Version classiqueVersion mobile

La Genèse du « Cantique spirituel » de saint Jean de la Croix

 | 
Roger Duvivier

Troisième partie. Le cantique d’Anne de Jésus

Chapitre I. Premières traces historiques

Texte intégral

1Magdalena del Espíritu Santo poursuit :

  • 1 Cfr supra, p. 9, texte et note 1.

2« ... et les explications, il en fit quelques-unes à Béas, en réponse à des questions que les Religieuses lui faisaient, et d’autres à Grenade »1.

  • 2 Cfr Eul. de la V. del C, Pr. herm., p. 26.

3Entre saint Jean de la Croix et ses filles de Beas, les échanges spirituels furent féconds. Tantôt, c’est le directeur qui engage une espèce de dialogue socratique2. D’autres fois, ce sont les Religieuses qui questionnent. L’imagerie du Cantique était naturellement pour elles un captivant mystère : elles n’ont pas manqué d’interroger l’auteur sur le sens des « figures ». Telle aurait été, selon Magdalena, l’origine des premiers commentaires du Cantique.

  • 3 « A instancia suya escribió en el Caluario gran parte de la explication de sus câciones, desde la (...)
  • 4 « A sa façon, Joseph de Jésus Marie (Quiroga), dans sa Vie de saint Jean de la Croix (L. 2, ch. 15 (...)
  • 5 Eul. de la V. del C, Pr. herm., p. 28, note 48. Rappelons que la Vie de saint Jean de la Croix par (...)
  • 6 Après s’être fondé sur l’autorité de sainte Thérèse pour mettre les ravissements en rapport avec l (...)
  • 7 Cfr infra les chapitres Les stratifications de sens du commentaire (pp. 327-365) et L’écart et l’i (...)

4Quels furent les couplets tôt pourvus de commentaire  ? Le biographe d’Anne de Jésus nous dit avec une entière assurance que sur la demande de la Prieure de Beas, le Saint fit à l’époque du Calvario une bonne partie du commentaire « depuis la strophe dix-septième jusqu’à la vingt-septième »3. Le P. Gabriel de Sainte-Marie-Madeleine estime qu’il y a convergence entre cet avis de Manrique et une assertion de Quiroga émise dans la Vida4, mais le P. Eulogio observe que Manrique semble justement procéder ici de Quiroga5. Or, dans le passage en cause, le zélé disciple de Jean de la Croix ne prétend pas dater la composition des chapitres 17 à 26, mais bien l’expérience que ces chapitres décrivent. Les termes de l’historiographe ne laissent aucun doute à cet égard6. Il va de soi que si elle n’avait d’autre fondement que la lecture sollicitée d’un prédécesseur, l’allégation de Manrique ne pèserait pas. La lecture du Traité nous apprendra ultérieurement si la critique interne a son mot à dire7.

5Entre-temps, le témoignage de Magdalena est à accepter dans son imprécision, d’autant qu’une interprétation trop poussée mettrait son propos en contradiction avec le témoin le plus autorisé qui soit en matière d’écrits doctrinaux.

6Il s’agit de Juan Evangelista, compagnon et secrétaire de Jean de la Croix.

7A plusieurs renseignements très nets sur la composition des autres Traités, il ajoute que « ¿Adonde te escondiste  ? ... fut le premier » que le Saint écrivit, et que ce fut également « ici », c’est-à-dire à Grenade.

  • 8 Voici le passage de cette missive consacré à la composition des œuvres : « En lo que toca al haber (...)

8Le P. Juan Evangelista s’adressait en ces termes à Jerónimo de San José, le 1er janvier 16308, à la suite d’une demande d’informations.

  • 9 B.N.M., ms. 12738, p. 1435 : « En lo que toca al haber escrito nuestro santo Padre sus libros en e (...)
  • 10 Voir les deux notes précédentes.

9Le 18 février 1630, à la suite, dirait-on, de quelque réticence ou insistance du deuxième historiographe de l’Ordre, il revient à la charge : « Pour ce qui est que notre Saint Père ait écrit ses livres dans cette maison, je dirai ce qui ne fait pas de doute, et c’est que les canciones de « ¿Adonde te escondiste ... ? » et la Llama de amor viva, il les écrivit ici parce qu’il les commença et les acheva de mon temps »9. D’autres révélations nous découvrent la position du Cantique par rapport aux autres Traités : il s’insère dans la période de composition de la Montée du Carmel, œuvre de longue haleine ; il précède la Nuit obscure et la Vive flamme10.

  • 11 Pr. herm., p. 31.

10Après avoir rappelé les deux déclarations catégoriques de Juan Evangelista, le P. Eulogio les concilie avec le témoignage de Magdalena en supposant qu’à Grenade, le Saint « a rédigé un écrit continu tout en mettant à profit les matériaux qu’il tenait déjà préparés »11. Solution plus formelle que réelle, mais commode. Adoptons-la sous réserve d’éclaircissements à venir.

11Retenons donc simplement pour l’heure que des premières ébauches d’explication doctrinale eurent lieu très tôt, peut-être même avant que le Cantique de Tolède eût reçu tous ses prolongements. Magdalena ne s’est pas exprimée avec une intention ni sans doute une possibilité de précision telles qu’on puisse inférer de ses dires que le produit matériel d’une explication précoce réapparaisse fidèlement sous l’enveloppe du Traité de Grenade. Les propos tranchants de Juan Evangelista ne paraissent en tout cas guère favorables à une telle éventualité. Si Juan Evangelista a été un peu trop catégorique et Magdalena un peu trop évasive, il y a place pour l’hypothèse du P. Eulogio. Celle-ci restera cependant elle-même un peu trop floue aussi longtemps que nous n’aurons pas défini grâce à de nouvelles voies d’approche la portée des témoignages concurrents.

  • 12 Gabriel de Sainte-Marie-Madeleine, op. cit., pp. 90-3. C’est là une des thèses principales de l’ét (...)

12Bornons-nous à noter au passage qu’une première confrontation des données historiques disponibles ne paraît pas avoir prêté assise à l’opinion du P. Gabriel, selon qui le Traité de Grenade aurait repris à peu près tel quel un bloc de dix chapitres centraux12.

13Ne précipitons pourtant pas nos conclusions.

14Tout au plus pouvons-nous faire grief au P. Gabriel d’un certain arbitraire et d’un enfant de nuance. Mais nous aurons à écouter son dernier mot en temps utile et dans des conditions meilleures lorsque le développement de la présente étude aura ramené ces problèmes en travers de notre route.

***

15Pas plus que le poème, le Traité n’a surgi tout d’une pièce. Voilà qui est important, et c’est ce que nous retiendrons essentiellement pour l’instant.

16D’autre part, si les Canciones ont crû en conformité avec le développement d’une expérience personnelle, la Declaración a été motivée par des expériences de communication.

  • 13 Les Religieuses, qui avaient quitté Beas le 15 janvier 1582, arrivèrent à Grenade le 20 de ce mois (...)
  • 14 Des six Religieuses qui accompagnèrent Anne de Jésus à Grenade, trois sortaient du milieu de Beas  (...)
  • 15 Malgré la démarche entreprise à la ville d’Ávila par saint Jean de la Croix, Thérèse, déclinante, (...)
  • 16 Je rappelle que le manuscrit porte des annotations qu’on peut de plus en plus difficilement refuse (...)

17A Grenade, quelque deux ans après l’établissement simultané des Carmélites fondatrices et du prieur de Los Mártires13, l’incitation extérieure a en effet reparu, assez puissante cette fois pour obtenir la rédaction d’un commentaire complet des trente-neuf canciones. La demanderesse est l’ancienne prieure de Beas, qui a emmené avec elle une partie des Religieuses au bénéfice de qui fut réalisé un embryon de l’« exposition »14. Anne de Jésus, sainte Thérèse défunte, lui a en quelque sorte succédé comme propagatrice du Carmel Reformé15. Elle est alors sous la direction spirituelle de saint Jean de la Croix et, comme ce fut le cas pour la Fondatrice elle-même, dans la plus étroite union d’âme avec lui. L’intervention de l’illustre « dirigée » se reflète clairement dans le titre que porte au frontispice le manuscrit de Sanlúcar de Barrameda, témoin le plus notable16 de la version du Traité dite A, elle-même universellement reconnue comme la plus ancienne :

18DECLARACIÓN / DE las canciones que tratan de el exercicio de / amor entre el alma y el esposo Christo / en la quai se tocan y declaran algu/nos punctos y effectos de oración : a petición De la / madre Anna de Je/sus, priora de las descalcas en sont Joseph de Granada A/nô de 1584 / Años.

  • 17 Cfr supra, pp. <<i, l-li.

19Ce sont là le titre et la dédicace mêmes que reprend l’édition « princeps » de Bruxelles. Je rappelle que l’œuvre s’accompagne d’un Prologue adressé à la dédicataire17.

  • 18 Il s’agit du ms. de Tarazona (Tz), des deux mss des Carmélites de Valladolid catalogués V 80 (sigl (...)

20Sur les cinq autres manuscrits de la même version connus à ce jour, quatre donnent le Prologue et le titre avec sa dédicace et son millésime18.

  • 19 Le procès de béatification de saint Jean de la Croix et le « Cantique spirituel », Revue des scien (...)

21En ce qui concerne la date de composition du Traité, je crois que le P. Louis de la Trinité a vu chez Manrique plus de précision qu’il n’en offre. « Selon Manrique », dit-il, « c’est après l’installation des Carmélites à la maison du gran Capitán que la Mère sollicita le commentaire du Cantique »19.

  • 20 La maison louée dans la calle Elvira était plus éloignée du Couvent de Los Mártires (proche de l’A (...)
  • 21 Manrique, op. cit., p. 248.
  • 22 Autour du Cantique Spirituel, I, Genèse du Cantique, p. 4.

22La composition de l’ouvrage serait donc ultérieure au 8 novembre 1584, date de cette installation. Le biographe conte en effet le transfert à la calle San Matías dans le chapitre 5 de son livre IV, alors que l’allusion au Cantique intervient dans le chapitre suivant. Seulement, le chapitre 6 est centré sur le thème des relations spirituelles d’Anne de Jésus et de Jean de la Croix. Bien que l’auteur enchaîne en disant que leurs entretiens s’étaient faits plus suivis grâce au rapprochement des couvents20, il ne se soumet pas à une chronologie bien minutieuse ; le premier fait relaté est placé sans plus de précision à Grenade, contre l’avis de « quelques-uns » qui le rapportent à Beas21. Pour le P. Louis de la Trinité, le Cantique fut remis à sa destinataire par une belle après-midi de l’automne grenadin22. L’image a fait fortune parmi les critiques aussi bien que dans la littérature de vulgarisation. Si elle n’est inspirée que par la disposition des matières chez Manrique, on fera bien de s’en tenir à la sécheresse du millésime apposé sur les manuscrits : « Año de 1584 Años ». Ce n’est pas si mal.

  • 23 Le procès de béatification II, p. 168. Le P. Louis tire de sa documentation des conclusions arithm (...)
  • 24 Op. cit., pp. 169-170. Le témoignage figure aux Procès Apostoliques d’Úbeda, Archives de la Congré (...)

23Les premiers temps de la diffusion du Cantique de 1584 sont évoqués par Baltasar de Jesús, qui vécut à Grenade auprès de saint Jean de la Croix quelque dix-huit mois étalés au plus tard, selon le P. Louis de la Trinité, entre novembre 1584 et mai 158623. Voici d’après le même auteur, quelques extraits de cette déposition capitale24 :

24« A la question 21, le témoin répond qu’il tient pour certain que les livres que le saint frère Jean de la Croix laissa écrits furent inspirés du Saint-Esprit, parce qu’à l’époque où il en écrivit une grande partie, c’est-à-dire à Grenade, ce témoin vit que le saint frère Jean de la Croix n’avait d’autres livres en cellule que le bréviaire, la Sainte Bible et une croix. Et en considérant la doctrine si haute et si remplie de secrets qu’ils renferment, l’on voit clairement qu’il s’agit d’une science révélée et non pas acquise.

25Prié de dire et de faire connaître quels sont les livres laissés par le serviteur de Dieu frère Jean de la Croix dont le témoin lui vit écrire une partie, comment ils s’intitulent et de quelle matière ils traitent, il répond : l’un d’eux se nomme Exposition des couplets qui traitent de l’exercice d’amour entre l’âme et le Christ son époux, où l’on parle de la sagesse mystique que par amour Dieu enseigne à une âme, du commerce qu’il entretient avec elle et de beaucoup d’autres choses. Le Saint composa trois autres livres qui se trouvent en un même volume et dont les titres sont Montée du Mont Carmel, Nuit obscure et Vive flamme d’amour ... »

  • 25 « Al Veintiún artículo responde que este testigo tiene por cierto que los libros que dejó escritos (...)
  • 26 Preguntado diga este testigo que, pues dice vio los dichos libros de letra de dos padres de la dic (...)

26L’alinéa suivant a trait aux éditions de ces œuvres25. Le témoin ajoute « qu’il a lu les livres de l’Exposition des couplets et de la Montée du Carmel écrits de la main de deux Pères de cet Ordre ». Le Procès continue26 :

27 « Prié de dire le nom des Pères qui les écrivirent (puisqu’il dit avoir vu ces livres de l’écriture de deux Pères de l’Ordre), le témoin répond que celui de l’Exposition des Couplets était écrit de la main du Père frère Thomas de Jésus (Tomás de Jesús), alors novice du Couvent de Grenade et maintenant décédé, et le second de la main du père frère Jean l’Evangéliste (Juan Evangelista), procureur du même couvent ».

28Le témoin est alors invité à exprimer pourquoi il attribue au Serviteur de Dieu des livres qu’il a vus écrits de la main d’autres Religieux.

  • 27 « Responde que sabe que eran del dicho siervo de Dios y no de otra persona, porque se los vio escr (...)

29« Il répond qu’il sait qu’ils étaient du Serviteur de Dieu et pas d’une autre personne parce qu’il les lui vit écrire et composer. Et le livre de la Montée du Mont étant très difficile à comprendre, le Saint, il en fut témoin, l’expliquait à ses Religieux. Et le Saint lui-même disait les avoir composés. Celui de l’Exposition des couplets de l’amour divin, il l’avait fait à la demande de la Mère Anne de Jésus, fondatrice du Couvent des Carmélites Déchaussées de Grenade. Il les vit reliés, de l’écriture du Saint, et c’est de là qu’ensuite les Religieux dont il a parlé prirent des copies pour leur propre dévotion. Les Religieuses déchaussées en firent autant. Il se rappelle en particulier que la Mère Isabelle de l’Incarnation (Isabel de la Encarnación), prieure actuelle du Couvent de Jaén, en prit copie ... »27.

  • 28 Cfr supra p. 228, note 4 et p. 229, note 1.
  • 29 Cfr Louis de la Trinité, Le procès de béatification II. Aux informations de Jaén (ms. Congr. de Ri (...)

30On remarquera que Baltasar de Jesús déclare qu’il a vu « écrire et composer » les deux livres en question, mais il n’insiste guère sur cette preuve d’authenticité qui serait pourtant déterminante. Ses souvenirs les plus précis ont trait à la reproduction du Cantique et de la Montée du Carmel, (œuvres pratiquement contemporaines, on s’en souviendra)28. Il semble qu’il soit arrivé à Grenade au moment où la diffusion du Cantique était en train. Il dit l’avoir vu relié alors qu’Isabel de la Encarnación, par lui citée en qualité de copiste, déclare avoir eu des cahiers de l’original entre les mains29.

  • 30 B.M.C. 10, pp. 285-291.

31Qu’il ait ou non assisté à la rédaction du Cantique, Baltasar est apparemment un témoin sûr en ce qui concerne les premières étapes de la reproduction manuscrite. Il nous dit avoir lu la Montée du Carmel dans une transcription de Juan Evangelista, et, de fait, le P. Silverio a retrouvé une copie de ce Traité due à la main de l’ancien secrétaire en titre30.

32Baltasar cite comme copistes du Cantique Isabel de la Encarnación et un certain novice du nom de Tomás de Jesús.

  • 31 Cfr Louis de la Trinité, Le procès de béatification..., II, p. 182.
  • 32 De cela, nous parlerons quand il nous faudra considérer la forme la plus tardive du Traité.

33Isabel de la Encarnación, née de la Puebla, deuxième novice du couvent de Grenade, fit sa profession le 15 juin 1584. Prieure à Séville en 1594, fondatrice à Baeza en 1599, à Jaén en 1614, elle mourut le 3 juillet 1634 à l’âge de 70 ans31. Une tradition indépendante du P. Baltasar fait d’elle une copiste du Cantique32.

  • 33 Op. cit., pp. 170-1.
  • 34 Baruzi (op. cit., 1re éd., p. 52, 2e éd., p. 49) a relevé dans le ms. B.N.M. 12738, à la p. 883, l (...)
  • 35 Son écriture ne ressemble pas de façon spéciale à celle d’aucun des témoins du Cantique. Ceci ne p (...)

34Par contre, on ne connaît rien d’un Tomás de Jesús qui aurait été novice à Grenade aux alentours de 1584. On admet habituellement, à la suite du P. Louis de la Trinité33, qu’il s’agirait plutôt d’un Tomás de la Cruz, dont les Memorias historiales d’Andrés de la Encarnación ont relevé une déposition faite à Saragosse en 1597. Dans les propos recueillis par le pieux et diligent critique du xviiie siècle34, Tomás de la Cruz se dit en effet ancien novice grenadin de Jean de la Croix et déclare avoir transcrit des écrits spirituels au fur et à mesure de leur composition. Mais on n’en sait pas davantage sur lui35.

  • 36 Cette assertion est en contradiction avec mie opinion du déposant Luis de San Ángelo également rap (...)

35La personne des copistes n’est pas ici le principal. Nous retiendrons que le Cantique de 1584 fut activement reproduit dans le petit cercle des Carmes et des Carmélites de Grenade. A en croire Baltasar de Jesús, l’autographe n’aurait pas été offert à la destinataire36, mais, relié, aurait servi de modèle aux Religieux, et peut-être aussi aux Religieuses.

36On ne retrouve aujourd’hui à Grenade aucun manuscrit du Cantique de 1584, mais le ms. de Sanlúcar, déjà cité, trahit dans son orthographe des traits phonétiques andalous. Le même témoin donne après le Traité un recueil de poèmes ou apparaissent dans l’ordre les canciones de la Noche Oscura et de la Llama, les copias de Éntreme donde no supe, de Vivo sin vivir en mí, de Tras de un amoroso lance, ainsi que El Pastorcico, le « cantar » Qué bien sé yo la fonte, les neuf romances sur la Trinité, et enfin la paraphrase en forme de romance du psaume 136.

  • 37 Il s’agit du ms. de Tarazona, acaudal, dont le texte s’arrête au deuxième vers du Pastorcico. Pour (...)

37Sur les cinq autres manuscrits existants, un seul est suivi du recueil des poésies, malheureusement tronqué37. Les quatre restants ne portent que le Cantique, dont l’un d’eux présente une version assez abrégée, mais pas au point qu’on puisse n’y voir qu’un compendium.

38Ainsi, le Cantique de 1584 n’apparaît jamais dans des collections d’ouvrages doctrinaux : il va toujours « suelto ». Voilà qui confirme son caractère tout à fait primitif.

  • 38 On verra à ce propos l’ouvrage de Sister R. M. Icaza, The stylistic relationships between poetry a (...)

39Le compagnonnage des poèmes est un autre indice de même sens : la phase lyrique représente dans l’œuvre de Jean de la Croix une étape antérieure à celle de l’élaboration doctrinale. Il est vrai que l’exercice du didactisme n’a pas tari la veine poétique, puisque la collection jointe au Cantique B dans le ms. de Jaén se montre pourvue de quelques pièces nouvelles dont l’attribution à Jean de la Croix n’est contestée par personne. L’affinité particulière de la Declaración de las canciones avec la poésie n’en est pas moins digne de mention. Il n’est d’ailleurs pas un Traité du Saint où l’explication se conforme de plus près du développement des images. Des analyses menées sur le Cantique A ont débusqué jusque dans le style l’étroite parenté de la prose et du vers, de la « Declaración » et des « canciones »38. Des similitudes de ce genre apparaîtraient évidemment dans les versions A’ et B, ne fût-ce que dans les vastes parties du commentaire communes aux trois états du texte. Du point de vue historique, ce phénomène prend toutefois un relief particulier dans le cas du Traité de 1584, qui, lorsqu’il ne nous arrive pas tout seul, n’a jamais eu que des poèmes pour voisins, et pas tous les poèmes.

  • 39 Sauf pour le Prologue et le poème liminaire, empruntés, je le rappelle, à la version A.

40L’ancienneté du Traité d’Anne de Jésus nous est encore confirmée par la limitation des aires où se manifeste aujourd’hui l’existence de ses témoins manuscrits. On trouve au Carmel de Valladolid deux exemplaires dont l’un (Vd) est étroitement apparenté à la copie de la Nacional (Gs). A Grenade, berceau de la version dédiée à la fondatrice de San José, cette version si vénérable paraît avoir été éclipsée par les moutures plus récentes : le ms. du Sacro Monte donne un texte A’39 ; celui que les Pères Jésuites conservent à la Cartuja est véritablement le jumeau du fameux « côdice de Jaén », témoin le plus distingué de la version ultime et développée dite B. Il semble donc que le Cantique A ait pris le chemin du Nord sur les pas d’Anne de Jésus. C’est sous les climats où elle partit propager la Réforme que nous allons le retrouver à l’état d’imprimé. Tandis que l’Espagne multipliait les copies des autres versions et que l’Ordre négligeait, dédaignait ou craignait d’en publier aucune, la rédaction la plus ancienne allait jouir en terre étrangère d’une diffusion tardive, mais antérieure cependant aux éditions espagnoles.

Notes

1 Cfr supra, p. 9, texte et note 1.

2 Cfr Eul. de la V. del C, Pr. herm., p. 26.

3 « A instancia suya escribió en el Caluario gran parte de la explication de sus câciones, desde la 17. hasta la 27. como despues en Granada las demos, que tanta luz han dado a la Theologia mystica » (A. Manrique, O.C.B., Vida de la Venerable Madre Ana de Jesús, Bruselas, 1632, L. III, ch. 8, p. 183). Il semble qu’il faille comprendre : « jusqu’à la vingt-septième exclue », étant donné la structure du Cantique et le sens qui serait le plus fréquemment attribué de la préposition « hasta » (cfr supra, p. 22, note 2).

4 « A sa façon, Joseph de Jésus Marie (Quiroga), dans sa Vie de saint Jean de la Croix (L. 2, ch. 15), fait écho à l’affirmation de Manrique, croyant devoir attribuer au Saint durant son séjour au Calvario les grâces qu’il expose dans son Cantique spirituel depuis la strophe 17e jusqu’à la 27e » (Le Cantique de l’Amour, dans Sanjuanística, Roma, 1943, p. 90, note 11). Le P. Gabriel n’admet toutefois pas que ces strophes traitent uniformément des fiançailles spirituelles, comme le prétend Quiroga.

5 Eul. de la V. del C, Pr. herm., p. 28, note 48. Rappelons que la Vie de saint Jean de la Croix par Quiroga fut éditée, à Bruxelles également, quatre ans avant la Vie d’Anne de Jésus, et que sa composition datait de fort longtemps, alors que la commission de Manrique était récente. La tournure utilisée par le P. Gabriel est assez équivoque ; elle expose le lecteur non averti à se méprendre sur l’ordre chronologique des livres de Quiroga et de Manrique.

6 Après s’être fondé sur l’autorité de sainte Thérèse pour mettre les ravissements en rapport avec les fiançailles spirituelles, José de Jesús María poursuit : « Y porque estos efectos de raptos fréquentes, y por largo tiempo se vieron en nuestro venerable Padre estando en el Monesterio del Caluario (según la noticia que desto nos dan los Religiosos que alai concurrieron con el, y nuestras Monjas del Menesterio de Veas donde y va a cofesarlas), parece que a este tiempo auemos de reduzir lo que deste estado dize en el tratado que comienca : Adonde te ascondiste amado y me dexaste, desde la canción diez y siete hasta la veinte y siete que entro en otro grado superior de vnion y perfección » (p. 562).

7 Cfr infra les chapitres Les stratifications de sens du commentaire (pp. 327-365) et L’écart et l’incidence des deux moments du procès rédactionnel (pp. 366-437).

8 Voici le passage de cette missive consacré à la composition des œuvres : « En lo que toca al haber visto escribir a nuestro venerable Padre los libros, se los vi escribir todos, porque, como he dicho, era el que andaba a su lado. La Subida del Monte Carmelo y Noche oscura escribió aquí en esta casa de Granada poco a poco, que no lo continuó sino con muchas quiebras. La Llama de amor viva escribió siendo vicario provincial, también en esta casa, a petición de Dá Ana de Peñalosa, y lo escribió en quince días que estuvo aquí con hartas ocupaciones. ¿Adonde te escondiste ? fué el primero que escribió y fué también aquí, y estas canciones escribió en la cárcel que tuvo en Toledo » (B.M.C. 10, pp. 340-1, d’après ms B.N.M. 12738. p. 1431).

9 B.N.M., ms. 12738, p. 1435 : « En lo que toca al haber escrito nuestro santo Padre sus libros en esta casa, diré lo que es sin duda, y es que las canciones de ¿Adonde te escondiste  ? y la Llama de amor viva, los escribió aquí porque en mi tiempo los comenzó y acabó » (cfr B.M.C. 10, p. 343). La suite souligne encore davantage la qualification du témoin : « El de la Subida del Monte Carmelo hallé comenzado cuando vine a tomar el hábito, que fué año y medio después de ser prior de esta casa la primera vez, y podría ser que lo trajese de allá comenzado. Pero la Noche oscura es sin falta que la escribió aquí, porque le vide escribir parte de ella, y esto es cierto por haberlo visto » (ib.). Comme l’a fait le P. Eul. de la V. del C. (Pr. herm., p. 30), il y a lieu d’amender ici des erreurs de transcription de la B.M.O., erreurs dont une seule porte à conséquence : il s’agit de la lecture « de los principios » au lieu de « de ser prior ».

10 Voir les deux notes précédentes.

11 Pr. herm., p. 31.

12 Gabriel de Sainte-Marie-Madeleine, op. cit., pp. 90-3. C’est là une des thèses principales de l’étude. L’auteur produit à son appui des arguments d’ordre doctrinal qu’il nous incombera d’apprécier plus loin.

13 Les Religieuses, qui avaient quitté Beas le 15 janvier 1582, arrivèrent à Grenade le 20 de ce mois, menées par Jean de la Croix. Celui-ci semble avoir pris possession à ce moment de ses fonctions de prieur au couvent de Los Mártires. (Cfr à ce sujet V. y Ob., ch. 14, note 4).

14 Des six Religieuses qui accompagnèrent Anne de Jésus à Grenade, trois sortaient du milieu de Beas : Beatriz de San Miguel, Leonor Bautista, Lucía de San José (Cfr Hist. C.D., t. IV., pp. 654-5).

15 Malgré la démarche entreprise à la ville d’Ávila par saint Jean de la Croix, Thérèse, déclinante, ne voulut pas se rendre à la fondation de Grenade et tint à en confier le soin à la Mère Anne de Jésus. Celle-ci devait encore fonder à Madrid en 1591 avant de s’en aller implanter la Réforme en France et aux Pays-Bas espagnols dans le cours des deux premières décennies du xviie siècle ; elle entrera en France en 1604 et passera aux Pays-Bas espagnols en 1607. De trois ans plus jeune que Jean de la Croix, elle frisait la quarantaine au moment où celui-ci lui dédia le Cantique. Fille allait vivre encore près de trente ans d’activité toujours féconde, parfois tumultueuse.

16 Je rappelle que le manuscrit porte des annotations qu’on peut de plus en plus difficilement refuser d’attribuer à la main de Jean de la Croix.

17 Cfr supra, pp. <<i, l-li.

18 Il s’agit du ms. de Tarazona (Tz), des deux mss des Carmélites de Valladolid catalogués V 80 (sigle Vo) et V 81 (sigle Vd), du ms. 17548 de la Biblioteca Nacional de Madrid (Cs). Le ms 8606 de la Nacional porte une version assez abrégée sans titre ni prologue. Le ms. du Sacro Monte de Grenade, quoique témoin de la version A’ pour le Traité proprement dit, porte le même frontispice que les témoins de la version A : il est facile de s’assurer qu’il s’agit d’une contamination, car le Prologue lui-même est emprunté à la forme primitive du Traité, de même que le poème transcrit en tête de-l’explication. Le ms de Jaén, principal témoin de B, présente de son côté, un frontispice manifestement emprunté par anachronisme au ms. de San-lucar.

19 Le procès de béatification de saint Jean de la Croix et le « Cantique spirituel », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 16, 1927, pp. 39-50 et 165-187. La datation du Cantique A est traitée dans la deuxième partie, p. 171.

20 La maison louée dans la calle Elvira était plus éloignée du Couvent de Los Mártires (proche de l’Alhambra) que la maison dite du gran Capitán, lieu d’installation définitif des Fondatrices. Pour la topographie, on consultera V. y Obr., pp. 202 et 231.

21 Manrique, op. cit., p. 248.

22 Autour du Cantique Spirituel, I, Genèse du Cantique, p. 4.

23 Le procès de béatification II, p. 168. Le P. Louis tire de sa documentation des conclusions arithmétiquement objectives.

24 Op. cit., pp. 169-170. Le témoignage figure aux Procès Apostoliques d’Úbeda, Archives de la Congrégation des Rites, ms. 2861 (S. 46), f ° 280 v°. Il date du 12 février 1628. Pour me conformer à l’usage adopté par le P. Sil-verio dans la B.M.O., je donne dans les notes suivantes le texte espagnol ponctué et en orthographe modernisée. Quant à la traduction, je me suis permis de la rendre en quelques endroits un peu plus littérale.

25 « Al Veintiún artículo responde que este testigo tiene por cierto que los libros que dejó escritos El Sto fray Juan de la Cruz fueron dictados del Espíritu Santo, por que en el tiempo que escribió gran parte de ellos, que fue en Granada, vio este testigo que el santo fray Juan de la Cruz no tenía en su celda más libros que el breviario, la Biblia sacra y una cruz. Y considerando la doctrina que hay en ellos tan alta y tan llena de misterios, se ve claro ser ciencia revelada y no adquirida. / Preguntado diga y declare este testigo los libros que dejó escritos el siervo de Dios fray Juan de la Cruz que esta testigo dice vio escribir parte de ellos, cómo se intitulan y de qué materia hablan, responde que el uno de ellos se intitula Declaración de las canciones que tratan del ejercicio de amor entre el alma y el esposo Xo, donde se trata de la sabiduría mística que por amor enseña Dios a un alma, y el trato que con ella tiene, y otras muchas cosas. Otros tres libros compuso el Santo que andan en un cuerpo y se intitula Subida del Monte Carmelo, Noche Oscura y Llama de amor viva ... » (ib.).

26 Preguntado diga este testigo que, pues dice vio los dichos libros de letra de dos padres de la dicha Orden, declare el nombre de los padres que los escribieron, responde que el de la Declaración de las canciones estaba escrito de letra del Padre fr. Tomás de Jhs, novicio que entonces era del convento de Granada, ya difunto, y él otro de letra del padre fray Juan Evangelista, que era procurador del dicho convento (ib.).

27 « Responde que sabe que eran del dicho siervo de Dios y no de otra persona, porque se los vio escribir y componer y el libro de la Subida del Monte vio que lo declaraba a los religiosos por ser tan dificultoso de entender. Y el mismo Santo decía los haber compuesto, y que él de la Declaración de las canciones del amor de Dios, había hecho porque se lo había pedido la Madre Ana de Jesús, fundadora del convento de monjas carmelitas descalzas de Granada. Y este testigo los vio encuadernados de letra del dicho santo, y que de alli los sacaran después los dichos Padres por su devoción, y lo mismo las monjas descalzas. En particular, se acuerda le sacó la Madre Isabel de la Encarnación, priora que es del convento de Jaén ... » (ib.).

28 Cfr supra p. 228, note 4 et p. 229, note 1.

29 Cfr Louis de la Trinité, Le procès de béatification II. Aux informations de Jaén (ms. Congr. de Rites 2862 (S 47), f. 23 v°), Isabel déclara le 26 janvier 1617 : « A las treinta y cinco preguntas dijo que sabe que el santo Padre fray Juan de la Cruz compuso los libros que dice la pregunta, de los cuales tuvo este testigo algunos de sus cuadernos originales en Granada y sabe que son suyos, y asimismo vio otro tratadillo suyo, « Propiedades del pájaro solitario », en donde a los espirituales explicaba la soledad y atención que el alma en el camino de la perfección ha de tener al cielo . . . » Le témoignage d’Isabel sur les cahiers originaux porte sur les œuvres en général, tout comme, semble-t-il c’est le cas pour María de la Cruz (Machuca) lorsqu’elle déclare aux Pr. Ap. d’Ubeda, le 3 mars 1628 : « Y todo lo sabe esta testigo porque cuando los [los libros] escribía era prior del convento de Granada y esta testigo era monja en ella y al mismo santo fray Juan de la Cruz oyó decir que los escribía y vio que llevaba los cuadernicos para que los trasladasen los religiosos (ms. » Congr. R. 2861. (S 46), f 399 v, cit. d’après Louis de la Tr., op. cit., p. 183). Il n’y a évidemment aucun inconvénient à inclure le Cantique parmi ces écrits livrés en petits cahiers, d’autant que c’est celui dont il est le plus vraisemblable que les Religieuses prirent copie.

30 B.M.C. 10, pp. 285-291.

31 Cfr Louis de la Trinité, Le procès de béatification..., II, p. 182.

32 De cela, nous parlerons quand il nous faudra considérer la forme la plus tardive du Traité.

33 Op. cit., pp. 170-1.

34 Baruzi (op. cit., 1re éd., p. 52, 2e éd., p. 49) a relevé dans le ms. B.N.M. 12738, à la p. 883, le document dont fait état de laborieux P. Andrés. Il avance le nom de Tomás de la Cruz sans lui donner trop d’importance et tire plutôt de la déclaration de ce dernier une opinion sur les premiers pas de la diffusion des œuvres du Saint. « Un texte inédit nous amènerait à supposer que Jean de la Croix faisait copier ses œuvres au moment même où il les rédigeait », dit-il non sans quelque ambiguïté. Voilà textuellement la phrase de Tomás, assez évasive, il faut le reconnaître : « y compuso algunas cosas de espíritu, las cuales como él iba componiendo, le iba yo escribiendo ». Le témoignage est sans conteste précieux, mais il ne fait pas de doute à mes yeux qu’on l’a parfois exploité avec excès de système dans le cas particulier de la diffusion du Cantique de 1584.

35 Son écriture ne ressemble pas de façon spéciale à celle d’aucun des témoins du Cantique. Ceci ne permet pas cependant de l’exclure a priori comme copiste probable du ms. de Sanlúcar. Ce manuscrit est en effet calligraphié dans une humanistique de caractère tout à fait impersonnel, calque d’une « letra de amanuense de oficio ».

36 Cette assertion est en contradiction avec mie opinion du déposant Luis de San Ángelo également rapportée par le P. Louis de la Trinité (op. cit., II, pp. 174-7), et qui a fait couler depuis, beaucoup d’encre. Selon l’opinion de Luis de San Ángelo, Anne de Jésus aurait emporté l’original aux Pays-Bas. Cfr infra, p. 262, texte et note 3.

37 Il s’agit du ms. de Tarazona, acaudal, dont le texte s’arrête au deuxième vers du Pastorcico. Pour les collections, cfr supra, p. 50.

38 On verra à ce propos l’ouvrage de Sister R. M. Icaza, The stylistic relationships between poetry and prose in the « Cántico espiritual » of San Juan de la Cruz, Washington, 1957.

39 Sauf pour le Prologue et le poème liminaire, empruntés, je le rappelle, à la version A.

© Presses universitaires de Liège, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search