Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’encyclopédisme au XVIIIe siècle

 | 
Françoise Tilkin

Préface

Françoise Tilkin

Texte intégral

  • 1 Le Groupe d’étude du dix-huitième siècle de l’Université de Liège a été fondé au début de l’année  (...)

1Les 30 et 31 octobre 2006 s’est tenu le premier colloque international organisé par le Groupe d’étude du xviiie siècle de l’Université de Liège1 pour fêter le 250e anniversaire de la création à Liège du Journal encyclopédique. Son thème : L'Encyclopédisme au xviiie siècle.

2La première journée de travail, le lundi 30 octobre, a eu lieu à l’Université de Liège, dans la salle du Théâtre universitaire, où, dès leur arrivée, les participants ont été chaleureusement accueillis par Bernard Rentier, Recteur de l’Université de Liège, puis par Paul-Émile Mottard, Député permanent de la Culture de la Province de Liège. Françoise Tilkin a ensuite prononcé quelques mots de remerciements au nom du Groupe d’étude du xviiie siècle de l’Université de Liège.

3Le même jour, après une journée chargée, les orateurs et les organisateurs du colloque se sont retrouvés dans un restaurant du centre de Liège, « La Table à thé », pour un dîner amical. L’atmosphère était très détendue. Au dessert, chacun a pu, avec émotion, se joindre à Roland Mortier pour souhaiter à Madame Mortier un très heureux anniversaire.

4Le mardi 31 octobre, après une allocution de Pierre Gilissen, Secrétaire permanent de la Commission royale des monuments, sites et fouilles de la Région wallonne, les travaux ont repris dans la salle Wallonie du Vertbois, aujourd’hui le siège du Conseil économique et social de la Région wallonne. Pendant les pauses, les participants purent déambuler parmi les vitrines où étaient exposés les livres judicieusement choisis par Carmélia Opsomer et Pierre-M. Gason au sein des collections de l’Université de Liège pour illustrer les communications.

5Au terme de deux journées d’exposés et d’échanges fructueux, brillamment introduits par Roland Mortier, le point d’orgue du colloque a été sans conteste la conférence de Robert Darnton, qui, ouverte à un public plus large que celui d’une manifestation universitaire, a été effectivement suivie par une assistance particulièrement nombreuse et enthousiaste. Enfin, la réception de clôture, offerte par le Conseil économique et social de la Région wallonne, a été pour tous ceux qui avaient répondu à l’invitation du Groupe d’étude de l’Université de Liège l’occasion d’ultimes discussions informelles.

6Les moments de détente et de convivialité sont essentiels pour tisser des liens dans un colloque. C’est pourquoi ils devaient trouver un écho dans ce volume d’Actes.

7Quand l’idée s’est présentée de fêter l’anniversaire de la sortie à Liège en janvier 1756 du premier numéro du Journal encyclopédique, elle a tout naturellement conduit au thème de l’encyclopédisme au xviiie siècle. À l’instar de l'Encyclopédie, le périodique n’entendait-il pas fournir une information actualisée dans tous les domaines du savoir, notamment par des emprunts réguliers au dictionnaire de Diderot et d’Alembert ? Il connut immédiatement une adaptation italienne sous le titre de Giornale enciclopedico di Liegi et entretint avec celui-ci, comme avec les ouvrages faisant l’objet d’un compte rendu, un dialogue portant sur les grands sujets du moment.

8La principauté de Liège participa également à d’autres entreprises éditoriales de type encyclopédique. Le Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique dirigé par Jean-Baptiste Robinet fut imprimé à partir de 1777 par Clément Plomteux, en association avec Elmsly à Londres, van Harrevelt à Amsterdam, Rosset à Lyon et Panckoucke à Paris. L’Encyclopédie méthodique, refonte de la première Encyclopédie, parfois bien différente de celle-ci, résulta de l’association de Panckoucke et Plomteux (1782-1792). Ces entreprises se détachent sur un arrière-plan de divers projets éditoriaux d’intention souvent vulgarisatrice, qui intéressaient particulièrement la Wallonie pré-industrielle : Encyclopédie portative de l’imprimeur de Boubers (1771), Encyclopédie pratique de Bassompierre (1772), Prospectus d’une Édition complette de l’Encyclopédie de Devéria (1778), etc.

9Les Actes que voici ne coïncident pas exactement avec le programme que nous avions d’abord imaginé pour saisir un entrecroisement de questions où « s’exprime avec une acuité croissante le rêve d’un grand ré-arrangement du monde et de sa logique » (P.-P. Gossiaux). L’ordre des communications a dû se plier aux obligations des intervenants, et, comme toujours, certains aléas n’ont pu être maîtrisés. Notre regret le plus vif a été de devoir renoncer à la participation de Michel Delon, membre du Comité d’honneur, qui nous avait fait l’amitié d’être présent lors de la création du Groupe en 2004 : sa santé et un surcroît de travail l’ont contraint à renoncer. Nous avons dû également enregistrer le désistement pour raisons familiales de Bruno Bernard, mais le texte qu’il nous a fait parvenir a pu être inséré dans ce volume. En revanche, Gérard Laudin nous a fait le plaisir de nous rejoindre in extremis.

10Il a semblé préférable de présenter le texte des communications dans l’ordre où elles ont été prononcées : mieux vaut, semble-t-il, livrer ce qui a effectivement existé plutôt que reconstruire après coup un ensemble artificiel.

11C’est grâce au Fonds de la Recherche Scientifique – FNRS et à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, qui l’accueille dans sa collection, que cet ouvrage peut être publié. L’organisation matérielle du colloque n’aurait pas été possible sans le généreux soutien du Fonds de la Recherche Scientifique – FNRS, du Patrimoine de l’Université de Liège, de la Faculté de Philosophie et Lettres, du Théâtre Universitaire Royal de l’Université de Liège, de la Province de Liège, du Conseil économique et social de la Région wallonne et d’Ethias. Daniel Droixhe et moi-même avons le grand plaisir de remercier ces organismes au nom du Comité organisateur et du Groupe d’étude du xviiie siècle de l’ULg. La liste des collègues et des amis qui nous ont apporté leur appui ou leur aide précieuse serait trop longue : ils savent que nous leur sommes très reconnaissants. Je ne citerai ici, pour lui redire merci, que le nom de Gérald Purnelle, qui a veillé à la mise en forme de ces Actes.

Notes

1 Le Groupe d’étude du dix-huitième siècle de l’Université de Liège a été fondé au début de l’année 2004 par un groupe d’enseignants de l’Université de Liège appartenant aux diverses disciplines des sciences humaines, en association avec des responsables d’institutions scientifiques et culturelles du pays de Liège. Dirigé conjointement par Daniel Droixhe et Françoise Tilkin, il constitue depuis 2006 une unité de recherche intégrée dans les structures universitaires. Site : www.gedhs.ulg.ac.be

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540