Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Messages, ordres et ambassades : diplomatie centrale et frontalière à Byzance (IXe-XIe siècles)

Jonathan Shepard

Texte intégral

1Il y avait, depuis la perte des provinces romaines du Moyen-Orient et des Balkans, un gouffre entre les prétentions du basileus, soi-disant « souverain du monde » (kosmokrator), et les ressources matérielles réellement à sa disposition ainsi que les territoires sous son influence. Ce gouffre exigea beaucoup de systèmes de communication et de protocoles diplomatiques car il entraîna une sorte de paradoxe, que les dirigeants surent le plus souvent manier à leur avantage. Ce paradoxe sera étudié ici.

  • 1 Cf. J. Haldon, The army and the economy : the allocation and redistribution of surplus wealth in t (...)
  • 2 Léon VI, Tactica, XVIII.142, P.G., 107, col. 981.
  • 3 Theophanes Continuatus, V.31, 38, 41, 53, 54, 55, éd. I. Bekker, Bonn 1838 (Corpus Scriptorum Histo (...)
  • 4 Pseudo-Symeon, éd. I. Bekker, Bonn 1838 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 681-82 ; cf. p (...)

2Byzance se trouvait, au fond, dans une position d’assiégée face à une multitude d’ennemis, véritables ou supposés, et elle se tenait constamment sur le qui-vive. Les renseignements sont évidemment indispensables à la conduite efficace de presque toutes les opérations militaires, mais ils devenaient d’autant plus importants pour les Byzantins que leurs effectifs militaires étaient restreints et qu’il fallait déployer les réserves là où les problèmes leur paraissaient les plus pressants1. Même au premier quart du Xe siècle les musulmans – ces gens qui, selon l’empereur Léon VI, « pas moins que la nation perse de jadis contre les empereurs anciens, nous tracassent maintenant et font tous les jours du mal à nos sujets »2 – avaient pour habitude de faire simultanément plusieurs incursions. D’ailleurs, le caractère « dévolu » du système de défense byzantin exigeait la plus vive attention de l’empereur dans la capitale, soit pour envoyer des troupes ou des navires à la rescousse soit pour éprouver la compétence des commandants et leur fidélité, soit pour faire montre d’une ardente sollicitude lorsque les incursions musulmanes égratignaient ou humilaient l’autorité centrale dans les provinces. Les qualités impériales d’agrypnia et de philanthropia étaient étroitement liées au fait de recevoir des nouvelles des provinces et de l’étranger, d’émettre des ordres et de prêter attention aux ambassades. Elles sont mises en exergue dans la Vita de Basile Ier, commandée par son petit-fils, et dans une esquisse positive de l’empereur Constantin VII lui-même3. En revanche, les propagandistes macédoniens essayèrent de dénigrer la réputation de Michel III, en citant parmi ses méfaits l’arrêt du fonctionnement des feux d’alarme qui, en une heure, pouvaient avertir l’empereur à Constantinople d’une attaque contre la frontière sud-est ; Michel se serait inquiété de ce que l’arrivée du signal dérangeait les spectateurs des courses de chevaux qui le passionnaient4. Une telle insouciance à l’égard de renseignements capitaux portait la marque d’un empereur indigne de régner.

  • 5 Michel Psellos, Chronographie, éd. E. Renauld, II, Paris 1967 (Collection byzantine « Les Belles L (...)
  • 6 Jean Skylitzes, Synopsis Historiarum, éd. H. Thurn, Berlin-New York 1973 (Corpus Fontium Historiae (...)
  • 7 Anne Comnène, Alexiade, III.ix.5 ; III.x.l ; III.xi.3 ; III.xii.1 ; IV.ii.1-2 ; IV.iv.l ; IV.iv.5, (...)
  • 8 Raymond D’aguilers, Liber, 2, éd. J.H. Hill et LL. Hill, Paris 1969 (Documents relatifs à l'histoi (...)

3On peut admettre l’importance de la transmission rapide et sûre des messages aux dirigeants impériaux, mais se poser la question de sa réalité et se demander comment le réseau de communications a fonctionné. Les révoltes de l’époque relativement bien documentées nous fournissent de nombreux exemples du fonctionnement des relais institués par l’État. Ceux-ci offraient les moyens les plus rapides pour transmettre les nouvelles ou les rumeurs. Les conjurés qui participèrent à la rébellion de Léon Tornikios l’ont bien compris en tuant les chevaux « à chaque arrivée à un relais », pour empêcher les poursuivants de les rattraper5 Ils s’enfuyaient de la capitale à Andrinople pour y rallier des troupes à leur cause, et ils comptaient prendre l’empereur encore au dépourvu, sans une garnison efficace à Constantinople. En fait, celui-ci put dépêcher un « messager... [qui] voyagea à dos de chevaux publics avec lettres impériales » au commandant qui menait une campagne en Arménie, lui « ordonnant...de venir avec ses forces au plus vite »6. Et peu de temps après, les troupes orientales traversèrent le Bosphore et les Dardanelles pour écraser les rebelles. Cette rébellion de Tornikios eut lieu en 1047. Quoique ces liens de communications n’aient pu étouffer dans l’œuf tous les complots politico-militaires des années cinquante et soixante-dix du XIe siècle, Alexis Ier Comnène a pu recourir à une troupe de messagers dès son avènement au trône. L'Alexiade d’Anne Comnène le dépeint presque constamment en train de dépêcher ou de recevoir des messages, soit des lettres formelles, soit des rapports confidentiels et parfois oraux7. Que cette image n’est pas un cliché littéraire est démontré par les chroniqueurs latins de la Première Croisade. S’ils reconnaissent l’abondance de provisions que l’empereur pouvait leur fournir le long des grandes routes militaires à travers les Balkans, ils enregistrent d’un ton souvent aigre la succession continue de messages constamment remis à jour qu’Alexis leur dépêchait8.

  • 9 Liudprand de Crémoine Antapodosis, I.11, dans Opera, éd. J. Becker, Hanover-Leipzig 1915 (M.G.H.SS (...)

4Ces exemples nous montrent l’attitude plus ou moins continue de vigilance adoptée par les autorités à Constantinople. Les mêmes préoccupations, on peut s’en douter a priori, impliqueraient qu’on prenne soin des communications au-delà des frontières afin de prévoir et d’anticiper les actions nuisibles de ces voisins « formidablement féroces » dont Liudprand a parlé9. Ainsi, les besoins des renseignements militaires seraient reliés aux efforts pour dissuader un chef barbare d’attaquer, pour le séduire, et assez fréquemment pour le lancer contre un commandant byzantin qui s’était révolté ou pour le décourager de lui venir en aide.

  • 10 L. Bréhier, Les institutions de l’empire byzantin, Paris 1970 (réimpr.) (Editions Albin Michel. L’ (...)
  • 11 Constantin VII, De cerimoniis aulae byzantinae, II.1, éd. I.I. Reiske, I, Bonn 1829 (Corpus Scripto (...)
  • 12 Const. VII, De cer., II.1, p. 520-21
  • 13 Const. VII. De cer., II. 1, p. 522.

5Ces suppositions et déductions sont en grande partie justifiées. En fait, le lien intime entre la surveillance militaire, la sécurité de l’Intérieur et les communications (dans tous les sens du terme) avec les gens d’au-delà des frontières s’incarne dans la personne du logothetes tou Dromou. Ses responsabilités (sans doute variables avec le temps) englobaient le fonctionnement des relais le long des grandes routes militaires et la perception des charges et des impôts nécessaires pour les maintenir, la transmission des messages formels ou informels au long cours et inversement la réception de messages semblables de l’étranger aussi bien que l’accueil cérémoniel des ambassadeurs étrangers à la cour10. Le logothète du Drome était donc un des conseillers les plus proches de l’empereur, avec une compétence particulière – mais pas du tout unique – dans les affaires étrangères. D’après le Livre des cérémonies, le logothète était le premier fonctionnaire de rang élevé à être reçu en audience par l’empereur chaque matin dans la salle du Chrysotriklinos11. Remarquons que, du moins pour les compilateurs du Livre des cérémonies, le terme « le logothète » tout court signifiait celui du Drome plutôt que le chef d’un autre bureau, tel que le Trésor. C’était seulement les dimanches que le logothète faisait place aux dignitaires du Chrysotriklinos, mais même alors le logothète s’entretenait avec l'empereur. Nous manquons de données exactes sur le contenu des entrevues, sauf une allusion très générale aux occasions de « service pressant et prolongé dans l’intérêt des affaires publiques »12. Il faut signaler le fait moins connu que cette séance – mi-cérémonie, mi-consultation – se répétait tous les soirs13. La même source traite, comme d’une affaire de routine, des réceptions par l’empereur de « quelques étrangers », qui n’étaient pas obligatoirement des ambassadeurs accrédités ; sans doute le logothète y assistait-il.

  • 14 Michel Psellos, Scripta minora, éd. E. Kurtz et F. Drexl, I, Milan 1936 (Orbis Romanus, 5), p. 98- (...)

6Nous devons un aperçu des devoirs d’un homme d’Etat chargé des affaires étrangères à un observateur assez bien placé, Michel Psellos. Il esquisse ainsi les qualités de Syméon Métaphraste : Syméon se vouait « d’une part à délibérer d’avance, d’autre part à effectuer les plans et à pousser les barbares loin de la terre des Romains et à les vaincre soit par les armées, soit par les artifices, à gagner à sa cause les peuples et à saisir adroitement les occasions, en changeant les affaires lorsqu’il le faut, en innovant lorsqu’il convient, et en gardant les mêmes formes à n’importe quel moment que ceci semblerait bon »14.

  • 15 Oxford Dictionary of Byzantium, éd. A.P. Kazhdan et al., III, New York Oxford 1991 (Oxford Univers (...)
  • 16 Cheynet, Pouvoir, p. 158, 162-163, 303-307, 325-333.

7Il faut reconnaître que Psellos nous donne un portrait assez idéalisé d’un bureaucrate du siècle qui précède le sien. Par ailleurs, il n’associe pas catégoriquement ces qualités avec l’office de logothète du Drome et des érudits mettent en doute l’identité de Syméon Métaphraste avec Syméon le Logothète15. Mais ces doutes ne me semblent pas dirimants, et en tout cas Psellos résume les préoccupations des divers hauts fonctionnaires – aussi bien que des empereurs – qui s’occupaient des affaires étrangères, et il ébauche les moyens louables d’être à la hauteur de cette charge. Il me semble que les traits de ce portrait et les entrevues deux fois par jour du logothète, telles qu’elles sont dépeintes par le Livre des cérémonies, s’accordent assez bien. Ce qui ressort, c’est l’attitude – ou, au moins, l’auto-portrait – de vigilance et surtout la capacité de réaction du gouvernement que l’éloge de Syméon présuppose. Psellos renforce les impressions laissées par les exemples repris plus hauts. L’élargissement de l’Empire ne diminua pas l’importance des renseignements ou du transport à grande vitesse. Tout au contraire : l’éloignement des frontières et la crainte incessante des dirigeants à l’égard des aspirations impériales des commandants militaires l’accrurent encore16. Si, au IXe et Xe siècles, on communiquait par voie de mer avec une grande partie des bases stratégiques d’Occident, la soumission du massif montagneux de la Bulgarie et son occupation par les forces byzantines exigèrent une organisation efficace, à en juger par les dépêches rapides et l’approvisonnement en grande quantité que l’empereur Alexis sut assurer aux premiers croisés dont la plupart traversèrent les Balkans par voie de terre.

  • 17 Oikonomidès, Listes, p. 114-121 (Philothée) ; p. 310 et n. 12.
  • 18 On ne peut évaluer ici la signification des peu nombreux sceaux subsistants d’un oxys dromos après (...)

8Je ne vais pas entrer dans les détails du rôle du logothète du Drome dans l’extension du réseau de communications qui s’acheva après les conquêtes de Basile II. On ne saurait prétendre que tous les moyens de communication étatisés étaient sous la direction du logothète. En fait, chaque grand service du palais impérial avait ses messagers ordinaires – mandatores – et selon toute probabilité ceux-ci faisaient des voyages « au long cours »17. Mais le logothète du Drome a su tenir à l’œil les moyens de communication les plus rapides, comme le souligne le terme oxys, « rapide », placé parfois avant Dromos sur les inscriptions de quelques sceaux du logothète et de ses subordonnés18. D’ailleurs, et cela était avantageux pour le gouvernement central, les mouvements de troupes tendaient nécessairement à suivre les mêmes routes que les communications à grande vitesse.

9Revenons au type du chargé des affaires étrangères esquissé par Psellos. Il savait l’emporter sur les barbares, « soit par les armes, soit par les artifices » ; Psellos attache beaucoup d’importance à la qualité de flexibilité, la capacité de « changer les affaires » – la politique extérieure – lorsqu’il le faut, et de garder « les mêmes formes, à n’importe quel moment que cela semblerait bon ». Il me semble que Psellos repère un trait caractéristique de la diplomatie byzantine, et qu’il ne propose pas simplement une figure de rhétorique ou des lieux communs. On devait maintenir autant que possible la dignité et l’autorité impériale face aux barbares, mais on devait souvent apaiser et concilier, en cherchant des chefs barbares complaisants et disposés à servir comme alliés ou représentants ou (surtout depuis les campagnes expansionnistes de la seconde moitié du Xe siècle) comme fournisseurs de troupes prêtes à combattre. Voilà le paradoxe de la diplomatie byzantine : le basileus et ses émissaires devaient souvent supplier et séduire, mais en maintenant toujours un rang supérieur et impérial.

  • 19 O. Treitinger, Die oströmische Kaiser – und Reichsidee nach ihrer Gestaltung im höfischen Zeremoni (...)

10Dans de telles conditions, les apparences avaient une importance primordiale. Ainsi, par « les formes » ou « l’apparence » ((en auten idean) qu’il convient de garder, et peut-être aussi par l’utilisation du terme « bon » (kalon), Psellos envisage, à mon avis, les « formes » au pied de la lettre – les emblèmes de l’autorité impériale manifestées aux étrangers, c’est-à-dire les cérémonies, les formules d’adresses lors des réceptions, les robes à porter et à donner, et les ambassades pourvues de lettres19. Psellos dit qu’il y a des moments où il s’agit de garder « les mêmes formes » et ses paroles impliquent qu’il y a des moments où il faut les modifier. Cela nous ramène au gouffre entre les prétensions impériales et le pouvoir réel que nous avons signalé au début de l’exposé. On découvre aussi un problème subsidiaire qui se posait aux fonctionnaires : comment déterminer les « formes » qu’il convenait de maintenir vis-à-vis de chaque potentat à un moment donné, et dans quelle mesure pouvait-on les abandonner pour les rétablir en temps utiles ?

  • 20 Constantin VII, De administrando imperio, 13, éd. et trad. G. Moravcsik et R. J.H. Jenkins, Washing (...)
  • 21 Const. VII, De admin., 13, p. 66-67.
  • 22 Const. VII, De admin., 6, p. 52-53.
  • 23 Const. VII, De admin., 6, p. 52-53.
  • 24 Const. VII, De admin., 43, p. 192-193.
  • 25 Const. VII, De admin., 43, p. 194-195.

11Le traité dit De administrando imperio, commandé par Constantin VII, nous montre les appréhensions que les demandes et les prétentions des étrangers de rangs divers pouvaient susciter à la cour impériale. Constantin, dans un passage qu’il rédigea lui-même, fournit des réponses à faire au cas où les barbares du nord invoqueraient le précédent du mariage de la princesse Marie Lékapène avec le tsar Pierre de Bulgarie, pour demander eux-mêmes une alliance de ce genre20. Il en allait de même, selon cet empereur, en ce qui concerne les robes de cérémonie. « Il se passe souvent », écrit-il, que les barbares demandent « quelque chose des vêtements impériaux ou couronnes ou robes » ; et Constantin VII de déclarer explicitement qu’ils font cette demande en échange de « quelque service et aide » (tinos douleias kai hypourgias)21. Il y a donc des négociations, voire un « marchandage », quoique le Porphyrogénète regarde avec hauteur, comme s’il s’agissait d’un acte de « service » plutôt que d’un contrat librement passé. L’empereur admet les réalités en décrivant les relations des agents impériaux avec les Petchénègues nomades dans les steppes : rien n’est accompli sans paiement22. A vrai dire, il ne s’agissait pas d’articles de très grande valeur. Il semble qu’on payait souvent avec des articles de demi-luxe tels que le poivre, le brocart d’or et les étoffes pourpres d’une qualité probablement inférieure à celle des vêtements offerts aux Russes ou aux Hongrois en échange de leurs concours23. Il y avait un esprit de concurrence entre les notables et potentats étrangers, aussi bien qu’un marchandage avec les autorités byzantines, et les Byzantins l’ont souvent excité de propos délibéré. Constantin l’indique avec clarté en racontant les faveurs dispensées par son père, Léon VI, à un prince arménien, Grégoire de Taron. Léon lui assigna une résidence à Constantinople, « afin de susciter chez les autres princes d’Orient un zèle pareil pour la soumission aux Romains »24. La démarche réussit dans la mesure où plusieurs princes se seraient plaints à l’empereur en ces termes : « Quel service rend-il plus que nous, ou en quoi aide-t-il davantage les Romains ? Il faut donc ou qu'on nous paie une rhoga [sorte de ‘traitement’] tout comme à lui ou qu’il ne jouisse pas de telle largesse ! »25

  • 26 Constantin VII, Three treatises on imperial military expeditions, éd. et trad. J.F. Haldon, Vienne (...)
  • 27 Const. VII, De cerim., II.15, p. 568-9 ; II.47, p. 680-86. Il est probable que le logothète prenait (...)

12Ces incidents sont peut-être des cas extrêmes, mais ils nous donnent une idée des négociations continues que le gouvernement se trouvait obligé de mener avec des gens de cultures très diverses. Constantin assure qu’en cas d’une campagne conduite en Orient par l’empereur lui-même il y avait un choix de skaramangia à envoyer aux « nobles et grands » étrangers ; ces derniers étaient également, on peut le supposer, d’importance variée26. La sollicitude de l’empereur relève les décisions et les priorités sur lesquelles devait quotidiennement se mettre d’accord Constantinople, et elle indique indirectement pourquoi le logothète en était un pivot. Ce personnage pouvait disposer de renseignements à jour ; en même temps il faisait les salutations formelles lors des grandes réceptions des étrangers (essentiellement sinon entièrement des ambassadeurs) dans la Magnaure ; et, fort probablement, il assistait aux audiences plus ou moins routinières, mentionnées plus haut, que l’empereur accordait aux étrangers27. Le logothète avait les meilleures chances de savoir concilier les besoins de l’heure avec les « bonnes formes ». Mais on peut se douter qu’il était difficile de préserver un traitement cohérent ou le souvenir de tous les antécédents pertinents.

  • 28 Sur la recherche de documents dans le palais et ses difficultés, voir M. McCormick, Analyzing impe (...)
  • 29 Liudprand de Crémone, Relatio de legalione, 25, 26, dans Opera, éd. J. Becker, Hanover-Leipzig 1915 (...)
  • 30 J. Shepard, Byzantine diplomacy, A D.800-1204 : means and ends, dans Byz. Diplomacy, éd. Shepard e (...)
  • 31 Povest'Vremennykh Let s.a. 907, 944, éd. V.P. Adrianova-Peretts et D.S. Likhachev, I, Moscou Lenin (...)

13Du point de vue byzantin, il y avait avantage à maintenir les pourparlers et le « marchandage » à Constantinople, et à y formuler les contrats et les traités autant que possible. Certes, cela concerne les engagements publics et accords de grande envergure plutôt que les affaires mineures ou fort localisées. Mais si on disposait dans la capitale des renseignements tenus à jour remis par les agents frontaliers, on pouvait évaluer les « services » promis même par un potentat local mineur. On disposait à Constantinople des documents et, non moins important, des souvenirs collectifs des hommes d’Etat à propos des précédents et des cas comparables28. On y gardait les trésors et les articles de luxe qui constituaient, en grande partie, les objets des négociations. Le bons sens devait inciter à tenter de conclure le contrat à Constantinople en y retenant au moins une partie du prix à payer jusqu’à l’exécution du « service ». D’ailleurs, il y avait aussi les spectacles de la ville pour impressionner les ambassadeurs étrangers, sans parler des pots-de-vin et des pressions dont Liudprand de Crémone s’est plaint en 968. Il observe en outre qu’on aurait soudoyé son prédécesseur, Domenico. Celui-ci fît des concessions que le patron des deux ambassadeurs, Otton le Grand, renia29. Cette affaire démontre les limites de la tactique en question. Mais il y avait plus de possibilités de faire un traité avantageux pour l’empire byzantin à Constantinople qu’à l’étranger : un ambassadeur barbare pouvait toujours assurer son seigneur qu’il avait atteint les termes les meilleurs dans les circonstances. Les dirigeants byzantins en tenaient compte, me semble-t-il, en encourageant les potentats à leur envoyer des émissaires ou à faire une visite eux-mêmes30. Ils agissaient eu égard à de spécifiques raisons d’état en faisant de leur mieux pour protéger les visiteurs. C’est-à-dire qu’un calcul des avantages à long terme était à la base de leur sollicitude pour le bien-être des visiteurs étrangers, un souci qui me paraît aller au-delà des conventions de l’hospitalité ou des échanges ritualisés. A titre d’exemple, on pourrait relever le traitement différencié des ambassadeurs et des marchands, comme il est stipulé dans les accords russo-byzantins31. Il me semble faire partie d’un effort calculé d’encourager et de faciliter les visites afin d’y conduire les affaires autant que possible. Les images lugubres avec lesquelles Liudprand dépeint son second séjour à Constantinople ne doivent pas nous tromper.

  • 32 Lounghis, Ambassades, p. 371-377 ; M. De Waha, La lettre d’Alexis I Comnène à Robert I le Frison, d (...)
  • 33 L’ambassade envoyée à Baghdad en 917 était composée « de vingt Barbares chrétiens », selon ’ARIB. (...)
  • 34 Widukind de Corvey, Res gestae saxonicae, III, 56, éd. A. Bauer et R. Rau, Darmstadt 1971 (Ausgewäh (...)

14Il faut considérer, ne serait-ce que brièvement, les ambassades byzantines à l’étranger. On pourrait de prime abord se demander pourquoi elles n’ont jamais conduit à l’émergence d’« ambassadeurs », c’est-à-dire de personnages autorisés à discuter les affaires importantes et à négocier. Il y avait pourtant de nombreuses occasions qui se prêtaient aux ambassades ou les exigaient. Une grande ambassade, pourvue de beaucoup d’articles de luxe, pouvait servir de « microcosme » de la cour. Si la position stratégique de l’empereur était assez souvent difficile, et si l’initiative tendait à rester en contact avec des voisins hostiles ou des franc-tireurs tels que les corsaires musulmans, c’était une raison de plus pour tenter de maintenir la dignité de l’Empire par les moyens les plus publics. Il valait donc la peine de faire voyager des grands équipages ayant une dignité exceptionnelle. On espérait ainsi stimuler les appétits non seulement d’un chef mais de ses notables, qui pouvaient le pousser à maintenir des échanges avec le basileus et peut-être à les envoyer eux-mêmes à cette source de largesses prometteuses. Mais si les grandes ambassades faisaient en quelque sorte office de réclame « impériales » et de brillants appâts, on devait parfois dépêcher des messages d’urgence et des signaux de détresse. Dans ces cas, où l’on recherchait une assistance au plus vite, il fallait parfois recourir à des ambassadeurs sans grand équipage ou à de simples messagers, qui pouvaient remettre une lettre – pour les illettrés, ils pouvaient soit en développer le contenu soit en expliquer l’essentiel dans une langue compréhensible32. Voilà le caractère pour ainsi dire « à deux temps » du fonctionnement de la diplomatie byzantine : on envoyait des ambassades comprenant de nombreuses personnes – les effectifs d’une ambassade byzantine ne sont que rarement précisés avant le Moyen Âge tardif33 – sans avoir aucun projet ou aucune affaire spécifique à discuter, ou bien pour remplir des offices de courtoisie : soit pour annoncer l’avènement d’un empereur, soit pour saluer un potentat qui venait d’arriver au pouvoir, soit pour le féliciter de ses victoires récemment remportées, comme dans le cas d’Otton le Grand à la suite des événements de 95 534. Mais à l’ombre de cette image triomphaliste et condescendante – et partiellement déguisée de la sorte – marchait celle de la supplication...

  • 35 Const. VII, De cerim., II.48, p. 691 ; Treitinger, Kaiseridee, p. 212.
  • 36 Vita 8. Germani, 21, AA.SS., Mai III, p. 11* ; B.H.G., no. 698, p. 225 ; Novum Auctarium BHG, Brux (...)

15Les empereurs byzantins dépêchaient donc des ambassades de genres divers, qui transmettaient des messages écrits, oraux et visuels. Toutes les ambassades étaient, en quelque sorte, un saut dans l’inconnu. Toutefois, on peut esquisser des distinctions géographiques et culturelles. On peut d’emblée distinguer entre les ambassades aux grands souverains arabes à l’est – aussi bien que loin à l’ouest, à Cordoue – et les ambassades aux rois et chefs des régions plus proches à l’ouest et au nord de Constantinople. On envoyait sans doute à ces derniers de grandes ambassades. Par exemple, au IXe siècle, on dirigea une telle ambassade vers les Serbes ou un groupe slave méridional apparenté, même si ces barbares comptaient parmi ceux qui devaient recevoir des « ordres » (keleuseis), plutôt que des « lettres » (grammata).35. D’après notre source, la Vita de St Germain de Kousnica, il devait s’agir de « certains hommes de qualité » à cause de leur suite et de « la multitude de bêtes de somme et de tous les autres bagages ». Tous se reposaient à l’ombre de hauts arbres : « On était en été »36. Mais quoique cette ambassade ressemblât quelque peu à celles destinées à Bagdad, – en raison d’un grand équipage, sans langueur, conduit par deux personnages distingués, – il y avait des réelles différences entre les ambassades qui se dirigaient vers le Califat et les autres.

  • 37 On employait des marchands pour recueillir des informations sur les desseins militaires des émirs (...)
  • 38 Supra, n. 27.

16Nous parcourons assez brièvement ces différences. En voyageant vers l’est, on sautait dans l’inconnu à un plus haut degré. On pouvait espérer recevoir une nouvelle des marchands qui faisaient le même voyage, ou des espions. Mais la fiabilité de tels renseignements n’était pas grande et, grave lacune, on ne pouvait pas compter sur les renseignements ou l’avis des autorités frontalières. L’état de guerre presque permanent les entravait, et les francs-tireurs et les marchands locaux ne pouvaient guère les mettre au courant des événements ou du scénario politique dans la lointaine ville de Baghdad37. En tout cas, leurs renseignements se trouvaient dépassés en cours de route. La cour abbasside figurait parmi celles qu’on pouvait atteindre seulement, ou en grande partie, en voyageant par terre. Il y avait une différence importante entre de tels centres politiques et ceux qu’on pouvait atteindre assez vite grâce à un voyage en bateau et – réserve importante – par beau temps. Il est vrai que les autorités abbassides entretenaient un réseau de relais qui auraient permis d’envoyer assez rapidement une ambassade38. Mais il est probable que la majorité écrasante des ambassades byzantines à Bagdad étaient imposantes et chargées de bagages. Il n’était donc guère question de vitesse. Mais en général, cela importait peu, parce que les buts de ces ambassades étaient limités, même si l’accent était mis sur un aspect ou un autre selon les circonstances. Il s’agissait de faire belle figure, et guère plus.

  • 39 Theoph. Const., III.9, p. 95 ; Skylitzes, p. 56 ; A.A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, I, Bruxelle (...)
  • 40 Theoph. Const., III.9, p. 97-98.
  • 41 Vie de saint Constantin-Cyrille, ch.6, éd. B.S. Angelov et K. Kodov, dans Kliment Okhridski : S’br (...)

17Il vaut la peine de considérer le récit le plus étendu que les chroniques byzantines nous ont laissé à propos des ambassades à Baghdad. Leur rapport sur l’ambassade conduite par Jean le Grammarien vers 830 est certes tendancieux et vise à faire une critique ironique de l’empereur Théophile. Mais on peut noter que l’explication donnée pour l’ambassade : l’empereur, « suivant la coutume ancienne, voulait démontrer aux Agarènes [Sarrasins] les choses de la majesté impériale, soit pour partager le bien-être avec eux, soit plutôt pour leur paraître redoutable »39. Il nomma ambassadeur un ecclésiastique, Jean, qui excellait à débattre, et il le combla d’or et d’articles de luxe. Jean et son équipage auraient stupéfié les Sarrasins dès qu’ils franchirent la frontière, et l’agitation que l’arrivée de l’ambassade aurait suscitée à Bagdad fait l’objet d’un long récit. Sous divers prétextes, les habitants de la cité s’approchaient de Jean ; chacun recevait une boule d’argent, remplie d’or, tandis qu’il montrait son mépris pour ses propres objets de luxe. Le calife jugea nécessaire de lui prodiguer des dons, de libérer des prisonniers byzantins et faire parade devant lui « de ses trésors... et de la beauté de ses habitations et de son port majestueux »40. Il me semble qu’on dépeint ainsi, quoique sous des traits exagérés et un peu satiriques, la nature essentielle des échanges diplomatiques entre Constantinople et Bagdad jusque dans la seconde moitié du Xe siècle. Comme la religion islamique imposait un état de guerre plus ou moins continu, il s’agissait de fixer de temps en temps des trêves, des échanges de prisonniers et d’autres affaires à portée symbolique ou secondaire ; mais on ne s’attendait pas à négocier un traité de paix détaillé. Surtout, il s’agissait de faire, en concurrence, étalage de majesté autocratique et de richesses. Cela est attesté explicitement dans le cas de Jean le Grammarien, et ce n’est pas un hasard si on note ses talents rhétoriques et polémiques. Les débats avec les érudits islamiques et la remise de lettres ou de traités sur les questions religieuses n’étaient pas rares à l’occasion de telles ambassades. Relevons le débat que, d’après sa Vita, Constantin-Cyrille aurait soutenu pendant son ambassade à Bagdad41.

  • 42 F. Dolger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches, I Munich 1924 (Corpus der griechi (...)
  • 43 Voir infra, p. 379-395.
  • 44 Photius, Bibliothèque, éd. R. Henry, I, Paris 1959 (Collection byzantine « Les Belles Lettres »), p (...)
  • 45 Léon Choerosphactès, Correspondance, éd. et trad. G. Kolias, Athènes 1939 (Texte und Forschungen z (...)
  • 46 Choerosphactès, Correspondance, p. 122-123.

18Or, les grandes ambassades à la capitale abbasside n’étaient pas très régulières. Ainsi ne pouvait-il y avoir ni de grandes réserves de gens ayant effectué le voyage de Bagdad ni des fonds de renseignements tenus à jour fournis par les autorités frontalières. Même quand les contacts s’intensifèrent, vers le milieu du IXe siècle42, il s’agissait essentiellement d’échanges ritualisés entre deux grandes cours, pour lesquels les courtisans et les ecclésiastiques savants en théologie et versés dans la polémique suffisaient. Une élite s’adressait à l’autre, sans recours nécessaire aux gardiens des frontières. En fait, on peut le dire, il valait mieux que les envoyés fussent jeunes et sains, ou vieux et sans grands espoirs politiques. J. Nelson a relevé la forte mortalité et les maladies des ambassadeurs qui voyageaient entre Byzance et l’Occident43. Même problème en Orient, à en juger par la composition de la Bibliotheca que Photius aurait entreprise à la veille de son ambassade à Bagdad. Photius était probablement encore jeune lorsqu’il prit part à cette ambassade, comme l’était Constantin-Cyrille lorsqu’il voyagea à Bagdad. Néanmoins, la mort lui semblait fort possible44. On observera aussi que même Léon Choirospaktès, qui se vantait d’avoir conduit trois ambassades auprès des Bulgares, ne parle que d’une ambassade à Bagdad45. Et, autant qu’on puisse en juger d’après ses lettres existantes, il bouillait de colère contre ceux qui auraient tiré parti de sa longue absence de la cour pour intriguer. Ils allaient jusqu’à inciter « mon collègue de l’ambassade à écrire des mensonges contre moi avant que je sois revenu de l’étranger »46. De plus, Léon tomba malade à Bagdad.

  • 47 Leo Metropolitan of Synada and Syncellus, Correspondent, éd. M.P. Vinson, Washington, D.C. 1985 (Co (...)
  • 48 W. Felix, Byzanz und die islamische Welt im früheren 11. Jahrhundert, Vienne 1981 (Byzantina Vindo (...)
  • 49 La Vie de saint Grégoire le Décapolite, 17, éd. F. Dvornik, Paris 1926 (Travaux publiés par l’Inst (...)
  • 50 Par exemple, Otranto était en fait une base frontalière et un port où des ambassadeurs tels que Lé (...)

19Il en allait autrement au nord et à l’ouest. Le contraste n’était certes pas absolu ou immuable. Ceux qui entreprenaient les grandes ambassades au long cours partant de la capitale étaient toujours la proie de la maladie et de la mer. Ainsi un autre Léon, le métropolite de Synada, qui connut le naufrage, la maladie de ses compagnons et la mort de son secrétaire en voyageant à Rome pour atteindre la cour de l’empereur Otton III (au-delà des Alpes) vers 99647. Inversement, la situation à l’est changea après l’affaiblissement du califat abbasside et après que Byzance réussit à entamer des relations plus ou moins cordiales avec le califat des Fatimides en Egypte48. Néanmoins, le contraste reste en substance valable pour une raison assez simple. Les zones frontalières au nord et à l’ouest de Byzance étaient un peu plus ouvertes et susceptibles de laisser passer et circuler les renseignements que ne l’étaient les marches orientales à l’époque du Djihad « effectif ». Il y avait des tensions et des craintes, surtout vis-à-vis des Bulgares et des Russes, et on attendait que même un voyageur dans les « Slaviniai » fût pourvu d’un laissez-passer. St Grégoire le Décapolite affirmait qu’il s’en munissait pour tous ses voyages49. Néanmoins, les gouverneurs et les commandants des bases frontalières avaient plus d’occasions de se mêler des affaires de l’hinterland « barbare », soit de la Crimée, soit des Balkans, soit de l'Italie. Et cela, à son tour, pouvait aider les dirigeants centraux et leurs ambassadeurs à juger quand il convenait de faire des concessions ou se montrer résolu50. Ils pouvaient négocier et s’occuper de diverses affaires.

  • 51 Const. VII, De admin., 6, p. 52-53.
  • 52 II est probable que les fonctions des kommerkiarioi ont changé avec le temps ; mais il est évident (...)

20Il n’est pas possible d’examiner ici les formes de contact en travers des frontières ni la coordination entre le logothète du Drome et les autres fonctionnaires du Grand Palais d’une part et les gouverneurs et les commandants des forteresses de l’autre. Je vais en esquisser seulement deux aspects. D’abord, il y avait les contacts directs entre les habitants des bases frontalières et la population locale, à cause des liens de parenté ou du commerce. Le gouverneur et ses subordonnés devaient s’y intéresser, pour régler les marchés et percevoir les impôts, ainsi que pour éviter les désordres locaux. Cela nécessitait l’exercice de la juridiction, ou au moins la résolution des disputes que les échanges commerciaux tendaient à déclencher. Le gouverneur se trouvait ainsi impliqué dans une sorte de « diplomatie locale » avec les parents ou (s’il y en avait) le seigneur de ceux qui avaient commis un délit. Ces relations journalières étaient à l’arrière-plan des questions plus larges de la politique impériale. Constantin VII en présuppose l’existence à Cherson, lorsqu’il expose sa politique de recours aux « services » des Petchénègues51. Nous avons tout lieu de penser que de pareils contacts se faisaient dans les autres bases, par exemple celles en face de la Bulgarie aux IXe et Xe siècles, telles Develtos, Thessalonique et Dyrrachium. Dans ces bases, aussi, on faisait du commerce sur une échelle notable, comme en témoignent les sceaux des percepteurs d’un impôt relatif aux échanges commerciaux, (kommerkiarioi)52. Ainsi donc, les gouverneurs étaient tenus d’agir en liaison avec les nobles et chefs indigènes ; ils pouvaient également surveiller de près les événements.

  • 53 Kekaumenos, Sovety i rasskazy, éd. et trad. G.G Litavrin, Moscou 1972 (Maison d’édition « Nauka »), (...)

21Je citerai deux anecdotes en guise d’exemples de ces rapports « micro-diplomatiques » Vers le troisième quart du Xe siècle, le gouverneur d’une forteresse en Arménie étaient en si bons termes avec un chef limitrophe qu’il s’adressa à lui à l’occasion d’une carence de pain. Le chef répondit volontiers, en promettant d’envoyer « mille » bêtes de somme qui seraient chargées de pain. De fait, le convoi arriva, avec un « conducteur » affecté à chaque paire d’ânes ; mais dès qu’on leur eut ouvert la porte de la forteresse, ces soi-disants « conducteurs » mirent leurs sabres au clair, tuèrent les gardes et s’emparèrent de la ville. Les liens personnels avaient été tramés par un chef rusé, mais il se peut que des liens commerciaux aient déjà été habituels entre les habitants de la forteresse et les sujets du chef53.

  • 54 N.M. Bogdanova, Kherson v X-XV υυ. Problemy istorii vizantiiskogo goroda, dans Prichernomor’e v sr (...)
  • 55 Povest'Vrem. Let s.a. 1066, ed. Adrianova-Peretts et Likhachev, p. 111.

22Notre deuxième récit se passe sur la côte septentrionale de la Mer Noire. Les trouvailles archéologique attestent les échanges entre Cherson et la ville de Tmoutarakan, le siège de plusieurs princes russes durant le XIe siècle. Ces échanges consistaient surtout en verrerie et en poterie vernissée, qu’on fabriquait ou importait à Cherson et puis qu’on exportait ou expédiait à Tmutarakan54. Peu après qu’un prince russe s’y fut installé de force, le gouverneur byzantin de Cherson lui rendit visite. D’après la Première Chronique Russe, le gouverneur porta un toast au jeune prince, et ils burent à la même coupe. Mais le gouverneur aurait versé du poison dans la coupe ; le prince en aurait bu et, selon la Chronique, sept jours plus tard, il expira55. La nouvelle – ou la rumeur – arriva vite à Cherson, et les citoyens, indignés de la perfidie de leur gouverneur, le lapidèrent. On ne saurait évidemment prendre cette histoire au pied de la lettre, mais elle nous offre un aperçu des liens personnels qu’un gouverneur cherchait à nouer avec un potentat qui était entré récemment en scène.

  • 56 Cheynet, Contestations, p. 30, 35, 48, 63, 385.
  • 57 Sokolova, Pechati, p. 169-171, 175 ; V. von Falkenhausen, Untersuchungen über die byzantinische Her (...)
  • 58 Dunn soutint que dès le IXe siècle les droits et les pouvoirs de certains kommerkiarioi (surtout, s (...)

23Cette anecdote nous conduit à l’autre aspect de cette esquisse, se demander dans quelle mesure les gouverneurs et commandants frontaliers travaillaient en liaison avec les autorités centrales. Les conditions générales aussi bien que notre récit tiré de la Chronique Russe indiquent un assez haut degré de collaboration. En bref, la plupart des gouverneurs, que ce fût au nord ou à l’ouest de Constantinople, n’avaient guère le choix. Leur rangs et, fort probablement, leurs salaires étaient inférieurs à ceux de leurs homologues des frontières orientales. Jusqu’au milieu du XIe siècle, les commandants en poste dans les marches de l’ouest et du nord n’étaient pas d’origine locale. Notre malheureux gouverneur de Cherson, lapidé par les citoyens, ne jouissait pas de leur sympathie, et on pourrait énumérer plusieurs cas semblables de soulèvement à Bari56. Le plus souvent, donc, le gouverneur avait intérêt à coopérer attentivement avec les autorités centrales. Les sceaux publiés des nombreux gouverneurs de Cherson imposent la même conclusion que le font les sources littéraires pour les gouverneurs de l’Italie méridionale et ceux d’Antioche et d’Arménie : en général, ils n’exerçaient pas leurs fonctions très longtemps57. Par conséquent, il valait la peine pour eux de renseigner assidûment les fonctionnaires centraux sur les événements de leurs régions. Le plus souvent, ils manquaient de ressources monétaires et d’effectifs militaires de premier ordre et ils devaient recourir au gouvernement central pour toute initiative importante. Des fonctionnaires tels que les kommerkiarioi n’étaient pas nommés par eux et ne se trouvaient pas sous leur commandement exclusif58.

  • 59 Const. VII, De admin., 7, p. 54-55 ; D. Obolensky, Byzantium, Kiev and Cherson in the tenth century (...)

24Ainsi, un réseau d’intérêts aussi bien qu’un réseau de relais et de routes faisaient collaborer les officiels frontaliers avec le gouvernement central. Le rôle de tremplin pour les missions à l’étranger que Constantin VII assigne à Cherson59 était dans une large mesure commun aux autres grandes bases frontalières. Quand il s’agissait d’une entreprise de grande envergure, l’empereur pouvait puiser dans le savoir-faire des gouverneurs frontaliers en même temps qu’il leur fournissait des moyens matériels ou envoyait une force d’intervention.

  • 60 Theoph. Cont., VI. 10, p. 388 ; J. Shepard, Symeon of Bulgaria – Peacemaker, dans Annuaire de l’Uni (...)
  • 61 ’ARIB, trad. dans VASILIEV, Byzance et Arabes, II.2, p. 60 ; al-Hatib al-Bagdadi, ibid., p. 79. Sib (...)
  • 62 VASILIEV, Byzance et Arabes, II. 1, p. 243.
  • 63 Le fait que le gouverneur de Dyrrachium cherchait à déclencher une attaque des Serbes et des Hongr (...)
  • 64 Nicholas I, Patriarch of Constantinople, Letters, éd. et trad. R.J.H. Jenkins et L.G. Westerink, Wa (...)
  • 65 O. Vehse, Das Bündnis gegen die Sarazenen vom Jahre 915, dans Quellen und Forschungen aus italieni (...)
  • 66 Const. VII, De admin., 32, p. 156-157. La datation et la succession des tours de service de Léon co (...)

25Voici, en guise de conclusion, un exemple du fonctionnement de la diplomatie centrale et frontalière. Vers 916, le gouvernement avait résolu d’anéantir le souverain des Bulgares, Syméon60. On envoya donc à Bagdad deux ambassadeurs – dont un était « un jeune homme » et l’autre « un vieillard »61 – pour négocier une trêve et un échange de prisonniers. D’après les chroniques arabes, ces ambassadeurs perdirent contenance devant tout ce qu’ils virent dans les palais abbassides. La chose est crédible puisque les ambassadeurs ne pouvaient pas avoir une grande connaissance des affaires de Bagdad. Mais ils négocièrent une trêve, et c’était le principal62. En revanche, on envoya le gouverneur de Dyrrachium chez le prince des Serbes et le gouverneur de Cherson auprès des Petchénègues63. Le second réussit à engager les « services » des nomades pour attaquer Syméon au nord du Danube. Afin d’entériner les accords conclus avec les Petchénègues, il prit part à des sacrifices païens, en abattant des chiens et des bœufs64. Certes, le plan échoua, parce que les bateaux de la flotte impériale ne transportèrent pas dans les délais les nomades sur l’autre rive du fleuve. Mais le fiasco, imputé aux disputes entre le gouverneur de Cherson et le commandant des navires de guerre ainsi qu’aux machinations de ce dernier, ne rejaillit pas sur l’efficacité du début de la liaison entre les gens de la cour et le gouverneur régional. Ce qu’on pouvait réaliser grâce à une telle coordination leur avait été démontré assez récemment, par le gouverneur de « Longobardia », Nicolas. En 915, cet « adroit diplomate » avait détruit le repaire de brigands musulmans dans la vallée du Garigliano65. On notera que, selon le De administrando, le gouverneur de Dyrrachium dont il a été question plus haut, Léon Rhabdouchos, devint par la suite logothète du Drome66.

26Ainsi, grâce à la vitesse et la fréquence des nouvelles transmises à l’empereur par ses gouverneurs et par le service du Drome, et grâce aux échanges fréquents entre la cour et les principaux postes frontaliers, on arrivait à faire correspondre dans une certaine mesure les marchandages et les réceptions cérémonielles à Constantinople avec la situation réelle dans les zones limitrophes et au-delà. Il ne faut pas considérer cette correspondance comme allant de soi ni, d’autre part, la supposer toujours couronnée de succès. Mais la faculté, pour l’empereur et ses conseillers, de choisir les instruments politiques avec une meilleure connaissances des faits contribua à cacher, sinon combler, le gouffre entre les prétentions impériales et l’habituelle nécessité de recourir à l’aide et aux bons offices des étrangers.

Notes

1 Cf. J. Haldon, The army and the economy : the allocation and redistribution of surplus wealth in the Byzantine State, dans Mediterranean Historical Review, 7 (1992), p. 133-53 (p. 142 145).

2 Léon VI, Tactica, XVIII.142, P.G., 107, col. 981.

3 Theophanes Continuatus, V.31, 38, 41, 53, 54, 55, éd. I. Bekker, Bonn 1838 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 260, 268, 271, 289-90, 291, 292 ; VI. 10, 17, p. 443, 448 ; H. Hunger, Prooimion, Vienne 1964 (Wiener Byzantinistische Studien, 1), p. 94-100, p. 143-53 ; A. Kazhdan, The aristocracy and the imperial ideal, dans The Byzantine aristocracy IX to XIII centuries, ed. M. An Gold, Oxford 1984 (BAR International Series, 221), p. 43-57 (p. 44-45) ; P. Karlin-Hayter, L'enjeu d’une rumeur, dans Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 41 (1991), p. 85-111 (p. 93-95).

4 Pseudo-Symeon, éd. I. Bekker, Bonn 1838 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 681-82 ; cf. p. 660 ; Theoph. Cont., IV.35, p. 197-8 ; P. Pattenden, The Byzantine early warninq System, dans Byzantion, 53 (1983), p. 258-99 (p. 258-62, 266, 286-87).

5 Michel Psellos, Chronographie, éd. E. Renauld, II, Paris 1967 (Collection byzantine « Les Belles Lettres »), p. 17 ; J.-C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byzantina Sorbonensia, 9), p. 59-61, 162.

6 Jean Skylitzes, Synopsis Historiarum, éd. H. Thurn, Berlin-New York 1973 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 5), p. 439.

7 Anne Comnène, Alexiade, III.ix.5 ; III.x.l ; III.xi.3 ; III.xii.1 ; IV.ii.1-2 ; IV.iv.l ; IV.iv.5, éd. B. Leib, I, Paris 1937 (Collection byzantine « Les Belles Lettres »), pp. 132-133, 137, 138-139, 145 146, 150, 152-153 ; M. Mullett, The language of diplomacy, dans Byzantine diplomacy, éd. J. Shepard et S. Franklin, Aldershot 1992 (Society for the Promotion of Byzantine Studies Publications, 1), p. 203-216 (p. 204-210).

8 Raymond D’aguilers, Liber, 2, éd. J.H. Hill et LL. Hill, Paris 1969 (Documents relatifs à l'histoire des Croisades publiés par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 9), p. 39-40 ; Albert D’aix, Historia Hierosolymitana, IL 7, 8, 9, Paris 1879 (Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Occidentaux, 4), p. 304, 305 ; Guillaume de Tyr, Chronique, II.6, 11, 13-14, 16, 18, éd. R.B.C. Huygens, I, Turnhout 1986 (Corpus Christianorum, Continuatio Mediaevalis, 63), p. 168, 174, 178-179, 181, 184-185.

9 Liudprand de Crémoine Antapodosis, I.11, dans Opera, éd. J. Becker, Hanover-Leipzig 1915 (M.G.H.SS. in usum schol.), p. 9.

10 L. Bréhier, Les institutions de l’empire byzantin, Paris 1970 (réimpr.) (Editions Albin Michel. L’évolution de l'humanité), p. 244-246, 266-267 ; D.A. Miller, The Logothete of the Drome in the Middle Byzantine period, dans Byzantion, 36 (1966), p. 438-70 ; R. Guilland, Les Logothetes, dans Revue des études byzantines, 29 (1971), p. 5-115 (p. 33-44) ; N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris 1972 (Le monde byzantin), p. 116-117 (Philothée) ; p. 311-312 (commentaire) ; infra, n. 18. T. Lounghis estime fort justement que les ambassadeurs étaient désignés par l’empereur : Les ambassades byzantines en Occident depuis la fondation des états barbares jusqu’aux Croisades (407-1096), Athènes 1980 (Typographia K. Mihalas), p. 283-285. Toutefois, leur équipement aussi bien que les messages les plus routiniers étaient probablement sous la direction du logothète et ses subordonnés. Voir aussi infra, n. 27.

11 Constantin VII, De cerimoniis aulae byzantinae, II.1, éd. I.I. Reiske, I, Bonn 1829 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 520.

12 Const. VII, De cer., II.1, p. 520-21

13 Const. VII. De cer., II. 1, p. 522.

14 Michel Psellos, Scripta minora, éd. E. Kurtz et F. Drexl, I, Milan 1936 (Orbis Romanus, 5), p. 98-99. Le Dr. Pattenden m’a aimablement communiqué son précieux avis sur la traduction de ce passage [On a rendu τὴν αὐτὴν ἰδέαν par un pluriel, qui convient mieux en français dans ce texte],

15 Oxford Dictionary of Byzantium, éd. A.P. Kazhdan et al., III, New York Oxford 1991 (Oxford University Press), p. 1983. Que Syméon Métaphraste soit identique au « sage Logothète » dont Psellos rédigea un Office semble assez probable : Psellos, Poemata, éd. L.G. Westerink, Stuttgart-Leipzig 1992 (Bibliotheca Teubneriana), p. 277-85 (p. 277, 279).

16 Cheynet, Pouvoir, p. 158, 162-163, 303-307, 325-333.

17 Oikonomidès, Listes, p. 114-121 (Philothée) ; p. 310 et n. 12.

18 On ne peut évaluer ici la signification des peu nombreux sceaux subsistants d’un oxys dromos après l’analyse de B. Koutava-Delivoria, Les oxea et les fonctionnaires nommés ton oxeon : les sceaux et les étoffes pourpres de soie après le IXe siècle, dans Byzantinische Zeitschrift, 82 (1989), p. 177-90 (p. 184, n. 53 ; p. 187-89). Sur les filiales, et sur les droits de perception et de matériaux affectés au Dromos : M. Hendy, Studies in the Byzantine monetary economy c.300-1450, Cambridge 1985 (University Press), p. 607-612 ; A. Dunn, The Kommerkiarios, the Apotheke, the Dromos, the Vardarios and The West, dans Byzantine and Modem Greek Studies, 17 (1993), p. 3-24 (p. 10-11, 17-22).

19 O. Treitinger, Die oströmische Kaiser – und Reichsidee nach ihrer Gestaltung im höfischen Zeremoniell vom oströmischen Staats – und Reichsgedanken, Jena 1938, p. 191-211 ; P. Dolger, Die Kaiserurkunde der Byzantiner als Ausdruck ihrer politischen Anschauungen, réimpr. dans F. Dölger, Byzanz und die europäischen Staatenwelt, Darmstadt 1976 (Wissenschaftliche Buchgesellschaft), p. 9-33 (p. 13-20).

20 Constantin VII, De administrando imperio, 13, éd. et trad. G. Moravcsik et R. J.H. Jenkins, Washington, D.C. 1967 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 1), p. 72-75.

21 Const. VII, De admin., 13, p. 66-67.

22 Const. VII, De admin., 6, p. 52-53.

23 Const. VII, De admin., 6, p. 52-53.

24 Const. VII, De admin., 43, p. 192-193.

25 Const. VII, De admin., 43, p. 194-195.

26 Constantin VII, Three treatises on imperial military expeditions, éd. et trad. J.F. Haldon, Vienne 1990 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 28), p. 108-111.

27 Const. VII, De cerim., II.15, p. 568-9 ; II.47, p. 680-86. Il est probable que le logothète prenait part au choix des cadeaux présentés aux réceptions et de ceux envoyés aux chefs importants : voir l’énumération minutieuse des articles de luxe dont on équipa la mission en partie militaire conduite par Epiphanios en 935 : De cerim., II.44, p. 661-662 ; cf. Hendy, Studies, p. 268-271 ; F. Tinnefeld, Ceremonies for foreign ambassadors at the court of Byzantium and their political background, dans Byzantinische Forschungen, 19 (1993), p. 193-213 (p. 198-199, 203-204). Le directeur des Postes (barid) à Baghdad était, lui aussi, un fonctionnaire très important, souvent un favori du calife ou un eunuque du palais ; il pouvait s’informer de la situation géo-politique des pays voisins, comme l’a fait ibn Khurradadhbih (qui fît office de directeur des Postes et de l’Information (khabar)) : Encyclopedia of Islam, I, Leiden-Londres 1958 (E.J. BRILL), p. 1045 ; D. Sourdel, Le Vizirat ’Abbaside de 749 à 936, II, Damas 1960 (Institut français de Damas), p. 598-599. Cependant le directeur n’assuma pas un rôle dans les réceptions cérémonielles ou l’entretien des ambassadeurs comparable à celui du logothète du Drome. Je dois cette information au Professeur H. Kennedy.

28 Sur la recherche de documents dans le palais et ses difficultés, voir M. McCormick, Analyzing imperial ceremonial, dans Jahrbuch der Osterreichischen Byzantinistik, 35 (1985) p. 1-20 (p. 4-6, 12) ; Const. VII, Three treatises, p. 55-6, 63 (introduction), p. 94-7 ; I. SEVCENKO, Re-reading Constantine Porphyrogenitus, dans Byz. diplomacy, éd. Shepard et Franklin, p. 167-195 (p. 189-192 et n. 54).

29 Liudprand de Crémone, Relatio de legalione, 25, 26, dans Opera, éd. J. Becker, Hanover-Leipzig 1915 (M.G.H. in usum schol), p. 188-189 ; J. Sutherland, The mission to Constantinople in 968 and Liudprand of Cremona, dans Traditio, 31 (1975), p. 55-81 (p. 71) ; Tinnefeld, Ceremonies, p. 212-213.

30 J. Shepard, Byzantine diplomacy, A D.800-1204 : means and ends, dans Byz. Diplomacy, éd. Shepard et Franklin, p. 41-71 (p. 51 53).

31 Povest'Vremennykh Let s.a. 907, 944, éd. V.P. Adrianova-Peretts et D.S. Likhachev, I, Moscou Leningrad 1950 (Académie des Sciences de l’URSS), pp. 24, 35-36 ; G.G. Litavrin, Usloviia prebyvaniia drevnikh rusov v Konstantinopole v Xv. i ikh iuridicheskii status, dans Vizantiiskii Vremennik 54 (1993), p. 81-92 (p. 81, 85-87).

32 Lounghis, Ambassades, p. 371-377 ; M. De Waha, La lettre d’Alexis I Comnène à Robert I le Frison, dans Byzantion, 47 (1977), p. 113-125 (p. 122-123).

33 L’ambassade envoyée à Baghdad en 917 était composée « de vingt Barbares chrétiens », selon ’ARIB. trad. dans A.A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, II.2, Bruxelles 1950 (Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae, 2.2), p. 60 ; N. Oikonomidès, Byzantine diplomacy, A D. 1204-1453 : means and ends, dans Byz. diplomacy, éd. Shepard et Franklin, p. 73-88 (p. 80).

34 Widukind de Corvey, Res gestae saxonicae, III, 56, éd. A. Bauer et R. Rau, Darmstadt 1971 (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, 8), p, 164-165 ; E. Chrysos, Byzantine diplomacy, A.D.300-800 : means and ends, dans Byz. diplomacy, éd. Shepard et Franklin, p. 25-39 (p. 32).

35 Const. VII, De cerim., II.48, p. 691 ; Treitinger, Kaiseridee, p. 212.

36 Vita 8. Germani, 21, AA.SS., Mai III, p. 11* ; B.H.G., no. 698, p. 225 ; Novum Auctarium BHG, Bruxelles 1984 (Subsidia Hagiographica, 65), no. 698, p. 81 ; I. Dujcev, Une ambassade byzantine auprès des Serbes au IXe siècle, dans Zbornik Radova Vizantoloshkog Instituta, 7 (1961), p. 53-60 (p. 56-59).

37 On employait des marchands pour recueillir des informations sur les desseins militaires des émirs frontaliers : Le traité sur la guérilla de l’empereur Nicéphore Phocas, VII.2, éd. et trad. G. Dagron et H. Mihaescu, Paris 1986 (Le monde byzantin), p. 50-51. La frontière byzantino-sassanide semble avoir été plus ouverte : A.D. Lee, Information and frontiers. Roman foreign relations in Late Antiquity, Cambridge 1993 (University Press), p. 54-66.

38 Supra, n. 27.

39 Theoph. Const., III.9, p. 95 ; Skylitzes, p. 56 ; A.A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, I, Bruxelles 1935 (Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae, 1), p. 272-273, 417 ; J. Rosser, John the Grammarian’s embassy to Baghdad and the recall of Manuel, dans Byzantinoslavica, 37 (1976), p. 168-71 ; H. Kennedy, Byzantine-Arab diplomacy in the Near East from the Islamic conquests to the mideleventh century, dans Byz. diplomacy, éd. Shepard et Franklin, p. 133-143 (p. 139).

40 Theoph. Const., III.9, p. 97-98.

41 Vie de saint Constantin-Cyrille, ch.6, éd. B.S. Angelov et K. Kodov, dans Kliment Okhridski : S’brani S’chineniia, III, Sofia 1973 (Académie des Sciences Bulgare), p. 93-94 ; trad. dans F. Dvornik, Les légendes de Constantin et de Méthode vues de Byzance, Prague 1933 (Byzantinoslavica Supplementa, 1), p. 355 357 ; ID., Constantine-Cyril’s religions discussion with the Arabs, dans Studia Palaeoslovenica,, Prague 1971, pp. 77-78. Après avoir reçu deux traités polémiques des musulmans – probablement du calife-, Michel III chargea l’érudit Nicétas de rédiger une réponse formelle et dialectique : A.-T. Khoury, Les théologiens byzantins et l’Islam. Textes et auteurs (VII Ie-X IIIe s.), Louvain-Paris 1969 (Editions Hauwelaerts), p. 110-127. Peut-être pensait-il à l’utilité d’un tel livret pour ses ambassades à l’avenir.

42 F. Dolger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches, I Munich 1924 (Corpus der griechischen Urkunden des Mittelalters und der neueren Zeit, A.I),nos 421, 423, 425, 426, 428, 430, 434, 435, 436, 441, 448, 451, 454 ; M. Canard, Les relations politiques et sociales entre Byzance et les Arabes, dans Dumbarton Oaks Papers, 18 (1964), p. 33-56 (p. 35-37) ; Kennedy, Byz.-Arab diplomacy, p. 139.

43 Voir infra, p. 379-395.

44 Photius, Bibliothèque, éd. R. Henry, I, Paris 1959 (Collection byzantine « Les Belles Lettres »), p. 1 ; Photius, Bibliothèque, éd. R. Henry, VIII, Paris 1977 (Collection byzantine « Les Belles Lettres »), p. 214 ; H. Ahrweiler, Sur la carrière de Photius avant son patriarchat, dans Byzantinische Zeitschrift, 58 (1965), p. 348-363 (p. 357-361) ; P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris 1971 (Bibliothèque byzantine. Etudes, 6), p. 37-41, 179-180 ; Vita de saint Constantin Cyrille, ch.6, éd. Angelov et Kodov, p. 92 ; trad. Dvornik, p. 355. Pour une ambassade conduite par « un jeune homme » et « un vieillard », voir infra, n. 61.

45 Léon Choerosphactès, Correspondance, éd. et trad. G. Kolias, Athènes 1939 (Texte und Forschungen zur byzantinisch-neugriechischen Philologie, 31), p. 112-113.

46 Choerosphactès, Correspondance, p. 122-123.

47 Leo Metropolitan of Synada and Syncellus, Correspondent, éd. M.P. Vinson, Washington, D.C. 1985 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 23), p. 14 15, 18-19, 10-11.

48 W. Felix, Byzanz und die islamische Welt im früheren 11. Jahrhundert, Vienne 1981 (Byzantina Vindobonensia, 16), p. 48 60, 80, 106-107, 117 ; W. Farag, The Aleppo question, dans Byzantine and Modem Greek Studies, 14 (1990), p. 44-60 (p. 57-60) ; Kennedy, Byz.-Arab diplomacy, p. 142. Déjà au milieu du Xe siècle, le De cerimoniis enregistrait les relations plus actives que l’empereur amorçait avec les potentats et « magnats » (megistanes) d’Egypte, Syrie, Tarsus et d’Asie centrale : Const. VII, De cerim., II.1, 15, 47, 48, pp. 522, 570-94, 682-686, 689-90.

49 La Vie de saint Grégoire le Décapolite, 17, éd. F. Dvornik, Paris 1926 (Travaux publiés par l’Institut d’études slaves, 5), p. 62.

50 Par exemple, Otranto était en fait une base frontalière et un port où des ambassadeurs tels que Léon de Synada débarquaient, séjournaient et pouvaient se mettre au courant des affaires « latines » : Leo of Synada, Correspondence, p. 4-7, 95 ; V. von Falkenhausen, Résaux routiers et ports dans l’Italie méridionale byzantine (VIe-XIe s.), dans Praktika tou A’diethnous symposion E kathemerine zoe sto Byzantio, Athènes 1989 (Kentro Byzantinon Ereunon), p. 711-731 (p. 716).

51 Const. VII, De admin., 6, p. 52-53.

52 II est probable que les fonctions des kommerkiarioi ont changé avec le temps ; mais il est évident que ceux qui étaient affectés aux zones frontalières et « portes » maritimes telles que Cherson réglaient et imposaient les échanges avec les étrangers : I.V. Sokolova, Monety i pechati vizantiiskogo Khersona, Leningrad 1983 (« Iskusstvo » : Section de Léningrad), p. 169-170, 174 ; J. Nesbitt et N. Oikonomidès, Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art, I, Italy, North of the Balkans, North of the Black Sea, Washington, D.C. 1991 (Dumbarton Oaks Research Library), p. 42-43, 63 70, 125-126, 172178, 183-186 ; Dunn, Kommerkiarioi, p. 11-14.

53 Kekaumenos, Sovety i rasskazy, éd. et trad. G.G Litavrin, Moscou 1972 (Maison d’édition « Nauka »), p. 170-171 ; n. 393, p. 411-414 ; n. 400, p. 421 (commentaire). Déjà au milieu du Xe siècle on conseillait de forger des liens avec les émirs limitrophes, mais toujours en perspective de la guerre imminente : Dagron et Mihaescu, Traité sur la guérilla,, VII.2, p. 50-51 ; p. 249-250 (changement de conditions dans la marche orientale).

54 N.M. Bogdanova, Kherson v X-XV υυ. Problemy istorii vizantiiskogo goroda, dans Prichernomor’e v srednie veka, éd. S.P. Karpov, Moscow 1991 (Maison d’édition Université de Moscou), p. 8-172 (p. 67-68).

55 Povest'Vrem. Let s.a. 1066, ed. Adrianova-Peretts et Likhachev, p. 111.

56 Cheynet, Contestations, p. 30, 35, 48, 63, 385.

57 Sokolova, Pechati, p. 169-171, 175 ; V. von Falkenhausen, Untersuchungen über die byzantinische Herrschaft in Süditalien vont 9. bis ins 11. Jahrhundert, Wiesbaden 1967 (Schriften zur Geistesgeschichte des östlichen Europa, 1), p. 74-95 ; V. Laurent, La chronologie des gouverneurs d'Antioche sous la seconde domination byzantine, dans Mélanges de l’Université Saint Joseph, 38 (1962), p. 221-254 (p. 228-254) ; K.N. Iuzbashian, Armianskie gosudarstva epokhi bagratidov i Vizantiia IX XIυυ., Moscou 1988 (Maison d’édition Nauka), p. 213-215.

58 Dunn soutint que dès le IXe siècle les droits et les pouvoirs de certains kommerkiarioi (surtout, semble-t-il, dans les Balkans) étaient affectés au Dromos : Kommerkiarioi, p. 17-21.

59 Const. VII, De admin., 7, p. 54-55 ; D. Obolensky, Byzantium, Kiev and Cherson in the tenth century, dans Byzantinoslavica, 54 (1993), p. 108-113 (p. 108-109).

60 Theoph. Cont., VI. 10, p. 388 ; J. Shepard, Symeon of Bulgaria – Peacemaker, dans Annuaire de l’Université de Sofia « St. Kliment Ohridski », 83 (3) (1989 (1991)) [paru 1994], p. 9-48 (p. 25).

61 ’ARIB, trad. dans VASILIEV, Byzance et Arabes, II.2, p. 60 ; al-Hatib al-Bagdadi, ibid., p. 79. Sibt ibn al-Ghauzi précise – peut-être sans source indépendante – que celui-ci aurait eu « plus de soixante-dix ans » tandis que l’autre aurait eu « environ quarante ans » (ibid., p. 169). L’ambassadeur le plus jeune était Jean Rhadinos qui, comme drongaire de la flotte, vainquit Léon de Tripoli en 922 : A.A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, II. 1, Bruxelles 1968 (Corpus Bruxellense Historiae Byzantinae, 2.1), p. 238, p. 249.

62 VASILIEV, Byzance et Arabes, II. 1, p. 243.

63 Le fait que le gouverneur de Dyrrachium cherchait à déclencher une attaque des Serbes et des Hongrois contre les Bulgares était affirmé par Michel, chef des Zachloumi, un voisin jaloux du prince des Serbes. En tout cas l’allégation semblait assez croyable à Syméon : Const. VII, De admin., 32, p. 156-157. Pour les Pétchénègues, voir Theoph. Cont., VI.7, 10, p. 387, 389 ; Shepard, Symeon, p. 24 25, n. 135, p. 42.

64 Nicholas I, Patriarch of Constantinople, Letters, éd. et trad. R.J.H. Jenkins et L.G. Westerink, Washington, D.C. 1973 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 6), p. 310-313.

65 O. Vehse, Das Bündnis gegen die Sarazenen vom Jahre 915, dans Quellen und Forschungen aus italienischen Archiven und Bibliotheken, 19 (1927), p. 181-201 (p. 188) ; J. Gay, L’Italie méridionale et l'empire byzantin, 867-1071, Paris 1904 (Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, 90), p. 161-163 ; V. Laurent, Contributions à la prosopographie du thème de Longobardie, dans Byzantino-Sicula II, Miscellanea di scritti in memoria di Oiuseppe Rossi Taibbi, Palermo 1975 (Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici, Quaderni, 8), p. 307 319 (p. 308 310).

66 Const. VII, De admin., 32, p. 156-157. La datation et la succession des tours de service de Léon comme gouverneur et logothète sont discutées, mais on ne niera pas qu’il remplit les deux ; il est plus probable qu’il servit sur la frontière avant de faire office de haut fonctionnaire à la cour : De Administrando Imperio, II, Commentary, éd. R.J.H. Jenkins, London 1962 (University of London, Athlone Press), p. 135 (P. Dvornik) ; MILLER, Logothete of Drome, p. 470 ; Guilland, Logothètes, p. 54.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540