Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Robert Darnton

La médecine dans le Journal encyclopédique

Claude Bruneel

Texte intégral

  • 1 J. Sgard, Bibliographie de la presse classique (1600-1789), Genève, Slatkine, 1984, p. 189-197.
  • 2 C. Bruneel, « L’aurore de la médicalisation dans les Pays-Bas autrichiens », in Annales de la Soci (...)

1Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, l’intérêt croissant de la société à l’égard de la santé et de la médecine est manifeste. Les signes en sont multiples, aussi bien dans le monde savant et la noblesse que parmi la bourgeoisie. En trente ans, de 1754 à 1783, neuf nouveaux périodiques consacrés à l’art d’Esculape voient le jour, et certains, tels le Journal de médecine, chirurgie et pharmacie ou la Gazette salutaire, témoignent d’une belle longévité1. Dans les Pays-Bas autrichiens, les annonces à caractère médical se multiplient dans les gazettes. Ici tout comme dans la principauté de Liège, le nombre de médecins croît significativement à partir de 1750 et plus encore dès 1770. Parmi les chirurgiens, nombreux sont ceux qui vont compléter leur formation à Paris. Certains, de plus en plus nombreux, se spécialisent dans l’art des accouchements. Les pouvoirs publics deviennent plus sensibles aux questions de santé publique2.

  • 3 R. Favre, La Mort au siècle des Lumières, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 221-227 ; (...)
  • 4 J. Wagner, « Pierre Rousseau à Liège ou l’énergie de l’intelligence et les malheurs d’un intellect (...)
  • 5 Cf. la notice et la bibliographie de J. Wagner, in Dictionnaire des journaux (1600-1789), 2, éd. J (...)
  • 6 Né à Toulouse en 1716 et décédé à Paris en 1785. Il avait entamé des études de chirurgie qu’il n’a (...)
  • 7 G. Charlier et R. Mortier, op. cit., p. 43.

2La médecine des Lumières est marquée par différents courants qui coexistent sans peine et qui, souvent même, s’interpénètrent à différents niveaux. L’esprit de système avec le « néohippocratisme » côtoie sans problème la nouvelle orientation clinique, qui stimule l’expérimentation physiologique et la connaissance de l’anatomie pathologique3. L’intégration de la science dans la culture caractérise également l’époque. Né « dans le bouillonnement exceptionnel de la vie intellectuelle des années cinquante4 », le Journal encyclopédique se devait de rencontrer lui aussi cette préoccupation du temps5. Dès l’origine, le périodique entend rendre compte de ce type d’ouvrages. Dans le Prospectus, Pierre Rousseau6 écrivait : « Nous saisirons avec empressement tout ce que la Médecine, la Chirurgie et la Chimie offriront de curieux et d’utile, comme les Thèses singulières, les Sistèmes nouveaux de guérison, les Opérations nouvelles, les Maladies et les Cures extraordinaires, et tous les Événemens qui auront quelque rapport à ces objets, ou qui pourront intéresser l’humanité7. »

  • 8 Né à Kupper (Haute Alsace) en 1734 et décédé à Bellevaux, près de Bouillon, en 1826. Il a étudié l (...)
  • 9 Cf. la notice de R. Favre, in Dictionnaire des journaux, 1, p. 522.
  • 10 Pharmacien né à Paris en 1731 et décédé en 1799. Il fit partie du Collège de pharmacie, de l’Acadé (...)
  • 11 Né à Liestall près de Bâle en 1723 et décédé à Berlin en 1807 (Allgemeine Deutsche Biographie, 21, (...)
  • 12 U. Capitaine, Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et écrits périodiques li (...)

3Pour atteindre ce but, Rousseau s’entoure assez vite de collaborateurs réguliers ou occasionnels. Il recourt également à des correspondants étrangers. Au début cependant, il semble avoir assuré seul l’essentiel du travail. Le fait qu’il ait entamé dans sa jeunesse des études de chirurgie contribue à expliquer peut-être l’intérêt immédiat du Journal pour la matière qui nous retient. À partir de décembre 1761 et jusqu’à sa disparition, un noyau permanent de rédacteurs s’est constitué. En son sein, le médecin Frédéric Emmanuel Grunwald8 assure la partie étrangère et traduit les livres en anglais, allemand ou italien. Il se charge également de l’analyse des ouvrages de médecine, physique et chimie. Par ailleurs, il fonde l’année de son arrivée à Bouillon une feuille hebdomadaire, la Gazette salutaire, dont il est le directeur et le principal rédacteur. Elle traite de médecine humaine et vétérinaire, d’hygiène, de faits divers et d’événements curieux et extraordinaires relevant de ces domaines. La publication cesse de paraître en 17939. Au Journal encyclopédique, Grunwald a peut-être bénéficié de l’aide du pharmacien Louis Claude Cadet de Gassicourt, membre de l’Académie des sciences de Paris et auteur de notices pour l’Encyclopédie10. La collaboration de Jean Bernard Mérian11, philosophe et philologue, membre et futur secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin, expliquerait vraisemblablement la régularité des recensions des travaux de cette société savante12.

  • 13 D. Lénardon, Index du Journal encyclopédique, 1756-1793, Genève, Slatkine reprints, 1976.
  • 14 Ce dernier domaine a été étudié de manière analytique par A. Couvreur, La Pharmacie et la thérapeu (...)

4Comment le Journal a-t-il rencontré les objectifs qu’il s’était assignés ? La table des volumes13 qui a été dressée permet de s’en assurer aisément. Elle ne prend toutefois en compte que les articles et comptes rendus, soit la matière rédactionnelle proprement dite, à l’exclusion des simples mentions bibliographiques dans la rubrique « Nouvelles littéraires ». C’est sur cette base qu’ont été relevées les contributions jugées de nature médicale, sans retenir donc ce qui semblait appartenir à la pharmacie, même si la frontière entre les deux domaines peut parfois sembler discutable14.

  • 15 157 occurrences sur 861, soit 18,2 %.

5Aux côtés de recensions d’ouvrages, de dissertations et de traités divers, un nombre non négligeable de contributions adoptent la forme de la lettre. C’est le cas presque une fois sur cinq15. Même en faisant la part du genre littéraire, leur nombre et la présence d’écrits intitulés « Réponse à » témoignent d’une volonté de laisser se développer une culture du débat.

  • 16 Avec un coefficient de variation de 39,5 %. Le calcul porte sur l’ensemble des mentions, citations (...)

6Sous l’angle quantitatif, les articles médicaux (à l’exclusion donc des simples annonces) sont en moyenne vingt-quatre par an16, soit un peu plus de six pour cent de toute la partie rédactionnelle. Au gré des années, les proportions extrêmes dépassent de peu respectivement les deux et les dix pour cent. En la matière, l’évolution est plus heurtée qu’au plan de l’ensemble des rubriques. De part et d’autre, les années 1789-1790 accusent un creux indiscutable mais le redressement de la partie médicale en 1791 n’est qu’éphémère.

7Sur dix ouvrages analysés, huit au moins sont en langue française. Le latin s’étiole visiblement en qualité de véhicule de la science. L’intérêt pour le monde anglo-saxon est le plus net, quoiqu’extrêmement limité. Sans doute faut-il prendre en compte les connaissances linguistiques des lecteurs éventuellement désireux d’approfondir la matière. Une part de l’explication réside aussi dans le statut de langue universelle dont jouit encore la langue de Voltaire dans le monde des lettrés.

Tableau 1. Le contenu du Journal encyclopédique (1756-1793). Ventilation selon la langue des ouvrages analysés

Valeurs absolues

dont traductions

 %

Français

745

23

86,5

Anglais

49

5,7

Latin

35

4,1

Allemand

19

2,2

Italien

9

1

1,0

Divers

4

0,5

861

100,0

  • 17 Outre des ouvrages généraux, almanachs et périodiques, il est question à parts presque égales du b (...)

8Du point de vue de l’essentiel, le contenu, la médecine humaine retient naturellement majoritairement l’intérêt : 96 % des articles y ont trait tandis que la médecine vétérinaire, avec trente-sept mentions, n’est évoquée que tout à fait accessoirement17.

Tableau 2. Les thèmes médicaux présents dans le Journal encyclopédique (1756-1793)

Valeurs absolues

 %

Maladies, symptômes divers

334

37,4

Médecine générale, médecins

155

17,3

Médecine spécialisée

119

13,3

Chirurgie

86

9,6

Magnétisme

48

5,4

Hygiène

44

4,9

Thermalisme

30

3,4

Curiosités

26

2,9

Travaux de sociétés savantes

13

1,5

Hôpitaux

11

1,2

Électricité médicale

10

1,1

Mort

9

1,0

Divers

9

1,0

TOTAL

894 (a)

100,0

(a) Nombre de mentions, un même ouvrage pouvant être cité plusieurs fois.

  • 18 Né à Iznang (en Souabe, près du Lac de Constance) et décédé à Meersburg (Souabe) en 1815. Il étudi (...)

9Des 894 comptes rendus et analyses reflétant les souffrances humaines et l’état de la médecine, près de huit sur dix s’attachent à différentes pathologies ou leurs symptômes, à la médecine générale et aux matières qui relèveraient aujourd’hui de différentes spécialités sans oublier la chirurgie. Les préoccupations à rattacher à un souci d’hygiène, générale plutôt que personnelle d’ailleurs, interviennent à concurrence de 5 %, presque au même niveau qu’une question à la mode, le magnétisme autour de la personne de Franz Anton Mesmer18.

  • 19 Ph. Ariès, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 472-493 ; R. Favre, op. cit., p. 252-258 (...)
  • 20 Sur ces auteurs et leurs travaux, cf. Ph. Ariès, op. cit., p. 474 et 484-486.
  • 21 Né à Valognes (Manche) en 1748 et mort à Paris en 1794. Il prit ses grades en médecine à Paris et (...)
  • 22 Né à Florence en 1749 et mort à Löbichau en 1809. En 1774, il obtient l’autorisation de Benoît XIV (...)

10Le souci de l’environnement amène certains médecins à se préoccuper de l’influence du climat sur la santé, à étudier les liens entre météorologie et médecine. Au contraire de la pureté de l’eau, la qualité de l’air retient particulièrement l’attention, qu’il s’agisse de « vents pestilentiels », des accidents inhérents à la vidange des fosses d’aisance ou des dangers liés à l’inhumation, particulièrement dans les églises. Cette dernière question n’était pas neuve : Ambroise Paré l’avait déjà évoquée incidemment au xvie siècle, et elle refait surface dans les années 1740. Vingt ans plus tard, le problème est à nouveau posé, cette fois de manière décisive surtout après l’enquête de 1763 et l’arrêt, deux ans plus tard, du Parlement de Paris. Même si cette disposition est demeurée inappliquée, le mouvement d’idées est lancé. En 1776, Louis XVI étend à tout le royaume les mesures prescrites peu auparavant par l’archevêque et le Parlement de Toulouse. L’interdiction d’enterrer dans les églises est confirmée, l’aménagement des cimetières est revu. À partir de 1780, les champs de repos établis dans Paris sont transférés aux barrières de la cité. Les mêmes réformes s’imposent ailleurs en Europe aussi avec une grande concomitance19. L’écho de ce mouvement se retrouve dans le Journal encyclopédique qui évoque à deux reprises, en 1773, le mémoire de Hugues Maret sur les dangers liés à l’enterrement des morts dans les églises et, en 1777, la Lettre de Guillaume Molé sur les moyens de transférer les cimetières hors de l’enceinte des villes20. L’année suivante encore, il rend compte de la traduction commentée par Vicq d’Azyr21 de l’Essai sur les lieus et les dangers des sépultures de l’Italien Scipione Piattoli22.

  • 23 R. Darnton, La Fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Librairie académique Perri (...)
  • 24 Né à Dijon en 1730 et décédé en 1792. Il étudie la médecine à Paris et l’art des accouchements sou (...)
  • 25 Homme politique né à Lyon en 1750 et décédé à Paris en 1832. Il fut un des membres de la Société d (...)
  • 26 Né en 1750 et décédé en 1786, médecin ordinaire du comte d’Artois (ibid., 10, col. 1425-1426).
  • 27 Écrivain né en 1742 et décédé à Paris en 1793 (ibid., 7, col. 1217-1218).
  • 28 Astronome et homme politique, auteur de rapports sur le magnétisme animal (ibid., 4, col. 1347-135 (...)
  • 29 Médecin et botaniste, né à Lyon en 1748 et décédé à Venteuil en 1836 (ibid., 17, 1994, col. 1046-1 (...)
  • 30 Né à Pont-l’Evêque en 1748 et mort en 1810. Il était alors directeur de l’École de santé. Il fit s (...)
  • 31 Médecin et membre de l’Académie des sciences, né à Tallaires en 1749 et mort à Arcueil en 1822 (Di (...)
  • 32 Pour le détail, cf. A. Couvreur, op. cit., 1, p. 392-407.

11La question du magnétisme animal est sans doute le sujet qui a le plus passionné le public cultivé aux alentours des années 1780. En février 1778, Mesmer était arrivé à Paris pour exposer sa théorie et l’accréditer au prix de force mises en scène. L’intérêt qu’il suscite va croissant jusqu’en 1785 et décline ensuite. Ce mouvement se lit aussi dans l’attention que le Journal encyclopédique porte à la question. Ces deux années, elle est évoquée à trente reprises sur quarante-huit au total accordées au sujet. Partisans, dissidents et opposants s’affrontent. En 1784, une commission royale est chargée de se prononcer sur le magnétisme animal. Elle est composée de quatre représentants de la faculté de médecine et de cinq membres de l’Académie des sciences. Le gouvernement nomme également une commission de cinq membres de la Société royale de médecine qui condamnent eux aussi la doctrine de Mesmer dans un rapport distinct. Les « mesméristes » réagissent en se posant en victimes de corps savants et privilégiés, soucieux de leurs intérêts personnels et imposant leurs vues de manière despotique. Ils portent le débat sur le plan politique, évoquent une alliance entre le gouvernement et les académies pour protéger l’ordre établi, au mépris de l’intérêt du peuple. Toujours en 1784, ils introduisent un recours au Parlement de Paris pour que celui-ci conduise sa propre enquête. La commission constituée à cette fin se dérobe mais le recours a pour effet d’épargner désormais aux requérants toute persécution publique23. Les adeptes du mesmérisme comme Laurent Charles Pierre Le Roux24, Nicolas Bergasse25, Charles-Nicolas Deslon26, Jean-Louis Carra27 ou les adversaires, avec au premier chef les commissaires, tels Jean Sylvain Bailly28, Antoine Laurent de Jussieu29, Michel Augustin Thouret30 ou le chimiste Claude Louis Berthollet31, tous bénéficient de l’hospitalité du Journal32.

  • 33 Cf. P. Delaunay, op. cit., p. 356-362 ; P. Gerbod, Loisirs et santé. Les thermalismes en Europe de (...)
  • 34 Pour le détail, A. Couvreur, op. cit., 1, p. 373-385.

12D’autres préoccupations, cependant dans l’air du temps, comme le thermalisme ou les vertus de l’électricité médicale33, retiennent proportionnellement moins l’attention. Lors de son accueil à Liège, le Journal ne manque pas de vanter les eaux de Chaudfontaine ou de rendre compte du Traité des eaux minérales de Spa de Jean Philippe de Limbourg. Il disserte également sur les « bons effets de l’électricité », notamment à l’égard des paralytiques, ou s’intéresse à « l’électrification des eunuques34 ».

13Pour répondre sans doute à la demande d’un public friand d’informations extraordinaires, des curiosités de la nature sont décrites mais toutefois avec mesure. En effet, en trente-sept ans d’existence, le Journal n’en relate que vingt-six. Le portrait de l’homme porc-épic concurrence la description d’un nain monstrueux en Russie. L’« enfant double », des siamois, étonne autant que le fœtus mâle trouvé dans le cadavre d’un soldat. Enfin, le périodique évoque occasionnellement les travaux de sociétés savantes comme la Société royale de médecine et l’Académie royale de chirurgie de Paris, le Collège royal de médecine de Londres ou l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin.

  • 35 Fils d’un médecin renommé, né à Raguse (Dubrovnik) en 1668. Il conquit ses grades à Naples, voyage (...)
  • 36 Jean-Baptiste Timothée, né à Lunéville le 20 janvier 1756 et décédé à Montpellier le 19 juillet 18 (...)
  • 37 Cf. Biographisches Lexikon, 1, p. 288-289, 386-387, 845 ; 2, p. 152-153, 459 ; 4, p. 142, 243, 666 (...)

14Au plan des généralités, les traités et dictionnaires de médecine rivalisent en nombre avec les études d’anatomie et de physiologie, un bon tiers à chaque fois. Les biographies et œuvres complètes ou posthumes de grands noms de la médecine de l’époque alimentent la rubrique à concurrence de 10 % environ. Parmi les plus éminents, sont ainsi distingués Giorgio Baglivi35, dont les Opera omnia sont régulièrement réédités de 1704 à 1827, Jean-Baptiste Baumès36, professeur à Montpellier, Johann Friedrich Cartheuser, professeur à Francfort, William Cullen, professeur à Glasgow puis Édimbourg, Pierre Fabre, professeur au Collège royal de chirurgie, Richard Mead, médecin du roi d’Angleterre Georges II et vice-président de la Royal Society, Alexandre Monro, professeur d’anatomie et de chirurgie à Édimbourg, Claude Pouteau, médecin-chef de l’Hôtel-Dieu à Paris, Sir Georges Pringle, médecin général des armées britanniques et président de la Royal Society, Georg Gottlob Richter, professeur à Göttingen37.

  • 38 Médecin à Arras, où il naquit à une date inconnue, et décédé en 1810. Il fit ses études à Paris et (...)

15Occasionnellement, le Journal annonce la parution de nouvelles feuilles professionnelles, particulièrement en 1791 et 1792. Il évoque ainsi le Journal d’instruction sur toutes les parties de l’art de guérir et le Journal de médecine de Montpellier, tous deux de Jean-Baptiste Baumès, les Nouvelles ou Annales de l’art de guérir de Noël Retz38, ou encore les Feuilles hebdomadaires sur la médecine, la chirurgie, la pharmacie et les sciences.

  • 39 J. Léonard, La Médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, Aubier Montaigne, 1981, « Aubier (...)

16À la même époque, la question de l’enseignement de la discipline et de la réorganisation des professions médicales se pose naturellement au grand jour, après le désordre introduit par la Révolution française39. En témoignent l’Adresse à nos seigneurs de l’Assemblée nationale sur la nécessité et les moyens de perfectionner l’enseignement de la médecine et, entre autres, Vues générales sur la restauration de l’art de guérir ou Essais sur les moyens de former de bons médecins, le Nouveau plan de constitution pour la médecine en France de Félix Vicq d’Azyr.

  • 40 Né à Dijon au milieu du xviiie siècle, il fit ses études au Collège de Saint-Côme à Paris, puis fu (...)
  • 41 J.-P. Pundel, Histoire de l’opération césarienne, Bruxelles, Presses académiques européennes, 1969 (...)

17Au rang des spécialités, la gynécologie et l’obstétrique suscitent le plus d’intérêt : quatre ouvrages sur dix y sont consacrés. La grossesse et l’accouchement, la fièvre puerpérale, la délivrance à l’aide de forceps, la césarienne et la symphyse pubienne retiennent particulièrement l’attention. En ce qui concerne ces deux dernières, le Journal les évoque exclusivement en 1778, à une exception près. L’explication réside sans doute dans l’actualité. L’année précédente, Jean-René Sigault40 avait pratiqué sa première symphysiotomie. Cette intervention, moins dangereuse et plus facile à exécuter, avait trouvé de nombreux partisans avant d’être délaissée à cause de l’importance de la mortalité maternelle et fœtale qu’elle entraînait41.

18Un autre signe de cet intérêt manifeste pour la femme et l’éveil de la vie est à trouver dans la présentation d’ouvrages spécialisés d’anatomie et d’études qui relèvent de la génétique et de l’embryologie.

  • 42 R. Favre, op. cit., p. 236.
  • 43 Né en 1737 à Montdidier et mort à Paris en 1813, pharmacien militaire en 1757-1763 durant la guerr (...)
  • 44 D. Droixhe, Le Cri du public, Bruxelles, Le Cri, 2003, p. 38-39.
  • 45 Samuel Auguste André David, né à Grancy (Suisse) en 1728 et décédé en 1797 à Lausanne où il exerça (...)
  • 46 La première édition de son Essai voit le jour à Lausanne en 1770. Une lettre lui est adressée à ce (...)
  • 47 La première édition date de 1761. Le succès est immédiat, les rééditions et les traductions en dif (...)
  • 48 Paru à Berlin en 1770 en allemand et en français l’année suivante à Lausanne. Langhans était né à (...)
  • 49 Né à Chartres en 1752, fils de médecin, promu à Paris, il est décédé en cette ville en 1801. Il de (...)
  • 50 Publié à Nancy en 1772. Chirurgien à Miremont, professeur d’anatomie et de chirurgie à Nancy, méde (...)

19L’ophtalmologie prend rang loin derrière, avec un titre sur dix. Elle suscite trois fois plus d’intérêt que la dentisterie. Parmi les maladies des yeux, la cataracte est évidemment une préoccupation répandue. En rangs épars s’imposent ensuite quelques ouvrages relatifs à d’autres domaines de la médecine. Ils témoignent plus d’une fois de l’émergence d’intérêts neufs mais apparemment limités à quelques individualités. En matière de diététique et de nutrition, la recherche d’aliments de substitution au lait maternel répond à une préoccupation assez générale à l’époque42. Tout comme les moyens de faire face aux pénuries : en 1781, Antoine Augustin Parmentier43 a les honneurs du Journal avec ses Recherches sur les végétaux nourrissantes qui, dans les temps de disette, peuvent remplacer les aliments ordinaires. L’ébauche de la pédiatrie se découvre sous la plume de l’un ou l’autre médecin préoccupé De la conservation des enfants ou livrant un Traité de l’éducation des enfants en bas âge44. Du point de vue social, dans la foulée des œuvres de Tissot45 sur les maladies des gens du monde46 ou l’Avis au peuple sur sa santé47, quelques ouvrages de la même veine sont signalés en 1771 et 1772 : un Essai sur les maladies auxquelles sont sujettes les personnes qui vivent à la Cour et dans le grand monde du médecin bernois Daniel Langhans48, un Avis aux grands et aux riches sur la manière dont ils doivent se conduire dans leurs maladies de Paul Augustin Olivier Mahon49 et un Avis aux gens de la campagne ou traité des maladies les plus communes du Lorrain Nicolas Didelot50. Enfin cinq titres traitent de problèmes relevant de la médecine légale.

  • 51 Cf. Biographisches Lexikon, 2, p. 766 ; 3, p. 157-158 ; 4, p. 568-569 et 631-632 ; 5, p. 104 et 62 (...)
  • 52 Mémoire sur la sangsue médicinale (1778). Remarqué aussi pour ses Observations sur les effets perni (...)

20Les questions chirurgicales sont évoquées principalement par la présentation d’ouvrages généraux et d’éditions des œuvres complètes de praticiens renommés. Ici aussi de grands noms se retrouvent autour de Percival Pott et de Jean-Louis Petit, le plus prestigieux représentant en France de la discipline au cours de la première moitié du xviiie siècle. En 1774, le Journal présente son ouvrage posthume, le Traité des maladies chirurgicales et des opérations qui leur conviennent. Il fait écho également aux mémoires de l’Académie royale de chirurgie de Paris, aux travaux de Trécourt ainsi que des ses pairs, l’Autrichien Joseph Jakob von Plenck, professeur à l’université de Tyrnau en Hongrie, et les Prussiens, Joachim Friedrich Henckel et Johann Leberecht Schmucker, sans oublier l’Anglais Benjamin Gooch51. Les comptes rendus d’observations de cas spécifiques ne manquent pas. L’intérêt de la saignée, bien sûr, est discuté tout comme le recours aux sangsues, préconisé par l’académicien bruxellois François Durondeau52, médecin de la cour. Une fois sur deux cependant, des questions plus particulières mettent en lumière des soucis récurrents de l’époque, les hernies et surtout les bandages herniaires, les lithiases et les tumeurs et, dans une moindre mesure, les fractures et les luxations.

21Les pathologies particulières et leurs symptômes retiennent largement l’attention des rédacteurs du Journal encyclopédique. Les 334 articles qui leur sont consacrés sont à peine inférieurs en nombre aux relations relevant des secteurs de la médecine et de la chirurgie réunis.

Tableau 3. Les pathologies particulières dans le Journal encyclopédique (1756-1796)

Valeurs absolues

 %

Variole et inoculation

72

21,6

Maladies et accidents des voies respiratoires

38

11,4

Maladies transmises par les animaux

27

8,1

Maladies nerveuses

25

7,5

Maladies vénériennes

25

7,5

Maladies (généralités)

15

4,5

Maladies épidémiques

15

4,5

Maladies fébriles

14

4,2

Maladies cancéreuses

11

3,3

Intoxications

10

3,0

Maladies des voies digestives

10

3,0

Maladies tropicales

8

2,4

Œdèmes

8

2,4

Maladies parasitaires

7

2,1

Troubles du sommeil

7

2,1

Inflammations

7

2,1

Rhumatisme, goutte

6

1,8

Divers

29

8,7

TOTAL

334

100,0

  • 53 La Gazette salutaire de Grunwald leur accorde également une importance particulière (cf. n. 9).
  • 54 Charles-Marie, voyageur et savant, né à Paris le 27 janvier 1701 et décédé dans cette ville le 4 f (...)
  • 55 Né à Genève en 1709 et décédé à Paris en 1781. Il étudia à Cambridge puis à Leiden, où il fat prom (...)
  • 56 P. Bertholet, « Le médecin theutois Jean-Philippe de Limbourg (1726-1811) et l’inoculation de la v (...)

22Le thème phare est bien en phase avec l’actualité : il s’agit de la variole et, surtout, de la question combien controversée de l’inoculation. L’un et l’autre objet sont développés en pas moins de septante-deux articles53. Après une éclipse qui s’étend, en France, d’environ 1730 à 1754, la polémique y est relancée avec, cette dernière année, la lecture d’un mémoire de La Condamine54 à l’Académie des sciences et la réalisation de la première inoculation, sur un enfant de quatre ans. Deux ans plus tard, le duc d’Orléans fait pratiquer l’opération sur ses enfants par un inoculateur à la mode, le médecin genevois Théodore Tronchin55. D’emblée, le Journal encyclopédique accorde une place non négligeable à la question. Elle occupe ses colonnes pratiquement sans discontinuer jusqu’au début des années 1780. Voltaire s’y implique par quelques lettres, dont une à Tronchin en 1756. L’année suivante, Jean-Philippe de Limbourg intervient également dans le débat par l’entremise d’une missive aux auteurs du périodique. Le médecin y raconte comment il a inoculé sa fille aînée, âgée de cinq ans56.

  • 57 Jean Le Rond dit d’Alembert, né à Paris en 1717 et décédé en 1783, mathématicien, philosophe et li (...)
  • 58 Né à Toydon-Garnon en 1712 et décédé à Hertford en 1800. Baron, parlementaire et membre de la Roya (...)
  • 59 Né à Nîmes en 1723, promu en médecine à Montpellier, médecin de l’Hôtel-Dieu de sa ville natale où (...)
  • 60 Né à Anduze dans le Gard en 1740, il étudia la médecine à Montpellier et Paris. Il vécut de ses tr (...)
  • 61 Né à Dijon en 1726, il meurt soixante ans plus tard, victime d’une épidémie. Il prit ses grades à (...)
  • 62 Né à Ronta (Mugello) en Toscane et décédé à Naples en 1798. Professeur de médecine à Pise, il se r (...)
  • 63 P. Darmon, La Variole, les nobles et les princes. La petite vérole mortelle de Louis XV : 1774, Br (...)
  • 64 Médecin de Rouen, auteur de plusieurs écrits relatifs à l’inoculation, mort en 1769 (Biographie un (...)

23Au fil des années et de l’actualité, les noms des principaux partisans apparaissent régulièrement, dont La Condamine avec ses Mémoires de 1758 et 1765 et plusieurs lettres, d’Alembert57 ou encore Thomas Dinsdale58. À leur suite s’imposent des acteurs plus effacés aujourd’hui, Jean Razoux59, Jean-Jacques Paulet60, Hugues Maret61 ou Angelo Gatti62, inoculateur mondain comme Tronchin63. La question vivement discutée de la légitimité et de l’opportunité de l’inoculation ne mobilise pas que le monde médical. En 1762, Paris est affectée par une épidémie de variole. Le 8 juin de l’année suivante, le Parlement de la capitale ordonne aux Facultés de théologie et de médecine d’exprimer leur avis à propos d’une éventuelle permission, interdiction ou tolérance du procédé. En attendant, il ne pourra être appliqué dans l’enceinte des villes et faubourgs du ressort. Quelques mois plus tard, le Journal discute longuement sept questions posées dans une brochure attribuée à Louis Pierre Le Hoc64, Avis sur l’inoculation de la petite vérole et questions de la Cour au parlement sur le fait de l’inoculation de la petite vérole.

  • 65 C’est à ce titre qu’il est surtout connu. Il prit ses grades à Paris en 1724 (Biographisches Lexik (...)
  • 66 R. Favre, op. cit., p. 259-265 ; P. Darmon, La Longue Traque de la variole, Paris, Librairie acadé (...)

24L’arrêt suscite des passions que le rapport des autorités médicales ne contribuera pas à apaiser. Ces dernières se montrent divisées, six commissaires sont favorables à la tolérance, six autres émettent un avis négatif. Les deux rapports d’Antoine Petit, qui se range dans le camp des partisans, ont les honneurs du Journal tout comme l’avis de Guillaume Joseph L’Épine, chef de file des adversaires65. Le débat s’enlise dès lors jusqu’en 1768 avec comme seule conséquence d’alimenter la chicane. Le décès de Louis XV, victime de la maladie, l’inoculation de son successeur et des frères de celui-ci, la même année 1774, incitèrent à nouveau le corps médical à prendre momentanément la plume, mais c’est la fin d’un grand élan66.

  • 67 Né en 1669 à Odense et décédé à Paris en 1760. Il mena ses études sous la protection du roi de Dan (...)
  • 68 Né à Beauvais à une date inconnue et décédé à Paris en 1756. Docteur en médecine des Facultés de P (...)
  • 69 Georges Louis Leclerc comte de Buffon, né à Montbard en 1707 et mort à Paris en 1788, naturaliste, (...)
  • 70 Né à Metz en 1723 et décédé en 1792. Fils d’un chirurgien-major de l’hôpital militaire de Metz, il (...)
  • 71 Non autrement identifié.
  • 72 Ou Gardanne. Né à La Ciotat en 1726 et promu à Montpellier en 1760 où il exerça la médecine avant (...)
  • 73 Pineau, Mémoire sur le danger des inhumations précipitées (JE, 1776, VIII, 2, p. 216-225) ; J.-J. (...)

25En regard de la variole, moitié moins d’attention est accordée à une autre question qui est cependant un cheval de bataille des Lumières, la mort apparente. Entre la vie et le trépas, les médecins de l’époque discernent un état intermédiaire et réversible, qu’ils dotent de cette dénomination. À partir de années 1740 et de la diffusion des théories de Jacques-Bénigne Winslow67, de Jean-Jacques Bruhier d’Ablaincourt68 et de Georges-Louis Buffon69 sur l’incertitude des signes de la mort, la peur d’être enterré vivant gagne toutes les couches d’une population sensibilisée à la question par des rumeurs et des récits incontrôlés. La question est relancée en 1752 avec les Lettres sur la certitude des signes de la mort d’Antoine Louis70. L’insuffisance des méthodes de diagnostic devient une préoccupation majeure. Elle stimule la recherche de techniques de réanimation ou la modification des usages funéraires. En dix ans, de Venise à Amsterdam et Londres en passant par Paris ou les Pays-Bas autrichiens, les pouvoirs publics se préoccupent de la constitution de véritables sociétés de secours aux noyés, dans l’esprit de l’Encyclopédie. Dans la foulée, les médecins s’efforcent de prévenir la suffocation et de secourir les victimes de tels accidents. Dans le Journal encyclopédique, l’asphyxie par les « vapeurs de charbon », le retour des noyés à la vie, les signes infaillibles de la mort et le danger des inhumations précipitées occupent trente-huit analyses. Elles s’étalent de 1759 à 1791, avec une intensité particulière au début des années 1770 et 1780. Les travaux de Pineau71 et surtout de Joseph-Jacques Gardane72, médecin à Montpellier et docteur-régent à Paris sont abondamment cités73.

26Les maladies transmises par la morsure des animaux n’ont pas suscité de tels débats de société. Néanmoins, l’intérêt pour l’étude de la rage et de son signe précurseur, l’hydrophobie, illustrent bien l’importance de ce fléau et sa gravité jusqu’à la découverte de Louis Pasteur en 1885. La morsure de la vipère ou, au nom de l’exotisme, les effets du venin du serpent à sonnettes dans l’Amérique septentrionale ne donnent en revanche lieu qu’à cinq mentions.

  • 74 Né à Arles en 1735, il y décéda en 1812. Il prit ses grades à Montpellier et exerça dans sa ville (...)

27Les maladies vénériennes et les affections du système nerveux, autour de sept pour cent dans les deux cas, suscitent à peine moins d’intérêt que les précédentes. À l’égard des premières, les écrits relatifs aux remèdes sont au moins aussi nombreux que les études et observations relatives, entre autres, à la syphilis. Le lecteur du Journal peut ainsi comparer les avantages et les dangers de différentes thérapies, depuis le chocolat anti-vénérien et les lavements jusqu’au mercure ou les effets d’une plante, la lobélie. Aux affections du système nerveux se rattachent les études relatives aux « vapeurs » et la controverse à ce sujet, en 1780-1781, entre Pierre Pomme74 et Tissot au sujet de son Traité des nerfs et de leurs maladies.

28En deçà des cinq pour cent, se lit un intérêt décroissant pour les maladies épidémiques, les fièvres, les cancers, les intoxications et les maladies des voies digestives.

  • 75 J.-N. Biraben, Les Hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 1, P (...)
  • 76 Ch. Carrière, M. Courdurié, F. Rebuffat, Marseille, ville morte : la peste de 1720, Marseille, Gar (...)
  • 77 Né à Caen en 1736 où il prend ses grades en médecine. Après un bref séjour à Paris, il enseigne la (...)

29Les premières amènent à évoquer très discrètement une calamité qui témoigne d’un passé heureusement révolu, la peste. Seule la peste de Constantinople en 177875 réveille quelque peu l’intérêt à cet égard et, en 1787, un article est consacré à la dernière atteinte dont la France fut victime, à Marseille en 172076. Des travaux plus généraux s’attachent aux phénomènes épidémiques dans le Dauphiné et le Languedoc. La feuille commente aussi la Collection d’observations sur les maladies et constitutions épidémiques de Louis Lepecq de la Clôture77, parue en 1778 et relative à Rouen et Caen. Il s’était déjà penché sur la question deux ans plus tôt. À chaque fois, les ouvrages avaient été publiés sur ordre du Gouvernement.

  • 78 F. Lebrun, « Un grande épidémie en France au xviiie siècle : la dysenterie de 1779 », in Hommage à (...)
  • 79 J.-P. Peter, « Les mots et les objets de la maladie », in Revue historique, 246, 1971, p. 16 et 22
  • 80 H. Chaumartin, Le Mal des ardents et le feu Saint-Antoine, Vienne-la-Romaine, 1946, p. 171-176.
  • 81 Sur cette épidémie, cf. A. Hirsch, Handbuch der historisch-geografischen Pathologie, 2, Stuttgart, (...)
  • 82 Né au Puy-en-Velay en 1742, il prit ses grades à Montpellier. Il exerce dans sa ville natale de 17 (...)

30Deux études seulement traitent occasionnellement de la dysenterie, un mal pourtant répandu alors et qui pouvait dangereusement dégénérer. Ainsi, en 1779, le silence relatif du Journal encyclopédique est surprenant alors que la France est violemment attaquée tout comme nos régions78. Les fièvres si courantes faisaient autrefois l’objet de distinctions subtiles qui, d’après l’enquête de la Société royale de médecine, avaient amené les médecins à en distinguer deux cent dix, sur base de l’énumération et de la combinaison de symptômes79. Pour ce faire, le retour ici est bien maigre avec l’évocation de fièvres bilieuses et putrides malignes. Baumès se distingue en associant la malignité des fièvres rémittentes à l’influence de l’air marécageux. Au nombre des maladies cancéreuses, les atteintes du sein sont plus d’une fois évoquées. Au premier rang des sources d’intoxication étudiées figure l’ergot de seigle, certes employé en obstétrique, mais qui peut s’avérer fort dangereux et provoquer le « feu saint-Antoine80 ». Cinq des six ouvrages relatifs à l’ergotisme sont d’ailleurs analysés en 1771-1772, au moment où l’Allemagne et une partie de la France sont gravement atteintes par ce fléau81. Les maladies des voies digestives ont trait à la colique, particulièrement chez les navigateurs. Les marins sont d’ailleurs les premiers à faire l’objet d’observations qui relèveraient aujourd’hui de l’étude des maladies professionnelles. En 1792, cependant, le Journal attire l’attention de ses lecteurs sur l’ouvrage de Claude Balme82, Recherches diététiques du médecin patriote sur la santé et sur les maladies observées dans les séminaires, les pensionnats et chez les ouvrières en dentelles. Le goût des voyages et des explorations se traduit par la présentation de quelques tableaux pathologiques de pays exotiques. D’autres soucis du temps apparaissent sporadiquement au fil des pages, la goutte, les maladies de carence comme le rachitisme et le scorbut, les infections parasitaires avec la gale et la téniase, les maladies mentales.

  • 83 218 (trois étant cités à deux reprises) sur 861, soit 25,3 %. Dont naturellement les volumes colle (...)
  • 84 Respectivement à 36 et 4 reprises.

31Des 861 écrits différents consacrés à la médecine et aux diverses pathologies et recensés par le Journal, un quart paraissent sans nom d’auteur83. Les 643 ouvrages dont la paternité peut être attribuée se ventilent entre 454 écrivains. Leurs œuvres ne donnent généralement lieu qu’à une seule analyse. Dans quelques cas, elle est poursuivie dans une deuxième recension, voire exceptionnellement une troisième84.

  • 85 Compilation éditée à Paris de 1748 à 1770.
  • 86 Né à Amiens en 1696 et mort à Paris en 1765. Il étudie la médecine dans la capitale française. Il (...)
  • 87 Né à Reims en 1728 et décédé à Paris en 1799. Il étudie la médecine dans la capitale française, ma (...)

32Certains noms s’imposent plus que d’autres à l’attention du rédacteur du Journal. Après les extraits de la Bibliothèque choisie de médecine, tirée des ouvrages périodiques tant français qu’étrangers85 de François Planque86 et de Jean Goulin87 (vingt et une mentions), les auteurs les plus fréquemment cités sont Pierre Pomme et Jacques Joseph Gardane.

Tableau 4. Nombre d’ouvrages et écrits recensés par auteur. Les plus hautes fréquences

Pomme, Pierre

10

Gardane, Jacques Joseph

9

Maret, Hugues

7

Vicq d’Azyr, Félix

7

Baumès, Jean Baptiste Théodore

7

Raulin, Joseph

6

Juville

6

La Condamine, Charles Marie de

6

Paulet, Jean-Jacques

5

Carrère, Joseph Barthélemy François

5

Paris

5

Portai, Antoine

4

Desgranges, Jean Baptiste

4

Janin de Combe-Blanche, Jean

4

Coste, Jean-François

4

Petit, Antoine

4

Thouret, Michel Augustin

4

  • 88 Biographisches Lexikon der hervorragenden Ärzte ; M. Bariéty et Ch. Coury, op. cit.
  • 89 Respectivement 260 et 58 noms sur 454.

33Parmi tous ces auteurs et ces correspondants occasionnels qui prennent la plume pour s’adresser au Journal, combien ont franchi le barrage des siècles ? Un tel indice est à certains égards révélateurs du niveau du périodique, au plan médical s’entend. Le calcul sera approximatif, car il bute sur deux écueils. D’une part, parmi les personnes visées, toutes n’ont pas la qualité de médecin, et le nombre exact de ceux-ci est inconnu. En effet, chacune d’elles ne peut se prévaloir de la notoriété d’un Voltaire écrivant à Tronchin ou d’un d’Alembert. D’autre part, le crible du temps est susceptible de tamiser plus ou moins dru. Le test a donc été double. L’identification des auteurs a été tentée, dans un premier temps, à partir d’un volumineux dictionnaire biographique des médecins des origines à 1880. Une deuxième étape a consisté à répéter l’opération à partir de l’appendice biographique, beaucoup plus sélectif, d’une histoire de la médecine parue à un an d’intervalle88. Au gré de la source, tantôt 57 % tantôt 13 % des noms ont été retrouvés89.

34Ces proportions ne semblent pas négligeables. Le panorama que le Journal offre du monde savant de son époque n’est donc pas à dédaigner. Mais pour mieux apprécier sa valeur, une comparaison analogue devrait être effectuée avec des organes concurrents de l’époque, spécialisés ou non. Elle mettrait aussi en évidence des omissions, du moins jugées telles à nos yeux. L’exercice est certes délicat, car ces manques peuvent résulter d’une ignorance de l’existence d’un écrit ou au contraire d’une volonté délibérée de passer celle-ci sous silence.

  • 90 Cf. La Médecine des Lumières : tout autour de Tissot. Pour Liège, D. Droixhe, Le Marché de la lect (...)
  • 91 L’une en 1770 à propos de son Essai sur les maladies des gens du monde, deux autres en 1780 sous f (...)
  • 92 Académie de chirurgie de Paris. Prix pour le mémoire concernant l’exposé des règles diététiques [. (...)
  • 93 P. Meremans, « De la variole à “L’onanisme” : la puberté appréhendée par le Dr Tissot », in Archiv (...)
  • 94 Ou Essai sur l’utilité du mouvement, ou des différens exercices du corps, et du repos dans la cure (...)
  • 95 Biographisches Lexikon, 3, p. 767-768.
  • 96 C. Broeckx, Essai sur l’histoire de la médecine belge avant le xix e siècle, Gand, Hebbelynck, 183 (...)
  • 97 Charles Bossut, Lettre au sujet du Mémoire sur l’application du calcul des probabilités à l’inocul (...)

35Le cas de Tissot mérite d’être relevé. Le médecin en vogue90 ne retient guère l’attention du Journal encyclopédique. Il apparaît indirectement par trois lettres que lui adresse Pierre Pomme91 et, directement, par la réponse qu’il adresse à celui-ci à propos de ses remarques sur son Traité des nerfs et de leurs maladies. L’Avis au peuple sur sa santé est l’objet d’une annonce bibliographique en 1762. Deux autres ouvrages sont cités en 1779 et 178192. Si l’édition originale de L’Inoculation justifiée, parue en 1754 mais plusieurs fois rééditée, est antérieure à la naissance du Journal, il n’en est pas de même de L’Onanisme (1761)93, de la Gymnastique médicinale et chirurgicale (1780)94, de l’Essai sur les moyens de perfectionner les études de médecine (1785), des Observations et dissertations de médecine pratique (1788-1789). Aucune des œuvres ne fait l’objet d’une mention ou d’une présentation circonstanciée. Tout aussi étonnante est l’absence d’André Levret. Il était un des accoucheurs français les plus renommés, attaché au service de la cour et membre de l’Académie de chirurgie. Il a développé l’usage du forceps et amélioré la conception de cet instrument. Il fit école dans l’Europe entière et a publié plusieurs ouvrages entre 1747 et 178195. Son disciple, le professeur viennois Henri Jean Népomucène Crantz, natif du Luxembourg, n’apparaît que comme préfacier d’un ouvrage en italien. La Materia medica et chirurgica, juxta systema naturae digesta, publiée à Vienne en 1762 et 1766 puis à Louvain en 1772, n’est pas mentionnée. C’était cependant à l’époque le traité considéré comme le plus complet sur la question96. De même, alors que le Journal traite largement du débat sur l’inoculation, il ne rend pas compte du livre de Daniel Bemouilli, De la mortalité causée par la petite vérole et des avantages de l’inoculation pour la prévenir (1760), qui envisage la généralisation du procédé à toute une nation. Il n’évoque qu’indirectement la réplique de d’Alembert, Réflexions sur l’inoculation (1760), qui oppose aux spéculations mathématiques l’intérêt de l’individu qui ne coïncide pas forcément avec celui de l’État97.

  • 98 Mais il ne souffle mot du Traité de la dysenterie et des deux mémoires « sur le signe infaillible (...)
  • 99 Mémoire sur une maladie produite par des moules venimeuses, Mémoire sur la qualité vénéneuse du pl (...)
  • 100 C. Milanesi, op. cit., p. 186-187.
  • 101 Né à Lochristi en 1734 et décédé à Marche-en-Famenne en 1790. Chirurgien militaire durant la Guerr (...)
  • 102 N. F. J. Éloy, Dictionnaire historique de la médecine, contenant son origine, ses progrès, sa révo (...)
  • 103 Mémoire sur la marche, la nature, les causes et le traitement de la dysenterie, qui a régné dans p (...)

36En ce qui concerne les Pays-Bas autrichiens, le Journal évoque des œuvres de l’un ou l’autre savant académicien. Il mentionne le travail de Durondeau sur la sangsue médicinale, paru dans les Mémoires de l’Académie de Bruxelles98, mais il ne suit apparemment pas régulièrement les travaux de cette compagnie savante. Ainsi, il ne cite pas, dans la même collection, les travaux de Jean-Baptiste de Beunie99 ou l’étude de Prévinaire « sur les erreurs dangereuses des enterrements précipités ». Elle est pourtant considérée comme le « point d’orgue » en la matière100. Les médecins des Pays-Bas autrichiens, même publiés à Paris, demeurent largement absents. Tel Jean Bernard Jacobs101 avec son École pratique des accouchements (1785), traduite en allemand deux ans plus tard et publiée à Marbourg. Rousseau présente le Dictionnaire historique d’Éloy, un ouvrage important à coup sûr, mais peut-être aussi le découvre-t-il parce qu’il est édité chez Bassompierre, dans la cité qui l’accueille102. De même, c’est au début de la période liégeoise du Journal qu’il évoque les eaux de Spa et de Chaudfontaine. Du mémoire du même Éloy, cependant correspondant de la Société royale de médecine de Paris, sur la dysenterie de 1779, Grunwald ne souffle mot, mais a-t-il connaissance de cet ouvrage paru, en 1780, à Mons chez Hoyois103 ?

  • 104 Dans certains cas, il mentionne le nom du périodique auquel il emprunte l’article. Cf. A. Couvreur (...)
  • 105 Le « Journal encyclopédique » (1750-1793) : une suite de l’« Encyclopédie », p. 45.
  • 106 Cf. par exemple A. Couvreur, op. cit., 2, p. 565, à propos d’un ouvrage de Didelot.
  • 107 Recueil périodique d’observations de médecine, lancé en 1754 et devenu quatre ans plus tard le Jou (...)
  • 108 Dirigée successivement par J.-J. Gardane, J.-J. Paulet puis, peut-être, Ph. Pinel. Cf. la notice d (...)
  • 109 Cf. la notice d’A.-M. Chouillet, ibid., 2, p. 994-994.
  • 110 Publié jusqu’en 1767. Cf. la notice de Pascale Ferrand, ibid., 2, p. 805-616.
  • 111 Cf. la notice de Jean Balcou, ibid., 1, p. 143-146.
  • 112 Dont la structure est fort analogue à celle de la partie médicale du Journal encyclopédique.

37Ces constatations amènent à poser la question des sources d’information du Journal104 et des critères de sélection de Grunwald. Sans doute, pour une part, les premières sont-elles spontanées. Comme les y invitait le Prospectus, « les Sçavans de tous les Païs, les Académies ou autres Corps littéraires » furent vraisemblablement soucieux « de contribuer au succès » du Journal en « communiquant leurs productions105 ». De même, les éditions de la Société typographique établie à Bouillon devaient naturellement bénéficier d’une diffusion privilégiée106. Une comparaison avec, entre autres, le contenu du Journal de médecine107, de la Gazette de santé108 des Observations sur la physique109, des Mémoires de Trévoux110, de L’Année littéraire111 ou de la rarissime Gazette salutaire112 de Grunwald lui-même se révélerait sans doute intéressante, mais cette recherche dépasse largement les limites de cette contribution.

CONCLUSION

38Le Journal encyclopédique se révèle un témoin fidèle de son temps en matière de médecine et de santé. Tous les thèmes controversés du moment y font surface : l’inoculation, l’art des accouchements, l’inhumation dans les églises, la mort apparente et le danger des enterrements précipités, le retour à la vie des asphyxiés et des noyés. Il se fait aussi l’écho de préoccupations sans doute plus discrètes mais bien réelles, la guérison de la rage, les problèmes herniaires, la goutte, les lithiases, la cataracte, les maladies vénériennes ou les bienfaits du thermalisme. Il cède aussi au goût du mystère en portant à la connaissance de ses lecteurs les curiosités et monstruosités de la nature. Mais, même dans les questions qui lui sont chères, l’exhaustivité de l’information n’est pas de mise, des silences étonnent. Ils résultent sans doute de choix dont, malheureusement, les critères restent à découvrir.

Notes

1 J. Sgard, Bibliographie de la presse classique (1600-1789), Genève, Slatkine, 1984, p. 189-197.

2 C. Bruneel, « L’aurore de la médicalisation dans les Pays-Bas autrichiens », in Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux et de la santé publique, 38, 1993, p. 3-33 ; Id., « Les pouvoirs publics, la médecine et la santé dans les Pays-Bas autrichiens », in Étatisation et bureaucratie, Staatswerdung und Bürokratie, éd. M. Csáky et A. Lanzer, Vienne, 1990, « Beihefte zum Jahrbuch der Österreichischen Gesellschaft für Erforschung des 18. Jahrhunderts », 2, p. 59-85 ; Id. et C. de Moreau de Gerbehaye, Les Gradués de la faculté de médecine de l’ancienne université de Louvain ( xvi e- xviii e siècles), Bruxelles, Commission royale d’histoire, 2004, « In-4° », A74 ; D. Droixhe, Le Marché de la lecture dans la Gazette de Liège à l’époque de Voltaire. Philosophie et culture commune, Liège, Vaillant-Carmanne, 1995, p. 92-96 ; W. Frijhoff, « L’École de chirurgie des Pays-Bas : analyse d’un recrutement, 1752-1791 », in Lias, 17, 1990, p. 185-239 ; C. Havelange, Les Figures de la guérison ( xviii e- xix e siècles). Une histoire sociale et culturelle des professions médicales au pays de Liège, Liège, Les Belles Lettres, 1990, « Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège », fasc. CCLV, p. 85-98.

3 R. Favre, La Mort au siècle des Lumières, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1978, p. 221-227 ; O. Keel, « L’essor de l’anatomie pathologique et de la clinique en Europe de 1750 à 1800 : nouveau bilan », in La Médecine des Lumières : tout autour de Tissot, éd. V. Barras, M. Louis-Courvoisier, Genève, Georg, 2001, « Bibliothèque d’Histoire des sciences », p. 70 ; R. Darquenne, « Théorie de la santé et de la maladie à la fin du xviiie siècle », in Études sur le xviii e siècle, 1, 1975, p. 111-128.

4 J. Wagner, « Pierre Rousseau à Liège ou l’énergie de l’intelligence et les malheurs d’un intellectuel », in Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasquin et Michèle Mat-Hasquin, Liège, Desoer, 1980, « Études et recherches», p. 15-31 ; Id., « La modernité dans le Journal Encyclopédique de Pierre Rousseau (1756-1786) », in Revue d’Histoire Littéraire de la France, 102, 2002, p. 545-561 ; Id., « Le rôle du Journal encyclopédique dans la diffusion de la culture », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 193,1980, p. 1805-1812.

5 Cf. la notice et la bibliographie de J. Wagner, in Dictionnaire des journaux (1600-1789), 2, éd. J. Sgard, Paris, Universitas, 1991, p. 670-673.

6 Né à Toulouse en 1716 et décédé à Paris en 1785. Il avait entamé des études de chirurgie qu’il n’acheva pas (Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite de l’« Encyclopédie ». Notes, documents et extraits réunis par G. Charlier [et] R. Mortier, Bruxelles, La Renaissance du Livre, Paris, Nizet, 1952, p. 8-38 ; F. Clément, Le Journal encyclopédique et la Société typographique. Exposition en hommage à Pierre Rousseau (1716-1785) et Charles-Auguste de Weissenbruch (1744-1826), Bouillon, Musée ducal, 1955, p. 15-32 ; notice de J. Wagner, in Dictionnaire des journalistes, 1, éd. J. Sgard, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 879-882).

7 G. Charlier et R. Mortier, op. cit., p. 43.

8 Né à Kupper (Haute Alsace) en 1734 et décédé à Bellevaux, près de Bouillon, en 1826. Il a étudié la médecine à Leipzig puis Dresde. Diderot et d’Alembert l’invitèrent à travailler au supplément de l’Encyclopédie. Il livra les notices « allaitement » et « caractère ». Il rédigea de nombreux mémoires sur l’agriculture et devint associé correspondant de la Société d’agriculture de Paris. (Cf. la notice de R. Favre, in Dictionnaire des journalistes, 1, p. 186 ; F.-X. de Feller, Biographie universelle, 6, nouvelle édition, Paris, Gauthier Frères, 1834, p. 81-82 ; F. E. Grunwald, « Courte notice sur la typographie bouillonnaise », éditée par G. Charlier et R. Mortier, Le « Journal encyclopédique » (1750-1793) : une suite de l’« Encyclopédie », p. 68-71 ; H. Zeiler, Les Collaborateurs médicaux de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Paris, 1934, « Thèse de doctorat de l’université de Paris. Mention Médecine », p. 41).

9 Cf. la notice de R. Favre, in Dictionnaire des journaux, 1, p. 522.

10 Pharmacien né à Paris en 1731 et décédé en 1799. Il fit partie du Collège de pharmacie, de l’Académie des sciences et de plusieurs académies de province (Dictionnaire de biographie française, 6, éd. M. Prevost et Roman d’Amat, Paris, Letouzey et Ané, 1956, p. 795 ; H. Zeiler, op. cit., p. 7).

11 Né à Liestall près de Bâle en 1723 et décédé à Berlin en 1807 (Allgemeine Deutsche Biographie, 21, Duncker et Humblot, 1885, p. 428-430).

12 U. Capitaine, Recherches historiques et bibliographiques sur les journaux et écrits périodiques liégeois, Liège, Desoer, 1850, p. 51, n. 3 et p. 52-53, n. 8.

13 D. Lénardon, Index du Journal encyclopédique, 1756-1793, Genève, Slatkine reprints, 1976.

14 Ce dernier domaine a été étudié de manière analytique par A. Couvreur, La Pharmacie et la thérapeutique au xviii e siècle vues à travers le Journal encyclopédique de Pierre Rousseau, à Bouillon, 2e éd., Paris, Vigot Frères, 1953, 2 vol., qui envisage souvent aussi ce qui relève de la médecine.

15 157 occurrences sur 861, soit 18,2 %.

16 Avec un coefficient de variation de 39,5 %. Le calcul porte sur l’ensemble des mentions, citations uniques et reprises ultérieures éventuelles dans un numéro suivant du Journal.

17 Outre des ouvrages généraux, almanachs et périodiques, il est question à parts presque égales du bétail, des chevaux et de l’épizootie qui sévit en France en 1775-1777. Sur cette troisième vague épidémique survenue durant le xviiie siècle et qui frappe toute l’Europe, cf. R. de Herdt, Bijdrage tot de geschiedenis van de veeteelt in Vlaanderen, inzonderheid tot de geschiedenis van de rundveepest, 1769-1785, Louvain-Gand, Centre belge d’Histoire rurale, 1970, « Centre belge d’Histoire rurale », 11, p. 4-8.

18 Né à Iznang (en Souabe, près du Lac de Constance) et décédé à Meersburg (Souabe) en 1815. Il étudie la philosophie et la théologie, puis la médecine à Vienne, où il est promu en 1766. Sa dissertation De planetarum influxu est le point de départ de sa doctrine. Après ses déboires à Paris, il mourut oublié (Dictionary of scientific biography, 9, New-York, Charles Scribner’s Sons, 1970, p. 325-328).

19 Ph. Ariès, L’Homme devant la mort, Paris, Seuil, 1977, p. 472-493 ; R. Favre, op. cit., p. 252-258 ; C. Milanesi, Mort apparente, mort imparfaite. Médecine et mentalités au xviii e siècle, Paris, Payot, 1991, « Bibliothèque scientifique Payot », 3, p. 155-157 ; M. Vovelle, La Mort et l’Occident de 1300 à nos jours, Paris, Gallimard, 1983, p. 463-467.

20 Sur ces auteurs et leurs travaux, cf. Ph. Ariès, op. cit., p. 474 et 484-486.

21 Né à Valognes (Manche) en 1748 et mort à Paris en 1794. Il prit ses grades en médecine à Paris et s’imposa parmi les anatomistes réputés. Il s’attacha particulièrement à l’étude des épizooties. Il était le secrétaire perpétuel de la Société royale de médecine fondée en 1776. Il succéda à Buffon à l’Académie française en 1788 (Biographisches Lexikon der hervorragenden Ärzte aller Zeiten und Vôlker, 3e éd., 5, Munich-Berlin, Urban & Schwarzenberg, 1962, p. 747-749 ; Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés, 46, Paris, 1866, col. 89-91).

22 Né à Florence en 1749 et mort à Löbichau en 1809. En 1774, il obtient l’autorisation de Benoît XIV de quitter l’ordre des Piaristes où il était entré. Il enseigne ensuite l’histoire ecclésiastique et la langue grecque à Modène. Il deviendra l’homme de confiance du roi Stanislas de Pologne (Enciclopedia Italiana di scienze, lettere ed arti, 27, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1935, p. 133).

23 R. Darnton, La Fin des Lumières. Le mesmérisme et la Révolution, Paris, Librairie académique Perrin, 1984, particulièrement p. 44, 64-65, 87-90, 116-118 ; P. Delaunay, Le Monde médical parisien au xviii e siècle, thèse de médecine de Paris, Paris, 1906, p. 332-355.

24 Né à Dijon en 1730 et décédé en 1792. Il étudie la médecine à Paris et l’art des accouchements sous la direction de Levret. Il exerce à l’hôpital de Brest puis comme chirurgien-major dans sa ville natale (Biographisches Lexikon, 3, p. 749).

25 Homme politique né à Lyon en 1750 et décédé à Paris en 1832. Il fut un des membres de la Société de l’harmonie universelle fondée en 1783 pour la diffusion du mesmérisme (Dictionnaire de biographie française, 5, col. 1506-1508).

26 Né en 1750 et décédé en 1786, médecin ordinaire du comte d’Artois (ibid., 10, col. 1425-1426).

27 Écrivain né en 1742 et décédé à Paris en 1793 (ibid., 7, col. 1217-1218).

28 Astronome et homme politique, auteur de rapports sur le magnétisme animal (ibid., 4, col. 1347-1353).

29 Médecin et botaniste, né à Lyon en 1748 et décédé à Venteuil en 1836 (ibid., 17, 1994, col. 1046-1047).

30 Né à Pont-l’Evêque en 1748 et mort en 1810. Il était alors directeur de l’École de santé. Il fit ses études de médecine à Caen. Membre de la Société royale de médecine, il s’intéressa au magnétisme animal mais aussi à la question de l’inoculation et de l’inhumation dans les cimetières (Biographisches Lexikon, 5, p. 576-577).

31 Médecin et membre de l’Académie des sciences, né à Tallaires en 1749 et mort à Arcueil en 1822 (Dictionnaire de biographie française, 6, col. 224).

32 Pour le détail, cf. A. Couvreur, op. cit., 1, p. 392-407.

33 Cf. P. Delaunay, op. cit., p. 356-362 ; P. Gerbod, Loisirs et santé. Les thermalismes en Europe des origines à nos jours, Paris, Honoré Champion, 2004, p. 46-56.

34 Pour le détail, A. Couvreur, op. cit., 1, p. 373-385.

35 Fils d’un médecin renommé, né à Raguse (Dubrovnik) en 1668. Il conquit ses grades à Naples, voyagea à travers la péninsule et se fixa à Rome à la demande du pape Innocent XII. Il comptait parmi les principaux professeurs de médecine et fut appelé le Sydenham de l’Italie. Il mourut en 1707 (Biographisches Lexikon, 1, p. 288).

36 Jean-Baptiste Timothée, né à Lunéville le 20 janvier 1756 et décédé à Montpellier le 19 juillet 1828. Il est réputé pour ses nombreux écrits, dont plusieurs furent couronnés, et son intérêt pour la chimie. Il fonda la Société de médecine pratique (ibid., 1, p. 386-387 ; Dictionnaire de biographie française, 5, col. 936-937).

37 Cf. Biographisches Lexikon, 1, p. 288-289, 386-387, 845 ; 2, p. 152-153, 459 ; 4, p. 142, 243, 666, 676-677, 799. M. Bariéty et Ch. Coury, Histoire de la médecine, Paris, Fayard, 1963, « Les grandes études historiques », p. 1076, 1085, 1116, 1119, 1128, 1129, 1132. Pour Fabre, voir aussi le Dictionnaire de biographie française, 13, 1975, col. 412.

38 Médecin à Arras, où il naquit à une date inconnue, et décédé en 1810. Il fit ses études à Paris et devint, en 1786, médecin de la marine à Rochefort. En 1790, il exerçait à Paris et était membre de la Société royale de médecine (Biographisches Lexikon, 4, p. 772 ; Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés, 42, Paris, Firmin Didot, 1863, col. 40-50).

39 J. Léonard, La Médecine entre les pouvoirs et les savoirs, Paris, Aubier Montaigne, 1981, « Aubier, collection historique », p. 12-42.

40 Né à Dijon au milieu du xviiie siècle, il fit ses études au Collège de Saint-Côme à Paris, puis fut promu, en 1776, à l’École de médecine (Biographisches Lexikon, 5, p. 268 ; P. Delaunay, op. cit., p. 443-453).

41 J.-P. Pundel, Histoire de l’opération césarienne, Bruxelles, Presses académiques européennes, 1969, p. 155-157.

42 R. Favre, op. cit., p. 236.

43 Né en 1737 à Montdidier et mort à Paris en 1813, pharmacien militaire en 1757-1763 durant la guerre de Sept ans, puis pharmacien-adjoint de l’Hôtel des Invalides. Il s’intéressa à la diffusion en France de la pomme de terre comme aliment humain ou du maïs et des châtaignes. Il devint inspecteur général des services de santé et fit adopter la vaccination antivariolique (Biographisches Lexikon, 4, p. 510).

44 D. Droixhe, Le Cri du public, Bruxelles, Le Cri, 2003, p. 38-39.

45 Samuel Auguste André David, né à Grancy (Suisse) en 1728 et décédé en 1797 à Lausanne où il exerçait la médecine et l’enseignait à l’académie de cette ville (Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, 6, Neuchâtel, Administration du Dictionnaire, 1932, p. 618).

46 La première édition de son Essai voit le jour à Lausanne en 1770. Une lettre lui est adressée à ce propos la même année par Pierre Pomme.

47 La première édition date de 1761. Le succès est immédiat, les rééditions et les traductions en différentes langues se multiplient.

48 Paru à Berlin en 1770 en allemand et en français l’année suivante à Lausanne. Langhans était né à Berne en 1728. Diplômé de Göttingen, il exerça dans sa ville natale jusqu’à sa mort en 1813 (Biographisches Lexikon, 3, p. 673).

49 Né à Chartres en 1752, fils de médecin, promu à Paris, il est décédé en cette ville en 1801. Il devint membre de la Société royale de médecine (ibid., 4, p. 35).

50 Publié à Nancy en 1772. Chirurgien à Miremont, professeur d’anatomie et de chirurgie à Nancy, médecin des eaux de Plombières, premier chirurgien du roi de Pologne, il mourut en 1790 (ibid., 2, p. 261 ; Dictionnaire de biographie française, 11, col. 265).

51 Cf. Biographisches Lexikon, 2, p. 766 ; 3, p. 157-158 ; 4, p. 568-569 et 631-632 ; 5, p. 104 et 629.

52 Mémoire sur la sangsue médicinale (1778). Remarqué aussi pour ses Observations sur les effets pernicieux des moules (1777). Il est né à Bruxelles en 1732 et décédé dans la même ville en 1803 (Biographie nationale, 6, Bruxelles, Bruylant-Christophe, 1876, col. 367-370).

53 La Gazette salutaire de Grunwald leur accorde également une importance particulière (cf. n. 9).

54 Charles-Marie, voyageur et savant, né à Paris le 27 janvier 1701 et décédé dans cette ville le 4 février 1774. Il avait contracté la variole dans sa jeunesse, il contribua à vulgariser l’inoculation (Dictionnaire de biographie française, fasc. 109, col. 11-14).

55 Né à Genève en 1709 et décédé à Paris en 1781. Il étudia à Cambridge puis à Leiden, où il fat promu en 1730. Il s’établit à Amsterdam, Genève puis Paris où il fut premier médecin du duc d’Orléans à partir de 1766. Dès 1748 il propagea l’inoculation de la petite vérole (Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, 6, p. 680 ; Biographisches Lexikon, 5, p. 643-644 ; P. Delaunay, op. cit., p. 140-143 et 280-298).

56 P. Bertholet, « Le médecin theutois Jean-Philippe de Limbourg (1726-1811) et l’inoculation de la variole au Pays de Liège », in Bulletin de la Société verviétoise d’archéologie et d’histoire, 64, 1984, p. 73-85 ; D. Droixhe, Le Cri du public, p. 34-38.

57 Jean Le Rond dit d’Alembert, né à Paris en 1717 et décédé en 1783, mathématicien, philosophe et littérateur (Dictionnaire de biographie française, 1, col. 1397-1416).

58 Né à Toydon-Garnon en 1712 et décédé à Hertford en 1800. Baron, parlementaire et membre de la Royal Society, sa réputation d’inoculateur le fit appeler en Russie par Catherine II (Biographisches Lexikon, 2, p. 272).

59 Né à Nîmes en 1723, promu en médecine à Montpellier, médecin de l’Hôtel-Dieu de sa ville natale où il meurt en 1798 (ibid., 4, p. 738).

60 Né à Anduze dans le Gard en 1740, il étudia la médecine à Montpellier et Paris. Il vécut de ses travaux scientifiques et particulièrement de ses recherches en botanique. Il mourut à Fontainebleau en 1826. Il fut un adversaire résolu de Mesmer et un chaud partisan de l’inoculation (ibid., 4, p. 529).

61 Né à Dijon en 1726, il meurt soixante ans plus tard, victime d’une épidémie. Il prit ses grades à Montpellier et, après un bref séjour à Paris, il revint exercer dans sa ville natale, où il s’acquit rapidement une flatteuse réputation. Il devint secrétaire de l’Académie de Dijon et correspondant de l’Académie des sciences. Il était favorable à l’inoculation et laissa des travaux en matière d’hygiène, notamment à propos de l’inhumation dans les églises. Il combattit avec succès de nombreuse épidémies (ibid., 4, p. 78-79).

62 Né à Ronta (Mugello) en Toscane et décédé à Naples en 1798. Professeur de médecine à Pise, il se rend à Paris en 1761 et il répand en France le procédé de l’inoculation. Il a notamment pratiqué l’opération sur l’enfant de son ami le baron d’Holbach et sur les élèves de l’École militaire (ibid., 2, p. 695 ; P. Delaunay, op. cit., p. 291-292).

63 P. Darmon, La Variole, les nobles et les princes. La petite vérole mortelle de Louis XV : 1774, Bruxelles, Éditions Complexe, 1989, « La mémoire des siècles », p. 61, 64-65, 71, 76-81.

64 Médecin de Rouen, auteur de plusieurs écrits relatifs à l’inoculation, mort en 1769 (Biographie universelle ancienne et moderne, 23, Paris, L. G. Michaud, 1819, p. 592, n. 1).

65 C’est à ce titre qu’il est surtout connu. Il prit ses grades à Paris en 1724 (Biographisches Lexikon, 2, p. 419).

66 R. Favre, op. cit., p. 259-265 ; P. Darmon, La Longue Traque de la variole, Paris, Librairie académique Perrin, 1986, « Pour l’Histoire », p. 89-104 ; Id., La Variole, les nobles et les princes, p. 60-81. Certains des travaux cités sont analysés plus longuement par I. van Borsel, La Représentation de la médecine dans le discours encyclopédique, Université de Liège, Département des sciences historiques, mémoire de licence inédit, année académique 2000-2001, p. 103-112.

67 Né en 1669 à Odense et décédé à Paris en 1760. Il mena ses études sous la protection du roi de Danemark, obtint une bourse pour la Hollande, puis gagna Paris en 1705. Il devint professeur d’anatomie au Jardin du Roi et membre de l’Académie des sciences (Biographisches Lexikon, 5, p. 961-962).

68 Né à Beauvais à une date inconnue et décédé à Paris en 1756. Docteur en médecine des Facultés de Paris et d’Angers, censeur royal. Il est un des médecins du xviiie siècle qui ont le plus écrit (Dictionnaire de biographie française, 7, Paris, 1956, col. 485).

69 Georges Louis Leclerc comte de Buffon, né à Montbard en 1707 et mort à Paris en 1788, naturaliste, intendant du Jardin du Roi, membre de l’Académie française (Dictionnaire de biographie française, 7, col. 629-631).

70 Né à Metz en 1723 et décédé en 1792. Fils d’un chirurgien-major de l’hôpital militaire de Metz, il suit les traces de son père. En 1746, il devient membre de l’Académie de chirurgie puis professeur de physiologie. En 1757, il est chirurgien de l’Hôpital de la Charité (Biographisches Lexikon, 4, p. 847-848 ; R. Favre, op. cit., p. 365-366 ; C. Milanesi, op. cit., p. 138-157). Pour les anciens Pays-Bas, cf. P. Mouchet, « Une préoccupation nouvelle au xviiie siècle : la lutte contre les enterrements précipités », in Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux et de la santé publique, 28, 1993, p. 35-49.

71 Non autrement identifié.

72 Ou Gardanne. Né à La Ciotat en 1726 et promu à Montpellier en 1760 où il exerça la médecine avant de s’établir à Paris, où il fut censeur royal. Il était membre de plusieurs académies de province. Ses travaux portent surtout sur la syphilis et l’asphyxie. Il est décédé en 1786 (Biographisches Lexikon, 2, p. 683 ; Dictionnaire de biographie française, 4, 1980, col. 398).

73 Pineau, Mémoire sur le danger des inhumations précipitées (JE, 1776, VIII, 2, p. 216-225) ; J.-J. Gardanne, Recherches sur la cause de la mort des personnes suffoquées par la vapeur du charbon (JE, 1778, VIII, 1, p. 14-28) ; Id., Recherches sur la mort des noyés et sur les moyens d’y remédier (JE, 1778, VI, 1, p. 41-53 et VI, 2, p. 228-239) ; Id., Catéchisme sur les morts apparentes, dites asphyxies (JE, 1781, VII, 2, p. 264-282).

74 Né à Arles en 1735, il y décéda en 1812. Il prit ses grades à Montpellier et exerça dans sa ville natale, à Paris et Montpellier (Biographisches Lexikon, 4, p. 650-651 ; P. Delaunay, op. cit., p. 150-153).

75 J.-N. Biraben, Les Hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 1, Paris-La Haye, Mouton, 1975, « Civilisations et sociétés », 35, p. 447.

76 Ch. Carrière, M. Courdurié, F. Rebuffat, Marseille, ville morte : la peste de 1720, Marseille, Garçon, 1968.

77 Né à Caen en 1736 où il prend ses grades en médecine. Après un bref séjour à Paris, il enseigne la chirurgie dans sa ville natale puis à Rouen. Il est nommé médecin des épidémies en Normandie et meurt en 1804 (Biographisches Lexikon, 3, p. 745-746).

78 F. Lebrun, « Un grande épidémie en France au xviiie siècle : la dysenterie de 1779 », in Hommage à Marcel Reinhard. Sur la population française aux xviii e et xix e siècles, Paris, Société de démographie historique, 1973, p. 403-413 ; Id., « La grande dysenterie de 1779 », in L’Histoire, 39, 1981, p. 17-24 ; J.-P. Goubert, « Le phénomène épidémique en Bretagne à la fin du xviiie siècle (1770-1787) », in Annales. Économies. Sociétés. Civilisations, 24, 1969, p. 1562-1588 ; Id., Malades et médecins en Bretagne, 1770-1790, Rennes, Klincksiek, 1974, « Institut armoricain de recherches historiques », XV, p. 356-380 ; C. Bruneel, « L’épidémie de dysenterie de 1779 dans les Pays-Bas autrichiens », in Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 145, 1979, p. 191-395.

79 J.-P. Peter, « Les mots et les objets de la maladie », in Revue historique, 246, 1971, p. 16 et 22.

80 H. Chaumartin, Le Mal des ardents et le feu Saint-Antoine, Vienne-la-Romaine, 1946, p. 171-176.

81 Sur cette épidémie, cf. A. Hirsch, Handbuch der historisch-geografischen Pathologie, 2, Stuttgart, Ferdinand Enke, 1883, p. 144.

82 Né au Puy-en-Velay en 1742, il prit ses grades à Montpellier. Il exerce dans sa ville natale de 1768 environ à sa mort en 1805 (Biographisches Lexikon, 1, p. 309-310 ; Dictionnaire de biographie française, 4, col. 1513).

83 218 (trois étant cités à deux reprises) sur 861, soit 25,3 %. Dont naturellement les volumes collectifs comme les travaux de sociétés savantes.

84 Respectivement à 36 et 4 reprises.

85 Compilation éditée à Paris de 1748 à 1770.

86 Né à Amiens en 1696 et mort à Paris en 1765. Il étudie la médecine dans la capitale française. Il a donné de bonnes éditions d’œuvres médicales et est l’auteur d’un traité de chirurgie (Biographisches Lexikon, 4, p. 623).

87 Né à Reims en 1728 et décédé à Paris en 1799. Il étudie la médecine dans la capitale française, mais renonce à la pratiquer. Il est le rédacteur des Affiches de province. En 1795, il est nommé professeur d’histoire de la médecine à l’École de Paris (ibid., 2, p. 810 ; Dictionnaire de biographie française, 16, col. 742).

88 Biographisches Lexikon der hervorragenden Ärzte ; M. Bariéty et Ch. Coury, op. cit.

89 Respectivement 260 et 58 noms sur 454.

90 Cf. La Médecine des Lumières : tout autour de Tissot. Pour Liège, D. Droixhe, Le Marché de la lecture, p. 92-93.

91 L’une en 1770 à propos de son Essai sur les maladies des gens du monde, deux autres en 1780 sous forme de Réponse aux réflexions critiques de Tissot au sujet du racornissement des solides.

92 Académie de chirurgie de Paris. Prix pour le mémoire concernant l’exposé des règles diététiques [...] ; Sur le blé et le pain, avec l’histoire d’une espèce venimeuse de lupin (A. Couvreur, op. cit., 2, p. 466).

93 P. Meremans, « De la variole à “L’onanisme” : la puberté appréhendée par le Dr Tissot », in Archives et Bibliothèques de Belgique, 71, 2000, p. 261-273.

94 Ou Essai sur l’utilité du mouvement, ou des différens exercices du corps, et du repos dans la cure des maladies, Paris, Bastien, 1780.

95 Biographisches Lexikon, 3, p. 767-768.

96 C. Broeckx, Essai sur l’histoire de la médecine belge avant le xix e siècle, Gand, Hebbelynck, 1837, p. 263.

97 Charles Bossut, Lettre au sujet du Mémoire sur l’application du calcul des probabilités à l’inoculation de la petite vérole lu par [Jean Lerond] d’Alembert. Cf. P. Darmon, La Longue Traque, p. 93 et 96 ; Id., La Variole, les nobles et les princes, p. 62.

98 Mais il ne souffle mot du Traité de la dysenterie et des deux mémoires « sur le signe infaillible de la mort ».

99 Mémoire sur une maladie produite par des moules venimeuses, Mémoire sur la qualité vénéneuse du plomb. Né à Rosendaal en 1718, il se fixa à Anvers où il exerça la médecine jusqu’à sa mort en 1793 (J. G. Frederiks et F. Jos. Van den Branden, Biographisch woordenboek der Noord-en Zuidnederlandsche letterkunde, 2e éd., Amsterdam, Veen, 1892, p. 62 ; Éd. Mailly, Notice sur Jean-Baptiste de Beunie, in Mémoires couronnés […] publiés par l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, Bruxelles, 1881, « in-8° », 31, p. 3-22).

100 C. Milanesi, op. cit., p. 186-187.

101 Né à Lochristi en 1734 et décédé à Marche-en-Famenne en 1790. Chirurgien militaire durant la Guerre de sept ans, il s’établit ensuite à Gand où il devient assesseur du Collège de médecine. Il fonde une école pour la formation des accoucheuses. Il deviendra professeur de chirurgie à la faculté de médecine de l’université de Louvain lors du transfert éphémère de celle-ci à Bruxelles (Nationaal biografisch woordenboek, 6, Bruxelles, Palais des Académies, 1974, col. 490-492).

102 N. F. J. Éloy, Dictionnaire historique de la médecine, contenant son origine, ses progrès, sa révolution, ses sectes et son état chez différents peuples [...], Liège et Francfort, J.-F. Bassompierre, 1755, 2 vol.

103 Mémoire sur la marche, la nature, les causes et le traitement de la dysenterie, qui a régné dans plusieurs cantons de la province de Hainaut en 1779, Mons, H. Hoyois, 1780. Il n’évoque pas davantage l’édition revue et développée du Dictionnaire historique de la médecine ancienne et moderne, comptant cette fois quatre volumes, publiée chez le même éditeur en 1778.

104 Dans certains cas, il mentionne le nom du périodique auquel il emprunte l’article. Cf. A. Couvreur, op. cit., 2, p. 412-416.

105 Le « Journal encyclopédique » (1750-1793) : une suite de l’« Encyclopédie », p. 45.

106 Cf. par exemple A. Couvreur, op. cit., 2, p. 565, à propos d’un ouvrage de Didelot.

107 Recueil périodique d’observations de médecine, lancé en 1754 et devenu quatre ans plus tard le Journal de médecine, chirurgie, pharmacie. Il cesse de paraître en 1793. Le Journal encyclopédique lui fait des emprunts qu’il signale d’ailleurs. Cf. la notice de R. Rey, in Dictionnaire des journaux, 2, p. 1063-1067.

108 Dirigée successivement par J.-J. Gardane, J.-J. Paulet puis, peut-être, Ph. Pinel. Cf. la notice de R. Rey, ibid., 2, p. 495-499.

109 Cf. la notice d’A.-M. Chouillet, ibid., 2, p. 994-994.

110 Publié jusqu’en 1767. Cf. la notice de Pascale Ferrand, ibid., 2, p. 805-616.

111 Cf. la notice de Jean Balcou, ibid., 1, p. 143-146.

112 Dont la structure est fort analogue à celle de la partie médicale du Journal encyclopédique.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search