Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Première partie. Pour Vivre... L'Économie des Mendiants

Conclusions de la première partie

Texte intégral

  • 1 Little L.K., Religious Poverty and the Profit Economy. Alors qu’au départ, les premiers Mendiants (...)

1L’économie était une réalité, dans les couvents de Mendiants. De la rente multiforme à la quête méthodique, du souci de l’efficacité des actions économiques — oserais-je dire : de la rentabilité ? — à la mise en œuvre d’une réflexion théologique et juridique sur l’éthique des comportements économiques : les Mendiants étaient partout. Jusqu’à présent, les historiens avaient montré que les Mendiants s’intéressaient de près aux comportements et au langage économique et qu’ils tentaient ainsi de justifier, pour mieux les sauver, les marchands, les changeurs, peut-être même les usuriers1. Mais, ne voit-on pas ici qu’ils mettaient en vigueur un système économique totalement licite, qui devait être à la fois un modèle et un instrument pour vivre... ?

  • 2 Andenna G., « Non habebant mobilia... », notamment pour la citation p. 96.

2La crise économique que connaissaient alors les autres établissements non mendiants, comme c’était le cas en Italie, était la conséquence de leur nécessaire adaptation aux forceps à une économie monétarisée, à une évolution sociale, économique et juridique d’un monde agricole en mutation. Comme le montre G. Andenna, le drame, pour ces établissements monastiques traditionnels, était que « la logica del profitto rimaneva estranea ai cenobiti2 ». Ce qui n’était pas le cas des frères Mendiants, dont il faut reconnaître l’extrême ancrage à la pointe de la réalité mouvante des comportements économiques en terre de Liège.

  • 3 Comme le montre le cas des Cordeliers de Romans : Viallet L., Bourgeois, prêtres et Cordeliers à R (...)
  • 4 Chiffoleau J., « Usus pauper » ?.

3Évidemment, les Mendiants étaient toujours soucieux de pauvreté et de mendicité. Mais l’idéal était une chose, la survie en était une autre3. L’usus pauper n’aurait-il pas été, comme le dit J. Chiffoleau4, une certaine façon de vivre sa propriété dans un esprit de pauvreté ?

4Certes, peu de conclusions peuvent être tirées à propos des Mineurs : les legs, les dons affluaient chez eux — et ils ne les refusaient pas, à ce qu’il semble — mais peut-on en déduire qu’ils procédaient avec ces biens comme les Dominicains, les Carmes, les Croisiers ? Certes, l’argument du silence est un couteau à double tranchant, en Histoire. Il n’empêche : l’absence de toute organisation économique évoluée chez les Franciscains liégeois, le vide documentaire, couplés avec ce que l’on sait du comportement de rejet de la propriété par les frères mineurs dans d’autres villes : tout cela pousserait à croire à un relatif respect de la pauvreté évangélique chez les fils de saint François.

  • 5 Voir le beau travail, même si un peu vieilli, de Grossi P., Le abbazie benedettine nell’alto medio (...)

5Mais peut-on comparer simplement l’histoire économique de ces couvents de Mendiants à celle d’abbayes bénédictines5 ? Non, bien sûr. Car ces communautés de Mendiants n’avaient pas du tout les mêmes fonctions, les mêmes objectifs, dans le cadre de cet insediamento urbain. Une étude des structures économiques reste indissociable d’une étude des fonctions conventuelles : ce pour quoi ces hommes vivaient ou survivaient.

Notes

1 Little L.K., Religious Poverty and the Profit Economy. Alors qu’au départ, les premiers Mendiants méprisaient l’argent et les marchands : cf., par ex., Carozzi C., Le monde laïc suivant Humbert de Romans, 233–235 et Le Goff J., Franciscanisme et modèles culturels du XIIIe siècle, p. 95–96.

2 Andenna G., « Non habebant mobilia... », notamment pour la citation p. 96.

3 Comme le montre le cas des Cordeliers de Romans : Viallet L., Bourgeois, prêtres et Cordeliers à Romans, p. 152–156.

4 Chiffoleau J., « Usus pauper » ?.

5 Voir le beau travail, même si un peu vieilli, de Grossi P., Le abbazie benedettine nell’alto medioevo italiano, qui par certains côtés s’apparente à celui-ci.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search