Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Seconde partie. Vivre Pour... Les Fonctions des Mendiants

Chapitre V. La fonction politique : les instruments des hiérarchies

Texte intégral

I. Le pape et les Mendiants : les protections

  • 1 Hourlier J., L'Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 442–448 ; Neidigerb., Die Bettelorden im (...)
  • 2 Voir Schreurs F., Henry van den Berch pour une approche biographique.
  • 3 Conservée dans le manuscrit 188 de la Bibliothèque de l'Université de Liège (cf. une analyse très (...)
  • 4 Dossiers 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (6) ; 10 avril 1255 ; 3 février 1244 (1) ; 10 février 1244. (...)
  • 5 Dossiers juillet 1232 ; 25 mars 1244 (2) Janvier 1267 ; 1er octobre 1282.
  • 6 Dossiers 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (5) ; 3 février 1244 (2) et 30 juin 1267 ; 20 décembre 1267
  • 7 Dossier 25 mars 1244 (1). Voir aussi 13 janvier 1247.
  • 8 Dossier 26 mars 1244.
  • 9 Dossier 28 juillet 1288.
  • 10 Dossier 3 février 1244 (1).
  • 11 Dossier 15 juin 1265 – 15 juin 1268.
  • 12 Dossier 5 février 1232.

1Autre fonction fondamentale, politique celle-ci, que l'exécution par les Mendiants des décisions de la hiérarchie. Et au sommet de cette hiérarchie, le dernier ressort : le pape. Les Mendiants en dépendaient directement, sans être soumis à la juridiction de l'évêque. Leur pouvoir n'en était que plus important. Les Mendiants devinrent les instruments de la papauté, tout en ménageant le pouvoir épiscopal1. Pour se rendre compte de l'importance de ce lien direct à la papauté, il suffit de considérer le nombre de bulles et de copies garantissant des privilèges accordés aux frères, qui étaient conservées dans les archives des Mendiants. L'exemple le plus impressionnant est dominicain, une fois de plus : le bullaire du couvent des Prêcheurs de Liège n'est pas conservé, mais le héraut d'armes Van den Berch2 semble en avoir fait une copie abrégée — partielle ? — au xviie s.3. Le nombre de bulles qui s'y trouvent analysées montre bien le poids de Rome et l'importance de son soutien, de sa protection. Les Prêcheurs avaient conservé des bulles de protection, d'exemption, de permission... pour toutes leurs fonctions, toutes leurs missions. Qu'il s'agisse de permission de conférer la sépulture (sans préjudice des droits des églises paroissiales, toutefois)4, d'autorisation de prêcher et d'entendre la confession de ceux qui viennent aux prédications (et de les absoudre)5, de possibilité de célébrer l'office à voix basse et portes closes, sans tintement de cloche, voire même de recevoir les sacrements dans le cas d'un interdit général6, de permission de séjourner dans les pays excommuniés7, de permission de célébrer la messe sur un autel portatif8, d'exemption des Dominicains de toute charge, au temporel comme au spirituel9, notamment de payer les dîmes pour leurs jardins ou vergers10, duprivilegium cannarum prévoyant qu'aucune autre maison religieuse ne puisse être construite dans les abords du couvent11, de permission au duc de Brabant de recourir aux Prêcheurs contre les hérétiques12...

  • 13 Dossiers 24 mars 1244.
  • 14 Dossier 28 mars 1246.
  • 15 Dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (3).
  • 16 Dossier 21 septembre 1246.
  • 17 Dossier 25 mars 1244 (2).
  • 18 Dossier 5 février 1244.

2Protection de l'Ordre, mais aussi protection des fidèles contre d'éventuels abus : les Mendiants disposaient de pouvoirs tellement étendus et étaient si indépendants de l'ordinaire que certains religieux ou laïcs auraient pu en abuser. Les Prêcheurs conservaient des bulles qui interdisaient le port de l'habit de l'Ordre sans en faire partie13, qui leur permettaient de saisir les frères apostats où qu'ils se trouvassent14, qui interdisaient à quiconque avait fait profession dans l'Ordre de le quitter sans autorisation du prieur15, qui empêchaient les frères expulsés de l'Ordre de prêcher ou d'entendre les confessions16, qui permettaient aux prélats d'appréhender ceux qui auraient recueilli de l'argent en ayant revêtu indûment l'habit de Prêcheur17, qui autorisaient le maître général et le provincial de l'Ordre à remplacer les frères préposés au prêche de la Croisade ou contre l'hérésie18...

  • 19 Dossier 23 avril 1244 (2).
  • 20 Dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (4).
  • 21 Dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (2).
  • 22 Dossier 17 septembre 1243.
  • 23 Dossier 15 juin 1265 – 15 juin 1268.
  • 24 Dossier 23 avril 1244 (1).

3Même les relations avec l'ordinaire, qui pourtant n'avait rien à dire — ou presque — à l'encontre des Mendiants, étaient réglées par ces bulles, comme celle qui permettait aux évêques d'absoudre les Dominicains de leurs fautes et de leur accorder des dispenses19 ; celle qui ordonnait aux Dominicains de se soumettre aux décisions de l'ordinaire dans la mesure où ce dernier avait un pouvoir décisionnel à leur égard (par exemple, en ce qui concernait la nomination et la destitution des prieurs)20, celle qui disait que les sentences émises par la papauté à l'attention de la Chrétienté devraient, si elles étaient destinées à être appliquées aussi aux frères, le mentionner explicitement21, celle qui prescrivait au prélat de prévenir toute violence à l'égard des Prêcheurs22, celle qui réservait au pape le pouvoir d'excommunier les Prêcheurs23, ou encore celle qui interdisait de contraindre les frères à célébrer des offices, à visiter des églises, à s'occuper de cura monialium (ce document semble spécialement adressé aux évêques !)24...

  • 25 Dans un manuscrit, probablement factice, du xviiie s., conservé dans la bibliothèque du château de (...)
  • 26 Mais peu sont conservées. Pour les Carmes, un exemple type : le dossier 12 février 1256. Pour les (...)
  • 27 Dossier 21 mai 1247. Voir De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, (...)
  • 28 Voir, pour Bemardfagne, Poncelet É., Le monastère de Bernardfagne, p. 148–149 et les dossiers 25 m (...)
  • 29 Lagarde G., Les sources de l'histoire des ordres mendiants, p. 952 ; Domsta H.J., Inventar des Arc (...)
  • 30 Staub M., Église et pouvoir à l'automne du Moyen Âge, p. 108 : 32 bulles des origines à 1282 (dont (...)

4Les Franciscains avaient eux aussi conservé précieusement un grand nombre de bulles qui leur avaient été envoyées, en original ou en copie. Malheureusement, ce corpus de bulles n'a pas survécu. Seules quelques copies avaient, semble-t-il, passé l'écueil des siècles, jusqu'il y a vingt ans ; elles ont maintenant disparu25. Les Carmes, les frères du Sac durent également recevoir nombre de bulles papales26. Les autres couvents nés dans les villes ou non loin, au xiiie s., reçurent aussi leur lot de bulles : les Croisiers27, les Guillemins28. Encore une similitude avec les Mendiants stricto sensu ! Dans la plupart des fonds d'archives de Mendiants, c'est le même constat. Un nombre important de bulles s'y trouvent ou trouvaient conservées : des privilèges, des autorisations, des exemptions, des confirmations de possessions, des indulgences29... Et, dans le corpus des bulles du couvent dominicain de Fribourg en Brisgau, un des seuls pour lesquels une petite analyse plus détaillée ait été réalisée, sont présentes un grand nombre de bulles qui, pour la plupart, émanent d'Innocent IV — comme à Liège ; les autres documents sont tous du xiiie s., ici comme là-bas30.

  • 31 Despy G., L'exploitation des curtes en Brabant, p. 197. Cf. aussi Brouette É., La fondation de l'a (...)

5Un grand nombre de ces bulles avaient, nous l'avons vu, une portée générale. Si les Mendiants les avaient conservées, c'est bien évidemment pour assurer leur sécurité, donner des preuves en cas de conflit et garantir leurs privilèges immunitaires. Le pouvoir papal avait donc participé activement à ce processus de « sécurisation » des couvents de Mendiants en leur envoyant ces innombrables exemplaires de bulles, appropriées à chaque communauté. Une telle procédure n'était pas limitée à ces maisons : les Cisterciennes reçurent aussi de grandes quantités de bulles accordant protection de leurs privilèges, comme l'a souligné à juste titre Georges Despy à propos des Cisterciens, insistant sur le danger d'en tirer des conclusions quant à l'histoire économique, politique ou religieuse stricto sensu du couvent, puisque l'octroi et l'envoi de ces bulles étaient plus que généralisés. « Le Saint-Siège "xéroxait" littéralement des privilèges de cette nature à toute abbaye cistercienne qui tenait à les avoir dans son chartrier, même si elle ne comptait défricher aucun arpent de terre ni élever un seul mouton31. »

  • 32 Dossier 19 octobre 1269 : « Item promittimus eisdem abbati et conventui quod nos virtute alicuius (...)
  • 33 Dossier 1er août 1265.

6Ces privilèges étaient d'ailleurs craints par les autres religieux, comme l'abbaye de Saint-Jacques, qui n'accepta la présence des Carmes ou des Croisiers sur son territoire que si ces frères s'engageaient à ne pas user de l'un ou l'autre privilège papal ou émanant d'une autre autorité, privilège qu'ils auraient obtenu ou pourraient obtenir, afin d'agrandir la superficie de leur couvent et d'attenter aux droits paroissiaux de l'église Sainte-Marie-Madeleine32. De son côté, le chapitre Saint-Lambert exigeait des frères du Sac la reconnaissance que les bâtiments de leur couvent appartenaient au chapitre et qu'ils se soumettent à la censura ecclésiastique du doyen et du chapitre, renonçant à tout privilège33.

  • 34 Voir p. 447–451. Voir aussi Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 152–153.
  • 35 Meersseman G.G., Les Dominicains flamands et le Grand Schisme, p. 127–128 et 134–135.

7Le pape lui-même fut parfois sévère à l'égard des Mendiants qui n'hésitaient pas, à ce qu'il semble, à outrepasser et leurs privilèges et les droits des paroisses. À ce moment, c'était le coup de crosse papale34 ! Un épisode de l'histoire de la papauté marqua les Mendiants de Liège, comme un peu partout en Europe : le Grand Schisme. En 1390, le couvent des Dominicains liégeois s'annonçait clairement urbaniste, rattaché à la province urbaniste de France. Fidèle aux partisans de l'obédience romaine, le couvent fit l'objet des attentions du Général dominicain Raymond de Capoue, qui voulut faire du prieur Thierry de Malmedy un conseiller du provincial urbaniste de Flandre35.

  • 36 Voir p. 538. Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 282–283, no 1090 ; p. 558–559, no 2157 ; p. (...)
  • 37 Dossier 21 octobre 1331.
  • 38 Dossier 25 mai 1339 (2). On pourrait compter aussi les multiples suppliques de frères mineurs (pas (...)

8Beaucoup d'interventions papales favorisèrent l'un ou l'autre frère, en réponse à une supplique quelconque. Ainsi, le cas de Jean de Saint-Martin, ancien Mineur passé Carme, qui voulait enseigner la théologie à Paris36. De même, en 1331, le frère Arnold de Lamine, qui depuis une dizaine d'années enseignait comme lector dans de grands couvents comme ceux de Liège ou de Tournai et reçut une dispense papale afin de pouvoir enseigner au studium de Paris37. Un autre type de réponse à une supplique : dans une lettre de Benoît XII, qui demanda à l'évêque de Liège, au prévôt de Saint-Jean et au doyen de Sainte-Croix de délivrer de ses vœux, à sa demande, Nicolas Milet, acolitus de l'Ordre des frères mineurs38.

II. Le triangle pape-évêque-Mendiants ou : les frères entre le marteau et l'enclume

  • 39 Voir notamment Delorme F., Bulle de Grégoire IX pour les Frères Mineurs d'Allemagne (1231) et Heys (...)
  • 40 Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [I], p. 69.
  • 41 Dossier 2 avril 1304.
  • 42 Dossier 26 avril 1319. Voir aussi Heysse A., Regesta Belgo-Neerlandica [II], p. 163. Voir Baetens (...)
  • 43 Dossier 4 février 1365.
  • 44 Dossier 7 mars 1329.
  • 45 Dossier 17 novembre 1343. Voir p. 450.
  • 46 Dossier 29 mai 1363.
  • 47 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 418–421.

9Les relations du pape et des Mendiants de Liège impliquaient un troisième personnage, objet des préoccupations des uns et des autres, l'évêque de Liège. Généralement, le pape demandait à ce dernier d'intervenir en faveur des Ordres mendiants, dans des actes dont la portée reste souvent générale. Ainsi, lorsque Grégoire IX demanda, en 1231, aux archevêques de Cologne, de Magdebourg et de Wurtzbourg de contraindre les prélats de l'Empire à ne plus commettre de vexations envers les Mineurs39. Ce que répéta, en 1245, Innocent IV entre autres à l'adresse de l'évêque de Liège40. En 1304, Benoît XI demanda aux archevêques de Cologne, aux évêques d'Utrecht et de Liège de diffuser la bulle Inter cunctas — déterminant les rapports entre Mendiants et clergé séculier — dans la province de Cologne41. Jean XXII décida, en 1319, de faire des évêques de Liège, de Munster et de Minden les conservateurs des droits et privilèges accordés aux Mineurs et des évêques de Liège, de Cambrai et de Metz les conservateurs des droits et privilèges accordés aux frères du Mont-Carmel42. De même, Jean d'Arckel se retrouva conservateur des droits des Carmes, en 1365 : Johannes dei gratia episcopus Leodiensis, conservator a sede apostolica datus religiosis viris priori generali ceterisque prioribus et fratribus Ordinis beate Marie de Monte Carmeli adversus iniuratores et molestatores ipsorum extra Franciae regnum constitutos una cum reverendis patribus dominis archiepiscopo Bremensi, episcopo Osnabrugensi43. Probablement faut-il voir dans ces interventions papales la volonté de favoriser de gré ou de force les bonnes relations entre l'épiscopat et les Mendiants. C'est de toute façon le signe de l'omnipotence de l'évêque dans son diocèse. L'ordinaire était un intermédiaire obligé. Dans certains cas plus particuliers, le pape faisait appel à l'évêque : afin de faire arrêter l'ancien ministre général des Mineurs, Michel de Césène, en 132944 ; pour régler (via l'official de Liège) un conflit à propos de droits paroissiaux impliquant les Mineurs de Cologne, en 134345 ; dans le but de favoriser l'accueil du prieur provincial de la province de Saxe au couvent dominicain de Cologne, en 136346. Ici aussi, c'est à sa juridiction en tant qu'ordinaire qu'il était fait appel47.

  • 48 Dossier 10 juillet 1246. Voir à ce propos Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 249– (...)
  • 49 Dossier 5 décembre 1286. Voir Chapotin M.D., Histoire des Dominicains de la Province de France. Le (...)

10Parfois, c'est aux Mendiants que le pape demandait d'agir au sein du diocèse, comme un contre-pouvoir de l'évêque (ou au moins un contrepoids). Innocent IV n'accepta que Robert de Thourotte contracte un emprunt pour les besoins de son diocèse qu'avec le consentement du prieur des Prêcheurs et du gardien des Mineurs de Liège48. En 1286, l'interdit avait été jeté par l'évêque sur la Cité de Liège : aucun office, aucun sacrement. Honorius IV réagit, à la demande des maîtres et échevins de la Cité, et exigea que baptêmes et extrêmes-onctions fussent conférés. Il confia au prieur des Prêcheurs la délicate mission de suppléer à l'évêque s'il n'obtempérait pas et de lever lui-même l'interdit. Ici, le pouvoir de l'évêque était donc bien remis en question et le frère Mendiant, un représentant autorisé, mandaté par le pape49.

  • 50 Sur Hugues de Saint-Cher, voir, outre Berndt R., Hugo v. St.-Cher ; Aubert R., Hugues de Saint-Che (...)
  • 51 Voir p. 496–506.
  • 52 Voir p. 508–509. Voir en plus, le dossier 28 décembre 1252, qui ne se trouve pas répertorié, comme (...)
  • 53 Lefevre P., Une intervention du pape Innocent IV.
  • 54 Voir entre autres les dossiers 11 octobre 1251 ; 30 octobre 1252 (1) ; 19 novembre 1252. Après sa (...)
  • 55 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 455–456. Je suis plus perplexe quant à l'inter (...)

11Comme autre représentant du pape, le légat intervint souvent dans le pays de Liège. Le prêcheur Hugues de Saint-Cher a été le légat dont l'action fut la plus remarquable à l'égard des Mendiants, surtout des Dominicains50. Son rôle dans la mise en place de la Fête-Dieu, sa politique de défense des intérêts de l'Ordre de saint Dominique, notamment vis-à-vis de l'autorité épiscopale, ont déjà été esquissés51. Il contribua également à la mise en place du tissu de monastères de Cisterciennes dans le pays de Liège, en multipliant les actes de protection52. Dans comme hors du diocèse de Liège, il joua aussi un grand rôle dans le contrôle et la réforme spirituelle pour d'autres maisons religieuses : ainsi, à la demande du prieur du couvent des Dominicains de Louvain, en 1253, il supprima purement et simplement une prévôté de chanoines réguliers à Bruxelles53. Son rôle d'arbitre n'était pas à négliger non plus, pas plus que les actes de dispense de mariage en réponse à des demandes de fidèles liégeois, actes dont Innocent IV lui confia la réalisation54. Comme l'a bien souligné Alain Marchandisse, le légat était un autre de ces instruments papaux qui apposaient une limite claire à l'autorité épiscopale55.

  • 56 Naz R., Pénitencerie, col. 1327–1329.
  • 57 Attention, cela ne signifie pas qu'il dépendait d'Hugues de Saint-Cher comme « grand pénitencier » (...)
  • 58 Dossier avril 1253.
  • 59 Dossier octobre 1239 (2).

12Un représentant du pape aussi, sur un mode plus mineur mais d'importance : le pénitencier. Les Mendiants apparaissaient ici aussi comme les instruments du pape par le biais de cette charge. Imposée par la nécessité de répondre à toutes les demandes d'absolution et de dispense qui affluaient alors au Saint Siège depuis le xiie s., cette institution fut créée pour aider le pape dans cette tâche. D'abord, c'était un simple auxiliaire qui accordait dispense et absolution au nom du pape. Au début du xiiie s., tout un office naquit autour de ce pénitencier : la pénitencerie. Son chef était le cardinal-pénitencier ou grand pénitencier, comme le fut, en 1256, Hugues de Saint-Cher. Dépendaient de lui, depuis Honorius III (1216-1227), des pénitenciers mineurs qui avaient comme mission principale de donner des absolutions56. Je n'ai trouvé qu'un seul pénitencier mineur dominicain qui fût peut-être liégeois : le frère Lambert, venerabilis patris fratris Hugonis Sancte Sabine presbiteri cardinalis apostolice sedis legati penitentiari[us]57, qui, en 1253, avec l'abbé des Prémontrés de Liège et le prieur du Val des Écoliers, consigna par écrit le changement de la date de dédicace de l'église Saint-Étienne de Robermont par Hugues de Saint-Cher58. Son nom, Lambert, était typiquement liégeois. Par ailleurs, il scella cet acte du sceau des Prêcheurs de Liège. Peut-être était-il originaire de ce couvent liégeois ? Un autre pénitencier mineur, d'origine bien liégeoise, fut le franciscain Robert de Corswarem, qui usait encore de ce titre en 1239, alors qu'il ne l'était plus, semble-t-il : Frater Robertus de Corwaremme quondam domini pape penitentiarius mais en utilisait encore le sceau59. Voilà encore des délégués du pape en pleine activité dans le diocèse, au nez et à la barbe de l'évêque.

  • 60 Grazia Del Fuoco M., Insediamento e sviluppo, p. 180–181, 185 donne quelques exemples allemands.
  • 61 Voir p. 129–145. Pour le contrôle et l'aide épiscopale à la fondation de couvents à Liège au xve s (...)
  • 62 Dossiers 21 octobre 1245 ; novembre 1245 et 22 août 1248.
  • 63 Dossier 13 janvier 1248.
  • 64 Berlière U., Suppliques d'Innocent VI, p. 161–162, no 399 — cf. aussi, du même fondateur laïque, l (...)
  • 65 Dossier 13 août 1242.
  • 66 Ainsi le couvent des Guillemins de Liège (dossier 6 novembre 1365). Voir aussi le couvent des Clar (...)
  • 67 Dossier 22 juillet 1275 : acte de Jean d'Enghien.
  • 68 Quelques exemples : dossiers juillet 1232 ; 11 avril 1232 – 2 avril 1233 ; 3 avril 1233 – 22 avril (...)
  • 69 Voir par exemple Morenzoni F., L'encadrement et l'instruction religieuse des fidèles.
  • 70 Sur le synode, instrument de pouvoir de l'évêque, voir sa « préhistoire » avant Latran IV dans Avr (...)
  • 71 Avril J., Observance monastique, p. 28–29 ; Avril J., Moines et chanoines réguliers, p. 317320 ; G (...)

13Il serait simplificateur de ne voir en l'évêque de Liège qu'un farouche opposant aux Mendiants, au contraire. Nombre de couvents de mendiants furent fondés à l'instigation d'évêques60. Son intervention était évidente dans pratiquement chaque fondation de couvent de Mendiants, même avortée comme celle des Clarisses de Bouxthai61. Hugues de Pierrepont, Jean d'Eppes accueillirent les Prêcheurs ; Robert de Thourotte puis Henri de Gueldre donnèrent la maison épiscopale dont ils disposaient à Cologne aux Mineurs de cette ville en 1245 et 124862 ; Henri de Gueldre céda en outre une maison aux Guillemins à Bernardfagne en 124863, Englebert de la Marck participa à l'invitation de Carmes à Aix-la-Chapelle après 135464. L'évêque intervint aussi en faveur des Mendiants à d'autres occasions, comme la dédicace de l'église65, la dotation d'un couvent qui n'aurait pas été pourvu de revenus suffisants66, un échange de maisons (dont l'une était prévue pour y loger des béguines)67... Toujours dans le cadre de sa mission d'ordinaire, l'évêque donna copie vidimée d'un grand nombre de bulles papales aux Mendiants comme aux couvents du Tiers-Ordre68. Opposant systématique aux Mendiants, non, certainement pas69. Mais l'évêque voulait évidemment imposer à coups législatifs, notamment par les statuts synodaux, un ordre religieux et social dans son diocèse70. Et cet ordre, l'évêque essaya de le faire respecter, tentant de contrôler les Mendiants au-delà de leurs privilèges, de leurs exemptions71.

  • 72 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 452.
  • 73 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 454.

14Certes, les évêques de Liège furent des « instruments dociles et efficaces au service de l'action politique » papale, désignés par le Souverain Pontife le plus souvent72. A. Marchandisse a expliqué comment la papauté tenta de consolider les bases du pouvoir épiscopal liégeois aux xiiie et xive s., prenant souvent fait et cause pour lui. Mais le successeur de saint Pierre n'hésita jamais non plus à « rendre attentif [l'évêque] à l'incomparable supériorité de la tiare sur la mitre73 ». C'est probablement dans cette optique que le pape encouragea les actions indépendantes des Mendiants et les chargea parfois de missions au sein du diocèse, en collaboration ou non avec un légat. Il s'agissait parfois de s'opposer à l'évêque, parfois simplement de l'aider dans sa tâche. Toujours de garantir un pouvoir pontifical de plus en plus présent.

III. Deux missions spécifiques confiées par Rome

  • 74 À ce propos, voir par exemple Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 149–150 et surtout, (...)

15Deux missions particulières furent conférées aux Mendiants, et principalement aux Prêcheurs : la lutte contre l'hérésie et la prédication de la croisade74. Dans les deux cas, c'étaient là des fonctions qui n'eurent pas, semble-t-il, grande importance au diocèse de Liège.

1. La lutte contre l'hérésie

  • 75 En général, voir par ex. Foreville R., Latran I, II, III et Latran IV, p. 234–241.Voir Suttor M., (...)
  • 76 Dossier 6 août 1229. Je ne peux souscrire aux réflexions de Lejeune R., L'évêque de Toulouse Folqu (...)
  • 77 Dossier juillet 1232.
  • 78 Dossier 3 février 1232 (= 5 février 1232). Un des deux a commis une erreur de datation : Fredericq(...)
  • 79 Dossier mai 1238. Éd. Fredericq P., Corpus documentorum inquisitionis, t. 1, p. 87 ; Koudelka VI. (...)

16L'hérésie cathare sévit en cette fin de xiie s. Même à Liège, quelques traces y étaient perceptibles75. La lutte contre l'hérésie aurait-elle été une des raisons qui avaient décidé, trente ans après ces traces de catharisme, Jean d'Eppes à réaliser le vœu d'Hugues de Pierrepont et à inviter les Dominicains à Liège ? C'est ce qui transparaît dans l'invitation officielle qu'il adressa au maître de l'Ordre, en tout cas76. Jean d'Eppes aurait-il insisté sur cette fonction inquisitoriale lorsqu'il vidima une bulle de Grégoire IX, ordonnant au clergé de bien accueillir les Dominicains dont la mission était de combattre l'hérésie77 ? C'est vraisemblable, tandis que le duc de Brabant recevait une bulle du même Grégoire IX, lui confiant les Dominicains de Liège, seuls en lice alors dans cette partie de la Lotharingie, afin de lutter contre les hérétiques in Alemanniam78. Quelques années plus tard, en 1238, le chapitre cathédral, sede vacante, faisait savoir aux fidèles du diocèse que les Dominicains venaient d'être chargés de la chasse aux hérétiques qui pourraient sévir dans le diocèse79.

  • 80 Dossiers 5 février 1244 : le maître et le provincial de l'Ordre pouvaient faire remplacer les frèr (...)
  • 81 Paris, Archives Nationales, LL, 1528a, f° 213r.
  • 82 Voir Halkin L.-E., L'hérésie et sa répression au Pays de Liège avant la Réforme, p. 5–6, et surtou (...)
  • 83 Goosens A., Les inquisitions modernes, t. 1, p. 31.
  • 84 Vauchez A., Prosélytisme et action antihérétique en milieu féminin au xiiie siècle.
  • 85 Par exemple, Simons W., Les béguines au Moyen Âge, p. 2023 ; Simons W., The Beguine Movement, p. 9 (...)
  • 86 Voir p. 479–506. Tout comme le contrôle exercé par les Mendiants dans le comté de Flandre sauva le (...)
  • 87 Avril J., Les statuts synodaux, p. 104, 137, 191. Seules les lignes p. 137 insistent plus sur le d (...)

17Mis à part deux bulles papales reçues au couvent des Prêcheurs, réglant certaines généralités à propos de l'hérésie et des Mendiants80, mise à part la mention d'un inquisiteur appelé Lambert de Liège et cité au chapitre général de l'Ordre à Milan en 127081..., rien de plus concernant l'hérésie avant le milieu du xive s. ! Et, au xiiie s., rien ne bouge. Pas un souffle. Même pas un zéphyr d'hérésie dans le diocèse82. Mais alors, pourquoi Jean d'Eppes et le duc de Brabant parlaient-ils d'hérésie ? De deux choses l'une : ou bien ils craignaient le retour en force des erreurs des Cathares en ayant entendu parler de ce qui se passait dans le Sud de la Francie, ou bien ils craignaient le germe de l'hérésie dans ces communautés de béguines qui commençaient à fleurir un peu partout. Je penche pour cette seconde hypothèse, en la reliant à la première : ces mulieres religiosae, aux comportements suspects parce qu'inhabituels, ne furent-elles pas assimilées aux Cathares ? Entre 1230 et 1234, Raymond de Peñafort, célèbre canoniste dominicain, ne définit-il pas l'hérétique comme l'homme dont la foi était douteuse, comme le schismatique qui refusait l'autorité de l'Église83 — ainsi les béguines ? Rappelons que la Vie de Marie d'Oignies, prototype des Vies de saintes béguines, est en fait un manifeste anti-hérétique, dans le but de faire de Marie une sainte aux objectifs opposés au Catharisme84. Un peu partout en Europe, les béguines allaient risquer le bûcher au xiiie s., pour être finalement considérées, au début du xive s., comme des hérétiques85. C'est le contrôle strict de leurs activités (notamment par les Mendiants), couplé avec la « mise en béguinage » et l'intervention de Jacques de Vitry (et de Robert de Thourotte ?) qui les sauvèrent dans le diocèse de Liège86. Une fois les Mendiants actifs et toute une structure de contrôle mise en place, les craintes s'estompèrent ; les béguines rentrèrent en effet, d'une façon ou d'une autre, dans le giron de l'Église de Liège. Il ne faut donc pas s'étonner du peu d'intérêt porté à l'hérésie dans les statuts synodaux de Jean de Flandre, en 12 8 887.

18Quant à la réaction du chapitre cathédral en 1238, sede vacante..., ne faudrait-il pas y voir une mesure de prudence visant à éradiquer tout mouvement, tout frémissement social ou politique susceptible de naître à l'occasion de cette vacance du pouvoir ?

  • 88 Dossier 15 avril 1368 : les Dominicains Henri de Agro, Louis de Caliga et Walter Kerlin furent env (...)
  • 89 Vincent C., Discipline du corps et de l'esprit chez les Flagellants au moyen âge, p. 593. Voir aus (...)
  • 90 Vincent C., Discipline du corps et de l'esprit chez les Flagellants au moyen âge, p. 594.
  • 91 Fredericq P., De secten der geeselaars en der dansers, p. 6–12 et 24–47 ; surtout Autissier A., Le (...)
  • 92 Fredericq P., De secten der geeselaars en der dansers, p. 48–62 ; Halkin L.-E., L'hérésie et sa ré (...)

19Le xive s. ne vit pas davantage d'hérésie fleurir au diocèse de Liège. Il y eut bien des inquisiteurs envoyés en mission dans tout l'Empire... mais aucune trace de leurs activités au pays de Liège88. En 1349, toutefois, arriva à Liège une troupe de flagellants, ces « groupes ambulants de fidèles qui se donnaient la discipline collectivement et en public, tout en chantant des cantiques en langue vernaculaire », relativement autonomes par rapport à l'autorité ecclésiastique89. « La pratique de la discipline corporelle ne fut jamais conçue comme une fin en soi, même si elle constitua leur spécificité » : les règles imposées à ces pénitents leur demandaient avant tout une conversion personnelle, avec une « dimension à la fois publique et privée, ce qui induisit de nombreuses autres obligations d'ordre dévotionnel, moral et caritatif90 ». Au xive s., ces groupes, apparus en Allemagne, enfantés par la Grande Peste, attirèrent dans leurs rangs des Liégeois. Puis, avec à leur tête un frère prêcheur de Liège, ils parcoururent tout le pays liégeois, le Brabant, le Hainaut. Le 29 août, les voilà à Tournai, avec 180 liégeois ; et notre Dominicain y entretint le peuple des buts des étranges pénitents. Puis, le cortège continua son petit bonhomme de chemin, jusqu'à Valenciennes... Le mouvement flagellant avait très rapidement été perçu comme hérétique et réprimé comme tel. Mais aucune trace de cette répression ne se fit jour dans le diocèse de Liège91. Un peu plus tard, en 1374, des flagellants venus d'Allemagne réapparurent à Liège. Le clergé s'efforça de réprimer les actes de ces groupes. Mais, une fois de plus, les Mendiants ne semblent pas avoir été mis à contribution comme spécialistes de la lutte anti-hérétique92.

2. La prédication de la croisade

  • 93 Par exemple, en Bretagne, où la prédication de croisade fut « efficace » : Martin H., Les ordres m (...)

20Liée à cette fonction inquisitoriale, la prédication de la croisade ne connut pas plus de succès dans le diocèse de Liège. Les Mendiants avaient reçu de la papauté la mission de prêcher la Croisade et de récolter des fonds pour l'entreprendre, et ce dès 1236, dès que se profila à l'horizon la croisade vers Constantinople93. Dans ce lien prédication-récolte de fonds apparaissait l'ancêtre du lien prédication-quête pour des motifs divers, comme la reconstruction d'une église.

  • 94 Heysse A., Regesta belgo-neerlandica. Regesta pontifica circa provincias belgo-neerlandicas, excer (...)
  • 95 Il m'est impossible d'être aussi catégorique que Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Lièg (...)
  • 96 Roi des Romains en 1247, couronné en 1248, mort en 1256.
  • 97 Berger É., Les registres d'Innocent IV, t. 2, no 5036 et no 3604 ; Willemaers Y., Franciscains et (...)

21Cependant, dans le pays de Liège, très peu de traces de la prédication de la croisade. Certes, Urbain IV permit à Louis IX d'utiliser les Mineurs et Dominicains pour récolter des fonds pour la Terre sainte — mais désignait-il particulièrement les Mendiants de Liège ? Évidemment non, contrairement à l'opinion d'Yves Willemaers94. Si le frère prêcheur Guillaume d'Eyck et le frère mineur Jean de Diest furent chargés par Innocent IV de réunir les fonds de la croisade, rien ne les liait par ailleurs au diocèse de Liège, ou en tout cas aux couvents liégeois. Ils étaient probablement, comme leur nom l'indique, originaires des régions thioises. L'inconnue reste de savoir s'ils auraient pu résider dans les couvents de Liège. Je ne le pense pas parce que je n'en ai pas trouvé de trace par ailleurs, mais surtout parce que les origines des noms de ces frères les mèneraient vers d'autres couvents (Louvain, Bruxelles, Diest...)95. Ces deux frères se retrouvèrent comme chapelains de Guillaume de Hollande96, semble-t-il97.

  • 98 Guillaume de Hollande était un anti-roi, élu à l'instigation des archevêques de Cologne et de Maye (...)
  • 99 De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 11221378, p. 317.
  • 100 Marchandise A., La fonction épiscopale à Liège, p. 145–147.
  • 101 Berger É., Les registres d'Innocent IV, t. 2, p. 10, no 4166.
  • 102 Berger É., Les registres d'Innocent IV, t. 2, p. 28, no 4265 (analyse).
  • 103 Dossiers mai 1244 ; 16 mars 1265 ; juillet 1266 : « de quibus lego in subsidium terre sancte decem (...)

22C'est dans le cadre de la lutte contre Frédéric II98 que ces derniers frères apparurent du côté de Guillaume de Hollande. De même qu'une des missions d'Hugues de Saint-Cher à Liège fut de favoriser l'entreprise de Guillaume de Hollande contre Frédéric99 ; ce qui pouvait paraître étrange, puisque Henri de Gueldre, élu de Liège, était d'avance un partisan acharné de Guillaume100. Mais il semble acquis que le pape avait lancé Hugues de Saint-Cher et son armée de Mendiants contre Frédéric II : en 1248, Innocent IV demanda que les sommes versées par les fidèles voulant se libérer de leur vœu de Croisade (contre l'infidèle comme contre Frédéric) fussent récoltées par les Dominicains dans les diocèses de Liège et de Cambrai101. En 1249, le même Innocent diffusa l'avis suivant : le ministre provincial des Mineurs de Germanie prêchait la croisade contre Frédéric et ses « fautores, de concilio Wilhelmi regis Romanorum », dans tout le « regnum Alamaniae » et demandait aux frères d'annoncer que les absolutions qui étaient concédées d'habitude à qui prenait la croix en Terre sainte seraient données à qui partait en croisade contre Frédéric. Ce document est envoyé in eumdem modum priori fratrum predicatorum et custodi fratrum minorum Leodiensibus102. En fait, les seules traces d'action de croisade des frères de Liège n'étaient pas orientales mais dirigées contre Frédéric II, à l'appui de Guillaume de Hollande. Les Mendiants furent bien ici les instruments du pape. Probablement y eut-il une prédication de croisade à Liège, mais elle ne dût pas être bien différente de ce qu'elle était ailleurs. Puisqu'elle ne laissa pas de trace concrète dans les sources, sinon quelques legs dans les testaments, destinés à la croisade — qu'il est possible de lier, pour certains d'entre eux, à la prédication des Mendiants103. De toute façon, rien d'inhabituel.

IV. Les mendiants et la fonction épiscopale

  • 104 En règle générale, on compte peu d'évêques mendiants en terre d'Empire aux xiiie et xive s., comme (...)
  • 105 Dossier 25 février 1279, Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [II], p. 2 ; Eubel K, Hierarchia Cat (...)

23Instruments du pape, il arrivait que celui-ci fasse de l'un ou l'autre frère mendiant un évêque. Il n'y a pas de frère qui devint évêque de Liège, au Moyen Âge104. Mais il semble que l'un ou l'autre frère liégeois fût choisi pour exercer les fonctions épiscopales sous d'autres cieux, comme le frère mineur Gilles de Liège, consacré par Nicolas III évêque de Valve-Sulmona et qui abandonna la charge épiscopale en 1289-1290105.

  • 106 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 327–330. Outre quelques travaux récents cités (...)
  • 107 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 132–133.
  • 108 Ainsi François de Sélivrée/Sélymbrie, Dominicain, consacra-t-il en 1294 l'église de Géronsart (dos (...)
  • 109 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 329 et Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. (...)
  • 110 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 329.
  • 111 En effet, ces évêques suffragants nullatenus étaient souvent rejetés, voire combattus. On verra à (...)

24La fonction d'évêque auxiliaire était une autre forme de rapport au pouvoir papal et épiscopal. À Liège, elle fut fréquemment occupée par des Mendiants. Je n'insisterai pas à son propos, puisque A. Marchandisse en a brossé le portrait en quelques pages dans sa thèse de doctorat106. Les tâches de l'évêque auxiliaire, appelé aussi suffragant, étaient principalement d'ordre spirituel. Ils suppléaient l'ordinaire pour une série d'actes nécessaires, d'ordre liturgique107. Le rôle de l'évêque auxiliaire était important à ce titre : il était partout, consacrant ici une église, là une chapelle ou un autel, conférant des bénédictions ou distribuant des indulgences108. Ces prélats auxiliaires étaient évêques in partibus infidelium, c'est-à-dire attachés à un siège épiscopal qu'ils ne pouvaient occuper, puisque situé en Terre sainte reconquise par les Infidèles, ou dans les territoires de l'Est, aux marges non encore christianisées109. Étaient-ce des « évêques en disponibilité, chassés de leur siège et se réfugiant à Liège, où, là-bas comme dans d'autres diocèses, ils exercent certaines de leurs fonctions, ou évêques ayant vocation d'auxiliaires et nommés, de ce fait, à des sièges qu'ils n'auront jamais l'occasion d'occuper » ? La question a été clairement posée par A. Marchandisse. Il y a répondu en préférant la première solution, dans la mesure où c'est le pape qui avait la haute main sur ce genre de nomination et non l'évêque, mais aussi parce que ces évêques chassés seraient venus se réfugier dans les évêchés avec lesquels ils avaient pu tisser quelque lien110. Je pense que la question reste ouverte, car assez complexe. Dans les premières décennies du xiiie s., il est plus que probable que la situation des évêques in partibus répondait à la « première possibilité » d'A. Marchandisse. Mais, par la suite, les sièges in partibus restant inoccupables, bon nombre de religieux y trouvèrent le moyen d'accéder à une charge d'évêque auxiliaire, particulièrement avantageuse. Et ici, ils se rapprochaient de la « seconde possibilité » préconisée par ce dernier auteur. L'apparition de suffragants nullatenus, sans résidence fixe, ni clergé, ni fidèles, ni même réelle fonction d'auxiliaire, possédant seulement un titre, soumis à la seule autorisation papale, compliqua les choses : c'étaient là des évêques « gyrovagues », un peu comme les prêtres gyrovagues qui hantaient les villes aux xiiie et xive s. Leur statut est similaire à la fois à la « première possibilité » et à la « seconde », puisqu'il s'agissait de religieux qui possédaient un titre épiscopal sans la cathèdre, qui avaient trouvé par ce titre un moyen d'attirer des revenus convenables tout en se préservant une totale liberté de parole et d'action, venus se réfugier dans un diocèse où ils étaient sûrs de trouver des appuis111. La prudence est donc de mise : il y a là matière à une nouvelle thèse !

  • 112 Voir par exemple Traeger J., Die Tätigkeit von Weihbischöfen aus dem Dominikanerorden im mittelalt (...)
  • 113 La règle de pauvreté franciscaine était toujours une réalité au xive s.. Chez les Carmes, elle n'a (...)
  • 114 Voir p. 538. Ce qui ne signifie pas que cette charge d'évêque auxiliaire ne fût pour lui qu'une si (...)

25Se développant à partir d'Hugues de Pierrepont, cette charge fut recherchée de plus en plus par les Mendiants dans la seconde moitié du xiiie s. et tout au long du xive s.112 Pour beaucoup de frères, c'était là l'occasion de s'affranchir de la vie régulière, de quitter une vie d'errance, de prédication en prédication. Mais aussi, c'était le moment pour certains d'abandonner une vie qui devait être consacrée à une relative pauvreté pour une existence plus aisée, voire dorée. Le cas de Jean de Saint-Martin, d'abord mineur, puis carme113 et enfin évêque de Jaffa, auxiliaire de Liège, possédant, jouissant et gérant des biens, est représentatif de cet état d'esprit : voilà un intellectuel qui cherchait sa voie dans la liberté et l'indépendance religieuse et économique114.

  • 115 Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 37–38, 40–42.
  • 116 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 132133 ; Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, (...)
  • 117 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 330. Felten F.-J., Mendikanten als Bischöfe, p (...)
  • 118 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 161–182 (surtout 179–182).
  • 119 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 191–192.
  • 120 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 185193 ; Hourlier J., L'Âge Classique 1140–1378. Les relig (...)
  • 121 Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 63–66 — De Troeyer B., Libertus de Broeckem (Bro (...)
  • 122 Exemples d'évêques auxiliaires pour la Flandre, voir Simons W., Stad en apostolaat, p. 233–234 ; q (...)

26La plupart de ces évêques auxiliaires ne semblent pas originaires de couvents mendiants liégeois, sauf Daniel (1313-1338) et Jean de Saint-Martin (1357-1374), du couvent carme de Liège115. Le chapitre cathédral, l'évêque, voyaient d'un bon œil les Mendiants investir cette fonction, reconnaissant en eux des rhéteurs hors pair, des intellectuels de haut niveau116. Je ne puis cependant totalement adhérer à l'opinion d'A. Marchandisse, selon lequel les évêques pouvaient trouver avantageux la présence d'auxiliaires mendiants dans la mesure où ceux-ci se devaient de respecter le sacro-saint vœu de pauvreté117. C'est vrai en partie, surtout pour les Franciscains, et à condition qu'ils n'abusent pas de leur état d'évêque118. Mais dans les faits, si certains étaient réellement désintéressés119, c'était loin d'être le cas de tous : Jean de Saint-Martin était le contre-exemple parfait. Tandis qu'au xve s., le pape lui-même exigea qu'ils jouissent de revenus déterminés120 : Jean de Merchteren, mineur et évêque de Libarie, auxiliaire de Liège nommé en 1457 ; Libert de Broekem, mineur, évêque de Béryte nommé en 1470 ; Hubert Léonard, carme, évêque de Darie, auxiliaire de Liège nommé en 1474 ; Jean de Beersele, mineur, évêque de Cyrène et auxiliaire de Liège, nommé en 1485... tous furent nommés avec réserve d'une pension de 200 ou 300 florins à prendre sur la mense épiscopale de Liège ou sur les revenus du sceau aux causes. L'évêque de Liège lui-même se trouvait contraint de payer les services de son auxiliaire, au xve s.121 ! Évidemment, on ne peut transférer au xive s. cette situation du xve s. Néanmoins, l'idéal de pauvreté des Mendiants n'est pas, selon moi, un argument qui puisse expliquer de manière totalement convaincante et univoque le choix de frères de ces Ordres comme auxiliaires, par l'évêque de Liège. Une fois de plus, l'idéal de pauvreté est ici un « miroir aux alouettes ». C'étaient les connaissances juridiques, liturgiques, théologiques et rhétoriques qui étaient appréciées par l'évêque de Liège. C'était leur appartenance à un Ordre prolongeant la crosse papale qui poussait le souverain pontife à les nommer évêques auxiliaires à Liège comme en Flandre. D'excellents instruments, une fois de plus122.

V. La hiérarchie des Ordres

27Ces interventions de la hiérarchie ecclésiastique au plus haut niveau, papal, trouvèrent des échos à un niveau un peu inférieur, celui des supérieurs de l'Ordre. Ici, cependant, pas question de réelle instrumentalisation des couvents, par laquelle les supérieurs auraient attribué à chaque couvent des fonctions déterminées. Il s'agirait plutôt d'une direction, d'un contrôle de saine gestion, de respect des constitutions ou des règles. Mais aussi d'un rapport direct à chaque frère au sein de chaque couvent, du point de vue de son éducation, de sa formation, de ses tâches, de ses voyages, de ses récompenses et de ses punitions. De ce contrôle, peu de traces ont subsisté en définitive.

  • 123 Dossier novembre 1244 : « Ego frater Johannes, magister Ordinis Predicatorum, penitentiarius domin (...)
  • 124 Dossier 24 octobre 1245.
  • 125 Dossier 17 juin 1330.

28Pour les Dominicains, il reste la certitude que les plus hautes autorités de l'Ordre durent les visiter plusieurs fois dès les débuts du couvent à Liège, comme en témoignait la présence dans le diocèse du maître général Jean de Wildeshausen, évêque de Boznen ou Diacovar : frater Johannes, magister Ordinis Predicatorum, penitentiarius domini pape vidima à Tongres, en novembre 1244, un acte impérial de 1071 pour le chapitre cathédral de Liège123. C'est dire l'importance de son pouvoir et la représentativité de sa juridiction, aux yeux des Liégeois. En octobre 1245, il était cité aux côtés de Robert de Thourotte et de Marcoald, archidiacre de Liège et prévôt de Tongres, dans l'acte qui autorisa les béguines de Tongres à fréquenter l'église de l'hôpital Saint-Jacques124. Je pense que ces personnages, cités ici comme conseillers, n'étaient pas présents lors de la confection de l'acte au sens documentaire (voire de sa passation juridique). En effet, les sceaux de tous ces grands manquent — ils furent remplacés par le sceau du curé de la paroisse de Tongres (l'auteur de l'acte) et de maître Renier, conservateur et protecteur des béguines et du chapitre collégial de Tongres. Il est probable que la décision de permettre à ces béguines l'accès à l'église de l'hôpital fut bien antérieure, peut-être même de novembre 1244, date du passage du maître général Jean à Tongres, comme on l'a vu ci-dessus. Il faudra attendre 1330 pour trouver une nouvelle trace du passage du maître général des Prêcheurs à Liège, avec le frère Barnabé, qui conférait au duc de Brabant et à sa famille la participation aux prières de l'Ordre, dans un acte qu'il fit réaliser et qu'il scella à Liège125.

  • 126 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 13.
  • 127 Houbaert A., Ooms H., Lijst van de provinciale oversten, p. 46–47 : provincial en 1337... Voir aus (...)
  • 128 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 13 : « RP Nicolaus de Hoyo D.T. obiit 9 aug 136 (...)

29Quant aux frères mineurs de Liège, peu de traces d'un quelconque contrôle, quel qu'en fût le niveau : général ou provincial. Il faut seulement remarquer qu'au moins un frère fut probablement provincial de France, comme l'indiquait son épitaphe : Lambertus de Leodio quondam provincialis Franciae obiit Hui 15 aug. 1309126. Il semblerait que Nicolas de Huy, déjà rencontré127, fut aussi provincial de France, avant de venir mourir au couvent de Liège128.

  • 129 Dossier 2 octobre 1271.
  • 130 Lickteig F.-B., The German Carmelites at the Medieval Universities, p. 126, note 88.
  • 131 Dossier 10 juin 1330.
  • 132 En effet, avant cela, on n'en trouve pas une trace dans les registres des visites de couvents de l (...)
  • 133 Institut fur Stadtsgeschichte, Stadtarchiv Frankfurt am Main, Biicher des Karmeliterordens, 72 (an (...)
  • 134 Par exemple, A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 3, 16, 18, 21, 22, 23...
  • 135 Par exemple, en 1437 : A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 1.

30Les Carmes firent de même l'objet d'un contrôle serré ; le prieur général scella son approbation à l'accord conclu avec l'abbaye de Saint-Jacques, qui accueillait le couvent des Carmes de Liège sur son territoire, en 1271129. En 1320, un prieur général serait passé à Liège, au couvent130. Dix ans plus tard, il adressait un acte, daté du chapitre général de 1330, à l'abbaye de Saint-Jacques, l'intégrant dans la communauté spirituelle de l'Ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel131. À partir de 1384, à l'occasion du Grand Schisme, le couvent passa dans la province carme de Germanie inférieure132. Les registres des visites des couvents de cette province Carme, miraculeusement conservés pour les quelques années qui suivirent, montrent que ces visites du prieur provincial étaient annuelles133 et qu'elles s'intéressaient surtout à l'équilibre économique du couvent, vérifiant les revenus des rentes et des cens, la balance des recettes et des dépenses, la part des procureurs. Une fois revenu dans la province de France, au xve s., le couvent fit l'objet des mêmes soins de la part des prieurs provinciaux et généraux. Annuellement, au moins depuis 1437, le prieur provincial venait vérifier la comptabilité, qu'il approuvait par sa signature dans les registres eux-mêmes134. De temps à autre, le prieur général visitait en personne le couvent135.

  • 136 Pour les Guillemins, voir par exemple : A.É.L., Abbaye du Val-des-Écoliers à Liège, 2, f° 271r-v ; (...)

31Les Guillemins, les Croisiers, les Écoliers avaient une structure hiérarchique semblable. Chez eux comme chez les Mendiants stricto sensu, un contrôle relatif devait être mené par la hiérarchie : des études complémentaires sont à entreprendre136.

  • 137 Quant au rôle du prince laïque, son intérêt et ses tentatives pour « utiliser » les couvents de me (...)

32Ainsi le pape considérait les couvents de Mendiants comme son bâton et son porte-voix, leur donnant les pleins pouvoirs dans leurs fonctions initiales : la lutte contre l'hérésie, la prédication de la croisade (contre Frédéric). Mais il en fit aussi un instrument à la fois de contrôle et d'aide de l'épiscopat — tout comme il se fondait sur l'évêque, autre instrument essentiel de sa politique, mais aussi chargé de protéger ces Mendiants ! Comme on le voit, il s'agissait d'un jeu de pouvoirs et de contre-pouvoirs. Par leurs compétences juridiques, politiques, sociales et religieuses aussi, les Mendiants avaient pris une place de choix dans le monde politique et religieux liégeois : voilà une preuve supplémentaire de leur adaptation au système socio-politique du xiiie s.137.

33Quant au contrôle de la hiérarchie des différents Ordres, il était bien réel. Il ne peut être défini avec précision que pour les Carmes, à la fin du xive s. et au début du xve s. : un contrôle principalement économique, selon les apparences. Peut-être d'autres pièces liées à ces visites concernant la liturgie, la spiritualité, l'enseignement... existèrent-elles. Mais si ce fut le cas, elles ont toutes disparu. Il reste la certitude du souci de tous les responsables conventuels quant à l'équilibre économique et la survie du couvent. Dire que le temps de la pauvreté était bien loin serait mesquin. Pour ces couvents, c'était — comme cela fut toujours — le temps de la survie. Et survivre, c'était s'adapter. S'adapter aux réalités économiques du monde urbain de cette fin de Moyen Âge.

Notes

1 Hourlier J., L'Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 442–448 ; Neidigerb., Die Bettelorden im spätmittelalterlichen Rheinland, p. 53 ; Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 149153 ; Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 121–131 ; Simons W., Stad en apostolaat, p. 235 ; voir le colloque Il papato duecentesco e gli ordini mendicanti. Atti del XXV Convegno internazionale, Assisi, 13–14 febbraio 1998, Spolète, 1998, p. 81–103 (Atti dei Convegni della Società internazionale di studi francescani e del Centro interuniversitario di studi francescani, n. sér., 8), dont surtout la communication de Barone G., Il Papato e i Domenicani nel Duecento.

2 Voir Schreurs F., Henry van den Berch pour une approche biographique.

3 Conservée dans le manuscrit 188 de la Bibliothèque de l'Université de Liège (cf. une analyse très complète de celui-ci dans Gachet É., Notice).

4 Dossiers 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (6) ; 10 avril 1255 ; 3 février 1244 (1) ; 10 février 1244. Droits un peu limités dans 25 mars 1244 (3).

5 Dossiers juillet 1232 ; 25 mars 1244 (2) Janvier 1267 ; 1er octobre 1282.

6 Dossiers 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (5) ; 3 février 1244 (2) et 30 juin 1267 ; 20 décembre 1267

7 Dossier 25 mars 1244 (1). Voir aussi 13 janvier 1247.

8 Dossier 26 mars 1244.

9 Dossier 28 juillet 1288.

10 Dossier 3 février 1244 (1).

11 Dossier 15 juin 1265 – 15 juin 1268.

12 Dossier 5 février 1232.

13 Dossiers 24 mars 1244.

14 Dossier 28 mars 1246.

15 Dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (3).

16 Dossier 21 septembre 1246.

17 Dossier 25 mars 1244 (2).

18 Dossier 5 février 1244.

19 Dossier 23 avril 1244 (2).

20 Dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (4).

21 Dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (2).

22 Dossier 17 septembre 1243.

23 Dossier 15 juin 1265 – 15 juin 1268.

24 Dossier 23 avril 1244 (1).

25 Dans un manuscrit, probablement factice, du xviiie s., conservé dans la bibliothèque du château des comtes d'Oultremont, à Warfusée. Je dois à l'amabilité de la comtesse d'Oultremont d'avoir pu chercher ce document à Warfusée. Mais sans résultat. Ce document ne se trouve pas là où Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, le situait — il est le dernier à l'avoir consulté. Mes recherches dans ce qui reste du riche dépôt de Warfusée, dont les conditions de conservation sont effroyables, ont été infructueuses. Le pire est à craindre.

26 Mais peu sont conservées. Pour les Carmes, un exemple type : le dossier 12 février 1256. Pour les Sachets, voir le dossier 1er août 1265.

27 Dossier 21 mai 1247. Voir De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 1122–1378, p. 468.

28 Voir, pour Bemardfagne, Poncelet É., Le monastère de Bernardfagne, p. 148–149 et les dossiers 25 mai 1248 ; 31 mars 1249 ; 6 octobre 1250 ; 26 août 1252 ; cf. aussi 20 juin 1257. Ces quelques bulles sont, sauf pour les aspects de propriété, similaires aux bulles de privilèges délivrées aux Mendiants stricto sensu : autorisation de prêcher et de recevoir des confessions, mise sous protection papale. La plupart furent d'ailleurs émises par Innocent IV, comme pour nos Prêcheurs ou ceux de Fribourg (cf. infra) !

29 Lagarde G., Les sources de l'histoire des ordres mendiants, p. 952 ; Domsta H.J., Inventar des Archivs der Kölnischen Provinz der Franziskaner im Stadtarchiv Düren ; Staub M., Église et pouvoir à l'automne du Moyen Âge, p. 108 ; Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 111–113 ; Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 151 ; Weigl P., Zu Urkunden des Erfurter Franziskanerklosters, p. 297–314 donne le détail d'une vingtaine de bulles adressées à ce couvent de Franciscains, du xive et xve s., conservées en copies du xve s.

30 Staub M., Église et pouvoir à l'automne du Moyen Âge, p. 108 : 32 bulles des origines à 1282 (dont 24 d'Innocent IV), de 1282 à la fin du xive s., l'auteur en compte... 4. — La comparaison avec d'autres fonds mendiants apporterait certainement son lot d'informations.

31 Despy G., L'exploitation des curtes en Brabant, p. 197. Cf. aussi Brouette É., La fondation de l'abbaye d'Argenton, p. 211. Ce « xéroxage » de bulles — aujourd'hui : « photocopiage » — est une pratique à laquelle il serait bon d'accorder une étude plus attentive.

32 Dossier 19 octobre 1269 : « Item promittimus eisdem abbati et conventui quod nos virtute alicuius privilegii seu littere papalis vel cuiuslibet alterius superioris a nobis obtenti vel obtinendi seu obtinende dictas abbatem et conventum de nostris terminis ampliandis vel aliquibus juribus ecclesie beate Marie Magdalene predicte usurpandis non inquietabimus vel molestabimus per nos seu per alium vel alios sed eisdem litteris et privilegiis si aliqua seu aliqui obtenta vel obtente fuerint nunc vel in posterum a nobis renunciamus ex toto » et dossier 26 septembre 1273.

33 Dossier 1er août 1265.

34 Voir p. 447–451. Voir aussi Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 152–153.

35 Meersseman G.G., Les Dominicains flamands et le Grand Schisme, p. 127–128 et 134–135.

36 Voir p. 538. Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 282–283, no 1090 ; p. 558–559, no 2157 ; p. 573–574, no 2213.

37 Dossier 21 octobre 1331.

38 Dossier 25 mai 1339 (2). On pourrait compter aussi les multiples suppliques de frères mineurs (pas nécessairement originaires de Liège !) demandant des prébendes liégeoises pour des proches (ex. : Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 44, no 211 et p. 248, no 980). Mais cela sort des préoccupations de cette étude.

39 Voir notamment Delorme F., Bulle de Grégoire IX pour les Frères Mineurs d'Allemagne (1231) et Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [I], p. 68.

40 Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [I], p. 69.

41 Dossier 2 avril 1304.

42 Dossier 26 avril 1319. Voir aussi Heysse A., Regesta Belgo-Neerlandica [II], p. 163. Voir Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 59 ; Lippens H., Matériaux, p. 34–35.

43 Dossier 4 février 1365.

44 Dossier 7 mars 1329.

45 Dossier 17 novembre 1343. Voir p. 450.

46 Dossier 29 mai 1363.

47 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 418–421.

48 Dossier 10 juillet 1246. Voir à ce propos Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 249–251. Toujours dans le domaine spirituel, la mission confiée entre autres au gardien des Mineurs et au prieur des Prêcheurs de Liège de modérer les stipendia assignées aux frères de l'Ordre du Temple par certains évêques, sur des biens qui furent transférés à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem : dossier 1er décembre 1318.

49 Dossier 5 décembre 1286. Voir Chapotin M.D., Histoire des Dominicains de la Province de France. Le siècle des fondations, p. 137–138. Les Dominicains, Franciscains (plus les Carmes, les Écoliers et les Croisiers) devaient souvent se faire prier pour respecter l'interdit, mais ils obtempéraient parfois malgré leurs exemptions papales : Kurth G., La Chronique de Jean de Hocsem, p. 26, en 1254 ; p. 351, en 1346.

50 Sur Hugues de Saint-Cher, voir, outre Berndt R., Hugo v. St.-Cher ; Aubert R., Hugues de Saint-Cher ; Gerwing M., Hugo v. St.-Cher, le toujours irremplacé Sassen J.-H., Hugo von St-Cher. Un exemple d'action, hors du diocèse, en faveur des Dominicains : sa translation des couvents de Bruges et de Gand, de la province de Teutonie à la province dominicaine de France (dossier 17 avril 1265 – 17 avril 1266).

51 Voir p. 496–506.

52 Voir p. 508–509. Voir en plus, le dossier 28 décembre 1252, qui ne se trouve pas répertorié, comme la plupart des actes cités dans les notes suivantes, dans Schoolmeesters É., Les actes.

53 Lefevre P., Une intervention du pape Innocent IV.

54 Voir entre autres les dossiers 11 octobre 1251 ; 30 octobre 1252 (1) ; 19 novembre 1252. Après sa légation, il continua cependant à s'intéresser à la situation du diocèse et à intervenir dans l'une ou l'autre affaire : dossier 17 juillet 1258. Toujours du point de vue canonique : Innocent IV permit — par l'entremise du légat — au duc de Brabant de posséder des dîmes, cf. dossier 11 mars 1253. Il donna son aval aux dispenses de mariage suivantes : 20 juin 1252 ; 31 août 1252 ; 1er juillet 1253.

55 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 455–456. Je suis plus perplexe quant à l'interprétation d'É. de Moreau qui voit en Hugues de Saint-Cher une sorte de précepteur du jeune Henri de Gueldre ! En effet, rien ne prouve cela, au contraire (De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 1122–1378, p. 316–318).

56 Naz R., Pénitencerie, col. 1327–1329.

57 Attention, cela ne signifie pas qu'il dépendait d'Hugues de Saint-Cher comme « grand pénitencier », celui-ci ne fût chargé de cette fonction qu'en 1256 ! (de Berndt R., Hugo v. St.-Cher ; Aubert R., Hugues de Saint-Cher ; Gerwing M., Hugo v. St.-Cher). Il ne fît donc qu'accompagner le légat, le secondant dans sa tâche.

58 Dossier avril 1253.

59 Dossier octobre 1239 (2).

60 Grazia Del Fuoco M., Insediamento e sviluppo, p. 180–181, 185 donne quelques exemples allemands.

61 Voir p. 129–145. Pour le contrôle et l'aide épiscopale à la fondation de couvents à Liège au xve s., voir Henneau M.-E., Religieuses et pouvoir épiscopal au pays de Liège à l'époque moderne et Boulvain S., Contribution à l'histoire religieuse de la ville de Liège : la fondation de couvents à l'époque moderne, p. 24–30. Sur l'affaire des Clarisses de Bouxthai, dossier 23 octobre 1345.

62 Dossiers 21 octobre 1245 ; novembre 1245 et 22 août 1248.

63 Dossier 13 janvier 1248.

64 Berlière U., Suppliques d'Innocent VI, p. 161–162, no 399 — cf. aussi, du même fondateur laïque, la demande de fondation d'un couvent de Clarisses au diocèse de Liège, en 1345 : Lippens H., Une bulle, p. 389 et Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [III], p. 2–3.

65 Dossier 13 août 1242.

66 Ainsi le couvent des Guillemins de Liège (dossier 6 novembre 1365). Voir aussi le couvent des Clarisses du Bouxthai, p. 141–142.

67 Dossier 22 juillet 1275 : acte de Jean d'Enghien.

68 Quelques exemples : dossiers juillet 1232 ; 11 avril 1232 – 2 avril 1233 ; 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (4) ; octobre 1258 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 46... Pour le Tiers-Ordre : 13 mai 1255 vidimée par 12 mai 1376 (voir aussi, à propos du même acte, 24 janvier 1349 et Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [IV], p. 3) ; 15 avril 1332. Voir Simenon G., Les bégards de Saint-Trond, p. 123. — On note la présence étrange de deux bulles concernant les Clarisses, datant de 1265 et 1296, dans le bullaire de la cathédrale de Liège, sans qu'on sache pourquoi ; aucun couvent de Clarisses n'apparaissant à Liège avant le xve s. Y aurait-il un rapport avec le mouvement béguinal ? (dossiers 22 novembre 1265 ; 2 juin 1296 – 3 juillet 1296). Attention, ce bullaire est un registre factice du xviiie s. Des copies de ces bulles ont donc pu être réalisées et envoyées à Liège au xve s., à l'occasion de la fondation du couvent de Clarisses.

69 Voir par exemple Morenzoni F., L'encadrement et l'instruction religieuse des fidèles.

70 Sur le synode, instrument de pouvoir de l'évêque, voir sa « préhistoire » avant Latran IV dans Avril J., L'évolution du synode diocésain, principalement dans la France du Nord, du xe au xiiie siècle, dans Proceedings of the Seventh International Congress of Medieval Canon Law. Cambridge, 2327 July 1984, éd. Linehan P., Vatican, 1988, p. 305–325 (Monumenta Iuris Canonici).

71 Avril J., Observance monastique, p. 28–29 ; Avril J., Moines et chanoines réguliers, p. 317320 ; Glorieux P., Prélats français contre religieux mendiants.

72 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 452.

73 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 454.

74 À ce propos, voir par exemple Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 149–150 et surtout, les considérations de Muller A., Die dominikanische Mission inter infideles et scismaticos.

75 En général, voir par ex. Foreville R., Latran I, II, III et Latran IV, p. 234–241.Voir Suttor M., Sur la lettre de l'Ecclesia Leodiensis au pape. L'attitude de Rome et de l'archidiocèse de Cologne face au catharisme au milieu du xiie siècle ; Suttor M., Le « Triumphus Sancti Lamberti de Castro Bullonio » et le catharisme à Liège au milieu du xiie siècle.

76 Dossier 6 août 1229. Je ne peux souscrire aux réflexions de Lejeune R., L'évêque de Toulouse Folquet, p. 446448, selon lesquelles les évêques de Liège du début du xiiie s., comme Hugues de Pierrepont, adoptaient une politique modérée vis-à-vis de l'hérésie, se montrant réticent à inviter les Dominicains à Liège pour cela : rien ne prouve une quelconque hostilité envers eux ; quant à la relative mollesse vis-à-vis de l'hérésie, n'était-elle pas plutôt due à l'inexistence de cette dernière au Pays de Liège au début du xiiie s., sinon justement le développement du mouvement béguinal ? Cette collaboration évêque-Dominicains autour du problème de l'hérésie trouvait alors son point culminant dans le Sud de la France : Sickert R., Dominikaner und Episkopat. Ce n'était probablement pas un hasard.

77 Dossier juillet 1232.

78 Dossier 3 février 1232 (= 5 février 1232). Un des deux a commis une erreur de datation : Fredericq P., Corpus documentorum inquisitionis, t. 1, p. 144. Voir, outre Chapotin M.D., Histoire des Dominicains de la Province de France. Le siècle des fondations, p. 147–148, Goosens A., Les inquisitions modernes, t. 1, p. 34–35.

79 Dossier mai 1238. Éd. Fredericq P., Corpus documentorum inquisitionis, t. 1, p. 87 ; Koudelka VI. J., Il fondo Libri nell'Archivio generale dell'ordine domenicano. II. Liber AA-Liber MMM, p. 199, n° 62.

80 Dossiers 5 février 1244 : le maître et le provincial de l'Ordre pouvaient faire remplacer les frères chargés de prêcher la Croisade et de procéder à la lutte contre les hérétiques ; 28 mars 1246 : permission aux Dominicains de saisir les frères apostats, sous quelque habit qu'ils fussent — bien qu'un apostat n'était pas nécessairement un hérétique !

81 Paris, Archives Nationales, LL, 1528a, f° 213r.

82 Voir Halkin L.-E., L'hérésie et sa répression au Pays de Liège avant la Réforme, p. 5–6, et surtout Despy G., Les débuts de l'Inquisition dans les anciens Pays-Bas au xiiie siècle, p. 102103.

83 Goosens A., Les inquisitions modernes, t. 1, p. 31.

84 Vauchez A., Prosélytisme et action antihérétique en milieu féminin au xiiie siècle.

85 Par exemple, Simons W., Les béguines au Moyen Âge, p. 2023 ; Simons W., The Beguine Movement, p. 96–99 ; Helvetius A.-M., Les béguines, p. 21–23 ; Vauchez A., Prosélytisme et action antihérétique en milieu féminin au xiiie siècle, p. 99–100 ; Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 90–95 et 105 ; Neidiger B., Mendikanten zwischen Ordensideal und städtischer Realitat, p. 126–132.

86 Voir p. 479–506. Tout comme le contrôle exercé par les Mendiants dans le comté de Flandre sauva les béguines : Slmons W., Stad en apostolaat, p. 220–222. Ailleurs : Schmitt J.-C., Mort d'une hérésie. L'Église et les clercs face aux béguines et aux bégards du Rhin supérieur du xive au xve siècle, Paris La Haye New York, 1978.

87 Avril J., Les statuts synodaux, p. 104, 137, 191. Seules les lignes p. 137 insistent plus sur le danger du mauvais prédicateur, dont les paroles pourraient semer hérésies et erreurs. Sans plus.

88 Dossier 15 avril 1368 : les Dominicains Henri de Agro, Louis de Caliga et Walter Kerlin furent envoyés en Germanie, chargés de mission d'inquisiteurs.

89 Vincent C., Discipline du corps et de l'esprit chez les Flagellants au moyen âge, p. 593. Voir aussi Delaruelle É., Les grandes processions de pénitents de 1349 et 1399, p. 277–295 et tout spécialement p. 289–293.

90 Vincent C., Discipline du corps et de l'esprit chez les Flagellants au moyen âge, p. 594.

91 Fredericq P., De secten der geeselaars en der dansers, p. 6–12 et 24–47 ; surtout Autissier A., Le sang des flagellants. Aussi Graus F., Pest – Geiβler – Judenmorde, p. 38–66.

92 Fredericq P., De secten der geeselaars en der dansers, p. 48–62 ; Halkin L.-E., L'hérésie et sa répression au Pays de Liège avant la Réforme, p. 5.

93 Par exemple, en Bretagne, où la prédication de croisade fut « efficace » : Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 17–19.

94 Heysse A., Regesta belgo-neerlandica. Regesta pontifica circa provincias belgo-neerlandicas, excerpti e Bullario franciscano et ex aliis documentis et periodicis, dans FrBGMN, t. 9, 1954, p. 69–70 ; Guiraud J., Les registres d'Urbain IV, t. 4, p. 100 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 30. Sur saint Louis en croisade, on verra : Mercuri C., S. Luigi e la crociata, dans Mélanges de l'École française de Rome. Moyen âge, t. 108, 1996, p. 221–241. Pas très significative non plus, la bulle de Grégoire IX au provincial de France à propos d'un rachat de vœu de croisade, valable aussi pour les habitants de Liège : dossier 6 novembre 1240.

95 Il m'est impossible d'être aussi catégorique que Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 30, selon lequel ces deux frères œuvraient dans le diocèse de Liège. Voir Berger É., Les registres d'Innocent IV, no 4508, no 4510 ; Brusselaers M., Bijdrage tot de Geschiedenis van de Franciscaanse "Custodia Brabantiae", no 162, p. 34. De même le frère Guillaume, que Willemaers voit prêchant la Croisade au pays de Liège en 1236, n'était ni lié à l'année 1236 ni au pays de Liège dans le texte de la source : Chronique rimée de Philippe Mouskes, éd. De Reiffenberg, t. 2, Bruxelles, 1838, p. 620, vers 29226.

96 Roi des Romains en 1247, couronné en 1248, mort en 1256.

97 Berger É., Les registres d'Innocent IV, t. 2, no 5036 et no 3604 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 32–33.

98 Guillaume de Hollande était un anti-roi, élu à l'instigation des archevêques de Cologne et de Mayence, sous la pression d'Innocent IV, pour contrer Frédéric II : Parisse M. (éd.), De la Meuse à l'Oder. L'Allemagne au xiiie siècle, p. 3234 et Haverkamp A., Medieval Germany 1056–1273, p. 256–261. Sur la confrontation Frédéric II-Innocent IV, voir Berg D., Papst Innocenz IV. und die Bettelorden in ihren Beziehungen zu Kaiser Friedrich II.

99 De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 11221378, p. 317.

100 Marchandise A., La fonction épiscopale à Liège, p. 145–147.

101 Berger É., Les registres d'Innocent IV, t. 2, p. 10, no 4166.

102 Berger É., Les registres d'Innocent IV, t. 2, p. 28, no 4265 (analyse).

103 Dossiers mai 1244 ; 16 mars 1265 ; juillet 1266 : « de quibus lego in subsidium terre sancte decem marchas mittendas per pugilem vel aliter secundum quod priori fratrum predicatorum Leodiensium videbitur expedire » ; mars 1272 ; 1er décembre 1274 : « item lego in subsidium terre sancte pro redemptione crucis centum solidos leodienses » ; 13 février 1283 (1) ; 12 janvier 1289 ; 17 février 1294 : « item ad subsidium terre sancte quando crucem contigerit predicari decem solidos » ; 7 décembre 1299.

104 En règle générale, on compte peu d'évêques mendiants en terre d'Empire aux xiiie et xive s., comme en conclut Felten F.-J., Mendikanten als Bischöfe, p. 237.

105 Dossier 25 février 1279, Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [II], p. 2 ; Eubel K, Hierarchia Catholica Medii Aevi, p. 543. Résignation : Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [II], p. 66.

106 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 327–330. Outre quelques travaux récents cités dans Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 328, note 105, il ne faut pas hésiter à se référer à l'ouvrage de Berliere U., Les évêques auxiliaires de Liège, que cautionne Marchandisse A., op. cit., p. 329, note 112 (le corrigeant sur quelques détails).

107 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 132–133.

108 Ainsi François de Sélivrée/Sélymbrie, Dominicain, consacra-t-il en 1294 l'église de Géronsart (dossier 13 décembre 1294) et un autel sis à côté (dossier 14 décembre 1294), l'église du couvent dominicain de Maestricht (dossier 29 septembre 1294), un autel dans l'église des béguines de Tongres (dossier 21 octobre 1294), en 1295 deux autels à l'abbaye de Malonne (dossier 14 avril 1295). Le 6 juillet, il accorda des indulgences à l'église du béguinage de Bréda. Voir Berliere U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 33. Remarquer ce qui peut être ou le fruit du hasard, ou le fruit d'une politique dominicaine : cet auxiliaire s'occupait de consécrations d'autels ou d'édifices liés de près ou de loin à l'Ordre des Prêcheurs ou du moins au monde religieux naissant au xiiie s (couvent de Cisterciennes, béguinage, couvent d'Écoliers...). Malheureusement, les dossiers des autres évêques auxiliaires mendiants n'offrent pas une vision aussi claire : Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 26–27 ; 30–31 ; 37–38 ; 38–39 ; 39–40 ; 40–42 ; 42–44 ; 44 ; 44–46 ( ?) ; 47–52. — Autre cas de consécration : celle d'un autel en l'honneur de la sainte Croix, de saint Michel archange et de saint Augustin, dans l'hôpital Saint-Germain à Huy, en 1349, par le frère mineur Thierry, auxiliaire d'Englebert de la Marck (dossier 21 mars 1349). Cet acte et cet évêque auxiliaire Thierry, frère mineur, étaient inconnus de Berliere U., Les évêques auxiliaires de Liège.

109 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 329 et Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 132–133.

110 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 329.

111 En effet, ces évêques suffragants nullatenus étaient souvent rejetés, voire combattus. On verra à leur propos l'ouvrage D'oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 132139, 147–149, 154–155, 198–199. — Peut-être trouverait-on des suffragants nullatenus, « gyrovagues », dans les évêques dits auxiliaires à Liège ? Mais dans la mesure où les études actuelles n'ont pas fait la distinction, dans la mesure où le sujet attend toujours son historien, c'est impossible à préciser.

112 Voir par exemple Traeger J., Die Tätigkeit von Weihbischöfen aus dem Dominikanerorden im mittelalterlichen Bistum Schwerin. Pour Liège, comme l'a exposé Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 330, ces évêques auxiliaires étaient presque tous des réguliers. Pour les xiiie et xive s., on compte : un prémontré, dix cisterciens, un chanoine régulier de Saint-Augustin (Jacques de Vitry), quatre franciscains, un teutonique, un hospitalier, cinq dominicains, un bénédictin, quatre carmes (d'après Berliere U., Les évêques auxiliaires de Liège, passim). Sur vingt-six évêques auxiliaires à Strasbourg, du xiiie au xvie s., on compte seize mendiants : Rüther A., Bettelorden in Stadt und Land, p. 177–182.

113 La règle de pauvreté franciscaine était toujours une réalité au xive s.. Chez les Carmes, elle n'avait jamais été très importante. Sur ce passage par les Mendiants d'un Ordre « dur » à un Ordre plus « facile », relativement fréquent au xive s., voir Hourlier J., L'Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 246–247. Jean de Saint-Martin aurait-il d'abord abandonné les Franciscains pour se réfugier chez les Carmes pour cette raison ? Nul ne le sait...

114 Voir p. 538. Ce qui ne signifie pas que cette charge d'évêque auxiliaire ne fût pour lui qu'une sinécure : il intervint dans une élection abbatiale à l'abbaye de Saint-Trond en 1366 (dossier 3 août 1366).

115 Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 37–38, 40–42.

116 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 132133 ; Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 330. Par exemple, Henri de Tolnis, carme, était licenciatus de l'école curiale carme de Rome, devint alors pénitencier du pape puis fut promu évêque auxiliaire de Liège en 1400 : Lickteig F.-B., The German Carmelites at the Medieval Universities, p. 364 ; Berliere U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 53–54.

117 Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 330. Felten F.-J., Mendikanten als Bischöfe, p. 237, doute aussi que le statut mendiant ait joué en faveur de l'élection à l'épiscopat.

118 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 161–182 (surtout 179–182).

119 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 191–192.

120 Oliger P.-R., Les évêques réguliers, p. 185193 ; Hourlier J., L'Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 247–249 ; Rapp F., Les évêques auxiliaires, p. 111–112.

121 Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 63–66 — De Troeyer B., Libertus de Broeckem (Broekom), wijbisschop van Luik ; Berliere U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 66–74 — dossier 16 novembre 1474, Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 75–78 — Halkin L.-E., Jean de Beersele, évêque auxilaire de Liège ; Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 78–82.

122 Exemples d'évêques auxiliaires pour la Flandre, voir Simons W., Stad en apostolaat, p. 233–234 ; quant à la Bretagne : Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 404–407 (ici, il s'agissait d'évêques stricto sensu) ; on considérera aussi l'écrasante majorité de mendiants parmi les Weihbischöfe décrits par Seibrich W., Die Weihbischöfe des Bistums Trier, p. 13–37.

123 Dossier novembre 1244 : « Ego frater Johannes, magister Ordinis Predicatorum, penitentiarius domini pape, testificor me vidisse et legisse autenticum transscripti suprascripti, non cancellatum, non abolitum nec in aliqua sui parte viciatum et sigillo domini Henrici regis Romanorum sigillatum. » L'acte de 1071 est édité par Bormans S., Schoolmeesters E., Cartulaire de l'Église Saint-Lambert, t 1, p. 37–38, no 25 : le roi Henri donna à l'évêque Théoduin et à l'église de Liège les châteaux de Mons et de Beaumont, la marche de Valenciennes et certaines abbayes et prévôtés hennuyères, le 11 mai 1071. — Sur Jean, maître général, voir Eubel K, Hierarchia Catholica Medii Aevi, p. 146.

124 Dossier 24 octobre 1245.

125 Dossier 17 juin 1330.

126 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 13.

127 Houbaert A., Ooms H., Lijst van de provinciale oversten, p. 46–47 : provincial en 1337... Voir aussi p. 537.

128 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 13 : « RP Nicolaus de Hoyo D.T. obiit 9 aug 1362. »

129 Dossier 2 octobre 1271.

130 Lickteig F.-B., The German Carmelites at the Medieval Universities, p. 126, note 88.

131 Dossier 10 juin 1330.

132 En effet, avant cela, on n'en trouve pas une trace dans les registres des visites de couvents de la province d'Alémanie inférieure, bien conservés : Institut fur Stadtsgeschichte, Stadtarchiv Frankfurt am Main, Biicher des Karmeliterordens, 4 (anc. Num. 5) [MF BXL OPS 5038, 4] ; la première visite par le provincial d'Alémanie inférieure, Jean Branmart, est datée du 10 août 1385. Cf. Institut fur Stadtsgeschichte, Stadtarchiv Frankfurt am Main, Bûcher des Karmeliterordens, 72 (anc. Num. 87a) [MF BXL OPS 5044, 72], f° 23r. Juste avant cette visite, le prieur général lui-même — du parti urbaniste ? — avait visité le couvent, probablement à l'occasion de son transfert dans la province allemande, le 25 septembre 1384. C'est cependant le chapitre général de Bamberg qui entérina ce transfert vers la province urbaniste — cf. Institut fur Stadtsgeschichte, Stadtarchiv Frankfurt am Main, Bûcher des Karmeliterordens, 79 (anc. Num. 85) [MF BXL OPS 5045, 79], p. 149151. Voir Wessels G., Acta capitulorum generalium, t. 1, p. 96. Il semble qu'en 1399, le couvent de Liège avait déjà rejoint son ancienne province de France, n'étant plus alors cité dans les listes conventuelles d'Alémanie inférieure : Institut fur Stadtsgeschichte, Stadtarchiv Frankfurt am Main, Biicher des Karmeliterordens, 79 (anc. Num. 85) [MF BXL OPS 5045, 79], p. 157.

133 Institut fur Stadtsgeschichte, Stadtarchiv Frankfurt am Main, Biicher des Karmeliterordens, 72 (anc. Num. 87a) [MF BXL OPS 5044, 72], f° 28r (10 août 1385) ; 39r (25 juillet 1386) ; 52r (13 juillet 1387) ; 64v (19 mai 1389) ; 77v : (14 avril 1390) (dernière année de Visitation conservée : 1390).

134 Par exemple, A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 3, 16, 18, 21, 22, 23...

135 Par exemple, en 1437 : A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 1.

136 Pour les Guillemins, voir par exemple : A.É.L., Abbaye du Val-des-Écoliers à Liège, 2, f° 271r-v ; pour les Écoliers : A.É.L., Abbaye du Val-des-Écoliers à Liège, 2, f° 266r ; pour les Croisiers : dossier 26 septembre 1273. De même les Saccites : dossier 1er août 1265.

137 Quant au rôle du prince laïque, son intérêt et ses tentatives pour « utiliser » les couvents de mendiants, il échappe à cette étude, évidemment, au vu du statut ecclésiastique qui régissait la principauté de Liège alors. Pour un exemple plus tardif, en relation avec le mouvement des clarisses de Colette de Corbie, voir Lopez E., L'observance franciscaine et la politique religieuse des ducs de Bourgogne.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search