Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Seconde partie. Vivre Pour... Les Fonctions des Mendiants

Conclusions de la seconde partie

Texte intégral

  • 1 Ainsi des Arnould de Bierset, Arnould de Seraing, Arnould de Saint-Trond, Conrad de Streel, Eustac (...)
  • 2 Ainsi, le frère carme Jean de Halle et le frère dominicain Alexandre de Halle. Chez les Dominicain (...)
  • 3 Viallet L., Le clergé auxiliaire des cathédrales et collégiales urbaines.

1La plupart des frères prêcheurs ou mineurs cités dans les documents provenaient de Liège ou des environs1. Certains fils de plus ou moins grandes familles liégeoises avaient même gardé leur patronyme, ce qui était un indicateur de la valeur positive et signifiante accordée à celui-ci, mais aussi de leur volonté de rester « accrochés » à leur lignage2. S’il ne fallait qu’un exemple pour montrer à quel point les couvents de Mendiants furent impliqués dans le monde liégeois, ce serait celui-là. À tous les niveaux : obituaire comme politique, moral comme civique, juridique comme intellectuel... Ils s’insérèrent dans le système urbain par les moyens les plus conformes à leurs fonctions officielles : la prédication, la confession ; par des moyens « religieux » qui ne leur avaient pas été confiés au départ, comme le contrôle des béguines et des hôpitaux ou les services obituaires ; mais aussi par les moyens les plus inattendus, comme ces services rendus à la population par l’arbitrage, par le prêt de salles pour des réunions politiques, par des obligations militaires... Cette insertion, cet insediamento dans le monde laïque tempéra, à n’en pas douter, les tensions réelles entre un clergé séculier tout-puissant et passablement distant et la bourgeoisie liégeoise, à l’image des Franciscains de Romans au bas Moyen Âge3. Les religieux mendiants, impliqués dans le siècle et surtout dans la Cité de Liège, y tenaient une place particulière et essentielle.

Notes

1 Ainsi des Arnould de Bierset, Arnould de Seraing, Arnould de Saint-Trond, Conrad de Streel, Eustache de Hodeige, Eustache de Herstal, Gérard de Bierset, Gérard Tatar, Gerbert de Waremme, Gilles d'Orp, Godefroid de Haccourt, Gossuin de Hanret, Guillaume de la Sauvenière, Jean fils de Jean Hamebal, Jean Bigot de Dinant, Jean d'Ardenne, Jean d'Heure, Jean d'Oleye, Jean de Bernalmont, Jean de Boisée, Jean Haccourt, Jean de Liers, Jean de Malmedy, Jean de Malonne, Jean de Saint-Trond, Jean de Tourinnes, Jean de Warroux, Lambert de Flémalle, Lambuche de Solier, Libert de Kemexhe, Libert de Spontin, Michael de Roloux, Nicolas de Fleurus, Otton de Huy, Philippe de Tongrines, Pierre de Huy, Thierry de Malmedy, Thierry de Saint-Martin, Thomas de Tongres, Wery de Streel, etc. pour les Prêcheurs. Et, pour les Mineurs, la liste est significative aussi : André de Dinant, Antoine de Lexhy, Arnould de Corswarem, Gautier de Dinant, Gautier de Mouhin, Gilles de Nalinnes, Herman de Rosoux, Hubert de Verlaines, Hugues de Berloz, Jean de Florennes, Jean de Huy, Jean de Saint-Trond, Jean de Viemay, Jean de Wihogne, Libert de Corswarem, Nicolas d'Awans, Renier de Lens, Robert Caseus, Robert d'Oleye, Robert de Corswarem, Thomas de Gembloux, Thomas de Liège, Thomas de Marche, etc. On conserve moins de noms de frères carmes, mais les mêmes constatations semblent valables : Arnould de Momalle, Arnould de Wavre, Etienne de Dinant, Gautier de Herstal, Gérard de Bovenistier, Guillaume de Malmedy, Jean de Halle, Jean de Jeneffe, Jean de Linsmeau, Jean de Marcinelles, Jean de Wavre, Lambert de Maestricht, Laurent de Wamant, Pierre de Chièvres, Renier de Saint-Barthélemy, etc. — Le nombre de frères provenant de régions plus éloignées, dans un rayon excédant les 100 km autour de Liège, est restreint : un carme appelé Gilles de Saint-Amand, un dominicain nommé Gérard de Reims ou Gérard de Saint-Denis (voir p. 536), un franciscain du nom de Jacques de Munster et un autre du nom de Jean de Moreigni (à ne pas confondre avec le doyen de Saint-Lambert mort en 1253, cité par Schoolmeesters É., Jean de Moregny, doyen de la cathédrale de 1229 à 1253 ; Schoolmeesters É., Jean de Moregny et la confraternité de Saint-Luc ; Marchandisse A., L'obituaire de la cathédrale, p. 54–55, note 333 ; Marchandisse A., L'obituaire du chapitre, p. 56, note 119 et p. 98, note 370).

2 Ainsi, le frère carme Jean de Halle et le frère dominicain Alexandre de Halle. Chez les Dominicains : Bauduin de Neuvice et Jean de Neuvice, mais aussi Alexandre delle Ruelle, Everard de Low qui, anciens échevins, gardèrent sous la bure leur patronyme. De la famille delle Ruelle, on compta aussi parmi les Dominicains Lambert delle Ruelle. D'autres exemples : Gautier Le Sou, G. de l'île, Gilles de l'île, Lambert de l'Île, Jacquemain de Saint-Servais, Jean de Saint-Martin, Jean de Saint-Paul, Lambert Faré, Lambert de Solier, etc. Chez les Mineurs, la présence de Thomas de Saint-Martin, d'Arnould de Corswarem, de Guillaume de Saint-Paul, de Nicolas [Surlet], de Robert de Corswarem et de Robert d'Oleye est un peu moins démonstrative, dans la mesure où les patronymes étaient liés à des villages et où ils étaient issus de familles de noblaillons. Voir Paul J., Angevins, Frères Prêcheurs et papauté, p. 242 ou encore Comte S., Une implantation tardive en milieu urbain : les Célestins à Avignon à la fin du Moyen Age pour d'autres exemples. Guyon C., Les Écoliers du Christ, p. 399, fait les même constatations pour le recrutement des frères à Liège aux xve et xvie s.

3 Viallet L., Le clergé auxiliaire des cathédrales et collégiales urbaines.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search