Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Première partie. Pour Vivre... L'Économie des Mendiants

Chapitre V. Les résultats d’une économie conventuelle

Texte intégral

  • 1 Tout au plus peut-on, de temps à autre, se risquer à des estimations pour certains legs, pour la p (...)

1Les différentes formes de revenus, les moyens mis en œuvre pour les acquérir, les gestionnaires et leurs instrumenta : le faciès du système économique construit par les couvents de Mendiants commence à se dessiner. L’intégration au mode de vie économique urbain était réussie et elle expliquait, en partie au moins, le succès de ces religieux. Reste une constatation un peu amère : il est bien difficile de définir le poids financier des couvents de Mendiants, leur profil économique en matière de « productivité », de rapport dépenses/recettes pour le xiiie ou pour le xive s.1. Pourquoi ? Les raisons en sont simples : d’abord, une réelle organisation comptable ne se concrétisa pas, avant le xve s., par des outils écrits systématisés et donc, avant cette période, il n’existait pas de sources adaptées. Ensuite, nul ne peut en aucun cas considérer l’ensemble de la documentation dépouillée pour les périodes antérieures au xve s. comme conservée de façon assez exhaustive pour en tirer des enseignements quantitatifs. Plus encore : même si cette documentation était conservée exhaustivement, on ne pourrait en faire grand usage, notamment du point de vue quantitatif, parce que les fonctions de ces sources n’étaient pas du tout adaptées à une étude des rentrées et des débours. En effet, qui nous dit que les testaments conservés furent bien exécutés ? Comment les exécuteurs testamentaires procédèrent-ils ? les Mendiants reçurent-ils tout ou seulement une partie ? Et caetera...

2Néanmoins, fort de toutes ces précautions critiques, assez curieux pour oser les dépasser, je tenterai une incursion dans la forêt documentaire du xve s., chez les Mendiants, pour en extraire quelques senteurs rares afin de donner du relief au petit portrait du système économique des Carmes et des Dominicains. On présentera donc un état de la dynamique économique des différents couvents, basé uniquement sur les revenus dits réguliers : les cens et les rentes. Et non un état des revenus et dépenses, bien impossible à présenter. L’objectif de ce chapitre est donc, au delà de la mise en évidence des résultats d’une économie de la rente et du cens, de donner un aperçu comparé du dynamisme des uns avec la passivité des autres et cela rapidement, avec quelques commentaires certes, mais sans fioritures, à coups de graphiques, parce que ce xve s. conventuel demanderait des approfondissements qui ne sont pas envisageables pour l’heure.

  • 2 Les données sont tirées des registres suivants : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f°  (...)
  • 3 Sinon un folio ou l’autre, dans la comptabilité des Dominicains, comme A.É.L., Couvent des Dominica (...)
  • 4 Voir p. 300–305.

3Le matériau utilisé, ce sont les registres de comptabilité stricto sensu, les registres aux paiements de cens et rentes, surtout. Il s’agit d’étudier principalement la façon dont tournait la machine des accensements, arrentements et autres constitutions de pensions, dont j’ai démonté les rouages plus haut. 1418 est prise comme année cible, la première année où Dominicains et Carmes tinrent en même temps ce genre de « registre aux cens et rentes », en leur adjoignant le couvent des Croisiers, qui « remplacera », si l’on peut dire, le couvent des frères mineurs, dépourvu de toute comptabilité avant le xviiie s.2. Néanmoins, les données obtenues, compilées en série et traitées par les charmes de l’informatique, permettent une vision claire de ce que j’appelle une dynamique économique conventuelle, limitée cependant aux cens et rentes, qui formaient l’essentiel des revenus et dépenses pour ces couvents. Comme je l’ai déjà souligné plus haut, il aurait été difficile de soustraire de ces chiffres les dépenses quotidiennes, puisque aucun couvent — sinon celui des Croisiers — ne tint ce genre de registres de débours3. Pas plus que les rentrées du casuel ou de la quête, certainement pas à négliger, même si à coup sûr mineures par rapport aux cens et rentes4.

I. La balance des revenus et des paiements des cens et rentes

  • 5 J’entends par là toute opération de rentrée de revenus ou de paiement de cens, de rente... Chaque (...)

4Plus de 1 100 entrées ou sorties, opérations économiques5, relatives aux cens et rentes, durant l’année 1418, ont été traitées. 635 opérations étaient le fait des Dominicains, 351 des Carmes, 153 des Croisiers. L’importance du patrimoine dominicain, sa splendeur issue des siècles précédents apparaissent ici, surpassant de loin les autres couvents mendiants. Mais cet éclat cache une réalité plus sombre, comme les graphiques 9 et 10 le révèlent.

Graphique 9 : Balance des revenus et paiements en nature en 1418

Graphique 9 : Balance des revenus et paiements en nature en 1418

Couvents (identifiés par leur Ordre)

Graphique 10 : Balance des revenus et paiements en argent en 1418

Graphique 10 : Balance des revenus et paiements en argent en 1418

Couvents (identifiés par leur Ordre)

  • 6 Il serait certainement possible de convertir en nombre de muids, par le biais de l’effraction, les (...)

5Dans ces deux graphiques sont ventilées par couvent les sommes versées, en muids d’épeautre ou en sous, aux Mendiants ; de même que les cens et rentes payés par ces religieux à leurs crédirentiers et autres seigneurs tréfonciers6.

  • 7 Voir p. 213–222.
  • 8 C’est du moins ce qui apparaît à travers les actes du chartrier et les registres conservés : ils f (...)
  • 9 Le graphique 5 montrera qu’ils avaient quelques pensions en nature à payer (fort peu d’ailleurs : (...)

6Qu’y voir ? D’abord la relative force économique des Carmes, dont le revenu net (c’est-à-dire toutes redevances de cens et rentes soustraites) était relativement égal au revenu net des Dominicains. Les revenus en nature perçus par ceux-ci étaient importants, ce qui montre un ancrage rural encore très assuré alors ; mais, contrairement aux Carmes, ils devaient une somme importante de pensions en nature. Celles-ci étaient probablement héritées du système des pensions de la fin du xiiie et du début du xive s., que le couvent avait aussi pratiqué en débirentier7. Tandis que les Carmes, eux, arrivés plus tard semble-t-il8 — sur le marché des cens et rentes, n’avaient pas à se charger du paiement de pareilles pensions9, ce qui leur permettait de faire un bénéfice net en engrangeant les muids de grains qui leur étaient dus sans rien en déduire. Quant aux revenus en argent : les Carmes percevaient des sommes importantes, plus importantes que celles reçues par les Dominicains, parce que la politique d’acquisition de revenus urbains (exprimés en argent) par les frères du Mont-Carmel était plus active, peut-être aussi parce qu’ils détenaient des revenus plus récemment acquis et donc pas encore trop dévalués, par rapport aux revenus fondés plus anciennement (au xiiie et début xive s.) chez les Prêcheurs. Mais la somme de cens en argent dus était proportionnelle aux sommes perçues, ce qui en définitive laissait les deux couvents au coude-à-coude, avec un léger avantage pour les Dominicains, du moins en ce qui concerne le revenu net en argent.

  • 10 Bien qu’il fut célèbre par ses activités de copie ! Il devait certainement avoir d’autres rentrées (...)

7Les Croisiers face à ces religieux, c’était David contre Goliath. Ils percevaient moins de 100 muids par an et leurs revenus nets en argent (tous paiements dus soustraits) étaient presque nuls, de l’ordre de 300 sous — ou 15 marcs. Comment les frères survivaient-ils ? Avaient-ils d’autres moyens ? La quête ? La copie et la vente de manuscrits ? Une étude plus attentive des revenus de ce petit couvent au xve s. s’imposerait, mais elle sort du cadre de ce travail10.

8Ainsi trois types économiques différents se distinguent, apparemment : à côté d’un petit couvent de Croisiers qui semble survivre plus qu’il ne vivait, à côté d’une communauté de Dominicains qui s’appuyait sur un héritage de cens et rentes déjà ancien, le couvent des Carmes bénéficiait d’une politique active et d’une administration efficiente.

II. La perception théorique et la perception réelle

9Les graphiques 9 et 10, ci-dessus, présentent à la fois l’expression de la réalité économique et une image faussée des capacités de ces différentes institutions ecclésiastiques. En effet, les quatre graphiques suivants distinguent pour chaque couvent les sommes qui devaient être perçues et celles qui le furent réellement (c’est-à-dire les chiffres utilisés dans les graphiques 9 et 10) ; les sommes qui, dues par les Mendiants, devaient être payées et celles qui le furent réellement (ici aussi, ce sont ces derniers chiffres qui ont fourni le matériau pour les graphiques ci-dessus). Chaque graphique concerne un point différent de l’enquête : les graphique 11 et 13 présentent respectivement les revenus et paiements de cens et rentes en nature (muids d’épeautre) ; les graphiques 12 et 14, revenus et paiements de cens et rentes en argent. Dans ces quatre graphiques, on distinguera chaque fois ce qui devait être théoriquement perçu et dû et ce qui a été réellement perçu et payé.

Graphique 11 : Revenus en nature, perçus et non perçus, ventilés par couvent en 1418

Graphique 11 : Revenus en nature, perçus et non perçus, ventilés par couvent en 1418

Couvents (identifiés par leur Ordre)

Graphique 12 : Revenus en argent, perçus et non perçus, ventilés par couvent en 1418

Graphique 12 : Revenus en argent, perçus et non perçus, ventilés par couvent en 1418

Couvents (identifiés par leur Ordre)

Graphique 13 : Cens et rentes en nature dus, payés et non payés, ventilés par couvent en 1418

Graphique 13 : Cens et rentes en nature dus, payés et non payés, ventilés par couvent en 1418

Couvents (identifiés par leur Ordre)

Graphique 14 : Cens et rentes dus, en argent, payés et non payés, ventilés par couvent en 1418

Graphique 14 : Cens et rentes dus, en argent, payés et non payés, ventilés par couvent en 1418

Couvents (identifiés par leur Ordre)

  • 11 Ce qui représentait quand même le quart de leurs dettes en argent !

10La situation change du tout au tout. Les Dominicains apparaissent dans les graphiques 11 et 12, consacrés aux revenus des couvents, comme supérieurement dotés, incontestablement, en revenus en muids de grains comme en revenus en argent. La catastrophe, pour eux, se trouvait dans le nombre considérable de non-versements de ces revenus : 200 muids environ, 3 500 sous ! Soit d’un côté plus d’un quart des revenus en nature et de l’autre, la moitié des revenus en argent, en moins ! Cette perte était fort peu compensée par un comportement proportionnel de non-paiement des cens et rentes de la part des Dominicains, comme on aurait pu s’y attendre. Ils rechignaient à payer une cinquantaine de muids, environ 500 sous11 et c’était tout, du moins sur le papier. Quant aux Carmes, leurs pertes de revenus en nature étaient moindres, de même que leurs pertes de revenus en argent. Un constat plus ou moins similaire peut être dressé pour les Croisiers, à leur échelle évidemment.

  • 12 Bordeaux M., Aspects économiques de la vie de l’Église aux XIVe et XVe siècles, p. 69–87. Crises qu (...)
  • 13 Comme le conflit des Awans et des Waroux, guerre lignagière entre 1235 et 1335 : Xhayet G., Réseau (...)
  • 14 Racinet P., Crises et renouveaux, p. 214–222 et ici p. 214. Généralités dans Contamine P., Bompaire(...)
  • 15 Voir Xhayet G., Autour des solidarités privées ; ID., Réseaux de pouvoir (sous l’entrée d’index : (...)
  • 16 Voir les quelques pages éclairantes de Racinet P., Crises et renouveaux, p. 222–225 ; Contamine P. (...)
  • 17 Genicot L, La crise agricole du bas Moyen Âge dans le Namurois, p. 7–14.
  • 18 Contamine P., Bompaire L., Lebecq S., Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, p. 333–334 : sans oubli (...)
  • 19 Fanchamps M.-L., Recherches statistiques sur le problème annonaire dans la principauté de Liège de  (...)

11Comment expliquer ces chiffres ? Le début du xve s., c’était toujours le temps des crises12 : la guerre, les conflits perpétuels depuis le xive s. qui désolaient le terroir hesbignon, grenier à blé de Liège, mais aussi d’autres contrées13. La guerre, qui était responsable des dettes du prieuré de Saint-Séverin-en-Condroz, dès 133614. Au xve s., les conflits reprirent de plus belle à Liège, avec une rébellion contre l’évêque en 1402, puis encore en 1406. L’évêque se défendit, fit appel au duc de Bourgogne, son beau-frère. Celui-ci intervint et écrasa les dissidents liégeois à Othée, le 23 septembre 1408. L’évêque exerça alors une répression sanglante. Puis une autre conjuration, celle des Datin, déstabilisa la Cité en 1432 et 143315. Tous ces conflits fragilisèrent le pays, les récoltes en souffrirent, l’économie urbaine en pâtit. Crise aussi qu’engendra l’apparition de la peste, des maladies infectieuses en général, qui, même si elles ne frappèrent pas de plein fouet le pays liégeois, le touchèrent sensiblement16. Crise de subsistance aussi, par la famine liée à la guerre, aux épidémies mais aussi aux accidents climatiques. Dans le Namurois, la famine frappa à coups redoublés, en 1351, 1361-1363, 1429 et 1431-144017. La crise frumentaire saigna le Cambrésis entre 1400 et143718. M.-L. Fanchamps a étudié les crises de subsistance au pays de Liège de la fin du xve s. et du xvie s. à l’aide de l’évolution de l’indice des prix des céréales — mais ces crises n’avaient évidemment pas commencé en 1475 : elles attendent leur historien19.

12Comment dès lors les tenanciers, les débirentiers auraient-ils pu honorer leurs obligations ? C’est ce qui expliquait le grand nombre de revenus non perçus chez les Prêcheurs. Une objection surgit de suite : les Carmes et les Croisiers, eux, recevaient le fruit de leurs arrentements et accensements et étaient confrontés à bien peu de pertes. Deux réponses peuvent y être opposées.

  • 20 En créant ce chassereau, les Dominicains n’auraient-ils pas essayé de rétablir, de récupérer ces r (...)

13D’abord, l’ancienneté des revenus. Il est plus que probable que le compteur des Dominicains, quand il mit en place son chassereau en 1401 puis ses registres de paiement de revenus à partir de 1415, « clicha » une situation fixée depuis pas mal de temps, reproduisant des listes de revenus anciens et qui n’étaient plus payés depuis longtemps20. Tandis que les Carmes, les Croisiers, seraient partis de rien ou de pas grand-chose — pour établir leurs registres et chassereaux et donc n’auraient pris en compte que les cens et rentes effectivement perçus ou payés au moment de la rédaction ou peu avant. De plus, les anciennes rentes, dépréciées, dévaluées, n’auraient-elles pas été victimes de leur âge et « oubliées » par les débirentiers ? Tandis que, s’agissant d’arrentements ou accensements plus récents, aucun débirentier n’aurait osé nier leur réalité et ses obligations de paiement... Ces hypothèses jouent en faveur des Carmes et en défaveur des Dominicains.

  • 21 Par exemple, A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 115r : 12 setiers d’épeautre sis à V (...)
  • 22 Ne serait-ce pas une des raisons du passage de la charge de procureur des mains laïques aux mains (...)

14Second élément d’explication : il concerne l’ampleur (et la typologie) des biens de chaque institution. Plus une communauté avait de revenus en nature, par essence tirés de biens ruraux, plus la difficulté était grande d’engranger tous ces revenus, portés par les débirentiers dans les différents refuges ou maisons terminaires, à Tongres, à Huy et au grenier même de chaque couvent, à Liège. Ensuite, il s’agissait de les conserver, de les vendre éventuellement : autant de démarches dévoreuses de temps et de travail. Évidemment, les cens tréfonciers ou autres revenus en argent, qui grevaient souvent des biens urbains mais aussi parfois des biens en milieu rural, étaient assez difficiles à percevoir, puisqu’ici aussi il fallait battre la campagne. Sans oublier que bon nombre de ces revenus, quelle que fût leur forme, n’étaient pas toujours portés par leurs débiteurs aux dates prévues par les conventions avec les couvents (à la Saint-André, à la Saint-Jean-Baptiste...), mais bien souvent à d’autres jours, ce qu’indiquent les registres de comptabilité dominicain ainsi que croisier — mais pas le registre carme21. Les Carmes — et les Croisiers aussi, évidemment — avaient la « chance » de posséder bien moins de la moitié de la somme des revenus en nature à percevoir par les Prêcheurs et, en ce qui concernait les revenus en argent, un peu plus de la moitié de la somme attribuée aux Prêcheurs. Mais laissons là les Croisiers, qui ne possédaient qu’à peu près un septième des revenus qu’auraient dû percevoir les Dominicains. Ainsi les Carmes pouvaient-ils, eux, davantage s’occuper de toutes leurs perceptions, de la plus infime à la plus importante. Et les mauvais payeurs, les débirentiers récalcitrants, les Carmes avaient bien plus de temps pour s’en occuper, pour les contraindre, de gré ou de force, à la raison. Les Dominicains, eux, ne savaient où donner de la saisine, de l’adjour de quinzaine : leur cheptel de revenus aurait été trop ample pour que s’en charge efficacement leur compteur ! C’était un mécanisme infernal qui se déclenchait alors : la moitié des revenus n’était plus emmagasinée par les Dominicains ; ceux-ci devaient alors réduire les coûts de subsistance et cherchaient à épargner. Sur quoi porterait l’épargne ? Où opérer des coupes sombres ? Comme toujours, pas sur le pouvoir d’achat ou les facilités de vie de la communauté, mais plutôt sur les « extérieurs », sur le compteur laïque, les valets, le procureur22, les avocats... La gestion serait donc moins bonne et les revenus rentreraient d’autant moins facilement. C’était un cercle vicieux...

  • 23 Et puis, il s’agissait aussi probablement pour une part de cens « anciens » et donc plus facilemen (...)

15Quant aux cens et rentes à payer aux seigneurs tréfonciers et crédirentiers, Carmes, Dominicains et Croisiers honoraient relativement bien leurs engagements. L’arriéré de dette le plus important était dominicain : les religieux faisaient l’impasse sur le paiement de 500 sous. C’est normal, quand on voit qu’ils n’avaient pu percevoir pour eux-mêmes que la moitié de leurs revenus en argent la même année, ne rentrant qu’un peu plus de 3 500 sous. Ils devaient en reverser 2 000, ce qui devait les ulcérer et les prévenir de payer leurs cens ici ou là23. Une remarque avant de terminer ces lignes : au fil du dépouillement des registres, il est apparu que la plupart des revenus que les Mendiants payaient à leurs crédirentiers ou seigneurs tréfonciers étaient d’importance, par rapport à ceux qu’ils refusaient de payer. En effet, ils versaient plutôt quelques muids que quelques setiers ; plutôt quelques marcs que quelques sous. Comme si la menace d’une saisine, d’un procès était plus réelle, s’agissant plutôt de grosses sommes que de petites — ce qui serait logique, de fait : les frais des crédirentiers, afin de récupérer de « petites sommes », auraient été proportionnellement trop importants. Mais cette hypothèse reste, comme les autres, à confirmer.

  • 24 Paquay J., Les revenus des collégiales et abbayes liégeoises.

16J’ai déjà parlé plus haut de la très haute qualité apparente des instruments de gestion des Carmes, au fil du xve s. Il semble que les observations faites ici renforcent cette remarque et corroborent l’hypothèse d’un système économique carme plus dynamique, permettant au couvent — par hasard ou plutôt par les qualités de ses gestionnaires — de mieux supporter le choc économique dû aux affres des crises. Tandis que les Dominicains ne faisaient que gérer une situation économique ancienne, sans trop de rigueur. D’ailleurs, à la fin du xviiie s., une présomption de revenus d’institutions ecclésiastiques en vue de les imposer montre que les Dominicains ne percevaient plus que 300 muids (contre 550 « bruts », sans déduction des paiements en nature à effectuer) tandis que les revenus des Carmes étaient estimés à 500 muids et ceux des Croisiers à 571 muids24 !

  • 25 Vrancken-Pirson I., Les revenus du chapitre collégial de St-Denis à Liège, notamment p. 22–24.
  • 26 Voir, outre l’article de Vrancken-Pirson cité à la note précédente, Bottemanne N., Le domaine de l (...)
  • 27 Voir De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, notamment p. 200–203.

17Par rapport à d’autres institutions comme la collégiale Saint-Denis, les communautés de Mendiants se défendaient bien, toutes proportions gardées : le revenu des terres affermées — en bail à terme — par la collégiale s’élevait à 2100 muids de grains environ vers 1455, contre 550 muids pour les revenus d’arrentements et accensements des Dominicains et 300 pour ceux des Carmes en 1418. Mais c’est sans compter, en faveur de la collégiale, avec le produit des dîmes qui était équivalent, sinon supérieur, au produit des affermages. Les autres collégiales de Liège avaient des revenus en nature ne dépassant pas 2 000 muids. Attention : les revenus en nature constituaient 90 % des ressources de la collégiale Saint-Denis — et probablement des autres collégiales aussi25. Il ne faut pas oublier que c’étaient là des institutions anciennes, solidement implantées depuis des siècles dans les campagnes du pays de Liège26. Tandis que les Mendiants percevaient une grande part de leurs revenus en ville. Par rapport à une aumône de la taille de celle de Saint-Christophe, les Dominicains, dont l’installation à Liège était quasi contemporaine de son « démarrage » économique, n’avaient pas à rougir : en 1425-1426, l’aumône rentrait en ses greniers 864 muids, contre 550 en 1418 pour les Dominicains. Or, parmi les institutions nées au xiiie s., cette aumône était, avec l’aumône de la Cité, dite des Pauvres-en-Île, une des plus puissantes de Liège27.

  • 28 Pour un exposé plus ample, je renverrai à un article en cours de publication. Voir aussi Bertrand (...)

18Si une réelle politique de l’écrit d’administration apparaît chez les principaux couvents mendiants au début du xve s., on ne peut établir de parallélisme entre les couvents. Ici, une fois de plus, les limites chronologiques de cet ouvrage sont franchies, mais il serait dommage de ne pas dire quelques mots, en guise de conclusion, expliquant cette évolution du xve s.28.

  • 29 Voir, à propos de cette écriture, les travaux de J.-P. Gumbert, notamment Gumbert J.-P., Les manus (...)
  • 30 Sur la réforme chez les Carmes, voir notamment Smet J., Pre-Tridentine reform in the Carmelite Ord (...)
  • 31 Sur l’Observance chez les Dominicains, voir, entre autres, Wolfs S.P., Dominikanische Observanzbes (...)

19J’ai déjà expliqué comment les Dominicains avaient mis en place des instruments de gestion un peu désuets, en les comparant aux instruments mis en œuvre par les Carmes au même moment. Il faut ici, pour expliquer le pourquoi des choses, faire appel à une des sciences mères de l’Histoire : la paléographie. On trouve en effet dans les registres carmes de nombreuses traces d’utilisation de la littera gothica hybrida, la nouvelle écriture qui se diffusa à partir de 1425 aux Pays-Bas, en Rhénanie et en Westphalie, surtout dans les milieux liés au monde de la devotio moderna29. Ce nouveau type d’écriture fut adopté d’abord par les communautés des frères de la Vie commune et les chanoines réguliers de Windesheim ; les Ordres monastiques traditionnels n’y auraient recouru qu’avec réticence. Mais pourquoi cette écriture chez les Carmes, jusque dans les registres d’archives ? La raison de l’utilisation de cette écriture par les frères du Mont-Carmel était claire : le couvent des Carmes de Liège vécut une réforme de l’Observance, en 1451. Il fut réformé par le maître général de l’Ordre, Jean Soreth, qui résidait très souvent au couvent30. Quoi de plus normal, si ce couvent était un des centres nerveux de la réforme de l’Observance carmélitaine, que l’on y retrouvât de nombreux copistes de qualité qui usaient des écritures les plus évoluées et les plus avancées, même dans les registres d’archives. D’ailleurs, n’y trouverait-on pas trace d’exercices d’écriture ? En fait, un des marqueurs les plus évidents — voire un des seuls — de cette réforme de l’Observance à l’œuvre chez les Carmes de Liège dans cette première moitié du xve s., était justement l’usage de cette écriture, cette hybrida, couplée avec une reprise en main complète et dynamique des archives de l’institution par des spécialistes de grande qualité, comme Jean de Couvin. À côté de cela, le couvent des Dominicains faisait grise mine. En effet, rien de tout cela chez ces derniers : leurs registres d’administration étaient tous rédigés en cursiva, par les mêmes scribes qui ne changeaient guère... Le mouvement de l’Observance ne les avait pas encore touchés31.

20Ainsi, d’un côté, une institution économiquement et spirituellement en perte de vitesse, ne percevant plus que la moitié de ses cens et rentes, touchée de plein fouet par la crise, laissant à quelques laïcs le soin de gérer tant bien que mal, plutôt sommairement, ses revenus souffreteux : l’heure de gloire des Dominicains était passée, en ce xve s. de tempêtes. Celle des Carmes était arrivée, eux qui avaient su remettre en question leur vie religieuse et économique, notamment grâce au réformateur Jean Soreth. C’était un milieu réformé, actif, dont les membres reprirent en main le destin de leur couvent. Mais c’est aussi une autre Histoire.

III. La repartition geographique des cens et rentes

  • 32 La plupart des villages ou villes liées économiquement aux Mendiants et nommés dans des actes qui (...)

21Dans le tableau suivant, j’ai repris tous les lieux cités dans les registres des Carmes, Dominicains et Croisiers pour l’année 1418, auxquels étaient liés des revenus, que ceux-ci fussent versés (comme cens tréfoncier, par exemple) ou reçus, par suite d’arrentement ou d’accensement. J’ai transcrit le nom des localités en caractère italique à partir du moment où elles correspondent à des biens-fonds qui ont été identifiés au cours de ce travail, mentionnés dans des actes conservés dans les chartriers dominicains ou carmes32. Ainsi bon nombre de dossiers économiques s’avèrent complets ; les hypothèses concernant la formation du patrimoine des différents couvents en sortent donc renforcées.

Villages

Carmes

Dominicains

Croisiers

Alleur

Alleur

Alleur

Amay

Amay

Ans

Ans

Anthisnes

Anthisnes

Awans

Awans

Awans

Awirs

Awirs

Bassenge

Bassenge

Bergilers

Bergilers

Bergilers

Bergilers

Bierset

Bierset

Bierset

Bierset

Bleret

Bleret

Bleret

Boirs

Boirs

Borgloon

Borgloon

Borlez

Borlez

Bovenistier

Bovenistier

Celles

Celles

Celles

Celles

Chapon-Seraing

Chapon-Seraing

Charneux

Charneux

Chênée

Chênée

Corswarem

Corswarem

Crisnée

Crisnée

Donceel

Donceel

Donceel

Eben-Emael

Eben-Emael

Eben-Emael

Fexhe-le-Haut-Clocher

Fexhe-le-Haut-Clocher

Fexhe-le-Haut-Clocher

Fexhe-le-Haut-Clocher

Fexhe-Slins

Fexhe-Slins

Fexhe-Slins

Fize-Fontaine

Fize-Fontaine

Fize-le-Marsal

Fize-le-Marsal

Fize-le-Marsal

Flémalle

Flémalle

Flémalle

Flémalle

Fooz

Fooz

Fooz

Freloux

Freloux

Fumai

Fumai

Gingelom

Gingelom

Glons

Glons

Grâce-Berleur

Grâce-Berleur

Grand-Axhe

Grand-Axhe

Grand-Hallet (ou Petit-Hallet ?)

Grand-Hallet (ou Petit-Hallet ?)

Grandville

Grandville

Grandville

Grandville

Haccourt

Haccourt

Haneffe

Haneffe

Haneffe

Haneffe

Herstal

Herstal

Herstal

Heure-le-Tiexhe

Heure-le-Tiexhe

Hodeige

Hodeige

Hollogne-aux-Pierres

Hollogne-aux-Pierres

Hollogne-aux-Pierres

Hollogne-aux-Pierres

Horpmaal

Horpmaal

Horpmaal

Houlain-Saint-Siméon

Houtain-Saint-Siméon

Huy

Huy

Jemeppe (sur Meuse)

Jemeppe (sur Meuse)

Jeneffe

Jeneffe

Jeneffe

Jeneffe

Jupille-sur-Meuse

Jupille-sur-Meuse

Juprelle

Juprelle

Juprelle

Juprelle

Kemexhe

Kemexhe

Lamine

Lamine

Lantin

Lantin

Lantremange

Lantremange

Lauw

Lauw

Lauw

Les Waleffes

Les Waleffes

Liège

Liège

Liège

Liège

Liers

Liers

Liers

Limont

Limont

Lixhe

Lixhe

Malonne

Malonne

Marchin

Marchin

Meeffe

Meeffe

Melen

Melen

Milmort

Milmort

Milmort

Milmort

Momalle

Momalle

Momalle

Momalle

Mons (Crotteux)

Mons (Crotteux)

Mons (Crotteux)

Montegnée

Montegnée

Montegnée

Namur

Namur

Nerem

Nerem

Noville-lez-Fexhe

Noville-lez-Fexhe

Noville-lez-Fexhe

Odeur

Odeur

Odeur

Oleye

Oleye

Opheers

Opheers

Oreye

Oreye

Othée

Othée

Othée

Otrange

Otrange

Otrange

Otrange

Oupeye

Oupeye

Oupeye

Piringen

Piringen

Plainevaux

Plainevaux

Pousset

Pousset

Pousset

Ramet

Ramet

Remicourt

Remicourt

Roclenge

Roclenge

Rocourt

Rocourt

Rocourt

Rocourt

Roloux

Roloux

Roloux

Romershoven

Romershoven

Rosmeer

Rosmeer

Rutten

Rutten

Saint-Georges

Saint-Georges

Saint-Trond

Saint-Trond

Saint-Trond

Saint-Trond

Saive

Saive

Sclessin

Sclessin

Seraing-le-Château

Seraing-le-Château

Slins

Slins

Slins

Soumagne

Soumagne

Terwagne

Terwagne

Thimister

Thimister

Thys

Thys

Tongres

Tongres

Tongres

Tongres

Vaux-et-Borset

Vaux-et-Borset

Velroux

Velroux

Verlaine

Verlaine

Verviers

Verviers

Villers-l’Évêque

Villers-l’Évêque

Villers-l’Évêque

Villers-le-Bouillet

Villers-le-Bouillet

Vivegnis

Vivegnis

Voroux-Goreux

Voroux-Goreux

Voroux-lez-Liers

Voroux-lez-Liers

Voroux-lez-Liers

Voroux-lez-Liers

Vottem

Vottem

Vottem

Vottem

Vreren

Vreren

Wandre

Wandre

Waremme

Waremme

Waremme

Warêt-l’Évêque

Warêt-l’Évêque

Warfusée

Warfusée

Warnant-Dreye

WarnantDreye

Wasseiges

Wasseiges

Widooie

Widooie

Wihogne

Wihogne

Wonck

Wonck

Wonck

Wonck

Xhendremael

Xhendremael

Xhendremael

Xhendremael

  • 33 Voir Vrancken-Pirson I., Les revenus du chapitre collégial de St-Denis à Liège, p. 24–27 ; Ghiot M (...)
  • 34 Voir quelques commentaires de Vrancken-Pirson I., Les revenus du chapitre collégial de St-Denis à (...)

22Cette liste ainsi que les cartes reproduisant le poids de la présence des deux couvents de Carmes et Dominicains dans la région montrent bien que la sphère d’activité économique des Mendiants était fort similaire à celle d’autres institutions ecclésiastiques, comme les collégiales liégeoises, l’abbaye du Val-Saint-Lambert, l’abbaye de la Paix-Dieu33. Toute la Hesbaye était écumée, des abords de Liège (Awans, Sclessin...) vers le pays de Namur (avec Wasseiges, Meeffe, Warêt-l’Évêque — mais pas au-delà), de la région hutoise (avec Huy, Warnant-Dreye, Fumai, Fize-Fontaine, Marchin...) aux limites brabançonnes avec Grand-Hallet, jusqu’en plein pays thiois, jusqu’à Tongres, Saint-Trond, Horpmaal, Vreren — et pas au-delà. Peu de biens étaient situés hors de cette zone : Charneux, Thimister... Pourquoi les ecclésiastiques se ruèrent-ils, de tout temps, sur la précieuse Hesbaye ? Il ne s’agissait pas d’un mouvement calculé de la part des religieux. C’était la conséquence de la richesse d’un terroir : la Hesbaye était, rappelons-le, une des terres les plus fertiles d’Europe. Depuis longtemps cultivée, plus peuplée, elle était littéralement quadrillée par les institutions ecclésiastiques qui s’en disputaient le moindre lopin. Mais les laïcs, citains de Liège comme noblaillons de la campagne, se ruèrent aussi sur elle, soucieux d’y acquérir des terres à accenser, à arrenter, à louer, contre bon revenu. Et donc, si des dons, des legs étaient faits par ces citains, ces petits nobles, ces bourgeois rentés, c’était avec cette terre gorgée d’or — puisqu’ils n’avaient que celle-là et qu’ainsi, leur salut était plus solidement assuré, ancré dans la glèbe. Les autres terres, comme celles de l’Entre-Vesdre-et-Meuse, intéressaient moins ; elles n’avaient pas fait l’objet de grands défrichements, produisaient peu et leurs tenanciers étaient peu aisés, loin de pouvoir en offrir une parcelle pour assurer leur au-delà sans risque pour la survie de leurs proches34.

  • 35 C’est un nombre d’opérations purement théorique, puisque je considère recettes et paiements réelle (...)

23Un dernier graphique ramène en la Cité de Liège. Il dénombre les opérations effectuées par le couvent Dominicain en 1418, qu’elles concernent des rentrées ou des paiements35, sur des biens sis dans la ville, répertoriés par quartiers. Ces derniers étaient issus de la pratique des Prêcheurs. Étaient-ils liés à des zones de prédication, des stationes ? Ou bien cette distribution dans un registre n’avait-elle qu’un seul but économique : assurer par quartier une correcte perception des revenus ? Nul ne peut répondre.

Graphique 15 : Répartition des opérations économiques des Dominicains à Liège

Graphique 15 : Répartition des opérations économiques des Dominicains à Liège

Répartition par quartiers de Liège (abrégée Lg)

  • 36 Woos E., Le quartier d’Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, p. 115–126.

24Les Dominicains sont les seuls à permettre un tel traitement de leurs revenus, les seuls à avoir divisé la ville en circonscriptions de ce type. Le plus impressionnant est le poste des rentrées et paiements du quartier de l’Île : pas loin de 4000 sous devaient être perçus sur ce territoire. La raison en était simple : c’était la zone la plus proche du couvent. Les Prêcheurs y avaient reçu par legs, don, échange (et achat ?) maintes maisons ou parts de maisons, dans leur rue ou non loin. C’est un quartier qu’ils avaient réellement « saigné à blanc ». Mais comme c’était un des quartiers centraux de Liège, fort apprécié de l’élite urbaine proche des Prêcheurs, l’hémorragie ne devait pas être trop durement ressentie par la population ! Les autres quartiers participaient, tous de façon semblable, à ces perceptions de revenus. Une seule zone semblait délaissée par les Prêcheurs — à moins que ce ne fût la zone elle-même qui les méprisât — le quartier d’Outremeuse. Elle était pourtant déjà très urbanisée, relativement peuplée, d’après Erwin Woos36. Il faut rappeler que les membres des grandes familles d’Outremeuse, comme les Prez, ne se bousculaient pas dans les caveaux dominicains. Probablement le couvent du Val-des-Écoliers avait-il pris en cette place l’avantage sur les Prêcheurs. C’était en effet une communauté très active dans ce quartier, menant aussi prédication et cura animarum et ouvrant grand son dallage d’église aux cadavres fortunés.

25À noter aussi l’importance des recettes théoriques, en argent, à percevoir en ville, pour les Dominicains, par rapport à toutes les recettes de cens et rentes en argent qu’ils auraient dû percevoir, la même année 1418 (graphique 12). Pratiquement plus de la moitié des revenus en argent qu’auraient dû percevoir les Dominicains provenait de la Cité ! Ceci montre l’important ancrage urbain du couvent, assuré depuis près de deux siècles.

Notes

1 Tout au plus peut-on, de temps à autre, se risquer à des estimations pour certains legs, pour la production de testaments. Et encore, avec la plus extrême prudence. Il est délicat d’additionner les dons et legs tirés des testaments, comme l’a fait Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 86, 100–101.

2 Les données sont tirées des registres suivants : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 112r-147v ; A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 60, f° 1r-7r ; A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 104, f° 4r-11bisr ; A.É.L., Couvent des Croisiers à Liège, 6, non folioté (à l’année 1418). — Quant à l’absence de revenus de cens et rentes des Mineurs... ne faudrait-il pas y voir plutôt l’écho d’une situation qu’a rencontrée J. Chiffoleau pour les Mineurs d’Avignon, chez lesquels pensions et cens n’apparaissaient que vers 1450 (voir Chiffoleau J., « Usus pauper » ? ; Chiffoleau J., Les transformations de l’économie paroissiale, p. 98) ?

3 Sinon un folio ou l’autre, dans la comptabilité des Dominicains, comme A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 42r-43v, dont je ne peux juger de l’exhaustivité. Quant aux registres de dépenses des Croisiers, ils ne commencèrent qu’en 1434 (A.É.L., Couvent des Croisiers à Liège, 32, par exemple), tout comme les registres généraux établissant le rapport des recettes et des dépenses des Carmes ne débutèrent qu’en 1437 (A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Ile à Liège, 104, par exemple). À propos des chiffres proposés par les visitations du couvent Carme vers 1380, ils étaient difficilement exploitables à cause des différences monétaires : on ne peut les comparer avec les chiffres de 1418. Voir à ce propos Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 340–344.

4 Voir p. 300–305.

5 J’entends par là toute opération de rentrée de revenus ou de paiement de cens, de rente... Chaque Item dans les registres étant considéré comme une seule entrée. Ce qui peut être trompeur, je le reconnais, puisque certains revenus dus au départ par une seule personne pouvaient être versés par plusieurs, quelques années plus tard.

6 Il serait certainement possible de convertir en nombre de muids, par le biais de l’effraction, les revenus et paiements en argent. De la sorte, des graphiques cumulatifs des revenus et dépenses pourraient être proposés. Mais cela ne servirait à rien. En effet, la seule utilité de ce genre de conversion est de rendre compte des dépenses et revenus totaux. Et ici, bien des dépenses et bien des revenus manquent : les recettes de la quête, de la prédication.. ; les dépenses du quotidien, de la liturgie... Il faut donc bien réaliser que l’approche ici proposée se veut seulement révélatrice de tendances économiques, notamment par le biais de l’instrument économique principal : les cens et rentes.

7 Voir p. 213–222.

8 C’est du moins ce qui apparaît à travers les actes du chartrier et les registres conservés : ils font des Carmes des crédirentiers actifs à partir du second tiers du xive s.

9 Le graphique 5 montrera qu’ils avaient quelques pensions en nature à payer (fort peu d’ailleurs : 20 muids au total) mais qu’ils ne s’exécutaient pas.

10 Bien qu’il fut célèbre par ses activités de copie ! Il devait certainement avoir d’autres rentrées...

11 Ce qui représentait quand même le quart de leurs dettes en argent !

12 Bordeaux M., Aspects économiques de la vie de l’Église aux XIVe et XVe siècles, p. 69–87. Crises qui induisent partout une diminution des revenus liés aux services religieux : le Bourgeois-Viron R., Aspects de l’économie paroissiale, p. 51. Sur le temps des crises, une analyse marxisante intéressante : Bois G., La grande dépression médiévale : XIVe-XIe siècles. Le précédent d’une crise systémique, Paris, 2000 (Actuel Marx Confrontation).

13 Comme le conflit des Awans et des Waroux, guerre lignagière entre 1235 et 1335 : Xhayet G., Réseaux de pouvoir, p. 128–134.

14 Racinet P., Crises et renouveaux, p. 214–222 et ici p. 214. Généralités dans Contamine P., Bompaire L., Lebecq S., Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, p. 332–333.

15 Voir Xhayet G., Autour des solidarités privées ; ID., Réseaux de pouvoir (sous l’entrée d’index : Datin) et Kupper J.-L., Le village était devenu une cité, p. 65–69.

16 Voir les quelques pages éclairantes de Racinet P., Crises et renouveaux, p. 222–225 ; Contamine P., Bompaire L., Lebecq S., Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, p. 330–332.

17 Genicot L, La crise agricole du bas Moyen Âge dans le Namurois, p. 7–14.

18 Contamine P., Bompaire L., Lebecq S., Sarrazin J.-L., L’économie médiévale, p. 333–334 : sans oublier des problèmes démographiques. Voir aussi l’impact de la crise sur les revenus en nature chez les Mendiants de Trèves : Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 340–344.

19 Fanchamps M.-L., Recherches statistiques sur le problème annonaire dans la principauté de Liège de 1475 à la fin du xvie siècle. Tendances, cycles, crises, Liège, 1970.

20 En créant ce chassereau, les Dominicains n’auraient-ils pas essayé de rétablir, de récupérer ces revenus perdus ? Un peu comme l’obituaire de Frizet : Genicot L., Une source mal connue de revenus paroissiaux, p. 88–89.

21 Par exemple, A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 115r : 12 setiers d’épeautre sis à Verlaine devaient être livrés par la femme d’Arnaud le mangon, de Verlaine ; Arnaud les versa en deux fois : 7 setiers et deux quartes le 21 janvier 1418 et 4 setiers deux quartes le jour prévu, à la Saint-Jean-Baptiste. Ou encore, f° 116v : Humble delle Vauz paya, sur les 17 setiers d’épeautre qu’il doit, seulement 12 setiers le 18 mai 1418 et fut dispensé de payer le reste par le couvent ; voir aussi les exemples nombreux dans le registre croisier : A.É.L., Couvent des Croisiers à Liège, 6, non folioté. Dans A.É.L., Couvent des Cannes Chaussés en Île à Liège, 60, f° lr-7r ou dans A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 104, f° 4r-11bisr, pas de trace de datation des livraisons. Doit-on en conclure que les Carmes étaient plus attentifs à faire respecter les délais de livraison de leurs revenus ? C’est possible, mais cela reste hypothétique. Les mêmes problèmes de gestion des accensements et arrentements que les Dominicains se retrouvaient chez les Cisterciens : Barrière B., Les patrimoines cisterciens en France, p. 48–51, ce qui explique le développement de nouvelles activités comme la sidérurgie ou, dans le bassin liégeois, l’extraction de la houille. Sur la problématique des dates de paiement des cens et rentes, voir l’exemple du Rouergue : Bourgeois G., Douzou A., Une aventure spirituelle dans le Rouergue méridional, p. 203.

22 Ne serait-ce pas une des raisons du passage de la charge de procureur des mains laïques aux mains religieuses (voir p. 347–353) : il fallait faire des économies ?

23 Et puis, il s’agissait aussi probablement pour une part de cens « anciens » et donc plus facilement « oubliables ».

24 Paquay J., Les revenus des collégiales et abbayes liégeoises.

25 Vrancken-Pirson I., Les revenus du chapitre collégial de St-Denis à Liège, notamment p. 22–24.

26 Voir, outre l’article de Vrancken-Pirson cité à la note précédente, Bottemanne N., Le domaine de la collégiale de Ste-Croix à Liège ; Ghiot M., Étude sur la formation du domaine de la collégiale St-Paul à Liège ; Bihain F., Étude sur la formation du domaine de la collégiale de St-Martin à Liège ; Maquet J., La collégiale de Saint-Pierre à Liège.

27 Voir De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, notamment p. 200–203.

28 Pour un exposé plus ample, je renverrai à un article en cours de publication. Voir aussi Bertrand P., L’écrit d’archives et Les archives des couvents de mendiants à Liège.

29 Voir, à propos de cette écriture, les travaux de J.-P. Gumbert, notamment Gumbert J.-P., Les manuscrits d’origine néerlandaise. On verra aussi, comme travaux récemment parus, Overgaauw E.A., Les hésitations des copistes et Obbema P., De opkomst van een nieuw schrifttype : de littera hybrida.

30 Sur la réforme chez les Carmes, voir notamment Smet J., Pre-Tridentine reform in the Carmelite Order, dans Reformbemühungen und Observanzbestrebungen im spätmittelalterlichen Ordenswesen, éd. Elm K., Berlin, 1989, p. 293–323 (Berliner historische Studien, 14 ; Ordensstudien, 6).

31 Sur l’Observance chez les Dominicains, voir, entre autres, Wolfs S.P., Dominikanische Observanzbestrebungen : die Congregatio Hollandiae (1464–1517), dans Reformbemiihungen und Observanzbestrebungen im spätmittelalterlichen Ordenswesen, éd. Elm K., Berlin, 1989, p. 273–292 (Berliner historische Studien, 14 ; Ordensstudien, 6) et Neidiger B., Selbstverständnis und Erfolgschancen der Dominikanerobservanten. Beobachtungen zur Entwicklung in der Provins Teutonia und im Basler Konvent (1388–1510), dans Rottenburger Jahrbuch für Kirchengeschichte, t. 17, 1998, p. 67–122. Le père Meersseman a bien montré que la réforme du couvent de Liège, parmi d’autres, fut reportée et soumise à un mandat explicite du Général de l’Ordre, dans la mesure où, notamment, tout couvent réformé échappait à sa province pour rejoindre la congrégation de Hollande : Meersseman G.G., La réforme des couvents d’Ypres et de Bergues-Saint-Winoc, 1457–1515, p. 196, 204–205.

32 La plupart des villages ou villes liées économiquement aux Mendiants et nommés dans des actes qui se trouvaient dans les différents chartriers se retrouvent dans la présente liste. Seuls ne sont pas repris dans les listes de 1418, 13 identifications de lieux sur une cinquantaine pour les Carmes et 21 sur environ 80 pour les Dominicains. Ceci prouve la représentativité relative de l’échantillon de 1418 par rapport à la fin du xive s., date de clôture des dépouillements de chartes.

33 Voir Vrancken-Pirson I., Les revenus du chapitre collégial de St-Denis à Liège, p. 24–27 ; Ghiot M., Étude sur la formation du domaine de la collégiale St-Paul à Liège, p. 54–104 (avec quelques nuances) ; Bottemanne N., Le domaine de la collégiale de Ste-Croix à Liège, p. 33–75 ; Bihain F., Étude sur la formation du domaine de la collégiale de St-Martin à Liège, p. 84–136 ; Maquet J., La collégiale de Saint-Pierre à Liège, p. 32–106 ; Van Derveeghde D., Le domaine du Val Saint-Lambert, plan après la page 212 ; Angenot J.-F., La Paix-Dieu, p. 80–98. L’abbaye du Neufmoustier ne présentait, elle, pas tout à fait le même profil patrimonial, pour des raisons inexpliquées : RORIVE J.-P., Le domaine de l’abbaye du Neufmoustier, p. 89–104. Même les biens de l’abbaye de Salzinnes se trouvaient de préférence en Hesbaye namuroise : Genicot L., Polyptyque de l’abbaye de Salzinnes, p. 70 (carte).

34 Voir quelques commentaires de Vrancken-Pirson I., Les revenus du chapitre collégial de St-Denis à Liège, p. 25.

35 C’est un nombre d’opérations purement théorique, puisque je considère recettes et paiements réellement effectués et recettes et paiement non effectués, sans les distinguer. Pourquoi ? Mon but ici n’est pas d’étudier l’efficience des rentrées et paies réelles ou non au niveau de la Cité de Liège, mais le poids théorique de chaque quartier, établi par et pour un couvent de Mendiants.

36 Woos E., Le quartier d’Outremeuse à Liège. Genèse et évolution topographique, p. 115–126.

Table des illustrations

Titre Graphique 9 : Balance des revenus et paiements en nature en 1418
Légende Couvents (identifiés par leur Ordre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique 10 : Balance des revenus et paiements en argent en 1418
Légende Couvents (identifiés par leur Ordre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique 11 : Revenus en nature, perçus et non perçus, ventilés par couvent en 1418
Légende Couvents (identifiés par leur Ordre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Graphique 12 : Revenus en argent, perçus et non perçus, ventilés par couvent en 1418
Légende Couvents (identifiés par leur Ordre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Graphique 13 : Cens et rentes en nature dus, payés et non payés, ventilés par couvent en 1418
Légende Couvents (identifiés par leur Ordre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Graphique 14 : Cens et rentes dus, en argent, payés et non payés, ventilés par couvent en 1418
Légende Couvents (identifiés par leur Ordre)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique 15 : Répartition des opérations économiques des Dominicains à Liège
Légende Répartition par quartiers de Liège (abrégée Lg)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4865/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 118k

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search