Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Manuel Couvreur

L’Allemagne littéraire et savante dans le Journal encyclopédique

Gérard Laudin

Texte intégral

  • 1 Environ une centaine de périodiques francophones, la plupart très éphémères, parurent avant 1800 d (...)

1Le premier organe de presse francophone à avoir informé sur le Saint-Empire est la Bibliothèque germanique. Éditée par des huguenots berlinois avant tout soucieux de l’Allemagne savante, elle s’éteint en 1759, peu après l’apparition de deux périodiques dont l’objectif est d’informer sur l’ensemble des productions, non point seulement érudites, mais également littéraires, non point seulement d’un pays, mais de l’Europe entière : le Journal étranger et le Journal encyclopédique. Mais alors que la courte vie du Journal étranger (1754-1762) limita son influence, une exceptionnelle longévité fit du Journal encyclopédique, tout comme de son « frère » cadet liégeois, L’Esprit des journaux (1772-1818), un des principaux instruments de la première grande phase de réception de la littérature allemande en France1.

  • 2 François Genton, « Des beautés plus hardies... ». Le théâtre allemand dans la France de l’Ancien R (...)
  • 3 Nous avons relevé dans le Journal encyclopédique, entre autres, des annonces ou comptes rendus d’œ (...)

2Chronologiquement, l’apparition du Journal encyclopédique et du Journal étranger coïncide dans le Saint-Empire avec une intensification de la vie intellectuelle hors de ses centres traditionnels, les cours et les universités. Une génération nouvelle de poètes (Rabener, Liscow, bientôt Wieland et Lessing) s’impose, une presse s’adressant en allemand (et non plus seulement en latin) à une intelligentsia élargie amorce son développement, tandis que les efforts accomplis par Gottsched pour fonder un théâtre national commencent à porter leurs fruits. Ces mutations de la vie culturelle dans le Saint-Empire sont parfaitement perçues par le Journal étranger et le Journal encyclopédique, qui sut en revanche moins bien reconnaître l’émergence de ce que Goethe appellera dans Poésie et vérité la « révolution littéraire » des années 1770. Celles-ci correspondent en Allemagne comme en France à une période de radicalisation idéologique des Lumières, d’effervescence intellectuelle et de polémiques. Pour la France, les années 1770 sont marquées aussi par le début d’une ouverture aux littératures du « Nord », en particulier à leur théâtre : c’est en 1769 que la Comédie-Française commence à monter les traductions-adaptations de Shakespeare par Ducis, et les premières anthologies de théâtre allemand datent de 1769 (Carrière-Doisin) et 1772 (Junker et Liébault). L’intérêt des Français envers les productions allemandes s’accroît, même s’il demeure un peu confidentiel. Le nombre des traductions de textes littéraires de l’allemand vers le français augmente régulièrement et considérablement, passant de quatorze dans les années 1750 à plus de 120 dans les années 1780. Aux deux volumes de l’anthologie dramatique de Junker et Liébault succèdent les douze volumes de celle de Friedel et Bonneville (1782-1785). De nombreux textes qui se disent « imités de l’allemand » témoignent de cette « mode allemande » repérable dès les années 17602, de l’amorce de constitution d’un espace de circulation et de réception productive d’œuvres allemandes en France à partir du dernier tiers du xviiie siècle3.

  • 4 1760, III, 1 p. 87.

3Cette intensification de la réception des productions littéraires d’outre-Rhin est induite par les médiateurs culturels que furent des traducteurs, occasionnels comme Turgot ou Mirabeau, ou « professionnels » (essentiellement Huber, Friedel, Junker). Elle le fut aussi par les périodiques « internationaux » comme L’Esprit des journaux ou le Journal encyclopédique. Celui-ci ne manque jamais une occasion de saluer le travail des traducteurs et incite expressément « les Gens de Lettres [...] à faire passer dans notre Langue les richesses Littéraires des Etrangers4 ». Le fait que ces journaux aient puisé une part importante de leur information aux sources allemandes les fait échapper à la stéréotypie traditionnelle des « caractères nationaux » du P. Bouhours, reprise par l’abbé Du Bos, qui excluent les Allemands du « bel esprit ». D’autres journaux, comme L’Année littéraire ou le Mercure de France, prolongèrent cette action et contribuèrent ainsi à préparer la phase de réception du xixe siècle.

  • 5 1762, VIII, 3, p. 3-27.
  • 6 1766, IV, 3, p. 156 ; 1770, VI, 1 p. 147 ; 1781, V, 3, p. 538-541 ; 1785, IV, 2, p. 368.

4Un certain intérêt pour la langue allemande commence également à se manifester. Lors de la parution des Nouveaux principes de la Langue Allemande de Junker, le Journal encyclopédique formule le vœu que cette langue, qui n’a guère été étudiée jusqu’à présent que par les militaires, le soit désormais « par goût » par ceux qui voudront lire dans l’original les ouvrages « des Kleist, des Rabener, des Zacharie, des Lessing, des Gellert, des Gesner, des Klopstock5 ». Par la suite, il annoncera la parution de plusieurs dictionnaires bilingues français-allemand6.

La guerre de Sept Ans ou l’Allemagne, essai d’explication

  • 7 1756, IV, 3, p. 132.
  • 8 Respectivement 1757, V, 2, p. 96-115 ; 1758, VI, 2, p. 96-112 et VI, 3 ; 1759, 1, 1, p. 91-103. Pa (...)

5Durant les premières années du Journal encyclopédique, la guerre de Sept Ans déporte partiellement l’intérêt des productions intellectuelles vers des enjeux politiques : « Toute l’Europe est attentive à ce qui se passe actuellement en Allemagne », lit-on dans le numéro du 15 septembre 17567. Le Journal encyclopédique informe régulièrement des opérations, une rubrique intitulée « Nouvelles politiques d’Europe » fait très tôt son apparition, et il est rendu compte d’ouvrages français, anglais ou allemands de réflexion sur l’état actuel de l’Allemagne et sur la situation générale en Europe, comme par exemple de La Paix en Europe, ou projet de pacification générale, d’un « Esprit de la présente guerre » par un membre de la Chambre des Communes de Londres, ainsi que de l’ouvrage de l’économiste allemand Johann Heinrich von Justi sur la « chimère de l’équilibre européen8 ».

  • 9 1762, I, 1, p. 138.
  • 10 Cf. Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite de l’« Encyclopédie ». Notes, documents (...)
  • 11 1759, VIII, 3, p. 128.
  • 12 1768, III, 2, p. 3-21 ; III, 3, p. 48-63 et IV, 1 p. 27-A2 ; 1769, III, 3, p. 372-388.
  • 13 1760, II, 3, p. 105-117.
  • 14 1762, VII, 1, p. 77-98.

6Les événements militaires ont durablement attiré l’attention sur le Saint-Empire et suscité un besoin global d’explication. C’est ainsi que le Journal encyclopédique rend compte de livres politiques, par exemple sur la rivalité entre la Prusse et la Maison d’Autriche9. Mais des faits de société porteurs éventuellement d’enjeux idéologiques sont largement abordés aussi : la collaboration de Formey, qui assurait un lien avec Berlin10, explique des articles abordant la situation religieuse d’un point de vue de tolérance peu favorable au catholicisme et aux dogmatismes et entrant dans des détails assez précis. On déplore que la place conservée par la religion à Vienne y fasse obstacle aux progrès de l’esprit philosophique, mais on se réjouit aussi que le « Collège Thérésien », nouvel établissement universitaire viennois, devienne un lieu d’ouverture où l’on a même introduit la physique de Newton11. L’esprit huguenot inspire un long compte rendu de l’Histoire de la réformation [...] sous l’empire de Charles-Quint de Pierre-François Le Courrayer12. Plusieurs articles contribuent à compléter la carte religieuse du Saint-Empire en critiquant violemment les Frères Moraves, aux idées « aussi scandaleuses qu’extravagantes13 », ce « tas d’esprits foibles & de cœurs corrompus » manipulés par Zinzendorff qui éteignit dans sa communauté le flambeau de la philosophie et, « foulant aux pieds les loix, les mœurs, les préjugés, l’autorité de la tradition, jetta les premiers fondements de son affreux système [...] sous les dehors respectables de la Religion14 ».

  • 15 Des écrivains comme Opitz, Geßner, Haller, Klopstock « ont prouvé contre l’expérience de plusieurs (...)
  • 16 1758, I, 2, p. 56.
  • 17 1768, VIII, 2.
  • 18 1758, IV, l, p. 23-37.
  • 19 1766, II, 3, p. 3-12.
  • 20 1758, VII, 2, p. 109.

7La volonté d’expliquer la situation présente, de dépasser la thèse du « retard » allemand en privilégiant les causes historiques sur les facteurs en relation avec la théorie des climats15, est aussi à l’arrière-plan d’un article qui retrace l’histoire de l’Allemagne depuis le xvie siècle en soulignant le degré de développement alors atteint, les ravages de la guerre de Trente Ans, puis la « renaissance » des débuts du xviiie siècle, avec bien entendu l’exemple de l’Athènes du Nord16. Le tableau du Saint-Empire est complété par un compte rendu portant sur l’histoire des maisons ducales d’Allemagne évoquant aussi « les droits des peuples, l’état des finances [...] leurs législations, leurs mœurs17 », tandis qu’un autre compare l’économie de la Prusse et celle de la Saxe18. Il est rendu compte des analyses du grand juriste Friedrich Carl von Moser, qui s’interroge dans l’esprit de Pufendorf sur les raisons faisant du Saint-Empire « une énigme impénétrable de constitution politique19 ». Un autre compte rendu est consacré à Justi expliquant une spécificité économique du Saint-Empire : ne pouvant guère fonder son commerce sur la navigation en raison de ports trop peu nombreux, il a développé de nombreuses manufactures alimentées par ses ressources minières20.

  • 21 1787, 1, 3, p. 393-403.
  • 22 1793, II, 5, p. 19-38.
  • 23 1770, II, l, p. 43-57.
  • 24 1779, VII, 2, p. 351-352 ; 1780, I, l, p. 117-119.
  • 25 1787, VII, 2, p. 361-363.
  • 26 1792, 1V, 13, p. 141.

8C’est à la fois une information sur le passé et une réflexion sur des faits de société actuels que proposent les comptes rendus du Tableau des révolutions de l’empire d’Allemagne d’Othon le Grand jusqu’à nos jours de Briel21, celui de De l’Allemagne & de la maison d’Autriche de Publicola Chaussard22, celui de la Description des villes de Berlin & de Potsdam de F. Nicolai qui retrace l’histoire de la ville, en présente l’urbanisme et la population, sans oublier d’évoquer la tolérance religieuse instaurée par Frédéric II23. Il sera rendu compte bien entendu aussi de plusieurs ouvrages sur la tolérance en Prusse24, du livre de Mirabeau sur la monarchie prussienne25, de la publication du code frédéricien26 et de nombreux ouvrages suscités dans les années 1780 par une question de l’Académie de Mannheim sur les moyens de prévenir les infanticides.

  • 27 1758, II, 2, p. 120-122 ; 1758, IV, 3, p. 126-130. Il sera rendu compte plus tard de la campagne d (...)
  • 28 1758, I, 2, p. 111-117 ; 1762, I, 1, p. 110-117...
  • 29 1767, V, 2, p. 74-84, avec une suite dans V, 3.
  • 30 1758, VI, 1, p. 116.
  • 31 1759, 1, 1, p. 133.
  • 32 1786, VIII, 2, p. 290 ; 1787, V, 3, p. 516 ; 1788, III, 2, p. 233 ; 1789, 1, 3, p. 434 ; 1789, VI, (...)
  • 33 1787, III, 1, p. 62 ; 1788, VI, 2, p. 361 ; 1789, II, 2, p. 319 ; 1791, IV, p. 531.
  • 34 1768, VI, 2, p. 146-148 ; 1787, IV, 2, p. 371 ; 1788, VII, 3, p. 431-435 ; 1789, III, 3, p. 518-52 (...)

9Le Journal encyclopédique a dû ainsi largement contribuer assez tôt à la formation d’une légende frédéricienne27, non sans semer d’ailleurs les germes d’une image contrastée du roi. Si les contributions encomiastiques héroïsant le chef de guerre abondent28 et que son Histoire de la maison de Brandebourg soit saluée29, des voix critiques s’élèvent : après l’annexion de la Silésie (approuvée dans le Journal encyclopédique), il aurait dû se consacrer au seul « devoir de Législateur de ses États30 » ; « Il nous paraît plus grand par la Réformation des Loix, par la protection éclairée qu’il accorde aux Sçiences & aux Arts, par l’établissement des Manufactures qu’il a transplantées dans ses États, par le génie dont il anime & échauffe le Commerce, que lorsqu’il déploie dans les combats cette ame d’un Héros31 ». Dans les années qui suivent sa mort, sa vie sera l’objet de très nombreuses contributions32 et on annoncera la publication de ses œuvres posthumes33. Mais il a été rendu compte très tôt aussi des écrits de von Trenck, susceptibles de révéler la face policière du despotisme éclairé de Frédéric II34.

  • 35 Une anecdote le concerne déjà dans 1776, VII, 2, p. 340 ; 1787, VII, 2, p. 377 ; 1789, V, 2, p. 37 (...)

10Joseph II est moins présent dans le Journal encyclopédique, sauf à travers ses tentatives de réformes aux Pays-Bas autrichiens, mais quelques articles lui seront consacrés après sa mort en 179035.

11Le souci de fournir une information globale diachronique et synchronique apparaît clairement dans les relativement longs comptes rendus d’ouvrages retraçant l’histoire de la poésie ou du théâtre allemands que nous analyserons.

  • 36 1756, I, 1, p. 17-18, p. 73 et p. 79-81.
  • 37 1759, VII, 2, p. 30-44.
  • 38 1759, VI, 2, p. 66-78.

12L’information diversifiée met toutefois quelque temps à se mettre en place. Certes, dès la première livraison, trois notices concernent l’Allemagne36. Mais la première longue rubrique allemande ne paraît que dans le numéro II, 3 de 1758, et durant les premières années, il n’est rendu compte qu’irrégulièrement de la production intellectuelle allemande. Alors que la rubrique « Nouvelles littéraires », qui publie des comptes rendus courts (de quelques lignes à une ou deux pages) ou de simples annonces, contient dans presque chaque volume des comptes rendus d’ouvrages anglais, ce n’est qu’à partir du début des années 1760 que cette rubrique contient, presque dans chaque numéro, des contributions relatives à l’Allemagne. Néanmoins, cette discontinuité même a permis de faire ressortir quelques ouvrages majeurs, comme la théorie des sciences de Sulzer37 ou, dans un domaine plus spécifique, l’histoire de la musique de Friedrich W. Marpurg38.

13À partir de 1764, les « Nouvelles Littéraires » contiennent presque dans chaque numéro, à côté de la rubrique « Allemagne », une rubrique « Nord » où il est rendu compte d’ouvrages généralement en allemand, parfois en latin ou dans une langue Scandinave et portant le plus souvent sur la région de la Baltique. Certains ouvrages figurent aussi dans cette rubrique pour l’unique raison qu’ils ont paru dans des villes de l’espace de la Baltique comme Rostock (curieusement étendu parfois à Neubrandenburg et Francfort-sur-l’Oder). Cette rubrique témoigne de la forte présence de l’Europe septentrionale dans le Journal encyclopédique qui participe au début de valorisation culturelle du Nord. Symétriquement apparaît au même moment une rubrique « Suisse » dont l’existence est en partie liée à la présence du bâlois Mérian aux côtés de Formey à Berlin.

  • 39 Toutefois, les comptes rendus relatifs aux activités des autres académies (Duisbourg, Munich, Gött (...)
  • 40 Dès 1756, 1, 1, p. 17-18, p. 73 et p. 79-81 ; puis 1756, 1, 1, p. 73-81 ; 1756, 1, 3, p. 83-83-87  (...)
  • 41 II est remarquable aussi que le premier ouvrage « allemand » mentionné soit les Elemens de géograp (...)

14Que Mérian et Formey collaborent au Journal encyclopédique n’est bien entendu pas étranger à la régularité avec laquelle il est rendu compte des activités de l’Académie de Berlin, ainsi que des écrits de Formey, de Denina et de Wegelin. Toutefois, la relative surreprésentation de cette vie intellectuelle allemande francophone, sensible dans les premières années, s’atténue bien vite39. La correction de ce déséquilibre trouve un complément dans le fait que les comptes rendus relatifs aux fêtes et aux spectacles (pratiquement toujours en français ou en italien) donnés dans les cours, en particulier de Berlin, Vienne, Brunswick et Stuttgart, très fréquents dans les premières années40, qui suggéraient que le bon goût s’établissait en Allemagne via le répertoire français et accréditaient l’idée convenue d’une « Europe française », deviennent de plus en plus rares41. À l’évidence, les rédacteurs du Journal encyclopédique ont su rapidement identifier l’essor littéraire des années 1750 et déporter alors leur intérêt de la culture des cours vers la culture des villes.

Les comptes rendus d’œuvres littéraires

1) Les premières décennies du Journal encyclopédique ou l’âge des poètes

  • 42 1767, II, 3, p. 48-63.

15L’accueil de la poésie allemande en France fut indubitablement servi par des traducteurs de talent. L’un des principaux fut Huber, dont la parution du Choix de poésies allemandes est l’occasion de porter un regard rétrospectif sur le lyrisme allemand depuis ses origines. Non seulement il en rappelle les phases de gloire et de déclin, sans omettre des poètes du xvie siècle comme Hans Sachs ou Fischart alors inconnus, mais il évoque aussi les conditions défavorables de la littérature allemande, qui ne bénéficie ni de grande ville, ni d’aucun soutien de la part des princes42.

  • 43 1759, VI, 1, p. 143-145.
  • 44 1783, II, 3, p. 475.

16Outre les poètes allemands de leur temps, les Français entendent parler de la littérature médiévale dont Bodmer et Breitinger comptèrent parmi les premiers éditeurs. Leur Sammlung von Minnesingern procure un « agrément infini » : « Rien n’égale la politesse des mœurs, la délicatesse des sentimens, la noblesse des principes, & la naïveté des expressions qui regnent & brillent dans toutes ces pièces », et la beauté de la langue inclinerait volontiers à penser qu’elle a perdu par la suite de ses avantages43. Plus tard, le compte rendu du Chant des Nibelungen, dont on admire « la naïveté des expressions », s’enthousiasme aussi pour la richesse et la beauté de l’allemand médiéval44.

  • 45 1763, IV, 1, p. 73-85.
  • 46 1758, VI, 3, p. 131.
  • 47 1765, II, 3, p. 20-43.
  • 48 1780, III, 3, p. 469.
  • 49 1757, VII, 3, p. 68-82.
  • 50 1774, III, 2, p. 267.

17Au cours des premières années, les informations littéraires sont relativement dispersées. On souligne dans plusieurs comptes rendus la qualité des fabulistes, en particulier de Lichtwer, jugé certes inférieur à La Fontaine, mais « plus naïf & plus intéressant que Gay45 », le grand fabuliste anglais. Le goût des Allemands pour la fable tiendrait à ce que leurs « mœurs ne sont pas encore dépravées par l’artifice46 ». Les fables de Lessing sont appréciées dans le compte rendu de leur traduction par d’Anthelmy, certaines qualifiées même d’ingénieuses, bien qu’on les trouve souvent aussi trop sèches et arides47. En 1780, lors d’une réédition de cette traduction, le compte rendu sera plus positif : « Ses fables sont, pour la plupart, ingénieuses, piquantes, neuves48. » Il est rendu compte en termes très favorables également des satires de Rabener49, qualifiées quinze ans plus tard d’irréprochables puisqu’elles ne touchent jamais même de loin aux « objets respectables50 ».

  • 51 1761, V, 3, p. 141.
  • 52 1763, VIII, 2, p. 76-86 ; 1773, IV, 2, p. 364.
  • 53 1760, VIII, 1, p. 23.
  • 54 1764, VIII, 1, p. 142-143.
  • 55 1762, II, 1, p. 24.
  • 56 1764, II, 3, p. 83 ; 1771, VIII, 2, p. 308.
  • 57 1761, VI, 1, p. 130 ; 1769, IV, 3, p. 406-417.
  • 58 1767, III, 1, p. 59-74.
  • 59 1760, III, 1, p. 88.
  • 60 1767, II, 3, p. 53-55.
  • 61 1762, II, 2, p. 21.
  • 62 1760, III, 1, p. 87-101.
  • 63 1791, IX, p. 205-215.

18Beaucoup d’autres poètes voient leurs qualités reconnues : Uz, « un des meilleurs poètes d’Allemagne51 », Anna Luise Karsch (ou Karschin), la « Muse du Nord52 », aujourd’hui totalement oubliée, Creutz53, Brockes54, Ewald von Kleist et Rost55. On rend hommage également aux poèmes de Luise Gottsched56, ainsi qu’à Zachariä57, en particulier pour ses poèmes héroïques et héroïco-comiques58. Mais les poètes préférés sont Gefiner, Gellert et Klopstock, à un moindre degré Haller59. Dans son anthologie, Huber publie des poèmes de Haller, Hagedom, Cramer, Klopstock, Uz, Gellert, Zacharie, etc.60. Mais de tous, c’est Gefiner qui suscite le plus d’enthousiasme, surtout sa Mort d’Abel, « qui honore l’Allemagne61 » et qui donne définitivement tort à Bouhours62. Ce poème qui émouvait Diderot est encore l’objet d’un long compte rendu sous la Révolution63, et son adaptation pour la scène par Gabriel Legouvé en 1792 devint un des grands succès théâtraux parisiens sur lequel le Journal encyclopédique revint plusieurs fois.

19Dès les années 1760, la parution d’anthologies ou de traductions, souvent introduites par des préfaces retraçant l’histoire de la poésie allemande, est l’occasion d’éloges emphatiques :

  • 64 1763, IV, 1, p. 74.

L’Allemagne qui depuis si longtemps est la patrie des sciences, commence à devenir la rivale des Nations les plus éclairées par son amour des Beaux-Arts, & par le gout, la chaleur & la délicatesse qui caractérisent les ouvrages de ses Ecrivains modernes ; jugeons donc les ouvrages des Poëtes allemands de nos jours comme une nation éclairée eut jugé dans le siècle dernier les premiers drames de Corneille64.

  • 65 1762, II, 2 p. 136.

Depuis quelques tems l’Allemagne devient bien féconde en poèmes épiques : s’ils ne sont pas tous également bons, du moins ils sont une preuve que le génie de cette Nation cherche à prendre son essor ; mais nous l’avouerons ingénûment, nous n’en voyons pas encore qui soient dignes d’être associés à ceux d’Homère, de Virgile, de Milton, du Tasse & de Mr. de Voltaire65.

  • 66 1760, II, 1, p. 76-92.
  • 67 1762, II, 2, p. 21-22.
  • 68 1762, II, 2, p. 36.

20L’idée d’étape demeurant à franchir est présente dans de nombreux comptes rendus, et le Journal encyclopédique manifeste un indéfectible respect des Anciens dont certains Français comme Voltaire sont institués les héritiers dans l’esprit de la translatio artium. Quand Lessing, dans son essai théorique sur la fable, se proclame juge de tous ses devanciers, y compris de La Fontaine à qui il concède de la gaieté mais non la grâce, cette « ingratitude envers la première Patrie des Sçiences, des Arts & des Talents » est perçue comme un monument « de hauteur, de suffisance & de présomption66 », un « reste de Barbarie tudesque » qui imprègne son essai marqué de « toute la sécheresse d’une Scholastique qui s’arrête à l’entrée de la Philosophie ». Sur un mode mineur, c’est un reproche de même type qui est fait à l’abbé J.J.T. Romain quand il entend placer Klopstock, considéré comme un des meilleurs poètes allemands, « au-dessus de Sophocle et des chefs d’œuvres des Théâtres Grec & François », et à Huber, critiqué pour écrire que Gefiner ravit la palme du genre bucolique non seulement aux Modernes, mais aussi aux Anciens67. Et c’est précisément en soulignant que s’il n’égale pas Virgile, il est « très inférieur à lui-même » quand il imite, qu’on entend rendre hommage à Gefiner, « cet excellent Ecrivain68 ».

  • 69 1766, VII, 1, p. 146.
  • 70 1769, IV, 3, p. 406.
  • 71 1767, II, 3, p. 48 ; même idée déjà 1762, II, 2, p. 24.
  • 72 1767, II, 3, p. 55.
  • 73 1762, II, 2, p. 37.
  • 74 1762, II, 2, p. 24.
  • 75 Nous avons relevé des annonces ou comptes rendus de l’Agathon (1766, VII, 2, p. 145), Oberon (1784 (...)

21L’auteur du compte rendu de l’anthologie de Huber invite les Français sachant l’allemand à lire ce livre qui « leur donnera une juste idée de la poésie allemande, & de la chaleur de l’imagination des Poëtes Germaniques69 ». Ce qui est loué chez des poètes allemands comme Gellert, Giseke, Rabener et Klopstock, c’est tout d’abord leur talent à « chanter dignement les beautés de la nature & la magnificence du spectacle des deux70 », un talent qu’ils tiendraient de Gefiner et de Haller à qui la poésie allemande doit « la réputation qu’elle s’est acquise en France71 ». Mais également, « ce qui rend leurs ouvrages estimables, c’est que la religion & les mœurs y sont généralement respectées ; & leurs muses ne se prostituèrent jamais au service des Grands, ni à l’adulation72 ». Gefiner, dont les textes respirent une « morale si belle & si touchante73 », prend « ses sujets dans la Bible, & son but principal semble avoir été de recueillir les sujets les plus intéressans que présentent les livres saints, & de les orner des couleurs de la Poësie74 ». Les qualités morales sont également ce que retient le Journal encyclopédique des quelques romans allemands dont il est rendu compte75.

  • 76 Cf. sur cette réception chez les adversaires des Lumières, l’étude aux perspectives parfois contes (...)
  • 77 1762, II, 2, p. 25.

22Rejet du rôle de poète de cour qui était le modèle dominant autour de 1700 en Allemagne, « naïveté », respect de la morale et de la religion : cette littérature qui séduit le Journal encyclopédique et ponctuellement aussi un Diderot séduit aussi certains adversaires des Lumières76. Les poètes allemands sont perçus comme réalisant une sorte de compromis idéologique entre les Lumières et la religion, tout comme leur traducteur Huber les voit incarner un compromis esthétique : « Ils réunissent la hardiesse Angloise avec moins d’écarts & la justesse Françoise avec moins de timidité77. »

  • 78 1767, III, 1, p. 73.
  • 79 1762, VII, 2, p. 145.

23On voit également émerger un double argument promis à un bel avenir : s’il manque aux poètes allemands « la délicatesse, la légéreté », la grâce d’Horace, la douceur de Virgile, la finesse de La Fontaine et « cette fraîcheur de coloris de notre Voltaire, qui donne au ton sec de la philosophie toute la mollesse de la volupté », la littérature allemande révèle « une grande énergie, une imagination élevée, beaucoup de sentiment, des idées grandes & profondes, de la chaleur », de sorte qu’elle peut enrichir la littérature française78. S’expriment ainsi l’idée d’une spécificité allemande, en mode mineur celles d’une supériorité française et du nécessaire respect du modèle des Anciens, l’ensemble assorti de l’idée de « l’enrichissement » que nous pouvons en tirer. Parfois l’idée de répartition de rôles affleure : aux Français la théorisation, aux Allemands la « pratique » : on se réjouit qu’une traduction allemande de Batteux remplace les exemples originaux par d’autres tirés de poètes allemands, car « il est flatteur pour la Nation Françoise que les Allemands viennent chercher en France les préceptes sur la Poësie, eux qui sont si bons Poètes, du moins toutes les fois qu’ils peignent la Nature79 ».

2) Les comptes rendus de poésie allemande des années 1770 ou le rendez-vous manqué avec les nouveaux poètes

  • 80 1773, III, 3, p. 479-491.
  • 81 1774, VII, 1, p. 104.
  • 82 1788, IV, 2, p. 364 ; 1789, II, 3, p. 488-496.
  • 83 1771, I, 2, p. 311.
  • 84 177 5, III, 1, p. 166.
  • 85 1775, VII, 2, p. 261-268 ; 1775, VII, 3, p. 450-458.
  • 86 1787, VI, 3, p. 388.
  • 87 1783, VI, 3, p. 555.

24Après 1770, le Journal encyclopédique continue de couvrir d’éloges les Contes moraux & nouvelles idylles de Geßner80, « Théocrite moderne81 » à qui plusieurs articles seront consacrés après sa mort82. On loue « la muse légère de Wieland83 », mais aussi Ramier84 et Gellert85, « le Rollin de l’Allemagne86 ». Dans le compte rendu d’un florilège poétique zurichois apparaissent les noms de Gellert, Geßner, Gleim et Klopstock, à qui sont adjoints toutefois quelques plus jeunes, Campe, Cramer et Jacobi87.

  • 88 1771, III, 2, p. 309-310.
  • 89 On aura en 1785 une simple annonce de la parution des Gedichte aus dem Kerker de Schubart, autre i (...)
  • 90 1778, VII, 2, p. 364.

25Le compte rendu du Musenalmanach de 1771 relève que ce volume prouve « l’étonnante fertilité des muses germaniques » et que son auteur (Boie) « ne pense pas très avantageusement des poëtes Allemands actuellement existans88 ». Mais le Journal encyclopédique ne rendit pas compte des almanachs des années suivantes de sorte qu’il n’eut pas accès aux poèmes de l’avant-garde, le mouvement dit des « génies » (Goethe, Hölty, Stolberg...). Un seul parmi les nouveaux poètes des années 177089 se verra recensé dans un compte rendu au demeurant très positif : Gottfried A. Bürger, qu’on nous dit bien éloigné de ressembler aux « tortionnaires ampoulés » de la langue dont « l’Allemagne est inondée depuis quelques tems90 ». Cette phrase ne peut guère désigner que les avant-gardes.

  • 91 1780, VIII, 2, p. 317-325.

26Cette absence de l’Almanach des Muses de Göttingen parmi les ouvrages dont il est rendu compte incite un Parisien, qui dit avoir séjourné plusieurs années dans une grande cour allemande, à souligner l’importance de cet Almanach qui énumère 362 poètes « dont les ouvrages étaient déjà publiés en 177091 ». Rappelant que la poésie allemande peut se prévaloir d’une ancienneté plus grande que la littérature française, il retrace les vicissitudes émaillant l’histoire de la littérature allemande et insiste sur l’obstacle que constitua longtemps pour son développement l’adoption du français ou de l’italien par les cours après 1648 : où en serait la langue française si « elle eût été l’objet perpétuel du mépris des grands, du dédain des érudits, de la risée des petits maîtres » ?

  • 92 1788, V, 1, p. 146.

27Il ne sera jamais question des jeunes poètes de Göttingen ni de Goethe, mais une notice rédigée par Boris de Galitzin en 1788 évoque encore une « secte » qui régnait en Allemagne vers 1770, qui méprisait les emplois civils et affichait une conception chimérique de la liberté : « Elle s’appelloit la Secte des génies par excellence92. » Il évoque ainsi les avant-gardes, telles que les virent alors leurs détracteurs, en aristocrate francophile hostile à un mouvement intellectuel « national » allemand.

3) Les dernières décennies du Journal encyclopédique ou l’âge des dramaturges

  • 93 1757, VI, 3, p. 128-131.
  • 94 1756, V, 2, p. 194.
  • 95 1763, III, 1, p. 137.

28Dès les premières années du Journal encyclopédique, les comptes rendus relatifs au théâtre concernent pour la plupart les spectacles de cour en particulier à Berlin, Brunswick et Vienne, où l’action de Durazzo est célébrée93. Comme pour compenser cette optique réductrice, un correspondant anonyme adresse une lettre, reproduite dans un des premiers numéros du journal, qui donne un aperçu synthétique du théâtre allemand : « Un Etranger qui n’a jamais mis le pied dans ce Pays, & qui ne juge du Théatre Allemand que par ce qu’on en a inséré dans quelques Journaux François, doit s’en faire une idée singulière. [...] si notre Théatre en général n’est pas digne de grands éloges, du moins ne mérite-t-il pas le mépris qu’on voulut en inspirer94. » L’auteur insiste beaucoup sur les conditions déplorables de la vie théâtrale qui nuit à la qualité du jeu de troupes mal organisées et mal dirigées : l’opprobre répandu sur la profession de comédien a pour conséquence que beaucoup de villes n’ont pas de salle de spectacle ; les comédiens ambulants se font « rançonner cruellement » par les municipalités qui les accueillent, de sorte que « quelque bonne que soit la Troupe », ils ne gagnent pratiquement rien. Il mentionne ensuite le rôle de réformateur joué par Gottsched à partir de 1725 qui a su mettre fin au règne de Hans-Wurst, « dont le caractere est plus grossier que celui d’Arlequin, & plus fin que celui de Pierrot, ou plutôt c’est un mélange de ces deux caracteres ». Ce tableau — de notre point de vue scientifique d’aujourd’hui, fort satisfaisant — s’achève par la mention de quelques bonnes troupes. Un bref compte rendu postérieur insistera de même sur le nombre bien trop restreint de villes allemandes possédant un théâtre95.

  • 96 1759, I, 3, p. 138-143.
  • 97 1756, III, 1, p. 92-94.
  • 98 1758, II, 2, p. 130 ; 1758, V, 3, p. 117.
  • 99 1762, VII, 2, p. 61.

29Hormis cette lettre, les quinze premières années du Journal encyclopédique ne livrent sur les pièces allemandes qu’une information disséminée. Néanmoins, s’il arrive que le compte rendu d’une pièce médiocre — comme la première qui soit évoquée assez longuement, Die Lissabonner, tragédie bourgeoise de Christian Gottlieb Lieberkühn dont le sujet est inspiré du tremblement de terre de 1755 — confirme l’image d’un théâtre encore dans « l’enfance96 », il ressort déjà des éléments suggérant un tableau plus différencié. On évoque parfois la grossièreté d’un théâtre et d’un public encore barbare et épris de « farces outrées97 », mais on rapporte aussi à plusieurs reprises que Kurz-Bernardon, à Vienne, renouvelle et affine l’arlequinade98, et il est longuement rendu compte en termes flatteurs de l’Harlekin oder Vertheidigung des Groteske-Komischen de Justus Möser dont l’Arlequin « parle en homme de goût & d’esprit99 ». Le nom de Marivaux n’est pas prononcé, mais il est clair que l’arlequinade « policée » n’est pas rejetée.

  • 100 1762, IV, 1, p. 127.
  • 101 1762, IV, 1, p. 114.
  • 102 1785, VI, 2, p. 277.
  • 103 1770, IV, 2, p. 252-253.

30La parution en traduction de La Mort d’Adam de Klopstock donne lieu à une envolée enthousiaste, même si on déplore un certain excès de déclamations et d’exclamations chez cet auteur qui sait par ailleurs imiter la simplicité des Anciens100. L’exemple de Klopstock illustre qu’« une troisième langue » s’apprête à enrichir la littérature moderne : « Les Allemands, ce Peuple ingénieux trop longtemps inconnu, figurent aujourd’hui avec avantage sur le théâtre des Beaux Arts, & nous ne pouvons savoir trop de gré aux Traducteurs qui se chargent de faire connoître en France les Muses Germaniques101.» On reviendra en 1785 encore sur la « simplicité touchante de cette pièce102 », très tôt associée à Der Tod Abels de Geßner dans un même éloge : ce sont les deux œuvres qui ont donné « la plus haute idée du génie des poètes allemands103 ».

  • 104 1773, I, 1, p. 169-170.
  • 105 1762, III, 3, p. 132.
  • 106 1761, VI, 2, p. 85-97.
  • 107 1764, II, 3, p. 99.
  • 108 1774, V, 2, p. 372.

31Toutefois, la thématique biblique ne suffit pas à entraîner l’adhésion si la pièce manque par trop de théâtralité : le David de Klopstock, pourtant « un des plus sublimes poètes de l’Allemagne », est une mauvaise tragédie, car elle contient des développements qui n’ont rien à faire dans une pièce104. Au cours des années 1760-70, plusieurs autres auteurs importants sont mentionnés, sans commentaire comme Johann Elias Schlegel105, ou dans un bref compte rendu positif comme Cronegk106, et on rappelle aussi le rôle éminent de traductrice de Luise Gottsched107. Dix ans plus tard, le très gottschédien Brandes est encore qualifié d’« auteur distingué du théâtre de Leipzig108 ».

  • 109 1771, VIII, 2, p. 236-245.

32Le compte rendu du Théâtre allemand de Carrière-Doisin déplore l’ingratitude du public français envers le théâtre allemand, souligne « quelques progrès » accomplis grâce à Gottsched et à « quelques autres littérateurs estimables » et affirme que le répertoire allemand comprend désormais « quelques pièces originales, qui eussent également réussi partout ailleurs », comme La Femme malade (Die kranke Frau) de Gellert, certes « de beaucoup inférieure au Malade imaginaire » mais néanmoins « fort au-dessus de beaucoup de comédies que l’on voit chaque jour représenter avec plaisir » en France109. Il est manifeste que la réception du théâtre allemand, dès le compte rendu de cette anthologie, s’inscrit dans une double perspective, de valorisation de certaines productions françaises anciennes, et de dévalorisation de productions récentes.

  • 110 1772, III, 2, p. 214-225.
  • 111 1772, III, 3, p. 372.
  • 112 1762, VII, 2, p. 57.
  • 113 1785, VI, 2, p. 277.

33La préface de l’anthologie du Théâtre allemand de Junker et Liébault minore l’action de Gottsched, « déjà préparée & faite en partie, lorsqu’il parut », et crédite les pièces du jeune Lessing de qualités, mais lui dénie tout vrai talent de dramaturge : Les Juifs conviendraient « plus à l’orateur qu’au poète dramatique » et Miß Sara Sampson n’est qu’« un long roman dialogué », de sorte qu’il s’en faut « que ces ouvrages puissent entrer en parallèle avec aucune de nos médiocres comédies110 ». Son Esprit fort n’est pas une comédie, mais « une longue controverse, languissamment dialoguée », et la scène allemande est la seule « en Europe où de semblables pièces aient pu soutenir la représentation111 ». Lessing est mal accueilli car il ennuie : dix ans plus tôt déjà un compte rendu lui reprochait de tourner « presque tout en sentimens, en attendrissemens » et de jeter ainsi le spectateur « dans des langueurs assomantes » : « Dans une de ses plus belles pièces, il y a une scène de quinze mortelles pages112. » En 1785, le point de vue a totalement changé : Miß Sara Sampson est « le chef-d’œuvre de Lessing, & celui du théâtre allemand, jusqu’à l’époque au moins de la mort de cet homme célèbre113 ».

  • 114 1774, IV, 3, p. 562-563.
  • 115 1785, VI, 2, p. 272.

34Avant 1782, une seule pièce du Sturm und Drang (l’avant-garde littéraire des années 1770) — le Götz von Berlichingen de Goethe — est l’objet d’un compte rendu dans le Journal encyclopédique. Le jugement est équilibré, proche de certains comptes rendus de la presse allemande : conforme au naturel et bien dialoguée, la pièce « attache & intéresse », malgré une alternance rapide des scènes et un mélange des genres qui déconcertent. On souhaite que Goethe poursuive sa carrière, mais qu’il s’écarte de la voie de Shakespeare dont il n’égale pas de toute façon les qualités de sublime, car sinon il aura « des imitateurs qui, par des monstres de drames, replongeront l’Allemagne dans la barbarie » des dramaturges baroques114. Malgré ces réserves, les qualités d’un Stürmer und Dränger sont ainsi reconnues. En 1785, l’éloge sera plus franc : « une des pieces les plus longues qui existent sur aucun théâtre, & si étrangement compliquée », mais « une seconde lecture dédommagera de la fatigante application que la première aura exigée », car « le goût toujours sévère résiste à peine à la séduction, au milieu des beautés qui échappent de tous côtés115 ».

  • 116 1778, VIII, 1, p. 164 ; 1780, VI, 1, p. 169 ; 1788, II, 3, p. 540.
  • 117 1781, IV, 3, p. 540.
  • 118 1782, VIII, 1, p. 103.
  • 119 1785, I, 3, p. 462-179 ; 1785, VI, 2, p. 290.
  • 120 1785, I, 3, p. 464-469.

35Dans les années qui suivent, il sera rendu compte de pièces de facture beaucoup plus traditionnelle en termes tantôt élogieux, tantôt critiques, parfois aussi dans de simples annonces sans vrai commentaire116. On aime le Jean Calas de Weiße117, sans doute en partie en raison de sa thématique, on se montre plus réservé envers son Atrée et Thyeste qui « renchérit beaucoup sur l’horreur qu’on reproche à Crébillon118 ». La comédie d’Ayrenhoff L’Attelage de poste (Der Postzug) est l’objet de deux comptes rendus, l’un positif, l’autre négatif119. Mais on notera que le fait qu’Ayrenhoff rejette Shakespeare, aux « pièces outrées, où les caractères sont portés jusqu’à la fureur120 », et se dise disciple d’une esthétique qui se veut racinienne ne suffit pas à convaincre de la qualité de sa Kleopatra und Antonius.

  • 121 1781, VII, 1, p. 164-165.

36Avec la parution des douze volumes de l’anthologie de Friedel et Bonneville entre 1782 et 1785, le ton change radicalement et prend parfois même des allures de campagne en faveur de la littérature allemande. Fin 1781, Friedel annonce la parution, au 1er janvier 1782, du premier volume d’un Nouveau Théâtre allemand destiné à « faire connoître à la nation françoise les nouvelles productions dramatiques de l’Allemagne, sur lesquelles on n’a jusqu’à présent que des idées fort vagues & la plupart désavantageuses121 ». Au moment de la parution du premier volume, le Journal encyclopédique déclare que cette anthologie permet d’apprécier l’importance des progrès accomplis par les auteurs allemands depuis une trentaine d’années. Le ton demeure encore un peu condescendant, mais il est fait de nouveau mention du bénéfice qu’on peut tirer de la lecture de certaines œuvres littéraires allemandes :

  • 122 1782, VI, 1, p. 112-113.

Sans chercher à déprimer le talent des muses allemandes, nous ne croyons pas que l’art dramatique soit assez perfectionné chez cette nation pour qu’elle puisse nous offrir des modèles de goût ; mais on ne peut se dissimuler que plusieurs de ces auteurs se sont réellement distingués dans plus d’un genre ; qu’on trouve dans leurs ouvrages l’observation, quelquefois minutieuse, mais presque toujours vraie, de la nature, & qu’en un mot, on peut les lire, non-seulement avec plaisir, mais encore avec fruit122

37Reprenant ce compte rendu du Journal encyclopédique, L’Esprit des journaux ajoute un court préambule qui en souligne la qualité, mais aussi la fécondité pour les auteurs français :

  • 123 L’Esprit des journaux, avril 1783, 4, p. 146-147.

Rien de plus utile que cette communication de richesses littéraires qui semblent s’établir tous les jours de plus en plus entre les différens peuples d’Europe123.

38Dans le compte rendu du tome 2, l’éloge devient emphatique :

  • 124 1782, VII, 3, p. 463.

On y trouvera les fastes de la gloire dramatique des Allemands & une nouvelle école pour les auteurs François qui entrent dans la carrière du théâtre124,

  • 125 1783, IV, 1, p. 90-97 ; 1784, V, 1, p. 82-89.
  • 126 1782, VI, 1, p. 125.
  • 127 1782, VIII, 1, p. 109-112.
  • 128 1782, VI, 1, p. 121.

39Les comptes rendus de l’anthologie de Friedel ne cachent pas qu’elle contient des pièces d’inégale valeur125, mais c’est à l’occasion de la parution de cette anthologie qu’un plus grand nombre de pièces de l’avant-garde des années 1770 est porté à la connaissance du public. Les plus appréciées sont celles de Goethe. Son Clavigo a « de très-grandes beautés126 » et Stella, qui s’achève sur un tableau de bigamie assumée, a des beautés qui « font tout oublier » : « on est séduit, entraîné », bien que ce texte ne soit pas « dans l’exacte sévérité des mœurs127 ». Cette publication sera également pour les Français l’occasion d’un premier contact avec l’Emilia Galotti, dont le premier acte est qualifié de « sublime128 ».

  • 129 Anne-Marie Chouillet et François Moureau : Dictionnaire des Journalistes..., dir. Jean Sgard, Gren (...)
  • 130 Cf. G. Laudin, « Patrimoine littéraire universel et caractères nationaux : les dramaturges françai (...)

40Il se peut que les réserves du Journal encyclopédique envers le drame bourgeois l’ait rendu paradoxalement réceptif à des formes plus novatrices. On notera que le reproche d’esthétique shakespearienne a disparu entre le premier compte rendu de Götz et les années 1780 et que le critère de pouvoir de séduction des œuvres a progressé au détriment du respect des règles et de l’exigence de bienséance et de clarté. L’ouverture au répertoire étranger apparaît à la fois comme l’indice et le moteur d’une évolution des perspectives et d’une curiosité nouvelle envers l’Allemagne. Le Journal encyclopédique, comme L’Esprit des journaux et la Gazette universelle de littérature qui se proposent aussi d’être le « dépôt commun de l’Europe savante129 », ont grandement contribué à asseoir dans la France des années 1770-80 de nouveaux paradigmes esthétiques en partie issus des perspectives sensualistes de Du Bos130.

  • 131 Le Mercure de France, 4 mai 1782, p. 10-11.
  • 132 L’Année littéraire, 1771, 7, p. 96.

41Dans son compte rendu du premier volume de l’anthologie de Friedel, Barthélémy Imbert se félicite de cette publication au moment où « les Muses Germaniques » ont atteint « sans doute [leur] plus beau moment » de sorte que leur « importation ne peut qu’être utile à la Littérature Françoise131 ». Certes, en 1771 déjà, Fréron s’émerveillait de voir la littérature allemande devenue « la rivale de la nôtre » grâce aux « productions des Hallers, des Klopstocks, des Gleims, des Wielands, et surtout celles de l’inimitable Gessner132 ». Néanmoins, les perspectives ne sont pas les mêmes : Fréron, comme beaucoup d’autres adversaires français des philosophes, louait les mérites de la littérature allemande pour mieux déprécier l’influence des philosophes sur la littérature française. Dans leurs jugements sur l’Allemagne, le Journal encyclopédique, comme L’Esprit des journaux et la Gazette universelle de littérature, renoncent à ce type d’instrumentalisation, de même qu’on ne trouve pas trace non plus de stéréotypie positive, exact symétrique de celle de Bouhours et Du Bos. Les productions étrangères les intéressent moins du point de vue de ce qu’elles révèlent de l’état du goût, bon ou mauvais, propre au pays où elles voient le jour, que pour leur contribution à la circulation des formes esthétiques en Europe. Le modèle de « l’Europe savante » est étendu à l’esthétique et la littérature allemande est ainsi replacée dans le contexte européen, par soulignement de ce qui la rend fructueuse pour les voisins.

  • 133 Cf. G. Laudin, « Vers la notion de littérature universelle ? Aspects de la réception de la vie int (...)

42Cette perspective, ne serait-ce que par l’importance qu’elle accorde aux transferts culturels, préfigure la notion goethéenne de « littérature universelle » (« Weltliteratur ») au centre de laquelle on trouve les notions de médiation et d’échange et les exigences de transferts et de circulation générale des modèles littéraires133, qu’exprime également un des comptes rendus du Nouveau théâtre allemand :

  • 134 1782, VI, 1, p. 112-113.

On ne sçauroit trop encourager une pareille entreprise, qui sera utile aux deux nations : les auteurs françois pourront étendre leurs connoissances dramatiques, en comparant leurs productions à celles des muses allemandes ; & les Allemands achèveront de perfectionner leur goût, en pesant avec impartialité le jugement que les lecteurs françois porteront sur leurs ouvrages 134.

43D’autres comptes rendus soulignent que la littérature de chaque nation a connu des débuts difficiles dominés par la grossièreté (et la France n’a pas échappé à cette règle), mais aussi qu’à chaque époque correspondent un goût et une esthétique, laquelle occupe une place et remplit une fonction spécifique dans un processus de formation du goût. Le compte rendu du tome 3 du Nouveau théâtre allemand note :

  • 135 1782, VIII, 1, p. 98.

Il serait injuste de comparer les pieces allemandes qu’on nous met sous les yeux avec celles de Corneille, Racine, Moliere, Crébillon & Voltaire. C’est dans les mêmes époques de l’art naissant qu’il faut chercher les objets de comparaison. Cette attention nous rendra moins séveres135.

  • 136 L’Esprit des journaux, avril 1783, 4, p. 146-147.
  • 137 Sur l’importance de la notion d’énergie dans la pensée, en particulier esthétique, de la seconde m (...)
  • 138 Cf. par exemple Dorat, « Idée de la poésie allemande », in Sélim et Sélima, poème imité de l’allem (...)
  • 139 1757, III, 1, p. 120-126.
  • 140 Cf. Didier Masseau, Les Ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, A (...)

44Dans ce processus, qui place au cœur du discours esthétique la perspective de l’historicité ainsi que l’idée d’étapes successives nécessaires pour former le goût, il est souvent nécessaire de se mettre à l’école de l’étranger (nous avons appris de l’Angleterre et l’Angleterre a appris de nous136). L’idée d’historicité se combine avec celle de cyclicité : on voit se dessiner les contours d’un espace européen de circulation des formes esthétiques dans laquelle les nations sont en théorie susceptibles d’occuper à tour de rôle le sommet des mérites littéraires car l’élève est toujours appelé à dépasser son maître. Une des notions qui apparaît dans ce contexte de dénonciation de la faiblesse du répertoire dramatique français est celle d’énergie137, dont l’atroce et l’horreur sont considérés comme une forme pervertie. L’introduction de l’horreur dans le théâtre français est souvent imputée, en partie à tort, à l’adoption de certains défauts de Shakespeare. C’est pour cette raison que la littérature allemande constitue aux yeux de Dorat un modèle d’imitation préférable aux œuvres anglaises : « Peintres de la Nature », « simples & vrais » sans artifice, les Allemands peuvent nous délivrer de l’influence anglaise, dont « les atrocités se multiplièrent sur nos Théâtres138 ». Il est remarquable que Dorat joue le modèle allemand contre le modèle anglais. De son côté, le Journal encyclopédique a publié le compte rendu d’un « Préservatif contre l’Anglomanie139 ».’La reconnaissance du modèle littéraire allemand serait ainsi à la fois une manière positive de penser l’idée de décadence de la littérature française, devenue depuis 1760-70 un lieu commun140, et une sorte de reconnaissance a minima de l’esthétique shakespearienne.

Les comptes rendus d’ouvrages savants

1) Aperçu du corpus et des principaux ouvrages recensés

45Les comptes rendus concernant les ouvrages savants allemands (de 4 à 6 comptes rendus brefs par livraison en moyenne) constituent un ensemble considérable dont seule une étude soucieuse de chaque discipline fournirait une photographie fiable. Nous nous contenterons de quelques remarques.

  • 141 Un médecin allemand, Friedrich Emmanuel Grunwald, fait partie du groupe des éditeurs permanents du(...)
  • 142 1777, V, 1, p. 168.

46Comme il se doit, les sciences de l’observation, la médecine141, la chirurgie, plus généralement l’histoire naturelle, se taillent la part du lion avec un nombre élevé d’articles sur des questions controversées, en particulier les phénomènes électriques ou la « variolisation », la botanique et ses applications (l’agriculture, l’art vétérinaire), ainsi que des comptes rendus de « catéchismes d’agriculture » et d’ouvrages d’« économie domestique ». Dans les années 1780, on relève un nombre significatif d’ouvrages d’anthropologie et de pédagogie, ainsi que de livres spécifiquement destinés à la jeunesse. Les ouvrages traitant d’autres savoirs pratiques sont nombreux aussi, allant de l’art militaire à l’architecture, y compris privée et non monumentale comme les Eléments d’architecture civile pour les gens de la campagne de J.C.Fr. Keferstein142.

  • 143 Sonnenfels est évoqué dès 1776, II, 2, p. 361-362.
  • 144 1764, I, 3, p. 139.

47Les comptes rendus d’ouvrages juridiques généraux sont extrêmement nombreux, ainsi que ceux relatifs aux réformes du droit, en particulier pénal, et de la justice, enjeu majeur de l’absolutisme éclairé des années 1780 tant en Prusse que dans les États des Habsbourg143. Les nombreux comptes rendus d’ouvrages de « police » et de sciences camérales laissent discerner un essor de la réflexion économique théorique dans les années 1780 avec la génération des successeurs de Justi144.

  • 145 1762, II, 2, p. 137 ; 1767, VI, 1 p. 145-146 ; 1768, I, 2, p. 144, et de très nombreuses fois enco (...)
  • 146 1767, VII, 1 ; VIII, 1, p. 145.
  • 147 1763, V, 2, p. 141-144 ; 1767, VIII, 1, p. 145.
  • 148 1763, VI, 2, p. 66-77 ; 1767, 1, 3, p. 149 ; 1767, II, 1, p. 144 ; 1767, IV, 3, p. 148.
  • 149 1763, VI, 2, p. 143.
  • 150 1768, I, 2, p. 143.
  • 151 1765, II, 3, p. 144 ; 1765, V, 3, p. 136 ; 1767, IV, 2, p. 144.
  • 152 1775, IV, 2, p. 357.
  • 153 1775, V, l, p. 169.
  • 154 1782, II, 1, p. 165-166 ; 1783, V, 3, p. 548.
  • 155 1789, VIII, l, p. 124.
  • 156 1784, VII, 3, p. 553.
  • 157 1789, 1790, I, 3, p. 522.
  • 158 1791, IV, p. 125.
  • 159 1791, VI, p. 553.
  • 160 1769, VII, 2, p. 310.
  • 161 1780, II, 1, p. 161-162 ; 1785, VI, 3, p. 557.

48On relève également de très nombreux comptes rendus d’ouvrages d’histoire : histoire du Saint-Empire, histoire des pays étrangers, histoire régionale (en particulier sur la Saxe, le Wurtemberg et les régions du Nord) et histoire locale, qui ouvrent à une connaissance « culturelle » assez large sinon approfondie du Saint-Empire. La numismatique est très représentée aussi, ainsi que la géographie, avec en particulier les ouvrages de Büsching, un des plus cités de tous les savants allemands145. D’une façon générale, la place importante des études historiques dans l’Allemagne universitaire de cette époque ainsi que la qualité de certains historiens sont repérées par le Journal encyclopédique. Il est rendu compte en particulier d’ouvrages de Boysen146, Häberlin147, Hausen148, Adelung149, Franzen150. L’importance de Gatterer paraît repérée151. La Summarische Geschichte von Nord-Afrika de Schlözer est jugée « digne de la réputation de l’auteur152 ». Les travaux de Meiners sont nombreux à être recensés, en particulier son livre sur les Égyptiens153, celui sur la décadence des sciences en Grèce et à Rome154 et son Histoire du sexe féminin155. La nouvelle génération des historiens des années 1780-90 est également présente : l’ouvrage très novateur de Grellmann sur l’origine des Tziganes156 côtoie Heeren157, Eichhorn158 et Bouterwek159. L’originalité de Möser, extérieur à l’université et seul historien allemand qui trouve grâce aux yeux de Lessing, est reconnue160, ainsi que celle de Christian G. Heyne161.

  • 162 1770, VIII, p. 144.
  • 163 1765, I, 2, p. 162 ; 1765, IV, 3, p. 3-9 ; 1766, II, 2, p. 140 ; 1767, VII, 2, p. 145 ; 1772, III, (...)
  • 164 1770, I, 2, p. 311 ; 1771, IV, 2, p. 145 ; 1773, VI, 1, p. 163 ; 1774, VII, 1, p. 174 ; 1776, I, 2 (...)
  • 165 1770, VII, 3, p. 472 ; 1775, VII, 3.
  • 166 1768, VI, 1, p. 67-76.
  • 167 1759, VIII, 2, p. 3-12 ; 1762, VI, 1, p. 33-45.
  • 168 1767, III, 3, p. 139.
  • 169 1773, VI, 3, p. 543.
  • 170 1763, VII, 3, p. 3-15.
  • 171 1772, VI, 1, p. 20-21.

49La vitalité de la philologie ancienne, avec J.A. Ernesti162 ou Klotz, la bête noire de l’avant-garde des années 1770163, est reconnue, comme celle de l’arabologie allemande164 et de l’orientalistique165 auxquelles les travaux du théologien Johann David Michaelis ont donné une forte impulsion. On souligne que ce dernier rend d’« importans services aux sciences166 » et on fait les plus grands éloges de sa Dissertation sur l’influence réciproque du langage sur les opinions & des opinions sur le langage, qui lui valut un prix de l’Académie de Berlin167, ainsi que d’une étude sur la polygamie168. Sinon, la théologie est représentée par un grand nombre d’ouvrages (dont certains confinent à la philologie, d’autres à la dogmatique) aux perspectives parfois fort éloignées de celle de la « rédaction » du journal, soit du fait de leur orthodoxie, soit de leur impiété, comme le Versuch eines biblischen Systems der Dogmatik du théologien Carl F. Bahrdt, considéré alors comme athée et que le lecteur est invité à ne pas lire169. En revanche, la Bestimmung des Menschen de Spalding, pasteur berlinois éclairé, est qualifiée d’« excellent ouvrage » lors de la réédition dans sa traduction par Formey170 et les Lettres sur les vérités les plus importantes de la Révélation (« de la religion » pour le Journal encyclopédique) de Haller se distinguent, nous dit-on, avantageusement des productions qui attaquent la religion ou la défendent mal171. Dans ce domaine, la « ligne » générale est la thèse leibnizienne de la compatibilité de la Raison et de la Révélation.

  • 172 1776, VII, 3, p. 399 ; 1778, VI, 3, p. 390.
  • 173 1759, I, 2, p. 3-20 ; 1760, VIII, 2, p. 3-18 ; 1766, III, 2, p. 3-12 ; 1768, I, 2, p. 20-31.
  • 174 1761, V, 3, p. 75-84 ; 1762, I, 3, p. 3-15 ; 1762, VIII, 1, p. 46-65 ; 1766, II, 1, p. 74-79.

50Le wolffisme commun à Formey et à la grande majorité des universitaires allemands est aussi bien reçu que la perspective leibnizienne d’accord de la philosophie et de la religion172. Leibniz est très présent, et pas seulement au moment de la parution des Nouveaux essais173. À plusieurs reprises, Wolff et son disciple Michael Christoph Hanow sont considérés comme rompant avec l’obscurité de la vieille métaphysique174, c’est-à-dire en fait avec la poly-histoire. Un éloge de Wolff et de Hanow est précédé des phrases suivantes :

  • 175 1762, VIII, 1, p. 46.

Des recherches plus savantes qu’utiles, plus fatigantes qu’instructives, des notes profondément obscures, pour rendre inintelligibles des passages très clairs ; des Commentaires surchargés d’argumens & de citations ; des compilations énormes ; des abrégés d’une insupportable longueur ; des dissertations accablantes à force de remarques & d’érudition ; tels étoient dans le siècle dernier les défauts qui caractérisoient les productions d’Allemagne. Ce mauvais goût a disparu175.

  • 176 1761, VIII, 1, p. 132 ; 1764, VII, 3, p. 140 ; 1765, IV, et IV, 3 ; 1788, 1, 3, p. 554.
  • 177 1763, V, l, p. 131-136.
  • 178 1774, I, 1, p. 389 ; déjà 1771, V, 2, p. 195-204 et V, 3, p. 358-264.

51Les philosophes proches du milieu berlinois, Johannn H. Lambert176 ou Moses Mendelssohn, sont très appréciés. En 1763 on mentionne que « le savant M. Moses, Juif de Berlin », a remporté un prix de l’Académie de Berlin177, et plus tard, son Phédon ou entretiens sur l’immortalité de l’âme est encensé car il « démontre par les lumières naturelles, par la force de la raison, & le secours puissant de la philosophie, la spiritualité, l’immortalité de l’âme, & la certitude d’une vie future, espoir du malheureux, effroi du vice, & récompense de la vertu178 ».

  • 179 1767, I, 2, p. 149.
  • 180 1786, III, 1, p. 181.

52À l’égard de Kant, représenté par deux comptes rendus seulement (les « trois critiques » manquent), le Journal encyclopédique manifeste une gêne évidente, comme s’il percevait une réflexion puissante sans la comprendre. Les Recherches sur le sentiment du beau et du sublime sont un « écrit savant » qui montre que « l’auteur doit avoir beaucoup de lectures », mais il serait difficile d’en proposer un extrait179. Quant aux Fondements de la métaphysique des mœurs, ils constituent un ensemble « si nouveau que les idées de M. Kant demandent, pour être saisies, la plus grande attention180 »...

  • 181 1771, VII, 3, p. 477.
  • 182 1772, I, 1, p. 150 ; 1772, VII, 1, p. 154.
  • 183 1779, IV, 2, p. 350.

53C’est Markus Herz qui prend les coups les plus violents. Ses Betrachtungen aus der speculativen Weltweisheit sont qualifiées de « plus sublime métaphysique [...], fort sublime à la vérité, mais encore plus inutile181 » et leur auteur, de juif « un peu cabalistique », et l’auteur du compte rendu conclut ainsi : plus un ouvrage est obscur, plus il a de succès182. En revanche, la « profonde métaphysique » de Tiedemann « qui n’avance rien que d’après des observations & des expériences faites avec soin183 » emporte l’adhésion. Il faudrait étudier le « dosage » d’empirisme et de spéculation jugé acceptable par le Journal encyclopédique.

  • 184 1768, V, 2, p. 146.
  • 185 1765, VIII, 2, p. 137.
  • 186 1769, VI, 1, p. 16-29 ; 1785, I, 2, p. 365.
  • 187 1766, II, 3, p. 3-12.
  • 188 1769, VI, 3, p. 476.
  • 189 1786, IV, 2, p. 369.
  • 190 1786, I, l, p. 177.
  • 191 1785, VI, 2, p. 370.
  • 192 1787, II, 2, p. 221.
  • 193 1787, II, 3, p. 559.
  • 194 1787, IV, 1, p. 185.
  • 195 1788, VIII, l, p. 158.

54Parmi les autres penseurs originaux de l’époque, il en est de nombreux dont il est rendu compte favorablement : J.J. Moser184, Thomas Abbt185, Zimmermann186, Friedrich Carl von Moser187, Tetens188. On voit émerger aussi des noms nouveaux, dont l’importance s’affirmera dans les années suivantes : August W. Rehberg189, Campe190, Eckartshausen191, Forster192, Hegewisch193, Kleuker194, Hertzberg195.

  • 196 1763, I, 2, p. 142-143.
  • 197 1766, V, 1, p. 65-80.
  • 198 1769, VII, 3, p. 474.

55Parmi les ouvrages esthétiques de Lessing, les Briefe, die neueste Literatur betreffend ne sont mentionnées qu’une fois196 ; en revanche le Laokoon a droit à un vrai résumé analytique et non à l’habituelle juxtaposition de citations : cet « excellent ouvrage » ne traite pas le sujet « avec cette sécheresse méthodique, qui usurpe à tort le nom de solidité & de profondeur. Ce ne sont point ici des principes précaires appuyés d’un jargon métaphysique ; mais une philosophie lumineuse, puisée dans la contemplation & dans l’analyse des chefs d’œuvre de l’antiquité197 » ; sans doute faut-il comprendre qu’elle s’écarte avantageusement de l’esthétique de Baumgarten. Trois ans plus tard, le Journal encyclopédique publie les réflexions critiques de Murr sur le Laokoon198.

  • 199 1764, III, 2, p. 133.
  • 200 1764, VII, 1, p. 64-83. D’autres extraits sont publiés dans les tomes suivants de 1764 : VII, 2 ; (...)
  • 201 1776, VII, 2, p. 359.
  • 202 1766, IV, 3, p. 158.
  • 203 1778, IV, 1, p. 43^t8 ; 1783, VII, 2, p. 310-317.
  • 204 1789, III, 1, p. 145-149.

56Toutefois, plus que le Laokoon, c’est la Geschichte der Kunst des Altertums de Winckelmann qui, non sans raison, apparaît comme l’écrit le plus novateur en matière de théorie de l’art. L’auteur y a tenté « un système sur la méthode des Anciens, relativement à la Peinture & à la Sculpture », il n’écrit pas une histoire des artistes, mais dégage l’« essence de ces deux arts », « leur origine, leurs progrès, leurs vicissitudes, leurs décadence, la variété du goût & de la manière parmi les différents peuples », les Égyptiens, les Phéniciens, les Juifs, les Perses, etc.199. Un second compte rendu reprend les mêmes idées et souligne le caractère novateur de cette démarche : avant lui, aucun livre ne nous apprenait « en quoi consiste la beauté des statues, & le caractère distinctif du faire de l’Artiste ». Dans cet ouvrage, « le génie philosophique, le goût & l’érudition brillent également200 ». Un compte rendu plus tardif souligne encore qu’il s’agit d’un vrai système de l’art201. Le Versuch einer Allegorie sera très bien reçu également202. Par la suite, il sera de nouveau question de Winckelmann203 et on annoncera en 1789 avec joie la parution de ses œuvres complètes en français204.

2) Les lacunes et l’évitement de la polémique

57Malgré la richesse de l’information, on relève dans le Journal encyclopédique, comme dans L’Esprit des journaux et plus que dans la Gazette universelle de littérature de Deux-Ponts, des lacunes qui s’expliquent parfois mal, comme par exemple celle de la « première philosophie de l’histoire » de Herder, Auch eine Philosophie der Geschichte (1774).

  • 205 1771, V, 1, p. 144.
  • 206 1773, VI, 1, p. 52.
  • 207 1773, V, 2.

58On remarque parfois un certain laconisme. Après avoir annoncé que Herder, « prédicateur de la cour & conseiller ecclesiastique à Buckebourg », a remporté un prix de l’Académie de Berlin pour sa réponse à la question suivante : « En supposant les hommes abandonnés à leurs facultés naturelles, sont-ils en état d’inventer le langage ? Et par quels moyens parviendront-ils d’eux-mêmes à cette invention205 ? », le compte rendu de ce Traité de l’origine du langage (Abhandlung über den Ursprung der Sprache) est un simple résumé sans discussion ni critique soulignant que Herder conteste l’origine divine du langage formulée par Süßmilch206. Le fait que sur le même sujet, et avec une réponse moins audacieuse, Dietrich Tiedemann se voit reprocher de ne rien dire de neuf207 incite à conclure que l’absence de critique des thèses de Herder vaut adhésion implicite.

  • 208 1775, IV, 2, p. 357.
  • 209 1771, VII, 2, p. 310.
  • 210 1771, VII, 1, p. 145-146.

59On évoque certes, sans en rendre compte, la Summarische Geschichte von Nord-Afrika de Schlözer en précisant qu’il est un historien réputé, mais aucun autre de ses ouvrages n’est seulement annoncé208, alors que la Gazette universelle de littérature rend compte de son histoire universelle de 1772 dont la parution provoqua une violente polémique avec Herder. Nulle trace de cette polémique dans le Journal encyclopédique, de même que de la polémique qui opposa Lessing au pasteur hambourgeois Goeze après que Lessing eut publié un livre de Reimarus jugé impie. Les débats provoqués par Jacobi dans les années 1780 autour de Spinoza sont également passés sous silence. Peut-être est-ce dû aux hasards de la collecte des informations et au « filtrage » mis en place par Formey. Mais vu que le Journal encyclopédique publie aussi des comptes rendus d’ouvrages qu’il réprouve, il faut peut-être supposer que les éditeurs se montrent particulièrement prudents à l’égard des polémiques allemandes pour ne pas heurter le prince-évêque Velbruck ou son successeur. Une autre polémique des années 1760-70, peu chargée d’enjeux religieux, manque également : celle qui entoure les ouvrages pédagogiques de Basedow dont l’Elementarbuch, qui contient « bien des sentimens erronés », n’est mentionné qu’en passant209. On pourra voir un indice de l’absence de prévention du Journal encyclopédique dans le fait qu’il déclare au même moment que l’Agathokrator (L’éducation d’un prince) de Basedow renferme « de sages vues & d’excellentes choses210 ».

  • 211 1770, II, 3, p. 473.
  • 212 1776, VIII, 1, p. 167.
  • 213 1780, I, 2, p. 355.

60Il entre sans guère de doute une part de hasard dans le choix des écrits dont il est rendu compte. Le débat autour de la physiognomonie perce dans le compte rendu d’un livre de Peuschel qui « peut tenir une place distinguée dans les nombreuses productions enfantées par l’absurde charlatanisme211 ». On évoquera plus tard Lavater « qui par ses écrits sur la physiognomie s’est attiré tant de jugemens différens & tant de critiques » pour ce qui est un art « au moins très-conjectural212 », et on apprécie l’ironie de Musäus envers Lavater, lequel a « renouvelé les prétentions des physionomistes213 », mais la charge de Lichtenberg contre Lavater, sa « défense de la physiognomie contre les physiognomistes » (1778), échappe au Journal encyclopédique. Il serait nécessaire d’étudier pour comparaison comment sont abordées les polémiques anglaises et italiennes. Il demeure toutefois que la Gazette universelle de littérature rend mieux compte des polémiques allemandes que le Journal encyclopédique et L’Esprit des journaux. On est tenté de rapprocher cette réserve du fait que le Journal encyclopédique ait mieux perçu la mutation des années 1740-50 que celle des années 1770, qui s’est au moins en ses débuts bâtie sur la polémique contre certains des auteurs reconnus des années 1760, et d’y voir une méfiance du Journal encyclopédique envers certaines audaces esthétiques ou idéologiques des « secondes Lumières ».

Notes

1 Environ une centaine de périodiques francophones, la plupart très éphémères, parurent avant 1800 dans le Saint-Empire, cf. François Moureau, « La presse allemande en langue française (1686-1790) : Étude statistique et thématique », in Aufklärungen, Frankreich und Deutschland im 18. Jahrhundert, Gerhard Sauder / Jochen Schlobach Hg., Heidelberg, 1986, p. 243-252.

2 François Genton, « Des beautés plus hardies... ». Le théâtre allemand dans la France de l’Ancien Régime (1750-1789), Paris, 1999 (thèse Metz, 1988), p. 173 sq. Les ouvrages plus anciens de Louis Reynaud, Kurt Wais ou Paul Lévy en ont depuis longtemps apporté la preuve documentaire.

3 Nous avons relevé dans le Journal encyclopédique, entre autres, des annonces ou comptes rendus d’œuvres déclarées « imitées de » Geßner (1766, I, 1, p. 102-115), de Lessing (1767, VI, 2, p. 122), de Wieland (1769, II, 1, p. 93-102), de Klopstock (1770, IV, 2, p. 253-264), de Zachariä (1775, IV, 2), de Rabener (1776, V, 2, p. 258-267), de Lichtwer (1777, VII, 1, p. 99-107), de Hagedom (1781, VII, 3, p. 480).

4 1760, III, 1 p. 87.

5 1762, VIII, 3, p. 3-27.

6 1766, IV, 3, p. 156 ; 1770, VI, 1 p. 147 ; 1781, V, 3, p. 538-541 ; 1785, IV, 2, p. 368.

7 1756, IV, 3, p. 132.

8 Respectivement 1757, V, 2, p. 96-115 ; 1758, VI, 2, p. 96-112 et VI, 3 ; 1759, 1, 1, p. 91-103. Parmi de nombreux autres : 1763, IV, 1, p. 139 ; 1768, VI, 2, p. 149 et VI, 3 p. 149, etc.

9 1762, I, 1, p. 138.

10 Cf. Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite de l’« Encyclopédie ». Notes, documents et extraits réunis par G. Charlier [et] R. Mortier, Bruxelles, La Renaissance du Livre, Paris, Nizet, 1952, p. 25.

11 1759, VIII, 3, p. 128.

12 1768, III, 2, p. 3-21 ; III, 3, p. 48-63 et IV, 1 p. 27-A2 ; 1769, III, 3, p. 372-388.

13 1760, II, 3, p. 105-117.

14 1762, VII, 1, p. 77-98.

15 Des écrivains comme Opitz, Geßner, Haller, Klopstock « ont prouvé contre l’expérience de plusieurs siècles que tous les climats sont également favorables aux Arts » (1762, VIII, 1 p. 47).

16 1758, I, 2, p. 56.

17 1768, VIII, 2.

18 1758, IV, l, p. 23-37.

19 1766, II, 3, p. 3-12.

20 1758, VII, 2, p. 109.

21 1787, 1, 3, p. 393-403.

22 1793, II, 5, p. 19-38.

23 1770, II, l, p. 43-57.

24 1779, VII, 2, p. 351-352 ; 1780, I, l, p. 117-119.

25 1787, VII, 2, p. 361-363.

26 1792, 1V, 13, p. 141.

27 1758, II, 2, p. 120-122 ; 1758, IV, 3, p. 126-130. Il sera rendu compte plus tard de la campagne de 1778-79 (1784, VII, 2, p. 248-259).

28 1758, I, 2, p. 111-117 ; 1762, I, 1, p. 110-117...

29 1767, V, 2, p. 74-84, avec une suite dans V, 3.

30 1758, VI, 1, p. 116.

31 1759, 1, 1, p. 133.

32 1786, VIII, 2, p. 290 ; 1787, V, 3, p. 516 ; 1788, III, 2, p. 233 ; 1789, 1, 3, p. 434 ; 1789, VI, 1, p. 112 ; 1790, II, 3, p. 468-471, etc.

33 1787, III, 1, p. 62 ; 1788, VI, 2, p. 361 ; 1789, II, 2, p. 319 ; 1791, IV, p. 531.

34 1768, VI, 2, p. 146-148 ; 1787, IV, 2, p. 371 ; 1788, VII, 3, p. 431-435 ; 1789, III, 3, p. 518-522 ; 1793, IV, p. 566-568.

35 Une anecdote le concerne déjà dans 1776, VII, 2, p. 340 ; 1787, VII, 2, p. 377 ; 1789, V, 2, p. 377 ; 1790, III, 3, p. 470 ; 1791, III, p. 130 ; 1791, V, p. 400.

36 1756, I, 1, p. 17-18, p. 73 et p. 79-81.

37 1759, VII, 2, p. 30-44.

38 1759, VI, 2, p. 66-78.

39 Toutefois, les comptes rendus relatifs aux activités des autres académies (Duisbourg, Munich, Göttingen...) demeurent irréguliers.

40 Dès 1756, 1, 1, p. 17-18, p. 73 et p. 79-81 ; puis 1756, 1, 1, p. 73-81 ; 1756, 1, 3, p. 83-83-87 ; 1756, III, 1, p. 93-102 ; 1757, II, 3, p. 131 ; 1757, VI, 3, p. 128-131 ; 1758, V, 3, p. 116... Plus sporadiquement par la suite : 1763, IV, 2, p. 105-119 ; 1764, 1V, 1.

41 II est remarquable aussi que le premier ouvrage « allemand » mentionné soit les Elemens de géographie d’un abbé français vivant à la cour de Vienne...

42 1767, II, 3, p. 48-63.

43 1759, VI, 1, p. 143-145.

44 1783, II, 3, p. 475.

45 1763, IV, 1, p. 73-85.

46 1758, VI, 3, p. 131.

47 1765, II, 3, p. 20-43.

48 1780, III, 3, p. 469.

49 1757, VII, 3, p. 68-82.

50 1774, III, 2, p. 267.

51 1761, V, 3, p. 141.

52 1763, VIII, 2, p. 76-86 ; 1773, IV, 2, p. 364.

53 1760, VIII, 1, p. 23.

54 1764, VIII, 1, p. 142-143.

55 1762, II, 1, p. 24.

56 1764, II, 3, p. 83 ; 1771, VIII, 2, p. 308.

57 1761, VI, 1, p. 130 ; 1769, IV, 3, p. 406-417.

58 1767, III, 1, p. 59-74.

59 1760, III, 1, p. 88.

60 1767, II, 3, p. 53-55.

61 1762, II, 2, p. 21.

62 1760, III, 1, p. 87-101.

63 1791, IX, p. 205-215.

64 1763, IV, 1, p. 74.

65 1762, II, 2 p. 136.

66 1760, II, 1, p. 76-92.

67 1762, II, 2, p. 21-22.

68 1762, II, 2, p. 36.

69 1766, VII, 1, p. 146.

70 1769, IV, 3, p. 406.

71 1767, II, 3, p. 48 ; même idée déjà 1762, II, 2, p. 24.

72 1767, II, 3, p. 55.

73 1762, II, 2, p. 37.

74 1762, II, 2, p. 24.

75 Nous avons relevé des annonces ou comptes rendus de l’Agathon (1766, VII, 2, p. 145), Oberon (1784, VII, 1, p. 84-92) et Les Abdéritains (1782, VI, 1, p. 176) de Wieland ; Sophiens Reise von Memmel nach Sachsen de Hermes (1771, I, 1, p. 145) ; Usong de Haller (1772, II, 2, p. 312 et 1772, V, 2, p. 311) ; Sebaldus Nothanker de Nicolai (1774, IV, 3, p. 563) ; Lienhard und Gertrud de Pestalozzi (1782, I, 3, p. 536 ; 1783, VI, 2, p. 363) ; Lebensgeschichte Tobias Knauts de Wezel (1774, VI, 1, p. 186) ; Le Gil Blas allemand de Knigge (1792, II, p. 335-341).

76 Cf. sur cette réception chez les adversaires des Lumières, l’étude aux perspectives parfois contestables mais néanmoins encore fort utile de Kurt Wais, Das antiphilosophische Weltbild des französischen Sturm und Drang. 1760-1789, Berlin, 1934.

77 1762, II, 2, p. 25.

78 1767, III, 1, p. 73.

79 1762, VII, 2, p. 145.

80 1773, III, 3, p. 479-491.

81 1774, VII, 1, p. 104.

82 1788, IV, 2, p. 364 ; 1789, II, 3, p. 488-496.

83 1771, I, 2, p. 311.

84 177 5, III, 1, p. 166.

85 1775, VII, 2, p. 261-268 ; 1775, VII, 3, p. 450-458.

86 1787, VI, 3, p. 388.

87 1783, VI, 3, p. 555.

88 1771, III, 2, p. 309-310.

89 On aura en 1785 une simple annonce de la parution des Gedichte aus dem Kerker de Schubart, autre important représentant de l’avant-garde des années 1770 (1785, VII, 1).

90 1778, VII, 2, p. 364.

91 1780, VIII, 2, p. 317-325.

92 1788, V, 1, p. 146.

93 1757, VI, 3, p. 128-131.

94 1756, V, 2, p. 194.

95 1763, III, 1, p. 137.

96 1759, I, 3, p. 138-143.

97 1756, III, 1, p. 92-94.

98 1758, II, 2, p. 130 ; 1758, V, 3, p. 117.

99 1762, VII, 2, p. 61.

100 1762, IV, 1, p. 127.

101 1762, IV, 1, p. 114.

102 1785, VI, 2, p. 277.

103 1770, IV, 2, p. 252-253.

104 1773, I, 1, p. 169-170.

105 1762, III, 3, p. 132.

106 1761, VI, 2, p. 85-97.

107 1764, II, 3, p. 99.

108 1774, V, 2, p. 372.

109 1771, VIII, 2, p. 236-245.

110 1772, III, 2, p. 214-225.

111 1772, III, 3, p. 372.

112 1762, VII, 2, p. 57.

113 1785, VI, 2, p. 277.

114 1774, IV, 3, p. 562-563.

115 1785, VI, 2, p. 272.

116 1778, VIII, 1, p. 164 ; 1780, VI, 1, p. 169 ; 1788, II, 3, p. 540.

117 1781, IV, 3, p. 540.

118 1782, VIII, 1, p. 103.

119 1785, I, 3, p. 462-179 ; 1785, VI, 2, p. 290.

120 1785, I, 3, p. 464-469.

121 1781, VII, 1, p. 164-165.

122 1782, VI, 1, p. 112-113.

123 L’Esprit des journaux, avril 1783, 4, p. 146-147.

124 1782, VII, 3, p. 463.

125 1783, IV, 1, p. 90-97 ; 1784, V, 1, p. 82-89.

126 1782, VI, 1, p. 125.

127 1782, VIII, 1, p. 109-112.

128 1782, VI, 1, p. 121.

129 Anne-Marie Chouillet et François Moureau : Dictionnaire des Journalistes..., dir. Jean Sgard, Grenoble, 1987, Supplément V, p. 65.

130 Cf. G. Laudin, « Patrimoine littéraire universel et caractères nationaux : les dramaturges français des années 1770-80 et “l’école allemande” », in Aufklärung und Modernität. Eine Freundesgabe für Peter-Eckhard Knabe, Jürgen Klein, Edgar Mass, Jürgen Ritte Hg., Stauffenburg Verlag, 2006, p. 183-194.

131 Le Mercure de France, 4 mai 1782, p. 10-11.

132 L’Année littéraire, 1771, 7, p. 96.

133 Cf. G. Laudin, « Vers la notion de littérature universelle ? Aspects de la réception de la vie intellectuelle allemande de la seconde moitié du xviiie siècle dans la presse francophone de Liège, Bouillon et Deux-Ponts », in Images de l’altérité dans l’Europe des Lumières [...], 1, éd. Élisabeth Détis, Presses de l’Université de Montpellier, 2000, p. 147-168.

134 1782, VI, 1, p. 112-113.

135 1782, VIII, 1, p. 98.

136 L’Esprit des journaux, avril 1783, 4, p. 146-147.

137 Sur l’importance de la notion d’énergie dans la pensée, en particulier esthétique, de la seconde moitié du xviiie siècle, cf. Michel Delon, L’Idée d’énergie au tournant des Lumières (1770-1820), Paris, PUF, 1988. Pour le domaine germanique : Roland Krebs, « L’idée d’énergie dans l’esthétique du Sturm und Drang », in Recherches germaniques, 26, 1996, p. 3-18.

138 Cf. par exemple Dorat, « Idée de la poésie allemande », in Sélim et Sélima, poème imité de l’allemand, Leipzig, 1769, p. 7-32.

139 1757, III, 1, p. 120-126.

140 Cf. Didier Masseau, Les Ennemis des philosophes. L’antiphilosophie au temps des Lumières, Paris, Albin Michel, 2000. — Sur l’idée de cycles désynchronisant l’essor des lettres et celui de la philosophie, cf. l’analyse des positions de d’Alembert dans Claudia Schröder, « Siècle de Frédéric II » und « Zeitalter der Aujklärung ». Epochenbegriffe im geschichtlichen Selbstverständnis der Aujklàrung, Berlin, Duncker & Humblot, 2002.

141 Un médecin allemand, Friedrich Emmanuel Grunwald, fait partie du groupe des éditeurs permanents du Journal encyclopédique, cf. Le « Journal encyclopédique » (1750-1793) : une suite de l’« Encyclopédie », op. cit., p. 25.

142 1777, V, 1, p. 168.

143 Sonnenfels est évoqué dès 1776, II, 2, p. 361-362.

144 1764, I, 3, p. 139.

145 1762, II, 2, p. 137 ; 1767, VI, 1 p. 145-146 ; 1768, I, 2, p. 144, et de très nombreuses fois encore.

146 1767, VII, 1 ; VIII, 1, p. 145.

147 1763, V, 2, p. 141-144 ; 1767, VIII, 1, p. 145.

148 1763, VI, 2, p. 66-77 ; 1767, 1, 3, p. 149 ; 1767, II, 1, p. 144 ; 1767, IV, 3, p. 148.

149 1763, VI, 2, p. 143.

150 1768, I, 2, p. 143.

151 1765, II, 3, p. 144 ; 1765, V, 3, p. 136 ; 1767, IV, 2, p. 144.

152 1775, IV, 2, p. 357.

153 1775, V, l, p. 169.

154 1782, II, 1, p. 165-166 ; 1783, V, 3, p. 548.

155 1789, VIII, l, p. 124.

156 1784, VII, 3, p. 553.

157 1789, 1790, I, 3, p. 522.

158 1791, IV, p. 125.

159 1791, VI, p. 553.

160 1769, VII, 2, p. 310.

161 1780, II, 1, p. 161-162 ; 1785, VI, 3, p. 557.

162 1770, VIII, p. 144.

163 1765, I, 2, p. 162 ; 1765, IV, 3, p. 3-9 ; 1766, II, 2, p. 140 ; 1767, VII, 2, p. 145 ; 1772, III, l, p. 97-101.

164 1770, I, 2, p. 311 ; 1771, IV, 2, p. 145 ; 1773, VI, 1, p. 163 ; 1774, VII, 1, p. 174 ; 1776, I, 2, p. 355 ; 1791, VII, p. 272.

165 1770, VII, 3, p. 472 ; 1775, VII, 3.

166 1768, VI, 1, p. 67-76.

167 1759, VIII, 2, p. 3-12 ; 1762, VI, 1, p. 33-45.

168 1767, III, 3, p. 139.

169 1773, VI, 3, p. 543.

170 1763, VII, 3, p. 3-15.

171 1772, VI, 1, p. 20-21.

172 1776, VII, 3, p. 399 ; 1778, VI, 3, p. 390.

173 1759, I, 2, p. 3-20 ; 1760, VIII, 2, p. 3-18 ; 1766, III, 2, p. 3-12 ; 1768, I, 2, p. 20-31.

174 1761, V, 3, p. 75-84 ; 1762, I, 3, p. 3-15 ; 1762, VIII, 1, p. 46-65 ; 1766, II, 1, p. 74-79.

175 1762, VIII, 1, p. 46.

176 1761, VIII, 1, p. 132 ; 1764, VII, 3, p. 140 ; 1765, IV, et IV, 3 ; 1788, 1, 3, p. 554.

177 1763, V, l, p. 131-136.

178 1774, I, 1, p. 389 ; déjà 1771, V, 2, p. 195-204 et V, 3, p. 358-264.

179 1767, I, 2, p. 149.

180 1786, III, 1, p. 181.

181 1771, VII, 3, p. 477.

182 1772, I, 1, p. 150 ; 1772, VII, 1, p. 154.

183 1779, IV, 2, p. 350.

184 1768, V, 2, p. 146.

185 1765, VIII, 2, p. 137.

186 1769, VI, 1, p. 16-29 ; 1785, I, 2, p. 365.

187 1766, II, 3, p. 3-12.

188 1769, VI, 3, p. 476.

189 1786, IV, 2, p. 369.

190 1786, I, l, p. 177.

191 1785, VI, 2, p. 370.

192 1787, II, 2, p. 221.

193 1787, II, 3, p. 559.

194 1787, IV, 1, p. 185.

195 1788, VIII, l, p. 158.

196 1763, I, 2, p. 142-143.

197 1766, V, 1, p. 65-80.

198 1769, VII, 3, p. 474.

199 1764, III, 2, p. 133.

200 1764, VII, 1, p. 64-83. D’autres extraits sont publiés dans les tomes suivants de 1764 : VII, 2 ; VII, 3 ; VIII, 1 ; VIII, 2.

201 1776, VII, 2, p. 359.

202 1766, IV, 3, p. 158.

203 1778, IV, 1, p. 43^t8 ; 1783, VII, 2, p. 310-317.

204 1789, III, 1, p. 145-149.

205 1771, V, 1, p. 144.

206 1773, VI, 1, p. 52.

207 1773, V, 2.

208 1775, IV, 2, p. 357.

209 1771, VII, 2, p. 310.

210 1771, VII, 1, p. 145-146.

211 1770, II, 3, p. 473.

212 1776, VIII, 1, p. 167.

213 1780, I, 2, p. 355.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search