Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Faire justice » dans le diocèse de Liège au Moyen Âge (VIIIe-XIIe siècles)

 | 
Julien Maquet

Introduction

Texte intégral

  • 1 De Leval, G., Institutions judiciaires, 1993, p. 61-63.
  • 2 Courtin, C., Compétence, 2004, p. 150-151.

11.– Actuellement, le propre du droit judiciaire est de répondre à quatre questions1. 1) Qui est juge ? Ceci implique de décrire les institutions judiciaires, c’est-à-dire d’en préciser la structure et de définir le statut des magistrats, ainsi que des auxiliaires de justice ; bref, c’est dresser le tableau de l’organisation judiciaire. 2) Quels sont les pouvoirs du juge ? En l’occurrence, il s’agit de déterminer quelle est la portion de juridiction accordée à chaque instance, selon la localisation de l’affaire concernée, selon la qualité des parties et selon la nature de la cause, c’est-à-dire qu’il faut respectivement établir les compétences territoriale, personnelle et matérielle de chaque instance2. 3) Comment est obtenue la décision de justice ? C’est le problème de la procédure, de la marche à suivre pour soumettre une prétention devant une juridiction ; et cette question en soulève d’autres : comment l’instance est-elle introduite ? comment la cause est-elle instruite, puis jugée, etc. ? 4) Comment est exécutée la décision de justice ou, encore, comment est-elle matériellement traduite dans les faits ? C’est à ces quatre questions que nous avons essayé de répondre pour chaque juridiction que nous avons rencontrée.

  • 3 « [...] proprium iusticie est cuique, quod suum est, reddere [...]. » – Schaefer, H.K., Eine kanon (...)
  • 4 Sur les procédures infrajudiciaires, v. nos 327 et suiv.
  • 5 C’est tout le problème, en criminologie, du chiffre noir — zone d’ombre située entre la « criminal (...)

2Cependant, si rendre la justice ou, pour reprendre une expression médiévale courante qui justifie notre titre, faire justice (iustitiam facere), c’est, selon la définition du droit romain, restituer à celui qui est concerné ce qui lui appartient3, cet objectif peut évidemment être atteint en suivant une voie en marge, voire en dehors du parcours judiciaire institutionnalisé ; ce sont les procédures que la littérature scientifique qualifie d’infrajudiciaires ou encore de parajudiciaires4, lesquelles ne pouvaient absolument pas être négligées en raison de la part importante qu’elles occupent dans le règlement des conflits5.

  • 6 Fournier-Le Bras (Histoire des collections canoniques, t. 1, 1931, p. 265) déclare, à propos de Rég (...)
  • 7 V. nos 9 et suiv.
  • 8 V. nos 95 et suiv.
  • 9 « Les [...] collections canoniques, œuvres de clercs agissant de leur propre mouvement, et donc pr (...)
  • 10 « In tegenstelling met wat sommigen zich inbeelden, stelt de rechtshistoricus zich niet tevreden m (...)

32.– Pour atteindre ces objectifs, nous avons néanmoins adopté la démarche inverse à celle suivie par la technique juridique actuelle : nous sommes parti de la pratique judiciaire pour essayer de reconstituer, non les normes elles-mêmes, mais plutôt les principes directeurs qui présidaient à l’exercice de la justice entre le viiie et le xiie siècle6 ; ceci dit, nous avons néanmoins tâché de déterminer, lorsque cela était possible, le degré d’adéquation qui pouvait apparaître entre ces principes et les ‘normes’ existantes — il faudra voir ce que l’on entend par là7. C’est en cela que la présente étude est un essai de droit judiciaire reconstitué et non un manuel juridique au sens actuel du terme. Cette manière de procéder se justifie pour la raison suivante : si les normes proprement dites ne sont pas inexistantes pour la période envisagée, elles sont néanmoins relativement rares. L’œuvre législative carolingienne — excepté, peut-être, le mouvement de la paix de Dieu8 — demeure, en effet, le seul grand monument juridique ‘officiel’ jusqu’à la renaissance du droit savant au xiie siècle9. La méthode employée dans ce travail permet, au contraire, d’entrer directement en contact avec le droit vivant, d’examiner la manière dont il a pu évoluer au cours du temps et ainsi d’éviter une vision tronquée de la réalité judiciaire en ne se basant que sur des dispositions arrêtées à un moment donné10.

  • 11 À quelques exceptions près, nous n’avons retenu que les source narratives — la plupart du temps di (...)
  • 12 V. nos 32 et 120.
  • 13 Sur le système de l’Église impériale dans le diocèse de Liège, v. Kupper, J.-L., Liège et l'Église (...)
  • 14 Sur ce point, v. Marchandise, A., La fonction épiscopale, 1998.

4Cependant, prendre connaissance du droit vivant n’est certainement pas une tâche aisée car, contrairement aux historiens des époques ultérieures, nous ne disposons d’aucune ‘archive judiciaire’ au sens actuel du terme. Pour combler cette lacune, il faut donc se tourner vers les sources traditionnelles de l’histoire médiévale, à savoir les sources diplomatiques et les sources narratives. Mais, malheureusement, les unes comme les autres, lorsqu’elles font état de procédures judiciaires, ce n’est généralement que de manière très souvent incidente et fragmentaire. C’est la raison pour laquelle nous avons pris le parti d’examiner, de manière aussi exhaustive que possible, l’ensemble des sources diplomatiques et narratives qui ont été produites entre le viiie et le xiie siècle, mais uniquement dans le cadre à la fois large et restreint, mais bien circonscrit, du diocèse de Liège11. Ce choix se justifie essentiellement par le fait que les structures institutionnelles de l’Église furent celles qui, le mieux, survécurent à l’effondrement de l’Empire carolingien12 ; ce fut particulièrement le cas de l’épiscopat qui devint même, avec l’instauration du système de l’Église impériale, un des piliers de l’Empire germanique jusqu’aux environs de l’an120013. Outre ce qui précède, cette date se justifie également comme terminus ad quem par le fait que l’aube du xiiie siècle vit l’apparition d’un ensemble d’institutions, mais aussi de procédés qui indiquent que désormais c’est le droit savant qui régissait l’essentiel des pratiques juridiques et, de plus en plus, judiciaires. À partir de ce moment, en effet, les traditions carolingiennes, héritées, pour l’essentiel, de la législation de Charlemagne et de son fils, Louis le Pieux — notre terminus a quo —, sans disparaître complètement, eurent néanmoins beaucoup moins de prégnance14.

  • 15 Sur l’intérêt des sources narratives et hagiographiques, particulièrement concernant l’histoire du (...)

53.– Ceci dit, il va de soi que la qualité de notre information est étroitement liée à la qualité de nos sources, chacune posant des problèmes spécifiques qu’il faut pratiquement résoudre au cas par cas. Tout d’abord, les sources narratives — et parmi celles-ci les sources hagiographiques — se révèlent extrêmement précieuses pour la connaissance des institutions judiciaires et de leur fonctionnement15. Néanmoins, en fonction du point de vue particulier qui est le nôtre, il est nécessaire, en dehors de la critique globale de ce type de document, de vérifier, pour chaque cas d’espèce, différents éléments. En premier lieu, l’auteur est-il proche chronologiquement du fait qu’il relate ? Si c’est le cas, quel est néanmoins le degré de fiabilité du renseignement fourni ? Dans notre optique spécifique, cela revient à se demander, entre autres, si l’auteur est ou non familiarisé, un tant soit peu, avec le droit ? Si c’est le cas n’a-t-il pas, volontairement ou non, déformé la réalité par le prisme de ses connaissances ou, à l’inverse, s’il n’est pas versé dans le droit, a-t-il bien compris ou, simplement, perçu toutes les composantes juridiques du litige ? Peut-être aussi l’auteur, juriste ou pas, a-t-il pu tout simplement reproduire plus ou moins fidèlement un texte dont il ne percevait pas toutes les nuances. En ce qui concerne plus particulièrement les textes hagiographiques, l’auteur n’a-t-il pas volontairement forcé les traits de son récit pour souligner davantage encore les mérites de son héros ? Et si c’est le cas, jusqu’à quel point ? En second lieu, si l’auteur n’est pas proche chronologiquement du fait qu’il relate, reste à savoir, en dehors des problèmes qui viennent de se poser, quelle est sa source et sa valeur éventuelle ? Quel traitement lui a-t-il réservé et dans quelle perspective ? Le renseignement fourni est-il le reflet de la période pour laquelle il se donne ou à laquelle appartient l’auteur qui l’a transmis ? Néanmoins, cet ensemble — bien entendu non exhaustif — d’interrogations spécifiques trouve fréquemment un début de réponse dans la critique globale des sources narratives, qui fera l’objet d’un paragraphe suivant.

  • 16 Le corpus des actes diplomatiques a été constitué à partir de l’inventaire établi par le Thesaurus (...)
  • 17 Ainsi, par exemple, nous pensons qu’il faut recevoir avec réserve les informations — ou certaines (...)

64.– Par ailleurs, l’intérêt des sources diplomatiques n’est pas moindre pour l’étude de la composition des juridictions, de leur compétence et de la procédure. Cependant, pour obtenir une information aussi fiable que possible, nous avons volontairement écarté pratiquement tous les actes réputés faux et, dans une moindre mesure, les documents interpolés16. En fonction de l’objectif qui est le nôtre, retenir ce type de documents aurait signifié, pour que les informations contenues dans ces actes fussent utilisables, que toutes les falsifications fussent datées avec précision ; celles-ci, en effet, sont très fréquemment davantage le reflet du contexte juridique contemporain de leur mise par écrit que de celui pour lequel elles se donnent ; et encore faut-il tenir compte des objectifs poursuivis par le faussaire... Cette démarche aurait, par conséquent, nécessité de soumettre chaque acte faux ou interpolé à une critique diplomatique serrée, sans aucune garantie de résultats probants ; c’est l’objet d’un travail qui n’est pas le nôtre. Nous avons donc estimé, conformément à la démarche appliquée en statistiques, que le nombre d’occurrences, provenant des sources diplomatiques vraies et des sources narratives dûment critiquées, était suffisamment élevé pour que la loi des grands nombres jouât, ceci nous permettant ainsi d’écarter une partie de notre population (statistique) qui, en fonction de ses caractéristiques propres, risquait de biaiser la représentativité de notre échantillon. Ce qui précède ne signifie nullement que nous ayons pour autant reçu les actes diplomatiques vrais, voire certains actes interpolés, sans les soumettre à la critique17, mais ceux-ci n’ont pas fait, à l’instar des sources narratives, l’objet d’une étude d’ensemble, aussi schématique soit-elle. Nous nous sommes simplement contenté de résoudre ponctuellement les problèmes posés par ce type de documentation, lorsqu’ils surgissaient au fil de notre analyse.

  • 18 Balau, S., Les sources de l'histoire de Liège, 1903.– À compléter par Wattenbach, W., Deutschlands (...)

7Donnons maintenant un rapide aperçu de nos principales sources narratives, en distinguant les sources narratives non hagiographiques de celles qui présentent ce caractère. Toute cette documentation, néanmoins, a déjà fait l’objet d’une étude critique qui, tout en étant ancienne, demeure néanmoins fondamentale18.

  • 19 Sot, M., Gesta episcoporum, 1981.– Sur les chroniques épiscopales liégeoises, v., en dernier lieu, (...)
  • 20 Sur Hériger et l’abbaye de Lobbes, v., en dernier lieu, Dierkens, A., Abbayes et chapitres, 1985, (...)
  • 21 Anselme, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, éd. Koepke, R., in SS., t. 7, (...)
  • 22 Gilles d’Orval, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. Heller, J., in M.G.H., SS., t. 25, Hanovre, 1880 (...)
  • 23 Folcuin, Gesta abbatum Lobiensium, éd. Pertz, G.H., in M.G.H., SS., t. 4, Hanovre, 1841, p. 52-74.- (...)
  • 24 Gesta abbatum Lobbiensium, Continuatio, éd. Arndt, W., in M.G.H., SS., t. 21, Hanovre, 1869, p. 30 (...)
  • 25 Il en va de même du De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis (éd. Waitz, G., in M G.H., SS., t. (...)
  • 26 Cantatorium sive Chronicon sancti Huberti, éd. Hanquet, K., Bruxelles, 1906 – V. aussi n° 8, n. 50
  • 27 Il est probablement l’auteur du Cantatorium, même si cette attribution a été contestée par certain (...)
  • 28 C’est aussi l’avis de L. Genicot (L'économie rurale namuroise, t. 4, 1995, p. 271).
  • 29 Sur l’abbaye de Saint-Hubert-en-Ardenne, v. aussi, en dernier lieu, la notice de G. Despy (Saint-H (...)
  • 30 Auteur d’ouvrages sur le droit canon, il fut choisi par l’évêque de Liège, Alexandre Ier, pour le (...)
  • 31 Les livres 1 à 7 et le livre 9 ont pour auteur Raoul lui-même et les livres 8 et 10 à 13 ont été r (...)
  • 32 Pour un aperçu de l’œuvre hagiographique de Sigebert, v. George, P., Sigebert de Gembloux, 2000, p (...)
  • 33 Sur Sigebert et son œuvre, v., en dernier lieu, Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, (...)
  • 34 C’est la cas, par exemple, de sa chronique universelle (Sigebert de Gembloux, Chronica, éd. Bethma (...)
  • 35 Godescalc de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, Continuatio, éd. Pertz, G.H., in SS., t. 8, Han (...)

85.– Examinons d’abord les chroniques épiscopales et monastiques19. L’œuvre d’Anselme († 1056), continuateur d’Hériger de Lobbes († 1007)20, constitue une des sources majeures de l’histoire de Liège aux xe et xie siècles. Versé dans le droit, il s’attache particulièrement à retracer la vie de l’évêque Wazon en soulignant les idées réformistes de ce dernier21. Bien qu’appartenant au xiiie siècle, l’œuvre — achevée en 1251 — de Gilles d’Orval n’atteint malheureusement pas le niveau de la chronique de son prédécesseur. Néanmoins, sans être véritablement familiarisé avec la matière juridique, cet auteur a, semble-t-il, recopié avec un grand soin des textes de toute nature, dont certains — parfois capitaux — ne sont connus que par son intermédiaire22. En ce qui concerne les chroniques monastiques, tant l’œuvre de Folcuin, abbé de Lobbes (965-990)23, que celle de son continuateur anonyme, qui écrivait dans la seconde moitié du xiie siècle24, s’avèrent être d’une grande fiabilité et traduisent indubitablement de la part de ces auteurs une bonne maîtrise de la matière juridique25. La chronique de l’abbaye de Saint-Hubert, communément appelée Cantatorium26, constitue indéniablement une des sources essentielles pour l’histoire de nos régions, d’autant plus que, de notre point de vue, son auteur — probablement Lambert le Jeune27 —, qui écrivait entre 1098 et 1106, était un excellent juriste28. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue qu’il s’agit d’une œuvre engagée et, de ce fait, qu’elle peut se révéler tendancieuse29. En revanche, la chronique de l’abbaye de Saint-Trond, œuvre d’un autre bon juriste30, Raoul, abbé de Saint-Trond (1108-1138), se caractérise par un degré d’objectivité plus grand. Ce travail fut poursuivi par deux continuateurs anonymes, également familiarisés avec la matière juridique, qui exercèrent leur art respectivement en 1136/1137 et vers118031. En ce qui concerne l’abbaye de Gembloux, son plus brillant représentant fut Sigebert de Gembloux, intellectuel de très haut rang. Il est l’auteur de nombreux ouvrages hagiographiques32 et non hagiographiques ; ces derniers eurent avant tout un retentissement universel ou polémique dans le cadre du conflit du Sacerdoce et de l’Empire33. De ce fait, son œuvre présente, pour notre analyse, un intérêt ponctuel, mais néanmoins capital pour appréhender correctement l’histoire des institutions judiciaires34. Par contre, son élève, Godescalc de Gembloux, s’en tint à des considérations beaucoup plus locales, puisqu’il poursuivit, non sans compétence, la chronique de l’abbaye entamée par son maître35.

  • 36 Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. Vanderkindere, L., Bruxelles, 1904-Sur Gislebert et so (...)
  • 37 Historia Walciodorensis monasterii, éd. Waitz, G., in M.G.H., SS., t. 14, Hanovre, 1883, p. 503-53 (...)
  • 38 Chronicon rythmicum Leodiense, éd. de Clercq , C., in Reimbaldi Leodiensis opera omnia, éd. de Cle (...)
  • 39 Chronicon sancti Laurentii Leodiensis, éd. Wattenbach, W., in M.G.H., SS., t. 8, Hanovre, 1848, p. (...)

9Les passages de quelques autres chroniques ont également été précieux pour compléter certains aspects de notre travail. Il s’agit, avant tout, de l’œuvre — orientée, mais bien informée — de ce bon juriste qu’était Gislebert de Mons, auteur d’une chronique du comté de Hainaut (1 196)36, mais aussi de l'Historia Walciodorensis monasterii (milieu xiie s.)37, ou encore, dans une moindre mesure, du récit versifié du Chronicon rythmicum (début xiie s.)38 et, enfin, du Chronicon sancti Laurentii (xiiie s.), dont la tradition manuscrite présente différents problèmes critiques39.

  • 40 Annales Rodenses, éd. Boeren, P. C. et Panhuysen, G.W.A., Assen, 1968.

106.– Par contre, en raison de leur concision parfois extrême, les sources annalistiques ne nous ont pas été d’une grande utilité, sauf les Annales Rodenses, dont les notices sont assez développées et généralement très riches en informations de qualité40.

  • 41 Jaffé, P., Wibaldi epistolae, Berlin, 1864.
  • 42 Sur Wibald, v. Despy, G., Wibald, 1959, col. 814-828 – Jakobi, F.-J., Wibald von Stablo, 1979.– De (...)

117.– Nous ne saurions achever cette partie consacrée aux sources narratives non hagiographiques, sans évoquer la correspondance de Wibald, abbé de Stavelot (1130-1158), du Mont-Cassin (1137) et de Corvey en Saxe (1146-1158)41. Celle-ci, en effet, fait quasiment office, pour l’abbaye de Stavelot Malmedy, d’une chronique, dont l’intérêt, par l’ampleur et la qualité de l’information, dépasse largement le cadre de cet établissement religieux pour s’étendre à l’ensemble du diocèse de Liège et de la Lotharingie, voire de l’Empire. La position privilégiée que cet intellectuel de haut rang occupa dans les institutions politiques de l’Empire en fit non seulement un témoin privilégié de son temps, mais aussi un acteur particulièrement dynamique dans de nombreux domaines, dont celui du droit, puisqu’il fut un des principaux promoteurs du droit romain renaissant42.

  • 43 Maquet, J., La pratique judiciaire, 2003, p. 9-10 – Maquet, J., Les sources hagiographiques, à para (...)

128.– Par leurs témoignages extrêmement vivants et concrets, les sources hagiographiques — dûment critiquées — constituent, pour notre recherche, une documentation de première main, particulièrement lorsque leur auteur est familiarisé avec la matière juridique43. L’intérêt de ces récits est d’autant plus grand qu’ils nous offrent également les plus anciens témoignages du fonctionnement de la justice pour des périodes — les ixe, xe et xie siècles — généralement extrêmement pauvres d’un point de vue documentaire.

  • 44 Donat, Vita Trudonis confessons Hasbaniensis, éd. Levison, W., in S.R.M., t. 6, Hanovre, 1913, p. 2 (...)
  • 45 Miracula s. Huberti, Liber primus, éd. de Smedt, C., in AA.SS., Nov., t. 1, Paris, 1887, p. 819-82 (...)
  • 46 Miracula sancti Eugenii Toletani episcopi, éd. Misonne, D., in Misonne, D., Les miracles de saint (...)

13La Vita Trudonis fut rédigée par Donat entre 784 et 791 pour justifier les prétentions de l’Église de Metz sur l’abbaye de Saint-Trond. Si les premières pages de cette œuvre ont été écrites par cet auteur, ce n’est apparemment pas le cas du chapitre 22 et des suivants qui sont l’œuvre d’un continuateur anonyme, ayant probablement vécu au ixe siècle44. En revanche, les livres premiers des Miracula sancti Huberti et des Miracula sancti Remacli, tous deux écrits au milieu du ixe siècle, constituent des sources d’excellente qualité, puisque leurs auteurs respectifs ont été les témoins directs ou indirects des faits qu’ils rapportent45. En ce qui concerne les Miracula sancti Eugenii, bien qu’ils traitent d’événements du deuxième quart du xe siècle, leur auteur, qui écrivait dans le dernier quart du même siècle, semble néanmoins bien informé. Par ailleurs, si les Virtutes sancti Eugenii (dernier quart du xe s.), qui chronologiquement font suite à ces Miracula, poursuivent également un but hagiographique, leur auteur avait à sa disposition des informations de première main46.

  • 47 Vita Notgeri episcopi Leodiensis, chap. 8, éd. Kurth, G., in Kurth, G., Notger de Liège et la civi (...)
  • 48 C’est une des conclusions à laquelle est arrivé le séminaire de critique historique (année académi (...)
  • 49 Balau, S., Les sources de l’histoire de Liège, 1903, p. 310.
  • 50 Vita Theoderici abbatis Andaginensis, éd. Wattenbach, W., in SS., t. 12, Hanovre, 1856, p. 36-57 – (...)
  • 51 Miracula Huberti, Liber secundus, éd. de Smedt, C., in AA.SS., Nov., t. 1, Paris, 1887, p. 823-829 (...)

14Pour le xie siècle, nous disposons également, pour notre sujet, de quelques sources d’un grand intérêt. Ainsi, la Vita Notgeri47, d’un auteur anonyme de la première moitié du xiie siècle — peut-être Reimbald de Dongelberg —48, utilise et intègre, parfois in extenso, des passages issus d’une vie métrique de Notger, aujourd’hui perdue et dont l’auteur, issu de l’entourage immédiat du prélat, a dressé un tableau particulièrement pénétrant du fonctionnement du synode épiscopal49. Par ailleurs, la Vie de Thierry Ier, abbé de Saint-Hubert-en Ardenne (1055-1086) — œuvre rédigée entre 1086 et 1091 probablement par un moine de Lobbes, ancien élève de Thierry dans cette abbaye —, permet de recouper certaines informations transmises par le Cantatorium durant l’abbatiat de Thierry50. Autre récit intéressant concernant le monastère ardennais, c’est le second livre des Miracula sancti Huberti qui fut rédigé par un moine de Saint-Hubert à la fin du xie siècle. Il s’agit, en réalité, d’un remaniement du livre premier, additionné de nouveaux miracles ; si les premiers d’entre ces miracles sont parfois distants de deux siècles par rapport à la date de leur rédaction, les derniers — au moins à partir du c. 23 —, par contre, sont contemporains de l’abbé Thierry Ier51.

  • 52 Sur la spécificité de ce genre littéraire particulier, v. George, P., Les routes de la foi, 1995, (...)
  • 53 Ainsi, le triomphe de saint Lambert à Bouillon (1141) se place dans le cadre de la lutte entre l’é (...)
  • 54 Triumphus sancti Remacli Stabulensis de Malmundariensi cœnobio, éd. Wattenbach, W., in M.G.H., SS. (...)

15Genre hagiographique original, les triomphes de saints semblent être typiques de la littérature de nos régions52. Le plus ancien — et le seul qui nous intéresse puisqu’il se déroule en marge d’une procédure judiciaire et non d’une guerre53 — est le Triumphus sancti Remacli Stabulensis de Malmundariensi coenobio, qui, en deux livres, relate les étapes que les moines de Stavelot durent franchir pour obtenir du souverain, en 1071, la fin de la sécession de l’abbaye de Malmedy54.

  • 55 Hillin de Fosses, Miracula sancti Foillani, éd. de Buck, R., in AA.SS. Oct., t. 13, Paris, 1883, p. (...)
  • 56 Lambot, C., L’oratoire du martyrium de saint Feuillen, 1969, p. 283 – Pycke, J., Hillin, 1993, col. (...)
  • 57 Hillin fut le disciple de Sigebert de Gembloux, qui le considérait comme un de ses amis et à qui H (...)
  • 58 Vita S. Evermari martyris. Pars III. Translatio II et miracula eam praegressa ac secuta, éd. G. Hen (...)
  • 59 Misonne, D., Évermar, 1967, col. 124. – Courtoy, M., La Vita Evermari, 2007.

16Enfin, avant d’achever ce bref survol des sources narratives liégeoises, il convient encore de souligner l’intérêt de deux récits — capitaux pour notre propos — du xiie siècle. Tout d’abord, les Miracula sancti Foillani d’Hillin De Fosses55, chanoine et chantre de la collégiale de Fosses, fournissent de précieux renseignements sur le fonctionnement des juridictions locales. Son récit, rédigé peu après 1102, relate des faits de l’extrême fin du xie siècle, faits, dont il a probablement été le spectateur ou dont il a eu connaissance par l’intermédiaire de témoins oculaires56 ; cet hagiographie, de surcroît, montre un intérêt particulier pour les questions de droit, avec lesquelles il semble tout à fait familiarisé57. Ensuite, les miracles de saint Évermar de Russon58, quant à eux, ont été rédigés après 1117 et, si ce texte est dénué de toute autorité en ce qui concerne ce saint légendaire des viie et viiie siècles, ce n’est pas le cas des événements que l’auteur relate et dont il a été le témoin59.

17Ce livre a été présenté comme thèse doctorale à l'Université de Liège. Il a été examiné le 9 juin 2004 par un jury dont faisaient partie M. Philippe Godding , Professeur ordinaire émérite à l'Université catholique de Louvain, M. Dietrich Lohrmann , Professeur ordinaire émérite à la Technische Hochschule d’Aix-la-Chapelle, M. Jean-Marie Cauchies , Professeur ordinaire aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles et à l’Université catholique de Louvain, M. Alain Dierkens , Professeur ordinaire à l'Université libre de Bruxelles, M. Georges Kellens , Professeur ordinaire émérite à l’Université de Liège et ancien Président de l’École liégeoise de criminologie Jean Constant, et notre Maître M. Jean-Louis Kupper , Professeur ordinaire à l'Université de Liège. Ce travail s'est enrichi de leurs remarques et de leurs suggestions. Ils ont droit à toute notre reconnaissance.

18Notre dette est également très grande envers notre cousine, Mlle Marinette Bruwier , Vice-Recteur honoraire de l’Université de Mons-Hainaut, pour la lecture attentive de notre travail qu’elle a contribué à améliorer. Nos remerciements vont également à notre collègue et ami, M. Alain Marchandisse , Chercheur qualifié du F.N.R.S. et Maître de conférences à l’Université de Liège, pour l’attention constante, à titres divers, qu'il a accordée à ce travail.

19Nous tenons également à remercier un certain nombre de parents et amis qui, de différentes manières, nous ont apporté une aide précieuse et indispensable. Nos parents, tout d'abord, qui n'ont pas ménagé leur temps et leur énergie pour les nombreuses relectures de nos chapitres au fur et à mesure de leur rédaction. Notre meilleur ami, M. Pascal Kuta , Licencié en histoire, qui, sans jamais faillir, nous a apporté un appui sûr et efficace au cours de nos recherches et de la rédaction. Nos collègues, MM. David Guillardian et Gil Bartholeyns , Collaborateurs scientifiques à l’Université libre de Bruxelles, qui, dans le secteur de leur spécialisation, nous ont fourni un éclairage précieux. Nos collègues MM. Pierre Velden, Licencié en histoire et en histoire et philologie orientales, et Christoph Brüll, Licencié en histoire, Chercheur à l'Université de Bochum, pour leur aide très utile.

20Pour leur aide ponctuelle, mais précieuse, tous nos remerciements vont également à notre collègue et ami M. Philippe George, Conservateur du Trésor de la cathédrale de Liège et Collaborateur scientifique à l'Université de Liège, à M. Christian Dury, Licencié en histoire et Archiviste diocésain de Liège, et à sa fille Julie, Aspirante du F.N.R.S., à notre collègue, M. Alexis Wilkin, Chargé de Recherches du F.N.R.S., à M. Frédérick Vanhoorne, Premier assistant à l’Université de Liège et Directeur de la Bibliothèque de la Faculté de philosophie et lettres, à Mmes Renée Goffin, Sonia Ancion, Marcelle Warlomont, Corinne Bolsée, Secrétaires du Département des Sciences historiques, et, enfin, à notre jeune et talentueuse amie et collègue à l’Institut du Patrimoine wallon, Mme Valérie Dejardin, Licenciée en histoire.

21Nous souhaitons également adresser nos plus vifs remerciements aux différents membres des Bureaux de Sociétés savantes liégeoises pour leur bienveillante compréhension, à savoir la Société royale « Le Vieux-Liège », l’Institut archéologique liégeois et, au sein de ce dernier, tout particulièrement à M. Maurizio Lorenzi, Licencié en histoire de l'art et Membre de la Chambre provinciale de Liège de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles de la Région wallonne (Section Monuments), et à Mlle Monique Merland, Archiviste de cette même Commission, qui, tous deux, nous ont aimablement épaulé dans notre tâche de Secréaire, ainsi qu’à M. Luc Engen, Licencié en histoire de l’art et Conservateur des Musées d’Archéologie et des Arts décoratifs de la ville de Liège, qui nous a gracieusement fourni deux des illustrations de ce volume.

22Notre gratitude va également à la Faculté de philosophie et lettres pour avoir accepté ce livre dans les collections de sa Bibliothèque, ainsi qu’à Mme Martine Thiry-Stassin, Professeur à l'Université de Liège, et M. Gérald Purnelle , Chef de travaux, pour avoir assuré le suivi constant de la publication de cette thèse de doctorat.

23Enfin, nous ne saurions mettre le point final sans songer, d’une part, au Professeur Jean-Louis Kupper , envers qui notre dette scientifique, morale et humaine est considérable, et par les nombreuses facilités qu’il nous a sans cesse ménagées pour la réalisation matérielle de cette vaste entreprise et par le soutien permanent qu'il nous a accordé pour que ce travail voie le jour, d’autre part, à notre chère épouse qui, avec notre fils, a consenti, sans coup férir, d’immenses sacrifices pour que ce projet arrive à terme.

Notes

1 De Leval, G., Institutions judiciaires, 1993, p. 61-63.

2 Courtin, C., Compétence, 2004, p. 150-151.

3 « [...] proprium iusticie est cuique, quod suum est, reddere [...]. » – Schaefer, H.K., Eine kanonistische Miszelle, 1906, p. 188 (1130/1136 – Réponse du chapitre cathédral de Liège à la lettre de celui de Cologne, formule qui s’inspire de la définition juridique d’Ulpien, qui figure en tête des Institutes, I, 1 : « Justitia est constans et perpetua voluntas jus suum cuique tribuere. » – Jégou, L., L'évêque, 2004, p. 42, n. 29).– V. n° 100.

4 Sur les procédures infrajudiciaires, v. nos 327 et suiv.

5 C’est tout le problème, en criminologie, du chiffre noir — zone d’ombre située entre la « criminalité réelle » et la « criminalité apparente », c’est-à-dire celle qui est connue de la police — et du chiffre gris – zone d’ombre concernant la criminalité apparente non sanctionnée par des condamnations définitives (« criminalité légale »).– Sur ces notions, v. Kellens, G., Eléments de criminologie, 1998, p. 64-71.– Bonfils, P., Statistiques criminelles, 2004, p. 884-886 (avec bibl. ant.).– Au Moyen Âge, cette problématique acquiert une dimension accrue tant en raison des caractéristiques de l' ‘appareil judiciaire’, très nettement moins développé que le nôtre, que de la lacune documentaire.– Il faut encore signaler, pour être tout à fait exhaustif, que deux annexes — en dehors des annexes III et IV (v. n° 4, n. 16) — ont été jointes à la présente analyse. Bien que leur objet soit seulement lié à un point particulier de la procédure judiciaire, il transcende néanmoins l’ensemble des juridictions étudiées. Il s’agit de la problématique des moyens de preuve (Ann. I) et celle des peines et mesures judiciaires (Ann. II).

6 Fournier-Le Bras (Histoire des collections canoniques, t. 1, 1931, p. 265) déclare, à propos de Réginon De Prüm : « S’il laisse une certaine liberté à l’appréciation du juge, Réginon n’en est pas moins dominé par les idées maîtresses de la Réforme carolingienne, comme le prouve la place prépondérante qu’il donne aux capitulaires, aux conciles et aux pénitentiels du IXe siècle. »

7 V. nos 9 et suiv.

8 V. nos 95 et suiv.

9 « Les [...] collections canoniques, œuvres de clercs agissant de leur propre mouvement, et donc privées d’une autorité officielle, que leur aurait donnée la hiérarchie. Mais l’utilité de ces recueils est évidente. Leur crédit dépend de leurs qualités propres : richesse d’information et ordonnance des textes. » – Gaudemet, J., L’apport du droit romain, 1989, p. 178. — ID., Droits savants, 2004, p. 308-310. – « En prenant une autonomie nouvelle par rapport aux puissances séculières lors de la “réforme grégorienne”, entre le milieu du XIe siècle et les premières décennies du XIIe siècle, l’institution écclésiale contribue puissamment à remettre la loi au centre de tous les systèmes normatifs. C’est un moment capital. » – Chiffoleau, J., Droits, 1999, p. 299.

10 « In tegenstelling met wat sommigen zich inbeelden, stelt de rechtshistoricus zich niet tevreden met de studie van normatieve of, anders gezegd, van rechtscheppende, bindende beschikkingen ; het behoort ook tot zijn opdracht na te gaan in hoever het levend recht, het recht dat in de werkelijkheid toegepast werd, met bedoelde normatieve beschikkingen overeenstemde of er van afweek [...]. » – Ganshof, F.-L., Een kijk op de verhoudingen tussen normatieven beschikkingen en levend recht, 1965, p. 3 – Quelques temps auparavant, ce même auteur constatait le caractère secondaire de l'écrit, par rapport à l’oral, dans l’activité édictale des Carolingiens et il ajoutait que cela constituait « [...] un avertissement à ceux qui utilisent les capitulaires comme source d’histoire du droit : les termes dans lesquels la décision du monarque s'est trouvée rédigée sont rarement définitifs quand il s'agit d’interpréter un capitulum. » – Ganshof, F.-L., Recherches sur les capitulaires, Paris, 1958, p. 105.

11 À quelques exceptions près, nous n’avons retenu que les source narratives — la plupart du temps diocésaines — et les sources diplomatiques qui intéressaient directement le diocèse de Liège. Une exception notoire, cependant, l’abbaye de Lobbes, située dans le diocèse de Cambrai, mais dont le temporel appartenait à l’Église de Liège et dont les relations étaient privilégiées avec cette dernière. – Sur Lobbes, n° 5, n. 20.

12 V. nos 32 et 120.

13 Sur le système de l’Église impériale dans le diocèse de Liège, v. Kupper, J.-L., Liège et l'Église impériale, 1981.

14 Sur ce point, v. Marchandise, A., La fonction épiscopale, 1998.

15 Sur l’intérêt des sources narratives et hagiographiques, particulièrement concernant l’histoire du droit, v. Ganshof, F.-L., Een kijk op de verhoudingen tussen normatieven beschikkingen en levend recht, 1965, p. 1-21. – Genicot, L., Sur l’intérêt des textes hagiographiques, 1965, p. 65-75. – Platelle, H., Crime et châtiment, 1980, p. 155-202.– Maquet, J., La pratique judiciaire, 2003, p. 9-10.– Maquet, J., Les sources hagiographiques, à paraître V aussi les rem. d’O. Bruand (Voyageurs et marchandises, 2002, p. 71-75) à propos du haut intérêt des sources hagiographiques pour l’histoire économique du Haut Moyen Âge.

16 Le corpus des actes diplomatiques a été constitué à partir de l’inventaire établi par le Thesaurus diplomaticus, 1997 (base documentaire). – Par ailleurs, les références — établies sur la numérotation de cette base de données — à un nombre important d’actes diplomatiques se limitent à un renvoi au tableau des annexes III et IV, qui, respectivement, contiennent le catalogue chronologique, d’une part, des assemblées synodales, d’autre part, des doyennés et archidiaconés.

17 Ainsi, par exemple, nous pensons qu’il faut recevoir avec réserve les informations — ou certaines d’entre elles — contenues dans un diplôme d’Otton III pour l’abbaye de Gembloux (987).– V. n° 227, n. 93. – De même, il est hautement probable que l’acte du comte de Namur pour l’abbaye de Brogne (1131) ait été interpolé lors de la rédaction du faux de 1154 – V. n° 227, n. 108 – Par contre, il semble que la charte de Brustem (1175) ne contienne aucune information suspecte, en dehors de la fin du dernier article qui a très vraisemblablement été ajouté après coup.– V. n° 230, n. 179.

18 Balau, S., Les sources de l'histoire de Liège, 1903.– À compléter par Wattenbach, W., Deutschlands Geschichtsquellen, 1893-1894 et, surtout, ses rééditions : Wattenbachlevison, Vorzeit und Karolinger, 1952-1991.– Wattenbach-Holtzmann-Schmale, Die Zeit der Sachsen und Salier (900-1125), 1967-1971.– Wattenbach-Holtzmann et al., Vom Tode Kaiser Heinrichs V, 1976.– V. aussi les répertoires bibliographiques suivants : Repertorium fontium, t. 1-9, 1967-1996 – Index scriptorum, t. 1, t. 2, t. 3/1 et t. 3/2, 1973-1979.

19 Sot, M., Gesta episcoporum, 1981.– Sur les chroniques épiscopales liégeoises, v., en dernier lieu, Kupper, J.-L., La geste des pontifes, 2000, p. 15-19.

20 Sur Hériger et l’abbaye de Lobbes, v., en dernier lieu, Dierkens, A., Abbayes et chapitres, 1985, p. 91-136-Kupper, J.-L., Heriger, 1989, col. 2156.– Seibert, H., Lobbes, 1991, col. 2061-2062 – Kupper, J.-L., Lobbes, 2000, p. 53 – Hériger fut également l’auteur d’une Elevatio sancti Landoaldi (Hériger de Lobbes, Vita et translatio sancti Landoaldi, éd. Gysseling-Koch, Diplomata Belgica, t. 1, 1950, n° 138, p. 236-244).-Sur cette dernière, v., en dernier lieu, Kupper, J.-L., Lettre d’envoi, 1996, p. 301-305.

21 Anselme, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, éd. Koepke, R., in SS., t. 7, Hanovre, 1846, p. 189-234-Sur Anselme, v. SOT, M., Anselm von Lüttich, 1980.– Kupper, J.-L., Les Gesta pontificum, 1981, 29-41.– ID., Episcopus, ingenui, cives et rustici, 1991, p. 405-414 – ID., L’oeuvre du chanoine Anselme, 2000, p. 101. — V. aussi n° 8, n. 47.

22 Gilles d’Orval, Gesta episcoporum Leodiensium, éd. Heller, J., in M.G.H., SS., t. 25, Hanovre, 1880, p. 1-129 – Sur Gilles d’Orval, V. Bernt, G., Aegidius von Orval, 1980, col. 177-178 – Stiennon-Deckers, Vie culturelle, 1991, p. 123 – Stiennon, J., Lexicographie, 1999 (1981), p. 261-264 – Kupper, J.-L., La « paix de Dieu » liégeoise (1081), 2000, p. 71.– Ces auteurs nuancent le jugement par trop sévère de Godefroid Kurth à l’égard de ce rassembleur — plutôt que compilateur — de documents, pour reprendre l’expression de J. Stiennon.– Signalons également qu’il existe des Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata (éd. Heller, J., in M.G.H., SS., t. 25, Hanovre-Leipzig, 1880, p. 129-135), dont l’auteur est peut-être Gilles d’Orval lui-même. Il s’agirait d’une version plus courte des Gesta episcoporum de Gilles d’Orval qui se baserait sur la première version de cette chronique. Cependant, un ensemble de passages, dont la valeur varie très probablement en fonction de la qualité des sources de l’auteur, ne se retrouve pas dans la grande chronique.– Balau, S., Les sources de l’histoire de Liège, 1903, p. 461-463.

23 Folcuin, Gesta abbatum Lobiensium, éd. Pertz, G.H., in M.G.H., SS., t. 4, Hanovre, 1841, p. 52-74.-Sur Folcuin, v. Dierkens, A., La production hagiographique, 1983, p. 251-259 – ID., Abbayes et chapitres, 1985, p. 120-124 et 131-Kupper, J.-L., Folcuin, 1989, col. 608.– V. aussi n° 5, n. 20.

24 Gesta abbatum Lobbiensium, Continuatio, éd. Arndt, W., in M.G.H., SS., t. 21, Hanovre, 1869, p. 307-333.

25 Il en va de même du De fundatione et lapsu monasterii Lobiensis (éd. Waitz, G., in M G.H., SS., t. 14, Hanovre, 1883, p. 548-554), rédigé à la fin du fin xiie s. par un moine de l’abbaye de Lobbes – Sur cette source, v. Index scriptorum, t. 3/2, p. 163-164.

26 Cantatorium sive Chronicon sancti Huberti, éd. Hanquet, K., Bruxelles, 1906 – V. aussi n° 8, n. 50.

27 Il est probablement l’auteur du Cantatorium, même si cette attribution a été contestée par certains érudits.-Despy-Meyer-Dupont, Saint-Hubert, 1975, p. 12-13.

28 C’est aussi l’avis de L. Genicot (L'économie rurale namuroise, t. 4, 1995, p. 271).

29 Sur l’abbaye de Saint-Hubert-en-Ardenne, v. aussi, en dernier lieu, la notice de G. Despy (Saint-Hubert, 1995, col. 1167) et celles de Dierkens-Duvosquel (Bref survol de l’histoire de Saint-Hubert, 1999, p. 11-15) et d’A. Dierkens (Saint-Hubert-en-Ardenne, 2000, p. 51-52 [avec bibl.]). — Sur le caractère tendancieux de certains passages du Cantatorium, v. l’exemple donné par G. Despy (Godefroid de Bouillon en 1095, 1977, p. 45-50).

30 Auteur d’ouvrages sur le droit canon, il fut choisi par l’évêque de Liège, Alexandre Ier, pour le défendre devant le pape contre les accusations de simonie portées contre lui. – Raoul de Saint-Trond, Gesta, L. 12, c. 5, p. 213 (1128).– Pieyns-Rigo, P., Saint-Trond, 1975, p. 41-43.

31 Les livres 1 à 7 et le livre 9 ont pour auteur Raoul lui-même et les livres 8 et 10 à 13 ont été rédigés par le premier continuateur anonyme (t. 1) ; la seconde continuation comprend quatre livres (t. 2). – Raoul de Saint-Trond, Gesta abbatum Trudonensium – Continuationes, éd. de Borman, C., 2 t., Liège, 1877 – Sur Raoul de Saint-Trond et son œuvre, v. Pieyns-Rigo, P., Saint-Trond, 1975, p. 13-14, 40-43 (avec bibl.).– Prelog, J., Rudolf (Radulf) von St-Trond, 1995, col. 1086 (avec bibl.).

32 Pour un aperçu de l’œuvre hagiographique de Sigebert, v. George, P., Sigebert de Gembloux, 2000, p. 178.

33 Sur Sigebert et son œuvre, v., en dernier lieu, Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 396-403 – George, P., Sigebert von Gembloux, 1995, col. 1879-1880 (avec bibl.).– ID., Sigebert de Gembloux, 2000, p. 178 (avec bibl.).– Kupper, J.-L., Gembloux, 2000, p. 55 (avec bibl.).

34 C’est la cas, par exemple, de sa chronique universelle (Sigebert de Gembloux, Chronica, éd. Bethmann, L.C., in M.G.H., SS., t. 6, Hanovre, 1844, p. 300-374.), mais aussi du Tractatus de investitura episcoporum (éd. Bernheim, E., in M.G.H., Libelli de lite..., t. 2, Hanovre, 1892, p. 495-504), œuvre anonyme, mais dont Sigebert est très vraisemblablement l’auteur-Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 401-402 – V. aussi n. préc.

35 Godescalc de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, Continuatio, éd. Pertz, G.H., in SS., t. 8, Hanovre, 1848, p. 542-557.-En ce qui concerne la chronique de l’abbaye, rédigée par Sigebert de Gembloux vers 1071/1075, M. de Waha (Sigebert de Gembloux faussaire ?, 1977, p. 989-1036) a bien montré qu’il s’agissait d’une œuvre qu’il fallait utiliser avec beaucoup de prudence, puisque Sigebert a veillé à rehausser exagérément le prestige de l’abbaye de Gembloux-V. néanmoins, à ce propos, la mise au point de Dierkens, A., Abbayes et chapitres, 1985, p. 118, n. 229 et p. 171, n. 148 – V. aussi nos rem. n° 227, n. 93.

36 Gislebert de Mons, Chronicon Hanoniense, éd. Vanderkindere, L., Bruxelles, 1904-Sur Gislebert et son œuvre, v. de Hemptinne, T., Giselbert von Mons, 1989, col. 1467-1468 (avec bibl.).

37 Historia Walciodorensis monasterii, éd. Waitz, G., in M.G.H., SS., t. 14, Hanovre, 1883, p. 503-533 – Sur la valeur inégale de cette source, dont l’auteur de la première partie semble versé dans le droit, v. Despy, G., Les chartes de Waulsort, 1957, p. 58-63 – Misonne, D., Eilbert de Florennes, 1967, p. 178-183 – Le paragraphe — 51 —, dont nous avons fait usage, semble ne pas devoir être mis en doute – Dierkens, A., Abbayes et chapitres, 1985, p. 191, n. 312.

38 Chronicon rythmicum Leodiense, éd. de Clercq , C., in Reimbaldi Leodiensis opera omnia, éd. de Clercq, C., Turnhout, 1966, p. 122-140 – Sur cette source, v. n° 149, n. 36 et Evrard, É., Le Chronicon rhythmicum, 1981, p. 115-195.

39 Chronicon sancti Laurentii Leodiensis, éd. Wattenbach, W., in M.G.H., SS., t. 8, Hanovre, 1848, p. 261-279-Sur cette source, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 16.

40 Annales Rodenses, éd. Boeren, P. C. et Panhuysen, G.W.A., Assen, 1968.

41 Jaffé, P., Wibaldi epistolae, Berlin, 1864.

42 Sur Wibald, v. Despy, G., Wibald, 1959, col. 814-828 – Jakobi, F.-J., Wibald von Stablo, 1979.– Deckers-Stiennon, Wibald, 1982 – Faussner, H., Zu den Falschungen Wibalds, t. 3, 1988, p. 143-200 – Joris, A., Mis en examen ? Wibald, 1996, p. 537-545 – George, P., Wibald von Stablo, 1998, col. 57-58 (avec bibl.). — Kupper-George, Wibald, 2000, p. 62 (avec bibl.).– Sur Wibald et le droit romain, v. Joris, A., Wibald et le droit romain, 1993 (1973), p. 383-389.– Joris, A., La renaissance du droit savant, 1991, p. 115-128.

43 Maquet, J., La pratique judiciaire, 2003, p. 9-10 – Maquet, J., Les sources hagiographiques, à paraître.

44 Donat, Vita Trudonis confessons Hasbaniensis, éd. Levison, W., in S.R.M., t. 6, Hanovre, 1913, p. 273-298 – Les chapitres 22 à 31 de cette Vita ont probablement été rédigés par un continuateur du IXe siècle – Kesters, H., Vita Trudonis, 1955, p. 200 – Sur Donat et son œuvre, v., en dernier lieu, Van Uytfanghe, M., Trudo, 1998, col. 1070 (avec bibl.).– Sur l’abbaye de Saint-Trond, v., en dernier lieu, Pieyns-Rigo, P., Saint-Trond, 1975, p. 13-67 (avec bibl.).– Dierkens, A., L’abbaye de Saint-Trond (IXe-Xe s.), 1995, p. 277-294.– Joris, A., Sint-Truiden, 1995, col. 1204-1205.

45 Miracula s. Huberti, Liber primus, éd. de Smedt, C., in AA.SS., Nov., t. 1, Paris, 1887, p. 819-822. — Sur cette œuvre et son auteur anonyme, moine de Saint-Hubert, v. Despymeyer-Dupont, Saint-Hubert, 1975, p. 12-Sur l’abbaye de Saint-Hubert, v. n° 5, n. 29Miracula s. Remacli episcopi et confessons, éd. Veldius, J., in AA.SS., Sept., t. 1, Anvers, 1746, p. 696-703 (Miracles I à XIX = c. 1 à c. 31).– Ce premier livre fut, en réalité, l’œuvre de deux auteurs anonymes : le premier rédigea, peu après 851, les miracles I à XIII (= c. 1 à 17) et le miracle XIX (c. 30-31), le second écrivit les miracles XIV à XVIII (= c. 18 à 29) peu après 858/861. — Sur cette œuvre, v., en dernier lieu, George, P., La vie quotidienne, 2000 (2003), p. 15-58, surtout p. 16-17.

46 Miracula sancti Eugenii Toletani episcopi, éd. Misonne, D., in Misonne, D., Les miracles de saint Eugène de Brogne. Étude littéraire et historique. Nouvelle édition, in R.B., t. 76, 1966, p. 280-285.– Virtutes sancti Eugenii Toletani episcopi, éd. Misonne, D., in Misonne D., Les miracles de saint Eugène de Brogne. Étude littéraire et historique. Nouvelle édition, in R.B., t. 76, 1966, p. 258-279.– Sur la datation et la critique de ces deux sources, v. Misonne, D., Les miracles de saint Eugène, 1966, p. 241-243 – Dierkens, A., Abbayes et chapitres, 1985, p. 200-206 – L’abbaye de Brogne était, à cette époque, un centre intellectuel florissant. – Baix, F., Brogne, t. 10, 1938, col. 823-824 – Misonne, D., Brogne, 1983 col 709.

47 Vita Notgeri episcopi Leodiensis, chap. 8, éd. Kurth, G., in Kurth, G., Notger de Liège et la civilisation au Xe siècle, t. 2, Paris-Bruxelles-Liège, 1905, p. 10-15 – Signalons encore, pour être tout à fait exhaustif, que, parallèlement aux chroniques épiscopales (v. n° 5), d’autres Vitae d’évêques ont présenté pour notre sujet un intérêt ponctuel. C’est le cas, par exemple, de la Vita Balderici (Vita Balderici episcopi Leodiensis, éd. Pertz, G.H., in M.G.H., SS., t. 4, Hanovre, 1841, p. 724-738.-Début XIIe s.) et de la Vita Friderici (Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici = Nizon de Saint-Laurent, Vita Friderici, éd. Wattenbach, W., in M.G.H., SS., t. 12, Hanovre, 1856, p. 501-508).-Sur la Vita Balderici, v. Kupper, J.-L., Liège et l'Église impériale, 1981, p. 17 et n. 34 – Sur Baldéric II, évêque de Liège (1008-1018), v. Kupper, Leodium, 1982, p. 68-69 – Sur la Vita Frederici, v. Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 17 et n. 35 – Sur Frédéric de Namur, évêque de Liège (1119-1121), v. Kupper, J.-L., Leodium, 1982, p. 75-76 – Kupper, J.-L., La double mort de Frédéric, 2002, p. 293-302.

48 C’est une des conclusions à laquelle est arrivé le séminaire de critique historique (année académique 1999-2000) dirigé par J.-L. Kupper, professeur à l’Université de Liège. À ce propos, v. Kupper, J.-L., Note sur une Vie de Notger, 2004, p. 913-916 – Signalons que cette hypothèse avait déjà été émise par J. Deckers (Les Vitae Notgeri, 1981, p. 28-29).-Sur cet intellectuel de haut rang, chanoine de Saint-Jean (1101), prévôt de ce même chapitre (1126) et de celui de Sainte-Croix (1140), doyen de la cathédrale (1141), décédé en 1149, auteur de nombreux ouvrages, v. Monchamp, G., Reimbaldus, 1905, col. 919-923. – de Clercq, C., Reimbaldi Leodiensis opera omnia, 1966 – Kupper, J.-L., Liège et l’Église impériale, 1981, p. 245-246 – Maquet, J., Les sources hagiographiques, à paraître (En attendant cette contribution, v. ID., La pratique judiciaire, 2003, p. 9-10).

49 Balau, S., Les sources de l’histoire de Liège, 1903, p. 310.

50 Vita Theoderici abbatis Andaginensis, éd. Wattenbach, W., in SS., t. 12, Hanovre, 1856, p. 36-57 – Sur cette œuvre, v. Despy-Meyer-Dupont, Saint-Hubert, 1975, p. 13 – Sur Thierry Ier, v. Id., p. 32-36 – George, P., Thierry de Leernes, 1998, p. 77-87.

51 Miracula Huberti, Liber secundus, éd. de Smedt, C., in AA.SS., Nov., t. 1, Paris, 1887, p. 823-829 – Sur ce second livre, v. Despy-Meyer-Dupont, Saint-Hubert, 1975, p. 13 – V. aussi n° 8, n. 45.

52 Sur la spécificité de ce genre littéraire particulier, v. George, P., Les routes de la foi, 1995, p. 8-9.– ID., Le triomphe des saints mosans, 2000, p. 77.

53 Ainsi, le triomphe de saint Lambert à Bouillon (1141) se place dans le cadre de la lutte entre l’évêque de Liège, Albéron II, et Renaud Ier, comte de Bar, celui d’Andenne (1151) dans la guerre menée par Henri Ier l’Aveugle, comte de Namur, contre l’évêque Henri II de Leez et celui de Steppes (1213) dans le conflit entre Henri Ier, duc de Brabant, et l’évêque Hugues de Pierrepont. – Sur ces triomphes, qui sont aussi trois grandes batailles de l’histoire liégeoise, v., en dernier lieu, Gaier, C., Art militaire et armement, 2000, p. 72-76 (avec bibl.). – Sur le triomphe de saint Lambert à Bouillon, v. aussi arm. III, 1145-24 (1135), 1141-a/c.

54 Triumphus sancti Remacli Stabulensis de Malmundariensi cœnobio, éd. Wattenbach, W., in M.G.H., SS., t. 11, Hanovre, 1854, p. 435-461 – Le premier livre fut rédigé peu après 1080 pour raconter les prémices du triomphe et le second est quasiment contemporain des événements de 1071.-Sur le triomphe de saint Remacle, v. George, P., À Liège, le 9 mai 1071, 2000, p. 80-92 – Id., Le triomphe des saints mosans, 2000, p. 77 – Les étapes de ce triomphe ont également été détaillées — sans connaître les travaux de P. George — par F. Bougard (La relique au procès, 2001, p. 49-50).

55 Hillin de Fosses, Miracula sancti Foillani, éd. de Buck, R., in AA.SS. Oct., t. 13, Paris, 1883, p. 417-426.

56 Lambot, C., L’oratoire du martyrium de saint Feuillen, 1969, p. 283 – Pycke, J., Hillin, 1993, col. 549-552.

57 Hillin fut le disciple de Sigebert de Gembloux, qui le considérait comme un de ses amis et à qui Hillin dédia ses œuvres dont les MiraculaLambot, C., L’oratoire du martyrium de saint Feuillen, 1969, p. 283 – Pycke, J., Hillin, 1993, col. 550 – V. aussi Maquet, J., Les sources hagiographiques, à paraître (En attendant cette contribution, v. ID., La pratique judiciaire, 2003, p. 9-10).

58 Vita S. Evermari martyris. Pars III. Translatio II et miracula eam praegressa ac secuta, éd. G. Henschenius, in AA.SS. Mail, t. 1, Anvers, 1680, p. 130-139.

59 Misonne, D., Évermar, 1967, col. 124. – Courtoy, M., La Vita Evermari, 2007.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540