Version classiqueVersion mobile

La Genèse du « Cantique spirituel » de saint Jean de la Croix

 | 
Roger Duvivier

Troisième partie. Le cantique d’Anne de Jésus

Chapitre II. Le retard de l’édition

Texte intégral

  • 1 Bruno de Jésus-Marie, op. cit., p. 397.

1Jean de la Croix avait l’âme imbue des « Cantares », dont son propre Cantique est en quelque sorte un rejeton. Dans l’heure qui précéda son décès, il se fit lire quelques passages du chatoyant poème biblique et en reprit lui-même quelques versets1.

2Poète, c’est en épousant la parole divine qu’il s’assura la mort qu’évoque en ces termes un poète d’aujourd’hui lui aussi trop tôt disparu : « Cantando ha de cogerme el hoyo blando, / tendida el alma, vuelta la cabeza / hacia las hermosuras más hermosas ». Sur cette terre qu’il quittait, la voix du chantre de Dieu allait hélas être étouffée pour longtemps.

***

  • 2 V. y Obr., p. 335.

3Le premier Déchaux partit « chanter matines au ciel » le 14 décembre 15912, un peu avant d’atteindre la cinquantaine.

  • 3 Sainte Thérèse fut autrement favorisée. Le 10 avril 1588, soit moins de six ans après sa mort, le (...)
  • 4 OBRAS ESPIRITVALES / que encaminan a vna alma a la perfecta vnion con Dios / Por el Venerable P. F (...)
  • 5 RELACION SUMARIA DEL AVTOR DE ESTE LIBRO Y DE SV VIDA Y VIRTUDES, sur quinze fos paginés en chiffr (...)
  • 6 APVNTAMIENTOS Y AD / VERTENCIAS EN TRES DISCVR / SOS PARA MAS FACIL INTEL / GENCIA DE LAS FRASES M (...)
  • 7 Même titre que la précédente. Au pied du frontispice : Con licencia en Barcelona. Por Sebastian de (...)

4Il faudra attendre jusqu’à l’année 1618, donc près de trois décennies3, avant que ces œuvres ne soient livrées aux presses dans la ville d’Alcalá4 ; cette édition est accompagnée d’une relation de la vie de l’auteur5 et de commentaires didactiques6. Une autre impression suivit bientôt à Barcelone en 16197.

  • 8 Mem. hist., B, 32 : « Item, se determinó que las obras del P. fray Juan de la Cruz se impriman y s (...)
  • 9 A son sujet, cfr Hist. C.D., t. VIII, ch. 19. Il rendit surtout de très grands services comme maît (...)
  • 10 Mem. hist., B., 33 : « Se dio licencia al P. Definidor, fray Tomás, para que pueda imprimir las ob (...)
  • 11 « Lo que no se ha podido aclarar nunca es la eliminación del P. Juan de Jesús María que cesó de de (...)
  • 12 Cfr Hist. C.D., t. VIII, pp. 577-8.
  • 13 Cfr Hist. C.D., t. VIII, pp. 578-584.
  • 14 La documentation rassemblée par Quiroga figure dans le ms. 8568 de la Biblioteca Nacional de Madri (...)
  • 15 Les documents enregistrés s’échelonnent de 1597, année de la mise en place de Quiroga comme histor (...)

5En 1601, le Définitoire avait pris des dispositions en vue de l’édition des œuvres du premier Réformé, décédé depuis vingt ans. Les Définiteurs Juan de Jesús María (Aravalles) et Thomas de Jésus (Díaz Sánchez Dávila) s’en voyaient remettre le soin8. Le premier, ancien novice de Jean de la Croix, était un homme de grand rayonnement qu’on aimerait aujourd’hui connaître davantage9 ; le second, tout chargé de titres universitaires, animé d’un rare esprit d’entreprise, était, quoique jeune, déjà fameux. En 1603, Thomas de Jésus reçoit licence d’impression10, Juan de Jesús Maria n’étant plus cité11. Rien ne se passe. En 1604, Thomas de Jésus se retire à Las Batuecas dans une demi-disgrâce12 qui ne devait pas incommoder, temporairement du moins, ce grand théoricien des déserts. En 1607, il quitte discrètement l’Espagne, appelé à Rome d’autorité13. Le P. Eulogio fait remarquer que de son côté, depuis 1597, José de Jesús María (Quiroga) ressemble des données biographiques sur le Saint14. Mais, dans l’année 1607, un coup d’arrêt a été donné aux travaux de l’historien15, à ce qu’il semble par l’accession au généralat d’Alonso de Jesús María, ennemi décidé, selon le P. Eulogio, du premier Déchaux.

  • 16 C’est une des thèses principales de l’op. cit. du P. Eulogio, aux pp. 3-19.
  • 17 Nuances qui sont probablement dans l’esprit du P. Eulogio, peut-être même sous sa plume, et qu’imp (...)
  • 18 Martínez Medina. A ne pas confondre avec son homonyme en religion Quiroga.
  • 19 Ms. Vat. 2857 [S 42], f° 144 r°, cité en italien dans Prim. éd., p. 15, note 24 et Tr. hist., p. 4 (...)
  • 20 Prim. éd., p. 16 et Tr. hist., p. 50. Notons que la déposition du témoin ne vise que les charges a (...)
  • 21 Les répliques données aux attaques lancées n’ont pas connu la publication. José de Jesús María com (...)
  • 22 Il convient de distinguer ici deux plans d’activité dont les limites chronologiques ne coïncident (...)
  • 23 Prim. éd., p. 15 et Tr. hist., p. 49.
  • 24 Prim. éd., p. 17 et Tr. hist., p. 51.
  • 25 Le P. Eul. (Prim. éd., p. 17, note 26 et Tr. hist., p. 51, note 26) relève notamment ce fait dans (...)
  • 26 Prim. éd., p. 19 et Tr. hist., p. 53. Le chroniqueur de la Reforma insiste sur les liens étroits e (...)

6Le P. Eulogio endosse au Général Alonso de Jesús María une responsabilité pour le moins déterminante en ce qui concerne le désintérêt officiel qui a longuement pesé sur Jean de la Croix16. Nette, rigoureuse et documentée, sa position emporte l’adhésion à quelques nuances près17. Voici un indice de détail propre à nous indiquer la vision adoptée, ou, si l’on veut, rejointe par l’érudit spécialiste. Un témoin du Procès Apostolique de Jaén, Jerónimo de la Cruz, ancien disciple aimé de Jean de la Croix, dit savoir qu’« alors que Notre Père Général — [José de Jesús María]18 — voulait imprimer les livres du vénérable frère Jean de la Croix, en raison d’une certaine contradiction que mena contre ses livres un certain Père qui avait occupé de hautes charges dans l’Ordre, le Père Général chargea l’Université d’Alcalá de l’examen de ces livres »19. Les œuvres furent approuvées et louangées par les doctes maîtres. Voilà donc pourquoi l’édition fut si bien cuirassée d’éloges et d’approbations : « Si vers l’année 1627, date de ce témoignage » ajoute le P. Eulogio, « on avait demandé à n’importe quel Déchaux d’âge avancé qui avait été dans son Ordre l’homme pourvu de charges et hautes fonctions à partir de 1601, année qui marque le commencement des travaux favorables au saint Réformateur, il aurait répondu sans hésiter : fray Alonso de Jesús María. Depuis 1602 jusqu’en 1625, il occupe sans interruption des charges de gouvernement au plus haut degré de la hiérarchie : il alterne l’office de provincial et le généralat. Il assiste à tous les Chapitres de la Réforme depuis 1602 jusqu’à 1628 sans une seule exception »20. Le fait d’avoir été un dirigeant très en vue n’entraîne évidemment pas de soi une présomption de culpabilité. Mais le P. Eulogio a relevé deux coïncidences troublantes : durant les généralats d’Alonso (1607-1613 et 1619-1625), les travaux relatifs à Jean de la Croix sont tombés dans une complète léthargie ; au lendemain de l’édition de 1618, les autorités de la Réforme se sont peu souciées des mesures de protection requises par certaines réactions défavorables21. Il y a plus : on peut constater avant le premier généralat des velléités et des tentatives de mise à l’honneur du premier Déchaux22 ; après chacun des sextennats, une activité fébrile se développe sur tous les plans (édition, histoire, démarches pour la béatification)23 comme si, un empêchement étant levé, on voulait rattraper le temps perdu. Grand doctrinaire de l’origine et du sens érémitiques de la Réforme, Alonso recourt volontiers, dans ses interventions et ses écrits, aux sources vénérables : parmi celles-ci, Jean de la Croix n’est jamais cité24. Lorsque les faits historiques l’obligent pour une fois à mentionner son nom, il le compte parmi les quatre premiers Déchaux qui d’après lui ont mis en œuvre l’idéal de Thérèse ; contrairement aux trois autres, le « frailecillo » n’est pas honoré d’une notice biographique25. Enfin, et surtout, de caractère, de formation et d’esprit, Alonso de Jesús María était « du pur sang de Doria »26.

  • 27 « Graves cargos, acaso no probados con absoluta certeza, pero con bastante probabilidad » conclut (...)
  • 28 Je m’accorde moins de droit qu’à quiconque de juger les intentions qui ont motivé cette attitude. (...)
  • 29 Prim. éd., p. 18 et Tr. hist., p. 52.
  • 30 Voir à ce sujet V. y Obr., ch. 19. Il existe actuellement chez certains auteurs carmélitains une t (...)
  • 31 Dans L’« Exposición » d’Antolinez et le problème textuel johannicrucien (appendice à Amores de Dio (...)
  • 32 Op. cit., p. 431. La citation de Thomas de Jésus est empruntée au Libro de la antigüedad y sanctos (...)

7Des indices nombreux et convergents accablent donc le Général des années 1607 à l613 et l619 à 162527. Et qui répugne aux hypothèses reconnaîtra au moins que, par deux fois et sur douze ans au total, ce prélat ne fit rien pour tirer le Père de la Réforme du silence où il était indûment plongé ; l’attitude qu’il adopte dans ses propres écrits constitue l’acceptation ostensible d’une telle anomalie28. On se gardera pourtant de tout mettre sur le compte d’un homme, comme on a eu parfois trop tendance à le faire dans les problèmes de critique relatifs à Jean de la Croix. Le P. Alonso, malgré sa force de caractère, eût été sans pouvoir s’il n’avait eu derrière lui un groupe de gens de même sentiment. Le P. Eulogio le sait bien, qui prend soin d’achever en nous disant qu’Alonso est un fils de l’esprit de Doria, dont les « nouveautés de gouvernement ... polarisèrent et définirent les deux courants spirituels sous-jacents presque depuis les débuts »29. Aussi ne faut-il pas dégager des argumentations du P. Eulogio l’impression illusoire que le retard de l’édition des œuvres commence à peu près avec le premier généralat d’Alonso et tient à sa seule action. Le retard commence avec la mort du Saint, et même de son vivant. Il est un aspect et un prolongement des persécutions qui se déclenchèrent dès le moment où, en face du despotisme, Jean de la Croix se trouva rangé du côté d’Anne de Jésus et des Religieuses fidèles à Thérèse. Il semble que le P. Doria, personnellement, se préoccupa d’écarter le Réformateur plutôt que de le châtier30. Mais en ces pénibles circonstances, il se forma contre le Saint une opinion qui lui survécut, comme elle survécut à Doria. Le P. Michel Ledrus, S.J., a écrit d’excellentes lignes sur le climat qui s’imposa et régna durant les années qui suivirent la mort de Jean de la Croix31. « L’ombre », dit-il, « mit du temps à se dissiper. Ecrivant en 1599, Tomás de Jesús, provincial des Déchaussés, suit l’opinion courante lorsqu’attribuant à Jean de la Croix un rôle tout effacé, il estime que ‘les prémices de l’esprit’ ont été divinement départies à Nicolás de Jesús María (Doria). C’est Doria ‘qui a établi la religion dans la perfection, en lui inculquant son propre esprit d’observance, de pénitence et d’oraison’. C’était le temps où Juan Evangelista, confident, secrétaire et copiste du Saint, dans une brève relation officieuse, célébrait Jean de la Croix après sainte Thérèse, Antonio de Jesús, Nicolás de Jesús María et Alonso de los Ángeles, et ne trouvait pas un mot à dire sur ses écrits »32. Juan Evangelista rencontrant Alonso de Jesús María ! Cette incroyable concordance nous montre qu’un homme de la trempe du général Alonso n’a fait que perpétuer à l’extrême des prétentions dérivées d’interdits généraux et puissants. Et la citation de Thomas de Jésus nous rappelle que, parmi les puissants, Alonso de Jesús María n’est pas seul en cause.

  • 33 Cfr supra, p. 241, note 1.
  • 34 Cfr supra, ib.
  • 35 « Durante el trieno de retiro en Las Batuecas, le sobró tiempo para ultimarlos [los trabajos edito (...)
  • 36 Cfr supra, p. 241.
  • 37 « ... quedaban muchos sujetos capaces de llevar a buen puerto la empresa » (Prim. ed., p. 7, note (...)
  • 38 Sim. de la Sagr. F., op. cit., p. 148.
  • 39 « Es verdad que el P. Tomás no cita al Santo con su nombre en ninguna de sus obras impresas », con (...)
  • 40 Dans l’ouvrage cité précédemment, M. Krynen, à la suite d’études très minutieuses, a cru pouvoir l (...)

8Ce dernier point nous engage à nous demander à partir de quel moment l’intervention du P. Alonso est devenue un facteur déterminant. A-t-elle eu la même importance avant qu’il n’accède au faîte du pouvoir ? Avant 1607, ses responsabilités éventuelles sont partagées et entre 1603 et 1607, elles semblent l’être, justement, avec Thomas de Jésus. Car, en 1603, le Définitoire a donné à ce dernier licence d’imprimer un texte qu’il avait nécessairement présenté à l’examen33. A moins qu’il n’ait été déchargé de sa mission, ce dont nous n’avons aucun signe patent, il se trouve impliqué dans la non-exécution du décret. Le P. Silverio pense que son séjour au Désert ne lui a pas laissé le loisir de mener à bien l’édition. Nous savons aujourd’hui que c’est inexact34, et le P. Eulogio estime au contraire que cette retraite lui donnait plus de temps qu’il ne lui en fallait pour s’acquitter de sa tâche35. Conformément au récit de la Reforma, le P. Silverio, d’autre part, estime que la désignation de Thomas de Jésus comme prieur de Las Batuecas résulta du refroidissement de ses relations avec le général Francisco de la Madre de Dios, dont il avait combattu le projet de fusion des Provinces andalouses36. Le P. Eulogio pense que la disgrâce d’une personne n’eût pas suffi à compromettre le sort de l’édition37. La cause pouvait suffire, pour autant que l’édition ne fût pas un souci majeur de l’autorité, ce qui paraît bien être le cas. Une chose est certaine : c’est que si Thomas de Jésus, de son côté, avait tenu à ce qu’elle se fît, il se serait vigoureusement défendu. Lorsqu’il s’est agi d’imposer les projets qui lui tenaient à cœur, il a montré en toute occasion une ténacité de fer, des ressources d’entregent infinies. A-t-il été fort chagriné d’employer sa retraite à construire sa propre œuvre plutôt qu’à diffuser celle d’un prédécesseur qu’il révère, ce n’est pas douteux38, mais qu’il ne cite pas volontiers39 ? Dans cette affaire, les données étant ce qu’elles sont, il ne serait plus raisonnable de lui prêter du zèle que de le suspecter de ne pas s’être attaché, avec ou sans Juan de Jesús Maria, au travail prescrit par le Définitoire en 1601. L’inventeur des déserts, le zélateur des missions allait donner sa marque propre au Carmel. Il est bien naturel que sa vocation l’ait occupé davantage que l’exaltation d’un maître auquel il s’opposait, sinon peut-être en principe, à la fois par tendance et par tempérament. Sans aller jusqu’à l’accuser de fraudes40, on peut soupçonner que là où il était, il restait peu de place pour l’influence directe du premier Réformé. Thomas était un organisateur, ce que Jean ne sut point être à l’égal de Thérèse. Le temps qu’il fallut pour que la Réforme s’intégrât à l’Histoire, son initiateur resta mis entre parenthèses. Il émergea fugacement en Espagne en 1618-1619. Il reparut çà et là une décade plus tard. On n’a pas fini de l’approcher : il avait écrit, lui, pour l’éternité.

  • 41 Sans présenter la rigueur d’une étude soutenue ni recourir à une documentation originale ou fouill (...)

9Aussi nous dispenserons-nous de nous appesantir ici sur les conditions de l’avortement de l’édition projetée en 1601. Cependant, comme ce moment accuse une convergence d’éléments qui nous aident à situer la position de Thomas par rapport à Jean, j’ai cru opportun de proposer quelques réflexions à ce sujet dans l’Annexe 3, que j’intitule « D’une édition avortée à l’action missionnaire ». Comme M. Krynen nous obligera de nous intéresser à nouveau au Père des Carmes de Belgique, il m’a paru utile de mettre cette grande figure « en situation » sans pour autant encombrer davantage le présent exposé41.

10Venons sans plus tarder au gros de notre affaire. L’édition princeps a forcé la barrière. Elle n’est pas faite, hélas, pour combler les fervents de Jean de la Croix.

***

11Les écueils franchis, la publication si longtemps attendue présente une bien grave carence : on n’y trouve pas trace du Cantique, pas plus d’ailleurs que des poèmes qui l’accompagnent dans les mss de Sanlúcar et de Tarazona.

  • 42 S’il est vrai que Thomas de Jésus ne cite jamais Jean de la Croix dans ses œuvres imprimées (cfr s (...)
  • 43 Cfr supra, p. 8, texte et note 1.
  • 44 La déposante agissait à l’intervention du Provincial, lequel avait sollicité les témoins présumés (...)
  • 45 Le P. Louis de la Trinité fut le premier auteur moderne à s’intéresser à ce fait déjà mis en relie (...)
  • 46 Cfr supra, p. 8, note 4. Ana de San Alberto poursuit : « y ahora por haberlo mandado los prelados (...)
  • 47 Prim. éd., p. 11 et Tr. hist., p. 45.
  • 48 B.N.M., ms 12738, p. [338] : « A las treinta y cinco preguntas dijo que como la pregunta lo declar (...)

12Est-il possible qu’on ait ignoré le Cantique ? Thomas de Jésus le cite dans ses œuvres manuscrites42. Le 4 novembre 1 6 1 4, dans la lettre que nous connaissons43 et qu’elle adresse à son Provincial -— celui-ci n’étant autre qu’Alonso de Jesús María !44 — Ana de San Alberto signale qu’elle a fait parvenir à l’historiographe45, outre le Montecïllo, un recueil de poésies parmi lesquelles figurent les couplets qui commencent « ¿Adonde te escondiste? ». Le 30 juin 1615, déposant aux Informations de Caravaca, elle déclare que sur l’ordre des prélats, elle a depuis peu envoyé à Madrid un manuscrit du Traité reçu de l’auteur lui-même46. Ce manuscrit a-t-il également été adressé à Quiroga ? C’est probable. Le P. Eulogio pense que l’historiographe a collaboré avec Salablanca à l’édition de 161847. Des poèmes, en tout cas, lui ont été adressés, et rassembler des textes est bien un travail d’éditeur. María del Sacramento, une autre Religieuse de Caravaca se montre formelle sur la destination des écrits doctrinaux récemment expédiés en haut lieu : « On les a demandés pour les imprimer et les transcrire »48. Que Quiroga ait été ou non le destinataire, l’envoi du Cantique commenté a bien eu un caractère officiel. Et n’eût-il pas eu de responsabilité réelle dans l’édition, l’historiographe était tout de même bien placé pour signaler l’existence du Traité manquant.

  • 49 Sa reproduction précède, en hors texte, l’étude Autour du Cantique Spirituel du P. Louis de la Tri (...)

13L’édition d’Alcalá et sa réimpression de Barcelone contiennent tout juste une allusion tacite à l’absent. Au début de ces volumes, une gravure de Diego de Astor49 représente le Saint à genoux devant l’autel, dialoguant avec le fameux Christ de Ségovie. A côté de lui, sur le sol, quatre livres, dont trois sont disposés de telle façon que le titre soit bien lisible : Subida del Monte Carme <lo>, llama de amor, Noche escura. La Noche escura recouvre un quatrième volume dont le titre reste invisible. Que serait-ce, sinon le Cantique dont on laisse entrevoir l’existence ?

  • 50 Cfr B.M.C. 14, p. 10.
  • 51 Informations auprès des Ordinaires, Jaén, ms. Congr. des Ritos 2862 (S 47), f° 7, dep. du 17 décem (...)
  • 52 Cfr Louis de la Trinité, op. cit., pp. 1-2.
  • 53 Prim. éd., p. 24, note 37 et Tr. hist., p. 58, note 37 (cfr ms. B.N.M. 19407, f° 7, et B.M.C. 14, (...)

14Dans les informations menées de 1614 à 1618 en vue de la cause de béatification, la question trente-cinquième porte sur les écrits50. Plusieurs témoins parlent de l’explication des Canciones. Parmi eux, Juan Evangelista, évidemment51, mais aussi des personnes informées de bien moins près. Le P. Louis de la Trinité relève les dires de don Alvaro del Marmol, habitant de Medina del Campo, de Martín de San José, Carme de Baeza52. Le P. Eulogio rapporte de son côté le vœu émis par María de la Encarnación, prieure de Ségovie, le 11 avril 1616 : « C’est un livre qu’on désire beaucoup voir imprimer »53.

  • 54 « El libro de Nuestro Beato Padre fray Juan de la Cruy salió impreso, sólo la Subida del Monte Car (...)

15Pourtant, le Religieux même qui a mené les Informations attribue l’omission du Cantique à une simple défaillance de l’éditeur. Le 26 février 1619, dans une lettre conservée au Carmel de Limoges, le P. Alonso de la Madre de Dios écrit ce qui suit à la Mère Isabelle des Anges, la seule fondatrice espagnole restée en France : « Le livre de Notre Bienheureux Père frère Jean de la Croix a été imprimé, [mais] seulement la Montée du Carmel, la Nuit obscure et la Flamme d’amour ; on n’a pas fait paraître davantage, parce qu’on se disposait à passer à l’impression quand on s’aperçut que le Traité des Canciones manquait, parce que l’auteur de l’édition ne l’avait jamais vu. J’ai envoyé à Votre Révérence un des imprimés. Excusez-moi de ne pas vous en envoyer davantage »54.

16Les explications simples ne sont pas toujours les plus mauvaises. Pourtant, il faut tenir compte de la notoriété du Cantique, de la présence certaine dans les Archives generalices du manuscrit de Caravaca. L’excellent Alonso ne pécherait-il pas, comme en bien d’autres circonstances, par crédulité ? Ou bien, par un pieux mensonge, excuse-t-il comme il peut une omission difficilement pardonnable aux yeux d’une compagne d’Anne de Jésus ?

  • 55 « No sé si sería de importancia que se avisase a los señores eclesiásticos que en Burdeos le tradu (...)

17Voyons plutôt ce qu’insinue le cours des événements. Le P. Alonso poursuit en effet, arrêtant sa pensée sur l’édition d’Alcalá : « Je ne sais s’il y aurait intérêt à prévenir les ecclésiastiques qui à Bordeaux se sont occupés de le traduire, de façon que, s’ils devaient l’imprimer, ils fassent leur profit de cet exemplaire, qui est conforme aux originaux, car, dans d’autres transcriptions, certains mots sont changés »55.

  • 56 B.N.M., ms 19407, f° 86 : « Y asimismo ha oído este testigo que el Deán de Burdeos trabajó, con su (...)
  • 57 Ledrus, op. cit., p. 434, notes 48 et 49, repris par Eul. de la V. del C. (Prim. éd., p. 25, note (...)
  • 58 Personne ne doute aujourd’hui que l’édition d’Alcalá, contrairement à l’opinion du P. Alonso, ne s (...)

18Le P. Michel Ledrus a observé qu’à Ségovie, le Carme Pedro de San Francisco, aux Informations auprès des Ordinaires, dit savoir qu’une activité de traduction collective est menée par le doyen de Bordeaux et quelques collaborateurs au départ de sources particulières56. Cette déposition date du 23 avril 1616 ; en 1618, apparemment, on la voit confirmée par des témoignages salmantins inspirés d’une correspondance de la Mère Isabelle des Anges57. Au début de 1619, assez ingénument, Alonso de la Madre de Dios esquisse du côté de Bordeaux une tentative de ralliement au canon d’Alcalá, pourtant bien peu satisfaisant58.

  • 59 D’après l’article de M. J. Orcibal, La « Montée du Carmel » a-t-elle été interpolée ? ... (Revue d (...)
  • 60 Les œuvres / spirituelles / pour acheminer / les âmes à la par/faicte vnion avec I Diev, / Du Bien (...)
  • 61 Gaultier reproduit même les Disjours de Salablanca. Le texte est point par point celui d’Alcalà.
  • 62 Madame, / Les Pères Carmes s’estans rangez à l’abry de vostre Palais Royal, d’où ils se promettent (...)

19La traduction bordelaise n’a en définitive jamais vu le jour59, et le texte d’Alcalá aura bientôt l’occasion d’étendre son empire sur les terres de France par l’intermédiaire de René Gaultier, conseiller d’Etat, lequel publie en 1621 une traduction60 conforme en son plan et en ses détails à l’édition princeps espagnole61. Dans son épitre dédicatoire à la Reine Mère, il déclare agir à l’intervention des Carmes62.

20Alcalá 1618, Barcelone 1619, Paris 1621 : même exclusion.

21Le 4 Mars 1621 meurt à Bruxelles, à l’âge de 76 ans, la Mère Anne de Jésus, destinataire du Cantique, et celui-ci n’est toujours pas imprimé.

  • 63 CANTIQUE / D’AMOUR / DIVIN / ENTRE IESVS-CHRIST / ET L’AME DEVOTE / COMPOSE EN ESPAGNOL / par le B (...)
  • 64 fo [i] ro.
  • 65 On remarquera que l’éditeur ne s’abrite plus cette fois derrière l’autorité des Carmes.
  • 66 Cantique d’amour divin, épître dédicatoire, ib.

22Le 8 avril de l’an 1622, MM. Brachet et Baltasar l’Anglois, docteurs en Sorbonne, donnent leur approbation à un livre intitulé « Le Cantique d’Amour Divin, par P. Jean de la Croix »63. Le privilège royal d’impression et de vente est accordé pour six ans à Adrien Taupinart, marchand libraire, le 13 avril. A la suite de quoi, dans la même année, le Cantique est « mis en lumière » en français et à Paris, par les soins de René Gaultier, qui ajoute ce dernier fleuron à son œuvre de traducteur du premier Déchaux : « Ayant desia presté ma plume à la version des œuvres de ce religieux tant estimé de la Saincte Mère Térèse, ie n’ay pu lui desnier ce dernier labeur, pour communiquer aux Frâçois les trésors de sa rare doctrine »64, déclare-t-il dans son épître dédicatoire au R.P. Archange, « Gardien du Couvent des Pères Capucins de S. Honoré près Paris »65. Il sait très bien qu’il donne à connaître un inédit : « ie m’asseure que vous verrez d’aussi bon œil ce siè posthume qui n’a point encore esté mis sur la presse »66.

  • 67 « La concisa dedicatoria del traductor no ofrece elementos de juicio sobre la motivación de la edi (...)
  • 68 Cantique d’amour divin, f ° [1] v°.
  • 69 Ib.
  • 70 Ib.
  • 71 Ib.

23Se devait-il de dévoiler ses sources, et son silence à ce propos révèle-t-il, comme le pense le P. Eulogio, un certain embarras67 ? Je ne pense pas que, du moins sur ce point, Gaultier fasse figure d’homme embarrassé. Il a commencé par reproduire le canon officiel, mais il a remarqué — ou on lui a fait observer — la lacune de l’édition d’Alcalá, et cela peut-être même avant la parution de l’édition parisienne de 1621. Anne de Jésus avait passé trois ans en France avec plusieurs de ses compagnes, et l’une d’elles y était restée : dans le milieu fréquenté par Gaultier, bien des gens devaient connaître l’existence du Cantique, à commencer par Gaultier lui-même, qui était allé quérir les Carmélites d’Espagne et avait personnellement collaboré à leur implantation en France. Il est clair que la qualité de sa source était à ses yeux si assurée qu’elle n’appelait aucune justification. Le public de l’époque n’en demandait d’ailleurs pas tant à l’éditeur. A moins que le modèle n’eût valeur de relique, il eût même été assez déplacé de produire des références. Quant à faire l’apologie ou le procès de l’édition d’Alcalá, ce n’était pas non plus l’affaire du traducteur. A supposer même qu’il eût joui d’une information particulièrement éclairée à ce sujet, il ne lui appartenait pas d’expliquer ouvertement pourquoi le Cantique n’avait pas été joint d’emblée au canon, mais bien de justifier l’initiative qu’il prenait de le publier séparément. C’est à quoi il s’applique en effet assez vigoureusement, non sans s’installer, évidemment, dans la position défensive que lui commande la situation. Il admet que ces hauts discours d’amour se présentent « sous l’enveloppe d’un Cantique ... qui aux yeux du monde ne paroistra qu’une chanson, sans aucun suc ni mouëlle à ceux qui n’aurôt pas la grâce de le sonder ny approfondir plus auãt »68. Il croit bon de convenir que Jean de la Croix « se rend fort facile et familier pour la matière qu’il traite »69. « Ceux qui n’ont point expérimëté les grâces et unions mystiques, dot il parle, n’en sçauroient iuger, ce qui fermera la bouche à beaucoup de gens qui s’entremettent le plus de ce qu’ils entendent le moins »70. Le traducteur est persuadé que le dédicataire saura goûter cette œuvre à l’égal des précédentes. Aussi conclut-il : « Je le vous offre et le mets à l’abry de vostre authorité, pour le défendre des langues de ceux qui sont plus prompts à médire, qu’habiles à bien faire »71. Les termes dans lesquels il requiert la protection d’un Religieux éminent démontrent que le laïc Gaultier est bien conscient de la hardiesse de son initiative. Sans la moindre autorité en matière de religion, ne prend-il pas sur lui de donner au public une œuvre que l’Ordre du Carmel n’a pas jugé à propos de retenir ? Mû par le souci de rencontrer les objections, il laisse percer à travers son plaidoyer une interprétation des motifs qui ont pu provoquer jusqu’alors le rejet du Cantique. Le ton de cette œuvre, pense-t-il, n’aura pas paru proportionné à la grandeur du sujet ; elle aura passé pour trop familière, anodine presque. Soupçon qui n’est peut-être pas dénué de vérité si l’on considère que l’édition d’Alcalá n’a fait place à aucun des écrits mineurs : elle ne retient que les Traités à la texture et au langage le plus scolastiques, et les Apuntamientos de Salablanca lui imposent une perspective de didactisme un peu pédantesque. Retenons ceci : il nous faudra y revenir.

24Un bien curieux silence de Gaultier est sans aucun doute l’absence de toute allusion à la personne d’Anne de Jésus. Le titre primitif est remplacé par un autre où elle n’est pas citée : Cantique d’amour divin entre Jésus-Christ et l’Ame dévote composé en espagnol par le Père Jean de la Croix, premier Religieux de l’Ordre des Carmes Déchaussé, et Coadjuteur de la sainte Mère Thérèse. L’apostrophe « Révérende Mère » n’apparaît pas dans le Prologue, qui est adressé universellement « au lecteur » ; les allusions personnelles deviennent par conséquent incompréhensibles.

  • 72 Cfr supra, p. 256 : « Ayant desia presté ma plume à la version des œuvres de ce religieux tant est (...)
  • 73 Cfr Berthold-Ignaee de Ste-Anne, Vie de la Mère Anne de Jésus, t. I, Malines, 1876, L. V., chap. 5 (...)
  • 74 Sur les conflits d’Anne de Jésus avec les Supérieurs français, spécialement avec Bérulle, cfr Bert (...)

25Au moment où le pieux vulgarisateur obtint approbation pour son texte, la destinataire du Cantique avait quitté ce monde en odeur de sainteté. Le fait méritait d’être relevé. Mais comme le frontispice, la dédicace a un mot pour Thérèse72 et tait le nom d’Anne. Gaultier s’avance sous le boucher de la Réformatrice. Même posthume, le patronage de la Propagatrice eût-il été compromettant ? C’est possible. Les controverses sur les Constitutions73 avaient valu à la Mère Anne des inimitiés tenaces dans le clan de Doria, dont le disciple le plus immédiat présidait justement aux destinées du Carmel espagnol. D’un autre côté, le départ hâtif de la « lieutenante de Thérèse » avait déçu, pour ne pas dire vexé la France74.

  • 75 Processus Servae Dei S. Anae de Jesu, vol. I, Dep. R.P. Hilarii a Sancto Augustino vie. provine. A (...)
  • 76 Prim. éd., pp. 34-5, note 54 et Tr. hist., pp. 68-9, note 54.
  • 77 On n’a aucun indice qu’elle ait jamais favorisé l’impression du Cantique. En ce qui concerne les œ (...)
  • 78 A. Manrique, Vida L.VII, ch. 6, pp. 97-98.
  • 79 « Dieu m’ayant réservé jusqu’à cette heure pour estre le secrétaire de celle dont j’avais esté le (...)
  • 80 La Vie de la Vénérable Mère Anne de Jésus ... composée par le R. P. Ange Manrique Paris, 1636.
  • 81 On aura remarqué que dans l’épître dédicatoire qui précède l’édition des Œuvres, Gaultier, à propo (...)

26On n’exclura cependant pas une explication toute différente, mais en quelque sorte complémentaire. Il est bien connu qu’Anne de Jésus ne parlait pas volontiers des relations spirituelles qu’elle avait entretenues avec saint Jean de la Croix. Entre autres détails, on sait par son confesseur Hilaire de Saint-Augustin qu’elle se refusait par humilité à faire aucunes révélations sur les faveurs reçues par le premier Déchaux, car elle se fût ainsi glorifiée elle-même : au temps où elle se confessait à lui, Dieu leur révélait réciproquement les secrets qu’il communiquait à l’un ou à l’autre75. Elle eût été encore bien plus incommodée de voir livrer aux presses — autant dire jeter sur la place publique — un ouvrage qui la mettait personnellement en cause. Cette disposition d’esprit se dégage aisément du contexte de son comportement général en matière de divulgation des écrits carmélitains. Aux Pays-Bas, la Capitaine des Prieures s’est dépensée pour répandre les œuvres de sainte Thérèse ; elle assura notamment avec Graciân l’édition princeps des Fondations (1610) et des Méditations sur le Cantique des Cantiques (1611)76. Il lui eût été aisé d’en faire autant pour le Cantique spirituel, mais elle s’en garda77. En eût-elle toléré l’impression pourvu que fût écartée toute allusion directe à sa personne ? Cela paraît douteux, mais on sait qu’il lui aurait plu qu’on imprimât le Commentaire au livre de Job de Fray Luis de León à condition qu’on en retirât la Dédicace qui lui était adressée78. C’est à peu près ce que Gaultier a fait pour le Cantique peu après la mort de la destinataire. N’en aurait-il pas usé ainsi par déférence pour l’intéressée ou aussi, un peu plus confusément, par une sorte de réserve que continuait à lui inspirer depuis le tombeau le côté un peu ombrageux d’une femme qui ne mettait pas moins de passion dans l’humilité que dans la lutte ? La discrétion de l’éditeur ne pouvait être que renforcée par l’écho encore vif des tempêtes provoquées par cette nature inflexible. De cette façon, les deux explications envisagées pourraient se corroborer. Ce n’est pas qu’il faille faire d’Anne de Jésus ce qu’on appellerait aujourd’hui « un monstre sacré ». Le fait est, pourtant, que Gaultier, son ancien compagnon de voyage, accuse à son propos réticence ou timidité. Lorsqu’il traduit la vie d’Anne de Saint-Barthélémy, il se plaît à nous dire qu’il a familièrement connu la Bienheureuse sept années durant79. Mais dans sa traduction de la Vie d’Anne de Jésus par Manrique, il ne souffle mot de ses relations personnelles avec la Vénérable80. Ce qu’on sait du caractère et de la position de Gaultier rend un tel silence significatif81.

27D’une façon plus générale, il est plausible que la référence à la personne d’Anne de Jésus fut pour quelque chose dans le retard de l’édition du Cantique. Deux facteurs distincts auront joué : d’une part, la pudeur de l’ancienne « dirigée » de Jean de la Croix, et, d’autre part, les animosités que valut à la « Capitaine des Prieures » une rare vivacité combative.

  • 82 Encore qu’on ait exagéré — ou que l’Ordre du moins ait exagéré à cette époque — en considérant qu’ (...)

28Il est pourtant un milieu où la Mère Anne ne fut en butte à aucune hostilité, et où, elle disparue, le Cantique, semble-t-il, aurait dû apparaître aussitôt. C’est aux Pays-Bas, sous l’aile de l’Infante Sérénissime. La version du Traité composée expressément pour l’ancienne prieure de Grenade se manifesta en effet, sur ces terres vassales de l’Espagne, mais six ans seulement après la mort d’Anne, et presque à la sauvette82.

29C’est en 1627, en effet, que paraît à Bruxelles, chez Godefroid Schoevarts, l’édition princeps espagnole du Cantique. Même titre que les manuscrits du Cantique de 1584, dédicace et millésime y compris. Le recueil des poèmes suit le Traité, comme dans les mss de Sanlûcar et Tarazona. Rien de plus : ni épître dédicatoire, ni notice historique, ni hommage ronflant ou discret. Entre le Prologue et le poème, cette approbation lapidaire :

30« Esta Declaración de las Canciones que tratan del Exercicio de amor entre el alma y el esposo Christo contiene muy graue y excelente doctrina prouechosa para todos, y particularmente para las Almas denotas Y assi se puede imprimir. Fecho en Brusellas a los 8 de febrero 1627. El licenciado Juan Bap. Stratio. Capellán de Oratario de su Alteza Ser. Censor de los libros ».

  • 83 On a suivi en cela Dom Chevallier, qui avança cette opinion dès son premier article sur les problè (...)
  • 84 « A la vigésima prima pregunta dijo que ha leído este testigo los libros que escribió el dicho sie (...)

31De nombreux critiques ont vu dans cette édition un hommage rendu par Isabelle à la mémoire vénérée d’Anne de Jésus83 grâce à la publication d’un exemplaire qui lui aurait appartenu en propre. Cette opinion repose notamment sur un témoignage de Luis de San Ángelo, qui impute l’initiative de l’édition à l’Infante84.

32Dès lors, objecte le P. Eulogio, pourquoi avoir encore tant tardé ? Pourquoi ce peu d’apparat ?

33L’auteur de Trayectoria histórica ne s’est pas borné à émettre des réserves. Il a découvert la personne responsable de l’édition de 1627. Voici la source de sa trouvaille.

  • 85 A dix-huit ans, le 25 novembre 1587, Yolanda de Salazar fit sa profession au couvent de Madrid sou (...)
  • 86 Béatrice de la Conception (Zuñiga), apparentée aux ducs de Béjar, naquit à Arevalo, où elle fut ba (...)

34A Consuegra, le 18 août 1627, María de la Encarnación, compagne d’Anne de Jésus aux jours sombres de Madrid85, écrit à Béatrice de la Conception, prieure de Bruxelles86 :

  • 87 « Mucho agradezco a mi carísima Madre el haber hecho imprimir el libro de las Canciones que hizo n (...)

35« Je remercie beaucoup ma très chère Mère d’avoir fait imprimer le livre des Canciones que fit notre vénérable et saint Père frère Jean de la Croix sur la demande de notre vénérable Mère Anne de Jésus. Dieu vous en récompense, ainsi que de nous en avoir envoyé ici, bien que ceux que Votre Révérence dit avoir envoyés pour la Mère Isabel de los Ángeles et pour moi ne soient pas encore arrivés ; je ne voudrais pas qu’ils se perdent, car ils sont riches en esprit et en oraison. Je l’ai lu étant novice et professe depuis peu, car tout ce que ce saint nous écrivit et nous dit me convient fort et m’enflamme l’esprit. Comme je l’ai connu et que je me suis confessée quelques fois auprès de lui, je lui suis très attachée »87.

  • 88 « Quien se ha preocupado de dar a luz el Cántico en su lengua original ha sido la M. Beatriz de la (...)
  • 89 « Si para ello buscó el respaldo de su amiga la princesa [Isabel], lo ignoramos. En caso afirmativ (...)
  • 90 A ce sujet, cfr supra, p. 262, note 1.

36Le P. Eulogio conclut catégoriquement et à bon droit : « C’est la Mère Béatrice de la Conception qui s’est préoccupée de faire paraître le Cantique dans sa langue originale »88. Il ajoute que si elle avait agi à l’instance de l’Infante, l’édition aurait fait état de cette garantie dans des préambules dont l’absence montre bien que l’initiative et le risque revenaient entièrement à la compagne d’Anne de Jésus89. Peut-être serait-il plus exact de considérer que la Prieure des Déchaussées jouissait seulement d’un appui discret de l’Altesse Sérénissime90. Béatrice de la Conception vouait à la Mère Anne une dévotion qui ne fit que croître après sa mort.

  • 91 A ce sujet, cfr supra, p. 264, note 1. Le lecteur pourra trouver dans une « relation » du 30 octob (...)
  • 92 « Mucho me huelgo han puesto en el libro de nro venerable Padre fr. Juan de la Cruz los trabajos q (...)
  • 93 Digo cuanto V.R. me pregunta, y lo he podido jurar con entera verdad, y no me puedo acordar más de (...)

37Véritablement obsédée de favoriser la béatification de « sa Mère », elle partage ce souci avec María de la Encarnación, autre fille très aimée de la Capitaine des Prieures. Si l’union d’Anne et de Béatrice s’est forgée dans les fondations de France et de Belgique, les souvenirs de la moniale de Consuegra remontent aux temps troublés des conflits d’Anne avec la Consulta. Grâce à la complaisance des Mères du Carmel Royal, j’ai pu consulter la correspondance adressée à Bruxelles par María de la Encarnación91. Ce ne sont que rétro-actes et mises au point sur l’affaire des Constitutions. Or, Jean de la Croix est opposé à Doria comme le véritable dépositaire de l’esprit de Thérèse dans le Carmel masculin : « Je me réjouis qu’on ait mis dans le livre de Notre Vénérable Père fr. Jean de la Croix les épreuves qu’il subit, et comment on voulait l’exiler aux Indes parce que nous, les Religieuses, nous le voulions pour prélat »92. D’autre part, le Saint est tenu pour le miroir de l’âme d’Anne de Jésus : « Je dis tout ce que Votre Révérence me demande, et j’ai pu jurer avec une entière vérité. Et je ne peux pas me rappeler plus que ce que j’ai dit de notre saint Père fr. Jean de la Croix, sinon que s’il vivait, il serait le témoin le plus qualifié et de la plus grande importance qu’aurait notre Sainte, parce qu’il l’aimait et l’estimait extraordinairement, et qu’étant son confesseur, il connaissait bien sa vie intérieure et pourrait conter beaucoup de son esprit »93.

38Le Cantique avec sa dédicace et son Prologue, c’est justement un peu le témoignage posthume de Jean de la Croix sur la vie intérieure d’Anne de Jésus. Pour la prieure de Bruxelles et la moniale de Consuegra, travailler à la gloire de l’un était travailler à la gloire de l’autre. Mais de soi, l’association des deux noms prestigieux n’était pas sans éveiller des relents de polémique fatalement désagréables aux héritiers moraux de Doria. Sous l’ombre de l’ancienne -« rebelle » des années 1590 à 1592, le Cantique devenait une sorte de manifeste différé. Voilà encore une des choses qu’on a vraisemblablement voulu éviter en écartant les Canciones des éditions officielles, et la Prieure de Bruxelles bravait l’autorité en publiant de son propre chef un Traité que les dirigeants de la Réforme avaient laissé dans l’oubli.

39L’outrecuidance fut ressentie.

  • 94 Cfr supra p. 264, note 1.
  • 95 Parlant du caractère personnel de l’initiative d’édition et du risque assumé en rapport avec elle, (...)
  • 96 Cfr supra, p. 262, note 3.
  • 97 Cfr infra, p.
  • 98 « ... sabe que el santo Pe fray Juan de la Cruz escribió cuatro Libros, que los tres andan en un c (...)

40Il faut dire que Béatrice ne se fit pas faute de propager son édition en Espagne. Selon le document du Carmel Royal, deux exemplaires furent destinés au couvent des Mères de Consuegra94. Le P. Eulogio a eu également l’heureuse fortune de tomber sur l’exemplaire qu’elle adressa à la fameuse copiste des trente-et-une Canciones, Magdalena del Espíritu Santo95. Magdalena a noté de sa propre main au pied du frontispice : « Este libro es del convento de la Senara Santa Ana de las Carmelitas Descalzas de Córdoba, Dióle de limosna la Me priora de nuestro convento de Bruselas ». Le Cantique de Bruxelles est connu de Luis de San Ángelo96, de Juan Evangelista97 et peut-être, à en juger d’après les termes de sa déposition aux Procès apostoliques, de María de la Cruz (Machuca)98.

  • 99 Prim. éd., p. 42 et Tr. hist., p. 76.
  • 100 Ib.

41Pourquoi Béatrice, si zélée à diffuser le Cantique, n’en a-t-elle pas assuré plus tôt la publication ? Il ne fait pas de doute que la seconde prieure de Bruxelles n’aura mis aucune négligence à diffuser un ouvrage qui faisait honneur à la Fondatrice et ne pouvait qu’apporter le plus grand profit aux âmes contemplatives. Le P. Eulogio convient que sa lenteur s’explique mal, surtout si son amie et protectrice l’Infante conservait réellement le manuscrit original »99, (comme le prétend Luis de San Ângelo). « Peut-être », ajoute le P. Eulogio, « le retard est-il justement imputable à cela : elle ne disposait de l’original ni d’aucune copie satisfaisante, et eut à se les procurer »100.

  • 101 Qu’il s’agisse ou non de l’original.
  • 102 Prim. ed. et Tr. hist., ib.

42Je ne pense pas que la date tardive de l’édition implique quoi que ce soit en ce qui concerne la source. Qui était mieux placé que Béatrice pour atteindre le Cantique d’Anne de Jésus ? Il est évident que celle-ci n’avait pas quitté l’Espagne sans emporter un texte des Canciones de la Esposa101, puisque les éditions de la version qui lui fut destinée ont uniquement fleuri sur ses pas, en France d’abord, en Flandre ensuite. Malgré les lenteurs des « allées et venues de transcriptions »102, on ne conçoit pas que, si quelque accident eût privé Béatrice de sa source la plus immédiate, elle eût dû passer des années à tâcher de se procurer un autre modèle. A venir de Béatrice, et non de l’Infante, l’édition de Bruxelles perd en solennité, non en authenticité.

  • 103 « Ya sabemos las ayudas que de los de la Orden tendremos, y todo lo fundan en bien y por muy puest (...)
  • 104 « Mucho me pesa que el pe fray Basilio de León esté tan tibio como V.R. me dice en escribir le vid (...)
  • 105 « El padre fray Tomás predicó un sermón a su entierro, canonizable, y después contradijo todo lo d (...)
  • 106 Favorable à l’impression et à la diffusion de la Vida du Saint (Bruxelles, 1628), elle se rend com (...)

43Si Béatrice n’a pas eu à se procurer un manuscrit, on peut néanmoins concevoir qu’elle ait occupé les années creuses à d’autres démarches bien plus délicates. N’est-ce pas à toute extrémité qu’elle s’est résignée à faire passer le Cantique par la petite porte de l’Histoire ? A voir le mal qu’elle se donne pour répandre l’édition dans les Carmels d’Espagne, on juge bien que c’est là le milieu qu’elle vise. L’approbation d’hommes doctes, l’agrément de l’Ordre, toutes les garanties qui font défaut à l’édition bruxelloise auraient pleinement assuré le rayonnement de l’œuvre méconnue. L’appui de l’Infante, hélas, n’est pas tout. Il incombe à Béatrice elle-même de préparer d’autres terrains103. A Bruxelles, elle se débat beaucoup, et souvent en vain. Dans la correspondance conservée au Carmel Royal, María de la Encarnación se désole et s’étonne qu’en dépit des instances, Basilio Ponce de León montre peu d’empressement à mener à bien la biographie d’Anne de Jésus104. Thomas de Jésus a déçu Béatrice105, Quiroga la décevra106. Ne se serait-elle pas d’abord employée sans succès à tracer le chemin du Cantique ? Comme toute son action tend essentiellement à l’exaltation de la Vénérable Anne de Jésus, les périls de l’entreprise n’auront pas échappé aux personnalités sollicitées. De cette façon, l’ombre de la destinataire a pu peser, même à Bruxelles, sur le sort de l’œuvre.

44De tout ceci, il ressort que la publication du premier Traité de Jean de la Croix est aussi un chapitre de l’histoire d’Anne de Jésus, dont l’édition de Paris tait le nom, et dont l’édition de Bruxelles veut servir la gloire, mais sans y parvenir autant qu’il eût convenu. Et si, en France et en Flandre, la personnalité de la propagatrice du Carmel a pu être un facteur de retard pour l’édition de la Declaración de las canciones, on voit bien que la parution de l’ouvrage dans ces mêmes lieux n’en est pas moins la conséquence du séjour que la Mère Anne y fit. La figure particulière des deux éditions, le temps où elles paraissent et celui où elles n’ont pas paru ne sont assurément pas sans rapport avec l’histoire de la destinataire.

45Pour l’exclusion du Cantique de la première édition officielle des œuvres, la même cause a dû jouer un rôle plus secondaire. Les opposants d’Anne de Jésus ne tenaient pas la barre quand a paru l’édition d’Alcalá. Au contraire, d’après le P. Eulogio, celle-ci ne fut possible que parce qu’un homme de Doria quitta le gouvernement de la Congrégation espagnole. Dans ces conditions, l’exclusion du Cantique pourrait s’interpréter comme une concession à un parti resté puissant. Mais la supposition n’est appuyée par aucun indice concret.

46Réexaminons à loisir les autres hypothèses qui se sont présentées en chemin.

***

  • 107 La référence complète de cet ouvrage a été donnée à la p. 244.

47Nous nous devons encore de réserver un examen sérieux à une certaine interprétation des lenteurs apportées à la « mise en lumière » du Cantique, à Bruxelles spécialement. Il s’agit d’un soupçon de M. Jean Krynen, qui, aux dernières pages de sa grosse étude Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix commenté et refondu au xviie siècle107, met en perspective un certain nombre de coïncidences. Laissons-lui la parole.

48« En 1601, Thomas de Jésus est chargé, comme définiteur général de son Ordre, en même temps que Juan de Jesús Maria (Aravalles) de préparer l’édition des œuvres de Saint Jean de la Croix(...)

  • 108 Op. cit., p. 324.

49« En 1603, Thomas de Jésus est chargé de poursuivre seul la préparation de l’édition des œuvres de saint Jean de la Croix. Pour quelles raisons ? Notons simplement que Juan de Jesús María et Thomas de Jésus n’étaient sans doute pas d’accord lorsqu’il s’agissait du Cántico ; il est possible que Thomas de Jésus tenait à l’exclure de la publication, contrairement à son compagnon. En 1618, le Cántico ne paraîtra pas et l’édition avait été confiée au disciple préféré de Thomas de Jésus ; mais il paraîtra en 1627 à Rome et cette fois, c’est un disciple de Juan de Jesús María Aravalles qui en était chargé : Fra Alessandro di San Francesco »108.

  • 109 D’après le P. Silverio, Díaz Sánchez Dávila naquit à Baeza H. por los años de 1564 », aux environs (...)

50Avant de suivre plus loin M. Krynen, rappelons les étapes du prestigieux Thomas de Jésus. Nous l’avons vu arraché à Las Batuecas et à l’Espagne par Rome, qui l’appréciait de longtemps. Installé dans la Ville Eternelle en 1607, il n’y restera pas de nombreuses années. Les fondatrices des Pays-Bas souhaitaient vivement la présence de Pères de l’Ordre. Ayant trouvé refuge sous nos climats, Gracián, l’ancien compagnon de Thérèse, menait correspondance avec Thomas de Jésus et l’assurait qu’il était l’homme de la situation. Le Pape Paul V se rendit aux instances d’Albert et d’Isabelle. Dès le 24 avril 1609, Thomas de Jésus et quelques autres Pères prenaient le chemin de Bruxelles par le détour de Paris. Ce furent alors quelques années pleines d’une activité prodigieuse dont le développement du Carmel en Belgique illustre le rythme. La santé du prélat se trouva finalement ruinée par l’ampleur de telles entreprises. En 1623, il obtient de revenir sous des cieux plus cléments et se retira au couvent romain de la Scala avec le titre de définiteur général. Son état ne cessa de se dégrader, et il mourut le 24 mai 1627, au début de la soixantaine109.

  • 110 Op. cit., p. 325.

51M. Krynen rappelle toutes les entreprises d’édition menées ou tentées par Anne de Jésus en Belgique, alors qu’elle était sous l’obédience du Père Thomas ; elle s’applique à répandre l’œuvre de sainte Thérèse, celle de Luis de León. « Lorsqu’elle meurt, le 21 mars 1623, Thomas de Jésus était prédicateur du couvent de Bruxelles dont elle était Prieure : le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix n’est pas publié »110.

  • 111 Ib.

52« En 1623 », continue M. Krynen, « Thomas de Jésus quitte la Belgique ; en 1626, l’infante Isabelle-Claire-Eugénie, par amour et vénération pour la Mère Anne de Jésus, décédée depuis cinq ans, ordonne la publication du Cántico authentique que la Vénérable Mère lui avait laissé. L’ouvrage est publié en 1627 »111.

53On aura remarqué plus haut que M. Krynen établit un rapprochement entre l’éviction de Thomas de Jésus et la présence du Cantique dans l’édition romaine des œuvres de Jean de la Croix. Dans mon introduction, j’ai touché un mot de cette édition et de sa jumelle madrilène de 1630. Nous ne nous attarderons pas à leur cas puisque, portant la version A’ des Canciones, elles n’appartiennent pas à l’objet de notre étude. Occupons-nous d’elles ici tout juste autant que le requiert l’argumentation de M. Krynen.

  • 112 Ib.

54Celui-ci ajoute : « A Rome, Thomas de Jésus réside jusqu’à sa mort (24 mai 1627). C’est à la veille de sa mort que se prépara l’édition italienne de la première rédaction du Cántico.En 1628, sur le vote unanime du Définitoire de la Congrégation espagnole (2 octobre 1628), l’édition espagnole de la même rédaction est ordonnée : imprimée dans le courant de l’année 1629, elle paraîtra en 1630 »112.

55Et le critique français conclut avec une prudence lourde de suggestions précises :

  • 113 Ib.

56« L’histoire nous dira si le Cantique spirituel parut à deux reprises, en Belgique et en Italie-Espagne, lorsque Thomas de Jésus n’était plus là pour s’y opposer »113.

57Le P. Eulogio a prouvé, autant que cela peut se faire, qu’Alonso de Jesús Maria est pour beaucoup dans le retard de la première édition générale. Il n’a pas avancé, ou je me trompe, que le P. Alonso de Jesús Maria ait personnellement retardé l’impression du Cantique pris en soi. Les conjectures de M. Krynen ne sont donc pas périmées. Ont-elles pour autant de la solidité ?

58Oui, si l’on admet que Thomas de Jésus avait un intérêt majeur à empêcher la divulgation de l’« Exposition des couplets » telle que Jean de la Croix l’avait écrite. C’est justement, nous le verrons, la thèse principale de M. Krynen, aux yeux de qui Thomas de Jésus est l’auteur subreptice du Cantique B, version allongée et, pour reprendre le mot de Dom Chevallier, « bouleversée ». Thèse ingénieuse, laborieuse et documentée, mais dont j’ai fait entrevoir la vulnérabilité. Il va de soi que si Thomas de Jésus est intervenu dans les développements rédactionnels des Canciones et de leur commentaire, il s’ensuit que son attitude à l’égard de tout projet d’édition du premier Cantique aura été nécessairement celle qu’imagine M. Krynen. Mais il est intéressant justement de vérifier si l’hypothèse subsidiaire peut être reçue indépendamment de la thèse principale. Il est donc légitime de dégager du système général de M. Krynen la série de recoupements historiques proposée ci-dessus.

59Il y a deux volets à distinguer. Il s’agit de considérer en premier lieu ce qui s’est passé lorsque Thomas de Jésus fut chargé de l’édition des Œuvres. D’autre part, on doit se demander ensuite quelle attitude l’éditeur manqué a adoptée sur le point de la publication du Cantique aux temps où l’impression de celui-ci fut partout attendue, puis réalisée en divers lieux.

  • 114 Cfr supra, p. 241, note 1.

60Premier aspect. Selon M. Krynen, si, entre 1601 et 1603, Juan de Jesús María semble avoir été comme perdu en route, ce pourrait bien être en raison d’un conflit avec Thomas de Jésus sur l’opportunité de la publication du Cantique. Cette interprétation des faits s’appuie-t-elle sur quelque indice positif ? En réalité, nous ne savons rien sur la défection de Juan de Jesús María. Y-a-t-il même eu défection ou éviction ? C’est douteux. La licence d’impression fut accordée au P. Thomas seul114. Cela signifie que, dans l’esprit du Définitoire, le soin et le contrôle de la mise sous presse incombaient à ce Religieux. La commission de son compagnon de travail a pu être limitée à la phase préparatoire. Bref, mieux vaut reconnaître ici la défaillance de notre documentation.

  • 115 Cfr supra la cit. extraite de la p. 324 du livre de M. Krynen.
  • 116 Hist. C.D., t. VIII, p. 60.
  • 117 Hist. C.D., t. VIII, p. 609.
  • 118 Cfr Giuseppe del Cuore di Maria, O.C.D., Una grande figura de la escuela mistica carmelitana. El P (...)
  • 119 Cfr Giuseppe del C. di M., op. cit., pp. 323-4.
  • 120 Ib., p. 324.

61M. Krynen affirme que le Cantique fut édité à Rome à l’initiative d’un disciple de l’ancien collaborateur de Thomas de Jésus115. Mais on ne voit toutefois pas à quel titre le traducteur de l’édition romaine passerait pour un disciple de Juan de Jesús María Aravalles. Celui-ci s’est rendu en Italie avec Doria à l’occasion du Chapitre de Crémone en 1593116 ; depuis lors il ne quitta plus l’Espagne, où il mourut en 1609 dans la charge de provincial de la Basse-Andalousie117. Or, Alessandro di San Francesco, responsable de la traduction et de l’édition romaine des œuvres du Saint, Cantique compris, reçut l’habit au Couvent de Santa Maria della Scala le 2 avril 1605, lendemain de l’élection au pontificat de son oncle Alexandre de Médicis118 : comme ce dernier devenait Léon XI, le novice lui marquait son attachement en prenant en religion le nom d’Alexandre119. Il fut en effet formé par un Juan de Jesús María, non Aravalles, mais Ustarroz, surnommé el Calagu-rritano. Celui que le P. Silverio appelle « le Moïse de la Congrégation de Saint-Elie » était alors maître de novices à Rome120. Il semble que M. Krynen ait commis une confusion entre les deux Juan de Jesús María retenus par l’Histoire du Carmel. Sauf production de données neuves — ou tout au moins inconnues de moi —, rien n’invite à voir chez fra Alessandro un opposant de Thomas de Jésus.

  • 121 Krynen, op. cit., p. 324, note 1 et B.M.C. 10, p. 206.
  • 122 B.M.C. 10, p. 206, note 3.
  • 123 Cfr supra, p. 271, note 3.
  • 124 B.M.C. 10, p. 207.
  • 125 Hist. C.D., t. VIII, ch. 18, p. 571.
  • 126 Ib., pp. 570-1.

62Celui-ci pourrait cependant bien être le responsable de l’exclusion d’Alcalá si, comme l’insinue M. Krynen, le P. Diego de Jesús s’est contenté de reprendre les papiers de son prédécesseur. Sans aller jusqu’à donner une telle éventualité pour acquise, le professeur de Toulouse suspecte Salablanca d’être un epigone trop zélé du fondateur de Las Batuecas. En note, il appuie cette opinion sur une référence du P. Silverio121. A l’endroit indiqué, le P. Silverio émet au passage cette idée que l’éditeur de 1618 aurait pu bénéficier des travaux de Thomas de Jésus, étant son disciple préféré. Qu’est-ce qui détermine l’éditeur de 1929 à supposer un tel lien entre l’éditeur manqué de 1607 et l’éditeur déficient de 1618 ? Aucune réponse n’est fournie par la notice biographique réservée au P. Salablanca par la Biblioteca Mística Carmelitana122. L’auteur des Conceptos espirituales est né, nous dit-on, en 1570, à Grenade. Thomas de Jésus, je le rappelle, avait vu le jour, lui, à Baeza, « por los años de 1564 »123. La différence d’âge entre les deux Religieux n’était pas grande, et l’influence dut en être diminuée du fait que tous deux prirent l’habit la même année, Salablanca à Madrid124, Díaz Sánchez Dávila à Valladolid125. Certes, à son entrée dans l’Ordre, Thomas de Jésus jouissait déjà d’une formation solide : il avait fréquenté les Universités de Baeza et de Salaman-que ; le prieur de Valladolid et le Vicaire provincial prenaient même conseil de ce novice exceptionnel126. Bien que son œuvre savante n’ait pratiquement pas connu la publication, le P. Diego en vint de son côté à jouir d’un énorme crédit. La science qui lui permit d’assumer des chaires pendant près de trois lustres, la tenait-il vraiment de Thomas de Jésus ? Il serait intéressant de savoir comment le P. Silverio s’est formé une opinion à cet égard. L’enquête reste à faire.

  • 127 B.M.C. 10, p. 207.

63Pour ce qui nous préoccupe, si nous nous en tenons aux faits bien établis, nous relèverons principalement qu’un espace de dix ans s’étale entre le départ de Thomas de Jésus et la commission de Salablanca127. Le délai n’a aucune importance si les papiers du grand ermite de Las Batuecas ont simplement dormi dans les Archives de l’Ordre durant tout ce temps. Les foudres d’Alonso de Jesús María une fois écartées, il suffisait de reprendre les choses où elles en étaient restées. Mais si, par négligence ou malveillance les documents ont été perdus, détruits ou dispersés ? Et si Thomas de Jésus, faisant d’eux son bien propre, ou simplement pour les préserver, les a emportés en tout ou en partie dans ses malles ?

  • 128 Un nuevo códice de las obras de San Juan de la Cruz ... (cfr supra, p. 247, note 3).
  • 129 Prim. éd., p. 7, note 11 et Tr. hist., p. 41, note 1. Le P. Simeon consacre à l’examen de cette qu (...)
  • 130 Ce départ clandestin souleva des tempêtes. Cfr Hist. C.D., t. VIII, pp. 579-585.

64Il faut retenir quelque chose de cette dernière éventualité, car le P. Simeón de la Sagrada Familia a découvert dans les archives romaines de l’Ordre un manuscrit des œuvres du Saint annoté de la main de Thomas de Jésus128 ; le P. Eulogio est d’accord avec le P. Simeon pour identifier dans cette copie une trace probable de labeurs motivés par l’édition prévue en 1601129. Comme le document est dépourvu, non seulement du Cantique, mais du troisième livre de la Montée du Carmel, il paraît cependant difficile d’admettre que le P. Simeon nous met en présence du texte même qui fut soumis à l’approbation du Définitoire en 1603 ; le docte auteur du De oratione divina eût été un éditeur bien aveugle. Le manuscrit romain reflète donc un travail personnel et, à supposer que ce travail eût vraiment tendu vers une édition, on n’y verra que les traces d’un débroussaillement. D’ailleurs, si important qu’ait été le personnage, imagine-t-on un moine qui, non content de déménager à la cloche de bois130, ravirait un corpus officiellement déposé auprès des autorités de l’Ordre ? La conclusion doit être modérée : l’ancien éditeur en puissance a vraisemblablement emporté, pour son propre usage, la part de ses travaux personnels qui ne restait pas le bien de l’Ordre. On est donc libre de supposer que le reste aurait été abandonné sur place.

  • 131 J’entends par là que le travail correspondant à ce ms. représenterait tout au plus un simple débla (...)

65Mais de quoi était formé ce reste, et en quelles mains est-il tombé ? L’étude générale des problèmes de texte n’est pas assez poussée pour qu’on puisse décider si les rapprochements que le P. Simeon établit entre l’édition princeps et le manuscrit de Rome supposent une relation effective entre les deux termes. Si c’est le cas, on peut supposer avec le P. Simeon que Thomas de Jésus, depuis les Flandres, aurait complaisamment expédié à Salablanca quelques données ; on peut aussi admettre que Salablanca a pu atteindre certains documents laissés en Espagne par son prédécesseur. Mais la comparaison du manuscrit de Rome et de ses corrections et surcharges avec l’édition de 1618 n’implique pas une filiation même indirecte de l’édition par rapport à ce manuscrit131. En d’autres termes, il ne semble pas que Diego de Jésus n’ait eu qu’à reprendre une édition toute faite de longtemps préparée par Thomas. Dans l’état actuel des enquêtes, et vu la longueur du délai, il paraît imprudent de croire que l’éditeur de 1618 ait pu bénéficier sans réserve d’une documentation déjà constituée. En dernière analyse, l’éventualité que le rejet du Cantique ait été opéré à l’imitation de Thomas de Jésus reste une possibilité purement théorique. La réalisation de cette possibilité suppose soit une démission de l’éditeur de 1618 devant un fait accompli, soit une ingérence vraiment outrecuidante de l’éditeur de 1601-1604 dans les affaires d’une Congrégation à laquelle il n’appartenait plus. Dans leur nudité, de telles hypothèses se révèlent en fin de compte assez gratuites. Encore une fois, rendons à M. Krynen cette justice qu’il les propose au nombre des éléments qui selon lui « tendent à confirmer ... ou du moins ne s’opposent pas » à sa conception du rôle de Thomas de Jésus dans l’évolution textuelle du Cantique. On avouera que, réduites à elles-mêmes, elles n’ont pas la vertu de convaincre.

66Passant au second point, examinons à présent la valeur des indices qui, selon M. Krynen, suggèrent l’hostilité de Thomas de Jésus à une impression du Cantique en Italie et aux Pays-Bas.

  • 132 Hist. C.D., t. VIII, pp. 589-597 et 601-602.
  • 133 Cfr supra, pp. 262, note 1 et 265, note 3.
  • 134 Celle-ci était veuve, rappelons-le, depuis 1621.
  • 135 Ceux-ci se mettaient en peine de faire rappeler le P. Thomas au plus tôt dès que celui-ci quittait (...)

67Reportons-nous d’abord aux Pays-Bas espagnols. Thomas de Jésus y a vécu douze ans et les a définitivement quittés en 1623132. Le Cantique n’a pas vu le jour dans ces régions aussitôt après son départ. M. Krynen dit que l’Infante a ordonné la publication du Cantique d’Anne en 1626. On pouvait le croire au moment où le distingué critique écrivait son ouvrage. Le P. Eulogio a montré depuis que l’initiative de l’édition appartint à Béatrice de la Conception. De mon côté, j’ai cependant fait observer que la compagne d’Anne de Jésus obtint tout de même la couverture de l’Infante sous forme d’une approbation de dernière minute du chapelain de la Cour (8 février 1627)133. Quand Thomas quitta les terres gouvernées par l’Infante134, Anne était décédée depuis deux ans. Un délai plus long encore court entre le départ de Thomas et la parution des Canciones à Bruxelles. Après avoir été établi auprès des Archiducs dans les rôles de père spirituel et de conseiller en toutes matières, le fondateur des Déchaux de Belgique aurait-il continué, quoique absent, à faire barrage au Cantique A ? Ce n’est pas impossible, et à supposer qu’il eût émis auparavant un avis défavorable, l’effet de son désaveu eût persisté après son départ, non moins dans l’esprit d’Isabelle135 qu’au sein des milieux carmélitains. Le Vénérable Père avait la tête politique, les Archiducs concevaient le pouvoir comme une forme d’exercice de la dévotion : ils s’étaient ouverts à lui des affaires de l’Etat aussi bien que de l’état de leur conscience. A ce compte, il était devenu si indispensable que l’Infante s’entêtait à le rappeler lorsqu’il fut retiré à Rome. Mais quand l’approbation de l’édition de 1627 fut obtenue, le grand homme était moulu, paralysé, bien près de sa mort. Il avait été si écouté en toute matière qu’il n’est pas douteux que rien de ce qui concerne l’Ordre ne se fit contre son avis dans les Provinces avant et sans doute assez longtemps après son départ. Peut-être n’en aura-t-il plus été tout à fait ainsi lorsque tout espoir fut perdu de le voir revenir, et sa mort évidemment prochaine.

  • 136 Cfr supra, p. 269, note 3.
  • 137 « Déselo Dios [el cielo] a nro buen padre fr. Tomás de Jesús, que dicen es ya muerto : ya habrá vi (...)

68Il est en tout cas certain que sur près de quinze ans de séjour aux Pays-Bas, pour une raison quelconque, il ne se préoccupa aucunement de faire assurer une publication si désirable. Y eût-il mis la main, l’affaire n’aurait pas traîné. Béatrice, qui était là pour solliciter son influent supérieur, ne se fit pas faute de l’entreprendre, c’est l’évidence même. Il fallait qu’il se trouvât dans des dispositions négatives fermement arrêtées pour qu’elle ne réussît pas à l’ébranler. Nous avons des motifs de soupçonner chez lui une réticence à l’égard de Jean de la Croix. Dès les funérailles de la Vénérable, Béatrice a pu constater que le grand homme n’était rien moins qu’attaché à la Mère Anne de Jésus136 ; María de la Encarnación, fidèle correspondante de Béatrice, nous apprend que cette réserve ou cette hostilité ne finit qu’avec la vie137. Voilà sans doute assez de motifs pour bannir le Cantique des Pays-Bas espagnols jusqu’à 1623 et au delà. Cet aspect de la thèse de M. Krynen paraît entièrement vérifié par la conjoncture.

  • 138 Et non du pape régnant, comme le donne à penser M. Krynen lorsqu’il avance à la note 4 : « On pouv (...)
  • 139 D’autre part, M. Krynen contredit quelque peu sa propre hypothèse lorsqu’il admet que Thomas de Jé (...)
  • 140 M. Krynen a pris lui-même soin de signaler cette date à la note 1 de sa page 325.
  • 141 J. Krynen, op. cit., p. 325.
  • 142 Hist. C.D., t. VIII, pp. 578-588. Il est vrai que le P. Thomas, pendant les années passées aux Pay (...)

69A Rome, la situation est moins claire. Si importante qu’elle fût, l’influence de Thomas de Jésus était loin d’y être exclusive. Une fois le sort du Cantique entre les mains d’un Religieux tel que fra Alessandro, allié aux Médicis, neveu de feu Léon XI138, frère du Cardinal Roberto Ubaldini, un homme aussi bien introduit se devait-il d’attendre que Thomas de Jésus fût demi-mort pour mettre en lumière un Traité qui eût déplu à l’ancien fondateur de la Congrégation de Saint-Paul139 ? La date à retenir est d’ailleurs celle de la licence d’impression, à savoir le 9 décembre 1626140. C’est un peu forcer les faits que d’insinuer que le Cantique parut en Italie « lorsque Thomas de Jésus n’était plus là pour s’y opposer »141. Soit dit en passant, pour l’Espagne, cette proposition est encore moins vraie : depuis qu’il eut quitté sa terre natale dans les plus mauvais termes avec les autorités, le transfuge ne fut plus mêlé au gouvernement ni aux affaires de la Congrégation Mère, au sein de laquelle il ne rentra jamais. Pour nous en tenir au cas de l’Italie, il est clair que les travaux préparatoires menés avant décembre 1626 furent le contrecoup du regain d’intérêt accordé à saint Jean de la Croix en Espagne sitôt terminé le second généralat d’Alonso de Jesús María. Si le Cantique a eu alors — et enfin — la bonne fortune d’être joint au corpus des œuvres du Premier Déchaux, c’est que le traducteur a eu l’occasion de le connaître et a su l’apprécier. La découverte de saint Jean de la Croix, c’est bien vrai, fut tardive en Italie. Mais à supposer qu’on ait le droit d’en faire grief à quelqu’un, ce serait aux bâtisseurs de la Congrégation italienne, au premier rang desquels figure un théologien insigne, Juan de Jesús María Ustarroz, et non à Thomas de Jésus, dont le bref séjour à Rome fut tout agité de préoccupations missionnaires142.

70De tout ce qui vient d’être dit, on retiendra dans le chef du Père Thomas un désintérêt ou une hostilité très probables pour l’entreprise d’édition du Cantique aux Pays-Bas. Les autres hypothèses avancées se révèlent arbitraires ou douteuses.

71Que le fondateur des Déchaux en nos Provinces n’ait pas eu le goût d’y répandre le Cantique n’a rien qui puisse nous étonner.

72Un politique aussi avisé que le conseiller des Archiducs allait-il donner son patronage à un acte hasardeux ? Lancer parmi les spirituels un livre capital officiellement « oublié », coiffé de deux noms dont la conjonction était riche d’échos, voilà qui n’était pas l’affaire d’un homme chargé de responsabilités missionnaires — c’est à-dire à la fois important et excentrique — et soucieux, en outre, de sa propre œuvre. Ce geste de don quichottisme séait à Béatrice, qui n’avait rien à perdre ni à protéger. La seconde prieure de Bruxelles était une moniale aussi exaltée que vertueuse, le fondateur des Déserts et de la Congrégation de Saint-Paul « un hombre grave ».

73Aux approches de 1630, le Cantique a été accueilli dans le sein des Obras sous le couvert des plus hautes instances. On comprend très bien qu’en 1622, et même en 1627, le fait de le produire seul avait un air de provocation. Quant à entreprendre sur le terrain des Flandres une nouvelle édition générale, Cantique inclus, Thomas avait bien d’autres affaires à mener ; c’eût été d’ailleurs marcher sur les brisées des Espagnols, et les Italiens ne lui en auraient jamais donné commission.

74Une question apparemment vaine, mais fréquente : Thomas de Jésus, quant à lui, aurait-il inclus le Cántico dans le canon de 1603 ?

75Eh bien, je parierais que non. Et ce n’est pas une réponse d’humeur, ni le pressentiment d’une aversion spéciale du docte Carme envers les Canciones : il y a simplement peu de chances pour que ce qui n’a pas été jugé opportun en 1617 l’ait été en 1603.

  • 143 Il s’agit de l’Annexe III, D’une édition avortée à l’action missionnaire.

76Comme j’y insiste dans l’Annexe que j’ai obliquement et partiellement consacrée à Thomas de Jésus143, il conviendrait, dans cette affaire, de se détacher des questions de personne ou, plus exactement, de considérer les personnes dans leur adéquation à la mission historique dont elles sont investies. C’est le sort de passionnés tels Quiroga ou Béatrice de se jeter à corps perdu dans les entreprises nées de leur propre enthousiasme. Tout autre chose est un Sala-blanca, un Díaz Sánchez Dávila, un Ezquerra, surtout dans l’exercice d’une charge officielle : gens de chaire ou de pupitre, gens d’œuvres en un mot, ils serviront l’intérêt de l’Ordre, leur mandant, à la lumière de la conjoncture ; les solutions qu’adoptent de tels éditeurs résultent de la confrontation des traits objectifs des œuvres avec les données objectives de la situation.

77Nous ne nous hasarderons pas à imaginer ce qu’eût donné le travail d’éditeur de Thomas de Jésus. Mais nous avons le produit des veilles de Salablanca, et ce ne doit pas être bien différent, puisque tous deux sont essentiellement des scolastiques, des théoriciens magistraux et abstraits.

  • 144 B.M.C. 10, p. 212.

78Qu’a retenu Salablanca ? Les Traités de forte armature théorique, à savoir la Montée et la Nuit obscure ; un Traité au tracé plus imprécis, mais fort nourri d’exposés de forme sensiblement scolas-tique, et c’est la Vive flamme. Rapportées aux manuscrits, les phrases de l’édition se montrent en de nombreux points ajustées à un langage d’école, chargées de nuances ou de réserves d’ordre technique, de précisions théoriques. Alors que la crainte de donner pied à l’illuminisme a porté l’éditeur à supprimer des paragraphes entiers, le P. Silverio, si indulgent à ses lointains prédécesseurs, convient que les interpolations constituent le principal défaut de l’éditeur de 1618144. Mises à part les adaptations de style, toutes les corrections ont pour objet d’atteindre une certaine rigueur abstraite par rapport à un système de pensée et de langage extérieur à l’exposé. Quant aux Apuntamientos y advertencias qui viennent à la fin du volume, ils tendent en fait à traduire en termes philosophiques mesurés les expressions propres à la Théologie mystique. Le résultat du labeur de Salablanca donne un livre d’une homogénéité assez artificielle où la Théologie mystique porte le corset de la Théologie spéculative.

  • 145 B.M.C. 10, p. 216.
  • 146 Ib.
  • 147 Ib.
  • 148 Sr Silv., p. 8. Dans ces conditions, il est assez piquant que le P. Vega voie dans le Cantique le (...)

79« Le P. Salablanca fit-il bien ou fit-il mal en introduisant ces modifications dans les œuvres de saint Jean de la Croix ? » se demande le P. Silverio145. Et de conclure avec franchise : « Il nous semble qu’à cette époque de peu ou prou d’égard en matière de fidélité littérale, tous auraient procédé d’une façon analogue à celle du Père Diego »146. D’autres que le P. Diego eussent en effet abordé la Théologie mystique avec ces réticences de catedrático, avec la même crainte de donner des gages à l’illuminisme. Et puisqu’il a pris sur lui de supprimer des passages ou des esprits apparentés aux siens eussent vu péril (à tort ou à raison), allait-il retenir un Traité dont la libre allure était foncièrement rebelle à la mise en perspective qu’il imposait à l’œuvre du premier Déchaux ? Mis à sa place, « tous », comme dit le P. Silverio147, n’auraient-ils pas fait le sacrifice nécessaire ? Comment les Canciones, qui vont d’un pied lyrique, eussent-elles trouvé leur place dans un assemblage tiré au cordeau scolastique ? Le climat erotique, l’influence du Poème de Salomon auraient fait éclater le cadre en introduisant un ton et des références trop aisément suspectes. Que d’« apuntamientos » n’aurait-il pas fallu pour « élucider » et désamorcer le langage mystérieux du Cantique ! Tâche infinie, tâche impossible en vérité. Sur les lèvres de l’Epouse, la Théologie mystique règne avec le déchaînement de ses charmes verbaux les plus déroutants : « aunque a V.R. le falte el ejercicio de teología escolástica, con que se entienden las verdades divinas, no le falta el de la mística, que se sabe por amor, en que no solamente se saben, mas juntamente se gustan »148.

80Le goût acquis dans l’expérience privée, substitut de la reine des sciences, du savoir qu’enseignent les Doctes ! Si Salablanca a été autre chose que l’exécutant de l’exclusion du Cantique, il a vu juste. A un moment où la chasse aux alumbrados allait connaître des rebondissements, les Canciones de la Esposa ne convenaient pas à la première sortie de Jean de la Croix sur le forum des écrivains spirituels. En 1618, elles n’auraient pas été reçues ; l’éditeur — rencontrant, je le soupçonne, l’inclination de son propre goût — tirait les conséquences d’un état de fait.

  • 149 Cette œuvre est contenue dans le ms. 4478 de la Biblioteca Nacional. On trouvera chez le P. Eul. d (...)
  • 150 Dans B.M.C. 10, pp. 396-439. Sur les circonstances de la rédaction de l’opuscule et sur la personn (...)

81La preuve en est que, telle quelle, avec sa carapace d’éloges et d’approbations, en dépit de toutes les précautions prises, l’édition d’Alcalá suscita des opposants. L’historiographe José de Jesús María eut à rédiger de bonne heure son Apología mística en defensa de la Contemplación mística contra algunos místicos escolásticos que se oponen a ella149. Le célèbre Agustín Antolínez, ancien professeur à Salamanque, alors évêque de Ciudad Rodrigo, fut consulté par l’Inquisiteur général Pacheco à la suite d’une dénonciation. Le 4 septembre 1623, Antolínez émet son sentiment favorable dans une note qui paraîtra seulement posthume, dans l’édition de 1630. En cette circonstance, il aurait transmis la tâche d’apologie au non moins fameux Basilio Ponce de León, qui a en effet rédigé pour la Sainte Inquisition d’Espagne et à la requête même de celle-ci le P. Silverio a publiée d’après l’original manuscrit conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid sous la cote 18470 70150. Le docte Salmantin réfute avec énergie quarante objections exactement. N’eût été cette intervention prestigieuse, l’édition d’Alcalá, selon le P. Silverio, n’aurait pas échappé à la condamnation. L’illuminisme est le principal grief formulé à l’encontre des proposi-sitions incriminées.

  • 151 Tr. hist., ch. I., La difusión manuscrita de la obra, pp. 1-36.

82Doit-on déduire de cette conjoncture que l’édition de 1618 signifie un désaveu de l’Ordre à l’égard du Cantique ? Ce serait aller un peu loin : prudence n’est pas excommunication. La gravure de Diego de Astor rend d’ailleurs un furtif hommage à l’œuvre absente. Comment l’eût-on complètement méconnue ou étouffée ? Multipliée par une intense activité de copie, elle régnait dans les Carmels d’Espagne et au-delà151. Bien qu’il eût débordé les frontières de l’Ordre, le volume caché restait en principe assigné à l’usage intérieur.

  • 152 Cfr supra, outre le témoignage de Francisca de la Madre de Dios sur la naissance des cinq dernière (...)
  • 153 Cfr supra, p. 259, texte et note 2.
  • 154 Des hommes de l’étoffe de Doria ne pouvaient manquer de quelque ressentiment contre cette femme qu (...)

83Saint Jean de la Croix l’avait d’ailleurs destiné à travers Anne de Jésus à un public féminin. Or, quoi de plus masculin que l’édition d’Alcalá ? Je ne veux pas prétendre que, pour leur compte, bien des clercs n’aient pas pris goût aux « paroles pleines de substance et de beauté » : nous avons le témoignage du contraire. Mais ce goût était sans doute avivé chez eux par la dérogation à d’arides habitudes. Dans l’« Exposition des couplets », le langage didactique — ou, si l’on veut, la traduction du lyrisme — rejoint en bonne partie et par nécessité le jargon des écoles, mais, en dernière analyse, l’expression se développe sur un autre plan que celui de cette apparence. Bien que d’avance, il se soumette en tout aux contraintes possibles de l’Eglise, Jean de la Croix, si l’on me passe l’expression assez anthropomorphique, fait à sa manière état de « ses voix ». C’est un fait, d’autre part, que la société de ses « dirigées », simples et vives, convenait le mieux à son épanouissement spirituel. B allait se retremper dans la fraîcheur de Beas des fatigues du rectorat de Baeza. Contrairement à la Montée et à la Nuit écrite pour ses Religieux raisonneurs, c’est pour ce milieu féminin et sous son influence que le Cantique s’acheva comme poésie et se constitua comme doctrine152. La sensibilité et l’intelligence du cœur y ont une place de choix ; l’accent plus personnel donne parfois au texte un air de confidence. Les « voix » impliquent jusqu’à des rapports personnels privilégiés : ne savons-nous pas grâce au confesseur Hilarión qu’il y eut à Grenade, jusqu’à un certain point, comme une mise en commun de la vie spirituelle de Jean de la Croix et de sa « fille » la plus douée153 ? La Capitaine des Prieures n’avait rien d’une beata, et elle savait ne pas se laisser intimider par les doctes du plus grand entregent. Mais les docteurs étant ce qu’ils sont, il n’aura pas manqué de hauts esprits pour trouver qu’en dépit d’une certaine teneur en « questions » classiquement traitées, les Canciones, dans l’ensemble, étaient tolerables au titre de virtuosités de parloir, un peu comme nous parlerions de hardiesses de salon154. L’estime à leur égard devait être mêlée de condescendance ou de craintes.

  • 155 Prim. éd., p. 9 et Tr. hist., p. 43.
  • 156 Sainte Thérèse avait fait un commentaire au Cantique des Cantiques. Certes, bien des hommes, avant (...)

84« La peur et l’opposition », opine le P. Eulogio, « conspirèrent contre les écrits de saint Jean de la Croix et retardèrent ainsi lamentablement leur circulation sous forme imprimée »155. Ces deux motifs semblent s’être le plus étroitement confondus dans le cas des Canciones. Œuvre inclassable, elles ne pouvaient qu’inquiéter par leur étrangeté et par une hardiesse dont il était malaisé de mesurer la portée. Et cet écho du Carmen Amatorium, toujours troublant et compromettant, si remémorateur de précédents fâcheux ! Par bienveillance pour le Réformateur et pour l’honneur de l’Ordre, les théologiens les plus secs tolérèrent le fait accompli, ce qui revenait pour eux à faire une concession à la piété féminine156. Mais comme les vrais amis de Fray Luis de León eussent jugé de leur devoir d’entraver la diffusion clandestine de l’Exposición de los Cantares, il ne leur eût sans doute pas déplu que le nouvel épithalame ne fût pas allé au delà d’Anne de Jésus, nouvelle Isabel de Osorio, mais de combien plus de rayonnement, et plus discrète aussi.

85On voit comment toutes les raisons de retard entrevues en route s’entremêlent d’une façon confuse peut-être, mais certainement intime.

86Du tout émerge cependant le motif de silence contre lequel Gaultier se prémunissait dans sa dissertation préliminaire. L’éditeur parisien savait que la bizarrerie du langage mystique est un vice rédhibitoire aux yeux de théoriciens pour qui la science ne tombe que du haut des chaires. Piètre traducteur, peut-être, mais juge le plus proche, témoin le plus impliqué, intervenant le plus audacieux, Gaultier a eu la claire notion du risque — tout au moins moral — qu’il prenait. Ce laïc a touché du doigt la raison principale et profonde, religieuse et historique à la fois, du retard de l’édition.

87La question est en effet de savoir si l’allégation d’une expérience indicible suffit à fonder un monde de langage où la science réelle du divin s’exprimerait selon des modes spécifiques.

88Qu’on réponde oui, et voilà un précédent périlleux.

89Il s’agit de faire droit à l’expérience. Mais à quelle expérience ? C’est-à-dire, en dernier ressort, à l’expérience de qui ?

90En 1618, alors que les Informations auprès de l’Ordinaire viennent d’être menées avec les meilleurs résultats, le saint Jean de la Croix le plus théologien est lancé, un peu retouché, sur le marché des œuvres dévotes.

91Mais le Cantique, c’était trop ou pas assez. Bon aliment pour la ferveur des âmes, il était, comme produit de la ferveur, une cible rêvée pour les esprits pointilleux. Dériver une doctrine d’un lyrisme apparemment échevelé, voilà qui n’a rien d’orthodoxe. B faut reconnaître qu’en pareil cas, ce n’est pas une mince affaire que de s’assurer de l’esprit de l’inspiré. L’œuvre aux dehors enthousiastes n’est recevable que si l’auteur est lui-même agréé comme un personnage du plus haut rang spirituel, inaccessible à tout soupçon. Devant l’Inquisition, le sort du Cantique ne pouvait se jouer qu’à quitte ou double : pour autant qu’on ne reconnût pas en lui un génie religieux d’une rare envergure, l’auteur en sortirait classé comme alumbrado.

92Le Cantique ne pouvait être reçu qu’à condition que l’on tînt son auteur pour inspiré.

93C’est en réalité ce qu’on fit lorsque la gloire du premier Déchaux atteignit des proportions suffisantes.

94Qu’on relise la fin de la déposition de Baltasar de Jesûs aux Procès Apostoliques :

  • 157 Cfr supra, p. 233, texte et note 1.

95« A la question 21, le témoin répond qu’il tient pour certain que les livres que le saint frère Jean de la Croix laissa écrits furent inspirés du Saint-Esprit, parce qu’à l’époque où il en écrivit une grande partie, c’est-à-dire à Grenade, ce témoin vit que le saint frère Jean de la Croix n’avait d’autres livres en cellule que le bréviaire, la Sainte Bible et une croix. Et en considérant la doctrine si haute et si remplie de secrets qu’ils renferment, l’on voit clairement qu’il s’agit d’une science révélée et non pas acquise »157.

96De nombreux témoins répondent dans le même sens et certains, tel Juan Evangelista, avec des précisions analogues. La question avait en effet pour objet d’établir le caractère divin de l’inspiration du fameux Déchaux :

  • 158 « Item pone que escribió libros de mística Teología, que por diversos reinos andan y se traen escr (...)

97« 21 : D’autre part, le témoin affirme que [le fr. Jean de la Croix] écrivit les livres de Théologie mystique qui, de par divers royaumes, sont répandus et reproduits sous forme de transcriptions. Ces œuvres sont pleines d’une érudition céleste, et d’un style si haut et si admirable que tous jugent et sont assurés que cette science qu’il eut fut révélée par voie divine et non acquise par l’industrie humaine. Leur lecture apparaît et se trouve être utile pour discerner les vraies illuminations des fausses, et pour fortifier et affermir les âmes dans le chemin et l’exercice de la perfection. Aussi ceux qui l’ont lu comparent ces livres et leur doctrine à celle de saint Denis l’Aréopagite, et ceci est une vérité publique, etc. »158.

  • 159 Cfr Eul. de la V. del C, Tr. hist, ch. I, Difusión manuscrita, aux pp. 1-36 de l’ouvrage.

98« Science non acquise par l’industrie humaine », « discernement des vraies illuminations par rapport aux fausses ». Pour qui douterait à lire ces mots qu’on songe ici au Cantique, on ne manquera pas de relever qu’on s’est préoccupé d’inclure celui-ci dans la formule qui désigne les œuvres. N’est-il pas significatif qu’on évoque celles-ci par allusion à la diffusion manuscrite, alors que l’Ordre est censé avoir assuré leur édition intégrale depuis une dizaine d’années ? Si largement répandues en Espagne et au dehors avant d’avoir officiellement joui de l’impression en langue originale159, les Canciones apparaissent en filigrane dans la formule choisie par le questionnaire chargé de guider les déposants.

99Mais il fallut encore davantage pour que la divine églogue et ses prolongements fussent acceptés de plein droit. Alléguer quelque inspiration divine n’était pas encore assez dire. La créativité d’essence lyrique du saint auteur fut assimilée aux transports et autres variétés de relative aliénation sous la forme desquels on concevait à l’époque la motion supérieure qui serait à l’origine des Ecritures, en particulier dans leurs aspects les plus hermétiques ou leurs accents les plus enflammés.

  • 160 Cfr Eul. de la V. del C, Tr. hist, ch. I, Difusión manuscrita, aux pp. 1-36 de l’ouvrage.
  • 161 Cfr supra, p. xxi, texte et notes.

100C’est l’historiographe Jerónimo de San José qui franchit le pas. On sait qu’il est le responsable de l’édition madrilène de 1630, première en Espagne à comprendre le Cantique dans la collection des Œuvres. Dans son ouvrage Historia del Venerable Padre Fr. Juan de la Cruz, publié quelques dix ans après son édition du Docteur mystique160, il ne consacre pas moins d’un chapitre à l’« excelencia misteriosa deste divino Cántico ». Ce n’est pas par hasard que les Canciones ont fait leur apparition en Espagne sous le titre de Cántico espiritual, d’emblée officialisé par l’édition de Jerónimo161 : l’admission de l’œuvre allait de pair avec la reconnaissance de sa sublimité, de sa haute expressivité religieuse, comme l’indique l’usage d’un mot qui, soit dit en passant, s’appliquait, quoique de façon non exclusive, au Cantique des Cantiques.

  • 162 Jer. Hist., L. III, ch. 12, p. 276.

101Après avoir annoncé que le Fondateur, « élevé dans une haute extase, comme un nouveau Jean dans la retraite de son Pathmos, écrivit une merveilleuse Apocalypse si pleine de mystères qu’il ne vint pas lui-même à bout de l’expliquer »162, le biographe prête aux paroles qui tissent l’œuvre une vertu quasi sacramentelle de véhicules du divin amour.

  • 163 Jer. Hist., L. III, ch. 13, p. 291.

102Il cite à l’appui de sa position deux témoignages. Qu’on me permette de commencer par examiner le second. C’est celui de l’Augus-tin Antolinez, qui n’a pas cru pouvoir mieux faire que de mettre son talent et sa science à ajouter un commentaire aux Canciones, « car, comme saint Denis l’Aréopagite, insigne Docteur mystique, a connu beaucoup d’excellents commentateurs de son œuvre, ainsi il convient que notre Docteur extatique frère Jean de la Croix ait les siens, et que l’Archevêque de Santiago Antolinez soit imité dans cette noble entreprise par beaucoup de ceux qui l’imitèrent en esprit, doctrine et sainteté »163. On le remarquera, exactement comme dans le formulaire des Procès Apostoliques, et ici tout spécialement en rapport avec le Cantique, Jean de la Croix est mis sur le même pied que le Pseudo-Aréopagite, ce qui n’est pas rien. Il ne doit pas nous échapper qu’il ne s’agit pas d’exagération dithyrambique délibérée, comme pourrait le faire croire le baroquisme du style : l’historiographe invite concrètement de nouveaux glos-sateurs à entrer en lice, ce qui reviendrait à traiter les Canciones non seulement à l’égal de l’œuvre de Denis, mais presque comme un livre de caractère sacré, à l’exemple de ce Carmen Amatorium dont elles s’inspirent et que des générations de spirituels ont commenté.

  • 164 Jer. Hist., ib., p. 290.
  • 165 Ib.

103« Domestique », c’est-à-dire puisé au Carmel même, le premier exemple découvre beaucoup plus nettement la volonté d’assimiler le Cantique, en son essence, à la littérature biblique. Nous connaissons déjà la circonstance : il s’agit de cette scène où Catalina de Jesús, fondatrice de Beas, se fait chanter à son lit de mort quelques « liras » de l’Epouse, tout comme Jean de la Croix, mourant, demanda qu’on lût à son chevet quelques versets du « Cantar »164. Jerónimo ne parle pas à la légère. Son intention se définit fort clairement dans l’interprétation qu’il donne du fait, égalant en la circonstance le poème castillan à des pièces bibliques reçues dans la liturgie : « Au dernier accent, se joignant aux Religieuses qui chantaient », dit-il, « elle rendit son esprit au Seigneur, comme le font souvent d’autres saints sur les paroles de quelque psaume sacré »165.

104Il n’est pas besoin de s’attarder davantage pour entrevoir à quel titre le Cantique fut offert au public de 1630, pour saisir quelle maturation de la situation, quelle préparation des esprits furent préalablement requises pour qu’il se répandît dans la catholique Espagne sans provoquer le moindre tumulte, sans éveiller aucun soupçon d’illuminisme.

105Nous sommes ainsi ramenés de la vie publique de l’œuvre à sa réalité substantielle. Nous passerons donc tout naturellement de son histoire externe à son histoire interne. Voilà qu’ayant suivi le fleuve, nous allons nous retrouver près de sa source.

106Mais avant toute chose, par une lecture synthétique, nous allons tenter de préciser en rejoignant la vue même de l’auteur sur son ouvrage ce que les perspectives de la diffusion nous ont découvert au sujet de la portée des Canciones.

Notes

1 Bruno de Jésus-Marie, op. cit., p. 397.

2 V. y Obr., p. 335.

3 Sainte Thérèse fut autrement favorisée. Le 10 avril 1588, soit moins de six ans après sa mort, le P. Doria signait la dédicace de la première édition, menée pour une bonne part à l’initiative d’Anne de Jésus, destinataire du Cantique spirituel de Jean de la Croix (cfr Louis de la Trinité, Autour du Cantique Spirituel, Etudes carmélitaines, octobre 1931, p. 29). Des éditions partielles avaient déjà eu lieu, l’une même du vivant de la Sainte (S.T. Obr., I, pp. 36-47).

4 OBRAS ESPIRITVALES / que encaminan a vna alma a la perfecta vnion con Dios / Por el Venerable P. Fr. Ivan de la Crvz, primer Descalzo / de la Reforma de N. Señora del Carmen, Coadjutor de la / Bienauenturada Virgen S. Teresa de lesus Fundadora de / la misma Reforma / Con vna resunta de la Vida del Autor, y unos discursos por el P. F. Diego / de lesus Carmelita descalzo, Prior del Conuento de Toledo / Dirigido al Ilustrísimo Señor Don Gaspar de Borja Cardenal de la Santa / Iglesia de Roma, del titulo de Santa Cruz en Hierusalem. / IMPRESO EN ALCALÁ POR LA VIVDA DE ANDRES SANCHES / EZPELETA. Anno de M.DC.XVIII. Description complète dans B.M.C. 10, pp. 206-9.

5 RELACION SUMARIA DEL AVTOR DE ESTE LIBRO Y DE SV VIDA Y VIRTUDES, sur quinze fos paginés en chiffres romains, à la suite des approbations. Le P. Silverio (B.M.C. 10, p. 208, note 1) fait crédit à Alonso de la Madre de Dios pour attribuer ce compendium biographique à José de Jesús María (Quiroga). Il s’appuie sur d’excellentes raisons auxquelles ajoute encore le P. Eul. de la V. del C, Prim. éd., p. 11, note 19 ; Tr. hist., p. 11, note 19.

6 APVNTAMIENTOS Y AD / VERTENCIAS EN TRES DISCVR / SOS PARA MAS FACIL INTEL / GENCIA DE LAS FRASES MIS / TICAS, Y DOTRINA. DE LAS / OBRAS ESPIRITVA/LES DE NVES / TRO VENERABLE PADRE. FRAI / IVAN DE LA CRUZ PRIMER DESCALZO DE LA REFORMA DE DE / NVESTRA SEÑORA DEL CAR/MEN, Y COADIVTOR DE NVES/TRA BIENAVENTVRADA MA/DRE SANTA TERESA DE IESVS / FVNDADORA DE LA / MISMA REFORMA. / POR EL PADRE FRAI DIEGO / DE IESVS CARMELITA DES/CALZO PRIOR DEL CONVEN/TO DE TOLEDO. / IMPRESO EN ALCALÁ EN CA/SA DE ANA DE SALINAS, / AÑO, M. DC.XVIII, aux pp. 615-682. Cet exposé est donc l’œuvre de l’éditeur. Ana de Salinas n’est autre que la veuve Sánchez.

7 Même titre que la précédente. Au pied du frontispice : Con licencia en Barcelona. Por Sebastian de Comellas al Call. Año 1619. Le P. Simeón de la Sagrada Familia, dans son article Primer gran suceso editorial de San Juan de la Cruz, Archivum Bibliographicum Carmelitanum, 5, 1960, pp. 264-272, considère qu’il y a eu entre les éditions d’Alcalá et de Barcelone un système de vases communicants orienté de la première vers la seconde, les papiers sortant des ateliers d’Ana de Salinas étant aussitôt expédiés à l’imprimerie de Sebastián de Comelllas pour y être reproduits. En raison de ce parallélisme, le P. Eulogio (op. cit., p. 12, note 20) inclut les impressions d’Alcalá et de Barcelone dans la notation d’édition princeps. Bien qu’insignifiante sur le plan de la critique textuelle, la série de variantes et de coquilles relevées par le P. Simeón dans l’édition de 1619 ne permettent pas de considérer celle-ci comme autre chose qu’une réimpression. C’est d’ailleurs la position que le P. Eulogio paraît finalement adopter dans le texte de son étude (ib).

8 Mem. hist., B, 32 : « Item, se determinó que las obras del P. fray Juan de la Cruz se impriman y se cometió verlas y aprobarlas al P. fr. Juan de Jesús María y al P. fr. Tomás, Definidores » (Cfr B.M.C. 10, p. 204).

9 A son sujet, cfr Hist. C.D., t. VIII, ch. 19. Il rendit surtout de très grands services comme maître de novices et fut le rédacteur principal d’une « Instruction des novices » qui fut approuvée par saint Jean de la Croix, Antonio de Jesús, etc. ... C’était un prédicateur enflammé et on a tendance aujourd’hui à lui attribuer en outre une œuvre de théologien. Il prit l’habit en 1578, fut recteur du Collège de San Cirilo d’Alcalá de 1594 à 1597, et mourut en 1609.

10 Mem. hist., B., 33 : « Se dio licencia al P. Definidor, fray Tomás, para que pueda imprimir las obras del P. fr. Juan de la Cruz, primer religioso de nuestra Recolección de Descalzos » (cfr B. M.C. 10, ib.). Comment le P. Silverio, suivi par d’autres auteurs, a-t-il pu interpréter ce décret comme un ordre renouvelé de préparer le texte ? Il s’agit pourtant bien clairement d’une approbation. La charge de Définiteur de Thomas de Jésus n’était d’ailleurs pas expirée : elle ne cessa qu’en 1604, année où il fut élu prieur du Désert de Las Batuecas. Quel sens y-a-t-il, dès lors, à prétendre que la vie du Désert « dont l’étude proprement scolastique est exilée, n’aurait pas donné loisir au P. Thomas d’assumer sa mission ? » On sait maintenant que sa propre œuvre a acquis un grand développement à l’occasion de son séjour à Las Batuecas, (cfr Simeón de la Sagrada Familia, Contenido doctrinal de la « Primera parte del Camino espiritual de Oración y contemplación » ..., 1re partie, El Monte Carmelo, 60, 1952, pp. 1-36). Quant à sa tâche d’assembleur et de censeur des textes, la teneur du décret indique qu’elle était tenue pour terminée dès 1603. On a d’ailleurs reconnu des traces très probables de l’activité d’éditeur du P. Thomas (Cfr infra, p. 247, note 4). Le P. Eulogio (Prim. éd., p. 7, note 11 et Tr. hist., p. 41, note 11) dit très bien : « Ante el acuerdo del Definitorio no parece legítimo dudar de que Tomás de Jesús trabajó en serio en la edición ».

11 « Lo que no se ha podido aclarar nunca es la eliminación del P. Juan de Jesús María que cesó de definidor al mismo tiempo que el P. Tomás, en 1604 » : ce constat du P. Eul. de la V. del Carmen (Prim. éd., p. 7, note 10 et Tr. hist., p. 41, note 10) est exact, mais j’estime qu’on a eu généralement tendance à faire trop de mystère de la prétendue éviction d’Aravalles. Cfr infra, p. 273.

12 Cfr Hist. C.D., t. VIII, pp. 577-8.

13 Cfr Hist. C.D., t. VIII, pp. 578-584.

14 La documentation rassemblée par Quiroga figure dans le ms. 8568 de la Biblioteca Nacional de Madrid, intitulé Fragmentos historiales para la vida de nuestro santo padre fray Juan de la Cruz (518 fos numérotés de 61 à 518). Le P. Eul. de la V. del C. l’appelle très justement « cartapacio documental del primer biógrafo sanjuanista » (Prim. ed., p. 10 et Tr. hist., p. 44).

15 Les documents enregistrés s’échelonnent de 1597, année de la mise en place de Quiroga comme historiographe, à l’année 1607, à laquelle le P. Eulogio, on va le voir, prête un relief particulier (Prim. ed. pp. 9-10 et Tr. hist., pp. 43-4).

16 C’est une des thèses principales de l’op. cit. du P. Eulogio, aux pp. 3-19.

17 Nuances qui sont probablement dans l’esprit du P. Eulogio, peut-être même sous sa plume, et qu’implique de toute façon le contexte historique établi dans lequel son intervention porte. Mais il est bon de se prémunir contre la force d’impact circonstantielle d’une thèse qui entre en lice, et n’a donc pas reçu la patine du temps.

18 Martínez Medina. A ne pas confondre avec son homonyme en religion Quiroga.

19 Ms. Vat. 2857 [S 42], f° 144 r°, cité en italien dans Prim. éd., p. 15, note 24 et Tr. hist., p. 49, note 24.

20 Prim. éd., p. 16 et Tr. hist., p. 50. Notons que la déposition du témoin ne vise que les charges antérieures au moment de l’édition. Les remarques de l’A. ne perdent pas pour cela leur portée, d’autant plus qu’elles s’inscrivent dans un ensemble. Sur la vie et les écrits du P. Alonso de J. M., cfr Hist. C.D., tomes VI à IX, passim, et spécialement, t. IX, ch. 14 et ch. 15. Alonso Rivera y Coello naquit à Villarejo de la Peñuela (Cuenca), en 1565, dans une famille apparentée aux plus hautes maisons de l’Espagne. Il prit l’habit à Alcalá le 20 avril 1586 et subit son noviciat sous Juan de Jesús María (Aravalles), qui le remarqua et le fit connaître à Doria. A partir de sa fondation, en 1593, et pour neuf ans, il dirigea le premier « désert » de la Congrégation d’Espagne. C’est à Bolarque qu’il se retira après son second sextennat de général, mais sa santé ne lui permit pas d’y rester, et, en 1628, il se rendit au Collège de San Cirilo d’Alcalá, où il termina sa carrière, chargé d’infirmités : la plus pénible pour lui fut la cécité, dont pourtant il remercia le Seigneur dans un poème qu’on trouve aux pp. 389-390 de Hist. C.D., t. IX . Il mourut en 1638, à l’âge de soixante-treize ans.

21 Les répliques données aux attaques lancées n’ont pas connu la publication. José de Jesús María composa peu après l’édition princeps de 1618 une Apología mística en defensa de la contemplación divina contra algunos místicos escolásticos que se oponen a ella, œuvre encore ensevelie à ce jour dans le ms. 4478 de la B.N.M. Rédigée en 1622 ou 1623 sur la sollicitation de l’Inquisiteur Pacheco, la Defensa bien connue de Basilio Ponce de León ne paraît pas avoir été publiée avant d’être reprise dans l’édition madrilène de 1630 (Prim. éd., pp. 13-4, notes 21 et 22 et Tr. hist., pp. 47-8, notes 21 et 22). On trouve la Defensa due au neveu de Luis de León dans B.M.C 17, pp. 396-499. En ce qui concerne ce dernier document, s’il répondait à une requête de l’Inquisition et avait pour objet d’édifier les juges, il n’est pas dit que sa publication par les Carmes était requise, ni même opportune.

22 Il convient de distinguer ici deux plans d’activité dont les limites chronologiques ne coïncident pas absolument. De 1601 jusqu’à 1603 au moins, au niveau du gouvernement et au niveau de l’exécution, on s’est occupé, sans grand zèle peut-être, de l’édition des œuvres. De 1597 à 1607, Quiroga, historiographe officiel, a mené avec un enthousiasme personnel, mais certainement pas sans commission, des enquêtes qui devaient servir la mémoire du premier Déchaux. En ce qui concerne le problème de l’édition, le P. Eulogio distingue deux périodes : « En todo caso, cabe distinguir dos períodos abiertos a la interrogación : el que abarca el mandato del P. Tomás y el que fenecido éste, se piolonga hasta 1617. ¿Valen para ambos idénticos motivos? Lo ignoramos. De todas formas el segundo resulta más comprometedor e intrigante. Hasta 1603-04, por lo menos se movió oficialmente el asunto. Desde ese momento hasta 1617 todo cuanto se refiere a temas sanjuanistas — biografías, procesos, edición — en las esferas gubernativas de la Reforma aparece como cuenta congelada » (Prim. éd., pp. 8-9 et Tr. hist., pp. 42-3). On remarquera qu’ici le P. Eulogio, au niveau du gouvernement, fait commencer la paralysie au tournant de 1603 et 1604. Il associe de cette façon tous les aspects de la stagnation. Pourtant, ensuite, il fera de l’accession au pouvoir suprême d’Alonso la cause déterminante de l’arrêt du mouvement. Or, ce prélat a commencé son sextennat en 1607. Les charges qu’il avait constamment assumées avant cela permettent évidemment de lui prêter une influence antérieure. Le P. Eulogio semble nous inviter à le supposer en insistant sur le haut rang qu’occupa le P. Alonso dès 1602. Le P. Eulogio reste, prudent sur ce qui s’est passé avant 1607.

23 Prim. éd., p. 15 et Tr. hist., p. 49.

24 Prim. éd., p. 17 et Tr. hist., p. 51.

25 Le P. Eul. (Prim. éd., p. 17, note 26 et Tr. hist., p. 51, note 26) relève notamment ce fait dans le chapitre 8 de la 3e partie du livre d’Alonso, Doctrina de religiosos, Madrid, 1613. Ce chapitre porte l’épigraphe suivant : En que se ponen los llamamientos, intentos y deseos de los cuatro Religiosos, que comenzaron nuestra Reforma de Descalzos de nuestra Señora del Carmen (op. cit., p. 297). Dans le texte de son étude (ib.), le P. Eulogio nous dit que les quatre Religieux en question sont, outre, évidemment Antonio de Jesús et Jean de la Croix, Antonio [à corriger Ambrosio] Mariano et Juan de la Miseria. Les deux premiers sont retenus comme fondateurs de Duruelo, et les deux autres, je suppose, en leur qualité de fondateurs de Pastrana, premier couvent des Déchaux avec rang de priorat (Cfr V. y Obr., p. 81). Autres détails dans la note 26 du P. Eulogio.

26 Prim. éd., p. 19 et Tr. hist., p. 53. Le chroniqueur de la Reforma insiste sur les liens étroits et précoces d’Alonso avec Doria : « [Doria] consultava con él las cosas más graves de la Orden ; gastaba largas horas en conversación, sin duda necesaria ; y tanto lo debía de ser, que después de los maitines a medianoche, que aún duraban en los colegios, se lo llevaba a la celda y les duraba hasta, el día la plática. No faltaban por eso a la oración, porque en ella pedían a Dios ejecutase aquellos intentos e ideas que ellos habían conferido en bien de la Reforma. Como se llegó a sentir en la Comunidad, se empezó también a notar, y como era conocido lo especial del trato y estaban ocultas las materias que se trataban y su gravedad, se levantó el grito contra la conversación tan oculta y secreta » (Réf. D., t. V, L. 21, ch. 21, n° 12, citó d’après Hist. C.D., t. IX, ch. 14, p. 380). « El dorismo » — le dorisme, ou dorianisme ? — n’est pas une doctrine, mais un style de gouvernement à la fois rigide, personnel et manœuvrier, qui, de plus, tend à se perpétuer abusivement au delà de l’expiration de la charge. Un autre général, qui ne fut pas, celui-là, formé par Doria, s’était essayé à ce genre de gouvernement avec moins d’habileté. Ce fut Francisco de la Madre de Dios (1600-1607), qui se donna beaucoup de mal et frôla l’irrégularité pour s’assurer Alonso comme successeur. Celui-ci n’eut rien de plus pressé que de faire grief au P. Francisco des procédés qui avaient permis sa propre élection (Hist. C.D., t. VIII, ch. 22, pp. 705-6).

27 « Graves cargos, acaso no probados con absoluta certeza, pero con bastante probabilidad » conclut avec peut-être trop de modestie le P. Eulogio. Sa thèse est d’ailleurs renforcée par le fait qu’il a eu des prédécesseurs timides, manques ou discrets. Dans l’Hist. C.D., le P. Silverio semble avoir déjà discerné quelque réticence d’Alonso de Jesús María à l’égard de Jean de la Croix lorsqu’à propos de la Doctrina de religiosos et des tempêtes différées que ce livre suscita, il note que l’auteur sympathisait avec une certaine opinion selon laquelle la Réforme n’était pas l’œuvre de sainte Thérèse, « mais du P. Antonio de Jesús et de Jean de la Croix, » et principalement du premier, à qui au début de la ‘récollection’ de Duruelo, on donna plus d’autorité, tant par égard pour son âge que pour les charges qu’il avait assurées dans l’Ordre du Carmel » (t. IX, ch. 15, p. 413). Or, comme le note le P. Eulogio (Prim. éd., p. 17, note 26 et Tr. hist., p. 51, note 26), la Doctrina de religiosos parut à l’époque où les mss commencent à donner à Jean de la Croix le titre de « premier Déchaux » ; l’édition princeps des œuvres lui donnera bientôt celui de « Coadjuteur de la Fondatrice » (op. cit., ib.). Irénique autant qu’on peut l’être, le P. Silverio n’aurait-il pas ici jeté le manteau de Noé ? D’autre part, n’est-ce pas au général Alonso que pensait le P. Louis de la Tr. lorsqu’en 1931, il se proposait bravement de démasquer le responsable des atermoiements de la publication du futur Docteur de l’Eglise ? « Nous tenons », disait-il « pour très probable — et nous le montrerons ailleurs — que la cause prochaine, directe et partant décisive de si singulière dilation fut l’opposition énergique, tenace et longtemps victorieuse d’un certain prélat » (Autour du G.s., Etudes Carmélitaines, octobre 1931, p. 27). Il y a fort à parier que le P. Louis (qui, à ma connaissance, ne s’est jamais expliqué), visait ainsi l’homme aujourd’hui dénoncé par le P. Eulogio : les termes qu’il emploie évoquent irrésistiblement Alonso de Jesús Maria, dont l’énergie particulièrement tranchante se traduit entre autres par l’expulsion de 106 Religeiux en douze ans de généralat (cfr. Hist. C.D., t. IX, ch. 14, pp. 393-4). Signalons enfin, chose bien digne d’être relevée, que, dans son œuvre Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix commenté et refondu au xviie siècle (Salamanca, 1948), M. Jean Krynen adopte par avance, mais sans se justifier, la thèse du P. Eulogio. On lit en effet chez lui, à la note 4 de la page 325 : « Il convient de souligner que c’est à l’initiative prise par le nouveau Général Juan del Espíritu Santo (successeur de Alfonso de Jesús María hostile à l’édition) [c’est moi qui souligne] que nous sommes redevables des trois éditions qui, coup sur coup, se succèdent entre 1627 et 1630 ». Force est de relever ici au passage que Juan del Espíritu Santo, vu l’indépendance de la Congrégation italienne, ne peut pas avoir eu de rôle direct dans l’édition romaine, et qu’en tout cas, il n’en a eu aucun dans l’édition bruxelloise. Mais, tout en réservant pour plus tard l’examen soutenu de cette note importante, il convient de signaler le précédent. Il eût été intéressant de connaître les raisons de M. Krynen.

28 Je m’accorde moins de droit qu’à quiconque de juger les intentions qui ont motivé cette attitude. Mais tout le monde est évidemment d’accord pour en déplorer, à différents égards, les effets objectifs.

29 Prim. éd., p. 18 et Tr. hist., p. 52.

30 Voir à ce sujet V. y Obr., ch. 19. Il existe actuellement chez certains auteurs carmélitains une tendance à corriger les traits caricaturaux du portrait de Doria et à souligner ses accords doctrinaux avec Jean de la Croix. Dans l’immédiat, l’animateur de la persécution fut le Définiteur Diego Evangelista, qu’inspiraient des rancunes personnelles (V. y Obr., ib.). Mais il est clair que ce piètre comparse n’eut pas pouvoir de diriger l’Histoire.

31 Dans L’« Exposición » d’Antolinez et le problème textuel johannicrucien (appendice à Amores de Dios y el Alma por el P. Fray Agustín Antolínez, ed. C. Vega, O.S.A., Biblioteca « La Ciudad de Dios », Madrid, 1956). L’étude du P. Ledrus occupe les pp. [388]-445.

32 Op. cit., p. 431. La citation de Thomas de Jésus est empruntée au Libro de la antigüedad y sanctos de la Orden de N.S. del Carmen ... Salamanca, 1599 (approbation du 1er juillet 1598). La déclaration de Juan Evangelista figure dans le ms. 3537 de la B.N.M., f° 182 r°.

33 Cfr supra, p. 241, note 1.

34 Cfr supra, ib.

35 « Durante el trieno de retiro en Las Batuecas, le sobró tiempo para ultimarlos [los trabajos editoriales] y, sin embargo, no ha quedado rastro ni noticia alguna de tal empresa » (Prim. ed., p. 7 et Tr. hist., p. 41). Le P. Simeón a produit un ms. des œuvres de Jean de la Croix porteur de surcharges dues partiellement à Thomas de Jésus (cfr Un nuevo códice de las obras de San Juan de la Cruz, usado y anotado por el P. Tomás de Jesús, Ephem. Carmeliticae, 4, 1950, pp. 95-148). Vu que la licence d’imprimer a été donnée en 1603, si on l’admet avec l’A. que ce document reflète un travail préparatoire à l’édition, on ne pourra envisager, comme il semble le proposer, que les annotations datent du séjour à Las Batuecas (op. cit., p. 133) ; elles seraient dès lors antérieures. Pour plus de détails, cfr infra, p. 250, note 1.

36 Cfr supra, p. 241.

37 « ... quedaban muchos sujetos capaces de llevar a buen puerto la empresa » (Prim. ed., p. 7, note 11 et Tr. hist., p. 41, note 11).

38 Sim. de la Sagr. F., op. cit., p. 148.

39 « Es verdad que el P. Tomás no cita al Santo con su nombre en ninguna de sus obras impresas », concède le P. Simeón (op. cit., p. 137). Il ajoute toutefois ce correctif : « Lo cual — sea dicho de paso — no quiere decir que no refiera y aduzca su doctrina » (ib.) Il reste que le P.Thomas cite volontiers et commente expressément d’autres auteurs, sainte Thérèse en particulier.

40 Dans l’ouvrage cité précédemment, M. Krynen, à la suite d’études très minutieuses, a cru pouvoir lui imputer un remaniement subreptice du Cantique. La thèse générale de M. Krynen sur l’origine du Cantique dit B ne serait pas conciliable avec les relations qui existent entre les témoins de cette œuvre et les manuscrits porteurs du commentaire réservé par l’Augustin Antolinez aux quarante canciones. Les enquêtes auxquelles je me suis livré à l’occasion de l’établissement du texte B me paraissent vérifier sur ce point les assertions du P. Ledrus, encore que cet auteur, sur la base de relevés partiels, propose des classements différents de ceux auxquels j’ai abouti. Précisons toutefois que si la critique textuelle interdit de voir dans le Cantique B l’effet d’un brassage du commentaire d’Antolinez avec le Cantique A, on ne sera pas autorisé à en conclure que le Cantique B soit exempt de l’esprit que M. Krynen estime pouvoir lui assigner par rapport à une série d’écrits parmi lesquels le Cantique A et l’œuvre de Thomas de Jésus sont présentés dans l’ordre de la pensée, comme les deux termes extrêmes. La revision des enchaînements proposés n’implique pas la remise en cause totale de l’analyse des termes comparés. Même sans avoir compétence pour juger si le pas franchi fut décisif ou non, je crois qu’on peut acter que le Cantique B, tel qu’il se présente, se rapproche du style de la théorie mystique professée par Thomas de Jésus et ses confrères contemporains. Dans ses études ultérieures, et particulièrement dans Du nouveau sur Thomas de Jésus. L’avènement de la mystique des lumières en Espagne (1601-1607). (Mélanges offerts à Marcel Bataillon. Bulletin hispanique, 64 bis, Bordeaux, 1962), M. Krynen a dégagé de façon saisissante le courant au sein duquel les aspects les plus significatifs du Cantique B trouvent leur portée.

41 Sans présenter la rigueur d’une étude soutenue ni recourir à une documentation originale ou fouillée, cette annexe a l’utilité d’ébaucher des perspectives d’ensemble et de ménager une place à des positions personnelles dont je n’aurais certes pas lieu de faire état dans mon travail proprement dit, mais qui inspirent nécessairement l’esprit dans lequel je l’ai réalisé (cfr infra, p. [489] ss.).

42 S’il est vrai que Thomas de Jésus ne cite jamais Jean de la Croix dans ses œuvres imprimées (cfr supra, p. 248, note 4), dans l’appendice de l’article Un nuevo códice manuscrito de las obras de San Juan de la Cruz ... (cfr supra, p. 247, note 4), le P. Simeón de la Sagrada Familia, constate que le ms. 334a des Archives de son Ordre porte des références aux œuvres de saint Jean de la Croix. Dans ce ms., assemblage de matériaux à l’usage de Thomas de Jésus, on trouve, de la main même de celui-ci, aux pages 107, 135 et 159 respectivement, des allusions au commentaire des canciones 12, 13 et 13 de nouveau (cfr Simeón, op. cit., pp. 139-140). Le document en question porte le titre Bepertorium P. N. Thomae a Jesu in orde ad libros de contemplatne et oratne ; il a été décrit aux pp. 432-3 du travail bibliographique du P. José de Jesús Crucificado, El P. Tomás de Jesús, escritor místico, 1re partie, Ephem. Carmelitieae, 3, 1949, pp. [305]-349.

43 Cfr supra, p. 8, texte et note 1.

44 La déposante agissait à l’intervention du Provincial, lequel avait sollicité les témoins présumés relevant de sa juridiction aux termes d’un ordre reçu du Général José de Jesús María. On n’a donc ici aucun indice des sentiments personnels du P. Alonso à l’égard du premier Déchaux. On notera simplement qu’il a donné aux directives reçues une suite peut-être consciencieuse, mais en l’occasion peu diligente. La correspondante commence par donner des précisions inusitées qui pourraient indiquer, soit qu’elle veut se disculper d’un certain retard dans la procédure, soit qu’elle déplore discrètement ce retard : « En cumplimiento del precepto que Vuestra Reverencia envió a este convento, el cual se notificó a 27 de octubre de 1614 ... » (BMC 13, p. 400). La circulaire du Général, très pressante, date du 14 mars et les réponses de témoins commencèrent à arriver dès avril (cfr B.M.C. 14, p. IX).

45 Le P. Louis de la Trinité fut le premier auteur moderne à s’intéresser à ce fait déjà mis en relief par Andrés de la Encarnación (M. hist., B, 23). Il n’hésita pas à voir dans le P. José de Jesús María cité par Ana de San Alberto le premier historiographe. Tout le monde est d’accord sur cette identification que Dom Chevallier a justifiée comme suit : « En 1614, le Général des Carmes d’Espagne portait le même nom que le premier historiographe. Anne de Saint-Albert nous parle de l’historiographe José de Jesús-María (Quiroga) ; le Général José de Jesús-María (Martínez Medina) aurait obtenu un titre plus solennel » (La vie du Cantique spirituel et l’esprit scientifique, Etudes carmélitaines, 23, avril 1938, p. 221, note 5).

46 Cfr supra, p. 8, note 4. Ana de San Alberto poursuit : « y ahora por haberlo mandado los prelados que lo diera con otros papeles del dicho P. Fr. Juan de la Cruz, lo envió a Madrid » (ms. B.N.M. 12738, p. 319 ; cfr B.M.C. 14, p. 201).

47 Prim. éd., p. 11 et Tr. hist., p. 45.

48 B.N.M., ms 12738, p. [338] : « A las treinta y cinco preguntas dijo que como la pregunta lo declara es y pasa asi porque, como tiene dicho, esta testigo ha visto y leído los libros que el dicho venerable Padre escribió de la materia que contiene la pregunta, y los ha leído, que estaban de mano escritos, que se habían dado en este convento por el mismo venerable Padre a la madre Ana de San Alberto, priora que fue en este convento, que de pocos días a esta parte se enviaron a los superiores a Madrid, porque los pidieron para imprimirlos y trasladarlos (cfr B.M.C, 14, p. 208). Ce témoignage a été rappelé récemment dans Prim. ed. (p. 11) et Tr. hist. (p. 45) par le P. Eul. de la V. del C. La Mère María del Sacramento ne précise pas de titre, mais la Declaración de las canciones est certainement en cause, puisque la question porte sur les œuvres doctrinales. Ana de San Alberto n’ayant parlé que du Cantique, la formulation confuse de Maria n’implique pas que Jean de la Croix ait nécessairement fait don d’autres Traités au Couvent. On remarquera d’autre part que la déposante confirme nettement que l’envoi est récent. Dans un autre ordre de faits, il est intéressant de noter que l’expression « en este convento » suppose que J. de la Croix a remis les écrits en question entre les mains de la Prieure Ana à l’occasion d’une visite. Dans ce cas, la lettre 5 de l’Episto-lario (V. y Obr., p. 974) n’amènerait pas à conclure à l’expédition préalable du Cantique. On serait alors simplement en droit de constater qu’elle en réclame le retour. Cfr supra, p. 55, note 4.

49 Sa reproduction précède, en hors texte, l’étude Autour du Cantique Spirituel du P. Louis de la Trinité (Études carmélitaines, octobre 1931).

50 Cfr B.M.C. 14, p. 10.

51 Informations auprès des Ordinaires, Jaén, ms. Congr. des Ritos 2862 (S 47), f° 7, dep. du 17 décembre 1616 (cfr Louis de la Trinité, Autour du Cantique Spirituel, Etudes Carmélitaines, octobre 1931, p. 2, note 3).

52 Cfr Louis de la Trinité, op. cit., pp. 1-2.

53 Prim. éd., p. 24, note 37 et Tr. hist., p. 58, note 37 (cfr ms. B.N.M. 19407, f° 7, et B.M.C. 14, p. 224).

54 « El libro de Nuestro Beato Padre fray Juan de la Cruy salió impreso, sólo la Subida del Monte Carmelo, Noche Oscura y Llama de Amor ; no salió mus, porque ya quería imprimirse quando se advirtió faltaba el de las Canciones porque a quien esto se cometió nunca lo había visto. Uno de los impresos envió a Vuestra Reverencia. Perdóneme el no la enviar más ». Cfr Pierre Serouet, O.C.D., Une Carmélite espagnole en France. La Mère Isabelle des Anges. Cent cinq lettres inédites adressées aux Carmélites de Salamanque, thèse complémentaire pour le Doctorat es-lettres présentée à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, s.d. Le même ouvrage a paru dans la B.M.C., n° 21, Burgos, 1963. La lettre du P. Alonso figure à l’Appendice I, Algunas cartas dirigidas a la M. Isabel, n° 1, pp. 303-306. Au terme d’une argumentation sorrée, l’éditeur opte pour l’année 1619 contre l’année 1620, autre possibilité ; la date du 26 février, qu’il propose sans discussion, figure probablement sur la lettre. Sur la base du document produit par le P. Serouet, le P. Eul. de la V. del C. analyse dans Prim. ed. (p. 20) et Tr. hist. (p. 54) la portée de la formule d’Alonso ; il expose à ce sujet des remarques que je rencontre assez largement dans la suite de mon étude.

55 « No sé si sería de importancia que se avisase a los señores eclesiásticos que en Burdeos le traducían, para que, si le hubieren de imprimir, se aprovechen de éste que va conforme a los originales, que en otros traslados andan mudadas algunas palabras (ib.). Echo chez Eul. de la V. del C, Prim. ed., p. 26 et Tr. hist., p. 60.

56 B.N.M., ms 19407, f° 86 : « Y asimismo ha oído este testigo que el Deán de Burdeos trabajó, con su sabiduría y la de otras personas en traducirlos en francés, los que pudo haber, y que no los ha ya impreso por esperar un libro de los que el Santo compuso que le faltaba (cfr M. Ledrus, S.J., op. cit., p. 434, note 49). Allusion chez Eul. de la V. del C, Prim. éd., p. 25, texte et note 38, et Tr. hist., p. 61, texte et note 38.

57 Ledrus, op. cit., p. 434, notes 48 et 49, repris par Eul. de la V. del C. (Prim. éd., p. 25, note 38 et Tr. hist. p. 59, note 38). Les témoignages sont contenus dans le ms. B.N.M. 12738, pp. 500, 503, 515, [518]. Ni le P. Ledrus, ni le P. Eulogio n’en citent une ligne, mais le premier y voit la preuve que les Religieuses parties en France n’ont pas emporté d’écrits de Jean de la Croix, et le second incline vers la même opinion. Je n’ai pour ma part rien pu trouver dans ces textes qui paraisse légitimer des conclusions de cet ordre.

58 Personne ne doute aujourd’hui que l’édition d’Alcalá, contrairement à l’opinion du P. Alonso, ne soit pas rigoureusement conforme aux originaux. Pour prendre l’exemple d’un jugement moderne porté dans l’Ordre même sur la valeur de cette édition, on relèvera l’observation suivante du P. Eulogio : « La edición príncipe de 1618 no fue éxito en ningún sentido ; ni en el científico, ni en el propagandístico, ni siquiera en el divulgativo del sanjuanismo auténtico » (Prim. ed., p. 12 et Tr. hist., p. 46). Nous verrons plus loin que les circonstances historiques donnent des excuses et peut-être même quelques bonnes raisons aux auteurs de l’édition, mais le fait est qu’elle ne mérite pas l’éloge que lui décerne l’« Asturicense ». Sur les additions et remaniements patents dont elle est entachée, cfr B.M.C. 10, pp. 211-233.

59 D’après l’article de M. J. Orcibal, La « Montée du Carmel » a-t-elle été interpolée ? ... (Revue de l’histoire des religions, 166, 1964, pp. 171-213), le ms. 1270 de la Bibliothèque municipale de Bordeaux contiendrait la traduction des ecclésiastiques de cette ville, lesquels auraient donc borné leur effort à la formation de ce volume. Voir spécialement, à la p. 179, la fin de la note 1 de la page 178 : « En tout cas, tant par son origine que par son caractère incomplet qui le rendait difficilement publiable, le ms. de Lyon nous paraît contenir la traduction des ecclésiastiques de Bordeaux ». Cette conclusion, qui présente de sérieuses apparences de probabilité, rencontre une vive opposition du P. Eul. de la V. del C. (Prim. éd., p. 28, note 43). qui semble ne pas viser uniquement la question du ms. en cause, mais les graves implications que comporte la position de M. Orcibal sur les premiers moments de la diffusion de l’œuvre du Saint en France.

60 Les œuvres / spirituelles / pour acheminer / les âmes à la par/faicte vnion avec I Diev, / Du Bienheureux P. Iean / de la Croix /, premier Reli/gieux déchaussé de la / réforme de NrÞe Dame / des Carmes / et coadiuteur / de la Este Mère Thérèse / de Iésus / Fondatrice / de la mesme / reforme. / Traduictes d’Espagnol en / françois / par M. R. Gaultier Coer / d’Estat. A Paris / chez Michel Sonnius rue / St-Iacques / à l’Escu / de Basle, Auec privilège du Roy, 1621. En 1628, réédition chez Michel Sonnius, même titre, avec l’addition : « Revu et corrigé sur l’Espagnol pour la deuxième édition ». Il faut rejeter l’assertion de H. Peltier (Histoire du Carmel, Paris, 1957, p. 227), selon qui Gaultier travailla sur les manuscrits originaux pour réaliser la première édition. Cette erreur provient apparemment d’une interprétation inexacte de l’addition faite au titre dans la lre édition. Le P. Eul. de la V. del C. (Prim. éd., p. 28, note 42, et Tr. hist., p. 62, note 42) fait également litière d’une allusion de H. Hoomaert (Œuvres spirituelles de saint Jean de la Croix. Paris-Lille, 1922, t. I, p. xxi) à une traduction de Gaultier « commencée » sur les manuscrits et prétendument éditée en deux volumes à Paris en 1621.

61 Gaultier reproduit même les Disjours de Salablanca. Le texte est point par point celui d’Alcalà.

62 Madame, / Les Pères Carmes s’estans rangez à l’abry de vostre Palais Royal, d’où ils se promettent toute sorte de faveurs et d’assistance de vostre splendide et très libérale Majesté, n’ont riẽ eu en plus singulière recommandation que de communiquer au public la doctrine mystique de leur ordre, qui deriuant du Mont Carmel Sanctifié par la demeure de leurs deux grands Prophètes Hélie et Hélisée, a toujours esté recommandable et bien suiuie tant en l’ancienne qu’en la nouvelle loy de grâce, dont ils avoient trouvé vn meilleur interprète que moy, qui n’en sers en matière de dévotion, que ie n’enuie à personne, qu’à faute d’autre, mais le mode n’ayant pas été iugé digne de ce labeur, ils m’ont fait recognoistre que i’estois tellement obligé à tout l’ordre par la mission qui en fust faicte en France à ma poursuite et diligence il y a dix huit ans, que les Seruant en cecy ie ne ferois que payer les arrérages d’une ancienne debte. le l’ay donc faict non de mon propre mouvement, ains à leur instante prière, et pour demeurer tousiours d’autant quitte commun mauvais payeur vers ceux à qui ie dois beaucoup ». L’épitre dédicatoire est datée du 15 mai 1621. Le P. Eulogio remarque : « Es mas que dudoso que [Gaultier] aluda en las frases proemiales a la Reina al Dean de Burdeos ; más bien suqiere el contrario el contexto (Prim. éd., p. 28, note 4 et Tr. hist., p. 62, note 43). C’est tout à fait exact : les simples mots « dont ils auoient trouvé un meilleur interprète que moy » ne permettent pas d’avancer grand chose, ni surtout de mettre en avant le Doyen de Bordeaux, puisque Gaultier, laïc dévot sans plus, dit avoir été chargé du travail, entre autres raisons, parce que le monde n’en a pas été jugé digne. Il faut reconnaître qu’un prélat est censé être moins « du monde » que Gaultier. Est-ce que les propos de celui-ci ne signifient pas simplement que les Carmes auraient envisagé ou pu envisager la possibilité de recourir à un spécialiste, à un rédacteur plus versé dans la langue que ne l’était Gaultier lui-même ? Le vulgarisateur, si je ne me trompe, commence ici sa carrière, plus féconde par le nombre que par la qualité des versions. C’est dans l’automne de 1603 qu’étant dépêché comme mandataire du Roi dans la négociation relative à la diffusion du Carmel en France, René Gaultier commença à s’intéresser à la langue espagnole. Il y occupait ses loisirs durant l’attente des vents favorables à Saint-Nazaire. C’est ce que rapporte Navet, dont la relation est citée par le Mémoire sur la fondation ... (t. I, 3e partie, ch. 7, p. 657) : « Après les heures d’oraison, M. Gaultier (pour s’exercer en langue espagnole qu’il ne connaissait pas encore) employait le reste du temps à traduire d’espagnol en français le petit livre de Thomas a Kempis, de l’Imitation de Jésus-Christ ». Après son retour d’Espagne en compagnie d’Anne de Jésus et de sa petite troupe, il eut l’occasion de traiter avec des Carmélites espagnoles jusqu’au départ d’Anne de Saint-Barthélemy ». Je n’ai pas connaissance d’une traduction qu’il ait publiée avant celle des Œuvres de Jean de la Croix.

63 CANTIQUE / D’AMOUR / DIVIN / ENTRE IESVS-CHRIST / ET L’AME DEVOTE / COMPOSE EN ESPAGNOL / par le B. Père Jean de la Croix, premier Religieux de l’Ordre des Carmes / deschaussez, et Coiadiuteur de la saincte / Mere Tereze. / Traduit par M. RENÉ GAULTIER / Conseiller d’Estat / A PARIS / Chez Adrián Taupinart, rue sainct / jacques a la Sphère. / M.DC.XXII / Avec Privilège du Roy. L’approbation figure au f° [2], r°, et le privilège au v° du même f°.

64 fo [i] ro.

65 On remarquera que l’éditeur ne s’abrite plus cette fois derrière l’autorité des Carmes.

66 Cantique d’amour divin, épître dédicatoire, ib.

67 « La concisa dedicatoria del traductor no ofrece elementos de juicio sobre la motivación de la edición suelta ni sobre su origen, cosa tanto más extraña en cuanto sabia que aquel texto se imprimía entonces por primera vez » (Prim. ed., p. 29 et Tr. hist., p. 63). Dans sa note 44, le P. Eulogio ajoute « Hay algo de intencionado, sin duda, en estas actitudes de silencio y reserva ». Tout en appréciant l’excellente analyse que le P. Eulogio nous donne de la position de l’éditeur à l’égard des diverses parties, je crois qu’il faut distinguer entre le silence sur la source et la réserve sur les précédents. La suite de l’épître dédicatoire indique que cette réserve n’est pas sans transparence. Nous verrons que le soin mis par Gaultier à se prémunir contre des censeurs possibles jette une certaine lumière sur les raisons de l’interdit dont le Cantique fut l’objet en 1618.

68 Cantique d’amour divin, f ° [1] v°.

69 Ib.

70 Ib.

71 Ib.

72 Cfr supra, p. 256 : « Ayant desia presté ma plume à la version des œuvres de ce religieux tant estimé de la Saincte Mère Térèse ... »

73 Cfr Berthold-Ignaee de Ste-Anne, Vie de la Mère Anne de Jésus, t. I, Malines, 1876, L. V., chap. 5 à 7 (pp. 497-570), Mémoire sur la fondation t. I, chap. 7 à 12 (pp. 112-242) et I. Morlones, Ana de Jesús y la herencia teresiana, Roma, 1968 (spécialement pp. 187-322).

74 Sur les conflits d’Anne de Jésus avec les Supérieurs français, spécialement avec Bérulle, cfr Berthold-Ignace de Ste-Anne, Vie de la Mère Anne de Jésus, t. II, Malines, 1882, livre 1er, chap. 6 et 7 (pp. 112-166), et Mémoire sur la fondation t. II, 4e partie, chap. 3 et 8. Sur le départ d’Anne de Jésus, Berthold-Ignace de Ste-Anne, ib. chap. 9 et Mémoire sur la fondation ib., ch. 3.

75 Processus Servae Dei S. Anae de Jesu, vol. I, Dep. R.P. Hilarii a Sancto Augustino vie. provine. Antuerpiae, 30 julii 1635, f° 18, 9. 20 ; de humilitate : « ... se expertum fuisse [apud Annam] eminentem gradum humilitatis id que ex multis indiciis et signis, nam propositis ipsi Matri Annae interrogatoriis ut responderet de sanctitate et revelationibus venerabilis Patris nostri a Cruce, quamvis certo nobis constaret plurimas et admirandas de ipso scivisse illas propalare recusavit, et ignaram se ostendit, et interrogata ab ipso cur non dixisset omnia quae sciebat cum verger et in Gloria Dei, et Ecclesiae, in honorem religionis, et ipsius praeclari et venerabilis viri, quem in Christo ipsa dilexit, respondit ipsi, non ausa fui illas patefacere, timens ne consequenler me ipsam commendarem et declararem quas simul ego habueram, significavit enim deponenti praefata mater Anna dum confìtebatur huic venerabile Pri Joanni a Cruce saepe in oratione ultro citroque ipsis Deum revelasse secreta, quae utrique communicabat » (cit. d’après Louis de la Tr., le Procès de béatification I, p. 50).

76 Prim. éd., pp. 34-5, note 54 et Tr. hist., pp. 68-9, note 54.

77 On n’a aucun indice qu’elle ait jamais favorisé l’impression du Cantique. En ce qui concerne les œuvres en général, le P. Ledrus. (op. cit., p. 435) se fonde sur un billet adressé par le Bénédictin Antonio Pérez à la Mère Anne de Jésus pour soutenir que celle-ci, avant son départ pour la France, aurait songé à mettre en train une édition des écrits de saint Jean de la Croix. Publiée sans date dans l’édition madrilène de 1630 (p. [27]) sous le titre Elogio del Ilustrisimo Don F. Antonio Pérez, Obispo de Urgel ... en una carta que escribió à la Madre Ana de Jésus, Fundadora de las Carmelitas Descalzas en Francia y Flandes, cette missive commence par les mots : « Remito à V.M. las obras de su Venerable Padre y Maestro Fr. Juan de la Cruz que quiso reviese yo ... » Comme Antonio Pérez accéda à l’épiscopat d’Urgel en 1627, soit six ans après la mort d’Anne de Jésus, le P. Ledrus fait observer avec à propos que les titres honorifiques n’ont ici aucune signification chronologique. Mais c’est leur prêter une signification négative que d’inférer de ces prémisses que la lettre aurait été adressée à Anne de Jésus avant 1604 : « Il n’y avait donc pas lieu », dit le P. Ledrus. « d’imaginer la navette des écrits du Saint entre l’Espagne et les Pays-Bas . . . Le va-et-vient du remito se fit seulement entre San José et San Vicente de Salamanca, dont Pérez était alors abbé ». L’auteur en conclut hardiment à des « démarches assidues d’Ana de Jesús pour l’édition des Obras avant 1604 ». Le P. Eul. delà V. del C. a une autre façon de voir les choses. Il pense que l’emploi fait par Pérez de l’expression « las obras del venerable Padre » fait écho au titre de l’édition de 1618, dans laquelle il aurait donc examiné les écrits du Saint. « Quizás Ana de Jesús » propose-t-il, « le entregó un ejemplar de la ed. principe cuando comenzaron los ataques. Quería un juicio autorizado de este amigo de Antolínez y amigo también suyo » (Prim. ed., p. 42, note 67, et Tr. hist., p. 76, note 67). Cette suggestion est à la fois prudente et pleine d’intérêt. Elle peut éveiller toutefois quelques objections. Si le P. Ledrus, semblant négliger la fréquence des échanges opérés à distance (cfr supra, pp. 59-60), réduit le va-et-vient au minimum, l’hypothèse du P. Eulogio le complique beaucoup. Anne do Jésus aurait reçu en Flandre une édition espagnole, l’aurait renvoyée en Espagne, d’où on la lui aurait réexpédiée. Pour la Fondatrice du Carmel Royal, n’était-il pas plus simple, si elle désirait l’opinion de Pérez sur l’édition de 1618, de prier le Bénédictin de la consulter sur place, où elle était si aisément accessible qu’il n’y avait nullement lieu d’en expédier un exemplaire depuis nos lointaines provinces ? Quant à « obras » et « venerable padre », ne sont-ce pas là simplement les mots adéquats ? Pérez ne dit d’ailleurs pas textuellement « las obras del venerable Padre » mais « las obras de su venerable Padre y Maestro » ; notons que l’emploi du possessif semble insister sur le caractère personnel de la démarche et donnerait aisément à penser que le document soumis est également personnel, c’est-à-dire qu’il s’agirait d’un ou plusieurs mss appartenant à Anne de Jésus. Enfin, le ton et le contenu de la réponse sont ceux d’un éloge d’orientation positive et ne semblent pas indiquer qu’il s’agisse là d’une réponse à quelque attaque. Le verbe « reviese » ne paraît pas non plus très adapté à la circonstance imaginée par le P. Eulogio. Il fait plutôt songer à une activité à mi-chemin de la censure et de l’adaptation ; c’est un terme qui apporte plutôt de l’eau au moulin du P. Ledrus. Mais quelle fut l’intention exacte d’Anne de Jésus ? Si elle a caressé l’idée d’une édition, on peut tout au plus soupçonner dans l’épisode la trace d’une velléité. Où sont les « démarches assidues » ? Quant à la date, nous n’en savons exactement rien. Retenons surtout que, quoi qu’il en soit du moment et des intentions, rien ne nous dit que le Cantique ait été compris dans les obras soumises à Pérez. C’est arbitrairement que M. Krynen le suppose (op. cit., p. 22). Le seul titre cité explicitement dans la lettre est la Noche oscura.

78 A. Manrique, Vida L.VII, ch. 6, pp. 97-98.

79 « Dieu m’ayant réservé jusqu’à cette heure pour estre le secrétaire de celle dont j’avais esté le conducteur et eu l’honneur de converser avec elle près de sept ans, témoin oculaire de la pluspart de ce que i’escris » (op. cit., f° [2] r°-v°).

80 La Vie de la Vénérable Mère Anne de Jésus ... composée par le R. P. Ange Manrique Paris, 1636.

81 On aura remarqué que dans l’épître dédicatoire qui précède l’édition des Œuvres, Gaultier, à propos de l’installation du Carmel en France, s’attribue personnellement un mérite qui revient évidemment en ordre principal à Bérulle. Dans ses traductions de la Vie d’Anne de Jésus par Manrique, il ne s’est pas privé d’introduire quelques passages qui constituent un plaidoyer sur son rôle dans l’affaire de la propagation de la Réforme en France. Il justifie notamment son départ de Saint-Nazaire en imputant à M. de Brétigny la prétention de mener l’affaire alors que selon lui, ce prêtre n’avait qu’à faire les frais du voyage (cfr op. cit., L. V II, ch. 2, p. 24). Il se fait gloire d’avoir remis l’affaire en bonne voie en prenant l’initiative du recours direct à Bérulle (ib, p. 25). Le dévot Gaultier n’était pas indifférent à ses titres devant l’Histoire. Mais il savait aussi éviter les désagréments inutiles. Ce n’est pas pour rien qu’il était avocat.

82 Encore qu’on ait exagéré — ou que l’Ordre du moins ait exagéré à cette époque — en considérant qu’il s’agissait d’une édition « de contrebande » pour la seule raison qu’elle n’émanait pas de l’initiative du Carmel. L’approbation citée ci-dessous, pour être quasi officieuse, n’en émanait pas moins du chapelain d’Isabelle ; autant dire de l’Infante elle-même.

83 On a suivi en cela Dom Chevallier, qui avança cette opinion dès son premier article sur les problèmes de texte relatifs au Cantique (cfr Le Cantique spirituel de saint Jean de la Croix a-t-il été interpolé ?, Bulletin hispanique, 24, 1922, pp. 313, texte et note, 1, et p. 314). Le P. Chevallier s’appuie lui-même sur la conviction exprimée par le P. Gerardo, premier auteur d’une tentative d’édition critique, aux endroits qu’énumère la note signalée de l’ouvrage cité.

84 « A la vigésima prima pregunta dijo que ha leído este testigo los libros que escribió el dicho siervo de Dios, fray Juan de la Cruz, de mística teología, aun desde antes que se imprimiesen, y sabe que son impresos en España, y por orden de la señora Infanta Doña Isabel en Bruselas, Corte de Su Alteza. Y vienen nuevamente comentados por el mismo siervo de Dios, por haber dejado los comentos de los dichos libros en poder de la Madre Ana de Jesús, que fue a fundar a Francia y Flandes conventos de su Descalcez. Y su Alteza hubo los dichos comentos y mandó que se imprimiesen, y guarda sus originales como reliquias por ser escritos de mano del dicho siervo de Dios » (décl. au P.A. de Baeza, le 18 sept. 1627, ms. Congr. Rites 2867 (S. 51), fos 56 v°-57 r°, cité d’après Louis de la Trinité, Le procès de béatification II, pp. 173-5). A l’appui de la qualification du témoin, le P. Louis cite la réponse du déposant à la question trente-cinquième des Informations d’Alcaudete : « A la treinta y cinco pregunta dijo este testigo que él ha leído parte de sus libros y vio que estaban llenos de sabiduría del cielo, y desde que el Santo los escribió y aun cuando actualmente los estaba escribiendo como testigo de vista sabe que son muy estimados y procurados de muchas personas de letras y virtud, y como de cosas de mucha estima son trasladados y con su lectura se enciende el alma en amor de Dios y con mucha luz en él camino de la perfección. Y esto responde a esta pregunta, (décl. du 19 février 1618, ms. Congr. Rites 2862 (S. 47), f° 121 v°, transcrit d’après Louis de la Trinité, op. cit., p. 174, note 1). Le P. Louis nous apprend également que Luis de S. Ángelo prit l’habit en 1583 à Grenade, où il fut novice du Saint, et y séjourna deux ans, « précisément à l’époque de la grande activité littéraire du prieur des Martyrs » (op. cit., p. 173). On remarquera que, de ce fait, le Père en question eut également l’occasion de connaître personnellement Anne de Jésus. Toutefois, il n’était plus à Grenade au moment où elle quitta cette ville et on n’a pas trace d’une correspondance qu’il aurait entretenue avec l’héritière de Thérèse.

85 A dix-huit ans, le 25 novembre 1587, Yolanda de Salazar fit sa profession au couvent de Madrid sous le nom de María de la Encarnación. Elle fut dame de cour de l’Impératrice Marie d’Autriche, sœur de Philippe II et veuve de Maximilien II retirée aux « Descalzas reales », et elle obtint de sa maîtresse la permission d’entrer au Carmel lors de la fondation opérée dans la capitale par Anne de Jésus. Elle partit en 1597 à la fondation de Consuegra (Toledo), localité où elle mourut en 1651 à l’âge de 82 ans. Elle se trouvait donc aux côtés d’Anne de Jésus lors des violents affrontements des années 1589 à 1594 : on verra plus loin combien ces événements se marquèrent dans sa mémoire. Le P. Serouet consacre une notice biographique à cette Religieuse dans son éditon de Lettres choisies de Béatrice de la Conception (Présence du Carmel, 9, [Bruges], 1967, p. 25, note 2).

86 Béatrice de la Conception (Zuñiga), apparentée aux ducs de Béjar, naquit à Arevalo, où elle fut baptisée le 5 novembre 1569. Malgré une assez tenace opposition de sa famille, elle parvint à entrer au carmel de Salamanque en septembre 1592. Elle y fit sa profession le 14 septembre 1593, quelque deux ans après son amie Isabelle des Anges. Elle s’attacha vivement à la Mère Anne de Jésus peu de temps après que celle-ci fut renvoyée à son couvent d’origine à l’issue de l’affaire des Constitutions. Elle accompagna ensuite la Vénérable dans ses fondations de France et des Pays-Bas. Exception faite des trois mois employés par Anne de Jésus à la fondation de Mons, les deux Religieuses ne se quittèrent pratiquement pas jusqu’à la mort d’Anne, que Béatrice assista continuellement en qualité de sous-prieure. Elle lui succéda tout naturellement comme prieure du Carmel Royal et, à l’intervention de l’Infante Isabelle, elle fut maintenue en charge en 1624 et en 1627. C’est probablement pour fuir un autre renouvellement de son « office » qu’elle repartit pour l’Espagne en mai 1630, partout fêtée sur son passage. Elle fut à deux reprises encore prieure à son couvent, et la dernière fois bien près de sa mort. Celle-ci survint le 12 mai 1646, à en juger d’après la date des adieux qu’elle rédigea pour ses Religieuses le jour même de son décès. Ce document se trouve aux pp. 443-444 de l’édition de Lettres choisies du P. Serouet, qui consacre les pp. 7 à 15 du même ouvrage à la biographie de la Vénérable. La compagne d’Anne de Jésus se signale par un caractère extraordinairement passionné. En témoignent la terrible lettre à Bérulle publiée en appendice non sans précautions oratoires, ainsi que, évidemment, son obstination à travailler pour la béatification de la « Capitaine des Prieures », tâche dont « elle fit pratiquement » selon la juste expression du P. Serouet, « l’affaire de sa vie » (op. cit., p. 10).

87 « Mucho agradezco a mi carísima Madre el haber hecho imprimir el libro de las Canciones que hizo nuestro venerable y santo padre fray Juan de la Cruz a petición de nuestra venerable Madre Ana de Jesús. Pagúeselo Dios y el enviarlos acá aunque los que dice V.R. que envió para la madre Isabel de los Ángeles y para mí aún no han llegado ; no querría se perdiesen, que tratan de mucho espíritu y oración. Leíle siendo novicia y recién profesa, que todo lo que este santo nos escribió y dijo es muy a mi propósito y me afervoriza el espíritu, que, como le conocí y me confesé algunas veces con él, téngale gran amor » (Cfr Prim. éd., pp. 40-1 et Tr. hist., pp. 74-5). D’après le P. Eulogio, l’original autographe se trouve aux Archives du Carmel de Bruxelles dans la documentation émanant du Couvent de Consuegra, qui entretint avec Anne de Jésus et ses continuatrices des relations épistolaires suivies, étant donné que des Religieuses de Madrid participèrent à cette fondation, réalisée en 1597 ; d’autre part, deux sœurs du P. Gracian faisaient partie de la communauté de Consuegra. Le P. Eulogio donne comme référence : sigles L, R, lettres de la Mère Marie de l’Incarnation, p. 28. Sous ces références, on trouve non l’original, mais une transcription moderne comprise dans un cahier de 270 × 210 mm où la copie de 17 lettres de María de la Encarnación fut réalisée en 1877 sous la garantie de l’archevêque de Tolède. L’acte d’authentification établi au v° du dernier feuillet est ainsi rédigé : « Visu informationibus ac declarationibus datis die 17 novembris 1877 a B.D. Ambrosio de los Infantes ad hoc spécialiser per Nos delegato die 22 Octobres 1877 declaramus Epístolas contentas in pressenti fascículo 1o designólo en dieti Declarationibus vere scriptas ac firmatas esse manu Matris Mariae ab Incarnatione / Datum Matriti die 24 Januarú 1877 (sig. Joanne Ign. card. Moreno / archiep. Toletanus) ». Le v° des feuillets, seul utilisé, est numéroté I-VI et 1-59. Les lettres s’étalent du 23 novembre 1624 au 31 octobre 1636. Les neuf premières sont adressées à Béatrice de la Conception ; la dernière de cette série est datée du 17 février 1629. Des huits dernières, quatre s’adressent à Thérèse de Jésus, et quatre à Marguerite de Jésus, successivement prieures du Carmel Royal après le départ de la Mère Béatrice. La farde R renferme seulement deux copies du xviie siècle de ces lettres (30 septembre 1625, 11 janvier 1626). Les Mères de Bruxelles ignorent où se trouvent les originaux.

88 « Quien se ha preocupado de dar a luz el Cántico en su lengua original ha sido la M. Beatriz de la Concepción » (Prim. éd., p. 41 et Tr. hist., p. 75).

89 « Si para ello buscó el respaldo de su amiga la princesa [Isabel], lo ignoramos. En caso afirmativo es probable que hubiera dejado constancia del hecho en las consabidas dedicatorias o elogios. Era la mejor manera de proteger su empresa, sobre todo ante los posibles requerimientos de los superiores españoles. Al no hacerlo, parece claro que la iniciativa y el riesgo le pertenecen por entero (ib).

90 A ce sujet, cfr supra, p. 262, note 1.

91 A ce sujet, cfr supra, p. 264, note 1. Le lecteur pourra trouver dans une « relation » du 30 octobre 1614 transcrite par le P. Silverio (B.M.C. 13, pp. 368-370) une synthèse des préoccupations habituelles de Maria de la Encarnación.

92 « Mucho me huelgo han puesto en el libro de nro venerable Padre fr. Juan de la Cruz los trabajos que pasó, y como lo querían desterrar a las Indias porque le pedíamos las monjas por nro prelado. » (p. 31 de la copie signalée supra, p. 264, note 1, lettre du 18 novembre 1629 à Béatrice de la Conception).

93 Digo cuanto V.R. me pregunta, y lo he podido jurar con entera verdad, y no me puedo acordar más de lo que tengo dicho de nuestro santo Padre fr. Juan de la Cruz, sino que si viviese, juera de los testigos más abonados y de importancia que tuviera nuestra Santa, porque la quería y estimaba sobre manera, y que como confesor suyo que sabrá bien su interior y su gran espíritu y valor pudiese decir mucho » (p. 55 de la copie citée supra, p. 264, note 1, lettre du 23 septembre 1634 à Marguerite de Jésus).

94 Cfr supra p. 264, note 1.

95 Parlant du caractère personnel de l’initiative d’édition et du risque assumé en rapport avec elle, le P. Eulogio signale « Hallamos una confirmación en la generosidad con que distribuyo ejemplares entre las comunidades Descalzas españoles que estaban más ligadas al autor del Cántico y a su destinaría, o simplemente gozaban de especiales relaciones de amistad con ella y su convento. Aparte los ejemplares mencionados en la carta copiada y los que salen a colación durante las deposiciones procesuales, conocemos el enviado a la primera copista de las Canciones, Magdalena del Espíritu Santo, residente por aquellos años en Córdoba. (Prim. ed., p. 41 et Tr. hist., p. 75). L’A. ajoute à la note 66 (ib.) : « Obra entre nuestros papeles este curioso ejemplar. La nota autógrafa de la M. Magdalena se extiende al fin de la portada y pasa al reverso de la página. De su condición autográfica no puedo dudarse ; basta compararla con otras páginas suyas, por ejemplo, las que figuran en los libros oficiales de la comunidad cordobesa. » La comparaison avec la célèbre relation de Magdalena donne le mémo résultat. J’ai constaté qu’un heureux hasard a fait que l’exemplaire dont le P. Silverio propose la photo en hors-texte en annexe de son édition (B. M.C. 12) est précisément celui qu’a identifié et décrit le P. Eulogio.

96 Cfr supra, p. 262, note 3.

97 Cfr infra, p.

98 « ... sabe que el santo Pe fray Juan de la Cruz escribió cuatro Libros, que los tres andan en un cuerpo que se llaman Subida del Monte Carmelo, Noche oscura y Llama de amor viva. El otro que anda de por sí se llama Declaración de las canciones de amor de Dios » (décl. au P.A. de Úbeda, le 3 mars 1628, ms. Congr. rites 2861 (S 46), f° 399 v°, cit. d’après Louis de la Tr. op. cit., p. 183). « Il serait bien étrange, » opinait le P. Louis de la Tr., « que son assertion fût inspirée à cette date par autre chose que des manuscrits » (ib.). Mais l’allusion aux trois Traités réunis en un corpus vise évidemment l’édition de 1618-19. Le Cantique étant mis tout à fait sur le même pied, les éléments apportés par le P. Eulogio permettent de comprendre que la déposante songe à l’édition de Bruxelles.

99 Prim. éd., p. 42 et Tr. hist., p. 76.

100 Ib.

101 Qu’il s’agisse ou non de l’original.

102 Prim. ed. et Tr. hist., ib.

103 « Ya sabemos las ayudas que de los de la Orden tendremos, y todo lo fundan en bien y por muy puesto en razón » (Archives des Carmélites Déchaussées de Consuegra, dossier 1, n° 4, lettre adressée à Maria de la Encarnación le 4 juin 1626, édité par P. Serouet, Lettres choisies de Béatrix de la Conception, [Bruges] 1967, (lettre III), pp. 319-322 et traduction française pp. 30-36. Texte aussi chez I. Moriones dans Ana de Jesús y la herencia teresiana, Roma, 1968, p. 335). Ces mots appliqués à la cause de béatification d’Anne de Jésus doivent être également de mise pour l’entreprise de publication du Cantique. La suite de la lettre nous permet de comprendre encore plus nettement que l’implication de la Capitaine des Prieures est propre à éveiller l’hostilité des autorités de la Réforme espagnole, et par voie de conséquence, chez les Déchaux de Flandre, une réserve inspirée par l’embarras, sinon par la crainte : « ¡Ay, Madre mía, Dios nos ayude! que de los de allá y de los de acá poco podemos esperar. Los de aquí la respetan por buena religiosa. El que es ahora nuestro Provincial, por más que la confesó y ha tenido ayudas en su vida y después, éste la tiene devoción muy grande, mas no se atreven a mostrar mucho » (ib.). Le Provincial en question est le P. Hilarión de Saint-Augustin, d’origine espagnole, compagnon de fondation de Thomas de Jésus en Flandre.

104 « Mucho me pesa que el pe fray Basilio de León esté tan tibio como V.R. me dice en escribir le vida de nra sta. ¿Por qué no hace V.R. que su A. de la Serstma Infanta se lo pida apretadamente ? » (Lettre de María de la Ene. datée du 30 sept. 1625. copie du xviie siècle sur feuille pliée de 312 × 205 dans le dossier L du Carmel Royal de Bruxelles). Dans le cours de 1628, Béatrice écrira à María de la Ene. : « Entrambas nos mortifica Nuestro Señor en todo lo que se detiene en salir a luz la Vida de esta nuestra Santa. Todavía se está Basilio en Madrid. Mis pecados deben ser la causa de esto. Dicen que se ha negocios de tanta importancia. Ya no sé que me hacer, pues he tomado los medios más apretados que he podido y todo no aprovecha » (Archives des Carmélites Déchaussées de Consuegra, dossier L, n° 4, édité par P. Serouet, op. cit., pp. 323-6 et traduction française, pp. 38-43 ; texte aussi dans I. Moriones, op. cit., pp. 344-8). Certes chargé d’affaires, le Maître Basilio ne paraît pas avoir donné la priorité à celle-là. Dans le dossier L du Carmel Royal, les plus anciennes traces des recherches qu’il mena nous renvoient à 1622. La mort le déchargea 7 ans plus tard, le 28 août 1629.

105 « El padre fray Tomás predicó un sermón a su entierro, canonizable, y después contradijo todo lo demás hasta matar candelas ; cosa que si Dios no me hubiera tenido de su mano, me quitaba el juicio tal mudanza » (Archives des Carmélites Déchaussées de Consuegra, lettre citée ci-dessus à la note 5. Cfr P. Serouet, op. cit., pp. 320-1 et 33-4 et I. Moriones, op. cit., pp. 336-7.

106 Favorable à l’impression et à la diffusion de la Vida du Saint (Bruxelles, 1628), elle se rend compte après coup que « celles de Madrid » y sont maltraitées : « lo cierto es que sale [Quirogá] de todo su buen estilo llegando a este capítulo que se ha leído anoche en refectorio y me ha cansado tanto que me ha qui todo el gusto de lo bueno que hay de nuestro Santo » (ArCh. des Carmélites Déchaussées de Consuegra, lettre citée ci-dessus à la note 2, cfr P. Serouet, op. cit., p. 324 et pp. 40-1 et T. Moriones, op. cit., p. 346). La Mère Béatrice s’est laissée surprendre. María de la Encarnación le lui reproche nettement : « Harta inadvertencia fue no ojearle y pasarle primero, todo antes de hacerle imprimir (Archives du Carmel Royal de Bruxelles, dossier R, copie citée supra, p. 34, note 1).

107 La référence complète de cet ouvrage a été donnée à la p. 244.

108 Op. cit., p. 324.

109 D’après le P. Silverio, Díaz Sánchez Dávila naquit à Baeza H. por los años de 1564 », aux environs de 1564. (cfr Hist. G. D., t. VIII, p. 570).

110 Op. cit., p. 325.

111 Ib.

112 Ib.

113 Ib.

114 Cfr supra, p. 241, note 1.

115 Cfr supra la cit. extraite de la p. 324 du livre de M. Krynen.

116 Hist. C.D., t. VIII, p. 60.

117 Hist. C.D., t. VIII, p. 609.

118 Cfr Giuseppe del Cuore di Maria, O.C.D., Una grande figura de la escuela mistica carmelitana. El P. Alessandro di S. Francesco, El Monte Carmelo, 70, 1962, pp. 315-366. Lelio Ubaldini naquit à Rome le 18 octobre 1588 dans une des familles les plus nobles de la Toscane. En raison de sa santé fragile, son désir d’entrer chez les Carmes Déchaux fut d’abord contrarié par son oncle, le cardinal et futur pape. En 1614, à l’intervention du nonce Roberto Ubaldini, il fut envoyé comme maître de novices à Paris. Il revint à Rome occuper la charge de prieur de la Scala, après quoi il assuma nombre de charges importantes et réalisa plusieurs fondations. Son séjour en France le rendait particulièrement qualifié pour mener à bien la traduction des œuvres de Jean de la Croix publiée en 1627. Il mourut à Rome peu d’années après, le 16 avril 1630.

119 Cfr Giuseppe del C. di M., op. cit., pp. 323-4.

120 Ib., p. 324.

121 Krynen, op. cit., p. 324, note 1 et B.M.C. 10, p. 206.

122 B.M.C. 10, p. 206, note 3.

123 Cfr supra, p. 271, note 3.

124 B.M.C. 10, p. 207.

125 Hist. C.D., t. VIII, ch. 18, p. 571.

126 Ib., pp. 570-1.

127 B.M.C. 10, p. 207.

128 Un nuevo códice de las obras de San Juan de la Cruz ... (cfr supra, p. 247, note 3).

129 Prim. éd., p. 7, note 11 et Tr. hist., p. 41, note 1. Le P. Simeon consacre à l’examen de cette question particulière, les pp. 132-6 de son étude.

130 Ce départ clandestin souleva des tempêtes. Cfr Hist. C.D., t. VIII, pp. 579-585.

131 J’entends par là que le travail correspondant à ce ms. représenterait tout au plus un simple déblayage.

132 Hist. C.D., t. VIII, pp. 589-597 et 601-602.

133 Cfr supra, pp. 262, note 1 et 265, note 3.

134 Celle-ci était veuve, rappelons-le, depuis 1621.

135 Ceux-ci se mettaient en peine de faire rappeler le P. Thomas au plus tôt dès que celui-ci quittait les Flandres pour un séjour à Rome. Isabelle s’évertua encore un certain temps à le récupérer lorsqu’il eut fui définitivement nos climats pour achever sa vie dans la Ville Eternelle. A la p. 602 du tome VIII de l’Hist. C.D., le P. Silverio reprend à la Réforme ces lignes émanant du Général Juan del Espíritu Santo, précédemment procurateur à Rome de la Congrégation d’Espagne : « Vi cartas en Roma de la dicha señora Infanta, escritas todas de su letra y muy largas en que le daba cuenta de las cosas de aquellos Estados, y la pena y sentimiento que tenía de verle fuera de ellos, rogándole volviese lo más presto que pudiese, y que en orden a esto se hacían diligencias apretadas para conseguirlo ; con otras muchas muestras de amor que su Alteza le tenía y estima que de él hacía, que yo me espanté, y si no las viera no las creyera » (Cfr Réf. D., t. IV, L. 17, ch. 42, 8).

136 Cfr supra, p. 269, note 3.

137 « Déselo Dios [el cielo] a nro buen padre fr. Tomás de Jesús, que dicen es ya muerto : ya habrá visto las cosas bien claras, y sus engaños » (Archives du Carmel Royal de Bruxelles, dossier R, copie citée supra, p. 28, lettre de Maria de la Encarnación adressée à Béatr. de la Conception le 18 août 1627). Il existe dans ce même dossier R une copie du xviie siècle de la lettre adressée à Béatrice par María de la Encarnación le 30 septembre 1625. On y lit textuellement ces lignes : « dios ponga su mano en todo para q se acierte a hazer siempre su santissima voluntad y mueba los coraçones de los que pueden ayudar oque sea conocida vna santidad y valor tan grande como de la nra Vble me ana de Jesús, harto me espanta de la tibieza que VR me dize tiene en esto el pe fray [...] » La copiste a laissé un blanc à la place du nom du Père visé, mais la copie de 1877, faite sur l’original, nous apprend qu’il s’agit de Thomas de Jésus. La discrétion de la copiste du xviie siècle paraît significative.

138 Et non du pape régnant, comme le donne à penser M. Krynen lorsqu’il avance à la note 4 : « On pouvait considérer que le Pape lui-même donnait sa garantie à l’édition puisque Era Alessandro, qui en était chargé, était son propre neveu ». Le pontificat de Léon XI, élu le 1er avril 1605, ne dura que quelques mois. Je rappelle que l’édition est de 1627.

139 D’autre part, M. Krynen contredit quelque peu sa propre hypothèse lorsqu’il admet que Thomas de Jésus aurait pu imposer à Alessandro le chiffre de quarante couplets, c’est-à-dire celui de « son » Cantique selon le professeur toulousain (op. cit., pp. 327-8).

140 M. Krynen a pris lui-même soin de signaler cette date à la note 1 de sa page 325.

141 J. Krynen, op. cit., p. 325.

142 Hist. C.D., t. VIII, pp. 578-588. Il est vrai que le P. Thomas, pendant les années passées aux Pays-Bas faisait fréquemment le voyage de Rome, mais ce n’était sans doute pas pour s’y préoccuper de questions locales.

143 Il s’agit de l’Annexe III, D’une édition avortée à l’action missionnaire.

144 B.M.C. 10, p. 212.

145 B.M.C. 10, p. 216.

146 Ib.

147 Ib.

148 Sr Silv., p. 8. Dans ces conditions, il est assez piquant que le P. Vega voie dans le Cantique le plus anodin des Traités de Jean de la Croix. Cfr El « Cántico » de San Juan de la Cruz (un pasaje misterioso), dans l’hebdomadaire A.B.C., éditorial du 13/6/65.

149 Cette œuvre est contenue dans le ms. 4478 de la Biblioteca Nacional. On trouvera chez le P. Eul. de la V. del C. plusieurs précisions à son sujet (Prim. éd., pp. 13-4, note 21 et Tr. hist. pp. 47-8, note 21).

150 Dans B.M.C. 10, pp. 396-439. Sur les circonstances de la rédaction de l’opuscule et sur la personnalité de l’auteur, on consultera aux pp. 396 à 398 du même volume la note 2 de la p. 396 et sa suite. L’opuscule est clairement daté du 11 juillet 1622. Si, avec le P. Silverio, et sur la foi d’un témoignage transmis par Andrés de la Encarnación, on tient que le P. Basilio assure ici la tâche d’abord proposée à Antolínez, il faut admettre, comme l’a proposé le P. Vega (Amores de Dios y el alma por el Ven. P. Fray Agustín Antolínez, Madrid, 1956, p. xxviii), que l’auteur aurait noté par erreur 1622 au lieu de 1624. Le P. Eulogio dresse l’état de cette question et, quoiqu’il apporte un renfort à l’hypothèse du P. Vega, s’abstient de trancher (cfr Prim. éd., p. 14, note 22 et Tr. hist., p. 48, note 22).

151 Tr. hist., ch. I., La difusión manuscrita de la obra, pp. 1-36.

152 Cfr supra, outre le témoignage de Francisca de la Madre de Dios sur la naissance des cinq dernières canciones, le témoignage de Magdalena relevé au début du chapitre Premières traces historiques, et infra les chapitres Stratifications de sens et Ecart et incidence des deux moments rédactionnels.

153 Cfr supra, p. 259, texte et note 2.

154 Des hommes de l’étoffe de Doria ne pouvaient manquer de quelque ressentiment contre cette femme qui osait les affronter sur le terrain des affaires. La Réforme des moines bien établie, on ne pardonna pas à la « lieutenante » ce qu’on avait dû passer à Thérèse, et qu’elle poussa encore plus loin. La différence du style de vie entre les Carmels féminin et masculin est très notable et ne s’est nullement atténuée jusqu’aujourd’hui. Il n’est pas douteux que Jean de la Croix, contemplatif d’esprit et d’énergie plutôt passive, eût préféré que celui-ci ressemblât davantage à celui-là. Il comprenait si bien ses filles que celles-ci, lorsqu’elles furent rebutées par les brutalités de Doria, le souhaitèrent pour prélat, à ce que nous apprend Maria de la Encarnación (cfr supra, p. 266, note 2). Quant à la Mère Anne de Jésus, elle s’incrivit dans la ligne de Thérèse, défendant les Constitutions primitives et réclamant le maintien de la liberté du choix des confesseurs. Une fois passée à l’étranger, par contre, elle se mit à réclamer avec éclat des Pères de l’Ordre. La continuité de ces deux attitudes opposées réside dans l’opposition à ses supérieurs du moment. En se remettant à la direction de Thomas de Jésus et de ses compagnons italiens, elle trouva finalement la paix.

155 Prim. éd., p. 9 et Tr. hist., p. 43.

156 Sainte Thérèse avait fait un commentaire au Cantique des Cantiques. Certes, bien des hommes, avant elle, en avaient fait autant, et Gracián, de son côté, l’imitera. Mais ce genre de littérature était naturellement orienté vers la frénésie mystique plutôt que vers la théologie pure. La raison raisonnante y cède volontiers au lyrisme. Bien que ce point ne touche qu’indirectement à notre propos, on notera que M. Ch. Baudouin (op. cit., pp. 238-42) relève chez Jean de la Croix certaines affinités féminines qu’en psychanalyste conséquent, il attribue à la carence d’« imago » paternelle due au décès très précoce de Gonzalo de Yepes. Il est intéressant de citer ici un passage où M. Baudouin fait état du Cantique pour illustrer cette disposition : « Dans le même esprit, nous observerons, fidèlement à une très large expérience psychanalytique, que l’attitude passive chez l’homme s’exprime par un certain recul devant la virilité, par une disposition plus ou moins marquée aux identifications féminines, et s’il s’agit de vertus, par une préférence pour les vertus féminines de don et d’abandon. Ne tirons pas de cette donnée plus qu’elle ne comporte ; mais reconnaissons franchement que cette dis position peut jouer sur tous les plans, sur celui du choix de la chasteté comme sur celui des « noces spirituelles ». Le symbole constant du mariage, de l’union d’amour humain, apparaît comme le plus adéquat de l’union d’amour divin ; mais il sied de remarquer qu’adoptant d’ailleurs une tradition au moins aussi vieille que le Cantique des Cantiques, Jean de la Croix n’hésite pas, dans ce mariage, à mettre l’homme dans le rôle de l’épouse. Ce symbolisme se retrouve tout au long de l’œuvre ; le symbole inverse est au contraire exceptionnel [dans l’œuvre de saint Jean de la Croix] : nous le trouvons [au livre I, chap. 3, de la Montée du Carmel] au cours d’un développement sur le livre de Tobie : ‘s’ensuit aussitôt l’union avec l’Epouse, qui est la Sagesse de Dieu’ » (op. cit., p. 241). Pour notre propos, nous ajouterons que l’Epouse s’identifie à l’homme dans le chef de l’auteur, mais que l’Epouse devient femme si l’on a affaire à une lectrice. On a déjà rappelé plus haut ce fait typique, à savoir que le commentaire du Cantique a été réalisé à l’instance des Religieuses, alors que la Montée et la Nuit obscure étaient essentiellement destinées aux moines.

157 Cfr supra, p. 233, texte et note 1.

158 « Item pone que escribió libros de mística Teología, que por diversos reinos andan y se traen escritos, llenos de celestial erudición, y tan admirable y alto estilo, que todas juzgan y tienen por cierto que la tal ciencia que tuvo fue divinamente reveleda y no adquirida con ingenio humano ; la lección de los cuales se manifiesta y comprueba ser muy provechosa para discernir la verdaderas iluminaciones de las falsas, y para fortalecer y confortar las ánimas en el camino y vida de la perfección ; por lo cual por los que la han leído son comparados y su doctrina a la de San Dionisio Areopagita y así es verdad y pública etc. (Texte du questionnaire du Procès apostolique emprunté aux fos 28 ss. du ms. B.N.M. 19464 ; cfr B.M.C. 14, pp. 312-3).

159 Cfr Eul. de la V. del C, Tr. hist, ch. I, Difusión manuscrita, aux pp. 1-36 de l’ouvrage.

160 Cfr Eul. de la V. del C, Tr. hist, ch. I, Difusión manuscrita, aux pp. 1-36 de l’ouvrage.

161 Cfr supra, p. xxi, texte et notes.

162 Jer. Hist., L. III, ch. 12, p. 276.

163 Jer. Hist., L. III, ch. 13, p. 291.

164 Jer. Hist., ib., p. 290.

165 Ib.

© Presses universitaires de Liège, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search