) dont voici la suite : « Ainsi trois choses forment l’ordre encyclopédique ; le nom de la Science à laquelle l’article appartient ; le rang de cette Science dans l’Arbre ; la liaison de l’article avec d’autres dans la même Science ou dans une Science différente ; liaison indiquée par les renvois, ou facile à sentir au moyen des termes techniques expliqués suivant leur ordre alphabétique. »

21 Encyclopédie, article « Encyclopédie », p. 642Ab. Signalons qu’un numéro de la revue Corpus, 51, 2007, est consacré à la technique des renvois.

22 Encyclopédie, article « Construction », 4, 1754, p. 73a et 73b.

23 Ibid. Sur les relations entre Bacon et l’Encyclopédie, voir M. Groult, « Le rôle de l’inversion dans la compréhension des systèmes au xviiie siècle. Bacon et d’Alembert », in L’Héritage baconien au xviie et au xviiie siècles, dir. Chantal Jaquet, Paris, Kimé, 2000, p. 45-70. Voir également L’Encyclopédie ou la création des disciplines, op. cit.

24 Discours préliminaire des éditeurs de 1751, 1999, op. cit., p. 145.

25 Encyclopédie, « Avertissement » du tome 3, 1753, op. cit., p. v.

26 Trad. p. 71 et 74. La phrase de Chambers est sans point d’exclamation. La voici : « Small matter by what laws and prescripts a people is guided, provided they be led on to happiness ; or by what course a vessel steers, if she do but make a prosperous voyage », ce que M. Malherbe traduit p. 73-74 par « Qu’importe par quelles lois et quelles dispositions un peuple a été guidé, pourvu qu’il soit mené au bonheur ! Qu’importe le cap suivi par un navire pourvu qu’il fasse un voyage prospère ! »

27 Le verbe est de lui dans l’« Avertissement » du tome 3 de l’Encyclopédie, op. cit., p. jx.

28 Nous nous permettons de renvoyer à M. Groult, D’Alembert et la mécanique de la vérité dans l’Encyclopédie, Paris, Champion, 1999, 1, chap. 2, p. 31 sqq. et sur Newton, 3, chap. 1, p. 151-159.

29 Cyclopœdia, « Préface » : « [...] like the scaffolding, before a fine buiding, which break and interrupt the sight, and hide most of the beauties of the work », p. xix, trad. M. Malherbe, p. 76.

30 Encyclopédie, « Avertissement » du tome 3, op. cit., p. v et vj.

31 Cyclopœdia, « Préface » p. xix : « Less might have sufficed, to shew why, in the course of this work, we have usually omitted the apparatus of demonstrations, and experiments ; and given the doctrines pure and unincumbered, by any thing not essential to them. » trad. M. Malherbe : « Il en aurait suffi de moins pour montrer pourquoi, dans le cours de cet ouvrage, nous avons en général omis l’appareil des démonstrations et des expériences et donné les doctrines dans leur pureté, dégagées de tout ce qui ne leur était pas essentiel », p. 75.

Table des illustrations

Légende Cyclopædia de Chambers, 1re édition, 1728, p. ii.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 515k
Légende Cyclopædia de Chambers, 1re édition, 1728, p. iii.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Légende Cyclopædia de Chambers, 5e édition, Dublin, 1742, p. iii.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5274/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, 1751, 1 : « Discours préliminaire », p. liij.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5274/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Légende Francis Bacon, division de l’entendement humain décrite dans De Dignitate et augmentis scientiarum (1re édition, 1605 ; 1623, version latine plus étendue).Tableau extrait de Bacon, The Advancement of Learning, 5e édition par W.A. Wright, Oxford, 1926.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/5274/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search