Version classiqueVersion mobile

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Présidence de Robert Darnton

Le Journal encyclopédique, tribune de l’opinion

Roland Mortier

Texte intégral

1Le moment me paraît venu, après plus d’un demi-siècle, d’évoquer les circonstances qui ont suscité la première étude approfondie consacrée au Journal encyclopédique, œuvre du professeur Gustave Charlier, qui avait chargé son jeune assistant (catégorie C) d’y joindre une anthologie raisonnée.

2La publication de ce petit volume, en 1952, aux éditions de La Renaissance du Livre à Bruxelles, avait pour origine l’indignation ressentie par le professeur Charlier lors de sa visite à l’exposition consacrée en 1951 par la Bibliothèque nationale de France au bicentenaire de la sortie du tome 1er de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Gustave Charlier n’avait que des éloges à adresser à la qualité et à la richesse de l’exposition, dont le catalogue reste un document indispensable, mais il avait été choqué par l’absence du Journal encyclopédique dans la section réservée au rayonnement international de l’Encyclopédie dont le Journal était indubitablement le prolongement direct.

3Dès son retour en Belgique, il m’appela chez lui pour me faire part de son intention de publier une étude sur le sujet. Possédant un dossier historique très fouillé sur l’origine et sur la vie interne de la publication, il lui était aisé d’en rédiger rapidement une synthèse qu’il souhaitait voir complétée par une sélection d’articles dont il me laissait la responsabilité. Comme j’assumais alors un poste de professeur de français dans l’enseignement secondaire et préparais en même temps ma thèse d’agrégation de l’enseignement supérieur sur Diderot, mes heures étaient comptées. Heureusement, l’accès aux textes était facilité par une circonstance assez inattendue. Le professeur Charlier savait qu’un bibliophile bruxellois possédait la collection complète du Journal encyclopédique et d’autres publications de la Société typographique de Bouillon. En effet, M. Couvreur, grossiste en produits pharmaceutiques, s’intéressait à la publicité médicale au xviiie siècle, en quoi il était un authentique précurseur. Sa collection m’était accessible à son domicile, qui n’était pas trop éloigné du mien, et c’est ainsi que mes soirées se passèrent pendant quelques mois chez cet amateur éclairé où je pus m’imprégner, au quotidien, de la diversité de mon cher xviiie siècle.

4Quant au volume, il parut dans les plus brefs délais, le professeur Charlier étant le président du Conseil d’administration de La Renaissance du Livre, où il avait succédé au fondateur de la maison d’édition, le professeur Maurice Wilmotte, figure bien connue dans l’histoire des romanistes liégeois.

5L’existence même du Journal encyclopédique, ses tribulations et sa longue survie ne sont explicables que si l’on prend en considération le rapport à l’opinion entretenu au xviiie siècle par l’écrivain, et en particulier par le journaliste.

6Longtemps tenue pour la matrice de l’erreur, et honnie à ce titre, l’opinion commence à apparaître au siècle des Lumières avec un sens nouveau et dans une perspective toute différente. En principe, le régime de la monarchie absolue excluait la notion d’une « opinion publique » et le concept n’émergera de façon ouverte qu’avec le ministère de Necker. Le financier, suisse et protestant, salué un moment comme le sauveur de la France, en tirait même sa légitimité. Aussi s’en fera-t-il le promoteur et le théoricien.

7Avant la Révolution, dont la première Constitution proclamera les droits du citoyen, celui-ci n’est qu’un sujet de sa royale majesté. Il n’a donc pas à avoir une opinion sur la gestion de l’État. Le pouvoir absolutiste et son héritier du xviiie siècle n’ont aucune raison de tolérer des déviations aux règles imposées par la pensée officielle. La révocation de l’Édit de Nantes a été l’expression la plus forte de ce rapport de dépendance et de conformité. L’erreur n’a pas à être tolérée, sinon par la générosité et la patience des autorités. Dans ce cadre, la réflexion politique relève de la pensée des théoriciens et elle doit se maintenir au niveau spéculatif, où certaines audaces sont permises, entre autres sous le couvert d’une fiction antique : c’est le cas des Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique (1763) de l’abbé de Mably. La théorie du contrat, ou du pacte, entre les sujets et le souverain, qui prévaut chez les théoriciens protestants du droit naturel, est pourtant proposée ouvertement dans le magistral article « Autorité politique » du tome Ier de l’Encyclopédie et son auteur n’est autre que Diderot. « Aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La puissance vient du consentement des peuples. » L’article sera d’ailleurs âprement critiqué par les défenseurs officiels du régime.

8De toute manière, ces controverses ne touchaient guère la très large majorité des Français, dont beaucoup ne parlaient qu’un patois ou étaient illettrés et dont les conditions de vie très dures, à la ville comme à la campagne, ne favorisaient pas les spéculations intellectuelles.

9Celles-ci seront donc le fait d’une couche sociale qui se situe entre les privilégiés aristocratiques et la masse populaire exclue de la vie culturelle (si ce n’est d’une culture traditionnelle de caractère religieux). Cette couche est fort peu homogène, et on peut estimer qu’elle comprend à la fois des intellectuels, fonctionnaires, juristes, clercs (pourvus ou non de bénéfices), des enseignants et jusqu’au monde de la librairie et celui des typographes, qui se considèrent comme l’élite du monde artisanal. Cette frange, numériquement faible à l’échelle des vingt millions de Français, est celle qui s’intéresse aux problèmes de droit, de morale, de gestion, de finance, mais aussi aux questions de savoir scientifique, de goût littéraire, de réflexion esthétique ou d’information historique. L’action politique lui est interdite et la censure d’État et d’Église maintient l’esprit critique dans les limites fixées par le pouvoir, ce qui entraînera le recours au colportage des « livres dangereux » puni de châtiments particulièrement lourds.

10Au sein de ce milieu complexe va se propager un esprit de réforme, une volonté d’adaptation ou de changement qui se prévaut du recours à l’antique (Lucrèce ou Tacite) et prône l’extension indéfinie du savoir, qu’il convient aussi de répandre, ce que fera l’Encyclopédie malgré son prix élevé. Ce parti du mouvement est celui des « encyclopédistes », dont il faut rappeler que beaucoup sont des spécialistes et des techniciens qui n’ont rien de subversif, loin de là. Les avancées de la contestation sont le fait de quelques penseurs, et en particulier de Diderot et du baron d’Holbach.

11En s’opposant à cette poussée moderniste, l’Église se pose en défenseur d’une pensée statique, voire bloquée, qui l’éloigne de la jeunesse, ce qui donne tout son sens à l’épigraphe des Pensées de l’interprétation de la nature de Diderot : « Jeune homme, prends et lis. » Le monde intellectuel devient le champ d’une compétition où s’opposent deux familles d’esprit qu’on retrouvera au xixe siècle (songeons à l’affaire Dreyfus), et même au-delà.

12Sans qu’on puisse parler d’une opinion publique capable de peser sur le régime, conservateurs et novateurs s’efforcent d’attirer une opinion encore diffuse et d’y faire des adeptes. La presse sera par excellence le lieu où s’exerce cette pression qui doit prendre en compte les limites étroites de sa liberté tout en usant des circonstances de temps et de lieu.

13La naissance du Journal encyclopédique illustre admirablement cette situation. D’abord parce que son titre est en soi un programme. Il est non seulement l’indice d’une large curiosité, mais il pose le périodique en défenseur et en diffuseur de l’entreprise âprement contestée qu’est alors l’Encyclopédie, dont on sait l’histoire longtemps bouleversée, en dépit de la bienveillance du Directeur de la Librairie, M. de Malesherbes. Se ranger sous ce drapeau comportait un risque très réel. Diderot ne Ta pas oublié, plus de vingt ans après le lancement du grand dictionnaire. Lorsqu’en Russie, pendant l’hiver de 1773, il écrit ses Mémoires pour Catherine II, il se souvient de ses avanies : « De toutes les persécutions qu’on peut imaginer [...] il n’en est aucune que je n’aie essuyée [...]. J’ai été exposé à la perte de l’honneur, de la fortune et de la liberté [...]. J’ai été sur le point de m’expatrier, et c’était le conseil de mes amis qui ne voyaient plus de sûreté pour moi à Paris [...]. On fit du nom d’encyclopédiste une étiquette odieuse qu’on attacha à tous ceux qu’on voulait montrer au roi comme ses ennemis [...]. Un encyclopédiste est encore aujourd’hui un homme de sac et de corde. »

14En installant son périodique en terre étrangère, dans un centre actif d’imprimerie, Pierre Rousseau, dit le Rousseau de Toulouse, croyait échapper aux contraintes parisiennes et à la vigilance de la police du livre grâce à la protection d’un ministre éclairé du prince-évêque de Liège. On sait ce qu’il en advint et comment l’autorité religieuse, à Liège d’abord, à Bruxelles ensuite, condamna ce que le pouvoir politique avait voulu favoriser. Rousseau s’obstinera dans son projet et il trouvera à Bouillon, à la faveur du statut très particulier dont cette principauté bénéficiait du côté français, un asile pour son journal, auquel s’adjoindra ensuite une plus vaste entreprise d’édition, combinée avec une publication médicale fort appréciée à l’époque.

15L’objectif de Pierre Rousseau était, de toute évidence, à la fois économique et intellectuel. Il comptait bien y assurer sa prospérité personnelle tout en occupant une place en vue dans la vie culturelle de son temps. Son pari « encyclopédique » comportait des risques, mais la fidélité de ses abonnés permettra au Journal de survivre jusqu’en 1793, en plein milieu de la Révolution. Son succès est dû à plusieurs raisons, dont la principale est l’existence d’un milieu d’attente qui dépassait, on le verra, les frontières de la France. Ce public de lecteurs potentiels était acquis à l’esprit nouveau, celui que défendaient ceux qui se disaient « philosophes » et porteurs de « lumières ». Il se manifestera concrètement à diverses reprises, répondant ainsi à l’engagement exprimé dans le Prospectus de 1755 qui, s’adressant « [aux] savants de tous les pays, [aux] Académies ou autres corps littéraires », les assurait que « tout ce qui viendra de leur part nous sera infiniment précieux ».

16En se plaçant audacieusement, mais aussi habilement, sous l’égide de l’encyclopédisme, Pierre Rousseau se posait en rival du directeur de L’Année littéraire (1754-1790), Élie-Catherine Fréron. Sa revue, d’inspiration conservatrice, catholique et résolument hostile au parti des « philosophes » s’intéressait, elle aussi, à de multiples activités intellectuelles avec une culture, un sérieux et une qualité d’information qui méritaient mieux que les sarcasmes de Voltaire. Celui-ci, en compensation, ne cessera de soutenir la réputation, le prestige et la survie du Journal encyclopédique. Il ne faudrait pas exagérer l’importance de ce soutien, car Voltaire avait d’autres moyens, plus efficaces, de mobiliser l’opinion en France et au-delà grâce à son réseau de correspondants et à une astucieuse campagne de textes brefs accessibles au grand public.

17Reste que le Journal encyclopédique est pour Voltaire un allié bienvenu, auquel il a soin d’adresser des signaux de sympathie et d’encouragement. En consolidant le Journal encyclopédique, il consolide sa propre image. Ces témoignages étaient appréciés, et le Journal aime à s’en targuer en publiant une partie de cette correspondance. Le statut de Voltaire dans l’opinion, il faut le souligner, n’a pas toujours été ce qu’il est devenu avec l’affaire Calas. Nous avons là-dessus le témoignage de Melchior Grimm, dans sa Correspondance littéraire de septembre 1772 : « C’est un fait qu’il est bon de consacrer, et qui paraîtra incroyable dans quelque temps d’ici, que, lorsque je vins en France [en 1749], c’était le ton général et dominant de traiter M. de Voltaire comme un bel esprit, qui en avait à la vérité beaucoup, mais qui n’avait d’ailleurs ni génie, ni talent. » La relation de l’écrivain avec une revue respectée pour son sérieux et pour son ouverture à la modernité ne pouvait que renforcer sa position dans l’opinion.

18Le souci du Journal encyclopédique d’apparaître comme une tribune ouverte à cette opinion se manifeste par son empressement à publier les lettres que lui adressent des lecteurs, tant étrangers que français, et dont le ton est hautement révélateur. À ce titre, elles avaient déjà retenu mon attention à l’époque lointaine où je travaillais à la petite sélection qui accompagnait le texte de l’étude de mon maître Gustave Charlier publiée en 1952. Ces lettres font apparaître le Journal encyclopédique comme une sorte de relais entre le public et le milieu « philosophique ». Son lien avec les dirigeants de ce groupe est manifeste, ce qui lui vaudra d’ailleurs les insultes de Fréron qui le traite de « compilation germanique » et appelle ses rédacteurs des « écrivailleurs » et des « croupiers de l’Encyclopédie ».

19Le journal n’hésite pas à faire écho à la querelle dramatique entre Hume et Rousseau en publiant dans son numéro de décembre 1766 un compte rendu de l’Exposé succinct de la contestation qui s’est élevée entre M. Hume et M. Rousseau (Londres, 1766), qui accable ce dernier et soutient sans réserve la bonne foi de Hume comme celle de d’Alembert. L’engagement du journal dans cette controverse ne manquera pas de choquer les admirateurs de Jean-Jacques. L’un d’eux manifestera son indignation devant ce parti pris dans une lettre datée du 17 mars 1767 et qui paraîtra dès le mois suivant. Le signataire, un lecteur de Roye en Picardie, est d’autant plus scandalisé qu’il avait « confiance dans les lumières » des rédacteurs et qu’il appréciait l’intérêt de leur publication. Comment peut-on tolérer de voir le grand écrivain qu’est M. Rousseau de Genève traité de « charlatan » et son éloquence réduite par M. de Voltaire à d’« extravagantes bizarreries » ? Directement visés, les rédacteurs vont répondre de Bouillon dès le 11 avril pour se justifier en tirant argument de leur vision de la personnalité de Rousseau, brillant styliste incontestablement, mais tout le contraire d’un vrai philosophe puisqu’il se complait dans des « paradoxes dangereux ». Quant au jugement de Voltaire, ils lui laissent le soin de répondre à son lecteur indigné. Sans doute l’adhésion du journal à la position des « philosophes » est-elle évidente et sans beaucoup de nuances. Du moins la parole est-elle donnée à la voix de la contestation et le débat reste-t-il ouvert.

20Sur un sujet moins célèbre dans l’histoire des idées en France, celui du statut de l’enseignement après l’expulsion des Jésuites, la position du Journal encyclopédique rejoint encore celles des « philosophes ». Cette fois, c’est un autre esprit paradoxal qui est en cause, le journaliste Linguet qui avait déjà bravé l’opinion en prenant la défense du despotisme oriental si décrié depuis Montesquieu et que le pamphlétaire jugeait finalement moins cruel que le sort fait en France aux travailleurs urbains et agricoles. Dans une Histoire impartiale des Jésuites (1766), sans manifester pour autant une sympathie particulière pour la Société évincée, Linguet développait la thèse que l’éducation dispensée par des religieux était supérieure à celle confiée à des laïques, ceux-ci étant plus disposés à se dissiper, moins avides de s’instruire et plus enclins à la paresse. Avec eux, l’enseignement public, qui était un art, se dégradait en métier. C’est contre cette thèse, qui était probablement aussi celle du grand public de l’époque, souvent formé par ces maîtres religieux, que va s’élever un lecteur indigné, qui écrit de Dijon le 14 juin 1766, et dont la lettre sera publiée le mois suivant.

21L’intérêt du débat est évident et il n’est pas exclu qu’il ait été discrètement suscité par la revue. L’enseignement était en crise et les avis s’y heurtaient. Diderot y fait écho à sa manière dans ses Mémoires pour Catherine II (1773). S’il admet que les maîtres anciens avaient d’énormes défauts, que leur pédagogie était sclérosée, il estime qu’ils avaient du moins les qualités culturelles que leurs successeurs ne possèdent pas. Selon lui, une magnifique occasion a été gâtée par l’absence d’une pensée novatrice. Le lecteur de Dijon concède que l’administration peut avoir engagé quelques « instituteurs mercenaires », mais il est convaincu qu’elle a eu recours surtout à des gens de lettres bien mieux qualifiés que les maîtres religieux. « Pour former le cœur et l’esprit de nos enfants — écrit-il — il ne suffit pas de savoir coudre ensemble, tant bien que mal, quelques phrases latines. »

22Sans aller jusqu’à voir dans le Journal encyclopédique une sorte d’écho sonore de son temps, il n’en a pas moins poursuivi une politique d’ouverture et de débat qui a séduit un public qui dépasse les limites de la France. Pour l’opinion étrangère allemande, voire même russe, il apparaissait comme la meilleure tribune pour faire valoir ses doléances et les faire connaître du public français.

23Tel est le cas d’une lettre collective adressée au journal par « une société de littérateurs allemands » le 28 septembre 1771 et publiée dans le numéro de novembre de la même année. Les auteurs de la lettre commencent par dire tout le bien qu’ils pensent d’un journal qu’ils « lisent depuis plusieurs années » et qui leur a paru « mériter la préférence sur tous les ouvrages de ce genre par la décence, l’impartialité, la modération, le goût et la sagesse ». Mieux encore, par la justice rendue aux meilleurs auteurs allemands, il a contribué à détruire en France le stupide préjugé accrédité au siècle précédent par le P. Bouhours dans ses Entretiens d’Ariste et d’Eugène. Un article récent, dans le numéro du 15 juin, à propos des fables allemandes, leur fait soupçonner que « quelques traces de cette injurieuse prévention » subsistent au sein du journal. Par la même occasion, ils se plaignent de l’habitude des traducteurs français de pratiquer la traduction libre et de traiter l’original avec une grande désinvolture, ce qui fait tort aux auteurs et entraîne des sentences injustes, prononcées par des juges incompétents. Ils font confiance au journal qui publiera leur lettre dans un prochain numéro et confirmera ainsi sa réputation d’impartialité. On sent, dans ces doléances, la profondeur de la blessure infligée à l’Allemagne et à la dignité de sa langue, ainsi que le souci de se faire rendre justice tout en respectant les règles d’une parfaite courtoisie.

24Le ton est bien différent dans la lettre du 30 juillet 1773 (publiée dans le numéro de septembre) d’un lecteur russe dont le nom n’est pas cité, mais qui se présente en député à la commission des lois. Il s’indigne d’une « incongruité » insérée dans le Dictionnaire encyclopédique, à l’article « Knout », dont, dit-il, « on aurait fort bien pu se passer » ; il y est dit que « le supplice du knout n’est point tenu pour un déshonneur et [qu’]on le regarde plutôt comme une punition de faveur, à moins qu’il ne soit suivi de l’exil en Sibérie ». L’auteur y voit la marque d’un mépris qui outrage à la fois la nation russe et son gouvernement et il demande ce que diraient les Français si on écrivait que, chez eux, le fouet n’est pas tenu pour un déshonneur. « Voilà — s’écrie-t-il — comment sont écrits la plupart des ouvrages sur la Russie composés ou mis au jour à Paris [...] les écrivains les plus sensés et les plus véridiques semblent renoncer à la raison et à l’impartialité dès qu’il s’agit de cet empire policé par Pierre le Grand et illustré par Catherine IL » Il estime le mal fait à la Russie d’autant plus grave que ces trois lignes absurdes se trouvent dans « une production qui doit passer à la postérité ». La courtoisie de la finale n’enlève rien au caractère scandalisé de la missive. C’est que nous nous trouvons ici devant une affaire de politique internationale où l’image d’un pays est souillée ou tournée en dérision.

25On aura remarqué que le document n’émane pas d’un lecteur ou d’un abonné du journal, comme dans la lettre allemande, mais d’un haut fonctionnaire juriste agissant en cette qualité. Le texte mis en cause ne relève pas de la responsabilité du journal, si ce n’est par sa relation avouée à l’Encyclopédie. Le bref article controversé n’était pas récent puisqu’il avait paru dans le tome 9, qui a vu le jour en 1765. S’il n’a été relevé qu’en 1773, c’est fort probablement en raison de la création récente d’une commission pour la confection des lois en vue de la rédaction d’un code dont Catherine II compilait elle-même le prologue qui porterait le nom d’Instruction préparatoire, en russe Nakaz. Or nous sommes à la fin de juillet 1773 à quelques mois de l’arrivée de Diderot à Saint-Pétersbourg. Le climat politique est troublé par la révolte de Pougatchev, la Cour est divisée par l’opposition entre l’impératrice et son fils Paul, et l’Europe se partage entre ceux qui tiennent les Russes pour un peuple asiatique violent et servile à la fois et les tenants d’une évolution de ce pays vers la civilisation et vers la liberté. Le discrédit jeté sur la Russie irrite personnellement l’impératrice, et il est fort possible que la lettre au Journal encyclopédique ait été écrite et envoyée sur son ordre. Si tel était le cas, ce choix illustrerait la place qu’il occupait au plus haut niveau et son statut de tribune au plan international.

26La sympathie avouée de la direction du Journal encyclopédique pour les positions intellectuelles des « philosophes » n’a jamais empêché ses lecteurs de souligner dans leurs lettres l’impartialité reconnue de la publication et la qualité de son information. En ce sens, son rôle a répondu à l’appel lancé par Voltaire en 1764 dans un petit texte peu cité intitulé Conformez-vous aux temps : « L’opinion gouverne le monde, mais ce sont les sages qui à la longue dirigent ce monde [...]. Quand vous voyez cette raison faire des progrès si prodigieux, regardez-la comme une alliée qui peut venir à votre secours, et non comme une ennemie qu’il faut attaquer. Croyez qu’à la longue elle sera plus puissante que vous ; osez la chérir, et non la craindre. Conformez-vous aux temps. »

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search