Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Seconde partie. Vivre Pour... Les Fonctions des Mendiants

Chapitre IV. La fonction sociale et juridique : iuris periti et Cité de Liège

Texte intégral

I. Les compétences juridiques des mendiants

  • 1 Sauf un seul exemple, peu significatif, d'acte de relief de fief devant l'évêque de Liège, avec de (...)
  • 2 Sur les études, voir supra, p. 532–538.

1Les frères Mendiants étaient au four et au moulin. Il n’était pas rare de les voir réformer une communauté comme celle d’Oignies, s’occuper de l’arbitrage de conflits entre deux laïcs ou entre une institution religieuse et des laïcs, être pris comme témoins à la conclusion d’actes ou comme exécuteurs testamentaires... Les exemples ne manquaient pas et Liège n’était pas l’exception. C’est en effet bien une fonction particulière aux Mendiants qui se dégage là et surtout, à Liège, propre aux frères prêcheurs et aux frères mineurs. Une fonction « juridique », où les frères étaient appelés à agir et parler comme des iuris periti. Une fonction limitée ici au xiiie s. — pour être plus précis, à la période 1240-1285 environ1. Soit la période de pleine reconnaissance sociale et d’efflorescence économique des couvents Mendiants à Liège. Ceci est trop flagrant pour n’être qu’une coïncidence. Mais le choix de frères Mendiants — et pas tous, seulement certains frères — par des laïcs ou des ecclésiastiques, afin de procéder à la réalisation de certaines actions juridiques, témoigne d’une solide confiance en leurs capacités. La formation qu’ils avaient reçue, leurs compétences acquises au studium et peut-être à l’Université, le niveau culturel — pour ne pas dire intellectuel — d’une partie de la population conventuelle mendiante, tout concourait à garantir cette confiance accordée. Il est probable que certains frères avaient acquis des compétences de juriste, par la force des choses, par goût, par leurs fonctions antérieures, comme laïcs, ou actuelles, au sein de l’Ordre. Ou, du moins, qu’ils étaient au fait des choses du droit canon et du droit coutumier. De toute manière, ils étaient des jurisperiti, des experts en matières juridiques2.

  • 3 Voir les commentaires généraux sur les Mendiants et l'arbitrage, par Bouchat M., La justice privée (...)
  • 4 Définition tirée de Bongert Y., Recherches sur les cours laïques, p. 162. Il faut distinguer cepen (...)
  • 5 Surtout Bouchat M., La justice privée par arbitrage, p. 439–440 ; Bouchat M., Procédures juris ord (...)

2Dans les procédures de compromis par arbitrage, l’intervention mendiante fut importante, sans être prépondérante3. Au bas Moyen Âge, tout conflit était susceptible d’être résolu par la procédure d’arbitrage, à moins que le litige ne fût porté devant une juridiction ordinaire compétente. L’arbitrage, qui relevait de la justice privée, était une procédure de type contractuelle relativement sophistiquée : « une convention par laquelle les parties s’accord[ai]ent pour faire juger un litige déterminé par ou un plusieurs arbitres qu’ils désign[ai]ent4 ». Les arbitres étaient investis d’un pouvoir « extraordinaire » car « limité dans le temps » et concernant seulement les matières du litige. Ils ne disposaient pas de la « puissance judiciaire », ne pouvaient contraindre les parties à respecter leur décision. Celles-ci promettaient de respecter la décision arbitrale par serment et engageaient souvent une somme d’argent pour garantir cela5.

  • 6 Bouchat M., La justice privée par arbitrage, p. 455 ; Bongert Y., Recherches sur les cours laïques (...)

3Pour qu’un religieux puisse arbitrer, il fallait que sa propre maison fût en cause et qu’il eût la licentia de son supérieur6. Mais, dans les faits, s’agissant des Mendiants de Liège, ces conditions semblaient rarement réunies. Les exemples qui suivent vont montrer combien cette fonction d’expert en droit était personnelle, liée aux frères individuellement, et combien elle était ancrée dans les habitudes sociales et juridiques du monde liégeois.

  • 7 Comme celui opposant en 1251 l'évêque de Liège, Henri de Gueldre, à Henri, comte de Luxembourg, et (...)
  • 8 Par ex., dossiers 30 octobre 1252 (1) et 19 novembre 1252, etc.

4Le légat du pape, le dominicain Hugues de Saint-Cher, un des grands intellectuels de son temps, fut maintes fois choisi soit comme arbitre dans des conflits d’importance7 soit pour désigner des arbitres ecclésiastiques lors de conflits impliquant des institutions religieuses8. Ses qualités personnelles expliquaient ce choix et sa fonction de légat du pape le justifiait canoniquement.

  • 9 Voir p. 509–510 ; Dossiers mars 1238 ; 19 juin 1238 (1) et (2). Voir Bouchat M., L'arbitrage dans (...)
  • 10 Dossier 23 janvier 1250 : « [...] Henricus de Bolestes et Gerardus Bubulcus fratres ecclesie minor (...)
  • 11 Voir un nouveau dossier d'arbitrage du 22 décembre 1254, dans lequel les Mendiants n'étaient pas i (...)
  • 12 Dossier 30 mars 1259 (1) : « [...] super excambio quarumdam terrarum et pratorum et de dicta contr (...)
  • 13 Dossier 3 janvier 1265 : « [...]rater Lambertus dictus Farez, frater Nicholaus de Flerus quondam p (...)
  • 14 Acte du 7 mai 1267, vu dans la copie A.É.L., Abbaye du Val-Saint-Lambert, 40, f° 29r-3lr — l'origi (...)
  • 15 Voir, sur les rapports avec la Paix-Dieu, p. 512–515.
  • 16 Dossier 19 juin 1261.
  • 17 Dossier 28 mars 1266 - 23 mars 1267.
  • 18 Dossier 9 juin 1285 : « Et se li uns de nos dois defaloit ou nos dois defalisiens ancois ke ches c (...)
  • 19 Dossier 2 avril 1264.
  • 20 Dossier 20 mars 1272.
  • 21 Dossier 1er août 1268.
  • 22 Dossier 18 septembre 1270.
  • 23 Bormans S., Notice des cartulaires, p. 69, note 1.
  • 24 Dossier 11 novembre 1270. Cf. Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Namen, p. 7–8.

5Mais, à côté de cette situation habituelle et compréhensible, des Dominicains et des Franciscains de Liège furent impliqués dès 1238 dans des procès, comme arbitres ou comme enquêteurs. Ainsi le frère B., prieur du couvent dominicain, arbitrait-il alors des conflits entre le Val-Saint-Georges et des laïcs à propos de la cure de Noville-les-Bois. Il se faisait assister par des spécialistes, dont des frères de son couvent et maître Pierre de Bourgogne, chanoine de Saint-Pierre à Liège, un des « meilleurs canonistes de la première moitié du siècle9 ». En 1250, un conflit éclata entre le Val-Saint-Lambert et deux laïcs, Godefroid et Gérard de Hombroux ; deux arbitres furent choisis pour trancher : les frères mineurs Henri de Bolestes [= Boisée ?] et Gérard Bubulcus, en 125010. Mais le conflit rebondit11 : en 1259, les maréchaux de l’évêque Arnould de Rixem et Jean de Beaufort tranchèrent, avec l’aide de deux autres frères mineurs, Thomas de Gembloux et Hugues de Berloz12. Dans ce cas, les Mendiants furent choisis comme enquêteurs, comme experts par les arbitres. Mais les tensions perduraient et, en 1265, à la demande des parties, un conseil de conciliateurs — pas des arbitres, semble-t-il — se réunit au couvent des Prêcheurs de Liège, sous la direction du prieur des Dominicains, du gardien des Mineurs et du prieur des Écoliers de la Cité. Ce conseil était composé des trois supérieurs cités, de deux anciens prieurs du couvent dominicain, Lambert Faré et Nicolas de Fleurus, du frère prêcheur Alexandre delle Ruelle (un ancien échevin de Liège passé dans les rangs de l’Ordre, dont on considérera les actes plus loin), du frère mineur Thomas de Gembloux (déjà cité en 1259), du frère Pierre (du Val-des-Écoliers), de deux chanoines experts en droit, de deux échevins de Liège et d’un citain13. La sentence était encore favorable au Val-Saint-Lambert. Ce n’est qu’en 1267 que le conflit sembla se terminer, avec l’intervention de juges ecclésiastiques nommés par le chapitre général de Cîteaux, toujours en défaveur des deux frères laïques14. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les Franciscains entretenaient de bonnes relations avec la famille de Beaufort, comme on l’a vu15. C’étaient surtout les frères Robert d’Oleye et Libert de Corswarem qui étaient liés à cette famille et à l’abbaye de la Paix-Dieu (fondée par Arnould de Beaufort, passé à l’Ordre de saint François). Rien d’étonnant, donc, à les retrouver en 1261 dans une commission d’enquête à des fins d’arbitrage, tranchant un conflit entre cette dernière abbaye et les neveux du fondateur de la Paix-Dieu, qui jugeaient que les prodigalités de celui-ci à l’égard de la fondation les dépossédaient16. En 1266-1267, Alexandre delle Ruelle, le frère prêcheur de Liège déjà rencontré, arbitra aux côtés d’un chanoine de Saint-Barthélemy et de l’abbé du Val-Saint-Lambert un conflit entre un laïc et le Val-Benoît17. Une intervention particulière du prieur des Dominicains et d’un frère mineur dans une procédure d’arbitrage était prévue dans une convention du 9 juin 1285, par les deux arbitres, afin de résoudre un différend entre le seigneur de Warfusée et l’abbaye de Saint-Jacques : si l’un ou l’autre des arbitres disparaissait, « defaloit », avant que la sentence fût accomplie par les parties, il fallait que celles-ci choisissent des arbitres remplaçants avec le conseil des deux Mendiants18. En 1264, c’étaient trois échevins de Liège qui tranchaient, par manière d’arbitrage, un différend entre deux bourgeois de Liège, après avoir pris conseil à boin clercs, à Prechoirs, à Menoirs, à chevalliers, à madjours [mayeurs], à eschevins et à tout le sens de paiis19. En 1272, lors d’une sentence arbitrale, deux chevaliers, arbitres d’un conflit entre le Val-Saint-Lambert et Hanon de Ramioulle, prirent conseil auprès des sages de la ville, de la même façon : Et nos Johans et Hustiens disoir devant dit [les arbitres] quant nos owimes oit et rechuit tos les tesmongnages, totes les pruves et totez lez raisons des parties venimes a bons clers, Precheors, Menors, chavaliers, borghois et serghans a ques nos mostrames et recordames plusores fois les escris et les raisons des parties por avoir conseilh, et quant ils orent regardeit et peseit les raisons, les vertus et les forches des escris d’ambedoiis les parties, ilh nos conselharent20. Formules rituelles, plus que probablement, mais qui montrent bien l’importance accordée à l’avis inquisiteur des Mendiants. Les Mendiants intervinrent dans d’autres modes d’action judiciaire, comme pour un accord pacificateur conclu en 1268 entre Jean d’Eppes, archidiacre de Liège et prévôt de Saint-Denis, et le chevalier Godefroid, seigneur de Sombreffe, à propos de la seigneurie de Jemeppe ; Jean d’Eppes avait pris comme « répondant » pour lui et comme témoins les frères prêcheurs Alexandre delle Ruelle et Evrard de Low21. À la suite d’un autre conflit du même type, un compromis fut conclu entre Jean d’Eppes et le seigneur Thierry de Sombreffe, toujours au sujet de droits seigneuriaux à Jemeppe. Dans un premier temps, les deux protagonistes se rapportaient à l’arbitrage du gardien des Mineurs de Namur pour savoir si Thierry détenait oui ou non ces droits seigneuriaux22. Le 9 novembre 1270, le gardien des Mineurs dénia ces droits au seigneur de Sombreffe23. Il est plus que probable que ce dernier n’avait pas accepté cette décision, puisque le 11 novembre, une nouvelle tentative de pacification — mais pas via l’arbitrage — fut lancée : les parties requirent le dit des prodomes, asavoir est frere Wautier gardenier des Menors de Namur, frere Lambier chanoine d’Ongies pris por la partie mon sangor Thirri l’avowe devant dit, frere Lambier de Flemale etfrere Alixandre de la Ruelle, del ordene des Prechors de Liege, pris por la partie le dit provost ; liqueil frère, tot communement et par une boche, solonc Dieu, solonc bone conscience et solonc bone raison, par enqueste de verite et por conselh de prodomes, ont dit et pronunchiet en la presence de nostre devant dit notaire et a le requeste des procurers des parties qui la erent present une sentence réglant le conflit. Cet acte fut enregistré par l’official de Liège en 127024.

  • 25 Voir les dossiers 6 mai 1243 et 13 novembre 1250 ; plus les commentaires p. 487–488.
  • 26 Dossier 31 décembre 1255. Transcription partielle : « [...] priori sancti Quintini, Noviomensis di (...)
  • 27 Dossier 8 octobre 1285 ; Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [II], p. 3–4 ; voir le commentaire d (...)

6À mentionner aussi rapidement le rôle joué par les frères Gérard de Reims et Gossuin dans la réforme de la communauté d’Oignies : encore une preuve de confiance en les capacités juridiques — et surtout théologiques — des frères, ici Prêcheurs25. Ou encore le même frère Gérard qui réforma la communauté de chanoines réguliers de Cantimpré, sur injonction papale, en 125526. Tout comme était significative l’intervention du prieur des Dominicains de Valenciennes et du gardien des Mineurs de Cambrai dans le diocèse de Liège. Ils y ouvrirent, sur injonction papale, une enquête à propos de l’attitude des chanoinesses d’Andenne, qui restreignaient le droit d’accès à leur communauté aux seules filles dont la noblesse était prouvée27.

  • 28 Ainsi l'accord conclu par la Paix-Dieu et le chevalier Gauthier Clersens de Bodegnée fut-il garant (...)

7Une série de conventions, sentences d’arbitrage, jugements ne mentionnent pas directement les Mendiants. Ils y étaient seulement présentés comme témoins. Ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu’ils n’avaient été consultés à propos de l’affaire traitée. Leur présence était également un gage de sécurité : sécurité pour les parties, qui savaient qu’en cas de nouveau litige, la parole de tels témoins experts pèserait lourd dans la balance. Sécurité pour les arbitres ou les juges, dont le travail ne pouvait être critiqué, puisqu’ils avaient l’aval implicite, par leur présence comme témoins, des jurisperiti mendiants28.

  • 29 Sur la Paix de Huy, voir, outre l'étude de Favauge J., Les deux confédérations, p. 35–58, la nouve (...)
  • 30 Dossier 7 juillet 1271 (3). Les quelques séculiers qui étaient nommés occupaient de très hautes fo (...)
  • 31 Freed J., The Friars and German Society in the Thirteenth century, p. 93–105 ; Baetens J., Minderb (...)

8Outre ces implications judiciaires, la réputation de jurisperiti des Mendiants s’étendait à la chose politique. Trois frères Dominicains et un Franciscain participèrent à la commission des quatorze arbitres qui mirent en place, au début du mois de juillet 1271, la Paix de Huy, cet accord de pacification conclu entre le parti de l’évêque et celui de la bourgeoisie29. C’étaient là les seuls religieux réguliers cités parmi les quatorze personnages : [...] Arnouls de Loz, [...] prevost de Coloigne, Giles de Lageri, doyens, Jehan d’Eppe, coustres et archedyakenes de Liege, freires Lambers Ferreis, Alixandres delle Ruelle et freires Evrars de Low de l’ordene des Precheurs de Liege, freires Reniers gardiiens des freires meneurs de Liege, Henris de Hermale, Eustasses Persans de Haneffe chevalier, Henris voweis de Hui, Robins de Saint Martin, Bertelos de Horion, bourgeois et esquevin de Hui, Pires Mostard et Godefrois d’Awongne borgois de Dynant [...]30. C’est dire l’importance qu’on leur accordait ! Les Dominicains de Cologne tout comme les Franciscains de Louvain durent aussi œuvrer comme plénipotentiaires, aux xiiie ou xive s.31.

  • 32 Sur ceci, voir Poncelet É., La Guerre, p. 278–288, et récemment Comanne O., Histoire de la Seigneu (...)
  • 33 Dossier 17 avril 1278 – 2 avril 1279. Voici quelques lignes de cette pièce primordiale, p. 385 : « (...)

9À l’occasion de la Guerre de la Vache, entre Jean d’Enghien évêque de Liège et Guy de Dampierre comte de Namur, une enquête fut initiée pour éclaircir l’affaire et aplanir les différends. Voici les faits : en 1271, Jean de Beaufort a fait hommage au marquis de Namur, Guy de Dampierre, de la seigneurie de Goesnes, qui est un alleu de l’évêque de Liège. On comprend le mécontentement de celui-ci, d’autant plus qu’il n’a en aucun cas fait appel pour ce relief à la cour allodiale. En 1273, Rigaud de Beaufort, le frère de Jean qui est mort entre-temps, rachète le bien, le relève de la dite cour allodiale... puis le relève encore du comte de Namur. La tension est à son comble, la question centrale étant de savoir si la souveraineté territoriale a été transmise au comte de Namur, Jean de Beaufort lui ayant fait hommage. Les avis sont partagés et les réactions, de part et d’autre, sont violentes. La médiation du roi de France calme les protagonistes. Ceux-ci décident de recourir à l’arbitrage en 127832. L’évêque de Liège lance une enquête menée par ses arbitres ; il fait appel à deux témoins de premier ordre, qu’il n’a pas choisis par hasard, c’est certain : deux frères dominicains déjà bien souvent rencontrés, Alexandre delle Ruelle et Evrard de Low, deux anciens échevins de Liège qui ont pris l’habit dominicain, deux experts en matière juridique. Leur témoignage est d’ailleurs éclairant, puisqu’ils prennent clairement position en matière juridique, connaissant parfaitement les arcanes du droit économique et politique33.

  • 34 Voir à propos de cette situation, Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 155–163.
  • 35 Dossier 27 décembre 1281. À propos de l'instauration d'un mambour sede vacante, voir les lignes dé (...)

10Un autre témoignage du pouvoir politique et surtout juridique des Mendiants réside dans une attestation émise par le prieur dominicain et le gardien franciscain, garantissant la légitimité des propos tenus par ces deux dominicains, Alexandre delle Ruelle et Evrard de Low, à propos des droits du chapitre cathédral de Liège en cas de sede vacante. Ce document est daté de décembre 1281, en pleine crise d’interrègne : Jean d’Enghien venait de mourir, Jean de Flandre ne fut désigné par le pape que quelques mois plus tard ; Bouchard d’Avesnes, Guillaume d’Auvergne et Jean de Flandre se disputaient le pouvoir34. Les deux Prêcheurs, dans cet acte, expliquaient clairement qu’un mambour devait être mis en place, qui disposerait d’un maximum de pouvoirs, jusqu’à l’arrivée du nouvel évêque35.

  • 36 Avril J., Peut-on parler d'un « idéal sacerdotal » à la fin du Moyen Age ?, p. 20–26 ; à propos de (...)
  • 37 Bongert Y., Recherches sur les cours laïques, p. 177–179 ; Bouchat M., Procédures juris ordine obs (...)
  • 38 On oublie trop souvent le rôle des Franciscains dans l'Inquisition : Gratien de Paris, Histoire de (...)
  • 39 Voir Little L.K., Les techniques de la confession et la confession comme technique ; Little L.K., (...)
  • 40 Voir Van Caenegem R. C., Le droit romain en Belgique, p. 1921 ; Le Bras G., Droit romain et droit (...)

11Par ces participations à la délibération judiciaire, les Mendiants ne faisaient que mettre en œuvre une des tâches réservée aux prêtres, illustrant ce que l’abbé Joseph Avril appelle l’« idéal sacerdotal » : le prêtre auxiliaire de justice et pacificateur des conflits36. Mais si l’action — et plus encore l’avis — des Mendiants était requis dans ces procédures, que ce fussent des arbitrages, des accords « à l’amiable », des pacifications à caractère politique ou économique, c’est que ces frères apportaient quelque chose de plus qu’un expert laïque : la procédure inquisitoriale du droit romano-canonique. La capacité de mener une enquête, la fameuse « inquisition » que le commun des mortels lie trop souvent aux abus de Robert le Bougre ou de Torquemada. L’enquête romano-canonique, c’est-à-dire la recherche de la preuve, qui va de plus en plus infiltrer la procédure judiciaire médiévale, grâce aux gens d’Église qui la pratiquaient37. Et, parmi ces derniers, ceux qui la connaissaient le mieux, qui en avaient été nourris intellectuellement au cours de leurs années de studium, qui en maîtrisaient toutes les subtilités, en avaient appris les « ficelles » par l’expérience des frères confrontés à l’hérésie : les Mendiants — surtout les Prêcheurs, mais aussi les Mineurs38. Et, parallèlement à l’inquisition de l’hérésie, la pratique de la confession joua aussi un grand rôle dans ce sens. En effet, toutes les procédures liées à la recherche de la vérité, les Mendiants les appliquaient aussi tous les jours par le biais de la confession des fidèles. Le confesseur procédait à une inquisition des fautes du fidèle repentant par une série de questions demandant des réponses précises, à la suite de quoi il jugeait de la gravité des faits et prononçait une sentence, infligeait une pénitence39. Une fois de plus, le droit romain se trouva une voie dans le diocèse de Liège via les couvents de Mendiants40.

  • 41 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 77–78.

12Une autre élément dut jouer en la faveur des Mendiants : leurs contacts étroits avec la population, surtout par l’intermédiaire de la prédication, de la confession. D’où l’intérêt que leur portait le monde politique, parce qu’ils représentaient, d’une certaine façon, la volonté « populaire », c’est-à-dire de la bourgeoisie. Mais aussi parce que les rallier au pouvoir en place, c’était sans doute rallier les bourgeois qui les écoutaient et dont ils pourraient façonner les opinions41.

  • 42 De Borman C., Les échevins, t. 1, p. 72–73 : né au début du xiiie s., échevin depuis 1233 env., Ale (...)
  • 43 Voir p. 329, par ex.
  • 44 Voir dossier 17 avril 1278 – 2 avril 1279 : « Freres Alixandres de le Ruele, del Ordene de Preceur (...)

13Comme tout lecteur l’aura remarqué, plusieurs noms reviennent sans cesse. Le dominicain Lambert Faré, le mineur Thomas de Gembloux, par exemple. C’étaient des experts très demandés. Mais la réputation d’un Alexandre delle Ruelle, d’un Evrard de Low était inouïe. On se les arrachait. Pourquoi ? La réponse est complexe. Leur passé de scabini de Liège était prépondérant42. Mais ce n’étaient pas les seuls échevins qui avaient quitté le manteau scabinal pour l’austère bure franciscaine ou l’habit dominicain43. Et pourtant, apparemment, les autres ne furent pas autant recherchés comme jurisperiti. Probablement ces deux frères, Alexandre delle Ruelle et Evrard de Low, avaient-ils su adapter leur savoir de politique au savoir de l’Ordre, fusionner les deux et se spécialiser en droit romano-canonique. Leur grand âge dût jouer aussi, qui en avait fait des Sages44, ce qui s’ajoutait à leur compétence exceptionnelle.

II. Les couvents, aires sacrées : les conséquences d’un insediamento urbain

  • 45 Dossier 17 juin 1323.
  • 46 Avril J., Les statuts synodaux, p. 127, no 20. Voir Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 343–34 (...)
  • 47 Dossier 9 février 1331 ; A.É.L., Échevins de Liège, Convenances et testaments, 2, f° 177r-178r.

14La part des Mendiants à la vie de la Cité ne se limitait pas aux actes des frères en sa faveur. Les couvents eux-mêmes étaient des lieux sacrés, inviolables, qui rendaient quantité de services aux « citains » de Liège. La conclusion d’un acte dans un couvent, surtout Mendiant, conférait au document une valeur supérieure : c’est dans l’église des Mineurs de Liège que Jacques de Gardino releva un demi-bonnier de terre féodale à Kemexhe, en 132345. Et pourtant... depuis 1288 au moins, il était interdit aux laïcs de conclure des contrats séculiers ou de vendre quoi que ce soit dans les églises46. C’est peut-être pour cela que certains actes étaient passés au parloir ou à l’école du couvent des Dominicains47.

  • 48 Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 334–335. Sur l'affaire, voir Kupper J.-L., Note sur He (...)
  • 49 Sur la Paix de Fexhe, voir Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, passim ; Lejeune J., L (...)
  • 50 Dossier 5 mars 1327. Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Namen, p. 8–9, donne d'autres exemp (...)
  • 51 Voir p. 517–518. — Poncelet É. et Fairon É., Listes, t. 1, p. 14, 15,61, 114, 208, 209, 211–212, 2 (...)
  • 52 Ainsi qu'il apparaît dans un acte confisqué après la bataille d'Othée (cf. à propos de cette confi (...)
  • 53 Dossier 10 mars 1288.
  • 54 Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 170–171 et Berlière U., Les évêques auxiliaires de Li (...)

15Lieu sacré que le couvent de Mendiants, lieu sûr. Là se tenaient des pourparlers de paix, comme après l’affaire Henri de Dinant, fauteur de troubles et meneur de rébellion dans la Cité. Lorsqu’il fallut entamer des négociations pour la paix à Liège, c’est au couvent des frères mineurs que les protagonistes se réunirent, en 125648. En 1327, le chapitre de Saint-Lambert rappela que Louis, comte de Looz et de Chiny, avait promis de venir en aide à la partie qui aurait respecté la Paix de Fexhe, en cas de litige49. Cette promesse, il l’avait faite le jour où cette Paix fut conclue, au couvent des frères mineurs de Liège50. Le couvent était également un lieu de réunion pour bon nombre de métiers, comme on l’a vu51. Au xive s., le tribunal des xxii devait se réunir chez les Mineurs52. C’est là que 200 marcs donnés en garantie par la Cité en 1287 furent entreposés, en leur tresorie, pour le plus grant seurté53. Jusqu’au droit d’asile, mis en œuvre en 1247 par les frères mineurs, qui accueillirent le valet d’un chanoine qui avait trucidé un bourgeois. La populace tenta bien d’arracher l’individu aux frères, mais ce ne fut pas si simple54.

  • 55 Lippens H., Matériaux, t. 9, p. 28 ; Joris A., La ville de Huy au moyen âge, p. 350 ; Baur P., Tes (...)
  • 56 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 74.
  • 57 Eggenberger P., Descoeudres G., Klôster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 441–4 (...)

16Le couvent en tant qu’aire sacrée n’était pas une spécificité liégeoise : de Dinant à Constance en passant par Huy, de Bruges à la Bretagne, de Gand à la Rhénanie, de Hildesheim à Groningen, les exemples en sont nombreux et variés55. Ces couvents ont-ils été choisis parce que les salles dont ils disposaient étaient plus vastes qu’ailleurs ? C’est possible, car leurs églises étaient grandes. Mais surtout, le sol y était sacré, donc neutre. Aucun mauvais coup, aucun traquenard n’y étaient à craindre56. Peut-être des assemblées à caractère politique ou judiciaire y étaient-elles tenues parce que, sur place, des spécialistes en droit étaient disponibles, en l’occurrence les frères Mendiants ? Une hypothèse, parmi d’autres : la part que les bourgeois prendraient dans la fondation et la construction des couvents leur donnerait des droits qui auparavant étaient réservés au seul fondateur du couvent : maintenant, ce serait un bâtiment « collectif », ce qui expliquerait que la bourgeoisie le réquisitionne comme salle de réunion, de réception, de tribunal57...

  • 58 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 133–134.
  • 59 On n'en a pas de trace pour Liège ; quoique le produit des amendes semblait versé en partie aux fr (...)
  • 60 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 176. Il s'agit d'une plainte, adressée à la Chambre des (...)
  • 61 Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Nivelles, p. 140. Peut-être aussi les couvents urbains (...)

17Il semble bien qu’une collaboration se fût instaurée entre le magistrat et les couvents intra muros58 : ce magistrat qui n’était pas indifférent au statut des Mendiants, puisque ceux-ci recevaient parfois des aumônes de la ville59. Dans le cadre de cette collaboration avec le pouvoir urbain, ne pourrait-on considérer comme significative la concession par les Dominicains de l’usage du rivage de la Meuse devant leur couvent, à côté du Pont d’île, à la population liégeoise — c’est du moins ce qui ressort d’un document de 1726, dans lequel il est dit que il y auroit eu de tout temps une place vide pres du coeur de leur couvent et contigu a leur brassinne qui faisait toute la commodité des habitants du pont d’Isle tant pour aller au rivage et a la riviere que pour decharger ou recevoir leurs denrées60. Ce genre de concession se rencontrait ailleurs. Ainsi à Nivelles, en 1316, les Mineurs entreprirent des travaux d’eau, avec l’approbation du magistrat urbain, pour faciliter leur propre accès à une source dans leur jardin, mais aussi pour en faire davantage bénéficier les voisins laïques61.

  • 62 Settia A.A., Églises et fortifications médiévales dans l'Italie du Nord, p. 62–65 ; voir aussi, du (...)
  • 63 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 272.
  • 64 Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 5354 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicai (...)
  • 65 Bragard R., Le couvent des récollets à Liège, p. 137 ; Bragard R., Les couvents et les enceintes u (...)
  • 66 Woos E., Le quartier d'Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, surtout p. 77–81 ; W (...)
  • 67 Dossier 31 janvier 1351 : « mon jardin, portpris, vivire et assise seant devant les Sas et jondant (...)
  • 68 Micha A., Les anciennes tours et maisons fortes de Fragnée-Guillemins, p. 7–9 et Van der Made R., (...)
  • 69 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 274.

18Cependant, une des fonctions urbaines les plus impressionnantes des couvents Mendiants était leur paradoxale fonction de défense militaire. Dès la fin du xiie s., le terme incastellare est appliqué aux églises en Italie du Nord : l’édifice y était doté d’éléments militaires, notamment des éléments de fortification le rendant semblable à un château. Le bâtiment religieux était devenu en soi défensif et avait une fonction d’enceinte militaire62. Cette dernière fonction, on la retrouve semblablement à Liège au bas Moyen Âge. Elle n’était d’ailleurs pas limitée aux Mendiants, mais était le fait de la plupart, sinon de tous les couvents urbains. Tout était lié, entre autres, à leur installation le long des remparts. Déjà, R. Bragard avait posé l’hypothèse que les collégiales étaient de véritables bastions de défense au sein des fortifications urbaines de l’enceinte dite Notgérienne (xe s.)63. Mais le cas des fondations de couvents au xiiie s. est plus parlant encore. La première fondation des Franciscains de Liège était située à Treiste, transitus ad mosam, placée contre l’enceinte du xiiie s., à l’intérieur de celle-ci. Après le déménagement des Mineurs vers leur nouvel emplacement, les Prémontrés prirent leur place. Vers 1244, les frères mineurs s’installèrent en Richeronfontaine, « Hors-Château ». Située là, le couvent formait ainsi une sorte de bouclier entre la nouvelle enceinte du xiiie s. (du côté du quartier dit de Sainte-Walburge) et la cathédrale64. Les Dominicains, eux, avaient leur couvent en l’île, adossé à l’enceinte. Les Carmes en étaient tout proches également, comme les Croisiers65. Une grande part de la muraille d’Outremeuse ceinturait la propriété du couvent du Val-des-Écoliers66. Le couvent des frères du Sac lui-même devait se trouver à proximité, voire contre les murs de la Cité67. Le couvent des Guillemins, mis en place par Jean de Flandre, se trouvait sur un monticule, il était d’ailleurs appelé « maison de la motte ». Il s’agissait d’une maison forte, qui avait appartenu à un chantre de la cathédrale Saint-Lambert, bâtiment situé près de la porte Sainte-Véronique et entouré de tout temps, semble-t-il, de fossés68. Le couvent des Bons-Enfants, fondé vers 1260, se trouvait non loin ou sur l’enceinte notgérienne69.

  • 70 Pour Valenciennes, voir Wauters A., Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernan (...)
  • 71 Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Mons, p. 116–117.
  • 72 Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Sint-Truiden, p. 156.
  • 73 Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 39.
  • 74 Les Mineurs reçurent une partie des fortifications pour s'y installer alors : Ceyssens L., Minderb (...)
  • 75 Vannerus J., Documents concernant le Tiers-Ordre à Anvers, p. 493, note 1 : un couvent de Tertiair (...)
  • 76 Les Croisiers avaient aussi l'habitude de s'installer dans les murs, près d'une porte : à Liège, R (...)
  • 77 Bischoff G., Noblesse et ordres mendiants, p. 22.
  • 78 Schmitt J.-C., Où en est l'enquête [...], p. 15.
  • 79 Willesme J.-P., Le couvent des Jacobins, p. 87–89.
  • 80 Marseille J., Le couvent des Dominicains de Lille, p. 77 et 84–85, il attenait aux remparts, mais (...)
  • 81 Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 53.
  • 82 Grazia Del Fuoco M., Insediamento e sviluppo, p. 187 : "potrebbe far suppore addirittura una strum (...)
  • 83 Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den Diözesen Speyer und Worms, p. 280–28 (...)
  • 84 Pieper R., Die Kirchen der Bettelorden in Westfalen., p. 265.

19Ici aussi, les liens entre fortifications et couvents de Mendiants n’étaient pas le reflet d’une situation inhabituelle. À Huy, comme à Valenciennes et peut-être à Nivelles, les Mineurs s’installaient non loin des portes, peut-être même dans une tour70. De même, les couvents des Franciscains de Mons (1228–1246)71, de Saint-Trond (1253–1254)72, de Huy (1234–1244)73 ou de Tirlemont (1364)74 ; certains couvents de Bogards ou du Tiers-Ordre à Bruxelles ou à Anvers75 étaient installés tout près voire contre les remparts76. Les Dominicains de Colmar purent acheter en 1277/1278 un terrain communal sous la condition que les autorités de la ville puissent accéder au rempart sur une largeur de quatorze pieds77. Cette disposition des couvents de Mendiants, placés à proximité des portes et des murailles, se rencontrait donc très fréquemment, comme l’a non seulement montré l’enquête réalisée en son temps par l’équipe Le Goff sur les rapports entre urbanisation et couvents mendiants en France78, mais aussi des travaux sur les Mendiants à Paris79, à Lille80, Groningen81, à Nordhausen82, dans l’archevêché de Mainz, les diocèses de Spire et de Worms83 ou en Westphalie84.

  • 85 Schmitt J.-C., Où en est l'enquête [...], p. 17.
  • 86 Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 15–21 ; Bragard R., Les couvents et les enceintes u (...)
  • 87 Helin E., Le paysage urbain, p. 117, même si, à la fin du Moyen-Âge, le long des portes, les maiso (...)
  • 88 C'est probablement une des raisons, selon moi, pour lesquelles les communautés de Franciscains s'é (...)
  • 89 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 279. Il ne faut pas chercher dans un souci (...)
  • 90 Mus O., Trio P., L'implantation des ordres mendiants, p. 177–178.
  • 91 Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 5556.

20Pourquoi ? Les Mendiants avaient-ils choisi ces terrains eux-mêmes, non loin des enceintes et des portes, pour être plus facilement en contact avec les grands axes de communication, dans un but pastoral, par souci de l’apostolat85 ? Il est peu concevable qu’ils aient eu ce choix puisque, comme on l’a vu pour les cas liégeois, les frères devaient compter avec les autorités de la Cité, les autres ecclésiastiques, le terrain disponible. Or, un emplacement assez vaste pour un couvent — et pas trop cher, parce que les religieux qui allaient l’occuper n’avaient pas le sou —, il ne devait plus en rester beaucoup, sinon le long des fortifications récemment construites au xiiie s., dans ce que les Liégeois appelaient les aisemences et les werixhas, zones incultes et non bâties, terrains vagues, sortes de no man’s land près des murs de la ville, sur les emplacements des anciennes enceintes abandonnées86. Des terrains de peu de prix, que personne ne s’arrachait encore, puisque, comme l’a joliment dit le professeur Hélin, les « enceintes médiévales [des villes] restent comme un vêtement trop large, qu’elles ne suffisent pas à remplir87 ». Que les autorités urbaines auraient préféré cantonner là ces couvents qui, par-dessus le marché, devaient sembler, au début du xiiie s., un peu « révolutionnaires », se laisse comprendre88. La ville ne perdait que peu en matière de biens de mainmorte, d’ailleurs : cette zone n’était guère habitée89. De plus, le clergé séculier voyait s’éloigner la menace des Mendiants qui auraient pu voler leurs paroissiens et leurs offrandes : en repoussant les frères loin de leurs paroisses, ils se prémunissaient contre cette menace réelle90. Enfin, les Mendiants y trouvaient leur compte : l’achat ou l’éventuelle location ne devaient pas être dispendieux. D’aucuns ont dit aussi que les Mendiants cherchaient la sécurité des remparts, surtout à partir du xive s. C’est possible, mais cela n’explique pas qu’ils se fussent installés à l’ombre de ceux-ci91.

  • 92 Bragard R., Le couvent des récollets à Liège, p. 137 ; Bragard R., La législation sur la mainmorte (...)
  • 93 Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den Diözesen Speyer und Worms, p. 312 et (...)
  • 94 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 279 ; Gaier-Lhoest J., L'évolution topograp (...)

21En fait, le magistrat des villes — et celui de Liège en particulier — avait fait d’une pierre deux coups. Installant ces couvents contre les murs, il leur dormait un emplacement correct et peu désavantageux pour les « citains ». Mais il profitait également des constructions conventuelles : elles devaient être en matériaux « durs », pour la plus grande partie — au moins l’église et sa tour ; ces murs, plus élevés et plus solides, renforçaient ou remplaçaient les murailles de l’enceinte, protégeant encore mieux les maisons bourgeoises de leur masse92. Par ailleurs, ces aires sacrées constituaient des obstacles psychologiques pour d’éventuels assaillants93. Et même les quelques couvents de Mendiants laissés dans les faubourgs n’avaient-ils pas un rôle de « bastion défensif avancé », comme les Mineurs de Dinant qui étaient installés en fait dans le faubourg (fortifié ?) de Leffe94 ?

  • 95 Liège, Bibliothèque de l'Université, Ms. 188, p. 142. Gachet É., Notice, p. 93. Peut-être est-ce à (...)
  • 96 Bragard R., Le couvent des récollets à Liège, surtout p. 138 ; Boulvain S., Contribution à l'histo (...)

22D’autres raisons s’ajoutent à celles-ci : les frères furent chargés bien souvent de l’entretien de ces murailles. C’est ainsi que les Prêcheurs reçurent des quittances de la part de la Cité pour des sommes de 25 florins Brabant, en 1552, pour leur part dans les travaux de la ville circa moenia civitatis Leodiensis de parte cleri dictae civitatis95. Cet entretien des murs était parfois doublé de l’obligation d’en construire, comme le montre le cas du couvent des frères mineurs de l’Observance, auquel le magistrat permit l’installation dans la ville en 1487, contre la construction à ses frais de murailles qui renforceraient la défense de Liège. Le tout serait construit selon les recommandations des bourgmestres et du conseil de la Cité. Rappelons qu’au départ, ce sont des chanoines réguliers de Saint-Augustin qui auraient dû s’installer à cet emplacement. Puis, ayant abandonné le projet, ils laissèrent la place aux dits Observants. Je ne pense pas, comme R. Bragard suivi par E. Woos, que les Mineurs Observants se fussent pliés plus facilement à ces exigences militaires imposées par le magistrat urbain, pour la seule raison des compétences de leurs frères (certains étant artisans ou architectes...). On doit y voir probablement le résultat d’une habitude propre à l’Ordre franciscain, fût-il réformé et dit de l’Observance, que de s’établir près des murailles et de pourvoir à leur96 entretien.

  • 97 Dossier 3 juin 1381.
  • 98 Woos E., Le quartier d'Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, p. 31 (note 87) et p (...)

23Un document de 1381 montre Pierre de Saint-Séverin, du Tiers-Ordre franciscain, prendre en accensement de la Cité et de l’évêque de Liège une part de muraille97. Était-ce parce que ce frère appartenait au Tiers-Ordre, qu’il pouvait détenir l’aisemenche de murre delle Citeit de forts jusques en comble ? Probablement était-ce un hasard car, dans son étude récemment parue, E. Woos mentionne des exemples médiévaux et modernes de laïcs tenant en censive une part de muraille. Cette pratique, habituelle donc, n’était pas une chasse gardée des frères98.

  • 99 Dossier 4 juillet 1376. Les « verges d'engiens » étaient des « baguettes ou pièces de bois faisant (...)

24Toujours dans le domaine des services (de type militaire) demandés par la ville, un acte de 1376, intitulé « lettre de la franchise des murailles de la maison du Val des Écoliers », stipule que les maîtres et le Conseil de la Cité avaient demandé au couvent des Écoliers la permission de construire une nouvelle maison dans le jardin conventuel, intra muros, pour y ranger verges d’engiens, les strins et les marteals, les mangoneals et mairiens et ostilhes a ce afferans, soit une série d’engins de défense99.

25Les services demandés aux Mendiants, ou plutôt aux religieux conventuels installés en ville, étaient donc particulièrement importants. Ils témoignaient d’une réelle confiance en ces ecclésiastiques. En effet, comment confier l’entretien de murailles, la garde d’engins de guerre qui devaient, c’est certain, être vitaux pour la survie de la Cité, sans que des relations de confiance eussent été nouées. Cette confiance expliquait encore que de l’argent de la Cité leur fût confié, qu’on y réunît des assemblées corporatives, politiques, des tribunaux.

  • 100 Chronique du règne de Jean de Horne, dans Balau S., Chroniques liégeoises, t. 1, p. 442. Mentionné (...)
  • 101 Ainsi, à Trèves par exemple, il n'y avait pas de lien direct entre les couvents mendiants et les f (...)

26Cependant, pas de naïveté excessive : les frères étaient tenus d’entretenir cette confiance. Leur présence en ville ne tenait qu’à un fil, surtout à la fin du Moyen Âge, lorsque les liens entre ces couvents et la population se furent distendus au long des réformes successives. Tandis que les crises du xve s., frappant durement, faisaient que les Mendiants, poids morts, « assistés », étaient montrés du doigt comme des « inutiles ». En janvier 1491, les étrangers pauvres et les religieux Mendiants étaient chassés de la ville par le magistrat, qui, ressentant les affres de la famine, se débarrassa des poids morts100. Leur présence et leurs fonctions urbaines étaient donc liées à leur capacité de survie et à l’importance des services rendus à la société. S’il était possible que ces missions de confiance liées à l’entretien du système défensif urbain n’eussent pas été prévues d’emblée dans les premières fondations de couvents mendiants, n’auraient-elles pas été imposées aux nouveaux couvents urbains du xve s., dès leur arrivée en ville, comme conditionnelles à leur installation101 ? Au vu des exemples précédents, j’incline à le croire.

  • 102 Helin E., Le paysage urbain, p. 114115, ici p. 115.
  • 103 Helin E., Le paysage urbain, p. 115.
  • 104 C'est-à-dire les terrains vagues — « bidonvilles » ? Cf. p. 130–131.
  • 105 Le professeur É. Hélin propose un dernier argument : les règles monastiques mettaient en place une (...)

27Le professeur Etienne Hélin refuse cependant d’établir un lien, une « relation de cause à effet », entre ce système défensif et l’implantation des couvents : « Comment imaginer, en effet, que des moines ou des nonnettes puissent jouer un rôle en cas de siège102 ? » Il donne une série d’arguments qu’il me semble pertinent de réfuter. Selon lui, une des preuves de l’incongruité de cette relation « religieux-défensif » se trouve dans le fait que l’abbé de Saint-Jacques refusa l’accès aux remparts de la ville, proches de son abbaye — retournant l’argument, je pense que cela démontre que la chose était possible ; un autre argument d’Etienne Hélin : les Annonciades Célestes (xviie s.) voulaient condamner le chemin de ronde dans leur domaine, à cause des impertinents curieux — ceci montre qu’il y avait donc un chemin de ronde prévu et une servitude qui leur était imposée. Toujours selon lui, est significatif le fait que le magistrat de la ville craignait la trahison de religieux soumis à des supérieurs étrangers (comme à l’époque moderne, les Jésuites anglais ou les Minimes) — ce à quoi nous pouvons répondre : si on craignait leur attitude, c’est que justement leur couvent avait un rôle défensif ; si E. Hélin craint la menace du « cheval de troie », c’est que les bâtiments religieux pouvaient effectivement avoir cette fonction militaire que lui-même leur refuse ! Selon lui toujours, « les préoccupations défensives, constantes chez les autorités civiles, sont inconcevables dans le chef de religieux en quête d’un emplacement pour une fondation. Combien de couvents ne sont-ils pas installés hors les murs, proies faciles pour l’assaillant103 ?» Mais... si c’est inconcevable selon la logique cartésienne, suivant la séparation au siècle dernier du glaive et du goupillon, ce n’était pas nécessairement inconcevable au Moyen Âge, au xvie, au xviie s. Simplement, il ne faut pas prêter aux religieux des ambitions guerrières, mais les voir plier devant le magistrat de la ville. Les intérêts de la Cité quant à l’installation d’un tel couvent étaient multiples : outre qu’il s’agissait d’une communauté dont l’intérêt pastoral n’échappait sûrement pas, elle y trouvait surtout le moyen de promouvoir le peuplement et la surveillance morale des habitants des « werixhas104 » tout en s’assurant de l’entretien des remparts. Comme je l’ai déjà dit, cette dernière mission est peut-être devenue conditionnelle à tout insediamento urbain105.

28Les fonctions urbaines, non religieuses, des couvents (surtout mendiants) nés au xiiie s. à Liège étaient donc multiples et situées à plusieurs niveaux. Au niveau des individus, des frères, dont les connaissances, la renommée, l’image de pureté qui étaient leurs dans la seconde moitié du xiiie s. firent qu’on se les arrachait alors. Ils furent un vecteur incontestable de la propagation des notions de droit romano-canoniques dans nos régions. Au niveau du couvent, de l’« aire sacrale », il y avait aussi de grandes attentes, politiques et militaires, de la part des « citains » de Liège et du magistrat urbain, liées très certainement à un contrat de confiance mutuelle conclu tacitement lors de l’installation du couvent et perpétuellement reconduit au fil des siècles.

  • 106 À la manière de la couronne de couvents mendiants à Avignon, le long de l'enceinte du xve s. : Com (...)
  • 107 Crouzet-Pavan É., Les monastères sentinelles. Notes sur la géographie sacrée vénitienne.
  • 108 Kupper J.-L., Archéologie et histoire : aux origines de la cité de Liège ( viiie- xie siècle), spé (...)

29Et pourquoi ne pas déduire de l’attitude du magistrat urbain la volonté (inconsciente ?) de créer autour de la ville une couronne de couvents, couronne sacrée, doublement fortifiée à la fois par les murs et par les prières des frères qui protégeaient la Cité des périls extérieurs106 ? La situation de Liège aux mille églises ne serait-elle pas comparable à celle de Venise et de ses « monastères sentinelles », comme l’a montré É. Crouzet-Pavan107 ? Ces multiples fondations aux lisières de la Cité ne témoignaient-elles pas de la continuation d’une politique religieuse initiée par les évêques de Liège au xe s., dont le but était de faire de Liège « une terre d’églises, une ville sainte108 ».

  • 109 De même, voir l'exemple éclairant des Franciscains à Trieste : Durissini D., Presenza francescana (...)

30Ici, les attentes du magistrat urbain et du peuple de Liège en général semblent bien éloignées des missions confiées par les Ordres mendiants à leurs couvents : arbitrages, conseils juridiques, protection de la Cité... Mais, en y regardant de plus près, ne trouve-t-on pas dans ces actions l’expression d’une des missions essentielles et cependant méconnue des Mendiants : la pacification ? L’insediamento des Mendiants s’est concrétisé aussi dans la prise en main par les religieux d’un rôle social éminent, « tampon » entre groupes sociaux, actif dans la vie publique de la Cité109.

Notes

1 Sauf un seul exemple, peu significatif, d'acte de relief de fief devant l'évêque de Liège, avec deux frères mineurs de Liège cités comme témoins : dossier 29 juin 1331.

2 Sur les études, voir supra, p. 532–538.

3 Voir les commentaires généraux sur les Mendiants et l'arbitrage, par Bouchat M., La justice privée par arbitrage, p. 464–465.

4 Définition tirée de Bongert Y., Recherches sur les cours laïques, p. 162. Il faut distinguer cependant l'« arbiter vero et amicabilis compositor, ad cognoscendum de quaestione vel lite » de l'arbitre que l'on consulte « ut pacificet » : « ne tenetur iuris ordinem observare, nec statur eius sententiae, si sit iniqua, sed reducitur ad arbitrium boni viri », selon les termes de Guillaume Durant (Bader K.S., Arbiter arbitrator seu amicabilis compositor, p. 273–274) : cet arbitre pacificateur est plus proche du type d'arbitrage des Mendiants. Sur la résolution des conflits, on consultera les diverses communications publiées dans Le règlement des conflits au Moyen Âge. Actes du XXXIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public (Angers, juin 2000), Paris, 2001, p. 335–350 (SHMES, série : Histoire Ancienne et Médiévale, 62).

5 Surtout Bouchat M., La justice privée par arbitrage, p. 439–440 ; Bouchat M., Procédures juris ordine observato et juris ordine non observato, p. 377–378 : « par la conclusion d'un compromis, les parties désignent nommément un ou plusieurs arbitres et leur confient un pouvoir que l'on peut qualifier d'extraordinaire dans la mesure où il est toujours limité dans le temps et où il ne s'étend qu'aux matières préalablement définies dans le compromis » ; Bouchat M., L'arbitrage dans le diocèse de Liège, p. 13–15 (voir tout l'article pour davantage de détails) ; Bongert Y., Recherches sur les cours laïques, p. 159–182 ; quelques exemples de tentative de règlement de conflit par arbitrage dans Bouchat M., Coup d'œil sur les juridictions médiévales, notamment p. 178–189 ; Balon J., Quelques remarques d'ordre juridique et social, p. 30.

6 Bouchat M., La justice privée par arbitrage, p. 455 ; Bongert Y., Recherches sur les cours laïques, p. 169–170. Le chapitre provincial dominicain de Provence, en 1240, est encore plus clair : pas d'intervention dans des actes litigieux (ces recommandations sont répétées de chapitre provincial en chapitre provincial, tout au long du xiiie s.) : Paul J., Angevins, Frères Prêcheurs et papauté, p. 227, 240, 243.

7 Comme celui opposant en 1251 l'évêque de Liège, Henri de Gueldre, à Henri, comte de Luxembourg, et à son frère à propos de malversations à l'égard de l'abbaye de Stavelot (dossier 11 octobre 1251). Voir encore un autre arbitrage prononcé, en 1252, entre les paroissiens de Saint-André à Liège et le chanoine de Saint-Paul, Clarembaud de Vyle, recteur de la paroisse, en 1252 : éd. de l'acte dans Bussels M., Un fragment de chronique de l'église Saint-André à Liège, p. 25–26.

8 Par ex., dossiers 30 octobre 1252 (1) et 19 novembre 1252, etc.

9 Voir p. 509–510 ; Dossiers mars 1238 ; 19 juin 1238 (1) et (2). Voir Bouchat M., L'arbitrage dans le diocèse de Liège, p. 470–471 (la citation vient de lui) ; Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 410–411, no 623.

10 Dossier 23 janvier 1250 : « [...] Henricus de Bolestes et Gerardus Bubulcus fratres ecclesie minorate qui arbitri in se onere arbitrandi suscepto s[entend]am suam arbitralem more debito in hunc modum protulerunt [...] »

11 Voir un nouveau dossier d'arbitrage du 22 décembre 1254, dans lequel les Mendiants n'étaient pas impliqués : Abbaye du Val-Saint-Lambert, 40, f° 27r-28r (plus clair que l'original dans le chartrier du Val-Saint-Lambert) — Schoonbroodt J.G., Inventaire chronologique et analytique des archives, t. 1, p. 83–84, no 235.

12 Dossier 30 mars 1259 (1) : « [...] super excambio quarumdam terrarum et pratorum et de dicta controversia pluries esset a partibus in arbitros compromissum, tandem eadem controversia recidivante, ad petitionem bonorum, interposuimus partes nostras et veritate inquisita a duobus fratribus minoribus, videlicet fratre Thoma de Gemblaco et fratre Hugone de Berlos quorum testimonium dicti fratres de Hambrues invocabant, secundum ea que invenimus, pacem dictis abbati et conventui super premissis contra dictos fratres adiudicavimus, ipsis fratribus super hiis perpetuum silentium imponendo [...] » dit le texte édité par Poncelet, collationé sur l'original. Le même jour, les protagonistes jurèrent de respecter la sentence en faveur du Val-Saint-Lambert : dossier 30 mars 1259 (2). Cet acte fut rendu public par le maire et les échevins de Liège, le même jour, dans un troisième document qui ne mentionnait plus l'intervention des enquêteurs franciscains : éd. Poncelet É., Les maréchaux, p. 283–284, no 25.

13 Dossier 3 janvier 1265 : « [...]rater Lambertus dictus Farez, frater Nicholaus de Flerus quondam priores, frater Alexander de Ruella de Ordine Predicatorum, de Ordine vero fratrum minorum frater Thomas de Gemblaco, de Ordine Valliscolarium frater Petrus [...]. »

14 Acte du 7 mai 1267, vu dans la copie A.É.L., Abbaye du Val-Saint-Lambert, 40, f° 29r-3lr — l'original est dans le chartrier du Val-Saint-Lambert — Schoonbroodt J.G., Inventaire chronologique et analytique des archives, t. 1, p. 107, no 298.

15 Voir, sur les rapports avec la Paix-Dieu, p. 512–515.

16 Dossier 19 juin 1261.

17 Dossier 28 mars 1266 - 23 mars 1267.

18 Dossier 9 juin 1285 : « Et se li uns de nos dois defaloit ou nos dois defalisiens ancois ke ches chozes fuissent totes acomplies, nos disons en nostre dit ke les parties devant dites reprendent atres en lieu de nos ou de celui de nos ki defarroit par le conseilh dou prieus des Precheurs de Liege et de freire Jehan de Wihongne delle Ordene des freires meneurs ou de lon deauz se andor ne poent estre ou entendre. » L'acte fut conclu en présence des Dominicains Lambert (le prieur) et Hubin et des Mineurs Jean de Wihogne (gardien ?) et Guillaume « dou Nuef Chastial ». Voir aussi, sur cette confrontation, les documents suivants : A.É.L., Abbaye de St-Jacques à Liège, Chartrier, no 71, 9 juillet 1285 ; A.É.L., Abbaye de St-Jacques à Liège, Chartrier, no 73, 22 juillet 1288 ; A.É.L., Abbaye de St-Jacques à Liège, Chartrier, no 74, 24 octobre 1288.

19 Dossier 2 avril 1264.

20 Dossier 20 mars 1272.

21 Dossier 1er août 1268.

22 Dossier 18 septembre 1270.

23 Bormans S., Notice des cartulaires, p. 69, note 1.

24 Dossier 11 novembre 1270. Cf. Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Namen, p. 7–8.

25 Voir les dossiers 6 mai 1243 et 13 novembre 1250 ; plus les commentaires p. 487–488.

26 Dossier 31 décembre 1255. Transcription partielle : « [...] priori sancti Quintini, Noviomensis diocesis, fratri Gerardo rectori Leodiensi de Ordine Predicatorum et Stephano de Miramonte, canonico ecclesie de Monte S. Eligii, Atrebatensis diocesis, capellano nostro. Cum super statu monasterii Cantiprati juxta Cameracum, Ordinis sancti Victoris Parisiensis, ac personarum ipsius, ex relatione dilecti filii Egidii Ostiarii et Jacobi de Fontanis et Petri de Orchies, canonicorum ipsius monasterii, quedam sint nobis insinuata sinistra, que, post quamdam inquisitionem et ordinationem per dilectos filios [...] sancti Johannis in Valencenis Cameracensis, et [...] de Mareolo, Atrebatensis diocesis abbates olim factas ibidem auctoritate venerabilis fratris nostri..., Cameracensis episcopi, emersisse dicuntur, mandamus quatinus, ad monasterium ipsum personaliter accedentes et habentes pre oculis solum deum, inquisita super hiis que post dictam inquisitionem et ordinationem emerserint sollicite veritate, corrigatis et reformatis auctoritate nostra in monasterio supradicto tam in capite quam in membris que correctionis et reformationis officio videritis indigere. »

27 Dossier 8 octobre 1285 ; Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [II], p. 3–4 ; voir le commentaire de Despy G., Note.

28 Ainsi l'accord conclu par la Paix-Dieu et le chevalier Gauthier Clersens de Bodegnée fut-il garanti par la présence et l'assentiment d'une série de frères prêcheurs et mineurs, ainsi que par le sceau du frère Robert d'Oleye, de la custodie de Liège (dossier 7 mai 1249) ; un accord économique entre l'élu de Liège, Henri de Gueldre et le prévôt Jean de Condé, « nos habito super hoc iurisperitorum consilio », citait comme témoin, entre autres, Gérard OP, « rector theologie in civitate Leodiensi » (dossier 10 décembre 1253) ; une sentence d'arbitrage qu'avait prononcée l'abbé du Val-Saint-Lambert, dans le cadre d'une contestation d'exécution testamentaire à laquelle témoignaient Ponchard, gardien des Mineurs de Liège, et frère Thomas de Gembloux, OFM (dossier 17 février 1263) ; une confirmation par Henri de Gueldre d'un accord de pacification passé entre la « dame de Grau » et son neveu était actée « in presentia virorum religiosorum, fratris Radulphi de Ordine fratrum minorum, et fratris Johannis ejusdem Ordinis [...] » (dossier 24 février 1264) ; un relief de fief fait devant deux frères mineurs : « necnon presentibus etiam venerabilibus viris dominis Levoldo de Nortof canonico Leodiensi, religiosis viris fratribus Walthero de Muhien et Nicholao de Yvia Ordinis fratum minorum Leodiensium [...] » (dossier 29 juin 1331).

29 Sur la Paix de Huy, voir, outre l'étude de Favauge J., Les deux confédérations, p. 35–58, la nouvelle vision de l'histoire politique liégeoise au xiiie s. que propose Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, tout au long de sa thèse.

30 Dossier 7 juillet 1271 (3). Les quelques séculiers qui étaient nommés occupaient de très hautes fonctions ecclésiastiques. Les autre, laïcs, étaient tous des membres éminents de la noblesse et de la bourgeoise, qu'ils fussent échevins ou seigneurs. Tout ceci accentuait encore l'importance de la présence des quatre Mendiants ! — On retrouve ces frères dans deux actes rédigés au même moment, réglant l'application de la Paix : dossier 7 juillet 1271 (1) et 7 juillet 1271 (2).

31 Freed J., The Friars and German Society in the Thirteenth century, p. 93–105 ; Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Leuven, p. 92. Voir les nombreux exemples que donne De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 1122–1378, p. 488 et Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 80–82 ou encore, pour l'Allemagne, Wittek G., Franziskanische Friedensvorstellungen und Stadtfrieden. Les Carmes de Bergerac eurent aussi ce devoir : Ignace J.-C., Le couvent des Carmes de Bergerac, p. 172.

32 Sur ceci, voir Poncelet É., La Guerre, p. 278–288, et récemment Comanne O., Histoire de la Seigneurie de Beaufort-sur-Meuse, p. 44–46. Cette enquête de 1278 est conservée aux Archives de l'État à Liège, Cathédrale Saint-Lambert, charte no 363 ; elle a été rédigée sous forme de rotulus. C'est un magnifique dossier que je compte reprendre du point de vue de la pratique écrite du droit. Pour mémoire : Wascotte P., Légende et réalité : la guerre de la vache de Ciney et la naissance du sentiment national liégeois (Ciney 1275 – Andenne 1278), Andenne, 1998.

33 Dossier 17 avril 1278 – 2 avril 1279. Voici quelques lignes de cette pièce primordiale, p. 385 : « Freres Alixandres de le Ruele, del Ordene de Preceurs, temoins II jures, dou congiet son prieus, amenes pour le partie l'eveke, del eage de sessante et dis wit ans ou la entor, requi dou premier article ki tes est ke li maisons de Gounes etc. est alues, ilh respont qu'il ara quarante et set ans a le feste tos sains ki vient prochainement ou la entor qu'il fut premiers eskevins de Liege et fu trente et un an en l'eskevianage ou la entor et, dedens ce termine, il apris a ses compagnons skevins (p. 386) devantrains et a lui mimes ke Gounes, li maisons, li propris et li terre estoit alues, et encor le tient il a alues Dieu et sainte Marie et saint Lambert, et qu'ele siet en le terre et en le seignerieu Dieu et sainte Marie et saint Lambert » ; il dit que le comte de Namur n'avait pas de droit sur ce fief, que Jean de Beaufort devait en rendre compte à l'évêque et à sa cour allodiale. Il ajouta qu'il avait entendu dire que la femme de Jean était « doee entre sainte Marie et saint Lambert de le manson de Gounes et de ses appendanses, deci et vint et chinc marchies de terre si com d'aluet, et autrement il ne le set [=Alexandre] et cou a il oit dire Preceurs, Meneurs, alouans, les foimens mon segneur Jehan, et se dist ke se li dame en fu doee, ensi com dit est, ke mesire Jehans n'en pot faire fief sains le consentement le dame et de son mambor, ne vendre, ne enwagier ». Il fit d'autres déclarations montrant qu'il connaissait « li lois de le veket » et qu'il se positionnait pour l'évêque dans cette querelle (p. 387). Voir le témoignage de Evrard de Low p. 388 : « Freres Evrars com dist dou Leu, del Ordene des Preceurs, temoins tiers amenes pour le partie le veke, del eage de sessante et sis ans ou la entor, jures dou congiet son prieus, et requis dou premier article ki tes est ke li maisons de Gounes est alues etc., ilh respont qu'il a entendu de mon segneur Jehan mimes de Beaufort ke Gounes estoit alues ; et requis combien il a, il dist ke quatorse ans ou la entor et dist qu'il a passe trente et sis ans qu'il fu premiers skevins de Liege et des ce il a entenu et tenu de ses pers ke Gounes est alues, et ne set ke cose en ait encor este faite par quoi ce ne soit alues, et dist ausi qu'il tient ke Gounes gist dedens le segnerie l'eveke de Liege. » Voir aussi p. 388–390 de l'édition et Wittek G., Franziskanische Friedensvorstellungen und Stadtfrieden, p. 170–171 notamment.

34 Voir à propos de cette situation, Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 155–163.

35 Dossier 27 décembre 1281. À propos de l'instauration d'un mambour sede vacante, voir les lignes définitives de Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, p. 476–480 (et, sur le sede vacante en général, p. 474–484).

36 Avril J., Peut-on parler d'un « idéal sacerdotal » à la fin du Moyen Age ?, p. 20–26 ; à propos des Mendiants pacificateurs : Montagnes B., Les couvents des Prêcheurs entre Rhône et Alpes, p. 29–30 et Mus O., Trio P., L'implantation des ordres mendiants, p. 183.

37 Bongert Y., Recherches sur les cours laïques, p. 177–179 ; Bouchat M., Procédures juris ordine observato et juris ordine non observato, p. 388391 ; Gilissen J., Introduction historique au droit, p. 179–181. Montagnes B., Les couvents des Prêcheurs entre Rhône et Alpes, p. 28, n'est pas loin de nos conclusions.

38 On oublie trop souvent le rôle des Franciscains dans l'Inquisition : Gratien de Paris, Histoire de la fondation et de l'évolution de l'OFM, 1re éd., p. 540–551.

39 Voir Little L.K., Les techniques de la confession et la confession comme technique ; Little L.K., Religious Poverty and the Profit Economy, p. 198–199 ; Rusconi R., I Francescani et la confessione nel secolo xiii , p. 253–255. Attention : Latran IV avait bien défini que la confession avait une motivation pastorale plus qu'une vocation à détecter les hérétiques (Gy P.-M., Le précepte de la confession annuelle).

40 Voir Van Caenegem R. C., Le droit romain en Belgique, p. 1921 ; Le Bras G., Droit romain et droit canon au xiiie siècle, p. 17 ; Joris A., Notes sur la pénétration du droit savant, p. 195.

41 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 77–78.

42 De Borman C., Les échevins, t. 1, p. 72–73 : né au début du xiiie s., échevin depuis 1233 env., Alexandre delle Ruelle se retira avant 1265 au couvent dominicain, où il vivait encore en 1281. — De Borman C., Les échevins, t. 1, p. 73–74 : Everard de Low, né vers 1211, devenu échevin en 1241, passa au couvent dominicain avant 1268, était encore cité en 1283.

43 Voir p. 329, par ex.

44 Voir dossier 17 avril 1278 – 2 avril 1279 : « Freres Alixandres de le Ruele, del Ordene de Preceurs, temoins II jures, dou congiet son prieus, amenes pour le partie l'eveke, del eage de sessante et dis wit ans ou la entor » Et « Freres Evrars com dist dou Leu, del Ordene des Preceurs, temoins tiers amenes pour le partie le veke, del eage de sessante et sis ans ou la entor. » — Étaient-ils des sages aussi, pour leur lignage, Robert d'Oleye et Robert de Corswarem, Mineurs de Liège, présents lors d'actions juridiques en faveur de l'abbaye de la Paix-Dieu ? Voir p. 512–515. Peut-être, mais pas nécessairement par leur âge. De fait, probablement étaient-ils ici reconnus comme experts autant par leurs connaissances, leur expérience, que par la qualité de leur état religieux. Les « sages » des familles Corswarem-Oleye ?

45 Dossier 17 juin 1323.

46 Avril J., Les statuts synodaux, p. 127, no 20. Voir Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 343–345.

47 Dossier 9 février 1331 ; A.É.L., Échevins de Liège, Convenances et testaments, 2, f° 177r-178r.

48 Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 334–335. Sur l'affaire, voir Kupper J.-L., Note sur Henri de Dinant.

49 Sur la Paix de Fexhe, voir Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège, passim ; Lejeune J., Liège et son pays, p. 338–343 ; Lejeune J., Contribution à l'histoire des idées politiques.

50 Dossier 5 mars 1327. Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Namen, p. 8–9, donne d'autres exemples pour le Namurois.

51 Voir p. 517–518. — Poncelet É. et Fairon É., Listes, t. 1, p. 14, 15,61, 114, 208, 209, 211–212, 213, 214, 234, 539, t. 2, p. 32.

52 Ainsi qu'il apparaît dans un acte confisqué après la bataille d'Othée (cf. à propos de cette confiscation, Stiennon J., Considérations générales sur la bibliothéconomie et l'archivistique médiévales, p. 237) : dossier 4 octobre 1394 : « [...] lesquelles amendes devoient estre mis en cange a Liege pour distribuer en pitance aux frères mineurs, où les dis XXXII avoient leur repaire [...]. » Voir Lejeune J., Liège et son pays, p. 366–369 et 396–401.

53 Dossier 10 mars 1288.

54 Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 170–171 et Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 23. Voir Gobert T., Le droit d'asile, p. 112. Voir Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 59.

55 Lippens H., Matériaux, t. 9, p. 28 ; Joris A., La ville de Huy au moyen âge, p. 350 ; Baur P., Testament und Bürgerschaft, p. 138–140 ; Marechal J., De betrekkingen tussen Karmelieten en Hanzeaten, p. 211–214 ; Simons W., Stad en apostolaat, p. 231–232 ; Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 399 ; Neidiger B., Die Bettelorden im spätmittelalterlichen Rheinland, p. 55 ; Müller P., Bettelorden und Stadtgemeinde in Hildesheim, p. 251–253.

56 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 74.

57 Eggenberger P., Descoeudres G., Klôster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 441–442.

58 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 133–134.

59 On n'en a pas de trace pour Liège ; quoique le produit des amendes semblait versé en partie aux frères mineurs, en 1394 (dossier 4 octobre 1394). Exemples pour d'autres villes : à Diest, voir Houbaert A., Minderbroederskloosters [...] Diest, p. 117–119 ; à Leuven, voir Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Leuven, p. 88 ; dans tout le Brabant, voir Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 69–70.

60 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 176. Il s'agit d'une plainte, adressée à la Chambre des Comptes, dans laquelle les Dominicains dénonçaient un accensement de cet endroit, injustement fait par le magistrat de la Cité, au début du xviiie s., à un menuisier appelé Gilles Moha. Les plaignants arguaient du fait que le magistrat et le prince-évêque avaient bien donné en accense à l'échevin Jean de Brabant et à Lambuche le charpentier les six arches du Pont d'Île pour y construire... mais pas ce terrain appelé « place ou rivage des Prescheurs » (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 108). Ce dernier accensement des six arches du pont à Jean de Brabant se serait bien déroulé en 1343 (dossier 20 mars 1343) : « [...] donnons à homme honorable Johan de Braibant, eskevin de Liege, et à Jamar, dit maistre Lambuche le cherpentier, citain de Liege, en hiretage perpétuement les VI arches del pont d'Ilhe seantes del costeit d'amont vers le Saveniere, commenchant ale premiere arche deles le pont de fust en alant aval ale longeche del dit pont vers les Prechours [...] » (Cf. aussi Fairon É., Régestes de la Cité de Liège, t. 1, p. 342–343, no 402 et p. 345, no 405). Il semble que le terrain qui faisait l'objet du litige avait été accensé aux Prêcheurs en 1523 par Érard de la Marck (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 176). Voir aussi Gobert T., L'ancienne brasserie des Dominicains au Pont d'île à Liège.

61 Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Nivelles, p. 140. Peut-être aussi les couvents urbains jouèrent-ils un rôle dans la reconstruction de la Cité après la grande destruction de 1468 ? Voir Stiennon J., La contribution des Chartreux.

62 Settia A.A., Églises et fortifications médiévales dans l'Italie du Nord, p. 62–65 ; voir aussi, du même, "Ecclesiam incastellare ". Chiesi e castelli in diocesi di Padova, dans Fonti e ricerche di storia ecclesiastica padovana, t. 12, 1981, p. 47–75, réimpr. dans Chiese, Strade e Fortezze nell'Italia Medievale, éd. Settia A.A., Rome, 1991, p. 67–97 (Italia sacra. Studi e documenti di storia ecclesiastica, 46).

63 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 272.

64 Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 5354 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 7.

65 Bragard R., Le couvent des récollets à Liège, p. 137 ; Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 272–274.

66 Woos E., Le quartier d'Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, surtout p. 77–81 ; Woos E., Le quartier d Outremeuse à Liège. Genèse d'un territoire urbain, p. 652–654 et plan clair p. 655 (sur base de son mémoire de licence Woos E., Le quartier d'Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, Mém. Lic. inédit, Université de Liège, 1993–1994).

67 Dossier 31 janvier 1351 : « mon jardin, portpris, vivire et assise seant devant les Sas et jondant aus murs delle citeit de Liege ».

68 Micha A., Les anciennes tours et maisons fortes de Fragnée-Guillemins, p. 7–9 et Van der Made R., Inventaire analytique et chronologique du chartrier des Guillemins, p. 89.

69 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 274.

70 Pour Valenciennes, voir Wauters A., Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, t. 4, Bruxelles, 1874, p. 67. — Le professeur Joris a lors d'une conversation évoqué un tableau du xviie s. qui représentait une porte de Huy occupée à l'étage par un frère mineur. — À Nivelles, une des tours de la muraille d'enceinte porte le nom de « tour des Mineurs » : Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 52, note 163 ; Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Nivelles, p. 136–137.

71 Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Mons, p. 116–117.

72 Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Sint-Truiden, p. 156.

73 Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 39.

74 Les Mineurs reçurent une partie des fortifications pour s'y installer alors : Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Tienen, p. 130–133 ; Van Ruysevelt S., De Franciscaanse kerken [...] Tienen, p. 103. Le couvent des Mineurs de Namur était, semble-t-il, situé non loin de l'enceinte aussi : Courtoy F., Le quartier de la Neuveville à Namur et son four banal.

75 Vannerus J., Documents concernant le Tiers-Ordre à Anvers, p. 493, note 1 : un couvent de Tertiaires bruxellois était situé en « Fossé au Loup », près des remparts... mais on le confond peut-être avec une communauté de Bogards établie, elle, « op de gracht ». Et ce dès la seconde moitié du xiiie s. À Anvers, ibidem, p. 489–492 et 497–498, les Bogards étaient installés le long des remparts, dont le magistrat leur vendit une partie en 1357.

76 Les Croisiers avaient aussi l'habitude de s'installer dans les murs, près d'une porte : à Liège, Ruremonde, Venlo, Bois-le-Duc, Sneek, Franeker, Maestricht, Chauny. À Namur et Bois-le-Duc, certaines portes étaient dites « des Croisiers » (et à Liège ?) : Van den Bosch P., De orde van de Kruisheren in het verleden een hospitaalorde ?, p. 178.

77 Bischoff G., Noblesse et ordres mendiants, p. 22.

78 Schmitt J.-C., Où en est l'enquête [...], p. 15.

79 Willesme J.-P., Le couvent des Jacobins, p. 87–89.

80 Marseille J., Le couvent des Dominicains de Lille, p. 77 et 84–85, il attenait aux remparts, mais à l'extérieur de ceux-ci. Le couvent des Dominicains subit d'ailleurs de graves dommages lors des conflits de la Guerre de Cent ans, étant aux premières loges face à l'ennemi.

81 Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 53.

82 Grazia Del Fuoco M., Insediamento e sviluppo, p. 187 : "potrebbe far suppore addirittura una strumentalizzazione dell'insediamento da parte della città nei confronti del re a cui la città era sottomessa” explique l'auteur à propos du couvent dominicain de Nordhausen en 1286 environ.

83 Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den Diözesen Speyer und Worms, p. 280–281.

84 Pieper R., Die Kirchen der Bettelorden in Westfalen., p. 265.

85 Schmitt J.-C., Où en est l'enquête [...], p. 17.

86 Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 15–21 ; Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 272.

87 Helin E., Le paysage urbain, p. 117, même si, à la fin du Moyen-Âge, le long des portes, les maisons se pressaient les unes contre les autres. Voir aussi Rinaldi R., Forme di gestione immobiliare, p. 64.

88 C'est probablement une des raisons, selon moi, pour lesquelles les communautés de Franciscains s'étaient retrouvées aux marges de la ville, lors de leur installation : ces frères mineurs qui ne devaient pas en imposer beaucoup ni par la tête ni par l'aspect et dont les théories étaient contraires à toute forme habituelle de communauté religieuse avaient dû effrayer, à leur arrivée. D'ailleurs, dans quelques endroits, les indigènes avaient voulu leur faire subir un mauvais sort, les prenant pour des hérétiques (Little L.K., Religious Poverty and the Profit Economy, p. 159). Quant à l'apparence peu ragoûtante des frères, les descriptions des disciples de saint François prêchant par des contemporains en faisaient foi (ibidem, p. 162–163). — Probablement était-ce pour cela que les autorités urbaines les avaient rélégués dans des endroits insalubres ou peu agréables (Gratien de Paris, Histoire de la fondation et de l'évolution de l'OFM, p. 157–158, par ex. — voir aussi Dossat Y., Opposition des anciens ordres à l'installation des Mendiants, p. 264–266). — Les béguines ont subi aussi le même sort, elles dont les activités paraissaient aussi suspectes : le grand béguinage de Saint-Christophe était placé en-dehors de la ville ! — Les Dominicains ont eu moins de problèmes : ils étaient des chanoines réguliers de Saint-Augustin, c'est-à-dire qu'ils ressortissaient à un « modèle communautaire » plus ou moins connu (cf. par ex. Dereine Ch., Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert). De plus, c'étaient souvent des intellectuels reconnus. Il est donc acceptable qu'ils aient été davantage favorisés dans le choix de leur emplacement (qu'ils avaient peut-être davantage les moyens d'acquérir que les Mineurs, d'ailleurs ?).

89 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 279. Il ne faut pas chercher dans un souci de mortification les causes de cette installation des Mendiants dans ces zones peu agréables : même les Cisterciens, les champions de l'ascèse (aux débuts de l'Ordre !) avec les Chartreux, ne s'attardent pas dans des emplacements dits « malsains » (Dimier A., Citeaux et les emplacements malsains). — De plus, pourquoi ne pas supposer que l'installation de ces religieux en cet endroit pouvait être considérée par le magistrat comme la mise en place d'une institution-tampon pour les marginaux de ces zones désœuvrées ?

90 Mus O., Trio P., L'implantation des ordres mendiants, p. 177–178.

91 Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 5556.

92 Bragard R., Le couvent des récollets à Liège, p. 137 ; Bragard R., La législation sur la mainmorte et les couvents à Liège, p. 291–292. C'était le cas à Groningue, très clairement : Tromp C., Groninger kloosters, p. 77 ; Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 81–82. Et puis, comme le dit très bien Simons W., Stad en apostolaat, p. 125126 : les murailles défendaient aussi bien des ennemis de l'extérieur que des révoltes du prolétariat. Ne serait-ce pas une façon de s'assurer que le peuple était bien contenu dans la ville, entouré d'une garde « sacrée » ?

93 Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den Diözesen Speyer und Worms, p. 312 et surtout Mindermann A., Bettelordenskloster und Stadttopographie, qui arrive aux mêmes conclusions.

94 Bragard R., Les couvents et les enceintes urbaines, p. 279 ; Gaier-Lhoest J., L'évolution topographique de la ville de Dinant au Moyen Age, p. 41–48. Peut-être aussi a-t-on laissé ce couvent à cet endroit pour des motifs pastoraux, pour évangéliser les campagnes ? Par ailleurs, n'oublions pas non plus que la ville de Dinant était déjà « pleine » lors de l'arrivée des Mendiants : ibidem, p. 48–65, notamment p. 53.

95 Liège, Bibliothèque de l'Université, Ms. 188, p. 142. Gachet É., Notice, p. 93. Peut-être est-ce à cause de cet entretien des murailles que les Dominicains possédaient dans leur chartrier un acte de la Cité de Liège sur l'établissement de la fameuse « fermeté » et de l'impôt levé alors à son propos : dossier 27 mars 1278. — Il s'agissait d'une procédure répandue, semble-t-il : le magistrat de la ville d'Anvers offre aux Bogards en 1352 une partie des anciennes fortifications à cause « die goede trouwe ende die vrientschap die de minister ende tconvent der stadwaert ghedraghen hebben [...] en dat sijghetrouwelick voer die stadt bidden sullen » (Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 53).

96 Bragard R., Le couvent des récollets à Liège, surtout p. 138 ; Boulvain S., Contribution à l'histoire religieuse de la ville de Liège : la fondation de couvents à l'époque moderne, p. 40 ; Woos E., Le quartier d'Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, p. 126–131 ; Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [IV], p. 7, no 1697.

97 Dossier 3 juin 1381.

98 Woos E., Le quartier d'Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, p. 31 (note 87) et p. 101.

99 Dossier 4 juillet 1376. Les « verges d'engiens » étaient des « baguettes ou pièces de bois faisant partie d'engins d'artillerie. Le sens est difficile à préciser » (Haust J., Glossaire philologique des régestes de la cité de Liège, fasc. 1 annexé au t. 1, p. 571). Les « scrins » sont des coffres où on rangeait les « marteals » ou marteaux et autres menus instruments (Haust J., Glossaire philologique des régestes de la cité de Liège, fasc. 1 annexé au t. 1, p. 444 ; Haust J., Dictionnaire liégeois, p. 394 ; Godefroy F., Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. 5, p. 187). Le « mangoneal » était un mangonneau, machine à lancer des pierres et des « dards » (Godefroy F., Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. 5, p. 145). Les « mairiens » étaient du bois de construction (Haust J., Glossaire philologique des régestes de la cité de Liège, fasc. 1 annexé au t. 1, p. 586) ou des pieux (Godefroy F., Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. 5, p. 88–89).

100 Chronique du règne de Jean de Horne, dans Balau S., Chroniques liégeoises, t. 1, p. 442. Mentionné par De Spiegeler P., Les hôpitaux et l'assistance à Liège, p 188–189.

101 Ainsi, à Trèves par exemple, il n'y avait pas de lien direct entre les couvents mendiants et les fortifications : Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 45–46.

102 Helin E., Le paysage urbain, p. 114115, ici p. 115.

103 Helin E., Le paysage urbain, p. 115.

104 C'est-à-dire les terrains vagues — « bidonvilles » ? Cf. p. 130–131.

105 Le professeur É. Hélin propose un dernier argument : les règles monastiques mettaient en place une série de prescriptions bien spécifiques pour l'installation des couvents, mais rien sur cet aspect « militaire ». À cela, notre dernière réfutation répond encore : la règle proposait, le magistrat de la ville disposait.

106 À la manière de la couronne de couvents mendiants à Avignon, le long de l'enceinte du xve s. : Comte S., Une implantation tardive en milieu urbain : les Célestins à Avignon à la fin du Moyen Age, p. 170.

107 Crouzet-Pavan É., Les monastères sentinelles. Notes sur la géographie sacrée vénitienne.

108 Kupper J.-L., Archéologie et histoire : aux origines de la cité de Liège ( viiie- xie siècle), spéc. p. 387 (je remercie encore M. Kupper qui m'a communiqué cet article).

109 De même, voir l'exemple éclairant des Franciscains à Trieste : Durissini D., Presenza francescana ed organizzazione sociale a Trieste tra xiii e xiv sec.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search