Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Faire justice » dans le diocèse de Liège au Moyen Âge (VIIIe-XIIe siècles)

 | 
Julien Maquet

Chapitre IV. Les juridictions supérieures ecclésiastiques

Texte intégral

A. La juridiction pontificale

Eodem tempore Gerardus cardinalis a Roma in Gallias transvectus, et per multas civitates concilia celebrons, Leodium venit, ibique synodum suam celebraturus [...]. – Gesta abb. Trud., t. 2, Cont. IIa, L. 2, c. 3, p. 29(1145).

Introduction

  • 1 Du reste, ceci se fit avec la complicité de Rome, puisque c’est le pape Hadrien Ier lui-même qui, (...)
  • 2 Ganshof, F.-L., L’Église et le pouvoir royal, 1960, p. 101-106.– V. aussi nos 14 et suiv.
  • 3 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 248-249 – Ainsi, par exemple, dans le diocèse de Liège, lor (...)

1287.– Comme nous le constaterons dans un autre chapitre, le souverain, conformément à la conception carolingienne du pouvoir royal, se considérait comme le chef de son Église. C’est, du reste, au sein des assemblées royales que les principaux assesseurs ecclésiastiques du royaume traitaient des grandes questions religieuses1. Par ailleurs, c’est encore le souverain qui, en raison des importants pouvoirs qu’il leur avait délégués, désignait, investissait et contrôlait ses principaux agents religieux : les évêques2. Dans un tel système, il est aisé de percevoir que, concrètement, peu de place était réservée à l’autorité pontificale, sans que, pour autant, sa supériorité spirituelle, fondée sur la venue de l’apôtre Pierre à Rome, fût véritablement contestée3.

  • 4 « [...] et ego dico tibi quia tu es Petrus et super hanc petram aedificabo ecclesiam meam [...]. » (...)
  • 5 « [...] quod Roma ecclesie supra petram fundata firmitas a Christo mater est et caput instituta di (...)
  • 6 Sur la réforme grégorienne, v. Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 284-291 et 301-311.– Dans le (...)
  • 7 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 321-325 – La plénitude du pouvoir se manifestait également (...)
  • 8 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 325-337.
  • 9 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 307-309 – Ganshof, F.-L., L’Église et le pouvoir royal, 196 (...)

2288.– Cependant, dès le milieu du xie siècle, la réforme grégorienne, outre son combat contre la simonie et l’investiture laïque, travailla à rétablir effectivement l’autorité pontificale. Cette ferme prise de position des réformistes se basait essentiellement sur le passage de l’Évangile selon saint Matthieu qui relate le moment où le Christ confia le sort de son Église à l’apôtre Pierre4. Par conséquent, l’Église romaine, fondée par Dieu lui-même, est universelle5 ; de là découlent sa plénitude du pouvoir (plenitudo potestatis) et sa primauté6. La plénitude du pouvoir touche tous les chrétiens, clercs ou laïcs, y compris l’empereur, puisqu’ils appartiennent tous à l’Église, et elle s’exprime par les droits que le pape exerce sur la législation canonique, laquelle ne peut être valable sans avoir au moins reçu l’accord tacite de ce dernier7. La primauté, quant à elle, implique que le pape se situe au sommet de la hiérarchie8. En matière juridictionnelle, ces principes permettent au souverain pontife, d’une part, de se réserver un certain nombre de causes majeures, parmi lesquelles celle de juger les évêques, et, d’autre part, de connaître, à l’exclusion de toute autre autorité, des affaires pour lesquelles le justiciable concerné avait fait appel au Siège apostolique. Ce dernier point constitue indubitablement une rupture radicale avec la tradition carolingienne qui avait fait de l’évêque la pierre angulaire de sa réforme ecclésiastique9.

  • 10 L’accroissement exponentiel du nombre de bulles pontificales, délivrées au profit de destinataires (...)

3Bien entendu, l’affirmation de la primauté romaine ne se fit pas du jour au lendemain, et — pour reprendre les termes de J.-L. Kupper — Rome parvint, par un travail en profondeur et avec une patience pour laquelle le temps ne compte pas, à transformer lentement, mais sûrement les mentalités10. Sur le plan juridictionnel, le développement de l’autorité pontificale se manifesta de trois manières : par des interventions directes du pape, par l’action de ses légats et par l’exercice ponctuel d’une juridiction déléguée. Passons ces trois points en revue.

1. Juridiction directe

  • 11 Ainsi, en 1046, alors que l’évêque Wazon avait déjà eu maille à partir avec le souverain (v. n30 (...)
  • 12 Ann. III, 1075-a, 1075-b.– V. nos 15, 84 et 293 et suiv – V. aussi Dereine, C., L'école canonique,(...)
  • 13 Sur ce grand défenseur de la réforme grégorienne, ancien évêque de Dié (1073-ca 1081), devenu arch (...)
  • 14 « [...] abbas Theodericus [...] pro se suisque legatum ecclesie Romane interpellaturus. Cujus caus (...)
  • 15 « [...] in condicto a se ecclesie Romane judicio ex his omnibus inter eos ageretur discussio. Scri (...)
  • 16 Cant., c. 90, p. 226-236 (1098).–V. aussi les commentaires de Despy-meyer-dupont, Saint-Hubert, 19 (...)
  • 17 Le pape Pascal II avait, en outre, confié à Thierry le pouvoir d’absoudre les excommuniés qui le r (...)
  • 18 Wired, en effet, n’avait pas toujours été en bons termes avec son évêque, comme le fait ironiqueme (...)
  • 19 « Ad hec Wiredus “Non credam, inquit, inimico meo in eternum, neque sine assensu episcopi mei null (...)
  • 20 « Illo [Wiredo] domi remanente, probatus est, quasi conscius culpe, condictam sibi audientiam subt (...)
  • 21 « [...] contendens se a nemine, nisi ab episcopo suo, posse excommunicari, seque paratum in presen (...)
  • 22 « [...] [Otbertus] mandavitque fratribus interim parcere cepte disceptationi, donec ipsemet venien (...)
  • 23 Dans le même sens, Dereine, C., L'école canonique, 1951, p. 84-85.

4289.– Dans un premier temps, les interventions du pape dans les affaires diocésaines étaient relativement rares et globalement mal acceptées. Ainsi, dans la première moitié du xie siècle, l’évêque Wazon se contentait de proclamer — avec une relative prudence — que les clercs devaient obéissance au pape pour les affaires spirituelles et fidélité au roi pour les affaires temporelles11. En 1074/1075, Thierry Ier, abbé de Saint-Hubert, franchit, en pleine Querelle des investitures, un pas supplémentaire en obtenant de Grégoire VII que celui-ci prît son abbaye sous sa protection. Aussitôt, il fut accusé par l’archidiacre Boson, agissant au nom de l’évêque Théoduin, d’avoir soustrait l’abbaye de Saint-Hubert à l’autorité épiscopale. À cela, l’abbé répondit qu’il était prêt à aller en débattre à Rome avec ses adversaires. Boson rétorqua immédiatement que cette procédure léserait les droits des juridictions épiscopale et archiépiscopale, devant lesquelles il fallait au préalable se présenter12. En 1093, Otbert réagit également extrêmement violemment à la démarche entreprise par Thierry II, abbé de Saint-Hubert, qui avait fait entériner sa rupture avec le prélat par le légat pontifical, Hugues de Bourgogne, archevêque de Lyon13, présent à Metz pour consacrer le nouvel évêque de cette cité14. En 1098, le même Thierry II invoqua la primauté de Rome, découlant de l’autorité de l’apôtre Pierre15, pour citer à comparaître devant la juridiction pontificale l’abbé Wired qu’Otbert avait placé à la tête de l’abbaye de Saint-Hubert au lieu de Bérenger de Saint-Laurent, comme Thierry l’avait souhaité16. Le pape intervint personnellement en adressant une lettre au clergé et au peuple du diocèse de Liège pour qu’ils rejetassent l’autorité d’Otbert — qualifié de pseudo-episcopus — et de Wired — qualifié de pseudo-abbas17. Wired, fidèle à la tradition carolingienne — mais aussi à son propre intérêt18 —, rétorqua qu’il ne pouvait se rendre à Rome, sans avoir reçu au préalable l’autorisation de son évêque19 et, bien que, comme contumax, il eût été excommunié et déposé par le pape20, il réaffirma qu’il ne pouvait être excommunié que par son évêque devant lequel il était prêt à répondre à ses adversaires21. Dans ce long débat, c’est néanmoins l’évêque qui eut le dernier mot, puisqu’il ordonna aux moines de Saint-Hubert de s’abstenir d’intervenir dans cette querelle jusqu’à ce que lui-même y eût mis un terme22. En cette fin de xie siècle, les traditions carolingiennes et, par conséquent, burchardiennes demeuraient vivaces23...

  • 24 « Par sa victoire sur les prétentions laïques, comme par sa réforme interne, l’Église médiévale s’ (...)
  • 25 V. no 293.
  • 26 V. n309.
  • 27 À la fin du xie siècle, cependant, la situation n’était pas encore aussi nette. En 1075, par exemp (...)
  • 28 « [...] inter reprehensores suos in unum ejusdem aecclesiae canonicum nomine Nicholaum vehementius (...)
  • 29 « [...] postremo tamen appellatus est Romam et profectus. Unde honeste reversus [...]. » – Ann. Ro (...)
  • 30 « [...] tibique deinceps caveas ne huiusmodi contra nos temeritate rescribas sed potius ad documen (...)
  • 31 « [...] audientiam vestram et universalis ecclesie appellavi. » – Fayen, A., L'Antigraphum Petri, (...)
  • 32 « [...] quod Roma ecclesie supra petram fundata firmitas a Christo mater est et caput instituta di (...)
  • 33 Dans l’intervalle, d’autres mentions de recours à Rome apparaissent également : « [...] quia, si c (...)

5Avec le dénouement de la Querelle des investitures24, cependant, c’est incontestablement la papauté qui vit son prestige renforcé. À partir de ce moment, il devenait de plus en plus difficile d’échapper au contrôle grandissant de Rome ; celle-ci multipliait les interventions dans les domaines qu’elle privilégiait et qui renforçait son autorité : les causes majeures et l’appel au Siège apostolique. Désormais, en effet, les évêques pouvaient être amenés à répondre de leurs actes, non plus seulement devant le synode provincial25 ou la juridiction royale26, mais aussi devant le pape27. En 1135, l’évêque Alexandre Ier fut déposé par le pape Innocent II pour simonie28. C’est également pour ce motif qu’Albéron II fut, en 1144/1145, attrait par Henri de Leez, grand prévôt de cathédrale — et successeur d’Albéron II —, devant la juridiction pontificale29. En ce qui concerne le droit d’appel au Siège apostolique, lorsqu’en 1078, Grégoire VII s’adressa à Henri de Verdun, il dut justifier, preuves à l’appui, ce recours à Rome30. En 1169/1178, il en était autrement ; Calixte III, en effet, se contenta de rappeler la primauté romaine et il enjoignit fermement à Raoul de Zähringen, sous peine de sanctions, non seulement de libérer Lambert le Bègue pour qu’il pût se justifier devant la curie romaine — il avait fait appel au Siège apostolique31 —, mais aussi de rétablir dans leurs fonctions sacerdotales et leurs bénéfices les prêtres proches de Lambert, tant que les accusations d’hérésie portées contre ce dernier n’avaient pas été clairement établies32. En un bon siècle, le ton du souverain pontife s’était manifestement fait plus impératif33...

2. Juridiction des légats pontificaux

  • 34 Sur la fonction de légat, v. Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 371.– Girgensohn, D., Legat, 1 (...)
  • 35 Le légat Hugues de Bourgogne, qui fut chargé de consacrer Poppon, nouvel évêque de Metz, et que Th (...)
  • 36 « Anno domini 1187 [lire 1188], domnus Henricus Albanensis episcopus [Henri de Marsiac] a papa Gre (...)
  • 37 En 1093, bien que Hugues de Bourgogne, archevêque de Lyon et légat pontifical, fût à Metz pour con (...)
  • 38 « Indignatus cardinalis et in persona sua pape injuriam factam protestatus [...] et [...] ex aucto (...)
  • 39 « Ea que concordia vel transactione aliqua mediante inter personas ecclesiasticas rationabiliter s (...)
  • 40 Comme ce fut le cas en 1145, en 1154 et en 1188 (v. infra). Cependant, lors de la venue à Liège du (...)
  • 41 « Congregatis autem in palatio episcopi clericis [...] ».– Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense (...)
  • 42 « [...] presente et cum cardinali residente episcopo Leodiensi [...] ».– Ibid.– V. aussi texte en (...)
  • 43 « [...] fratrum Signiacensis cenobii querelam audivimus [...]. » – Ann. III, 1180-20.
  • 44 V. aussi l’exemple suivant : « Qui [Gérard, cardinal de Santa Croce] auditis istorum [moines de Ro (...)
  • 45 « [...] de consilio majorum Leodiensis ecclesie et tocius episcopatus. [...] omnibus clericorum [. (...)
  • 46 « Dominus autem cardinalis illos a peccato isto absolvens et eis penitentiam injungens, mutans per (...)

6290.– Un autre moyen dont usa la papauté pour imposer son pouvoir fut le recours aux légats34, c’est-à-dire à ces clercs35, souvent des cardinaux, qui assuraient au loin l’autorité romaine. En effet, même si leur mandat, limité dans le temps, était défini préalablement par le pape36, leur compétence était générale : ils étaient en mesure de recevoir toute plainte37. Grâce à cette institution, ce ne sont pas les justiciables qui se rendaient auprès du pape, c’est le ‘pape’, en la personne de son représentant, qui venait vers ses justiciables, puisque les mesures prises par un légat étaient considérées comme étant arrêtées par le souverain pontife lui-même38. Il s’agissait là d’une institution d’une redoutable efficacité, d’autant plus que le légat faisait rapport de sa mission au pape, qui, le cas échéant, confirmait les décisions prises par son représentant en les revêtant de son autorité apostolique39. Et, lorsqu’un légat était présent dans le diocèse, c’est lui qui, en vertu de la nature supérieure de son autorité religieuse, présidait les assemblées synodales, quand bien même l’évêque fût présent40. Cependant, le légat n’imposait pas une procédure propre : il se fondait dans les coutumes judiciaires locales et l’efficacité de son action n’en était que plus grande, puisqu’elle ne modifiait nullement le cadre institutionnel familier aux justiciables. À cet égard, l’intervention du légat pontifical Henri, cardinal-évêque d’Albano, est extrêmement significative. En février ou mars 1188, en effet, c’est le cardinal qui réunit au palais épiscopal tout le synode ecclésiastique41 et qu’il le présida en compagnie de l’évêque Raoul de Zähringen42. Comme dans toute procédure synodale, bien que le président reçût les plaintes43 et dirigeât les débats44, ce sont les clercs présents qui jouèrent leur rôle d’assesseurs45 ; mais, c’est Henri d’Albano qui mit à exécution le jugement qui avait été rendu46.

3. Juridiction déléguée

  • 47 Eugène III à Wibald, abbé de Stavelot : « [...] per presentia scripta tibi mandamus, quatinus pref (...)
  • 48 « [...] causa illa [...] a sanctissimo patre et domino Urbano [III] summo pontifice nostre fuisset (...)
  • 49 V., néanmoins, la remarque de la note précédente.
  • 50 « [...] apostolica auctoritate ut hanc causam suscipiat ammonemus et eam diligenti inquisitione pe (...)
  • 51 Quelques délégations furent le fait de légats pontificaux.– V. n. 50.
  • 52 Exemple d’une juridiction pontificale déléguée dans le cadre d’un concile décanal.– V. n. 50 (1180 (...)
  • 53 Ils étaient parfois plusieurs.– V. n. 59.
  • 54 « [...] ante nostram evocaremus presentiam [...]. Sicut precepistis et mandastis, fecimus, utrisqu (...)
  • 55 « [...] allegationibus eorum hinc inde diligenter auditis et cognitis super controversia [...]. » (...)
  • 56 « [...] iudicio personarum presentium abbas Helencinis [Hélécine] cum testibus ydoneis processit i (...)
  • 57 « Hiis ita peractis iudicio omnium, qui aderant [...] » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 9 (...)
  • 58 « [...] in sua nequitia malitiosepersistit ideoque per apostolica vobis scripta precipiendo mandam (...)
  • 59 « [...] sententiam canonice et rationabiliterprolatam a dilectis filiis nostris Wirico sancti Trud (...)

7291.– Enfin, la troisième voie par laquelle s’exerçait la juridiction pontificale était, non seulement l’injonction adressée aux ecclésiastiques de rendre la justice en usant de leurs éventuels pouvoirs juridictionnels47, mais aussi le recours à des juges délégués48. Ceux-ci ne pouvaient pas être assimilés à des légats49, car, contrairement à ces derniers, ils ne jouissaient pas d’une compétence générale — rappelons que le légat ‘est’le pape —, mais d’une mission juridictionnelle spécifique, liée à une affaire précise50. Il n’empêche que, dans l’exercice de cette tâche, les juges délégués détenaient une parcelle de l’autorité pontificale. Cette manière de procéder présentait de nombreux avantages, tant pour le pape que pour les justiciables. Ceux-ci, en effet, n’avaient pas besoin de se rendre personnellement à Rome ou auprès d’un éventuel légat pour exposer leur affaire ; l’envoi d’un messager ou d’un courrier était suffisant. Par ailleurs, cela permettait au pape — ou aux légats51 — de ne traiter que les affaires les plus importantes et aussi d’écarter le danger d’un ‘encombrement’du rôle, comme nous dirions aujourd’hui. Cette justice était également d’une grande efficacité puisqu’elle était rendue par des hommes du cru, familiarisés avec les coutumes judiciaires de leur région. Par exemple, dans le diocèse de Liège, lorsque des juges étaient délégués par le pape, ils appliquaient à la lettre toutes les étapes de la procédure judiciaire, synodale ou autre52 : ainsi, le juge délégué53, en tant que président, enjoignait aux parties de comparaître devant lui54 et il les entendait en leurs moyens55. Les débats clos, ce sont toujours les assesseurs qui rendaient le jugement probatoire et, en fonction du résultat de la preuve administrée par la partie désignée à cet effet56, ils trouvaient le jugement définitif57. L’exécution de ce dernier était assurée par la présidence et, bien entendu, elle le revêtait de l’autorité apostolique qui lui avait été temporairement concédée58. Enfin, comme pour l’intervention d’un légat, le souverain pontife contrôlait généralement l’action menée par ses juges délégués en se basant sur le rapport qu’ils lui adressaient ; il plaçait éventuellement sous son autorité les décisions qui avaient été arrêtées en son nom59.

4. Synthèse

8292.– Dans le courant du xiie siècle, l’autorité pontificale se fit grandissante au détriment de celle du souverain, lequel, en effet, était, conformément à la législation carolingienne, à la tête de son Église. Et si cette influence du pape se matérialisait essentiellement, dans le domaine judiciaire, par le recours aux légats pontificaux et aux juges délégués, ces derniers, néanmoins, continuaient, dans le cadre de leurs missions juridictionnelles ponctuelles, à user des procédures judiciaires en vigueur devant les juridictions ecclésiastiques concernées ; ainsi, comme c’était la norme, bien qu’ils présidassent l’audience et qu’ils exécutassent les jugements, ce sont les assesseurs, qui composaient les instances religieuses ordinaires, qui tranchaient le litige porté à leur connaissance.

B. La juridiction archiépiscopale

Quia Coloniensis in Leodiensi ecclesia mutue caritatis affectu sibi complacet tamquam mater in filia [...]. – Schaefer, H.K., Eine kanonistische Miszelle, 1906, no l, p. 187 (ca 1130-1136).

1. Origines

  • 60 Sur l’institution archiépiscopale, v., en dernier lieu, Kottje, R., Erzbischof, 1986, col. 2192-21 (...)
  • 61 La première mention de la subordination de l’Église de Liège à celle de Cologne date de 814/816.– (...)

9293.– L’archevêque — comme la seconde partie de ce substantif l’indique — est avant tout un évêque en charge d’un diocèse, mais, en plus de sa mission épiscopale, il exerce une certaine autorité — ce qui justifie le premier membre du terme — sur un nombre variable d’évêques, qualifiés de suffragants ; l’ensemble des diocèses soumis au pouvoir archiépiscopal porte le nom de province ecclésiastique60. Le diocèse de Liège, par exemple, appartenait à la province ecclésiastique de Cologne depuis l’époque carolingienne61.

  • 62 À l’origine, c’est le métropolitain, c’est-à-dire l’évêque qui avait sa résidence dans une métropo (...)
  • 63 Ganshof, F.-L., Le synode de Francfort, 1946, p. 311 et 315.– Id., L'Église et le pouvoir royal, 1 (...)
  • 64 « De metropolitanis, ut suffraganii episcopi eis secundum canones subjecti sint, et ea quae erga m (...)
  • 65 « Episcopis. Item in eodem concilio [Antioche], ut ad metropolitanum episcopum suffragani episcopi (...)
  • 66 « Statutum est a domno rege et sancta synodo, ut episcopi iustitias faciant in suis parrochiis. Si (...)

10Si l’institution archiépiscopale — également qualifiée de métropolitaine — est antérieure à cette période62, c’est sous Pépin III et Charlemagne, néanmoins, qu’elle fit l’objet d’une profonde réorganisation visant à rétablir son pouvoir ; la théocratie royale requérait, en effet, l’existence et le respect d’une vigoureuse hiérarchie63. Dès 779, Charlemagne rappela que les évêques suffragants devaient être soumis à leur évêque métropolitain et que le second devait amender et corriger les fautes commises par les premiers dans l’exercice de leur ministère64. Bien plus, la législation rappela que l’autorité de l’archevêque ne se limitait pas à la personne des évêques et qu’elle consistait également en un droit de surveillance des mesures prises par les suffragants dans leur diocèse respectif65. Le synode de Francfort (794) avait encore élargi le champ d’action du métropolitain : tout en rappelant le caractère ordinaire de la compétence judiciaire de l’évêque dans son ressort, il établissait que, si un clerc ou un laïc n’obéissait pas à son évêque, un recours était ouvert devant le métropolitain qui jugeait avec ses suffragants ; en cas de nouvel échec, un recours analogue était ouvert devant le souverain66.

  • 67 V. n. 7.
  • 68 « Episcopis. Item in eodem concilio [Antioche] necnon et in Calcidonense [Chalcédoine], ut provinc (...)
  • 69 Ganshof, F.-L., L'Église et le pouvoir royal, 1960, p. 112, n. 73.

11Le cadre d’action de l’archevêque était donc le synode provincial qu’il convoquait, qu’il présidait et dont les assesseurs étaient ses évêques suffragants67. Bien que l'Admonitio generalis (789) eût prescrit deux réunions par an68, il semble que, dès l’époque carolingienne, cette disposition ne fût pas appliquée69.

2. Evolution

  • 70 « Quia Coloniensis in Leodiensi ecclesia mutue caritatis affectu sibi complacet tamquam mater in f (...)
  • 71 « [...] sed pocius temet estimatione infirmitatis tuae omnium aecclesiarum pedibus subternas et ma (...)
  • 72 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 211.– V. l’exemple de la no 296, n. 31.
  • 73 « Henricus igitur ab archiepiscopo Coloniensi Annone [...] Leodiensis episcopus sive Tungrensis es (...)
  • 74 « Post decessum domni episcopi, / cum abbates, archidiaconi/ pars principum, cives, familia, / dis (...)
  • 75 « Locutus itaque cum consilio, non se assuetum Romano, ait, sed Leodiensi judicio, nemini licere a (...)
  • 76 « Non ab episcopo nostro, non ab archiepiscopo, cui episcopus noster suffragatur [...]. Est primus (...)
  • 77 Silvestre, H., Dix plaidoiries inédites, 1954, p. 394-397.– Ce groupe de plaidoiries — en réalité (...)

12294.– Après l’effondrement de l’empire carolingien, il semble, en effet, que, dans les faits, la juridiction archiépiscopale ne s’exerçât véritablement, comme nous allons le voir, que dans des cas relativement rares, ce qui n’empêchait nullement que son autorité fût reconnue, en théorie à tout le moins. En effet, l’Église de Cologne déclarait entretenir vis-à-vis de celle de Liège des sentiments d’affection, telle une mère pour sa fille70 ; l’Église de Liège, quant à elle, révérait sa vénérable mère71. Il ne faut pas perdre de vue, en effet, qu’un évêque ne disposait de la plénitude de son autorité que lorsqu’il avait été consacré par son métropolitain72. À cette occasion, mais aussi en d’autres circonstances, l’archevêque pouvait profiter de son autorité pour faire à ses suffragants quelques recommandations, comme ce fut le cas, selon Rupert de Deutz, de l’archevêque Annon II de Cologne à Henri Ier de Verdun, à propos de l’abbé de Saint-Laurent à Liège (1075)73. Cependant, cette supériorité de l’archevêque ne se limitait pas à la reconnaissance d’une autorité plus ou moins vague, elle comprenait également une dimension judiciaire. Ainsi, l’auteur du Chronicon rythmicum qualifiait le tribunal de l’archevêque de maior audientia74. Lorsque, en 1074/1075, Thierry Ier, abbé de Saint-Hubert, se déclara prêt à se rendre à Rome pour justifier sa position dans le conflit qui l’opposait à l’évêque Théoduin, l’archidiacre Boson lui rétorqua que toute plainte devait être adressée au synode épiscopal ou, à la limite (maxime), au métropolitain75. Sigebert de Gembloux, en insistant sur le strict respect de la hiérarchie, reconnaissait également le caractère supérieur de la juridiction archiépiscopale76. Enfin, dans le groupe des dix plaidoiries liégeoises du troisième quart du xiie siècle, les deux dernières concernent la juridiction archiépiscopale77.

  • 78 Aux xiiie et xive siècles, l’autorité archiépiscopale dans le diocèse de Liège s’éroda davantage e (...)
  • 79 Sur ce prélat, v., en dernier lieu, Weinfurter, S., Colonia, 1982, p. 29-31.– Wolter, H., Friedric (...)
  • 80 En 1119, à la mort de l’évêque Otbert, l’archidiacre Alexandre lut élu — contre monnaie sonnante e (...)
  • 81 « Unde evocatus querimonia tocius cleri Leodiensis, venit Aquisgrani palatium domnus Fredericus me (...)
  • 82 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 156-157.
  • 83 Sur ce prélat, v., en dernier lieu, Seibert, H., Philipp I., 1993, col. 2074-2075.
  • 84 Et encore, en 1184, l’archevêque avait-il agi dans le cadre d’une délégation de l’autorité royale  (...)
  • 85 Lacomblet, T., Urkundenbuch, t. 1, 1840, no 476, p. 336 (1180).– Ramackers, J., Niederrheinische U (...)
  • 86 En 1151, en effet, Conrad III avait investi l’archevêque Arnold II de Wied du ducatus. Cependant, (...)
  • 87 Signalons, néanmoins, que l’arbitrage était étroitement lié au mouvement de la paix, c’est-à-dire (...)
  • 88 Sur l’arbitrage, v. nos 330 et suiv.
  • 89 Kupper, J.-L., Raoul de Zahringen, 1974, p. 133-134.

13295.– Cependant, il faut bien constater que, dans les faits, les interventions les plus significatives des archevêques semblaient avant tout liées à des circonstances exceptionnelles et/ou à la personnalité de certains prélats78. Le cas de Frédéric Ier de Schwarzenburg (1100-1131) est, à cet égard, très éloquent79. Ce très énergique prélat, adepte de la réforme grégorienne, fit, à deux reprises — en 1119 et 1121 —, capoter l’élection de l’archidiacre Alexandre à l’épiscopat liégeois, en convoquant chaque fois devant le synode provincial le clergé liégeois80. C’est encore lui qui avait réussi, même si ce ne fut que provisoirement, à attraire devant sa juridiction l’évêque Otbert, accusé par son clergé de simonie81. Frédéric cherchait manifestement à contrôler les élections épiscopales dans sa province ecclésiastique82. Philippe de Heinsberg (1167-1191)83 se signala également par des interventions un peu plus fréquentes, mais elles se manifestaient généralement dans le cadre de procédures d’arbitrage84 ou de confirmations d’actes juridiques accomplis précédemment85 et elles avaient avant tout un lien étroit avec les ambitions ducales de l’archevêque de Cologne86. Sans nier le fait que ce type d’actions traduisait indubitablement le crédit dont l’archevêque jouissait, il est néanmoins plus que vraisemblable que l’usage par ce dernier de l’arbitrage reflétait davantage, d’une part, le succès grandissant de procédés judiciaires nouveaux, inspirés du droit savant, et, d’autre part, l’importance croissante de l’écrit, qu’une véritable ‘renaissance’de l’autorité archiépiscopale87. L’arbitrage, en effet, suppose, même si cela peut être parfois de manière strictement formelle, le consentement préalable des parties qui désirent y recourir88... ; il ne s’impose pas d’emblée à ceux qui y recourent comme le fait une instance judiciaire. Par ailleurs, l’action de Philippe de Heinsberg dans le diocèse de Liège était certainement d’autant plus aisée qu’il était l’ami intime de son suffragant, Raoul de Zahringen89.

  • 90 Dans le même sens, Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 487.– V. aussi l’exemple s (...)
  • 91 D’autant plus que le chorépiscopat avait disparu au Xe siècle au plus tard.– V. no 32.
  • 92 « Tamen usque ad illud temporis sicut superius statutum est, Leogis episcopatus in vestra maneat p (...)
  • 93 « Heinricus, fons huius seditionis, causa dilationis domnum Fredericum praepositum, totius pacis e (...)
  • 94 « Petrus autem clericus predicte comitisse Juliane filius ipsa iam in pace sepulta, matris sue et (...)
  • 95 V. nos 61 et suiv.
  • 96 V. ann. III, 1175-3.– Ce sont ces deux arguments qui nous font penser que la charte de Philippe de (...)
  • 97 Ann. III, 1189-47.
  • 98 Sur ce prélat, v. Weinfurter, S., Colonia, 1982, p. 40-41.
  • 99 Thimister, O.J., Cartulaire de Saint-Paul, 1878, p. 20-21.– Sur l’inexistence du pouvoir épiscopal (...)

14296.– Par contre, il est manifeste que les archevêques exerçaient une autorité essentiellement spirituelle lors des vacances du siège épiscopal90. Ce point s’explique simplement : seul un évêque consacré était en mesure d’accomplir certaines tâches religieuses91. Ainsi, en 921, lorsque le pape Jean X engagea une procédure pour trancher le litige qui opposait Hilduin à Richer pour le trône épiscopal de Liège, c’est à l’archevêque Herman de Cologne qu’il confia la gestion du diocèse de Liège92. De même, après le décès de l’évêque Otbert (1119), c’est devant Frédéric Ier de Schwarzenburg qu’un certain Henri — probablement l’archidiacre Henri le Jeune de Montaigu — dut introduire sa frivola appellatio — pour reprendre l’expression de Nizon de Saint-Laurent — contre le grand-prévôt Frédéric de Namur93. Vers 1175, Philippe de Heinsberg examina la plainte introduite par Gérard, abbé d’Hélécine, contre Pierre de Duras, chanoine de la cathédrale de Liège, parce que ce dernier s’était emparé d’une dîme cédée quelques années plus tôt par sa mère à l’abbaye d’Hélécine. Cité à comparaître, Pierre ne se présenta pas et il fut condamné à restituer la dîme usurpée94. Dans les deux exemples précédents, l’action de l’archevêque se justifiait manifestement en raison de l’absence de l’évêque, non seulement parce que c’est le synode épiscopal qui était normalement compétent pour juger les chanoines95, mais aussi parce qu’il confia l’exécution du jugement de sa juridiction à Henri de Jauche, grand prévôt de la cathédrale et archidiacre, dont nous savons qu’il exerça une part des responsabilités épiscopales en l’absence de Raoul de Zähringen96. De même, en 1189, alors que Raoul de Zâhringen était parti en croisade, c’est Philippe de Heinsberg, présent à Liège à ce moment, qui présida un synode dont le caractère ecclésiastique est plus que vraisemblable, puisqu’il confirmait le jugement rendu par le concile de Tongres97. Entre janvier et octobre 1193, enfin, c’est Brunon III, archevêque de Cologne98, qui prit sous sa protection les biens du chapitre Saint-Paul à Liège, à un moment où le pouvoir épiscopal était inexistant99.

  • 100 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 486.
  • 101 V. no 295.
  • 102 « Unde evocatus querimonia tocius cleri Leodiensis, venit Aquisgrani palatium domnus Fredericus me (...)
  • 103 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 397.
  • 104 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 242 et 462.

15297.–Voilà tout le bilan de l’autorité judiciaire exercée par l’archevêque de Cologne dans le diocèse de Liège. Comment expliquer ce constat d’échec, alors que la réforme carolingienne se voulait très ambitieuse et qu’elle continuait néanmoins à apparaître en filigrane ? J.-L. Kupper a mis le doigt sur la cause profonde de cette évolution : « Il n'était pas possible que, dans le système de l'Église impériale, le métropolitain archevêque conservât toutes les prérogatives qu'il avait acquises au IXe siècle, après que Charlemagne eut rétabli la hiérarchie ecclésiastique. La domination que le roi entendait exercer sur les églises épiscopales laissait à l’archevêque un champ d’action fort limité. Il n'était pas question, surtout, qu'il soumît à sa loi les élections des évêques et qu'il réduisît à son profit les prérogatives royales en la matière100. » Un seul exemple suffira à illustrer ce propos. Au début de l’année 1104, l’évêque Otbert, accusé par son clergé de simonie, comparut devant le synode provincial réuni à Aix et présidé par l’archevêque Frédéric Ier de Schwarzenburg, lequel, nous l’avons dit, ne manquait pourtant pas d’énergie101. Après un premier examen de la cause, celle-ci fut reportée au deuxième dimanche après Pâques. Entre-temps, l’empereur Henri IV célébra la fête de Pâques à Liège et Otbert lui demanda que ce synode n’eût jamais lieu ; le souverain accéda à sa demande et il empêcha la réunion de la juridiction archiépiscopale102. Cet échec de l’autorité métropolitaine peut également s’expliquer par le fait que le mouvement réformiste, qui traversa l’Église à partir de la seconde moitié du xie siècle, ne lui était guère favorable. En effet, la réforme grégorienne, telle qu’elle était conçue à Liège, mettait essentiellement l’accent sur l’institution épiscopale103. De même, les milieux romains se méfiaient des archevêques, difficilement contrôlables, préférant s’appuyer sur les légats, généralement proches du souverain pontife et dont les missions étaient spécifiques et, surtout, temporaires104 !

3. Synthèse

16298.– Malgré le rôle majeur que la législation carolingienne avait voulu lui accorder, l’autorité archiépiscopale, notamment en raison de l’instauration de l’Église impériale, ne connut pas un développement très spectaculaire. En effet, bien que le caractère d’instance supérieure fût bel et bien reconnu au synode provincial, force est de constater que le rôle de l’archevêque se limitait essentiellement, en matière juridictionnelle, au domaine strictement spirituel lors des vacances du pouvoir épiscopal ; l’archevêque était, en effet, le seul à pouvoir accomplir certaines missions relevant exclusivement de l’autorité épiscopale.

Notes

1 Du reste, ceci se fit avec la complicité de Rome, puisque c’est le pape Hadrien Ier lui-même qui, en 774, offrit à Charlemagne un exemplaire de la collection Dyonisio-Hadriana. Celle-ci permit au souverain d’unifier le droit de l’Église au sein de la monarchie franque, notamment par l’intermédiaire des capitulaires – Ganshof, F.-L., L’Eglise et le pouvoir royal, 1960, p. 120-122.– À ce propos, v., par exemple, les commentaires de F.-L. Ganshof concernant le synode de Francfort (794).– Ganshof, F.-L., Le synode de Francfort, 1946, p. 309-310.– Ganshof, F.-L., L’Église et le pouvoir royal, 1960, p. 101-106– V. aussi n15.– Sur cette importante collection canonique, v. Mordek, H., Dionysio-Hadriana, 1986, col. 1074-1075.

2 Ganshof, F.-L., L’Église et le pouvoir royal, 1960, p. 101-106.– V. aussi nos 14 et suiv.

3 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 248-249 – Ainsi, par exemple, dans le diocèse de Liège, lorsque l’auteur du Triumphus sancti Remacli Stabulensis de Malmundariensi coenobio évoque la démarche que Thierry Ier, abbé de Stavelot, avait entreprise devant le pape Alexandre II (1061-1073), il considère ce dernier comme Vuniversalis pastor, comme le vicarius Petri apostoli ou encore qu’il agit ex auctoritate Petri apostoli (Triumphus s. Remacli, c. 19, p. 447 [1067] et c. 22, p. 448 [1068]). Mais le pape accepta, à la demande de l’archevêque Annon II de Cologne, que ce litige, qui l’opposait à l’abbé Thierry, fut tranché devant le roi... (« Cum ergo rogaretur a papa, ut amore beati Petri suique in illo iustam humanitatem faceret, spondet se omnino facturum, dum in patria coram rege uterque veniret. » Triumphus s. Remacli, c. 22, p. 448 [1068]). Il est vrai qu’Hildebrand Aldobrandeschi n’était pas encore devenu Grégoire VII.– S.V., p. 212 – Dans le même sens, Dereine, C., L’école canonique, 1951, p. 84.

4 « [...] et ego dico tibi quia tu es Petrus et super hanc petram aedificabo ecclesiam meam [...]. » – Matth., XVI, 18.

5 « [...] quod Roma ecclesie supra petram fundata firmitas a Christo mater est et caput instituta dignitatis et ecclesiastice magistra rationis [...]. » – Fayen, A., L’Antigraphum Petri, 1899, n° 3, p. 329 (1169/1175).–Le caractère universel de l’autorité pontificale se traduisait également par l’adage « Ubi papa, ibi Roma ». Bien qu’il ne date que du xiiie siècle (Gaudemet, J., Eglise et cité, 1994, p. 350-353), il semble néanmoins que le concept qu’il véhicule soit antérieur à cette période. La venue à Liège du pape Innocent II permit, en effet, au chroniqueur Anselme de Gembloux (Continuatio, p. 383) d’assimiler Liège à Rome, et la route, qui relie la collégiale Saint-Martin à la cathédrale, à la voie sacrée du forum romain ; il joua également sur le sens du substantif capitolium qui, en latin classique, désignait la colline du Capitole (Gaffiot, p. 260), mais, en latin médiéval, la salle capitulaire (Nlermeyer, p. 136 – V. aussi n174) ; de cette manière, il cultivait volontairement la confusion entre la cathédrale Saint-Lambert et le temple de Jupiter capitolin (« [...] cum curribus et redis ab aecclesia sancti Martini in publico monte, quasi Romae via triumphali, usque ad capitolium sancti Lamberti ascendit [...] »). C’était également le moyen pour l’auteur de souligner qu’innocent II était le seul pape légitime qui, tel un général triomphateur monté sur son char, avait déjà vaincu ses ennemis, en l’occurrence, l’anti-pape Anaclet II qui occupait Rome ! – Dlttmann, H., Anaklet II, 1980, col. 568-569– Maleczek, W., Innozenz II, 1991, col. 433-434.–Sur la venue d’innocent II à Liège, v. aussi Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, P-480-481,492.

6 Sur la réforme grégorienne, v. Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 284-291 et 301-311.– Dans le diocèse de Liège, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 384-403 – Le caractère universel de l’Église est clairement exprimé dans le préambule de la lettre adressée par l’Église de Liège au pape, probablement Innocent II : « Domino et patri reverendo I. ( ?), Dei gratia summo pontifici, ecclesia Leodiensis, fideles orationes et in Christo debite subjectionis obedientiam. Ut arbitramur et res ipsa declarat, idcirco divina dispositio in arce catholice ecclesie sedem Romanam posuit ut ipsius providentia suis membris tutela procuretur et ad eam refugium habeant, quibus surgentia bella exitium minitantur [...]. » – Sur la date, le destinataire et les nombreux autres problèmes de critique que pose cette missive, v. n. ann. III, 1145-24 (1135).

7 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 321-325 – La plénitude du pouvoir se manifestait également dans la manière de désigner le pape : l’expression vicarius Petri (v. n287, n. 3) fut, à partir du xiiie siècle, remplacée par celle de vicaire du Christ Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 249 et 331.

8 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 325-337.

9 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 307-309 – Ganshof, F.-L., L’Église et le pouvoir royal, 1960, p. 109-111– V. nos 14 et suiv.

10 L’accroissement exponentiel du nombre de bulles pontificales, délivrées au profit de destinataires habitant le diocèse, atteste de l’influence grandissante de l’autorité du pape au cours du xiie siècle. À ce phénomène s’ajoutent les interventions de plus en plus déterminantes du Siège apostolique dans les élections épiscopales – Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 489-491 – V. aussi Hartmann, W., Autoritàten im Kirchenrecht, 1991, p. 425-446 – Schieffer, R., Rechtstexte des Reformpapsttums, 1986, p. 51-69.

11 Ainsi, en 1046, alors que l’évêque Wazon avait déjà eu maille à partir avec le souverain (v. n304), son avis fut néanmoins sollicité dans la cause qui concernait Wiger, archevêque de Ravenne et ancien chanoine de Cologne, accusé d’avoir porté durant deux années les insignes épiscopaux avant son accession à l’épiscopat. Dans un premier temps, Wazon répondit qu’il n’avait pas à s’occuper de ce qui concernait les évêques cisalpins ; mais le souverain lui ordonna avec véhémence de faire valoir son jugement. Contraint et forcé, Wazon réaffirma l’opinion selon laquelle les clercs devaient être soumis à l’autorité apostolique lorsque la cause concernait le domaine spirituel – Anselme, Gesta, c. 58, p. 224 – V. aussi Id., c. 57, p. 224.

12 Ann. III, 1075-a, 1075-b.– V. nos 15, 84 et 293 et suiv – V. aussi Dereine, C., L'école canonique, 1951, p. 87.

13 Sur ce grand défenseur de la réforme grégorienne, ancien évêque de Dié (1073-ca 1081), devenu archevêque de Lyon (ca 1081-1106), v. Chomel, V., Hugo von Dié, 1991, col. 166.

14 « [...] abbas Theodericus [...] pro se suisque legatum ecclesie Romane interpellaturus. Cujus causant [...] domnus Hugo Romane ecclesie legatus approbasset et in conventu episcoporum relatam laudaret eam auctoritate sua, ex firmis firmiores reddidit, beatificans ecclesiam cujus erant taies filii, qui deficientibus aliis persisterent catholice et apostolice fidei et promittens eis auxilium Romane ecclesie et sue legationis, ne Otberto subessent vel communicarent omnino interdixit. 72. Otbertus amaricatus relatione gestorum, ut solebat, exarsit in ira [...] [Il se rendit ensuite à Saint-Hubert où, du haut de la chaire, il excommunia l’abbé et ses compagnons.–Cant, c. 73, p. 172 (1093)] ».–Cant., c. 71-72, p. 170-171 (1093).–V. ann. III, 1098-10(1093).

15 « [...] in condicto a se ecclesie Romane judicio ex his omnibus inter eos ageretur discussio. Scripsit autem ei hoc modo. “[...]. Petrus cum data sibi potestate ligandi et solvendi, eamdem auctoritatem et curant sedi Romane reliquit. Constat ergo Christo repugnare, ecclesiastice auctoritati et apostolice sedi non obedire [...]. Precamur ergo [...] per auctoritatem concessam beato Petro ejusque apostolice sedi [...] ad discernendam causant nostre dissensionis nobiscum audientie Romane in venturo festo Symonis et Jude vos presentetis, nosque, ut justum est [...].” »– Cant., c. 90, p. 227 et 229 (1098).

16 Cant., c. 90, p. 226-236 (1098).–V. aussi les commentaires de Despy-meyer-dupont, Saint-Hubert, 1975, p. 37-41.

17 Le pape Pascal II avait, en outre, confié à Thierry le pouvoir d’absoudre les excommuniés qui le rejoindraient– Cant., c. 92, p. 237-239 (1098).

18 Wired, en effet, n’avait pas toujours été en bons termes avec son évêque, comme le fait ironiquement remarquer l’auteur du Cantatorium (c. 92, p. 238 [1098]).

19 « Ad hec Wiredus “Non credam, inquit, inimico meo in eternum, neque sine assensu episcopi mei nullo modo mihi est Romam eundum, cum presto sim coram eo cum Theoderico subire judicium” [...]. » Cant., c. 90, p. 231 (1098).

20 « Illo [Wiredo] domi remanente, probatus est, quasi conscius culpe, condictam sibi audientiam subterfugisse. Ideo in sollempnitate omnium sanctorum, excommunicatione a papa formata [...]. » – Cant., c. 91, p. 237 (1098).

21 « [...] contendens se a nemine, nisi ab episcopo suo, posse excommunicari, seque paratum in presentia ejus respondere quibusque calumpniatoribus suis ».– Cant., c. 92, p. 238 (1098).

22 « [...] [Otbertus] mandavitque fratribus interim parcere cepte disceptationi, donec ipsemet veniens imponeret fînem rei. »– Cant., c. 92, p. 238-239 (1098).

23 Dans le même sens, Dereine, C., L'école canonique, 1951, p. 84-85.

24 « Par sa victoire sur les prétentions laïques, comme par sa réforme interne, l’Église médiévale s’affirmait triomphante. » – Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 296.– Sur les grandes étapes de la Querelle des investitures du point de vue de l’Église, v. Id., p. 292-297.– V. aussi n288, n. 6.

25 V. no 293.

26 V. n309.

27 À la fin du xie siècle, cependant, la situation n’était pas encore aussi nette. En 1075, par exemple, Grégoire VII, qui accusait ouvertement Théoduin de simonie (venditio ecclesiasticarum dignitatum et canonicarum praebendarum), lui envoya une lettre, qui, tout en étant très ferme, ne constituait néanmoins qu’un avertissement (commonere).– Caspar, E., Das Register Gregors VII., t. 2/1, 1920, no II 61, p. 215-216.– Giordanengo, G., Appel au pape, 1994, p. 128-129.

28 « [...] inter reprehensores suos in unum ejusdem aecclesiae canonicum nomine Nicholaum vehementius invectus est, adeo ut domini Innocenta papae audientiam appellare eum compelleret. Ad quam per eum ipsum de symonia accusatus, et a domno papa semel et secundo canonicis intervallis vocatus, viam arripuit quasi iturus. Sed remorante eum in Francia culpae suae conscientia, cum premissis ad domnum papam venerabilibus nuntiis, abbate videlicet Stabulense atque Lobiense cum aliquibus archydiaconis, et relaxari de adventu suo ad audientiam nullo modo posset, tertiam vocationem canonicam accepit, et eam ipsam sicut alias postponens, depositionis suae sententiam incurrit in concilio Pisae domno papa Innocentio presidente, anno ab incarnatione domini 1135. » – Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., L. 13, c. 1, p. 229-230 (1135).-« Eodem anno [1135] pulsatus Alexander episcopus a quibusdam maioris ecclesie fratribus quod simoniace et voto pecunie distribueret dignitates ecclesie et facta ei appellatione maioris audientie compulsus est Romam iter arripere, sed cum in medio itinere inciperet egrotare, delegavit apostolico nuntios se excusare [...]. Unde apostolicus magna motus indignatione ilium ad se ut preceperat non venisse, quasi simulata subtraxisset infirmitate, data illis verbi significatione, absolvit eum ab episcopali dignitate. » Ann. Rodenses, p. 80.– V. aussi no 42, n. 93.– Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 164.– Sur le chanoine Nicolas († 1146 ?), manifestement favorable à la réforme grégorienne, versé dans le droit et ami de Raoul, abbé de Saint-Trond, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, p. 183-184, 245-246.– Adam, R., La Vie de saint Lambert, 2000 (2003), p. 59-89.

29 « [...] postremo tamen appellatus est Romam et profectus. Unde honeste reversus [...]. » – Ann. Rodenses, p. 94 (1145).– V. aussi les commentaires de Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 170-171.

30 « [...] tibique deinceps caveas ne huiusmodi contra nos temeritate rescribas sed potius ad documenta sanctorum patrum quae te loqui et scribere doceant humiliter recurras et secundum tenorem litterarum quarum exemplar tibi transmittimus praedicti hominis negocium ad finem perducere studeas : vir iste Weremboldus nomine conquestus est se iniuste a te excommunicatum cum uxore sua esse, unde sibi vix fidem adhibere possumus. Tamen monemus prudentiam tuam, ut ad notitiam religiosorum confratrum nostrorum Treverensis scilicet archiepiscopi et Mettensis episcopi, huius rei causam deferre facias eorumque consilio et iudicio diffinitio procures. » – Caspar, E., Das Register Gregors VII., t. 2/2, 1920, no VI 4, p. 396-397 (1078).– Sur ce passage, v. aussi Dereine, C., L’école canonique, 1951, p. 88.

31 « [...] audientiam vestram et universalis ecclesie appellavi. » – Fayen, A., L'Antigraphum Petri, 1899, no 1, p. 326 (1169/1175)

32 « [...] quod Roma ecclesie supra petram fundata firmitas a Christo mater est et caput instituta dignitatis et ecclesiastice magistra rationis ut quod ligaret super terram ligatum esset in celis et quod solveret super terram solutum esset et in celis miramur quare jam dictum Lambertum sacerdotem post appellationem ad nos factam captivare et vinculis alligare non formidastis et appellationi ac dignitati sedis apostolice reverentiam ut debuistis non detulistis. Quocirca universitati vestre per apostolica scripta mandando precipimus et firmiter injungimus quatinus statim visis his literis nostris sepedictum Lambertum a vinculis absolvatis et ad nos super hiis que ei obiciuntur plenarie responsurum venire permittatis. Si quis autem aliquid ei obicere voluerit per se vel per nuntium suum cum litteris tamen vestris nostro se conspectui representet et tunc si quid in eo reprehensibile congnoverimus qua debemus districtione corrigemus. Preterea de Petro, Servatio, Wederico, Warnero, Cesario presbiteris quos ut audivimus officio et beneficio privastis eos que extra episcopatum vestrum expulistis eo quod sepefato Lamberto familiaritate quadam juncti erant nec cum tanquam hereticum abjurare volebant quoniam super objectis sibi uel ad nos appellasse cognoscebant universitati vestre mandando precipimus quatinus eos sine dilatione officio suo et beneficio uti permittatis donec de his que sepememorato Lamberto obiciuntur plene cognoscere valeamus. » Fayen, A., L’Antigraphum Petri, 1899, no 3, p. 328-330 (1169/1175).– Id., no 1, p. 325 (1169/1175).

33 Dans l’intervalle, d’autres mentions de recours à Rome apparaissent également : « [...] quia, si contra aecclesiasticas regulas vim eis inferre moliretur, etiam usque Romam non vererentur eum appellare [...] ».– Raoul de Saint-Trond, Gesta abb. Trud., L. 7, c. 9, р. 108 (1107).– V. aussi Id., L. 7, c. 11, p. 111 (1107).– « Synodalis lex et iudicia / non fîebant in urbe Legia, / Romam ivit et pro iusticia / annum fere : fuit in curia. » – Chronicon rythmicum, p. 135 (1117/1118.– V. no 149, n. 36).– « [...] ex tun ad audientiam domni papae vos appellamus [...]. » – W.E., no 289, p. 417 (1151.– Sur la date de cette lettre, v. Despy, G., Les chartes de Waulsort, 1957, p. 49-51).– « Set cum idem clericus ab iniusto proposito nollet cessare, dicens, ilium, qui contra se agebat, excommunicatum esse, compulsus est idem laicus protectionis vestrae appellare et adire praesentiam. » - W.E., no 298, p. 426 (1150).– « [...] Giselbertus non a sententia set ab exsecutione vestrae celsitudinis nomen appellavit [...]. » – Ann. III, 1157-a.– V. aussi no 289, n. 28-29.

34 Sur la fonction de légat, v. Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 371.– Girgensohn, D., Legat, 1991, col. 1795-1796.

35 Le légat Hugues de Bourgogne, qui fut chargé de consacrer Poppon, nouvel évêque de Metz, et que Thierry II, abbé de Saint-Hubert, sollicita, était archevêque de Lyon.– Cant., с. 71, p. 167 et 171 (1093).– Sur ce personnage, v. no 289, n. 13.– Le légat Adalbéron qui, vers 1140, confirma l’autorité juridictionnelle du chapitre cathédral sur le clergé des collégiales liégeoises (v. no 157 in fine) était archevêque de Trèves.– En 1186/1187, c’est Folmar, archevêque de Trêves, qui arbitra le litige entre [Pierre], abbé de Waulsort, et Guillaume, doyen de Saint-Castor de Coblence, à propos du personat de l’église de Dave.– Despy, G., Les chartes de Waulsort, 1957, no 48, p. 400 (1186/1187).

36 « Anno domini 1187 [lire 1188], domnus Henricus Albanensis episcopus [Henri de Marsiac] a papa Gregorio VIII constitutus legatus, cum diligentia omnimoda officium sibi injunctum peragebat. Et primo quidem, secundum mandatum sibi datum [...]. » - Chronicon Clarevallense, col. 1251.– « [...] auctoritate legationis, qua fungimur [...] ».– Ann. III, 1180-20.

37 En 1093, bien que Hugues de Bourgogne, archevêque de Lyon et légat pontifical, fût à Metz pour consacrer l’évêque de cette cité, il accueillit la plainte de Thierry II, abbé de Saint-Hubert, qui désirait lui faire entériner sa rupture avec Otbert.– V. no 289, n. 14.– En 1134, le cardinal Gérard de Santa Croce, présent à la curia royale, reçut la plainte des moines de Rolduc, dans le litige qui les opposait à leur abbé Frédéric, alors que leur demande avait préalablement été adressée à l’évêque de Liège, Alexandre 1er (« Venerunt ergo ad eum [Alexandre 1er ] fratres iterum de Friderico conquerentes, sed ipse simulata infirmitate, destinavit eos ad cardinalem Gerardum, consistere ad illius iudicium »).– Ann. Rodenses, p. 78 (1134).– En 1188, le légat Jordan, cardinal-prêtre de Sainte-Prudentienne, alors qu’il séjournait à Cologne, reçut « [...] auctoritate legationis, qua fungimur [...] » la plainte de chanoines de Sainte-Croix à propos de leur église de Fize-le-Marsal.– Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 306, p. 451 (1188).–V. aussi ann. III, 1154-a et n.– M. Jean-Marie Cauchies, Professeur ordinaire aux Facultés Saint-Louis à Bruxelles et à l'Université catholique de Louvain, a attiré, à juste titre, notre attention sur le fait que les légats pontificaux sont au pape ce qu’étaient, en quelque sorte, les missi dominici au souverain carolingien. Du reste, si les légats de haut rang sont qualifiés de légats a latere, les autres sont dits missi Girgensohn, D., Legat, 1991, col. 1795.– Sur les missi dominici, v. no 299, n. 2.

38 « Indignatus cardinalis et in persona sua pape injuriam factam protestatus [...] et [...] ex auctoritate beati Petri et ipsius pape [...] ».– Gesta abb. Trud., t. 2, Cont. IIa, L. 2, c. 3, p. 29-30 (1145).— « [...] Richardus quidam, cardinalis ecclesie romane, conciliis indictis agebat per Gallias apostolicas vices [...]. Cujus causa dum ventilaretur, ex sententia fidelium decrevit idem cardinalis [...]. Hanc apostolice auctoritatis sententiam [...]. » – Cant., c. 95, p. 246-247 (1105).– « Leodiensi episcopo H(einrico) Gregorius sancti Angeli et Iac(inthus) sanctae Mariae diaconi cardinales salutem. Ubi mandatum et auctoritas precedit apostolica [...]. » – W.E, no 351, p. 485 (1152).– V. aussi Gesta abb. s. Iacobi, c. 6, p. 41 (1114).– C.S.L., t. 6, 1933, n° 483 (1138/1140).

39 « Ea que concordia vel transactione aliqua mediante inter personas ecclesiasticas rationabiliter statuuntur in sua debent stabilitate consistere, et ne alicujus temeritate debeant in posterum immutari eadem necesse est auctoritate apostolica communiri. » – C.S.L., no 47, p. 80-81 (1156/1158).

40 Comme ce fut le cas en 1145, en 1154 et en 1188 (v. infra). Cependant, lors de la venue à Liège du légat Gérard (automne 1145), la présence de l’évêque Henri II de Leez n’est pas formellement attestée, quoi qu’elle soit plus que vraisemblable, puisque le prélat avait été consacré le 24 juin précédent.– Ann. III, 1145-a.– Kupper, J.-L., Leodium, 1982, p. 78.– En 1154, par contre, ce même évêque était bien présent lors du synode présidé par le légat, Gérard, cardinal-diacre de Santa Maria in Via Lata, puisque ce dernier lui confia la mission de mettre à exécution les mesures qu’il avait prises en faveur du chapitre Saint-Martin ; il lui conféra également le pouvoir de revêtir ce document de l’autorité apostolique.– Ann. III, 1154-a, 1154-17.– Girgensohn, D., Legat, 1991, col. 1795.

41 « Congregatis autem in palatio episcopi clericis [...] ».– Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, c. 138, p. 205.– V. ann. III, 1188-a.

42 « [...] presente et cum cardinali residente episcopo Leodiensi [...] ».– Ibid.– V. aussi texte en manchette.

43 « [...] fratrum Signiacensis cenobii querelam audivimus [...]. » – Ann. III, 1180-20.

44 V. aussi l’exemple suivant : « Qui [Gérard, cardinal de Santa Croce] auditis istorum [moines de Rolduc] querimoniis et illius [Frédéric, abbé de Rolduc] responsis [...] ».– Ann. Rodenses, p. 78 (1134).

45 « [...] de consilio majorum Leodiensis ecclesie et tocius episcopatus. [...] omnibus clericorum [...] consiliis [...] ».– Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, c. 138, p. 205.– V. ann. III, 1188-a.– V. également l’exemple suivant : « [...] ex sententia fidelium decrevit idem cardinalis [...]. Hanc apostolice auctoritatis sententiam [...]. » – Cant., c. 95, p. 246-247 (1105).– « [...] cum solus [Frédéric, abbé de Rolduc] excusari non posset a tot elogiis [résumé de la cause.– Gaffiot, p. 582-583] et seniores Leodiensis ecclesie assisterent istis, dato illi [Gérard, cardinal de Santa Croce] consilio, absolvit [le même cardinal] eum a loco, non tamen depositum iudicali obsistentium testimonio. » — Ann. Rodenses, p. 78 (1134).

46 « Dominus autem cardinalis illos a peccato isto absolvens et eis penitentiam injungens, mutans personatus et alia bona ecclesiastica, quod unus possederat alii conferebat ; sicque cuique in alterius bonis justam recompensationem faciebat, aliquibus ipsa bona, que resignaverant, reddebat. » Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, c. 138, p. 205-206.– V. arm. III, 1188-a.– V. aussi n. 40 et 45.

47 Eugène III à Wibald, abbé de Stavelot : « [...] per presentia scripta tibi mandamus, quatinus prefatum L(udovicum) comitem de Lon et eius complices districte commoneas, ut, quae Stabulensis monasterii fratribus per violentiam abstulerunt, restituant [...]. » – W.E., no 350, p. 484 (1152).

48 « [...] causa illa [...] a sanctissimo patre et domino Urbano [III] summo pontifice nostre fuisset delegata diffinitioni [...] ».– Despy, G., Les chartes de Waulsort, 1957, no 48, p. 400 (1186/1187).– En l’occurrence, le titulaire de cette juridiction déléguée était Folmar, archevêque de Trèves, légat pontifical.– V. no 290, n. 35.– Rien n’empêchait que les légats fussent également investis par le pape d’une juridiction déléguée. Cependant, à la différence des juges délégués, leur pouvoir n’était pas limité à leur mission principale, puisqu’ils disposaient d’une compétence générale.– V. no 290.

49 V., néanmoins, la remarque de la note précédente.

50 « [...] apostolica auctoritate ut hanc causam suscipiat ammonemus et eam diligenti inquisitione percognitam eo ordine qua canonica instituta precipiunt tractari et diffiniri faciat [...]. » – Caspar, E., Das Register Gregors VII, t. 2/1, 1920, no IV 21, p. 329-330 (1077).— « Reverendo patri suo et domino Iordano sanctae Romanae ecclesiae cardinali presbitero frater Wibaldus Dei gratia modicum id quod est, se ipsum. Fecimus, quod iussistis. » – W.E., no 64, p. 141 (1147).– « Sicut precepistis et mandastis [...] ».– Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 97, p. 229 (1161).– « [...] ego Philippus Dei gratia decanus maioris ecclesie in Colonia et archidiaconus Leodiensis querelam diu ventilatam [...] auctoritate dominipape Victoris hoc modo terminatam scripto commendare studui. » – Ann. III, 1166-51 (1162/1164).–« [...] quod a domino papa pro prefata causa super iudices constitutipro bono pacis plurimum laboravimus et iusticie discussione postposita cum tot concilio de Flerus [Fleurus] et multis probabilibus viris qui ad illud convenerant [...] ».– Ann. IV, 1180-8.– « Ego Everardus Dei gratia Leodiensis archidiaconus et mecum Albertus archidiaconus Lothringie ducis filius. Notum esse volumus omnibus tam futuris quam presentibus controversiam [...] a domno cardinali Heinrico Albanensi episcopo et apostolice sedis legato nobis commissam fine canonico duximus terminandam. » – Ann. III, 1188-153 – « [...] causam [...] auctoritate apostolica cognoscendam suscepimus et fine debito terminandam. Nos itaque iuxta formam mandati apostolici [...]. » – Ramackers, J., o.c., no 337, p. 479 (1194).–Pour le Nord de la France, v. Lohrmann, D., Papstprivileg und papstliche Delegationsgerichtsbarkeit, 1985, p. 535-550.

51 Quelques délégations furent le fait de légats pontificaux.– V. n. 50.

52 Exemple d’une juridiction pontificale déléguée dans le cadre d’un concile décanal.– V. n. 50 (1180).

53 Ils étaient parfois plusieurs.– V. n. 59.

54 « [...] ante nostram evocaremus presentiam [...]. Sicut precepistis et mandastis, fecimus, utrisque partibus diem prefiximus et locum in cella apud Bertreis [Bertrée] [...]. » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 97, p. 229 (1161).– « Cumque partes ante presentiam nostram evocate essent [...] ».– Ann. III, 1188-153 – « [...] per apostolica scripta vobis mandamus, quatinus ad vestram presentiam partibus convocatis [...]. » – Ann. IV, 1192-2.– « [...] partibus deinde ad causam audiendam diem peremptorium prefiximus. » – Ramackers, J., o.c., no 337, p. 479 (1194).

55 « [...] allegationibus eorum hinc inde diligenter auditis et cognitis super controversia [...]. » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 97, p. 229 (1161).– « [...] partes [...] pro commodo cause sue allegationes proposuerunt. Jam dictus Cunraldus [...] dixit [...]. Econtra abbas Hillicinensis [Hélécine] [...] asseruit [...]. » – Ann. III, 1188-153.– « [...] per apostolica scripta vobis mandamus, quatinus ad vestram presentiam partibus convocatis, audiatis, que proponuntur hinc inde, et, si proposita vobis assertio nititur veritate [...]. » – Ann. IV, 1192-2.

56 « [...] iudicio personarum presentium abbas Helencinis [Hélécine] cum testibus ydoneis processit iuramentum iuste et legitime possessionis sue fecit. » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 97, p. 229 (1161).– « [...] de consilio maioris ecclesie et personarum Leodii in hunc modum sententiam dictavimus quod si abbas tercia manu legitimo sacramento prescriptionem XXXta annorum quite possessionis adversus sepe dictum Cunraldum probare posset in jure obtineret. Dictata igitur sententia abbas ad probationem est admissus et in capitulo maioris ecclesie in presentia nostra sepe dictam possessionem sacramento detinuit. » – Ann. III, 1188-153.

57 « Hiis ita peractis iudicio omnium, qui aderant [...] » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 97, p. 229 (1161).– « Ad quem cum prefatus archidiaconus nec veniret nec pro se responsalem transmitteret, fratres predictos ratione contumacie eorum adversarii de consilio prudentum in possessionem decimarum, de quibus controversia erat, per sententiam misimus [...]. » – Ramackers, J., o.c., no 337, p. 479 (1194).

58 « [...] in sua nequitia malitiosepersistit ideoque per apostolica vobis scripta precipiendo mandamus quatinus, remoto appellations subterfugio, eundem apostatam et suos de ecclesia de Herpent [Erpent] sine dilatione expellatis et eidem lohanni cum omnibus suis pertinentiis restituatis. Expensas quoque et omnia ablata ab eodem G. integre sibi restitui faciatis. Quod si apostata contemptor extiterit, ecclesiam, cui incubat, auctoritate nostra a divinis officiis cessare faciatis. » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 50, p. 162-163 (1145).– « [...] auctoritate vestra, ne deinceps prefatus abbas pro hac controversia pulsaretur, pacem ei precipimus. » – Ramackers, J., o.c., no 97, p. 229 (1161).– « [...] auctoritate domine pape anathematis sentenciam apposui. Si quis igitur clericus sive laicus ausi temerario istud violare presumpserit anathema sit. » – Ann. III, 1166-51 (1162/1164).– « [...] et, ne quis eorum possessionem temere turbet, deinceps auctoritate apostolica, qua functi sumus, districte inhibemus [...] ».– Ramackers, J., o.c., no 337, p. 479 (1194).

59 « [...] sententiam canonice et rationabiliterprolatam a dilectis filiis nostris Wirico sancti Trudonis abbate et Bru(none) Leodiensis ecclesie archidiacono super controversia, que inter te et Wazelinum abbatem de Florines [Florennes] de medietate ecclesie de Pellines [Pellaines] et allodii de Capenual [Chapeauvau] agitabatur, ratam habemus et apostolica auctoritate confirmamus [...]. » – Ramackers, J., Papsturkunden, 1934, no 98, p. 230 (1162).

60 Sur l’institution archiépiscopale, v., en dernier lieu, Kottje, R., Erzbischof, 1986, col. 2192-2194.– Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 242.

61 La première mention de la subordination de l’Église de Liège à celle de Cologne date de 814/816.– Cant., c. 4, p. 11.– Sur ce point, v. les rem. de Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 78-79.– C’est sous le règne de Charlemagne que Cologne fut définitivement érigée en métropole.– Weinfurter, S., Colonia, 1982, p. 1-2.– Kottje, R., Erzbischof, 1986, col. 2193.

62 À l’origine, c’est le métropolitain, c’est-à-dire l’évêque qui avait sa résidence dans une métropole ou chef-lieu d’une province romaine de la Gaule, qui avait autorité sur ses suffragants. Par contre, la dignité archiépiscopale était conférée, à titre personnel, à un évêque par la remise du pallium, à savoir cette étole de laine circulaire, parsemée de petites bandes d’étoffe noire en forme de croix. Dans le cadre de sa réforme ecclésiastique, Charlemagne avait obtenu du pape qu’il conférât le pallium à quelques, puis, probablement, à tous les métropolitains de l’Église franque : la confusion entre les deux dignités étaient en voie de réalisation.– Ganshof, F.-L., L’Église et le pouvoir royal, 1960, p. 111-112.– Kottje, R., Erzbischof, 1986, col. 2192-2193.– Bierdermann, H.M., Metropolit, 1993, col. 584-585.– Sur le pallium, v. Kranemann, B., Pallium, 1993, col. 1643-1644.-L’archevêque ne doit pas être confondu avec le patriarche, titre essentiellement honorifique en Occident, et le primat, également au contenu essentiellement honorifique, mais, qui, dans certains cas, exerçait — ou avait exercé — une certaine juridiction supérieure.– Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 242-244 et 459-462.– Kottje, R., o.c., col. 2193.– Prinzing-Todt, Patriarchat, 1993, col. 1785-1789.– Stratmann, M., Primas, 1995, col. 209-210.

63 Ganshof, F.-L., Le synode de Francfort, 1946, p. 311 et 315.– Id., L'Église et le pouvoir royal, 1960, p. 111-112.– Id., Le programme de gouvernement impérial, 1963, p. 78.– Kottje, R., Erzbischof, 1986, col. 2193 - Pour Charlemagne, cette nécessité se fit plus impérative encore avec son accession à la dignité impériale : plus que jamais il devait veiller, par l’ensemble des mesures de gouvernement qu’il devait prendre, à conduire le peuple chrétien vers son Salut ; sa propre responsabilité devant Dieu n’en était que plus grande...– Sur ce point, v. no 14.

64 « De metropolitanis, ut suffraganii episcopi eis secundum canones subjecti sint, et ea quae erga ministerium illorum emendanda cognoscunt, libenti animo entendent atque corngant. » – Capitulaire d’Herstal (779), c. 1.– Boretius-Krause, Cap. no 20, p. 47.– Pour résumer ce passage, F.-L. Ganshof (Le synode de Francfort, 1946, p. 311 et 315) parle de droit d’appel au métropolitain. Pour éviter toute confusion, il vaut mieux user du terme plus général de recours ; il ne s’agit pas d’un appel, au sens juridique actuel, puisque l’objectif n’était pas de réexaminer une affaire précédemment jugée par une juridiction inférieure — ce qui suppose un ordre hiérarchique, inexistant au Moyen Âge, des juridictions —, mais plutôt d’éviter qu’une décision judiciaire ne restât inexécutée-V., à titre de comparaison, nos 306-307.–Ce point de vue est d’ailleurs renforcé par un autre capitulaire, qui précise explicitement que le recours au souverain n’était ouvert aux parties concernées qu’avec l’accord exprès et écrit de la juridiction qui avait rendu le premier jugement (« Omni clero. Item in eodem concilio [Antioche], ut episcopus vel quilibet ex clero sine consilio vel litteris episcoporum vel metropolitani non audeant regalem dignitatem pro suis causis clamare, sed in commune episcoporum concilio causa eius examinetur. » – Admonitio generalis (789), c. 10.– Boretius-Krause, Cap. no 22, p. 55).–V. n. 7.

65 « Episcopis. Item in eodem concilio [Antioche], ut ad metropolitanum episcopum suffragani episcopi respiciant, et nihil nove audeant facere in suis parrochiis sine conscientia et consilio sui metropolitani nec metropolitanus sine eorum consilio. » – Admonitio generalis (789), c. 8.– Boretius-Krause, Cap. no 22, p. 54.

66 « Statutum est a domno rege et sancta synodo, ut episcopi iustitias faciant in suis parrochiis. Si non oboedierit aliqua persona episcopo suo de abbatibus, presbiteris, diaconibus, subdiaconibus, monachis et caeteris clericis vel etiam aliis in eius parrochia, veniant ad metropolitanum suum, et ille diiucet causant cum suffraganeis suis. Comites quoque nostri veniant ad iudicium episcoporum. Et si aliquid est quod episcopus metropolitanus non possit corrigere vel pacificare, tunc tandem veniant accusatores cum accusatu cum litteris metropolitano, ut sciamus veriatem rei. » – Synode de Francfort (794), c. 6.– Boretius-Krause, Cap. no 28, p. 74-75.– V. aussi n. 5.–V. no 15.

67 V. n. 7.

68 « Episcopis. Item in eodem concilio [Antioche] necnon et in Calcidonense [Chalcédoine], ut provinciales episcopi cum suo metropolitano bis in anno propter causas ecclesiae concilia celebrent. » Admonitio generalis (789), c. 13.– Boretius-Krause, Cap. no 22, p. 55.– La même fréquence de réunion du synode archiépiscopal est également attestée dans le Décret de Burchard de Worms.– V. no 73 et n. 409.

69 Ganshof, F.-L., L'Église et le pouvoir royal, 1960, p. 112, n. 73.

70 « Quia Coloniensis in Leodiensi ecclesia mutue caritatis affectu sibi complacet tamquam mater in filia [...] ».– Schaefer, H.K., Eine kanonistische Miszelle, 1906, no 1, p. 187 (ca 1130-1136).– Il n’est pas inutile de rappeler que métropole en grec (µητρóπλις)) signifie la ville-mère.– Bailly, A., Dictionnaire grec, 1950, p. 1280.– Blerdermann, H.M., Metropolit, 1993, col. 584.

71 « [...] sed pocius temet estimatione infirmitatis tuae omnium aecclesiarum pedibus subternas et maxime matris tuae sanctae et venerabilis Coloniae, quam Dominus post urbem Romam tum infinito diversi generis sanctorum numero [...]. » – Anselme, Gesta, c. 74, p. 234.

72 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 211.– V. l’exemple de la no 296, n. 31.

73 « Henricus igitur ab archiepiscopo Coloniensi Annone [...] Leodiensis episcopus sive Tungrensis est consecratus. A quo etiam adiuratus est sub testimonio collatae sibi benedictionis, ut eius quoque verbis utamur : “Per benedictionem, inquit, patris tui Annonis obtestor te, ut destruas superbiam et insolentiam abbatis sancti Laurentii Wolbodonis. ” » – Chronicon s. Laurentii, c. 44, p. 276 (1075.– Sur cette source, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 16).– Cant., c. 29, p. 88-V. aussi ann. III, 1075-c.– Les recommandations constituaient un autre canal par lequel l’archevêque exerçait son autorité. En 1125, par exemple, Frédéric Ier de Schwarzenburg écrivit à Albéron Ier pour lui exposer les raisons pour lesquelles il militait contre l'introduction de l’Ordre de Prémontré, notamment parce que celui-ci nourrissait une méfiance certaine à l’égard de l’autorité épiscopale. – Migne, P.L., t. 170, col. 526-527.– En 1151/1152, Arnold II de Wied, archevêque de Cologne, exhorta son suffragant, Henri II de Leez, à planter la paix dans sa terre à un moment où l’évêque était en lutte ouverte avec Henri Ier, comte de Namur (« Hortamur etiam prudentiam vestram ut pacem in terra plantare modis omnibus studeatis »).– Stiennon, J., Une lettre inédite, 1956, p. 23-24.–Sur le contexte de cette missive, v. Id., p. 11-23.– V. aussi Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 488.–V. no 295, n. 27.

74 « Post decessum domni episcopi, / cum abbates, archidiaconi/ pars principum, cives, familia, / discutissent diu consilia ; / considente iam capitolio / tandem placet ut sit electio. / Sed ad maiorem audientiam / invitantur ire Coloniam // [...]. » – Chronicon rythmicum, p. 137-139(1119).

75 « Locutus itaque cum consilio, non se assuetum Romano, ait, sed Leodiensi judicio, nemini licere audientiam reclamare tam subito, nisi episcopi sui, maxime vero metropolitani gravareturjuditio. » – Cant., c. 26, p. 78 (1074/1075).–V. aussi arm. III, 1075-a.

76 « Non ab episcopo nostro, non ab archiepiscopo, cui episcopus noster suffragatur [...]. Est primus gradus nobis ad episcopum, secundus ad archiepiscopum, per quos ascendere debemus ad gradum tercium, id est ad papam Romanum. » – Sigebert de Gembloux, Leodicensium epistola, c. 5, p. 457.– V. aussi Id., c. 7, p. 459.

77 Silvestre, H., Dix plaidoiries inédites, 1954, p. 394-397.– Ce groupe de plaidoiries — en réalité probablement des exercices d’école — est du plus haut intérêt ; nous comptons procéder prochainement à un examen approfondi de ce dossier. Il n’est pas impossible — c’est une hypothèse de travail — que ces textes, en raison de leur caractère scolaire et liégeois, aient un lien étroit avec l’école de la cathédrale de Liège, notamment parce qu’ils font usage du décret de Gratien, dont nous savons qu’un exemplaire fut offert par Henri II de Leez au chapitre cathédral (v. no 10 in fine, no 41, n. 79). De plus, dans les deuxième et troisième quarts du xiie siècle, l’écolâtre de la cathédrale était maître Baudouin, archidiacre et ami proche d’Henri II de Leez, qu’il accompagna d’ailleurs en Italie et dont il fut le régent avec trois autres clercs (Ann. III, 1161-99 [1155]).– Sur maître Baudouin, v. no 44.– Sur cette régence, v. no 36, n. 24 et no 44.

78 Aux xiiie et xive siècles, l’autorité archiépiscopale dans le diocèse de Liège s’éroda davantage encore, au point même que, durant cette période, l’archevêque perdit le droit de consacrer l’élu.– Marchandise, A., La fonction épiscopale, 1998, p. 446-448.

79 Sur ce prélat, v., en dernier lieu, Weinfurter, S., Colonia, 1982, p. 29-31.– Wolter, H., Friedrich I., 1986, col. 963.– Il est commémoré dans l’obituaire de la cathédrale de Liège.– Obituaire de Saint-Lambert, 1991, p. 146.

80 En 1119, à la mort de l’évêque Otbert, l’archidiacre Alexandre lut élu — contre monnaie sonnante et trébuchante — évêque de Liège. Cependant, alors qu’il avait reçu l’évêché des mains de l’empereur Henri V, qui était alors en état d’excommunication — nous sommes dans le contexte de la fin de la Querelle des investitures —, Alexandre fut excommunié par Frédéric Ier de Schwarzenburg. Du même coup, ce dernier convoqua le synode liégeois à Cologne et Frédéric de Namur fut porté sur le trône épiscopal - Sur tous ces événements, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 146-153.– Id., La double mort de Frédéric, 2002, p. 294-298.– En 1121, bien qu’Alexandre eût été une nouvelle fois élu, une assemblée religieuse, convoquée par l’archevêque Frédéric à Comelimünster, le contraignit une nouvelle fois à renoncer à la dignité épiscopale.– Kupper, J.-L., Liège et l'Église impériale, 1981, p. 153-157.– Alexandre fut finalement élu à la mort d’Albéron Ier et consacré par son vieil ennemi, Frédéric Ier de Schwarzenburg, non sans avoir dû se justifier de nouvelles accusations de simonie, mais en cour de Rome, cette fois.– Id., p. 157-165.– La chronique de Saint-Trond, dont l’abbé Raoul de Saint-Trond accompagna pourtant Alexandre à Rome, évoque avec un humour corrosif les deux échecs, puis la réussite de ce dernier : « Statim male sanata cicatrix veteris morbi Alexandri, bis prius effracta, tertio jam erupit et ad episcopatum anhelans ut lupus ad dilapsam sibi predam, omnem pudorem Deique timorem postponere coepit. » – Raoul de Saint-Trond, Gesta, L. 12, c. 5, p. 213 (1128).

81 « Unde evocatus querimonia tocius cleri Leodiensis, venit Aquisgrani palatium domnus Fredericus metropolitanus Coloniensis ; ibidemque audientiam canonice discussionis publice habendam Otberto indixit. » – Cant., c. 96, p. 248 (1104) .– La seconde audience n’eut jamais lieu.– V. no 297, n. 43.

82 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 156-157.

83 Sur ce prélat, v., en dernier lieu, Seibert, H., Philipp I., 1993, col. 2074-2075.

84 Et encore, en 1184, l’archevêque avait-il agi dans le cadre d’une délégation de l’autorité royale : « Domini imperatoris auctoritate freti et nostra [...] » .– de Moreau, É., Chartes de Villers, 1905, no 36, p. 58.– Autres exemples d’arbitrage : Piot, C., Cartulaire de Saint-Trond, 1870, no 110, p. 150-151 (1190).– Warnkönig, L.A., Flandrische Staats- und Rechtsgeschichte, t. 1, 1835, no 15, p. 40 (1178).

85 Lacomblet, T., Urkundenbuch, t. 1, 1840, no 476, p. 336 (1180).– Ramackers, J., Niederrheinische Urkunden, 1935, no 3, p. 35-36 (1188).– Id., no 7, p. 75-77 (1195).– Cette tendance s’accentua encore dans le courant du xiiie siècle.– Marchandisse, A., La fonction épiscopale, 1998, p. 447.

86 En 1151, en effet, Conrad III avait investi l’archevêque Arnold II de Wied du ducatus. Cependant, si cette mission consistait essentiellement à maintenir la paix publique, le ressort sur lequel cette dernière devait s’exercer était mal défini et son étendue fut surtout fonction de l’autorité réelle du nouveau duc ; Philippe de Heinsberg fut très certainement celui qui, le mieux, exploita cet important pouvoir – Kupper, J.-L., Raoul de Zähringen, 1974, p. 128-132.

87 Signalons, néanmoins, que l’arbitrage était étroitement lié au mouvement de la paix, c’est-à-dire à une des composantes essentielles de l’autorité royale et ducale, dont l’archevêque de Cologne était revêtu depuis 1151.– V. n. 27.– Sur la paix, v. nos 95 et suiv.– Sur les liens entre le mouvement de la paix et l’arbitrage, v. no 332.

88 Sur l’arbitrage, v. nos 330 et suiv.

89 Kupper, J.-L., Raoul de Zahringen, 1974, p. 133-134.

90 Dans le même sens, Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 487.– V. aussi l’exemple suivant : Hugues de Pierrepont, simple élu, ne put bénir Thierry, abbé de Saint-Jacques, parce qu’il n’avait pas encore été consacré ; c’est Adolphe Ier d’Altena, archevêque de Cologne (1193-1205), qui le remplaça dans cette tâche.– Marchandise, A., La fonction épiscopale, 1998, p. 210.

91 D’autant plus que le chorépiscopat avait disparu au Xe siècle au plus tard.– V. no 32.

92 « Tamen usque ad illud temporis sicut superius statutum est, Leogis episcopatus in vestra maneat potestate [Herman, archevêque de Cologne] [...]. » – Zimmermann, H., Papsturkunden, 1985, no 48, p. 81-82 (921).– Sur ce conflit qui opposa Hilduin à Richer, v. Zimmermann, H., Der Streit von Jahre 920-921, 1957, p. 15-52.– En dernier lieu, Kupper, J.-L., Liège et l'Église impériale, 1981, p. 111-112.– Id., Hilduin, 1991, col. 20.- Id., Richer, 1995, col. 829-830.

93 « Heinricus, fons huius seditionis, causa dilationis domnum Fredericum praepositum, totius pacis et concordiae amicum, frivola appellatione invitat ante metropolitanum episcopum [...]. » – Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici, c. 2, p. 502-503.– Henri le Jeune de Montaigu était un partisan de l’archidiacre Alexandre lors de la succession de l’évêque Otbert.– Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, p. 146 et n. 197.

94 « Petrus autem clericus predicte comitisse Juliane filius ipsa iam in pace sepulta, matris sue et sui ipsius factum infringere volens, decimam illam violenter invasit et in suos usus iniuste convertit. Abbas ergo super hac violentia Leodii frequenter habita querimonia cum videret se nichil proficere Petrum in presentiam nostram condicta die super hoc evocavit ubi post multas dierum prosecutiones et expensas quia Petrus venire neglexit cum restitutione dampni legaliter ecclesie sua iudicata est possessio. Ea propter de iusticia super hoc facienda ad filium nostrum maiorem prepositum et archidiaconum Heninricum [sic] abbatem remisimus et ei causam filie nostre ecclesie Helencinensis bona fide commisimus. » – Reusens, E., Documents de Heylissem, 1893, no 26, p. 223-224 (1175.-Sur la date de cette charte, v. n. 37).

95 V. nos 61 et suiv.

96 V. ann. III, 1175-3.– Ce sont ces deux arguments qui nous font penser que la charte de Philippe de Heinsberg date de 1175 et non de 1173, comme le pensait E. Reusens (Documents de Heylissem, 1893, no 26, p. 222). D’autant plus que Gérard, abbé d’Hélécine, avait apparemment déjà introduit, sans succès, plusieurs plaintes à Liège (v. n. 35). Un certain temps s’était donc déjà écoulé entre la confirmation de Raoul de Zähringen en 1173 (ann. III, 1173-92) et le premier arbitrage, dirigé par le chapitre cathédral et qui était intervenu la même année entre le chanoine Pierre de Duras et l’abbaye d’Hélécine (Reusens, E., o.c., no 25, p. 220-222).

97 Ann. III, 1189-47.

98 Sur ce prélat, v. Weinfurter, S., Colonia, 1982, p. 40-41.

99 Thimister, O.J., Cartulaire de Saint-Paul, 1878, p. 20-21.– Sur l’inexistence du pouvoir épiscopal durant cette période, v. no 130 et n. 177.

100 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 486.

101 V. no 295.

102 « Unde evocatus querimonia tocius cleri Leodiensis, venit Aquisgrani palatium domnus Fredericus metropolitanus Coloniensis ; ibidemque audientiam canonice discussionis publice habendam Otberto indixit. Advenif Otbertus, advenit et cum abbatibus et archidiaconis multiplex Leodiensium clerus. Erat millesimus centesimus quartus annus incarnati Verbi, feria quinta prime hebdomade quadragesime [...]. Tandem sedato tumultu et data sententia, ut unus diceret pro omnibus, ad hoc exequendum electus constitit in medio Henricus archidiaconus, qui dicere exorsus : “(Hic, inquit, clamor super domnum episcopum a nobis hodie agendus, non est ejus private vite, cujus testis est Deus et judex solus ; sed de injusticiis ecclesiasticis et nostris legibus et rebus publicis, videlicet quod abbatias taxato pretio vendiderit [...]” [...]. Terminum quoque predicte conditionis a se agendo concilio Colonie secundo dominica post Pascha archiepiscopus prefixit, sicque jam vespera imminente, audientiam solvit. 97. Sequens Pascha Henricus rex Leodii celebravit ; ibi maximis obsoniis apud eum Otbertus effecit, ne prefixum concilium Colonie sineret fieri, [...]. Sic ex regali impedimento deficiente concilio, nostra quoque frustrata est de promissione archiepiscopi expectatio. » – Cant., c. 96-97, p. 247-250.– L’intervenant est probablement Henri le Vieux de Montaigu.– Sur ce brillant plaideur, v. no 84, n. 533.– Ann. III, 1193-b.

103 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 397.

104 Gaudemet, J., Église et cité, 1994, p. 242 et 462.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540