Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Jan Roegiers

« Instruire les jeunes gens d’une infinité de choses qu’ils ignorent » : l’Encyclopédie portative publiée en 1771, à Liège, par Denis de Boubers

Bruno Bernard

Texte intégral

  • 1 Voir Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé H (...)

1Évoquant, en 19801, les ouvrages d’inspiration « encyclopédique » publiés à Liège dans la seconde moitié du xviiie siècle, Pol-Pierre Gossiaux mentionne notamment, sans autre précision, l’Encyclopédie portative en trois volumes sortie, en 1771, des presses de l’imprimeur liégeois Claude-Denis-René de Boubers.

  • 2 Nous avons consulté l’exemplaire conservé à la bibliothèque de l’Université de Liège sous la cote (...)

2Le titre complet de cet ouvrage2, qui en énonce en détail le programme et les objectifs, vaut la peine d’être lu : Encyclopédie portative ou Elémens des Connaissances humaines ; contenant, les Notions générales de toutes les Sciences & de tous les Arts utiles. Ouvrage dans lequel on s’est proposé d’instruire les Jeunes Gens d’une infinité de choses qu’ils ignorent, c’est-à-dire, de leur faire connaître le Monde qu’ils habitent, la Terre qui les nourrit, les Arts qui fournissent à leurs besoins, les Matières qui sont l’objet des divers états qu’ils pourront embrasser, en un mot de former des Citoyens.

3On le voit, il s’agit manifestement là d’un ouvrage de vulgarisation, destiné à permettre « aux jeunes gens » de s’approprier en un temps raisonnable l’essentiel des connaissances qui leur seront utiles, notamment dans le cadre de l’exercice d’une profession, ou encore, de façon plus générale, en vue de leur donner les moyens de participer activement et utilement à la vie sociale.

4Par « jeunes gens », comprenons ici, essentiellement, ceux de sexe masculin et plutôt issus des milieux favorisés, puisqu’eux seuls, en principe, seront à même d’exercer plus tard des professions qualifiées et se verront reconnaître un droit plus ou moins large à l’exercice de la citoyenneté.

5Avant de revenir plus loin sur le programme détaillé des connaissances jugées utiles pour un jeune homme de ce temps, il est nécessaire d’éclaircir autant que faire se peut les circonstances de la publication de cet ouvrage, lesquelles, on le verra, sont loin d’être parfaitement élucidées.

  • 3 Le berceau de la famille de Boubers (ou De Boubers) est situé à Lillers, non loin de Béthune, dans (...)

6Originaire du nord de la France3, Denis de Boubers (1723-1808), d’abord apprenti à Saint-Omer chez son frère aîné Henri-François, s’installe à Liège en 1759 ou 1760, peu après avoir été banni du royaume de France pour avoir imprimé quelques ouvrages licencieux, dont l’un des best-sellers du genre : Thérèse philosophe. Souhaitant sans doute faire oublier ce passé tumultueux, il imprime d’abord, à l’enseigne de « La Ville de Bruxelles », rue Pont-d’île, quantité d’ouvrages pieux.

  • 4 Voir L. Strivay, « J.-A. Roucher : Les Mois... », p. 258, n. 31.
  • 5 Son fils, Jean-François, et ses filles, Marie-Eléonore-Dominique et Henriette-Alexandrina, reprenn (...)

7Admis à la bourgeoisie le 21 mai 17664, il a désormais pignon sur rue et s’installe, en 1770, rue du Pont, près du pont des Arches, à l’enseigne de « La Vierge Marie », non loin des presses de son célèbre collègue Jean-François Bassompierre. En 1772, tous deux sont d’ailleurs, en compagnie de Clément Plomteux, signalés dans l’Almanach général des marchands, négocions et commerçons de la France et de l’Europe comme les plus importants imprimeurs liégeois. À la fin de la décennie 1770, Denis de Boubers s’établit finalement à l’enseigne de « L’Homme sauvage », toujours rue du Pont, où ses enfants continueront d’ailleurs, après son décès en 1808, à faire vivre l’entreprise familiale5.

  • 6 Voir notamment J. Vercruysse, « Quelques éditions liégeoises de Voltaire peu connues », in Livres (...)
  • 7 Voir D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise... », p. 144-145. Dulaurens quittera finalement (...)
  • 8 Voir D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise... », p. 145. Rousseau, Voltaire, La Mettrie, f (...)
  • 9 Voir D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise... », p. 142.

8D’abord sage, on l’a vu, sa production s’est rapidement diversifiée, mêlant allègrement ouvrages pieux et écrits plus « philosophiques6 ». En novembre 1763, Denis de Boubers prend même le risque d’accueillir chez lui le très libertin abbé Henri-Joseph Dulaurens, originaire de Douai, qui composera pendant son séjour chez l’imprimeur liégeois deux ouvrages licencieux bientôt célèbres : La Chandelle d’Arras et Irmice7. Entrés en contact avec certains de leurs confrères amstellodamois, notamment Marc-Michel Rey, Denis et son frère Jean-Louis — banni de France en 1764, celui-ci s’installe à Bruxelles en 1768 — sont bientôt au centre d’un réseau de diffusion en France, par la place de Sedan notamment, de nombreux ouvrages interdits imprimés en Flollande8. C’est donc sans trop de surprise qu’on découvre, au sein d’un quatrain composé en son honneur en 1780 par ses apprentis9, ce vers qui se veut louangeur : « Notre bourgeois n’est point rigide » !

  • 10 Deux autres ouvrages de la même époque portent un titre presque similaire : l’Encyclopédie portati (...)
  • 11 Lamoignon se résignera finalement à démissionner en 1768. Le vice-chancelier de Maupéou (1688-1775 (...)

9On ne sait quel est l’auteur — ou qui sont les auteurs — de l’Encyclopédie portativel10. Le seul indice qui puisse nous mettre sur une piste quant à l’origine même de l’ouvrage est la présence, à la page 405 et dernière du deuxième tome, de la mention suivante : « Manuscrit présenté au Vice-Chancelier, autorisé à Paris le 17 mai 1764 par Arnault ». C’est donc d’un ouvrage très probablement rédigé par un auteur — ou des auteurs — français qu’il s’agit, ouvrage qui était destiné à la publication dès l’année 1764. Et c’est bien au vice-chancelier, responsable de la « police de la librairie », que devaient être présentés les manuscrits d’ouvrages à publier, lesquels étaient soumis, depuis le règne de Louis XIV, à la censure préalable. En mai 1764, c’est René-Charles de Maupéou qui exerce, depuis quelques mois, la charge de vice-chancelier, fonction créée spécialement pour lui par Louis XV après la disgrâce du chancelier en titre, Guillaume de Lamoignon de Blancmesnil, et le refus de celui-ci de quitter son poste11.

  • 12 Voir W. Hanley, A biographical dictionary of French censors, 1742-1789, 1, Ferney-Voltaire, Centre (...)

10Le censeur, sans doute Nicolas Arnoult12, a donc considéré — ce qui n’est pas surprenant, nous le verrons — que le manuscrit en question ne présentait aucun danger, et autorisé sa publication. Cependant, nous le savons, celle-ci n’aura lieu que sept ans plus tard, et non en France mais en principauté de Liège. C’est donc peut-être ici le moment de se souvenir que le propre frère de Denis, Jean-Louis de Boubers, a précisément dû quitter la France en cette même année 1764, et qu’il est possible que ce fut à lui que l’auteur — ou les auteurs — de l’Encyclopédie portative ait prévu d’en confier l’impression. Dans l’incapacité de profiter en France de la permission d’imprimer un ouvrage dont il avait acheté le manuscrit, Jean-Louis aurait plus tard remis celui-ci à son frère Denis. Mais pourquoi, alors, avoir attendu sept ans pour publier un ouvrage qui, de par sa destination, était susceptible de procurer peut-être un bon bénéfice ? Sont-ce les délais imposés par des corrections d’auteur ? Les aléas du métier ? L’attente de l’achèvement de la grande entreprise de Diderot et d’Alembert, dont l’Encyclopédie portative pourrait dès lors se présenter comme une version plus abordable ? Avouons-le : nous en sommes réduit aux conjectures à ce propos.

  • 13 Voir le tome 1, p. i-xiv.
  • 14 Voir ibid., p. iii.
  • 15 Louis-René de Caradeuc de La Chalotais (1701-1785), procureur général au parlement de Bretagne, re (...)
  • 16 Voir Caradeuc de La Chalotais, Essai d’éducation nationale. Édition critique présentée et commenté (...)

11Par contre, pour ce qui est de la genèse même du projet, nous disposons, grâce à la préface de l’ouvrage13, d’informations beaucoup plus précises : « Ce qui nous a déterminé à entreprendre cet ouvrage », nous dit l’auteur14, « ce sont les réflexions que fait M. de La Chalotais15 dans son Plan d’institution Nationale ». Il s’agit ici, en fait, de l’Essai d’éducation nationale ou Plan d’études pour la jeunesse publié en 176316.

  • 17 Voir ibid., p. 3.
  • 18 Voir ibid., p. 6.

12Écrivant tandis que les milieux éclairés attendent avec impatience que le roi de France prenne la décision de chasser les Jésuites du pays — ce qui sera finalement le cas en novembre 1764 —, La Chalotais, déclare qu’il est indispensable « de réformer les Collèges du Royaume & l’éducation qu’y reçoit la jeunesse », et veut « prouver qu’à la place d’une éducation qui n’étoit propre tout au plus que pour l’Ecole, on peut en substituer une qui fournit des Sujets pour l’État17 ». « Les sciences sont nécessaires à l’homme », poursuit-il, « s’il a des devoirs à remplir, il est important qu’il les connoisse : les connoître, c’est posséder la plus utile de toutes les sciences ; c’est être fort avancé dans la carrière où se forment les Citoyens utiles. L’ignorance n’est bonne à rien, & elle nuit à tout. Il est impossible qu’il sorte quelque lumière des ténèbres, & on ne peut marcher dans les ténèbres sans s’égarer. » Et afin que les choses soient bien claires, il précise qu’il ne s’attaque pas là à l’ignorance « qui conduirait à un doute sensé & raisonnable, qui ne décide point, parce qu’elle se connoit elle-même », et à laquelle on pourrait même « donner le nom de science », puisque « c’est en effet une science très-réelle & très estimable, que de savoir douter & apprécier son impuissance », mais qu’il s’en prend au contraire à « l’ignorance proprement dite, qui est presque toujours présomptueuse, qui décide, approuve & condamne avec une égale témérité18 ».

  • 19 Voir ibid., p. 23.

13S’en prenant ensuite successivement au caractère scolastique des études, à la trop grande importance accordée au latin au détriment des langues vivantes, à l’influence ultramontaine dont les Jésuites sont responsables, au monopole ecclésiastique sur l’enseignement, au « défaut d’instruction sur les vertus morales & politiques », il se plaint enfin qu’on ait « négligé ce qui regarde les affaires les plus communes & les plus ordinaires, ce qui fait l’entretien de la vie, le fondement de la Société civile. La plupart des jeunes gens ne connoissent ni ce monde qu’ils habitent, ni la terre qui les nourrit, ni les hommes qui fournissent à leurs besoins, ni les animaux qui les servent, ni les ouvriers & les artisans qu’ils emploient19 ».

  • 20 Voir p. iii-iv de la préface.
  • 21 Voir La Chalotais, op. cit., p. 24.
  • 22 Nous verrons cependant plus loin, p. 137, que l’auteur de l’Encyclopédie portative est clairement (...)

14Notons que nous retrouvons, mot pour mot, ces deux dernières phrases dans la préface de l’Encyclopédie portative20. Par contre, la véhémente tirade de La Chalotais en faveur des Lumières, et contre les Jésuites et l’esprit « monacal21 » qu’ils insufflent selon lui à l’éducation des jeunes gens dans les collèges, en est absente22. Tout au plus peut-on noter, à la fin de la préface de l’Encyclopédie portative, l’aveu d’un certain scepticisme à l’égard de toute amélioration rapide du niveau de l’enseignement, ce qui rend cet ouvrage d’autant plus utile aux yeux de son auteur pour pallier les faiblesses et les lacunes du système scolaire.

15Concluons de tout cela que l’auteur n’a pas osé avouer, dès sa préface, qu’il partageait l’antipathie de La Chalotais pour les Jésuites et leurs méthodes, ou bien éventuellement que l’on a pu remanier son écrit lorsqu’il s’est agi, en 1771, de le publier à Liège. Notons d’ailleurs également que La Chalotais et l’auteur de l’Encyclopédie portative ne poursuivent pas réellement le même but dans leurs ouvrages respectifs. En effet, alors que La Chalotais développe les grands axes d’un Plan d’études où il est question, pour l’essentiel, de pédagogie et donc d’une certaine vision de l’enseignement, l’auteur de l’Encyclopédie portative s’efforce plutôt, quant à lui, d’exposer l’état des connaissances de son temps et d’en composer un manuel en vue de l’instruction des jeunes gens, ce qui ne l’oblige pas absolument à se prononcer sur l’organisation même de l’enseignement, même s’il en trace en quelque sorte le programme idéal.

16Passons maintenant au contenu de l’ouvrage, et disons tout de suite qu’il répond bien à l’objectif avoué de faire connaître aux jeunes lecteurs « le Monde qu’ils habitent, la Terre qui les nourrit, les Arts qui fournissent à leurs besoins, les Matières qui sont l’objet des divers états qu’ils pourront embrasser, en un mot de former des Citoyens ».

  • 23 Voir Encyclopédie portative, l, p. 1-44.
  • 24 Voir ibid., 1, p. 44-119.
  • 25 Voir ibid., 1, p. 119-187, où l’on traite des végétaux.
  • 26 Voir ibid., 1, p. 188-198, où l’on traite des minéraux.
  • 27 Voir ibid., 1, p. 199-328.
  • 28 Voir ibid., 1, p. 199-226.
  • 29 Voir ibid., 1, p. 226-234.
  • 30 Voir ibid., 1, p. 234-239.
  • 31 Voir ibid., 1, p. 239-245.
  • 32 Voir ibid., 1, p. 245-259.
  • 33 Voir ibid., 1, p. 259-328.
  • 34 Voir ibid., 1, p. 329-367.

17On commence, en effet, par deux longs exposés consacrés respectivement à l’homme23 et aux animaux24, puis on aborde successivement les « productions sur la surface de la terre25 » et les « productions sous la terre26 », avant de s’intéresser aux « connaissances relatives à nos besoins27 » — au nombre desquelles l’agriculture28, les boissons et liqueurs29, les poids et mesures30, les « choses usuelles31 », l’art de bâtir32 et les « arts méchaniques33 » — puis aux « connaissances relatives aux plaisirs de l’oreille est [sic] des yeux, connues sous le nom de Beaux-Arts34 ».

  • 35 Voir ibid., 2, p. 3-73, où sont successivement abordées la grammaire, les « langues savantes », la (...)
  • 36 Voir ibid., 2, p. 74-109.
  • 37 Voir ibid., 2, p. 110-158.
  • 38 Voir ibid., 2, p. 158-173, où l’on expose les « dix grandes Epoques du monde », voir infra, p. 138
  • 39 Voir ibid., 2, p. 175-191.
  • 40 Voir ibid., 2, p. 192-213.
  • 41 Voir ibid., 2, p. 213-234.
  • 42 Voir ibid., 2, p. 234-248.
  • 43 Voir ibid., 2, p. 248-325, en ce compris l’arithmétique, l’algèbre, la géométrie et l’arpentage.
  • 44 Voir ibid., 2, p. 326-342.
  • 45 Voir ibid., 2, p. 343-369, où l’on explique le fonctionnement des machines utilisées dans l’artisa (...)
  • 46 Voir ibid., 2, p. 379-383.
  • 47 Voir ibid., 2, p. 383-400.

18Le deuxième tome est consacré aux « connaissances relatives à l’Éducation » : philologie35, mythologie36, géographie37 — on y évoque bien, quoiqu’en deux pages à peine, « les Pays-Bas ou la Flandre autrichienne », mais la principauté de Liège n’est même pas mentionnée, ce qui confirme, si besoin en était encore l’origine française de l’ouvrage —, chronologie38, histoire39, logique40, métaphysique41, morale42, mathématiques43, physique44, « méchaniques45 », optique46 et cosmographie47.

  • 48 Voir ibid., 3, p. 3-30.
  • 49 Voir ibid., 3, p. 31-43.
  • 50 Voir ibid., 3, p. 44-47.
  • 51 Voir ibid., 3, p. 48-51.
  • 52 Voir ibid., 3, p. 52-57.
  • 53 Voir ibid., 3, p. 57-72. On entend ici, par météores, « les phénomènes qui viennent de l’athmosphè (...)
  • 54 Voir ibid., 3, p. 68-71.
  • 55 Voir ibid., 3, p. 72-75.
  • 56 Voir ibid., 3, p. 76-78.
  • 57 Voir ibid., 3, p. 78-79, où l’on traite de l’art des sourciers.
  • 58 Voir ibid., 3, p. 79-81.
  • 59 Voir ibid., 3, p. 81-88.
  • 60 Voir ibid., 3, p. 89-91.
  • 61 Voir ibid., 3, p. 92-145.
  • 62 Voir ibid., 3, p. 146-157.
  • 63 Voir ibid., 3, p. 158-221.
  • 64 Voir ibid., 3, p. 221-230.
  • 65 Voir ibid., 3, p. 231-259.
  • 66 Voir ibid., 3, p. 259-272.
  • 67 Voir ibid., 3, p. 272-286.
  • 68 Voir ibid., 3, p. 286-291.
  • 69 Voir ibid., 3, p. 291-303.

19Le troisième tome achève d’abord l’exposé des « connaissances relatives à l’Education » — l’astronomie48, les « quatre éléments49 », les fluides et l’hydrostatique50, le froid et le chaud51, la « chymie », les fermentations et la distillation52, les « météores53 », les feux souterrains et tremblements de terre54, le flux et le reflux de la mer55, les rivières et fontaines56, la « baguette divinatoire57 », les eaux minérales58, l’aimant et l’électricité59, la poudre à canon60 — avant d’aborder les « connaissances relatives aux divers [sic] Professions », c’est-à-dire l’art militaire61, le blason62, le droit civil63, le droit féodal et les droits seigneuriaux64, le droit canon65, la théologie66, la médecine67, et enfin les finances68 et le commerce69.

  • 70 Rappelons que, dans les monarchies et principautés du temps, ces affaires n’étaient pas considérée (...)

20Notons, sans surprise70, que la politique et la gestion des affaires de l’État en général n’apparaissent pas en tant que telles dans cette nomenclature, et que l’auteur laisse donc le soin au lecteur de repérer les notions qui s’y rapportent dans les chapitres consacrés par exemple à l’histoire, au droit, ou encore aux affaires économiques et financières.

  • 71 II serait intéressant qu’un spécialiste des matières scientifiques se penche sur les chapitres rel (...)

21Pour ce qui est du contenu idéologique de l’ouvrage, il est intéressant de se pencher sur un certain nombre de chapitres plus particulièrement susceptibles de nous révéler les messages politiques, philosophiques et religieux que l’auteur souhaitait éventuellement communiquer implicitement à son jeune public. Au nombre des articles que nous avons choisi de passer ici au crible figurent notamment ceux sur l’homme, la chronologie et l’histoire, la cosmographie, ou encore le droit canonique et la théologie71.

  • 72 Voir Encyclopédie portative, 1, p. 2.
  • 73 Voir ibid., 1, p. 4.
  • 74 Voir ibid., 1, p. 5.
  • 75 Voir ibid., I, p. 5.
  • 76 Voir ibid., 1, p. 6.

22Le long chapitre « De l’homme » dresse de l’humain un portrait qui ne peut qu’exciter la fierté chez le lecteur. Composé « d’un corps corruptible de sa nature, et d’une âme, c’est-à-dire d’une substance immortelle », il a été créé « pour être comme l’âme de tout ce qui étoit inanimé, et pour que tout ce qui étoit créé fût à son usage ». Cette créature manifestement supérieure, « à la taille droite et à la tête élevée » et non « courbée vers la Terre comme les autres animaux », porte de plus sur son visage « quelque chose de sublime et de céleste72 ». L’auteur y voit, éclairée par « la lumière de la raison », « une vive image de la Divinité même. Il se connoit, il connoit ce qui est hors de lui ; il est capable de connoitre Dieu, il pense, il juge, il raisonne, il examine ce qui se passe en lui-même et ce qui est hors de lui, il ne se conduit pas au hasard [...] mais avec jugement, avec réflexion et avec choix73 ». Sa raison, grâce à laquelle « il a inventé tous les arts et tous les métiers, soit pour ses besoins, soit pour ses plaisirs », « est montée jusqu’au Ciel [...] elle est sortie de la sphère des choses corporelles pour les considérer d’un lieu plus élevé. [...] Elle a essayé de connoitre les esprits aussi bien que la matière. Elle est entrée dans cet autre Monde, où l’on ne connoit que de pures intelligences74 ». Il est vrai, ajoute l’auteur « que c’est là qu’elle a trouvé ses bornes », mais, nuance-t-il aussitôt, « elle en a découvert assez pour reconnoitre que c’est de là qu’elle tire son origine75 ». La raison est donc un don de Dieu, quelque chose qui rapproche l’homme de la sphère céleste des « pures intelligences », et qui contient « une lumière qui lui découvre les Loix étemelles, et l’ordre qui est le fondement de la justice et de la sainteté. Car cette raison [...] le rend capable de discerner le bien et mal, de connoitre ce qui est juste [...] et ce qui est injuste76 ».

  • 77 Voir ibid., 1, p. 6.
  • 78 Voir ibid., 1, p. 7.
  • 79 Voir ibid., 1, p. 11-12.
  • 80 Pour le philosophe grec Pyrrhon (365 av. - 275 av.), l’homme ne peut connaître la vérité et, par c (...)

23Farouche partisan de l’innéisme, notre auteur dénonce le relativisme moral que l’étude de l’histoire des civilisations et les voyages des explorateurs instillent au xviiie siècle dans de nombreux esprits : « Et ce discernement du juste et de l’injuste ne tire pas sa source de l’éducation ni de la coutume », mais bien « des lumières de la conscience » qui portent l’homme « à regarder certains sentimens et certaines actions comme justes et injustes77 ». En effet, comme l’indique le titre du paragraphe suivant, l’homme « porte au fond de son cœur le sentiment d’une Religion naturelle », et « il sent qu’il doit travailler à perfectionner ce qu’il trouve de plus excellent dans son être », de même qu’il ne doit pas « nuire aux autres hommes, mais au contraire leur être utile78 ». L’auteur complète, plus loin79, ce plaidoyer contre le relativisme en matière morale, par une vigoureuse défense de l’utilité sociale de cette religion naturelle que Dieu a judicieusement déposée dans le coeur de tous les hommes. Pour lui, « l’immortalité de l’âme » est la condition même de la société, « car si tout meurt avec nous, tout est confondu sur la Terre, toutes les idées de vie et de vertu sont renversées, puisque les loix qui nous unissent et les devoirs les plus sacrés de la société ne sont fondés que sur la certitude d’un avenir. Ainsi, si on n’attend plus rien après cette vie, on pourrait regarder la vertu et les vices comme des préjugés de l’éducation [...] ; les adultères, les meurtres, les abominations ne seraient à nos yeux que des défenses humaines, des loix de Police, établies par la politique des Législateurs ». De plus — mais cet argument ne vient qu’en second, remarquons-le — les Saintes Écritures et le témoignage des grands hommes de l’histoire, qui corroborent cette affirmation de l’immortalité de l’âme, doivent « l’emporter aux yeux de tout homme raisonnable sur les subtilités de plusieurs Philosophes de nos jours, qui se donnent pour des précepteurs du genre humain, pour les flambeaux de notre raison, et qui ne font que l’embrouiller, et porter s’ils le pouvoient, tous les esprits à un Pyrhonisme80 universel ».

  • 81 Voir ibid., 3, p. 259.
  • 82 Voir ibid., 3, p. 270.

24Abordée dans le tome 3, la « Théologie » est présentée au lecteur comme « une science par laquelle on arrive à la connaissance des choses divines ». Le moyen principal d’y parvenir est, bien entendu, « la Révélation ». « Mais », ajoute l’auteur, « quoique le principe de la théologie dérive de la foi, elle est néanmoins une science d’un ordre naturel ; parce que c’est par le raisonnement qu’on l’acquiert81 ». Ainsi va-t-il s’appuyer sur trois arguments, pour prouver au jeune lecteur l’« Existence de Dieu82 » :

  1. Le Créateur a mis « en tous les hommes de tous tems et nations » l’idée même qu’il se font « de la Divinité », c’est-à-dire, ajoute-t-il, l’idée « qu’il y a une intelligence qui conduit l’univers »,... un propos qui pourrait tout de même le faire passer pour déiste auprès de l’un ou l’autre théologien sourcilleux !
  2. Le « spectacle de l’univers » — on pense naturellement ici à l’ouvrage éponyme de l’abbé Pluche83 — recèle en lui-même une harmonie et « des caractères de sagesse » qui sont le reflet de la nature divine de la Création, puisque « cette sagesse », nous dit l’auteur, « n’est autre chose que Dieu ».
  3. Enfin par la Révélation, « Dieu s’est fait connaître aux hommes ».
  • 84 Voir ibid., 3, p. 261-264.

25L’Encyclopédie portative avance donc ici quelques arguments rationnels au service de la foi, avant d’argumenter encore en faveur de la véracité de l’Ancien et du Nouveau Testament, tant par des arguments reposant sur la persistance pendant des millénaires de la foi des Juifs puis de celle des Chrétiens, que sur « le caractère de simplicité qui règne », par exemple, dans les écrits des Apôtres, ou encore sur « la morale admirable » qu’on y trouve. D’ailleurs Jésus-Christ était bien le Messie, nous dit-on, puisqu’« il a accompli tout ce que les Prophètes ont dit du Messie84 ».

  • 85 Voir ibid., 3, p. 266-270.

26Quant à « L’Église85 », institution divine au sein de laquelle le pape est « le vicaire de Jésus Christ, qui en est le chef invisible », elle est dépositaire, affirme l’Encyclopédie portative, des « quatre caractères de l’Église véritable, qui la discernent des autres sociétés qui prétendent être l’Église Chrétienne », à savoir « l’Unité, la Sainteté, la Catholicité et l’Apostolicité ». L’unité, c’est celle de la foi, des sacrements, et « des Pasteurs qui ont tous un même chef ». La sainteté, parce qu’elle célèbre dans le Christ en croix « le sacrifice le plus saint qui puisse être offert » à Dieu. La catholicité — c’est-à-dire l’universalité — « parce qu’elle est infiniment plus répandue dans toutes les parties du Monde que toutes les autres sectes d’Hérétiques ou de Schismatiques prises chacune en particulier », et que sa doctrine « embrasse toutes les vérités définies et condamne toutes les erreurs condamnées » dans les Saintes Écritures. Enfin, l’apostolicité, parce qu’elle seule peut se réclamer des Apôtres comme de ses fondateurs.

  • 86 Voir ibid., 3, p. 253-254.

27S’il loue l’unité de l’Église, groupée sous la tutelle du Saint-Siège, loin s’en faut cependant qu’il soit prêt à justifier les grands pouvoirs que s’octroie parfois celui-ci. Il rappelle notamment dans un chapitre particulier consacré aux « Libertés de l’Église gallicane86 » que celles-ci ont « toujours » été respectées en France et qu’elles reposent essentiellement sur deux maximes :

  1. Que la puissance donnée par Jésus-Christ à son Église est purement spirituelle, et ne s’étend ni directement ni indirectement sur les choses temporelles.
  2. Que la plénitude de puissance qu’a le Pape comme Chef de l’Église, doit être exercée conformément aux Canons reçus de toute l’Église et que lui-même est soumis au jugement du Concile Universel dans les cas marqués par le Concile de Constance. [...] Ainsi, nous ne reconnoissons point en France87 que le Pape puisse accorder aucune grâce qui concernerait les droits temporels.

28Voilà bien de quoi former d’excellents futurs hauts-fonctionnaires français, ou encore un clergé fidèle à son souverain lors des démêlés de celui-ci avec Rome !

  • 88 Voir ibid., 1, p. 8.
  • 89 Voir supra, n. 83.
  • 90 Voir ibid., 1, p. 9.

29Si l’on en revient maintenant à la vision de l’homme qui nous est proposée dans l’Encyclopédie portative par l’article éponyme, on peut noter que l’auteur insiste particulièrement sur son autonomie intellectuelle. En effet, contrairement aux animaux, qui « suivent tranquillement le cours de la nature », l’homme veut s’élever au-dessus de la fatalité de sa condition terrestre et a en lui « un désir de l’immortalité88 », que même les « Payens » partagent. Il veut, de plus, « être heureux », c’est-à-dire « posséder une telle abondance de biens qu’il ne lui reste rien à souhaiter, ou plutôt ses désirs n’ont point de bornes ; et à mesure qu’ils sont satisfaits, ils s’enflamment à l’infini, et le Monde entier ne peut remplir le vuide immense de sa volonté. » De cette vision de l’homme dont il aurait pu tirer des conclusions plutôt désespérantes — disons « à la Rousseau » — sur l’insatiabilité des désirs humains et leurs conséquences moralement débilitantes, l’auteur conclut au contraire avec un bel optimisme, dont le finalisme chrétien est quasiment digne de l’abbé Pluche89 : « C’est par là-même qu’il est fait pour s’unir à Dieu comme à l’objet seul capable d’épuiser toutes les forces de sa volonté, car l’homme en désirant un objet infini, fait voir qu’il est fait pour Dieu, puisque Dieu seul est un tel objet90. »

  • 91 Voir ibid., 1, p. 10.

30De plus, l’homme a une particularité qui le différencie de façon décisive des animaux : « il est doué de liberté », il fait donc des choix et « se détermine lui-même dans ses actions91 », actions dont il est par conséquent responsable. Et quelle meilleure preuve de la responsabilité humaine que l’histoire ?

  • 92 Voir ibid., 2, p. 174-176.

31À propos de celle-ci, notre auteur, qui la considère manifestement comme une matière tout à fait essentielle à la formation des jeunes gens, aligne une série d’aphorismes d’une assez étonnante modernité92 :

C’est par la connoissance de l’histoire qu’un homme est de tous les pays et de tous les siècles.
On apprend à supporter les accidens de la vie, à n’en pas être surpris, ni se plaindre de son siècle [...]. On se convainc de la malignité et de la misère des hommes et de leur vanité ; de l’instabilité des plus grandes fortunes [...]. On voit que la plupart des plus fameux conquérans n’ont été dans le fond que des fléaux publics, des ennemis du genre humain, des Brigands des Nations [...] de sorte que l’étude de l’Histoire étant bien faite, c’est une Philosophie qui fait d’autant plus d’impression qu’elle nous parle par des exemples sensibles.

32Finalement, à en croire l’Encyclopédie portative, l’histoire tiendrait lieu aux jeunes gens « d’une très longue vie et de l’expérience qui leur manque ».

  • 93 Voir ibid., 2, p. 172-173.

33Pour ce qui du contenu même de l’histoire, l’Encyclopédie portative annonce à son jeune lecteur dans le chapitre « Chronologie », une très pédagogique « Division du Temps en dix Epoques93 », mais c’est en fait de quatorze « époques » qu’il s’agit. Ainsi se succèdent, depuis les origines : la création du monde ; le Déluge ; la « vocation d’Abraham » ; l’époque de Moïse, c’est-à-dire celle de « la Loi écrite » ; la prise de Troie ; l’achèvement du temple de Salomon ; la fondation de Rome ; Cyrus et l’établissement des Juifs ; Scipion et la défaite de Carthage ; la naissance de Jésus-Christ, située, comme il est de tradition alors, quatre mille ans après la création du monde ; le règne de Constantin, « Père de l’Église » ; celui de saint Louis, le croisé ; enfin celui de Louis XIV.

  • 94 En 20 volumes, parus de 1690 à 1720. Claude Fleury (1640-1723), avocat au parlement avant d’embras (...)
  • 95 En 15 volumes, parus de 1730 à 1738. Charles Rollin (1661-1741), recteur de la Sorbonne, était sur (...)

34Quant aux grands ouvrages d’histoire conseillés pour éveiller l’intérêt du jeune public, le Discours sur l’histoire universelle de Bossuet y figure en bonne place à côté notamment de l’Histoire ecclésiastique de l’abbé Claude Fleury94 ou de l’Histoire ancienne de Charles Rollin95.

35Que retenir, finalement, de cet ouvrage ? Anonyme, probablement issu en 1763-1764 de la plume d’un polygraphe français, il ne fut sans doute publié à Liège que par accident, puisqu’il avait passé avec succès l’épreuve de la censure parisienne. On ne peut donc réellement le présenter comme un témoignage des « Lumières liégeoises ». S’il défend, certes, un certain nombre d’idées alors considérées comme relativement avancées ou assez peu orthodoxes —-notamment, on l’a vu, en matière de cosmographie ou de religion — il s’en faut également de beaucoup que l’on puisse en faire un brûlot philosophique digne de figurer au panthéon des gloires littéraires du xviiie siècle.

36Nous n’avons donc affaire ici qu’à ce qu’on pourrait appeler « un honnête et prudent ouvrage de vulgarisation ». Mais l’Encyclopédie portative dut tout de même faire les délices d’un certain nombre de ses jeunes lecteurs, auxquels — et c’est sans doute là son principal mérite — elle ouvrait toutes grandes les « portes de tous les champs de la connaissance ». Libre à eux, ensuite, une fois leur curiosité largement éveillée, de poursuivre leur chemin en compagnie d’auteurs plus relevés. N’est-ce pas cela, après tout, la pédagogie ?

Notes

1 Voir Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasquin et Michèle Mat-Hasquin, Liège, Desoer, 1980, p. 200.

2 Nous avons consulté l’exemplaire conservé à la bibliothèque de l’Université de Liège sous la cote 07 1084 A, soit trois volumes reliés in-12° et comportant respectivement xiv-378 p., 405 p. et 310 p.

3 Le berceau de la famille de Boubers (ou De Boubers) est situé à Lillers, non loin de Béthune, dans le Pas-de-Calais. Aucune monographie n’a encore à ce jour été consacrée à cette famille. Voir surtout, à propos de Denis de Boubers, D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise jusqu’en 1765. À propos d’un embastillement », in Livres & Lumières au pays de Liège, op. cit., p. 143-147. À propos de son frère cadet Jean-Louis (1731-1804), le plus célèbre rejeton de la famille, voir L. Strivay, « J.-A. Roucher : Les Mois, Liège, F. Lemarié, 1780. Petites questions à la librairie et à la censure », ibid., p. 259-260, n. 34 ; Chr. Coppens, « Un règlement de l’imprimerie de Jean-Louis de Boubers en 1781 », in Quaerendo : a quarterly journal from the Low Countries devoted to manuscripts and printed books, 19, 1989, p. 83-83-116 ; M. Cornaz, « Jean-Joseph Boucherie et Jean-Louis de Boubers : deux imprimeurs de musique à Bruxelles dans la deuxième moitié du xviiie siècle », in Revue belge de musicologie, 46, 1992, p. 179-188 et J. Vercruysse, « L’édition in-4° de Jean-Jacques Rousseau et Jean-Louis de Boubers : hommage ou profit ? », in Le Livre et l’Estampe, 52, 165, 2006, p. 7-94.

4 Voir L. Strivay, « J.-A. Roucher : Les Mois... », p. 258, n. 31.

5 Son fils, Jean-François, et ses filles, Marie-Eléonore-Dominique et Henriette-Alexandrina, reprennent l’affaire en 1808. Après le décès de Jean-François, à la fin de l’année 1811 ou au début de 1812, Henriette-Alexandrina assume seule la direction de l’entreprise. Voir L. Strivay, « J.-A. Roucher : Les Mois... », p. 258-259, n. 31.

6 Voir notamment J. Vercruysse, « Quelques éditions liégeoises de Voltaire peu connues », in Livres & Lumières au pays de Liège, op. cit., p. 174-188.

7 Voir D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise... », p. 144-145. Dulaurens quittera finalement Liège en novembre 1765.

8 Voir D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise... », p. 145. Rousseau, Voltaire, La Mettrie, figurent notamment au nombre des auteurs concernés.

9 Voir D. Droixhe, « Voltaire et l’édition liégeoise... », p. 142.

10 Deux autres ouvrages de la même époque portent un titre presque similaire : l’Encyclopédie portative ou science universelle à la portée de tout le monde, par un citoyen prussien, Berlin, 1758, généralement attribuée au pasteur berlinois d’origine française Jean-Henri-Samuel Formey (1711-1797), et la Nouvelle encyclopédie portative ou Tableau général des connaissances humaines : ouvrage recueilli des meilleurs auteurs, dans lequel on entreprend de donner une idée exacte des sciences le plus utiles, & et de les mettre à la portée du plus grand nombre de lecteurs, Paris, Vincent, 1766 (rééd. Paris, Laporte, 1777), qu’Antoine-Alexandre Barbier attribue, dans son Dictionnaire des ouvrages anonymes, Paris, 1872-1882, 4 vol. (reprint : Paris, 1965), au médecin et polygraphe bordelais Augustin Roux (1726-1775).

11 Lamoignon se résignera finalement à démissionner en 1768. Le vice-chancelier de Maupéou (1688-1775) lui succède le 15 septembre 1768, mais cède dès le lendemain la place à son fils, René Nicolas Charles (1714-1792), futur auteur de la réforme absolutiste et antiparlementaire qui porte son nom.

12 Voir W. Hanley, A biographical dictionary of French censors, 1742-1789, 1, Ferney-Voltaire, Centre International d’Étude du xviiie siècle, 2005, p. 34-35.

13 Voir le tome 1, p. i-xiv.

14 Voir ibid., p. iii.

15 Louis-René de Caradeuc de La Chalotais (1701-1785), procureur général au parlement de Bretagne, rendu célèbre par son emprisonnement à Saint-Malo en 1765, puis son exil à Saintes en 1768, pour avoir défendu les intérêts de sa province contre la fiscalité royale. Cela fit de lui une victime symbolique de l’absolutisme et lui procura le soutien du camp philosophique auquel son animosité bien connue envers les Jésuites, dont il contestait notamment l’influence dans l’enseignement, le rendait d’ailleurs déjà sympathique.

16 Voir Caradeuc de La Chalotais, Essai d’éducation nationale. Édition critique présentée et commentée par Robert Granderoute, Paris, CNRS, 1997, « Lire le dix-huitième siècle ». Notons que le fait que notre auteur se réclame d’un ouvrage publié en 1763, soit peu de mois avant la permission à lui accordée par la censure française en mai 1764, nous paraît un argument supplémentaire en faveur de l’hypothèse d’un manuscrit composé en 1763-1764. La Chalotais avait très exactement déposé son manuscrit au greffe du parlement de Bretagne le 24 mars 1763. Voir pour cette dernière précision son Essai d’éducation nationale ou Plan d’études pour la jeunesse, par Messire Louis-René de Caradeuc de La Chalotais, Procureur-Général au Parlement de Bretagne, [s.l.], M DCC LXIII, p. 3-5.

17 Voir ibid., p. 3.

18 Voir ibid., p. 6.

19 Voir ibid., p. 23.

20 Voir p. iii-iv de la préface.

21 Voir La Chalotais, op. cit., p. 24.

22 Nous verrons cependant plus loin, p. 137, que l’auteur de l’Encyclopédie portative est clairement antiultramontain.

23 Voir Encyclopédie portative, l, p. 1-44.

24 Voir ibid., 1, p. 44-119.

25 Voir ibid., 1, p. 119-187, où l’on traite des végétaux.

26 Voir ibid., 1, p. 188-198, où l’on traite des minéraux.

27 Voir ibid., 1, p. 199-328.

28 Voir ibid., 1, p. 199-226.

29 Voir ibid., 1, p. 226-234.

30 Voir ibid., 1, p. 234-239.

31 Voir ibid., 1, p. 239-245.

32 Voir ibid., 1, p. 245-259.

33 Voir ibid., 1, p. 259-328.

34 Voir ibid., 1, p. 329-367.

35 Voir ibid., 2, p. 3-73, où sont successivement abordées la grammaire, les « langues savantes », la rhétorique et la poésie.

36 Voir ibid., 2, p. 74-109.

37 Voir ibid., 2, p. 110-158.

38 Voir ibid., 2, p. 158-173, où l’on expose les « dix grandes Epoques du monde », voir infra, p. 138.

39 Voir ibid., 2, p. 175-191.

40 Voir ibid., 2, p. 192-213.

41 Voir ibid., 2, p. 213-234.

42 Voir ibid., 2, p. 234-248.

43 Voir ibid., 2, p. 248-325, en ce compris l’arithmétique, l’algèbre, la géométrie et l’arpentage.

44 Voir ibid., 2, p. 326-342.

45 Voir ibid., 2, p. 343-369, où l’on explique le fonctionnement des machines utilisées dans l’artisanat et l’industrie.

46 Voir ibid., 2, p. 379-383.

47 Voir ibid., 2, p. 383-400.

48 Voir ibid., 3, p. 3-30.

49 Voir ibid., 3, p. 31-43.

50 Voir ibid., 3, p. 44-47.

51 Voir ibid., 3, p. 48-51.

52 Voir ibid., 3, p. 52-57.

53 Voir ibid., 3, p. 57-72. On entend ici, par météores, « les phénomènes qui viennent de l’athmosphère de l’air ; vapeurs, exhalaisons, brouillars, rosée, neige, pluie, vents, tonnerre, Arc-en-Ciel, feux de l’air, comme Aurore boréale ».

54 Voir ibid., 3, p. 68-71.

55 Voir ibid., 3, p. 72-75.

56 Voir ibid., 3, p. 76-78.

57 Voir ibid., 3, p. 78-79, où l’on traite de l’art des sourciers.

58 Voir ibid., 3, p. 79-81.

59 Voir ibid., 3, p. 81-88.

60 Voir ibid., 3, p. 89-91.

61 Voir ibid., 3, p. 92-145.

62 Voir ibid., 3, p. 146-157.

63 Voir ibid., 3, p. 158-221.

64 Voir ibid., 3, p. 221-230.

65 Voir ibid., 3, p. 231-259.

66 Voir ibid., 3, p. 259-272.

67 Voir ibid., 3, p. 272-286.

68 Voir ibid., 3, p. 286-291.

69 Voir ibid., 3, p. 291-303.

70 Rappelons que, dans les monarchies et principautés du temps, ces affaires n’étaient pas considérées comme du ressort des sujets, mais bien comme relevant des seuls souverains. En 1767, après l’attentat de Damiens, Louis XV ressentit d’ailleurs la nécessité de museler tout débat public sur ces matières, en rappelant dans un édit — avec le succès que l’on sait ! — qu’il était interdit à quiconque de publier des ouvrages ou brochures à caractère politique.

71 II serait intéressant qu’un spécialiste des matières scientifiques se penche sur les chapitres relevant de ces matières, notamment afin de comparer en détail l’état des connaissances du temps avec ce que l’Encyclopédie portative enseignait à ses lecteurs. Nous noterons simplement ici qu’en médecine, l’Encyclopédie portative explique encore toutes les maladies par une altération du chyle, ce liquide laiteux absorbé après la digestion par les vaisseaux lymphatiques (voir 1, p. 44), tandis qu’en cosmographie, elle affirme bien plus justement à propos du système de Copernic qu’il « a paru, et paroit encore le plus vraisemblable » (voir 2, p. 389).

72 Voir Encyclopédie portative, 1, p. 2.

73 Voir ibid., 1, p. 4.

74 Voir ibid., 1, p. 5.

75 Voir ibid., I, p. 5.

76 Voir ibid., 1, p. 6.

77 Voir ibid., 1, p. 6.

78 Voir ibid., 1, p. 7.

79 Voir ibid., 1, p. 11-12.

80 Pour le philosophe grec Pyrrhon (365 av. - 275 av.), l’homme ne peut connaître la vérité et, par conséquent, tous ses jugements et ses actions ne sont que l’œuvre de la convention et de l’habitude. C’est l’exemple même du relativisme moral contre lequel l’auteur de l’EncycIopédie portative tient à mettre en garde ses lecteurs.

81 Voir ibid., 3, p. 259.

82 Voir ibid., 3, p. 270.

83 De tendance janséniste et auteur du célèbre Spectacle de la nature ou Entretiens sur l’histoire naturelle et les sciences (9 vol., 1732-1742), ouvrage dans lequel il s’attachait à démontrer que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes, puisque tout dans la nature avait été créé en vue d’assurer une sorte d’idyllique harmonie finale, l’abbé Noël-Antoine Pluche (1688-1761) est nommément cité à la page V de la préface de l’Encyclopédie portative lorsque l’auteur se plaint de ce que l’enseignement ne traite pas des conditions concrètes de la vie humaine et sociale.

84 Voir ibid., 3, p. 261-264.

85 Voir ibid., 3, p. 266-270.

86 Voir ibid., 3, p. 253-254.

87 Il ne peut désormais y avoir de doute sur la nationalité française de l’auteur de ces lignes.

88 Voir ibid., 1, p. 8.

89 Voir supra, n. 83.

90 Voir ibid., 1, p. 9.

91 Voir ibid., 1, p. 10.

92 Voir ibid., 2, p. 174-176.

93 Voir ibid., 2, p. 172-173.

94 En 20 volumes, parus de 1690 à 1720. Claude Fleury (1640-1723), avocat au parlement avant d’embrasser en 1669 la carrière ecclésiastique, était un familier de Bossuet et de Fénelon, et un gallican convaincu. Voir Dictionnaire des lettres françaises. Le xviie siècle, dir. Cal G. Grente, éd. revue sous la dir. de P. Dandrey, Paris, 1996, p. 495-498.

95 En 15 volumes, parus de 1730 à 1738. Charles Rollin (1661-1741), recteur de la Sorbonne, était surtout un pédagogue, auteur notamment d’un célèbre Traité des études, 4 vol., 1726-1728. Voir Dictionnaire des lettres françaises. Le xviiie siècle, dir. Cal G. Grente, éd. revue sous la dir. de F. Moureau, Paris, 1995, p. 1134-1135.

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search