Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Jan Roegiers

Les rubriques de faits divers dans le Journal encyclopédique

Manuel Couvreur

Texte intégral

1Quiconque feuillette le Journal encyclopédique découvre, non sans délectation, un foisonnement d’anecdotes que nous appellerions aujourd’hui des faits divers. Ce qui fait plaisir au lecteur, pose problème au chercheur : comment éviter l’accumulation de récits amusants, poétiques ou terribles ? Comment dégager des lignes de force qui éclaireraient le fonctionnement même de ce périodique, le goût de son lectorat ou les stratégies de ses éditeurs ?

2Il convenait, pour débuter, de procéder à un dépouillement systématique : sans doute une étude complète aurait-elle été idéale, mais la tâche excédait les bornes imposées à la présente contribution. Aussi avons-nous travaillé en deux temps : d’une part, le dépouillement intégral des dix premières années ; d’autre part, pour les années ultérieures, un dépouillement de deux mois — mars et septembre — choisis de manière aléatoire, mais en nous réservant, bien entendu, le droit d’étendre, le cas échéant, notre étude à d’autres mois.

Les rubriques de faits divers : titres et contenus

  • 1 On consultera avec intérêt l’étude de Robert Favre, Jean Sgard et Françoise Weil, « Le Fait-Divers (...)

3La première difficulté méthodologique fut de cerner exactement ce qu’était un « fait divers1 ». En effet, sauf exception, les faits divers ne sont pas groupés de manière systématique sous un titre explicite. Comment dès lors repérer les articles relevant de cette catégorie ? Certains faits divers apparaissent au détour d’autres rubriques. C’est très souvent le cas des comptes rendus d’ouvrages qui se complaisent à rapporter en détail « tous les jeux et tous les caprices de la nature ». Ainsi de cette description d’un homme porc-épic, tirée d’un auteur anglais :

  • 2 « Description d’un homme qui est en Angleterre, appelé communément The Porcupine Man, ou l’homme p (...)

Mais qui pourrait le croire ! cette espèce d’homme sauvage est devenu amoureux, et il est parvenu à rendre sensible une jeune fille, avec laquelle il s’est marié. Il a eu de ce mariage six enfants tant filles que garçons, tous constitués comme lui, et également couverts de cornes ; aujourd’hui il ne reste plus qu’un garçon qui ressemble parfaitement à son père ; il est à désirer qu’il soit le dernier de la race2.

4Nous avons cependant choisi de nous concentrer sur les rubriques dont le titre ou les phrases initiales annonçaient explicitement leur appartenance à cette catégorie. Un collationnement sommaire permet d’isoler et de classer, en fonction de leur fréquence, les divers qualificatifs employés. Alors que l’appellation actuelle de « faits divers » souligne plutôt la variété et l’abondance de ces nouvelles, le Journal encyclopédique insiste, à rebours, sur leur unicité. C’est en effet le qualificatif « singulier » qui apparaît de loin le plus souvent, avec une bonne vingtaine d’occurrences : « Événement singulier », « Observation singulière », « Grossesse singulière », « Maladie singulière », « Un Caprice de la nature bien singulier », « Cas singulier arrivé à Verviers », « Testament singulier d’un curé anglais », « Phénomène singulier », « Phénomène très singulier », « L’Être le plus singulier qui soit dans la nature », « Observation sur une fontaine singulière », « Accident singulier », « Un Météore singulier », « Singularités étonnantes », « Gageure aussi singulière que cruelle », « Phénomène singulier », « Anecdote singulière », « Observations singulières », « Exemple singulier », « Question singulière », « Cures singulières », etc. « Extraordinaire » suit avec cinq occurrences seulement. Il confirme cependant une volonté de souligner le caractère exceptionnel des événements rapportés : « Accouchement extraordinaire », « Carcinome extraordinaire », « Fécondités extraordinaires », « Aventure extraordinaire », « Fertilité extraordinaire ». Les autres qualificatifs soulignent, non plus la rareté des faits rapportés, mais cherchent à attirer l’attention du lecteur sur leur caractère attrayant : « curieux » (« Question curieuse », « Observations curieuses », « Expériences curieuses ») ; « remarquable » (« Morts remarquables », « Événements remarquables », « Suite des événements remarquables ») ; « intéressant » (« Observations intéressantes ») ; « étonnant » (« Singularités étonnantes concernant les somnambules ») et « monstrueux » (« Difformité monstrueuse »).

  • 3 Sur la part de la médecine dans le Journal encyclopédique, voir la contribution de Claude Bruneel (...)

5Au-delà de ce premier repérage qui permet de caractériser le regard que les journalistes portaient sur ce type d’informations, il convient de voir quels sont les domaines dans lesquels cette « singularité intéressante » est mise en avant. De manière massive, ce sont les cas médicaux qui l’emportent au cours des trente-sept années de parution3. Cette suprématie n’a rien qui doive surprendre, puisqu’elle était annoncée dès le Prospectus :

  • 4 Cité par J. Küntziger (Essai historique sur la propagande des encyclopédistes français en Belgique (...)

Nous saisirons avec empressement tout ce que la médecine, la chirurgie et la chimie offriront de curieux et d’utile, comme les thèses singulières, les systèmes nouveaux de guérison, les opérations nouvelles, et tous les événements qui peuvent intéresser l’humanité4.

  • 5 « Médecine », in JE, 1757, VII, 3, p. 129.

6Cette annonce se trouve confirmée par la pratique. Les rubriques médicales sont en effet truffées de termes attestant le sensationnalisme caractéristique des faits divers : « L’attention que nous devons à nos lecteurs de recueillir les prodiges ou les caprices de la nature, ne nous permet pas de passer sous silence les faits suivants5. »

  • 6 Voir Jacques Wagner, « Le Journal encyclopédique (1756-1794) », in Dictionnaire des journaux (1600 (...)
  • 7 « Aventure remarquable touchant une personne accusée de meurtre, sur la prétendue déclaration d’un (...)

7On constate cependant que l’année 1762 marque un tournant. L’équipe de Pierre Rousseau, on le sait, évolue alors considérablement. De nombreux collaborateurs nouveaux rejoignent l’entreprise. Dans le même temps, l’éditeur diversifie son offre de publications périodiques en lançant des titres plus spécialisés6. On enregistre une large diversification et l’émergence d’une série de nouvelles rubriques de faits divers. Ainsi, est-ce dans le numéro d’août 1762 qu’apparaît la première anecdote judiciaire, avec le récit d’une « Aventure remarquable touchant une personne accusée de meurtre, sur la prétendue déclaration d’un esprit, tirée du British Magazine7 ». Quelques mois plus tard, le Journal encyclopédique ouvre ses pages à une rubrique consacrée à des actions généreuses. Le récit d’une « Reconnaissance anglaise » sert de prétexte à une réflexion générale sur ce type d’événement singulier :

  • 8 « Reconnaissance anglaise », in JE, 1762, VII, 2, p. 130.

Ce serait un excellent ouvrage qu’un recueil périodique, où l’on n’insérerait que les traits de générosité, de vertu, de reconnaissance, qui échappent quelquefois aux hommes à travers cette foule de vices, dont on ne cesse de les accuser. Nous ignorons si quelqu’un avant nous a formé le projet d’un tel journal, ou, si la crainte de manquer de matériaux a suspendu l’exécution d’une entreprise aussi utile : quoi qu’il en soit, nous pensons que l’exemple des actions vertueuses de nos contemporains, serait bien plus capable d’inspirer aux âmes honnêtes l’amour de la société, du bien, de la justice et de l’humanité, que le récit usé des vertus héroïques des Grecs et des Romains8.

8Ce type d’anecdotes finira, lui aussi, par se constituer en rubrique récurrente sous le titre de « Trait(s) de vertu ». Contrairement aux espoirs formulés par le rédacteur, elle ne donnera jamais lieu à une publication périodique spécifique. Le récit d’actions généreuses est caractéristique de l’évolution de la vision de l’homme au tournant des années 1750. Cette rubrique témoigne du nouveau regard positif sur l’être humain, sur ses passions en particulier, par opposition au discours religieux qui, auparavant, avait tendu à rabaisser l’homme en raison même de son incapacité à gérer des passions jugées uniment négatives. 11 semble qu’aux yeux des journalistes, ces « Traits de vertus » se soient articulés en contraste avec les anecdotes judiciaires qui, elles, continuaient à véhiculer, implicitement, une vision négative de l’homme. En mars 1763, un journaliste conclut une longue série de récits de crimes, plus terribles les uns que les autres, extraits d’une publication anglaise, par cet appel :

  • 9 « Fin des événements remarquables etc. », in JE, 1763, II, 3, p. 134.

Nous désirerions bien de finir cet article par le récit de quelque action de générosité, de bienfaisance, d’humanité, de grandeur d’âme ; mais nos mémoires n’en rapportent aucune. N’y a-t-il plus de vertus dans le monde ? [...] Nous sommes cependant persuadés qu’il existe encore des âmes honnêtes. Nous prions nos lecteurs, nous prions tous les hommes, sans distinction de pays, et de culte, de vouloir bien nous fournir des matériaux tout opposés à ceux qu’on a lus dans la liste de ces événements ; ils n’ont rien de remarquable que leur atrocité9.

  • 10 « Aventure extraordinaire arrivée en 1712 au fils d’un Grand d’Espagne, publiée en Espagne », in J (...)
  • 11 « Exemple de fidélité et d’affection d’un chien. Tirée du British Magazine », in JE, 1763, VIII, 3 (...)
  • 12 Voir, par exemple, « Description du squelette d’un géant, nouvellement découvert avec quelques mon (...)

9Enfin, on peut également repérer certaines anecdotes diverses, anciennes et récentes, retenues pour leur « singularité ». Certaines ont trait à des personnages historiques, tantôt célèbres — ce qui les rapproche du genre des ana —, tantôt obscurs comme cette « Aventure extraordinaire arrivée en 1712 au fils d’un Grand d’Espagne, publiée en Espagne » où « il y a si peu de vraisemblance et tant de singularité dans cette aventure, qu’elle paraîtra moins une vérité historique que l’épisode d’un roman10 ». Il peut encore s’agir d’anecdotes reflétant une vision anthropomorphique de la psychologie animale, comme cet « Exemple de fidélité et d’affection d’un chien. Tirée du British Magazine » : « Quoique les exemples de cette espèce ne soient pas rares, celui que nous allons rapporter nous paraît d’autant plus singulier, que l’affection de ce chien a duré plus de deux ans après la mort de sa maîtresse11. » Enfin — et sans prétendre à une quelconque exhaustivité, mais simplement à l’exemplarité —, mentionnons encore la récurrence de récits de découvertes archéologiques, qu’il s’agisse de trésors comme de curiosités, tels ces squelettes de géants ou autres momies12.

10Afin de donner une idée de la diversité de ces faits divers, comme de leur situation et de leur enchaînement dans le périodique, on peut prendre pour exemple, au hasard, le numéro du 1er mars 1786. Il fournit une typologie caractéristique de ces pages, désormais composées dans une casse plus petite que celle des comptes rendus et insérées entre les rubriques consacrées aux spectacles et aux nouvelles littéraires : « Astronomie », « Notices relatives à des voyages aériens, extraits d’un papier public », « Fin des observations sur quelques maladies », « Longévité extraordinaire », « Économie domestique et rurale », « Notice d’une cause remarquable, jugée au Parlement de Paris », « Anecdote extraite d’un papier public », « Détails envoyés de Droitwich [...] sur un homme qui est resté au lit pendant 28 ans, pour se tenir chaudement », « Académies », « Nécrologie », « Traits de vertus », « Établissement utile », « Divers articles d’inventions dans les arts », « Musique » (annonce de parution de partitions).

Situation de ces rubriques au sein du périodique

11Cet exemple montre que ces diverses rubriques forment un ensemble, à la fois mouvant, certes, mais aussi assez cohérent au sein du périodique.

  • 13 « Naissances et morts les plus remarquables de différentes parties de l’Europe », in JE, 1756, 1, (...)
  • 14 « Naissances », in JE, 1756, VI, 1, p. 141-142.
  • 15 Comme le remarquait déjà Jacques Wagner, l’année 1756, qui voit la naissance du périodique, n’est (...)

12Si dans les premiers numéros, il est possible d’isoler une rubrique « Nouvelles, relations, avis divers », on constate qu’elle ne contient pas l’ensemble des rubriques que nous mettrions aujourd’hui sous le titre de faits divers : ainsi, le 15 mars 1756, est-elle précédée d’une description d’un homme porc-épic et d’un récit intitulé « Événement singulier » qui, tous deux, appartiennent à la catégorie qui nous intéresse. En fait, ces « Nouvelles, relations, avis divers » ne correspondent que partiellement à notre attente et livrent plutôt des nouvelles d’ordre politique. En fin de volume, en revanche, se cache une rubrique qui contient parfois quelques éléments relevant de notre corpus. La rubrique « Naissances et morts les plus remarquables de différentes parties de l’Europe » mentionne, bien entendu, les événements relatifs aux personnages illustres, mais pas exclusivement. Ainsi, trouve-t-on également mention de décès singularisés par l’âge extrême des personnes concernées : « Un paysan d’un bourg voisin d’Esseckk en Hongrie est mort depuis peu, âgé de 127 ans. Il a laissé 22 enfants qu’il avait eu[s] de deux mariages13. » Il peut encore s’agir de personnages obscurs ayant donné naissance à une très nombreuse progéniture : « Une femme a donné le jour depuis à Rosendal, dans la baronnie de Breda, à trois garçons et une fille, qui tous les quatre ont reçu le baptême, et se portent parfaitement bien14. » Ce type de faits divers disparaîtra définitivement de la rubrique après avril 175815.

  • 16 « Événements remarquables et relatifs à la morale et à l’histoire naturelle, arrivés en Angleterre (...)
  • 17 « Événements remarquables qui se sont passés dans l’Europe durant l’année 1763 », in JE, 1764, I, (...)

13À partir du 15 janvier 1763, il convient de signaler l’apparition d’une suite d’articles constituant une manière de rubrique rétrospective des faits divers les plus étonnants de l’année écoulée : « Événements remarquables et relatifs à la morale et à l’histoire naturelle, arrivés en Angleterre dans le cours de l’année 1162 », « Suite des événements remarquables et relatifs à la morale et à l’histoire naturelle, arrivés en Angleterre dans le cours de l’année dernière », « Suite des événements remarquables, etc. », « Suite des événements remarquables » et « Fin des événements remarquables etc.16 ». Cette même rubrique, également déclinée sur plusieurs mois, paraîtra aussi en 176417. Durant ces années, un nombre variable de rubriques se succèdent dans un ordre qui, pour ne jamais s’astreindre à la systématisation, reproduit grosso modo l’enchaînement mentionné plus haut pour l’année 1786.

14Il faut attendre 1792 — année marquée par des changements profonds, dont celui de la périodicité qui passe de deux à trois numéros par mois — pour retrouver une rubrique clairement identifiée sous le titre de Variété, tantôt au singulier, tantôt au pluriel, selon une alternance totalement aléatoire. Apparue le 10 mars, elle disparaît définitivement dès le 20 septembre suivant. Quoiqu’écartées de ces Variétés, certaines rubriques relèvent bien des faits divers et autres nouvelles extraordinaires. Tel est le cas notamment des faits divers médicaux ou scientifiques (chimie, physique, astronomie) qui en ressortent comme grandis : leur contenu effectif ne confirme cependant pas toujours leur scientificité ainsi proclamée.

Problèmes posés par le statut scientifique de cette rubrique

  • 18 « Précis de deux lettres, écrites par M. l’abbé Tietheim, de Londres, à M. l’abbé Lami, à Florence (...)

15La rubrique des faits divers présuppose, presque toujours, que les journalistes fassent confiance au témoignage d’un tiers. Ils sont donc contraints de reproduire des relations dont ils n’ont pu vérifier la véracité. À propos du récit de la découverte d’un grain de raisin qui aurait été trouvé entouré d’un cordon sur lequel figuraient huit lettres romaines, le journaliste écrit : « Je ne l’ai pas vu moi-même : mais la description que je vous en donne, est exacte ; je la tiens de personnes dignes de foi, et en état d’en juger18. » Tout ceci relève de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours et ne va pas sans soulever des questions de crédibilité. Les journalistes en sont bien conscients qui s’efforcent souvent de souligner la fiabilité de leurs sources, avec des bonheurs divers d’ailleurs :

  • 19 « Lettre sur un météore singulier, écrite de Paris, le 13 de ce mois », in JE, 1761, VIII, 1, p. 1 (...)

L’homme de qui je tiens ce fait n’est pas à la vérité plus philosophe que moi ; ce n’est pas même une personne d’importance ; c’est le cocher de Maubeuge à Paris. Mais un cocher a des yeux, et celui-ci n’avait aucun intérêt de m’en imposer19.

16Il est indéniable que les rédacteurs font là des concessions au goût du public et, par voie de conséquence, aux idées reçues.

17Ce n’est d’ailleurs pas sans étonnement que le lecteur d’aujourd’hui découvre certaines relations en contradiction avec l’esprit philosophique et cartésien dont les rédacteurs se targuent par ailleurs. Parmi les échos accordés par le Journal encyclopédique aux fantasmes du temps, mentionnons notamment plusieurs récits évoquant la présence d’animaux vivants dans le corps humain. En octobre 1757, c’est la découverte d’un serpent dans un ventricule cardiaque gauche, lors de l’autopsie d’un homme âgé de vingt-et-un ans, décédé d’une maladie de langueur :

  • 20 « Médecine. Relation d’une espèce de serpent trouvé dans le ventricule gauche du cœur », in JE, 17 (...)

Nous y avons découvert une substance enveloppée qui avait la forme d’un ver, ou plutôt d’un serpent. [...] Ce corps extraordinaire était aussi blanc que la plus belle peau d’homme ; il était si luisant qu’on eût dit qu’il était revêtu d’un vernis ; sa tête était ensanglantée, et ressemblait si bien à celle d’un serpent, que tous les spectateurs en ont été saisis d’horreur. [...] Il nous a paru que cette espèce d’animal avait des veines et quelques boyaux pour les usages naturels. Les spectateurs qui en doutaient, l’ont examiné de près, et n’ont pu revenir de leur étonnement. On a vu peu de faits aussi étonnants : on est convenu que cette substance attachée au cœur a été la cause de la mort de ce jeune homme20.

  • 21 « Observation sur un lézard aquatique rendu par le fondement », in JE, 1762, II, 1, p. 131.

18En février 1762, c’est au tour d’« un lézard aquatique rendu par le fondement ». Le journaliste estime opportun de ponctuer cette relation invraisemblable d’une affirmation péremptoire : « Cette explication n’a rien de merveilleux. Au reste il y a eu un homme à Versailles qui souffrait beaucoup de l’estomac : après sa mort, on y trouva un gros crapaud en vie, nous ne citerons point d’autres exemples21. »

19En mai 1756, la rubrique médicale cède à un autre préjugé en soutenant que les envies des femmes enceintes influencent le développement de leurs fœtus :

  • 22 « Médecine, chirurgie, chimie, histoire naturelle, etc. », in JE, 1756, IV, 1, p. 114.

Une femme de Chalon-sur-Saône au commencement de sa grossesse avait eu une très forte envie de manger de la fraise de veau, qu’elle n’avait pu satisfaire. Étant parvenue au terme de l’accouchement (le 28 octobre de l’année dernière) elle a donné le jour à un enfant, dont les intestins et tout le mésentère s’étaient échappés du bas-ventre, où ils communiquaient intérieurement par une ouverture ronde, large environ d’un pouce et demi, placée au-dessus du nombril. Toutes ces parties étaient flottantes et configurées exactement comme de la fraise en question22.

20Les lecteurs devront attendre 1765 pour voir cet argumentaire battu en brèche. L’auteur des « Réflexions sur les envies des femmes grosses » commence par feindre de croire, lui aussi, au pouvoir de l’imagination, mais c’est une ruse pour amener plus sûrement ses lecteurs à la conclusion inverse :

  • 23 « Réflexions sur les envies des femmes grosses », in JE, 1765, IV, 1, p. 138.

Nous voulions dire seulement qu’il est absurde d’attribuer les vices de conformation des enfants aux idées de leurs mères, ou à leur imagination frappée par quelque spectacle imprévu. Le désir de combattre un préjugé trop étendu, nous a conduits peut-être au-delà des bornes que nous nous étions prescrites : mais si ces observations pouvaient calmer l’esprit trop agité de quelqu’une de ces femmes crédules, qu’une frayeur continuelle tourmente, inquiète, pénètre pendant leur pénible grossesse, nous serions trop récompensés. Nous pensons donc que désormais, sans crainte de nuire à la postérité, elles pourront se livrer à leurs goûts pour les fleurs, ou les fruits, à leurs désirs, à la vivacité de leurs impatiences, et qu’elles soutiendront, sans pâlir de terreur, la vue inopinée d’un homme hideux, au bec-de-lièvre, ou manchot, ou boiteux, ou bossu23.

21Gênés aux entournures, coincés entre leur souci de scientificité et des impératifs commerciaux, les rédacteurs se défendent pourtant de publier n’importe quoi :

  • 24 « Médecine. Histoire d’une grossesse singulière, par Mr. Kaisin, docteur en médecine, à Liège », i (...)

Je vous envoie l’histoire d’une grossesse de 17 ans, si singulière, que je ne doute point que vous ne la trouviez digne de votre journal ; mais comme le plus grand nombre de ceux qui lisent les ouvrages périodiques, ne sont pas accoutumés à ces sortes de prodiges de la nature qu’on ne voit communément que dans l’histoire de la médecine, je crois qu’il ne sera pas mauvais de prévenir le public que ce fait n’est pas inouï, et que depuis deux siècles qu’on n’a plus ce respect mal entendu pour les cadavres, et moins de répugnance pour les soumettre à un examen anatomique, pour en tirer quelque éclaircissement, les observations de médecine nous fournissent principalement des cas de grossesse si singuliers et si prodigieux, que les premiers, comme celui de Pont-à-Mousson, ont été pris pour des fables ou des impostures24.

22Cette rhétorique scientifique n’empêche pourtant pas la publication de nombreuses anecdotes farfelues. Donnons, à titre d’exemple, celle d’un lièvre mélomane :

  • 25 « Fait singulier tiré d’une lettre de Mr. James Tutlow, publiée à Londres », in JE, 1760, VI, 2, p (...)

Les mythologues nous apprennent qu’Orphée et Amphion rendirent autrefois les rochers, les forêts et les animaux sensibles à leurs accents. Pour s’en tenir à des idées plus raisonnables, on ne peut contester que la mélodie n’ait souvent fait de vives impressions sur différentes espèces d’animaux. Ce n’est pas que nous voulions admettre toutes les fables qui ont été publiées à cette occasion, telles que le trait de ce joueur de flûte qui vint à bout de se faire suivre par une immense quantité de rats qui désolaient une ville d’Allemagne, et qu’il conduisit jusqu’à une rivière où ils se précipitèrent. [...] Ce conte extravagant rapporté par le P. Kircher, ne doit pas prévenir contre d’autres faits plus vraisemblables. On verra avec plaisir un phénomène à ce sujet qui vient d’arriver en Angleterre.
Un dimanche au soir, dit Mr. James, cinq chantres étant allés se promener sur les bords de la rivière de Marsey, près de Durrham-Massy dans le comté de Chester, pour y prendre l’air et admirer la beauté de tout ce paysage, ils s’assirent sur le gazon et se mirent à chanter en chœur une antienne. Comme il y avait un petit bois situé à l’extrémité de la prairie où ils étaient assis, ils en virent sortir tout à coup un lièvre qui vint à eux en courant, et qui s’arrêta à la distance de vingt verges. Cette singularité les frappa, et pour s’assurer si c’était leur chant qui avait excité la curiosité de ce timide animal, ils cessèrent d’abord de chanter. Aussitôt le lièvre commença à retourner à pas lents dans sa retraite. Après cette première découverte, nos chantres entonnèrent de nouveau leur antienne, et le lièvre enchanté par la mélodie s’arrêta tout court, dressa ses oreilles, revint vers eux à toutes jambes, et s’arrêta encore à peu près à la même distance qu’auparavant ; il semblait les écouter avec une sorte d’extase, et il ne se retira qu’après ce concert.
Cette singularité fournit à l’auteur quelques réflexions. Il remarque d’abord que cet animal n’a quitté son gîte uniquement que pour jouir du plaisir de la musique, d’autant plus qu’il n’était pas assez tard pour qu’il en sortît de lui-même, sans quelque cause particulière. Il est d’ailleurs évident que la peur ne l’a pas déterminé à cette démarche extraordinaire, puisqu’il s’est approché fort près de ces chantres ; qu’il a paru les écouter avec la plus grande attention, et cela à deux reprises différentes. Il faut avouer que ce lièvre était bien organise25.

  • 26 Voir notre article « L’Oreille épicurienne », in Le Plaisir musical en France au xviie siècle, éd. (...)

23Malgré une chute où point l’ironie, il n’en demeure pas moins que notre journaliste cède au « Pouvoir des fables » dénoncé jadis par Jean de La Fontaine... Le raisonnement argumenté qui suit ce conte de nourrice a pour effet d’accréditer des légendes qui, depuis l’Antiquité, tendaient à conférer à la musique un pouvoir effectif sur les êtres vivants26.

24Très souvent, pour justifier leur décision de publier des anecdotes aussi peu crédibles, les journalistes s’excusent sur deux arguments majeurs. Le premier invoque la diversité des croyances et des interprétations. Tel est le cas à propos d’un fait singulier observé au Danemark, en janvier 1744, par plusieurs voyageurs circulant entre Copenhague et Korsør :

  • 27 « Phénomène singulier », in JE, 1759, IV, l, p. 118-122.

Quand les voyageurs entrèrent dans le carrosse pour partir, ils remarquèrent que les glaces étaient couvertes de gelée blanche, comme cela arrive souvent aux vitres des maisons en hiver. Mais ce qu’il y avait de singulier, c’est que sur cette légère couche de glace, on découvrait un paysage parfaitement dessiné, comme pourrait être une estampe. Ce seigneur s’étant douté que ce paysage pouvait ressembler à celui des environs, vit, en l’examinant de plus près, qu’il n’y avait pas un trait dans le dessin en glace qui ne répondit aux objets situés entre la ville de Corseur et le rivage, les pieux du môle, les bergeries, les huttes du voisinage ; c’était les formes, les proportions, en un mot, tout ce qu’aurait pu être l’image dans une chambre obscure, excepté la couleur27.

25Cette anecdote — tout aussi invraisemblable que celle du lièvre mélomane — donne lieu à un véritable commentaire scientifique. Le journaliste commence par évoquer d’autres cas similaires ou proches, antiques et modernes, avant de passer à une analyse plus rigoureuse. Il fait état du sentiment divergent de deux savants consultés sur ce cas. En disciple de Pascal, le premier se montre incrédule et attribue le phénomène à la seule « force de l’imagination des observateurs, qui leur a tracé des ressemblances dont cette faculté de leur âme a presque fait tous les frais ». Le second, tout en se défiant également des errements de la folle du logis, se refuse à dénier toute possibilité au phénomène et a « recours à une hypothèse physique pour rendre raison de ce phénomène » :

M. Gramm est persuadé qu’on ne peut former aucun doute raisonnable sur la réalité du fait ; il s’attache à en développer la possibilité ; et il augure qu’il pourrait bien en être comme de l’électricité, qui après avoir été si longtemps négligée par les physiciens, est devenue un des plus grands objets de leur attention.

26Ce savant invoque là le second des deux arguments brandis par le Journal encyclopédique pour se justifier de publier certains témoignages peu crédibles : ce n’est pas parce que ce n’est pas démontré que cela n’existe pas. Le journaliste souligne ici la faiblesse de ce type de raisonnement, en rappelant aux lecteurs que la méthode scientifique, telle que Descartes Ta prescrite dans son célèbre discours, ne vaut que pour des phénomènes reproductibles :

Cependant il y aura toujours ici un très grand inconvénient, c’est qu’il n’est pas au pouvoir des hommes de produire ce phénomène, qui dépend d’un concours de circonstances extraordinairement rares. [...] On peut espérer néanmoins que de nouvelles observations conduiront à quelques découvertes sur la nature de la congélation, et sur l’analogie qu’elle peut avoir avec la lumière.

27Ce cas est exemplaire en ce que les deux arguments principaux peuvent être invoqués à bon ou à mauvais escient. Le premier argument qui repose sur la diversité des interprétations aboutit ici à cautionner une anecdote farfelue. D’autres exemples prouvent, au contraire, que cette diversité a été utilisée pour dénoncer de fausses interprétations et la propension des hommes à croire de préférence aux interprétations les plus merveilleuses. Tel est le cas de la double analyse qui est donnée d’un cas de crise d’hystérie observé dans la région de Tournai. Dans un premier temps, les troubles comportementaux violents de la patiente ont été interprétés comme la marque d’une intervention diabolique : la population crédule, relayée par les prêtres, en appelle à l’exorcisme. Par contre, le docteur Desmillevilles, appelé au chevet de la malade, interprète le phénomène en termes strictement scientifiques et explique ces symptômes par une « vraie mélancolie ». Son diagnostic se vérifie car la cure qu’il suggère remporte « tout le succès possible » :

  • 28 « Observation sur une fille que l’on croyait possédée », in JE, 1759, V, 2, p. 144. Une même démon (...)

Je ne prétends pas, dit ce médecin, douter du pouvoir de l’Église sur les vrais possédés, mais bien ouvrir les yeux au public sur les grandes ressources de la médecine, et sur l’abus de certains services, que des ignorants affectent de rendre sous le manteau d’un caractère aussi respectable, pour ne satisfaire que leur avarice ou leur cupidité28.

28Le second argument qui invoque la nécessité de parler de certains phénomènes qui, pour n’être pas démontrables au stade actuel des connaissances, n’en seraient pas pour autant nécessairement faux, peut être utilisé, lui aussi, à bon ou à mauvais escient. Si, dans le cas de la vitre gelée, il sert à cautionner une anecdote trompeuse, il est certain que, comme l’invoque le journaliste, il est avéré que la découverte de l’électricité a permis de comprendre nombre de phénomènes jusque-là inexplicables. Dans le cas de l’anecdote danoise, le rédacteur avait eu soin de rappeler les limites de validité de ce type d’argumentation, en soulignant la nécessité qu’un phénomène naturel puisse être reproduit afin de pouvoir être analysé scientifiquement. Tous n’ont pas sa prudence. L’argument du phénomène encore incompréhensible sert à cautionner plusieurs anecdotes totalement fantasmatiques. Ainsi, en juin 1761, la publication du récit absurde d’un « Accouchement d’un enfant qui avait, en venant au monde, un casque sur la tête » s’en trouve ainsi justifiée, non sans une certaine hypocrisie d’ailleurs :

  • 29 « Accouchement d’un enfant qui avait, en venant au monde, un casque sur la tête », in JE, 1761, IV (...)

Rien de plus impossible que de rendre une raison parfaitement satisfaisante de ces seuls événements-ci [...] ? Le mystérieux rideau de la nature me paraît tiré là-dessus pour eux, comme pour moi. Ne pourrait-on pourtant pas croire, particulièrement dans un cas comme celui que je détaille, qu’une mère qui a une forte imagination, (surtout quand elle a été frappée par un objet existant, et qui l’aura beaucoup intéressée, comme la femme de ce fourbisseur a pu l’être par cette statue de la Carrière de Nancy,) peut déterminer la formation d’une partie étrangère à son enfant ? Parce qu’on ne comprend pas comment cela peut avoir lieu, en niera-t-on la possibilité ? » Ce sont les expressions de ce Médecin, que nous avons cru devoir rapporter fidèlement29.

  • 30 « Remarques sur une tumeur formée d’un paquet de cheveux entassés, trouvés dans la matrice », in J (...)

29Les « Remarques sur une tumeur formée d’un paquet de cheveux entassés, trouvés dans la matrice » réclament également l’indulgence, au nom du même principe : « Il y a un juste milieu entre voir tout avec une admiration stupide, et se refuser avec opiniâtreté à tous les jeux de la nature30. »

Stratégie d’éveil de l’esprit critique des lecteurs

30Dans le cas de l’anecdote danoise, la comparaison des diverses interprétations du phénomène avait manifestement valeur éducative. D’autres exemples laissent à penser que les rédacteurs ont mis en œuvre de véritables stratégies destinées à éveiller l’esprit critique de leur lectorat. Parfois, on note en effet que la présentation d’un fait divers s’étend, de manière étrange, sur plusieurs numéros : l’annonce d’une nouvelle curieuse suscite, dans le numéro suivant, la réaction d’un lecteur, peut-être fictif, qui soit combat soit appuie le premier témoignage. S’établit ainsi une sorte de mise en scène d’un pro et contra qui peut conduire parfois, dans un troisième temps, l’éditeur à se justifier.

  • 31 « Histoire des faux miracles de François Oudot, tirée des affiches de Lyon du 31 décembre dernier  (...)

31Un premier exemple d’une stratégie en deux temps pourrait être celui du récit des prétendus miracles opérés par un paysan nommé François Oudot, paru en janvier 1761. Le journaliste précise qu’il se contente de « rapporter cette histoire telle qu’elle vient d’être publiée, sans y rien ajouter31 ». L’article donne lieu, en décembre suivant, à une « Lettre aux auteurs de ce journal » où un « témoin oculaire » dénonce explicitement l’imposture du prétendu thaumaturge :

  • 32 « Lettre aux auteurs de ce journal, au sujet des prétendus miracles du nommé François Oudot », in (...)

La crédulité et la superstition que le peuple a montré dans cette occasion, sont ce qu’il y a de plus frappant. On n’eût jamais dû s’y attendre dans un siècle éclairé et dans un pays où le peuple étant assez aisé, doit être par conséquent plus instruit. Cet exemple doit nous faire craindre que les semences de superstition et de fanatisme qui ont causé autrefois tant de désordres, ne soient pas détruites, et qu’elles ne soient encore prêtes à germer à la persuasion du premier imposteur32.

32Cette admonestation prétendument adressée au peuple, et au passage aux rédacteurs trop crédules du Journal encyclopédique, est en réalité destinée à réveiller l’esprit critique de lecteurs trop passifs.

33Un second exemple illustrera cette fois une stratégie en trois temps. En janvier 1763, paraît une « Lettre adressée aux auteurs de ce journal par un officier du régiment de Royal-Comtois, au sujet d’un monstre marin, auquel on donne le nom d’homme de mer ». Il s’agit, on s’en doute, d’une énième variation autour du fantasme éculé de la sirène :

  • 33 « Lettre adressée aux auteurs de ce journal par un officier du régiment de Royal-Comtois, au sujet (...)

Quoiqu’on ne doive point s’attendre de la part d’un officier, qui ne s’est jamais attaché qu’au métier de la guerre, à une description exacte d’un monstre marin, telle que M. Buffon et autres excellents naturalistes auraient pu en donner ; permettez-moi cependant, dans ma manière de m’exprimer, de vous faire connaître ce monstre33.

34Bien que le ton faussement naïf soit de nature à éveiller la méfiance, ce n’est qu’a posteriori que le lecteur saisira l’importance de certains éléments d’une missive, sans doute inventée de toutes pièces. En octobre 1764, paraissent des « Observations sur les hommes marins, tirées en partie de la Gazette littéraire de Berlin, du mois de septembre 1764 ». Normalement, une telle référence devrait garantir le sérieux. Il n’en est rien et cet extrait ne fait que renchérir sur le caractère farfelu du précédent article :

  • 34 « Observations sur les hommes marins, tirées en partie de la Gazette littéraire de Berlin, du mois (...)

Bien des gens regardent encore comme des récits fabuleux tout ce qu’on a écrit au sujet des hommes marins. En effet, il est humiliant de penser qu’une partie de la seule espèce d’êtres raisonnables qu’il y ait dans la nature, soit faite pour vivre en société avec les poissons, et pour végéter comme eux sous les eaux de la mer. Si l’existence de cette espèce d’hommes est une fois admise et démontrée, quelle foule de conséquences et de difficultés accablantes n’en résultera-t-il pas contre les hommes terrestres ? car, si ces animaux sont exactement conformés comme nous, s’ils sont organisés de même, ils ont donc aussi des idées34 ?

35Le lecteur se retrouve au temps des gnomes et des sylphes chers à Paracelse et à toute sa séquelle alchimique, vitupérée avec tant d’esprit déjà par l’abbé Montfaucon de Villars dans son célèbre Comte de Gabalis. Plus précisément, sous le pastiche, c’est toute la réflexion que Diderot poursuit dans Le Rêve de d’Alembert qui transparaît : l’existence avérée d’un homme marin force à s’interroger sur sa place dans l’univers et, par voie de conséquence, sur celle aussi qu’y occupe l’homme terrestre. Ce n’est qu’en décembre suivant que cet article, pourtant clairement provocant, suscitera une réaction. Contre toute attente, la crédulité toute poétique de l’article berlinois n’est aucunement remise en cause par ces « Remarques sur les observations concernant les hommes marins, insérées dans le journal du 15 octobre dernier ». Au contraire, l’auteur renchérit :

  • 35 « Remarques sur les observations concernant les hommes marins, insérées dans le journal du 15 octo (...)

Vous voulez, Messieurs, que je croie qu’il y a des hommes marins ; vous paraissez même étonnés qu’il y ait encore bien des gens qui regardent comme des fables tout ce qu’on en a dit jusqu’à présent ; pour moi je vous avoue que je n’en suis pas du tout surpris : [...] comment voulez-vous que la nature elle-même, si régulière, et même si prévoyante dans tout le reste des êtres animés, qu’elle a si judicieusement pourvu de tout ce qui peut leur être nécessaire pour la conservation de leur espèce, ait condamné ces misérables créatures à vivre dans les eaux de la mer, en leur refusant tous les moyens nécessaires pour se servir de l’élément qu’ils sont forcés d’habiter35.

36Bien entendu, nous sommes dans le domaine de l’antiphrase. C’est par l’ironie et le rire que les rédacteurs entendent démontrer l’absurdité de si sottes croyances.

37Un troisième exemple recourt à des détours plus complexes encore. En janvier 1766, 1e Journal encyclopédique reproduit plusieurs anecdotes attestant du pouvoir mystérieux du regard des serpents à sonnettes. Mais le journaliste a soin, en tête et en conclusion, de les réfuter comme relevant de la superstition :

  • 36 « Exemples remarquables et authentiques de la force, vertu ou puissance que le serpent à sonnettes (...)

Voilà les observations du bon correspondant de Mr. Collinson ; en les rapportant, nous n’engageons personne à croire à l’enchantement des serpents à sonnettes ; cette lettre prouve seulement jusqu’à quel point la crainte peut offusquer la raison, et rendre les ignorants crédules36.

38En avril suivant, le journal publie pourtant une lettre qui lui a été adressée par un certain « chevalier de S... ». Celui-ci, pour appuyer les thèses de Collinson et de son correspondant, recourt à l’argumentaire traditionnel — ce qui n’est pas démontré n’est pas nécessairement inexistant — et l’illustre par sa propre expérience :

  • 37 « Lettre de M. le chevalier de S... mestre de camp de cavalerie, chevalier de l’Ordre de Saint-Jea (...)

J’applaudis, Messieurs, de bon cœur, à vos réflexions sur l’imbécillité des préjugés populaires ; j’aime à vous voir combattre les superstitions, ces tyrans trop caressés de la société. Aussi personne ne lit et ne médite vos articles philosophiques plus assidûment que moi, parce qu’en m’amusant, ils m’éclairent et m’instruisent. Il s’en faut bien pourtant que je sois toujours de votre avis ; quoique je sois, comme vous, dans l’usage de tourner le dos à la multitude, lorsqu’il s’agit d’examiner si une vieille opinion, quelque accréditée qu’elle soit, doit être mise dans la classe de l’erreur, ou dans celle de la vérité. Vous racontez dans votre volume du 15 janvier, page 108 et suivantes, les effets très surprenants qu’un observateur de Philadelphie attribue aux regards enchanteurs des serpents à sonnettes, et vous regardez les récits de ce bon Philadelphien comme tout autant de preuves de son extrême frayeur et de son asservissement à d’imbéciles préjugés. Il est très vraisemblable que vous avez raison ; il y a même à parier cent contre un que vous n’avez pas tort. Cependant il y a tant de choses qui passent notre intelligence, tant d’effets extraordinaires dont nous ne connaissons pas les causes, qu’il pourrait bien aussi y avoir mille contre un à parier qu’on a tort de rejeter dans le nombre infini de préjugés, tout ce que la raison ne saurait expliquer, car il y a, quoi qu’en dise la philosophie, bien des choses qui passent la sphère très bornée de cette pauvre raison humaine, malgré la supériorité qu’elle s’est modestement donnée sur l’instinct qui caractérise le reste du genre animal37.

39Immédiatement à la suite de la lettre de ce correspondant, réel ou fictif, paraît la « Réponse des auteurs du journal à Mr. le chevalier de S., etc. ». Ainsi donc, à l’en croire, ce chevalier, prétendument philosophe, serait parvenu à fasciner, par la seule puissance de son regard, un lézard vert :

  • 38 « Réponse des auteurs du journal à Mr. le chevalier de S., etc. », in JE, 1766, III, 2, p. 134-135

Vous ne vous trompez point, Monsieur ; il est très vrai qu’il y a, et plus communément même qu’on ne le pense, des regards enchanteurs, magiques, meurtriers, pétrifiants, empoisonneurs. L’expérience que vous avez bien voulu nous communiquer, vous la renouvellerez très souvent, et quand vous voudrez : mais prenez garde que ce soit sur la même espèce de reptiles : car il serait très dangereux pour vous de tenter le même essai sur les couleuvres, les vipères, etc. qui, comme les lézards et les crapauds, ne cèdent pas aisément à la force magique des regards humains38.

40Le persiflage démonte la soi-disant expérience du chevalier de S... Enfin, l’affaire est clôturée en juin par la publication d’une missive qui aurait été adressée à Collinson, par un contradicteur. Celui-ci, probablement tout aussi fictif que son correspondant, démontre que c’est la peur qui paralyse les victimes, non le pouvoir des yeux du serpent :

  • 39 « Extrait d’une lettre du Dr. Kearsly à M. Collinson, datée de Philadelphie, du 10 novembre 1765, (...)

Nous avons parlé fort souvent du serpent à sonnettes, et nous en parlerons encore, dussions-nous impatienter quelques-uns de nos lecteurs, et dussent-ils nous reprocher de nous appesantir un peu trop sur le même sujet. Mais notre journal passe les mers, et nous croirons avoir gagné beaucoup, nous croirons avoir rendu service à l’humanité, si nos observations et les moyens que nous proposons garantissent quelques habitants de Philadelphie, ou quelques particuliers, en Amérique, des cruelles morsures du serpent à sonnettes, ou du préjugé presque aussi pernicieux, que ce reptile charme sa proie, et qu’on ne peut éviter d’en être dévoré, aussitôt qu’on en est aperçu39.

41On voit avec quel humour les rédacteurs s’amusent de cet appesantissement sur le serpent à sonnettes. Cette stratégie éditoriale — car ce dernier exemple ne laisse guère de doute sur le fait qu’il s’agisse d’un échange épistolaire inventé de toutes pièces — ne peut s’expliquer que par la volonté délibérée et consciente des rédacteurs d’éduquer les lecteurs d’un journal philosophique en leur prouvant, par l’exemple, qu’ils doivent se défier de leur crédulité et s’efforcer de rechercher une vérité qui souvent se dérobe.

42À côté de ces exemples qui ont pour but de mettre le lecteur en situation réelle, on trouve des textes qui, de manière théorique cette fois, en tirent les conclusions. Ils constituent autant de plaidoyers où sont exposés les principes fondateurs du périodique. Tel est le cas, lors de la recension d’un recueil anonyme d’Anecdotes de médecine parues en 1762 :

  • 40 « Anecdotes de médecine. 1762. (Sans nom d’imprimeur) 1 vol. in-16. », in JE, 1762, II, 2, p. 49. (...)

Il faudrait écarter avec soin d’un ouvrage de cette espèce les faits peu avérés, et qui sentent le merveilleux ; si l’auteur des Anecdotes retouche son ouvrage, comme nous osons l’y inviter, il en supprimera tout ce qui tend à prouver la possibilité de faire revivre une plante brûlée et réduite en cendres ; il est trop éclairé sans doute pour ne pas savoir que la palingénésie est en chimie ce que le mouvement perpétuel est en mécanique, et la quadrature du cercle en géométrie. Il évitera surtout d’insérer dans son nouvel ouvrage des anecdotes qui n’ont qu’un rapport très éloigné à la médecine. Il retranchera tout ce qu’il a dit des frères de la Rose-Croix, parce que l’histoire de la nature n’est pas celle des délires des hommes : l’une étonne et ravi d’admiration l’esprit humain ; l’autre souvent le dégrade et l’avilit40.

Succès des rubriques de faits divers et diversification des publications périodiques de Bouillon

  • 41 Voir Robert Favre, « Gazette salutaire », in Dictionnaire des journaux, 1, op. cit., p. 522 ; et « (...)
  • 42 JE, 1759, VI, l, p. 139.
  • 43 « Observations sur des fécondités extraordinaires », in JE, 1763, 1, 3, p. 113-114.

43Divers éléments nous incitent à formuler une hypothèse : le succès rencontré par ces diverses rubriques de faits divers semble avoir été si puissant que Pierre Rousseau et ses collaborateurs ont envisagé de leur consacrer une publication spécifique. Les faits divers médicaux constituent, nous l’avons vu, une rubrique souvent sensationnaliste. N’est-ce pas le succès qu’ils ont rencontré qui aurait incité Friedrich Emmanuel Grunwald, par ailleurs collaborateur du Journal encyclopédique, à lancer en 1761 sa propre Gazette salutaire ? Cette publication, constituée aussi, pour une large part, de lettres de correspondants et de quelques réponses du rédacteur, propose nombre de descriptions de monstres ou de récits de « morts extraordinaires » et d’« événements terribles et singuliers41 ». Il est en tout cas avéré que, par la suite, le Journal encyclopédique a nourri sa rubrique médicale en puisant dans ce périodique spécialisé. En atteste, sans ambages, une mention en italiques parue en août 1759 : « Les deux observations que nous venons de rapporter, sont prises du Journal de Médecine d’où nous ne nous ferons aucun scrupule de tirer ce que [sic] nous paraîtra le plus intéressant42. » La Gazette salutaire allait se révéler une entreprise parfaitement viable : ce périodique parut jusqu’en 1793, comme le Journal encyclopédique, et, comme celui-ci aussi, fut traduit en italien : certains articles du Journal encyclopédique, sans doute rédigés par Grunwald lui-même, font écho à cette entreprise. En février 1763, un article consacré à des exemples de « fécondités extraordinaires » rend compte d’un « événement de cette espèce que nous trouvons consigné dans le supplément de la Gazette salutaire qu’on traduit à Venise43 ».

  • 44 Voir Henri Duranton, « Journal de jurisprudence », in Dictionnaire des journaux, 2, op. cit., p. 5 (...)

44L’apparition, en 1762, des faits divers judiciaires doit sans doute être interprétée comme une sorte de test auprès du lectorat. Il dut s’avérer suffisamment concluant pour que, dès l’année suivante, Pierre Rousseau et Jean-Louis Castilhon lancent un nouveau périodique exclusivement consacré à cette matière. Le premier numéro du Journal de jurisprudence parut le 2 janvier 1763. Le succès ne fut cependant pas au rendez-vous : la publication cessa après mai 176444. En revanche, la rubrique judiciaire du Journal encyclopédique ne cessera de prendre, par la suite, de plus en plus d’ampleur.

  • 45 Voir Henri Duranton, « Recueil philosophique et littéraire », in Dictionnaire des journaux, 2, op. (...)

45Enfin, les anecdotes historiques — dont nous avons vu qu’elles pouvaient présenter des recoupements avec la rubrique des faits divers — sont bien présentes de manière éparse dans le Journal encyclopédique sous forme de récits, de bons mots ou de citations. Cette rubrique — moins fréquente et moins nettement définie que les précédentes — finit aussi par s’émanciper partiellement dans une autre publication périodique publiée à Bouillon : le Recueil philosophique et littéraire, dirigé par Jean-Louis et Jean Castilhon, parut de 1769 à 177945.

Conclusions

  • 46 Voir Gustave Charlier et Roland Mortier, Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite de (...)

46Tout au long de son histoire, le Journal encyclopédique a, avant tout, constitué une sorte de journal d’annonces de publications provenant de l’Europe entière. Ce cosmopolitisme, on le sait, constitue assurément l’une de ses spécificités les plus remarquables46. Quel sens pouvait donc revêtir, aux yeux des rédacteurs, le fait de les entremêler de nombreux faits divers relevant de domaines variés ? De manière générale, ceux-ci confortaient la dimension généraliste, qui singularise le Journal encyclopédique par rapport aux autres périodiques édités à Bouillon. D’autre part, il est certain que ces rubriques avaient aussi pour fonction de séduire le grand public, un vaste lectorat qui se plaisait, comme aujourd’hui, à des récits merveilleux donnant du monde une image à la fois monstrueuse ou séduisante, mais toujours nouvelle. Nombre de passages prouvent que les journalistes savaient jouer avec cette fascination pour l’étrange. Évoquer simplement un oiseau inconnu en Europe, suffit à réveiller une imagination toujours avide de rêve :

  • 47 « Observations curieuses sur le condore [sic] ; oiseau d’Amérique », in JE, 1760, III, 2, p. 144.

L’histoire naturelle, et surtout celle qui regarde les pays étrangers, ne manque jamais de plaire. Chaque peuple isolé dans le coin qu’il tient sur la terre, borné à un spectacle uniforme qu’il a sans cesse sous les yeux, y devient moins sensible, et ne s’éveille, pour ainsi dire, que quand on lui parle de merveilles ou d’observations extraordinaires. En voici quelques-unes sur le condor que l’on verra peut-être avec plaisir47.

47L’attrait exercé par cette rubrique sur les lecteurs est encore attesté par un dernier détail. C’est en son sein qu’apparaissent les premiers encarts publicitaires. Les annonces de parution d’estampes ou de partitions musicales qui y sont mêlés, sont en effet de nature exclusivement commerciale, puisqu’ils ne sont accompagnés d’aucun commentaire émanant de la rédaction du périodique. Les libraires, eux aussi, avaient donc bien compris que les pages les plus lues du Journal encyclopédique n’étaient pas celles que l’on aurait pu croire.

Notes

1 On consultera avec intérêt l’étude de Robert Favre, Jean Sgard et Françoise Weil, « Le Fait-Divers », in Presse et histoire au xviiie siècle, l’année 1734, éd. Pierre Rétat et Jean Sgard, Paris, Éditions du CNRS, 1978, p. 199-225.

2 « Description d’un homme qui est en Angleterre, appelé communément The Porcupine Man, ou l’homme porc-épic, par Mr. Ascanius, docteur en médecine et de la Société royale de Londres », in JE, 1756, II, 3, p. 121.

3 Sur la part de la médecine dans le Journal encyclopédique, voir la contribution de Claude Bruneel au présent volume.

4 Cité par J. Küntziger (Essai historique sur la propagande des encyclopédistes français en Belgique dans la seconde moitié du xviiie siècle, in Mémoires couronnés et autres mémoires publiés par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 30, 1880, p. 15), d’après l’exemplaire conservé aux A.G.R. à Bruxelles (Secrétairerie d’État et de Guerre, no 125, p. 325).

5 « Médecine », in JE, 1757, VII, 3, p. 129.

6 Voir Jacques Wagner, « Le Journal encyclopédique (1756-1794) », in Dictionnaire des journaux (1600-1789), 2, éd. Jean Sgard, Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1991, p. 670-673.

7 « Aventure remarquable touchant une personne accusée de meurtre, sur la prétendue déclaration d’un esprit, tirée du British Magazine », in JE, 1762, V, 3, p. 133-135.

8 « Reconnaissance anglaise », in JE, 1762, VII, 2, p. 130.

9 « Fin des événements remarquables etc. », in JE, 1763, II, 3, p. 134.

10 « Aventure extraordinaire arrivée en 1712 au fils d’un Grand d’Espagne, publiée en Espagne », in JE, 1763, III, 2, p. 125.

11 « Exemple de fidélité et d’affection d’un chien. Tirée du British Magazine », in JE, 1763, VIII, 3, p. 131.

12 Voir, par exemple, « Description du squelette d’un géant, nouvellement découvert avec quelques monnaies romaines, à Futwelthiks en Durham, dans la Grande-Bretagne », in JE, 1763, VIII, 2, p. 125-127 ; ou le récit de la découverte d’une momie près de Riom dans les « Nouvelles, relations, avis divers. Nouvelle découverte », in JE, 1756, III, 2, p. 124-125.

13 « Naissances et morts les plus remarquables de différentes parties de l’Europe », in JE, 1756, 1, 3, p. 138.

14 « Naissances », in JE, 1756, VI, 1, p. 141-142.

15 Comme le remarquait déjà Jacques Wagner, l’année 1756, qui voit la naissance du périodique, n’est aucunement représentative de l’ensemble (« Le rôle du Journal encyclopédique dans la diffusion de la culture », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 193, 1980, p. 1805-1812). On y trouve, par exemple, de nombreuses gravures de Jean-Pierre Dreppe (1734-1791), ainsi que des suppléments musicaux, généralement d’origine anglaise, ce qui est très singulier pour l’époque (David Charlton et Sarah Hibberd, « “My father was a poor Parisian musician” : A Memoir (1756) concerning Rameau, Handel’s Library and Sallé », in Journal of the Royal Musical Association, 182, 2003, p. 161-199). Cela vaut également pour les rubriques de faits divers qui se singularisent par une volonté d’ordonnancement — partiel, certes, nous l’avons vu — de ces nouvelles diverses.

16 « Événements remarquables et relatifs à la morale et à l’histoire naturelle, arrivés en Angleterre dans le cours de l’année 1762 », in JE, 1763,1, 2, p. 133-135 ; « Suite des événements remarquables et relatifs à la morale et à l’histoire naturelle, arrivés en Angleterre dans le cours de l’année dernière », in JE, 1763,1, 3, p. 127-131 ; « Suite des événements remarquables, etc. », in JE, 1763, II, 1, p. 135-138 ; « Suite des événements remarquables », in JE, 1763, II, 2, p. 133-139 ; et « Fin des événements remarquables », in JE, 1763, II, 3, p. 127-134.’

17 « Événements remarquables qui se sont passés dans l’Europe durant l’année 1763 », in JE, 1764, I, 1, p. 127-135 ; « Suite des événements remarquables, etc. », in JE, 1764, II, 2, p. 120-128 ; et « Suite des événements remarquables, etc. », in JE, 1764,1, 3, p. 131-136.

18 « Précis de deux lettres, écrites par M. l’abbé Tietheim, de Londres, à M. l’abbé Lami, à Florence, au sujet d’un grain de raisin merveilleux », in JE, 1764, V, 1, p. 130.

19 « Lettre sur un météore singulier, écrite de Paris, le 13 de ce mois », in JE, 1761, VIII, 1, p. 122.

20 « Médecine. Relation d’une espèce de serpent trouvé dans le ventricule gauche du cœur », in JE, 1757, VII, l, p. 135-136.

21 « Observation sur un lézard aquatique rendu par le fondement », in JE, 1762, II, 1, p. 131.

22 « Médecine, chirurgie, chimie, histoire naturelle, etc. », in JE, 1756, IV, 1, p. 114.

23 « Réflexions sur les envies des femmes grosses », in JE, 1765, IV, 1, p. 138.

24 « Médecine. Histoire d’une grossesse singulière, par Mr. Kaisin, docteur en médecine, à Liège », in JE, 1756, V, 1, p. 100-101.

25 « Fait singulier tiré d’une lettre de Mr. James Tutlow, publiée à Londres », in JE, 1760, VI, 2, p. 123-125.

26 Voir notre article « L’Oreille épicurienne », in Le Plaisir musical en France au xviie siècle, éd. Thierry Favier et Manuel Couvreur, Liège, Mardaga, 2005, p. 81-96.

27 « Phénomène singulier », in JE, 1759, IV, l, p. 118-122.

28 « Observation sur une fille que l’on croyait possédée », in JE, 1759, V, 2, p. 144. Une même démonstration se retrouve à propos du pouvoir létal que certains attribuaient au sang de bœuf (« Lettre traduite de l’anglais sur cette question curieuse : Le sang du taureau est-il un poison ? », in JE, 1759, VI, 3, p. 141-146).

29 « Accouchement d’un enfant qui avait, en venant au monde, un casque sur la tête », in JE, 1761, IV, 3, p. 137-138.

30 « Remarques sur une tumeur formée d’un paquet de cheveux entassés, trouvés dans la matrice », in JE, 1764, V, 2, p. 122. Deux articles consacrés à des phénomènes de somnambulisme s’achèvent par des vers empruntés aux Réflexions diverses de la sceptique Antoinette Deshoulières : « Que l’esprit de l’homme est borné ! / Quelque temps qu’il dorme à l’étude, / Quelque pénétrant qu’il soit né, / Il ne sait rien à fond, rien avec certitude ; / De ténèbres pour lui tout est environné. » (« Suite des singularités concernant les somnambules », in JE, 1762, V, 2, p. 34).

31 « Histoire des faux miracles de François Oudot, tirée des affiches de Lyon du 31 décembre dernier », in JE, 1761,1, l, p. 129.

32 « Lettre aux auteurs de ce journal, au sujet des prétendus miracles du nommé François Oudot », in JE, 1761, VIII, 2, p. 136.

33 « Lettre adressée aux auteurs de ce journal par un officier du régiment de Royal-Comtois, au sujet d’un monstre marin, auquel on donne le nom d’homme de mer », in JE, 1763,1, 2, p. 131.

34 « Observations sur les hommes marins, tirées en partie de la Gazette littéraire de Berlin, du mois de septembre 1764 », in JE, 1764, VII, 2, p. 112.

35 « Remarques sur les observations concernant les hommes marins, insérées dans le journal du 15 octobre dernier », in JE, 1764, VIII, 3, p. 131.

36 « Exemples remarquables et authentiques de la force, vertu ou puissance que le serpent à sonnettes a de charmer les hommes et les animaux ; tirés d’une lettre adressée à Mr. Collinson, par un de ses correspondants établi à Philadelphie », in JE, 1766, V, 2, p. 113.

37 « Lettre de M. le chevalier de S... mestre de camp de cavalerie, chevalier de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, aux auteurs de ce journal, au sujet de leurs observations sur la vertu magique attribuée aux serpents à sonnettes », in JE, 1766, III, 2, p. 127-128. On notera encore la publication, dans le numéro précédent, d’un article traitant du même sujet, mais qui ne contient aucun caractère polémique : « Sur l’art de charmer les serpents exercé par les Égyptiens, tiré en partie du Gentleman’s Magazine », in JE, 1766, III, 1, p. 123-126.

38 « Réponse des auteurs du journal à Mr. le chevalier de S., etc. », in JE, 1766, III, 2, p. 134-135.

39 « Extrait d’une lettre du Dr. Kearsly à M. Collinson, datée de Philadelphie, du 10 novembre 1765, au sujet des serpents à sonnettes, et de plusieurs autres animaux auxquels on attribue la vertu malfaisante de charmer les hommes et les bêtes », in JE, 1766, IV, 2, p. 118-119. La dimension humoristique est renforcée encore par l’article qui suit immédiatement et qui tape, une nouvelle fois, sur le clou : « Lettre au sujet de la manière de prendre les serpents », in JE, 1766, IV, 2, p. 127-130.

40 « Anecdotes de médecine. 1762. (Sans nom d’imprimeur) 1 vol. in-16. », in JE, 1762, II, 2, p. 49. On peut également voir les remarques critiques sur la question du mauvais œil dans les « Questions singulière à résoudre », in JE, 1765, II, 2, p. 140-145.

41 Voir Robert Favre, « Gazette salutaire », in Dictionnaire des journaux, 1, op. cit., p. 522 ; et « Grunwald, Friedrich », in Dictionnaire des journalistes (1600-1789), 1, éd. Jean Sgard, Oxford, Voltaire foundation, 1999, p. 484-485.

42 JE, 1759, VI, l, p. 139.

43 « Observations sur des fécondités extraordinaires », in JE, 1763, 1, 3, p. 113-114.

44 Voir Henri Duranton, « Journal de jurisprudence », in Dictionnaire des journaux, 2, op. cit., p. 586 ; et Michel Gilot, « Castilhon, Jean-Louis », in Dictionnaire des journalistes, 1, op. cit., p. 196-198. Il en ira de même de la rubrique des « Nouvelles politiques » — qui, bien entendu, ne relève pas du fait divers —, mais qui s’émancipera finalement sous forme d’un périodique uniquement consacré à cette matière : dirigée par Jacques Renéaume de La Tache, la Gazette des gazettes ou Journal politique paraîtra de 1764 à 1793 (voir Hervé Guénot, « Gazette des gazettes », in Dictionnaire des journaux, 2, op. cit., p. 499-500 ; et Françoise Weil, « Renéaume de La Tache, Jacques », in Dictionnaire des journalistes, 2, op. cit., p. 848).

45 Voir Henri Duranton, « Recueil philosophique et littéraire », in Dictionnaire des journaux, 2, op. cit., p. 1067-1068.

46 Voir Gustave Charlier et Roland Mortier, Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite de l’« Encyclopédie », Bruxelles, La Renaissance du livre, 1952.

47 « Observations curieuses sur le condore [sic] ; oiseau d’Amérique », in JE, 1760, III, 2, p. 144.

Auteur

Université Libre de Bruxelles

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search