Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Seconde partie. Vivre Pour... Les Fonctions des Mendiants

Chapitre premier. Les Mendiants et le « souci des morts »

Texte intégral

I. Les formes liturgiques de la memoria chez les Mendiants

  • 1 À ce propos, on se référera désormais à l’ouvrage de Lauwers M., La mémoire des ancêtres, surtout (...)
  • 2 Voir le travail pionnier d’Angenendt A., Missa specialis, notamment p. 165–175, montrant que le li (...)
  • 3 Outre le travail de M. Lauwers cité plus haut, il est utile de voir, du même, Le « sépulcre des pè (...)

1Le souci de la memoria, de l’entretien du souvenir des morts, est chose ancienne. Dès les origines, le souvenir des fidèles défunts fut toujours une des activités essentielles de l’Église1. Très vite, aux viieixe s., la pratique de l’inhumation privilégiée dans les églises, surtout les abbayes, fut instituée. L’intercession pour les morts se régularisa, des offices des défunts furent proposés ; des messes privées apparurent, fondées pour le salut d’une personne — contre des aumônes, évidemment2. Aux xiexiie s., selon M. Lauwers, on assista à la mise en place d’un système de commémoraison adapté au régime dit « seigneurial ». L’établissement d’une nécropole familiale au sein d’une maison religieuse, l’organisation d’une liturgie funéraire pour les défunts du groupe, supposaient que des biens fussent cédés aux communautés ecclésiastiques3. Mais le xiiie s. ? Reprenait-il l’ancien système funéraire pour l’adapter ? Ou développait-il un nouveau système ?

  • 4 Question que se pose d’ailleurs Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 375–376.
  • 5 Auffroy H., Évolution du testament, p. 436–438, l’avait déjà compris ; on en a trouvé des traces : (...)

2Une première différence tient à la multiplication des services funéraires. Au xiiie s., de plus en plus de documents mentionnaient ces services et les détaillaient. Il est certain que l’ouverture à l’écrit, à cette époque, faussait les perspectives : peut-être pouvait-on compter autant de demandes d’intercession au siècle précédent, mais qui n’avaient pas eu les faveurs de l’écrit4 ? Le xiiie s., siècle de l’explosion de l’écrit, encouragea les laïcs à recourir au parchemin scellé pour garantir la longue durée à leur fondation obituaire. En effet, la présence d’un acte écrit obligeait davantage les clercs chargés de ce service obituaire à le respecter, à faire célébrer les messes5.

  • 6 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 387.
  • 7 Et pas seulement au niveau local : la hiérarchie des Ordres s’en préoccupait aussi, comme le montr (...)
  • 8 Chiffoleau J., Sur l’usage obsessionnel de la messe pour les morts, p. 240–241. Voir un peu plus l (...)
  • 9 Voir Vincent C., Ya-t-il une mathématique du salut [...] ?

3Malgré ce biais de l’écriture, il faut reconnaître avec M. Lauwers que le souci obituaire, important avant le xiiie s., devint alors une des fonctions principales des communautés religieuses6. Il est probable que les Mendiants, comme les autres, répondaient ici à une demande croissante émanant des fidèles, liée à une « démocratisation » des services liturgiques obituaires, faisant de leurs églises des paraparochiale Kultzentra, pour reprendre l’expression d’I.W. Frank7. En effet — les documents nécrologiques en témoignent — les fondations d’anniversaires ou célébrations obituaires annuelles coûtaient bien moins cher que la sépulture ad sanctos ou, plus simplement, que la fondation d’une messe quotidienne à dire par un chapelain, dans une chapelle indépendante construite dans l’église même8. Certes, il faut pondérer l’apparent développement de la demande de services obituaires par l’accroissement du recours à l’écrit, mais sans exagération hypercritique. D’ailleurs, l’efflorescence des sources à caractère nécrologique n’était probablement que le corollaire de ladite « démocratisation » de l’accès à la liturgie obituaire, liée à l’accroissement général de l’importance de l’écrit au bas Moyen Âge : les fidèles profitèrent de ce dernier pour multiplier les actes à connotation funéraire, afin de s’assurer du suivi des services d’obits, au beau milieu de cette cohue de nouveaux défunts commémorés. Outre l’accroissement du nombre de services obituaires, ce nouveau système de gestion de la memoria en multiplia les types liturgiques9.

4Tous ces types doivent être considérés les uns après les autres, tels qu’ils apparaissent dans la documentation : messe dite « unique » ou « de détail », fondations perpétuelles de messes (anniversaires, messes répétées régulièrement, jusqu’au service quotidien).

1. La messe « unique » ou « de détail »

  • 10 Voir la définition de Chiffoleau J., La religion flamboyante (v. 1320 – v. 1520), p. 138 : « ’mess (...)

5La célébration de messes « uniques » ou « de détail10 » était une des formes de service obituaire les plus simples : le fidèle demandait qu’une ou plusieurs messes, en nombre déterminé, fussent célébrées pendant un certain temps (de quelques jours à quelques mois) pour le repos de son âme. Souvent, il léguait ou donnait une somme d’argent, une quantité déterminée de céréales à l’institution qui se chargerait de cela.

  • 11 Dossier 2 octobre 1363.
  • 12 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 376–381.
  • 13 Dossier 3 juillet 1339 ; dossier 9 octobre 1373...

6On n’a pratiquement aucune mention de demande d’une messe ou d’un nombre déterminé de messes auprès des Mendiants. Évidemment, à la suite des commentaires énoncés à propos des sources, une objection pourrait être soulevée : ces achats de quelques messes pourraient n’avoir jamais donné lieu à la production d’un document. C’est cependant, ici, un argument fallacieux puisque les testaments avaient habituellement pour but d’égrener l’ensemble des legs à motivation obituaire, même les plus infimes. Or, dans le corpus testamentaire, aucune trace directe d’achat de messe unique n’apparaît. Sauf peut-être par des sous-entendus comme le faisait Agnès le Speieleresse, béguine de Huy, qui légua en 1363 a Praichours trois mutons, az freires del Carme douz muitons, a Guilhemien douz mutons. Et az Croisiier douz mutons pour faire son serviche en dittes egliezes et pitanche le jour de son dit serviche auz freires dessusnommés11. Cette absence de demande de célébrations obituaires de détail est confirmée par les observations de Michel Lauwers — ou plutôt son silence. En effet, dans sa thèse, il ne dit pas un mot, pour le xiiie s., de ce genre de messe unique, mais décrit bien toutes les autres formes de messe qu’il a rencontrées effectivement ; il n’aurait donc pas rencontré de messe de détail12. La plupart du temps, les testaments se taisent, par une sorte de pudeur, ou comme si cela allait de soi : Lambert Graveteau légua al covent des freres menours de Liege dyez livrez ; item a freres carmelites de Liege quarante soulz [...] sans en dire plus, peut-être en sous-entendant que des prières étaient demandées, voire des célébrations13 ?

  • 14 Une façon comme une autre de rendre ce don « supportable » aux yeux des tenants de la règle de la (...)
  • 15 Par exemple, dans le dossier 9 octobre 1373 : Jean de Fallais légua aux Mineurs 30 muids d’épeautr (...)

7Il arrivait que l’usage de ce legs fût prédéfini : quarante sous pour pitance, pour vêtements... Cela ne préjugeait en rien des attentes du testateur. Autrement dit, ce n’est pas parce que celui-ci stipulait que l’argent légué fût consacré à la pitance du couvent14, qu’en contrepartie un ou plusieurs services funéraires ne pouvaient être attendus sans qu’il le demandât directement15. Comme si le legs aurait pu entraîner d’office un contre-don, non dit, mais évident.

  • 16 Dossier 3 juin 1383.

8Il semblerait que ces services fussent plutôt laissés à la discrétion des religieux : Item ilhe [Thomas de Seraing, citain de Liège] laissat a chascun covent des maisoin de religion subescriptes X livres de tournoy petis common payement de Liege, appayer une soille fois pour une pitanche, assavoire a freier menneurs, az freres praichoirez, az freres de Carmez, az freres croisiez, az freres des Escolliers de Liege, az freires chaterouc de Cornillon, et auz freres wilhemin a Avrois deleis Liege, par tant que ilhe voult que chis religieus priassent a Dieuxpor soin arme16. Un legs dit pro anima, pour lequel le fidèle ne demandait aucun service liturgique en retour, pourrait-il malgré tout entraîner une contrepartie obituaire, comme des prières voire des messes pour le repos de l’âme du donateur, en remerciement ? La différence par rapport à un don contre célébration de messes était qu’ici le legs n’était pas conditionnel, n’imposait pas obligatoirement de réponse de type obituaire. Il s’agirait ici d’un réel contre-don.

  • 17 Dossier 2 octobre 1363.
  • 18 Dossier 28 août 1337.
  • 19 Cf. p. 323–324 infra. Paru en dernier lieu à ce propos : Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 3 (...)

9Beaucoup de ces services à caractère unique étaient demandés à des religieux en particulier : Agnès le Speieleresse, déjà nommée, demanda à tous les Mineurs de la custodie de Liège de célébrer, contre un legs individuel, deux services : Item laissat pour Dieu et en pure almone a tous les freires menours delle custoderie de Liege, a chascun douz vies gros pour avoir de part tous les freires et chascun par li qui seront preistres, douz meisses asavoir une delle Benoite Viergne Marie et une de requiem et a tous les freires qui ne seront nue preistres douz vigiles [...]17. Antoine le Blavier, échevin de Liège, fit aussi un legs à quelques frères, 13 ans plus tôt : Item a frere Johan Trachet de Verney cent soulz de turnois pour dire messe ; item a frere Franchois de Dinant sissante solz de turnois pour canteir messe et pryer por my18. À ce genre de mission obituaire correspondait le legs de trentains, spécifiquement lié aux frères en tant qu’individus : les religieux recevaient personnellement un revenu pour célébrer une messe par jour pendant trente jours19. C’est d’ailleurs logique. Pourquoi doter un religieux, mortel, d’une mission à caractère perpétuel, comme la célébration de l’anniversaire ? Le fidèle préférait évidemment confier ce genre de mission à la communauté conventuelle.

  • 20 Outre l’essentiel travail de Polo de Beaulieu M.-A., Le « lundi des Trépassés », on verra les long (...)
  • 21 Au xve s., pas de trace non plus de ces messes en pays liégeois : De Spiegeler P., Les hôpitaux et (...)
  • 22 Dossier 10 mai 1338.

10Que conclure ? Que les Mendiants n’étaient, semble-t-il, que rarement sollicités pour des messes de détail clairement définies, qu’ils n’étaient pas chargés de fêter les « lundis » — ces messes obituaires à célébrer tous les lundis pendant un an le plus souvent, dans le but, selon Michel Lauwers, d’alléger les tourments des damnés qui retournaient au « travail », aux supplices du purgatoire, le lundi20. Cette faible attention portée aux messes uniques, demandées en nombre déterminé, ne semblait pas être, d’ailleurs, une spécificité de ces religieux. Très peu de services de ce genre étaient demandés à d’autres institutions liégeoises non mendiantes21. Un des rares exemples de messes distribuées en nombre déterminé : en 1338, Gérard Surlet demanda à ses exécuteurs testamentaires de faire dire 200 messes pour le repos de son âme22. Pourquoi si peu de messes uniques, « isolées » ? Je tenterai une réponse à la fin de ce chapitre.

2. Les fondations perpétuelles

11Par fondation perpétuelle, j’entends l’organisation récurrente et perpétuelle de célébrations liturgiques obituaires, garantie par des revenus réguliers (rentes, cens, le plus souvent) donnés à l’institution « en aumône » et par manière d’achat.

Les fondations de messes anniversaires

  • 23 Ainsi Marie décrit l’anniversaire au xviie s. comme une « messe chantée à date fixe, celle du test (...)
  • 24 Dossier 13 février 1283 (1). Voir aussi dossiers 17 juin 1290 ; 21 janvier 1294 (1) : le mambour d (...)

12La célébration liturgique la plus fréquemment rencontrée, la plus demandée par les fidèles aux Mendiants liégeois, était appelée « anniversaire », parce qu’elle se tenait le jour anniversaire de la mort du fondateur. Cet ensemble liturgique est souvent confondu par les historiens avec la messe chantée à cette date, la messe anniversaire23. En fait, au bas Moyen Âge, dans le pays de Liège, il s’agissait souvent des vigiles et d’une messe (des morts ?), le jour anniversaire du décès. Par exemple, Lambert delle Fosse confia un revenu à l’aumône des Communs Pauvres de Liège, dont bénéficieraient les Dominicains, la ou ie weilh que on faist en couvent de vigiles et de messes lanniversare deseur dit a un ior24.

  • 25 Dossiers 25 décembre 1400 24 décembre 1401 ; février 1288 (1) ; 21 janvier 1294 (1) ; juillet 1299 (...)
  • 26 Par exemple, les dossiers : 13 octobre 1291 ; 5 août 1367 ; juin 1301 ; 4 janvier 1378... — Dans l (...)

13Le testateur fondait généralement cet anniversaire — dont la date était fixée, le plus souvent, le jour de sa mort — pour son propre salut25. Il arrivait fréquemment que ce fondateur décidât d’associer à son anniversaire, à une date fixe, des membres défunts de sa famille, de son lignage : sa femme, ses enfants, ses parents... La messe était alors chantée pour le salut du testateur d’abord et pour celui des « associés » ensuite26.

  • 27 Dossiers 17 février 1263 ; 13 février 1283 (1) ; 1er avril 1293 ; 25 novembre 1297 ; 3 octobre 130 (...)
  • 28 Voir à ce propos Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 376–377. Ces demandes d’obits pour les pr (...)

14Mais, dans ce cadre de memoria de groupe, le testateur préférait souvent fonder plusieurs anniversaires chez les Mendiants, le sien et ceux de ses parents, chacun à sa date de décès27. De toute façon, nul ne pouvait nier que ces actes témoignaient d’une volonté de favoriser la memoria sinon du lignage, du moins du noyau familial, en faisant appel aux talents d’intercesseurs des Mendiants. Tout comme ne pouvait être sous-estimée l’importance quantitative de ces demandes de services religieux pour la famille, les proches. Loin d’être en régression par rapport aux siècles précédents, ce souci de la memoria familiale était présent très souvent, comme ici, dans les demandes d’intercession faites aux Dominicains, aux Franciscains et aux Carmes28.

Les fondations de messes multiples

  • 29 Dossier 4 juillet 1370.
  • 30 Dossier 17 juin 1290. Ce service mensuel était encore mentionné dans une copie (partielle) du xvii (...)
  • 31 Voici la transcription de cet acte (dossier 20 avril 1316) : « A tous cheaus qui ces presentes let (...)
  • 32 Le Jeudi saint (cf. Strubbe E.I. et Voet L., De chronologie van de middeleeuwen, p. 449 et 543).
  • 33 Dossier 1er avril 1293. À citer encore, le cas de Jean Fournier et de son épouse (A.E.L., Couvent (...)

15Très vite, les fidèles les plus fortunés cédèrent à la tentation de fonder bien plus qu’un seul anniversaire pour le salut de leur âme. Enfants de leur époque — les xiiie et xive s. qui voulaient que les services religieux pro anima fussent accumulés — ils cherchèrent par tous les moyens à multiplier ces fondations de messes, dans plusieurs institutions, mais aussi dans la même. Les Mendiants de Liège offrent quelques beaux exemples de cette « chasse » frénétique au service obituaire. Par exemple, si Ottar de Velroux, dit de Marzines, oppidain de Huy, décida de léguer aux Carmes de Liège une maison à Huy pour qu’ils en fassent un refuge, c’est que tous li frerez delle dit Ordene trespassans parmy la vilhe de Huy ayent leurs habitacion et reuvenuwe, par si que a tous les jours delle matinee dont il y averont le nuyt herbigier, ilh soyent tenus et chargiez soit unc ou plusieurs et cascun par li qui prestre soit dedire messe de Notre Dame ou de Sains Esprit ou de requiem pour le remede des armez de li Ottar testateurs et de ses amis29. Gilles Le Sou, quant à lui, prépara son avenir obituaire en fondant un service mensuel chez les Dominicains : l’aumône liégeoise des Communs Pauvres était chargée de distribuer cinq muids d’épeautre tous les mois, quant li dit frere les demanderont pour faire pitanche a iour ke ilh feront en lour couvent le service especial par vigieles et par messes por Gillon, Maree et frere Watier devant dis. A cel iour ausi ke li dit frere feront lanniversare especiament et solempnement por chascune des trois dittes persones, cinq autres muids — ou leur valeur en argent — devaient être délivrés aux Prêcheurs pour pitanche en lour convent de vien et de poissons30. Catherine de Choke, béguine de Saint-Adalbert, obtint, elle, la promesse des Prêcheurs de dire trois messes obituaires chaque semaine, pour son salut et celui de toute sa famille, ainsi que des assurances de participation aux prières du couvent — une intégration à la confraternité de prières conventuelle en quelque sorte31. Un dernier exemple, significatif : en 1293, Catherine et Helvide de Souverain-Pont, par une donatio post obitum, s’arrangèrent pour qu’une pension de 25 muids d’épeautre fût versée par le Nouvel Hôpital aux Prêcheurs ; mais pas n’importe comment : l’hôpital devait donner en pitance au couvent deux muids d’épeautre toutes les feestes de Notre Dame et le jour de Blanch Judi32, cinq muids le jour de l’anniversaire de Weri Faré, cinq muids le jour de l’anniversaire de Helvy sa femme, et les cinq autres muids le jour de l’anniversaire des sœurs33.

Les fondations de messes quotidiennes

  • 34 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 381. Sur ces fondations de chapellenies, les missions et f (...)

16La forme ultime de la répétitivité des messes, le dernier type de fondation obituaire était la messe quotidienne, la plupart du temps matérialisée par la fondation d’une chapelle, d’un autel. C’était un signe extérieur de richesse que de fonder une chapellenie, c’est-à-dire d’instituer un autel en une église et, surtout, le faire desservir par un chapelain, doté d’un petit bénéfice, chargé d’y assurer les messes. Apanages d’abord des familles de nobles ou de chevaliers, ces fondations de chapellenies furent de plus en plus souvent le fait de bourgeois, qui voyaient là un bon moyen de réaliser leurs aspirations et de se confondre avec ces « castes34 ».

  • 35 Matz J.-M., Chapellenies et chapelains, p. 380–381 : l’installation du chapelain suffit pour défin (...)
  • 36 Dossier 16 juillet 1384.
  • 37 Dossier 13 novembre 1291 : « Apres ju lay a une aulteit que lesdits fierez devantdis doiient faire (...)

17Les Mendiants liégeois étaient donc confrontés à des fondations similaires, des chapellenies mais... sans chapelain. La plupart des messes quotidiennes fondées étaient liées sinon à une chapelle, du moins à un autel privé, ce qui était loin d’être une obligation pour constituer une chapellenie35. Par exemple, Catherine d’Ensival avait fondé un autel chez les Dominicains pour y faire célébrer une messe obituaire tous les jours, à sa mémoire et à celle des membres de sa famille36. En 1291, Philippe de Montegnée avait doté un autel chez les Carmes, en l’honneur de saint Jacques et de saint Philippe : une messe de requiem y était dite, quotidiennement37.

  • 38 Dossier 20 novembre 1392.
  • 39 Dossier 6 juin 1400. À mentionner, la messe quotidienne fondée par Gilles de Bernar et sa femme en (...)
  • 40 Voir la mention de l’autel de Nicolas de Périer, chez les Dominicains, dans le testament de Jean d (...)
  • 41 Un seul exemple de fondation d’autel où la fidèle ne demandait qu’une messe hebdomadaire : Helvide (...)
  • 42 Pour les Dominicains, les dossiers : 16 juillet 1384 ; 15 décembre 1353 (et 29 juin 1358 ; 8 mars (...)

18On relève certaines traces de messes quotidiennes (de la fin du xive s.), dont rien ne dit qu’un autel avait été fondé spécialement dans l’une ou l’autre église de Mendiants pour les célébrer. Ainsi Marie d’Aerdynghen avait-elle demandé des messes quotidiennes aux Carmes ; l’importance du personnage avait mérité, semble-t-il, que chacune de ces messes eût une fonction particulière, ce qu’explique le document détaillant la fondation38. François de Bierset avait demandé une messe quotidienne chez les Carmes, complétée par deux messes de requiem tous les samedis et cinq anniversaires avec les vigiles, tous les ans, pour son salut39. Par ailleurs, à plusieurs reprises, des autels sont cités dans les sources, sans qu’un service quelconque y soit expressément attribué40. Il est toutefois probable que la plupart des chapelles ou autels fondés aient été liés à la célébration de messes quotidiennes, ce qui était dans la logique des choses41. Tributaire de la richesse de la documentation, on trouvera un grand nombre d’autels ou de chapelles chez les Dominicains, quelques-uns seulement chez les Carmes et chez les frères mineurs42.

  • 43 Il y aurait une différence d’après les statuts synodaux de 1288, qui faisaient clairement la disti (...)
  • 44 Cf. les dossiers 5 février 1364 (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 14r : « pour le (...)
  • 45 Sur la chapellenie, matériellement parlant, cf. Avril J., En marge du clergé paroissial, p. 124–12 (...)
  • 46 Dossier 15 décembre 1353 : « Item je wilh, devise et ordine que mi foidmens fachent faire en chapi (...)
  • 47 Dossier 13 février 1283 (1) : « Apres ie en lies por mi et me femme dame Maghon ma sepulture a fre (...)
  • 48 Voir les dossiers 12 décembre 1382 – 31 décembre 1500 et 12 décembre 1382.

19Un regard sur les sources à ce propos interpelle par deux fois. D’abord, quelle était la différence entre la fondation d’un autel et celle d’une chapelle43 ? Si différence il y avait, elle paraît bien ténue. Une des preuves de la confusion des deux concepts dans les esprits pourrait être la mention dans le testament de Gilles de Bernar de la fondation d’un autel en l’église des Prêcheurs... et, cinquante ans plus tard, la trace d’une réfection dans la même église d’une « chapelle de Biernar44 ». Par ailleurs, une éventuelle distinction aurait été d’ordre matériel, liée à la volonté de construire un petit édifice à l’intérieur de l’église, sur un de ses flancs, proche du caveau familial et contenant l’autel pour célébrer les messes : ce devenait alors une chapelle45. C’est ainsi que Jean de Brabant, échevin de Liège, prépara son au-delà46. Ou encore, Lambert delle Fosse, autre échevin de Liège, qui s’installa aussi pour l’éternité chez les Dominicains47. Chez les Mineurs, Guillaume de Coir, ancien maître de Liège, enseveli en habit de l’Ordre, fit construire une chapelle, qui semblait tenir à cœur à la famille des Coir48.

  • 49 Voir les dossiers 16 juillet 1384 ; 13 novembre 1291 ; 12 novembre 1284 ; 11 mars 1342 ; 22 juin 1 (...)
  • 50 Frank I.W., Bettelordenskirchen als multifunktionale Kultraüme, p. 111.

20De son côté, l’autel fondé seul pouvait se trouver par exemple contre un pilier dans l’église. À ce propos, il faut cependant rester prudent : les quelques mentions d’autels fondés sans équivoque ne semblent pas liées directement à la sépulture49. Peut-être faut-il y voir une autre hypothétique différence entre ces fondations d’autels et celles de chapelles : les chapelles seraient funéraires ; les autels auraient une seule vocation mémoriale, liturgique. Des travaux ultérieurs permettraient de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse et, peut-être, de montrer que l’autel serait une sorte de « chapelle du pauvre ». Et de déterminer le statut de ces chapelles : funéraires ou non, sous le patronat plus ou moins avéré des familles « fondatrices » de celles-ci... Ainsi, pour le dire autrement, ces chapelles étaient-elles des Eigentumskapellen « vendues » comme telles à des familles riches50 ?

  • 51 Sur les chapelains de chapellenie, voir évidemment Avril J., En marge du clergé paroissial, surtou (...)
  • 52 Voir le texte proposé par Avril J., Les statuts synodaux, p. 153–154, numéros 35 et 36. Ou encore (...)
  • 53 Avril J., En marge du clergé paroissial, p. 130–131. Sur ce clergé « vagabond », voir les considéra (...)
  • 54 On peut donc se poser la question de l’importance du chapelain pour définir une chapellenie et se (...)
  • 55 Leguay J.-P., Une présence monastique urbaine, p. 531–533.

21Des chapelains furent-ils dotés pour desservir ces autels ? Apparemment, non. Rien dans les documents n’indique une telle démarche, qui était par ailleurs, on l’a dit, le fondement de la chapellenie51. Probablement faut-il en déduire que les frères qui avaient accédé à la prêtrise se chargeaient de ces services, ce qui coûtait évidemment bien moins cher au fondateur que la fondation d’une chapellenie dans une église paroissiale ou collégiale quelconque. En effet, dans ce dernier cas, il aurait dû doter d’un bénéfice un chapelain qu’il nommerait. Or, s’il fondait une chapelle chez les Mendiants, en étant assuré de n’avoir pas à lui adjoindre un chapelain, il faisait là une économie non négligeable ; sans oublier que le recours aux frères mendiants, spécialistes de la cura animarum de morts comme de vivants, était un gage de sécurité liturgique. En effet, le manque de sérieux des chapelains « traditionnels », souvent choisis dans les rangs des prêtres gyrovagues, errants, était stigmatisé dans bon nombre de sources, dont les statuts synodaux liégeois de 128852. Beaucoup de laïcs en étaient réduits cependant à flanquer leur chapellenie d’un chapelain de cet acabit — probablement plus facile à trouver et de toute façon moins cher à doter53. C’était là, de toute évidence, une solution peu satisfaisante pour l’entretien de la memoria du lignage... Mais alors, ne pourrait-on trouver ici une des raisons de l’engouement de la grande bourgeoisie, de l’élite urbaine liégeoise pour les Mendiants, y trouvant des chapellenies religieusement « sûres » et à bas prix54 ? Ailleurs, et de la même façon, d’autres fidèles se rabattaient sur des chapelains issus de prieurés urbains55.

22Il semble donc que les anniversaires, les fondations perpétuelles de services aient été préférés à toute autre forme liturgique, y compris et surtout aux messes de détail. Évidemment, il est possible que tous les legs sans réelle demande liturgique, ces legs souvent dits pro anima, aient eu comme contrepartie des prières, une participation aux oraisons lors des offices ou de la messe. Donc, l’organisation, la demande explicite de messes de détail auraient pu être jugées inutiles, puisque le salut des défunts bienfaiteurs eût été d’office pris en compte par les religieux dans les messes dites par la suite — et dans ce cas, le service liturgique en faveur de la memoria du défunt était sous-entendu.

  • 56 Voir p. 435–438.
  • 57 Voir Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 326–355.
  • 58 Il n’entrait pas dans mes objectifs d’y répondre ici : M. Lauwers n’a guère approfondi ce point no (...)
  • 59 Quoique J. Chiffoleau ait bien montré que, si les demandes de messes uniques cumulées relevaient d (...)
  • 60 Nicole et Jean-Loup Lemaître arrivent à des conclusions approchantes en partant des obituaires plu (...)
  • 61 Ainsi à Hildesheim : Mûller P., Bettelorden und Stadtgemeinde in Hildesheim, p. 182–183 ou dans le (...)

23Peut-être aussi est-ce une question de mentalité : les Liégeois n’accordèrent jamais au cours du Moyen Âge de réelle faveur aux messes de détail stricto sensu, que ce fût « à la pièce » ou par ensembles de 10, 50, 100, 200, 1000, etc.56. Les fameuses « logique de l’accumulation » et « logique de la répétition », chères à l’Avignon de Jacques Chiffoleau57, ne pouvaient s’appliquer pour les messes de détail, à Liège. Une étude s’imposerait ici pour tenter de clarifier le problème et d’en comprendre le pourquoi58. Le choix des fondations perpétuelles, lui, est clair et incontestable : il s’agissait avant tout de s’assurer de la régularité des actes obituaires qui seraient posés. C’était une question de survie dans l’au-delà. Une fondation perpétuelle officialisait les choses, imposait des obligations, prenait la couleur d’une transaction où intervenaient deux protagonistes : le testateur qui « vendait » à une personne morale (le couvent Mendiant, ici) ou physique (un frère, un prêtre...) des droits post obitum sur un bien — ou un revenu — contre la promesse du salut de son âme que le couvent, le frère pouvait (tenter d’) obtenir. Le caractère perpétuel de ce genre de célébration renforçait la valeur de la transaction, de même que le recours à l’écrit. Peut-être aurait-il pu répondre éventuellement aux exigences d’accumulation et de répétition détaillées plus haut, mais ici dans une perspective du long terme59 ? Ensuite, c’était une démonstration claire de pouvoir économique et social, de l’appartenance à une caste : comme les chevaliers ou les nobles du siècle précédent, les bourgeois du xiiie s. utilisaient le système des autels et des chapellenies. L’importance d’une fondation — messe anniversaire, quotidienne, autel, chapelle... — s’étalait ainsi aux yeux de tous les fidèles60. Il était donc fait appel, comme partout, aux Mendiants, Ordres en vogue61. Les autres institutions ecclésiastiques, elles, n’avaient pas la même aura. Une autre forme de mise en valeur sociale se retrouvait par ailleurs dans la sépulture.

II. La sépulture

1. Droit des curés, droit des Mendiants : une lutte autour des cadavres

  • 62 Et ce dès la plus haute Antiquité : Duval Y., Auprès des saints corps et âme. L’inhumation « ad sa (...)
  • 63 Les Dominicains dans la paroisse Saint-Adalbert (aux limites correspondant au domaine de la collég (...)
  • 64 Sur le cimetière au Moyen Âge, on verra dorénavant comme article de réflexion Lauwers M., Le cimet (...)
  • 65 Ronzani M., Gli ordini mendicanti e la “cura animarum” cittadina fino all’inizio del Trecento : due (...)
  • 66 Parmi les bulles ou copies de bulles dont le couvent dominicain de Liège disposait, citons celle d (...)
  • 67 Voir Simons W., Stad en apostolaat, p. 185–186, surtout aux notes 67 et 68.
  • 68 Quelques exemples : Rüther A., Bettelorden in Stadt und Land, p. 258–275 ; Martin H., Les ordres m (...)
  • 69 Izbicki T.M., The problem ofcanonical portion, p. 459–460.
  • 70 Sur ces problèmes, voir les lignes concises mais précieuses de Simons W., Stad en apostolaat, p. 1 (...)
  • 71 Izbickj T.M., The problem of canonical portion, p. 460–473.

24Une des manifestations les plus impressionnantes, les plus évidentes, du souci de la memoria d’un individu ou d’un groupe familial est le soin qu’il mettait à choisir et à aménager sa dernière demeure62. Très vite, les frères mendiants y furent associés : dès leur installation en ville, inévitablement dans Tune ou l’autre paroisse urbaine63, avec comme objectif premier la cura animarum. Cet insediamento paroissial, cette « domiciliation » se vit accompagnée quasi naturellement de la volonté d’inaugurer un cimetière64. D’abord pour eux-mêmes, ensuite pour d’autres : ils obtinrent rapidement l’autorisation papale d’enterrer des laïcs dans leurs cimetières et églises, tout en respectant les droits de la paroisse en la matière (notamment les droits financiers)65. Ainsi les Dominicains purent-ils enterrer des fidèles dès122766 ; les Franciscains en 1231. Les Carmes reçurent cette autorisation en 1253–1262, dès que leur statut de Mendiants fut reconnu. De même les Sachets en125567. Des conflits apparurent néanmoins partout en Europe, entre les couvents de Mendiants et les prêtres recteurs de paroisses qui, parmi d’autres critiques adressées à ceux-ci, n’acceptaient guère la mainmise des frères sur « leurs » morts68. Les différents papes qui se succédèrent tentèrent de limiter les Mendiants ou, au contraire, les assurèrent de leur soutien, selon leur position vis-à-vis d’eux69... En 1300, la bulle Super cathedram régla tout, organisant une stricte séparation entre les activités des Mendiants et la cura animarum des prêtres de paroisses. Les Mendiants se virent alors contraints de rétrocéder un quart des revenus de chaque enterrement en leur cimetière à l’autorité paroissiale dont le défunt relevait. C’était la quarte70. Super cathedram, malgré des oppositions parfois tenaces, resta en application tout au long du xive s.71.

  • 72 Voir n. 103. Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 422–425, a déjà commenté des listes d’épitaphe (...)
  • 73 Pur hasard de conservation ? Je ne le pense pas : voir un peu plus loin, p. 452–457.
  • 74 C’est clair : la terre des cimetières, c’était pour les pauvres ; celle des églises, pour les rich (...)
  • 75 En effet, ces droits de sépulture à payer au prêtre de la paroisse n’étaient pas élevés, dans cett (...)

25Cette opposition du clergé séculier était compréhensible si l’on jette un œil sur les listes des laïcs qui se faisaient enterrer chez les Mendiants72. Un nombre impressionnant d’épitaphes, de testaments mentionnant ces élections de sépulture sont conservés pour les xiiie et xive s.73. Cette brusque inflation d’épitaphes (et même d’actes à cause de mort), donc d’élections de sépulture chez les Mendiants, était due à un engouement subit des groupes sociaux les plus riches et peut-être les plus puissants. J’entrerai dans les détails plus loin ; il suffira de dire ici que seuls des gens fortunés pouvaient s’offrir le luxe de tester (du moins au xiiie s.) ou de se payer une lame funéraire dans une église de Mendiants74. Comme seuls ces nantis pouvaient se payer pierres tombales et testaments, comme ils trouvaient auprès des Mendiants une place où mettre en valeur dans l’éternité leur situation sociale, il est bien normal de trouver une (très) forte concentration de cadavres de qualité dans le sous-sol des couvents de Mendiants liégeois au bas Moyen Âge. Mais cette mainmise des groupes sociaux riches se retrouvait ailleurs. Ainsi, dans la région toulousaine, si la présence d’un couvent mendiant n’enlevait « que » 20 à 40 % des fidèles à leur paroisse, au bas Moyen Âge, il s’agissait souvent des plus riches : donc une perte sèche en matière de legs, pour les curés, malgré la quarte75.

  • 76 Avril J., Les statuts synodaux, p. 123–124, numéro 6. Sur les statuts synodaux, on verra avec profi (...)
  • 77 Avril J., Les statuts synodaux, p. 124, numéro 7. La traduction de Schoolmeesters É., Les statuts s (...)
  • 78 Par exemple, à Lausanne au xive s. : Pasche V., Testaments et vie religieuse à Lausanne, p. 133. C (...)

26Ces frictions entre les curés et les Mendiants justifient l’obligation, à Liège, à partir de 1288, de présenter d’abord le corps du défunt à l’église paroissiale pour y faire célébrer une messe avant qu’il fût enterré in locum in quo sepulturam eligit, et hoc nichilominus fiat salvo jure ecclesie parrochialis defuncti <in omnibus>76. Le message et les objectifs du clergé séculier, à travers les décisions de l’évêque Jean de Flandre, sonnaient ici distinctement : imposer à tous les paroissiens l’évidence de la primauté de la cura animarum du clergé séculier sur celle des Mendiants. Jean de Flandre ne s’arrêta pas en si bon chemin et, dans l’article suivant de ses statuts synodaux, stigmatisa l’attitude de quidam religiosi et alii, lucris magis quam devotionibus inherentes (dénoncée, comme par hasard, a pluribus sacerdotibus) qui forçaient precibus et promissionibus certains fidèles, infirmos, divites et potentes, à élire leur sépulture chez eux, de telle sorte que ces mauvais apôtres récupéraient une grande part des biens du mort et étaient assurés des cadeaux des parents, ex quibus ecclesie parrochiales suis juribus defraudantur. Il interdit cela, sub pena suspensionis et excommunicationis. Et celui qui élirait sépulture dans son église paroissiale, quadraginta dies de injuncta sibi penitentia relaxamus77. Ce genre de réglementation draconienne et d’attitude hostile aux Mendiants se retrouvait dans bon nombre d’endroits au bas Moyen Âge78.

  • 79 Dossier 17 novembre 1343.
  • 80 Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [III], p. 3. Voir aussi d’autres exemples à propos du pays lié (...)
  • 81 La perte de crédit des Mendiants au fil du xive et du xve s. a déjà été commentée, passim et le se (...)
  • 82 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 185–186. Voir aussi les listes d’épitaphe (...)

27Au xive s., les conflits entre Mendiants et clergé séculier étaient loin d’être enterrés, dans cette région de l’Empire. Ainsi les Mineurs de Cologne étaient en bien fâcheuse posture, en 1343, puisqu’ils avaient été excommuniés, sous le coup de l’interdit, par les auditores palatii apostolici : ils avaient enterré chez eux un prêtre desservant la paroisse de Sainte-Colombe en leur couvent, contre ses dernières volontés ; ils n’avaient pas respecté la procédure en vigueur là comme dans le diocèse de Liège, stipulant que les corps des défunts désirant une sépulture en terre de Mendiants devaient transiter par l’église paroissiale et que la quarte devait être versée à cette dernière79. Tandis qu’en 1352, l’évêque de Liège et les chapitres de la cathédrale et des collégiales se plaignaient auprès du pape des Ordres mendiants conquérants ; en réponse, Clément VI demanda à l’abbé du monastère de Saint-Nicaise de Reims, au doyen de Saint-Géréon de Cologne et au chantre de Saint-Pierre de Liège de faire respecter la fameuse bulle Super cathedram80. Le xve s. vit diminuer la proportion de laïcs désirant se faire enterrer dans les églises de Mendiants ; ceux-ci ne faisaient plus recette ; tandis que les cimetières paroissiaux attiraient à nouveau. Désintérêt voire mépris des fidèles pour les Mendiants ? Renouveau de la paroisse ? Probablement les deux à la fois81. On retrouvera l’écho de cette considération à Liège au xve s. : les fidèles retournaient se faire enterrer dans leur paroisse82.

  • 83 À tel point que certains testateurs prennent leur précaution : en 1299, luette de Fexhe, béguine, (...)
  • 84 Voir p. 241.

28Les Mendiants accueillaient donc les cadavres à bras ouverts et sébile tendue83. On a déjà considéré l’importance des legs faits à l’occasion d’une élection de sépulture chez eux et posé la question : ne serait-ce pas là une forme de paiement de redevance faite aux Mendiants, pour cette sépulture84 ?

  • 85 Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 258.
  • 86 Sur cette promesse, voir Hourlier J., L’Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 187.
  • 87 Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 258. On peut se demander, avec Boniface VIII, si le (...)
  • 88 Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 349. (...)
  • 89 Mort en 1375, il était le frère de Jean de Coir, abbé de Flône de 1348 à 1387. Voir De Saint-Mouli (...)
  • 90 Simon, Jacques, Thibaud et Marie : « et gisent les dis enfans en notre cymeteire en habit de notre (...)

29La forme la plus accomplie de sépulture de laïcs, chez les Mendiants, était l’enterrement en habit de l’Ordre. On peut y voir une continuation de gestes plus anciens, lorsque des chevaliers se donnaient à l’abbaye qui recevrait leur corps85. Mais, au xiiie s., ces laïcs étaient-ils simplement revêtus de la bure des Franciscains ou des Dominicains, à leur demande testamentaire ? Ou bien avaient-ils fait une promesse religieuse sur leur lit de mort, la professio ad succurendum, pour entrer in extremis dans l’Ordre, avec l’accord de leur conjoint s’ils étaient mariés86 ? Pour reprendre les expressions de Jacques Chiffoleau : était-ce une entrée symbolique dans l’Ordre ou un suaire au propitiatoire supérieur87 ? Quoi qu’il en fût, « le froc fut un linceul quelquefois recherché88 ». Deux exemples seulement, dans les couvents de Mendiants liégeois. Guillaume de Coir, ancien maître de la Cité de Liège, se fit enterrer en habit de frère mineur dans une chapelle qu’il avait fondée dans l’église des Franciscains89. Simon, Jacques, Thibaut et Marie, les enfants du chevalier Gérard de Froymon, furent, eux, inhumés en habit dominicain90.

2. Une sociologie de l’inhumation privilégiée

  • 91 Voir à ce propos les bonnes pages de Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 398–402.
  • 92 Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 347. (...)

30Plusieurs questions se posent, auxquelles il faut tenter de répondre par une approche sociologique des laïcs qui avaient choisi les couvents de Mendiants pour s’y faire enterrer. D’abord, les Mendiants s’attachèrent-ils à respecter les recommandations des conciles et des papes de ne pas enterrer n’importe qui dans les églises, notamment les usuriers91 ? Ensuite, peut-on tenter une approche de topographie des sépultures au sein des églises ? ou au moins des regroupements familiaux, sociaux92 ? Y a-t-il des traces de nécropoles familiales dans ces églises ?

  • 93 Comme l’avait déjà remarqué Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 423. Les seules mentions d’éle (...)
  • 94 Voir leur critique infra, 456–457. D’abord, les listes établies par Van den Berch (édition : Navea (...)
  • 95 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 1–12. Cet épitaphier, rédigé au sein du couvent (...)

31Pour répondre à ces questions, il faut d’abord faire le tour de la documentation. La source idéale serait évidemment la mention d’élection de sépulture dans les documents testamentaires. Cependant, relativement peu de demandes d’enterrement chez les Mendiants sont mentionnées dans les testaments conservés93. Par ailleurs, quelques listes d’épitaphes ont été heureusement réunies aux xviie et xviiie s. par des érudits liégeois, à des fins armoriales surtout94. Ces derniers ont arpenté les sols des églises de Liège, conventuelles comme paroissiales, y recopiant plus ou moins scrupuleusement les textes épigraphiques, reproduisant parfois les blasons qui s’y trouvaient dessinés. Un obituaire/épitaphier franciscain du xviiie s., qui a servi en partie de source à Le Fort, s’ajoute à cet ensemble de sources95.

  • 96 Il est moindre chez les Carmes : 20 défunts repérés seulement.

32Comme cela a déjà été souligné plus haut, le nombre de lames funéraires qui à un moment ou à un autre ont décoré les couvents dominicains et franciscains est impressionnant : 68 défunts enterrés chez les Dominicains aux xiiie et xive s. ont ainsi été identifiés, 126 chez les Mineurs96. Il manquerait donc au corpus documentaire un grand nombre de testaments, puisque ceux-ci émanaient normalement du milieu de la haute bourgeoisie, à laquelle appartenaient les défunts couchés sous les dalles funéraires : il eût été normal que chacun testât, comme c’était l’usage...

  • 97 Quelques traces : p. 241.
  • 98 Voir p. 396.
  • 99 Sauf, on l’a vu dans le chapitre sur les ventes et achats, si le bien est trop éloigné, par exempl (...)
  • 100 Ainsi, le chassereau aux cens et rentes des Dominicains ne cite qu’une clause du testament d’Ode d (...)
  • 101 Une preuve : les nombreuses copies de testaments rédigées par l’Official, par l’une ou l’autre ins (...)

33Cette absence de testament s’explique peut-être, lorsque l’on constate que les Mendiants qui recevaient le corps du défunt ne bénéficiaient pas nécessairement de legs de pension, rente ou cens en aumône à cette occasion — en tout cas, ils n’ont pas laissé de traces97. Pourquoi ? Plusieurs explications sont envisageables : la pension, rente, cens obituaire, léguée aurait été revendue immédiatement après le décès par les frères ; et l’acte testamentaire aurait été transmis au nouveau propriétaire, avec les autres rétroactes concernant le revenu98. C’est peu probable, puisque les Mendiants conservaient tous de très anciens revenus de ce genre : pourquoi ceux-ci seraient-ils tous pour la plupart perçus et ceux-là revendus99 ? Autre explication possible : les Mendiants profitaient toujours de ces revenus, mais leur origine, leur raison d’être spirituelle était perdue et, de toute façon, le testament était égaré ou même n’avait jamais été possédé. Cette dernière éventualité est tout à fait envisageable : il n’était pas concevable que chaque testateur ait fait exécuter un grand nombre de copies de son testament, à grands frais, pour chaque légataire100. Un ou deux exemplaires pourraient avoir été recopiés à la demande de certains légataires, afin d’assurer la bonne possession de revenus importants101. Ainsi, si le testateur avait légué pro anima d’autres revenus importants à d’autres institutions, ce qui arrivait fréquemment, il avait certainement préféré donner des garanties à celles-ci en fournissant une copie du testament — ce qui était aussi une manière de s’assurer personnellement de la probable bonne tenue des services obituaires demandés — plutôt qu’au couvent où il serait enterré. La présence de son corps pourrait être ici la garantie de la possession des éventuels revenus ; sa dalle gravée rappellerait aux frères son souvenir et les obligations qu’ils avaient envers le salut de son âme. Dernière possibilité : le legs par les testateurs, en échange de la sépulture, d’une somme d’argent, même importante. Une fois le legs encaissé, plus besoin de preuve documentaire. Soit le testament était détruit, soit... les religieux ne l’avaient jamais reçu sous forme d’acte écrit.

  • 102 Puisque la terre des cimetières est la terre des pauvres : Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépu (...)
  • 103 Le corpus est le suivant, classé par famille/lignage avec, pour chacun ou chacune, les références (...)
  • 104 Même si, bien souvent, on peut constater que les gestes posés par l’élite sociale trouvaient un éc (...)

34D’autres précautions critiques liminaires s’imposent : aucune trace de sépulture ou de demande de sépulture chez les Mendiants n’est signalée dans les cimetières, hors des églises. L’approche sociologique envisagée sera donc dès l’abord biaisée. Seuls les riches importeront ici, eux qui purent se payer une place sous le sol d’une église et la marquer d’une pierre gravée, ultime signe de reconnaissance sociale et d’un individualisme naissant102. Quant aux autres fidèles... le poids des corps des pauvres alourdissant la terre des cimetières conventuels restera à jamais inconnu. Il reste que le corpus d’épitaphes que l’on a pu établir est suffisamment riche pour que des enseignements historiques en soient tirés, du moins en ce qui concerne l’engouement des élites urbaines pour la sépulture en l’église chez les Mendiants103. Il s’avère en effet délicat de voir en cet attrait des couches supérieures de la population, des lignages (les « grands ») le reflet d’aspirations funéraires de la part de la moyenne bourgeoisie liégeoise, des « petits104 ».

  • 105 Et non les élections de sépulture dans les testaments : outre le fait que leur conservation (voire (...)
  • 106 Sauf peut-être quelques dégâts (?) subis par le couvent des Carmes en 1468, d’après le peu fiable (...)
  • 107 Voir p. 129–145 et la bibliographie qui y est adjointe.

35Ensuite, quelques considérations statistiques ne semblent pas inutiles. Évidemment, le corpus utilisé pour servir de base à ce graphique est limité aux seules pierres portant des inscriptions épigraphiques pour les églises des couvents des Franciscains, Dominicains et Carmes105. Il ne s’avère pas trop dangereux d’utiliser un tel corpus, restreint et forcément incomplet, si ce dernier est considéré comme un échantillon représentatif. Or, les listes dressées par Van den Berch et Le Fort donnent l’état des xviie s. et xviiie s. ; et jusqu’alors, le sort des églises liégeoises au fil du temps a été le même — du moins pour les couvents de Mendiants : pas une seule n’a subi de destruction forcée106. Peut-être y a-t-il eu quelques aménagements liturgiques ou architecturaux qui ont entraîné le déplacement, la mise à l’écart de telle ou telle lame funéraire : mais cela n’a, semble-t-il, en aucun cas porté à conséquence107. Quant aux listes mises au point par les érudits liégeois, elles devaient reprendre la plupart sinon toutes les inscriptions des églises de Mendiants — c’étaient des outils de travail pour leurs auteurs, armorialistes, spécialistes (contre rétribution) de la généalogie nobiliaire, qui se devaient donc d’être complets. Une preuve : lorsqu’on confronte la liste des épitaphes de l’église des Mineurs de Liège réalisée par les frères eux-mêmes au xviiie s. et celle, antérieure et indépendante, de Van den Berch, il y a très peu de différences. Le travail de ces érudits était donc relativement consciencieux et fiable. Ces précautions prises, une analyse quantitative peut être proposée.

Graphique 16. Inhumations dans l’église – xiiie – xive s.

Graphique 16. Inhumations dans l’église – xiiie – xive s.
  • 108 Il faut noter une pointe (accidentelle ?) chez les Mineurs, pour la décennie 1260–1269.
  • 109 Eggenberger P., Descoeudres G., Klöster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 445–1 (...)
  • 110 Depuis les travaux d’Henri Pirenne. Voir à ce sujet le petit exposé de Derville A., Les élites urb (...)
  • 111 De Spiegeler P., La draperie de la cité de Liège des origines à 1468.
  • 112 Voir, dernièrement paru, surtout Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 48—49 et la sy (...)
  • 113 Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 50 ; Braunstein P., Pour une histoire des élites (...)
  • 114 Braunstein P., Pour une histoire des élites urbaines : vocabulaire, réalités et représentations, no (...)
  • 115 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 340–342, insiste sur les dons de dîmes par les chevaliers d (...)
  • 116 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 343–345, 354–355 ; Lauwers M., Le « sépulcre des pères » et (...)
  • 117 Cette assimilation fut telle que la conceptualisation de ce qu’est exactement cette « élite urbain (...)

36Ce graphique montre la répartition des inhumations dites « privilégiées », c’est-à-dire dans les églises, distribuées par couvents de Mendiants, sur l’ensemble de la période étudiée (en travaillant avec un écart décennal). Le nombre de sépultures par décennie et par couvent augmenta lentement à partir de 1240-1250108. Ce nombre se stabilisa vers 1280–1290 pour le couvent dominicain, mais semble encore croître pour les Franciscains au cours du xive s. Et le nombre d’inhumations par couvent, stable jusque alors, décrut à partir de la fin du xive s., ce que les enquêtes archéologiques dans d’autres églises de Mendiants confirment109. Mais qu’y a-t-il derrière ces chiffres ? Des familles, des lignages. D’abord, ce que l’historiographie a coutume d’appeler le patriciat urbain110. En fait, il s’agissait d’une élite urbaine, composée de bourgeois issus du grand commerce, impliqués dans l’industrie drapière111 (de même que vinicole, houillère ou encore dans le commerce de l’argent), des marchands, des descendants de la ministérialité épiscopale, de la familia de l’évêque. Cette élite était liée de très près au gouvernement de Liège, qu’elle exerçait par le biais des charges scabinales voire celle de maître de la Cité112. Ces bourgeois frottés au pouvoir et à la richesse aspiraient à la noblesse, à ce niveau social prestigieux. Ils passaient dans les rangs de la chevalerie, concluaient des mariages avec des nobles et se hissaient ainsi à leur état113. Pour « jouer » le rôle social du noble, un des prérequis était la libéralité, liberalitas114, qui se concrétisait dans les donations, les legs, les bienfaits de toutes sortes faits aux religieux115, aux pauvres. Une autre condition consistait en la mise en place de nécropoles familiales et la volonté de se rapporter aux ancêtres, afin de justifier l’existence d’une « race », d’un lignage aux accents nobles116. Nécropoles familiales... des églises où une famille, un lignage se retrouvaient après la mort : la preuve de l’éternité du clan, le signe de la protection divine dont ils bénéficiaient, ad sanctos, dans l’église même, mais aussi la marque du pouvoir puisqu’une telle place se méritait — c’est-à-dire, alors, se payait. C’était aussi, pour le commun des mortels, l’assimilation élite urbaine/noblesse117.

  • 118 Sur l’arbitrage, la prédication, voir infra.
  • 119 Voir, par ex., les membres des cours de tenants, p. 357–358.
  • 120 On trouve beaucoup de membres de ces lignages dans les rangs des frères mendiants : voir p. 591, n (...)
  • 121 Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 5657 et Bourlet I., Devaux J., Le Mal Saint-Mart (...)
  • 122 À moins qu’il ne s’agisse tout simplement du résultat d’unions de diverses familles attirant les u (...)

37Et dans les villes, ces deux prérequis (la liberalitas et la nécropole familiale) se sont entés sur le monde des Mendiants. Soit un système conventuel totalement adapté aux habitudes urbaines, fondu dans la communauté, dans les pratiques économiques (l’arrentement...), comme dans les pratiques juridiques (le testament, l’arbitrage, le nécessaire droit romano-canonique) ou comme dans les pratiques sociales et religieuses (la religion « laïcisée », la prédication)118. L’élite urbaine se dirigea tout naturellement vers ces religieux qui lui ressemblaient, qui étaient, pour une part d’entre eux, du même milieu social urbain et défendaient certaines valeurs qu’ils partageaient119. Elle les favorisa par des legs, des dons, mais aussi en leur confiant leur dépouille. Il est normal que rien ne soit apparu avant les décennies 1260–1270 : il fallait laisser le temps de vieillir et de mourir aux jeunes bourgeois de Liège qui, passés aux commandes de la Cité, avaient laissé les Mendiants s’installer, y avaient vu partir leurs frères120, s’étaient liés à eux. Certes, l’élite urbaine connut un coup dur lorsqu’en 1312, une révolte des « petits » la massacra au cours d’un épisode resté célèbre dans l’histoire liégeoise sous le nom de Mal Saint-Martin121. Mais très vite, elle se releva, toujours très présente à Liège. Cette élite resta attachée à ses nécropoles de prédilection et continua à y enterrer ses proches. Chaque lignage avait d’ailleurs choisi son couvent : les Brabant, les Canges, les Charneux, les delle Fosse, les Huweneal, les Low, les Neuvice, les Polarde, les delle Ruelle, les Solier installèrent leurs défunts chez les Dominicains. Les Chabot, les Coir, les Gilleman, les Langdris, les Metz, les Surlet préféraient l’ombre des autels franciscains. Certaines familles s’installèrent dans les deux couvents, comme si ceux-ci ne constituaient qu’une seule aire sacrée : les Bierset, les Lardier, les Lavoir, les Mathon, les Saint-Servais122.

  • 123 Voir les définitions de ce genre de groupe social par Derville A., Les élites urbaines en Flandre (...)
  • 124 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 343–345.
  • 125 Pour ceux-ci, la raison est claire ! Un des fils de Corswarem avait fondé le couvent de la Paix-Di (...)
  • 126 Sur la prédication, voir les p. 524–532.
  • 127 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 71 ; Kusman D., À propos de la consultation de Thomas d’Aqu (...)

38Mais dans le sol de ces églises, d’autres familles se pressaient aussi : la plupart du temps, c’étaient des marchands, des bourgeois d’un niveau social élevé, mais qui ne constituaient pas l’oligarchie du pouvoir123. Eux aussi tentèrent de se lier à la noblesse par la chevalerie. Les Mineurs accueillirent donc les Beckin, Brahir, Corotier, Kretengne, Pepinster, Quaremme, delle Wege... Chez les Dominicains, c’étaient les Cortois, Halle, Roloux... qui se faisaient enterrer. Un autre groupe, qui essayait de se confondre de plus en plus avec ces bourgeois, était constitué de familles nobles qui quittaient les nécropoles rurales, dans leurs chapelles ou églises de villages124, pour coucher leurs défunts dans le sol franciscain (les Wihogne, Beirstraete, Corswarem et Limont125, Fontaine, Gers [Geer ?], Gutshoven, Haneffe, Hemptinne, Hollogne, Horion, Hozémont, Liers, Oupeye, Rixingen, Roloux, Rosoux, Warfusée...) ou dominicain (les Beaurieux, Fexhe, Jemeppe, Le Pannetier de Seraing, Sclessin, Velroux...). Probablement ces familles avaient-elles un pied-à-terre en ville. Peut-être même certaines y furent-elles établies à demeure ? Et, si c’était le cas, quelles étaient leurs fonctions urbaines ? Faut-il voir dans leur prédilection pour la terre sacrée des églises des Mendiants un signe de piété, à la suite des campagnes de prédication menées par les Mendiants dans le monde rural126 ? Ces familles s’adaptaient-elles aux nouveaux standards urbains de dévotion ? Après la volonté des bourgeois de s’assimiler à la noblesse ou chevalerie, c’est un mouvement inverse qui se dessinerait : les chevaliers des campagnes, de noblesse plus ou moins ancienne, n’essayeraient-ils pas de se fondre dans le nouveau système de noblesse urbaine, de commerce, d’industrie et de pouvoir, mis en œuvre par la bourgeoisie liégeoise ? Dans le Brabant, cet élan de la petite noblesse vers les cimetières des Mendiants s’explique : les ducs choisissant la terre franciscaine ou dominicaine, les petits seigneurs les suivaient dans la tombe127. Mais, à Liège, pas de duc, pas de prince enterré chez les frères... Aussi, beaucoup de questions sont posées, auxquelles aucune réponse ne peut être donnée actuellement.

  • 128 Les élections de sépulture mentionnées dans les testaments insistent clairement sur le retour au c (...)

39Cette approche sociologique des défunts chez les Mendiants éclaire la continuité relative des chiffres et la présence continue des familles dans chaque couvent — puisque le rôle de nécropole familiale lié à chaque église conventuelle exigeait évidemment une certaine continuité. Il nécessitait que le testateur installât sa dernière demeure dans le caveau familial chez les Mineurs ou les Dominicains128, même si les modes changeaient, même s’il se détournait quelque peu des Mendiants, ne les favorisait plus par des legs pieux, que ce fût par obligation ou par conviction. Discontinuité dans les legs, continuité dans la sépulture : ne serait-ce pas l’explication ultime de ces chiffres ?

  • 129 Voir p. 456–457.
  • 130 Voir p. ex. p. 285 et ss.

40À noter, à propos du précédent graphique, l’absence totale de sépultures privilégiées chez les Carmes, avant 1320. Puis, ensuite, mis à part une pointe (accidentelle ?) vers 1350–1359, une stabilisation à un niveau mineur : une à deux inhumations par décennie. Qu’en conclure ? Soit les Carmes avaient reconstruit leur église de fond en comble vers 1320 et donc « éliminé » les inhumations privilégiées antérieures qui s’y trouvaient. Soit le corpus de chiffres est biaisé par des destructions antérieures aux premiers relevés du xviie s.129 — et le hasard veut que les pierres qui aient disparu soient antérieures à 1320 — ce qui est peu probable, on en conviendra. Soit ces chiffres sont assez représentatifs de l’assise spirituelle urbaine du couvent, du moins auprès de l’élite, s’ils sont comparés avec le nombre relativement faible de legs engrangés par les Carmes et confrontés au second rôle qu’ils semblaient jouer au sein du groupe des Ordres mendiants130. Ces données ne montreraient-elles donc pas la piètre image de marque des Carmes auprès de la bonne société liégeoise, par rapport aux grands Ordres mendiants que sont les Mineurs et les Prêcheurs ? D’ailleurs, peu de grandes familles y avaient laissé un défunt : un noyau familial de Neuvice (le père, la mère, le fils) s’y retrouva à la fin du xive s. ; de même quelques membres de la famille de Sclessin. D’autres familles profitèrent d’une relative désaffection de cette église pour s’y installer : les delle Boverie, les Daniot/Paniot... C’est clair : le couvent des Carmes jouait bien les « seconds couteaux » dans le concert conventuel liégeois des xiiie et xive s.

  • 131 De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle. Contribution à l’h (...)
  • 132 De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle. Contribution à l’h (...)

41Quant aux autres couvents... Le Val-des-Écoliers attira beaucoup de fidèles, surtout des familles solidement implantées en Outremeuse, comme les Prez, mais aussi quelques Neuvice et Polarde. Dans la mesure où cette communauté religieuse, ressortissant au système conventuel urbain propre aux xiiie et xive s., était assimilée à un couvent de Mendiants, cet engouement était normal131. La cathédrale, les collégiales, les abbayes bénédictines toutes proches ne suscitaient pas, elles, l’intérêt de ces couches sociales, de cette élite urbaine : le contact qu’avaient les grandes familles avec ces institutions ecclésiastiques était bien différent. Ces chanoines, ces moines n’étaient pas ou plus attractifs ; ils ne représentaient pas l’idéal religieux urbain qui était celui des Mendiants132.

  • 133 De plus, la plupart des épitaphes ne mentionnent pas ces pratiques. Dès lors, tous les calculs vis (...)

42Il est relativement inutile d’essayer de déterminer à quel « métier » appartenait tel ou tel défunt. En effet, dans ces grandes familles, l’adaptation au système économique avait pour conséquence que plusieurs fers étaient mis au feu en même temps : houillerie, draperie, commerce de l’argent ou du vin... Si donc un tel était hallier et enterré chez les Mineurs, comme un Gilleman, cela ne veut pas dire que tous les halliers s’y retrouvaient en danse macabre, mais que l’activité principale de la famille Gilleman était alors à ce moment la draperie. Rien n’empêchait les enfants Gilleman qui éliraient sépulture là de changer de métier, d’en pratiquer un autre plus lucratif133.

  • 134 J’ai compté pour une femme toute mention de femme, fut-elle épouse ou célibataire, sans les distin (...)

43Pour terminer ces réflexions sur le monde des morts chez les Mendiants, voici deux graphiques présentant, pour les Mineurs et pour les Prêcheurs de Liège, la proportion d’hommes enterrés chez eux par rapport aux femmes, le tout ventilé par décennie134. Les chiffres, très faibles, doivent être considérés avec la plus extrême prudence : on attendra de ces graphiques l’esquisse de tendances plutôt que des certitudes numériques.

  • 135 Pour la Flandre : Simons W., Stad en apostolaat, p. 210–212 ;
  • 136 Voir les exemples d’élection de sépulture des béguines chez les Mendiants, p. 495, n. 123.
  • 137 Peu d’exemples de béguines (ou assimilées) qui reposaient dans l’église sous une lame funéraire, à (...)
  • 138 Sur l’importance de la sépulture des béguines chez les Mendiants : Simons W., Stad en apostolaat, (...)

44De ces graphiques, il ressort que la femme appartenant aux élites urbaines ne recherchait pas davantage que l’homme le repos éternel dans l’église des Mineurs ou des Prêcheurs, contrairement à ce que certaines recherches ont démontré pour d’autres régions135. Évidemment, parmi les femmes qui élisaient sépulture chez les Mendiants136, il devait se trouver un grand nombre de béguines, qui ne choisissaient pas nécessairement — et même certainement pas, sauf si elles étaient fortunées137 — l’église comme lieu de repos, mais plutôt le traditionnel aître138. De fait, ne trouvant pratiquement aucune trace d’elles ici, on en déduira qu’elles se retrouvaient au cimetière, en un dernier colloque.

Graphique 17. Inhumations chez les Mineurs : rapport hommes (H) / femmes (F)

Graphique 17. Inhumations chez les Mineurs : rapport hommes (H) / femmes (F)

Graphique 18. Inhumations chez les Prêcheurs : rapport hommes (H) / femmes (F)

Graphique 18. Inhumations chez les Prêcheurs : rapport hommes (H) / femmes (F)
  • 139 Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 350– (...)

45De nombreux couples étaient enterrés ensemble, au xive s. : c’était une des grandes nouveautés sociales de ce siècle, lorsque les femmes commencèrent à préférer la sépulture de leur mari au caveau de leur lignage139. Malgré tout, de temps à autre, elles se faisaient enterrer auprès de leur famille, comme Isabelle Mathon, épouse de Guillaume de Coir, qui reposait sous la même pierre que Gilles Mathon. Néanmoins, cette apparition du noyau familial s’imposera au cours de l’Ancien Régime : ses premières traces de cohérence se trouvaient donc paradoxalement dans la tombe.

III. Des actes propitiatoires ?

  • 140 Voir p. 496.
  • 141 Dossier 25 mai 1317. Voir aussi le dossier 1er juin 1254 – 7 juin 1254 : « unde fiant hostie pro m (...)
  • 142 Dossier 31 juillet 1328.
  • 143 Dossier 4 juillet 1370. Voir aussi dossiers 17 mai 1275 ; 25 novembre 1297 ; 25 mai 1317. Voir not (...)
  • 144 Par exemple, dossier mars 1272...
  • 145 Voir p. 496–497 pour de la bibliographie sur la piété christique et mariale.

46Pour assurer leur salut, les fidèles ne se contentèrent pas de demandes de services liturgiques, d’élection de sépulture. On les vit par exemple léguer des rentes pour acheter des hosties — trace tangible de la dévotion à l’eucharistie, dont il sera question plus loin140. Les sœurs Abresilhe et Maron Massereies, béguines, léguèrent un revenu de 2 muids d’épeautre au couvent dominicain de Liège, convertible en argent, por achater ostes a dire messes por le salut des armes chi apres nomeies, c’est-à-dire les leurs et celles de toute leur famille141. Ou encore, ils fondèrent des rentes à l’intention d’une image ou d’une statue, à l’instar de Pierre Pirnea de Momelette qui avait constitué un revenu perpétuel de 12 deniers de bonne monnaie à verser annuellement al ymage de Nostre Damme a Precheurs a Liege142. Régulièrement, des legs concernant des cierges ou des luminaires apparaissaient dans les testaments : Ottar de Velroux, dit de Marzines, légua, pour le salut de son âme, afin que fût célébré son anniversaire et celui de sa femme chez les Carmes à Liège, une rente d’un muid d’épeautre, distribueis en chire pour allummeire le lampe extant devant lymage Notre Dame en la dicte eglise143. De même, ces dons d’argent pour acheter des aubes, des ornements liturgiques pour les autels... étaient-ils seulement des « couvertures » afin d’éviter le piège de la règle de la pauvreté144 ? Ne pourrait-on y lire en plus comme un sens spirituel, une perspective propitiatoire ? Tous ces actes touchaient de près ou de loin à la piété eucharistique, à la piété mariale145. Probablement avaient-ils, outre une portée spirituelle particulière liée à la foi du testateur, une fonction d’offrande dans le but de sauver son âme.

  • 146 Matt., 25, 31–46.
  • 147 Tout ceci est développé par Le Blévec D., Les moines et l’assistance, p. 340 et par Saunier A., «  (...)
  • 148 Peut-être même la plus plausible, comme on le verra dans le chapitre sur les relations entre les M (...)
  • 149 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 214. Voir aussi le résumé de cette thèse (...)
  • 150 Lauwers M., Le « sépulcre des pères » et les « ancêtres », p. 76.

47Un autre type d’acte à caractère directement propitiatoire se trouve plus que certainement dans toutes les sollicitudes à l’attention des pauvres. En effet, bon nombre de testateurs décidèrent de faire des legs aux pauvres, par l’intermédiaire des Mendiants. C’est une vieille tradition de la Chrétienté que de donner, léguer aux pauvres, pour s’attirer les faveurs divines. Il faut y voir une des motivations essentielles de la création des institutions hospitalières, respectant le précepte évangélique : « Qui vous reçoit me reçoit146. » Aider un pauvre, c’est aider le Christ, en quelque sorte147, et donc espérer sa reconnaissance en retour. Une explication complémentaire, plausible148, est proposée par Pierre De Spiegeler, dans la conclusion de sa thèse sur les hôpitaux et l’assistance à Liège au Moyen Âge : « [...] La mission ultime des hôpitaux et des aumônes n’est pas l’extinction du paupérisme. Tout au plus permettent-ils d’en atténuer certains effets. L’assistance trouve sa finalité ultime dans sa fonction religieuse. Hôpitaux et Aumônes sont organisés pour rassembler des pauvres afin qu’ils prient pour les fondateurs et les donateurs. Tout, tant dans l’organisation du personnel qui vit selon une règle, que dans l’aménagement des locaux dont le chœur est la chapelle, tend vers ce but. Les pauvres trouvent dans ces institutions leur fonction sociale. Ils resteront jusqu’à la fin du xve siècle, dans l’esprit de la bourgeoisie liégeoise, une entité collective149. » Cette longue citation éclaire sans doute les donations et legs faits aux pauvres sous un autre jour : donner aux pauvres, c’était en quelque sorte leur prodiguer des aumônes pro anima, contre des prières. Michel Lauwers ajoute une réflexion intéressante : en léguant une partie de ses biens aux pauvres, le testateur faisait de ceux-ci ses représentants, ses substituts : il pouvait donc continuer à espérer qu’eux vivants le sauveraient de la mort150. De toute façon, le pauvre était nécessaire à la société médiévale ; sa pauvreté lui permettait de gagner son Ciel, et par les aumônes qu’il recevait, celui des autres !

  • 151 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 214–215 et p. 188 : c’est d’ailleurs pour (...)
  • 152 Touati F.O., Maladie et société au Moyen Âge, p. 633–636.

48Quel que soit le moyen par lequel le don fait au pauvre atteignait le cœur de Dieu (par la représentativité divine du pauvre, par les prières de celui-ci, à la place du défunt...), il était efficace. Comme l’a également très bien remarqué Pierre De Spiegeler, jamais ces legs ne s’adressaient à un pauvre en particulier : ils étaient destinés « aux pauvres », sans autre précision. La valeur individuelle du pauper n’était pas de mise à Liège, au Moyen Âge. Ce n’est qu’en groupe social qu’ils représentaient quelque chose : un moyen de rédemption151. En ce sens, la prise en compte croissante des léproseries comme lieux d’intercession n’est que la concrétisation de tout cela152.

  • 153 Voirp. 217–218.
  • 154 Voir les développements de Le Blévec D., Les moines et l’assistance, p. 342–345. Voir p. 7, par ex
  • 155 Voir p. 471–479.
  • 156 Voir le très intéressant texte, peu connu, édité par Löhr, de consuetudines en vogue dans un couve (...)
  • 157 L’affaire était d’importance, puisqu’elle fut soumise à l’approbation épiscopale et à l’approbatio (...)
  • 158 Sur le residuum, voir p. 263. Une définition du concept se trouve dans Caillemer R., Origines et d (...)
  • 159 Dossiers 16 mars 1265 ; juillet 1263. Sur les legs de residuum, voir les dossier avril 1262 et 10 (...)
  • 160 Dossier 5 juillet 1276.
  • 161 Dossier 20 juillet 1287 : il s’agit d’un legs particulièrement intéressant de rente en argent pour (...)

49Les Mendiants étaient à ce propos un intermédiaire recherché. Habituellement, ils n’organisaient ni mandé comme les collégiales ou les abbayes153, ni hôpital, ni service d’assistance. On le verra plus loin : la spécialisation des fonctions religieuses au xiie s. et surtout au xiiie s., notamment à propos des pauvres et des malades, avait conduit à repousser la plupart de ceux-ci dans les lits des hôpitaux ou des aumônes, voire des Ordres dits hospitaliers, puis plus tard des confréries charitables154. Les couvents de Mendiants avaient, eux, d’autres priorités, dont et surtout la cura animarum, même si parfois des traces d’une activité hospitalière minime existent155. De même, ils ne rejetaient pas l’aumône qu’ils faisaient aux pauvres : les coutumiers en font mention, même au xive s.156. Mais ils servaient surtout d’intermédiaires directs entre les donateurs et testateurs et les pauvres. Ainsi le doyen de la collégiale Saint-Jean de Liège, Guillaume, avait légué des revenus importants qui furent distribués aux pauvres, suivant l’avis et l’accord du prieur des Prêcheurs et d’une tierce personne, pour le salut de son âme157. Bien souvent, c’est comme conseillers aux exécutions testamentaires que les frères intervenaient : les mobilia, ou encore le residuum158 d’un testament, étaient destinés aux pauvres par certains testateurs avec le conseil ou du prieur des Prêcheurs ou du gardien des Mineurs, ou des deux ensemble159. Ou encore, c’étaient de véritables rentes, mises en place par le testateur au profit des pauvres, que devaient gérer les exécuteurs testamentaires, de consilio et assensu [...] prions fratrum predicatorum160 ou par le conseilhe del gardien des freres menors de Liege161.

  • 162 Il n’y a pas de contradiction dramatique avec leur état réel de « rentiers », parce que la plupart (...)
  • 163 Voir p. 471–518.
  • 164 Attention, ceci ne signifiait pas que les Mendiants étaient les seuls intermédiaires quant aux leg (...)
  • 165 Voir p. 471–479.

50Mais pourquoi choisir les Mendiants comme intermédiaires ici, s’ils n’avaient pas comme fonction immédiate et première de s’occuper de ces pauvres ? D’abord parce qu’il y avait probablement assimilation du statut économique des Mendiants avec le statut économique des pauvres : ils vivaient de mendicité et étaient sans le sou162. Ils devaient donc savoir ce qu’était la pauvreté et d’autant mieux gérer cet argent pour les pauvres. Ensuite parce que, au xiiie s. en tout cas, dans le cadre de leurs fonctions de la cura animarum, ils exerçaient un certain contrôle sur des institutions hospitalières et des aumônes, comme sur les béguines163. Ils devaient donc apparaître, aux yeux des Liégeois du xiiie s., comme des interlocuteurs, des intermédiaires officiels et sûrs164. On leur faisait confiance. Enfin parce que d’autres couvents urbains, installés au xiiie s. à Liège, durent avoir des activités de type hospitalier, relativement organisées, comme les Saccites, les Bons-Enfants, les Croisiers peut-être165... ; par assimilation, les Dominicains, les Carmes, les Franciscains n’auraient-ils pas été considérés comme compétents en matière hospitalière ?

  • 166 Dossier novembre 1311. Ou encore, autre exemple, les Dominicains étaient chargés de « doner a frere (...)
  • 167 Le testament de Roger de Chênée montre bien comment, au xiiie s., les structures mentales des cont (...)
  • 168 Voir p. 484–485. En définitive, ne faudrait-il pas voir en ces (pauvres) béguines (et bégards) l’é (...)

51On a parlé des pauvres comme instrument propitiatoire. Il ne faut pas négliger non plus les béguines, dans ce même sens. De temps à autre, les testaments confiaient aux Mendiants le soin de délivrer une petite pension aux « pauvres béguines ». Ainsi, le mambour de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, en 1311, à la suite du testament de Maron de Low, béguine de Saint-Adalbert, expliquait que les revenus d’une série de biens laissés par celle-ci seraient distribués de la manière suivante : un quart était destiné au couvent des Dominicains de Liège, pour le vin des messes ke on dirat el dit covent, un autre quart la ou li prious des freres prechours sovent dis nos assignerai pour departir entierement aus poures beguines delle parroche de saint Aubier le jour del anniversaire delle ditte damoiselle Maron, pour li et pour ses ancessours, le troisième quart aus porveours del mander de la collégiale Saint-Jean, pour les donner aux pauvres le jour prévu, et le quatrième, aux mambours de l’hôpital Saint-Jean lui-même166. L’intention était claire : favoriser des béguines pauvres dans un but propitiatoire — parce que cela plaisait à Dieu167. À moins que, comme pour les pauvres stricto sensu, il ne fut convenu que ces béguines prieraient pour l’âme du généreux bienfaiteur. Cette fonction funéraire des béguines, chère à M. Lauwers, paraît bien réelle168.

  • 169 Par exemple, entre mille, les dossiers : 1er juin 1254 – 7 juin 1254 ; 9 février 1261 ; 28 septemb (...)

52De toute façon, le rôle mendiant est indéniable, comme toujours à propos de ces béguines : leur intervention est « incontournable » et il n’est pas étonnant de voir ici les Mendiants agir comme intermédiaires dans ce genre de legs. Mais il faut se garder de généraliser : sans qu’une quantification soit possible, il appert que ces legs aux pauvres béguines n’étaient pas nécessairement gérés par les frères, surtout si c’étaient des legs d’argent ou en nature, uniques. Dans ce cas, le plus souvent, les exécuteurs eux-mêmes s’en chargeaient, ou bien c’étaient des aumônes qui s’en occupaient comme celle des Pauvres Béguines de Saint-Christophe169...

  • 170 Un des ancêtres de cette confraternité de prières était le rouleau des morts, colporté de couvent (...)
  • 171 Voir Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 465–466.
  • 172 Voir dossier 19 octobre 1269 : « Item promittimus eisdem abbati et conventui quod mutue fraternita (...)
  • 173 Dossier 10 juin 1330.

53La confraternité de prière était un type particulier d’action rituelle instauré pour sauver des âmes. Venue en droite ligne du fin fond du Moyen Âge, elle se tissait entre communautés religieuses170, qui ouvraient leurs obituaires à des frères défunts d’autres communautés, priant pour leur âme bien qu’ils ne fussent pas de l’abbaye même171. Adaptées à la réalité mendiante, ces confraternités de prière étaient utilisées entre abbayes et couvents ; il s’agissait probablement d’une sorte d’obligation liturgique imposée par une abbaye ancienne qui tolérait la présence d’un couvent nouveau venu sur son territoire. Ainsi le couvent des Carmes de Liège était-il reçu par l’abbaye de Saint-Jacques sur ses terres. Les nouveaux arrivés s’engageaient à être présents lors des obsèques d’un frère de Saint-Jacques, en procession172. Ce n’était pas encore réellement une confraternité stricto sensu. Mais, en 1330, le prieur général des Carmes adressa une véritable lettre de confraternité à l’abbé de Saint-Jacques et à tous ses moines, dans laquelle il promit de redistribuer les mérites des messes, veilles, jeûnes, prières, prêches, pénitences, travaux et tous les autres biens et bienfaits que pourrait accomplir la « clémente faveur », par l’intermédiaire de l’Ordre des Carmes tout entier. Il ajouta que la memoria des morts de Saint-Jacques serait rappelée à chaque chapitre général. Le prieur termina en promettant à l’abbé 150 messes du Saint-Esprit et autant de Notre-Dame à dire par les frères Carmes, ut Dominus vos conservet in statu prospero et felici173. La grande différence introduite ici par rapport au système plus ancien de participation aux prières est que les mérites partagés n’étaient pas ceux des prières du couvent, mais de l’Ordre tout entier. Le privilège était grand et appréciable.

  • 174 Dossier 17 juin 1330 : le maître général de l’Ordre des Dominicains, Barnabé, donna des lettres de (...)
  • 175 Lippens H., Matériaux, t. 8, p. 128. — D’après Bakker, ce système au départ était une sorte de reme (...)

54À tel point que, si des laïcs aussi pouvaient être introduits dans cette confraternité au niveau de l’Ordre, c’étaient souvent des personnages d’un très haut niveau social. Ainsi les ducs de Brabant, grands bienfaiteurs des Mineurs et des Prêcheurs, firent souvent l’objet de ce genre de privilège, offert par de hauts dignitaires des Ordres mendiants174. Un autre exemple : la comtesse de Flandre Marie d’Artois bénéficia de ce privilège en 1366175. Malheureusement, aucun document de ce genre n’est parvenu, impliquant les couvents liégeois.

  • 176 La distance est ténue entre ce xiiie s. et le haut Moyen Âge des membres de l’oligarchie qui dirig (...)
  • 177 Le Goff J., La naissance du purgatoire.
  • 178 Touati F.O., Maladie et société au Moyen Âge, p. 633–636.

55Quel que fût le moyen utilisé, le résultat recherché par les citains de Liège — voire les fidèles du diocèse — était toujours le même : sauver son âme, sauver les âmes des proches. En ce sens, les Mendiants ne furent pas autre chose que les continuateurs, pour le monde urbain, des fonctions déjà exercées par les abbayes et chapitres des époques antérieures, au sein des campagnes. Ce qui avait changé : le milieu géographique, avec la ville ; le donné économique, avec les aumônes perpétuelles, vendues contre du Salut ; les fidèles, avec l’ouverture à la bourgeoisie et surtout à l’élite urbaine. Ce qui avait subsisté : les moyens utilisés, avec les messes des morts, les célébrations obituaires, les trentains, l’intercession des pauvres, l’inhumation ad sanctos ou en habit de religieux176... Certes, il y eut évolution dans les formes, adaptation au nouveau monde du xiiie s. La « découverte » du purgatoire avait changé beaucoup de choses177. Mais le fond était resté, immuable : la peur de mourir et la quête de l’intermédiaire auprès de Dieu. Elles étaient si fortes, si prégnantes qu’elles provoquèrent indirectement au sein des couvents nés de l’insediamento urbain, ceux des Mendiants surtout, ce que F.-O. Touati appelle à propos une « hypertrophie liturgique178 ».

Notes

1 À ce propos, on se référera désormais à l’ouvrage de Lauwers M., La mémoire des ancêtres, surtout à sa première partie. Mettant en œuvre une approche relativement « intellectualiste » du phénomène de la memoria, ce travail a le grand mérite d’en brosser un tableau d’ensemble. Cette belle et profonde construction intellectuelle pèche néanmoins, à ce qu’il semble, par sa rapidité, du moins pour la période où je me sens plus apte à porter un jugement, soit le xiiie s. M. Lauwers a eu de brillants prédécesseurs, notamment Karl Schmid et son école, qui s’attaquent depuis des années aux problèmes posés par la memoria pour le haut Moyen Âge, et ce avec le succès que l’on sait. Le lecteur consultera avec profit, même s’il n’est déjà plus de première actualité, l’ouvrage collectif Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, éd. Schmid K. et Wollasch J., Munich, 1984, p. 79–199 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 48) ; il se reportera également aux derniers numéros de la revue Frühmittelalterliche Studien, qui fait le point annuel sur une série de projets en cours à l’Université de Munster en Westphalie, dont ceux relatifs à la memoria. Pour se rendre compte de l’état de la recherche en matière de documentation obituaire, il ne sera pas inutile de consulter le petit article de George P., La mémoire des morts, même s’il date déjà de 1989.

2 Voir le travail pionnier d’Angenendt A., Missa specialis, notamment p. 165–175, montrant que le lien don-messe s’établit très tôt (viiie s.). Il détaille aussi les messes des morts et messes fondées (p. 195–203).

3 Outre le travail de M. Lauwers cité plus haut, il est utile de voir, du même, Le « sépulcre des pères » et les « ancêtres », notamment aux pages 68–69 et 70–75, qui résume ses positions à ce propos.

4 Question que se pose d’ailleurs Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 375–376.

5 Auffroy H., Évolution du testament, p. 436–438, l’avait déjà compris ; on en a trouvé des traces : que le lecteur se rapporte seulement aux pensions, versées aux couvents par les Aumônes aux jours de célébration des anniversaires, garanties par des documents obligeant ces institutions. Neidiger va plus loin : tous les cadeaux, tous les dons, legs du xive s. faits aux Mendiants de Bâle étaient liés à des messes anniversaires, si des documents avaient été rédigés pour authentifier le don. Pour les cadeaux non liés à des messes, « gratuits », il ne serait pas nécessaire de produire une charte. Selon Neidiger B., Mendikanten zwischen Ordensideal und städtischer Realität, p. 6668, l’existence d’un document déterminerait donc le type de don et l’intention du donateur. Je pense pouvoir appuyer ces dires et les reprendre à mon compte pour le cas liégeois.

6 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 387.

7 Et pas seulement au niveau local : la hiérarchie des Ordres s’en préoccupait aussi, comme le montre Picard D., Les suffrages. L’expression « paraparochiale Kultzentrum » est de Frank I.W., Das mittelalterliche Dominikanerkloster als paraparochiales Kultzentrum.

8 Chiffoleau J., Sur l’usage obsessionnel de la messe pour les morts, p. 240–241. Voir un peu plus loin, infra, les considérations sur les chapellenies et les sépultures. À propos de ces dernières, j’ai déjà dit ailleurs qu’elles étaient sinon achetées, du moins concédées contre des dons ou legs particulièrement importants : p. 270 et ss., 290 et ss. Sur les fondations de messes, on consultera avec profit l’article de Borgolte M., Die Stiftungen des Mittelalters in rechts- und sozialhistorischer Sicht, intéressant du point de vue du droit (approche méthodologique).

9 Voir Vincent C., Ya-t-il une mathématique du salut [...] ?

10 Voir la définition de Chiffoleau J., La religion flamboyante (v. 1320 – v. 1520), p. 138 : « ’messes au détail’, que l’on commande et que l’on achète à l’unité, par dizaines, par centaines. Dans la crise des xive–xve siècles, l’économie de l’institution ecclésiale, en faisant de la messe privée, dans la pratique sinon dans la théologie, un objet négociable, monnayable, contribue encore à l’instrumentaliser davantage, à accentuer ses traits de ‘bonne œuvre efficace’, à transformer la répétition du sacrifice en suffrage avantageux pour les morts, en viatique pour l’au-delà. »

11 Dossier 2 octobre 1363.

12 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 376–381.

13 Dossier 3 juillet 1339 ; dossier 9 octobre 1373...

14 Une façon comme une autre de rendre ce don « supportable » aux yeux des tenants de la règle de la pauvreté ? Ou bien, une participation plus symbolique aux repas funéraires qui étaient toujours de mise alors (cf. les pages infra, p. 240–241 et 464–470) ?

15 Par exemple, dans le dossier 9 octobre 1373 : Jean de Fallais légua aux Mineurs 30 muids d’épeautre « en une fois à payer » pour faire une pitance conventuelle ; avant cela il avait laissé la même quantité d’épeautre aux Prêcheurs, pour qu’ils la « convertissent » en un « hiretage » pour fonder un anniversaire annuel (c’est-à-dire vendent l’épeautre et achètent avec cet argent un bien-fonds et/ou le revenu qui serait affecté dessus). Quelques lignes auparavant, il demandait aux chanoines du Neufmoustier, près de Huy, de faire de même, avec 40 muids. Et il laissait 30 muids d’épeautre en une fois à payer aux Mineurs de Huy « pour Dieu et en pure aumône », pour pitance et pour prier pour son âme. Difficile de croire qu’un service liturgique n’ait pas été demandé, même sous-entendu, aux Mineurs de Liège... — Un autre exemple : Gérard Surlet légua, en 1338 (dossier 10 mai 1338), 50 sous comme pitance au couvent des Mineurs de Liège ; 40 sous en pitance au couvent des Dominicains de Liège, 20 sous en pitance aux Carmes, la même chose aux Croisiers et aux « Wilhemiens ». — Ou encore, Bastien d’Awans (dossier 12 janvier 1289) qui légua 3,5 marcs « por chanter un an messe a un atelh a sein Servais por men arme et tos cheas dont je sui tenus ; item je lai a freres menours un march de pitance ; item a Prechours un march ; item a Barres, a Croisies, a Sais et Bons Enfans, chascon V sos ». — Evidemment, cela ne voulait pas dire que chaque legs présupposât à tout prix un service liturgique adapté, une messe ou un ensemble de messes uniques. Ce disant, les sources seraient abusées. Mais, il faut reconnaître que les cas ci-dessus, s’ils ne prouvent pas explicitement cette hypothèse, l’accréditent.

16 Dossier 3 juin 1383.

17 Dossier 2 octobre 1363.

18 Dossier 28 août 1337.

19 Cf. p. 323–324 infra. Paru en dernier lieu à ce propos : Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 378. Les trentains étaient encore distribués de manière organisée au xviie s. : Marle C., Le salut par les messes, p. 50–51.

20 Outre l’essentiel travail de Polo de Beaulieu M.-A., Le « lundi des Trépassés », on verra les longs développements de Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 378380. Selon cet auteur, ce système des services funéraires du lundi, fondés pour un an, était attesté dans le pays de Liège « depuis le xiie s. [et] semblait se diffuser dans la seconde moitié du siècle suivant, au moment de l’essor de la pratique testamentaire » (p. 379). Le lundi serait donc le « jour par excellence de la prière pour les défunts » (p. 378).

21 Au xve s., pas de trace non plus de ces messes en pays liégeois : De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 185–186. Le contraste avec le Sud de la France est frappant. En Avignon, par exemple, des centaines de messes étaient distribuées aux xive et xve siècles : il s’agit d’un désir manifeste d’organiser en un temps limité la célébration d’un nombre important de suffrages. Il n’était pas rare d’y trouver des demandes de mille messes, entre 1320 et 1360, à bon « prix ». C’est ce que Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 339–345, appelle l’organisation par les laïcs des messes cumulées. Les raisons ? J. Chiffoleau y voit l’écho d’un besoin, celui de créer des « liens efficaces » entre morts et vifs au moment où ceux-ci étaient remis en cause par les mortalités et les migrations. Voir aussi Chiffoleau J., Sur l’usage obsessionnel de la messe pour les morts. Les quelques rares ensembles de messes qui étaient demandés à Liège étaient similaires par le nombre aux groupes de suffrages réclamés par les Toulousains à la fin du Moyen Âge : de 10 à quelques centaines de messes, la plupart du temps entre 100 et 250 : Marandet M.-C., Le prix du salut en Toulousain à la fin du Moyen Âge, p. 198–199. Lentze ne commente de cas de messes cumulées en Autriche, à Vienne, qu’à partir du xve s. : Lentze H., Begräbnis und Jahrtag im mittelalterlichen Wien, p. 344–350. Sur la situation du xviie s., voir Marle C., Le salut par les messes, p. 46–47.

22 Dossier 10 mai 1338.

23 Ainsi Marie décrit l’anniversaire au xviie s. comme une « messe chantée à date fixe, celle du testateur le plus souvent, et à perpétuité » : Marle C., Le salut par les messes, p. 60. Mais peut-être était-ce une déformation, une simplification née au xviie s ? Pour une vision juridique détaillée de la célébration d’anniversaires, on verra Lentze H., Begräbnis und Jahrtag im mittelalterlichen Wien, p. 350–364 et Lentze H., Die Rechtsform der Altarpfründen im mittelalterlichen Wien.

24 Dossier 13 février 1283 (1). Voir aussi dossiers 17 juin 1290 ; 21 janvier 1294 (1) : le mambour de l’aumône de Saint-Christophe versait « perpetuement » 2 muids d’épeautre « a convent de freres precheors de Liege [...] le iour ke ilh feront lanniversare de damoiselles Helette et Katheline devant dittes en leur convent de vigieles et de messe ». Un peu plus tard, la même aumône de Saint-Christophe reconnaissait qu’à la mort du frère Jean, prêcheur, elle confierait au couvent dominicain la pension qu’elle lui versait : les Prêcheurs seraient en échange « tenus de dire vigiles a IX lechon et messe le demain a jur ke mis serat et che jur memmes faire a convent pitanche de quatre muis de speate » (dossier 20 décembre 1312). Autres dossiers : 24 juin 1339 ; 6 juin 1400. Voir Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 376. À Frizet, L. Genicot ne constate l’apparition de vigiles aux côtés de la messe qu’à partir de 1450 : Genicot L., Une source mal connue de revenus paroissiaux, p. 112.

25 Dossiers 25 décembre 1400 24 décembre 1401 ; février 1288 (1) ; 21 janvier 1294 (1) ; juillet 1299 ; 1er mai 1304 ; 2 mai 1310 ; 16 octobre 1316 (1) ; 9 octobre 1373 ; 21 octobre 1376 ; 23 juillet 1317 (2) ; août 1292 ; décembre 1273 ; 19 mai 1291 ; 24 septembre 1299 ; 22 mail339 ;25mai 1339(1)... — Il arrivait que l’anniversaire ne fût pas fixé le jour de la mort, mais arbitrairement, par le testateur, à une date bien précise : ainsi Aelis delle Porte, béguine, fonda-t-elle son « anniversaire » le jour « devant le vigile » de la nativité de la Vierge : dossier 2 mai 1310. Gilles Surlet fixa aussi la date de célébration obituaire de son lignage, cf. note suivante. Ces dates fixées par les laïcs eux-mêmes mériteraient une étude en soi : voir Lemaître N. et J.-L., Un test des solidarités paroissiales, p. 272274.

26 Par exemple, les dossiers : 13 octobre 1291 ; 5 août 1367 ; juin 1301 ; 4 janvier 1378... — Dans les autres formes de liturgie funéraire, analysées plus bas, on trouve le même souci du salut familial : ainsi, Catherine d’Ensival fonda-t-elle un autel, chez les Prêcheurs, afin d’y faire dire des messes quotidiennement, pour elle et sa famille : dossier 16 juillet 1384. Ainsi Gilles de Bernar en 1364 (dossier 5 février 1364), etc. — Gilles Surlet, échevin de Liège, légua 40 sous liégeois sous forme de rente, pour faire « a tous jours a freres menours desour dis mon anniversaire, de me peire de ma meire, de mes freres et de mes serours et de tous mes enfants à un jour devens l’octaule de la Nativiteit sain Johan Baptiste que li gardiens des Freres Menours soventefois desourdis ordennerat devens loctaule desourditte » : il a donc d’office institué la date de célébration obituaire, appelée ici par extension « anniversaire », pour son lignage (dossier 22 juin 1294). — Voici quelques beaux cas de donation de biens pour obtenir des prières pour soi et son lignage. D’abord, la donation de terres aux Mineurs de Liège, en 1251, « que data fuit fratribus minoribus Leodiensibus in elemosina pro animabus domini Arnoldi de Orelh et domini Johannis filii eius militum » (dossier 26 avril 1251). Plus tard, Juette de Seraing, bourgeoise de Liège et Aelis Wirecale donnèrent, chacune, aux Prêcheurs une maison, à cinq ans d’intervalle, dans le but d’attirer des prières pour elles et leurs ancêtres : « damoiselle Juette bourghoise ditte de Serain, par le devotion quelle et li sien avoient por lon tens au couvent des dis freres precheurs et avoit encores eus orisons des dis freres pour le salut de son arme, de ses sereurs et de ses ancesseurs » laissa « pour Dieu et en amoine », « par don fait entre vis », sa maison « ki siet par devant le maison des dis freres precheurs », au couvent des Dominicains (dossier 9 juin 1319 – 11 juin 1319) ; c’est aux mêmes Prêcheurs que, « por Dieu et en amoine [...] « par don fait entre les vis », Aelis Wirecale céda sa maison qui « siet par devant le vies porte des dis freres precheurs de Liege et joint ale maison de le [Hale] » [...] « par le devotion quelle avoit out lon tens au cinvent des dis freres precheurs et avoit encor eus orisons des dis freres por le salut de sen aurme et de ses anchesseurs » (dossier 13 juillet 1324). Remarquer ici la similitude des textes : Aelis a dû s’inspirer de la donation de Juette...

27 Dossiers 17 février 1263 ; 13 février 1283 (1) ; 1er avril 1293 ; 25 novembre 1297 ; 3 octobre 1301 ; 14 mai 1315 ; 31 juillet 1328 ; 20 septembre 1328 ; 6 janvier 1329 ; 20 février 1362 ; 19 janvier 1383 ; 20 octobre 1399. Par exemple, dans les dossiers 11 août 1291 – 11 août 1292 et 19 octobre 1297, on voit Ode Megrette de Saint-Servais s’occuper de la memoria de ses parents et de son frère, leur consacrant deux rentes pour fonder des services liturgiques à leur jour d’obit, chez les Prêcheurs. Ou encore, en 1311 (dossier novembre 1311), le mambour de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste fut chargé de payer des pensions au nom de la béguine Maron de Low : « Li quarante sols demoront pour payer faire dois anniversaires en covent des devantdis freres prechours, a savoir est le devant ditte le damoiselle Maron a le vigile delle Purification et le Lowi son frere a le vigile delle Nativiteit notre Damme. » Autre exemple, dans le dossier 24 juin 1339 : une rente était léguée aux Prêcheurs par Chrétienne/Christine de Waremme, « por faire chascon an perpetueement de vigieles et de messes, les anniversaires de mi et de frere Gerber iadit mon frere et de damoiselle Katherine jadite ma serour qui sont en sevelit el cymiteire devantdite ».

28 Voir à ce propos Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 376–377. Ces demandes d’obits pour les proches sont encore de mise au xviie s. : Marle C., Le salut par les messes, p. 60–62.

29 Dossier 4 juillet 1370.

30 Dossier 17 juin 1290. Ce service mensuel était encore mentionné dans une copie (partielle) du xviiie s. de l’obituaire des Dominicains de Liège : A.E.L., Couvent des Dominicains de Liège, 106 [obituaire I], par ex. au 1er janvier : « servitium Aegidii Le Soul, Mariae uxoris suae et fratris Walteri eorum filii pro quibus recepimus eleemosinas annuatim ». Et ainsi au premier de chaque mois.

31 Voici la transcription de cet acte (dossier 20 avril 1316) : « A tous cheaus qui ces presentes lettres verront et oront, frere Waltiers prieus et li covens des freres prescheurs de Liege salus en Deu et cognisanche de veriteit. Sachent tuit que notre bone amie en Ihucrist damoiselle Katheline filhe iadis Jehan dit le Prevost de Chok beghine demorans en le parroche saint Albert de Liege por lamour et le grant devotion quelhe at ewt lon tans et at encores specialment as freres de notre covent de Liege, at doneit perpetuelment a notre dit covent de Liege X muis de speaute hyretaules, les ques X muy de speaute li abbes et li covens de Bealrepaire de Liege del ordene de Premostreit sont tenut chascun an de payer a notre covent des Precheurs de Liege apres le deces damoiselle Katheline devantdite. Et nos frere Waltiers prieus et li covens des Precheurs de Liege devant dis, por se bien fais et se grande devocion quelle at, nos ottrions a li et prometons a dire a iamais chascunne semainne par nos freres de notre covent, trois messes por le salut del arme damoiselle Katherine devantdite tantost apres se deces et des armes de se pere, de se mere, de son frere, de ses sereurs, de ses antecesseurs, de ses chames et proves amis quelle i entent acompaingnier. Et special ausi participation en messes, en orisons, en junes, vigiles, abstinenches, predications et en tous autre biens que notre frere de Liege feront et dyront a tous iour mais. Et en thesmoingnage de ches choses tenir et warder, nos li prieus et li covens devantdis avons pendus nos saiaus a ches presentes lettres, doneies lan de grasce mil trois cens et XVI le mardi apres Quasimodo. » Voir aussi le dossier 5 décembre 1315 (1).

32 Le Jeudi saint (cf. Strubbe E.I. et Voet L., De chronologie van de middeleeuwen, p. 449 et 543).

33 Dossier 1er avril 1293. À citer encore, le cas de Jean Fournier et de son épouse (A.E.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 51, f° 98r) qui étaient cités dans ce registre comme des bienfaiteurs du couvent carme, en 1294 ; ils y auraient fondé trois anniversaires et une messe hebdomadaire.

34 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 381. Sur ces fondations de chapellenies, les missions et fonctions obituaires de ces chapelains, on consultera avec profit Matz J.-M., Chapellenies et chapelains ; Avril J., En marge du clergé paroissial et Derville A., Les chapelains de Saint-Géry de Cambrai au xive siècle ; Avril J., Les dépendances des abbayes, p. 334–336 et Bériou N., Les chapellenies dans la province ecclésiastique de Reims au xive s., dans Revue d’Histoire de l’Église de France, t. 57, 1971, p. 227–240 ; Burgess C., “For the Increase of Divine Service” et le traditionnel ouvrage de Wood-Legh K.L., Perpetual Chantries in Britain, Cambridge, 1965. Voir aussi ce qu’en dit Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 332–334.

35 Matz J.-M., Chapellenies et chapelains, p. 380–381 : l’installation du chapelain suffit pour définir une chapellenie.

36 Dossier 16 juillet 1384.

37 Dossier 13 novembre 1291 : « Apres ju lay a une aulteit que lesdits fierez devantdis doiient faire en lonneur sains Jacque et sains Philippe en leur moustier, chincques muys de spelte hiretauble. »

38 Dossier 20 novembre 1392.

39 Dossier 6 juin 1400. À mentionner, la messe quotidienne fondée par Gilles de Bernar et sa femme en 1383, chez les Carmes (dossier 10 décembre 1383) : « La dicte maison Notre Dame des Carmes est tenuwe et li frerez dycelle de priier pour larme de jadicte damoiselle Maroie et pour Giele Biernart son marit et pour especiaule et dire messe devotement en ladicte maison chaun jour delle sepmaine delle an durant a tous jours mais sains fin. » C’est le même Gilles de Bernar qui avait fondé un autel/chapelle chez les Dominicains, après 1364 (dossier 5 février 1364), voir p. 344.

40 Voir la mention de l’autel de Nicolas de Périer, chez les Dominicains, dans le testament de Jean de Florennes (dossier 11 mars 1342) : « Item volo et ordino quod ordinatio quam feci in domo Predicatorum Leodiensium de tribus bonnariis terre mee de Bovegnistier ad opus altaris domini Nicolai de Perier fîrma sit et stabilis, sicut eam feci ibidem, presentibus fratre Lamberto dicto Fare, domino Egidio de Prael, fratre Echerto quondam suppriore domus Predicatorum, et fratre Nicolao suppriore domus Scolarium Leodiensium. » Ou encore, dans le testament d’Ode d’Odeur, béguine (dossier 12 novembre 1284) : « [...] tali etiam conditione adiecta quod post mortem ipsius Ode partes predictarum curtis et terre vendantur et de precio ipsarum ematur calix pro quinque marchis, cuidam altari de novo constructo in ecclesia dictorum fratrum [...]. » — Cependant, la plupart de ces mentions ne prouvent rien, puisqu’elles sont le plus souvent indirectes. Le sujet principal du document dans lequel cette mention est trouvée ne concernait pas, en effet, ces fondations d’autels, ce qui signifie donc qu’il n’y avait pas lieu, dans ces écrits, de détailler les services liés aux autels. On ne peut donc généraliser ces quelques cas et conclure que des autels furent fondés, sans se soucier des services liturgiques.

41 Un seul exemple de fondation d’autel où la fidèle ne demandait qu’une messe hebdomadaire : Helvide d’Ais légua un revenu de douze muids d’épeautre aux Bons-Enfants à Liège, « pour une chapelerie faere », pour célébrer des messes toutes les semaines pour son âme (dossier mars 1272).

42 Pour les Dominicains, les dossiers : 16 juillet 1384 ; 15 décembre 1353 (et 29 juin 1358 ; 8 mars 1392 (2)) ; 5 février 1364 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 14r) ; 13 février 1283 (1) ; 12 novembre 1284 ; 11 mars 1342. Pour les Carmes, dossier 13 novembre 1291. Pour les frères mineurs, dossiers : 12 décembre 1382 – 31 décembre 1500 (et 12 décembre 1382) ; probablement 22 juin 1294.

43 Il y aurait une différence d’après les statuts synodaux de 1288, qui faisaient clairement la distinction entre « capella » et « altaria » : Avril J., Les statuts synodaux, p. 153–154. Voir aussi, sur les fondations d’autels, Avril J., La paroisse médiévale, p. 56 ; sur les fondations de chapelles, le très riche article d’ Hubert E., Élection de sépulture.

44 Cf. les dossiers 5 février 1364 (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 14r : « pour le refection delle capelle de Biernar », en 1415).

45 Sur la chapellenie, matériellement parlant, cf. Avril J., En marge du clergé paroissial, p. 124–125.

46 Dossier 15 décembre 1353 : « Item je wilh, devise et ordine que mi foidmens fachent faire en chapitle des Precheurs en Liege une chapelle et un auteit devant li liu la ou mes peres gist, et lais pour le stoffe et fachon delle chapelle et auteit dois cens florins petis bons d’or et de pois, et vuilh que mi foidmens paient les stoffes et les ovrirs a fait que mestirs en serat. Item je lais al auteit maintenant dit qui fais serat en ladite chapelle vient muys de spialt hiretables, lequeis je assenne aprendre et avoir hiretablement sour ma grande maison seiante en la ruwe que ons dist dele Vaus Sainc Lambier ou ens je mains. Et lay encors a dit auteit dize muys de spialt hiretables, les queis je wilh que mi foidmens acquirent de mes biens moibles et parmi ce que dit est. Je wilh que li freres precheurs dessus dis soient tenus et fachent tous les jours perpetuement chanteir une messe adit auteit pour moy et mes predecesseurs ; et se chu faire ne voloient, dont les prive je de tout chu que ordineit ay alz dis chapelle et auteit, et vuilhe que celi laisse se alcoen temps en astoient defalans revenist et revengne a mes plus proimes qui adont seraient troveis en vie. »

47 Dossier 13 février 1283 (1) : « Apres ie en lies por mi et me femme dame Maghon ma sepulture a freres precheurs de Liege en une chapelle que on doit la edifier devant lauteit qui sera en lonour Notre Dame, de sain Lambert et de sain Jousse et je weilh que mi foimens desous nomeit mettent a lauteit deseur dit de mes biens livre et vestiment et ce que besongh serat a dire messe. » Il n’est pas fait mention de messes quotidiennes dans le testament de Lambert delle Fosse.

48 Voir les dossiers 12 décembre 1382 – 31 décembre 1500 et 12 décembre 1382.

49 Voir les dossiers 16 juillet 1384 ; 13 novembre 1291 ; 12 novembre 1284 ; 11 mars 1342 ; 22 juin 1294.

50 Frank I.W., Bettelordenskirchen als multifunktionale Kultraüme, p. 111.

51 Sur les chapelains de chapellenie, voir évidemment Avril J., En marge du clergé paroissial, surtout p. 121–128 et, du point de vue des revenus, Derville A., Les chapelains de Saint-Géry de Cambrai au xive s. Encore utile : Lentze H., Die Rechtsform der Altarpfründen im mittelalterlichen Wien, p. 236–302.

52 Voir le texte proposé par Avril J., Les statuts synodaux, p. 153–154, numéros 35 et 36. Ou encore ce qu’en dit Matz J.-M., L’affermage des cures, p. 150–151 pour la période postérieure.

53 Avril J., En marge du clergé paroissial, p. 130–131. Sur ce clergé « vagabond », voir les considérations de Vincent C., Les confréries de bas clercs. Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 244 parle aussi de ces « altaristes faméliques », s’interrogeant à juste titre si leur explosion numérique était liée à la demande croissante de messes... à moins qu’ils ne la provoquèrent et l’encouragèrent. Voir aussi Matz J.-M., Chapellenies et chapelains, p. 386–397 qui est moins pessimiste : les chapelains ne devaient pas systématiquement être associés au bas clergé tandis que Burgess C., “For the Increase of Divine Service”, p. 5960 a montré que les revenus des chapelains à Bristol au xve s. n’étaient pas si mineurs.

54 On peut donc se poser la question de l’importance du chapelain pour définir une chapellenie et se demander si une approche plus matérialiste ne serait pas plus satisfaisante : une chapellenie ne se définirait-elle pas plutôt par une fondation de messes quotidiennes, à une chapelle ou un autel bien déterminé ?

55 Leguay J.-P., Une présence monastique urbaine, p. 531–533.

56 Voir p. 435–438.

57 Voir Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 326–355.

58 Il n’entrait pas dans mes objectifs d’y répondre ici : M. Lauwers n’a guère approfondi ce point non plus.

59 Quoique J. Chiffoleau ait bien montré que, si les demandes de messes uniques cumulées relevaient de la logique de répétition et surtout d’accumulation, c’était pour permettre à l’âme du testateur d’écourter son temps de purgatoire. Tandis que la fondation perpétuelle, plus ancienne, relevait davantage de la volonté de tirer l’âme de l’enfer, de la sauver au Jugement dernier. Le concept de temps de souffrance au purgatoire, à raccourcir par des messes cumulées, qu’introduisirent les Mendiants du Sud de la France n’était donc pas très clairement défini à Liège. Voir en dernier lieu Chiffoleau J., Pour une économie de l’institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge, p. 257, 265 ; Chiffoleau J., « Usus pauper » ?, p. 145 ; Chiffoleau J., Les transformations de l’économie paroissiale, p. 96–97 ; en dernier lieu, pour le Sud et ses accumulations de messes : Stouff L., Les Provençaux et la mort, p. 217–219.

60 Nicole et Jean-Loup Lemaître arrivent à des conclusions approchantes en partant des obituaires plutôt que des testaments : « Les obituaires posent donc la question de la mathématique du salut autrement que les testaments. Dans ces derniers, on observe une montée générale du nombre de demandes de messes, qui n’est pas sans rapport avec le dynamisme de l’économie. Dans les campagnes françaises, ces demandes restent cependant assez modestes, encore s’agit-il des plus riches. Être riche, c’est pouvoir s’acheter des suffrages non en cumulant des messes mais en diversifiant les demandes de rites et les inscriptions dans plusieurs types de communauté. Le testateur riche élargit le cercle de ses amis en réclamant la prière de plusieurs communautés ; ce n’est pas sur le nombre de messes, mais sur la multiplication des amis que joue l’effet cumulatif » (Lemaître N. et J.-L., Un test des solidarités paroissiales, p. 276–277).

61 Ainsi à Hildesheim : Mûller P., Bettelorden und Stadtgemeinde in Hildesheim, p. 182–183 ou dans le Mecklembourg : Ulpts I., Die Bettelorden in Mecklenburg, par exemple, p. 184–189, 261–265... Même si les premières fondations d’anniversaires y semblent étonnamment tardives (rien avant 1310 !) par rapport aux nôtres. Par contre, à Lausanne, les anniversaires perpétuels paraissent une affaire courante au xive s. : Pasche V., Testaments et vie religieuse à Lausanne, p. 135, même si la structure paroissiale reprenait vigueur alors. Selon Neidiger, l’apogée des legs pour anniversaires aux Mendiants dans les pays Rhénans est à situer entre 1250 et 1350 (Neidiger B., Die Bettelorden im spätmittelalterlichen Rheinland, p. 63).

62 Et ce dès la plus haute Antiquité : Duval Y., Auprès des saints corps et âme. L’inhumation « ad sanctos » dans la chrétienté d’Orient et d’Occident du iiie au viie siècle.

63 Les Dominicains dans la paroisse Saint-Adalbert (aux limites correspondant au domaine de la collégiale Saint-Jean-l’Évangéliste : Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 128–129) ; les Franciscains dans la paroisse de Saint-Thomas (aux limites correspondant au domaine de la collégiale Saint-Barthélemy : Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 130–132) ; les Carmes dans la paroisse de Sainte-Marie-Madeleine (« Prior et fratres de Monte Carmeli Leodienses commorantes intra limites parrochie beate Marie Magdalene in Insula [...] », dit le dossier 19 octobre 1269 ; Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 137–141).

64 Sur le cimetière au Moyen Âge, on verra dorénavant comme article de réflexion Lauwers M., Le cimetière dans le Moyen Âge latin. Lieu sacré, saint et religieux, dans Annales. Histoire et Sciences sociales, t. 54, 1999, p. 1047–1072.

65 Ronzani M., Gli ordini mendicanti e la “cura animarum” cittadina fino all’inizio del Trecento : due esempi, p. 115–116.

66 Parmi les bulles ou copies de bulles dont le couvent dominicain de Liège disposait, citons celle d’Innocent IV accordant aux frères le droit d’enterrer librement toute personne dans leur cimetière : dossier 10 février 1244, et une autre d’Alexandre IV : dossier 10 avril 1255. Voir aussi dossiers 3 février 1244 (1), 25 mars 1244 (3).

67 Voir Simons W., Stad en apostolaat, p. 185–186, surtout aux notes 67 et 68.

68 Quelques exemples : Rüther A., Bettelorden in Stadt und Land, p. 258–275 ; Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 139–143, 337, 400–401 ; De Cevins M.-M., Clercs de paroisse et frères mendiants dans les villes hongroises, passim ; Simons W., Stad en apostolaat, p. 186–187 ; Johag H., Die Beziehungen zwischen Klerus und Bürgerschaft in Köln, p. 123–129, etc.

69 Izbicki T.M., The problem ofcanonical portion, p. 459–460.

70 Sur ces problèmes, voir les lignes concises mais précieuses de Simons W., Stad en apostolaat, p. 185–187 ; Dossat Y., Opposition des anciens ordres à l’installation des Mendiants, p. 291–299 et Ronzani M., Gli ordini mendicanti e la “cura animarum” cittadina fino all’inizio del Trecento : due esempi, p. 121–126 ; De Cevins M.-M., Clercs de paroisse et frères mendiants dans les villes hongroises, p. 284–288 ; Webster J.R., Carmel in Medieval Catalonia, p. 14 ; Delmaire B., Le diocèse d’Arras de 1093 au milieu du xive siècle, t. 1, p. 248–249. Certains couvents réussirent à se faire exempter de la quarte : Beckmann T., Zumkeller A., Geschichte des Würzburger Augustinerklosters, p. 55–56 (dans ce cas-ci, à la mi-xve s.). — Sur les droits paroissiaux et les revenus afférents, voir Avril J., Quelques aspects de l’institution paroissiale, p. 105 et, à propos des droits d’inhumation en particulier, Lentze H., Begräbnis und Jahrtag im mittelalterlichen Wien, p. 329–339.

71 Izbickj T.M., The problem of canonical portion, p. 460–473.

72 Voir n. 103. Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 422–425, a déjà commenté des listes d’épitaphes, mais très sommairement et apparemment à partir de travaux de seconde main. Je n’ai pas trouvé de traces éditées des travaux archéologiques effectués en mars 1964 dans l’église des frères mineurs à Liège, où l’on a découvert alors une crypte contenant des sépultures de laïcs et de religieux (cf. Pieyns J., Le couvent des Frères Mineurs, p. 12, note 1).

73 Pur hasard de conservation ? Je ne le pense pas : voir un peu plus loin, p. 452–457.

74 C’est clair : la terre des cimetières, c’était pour les pauvres ; celle des églises, pour les riches. Voir Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 347 ; Lorcin M.-T., Choisir un lieu de sépulture, p. 245–248. Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 194, était encore plus direct : pour lui, au couvent dominicain de Groningue, le cimetière ne recevait pas les corps des amis (pauvres) du couvent, mais bien des riches bienfaiteurs, qui y « faisaient leur trou » ! C’est le statut social des morts qui primait.

75 En effet, ces droits de sépulture à payer au prêtre de la paroisse n’étaient pas élevés, dans cette région. Voir Marandet M.-C., Le prix du salut en Toulousain à la fin du Moyen Âge, p. 205. Voir aussi, sur les conflits de sépulture entre Mendiants et clergé séculier, aux xiiie mais surtout xive s. : Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 335–337.

76 Avril J., Les statuts synodaux, p. 123–124, numéro 6. Sur les statuts synodaux, on verra avec profit Caspers C.M.A., Synodale statuten.

77 Avril J., Les statuts synodaux, p. 124, numéro 7. La traduction de Schoolmeesters É., Les statuts synodaux de Jean de Flandre, évêque de Liège (16février 1288), p. 121, est un peu libre, mais utilisable. — Voir aussi les intéressantes mises au point de Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 485–489, sur les revenus funéraires. Il apparaît bien que l’aspect financier de l’élection de sépulture, M. Lauwers le prouve, était primordial pour les paroisses.

78 Par exemple, à Lausanne au xive s. : Pasche V., Testaments et vie religieuse à Lausanne, p. 133. Cela n’empêchera pas 22 % de Lausannois de chercher une sépulture chez les Dominicains au xive s. !

79 Dossier 17 novembre 1343.

80 Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [III], p. 3. Voir aussi d’autres exemples à propos du pays liégeois, mais ne concernant pas les Mendiants de Liège : dossiers 15 février 1339 et 17 décembre 1393 ; voir aussi dans Lippens H., Matériaux, t. 8, p. 35 et t. 9, p. 78–79.

81 La perte de crédit des Mendiants au fil du xive et du xve s. a déjà été commentée, passim et le sera encore. Pressions urbaines ? Fin du phénomène de mode ? Dédain de la population à cause des crises internes que connurent ces Ordres au xive s. ? Tout fait farine au moulin. Une raison importante a été exposée joliment par Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 349 : « Les frères mendiants drainèrent vers eux bien des affamés de la foi que l’église décevait, elle qui vendait tout, y compris les sacrements. Plus tard, lorsque le fidèle s’aperçut que dans l’un et l’autre cas le chemin du salut passait par celui de sa bourse, on le vit alors revenir vers son église de paroisse (50 % au xive siècle, 80 % au xve siècle). » Voir aussi Lorcin M.-T., Choisir un lieu de sépulture, p. 248 ; Grevet R., L’élection de sépulture. Le retour des fidèles dans leur paroisse et surtout dans le cimetière de celle-ci s’expliquait peut-être aussi par le renouveau paroissial qui s’imposa lentement après Latran IV. La paroisse devint alors une vraie communauté spirituelle, entée sur l’église et le cimetière. Les paroissiens furent de plus en plus invités à célébrer collectivement les grands événements de la vie dans le cadre des processions, enterrements... C’est ainsi que le cadre paroissial se consolida, comme l’explique bien Avril J., Quelques aspects de l’institution paroissiale, p. 103–106 (la citation supra est tirée de la p. 106). Voir aussi l’exemple plus nuancé de Cologne : Klosterberg B., Zur Ehre Gottes und zum Wohl der Familie, p. 81–89.

82 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 185–186. Voir aussi les listes d’épitaphes, qui contiennent de moins en moins de mentions pour les siècles postérieurs au xive s. D’abord celle proposée par DE Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle. Contribution à l’histoire sociale et à l’histoire des mentalités, p. 136–195, mais aussi celles proposées par Naveau de Marteau L. et Poullet A., Recueil et Naveau L., Analyse.

83 À tel point que certains testateurs prennent leur précaution : en 1299, luette de Fexhe, béguine, décida de consacrer dans son testament un revenu de 40 sous pour acheter un « strait [linceul, drap funéraire, catafalque] de coi ie serrai coverte le jour de me sepulture ». Elle voulait qu’il reste à l’église Saint-Martin pour couvrir les cercueils des pauvres béguines qui mourraient. « Et se li frere precheur la ou iai enliere [=élire ?] ma sepulture voloent le dit strait retenir, donc voelh ie ke on rabate de chu ke ie lour ai lassiet deseur quarante solz delle monoie deseur ditte » (dossier 24 septembre 1299). Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 366 cite déjà cet extrait.

84 Voir p. 241.

85 Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 258.

86 Sur cette promesse, voir Hourlier J., L’Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 187.

87 Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 258. On peut se demander, avec Boniface VIII, si les frères n’essayaient pas d’éviter de payer la portion canonique, la quarte, en enterrant des fidèles faits religieux sur leur lit de mort : Izbicki T.M., The problem of canonical portion, p. 461.

88 Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 349. Même chose chez les Dominicains de Groningue, en 1513 : Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 89.

89 Mort en 1375, il était le frère de Jean de Coir, abbé de Flône de 1348 à 1387. Voir De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle. Contribution à l’histoire sociale et à l’histoire des mentalités, p. 211, numéro 62. Aussi dans A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 3 ; Naveau de Marteau L. et Poullet A., Recueil, no 1017 ; De Meester de Betzenbroeck H., Épigraphie de la Hesbaye hutoise, t. 2, p. 366. Traces de sa chapelle : dossiers 12 décembre 1382 – 31 décembre 1500 et 12 décembre 1382.

90 Simon, Jacques, Thibaud et Marie : « et gisent les dis enfans en notre cymeteire en habit de notre ordene » (A.E.L., Dominicains, 24, f° 46v.).

91 Voir à ce propos les bonnes pages de Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 398–402.

92 Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 347. Voir l’exemple donné par Frank I.W., Das Totenbuch des Mainzer Dominikanerklosters, p. 36–57 pour le couvent des Dominicains de Mayence.

93 Comme l’avait déjà remarqué Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 423. Les seules mentions d’élection de sépulture via les testaments étaient les suivantes : chez les Dominicains, le chevalier Godefroid de Horion (dossier 16 mars 1265) ; la béguine Helvide Blandine (dossier juillet 1266) ; Maguine Bêcheron (dossier 26 juillet 1275 (1)) ; Helvide d’Aix (dossier mars 1272) ; Roger de Chênée (dossier 28 septembre 1281) ; Lambert delle Fosse (dossier 13 février 1283 (1)) ; la béguine Sibylle de Waremme (dossier mars 1291) ; Frankes li Muliers (testament de 1297, dans le dossier 21 mars 1324) ; la béguine Juette de Fexhe (dossier 24 septembre 1299) ; Gilles Roleas (dossier 16 août 1305) ; Marie, béguine de Saint-Adalbert (dossier 16 septembre 1335) ; Crestienne de Waremme, béguine de Huy (dossier 24 juin 1339) ; Jean de Brabant (dossier 15 décembre 1353) ; Jean de Pierreuse, chanoine de la Petite Table (dossier 21 octobre 1376) ; chez les Franciscains : Gilles Surlet (dossier 22 juin 1294) ; Servais de Vreren (dossier 7 décembre 1299) ; Amekin de Lamine (dossier 3 mai 1325) ; chez les Carmes : Philippe de Montegnée (dossier 13 novembre 1291).

94 Voir leur critique infra, 456–457. D’abord, les listes établies par Van den Berch (édition : Naveau de Marteau L. et Poullet A., Recueil, 2 vol. — voir Schreurs F., Henry van den Berch, Roy héraut d’armes de la Principauté de Liège). Il faut y adjoindre les listes de Le Fort (Naveau L., Analyse — voir Le Pas de Sécheval J., La famille des hérauts d’armes Le Fort). On a complété le tout par le dépouillement critique de De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle (un petit article a été tiré de ce mémoire de licence : De Saint-Moulin F., Anciennes pierres tombales des églises liégeoises, dans BSRVL, t. 12, 1993, p. 521–527).

95 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 1–12. Cet épitaphier, rédigé au sein du couvent, contient, outre le relevé des épitaphes, parfois l’emplacement des pierres. Malheureusement, aucune topographie funéraire de l’église des Mineurs n’est envisageable, ces descriptions étant souvent bien trop vagues et se référant aux autels et ornements liturgiques mis en place au xviiie s. Une étude de la topographie de l’église au xviiie s. s’imposerait donc avant de lancer la recherche... Sans garantie aucune de succès, vu le caractère vague de certains passages : « ad pedem columnae » ou « versus altarem B.M. V. » (A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 6). Le Fort a recopié en partie ce manuscrit : Naveau L., Analyse, p. 46–56.

96 Il est moindre chez les Carmes : 20 défunts repérés seulement.

97 Quelques traces : p. 241.

98 Voir p. 396.

99 Sauf, on l’a vu dans le chapitre sur les ventes et achats, si le bien est trop éloigné, par exemple. Dans ce cas, les Mendiants s’en débarrassaient pour des motifs de rentabilité économique. Voir p. 308–312.

100 Ainsi, le chassereau aux cens et rentes des Dominicains ne cite qu’une clause du testament d’Ode de Saint-Léonard, précisant que l’original se trouvait scellé, par les échevins de Liège, au couvent des frères mineurs (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 8v-9r).

101 Une preuve : les nombreuses copies de testaments rédigées par l’Official, par l’une ou l’autre institution ecclésiastique à la demande et à l’usage des Mendiants eux-mêmes : voir p. 260–261. Il s’agissait ici de garantir la possession de revenus pour lesquels les frères n’avaient pas reçu de titre stricto sensu ou de testament lié à ces biens ! On lit dans les dépenses effectuées par les Dominicains en 1414 que 3 livres et 3 sous ont été « payet pour copier le testament Warnier de Lavoir » (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 42r).

102 Puisque la terre des cimetières est la terre des pauvres : Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 347–348 ; Lorcin M.-T., Choisir un lieu de sépulture, p. 245–248 et Marandet M.-C., Le souci de l’Au-Delà, p. 152. Sur la pierre tombale, signe ultime social : Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 381–382. Certains bienfaiteurs se faisaient enterrer dans les murailles, dans des caveaux disposés dans l’appareil, comme chez les Dominicains de Valenciennes : Maliet V., Histoire et archéologie du couvent des Dominicains de Valenciennes, p. 52–54.

103 Le corpus est le suivant, classé par famille/lignage avec, pour chacun ou chacune, les références aux ouvrages mentionnant leurs lames funéraires ou épitaphes. — J’abrège exceptionnellement pour cette note les travaux suivants : SAMO = De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle [au n° de catalogue, p. 136–231] ; VDB = Naveau de Marteau L. et Poullet A., Recueil [au n° de catalogue] ; Le Fort = Naveau L., Analyse [au n° de catalogue] ; Obit = A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1 [à la page] ; Catalogue = Weerts N. et Kefer J., Catalogue illustré des pierres tombales [de Liège] [au n° de catalogue] ; De Borman C., 1 = De Borman C., Les échevins, t. 1 [à la page]. — Awans-Wihogne (d’) : Obit, p. 5 ; VDB 1056 // Aywaille (d’) (Boveal) : VDB 1148 — cf. VDB 794//Balances (des) : Obit, p. 9 ; Le Fort 341 ; SAMO 1 // Baré : De Borman C., 1, p. 101–103, 393 ; SAMO 3, 4 ; VDB 1183 // Beaurieux (de) : VDB 1029 ; Poncelet É., Le comté de Beaurieux, p. 401–403 // Pont (Beckin de) : Obit, p. 2 // Bernar (de) : SAMO 15, 16 ; VDB 1181 ; Le Fort, 372 // Berne (de) : VDB 1057 ; Obit, p. 11 // Berstraeten : VDB 1055 ; Obit, p. 4 // Bierset (de) : SAMO 18, 19, 23, 24 ; VDB 1158, 1071, 1025, 1155, 1174 ; Obit, p. 10 ; Catalogue 87 // Boilau : VDB 1051 ; Obit, p. 5 // Boingt (de) : VDB 1079 // Bouvigne (de) : VDB 1424 // Brabant (de) : SAMO 29 ; De Borman C., 1, p. 139, 143–144, 182–183, 186 // Brahir (de) : SAMO 30 ; Obit, p. 5, 11, 12 ; VDB 1028, 1046 ; De Borman C., 1, p. 223 // Boverie (Buchair delle) : VDB 1409, 1410, 1433, 1434, 1435 // Briffoul : VDB 1161 // Canges (des) : SAMO 36, 37 // Chabot : SAMO 42, 43, 45, 50, 47 ; Obit, p. 10, 12 ; VDB 1044, 1035, 1054 ; Le Fort 255 ; De Borman C, 1, p. 223, 351 // Charneux (de) : SAMO 51, 52, 53 ; De Borman C., l, p. 82, 106, 173, 195–196, 388 // Clericus : SAMO 58, De Borman C., 1, p. 70–71 // Clermont (de) : VDB 1011 // Clouze : SAMO 59 ; VDB 1076 // Coir (de) : SAMO 62, 64 ; EpigHesb, 2, p. 366 ; Obit, p. 3 ; VDB 1017 ; nos dossiers 12 décembre 1382–31 décembre 1500 et 12 décembre 1382 ; Catalogue 97 // Cologne (de) : SAMO 68, VDB 1141 ; Catalogue 88 // Corotier : VDB 1024 // Cortois : VDB 1185 // Corswarem (de) – Limont : VDB 1002, 1068 ; Obit, p. 3 // Cramadar : VDB 1138 // Crisnée (de) : SAMO 71 ; VDB 162 ; De Borman C., 1, p. 166 // Damage : VDB 1050 // Fexhe (de) : VDB 1045, 1048, 1152 ; Obit, p. 5 // Fontaines (de) : SAMO 79, 80, 81, 82 ; VDB 1008, 1059, 1053, 1154 ; Obit, p. 4, 7 // Foramine (de) : Obit, p. 8 // Fosse (delle) : SAMO 83 ; De Borman C., 1, p. 91–92 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 111 ; Bourgault C., Le couvent des Dominicains de Liège, notes archéologiques et architectoniques, p. 3132 ; Catalogue 86 // Fraineux : VDB 1058 ; Obit, p. 4 // Gers (de) : Obit, p. 7–8 // Gillemans : SAMO 87, 88, 89, 90 ; VDB 1020, 1019, 1021, 1074 ; Obit, p. 8, 9, 12 ; Le Fort 344, 285 ; Catalogue 97 // Ghilar : VDB 1078 // Ghudighoven ou Gutshoven (?) (de) : VDB 1033 // Attincourt (Ghoiswien d’) : VDB 1422 // Gothem (de) : VDB 1037 // Grens (de) : VDB 1077 // Haccourt (de) : VDB 1171 // Hainaut (de) : SAMO 93 ; VDB 1069 ; De Borman C., 1, p. 94 // Halle (delle) : SAMO 95 ; VDB 1163 // Haneffe (de) : VDB 1012, 1018 ; EpigHesb, 2, p. 81 ; De Chestret de Haneffe J., La terre franche de Haneffe et ses dépendances (Donceel, Stier), p. 23 ; notre dossier 20 février 1362 // (H)emptinne (de) : VDB 1016 ; Obit, p. 3 // Hollogne (de) : SAMO 104 ; De Borman C., 1, p. 87 // Horion (de) : SAMO 105, 107, 108 ; De Borman C., 1, p. 229 // Horion (de) : VDB 1014, 1155 ; Obit, p. 9 // Hozémont (de) : SAMO 110 // Huweneal : SAMO 113 ; VDB 1160 // Jemeppe (de) : VDB 1151 // Kemexhe (de) : SAMO 7, 122 ; Le Fort 315 ; De Borman C., 1, p. 76 // Kohier : Obit, p. 5 // Kretengne (de) : VDB 1026 ; Obit, p. 10 // Langdris (de) : SAMO 127, 128, 129, 130 ; VDB 1013, 1009, 1007, 1010 ; De Borman C., 1, p. 192, 209 ; Obit, p. 7 // Lardier (de) : SAMO 133, 135, 137, 138, 139, 140, 141, 143 ; De Borman C., 1, p. 76–78, 97, 108, 158160, 201, 393 ; VDB 1167, 1005, 1004, 1006, 1135, 1173//Lavoir (de) : SAMO 144, 145, 146, 148 ; VDB 1140, 1022, 1023 // Liers (de) : Obit, p. 7 // Li Mas (Polarde) : SAMO 150 ; VDB 1165 // Low (de) : SAMO 152 ; VDB 1157 // Mathon : SAMO 153, 154, 155, 156 ; VDB 1027, 1075, 1003, 1176 ; Obit, p. 8, 9, 12 ; De Borman C., 1, p. 80, 425 // Metz (de) : SAMO 159, 160, 161 ; Obit, p. 9, 10 ; VDB 1179, 1043 ; De Borman C., 1, p. 200 // Miez (de) : VDB 1413 // Mons (de) : VDB 1052 ; Obit, p. 5 // Motroal (de) : Obit, p. 8 // Neuvice (de) : SAMO 165, 166, 168, 169, 170 ; De Borman C., 1, p. 82, 108 ; VDB 1166, 1418 // Roloux (Olivier de) / Roloux (de) : SAMO 173 ; VDB 1184 // Othée (d’) (?) ; VDB 1168 // Ouffet (d’) : SAMO 174 ; De Borman C., 1, p. 132, 143, 173, 403 // Oupeye (d’) : VDB 1063, 1067 ; Obit, p. 4 // Paniot : VDB 1417 // Seraing (Pannetier (le) de) : VDB 1136, 1169 (= en 1535) // Parfonriu (de) : VDB 1147 // Warzée (Payen de) : SAMO 175 ; VDB 1073 ; Obit, p. 10 // Peis ou Pesche (de) : VDB 1015 // Pepinster (de) : Obit, p. 2 // Pixide (de) (?) : Obit, p. 12 // Polarde : SAMO 177, 179, 180, 182 ; De Borman C., 1, p. 324, 326 ; VDB 1164, 1170, 1178 // Pouillet : VDB 1420 // « Prevôt (le) » : VDB 1070 // Prez (de) : SAMO 196 ; VDB 1162 // Quaremme : VDB 1034 // Rixingen (de) : VDB 1039 ; Obit, p. 2 // Rokoche : VDB 1042 // Roleas : VDB 1144 // Roloux (de) : VDB 1065 // Rosoux (de) : VDB 1038 // Ruelle (de) : VDB 1150 // Saint-Martin (de) : SAMO 208 ; De Borman C., 1, p. 42 ; VDB 1153 (cf. aussi 1411) // Saint-Servais (de) : SAMO 215, 218 ; De Borman C., 1, p. 98 ; VDB 1174 // Sclessin (de) : SAMO 221 ; VDB 1432, 1137 // Solier-Île (de) : VDB 1146 // Surlet (de) : SAMO 226, 227, 229, 237 ; De Borman C., 1, p. 88, 98 ; VDB 1041, 1072 ; Obit, p. 10 ; Le Fort 352 // Velroux (de) : VDB 1066, 1143 // Wangnelée (de) : VDB 1412 // Warfusée (de) : Obit, p. 2 ; VDB 1040 // Waroux (le Polain de) : VDB 1061 ; Obit, p. 4 // Weri : VDB 1246 // Wege (delle) (ou : Lowaige) : VDB 1036 // Wonck (de) : VDB 1422 // les béguines Marie de Saint-Adalbert et Marie de Saint-Martin en Île : VDB 1145 // Marie Cokroul de Saint-Christophe : VDB 1419 // Catherine Bonande et Helwy de Lier, de Namur : VDB 1049 ; Obit, p. 5.

104 Même si, bien souvent, on peut constater que les gestes posés par l’élite sociale trouvaient un écho relatif dans le reste de la population.

105 Et non les élections de sépulture dans les testaments : outre le fait que leur conservation (voire leur « découverte ») tient du hasard, elles concernent parfois des sépultures déjà connues par les listes d’épitaphes (par ex. Lambert delle Fosse, Gilles Roleas...). Souvent, il s’agit d’élection de sépulture sans qu’il fût davantage précisé l’endroit — et donc probablement dans le cimetière (par ex. dossier 16 mars 1265 ; juillet 1266 ; mars 1272 ; 26 juillet 1275 (1) ; mars 1291 ; 13 novembre 1291 ; 24 septembre 1299...) : ici ces données ne peuvent être utilisées pour définir le corpus des inhumations privilégiées. Certaines pierres se trouvaient ailleurs dans le couvent (cloître, salle du chapitre...), comme peut-être celle de Roger de Chênée (dossier 28 septembre 1281) : « Apres je lais a freres precheurs de Liege L mars de ligois et s’enlies ma sepulture en lour maison, car je veulh gesir avek mon sangneur me pere, et s’ordenne ke on achate une piere por mettre sor lui et sor mi ou ens soient entailhies son ymagene et le mine, et se vuelh ke on fache ens en mur deleis nostre sepulture pointures et ymagenes alle devise de prieus. » Sur les sépultures dans le couvent et dans le(s) cimetière(s), voir la mise au point fondamentale de Comte F., Galinie H., Les lieux d’inhumation dans les quartiers canoniaux, des origines au xviiie siècle. On pourrait même concevoir qu’il ait existé, comme à Groningue (Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 85–86), des emplacements réservés à différents types sociaux : les Mineurs de Groningue enterraient dans leur cimetière les guerriers tombés au combat. Ils enterraient d’autres groupes sociaux, différents, dans le cloître et dans l’église.

106 Sauf peut-être quelques dégâts (?) subis par le couvent des Carmes en 1468, d’après le peu fiable Ambrosius A S. Teresia, Monasticon Carmelitanum, p. 594–595. Mais pas les Dominicains (Bourgault C., Le couvent des Dominicains de Liège, notes archéologiques et architectoniques, p. 37–38) ni les frères mineurs (du moins les sources n’en soufflent mot).

107 Voir p. 129–145 et la bibliographie qui y est adjointe.

108 Il faut noter une pointe (accidentelle ?) chez les Mineurs, pour la décennie 1260–1269.

109 Eggenberger P., Descoeudres G., Klöster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 445–147 : les xiiie et xive s. furent la période centrale pour les inhumations dans les églises de Mendiants ; ensuite, les bourgeois s’y impliquèrent moins. Néanmoins, dans une ville comme Romans, la sépulture chez les Mineurs était encore très demandée au xve s. (25 % des élections de sépulture) : Viallet L., Bourgeois, prêtres et Cordeliers à Romans, p. 390–397. Serait-ce dû à l’importance des Cordeliers à Romans, en situation de « monopole » mendiant ?

110 Depuis les travaux d’Henri Pirenne. Voir à ce sujet le petit exposé de Derville A., Les élites urbaines en Flandre et en Artois, qui fait l’historique de ce concept un peu anachronique de « patriciat » aux pages 125–127. Pour clarifier ce concept, le colloque auquel a participé A. Derville pour la communication ci-dessus, propose d’utiliser le mot « élite urbaine ». Voir le judicieux et clair exposé justificatif de ce terme, par Braunstein P., Pour une histoire des élites urbaines : vocabulaire, réalités et représentations, notamment p. 29–31. Sur les élites urbaines liégeoises, on consultera Xhayet G., Réseaux de pouvoir. Voir aussi la récente synthèse de Nicholas D, The Later Medieval City 13001500, p. 180–202.

111 De Spiegeler P., La draperie de la cité de Liège des origines à 1468.

112 Voir, dernièrement paru, surtout Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 48—49 et la synthèse de Xhayet G., Réseaux de pouvoir, p. 87–116. Voir, pour comparer, les consuls en Provence : Fournie M., Peytavie C., Les élites urbaines et la mémoire des morts.

113 Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 50 ; Braunstein P., Pour une histoire des élites urbaines : vocabulaire, réalités et représentations, notamment p. 31–34, explique très bien cette aspiration à la noblesse de l’élite urbaine.

114 Braunstein P., Pour une histoire des élites urbaines : vocabulaire, réalités et représentations, notamment p. 34.

115 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 340–342, insiste sur les dons de dîmes par les chevaliers du pays de Liège, comme signe de liberalitas.

116 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 343–345, 354–355 ; Lauwers M., Le « sépulcre des pères » et les « ancêtres », p. 70–75. Lauwers parle ici de l’attitude des chevaliers qui se fondaient avec la noblesse, au xiie et au xiiie s. Mais, par extension, ces lignes conviennent évidemment pour l’élite urbaine qui rêvait de chevalerie et de noblesse et fit tout pour s’y adjoindre.

117 Cette assimilation fut telle que la conceptualisation de ce qu’est exactement cette « élite urbaine » est des plus complexes.

118 Sur l’arbitrage, la prédication, voir infra.

119 Voir, par ex., les membres des cours de tenants, p. 357–358.

120 On trouve beaucoup de membres de ces lignages dans les rangs des frères mendiants : voir p. 591, notes 1 et 2.

121 Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 5657 et Bourlet I., Devaux J., Le Mal Saint-Martin ; voir aussi p. 8.

122 À moins qu’il ne s’agisse tout simplement du résultat d’unions de diverses familles attirant les unes ou les autres dans l’une ou l’autre nécropole.

123 Voir les définitions de ce genre de groupe social par Derville A., Les élites urbaines en Flandre et en Artois, p. 128–129. Les églises des Mendiants jouent le rôle d’Eigenkirche pour les bourgeois : Eggenberger P., Descoeudres G., Klöster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 445–447.

124 Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 343–345.

125 Pour ceux-ci, la raison est claire ! Un des fils de Corswarem avait fondé le couvent de la Paix-Dieu avant de rentrer chez les Mineurs de Liège. Ce couvent était devenu le lieu des liberalitates et l’endroit de la nécropole familiale. Voir p. 512–515.

126 Sur la prédication, voir les p. 524–532.

127 Van Uytven R., Wereldlijke Overheid, p. 71 ; Kusman D., À propos de la consultation de Thomas d’Aquin, p. 944, note 23 (pour réf. bibliographique). Les comtes de Namur choisirent aussi leur sépulture chez les Franciscains de Namur : Massart C., Dévotion et charité, p. 106–108 ; Aigretn.-J., Histoire de l’église, p. 47–48.

128 Les élections de sépulture mentionnées dans les testaments insistent clairement sur le retour au caveau familial : par ex., aux Dominicains, Frankes li Mulier, bourgeois de Liège, expliquait en 1297 « [...] je lais a freres Precheurs de Liege XXV mars et si eulis ma sepulture a eas en la fosse mon pere » (dossier 21 mars 1324) ; voir aussi dossier 28 septembre 1281...

129 Voir p. 456–457.

130 Voir p. ex. p. 285 et ss.

131 De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle. Contribution à l’histoire sociale et à l’histoire des mentalités, p. 99 ; Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 424–425 ; Guyon C., Les Écoliers du Christ, p. 397–399.

132 De Saint-Moulin F., Les sépultures du patriciat liégeois du xiiie au xve siècle. Contribution à l’histoire sociale et à l’histoire des mentalités, p. 91. Seules les familles qui avaient des fils dans ces communautés canoniales auraient un contact plus accru avec elles.

133 De plus, la plupart des épitaphes ne mentionnent pas ces pratiques. Dès lors, tous les calculs visant à savoir quel pourcentage de halliers, de viniers, de changeurs était enterré ici où là est vain et sans intérêt.

134 J’ai compté pour une femme toute mention de femme, fut-elle épouse ou célibataire, sans les distinguer ici. Ceci dans la mesure où les femmes ne se faisaient plus nécessairement inhumer avec leur mari : par exemple, voir Lorcin M.-T., Choisir un lieu de sépulture, p. 249. Le nombre de femmes ou d’hommes pour lesquelles aucune date de mort n’est mentionnée dans les sources se trouve sous la rubrique 0 de l’axe des décennies.

135 Pour la Flandre : Simons W., Stad en apostolaat, p. 210–212 ;

136 Voir les exemples d’élection de sépulture des béguines chez les Mendiants, p. 495, n. 123.

137 Peu d’exemples de béguines (ou assimilées) qui reposaient dans l’église sous une lame funéraire, à Liège. Chez les Prêcheurs : Marie, recluse de Saint-Adalbert, morte en 1259, en compagnie de Marie, recluse de Saint-Martin en Île (probablement tertiaire dominicaine au xve s.) ; chez les Franciscains : Catherine Bonande et Helwy de Lier, mortes respectivement en 1332 et en 1352, originaires de Namur ; chez les Cannes, Marie Cokroul, béguine de Saint-Christophe, sans date de mort connue.

138 Sur l’importance de la sépulture des béguines chez les Mendiants : Simons W., Stad en apostolaat, p. 210–211 ; Michaud F., Liaisons particulières ?, p. 9–11. Un exemple : Bönnen G., Ein lothringisches Beginentestament aus dem Jahre 1278, p. 168–170.

139 Deregnaucourt J.-P., L’élection de sépulture d’après les testaments douaisiens (1295–1500), p. 350–351 ; Chiffoleau J., La comptabilité de l’Au-Delà, p. 262–266 ; Stouff L., Les Provençaux et la mort, p. 215.

140 Voir p. 496.

141 Dossier 25 mai 1317. Voir aussi le dossier 1er juin 1254 – 7 juin 1254 : « unde fiant hostie pro missis celebrandis ».

142 Dossier 31 juillet 1328.

143 Dossier 4 juillet 1370. Voir aussi dossiers 17 mai 1275 ; 25 novembre 1297 ; 25 mai 1317. Voir notamment l’article de Hélin M., Une fière chandelle..., sur l’usage de la cire à des fins propitiatoires.

144 Par exemple, dossier mars 1272...

145 Voir p. 496–497 pour de la bibliographie sur la piété christique et mariale.

146 Matt., 25, 31–46.

147 Tout ceci est développé par Le Blévec D., Les moines et l’assistance, p. 340 et par Saunier A., « Le pauvre malade », p. 5–11 et 22–36.

148 Peut-être même la plus plausible, comme on le verra dans le chapitre sur les relations entre les Mendiants et les mouvements dits « semi-religieux », p. 471–479.

149 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 214. Voir aussi le résumé de cette thèse par DE Craecker-Dussart C., Pauvres et assistance à Liège au Moyen Âge.

150 Lauwers M., Le « sépulcre des pères » et les « ancêtres », p. 76.

151 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 214–215 et p. 188 : c’est d’ailleurs pour cela que bon nombre de testaments demandaient la présence de pauvres à l’enterrement du testateur, afin qu’ils priassent pour son âme.

152 Touati F.O., Maladie et société au Moyen Âge, p. 633–636.

153 Voirp. 217–218.

154 Voir les développements de Le Blévec D., Les moines et l’assistance, p. 342–345. Voir p. 7, par ex.

155 Voir p. 471–479.

156 Voir le très intéressant texte, peu connu, édité par Löhr, de consuetudines en vogue dans un couvent dominicain allemand non identifié, de la première moitié du xive s. : « Item quia levite accipentes decimas a populo decimam ilius decime in gazophilacium Deo optulerunt, pium est et devotum, ut quamvis elemosinam a populo mendicemus, tamen aliqualem elemosinam pauperibus pro tempore largiamur. Unde consuevit cellerarius feria sexta reliquias mense et coquine per septimanas collectas communibus pauperibus et feria secunda beginis et personis devotis panem et cervisiam elargiri », Lôhr G.M., Die Gewohnheiten eines mittel-deutschen Dominikanerklosters, p. 104.

157 L’affaire était d’importance, puisqu’elle fut soumise à l’approbation épiscopale et à l’approbation papale : il faut dire que Guillaume léguait des biens de l’Église, probablement liés à sa charge : dossier 8 avril 1246 – 30 mars 1247 et dossier 9 juin 1246. — Un autre exemple de legs annuels d’argent aux pauvres via le prieur des Prêcheurs et d’autres organismes, comme les mandés : le dossier novembre 1311.

158 Sur le residuum, voir p. 263. Une définition du concept se trouve dans Caillemer R., Origines et développement de l’exécution testamentaire, p. 476–512.

159 Dossiers 16 mars 1265 ; juillet 1263. Sur les legs de residuum, voir les dossier avril 1262 et 10 mars 1268.

160 Dossier 5 juillet 1276.

161 Dossier 20 juillet 1287 : il s’agit d’un legs particulièrement intéressant de rente en argent pour acheter des « solers » annuellement, pour les pauvres de ce quartier de la cité de Liège.

162 Il n’y a pas de contradiction dramatique avec leur état réel de « rentiers », parce que la plupart des legs et dons retrouvés, destinés aux pauvres via les Mendiants, concernaient surtout le xiiie s., période où les Mendiants durent encore se prévaloir de leur pauvreté régulière et faire illusion.

163 Voir p. 471–518.

164 Attention, ceci ne signifiait pas que les Mendiants étaient les seuls intermédiaires quant aux legs faits aux pauvres. Bon nombre de legs d’argent, de pain... « de détail », étaient mentionnés dans le corpus, qui étaient directement cédés aux pauvres, ou via des intermédiaires différents des Mendiants (aumônes, hôpitaux...). Exemples de legs ou dons aux pauvres non gérés par les Mendiants dans les dossiers : 11 mars 1342 ; 17 mai 1275... parmi bien d’autres.

165 Voir p. 471–479.

166 Dossier novembre 1311. Ou encore, autre exemple, les Dominicains étaient chargés de « doner a freres Meneurs de Liege cinc sols, a Sainte Katherine sor le pont des Arches douze denirs et les quatre sols ki demoirent a poures prestres et a poures recluses de Liege et des forbors », dans le dossier mars 1281.

167 Le testament de Roger de Chênée montre bien comment, au xiiie s., les structures mentales des contemporains assimilaient Mendiants, pauvres et béguines : le mambour des Pauvres en Île était chargé de tirer de deux tiers d’un revenu qui lui avait été donné « 60 sous de ligois a freres precheurs de Liege et 60 sous a freres menoirs, d’an en an, a tousjours, pour achateir de pain a freres de lour covent », 60 sous à convertir en « soleirs » (= souliers) pour les pauvres de Chênée, 20 sous aux pauvres béguines de Saint-Christophe, 20 sous aux malades de Cornillon, 20 sous aux frères de Beaufays (chanoines réguliers), « a Baireis de Liege 10 sous » (les Carmes) et le reste, pour les pauvres. Ceci n’était qu’un exemple parmi bien d’autres. Un autre testament de 1364 permet de conforter cette position : Gilles de Bemar lègue « en pure elmoine az cascone Ordene hospitauz mendians seans en liege [...] chincque libvres de tournois comon paiment de Liege une fois a payr ; Item pour Dieu et en pure almoine az poures beghines demorantes en le maison singneur Hubier waureit quarante [...] et le tirche part donk capon [...] ». Ici aussi, dans l’expression « Ordene hospitauz mendians », se retrouve l’assimilation, dans l’esprit de certains fidèles, des couvents de Mendiants avec le milieu hospitalier et le monde des pauvres béguines.

168 Voir p. 484–485. En définitive, ne faudrait-il pas voir en ces (pauvres) béguines (et bégards) l’équivalent du pauvre spirituel, plus proche de Dieu encore que le pauvre traditionnel ? Ce qui expliquerait alors l’assimilation béguine = pauvre, qui est constatée ici. Une étude sur la pauvreté des béguines est à entreprendre.

169 Par exemple, entre mille, les dossiers : 1er juin 1254 – 7 juin 1254 ; 9 février 1261 ; 28 septembre 1281 ; octobre 1284 ; 21 mars 1324 (testament de 1297) ; 3 décembre 1295 ; 24 septembre 1299 ; 24 juin 1339 ; 19 janvier 1347... Voir les lignes à propos des legs aux pauvres stricto sensu, note 164, p. 467.

170 Un des ancêtres de cette confraternité de prières était le rouleau des morts, colporté de couvent en couvent, et sur lequel était indiqué le nom d’un ou l’autre frère défunt, afin d’annoncer sa mort et de requérir des prières. Ce système est illustré par l’article de Stiennon J., Routes et courants de culture, p. 306, notamment pour une définition. Voir aussi, dans les derniers travaux parus, Dufour J., Brefs et rouleaux mortuaires.

171 Voir Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 465–466.

172 Voir dossier 19 octobre 1269 : « Item promittimus eisdem abbati et conventui quod mutue fraternitatis gracia intererimus et interesse tenebimus exequiis fratrum ipsius abbacie sancti Jacobi decedentium ibidem et hoc cum processione nostra solempni ipsosque decedentes fratres in dicta abbatia eadem gratia prosequi qua fratres nostro proprios prosequi consuevimus. » — Les Croisiers, qui s’installèrent aussi sur un terrain de Saint-Jacques, furent aussi astreints à cette obligation funéraire : dossier 26 septembre 1273. -— Les Guillemins aussi étaient astreints à des obligations semblables : vu que l’église de Sainte-Véronique en Avroy avait été incorporée aux revenus du couvent Guillemin alors qu’elle appartenait jusque-là à l’abbaye de Saint-Laurent, les religieux Guillemins devaient se rendre à l’abbaye le jour de la dédicace et le jour des obsèques d’un religieux pour y assister aux offices : dossier 6 novembre 1365.

173 Dossier 10 juin 1330.

174 Dossier 17 juin 1330 : le maître général de l’Ordre des Dominicains, Barnabé, donna des lettres de participation aux mérites de l’Ordre à Jean III et à sa famille. Ce document fut émis à Liège, probablement au couvent dominicain. Voir aussi Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Leuven, p. 92 : participation aux prières des Mineurs.

175 Lippens H., Matériaux, t. 8, p. 128. — D’après Bakker, ce système au départ était une sorte de remerciement pour service rendu. Ensuite, ce devint un moyen de forcer les croyants à faire des cadeaux ! Bakker F.J., Bedelorden en begijnen in de stad Groningen, p. 88. Voir aussi Picard D., Les suffrages.

176 La distance est ténue entre ce xiiie s. et le haut Moyen Âge des membres de l’oligarchie qui dirigeait alors le Hainaut, rentrant dans les Ordres après avoir amassé honneurs et richesses terrestres : Helvétius A.-M., Abbayes, évêques et laïques. Une politique du pouvoir en Hainaut au Moyen Âge ( viiexie siècle), Bruxelles, 1994 (Crédit Communal, Collection Histoire in-8°, 92).

177 Le Goff J., La naissance du purgatoire.

178 Touati F.O., Maladie et société au Moyen Âge, p. 633–636.

Table des illustrations

Titre Graphique 16. Inhumations dans l’église – xiiie – xive s.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4874/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Graphique 17. Inhumations chez les Mineurs : rapport hommes (H) / femmes (F)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4874/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Graphique 18. Inhumations chez les Prêcheurs : rapport hommes (H) / femmes (F)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4874/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search