Version classiqueVersion mobile

Théorie de la connaissance du point de vue phénoménologique

 | 
Denis Seron

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage est une introduction à quelques problèmes fondamentaux de l’épistémologie phénoménologique. Il est le résultat d’une réflexion d’ensemble sur l’idée d’une fondation critique de la connaissance scientifique et, dans le prolongement direct de l’enseignement de Husserl, sur les principaux moyens méthodiques que la phénoménologie met à notre disposition pour la réalisation de cette idée.

2Les recherches qui suivent ont trait aux propriétés les plus générales de la connaissance, et elles n’ont donc pas grand-chose à voir avec ce qu’on appelle aujourd’hui la philosophie des sciences, qui a plutôt pour objets les procédures d’acquisition de connaissances intervenant in facto dans les sciences, et en particulier dans les sciences naturelles. S’il a fallu omettre la plupart des problèmes de ce genre et beaucoup d’autres encore, c’est seulement par manque de temps et parce que l’ouvrage devenait trop volumineux. Je nourris le projet d’enrichir ailleurs les résultats obtenus ici en y ajoutant d’autres matériaux qui, faute d’espace, n’ont pu être exploités dans les pages qui suivent. Je pense en particulier à l’épistémologie popperienne et aux sciences cognitives.

3La plupart des problèmes abordés ici sont des problèmes anciens et d’une extrême difficulté, que je ne prétends pas, naturellement, avoir résolus définitivement. De plus, il m’a souvent paru préférable d’exposer, en les précisant, les solutions retenues par Husserl, dans la mesure où elles me semblaient satisfaisantes. Outre le fait que ces solutions sont souvent interprétées en un sens nouveau, je pense néanmoins avoir tracé quelques pistes suffisamment fécondes et nouvelles pour être soumises à l’appréciation du public. Mon ambition est avant tout de faire reconnaître la signification et surtout la pertinence du projet husserlien d’une théorie phénoménologico-idéaliste de la connaissance.

  • 1 J’ai eu l’occasion de développer ces idées de façon plus complète dans deux textes parus depuis la (...)

4La position philosophique défendue dans cet ouvrage est désignée, par commodité, par le terme d’idéalisme. Mais le mot ne doit pas effrayer le lecteur. Il ne désigne pas cette doctrine métaphysique absurde d’après laquelle tout objet serait soit un objet psychique, soit un objet ontologiquement dépendant d’un ou plusieurs objets psychiques, mais simplement une variété enrichie d’internalisme, à savoir un internalisme adapté aux exigences fondationalistes de la philosophie critique telle que je la conçois. Ainsi, loin d’avoir le dernier mot, cet idéalisme est toujours compris au sens de la fondation idéaliste d’un réalisme qui reste absolument nécessaire en métaphysique et dans les sciences. On aura reconnu ici l’idéalisme transcendantal de Kant et de Husserl, auquel le présent ouvrage reste fidèle pour l’essentiel. Ma conviction est d’abord que le projet critique suppose nécessairement un certain concept critique de l'existence (et corrélativement de la vérité) commun à Kant et à Husserl, ensuite que ce concept critique de l’existence doit être interprété de manière idéaliste : l’existence est un concept de deuxième degré, réflexif, au sens où elle est une propriété d’actes psychiques. Tel est le sens de la fameuse thèse de Kant suivant laquelle l’être n’est pas un prédicat réel1.

5Je défends également, en théorie de la connaissance, un point de vue fondationaliste assez différent du point de vue actuellement prépondérant parmi les phénoménologues. C’est un fait que les phénoménologues post-husserliens ont largement contribué au divorce de la philosophie et des sciences qui détermine aujourd’hui, de manière caractéristique, le destin de la philosophie en Europe continentale. Pour une part importante, l’attrait exercé par la phénoménologie est lié au fait qu’en mettant au jour une sphère d’expérience plus « originaire », dont la science serait seulement l’écho lointain et altéré, elle a semblé soulager le philosophe des exigences infiniment contraignantes de la scientificité. Mais les pages qui suivent témoignent du point de vue opposé. En opposition délibérée à cette conception, je défends l’opinion que ce qui compte n’est pas que nous parvenions, par l’expérience phénoménologique, à une sphère nouvelle, hétérogène à la sphère « naïve » de la connaissance scientifique, mais le fait que cette expérience donne accès à une attitude fondamentale dans laquelle l’idéal de la scientificité lui-même peut être réalisé de façon plus radicale et plus rigoureuse. Si la tâche de la phénoménologie est une tâche de fondation critique, ce ne peut pas être au sens où la phénoménologie révélerait l’inanité des sciences, mais c’est au sens où elle doit montrer la validité a priori de la connaissance scientifique en général et en même temps énoncer des conditions normatives et pratiques pour cette validité.

6Je me suis efforcé de rendre le plan de l’ouvrage commode et intelligible, et j’espère que le lecteur ne m’en tiendra pas rigueur si je n’ai pas réussi complètement à éviter les anticipations et les redites. Il n’est pas rare qu’une notion en présuppose une autre qui ne peut pourtant être expliquée qu’à partir d’elle, ou qu’une thèse réclame un argument qui ne peut être exposé qu’à un stade ultérieur. Par souci de lisibilité et pour éviter de surcharger inutilement le texte, j’ai également introduit, pour les problèmes les plus importants, de nombreuses précisions historiques sous forme de remarques additives en petits caractères.

7L’ouvrage est divisé en deux chapitres. Au premier, je trace les grandes lignes d’une réappropriation du projet kantien de critique de la connaissance, en montrant à quelles conditions une telle réappropriation est selon moi possible. D’une part, je prends la défense de la conception kantienne suivant laquelle la critique doit être idéaliste, et je comprends cette conception au sens où l’entreprise critique passe nécessairement par la mise au jour d’un concept idéaliste de l’existence (§§ 2 et 3). Mais d’autre part, j’insiste sur la nécessité d’opposer, à l’idéalisme psychologiste de Kant, un idéalisme intentionnel. Les principaux arguments en faveur de cette idée sont rassemblés aux §§ 2-6. Suivant cette conception, l’analyse psychologique « réelle » sera toujours insuffisante pour élaborer une théorie de la connaissance et une théorie de la constitution, qui réclament encore une analyse phénoménologico-intentionnelle. La théorie brentanienne et husserlienne de l’intentionnalité peut ainsi être utilisée comme un moyen pour poursuivre l’entreprise critique de Kant, sans en conserver les aspects aporétiques.

8Le second chapitre traite de problèmes généraux liés principalement aux notions de sens intentionnel (§§ 8-15), de loi phénoménologique (§ 16) et de réflexion phénoménologique (§ 18), ainsi qu’à la thèse de l’« absence de présuppositions », qui est assez caractéristique de la philosophie phénoménologique de style husserlien (§ 17). De tous ces problèmes, celui du sens intentionnel est certainement le plus difficile et le plus discuté. Je lui ai consacré de patientes analyses, dont un enjeu central est la démarcation de la logique et de l’analyse intentionnelle. L’interprétation « fregéenne » de Husserl est discutée dans ce contexte. L’ouvrage s’achève sur un long paragraphe consacré au problème de l’introspection, qui est d’une importance vitale en phénoménologie. J’expose ici les principales difficultés de la conception classique de l’introspection et envisage, notamment à partir de la théorie husserlienne de la rétention, quelques éléments permettant de les surmonter.

9Je remercie amicalement mes étudiants pour leurs interrogations et objections, toujours enrichissantes, ainsi que les phénoménologues de l’Université de Liège, dont les discussions animées ont été pour moi une intarissable source d’inspiration. Je tiens également à remercier Robert Brisart pour m’avoir accueilli dans son incomparable séminaire de troisième cycle à Luxembourg, où beaucoup d’idées contenues dans ce livre ont d’abord été exposées et discutées. Merci enfin à Laurence Bouquiaux, qui a relu le manuscrit et dont les critiques attentives m’ont été d’une aide précieuse pour l’élaboration finale.

Notes

1 J’ai eu l’occasion de développer ces idées de façon plus complète dans deux textes parus depuis la rédaction du présent ouvrage, cf. « Métaphysique phénoménologique », dans Bulletin d’analyse phénoménologique, 1/2 (2005), p. 3-173, et « Métaphysique phénoménologique, suite », dans Bulletin d’analyse phénoménologique, II/2 (2006), p. 3-75.

© Presses universitaires de Liège, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

leslibraires.frMollat
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search