Version classiqueVersion mobile

Commerce avec dame Pauvreté

 | 
Paul Bertrand

Chapitre liminaire. De l’Ordo à l’Insediamento

Texte intégral

1Ce chapitre liminaire veut montrer, brièvement, comment les Ordres mendiants prirent corps et se structurèrent de manière extrêmement hiérarchique. Puis comment, au-delà de cette centralisation que chaque Ordre voulut imposer, chaque couvent s’installa à Liège, comment ces fondations se déroulèrent, en dehors d’un rapport quelconque à l’autorité de l’Ordre.

I. L’ordo

  • 1 Michaud-Quantin P., Universitas, p. 88–89, 102–103.
  • 2 Congar Y.M., Aspects ecclésiologiques de la querelle entre mendiants et séculiers, p. 36–38.

2L’Ordo, c’était la règle, l’Ordre, le regroupement des religieux sous la même règle ; mais c’était aussi la mise en place, au travers des communautés de Mendiants, d’une organisation et d’une hiérarchisation très poussée des mouvements religieux qui allait être la norme pour la plupart des congrégations jusqu’à nos jours1. Le concept d’Ordre est aujourd’hui galvaudé, comme l’a souligné le père Congar : tel qu’il est perçu dans les sociétés actuelles, il est lié à l’affirmation de la puissance papale. Alors qu’au Moyen Âge, c’était un concept multiforme2...

  • 3 Sur les Ordres mendiants en général, les synthèses ne manquent pas : Vauchez A., Les Ordres mendia (...)
  • 4 Sur saint François, voir la dernière biographie parue : Frugoni C., François d’Assise. La vie d’un (...)
  • 5 Sur cet Ordre, voir la bibliographie précitée, plus Vauchez A., Claire et les mouvements religieux (...)
  • 6 Temperini l., Pazzelli r., Terziari regolari in Francia, Rome, 1992. Pour nos régions : Gieben S., (...)

3Saint François d’Assise, saint Dominique de Caleruega : ces deux figures emblématiques du xiiie s. furent à l’origine de mouvements religieux qui changèrent la face de l’Europe3. Le premier, François, fils d’un riche marchand d’Assise, se décida, après une révélation divine, à rompre avec les habitudes du siècle et à vivre dans la pauvreté évangélique. Réunissant autour de lui une petite communauté, il proposa un programme de vie à Innocent III, qui l’accepta oralement, en 1209. François abandonna la direction de ses frères quand, pressés par leur protecteur, le cardinal Hugolin, ceux-ci se constituèrent en Ordre, nanti d’une règle, la regula bullata, approuvée en 1223. François mourut en 1226 et fut canonisé en 1228. Son Ordre était alors tout entier mu par le désir de pauvreté évangélique : « suivre nu le Christ nu4 ». Par ailleurs, un second Ordre, féminin, sous la houlette de Claire, naquit presqu’en même temps et comptait vivre dans le même esprit : l’Ordre des Clarisses5. Tandis qu’un Tiers-Ordre, ou Ordre de laïcs désirant rester dans le siècle tout en suivant les idéaux de saint François, se mit en place dès le xiiie s.6.

  • 7 Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquête religieuse, p. 771.
  • 8 Pour les contours juridiques de l’Ordre, voir Toxe Ph., L’esprit et la lettre du droit de la famil (...)
  • 9 Sur la personnalité de saint Dominique et les premiers temps de l’Ordre, le travail le plus stimul (...)

4Saint Dominique, chanoine du chapitre Cathédral d’Osma, fut emmené par son évêque, Diègue d’Azebès, dans des entreprises d’évangélisation en Languedoc, luttant contre l’hérésie cathare au moyen d’une « prédication itinérante de type apostolique7 ». ‘Dominique fonda, en 1207, une communauté de femmes à Prouille ; puis, après la mort de son évêque, il s’établit à Toulouse avec une équipe de clercs qu’il avait réunie autour de lui, afin de s’occuper de la cura animarum. Cette petite congrégation fut reconnue par Honorius III, après Latran IV ; elle se vit cependant imposer la règle de saint Augustin8. En 1220–1221, ce qui allait devenir l’Ordre des Prêcheurs fut doté de Constitutions mettant notamment l’accent sur la nécessité d’une pauvreté conventuelle. À la mort de Dominique, en 1221, les frères prêcheurs, appuyés par la papauté, disséminés dans les grandes villes universitaires, rencontraient déjà un succès considérable9.

  • 10 Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquête religieuse, p. 773.
  • 11 Sur le ministère des religieux mendiants, voir Hourlier J., L’Âge Classique 1140–1378. Les religie (...)

5Ces Ordres nouveaux défendaient une série de principes novateurs, conformes à l’esprit du xiiie s., comme le recours à la parole dans la transmission du message évangélique ou la prédication. Un autre principe, nécessaire, mais interprété différemment selon les Ordres, se fit jour : la pauvreté. Alors qu’elle constituait un absolu pour les Mineurs, elle n’était qu’un instrument aidant à la conversion de l’hérétique pour les Prêcheurs. Un troisième principe consistait en l’intervention dans le siècle : c’étaient des Ordres « ouverts sur le monde qu’ils se proposaient d’évangéliser10 ». Leur but était une action réelle, aux prises avec les peuples, pour sauver les laïcs en les ramenant à la foi11.

  • 12 Voir, pour une monographie de couvent d’Ermites de Saint-Augustin, Beckmann T., Zumkeller A., Gesc (...)

6À la suite des Dominicains et des Franciscains, les Ermites de Saint-Augustin s’imposèrent comme Ordre mendiant : cette congrégation était le résultat de la réunion d’une série de groupes italiens, à tendance érémitique12. Leur premier chapitre général se tint à Rome en 1256.

  • 13 À cause de leur habit primitif, à rayures noires et blanches : Friedman E., The Latin Hermits of M (...)
  • 14 Webster J.R., Carmel in Medieval Catalonia, p. 1–33 ; Boaga E., Origini ed evoluzione dei Carmelita (...)

7Puis les Carmes, ou frères de Sainte-Marie du Mont-Carmel, appelés aussi Barrés13, posèrent le pied en Occident. Cette communauté fondée en Terre Sainte, dotée d’une règle entre 1206 et 1214, avait été obligée de prendre la fuite, chassée par les Musulmans, après 1230. Grégoire IX et Innocent IV essayèrent d’en faire un Ordre mendiant en lui imposant une nouvelle règle14.

  • 15 Sur les frères du Sac, voir comme travail le plus récent : Bertrand P., Monasticon Belgicum ordini (...)

8D’autres petits Ordres apparurent et vécurent, ou plutôt survécurent, tout au long du xiiie s., comme celui des frères de la Pénitence de Jésus-Chist, appelés frères du Sac ou Saccites en raison de leur habit pauvre, fondé en 1248 par des laïcs, en Provence15.

  • 16 Sur les Croisiers, voir Vinken M., Croisiers ; Van Rooijen H., De oorsprong van de orde der Kruisb (...)

9Ou encore, l’Ordre des Croisiers, fondé par un certain Théodore de Celles, selon la légende. Les Croisiers se donnèrent des tâches similaires aux occupations mendiantes, comme la prédication. Leurs constitutions étaient d’ailleurs le reflet des règles dominicaines, comme bon nombre d’éléments de leur liturgie étaient inspirés de celle en vigueur chez ces mêmes Prêcheurs. Ayant adopté la règle des chanoines de Saint-Augustin, leur position fut toujours ambigüe. Jamais canoniquement reconnu comme mendiant, cet Ordre a toujours navigué entre deux eaux. Malheureusement, son passé, avant le début du xve s, est fort peu connu, à cause de lacunes documentaires énormes. Quand cela s’avérera possible, je prendrai en considération cet Ordre, au fil de ce travail — même s’il n’en est pas l’objet principal16.

  • 17 Sur les Guillemins, voir Bailly P., Guillelmites et l’ensemble des ouvrages de Kaspar Elm sur les (...)

10L’Ordre des Guillemins, ou plutôt Wilhelmites, fut fondé, selon la légende, par Guillaume de Malavalle, ermite toscan. Fondé et disposant d’une règle en 1211, il dut se soumettre à la regula Benedicti, sur les instances papales. Comme il adopta les principes de propriété cisterciens et la stabilitas loci, la plupart des historiens ne l’ont pas classé dans la catégorie des Mendiants17. Mais, comme il s’agit d’un de ces Ordres nés au xiiie s. et s’installant parfois en ville, je me suis permis d’y faire référence quand la documentation le concernant, très fragmentaire, le permettait.

  • 18 Guyon C., Rive droite, Rive gauche.

11Quant à l’Ordre des Écoliers, il avait aussi adopté la regula Augustini des chanoines réguliers. Fondé par des intellectuels en rupture avec l’intelligentsia parisienne, à la fin du xiie s., cet Ordre présentait un profil ambigu, proche lui aussi des ambitions des Prêcheurs18. Mais, comme ces religieux ne furent jamais désignés comme des Mendiants au fil de l’Histoire, je n’ai tenu compte d’informations les concernant que si elles éclairaient la situation des couvents de Mendiants stricto sensu.

  • 19 Les Franciscains raffinèrent encore en introduisant un niveau supplémentaire de répartition géogra (...)

12La structure de ces Ordres ne correspondait donc en rien à celle des Ordres traditionnels, plus anciens. Pas de stabilité, des missions constantes, des mouvements de frères allant de maison en studia les écoles mises en place pour la formation des frères. L’organisation même de ces Ordres, composés de couvents dont les frères élisaient un prieur pour un temps limité, était extrêmement hiérarchisée : ces communautés étaient placées sous la tutelle d’un supérieur provincial, à la tête d’une province ; à la tête de la pyramide, un supérieur général dirigeait l’Ordre ainsi réparti en différentes provinces19.

13La papauté, consciente que ces nouveaux Ordres, puissamment organisés et très hiérarchisés, constituaient des instruments de première valeur pour mettre en œuvre une politique très interventionniste, à tous les échelons de la société, ne se priva pas de faire appel à eux.

  • 20 Par exemple, Lawrence C.H., The Friars, p. 152–165. Sans oublier les traditionnels Gratien P., Ord (...)
  • 21 Ainsi les critiques du célèbre chroniqueur Mathieu Paris, manifestation d’un « divorce profond ent (...)
  • 22 Une historiographie abondante a été produite sur le sujet. À ce propos, on verra notamment Solvi D (...)

14Mais les autres religieux, réguliers ou séculiers, ne virent pas d’un si bon œil ces frères qui s’imposaient dans leurs paroisses, dans leurs domaines, prêchant la pauvreté, prônant la pénitence, s’attirant toutes les aumônes et soutenant le pouvoir du pape20. De graves tensions attendaient ces Ordres. Les critiques à leur endroit furent acérées21. Au sein des Ordres mêmes, le mécontentement grondait. Chez les Franciscains, on se déchirait entre frères conventuels, respectant les décisions du chapitre général, et frères observantins, qui voulaient en revenir à la pureté des origines telle que définie par saint François : c’était le début d’une longue lutte à couteaux tirés22

  • 23 À ce propos, voir le bon petit aperçu de Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 212–213 et, sur (...)
  • 24 Voir Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 213–217 ; Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende (...)
  • 25 De Fontette M., « Religionum Diversitatem » et la suppression des ordres mendiants, p. 226. Voir au (...)
  • 26 Boaga E., Il procuratore generale nell’ordine carmelitano.
  • 27 Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 112–113 ; Le Goff J., (...)
  • 28 De Fontette M., « Religionum Diversitatem » et la suppression des ordres mendiants, p. 223 ; Bertra (...)
  • 29 Bertrand P., Monasticon Belgicum, p. 29–35 ; Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 220–221 ; De (...)
  • 30 Meersseman G.G., Concordia inter quatuor ordines mendicantes.

15Et puis, ils étaient trop nombreux. Le couperet de la guillotine conciliaire tomba, impitoyable. 1274, année noire pour les Saccites, année de tous les dangers pour les Carmes. En 1215, les Franciscains et les Dominicains avaient réussi à se tirer des griffes de Latran IV, les uns en faisant accepter la règle de saint François par Innocent III, les autres en adoptant la règle de Saint-Augustin23. Mais ici, au concile de Lyon II, en 1274, la charge contre les Mendiants fut encore plus brutale : ils étaient trop nombreux, ils intervenaient exagérément dans les affaires des paroisses, dans les affaires de l’université, leur caractère « gyrovague » dérangeait, leurs accointances avec le pape gênaient les évêques24. Le 23e canon du concile de Lyon, Religionem diversitatem, trancha, comme l’explique, avec une froide simplicité, Micheline de Fontette : « Tous les Ordres fondés depuis 1215 sans approbation pontificale expresse devront disparaître, et ceux qui ont été approuvés, mais qui n’ont ni propriété ni revenus — les Mendiants — devront s’éteindre peu à peu. Plus de novices, plus de nouvelles fondations ; prédication et confessions leur sont interdites ; leurs biens, s’ils en ont, iront au Saint-Siège et les frères devront passer dans d’autres Ordres si on veut bien les y admettre25. » Les Ermites de Saint-Augustin, les Carmes, les Croisiers se retranchèrent derrière leurs protections à la cour papale26, derrière des origines mythiques attribuées à leur Ordre27. Les frères du Sac firent les frais de cette « opération chirurgicale28 ». Ils furent condamnés à disparaître par lente asphyxie29. C’est presque seuls que survécurent, à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, les quatre Ordres principaux, les plus puissants, reconnus canoniquement : dominicain, franciscain, carme, ermite de Saint-Augustin ; conscients de leur spécificité, ils firent face ensemble aux oppositions nombreuses30. Ainsi, les Ordres mendiants se répandirent-ils dans toute l’Europe, imposant alors par leur structure un système adapté à une vision « universelle » de l’Église, organisé autour du pape.

II. L’insediamento

16La définition de l’insediamento, installation ou mieux : insertion dans le tissu urbain de communautés religieuses, de « couvents » est un des points d’aboutissements de ce travail. Mais pour pouvoir juger la façon dont ces religieux se fondirent dans le décor urbain, ne faut-il pas avant tout considérer, en une approche traditionnelle, leur arrivée dans la Cité ? Approche traditionnelle, en effet : dans un premier temps, les différentes fondations de couvents seront passées en revue, telles que les décrivent les recherches qui ont été menées avant que je ne m’empare du sujet. En somme, offrir un tableau des connaissances et rien de plus. Pourquoi laisser le lecteur sur sa faim ? Parce que je préfère le mener, par la main, jusqu’au cœur de ce travail, afin que se dégagent, au fil des pages, toute une série de considérations spécifiques à propos de ces fondations. Et, dans les conclusions, je réserverai quelques lignes à la synthèse de ces remarques, donnant alors un autre visage aux fondations de couvents de Mendiants à Liège.

  • 31 Par exemple, Parisse M., L’implantation des ordres mendiants en Lorraine, p. 132–135 ; Kloczowski (...)
  • 32 Voir notamment les considérations de Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den (...)

17Comme dans bien d’autres villes ou régions, à tout seigneur tout honneur : ce furent les Dominicains et Franciscains qui s’implantèrent les premiers à Liège31. On s’aperçoit dès le départ que ces Ordres planifiaient les fondations de couvents : les Franciscains avaient très vite mis en place un réseau de maisons, qu’ils s’évertuèrent à renforcer et compléter. Quant aux Carmes et Ermites de Saint-Augustin, ils furent rélégués au second rang, ne pouvant bien souvent s’installer qu’à grand-peine dans les villes, où on ne les attendait plus guère, puisque la place y était déjà prise par les Franciscains et Dominicains32.

1. Le couvent franciscain : de fondations en reconstructions

  • 33 Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 126 (cf. Bormans S., Fragment d (...)
  • 34 Voir dossiers 20 septembre 1232 (1) et (2). Par exemple, le dossier 20 septembre 1232 (1) : « Actu (...)
  • 35 Wlllemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 102–103 ; De Moreau É., Histoire de l’Église (...)
  • 36 Cf. Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 162 (ne pas se fier à Borgnet A., Ly Myreur des H (...)

18Gilles d’Orval, le fameux chroniqueur du xiiie s., constate : sous l’épiscopat de Jean d’Eppes apparut le couvent des Mineurs de Liège, au lieu-dit « Treiste », non loin de l’abbaye de Saint-Jacques33. Comme deux actes avaient été passés en l’église des Mineurs de Liège, en présence de l’évêque, le 20 septembre 1232, jour de la consécration de l’église en l’honneur de saint François, la datation se précise34. Les frères arrivèrent-ils en 1229, en 1230, en 1231 ? C’est impossible à préciser. Il est probable que le couvent ait été fondé par une des équipes de frères venue de Paris, envoyée par le frère Pacifique, au cours de la décennie 1220–123035. Une fois la communauté installée, elle dut essaimer dans la région et fonder, entre autres, le couvent de Huy, vers 123436.

  • 37 À ce propos, voir les commentaires de Haust J., Notes de toponymie liégeoise.3e série : aux Tawes  (...)
  • 38 Eggenberger P., Descoeudres G., KIöster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 438–4 (...)
  • 39 Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 211, 267 et 628.
  • 40 Cette information, venant de Jean d’Outremeuse, un des chroniqueurs les moins fiables qu’un histor (...)
  • 41 Daris J., Notice historique sur l’abbaye de Beaurepart à Liège, p. 310–311. L’étymologie de ce nom  (...)
  • 42 Jean d’Outremeuse impliquait dans ce renouveau deux laïcs, membres de l’élite urbaine : Radus d’îl (...)

19Ils s’installèrent donc à Liège, au lieu-dit Treiste, transitus ad Mosam, passage sur la Meuse37, déjà situé dans la nouvelle enceinte : emplacement provisoire, probablement38. Un incendie aurait détruit leur église et ils se seraient réfugiés dans la paroisse de Saint-Hubert, près de la collégiale Sainte-Croix39. Là, attendant la reconstruction de leur maison, ils auraient vécu du travail de tissage et de réfection de draps40. Puis ils seraient retournés dans leurs anciens bâtiments, appelés alors Beaurepart41. Leur église, toute neuve, fut consacrée le 18 novembre 1235 en l’honneur des douze apôtres42.

  • 43 Gratien De Paris, Histoire de la fondation et de l’évolution de l’OFM, p. 156–159, pour une premièr (...)
  • 44 Heller J, Gesta abbreviata. Gesta pontificum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium abbreviata, (...)
  • 45 Lahaye L., Merchoul, p. 182–183 ; Haust J., L’étymologie de « Merchoul », ancien nom d’un ruisseau (...)
  • 46 Voir dossier février 1244 (2). Voir aussi p. 174–175.
  • 47 Schoolmeesters É., Les regestes, p. 50–51, no 134. Voir, à propos de l’église des Frères-Mineurs, V (...)

20Quelques dix années plus tard, les frères Mineurs se décidèrent à déménager encore, pour une place située plus au centre de la ville, cette fois. Ce faisant, ils procédèrent comme le faisaient tous les couvents de l’Ordre de saint François à ce moment : ils abandonnaient les premières résidences, trop petites, trop loin du centre urbain, situées dans des quartiers insalubres ou mal fréquentés, pour installer leurs communautés en plein cœur des cités43. Ce mouvement de transfert était bien perçu par les contemporains, comme le montre cet extrait des Gesta episcoporum Leodiensium abbreviata : Anno domini 1244, fratres minores reliquerunt ecclesiam, quam fere Leodii per quatuordecim annos inhabitaverant, et edificaverunt in loco qui dicitur Richerifons super rivum nominatum Mendocius [...]. Mutaverunt etiam iidem fratres fere per omnes civitates Alemanie et Francie domos suas [...]44. Ils construisirent donc de nouveaux bâtiments, comme le disent les Gesta abbreviata, à côté de la rue Richeronfontaine (actuellement Mère-Dieu), non loin du ruisseau du Merchoul45. Le terrain leur fut cédé par la Cité et l’évêque46. L’église, elle, fut consacrée par l’évêque Robert de Thourotte en 124447.

  • 48 Le texte des Gesta, sibyllin, est le suivant : « [...] de qua ecclesia multo tempore ante fuerat d (...)
  • 49 Sur Jean de Brusthem, voir Balau S., Jean de Brusthem et Houbaert A., Joannes van Brusthem, minder (...)
  • 50 Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 15–17 étudie en détail le problème et conclu (...)
  • 51 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 14 : « 1244. fr. Julianus ex septem fratribus b (...)
  • 52 Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 111–113 et Baetens J., Minder-broedersklooste (...)
  • 53 Voir note précédente.

21L’aura légendaire qui entourait le couvent mérite quelques lignes. D’une part, une tradition liégeoise, répercutée d’abord par les Gesta abbreviata dont j’ai déjà parlé, voulait qu’un enfant du nom de Bastien ait désigné l’endroit où les frères allaient s’installer48. D’autre part, une seconde légende apparut au xvie s. chez le chroniqueur franciscain Jean de Brusthem49. Elle était probablement davantage liée à l’image que le couvent des Mineurs de Liège voulait laisser de lui, se cherchant des origines mythiques, découvrant un ancêtre fondateur, en l’occurrence un des sept compagnons de saint François, un certain frère Julien, inconnu par ailleurs : [...] obiit in kalendas julii [de 1244] frater Julianus, unus ex septem fratribus a beato patre Francisco ad plantandam novam religionem in his terris destinatis, in ecclesia fratrum minorum Leodii sepultus50. Une pierre tombale aurait existé — elle était même reprise dans la liste des épitaphes dressée par les frères au xviiie s. pour leur église, de même que dans une liste d’épitaphes du héraut d’armes Van den Berch, quelques décennies auparavant51. La vénération locale d’un fondateur hypothétique du milieu proche de François n’était pas inhabituelle dans les couvents de l’Ordre52. Le but de la création de cette légende, au xvie s., selon Willemaers suivi par Baetens, était d’insister sur la proximité de l’esprit du fondateur. Elle serait de la sorte plus évidente pour les frères mineurs conventuels que ce qu’auraient prétendu, en les dénigrant, les Mineurs de l’Observance, implantés à Liège depuis moins d’un siècle53. Cette hypothèse est séduisante. De toute façon, la création de cette légende n’était certainement pas antérieure au xve s., et probablement pas au xvie s.

  • 54 Dans le dossier octobre 1239 (2), où l’on trouve un « frater Robertus de Oleis fratrum minorum Leo (...)
  • 55 Holder-Egger O., Cronica fratris Salimbene de Adam ordinis Minorum, p. 218. Voir aussi Golubovich H (...)
  • 56 Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 104.

22Liège n’était pas seulement le lieu où les Mineurs avaient fondé un couvent, la Cité devint aussi le centre d’une custodie qui portait son nom, attestée depuis 1239 au moins — probablement depuis les origines — jusqu’au xvie s.54. C’était donc bien une des huit custodies citées en 1247 par Salim-bene55, comme le pensait Willemaers56.

2. Le couvent dominicain : une fondation attendue

  • 57 L’intervention de Jacques de Vitry dans cette fondation n’est pas étrange. En effet, il nourrissai (...)
  • 58 Dossier 11 avril 1229. Pour une notice générale de l’histoire de ce couvent, ainsi que l’état de l (...)
  • 59 Dossier 6 août 1229.
  • 60 Voir les très claires explications, originales, de Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, (...)

23L’arrivée des Dominicains à Liège fut le fait des évêques de la Cité : Hugues de Pierrepont confia à son successeur Jean d’Eppes et à Jacques de Vitry, évêque auxiliaire alors et grand ami des « nouveaux Ordres57 », la tâche d’inviter les frères à Liège, en 122958. Après son élection, Jean poursuivit l’œuvre de son prédécesseur ; il écrivit une lettre d’invitation au maître général et au provincial de la province teutonique — quoi de plus normal pour une terre d’Empire que de recourir à l’aide de la province dominicaine qui y était située59 ? Le chapitre général de Paris dut accepter et décider l’envoi de quelques frères à des fins d’expertise de la situation, pour la réception du lieu, entre mai 1230 et la fin de l’année 1231 ou début de l’année 1232. Quelque temps plus tard, peu avant ou juste en 1232, la province de France avait envoyé un contingent de frères pour fonder le couvent, qui était représenté au chapitre de la province de France en 123260.

  • 61 Je nuance ici les propos de Wlllemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 26–27. Voir aus (...)
  • 62 La province étant trop vaste, elle fut très vite divisée en « nations » ou « vicaries » : Meerssem (...)

24L’intervention de la province de France, dont relevait le couvent dominicain, comme le couvent mineur ou le couvent carme, offre matière à réflexion. L’écueil de la langue avait fait basculer le couvent de Liège dans la province de France : comme les Ordres mendiants étaient « dynamiques », les frères voyageaient souvent de couvent en couvent, au sein de leur province. Si le couvent de Liège avait été rattaché à la province de Teutonie, aucun frère liégeois n’aurait pu comprendre les idiomes germaniques des autres couvents et inversement. La prédication au peuple en aurait évidemment pâti. Le choix de la province de France pour le couvent de Liège était donc linguistique... même s’il ne faut pas chercher dans les limites de cette province une « frontière linguistique ». Comme on le verra, un certains nombre de villages thiois étaient inclus dans la zone de prédication des Prêcheurs et il est pratiquement certain que des frères du couvent de Liège étaient attachés à la cura animarum et à la prédication dans ces régions, s’exprimant en moyen-néerlandais61. Le couvent de Liège faisait donc partie de la province de France et, au sein de celle-ci, de la nation de Champagne62.

  • 63 Anslaux P., Les frères prêcheurs et les circonscriptions ecclésiastiques antérieures à 1559, p. 141
  • 64 Dossier novembre 1233. Voir aussi dossier 7 mai 1249.

25D’où venaient ces frères ? Du couvent de Reims pour l’enquête d’expertise, puis de celui de Lille pour la fondation proprement dite, dit le père Ansiaux, sans donner l’ombre d’une justification par une source ou un travail — probablement parce qu’il n’en existe guère63. Quant à l’argument selon lequel les frères Godescalc et Michel, cités dans un acte de 1233, seraient originaires de Lille, il semble étrange, puisque jamais ce qualificatif géographique n’a été accolé à leur nom, ni dans cet acte, ni ailleurs64.

  • 65 Peut-être est-ce là, selon moi, la raison de la confusion du père Ansiaux : n’aurait-il pas confon (...)
  • 66 Dossier novembre 1233. Et non avec l’acte de 1233–1234 (dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (7)) (...)
  • 67 Dossier 13 août 1242. Voir aussi Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, (...)
  • 68 Boeren P.-C., Guiard de Laon ; plus la notice complémentaire du Dhge , t. 22, Paris, 1988, col. 762
  • 69 Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 21–22 et Marchandisse A., La fonction épiscopale (...)

26Ce qui est certain : leur installation non loin de la collégiale Saint-Jean, dans le quartier de l’île65. Leur première trace se trouve dans un acte date de novembre 123366. Leur église fut consacrée à Sainte-Catherine le 13 août 124267 par l’évêque de Liège Robert de Thourotte, accompagné de Guiard de Laon, évêque de Cambrai68 et de Boniface de Bruxelles, évêque démissionnaire de Lausanne, alors suffragant de Liège69.

  • 70 Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 211.
  • 71 Wlllemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 22–23 ; Peers F., Les Dominicains et les Fra (...)
  • 72 Jean de Neuvice, qui fréquenta le couvent de Saint-Jacques, à Paris : cf. p. 535–536.
  • 73 Naveau De Marteau L. et Poullet A., Recueil, no 1166. Il a été échevin de Liège de 1233 à 1272 : De (...)
  • 74 Dossiers décembre 1273 ; mars 1281.

27Comme pour les Franciscains, il n’y avait pas de mention objective de bienfaiteur laïc qui eût assisté les Mendiants dans les fondations. Jean d’Outremeuse en mentionnait trois : « Rausquin le bolengier et mesire Johans et Pirars de Nuevis, chevaliers et freires, et des altres bons borgois d’Ysle70 ». Willemaers puis Peers ont bien montré que, si Jean de Neuvice avait alors bien existé, les deux autres personnages étaient probablement fictifs71. La participation du lignage des Neuvice à cette fondation est probable : non seulement cette famille utilisa les services des Dominicains pour célébrer la memoria des membres du lignage, mais elle donna aussi au moins un fils à l’Ordre de saint Dominique72. Un autre argument : d’après les listes d’épitaphes éditées par le héraut d’armes Van den Berch, une lame funéraire posée dans l’église des Prêcheurs mentionnerait Anno domini M. CC. LXXI. II idus februarii Henricus de Novo Vico Scabinus Leodiensis fundator huius loci. Orate pro eo73. Mais il faut se méfier des personnages qui se présentaient — ou que le couvent présentait — comme fondateurs. Bien souvent, ils n’étaient que des bienfaiteurs qui avaient fait de grands legs contre moults services liturgiques, pour le salut de leur âme. Ainsi, ce fameux « fondateur » Henri de Neuvice avait-il cédé une confortable pension aux Prêcheurs74. Ne serait-ce pas pour cela qu’il était appelé (ou s’était fait appeler) fondateur ? Dans quelques lignes, je présenterai un exemple similaire de fondateur « autoproclamé », chez les Carmes. Même si ce titre de bienfaiteur était le reflet d’une réalité un peu forcée, le rôle du lignage des Neuvice dans les premiers pas du couvent ne peut être négligé.

  • 75 Le Goff J., Saint Louis, p. 140–141.
  • 76 Little L.K., St. Louis-Involvement with the Friars, p. 134. Voir aussi Mercuri Ch., S. Luigi e la c (...)
  • 77 Le Goff J., Saint Louis, p. 140–146. À ce propos, on consultera l’ouvrage de Mercuri Ch., Corona di (...)
  • 78 Le Goff J., Saint Louis, p. 146–148.
  • 79 Voir Taburet-Delhaye E., Reliquaires de saintes Épines données par saint Louis.
  • 80 Cette lettre n’est plus conservée qu’en copie : dossier 8 septembre 1267. Jusqu’à présent, elle ét (...)
  • 81 Voir p. 502, note 161.
  • 82 Taburet-Delhaye E., Reliquaires de saintes Épines données par saint Louis, p. 210–211.
  • 83 Inv. O A 9445. Voir Taburet-Delhaye E., Reliquaires de saintes Épines données par saint Louis, p.  (...)
  • 84 Pour comparaison, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article, à paraître sous peu : Un tré (...)
  • 85 Archivio Generale Ordinis Praedicatorum, Convento Santa Sabina – Aventino, fonds Libri, Liber N, p (...)
  • 86 Le seul reliquaire encore identifié et conservé au Musée du Louvre — une couronne-reliquaire n’aya (...)

28L’installation des Prêcheurs à Liège ne donna pas lieu à de grands développements légendaires. Une particularité remarquable : la donation par saint Louis d’une épine de la couronne du Christ aux Prêcheurs de Liège, en 1267. Relique royale, mais aussi relique symbole de l’humilité, relique du Christ souffrant, cette couronne avait tout pour faire de saint Louis le « roi des reliques », comme le dit joliment Jacques le Goff75. On sait que saint Louis était un bienfaiteur patenté des couvents de Mendiants76. En 1239, le roi avait réussi à rapatrier à Paris la couronne d’épines qui ceignit la tête du Christ. Il y ajouta au fil des ans d’autres reliques de la Passion77. Puis, il décida de faire construire l’écrin, la Sainte-Chapelle, consacrée en 124878. Le roi, prodigue, distribua alors des épines de la sainte Couronne dans la Chrétienté : le chapitre de Valence, l’évêque de Vicenza, Les Mineurs de Séez, les Bénédictins de Cluny, l’abbaye de Saint-Maurice d’Agaune reçurent une part de cette grande relique, par le biais du roi de France79. Et, en 1267, le 8 septembre, les Dominicains de Liège en reçurent, à leur tour, un morceau. Saint Louis leur envoya une sainte Épine, accompagnée d’une lettre datée de Senlis80. Pourquoi un tel témoignage d’attachement aux Dominicains liégeois ? La question n’avait jamais reçu de réponse. J’en dirai quelques mots un peu plus loin81. Cette épine était enchâssée dans un reliquaire cruciforme qui n’était pas antérieur à la mi-xive s.82. Une autre sainte épine, à l’origine non identifiée, se trouvait dans une couronne reliquaire, dite de Saint-Louis, de 1260–1280, provenant du couvent lui-même ; la couronne entra au Musée du Louvre en 194783. Cette donation de relique — une attitude typiquement royale84 — initia tout un complexe de reliques dites royales, liées par la tradition à saint Louis. En 1715, le père Bernard Julinet en fit l’inventaire : une croix reliquaire, la relique de la sainte Épine enchâssée, une pateram ex auro purissimo artifiosissime elaboratam, gemmis lapidibusque praetiosis exornatam, nec non particulam sanctae Crucis decoratam, quam ut credimus, ad bibendum utebatur S. Ludovicus, dum mensae assideret hac modo utimur ad sacra mysteria peragenda diebus Epiphaniae et beati Ludovici munificentissimi benefactoris nostri, un diadème en or, un pallium regium liliis ex auro textis undequamque refertum, ex quo casulam et dalmaticus confici curarunt antiqui Patres nostri, ut missis solemniotibus [corr. solemnitatum] diebus Nativitatis Epiphaniae et S. Ludovici inservirent85. Cet amas de reliques « royales » donnait au couvent ces fondements légendaires qui lui manquaient, à l’instar de la création, aussi à l’époque moderne, de la légende du frère Julien chez les Mineurs de Liège86.

3. Le couvent carme : une fondation mystérieuse

  • 87 Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 2, p. 3–4 ; repris (...)
  • 88 Staring A., Notes on a List of Carmelite Houses in Medieval France, p. 157–160 ; voir Simons W., Be (...)

29Suivant une tradition fermement établie, la fondation du couvent des Carmes a été placée en 1249. À l’appui de cela, une inscription, reprise par les érudits liégeois du xviie et xviiie s., datant la fondation de 1249, sous l’égide de Simon Stock87. Or il s’avère que ce dernier, cité comme maître général dans le document épigraphique, ne le fut que de 1254 à 1265. Ces dernières limites chronologiques donnent une orientation à la résolution du problème. Il trouve sa solution d’autant plus facilement si l’on prend en considération les autres fondations de couvents carmes alentour de Liège. Une liste des couvents de la province carme de France, par ordre chronologique de leur insediamento, dressée en 1491, plaçait clairement le couvent de Liège entre ceux de Paris (fondé en 1258) et de Metz (fondé en 1262) d’une part, et ceux de Bruges (fondé en 1264) et d’Ypres (fondé en 1265) d’autre part88. Pas un seul couvent fondé avant 1258 !

  • 89 Impliqué quand même dans le récit de fondation, dépourvu de référence aux sources et relativement (...)
  • 90 Dossier novembre 1265.
  • 91 Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 37–39.
  • 92 Voir p. 175–176.
  • 93 Dossier 19 octobre 1269. Les Bénédictins agissaient en connaissance de cause : ils avaient vu s’in (...)
  • 94 Dossier 2 octobre 1271 (2).
  • 95 De Moreau É., Histoire de l’Église en Belgique, t. 3 : L’Église féodale, 1122–1378, p. 497–498.
  • 96 Dossat Y., Opposition des anciens ordres à l’installation des Mendiants, p. 278–280. Comme le souli (...)

30Cependant qu’en novembre 1265, l’évêque Henri de Gueldre89 concédait aux Carmes de Liège le droit de chanter les heures et offices à haute voix, de confesser, de prêcher, d’exercer la cura animarum, d’enterrer ceux qui le désiraient dans leur cimetière, tout en veillant aux droits des églises paroissiales90. L’élu de Trèves, Henri de Fingstein, ne donnait pas d’autres directives dans un acte adressé aux Carmes, du 24 avril 1264, qui leur permettait de fonder des couvents en son diocèse ! Ce n’est qu’à partir de 1270 que les frères du Mont-Carmel s’installèrent vraiment dans la région de Trèves91. Mais ce qui importe ici, c’est la similitude entre l’acte de 1264 et celui de 1265. L’évêque de Liège ne se serait-il pas inspiré de la procédure utilisée par l’archevêque de Trèves ? Et dans ce cas, n’était-ce pas un acte lié, sinon à une fondation conventuelle, du moins à un encouragement à y procéder, comme à Trèves ? 1265 : Simon Stock était toujours maître général. Il aurait donc pu exécuter les démarches essentielles à la fondation d’un couvent à Liège. C’est en 1269, ou peu avant, que les Carmes installèrent un couvent sur un terrain appartenant à l’abbaye de Saint-Jacques. Étaient-ils là depuis longtemps ? Peut-être... mais ils n’avaient pas encore construit de bâtiment. Les Bénédictins de Saint-Jacques réagirent en poussant les Carmes à reconnaître une série d’obligations vis-à-vis d’eux, afin qu’ils n’empiètent pas sur le terrain avoisinant ni sur les prérogatives des paroisses voisines92. De la sorte, les moines se prémunirent contre les visées éventuelles des Carmes et les troubles qu’aurait pu provoquer un Ordre trop actif93. Cet acte fut confirmé par le maître général de l’Ordre : ultime assurance donnée aux Bénédictins94. Ce genre d’exigences, les Carmes qui s’installèrent à Bruxelles entre 1268 et 1292 les retrouvèrent, de la part des chanoines de la collégiale Sainte-Gudule, comme si les « anciennes fondations » s’étaient passé le mot95. Ainsi, la fondation liégeoise du couvent des Carmes dut avoir lieu en 1265, ou peu après cette date, à la suite d’une « invitation » d’Henri de Gueldre. Le rôle de l’évêque favorisant les fondations de Mendiants se dessine de plus en plus96. Après une « période d’essai », serait venu le temps de la fondation définitive, de la construction du couvent, en 1269.

  • 97 Dossier 17 octobre 1294 : « Anniversair pour Jean Fournier fondateur de cette maison. Selon le reg (...)
  • 98 Thielens J., Le couvent des Carmes chaussés à Liège, p. 49–50 ; Bouille T., Histoire de la ville et (...)

31Comme chez les Dominicains, il est question de bienfaiteurs qui s’arrogèrent le titre de fondateur, tel Jean Fournier. Et les Carmes de faire remarquer que cette dernière appelation n’était que le reflet de la volonté du bienfaiteur97 ! Une autre légende apparaîtrait aux xvie s. – xviiie s., qui voudrait lier la fondation du couvent à l’arrivée de frères du Mont-Carmel, ramenés de Terre Sainte par... saint Louis, en 125498 !

4. Le couvent des frères du Sac : une fondation brisée en plein essor

  • 99 Bertrand P., Monasticon Belgicum, p. 59–70 pour une notice complète, un état des archives et de la (...)
  • 100 Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 76–77.
  • 101 Cité comme recteur général en 1264, 1265, 1267 : Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Pro (...)
  • 102 Dossier 1er août 1265. On constate qu’à la fondation d’autres couvents de frères du Sac, des accor (...)
  • 103 Poncelet É., Le livre, p. 371 : 22 juin 1333, « Gilotiaz filz Renier de Mont de Fehe releva a Liege (...)

32L’Ordre des frères du Sac naquit à Hyères, en Provence, sous la houlette de Hugues de Digne, à la fin des années 40 du xiiie s. En 1251, pas moins de treize couvents se réunissaient en un chapitre général à Marseille. Puis un fort courant de fondations fut lancé. En 1264 au plus tard apparaissait la sixième province de l’Ordre, la province allemande, à laquelle appartenait probablement le couvent de Liège99. Celui-ci vit le jour vers 1265, cinq ans après celui de Cologne100, à la demande du frère Juvenis, rector generalis Ordinis fratrum de Penitentia Jesu Christi101, qui s’engagea, dans un acte du premier août 1265, adressé au chapitre de Saint-Lambert, à ne pas fonder d’autre couvent dans le diocèse, à respecter le droit des églises de Liège, à ne pas faire usage d’un quelconque privilège, à respecter les interdits... contre le droit de célébrer à haute voix les offices divins, « in domo quam, Dei provisione, in civitate Leodiensi habemus seu habuerimus102 ». Peut-être leur emplacement était-il un fief tenu de l’évêque ? Un relief de fief de 1333 le fait supposer103. C’est plausible, d’autant plus que ce n’aurait pas été la première fois que l’évêque de Liège participait activement à la fondation d’un couvent de Mendiants.

  • 104 Voir à leur propos, outre Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbrüder (...)
  • 105 Voir p. 287, par ex.
  • 106 Comme le montre un legs de Pierre de Taviers alors : « [lego] fratribus Saccinis quinque solidos l (...)
  • 107 A.É.L., Hôpital Saint-Michel dit des Pauvres-en-île, 227, f° 198v : « Li dame ke om dist de Velrus (...)
  • 108 Dossier 19 octobre 1297.
  • 109 Kurth G., La Cité de Liège, t. 1, p. 304–305.
  • 110 À moins que celui-ci n’ait existé comme tel, annexé au couvent, avant 1274 ? Voir p. 475.
  • 111 Voir p. 475. Voir aussi Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbriider,(...)
  • 112 Voir p. 142–143.
  • 113 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 75–76 ; Gobert T., Les Sacs à Liège ; Lah (...)

33Installés dans le faubourg de Saint-Léonard, leur église était consacrée à saint Didier104. Dès les débuts, les legs affluèrent105. Le couvent de Liège survécut au moins jusqu’en 1291106. Une trace hypothétique se trouve dans un chassereau de 1294107. En 1297, il était supprimé depuis déjà quelques temps, comme le montre un passage du testament d’Ode de Saint-Servais : je ai ausi trois sous de ligois et IX deniers de cens sor un cortilh ki gist entre sain Lienar et le maison ki fu ja dis les freres des Sais108. Il n’y aucune preuve qui permette de dire, comme G. Kurth, que les frères du Sac, désœuvrés, intégrèrent les rangs des Prêcheurs109. Probablement avaient-ils transformé leur couvent en hôpital110, continuant à desservir leur lieu de culte, devenu une chapelle111. Peut-être aussi certains frères, voire toute la communauté des Saccites passa-telle dans les rangs du Tiers-Ordre de saint François, qui apparut dans le quartier de Saint-Léonard, au même endroit, au début du xive s.112. À une date inconnue, probablement dans les premières décennies du xive s., les biens conventuels furent intégrés au patrimoine de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste. La chapelle de l’hôpital — l’église du couvent ? — dédiée à saint Didier, continua à être desservie113.

5. Le couvent des Clarisses : une fondation avortée

  • 114 De Kok D., De origine ordinis S. Clarae in Flandria, p. 25–28 et 120ss ; Lippens H., Une bulle ; Al (...)
  • 115 Boulvain S., Contribution à l’histoire religieuse de la ville de Liège : la fondation de couvents à (...)
  • 116 Vottem, comm. Herstal, arr. Liège, prov. Liège. Ce ne fut pas la seule tentative pour fonder un co (...)
  • 117 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f 264r.
  • 118 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 69, f 87r.
  • 119 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f 264v.
  • 120 Dossier 23 octobre 1345.
  • 121 Auteur de la Chronique des comtes de la Marck — édition : Zschaeck F., Levoldi de Northof Chronica (...)
  • 122 Dossier 23 octobre 1345.
  • 123 Voir p. 166–168.
  • 124 Dossier 8 novembre 1345.
  • 125 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f° 264v-265r.
  • 126 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f 265r-266v. Ici, c’est l’évêque qui trancha : dans d’autres (...)

34L’installation des Clarisses, du deuxième Ordre franciscain, fut chose faite à Liège un peu avant 1475114. D’autres prirent place dans la Cité au xviie s.115. Mais ce qui est resté totalement ignoré des historiens de Liège, jusqu’à présent, c’est qu’une tentative de fondation d’un couvent de Clarisses avait eu lieu au milieu du xive s., au lieu-dit : « en Bouxthai », à cinq kilomètres de Liège116. Au début des années 1340, trois sœurs, Dulle, Jeanne et Enguienne, disposèrent de leurs biens pour fonder un monastere de filles de l’Ordre de saincte Claire au lieu de Bruxtheal117. Dès 1342, le couvent semblait établi — fondé ? — puisque Renard, fils de Jean Mokines, transporta par devant la cour de Herstal aux religieuses de sainte Claire de la tenure bois jardin courte et assiez de Boxtea118. Peut-être les trois sœurs avaient-elles lancé elles-mêmes la fondation, sans investissement de construction dans un premier temps, comme si elles avaient alors vécu en béguinage ? En 1344, Jeanne rédigea son testament : la susditte Jehenne a laissé par don, testament, oultre les legats la mesme specifiez (entre quels elle laisse un muid d’espeaute à l’hospital Saint Jean) la generalité de tous ses biens meubles et immeubles, pour construire et fonder, au lieu de Bouxhteal, un monastere de religieuses de saincte Claire ; conditionné que, si ludit monastere encommencé ne vient pas en avant, lesdits biens se doibvent applicquer aux maisons et lieux pieux119. C’est alors qu’Englebert de la Marck, l’élu de Liège — encore une intervention épiscopale — fit son entrée sur la scène, comme mambours sourains et desoircrains delle maison de religion, qui doit estre faite et fondet en lieu que ons appelle Busseteal deleis Liege120. Il donna pleins pouvoirs aux exécuteurs testamentaires — deux chanoines de la cathédrale, dont le chroniqueur Levold de Northof121 et un chapelain de la collégiale Saint-Pierre — pour vendre des alleux appartenons alle ditte maison de Busseteal pour le proffit et utiliteit evidente delle ditte maison122. Un acte consignant cette vente fut passé devant la Chaise-Dieu123, le 8 novembre 1345124. Malheureusement, en 1359, Englebert fut contraint de constater l’échec de la fondation : il fit vendre lesdits heritaiges de Bouxtheal, lesquels n’estant pas trouvez suffissants pour la ditte fondation, et estant deteriorez par la negligence des executeurs du testament de la ditte demoiselle Jehenne125. La réalisation de la vente permit d’obtenir mille livres tournois, avec lesquels une chapelle fut érigée en liewe desseurdit de Bouxtheal, pour celebrer messes et prier por les salut et remede des armes desdittes testatresses et de leurs antecesseurs perpetuellement. De plus, fut institué un revenu annuel de 120 muids d’épeautre, dont un tiers fut donné aux proismes (proches), un tiers à la Chartreuse de Liège, pour ses œuvres pieuses et un tiers fut consacré à l’entretien de la chapelle126. Par la suite, le souvenir même de cette tentative de fondation s’estompa totalement.

6. Le couvent du Tiers-Ordre de saint François : une fondation nébuleuse

  • 127 Dossier 11 mars 1323 : une rente était due « conventui fratrum Penitencium de Tercio Ordine beati (...)
  • 128 En 1403, il y a toujours une « toure des Beghars en li Basse Savenire a Liege » (dossier14 juillet (...)
  • 129 Dossier 15 avril 1332 ; voir aussi dossier 24 janvier 1349. Il ne faisait que poursuivre une polit (...)
  • 130 Gieben S., I Penitenti di San Francesco nei Paesi Bassi, p. 71.
  • 131 Pompei A., Vita comunitaria tra penitenti francescani belgi, p. 135 ; Simons W., Stad en apostolaat (...)
  • 132 Dossier 25 mars 1315.
  • 133 Dossier 11 octobre 1325.
  • 134 Andreozzi G., La Congregazione belga o “Capitolo di Zepperen” del Terzo Ordine Regolare di san Fran (...)

35Bon nombre de couvents de bégards passèrent d’un bloc dans le Tiers-Ordre franciscain, au début du xive s. À Saint-Trond, c’était chose faite depuis quelque temps en 1322127. À Liège, des béguins étaient encore cités comme tel en 1336 — mais cela signifiait-il grand-chose ? En effet, l’assimilation par la population des bégards et des frères du Tiers-Ordre était telle que ces derniers continuaient à être qualifiés de bégards128 ! Adolphe de la Marck s’occupa particulièrement du sort des frères du Tiers-Ordre, reproduisant des bulles papales en leur faveur129, et demanda aux bégards de son diocèse, en 1333, d’intégrer les rangs des frères du Tiers-Ordre130. Les frères continuèrent à avoir des activités caritatives ou artisanales, comme le tissage131. C’est dans la première moitié du xive s. que dut apparaître le couvent du Tiers-Ordre de saint François à Liège. En effet, un frère Pirres delle Tierche Ordre de saint Franchois était cité en 1315132 et en 1325133. Cette maison intégra-t-elle les bégards liégeois ? Ce n’est pas impossible... Beaucoup de communautés de bégards se fondirent alors dans le Tiers-Ordre, tout en mettant en place des structures pour se lier les unes aux autres. Cela donna lieu à la congrégation de Zepperen, au xve s.134.

  • 135 Dossier 3 juin 1377.
  • 136 Dossier 28 février 1424. Une autre intervention épiscopale dans les couvents du Tiers-Ordre à Lièg (...)

36Il semble que le couvent du Tiers-Ordre jouxtait l’ancien couvent des Sacs : un acte de 1369 l’appelle maison contre les Sas ; le couvent des freres condist delle Tirche Ordene constitueis en le maison et assieze qui fut Johan del Raccur jadit citain de Liege, de fours le porte s. Lienar, contre l’ospitaul des Sas a Liege135. Il était appelé ailleurs : maison et covent des freres delle Tirche Ordene situee dedens le paroiche saint Thomas, adfours delle pourte saint Linair a Liege136. Peut-être cette maison accueillit-elle aussi les ex-frères du Sac au xive s. ?

7. Les Croisiers, les Guillemins, les Écoliers : trois fondations « para-mendiantes »

  • 137 Voir Marchandise A., La fonction épiscopale à Liège, qui lui rend déjà justice tout au long de sa (...)
  • 138 Et non 1276 (une « coquille » du monasticon belge) : Van De Pasch A, Monastère des Croisiers à Liè (...)
  • 139 dossier 26 septembre 1273.

37Le couvent des Croisiers à Liège fut probablement fondé dans la mouvance des installations des Carmes et des Saccites, avec l’aide d’Henri de Gueldre, qui n’apparaît certainement pas ici comme le spadassin infâme que la tradition liégeoise fit de lui137. C’est, une fois de plus, l’abbaye de Saint-Jacques qui accueillit, en 1273138, ces religieux sur ses terres et leur imposa les mêmes obligations que les Carmes, preuve encore de l’amalgame que les hommes du xiiie s. faisaient de toutes ces communautés urbaines nées au xiiie s., les confondant en un ensemble empreint de réalisme pragmatique139.

  • 140 Dossier 16 novembre 1269 : « [lego] fratribus minoribus de Leodio duos s. ; baretis XII d. [= Carm (...)
  • 141 Dossier 3 décembre 1295 (testament du 26 juillet 1270) : « ... apres je lais a Croisiés, a Barreis (...)
  • 142 Dossier mars 1272 : « ... as cescun covent des Barres, des Crosies et des Sas, 10 sous en pitance. (...)
  • 143 Van De Pasch A, Monastère des Croisiers à Liège, dans Monasticon Belge, t. 2/3 : Province de Liège,(...)

38Mais, chose étonnante, des laïcs léguaient déjà aux Croisiers de Liège en 1269140, en 1270141, en 1272142. Probablement la procédure fut-elle semblable à celle mise en œuvre par les Carmes : d’abord une invitation d’Henri de Gueldre (avant 1269 ?) puis une période probatoire par une équipe de frères et enfin l’installation « matérielle » d’un couvent en 1273. L’église était dédiée à saint Mathieu143.

  • 144 Voir Poncelet É., Le monastère de Bernardfagne, p. 151. Ce couvent de Bernardfagne était aussi une (...)
  • 145 Voir Van Der Made R., Inventaire analytique et chronologique du chartrier des Guillemins, p. 8–10  (...)

39Les Guillemins apparurent à Liège en 1287, invités par Jean de Flandre, pour remplacer huit prêtres installés par un cantor de la cathédrale, Gérard de Bierset, dans un manoir situé en Avroy, dans les faubourgs immédiats de Liège au cours du xiiie s. Ils venaient du monastère de Bernardfagne144. Cette petite fondation acquit au fil du temps le statut de prieuré145.

  • 146 Voir Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 126 (repris dans Bormans (...)
  • 147 Dossier janvier 1231.
  • 148 Barbier V., Histoire du monastère de Géronsart, p. 220–221, no 14 (éd.).
  • 149 Dossier octobre 1231. Ces chanoines venaient-ils d’une fondation primitive au ValBenoît ? Voir Col (...)
  • 150 Le nom de ce personnage dut stimuler suffisamment l’imagination de Jean d’Outremeuse pour lui fair (...)
  • 151 Sur Jean de Nivelles, voir la notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 361— 363, no 49 (...)
  • 152 Voir à ce sujet Guyon C., Rive droite, Rive gauche.

40Quant aux Écoliers, ils prirent place en 1231 à Liège, en un monastère dit de l’Île-Notre-Dame. À cet endroit, appelé « Graveria » se trouvait d’abord une église, dédiée à la Vierge146. Jean d’Eppes y installa un prieuré de chanoines réguliers en janvier 1231147. Quelques mois plus tard, l’évêque céda le prieuré au couvent de Géronsart, affilié depuis 1221 à l’Ordre du Val-des-Écoliers148 ; l’institution liégeoise prit alors le nom de couvent du Val-des-Écoliers149. À ce transfert participèrent Otton, le doyen de Saint-Paul150 et maître Jean de Nivelles, chanoine de Saint-Jean-l’Évangéliste puis chanoine d’Oignies, ayant fréquenté les milieux parisiens, gravitant dans les mêmes sphères intellectuelles et spirituelles que Jacques de Vitry, un des grands artisans de l’arrivée des Dominicains à Liège au même moment151. Le choix du Val-des-Écoliers n’était évidemment pas innocent : c’était un nouvel Ordre intellectuel, baigné de la spiritualité du xiiie s., porté sur la prédication, très proche de l’Ordre des Prêcheurs par les règles, par l’esprit et par le fonctionnement152. Comme si Jean d’Eppes avait décidé d’installer à Liège un creuset intellectuel et spirituel de haut niveau.

  • 153 Contre l’hypothèse de Mus O., Trio P., L’implantation des ordres mendiants, p. 179–181, à propos d (...)

41L’influence de l’évêque dans toutes ces fondations et installations est claire et sans équivoque. Mais je ne pense pas qu’on doive voir dans ces fondations échelonnées et très diversifiées comme l’écho d’une période de développement économique, qui les aurait en quelque sorte « attirés » à Liège153. Elles furent le fait d’hommes et des circonstances.

Notes

1 Michaud-Quantin P., Universitas, p. 88–89, 102–103.

2 Congar Y.M., Aspects ecclésiologiques de la querelle entre mendiants et séculiers, p. 36–38.

3 Sur les Ordres mendiants en général, les synthèses ne manquent pas : Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquête religieuse ; Elm K., Bettelorden. Un bon aperçu récent et très synthétique : Picasso G., Monachesimo e ordini mendicanti. Pour un aperçu critique d’un grand nombre de publications récentes, voir Bertrand P., Ordres mendiants et renouveau spirituel du bas Moyen Âge (fin du xiie S.xve s.).

4 Sur saint François, voir la dernière biographie parue : Frugoni C., François d’Assise. La vie d’un homme, mais aussi la stimulante relecture des biographies de l’Assisiate par Dalarun J., François d’Assise ou le pouvoir en question. Sur le Franciscanisme, on verra, entre autres et par exemple, Merlo G.G., Tra eremo e città ; Lawrence C.H., The Friars, p. 26–64 et le travail irremplaçable de Gratien De Paris, Histoire de la fondation et de l’évolution de l’OFM.

5 Sur cet Ordre, voir la bibliographie précitée, plus Vauchez A., Claire et les mouvements religieux féminins de son temps. Une intéressante carte de sa diffusion se trouve dans Roussey M.-C., Atlas du deuxième ordre. Étapes de l’expansion de l’ordre. L’ouvrage de De Kok D., Bijdragen tot de geschiedenis der Nederlandsche Klarissen en Tertiarissen voor de Hervorming, est vieilli et ne concerne qu’Utrecht, contrairement à ce que prétend son titre. Pour nos régions, on consultera aussi et surtout Roggen H.R., De Clarissenorde in de Nederlanden.

6 Temperini l., Pazzelli r., Terziari regolari in Francia, Rome, 1992. Pour nos régions : Gieben S., I Penitenti di San Francesco nei Paesi Bassi ; Pompei A., Vita comunitaria tra penitenti francescani belgi ; cet Ordre est souvent confondu avec les béguins : Duvernoy J., Béguins et béguines : du tiers ordre à la maison. C’est ce qui explique le constat de carence de Péano P., Le Tiers-Ordre Franciscain séculier en France qui ne s’est pas intéressé au mouvement des béguins.

7 Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquête religieuse, p. 771.

8 Pour les contours juridiques de l’Ordre, voir Toxe Ph., L’esprit et la lettre du droit de la famille dominicaine.

9 Sur la personnalité de saint Dominique et les premiers temps de l’Ordre, le travail le plus stimulant qui soit para récemment est celui de Canetti L., Da san Domenico alle Vitae Fratrum, (qui montre combien l’hagiographie dominicaine des premiers temps met l’accent sur un élitarisme ascétique des frères Prêcheurs) — on verra aussi, du même et paraissant aussi riche : Canetti L., L’invenzione della memoria. Il culto e l’immagine di Domenico nella storia dei primifrati Predicatori, Spolète, 1996 (Biblioteca di “Medioevo Latino”, 19). Pour une biographie de saint Dominique, on se référera toujours aux travaux du père Vicaire, notamment Vicaire M.-FL, Dominique et ses Prêcheurs et Vicaire M.-FI., Histoire de saint Dominique, 2 vol. Sur l’Ordre, on verra la synthèse de Hinnebusch W.A., The History of the Dominican Order, notamment t. 1, p. 13–118 pour les débuts jusqu’à la mort de Dominique — une traduction abrégée par G. Bédouelle : Hlnnebusch W.A., Brève histoire de l’Ordre dominicain, Paris, 1990 (Histoire). Cf. aussi Lawrence C.H., The Friars, p. 65–88.

10 Vauchez A., Les Ordres mendiants et la reconquête religieuse, p. 773.

11 Sur le ministère des religieux mendiants, voir Hourlier J., L’Âge Classique 1140–1378. Les religieux, p. 479–484.

12 Voir, pour une monographie de couvent d’Ermites de Saint-Augustin, Beckmann T., Zumkeller A., Geschichte des Wurzburger Augustinerklosters, p. 2–105 pour le Moyen-Âge.

13 À cause de leur habit primitif, à rayures noires et blanches : Friedman E., The Latin Hermits of Mount Carmel, p. 197–198 ; Staring A., Medieval Carmelite heritage, p. 49–50 et 54–70 : les Carmes changèrent d’habit pour un manteau blanc en 1287.

14 Webster J.R., Carmel in Medieval Catalonia, p. 1–33 ; Boaga E., Origini ed evoluzione dei Carmelitani in Francia ; Lawrence C.H., The Friars, p. 94–98 ; Smet J., Dobhan U., Die Karmeliten. Eine Geschichte, t. 1 ; Friedman E., The Latin Hermits of Mount Carmel, p. 170–199 ; Staring A., Medieval Carmelite heritage ; Baudry J., Le Carmel médiéval devant le choix « désert-ville » ; Clcconetti C., La regola del Carmelo, surtout p. 49–363 ; De Sainte-Marie M., Carmel ; pour les sources narratives : Boaga E., La storiografia carmelitana nei seccoli XIII e XIV .

15 Sur les frères du Sac, voir comme travail le plus récent : Bertrand P., Monasticon Belgicum ordinis fratrum de Penitentia Iesu Christi sive de Sacco. Cum appendice de ordine de Pica, notamment p. 17–35, ainsi que Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbrüder et Giacomozzi G.-M., L’Ordine della Penitenza di Gesù Cristo, Rome, p. 9–49.

16 Sur les Croisiers, voir Vinken M., Croisiers ; Van Rooijen H., De oorsprong van de orde der Kruisbroeders ; Reijners G.Q., A survey of european Crosier Historiography. Nous n’avons pu consulter Van Den Bosch P., Sie teilten mit Jedermann : Eine kurze Geschichte des Ordens der Kreuzherren, Bonn, 1978 et Reijners G.Q., Beiträge zur Geschichte des Ordens vom heiligen Kreuz und seiner Spiritualität, Bonn, 1993 (Historische Institut der Kreuzherren).

17 Sur les Guillemins, voir Bailly P., Guillelmites et l’ensemble des ouvrages de Kaspar Elm sur les Wilhelmites, comme Elm K., Beitràge zur Geschichte des Wilhelmitenordens, Cologne, 1962 ou Elm K., Bijdrage tot de geschiedenis der Wilhelmietenorde in België, dans Bijdragen tot de geschiedenis, t. 30, 1939, p. 155–159. Un de ses derniers articles parus à ce propos, Elm K., Der Wilhelmitenorden, montre bien qu’on aurait tort de considérer cet Ordre comme un « simple » Ordre bénédictin « traditionnel », mais que ses relations au monde, importantes, l’en différenciaient grandement. Voir aussi : Castellani C., Dall’eremo al cenobio : la comunità agostiniana di S. Guglielmo di Malavalle, dans Analecta Augustiniana, t. 48, 1985, p. 219–256.

18 Guyon C., Rive droite, Rive gauche.

19 Les Franciscains raffinèrent encore en introduisant un niveau supplémentaire de répartition géographique, intermédiaire entre le couvent et la province : la custodie, qui regroupait un ensemble de quatre ou cinq couvents, au sein desquels on choisissait un supérieur, le custode ; voir par exemple Brusselaers M., Bijdrage tot de Geschiedenis van de Franciscaanse “Custodia Brabantiae” À propos des provinces des Carmes, on verra notamment Boaga E., La struttura delle province nell’Ordine dei Carmelitani. Sur les structures de l’Ordre dominicain : Hinnebusch W.A., The History of the Dominican Order, t. 1, p. 169–293 et sur les supérieurs de l’Ordre : t. 1, p. 195–216.

20 Par exemple, Lawrence C.H., The Friars, p. 152–165. Sans oublier les traditionnels Gratien P., Ordres mendiants et clergé séculier à la fin du XIIIe siècle et Congar Y.M., Aspects ecclésiologiques de la querelle entre mendiants et séculiers... À voir, l’article de Pellegrini L., Mendicanti e parroci, qui nuance l’idée de conflits importants entre les curés et les Mendiants.

21 Ainsi les critiques du célèbre chroniqueur Mathieu Paris, manifestation d’un « divorce profond entre deux conceptions dela vie monastique très divergentes, pour ne pas dire entre deux visions du monde inconciliables » (Boquet D., Un idéal de théocratie monastique au XIIIe siècle. Mathieu Paris, Chronica Majora, 1235–1259, p. 88–89, ici p. 89) et ce qu’en ont dit des écrivains comme Rutebeuf — cf. Dufournet J., Rutebeuf et les frères mendiants : poèmes satiriques, Paris, 1990 (Traductions des classiques français du Moyen Âge, 46) — ou Erasme — cf. Labeye C., Erasme et les ordres mendiants, d’après sa correspondance, Mém. Lic. inédit, Université de Liège, 1973–1974. On lira l’éclairant Congar Y.M., Aspects ecclésiologiques de la querelle entre mendiants et séculiers.

22 Une historiographie abondante a été produite sur le sujet. À ce propos, on verra notamment Solvi D., Raoul Manselli e la sua eredità nella questione francescana.

23 À ce propos, voir le bon petit aperçu de Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 212–213 et, sur les conséquences concrètes de Latran IV dans les diocèses d’Empire, Pixton P.B., Watchmen on the tower. Sur les grands enjeux de Latran IV, on lira Baldwin J.W., Paris et Rome en 1215. Les réformes du IVe concile de Latran dans Journal des savants, 1997, p. 99–124.

24 Voir Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 213–217 ; Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 110–117 ; De Fontette M., « Religionum Diversitatem » et la suppression des ordres mendiants ; De Fontette M., Les Mendiants supprimés au deuxième concile de Lyon (1274). Frères Sachets et Frères Pies.

25 De Fontette M., « Religionum Diversitatem » et la suppression des ordres mendiants, p. 226. Voir aussi Emery R.W., The Second Council of Lyons and The Mendicant Orders.

26 Boaga E., Il procuratore generale nell’ordine carmelitano.

27 Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 112–113 ; Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 220–221 ; Emery R.W., The Friars of the Blessed Mary and the Pied Friars, p. 236 ; Elm K., Elias, Paulus von Theben und Augustinus als Ordensgründer — En outre, on verra Elm K., Die Bedeutung historischer Legitimation fur Entstehung, Funktion und Bestand des mittelalterlichen Ordenswesen, dans Herkunft und Ursprung. Historische und mythische Formen der Legitimation. Akten des Gerda Henkel Kolloquiums [...] Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf 13. bis 15. Oktober 1991, éd. Wunderli P., Sigmaringen, 1994, p. 71–90 (compte rendu dans Scriptorium, t. 49, 1, 1995, p. 30). Les Carmes s’intitulèrent le plus ancien Ordre de l’Histoire, considérant leurs frères comme les moines originels. Voir Jotischky A., Some mendicant views, p. 38–49. Les Guillemins, eux, déjà assimilés aux Bénédictins, survécurent.

28 De Fontette M., « Religionum Diversitatem » et la suppression des ordres mendiants, p. 223 ; Bertrand P., Monasticon Belgicum, p. 31 et Giacomozzi G.-M., L’Ordine della Penitenza di Gesù Cristo, Rome, p. 49–64.

29 Bertrand P., Monasticon Belgicum, p. 29–35 ; Le Goff J., Le dossier des Mendiants, p. 220–221 ; De Fontette M., « Religionum Diversitatem » et la suppression des ordres mendiants, p. 227 : ils furent « immolés aux griefs séculiers, sur l’autel de la concorde — et sur celui de la sécurité des grands Ordres » ; De Fontette M., Les Mendiants supprimés au deuxième concile de Lyon (1274). Frères Sachets et Frères Pies, p. 198–213.

30 Meersseman G.G., Concordia inter quatuor ordines mendicantes.

31 Par exemple, Parisse M., L’implantation des ordres mendiants en Lorraine, p. 132–135 ; Kloczowski J., Les ordres mendiants en Europe du Centre-Est et du Nord, p. 188–190 ; Favreau R., Les ordres mendiants dans le Centre-Ouest au XIIIe siècle, p. 10–21 ; Delmaire B., Le diocèse d’Arras de 1093 au milieu du XIVe siècle, t. 1, p. 237–245 et les listes plus ou moins fiables de Emery R.W., The Friars in medieval France, p. 7–9.

32 Voir notamment les considérations de Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den Diôzesen Speyer und Worms, p. 198–203.

33 Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 126 (cf. Bormans S., Fragment d’une chronique liégeoise inédite du XIIIe siècle, p. 188).

34 Voir dossiers 20 septembre 1232 (1) et (2). Par exemple, le dossier 20 septembre 1232 (1) : « Actum est hoc apud Leodium, dominica prima post festum beati Lamberti, in ecclesia sancti Francisci, in consecratione eiusdem ecclesie, anno Domini m°cc°xxx° secundo. » La conclusion de ces actes le jour de la consécration n’est pas improbable (voir Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 52). En effet, il s’agissait d’actes entérinant une engagière de dîmes par le seigneur de Clermont à l’abbaye de Flône. Au cours de ces actions juridiques, le seigneur devait reporter ses dîmes dans les mains de l’évêque de Liège, présent, pour qu’il en investît l’abbé de Flône, aux conditions stipulées par le document (sur l’investiture, voir p. 162–163). Quoi de plus simple que de profiter de cette cérémonie de consécration pour, avant ou après cette dernière, rapidement procéder à la dévêture et à la vêture des protagonistes, par le biais de l’évêque présent ?

35 Wlllemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 102–103 ; De Moreau É., Histoire de l’Église en Belgique, t. 3 : L’Église féodale, 1122–1378, p. 484 ; Moorman J., Medieval Franciscan Houses, p. 264. Pour une bibliographie d’ouvrages anciens sur les couvents franciscains sur le territoire belge, on utilisera avec profit Goyens J., Les Franciscains belges et leurs archives. On consultera l’état de la question en matière de recherches récentes de Carnier M., Monastica van de kloosters van de franciscaanse familie ou, du même, Les Monastica des couvents de la famille franciscaine en Belgique.

36 Cf. Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 162 (ne pas se fier à Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 628 — voir Joris A., La ville de Huy au moyen âge, p. 349).

37 À ce propos, voir les commentaires de Haust J., Notes de toponymie liégeoise.3e série : aux Tawes ; « au Trez », p. 498–502.

38 Eggenberger P., Descoeudres G., KIöster, Stifte, Bettelordenshäuser, Beginen und Begarden, p. 438–439.

39 Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 211, 267 et 628.

40 Cette information, venant de Jean d’Outremeuse, un des chroniqueurs les moins fiables qu’un historien puisse utiliser du point de vue des faits (voir Kurth G., Étude critique sur Jean d’Outremeuse), est cependant parlante : les bégards, le pendant masculin des béguines — fort peu présents à Liège — avaient, dans d’autres villes, été très actifs dans le domaine du tissage (voir par exemple Vannérus J., Documents concernant le Tiers-Ordre à Anvers). Or il est communément admis que ces bégards passèrent très rapidement dans les rangs franciscains, du moins dans le Tiers-Ordre et continuèrent à pratiquer ces activités drapières. Il est probable que Jean d’Outremeuse ait transposé sur les Mineurs de l’année 1234 le regard qu’il posait sur les frères franciscains du Tiers-Ordre de son temps. Willemaers pose l’hypothèse qu’ils auraient pu subsister dans le couvent des Bons-Enfants, non loin de la paroisse de Saint-Hubert. Mais cela reste impossible à prouver.

41 Daris J., Notice historique sur l’abbaye de Beaurepart à Liège, p. 310–311. L’étymologie de ce nom : Beaurepart, reste un mystère. Signifiait-il un « beau retour », « bellus redditus » ? Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 107–108.

42 Jean d’Outremeuse impliquait dans ce renouveau deux laïcs, membres de l’élite urbaine : Radus d’île et Gilles Surlet de Hozémont (Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 628). Mais c’est probablement un anachronisme du chroniqueur, comme le montre Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 107 (plus complet dans Wlllemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 9), repris par Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 71 et Baetens J., Minderbroederskloosters [...] Luik, p. 53. Voir aussi l’addition du manuscrit A dans l’édition du texte des Gesta episcoporum de Gilles d’Orval, qui place, par confusion, la consécration de l’ancienne église à la date de la nouvelle : Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 126.

43 Gratien De Paris, Histoire de la fondation et de l’évolution de l’OFM, p. 156–159, pour une première explication factuelle.

44 Heller J, Gesta abbreviata. Gesta pontificum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium abbreviata, p. 135. (Repris dans la chronique de 1402 : Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 166). Jean d’Outremeuse l’explique aussi : « En cel ain parmi Franche, Allemagne, Lombardie et Espangne, tous les freires meneurs ou cordeliers ont lassiet leurs maisons et engliezes, et ont pris noveais lis [...] » (Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 269). Autres sources sur le déplacement du couvent de Liège en Richeronfontaine : Bormans S., Chronique de Mathias de Lewis, p. 74 ; Chronique de Jean de Brusthem, p. 47 ; Bormans S., Fragment d’une chronique liégeoise inédite du XIIIe siècle, p. 189.

45 Lahaye L., Merchoul, p. 182–183 ; Haust J., L’étymologie de « Merchoul », ancien nom d’un ruisseau de Liège ; Haust J., Merchoul et Pilechoule et autres mots d’ancien liégeois (plus une note complémentaire du même, dans Annuaire d’histoire liégeoise, t. 2, p. 75–77).

46 Voir dossier février 1244 (2). Voir aussi p. 174–175.

47 Schoolmeesters É., Les regestes, p. 50–51, no 134. Voir, à propos de l’église des Frères-Mineurs, Van Ruysevelt S., De franciscaanse kerken [...] Luik, p. 189–198. Il est probable que seul le chœur était construit alors, puisque la charpente de la nef a été datée par analyse dendrochronologique de 1247–1255 : elle dut donc être achevée à ce moment. Voir Coomans T., L’architecture médiévale des ordres mendiants, notamment p. 88–89.

48 Le texte des Gesta, sibyllin, est le suivant : « [...] de qua ecclesia multo tempore ante fuerat dictum a puero Bastiano nomine, postea heremita, qui dum in domo patris sui sederet ad ignem sepe proferebat :’ecce adhuc cantabuntur in isto loco multe misse devote’ » (Heller J, Gesta abbreviata. Gesta pontificum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium abbreviata, p. 135). Jean d’Outremeuse reprit cette légende en l’enjolivant, essayant de faire de Bastien un membre du lignage des Wez, lui-même apparenté au lignage des Prez dont le chroniqueur voulait descendre : Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 267–268 ; voir Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 71–72.

49 Sur Jean de Brusthem, voir Balau S., Jean de Brusthem et Houbaert A., Joannes van Brusthem, minderbroeder – kroniekschrijver.

50 Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 15–17 étudie en détail le problème et conclut, évidemment, à la légende.

51 A.É.L., Couvent des Frères Mineurs de Liège, 1, p. 14 : « 1244. fr. Julianus ex septem fratribus beati P. nostri Francisci unus, qui obiit anno 1244, pridie kalendas junii. » Voir aussi Naveau De Marteau L. et Poullet A., Recueil, no 1060. Voir en outre Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 15–17.

52 Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 111–113 et Baetens J., Minder-broederskloosters [...] Luik, p. 55.

53 Voir note précédente.

54 Dans le dossier octobre 1239 (2), où l’on trouve un « frater Robertus de Oleis fratrum minorum Leodiensium custodie huius et custos ». Voir aussi Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 104 et Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 26. — La custodie de Liège semblait impliquée dans une tentative de fondation d’un couvent à Mézières, par le roi de France Philippe VI, à la demande du comte de Flandre, en 1338 : dossier avril 1338. L’emplacement du couvent se serait situé dans le territoire de la custodie. Peu de pièces sont actuellement versées au dossier, fraîchement découvert. Voir De Serent A., Répertoire alphabétique des couvents franciscains, p. 124 et, du même auteur, Géographie de la Province de France 1217–1792.

55 Holder-Egger O., Cronica fratris Salimbene de Adam ordinis Minorum, p. 218. Voir aussi Golubovich H., Series provinciarum OFM, p. 4.

56 Willemaers Y., Franciscains à Liège au 13e siècle, p. 104.

57 L’intervention de Jacques de Vitry dans cette fondation n’est pas étrange. En effet, il nourrissait une ferveur particulière pour Marie d’Oignies et le mouvement béguinal, profondément ancré dans le renouveau spirituel du XIIIe s. Très proche des Franciscains, il entretenait de bons rapports avec les Dominicains ; qu’il insistât auprès de Hugues puis de Jean afin d’inviter les Prêcheurs, notamment pour encadrer « ses » béguines, n’était pas impossible. Voir à ce propos p. 485. Petites biographies de Jacques de Vitry dans Paravicini-Bagliani A., Cardinali di Curia, t. 1, p. 99–112 ; Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 137–139, no G55+.

58 Dossier 11 avril 1229. Pour une notice générale de l’histoire de ce couvent, ainsi que l’état de la documentation le concernant, on verra De Mecheleer L., De orde van de Dominicanen, p. 410–412 (notice), p. 413–424 (sources), p. 425–431 (travaux) et p. 432–435 (liste de prieurs).

59 Dossier 6 août 1229.

60 Voir les très claires explications, originales, de Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 19–21. Autres exemples d’installation « en deux temps », comme le demandaient les constitutions de l’Ordre dans Favreau R., Les ordres mendiants dans le Centre-Ouest au XIIIe siècle, p. 10–14.

61 Je nuance ici les propos de Wlllemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 26–27. Voir aussi les commentaires de Simons W., Stad en apostolaat, p. 107, même s’il se trompe lorsqu’il parle des premiers frères du couvent de Liège, suivant l’article d’Ansiaux cité dans la note suivante.

62 La province étant trop vaste, elle fut très vite divisée en « nations » ou « vicaries » : Meersseman G.G., Les « Nations », p. 240.

63 Anslaux P., Les frères prêcheurs et les circonscriptions ecclésiastiques antérieures à 1559, p. 141.

64 Dossier novembre 1233. Voir aussi dossier 7 mai 1249.

65 Peut-être est-ce là, selon moi, la raison de la confusion du père Ansiaux : n’aurait-il pas confondu le latin « de insula », de l’Île, en ancien français « de lile », avec la localité quasi homonyme ? Sur l’installation, voir Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 126. Aussi dans Bormans S., Fragment d’une chronique liégeoise inédite du XIIIe siècle, p. 188 ; Chronicon Cornelii Zantfliet S. Jacobi Leodiensis monachi, col. 69 et Bormans S., Chronique de Mathias de Lewis, p. 73. L’arrivée des Dominicains est datée de 1234 dans Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 162 et Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 211.

66 Dossier novembre 1233. Et non avec l’acte de 1233–1234 (dossier 3 avril 1233 – 22 avril 1234 (7)) émanant de Jean d’Eppes, qui ordonnait aux Liégeois possesseurs d’objets obtenus par pillages lors des troubles de 1229–1230 (voir Closon J., Les événements politiques liégeois pendant les années 1229–1230 ; Marchandise A., La fonction épiscopale à Liège, p. 123–124), de les céder, si leur ancien possesseur n’était pas connu, au tout jeune couvent dominicain à Louvain, pour faciliter son installation. F. Peers pense que ces biens rendus transitaient par le couvent de Liège avant d’aller à Louvain. C’est possible, mais l’acte n’en souffle mot. Voir Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 20–21 (surtout note 60).

67 Dossier 13 août 1242. Voir aussi Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 128 (cf. Bormans S., Fragment d’une chronique liégeoise inédite du XIIIe siècle, p. 189) ; Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 165.

68 Boeren P.-C., Guiard de Laon ; plus la notice complémentaire du Dhge , t. 22, Paris, 1988, col. 762.

69 Berlière U., Les évêques auxiliaires de Liège, p. 21–22 et Marchandisse A., La fonction épiscopale à Liège aux XIIIe et XIVe siècles. Essai de politologie médiévale, p. 141.

70 Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 211.

71 Wlllemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 22–23 ; Peers F., Les Dominicains et les Franciscains, p. 68–69. Jean de Neuvice était échevin de Liège en 1244 (De Borman C., Les échevins, p. 533–536), l’existence des deux autres personnages est plus hypothétique. Au xviiie s., un certain Erasme Boulenger était toujours considéré comme le fondateur, au couvent de Liège : Chapotin M.D., Histoire des Dominicains de la Province de France. Le siècle des fondations, p. 131–132.

72 Jean de Neuvice, qui fréquenta le couvent de Saint-Jacques, à Paris : cf. p. 535–536.

73 Naveau De Marteau L. et Poullet A., Recueil, no 1166. Il a été échevin de Liège de 1233 à 1272 : De Borman C., Les échevins, t. 1, p. 70–72.

74 Dossiers décembre 1273 ; mars 1281.

75 Le Goff J., Saint Louis, p. 140–141.

76 Little L.K., St. Louis-Involvement with the Friars, p. 134. Voir aussi Mercuri Ch., S. Luigi e la crociata dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen âge, t. 108, 1996, p. 221–241.

77 Le Goff J., Saint Louis, p. 140–146. À ce propos, on consultera l’ouvrage de Mercuri Ch., Corona di Cristo, Corona dire. La reliquia della corona di spine nella Francia medievale, à paraître.

78 Le Goff J., Saint Louis, p. 146–148.

79 Voir Taburet-Delhaye E., Reliquaires de saintes Épines données par saint Louis.

80 Cette lettre n’est plus conservée qu’en copie : dossier 8 septembre 1267. Jusqu’à présent, elle était considérée comme authentique (voir Denis A., Un chef d’œuvre de l’orfévrerie mosane au musée du Louvre, p. 293 ; Willemaers Y., Franciscains et Dominicains à Liège, p. 65–66).

81 Voir p. 502, note 161.

82 Taburet-Delhaye E., Reliquaires de saintes Épines données par saint Louis, p. 210–211.

83 Inv. O A 9445. Voir Taburet-Delhaye E., Reliquaires de saintes Épines données par saint Louis, p. 210–211.

84 Pour comparaison, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article, à paraître sous peu : Un trésor de reliques à Magdebourg au xe s.

85 Archivio Generale Ordinis Praedicatorum, Convento Santa Sabina – Aventino, fonds Libri, Liber N, parte seconda, f° 4v.

86 Le seul reliquaire encore identifié et conservé au Musée du Louvre — une couronne-reliquaire n’ayant rien à voir avec l’épine — est incontestablement une pièce d’art mosan : Denis A., Un chef d’œuvre de l’orfèvrerie mosane au musée du Louvre ; Helbig J., Les reliques qui a pu étudier d’autres reliquaires dominicains disparus aujourd’hui, avait d’abord pensé qu’il s’agissait d’œuvres parisiennes.

87 Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 2, p. 3–4 ; repris aussi par l’historiographie de l’Ordre : Ambrosius A S. Teresia, Monasticon Carmelitanum], p. 594–595. Ce dernier y reproduit le texte lapidaire : « Erectus est Carmelus iste Leodiensis in honorem Dei omnipotentis ac gloriosae Virginis Mariae anno partus Virginei supra millesimum et ducentesimum quadragesimo nono [...]. » Le père Bouille, un carme chaussé qui écrivit une Histoire de Liège, plaçait la fondation en 1249 aussi, sans citer cependant l’inscription (Bouille T., Histoire de la ville et pays de Liège, t. 1, p. 269–270). Voir ce qu’en dit Thielens J., Le couvent des Carmes chaussés à Liège, p. 49–51, qui se fie, sans trop sourciller, aux travaux du père Bouille. Dorénavant, on se référera à la notice de Vanden Bosch G., Monasticon van de geschoiede Karmelieten, t. 1, p. 76–105, basée sur nos travaux pour le Moyen Âge : p. 76–81 (notice historique), 82–86 (liste des prieurs), 87–98 (état des archives disponibles), 99–105 (sources éditées et travaux).

88 Staring A., Notes on a List of Carmelite Houses in Medieval France, p. 157–160 ; voir Simons W., Bedelordekloosters, p. 112–113, 114–116.

89 Impliqué quand même dans le récit de fondation, dépourvu de référence aux sources et relativement abracadabrant, proposé par Bouille T., Histoire de la ville et pays de Liège, t. 1, p. 269–270 — mais en 1249 !

90 Dossier novembre 1265.

91 Schmidt H.-J., Bettelorden in Trier, p. 37–39.

92 Voir p. 175–176.

93 Dossier 19 octobre 1269. Les Bénédictins agissaient en connaissance de cause : ils avaient vu s’installer Franciscains et Dominicains et ils savaient donc à quoi s’en tenir, notamment du point de vue des empiétements vis-à-vis des paroisses. Cette attitude était typique des « anciens Ordres », réguliers : Dossat Y., Opposition des anciens ordres à l’installation des Mendiants, p. 272–273.

94 Dossier 2 octobre 1271 (2).

95 De Moreau É., Histoire de l’Église en Belgique, t. 3 : L’Église féodale, 1122–1378, p. 497–498.

96 Dossat Y., Opposition des anciens ordres à l’installation des Mendiants, p. 278–280. Comme le soulignait Berger T., Die Bettelorden in der Erzdiözese Mainz und in den Diözesen Speyer und Worms, p. 202, les Carmes s’installaient surtout dans les villes épiscopales. Y étaient-ils plus particulièrement invités par les évêques ?

97 Dossier 17 octobre 1294 : « Anniversair pour Jean Fournier fondateur de cette maison. Selon le registre des obits dans le mois de May, le sieur Jean Fournier nous a laissé tous les cens et chapons que nous luy devions. Item d’autres petites rentes comme marcks et chapons et vingt un stiers spelte rente a condition de faire son anniversair et de la Dame Erembergue, son epouse et de ses enfans. Voiez aussi la table du stock fol 136 verso, il est dit qu’il avoit fondé 3 anniversaires et une messe par semaine. Il déclare par son testament arrivé l’an 1294 Liège Capsa 3tia, No 222 et rédigé aux échevins la veille de St Luc evangeliste et approuvé par le chapitre de la grande eglise de Liege, l’an 1294, dans le mois de septembre. Il veut par sondit testament que nous le reconnoissions pour fondateur de la maison et nous a legué sa [sic] une sienne maison. L’on fait encore actuellement son anniversair et celuy d’Erembergue son epouse dans le mois d’octobre. »

98 Thielens J., Le couvent des Carmes chaussés à Liège, p. 49–50 ; Bouille T., Histoire de la ville et pays de Liège, t. 1, p. 269–270.

99 Bertrand P., Monasticon Belgicum, p. 59–70 pour une notice complète, un état des archives et de la bibliographie ; Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 87–88 ; Emery R.W., The Friars of the Sack ; Emery R.W., A note on the Friars ofthe Sack.

100 Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 76–77.

101 Cité comme recteur général en 1264, 1265, 1267 : Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbruder, p. 91.

102 Dossier 1er août 1265. On constate qu’à la fondation d’autres couvents de frères du Sac, des accords de ce genre étaient conclus : à Bruges en 1271 (Bertrand P., Monasticon Belgicum, p. 39), à Bruxelles la même année (Ibidem, p. 43).

103 Poncelet É., Le livre, p. 371 : 22 juin 1333, « Gilotiaz filz Renier de Mont de Fehe releva a Liege, XXII jours en jung, l’assize et la tenuire des Sas, a le reportation Werri de Lonchins le floenier. Presens Humbeles de Bemalmont, Henris de Fehe li boulengiers, Gossuins, etc. »

104 Voir à leur propos, outre Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbrüder, p. 80–81 ; Lahaye L., Les Sacs à Liège, p. 94–95 ; Gobert T., Les Sacs à Liège, p. 65–66.

105 Voir p. 287, par ex.

106 Comme le montre un legs de Pierre de Taviers alors : « [lego] fratribus Saccinis quinque solidos leodienses » (dossier 19 mai 1291).

107 A.É.L., Hôpital Saint-Michel dit des Pauvres-en-île, 227, f° 198v : « Li dame ke om dist de Velrus, ki fut feme Iohan de Dachu doit VI s. por lasise ki siet sors les foiseis defors le porte s. Bertremeir entre le chacie et Muse la u li Sach demoront. » Le chassereau a été rédigé en une pièce en 1294 ; mais comme beaucoup de ces documents sont basés sur des pièces antérieures, on ne peut s’y fier totalement.

108 Dossier 19 octobre 1297.

109 Kurth G., La Cité de Liège, t. 1, p. 304–305.

110 À moins que celui-ci n’ait existé comme tel, annexé au couvent, avant 1274 ? Voir p. 475.

111 Voir p. 475. Voir aussi Elm K., Ausbreitung, Wirksamkeit und Ende der Provençalischen Sackbriider, p 104–105 ; Lahaye L., Les Sacs à Liège, p. 95–100 ; Gobert T., Les Sacs à Liège, p. 67–68 ; De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 75–76.

112 Voir p. 142–143.

113 De Spiegeler P., Les hôpitaux et l’assistance à Liège, p. 75–76 ; Gobert T., Les Sacs à Liège ; Lahaye L., Les Sacs à Liège.

114 De Kok D., De origine ordinis S. Clarae in Flandria, p. 25–28 et 120ss ; Lippens H., Une bulle ; Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 2, p. 234–236. Voir aussi Heysse A., Origo et progressus Ordinis S. Clarae in Flandria, dans AFH, t. 37, 1944, p. 165–201.

115 Boulvain S., Contribution à l’histoire religieuse de la ville de Liège : la fondation de couvents à l’époque moderne, p. 123–125 ; Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 2, p. 236–242.

116 Vottem, comm. Herstal, arr. Liège, prov. Liège. Ce ne fut pas la seule tentative pour fonder un couvent de Clarisses dans le diocèse de Liège : le chevalier Gérard de Pomerio avait obtenu la permission papale de fonder un couvent de Clarisses dans le diocèse — ce qui, après enquête rapide, ne se concrétisa jamais : Lippens H., Une bulle, p. 389 ; Heysse A., Regesta belgo-neerlandica [III], p. 2.

117 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f 264r.

118 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 69, f 87r.

119 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f 264v.

120 Dossier 23 octobre 1345.

121 Auteur de la Chronique des comtes de la Marck — édition : Zschaeck F., Levoldi de Northof Chronica Comitum de Marka, dans Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum germanicarum, nova series, t. 6, Berlin, 1929 (réimp. anastat. 1955). Voir à propos du personnage, Stinissen J., Levoldi de Northof Chronica Comitum de Marka. Een kritische studie.

122 Dossier 23 octobre 1345.

123 Voir p. 166–168.

124 Dossier 8 novembre 1345.

125 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f° 264v-265r.

126 A.É.L., Hôpitaux, Saint-Abraham, 71, f 265r-266v. Ici, c’est l’évêque qui trancha : dans d’autres villes, comme à Bâle, le magistrat de la ville et le clergé séculier s’opposèrent à la fondation d’une chartreuse dans la ville : leur opposition, traditionnelle, trouvait ses arguments dans un manque de revenus disponibles pour la fondation et la vie du couvent. C’est la tenue du concile de Bâle qui sauva in extremis cette fondation de la mine, ayant attiré sur le couvent la faveur de puissants ecclésiastiques : Rapp F., Les chartreuses et les villes : le cas de Bâle, p. 97–99.

127 Dossier 11 mars 1323 : une rente était due « conventui fratrum Penitencium de Tercio Ordine beati Francisci in sancto Trudone dictorum vulg. Beggarde ».

128 En 1403, il y a toujours une « toure des Beghars en li Basse Savenire a Liege » (dossier14 juillet 1403).

129 Dossier 15 avril 1332 ; voir aussi dossier 24 janvier 1349. Il ne faisait que poursuivre une politique déjà entamée au xiiie s. par d’autres, ailleurs : 13 mai 1255.

130 Gieben S., I Penitenti di San Francesco nei Paesi Bassi, p. 71.

131 Pompei A., Vita comunitaria tra penitenti francescani belgi, p. 135 ; Simons W., Stad en apostolaat, p. 225–226.

132 Dossier 25 mars 1315.

133 Dossier 11 octobre 1325.

134 Andreozzi G., La Congregazione belga o “Capitolo di Zepperen” del Terzo Ordine Regolare di san Francesco, dans Analecta Tertii Ordinis Regularis Sancti Francisci, t. 25 / 155, 1994, p. 387–455 ; Daris J., Notice sur Zepperen ; Kempeneers A., La maison des Bogards.

135 Dossier 3 juin 1377.

136 Dossier 28 février 1424. Une autre intervention épiscopale dans les couvents du Tiers-Ordre à Liège : dossier 14 mai 1443. Voir aussi Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 2, p. 248–249.

137 Voir Marchandise A., La fonction épiscopale à Liège, qui lui rend déjà justice tout au long de sa thèse.

138 Et non 1276 (une « coquille » du monasticon belge) : Van De Pasch A, Monastère des Croisiers à Liège, dans Monasticon Belge, t. 2/3 : Province de Liège, p. 417. Sur le couvent, voir toute la notice, p. 415–422. Voir aussi De Moreau É., Histoire de l’Église en Belgique, t. 3 : L’Église féodale, 1122–1378, p. 469 ; Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 1, p. 155.

139 dossier 26 septembre 1273.

140 Dossier 16 novembre 1269 : « [lego] fratribus minoribus de Leodio duos s. ; baretis XII d. [= Carmes] ; saccitis XII d. ; crucesignatis Leodiensibus sex d. ; crucesignatis Hoiensibus XII d [...]. »

141 Dossier 3 décembre 1295 (testament du 26 juillet 1270) : « ... apres je lais a Croisiés, a Barreis et a freres des Saians [= Saccites] a chascun V s. en pitanche. » Un peu plus loin, il lègue aux Mineurs et aux Croisiers de Huy.

142 Dossier mars 1272 : « ... as cescun covent des Barres, des Crosies et des Sas, 10 sous en pitance. » Elle légua même à un frère en particulier : « A frère Jehan de Waremme des Crosies 10 sous se mi foement le voient en cest pais devens le premier demi an apres me mort, autrement nient. »

143 Van De Pasch A, Monastère des Croisiers à Liège, dans Monasticon Belge, t. 2/3 : Province de Liège, p. 417, note 5.

144 Voir Poncelet É., Le monastère de Bernardfagne, p. 151. Ce couvent de Bernardfagne était aussi une création d’Henri de Gueldre. Voir dossier 13 janvier 1248.

145 Voir Van Der Made R., Inventaire analytique et chronologique du chartrier des Guillemins, p. 8–10 ; Halkin L.-E., Le monastère des Guillemins à Liège au XVIIe siècle, p. 567 ; Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. 1, p. 33–34. Voir Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 424, 462 ; Chronique de Jean de Brusthem, p. 55.

146 Voir Heller J, Aegidii Aureaevallensis Gesta episcoporum Leodiensium, p. 126 (repris dans Bormans S., Fragment d’une chronique liégeoise inédite du XIIIe siècle, p. 187–188 ; Bacha E., La chronique liégeoise de 1402, p. 162 ; Chronique de Jean de Brusthem, p. 45 ; Chronicon Cornelii Zantfliet S. Jacobi Leodiensis monachi, col. 69). Voir aussi A.É.L., Abbaye du Valdes-Écoliers à Liège, 2, f° 261r-267r : petite chronique du XVIIIe s. fourmillante de détails.

147 Dossier janvier 1231.

148 Barbier V., Histoire du monastère de Géronsart, p. 220–221, no 14 (éd.).

149 Dossier octobre 1231. Ces chanoines venaient-ils d’une fondation primitive au ValBenoît ? Voir Collet A., L’origine des couvents de Robermont et du Val-Benoît, p. 266–269.

150 Le nom de ce personnage dut stimuler suffisamment l’imagination de Jean d’Outremeuse pour lui faire écrire que l’église primitive en Graveria avait été fondée par Otton de Jeneffe, doyen de Saint-Paul : Borgnet A., Ly Myreur des Histors, t. 5, p. 221–222. Bormans S., Notice des cartulaires, p. 48, note 4, reprend la version de Jean d’Outremeuse. — Sur le couvent du Val-des-Écoliers, on lira surtout Guyon C., Les Écoliers du Christ, p. 123–125 et 375–377 ; Russe J., Abbaye de Notre-Dame du Val-des-Écoliers à Liège, dans Monasticon Belge, t. 2/3 : Province de Liège, p. 323–345 et Hoyoux J., Le couvent du Val-des-Écoliers. Accessoirement Alexandre J., Mémoires pour servir à l’histoire monastique du Pays de Liège, t. l, p. 141–148.

151 Sur Jean de Nivelles, voir la notice de Renardy C., Les maîtres universitaires, p. 361— 363, no 496.

152 Voir à ce sujet Guyon C., Rive droite, Rive gauche.

153 Contre l’hypothèse de Mus O., Trio P., L’implantation des ordres mendiants, p. 179–181, à propos d’Ypres.

© Presses universitaires de Liège, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search