Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Messagers et intermédiaires en Occident et au-delà à l’époque carolingienne

Janet L. Nelson

Texte intégral

  • 1 F.-L. Ganshof, Merowingisches Gesandschaftswesen, dans Aus Geschichte und Landeskunde. Forschungen (...)

1Je commencerai par rendre hommage à François-Louis Ganshof, grand historien belge et doyen des spécialistes de l’Empire carolingien. C’est lui qui écrivit les articles fondamentaux concernant les relations extérieures, y compris les ambassades et ambassadeurs, des rois mérovingiens et carolingiens1. Il fut un des savants dont les traces, heureusement pour nous, restent à suivre. Mais mon exposé vise à aborder un thème légèrement différent du sien : je vais traiter surtout du personnel des contacts – les messagers des rois mais d’autres aussi – et je ne m’arrêterai pas (comme s’arrêta Ganshof) à l’année 840, mais je voudrais étendre le champ de mon esquisse à toute l’époque carolingienne, c’est-à-dire le IXe ainsi que le VIIIe siècle. Je voudrais présenter, voire comprendre, ces messagers dans leur contexte contemporain, comme points d’articulation de tout un système social. En adaptant un peu un vieux dicton, je me propose de demander à mes témoins : dites-moi de quels messagers vous vous servez et je vous dirai qui vous êtes et dans quel monde vous habitez. Car ce que je vais décrire se révèle comme un milieu spécial, un monde même, de contacts, de voyages, d’intermédiaires. Puck dans A Midsummer Night’s Dream se donna quarante minutes pour ceinturer le monde entier. Comme je ne dispose que de trente minutes et que les pouvoirs magiques me manquent, je dois me limiter strictement à quelques aspects de mon thème. J’aurais dû parler des voyages au-delà de la terre par des voyageurs visionnaires – il en existe des exemples fort intéressants à l’époque carolingienne. Mais, faute de temps, je resterai ici-bas. Pour commencer : quelques renseignements de base, quant aux circulations, distances et horaires. Je me demanderai ensuite qui étaient ces voyageurs, ces portitores indiculorum (j’emprunte ces mots à Alcuin), ces missi. Puis, comment on s’imaginait leur fonction. Et finalement, je parlerai des femmes : quels étaient leurs rôles comme intermédiaires – rôles, me semble-t-il, propres à leur sexe – et que nous rapportent-elles de leur monde ?

  • 2 Capit., II, no. 281, c. 25, p. 360. Pour le contexte général, voir J. Nelson, Literacy in Caroling (...)
  • 3 P. Sawyer, Anglo-Saxon Charters : an Annotated List and Bibliography, Londres 1968 (Royal Historic (...)
  • 4 Léon III, Epist. 3, éd. K. Hampe, M.O.H., Epp., V, Berlin 1898, p. 91-92, décrit le système, et la (...)
  • 5 Translatio sancti Germani Parisiensis, c. 14, dans Analecta Bollandiana, 2 (1883), p. 80-81 ; Mira (...)
  • 6 Éd. A. Boretius, M.G.H., Capit. II, Hannovre 1897, no. 253, p. 249-52. Voir P. Johanek, Die Raffel (...)
  • 7 Détails intéressants dans les Annales Fuldenses, éd. F. Kurze, M.G.H., Script, rer. germ., Hannovr (...)
  • 8 I.N. Wood, Christiane and pagans in ninth-century Scandinavia, dans B. Sawyer, P. Sawyer et I.N. W (...)

2Créer l’Empire carolingien, c’est-à-dire un monde franc, impliquait forcément des réseaux internes dans un espace de presque 9 millions de kilomètres carrés. L’administration royale qui recourait à l’oralité et à l’écrit avait besoin de courriers. Les rois en savaient bien la nécessité : Charles le Chauve, en partant pour l’Italie en 877, nomma des responsables pour le tenir au courant de façon systématique2. De plus, il y avait des relations avec des pays étrangers tout le long d’une vaste périphérie. Je souligne les contacts réguliers entre les Francs et les Anglo-Saxons : contacts officiels si fréquents, si suivis, qu’il fallait, des deux côtés, prendre des dispositions spéciales : le roi de Mercie ordonna au monastère de Breedon – où les ambassadeurs arrivaient par les fleuves Humber et Trent – que « si des praecones (c’est-à-dire des porte-parole) venant d’outre-mer apporter une parole au roi, arrivaient à la troisième heure ou à midi, on leur donnerait le dîner (prandium), mais s’ils arrivaient après la neuvième heure, on leur offrirait l’hébergement pour une nuit (noctis pastum), pour qu’ils continuent leur voyage le lendemain3 » ; tandis que Charlemagne devait s’assurer de l’existence d’un personnel permanent à St-Wandrille, à Quentovic ou à St-Josse, tout proche, pour accueillir, puis conduire à la cour, les messagers venant d’outre-Manche4. Il y avait aussi des relations politiques fréquentes avec la Scandinavie au IXe siècle et des messagers spécialisés, comme Cobbon, comte saxon d’une région limitrophe du Danemark, qui vers 847 servit comme envoyé d’un roi franc au roi danois, ou comme Ansleic qui vers 862 fut employé par Charles le Chauve comme intermédiaire et traducteur auprès d’une bande viking5. Le monde franc s’ouvrait, en outre, du côté de l’est : non seulement par la voie du commerce (on pense à la liste de péages de Raffelstedt, vers 9056), mais par les relations politiques et diplomatiques entre les rois et les grands de Francie orientale d’une part, et les princes et nobles slaves de l’autre7. Enfin, des missions partaient de Francie vers le nord et l’est : elles avaient bien sûr aussi un but politique, les missionnaires étant eux-mêmes des messagers8.

  • 9 Voir par ex., N. Staubach, Das Herrscherbild Karls des Kahlen. Formen und Funktion monarchischen R (...)

3Les relations nord-sud, de la Francie vers la Méditerranée, se multipliaient. Avec la papauté, les contacts des rois francs étaient vivaces depuis les débuts de la dynastie carolingienne. Sur l’ordre de Charlemagne, on rassembla, dans le Codex Carolinus de 791, des lettres papales adressées aux carolingiens. On connait moins toute une série de communications entre Rome et divers personnages du nord des Alpes dans le courant du IXe siècle : une série qui comprenait des laïcs comme des ecclésiastiques, des femmes comme des hommes, et qui resta importante jusqu’aux années 880. Un exemple : l’affaire Lothaire II – sa tentative de divorce, cause célèbre de l’époque – a suscité de fréquents échanges épistolaires : des légats devaient parcourir dans tous les sens les royaumes carolingiens. Le pape voulait être en contact avec les rois, les reines, les évêques, les grands. Ceux-là envoyaient leurs messagers à leur tour9.

  • 10 M. Borgolte, Der Gesandtenaustausch der Karolinger mit den Abbasiden und mit den Patriarchen von J (...)
  • 11 S. Keynes et M. Lapidge, Alfred the Great. Asser’s Life of Alfred and Other Contemporary Sources, (...)
  • 12 J. Herrin, Constantinople, Rome and the Franks in the seventh and eighth centuries, dans J. Shepar (...)
  • 13 Walahfrid Strabon, De Exordiis et Incrementis, c. 32, éd. V. Krause, M.G.H., Capit., II, Appendix, (...)

4Il y avait des relations avec le monde musulman : Charlemagne était en contact avec Bagdad mais aussi avec Cordoue. Avec Al-Andalus, limitrophe, les liaisons étaient devenues plus fréquentes au IXe siècle, et entraînaient les grands, laïcs et ecclésiastiques, de part et d’autre, comme nous allons le voir. Enfin, on avait conscience de la chrétienté au sens large. Charlemagne échangeait des envoyés avec le patriarche de Jérusalem10. En 881, le patriarche Élie adressa une demande d’argent à l’empereur Charles le Gros. Le roi Alfred de Wessex reçut du même patriarche des recettes médicinales11. On voit bien que Jérusalem n’était pas hors d’atteinte pour les messagers de l’époque carolingienne. Constantinople non plus : on connaît bien les relations de Charlemagne, empereur parvenu, avec les basileis ; et il y eut encore des relations, diplomatiques et autres, dans les générations suivantes, surtout entre Byzance et l’Italie12. Il est évident que toutes les relations évoquées ci-dessus impliquaient un va-et-vient continuel des messagers – à l’intérieur du royaume franc, non seulement entre les rois de cette véritable fédération, mais entre eux et leurs fidèles, ainsi qu’entre les dignitaires et les hommes puissants (chacun devait entretenir des veredarii, c’est-à-dire des courriers, selon Walahfrid Strabon13) ; puis, à travers les frontières des pays francs avec leurs voisins ; et enfin, bien au-delà de l’Occident.

  • 14 Annales Regni Francorum 801, éd. F. Kurze, M.G.H., Script, rer. germ., Hannovre 1895, p. 116.
  • 15 Annales Bertiniani 872, éd. F. Grat et al., Paris 1964, p. 187 ; voir M. Meyer-Gebel, Zur annalist (...)
  • 16 Nithard, Historiarum Libri IV, éd. et trad. P. Lauer, Histoire des fils de Louis le Pieux, Paris 19 (...)
  • 17 Annales Bertiniani 869, p. 156.
  • 18 Annales Bertiniani 876, p. 200.

5Combien de temps les messagers mettaient-ils à faire ces voyages ? Cela dépendait de l’importance, de l’urgence du message ; de la distance et de la difficulté du voyage ; des moyens de transport ; du climat et de la saison. De Francie à Constantinople aller-retour, le voyage durait parfois trois ans14. Même trois ans en sens unique : Hincmar de Reims inscrit dans les Annales Bertiniani avec trois ans de retard son rapport du concile de Constantinople de 86915. À l’intérieur des royaumes carolingiens, les voyages se faisaient généralement par voie de terre. Des crues fluviales, des routes boueuses, pouvaient retarder les missi zélés. Le transport des chevaux à travers un fleuve pouvait retarder les hommes qui étaient pressés – ainsi Charles le Chauve qui franchit la Seine le 31 mars 841, mais ne put poursuivre ses ennemis « parce que les chevaux avaient tardé à débarquer »16. Un messager, pour apporter une nouvelle des plus urgentes – celle de la mort d’un roi – de Plaisance en Lombardie à Senlis près de Paris, dans le mois d’août 869, prit deux semaines – 60 km. par jour, et par les Alpes17. Impressionnant ! Au mois de mars 876, Richilde, femme de Charles le Chauve, couvrit presque 400 km, de Servais jusqu’aux bords de la Suisse moderne, cum summa festinatione – en 10 jours18. Une reine « à grande vitesse ».

  • 19 P. Willmes, Der Herrscher-« Adventus » im Kloster des Frühmittelalter, Munich 1976 ; M. Mccormick,(...)
  • 20 Ermenric à Grimald, éd. E. Dümmler, M.O.H., Epp., V, Berlin 1899, p. 564.
  • 21 Annales Regni Francorum 801, 802, 810, p. 116-117, 131. Ganshof, Les relations, n. 160, constate q (...)

6Quant aux conditions de travail, on remarquera que parmi les envoyés francs à Byzance en 797 et 802, trois moururent pendant le voyage. Pour le reste, les missi ont su se débrouiller, en acquérant une certaine habileté de voyageur, tout comme, doit-on dire, les rois eux-mêmes, qui voyageaient sans cesse et dont les arrivées – les adventus – étaient en elles-mêmes des messages du pouvoir19. Le cas de Walahfrid Strabon, qu’on suppose être un voyageur un peu maladroit, noyé dans la Loire au cours d’une ambassade, reste exceptionnel20. Non moins exceptionnel, je dois dire, un autre messager, cet Abul Abaz, l’éléphant-envoyé oriental : pour l’apporter d’Afrique du nord en Francie, il fallut des efforts éléphantesques. Il s’agissait vraiment d’une espèce d’ambassadeur officiel, et c’est pour cela, ainsi que pour sa valeur exotique et son acceptation comme témoin oriental du statut impérial de Charlemagne, que les Annales donnent son nom-, mais le pauvre ne supporta le climat nord-européen que huit ans21.

  • 22 Voir Nelson, The Annals of St-Bertin, Manchester 1992, p. 5.
  • 23 T. Szabò, Art. Botenwesen, dans Lexikon des Mittelalters, II, Munich et Zurich 1983, col. 484-487.
  • 24 Alcuin, Epistolae, éd. E. Dümmler, M.O.H., Epp., IV, Berlin 1895, n°“157 et 254, p. 255 et 410.
  • 25 Eginhard, Epistolae, éd. K. Hampe M.G.H., Epp.,\, Berlin 1899, no. 61, p. 140 : nam charta sive mem (...)

7Examinons d’un peu plus près la question du personnel normal des ambassades : qui étaient ces voyageurs, ces messagers ? Est-il possible de généraliser en ce qui concerne leur couche sociale, ou leur fonction ? Entre le nuntius non incertus (messager non incertain) et le porteur de « rumeurs » entre le missus idoneus et le non-idoneus (non-convenable), les contemporains faisaient la distinction22. Comment ? On a récemment noté une différence, à propos du Botenwesen du Moyen Age, entre les courriers ou garçons de courses, et les vrais représentants – les premiers n’étant que de pauvres serviteurs, les seconds détenant en propre un certain pouvoir et étant de haute naissance23. Je crois que cette différence ne s’adapte pas parfaitement aux réalités de l’époque carolingienne. Elle est introuvable dans nos sources, qui parlent indifféremment de missi, c’est-à-dire d'envoyés. Tout messager était homme de confiance : ces hommes étaient choisis, se comptaient parmi les familiers de leur patron. Aucun n’était qu’un simple facteur – même l’obscur clericus de l’archevêque Arnon « dont (dit Alcuin) je ne me rappelle plus le nom », et même si un « receveur des lettres » (accipiens litteras) quelconque se rendait coupable d'’infidelitas24. Car chaque message faisait appel à l’écriture peut-être, mais certainement aux paroles. Et, dans le message, l’énoncé est à préférer à l’écrit. Comme le dit un grand laïc (c’est Eginhard) en pesant les deux fonctions : potius fideli homini quant cartae credendum iudico – « à mon avis, on doit mettre plus de confiance dans un homme fidèle que dans une lettre... car le parchemin révèle très facilement ses secrets, tandis qu’un messager fidèle ne trahira pas ce qu’il sait même sous la torture »25.

8Des structures de communications ont bien existé : elles dépendaient du réseau personnel qui se formait autour des chefs. Une telle structure peut être reconstituée, au moins partiellement, grâce aux données, quoique dispersées, des grandes collections épistolaires de l’époque : les filii ou les pueri d’un Alcuin ou d’un Loup de Ferrières se révèlent dans leur correspondance. Derechef, les messagers d’un haut personnage laïc, ou d’un roi, étaient plus que des dépendants : ils avaient leurs ressources à eux, pouvaient agir pour leur propre compte. Ces pueri, comme « the boys » d’un politique américain, étaient souvent des gens d’une certaine influence. Chez les Carolingiens (et ceci à la différence de maints politiques de la fin du XXe siècle), on faisait grand cas des gens instruits. Grâce à la renaissance carolingienne, de tels gens existaient – mais pas en grand nombre. Voilà pourquoi les intellectuels, comme Walahfrid, devaient jouer les deux rôles de savant et d’ambassadeur. Des maîtres Jacques. Mais cela n’empêchait pas un certain professionalisme. Les messagers, une fois arrivés à leur destination, devaient parler en public à haute voix, et de façon courtoise, aussi bien que dans des entretiens secrets.

  • 26 Loup de Ferrières, Correspondance, éd. L. Levillain, 2 vols., Paris 1927, 1935, Epist. 41, I, p. 17 (...)
  • 27 Loup, Correspondance, II, Epp. 75, 76, 77, p. 17-23.
  • 28 Annales Bertiniani 855, p. 79.
  • 29 Ibid. 867, p. 135.
  • 30 Ibid. 867, p. 138.
  • 31 Alcuin, Epist. 100, éd. cit., p. 145.

9Certes, il y avait une différence « officielle » entre les messagers publics et les messagers privés. Loup de Ferrières, dans sa fonction de missus en titre, en 845, avait droit aux tractoria quand il voyageait comme inspecteur des monastères dans les regna – Bourgogne, Aquitaine – du royaume composé de Charles le Chauve. On montrait son brevet, et les gens du pays devaient fournir du ravitaillement, des chevaux, de l’hébergement26. Car les Carolingiens ont ressuscité l’État – jusqu’à un certain point. Par contre, quand Loup décida de voyager à Rome, quatre ans plus tard, in propria persona et pour des affaires ecclésiastiques – voyageur plutôt que messager – il dut activer son propre réseau : en demandant à cet ami un cheval trotteur, à cet autre de l’argent italien, à un autre encore une chambre d’hôte27. Au-delà de la frontière, le roi n’offrait pas de garanties : Charles le Chauve « a assuré que le roi des Anglais Àthelwulf serait conduit jusqu’à la limite de son royaume avec les bons procédés dus à un roi [cum obsequiis rege dignis] »28, mais une fois en Italie, l’Anglais devait trouver d’autres protecteurs. Un grand ecclésiastique se trouva confronté à un problème du même genre : Hincmar de Reims voulait en 866 informer le pape Nicolas des affaires politiques de la Francie occidentale. À ce moment, l’archevêque ne s’entendait pas bien avec son roi, Charles le Chauve, mais il savait que des messagers du roi étaient arrivés à Rome pour amener le pape aux vues royales. Les messagers reflétaient fidèlement les partis pris de leurs maîtres – et les rois avaient le bras long. C’est ainsi que se posait, selon Hincmar, un problème de désinformation : il fallait donc opposer aux « faux » renseignements d’autres qui étaient « vrais par raison évidente »29. Hincmar utilisa comme messagers quelques-uns de ses clerici, c’est-à-dire des hommes de sa familia. Mais afin qu’ils puissent passer par les voies d’accès, l’archevêque les fit se déguiser en pèlerins (sub peregrinorum habitu) pour éviter les embuscades des opposants30. On se rappelle ces faux pèlerins, marchands déguisés afin d’éviter les douanes, dont Charlemagne dut se méfier31. En effet, le costume des pèlerins pouvait masquer des projets assez divers.

  • 32 Nithard, Histoire, II, 8. Voir J. Nelson, Public Histories and private history in the work of Nitha (...)

10On trouve des messagers en quelque sorte déguisés dans nos sources – même dans les sources soi-disant réalistes. Nithard, par exemple, dans ses Histoires, décrit l’arrivée des missi ab Aquitania chez Charles le Chauve à Troyes le 16 avril 841, avec les ornements royaux : « qui ne s’étonnerait qu’une poignée d’hommes, presque des inconnus, aient pu apporter à travers de tels espaces de territoire une... telle infinité de pierres précieuses, et ce qui est encore plus étonnant, qu’ils aient pu le rejoindre juste à point, au jour et à l’heure voulus... Cet événement frappa de stupeur les compagnons d’armes du roi... »32. Mais ce presque-miracle est de la prestidigitation de Nithard l’historien. Les viri paene ignoti étaient les messagers aquitains – ignoti, je pense, seulement pour servir les propos de l’auteur (et peut-être aussi du point de vue ethnocentrique d’un Franc), messagers en réalité venus exprès et par accord préalable : leur voyage « à travers de tels espaces » a pu couvrir 400 km au maximum (c’est-à-dire de Poitiers à Troyes). Je ne veux pas nier l’éclat d’une telle arrivée d’ambassade – mais je note que le roi l’avait lui-même montée. Ces messagers étaient des envoyés royaux – à la dérobée.

  • 33 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris 1938, trad. ang. Mohammed and Charlemagne, Londres 1939, (...)
  • 34 Alcuin, Epist. 93 (796), éd. cit., p. 137.
  • 35 Hadrien à Charlemagne, M.G.H., Epp. V, éd. K. Hampe, Epist. 2, p. 7 : Hadrien promit de le recevoir (...)
  • 36 Alcuin, Epist. 9 (790), éd. cit., p. 35.
  • 37 H. Beumann, Art. Angilbert, dans Lexikon des Mittelalters, I, Munich-Zurich 1980, col. 634-5.
  • 38 Annales Regni Francorum (rev.) 796, p. 99.
  • 39 Alcuin, Epist. 94, éd. cit., p. 139 ; cf. Epist. 92, p. 135-6. D'autres exemples de messagers « spé (...)

11Officiels – ou non-officiels ? Les historiens modernes ont insisté sur des différences parfois un peu anachroniques. Personnel ecclésiastique ou laïc ? Henri Pirenne s’est servi d’une telle distinction pour définir une nouvelle étape historique : à la différence du régime séculier et « bas-antique » des Mérovingiens, le régime des Carolingiens était cléricalisé33. Il est vrai que le clergé prit une toute nouvelle conscience de lui-même à l’époque carolingienne et que les réseaux cléricaux acquirent une solidité nouvelle. Mais ces réseaux restaient, néanmoins, profondément engagés dans la vie politique et sociale : c’est-à-dire entrelacés avec ces autres réseaux qui avaient leurs centres dans les cours royales, ecclésiastiques et aristocratiques. Comment, par exemple, situer une personnalité telle qu’Angilbert ? Il fut, selon Charlemagne, manualis nostrae familiaritatis auricolarius, véritable bras droit du roi34. Elève du palais royal « presque dès son enfance »35, Angilbert fut ainsi le « fds » du professeur Alcuin au palais dans les années 780. En 790 le fils devint lui-même « père », dit Alcuin, comme abbé de St-Riquier36. Il était en même temps minister capellae au palais. Quelque temps après, il devint père dans un autre sens – ayant été l’amant de Berthe, fille de Charlemagne, et père des deux fils de celle-ci. Je ne vois pas pourquoi Angilbert se trouve dans les manuels d’histoire sous la dénomination d’« abbé laïc »37. La familiaritas, style années 790, pouvait entraîner une combinaison des rôles vis-à-vis de laquelle des historiens du XXe siècle se montrent mal à l’aise. Angilbert était un savant théologien et un envoyé expérimenté (il avait conduit à Rome l’hérétique Félix d’Urgel en 792, et concerté avec le pape une politique orthodoxe), et à la fois amant « reconnu » d’une princesse, ainsi que par la suite père non-marié des petits-fils du roi lui-même. C’était à cause d’une telle combinaison, et non en dépit de cela, je crois, que Charlemagne choisit encore Angilbert comme son messager auprès du nouveau pape en 796. Renvoyé à Rome pour rétablir Léon III confronté à une situation délicate, Angilbert arriva – très prudemment – les mains pleines de trésors récemment pris aux Avares38. Un tel messager n’était pas un simple porte-parole, ou courrier. Alcuin saisit l’occasion d’utiliser son ancien élève comme messager pour son propre compte auprès du nouveau pape39.

  • 40 Léon III, Epist. 2, M.O.H., Epp., VI, éd. K. Hampe, p. 89, 91 ; cf. Epist. 9. p. 101.

12Un autre missus fut également un agent actif, et jouissant de la faveur du monarque : l’évêque Jessé d’Amiens, envoyé à Constantinople en 802 (il revint, relativement vite, l’année suivante), puis envoyé en Italie en 808. Le pape Léon III fut amené à protester énergiquement : « Il est possible que l’évêque Jessé, votre serviteur, puisse bien vous rendre quelque autre service. Mais en ce qui concerne le service de messager et de missus per patrias, à notre avis cet homme ne convient pas du tout, et il ne doit pas non plus participer aux conseils secrets ». Pourquoi ne convenait-il pas, était-il non idoneus ? Le pape donne des détails d’un ton âpre et ironique : « Nous ne savons pas si c’est sur votre ordre que vos missi, venus pour faire des actes de justice, ont emmené beaucoup d’hommes et les ont installés dans les villes et ont fait lever de grands impôts... »40. L’évêque-messager était devenu gouverneur.

  • 41 Je simplifie une affaire compliquée : voir J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims 845-882, 3 vol (...)
  • 42 Hincmar, Epistolae, éd. E. Perels, M.O.H., Epp., VIII, no. 169, p. 158-9.

13On remarque ailleurs de semblables mélanges de rôles, et des implications politiques, chez des messagers. Voici un exemple raconté par Hincmar de Reims dans une lettre au pape Nicolas, en 864 – c’était une période où le pape se mêlait de l’affaire de l’évêque Rothad de Soissons, suffragant de Reims, qui, déposé par l’archevêque, avait fait appel au pape41. Hincmar veut s’insinuer dans les bonnes grâces de Nicolas. Pour s’excuser d’avoir ignoré certaines lettres papales, il rappelle, avec maints détails de circonstance – sa manière typique-, toute une histoire : « c’était un soir du mois de décembre dernier, j’étais en train de voyager de la cour de notre roi Charles à une de mes résidences, située sur la Loire, près de la frontière d’Aquitaine, et je me pressais beau coup pour y arriver. Eh bien, à ce moment, je reçus de Raoul, l’oncle du roi, un messager, qui me rapportait des nouvelles : en effet, le roi Louis le Germanique avait demandé à Raoul de conduire au roi Charles un messager de l’évêque Rothad qui portait des lettres de vous, pape Nicolas. Et Raoul devait conduire ce messager au roi Charles de telle sorte que le roi ne lui fît aucun mal. La raison de cette précaution est la suivante : ce messager de l’évêque Rothad avait été accusé auparavant auprès du roi Charles d’avoir volé des propriétés et le trésor de l’église de Soissons, et après avoir fait un faux serment, il s’était enfui chez le roi Louis. Puis, Raoul me demandait de prêter moi-même aide auprès du roi Charles à ce messager de Rothad, parce que lui, Raoul, avait reçu cet homme dans sa fidelité en l’assurant de sa protection. Quant à moi, j’ai répondu que lui, Raoul, devait garder ce messager avec lui, afin qu’il ne souffre aucun mal en attendant que moi, Hincmar, je me rende à la cour où je pourrais m’occuper d’aider ce messager autant que possible. Mais ni à ce moment-là, ni jusqu’à présent, je n’ai jamais vu personnellement ce messager, et je n’ai pas appris où il a emporté les lettres »42. Voilà donc un messager déjà bien mêlé aux affaires politiques pour son propre compte, sa fonction de courrier en ayant souffert. Le pape aurait pu répéter les plaintes d’Alcuin au sujet de l'infidelitas accipientium litteras – le manque de sécurité de ceux qui recoivent les lettres à transporter.

  • 43 Voir J. Nelson, The Franks, the Martyrology of Usuard and the martyrs of Cordoba, dans Studies in (...)

14Le glissement d’un messager d’un rôle à un autre se voit d’une pareille façon dans le cas d’Usuard de St-Germain. Ce fut le roi Charles le Chauve qui, en 857, demanda à ce moine de St-Germain-des-Près de se rendre en Espagne jusqu’à Cordoue pour chercher les reliques des récents martyrs. Charles voulait se présenter comme responsable de l’utilitas catholicorum fidelium : c’était son auctoritas qui donna la première impulsion à ce voyage. Mais Usuard et un compagnon ne prirent pas la route directe de Paris. Ils passèrent par Argilly, près de Beaune en Bourgogne. C’était là, en effet, que se situait la résidence d’Onfroi, tout récemment (semble-t-il) nommé marquis de la marche d’Espagne. Onfroi avait déjà noué des contacts avec son homologue, Abdiluvar, commandant de Saragosse, et les deux hommes avaient conclu un foedus. Les deux moines de St-Germain furent ainsi munis d’une lettre d’Onfroi à Abdiluvar, son allié. En arrivant à Saragosse, ils trouvèrent chez Abdiluvar un interprète pour traduire la lettre en question, et Abdiluvar, « quoiqu’un barbare, répondit fidèlement à la requête de son allié » – en trouvant des compagnons de voyage qui conduisirent les deux Francs jusqu’à Cordoue (17 mars 858). Quelques mois après, une fois encore grâce à Abdiluvar et son sauf-conduit, Usuard et son collègue quittèrent l’Espagne avec les reliques qu’ils étaient allés chercher : ils rentrèrent en Francie, chez le roi, en passant par la Bourgogne, et chez le marquis Onfroi43. On doit dire qu’Usuard était le représentant de la communauté de St-Germain ; il était aussi un envoyé royal ; et en même temps un messager d’un personnage important au niveau régional. Trois fonctions à la fois – sans problème. Usuard, agent « public » et agent « privé », remplit des buts religieux et politiques, nationaux et internationaux, individuels, communautaires et royaux.

  • 44 F.-L. Ganshof, The genesis and significance of the Treaty of Verdun, dans FL. Ganshof, trad. Sondh (...)
  • 45 Nithard, Histoire, IV, 5, p. 138. Cf. les affirmations des envoyés de Tassilon de Bavière en 787, A (...)
  • 46 Nithard, Histoire, IV, 3.

15J’ai déjà cité Nithard. Je voudrais y revenir un instant, parce qu’il donne des détails intéressants au sujet des missi des rois concurrents des années 840- 843, et en particulier, sur ceux qui firent les partages de l’Empire dans les années 842- 843. Ganshof les appela « commissionnaires »44. Chez Nithard lui-même, pas de terme spécifique : seulement le mot géneral missus ou legati, ou simplement sui – « les hommes » d’un tel roi. Il est néanmoins évident, surtout dans le quatrième livre des Histoires, que le processus de partage était un opus particulier, et que les missi chargés de faire les partages étaient des gens d’une importance exceptionnelle. C’est pour cela que Nithard nous dit expressément qu’il était parmi eux : quorum unus extiti. C’était en mars 842. L’opus des autres préposés au partage de l’année suivante, ces primores de Verdun, s’est maintenu pendant des siècles. Deux observations, contradictoires : Nithard indique que ces missi se voyaient comme des mandataires. Les missi de Charles et Louis, confrontés à des décisions imprévues au mois d’octobre, devaient revenir auprès des hautes parties contractantes, c’est-à-dire les rois, pour des instructions nouvelles. « Ni les uns ni les autres n’osaient accepter ce que de l’autre côté on demandait, sans l’autorisation de leurs seigneurs (auctoritas seniorum suorum) »45. Il fallait donc une trêve, la recherche des maîtres, de nouvelles instructions. Mais Nithard avait lui-même raconté que les missi envoyés par Charles et Louis à leur frère Lothaire au mois de juin, sans aucune autorisation, « trompés par je ne sais quelle manœuvre’ », élargirent la part attribuée à Lothaire au cours des entretiens avec ce dernier46. Duperie ou complot ? Les messagers dont cette fois Nithard donne les noms sont de grands personnages laïcs. Il est évident qu’en l’occurrence, les missi jouissaient d’une certaine latitude : bon témoignage de l’action et du pouvoir aristocratiques.

  • 47 Ibid., II, 2, p. 40-42.
  • 48 Annales Bertiniani 836, p. 20.
  • 49 Cf. Annales Regni Francorum 798 (rév.), p. 103 : le cas des legati, y inclus Godescalc, un legatus (...)
  • 50 Hildegaire, Vita Faronis, c. 78, éd. B. Krusch, M.O.H., Script, rer. merov., Berlin 1910, p. 193.

16On observe un décalage semblable entre idéal et réalités à propos de l’immunité diplomatique. Nithard se révèle lui-même victime de l’inefficacité d’une telle immunité dans le contexte de la diplomatie carolingienne : il avait été un des envoyés de Charles le Chauve à Lothaire en 840. « Lothaire tout en feignant de recevoir les legati de Charles avec bienveillance, les congédia seulement avec ses salutations, disant qu’il enverrait ses propres messagers porter la réponse aux autres questions. De plus, comme les envoyés de Charles avaient refusé de violer leurs serments en passant à son parti, il les priva des honores que son père [Louis le Pieux] leur avait donnés »47. C’était la guerre par d’autres moyens. Mais, bien avant les années 840, les missi et les litterae dominicae des rois étaient objets de dispectus – de mépris : il fallait insister à plusieurs reprises sur l’honor, le respect, dû aux messagers royaux. Et les envoyés internationaux ? L’annaliste de la cour raconte une histoire honteuse à propos des envoyés danois en 836 qui furent massacrés près de Cologne « suite à l’action non-autorisée de certains hommes » (praesumptione quorumdam)48. Louis le Pieux réagit énergiquement, et selon l’annaliste iustissime, en envoyant expressément des missi pour tirer vengeance. Il y avait donc pour les legati des règles de protection49. Ces règles sont même définies d’une façon explicite dans la Vie de saint Faron, dont les parties les plus intéressantes sont l'œuvre de l’évêque de Meaux, Hildegaire, dans les années 860. Quand le roi Clothaire en colère veut tuer les legati du roi saxon païen, les archiseniores francs lui rappellent qu’un tel massacre serait violer le ritus et lex regni francorum et même la loi des nations. Quand le roi s’entête – « ils doivent périr demain » –, c’est saint Faron qui sauve les messagers en les convertissant au christianisme pendant la nuit : « ainsi ces messagers n’appartiennent plus à la gens saxonum, mais ils sont maintenant les confrères des chrétiens ». C’est l’épisode célébré dans la fameuse « chanson de Faron » que « les femmes [de Meaux ?] chantaient en dansant la farandole... »50. Histoire vraie ou invention charmante de l’évêque Hildegaire ?

  • 51 Voir J. HYAM, Ermentrude and Richildis, dans M.T. Gibson et J.L Nelson éd., Charles the Bald. Cour (...)
  • 52 M.O.H., Capit., I, no. 45, c. 12.

17Avec les femmes, j’en viens à mon dernier thème : les intermédiaires féminines à l’époque carolingienne. Ce n’est pas un trait particulier. Les femmes « tisserandes de la paix » se trouvent un peu partout dans le Haut Moyen Âge, ainsi que les femmes brodeuses des ouvrages comme la tapisserie dite de la reine Mathilde (mais fabriquée plutôt par certaines Anglaises) : broderies que les femmes donnèrent comme cadeaux parfois de leur propre initiative – je pense aux pallia donnés aux saints et aux évêques par les reines et les femmes nobles51. Il vaut la peine de souligner le rôle des femmes voyageuses dans ce contexte. À l’époque, il était coutumier, comme Charlemagne le rappelle, de donner les femmes d’un regnum à un autre – afin que, dit-il, les populi se lient entre eux. Une telle femme, une peace-weaver, devait garder ses propriétés dans son regnum d’origine52, ce qui devait engendrer des va-et-vient continuels de messagers, de régisseurs et d’intendants de domaines.

  • 53 Annales Mosellani 770, éd. J.M. Lappenberg, M.O.H., Scriptores, XVI, Hanovre 1869, p. 496.
  • 54 Théophanes, Chronographia, éd. C. de Boor, Leipzig 1883-1885, p. 463.
  • 55 J. Nelson, Women at the court of Charlemagne : a case of monstrous régiment ?, dans J. Parsons éd. (...)
  • 56 Nelson, Women at the court, p. 54.
  • 57 P. Stafford, Charles the Bald, Judith and England, dans Gibson et Nelson éd., Charles the Bald. Co (...)
  • 58 Annales Bertiniani 862, 863, p. 87, 104 ; cf. Nelson, Annals of St-Bertin, p. 97, n. 2.
  • 59 Keynes et Lapidge, Alfred, p. 257.
  • 60 Réginon, Chronicon 882, éd. F. Kurze, M.O.H., Script. rer. germ., Berlin 1890, p. 120 ; cf. Reuter,(...)
  • 61 Réginon, Chronicon 885, p. 124 : Confossus Godefridus moritur omnesque Nortmanni... trucidantur.

18En ce qui concerne la famille royale, je ne donnerai que cinq exemples – qui embrassent bien l’époque carolingienne. Premièrement, la reine-mère Bertrade, veuve de Pépin Ier, mena, elle-même, la diplomatie. Elle se mit en route en Bavière, puis en Italie, à Pavie, à la recherche d’une fiancée pour son fils le futur Charlemagne, ensuite à Rome pour négocier, semble-t-il, la reprise de plusieurs villes par le pape, enfin elle s’en retourna en Francie avec sa future bru53. En deuxième lieu, Rotrude, fille de Charlemagne, qui fut à vrai dire une voyageuse manquée : fiancée à Rome, à l’âge de six ans, au jeune basileus Constantin, instruite en langue grecque et en mœurs impériales par l’eunuque Élissé, elle devait être prête à partir, à douze ans, pour Byzance, quand l’impératrice Irène rompit le mariage54. Rotrude devint moniale, la tentative de lui faire jouer un rôle d’intermédiaire ayant avorté. (Il est néanmoins vraisemblable qu’elle voyagea encore à Rome pour assister au couronnement impérial de son père55). Troisièmement, Liutgarde, femme de Charlemagne, voyagea dans un espace plus restreint, extension, presque, de l’espace domestique. Elle alla avec les filles du roi, ses belles-filles, à Nivelles pour supplier sainte Gertrude, patronne de la dynastie : véritable réseau de femmes intermédiaires56. Quatrième cas : en 856, un mariage diplomatique se passa bien cette fois quand Judith, la fille de Charles le Chauve, devint la femme du roi des Saxons occidentaux, et voyagea en Angleterre. Veuve, elle devint la femme de son beau-fils aîné qui entendait ainsi s’emparer du royaume57. Veuve encore, Judith revint en Francie. Peu après, elle fut enlevée par Baudouin, le comte de Flandre : pour éviter la colère de son père, Judith et son époux s’enfuirent. Ils trouvèrent refuge chez Roric, chef Scandinave de la Frise, d’où le couple revint pour se réconcilier avec Charles le Chauve à Auxerre, en 86358. Cette vie mouvementée entraîna des contacts significatifs entre le Wessex et la Francie, puis entre la Flandre et l’Angleterre ainsi que la Frise. Jusqu’à quel point Judith joua un rôle d’intermédiaire reste sujet à conjectures. Mais elle a bien pu inspirer des échanges politiques et militaires jusqu’à la fin du IXe siècle : son fils Baudouin se maria avec la fille du roi Alfred en renouvelant l’alliance Wessex-Flandre59. Dans le cinquième cas, celui de Gisèle, dans les années 880, le rôle d’intermédiaire est certain. Cette fille de Lothaire II avait été mariée par son frère Hugues, encouragé par l’empereur Charles le Gros, avec le chef Scandinave Godefroid, qui voulait ainsi s’emparer de la Frise, munere regis, en espèce de douaire semble-t-il60. Godefroid se trouvant coincé entre son beau-frère Hugues et le roi Charles, vint avec sa femme Gisèle pour négocier avec des envoyés de Charles sur un îlot du Rhin. Le lendemain, l’archevêque de Cologne convainquit Gisèle de quitter son mari « afin qu’elle puisse entamer des négociations dans l’intérêt de la paix (ad pacis studium) ». Son mari, isolé, était pris au piège. « Godefroi fut battu et tué, et tous les Normands furent massacrés »61. Du récit de Réginon, il ressort que Gisèle fut l’instrument ignorant des Francs : l’intermédiaire devenue victime.

  • 62 Je tiens à remercier Jean-Marie Sansterre et Alain Dierkens pour avoir corrigé mon texte français.

19Une remarque en guise de conclusion. Dans le cadre chronologique de notre colloque, l’époque carolingienne présente quelque chose de distinct, de particulier. Je pense – ce doit être une impression plutôt qu’une vraie statistique – que les messagers francs aux VIIIe et IXe siècles se multiplièrent, et de beaucoup, par rapport à l’époque précédente. On a beaucoup plus de témoignages de voyageurs à l’intérieur des royaumes francs, et, même plus significatif, de voyageurs et d’intermédiaires entre la Francie et les régions au-delà des frontières. Finalement, les contacts étaient bien plus étendus et plus continus qu’avant. Le monde carolingien était en marche, il était en train d’englober des régions périphériques, pour former, au sens culturel plutôt que politique, un monde nouveau : une première Europe. Tous les rapports n’étaient pas bienveillants. Tous les messagers n’ont pas trouvé un sort heureux. Les réseaux restaient fragiles. C’était, en fin de compte, une unité dans la diversité. Mais j’ose dire, ici à Bruxelles, en 1994, que cette ouverture au nord et à l’est, au sud-ouest et au sud-est – trait typique du IXe siècle – offre peut-être un exemple, même une source d’inspiration, pour nous nouveaux européens de la fin du XXe siècle62.

Notes

1 F.-L. Ganshof, Merowingisches Gesandschaftswesen, dans Aus Geschichte und Landeskunde. Forschungen und Darstellungen Franz Steinbach zum 65 Geburtstag gewidmet, Bonn 1960, p. 166-83 ; Id., Les relations extérieures de la monarchie franque sous les premiers souverains carolingiens, dans Annali di Storia del Diritto, Rassegna Internationale, V-VI (1961-2, publ. 1964), p. 1-63, traduction anglaise par J. Sondheimer dans F.-L. Ganshof, The Carolingians and the Frankish Monarchy, Londres 1970, p. 162-204.

2 Capit., II, no. 281, c. 25, p. 360. Pour le contexte général, voir J. Nelson, Literacy in Carolingian government, dans R. Mckitterick éd., The Uses of Literacy in the Early Middle Ages, Cambridge 1991, p. 258-296.

3 P. Sawyer, Anglo-Saxon Charters : an Annotated List and Bibliography, Londres 1968 (Royal Historical Society Guides and Handbooks, VIII), no. 197 (charte du roi Berhtulf, de 848, mais avec éléments du VIIIe siècle). Voir D. Bullough, What has Ingeld to do with Lindisfarne ?, dans Anglo-Saxon England, 22 (1993), p. 93-125 (p. 121).

4 Léon III, Epist. 3, éd. K. Hampe, M.O.H., Epp., V, Berlin 1898, p. 91-92, décrit le système, et la colère de Charlemagne quand un missus du pape revint d’Angleterre à Rome sans attendre le missus impérial qui l’aurait conduit à la cour. Léon n’indique pas le port de réception, peut-être St-Wandrille : cf. Gesta Sanctorum Patrum Fontanellensium, 12, Gesta Gervoldi c. 2, éd. F. Lohier et J. Laporte, Paris-Rouen 1936, p. 86 7.

5 Translatio sancti Germani Parisiensis, c. 14, dans Analecta Bollandiana, 2 (1883), p. 80-81 ; Miracula sancti Richarii, II, 16, dans AA. SS. Aprilis III, p. 456.

6 Éd. A. Boretius, M.G.H., Capit. II, Hannovre 1897, no. 253, p. 249-52. Voir P. Johanek, Die Raffelstetter Zollordnung und das Urkundenwesen des Karolingerzeit, dans Festschrift fur B. Schwineköper, Sigmaringen 1982, p. 87-103 ; ID., Der fränkische Handel der Karolingerzeit im Spiegel der Schriftquellen, dans K. Düwel et al. éd., Untersuchungen zu Handel und Verkehr. 4, Der Handel der Karolingerund Wikingerzeit, Gôttingen 1987 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Gôttingen, phil.-hist. Klasse, 3. Folge, 156), p. 7-68.

7 Détails intéressants dans les Annales Fuldenses, éd. F. Kurze, M.G.H., Script, rer. germ., Hannovre 1891, par ex. 871-872, p. 73-76, et (dans la Continuation) 897-900, p. 131-135. Cf. aussi la traduction anglaise avec commentaire très utile, T. Reuter, The Annals of Fulda, Manchester 1992, p. 65-68, 136-140.

8 I.N. Wood, Christiane and pagans in ninth-century Scandinavia, dans B. Sawyer, P. Sawyer et I.N. Wood éds., The Christianization of Scandinavia, Alingsâs 1987, p. 36-67 ; A. Vlasto, The Entry of the Slavs into Christendom, Cambridge 1970.

9 Voir par ex., N. Staubach, Das Herrscherbild Karls des Kahlen. Formen und Funktion monarchischen Repräsentation im früheren Mittelalter, Münster 1982, p. 153-214 ; J. Bishop, Bishops as marital advisors in the ninth century, dans J. Kirshner et S. Wemple éd., Women of the Medieval World, Oxford 1985, p. 54-84.

10 M. Borgolte, Der Gesandtenaustausch der Karolinger mit den Abbasiden und mit den Patriarchen von Jerusalem, Munich 1976 (Münchener Beiträge zur Mediävistik und Renaissance-Forschung, 25).

11 S. Keynes et M. Lapidge, Alfred the Great. Asser’s Life of Alfred and Other Contemporary Sources, Harmondsworth 1983, p. 270, n. 220.

12 J. Herrin, Constantinople, Rome and the Franks in the seventh and eighth centuries, dans J. Shepard et S. Franklin éd., Byzantine Diplomacy, Londres 1992, p. 91-108 ; J. Shepard, Byzantine Diplomacy A.D. 800-1204, means and ends, dans Shepard et Franklin, Byzantine Diplomacy, p. 41-72 ; et ci-dessus, l’article de M. Mccormick, p. 289-306.

13 Walahfrid Strabon, De Exordiis et Incrementis, c. 32, éd. V. Krause, M.G.H., Capit., II, Appendix, p. 516.

14 Annales Regni Francorum 801, éd. F. Kurze, M.G.H., Script, rer. germ., Hannovre 1895, p. 116.

15 Annales Bertiniani 872, éd. F. Grat et al., Paris 1964, p. 187 ; voir M. Meyer-Gebel, Zur annalistischen Arbeitsweise Hinkmars von Reims, dans Francia, 15 (1987), p. 75-108 (p. 81, 105).

16 Nithard, Historiarum Libri IV, éd. et trad. P. Lauer, Histoire des fils de Louis le Pieux, Paris 1926, II, 6, p. 56.

17 Annales Bertiniani 869, p. 156.

18 Annales Bertiniani 876, p. 200.

19 P. Willmes, Der Herrscher-« Adventus » im Kloster des Frühmittelalter, Munich 1976 ; M. Mccormick, Eternal Victory. Triumphal Rulership in Late Anti quity, Byzantium, and the Early Medieval West, Cambridge 1986 ; H. Fuhrmann, Willkommen und Abschied, dans W. Hartmann éd., Mittelalter. Annäherung an eine fremde Zeit, Regensburg 1993 (Schriftenreihe der Universität Regensburg Band, 19), p. 128-130.

20 Ermenric à Grimald, éd. E. Dümmler, M.O.H., Epp., V, Berlin 1899, p. 564.

21 Annales Regni Francorum 801, 802, 810, p. 116-117, 131. Ganshof, Les relations, n. 160, constate que le nom d’Abul Abaz évoque le fondateur de la dynastie Abasside.

22 Voir Nelson, The Annals of St-Bertin, Manchester 1992, p. 5.

23 T. Szabò, Art. Botenwesen, dans Lexikon des Mittelalters, II, Munich et Zurich 1983, col. 484-487.

24 Alcuin, Epistolae, éd. E. Dümmler, M.O.H., Epp., IV, Berlin 1895, n°“157 et 254, p. 255 et 410.

25 Eginhard, Epistolae, éd. K. Hampe M.G.H., Epp.,\, Berlin 1899, no. 61, p. 140 : nam charta sive membrana, si se ferenti elabitur, omne quod continet secretum patefacit, at nuntius fidelis nec tortus sibi commissum prodit.

26 Loup de Ferrières, Correspondance, éd. L. Levillain, 2 vols., Paris 1927, 1935, Epist. 41, I, p. 174-175. Pour des exemples antérieurs, cf. GANSHOF, Les relations, nn. 137, 138.

27 Loup, Correspondance, II, Epp. 75, 76, 77, p. 17-23.

28 Annales Bertiniani 855, p. 79.

29 Ibid. 867, p. 135.

30 Ibid. 867, p. 138.

31 Alcuin, Epist. 100, éd. cit., p. 145.

32 Nithard, Histoire, II, 8. Voir J. Nelson, Public Histories and private history in the work of Nithard, dans Speculum, 60 (1986), p. 251-93, réimp. dans J. Nelson, Politics and Ritual, Londres 1986, p. 195-238 ; Ead., Ninth-century knighthood : the evidence of Nithard, dans C. Harper-Bill, C. Holdsworth and J.L. Nelson edd., Studies in Medieval History presented to R. Allen Brown, Woodbridge 1989, p. 255-266.

33 H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris 1938, trad. ang. Mohammed and Charlemagne, Londres 1939, p. 265-283.

34 Alcuin, Epist. 93 (796), éd. cit., p. 137.

35 Hadrien à Charlemagne, M.G.H., Epp. V, éd. K. Hampe, Epist. 2, p. 7 : Hadrien promit de le recevoir et de l’honorer condecenter.

36 Alcuin, Epist. 9 (790), éd. cit., p. 35.

37 H. Beumann, Art. Angilbert, dans Lexikon des Mittelalters, I, Munich-Zurich 1980, col. 634-5.

38 Annales Regni Francorum (rev.) 796, p. 99.

39 Alcuin, Epist. 94, éd. cit., p. 139 ; cf. Epist. 92, p. 135-6. D'autres exemples de messagers « spécialistes » entre les rois francs et la papauté : au VIIIe siècle, Dodon, Ithier (Codex Carolinus, éd. W. Gundlach, M.G.H., Epp., III, Berlin 1892, nos. 22, 43, 46, 48, 51, 69-71,77, p. 525, 557, 564, 566, 599-601, 619-10) ; au IXe siècle, Anségise (Nelson, Charles le Chauve, Paris 1994, p. 262-263).

40 Léon III, Epist. 2, M.O.H., Epp., VI, éd. K. Hampe, p. 89, 91 ; cf. Epist. 9. p. 101.

41 Je simplifie une affaire compliquée : voir J. Devisse, Hincmar, archevêque de Reims 845-882, 3 vols., Genève 1975-6, 2, p. 583-600.

42 Hincmar, Epistolae, éd. E. Perels, M.O.H., Epp., VIII, no. 169, p. 158-9.

43 Voir J. Nelson, The Franks, the Martyrology of Usuard and the martyrs of Cordoba, dans Studies in Church History, 30 (1993), p. 67-80.

44 F.-L. Ganshof, The genesis and significance of the Treaty of Verdun, dans FL. Ganshof, trad. Sondheimer, The Carolingians and the Frankish Monarchy, p. 289 302.

45 Nithard, Histoire, IV, 5, p. 138. Cf. les affirmations des envoyés de Tassilon de Bavière en 787, Annales Regni Francorum (rév.), p. 76 :... voluit [Charlemagne]... cum ipsis missis pacem firmare ; et renuentibus supradictis missis, quia non ausi fuissent de eorum parte firmitatem facere...

46 Nithard, Histoire, IV, 3.

47 Ibid., II, 2, p. 40-42.

48 Annales Bertiniani 836, p. 20.

49 Cf. Annales Regni Francorum 798 (rév.), p. 103 : le cas des legati, y inclus Godescalc, un legatus regis en route pour Danemark, tués par les Saxons. Charlemagne se fit ultor necis legatorum suorum.

50 Hildegaire, Vita Faronis, c. 78, éd. B. Krusch, M.O.H., Script, rer. merov., Berlin 1910, p. 193.

51 Voir J. HYAM, Ermentrude and Richildis, dans M.T. Gibson et J.L Nelson éd., Charles the Bald. Court and Kingdom, Aldershot 1990, p. 162 ; M. Budny, The Anglo-Saxon Embroideries at Maaseik : their historical and art-historical context, dans Mededelingen van de Koninklijke Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België, 45 (1984), p. 57-133 ; cf. M.J. Enright, Lady with a mead-cup, dans Frühmittelalterliche Studien, 22 (1988), p. 170-203.

52 M.O.H., Capit., I, no. 45, c. 12.

53 Annales Mosellani 770, éd. J.M. Lappenberg, M.O.H., Scriptores, XVI, Hanovre 1869, p. 496.

54 Théophanes, Chronographia, éd. C. de Boor, Leipzig 1883-1885, p. 463.

55 J. Nelson, Women at the court of Charlemagne : a case of monstrous régiment ?, dans J. Parsons éd., Medieval Queenship, New York 1993, p. 43-62.

56 Nelson, Women at the court, p. 54.

57 P. Stafford, Charles the Bald, Judith and England, dans Gibson et Nelson éd., Charles the Bald. Court and Kingdom, p. 139-153.

58 Annales Bertiniani 862, 863, p. 87, 104 ; cf. Nelson, Annals of St-Bertin, p. 97, n. 2.

59 Keynes et Lapidge, Alfred, p. 257.

60 Réginon, Chronicon 882, éd. F. Kurze, M.O.H., Script. rer. germ., Berlin 1890, p. 120 ; cf. Reuter, The. Annals of Fulda, p. 94.

61 Réginon, Chronicon 885, p. 124 : Confossus Godefridus moritur omnesque Nortmanni... trucidantur.

62 Je tiens à remercier Jean-Marie Sansterre et Alain Dierkens pour avoir corrigé mon texte français.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540