Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Seconde partie. Vivre Pour... Les Fonctions des Mendiants

Chapitre III. La fonction pastorale : cura animarum et vie intellectuelle

Texte intégral

I. La Cura animarum

1. Les grands traits de la pastorale des Mendiants

  • 1 De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 1122–1378, p. 423 ; Taylo (...)
  • 2 Depuis Latran IV : Foreville R., Latran I, II, III et Latran IV, p. 298–299.
  • 3 Ronzani M., Gli ordini mendicanti e la “cura animarum” cittadina fino all'inizio del Trecento : du (...)

1La réforme grégorienne avait relancé la pastorale. Et avec elle, la prédication. Un à deux siècles plus tard, la formation du clergé séculier passait par l’apprentissage de celle-ci, au sein de l’Université. Mais des problèmes apparurent. D’un côté, le sermon universitaire était tout, sauf adapté à la pastorale populaire. De l’autre, les prêtres des paroisses, même s’ils avaient la chance de fréquenter les bancs de l’Université, ne prêchaient plus, ou peu1. Liée à la prédication, la confession était, elle aussi, en piètre situation, peu pratiquée malgré l’obligation de se confesser annuellement2. Les religieux furent appelés à la rescousse. Ainsi un bref du pape, de 1234, accorda-t-il le droit aux religieux du Val-Saint-Lambert d’entendre les confessions dans les localités où les prêtres investis manqueraient3.

  • 4 Bériou, N., Les sermons latins après 1200, notamment p. 400 et Oberste J., Predigt und Gesellschaf (...)
  • 5 Taylor L., Soldiers of Christ, p. 20–22 ; Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 393–394 ; Simons(...)
  • 6 Sur les relations Mendiants-évêques du point de vue de la prédication, voir le très clair article (...)
  • 7 Voici la transcription, pour information, de cet acte capital pour l'arrivée des Prêcheurs à Liège (...)
  • 8 Dossier 6 août 1229 : « Iohannes miseratione divina Leodiensis electus, viris venerabilibus magist (...)
  • 9 Voir, pour le xiie s., Suttor M., sur la lettre de l'Ecclesia Leodiensis au pape. L'attitude de Ro (...)
  • 10 Ibidem.

2Les Mendiants prirent donc une place toute particulière, taillée sur mesure pour eux. Leur pauvreté volontaire leur permettait de pallier à la sèche inadéquation des sermons universitaires, par une prédication plus simple : de la sorte, ils pouvaient tenter de se confondre avec le peuple, de le comprendre et de s’en faire comprendre, même s’il ne faut pas exagérer la part prise par les Mendiants dans la mise en place de la nouvelle prédication réformatrice de la fin du xiie s., dont ils partageaient les mérites avec les maîtres séculiers4. C’est en fait autant par leur production impressionnante de sermons que par leurs qualités pastorales que les Mendiants comblèrent, au sein des paroisses, le vide laissé par un clergé défaillant5. Les évêques, qui avaient la responsabilité de la prédication et de la confession, ne s’y trompèrent pas6. C’est entre autres pour cela qu’en 1229, Hugues de Pierrepont, évêque de Liège, invita sur son lit de mort les Dominicains à venir s’établir à Liège, afin qu’ils enseignent la théologie, sèment la parole de Dieu dans tout l’évêché et entendent les confessions, absolvant les fautes des fidèles repentants7. Son neveu, Jean d’Eppes, cité dans l’acte précédent comme exécuteur de ces volontés avec le célèbre Jacques de Vitry, s’installa dans la cathèdre immédiatement après et adressa une lettre au provincial dominicain de la province de Teutonie, dans laquelle il invitait officiellement les frères, pour s’acquitter des missions qu’Hugues avait énoncées8. Étrangement, il insista lourdement sur l’arrivée des Prêcheurs pour lutter contre l’hérésie, alors que, de ce point de vue, le diocèse de Liège semblait très calme par rapport aux siècles antérieurs (le xiie s. cathare) ou postérieurs (les « hérésies » des flagellants de la fin du xiiie et du xive s.). Ferait-il allusion ici aux Cathares, peu actifs dans le diocèse alors, mais contre lesquels la papauté avait lancé une croisade depuis 12089 ? Mais ne serait-ce pas plutôt le mouvement béguinal, aux relents quelque peu sulfureux, qui était visé ici10 ?

  • 11 Caractéristique des Ordres mendiants : Gratien de Paris, Histoire de la fondation et de l'évolutio (...)
  • 12 Dossier juillet 1232.
  • 13 Ainsi une bulle d'Innocent IV (dossier 25 mars 1244 (2)), de Clément IV (dossier janvier 1267), de (...)

3Par contre, le caractère pénitentiel de la mission des Prêcheurs était ici bien mis en évidence11. Comme il le serait dans la concession des droits de prédication, de confession, de prescription des pénitences délivrée aux Dominicains de Liège en 1232 par le pape Grégoire IX12. Le chartrier des Dominicains de Liège était riche de ces bulles qui, l’une après l’autre, leur assuraient encore et toujours, face au clergé séculier en fureur contre ces privilèges, des droits de prédication et de confession13. Ces bulles étaient la meilleure protection des Prêcheurs contre les tentatives séculières de contrôler ces missions essentielles remplies par les Mendiants.

  • 14 Dossier 9 mars 1299. Voir aussi, de même, le dossier 1er janvier 1311 – 15 mars 1311.
  • 15 Sauf Henri de Gueldre, qui s'opposa violemment aux Dominicains, d'après moi, à l'époque de la Fête (...)
  • 16 Avril J., Les statuts synodaux, p. 153, no 33.
  • 17 Ce dernier droit ne se trouvait pas dans les fonctions réservées aux Dominicains au début du xiiie(...)
  • 18 Dossier novembre 1265.
  • 19 Dossier 8 mars 1280.
  • 20 Dossier 19 août 1283.
  • 21 Dossier 12 décembre 1291.
  • 22 Dossier 6 octobre 1250. Il est certain que les Guillemins prêchaient dans les villages : Poncelet (...)

4Outre le soutien papal garantissant la prédication et la confession des Mendiants, il fallait compter aussi avec la protection de l’évêque, du moins à ce moment de l’Histoire. La volonté épiscopale de favoriser les fonctions pastorales des frères Mendiants se lit entre les lignes d’un document de l’officialité de Liège destiné aux Franciscains, qui insistait auprès du clergé paroissial pour qu’il ne molestât pas ces frères venus prêcher et confesser14. Aux xiiie et xive s., l’évêque de Liège ne montra presque jamais d’hostilité évidente envers les Mendiants15. Au contraire, il les estimait au point de laisser Mineurs et Dominicains prêcher dans les églises paroissiales, comme le montrent les statuts synodaux de 1288, dans lesquels on lit que les deux conditions pour avoir la permission de prononcer un sermon dans une église paroissiale étaient, d’une part, d’être une authentica persona, vel de ordine Predicatorum, vel fratrum minorum et, d’autre part, d’avoir la licentia — et habeat licentiam suorum priorum vel ministrorum suorum, vel licentiam super hoc a nobis habeat specialem — : la permission de ses prieurs, ministres et/ou une licence spéciale des mains de l’évêque lui-même16. Comme les statuts synodaux le stipulent, seuls les Mineurs et les Prêcheurs avaient donc cette licentia pour prêcher et confesser dans les églises paroissiales. Pourquoi les Carmes, pourtant bien présents, n’étaient-ils pas concernés ? Ils avaient cependant reçu d’Henri de Gueldre l’autorisation de célébrer l’office divin à voix haute, d’entendre les confessions, de prêcher en public, de posséder un cimetière17 et d’y ensevelir ceux qui auraient choisi d’y être enterrés, sous réserve des droits des églises paroissiales18. Ces autorisations furent confirmées par Guillaume d’Auvergne en 128019. En 1283, l’archevêque de Cologne, Sifrid, concéda une indulgence de quarante jours à tous ceux qui assisteraient à leurs prédications, pourvu qu’ils se soient dûment confessés20. En 1290, Guy de Hainaut, élu de Liège, confirma derechef aux Carmes les droits de prédication et de confession et leur permit de délivrer quarante jours d’indulgence aux pénitents et confès qui auraient entendu leurs prêches jusqu’au bout21. On s’explique mal, dès lors, le silence des statuts de 1288 à propos des Carmes qui, de part et d’autre de cette date, avaient bénéficié de privilèges analogues. Il semblerait que les Mendiants ne furent pas les seuls réguliers à avoir été autorisés à prêcher et à confesser les fidèles : les Guillemins de la province de Germanie reçurent une telle permission d’Innocent IV22. Rien dans le diocèse de Liège ne permet hélas d’en savoir plus.

  • 23 Intervention constante. À voir, entre autres : Pellegrinil., Vescovi e ordini mendicanti, dans Ves (...)
  • 24 Voir à ce propos surtout Simons W., Stad en apostolaat, p. 186, qui a bien débroussaillé le terrai (...)
  • 25 Tout comme à Romans aux xive et surtout xve s. : Viallet L., Bourgeois, prêtres et Cordeliers à Ro (...)
  • 26 Voir Chiffoleau J., La comptabilité de l'Au-Delà, p. 255–258 ; Martin H., Le métier de prédicateur (...)

5L’intervention épiscopale dans ces activités23 fut d’autant plus importante, à partir de 1300, que les Mendiants se verront imposer avec la bulle Super cathedram une série de limitations à leurs tâches : permission de prêcher dans leurs églises, sur les places publiques ou dans les couvents mais tant que l’évêque n’était pas en chaire ; autorisation du curé nécessaire pour prêcher dans son église ; obligation du prieur de présenter à l’évêque un certain nombre de prêtres mendiants, nombre de prédicateurs plus ou moins proportionné aux besoins de la population, afin que le prélat approuve et donne à ces frères la permission de confesser24. Il n’empêche que, au-delà de ces contraintes — qui furent tempérées au cours du xive s. —, les Mendiants étaient, en ville, les seuls « maîtres de la parole » et de son corollaire, la confession25. C’était là leur originalité, plus que le service des morts qui en soi était déjà l’apanage des communautés religieuses plus anciennes26.

  • 27 À son propos, on lira les contributions du recueil Handling sin. Confession in the Middle Ages, éd (...)
  • 28 Marandet M.-C., Le prix du salut en Toulousain à la fin du Moyen Age, p. 207.
  • 29 Voir le travail de De la Selle X., Le service des âmes à la Cour. Confesseurs et aumôniers des roi (...)
  • 30 Lauwers M., Expérience béguinale, p. 89–90 ; Löhr G.M., Die Gewohnheiten eines mitteldeutschen Dom (...)
  • 31 Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 282–283, no 1090 : supplique du 25 octobre 1346. Les con (...)
  • 32 Dossier 17 avril 1278 – 2 avril 1279.
  • 33 Dossier novembre 1267.
  • 34 Dossier 19 mai 1291.
  • 35 Dossier 16 août 1305.

6Quant à la confession27, elle avait connu un tel succès dans la bourgeoisie et dans les milieux dévots que certains frères furent promus confesseurs attitrés, qui d’un bourgeois28, qui d’un prince29, qui d’une béguine30... Ainsi le frère Jean de Saint-Martin, lecteur en théologie, fut-il confesseur de la comtesse de Hainaut31 ; le frère dominicain Thomas de Saint-Martin avait confessé Jean de Beaufort sur son lit de mort32 ; la béguine Ruscela dite Rose citait le frère prêcheur Nicolas de Fleuras comme son confesseur33 ; le confesseur de Pierre de Taviers, chapelain de Saint-Lambert, était le frère mineur André34 et Gilles Roleas, clerc de Liège, prit aussi son confesseur chez les Mineurs, en la personne du frère Jacques de Jemeppe35.

2. Espace de prédication et arrière-pays économique

  • 36 Sur les espaces de prédication et la quête, on se référera à la communication de Bertrand P., Vial (...)
  • 37 Carozzic., Le monde laïc suivant Humbert de Romans, p. 235–236.
  • 38 Voir, sur la rémunération de la prédication, p. 300–304.
  • 39 Du moins qu'on puisse attribuer à l'aire liégeoise, même s'il s'en cache certainement l'un ou l'au (...)
  • 40 Voir p. 535–537.
  • 41 Voir, outre les notices biographiques citées supra, p. 133, n. 57, sur les œuvres de Jacques de Vi (...)
  • 42 Voir les réserves qu'émet lui-même Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 28, dont la note 9. Sur (...)
  • 43 Pour de bonnes pages sur la prédication des Mendiants dans les anciens Pays-Bas, au Moyen-Âge, je (...)
  • 44 Ainsi, dans la petite bourgade de Tongres (dossier 7 décembre 1299) : Servais de Vreren légua aux (...)
  • 45 Simons W., Stad en apostolaat, p. 193–194.
  • 46 Lauwers M., Expérience béguinale, p. 84–89.
  • 47 Taylor L., Soldiers of Christ, p. 23–36.
  • 48 Voir p. 300–304.

7La prédication attirait les foules dans les villes comme dans les campagnes36. Et les Mendiants eux-mêmes préféraient prêcher en ville : les péchés y étaient plus nombreux, puisque l’air de la ville rendait trop libre ; de plus, les petites localités des campagnes se conformaient souvent à l’attitude des grandes37. Même si peu de traces réelles de prédication subsistent pour les régions étudiées, aux xiiie et xive s.38. Pas un seul sermon connu39. En tout cas, ne peuvent être considérés comme sermons liégeois les quelques prêches devant les béguines de Paris, par de jeunes prédicateurs de Liège partis parfaire leur formation au studium de Saint-Jacques40, pas plus que les sermons de Jacques de Vitry, grand intellectuel du xiiie s., évêque d’abord, chanoine d’Oignies ensuite41. De même, pas question d’utiliser l’Alphabetum Narrationum du dominicain Arnould de Liège, dont il est pratiquement certain qu’il ne travailla pas à Liège42. Le contenu de cette prédication en pays liégeois nous échappe donc totalement, qu’elle émane des Carmes, des Dominicains, des Mineurs... ou même d’autres, comme des Écoliers43. Et pourtant, ils prêchaient. À la ville, à la campagne44, au peuple ou au clergé45 ou encore aux béguines46... Dans l’église, sur la place publique, au cimetière, pendant une heure environ47. Parfois ils étaient rémunérés pour ces sermons, eux ou leur couvent48.

  • 49 À ce propos, le travail de base est Elm K., Termineien und Hospize der westfälischen Augustiner-Er (...)
  • 50 Montagnes B., L'organisation territoriale des Frères Prêcheurs, p. 16–17.

8Les Mendiants avaient défini, par couvent, un territoire consacré à la prédication et à la collecte, une région où chaque communauté avait une sorte de monopole par rapport aux autres du même Ordre. C’était la région terminaire, ou le terminus. Dans cette zone se déplaçaient les frères chargés de la prédication. Le couvent se permettait alors de jalonner ce « terrain de chasse » avec des maisons, des auberges de prédication, des hôtels : des maisons terminaires, où les frères terminaires pouvaient passer la nuit, éventuellement célébrer l’office, rassembler les gains de leurs quêtes49... Ces maisons étaient souvent placées aux limites de la zone terminaire, comme pour marquer le territoire du couvent. Le père Montagnes met cependant en garde : ces « termes » ne se retrouvaient pas partout ; là où les couvents étaient enchâssés dans un tissu serré de villes, composé de centres urbains rapprochés, le besoin de pied-à-terre extérieurs, de maisons terminaires, ne se faisait pas sentir50. Mais dans le cadre liégeois, les maisons terminaires s’imposaient, notamment pour le couvent des Dominicains, bien esseulé au beau milieu du diocèse.

  • 51 Dép. Bommershoven.
  • 52 Bommershoven, arr. Tongeren, prov. Limburg. À 6,5 km de Tongres.
  • 53 Eben-Emael, arr. Tongeren, prov. Limburg. À 17 km de Tongres et 10 km de Visé.
  • 54 Comme Breust, Sint-Geertrud, Gronsveld, Gulpen...
  • 55 Dossier 25 avril 1266. Une critique de l'acte original et une nouvelle édition seraient les bienve (...)

9En 1266, les Dominicains de Liège et de Maestricht s’accordèrent à propos de leurs zones terminaires respectives. Les Liégeois récupérèrent Tongres, Haren51, Bommershoven52, plus tous les villages sur la voie Tongres Bommershoven-Looz, vers le Geer, quas prius solebant predicare. Ils s’arrêtèrent à Waremme et Oreye. Les autres villes theutonicae à partir de Tongres, en direction de Maestricht et du Brabant, étaient du ressort du couvent de Maestricht, y compris Eben et Emael53. Les frères de Maestricht se réservaient aussi divers villages, de l’autre côté de la Meuse, vers Aix-la-Chapelle, du côté des Fourons et dans les Pays-Bas actuels54. Les autres villages, les Maestrichtois les laissèrent aux Liégeois qui avaient l’habitude de les visiter55.

  • 56 Dossier octobre 1284.
  • 57 Dossier 18 novembre 1303.
  • 58 Comme c'est le cas dans la région immédiate de Tongres, où le couvent de Maestricht avait droit de (...)
  • 59 Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Leuven, p. 93 ; surtout Ceyssens L., Minderbroederskloos (...)

10Voici ainsi définie toute la zone terminaire Nord des Dominicains de Liège. Restent des incertitudes. Saint-Trond pourrait être une limite de zone dominicaine, à en lire le testament de Catherine de Zerkingen, qui légua une rente pour nourrir les frères prêcheurs passant par là. Mais, dans ce document, les deux conseillers mendiants à l’exécution testamentaire des dernières volontés de Catherine étaient deux Prêcheurs, l’un de Maestricht, Jean Cantman, et l’autre de Liège, Jean de Saint-Trond56. Si la zone terminaire avait été clairement liégeoise, seul un mendiant liégeois aurait été présent. Et inversement, en faveur des Prêcheurs de Maestricht. Un autre exemple confirme ce point de vue : c’est le testament du prêtre Gilbert Letwerck, de Saint-Trond ; il fonda une rente que la gilde de Notre-Dame à Saint-Trond devait verser ad hospitium fratrum predicatorum in Sancto Trudone pro receptione fratrum Ordinis antedicti per Sanctum Trudonem transeuntium et etiam terminera Sancti Trudonis [...]57. Or, s’il fit par ailleurs des legs aux Dominicains de Maestricht, il institua exécuteur testamentaire le frère Jean de Saint-Trond dont on a vu qu’il appartenait au couvent de Liège. Ici aussi, un flou relatif... Saint-Trond pourrait constituer une limite occupée par les deux couvents58, d’autant plus que beaucoup de testateurs léguaient aux Prêcheurs de Liège et que, ainsi, nombre de biens appartenant à ces derniers étaient localisés à SaintTrond. Peut-être le couvent de Maestricht avait-il la ville comme « terrain d’action »... mais dans tous les cas les Dominicains liégeois n’étaient pas loin, dans les faubourgs. Par ailleurs, le couvent franciscain de Saint-Trond faisait partie, lui, de la custodie de Brabant et n’avait donc rien à voir avec notre couvent liégeois59.

  • 60 Dossier juin 1272 : « [...] hoc tamen onere ipsi terre et eius fructibus a nobis recipiendis etiam (...)
  • 61 Dossier 7 décembre 1299 : « [...] Apres ie lais as freres prechours de Liege vint sous en pitanche (...)
  • 62 Une autre clause est ajoutée qui dit qu'aucune autre personne ne pouvait être installée dans cette (...)
  • 63 Dossier mars 1291.
  • 64 Les limites géographiques (physiques comme humaines) sont en effet déterminantes en ce qui concern (...)

11À Tongres, les choses étaient plus claires. Les Dominicains de Liège y étaient les bienvenus. Ils étaient reçus et logés, probablement dans l’hôpital Saint-Jacques avec lequel ils entretenaient d’excellentes relations. La fondation en 1272 d’une pension pour pitance aux Prêcheurs passant par là le prouvait60. Le testament de Servais de Frère institua non seulement des rentes pour les frères terminaires dominicains de Liège, mais aussi pour les Franciscains de la même ville, qui étendaient donc leur zone terminaire jusque-là61. À la fin du xive s., les Dominicains y possédaient une maison terminaire qu’ils louaient en viager à des laïcs, avec charge de gardien : bien entretenir la maison, héberger les frères de l’Ordre qui y arrivaient. Une clause de sûreté économique était ajoutée à l’acte de location, dans laquelle il était stipulé que les preneurs ne pourraient recevoir ou relever aucun bien ou revenu destiné au couvent dominicain sans mandement ou commission spéciale de la part des dits Prêcheurs — ceci pour éviter que des rentes ou cens habituellement versés à la maison de Tongres au profit des Prêcheurs ne fussent détournés subrepticement par ces gardiens62. À Waremme, pas de mention d’une maison terminaire pour les Mendiants... mais bien d’une rente constituée par la béguine Sibylle, por les freres prechours trespassans parmi Waremme63. Quittons maintenant cette région de la Hesbaye, où la langue — roman/wallon, thiois — a probablement joué comme limite de zone terminaire, même si des frères liégeois comme Jean de Saint-Trond devaient prêcher dans ce qui allait devenir la langue de Vondel64.

  • 65 Dossier octobre 1287 : « nos summes tenut et obligiet a tos jors mais de paier et de delivrer en l (...)
  • 66 C'est la première trace d'un pied-à-terre, d'une maison terminaire dans la région liégeoise. Donc, (...)
  • 67 Dossier 2 février 1325.
  • 68 Dossier 24 juin 1339. Cette maison serait située dans la paroisse Saint-Georges-en-Rioul, selon Va (...)
  • 69 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25r-25v.
  • 70 Voir p. 239.
  • 71 Dossier 4 juillet 1370.
  • 72 Voir A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 60, f° 79r : en 1428, on mentionne pour l (...)

12Un autre centre terminaire : Huy. Il n’est pas possible de savoir dans quelle mesure les Mendiants liégeois « écumèrent » les villages alentours. Mais le centre nerveux de cette zone, le point de ralliement des frères mendiants, c’était cette petite ville mosane. Parmi ces frères, on comptait les Prêcheurs. En 1287, le mambour de l’aumône des Communs Pauvres de Huy — le Grand Hôpital — s’engageait à livrer aux Dominicains liégeois un revenu annuel de sept muids et demi d’épeautre, en raison du testament du chanoine Pierre de Seraing. Cet épeautre devait être livré en le vile de Huy65. Les Dominicains avaient donc, dès avant 1287, un « hôtel » à Huy, un pied-à-terre où se faire amener les revenus de leurs rentes et cens et probablement aussi où loger les frères terminaires. Soit une maison terminaire, exactement comme celle identifiée à Tongres à la fin du xive s.66. Cet hôtel des Prêcheurs à Huy, on le retrouve implicitement concerné par le versement d’une pension, en 1325, par les échevins hutois, agissant comme souverain mambour du Grand Hôpital, au profit des frères prêcheurs séjournant en la ville : la pension était livrée dedens le ville de Huy, donc à la maison même, pour assurer la subsistance des frères de passage67. Toutes ces constatations sont entérinées par un testament de 1338. C’est alors que Christine de Waremme, béguine à Huy, légua une série de revenus assurés sur des terres aux Dominicains. Son but ? [...] et fay asavoir que tout chu que ju ai laissit sour les dites aires de terre az dis Precheours Je les lais por convertir en lusaige de necessiteis de commun hosteit des freres desoirdis repairans a Huy68. Le chassereau aux cens et rentes dominicain du début du xve s. atteste à nouveau de la bonne marche de cette maison, qui est qualifiée de « grenier » ici : il décrit les revenus qui devaient être versés au grenier de Huy69. Les Carmes aussi avaient un hôtel terminaire à Huy. Il était plus tardif, légué par Ottar de Velroux, dit de Marzines, en 137070 Celui-ci avait tout prévu, cédant aux frères, avec la maison, une rente pour décenser celle-ci aux cours tréfoncières dont elle relevait, plus tout un équipement ménager, plus cinq cens de fagos. De telle sorte que tous li frerez delle dit Ordene trespassans parmy la vilhe de Huy ayent leurs habitacion et reuvenuwe par si que a tous les jours delle matinee dont il y averont le nuyt herbigier, ilh soyent tenus et chargiez soit unc ou plusieurs et cascun par li, qui prestre, soit dedire messe de Notre Dame ou de Sains Esprit ou de requiem pour le remede des armez de li Ottar testateurs et de ses amis71. Ce qui signifiait donc que la maison était pourvue d’une petite chapelle ou que les frères disposaient d’un autel portatif. Comme les Prêcheurs, les Carmes décentralisèrent la perception de leurs revenus grevés sur des biens hutois et les firent porter « alle hosteit a Huy72 ».

  • 73 Dossier avant le 31 décembre 1276 : « [...] lequeile maison et le porprise je lais a IIII chapelai (...)

13Et maintenant, le Namurois où les Mendiants étaient aussi les bienvenus. Les Prêcheurs s’aventuraient jusque-là, s’occupant des Cisterciennes de Salzinnes et de la bonne marche des maisons religieuses d’Oignies. C’est probablement là qu’il faut chercher la raison du legs de deux frères, curés l’un à Walcourt, l’autre à Nalinnes, d’une maison sise dans la région — à Oignies ? — à quatre chapelains du lieu qui devaient y résider ensemble et y accueillir les Dominicains (nos Dominicains ?) et Franciscains de passage. Les testateurs avaient prévu aussi de léguer aussi du mobilier pour loger les frères73. Comme les Dominicains n’eurent jamais de possession dans cette région, qu’ils ne possédaient pas cette maison, que par ailleurs ils devaient la partager avec les Mineurs, on peut penser qu’elle était bien une maison terminaire mais n’avait pas comme à Tongres ou à Huy de fonction économique.

  • 74 Dossier 30 novembre 1509. Ajouter, pour mémoire, un document fragile, soit l'analyse datant du xvi (...)

14Quelques éléments peuvent encore éclairer faiblement les limites de la zone terminaire des Prêcheurs de Liège. La région des « Cantons de l’Est » actuels — la partie germanophone de la Belgique — a dû aussi être couverte par nos Dominicains à la fin du Moyen Âge, si l’on en croit un acte datant probablement de 1509, dans lequel les Prêcheurs d’Aix-la-Chapelle, s’étant vu accorder par leurs confrères de Liège le droit de prêcher et quêter dans « leur » région terminaire de Saint-Vith, pour 12 ans, promettaient de payer annuellement une rente aux Liégeois, en dédommagement74.

  • 75 J'ai déjà envisagé l'angle économique de ces quêtes : p. 296–299. Il s'avère par ailleurs dangereu (...)
  • 76 A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 1–3 : compte de 1428.

15Les Carmes, au xve s. du moins, durent aussi découper dans leur zone de prédication des aires bien délimitées, afin de mieux administrer ces régions du point de vue pastoral comme économique. Les frères partant en tournée de prédication dans ces régions étaient d’ailleurs systématiquement les mêmes, ramenant à chaque fois les confortables résultats de leurs quêtes au couvent75. Ainsi, frère Adam faisait le tour des « bonnes villes » : pro termino bonarum villarum ; frère Christian avait son propre terme ; frère Henri Fabri s’occupait du terme de la Cité ; frère Jean de Bastogne s’aventurait dans son terme d’Ardenne : pro termino Ardenne76.

  • 77 I.W. Frank se fait les mêmes réflexions, tentant de définir les zones terminaires du couvent domin (...)

16Le même système était probablement en application dans les autres Ordres, ce qui expliquerait que l’on retrouve toujours les mêmes frères cités dans les testaments rédigés par des fidèles loin de la Cité : des Jean de Saint-Trond, Jean de Tongres, Godefroid de Haccourt... qui auraient été préposés à l’une ou l’autre partie de la zone terminaire, selon qu’ils la connaissaient mieux ou qu’ils maîtrisaient la langue qui y avait cours77.

  • 78 Sur l'aspect économique des zones terminaires : Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Gro (...)
  • 79 Elm K., Termineien und Hospize der westfälischen Augustiner-Eremitenklöster, p. 44 45 ; Müller P.,(...)
  • 80 Bender W., Zisterzienser und Städte, p. 32–45. Pour les Prémontrés : Dekkers P.J.V., Besitzverwerv (...)
  • 81 L'abbé J. Avril insiste aussi sur le statut double : à la fois économique et spirituel, du prieuré (...)
  • 82 Voir les pages sur la gestion des biens, p. 429–430, par ex. On en trouve aussi mises en place par (...)

17Ces zones terminaires avaient donc, outre une fonction pastorale évidente, une fonction économique certaine, principalement pour les régions hesbignonnes et hutoises, d’où les frères tiraient leurs revenus. Les maisons terminaires n’étaient pas seulement des ancrages dans le territoire et des jalons marquant le pouvoir religieux de l’un ou l’autre couvent ou des refuges pour les religieux afin qu’ils y passent la nuit. Elles avaient une vocation de grenier, de centre économique. Ce système double, économique et religieux, se retrouvait pour bon nombre de zones terminaires de couvents mendiants78. À tel point que certains auteurs y voient de petits couvents, presque indépendants économiquement, prêts à être lancés, à démarrer, dans l’optique d’une diffusion des Ordres79. En fait, on peut se demander s’il ne s’agissait pas là du refuge, de l’hôtel tel que le concevaient les Cisterciens s’implantant économiquement dans les villes, dans le pays de Trèves, au xiiie s., par exemple. Ces « granges » en pleine ville de Metz, Luxembourg, Trèves... étaient devenues aux xiiie et xive s. des centres de commerce (pour écouler les surplus de la production cistercienne), des centres d’engrangement des cens et rentes perçus, des lieux d’hébergement80. Comme les maisons des Mendiants. Et peut-être comme les prieurés monastiques, également81 ? Probablement est-on confronté à un nouveau système de gestion des biens, qui privilégiait la décentralisation : un système propre au xiiie s. et pas nécessairement au monde mendiant, selon moi82.

  • 83 Cf. les remarques à ce propos de Rüther A., La participation des ordres mendiants, p. 136.
  • 84 Ainsi que Simons W., Stad en apostolaat, p. 192 en faisait l'hypothèse pour les zones terminaires (...)
  • 85 Même si le duc de Lotharingie et de Brabant leur accorda en 1280 toute latitude pour leurs déplace (...)

18Il est donc extrêmement difficile de définir avec précision les zones elles-mêmes83. Mais elles correspondaient bien à l’hinterland, l’arrière-pays économique du pays de Liège84 ; les maisons terminaires étaient toutes situées dans le diocèse même85 ! Cet arrière-pays économique correspondait à un espace pastoral et vice-versa. C’est ainsi que bon nombre de legs de biens du terroir durent être cédés par des gens du cru, auxquels les Mendiants avaient prêché, qu’ils avaient confessés... Il est tout aussi possible que certains de ces biens avaient été légués par des citains, possesseurs de biens ruraux — et pour gérer ces biens, les frères devaient se rendre sur place, profitant de l’occasion pour y prêcher. Une situation bien complexe, de toute façon. Quoi qu’il en fût, la relative similarité géographique des biens possédés et des zones terminaires occupées montre bien l’intrication des deux phénomènes, économique et pastoral.

  • 86 Simons W., Stad en apostolaat, p. 194–197 a eu la chance de retrouver une liste de stations de pré (...)

19Hélas, dans ce corpus documentaire, aucune liste de stationes : la zone terminaire urbaine (surtout) y était divisée en stationes, zones de prédication dans la Cité, mises en place par les différents couvents Mendiants d’un commun accord, afin de mieux répartir les effectifs de frères prêchant et d’éviter les conflits86.

20En conclusion, il faut souligner encore l’importance d’une organisation relativement poussée intégrant en un même effort vie pastorale et vie économique, usant des systèmes de gestion alors utilisés, dont et surtout la maison terminaire ou refuge.

II. La vie intellectuelle

  • 87 Par opposition à l'enseignement que délivra peut-être à certains enfants (pauvres) une communauté (...)

21Une fonction corollaire à la prédication était l’enseignement conventuel. Cet enseignement, réservé théoriquement aux membres de l’Ordre, avait des retombées indirectes sur la population de la ville qui accueillait le couvent et son école, par le biais des sermons ou d’autres actions des Mendiants ainsi formés87. Pour la période étudiée, peu de traces d’enseignement sont repérables au sein des couvents de Mendiants liégeois ; les quelques bribes d’informations les plus importantes concernent les Dominicains. On s’en contentera, ajoutant là où il le faudra les quelques poussières glanées à propos des couvents carmes ou franciscains.

1. Les studia de Mendiants

  • 88 Dossier 11 avril 1229. Expression reprise telle quelle — ou quasi — par Jean d'Eppes dans son invi (...)
  • 89 Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 74 (donnant l'exemple de Metz en 1221) ; Verger J., Studia (...)

22Un centre intellectuel comme celui qu’organisaient habituellement les Dominicains dans chacun de leurs couvents paraissait assez important à un évêque comme Hugues de Pierrepont pour qu’il en fît un argument afin de les inviter à Liège : ordinavimus quod in civitate Leodiense recepiatur conventus fratrum Ordinis predicatorum qui [ibi] commorentur et legant de theologia et per totum episcopatum Leodiensem disseminant verbum Dei et confessiones audiant et absolvant confitentes88. Comme si, quand les Dominicains s’implantaient dans une ville, ils y étaient appelés à prendre en charge l’enseignement de la théologie89.

  • 90 Un proverbe médiéval ne dit-il pas : un couvent sans bibliothèque est comme un château sans rempar (...)
  • 91 Douais C., Essais sur l'organisation des études, p. 38–40 ; Barone G., Les couvents des Mendiants, (...)
  • 92 Mulchahey M.M., “First the Bow is Bent in Study...”, p. 87 ss.

23C’est là, dans le couvent dominicain, que se formait une militia Christi, dont les armes étaient les livres90. Pour prêcher, il fallait apprendre à prêcher. Voilà pourquoi, dès les Constitutions dominicaines de 1220, chaque couvent de Prêcheurs devait avoir une école de théologie91. Pour entrer au couvent chez les Mendiants, il fallait être lettré — du moins pour les Dominicains — et ne pas être endetté. Être lettré, quelle exigence pour le xiiie s. ! D’autant plus que les frères n’étaient pas admis avant 18 ans et que l’Ordre des Prêcheurs n’acceptait pas les oblats (sauf... après la grande peste) ! Néanmoins, les candidats à l’Ordre qui étaient trop jeunes étaient parfois pris en mains dans des écoles de grammaire, dirigée par les frères eux-mêmes92. Puis, une fois arrivés à l’âge idéal, ils entraient alors comme novices au couvent, un an durant lequel ils apprenaient les rudiments de la vie conventuelle, avant leur profession.

  • 93 Voir ce que, après Olga Weijers, en dit Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguis (...)
  • 94 Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 73. Sur les relations des Mendiants avec l'Université, voir (...)
  • 95 Martinaud S., Le réseau des studia mendiants, p. 98.

24Puis venait le temps du studium conventuel. Normalement, le supérieur du couvent était le prieur, tandis que le maître de l’école, du studium, était le lecteur — ce terme pour souligner l’insistance sur le commentaire biblique qui prédominait dans l’enseignement mendiant, mais aussi par opposition au concept de magister, qui chez ces frères n’avait pas une connotation assez humble93. Ces studia assuraient la formation théologique des frères, du noviciat jusqu’au doctorat en théologie, parallèlement aux relations suivies qu’ils entretenaient avec l’Université94. Chaque couvent était donc doté d’une école où l’on enseignait la théologie. Tout couvent dominicain était ainsi appelé à « devenir un centre d’études pour les frères qui y vivaient. Ces écoles dominicaines de premier niveau étaient le socle de l’Ordre et naturellement les plus nombreuses95 ». Ceci dit, le contenu de l’enseignement était simple : théologie élémentaire, apprentissage de la prédication, formation aux pratiques de la confession... Dans les autres Ordres religieux, ces écoles conventuelles étaient moins fréquentes. Chez les Franciscains, on en trouvait régulièrement (il y en a une à Liège, dès le xiiie s., par exemple) mais, chez les Carmes ou les Ermites de Saint-Augustin, c’était moins évident : le manque de moyens, la moindre importance accordée aux études pouvaient jouer. Pour acquérir des formations, il fallait bien souvent se déplacer dans l’un ou l’autre couvent de la province qui dispensait les enseignements de base.

  • 96 Martinaud S., Le réseau des studia mendiants, p. 107.

25Puis venait le temps du studium provinciale, un niveau d’étude intermédiaire, destiné aux jeunes frères qui étaient entrés dans leur période de formation, après une période probatoire de quelques années vécue au couvent pendant laquelle ils avaient appris les bases de la vie religieuse. Maintenant, ils devaient recevoir un enseignement plus approfondi. Il était dispensé au sein de ce réseau de studia provincialia, sortes de studia interconventuels, liés directement à une province ou à un ensemble de couvents. On trouvait chez les Dominicains trois types de studia provincialia, dont les enseignements devaient être suivis successivement. D’abord le studium artium, cycle pendant lequel les élèves apprenaient la logique et la rhétorique. Puis le studium naturalium, réservé aux meilleurs du premier studium artium, consacré à la philosophie. Enfin le studium theologiae et/ou studium sententiarum, pour les meilleurs des meilleurs. Une particularité de ces studia : ils n’étaient pas fixes. Ils pouvaient être déplacés de couvent en couvent. Les Dominicains faisaient circuler les frères en changeant théoriquement chaque année le lieu d’enseignement, probablement afin de répartir la charge financière que représentaient pour un couvent l’accueil et le logement des frères et afin de stimuler la vie scolaire des différents établissements de l’Ordre96. Du côté des autres Ordres mendiants, on constate que les Carmes comme les Ermites de Saint-Augustin ne semblent pas avoir eu recours de façon prédominante à ce type de studia de province. Les Franciscains l’auraient fait, mais hélas, ici, c’est le problème des sources dispersées et incohérentes qui empêche d’y voir clair. Ce qui est certain, quel que fût l’Ordre : l’élite qui sortait de ces derniers studia partait rejoindre les studia generalia.

  • 97 Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?, p. 155 ; Ribaucourt C., Panorama g (...)
  • 98 Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 78.
  • 99 Frank I.W., Die Bettelordensstudia im Gefüge des Spätmittelalterlichen Universitätswesen, p. 13–18

26C’était le plus haut niveau d’étude, réservé aux meilleurs frères des provinces, voire de l’Ordre tout entier, celui du studium generale, école de haut enseignement, où des cours de théologie très avancée étaient dispensés, permettant la formation des lecteurs de chaque Ordre et l’obtention de diplômes universitaires. Le studium generale servait à l’Ordre tout entier ou à plusieurs provinces. Il était géré par le chapitre général. Il y en avait très peu : chez les Dominicains, on en comptait cinq en 1248 — Paris, Bologne, Cologne, Montpellier et Oxford. C’étaient des studia fixes, du point de vue géographique : leurs liens avec les universités, la nécessité de disposer de bibliothèques de très haut niveau, la situation géographique centrale expliquaient cet état de fait. Les frères les plus doués y étaient donc envoyés : dans la plupart des cas pour les Prêcheurs de Liège, il devait s’agir du couvent de Saint-Jacques à Paris97. Chez les Franciscains, on trouve deux types de studia generalia  : d’une part, ceux qui étaient attachés aux villes universitaires (et donc susceptibles de conférer les grades universitaires de théologie) et, d’autre part, les studia des grands couvents de chaque province. Les Mineurs avaient aussi un studium generale à Paris98. Ces deux studia, dominicain comme franciscain, allaient promouvoir les relations des Mendiants avec l’Université de Paris99. Les Ermites de Saint-Augustin comme les Carmes promurent aussi les studia generalia.

27Que déduire de cette approche un peu brutale et très institutionnelle ? D’abord que l’acquisition et la transmission du savoir étaient des valeurs que cultivaient la plupart des Ordres mendiants. Ensuite que les formations étaient continues — surtout chez les Dominicains — et approfondies. Enfin, et c’est le point le plus important, il faut remarquer l’extraordinaire instabilité de ces systèmes d’enseignement : la précédente présentation est des plus schématiques. C’est que l’enseignement, au sein des Ordres mendiants, n’était pas institutionnalisé du point de vue matériel. Les écoles n’étaient pas nécessairement distinctes du reste du bâti conventuel, les bibliothèques scolaires devaient évidemment être identiques à celle du couvent, les enseignants — lecteurs — étaient changés tous les cinq ans, et si le couvent manquait de fonds, les activités scolaires étaient supprimées temporairement... Par contre, si le couvent était dans de bonnes dispositions financières, non seulement une école conventuelle s’y tenait, mais en plus peut-être un studium provinciale de l’un ou l’autre type, selon la décision prise peu auparavant par les chapitres provinciaux... L’école-institution n’existait pas au sein de ces couvents : il s’agissait « simplement » d’une tâche, d’une fonction occasionnelle et spécifiquement mise en œuvre au sein d’un couvent en un lieu donné et à un moment donné. On ne pouvait donc espérer en trouver des traces dans les archives. En effet, celles-ci étant économiques, relatives aux revenus affectés à ou par des institutions bien déterminées et inscrites dans la très longue durée, il est logique qu’aucun document économique ne fît allusion aux studia conventuels... Seul le studium generale, stable et institutionnellement bien déterminé, fit éventuellement l’objet d’archives et est immanquablement mieux connu des historiens.

  • 100 Cité dans le dossier 16 mars 1265. La notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 386, no(...)
  • 101 Il rédigea, au couvent de Saint-Jacques, un acte pour régler les anniversaires et la succession de (...)
  • 102 Voir la notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 360–361, no 494.
  • 103 Dossiers 13 novembre 1250 ; 11 octobre 1251.
  • 104 Dossiers 10 décembre 1253 ; 31 décembre 1255.
  • 105 Cf. les pages sur la Fête-Dieu, p. 496–506 : deux autres lecteurs étaient nommés, que Renardy C., (...)
  • 106 Voir la petite biographie à son sujet, p. 487 et 497. Dans le cadre des petites corrections à l'œu (...)
  • 107 Dossier 4 décembre 1316.
  • 108 Dossier 9 février 1331 : l'acte identifié ici fut conclu dans le parloir des Prêcheurs, non loin d (...)
  • 109 Dossiers 30 août 1307 : « frere Wathirs de Dynant li lisieres » ; 3 mai 1325 ; 21 octobre 1331 (Ar (...)

28À Liège, un studium était présent au sein du couvent dominicain, et ce, dès le xiiie s. Pour preuve, l’apparition, au gré des sources, de « lecteurs ». Ainsi, au xiiie s., Jean de Neuvice, de la grande famille des Neuvice, liée au pouvoir scabinal liégeois, était-il dit lecteur en 1265100. Il était présent en 1273 au couvent des Jacobins de Paris, ce fameux couvent de Saint-Jacques qui était le centre intellectuel de l’Ordre, probablement pour suivre l’enseignement du studium generale101. Il aurait peut-être laissé quelques sermons102. Ou encore le frère Gérard de Reims, ou de Saint-Denis, lecteur en 1250, 1251103, rector theologiae in civitate Leodiensi, c’est-à-dire maître du studium de Liège, certainement en 1253 et 1255104. Il fit certainement partie de l’équipe des trois lecteurs qui conseillèrent Julienne de Cornillon105 ; il dût prêcher en 1273 à Paris et y exercer ses talents de théologien dans une controverse aux côtés de Bonaventure106. À mentionner encore, le frère Michel, lecteur en 1315107. Le studium dominicain de Liège était encore bien actif au xive et au xve s. : quelques mentions de celui-ci au fil des documents sont les seules traces qu’il ait laissées108. Le couvent franciscain de Liège dut, lui aussi, avoir un petit studium : un lecteur y était cité depuis 1307109. Aucune information quant à l’existence d’un studium pour les Carmes de Liège. Mais il devait exister, en théorie.

  • 110 Peu de couvents ou abbayes du pays de Liège les imitèrent en ce sens, du moins aux xiiie et xive s (...)
  • 111 Ces deux derniers prêcheront aux béguines parisiennes, cf. p. 535–536.
  • 112 Bériou N., L'avènement des maîtres de la Parole, t. 2, p. 761.
  • 113 Voir p. 524.
  • 114 Voir les travaux de G. Hendrix (cf. les dernier états bibliographiques de Berndt R., Hugo v. St.-C (...)

29Ces pépinières d’intellectuels produisirent de beaux fruits110. Les frères Dominicains les plus brillants partirent à Paris, au couvent de Saint-Jacques, éventuellement à l’Université, comme Jean de Neuvice, Gérard de Reims, Gilles d’Orp ou Lambert de Liège111. Ce dernier fut prédicateur général, auteur de vers sur le thème du vado mori112... Le frère Arnould de Liège passa à la postérité en rédigeant son Alphabetum narrationum113. Et il n’est pas peu significatif que, pendant des siècles, un traité ascétique et mystique fort apprécié des spécialistes, intitulé De doctrina cordis, ait été attribué à un dominicain de Liège du nom de Gérard alors qu’il est l’œuvre d’un cistercien du nom de Gérard de Liège, ou plutôt, d’après les dernières études, d’Hugues de Saint-Cher lui-même114 !

  • 115 Dossier 21 octobre 1331.
  • 116 Ooms H., Boek en boekenbezit bij de Minderbroeders, sur la commission, p. 377. Cf. note 57 pour la (...)

30De même chez les Franciscains, où l’on trouve deux exemples d’intellectuels de haut niveau originaires du couvent de Liège. L’un, Arnold de Lamine, après avoir enseigné comme lecteur aux couvents de Liège et de Tournai, partit enseigner au studium franciscain de Paris, en 1331115. L’autre était le frère Nicolas de Huy, qui participa à une commission franciscaine initiée par Benoît XII (1334/1335-1342), afin de revoir le chapitre de libris des constitutions franciscaines ; Nicolas de Huy était docteur en théologie et peut-être ancien provincial de France. Celui-ci revint plus tard au couvent de Liège, où il fut enterré116.

  • 117 Voir Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 558–559, no 2517 ; p. 573–574, no 2213.
  • 118 Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 282–283, no 1090.
  • 119 Voir la notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 369, no 510, ici, fort complète. Voir (...)

31Remarquons que la plupart des gradués revinrent dans leurs couvents d’origine, comme Gilles d’Orp, Nicolas de Huy ou Jean de Saint-Martin. Celui-ci, lié à la grande famille de Saint-Martin, brillant, fut d’abord mineur puis passa dans l’Ordre des Carmes117. Confesseur de la comtesse Marguerite de Hainaut et de sa tante Élisabeth, sœur du défunt comte Guillaume II, lecteur en théologie, il demanda à Clément VI, par l’intermédiaire de ces deux grandes dames, l’autorisation ad legendum bibliam et sententias au studium carme de Paris, en 1346118. Confronté à une certaine opposition parisienne, il fut évincé et devint alors évêque suffragant attaché au siège de Liège en 1357 ; on l’a déjà rencontré dans l’une ou l’autre « affaire » économique. Il mourut à Liège en 1374 et fut enterré chez les Carmes119.

  • 120 Les Mendiants n'étaient pas les seuls parmi les clercs liégeois à briller au firmament intellectue (...)

32Les écoles du xie et xiie s. avaient donné des lettres de noblesse au monde intellectuel de Liège. Les xiiie et xive s. ne furent pas en reste. Mais ici, les intellectuels liégeois, plongés dans les bouillonnements d’un monde mendiant en mouvement, n’étaient plus accrochés aux murs de leur Cité : ils partirent vers les terres promises que constituaient les Universités, les grands studia ou Romel120.

2. La bibliothèque des Mendiants : l’exemple dominicain

Pour une heuristique

  • 121 Sur le concept du livre comme arme : Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 476 et Kottje R.,(...)
  • 122 Voir les quelques imprimés modernes, subsistant encore, contenus dans les bibliothèques de ces cou (...)
  • 123 Martène E., Durand U., Voyage littéraire de deux Bénédictins [...], t. 2, p. 183.
  • 124 Historique des démantèlements : aux pages 43–90 de Gobert T., Origine des bibliothèques publiques (...)
  • 125 Lors du démembrement, les ci-devant frères prêcheurs encore présents purent emporter quelques ouvr (...)

33Mais où sont les armes de ces intellectuels121 ? Où sont les livres, les bibliothèques des Mendiants ? Une petite enquête s’impose et d’abord, l’esquisse de quelques grands principes. Il y a principalement trois moyens d’appréhender la composition et le mode de fonctionnement d’une bibliothèque médiévale. Premièrement, par le biais des volumes qui composèrent cette bibliothèque et qui ont pu survivre, traverser les âges, avec leurs reliures, marques d’appartenance, cotes de rangement, annotations de bibliothécaires... Ici, déception. D’abord, les imprimés durent remplacer les manuscrits, au fil du temps122. Ensuite, suivant Martène et Durand, la bibliothèque des Prêcheurs fut la proie des flammes au xviie s.123. Et enfin, 1796, année fatale : ce qui restait des bibliothèques des Mendiants liégeois fut démembré, ses volumes disparurent au cours de la tourmente révolutionnaire124. Bref, il ne subsiste aucun manuscrit125.

  • 126 Bien qu'on puisse se demander si ces catalogues étaient vraiment représentatifs : cf. Dolbeau F., (...)
  • 127 Dückers R., ‘Claustrum sine armario, castrum sine armantario’. De bibliotheek van de St.-Laurentab (...)
  • 128 Derolez A., Corpus catalogorum Belgii. De middeleeuwse bibliotheekscatalogi der zuidelijke Nederla (...)
  • 129 Il en existe pour d'autres couvents de Mendiants, comme les Dominicains de Dijon : Humphreys K.W.,(...)

34Deuxième moyen susceptible de reconstituer une bibliothèque de Mendiants — les catalogues anciens126. Ces catalogues anciens, on en connaît un bon nombre pour des collégiales, des abbayes comme celle de Saint-Laurent de Liège127... Il suffit d’ouvrir le Corpus Catalogorum Belgii pour s’en rendre compte128. En ce qui concerne les Mendiants de Liège, il faut ici reconnaître notre impuissance : il n’existe pas de véritable catalogue médiéval pour Liège129.

  • 130 Ainsi les bibliothèques des Dominicains de Gand : De Reu M., De geschiedenis en de rijkdommen van (...)
  • 131 Derolez A., Corpus catalogorum Belgii. The medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. 2  (...)

35Il reste un dernier moyen, secondaire celui-ci, ne permettant pas d’espérer exhaustivité ou représentativité : la collecte de mentions de legs, de donations de livres, de mentions éparses trouvées au fil des documents de la pratique. Bien peu de choses, en vérité. Mais c’est la seule méthode, puisque la plupart des bibliothèques de couvent connurent le sort peu enviable de celles des couvents de Liège, sombrant de la même façon dans l’oubli130. Pour se rendre compte combien le couvent des Dominicains de Liège est privilégié, il faut ouvrir à nouveau le Corpus Catalogorum Belgii d’Albert Derolez : le couvent des Dominicains de Liège est le seul de tous les couvents de Mendiants des provinces belges actuelles de Liège, Luxembourg et Namur à bénéficier d’une notice, mis à part une mention de livres chez les Clarisses liégeoises131.

  • 132 Pour les Carmes : Lansink H., Bücher und Bibliotheken, p. 226. Pour les Dominicains : Humphreys K. (...)
  • 133 Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 485–486.
  • 134 Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?, p. 151–152 ; Axters S., Boekenbezi (...)
  • 135 Voir les travaux essentiels : Humphreys K.W., Les bibliothèques des Ordres mendiants ; Humphreys K (...)
  • 136 Severino Polica G., Libro, lettura, “lezione”, p. 391–398 pour les Dominicains, p. 399–408 pour le (...)

36Pourtant, le livre tenait une place fondamentale chez les Mendiants. Pour ceux-ci, tout était indissociablement lié : les livres étaient part entière de la vie des frères, des étudiants, dès l’école. Chaque frère jouissait d’une pecunia, petit pécule pour l’achat de vêtements et de livres132. À l’entrée au couvent, il recevait (ou acquérait) une bible et un bréviaire « de poche », qu’il gardait ad vitam suam133. Les constitutions dominicaines de 1228 demandaient à chaque prieur provincial de fournir à tout frère partant étudier hors de sa province d’origine les Sentences de Pierre Lombard, l’Historia Scolastica de Pierre le Mangeur et la Bible glosée134. Une législation importante à propos de ces bibliothèques et de leur usage fut mise en place très rapidement par chaque Ordre. Mais je ne la commenterai point, car ce n’est pas le but de ce travail135 D’où venaient ces livres ? Étaient-ils produits sur place ? Non. Les Mendiants n’avaient pas de scriptorium. Parfois, certains frères étaient commis par le prieur à des travaux d’écriture, mais ce n’était pas une activité primordiale, puisque étaient choisis pour ce faire des frères qui ne prêchaient pas et ne pouvaient être affectés à des tâches plus prioritaires. Parfois on faisait appel à des copistes extérieurs, mais là aussi certaines réticences étaient émises à cause des dangers que couraient les novices au contact de ces copistes vivant dans le siècle136.

  • 137 Cf. Bozzolo C. et Ornato E., Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Age. Trois essais de co (...)
  • 138 Et aussi chez les Franciscains ? Voir les références des deux notes précédentes, p. 541.
  • 139 Le Goff J., Temps de l'église et temps du marchand, dans Annales. Économies, sociétés, civilisatio (...)

37Pourquoi pas ou peu de copies ? D’abord parce que acheter un manuscrit coûtait moins cher qu’en copier ou en faire copier un137. Ensuite parce que contraindre des frères à la copie de codices, on l’a dit, c’était les immobiliser alors qu’ils pourraient être utiles à l’enseignement, à la prédication ou à toute autre forme d’apostolat, des tâches jugées plus importantes. Ainsi le livre n’avait d’importance que par son contenu chez les Dominicains, il n’avait pas d’autre valeur que celle des textes qu’il recelait. L’acte de copie ne représentait ni ascèse ni mortification comme chez les Croisiers, par exemple138. Cela nous montre que les Dominicains, qui préféraient acheter des livres et ne pas consacrer les précieuses vies des frères à la copie, avaient, ce faisant, intégré la conception du temps du xiiie s., le fameux « temps des marchands » cher à Jacques le Goff, ce « sens aigu d’un temps qui a son prix139 ».

  • 140 Humphreys K.W., Dominicans. The Copying of Books, p. 133–135; Thomas A.H., Boekenbezit en boekenge (...)
  • 141 Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 488–489; Lansink H., Bûcher und Bibliotheken, p. 229–2 (...)
  • 142 Un exemple bruxellois du xiiie s. est commenté par Lefèvre P., Testaments bruxellois du xiiie sièc (...)
  • 143 Dossier 4 mai 1306. Le testament d'Helmic de Moylant, chanoine de Saint-Lambert, en faveur de la C (...)
  • 144 Lecomte F., Regestes, p. 5051, no 131.
  • 145 Dossier 20 avril 1252. Voir aussi dossier 12 novembre 1284.
  • 146 Dossier 27 novembre 1269. Autres exemples : dossiers 9 février 1261 ; 27 février 1261 ; novembre 1 (...)
  • 147 Voir à ce sujet le chapitre sur les revenus individuels, p. 313–340.

38L’activité de copie restait secondaire. Les livres, les frères les achetaient, neufs ou d’occasion140. Ils les récupéraient, puisque les livres mis à la disposition des frères décédés retournaient à la bibliothèque de la province ou du couvent141. Ou encore ils les recevaient par donation ou par legs142. Ainsi, en 1306, le frère Gautier Le Sou, agissant comme administrateur des rentes constituées par ses parents, décida de donner au couvent de Liège 8 codices qu’il avait acquis ou fait copier avec l’argent de ces rentes. Il donna ces livres pro salute animarum ipsorum atque meal143. Mais je reviendrai en détail sur cette donation un peu plus loin. Une autre donation ? Ou plutôt dotation ? Jean d’Eppes, en 1233, qui demanda que les objets dérobés au cours des troubles et des pillages de ces dernières armées dans la ville de Liège soient donnés au couvent dominicain de Louvain, entre autres ad librorum comparationem144. Un exemple de legs au couvent dominicain de Liège : celui d’Arnould, chapelain de Wangenies (près de Fleurus), léguant en 1252 tous ses mobilia à sa servante Helvide de Balig exceptis libris, quos libros lego fratribus Leodiensibus de Ordine Predicatorum145. Puis il y avait les achats, héritages, dons individuels. Ainsi, dans son testament, Henri de Tongres, chanoine de la collégiale Saint-Jean de Liège, en 1269, avait d’abord décidé de léguer 7 marcs de Liège au frère Thomas de Saint-Martin, pro libris emendis vel aliis suis negotiis quibuscumque prout sibi visum fuerit vel placitum. Il se ravisa au moment même et fit raturer le legs146. Les frères, comme nous l’avons déjà dit ailleurs, détenaient ces ouvrages, mais n’en avaient pas la propriété pleine et entière147.

La bibliothèque des Prêcheurs de Liège

  • 148 Mis à part un seul manuscrit retrouvé pour le couvent carme de Liège — et il date du xve s. ! Ce m (...)
  • 149 Je ne juge pas utile d'identifier avec une précision extrême chaque œuvre (date de rédaction, titr (...)
  • 150 Thomas A.H., Boekenbezit en boekengebruik, p. 421–427 (surtout 425–427) ; Axters S., Boekenbezit e (...)
  • 151 Cf. Humphreys K.W., Les bibliothèques des Ordres mendiants, p. 138–139 ; Axters S., Boekenbezit en (...)

39Qu’étaient les livres qui étaient censés être contenus dans ces bibliothèques — et particulièrement ceux qui devaient se trouver dans la bibliothèque des Dominicains de Liège aux xiiie et xive s., la seule pour laquelle quelques lambeaux d’informations sont disponibles148 ? Il faut partir des injonctions d’Humbert de Romans, prieur provincial de la province de France, mort en 1277. Il décrivait la composition de ce que devait être une bibliothèque d’ouvrages d’utilisation courante, avec les 18 ouvrages suivants, tous catenati149 : les sentences de Pierre Lombard, remplacées plus tard (xve s.) par la Summa de Thomas d’Aquin, les Histoires de Pierre le Mangeur, la Bible glosée et la Bible non glosée, la Summa de casibus (probablement l’œuvre de Raymond de Penafort), la Summa Gaufredi (gloses des décrétales par Godefroid de Trani entre 1241 et 1242), 1e De vitiis et virtutibus de Guillaume Perault, des concordances (anglicanae et sancti Iacobi), des Interpretaiiones (probablement un ouvrage avec des explications de textes bibliques par Guillaume de Bretagne, franciscain), tes décrets de Gratien, la collection de décrétales réunies par Raymond de Penafort, tes Distinctiones morales (probablement un ouvrage d’un dominicain appelé Maurice) ; des Sermones varii de festis et dominicis ; tes Chronica d’Isidore de Séville (à moins qu’il ne s agisse des Chronica summorum pontificum et imperatorum de Martin de Troppau, mort en 1279), des Passiones et legendae sanctae, une Historia ecclesiastica (peut-être d’Orderic Vital, du xiie s.)150. C’est une bibliothèque idéale, une bibliothèque de travail évidemment. Comme nous l’avons déjà dit, hors les exemples italiens, peu de bibliothèques du royaume de France ou de l’Empire pouvaient s’enorgueillir d’un catalogue de leurs ouvrages au Moyen Âge. Le catalogue de la bibliothèque de Dijon est particulièrement complet, on peut même se demander dans quelle mesure celle-ci était réellement représentative des autres bibliothèques dominicaines. Elle contenait en 1307, date de rédaction du catalogue, 131 livres et présentait un profil de bibliothèque de travail, à l’usage de prédicateurs ayant besoin de textes bibliques, d’ouvrages de théologie fondamentale, de recueils d’exempla, de recueils de sermons, de traités pour les préparer151...

  • 152 Mis à part, outre le legs dont je vais parler, un petit catalogue mis en place par Guillaume le Bo (...)
  • 153 Dossier 4 mai 1306 : « [...] Librum Josephi Antiquitatum et belli judaici in uno volumine, Librum (...)
  • 154 Serait-ce une concordance provenant de ou réalisée à l'abbaye de Vauluisant, en France, près de Se (...)

40L’état des connaissances quant à la bibliothèque du couvent dominicain de Liège est beaucoup moins affiné : ni manuscrit conservé ni catalogue152. Mais dans la donation de Gautier Le Sou, de 1306, dont j’ai déjà parlé, 8 codices sont décrits153 : un volume contenant le De bello iudaico et le De antiquitate iudaeorum de Flavius Josèphe, deux volumes d’Augustin : la Cité de Dieu et le De anima d’une part, le Super Genesim ad litteram, le De Trinitate et les Confessions d’autre part ; un volume consacré à Isidore de Séville avec ses Étymologies, ses trois livres de sentences, le De fide catholica contra iudaeos et le De ecclesiasticis officiis ; un codex contenant un Liber decretorum cum apparatu magno (Gratien ?) ; une collection de décrétales (probablement celles réunies par Raymond de Penafort à l’instigation de Grégoire IX), un Commentum fratris seu domini Alberti Coloniensis de animalibus in uno volumine (c’est-à-dire le commentaire d’Albert le Grand sur le de animalibus d’Aristote) ; et enfin un énigmatique Librum concordantiarum de Valle Lucida in uno volumine154. Je compare cet état avec la liste des « essentiels » donnée par Humbert de Romans :

Liste d’Humbert de Romans

Donation de Gauthier Le Sou

Sentences de Pierre Lombard

Histoires de Pierre le Mangeur
Historia ecclesiastica
Chronica

Flavius Josèphe :
De bello iudaico
De antiquitate iudaeorum

Bible glosée
Bible non glosée

Liste d’Humbert de Romans

Donation de Gauthier Le Sou

Summa de casibus de Raymond de Peñafort

De vitiis et virtutibus

Concordances (anglicanae, sancti Iacobi)

Concordance de Valle Lucida

Interpretationes

Décrets de Gratien

Décrets

Décrétales
Summa Gaufredi

Décrétales

Distinctiones morales

Sermones

Passiones

Augustin :
Cité de Dieu, De anima, Super Genesim, De Trinitate, Confessions

Isidore de Séville :
Étymologies, Sentences, De fide catholica contra iudaeos, De ecclesiasticis officiis

Commentaire d’Albert le Grand

  • 155 Pour ne prendre que l'exemple de Colmar : on y retrouve des manuscrits liturgiques, la Bible, Nico (...)

41Que conclure ? Que Gautier Le Sou paraissait avoir voulu donner au couvent un ensemble d’instruments de travail qui dans ses grandes lignes correspondait à l’esprit avec lequel Humbert de Romans avait proposé sa bibliothèque idéale : des livres de travail, d’usage courant, comme un livre de sentences, des histoires, les décrets de Gratien, les décrétales de Raymond de Penafort, un père de l’Église, un peu de théologie récente avec Albert le Grand et une concordance. L’esprit d’un frère prêcheur que l’Ordre a modelé. L’expression d’une certaine conception de la bibliothèque utile. Une expression que l’on retrouve comme en décalque dans les reconstitutions des bibliothèques des couvents dominicains de Colmar ou de Guebwiller, en Alsace155.

  • 156 Nebbiai-Dalla Guarda D., I documenti per la storia delle biblioteche, p. 77–80 et surtout p. 83–84
  • 157 Voir Van den Bosch P., De bibliotheken van de Kruisherenkloosters, p. 580–582 notamment ; par ex., (...)

42Le livre était donc pour eux instrument de travail avant tout156, la bibliothèque était le passage obligé des novices puis des prédicateurs. S’agissant de celle du couvent dominicain, elle était devenue le centre nerveux de l’activité intellectuelle, les codices qu’elle conservait n’ayant d’importance que par la qualité des textes qui y étaient contenus. Cette prise de position par rapport au livre, les fonctions sociales et religieuses des Dominicains au sein de la ville peuvent l’expliquer. Ce rapport au livre, on le retrouve plus ou moins identique dans d’autres bibliothèques de couvents liégeois nés au bas Moyen Âge : les Croisiers par exemple, dont les activités urbaines étaient fort similaires et dont la bibliothèque était composée pour une grande part de manuscrits utilitaires, de manuscrits de travail157. Ainsi, en essayant de ne pas caricaturer trop, je dirai que le rapport au livre a changé, passant du statut d’objet sinon sacré du moins respectable en soi (parce que beau...), à celui d’instrument de travail où l’esthétisme n’avait pas sa place. Mais, en définitive, n’était-ce pas le monde religieux qui avait changé, au sein d’un nouveau monde, la ville ?

  • 158 De même pour les Camaldules en Italie, dont l'activité de cura animarum par la pastorale a été mis (...)
  • 159 Voir le très pertinent exposé de Boyce J., The Liturgy of the Carmelites, p. 7–9, pour des général (...)

43Certes, une grande part de la vie religieuse, liturgique, de la spiritualité des Mendiants de Liège échappe : ni sermon, ni manuscrit liturgique, ni œuvre de piété, ni bibliothèque158. Mais aurait-on pu en déduire une spécificité liégeoise ? Ce n’est pas sûr... D’abord, la liturgie mendiante était encore plus unifiée que ses devancières clunisiennes ou cisterciennes. Chaque Ordre mendiant avait uniformisé toute sa liturgie non seulement pour lui-même, mais aussi parallèlement, au niveau de la « famille » des Ordres mendiants. La liturgie des Mendiants avait adopté des rituels qui préservaient et l’identité religieuse mendiante et celle de chaque Ordre ; elle avait aussi cherché la brièveté, l’économie de temps — pas question d’office de type monastique, trop long : les Mendiants avaient d’autres tâches dans le siècle, qu’ils jugeaient plus importantes. Il n’empêche qu’une des pistes à suivre pour les recherches en matière de spiritualité des Mendiants sur le terrain, maison par maison, couvent par couvent, consisterait en la comparaison attentive des manuscrits liturgiques de ces institutions, à la fois soumis aux exigences locales, aux contraintes des Ordres et aux échanges entre communautés. Je pense notamment à des rapprochements toujours plus évidents entre les Mendiants traditionnels et les autres, les Croisiers surtout159.

  • 160 Ainsi, le légendier des Carmélites de Namur, du xve s., conservé à la Bibliothèque Royale, écrit p (...)
  • 161 Voir les travaux cités plus haut sur la production de sermons. Ajouter à cela les considérations m (...)

44La lecture de quelques sermons liégois, d’une œuvre de spiritualité franciscaine, dominicaine ou carme qui serait née à Liège eût-elle changé la face de l’histoire des couvents de Liège ? Il est bien difficile de répondre. Évidemment, on regrette de ne pas avoir trouvé de textes narratifs concernant les rapports spirituels des Mendiants liégeois avec les béguines. Évidemment, il eut été intéressant de lire un traité à l’usage des marchands par un mendiant liégeois. Évidemment, des sermons de Mendiants liegeois concernant des dévotions locales comme l’Eucharistie auraient pu nourrir notre vision de la Fête-Dieu160. Mais il faut reconnaître par ailleurs que l’uniformisation de la formation intellectuelle, de la production homilétique ou spirituelle ne mettait guère en avant, la plupart du temps, dans ces productions littéraires, de grandes spécificités locales161.

Notes

1 De Moreau É., Histoire de l'Église en Belgique, t. 3 : L'Église féodale, 1122–1378, p. 423 ; Taylor L., Soldiers of Christ, p. 1520 ; Simons W., Stad en apostolaat, p. 169.

2 Depuis Latran IV : Foreville R., Latran I, II, III et Latran IV, p. 298–299.

3 Ronzani M., Gli ordini mendicanti e la “cura animarum” cittadina fino all'inizio del Trecento : due esempi, p. 115–116. Le bref de 1234 se trouve analysé dans Wauters A., Exploration des chartes, p. 128.

4 Bériou, N., Les sermons latins après 1200, notamment p. 400 et Oberste J., Predigt und Gesellschaft um 1200. La bibliographie sur la prédication est pléthorique, je renverrai à deux recueils d'articles récents : Medieval Monastic Preaching [Papers presented at a conference, Downside Abbey, Apr. 2–5, 1997], éd. Muessig C., Leyde, 1998 (Brill’s studies in intellectual history, 90) ; La parole du prédicateur, ve- xve siècle, éd. Dessì R.M., Lauwers M., Nice, 1997 (Collection du Centre d'Études Médiévales de Nice, 1).

5 Taylor L., Soldiers of Christ, p. 20–22 ; Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 393–394 ; Simons W., Stad en apostolaat, p. 170.

6 Sur les relations Mendiants-évêques du point de vue de la prédication, voir le très clair article de Morenzoni F., L'encadrement et l'instruction religieuse des fidèles.

7 Voici la transcription, pour information, de cet acte capital pour l'arrivée des Prêcheurs à Liège, dossier 11 avril 1229 : « Hugo dei gratia Leodiensis episcopus universis presentes litteras inspecturis, in Domino salutem, universitati vestre notum facimus quod nos pro sainte anime nostre [ou : vestre] et pro succursu animarum nobis commissarum et pro religione in episcopatu nostro promovenda et conservanda de consilio bonorum virorum concessimus et ordinavimus quod in civitate Leodiense reci[ou : e]piatur conventus fratrum Ordinis predicatorum qui [ibi] commorentur et legant de theologia et per totum episcopatum Leodiensem disseminant verbum Dei et confessiones audiant et absolvant confitentes. Cuius rei executores constituimus venerabilem fratrem nostrum dominum Jacobum Accon. episcopum et dilectum nepotem nostrum I. maiorem prepositum Leod. vel alterum eorum si ambo interesse nequiverint. Datum anno domini M° C.C. vigesimonono fer. 4 post palmarum. »

8 Dossier 6 août 1229 : « Iohannes miseratione divina Leodiensis electus, viris venerabilibus magistro Jordano Ordinis Praedicatorum, et priori provinciali Teutoniae, totique capitulo ejusdem Ordinis, cum veris cultoribus vineae mercedem percipere aeternae gloriae. Quoniam diversorum frequentia negotiorum a cura spiritualium, quae temporalibus esset praeferenda, nos efficit tardiores ; ne omnino vinea nobis commissa, in periculum animae nostrae per nostram occupationem, vitiorum urticis et vepribus occupetur ; a vobis cultores et extirpatores, omni qua possumus supplicatione, requirimus. Significantes dilectioni vestrae, quod nos pro salute animae nostrae et pro succursu animarum nobis commissarum, et pro religione in episcopatu Leodiensi promovenda et conservanda, de bonorum virorum consilio concessimus, quod in civitate Leodiensi recipiatur conventus fratrum Ordinis vestri, qui ibi legant de theologia et per totum episcopatum Leodiensem disseminent verbum Dei, et confessiones audiant et absolvant confitentes ; de his specialiter quae adforum poenitentiale pertinent ; salva nobis nihilominus juridictione nostra et nostrorum ; salvis etiam sententiis nostris et nostrorum inflictis et infligendis, conservandis et relaxandis, secundum quod nobis et ipsis justum visum fuerit. Sciatis etiam quod omnem libertatem qua gaudent viri religiosi in nostra dioecesi, vel gaudere debent, illaesam vobis et integram volumus observari, recipientes fratres quos ad nos transmiseritis, sub nostra et ecclesiae nostrae protectione. Inducemus etiam diligenter subditos nostros, ut fratribus vestris tamquam animalibus onera nostra portantibus, manum liberalitatis in suis necessitatibus extendant. Datum apud Waremiam feria secunda ante festum beati Laurentii, anno domini M. CC. XXIX. »

9 Voir, pour le xiie s., Suttor M., sur la lettre de l'Ecclesia Leodiensis au pape. L'attitude de Rome et de l'archidiocèse de Cologne face au catharisme au milieu du xiie siècle, p. 87 et la note 52. Voir p. 578–580.

10 Ibidem.

11 Caractéristique des Ordres mendiants : Gratien de Paris, Histoire de la fondation et de l'évolution de l'OFM, p. 49–51.

12 Dossier juillet 1232.

13 Ainsi une bulle d'Innocent IV (dossier 25 mars 1244 (2)), de Clément IV (dossier janvier 1267), de Martin IV (dossier 1er octobre 1282).

14 Dossier 9 mars 1299. Voir aussi, de même, le dossier 1er janvier 1311 – 15 mars 1311.

15 Sauf Henri de Gueldre, qui s'opposa violemment aux Dominicains, d'après moi, à l'époque de la Fête-Dieu (voir p. 496–506). Et encore, son hostilité n'était dirigée alors que contre les Dominicains. Il « invita » en effet les Carmes et les Croisiers à Liège et peut-être aussi les Saccites. Tandis que la part prise par les autres évêques de Liège à la fondation des autres couvents de Mendiants est évidente, toute en faveur des religieux : p. 129–145.

16 Avril J., Les statuts synodaux, p. 153, no 33.

17 Ce dernier droit ne se trouvait pas dans les fonctions réservées aux Dominicains au début du xiiie s., comme on l'a vu plus haut. En effet, les frères ne pouvaient alors conférer de sacrement que lié à la prédication et la pénitence, comme l'eucharistie ou la confession. Le droit de sépulture fut conféré plus tard. Les Carmes, eux, en bénéficièrent dès leur arrivée. Voir Simons W., Stad en apostolaat, p. 185–186.

18 Dossier novembre 1265.

19 Dossier 8 mars 1280.

20 Dossier 19 août 1283.

21 Dossier 12 décembre 1291.

22 Dossier 6 octobre 1250. Il est certain que les Guillemins prêchaient dans les villages : Poncelet É., Le monastère de Bernardfagne, p. 175. — Voir aussi une charte de Jean d'Arckel, évêque de Liège, qui, en 1368, donnait 40 jours d'indulgence à qui entendrait prêcher dans l'église des Chartreux à Liège : Daris J., Notes historiques, p. 34.

23 Intervention constante. À voir, entre autres : Pellegrinil., Vescovi e ordini mendicanti, dans Vescovi e dioecesi in Italia dal xiv alla metà del xvi secolo. Atti del VII Convegno di storia della chiesa in Italia (Brescia, 21–25 settembre 1987), éd. De Sandre Gasparini G., Rigon A., Trolese F., Varanini G.M., t. 1, Rome, 1990, p. 183–258 (Italia Sacra, 4344) et Morenzoni F., L'encadrement et l'instruction religieuse des fidèles, p. 24–26.

24 Voir à ce propos surtout Simons W., Stad en apostolaat, p. 186, qui a bien débroussaillé le terrain et donne les références essentielles. Nous avons vu aussi Chapotin M.D., Histoire des Dominicains de la Province de France, 2e réd., manuscrit conservé au Saulchoir, t. 2 : La fin du Moyen Âge, f° 23r (aussi f° 12r-27r).

25 Tout comme à Romans aux xive et surtout xve s. : Viallet L., Bourgeois, prêtres et Cordeliers à Romans, p. 356–360.

26 Voir Chiffoleau J., La comptabilité de l'Au-Delà, p. 255–258 ; Martin H., Le métier de prédicateur, p. 146 ; Martin H., La prédication comme travail reconnu et rétribué à la fin du moyen âge, p. 404–407.

27 À son propos, on lira les contributions du recueil Handling sin. Confession in the Middle Ages, éd. Biller P., Minnis A.J., York, 1998 (York studies in medieval theology, 2), notamment l'introduction de Blller P., Confession in the Middle Ages : Introduction qui consacre quelques pages (p. 23–31) à commenter les travaux récents sur la confession. On lira aussi Baldwin J.W., From the Ordeal to Confession : in Search of Lay Religion in Early Thirteenth-Century France.

28 Marandet M.-C., Le prix du salut en Toulousain à la fin du Moyen Age, p. 207.

29 Voir le travail de De la Selle X., Le service des âmes à la Cour. Confesseurs et aumôniers des rois de France du xiiie au xve s., p. 149–151, 153–157. Un exemple du xvie s. : Érard de la Marck, prince-évêque de Liège, eut comme confesseur un frère franciscain de l'Observance : Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 67.

30 Lauwers M., Expérience béguinale, p. 89–90 ; Löhr G.M., Die Gewohnheiten eines mitteldeutschen Dominikanerklosters, p. 92–93.

31 Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 282–283, no 1090 : supplique du 25 octobre 1346. Les confesseurs étaient souvent choisis dans le monde des gradués universitaires : par ex., Chiffoleau J., La comptabilité de l'Au-Delà, p. 257–258.

32 Dossier 17 avril 1278 – 2 avril 1279.

33 Dossier novembre 1267.

34 Dossier 19 mai 1291.

35 Dossier 16 août 1305.

36 Sur les espaces de prédication et la quête, on se référera à la communication de Bertrand P., Viallet L., La quête mendiante : espace, pastorale, réseau.

37 Carozzic., Le monde laïc suivant Humbert de Romans, p. 235–236.

38 Voir, sur la rémunération de la prédication, p. 300–304.

39 Du moins qu'on puisse attribuer à l'aire liégeoise, même s'il s'en cache certainement l'un ou l'autre, anonyme, parmi les dizaines de milliers, le plus souvent inédits, répertoriés par Schneyer J.B., Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters für die Zeit von 11501350, Munster i. West., 1969–1980 (Beiträge zur Geschichte der Philosophie und Theologie des Mittelalters. Texte und Untersuchungen, 43).

40 Voir p. 535–537.

41 Voir, outre les notices biographiques citées supra, p. 133, n. 57, sur les œuvres de Jacques de Vitry, Hinnebusch J.W., Extant manuscripts ofthe writings of Jacques de Vitry et Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 27–28. Jacques de Vitry était aussi connu pour son recueil d'exempla. Sur ses sermons, les travaux ne manquent pas. Par exemple, d'une des spécialistes, Muessig C., Jacques de Vitry's Sermones feriales et communes.

42 Voir les réserves qu'émet lui-même Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 28, dont la note 9. Sur Arnold de Liège et son alphabetum, voir Berlioz J., Ribaucourt C., Mors est timenda, p. 19–21. — Sans oublier une des spécificités du recueil d'exempla, qui était de recueillir des petits récits un peu partout dans la littérature hagiographique ou para-hagiographique. Voir, à ce sujet et par exemple, les articles de Hermand X., Les méthodes de travail d'un compilateur d'exempla du xve s. et, du même, Les Vitae Patrum, particulièrement p. 5–6 ainsi que les contributions parues dans Les exempla médiévaux. Nouvelles perspectives, éd. Berlioz J., Polo de Beaulieu M.-A., Paris, 1998 (Nouvelle Bibliothèque du Moyen Âge, 47).

43 Pour de bonnes pages sur la prédication des Mendiants dans les anciens Pays-Bas, au Moyen-Âge, je renvoie à Simons W., Stad en apostolaat, p. 198–206, qui étudie la prédication dans le comté de Flandre à partir de quelques sermons conservés, plus des sermons prêchés à Paris par des Mendiants flamands, sans oublier les sermones ad status de Guibert de Tournai, dont il faut se demander s'il était représentatif du prédicateur mendiant flamand... La démarche de Simons, louable parce que courageuse et faisant flèche de tout bois, semble néanmoins mal adaptée, pour les raisons énoncées ci-dessus. — Il semble que les Écoliers aient eu aussi, à l'instar des Prêcheurs, des tâches de prédication : Guyon C., Rive droite, Rive gauche, p. 276, 278.

44 Ainsi, dans la petite bourgade de Tongres (dossier 7 décembre 1299) : Servais de Vreren légua aux Mendiants « pour vestir les freres terminaires qui del covent des freres menors de Liege venront visiteir a Tongres, quilh me welhent recomendeir a puple en lor predications ». À la campagne, des rentes étaient constituées pour « forcer » les Mendiants à venir prêcher en l'un ou l'autre village (cf. p. 302–304) : A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 92v-93r.

45 Simons W., Stad en apostolaat, p. 193–194.

46 Lauwers M., Expérience béguinale, p. 84–89.

47 Taylor L., Soldiers of Christ, p. 23–36.

48 Voir p. 300–304.

49 À ce propos, le travail de base est Elm K., Termineien und Hospize der westfälischen Augustiner-Eremitenklöster, essentiel du point de vue méthodologique, à coupler avec Meersseman G.G., De domibus terminariis, surtout pour le xve s. Le travail de Simons W., Stad en apostolaat, p. 187–193, apporte son lot de précieuses informations. Voir l'exemple zurichois : Wehrli-Johns M., Geschichte des Zurcher Predigerkonvents, p. 148172 ; l'exemple du Mecklembourg : Ulpts I., Die Bettelorden in Mecklenburg, p. 308–316 ; l'exemple d'Halberstadt : Kordwittenborg H.-U., Das seelsorgerische Wirken der Hälberstadter Franziskaner, p. 276—278 ; l'exemple de Strasbourg : Rüther A., Bettelorden in Stadt und Land, p. 104–110.

50 Montagnes B., L'organisation territoriale des Frères Prêcheurs, p. 16–17.

51 Dép. Bommershoven.

52 Bommershoven, arr. Tongeren, prov. Limburg. À 6,5 km de Tongres.

53 Eben-Emael, arr. Tongeren, prov. Limburg. À 17 km de Tongres et 10 km de Visé.

54 Comme Breust, Sint-Geertrud, Gronsveld, Gulpen...

55 Dossier 25 avril 1266. Une critique de l'acte original et une nouvelle édition seraient les bienvenues.

56 Dossier octobre 1284.

57 Dossier 18 novembre 1303.

58 Comme c'est le cas dans la région immédiate de Tongres, où le couvent de Maestricht avait droit de prédication. Voir dossier 25 avril 1266.

59 Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Leuven, p. 93 ; surtout Ceyssens L., Minderbroederskloosters [...] Sint-Truiden. Ceux-ci avaient eux-mêmes, depuis le xive s. au moins, une maison terminaire à Hasselt : Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Hasselt, p. 156.

60 Dossier juin 1272 : « [...] hoc tamen onere ipsi terre et eius fructibus a nobis recipiendis etiam imposito, videlicet quod medietas dictorum fructuum in pitancias fratrum Ordinis Predicatorum ad dictum hospitale convenientium convertatur [...]. »

61 Dossier 7 décembre 1299 : « [...] Apres ie lais as freres prechours de Liege vint sous en pitanche et sis trentains a la disposition de lor freres terminairez de Tongres, et apres ie lai az freres menour de Liege quarante sous en pitance le jour de ma sepulture et sis trenteis a le disposition de lor gardien [...]. » Une autre pension alimentaire était versée aux Ordres mendiants de passage à Tongres, depuis le Moyen-Âge, par une aumône, dite « de l'Oeuvre des passants » ou « Deurvaert » : Paquay J., Inventaire des archives des institutions charitables, p. 135.

62 Une autre clause est ajoutée qui dit qu'aucune autre personne ne pouvait être installée dans cette maison par les concierges. Dossier 29 juin 1392.

63 Dossier mars 1291.

64 Les limites géographiques (physiques comme humaines) sont en effet déterminantes en ce qui concerne la définition des zones terminaires, comme le montrent les exemples auvergnats : Bertrand P., Viallet L., La quête mendiante : espace, pastorale, réseau. Quant au « bilinguisme » de certains frères liégeois, il paraît évident. On trouve une situation semblable chez les Teutoniques à Liège au Moyen Âge, aussi bien wallons que germanophones, semble-t-il, et ceci jusque dans les archives de la commanderie, usant des deux langues : Heckmann D., Quelques aspects de comparaison entre les commanderies, p. 68.

65 Dossier octobre 1287 : « nos summes tenut et obligiet a tos jors mais de paier et de delivrer en le vile de Huy chascun an len demain delle feste saint Andrier aus frères Precheurs de Liege ou a leur certain message set muis et demi de spealte ale mesure de Huy, a dous deniers pres delle meheur de terroir de Warnans. »

66 C'est la première trace d'un pied-à-terre, d'une maison terminaire dans la région liégeoise. Donc, bien avant la limite de 1300 fixée par Simons pour l'apparition de ce genre de maison terminaire en Flandre : Simons W., Stad en apostolaat, p. 188.

67 Dossier 2 février 1325.

68 Dossier 24 juin 1339. Cette maison serait située dans la paroisse Saint-Georges-en-Rioul, selon Van der Made R., Inventaire analytique des chartes de l'église Saint-Georges, p. 130 (lieu où les Prêcheurs avaient beaucoup d'amis, notamment de béguines).

69 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25r-25v.

70 Voir p. 239.

71 Dossier 4 juillet 1370.

72 Voir A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 60, f° 79r : en 1428, on mentionne pour la première fois « ista recipiuntur in villa de Huyo » pour des biens sis à Villers-le-Bouillet, Warnant, Fumal..., des villages alentour de Huy. Cf. aussi f° 84v.

73 Dossier avant le 31 décembre 1276 : « [...] lequeile maison et le porprise je lais a IIII chapelains dou liu por manoir ensianle et por Meneurs et Jacobins trespassans rechoivre, as queils je lais II cuetes et IIII linches et II covertoirs, a leur aisement [...]. »

74 Dossier 30 novembre 1509. Ajouter, pour mémoire, un document fragile, soit l'analyse datant du xviie s. d'une lettre de 1392, émanant du comte de Saint-Pol, Walerand de Luxembourg. Cette lettre a dû être envoyée aux Prêcheurs de Liège pour les informer des dommages que son armée avait causés aux dits frères (sans autre précision !) dans le pays de Luxembourg ou de Limbourg, en état de guerre. Il les dédommageait pour cela. Dossier 25 décembre 1391 – 24 décembre 1392.

75 J'ai déjà envisagé l'angle économique de ces quêtes : p. 296–299. Il s'avère par ailleurs dangereux de généraliser la situation carme du xve s. pour des époques antérieures : comme l'a bien montré L. Viallet dans ses exemples de zone terminaire des couvents de mendiants en Auvergne, probablement spécifiques et adaptés au xve s., et n'ayant à coup sûr rien à voir avec les zones des périodes antérieures : Bertrand P., Viallet L., La quête mendiante : espace, pastorale, réseau.

76 A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 1–3 : compte de 1428.

77 I.W. Frank se fait les mêmes réflexions, tentant de définir les zones terminaires du couvent dominicain de Mayence en se basant sur l'origine des frères mentionnés dans l'obituaire, les limites terminaires correspondant peut-être aux zones couvertes par les lieux d'où provenaient les Dominicains : Frank I.W., Das Totenbuch des Mainzer Dominikanerklosters, p. 116–122.

78 Sur l'aspect économique des zones terminaires : Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 62–68 ; Rüther A., La participation des ordres mendiants, p. 132— 133 ; Elm K., Termineien und Hospize der westfälischen Augustiner-Eremitenklöster, p. 38 45. Chiffoleau J., Les transformations de l'économie paroissiale, p. 96–97, insistait déjà sur les critiques qu'a dû entraîner chez les fidèles l'arrière-plan économique de la prédication, avec la quête.

79 Elm K., Termineien und Hospize der westfälischen Augustiner-Eremitenklöster, p. 44 45 ; Müller P., Bettelorden und Stadtgemeinde in Hildesheim, p. 178179.

80 Bender W., Zisterzienser und Städte, p. 32–45. Pour les Prémontrés : Dekkers P.J.V., Besitzverwerving door de abdij van Averbode in de middeleeuwen, p. 330–332. Sur l'importance de ces hôtels comme « points d'appui » économiques : Ammann H., Klöster in der städtischen Wirtschaft, p. 129–130. B. Montagnes avait déjà usé de la comparaison avec les granges cisterciennes ; Montagnes B., L'organisation territoriale des Frères Prêcheurs, p. 17. Les maisons terminaires feront l'objet de législations très poussées au sein des Ordres au cours du xve s., dans le cadre des réformes de l'Observance : Montagnes B., op. cit., p. 17–18.

81 L'abbé J. Avril insiste aussi sur le statut double : à la fois économique et spirituel, du prieuré : Avril J., Recherches sur la politique paroissiale des établissements monastiques et canoniaux (xie- xiiie siècles), p. 516–517.

82 Voir les pages sur la gestion des biens, p. 429–430, par ex. On en trouve aussi mises en place par les léproseries : Touati F.O., Maladie et société au Moyen Âge, p. 524–525.

83 Cf. les remarques à ce propos de Rüther A., La participation des ordres mendiants, p. 136.

84 Ainsi que Simons W., Stad en apostolaat, p. 192 en faisait l'hypothèse pour les zones terminaires des Mendiants du comté de Flandre. Voir les pages sur l'hinterland économique des Mendiants de Liège, p. 423–428.

85 Même si le duc de Lotharingie et de Brabant leur accorda en 1280 toute latitude pour leurs déplacements dans ses territoires et ses domaines, sans avoir à payer aucun droit, et en recevant toute l'aide nécessaire de ses gens : dossier août 1280. Les ducs montrèrent toujours beaucoup de bienveillance à l'égard des Mendiants, comme en témoigne la participation aux prières des différents Ordres qu'ils reçurent en échange (p. 469).

86 Simons W., Stad en apostolaat, p. 194–197 a eu la chance de retrouver une liste de stations de prédication pour les Mineurs, datant de la mi- xive s. Pour Bruxelles, une liste du xiiie s. a été retrouvée et éditée : Verjans M., Oude predikatie-en bedelparochies te Brussel en omliggend. Pour les Récollets de Liège au xviie s. : Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 72–75 ; Lippens H., Descriptio codicum franciscanorum bibliothecae academiae Leodiensis [II], p. 751, no 268 et Pierry J., Les Récollets à Liège ; pour les Récollets de Turnhout au xviiie s. : De Meyer A., Het boek van de "Stationes" der Paters Recolletten te Turnhout : 1790–1810.

87 Par opposition à l'enseignement que délivra peut-être à certains enfants (pauvres) une communauté religieuse comme les Bons-Enfants. Voir, pour Liège, p. 478. Cf. De Spiegeler P., Les hôpitaux et l'assistance à Liège, p. 69–73 ; Reitzel J.-M., The medieval Houses of Bons-Enfants ; Halkin L., La maison des Bons-Enfants, p. 25. Il est probable que la maison de Liège ait seulement servi d'hospice pour ces enfants pauvres plutôt que de maison d'éducation. — Je signale pour mémoire au lecteur un article de circonstance : Bertrand P., Enseignement, éducation et culture dans les couvents de Mendiants au Moyen Age (Liège, xiiie- xive s.).

88 Dossier 11 avril 1229. Expression reprise telle quelle — ou quasi — par Jean d'Eppes dans son invitation officielle des Prêcheurs à Liège : dossier 6 août 1229.

89 Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 74 (donnant l'exemple de Metz en 1221) ; Verger J., Studia et universités, p. 187–189 : je ne pense pas que le but d'Hugues de Pierrepont ait été de confier l'instruction théologique de son clergé aux Prêcheurs, de but en blanc... Du moins je n'ai trouvé aucune autre trace d'une intention semblable ou de son éventuelle concrétisation.

90 Un proverbe médiéval ne dit-il pas : un couvent sans bibliothèque est comme un château sans remparts : « claustrum sine armario quasi castrum sine armamentario » ? Voir Kottje R., « Claustra sine armario » ? Zum Unterschied von Kloster und Stift im Mittelalter, dans Consuetudines monasticae. Eine Festgabe fur Kassius Hallinger aus Anlaβ seines 70. Geburtstages, éd. Angener J.-F., Lenzenwegger J., Rome, 1982, p. 125144 (Studia Anselmiana, 85).

91 Douais C., Essais sur l'organisation des études, p. 38–40 ; Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?, p. 150. Sur l'organisation des studia à Strasbourg, voir Rüther A., Bettelorden in Stadt und Land, p. 165–177.

92 Mulchahey M.M., “First the Bow is Bent in Study...”, p. 87 ss.

93 Voir ce que, après Olga Weijers, en dit Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?, p. 151.

94 Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 73. Sur les relations des Mendiants avec l'Université, voir par exemple l'article classique de Löhr G.M., Die Dominikaner an der Universität Trier ou encore l'excellent ouvrage de Lickteig F.-B., The German Carmelites at the Medieval Universities, à propos des Carmes, et dont l'intérêt dépasse de loin le cadre germanique ; l'article de Verger J., Studia et universités ; quelques lignes chez Le Goff J., L'intellectualité dominicaine au Moyen Age, p. 63–64. — Le passionnant article de Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ? montre les liens étroits entre le système scolaire dans les studia mendiants et les Universités.

95 Martinaud S., Le réseau des studia mendiants, p. 98.

96 Martinaud S., Le réseau des studia mendiants, p. 107.

97 Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?, p. 155 ; Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 73–74 ; Barone G., La legislazione sugli "Studia ", p. 214–215.

98 Ribaucourt C., Panorama geografico, p. 78.

99 Frank I.W., Die Bettelordensstudia im Gefüge des Spätmittelalterlichen Universitätswesen, p. 13–18.

100 Cité dans le dossier 16 mars 1265. La notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 386, no 557, fait abusivement du frère Libert de Kemexhe un lecteur du couvent de Liège, qui ne l'était pas plus que le frère Martin, à la p. 392, no 569, qui se voit attribuer la même fonction.

101 Il rédigea, au couvent de Saint-Jacques, un acte pour régler les anniversaires et la succession de son père (dossier décembre 1273).

102 Voir la notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 360–361, no 494.

103 Dossiers 13 novembre 1250 ; 11 octobre 1251.

104 Dossiers 10 décembre 1253 ; 31 décembre 1255.

105 Cf. les pages sur la Fête-Dieu, p. 496–506 : deux autres lecteurs étaient nommés, que Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 248, no 215/216 identifie un peu cavalièrement avec des frères de Liège ayant existé par ailleurs.

106 Voir la petite biographie à son sujet, p. 487 et 497. Dans le cadre des petites corrections à l'œuvre de Renardy C., Les maîtres universitaires, il est pratiquement certain que le Gérard, physicus et dominicain de Liège dont elle donne une note biographique p. 234235, no 176, n'a jamais été gradué universitaire. Rien, dans aucun des deux testaments qui le mentionnent, n'indique qu'il ait été magister... (dossiers mars 1272 ; 6 avril 1289). De même, Gilles Roleas (Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 252, no 225) n'a probablement jamais été dominicain (cf. les lignes p. 523) ; Pierre de Seraing non plus. (Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 418–419, no 644 — cf. p. 431–432). Un autre Gérard de Reims, chanoine du chapitre cathédral de Paris et maître séculier, a été repéré par Bériou N., L'avènement des maîtres de la Parole, t. 1, p. 240–241 et t. 2, p. 754.

107 Dossier 4 décembre 1316.

108 Dossier 9 février 1331 : l'acte identifié ici fut conclu dans le parloir des Prêcheurs, non loin de l'école : « Et tout chu que desoir est dit fut fait ens el parloir des Preicheurs a Liege devant lentree delle enclostre pres des greis la ou on vat en le scole entour hoyre de tirche. » — Un testament du 9 février 1432, conservé dans A.É.L., Échevins de Liège, Convenances et testaments, 2, f° 177r-178r, fut rédigé « en liwe que ons dist en l'escholle delle engliese des Precheurs a Liege ». Cf. Bourgault C., Le couvent des Dominicains de Liège, notes archéologiques et architectoniques, p. 31.

109 Dossiers 30 août 1307 : « frere Wathirs de Dynant li lisieres » ; 3 mai 1325 ; 21 octobre 1331 (Arnould de Lamine, OFM, fut lecteur auparavant au couvent de Liège) ; 9 octobre 1373 : acte passé « en presenche de religieuz, discreis et honestez hommez freire Johan de Flerinez [ou Florinez] lecteur en covent dez freirez meneurs en Liege ».

110 Peu de couvents ou abbayes du pays de Liège les imitèrent en ce sens, du moins aux xiiie et xive s. Et même, pour certaines abbayes, jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, c'était le vide intellectuel total : cf., par exemple, Dumont B., La formation intellectuelle des moines du

111 Ces deux derniers prêcheront aux béguines parisiennes, cf. p. 535–536.

112 Bériou N., L'avènement des maîtres de la Parole, t. 2, p. 761.

113 Voir p. 524.

114 Voir les travaux de G. Hendrix (cf. les dernier états bibliographiques de Berndt R., Hugo v. St.-Cher ; Aubert R., Hugues de Saint-Cher ; Gerwing M., Hugo v. St.-Cher), notamment : Hendrix G., Luik, Geraard van, dans Nationaal Biografisch Woordenboek, t. 12, 1987, col. 437–442 ; Hendrix G., Gerardus Leodiensis. De doctrina cordis ; la tradition la plus ancienne disait : « Incipit opus fratris Gherardi lectoris fratrum predicatorum Leodiensium de cordis doctrina » (Hendrix G., Cistercian Sympathies, p. 273—274) ou encore : « Frater Gerardus Ordinis Predicatorum, lector domus Leodiensis. Composuit tractatum religiosis valde utilem sumpto themate ab illo loco libri Regum : “Preparate corda vestra domino et cetera”, septem dispositiones circa cor faciendas docens multaque ad edifîcationem pertinentia hinc inde de scripturis colligens » (Hendrix G., Hugh of St Cher O.P., p. 354, note 13 — toutes ces œuvres sont attribuables au cistercien Gérard de Liège ou à Hugues de Saint-Cher, d'après cet article) ; Axters S., Bibliotheca Dominicana Neerlandica Manuscripta 1224–1500, p. 295–296, est devenu peu utile ici.

115 Dossier 21 octobre 1331.

116 Ooms H., Boek en boekenbezit bij de Minderbroeders, sur la commission, p. 377. Cf. note 57 pour la mention de Nicolas de Huy. Voir aussi Schmitt C., Un pape réformateur et un défenseur de l'unité de l'Église. Benoît XII et l'Ordre des Frères Mineurs (1334–1342), Quarrachi-Florence, 1959. Sous Clément VI, il était encore bien considéré, puisque ce dernier lui envoya une missive ainsi qu'au ministre provincial de la province de France, afin que « circa ea quae ipsis secrete propria manu scribit, bene se gerant » (Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [III], p. 3). Nicolas de Huy est cité dans l'épitaphier du couvent de Liège : « RP. Nicolaus de Hoyo D.T. obiit 9 aug 1362 » (A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 14). Renardy C., Les maîtres universitaires ne le connaît pas... Voir aussi Val-Dieu aux temps modernes. La thèse de X. Hermand, Les bibliothèques ecclésiastiques et leurs livres dans le Namurois entre ca. 1350 et 1530, soutenue en 1998, nuance cette perspective dans la mesure où une série de couvents, de chapitres connurent des réformes profondes dans cette partie du diocèse de Liège qu'est le Namurois. Houbaert A., Ooms H., Lijst van de provinciale oversten, p. 4647, où il serait présent dans une liste de provinciaux de France, en 1337.

117 Voir Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 558–559, no 2517 ; p. 573–574, no 2213.

118 Berlière U., Suppliques de Clément VI, p. 282–283, no 1090.

119 Voir la notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 369, no 510, ici, fort complète. Voir ses activités liégeoises dans les dossiers : 3 août 1366 ; 8 septembre 1368 ; 7 décembre 1372.

120 Les Mendiants n'étaient pas les seuls parmi les clercs liégeois à briller au firmament intellectuel, loin de là. Qu'il nous suffise de citer le cas d'un Godefroid de Fontaines, originaire de Hesbaye, chanoine de Saint-Lambert, professeur à la Sorbonne et théologien universellement connu : Lejeune J., Contribution à l'histoire des idées politiques, p. 1224–1240 et Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 257–260, no 238. Voir aussi les intellectuels chez les Écoliers : Guyon C., Les Écoliers du Christ, p. 409–411.

121 Sur le concept du livre comme arme : Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 476 et Kottje R., « Claustra sine armario » ? Zum Unterschied von Kloster und Stift im Mittelalter, dans Consuetudines monasticae. Eine Festgabe fiir Kassius Hallinger aus Anlaβ seines 70. Geburtstages, éd. Angener J.-F., Lenzenwegger J., Rome, 1982, p. 125–144 (Studia Anselmiana, 85) et Dückers R.,'Claustrum sine armario, castrum sine armantario’. De bibliotheek van de St.-Laurentabdij te Luik in de 12e eeuw.

122 Voir les quelques imprimés modernes, subsistant encore, contenus dans les bibliothèques de ces couvents : Gustin J., Catalogue des imprimés du xvie siècle, voir à l'index ; Thiemann N., Catalogue chronologique des ouvrages de couvents liégeois pour les pièces du xviie et xviiie s. Voir sous les entrées appropriées. Les imprimés arrivèrent tardivement chez les Croisiers, pas avant le xvie s. : Depaire J.P., Les incunables dans les anciennes bibliothèques des Croisiers, p. 71–72. À propos des Carmes de Liège, on se référera dorénavant à Ricordeau J.-Y., Les préoccupations intellectuelles des Carmes liégeois aux xviie et xviiie siècles, notamment p. 261–264.

123 Martène E., Durand U., Voyage littéraire de deux Bénédictins [...], t. 2, p. 183.

124 Historique des démantèlements : aux pages 43–90 de Gobert T., Origine des bibliothèques publiques de Liège. De même dispamt la bibliothèque du Val-Saint-Lambert : Gobert T., Le monastère du Val Saint-Lambert. Ses archives - sa bibliothèque. De même, chez les Croisiers : Depaire estimait à 3 719 volumes la bibliothèque des Croisiers de Huy en 1796 — il en a retrouvé 164 manuscrits et 149 imprimés ; pour les Croisiers de Liège, l'ampleur de leur bibliothèque est estimée à 650 volumes à la du fin xviiie s. : Depaire en a retrouvé 121 manuscrits et 38 imprimés, ce qui est considérable... Voir Depaire J.P., Les incunables dans les anciennes bibliothèques des Croisiers, p. 70–71. C'est probablement le fait d'être en principauté de Liège qui a sauvé les bibliothèques des Croisiers de Huy et de Liège : elles n'ont pas fait les frais de la politique de Joseph II supprimant les couvents inutiles et faisant démembrer de façon méthodique leurs bibliothèques. Le sort des bibliothèques namuroises fut plus funeste que le sort des liégeoises... Voir Piot C., Les manuscrits relatifs à l'histoire, p. 173, 174, 176–179 et bientôt la thèse déjà citée de X. Hermand sur les bibliothèques du Namurois. Les articles de Lippens H., Descriptio codicum franciscanorum bibliothecae academiae Leodiensis [I] et [II] et Descriptio codicum franciscanorum bibliothecae maioris seminarii Leodiensis sont tous trois trompeurs : ils ne contiennent que peu de descriptions de manuscrits franciscains stricto sensu (sauf quelques manuscrits de Récollets ou de Franciscains de Saint-Trond), mais plutôt détaillent le contenu « franciscain » (les pièces rédigées par des Franciscains) de bien d'autres manuscrits (surtout Croisiers). D'autres bibliothèques, démembrées, ont été patiemment reconstituées : Mortiaux-Denoël C., Guillaume É., Le fonds des manuscrits de l'abbaye St-Jacques de Liège (au moins 255 manuscrits retrouvés pour l'abbaye de Saint-Jacques).

125 Lors du démembrement, les ci-devant frères prêcheurs encore présents purent emporter quelques ouvrages de la bibliothèque : le père Rasquinet prit une Histoire romaine, le père Bré une Histoire de Hollande, une Histoire des Templiers et un Cathéchisme du diocèse de Meaux, le père Peetermans emporta un Voyage autour du monde et l'Histoire des Sept Sages, le frère Paque l'Histoire de Liège, le frère Deleporte l'Histoire de l'Angleterre (A.E.L., Fonds Français, Préfecture, 458.2). — Notons que pour l'ensemble des couvents Dominicains de Belgique, Thomas a calculé que seuls subsistent 147 manuscrits et 72 imprimés : bien peu, en vérité, si l'on sait ce que devait être une bibliothèque de frères prêcheurs : Thomas A.H., Boekenbezit en boekengebruik, p. 437–438 :

126 Bien qu'on puisse se demander si ces catalogues étaient vraiment représentatifs : cf. Dolbeau F., Quelques aspects des relations entre bibliothèques d'établissements religieux ( xiie- xve siècles), p. 505.

127 Dückers R., ‘Claustrum sine armario, castrum sine armantario’. De bibliotheek van de St.-Laurentabdij te Luik in de 12e eeuw, p. 118–122 édite deux listes de livres du xiie s.

128 Derolez A., Corpus catalogorum Belgii. De middeleeuwse bibliotheekscatalogi der zuidelijke Nederlanden, t. 1 : Provincie West-Vlaanderen ; Derolez A., Corpus catalogorum Belgii. The medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. 2 : Provinces of Liege, Luxemburg and Namur.

129 Il en existe pour d'autres couvents de Mendiants, comme les Dominicains de Dijon : Humphreys K.W., Les bibliothèques des Ordres mendiants, p. 138–139 et surtout Dondaine A., La bibliothèque du couvent des Dominicains de Dijon, avec éd. du catalogue p. 126–133. Ou encore les Franciscains de Göttingen : Schlotheuber E., Die Franziskaner in Göttingen, avec une édition du catalogue, p. 137–184.

130 Ainsi les bibliothèques des Dominicains de Gand : De Reu M., De geschiedenis en de rijkdommen van de bibliothecae dominicanae, p. 202–203.

131 Derolez A., Corpus catalogorum Belgii. The medieval Booklists of the Southern Low Countries, t. 2 : Provinces of Liege, Luxemburg and Namur, voir sub Liège. Des Mendiants résidant à Tongres depuis le Moyen Âge, il reste... 6 post-incunables franciscains conservés : Baillien H., Bibliotheken te Tongeren. À propos de quelques manuscrits franciscains de Saint-Trond, conservés pour le xve et xvie s. : Deschamps J., Handschriften uit Sint-Truidense kloosters. Même pauvreté à l'étranger : Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 23–24 ; Humphreys K.W., The Friars 'Libraries recense 4 manuscrits survivants pour la bibliothèque médiévale dominicaine de Cambridge, 5 pour celle d'Exeter, 3 pour celle de Guidford, 2 pour celle de Lincoln, 31 pour celle de Londres, 3 pour celle de Norwich, 10 pour celle d'Oxford, 6 pour celle de Boston, 3 pour celle de Salisbury, 2 pour celle de Winchester... Il est probable que, même sans les destructions de 1796, on n'aurait pas retrouvé beaucoup de manuscrits médiévaux, comme on le dira en conclusion. — Attention, l'utilisation du catalogue de A. Derolez comme révélateur de la richesse et de la pauvreté des bibliothèques doit être tempérée par le fait que cet auteur ne désire citer que les mentions de livres les plus intéressantes ou les catalogues de bibliothèque.

132 Pour les Carmes : Lansink H., Bücher und Bibliotheken, p. 226. Pour les Dominicains : Humphreys K.W., Les bibliothèques des Ordres mendiants, p. 126. Les Franciscains n'avaient pas droit à ce pécule, semble-t-il.

133 Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 485–486.

134 Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?, p. 151–152 ; Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 487.

135 Voir les travaux essentiels : Humphreys K.W., Les bibliothèques des Ordres mendiants ; Humphreys K.W., The Book Provisions of the Mediaeval Friars, p. 1845 (Dominicains), 46–66 (Franciscains), 77–82 (Carmes) ; De Reu M., De geschiedenis en de rijkdommen van de bibliothecae dominicanae, p. 196–202 ; Ooms H., Boek en boekenbezit bij de Minderbroeders ; Lansink H., Bûcher und Bibliotheken (et, plus ancien, Lansink H., Studie en onderwijs in de Nederduitse provincie, Nimègue, 1967) ; Thomas A.H., Boekenbezit en boekengebruik et Axters S., Boekenbezit en boekengebruik.

136 Severino Polica G., Libro, lettura, “lezione”, p. 391–398 pour les Dominicains, p. 399–408 pour les Franciscains ; Humphreys K.W., Dominicans. The Copying of Books, p. 130–132, 138–139 ; Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 476–477 ; Ooms H., Boek en boekenbezit bij de Minderbroeders, p. 381—383 ; Barone G., Les couvents des Mendiants, des collèges déguisés ?), p. 152–153.

137 Cf. Bozzolo C. et Ornato E., Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Age. Trois essais de codicologie quantitative, p. 49–52.

138 Et aussi chez les Franciscains ? Voir les références des deux notes précédentes, p. 541.

139 Le Goff J., Temps de l'église et temps du marchand, dans Annales. Économies, sociétés, civilisations, t. 15, 1960, p. 417433.

140 Humphreys K.W., Dominicans. The Copying of Books, p. 133–135; Thomas A.H., Boekenbezit en boekengebruik, p. 428.

141 Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 488–489; Lansink H., Bûcher und Bibliotheken, p. 229–231.

142 Un exemple bruxellois du xiiie s. est commenté par Lefèvre P., Testaments bruxellois du xiiie siècle (suite), p. 425–426, le testament de Maurice Piliser de Tubize, doyen de la collégiale Sainte-Gudule, en mai 1267 : « fratribus predicatoribus in Lovanio lego libros meos, videlicet decreta, scolasticam hystoriam, duos ewangelistas, Matheum scilicet et Marcum, et epistolas canonicas ».

143 Dossier 4 mai 1306. Le testament d'Helmic de Moylant, chanoine de Saint-Lambert, en faveur de la Chartreuse de Liège, était particulièrement révélateur et participait du même état d'esprit : il constitua une rente, en 1370, pour permettre aux Chartreux d'acheter, conserver et transcrire des livres. Par ailleurs, il légua lui-même ses propres livres à l'institution : Stiennon J., La bibliothèque et le scriptorium de la Chartreuse de Liège.

144 Lecomte F., Regestes, p. 5051, no 131.

145 Dossier 20 avril 1252. Voir aussi dossier 12 novembre 1284.

146 Dossier 27 novembre 1269. Autres exemples : dossiers 9 février 1261 ; 27 février 1261 ; novembre 1267 ; 30 octobre 1320 ; 22 novembre 1362.

147 Voir à ce sujet le chapitre sur les revenus individuels, p. 313–340.

148 Mis à part un seul manuscrit retrouvé pour le couvent carme de Liège — et il date du xve s. ! Ce manuscrit contient un abrégé d'histoire romaine, une Histoire de Pierre le Mangeur et les Gesta pontificum Tungrensium : Paris, Bibliothèque de l'Arsenal, 36 (xve s.). On y trouve, au f° 8r : « ad usum fratris Iohannis de Wavrea filii conventus Leodiensis, Ordinis Carmelitarum, cuius proprietas pertinet eidem conventui ».

149 Je ne juge pas utile d'identifier avec une précision extrême chaque œuvre (date de rédaction, titre exact, derniers travaux et éditions critiques à son propos, etc.). Que le lecteur veuille bien excuser cet écart par rapport aux normes de l'érudition la plus stricte.

150 Thomas A.H., Boekenbezit en boekengebruik, p. 421–427 (surtout 425–427) ; Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 482 ; Severino Polica G., Libro, lettura, “lezione”, p.383.

151 Cf. Humphreys K.W., Les bibliothèques des Ordres mendiants, p. 138–139 ; Axters S., Boekenbezit en boekengebruik, p. 483485.

152 Mis à part, outre le legs dont je vais parler, un petit catalogue mis en place par Guillaume le Boucher. Ce dominicain flamand mort en 1525 commença un catalogue des livres se trouvant dans les couvents dominicains de la province de France. Loin d'être complet, ce travail nous permet de constater la présence au couvent de Liège, au début du xvie s., de plusieurs œuvres de type christologique, écrites par le bénédictin Odon de Cambrai. Voir Lehmann P., Quellen zur Feststellung und Geschichte mittelalterlicher Bibliotheken, p. 344.

153 Dossier 4 mai 1306 : « [...] Librum Josephi Antiquitatum et belli judaici in uno volumine, Librum Augustini de Civitate dei et de anima in uno volumine, Librum Augustini super genesim ad litteram, De trinitate et Confessionum [ces deux mots suscrits] In uno volumine, Librum Ysidori Ethymologiarum, sententiarum, Contra judeos, et De exordiis officiorum in uno volumine, Librum decretorum cum apparatu magno in uno volumine, Librum decretalium cum apparatu et additionibus suis in uno volumine, Commentum fratris seu domini Alberti coloniensis de animalibus in uno volumine, ac Librum concordantiarum de Valle Lucida in uno volumine [...]. »

154 Serait-ce une concordance provenant de ou réalisée à l'abbaye de Vauluisant, en France, près de Sens ? C'est peu probable.

155 Pour ne prendre que l'exemple de Colmar : on y retrouve des manuscrits liturgiques, la Bible, Nicolas de Lyre, des Vies de saints, des textes de saint Bernard, des livres de prédication et des recueils de sermons, des ouvrages d'histoire, le tractatus de contractibus mercatorum de Jean Nider, un recueil d'exempta.. Voir Eichenlaub J.-L., Note sur les livres manuscrits des établissements dominicains de Colmar et Guebwiller, p. 32–33.

156 Nebbiai-Dalla Guarda D., I documenti per la storia delle biblioteche, p. 77–80 et surtout p. 83–84.

157 Voir Van den Bosch P., De bibliotheken van de Kruisherenkloosters, p. 580–582 notamment ; par ex., voir la somme de sermons et recueils d'exempla empruntés aux Cisterciens, dans leurs bibliothèque : Van Dal C., Cisterciënzer-literatuur op de Kruisheren boekerijen. Consulter aussi les listes de manuscrits proposées par Depaire J.P., La bibliothèque des Croisiers et, pour les Croisiers de Cologne, le superbe inventaire de Vennebusch J., Die homiletischen und hagiographischen Handschriften des Stadtarchivs Köln., t. 1. J'ai présenté en juillet 1995, à l'International Medieval Congress de Leeds, une communication restée inédite sur la sociologie de l'édition hagiographique chez les Mendiants à Liège, dans laquelle j'ai tenté de montrer que les Croisiers ont mis en place des bibliothèques de travail : les documents hagiographiques insérés dans les manuscrits croisiers y apparaissaient liés à des sermonnaires, recueils d'exempla, manuels de prédication...

158 De même pour les Camaldules en Italie, dont l'activité de cura animarum par la pastorale a été mise en évidence par Caby C., Monastères camaldules et encadrement des laïcs, p. 187–194 mais avec très peu de traces de prédication et de sermons, effectivement. Notons cependant que des bribes extraites d'un lectionnaire hagiographique du couvent des Mineurs de Liège ont été copiées dans un manuscrit du prieuré de Korsendonck, du xive s., conservé à la Bibliothèque Royale de Bruxelles, le KBR 1878–1889, f° 111r-160v (Van den Gheyn J., Catalogue des manuscrits de la BR, t. 5, no 1188) : on n'y retrouve guère que des saints au culte assez généralisé, comme Marc, Vitalis, Philippe et Jacques, Eventius et Théodule, Jean de la Porte Latine, Potentien, Vivien... Des extraits somme toute peu utilisables pour en dire davantage sur la liturgie des saints au couvent des Mineurs de Liège.

159 Voir le très pertinent exposé de Boyce J., The Liturgy of the Carmelites, p. 7–9, pour des généralités sur la liturgie mendiante, p. 14–29 et, plus accessoirement, Bertrand P., Systèmes liturgiques médiévaux et histoire conventuelle ; sur la liturgie carme, p. 37–40 pour une bibliographie récente et exhaustive, p. 41 pour le commentaire de manuscrits liturgiques carmes. — Petite introduction sur la liturgie franciscaine dans Handschriften in Franciscaans bezit, p. II-IV (texte du père H. Ooms) ; voir aussi O’Carroll M., The friars and the liturgy in the XIIIth cent., dans La predicazione dei frati dalla metà del ’200 alla fine del ’300. Atti del XXII Convegno internazionale, Assisi, 13–15 ottobre 1994, Spolète, 1995, p. 189–227 (Atti dei Convegni della Società internazionale di studi francescani e del Centro interuniversitario di studi francescani, N.S., 5). — Sur la liturgie dominicaine, outre le travail classique de Bonniwell W., A History of the Dominican Liturgy, New York, 1944, voir Bertrand P., op. cit., à partir de Overgaauw E. A., Martyrologes manuscrits, de Hentges J.E., The Crosier Calendar et Balet J.-D., La liturgie dominicaine au xiiie s. — Sur la liturgie des Croisiers, outre les références précédentes, voir Vinken M., Le culte mariai chez les Croisiers, p. 110–112 ; Sangers W., Predikbroeders - Kruisbroeders, p. 1091–1093 ; Van Den Bosch P., Einleitung in die Passionsliteratur, p. 16, 34–37, Forgeur R., Inventaire provisoire des manuscrits à usage liturgique des Croisiers de l'ancien diocèse de Liège ; Overgaauw E.A., Het officium capituli en de Kapittelboeken van de Kruisheren ; Overgaauw E. A., De liturgie van de Kruisheren in de Middeleeuwen — Peut-être un manuscrit liturgique à l'usage du couvent dominicain de Liège, du xiiie s., a-t-il été conservé : Oliver J., L’héritage de Philippe Bruni, p. 47 (sans aucune garantie de certitude). Sur les manuscrits liturgiques liégeois, voir, pour le xiiie-xvie s., Forgeur R., Introduction à l'histoire des livres liturgiques du diocèse de Liège, p. 20–23.

160 Ainsi, le légendier des Carmélites de Namur, du xve s., conservé à la Bibliothèque Royale, écrit par le frère Thomas de Limbourg, contient quelques spécificités littéraires et historiques namuroises : Bruxelles, Bibliothèque Royale, II 2243, no 1 (Van den Gheyn J., Catalogue des manuscrits de la BR, t. 5, no 3363). Voir Buchet A., Biographie limbourgeoise : Thomas de Limbourg, p. 35–36 ; Steggink O., Thomas de Lemborch, dans Dictionnaire de Spiritualité, t. 15, 1991, col. 845 et Brunel-Lobrichon G., Leurquin-Labie A.-F., Thiry-Stassin M., L'hagiographie de langue française sur le Continent, ixe- xve siècle, p. 303–304, 325, 357.

161 Voir les travaux cités plus haut sur la production de sermons. Ajouter à cela les considérations méthodologiques de Delcorno C., La predicazione volgare in Italia (secc. XIII-XIV). Teoria, produzione, ricezione.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search