Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Faire justice » dans le diocèse de Liège au Moyen Âge (VIIIe-XIIe siècles)

 | 
Julien Maquet

Chapitre premier. Les normes

Texte intégral

  • 1 V., par exemple, l’importance du synode de Francfort (794) dans le développement des juridictions (...)
  • 2 Sur les capitulaires, v. Ganshof, F.-L., Recherches sur les capitulaires, 1958 – Mordek, H., Karol (...)
  • 3 Ganshof, F.-L., Recherches sur les capitulaires, 1958, p. 105 – V. aussi ID., La Belgique carolingi (...)
  • 4 « En dépit des imperfections et de son manque trop fréquent d'effectivité, l'ample usage de l’écri (...)

19.– En ce qui concerne l’exercice de la justice et, plus particulièrement encore, l’organisation judiciaire, l’œuvre législative des Carolingiens s’avère être, comme nous aurons l’occasion de le constater à maintes reprises1, un moment-clef de l’histoire des institutions, tant laïques qu’ecclésiastiques2. Cependant, la portée de cette vaste codification doit être appréciée à sa juste valeur, dans la mesure où « [...] le temps des capitulaires — pour reprendre les termes de F.-L. Ganshof se situe avant et après des périodes historiques qui, en matière de gouvernement, sont des moments de schriftlose Zeit. Par contre, la production des capitulaires représente un effort pour procurer à l’exercice de gouvernement une stabilité, une permanence et une régularité, inconcevables en dehors de l’usage de l'écrit3. » Dans une perspective historique, il faut voir dans les capitulaires moins une norme — au sens moderne du terme — contraignante, même si elle se voulait comme telle, mais plutôt un ensemble de principes fondamentaux — que sous-tend une idéologie politique —, qui permirent à une certaine conception de l’État de survivre, jusque dans les structures les plus profondes de la société4.

  • 5 V., par exemple, le c. 2 du Capitulare Argentinense de mutua successione maritorum et de interfect (...)
  • 6 Sur Ansegise et sa collection, v., en dernier lieu, Schmitz, G., Die Kapitulariensammlung des Anse (...)
  • 7 Sur à peu près 900 capitula, 180 — ± 20 % — proviennent des capitulaires, dont 100 de la collectio (...)
  • 8 Réginon de Prüm, Libri duo de synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, éd. Wasserschleben, (...)
  • 9 Sur cette œuvre et son auteur, v. Fournier-Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. 1, 193 (...)
  • 10 Sur Burchard de Worms et son œuvre, v. Kaiser, R., Burchard I., 1983, col. 946-947.– Kerner, M., B (...)
  • 11 « En somme, le Décret est l'œuvre d'un des meilleurs représentants de l'épiscopat germanique, s’in (...)
  • 12 Burchard de Worms a été aidé dans son travail par Olbert, abbé de Saint-Jacques à Liège et de Gemb (...)
  • 13 Fournier-Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. 1, 1931, p. 364-421 – Hartmann, W., Autor (...)
  • 14 Sur Gratien et son Décret, v. Zapp, H., Corpus iuris canonici, 1986, col. 264-266 – ID., Gratian, (...)

210.– Si l’activité législative des successeurs de Charlemagne, surtout des Ottoniens et des Saliens, ne fut pas inexistante, notamment dans le domaine qui nous occupe, elle fut néanmoins extrêmement limitée et elle se fondait essentiellement sur le socle de la législation carolingienne5. Par contre, certains intellectuels de haut rang eurent à cœur, dès l’époque carolingienne, de transmettre cet héritage législatif, tout en l’adaptant aux contingences de leur période. Ainsi, Ansegise, abbé de Fontenelle et proche collaborateur de Louis le Pieux, rassembla en un seul codex les différents capitulaires dont il disposait6. Vers l’an 900, Réginon, abbé de Prüm, qui utilisa largement le travail d’Ansegise7, rédigea un manuel de procédure synodale qui reprenait les grands principes définis sous les Carolingiens8. Ce travail, de l’aveu de l’auteur, avait une vocation pratique puisqu’il devait permettre aux évêques et aux archidiacres de disposer d’un traité leur rappelant, lors de leurs tournées judiciaires, l’essentiel des règles procédurales9. Ce travail eut une influence considérable sur le Décret de Burchard, évêque de Worms (1000-1025)10. Entre 1008/1012 et 1023, ce dernier, en effet, rédigea une vaste collection canonique qui, bien qu’utilisant, mais de manière très timide, le droit romain, restait fidèle à la tradition carolingienne11 et même si son œuvre accusait par quelques traits une tendance à émanciper l’Église de la tutelle du gouvernement impérial12. Ce travail, plus encore que l’œuvre de Réginon de Prüm – dont il est fortement tributaire —, eut un immense retentissement13, à tel point qu’il est considéré comme la collection la plus importante avant le Décret de Gratien14.

  • 15 P. Fournier, dont les termes sont repris par J. Gaudemet (L’apport du droit romain, 1989, p. 176), (...)
  • 16 Gaudemet, J., L'apport du droit romain, 1989, p. 175 – Bloch, M., La société féodale, t. 1, La form (...)
  • 17 « L’‘invasion romaine’ [...] s’affirme dans les dernières décades [sic] du xie siècle, s'impose au (...)
  • 18 À ce propos, v. Jacob, R., Judicium, 2001, p. 35-71.– V. aussi nos 327 et 330-333.
  • 19 Ce sont désormais les preuves testimoniale et écrite qui l’emportent largement sur les autres moye (...)
  • 20 Gaudemet, J,, Le droit romain dans la pratique, 1984, p. 378-380 – ID., L’apport du droit romain, 1 (...)

3Par contre, ce dernier marqua, par rapport aux collections qui précédèrent, une rupture radicale et définitive15. La raison en est que Gratien utilisa dans une très large mesure le droit romain renaissant, c’est-à-dire les codes de Justinien qui étaient quasiment inconnus en Occident depuis le viie siècle. Et très rapidement, les clercs, quoique assez méfiants au départ, prirent conscience de la supériorité technique de ce système juridique et de l’intérêt qu’il représentait pour le perfectionnement des institutions ecclésiastiques16. Mais les principes véhiculés par ce droit, qui s’imposèrent progressivement dans le courant du xiie siècle17, bouleversèrent complètement — pour ne s’attacher qu’à ce qui nous occupe — la procédure judiciaire en ramenant l’homme, et non plus Dieu, au sein des débats, tant à l’égard du juge que vis-à-vis des parties. Désormais, le juge ne se contente plus d’arbitrer les débats et de constater le jugement de Dieu, il juge au sens propre du terme, c’est-à-dire que c’est lui qui recherche, découvre et apprécie la valeur des faits qui lui sont soumis18 ; le droit des preuves est, par conséquent, radicalement modifié19. Quant aux parties à la cause, il ne leur suffit plus de faire établir par la divinité leur bon droit, puisqu’un intérêt nouveau est désormais porté sur leur degré d’intentionnalité — le dol20 !

  • 21 Sur l’abbaye de Saint-Hubert, v. no 5, n. 29.
  • 22 Sur ces deux manuscrits, v. nos’18-21.— Pour un commentaire de ces capitulaires-clefs, v. Ganshof, (...)
  • 23 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 258, n. 272.
  • 24 Meuthen, E., Aachener Urkunden, 1972, no 19, p. 158-165 – En 1213 encore, la perte du manuscrit de (...)
  • 25 « Canones Burcardi ».— Gessler, J., La bibliothèque de Saint-Laurent, 1927, p. 127.Sur ce catalogu (...)
  • 26 « Commemoratio [...] domini Henrici secundi episcopi nostri qui dedit nobis gratianum [...] ». — O (...)
  • 27 « Gratianus ».– Gessler, J., La bibliothèque de Saint-Laurent, 1927, p. 126. — « Concordia canonum(...)
  • 28 La rhétorique, un des trois éléments du trivium, a des liens importants avec le droit Riché, P., E (...)
  • 29 Sur les écoles liégeoises, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 375-383 (avec b (...)

4Cependant, il reste à savoir si la présence de ces textes est attestée dans le diocèse de Liège et, surtout, s’ils étaient utilisés. Ainsi, nous savons, par exemple, que deux manuscrits — dont l’un, de date inconnue, est perdu et l’autre a été rédigé au xiie siècle ( !) —, dérivant du même archétype, provenaient du diocèse de Liège. Le manuscrit perdu était conservé à l’abbaye de Saint-Hubert-en-Ardenne, dont les liens avec les Carolingiens sont bien connus21. Tous deux contenaient les capitulaires de Gerbald. Mais, en plus, le manuscrit du xiie siècle reprend, outre la collection d’Ansegise, trois des plus importants capitulaires de Charlemagne, dans lesquels sont notamment définies les lignes de force de son gouvernement22. En ce qui concerne le Décret de Burchard de Worms, nous savons que Sigebert de Gembloux († 1112) l’évoquait sous l’appellation de Burchardus, indice important du succès de ce dernier23. Du reste, cette collection était également présente dans la bibliothèque de la cathédrale de Liège, puisque, vers 1100, les chanoines de celle-ci en firent un large usage dans la lettre qu’ils adressèrent au chapitre Sainte-Marie d’Aix-la-Chapelle24 ; elle était également présente à l’abbaye Saint-Laurent à Liège25. Quand au Décret de Gratien, nous savons qu’un volume fut offert par Henri II de Leez (1145-1164) à son chapitre cathédral26 et que la présence de deux exemplaires de cette œuvre est attestée à l’abbaye de Saint-Laurent27. Enfin, il convient de souligner que ces établissements religieux, particulièrement Liège et Lobbes, étaient également des centres scolaires très importants28 qui firent la renommée du diocèse entre le xe et la première moitié du xiie siècle29.

  • 30 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 376.– Sur Éracle, v. Kupper, J.-L., Leodium, 1 (...)
  • 31 Sur Rathier, ancien moine de Lobbes, évêque de Vérone (931-934, 946-948, 962-968) et évêque de Liè (...)
  • 32 Sur Hériger et l’abbaye de Lobbes, v. no 5 et n. 20.
  • 33 Sur Olbert, v. no 10, n. 12.
  • 34 V. no 5 et n. 32-33.
  • 35 V. no 8 et n. 57.
  • 36 Sur Henri le Vieux de Montaigu, v. no 84, n. 533.
  • 37 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 398.
  • 38 Sur Wibald, v. no 7.
  • 39 Sur Conon, abbé de Stavelot, v. no 332 et n. 73.
  • 40 Sur Rupert de Deutz, théologien, moine de Saint-Laurent à Liège et abbé de Saint-Héribert de Deutz (...)
  • 41 C’est Wibald lui-même qui évoque cette amitié – W.E., no 299, p. 427.– Sur Wibald et le droit roma (...)

511.– Au-delà des textes, il y a les hommes et les liens qu’ils tissent entre eux dans l’espace, mais aussi dans le temps. L’évêque Éracle (959-971) et, peut-être, l’évêque Notger (972-1008), grands promoteurs des écoles liégeoises, étaient proches de l’archevêque-duc Brunon de Cologne (953-965), frère de l’empereur Otton Ier30, lequel était, comme Éracle, l’élève d’un des hommes les plus cultivés de son temps, Rathier, évêque de Vérone et de Liège, ancien moine de Lobbes31. Hériger, abbé de Lobbes (990-1007)32, fut le maître d’Olbert, abbé de Saint-Jacques à Liège et de Gembloux33 ; ce dernier collabora à l’élaboration du Décret de Burchard de Worms. Sigebert de Gembloux34 fut l’élève d’Olbert et le maître d’Hillin de Fosses, dont nous avons souligné les excellentes connaissances juridiques35. L’archidiacre Henri le Vieux de Montaigu, brillant plaideur36, était également un proche de Sigebert de Gembloux, puisqu’il le sollicita pour la rédaction de plusieurs œuvres polémiques dans le cadre de la Querelle des Investitures37. Enfin, Wibald, abbé de Stavelot († 1158)38, disciple de l’abbé Conon († ca 1128)39 et de Rupert de Deutz († 1129)40, joua, avec son ami, l’évêque Henri II de Leez, un rôle considérable dans la diffusion progressive du droit romain41.

Notes

1 V., par exemple, l’importance du synode de Francfort (794) dans le développement des juridictions épiscopale et archiépiscopale (v. nos 15-17 et 293) ou encore l’apport des capitulaires de Charlemagne sur la composition et la périodicité du mallus comtal (v. no 184).

2 Sur les capitulaires, v. Ganshof, F.-L., Recherches sur les capitulaires, 1958 – Mordek, H., Karolingische Kapitularien, 1986, p. 25-50.– ID., Kapitularien, 1991, col. 943-946 (avec bibl.).— ID., Bibliotheca capitularium, 1995 (avec bibl.).

3 Ganshof, F.-L., Recherches sur les capitulaires, 1958, p. 105 – V. aussi ID., La Belgique carolingienne, 1958, p. 46-47. V. aussi Chiffoleau, J., Droit(s), 1999, p. 295.

4 « En dépit des imperfections et de son manque trop fréquent d'effectivité, l'ample usage de l’écrit introduit par Charlemagne dans l’administration du Regnum Francorum est un grand fait dans l’histoire des institutions. En dehors de ses effets immédiats, il a contribué à la formation et au développement des cadres politiques et sociaux qui ont marqué de leur empreinte les pays ayant appartenu à l’empire carolingien. » – Ganshof, F.-L., Charlemagne et les institutions, 1965, p. 393.

5 V., par exemple, le c. 2 du Capitulare Argentinense de mutua successione maritorum et de interfectoribus (Const., c. 32, p. 64 [1019]) qui, après avoir recopié in extenso un capitulaire de Louis le Pieux, lui apporte un complément procédural. — V. aussi, à titre purement indicatif, le Capitulare Veronense de duello iudicali (Const., no 13, p. 27-30 [967]) et l’Edictum Papiense de duello (Const., no 16, p. 37 [971]).– Bloch, M., La société féodale, t. 1, La formation des liens de dépendance, 1968 (1939), p. 166.– Feller, L., L’Église et la société, 2001, p. 272 – Sur le duel judiciaire en Italie et le caractère complémentaire de la législation ottonienne par rapport à celle des Carolingiens, v. Boucard, F., Le duel judiciaire en Italie, 2003, p. 93-122.

6 Sur Ansegise et sa collection, v., en dernier lieu, Schmitz, G., Die Kapitulariensammlung des Ansegis, 1996.

7 Sur à peu près 900 capitula, 180 — ± 20 % — proviennent des capitulaires, dont 100 de la collection d’Ansegise. — Schmitz, G., Die Kapitulariensammlung des Ansegis, 1996, p. 330 – Les passages empruntés par Réginon à Ansegise et à d’autres capitulaires ont été répertoriés par V. Koal (Nachwirkung der Kapitularien, 1999, ann. III, p. 204-206).

8 Réginon de Prüm, Libri duo de synodalibus causis et disciplinis ecclesiasticis, éd. Wasserschleben, F.G.A., Leipzig, 1840.

9 Sur cette œuvre et son auteur, v. Fournier-Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. 1, 1931, p. 244-271 – Gaudemet, J., Le droit romain dans la pratique, 1984, p. 369-370 – Hartmann, W., Probleme des geistlichen Gerichts, 1997, p. 632-635 – Sur Réginon, v. Laudage, J., Regino, 1995, col. 579-580.

10 Sur Burchard de Worms et son œuvre, v. Kaiser, R., Burchard I., 1983, col. 946-947.– Kerner, M., BurchardI., 1983, col. 947-951.– Hoffman-Pokorny, Das Dekret des Bischofs Burchard, 1991— Bischof Burchard von Worms, 2000.

11 « En somme, le Décret est l'œuvre d'un des meilleurs représentants de l'épiscopat germanique, s’inspirant surtout des traditions carolingiennes et désireux de poursuivre la réforme en demeurant d’accord avec les souverains. » – Fournier-Le Bras, Histoire des collections canoniques, 1931, p. 413 – En dehors des emprunts à Réginon de Prüm, eux-mêmes largement tributaires de la collection d’Ansegise et de quelques capitulaires carolingiens, Burchard de Worms a également directement puisé dans l’œuvre de l’abbé de Fontenelle, ainsi que dans certains capitulaires – V. la liste des emprunts établie par V. Koal (Nachwirkung der Kapitularien, 1999, ann. III, p. 211-213).

12 Burchard de Worms a été aidé dans son travail par Olbert, abbé de Saint-Jacques à Liège et de Gembloux († 1048) ; or, ce dernier était un proche de l’évêque Wazon (1042-1048), dont on connaît le rôle précurseur qu’il joua dans le développement des idées réformistes.— Sur le rôle d’Olbert dans la rédaction du Décret de Burchard de Worms, v. fournier-le bras, Histoire des collections canoniques, 1931, p. 385-387 – Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 241, 258, n. 272 et p. 383 – Sur Wazon, v., en dernier lieu, Kupper, J.-L., Wazo, 1997, col. 2082 (avec bibl.).– Sur le mouvement réformiste dans le diocèse de Liège, v. no 301 et n. 21-22.

13 Fournier-Le Bras, Histoire des collections canoniques, t. 1, 1931, p. 364-421 – Hartmann, W., Autoritäten im Kirchenrecht, 1991, p. 429-430.-Une copie du Décret a été commandée dès ca 1040 par l’évêque de Constance, Eberhard Ier († 1046). Une note de ce manuscrit, actuellement conservé à la Bibliothèque universitaire de Fribourg-en-Brisgau, indique clairement le caractère pratique du Décret en précisant qu’il allait permettre aux collaborateurs de l’évêque de rendre des jugements en concordance avec l’ordre canonique et pas seulement selon leur bon vouloir !.– Schieffer, R., Burchard von Worms, Decretum, 2006, p. 101-102.

14 Sur Gratien et son Décret, v. Zapp, H., Corpus iuris canonici, 1986, col. 264-266 – ID., Gratian, 1989, col. 1658 – Sur la renaissance des études juridiques, mais en France, cette fois, v. Sassier, Y., De l’ordre seigneurial, 1995, p. 303-309.

15 P. Fournier, dont les termes sont repris par J. Gaudemet (L’apport du droit romain, 1989, p. 176), y voyait un tournant dans l’histoire du droit.

16 Gaudemet, J., L'apport du droit romain, 1989, p. 175 – Bloch, M., La société féodale, t. 1, La formation des liens de dépendance, 1968 (1939), p. 175-179.

17 « L’‘invasion romaine’ [...] s’affirme dans les dernières décades [sic] du xie siècle, s'impose au xiie avant de triompher dans la législation et la doctrine du xiiie siècle. » – Gaudemet, J., L'apport du droit romain, 1989, p. 176.

18 À ce propos, v. Jacob, R., Judicium, 2001, p. 35-71.– V. aussi nos 327 et 330-333.

19 Ce sont désormais les preuves testimoniale et écrite qui l’emportent largement sur les autres moyens de preuve. – Gaudemet, J., L'apport du droit romain, 1989, p. 193.– V. ann. I.

20 Gaudemet, J,, Le droit romain dans la pratique, 1984, p. 378-380 – ID., L’apport du droit romain, 1989, p. 186.– Chiffoleau, J., Droit(s), 1999, p. 306-307. – Sur cette importante notion de droit pénal et sa portée exacte, v. Tulkens-van de Kerchove, Droit pénal, 1999, p. 342-349.– Dutheil de La Rochère, C., Élément moral, 2004, p. 321-323.– Bernardini, R., Intention, 2004, p. 556-559.

21 Sur l’abbaye de Saint-Hubert, v. no 5, n. 29.

22 Sur ces deux manuscrits, v. nos’18-21.— Pour un commentaire de ces capitulaires-clefs, v. Ganshof, F.-L., Charlemagne et les institutions, 1965, p. 349-354.– V. aussi Guillot, O., Les origines de la France, 1995, p. 120 – Nous savons également que la bibliothèque de l’abbaye de Lobbes détenait, en 1049, des livres juridiques et de la littérature datant de l’époque carolingienne : la loi salique, deux volumes de canons, des Regulae clericorum, c’est-à-dire probablement les deux règles d’Aix de 816 et 817, deux exemplaires de la Vita Karoli Magni d’Eginhard et la chronique de Réginon de Prüm.– Omont, H., Catalogue des manuscrits de Lobbes, 1891. — V. aussi les précisions apportées par J. Gessler (Les catalogues de Lobbes et de Stavelot, 1933, p. 83-85).– L’abbaye de Stavelot était également en possession de la Regula canonum et de la lettre d’Alcuin à Charlemagne à propos de la Trinité – Id p. 93-94.

23 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 258, n. 272.

24 Meuthen, E., Aachener Urkunden, 1972, no 19, p. 158-165 – En 1213 encore, la perte du manuscrit de la règle d’Aix dans le sac de Liège par les Brabançons fut durement ressentie par les chanoines du chapitre cathédral de Liège – De Spiegeler, P., Les hôpitaux, 1987 p 45 n. 67.

25 « Canones Burcardi ».— Gessler, J., La bibliothèque de Saint-Laurent, 1927, p. 127.Sur ce catalogue de la grande bibliothèque de l’abbaye Saint-Laurent, v. Balau, S., Les sources de l’histoire de Liège, 1903, p. 352-354.– Pirot, F., La bibliothèque de Saint-Laurent, 1968, p. 125-130.

26 « Commemoratio [...] domini Henrici secundi episcopi nostri qui dedit nobis gratianum [...] ». — Obituaire de Saint-Lambert, p. 118-119 et n. 732.– Sur ce passage, v. Joris, A., Pénétration du droit savant, 1993 (1972), p. 376-377 – V. aussi no 332, n. 76 – Henri II était également proche de trois grands promoteurs du droit savant, Wibald, abbé de Stavelot (v. no 7), Gerland, abbé de Floreffe (v. no 42, n. 100) et Baudouin, archidiacre et écolâtre de la cathédrale (v. no 44 et n. 113, no 294, n. 18).

27 « Gratianus ».– Gessler, J., La bibliothèque de Saint-Laurent, 1927, p. 126. — « Concordia canonum ». — Id., p. 127. — Sur ce catalogue du xiiie siècle, v. no 10, n. 25.

28 La rhétorique, un des trois éléments du trivium, a des liens importants avec le droit Riché, P., Enseignement du droit, 1965, p. 14-15.

29 Sur les écoles liégeoises, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 375-383 (avec bibl. ant.).– Stiennon-Deckers, Vie culturelle, 1991, p. 103-128, surtout p. 103-120.– Stiennon, J., Les écoles de Lobbes et de Liège, 2000, p. 179.

30 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 376.– Sur Éracle, v. Kupper, J.-L., Leodium, 1982, p. 66-67 (avec bibl.).– ID., Ebrachar (Everarcus, Éracle), 1986, col. 1530-1531. — Sur Notger, v. Kupper, J.-L., Leodium, 1982, p. 67-68 – ID., Notker, 1993, col. 1288-1289.– ID., Notger revisité, 1995, p. 5-16.– ID., Notger de Liège, 1995, p. 143-154.– Sur Brunon, v. Weinfurter, S., Colonia, 1982, p. 19-20 (avec bibl.).— Fleckenstein, J., Brun I., 1983, col. 753-755 (avec bibl.).

31 Sur Rathier, ancien moine de Lobbes, évêque de Vérone (931-934, 946-948, 962-968) et évêque de Liège de 953 à 955, v. Kupper, J.-L., Leodium, 1982, p. 64-65 (avec bibl.).— Schaller, H.M., Rather, 1995, col. 457-458.

32 Sur Hériger et l’abbaye de Lobbes, v. no 5 et n. 20.

33 Sur Olbert, v. no 10, n. 12.

34 V. no 5 et n. 32-33.

35 V. no 8 et n. 57.

36 Sur Henri le Vieux de Montaigu, v. no 84, n. 533.

37 Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 398.

38 Sur Wibald, v. no 7.

39 Sur Conon, abbé de Stavelot, v. no 332 et n. 73.

40 Sur Rupert de Deutz, théologien, moine de Saint-Laurent à Liège et abbé de Saint-Héribert de Deutz, v., en dernier lieu, Delfosse, A., Rupert de Deutz, 2000, p. 109-110.

41 C’est Wibald lui-même qui évoque cette amitié – W.E., no 299, p. 427.– Sur Wibald et le droit romain, v. no 7 et n. 42 – V. aussi no 10, n. 26.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540