Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Jan Roegiers

Présence de l’encyclopédisme dans les bibliothèques liégeoises

Carmélia Opsomer et Pierre Gason

Texte intégral

Prolégomènes

1L’histoire des bibliothèques est devenue indissociable aujourd’hui de l’histoire culturelle. Elle permet en effet d’évaluer le niveau scientifique, la curiosité intellectuelle, les idées philosophiques de ceux qui possèdent des livres et par conséquent de la société et de l’époque à laquelle ils appartiennent.

  • 1 Étienne Hélin, « Les bibliothèques à Liège au xviiie siècle », in Sommaire des travaux du groupe d (...)
  • 2 Nicole Peremans, « Une bibliothèque : reflet d’une culture et d’une personnalité », in Bulletin de (...)
  • 3 Particulièrement : Daniel Droixhe, « Étude quantitative et analyse interne de quelques bibliothèqu (...)
  • 4 Celle de Lambert Renson (1718-1761), ibidem, p. 161 sq. Notons ici que si la fonction exercée est (...)

2L’intérêt pour les bibliothèques privées s’est manifesté à Liège voici près de quarante ans à l’initiative d’Étienne Hélin1. Sous sa direction, un certain nombre de bibliothèques de notables furent soumises à des analyses quantitatives2. Mais c’est à Daniel Droixhe3 que l’on doit l’orientation décisive de la discipline. Notre savant collègue a démontré que si les analyses statistiques étaient indispensables, elles devaient impérieusement être complétées par une interprétation minutieuse des données et par leur remise en contexte. En outre, par son analyse exemplaire de la modeste collection d’un marguillier liégeois4, il a rappelé opportunément que la lecture audacieuse n’était pas l’apanage des milieux les plus favorisés.

  • 5 Daniel Jozic, « La bibliothèque de Charles-Nicolas d’Oultremont, prince-évêque de Liège », in Étud (...)

3Les résultats obtenus par les études que nous venons de mentionner sont d’un grand intérêt, mais nous ont néanmoins amenés, Pierre Gason et moi, à nous poser la question de la représentativité de ces modèles par rapport à l’ensemble de la population liégeoise. Nul ne s’étonnera de trouver des collections de livres chez les savants, les érudits, les médecins, les juristes et les membres du haut clergé5 et, bien entendu, chez les amateurs de cabinets de curiosités et autres bibliophiles. Il paraît périlleux, cependant, de tirer des conclusions générales sur l’état des bibliothèques liégeoises à partir d’un petit nombre d’exemples. En effet, au fur et à mesure de la lecture des inventaires, il apparaît qu’au sein d’une même catégorie sociale, l’uniformité est loin de régner. Il y a des bibliothèques strictement professionnelles, d’autres font une place à la culture générale, au délassement, à la religion. Certaines affichent un conservatisme prononcé, d’autres montrent une sensibilité aux idées nouvelles voire subversives. D’innocents livres de prières peuvent en dire long sur les opinions ou l’orthodoxie de leur propriétaire. Ainsi, on pourrait s’étonner de trouver dans de nombreux foyers les Cent cinquante pseaumes de David, mis en rime françoise par Clément Marot et Théodore de Bèze.

4Restent enfin les autres catégories socio-professionnelles et les couches populaires dont on s’est peu préoccupé jusqu’à présent. Or, si l’on veut effectivement déterminer la place réelle qu’occupe le livre au pays de Liège sous l’Ancien Régime, il faut savoir qui en possède, si modeste en soit le nombre, et ce qu’on lit. Seule une enquête élargie dans le temps et dans l’espace social est susceptible d’y répondre adéquatement.

  • 6 Cette base de données est en construction au Centre Informatique de Philosophie et Lettres de l’Un (...)

5De là est né notre projet intitulé La Lecture au Pays de Liège ( xvie-xixe siècles) qui vise à rassembler dans une base de données la plus exhaustive possible, non seulement les inventaires de bibliothèques, mais toutes les informations relatives à la possession de livres, quelle que soit la quantité possédée6. Exploitable dès à présent, comme nous le verrons ici à propos des traces de l’encyclopédisme relevées dans les bibliothèques, elle permettra à plus long terme de dresser une typologie des bibliothèques liégeoises par catégorie sociale, par degré d’instruction, par sexe et par époque.

  • 7 Par exemple, la bibliothèque des comtes d’Oultremont conservée au château de Warfusée.
  • 8 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu G. F. Lamelle, chanoine et chantre de Saint-Barthél (...)
  • 9 Comme le Catalogue de Livres très curieux et rares en tous genres, Délaissés par feu M. G. de Louv (...)
  • 10 Catalogue de la bibliothèque du médecin-botaniste Simon-Alexandre Lejeune, Université de Liège, ms (...)
  • 11 A.É.L., documents répartis entre le Fonds des notaires, le Fonds des familles, le Fonds des États (...)

6La détention de livres peut être établie sur base de sources et de témoignages de natures très diverses qui, dans certains cas, se complètent ou se recoupent. La situation, la plus favorable, mais aussi la moins fréquente, est celle de la bibliothèque qui a été conservée dans la famille et enrichie par des générations successives7. Riches d’enseignement également sont les catalogues imprimés ou manuscrits dressés en vue d’une vente publique8 ou à l’amiable9 et les inventaires établis par les propriétaires à leur usage personnel10. Ces documents concernent généralement des collections importantes. À l’inverse, les archives notariales, qui constituent l’essentiel du corpus, mettent en scène un public très diversifié. Elles consistent en testaments, inventaires après décès, inventaires à la réquisition de créanciers, procès-verbaux de ventes publiques, procès-verbaux de saisies, auxquels il faut ajouter, pour la période révolutionnaire, le cas particulier représenté par les procès-verbaux de confiscations des biens des émigrés11.

7Il reste enfin une autre piste, celle des exemplaires survivants conservés dans les bibliothèques publiques et privées et qui portent une marque d’appartenance, ultime indice parfois d’une collection dispersée à jamais. La collecte des ex-libris est un travail de fourmi, certes, mais qui se trouve facilité depuis que nombre de catalogues en ligne des grandes bibliothèques en font état. Les libraires aussi les signalent de plus en plus fréquemment généralement dans leurs catalogues, car la provenance, surtout si elle est prestigieuse, est un excellent argument de vente.

Critique des sources

Les catalogues de ventes

  • 12 II n’y a pas de certitude absolue, car il peut arriver que le vendeur ajoute, sans le mentionner, (...)
  • 13 Abbé R. Duclos et André-Charles Cailleau, Dictionnaire bibliographique, historique et critique des (...)
  • 14 Guillaume de Bure, Bibliographie instructive ou traité de la connaissance des livres, Paris, de Bu (...)
  • 15 Les moines de Saint-Jacques, quant à eux, s’étaient adressés à l’érudit Jean-Noël Paquot, Catalogu (...)

8D’une manière générale, ces catalogues reproduisent fidèlement l’état de la collection mise en vente12. Leur rédaction est quelquefois confiée à des lettrés qui se plaisent à les enrichir de commentaires érudits, comme l’auteur anonyme du catalogue de la bibliothèque de Louvrex qui cite André-Charles Cailleau13 et Guillaume de Bure14 et fait référence à Voltaire15.

9Certains exemplaires de ces catalogues qui ont servi d’instruments de travail aux collectionneurs de l’époque, portent des annotations manuscrites relatives au prix des lots et au nom des acquéreurs. Ces notes revêtent un intérêt majeur pour suivre à la trace les pièces exceptionnelles, pour connaître l’évolution du marché du livre, l’origine et le mode de formation de certaines collections, mais, dans la foulée, elles nous font découvrir des acheteurs jusqu’alors inconnus et donc orienter l’enquête vers de nouvelles bibliothèques.

Les inventaires de notaires

10Le degré de fiabilité de ces inventaires dépend du niveau intellectuel et de la conscience professionnelle des notaires et de leurs commis. Des notaires cultivés fournissent une transcription correcte, parfois même la référence complète de chaque ouvrage, permettant ainsi d’en identifier l’édition précise. Mais l’usage de dresser les inventaires sous la dictée fait apparaître le manque de culture de quelques représentants de la corporation. Des noms d’auteurs ou des titres sont quelquefois à ce point torturés que seule la lecture à voix haute permet de les reconnaître.

11Il y a aussi des rédacteurs négligents qui se bornent à évaluer plus ou moins approximativement le nombre de volumes : un lot de dix volumes ; une manne de livres ; quelques vieux livres, voire à les qualifier de « paperasses sans conséquence », de « fatras », ou de « niaiseries ». La frustration est d’autant plus grande lorsque dans le même répertoire, il n’est pas un vieux mouchoir ou une cruche ébréchée qui soit épargnée au lecteur.

12Les inventaires après décès livrent d’autres renseignements précieux. Établis pièce par pièce, ils donnent des indications sur l’endroit précis où se trouvent les livres : soit dans une chambre à part, que l’on appelle bibliothèque, soit dans un meuble qualifié de bibliothèque ou dans un meuble ne contenant que des livres. Dans de nombreux cas, les livres sont répartis suivant leur usage (chambre à coucher, cuisine, grenier, et même le quartier du jardinier).

  • 16 Cependant, le terme de « pupitre » est équivoque. Dans de nombreux cas, il désigne le comptoir d’u (...)

13Des éléments susceptibles de rendre compte du milieu socio-culturel ont été retenus, telle la présence d’estampes, de cartes géographiques, d’archives familiales ou de mobilier en rapport avec la lecture et l’écriture, par exemple les pupitres16 et les écritoires.

L’interprétation

14Les données récoltées doivent être complétées par des recherches biographiques : la profession du propriétaire, que les sources ne mentionnent pas systématiquement, ses liens familiaux, son état de fortune, etc. Lorsqu’il s’agit de femmes, la question se pose — particulièrement pour les veuves — de savoir si elles se sont bornées à conserver les biens de leur défunt mari ou si elles ont pris une part active à la constitution de la collection. Il faut en tout cas se garder des généralisations hâtives.

15La même prudence s’impose à l’égard de l’argument du silence. L’absence de mention d’une bibliothèque ne permet pas de conclure à son inexistence. Il peut arriver qu’une bibliothèque ait été attribuée avant le partage ou la vente publique des biens, et dès lors, elle n’est pas citée.

16À l’heure actuelle, notre base de données La Lecture au Pays de Liège ( xvie- xixe siècles) compte 662 bibliothèques. Nous allons voir maintenant quelle place elles accordent à l’encyclopédisme.

Renaissance et âge classique

  • 17 Isidori Hispalensis Episcopi Originum libri viginti ex antiquitate eruti et Martiani Capellae De n (...)

17En 1577, Bonaventure Vulcanius, qui a commis l’erreur de fréquenter avec trop d’ostentation les théologiens de Genève et de Bâle, dédie au Prince-Évêque de Liège Gérard de Groesbeeck son édition critique des Etymologiae d’Isidore de Séville, imprimée à Bâle17. Le but avoué de l’auteur est d’obtenir dans la cité épiscopale une retraite sûre et confortable in tempore belli. Il n’en fut rien et c’est à Leiden, dans le cénacle universitaire, que Vulcanius terminera sa carrière féconde de lettré réformé après avoir été un temps le secrétaire de Marnix de Sainte-Aldegonde. Cette lourde édition d’Isidore de Séville est le dernier témoin notable d’un encyclopédisme médiéval liégeois dont le cabinet des manuscrits de l’Université conserve de nombreux et intéressants témoignages.

  • 18 Le départ de Théodore de Bry n’est pas la conséquence d’opinions religieuses particulières comme o (...)

18Nous sommes proches du moment (1565) où un orfèvre liégeois abandonne définitivement la cité pour chercher fortune18. Il a nom Théodore de Bry. Ayant troqué le métier d’orfèvre pour ceux d’éditeur et de graveur à la fin du siècle, il aura pour ambition première — ses fils Jean Théodore et Jean-Israël continueront son œuvre avec éclat — de fournir au public lettré un panorama complet de l’univers visible et invisible. Aucun domaine ne leur sera étranger, des voyages, petits et grands, aux traités d’histoire, de poliorcétique, de médecine, d’architecture, de mécanique, d’occultisme, de biographie.

  • 19 Sur Godefroid Wendelin, on consultera essentiellement F. Silverijser, « Godefroid Wendelin. 1580-1 (...)
  • 20 Sur la vie et les œuvres de Sluse, voir essentiellement « René François de Sluse (1622-1685). Acte (...)
  • 21 Bibliotheca Slusiana sive librorum catalogus quos ex omnigena rei litterariae materia Joannes Gual (...)
  • 22 Sur Lairesse, voir Alain Roy, Gérard de Lairesse (1640-1711). Préface de Jacques Thuillier, Paris, (...)
  • 23 Sur Valdor, la meilleure approche reste l’étude (inédite) de Julia Uhlmann-Faliu, Jean Valdor de L (...)

19Cette aspiration à une vision encyclopédique du monde ne se retrouve pas avec autant de vitalité dans le xviie siècle liégeois. On connaît bien entendu quelques personnalités fortes : Godefroid Wendelin19, correspondant de Gassendi et de Peiresc ; René-François de Sluse, qui s’entretient régulièrement avec Pascal et avec les meilleurs savants de son temps20 alors que son frère Jean-Gautier, devenu Cardinal, constitue à Rome une bibliothèque célèbre21. Ces hommes notables, revenus au pays après leur peregrinatio academica pour y fixer leurs pénates, font un peu exception dans une petit état qui exporte ses élites, à l’instar de Jean-Gaultier de Sluse, déjà cité, de Gérard de Lairesse22, compétiteur un temps victorieux de Rembrandt à Amsterdam, ou encore de Jean Valdor, chargé d’immortaliser les triomphes de Louis le Juste à Paris avant de revenir dans sa patrie pour y finir ses jours23.

  • 24 Voir Pierre-M. Gason, Jean-François Bronckart, le livre interdit et la contrefaçon. Notes sur la c (...)

20La période de la « crise de conscience » a laissé quelques traces, et les bibliothèques du temps contiennent régulièrement, à côté de l’inévitable Moreri, l’infernal Dictionnaire de Bayle dont l’éditeur Jean-François Bronckart assure dès 1697, autant qu’il le peut, la diffusion en France24. Un auteur liégeois se distingue à ce moment, encouragé par Boileau : le baron de Waleffe, visiteur de Bayle et acteur malheureux de la conspiration de Cellamare. Le catalogue de sa bibliothèque n’a pas été retrouvé à ce jour, mais on voudrait en savoir plus sur ce militaire poète et peut-être philosophe, qui rêvait d’établir à Liège une académie dévouée au développement intellectuel de la principauté.

  • 25 Tout n’est pas dit sur la personnalité du baron de Crassier dont la bibliothèque fut réalisée dans (...)

21Comme son ami Guillaume-Pascal de Crassier (1662-1750), correspondant de dom Martène, de Jean-Frédéric Schannat et de bien d’autres25, le jurisconsulte et antiquaire Mathias-Guillaume de Louvrex, collectionne avec ardeur les livres de luxe, aidé en cela par le marquis de Fénelon, ambassadeur de France à La Haye ou le Prince de Grimberghen — entendez de Luynes, frère cadet d’une bibliophile illustre, la comtesse de Verrue.

  • 26 Cette reliure précieuse, de facture française, sera étudiée prochainement par le professeur Bruno (...)

22Du côté de la bibliophilie, Joseph-Clément de Bavière, le prince sensuel et dévot brillamment étudié par Bruno Demoulin, n’est pas en reste, si on en croit la somptueuse reliure en argent que conserve le trésor de la cathédrale26. L’édition espérée du catalogue de sa bibliothèque privée apportera bien des surprises agréables au lecteur moderne.

Le siècle des lumières

23Si le droit canon, la controverse janséniste, la querelle des rites ou la diffusion des idées féneloniennes restent le pain bénit d’une majorité de possesseurs liégeois de bibliothèques, il y a aussi un frémissement sensible pour ou contre les idées nouvelles.

  • 27 Sur l’esprit qui préside à cette publication diversement appréciée et appréciable, voir l’approche (...)

24Un éditeur particulièrement dynamique et avisé, Everard Kints, aura à cœur de publier pour son plus grand profit une description du pays (Les Délices) que complètent des rééditions des grands traités juridiques et historiques locaux, constituant une manière d’encyclopédie régionale qui forme la base locale de toute bibliothèque digne de ce nom27.

  • 28 Bien que vieilli, l’article consacré à Saumery par Xavier de Theux reste une source non remplacée. (...)

25Pour rédiger Les Délices et décrire comme il convient le paradis liégeois, Kints engage une équipe d’écrivains, en tête desquels on trouve Pierre Lambert de Saumery, un huguenot libertin qui profite largement des faveurs et prébendes que lui vaut, après une ostentatoire conversion au catholicisme, son habileté à raconter ses voyages au Levant ou encore son savoir-faire mondain, trop mondain peut-être. Tout péché porte sa sanction en germe : notre homme s’enfuit en 1738 pour avoir trop confondu Liège et Cythère dans son exploration du monde principautaire28.

  • 29 Sur le personnage, mise au point biographique et analyse de l’œuvres apud Pierre-M. Gason, Une fra (...)

26Un autre rédacteur des Délices du pays de Liège est le médecin J. Gautier de Faget, anti-voltairien de la première heure, ancien secrétaire de l’abbé Prévost et traducteur, excusez du peu, de l’immense Physica sacra de Scheuchzer. Lui aussi disparaît sans laisser d’adresse en ce début d’année 1738, probablement dans le cadre de la promulgation annoncée de la bulle In eminenti, condamnant la société des francs-maçons. Si le fait est évoqué ici, c’est en raison de l’édition, par le même Gautier de Faget, au même moment et sous la fausse adresse de Dublin, d’une Relation apologique et historique de la société des Francs-Maçons où apparaît clairement l’idée d’une encyclopédie, fruit du travail collectif des francs-maçons dans le cadre réseau de correspondance universel. Curieusement, les inventaires de bibliothèques liégeoises actuellement dépouillés ne révèlent pas la présence de ce texte au singulier credo, sorti tout droit du Pantheisticon de Toland : « Toutes choses ne sont qu’un dans l’univers ; & cet un est tout en toutes choses. Ce qui est Tout en toutes choses est Dieu, Etemel, immense et sage. C’est en ce Tout que nous sommes, que nous vivons, & que nous avons le mouvement. C’est par ce Tout que chaque Être est produit, et c’est en lui que tous les Êtres doivent se réduire. Il est enfin le Principe et la Fin de toutes choses. Tel est le principe solide sur lequel ils fondent tous leurs raisonnements. » Il n’est pas interdit d’attribuer également à Gautier de Faget le passage célèbre du Discours de Ramsay relatif à l’Encyclopédie, qui a fait couler tant d’encre29.

  • 30 Boisserand, documents divers in A.É.L., Notaires Babou, Martens et Nihoul, passim.
  • 31 Concernant Delorme de La Tour, voir Françoise Weil, La Fiction narrative de langue française de 17 (...)

27D’autres libraires ou littérateurs plus ou moins faméliques suivront après 1740, tels les Boisserand30 ou encore Jean-Louis Delorme de Latour — l’éditeur de Thérèse philosophe — que des documents récemment retrouvés nous montrent encore implanté à Liège en 176131 !

  • 32 Pol-P. Gossiaux, « L’Encyclopédie “liégeoise” (1778-1792) et l’Encyclopédie nouvelle. Nostalgie de (...)

28Voici venu le temps de l’Encylopédie, des encyclopédies. L’étude de leur histoire à Liège, toujours en gestation, a été brillamment inaugurée par Pol-P. Gossiaux32. Les chapitres qui s’y ajouteront ne modifieront pas sensiblement les conclusions de son travail de 1981.

  • 33 Pour une utile mise à jour des connaissances biographiques des frères Horion, voir Pierre Colman, (...)

29On ne connaît pas à l’heure actuelle la composition des bibliothèques de Maximilien-Henri de Horion, premier ministre de Jean-Théodore de Bavière et de son frère Gérard-Assuère de Horion, protecteurs de Pierre Rousseau et du Journal encyclopédique, mais il ne faut pas désespérer dans ce domaine33.

  • 34 Catalogue des livres de la bibliothèque de la célèbre ex-abbaye de St-Jacques, à Liège, dont la ve (...)

30Si les Jésuites en île ne semblent pas avoir enrichi leur bibliothèque par cette coûteuse acquisition, la Cité, dans un premier temps voudra en doter sa bibliothèque publique. Du côté des bibliothèques abbatiales et conventuelles, les bénédictins de l’abbaye bénédictine de Saint-Jacques attendront la parution de l’Encyclopédie méthodique pour s’inscrire au nombre des souscripteurs34.

  • 35 Catalogue des livres de la bibliothèque de son Altesse Sérénissime et Eminentissime Jean Théodore, (...)
  • 36 Sur sa bibliothèque, la référence est la pénétrante analyse de Daniel Jozic, « La bibliothèque de (...)

31En ce qui concerne les princes, l’Encyclopédie est absente dans la bibliothèque (liégeoise) de Jean-Théodore de Bavière35 et dans celle de d’Oultremont (qui possède néanmoins les travaux de Morand sur l’exploitation des mines et les œuvres de Buffon)36.

32Elle figure — qui s’en étonnera — dans celle de Velbruck. Ce prince fera don d’un exemplaire de l’édition in-4° à la Société d’Émulation qui s’érige en 1779. Ce cadeau a-t-il valeur de symbole ? La réponse n’a rien d’évident.

  • 37 Sur le rôle de la famille Ansiaux dans l’histoire des idées, voyez dans ce volume la contribution (...)
  • 38 Sur cet auteur à la carrière chaotique et sur l’histoire de son dithyrambe, voir P.-M. Gason, « Th (...)

33Il n’est pas simple de savoir si c’est en fonction d’opinions avancées ou d’animosités particulières qu’Ansiaux37 stigmatise Guérineau de Saint-Péravi38, admirateur tonitruant de Rousseau et de Voltaire autant que poète léger et trop fervent adepte de la bouteille, ce qui lui vaudra la perte de son poste d’Orateur de la Société libre d’Émulation.

  • 39 Voir Pierre-M. Gason, Suicide philosophique et déclin des empires : le cas du jeune Varin (1779) ( (...)

34Linguet, de son côté, considère très tôt la création de cette institution comme un signe de dissolution de la principauté. À l’occasion du suicide et du testament « philosophique » d’un jeune Américain — qui curieusement n’avait aucun livre et avait brûlé tous ses manuscrits39 — il n’hésite pas à vaticiner :

  • 40 Il s’agit évidemment de d’Alembert et de ses Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie f (...)
  • 41 Annales politiques, civiles & littéraires du dix-huitième siècle, 6, Londres, 1779, p. 525-428.

Un Philosophe moderne40, dans la préface d’une compilation d’éloges enfantés par la charlatanerie, & le goût corrompu, en tout sens, a eu l’indiscrétion de dire hautement que les Académies, & en général les associations de Gens de Lettres étoient des établissemens utiles, en ce qu’elles devenoient les véritables institutrices des nations, qu’on pouvoit s’en servir pour faire transpirer dans l’esprit des peuples les opinions que l’on vouloit y répandre. Si l’on juge d’après les faits, du genre de celle que nos confréries littéraires ont aidé à triompher, ce ne sera certainement, ni de la reconnoissance, ni de l’estime qu’on leur devra. Encore une fois, une seule pièce comme celle-ci est un texte terrible, sur lequel les Administrateurs des Empires devraient réfléchir, & bien sérieusement41.

  • 42 A.É.L., Notaire Ansiaux, passim. Le fait mérite une approche que n’autorise pas la brièveté d’une (...)

35Ajoutons pour en finir avec la société d’Émulation et surtout avec son bienfaiteur, le prince François-Charles de Velbruck, que le projet de contrefaçon de l’Encyclopédie annoncé à grands frais en 1783 semble avoir été financé initialement à hauteur d’un quart de l’investissement par Velbruck lui-même, sous couvert de son fils naturel, le jeune Graillet42. Passons...

  • 43 Joseph de Theux, Le Chapitre de Saint-Lambert, 4, Liège, 1872, p. 59-60. Catalogue de livres de la (...)
  • 44 Voir le Catalogue de livres de la Bibliothèque de feu M. de Stoupi, Liège, J. J. Tutot, 1786. Sur (...)

36L’Encyclopédie est présente dans les grandes bibliothèques de prestige que constituent à grands frais les chanoines Jean-Mathieu de Saroléa de Cheratte43 et Edmond-Sébastien-Joseph de Stoupy, ce dernier y ayant joint la collection de la Description des arts et métiers, les Mémoires de l’Académie des sciences et nombre de revues savantes acquises dans toute l’Europe44. Le Journal encyclopédique et le Journal général de l’Europe y figurent en bonne place.

37D’autres érudits ou simples lecteurs qui ne possèdent pas l’ouvrage — peut-être en raison de son coût levé — méritent de retenir notre attention.

38Quelques exemples.

  • 45 A.É.L., Notaire Xhéneumont, 18 avril 1769.

39Charles Verlaine, chanoine de Saint-Paul, est un lecteur de toutes les œuvres de Pascal mais lit aussi Bossuet, des auteurs anglais et italiens dans le texte, à côté du Satyricon tant en latin qu’en français, de Voltaire (Contes de Guillaume Vadé), de Scarron... et de Montaigne45.

  • 46 A.É.L., Notaire Grégoire, 11 novembre 1793.
  • 47 Georges Psalmanazar, Description de l’Ile Formosa en Asie, Amsterdam, 1708. Sur cet imposteur fame (...)
  • 48 Histoire d’Ali-Baba et de quarante voleurs, exterminés par une esclave, conte tiré des mille et un (...)

40Le 11 novembre 1793, Madame de Libotte fait inventorier au château de Beaufraipont une bibliothèque importante dans tous les domaines particulièrement en droit, jardinage, théologie46. S’y retrouvent Voltaire (Le Siècle de Louis XIV, La Henriade), Rousseau (Œuvres de 1763, Lettres écrites de la montagne), Psalmanazar47 (dans l’édition de 1708) ; Saint-Évremont, Mes Pensées de La Beaumelle, les textes condamnés de Heeswyck, nombre de pamphlets relatifs à Spa et à ses jeux. L’Encyclopédie est absente mais on trouve sur les rayons l’Encyclopédie portative et les premiers tomes de l’Encyclopédie méthodique. Madame de Libotte consacre ses loisirs à des textes nettement plus abordables, telle l’Histoire d’Ali-Baba48, une des rarissimes productions de la Bibliothèque bleue mentionnées dans les inventaires actuellement recensés.

  • 49 Carmélia Opsomer, « Private scientific libraries, witnesses of a Society in the Enlightenment — Bi (...)
  • 50 Carmélia Opsomer, « La bibliothèque du chirurgien liégeois Lambert Goby (1652-1729) », in Bulletin (...)

41Les bibliothèques médicales liégeoises ont fait l’objet d’une communication récente au XXIIe Congrès international d’histoire des sciences de Pékin49. La bibliothèque du médecin Goby a été étudiée spécialement dans le Bulletin de la Société des Bibliophiles liégeois50.

  • 51 Liège, collection particulière.

42Nous savons que les industriels verviétois Peltzer, représentants éminents de la communauté protestante, figurent également au nombre des souscripteurs de l’Encyclopédie méthodique51.

  • 52 Sur cette bibliothèque, voir Jean-Marc Capitaine, « La bibliothèque de Jean-Joseph Fyon », in Le V (...)
  • 53 A.É.L., Notaire Drèze, 6 juillet 1791.

43La bibliothèque d’un autre Verviétois, l’industriel révolutionnaire et futur babouviste Jean-Joseph Fyon52 pourrait en fin de compte nous sembler décevante si on ne trouvait dans l’inventaire (partiel) de la bibliothèque d’Edmond Fyon53, son père, les dictionnaires de Trévoux et de Moreri, la Description des arts et métiers, l’Encyclopédie in-quarto.

44Il est temps d’en venir à une interrogation récurrente depuis les travaux de Mornet : le livre et les origines révolutionnaires.

  • 54 La personnalité complexe de Pierre-Joseph Henkart attend une étude générale dont l’intérêt est évi (...)
  • 55 Université de Liège, ms. 1038, pièce no 340.

45« C’est Rousseau, Voltaire et tous ces grands hommes qui vous ont tourné la tête » écrit le Chancelier Jean-Pierre-Louis de Sluse de Beurs à Pierre-Joseph Henkart54 le 19 septembre55 dans le cadre d’une correspondance qui a toujours été lue en se limitant à l’événementiel et devrait être réétudiée au point de vue de l’histoire des mentalités.

  • 56 Jeroom Vercruysse, « Van der Noot, Holbach et le Manifeste du peuple brabançon », in Revue belge d (...)
  • 57 Sur Jean-Philippe de Limbourg, on relira avec intérêt et prudence Marcel Florkin, Médecine et méde (...)
  • 58 Catalogue d’une belle collection de livres de sciences et arts, jurisprudence, philosophie, économ (...)
  • 59 Outre les ouvrages classiques sur l’histoire de la révolution liégeoise, on consultera encore avec (...)
  • 60 Sur cet épisode, la source essentielle reste Georges de Froidcourt, L’Abbé Raynal au pays de Liège (...)
  • 61 Sur cette personnalité complexe qui surprit et enthousiasma à la fois Goethe et Nietzsche, voir en (...)

46Que Rousseau et Voltaire, entendons par là « la secte », aient tourné la tête de quelques-uns, oui, peut-être, mais ils ont tout autant séduit ceux qui se rangent du côté de la contre-révolution. J. Vercruysse a identifié dans la personne du révolutionnaire brabançon Henri van der Noot un lecteur attentif du baron d’Holbach56. L’histoire se répète à Liège : l’Encyclopédie et les monstres sacrés de la philosophie figurent de manière fort apparente sur les rayons du médecin Jean-Philippe de Limbourg, « éclectique des éclectismes » comme le définissait assez justement Marcel Florkin57. Les mêmes se retrouvent dans la luxueuse bibliothèque du mambour de Fossoul58, qui concilie sans trop de scrupules radicalisme philosophique et conservatisme politique. Les exemples peuvent être multipliés... À des degrés divers, ces lecteurs sont capables de concilier les contraires sans trop de difficultés : le chancelier de Sluse se trouve en bonne compagnie avec l’abbé Hubert-Joseph de Paix qui plaisante sans le moindre scrupule sur l’aveugle Ausonie dans le cadre de la loge de la Parfaite Intelligence dont il est l’orateur en titre mais défend scrupuleusement les prérogatives constitutionnelles du prince59. Notons à cet égard que le chanoine Jean-Nicolas Ghysels, membre de ce même synode qui avait lancé ses foudres sur le jeune Bassenge dans l’affaire de La Nymphe de Spa suscitée par le séjour spadois de l’abbé Raynal60, ne dédaigne pas plus que son collègue Henkart, chanoine de Saint-Martin, la poésie anacréontique la plus affligeante. Plus, pendant son exil en Allemagne, il s’appliquera — divine surprise — à traduire en français diverses œuvres de Georg Christoph Lichtenberg61 pour en faire une édition qui n’a malheureusement jamais vu le jour...

  • 62 Louis-François Harzé (1764-1820). Sa bibliothèque fut réalisée en vente publique. Voir le Catalogu (...)
  • 63 Louis De Potter, Considérations sur l’histoire des principaux conciles, depuis les apôtres jusqu’a (...)
  • 64 Sur la carrière picaresque de ce franc-maçon d’origine italienne et sur son séjour mouvementé en B (...)

47Au xixe siècle, l’Encyclopédie, bien vieillie, figure encore régulièrement dans le catalogue des bibliothèques liégeoises mais elle accompagne symboliquement les œuvres complètes de Rousseau, de Voltaire, de Montesquieu qui, à Liège comme dans la France de la Restauration, proclament haut et clair les opinions de leurs propriétaires. Chez ces lecteurs — le jurisconsulte Louis-François Harzé62 en est un bon exemple — l’Histoire des conciles du père Hardouin est remplacée par celle de Louis De Potter63. Les travaux de Dupuis sur l’origine de tous les cultes, ceux de Benjamin Constant sur le polythéisme, voire les indigestes compilations de Reghellini de Schio64 relèguent au grenier l’histoire universelle de Bossuet et les lourdes apologies de la foi catholique.

  • 65 Sur Laurent-François Dethier, voir Alex Doms, « Conseil au prisonnier. Laurent-François Dethier pr (...)

48Pour revenir à l’encyclopédisme, nous conclurons en mentionnant une encyclopédie imaginée par une des figures les plus curieuses et le plus méconnues de l’historiographie révolutionnaire, Laurent-François Dethier65, qui écrivait, dans ses Souvenirs patriotiques édités en 1800 :

  • 66 [Laurent-François Dethier], Souvenirs patriotiques ou fragmens d’essais analytiques, sur la nature (...)

En m’occupant autrefois à rechercher quels seraient les moyens de répandre partout, avec célérité, les vérités les plus importantes aux hommes, et de les graver profondément dans les esprits, sans avoir à craindre ni les éteignoirs, ni les baillons des tyrans conjurés contre les lumières ; je m’étais souvent demandé s’il était donc si difficile de réunir dans le cadre étroit d’un très-petit volume, les vrais principes fondamentaux des connaissances humaines, ces observations transcendantes, ces vérités-mères, qu’il suffit d’indiquer à l’homme déjà instruit, qui n’a besoin que de réfléchir, et à l’homme de bons sens qui cherche à s’éclairer, pour qu’au seul aspect de leur brillante clarté, l’un se rappelle aisément la masse des vérités accessoires et les conséquences fertiles qui en découlent, et que l’autre ose entreprendre de se diriger lui-même dans la carrière de l’instruction, sans risquer de s’égarer. Et il me semblait que de toutes les méthodes, celle-ci serait la plus propre à faire atteindre le grand but désiré : ce bréviaire de la raison, ne tarderait pas, me disais-je, à devenir l’Évangile de la multitude ; et ne fut-il ébauché d’abord que par une main grossière, retouché, perfectionné, tôt ou tard, par des plus habiles, pourrait-il manquer d’être un jour éminemment utile au progrès des sciences et des arts, et favorable surtout au triomphe de la liberté, qui ne peut guère s’établir, ni se consolider dans aucun état politique, sans être appuyée sur l’instruction du peuple, en qui doit résider la majesté et la puissance souveraine66.

49Et Dethier d’ajouter :

  • 67 Idem, p. v, n. 1.

Une grande vérité en morale, comme en politique, c’est qu’on ne fera jamais de révolution avec des in-folios. Aussi, de quelle utilité ne serait pas, sous tous les rapports, le Bréviaire de la raison ? Sans compter, ce qui néanmoins doit être compté infiniment plus qu’on ne pense, lorsqu’il s’agit de la masse du peuple, la grande économie de temps, de peines et d’argent que cela amènerait, quelle facilité n’y aurait-il pas, à l’aide de l’imprimerie, des traductions en langues étrangères, et des postes, de faire colporter dans tous les pays, et de mettre, pour ainsi dire, dans les mains de tout le monde, ce précieux sommaire des connaissances humaines ; et d’en multiplier ou cacher, au besoin, les exemplaires, de manière à le mettre pour toujours à l’abri du vandalisme inquisiteur et destructeur des farouches ennemis de la vérité et de la liberté67 »...

50Pourrait-on rêver plus beau triomphe pour l’esprit encyclopédique ?

Notes

1 Étienne Hélin, « Les bibliothèques à Liège au xviiie siècle », in Sommaire des travaux du groupe de recherche sur la sociologie des arts et de la littérature, Liège, 1968, p. 55-57.

2 Nicole Peremans, « Une bibliothèque : reflet d’une culture et d’une personnalité », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 84, 1972, p. 87-106 ; M. Laumont-Maréchal, « Recherches sur Jean-Mathieu de Saroléa, sa fortune, sa bibliothèque », in Annuaire d’histoire liégeoise, 14, 1973, p. 129-155 ; Maggy Hodeige, « Les catalogues des bibliothèques comme source pour l’historien », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 89, 1977, p. 63-85.

3 Particulièrement : Daniel Droixhe, « Étude quantitative et analyse interne de quelques bibliothèques liégeoises du xviiie siècle », in Études sur le xviiie siècle, 8, 1981, p. 151-175 ; Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasquin et Michèle Mat-Hasquin, Liège, Desoer, 1980 ; D. Droixhe, « Avocats, chanoines et lectures éclairées à Liège au xviiie siècle », in Les Bibliothèques au xviiie siècle, éd. L. Trénard, Bordeaux, Société des Bibliophiles de Guyenne, 1989, p. 239-264.

4 Celle de Lambert Renson (1718-1761), ibidem, p. 161 sq. Notons ici que si la fonction exercée est en principe modeste, l’examen du mobilier et des biens de Renson ne permet pas de le situer sensu stricto au nombre des gens « du commun ».

5 Daniel Jozic, « La bibliothèque de Charles-Nicolas d’Oultremont, prince-évêque de Liège », in Études sur le xviiie siècle, 14, 1987, p. 75-99 ; Jacques Liénard, « La bibliothèque de l’avocat “séditieux” V.-J. Comesse », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 105, 1993, p. 251-300.

6 Cette base de données est en construction au Centre Informatique de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège.

7 Par exemple, la bibliothèque des comtes d’Oultremont conservée au château de Warfusée.

8 Catalogue des livres de la bibliothèque de feu G. F. Lamelle, chanoine et chantre de Saint-Barthélemy et professeur en philosophie au Séminaire de Liège, Liège, 1805, in-8°, 260 p.

9 Comme le Catalogue de Livres très curieux et rares en tous genres, Délaissés par feu M. G. de Louvrex, Echevin, Bourgmestre, Jurisconsulte de Liège, et Antiquaire renommé ; Actuellement appartenants à Mlle LECHAT, rue Verd Bois à Liège ; laquelle est d’intention de les vendre, mais le tout ensemble et en une seule masse [...] Ladite Demoiselle a aussi à vendre, comme dessus une Collection de 1760 Médailles les plus rares et les plus anciennes & 625 Modernes ; au milieu desquelles se rencontre la Liste des Souverains Pontifes, 1792. Charles-Antoine de Méan se portera acquéreur de l’ensemble.

10 Catalogue de la bibliothèque du médecin-botaniste Simon-Alexandre Lejeune, Université de Liège, ms. 1573, celui du docteur Godart, photocopie du manuscrit original, Université de Liège, ms. 6475.

11 A.É.L., documents répartis entre le Fonds des notaires, le Fonds des familles, le Fonds des États et le Fonds français.

12 II n’y a pas de certitude absolue, car il peut arriver que le vendeur ajoute, sans le mentionner, des lots d’une autre provenance.

13 Abbé R. Duclos et André-Charles Cailleau, Dictionnaire bibliographique, historique et critique des livres rares, précieux, singuliers, curieux, estimés et recherchés qui n’ont aucun prix fixe, tant des auteurs connus que de ceux qui ne le sont pas, soit manuscrits, avant & depuis l’invention de l’imprimerie ; soit imprimés [...] avec leur valeur [...] Auxquels on a ajouté des observations & des notes pour faciliter la connaissance exacte & certaine des éditions originales, & des remarques pour les distinguer des éditions contrefaites. Suivi d’un Essai de bibliographie, où il est traité de la connaissance et de l’amour des livres..., À Paris, chez Cailleau et fils. Et se trouve à Liege, chez Jean-Jacques Tutot, 1791.

14 Guillaume de Bure, Bibliographie instructive ou traité de la connaissance des livres, Paris, de Bure, 1763-1768, 7 vol. in-8°.

15 Les moines de Saint-Jacques, quant à eux, s’étaient adressés à l’érudit Jean-Noël Paquot, Catalogue des livres de la célèbre ex-abbaye de Saint-Jacques à Liège dont la vente se fera publiquement au plus offrant, sur les cloîtres de la dite abbaye, le 3 mars 1788 et jours suivants, à 2 heures précises de la relevée, Liège, s.d.

16 Cependant, le terme de « pupitre » est équivoque. Dans de nombreux cas, il désigne le comptoir d’une boutique.

17 Isidori Hispalensis Episcopi Originum libri viginti ex antiquitate eruti et Martiani Capellae De nuptiis Philologiae & Mercurii Libri novem. Uterque, praeter Fulgentium & Veteres Grammaticos, variis lectionibus et scholiis illustratus. Opera atque Industria Bonaventurae Vulcanii Brugensis, Basileae, Per Petrum Pernam, 1577, in-folio.

18 Le départ de Théodore de Bry n’est pas la conséquence d’opinions religieuses particulières comme on l’a maintes fois répété sans la moindre preuve mais semble avoir été motivé par des raisons d’ordre financier.

19 Sur Godefroid Wendelin, on consultera essentiellement F. Silverijser, « Godefroid Wendelin. 1580-1667 », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 58, 1934, p. 91-158 et 60, p. 137-190.

20 Sur la vie et les œuvres de Sluse, voir essentiellement « René François de Sluse (1622-1685). Actes du colloque international », in Bulletin de la société royale des sciences de Liège, 55, 1, 1986,269 p.

21 Bibliotheca Slusiana sive librorum catalogus quos ex omnigena rei litterariae materia Joannes Gualterius sanctae Romanae ecclesiae cardinalis Slusius Leodiensis sibi Romae congesserat, Pétri Aloysii baronis Slusii fratris jussu, labore ac studio Francisci Deseine Parisiensis digesta et in quinque partes distributa, Romae, ex typographia J. J. Komarek, 1690.

22 Sur Lairesse, voir Alain Roy, Gérard de Lairesse (1640-1711). Préface de Jacques Thuillier, Paris, Arthena, 1992.

23 Sur Valdor, la meilleure approche reste l’étude (inédite) de Julia Uhlmann-Faliu, Jean Valdor de Liège, Paris, 1978.

24 Voir Pierre-M. Gason, Jean-François Bronckart, le livre interdit et la contrefaçon. Notes sur la carrière et les publications d’un précurseur malheureux (à paraître).

25 Tout n’est pas dit sur la personnalité du baron de Crassier dont la bibliothèque fut réalisée dans le cadre d’une vente publique dont le catalogue a été publié : Catalogus librorum bibliothecae Guillielmi S. R. I. L. Baronis de Crassier, E. S. S. episcopi et Principis Leodiensis, consiliarii, Liège, E. Kints, 1754, XVI-456 p.

26 Cette reliure précieuse, de facture française, sera étudiée prochainement par le professeur Bruno Demoulin.

27 Sur l’esprit qui préside à cette publication diversement appréciée et appréciable, voir l’approche de Pol-P. Gossiaux, in Les Lumières dans les Pays-Bas autrichiens et la principauté de Liège, Bruxelles, Bibliothèque Royale Albert Ier, 1983, p. 109-111.

28 Bien que vieilli, l’article consacré à Saumery par Xavier de Theux reste une source non remplacée. Voir Xavier de Theux de Montjardin, « Les Délices du Pays de Liège et leur éditeur Pierre-Lambert de Saumery », in Bulletin de la Société des bibliophiles liégeois, Liège, 1, 1882, p. 207-238.

29 Sur le personnage, mise au point biographique et analyse de l’œuvres apud Pierre-M. Gason, Une franc-maçonnerie radicale à Liège en 1738 : Gautier de Faget, Ramsay et l’héritage de Toland (à paraître).

30 Boisserand, documents divers in A.É.L., Notaires Babou, Martens et Nihoul, passim.

31 Concernant Delorme de La Tour, voir Françoise Weil, La Fiction narrative de langue française de 1728 à 1750 et la Librairie, [Paris], 1980, p. 377-387. Sur son activité de libraire à Liège en 1761, voir Paris, Archives nationales, minutier central, ET/LIV/888, à la date du 26 avril 1761.

32 Pol-P. Gossiaux, « L’Encyclopédie “liégeoise” (1778-1792) et l’Encyclopédie nouvelle. Nostalgie de la taxis », in Livre & Lumières au pays de Liège (1730-1830), Liège, 1980, p. 199-236.

33 Pour une utile mise à jour des connaissances biographiques des frères Horion, voir Pierre Colman, « La famille du comte de Horion revisitée », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 111, 2000, p. 91-96.

34 Catalogue des livres de la bibliothèque de la célèbre ex-abbaye de St-Jacques, à Liège, dont la vente se fera publiquement, au plus offrant, sur les cloîtres de laditte ex-abbaye, le 3 mars 1788 et jours suivants, s.l., iv-285 p., sub no 1084.

35 Catalogue des livres de la bibliothèque de son Altesse Sérénissime et Eminentissime Jean Théodore, duc de Bavière cardinal, évêque et prince de Liège, E. Kints, 1755, in-4°, 34 p.

36 Sur sa bibliothèque, la référence est la pénétrante analyse de Daniel Jozic, « La bibliothèque de Charles-Nicolas d’Oultremont, prince-évêque de Liège », in Études sur le xviiie siècle, 14, 1987, p. 75-99.

37 Sur le rôle de la famille Ansiaux dans l’histoire des idées, voyez dans ce volume la contribution d’Alexis Wilkin, « La perception du Moyen Âge liégeois à la veille de la Révolution, vue à travers les concours historiques de la Société d’Émulation », p. 245, n. 18.

38 Sur cet auteur à la carrière chaotique et sur l’histoire de son dithyrambe, voir P.-M. Gason, « Théorie et pratique poétique à Liège en 1778 : l’hommage de Saint Péravi à Voltaire et Rousseau », in Études sur le xviiie siècle, 6, 1979, p. 63-75.

39 Voir Pierre-M. Gason, Suicide philosophique et déclin des empires : le cas du jeune Varin (1779) (à paraître).

40 Il s’agit évidemment de d’Alembert et de ses Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie françoise, Paris, Panckoucke et Moutard, 1779.

41 Annales politiques, civiles & littéraires du dix-huitième siècle, 6, Londres, 1779, p. 525-428.

42 A.É.L., Notaire Ansiaux, passim. Le fait mérite une approche que n’autorise pas la brièveté d’une simple note.

43 Joseph de Theux, Le Chapitre de Saint-Lambert, 4, Liège, 1872, p. 59-60. Catalogue de livres de la Bibliothèque de feu Mr. De Sarolea de Cheratte, Liège, Dauvrain, 1785, passim. Voir Michèle Laumont-Maréchal, « Recherches sur Jean-Mathieu de Saroléa, sa fortune, sa bibliothèque », in Annuaire d’histoire liégeoise, 14, 38, 1973, p. 140.

44 Voir le Catalogue de livres de la Bibliothèque de feu M. de Stoupi, Liège, J. J. Tutot, 1786. Sur sa biographie, voir Joseph de Theux, Le Chapitre de Saint-Lambert, 4, Liège, 1872, p. 54-55. Sur sa bibliothèque, voir essentiellement Nicole Haesenne-Peremans, « Une bibliothèque : reflet d’une culture et d’une personnalité », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 84, 1972, p. 87-106.

45 A.É.L., Notaire Xhéneumont, 18 avril 1769.

46 A.É.L., Notaire Grégoire, 11 novembre 1793.

47 Georges Psalmanazar, Description de l’Ile Formosa en Asie, Amsterdam, 1708. Sur cet imposteur fameux, voir Mark Laureys, Georges Psalmanazar. Caractéristiques d’une imposture, Bruxelles, 1981. Cette étude fait état de recherches, hélas infructueuses, menées dans les archives liégeoises pour retrouver trace du passage de notre héros à Liège vers 1702.

48 Histoire d’Ali-Baba et de quarante voleurs, exterminés par une esclave, conte tiré des mille et une nuits, Liège, Chez Denis De Boubers, 1782.

49 Carmélia Opsomer, « Private scientific libraries, witnesses of a Society in the Enlightenment — Bibliothèques scientifiques privées, reflets d’une société au Siècle des Lumières », communication présentée au XXIIe Congrès international d’Histoire des sciences, Pékin, 24-30 juillet 2005 (sous presse).

50 Carmélia Opsomer, « La bibliothèque du chirurgien liégeois Lambert Goby (1652-1729) », in Bulletin de la Société des Bibliophiles liégeois, 25,2005, p. 83-130.

51 Liège, collection particulière.

52 Sur cette bibliothèque, voir Jean-Marc Capitaine, « La bibliothèque de Jean-Joseph Fyon », in Le Vieux Liège, 11, 1987, p. 309-312. Sur ce révolutionnaire, voir la biographie bien dépassée d’Auguste Gurdal, « Essai de biographie verviétoise. Jean-Joseph Fyon et son temps », in Bulletin de la société verviétoise d’archéologie et d’histoire, 24, 1931, p. 65-163.

53 A.É.L., Notaire Drèze, 6 juillet 1791.

54 La personnalité complexe de Pierre-Joseph Henkart attend une étude générale dont l’intérêt est évident. En attendant, voir Pierre-M. Gason, « Pierre-Joseph Henkart. Politique, arts et lettres. Catalogue analytique du Manuscrit 3921 de l’Université de Liège », in Archives et bibliothèques de Belgique (sous presse).

55 Université de Liège, ms. 1038, pièce no 340.

56 Jeroom Vercruysse, « Van der Noot, Holbach et le Manifeste du peuple brabançon », in Revue belge de philosophie et d’histoire, 46, 1968, p. 1223-1227.

57 Sur Jean-Philippe de Limbourg, on relira avec intérêt et prudence Marcel Florkin, Médecine et médecins au pays de Liège, Liège, 1954, passim.

58 Catalogue d’une belle collection de livres de sciences et arts, jurisprudence, philosophie, économie politique, histoire naturelle, beaux-arts, poésie, littérature, classiques français et latins, histoire ancienne et moderne, voyages, histoire littéraire et théologie provenant de la bibliothèque de M. Fossoul, ancien mambour de la ville de Liège, dont la vente aura lieu le lundi 14 février 1851, Liège, Desoer, 1851, in-8°, 41 p.

59 Outre les ouvrages classiques sur l’histoire de la révolution liégeoise, on consultera encore avec utilité, faute de mieux, Georges de Froidcourt.

60 Sur cet épisode, la source essentielle reste Georges de Froidcourt, L’Abbé Raynal au pays de Liège (1791), Liège, 1946, 109 p.

61 Sur cette personnalité complexe qui surprit et enthousiasma à la fois Goethe et Nietzsche, voir entre autres, en langue française, Lectures d’une œuvre. Les aphorismes de Lichtenberg, dir. Jean Mondot, Paris, Éditions du temps, 2001.

62 Louis-François Harzé (1764-1820). Sa bibliothèque fut réalisée en vente publique. Voir le Catalogue des livres rares et précieux de la bibliothèque de feu M. Louis François Godefroid Harzé, jurisconsulte et avocat à la cour supérieure de Liège, Liège, M. Loxhay, 1821, 15 p.

63 Louis De Potter, Considérations sur l’histoire des principaux conciles, depuis les apôtres jusqu’au grand schisme d’occident, sous l’Empire de Charlemagne, Bruxelles, De Mat, 1816, 2 vol. La dernière phrase du livre permet d’en juger : « Puissent les races futures, devenues enfin plus sages et plus modérées, ne plus fournir dorénavant à l’histoire des traits semblables à ceux que je rapporte ! Tous mes vœux seront remplis, si j’avois en écrivant ces réflexions, la certitude qu’elles contribueront un jour à hâter une révolution aussi désirable. »

64 Sur la carrière picaresque de ce franc-maçon d’origine italienne et sur son séjour mouvementé en Belgique, voyez John Bartier, « Francs-maçons italiens et français à Bruxelles à l’époque du roi Guillaume, d’après des documents inédits », in John Bartier, Laïcité et franc-maçonnerie, Bruxelles, 1981, p. 203-224.

65 Sur Laurent-François Dethier, voir Alex Doms, « Conseil au prisonnier. Laurent-François Dethier propose une réforme de la procédure criminelle dans la Principauté de Liège (1783-1788) », in Bulletin de l’Institut archéologique liégeois, 90, 1999, p. 135-191 (avec, p. 135, n. 2, et p. 136, n. 3, une bibliographie des écrits relatifs à Dethier).

66 [Laurent-François Dethier], Souvenirs patriotiques ou fragmens d’essais analytiques, sur la nature et le système du Monde ; les principes constitutifs des Sociétés civiles ; l’Histoire de l’Europe en général, de la France en particulier, et surtout de quelques-uns de ses départemens du Nord-est, etc. Premier cahier, Paris, an IX (1800), p. iii.

67 Idem, p. v, n. 1.

Auteurs

Chargée de cours à l’Université de Liège

Collaborateur scientifique à l’Université de Liège

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search