Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Robert Darnton

L’attrait du Journal encyclopédique pour les récits de voyage

Yasmine Marcil

Texte intégral

1Au moment où commence à paraître le Journal encyclopédique, les récits de voyage sont parmi les genres les plus appréciés des lecteurs des Lumières. Tout au long de la seconde moitié du siècle, ces ouvrages conquièrent des lecteurs avides de connaissances neuves, singulières ou exotiques et des savants ou des philosophes, pour lesquels ces relations constituent un matériau de réflexion sur la nature, l’homme et la société. Les relations de voyage sont à la fois narration d’une expérience et document apportant de nouvelles connaissances, et diffèrent selon les objectifs des voyageurs : scientifique, religieux ou par exemple pédagogique. Les récits de voyage du xviiie siècle sont de ce fait aussi bien des relations se métamorphosant parfois en mémoires personnels ou en récits d’aventures que des narrations d’expédition scientifique dans lesquels les commentaires relatifs aux observations et aux résultats obtenus sont majoritaires.

  • 1 Jacques Wagner, « Le rôle du Journal encyclopédique dans la diffusion de la culture », in Studies (...)
  • 2 Prospectus du Journal encyclopédique (1755) : « Notre but n’est point de satisfaire une curiosité (...)

2La variété des récits et l’engouement pour ce genre incitent les journaux à rendre compte de la parution d’un nombre croissant de relations. Cette évolution est particulièrement nette dans le Journal encyclopédique, qui dans les années 1780, est sans doute le périodique qui accorde la plus forte attention aux récits de voyage. La part des comptes rendus les concernant atteint en effet près de 8 % durant la décennie 1780, tandis qu’elle est de moins de 4 % au Journal des savants et d’environ 2 % au Mercure de France à la même époque. Outre l’intérêt des lecteurs pour ces ouvrages, un tel attrait pour ce genre, dans le Journal encyclopédique, s’explique en grande partie par le fait que son fondateur, Pierre Rousseau, conçoit son périodique comme un outil d’instruction et de vulgarisation des connaissances1. Il considère qu’il doit faire connaître à ses lecteurs les découvertes réalisées dans l’ensemble du champ des connaissances humaines. Or, les récits de voyage, considérés au xviiie siècle avant tout comme des ouvrages instructifs, participent pleinement à cet idéal. Dans ce périodique qui se donne pour objectif, selon son Prospectus de 1755, de répandre les idées promues par l’Encyclopédie, il n’est cependant pas seulement question de diffusion des connaissances, mais également de défense d’une manière de voir le monde2. C’est cette intention affichée par Pierre Rousseau que nous voudrions ici interroger en nous intéressant aux pratiques d’écriture du Journal encyclopédique des années 1750 et des années 1780. Les articles publiés à propos des récits de voyage seront l’objet de notre étude des formes et des modalités de l’engagement de ce journal en faveur des idées défendues par les encyclopédistes.

Un périodique attiré par le genre du récit de voyage

L’importance croissante accordée aux récits de voyage

  • 3 L’Année littéraire, 1784, 7, p. 348.
  • 4 Cette étude est issue de l’enquête publiée dans mon ouvrage La Fureur des voyages. Les récits de v (...)

3Dans la seconde moitié du xviiie siècle, l’ensemble de la presse périodique de langue française manifeste un intérêt grandissant pour les récits de voyage, ainsi que le note un autre grand journal, L’Année littéraire (1754-1791), en 1784 : « Le Public a toujours aimé & recherché la lecture des voyages. Son empressement à cet égard semble s’être augmenté depuis quelque tems3. » Selon une étude s’appuyant sur le dépouillement d’une vingtaine de périodiques durant la décennie 1750 puis durant celle de 1780, la part des articles traitant de tels ouvrages est multipliée par plus de trois entre ces deux périodes4.

  • 5 Nous entendons par « succès », les récits de voyage ayant été l’objet d’au moins dix articles dans (...)
  • 6 Sur trente et un récits ayant suscité plus de dix articles dans la presse périodique des années 17 (...)
  • 7 Sur cette question se reporter à : Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes (...)
  • 8 Claude Reichler, La Découverte des Alpes et la question du paysage, Genève, Georg, 2002.

4De toutes les zones géographiques, l’Europe est de loin la mieux représentée dans l’ensemble des périodiques. Ces derniers font écho à la production croissante de relations sur ce continent. En effet, plus de la moitié des ouvrages connaissant un certain succès dans la presse5 ont pour objet l’Europe6. Cet intérêt pour les relations européennes est un phénomène parallèle à la vogue que connaissent les voyages en Europe dont le mouvement s’accélère après le traité de Paris en 1763.7 Bien que l’Italie demeure le pays le plus visité, d’autres régions provoquent la curiosité des Européens dans la seconde moitié du siècle, notamment l’Irlande, l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse8 qui fait désormais partie du Grand Tour. Les voyageurs lisent des relations avant de partir, et sont aussi plus nombreux à rédiger le récit de leur pérégrination et à le publier.

  • 9 Anders Sparrman, Voyage au Cap de Bonne-Espérance, & autour du monde, avec le Capitaine Cook, & pr (...)
  • 10 Pierre-Marie-François de Pagès, Voyages autour du monde & vers les deux Pôles, par terre & par mer (...)
  • 11 James Cook et James King, Voyage à l’océan Pacifique, entrepris par ordre de S.M. pour faire des d (...)
  • 12 Sur ce point, voir Chantal Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du x (...)

5Bien que relativement peu nombreux, les récits de voyage à propos de l’Océanie ont profondément marqué la deuxième moitié du xviiie siècle. Après l’expédition autour du monde de Bougainville (1766-1769), l’océan Pacifique et ses îles sont à l’ordre du jour. L’intérêt pour cet océan croît encore dans la décennie 1780, avec les voyages de Sparrman9, de Pagès10 et surtout ceux de Cook11. Durant ces années, les journaux sont en revanche beaucoup moins intéressés par les continents américain et asiatique. Seule l’Asie mineure suscite l’attention, en raison essentiellement du goût pour l’antique12. En Afrique, c’est surtout l’Égypte qui attire les commentaires des journalistes. Ce pays, selon le Journal des savants (1665-1792), fascine les lecteurs.

Un réseau européen

  • 13 Parmi les vingt-neuf récits commentés par ce journal entre 1780 et 1789, on compte quinze relation (...)
  • 14 Le texte du Prospectus est reproduit dans : Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite (...)

6Cependant, le Journal encyclopédique ne signale pas seulement à ses lecteurs les livres connaissant le plus de succès. Il mentionne aussi des ouvrages presque passés inaperçus. Ainsi fait-il écho à la production étrangère souvent négligée dans la presse périodique (à l’exception des journaux spécialisés dans le signalement des publications d’un pays précis, tels le Journal britannique). Avec L’Esprit des journaux (1772-1818), qui offre une compilation d’articles parus dans des périodiques français, anglais, italiens et allemands, le Journal encyclopédique des années 1780, est en fait le seul à y apporter une réelle attention, c’est-à-dire à ne pas se contenter de l’annonce du titre au profit de la publication d’un compte rendu13. Un tel intérêt correspond à l’orientation d’ouverture européenne annoncée par Pierre Rousseau dans son Prospectus de 1755 : « L’objet de ce journal est, dit-il, de rassembler, chaques quinze jours, tout ce qui se passe en Europe de plus intéressant dans les Sciences et les Arts. » Il précise quelques lignes plus loin : « La France, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne, la Hollande, les Pays-Bas, en un mot l’univers savant sera l’objet de nos recherches, de nos soins, et de notre travail14. »

  • 15 Parmi les titres commentés dans des comptes rendus, ceux en allemand représentent 17 %, ceux en an (...)

7Cette affirmation trouve confirmation dans le cas des récits de voyage : la part des publications étrangères représente plus de 40 % des livres de voyage mentionnés dans le Journal encyclopédique (soit 39 titres sur un total de 94, annoncés entre 1780 et 1789). S’il signale des titres en italien, espagnol, suédois et néerlandais, il mentionne majoritairement des récits en anglais et en allemand15. Comme l’ensemble de la presse de langue française, il est sensible à l’essor de l’édition allemande et à celui de l’usage de l’allemand comme langue relais d’ouvrages d’abord parus en russe ou dans une des langues Scandinaves. Quant à l’anglais, c’est la langue qui dispose de la plus forte pénétration dans la presse française. Toutefois, dans ce cas, les lecteurs français ont aussi accès à des traductions en français. L’engouement pour les récits de quelques navigateurs anglais est tel que les traductions deviennent de plus en plus nombreuses dans les années 1780. Celles-ci tendent même à devenir très rapides : ainsi le Voyage autour du monde de George Dixon a été traduit en français dès l’année de sa parution à Londres, en 1789.

  • 16 Sur ce sujet, voir : Jacques Wagner, « Pierre Rousseau à Liège (1756-1759) ou l’énergie de l’intel (...)
  • 17 Prospectus de 1755 : « Nous entretiendrons ainsi, avec le secours de quelques Sçavans de tous ces (...)
  • 18 Jean Boutier, « Giovanni Lami “accademico”, échanges et réseaux intellectuels dans l’Italie du xvi (...)
  • 19 Ainsi que l’indique la correspondance entre Trublet et Maupertuis, La Condamine fait partie des ab (...)

8L’ambition de Rousseau de diffuser les connaissances produites en Europe16 l’a conduit à mettre en place rapidement un réseau européen de correspondants s’appuyant, annonce-t-il dans le Prospectus de 1755, sur la collaboration de savants17. C’est en corrélation avec cette aspiration qu’il faut, par exemple, comprendre son souhait de s’attacher la coopération d’un érudit tel que le Florentin Giovanni Lami (1697-1770)18. Afin d’obtenir son aide, il en passe par l’entremise de l’académicien Charles-Marie de La Condamine (1701-1774), devenu alors célèbre après sa participation à l’expédition au Pérou (1735-1744) menée à l’instigation de l’Académie royale des sciences. Or ce dernier19 a rencontré l’historien et bibliothécaire florentin lors de son séjour en Italie, en 1754-1755. Rousseau écrit en octobre 1756 à Lami :

  • 20 Biblioteca Riccardiana, Florence, Lettere a G. Lami : Ricc 375 fol. 306.

J’ose sous les auspices de Mr de la Condamine vous prier de vouloir bien vous intéresser au succès d’un journal que j’ay établi cette année, et qui a essentiellement besoin du secours des sçavans du premier ordre, je ne cherche qu’a rendre compte de cequi paroit de meilleur dans la littérature, et de tout ce qui peut contribuer au développement des arts et des connoissances humaines20.

  • 21 Pierre Rousseau et Samuel Formey s’échangent 55 lettres entre 1755 et 1779. Sur ce sujet, voir : J (...)
  • 22 Jens Hàseler, op. cit., p. 413-434.
  • 23 Guillaume de Méhégan est correspondant du Journal encyclopédique à Paris de 1757 à 1763. Voir Dict (...)
  • 24 Guy Biart, « Pierre Rousseau, chef d’une maison d’édition au siècle des Lumières », in Archives et (...)

9La correspondance entre Rousseau et l’érudit Jean-Henri-Samuel Formey témoigne aussi de ce souci d’étendre rapidement son réseau21. Secrétaire perpétuel de l’Académie de Berlin depuis 1748, ce dernier est très au fait de l’actualité littéraire de l’Empire et des pays Scandinaves et n’hésite pas à contribuer aux périodiques ayant une diffusion européenne22. Rousseau noue aussi des liens à Londres avec Jean Des Champs, et surtout à Paris, qui est à ses yeux un lieu central de l’actualité littéraire, notamment avec Guillaume de Méhégan, puis Anne-Gabriel Meusnier de Querlon23. À partir de décembre 1761, le médecin allemand Friedrich Emmanuel Grunwald, qui traduit des livres allemands et italiens, est également à ses côtés24. Il s’agit bien d’une entreprise collective ayant pour ambition de s’ouvrir largement aux connaissances produites dans l’ensemble de l’Europe.

Le souci d’être concurrentiel

  • 25 Prospectus, 1755 : « Nous saisirons avec empressement tout ce qui sera digne de son [il fait référ (...)
  • 26 À ce sujet, voir Yasmine Marcil, « Découvrir, comprendre, ressentir la montagne dans la presse des (...)
  • 27 Ainsi ce journal commente-t-il le récit de Carver (Travels through the interior parts of North Ame (...)

10Son intérêt pour les récits de voyage en langue étrangère manifeste aussi l’ambition d’être au plus près de l’actualité25. Pierre Rousseau s’inscrit en permanence dans une logique de concurrence avec les autres journaux. Cela est particulièrement net pour certains événements, comme l’ascension du Mont-Blanc26, et pour quelques ouvrages, notamment ceux qui, d’abord publiés dans une langue étrangère, sont ensuite traduits en français. Il est, en effet, souvent le premier à annoncer une publication qui n’est commentée qu’ultérieurement par les autres journaux, au moment de sa traduction en français. Cela lui permet d’en rendre compte « dans sa nouveauté27 ».

  • 28 À ce sujet, voir Ann Goldgar, Impolite learning. Conduct and Community in the Republic of Letters (...)
  • 29 JE, 1783, IV, 1, p. 43.
  • 30 Claude Labrosse, « Réception et communication dans les périodiques littéraires (1750-1760) », in L (...)

11La publication de prospectus obéit également à cette quête de rapidité dans l’annonce de la parution d’un nouveau livre. Dans les années 1780, le Journal encyclopédique se distingue en effet par le nombre de reprises de prospectus, envoyés par les libraires-imprimeurs afin de présenter leurs derniers ouvrages parus28. Ces prospectus sont copiés partiellement ou intégralement, mais toujours de manière explicite. Ainsi, dans un compte rendu consacré au récit de Sparrman, le journaliste signale-t-il qu’il a « donné, il y a deux mois & demi, une idée générale de cet ouvrage d’après un avis imprimé qu’on nous avoit communiqué29 ». Ce sont six ouvrages qui sont ainsi présentés sans aucun, ou pratiquement aucun, commentaire durant les années 1780. Un tel procédé témoigne du souci du Journal encyclopédique de réagir presque aussi rapidement que des journaux à périodicité très courte tels que le Journal de Paris (1777-1840) et les Affiches de province (1752-1790) dont la formule rencontre du succès. Ces périodiques, que Claude Labrosse qualifie de « sortes de pré-journaux30 » sont en effet plus prompts que les grands périodiques littéraires à réagir aux dernières publications. Bimensuel, le périodique de Pierre Rousseau cherche à satisfaire ses lecteurs en les avertissant aussi diligemment que ces journaux.

Comment commenter un genre si flou ?

Une prédilection pour les articles longs

  • 31 Il s’agit du récit suivant : Marie-Gabriel-Florent-Auguste, comte de Choiseul-Gouffier, Voyage pit (...)
  • 32 Le volume des comptes rendus est très fluctuant et peut varier de 5 000 à plus de 22 000 signes.

12L’attrait du Journal encyclopédique pour le récit de voyage se mesure aussi à l’augmentation du nombre d’articles qu’il consacre à chaque ouvrage. Les relations jugées les plus intéressantes ont pu être dans les années 1780 l’objet de plusieurs articles et parfois de plus d’un compte rendu (au maximum de cinq31). Du compte rendu (long article de commentaire) à l’annonce bibliographique (c’est-à-dire la simple annonce des références d’un livre nouvellement publié), le Journal encyclopédique use de l’ensemble des formes communément en usage dans la presse périodique consacrée à la recension des ouvrages. Par rapport aux autres journaux, il privilégie toutefois nettement le compte rendu et cela y compris pour les titres publiés à l’étranger. Au total, le Journal encyclopédique en publie 86 à propos de relations de voyage durant la décennie 1780 (soit plus de la moitié du nombre total d’articles)32. Ce sont par de tels articles que débute chaque livraison. Comprenant appréciations et commentaires de l’ouvrage, ces articles sont aussi composés, et particulièrement dans le Journal encyclopédique, de citations de ce livre. Présents dans 90 % de ses comptes rendus, ces extraits sont parfois fort longs et peuvent même occuper l’essentiel de l’article. Destinés notamment à « présenter un échantillon » du texte afin que le lecteur ait un accès direct au livre, ils sont aussi, selon le journal, destinés à faire plaisir au lectorat, et éventuellement à corroborer les arguments du journaliste.

  • 33 La rubrique « Nouvelles littéraires » qui apparaît dans les Mémoires de Trévoux en 1701 répond à u (...)

13Comme dans les autres journaux dont la dominante est la recension des livres, le Journal encyclopédique publie également des nouvelles littéraires (près de 30 % du nombre total des articles publiés sur des récits de voyage). Ce sont des articles courts classés dans la rubrique « Nouvelles littéraires » (apparue au cours de l’année 175733). Ce type d’article, qui a une plus nette fonction publicitaire, permet au Journal encyclopédique de suivre l’actualité littéraire en donnant rapidement des impressions sur un ouvrage et ainsi de s’adapter face au nombre croissant de livres nouvellement publiés. Au sein de cette rubrique « Nouvelles littéraires », les journalistes annoncent parfois la parution d’un ouvrage en le signalant uniquement par ses références ; ce sont de telles mentions que nous appelons annonces bibliographiques (16 %).

Quels thèmes sélectionnés ?

  • 34 JE, 1781, VI, l, p. 43.

14Bien qu’il publie des articles souvent longs, le Journal encyclopédique ne se caractérise pas pour autant par une attention particulière aux données portant sur le voyageur et son parcours. Le voyageur n’est en effet généralement pas présenté. Seule fait exception la figure du savant voyageur dont il précise notamment la formation scientifique. Ces voyageurs forment bien une catégorie à part pour le Journal encyclopédique qui note à leur propos en 1781 : « Ils voyagent sans doute par intérêt, mais c’est l’intérêt de la science qui les anime [...] », et poursuit-il, « Personne en aucun siècle n’a plus ajouté qu’eux aux connoissances humaines de toute espèce34 ».

  • 35 Seules font exception les montagnes. Cette attirance mêle à la fois approche scientifique et fasci (...)
  • 36 En ce qui concerne l’histoire naturelle, le Journal encyclopédique n’hésite pas, par exemple, à re (...)
  • 37 JE, 1782, VIII, 1, p. 51.

15L’absence d’éléments concernant le déroulement du voyage et le parcours, correspond à une des normes des comptes rendus du Journal encyclopédique. Trajet, situation géographique et paysages sont généralement ignorés35. Le Journal encyclopédique ne porte également guère d’intérêt aux données touchant au gouvernement, à l’agriculture, au commerce et à l’histoire d’un pays. En revanche, l’histoire naturelle suscite un peu plus d’intérêt, ainsi que les techniques observées par les voyageurs36. Le Voyage pittoresque ou Description des Royaumes de Naples et de Sicile lui donne ainsi l’occasion de mentionner les marais salants et la pêche au thon : « La saline est, dit-il, une des plus grandes qu’il y ait en Sicile. C’est un bassin quarré, de 300 toises sur 250 de large ou environ, il est divisé en plusieurs cases. Voici la manière dont on obtient le sel37. » Suit une citation dans laquelle sont détaillées plusieurs des étapes nécessaires à l’obtention du sel.

  • 38 JE, 1774, III, 3, p. 406.

16Plus encore que l’histoire naturelle et les techniques, ce sont les nouvelles connaissances sur le mode de vie des populations, sur leurs croyances et leurs comportements qui forment, dans le Journal encyclopédique, l’attrait essentiel des récits de voyage. De telles observations sont en effet considérées comme utiles en tant que contribution aux « progrès de l’étude de l’homme ». Ainsi, les relations des expéditions dans l’océan Pacifique ont particulièrement passionné le Journal encyclopédique. Ces récits apportent, selon lui, des « observations neuves & intéressantes » « tant sur la nature humaine en général & sur l’état des premières sociétés, que sur les différentes branches de l’histoire naturelle38 ». Mais, le Journal encyclopédique n’est pas seulement avide de nouvelles connaissances sur ces populations, il recherche aussi dans les relations de voyage des témoignages confirmant l’idée que les hommes sont heureux lorsqu’ils vivent à l’écart de la civilisation.

17Les récits de voyage offrent ainsi à Rousseau le moyen d’apporter des preuves de la véracité des idées qu’il défend. Il ne se lance pas dans ce cas dans des articles virulents. Cultivant des articles au ton impersonnel, il souligne plutôt la pertinence d’un témoignage en le sélectionnant (et inversement pour les passages gênants qui sont éludés). Son orientation idéologique est notamment perceptible dans le choix de ses citations. Celles-ci deviennent des témoignages corroborant ses idées. Les articles parus à propos des expéditions dans l’océan Pacifique sont ainsi instrumentalisés au profit de la défense de l’idée du bonheur des hommes vivant à l’état de nature.

Des récits au service des idées défendues par le Journal encyclopédique : le cas de Tahiti

Le bon sauvage : de l’hypothèse à l’existence

  • 39 Ainsi affirme-t-il en 1789, à propos d’un Account of the Pelew Islands de Keate, que cette relation (...)
  • 40 Contrairement aux encyclopédistes, Pierre Rousseau est opposé aux idées de Hobbes. Sur l’ensemble (...)
  • 41 Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811) opte pour une carrière militaire. C’est en décembre 1766 (...)

18S’inspirant de la figure du bon sauvage comme antithèse idéalisée de la société européenne, le Journal encyclopédique décrit la nature à partir de ce prisme. La nature est, à ses yeux, un lieu de sagesse par opposition à l’artifice et aux conventions de la société. C’est de cette conception de la nature que découle dans le Journal encyclopédique une vision a priori si positive du sauvage, qui désigne avant tout celui qui est libre. Celui-ci, à condition de respecter les lois de la nature, connaît le bonheur. Si pour le Journal encyclopédique l’homme sauvage est un primitif dans lequel les Européens peuvent reconnaître leurs origines, il voit aussi dans ces peuples la preuve de la supériorité d’une morale naturelle. Pour ce journal, convaincu que Hobbes a tort d’affirmer dans le Léviathan (1651) que les hommes sont « tous nés médians », il existe donc des populations qui sont non seulement heureuses, mais plus heureuses que les sociétés « policées39 ». À la recherche d’un exemple qui viendrait démontrer la fausseté du modèle théorique de Hobbes40, ce journal cherche dans les récits de voyage des observations qui confirmeraient l’existence d’un état de nature idyllique. Séduit par l’hypothèse philosophique du bon sauvage, ce journal ne s’est pas donc limité à son abstraction ; il l’a projetée sur les sauvages du Pacifique. De ceux-ci, il est question dans tous les récits de voyage dans le Pacifique publiés après le retour de Bougainville41 en France.

Tahiti, un mythe

  • 42 Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde, par la frégate du roi la Boudeuse & la flût (...)
  • 43 JE, 1770,111, 1, p. 114.

19Révélée aux Français au retour de son expédition, l’île de Tahiti, ou plus exactement l’image paradisiaque de cette île, a enthousiasmé le Journal encyclopédique. Dès 1769, on parle déjà beaucoup de Tahiti car l’arrivée de Bougainville accompagné d’un Tahitien, Aotourou, a été remarquée. Mais, c’est surtout la publication d’abord dans le Mercure de France (en novembre 1769), puis dans le Journal encyclopédique (en décembre 1769), d’une lettre de Philibert Commerson, naturaliste, qui faisait partie de l’expédition, qui va fixer l’imaginaire sur cette île. Passionné par celle-ci, le Journal encyclopédique saisit toutes les occasions d’en parler. Outre le Voyage autour du monde de Bougainville (publié en 1771 et réédité dès 1772)42, la parution, dans les années suivantes, des récits des expéditions anglaises dans l’océan Pacifique lui en offre l’opportunité. Le Journal encyclopédique prétend même à l’exhaustivité sur le sujet : « Comme nous avons été les premiers à faire connoître l’isle de Taïti, nous croyons, annonce-t-il en avril 1770, pouvoir nous approprier tout ce qui paraîtra sur le même sujet, & qui pourra suppléer à ce qui a été omis43. »

  • 44 Nicolas Bricaire de la Dixmérie, Le Sauvage de Tahiti aux Français, avec un envoi au philosophe am (...)
  • 45 Ainsi le 15 juin 1769 est publiée une lettre de La Condamine, puis en 1770 sont publiés le 1er avr (...)
  • 46 Dans le Voyage autour du monde, Bougainville offre lui-même une vision contrastée de l’île, dans de (...)

20Le Journal encyclopédique est en effet bien le premier à publier un article à propos de Tahiti. Il s’agit d’une lettre de La Condamine, publiée le 15 juin 1769, dans laquelle il est essentiellement question d’Aotourou. Pris dans une logique de concurrence, le périodique réussit par la suite à proposer à ses lecteurs d’autres textes évoquant Tahiti. L’île polynésienne est évoquée à la fois lors de la publication d’essais et de romans tels que Le Sauvage de Tahiti aux Français de Bricaire de la Dixmérie44 et par le biais de courriers de lecteurs45. En avril 1770, ce journal publie une « Lettre sur l’île de Tahiti » envoyée de nouveau par La Condamine, et l’« Extrait d’une lettre au sujet de l’habitant de l’île de Tahiti ». Ainsi les recensions de la relation de Bougainville ont été précédées de plusieurs textes dans lesquels la fascination pour Tahiti est forte. Le mythe de l’île est déjà donc bien en place lorsque paraît le Voyage autour du monde, en 1771. Si le récit de Bougainville donne une vision nuançant cette vision enchantée de l’île46, il a été inséré au sein du Journal encyclopédique dans un ensemble de discours préparant les lecteurs à une vision paradisiaque de l’île.

21Dès la première édition du livre, le Journal encyclopédique ne publie pas moins de trois articles à son propos. Avant de s’arrêter longuement sur l’île polynésienne dans son article de décembre 1771, ce journal s’intéresse aux différentes étapes de l’expédition et retrace ainsi l’ensemble du parcours effectué par Bougainville. De Tahiti qui constitue l’essentiel de son propos, il traite selon deux axes : tout d’abord, celui de l’amitié, qui est prédominant dans la narration de l’accueil réservé par les Polynésiens aux Français ; ensuite, celui de la sexualité, qui donne de Tahiti l’image d’une Nouvelle Cythère. À plusieurs reprises, il souligne l’exotisme, l’hospitalité des Tahitiens, leur joie et leur beauté. En répétant ces idées, le journal contribue à son tour à leur donner force. Cela lui permet aussi de contrebalancer une vision plus noire de la société tahitienne. Mais s’il n’omet pas de reprendre le tableau moins complaisant de la société tahitienne, que fait Bougainville dans son récit (les vols commis par les insulaires ainsi que la pratique de la guerre et les sacrifices humains sont mentionnés), il le minore.

22Le journaliste exprime surtout de la déception face à l’inégalité sociale à Tahiti. Le fait que « les rois et les grands » aient droit de vie et de mort sur leurs sujets brise l’image d’une société égalitaire dans l’état de nature :

  • 47 Ibid., p. 233.

Il n’y aurait presque rien à changer dans une grande partie de ce que nous venons de rapporter, mais voici les abus. Les Rois & les grands ont droit de vie & de mort sur leurs esclaves & sur leurs valets ; ils dédaignent le peuple & c’est là qu’ils prennent leurs victimes, lorsqu’il en faut sacrifier : il ne lui est permis d’user des mêmes alimens, de se chauffer du même bois47.

  • 48 Le terme « anthropologie » apparaît en 1788 sous la plume d’Alexandre Chavannes. Sur ce sujet : Mi (...)
  • 49 JE, 1774, IV, 2, p. 265.

23Bien qu’il déplore cette inégalité, le Journal encyclopédique considère néanmoins qu’à bien des égards, Tahiti fait « honte aux nations que nous appelons policées. » L’intérêt « anthropologique », au sens d’une « science générale de l’homme48 », est cependant loin d’être absent dans ce journal. Il mentionne précisément les rituels et les règles d’organisation de la société tahitienne lors de descriptions d’une cérémonie religieuse, de funérailles ou d’un combat de lutte. En outre, le Journal encyclopédique privilégie l’aspect exotique et paradisiaque de cette île en parlant régulièrement des fêtes, des danses, des repas offerts par les navigateurs ou les insulaires. Au fil des comptes rendus parus à propos des récits de Bougainville ou de Cook, c’est toujours la même orientation qui prévaut, car comme il l’affirme en 1774, Tahiti est « l’un des pays les plus agréables de la terre49 ».

  • 50 II s’agit actuellement des îles Palau, situées au Nord-Est de l’Indonésie.
  • 51 JE, 1789, I, 1, p. 63-82. Compte rendu de : Georges Keate, Relation des isles Pelew, situées dans (...)

24Le Journal encyclopédique fait une lecture similaire du récit de George Keate et plus particulièrement de ses propos sur la population des îles Pelew50 : il opère une sélection le conduisant une nouvelle fois à « gommer » les aspects gênants en les évoquant rapidement, pour insister sur tous les éléments qui confirment l’existence d’une société idéale à l’état de nature. Ainsi note-t-il qu’il règne aux îles Pelew « l’hospitalité la plus douce, la plus égale, & connue des hommes qui n’[ont] pu être éclairés que par la seule nature ». Cette société sédentaire et agricole présente en fait toutes les caractéristiques d’un état de nature idéal, en raison de la quasi-absence de propriété, de la présence d’un roi auprès de ses sujets pour régler les différends et de l’absence du luxe. Jusqu’en 1789, le Journal encyclopédique cherche donc à trouver des preuves du bonheur des hommes qui n’ont « d’autre code que celui de la nature51 ».

  • 52 L’emploi du terme « civilisation » est créé dans son sens moderne par Mirabeau en 1756, puis il es (...)

25Son analyse des populations du Pacifique à partir de la théorie du bon sauvage se double de l’idée de civilisation dont on trouve l’écho en 1774 à propos des insulaires rencontrés par le navigateur anglais Carteret. Perçues positivement en raison de leur attitude amicale et confiante envers les navigateurs anglais, ces populations sont « pour ainsi dire civilisées52 » :

  • 53 JE, 1774,1V, 1, p. 47.

Après avoir presque touché à plusieurs isles, dont une seule en particulier pourrait former un grand royaume, mais qui ne sont habitées que par des peuples féroces qui se sont toujours opposés à l’abordage des Européens, M. Carteret passa aux Isles de l’Amirauté, dont il nous donne la description : elles sont couvertes de la plus belle verdure ; les bois sont élevés & épais, entremêlés de clarières [sic] qui ont été défrichées pour des plantations, de bocage de cocotiers, & d’un grand nombre de maisons ; quelques jours après, il découvrit encore trois petites isles, dont les habitans étoient, pour ainsi dire civilisées ; car aussitôt qu’ils apperçurent le vaisseau, ils y abordèrent sans aucune défiance [...]. Leur caractère est franc & ouvert [...]53.

  • 54 Samuel Wallis est le découvreur de Tahiti en 1769, mais la publication tardive de son récit, en 17 (...)

26Adhérant à l’idée de progrès et à celle de perfectibilité de l’humanité, le Journal encyclopédique en a fait implicitement un moyen de jugement des populations rencontrées par les navigateurs européens dans les mers du Sud. Le journal distingue les autochtones qui se montrent hostiles aux navigateurs et qu’il considère comme des sauvages ou des « peuples féroces », de ceux qui s’approchent immédiatement des vaisseaux et font preuve de curiosité. Sont jugés bons ceux qui semblent les plus capables d’évoluer vers une société civilisée. C’est notamment le cas des Tahitiens que l’on sait accueillants et que l’on décrit perfectibles. Le Journal encyclopédique considère que, grâce au navigateur anglais Wallis54, qui a réussi à amadouer et à « corriger » les Tahitiens, ceux-ci se sont « humanisés ». Pour le Journal encyclopédique c’est la preuve que certaines populations du Pacifique sont perfectibles. Les Tahitiens sont, à ses yeux, inéluctablement entraînés vers la civilisation, vers le modèle européen.

  • 55 Jeremy D. Popkin et Jack R. Censer, « Some paradoxes of the eighteenth century periodical », in En (...)
  • 56 II encourage, par exemple, la lecture du récit scientifique d’A. Sparrman, intitulé Voyage au Cap (...)

27Comme d’autres périodiques du xviiie siècle, le Journal encyclopédique est profondément attaché à la personnalité de son fondateur, Pierre Rousseau55. C’est lui qui donne son caractère au journal, et sa marque est si forte que le ton du journal perdure après sa mort. Par rapport à d’autres grands périodiques littéraires des années 1780, le Journal encyclopédique évite toute remarque négative sur les ouvrages qu’il recense, et reste fidèle au modèle traditionnel du compte rendu. Ainsi, il fait entrer les nouvelles publications dans le champ des savoirs, sans en faire un véritable commentaire critique, mais en proposant un résumé agrémenté de citations, auquel il ajoute quelques remarques personnelles. Les comptes rendus du Journal encyclopédique ont en outre essentiellement pour objet de faire part des nouvelles connaissances et donc d’instruire les lecteurs56 (tout en essayant de les séduire, par l’introduction par exemple d’éléments pittoresques). Néanmoins le Journal encyclopédique ne publie pas des articles dénués d’engagement idéologique. Sans être virulent ou provocateur comme Fréron dans L’Année littéraire, Rousseau a également défendu ses idées, comme en témoignent les procédés de filtre, de tri, et d’écriture de ses recensions des récits des expéditions menées par les Anglais et les Français dans l’océan Pacifique. C’est par cette posture idéologique non agressive que le Journal encyclopédique a contribué à la divulgation des idées des Lumières dans toute l’Europe.

Annexes

ANNEXE

Pierre Rousseau - Giovanni Lami

Biblioteca Riccardiana, Florence, Lettere a G. Lami : Ricc 3751

fol. 304 :

Lettre de Pierre Rousseau à Lami du 29 novembre 1755, Liège

Monsieur,

Quoique je n’aye pas l’honneur d’etre connu de vous, Permettés que je vous fasse part de l’etablissement d’un journal ou toute l’Europe littéraire est intéressée, je vois avec plaisir quetout le monde s’empresse a souscrire ; vous m’obligeries infiniment, si vous voulies l’annoncer dans vos nouvelles littéraires, ouvrage très bien fait et très accrédité parmi les sçavans, je vous prieray d’en aggréer un exemplaire, vous m’envoyerés en échangé votre gazette, si cela vous fait plaisir, vous aures, Monsieur, la bonté de l’adresser au Mr de Lantremange directeur des postes impériales a Liege sans qu’il soit fait mention de mon nom.

Mil pardons, Monsieur, si j’en agis si librement avec vous, mais les gens de lettres se doivent un mutuel secours, et j’en attends d’essentiel de vos complaisances.

J’ay l’honneur d’etre avec un inviolable attachement,

Monsieur

Votre très humble et très obéissant serviteur

A Liege ce 29 novembre 1755

Rousseau

Chargé des affaires littéraires de l’Electeur Palatin

fol. 306 :

Lettre de Pierre Rousseau à Lami, du 18 octobre 1756, Liège

Monsieur,

J’ose, sous les auspices de Mr de la Condamine vous prier de vouloir bien vous intéresser au succès d’un journal que j’ay établi cette armée, et qui a essentiellement besoin du secours des sçavans du premier ordre, je ne cherche qu’a rendre compte de cequi paroit de meilleur dans la littérature, et de tout ce qui peut contribuer au developpement des arts et des connoissances humaines, mais que ce journal est encore loin de la perfection ou il doit etre ? daignes, Monsieur, en augmenter le succès ; vous le pouves aisement ; plût au ciel qu’il me fut aussi facile de vous temoigner combien je seray sensible aux bontés dont je me flatte que vous m’honoreres : quelles obligations ne vous auray je point, et a Mr de la Condamine qui m’a permis de vous ecrire de sa part, et de vous solliciter en faveur de cet ouvrage, je demande partout des articles interessans, et si je quête ainsy, ce n’est jamais qu’ala porte des Louvres [sic].

je voulois, Monsieur, vous faire passer ce journal ; mais comment faire ? je ne puis l’affranchir que jusqu’à Milan, ou Trente ; ou bien a Turin : daignés me marquer si je puis l’aventurer. Le bonheur que j’ay jusqu’à présent ne m’aveugle point sur l’insuffisance de mon travail ; il doit être porté plus loin ; il y a plus d’un an que differentes personnes m’ont bercé de vos bontés ; et ce n’est que dans cette idée que j’ay fait mon établissement : cette esperance seroit elle frivole ?

j’ay l’honneur d’etre avec tous les sentimens d’admiration qui sont dûs a votre merite.

Monsieur

Votre très humble et très obligeant serviteur

A Liege, ce 18 octobre 1756

Rousseau

auteur du journal encyclopédique

Notes

1 Jacques Wagner, « Le rôle du Journal encyclopédique dans la diffusion de la culture », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 193, 1980, p. 1805-1812.

2 Prospectus du Journal encyclopédique (1755) : « Notre but n’est point de satisfaire une curiosité purement machinale, mais plutôt de former le goût, en donnant les moïens d’apprécier toutes les Productions de l’Esprit par une critique sage, judicieuse et raisonnée ; et en présentant des leçons et des Exemples tirés des bons Ouvrages des grands Hommes, qui illustrent actuellement la République des Lettres. »

3 L’Année littéraire, 1784, 7, p. 348.

4 Cette étude est issue de l’enquête publiée dans mon ouvrage La Fureur des voyages. Les récits de voyage dans la presse périodique (1780-1789), Paris, H. Champion, 2006.

5 Nous entendons par « succès », les récits de voyage ayant été l’objet d’au moins dix articles dans la presse périodique. On en compte onze durant la décennie 1750 et trente et un durant la décennie 1780.

6 Sur trente et un récits ayant suscité plus de dix articles dans la presse périodique des années 1780-1789, dix-neuf traitent de l’Europe.

7 Sur cette question se reporter à : Daniel Roche, Humeurs vagabondes. De la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, p. 23.

8 Claude Reichler, La Découverte des Alpes et la question du paysage, Genève, Georg, 2002.

9 Anders Sparrman, Voyage au Cap de Bonne-Espérance, & autour du monde, avec le Capitaine Cook, & principalement dans le Pays des Hottentots & des Caffres ; par André Sparman, Docteur en Médecine, de l’Académie des Sciences & Directeur du cabinet Royal d’Histoire naturelle de Stockholm ; avec Cartes, Figures & Planches en taille douce. Traduit par M. le Tourneur, Paris, Buisson, 1787, 2 vol. in-4° et 3 vol. in-8°.

10 Pierre-Marie-François de Pagès, Voyages autour du monde & vers les deux Pôles, par terre & par mer, pendant les années 1767, 1768, 1769, 1770, 1771, 1773, 1774 & 1776. Par M. de Pagès, Capitaine des Vaisseaux du Roi, Chevalier de l’Ordre Royal & Militaire de S. Louis, Correspondant de l’Académie des Sciences de Paris, Paris, Moutard, 1782,2 vol. in-8°.

11 James Cook et James King, Voyage à l’océan Pacifique, entrepris par ordre de S.M. pour faire des découvertes dans l’hémisphère septentrional, pour déterminer la position & l’étendue du côté occidental de l’Amérique septentrionale, sa distance de l’Asie, & la possibilité d’un passage septentrional en Europe, exécuté sous la direction des capitaines Cook, Clerke & Gore, sur les vaisseaux de S. Majesté la Résolution & la Découverte, dans les années 1776, 1777, 1778, 1779 & 1780. Tomes 1 & 2 écrits par le capitaine Cook, & le troisième par le capitaine King [...], Paris, Panckoucke, 1785,4 vol. in-4°

12 Sur ce point, voir Chantal Grell, Herculanum et Pompéi dans les récits des voyageurs français du xviii e siècle, Naples, éditions du Centre Jean Bérard, 1982.

13 Parmi les vingt-neuf récits commentés par ce journal entre 1780 et 1789, on compte quinze relations en allemand, six en anglais et trois en italien.

14 Le texte du Prospectus est reproduit dans : Le « Journal encyclopédique » (1756-1793) : une suite de I’« Encyclopédie ». Notes, documents et extraits réunis par Gustave Charlier [et] Roland Mortier, Bruxelles, La Renaissance du Livre, Paris, Nizet, 1952, p. 43.

15 Parmi les titres commentés dans des comptes rendus, ceux en allemand représentent 17 %, ceux en anglais 16 %. Le journal de Rousseau annonce aussi deux ouvrages en italien, deux en espagnol, un en néerlandais et un en suédois.

16 Sur ce sujet, voir : Jacques Wagner, « Pierre Rousseau à Liège (1756-1759) ou l’énergie de l’intelligence et les malheurs d’un intellectuel », in Livres & Lumières au pays de Liège (1730-1830), dir. Daniel Droixhe, Pol-P. Gossiaux, Hervé Hasquin et Michèle Mat-Hasquin, Liège, Desoer, 1980, p. 15-31.

17 Prospectus de 1755 : « Nous entretiendrons ainsi, avec le secours de quelques Sçavans de tous ces Pais qui veulent bien s’associer à cette entreprise, cette noble harmonie de nos connoissances, ce développement utile des Arts, et cette heureuse circulation des talens, qui semblent rapprocher les Nations les plus éloignées [...]. »

18 Jean Boutier, « Giovanni Lami “accademico”, échanges et réseaux intellectuels dans l’Italie du xviiie siècle », in Religione cultura e politica nell’Europa dell’eta moderna, dir. Carlo Ossola, Marcello Verga, Maria Antonietta Visceglia, Florence, Léo S. Olschki editore, 2003, p. 547-558.

19 Ainsi que l’indique la correspondance entre Trublet et Maupertuis, La Condamine fait partie des abonnés du Journal encyclopédique dans ces années-là. Archives de l’Académie des sciences, Paris, Fonds Maupertuis, Lettres Trublet-Maupertuis : 43 J, 135, lettre 29 (lettre du 15 décembre 1756).

20 Biblioteca Riccardiana, Florence, Lettere a G. Lami : Ricc 375 fol. 306.

21 Pierre Rousseau et Samuel Formey s’échangent 55 lettres entre 1755 et 1779. Sur ce sujet, voir : Jens Hàseler, « Jean Henri Samuel Formey-L’homme à Berlin », in Les Grands Intermédiaires culturels de la République des Lettres. Etudes de réseaux de correspondances du XVIe au XVIIIe siècle, présentés par Christiane Berkevens-Stevelinck, Hans Bots et Jens Häseler, Paris, H. Champion, 2003, p. 413-434.

22 Jens Hàseler, op. cit., p. 413-434.

23 Guillaume de Méhégan est correspondant du Journal encyclopédique à Paris de 1757 à 1763. Voir Dictionnaire des journalistes 1600-1789, dir. Jean Sgard, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, notice 564. Jean Des Champs collabore quelques mois au Journal encyclopédique, entre 1759 et 1761. Il y participe sur les conseils de Formey et de Maty avec lequel Rousseau avait d’abord pris contact. Voir Dictionnaire des journalistes, ibid., notice 222. Gabriel Meusnier de Querlon, écrivain, éditeur, traducteur est aussi journaliste. Il collabore à plusieurs journaux dont le Journal encyclopédique. À partir de 1771, il est correspondant parisien de Rousseau. Voir Dictionnaire des journalistes, ibid., notice 574.

24 Guy Biart, « Pierre Rousseau, chef d’une maison d’édition au siècle des Lumières », in Archives et Bibliothèques de Belgique, La communication par l’imprimé au dix-huitième siècle, Actes du 6e Congrès International des Lumières, Bruxelles, 1983, dir. Jeroom Vercruysse, 1983, I-IV, p. 47-63. À propos de Grunwald, voir Dictionnaire des journalistes, ibid., notice 370.

25 Prospectus, 1755 : « Nous saisirons avec empressement tout ce qui sera digne de son [il fait référence ici à son lectorat] attention et de ses loisirs. »

26 À ce sujet, voir Yasmine Marcil, « Découvrir, comprendre, ressentir la montagne dans la presse des années 1780 », in Compar(a)ison, Discours sur la montagne (XVIIIe-XIXe siècles), I-II, 2001, p. 145-170.

27 Ainsi ce journal commente-t-il le récit de Carver (Travels through the interior parts of North America) dès sa parution à Londres, en décembre 1781, et note en 1784, au moment de sa traduction en français, qu’il a « déjà fait connoître cet ouvrage d’après l’original » (JE, 1784,111, 3, p. 541).

28 À ce sujet, voir Ann Goldgar, Impolite learning. Conduct and Community in the Republic of Letters 1680-1750, New Haven, Londres, Yale University Press, 1995, p. 74-77.

29 JE, 1783, IV, 1, p. 43.

30 Claude Labrosse, « Réception et communication dans les périodiques littéraires (1750-1760) », in La Diffusion et la lecture des journaux de langue française sous l’Ancien Régime, Circulation and Réception of Periodicals in French Language during the 17th and 18th Century, Actes du colloque international, Nimègue, 3-5 juin 1987, Amsterdam, Maarsen, APA-Holland University Press, 1988, p. 263-277.

31 Il s’agit du récit suivant : Marie-Gabriel-Florent-Auguste, comte de Choiseul-Gouffier, Voyage pittoresque de la Grèce par le Comte de Choiseul-Gouffier, Paris, s. lib., 1782-1822, 3 vol.

32 Le volume des comptes rendus est très fluctuant et peut varier de 5 000 à plus de 22 000 signes.

33 La rubrique « Nouvelles littéraires » qui apparaît dans les Mémoires de Trévoux en 1701 répond à un besoin d’information directe et brève. Cette innovation est ensuite reprise dans plusieurs journaux (Collectif de Grenoble, « Le journalisme masqué », in Le Journalisme d’Ancien Régime, Table ronde CNRS, 12-13 juin 1981, dir. P. Rétat, Lyon, P.U.L., 1982, p. 299).

34 JE, 1781, VI, l, p. 43.

35 Seules font exception les montagnes. Cette attirance mêle à la fois approche scientifique et fascination esthétique.

36 En ce qui concerne l’histoire naturelle, le Journal encyclopédique n’hésite pas, par exemple, à reprendre intégralement la description de deux plantes dans un de ses comptes rendus du récit de Sonnerat, Voyage aux Indes orientales et à la Chine, fait par ordre du roi en 1774 jusqu’à l’année 1781..., Paris, l’auteur, 1782, 2 vol. in-4°.

37 JE, 1782, VIII, 1, p. 51.

38 JE, 1774, III, 3, p. 406.

39 Ainsi affirme-t-il en 1789, à propos d’un Account of the Pelew Islands de Keate, que cette relation « fournit à l’égard de l’espèce humaine, une des plus victorieuses réponses au système de Hobbes, & de tous ennemis philosophiques de l’humanité qui veulent que les hommes soient tous nés médians » (JE, 1789,1, 1, p. 64).

40 Contrairement aux encyclopédistes, Pierre Rousseau est opposé aux idées de Hobbes. Sur l’ensemble de ses positions idéologiques, voir Raymond Birn, « The Journal encyclopédique and the old régime », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1963, 28, p. 261-301.

41 Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811) opte pour une carrière militaire. C’est en décembre 1766 qu’il quitte la France pour une circumnavigation dont les enjeux étaient autant politiques (restituer les îles Malouines aux Espagnols), scientifiques que commerciaux. En avril 1768, il séjourne brièvement à Tahiti qu’il n’est pas le premier à découvrir puisque le navigateur anglais Samuel Wallis s’y était arrêté dix mois plus tôt (en juin-juillet 1767). De retour en France en mars 1769, Bougainville est en revanche le premier à publier son récit de voyage, en 1771. Le journal de bord de Wallis, retravaillé avec les récits d’autres navigateurs anglais, Byron, Carteret et Cook, paraît en 1772, puis est traduit en français en 1774.

42 Louis-Antoine de Bougainville, Voyage autour du monde, par la frégate du roi la Boudeuse & la flûte l’Étoile, en 1766, 1767, 1768 & 1769, Paris, Saillant et Nyon, 1771, in-4° et 1772, in-8°.

43 JE, 1770,111, 1, p. 114.

44 Nicolas Bricaire de la Dixmérie, Le Sauvage de Tahiti aux Français, avec un envoi au philosophe ami des sauvages, Londres, Paris, Lejay, 1770.

45 Ainsi le 15 juin 1769 est publiée une lettre de La Condamine, puis en 1770 sont publiés le 1er avril, une « Lettre sur l’île de Tahiti », et le 15 avril, l’« Extrait d’une lettre au sujet de l’habitant de l’île de Tahiti ». Le 1er novembre 1771 paraît une nouvelle lettre de La Condamine « Au sujet d’une prétendue erreur dans la lettre sur l’insulaire de Tahiti ».

46 Dans le Voyage autour du monde, Bougainville offre lui-même une vision contrastée de l’île, dans deux chapitres qui manifestent une tension : le premier narre dans les moindres détails les péripéties de la rencontre avec les insulaires et fait part de l’éblouissement de Bougainville lors de la découverte de l’île ; le second est une description plus distanciée de l’île et de ses habitants, complétée par des éléments obtenus auprès d’Aotourou, le Tahitien emmené à Paris. Il y est question de l’inégalité sociale, des sacrifices humains ou encore de la guerre. Voir : Sonia Faessel, « Entre récit de voyage et littérature : le cas de Tahiti », in Miroirs de textes. Récits de voyage et intertextualité, Nice, Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines, 1998, p. 305-322 ; Gérard Lenclud, « Quand voir, c’est reconnaître. Les récits de voyage et le regard anthropologique », in Enquête, 1, 1995, p. 113-129 ; Roger Mercier, « Image de l’autre et image de soi-même dans le discours ethnologique au xviiie siècle », in Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 154, 1976, p. 1417-1435.

47 Ibid., p. 233.

48 Le terme « anthropologie » apparaît en 1788 sous la plume d’Alexandre Chavannes. Sur ce sujet : Michèle Duchet, « Aspects de l’anthropologie des Lumières », in Essais d’anthropologie. Espaces, langues, histoire, Paris, PUF, 2005 (1re éd. en 1976, in Histoire littéraire de la France, 6, 1714-1794, Paris, Éditions Sociales, p. 189-216), p. 215-250.

49 JE, 1774, IV, 2, p. 265.

50 II s’agit actuellement des îles Palau, situées au Nord-Est de l’Indonésie.

51 JE, 1789, I, 1, p. 63-82. Compte rendu de : Georges Keate, Relation des isles Pelew, situées dans la partie occidentale de l’Océan Pacifique, trad. fr., Paris, Le Jay fils et Maradan, 1789.

52 L’emploi du terme « civilisation » est créé dans son sens moderne par Mirabeau en 1756, puis il est repris dans le Dictionnaire de Trévoux en 1771. Sur ce sujet, Claude Blanckaert, « Les archives du genre humain. Approches réflexives en histoire des sciences anthropologiques », postface de Michèle Duchet, in Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995, p. 573.

53 JE, 1774,1V, 1, p. 47.

54 Samuel Wallis est le découvreur de Tahiti en 1769, mais la publication tardive de son récit, en 1773, a laissé sa découverte longtemps ignorée.

55 Jeremy D. Popkin et Jack R. Censer, « Some paradoxes of the eighteenth century periodical », in EnlightenmenI, Revolution and the periodical press, éd. Hans-Jürgensen Lüsebrink et Jeremy D. Popkin, Oxford, Voltaire foundation, 2004, p. 3-21

56 II encourage, par exemple, la lecture du récit scientifique d’A. Sparrman, intitulé Voyage au Cap de Bonne Espérance, car il estime qu’elle peut intéresser un public qui cherche à s’instruire même s’il n’a pas une grande culture scientifique. Il « trouve, dit-il, ici un livre à sa portée, dégagé de tout l’appareil scientifique qui lui interdit la lecture des écrits des sçavans de profession, & où l’agrément est joint à la fidélité » (JE, 1785, III, 3, p. 467).

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search