Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Première partie. Pour Vivre... L'Économie des Mendiants

Chapitre premier. Les revenus conventuels

Texte intégral

  • 1 Par exemple, dans le « Registre aux payements des cens et rentes » dominicain, en 1415 (A.E.L., Co (...)
  • 2 Dans le registre de comptes carme de 1437 (A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128 (...)

1Pourquoi traiter d’abord des cens et des rentes en un bloc ? Pourquoi les ériger en revenus principaux ? C’est que dans les registres de revenus réguliers, dans les documents d’administration, ce sont les postes les plus fournis, voire les seuls postes1. Et puis, les médiévaux eux-mêmes les considéraient comme un tout. Décider qu’il s’agissait là des revenus les plus importants parce qu’ils étaient les seuls à avoir fait l’objet d’une gestion écrite pourrait paraître aussi un peu cavalier. Peut-être ces documents de gestion nous décrivant les cens et rentes cachent-ils une réalité financière bien différente : des revenus de quête, de prédication, de casuel non comptabilisés et qui pourraient être autrement plus importants ? C’est possible, mais peu probable : d’abord les documents comptables, quand ils les évoquent, ne traduisent pas l’écho de quêtes, de prédications ou de casuel aux résultats mirobolants, par rapport aux autres rentrées2. Ensuite, parce qu’il s’avérerait peu logique de mettre en œuvre des instruments de gestion complets pour les cens et rentes, si ces derniers ne représentaient pas des revenus réguliers essentiels, par rapport aux autres revenus. In fine, si ces revenus de « cens et rentes » étaient importants aux yeux des contemporains, c’est parce qu’ils rentraient annualiter dans la caisse du couvent. Ils étaient caractérisés par la régularité de leur perception, contrairement aux revenus en argent ou en nature donnés ou légués, issus du casuel, des quêtes ou des prédications, et donc fortement aléatoires, « irréguliers ». Les revenus réguliers constituaient, on l’a vu, le fondement de la survie de toute institution, l’assise de toute communauté. Pour les frères, au sein de celle-ci, c’était une agréable certitude que la prévision de rentrées annuelles d’épeautre ou d’argent, même si, par malheur, elles n’étaient que partiellement versées.

2Les revenus « non-réguliers » font évidemment l’objet d’un chapitre bien spécifique, où on n’hésitera pas à puiser à pleines mains dans la nasse des documents du xve s., un peu plus volubiles que leurs prédécesseurs, des bribes d’informations à propos des quêtes, des donations, des achats de messes, etc.

I. Cens et rentes : les revenus réguliers

3Ce concept de « cens et rentes » rend compte de l’ensemble des revenus en argent et/ou en nature qu’une personne morale ou physique recevait alors régulièrement — d’habitude annuellement — à la suite d’un contrat engageant cette personne et un tiers, le plus souvent en rapport avec la détention d’un bien ou avec la donation d’une somme d’argent.

  • 3 Godding P., Le droit privé, p. 175 ; Balon J., La structure du domaine, p. 196 ; Schnapper B., Les (...)

4Le Moyen Âge des xiiie et xive s. tendait à confondre les termes, utilisés l’un pour l’autre. Toutefois, les médiévaux entendaient généralement par cens, les redevances en espèces, et par rente, les redevances en nature3. Cette distinction terminologique, qui fut prolongée jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, doit rester présente à l’esprit pour ne pas s’égarer dans la documentation. Il faut aussi pouvoir s’en détacher suffisamment pour tenter de comprendre les rouages des mécanismes de la tenure à cens, du bail à rente, de la constitution de rente. Dans les lignes qui vont suivre, je tenterai d’adapter au cas liégeois le vocabulaire en usage chez les historiens de l’économie ou du droit, s’agissant de ces cens et rentes. La création d’une nouvelle terminologie compliquerait davantage les problèmes qu’elle ne les clarifierait.

1. Le cens

  • 4 Voire le xie s. pour Gilissen J., Introduction historique au droit, p. 577–579.
  • 5 Voir Godding P., Le droit privé, p. 162–172 : le terme « censive » est équivoque ; il pouvait dési (...)
  • 6 Gilissen J., Introduction historique au droit, p. 577–579.

5Le cens de « tenure à cens », premier type de revenu pris en considération, était le plus ancien. Dès le xiie s.4, le domaine seigneurial fut converti en tenures qui se distinguaient des tenures domaniales traditionnelles en remplaçant les redevances multiples et les corvées par une redevance unique, le cens, exprimé en nature et/ou en monnaie. De nouvelles terres défrichées au même moment étaient données en tenures à cens aux paysans essarteurs. Le nom de censive fut souvent donné à ce type d’exploitation de tenures, mais je préfère ici user de l’expression « tenure à cens » proposée par Ph. Godding, plus explicite5. Une autre particularité de cette tenure était son caractère héréditaire, qui entraînait la « patrimonialisation des tenures », pour reprendre les termes de J. Gilissen6 : le tenancier pouvait transmettre sa tenure à ses héritiers directs ou collatéraux.

  • 7 Godding P., Le droit privé, p. 173.
  • 8 Sur le cens tréfoncier, voir Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 42–52 et Godding P., L (...)

6Le cens dû était donc « une redevance périodique et perpétuelle due en raison de la concession d’un bien à titre perpétuel également, par celui qui le possède en alleu ou en fief7 ». Ce cens était dit « tréfoncier », à Liège. Le seigneur possesseur de l’alleu ou du fief était appelé communément, au xive s., seigneur tréfoncier8. Les Mendiants étaient-ils des seigneurs tréfonciers ? Possédaient-ils des alleux, des fiefs qu’ils auraient donné en tenure à cens ? Oui, sans conteste.

Cens foncier et droit de relief

  • 9 Voir Rösener W., Von der Eigenwirtschaft zum Pacht-und Rentensystem, p. 37–38.

7Si les frères mendiants reçurent et gardèrent des biens de nature allodiale ou assimilée, c’était pour en tirer quelque profit durable. L’exploitation directe ne les intéressait pas. Les raisons en étaient multiples, on les exposera ici et plus loin. En effet, jusqu’au xiiie s., une certaine forme d’exploitation directe primait, qui était plutôt l’affaire des Bénédictins, des Cisterciens, des Prémontrés... Mais le xiiie s. changea la face économique du monde ecclésiastique, en privilégiant différentes formes d’exploitation indirecte, aux fondements relativement anciens, mais à la mise en œuvre plutôt récente : principalement l’accensement et son avatar abâtardi, l’arrentement9.

  • 10 Godding P., Le droit privé, p. 180–181. On ne peut en déduire comme le faisait Poncelet É., Les do (...)

8Les couvents mendiants détenaient donc des alleux qu’ils accensaient, c’est-à-dire donnaient en tenure à cens. Ce type de revenu consistait en une redevance annuelle et perpétuelle qu’un débiteur, en raison de sa prise de possession héréditaire et perpétuelle d’un bien, devait à son « seigneur », propriétaire du bien allodial ou jugé comme tel. Le débiteur — le tenancier — pouvait s’ennorgueillir, avec cette prise en tenure à cens, de droits réels sur ce bien : il n’était d’ailleurs redevable du cens qu’à ce titre. Il n’était pas susceptible d’être poursuivi pour dettes en cas de non-paiement du cens : le retrait du bien suffisait, sauf stipulation contraire du contrat d’accensement. Ainsi, s’il voulait échapper à son créancier, sa seule obligation consistait en l’abandon du bien tenu10. Ce droit réel était important, car le tenancier jouissait d’une liberté d’action presque totale sur le bien qu’il avait pris en accense. Le propriétaire allodial gardait évidemment la haute main sur ce bien, mais cette mainmise s’avérait plus économique que juridique. Il en perdait donc le contrôle direct, le « domaine utile », qui appartenait dès lors au tenancier.

  • 11 Ce n’était en effet (pas toujours) le but du testateur que de dire au légataire ce que ce dernier (...)
  • 12 Par ex. les dossiers : 8 mars 1325 ; 1er juin 1351 ; dans ce dernier cas, c’est le chassereau aux (...)
  • 13 Voir p. 165–174.

9Peu d’actes de relief, peu d’actes d’accensement de ces tenures à cens, concernant les Carmes ou les Dominicains, ont été conservés. Sur une trentaine de biens de nature allodiale en possession des couvents mendiants, une petite vingtaine firent de toute évidence l’objet d’accensement, à l’initiative des frères. Non que les dix autres n’aient pu être accensés ou vendus par les Mendiants, mais rien ne permet de le dire. Tout au plus, est-il permis de constater que ces dix alleux entrèrent en possession des Mendiants par voie testamentaire. Une fois encore, aucun détail sur leur devenir n’y étant mentionné, le manteau de l’oubli recouvrit ces biens11. Pareillement, les actes de la Chaise-Dieu, qui conféraient la vêture allodiale d’un bien au couvent, ne recèlent pas davantage de traces d’accensement des alleux possédés par les frères12. Les seuls documents susceptibles de jeter un rai de lumière sur les éventuels accensements de « biens alleux » par les Mendiants sont donc les actes d’accensement stricto sensu et les mentions dans les censiers ou chassereaux. Le petit nombre de documents retrouvés qui soient relatifs à ces accensements est lié, entre autres, aux hasards de la conservation et à la politique de gestion par l’écrit dans ces couvents, minimaliste aux xiiie et xive s. Il interdit d’en déduire toute quantification, mais rend également vaine toute tentative de distinction entre les types de biens accensés par les Carmes et les Dominicains à ce niveau13.

  • 14 Voir par exemple Godding P., Le droit privé, p. 176 ; Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, (...)
  • 15 Voir dossiers : 28 octobre 1309 ; 10 décembre 1383 ; 27 septembre 1384. — L’épeautre était par ail (...)
  • 16 Par exemple, dossiers : 26 mars 1372 ; 4 octobre 1395 et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, (...)
  • 17 Cette constatation sera confirmée plus bas et l’hypothèse renforcée. D’emblée, gageons que le cens (...)

10Les « cens » de ces tenures étaient mentionnés soit en argent, soit en nature, comme c’était l’usage dans le pays de Liège et ailleurs14. S’il s’agissait de cens grevant une terre en milieu rural, il s’exprimait en nature, en épeautre le plus souvent15. Si par contre ce cens était lié à la possession d’une maison ou partie de maison, il se versait plutôt en argent16. Deux cas de cens à la fois stipulés en argent et en nature sont signalés, à propos de l’accensement de deux courts, maisons, jardins et assises, l’une à Vottem, l’autre derrière Saint-Gilles à Liège : des biens ruraux, mais comprenant des bâtiments. Probablement doit-on identifier ici le cens foncier en argent avec un cens grevant les bâtiments, tandis que le cens exprimé en nature toucherait, lui, les terres arables17.

  • 18 Ces comptes sont basés sur les dossiers suivants : 31 août 1344 (16 grandes verges contre 1 muid d (...)
  • 19 Dossier 10 décembre 1383 : 80 set. d’épeautre pour 75 grandes verges = 1,07 // dossier 3 mai 1384  (...)

11Tenter de se représenter le poids financier de ce cens foncier s’avère délicat : il consistait en de petites sommes, à première vue18. À l’inventaire, le caractère tardif de toutes les mentions d’accensement d’alleux surprend : probablement cette constatation est-elle encore due aux limites de la documentation. Un rapport évident peut malgré tout être établi entre la superficie et le cens exigé, pour une période limitée comme la fin du xive s. : de 1,06 à 1,46, soit de 1,06 setier d’épeautre pour une grande verge, à 1,46 setier d’épeautre pour la même grande verge19. Quant aux cens appliqués aux maisons, ils variaient considérablement : 10 sous, 22 sous, 70 sous... Ces fluctuations étaient-elles proportionnelles à l’emplacement du bien-fonds ? Trop peu de cas subsistent pour trancher... Néanmoins, le lien entre la valeur du cens et la superficie — donc en quelque sorte la valeur du revenu potentiel de la terre — reste, lui, certain.

  • 20 Voir par exemple Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 244–248 ; Poncelet É., Les domaines urbai (...)
  • 21 Voir l’exemple du dossier 15 mai 1392, dans lequel le cens n’était que d’une maille, soit un demi- (...)

12Mais ce cens, que représentait-il ? Les travaux des spécialistes sont pessimistes : pas ou plus grand-chose, à la fin du Moyen Âge20. Ces cens avaient été fixés à l’époque du premier accensement du bien, le plus souvent au début du xiiie s. Leur valeur monétaire s’écroula rapidement au cours du xiiie s., jusqu’à ne plus avoir grande signification. Les cens, qui ne pouvaient faire l’objet d’une indexation, étaient irrémédiablement bloqués, avec une valeur de plus en plus réduite à cause de cette dévaluation. Pesant de moins en moins du point de vue économique, leur signification intrinsèque aurait évolué et ils auraient acquis un caractère plutôt « récognitif » du droit de propriété du propriétaire allodial sur le bien-fonds laissé par ce dernier en tenure à cens. De la sorte, ils signifiaient simplement une reconnaissance de la propriété, de la soumission du tenancier aux ordres du propriétaire, au nom des droits seigneuriaux de celui-ci. Cette vision des choses est ancrée dans la réalité historique : ici ou là, des biens aux xiiie et xive s. furent donnés en tenure contre un cens minime21.

  • 22 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 126–127 montre que, dès la fin du xiie s. pour le Namurois (...)
  • 23 Dossiers 28 octobre 1309 (et 25 novembre 1335) : le cens y est de 16 setiers. Dans A.É.L., Couvent (...)
  • 24 Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 52.

13Pourrait-on en déduire que, de manière générale, ce cens aurait été prévu dès le départ comme ayant pure valeur récognitive ; ou même qu’il n’aurait plus que cette valeur recognitive à la fin du Moyen Âge ? Ces suppositions me laissent perplexe. D’abord, tous les cens n’étaient pas en argent et donc de facto dévaluables : malgré l’essor du système monétaire, on en revint rapidement au paiement en nature, plus stable, plus avantageux, plus fort. En temps de crise alimentaire, un muid d’épeautre avait une valeur inestimable22. Et puis... combien d’autres cens n’étaient pas nantis d’une réelle valeur économique, grevant des biens ruraux ou urbains, qu’ils fussent anciens ou fondés au xive s. ? Le fait qu’au xive s. un tenancier obtint de la part des Carmes un abattement de 3 setiers d’épeautre sur le cens de 16 setiers (soit 2 muids) dont il était redevable, à propos de la tenure d’une terre de 12 bonniers allodiaux, montre que ce cens de 16 setiers devait être assez lourdement appréhendé et devait donc avoir plus qu’une valeur récognitive symbolique23. On est loin du manque d’intérêt porté aux treffons, cens d’accensement, décrit par E. Poncelet pour les xiiie et xive s. liégeois24. En conclusion, si ces cens jouèrent évidemment un rôle éminent dans la reconnaissance de la propriété seigneuriale, ils n’en gardèrent pas moins une portée économique conséquente.

  • 25 Godding P., Le droit privé, p. 167–168. Le seigneur foncier — ici les frères mendiants — n’en aura (...)
  • 26 Le débirentier est celui qui devait la rente grevant un bien-fonds qu’il tenait en arrentement ; l (...)

14Restait essentielle, par ailleurs, l’obligation de payer des droits de relief en cas de reprise de la tenure par voie d’héritage. Ph. Godding considère que ce droit de relief tomba en désuétude, qu’il fût limité au versement de la somme équivalente au cens annuel ou qu’il fût calculé en fonction de la valeur de la terre. En effet, théoriquement, ce droit n’était plus perçu pour les tenures urbaines, vu la « liberté » relative des terres urbaines, quasi allodiales, mais bien pour les tenures rurales, tandis qu’il aurait lui aussi subi des revers dus à la dévaluation, ainsi qu’une relative — et corollaire ? — désaffection à son endroit25. Mais, étonnamment, à Liège, ces droits de relief continuèrent bel et bien à être payés. Contrairement aux constatations de Ph. Godding, des traces en subsistent pour les tenures urbaines. Comment est-ce possible ? La raison principale réside dans l’éclatement de la propriété urbaine et la multiplication, surtout au xive s., des arrentements (baux à rente ou constitutions de rente, si la distinction est possible néanmoins...) pesant sur les maisons, parfois « découpées » en parts, y soustrayant parfois l’usufruit (les « humiers »), en tout ou en partie. Pour que le seigneur allodial ou quasi allodial puisse être reconnu, il y avait bien le cens, qu’il fallait lui verser. Mais somme toute, celui-ci pouvait être confondu avec n’importe quel revenu d’arrentement postérieurement constitué par un tenancier et grevant ce bien. Donc, le paiement de droits de relief aurait joué, lui, davantage un rôle « récognitif », de reconnaissance de la propriété de l’alleutier par les tenanciers, débirentiers26. Ces droits étaient d’ailleurs relativement peu élevés, certainement pas égaux à une année de cens ou à une proportion quelconque de la valeur du bien, mais plutôt de l’ordre de quelques sous : de un denier à sept sous, dans les dossiers étudiés. En définitive, la perception du droit de relief portait bien davantage sur la reconnaissance de propriété que sur des ambitions de profit alors que la perception des cens reposait, elle, toujours sur des fondements économiques.

Le cens obituaire

  • 27 Il ne faut cependant pas généraliser : certains alleux furent cédés, légués au couvent dans cette (...)

15Certains de ces alleux avaient été donnés aux Mendiants pour qu’ils les concèdent en tenure à cens, dans la perspective de constituer ce que les historiens ont appelé, de façon un peu trop générale, une « rente obituaire », qu’il vaudrait mieux appeler ici un « cens obituaire », pour ne pas brouiller les cartes27. C’est un point fondamental où s’imbriquent le souci de la commémoration, la cession d’un droit de propriété d’un bien et d’un revenu afférent — ici un alleu et sa concession en tenure à cens, contre paiement d’un cens préétabli. Ce cens était en quelque sorte le « prix » de la prière pour l’âme, c’est-à-dire des célébrations anniversaires requises.

  • 28 Dossier 10 décembre 1383.
  • 29 À vocation obituaire, les tenures à cens suivantes : dossiers 31 août 1344 ; 28 octobre 1309 (et 2 (...)
  • 30 En corollaire, une autre question : les cens obituaires et rentes obituaires étaient-ils de préfér (...)

16Ainsi, dans un acte du 10 décembre 1383, passé devant la cour allodiale de la Chaise-Dieu, les exécuteurs des dernières volontés de Marie, veuve de Gilles de Bernar, affaitarent à frère Godefroid, prieur de la maison des Carmes de Liège, représentant sa maison, toutes les pièches pou plus ou pou moins de terre herule gissans en terroir et halteur de Fexhe le Fraireuze [...] pour sus avoir frankement chacun an hiretablement la dicte rente des diiez muys de spelte, pour laquelle rente la dicte maison Notre Dame des Carmes est tenuwe et li frerez dycelle de priier pour larme de jadicte damoiselle Maroie et pour Giele Biernart son marit, et pour especiaule et dire messe devotement en ladicte maison chacun jour delle sepmaine delle an, durant a tous jours mais sains fin28. Cet exemple, auquel d’autres peuvent évidemment être adjoints29, ouvre bien des perspectives : d’abord, parler globalement de « rente obituaire » pour qualifier ces revenus économiques consacrés à l’entretien du souvenir des morts s’avère beaucoup trop simplificateur. Cela ne rend pas compte de la multiplication des procédures économiques dans le but de promouvoir ce souvenir des défunts, la célébration des offices et messes anniversaires. Ensuite, le concept de proprieté, de transfert de droits réels concédés à l’institution chargée de promouvoir cette commémoration est poussé à l’avant-scène par la procédure d’investiture des biens grevés dudit cens obituaire et par le statut d’alleutier que les Mendiants acquirent via cette investiture. Enfin, l’institution en question prenait un rôle actif dans la gestion des biens et des revenus consacrés à l’entretien et à la promotion de ce souvenir. Le cadre assigné à ce genre d’enquête sur les rentes obituaires est ici largement dépassé. Le rôle des frères mendiants apparaît bien différent : propriétaires, gestionnaires... Reste à comprendre maintenant comment l’entretien de la mémoire des morts pouvait être assuré à l’aide d’autres types de revenus30.

2. La rente

Du bail à rente à la constitution de rente

  • 31 Voir, par ex., Guerreau A., Rentes des ordres mendiants à Mâcon au xive siècle, p. 957 ; Lauwers M (...)
  • 32 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 258.

17Avec la définition du cens de la tenure à cens, un pan entier du droit seigneurial a été éclairé. Ce cens était la redevance due au seigneur alleutier comme signe de reconnaissance de sa propriété directe et comme écho de l’exploitation de la tenure par le tenancier, comme sorte de « loyer perpétuel ». Donc, un droit réel, mais aussi un droit seigneurial, vénérable et respecté, dont les racines plongeaient dans le monde dit féodal et dont les ramifications les plus vertes et les plus bourgeonnantes touchaient au système de l’économie de profit tel qu’il naquit au xiiie s. La rente, par rapport au cens, était bien significative d’un droit réel mais pas d’un droit seigneurial. Elle n’apparut pas avant le bas Moyen Âge. Certes, des rentes obituaires existaient dès le xe s., des pensions étaient versées aux institutions impliquées dans l’entretien de la mémoire des morts pour que l’âme des bienfaiteurs fasse l’objet des attentions des moines ou des chanoines. Mais ces pensions obituaires de haute époque n’avaient, à ce qu’il semble, rien de commun avec la rente31. Le système de la rente dont je parle ici s’enracinait, lui, dans le xiiie s. tourmenté par l’exploitation croissante des biens, le développement de l’économie de profit, l’essor démographique, la croissance monétaire... La rente était une redevance périodique et perpétuelle, à l’origine. Pour L. Genicot, c’était l’« intérêt d’un capital immobilier32 ». Le terme d’« intérêt » est inapproprié, empreint d’une connotation usuraire qu’il n’avait pas nécessairement en ce xiiie s. Il serait plus adéquat de parler de redevance grevant l’exploitation (quelle qu’en fût la forme) d’un capital immobilier (terre, maison...) ; cette redevance était le « prix » d’un service — la célébration de l’obit, par exemple —, elle représentait le remboursement d’une dette ou encore était la contrepartie d’une cession de jouissance de ce bien ou d’un autre.

Le bail à rente

  • 33 Surtout Godding P., Le droit privé, p. 173–174 et aussi quelques notions dans Glissen J., Introduc (...)

18Ainsi et avant tout, la rente foncière pouvait être la contrepartie de l’aliénation d’un bien-fonds. En effet, un tenancier de tenure à cens était, selon le droit traditionnel, dans l’impossibilité juridique d’accenser lui-même sa propre tenure. Sinon, le tenancier qui aurait sous-accensé sa tenure à un autre aurait reçu cens récognitif, droits de mutation. Il aurait donc acquis un statut de propriétaire éminent qu’il ne pouvait juridiquement réclamer. La solution, pour contourner cet interdit d’accensement d’une tenure à cens, était simple : il suffisait au tenancier de céder la seule jouissance du bien-fonds, mais sans les droits du tenancier, contre le paiement d’une redevance annuelle et perpétuelle. Ce bail à rente aurait ainsi consisté en un échange dans lequel la rente était considérée comme un droit réel immobilier. Par ailleurs, la concession du bien-fonds en échange n’avait pas pour effet de modifier le patrimoine du bailleur, puisque cet arrentement n’avait donné au tenancier bailleur que le droit de percevoir la rente, lui interdisant de détenir tout droit seigneurial « basique » qui pût être récognitif de la « propriété », comme le droit de mutation ou de relief33. Un tenancier de tenure à cens pouvait donc aliéner sa tenure à un tiers, contre le versement d’une redevance qui devait être issue du produit de l’exploitation du bien-fonds, de la tenure par ce tiers. Ce tenancier, s’il disposait des droits de propriété évidents sur sa tenure à cens, ne pouvait être considéré comme un seigneur foncier, puisqu’il ne pouvait jouir de droits juridiques et économiques « éminents ». De son côté, le tiers qui avait pris le bien en bail à rente ne pouvait se prévaloir non plus d’un titre de propriété, il jouissait seulement de ce qui serait appelé plus tard « domaine utile » : dans la hiérarchie de la propriété médiévale, il se trouvait au « bas de l’échelle ».

La constitution de rente

  • 34 Godding P., Le droit privé, p. 174. Sur la possibilité de racheter la rente, voir par exemple Serv (...)
  • 35 L’article de Yans M., La rente en droit privé liégeois (dont les travaux par ailleurs, en matière (...)

19La rente pouvait être par ailleurs le produit de la constitution de rente. C’est-à-dire la cession par un crédirentier d’une somme d’argent à un débirentier, qui s’astreignait à la « rembourser » annuellement en lui versant un revenu fixe. Cette astreinte était perpétuelle et transmissible aux héritiers, elle s’avérait source de plantureux bénéfices pour le crédirentier qui, très vite, était remboursé au-delà de toute espérance. Au départ, cette rente était perpétuelle et intangible, non rachetable, irrédimible (et ce jusqu’à la fin du xve ou au début du xvie s.)34. Il fallut bien vite garantir le paiement de cette rente par la « mise en gage » d’un immeuble, comme sécurité juridique. Ce type de rente est considéré comme relativement traditionnel, générant en définitive un droit personnel — c’est-à-dire obligeant la personne même du débirentier qui, en cas de non-paiement, par exemple, était ici poursuivi personnellement tandis que ses autres biens, non grevés de rente, étaient menacés de saisie. Ce système traditionnel est celui décrit par tous les « bons manuels », tel que la plupart des historiens du xxe s. le conçoivent et ce, fort justement, s’agissant de l’Ancien Régime. Mais... ce serait une erreur flagrante que de croire que les constitutions de rente au pays de Liège, aux xiiie et xive s., étaient le reflet fidèle de ces théories « modernes »35.

  • 36 Godding P., Le droit privé, p. 174. Godding voit donc d’abord dans la constitution de rente une ac (...)
  • 37 Citation de Schnapper B., Les rentes au XVIe siècle, p. 43 ; voir aussi Cremer O., Der Rentenkauf (...)

20Chez les historiens du droit foncier prévaut une autre vision, plus proche de la réalité des sources. Selon ce point de vue, les origines de la rente constituée se trouveraient dans le bail à rente : on se rapproche par là-même davantage des exigences de la législation canonique qui, insistant sur la nécessaire mise en gage d’un bien immeuble, « prohibait l’intérêt exigé chaque année pour le prêt d’une chose non-frugifère, mais non l’aliénation d’un immeuble à un juste prix, ce prix consistât-il en une rente36 ». En effet, si un débirentier avait décidé, tout en continuant à exploiter sa terre, de vendre à un crédirentier une rente perçue sur celle-ci, en échange d’un capital, la procédure suivie s’apparenterait à un bail à rente. Il aurait « vendu » des droits réels sur un bien, contre versement du « prix », en l’occurrence une rente. Le bail à rente a donc servi de modèle à un certain type de constitution de rente. La constitution de rente a pris un tour réel plutôt qu’assimilable à une action personnelle, liant le débirentier au crédirentier. En effet, elle recouvrait ici une action réelle : « titulaire d’un droit réel sur l’immeuble, la grande question pour le rentier [était] d’être mis en saisine », d’être investi de la propriété de ce bien37.

  • 38 Je ne suis pas le seul à avoir procédé de la sorte : Godding P., Le droit foncier à Bruxelles regr (...)

21Il ne s’agit pas de savoir ici laquelle des deux façons de concevoir la constitution de rente a précédé l’autre dans l’absolu : celle générant avant tout un droit réel ou celle générant d’abord un droit personnel. Mais il faut le reconnaître, au pays de Liège en tout cas, dans les premiers temps de la rente, la confusion avec le bail à rente était évidente : au-delà des terminologies semblables, la volonté d’utiliser un système de rapport ancien dans un cadre nouveau, avec de nouvelles perspectives basées sur l’économie de profit, émerge clairement. La rente du bail à rente et la rente de la constitution de rente constituaient donc, pratiquement, le même type de rente, le même type de revenu. Voilà pourquoi sont regroupés ici revenus de bail à rente et revenus de constitutions de rente38.

Aux origines de la constitution de rente

  • 39 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 259. Un peu auparavant, il considérait ces deux types d’«  (...)
  • 40 Cremer O., Der Rentenkauf im mittelalterlichen Köln, p. 52–60.

22J’ose aller plus loin : à Liège, il s’agissait exactement du même type de revenu. La confusion y était pratiquement totale. La constitution de rente consistait très clairement, dans le pays de Liège, en une « émanation » du bail à rente. Elle en reprenait tous les mécanismes. Toutes ses caractéristiques s’y trouvaient, jusqu’à l’investiture du crédirentier, qui prenait de la sorte le contrôle du bien, à la manière d’une « sécurité » interne au système. Le voilà ainsi nanti d’un droit réel sur ce bien grevé d’une rente qu’il percevait. De la sorte, comme l’a évoqué L. Genicot, la rente était assimilée aux immeubles et se transmettait de la même façon qu’un bien-fonds : ce respect des règles coutumières concernant le « transport » des rentes n’était, pour le Namurois, rien de plus qu’un signe supplémentaire de cette assimilation de la constitution de rente à un droit réel, au même titre et de la même façon que le bail à rente39. Tout comme dans le pays de Liège ou en Namurois, à Cologne aussi, les crédirentiers étaient investis des biens sur lesquels leurs rentes étaient grevées40.

  • 41 Godding P., Le droit privé, p. 173–175 donne des exemples de constitutions de rente qui ne pouvaie (...)
  • 42 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 216–217 ; Balon J., La structure du domaine ; surtout Balo (...)

23Mais qu’était ce droit réel, que signifiait cette « vêture » ? Le crédirentier possédait-il la propriété réelle du bien sur lequel une rente lui était due (le domaine éminent) ? L’assimilation au bail à rente était-elle vraiment totale, aux xiiie et xive s. dans les régions liégeoises41 ? Au pays de Liège, le type de droit de propriété dont jouissait le crédirentier était identique au droit du propriétaire titulaire de la tenure à cens baillant son bien à rente. Pour preuve : la procédure qui y était utilisée, afin de constituer la rente, était le lansage. Cette procédure est connue d’abord pour le Namurois, grâce aux travaux de Joseph Balon et de Léopold Genicot. Le système de contrepan-lansage, tel que ces deux auteurs le présentent, devint un mode de sûreté dans les opérations d’arrentement : afin d’assurer au crédirentier namurois toute garantie de paiement, le débirentier lui cédait des droits réels sur un de ses immeubles, en garantie, soit du paiement de la rente constituée à prix d’argent sur ce bien ou sur un autre, soit du paiement de la rente d’un bail à rente (donc, si le débiteur avait effectivement pris un bien en bail à rente). Le système de contrepan-lansage permettait cela par deux transports successifs du même immeuble : « Le premier est une cession gratuite dans le cas d’arrentement ou accensement, une vente dans celui de constitution de rente ; le débirentier reporte au crédirentier sans réserve aucune, sinon des droits des tiers, tous ses droits sur un de ses immeubles. Le second est un arrentement : le crédirentier rend l’immeuble en lansage à charge de la rente42. »

  • 43 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 214, note 2.
  • 44 À tort : Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 214–215 : « cession gratuite ou vente suivie d’ar (...)
  • 45 Les autres « sûretés immobilières des contrats » sont décrites par Genicot L., L’Économie rurale, (...)
  • 46 Un beau cas, en 1348, pour une constitution de rente devant la cour de deux chanoinesses d’Andenne (...)

24Le bien passait donc clairement dans le patrimoine du crédirentier : le contrepan, c’était l’immeuble donné en garantie. Il ne s’agissait pas nécessairement de l’immeuble grevé du cens, d’après J. Balon et L. Genicot. Le lansage était, pour ces historiens, le droit possédé sur cet immeuble-gage, après l’opération : c’est-à-dire, clairement, un droit de propriété sur ce bien43. Mais dans ce cas-ci, le lansage ne constituerait qu’une sûreté parmi d’autres, destinée à assurer la sécurité du paiement du crédirentier. En effet, bien d’autres types de sûretés existaient par ailleurs. Ce système de contrepan-lansage, présenté comme une spécificité namuroise44, n’y aurait pas été autre chose qu’une sûreté auxiliaire garantissant les termes du contrat45. Or, il n’apparaît comme tel, sous le mode namurois du contrepan-garantie, que très rarement dans l’ensemble documentaire liégeois46.

  • 47 Non seulement de nombreux sondages, des enquêtes postérieures à la rédaction de la thèse, des incu (...)
  • 48 J. Ruwet avait déjà remarqué cette particularité juridique du lansage dans un article connu mais p (...)
  • 49 Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois, p. 101. Cf. l’édition du paweilhar de Baguette A., Le (...)
  • 50 Cit. de Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois, p. 103.
  • 51 Sur ce type de lansage, voir les p. 96–107 de Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois.

25En fait, dans le pays de Liège, le lansage était un trait distinctif et constitutif du bail à rente. Le système du contrepan-lansage décrit par J. Balon et L. Genicot n’était qu’un avatar du système « primitif » du lansage, tel que je vais le décrire, en usage à Liège. Ce lansage liégeois, primitif, fut pratiquement la seule « mécanique » foncière et juridique mise en œuvre dans les arrentements relatifs à l’économie mendiante des xiiie et xive s.. La prépondérance que revêt cette forme juridique dans le corpus documentaire étudié semble tout aussi évidente au sein du système économique du pays de Liège tout entier, aux xiiie et xive s.47. J. Ruwet dresse ce constat48 : depuis le xiiie s au moins, le propriétaire d’un bien aliénait l’usage de celui-ci contre le paiement d’une redevance annuelle, tout en conservant par devers lui la nue-propriété de cet immeuble ou de ses droits immobiliers. C’était le lansage. Celui qui avait pris ce bien en lansage, qui bénéficiait, pour utiliser les termes de J. Ruwet, de l’« usufruit » pouvait à son tour « mettre en lansage » ce bien. Il avait donc le droit d’aliéner ce bien à son tour, comme un tenancier d’un bien en bail à rente49. Il n’était pas le « propriétaire éminent », mais n’était pas non plus un « simple » jouisseur de pension viagère. Ruwet constate que cette tenure en lansage « ressemble étrangement à une censive »... et pour cause, puisque, selon moi, elle en était une émanation, un avatar juridique et économique, puisqu’elle était purement et simplement tenure en bail à rente50 ! Mieux encore et comme pour confirmer cette thèse, J. Ruwet dit que le montant du lansage était, à l’origine, proportionnel à la valeur du bien lansagé, comme la rente du bail à rente, qui consistait initialement en une part du revenu du bien baillé51.

  • 52 Par exemple, le dossier 20 janvier 1279 ou encore le dossier 28 novembre 1396.

26Ainsi donc, J. Ruwet avait déjà entrevu, mais sans le définir davantage, l’acte juridique à l’origine du bail à rente, le lansage, désignant par ce terme l’acte de cession du « domaine utile » d’un bien contre une redevance. Or, à quoi correspondait le domaine utile qu’il définissait pour le Moyen Âge liégeois, sinon au droit de jouissance perpétuel d’un bien, sans aucun droit seigneurial ou éminent, c’est-à-dire sans aucun des droits caractérisant la tenure à cens, mais avec toutes les caractéristiques de la détention d’un bien en bail à rente ? Le lansage était donc l’acte créateur du bail à rente, conférant le « domaine utile » d’un bien à un tiers, contre la perception annuelle et perpétuelle d’un revenu (une rente) qui était dénommé « trescens52 ». Le trescens était la plupart du temps entendu comme la redevance, le sur-cens dû par celui qui possédait un bien en lansage, en bail à rente. Soit le revenu, la rente. Ce mot, trescens, n’était pas toujours d’usage dans les textes ; ses apparitions y sont aléatoires. Régulièrement, il était utilisé conjointement ou à la place du mot lansage : un bien était donné a trescens si qu’en lansage, disent les textes... ou encore : il était donné a trescens. Le lansage désignait donc l’action juridique, le trescens le type de redevance.

  • 53 Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois, p. 107.

27La seconde acception du mot « lansage » par J. Ruwet rappelle encore la constitution de rente du bail à rente. Une forme de « sécurité » foncière et juridique s’y retrouvait, par laquelle le débirentier aurait cédé dans un premier temps le domaine éminent de son bien au crédirentier, qui en aurait été investi. Puis celui-ci aurait rétrocédé au débirentier, en lansage, le domaine utile, contre paiement d’une redevance. La lansage intervenait — ici encore — en tant qu’acte de cession du domaine utile. « Le propriétaire d’immeubles ou de droits immobiliers, manquant de fonds liquides, vend solennellement ses biens, moyennant une somme convenue ou une autre contrepartie. L’acquéreur, à sa prière, remet au vendeur la jouissance du bien vendu contre le paiement annuel et perpétuel d’une redevance. L’ancien propriétaire devient donc le lansagé, tandis que l’acquéreur du bien vendu apparaît comme l’auteur du lansage. Ainsi le lansage est également une tenure conditionnelle de reprise en possession, constituée solennellement53 ». La « sûreté immobilière » de J. Balon et de L. Genicot réapparaît ici, mais généralisée. Que signifie ceci ? Il faut retourner l’argument : cette « sécurité », c’était le point de départ de l’action économique, son fondement. Le crédirentier avait acheté d’une façon ou d’une autre le bien, en avait reçu la « vesture », donc les droits de propriété aussi éminents que possible, puis avait rendu au débirentier la jouissance de son bien en lansage, contre redevance perpétuelle. De la sorte, il avait constitué une rente.

  • 54 Joris A., Conversion d’alleux en censives. Voir aussi Godding P., Le droit privé, p. 162–172, qui (...)

28Les ancêtres juridiques de cette opération de constitution de rente se dissimulent dans un article remarquable du professeur André Joris54 : en plein xiie s., des alleux avaient été cédés par des propriétaires terriens à des institutions ecclésiastiques, en l’occurrence, le chapitre cathédral de Liège (en 1117) et la collégiale Notre-Dame de Huy (en 1125), dans le cadre d’actes de donation entre vifs, sous condition de rétrocession en tenure héréditaire par les bénéficiaires à l’héritier ou aux descendants du donateur, qui devaient payer un cens annuel minime à l’institution. Ces tenures étaient privilégiées, parce que cens et reliefs étaient réduits — voire même, s’agissant du relief, parfois inexistants. Aucune autre obligation n’était liée à la possession de ce bien en tenure à cens. Selon André Joris, il s’agissait ici de dispositions à cause de mort. Leur objectif etait double : assurer la transmission des biens aux héritiers par une donation qui aurait « court-circuité » la procédure de succession habituelle. Mais aussi, ces actes de cession-rétrocession étaient autant de donationes pro anima animées par le souci de veiller à la memoria, assurant même — au moins dans l’un des cas — un revenu minimum à délivrer aux institutions le jour anniversaire de la mort du donateur. Probablement faut-il voir, aux origines de ces actes, le souci de préserver l’usage du patrimoine du lignage et la volonté d’assurer l’entretien de la memoria du donateur.

  • 55 On jugera aussi, comme on le verra plus loin, la similitude avec le système de l’arrentement obitu (...)

29Ce magnifique dossier du xiie s. reproduit à l’évidence le schéma typique d’une constitution de rente à caractère obituaire, avec une cession de bienfonds à une institution ecclésiastique. La condition imposée à l’institution était de rétrocéder le bien, ici en accense, contre paiement de cens : cela ressemble étrangement à cette rétrocession en lansage, cette rétrocession du « domaine utile », cette procédure de mise en bail à rente du xiiie s.55. Mais y a-t-il un hasard, en histoire du droit économique ?

  • 56 Voir p. 232–237.
  • 57 Bormans S., Recueil des ordonnances. Première série – 974–1506, p. 345–346, no 17. Cet article ser (...)

30Ce système de constitution de rente permettait d’échapper aux interdits canoniques56 et d’asseoir la rente, d’en faire un revenu foncier, le prix d’un bien vendu, en quelque sorte. Il connut un tel succès qu’à la fin du xive s., dans le pacte communal intitulé la ‘Paix de Saint-Denis’ du 26 mai 1382 modérant la ‘Paix des Douze’ de 1335, un article intitulé « des lansages » rappelait que ce procédé de constitution de rente ne pouvait être utilisé abusivement, que le bien tenu ne pouvait être exagérément grevé de rentes, au détriment des cours tréfoncières et des tenanciers endettés qui perdaient le contrôle de leurs propriétés. Le lansage était néanmoins justifié par l’ancienneté : com ons ayet useit anchinement de faire lansaiges por empronteir argent ou por vendaire de cens ou de rente hiretauble [...] et par la qualité de juste achat d’un bien que les contractants voulaient lui reconnaître, que de teis lansaiges ne soient plus d’ors en avant useit [= le lansage de surendettement] silh ne sont fais pour leur juste pris, par maniere d’accense hiretable. Surtout, l’attention du législateur était portée sur le sort des biens qui changeaient ainsi de mains, qui se voyaient confiés à de nouveaux « propriétaires ». Ceux-ci s’interposaient de la sorte entre les propriétaires tréfonciers, éminents et les tenanciers qui tenaient le bien en bail à rente ou en tenure à cens avant de l’aliéner contre une somme d’argent, puis de le récupérer sous forme de bail à rente, contre paiement de rente. En effet, il s’avérait possible du point de vue juridique que ces derniers tenanciers aient décidé de constituer de multiples rentes sur leur tenure et donc de « revendre » encore et encore ce bien déjà tenu en lansage : de nouveaux propriétaires surnuméraires, plus ou moins éminents, apparaissaient donc, intercalés dans une hiérarchie figée par les dates des arrentements, les spécifications des actes de constitution de rente57. Les multiples niveaux de propriété devenaient rapidement ingérables, nul ne sachant plus qui possédait quelle part de tel bien avant tel autre...

31En conséquence, les propriétaires tréfonciers perdirent le contrôle de ces biens. Cet article de 1382 montre le statut de « propriété » du type du bail à rente que conférait le lansage et, par là-même, la confusion juridique réelle et volontaire entre bail à rente et constitution de rente. Ces deux instruments — bail à rente et constitution de rente — fonctionnaient avec la même logique juridique et entraînaient pratiquement les mêmes conséquences, mais ils étaient utilisés dans des buts différents. En d’autres termes, le lansage était une procédure juridique et économique qui permettait à la constitution de rente de prendre son envol en toute impunité canonique à Liège, puisqu’elle combinait deux opérations bien légales : l’aliénation d’un bien et sa rétrocession en bail à rente. Le crédirentier n’était donc rien d’autre qu’un « nouveau » propriétaire de bien, donnant le dit bien en « bail à rente » au tenancier, ancien propriétaire, devenu débirentier.

Des hiérarchies de droits de propriété

  • 58 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 31v. Un autre exemple : A.É.L., Couvent des Domin (...)
  • 59 Ce sont les dossiers : 19 mars 1338 ; 10 mars 1376 ; 30 mars 1376 ; 13 juin 1382 et A.É.L., Couven (...)

32Tout crédirentier était donc un propriétaire nanti de droits réels plus ou moins importants suivant sa situation dans une « hiérarchie de propriété ». Car tout était hiérarchie, dans ce système économique. Ces hiérarchies de droits réels ont laissé des traces : ainsi, Catherine de Waremme et son « cousin » Lambert, curé de Pousset, léguèrent au couvent dominicain un revenu obituaire de 12 setiers d’épeautre, revenu annuel, sur une terre de 31 grandes verges. Cette terre fut tenue en bail à rente par le recteur de l’autel Notre-Dame en l’église de Pousset. Le propriétaire « premier » était dominicain, car le chassereau des Prêcheurs énonçait que les Dominicains étaient prioritaires, notamment en cas de confiscation du bien pour non-paiement de la rente par le tenancier, bien que le chapitre Saint-Lambert et l’église de Pousset elle-même fussent bénéficiaires de rentes et donc de droits de propriété58. Un autre exemple tiré du chartrier des Carmes parle de lui-même, il est illustré par le schéma 3 : une série de documents prouve les droits de propriété de Jean Buchair de la Boverie sur 18 bonniers et 12 grandes verges à Momalle et aux environs, donnés en lansage contre 42 muids d’épeautre de rente. Les droits sur la terre grevée par ces 42 muids, Jean Buchair les légua aux Carmes au début du xve s. Ils détenaient donc ces bonniers en tenure à cens, de diverses cours représentant les propriétaires dont ils relevaient. Les Carmes avaient de leur côté donné en arrentement ces biens à Helwy Fassin, qui avait lui-même sous-arrenté les dites terres à Stasse Strengnart de Fize, à charge pour lui de payer les 42 muids (plus 10 muids d’épeautre annuels à Helwy Fassin)59 !

  • 60 Ainsi le 5 février 1364, Gilles de Bernar, citain de Liège, fit un testament et légua un grand nom (...)
  • 61 Quelques exemples significatifs : le prieur du couvent dominicain de Liège donna « heritablement » (...)

33Cela signifiait que, ici, les Dominicains et, là, les Carmes avaient des droits de propriété supérieurs ou inférieurs à d’autres propriétaires et que, en définitive, le propriétaire « le plus inférieur » possédait l’usage d’un bien grevé de toutes les charges, redevances, rentes, voire était contraint de payer le cens tréfoncier au nom des propriétaires « intermédiaires » au propriétaire « éminent », c’est-à-dire au propriétaire tréfoncier : à ce propriétaire « le plus inférieur », la détention réelle du bien... mais aussi, in fine, toutes les charges ! La reconnaissance de détention de ces droits de propriété par tout nouveau crédirentier lui était ainsi signifiée par l’obligation de paiement des cens tréfonciers qui lui était imposée dans les actes, en tant que bénéficiaire de la rente, s’il avait pris une tenure à cens, par lansage, à l’image des Carmes dans le schéma 3. Cette dernière opération conférait donc souvent à ce crédirentier une série de droits et d’obligations sur cette tenure, le menant à « décenser » le bien, à verser le cens foncier au propriétaire tréfoncier. Il devenait en quelque sorte le nouveau tenancier de la tenure à cens60. Autrement dit, le cens foncier dû aux cours tréfoncières était ici demandé au crédirentier et non au nouveau débirentier (qui, avant la constitution de rente par lansage, était dans le cas considéré le tenancier de la tenure à cens). Or il est communément admis que ce cens était dû par celui qui détenait la propriété censale, la tenure à cens, directement du propriétaire éminent. Payer la redevance foncière, dont le caractère symbolique importait autant que la valeur économique, traduisait bel et bien la sujétion au seigneur foncier61. En conclusion, le crédirentier pouvait acquérir de toute évidence un statut juridique particulier, celui du tenancier de tenure à cens, puisqu’il s’était introduit, insinué dans la hiérarchie des droits de propriété.

La rente, une part sur le revenu du bien

  • 62 Ainsi, lorsque les documents parlent de « humiers » légués, il s’agit de la jouissance, de l’usufr (...)
  • 63 Dossier décembre 1326.

34Aux xiiie et xive s., une des caractéristiques de la rente, qu’elle fût issue du bail à rente simple ou de la constitution de rente, se trouvait dans son lien direct avec les revenus, la « production » du bien. Elle était constituée d’une part de ces revenus. La somme due en rente devait ainsi être moindre que le revenu du bien, pour être supportable par le débirentier. Ce lien, cet attachement au revenu du bien permet d’identifier encore davantage le bail à rente simple avec la constitution de rente telle qu’elle a été définie62. À ce propos, un acte du prieur des Dominicains en 1326 servira de révélateur. Il reconnaît la donation en aumône perpétuelle au couvent par Aghisse, béguine de Saint-Adalbert, de sept journaux de terre en terroir de Horion, sous la condition de pouvoir en jouir des fruits durant sa vie, après quoi son cousin, Gérard de Bierset, frère convers du dit couvent dominicain, devait en profiter. Le couvent s’engageait néanmoins à consacrer un muid par an hors de ce revenu à la sœur d’Aghisse, « nonne » au Val-Notre-Dame, à titre de pension viagère, ainsi que deux muids en guise de rente obituaire : et en doit faire une pitance a convient a sa volenteit de deux muiis de spiate le jour de l’aniversaire le dicte damoiselle Aghisse por li, por se pere, se mere et ses suers, et tous li remanans des profis dele dicte doient estre a dit frere Gerart por faire ses necessites toute se vie. Après la mort de Gérard, tous les revenus s’en furent au couvent, sous condition d’y célébrer des messes anniversaires pour la donatrice et sa famille63. Qu’en conclure ? Les journaux de terre furent bel et bien donnés, mais avant tout, c’était leur revenu qui retenait toutes les attentions, c’était leur revenu qui présentait une réelle fonction obituaire — et non le bien-fonds légué. D’abord les deux muids, puis après la mort de Gérard, tous les revenus : le revenu du bien revêtait donc plus de valeur « utile » que le bien-fonds. Ce dernier ne pouvait être cependant négligé : le revenu primait, mais il était indissociablement lié au bien-fonds qui le produisait.

  • 64 Revenus des terres, en épeautre : par ex., dossier 10 mars 1245 ; 22 juillet 1267 ; novembre 1267  (...)
  • 65 Mesure de capacité, une aime contient de 113 l. à 153 l., selon les types de mesure, voir Chaineux(...)
  • 66 Rentes sur maisons, en argent : par ex., 3 février 1254 – 8 février 1254 et 3 février 1254 ; 31 ju (...)
  • 67 Rentes sur maisons, en nature : par ex. 2 août 1298 ; 24 septembre 1303 ; 2 juin 1344 ; 10 avril 1 (...)
  • 68 Rentes sur courts : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 35r ; 36v, 38r ; dossiers 13 (...)
  • 69 Pour les moulins, A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r-16v et A.É.L., Couvent des (...)

35Pour autre preuve, les liens formels entre le mode de paiement de la rente (nature, argent...) et le type de bien (suivant qu’il fût susceptible d’exploitation agricole ou non)... Ainsi, les revenus des terres étaient le plus souvent exprimés en épeautre64, ceux des vignes en « aimes » de vin65. Quant aux maisons, les rentes les grevant étaient directement exprimées en argent66. Si ces maisons se trouvaient en milieu rural, les rentes qui les concernaient étaient parfois payées en nature (en épeautre)67. Il en allait de même pour les fermes : comme il s’agissait d’exploitations en milieu rural, l’épeautre servait d’étalon à toute rente ou cens68. Pour les moulins, la rente était calculée en muids de mouture69.

  • 70 Voir infra, p. 209–213.
  • 71 Dossier 21 juillet 1374.

36Toujours dans le même sens, un exemple tardif, de la fin du xive s., montre que la rente, ici issue de constitution de rente de type obituaire70, était intimement liée — voire : dépendait directement ! — aux revenus du bien grevé. En 1374, devant la cour de Rigault de Warnant, échevin de Wanze, frère Clarin de Sawehy, procureurs et speciauls messaigez deputeis depart le prieur et covent dou moustier Notre Dame des Carmez demanda l’investiture d’un revenu de 12 setiers d’épeautre tirés hors de deux muids, affectés sur 28 grandes verges et légués par Isabelle, fille de feu Berenger de Momelette. Si ces 28 grandes verges ne devaient pas suffir, Isabelle avait prévu que 7 autres grandes verges, sises « derrière » le lot principal des 28 grandes verges cité ci-dessus, soient affectées au paiement du revenu71. Preuve supplémentaire que le montant de la rente devait être proportionné à la taille du bien ; preuve aussi que le revenu de la rente n’était rien d’autre que le revenu du bien immeuble. Il serait abusif de ne voir en l’immeuble grevé d’une rente qu’un bien simplement hypothéqué.

  • 72 Sur les parties d’immeubles arrentées, par exemple, voir dossier 23 novembre 1398 : devant la cour (...)
  • 73 Sur les revenus assénés sur plusieurs biens, un exemple dans le dossier 21 novembre 1379 (1) : « L (...)

37Ce lien direct du revenu de la rente avec le revenu de l’immeuble explique que, parfois, certaines rentes ne grevaient que des parties de biens plutôt que des biens entiers. En effet, le montant de la rente réclamée correspondait davantage au revenu foncier de cette partie de bien72. Inversement, cela explique qu’une rente ample, à connotation obituaire par exemple, devait parfois être perçue sur plusieurs biens-fonds73.

La propriété de la rente et les Mendiants

  • 74 Et que n’auraient donc pas possédés les crédirentiers : juste des « sûretés », garanties sans prop (...)
  • 75 Dossiers 3 février 1254 – 8 février 1254 et 3 février 1254... Voir, par exemple, le dossier du tes (...)

38L’extrême complexité de ces systèmes économiques réside dans l’absence consciente de discernement, aux xiiie et xive s., entre revenus de bail à rente et revenus de constitution de rente : actes de relief et censiers confondaient les opérations sans complexe ni retenue. Mais il faut pousser le raisonnement plus loin. En effet, s’il n’avait existé identité de fait entre ces procédures économiques (le bail à rente et la constitution de rente, via le lansage) et surtout entre leurs conséquences juridiques — soit une relative propriété « réelle » des biens arrentés —, jamais ces données n’auraient pu s’enchevêtrer. En effet, dans le cas contraire, n’y aurait-il pas eu un risque énorme à confondre ce que les Mendiants possédaient « en vrai » et ce qu’ils possédaient « sur parchemin » seulement — c’est-à-dire les biens qu’auraient grevés des constitutions de rente de type simplement « hypothécaires74 » ? C’est évident : la distinction n’existait pas, parce que les Mendiants possédaient vraiment ces biens grevés de rente, qui leur avaient été donnés ou vendus, à charge pour eux de les mettre ou remettre en lansage contre paiement d’une rente déterminée au départ, qu’elle eût ou non un caractère obituaire. Et cette possession était limitée à la part déterminée par l’ampleur du revenu de la rente, en tant que produit du bien-fonds, à la suite de la confusion de celui-ci et du bien-fonds dont il était tiré75. Ces quelques exemples illustrent bien la complexité terminologique et juridique inhérente à ces concepts économiques. Cette complexité justifie sinon le relatif dédain, du moins l’appréhension des historiens à leur égard et donc leur incapacité à les expliquer logiquement. Ce qui déroute, c’est l’incohérence des documents. Incohérence ? Non, bien sûr. Celle-ci n’est qu’apparente.

  • 76 Voir p. 208, 242–244, 289–290...
  • 77 A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 51, f° 126r.
  • 78 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 184–187.
  • 79 Outre l’intérêt qu’il y aurait à développer cette hypothèse, il serait extrêmement profitable de d (...)
  • 80 Mais pourquoi les rédacteurs de chassereaux ou censiers s’intéressaient-ils autant sinon plus aux (...)

39Plutôt que d’incohérence, il faut parler d’adaptation aux réalités et de pragmatisme économique. Pour clarifier la situation, le revenu doit être placé comme objet principal de tout document, plutôt que le bien comme c’est l’usage en droit actuel des immeubles. C’était bien le revenu foncier, l’objet principal de l’intérêt de l’acheteur de rente ou du fondateur d’anniversaires à coup de redevances obituaires, qui importait d’abord. L’essentiel, le point central, dans ces constitutions de rente, même si elles se fondaient sur une procédure purement foncière de baillage à rente, c’était ce revenu. En effet, l’acquisition d’un bien nu, sans garantie de rapport, n’était plus de mise. Les terroirs étaient pleins, parcellisés à outrance ; les défrichements étaient arrêtés. La crise frappa dès la fin du xiiie s. et tout au long du siècle suivant ; les champs étaient surexploités. C’était le début des surplus au xiiie s. puis la reprise des disettes au xive s.76. Le risque était alors grand pour un acheteur de tomber sur des terres épuisées, mal cultivées : nul n’était à l’abri de telles déconvenues. Ainsi la rente de 12 setiers d’épeautre promise par le testament d’Isabelle de Momelette n’était-elle plus payée sous l’Ancien Régime : ledit testament est arrivé en 1314 ; par apres les terres ayant restées ineubles et en friche, l’on77 ne payoit plus la rente de douze stiers. Acheter une maison s’avérait tout aussi dangereux : rien ne se délabrait plus vite au Moyen Âge78. La création d’un revenu garanti devint donc essentielle, avec la présence d’un tenancier qui devait s’exécuter dans ses obligations vis-à-vis de son nouveau patron et l’assurer du paiement d’une rente suffisante. Le tout dans une ambiance de valorisation du profit, fleurant bon les grandes foulées de l’économie de profit d’alors. L’exploitation directe n’en était pas, elle, synonyme, car elle s’assortissait de risques propres (mauvaises récoltes, chute du prix des denrées, lourd paiement du personnel et importants investissements en grains, entretien et achat de matériel agricole, de bovins...). Les accensements et surtout arrentements, modes d’exploitation indirecte, reflétaient bien cette nouvelle philosophie du profit : le propriétaire tréfoncier, les bailleurs à rente n’engageaient plus leur responsabilité personnelle dans le travail de leurs biens, ils recherchaient des revenus sûrs et réguliers. Ils étaient devenus des rentiers. C’était le revenu foncier, à la campagne comme à la ville, que l’on recherchait79. Mais un revenu qui se fondait en droit réel (du moins pour les établissements conventuels)80.

  • 81 Selon moi, on peut étendre ces considérations à tous les chassereaux ou censiers non Mendiants.
  • 82 C’est à cause de l’impossibilité coutumière de sous-accenser un bien que la procédure de baillage (...)
  • 83 Pour reprendre l’expression de Guerreau A., Rentes des ordres mendiants à Mâcon au XIVe siècle, p. (...)

40Au-delà de toute considération juridique, il ne faut donc pas s’étonner ou peu — de voir assimiler, dans un chassereau de cens et rentes ou un censier de Mendiants81, les cens de trefonds ou cens d’accensements, de tenure à cens et les rentes de bail à rente ou de constitutions de rente (par lansage notamment). Rien ne surprend en effet, dans la mesure où l’on a prouvé le lien réel noué entre ces procédures d’arrentement et d’accensement et le revenu attaché à la possession et à l’exploitation indirecte de l’immeuble concerné82. Les résultats étaient les mêmes : des revenus perçus sous forme de redevance annuelle, « loyers » proportionnels aux capacités du bien83. Ils furent donc confondus, regroupés dans chaque document de gestion, aux visées essentiellement pragmatiques. Donc, retrouver ces constantes dans le fonctionnement de l’économie conventuelle mendiante au fil des xiiie et xive s. ne devrait plus déconcerter.

Le produit économique de la rente chez les Mendiants

41De grandes leçons statistiques des chiffres dégagés ne doivent être espérées : ceux-ci sont trop ténus ; la documentation n’est pas assez homogène. Le reflet que chiffres et documents donnent des réalités économiques est trop flou... mais un peu d’audace ne peut nuire : les grandes lignes de l’économie mendiante peuvent être chiffrées avec prudence, malgré tout.

  • 84 À ce propos, on se référera, par exemple, à Spufford P., Money and its Use in Medieval Europe, p.  (...)
  • 85 Voir infra, p. 390, pour un exemple de table d’effraction.

42Le mode de paiement des rentes a déjà été évoqué : en milieu rural, le paiement en nature, en épeautre surtout, était privilégié. Quoi de plus normal, puisque la dévaluation monétaire des xiiie-xive s.84 et les crises de ce dernier siècle poussèrent les propriétaires, les crédirentiers à demander des revenus sûrs : les revenus en nature. La valeur de ceux-ci se révélait être bien plus stable. Mieux : beaucoup de conventions d’accensements ou d’arrentement prévoyaient que ces rentes et cens en nature soient convertibles en argent, au cours de l’effraction, évidemment85. Quant aux redevances payées en milieu urbain, elles le furent en argent, probablement à cause de l’influence du cens foncier urbain. Mais aussi parce que le cens et la rente étaient l’expression même du revenu direct du bien, du moins en théorie. Ainsi, la production d’épeautre n’était pas normalement l’apanage d’un terrain urbain. Ces pratiques n’évoluèrent pas, du xiiie au début du xve s.

  • 86 Ce, aussi bien chez les Carmes que chez les Dominicains. Un exemple : dans le dossier 8 août 1363, (...)
  • 87 Ce rapport de productivité grande verge – setier pour le premier quart du xive s. était de 0,89 po (...)
  • 88 Inutile, ici comme ailleurs, de proposer un graphique ou un tableau : les chiffres sont trop peu n (...)
  • 89 Dossiers 6 avril 1323 ; 2 février 1329 ; 13 mai 1329.
  • 90 Dossier 2 juin 1344.
  • 91 La cour, en dialecte wallon, était et est une grande ferme (Haust J., Dictionnaire liégeois, p. 17 (...)
  • 92 Quelques exemples de curtes arrentées : dossier 13 novembre 1291 (une court, maison et 32 verges d (...)
  • 93 La fourchette de valeur des rentes assénées sur ces maisons allait de 1 sou (dossiers 3 février 12 (...)
  • 94 Sur la définition de l’« adjour de quinzaine », voir p. 164. Dans la documentation dominicaine : d (...)
  • 95 Mention de contrepan : dossier 23 novembre 1383 et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f (...)

43En ce qui concernait le revenu lui-même, exprimé en nature, il s’avérait stable : le revenu moyen de la rente en nature, exprimé par le nombre de grandes verges de terre nécessaires pour produire un setier d’épeautre, variait dans une fourchette simple de 0,7 à 1,5 en moyenne, avec des pointes très élevées (jusqu’à 5 grandes verges pour produire un setier), sur toute la période envisagée86. Pour produire un setier au xive s., il fallait de 0,9 à 1 grande verge. Cela signifie donc que ce revenu était obtenu sur une surface d’environ 4 ares87. En définitive, les différences par rapport au « taux de productivité » de l’accensement d’une tenure, déjà calculé, sont ténues : c’est bien normal. Mais les chiffres manquent cruellement pour tout confirmer88. Quant aux rentes grevant des maisons, peu de considérations peuvent être émises. D’abord, quelques maisons en milieu rural firent l’objet d’arrentement en nature, comme ces trois parts et demi d’une maison à Juprelle que les Dominicains acquirent pour en tirer une rente obituaire de trois muids, soit 24 setiers d’épeautre89. Ou encore cette maison que les Carmes possédaient à Oupeye, en 1344, et sur laquelle ils touchaient 10 setiers d’épeautre90. De même, les courts, maisons et terres léguées aux Mendiants — des exploitations agricoles, de toute évidence91 — furent arrentées contre revenu en nature, la plupart du temps92. Peu de stabilité dans les sommes demandées : la valeur de la maison devait évidemment varier de façon notable93. L’utilisation de l’« adjour de quinzaine » était chose commune à la fin du XIVe et au début du xve s.94. Parfois, des contrepans, ces garanties immobilières complémentaires, étaient alors institués95.

La rente obituaire

44La rente obituaire « traditionnelle »

45Les documents cités au fil des pages précédentes, comme la plupart des pièces composant le corpus étudié, ne traduisent pas seulement des relations économiques et juridiques. Ils participent, la plupart du temps, d’un système typiquement mendiant : ce sont les conséquences, les mises en œuvre des donations entre vifs, des testaments.

  • 96 Voir p. 283–294.

46Deux types principaux de donations et/ou de legs étaient liés au souci de la memoria dont pouvait faire montre le testateur/donateur. D’une part, des legs et/ou des donations de biens immeubles aux Mendiants, sans plus de détails, avec juste la mention pro anima dans le meilleur des cas et, d’autre part, des legs ou des donations de biens immeubles aux mêmes, mais à charge pour eux de donner ce bien en bail à rente, contre perception d’une rente obituaire, déterminée ou non par le donateur/testateur. Ces deux types de legs/donations à connotation obituaire furent à l’origine de bon nombre de revenus d’arrentement ou d’accensement consciencieusement gérés par les Mendiants96.

  • 97 Voir Godding P., Le droit privé, p. 174–175. Ph. Godding cite quelques exemples de constitutions d (...)

47Le donateur ou testateur cédait le plus souvent sa place de propriétaire éminent aux Mendiants. Léguer une rente obituaire revenait à donner la propriété d’un bien grevé d’une rente foncière aux frères. Et fréquemment, c’est le revenu dont avait joui le donateur/testateur qui se trouvait transmis à l’institution religieuse : ce système était relativement traditionnel et déjà assez ancien97.

  • 98 Ici aussi, nouvelle preuve de la portée foncière de la rente, qu’elle fut obituaire ou non : elle (...)
  • 99 Voir, à propos des problèmes dus aux lansages successifs, p. 197–198 ; 235, note 220.
  • 100 On ne sait alors ce que devint Guillaume : entre le document le mentionnant et celui relatif à Con (...)
  • 101 Dossier 16 septembre 1420.
  • 102 Mais est-ce le Guillaume cité ci-dessus ?
  • 103 Voir les dossiers 10 avril 1386 ; 4 avril 1388 ; 9 août 1394 ; 15 octobre 1394 ; 20 juillet 1401 ; (...)

48Ainsi, dans l’exemple suivant, l’ancien propriétaire, tenancier d’une tenure à cens, céda sa place à ces institutions religieuses chargées de la gestion de la memoria et transforma une rente de 15 muids d’épeautre, qu’il percevait avec un esprit de pur profit foncier, en une rente à fonction obituaire98 : le 10 avril 1386, Jean Bos delle Grevenche acheta à Abraham de Waroux une terre de 5 bonniers, 4 grandes verges et 17 petites, en territoire de Waroux, relevant de la cour échevinale du lieu. En 1388, Jean Bos rendit en bail à rente à Abraham de Waroux son ancienne terre, qu’il fut chargé de tenir « à trescens ». Le nombre des accensements et arrentements devait être tel, à cette époque, qu’un passage devant la cour « chef de sens » n’était pas nécessairement effectué. Ces libertés dont se prévalaient les tenanciers, se chargeant de leurs propres transmissions de biens, leur donnaient une certaine prééminence et témoignent surtout de la terrible complexité de la situation foncière d’alors99. Le tenancier investit donc lui-même le preneur en bail à rente de son bien, contre une rente annuelle de 15 muids d’épeautre pour lui, plus l’obligation de décenser le bien « à la hauteur de Waroux », en son nom. Devant la même cour de Jean Bos, le 9 août 1394, Abraham de Waroux, probablement trop vieux, fit transporter cette terre qu’il détenait en bail à rente à son neveu Guillaume, fils de feu Raussekin de Waroux, le frère d’Abraham. Guillaume succéda donc à son oncle dans la terre, mais aussi dans les obligations financières qui en découlaient : le paiement de la rente des 15 muids et le « décensement » de la terre. Le 15 octobre, il semble que Guillaume dût se faire « ré-investir » de la moitié de cette terre, à la propriété contestée par ses cousins, qui avaient dû faire valoir des droits sur ce bien... En 1401, Jean Bos dut faire saisir la terre en question, sur laquelle les cens et rentes n’étaient plus versés ni par l’héritier Conrad de Waroux ni par d’autres tenanciers100. En définitive, ces terres furent concédées en bail à rente à Jean Warnier d’Alleur, contre les cens et rentes susdits. La rente de 15 muids d’épeautre déjà citée à plusieurs reprises était bien le revenu d’un bail à rente. Le parcours tumultueux de ce bien et de son arrentement, suivi sur vingt ans tant bien que mal, montre combien le paysage économique pouvait être mouvant. Jean Bos delle Grevenche mourut. Il laissa un testament. La seule trace de celui-ci est un relief en faveur du représentant des couvents des Franciscains, des Carmes et des Croisiers : Guillaume de la Boverie, dit le Soldeir, manant auz Treiste en Île à Liège, partie faisant au nom des frerez meneurs pour une tercepars, en nom de frerez Notre Dame des Carmez pour une tercepars et en nom des frerez croisiers pour une autre tercepart, touts Ordennes mediantes de Liege101. Ce Guillaume demandait la vêture pour les couvents de 15 muids d’épeautre dus par Jean Warnier d’Alleur, à raison de 5 muids par institution ecclésiastique, afin que, dans chaque couvent, un requiem fût dit chaque semaine pour le repos de l’âme de Jean Bos delle Grevenche. Le don et la vêture de ces terres de Waroux furent accordés aux trois couvents, via Guillaume, contre les cens de « trefonds » dus à la cour, divisés en trois. Ainsi donc, la rente du bail à rente perçue autrefois par Jean Bos delle Grevenche était devenue obituaire, laissée aux Mendiants et fut scindée en trois. Chaque couvent reçut de la sorte la vêture de ce bien arrenté pour un tiers et devint tenancier de la cour de Waroux à concurrence du tiers des « trefonds ». Lorsque Guillaume de Waroux102 voulut relever, un an plus tard, un des tiers de sa tenure, il s’adressa à la cour des Carmes de Liège — mais probablement dut-il relever chaque tiers de cette terre à chacune des cours. Il vint y relever comme de son noveal seigneur ce tiers, à charge pour lui de payer le tiers des « trefonds » à la cour de Waroux et de verser aux Carmes le tiers de 15 muids d’épeautre équivalente à la rente du bail à rente, à fonction obituaire103. On voit ici de quelle manière les couvents avaient pris la place du testateur.

  • 104 Dossier novembre 1267 : « Item duos modios spelte, quos habeo hereditarie super terram quam a me t (...)

49La rente obituaire était donc une rente tirée d’un bail à rente, chez les Mendiants du moins. Pour le xiiie s., quelques exemples de cessions de rente aux Mendiants dans un but obituaire sont attestés. Ainsi Ruscela dite Rose, béguine de Liège, légua deux muids de rente aux Dominicains. Ces deux muids étaient dus par Ide, nièce de Ruscela, sur une terre qu’elle « tenait » de Ruscela elle-même et dont la jouissance ne fut cependant effective pour les Prêcheurs qu’à la mort de deux béguines apparentées à Ruscela104. Mais c’est surtout à partir du début du xive s. que la rente obituaire connut un véritable essor.

  • 105 Voir p. 189–198.
  • 106 Ibidem.

50Ce système de la rente obituaire est souvent considéré comme la première manifestation et comme la justification de la constitution de rente à grande échelle. Relativement simple, il se livre ici concrètement et de manière tout à fait originale, puisque l’assimilation au système générique du bail à rente apparaît totale. En effet, c’étaient des revenus d’immeubles déjà concédés en baux à rente qui avaient été donnés ou légués. Ce lien avec le bail à rente, détaillé plus haut105, s’amplifia jusqu’à l’identification totale. Ce système de la rente obituaire justifiait la constitution de rente à prix d’argent grevant un bien, qui utilisait également la même procédure du lansage, à la seule différence que dans ce dernier cas, ce n’était pas en contrepartie de services spirituels que la rente était délivrée, mais en échange d’une somme d’argent106. En outre, la procédure de cession et rétrocession en lansage jouait à plein, toujours dans l’optique de conformer cette opération au bail à rente « traditionnel ».

  • 107 Il faut ici inclure dans le même système les cens tréfonciers transformés en cens obituaires et do (...)
  • 108 Voir p. 238–239.
  • 109 Interdiction de vente/échange stipulée dans les actes : dossiers décembre 1326 ; 4 juillet 1370 ; (...)

51À côté de ces dons et legs de rentes et cens107 obituaires, les donations et legs d’immeubles stricto sensu furent relativement nombreux, surtout au xiiie s.108. La volonté d’assurer la pérennité des legs et dons pro anima était parfois assurée par des clauses interdisant la vente, l’échange... des biens ainsi acquis109. Ce qui devait obliger les Mendiants à les exploiter, ou plutôt à les faire exploiter contre revenu perpétuel en les confiant à des tenanciers, par l’intermédiaire de la tenure à cens ou du bail à rente. Se débarrassant d’une gênante propriété, ils répondaient aux attentes de la réglementation mendiante qui prescrivait de vendre ou, du moins, qui interdisait de posséder ouvertement. Ils ne perdront en aucun cas ni le contrôle du sort de ce bien, ni surtout une part des revenus tirés de ce bien.

52Ces opérations — le don/legs de cens/rentes et le don/legs d’immeubles stricto sensu — semblent similaires, mais chacune était adaptée à son époque. La donation ou le legs d’immeubles à une institution ecclésiastique, pro anima, sans qu’un revenu à en extraire nécessairement fût prévu, était plutôt un phénomène typique du souci de la memoria des xie et xiie s., tandis que la création de rentes obituaires par l’intermédiaire du système du bail à rente, bien qu’elle ressortît également au même système de propriété de biens, participait davantage de la volonté de procurer à l’institution un revenu « éternel », perpétuel, à l’image des services funéraires que l’on voulait organiser, au xiiie et surtout au xive s. Le duecento n’aurait-il pas été, comme cela a été déjà soulevé, le siècle où s’opéra le passage de la confiance en la juste et ferme propriété du bien-fonds à la foi en un nécessaire revenu à percevoir régulièrement ? Probablement, une conséquence de l’impact de l’économie de profit sur la société du bas Moyen Âge.

Les pensiones

53La tentation de la propriété fut réelle, chez les frères mendiants. Dominicains, Carmes et même Franciscains transgressèrent rapidement les interdits des saints fondateurs, avec l’aval des autorités supérieures, peu ou prou consentantes. La survie de ces nouveaux Ordres dépendait de leur faculté de composition avec un monde cruel : s’adapter ou disparaître... Dès lors, ils n’hésitèrent pas à posséder, franchissant les bornes imposées. Ils essayèrent de se fondre dans la masse en fusion de l’économie du xiiie et du xive s. et participèrent aux nouveaux systèmes d’exploitation et de création de revenus.

  • 110 Voir p. 151–154
  • 111 Voir p. 341–347
  • 112 Car ce n’étaient jamais que des institutions. Même si parfois un curé était pris comme intermédiai (...)
  • 113 Tussenschakels, comme les appelle Simons W., Stad en apostolaat, p. 175–176.
  • 114 En effet, le terme « rente » a de fortes connotations de droit réel et répond à d’autres concepts (...)

54La rente, surtout, recueillit leurs faveurs. Cependant, peu de mentions de rentes possédées en propre par les Mendiants apparurent avant le xive s., on l’a vu. Le dédain envers l’écrit, la destruction d’actes expliqueraient-il cela ? Sans doute. Mais, assurément, la raison principale semblerait être la prééminence d’autres systèmes économiques pour survivre en ce xiiie s. En effet, si la rente rencontra rapidement leur faveur, son usage impliquait par ailleurs qu’ils possédassent les biens donnés par le biais de l’arrentement. Or, si la règle était plus relâchée au xive s. et si ce genre de propriété était tolérée, ce n’était pas le cas au xiiie s.110. À cette époque, les Mendiants cherchèrent alors à contourner l’interdit, notamment en se tournant vers des propriétaires intermédiaires, des donateurs fictifs. À la différence des intermédiaires simples ou des procurateurs laïques ou ecclésiastiques111, l’institution utilisée comme propriétaire intermédiaire n’était pas mandatée directement par le couvent112. Rien ne liait par obligation ces intermédiaires113 aux Mendiants. Ils prenaient en charge le bien que le donateur ou le testateur avait grevé ou voulait grever d’une rente obituaire et, revêtus par les cours tréfoncières ou de tenants ad hoc, en jouissaient complètement, avec pour obligation imposée par le donateur/testateur de céder à l’un ou l’autre couvent de Mendiants, à l’une ou l’autre institution religieuse, des rentes obituaires, en toute gratuité, sans aucune contrepartie de la part de ces derniers bénéficiaires ultimes. Il s’avère préférable d’appeler ces rentes « pensions », car ce terme correspond mieux à ces versements réguliers d’argent ne reposant que sur des convenances, sans autre « sécurité ». Cette acception était d’ailleurs d’usage dans les documents114. Ces pensions étaient évidemment constituées de parts tirées des revenus de la rente possédée par l’intermédiaire.

  • 115 Voir par exemple Neidiger B., Mendikanten zwischen Ordensideal und stàdtischer Realitàt, p. 92–99  (...)
  • 116 Simons W., Stad en apostolaat, p. 176.
  • 117 Voir p. 487–494.
  • 118 Dossiers février 1251 ; février 1263 ; décembre 1273 ; mars 1281 ( ?) ; août 1292 (et 11 août 1291 (...)
  • 119 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14r-14v : « [...] Que la dite amoine rendoit a no (...)
  • 120 Hôpital établi par un bourgeois en 1267, probablement indépendamment du béguinage de Saint-Christo (...)
  • 121 Voir aussi le dossier 17 juillet 1397 (1). C’est un acte lié au mouvement béguinal, dans lequel on (...)
  • 122 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 91–96.
  • 123 Dossiers 28 septembre 1281 ; mars 1281 (et 13 février 1283 (1) et (2)) ; février 1288 (1) ; 17 jui (...)
  • 124 Dossiers 1er janvier 1201 – 12 décembre 1400 ; 28 septembre 1281 ; 22 juin 1294.
  • 125 Voir aussi De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 63–67.
  • 126 Dossiers décembre 1273 ; mars 1281 ; août 1290 ; novembre 1311 (et 20 juin 1334) ; 4 décembre 1316 (...)
  • 127 Seul le chassereau dominicain de 1401 fait mention de cela, ajoutant « De quelle donation nous avo (...)
  • 128 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14v.
  • 129 Car ce n’était pas le cas pour bon nombre d’hôpitaux, devenant des communautés de prébendiers : re (...)
  • 130 Lahaye L., Inventaire analytique des chartes de la collégiale de St-Jean, t. 1, p. XIX. Particuliè (...)
  • 131 De Spiegelerp., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 90–91. — Dans les autres collégiales, les (...)
  • 132 Dossier 23 juillet 1317 (1) et (2) — À noter, une fois de plus, dans ce document, la démonstration (...)

55La situation dans le pays de Liège était cependant assez particulière. Ainsi, habituellement, c’étaient les couvents de femmes qui jouaient le rôle d’intermédiaires : les communautés de Dominicaines et de Tertiaires pouvaient posséder des biens en propre dès le xiiie s., sans scrupule, et elles étaient donc mises à contribution comme intermédiaires par les couvents masculins. En Europe occidentale, ce genre de situation était fréquente115. En fait, la situation liégeoise était similaire à ce que le comté de Flandre connaissait : les Mendiants prenaient les intermédiaires dans leur « sphère » sociale et religieuse (couvents de béguines, hôpitaux, couvents de Clarisses, de Dominicaines)116, à cette seule différence près que les Mendiants liégeois, dans une ville dépourvue de tout couvent de femmes — hormis les béguinages — se contentèrent de ces derniers et des hôpitaux. Et encore, peut-être vaudrait-il mieux ne considérer que les institutions hospitalières. En effet, par rapport à la Flandre, la plupart des béguinages liégeois étaient trop petits, sans réelle organisation (notamment économique et juridique). S’agissant du monde béguinal, seuls les hôpitaux de béguinages, gérés par les aumônes — ou organes de gestion des revenus d’institution à vocation hospitalière —, étaient de taille économique suffisante pour être pris comme des interlocuteurs et des intermédiaires sérieux par les donateurs/testateurs comme par les frères mendiants117. Quant aux autres hôpitaux, tout ce que la ville possédait comme aumône ou hôpital organisé faisait l’affaire. Dès 1251, les Prêcheurs se rapprochèrent de ces aumônes des béguinages, principalement celle de Saint-Christophe : celle-ci se retrouve 15 fois citée comme intermédiaire, de 1251 à 1315118. Dans le chassereau des Dominicains, l’aumône était encore débitrice de 36 muids et 3 setiers d’épeautre auprès des Prêcheurs, au début du xve s., soit un siècle après les dernières « réceptions » de pensions et l’abandon de ce mode de gestion de revenus : une somme énorme, qui laisse penser que les sommes versées à ce titre cent ans auparavant, en plein xiiie s. flamboyant, devaient être considérables119 ! L’hôpital Tirebourse, qui avait été fondé par les bourgeois de Liège, fut lui aussi sollicité comme intermédiaire par les Dominicains, par deux fois, en 1297 et 1301120. Tout comme l’aumône des béguines de Saint-Christophe121, l’aumône des Communs Pauvres — appelée aussi des Pauvres-en-Île — fut, elle aussi, mise à contribution de façon importante. Cet hôpital, plus ou moins contrôlé par la ville, était une institution extrêmement puissante du point de vue économique au xiiie s.122. Sorte de table des pauvres, elle était dirigée par les autorités urbaines depuis le début du xiiie s. Elle fut déplacée dans le quartier de l’Île entre 1292 et 1303 ; mais les Dominicains recouraient à elle comme intermédiaire bien avant cela, au moins depuis 1281. De cette date à 1325, ils firent appel à ses services au moins une dizaine de fois123. Alors qu’ils ne semblèrent jamais avoir fait appel à un des hôpitaux ou aumône de Saint-Christophe, les frères mineurs recoururent trois fois aux Communs Pauvres (sur les 8 cas où ils reçurent des pensions)124. Un autre hôpital extrêmement sollicité : l’hôpital Saint-Jean-Baptiste. Érigé par les fondateurs de la paroisse homonyme, cette institution charitable, dirigée par les paroissiens, avait la haute main sur la collation de cette paroisse à partir de 1237125. Dès 1273, ses administrateurs apparaissaient comme intermédiaires dans des versements de pensions aux Prêcheurs : au moins huit fois, de cette date jusqu’à la fin du premier tiers du xive s.126. Une seule mention du Nouvel Hôpital utilisé comme intermédiaire : en 1293, Catherine et Helvide de Souverain-Pont auraient donné 15 bonniers et demi de terre, ainsi que deux cens sur des curtes au Nouvel Hôpital ou hôpital « séant en l’encloitre Saint Lambert », à charge pour celui-ci de livrer une pension annuelle de 25 muids127. Ce n’était certainement pas la seule pension due aux Prêcheurs par l’hôpital : Item chimiemes hospitals nos doit encors XX muys de speaute hyretables à en croire le chassereau des Dominicains128. Ce Nouvel Hôpital était celui du chapitre cathédral, contrôlé par le prévôt et le doyen, composé d’une communauté suivant une règle d’inspiration augustinienne et encore bien dévoué à sa mission hospitalière (accueillant malades, pèlerins...) jusqu’au début du xive s.129. Ensuite, il entretenait une batterie de famuli, dont P. De Spiegeler écrit qu’ils avaient beaucoup de points communs, dans leur façon de vivre, avec les béguines. Helvide et Catherine en auraient-elles fait partie ? Ou bien leur intérêt pour cette institution tenait-il à cette proximité avec le mouvement béguinal ? Parmi les institutions religieuses de type hospitalier, utilisées comme intermédiaires de façon ponctuelle, on relève le mandé de la collégiale Saint-Jean, sorte d’administration d’une « aumône », de table des pauvres liée plus particulièrement à la collégiale, voisine du couvent dominicain130. Il semble que seul le mandé de la cathédrale (qui y était appelé « aumône » — la première mention date de 1256) et le mandé de Saint-Jean eurent une organisation propre et une administration distincte du reste des finances capitulaires131. Dans un acte de 1317, le chapitre de Saint-Jean, le prieur dominicain et l’abbesse du Val-Notre-Dame, bénéficiant de rentes et de pensions obituaires recueillies sur 54 verges de terre à Hasselt, décidèrent de vendre, au nom de leur « propriété » sur ces biens, une rente plus importante à la commanderie de l’Ordre teutonique à Bilzen. Ces 54 verges avaient été en fait léguées au mandé de Saint-Jean afin qu’il rendît chaque année 3 muids d’épeautre en pension au couvent dominicain et 2 muids à l’abbaye cistercienne du Val-Notre-Dame. Tous, renonçant à ce qu’ils avaient possédé et reçu sur ces biens (donc aux pensions...), se répartirent les 11 gros vieux tournois, prix de vente de la rente de 6 muids d’épeautre, rente qu’ils versèrent désormais à la commanderie132.

  • 133 Dossiers 17 mai 1382 ; 10 décembre 1307 (et mai 1272, 6 janvier 1329).
  • 134 Voir p. 488–489.
  • 135 Dossier 17 février 1294 : « [...] de predictis vero redditibus, post obitum sororis mee predicte, (...)
  • 136 Par « région terminaire » ou « terme », il faut entendre : zone de prédication et de quête détermi (...)
  • 137 Voir la transcription de Paquay J., Inventaire des archives des institutions charitables, p. 135. (...)
  • 138 Dossier 18 novembre 1303. Sur les confréries, voir p. 515–518.
  • 139 Dossier 26 décembre 1314. Sur le béguinage de Saint-Trond, cf. Aerts J., Begijnen en begarden te S (...)
  • 140 Voir Van Der Made R., Le Grand hôpital de Huy, organisation et fonctionnement (1263–1795), dans An (...)
  • 141 Dossiers octobre 1287 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25r) ; 2 février 1325 ( (...)
  • 142 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25v.
  • 143 Dossier 2 mai 1310 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 27v).

56Dans les autres bourgs ou villes du pays de Liège, si les Mendiants se faisaient verser une pension obtenue via un tiers, c’est toujours — ou presque — par l’intermédiaire d’un hôpital ou d’une aumône. Ainsi, l’intermédiaire de prédilection des Dominicains à Tongres était l’hôpital Saint-Jacques et ce, dès 1272133. Ce n’est pas tellement étonnant, vu les relations privilégiées qu’il entretenait avec les frères prêcheurs134. Le mandatum estivale de la collégiale Notre-Dame était aussi mis à contribution dans ce sens, pour une pension de 3 muids en 1294. Mais le testateur donna toute latitude à ces religieux pour se débarrasser de cette rente due, en leur permettant de la racheter pour 20 marcs135. À mentionner, aussi, la pension versée par L’Œuvre des Passants, deurvaert, aumône pour pauvres et voyageurs, qui fournit jusqu’en 1624 du vin et du pain, quarta pars unius poculi vini cum albo pane aux frères mendiants de passage à Tongres, région terminaire136, et ceci à la suite du testament d’un pieux bienfaiteur137. Toujours pour les frères prêcheurs terminaires et ceux de passage, mais à Saint-Trond cette fois, le mambour de la gilde-confrérie de Sainte-Marie à Saint-Trond était chargé de verser, à partir de 44 verges de terre, une pension de trois muids de seigle, à la suite du testament du prêtre Gilbert Letwerck138. Encore à Saint-Trond : c’est à l’infirmerie du béguinage que furent confiés des revenus afin d’en tirer des pensions pour les Prêcheurs et les Mineurs, en 1314139. À Huy, les frères usèrent aussi d’une institution charitable comme intermédiaire : l’aumône des Communs Pauvres de Huy, appelée aussi Grand Hôpital, institution sous la coupe de la ville140. Dès 1287 au plus tard pour les Dominicains, dès 1303 au plus tard pour les Franciscains, elle octroya des pensions annuelles sur des biens situés dans la région141. Une seule pension fut délivrée, d’après les sources conservées, par l’hôpital Sous-le-Château de Huy142. À Waremme, l’aumône des Communs Pauvres était comme ailleurs l’intermédiaire obligé143.

  • 144 Quelques cas : pour les Dominicains (dossiers 20 avril 1252 ; 24 août 1335) comme pour les Carmes (...)
  • 145 Dossiers : 20 février 1362 et 17 novembre 1393.
  • 146 Voir p. 215, note 121.
  • 147 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r et 25, f° 3r. Il est difficile de savoir si l (...)
  • 148 Mention dans le chassereau de 1401 : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 24r-24v.
  • 149 Voir, à propos des Bons-Enfants, p. 478.
  • 150 Qu’ils lui avaient vendue et qu’elle leur rendît, pour memoria.
  • 151 Dossier 13 octobre 1291. C’est le seul exemple de pension concernant les Bons-Enfants ; et il faut (...)

57Mais les testateurs et les Mendiants ne s’adressèrent pas qu’aux institutions charitables, afin de gérer et délivrer des revenus en toute impunité et sécurité, de la part des premiers à l’attention des seconds, afin de faire célébrer les commémorations d’usage. Ainsi, certains laïcs furent chargés également de verser ces pensions : surtout des proches parents du donateur ou testateur. Ce rôle d’intermédiaire est à rapprocher voire assimiler à celui d’exécuteur testamentaire. À moins qu’il ne s’agisse d’un passage obligé pour le légataire ou l’héritier144. À la fin du xive s., des « mambours » des anniversaires intervinrent dans la dotation annuelle au couvent des Mineurs d’une pension obituaire de 31 deniers de cens. Cette pension consistait en réalité en un revenu de type « cens tréfoncier » d’une maison donnée en vêture aux dits mambours : les Franciscains tentèrent toujours d’éviter une propriété trop ostensible145. On a déjà cité, rapidement, le recours au curé de Saint-Christophe comme intermédiaire146. Des interventions semblables survinrent, comme celle du mambour de la paroisse de Saint-Thomas, chargé de verser aux Dominicains un revenu annuel de quatre setiers d’épeautre147 ; ou encore le versement d’une pension d’un muid par les mambours de la paroisse de Ramioulle, à la suite d’un legs à vocation obituaire148. En 1291, un couvent liégeois récemment fondé, les Bons-Enfants — une communauté soumise à la règle de Saint-Augustin et impliquée dans des activités hospitalières149 — s’engagea à utiliser une rente150, à la mort de Maguine de Saint-Adalbert (probablement béguine), afin de célébrer son obit chez eux et, aussi, à en retirer et verser annuellement deux setiers d’épeautre aux Croisiers et deux setiers d’épeautre aux Carmes151.

  • 152 Dossiers : 5 décembre 1315 (1) et (2) ; 26 février 1316 ; 20 avril 1316 ; A.É.L., Couvent des Domi (...)
  • 153 A.É.L., Couvent des Cannes Chaussés en Île à Liège, 51, f° 71r : « Selon le registre des obits, le (...)

58Mais, apparemment, pour de grosses pensions surtout, on trouvait aussi des intermédiaires en la personne morale des abbayes et couvents « traditionnels » : le couvent prémontré de Beaurepart reçut par exemple la vêture de terres, respectivement de 9 bonniers et demi, de 4 grandes verges et de 9 petites verges et demi à Ans, sous la condition de verser une pension obituaire de 10 muids d’épeautre annuellement aux frères prêcheurs. Toutes les « ficelles » documentaires — par le biais de la production d’une série de documents de reconnaissance, d’engagement... de la part des fils de saint Norbert, vis-à-vis des Dominicains — furent employées pour garantir l’acte : en 1316, les Prémontrés émirent une reconnaissance de paiement de la dite pension ; les Dominicains s’engagèrent, par acte scellé, à remplir toutes les dispositions liturgiques, liées au pieux souvenir de la donatrice, et qui étaient conditionnelles à l’obtention de la pension152. Les Carmes aussi touchèrent un muid annuel, émis par le même couvent, dès 1331153.

  • 154 Le document permet de « déligier », c’est-à-dire tirer la somme constituant la pension susdite non (...)
  • 155 Dossier 13 décembre 1330.
  • 156 Voir A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14r (= chassereau de 1401). Les Chartreux se (...)

59Quant aux autres abbayes, elles étaient cisterciennes. En tirer des conclusions définitives serait risqué. En effet, trop peu de mentions en sont conservées et elles ne sont pas toujours convaincantes. Par exemple, s’agissant de l’une d’entre elles, le Val-Saint-Lambert et de la pension que les Cisterciens de cette abbaye devaient verser (de l’ordre de 20 muids d’épeautre) aux Dominicains : les disciples de saint Bernard avaient racheté le revenu d’où cette rente était tirée, en 1358, aux Bénédictins de Saint-Jacques, avec le bien qu’elle grevait, une maison sise en la rue du Val-Saint-Lambert, à Liège. Les moines noirs n’en voulaient pas ; les moines blancs, toujours à l’affût de ce genre de bien rémunérateur, idéalement situé, sautèrent sur l’occasion, quitte à se charger du versement de cette pension aux Dominicains, corollaire à la prise de possession de ce revenu154. La Paix-Dieu fut aussi mise à contribution, délivrant un muid d’épeautre aux Dominicains depuis 1330155. Toujours à l’avantage de ces derniers, une pension ( ?) de deux setiers devait être versée par le Val-Benoît156.

60Certains testateurs ou donateurs, plutôt que de donner aux Mendiants des biens (en nombre, éparpillés, dispersés), qu’ils avaient souvent grevés de fortes rentes, préférèrent les remettre à d’autres institutions qui se chargeaient de rétrocéder aux frères une part de revenu prévue. Pourquoi ? S’agissait-il du respect de la règle de pauvreté ? De la volonté de donner à une institution bien structurée économiquement la gestion d’un patrimoine important — voire complexe — que les couvents de Mendiants ne pourraient administrer ? Est-on confronté à la volonté de regrouper de petites rentes, issues d’un grand ensemble de biens, afin de dégager un revenu important d’une pièce, à l’intention d’une ou de quelques plus petites institutions — revenu que devait gérer et distribuer l’institution titulaire du gros patrimoine ? Était-ce la volonté de concilier legs pieux et action caritative qui importait, en donnant des propriétés aux hôpitaux ? Ce recours à l’intermédiaire était-il motivé par la simplicité du système, qui dispensait le testateur d’organiser chaque gestion de revenu légué — ici, tout était légué « en vrac » à une aumône ou un hôpital, puis redistribué ? Partant de cette remarque, fallait-il y voir un manque de temps du testateur pour régler la succession ? Ou encore la volonté de transmettre un patrimoine groupé « en bloc » ? N’y avait-il pas là l’expression d’une volonté délibérée des Mendiants influençant le donateur/testateur dans le choix de ses legs, préférant et se dégager d’une gestion lourde et surtout exprimer leur soutien, flatter l’ego de ces institutions caritatives qui étaient souvent leur seul soutien dans la ville... ? Au « pourquoi » lancé il y a quelques lignes, il faut répondre : ce sont toutes les hypothèses ou questions énumérées ci-dessus qui expliquent probablement cette situation, en tout ou en partie, ensemble ou séparément.

  • 157 Juste une trace de « rente limitée dans le temps », lors d’une exécution testamentaire, en 1376 : (...)

61Voilà les seules traces de pensions. Les rentes viagères stricto sensu, les Mendiants ne s’y intéressèrent jamais, probablement parce que la controverse à leur propos, à savoir si elles étaient licites ou non, battait son plein157.

  • 158 Etonnamment, ce système des pensions était toujours en usage chez les Cordeliers de Romans au xve (...)

62Les couvents de Mendiants usèrent donc de deux mécanismes leur allouant des revenus contre la célébration de services obituaires : d’abord, le système des pensions, le plus ancien, en faveur au xiiie s., leur permettait de recevoir des aumônes sans craindre d’être accusés de « propriété », puisque c’étaient des institutions extérieures, indépendantes, ne leur étant redevables de rien, qui leur versaient in eleemosynam ces revenus158. Puis, à la fin du xiiie s., une fois que la propriété mendiante entra en discussion, une fois que les revenus du bail à rente furent justifiés, les frères ne se cachèrent plus derrière le paravent des « intermédiaires ». Au xive s., ils prirent leur place dans la hiérarchie des tenanciers en bail à rente, sans complexe, et perçurent alors les revenus de ces biens-fonds, toujours en aumône.

La rente « volante »

  • 159 Si le débirentier ne payait plus, il risquait d’être poursuivi personnellement. Auparavant, avec l (...)
  • 160 Cf. Schnapper B., Les rentes au xvie siècle.
  • 161 Schnapper B., Les rentes au xvie siècle, p. 44. Dans le Namurois, peu de rachat avant 1464 : Genic (...)
  • 162 Parfois il obligeait seulement certains de ses biens, mais sans qu’il y eût lansage ou que le reve (...)
  • 163 Schnapper B., Les rentes au xvie siècle, p. 45. — Ce n’est pas parce que l’on rencontre des instit (...)

63La constitution de rente « volante » était une opération de droit personnel et non de droit réel (c’est-à-dire que la personne même du débirentier y était impliquée, considérée comme responsable dans cette constitution ; il pouvait être poursuivi en cas de non-paiement de la rente159.) Elle constituait un stade plus avancé de la constitution de rente, détachée des obligations d’affectation foncière. Elle existait depuis le xiiie s., mais ne se développa réellement qu’à la fin du xve, début du xvie s.160. D’ailleurs, à ce moment, la rente put être rachetée : « elle n’est plus seulement un mode d’exploitation, elle devient une dette dont l’extinction est prévue », précise B. Schnapper161. Plus encore, le débirentier obligeait personnellement tous ses biens, ou certains de ses biens162, dans le cadre du paiement de cette rente. La personne du débiteur passa au premier plan et la rente ne pesait plus sur l’immeuble163. Dans ce cas-ci, la rente constituée à prix d’argent se rapprochait davantage du prêt à intérêt. C’est alors que les réglementations contre les contrats usuraires refleurirent dans les milieux canoniques, au début du xve s.

  • 164 Un seul exemple possible de rente « non assénée » : la rente obituaire fondée en 1392 par Marie de (...)

64Aucun exemple évident de ce genre de rente ne figure dans les sources utilisées — mais il faut rappeler que celles-ci ne couvrent que les deux siècles antérieurs à l’émergence réelle de ce type de revenu164. Cependant, cette absence totale de rente « volante » est significative de l’état d’esprit économique des Mendiants.

3. Le bail à terme

  • 165 Delmaire B., À l’origine du bail à ferme dans le nord de la France : le rôle des chanoines séculie (...)
  • 166 Quelques exemples du début xve s. A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 15v : en terroi (...)

65Qui connaît peu ou prou l’histoire des xiiie et xive s. s’étonnera de l’absence dans ces chapitres du système du bail à terme, appelé aussi parfois bail à ferme. Ce nouveau système d’exploitation, né à la fin du xiie s. et en plein développement au xiiie s., consistait en la « concession à durée déterminée, contre une somme d’argent annuelle », de biens-fonds, de nature agricole surtout : des exploitations agricoles d’abord puis, à partir du xive s. – xve s., des terres. Ce système mis en œuvre à l’aube du duecento dans le Nord par des chanoines séculiers fut adopté ensuite par bon nombre de grosses abbayes dès la fin du xiiie s. et au début du xive s. La durée du bail était souvent un multiple de trois165. Ainsi les baux à terme conclus par les fermiers avec des Mendiants concernaient des périodes de 9 ou 12 ans166.

  • 167 Verhulst A., Précis d’histoire rurale de la Belgique, p. 76–81. Pour les conditions du passage au (...)
  • 168 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 277–279 ; Balon J., La structure du domaine, p. 87. Un exe (...)

66Si ce système avait triomphé en Flandre en raison, notamment, de son adoption par les abbayes « récentes » ou les hôpitaux urbains167 ; en revanche, dans le Namurois, Léopold Genicot constatait que le bail à terme n’obtenait de réel succès qu’avec les grosses fermes aux xive s. – xve s. Pour preuve : ce système de bail n’avait pas encore de nom en Namurois, « demeurant l’exception ». L’expression « dare ad trecensum » était utilisée pour le qualifier ; elle était ainsi détournée de son sens originel168.

  • 169 Van Derveeghde D., Le domaine du Val Saint-Lambert, p. 112–115 et 127–131. Ici aussi (p. 113) la r (...)
  • 170 Cuvelier J., Cartulaire, p. 765.
  • 171 Ainsi appelle-t-on les baux à terme dans le pays de Liège.
  • 172 Cf. l’appendice de Cuvelier J., Cartulaire, p. 765–775, qui donne le contenu détaillé de ce regist (...)
  • 173 Je compte d’ailleurs l’éditer prochainement.
  • 174 Bihain F., Étude sur la formation du domaine de la collégiale de St-Martin à Liège, p. 97 ; Bottem (...)

67Au pays de Liège, la situation semble différente. Cette impression reste à confirmer, car aucune étude globale n’a encore été tentée sur le sujet. Les Mendiants ne s’intéressèrent pas le moins du monde au bail à terme avant le xve s. Néanmoins, certains commentaires et quelques remarques peuvent être avancées. D’abord, les baux à terme étaient devenus habituels au pays de Liège au xive s., aussi bien chez les Cisterciens du Val-Saint-Lambert169 que chez leurs consœurs du Val-Benoît. Pour cette dernière abbaye, les historiens ont la chance de posséder des registres de baux, enregistrés depuis 1346 : Che sunt li stus des terres qui sont renduwes az wangneurs puis le Noiel milhe trois cens et XLV170 : y sont recensés tous les « stuts171 » passés à l’abbaye, de 1346 à 1365 : une centaine de notices en tout172. Cent baux enregistrés en une petite vingtaine d’années, le chiffre est remarquable et témoigne de l’engouement de cette institution pour le procédé. J’ai eu la chance de retrouver un cahier inconnu consignant 49 baux, complémentaire à ce registre, couvrant la période 1371-1379/1381173. Dans les collégiales, les premiers résultats des enquêtes entreprises sont prometteurs : des exemples de baux à terme y figurent dès la seconde moitié du xiiie s. et la fin de l’exploitation directe au profit de ces « stuts » y était envisagée174.

  • 175 On note que les registres des cours de tenants du début xve s. des Carmes ou des Dominicains, dont (...)
  • 176 Sauf une mention datée de 1348 dans un « registre des titres » du couvent des Dominicains, du XVII (...)
  • 177 A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 45r ; A.É.L., Couvent des Dominicains d (...)

68Quant aux Mendiants, ils ne confièrent pas, semble-t-il, beaucoup de biens en bail à terme ; du moins pas avant le début du xve s. Mais à ce moment, c’est la ruée. Évidemment, aucun contrat de bail de ce type ne se trouve dans le chartrier ; c’est normal puisque ces conventions perdaient tout intérêt au terme de la location. On ne peut espérer les voir dans les cartulaires, tous postérieurs au xive s.175. Mais le fait de ne pas trouver une seule trace176 de ces baux pour la période des xiiie et xive s chez les Franciscains, les Dominicains et les Carmes est quand même révélateur : aucune mention d’un bail limité à quelques années ni dans les actes de relief ni dans les actes de procédure... Les seules mentions de stuts datent toutes du début du xve s., époque du chassereau dominicain ou des censiers carmes177. Jamais ce chassereau ou ces censiers ne renvoient à des baux antérieurs au xve s. Qu’en conclure ? Que les couvents de Mendiants n’usèrent pas de ce procédé avant le xive s. et qu’ils ne se risquèrent guère à en user avant les premières décennies du xve s. Pourquoi ce rejet ?

  • 178 Par exemple, le dossier 21 novembre 1379 (1). Sur l’importance des grandes fermes, voir par ex. De (...)
  • 179 C’est une des raisons de la présence dans les actes de baux à terme de clauses très strictes conce (...)
  • 180 Quel que soit le degré de propriété, ils avaient la certitude de la perpétuité de celle-ci, de l’i (...)
  • 181 Ce qui n’empêchait pas un petit paysan de préférer la location d’une grosse ferme à la prise en te (...)

69Parce qu’avec le bail, il n’était plus question d’accensement ou d’arrentement, donc de contrats relatifs à des droits réels ; parce qu’il s’agissait plutôt de droits personnels, en ce sens que le locataire était personnellement tenu responsable de la ferme, des biens baillés, de la bonne culture des terres ? Les Mendiants auraient ainsi rechigné à abandonner toute une tradition médiévale, celle de la censive, perpétuée sous l’avatar abâtardi et déjà adapté du bail à rente. Une autre raison serait-elle à chercher dans une hypothétique faiblesse foncière des Mendiants, qui n’auraient pas disposé de grosses fermes à louer ? Leur patrimoine, en matière de « censes », pesait bien moins que celui de la plupart des grandes abbayes ou collégiales liégeoises, même s’ils possédaient quelques domaines cossus178. De toute façon, l’argument reste valable. Ou encore... parce que les risques étaient trop grands de récupérer, au terme du bail, des terres mal cultivées, des bâtiments mal entretenus : tout un patrimoine tourné à vau-l’eau179 ? Les terres et bâtiments accensés ou arrentés étaient, eux, donnés en propriété mitigée au tenancier, à perpétuité et héréditairement. Or il s’avérait que bien peu de propriétaires — le fussent-ils à un degré moindre que le propriétaire éminent détenteur de l’alleu ou de la tenure libre, quasi allodiale180 — étaient négligents envers leur bien tenu en arrentement ou en accensement, comme en propre, destiné à leurs enfants. Au contraire, ils en prenaient plus grand soin que de « simples » locataires moins scrupuleux vis-à-vis du bien loué, qui se contentaient souvent d’en retirer le maximum de profit, sans se soucier le moins du monde de l’avenir de ce bien, dont ils étaient certains d’être débarrassés dans quelques années, après l’avoir vampirisé181.

  • 182 À ce propos, voir Servais P., Traditions, culture et réseaux de crédit.

70La structure organique des Mendiants ne permit jamais d’envisager l’adoption d’une organisation économique évoluée comme chez les Bénédictins, ou comme celle des Cisterciens, des Prémontrés. Était-ce pour cela qu’ils préféraient ne pas user de ce mode d’exploitation indirecte qui leur demandait de s’occuper davantage de la gestion de leurs biens que ce qu’exigeaient les traditionnels accensements et arrentements ? Faudrait-il reconnaître, dans cette relative indifférence aux baux à terme, du moins jusqu’au début du xve s., la volonté de ne pas s’accrocher à un système qui les auraient trop rapprochés des grandes abbayes ayant adopté ces systèmes évolués d’exploitation, comme les Cisterciens, les Bénédictins, les chanoines séculiers, engoncés, ancrés dans la terre ? Ce faisant, ne désiraient-ils pas conserver une certaine originalité, une spécificité de Mendiants ? Mais surtout, les Ordres mendiants, insérés dans le tissu urbain, dans un système d’économie de profit, n’auraient-ils pas adopté ce dernier système complètement, faisant leurs ce qui était et devait rester, jusqu’au xixe s., le principal type de revenus de l’élite urbaine : la rente182 ? L’adoption de celle-ci ne représentait-elle pas en même temps l’adaptation par les Mendiants à un nouveau mode de vie économique, surtout urbain ? Ne représentait-elle pas, dans un même mouvement, une caution morale — et quelle caution que celle des Ordres mendiants ! — au système économique urbain qui cherchait à justifier son désir de profit ? Toutes ces raisons durent jouer et interagir.

4. Des revenus obscurs

Les revenus du charbon

  • 183 Sur Liège et le charbon, voir Gaier C., Huit siècles de houillerie liégeoise, notamment p. 18–20 p (...)
  • 184 Kranz H, Klerus und Kohle, p. 465.
  • 185 Voir Hansotte G., Le domaine de l’abbaye St-Laurent de Liège, p. 200 ; Gaier C., Huit siècles de h (...)

71À côté de l’or de Hesbaye : l’épeautre, il fallait compter avec l’or de la Cité de Liège : le charbon. L’exploitation de la houille commença réellement au début du xiiie s. À la fin de ce siècle, elle avait déjà fait la renommée du pays183. Selon le régime foncier médiéval en vigueur à Liège, le sous-sol et donc le charbon et son exploitation appartenaient au propriétaire foncier : « qui possède le comble possède le fond184 ». Mais, en principe, celui qui prenait la terre en tenure jouissait de ce sous-sol, sauf si une clause dans l’acte d’accensement ou d’arrentement proscrivait ce genre de profit et en retenait les revenus à l’avantage du propriétaire éminent ou jugé tel185.

  • 186 Dossier 27 septembre 1384.
  • 187 Hansotte G., Le domaine de l’abbaye St-Laurent de Liège, p. 200 ; Van Derveeghde D., Note sur l’ex (...)
  • 188 Van Derveeghde D., Le domaine du Val Saint-Lambert, p. 134–147 et Van Derveeghde D., Note sur l’ex (...)

72Ainsi, dans un acte des Carmes du 29 juillet 1384, 12 grandes verges et demi de terre « en Arsilis » ou « en Ardesilhy », à Flémalle, furent accensées à Henri Horkeaul, au nom de son frère Nicolas. Cet accensement était effectué salveit aussi a notre dite englise toutes minnes de huilhes et de carbons qui en dit hiretaige sont pour ouvreir ou faire ouvreit, et four traire par mi les damaige deseur rendans alle usaige de mestier de cherbenaige186. Une série d’institutions religieuses usèrent de ce genre de clause de réserve, comme l’abbaye Saint-Laurent, la cathédrale Saint-Lambert, la collégiale Saint-Martin, l’abbaye du Val-Benoît, etc.187. Si pour l’une ou l’autre communauté, l’exploitation de la houille fit donc l’objet de beaucoup d’attentions, comme l’abbaye du Val-Saint-Lambert188, ce ne paraissait pas être le cas pour toutes, en apparence. Que conclure de l’absence de mentions de revenus d’exploitation charbonnière dans les comptabilités d’autres institutions ? Que des exploitations charbonnières étaient inexistantes pour celles-ci ? Non, assurément.

  • 189 Même si H. Kranz ne considère, vu leur implication dans le travail de la houille, que les Cisterci (...)
  • 190 Voir p. 320–321, 333–334 (dossier de Gauthier le Sou) : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, (...)
  • 191 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 6v.
  • 192 À noter, à propos des Dominicains, une étrange mention inexpliquée de cens tréfonciers, dans un re (...)
  • 193 Dossier 18 mars 1385.

73Les Mendiants eux-mêmes ne rechignaient pas à en tirer quelque profit : une clause de contrat du début du xve s. l’apprend189. Elle concerne une série de terres détenues par l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, à la suite des legs du frère Gautier Le Sou190. Ces terres étaient grevées d’une pension de vingt muids d’épeautre versée par l’hôpital aux Dominicains. On y ajoute que si d’aventure, dans ces lopins, on découvrait « huiles ou carbons », les Prêcheurs en auraient une moitié et l’hôpital une autre moitié — les frais d’exploitation éventuels seraient partagés entre les deux institutions191. Les Dominicains s’intéressaient donc bien à la houille et il est probable qu’ils en tirèrent quelque revenu192. Quant aux Carmes de Liège, c’est chose certaine : pour preuve, une convention d’arbitrage datée du 18 mars 1385, touchant un conflit à propos de l’exploitation de houille dans le sous-sol des douze et demie grandes verges à Flémalle mentionnées plus haut. Les Carmes demandèrent et calengoient (réclamèrent) les mynnes de huilhes et de carbons sous ce sol, par la vertu du testament de Gilles de Bemar qui leur avait légué ces terres, mais aussi par la raison de ceux qui tenoit le wasons deseur des dites terres, contre une rente de deux muids d’épeautre, sans avoir jusque-là exigé quoi que ce soit à propos de ces mines. Une réclamation des laïcs tenanciers était survenue. Ceux-ci assuraient les arbitres de leur bonne foi et garantissaient que les Carmes n’avaient aucun droit sur ces mines. Réponse de l’adversaire : Contre laquile alligances et replichons lidis religieus que chu qui leur partiie adverse disoit contre eaux que chu astoiient parolles, car se Johann Jacquemins Jamotton et Paminons dessusnommes [les laïcs tenanciers qui réclamaient] ne monstroiient court, chartres, lettrez ou aultres forches que y chu leur donaist ou warande fist, que excusance ou alligance quilfesissent ne leur devoit aidier ne les religieus soventdis greveir ne deleur vraye hiretaige eslongier en maniere nulle. La sentence arbitrale tomba, vrai jugement de Salomon : les religieux auraient la droit moitie et vraie de toutes les mynnez de huilhes et de cherbons qui sont et seront desous les douze verges et demee grandes deterre deseurdites et delle pasaige delle heraine ; l’autre moitié des mines et du passage de l’araine (le canal d’écoulement des eaux de ruissellement dans la mine) serait pour les laïcs, tant que de passaige delle dite heraine as usaige de cherbenaige193. Les Carmes étaient donc prêts à se lancer dans des procès pour posséder ces mines : c’est dire leur importance aux yeux des religieux.

  • 194 Définition de Van Derveeghde D., Note sur l’exploitation de la houille, p. 73–74 ; cf. aussi Gaier(...)
  • 195 Hansotte G., Le domaine de l’abbaye St-Laurent de Liège, explique, p. 201 : « La médiocrité des ex (...)

74Mais si les couvents tiraient des revenus de cette industrie, ils n’en dressaient pas comptabilité. Les Mendiants ne faisaient pas exception : d’autres institutions ecclésiastiques procédaient de même, comme l’abbaye de Saint-Laurent. Et pourtant, ils devaient s’intéresser au droit de terrage, cette redevance qualifiant un droit d’exploitation du sous-sol concédé à un tiers194 qui devait être payé en nature ou en liquide. Des institutions ecclésiastiques comme Saint-Laurent devaient préférer le revenu « en nature », ici en houille : combustible directement utile à l’institution. Selon Georges Hansotte, il ne devait pas y avoir de grands écarts entre le revenu du terrage versé en nature et les besoins en combustible des couvents195. Par ailleurs, les exploitations charbonnières étant trop petites, vu la parcellisation très poussée des terres, elles étaient rapidement épuisées et ne subsistaient pas bien longtemps. Et enfin, les couvents n’en possédaient pas beaucoup.

75Ce revenu « en nature », cette « rente du sous-sol » aurait dû être utilisée directement par les Mendiants dans les couvents. À moins qu’à l’instar des revenus des moulins et des vignes, ainsi que les pages suivantes le montreront, le revenu de ces exploitations n’ait été converti directement en épeautre, lui-même convertible en argent et que les mentions de ces revenus soient perdues, se confondant avec tous les autres revenus de rente dans les chassereaux ou censiers, au xve s. ?

Les revenus des moulins

  • 196 Dossier 24 juin 1358 : « Saveit a nous et nostre eglise et sucessoirs le mine des hulhes et des ca (...)
  • 197 Les Mendiants usaient pour ce faire, au XVe s., de la pratique de la « taille à pain », sorte d’ar (...)

76Les Mendiants possèdaient des moulins en tout ou en partie, par arrentement ou accensement. Ainsi, ainsi en 1358, le Val-Saint-Lambert se défit, au bénéfice des frères prêcheurs, de ses droits de propriété sur la moitié d’un moulin à Ans, appelé « Bochon molin », qui relèvait de la collégiale Saint-Denis. Il s’agissait d’une vente, probablement, mais seulement du sol, pas du sous-sol : les Cisterciens gardaient les droits sur les mines et sur l’autre moitié du moulin196. Mais rien ne dit que les Mendiants l’utilisèrent pour leur propre mouture ou l’exploitèrent. Au contraire même, ils n’avaient pas besoin de moudre eux-même les grains pour leur pain, puisqu’ils usaient des services d’un boulanger qui faisait moudre le grain de son côté197.

  • 198 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r-16v et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liè (...)

77Cette part de moulin, ils l’arrentèrent, c’est certain. Ils l’avaient acquise à titre de placement solide, de valeur sûre : facile à arrenter, avec de gros revenus à la clef. Mais rien ne prouve que ces rentes aient été payées en mouture. Ainsi, un moulin de « Muchey », derrière la paroisse Saint-Martin-en-île, devait-il une rente d’un muid d’épeautre. Un autre, lui, était redevable de trois muids et demi de mouture : les Dominicains en furent investis à la suite du testament de Henri Surlet, afin de créer une rente obituaire. Mais, comme la comptabilité le montre, ces muids de mouture pouvaient être et étaient souvent convertis soit en épeautre, soit en argent198.

Les revenus des vignes

  • 199 Sur l’importance de l’arrentement de vignobles, très recherché fin xiiie et au xive s. dans le pay (...)
  • 200 Voir A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 17r-18r et dossier 6 octobre 1400. — Voir p. (...)
  • 201 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 42r-43v.
  • 202 Vin local qui d’ailleurs ne pouvait être que de piètre qualité... L’habitude était de toute façon (...)

78Le schéma économique de la culture des vignes ressemblait à celui de l’exploitation charbonnière ou de l’exploitation des moulins : c’étaient là des investissements non négligeables, sur lesquels les Mendiants ne refusaient certainement pas d’avoir des droits réels et de les exploiter199. Les vignes possédées étaient arrentées, grevées de rentes en nature : du vin, mesuré en « aimes200 ». Mais, le plus souvent, ces rentes étaient converties en argent, comme en témoignent les registres de comptabilité annuels201. De même, ceux-ci apprennent que les frères se procuraient du vin en l’achetant : ils se préoccupaient donc bien peu d’en produire202.

  • 203 Voir par exemple Renardy C., À propos de dîmes au diocèse de Liège ; Renardy C., Recherches sur la (...)

79Revenus obscurs, revenus cachés ? Voire ! Probablement faut-il abandonner ce fantasme de l’autarcie monastique aux siècles antérieurs et de toute façon à des Ordres plus courbés vers le sol, comme les Bénédictins ou les Cisterciens. Avec les Mendiants — et en règle générale toutes les communautés urbaines nées au xiiie s. — les religieux préféraient lever les yeux sur le monde qui les entourait, en adoptant, quitte à les adapter, ses pratiques économiques. Les vignes, les moulins, les mines de houille étaient des investissements rentables : se faire léguer ces instruments économiques revenait à s’assurer des revenus d’accensement ou d’arrentement sûrs et élevés (quelque fût le mode de paiement ; du moment que, sécurité financière obligeant, ce fût en nature), car recherchés, un peu à la manière des dîmes monopolisées par les Cisterciens203.

5. En guise de conclusion : des revenus licites ?

  • 204 Voir à ce propos Langholm O., The legacy of scholasticism, p. 59–76 ; Piron S., Prêts charitables,(...)
  • 205 Le Goff J., La bourse et la vie, p. 18. Voir aussi Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquê (...)

80La prohibition de l’usure était en jeu, elle qui se développait depuis la fin du xiie s., en réponse à la révolution monétaire qui démarrait alors, au développement des activités des marchands et des changeurs204. L’usure consistait, rappelons-le, en la « levée d’un intérêt par un prêteur dans des opérations qui ne doivent pas donner lieu à intérêt », « là où il n’y a pas production ou transformation matérielle de biens concrets » : on visait surtout le prêt à intérêt, évidemment205.

  • 206 Hanska J., “And the rich man also died ; and he was buried in hell”. The social ethos in mendicant (...)
  • 207 Ainsi, chez les Dominicains, les travaux d’un Roland de Crémone, d’un Hugues de SaintCher, d’un Ra (...)
  • 208 Voir la synthèse de Schnapper B., Les rentes chez les théologiens.
  • 209 Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 249–251 (biographie) et p. 273–274.
  • 210 Noonan J.T., The Scholastic Analysis of Usury, p. 155–156. B. Clavero, qui n’approche que très par (...)
  • 211 Le Goff J., La bourse et la vie, p. 30-31 : à propos du prêt à intérêt.
  • 212 Cité d’après Le Goff J., La bourse et la vie, p. 30.
  • 213 Voir Le Goff J., La bourse et la vie, p. 32, 42. C’est aussi l’avis d’Hugues de Saint-Cher (vers 1 (...)
  • 214 Hamelin A.M., Un traité de morale économique au XIVe siècle, p. 7–13 pour sa biographie, p. 56–59 (...)

81Au xiiie s., les Ordres mendiants s’étaient largement impliqués dans l’établissement d’une éthique sociale, notamment en matière économique, à une époque troublée où l’argent était devenu une valeur en soi206. Les spécialistes en matière d’éthique des opérations économiques étaient des théologiens franciscains ou dominicains207. Très vite, les scolastiques s’interrogèrent sur le contrat d’arrentement208. Certains considéraient que le contrat de rente viagère était usuraire, dans la mesure où l’acheteur de la rente espérait vivre assez longtemps pour recevoir plus d’argent que ce qu’il avait versé au débirentier au départ : c’est l’avis d’Henri de Gand, maître en théologie enseignant à Paris (mort en 1293), dans des quodlibeta en 1277-1278209. D’autres scolastiques reconnaissaient que tout contrat d’arrentement était une vente. Mais la question restait de savoir ce qui était vendu : le produit de l’argent ou un droit réel sur le bien-fonds grevé par la rente210 ? Or, le revenu, le produit de l’argent était considéré comme mauvais. « Faire enfanter de l’argent à l’argent prêté est contre nature », selon ces penseurs211 : Nummus non parit nummos, scandait Thomas d’Aquin212. L’usure, c’était aussi le vol du temps de Dieu, non seulement puisqu’elle travaillait jour et nuit, mais aussi parce que l’usurier vendait du temps, « patrimoine » de Dieu213. De même, le maître franciscain Alexandre Lombard (1268-1314), dans son « Tractatus de usuris » en 1303— 1307, expliquait que la rente considérée comme une vente d’argent était illicite, l’argent n’étant qu’un instrument d’échange, un moyen sans plus214.

  • 215 Martin V, dans sa bulle Regimini universalis, en 1425, marqua un tournant dans cette controverse s (...)
  • 216 Veraja F., Le origini della controversia teologica, p. 108–109, note 12 (c’est le Quodlibet VII d’ (...)

82En définitive, la plupart de ces penseurs s’accordaient pour dire que toute rente était licite si elle était vente d’un droit réel, ou mieux, vente d’un immeuble215. Autrement dit, la rente semblait tolérable si elle était affectée sur un bien-fonds. Henri de Gand, celui-là même qui refusait la rente viagère, montra, sept ans plus tard, en 1284, qu’une rente perpétuelle était licite si elle était fondée sur une vente de bien-fonds puis une rétrocession du domaine utile au vendeur contre un revenu perpétuel : Si enim esset emptio et venditio, ut vere posset dici, quia pro data pecunia emerentur redditus, tunc oporteret intervenire contractum alium, immo duos contractus circa rem aliam, quae per se extremum nata est esse emptionis et venditionis, ut videlicet res illa, puta fundus, aut mensura terrae, vel signata et determinata, vel indeterminata in maiore mensura terrae contenta primo pro pecunia iusta ematur, et deinde pro aliqua quota pecuniae annuatim, vel ad vitam, vel ad perpetuum revendatur, vel haereditarie concedatur, vel quota huiusmodi a tali ematur, cui debetur iure venditionis, puta qui fundum aut mensuram terrae vendit communitati alicuius civitatis, vel domui religiosorum pro certa quota pecuniae annuatim in perpetuum reddendae, aut dedit proprietatem reservando sibi pro usu illos redditus. Si enim velit redditus istos vendere, et omne ius quod habet in eis, licitum est alteri quod emat eos, nec reputabitur dare pecuniam pro redditibus, sed pro iure temporali, quod ille habuit, in recipiendo scilicet redditus illos pro fundo suo, vel pro perpetuo usu eius, ita quod ambo isti in recipiendo illos redditus reputentur eadem persona, et venditionem, quam fecit primus, reputetur fecisse et secundus. Unde istis duobus modis licet emere redditus siveperpetuos sive ad vitam absque peccato216.

  • 217 Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 274 : la procédure d’Henri de Gand consistait e (...)

83Ce faisant, Henri de Gand confortait l’argent dans sa position d’objet d’échange, par un contrat double, comptant deux opérations économiques dont la succession garantissait le caractère licite de l’arrentement217. Ce contrat n’était-il pas le reflet fidèle du contrat d’arrentement par le biais du lansage, seul type d’arrentement auxquels les Mendiants recouraient, au pays de Liège ? Rappelons-en les grandes lignes : X vend à Y un bien, une tenure qui était détenue en censive par X le plus souvent. Puis, dans un second temps, Y rétrocède le domaine utile, l’usus du bien à l’ancien propriétaire, X, contre paiement d’une redevance — une rente annuelle. C’était le lansage, système mis en place pour garantir les arrentements dans le pays de Liège. De la sorte, le crédirentier Y était assuré de ne pas être floué, puisqu’il possèdait en garantie un bien-fonds. Il avait donc pris la place de X dans la hiérarchie de droits réels, s’était inséré dans cette hiérarchie, tandis que ce dernier X était descendu d’un échelon dans la structure de propriété.

  • 218 Schnapper B., Les rentes chez les théologiens, p. 969–970, pense que Henri de Gand aurait été infl (...)
  • 219 Price B.B., Henry of Ghent and the tensions of economics, p. 270–271.
  • 220 Une éventuelle trace de l’influence des Mendiants dans le système économique de la rente est visib (...)
  • 221 Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 111–114.
  • 222 S. Piron l’explique très bien : le traité d’Olivi devait permettre de « former ses élèves francisc (...)

84Ce système d’arrentement fut pratiquement le seul en usage chez les Mendiants et était probablement le plus important au pays liégeois. Serait-il audacieux d’affirmer que les Mendiants furent influencés par le Quodlibet d’Henri de Gand... peut-être celui-ci décrivait-il ou exprimait-il l’avis d’autres penseurs, d’un courant de pensée ? Ou bien : peut-être serait-il plus plausible de dire que les systèmes d’arrentement en vigueur dans le pays de Liège influencèrent ce penseur218 ? Cette similarité n’était de toute façon probablement pas le fruit du hasard, surtout si l’on sait qu’Henri de Gand défendait, au sein d’un monde régi par les tensions économiques, le rôle de l’Église dans la redistribution équitable des richesses219. Ce système — la cession en bail à rente par le lansage — dut être mis au point afin de constituer des rentes licites, peut-être par les Mendiants, de toute façon avec leur concours, leur aide220. Le rôle des frères dans la mise en place de ce système d’arrentement était d’autant moins hypothétique que ces réflexions sur la juste rente influencèrent le contenu des manuels de confesseurs — comme la summa de Raymond de Peñafort221, comme le traité d’Olivi ou celui de Guiral Ot222. Ces ouvrages, destinés à aider les confesseurs mendiants, leur donnaient les clés pour comprendre ce qui était permis ou non dans tous les domaines — y compris dans celui de l’éthique des contrats. Les frères, nantis de ces outils de travail, ne pouvaient qu’abonder dans le sens du système d’arrentement le plus conforme à cette norme, en l’occurence le système d’arrentement par lansage.

  • 223 Voir la démonstration de Kupper J.-L., Portrait d’une cité, p. 79–80. Voir aussi Wyffels C., L’usu (...)
  • 224 Sur les changeurs à Liège, voir Yante J.-M., Crédit urbain, crédit rural crédit industriel, p. 135 (...)
  • 225 Avril J., Les statuts synodaux, p. 135–136.
  • 226 Voir Wyffels C., Deux emprunts de 1288, qui édite, p. 272–276, deux actes de novembre de 1288 cons (...)
  • 227 Avril J., Les statuts synodaux, p. 195.
  • 228 Kupper J.-L., Portrait d’une cité, p. 80 ; Yante J.-M., Crédit urbain, crédit rural, crédit indust (...)
  • 229 Le Goff J., La naissance du purgatoire, p. 406–410 ; Le Goff J., La bourse et la vie, p. 83–85 ; L (...)
  • 230 Cochelini., Sainteté laïque : l’exemple de Juette de Huy (1158–1228), p. 399–404, 406.

85Il s’avérait donc vital, dans le pays de Liège, en principauté ecclésiastique, de fournir aux tenants de la nouvelle économie de profit un instrument qui fût non seulement efficace, mais qui respectât de plus les lois contre l’usure. D’autant plus qu’au xiiie s. comme au xive s., les usuriers — c’est-à-dire tous les gens faisant commerce de l’argent, au sens large — foisonnaient en la ville et dans la principauté223 : il s’y trouvaient des changeurs, des prêteurs — des Lombards224. En 1288, les statuts synodaux de Jean de Flandre étaient extrêmement sévères à l’égard de l’usure : les usuriers, de quibus constiterit usurarios et infamatos publice de usuris aut contractus illicitos preeemptionum exercentes, y étaient excommuniés, privés de sacrements, s’ils ne se repentaient pas225. Peine perdue : les bourgeois de Liège continuèrent à prêter à des taux très élevés (40 % !)226. Plus encore : Jean de Flandre, cédant à la pression des bourgeois, modéra la teneur de certains points de ses statuts synodaux en 1291, notamment en ce qui concernait les usuriers ; entre autres, la sépulture chrétienne leur fut assurée s’ils se repentaient et restituaient les usures227. En 1302, l’évêque de Liège tenta d’expulser les Lombards de la ville... mais vingt ans plus tard, ils étaient toujours bien là228. À mentionner encore, un exemplum connu, de Césaire d’Heisterbach, qui met en scène un usurier liégeois tiré du purgatoire par les prières de sa femme, devenue recluse : être liégeois aiderait-il pour devenir usurier229 ? Sans oublier sainte Juette de Huy, qui se fit recluse pour expier ses anciennes activités financières, le lourd passé de son père et de son fils usurier230.

86La procédure d’arrentement employée était à mille lieues des systèmes de prêts organisés par ces spécialistes de l’argent. N’était-ce pas justement une procédure imposée pour contrer d’éventuels dérapages ? N’était-ce pas un système mis en place pour tenter de contrôler un monde économique dont les ultimes dérives risquaient d’échapper à l’Église ?

II. Argent et mobilia : les revenus occasionnels

87Les revenus abordés ici furent les seuls que les Mendiants étaient habilités à percevoir, conformément aux recommandations de leurs saints fondateurs. Mais ils ne purent jamais s’en satisfaire, car la seule possibilité de survie pour leur couvent, en plein milieu urbain, consistait en la mise en place rapide d’un système de revenus suffisants, stables, fiables et réguliers, dont la gestion demandait peu de travail, comme les cens et rentes, à vocation principalement obituaires.

  • 231 En Bretagne, ces revenus « irréguliers » semblent rester les seuls tout au long du xiiie s. et mêm (...)
  • 232 En effet, certains modes d’acquisition — la plupart — permettaient de prendre possession aussi bie (...)
  • 233 Même les documents liés au testament comme les reconnaissances de pension, les actes consignant l’ (...)
  • 234 Sauf pour les quêtes, mais elles fournissaient des revenus quasi réguliers, cf. p. 296–299.

88Cependant, les Mendiants n’abandonnèrent jamais les revenus « irréguliers », occasionnels, issus de la quête, des donations et des legs, du « salaire » de la prédication231. Un type de revenu « irrégulier » essentiel : les recettes du casuel, soit ces sommes d’argent plus ou moins importantes demandées pour la célébration de certains sacrements. Le casuel était une réalité, mais son étude reste voilé de mystère, puisqu’aucun document ne nous en livre de traces pour les xiiie et xive s. liégeois. L’examen des modes d’acquisition de ces revenus réguliers occupera un chapitre ultérieur232. Néanmoins, les pages suivantes égrèneront ces revenus du hasard, de la « Providence ». Une fois de plus, la documentation qui en fait part est limitée. Ces revenus ne sont mentionnés que dans les testaments stricto sensu ou donations entre vifs233. Aucune autre trace. Même les comptabilités tardives n’en soufflent mot : elles n’avaient pas d’autre but que de consigner des revenus dont il était nécessaire de contrôler la régulière perception234.

  • 235 Parfois ils furent obligés de les vendre sous la pression du testateur, comme dans le dossier 26 j (...)
  • 236 Voir p. 182.
  • 237 Les Dominicains reçurent : une terre de 4 bonniers et une maison (Dossier août 1245) ; une terre à (...)
  • 238 Les Franciscains reçurent : une terre à Sclessin (Dossier 10 mars 1245) ; deux bonniers (Dossier 2 (...)
  • 239 Les Carmes furent plus choyés à partir du xive s. : 15 verges de terre (Dossier septembre 1270) ; (...)

89Les premiers « objets » dont les Mendiants bénéficiaient étaient les maisons, terres, curtes... qui leur étaient données ou léguées. S’il arrivait alors que les Franciscains les vendent tout de suite, les Dominicains et les Cannes, eux, les gardaient afin de les accenser ou de les arrenter235. Ces biens produisaient un revenu régulier236. Cependant, pour les Dominicains, si le flot des donations ou legs de terres ou de maisons ne faiblit jamais, au long du xiiie s., il se tarit assez brutalement au xive s., avec toutes les autres formes de donation ou de legs d’ailleurs237. Peu de legs ou de donations de ce type furent effectués au profit des Franciscains ; les fidèles durent très vite être conscients de leur stricte pauvreté et de l’inutilité de leur offrir des immeubles, dans la mesure où les frères devaient les revendre aussitôt238. Quant aux Carmes, c’est surtout dans le dernier tiers du xive s. que la documentation les montre obtenant des immeubles... Mais, eu égard au caractère tardif de ces sources (du xive s. surtout), les conclusions auxquelles elles permettent d’aboutir sont ponctuelles, circonscrites et, du coup, très partielles239.

  • 240 Michel curé de Walcourt et Jacques, curé de Nalinnes, fondèrent une rente de 10 sous pour deux lum (...)
  • 241 Dossier 4 juillet 1370. L’équipement de cette maison était prévu dans le testament : « Et encor la (...)

90Tous ces immeubles ne furent pas toujours accensés. Une mention toute particulière est consacrée ici aux legs de maisons destinées à héberger des frères en mission, dans les régions terminaires. En 1276, deux prêtres, frères de sang, léguèrent une maison dans le Namurois probablement (à Nalinnes ?) afin d’héberger des Franciscains ou des Dominicains en voyage240. Un siècle plus tard, Ottar de Velroux, dit de Marzines, oppidain de Huy, eut la même idée et laissa d’abord au frère Clarin de Sawehy, en viager, puis après sa mort au couvent des Carmes de Liège, une maison sise à Huy, toute équipée, afin que al vivant dedit frere Clarin et apres son deces tous li frerez delle dit Ordene trespassans parmy la vilhe de Huy ayent leurs habitacion et reuvenuwe par si que a tous les jours delle matinee dont il y averont le nuyt herbigier, ilh soyent tenus et chargiez soit unc ou plusieurs et cascun par li qui prestre soit dedire messe de Notre Dame ou de Sains Esprit ou de Requiem pour le remede des armez de li Ottar testateurs et de ses amis241.

  • 242 Voir, à ce propos, les pages 227–228.
  • 243 Sur ce rôle rassurant des aumônes qui transformaient ces produits de l’économie de profit en « bie (...)
  • 244 Ainsi le premier legs identifié était le fait de Nicolas Haghenuz de Horion, en 1244 (dossier mai (...)

91Bien peu de donations ou de legs de biens-fonds, d’immeubles au sens du xiie s. furent enregistrés, confiés à l’écrit : les temps avaient changé. Les biens matériels que le donateur désirait alors transformer en instruments spirituels n’étaient plus ces terres, ces fermes, dont avaient bénéficié les Cisterciens ou les Prémontrés un siècle auparavant242. Il s’agissait d’autres richesses matérielles dont il fallait justifier l’opportunité en les transmuant en biens spirituels, comme les cens, les rentes, produit de l’économie de profit du xiiie s.243. C’était aussi l’argent stricto sensu : il circulait correctement alors, éveillant l’attention et attisant la convoitise des bourgeois en général ; des marchands, des changeurs, des banquiers en particulier. Ces dons ou legs de sommes d’argent plus ou moins importants apparurent dès les débuts des couvents Mendiants : souvent, ils étaient qualifiés d’« eleemosynae ». De quelques sous à plusieurs centaines de marcs, leur montant variait sans qu’il fût bien souvent possible d’en préciser la raison244.

  • 245 Ce qui fait dire à Lauwers qu’il s’agit de legs mis en place sciemment sous une forme « litanique  (...)
  • 246 Dossier 1er décembre 1274.
  • 247 Voir p. 247–296.

92Un grand nombre de legs de quelques sous sont classés dans ce qu’il est convenu d’appeler les « legs rituels » : il s’agissait d’ensembles de legs plus ou moins élevés, en faveur d’un grand nombre d’institutions qui affichaient une appartenance commune, qu’elle fût spirituelle (même Ordre religieux), géographique (même ville) ou fonctionnelle (hôpitaux, béguinages...). Toutes ces institutions étaient citées simultanément, en série, en manière de litanie245, suivies des sommes léguées pour chacune : par exemple, à la suite de legs aux Dominicains et aux Franciscains, Jean de Huldertinghen ajoute : Item lego fratribus stripatricis, crucesignatis, saxitis, et Bonis Pueris in Leodio commorantibus cuilibet conventui decem solidos leodienses246. C’est un phénomène relativement quantifiable et tout à fait particulier. Je tenterai d’en extraire la quintessence dans un chapitre ultérieur, consacré au testament, dont il constituait une spécificité pour le xiiie s.247.

  • 248 Dossier 1er juin 1254 – 7 juin 1254. Des mentions de legs d’argent aux Mendiants pour pitance conv (...)
  • 249 Dossier novembre 1267 : « lego fratribus Ordinis Predicatorum domus Leodiensis viginti sex solidos (...)

93La plupart de ces legs et dons d’argent, quels qu’ils fussent, étaient cédés pour pitance, aussi bien au xiiie s. qu’au xive s., aussi bien en faveur des Dominicains que des Mineurs ou des Carmes : Legamus etiam fabrice fratrum minorum Leodiensium duodecim marchas et viginti solidos in pitantia conventus, disait Henri Damage en 1254248. Avec ces legs imposés pour pitance, pas question pour le couvent de thésauriser cet argent destiné à l’usage commun immédiat, au réfectoire du couvent. Mais peut-être cet apparent désir de respecter la règle n’était-il en réalité qu’un tour de passe-passe, afin de rendre licite tout legs ou don d’argent, recevable sous ces conditions par des Ordres contraints à la règle de la pauvreté ? La destination d’un grand nombre de ces legs d’argent était expressément attestée : pour pitance le jour de la sépulture, c’est-à-dire pour offrir un repas funéraire249. Ici, l’expression « pour pitance » doit être prise au sens littéral : une collation est prévue pour les Frères.

  • 250 Par exemple : Helvide d’Aix légua (dossier mars 1272) : « As freres precheurs de Liege ou iou elli (...)
  • 251 Trouverait-on là les fameux revenus funéraires, objet de tant de querelles entre séculiers et Mend (...)

94Lorsque le testateur décidait d’élire sépulture dans l’un ou l’autre couvent de Mendiants, il y consacrait des sommes importantes, qu’il justifiait d’ailleurs : pour les funérailles, pour des aubes250. Dans quelle mesure des « achats » d’élection de sépulture ne se cachaient-ils pas, derrière ces sommes parfois colossales cédées de la sorte ? L’achat du droit de construire une chapelle en l’église, du droit d’avoir sa sépulture bien placée ad sanctos en plus des frais de funérailles et des éventuels frais de construction des monuments funéraires251 ? Ainsi, une série de legs d’argent étaient dument motivés.

  • 252 Dossier 22 juin 1294.
  • 253 Dossier mars 1272 : Helvide d’Aix donna 60 sous aux Écoliers pour acheter une rente obituaire. Gil (...)

95Quand Gilles Surlet noya littéralement les Mineurs sous les legs, quand il se piqua de donner d’un coup cent marcs, il justifia son geste : et si weilh ke ilh soient despenseit en besongnes des dis freres par le conselh del dit gardien et des dis freres Thumas et Nicholon252. Parfois, le don d’argent servait à acheter des rentes, à connotation obituaire évidemment253. Mais, chez les Mendiants, le legs d’argent était rarement associé à la célébration d’anniversaire, de manière directe : souvent, seules les rentes et cens étaient consacrées nommément à l’entretien de la memoria.

  • 254 Voir p. 313–340.
  • 255 La manipulation d’argent semblait assez naturellement acceptée chez les Mendiants, comme l’a rappe (...)

96Les testateurs accordaient cependant moins d’importance à la justification de ces legs d’argent directement destinés au couvent que lorsqu’ils faisaient des legs à des frères en particulier254. Car le legs d’argent était ressenti clairement par la communauté comme moins important, moins gênant que le legs de biens immeubles, de rentes ou de cens. Il avait seulement valeur d’aumône et était reconnu comme tel255.

  • 256 G. Aders cite un certain Elmunt de Eilsich qui légua 600 florins à un prêtre en 1463... Cela a l’a (...)
  • 257 Voir Aders G., Das Testamentrecht, p. 53–54.
  • 258 Citons pêle-mêle le sou (par ex., le dossier 26 août 1288) ; le sou de Liège (par ex., dossier 28 (...)
  • 259 J’ai décidé, de façon à pondérer le plus possible la valeur des chiffres, de « découper » un peu a (...)
  • 260 Je répète les mêmes précautions critiques que dans la note précédente. Pour les legs moyens chez l (...)
  • 261 Ici, sur 15 testaments entre 1269 et 1300, on comptera 196 sous de legs (dont un gros legs de 40 s (...)
  • 262 Y compris le legs de 40 sous fait par Gilles Surlet... En comptant celui-ci, on obtient une moyenn (...)
  • 263 Comme c’est trop souvent le cas malheureusement, jusqu’ici... Ainsi Lauwers M., La mémoire des anc (...)
  • 264 Les comptes suivants ont été faits à partir du même corpus que les Mendiants stricto sensu, pour l (...)
  • 265 Voir p. 283–295.
  • 266 En effet, il s’agirait de se convaincre que tous les accensements et arrentements mis en place aux(...)

97Il s’avère extrêmement difficile d’établir des constantes à propos de ces legs d’argent : trop de facteurs pondérants entrent en ligne de compte, comme la richesse du testateur ; son désir de consacrer une part plus ou moins grande de sa fortune à des legs pieux256 ; le nombre de legs qu’il a faits ou d’institutions qu’il voulait favoriser257 ; la représentativité des testaments conservés, tant du point de vue quantitatif que qualitatif ; la dévaluation (lente ?) de la monnaie (qui fait qu’un sou en 1350 ne valait pas un sou en 1280) et les changements constants de système monétaires258... Tirer des renseignements statistiques de ces chiffres relèverait donc de la plus haute fantaisie, même en pondérant ceux-ci. Tout juste peut-on déduire quelques considérations du relevé de certaines constantes. Les sommes amassées jusqu’à la fin du xiiie s. soit sur une soixantaine d’années plus ou moins « stables » du point de vue monétaire, la crise ne frappant pas encore trop durement, tandis que les monnaies utilisées restaient identiques — furent, pour les Dominicains, de l’ordre de 4 791 sous, soit 239 marcs et 11 sous259 et, pour les Franciscains, de l’ordre de 75 marcs et 7 sous (en y ajoutant le legs colossal de Gilles Surlet : 175 marcs et 7 sous)260. Quant aux Carmes, les gains enregistrés semblaient bien minces : 196 sous, soit 9 marcs 16 sous261. Les Sachets reçurent aussi de l’argent : sur 12 testaments, 111 sous (5 marcs et 11 sous)262. Ces chiffres permettent de dresser trois constats. Premièrement, le cas franciscain montre qu’un seul legs, comme celui de 100 marcs fait par Gilles Surlet, pouvait changer pour quelque temps la face de la comptabilité des Franciscains. Un cas isolé pourrait avoir des répercussions considérables sur l’ensemble. Il n’y aurait donc rien de plus dangereux que de prendre tous ces chiffres énumérés ci-dessus pour « argent comptant263 » ! Deuxièmement, par rapport à tous les autres couvents urbains, mendiants ou non264, les Dominicains et les Franciscains drainaient l’essentiel des legs d’argent, du point de vue quantitatif. Ces deux Ordres, les Mendiants par excellence, communautés en vue à la fin du xiiie s., étaient au-dessus de la mêlée, engrangeant bien plus que tous les autres. Cette période, c’était le faîte de leur puissance, du moins pour les Dominicains, qui allaient connaître les affres de la crise du début du xive s., comme cela sera expliqué plus loin265. Troisièmement, les Dominicains attirèrent des sommes d’argent bien plus importantes que les Franciscains eux-mêmes, semble-t-il. Est-ce dû à la qualité de la documentation réunie pour ce travail, constituée en grande partie de testaments conservés dans le chartrier dominicain ? Probablement est-ce là un élément de réponse. Est-ce le seul ? L’exercice précédent est extrêmement périlleux : chiffres peu fiables, échantillon de données totalement incontrôlable, sources inadaptées... Je me refuse d’ailleurs à aller plus loin, ou encore à tenter une approche semblable pour les cens et rentes266. Les enseignements tirés sont intéressants mais ne méritent pas d’approche supplémentaire.

  • 267 Dossier 9 octobre 1373. Ou encore, par la béguine Agnès de Abel, legs d’un muid d’épeautre en pita (...)
  • 268 Dossier 27 février 1261 : [lego] « fratribus predicatoribus Leodiensibus centum solidos et mapam q (...)
  • 269 Dossier septembre 1270. Les testateurs aimaient aussi léguer des vêtements à certains frères, indi (...)
  • 270 Dossier 7 décembre 1299. Christine de Waremme elle aussi, laissa aux Dominicains un hanap d’argent (...)
  • 271 Godding P., La pratique testamentaire, p. 293–294.
  • 272 Voit p. 322–323.
  • 273 Voir p. 538–543.
  • 274 Dossier 20 avril 1252. Ode d’Odeur, citée trois notes plus haut, faisant vendre ses immeubles par (...)

98Mis à part ces legs d’argent, les testateurs laissèrent quelquefois des objets, des mobilia aux Mendiants. Bien peu de choses sont connues quant à ces legs en nature. Quelquefois, rarement, des dons d’épeautre étaient mentionnés pour pitance : 30 muids laissés par le seigneur de Fallais aux Dominicains, pour acheter une rente (obituaire) — en revendant ces muids ou en les échangeant — et 30 muids en pitance aux frères mineurs267. Des draps, des vêtements (à vocation liturgique) étaient souvent légués : Jeanne de Marcinelle, béguine de Dinant, laissa 14 aunes de drap aux Prêcheurs de Liège268 ; Agnès de Abel, béguine, légua aux Carmes 12 aunes de tele pour faire des aubes, plus un drap de 8 aunes pour couvrir l’autel, plus un lit, des draps, des oreillers, une couverture269. Un type de legs particulièrement apprécié des testateurs — et peut-être des légataires ? — : le hanap, calice en métal précieux. Servais de Frère en légua un aux Mineurs de Liège : je lai mon grant hanap dargent apiet pro faire un calisse ke mi executoir feront faire et apparelhieret puis le dondront as freres270. Au cours de ce xiiie s., la circulation monétaire s’accrût ainsi que l’érosion monétaire : dès lors, des objets d’échange plus « stables » étaient recherchés. Suivant ici la proposition de Ph. Godding, ne faudrait-il pas considérer ce genre de calice comme une forme d’épargne plus sûre, un placement de valeur intangible271 ? Toujours à considérer comme type de legs précieux et, à ce titre, peut-être aussi comme une sorte de placement : le livre. Bon nombre de legs faits à des religieux individuellement étaient des legs de livres272. C’était également, il faut le souligner dès à présent, un des seuls objets dont la possession était tolérée par la plupart des règles et constitutions mendiantes273. Voilà pourquoi Arnould, chapelain de Wangenies, laissa par son testament de 1252 des livres aux Prêcheurs : quos libros lego fratribus Leodiensibus de Ordine Predicatorum274.

  • 275 On trouve de même des legs de vêtements et de livres, voire d’argent pour s’en procurer, à Marseil (...)
  • 276 Simons W., Stad en apostolaat, p. 174.
  • 277 D’autant plus que le temps séparant la rédaction du testament et le décès devait être relativement (...)

99Il n’est pas déplacé de se demander dans quelle mesure ces legs de draps, mais surtout de calices et de livres ne recouvraient pas des réalités économiques, des investissements solides : les testateurs comme les légataires ayant tout intérêt à s’assurer de la stabilité de la valeur de leur legs, en cette turbulente fin de xiiie s.275. La situation de ces legs et donation « uniques » était tout à fait particulière. Les Mendiants, s’ils préféraient des revenus réguliers en nature, n’avaient rien contre des revenus « irréguliers » en argent. Ce dont Simons avait eu l’intuition pour la Flandre, j’en ai acquis la certitude ici : les Mendiants ne refusaient pas les aumônes en argent276. Recevoir et détenir de l’argent ne les dérangeaient pas dans ce cas-ci, puisqu’il s’agissait d’aumônes. Ensuite, du point de vue économique, la valeur monétaire de ces piécettes léguées ne devait pas beaucoup décroître, le temps de l’exécution, de la réalisation du legs par les exécuteurs testamentaires277. Ainsi, ils pouvaient user au grand jour de cet argent pour leurs besoins propres.

Notes

1 Par exemple, dans le « Registre aux payements des cens et rentes » dominicain, en 1415 (A.E.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 17r) et dans le « censier » carme du début xve s. (A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 92 v) : « rentes pour prêcher la passion ».

2 Dans le registre de comptes carme de 1437 (A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 128, p. 1 ss), on a des mentions de quêtes terminaires. Voir p. 296–299.

3 Godding P., Le droit privé, p. 175 ; Balon J., La structure du domaine, p. 196 ; Schnapper B., Les rentes au xvie siècle, p. 41 ; Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 130–132.— Par exemple, les paiements de cens et de rentes de 1415 des Dominicains : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25 // Titre : Registre aux payements des cens et rentes, f° 35r : « Ce sont li treffons en cens et capons [...] », où l’on trouve des redevances en argent et des chapons. Et, f° 14r : « Ce sont les rentes qui ne sont nient assenueez »... où sont énumérés des redevances en nature. L’ensemble du registre distingue de cette façon cens et rentes. Touati F.O., Maladie et société au Moyen Âge, p. 530–531 fait bien la différence mais constate aussi qu’« il n’y a qu’un pas séparant leur perception [des cens] de celles des rentes dont l’implantation est similaire et parfois cumulée » — Il faut préciser que ces systèmes de rente et de cens au xiiie et xive s. ne correspondaient en aucun cas aux cens et rentes d’Ancien Régime, pas plus qu’à ceux du xixe s. (comparer par exemple avec les saisissantes différences exprimées dans Lévy-Leboyer M., Le revenu agricole et la rente foncière en Basse-Normandie. Étude de croissance régionale, Paris, 1972 [Publications de l’Université de Paris X – Nanterre. Lettres et Sciences Humaines. Série A : Thèses et Travaux, 15]).

4 Voire le xie s. pour Gilissen J., Introduction historique au droit, p. 577–579.

5 Voir Godding P., Le droit privé, p. 162–172 : le terme « censive » est équivoque ; il pouvait désigner aussi « l’ensemble des tenures à cens relevant d’un même seigneur foncier ».

6 Gilissen J., Introduction historique au droit, p. 577–579.

7 Godding P., Le droit privé, p. 173.

8 Sur le cens tréfoncier, voir Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 42–52 et Godding P., Le droit privé, p. 173. Poncelet explique, op. cit., p. 43, que ce cens tréfoncier était considéré comme une redevance normale et juste : « Basé uniquement sur le droit de propriété, le cens trefoncier n’inspirait pas l’aversion qu’aurait provoquée une prestation d’origine domaniale ou seigneuriale : c’était le prix normal d’une tenure ; comme il ne touchait ni à la liberté personnelle ni à l’exercice de la juridiction, qu’il était d’essence purement économique, les bourgeois s’y soumettaient sans la moindre répugnance. La fixité du cens et la perpétuité du rendage constituaient un précieux encouragement à la bâtisse : on ne construit pas sur un terrain dont on n’est pas sûr de conserver la possession dans des conditions avantageuses. » Voir aussi ce qu’en dit Balon J., La structure du domaine, p. 65–66, le présentant comme le « cens seigneurial foncier » et définissant le tréfonds ou domaine allodial : p. 66–68 et 87.

9 Voir Rösener W., Von der Eigenwirtschaft zum Pacht-und Rentensystem, p. 37–38.

10 Godding P., Le droit privé, p. 180–181. On ne peut en déduire comme le faisait Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 43, qu’il s’agissait là d’« un abandon virtuel de la possession, du domaine utile ».

11 Ce n’était en effet (pas toujours) le but du testateur que de dire au légataire ce que ce dernier devait faire du bien reçu. Quelques exemples d’alleux tombés dans l’oubli, pour les Dominicains, sont contenus dans les dossiers : août 1245 ; juillet 1263 ; 10 mars 1268 ; 22 juillet 1333. Pour les Carmes, par exemple, voir le dossier septembre 1270.

12 Par ex. les dossiers : 8 mars 1325 ; 1er juin 1351 ; dans ce dernier cas, c’est le chassereau aux cens et rentes domincain du début xve s. (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 30r-31r) qui indique comment ces alleux furent accensés.

13 Voir p. 165–174.

14 Voir par exemple Godding P., Le droit privé, p. 176 ; Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 58–59.

15 Voir dossiers : 28 octobre 1309 ; 10 décembre 1383 ; 27 septembre 1384. — L’épeautre était par ailleurs la céréale par excellence du pays de Liège, surtout de son grenier ; la Hesbaye. Voir Billen C., L’épeautre en Wallonie.

16 Par exemple, dossiers : 26 mars 1372 ; 4 octobre 1395 et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 30 v (Registre aux payements des cens et rentes, année 1415).

17 Cette constatation sera confirmée plus bas et l’hypothèse renforcée. D’emblée, gageons que le cens était ici intimement lié au revenu potentiel du bien. Il apparaissait donc logique que le cens grevant la terre lut payé en nature.

18 Ces comptes sont basés sur les dossiers suivants : 31 août 1344 (16 grandes verges contre 1 muid d’épeautre) ; 28 octobre 1309 (et 25 novembre 1335), A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 50, f° [8r], sans date (12 bonniers contre 16 setiers d’épeautre, réduits à 13 setiers au xve s.) ; dossier 10 décembre 1383 (3 bonniers et 15 grandes verges contre 10 muids d’épeautre) ; dossier 3 mai 1384 (et 27 septembre 1384, 18 mars 1385) (12,5 grandes verges pour 2 muids d’épeautre) ; dossier 7 octobre 1401 (1) (et 6 juin 1400) (2 bonniers et 12 grandes verges pour 9 muids et 4 setiers d’épeautre) ; dossier 7 octobre 1401 (2) (3 journaux de prés et 5 journaux de terre pour 1 muid d’épeautre) ; dossier 22 juin 1390 (et 12 décembre 1395, 16 juillet 1386) (une maison en Île pour 10 sous, plus 8 deniers de relief. ; une court, maison, jardin et assise derrière Saint-Gilles pour 2 setiers d’épeautre, 5 sous, 6 deniers, plus 1 denier et un chapon, et 1 denier et une maille de relief) ; dossier 26 mars 1372 (moitié d’une maison en Île, pour 3 marcs et 10 sous, et 7 sous et 6 deniers de relief) ; dossier 10 avril 1397 – 17 avril 1397 (court, maison, jardin et assise à Vottem, pour 4 setiers d’épeautre, 12 deniers de bonne monnaie, 1 chapon) ; dossier 4 octobre 1395 (une maison à Liège, pour 22 sous et demi et 4 sous de relief). On ne peut malheureusement en dire davantage, faute de réels éléments de comparaison — par exemple, il faudrait établir des listes de valeurs tirées du rapport entre superficie et cens exigé, pour des périodes données, en bloquant la variable monétaire, comme je l’ai tenté, sans prétention, dans la note suivante.

19 Dossier 10 décembre 1383 : 80 set. d’épeautre pour 75 grandes verges = 1,07 // dossier 3 mai 1384 : 16 set. d’épeautre pour 12,5 grandes verges = 1,28 // dossier 7 octobre 1401 (1) : 76 set. d’épeautre pour 52 grandes verges = 1,48 // dossier 7 octobre 1401 (2) : 8 set. d’épeautre pour 40 grandes verges = 0,2... mais dans ce dernier cas, la moitié de la surface était occupée par des prés.

20 Voir par exemple Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 244–248 ; Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 55–57. Aussi les précautions de Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 135–137, notamment p. 138, note 47.

21 Voir l’exemple du dossier 15 mai 1392, dans lequel le cens n’était que d’une maille, soit un demi-denier, à l’avantage des Dominicains. Voir aussi Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 85–86.

22 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 126–127 montre que, dès la fin du xiie s. pour le Namurois, les concessions en tenure se faisaient contre redevance en nature et non plus en argent. Confirmation par le même auteur : Genicot L., Une source mal connue de revenus paroissiaux, p. 87.

23 Dossiers 28 octobre 1309 (et 25 novembre 1335) : le cens y est de 16 setiers. Dans A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, [pas de folio : f° 8 r], dans ce registre de la mi-xve s., le cens est réduit à 13 setiers. Cet accensement est clairement identifié : « [...] nous avons fait un relief l’an 1309. Cette rente nous doit avoir été donnée par le testament de Libert chatelain de Ferme, No 37. Cette rente etoit de deux muids affectés sur 12 boniers de terre [...]. » Voir les réflexions de Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 90, 129, 135— 137.

24 Poncelet É., Les domaines urbains de Liège, p. 52.

25 Godding P., Le droit privé, p. 167–168. Le seigneur foncier — ici les frères mendiants — n’en aurait conservé que le « droit au paiement de cens, habituellement en espèces, à l’exclusion de toute autre redevance, comme les droits de mutation entre vifs à cause de mort », cf. ibidem, p. 165. Ce genre de droits de mutation entre vifs ne se retrouve pas dans les actes liégeois, en ce qui concerne la censive, comme d’autres actes économiques. Probablement était-il « intégré » dans le droit de relief ?

26 Le débirentier est celui qui devait la rente grevant un bien-fonds qu’il tenait en arrentement ; le crédirentier était celui qui percevait la rente, un propriétaire aux droits supérieurs au débirentier. — À l’appui de ces lignes : selon R. Jacob, dans le Nord de la France, on retrouve des droits de reliefs payés sur des tenures urbaines : Jacob R., Les époux, le seigneur et la cité, p. 401–408 — R. Jacob montre aussi (p. 381–401) que le montant du relief restait un élément contraignant dans les campagnes du Nord de la France : il n’était donc pas si insignifiant que cela !

27 Il ne faut cependant pas généraliser : certains alleux furent cédés, légués au couvent dans cette perspective d’entretien de la memoria, mais sans y mettre la condition d’en retirer un revenu de tenure à cens. Par exemple, le dossier 3 mai 1384, à propos d’un legs de terres allodiales. Godefroid de Herkes, frère prieur de la maison des Carmes de Liège, au nom du « couvent de sa maison », déclara qu’il leur avait été donné par la succession de feu « Giele de Bernar d’Ilhe », afin de prier pour son âme en la maison des Carmes, 12 et demi grandes verges de terres allodiales à Flémalle, que Godefroid demanda à relever et releva de la Chaise-Dieu. C’était donc ici une « classique » donation de terre, comme les siècles antérieurs en ont laissé des centaines.

28 Dossier 10 décembre 1383.

29 À vocation obituaire, les tenures à cens suivantes : dossiers 31 août 1344 ; 28 octobre 1309 (et 25 novembre 1335) et A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 50 [f° 8 r] (xve s.) ; 6 juin 1400 (et 7 octobre 1401 (1)) ; dossier 7 octobre 1401 (2).

30 En corollaire, une autre question : les cens obituaires et rentes obituaires étaient-ils de préférence affectés sur des biens ruraux, des terres... ou des biens urbains, des maisons ? C’était peut-être là une sécurité essentielle pour le donateur qui se préoccupait de sa memoria que de l’assurer avec des revenus « fiables », les revenus de la propriété rurale, plutôt qu’avec une maison qui ne pouvait produire, elle, directement du fruit ?

31 Voir, par ex., Guerreau A., Rentes des ordres mendiants à Mâcon au xive siècle, p. 957 ; Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 172–204 ; Angenendt A., Theologie und Liturgie der mittelalterlichen Toten-Memoria, dans Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, éd. Schmid K. et Wollasch J., Munich, 1984, p. 79–199 (Miinstersche Mittelalter-Schriften, 48) ; les travaux de D. Iogna-Prat sur Cluny, comme Iogna-prat D., Des morts très spéciaux aux morts ordinaires. La pastorale funéraire clunisienne (XIe-XIIe s.), dans Médiévales, t. 31, 1996, p. 79–91, etc.

32 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 258.

33 Surtout Godding P., Le droit privé, p. 173–174 et aussi quelques notions dans Glissen J., Introduction historique au droit, p. 577 ; Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 128–129.

34 Godding P., Le droit privé, p. 174. Sur la possibilité de racheter la rente, voir par exemple Servais P., La rente constituée dans le ban de Herve au XVIIIe siècle, p. xiv ; Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 260–262.

35 L’article de Yans M., La rente en droit privé liégeois (dont les travaux par ailleurs, en matière d’archivistique et de recherches historiques, sont irremplaçables) pèche par ce biais, entre autres : à ne pas mettre entre toutes les mains.

36 Godding P., Le droit privé, p. 174. Godding voit donc d’abord dans la constitution de rente une action personnelle, impliquant le crédirentier vis-à-vis du débirentier ; l’apparition d’une garantie immeuble, rendue nécessaire, selon lui, par la demande de sécurité économique comme par les exigences canoniques, assimilant rente constituée à rente foncière, en faisait une action réelle.

37 Citation de Schnapper B., Les rentes au XVIe siècle, p. 43 ; voir aussi Cremer O., Der Rentenkauf im mittelalterlichen Köln, p. 42–43 ; Balon J., La structure du domaine, p. 239–240 ; Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 187.

38 Je ne suis pas le seul à avoir procédé de la sorte : Godding P., Le droit foncier à Bruxelles regroupe aussi les deux concepts en un seul chapitre.

39 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 259. Un peu auparavant, il considérait ces deux types d’« arrentement » comme deux types d’« hypothèque de censive », p. 180–193.

40 Cremer O., Der Rentenkauf im mittelalterlichen Köln, p. 52–60.

41 Godding P., Le droit privé, p. 173–175 donne des exemples de constitutions de rente qui ne pouvaient pas être des baux à rente. Voir aussi Schnapper B., Les rentes au XVIe siècle et Servais P., La rente constituée dans le ban de Herve au XVIIIe siècle. Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 187–193, qui se trouve face à des rentes rédimibles dans le Namurois à partir de 1464, donc des rentes qui se « détachaient » des biens puisque le débirentier, exploitant du terrain grevé, réussissait à racheter la rente qu’il devait au crédirentier et redevenait ainsi seul maître sur sa terre.... même s’il est possible, en forçant la note, de concevoir ce rachat de rente comme un « rachat » ou « achat » du bien par l’ancien bailleur à rente. Cf. aussi ibidem, p. 260–262. Sur le rachat des rentes, voir par exemple les quelques lignes de Schnapper B., op. cit., p. 44.

42 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 216–217 ; Balon J., La structure du domaine ; surtout Balon J., Le contrepan-lansage dans le droit namurois du XIVe s. Voir aussi Godding P., Le droit privé, p. 181.

43 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 214, note 2.

44 À tort : Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 214–215 : « cession gratuite ou vente suivie d’arrentement, c’est à cela que se réduit la constitution de contrepan, le nouveau contrat imaginé par les juristes du xiiie siècle, dans le Namurois comme dans d’autres régions ».

45 Les autres « sûretés immobilières des contrats » sont décrites par Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 201–213, par Godding P., Le droit privé, p. 215–219...

46 Un beau cas, en 1348, pour une constitution de rente devant la cour de deux chanoinesses d’Andenne, à Burdinne, en comté de Namur (soumis probablement à la coutume namuroise) : dossier 16 mars 1348.

47 Non seulement de nombreux sondages, des enquêtes postérieures à la rédaction de la thèse, des incursions profondes au cœur du xve s. liégeois n’ont jamais démenti cette certitude, mais il faut reconnaître qu’elle est appuyée dès le départ par la relative diversité du corpus de cet ouvrage (par la typologie et la provenance de ces sources) et par le nombre de rétroactes non directement liés aux Mendiants appliquant ce système (on ne peut en effet accuser sans preuve les Mendiants d’avoir influencé ces laïcs dans le choix du type d’action économique à utiliser de préférence dans leurs relations avec eux. Mais on ne perdra jamais de vue que les Mendiants ont pu faire de ce système leur instrument économique de prédilection. Et choisir de se faire léguer des biens déjà donnés en lansage).

48 J. Ruwet avait déjà remarqué cette particularité juridique du lansage dans un article connu mais probablement peu lu ou jamais compris (Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois), parce que trop touffu et surtout mêlant avec un bonheur discutable conceptions juridiques propres aux Temps Modernes et réalités économiques médiévales. Il a cependant décrit les grandes lignes du principe et c’est à lui que nous devons d’avoir pu débrouiller quelque peu l’écheveau économique liégeois. Il reprend les assertions de J. Balon, sans connaître, par ailleurs, le travail de L. Genicot, qui paraît alors. Yante J.-M., Crédit urbain, crédit rural, crédit industriel, p. 147, sur base du travail de J. Ruwet, commente cette pratique sans approfondir et, dans sa configuration liégeoise, l’assimile indûment, selon moi, à une forme de crédit plus ou moins usuraire.

49 Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois, p. 101. Cf. l’édition du paweilhar de Baguette A., Le paweilhar Giffou. Édition critique, p. 18, no 64 ; p. 6, no 21. Cf. aussi les p. 103–104. Voir aussi Raikem J.J. et Polain M.L., Coutumes du pays de Liège, t. 1, p. 239–240.

50 Cit. de Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois, p. 103.

51 Sur ce type de lansage, voir les p. 96–107 de Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois.

52 Par exemple, le dossier 20 janvier 1279 ou encore le dossier 28 novembre 1396.

53 Ruwet J., Le lansage dans le droit liégeois, p. 107.

54 Joris A., Conversion d’alleux en censives. Voir aussi Godding P., Le droit privé, p. 162–172, qui évoque cet article.

55 On jugera aussi, comme on le verra plus loin, la similitude avec le système de l’arrentement obituaire : voir p. 209–213.

56 Voir p. 232–237.

57 Bormans S., Recueil des ordonnances. Première série – 974–1506, p. 345–346, no 17. Cet article sera répété, également modifié, le 28 octobre 1403, dans la « modération de la Paix des Seize », ibidem, p. 390–391, art. 9 : preuve d’une part de l’importance du problème, de l’autre de la perpétuation des « excès », du moins dans l’utilisation de ce système comme procédé d’emprunt d’argent à outrance. Voir aussi Yante J.-M., Crédit urbain, crédit rural, crédit industriel, p. 147.

58 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 31v. Un autre exemple : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 38r : À « Fize deleis Bodegnée », une rente de deux muids d’épeautre, posée sur une maison, cour, jardin et assise en la ville de Fize « qui fut à Messire Jean de Chier », chevalier, était due aux Dominicains. D’autres avaient 12 setiers d’épeautre de rente assénés sur cette maison, mais les Prêcheurs sont « avant » les uns et les autres « el hiretage ». Ces deux muids, Collengnon Loste de Fize devait les livrer au grenier dominicain à Huy, deux muids « qu’ilh tient de nous en lansange », disaient les Dominicains. La rente étant assimilée au bien-fonds, transmissible par voie de succession elle-même, il était normal de la voir qualifiée de la même façon, par les mots heritage, hereditas. Voir Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 259, note 1 et Cremer O., Der Rentenkauf im mittelalterlichen Köln, p. 40. Voir aussi, par exemple, A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r-16v ; 25, f° 3r. ou encore 24, f° 35r : il y a là mention d’une rente de 12 setiers d’épeautre due aux Dominicains sur une court, jardin, maison et assise à Verlaine. L’aumône des Communs Pauvres de Liège possédait aussi une rente de quatre setiers sur ces biens : « et sont les poures devant nous el hiretage ». Ce qui signifiait donc que les Pauvres en Île avaient des droits réels supérieurs aux Dominicains à propos de cette petite ferme. Il s’agissait bel et bien de droits de propriété cependant, dans la mesure où le chassereau continuait en disant que ces 12 setiers « sont tenus de nous par la femme de feu Arnot le magons de Verlennes en langaisange [barré et add. postérieure : hiretage] de part sons maris [add. postérieure : comme ilh appert en papier de notre court juree sour VI] »... Ici, il semble clair qu’on assimilait revenu de rente et bienfonds, concédé en bail à rente par les Dominicains.

59 Ce sont les dossiers : 19 mars 1338 ; 10 mars 1376 ; 30 mars 1376 ; 13 juin 1382 et A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 23v-24r : c’est aux Carmes que sont légués les 42 muids, « que almonnat par son testament messir Johan Buchair dit delle Boverie par son testament movant de pluseurs court et halteurs comme si apres sierat declareit. Et les doit demoiselle Helwy Fassin ly quil tient denous car elle at sor les hiretages apres nos rentez X muids de spelte hiretable, se les payet pour et en nom delle Stasse Strengnart de Fiiez qui tient les hiretages ». Cf. aussi A.É.L., Couvent des Carmélites Déchaussés de Saint-Léonard, 264, f° 13r-14v.

60 Ainsi le 5 février 1364, Gilles de Bernar, citain de Liège, fit un testament et légua un grand nombre de revenus — « rentes » — aux Dominicains, en échange de la fondation d’un autel et de la célébration de messes. Par exemple, une de ces rentes, de 4 muids d’épeautre, due par une ferme de feu Renkin de Warfusée : Gilles de Bernar en fut investi en 1341, contre un cens à la cour échevinale de Warfusée dont le bien relevait. Le chassereau du début xve s. montre ce bien tenu par Renchon le Bastar de Warfusée, qui « demeur devens depart nous et le tient de nous en lansaige par mi les IIII muids que ilh nous doit payer par an a Liege » (A.E.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 36v). Voir aussi A.E.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 5v et les dossiers 16 janvier 1341 ; 27 avril 1354 ; août 1308 ( ?) ; 5 février 1364. — De même un bel exemple chez les Carmes, en 1374 : ils prirent vêture de terres à Lixhe, Hallembaye, Nivelle et Haccourt pour bénéficier d’une rente de trois muids d’épeautre, qu’ils avaient reçue en donation entre vifs, à charge pour les Carmes de payer les cens et reliefs : « Par my teils cens relieff, debittes et droitures que li dis contrepans doit auz cours et seigneurs dont ilh muet et deskent, le droit des quels senioraiges et de cascun nous volons estre en ces œures faisant planiement saveit et wardeit. » À noter, ici, l’utilisation du terme « contrepan » pour désigner le bien qui est arrenté (dossier 12 février 1375). L. Genicot en avait déjà repéré des cas dans le Namurois, ce qui lui avait permis d’en déduire à juste titre que le contrepan stricto sensu avait les caractères de l’arrentement, puisqu’on appliquait à la procédure de ce dernier la terminologie du contrepan. Ainsi un immeuble arrenté pouvait-il être appelé contrepan dans le Namurois : cf. Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 217 et aussi, même page, note 4.

61 Quelques exemples significatifs : le prieur du couvent dominicain de Liège donna « heritablement » à « trescens », en bail à rente, au nom du couvent, à Gérard Gilon de Pousset, les terres et rentes suivantes : 8 bonniers et 4 verges, 21 muids de spelte de « rente hiretable » sur 28 grandes verges de terre ; 12 petites verges grandes et 14 et demi petites ; 14 grands verges, à condition de payer un cens de 3 sous au nom du couvent à la cour de Pousset, et de livrer à ce même couvent un revenu de 26 muids d’épeautre, convertibles, livrables annuellement à la Saint-André ou au plus tard avant la Purification de Notre-Dame : c’est le dossier 19 juin 1372. Voir aussi A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 30r-31r. — Ou encore, cette mention du chassereau dominicain de 1401 (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 37r) d’une rente de quatre muids d’épeautre assénée sur un court, prairie, jardin à Oleye, que tenait « en hiretage de nous Lambier le bastar de Haultepemme parmi les IIII mds de spelte livereit a Liege et doit li dis Lambert de Hatepemme payr le cens en nomme de nous a Seraingne sens nos costre ». Voir aussi A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 5v. — Pour les Carmes, par exemple, le dossier 17 août 1385 : Pirotte de Payenporte fut investi par le maire de la cour des Carmes de Liège d’un ensemble de biens (deux moitiés de courts, maisons..., des rentes...) contre une redevance de six muids. Tout cela, Pirotte demanda à le « raprochier » et à le relever du prieur et couvent, « et payat la meismes en le main de dit procureur trescens ameide relief vestures et toutes droitures a chu afferentes ». Le maire fit don et vêture à Pirotte de Payenporte des héritages susdits, « parmi teil cens trecens, chapons, poilhes, relief et droitures que deviseit est, quil doit et devrat rendre et payer cacon an hirtablement pour et en nom delle englise et maison des Carmelittes a teis jours et termines que dit est et aus cours et saingneurs treffonsirs dont ilh sont movans et deskendans ». Peu de citations de ce type sont repérables dans les actes privés du chartrier ou des cartulaires. C’est normal : ce sont ou bien des testaments, donations... qui n’avaient pas à préciser ce genre de détails... ou bien des actes de reliefs de biens. Mais comme ces derniers actes avaient pour seul but de donner la vêture d’un bien à un nouveau preneur en tenure à cens ou en bail à rente, jamais il n’y est indiqué si, dans le cas du baillage à rente, cette vêture s’effectuait dans le cadre d’une opération de bail à rente stricto sensu ou d’une constitution de rente (qui utilisait formellement, en partie au moins, la procédure du bail à rente). Impossible de distinguer donc dans ces actes de relief les constitutions de rentes des baux à rente purs et durs. Même chose pour la documentation relative aux exécutions testamentaires : on s’y occupait davantage de l’investiture du bien grevé d’une rente obituaire que de la rente elle-même... Impossible donc d’y distinguer entre bail à rente et constitution de rente. Si une distinction existait ! — Seuls les chassereaux, censiers... contiennent ce genre de détails, à des fins purement utilitaires.

62 Ainsi, lorsque les documents parlent de « humiers » légués, il s’agit de la jouissance, de l’usufruit d’un bien, en viager, de la jouissance des fruits de ce bien : voir SCHNAPPER B., Les rentes au XVIe siècle, p. 42. Guerreau A., Rentes des ordres mendiants à Mâcon au XIVe siècle, p. 957, compare les rentes à un loyer dû au crédirentier : « Très souvent, assigner une rente sur une maison revenait à attribuer au crédirentier une partie du loyer (réel ou fictif) de cet immeuble. Tant que le montant de la rente n’atteignait pas celui du loyer, il était possible d’assigner de nouvelles rentes, possibilité fort utilisée aux xiiie et xive siècles, au cours desquels la crise du logement fit monter les loyers. »

63 Dossier décembre 1326.

64 Revenus des terres, en épeautre : par ex., dossier 10 mars 1245 ; 22 juillet 1267 ; novembre 1267 ; 16 mai 1312 ; décembre 1326 ; 28 octobre 1309 et 25 novembre 1335 ; 22 mai 1339 ; 3 décembre 1339 ; 10 avril 1341 ; 28 août 1344 ; 19 juin 1346 ; 19 avril 1387 ; 3 mai 1389 ; 19 avril 1392 et 12 mai 1397 ; 10 avril 1397 – 17 avril 1397 ; A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 45r, f° 84v... Un seul exemple de revenu de terre en argent : une terre située en pleine ville de Huy : dossier 24 juin 1339. C’était un cas de revenu foncier urbain. Dans un article éclairant, Ch. Manœuvrier vient de montrer que, contrairement à l’idée reçue, l’étude des rentes en nature donne une image acceptable des cultures agraires au bas Moyen Âge. On constate donc qu’il y avait un lien entre ces rentes et les biens sur lesquels elles reposaient : Maneuvrier C., Les rentes en nature.

65 Mesure de capacité, une aime contient de 113 l. à 153 l., selon les types de mesure, voir Chaineux M.-C., Culture de la vigne et commerce du vin, p. 67–68 ; DE Bruyne P., Les anciennes mesures liégeoises, p. 306. Par ex. A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 17r-18r ; dossier 29 janvier 1400. Mais pas toujours : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 23r : rente d’un muid d’épeautre sur un journal de vigne (en rente obituaire, certainement).

66 Rentes sur maisons, en argent : par ex., 3 février 1254 – 8 février 1254 et 3 février 1254 ; 31 juillet 1328 ; 21 octobre 1376 ; 16 décembre 1344 ; 5 mars 1370 ; 11 juin 1380 ; A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 75, f° 2r-3r...

67 Rentes sur maisons, en nature : par ex. 2 août 1298 ; 24 septembre 1303 ; 2 juin 1344 ; 10 avril 1397 – 17 avril 1397 ; et le bien concerné par les dossiers 6 avril 1323, 2 février 1329, 13 mai 1329.

68 Rentes sur courts : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 35r ; 36v, 38r ; dossiers 13 novembre 1291 ; 16 janvier 1341 ; 27 avril 1354 ; 4 juillet 1370 ; 31 août 1371 ; 15 mars 1390 et 15 janvier 1401... Parfois — rarement — les rentes sur curtes étaient exprimées en argent : dossier du 18 octobre 1329.

69 Pour les moulins, A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r-16v et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 3r.

70 Voir infra, p. 209–213.

71 Dossier 21 juillet 1374.

72 Sur les parties d’immeubles arrentées, par exemple, voir dossier 23 novembre 1398 : devant la cour jurée des tenants de l’abbaye du Val-Notre-Dame, présidée par « Johans de Hodeige, clerc, dit Petit Jehan », compteur du Val-Notre-Dame, Katherine, veuve de Gossewin de Coir, citain de Liège, devant comme exécutrice testamentaire réaliser la volonté testamentaire de son mari, « pour acomplir et executeir chu que cargiet li avoit ses dis maris, si que pour acquerir l’amisteit des fres meneurs dessurdits », ayant montré le dit testament, transporta aux frères mineurs de Liège représentés par « Jakemiens dit Surlet », écuyer, citain de Liège, « mambors ensi quilh dissoit des biens appartenans alle maison des freres meneurs delle citeit de Liege et pour eaus partie faisans en ce cas », un quart de maison sis « sor Meuse az Saniers, faisant le tournant delle Veske Court ». Catherine s’en dévestit ; le maire, à l’enseignement des tenants, en investit Jakemien de Surlet au nom du couvent et les mambours du couvent purent ainsi en faire leur « pure et lige volonté », contre un cens tréfoncier de 29 deniers à verser au Val-Notre-Dame. Quelques autres exemples : dossiers 10 avril 1397 – 17 avril 1397 ; 23 novembre 1398 ; 20 octobre 1399, etc.

73 Sur les revenus assénés sur plusieurs biens, un exemple dans le dossier 21 novembre 1379 (1) : « Libier de Vierme » chapelain de Saint-Jean en Île, remit en les mains du maire de la cour du couvent, Herman d’Ayneffe, « [en] ayouwes de Jehan de Rohelghees, sire de Sceve » [...] « certains hiretaiges et rentes hiretables quil tenoit de nous et de notre court, a savoir sont ensi que contient nous anciens escrips » : 9 grandes verges et 1 et demi petite verge sur la voie de « Fays » de « Selve », 1 et demi grande verge au-dessus de « Selve », 5 grandes verges et 3 petites sur le mont de Saive, 12 grandes verges et 12 petites là aussi, 5 grandes verges et 4 et demi petites sur la rue de Ferme, 53 petites verges sur le chemin Ferme-Berloz, 7 grandes verges et 5 petites [à Liège ?], 8 grandes verges sur le « tiège de Buisson de Vierme », 50 petites verges en le « Vauz de Verme », 38 petites verges et demi sur la rue de « Vierme », 4 grandes verges sur la « voie des Cherons » de Hollogne-sur-Geer, 2 grandes verges et demi petite [à Ferme ?], 6 grandes verges et 6 et demi petites sur la voie CellesLiège, 9 grandes verges et 19 petites en le “Champegnotte”, 9 grandes verges [à Ferme ?], 6 grandes verges sur la voie de Berloz, 6 grandes verges sur la « ruelle de Michiel, fds de seigneur d’Altre Rive », « item demey bonier gisant en liewe condist a Steppe fiez de seigneur de Sceve », 9 grandes verges sur la voie de Liège, 4 et demi grandes verges en « fonds de Bovenistier », 1 bonnier en contrepan ( ?), 12 setiers d’épeautre de rente, qui furent à feu Rigolet de Riwal de Saive, que doit la femme de feu Hanule et une rente de 15 setiers d’épeautre dus sur la « court » de Hanne Peltre. Le maire fit don et vesture de tout cela à Jean de Rohelghees, à condition de payer cens et rentes aux cours tréfoncières, « en nom de dit convent ». Et pour les Dominicains, à condition de verser un revenu de 17 muids et 3 setiers d’épeautre de rente « hiretable », payable à la Saint-André, à la mesure de Liège, convertible. Mention dans le chassereau dominicain : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 26r-v. Autres exemples : dossiers 3 février 1254 ; 5 février 1364 ; 3 juillet 1355 (et 9 octobre 1349) ; 13 novembre 1389 (et 25 novembre 1335) ; 10 avril 1397 – 17 avril 1397 ; 9 décembre 1400... ; aussi dans A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 32v et 64r.

74 Et que n’auraient donc pas possédés les crédirentiers : juste des « sûretés », garanties sans propriété réelle sinon la menace de la reprise.

75 Dossiers 3 février 1254 – 8 février 1254 et 3 février 1254... Voir, par exemple, le dossier du testament de Gilles de Bemar, déjà vu plus haut (p. 201, note 60 : dossier 5 février 1364), dans lequel il fondait un autel en l’église des Dominicains. Pour ce faire, il dota cet autel de rente obituaire : « [...] Item ie lay pour Dieu et en almoine al alteit que ju ay fondeit en leglieze des Precheurs a Liege en lonour Nostre Dame Sainte Marie meire a nostre salvatour Jesuchrist saint Johan Baptiste [...] quatre muis de speaulte heritables desqueis me doient li foymens mesire Henrii iadit le Beal ; syes muis de speaulte heritauble gisans sour le court Johan iadit le Borngne de Ramey et sor unk bonir et trois quartrons [...] que terre gisans a Ramey. Item quatre muis de speaulte heritauble gisans sour dois bonir et trois quartrons que preis que terre gisans a Chinxhan. Item sept muis de speaulte gisans sour dois bonir et demy [...] a Mirmort. Si les doit Lambers Noires de Mirmort. Item quatre muis de speaulte heritauble les queis moy doient heritaublement li feme iadit Renkin Beghin de Warfoseez et ses enfans [...] stier de speaulte heritauble gisans sour unk bonir de terre en terreur de Vorous, si les doient li enfans Renchon Lewistas de Vorous, pour les queis vint et quatre muis de speaulte heritauble je veulh que [...] soient tenus de dire a dit alteit cascon iour perpetueilment une messe ou dois pour le salut de mon arme, des armes de ma feme, de mon peire et de ma meire, et de mes ancheurs, et par teile condition quilh fachent [...] cascon an perpetueilment en lour eglieze az iours de nous obis nous aniversairs et quilh ne puissent pour chouse nulle les dis vint et quatre muis de speaulte heritaubles en tot, ne en partie, vendre, alieneir, ne enwagier [...]. » Le chassereau de 1401 insiste aussi sur la rente, objet principal, mais termine en mettant l’accent sur la propriété de l’immeuble grevé (une ferme), expliquant que « ches court tient a presens Renechon le Bastar de Warfisee et demeur devens depart nous et le tient de nous en lansaige par mi les IIII muids que ilh nous doit payer par an a Liege » (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 36v). Des rétroactes : dossiers 16 janvier 1341 et 27 avril 1354. — Un autre exemple de confusion entre le bail à rente et la constitution de rente via le lansage : dossier 28 août 1351 – 31 décembre 1351 : lansage d’une pension et d’un bonnier de terre (acquis sept ans plus tôt : dossier juillet 1276) par les Dominicains (Cf. A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 6v : cet ensemble de biens était toujours confié en bail à rente au xve s.).

76 Voir p. 208, 242–244, 289–290...

77 A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 51, f° 126r.

78 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 184–187.

79 Outre l’intérêt qu’il y aurait à développer cette hypothèse, il serait extrêmement profitable de dresser des listes complètes de ce genre d’actes, en les classant par le contenu, soit en s’axant sur le revenu, soit sur le bien-fonds. Peut-être des catégories sociales plus «progressistessistes » apparaîtraient-elles alors plus enclines à suivre le mouvement de l’économie de profit et considérant davantage le bien sur lequel le revenu est greffé comme une simple hypothèque.

80 Mais pourquoi les rédacteurs de chassereaux ou censiers s’intéressaient-ils autant sinon plus aux biens-fonds qu’aux revenus, à la rente ? L’essence même du chassereau explique cela : ces chassereaux, ayant pour but de « chasser » les rentes là où elles se trouvaient, là d’où elles étaient extraites, se devaient de mettre en avant les droits possédés par les frères sur ces biens, droits réels que le rédacteur soulignait souvent plusieurs fois, à chaque page, comme pour assurer de leur licéité : que ce soit en expliquant que le débirentier tenait lesdits biens du couvent ; que ce soit en montrant que le cens tréfoncier etait payé au nom du couvent à la cour tréfoncière par la main du débirentier...

81 Selon moi, on peut étendre ces considérations à tous les chassereaux ou censiers non Mendiants.

82 C’est à cause de l’impossibilité coutumière de sous-accenser un bien que la procédure de baillage à rente, « court-circuitant » la législation en place, fut établie. Le but du tenancier était le même que le but du seigneur allodial : retirer des revenus individuels de son bien, à ceci près que le seigneur « allodial » percevait le cens sur la tenure accensée dans un but de reconnaissance de sa propriété éminente, allodiale ou quasi allodiale. Voir par exemple Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 180 ; Godding P., Le droit privé, p. 173–174.

83 Pour reprendre l’expression de Guerreau A., Rentes des ordres mendiants à Mâcon au XIVe siècle, p. 957.

84 À ce propos, on se référera, par exemple, à Spufford P., Money and its Use in Medieval Europe, p. 243–245 et 289–318.

85 Voir infra, p. 390, pour un exemple de table d’effraction.

86 Ce, aussi bien chez les Carmes que chez les Dominicains. Un exemple : dans le dossier 8 août 1363, une vente par les Dominicains d’une rente qui leur fut léguée, d’un muid sur deux bonniers de terre. Ce qui était réellement un revenu mineur, en ce plein xive s., par rapport à la surface de terre détenue. Serait-ce la raison de la revente : la volonté de se défaire d’un bien non rentabilisé, par la faute d’un legs mal calibré ?

87 Ce rapport de productivité grande verge – setier pour le premier quart du xive s. était de 0,89 pour les Dominicains, de 1,03 pour les Carmes. La tendance était légèrement inversée dans la seconde moitié du xive s. : 1,045 pour les Dominicains, 0,91 pour les Carmes. Mais cela ne veut absolument rien dire : les chiffres dont on dispose sont trop peu nombreux pour émettre des considérations statistiques objectives à ce niveau de détail.

88 Inutile, ici comme ailleurs, de proposer un graphique ou un tableau : les chiffres sont trop peu nombreux.

89 Dossiers 6 avril 1323 ; 2 février 1329 ; 13 mai 1329.

90 Dossier 2 juin 1344.

91 La cour, en dialecte wallon, était et est une grande ferme (Haust J., Dictionnaire liégeois, p. 172).

92 Quelques exemples de curtes arrentées : dossier 13 novembre 1291 (une court, maison et 32 verges de terre pour 5 muids d’épeautre au profit des Carmes) ou dossier 18 octobre 1329 (une court contre 9 sous de Liège de rente, au profit des Prêcheurs) ou encore 16 janvier 1341 – 27 avril 1354 – A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 36v (une court contre 4 muids d’épeautre de rente, au profit des Dominicains) ; voir aussi : 2 août 1298 ; 3 juillet 1355 ; 31 août 1371 ; 10 octobre 1391 ; septembre 1370.

93 La fourchette de valeur des rentes assénées sur ces maisons allait de 1 sou (dossiers 3 février 1254 – 8 février 1254 et 3 février 1254 ; 31 juillet 1328) à 14 marcs (dossiers 20 octobre 1399 et 27 janvier 1382 ; A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 75, f° 2r-3r). La valeur habituelle, moyenne, naviguait entre 10 et 30 sous (dossiers 21 octobre 1376 et 16 décembre 1344 ; 5 mars 1370 ; 11 juin 1380 ; 3 février 1254 – 8 février 1254 et 3 février 1254).

94 Sur la définition de l’« adjour de quinzaine », voir p. 164. Dans la documentation dominicaine : dossier 19 juin 1372 ; A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24 (chassereau de 1401), f° 27r, 31v, etc. ; dans la documentation carme : voir dossier 3 décembre 1339 et quelques confiscations : 17 mars 1384 (1) ; 30 juillet 1383 ; 10 avril 1397 – 17 avril 1397, etc.

95 Mention de contrepan : dossier 23 novembre 1383 et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 26r. Mention de « wagiere » (sorte de garantie) : 28 août 1351 – 31 décembre 1351.

96 Voir p. 283–294.

97 Voir Godding P., Le droit privé, p. 174–175. Ph. Godding cite quelques exemples de constitutions de rente repérées pour le xiie s. Voir aussi Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 217–219.

98 Ici aussi, nouvelle preuve de la portée foncière de la rente, qu’elle fut obituaire ou non : elle était bien liée au revenu du bien immeuble.

99 Voir, à propos des problèmes dus aux lansages successifs, p. 197–198 ; 235, note 220.

100 On ne sait alors ce que devint Guillaume : entre le document le mentionnant et celui relatif à Conrad, un trou de six années, suffisant pour laisser une inconnue dans le destin de ce bien.

101 Dossier 16 septembre 1420.

102 Mais est-ce le Guillaume cité ci-dessus ?

103 Voir les dossiers 10 avril 1386 ; 4 avril 1388 ; 9 août 1394 ; 15 octobre 1394 ; 20 juillet 1401 ; 16 septembre 1420.

104 Dossier novembre 1267 : « Item duos modios spelte, quos habeo hereditarie super terram quam a me tenet Ida filia avunculi mei, lego fratribus praedicatoribus Leodiensibus sepedictis, tali quidem conditione quod Maria filia [...] Helvidis sororis mee et Katherina filia fratris mei Willelmi habeant predictos duos modios quelibet unum modium ad vitam suam tantum modo. Si tamen ipse in begginagio permanentes de consilio prions dictorum fratrum praedicatorum quicumque fuerit pro tempore vixerint. Quod si secus fecerint, statim predicti modii ad dictos fratres praedicatores devolvantur. » À partir du début du xive s., les mentions se multiplient jusqu’en 1350 : dossiers 16 mai 1312 ; 16 octobre 1316 (1) ; décembre 1326 ; 6 avril 1323 (et 2 février 1329, 13 mai 1329) ; 18 octobre 1329 ; 24 juin 1339 ; 22 mai 1339 ; 28 juin 1348 ; 19 juillet 1350. Toutes étaient des rentes obituaires assénées sur des biens dont les Dominicains avaient la propriété, et ce directement.

105 Voir p. 189–198.

106 Ibidem.

107 Il faut ici inclure dans le même système les cens tréfonciers transformés en cens obituaires et dont, in fine, la fonction économique et sociale ne fut pas bien différente de la rente obituaire (de même que cens et rentes se trouvaient mélangés dans les censiers et chassereaux parce qu’ils avaient la même fonction économique).

108 Voir p. 238–239.

109 Interdiction de vente/échange stipulée dans les actes : dossiers décembre 1326 ; 4 juillet 1370 ; 5 février 1364 (ici, interdiction de vendre une rente). Un acte de la cour d’Avroy de 1294 (dossier 20 juillet 1294 (1)) prescrivait que les Mendiants pouvaient vendre les maisons mouvant de leur cour, qui leur ont avaient été données ou léguées, « sauve les devises deseur tochies », c’est-à-dire qu’ils étaient dans l’obligation de continuer à percevoir les revenus prévus par lesdites donations ou legs.

110 Voir p. 151–154

111 Voir p. 341–347

112 Car ce n’étaient jamais que des institutions. Même si parfois un curé était pris comme intermédiaire, c’est l’institution qu’il représente, la paroisse, qui intéressait le donateur de la pension. C’est qu’il liait la pérennité du versement de cette pension à la pérennité d’existence de l’institution. Cf. Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 217–219.

113 Tussenschakels, comme les appelle Simons W., Stad en apostolaat, p. 175–176.

114 En effet, le terme « rente » a de fortes connotations de droit réel et répond à d’autres concepts économiques, techniques. Le mot « pension » correspond mieux à la réalité historique. On l’entendra comme un revenu limité ou non dans le temps, « aumôné », délivré régulièrement, gracieusement, sans contrepartie attendue. Chiffoleau J., « Usus pauper » ?, p. 145–146 use aussi de ce terme. — Que l’on se rapporte à Simons W., Stad en apostolaat, p. 175–178 ; Neidiger B., Mendikanten zwischen Ordensideal und städtischer Realität, p. 90–132 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 86–87 et 99–100 : en effet, l’utilisation qui y est faite sans arrêt du terme « rente » induit trop de confusion dans les exposés et ne permet pas de distinguer suffisamment le type de revenu. En ce qui concerne les mentions contemporaines de pensio, pencio dans les dossiers : 16 mai 1312 ; 17 mars 1384 (2) ; 14 mai 1315 ; dossier 4 décembre 1316 : « À savoir est li dis freres Watiers li sous ordinat par le pooir ke dame Maroie sa mere li avoit doneit et lassiet de XXV mui de spiate devant dis en teil maniere que Maroi filhe Renir dit Godelet servant jadis al dite mere frere Watier ait et rechoive V mui de spiate en pension toute sa vie, ke li dite ffere precheurs li doient assener a prendre chascu an au dite hospitaul sour lour grinier a us et au costumes ke on paie les pensions en le citeit de Liege » ; 24 août 1335 : « une annuelle pension le cours de se vie tant soilement » ; 7 juin 1339, etc.

115 Voir par exemple Neidiger B., Mendikanten zwischen Ordensideal und stàdtischer Realitàt, p. 92–99 ; Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 338–339 ; Slmons W., Stad en apostolaat, p. 176. Voir des exemples d’actes impliquant des intermédiaires par le couvent du Tiers-Ordre franciscain à Anvers, au xive s. : Vannérus J., Documents concernant le Tiers-Ordre à Anvers, p. 538–541 et 541–543.

116 Simons W., Stad en apostolaat, p. 176.

117 Voir p. 487–494.

118 Dossiers février 1251 ; février 1263 ; décembre 1273 ; mars 1281 ( ?) ; août 1292 (et 11 août 1291 – 11 août 1292) ; 21 janvier 1294 (1) ; 19 octobre 1297 ; septembre 1301 ; 3 octobre 1301 ; 1er mai 1304 ; 15 septembre 1306 ; 16 septembre 1306 ; 20 décembre 1312 ; 14 mai 1315 ; 7 juillet 1355.

119 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14r-14v : « [...] Que la dite amoine rendoit a notre convens par an hiretalement si que par acort ilh obligont li prieuz de s Xristofle et ly mambourges pour le temps tous leur biens de payer a notre englize les 36 md, 3 set de spelte hiretable par an. »

120 Hôpital établi par un bourgeois en 1267, probablement indépendamment du béguinage de Saint-Christophe, intégré seulement à partir du début du xive s., mais surtout au xve s., au système béguinal. Les Dominicains eurent toujours un droit de regard sur cette institution : cf. De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 76–81. — Dossiers 19 octobre 1297 et 4 août 1301.

121 Voir aussi le dossier 17 juillet 1397 (1). C’est un acte lié au mouvement béguinal, dans lequel on notera la présence du curé de la paroisse de Saint-Christophe, comme intermédiaire lors d’une constitution de rente obituaire par une béguine, Catherine de Crisnée : rente obituaire relativement faible, seulement 3 setiers d’épeautre, à verser par ledit curé aux Dominicains, en 1397. Dans celui-ci, le propriétaire éminent, Gérard Juasson, de Liège, « en fich et donay [au prieur des Dominicains et au prêtre vestit de Saint-Christophe] si que a lay vestit don et vesture comm bom hiretaige as dittes eiglieses de Saint Xristofre et des Precheurs de Liege ». Cas exceptionnel, cette utilisation tardive par une béguine d’un prêtre, vestit d’une paroisse de béguinage, ne doit pas prêter à confusion : les biens sur lesquels la rente était grevée furent confiés au prieur dominicain et au prêtre, ainsi qu’à un « lai vestit », c’est-à-dire un laïc qui en prit la vêture pour permettre au couvent d’échapper aux lois sur la mainmorte ainsi qu’à ses propres règles interdisant la propriété. Cependant, c’est le vestit de Saint-Christophe qui devait payer le cens tréfoncier et donc en avait la pleine « saisine », se devant de verser la pension. Il y a là plus que certainement réminiscence de pension, mais il serait dangereux d’en tirer des conclusions hâtives : c’est le seul cas d’utilisation d’un prêtre comme intermédiaire et, de plus, dans un cadre béguinal (il faut probablement voir dans le choix du prêtre une décision de la béguine testatrice). — D’autre part, le type d’acte empêche d’y voir clair : c’est un acte d’investiture par le propriétaire « éminent », dans le cadre de l’exécution du testament de Catherine de Crisnée. Et non comme dans les cas précédents, des actes de reconnaissance d’obligation de payer une pension, telles que les aumônes et hôpitaux déjà considérés en délivraient aux Frères pour les assurer de l’effectivité et de la régularité de paiement de ces pensions. Or ces derniers actes expliquent clairement les procédures utilisées tandis que l’acte de relief ne le fait point ; les modalités de paiement des 6 setiers n’intéressaient pas Gérard Juasson qui se préoccupait surtout du sort de son bien et du cens tréfoncier qui lui était dû.

122 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 91–96.

123 Dossiers 28 septembre 1281 ; mars 1281 (et 13 février 1283 (1) et (2)) ; février 1288 (1) ; 17 juin 1290 ; 5 novembre 1291 ; 21 mai 1296 (et A.E.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 2v-3r) ; 25 novembre 1297 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 2r) ; A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 1r-4r ; 25 décembre 1400 – 24 décembre 1401 ; xiiie-xive s. (3).

124 Dossiers 1er janvier 1201 – 12 décembre 1400 ; 28 septembre 1281 ; 22 juin 1294.

125 Voir aussi De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 63–67.

126 Dossiers décembre 1273 ; mars 1281 ; août 1290 ; novembre 1311 (et 20 juin 1334) ; 4 décembre 1316 ; 12 mars 1326 ; 20 juin 1336 ; A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 8v-9r (et 20 juin 1336) ; 25 mai 1317.

127 Seul le chassereau dominicain de 1401 fait mention de cela, ajoutant « De quelle donation nous avons II letres faites desous le chapitle de Saint Lambert, saielees del saial a causes de dit chapitle, faite et donnees lan M CC LXXXXIII en moys de avril. » Selon le rédacteur du chassereau, des rétroactes auraient été possédés par le couvent, mettant le Nouvel Hôpital en possession de ce bien : dossier 1er avril 1293 (= A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14v). Mentions dans les dossiers 28 mars 1277 17 avril 1278 et 22 juillet 1267. Ces demoiselles avaient déjà eu recours aux services de l’aumône de Saint-Christophe pour ce genre de pension : en 1291 (dossier 21 janvier 1294 (1)) et en 1304 (1 mai 1304).

128 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14v.

129 Car ce n’était pas le cas pour bon nombre d’hôpitaux, devenant des communautés de prébendiers : refuges pour certains, donnant leurs biens contre leur propre entretien, logement... par l’institution (De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 151).

130 Lahaye L., Inventaire analytique des chartes de la collégiale de St-Jean, t. 1, p. XIX. Particulièrement ancien, ce mandé était déjà nommé en 1180 : DE Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 90. Le mandé était, aux xiiie et xive s., une cérémonie tenue le jeudi saint, au cours de laquelle les clercs lavent les pieds des pauvres et leur offrent aumônes et repas. De fil en aiguille, la pratique s’institutionnalisa et, dans certains chapitres ou abbayes, toute une organisation économique et juridique fut mise en place pour gérer les revenus qui étaient destinés aux pauvres. Le mandé peut être comparé aux « aumônes », comme celle de Saint-Christophe ou celle de la Cité.

131 De Spiegelerp., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 90–91. — Dans les autres collégiales, les biens du mandé furent intégrés, pour la gestion, à l’ensemble des biens du chapitre — celui-ci lui rétrocédant régulièrement des sommes d’argent.

132 Dossier 23 juillet 1317 (1) et (2) — À noter, une fois de plus, dans ce document, la démonstration du lien effectif entre le revenu de la rente et le revenu du bien... Remarquons aussi que la possession de la rente induisait la possession du bien puisque chacun des bénéficiaires (mais surtout le chapitre de Saint-Jean) pouvait disposer librement de ce bien et l’arrenter, le grever d’une autre rente au profit des Teutoniques...

133 Dossiers 17 mai 1382 ; 10 décembre 1307 (et mai 1272, 6 janvier 1329).

134 Voir p. 488–489.

135 Dossier 17 février 1294 : « [...] de predictis vero redditibus, post obitum sororis mee predicte, legatis ad dictum mandatum estivale et ad oblationes altarium, ut predictum est, volo quod tres modii spelte singulis annis in die anniversarii mei conventui fratrum predicatorum Leodiensium ad pittantiam persolvantur, quos quidem tres modios decanus et capitulum ecclesie Tongrensis pro duodecim marchis leodiensibus redimere poterunt cum eis videbitur expedire [...]. »

136 Par « région terminaire » ou « terme », il faut entendre : zone de prédication et de quête déterminée par un couvent mendiant, dans la campagne le plus souvent. Souvent, aux limites extrêmes de cette zone, lorsqu’il s’avérait impossible de revenir au couvent en une journée à pied, les frères disposaient d’une maison où loger. Cette maison était appelée aussi terminaire. Les frères s’aventurant dans ces zones pour prêcher et quêter étaient appelés frères terminaires. Le terme terminaire est le mot utilisé alors en ancien français : « pour vestir les freres terminaires qui del covent des freres menors de Liege venront visiteir a Tongres, qu’ilh me welhent recomendeir a puple en lor predications » (dossier 7 décembre 1299). Voir plus loin, les pages 524–532.

137 Voir la transcription de Paquay J., Inventaire des archives des institutions charitables, p. 135. Avec des avantages pour les prieurs ou gardiens et/ou prieurs provinciaux de passage : double, voire quadruple ration ! Ce fut la fin en 1624, avec la fondation du couvent fransciscain de Tongres.

138 Dossier 18 novembre 1303. Sur les confréries, voir p. 515–518.

139 Dossier 26 décembre 1314. Sur le béguinage de Saint-Trond, cf. Aerts J., Begijnen en begarden te Sint-Truiden, p. 243–244.

140 Voir Van Der Made R., Le Grand hôpital de Huy, organisation et fonctionnement (1263–1795), dans Anciens pays et assemblées d’états, t. 20, 1960, p. 1–243.

141 Dossiers octobre 1287 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25r) ; 2 février 1325 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25r). — Voir aussi la pension pour les Franciscains dans le dossier 28 janvier 1303 28 janvier 1304.

142 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 25v.

143 Dossier 2 mai 1310 (et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 27v).

144 Quelques cas : pour les Dominicains (dossiers 20 avril 1252 ; 24 août 1335) comme pour les Carmes (dossiers 21 mars 1364 ; 2 mai 1393). À propos des exécuteurs testamentaires, voir p. 274–279.

145 Dossiers : 20 février 1362 et 17 novembre 1393.

146 Voir p. 215, note 121.

147 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r et 25, f° 3r. Il est difficile de savoir si les 10 sous de « bone » rendus par la « Maison des aveugles » sur une maison en la paroisse Saint-Thomas, dus à l’hôpital des Sacs (couvent des Sachets devenu un hôpital, assimilé par l’hôpital Saint-Jean Baptiste) étaient bien une pension : A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 69, f° 143r : « Vieux documen concernant 10 sols bone de cens que lhospital alle Sasse at sur une maison en Goberrue a S. Thomas et que doivent les aveugles [...] ». La maison des aveugles fut fondée avant 1349, selon De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 84.

148 Mention dans le chassereau de 1401 : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 24r-24v.

149 Voir, à propos des Bons-Enfants, p. 478.

150 Qu’ils lui avaient vendue et qu’elle leur rendît, pour memoria.

151 Dossier 13 octobre 1291. C’est le seul exemple de pension concernant les Bons-Enfants ; et il faut reconnaître qu’elle est minime.

152 Dossiers : 5 décembre 1315 (1) et (2) ; 26 février 1316 ; 20 avril 1316 ; A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 13r.

153 A.É.L., Couvent des Cannes Chaussés en Île à Liège, 51, f° 71r : « Selon le registre des obits, le révérend Sieur Conrard Doley pretre chapelain de leglise collegiale de st Jean Evangeliste nous a laisse un muid spelte rente », le texte renvoie à un « Stock, f° 82 », où se trouverait la clause du testament de 1331, dans laquelle la rente était assignée aux Prémontrés qui payaient je muid « sur la pitance des Beaurepart ». Cf. aussi A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 60, f° 1r.

154 Le document permet de « déligier », c’est-à-dire tirer la somme constituant la pension susdite non pas des revenus fonciers hypothétiques de la maison « grevée » mais d’un autre bien, à la discrétion du Val-Saint-Lambert. Attention, il ne s’agit pas d’une rente, mais d’une pure pension ; elle n’était donc pas un droit réel et pouvait être tirée d’autres revenus : aucune entorse donc à ce qui a été dit sur la nécessaire assise foncière des revenus de rente. — Voir les dossiers : 15 décembre 1353 ; 29 juin 1358 ; 8 mars 1392 (1) et (2). — Voir aussi le dossier 24 juin 1339 : quinze ans plus tôt, les Cisterciens du Val-Saint-Lambert s’affirmaient comme de puissants intermédiaires économiques puisque, nantis de 36 grandes verges de terre hesbignonnes, à Grand-Axhe, ils s’astreignirent à payer une pension (ou rente ?) obituaire de 3 muids d’épeautre, dont les Dominicains avaient été bien « avestis » dès avant cela. Ce devait être une rente, plutôt qu’une pension, puisque les Dominicains en paraissaient bien investis déjà dans le testament et que la menace de confiscation en cas de non-paiement de la rente y était précisée... ce qui n’était jamais l’intention des bénéficiaires de pensions dans les actes qui les concédaient. De plus, le testament ne parle pas là de service obituaire à rendre par les Prêcheurs... mais bien par les Cisterciens. S’il s’était agi de pension, elle aurait été bien évidemment liée, alors, à une fondation de messe anniversaire, par exemple...

155 Dossier 13 décembre 1330.

156 Voir A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 14r (= chassereau de 1401). Les Chartreux semblèrent aussi avoir été mis à contribution comme intermédiaire. Mais ce fut probablement la conséquence d’une action économique et non d’une constitution de pension : dossier 6 octobre 1400. Tout comme le cas de l’hôpital Mostarde, tardif également, consécutif au testament de Jean Mostarde, fondateur dudit hôpital, qui lui lègua des biens qu’il tenait en tenure à cens des Dominicains (voir par ex., le chassereau de 1401, A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 13v-14r et 21v). L’hôpital se devait donc de « décenser » les biens auprès de la cour des tenants du couvent dominicain.

157 Juste une trace de « rente limitée dans le temps », lors d’une exécution testamentaire, en 1376 : le défunt, un ancien échevin, légua au couvent 42 florins ; son fils, le chevalier Rause del Vauz, préféra verser cette somme aux Prêcheurs sous la forme d’une « obliganche » de 3 florins et demi « doubles moutons de Brabant », pendant 12 ans, afin de réaliser le legs. Mais probablement faudrait-il plutôt parler de « facilités de paiement » que de rente limitée dans le temps (dossier 5 juillet 1376) ! — Quant à la rente de 32 florins « de Home » que les Dominicains d’Aix-la-Chapelle auraient décidé de verser en 1259 aux Prêcheurs de Liège, en échange de l’usage de la région terminaire de Saint-Vith pour y prêcher (et quêter) : c’est une erreur commise par le copiste du manuscrit de Liège, Bibliothèque de l’Université, 188. Il faut placer les faits en 1509, comme l’analyse du document le montre bien. Voir p. 298–299. — À propos de la controverse sur la rente viagère, voir les pages sur l’éthique des contrats d’arrentement, p. 232–237.

158 Etonnamment, ce système des pensions était toujours en usage chez les Cordeliers de Romans au xve s. : Viallet L., Bourgeois, prêtres et Cordeliers à Romans, p. 399–400. Mais passer de Liège à Romans, c’est changer de monde, tant le contexte urbain et religieux était différent.

159 Si le débirentier ne payait plus, il risquait d’être poursuivi personnellement. Auparavant, avec le système de l’assise foncière de la rente, seule était menacée la jouissance que ce débirentier exerçait sur l’immeuble grevé. Ou bien il déguerpissait du bien, ou bien celui-ci était saisi. Mais le débirentier n’était pas poursuivi. De même dans le cadre de la constitution de rente avec assignation d’un bien comme hypothèque, sans nécessairement vêture. Voir Schnapper B., Les rentes au XVIe siècle, p. 57.

160 Cf. Schnapper B., Les rentes au xvie siècle.

161 Schnapper B., Les rentes au xvie siècle, p. 44. Dans le Namurois, peu de rachat avant 1464 : Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 260–262. Voir des traces pour l’Ancien Régime dans SERVAIS P., La rente constituée dans le ban de Herve au xviiie siècle.

162 Parfois il obligeait seulement certains de ses biens, mais sans qu’il y eût lansage ou que le revenu de la rente fût lié au revenu du dit bien. L’immeuble était plutôt grevé de la rente à la façon de n’importe quel bien hypothéqué de nos jours : sa valeur était suffisante pour rembourser le cas échéant le crédirentier, mais rien n’était prévu dans les actes liant les revenus de la rente au revenu du bien... et ce bien, le crédirentier n’en était pas investi : c’était seulement une garantie.

163 Schnapper B., Les rentes au xvie siècle, p. 45. — Ce n’est pas parce que l’on rencontre des institutions qui obligeaient tous leurs biens afin de payer la rente, que la rente constituée de la sorte en devenait une affaire de droit « personnel », liée davantage à l’institution et qu’elle perdait tout rapport avec le bail à rente. Par exemple, en 1281, les mambours de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste à Liège reçurent 100 marcs de la part d’Henri de Neuvice afin d’acheter de quoi constituer une rente obituaire. Ce qu’ils firent : ils acquirent deux bonniers de terre à Horpmaal (Limbourg, Tongeren). Nantis de ces biens, les mambours promirent de livrer annuellement, pour l’anniversaire de l’obit d’Henri, 40 sous aux Dominicains de Liège que le prieur devait redistribuer en partie à d’autres institutions religieuses ou caritatives. Les mambours s’engagèrent à respecter cela et à verser cette rente sur les biens de l’hôpital : dossier mars 1281. L’obligation générale, sur tous les biens, était ici comme presque dans tous les cas aux xiiie et xive s. une procédure de sécurité, garantissant le paiement de la pension, indépendamment de l’assise foncière de celle-ci. — Cf. Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 209–213 ; Godding P., Le droit privé, p. 217. — À côté de ces obligations générales, existaient des obligations spéciales par lesquelles le débirentier acquérait des droits réels sur un bien : il était spécifiquement attaché par celui-ci au paiement de la rente, sans qu’il y eût nécessairement de lien matériel unissant l’exploitation de ce bien à la redevance proprement dite. Mais on ne trouve aucune trace de ce genre d’obligation hypothécaire dans la documentation ou bien elle se confondait avec la procédure de cession-lansage qui, outre l’assimilation au bail à rente qu’elle permettait, aurait pu avoir aussi, secondairement, la fonction d’hypothèque.

164 Un seul exemple possible de rente « non assénée » : la rente obituaire fondée en 1392 par Marie de Aerdynghe, veuve de Guillaume de Duras, contre moultes célébrations, évidemment. À moins que l’acte pompeux qui parle de cela ne soit que la transcription « officielle » d’un accord dont les modalités seraient ou auraient été réglées par des actes ultérieurs — dont l’éventuelle assise foncière de la rente. Rien n’empêche cependant de croire que cette rente d’un gros tournoi vieux relevait plus du système de la rente telle qu’on la connut dans les siècles suivants : dossier 20 novembre 1392. — Un autre pan d’ombre est constitué par le rachat en 1241 ( ?) d’une rente par les Dominicains : ce revenu de trois sous, ils le devaient à la léproserie de Cornillon. Impossible de savoir cependant s’il s’agissait d’une rente reposant sur un bien-fonds ou si elle avait plutôt la forme d’une pension... Une rente constituée, « volante », à l’époque ? Ce serait bien étonnant, surtout pour un couvent fraîchement fondé, appartenant à un Ordre qui s’était fait une gloire de pourfendre l’usurier. Le document concerné est bien étrange (dossier 1er mai 1241). Il émane du prieur et de la communauté de Cornillon et a pour seul but d’expliquer ce que les frères de Cornillon avaient fait de l’argent du rachat : l’acquisition d’un pré. Ce document a dû servir d’abord de preuve pour Cornillon ; ensuite de même peut-être pour les Prêcheurs... mais ceux-ci n’y étaient même pas cités comme témoins.

165 Delmaire B., À l’origine du bail à ferme dans le nord de la France : le rôle des chanoines séculiers (fin du XIIe -début du XIIIe s.), p. 531–534. Déjà des traces d’assolement triennal ? C’est possible : voir le dossier xive -xve s. (4), sous forme de « rotulus », dressée par des arpenteurs, au xive s. voire début du xve s., pour le couvent dominicain ? Voir surtout Derville A., L’assolement triennal dans la France du Nord au Moyen Âge et Derville A., Verzelgung und Dreifelderwirtschaft in Nordfrankreich im Mittelalter.

166 Quelques exemples du début xve s. A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 15v : en terroir de Haneffe, les Dominicains ont 43 grandes verges de terre arable, en plusieurs pièces. « Se les tiens a presens Piros Rapeal le varies Wilheme Cornu de Lymons a une stut de IX m. » ; A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 45r.

167 Verhulst A., Précis d’histoire rurale de la Belgique, p. 76–81. Pour les conditions du passage au bail à terme, voir l’éclairant (bien qu’un peu « trop révolutionnaire ») Fossier R., Du manse à la censive : Picardie, IXe-XIIIe s. Voir le cas de Bruxelles, dans Godding P., Le droit foncier à Bruxelles, p. 243–258. Une belle présentation diachronique de baux à terme : Moriceau J.-M., Fermage et métayage (XIIe-XIXe siècle), dans Histoire et Sociétés Rurales, t. 1, 1994, p. 153–190.

168 Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 277–279 ; Balon J., La structure du domaine, p. 87. Un exemple de cette assimilation de langage, utilisant le mot trescens pour désigner un bail à terme : A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 45r : « Et les [= 22 grandes verges de terre] a trescens unc stut de XII ans, commenchant cely stut lan XIIII et [blanc], Franchois fils Fastreit de Limon par my XX set de spelte ; et nous devons payer le cens az saingneurs. » — Cependant, Genicot L., op. cit., p. 107–111, explique que quasi toutes les fermes furent aliénées à la fin du xive s., seulement après que le comte de Namur, les chapitres, les abbayes (dès la mi-xiiie s.) eussent entrepris d’affermer leur réserve, sans grand enthousiasme. — Verhulst A., Précis d’histoire rurale de la Belgique, p. 76–81 avait noté que c’étaient les grosses abbayes anciennes qui avaient d’abord tout affermé, comme Saint-Trond avec Guillaume de Ryckel, puis ensuite les établissements plus récemment fondés. Genicot L., op. cit., p. 120 montre l’inverse pour le Namurois, affirmant que ces derniers avaient prévu d’emblée, lors de leur fondation, la mise en affermage des fermes et terres : pas de difficulté transitoire, donc.

169 Van Derveeghde D., Le domaine du Val Saint-Lambert, p. 112–115 et 127–131. Ici aussi (p. 113) la redevance était appelée souvent le trescens, s’opposant parfois au « cens héréditaire » (ce que j’appelle la rente d’arrentement).

170 Cuvelier J., Cartulaire, p. 765.

171 Ainsi appelle-t-on les baux à terme dans le pays de Liège.

172 Cf. l’appendice de Cuvelier J., Cartulaire, p. 765–775, qui donne le contenu détaillé de ce registre de baux, de 1341 à 1367.

173 Je compte d’ailleurs l’éditer prochainement.

174 Bihain F., Étude sur la formation du domaine de la collégiale de St-Martin à Liège, p. 97 ; Bottemanne N., Le domaine de la collégiale de Ste-Croix à Liège, p. 185–186 ; Ghiot M., Étude sur la formation du domaine de la collégiale St-Paul à Liège, p. 132 ; Maquet J., La collégiale de Saint-Pierre à Liège, p. 129–131.

175 On note que les registres des cours de tenants du début xve s. des Carmes ou des Dominicains, dont le but est d’enregistrer ce genre d’actes, ne contiennent pas de documents de ce type pour les xiiie-xive s. Ici l’argument a silentio n’est pas déplacé.

176 Sauf une mention datée de 1348 dans un « registre des titres » du couvent des Dominicains, du XVIII e s. Mais l’auteur du registre, au xviiie s., a-t-il bien compris le document qu’il répertoriait ? A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 1, f° 14r : « Annixhe. reg K, f° 260 : 1348 : 9 décembre : par devant notre cour, stuit de 4 1/2 bonnier de terre en faveur de Catherine femme de Jean Cutre, parmijet. » Remarquons qu’aucune durée n’était assignée à ce bail. On ne peut donc en déduire qu’il s’agissait vraiment d’un stuit. Ce pourrait être un bail à rente, un bien donné à trescens, dont la teneur aurait été mal interprétée. Il est donc délicat de prendre ce passage en considération.

177 A.É.L., Couvent des Carmes Chaussés en Île à Liège, 49, f° 45r ; A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 15v.

178 Par exemple, le dossier 21 novembre 1379 (1). Sur l’importance des grandes fermes, voir par ex. Delatte I., Notes relatives aux fermes de Hesbaye. 15e siècle – 1945, p. 84–90 qui donne l’état de grandes fermes d’abbayes au xive s. déjà : on s’aperçoit que, possédées par le chapitre cathédral, l’hôpital Saint-Mathieu à la Chaîne, la collégiale Saint-Denis, le couvent des Prémontrés, l’abbaye du Val-Benoît, l’abbaye du Val-Saint-Lambert..., elles pouvaient couvrir entre 30 et 100 ha.

179 C’est une des raisons de la présence dans les actes de baux à terme de clauses très strictes concernant l’entretien des bâtiments, du matériel de ferme, la culture des terres...

180 Quel que soit le degré de propriété, ils avaient la certitude de la perpétuité de celle-ci, de l’inamovibilité de leur possession, de la pérennité de leur droit d’usage...

181 Ce qui n’empêchait pas un petit paysan de préférer la location d’une grosse ferme à la prise en tenure du même bien, parce que, dans le cas du bail à terme, il bénéficiait souvent en sus d’une aide matérielle ou financière de celui qui donnait en bail à terme : ce qui lui permettait de faire tourner son entreprise. En effet, il ne suffisait pas d’avoir la terre et le bâtiment. Il fallait les équipements, les grains, le personnel. Ce système par lequel le locataire recevait une avance était extrêmement intéressant pour un paysan sans grande fortune. Cf. Genicot L., L’Économie rurale, t. 1, p. 287–296.

182 À ce propos, voir Servais P., Traditions, culture et réseaux de crédit.

183 Sur Liège et le charbon, voir Gaier C., Huit siècles de houillerie liégeoise, notamment p. 18–20 pour le Moyen Âge et, depuis peu, les travaux essentiels de H. Kranz, dont Lütticher Steinkohlenbergbau im Mittelalter, p. 304–313 et Klerus und Kohle, p. 462–466 qui insistent beaucoup sur la part des institutions ecclésiastiques dans cette exploitation.

184 Kranz H, Klerus und Kohle, p. 465.

185 Voir Hansotte G., Le domaine de l’abbaye St-Laurent de Liège, p. 200 ; Gaier C., Huit siècles de houillerie liégeoise, p. 119–120 ; Van der Made R., Inventaire analytique et chronologique du chartrier des Guillemins, p. 20–21 ; Van Derveeghde D., Note sur l’exploitation de la houille.

186 Dossier 27 septembre 1384.

187 Hansotte G., Le domaine de l’abbaye St-Laurent de Liège, p. 200 ; Van Derveeghde D., Note sur l’exploitation de la houille, p. 73.

188 Van Derveeghde D., Le domaine du Val Saint-Lambert, p. 134–147 et Van Derveeghde D., Note sur l’exploitation de la houille.

189 Même si H. Kranz ne considère, vu leur implication dans le travail de la houille, que les Cisterciens et, dans une moindre mesure, les Bénédictins de Saint-Jacques, les chanoines de Saint-Gilles et de Beaurepart et les Guillemins : Kranz H., Lütticher Steinkohlenbergbau im Mittelalter, p. 307–311.

190 Voir p. 320–321, 333–334 (dossier de Gauthier le Sou) : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 4v-6v.

191 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 6v.

192 À noter, à propos des Dominicains, une étrange mention inexpliquée de cens tréfonciers, dans un registre de paiement aux cens et rentes de 1415 : cens dus à « monseigneur de Liege pour notre barberie » (A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 19v.). Or, barberie ne pourrait-il être apparenté au wallon liégeois barbarin, terme de houillerie signifiant « schiste charbonneux qui se trouve au toit d’une couche », cf. Haust J., Dictionnaire liégeois, p. 63 ? Peut-être serait-ce une trace d’exploitation charbonnière par les Dominicains ?

193 Dossier 18 mars 1385.

194 Définition de Van Derveeghde D., Note sur l’exploitation de la houille, p. 73–74 ; cf. aussi Gaier C., Huit siècles de houillerie liégeoise, p. 119–120.

195 Hansotte G., Le domaine de l’abbaye St-Laurent de Liège, explique, p. 201 : « La médiocrité des exploitations, leur existence éphémère, la modicité du pourcentage ristourné aux bailleurs [le terrage, pas inférieur à 1/80, pouvait être “abattu” selon la difficulté du travail ; au xive s. : entre 7,6 à 20 %] en concession inclinent à cette conclusion en dépit de la multiplicité des octrois. »

196 Dossier 24 juin 1358 : « Saveit a nous et nostre eglise et sucessoirs le mine des hulhes et des carbons qui sont dedens le cortil et appendice delle motie del molin dessusdicte. » L’autre moité du moulin, ils l’arrentèrent en faveur de l’hôpital Saint-Mathieu à la Chaîne — l’ancien Nouvel-Hôpital —, ce qui est rappelé par un document de 1393 : cet hôpital avait donc des droits réels sur le demi-moulin. Voir A.E.L., Abbaye du Val-Saint-Lambert, Chartrier, no 759, du 7 octobre 1393 (Schoonbroodt J.G., Inventaire chronologique et analytique des archives, t. 1, p. 304, no 813 — voir aussi ibidem, t. 1, p. 307, no 822 et t. 1, p. 309, no 828).

197 Les Mendiants usaient pour ce faire, au XVe s., de la pratique de la « taille à pain », sorte d’arrangements conclus avec le boulanger : A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 17r, 60r, 86r, 127r... Voir Van Santbergen R., Les bons métiers, p. 258, note 3.

198 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 16r-16v et A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 1, f° 88r.

199 Sur l’importance de l’arrentement de vignobles, très recherché fin xiiie et au xive s. dans le pays de Liège, parce que synonyme de revenu stable et de qualité : Chaineux M.-C., Culture de la vigne et commerce du vin, p. 43–55. Elle expose quelques contrats types d’accensement ou arrentement p. 54–55 (qu’elle appelle indûment « contrats de location »).

200 Voir A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 24, f° 17r-18r et dossier 6 octobre 1400. — Voir p. 203, note 65.

201 A.É.L., Couvent des Dominicains de Liège, 25, f° 42r-43v.

202 Vin local qui d’ailleurs ne pouvait être que de piètre qualité... L’habitude était de toute façon de se procurer du vin à l’étranger : voir Van Werveke H., Comment les établissements religieux se procuraient-ils du vin au haut moyen âge ? Voir les considérations économiques de Chaineux M.-C., Culture de la vigne et commerce du vin, notamment p. 49.

203 Voir par exemple Renardy C., À propos de dîmes au diocèse de Liège ; Renardy C., Recherches sur la restitution.

204 Voir à ce propos Langholm O., The legacy of scholasticism, p. 59–76 ; Piron S., Prêts charitables, p. 11–13 ; Le Goff J., La bourse et la vie, notamment p. 58–61 ; DE Roover R., La pensée économique des scolastiques. Doctrines et méthodes. Conférence Albert-le-Grand 1970, p. 76–90 ; Schnapper B., La répression de l’usure, p. 48–60 ; Bériou N., L’avènement des maîtres de la Parole, t. 1, p. 296–298 et Spufford P., Money and its Use in Medieval Europe, p. 240–263, 289–338.

205 Le Goff J., La bourse et la vie, p. 18. Voir aussi Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquête religieuse, p. 756–760.

206 Hanska J., “And the rich man also died ; and he was buried in hell”. The social ethos in mendicant sermons.

207 Ainsi, chez les Dominicains, les travaux d’un Roland de Crémone, d’un Hugues de SaintCher, d’un Raymond de Penafort, d’un Pierre de Tarentaise, d’un Gilles de Lessines marquèrent leur temps. Chez les Franciscains, les œuvres d’Olivi, d’Alexandre d’Alexandrie, de Bernardin de Sienne... eurent un écho certain aussi. À ce propos, on consultera, outre le travail fort complet de Langholm O., Economics in the Medieval Schools, les travaux suivants, très riches : Grossi P., Il dominio e le cose, p. 122–189 ; Langholm O., The Economic Ethics of the Mendicant Orders et Todeschini G., La richezza degli Ebrei, p. 121–153 ; une liste des sources médiévales franciscaines relatives à la théorisation économique est commentée par Todeschini G., “Oeconomica Franciscana”, p. 52–77. Un bon état de la question, un peu sommaire, à propos de ces scolastiques, est donné par De Roover R., La pensée économique des scolastiques. Doctrines et méthodes. Conférence Albert-le-Grand 1970, p. 26–32. Voir, pour bien se rendre compte de la spécificité des idées des Mendiants, les conceptions cisterciennes de l’économie, Rôsener W., Spiritualität und Ôkonomie, plutôt axées sur l’exploitation directe.

208 Voir la synthèse de Schnapper B., Les rentes chez les théologiens.

209 Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 249–251 (biographie) et p. 273–274.

210 Noonan J.T., The Scholastic Analysis of Usury, p. 155–156. B. Clavero, qui n’approche que très partiellement le problème, en a quand même compris les enjeux : « Il se produit ici une plus-value directe obtenue par aliénation partielle d’un bien matériel, traduite par une rente. C’est une manière non seulement de maintenir un bien mais encore de l’augmenter. Le cens a dû provoquer des affres jurisprudentielles aussi profondes que le change. » Cf. CLAVERO B., La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, p. 115–117, ici p. 117.

211 Le Goff J., La bourse et la vie, p. 30-31 : à propos du prêt à intérêt.

212 Cité d’après Le Goff J., La bourse et la vie, p. 30.

213 Voir Le Goff J., La bourse et la vie, p. 32, 42. C’est aussi l’avis d’Hugues de Saint-Cher (vers 1230), voir Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 97–104, surtout p. 104. Ces deux arguments sont notamment employés par Olivi dans son traité sur les contrats, en 1295 : Todeschini G., Un trattato di economia politica francescana, p. 67–88 (voir aussi, du même auteur, “Oeconomica Franciscana II”).

214 Hamelin A.M., Un traité de morale économique au XIVe siècle, p. 7–13 pour sa biographie, p. 56–59 pour la datation de ce texte et p. 166 pour le texte concernant le caractère illicite de la vente de rente comme vente d’argent : « [...] quia pecunia ad hoc inventa est ut sit medium inter mentem et vendentem, non ut ematur et vendatur ; propter quod emens vel vendens pecuniam utitur ea ad finem ad quem non est inventa, et per consequens peccat et maxime, quia contractus non videtur posse reduci [nisi] ad contractum mutui. »

215 Martin V, dans sa bulle Regimini universalis, en 1425, marqua un tournant dans cette controverse sur la rente en décidant que les rentes constituées sur des biens immobiliers au prix usuel et avec droit de réméré du vendeur n’étaient pas usuraires : Gilomen H.-J., L’endettement paysan, p. 99–100.

216 Veraja F., Le origini della controversia teologica, p. 108–109, note 12 (c’est le Quodlibet VII d’Henri de Gand). Henri de Hesse, théologien du xive s., défendait des opinions similaires : Noonan J.T., The Scholastic Analysis of Usury, p. 155–156. Voir aussi Godding P., Wilhelmi Bont Lovaniensis de redditibus perpetuis et Clavero B., La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, p. 117.

217 Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 274 : la procédure d’Henri de Gand consistait en « two contracts involving another thing to itself fit to be an extreme in buying and selling » et O. Langholm conclut : « Henry of Ghent is thus forced into the dubious position of virtually basing his criterion of legality on the chronological order of two contracts even where the economy reality, viz a monetary rent based on fruitbearing property, remains the same. » Même conclusion chez Noonan J.T., The Scholastic Analysis of Usury, p. 160, note 29 — Henri de Gand étendit cette opinion aux rentes viagères, les justifiant alors si elles étaient assurées sur un bien-fonds, de la sorte, voir Veraja F., Le origini della controversia teologica, p. 109, note 14 : « [...] unde in consimilibus factis ex solo modo contractus unum licet fieri, alterum non licet. Puta si unus vendit fundum suum pro aliqua quota pecuniae in perpetuum solvendae, vel concedit proprietatem et retinet tantundem pro usu, et velit alteri concedere pro certa summa pecuniae ius omne quod habet in recipiendo illam quota in perpetuo, bene licet emere. Si vero alius habens fundum consimilem, et vult pro tanta summa pecuniae eidem obligarefundum suum ad solvendum in perpetuos redditus aequalem quotam, non licet, quia hic nullius rei venditio est, sed sola obligatio fundi in pignus. Sed si iste primo emeret fundum, ita quod suus esset, posset licite concedere vel revendere eundem eidem pro praedicta quota in perpetuum annuatim recipienda. »

218 Schnapper B., Les rentes chez les théologiens, p. 969–970, pense que Henri de Gand aurait été influencé par les procédures d’arrentement en vigueur en Flandre et en Brabant : cela reste à démontrer.

219 Price B.B., Henry of Ghent and the tensions of economics, p. 270–271.

220 Une éventuelle trace de l’influence des Mendiants dans le système économique de la rente est visible dans l’article « des lansages » dans la Paix de Saint-Denis, de 1382 (Bormans S., Recueil des ordonnances. Première série – 974–1506, p. 345–346, no 17). Il y est expliqué, comme déjà dit dans le chapitre sur le lansage et la constitution de rente, p. 192–198, qu’on ne pouvait multiplier les lansages sur un bien, au risque de se surendetter et de faire perdre le contrôle du bien au propriétaire éminent et au tenancier : « Que de teis lansaiges ne soient plus d’ors en avant useit [= le lansage de surendettement] silh ne sont fais pour leur juste pris, par maniere d’accense hiretable. » Le concept de « juste prix » faisait fureur dans la littérature franciscaine et dominicaine des xiiie et xive s. définissant l’éthique des contrats d’arrentement : Marazzi L., Das iustum pretium, notamment p. 101 ; Veraja F., Le origini della controversia teologica, p. 27–30 ; Noonan J.T., The Scholastic Analysis of Usury, p. 156–157 ; voir ce qu’en disait par exemple Gilles de Lessines, dans son De usuris in cornmuni, et de usurarum in contractibus, p. 426 (sur Gilles de Lessines OP, on verra : Gilles de Lessines ; Engelhardt P., Aegidius v. Lessines). Alexandre d’Alexandrie OFM en toucha aussi quelques mots (Hamelin A.M., Un traité de morale économique au XIVe siècle, p. 153 et p. 155) : « [...] debet enim inter ementem et vendentem servari aequalitas juris naturalis ita quod pretium datum ab emente proportionetur rei datae a vendente [ou, plus loin :] videtur ergo quod et propter justam aestimationem et propter periculum annexum ipsi contractui, et ex natura ejus, et ex parte utriusque, scilicet ementis et vendentis, et propter rationem veri dominii et liberam voluntatem contrahentium, quod contractus de sua natura sit licitus. »

221 Langholm O., Economics in the Medieval Schools, p. 111–114.

222 S. Piron l’explique très bien : le traité d’Olivi devait permettre de « former ses élèves franciscains à leur rôle de confesseur et de guide spirituel en leur donnant une grille d’analyse adéquate qui leur permette de s’y retrouver dans le maquis des contrats pratiqués » ; celui de Guiral Ot se présentait « comme la rédaction, à la demande des frères de Toulouse, de ses cours sur les sujets qui provoquent la plus grande perplexité chez les confesseurs. Il faut se défaire de l’idée que ces textes relèveraient d’une démarche purement théorique. Ils ont un horizon pratique très précis. L’effort qui les anime vise à ramener la diversité des formes contractuelles employées à une matrice simple de concepts disponibles, de façon à passer au crible les profits obtenus » (Piron S., Prêts charitables, p. 13).

223 Voir la démonstration de Kupper J.-L., Portrait d’une cité, p. 79–80. Voir aussi Wyffels C., L’usure en Flandre au XIIIe siècle, p. 871 ; Schnapper B., La répression de l’usure, p. 60.

224 Sur les changeurs à Liège, voir Yante J.-M., Crédit urbain, crédit rural crédit industriel, p. 135–137 ; sur les comptoirs lombards, voir Ibidem, p. 138–141.

225 Avril J., Les statuts synodaux, p. 135–136.

226 Voir Wyffels C., Deux emprunts de 1288, qui édite, p. 272–276, deux actes de novembre de 1288 consignant des prêts à taux usuraires.

227 Avril J., Les statuts synodaux, p. 195.

228 Kupper J.-L., Portrait d’une cité, p. 80 ; Yante J.-M., Crédit urbain, crédit rural, crédit industriel, p. 145–146.

229 Le Goff J., La naissance du purgatoire, p. 406–410 ; Le Goff J., La bourse et la vie, p. 83–85 ; Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 62. Strange J. (éd.), Césaire de Heisterbach, Dialogus Miraculorum, t. 2, p. 335–336 — Le même problème de l’usure se retrouve dans le duché de Brabant tout proche : Kusman D., À propos de la consultation de Thomas d’Aquin et Pirenne H., La duchesse Aleyde de Brabant.

230 Cochelini., Sainteté laïque : l’exemple de Juette de Huy (1158–1228), p. 399–404, 406.

231 En Bretagne, ces revenus « irréguliers » semblent rester les seuls tout au long du xiiie s. et même pendant la seconde moitié du xive s. : Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 189–190.

232 En effet, certains modes d’acquisition — la plupart — permettaient de prendre possession aussi bien de revenus irréguliers (argent, objets divers...) que de revenus réguliers (cens, rentes...).

233 Même les documents liés au testament comme les reconnaissances de pension, les actes consignant l’effectivité des exécutions testamentaires, les actes d’investiture de biens légués ou donnés... ne soufflent mot des sommes d’argent qui auraient pu être cédées dans le même testament par le même bienfaiteur au même légataire.

234 Sauf pour les quêtes, mais elles fournissaient des revenus quasi réguliers, cf. p. 296–299.

235 Parfois ils furent obligés de les vendre sous la pression du testateur, comme dans le dossier 26 juillet 1275 (1) ou le dossier 12 novembre 1284. Voir les p. 308–312, infra, sur la vente des biens. Les Écoliers ne détenaient que peu de biens, surtout des revenus d’arrentement et d’accensement : Guyon C., Les Écoliers du Christ, p. 386–387.

236 Voir p. 182.

237 Les Dominicains reçurent : une terre de 4 bonniers et une maison (Dossier août 1245) ; une terre à Sclessin (Dossier 10 mars 1245) ; un bonnier (Dossier avril 1262) ; deux bonniers (Dossier février 1263) ; une maison (Dossier juillet 1263) ; une maison (Dossier novembre 1267) ; une demi-maison (Dossier 10 mars 1268) ; un-demi bonnier (Dossier 30 août 1269) ; un bonnier (Dossier juillet 1276) ; un tiers de maison (8 février 1285) ; une maison (Dossiers 25 mars 1285 – 31 mars 1286 ; 20 juillet 1294 (1) et (2)) ; 5 journaux (Dossier 5 avril 1289) ; une « stalle » (Dossier 24 septembre 1303) ; une maison (Dossier 9 juin 1319 – 11 juin 1319) ; une maison (19 décembre 1319) ; trois journaux de terre (Dossier 25 décembre 1322 – 24 décembre 1343) ; une maison (Dossier 13 juillet 1324) ; 7 journaux de terre (décembre 1326). À noter, la confirmation de propriété faite par la cour d’Avroy aux Prêcheurs de 3 maisons et deux demi-maisons acquises par legs ou donation, auparavant : dossier 20 juillet 1294 (1). Après cela, plus de donation ou de legs de biens-fonds stricto sensu, seulement des cessions de propriété de rentes (ce qui n’était guère différent de ce genre de possession-ci).

238 Les Franciscains reçurent : une terre à Sclessin (Dossier 10 mars 1245) ; deux bonniers (Dossier 26 avril 1251) ; éventuellement un quart de maison (Dossier 23 novembre 1398) et deux maisons (Dossier 3 août 1405).

239 Les Carmes furent plus choyés à partir du xive s. : 15 verges de terre (Dossier septembre 1270) ; un bonnier alleu (Dossier 21 janvier 1305) ; une maison (Dossier 4 juillet 1370) ; éventuellement un courtil (Dossier 10 septembre 1381) ; 12,5 grandes verges d’alleux (Dossier 3 mai 1384 — cf. aussi 18 mars 1385) ; 8 bonniers d’alleux (Dossier 17 juin 1400) ; des terres allodiales (Dossiers 9 décembre 1400 ; 10 décembre 1400 (1) et (2) ; 7 octobre 1401 (1)).

240 Michel curé de Walcourt et Jacques, curé de Nalinnes, fondèrent une rente de 10 sous pour deux luminaires, « lesqueils [10 sous] on prendera a me maison et a me porprise ke jou Jakemes aquiz, lequeile maison et le porprise je lais a IIII chapelains dou liu por manoir ensianle et por Meneurs et Jacobins trespassans rechoivre, as queils je lais II cuetes et IIII linches et II covertoirs, a leur aisement, ensi ki ni manra nient ni prendera et cil ki manront paieront les X sols a le chandeille de le elevation et a le lampe » : dossier avant le 31 décembre 1276.

241 Dossier 4 juillet 1370. L’équipement de cette maison était prévu dans le testament : « Et encor laissat por demoreir sens diminueir aperpetuiteit dois lit assavoir unc grant et unc petit tous stoffeis suffissament et rasonablement, douze esculhe de stain, siiez doblier de stain, unc pot de demystiers, unc pot de quarte et trois terche de stain, dois pos de lievre, dois poile derain, dois chodrons, une paire dandiers de fiiez, siiez cossins, unc bassin, une orcheul, une mappe et une tuade. » Mieux : le testateur avait déjà prévu le revenu pour « décenser » la maison auprès des cours tréfoncières et les fagots nécessaires au chauffage et à la cuisine ! Un autre exemple de legs de maison pour en faire un « refuge » : dossier 7 décembre 1299.

242 Voir, à ce propos, les pages 227–228.

243 Sur ce rôle rassurant des aumônes qui transformaient ces produits de l’économie de profit en « biens spirituels », voir Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 373 et éventuellement Lauwers M., Le « sépulcre des pères » et les « ancêtres », p. 75.

244 Ainsi le premier legs identifié était le fait de Nicolas Haghenuz de Horion, en 1244 (dossier mai 1244).

245 Ce qui fait dire à Lauwers qu’il s’agit de legs mis en place sciemment sous une forme « litanique », voir p. 284–285.

246 Dossier 1er décembre 1274.

247 Voir p. 247–296.

248 Dossier 1er juin 1254 – 7 juin 1254. Des mentions de legs d’argent aux Mendiants pour pitance conventuelle se trouvent en outre dans les dossiers suivants : 9 février 1261 ; 17 décembre 1264 ; juillet 1266 ; novembre 1267 ; mars 1272 ; 1er décembre 1274 ; 26 juillet 1275 (1) ; 22 juillet 1281 ; 28 septembre 1281 ; 13 février 1283 (1) ; 12 janvier 1289 ; 19 mai 1291 ; 8 novembre 1291 ; 13 novembre 1291 ; 17 février 1294 ; 22 juin 1294 ; 3 décembre 1295 ; 24 septembre 1299 ; 7 décembre 1299 ; 28 janvier 1303 – 28 janvier 1304 ; 21 mars 1324 ; 3 mai 1325 ; 18 octobre 1329 ; 10 mai 1338 ; 24 juin 1339 ; 9 octobre 1373 ; 21 octobre 1376 ; 27 septembre 1379 ; 3 juin 1383. Voir les exemples de legs pour pitance aux Mendiants dans le Namurois : MASSART C., Dévotion et charité, p. 143.

249 Dossier novembre 1267 : « lego fratribus Ordinis Predicatorum domus Leodiensis viginti sex solidos leodienses ad pitantiam in die sepulture mee » ; le dossier 26 juillet 1275 (1) : « [lego] fratribus predicatoribus Leodiensibus apud quos eligo sepulturam, duas marchas pro pittantiam in die sepulture mee facienda » ; le dossier 13 février 1283 (1) : « Je lais ausi a freres precheurs deseur dit V mars a ior de mon trespas en pitance » ; ou encore le dossier 13 novembre 1291 : Philippe de Montegnée lègue aux Carmes 10 ss « le jour de mon obit en pitance ». Voir aussi, par exemple, le dossier juillet 1266 (cf. aussi note suivante).

250 Par exemple : Helvide d’Aix légua (dossier mars 1272) : « As freres precheurs de Liege ou iou ellis me sepulture 8 mars et quatre trentaus et 30 ss pour aubes et 40 ss en pitance le iour de mon trespas. » Le testament de Roger de Chênée est très explicite (dossier 28 septembre 1281) : « Apres je lais a freres precheurs de Liege L mars de Ligois et s’enlies ma sepulture en lour maison, car je veulh gesir avek mon sangneur me pere et s’ordenne ke on achate une piere por mettre sor lui et sor mi ou ens soient entailhies son ymagene et le mine et se vuelh ke on fache ens en mur deleis nostre sepulture pointures et ymagenes alle devise de prieus. En apres je lais a freres precheurs devantdit le jour de mon obit XL sous en pitanche [...]. » L’échevin Lambert delle Fosse était prêt à tout pour avoir sa chapelle chez les Dominicains : il fallait que les exécuteurs trouvent l’argent en priorité pour faire cela (juste après avoir réparé ses torts et méfaits (dossier 13 février 1283 (1)) : « Apres ie en lies por mi et me femme dame Maghon ma sepulture a freres precheurs de Liege en une chapelle que on doit la edifier devant l’auteit qui sera en l’onour Notre Dame, de sain Lambert et de sain Jousse et je weilh que mi foimens desous nomeit mettent a lauteit deseur dit de mes biens livre et vestiment et ce que besongh serat a dire messe. Je lais ausi a freres precheurs deseur dit V mars a ior de mon trespas en pitance [...]. » Sybille de Waremme était aussi très explicite (dossier mars 1291) : elle légua « a freres precheours de Liege 40 sous en pitance a queis ienlis ma sepulture et trois marcs por faire le despens de moi a ensevelir ». Frankes li Mulier, bourgeois de Liège, fit un énorme legs aux Dominicains, de la sorte (dossier 21 mars 1324) : « Apres je lais a freres precheurs de Liege XXV mars et si eulis ma sepulture a eas en la fosse mon pere, et si les lais ausi C sous sous en pitanche le jour de mon trespas [...]. » Jean de Brabant demanda la constmction d’une chapelle (dossier 15 décembre 1353) : « Item je wilh, devise et ordine que mi foidmens fachent faire en chapitle des Precheurs en Liege une chapelle et un auteit devant li liu la ou mes peres gist, et lais pour le stoffe et fachon delle chapelle et auteit dois cens florins petis bons d’or et de pois, et vuilh que mi foidmens paient les stoffes et les ovrirs a fait que mestirs en serat. » Mais cet argent ne semble pas directement destiné aux Prêcheurs.

251 Trouverait-on là les fameux revenus funéraires, objet de tant de querelles entre séculiers et Mendiants, se disputant autour des cadavres pour savoir qui les enterrerait et s’approprierait les revenus afférents à ces exercices ? Martin H., Les ordres mendiants en Bretagne, p. 190 ; Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 485–487. Voir aussi Hubert E., Élection de sépulture, p. 211–212 et 217–218.

252 Dossier 22 juin 1294.

253 Dossier mars 1272 : Helvide d’Aix donna 60 sous aux Écoliers pour acheter une rente obituaire. Gilles Surlet fit de même : il légua « az Escolier de Liege C s. de Ligois por achateir hiretages et pour faire les aniversaires desourdis... » (dossier 22 juin 1294).

254 Voir p. 313–340.

255 La manipulation d’argent semblait assez naturellement acceptée chez les Mendiants, comme l’a rappelé J. Chiffoleau récemment (table ronde L’Économie des Mendiants, XIIIe–XVe s., à l’École Française de Rome, les 20 et 21 septembre 2002).

256 G. Aders cite un certain Elmunt de Eilsich qui légua 600 florins à un prêtre en 1463... Cela a l’air énorme... mais il faut savoir que sa fortune s’élevait à 10 000 florins-or au moins ! (cf. Aders G., Das Testamentrecht, p. 53–54).

257 Voir Aders G., Das Testamentrecht, p. 53–54.

258 Citons pêle-mêle le sou (par ex., le dossier 26 août 1288) ; le sou de Liège (par ex., dossier 28 septembre 1281) ; la livre de Louvain (par ex., dossier 22 juillet 1281) ; le sou de Louvain (par ex., dossier octobre 1284) ; le florin (par ex., dossier 30 novembre 1294) ; les deniers de noirs petits tournois (par ex., dossier 25 avril 1301) ; le sou gros (par ex., dossier 25 avril 1325) ; les sous tournois (par ex., dossier 28 août 1337)...

259 J’ai décidé, de façon à pondérer le plus possible la valeur des chiffres, de « découper » un peu arbitrairement la période envisagée en trois « tranches chronologiques », plus ou moins identiques en nombre de testaments produits, justifiées par l’évolution historique de la production de testaments (voyez à ce propos les considérations et graphiques dans les pages consacrées au testament, p. 288–289). Ce découpage permet de voir si les chiffres gardent une certaine constance, indice de validité. En effet, si des écarts trop importants apparaissent entre les différentes périodes, cela signifierait que trop de facteurs incontrôlables viennent troubler ces comptes. Ce n’est heureusement pas trop le cas, les séries témoignent d’une constance relative. Le legs moyen par testament, calculé pour chacune des « tranches » puis pour toute la période, n’a probablement pas de valeur réelle, mais est simplement démonstratif d’un ordre de grandeur, les legs des uns par rapport aux legs moyens des autres... Voici les chiffres dominicains : de 1245 à 1270 : 1891 sous pour 15 testaments — moyenne de 126 sous par testament — ; de 1271 à 1290 : 1905 sous pour 13 testaments — moyenne de 146,53 sous par testament ; de 1291 à 1300 : 995 pour 10 testaments — moyenne de 99,5 sous par testament. Moyenne par testament pour toute la période : 126,07 sous.

260 Je répète les mêmes précautions critiques que dans la note précédente. Pour les legs moyens chez les Franciscains : de 1245 à 1270 : 837 sous pour 15 testaments ; de 1271 à 1290 : 445 sous pour 13 testaments ; de 1291 à 1300 : 2225 pour 8 testaments (dont un legs de 2000 sous par Gilles Surlet, dossier 22 juin 1294).

261 Ici, sur 15 testaments entre 1269 et 1300, on comptera 196 sous de legs (dont un gros legs de 40 sous par Gilles Surlet, cf. ci-dessus !), soit une moyenne de 13 sous par testament. Sans compter ce dernier legs, la moyenne est de 11,14 sous.

262 Y compris le legs de 40 sous fait par Gilles Surlet... En comptant celui-ci, on obtient une moyenne de 9,25 sous par testament. Sans le compter... la moyenne tombe à 6,45 sous.

263 Comme c’est trop souvent le cas malheureusement, jusqu’ici... Ainsi Lauwers M., La mémoire des ancêtres, p. 481–482 qui reproduit les chiffres proposés par Yves Willemaers, dans son mémoire de licence (Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 86 et p. 101 ; Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 119–120). Ces chiffres ont dû être malencontreusement « gonflés » par Y. Willemaers (quelques confusions entre les rentes et cens légués et certaines sommes d’argent). Son travail reste méritoire, puisque son corpus de legs uniques est remarquablement exhaustif. Voici les chiffres qu’il propose : 310 marcs pour les Dominicains et 185 marcs pour les Franciscains, clôturant ses comptes à la fin du xiiie s.

264 Les comptes suivants ont été faits à partir du même corpus que les Mendiants stricto sensu, pour la période 1245–1300, en ce qui concerne les autres couvents urbains : 329 sous (16 marcs et 9 sous) pour 15 testaments, soit une moyenne de 21 sous par testament pour les Ecoliers ; 105 sous pour 11 testaments, soit une moyenne de 9,54 sous par testament pour les Bons-Enfants ; 57,5 sous pour 10 testaments, soit une moyenne de 5,75 sous par testament pour les Croisiers de Liège ; 66 sous pour 5 testaments, soit une moyenne de 13,2 sous par testament pour les Guillemins de Bemardfagne...

265 Voir p. 283–295.

266 En effet, il s’agirait de se convaincre que tous les accensements et arrentements mis en place aux xiiie voire xive s.... sont toujours perçus à une période précise. Ce qui relève, comme le sait qui a un peu fréquenté les registres de paiement de cens et rentes, d’un exercice de très haute voltige sans filet. Si on peut admettre que les sommes d’argent concédées à titre de legs voire de don avaient bien été versées (ce qui pourrait être contesté, suivant une démarche un peu hypercritique), il est cependant peu probable que tous les cens et toutes les rentes dus auraient bien été versés annuellement.

267 Dossier 9 octobre 1373. Ou encore, par la béguine Agnès de Abel, legs d’un muid d’épeautre en pitance, aux Carmes : dossier septembre 1270.

268 Dossier 27 février 1261 : [lego] « fratribus predicatoribus Leodiensibus centum solidos et mapam quatuordecim ulnarum ».

269 Dossier septembre 1270. Les testateurs aimaient aussi léguer des vêtements à certains frères, individuellement, comme par ex. Marie de l’île, veuve d’Henri Damage : « hem lego fratri Thome de Gemblaco, fratri Roberto de Oleiz, fratri Arnoldo de Pitrehin, fratri Johanni de Moregni, fratri Thome de Leodio, cuilibet illorum tunicam habitualem et tunicam inferiorem » (dossier 9 février 1261). Helvide d’Aix, elle, avait préféré donner 30 sous pour acheter ou faire faire des aubes (dossier mars 1272).

270 Dossier 7 décembre 1299. Christine de Waremme elle aussi, laissa aux Dominicains un hanap d’argent muni d’un pied et trois hanaps d’argent sans pied « pour faire on caliste por legliese del dit covent » (dossier 24 juin 1339). Ode d’Odeur voulait faire vendre par les Prêcheurs des immeubles lui appartenant, afin qu’ils achètent un calice pour 5 marcs (dossier 12 novembre 1284). Helvide Blandine, béguine, légua un calice en argent avec pied au prieur des Prêcheurs : « Item lego cipherum meum argenteum cum pede priori eorumdem fratrum Leodiensium quicumque pro tempore fuerit » (dossier juillet 1266).

271 Godding P., La pratique testamentaire, p. 293–294.

272 Voit p. 322–323.

273 Voir p. 538–543.

274 Dossier 20 avril 1252. Ode d’Odeur, citée trois notes plus haut, faisant vendre ses immeubles par les Prêcheurs, décida non seulement de leur faire acheter un calice, mais aussi des livres (dossier 12 novembre 1284) : « Tali etiam conditione adiecta quod post mortem ipsius Ode partes predictarum curtis et terre vendantur et de precio ipsarum, ematur calix pro quinque marchis, cuidam altari de novo constructo in ecclesia dictorum fratrum et quatuor marche dicti precii cedant fratri Philippo de Tongrines recipienti et stipulanti solempniter nomine et ad opus dictorum prioris et fratrum pro suis libris emendis si supervixerit alioqui ( ?) dicte quatuor marche et dicti precii residuum cedant in communem utilitatem dicte domus Predicatorum Leodiensium. »

275 On trouve de même des legs de vêtements et de livres, voire d’argent pour s’en procurer, à Marseille à cette époque : Michaud F., Liaisons particulières ?, p. 12–13. Legs de manuscrits à des Mendiants flamands, aussi : Simons W., Stad en apostolaat, p. 174–175. J. Deckers donne des exemples des plus intéressants de legs de pièces d’orfèvrerie, de peintures, bijoux, meubles, livres, bibliothèque dans des testaments du liber testamentorum de la collégiale Saint-Denis, aux xive et xve s., mais ne concernant plus les Mendiants... (Deckers J., Le chapitre de la collégiale Saint-Denis de Liège, ses archives et un « liber testamentorum » (1338–1723) conservé à la fabrique de l’église, p. 174–175).

276 Simons W., Stad en apostolaat, p. 174.

277 D’autant plus que le temps séparant la rédaction du testament et le décès devait être relativement court. Voir au fil des pages 247–273.

Table des illustrations

Titre schéma 2.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/4853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search