Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

La participation des juifs au commerce dans le monde franc (VIe-Xe siècles)

Jean-Pierre Devroey et Christian Brouwer

Texte intégral

Géographie des « colonies d’orientaux »

  • 1 S. Lebecq, L’héritage (Ve-VIIe siècle). III. Les villes et l’économie d’échanges, dans L’économie (...)

1Les « colonies d’Orientaux – Juifs, Syriens mais aussi Grecs – étaient nombreuses en Gaule comme d’ailleurs dans le reste de l’Occident ». « En Gaule (...) il s’en trouvait (...) autant dire dans chaque port important de la Méditerranée, le long de chacune des grandes voies de communication qui s’en échappaient vers le nord (axe Rhône/Saône) ou vers l’Atlantique (isthme aquitain par le Lauragais et la Garonne ; vallée de la Loire), et enfin dans les grandes villes du Nord qui étaient devenues capitales royales ou dont la très ancienne vocation militaire avait fait des places industrieuses et cosmopolites »1. La synthèse la plus récente consacrée à l’économie médiévale résume dans ce raccourci saisissant la place prépondérante qu’occuperaient les Orientaux dans une économie de la Gaule tout entière encore tournée jusqu’au milieu du VIIe siècle vers la Méditerranée.

  • 2 Sont fondamentaux pour l’ensemble de notre travail : H. Gross, Gallia Judaica. Dictionnaire géogra (...)

2Narbonne, Marseille, Arles, Toulouse, Auch, Bordeaux, Saintes, Poitiers, Uzès, Vienne, Lyon, Mâcon, Autun, Tours, Orléans, Nantes, Paris, Trèves et Cologne ; telles sont les cités qu’une historiographie particulièrement féconde désignent comme les points d’attache de ces « colonies » au début du Moyen Âge2.

  • 3 L. Bréhier, Les colonies d’Orientaux en Occident au commencement du Moyen Âge, dans Byzantinische (...)
  • 4 A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. LL Géographie ar (...)

3Il faut d’abord mesurer les progrès accomplis depuis Bréhier et Pirenne et constater qu’aujourd’hui, Juifs, Grecs et Syriens sont pris en compte de concert dans l’établissement d’une cartographie des implantations orientales en Gaule. Le terme de « colonie », qui a été introduit par Louis Bréhier en 1903, constitue une première source de confusion3. Le mot ne se trouve pas plus qu’un autre dans nos textes. Pour s’en tenir à la définition proposée par André Miquel pour caractériser les implantations de musulmans « de l’étranger », il ne peut s’agir de marchands isolés, d’espions ou d’ambassadeurs. La colonie est un « groupe d’hommes de même origine, mais installés ailleurs, et coupés de cette origine même ». Les critères de définition de ces colonies sont la stabilité du groupe, son caractère minoritaire dans la société qui F héberge, l’existence de structures internes à la communauté, et en relations officialisées avec celles de la société d’accueil4.

  • 5 D. Claude, Der Handel im Westlichen Mittelmeer, Göttingen 1985 (Untersuchungen zu Handel und Verke (...)
  • 6 Ibid., p. 188.
  • 7 Art. minyan, dans Encyclopedia Judaica, 12 (1971), col. 67. Cette singularité des fils d’Israël es (...)

4Dans le sens où nous prenons ce mot, il n’existe pas à proprement parler de colonies syriennes ou grecques dans la Gaule médiévale, jusqu’à la dernière mention d’un Syrien en 610. Rien ne permet, par exemple, de penser que Grecs ou Syriens aient pu constituer une Eglise séparée en Gaule5. On verra par contre que ce qualificatif peut s’appliquer très tôt aux implantations des Juifs. Comme Dietrich Claude l’a souligné dans son étude classique du commerce de la Méditerranée occidentale, il demeurait d’ailleurs une différence fondamentale entre les Juifs et les autres Orientaux, dans la mesure où les Levantins constituaient un groupe défini par son origine géographique et sa langue, alors que les fidèles de la religion mosaïque constituaient une communauté de foi, présente dans le temps et dans l’espace sur toutes les rives de la Méditerranée6 et qui a conservé jusqu’à aujourd’hui une conscience aiguë de la singularité d’Israël. Dans ce sens, les dix Juifs âgés de plus de douze ans qui suffisent à constituer le minyan pour l’office du Sabbat disposent de l’essentiel des traits qui fondent notre définition de la « colonie »7.

  • 8 P. Scheffer-Boichorst, Kleinere Forschungen zur Geschichte des Mittelalters. IV. Zur Geschichte de (...)
  • 9 P. Lambrechts, Le commerce des « Syriens » en Gaule du Haut Empire à l’époque mérovingienne, dans (...)
  • 10 C. Goudineau, Les villes de la paix romaine, dans Histoire de la France urbaine, dir. G. Duby, I. (...)
  • 11 A. Verhulst, Marchés, marchands et commerce au haut moyen âge dans l’historiographie récente, dans(...)

5Depuis les premières recherches de Paul Scheffer-Boichorst consacrées en 1886 à l’histoire des Syriens à l’étranger8, l’historiographie du sujet s’est alourdie au gré d’interprétations hasardeuses, de généralisations, d’amalgames et d’anachronismes. Pour l’Antiquité, les travaux de Pierre Lambrechts ont montré que la présence et le rôle des « Syriens » dans le commerce de la Gaule sont restés insignifiants jusqu’à la fin du IIIe siècle. Pour Lambrechts, le Bas-Empire et la période mérovingienne virent par contre une immigration et une mainmise commerciale des Orientaux en Occident9. L’impression globale ne peut pourtant guère tromper : au Bas-Empire « les villes de la Gaule abritaient peu d’étrangers, et ils se concentraient essentiellement dans cinq d’entre elles : Lyon, Trèves, Bordeaux, Arles et Narbonne »10. Dans la Gaule mérovingienne, Adriaan Verhulst pense que deux Syriens seulement peuvent être considérés comme des marchands au long cours, « la disparition des Syriens pendant la première moitié du VIIe siècle ne constitue pas un argument aussi convaincant que ne le pensait Pirenne en faveur d’une interruption des relations commerciales », entre Orient et Occident par suite de la conquête arabe11.

  • 12 Voir supra, note 1. La liste plus longue proposée par M. Rouche (Marchés et marchands en Gaule du (...)

6Pour la période médiévale, même la liste des « colonies orientales » établie prudemment par Stéphane Lebecq en 1993 reflète à l’analyse une image trompeuse de la réalité12. La question de leur participation à la vie économique du monde franc doit donc d’abord s’appréhender dans le temps et dans l’espace.

  • 13 La présence d’une colonie juive à Cologne est attestée par une loi de 321 du Codex Theodosianus (X (...)
  • 14 Pour Trèves : inscriptions dans C. I. G., 9891 (409) et 9893 (IVe siècle), Solin, p. 756, E. Gose,(...)
  • 15 C. I. L., XIII, 5373 ; Solin, p. 756.

7La carte de la présence des Orientaux dans la Gaule mérovingienne doit tout d’abord être allégée des localités où les témoignages d’une implantation de Juifs ou de Syriens ne se prolongent pas sans un important hiatus chronologique au delà de la fin de l’Empire romain d’Occident. C’est le cas de Cologne, où une mention unique de 321 permet de situer un groupe de Juifs13, de Trèves, où les témoignages épigraphiques de la présence de Syriens disparaissent au début du Ve siècle14, et de Besançon15.

  • 16 Par exemple, la mention d’Autun parmi les colonies syriennes sur base de Bréhier, p. 15, qui note (...)

8Une seconde série de corrections doit être introduite, là où la présence d’Orientaux relève d'une interprétation hasardeuse ou erronée des sources16.

  • 17 Salvianus, De gubernatione Dei, IV, 69, éd. G. Lagarrigue, Paris 1975 (Sources chrétiennes, 220), p (...)
  • 18 Hieronymus, Commentarii in Hiezechielem, VIII, 27, 313, éd. Glorie, Turnhout 1964 (Corpus Christian (...)
  • 19 Claude (Handel, p. 173) estime que Salvien pense ici avant tout à la Gaule du Sud, puisque des vil (...)
  • 20 Gregorius Turonensis, Historiae, 5, 11, éd. R. Buchner, Berlin [1955] (Ausgewählte Quellen zur deut (...)
  • 21 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 1, 45, éd. D. Norberg, Turnhout 1982 (Corpus Christianorum (...)

9À Marseille, le port était fréquenté par de nombreux marins venus de la Méditerranée orientale. Mais l’hypothèse qui en fait le siège d’une « colonie syrienne » permanente repose en réalité sur l’interprétation d’un passage de Salvien, où l’auteur du De gubernatione Dei dénonce les « foules de toutes sortes de negotiatores et de Syriens qui ont quasi occupé la plus grande partie de l’ensemble des cités »17. Si la formule témoigne du poids des Syriens en Occident au milieu du Ve siècle et fait écho aux reproches que leur adressait saint Jérôme18, rien ne permet de l’utiliser directement dans le contexte marseillais et de penser que Salvien songeait en l’employant plus spécialement à des concitoyens syriens19. À l’inverse, la présence d’une communauté juive est solidement attestée à Marseille à partir de la seconde moitié du VIe siècle. Les Juifs de Clermont, qui furent chassés de la ville par l’évêque Avit en 576 parce qu’ils étaient restés fidèles à l’Ancienne Loi allèrent ou retournèrent à Marseille20. Quelques années plus tard, la correspondance de Grégoire le Grand témoigne que des Juifs des évêchés de Marseille et d’Arles étaient à leur tour en butte à la menace de conversions forcées21.

  • 22 Gregorius Turonensis, Historiae, 7, 31, éd. Buchner, II, p. 130-132. Contrairement à Lambrechts, p. (...)

10En 585 à Bordeaux, rien ne permet de savoir si le marchand syrien Euphron, qui avait sa maison dans la ville, était autre chose qu’un individu isolé22.

  • 23 Gregorius Turonensis, Historiae, 10, 26, éd. Buchner, II, p. 388 : Eusebius quidam negotiator gener (...)
  • 24 Gregorius Turonensis, Historiae, 6, 17, éd. Buchner, II, p. 34 : Rex vero Chilpericus multos Iudaeo (...)
  • 25 Gregorius Turonensis, Historiae, 6, 17, éd. Buchner, II, p. 34-36 : Cumque die sabbati Priscus prae (...)
  • 26 B. Blumenkranz, Les synagogues, dans Art et archéologie des Juifs en France médiévale, Paris 1980, (...)

11À Paris, c’est à partir d’un texte de Grégoire de Tours, qu’une généralisation abusive a situé une autre « colonie » syrienne. L’Historia Francorum indique qu’en 591, à la mort de l’évêque de Paris Ragnimodus, un certain Eusèbe, negociator d’origine syrienne, se fit attribuer le siège épiscopal à force de cadeaux. Une fois nommé, il congédia l’entourage de son prédécesseur et composa sa maison ecclésiastique de Syriens de sa famille23. Rien dans cette brève anecdote ne permet de conclure qu’Eusèbe exerçait son négoce à Paris ou encore que ses familiers syriens étaient originaires de la cité. L’existence d’une communauté juive et d’une synagogue à Paris relèvent d’une généralisation aussi abusive. Dix ans plus tôt, en 582, le roi Chilpéric venait d’imposer le baptême à de « nombreux Juifs »24 et, en premier sans doute, à des Juifs de son entourage. Malgré les pressions, l’un d’entre eux, le marchand Priscus, demeurait fidèle à sa foi mosaïque. Il est assassiné avec ses compagnons, explique l’Histoire des Francs, alors qu’ils se rendaient sans armes dans un lieu secret pour y prier25. Ici encore, les dires de Grégoire de Tours ne permettent ni de fixer à Paris le lieu de résidence ordinaire de Priscus et de ses compagnons, ni de penser que les secretiora avaient remplacé une hypothétique synagogue détruite par les ordres du Roi26.

  • 27 Communautés juives à Arles : Vita Caesarii, 1, 29, éd. B. Krusch, M.G.H., Script. Rer. Merov., 3, (...)
  • 28 C. Goudineau, Les villes de la paix romaine, dans Histoire de la France urbaine, dir. G. Düby, I. (...)
  • 29 Le prêtre bordelais Lupus rencontre un Juif entre Bordeaux et Tours sans qu’on sache si celui-ci f (...)
  • 30 L’argument épigraphique est discuté par Claude, Handel, p. 179-181.
  • 31 L’assimilation paraît s’être faite en Espagne, dans l’espace d’une génération. Les possessions byz (...)
  • 32 Claude, Handel, p. 181-182 ; H. Pirenne, La fin du commerce des Syriens en Occident, dans Annuaire (...)

12En réalité, la présence d’un groupe stable de Grecs ou de Syriens n’est attestée avec sûreté en Gaule à partir du Ve siècle qu’à Arles, à Narbonne et à Orléans. Des communautés juives sont connues en plus grand nombre entre le Ve et le VIIe siècle, dans les mêmes trois cités d’Arles, Narbonne et Orléans, ainsi qu’à Marseille, à Bourges, à Clermont et peut-être à Uzès27. La carte des groupements d’Orientaux dans la Gaule mérovingienne se caractérise donc par son caractère méridional et diffère peu de ce qu’ont pu être les implantations de Grecs, de Syriens et de Juifs à la fin de l’Antiquité : elle épouse les contours de la Gaule du Midi, celle des grandes cités de la paix romaine28. Notre lecture très restrictive des sources nous prive sans doute de quelques points de peuplement, où le maintien ou la naissance de « colonies » orientales est plausible : Nîmes, Vienne, Lyon ou Bordeaux29. Mais cette approche critique a le mérite de dégager avec force deux traits essentiels du phénomène : la continuité topographique entre le Bas-Empire et l’époque mérovingienne, l’aspect urbain et le caractère exclusivement méridional de la présence orientale en Gaule jusqu’au VIIe siècle. Beaucoup de questions demeurent ouvertes. Notre connaissance de la géographie et de la chronologie de la diaspora juive en Gaule avant le Ve siècle est encore totalement lacunaire. En ce qui concerne les autres Orientaux, grecs et syriens, la disparition progressive des témoignages épigraphiques30 peut créer un effet de source et altérer notre vision d’ensemble31. À l’autre bout de la période, l’effacement des textes de toute référence à des établissements de chrétiens orientaux en Gaule après 610 est impressionnant. Avec Dietrich Claude, il faut retenir pour l’instant comme l’hypothèse la plus plausible, celle de l’assimilation progressive de groupes dont nous croyons savoir qu’ils n’avaient ni la taille, ni la cohésion interne, ni l’autonomie suffisantes pour conserver longtemps encore des traits sociologiques, culturels et religieux saillants. Le fait n’enlève rien aux thèses générales de Pirenne dans la mesure où l’assimilation des communautés de langue grecque a signifié sans doute que les liens avec leur patrie d’origine s’étaient progressivement distendus avant de s’interrompre dans le courant du VIIe siècle32.

  • 33 À Marseille : B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris 1857, no 77, t.  (...)
  • 34 Prudence de Troyes attribue la prise de Bordeaux par les Danois en 848 à la trahison des Juifs : P (...)
  • 35 À la fin du Xe siècle, une épître de la communauté juive de Limoges fait état d’une persécution co (...)
  • 36 Pour Blois, voir note précédente, à Limoges. Un Juif est connu à Orléans en 956 : Recueil des Acte (...)
  • 37 À Vienne : mentions d’une Terra Hebreorum, en 842 (C. U. J. Chevalier, Cartulaire de l’abbaye de S (...)
  • 38 À l'exception de Paris au VIe siècle (voir supra, n. 24) et d’Aix-la Chapelle (voir infra, n. 94) (...)

13À partir du VIIe siècle, notre carte se confond donc avec l’histoire des communautés d’Israël dans le monde franc. Jusqu’au IXe siècle, les sources témoignent de l’étonnante stabilité géographique et sociologique de ces implantations : le Midi méditerranéen, avec Marseille, Arles, Narbonne et Uzès33 ; le Sud-Ouest avec Bordeaux, Saintes et Auch34, le Centre avec Limoges35, la vallée de la Loire, avec Blois, Orléans et Nantes36, les vallées du Rhône et de la Saône, à Vienne, à Lyon, à Chalon et à Mâcon37. Avant 900, il n’existe pas de preuves de l’existence d’autres communautés mosaïques au delà de cette ligne symbolique qui partage la France du Nord de celle du Midi et va du sud de la Bourgogne à la vallée de la Loire38.

14Ce fait de géographie historique paraît bien indiquer que le peuplement juif est demeuré longtemps insensible au mouvement de balancier qui a accompagné le déclin du Midi dans le courant du VIIe siècle et fait glisser vers le Nord le centre de gravité politique et économique du monde franc.

15La nouvelle orientation des échanges vers l’Ouest et le Nord de l’Europe a stimulé la production de biens de consommation agricoles – céréales et vin – qui allaient devenir les points forts de l’économie entre Loire et Rhin à l’époque carolingienne. Les Juifs paraissent avoir été doublement absents de cette expansion du nord de la Gaule : absents sur le terrain, au moins jusqu’au Xe et au XIe siècle, absents des nouveaux circuits d’échanges, où s’activent Anglo-saxons et surtout Frisons.

16Le Xe siècle et l’extrême début du XIe, qui marquent la limite chronologique supérieure de cette enquête topographique, sont caractérisés par deux évolutions contrastées du peuplement juif en Occident.

  • 39 Entre 937 et 939, le pape Léon VII donne des instructions à l’archevêque de Mayence, Frédéric, sur (...)
  • 40 W. Schlesinger, Städtische Frühformen zwischen Rhein und Elbe, dans Studien zu den Anfangen des Eu (...)
  • 41 Présence de Juifs à Worms (1025-1040) : H. Boos, Urkundenbuch der Stadt Worms, 1, no 39, p. 369 ; (...)

17Dans le monde germanique, l’installation de communautés juives parmi lesquelles se trouvaient des marchands est mentionnée pour la première fois dans le courant du Xe siècle à Mayence et dans les marches orientales à Magdebourg, Mersebourg et Ratisbonne39. Il semble donc que nous n’ayons affaire qu’à des îlots de peuplement clairsemés, fixés dans des places de commerce importantes. Dans la vallée du Rhin, à l’exception de Mayence où la route qui conduit vers Erfurt et la Thuringe passe le fleuve40, les implantations juives sont probablement postérieures à l’an Mil, à Worms (1025-1040), à Spire (1084), à Cologne (1056-1075)41. Le lieu d’origine de ces communautés demeure pour l’essentiel inconnu.

  • 42 G. Duby, p. 30 et 119 121, qualifie de paysans les Juifs de cette région mais ne fait ressortir qu (...)
  • 43 B. Blumenkranz, Un ensemble synagogal à Rouen, 1096-1116, dans Comptes rendus (de l')Académie des (...)
  • 44 Des Juifs sont mentionnés à Reims en 1004, où l’abbé Fulrad, après avoir été chassé de Saint-Vaast (...)
  • 45 La première mention d’un Juif à Metz concerne la possession d’un vignoble en 945 : Dom Calmet, His (...)

18Àl’ouest du Rhin, une expansion très progressive des communautés juives les poussent, presque par capillarité, vers le Nord et l'Est de l’ancien royaume franc. Dans la région de Narbonne, autour de Vienne, de Lyon, de Chalon et de Mâcon, des Juifs sont désormais présents à la campagne, sans que l’état actuel de l’historiographie permette de mesurer la part des activités rurales directes et de l’investissement en capital foncier que dénote chacune de ces mentions42. Au Nord, des communautés sont actives en Normandie à Rouen à partir de la fin du XIe siècle43, en Champagne, au début du XIe siècle, à Reims (1004), à Sens (1015), à Troyes et Auxerre(1re moitié du XIe s.)44, en Lorraine, dès le milieu du Xe siècle, à Metz, après le XIe siècle à Verdun45.

  • 46 S. Schwarzfuchs, Chroniques hébraïques du XIe siècle, dans Évidences, 41 (1954), p. 34-37 (p. 36-3 (...)
  • 47 Gesta Episcoporum Cameracensium, éd. Bethmann, p. 453.
  • 48 Desportes, p. 107.

19L’histoire de Jacob bar Yekoutiel narrée par une chronique hébraïque du début du XIe siècle jette un éclairage précis sur ces nouvelles communautés. Originaires de Lorraine, Jacob et ses fils s’étaient installés à Rouen vers 1007. Vers 1023, Jacob vivait à nouveau dans sa famille en Lorraine, lorsque le comte de Flandre Baudouin IV le pria de s’établir auprès de lui, avec trente autres Juifs qu’il lui recommanderait. Après trois mois de séjour en Flandre, il mourut à Arras et ses fils durent gagner Reims pour l’y ensevelir en terre juive46. À Reims, la présence des Juifs est sans doute postérieure à 965, si l’on veut bien accepter comme argument l’absence de leur mention dans l’oeuvre historique considérable de Flodoard. La première mention de 1004 montre les Juifs de Reims en relation d’affaires avec Fulrad, l’ancien abbé de Saint-Vaast d’Arras, qui s’était réfugié à Reims après avoir été chassé de son abbaye pour indignité47. En 1023, la Juiverie de Reims occupait encore une position avancée du côté du nord-ouest, au moment où des Juifs auraient été appelés par le comte pour s’établir en Flandre48.

  • 49 Voir supra, n. 33.

20Ces tribulations d’un sage juif au début du XIe siècle mettent en lumière le caractère d’essaimage que revêtent les nouvelles implantations. L’émigration n’est pas le fait d’individus, mais de groupes, qui conservent de solides liens avec leur communauté d’origine. La solidarité innée des frères en Israël se manifeste aussi bien en 576, lorsque les Juifs chassés de Clermont « retournent » à Marseille, qu’au IXe siècle, lorsque les communautés de Lyon, de Chalon et de Mâcon firent gagner Arles à leurs enfants, pour les protéger des tentatives d’endoctrinement et de conversion49.

  • 50 Voir supra, n. 2.
  • 51 Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 12-13 et 22. Le caractère principalement urbain des colonies ju (...)

21La participation des Juifs au commerce médiéval demeure un problème délicat et négligé par l’historiographie contemporaine. En ce qui concerne l’histoire économique, peu de progrès significatifs ont été réalisés depuis les recherches de Caro en 190850 Des intentions, tantôt polémiques, tantôt apologétiques ont accrédité l’idée qu’il faut voir des marchands partout où il y a des Juifs. Par réaction, Bernhard Blumenkranz a insisté sur la présence de Juifs dans tous les secteurs de l’activité humaine et notamment sur leur place dans la vie rurale, pour conclure de manière sans doute excessive que les Juifs du Haut Moyen Age ne se distinguaient guère en ces matières de leurs voisins chrétiens51.

  • 52 P. Johanek, Die fränkische Handel der Karolingerzeit im Spiegel der Schriftquellen, dans Der Hande (...)

22En réalité, si l’on excepte la tentative de Blumenkranz en 1960 et les relevés partiels de Claude et Johanek en 1985, la recherche contemporaine a fait l’économie de la collecte et de la relecture systématique des sources latines, hébraïques et arabes52. Elles sont, il est vrai, rares ; en outre presque toujours unilatérales et indirectes et, quand elles sont d’origine ecclésiastique, le plus souvent hostiles. Dans le monde chrétien médiéval, le Juif « réel » n’apparaît guère dans les textes que dans les périodes de crise anti-judaïque ou lorsque sa figure sert de faire-valoir ou de contraste à un acte de sainteté.

Aspects socio-économiques de l’activité des Juifs

23Le statut social des Juifs conditionne leur capacité à s’inscrire dans l’activité économique du monde franc. Il ne saurait être question ici de dresser un tableau d’ensemble du statut des Juifs au cours du Haut Moyen Age. Toutefois, nous voudrions tenter une approche diachronique de la capacité économique des Juifs. Celle-ci repose en grande partie sur la possibilité que leur concède la législation civile et canonique de posséder des esclaves ou d’employer des chrétiens.

  • 53 Codex Theodosianus, XVI, 8, 3, éd. T. Mommsen, p. 895-897 ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 32 (...)
  • 54 Concilium Aurelianense, a. 538, c. 14, éd. C. de Clercq, p. 120 : De mancipiis Christianis, quae i (...)
  • 55 Concilium Matisconense, a. 581-583, c. 16, éd. de Clercq, p. 227 : quia nunc ita quorundam quaeril (...)
  • 56 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 9, 214 et 216, éd. Norberg, p. 774 et 779 : Omnino praeter (...)
  • 57 Concilium Clippiacense, a. 626/627, c. 13, éd. de Clercq, p. 294 : Christiani Iudaeis et gentilibu (...)

24La législation des empereurs chrétiens de l'Antiquité tardive interdisait déjà aux Juifs le prosélytisme envers leurs esclaves chrétiens53. Ces dispositions survécurent en Gaule, puisque les conciles d’Orléans prennent des mesures similaires54. Dès le concile de Mâcon en 583, l’interdiction de toute possession d’esclaves chrétiens apparaît dans un contexte de tension anti-judaïque55. Grégoire le Grand intervient auprès de Brunehaut, Théodoric et Théodebert pour s’étonner (au sens diplomatique du terme) qu’ils permettent dans leur royaume que des Juifs possèdent des esclaves chrétiens56. En 626-627, le concile de Clichy, d’une part, prohibe la vente d’esclaves chrétiens aux Juifs et aux païens, et, d’autre part, promulgue la confiscation des esclaves chrétiens que des maîtres juifs tenteraient de convertir57.

  • 58 Breviarium Alarici, XVI, 4, 1 = Codex Theodosianus, XVI, 9, 1, éd. Mommsen, p. 895.
  • 59 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 7, 21, éd. Norberg, p. 472 : Dominicus praesentium portito (...)
  • 60 Stephanus III Papa, Epistola ad Aribertum, P. L., 129, col. 857 : Quapropter sumus dolore tacti, us (...)

25Dans le royaume wisigoth, le Bréviaire d’Alaric avait repris les dispositions de la législation impériale58. En 597, l’intervention de Grégoire le Grand est nécessaire pour le rachat de captifs chrétiens acquis par des Juifs de Narbonne59. Alors que la Septimanie vient d’être conquise par Pépin en 759, le pape Etienne III s’offusque que des chrétiens soient employés sur des terres appartenant à des Juifs, parce que cela implique soumission aux Juifs et cohabitation avec eux60. Une nouvelle étape semble être franchie.

  • 61 Sur Agobard, voir l’ouvrage de E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon, Köln 1969 (Kôlner historisc (...)
  • 62 Agobardus Lugdunensis, De baptismo mancipiorum Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 115-116 : Primum, quod (...)
  • 63 Formulas imperiales a curia Ludovici, 30, 31 et 52, éd. K. Zeumer, M. O. H., Formulae, Hannovre 18 (...)

26Le différend entre Agobard et Louis le Pieux dans les années 820 révèle la situation à laquelle les restrictions à la possession d’esclaves ont abouti. L’évêque de Lyon Agobard et d’autres de même tendance développent une activité missionnaire dirigée vers les enfants et les esclaves des Juifs. C’est à la possession par des Juifs d’esclaves, même païens, qu’Agobard s’attaque61. Il revendique le pouvoir de baptiser les esclaves païens des Juifs, à la demande des esclaves et sans tenir compte du droit du maître juif62. Des Juifs ont alors fait appel à Louis le Pieux qui leur a octroyé des lettres de protection individuelle, où cette pratique est explicitement condamnée63. En effet, les positions d’Agobard auraient abouti à priver en fait les Juifs de toute possession d’esclaves.

  • 64 Formulae imperiales a curia Ludovici, 30 et 31, éd. Zeumer, p. 309-311 : Habeant etiam licentiam m (...)
  • 65 En particulier, Verlinden, p. 21-37.
  • 66 Formulae imperiales a curia Ludovici, 30 et 31, éd. Zeumer, p. 309-311 : liceatque eis secundum le (...)

27Aussi les trois lettres de protection accordées à des Juifs par Louis le Pieux leur garantissent-elles également le droit d’acheter des esclaves étrangers et de les vendre dans l’Empire64. Cette clause a conduit certains historiens à faire de ces Juifs des marchands d’esclaves65. Elle garantit plutôt aux Juifs la possibilité de se procurer des esclaves non chrétiens pour leur propre usage et en outre de les revendre. Dans le même esprit, les Formules confirment à ces Juifs la faculté d’embaucher des chrétiens, sous la seule condition de ne pas les faire travailler les dimanches et jours de fêtes chrétiennes66.

  • 67 Gregorius Magnus, Registrum epistolarum, 9, 105, éd. Norberg, p. 657-658 : Cognoscentes qualis frat (...)
  • 68 Agobardus Lugdunensis, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 192 : Haec passi sumus a fautorib (...)
  • 69 Concilium Meldense-Parisiense, c. 76, éd. W. Hartmann, M. G. H., Concilia, 3, Hanovre 1984, p. 124 (...)
  • 70 Inquisitio de theloneis Rafelstettensis, c. 9, éd. A. Boretius-V. Krause, dans M. G. H., Capit. Re (...)
  • 71 Voir infra, p. 366-369.

28Faut-il pour autant exclure complètement les Juifs du commerce d'esclaves dans le Haut Moyen Age ? Pas du tout. Dans certains cas, un commerce d’esclaves aux mains des Juifs est indubitable. A la fin du VIe siècle, Grégoire le Grand tente d’empêcher que les esclaves achetés en Gaule par le Juif Basilius soient vendus à Naples à des païens67. Agobard accuse des Juifs de rapts d’enfants revendus ensuite comme esclaves en Espagne. Même s’il faut faire la part de l’exagération, le commerce d’esclaves, sinon le rapt, y est probable68. Le concile de Meaux-Paris fait explicitement état de marchands juifs et chrétiens, qui font le commerce d’esclaves païens dans les royaumes francs69. Au tournant des IXe et Xe siècles, des marchands d’esclaves, notamment juifs, passent au tonlieu de Rafelstetten, sur le haut Danube près de Linz70. Enfin, le texte du géographe arabe Ibn Khordadbeh mentionne les esclaves parmi les marchandises transportées par les marchands juifs appelés Radanites, dont nous aurons l’occasion de reparler71.

  • 72 A. Gieysztor, Les Juifs et leurs activités économiques en Europe orientale, dans Gli Ebrei nell'al (...)

29L’interdiction de posséder des esclaves chrétiens a poussé les Juifs à se fournir en esclaves païens. C’est la raison pour laquelle des Juifs ont dû développer un commerce d’esclaves en direction des pays slaves, que les sources juives appellent depuis le Xe siècle « pays de Canaan », c’est-à-dire pays de l’esclavage par excellence72. Ainsi une certaine spécialisation des Juifs dans le commerce d’esclaves est un produit des contraintes de la société chrétienne.

30Si la possibilité de se procurer des esclaves est un élément important de la capacité économique et conditionne leur commerce, le droit de disposer librement de ses biens, comme les chrétiens, détermine toute capacité à commercer.

  • 73 Formulae imperiales a curia Ludovici, 30, éd. Zeumer, p. 310 : decernimus atque iubemus, ut neque (...)
  • 74 P. L. Ganshof, À propos du tonlieu à l’époque carolingienne, dans La città nell’alto medioevo, Spo (...)
  • 75 F. L. Ganshof, ibid., p. 485-491 ; abus en matière de tonlieu relevés par de nombreux capitulaires (...)
  • 76 Stephanus III Papa, Epistola ad Aribertum, P. L. 129, col. 857 : Quapropter sumus dolore tacti, usq (...)
  • 77 Capitula de Iudeis, c. 3, éd. A. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, Hannovre 1881, p. 258  (...)

31Les Formules de Louis le Pieux protègent les biens propres de leurs bénéficiaires juifs, y compris par la faculté d’en acheter ou de les vendre et de circuler avec ces biens sans payer le tonlieu73. Ces dispositions ressortissent bien sûr au droit commun. Le tonlieu en particulier n’était jamais dû sur les biens propres74. Si des Juifs demandent la protection impériale pour de tels droits, c’est que l’exercice leur en était contesté par l’arbitraire des agents du pouvoir. On songe ici, bien que le contexte soit différent, à la mésaventure qui était arrivée à un bateau chargé de sel de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire retenu dans le port fiscal d’Orléans par un tonloyer qui prétendait, au mépris de l’autorité du privilège royal d’exemption, appliquer le droit commun75. Le droit à la propriété était même contesté aux Juifs. Le pape Etienne III s’insurge contre la possession d’alleux par des Juifs dans des territoires chrétiens76. Les faux Capitula de Iudaeis, datant de la fin du IXe siècle, prétendent interdire aux Juifs la vente de vin, de céréales ou de toute marchandise77. Une menace sourde pesait donc sur les biens des Juifs.

  • 78 Caro, I, p. 131-135 ; Pirenne, p. 233 ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 337-338 ; Bachrach, p.  (...)
  • 79 Formula imperialis a curia Ludovici, 30, éd. Zeumer, p. 310 : istos Hebreos, Domatum rabbi et Samu (...)
  • 80 Formula imperialis a curia Ludovici, 31, éd. Zeumer, p. 310 : hos praesentes Hebreos, David, nunnu (...)
  • 81 F. L. Ganshof, Note sur le « Praeceptum negotiatorum » de Louis le Pieux, dans Studi in onore di A (...)
  • 82 Formula imperialis a curia Ludovici, 52, éd. Zeumer, p. 325 : iste Hebraeus nomine Abraham, habita (...)
  • 83 Formula imperialis a curia Ludovici, 37, éd. Zeumer, p. 315. Voir H. Laurent, Marchands du palais (...)
  • 84 Formula imperialis a curia Ludovici, 30 et 31, éd. Zeumer, p. 309-310 et 310-311 : liceatque eis s (...)

32Ainsi les Formules de Louis le Pieux ne constituent en aucune manière un privilège accordé à des Juifs, mais une protection contre la mise en cause de leur droit de propriété. L’on a généralement tiré de ces documents l’attestation de Juifs marchands d’esclaves ou marchands du palais, exemptés de tonlieu78. Ces affirmations ne résistent pas à l’analyse. Il faut distinguer dans chacune des trois Formules un cas différent. Dans le premier cas, un rabbin et son neveu ne sont aucunement caractérisés comme marchands mais ils se déplacent, et obtiennent la garantie sur leurs biens, y compris leurs esclaves, dans leurs voyages79. La deuxième Formule adressée à des Juifs de Lyon contient les mêmes protections, mais les bénéficiaires sont astreints au service du palais80. Comme le suggère F.-L. Ganshof, ce service devait consister en taxes et/ou en service rendu, mais pas nécessairement de nature commerciale81. Enfin, le destinataire de la troisième Formule est un marchand juif de Saragosse ; il bénéficie d’une véritable exemption de tonlieu pour ses activités commerciales propres et est astreint au service du palais, lequel, une fois encore, n’est pas forcément lié à ses activités commerciales82. Par contraste, le praeceptum negotiatorum prévoyait quant à lui que les marchands du palais rendraient des comptes suo negotio et nostro, c’est-à-dire qu’ils traitaient également des affaires pour le Palais83. Mais des clauses relevant du droit commun, comme la garantie d’achat et de vente des biens propres et le non paiement du tonlieu, n’y sont pas mentionnées, parce qu’elles s’appliquaient naturellement à des non juifs. La seule stipulation spécifique octroyée aux Juifs dans les Lettres de protection est le droit de vivre selon leur loi84.

  • 85 CARO, I, p. 152-154 ; Pirenne, p. 233 238 ; Baron, 4, p. 43-54, Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p (...)
  • 86 B. Blumenkranz, Juifs et Chrétiens, p. IX.

33On le voit, la situation de ces Juifs n’évoque en rien l’Age d’or carolingien exalté par les uns, décrié par les autres85. Les Juifs demeurent des étrangers pour la société chrétienne et vivent dans un climat d’insécurité latente, qui les pousse à rechercher la protection des plus hautes autorités. « Toute minorité a l’inquiétude pour partage »86.

  • 87 E. Sabbe, Quelques types de marchands des IXe et Xe siècles, dans Revue Belge de Philologie et d’H (...)
  • 88 Gregorius Turonensis, Historiae 4, 12, éd. Buchner, I, p. 210 : Iudaeis valde carus ac subditus era (...)
  • 89 Gregorius Turonensis, Historiae 4, 35, éd. Buchner, I, p. 242 : Nam Eufrasius presbiter, filius quo (...)
  • 90 Gregorius Turonensis, Historiae 6, 5, éd. Buchner, II, p. 8 : ludaeus quidam Priscus nomen, qui ei (...)
  • 91 Oxford Latin Dictionary, éd. P. G. W. Glare, fasc. 7, Oxford 1980, p. 1799 1800 ; A. Blaise, Dicti (...)
  • 92 H. Laurent, Marchands du palais et marchands d’abbayes, dans Revue historique, 183 (1938), p. 281- (...)

34Est-il possible comme le proposait plus largement Sabbe de définir un « type » du marchand juif au Haut Moyen Age ?87 Pour l'époque mérovingienne, nous n’avons pas conservé de textes normatifs qui feraient état de l’activité commerciale des Juifs comme telle. Mais Grégoire de Tours nous révèle l’existence de commerçants juifs en liaison avec des personnages importants et avec la Cour. L’évêque Cautin de Clermont est en rapport avec les Juifs pro comparandis speciebus88. Le prêtre Eufrasius tente d’acheter le siège épiscopal de Clermont en transmettant au roi des susceptas a Iudeis species magnas89. Enfin, le Juif Priscus est familier de Chilpéric ad species quoemendas90. Le terme species ne désigne pas seulement les épices, et encore moins la monnaie (les espèces), mais toute sorte de marchandises91. On ne peut donc extrapoler un grand commerce international d’épices de ces mentions. Par contre, coemere suggère l’idée que Priscus opérait des achats en divers endroits pour assurer le ravitaillement de la Cour92.

  • 93 Agnellus Ravennatensis, Liber pontificalis ecclesiae Rauennatis, 143, éd. Waitz, M. G. H., Script. (...)
  • 94 Capitulare de disciplina palatii Aquisgranensis, c. 1-2, éd. A. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Fr (...)

35Vers 840, Agnellus de Ravenne parle d’un Juif qui avait commercé avec l’empereur Charles (Iudeus negotians Karolo imperatori)93. Sous Louis le Pieux, le Capitulaire sur la discipline du Palais d’Aix atteste que des marchands chrétiens et juifs avaient leur gîte à Aix, où ils négociaient au marché et ailleurs94.

  • 95 Gesta Karoli, 1, 16, éd. H. F. Haefele, M. G. H., Script. Rer. Germ., n. s. 12, Berlin 1959, p. 19 (...)

36À la fin du IXe siècle, l’auteur des Gesta Karoli rapporte une anecdote où Charlemagne, désireux de fustiger l’orgueil et la cupidité de ses évêques, s’adresse à un marchand juif « qui avait l’habitude d’aller en terre promise et d’en ramener dans les provinces cismarines de nombreux objets précieux et inconnus »95. Il arrive à vendre à très haut prix à un évêque une souris qu’il avait parfumée et peut-être grimée pour la faire passer pour un animal insolite. Charles en tire occasion pour obtenir le repentir de l’évêque. Malgré son caractère édifiant, l’histoire ne peut se comprendre que s’il n’était pas incongru pour l’auditeur qu’un Juif fît le commerce d’objets précieux venus d’Orient par voie maritime.

37Parmi les formules de protection accordées par Louis le Pieux, nous venons de voir qu’une seule s’appliquait explicitement à un marchand professionnel, le Juif Abraham de Saragosse, qui voya geait pour ses propres affaires en franchise de tonlieu et devait « servir le Palais ». Malgré le hiatus chronologique qui sépare Priscus d’Abraham, un premier idéal type du commerçant juif se dégage des sources : un marchand professionnel, qui pratique le commerce de toutes sortes de denrées et notamment de produits rares et luxueux, un protégé, parfois un familier de la Cour et des Grands, qui constituent une part au moins de sa clientèle. Aucun de ces traits, il faut le souligner, n’est isolé ou spécifique : en dehors de ces marchands, il y avait d’autres Juifs qui, sans être qualifiés de marchands, étaient familiers, protégés ou voyageurs au service de la Cour.

  • 96 Pirenne, p. 2-3 ; R. Latouche, Les origines de l’économie occidentale, Paris 1956 (L’évolution de l (...)
  • 97 Pirenne, p. 67, 82, 227 ; E. Sabbe, Quelques types de marchands des IXe et Xe siècles, dans Revue B (...)
  • 98 D. Claude pense toutefois pouvoir conclure de la documentation que les marchands juifs étaient plu (...)

38Dans la lignée de Pirenne, les historiens ont longtemps considéré qu’il s’était opéré une sorte de division du travail jusqu’au VIIe siècle, entre les Syriens, « aventuriers »96 et « routiers des mers » et les Juifs qui étaient plutôt présents dans le commerce intérieur, où ils pratiquaient le colportage d’objets précieux et, à l’échelle internationale, dans le trafic des esclaves97. L’image du colporteur juif est sans fondement dans les sources du Haut Moyen Âge. Quant aux commerçants syriens et juifs, Dietrich Claude a montré qu’ils étaient trop peu nombreux à être décrits dans les sources mérovingiennes, pour autoriser une quelconque généralisation à leur sujet98.

39L’association du trafic d’esclaves aux autres activités commerciales des Juifs est une réalité au IXe et au Xe siècle. Mais elle ne constitue nullement une spécialité. Au VIIIe siècle, la législation carolingienne en la matière s’adresse de manière générale aux marchands et les mesures de prohibition de la vente d’esclaves à l’extérieur du Royaume franc proposées en 845-846 par le Concile de Meaux-Paris visent les mercatores christiani sive iudei. Avant 800, le seul cas d’achat d’esclaves pour la vente qui nous soit connu dans le monde franc, concerne des Juifs de Naples, qui achetaient des esclaves en Gaule à la fin du VIe siècle. Quant à la période carolingienne, il est plus correct d’y parler à propos des Juifs et des Chrétiens de marchands qui trafiquent entre autres choses des esclaves, que de marchands d’esclaves.

  • 99 Gregorius Turonensis, Historiae, 7, 23, éd. Buchner, II, p. 118-121 : Praesenti quoque anno, Arment (...)

40À partir du XIIe siècle, le commerce d’argent sur une grande échelle était devenu une activité importante des Juifs. En allait-il de même de même durant le Haut Moyen Âge en Occident ? Un seul cas, transmis par Grégoire de Tours, ressortit sûrement au prêt à intérêt. Le Juif Armentarius avait prêté au vicaire Injuriosus et au comte Eunomius de Tours l’argent nécessaire au paiement des impôts publics. Il arrive à Tours avec un Juif et deux chrétiens pour percevoir la caution prévue dans l’attente du remboursement de la somme. Mais les débiteurs lui promettent de rembourser la totalité avec les intérêts (cum usuris). Ils l’attirent dans un guet-apens et le tuent. Ni la somme, ni la caution ne furent retrouvées et le meurtrier resta impuni par défaut des ayant-droit d’Armentarius99.

41Cette forme de préfinancement des impôts publics suppose un système bancaire élaboré avec cautions et intérêts. Armentarius devait avoir d’assez grosses affaires l’obligeant à se déplacer, probablement avec du personnel.

  • 100 Dhuoda, Manuale 10, 4, éd. P. Riché, Paris 1975 (Sources chrétiennes, 225), p. 352 : non solum de C (...)
  • 101 Admonitio generalis (a. 789), c. 5, éd. Boretius, M. G. H.. Capit. Reg. Franc., 1, p. 54 ; Capitul (...)

42Au IXe siècle, Dhuoda, résidant à Uzès en Septimanie, demande à son fils de restituer tous les biens qu’elle a empruntés tant aux chrétiens qu’aux Juifs. Mais il n’est question ici ni d’argent, ni d’intérêts100. Quant à l’oeuvre législative considérable des Carolingiens en matière d’usure, elle reste muette sur les Juifs101.

  • 102 Il n’y a pas de raison d’identifier le Priscus, monétaire actif à Chalon-surSaône, c’est-à-dire da (...)
  • 103 Goncilium Arvernense, a. 535, c. 9, éd. De Clercq, p. 107 : Ne Iudaei Cristeanis populis iudices p (...)
  • 104 Edictum Pistense, c. 23, éd. Boretius-Krause, M. G. H., Gapit. Reg. Franc., 2, p. 320 : Faber vero (...)
  • 105 Capitulare missorum Niumagae datum, c. 4, éd. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, p. 131 : (...)
  • 106 Agnellus Ravennatensis, Liber pontificalis ecclesiae Rauennatis, 143, éd. Waitz, p. 372, voir supra (...)
  • 107 Flodoardus Remensis, Historia ecclesiae Remensis, 3, 13, P. L., 135, col. 166.

43On a également prêté à des Juifs le rôle de monétaire. Parmi les quinze cents noms conservés par les émissions mérovingiennes, l’onomastique rend plausible – sans plus – l’existence d’un ou deux monétaires juifs102. Basée sur le droit romain, la législation contemporaine interdisait d’ailleurs aux Juifs l’accès aux fonctions publiques où ils auraient été en situation d’exercer un pouvoir sur des Chrétiens103. L’édit de Pitres de 864 n’admet pas, comme le pensait Blumenkranz, les Juifs comme exploitant d’une monnaie, mais indique qu’à côté de chrétiens, des Juifs étaient actifs dans la fabrication, l’achat et la vente des métaux précieux104. D’autres textes de l’époque carolingienne confirment cette impression, avec l’interdiction répétée qui est faite aux ecclésiastiques de vendre le mobilier précieux de l’Eglise à des marchands juifs ou à d’autres105. Vers 840, c’est un marchand juif, qui avait été en relation d’affaires avec Charlemagne, qui est appelé pour estimer la valeur d’un trésor à Ravenne106. Flodoard relate qu’en 864, l’évêque Rothade de Soissons avait été convaincu d’avoir vendu à un cabaretier et une tenancière de taverne un calice sacré orné de pierres précieuses et à un Juif des couronnes d’argent107. Ici aussi, Juifs et Chrétiens se côtoient dans les mêmes activités marchandes.

  • 108 Annales regni Francorum, a. 801-802, éd. R. RAU, Quellen zur karolingische Reichsgeschichte I, Ber (...)
  • 109 A. Miquel, L’Europe occidentale dans la relation arabe d'Ibrâhim b. Y a’qûb (Xe s.), dans Annales (...)

44Il est malaisé de définir la portée géographique de l’activité des marchands juifs. Il manque ici bien sûr une étude approfondie de la circulation non commerciale des Juifs, où les témoignages qui concernent leurs déplacements comme porteurs de lettres, émissaires, ambassadeurs ou simples voyageurs ont un caractère de fréquence et de continuité durant toute la période étudiée. Il suffit de songer à la participation du Juif Isaac à l’ambassade envoyée par Charlemagne au Calife Harun al Rachid de Bagdad108 ou au Xe siècle, aux voyages du géographe juif espagnol Ibn Yacub109.

  • 110 Parmi une abondante littérature, l’ouvrage le plus imaginatif est sans doute L. Rabinowitz, Jewish (...)
  • 111 C. Pellat, al-Rādhāniyya, dans Encyclopédie de l’Islam. Nouvelle édition, 7, Leiden-Paris, 1995, p (...)

45La mention unique des marchands juifs radanites dans le « Livre des routes et des royaumes » d’Ibn Khordadbeh, maître des postes et du service des renseignements de Perse, entre 846 et 885, a fait couler beaucoup d’encre et enflammé les imaginations110. Dans une récente livraison de l'Encyclopédie de l’Islam, Christian Pellat vient de donner une traduction plus littérale des itinéraires des Radanites et un aperçu critique des « interrogations, des réflexions, des commentaires et des jugements contradictoires qui n’ont jamais été définitivement convaincants »111. Ibn Khordadbeh rapporte que « des marchands juifs [dits] Radhaniyya, qui parlent l’arabe, le persan, le rumi (= le grec ?) », le franc, l’andalou et le slavon, et voyagent d’Orient en Occident et vice et versa, par terre et par mer, « importent de l’Occident des eunuques, de jeunes esclaves des deux sexes, du brocart, des peaux de castor, des (pelisses de) martre-zibeline et (d’autres) fourrures, ainsi que des sabres ». Il décrit ensuite quatre itinéraires qui aboutissent à l’Inde et à la Chine.

46Examinons ce que l’auteur dit des extrémités occidentales de ces routes : Premier itinéraire : « Ils s’embarquent dans le pays des Francs sur la mer occidentale (= la Méditerranée) et débarquent à al – Farama (= l’ancienne Péluse). L’itinéraire se dirige ensuite vers la mer Rouge, le port de Médine puis le Sind, l’Inde et la Chine, d’où ils rapportent du musc, du bois d’aloès, du camphre, de la cannelle et d’autres produits. Au retour par alFarama et la Méditerranée, ‘parfois ils faisaient un détour par Constantinople avec leurs marchandises, qu’ils vendaient aux rumi (= Byzantins). Parfois aussi, ils allaient avec elles vers le roi des Francs et ils les vendaient là-bas ». Deuxième itinéraire : « Quand ils le voulaient, en partant du pays des Francs, ils transportaient leurs marchandises par mer, sur la Méditerranée, pour aller débarquer à Antioche... ». Troisième itinéraire : « celui d’entre-eux qui part d’al-Andalus ou du pays des Francs, traverse [le détroit] jusqu’au Sus Ultérieur (le Sud marocain) et arrive à Tanger... ». La route se poursuit ensuite par la Tunisie vers l’Égypte. Quatrième itinéraire : « Parfois, ils prennent derrière Rome, par le pays des Slaves, atteignent Khamlidj, capitale des Khazars, puis ils naviguent sur la mer Caspienne... ». Ils gagnent ensuite la Transoxiane par le nord de l’Afghanistan puis la Chine.

47Comme on le voit, ces mentions occidentales sont vagues, ce qui ne peut étonner d’un auteur qui écrit en Perse sur base de renseignements de seconde main et se montre tantôt étonnamment précis (même si l’information qu’il donne « date » d’un siècle) – « Narbonne (...) est la dernière ville de l’Espagne du côté du pays des Francs » – et tantôt très vague : « Rome, le pays des Bulgares, les pays des Slaves et des Avars sont au nord de l’Espagne ».

  • 112 D. Simonsen, Les marchands juifs appelés Radanites, dans Revue des études juives, 54 (1907), p. 14 (...)
  • 113 F. L. Ganshof, Notes sur les ports de Provence du VIIIe au Xe siècle, dans Revue historique, 183 ( (...)
  • 114 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 1, 45, éd. Norberg, p. 59 : Plurimi siquidem Iudaicae reli (...)
  • 115 Gesta Karoli, 2, 14, éd. Haefele, p. 77 : Contigit quoque ad quandam maritimam Gallie Narbonensis (...)
  • 116 C. Cahen, Y a-t-il eu des Radanites ?, dans Revue des études juives, 123 (1964), p. 499-505 ; Id.,(...)
  • 117 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale 779-1166, Contribution à l’étude des structures dite (...)

48L’explication étymologique du nom des Radanites, « Rhodaniens » de la vallée du Rhône, que l’on trouve encore citée récemment est philologiquement inacceptable112. Si rien ne permet de douter de l’existence des Radanites – il est « indubitable qu’il s’agit de commerçants qui suivaient plusieurs itinéraires entre l’Europe occidentale et la Chine » –, ni du fait que certains de leurs itinéraires avaient leur départ dans le « pays des Francs », ces informations ne sont confirmées par aucune source latine. Les deux premières routes suggèrent un point de départ depuis un port du Midi méditerranéen (Marseille ?) ou du littoral de l’Italie du Nord. Nous savons que les ports de Provence et de Septimanie comprenaient des communautés juives et qu’ils ne furent jamais complètement inactifs durant le Haut Moyen Age113. Mais tout ce que nous pouvons constater comme circulation maritime des Juifs dans cette zone concerne une liaison entre Marseille et Nice et une autre entre Marseille, Rome et Naples au VIe siècle114. Les Gesta Karoli imaginent bien à la fin du IXe siècle à propos de bateaux aperçus sur le littoral de la Narbonnaise, une confusion entre des marchands juifs, africains ou bretons et des Normands hostiles115, mais le hiatus chronologique, les distances et le caractère anecdotique de la notation du, IXe, empêchent de considérer ces mentions comme une confirmation. Claude Cahen a souligné le manque de vraisemblance des ports de destination des itinéraires des Radanites à travers la Méditerranée116. En l’absence de toute trace sérieuse de circulation maritime au IXe siècle à partir du littoral provençal, la plus extrême prudence s’impose. Au Xe siècle, les flottes provençales sont dominées par celles des commerçants génois, amalfitains et grecs et confinées au trafic littoral117.

  • 118 Pirenne, p. 153.
  • 119 A. Rucquoi, Histoire médiévale de la péninsule ibérique, Paris 1993, p. 133sq.

49La troisième route doit être rapprochée de la lettre de protection accordée à Abraham de Saragosse au début du IXe siècle. Elle illustre l’intensité des rapports commerciaux qui unissent de part et d’autre du détroit de Gibraltar les deux parties de l’extrême Occident musulman et témoigne qu’une certaine activité commerciale (mais aussi politique, sociale, religieuse...) a pu rattacher le pays des Francs à ce réseau international d’échanges entre Occident et Orient. Il est indispensable de réviser l’idée exprimée par Pirenne pour qui dans la « guerre perpétuelle » qui oppose désormais chrétiens et musulmans, les Juifs constituent « par le contact qu’ils conservent les uns avec les autres, le seul lien économique qui subsiste entre l’Islam et la Chrétienté ou, si l’on veut, entre l’Orient et l’Occident »118. Les Juifs avaient assurément un peuplement et des réseaux de communication de part et d’autre de la frontière. Mais la remarque vaut également pour les relations que les Chrétiens d’al-Andalus ont nouées avec le monde franc119. La frontière n’est pas une barrière infranchissable, mais une zone de contacts, certes parfois brutaux, politiques, économiques, militaires et culturels entre deux mondes.

  • 120 Annales Regni Francorum, a. 778, éd. R. Rau, p. 36-39.
  • 121 Annales Bertiniani, a. 839, éd. Grat-Vieilliard-Clémencet, p. 27-28 ; J. MADOZ, Epistolario de Alv (...)
  • 122 Euloge de Cordoue, Lettre à Wiliesindus, P. L., 115, col. 845 : la lettre date du 15 novembre 581, (...)
  • 123 Agobardus Lugdunensis, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 195, voir supra, n. 68.
  • 124 Voir supra, n. 45.

50Saragosse paraît avoir été une ville charnière entre le monde carolingien et l’Espagne musulmane : Charlemagne y est appelé pour soutenir le gouverneur rebelle de la ville contre l’émir de Cordoue lors de la fameuse expédition qui se terminera en 778 par l’épisode de Roncevaux120 ; le diacre Bodo, converti au judaïsme sous le nom d’Eleazar, s’y réfugie après sa conversion en 839121 ; des groupes de marchands font le trajet entre Mayence et Saragosse au milieu du IXe siècle122. Les marchands juifs ont-ils dominé comme on l’écrit souvent les circuits d’échange entre l’Espagne et le monde franc ? Ils ne sont certes pas absents de ces réseaux de circulation. Sans reparler de l’exemple d’Abraham de Saragosse, Agobard accuse des Juifs d’avoir vendu à Cordoue des enfants enlevés à Lyon et à Arles vers 800123. Mais ils n’étaient pas seuls sur ces routes. Le groupe de marchands qui circulaient en 848 entre Mayence et Saragosse est simplement qualifié de negotiatorum cohors. D’une manière plus significative, car elle concerne des mentions espacées sur un siècle, aucun des nombreux habitants de Verdun, marchands ou voyageurs qui ont fait le voyage d’Espagne à la fin du IXe et au Xe siècle, n’est qualifié de Juif. La première mention d’une communauté mosaïque à Verdun est postérieure au XIe siècle124.

51La part des marchands juifs dans les réseaux d’échange de l’est du monde franc et des pays slaves à l’époque carolingienne appelle également un jugement nuancé.

52Le point de départ du second itinéraire terrestre des Radanites – « ils prennent derrière Rome par le pays des Slaves » – (Rumiya étant ici sans doute possible la Rome d’Occident) pourrait désigner l’Italie du Nord et se rattacher aux itinéraires qui conduisaient des ports de l’Adriatique au monde slave par les Alpes orientales et le Haut-Danube.

  • 125 Capitulare missorum in Theodonis villa datum II, generale, c. 7, éd. Boretius, dans M. G. H., Capi (...)
  • 126 Inquisitio de theloneis Rafelstettensis, c. 9, éd. Boretius-Krause, p. 252, voir supra, n. 70.

53Les contacts directs qui se sont établis entre le Royaume franc et les populations slaves dans le courant du VIIIe siècle ont ouvert une nouvelle frontière dont les extrémités orientales sont indiquées dans le capitulaire de Thionville de 805125. Les marchands qui doivent s’y arrêter ne reçoivent pas d’autres qualificatifs : de negotiatoribus qui partibus Sclavorum et Avarorum pergunt. A Raffelstetten sur le haut Danube, au début du Xe siècle, il est bien question du tonlieu acquitté depuis longtemps par les Iudei et ceteri mercatores, qui vont et viennent, mais la formule ne doit pas être interprétée comme si les Juifs y faisaient figure de marchands par excellence126.

  • 127 Voir supra, n. 39.

54Des marchands et des voyageurs juifs ont été actifs dans ces zones à partir de la fin du IXe et au Xe siècle. Certains d’entre eux se sont fixés dans les villes où ils constituent des communautés à partir du Xe siècle, à Mayence en 937-939, à Magdebourg en 965, à Mersebourg en 973, à Ratisbonne avant 981127. Mais ces établissements sont trop clairsemés pour les considérer comme autant d’étapes organisées de manière systématique sur des routes commerciales.

  • 128 M. Lombard, Les métaux dans l’ancien monde du Ve au Xe siècle, Paris-La Haye 1974 (Ecole pratique (...)

55La portée géographique des activités des marchands juifs d’Occident ressort donc des zones d’ombre, où les communautés juives paraissent avoir été absentes jusqu’à la fin du Xe siècle Francie occidentale au nord de la Loire, Mer du Nord et Scandinavie – et de lumière, où les mentions sont trop sporadiques pour permettre de reconstituer de véritables itinéraires et où leur rôle ne semble avoir été ni exclusif ni dominant. Ces courants d’échange paraissent être orientés à partir du IXe siècle et au Xe selon un axe est-ouest, de la France du Midi à l’Espagne et de la Francie orientale au monde slave. Mais rien ne permet, comme l’avait imaginé Maurice Lombard ou Charles Verlinden128, de relier ces différents itinéraires en une route parcourue d’un bout à l’autre par les mêmes marchands.

  • 129 Gapitulare de disciplina palatii Aquisgranensis, c. 1-2, éd. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc (...)

56Si Juifs et Chrétiens se côtoient dans leurs activités commerciales, comme le suggèrent les capitulaires carolingiens en parlant des iudei et ceteri negotiatores129, la question du poids respectif de ces deux groupes dans les courants d’échanges en Occident reste entière.

57Le propos n’est pas tant de diminuer la participation des Juifs au grand commerce – elle fut à l’évidence considérable – mais de songer que l’effet de source a pu suffire à les distinguer à double titre par le caractère d’exception juridique et religieuse de leur statut et en raison de l’indifférence des clercs pour les activités mercantiles.

58Trois traits du moins singularisent encore à nos yeux les Juifs dans la société médiévale du VIe au Xe siècle : le sentiment d’appartenir à une même communauté dispersée dans l’espace, la solidarité des frères en Israël, l’appartenance à une société essentiellement urbaine.

59Solidarité, perception de l’espace,... deux atouts essentiels pour le marchand ou le voyageur.

Addendum (1998)

60Depuis la présentation de notre contribution, la littérature sur les Juifs dans le Haut Moyen Age s’est principalement enrichie de deux ouvrages. L’un est un recueil de sources : Amnon LINDER, The Jews in the legal sources of the early Middle Ages, Detroit – Jérusalem 1997. Très complet, il regroupe les canons de conciles, collections canoniques et lois civiles tant byzantins qu’occidentaux du IVe au XIe siècles. Chaque texte est précédé d’une introduction en précisant le contexte et suivi d’une traduction anglaise. Cet instrument de travail sera d’une grande utilité pour tous les travaux ultérieurs sur les Juifs dans le Haut Moyen Âge.

61L’autre est une thèse présentée en 1996 à l’Université de Freiburg (Brisgau) et publiée en 1998 : Christof Geisel, Die Juden im Frankenreich. Von den Merowingern bis zum Tode Ludwigs des Fromme, Francfort 1998 (Freiburger Beiträge zu mittelalterlichen Geschichte, 10). L’auteur y développe une analyse extensive de l’ensemble des sources connues sur le sujet. Examinons rapidement ses conclusions sur certains points que nous avons abordés. Sur l’époque mérovingienne, il considère que la coexistence des Juifs avec l’ensemble de la société est généralement sans problème. Il minimise ainsi les poussées antijudaïques comme celle de Clermont. Quant aux canons des conciles concernant la pression sur les esclaves des Juifs, leur fréquence et leur répétition mêmes seraient la preuve de leur absence d’effet. Ils constitueraient en somme des « positions abstraites » (abstrakte Setzungen), qui ne seraient pas partagées par l’ensemble du clergé (p. 229). En l’absence de sources, l’impact des décisions conciliaires est effectivement difficile à évaluer, mais on ne peut en conclure qu’ils ne résultent pas d’une volonté de la hiérarchie ecclésiastique. Toutefois, notre auteur reconnaît que les limitations à la possession d’esclaves affectèrent la capacité économique des Juifs, même si interpréter le concile de Chalon comme une attaque contre le commerce d’esclaves des Juifs nous paraît abusif. Manifestement, l’auteur ne partage pas nos réserves sur la spécialisation des Juifs dans ce type de commerce, en ajoutant aux contraintes sociales l’incitant de leur « esprit d’entreprise » ou de leur « savoir-faire » (Unternehmungsgeist, know how, p. 359). Chr. Geisel décrit ensuite l’époque carolingienne comme celui de l’essor du grand commerce aux mains des Juifs, s’opposant ainsi à Blumenkranz qui insistait sur leur diversité professionnelle. Par exemple, son interprétation de la Formule 30 de Louis le Pieux diffère sensiblement de la nôtre. Pour lui, les deux Juifs mentionnés sont indubitablement engagés dans le grand commerce et le document leur assure un privilège d’exemption de taxes. Il ne relève pas que la protection porte sur leurs biens propres (p. 506-509). Sur l’attitude d’Agobard contre la possession d’esclaves par des Juifs, l’auteur adopte une position similaire à la nôtre, et opposée à Boshof, en montrant en quoi son action antijuive dépasse largement celle des conciles mérovingiens (p. 666-672). Dans l’ensemble, cependant, Chr. Geisel se démarque peu des interprétations traditionnelles, tant en ce qui concerne les activités professionnelles des Juifs que sur « l’Age d’or » carolingien.

62Des éléments de comparaison entre l’activité des Juifs et des Syriens peuvent être trouvés dans : Jean-Pierre Devroey, Juifs et Syriens. À propos de la géographie économique de la Gaule au Haut Moyen Age, dans Peasants and townsmen in Medieval Europe. Studia in honorem Adriaan Verhulst, éd. J.-M. Duvosquel – E. Thoen, Gand 1995, p. 51-72.

Notes

1 S. Lebecq, L’héritage (Ve-VIIe siècle). III. Les villes et l’économie d’échanges, dans L’économie médiévale, dir. P. Contamine, Paris 1993 (Collection U. Série « Histoire médiévale »), p. 46.

2 Sont fondamentaux pour l’ensemble de notre travail : H. Gross, Gallia Judaica. Dictionnaire géographique de la France d’après les sources rabbiniques, trad. fr. M. Bloch, Paris 1897, rééd. anastatique avec suppléments de S. Schwarzfuchs, Amsterdam 1969 (cité Gallia Judaica) ; G. Caro, Sozial-und Wirtschaftsgeschichte der Juden im Mittelalter und in der Neuzeit, 2 vol., 2° éd., Frankfurt a. Main 1924 (Grundriss der Gesamtwissenschaft des Judentums), cité Caro ; H. Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris-Bruxelles 1937 (2e éd., Paris 1992), cité Pirenne ; S. W. Baron, A social and religions history of the Jews, 2° éd., vol. 3-4, New York 1957 (cité Baron), vol. 3 : Heirs of Rome and Persia ; vol. 4 : Meeting of East and West ; B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental, 430-1096, Paris-La Haye, 1960 (École pratique des hautes études, VIe section : sciences économiques et sociales. Etudes juives, 2), cité Blumenkranz, Juifs et chrétiens ; Id., Les auteurs chrétiens latins du moyen âge sur les Juifs et le judaïsme, Paris-La Haye, 1963 (Ecole pratique des hautes études, VIe section : sciences économiques et sociales. Études juives, 4), cité Blumenkranz, Auteurs chrétiens ; B.S. Bachrach, Early medieval Jewish policy in medieval Europe, Minneapolis 1977 (cité Bachrach).

3 L. Bréhier, Les colonies d’Orientaux en Occident au commencement du Moyen Âge, dans Byzantinische Zeitschrift, 12 (1903), p. 1-39 (cité Bréhier) ; Pirenne, p. 62-68.

4 A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle. LL Géographie arabe et représentation du monde : la terre et l’étranger, Paris-La Haye 1975 (Civilisations et sociétés, 37), p. 515-518.

5 D. Claude, Der Handel im Westlichen Mittelmeer, Göttingen 1985 (Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschichtlichen Zeit in Mittelund Nordeuropa, 2), p. 178-182 (cité Claude, Handel).

6 Ibid., p. 188.

7 Art. minyan, dans Encyclopedia Judaica, 12 (1971), col. 67. Cette singularité des fils d’Israël est également ressentie par la société ambiante, qui autorise les Juifs à vivre ensemble sous leur propre loi.

8 P. Scheffer-Boichorst, Kleinere Forschungen zur Geschichte des Mittelalters. IV. Zur Geschichte der Syrer im Abendlande, dans Mitteilungen des Instituts für Osterreichische Geschichtsforschung, 6 (1885), p. 521-550.

9 P. Lambrechts, Le commerce des « Syriens » en Gaule du Haut Empire à l’époque mérovingienne, dans L'Antiquité classique, 6 (1937), p. 35-61 (cité Lambrechts).

10 C. Goudineau, Les villes de la paix romaine, dans Histoire de la France urbaine, dir. G. Duby, I. La ville antique des origines au IXe siècle, Paris 1980, p. 356.

11 A. Verhulst, Marchés, marchands et commerce au haut moyen âge dans l’historiographie récente, dans Mercati e mercanti nell’alto medioevo : l’area euroasiata e l’area mediterranea, Spoleto 1993 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 40), p. 23-43, p. 37 ; Claude, Handel, p. 176-179.

12 Voir supra, note 1. La liste plus longue proposée par M. Rouche (Marchés et marchands en Gaule du Ve au Xe siècle, ibid., p. 395-434), à la p. 407, cumule mentions antiques sans postérité médiévale, interprétations erronées,...

13 La présence d’une colonie juive à Cologne est attestée par une loi de 321 du Codex Theodosianus (XVI, 8, 3, éd. T. Mommsen, Berlin 1905, p. 895-897) ; P. Lambrechts, p. 41, H. Solin, Juden und Syrer im westlichen Teil der römischen Welt. Eine ethnisch-demographische Studie mit besonderer Berücksichtigung der sprachliche Zustände, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, 29, 2, Berlin-New York 1983 (cité Solin), p. 754. L’argument d’E. Ewig dans Die Verehrung orientalischer Heiliger im spätrömischen Gallien und im Merowingerreich, dans Festschrift für Percy Ernst Schramm, Wiesbaden 1964 (réimpr. dans Beihefte der Francia, 3/2), p. 385-400 (p. 394, n. 14), qui classe Cologne parmi les colonies syriennes précoces en s’appuyant sur l’importance de l’artisanat du verre reste une conjecture en l’absence d’autres indices.

14 Pour Trèves : inscriptions dans C. I. G., 9891 (409) et 9893 (IVe siècle), Solin, p. 756, E. Gose, Katalog der frühchristlichen Inschriften in Trier, Berlin 1958, no 1 (C. I. G., 9893), 401, 402A, et E. Diehl, Inscriptiones christianae latinae veteres, Berlin, no 4461F ; voir également J. B. Keune, Morgenländer in Trier, dans Trierisches Heimatsblätter, 1922, p. 50sq. ; D. Hoffmann, Das Spätrömische Bewegungsheer und die Notifia dignitatum, Bd. 1, Düsseldorf 1969, p. 114sq. ; E. Ewig, Von der Kaiserstadt zur Bischofsstadt. Beobachtungen zur Geschichte von Trier im 5. Jahrhundert, dans Die Stadt in der europaischen Oeschichte (Festschrift Edith Ennen), Bonn 1972, p. 59-73, réédité dans Spatantikes und Fränkisches Oallien. Gesammelte Schriften (1952-1973), éd. H. Atsma, Bd. 2 (Beihefte der Francia, III, 2), p. 33-50 (p. 35) ; Id., Die Verehrung orientalischer Heiliger im spätrömischen Gallien und im Merowingerreich, dans Festschrift Percy Ernst Schramm, Bd 1, Wiesbaden 1964, p. 385-400, réédité ibidem, Bd. 2, p. 393-410 (p. 394) ; Claude, Handel, p. 173.

15 C. I. L., XIII, 5373 ; Solin, p. 756.

16 Par exemple, la mention d’Autun parmi les colonies syriennes sur base de Bréhier, p. 15, qui note « qu’un des plus célèbres évêques d’Autun, saint Cassien, était né à Alexandrie en Égypte... ».

17 Salvianus, De gubernatione Dei, IV, 69, éd. G. Lagarrigue, Paris 1975 (Sources chrétiennes, 220), p. 288 : [...] negotiatorum et Syricorum omnium turbas quae maiorem ferme ciuitatum uniuersarum partem occupauerunt [...].

18 Hieronymus, Commentarii in Hiezechielem, VIII, 27, 313, éd. Glorie, Turnhout 1964 (Corpus Christianorum. Series Latina, 75), p. 370.

19 Claude (Handel, p. 173) estime que Salvien pense ici avant tout à la Gaule du Sud, puisque des villes comme Trèves ont été détruites par les Barbares. Mais on pourrait également estimer que l’allusion est pour Salvien, précisément originaire de Trèves, une réminiscence de l’importance des Syriens dans la capitale impériale, voire une simple généralité applicable à tout le monde romain.

20 Gregorius Turonensis, Historiae, 5, 11, éd. R. Buchner, Berlin [1955] (Ausgewählte Quellen zur deutschen Geschichte des Mittelalters, 2), I, p. 298 : Hii vero qui baptismum noluerunt discedentes ab illa urbe, Massiliae redditi sunt.

21 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 1, 45, éd. D. Norberg, Turnhout 1982 (Corpus Christianorum. Series Latina, 140-140A), p. 59 : ad nostram perduxere notitiam multos consistentium in illis partibus Iudaeorum ui magis ad fontem baptismatis quam praedicatione perductos. La lettre est adressée à Virgile, évêque d’Arles et vicaire apostolique, et à Théodore, évêque de Marseille.

22 Gregorius Turonensis, Historiae, 7, 31, éd. Buchner, II, p. 130-132. Contrairement à Lambrechts, p. 45 : « Grégoire de Tours mentionne des commerçants syriens à Bordeaux... ».

23 Gregorius Turonensis, Historiae, 10, 26, éd. Buchner, II, p. 388 : Eusebius quidam negotiator genere Syrus, datis multis muneribus, in locum eius subrogatus est ; hisque, accepto episcopato, omnem scola decessoris sui abiciens, Syrus de genere suo ecclesiasticae domui ministros statuit.

24 Gregorius Turonensis, Historiae, 6, 17, éd. Buchner, II, p. 34 : Rex vero Chilpericus multos Iudaeorum eo anno baptizare praecipit, ex quibus pluris excipit a sancto lavacro. Et non comme l’écrit B. Blumenkranz (Auteurs latins, p. 71-72) à tous les Juifs de son royaume. La mesure visait en premier lieu les Juifs de l’entourage royal puisque Chilpéric servit lui-même de parrain à beaucoup d’entre eux.

25 Gregorius Turonensis, Historiae, 6, 17, éd. Buchner, II, p. 34-36 : Cumque die sabbati Priscus praecinctus orario, nullum in manu ferens ferramentum, Moysiacas legis quasi impleturus, secretiora conpetiret,....

26 B. Blumenkranz, Les synagogues, dans Art et archéologie des Juifs en France médiévale, Paris 1980, p. 33-72. Chez Caro aussi (CARO, p. 86-87), l’existence d’une synagogue est supposée mais n’est supportée par aucun autre document que le texte de Grégoire de Tours ; de même S. Katz, The Jews in the Visigothic and Frankish Kingdoms of Spain and Gaul, Cambridge 1937, p. 174.

27 Communautés juives à Arles : Vita Caesarii, 1, 29, éd. B. Krusch, M.G.H., Script. Rer. Merov., 3, Hanovre 1896, p. 467-469, en 508 ; Vita Caesarii 2, 49, р. 500-501, en 542 ; mentions qui corroborent les allusions de Césaire lui-même : Caesarius Arelatensis, Sermo, 1, 8, éd. Morin, Turnhout 1953 (Corpus Christianorum. Series Latina, 103), p. 6 et 104, 6, p. 432 ; à Narbonne : Concilium Narbonense, a. 589, éd. C. de Clercq, dans Concilia Galliae, A. 511-A. 695, Turnhout 1963 (Corpus Christianorum. Series Latina, 148A), c. 4, p. 254-255, c. 9, p. 255, с. 14, p. 256-257 ; Gregorius Magnus, Registrum epistolarum, 7, 21, éd. Norberg, p. 472 ; à Orléans : Gregorius Turonensis, Historiae, 8, 1, éd. Buchner, II, p. 160-162, le 4 juillet 585 ; Concilium Aurelianense, a. 533, c. 19, éd. de Clercq, p. 101 ; Concilium Aurelianense, a. 538, c. 14, éd. de Clercq, p. 120, c. 33, p. 126 ; Concilium Aurelianense, a. 541, c. 30-31, éd. de Clercq, p. 139-140 ; à Marseille, Gregorius Turonensis, Historiae, 5, 11, éd. Buchner, I, p. 298, en 576, 6, 17, p. 286, en 582 ; Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 1, 45, éd. Norberg,, p. 59, juin 591 ; à Bourges : Gregorius Turonensis, Historiae, 5, 6, éd. Buchner, I, p. 292, en 576 ; Venantius Fortunatus, Vita sancti Germani, 62, éd. B. Krusch, M. G. H., Auct. Antiqu., 4, 2, Berlin 1885, p. 24, VIe siècle ; Vita Sulpicii episcopi Biturigi, 4, éd. B. Krusch, M. G. H., Script. Rer. Merov 4, Hanovre-Leipzig 1902, p. 374, VIe-VIIe siècles ; à Clermont : Sidonius Apollinaris, Ep.. 3, 4, 1, éd. A. Loyen, Paris 1960 1970, II, p. 90, en 471 ou 472 ; 6, 11, 1, III, p. 25, entre 470 et 477 ; Concilium Claremontanum a. 535, c. 6, éd. C. de Clercq, p. 106-107, c. 9, p. 107 ; Gregorius Turonensis, Vitae patrum, 6,7, éd. B. Krusch, M. G. H., Script. Rer. Merov., 1, 3, Hanovre 1885, p. 235-236 [685 686], en 561 ; Historiae, 4, 12, éd. Buchner, I, p. 208-210, en 556 ; 4, 35, p. 242, en 571 ; 5, 11, p. 298, en 576 ; Venantius Fortunatus, Carmen, 5, 5, éd. F. LEO, M. G. H., Auct. Antiqu., 4, 1, Berlin 1881, p. 107 112, en 576. À Uzès, la mention d’une implantation juive repose sur un seul passage de la Vita de saint Ferréol, mort en 581. Elle relate une tentative de conversion forcée et d’exil de la communauté juive, qui cadre bien avec les événements semblables qui se sont déroulés dans plusieurs cités du Sud de la Gaule à la fin du VIe siècle. Mais le rôle prêté par l’auteur de la Vita à des musulmans renvoie, comme l’a montré B. Blumenkranz (Auteurs latins, p. 131-132 ; Juifs et chrétiens, p. 94), plutôt au VIIIe siècle.

28 C. Goudineau, Les villes de la paix romaine, dans Histoire de la France urbaine, dir. G. Düby, I. La ville antique des origines au IXe siècle, Paris 1980, p. 386-388.

29 Le prêtre bordelais Lupus rencontre un Juif entre Bordeaux et Tours sans qu’on sache si celui-ci faisait partie d’une communauté, voir Gregorius Turonensis, De virtutibus sancti Martini, 3, 50, éd. B. Krusch, M. G. H., Script. Ber. Merov. 1, Hanovre 1885, p. 644 ; pour le Syrien Euphron, voir supra, n. 22. L’origine du marchand qui commerce entre Nîmes et l’Orient n’est pas mentionnée par Grégoire de Tours : Gregorius Turonensis, Liber in gloria martyrum, 77, éd. B. Krusch, p. 539-540. Pour Lyon, et dans une moindre mesure pour Vienne, la présence d’Orientaux est abondamment attestée jusqu’à la fin de l’Antiquité (Solin, p. 753-754) et la communauté juive du IXe siècle est bien connue, par les écrits d’Agobard notamment (cf. infra, n. 37) ; le silence des sources entre ces deux périodes empêche de prouver une présence continue, même si elle est vraisemblable.

30 L’argument épigraphique est discuté par Claude, Handel, p. 179-181.

31 L’assimilation paraît s’être faite en Espagne, dans l’espace d’une génération. Les possessions byzantines d’Espagne sont conquises par Svinthila entre 621 et 631. Grecs et Syriens disparaissent des sources écrites et épigraphiques espagnoles dès la seconde moitié du VIIe siècle : Claude, Handel, p. 180 181 ; L. A. Garcia Moreno, Colonias de comerciantes orientales en la Peninsula Ibérica, dans Habis 3 (1972), p. 127-154 ; K. F. Stroheker, Germanentum und Spätantike, ZürichStuttgart 1965, p. 223. E. A. Thompson, The, Goths in Spain, Oxford 1969, p. 333 sq.

32 Claude, Handel, p. 181-182 ; H. Pirenne, La fin du commerce des Syriens en Occident, dans Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire Orientales, 2 (1933-1934) (= Mélanges Bidez), repris dans Histoire économique de l’Occident médiéval, Bruges 1951, p. 127 136.

33 À Marseille : B. Guérard, Cartulaire de l’abbaye Saint-Victor de Marseille, Paris 1857, no 77, t. 1, p. 106, vers 993. Arles est le lieu de refuge choisi par les parents des enfants juifs de Chalon, Mâcon et Vienne pour empêcher leur baptême : Agobardus Lugdunensis, Epistolae, 19, éd. E. Dümmler, M. G. H., Epistolae, 5, Berlin 1899, p. 239, voir B. Blumenkranz, Deux compilations canoniques de Florus de Lyon et l'action antijuive d’Agobard, dans Revue historique du droit français et étranger, 33 (1955), p. 227-254 et 560-582, not. p. 233 et 246. À Narbonne, inscription juive datée de 688-689 : G. Nahon, Inscriptions hébraïques et juives de la France médiévale, Paris 1986 (Collection Franco-judaïca), no 291, p. 350-353 ; M. Chalon, L’inscription juive de Narbonne, dans Hommage à André Dupont 1897-1971. Etudes médiévales et languedociennes, Montpellier 1974, p. 39-53 ; B. Blumenkranz, Notes d’épigraphie judéo-française, 2. Inscription de Narbonne 688-689, dans Archives juives, 11 (1975), p. 36-38 ; G. Nahon, L’épigraphie, dans Art et archéologie de la France médiévale, Paris 1980, p. 95-132. La communauté juive de Narbonne paraît avoir été florissante durant la période qui nous intéresse ; elle est l’objet de vaines attaques du pape Etienne III en 772 (Stephanus III Papa, Epistola ad Aribertum, P. L., 129, col. 857), et d’Agobard entre 826 et 828 (Agobardus Lugdunensis, De cauendo conuictu et societate Iudaica, éd. van Acker, p. 231-234 : lettre adressée à Nibridius, évêque de Narbonne). Pour Uzès, voir supra, n. 27.

34 Prudence de Troyes attribue la prise de Bordeaux par les Danois en 848 à la trahison des Juifs : Prudentius Trecensis, Annales Bertiniani, a. 848, éd. F. Grat, J. Vieilliard, S. Clémencet, Paris 1964, p. 55. À Saintes, une via Judaica est mentionnée en 961 près du marché et du Bourg Saint-Vivien : Abbé du Tressay, Histoire des moines et des évêques de Luçon, t. 1, Paris 1869, p. 373 ; Anonyme, La rue des Juifs à Saintes, dans Bulletin des Archives de la Saintonge et de l’Aunis, 17 (1897), p. 456-457 ; G. Dahan, Quartiers juifs et rues des Juifs, dans Art et archéologie de la France médiévale, Paris 1980, p. 15-32, p. 20. À Auch, épitaphe juive de Peleger : G. Nahon, Inscriptions hébraïques et juives de la France médiévale, Paris 1986 (Collection Franco-judaïca), no 287, p. 334-335.

35 À la fin du Xe siècle, une épître de la communauté juive de Limoges fait état d’une persécution consécutive à la dénonciation d’un Juif apostat de Blois : texte dans Sefer Gezêrôt Ashkenaz we-tsarfat, éd. A. M. Habermann, Jérusalem 1945-1946 ; traduction française : S. Schwarzfuchs, Chroniques hébraïques du XIe siècle, dans Evidences, 41 (1954), p. 33-35 ; Pour R. Chazan, The Persecution of 992, dans Revue des études juives, 129 (1970), p. 197-203, la localité citée en hébreu serait Le Mans. Les Juifs de Limoges seront victimes d’une tentative de conversion forcée en 1010 : Ademarus Cabanensis, Historiae, 3, 47, P. L, 141, col. 60. Dans d’autres villes du Centre, les indices d’une présence juive sont moins assurés : à Clermont, le toponyme Montjuzet (Mons Iudaeorum) apparaît au Xe siècle d’après G. Nahon, Les cimetières, dans Art et archéologie des Juifs en France médiévale, Paris 1980, p. 73-94, p. 77 ; à Bourges, une Villa Iudea est mentionnée vers 1020 : Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 30 ; L. De Kersers, Essai de reconstruction du cartulaire A de Saint-Sulpice de Bourges, s. 1. s. d., no 29, p. 79.

36 Pour Blois, voir note précédente, à Limoges. Un Juif est connu à Orléans en 956 : Recueil des Actes de Lothaire et Louis V, Rois de France (954-987), éd. L. Halphen-F. Lot, Paris 1908 (Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France), no 33, p. 82 ; à propos de l’épisode de la destruction de l’église du SaintSépulcre de Jérusalem en 1009, Raoul Glaber fait allusion à l’importance et à la richesse de la communauté juive d’Orléans : Rodulfus Glaber, Historiarum libri quinque, III, 7, 24, éd.-trad. J. France, Oxford 1989 (Oxford Medieval Texts), p. 134-135 ; Blumenkranz, Auteurs chrétiens, p. 256-258. À Nantes, voir Hincmar, Epistolae, 31, 13, P. L., 126, col. 221.

37 À Vienne : mentions d’une Terra Hebreorum, en 842 (C. U. J. Chevalier, Cartulaire de l’abbaye de Saint-André-le-Bas de Vienne, Lyon 1869, app. 2, p. 211 ; app. 4, p. 214), et d’un Hebraeorum burgus au Xe siècle : R. Latouche, Le bourg des Juifs (Hebraeorum burgus) de Vienne au Xe s., dans Études historiques à la mémoire de Noël Didier, Paris 1960, p. 189-194 ; G. Dahan, Quartiers juifs et rues des Juifs, dans Art et archéologie des Juifs en France médiévale, Paris 1980, p. 15-32, p. 20. À Lyon, voir les nombreux témoignages d’Agobard pour le début du IXe siècle : Agobardus Lugdunensis, De baptismo mancipiorum Iudaeorum, éd. L. van Acker, Turnhout 1981 (Corpus Christianorum. Continuatio Medievalis, 52), p. 115-116 ; Contra praeceptum impium de baptismo Iudaicorum mancipiorum, ibid., p. 185-188 ; De insolentia Iudaeorum, ibid., p. 191-195 ; De cauendo conuictu et societate Iudaica, ibid., p. 231-234 ; AMULO, Liber contra ludeos, P. L., 116, col. 141-183, not. col. 170. Un IVSEF MONETARIVS attesté sur un triens de Mâcon au VIIe siècle (M. Prou, Les monnaies mérovingiennes, Paris 1892, no 237-240, p. 57-58) est peut-être, étant donnée la forme de son nom, d’origine juive ; les Juifs sont également nombreux au Xe siècle à Mâcon et dans la région environnante, où ils possèdent des terres : Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 14-15, G. Duby, La société aux XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, Paris 1953, p. 28 (cité Duby). Mâcon, comme Chalon, est un lieu de refuge pour les enfants juifs menacés de baptême forcé par la politique d’Agobard : voir supra, n. 33, à Arles.

38 À l'exception de Paris au VIe siècle (voir supra, n. 24) et d’Aix-la Chapelle (voir infra, n. 94) au début du IXe siècle, où il ne s’agit peut-être pas de communautés stables, mais de groupes restreints dont les activités sont liées à la présence de la Cour. J. Stengers, dans Les Juifs dans les Pays-Bas au Moyen âge, Bruxelles 1950 (Académie royale de Belgique. Classe des lettres et des sciences morales et politiques. Mémoires, p. 83, n. 13), pensait après Katz (p. 101) qu’on pouvait voir dans la lettre adressée par Grégoire le Grand à Théodoric et à Théodebert en 599 (Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 9, 214 et 216, éd. Norberg, p. 774 et 779) une preuve de la présence de Juifs au Nord de la Seine, dans le royaume d’Austrasie sur lequel régnait Théodebert. C’est oublier que Clermont (!), Rodez et Marseille (!) étaient devenues austrasiennes après le partage de 561 et que les enclaves demeuraient nombreuses en Gaule du Sud, sur la Loire et en Provence ; voir E. Ewig, Die frànkische Teilungen und Teilreiche (511-613), Wiesbaden 1953 (Akademie der Wissenschaften und der Literatur Mainz. Abhandlungen des geistes-und sozialwissenschaftlichen Klasse, 9), p. 651-715, et Id., Die frànkische Teilreiche im 7. Jahrhundert (613-714), dans Trierer Zeitschrift, 22 (1953), p. 85-144.

39 Entre 937 et 939, le pape Léon VII donne des instructions à l’archevêque de Mayence, Frédéric, sur le baptême des Juifs : Leo VII, Epistola, 14, P. L., 132, col. 1084-1085 et Lettre du prêtre Gerhard à l’archevêque Frédéric, dans P. Jaffé, Monumenta Moguntina, Berlin 1866 (Bibliotheca Rerum Germanicarum, 3), p. 339-341 ; présence de Juifs à Mayence au début du XIe siècle : Annales Quedlinburgenses, a. 1012, éd. G. H. Pertz, M. G. H., Script., 3, Hannovre 1839, p. 81. Pour Magdebourg, la présence de Juifs est mentionnée dans deux actes d’OthonIer et d’Othon II : Othon Ier, Dipl. 300, éd. T. Sickel, M. G. H., Dipl. reg. et imper. Germ., 1, Hannovre 1879-1884, p. 416 ; Othon II, Dipl. 198, ibid. 2, Hannovre 1888, p. 225. À Mersebourg : Thietmarus Merseburgensis, Chronicon, 3, 1, éd. R. Holtzmann, M. G. H., Rer. Germ. n. s. 9, Berlin 1955, p. 98-99, en 976 ; 6, 16 (12), p. 294-295, en 1004 ; 6, 73 (45), p. 362-363, en 1012. Sur la présence de Juifs à Ratisbonne et dans les environs : Othlonus Sancti Emmerammi, Liber visionum, 13, éd. P. G. Schmidt, M. G. H., Quellen zur Geistesgesch., 13, Weimar 1989, p. 81-82 et Othon II, Dipl. 247, éd. Sickel, M. G. H., Dipl. reg. et imper. Germ., 2, p. 279.

40 W. Schlesinger, Städtische Frühformen zwischen Rhein und Elbe, dans Studien zu den Anfangen des Europàischen Städtewesens, Reichenau Vorträge 1955-1956, Lindau-Constanz 1958, p. 297-362 (p. 318).

41 Présence de Juifs à Worms (1025-1040) : H. Boos, Urkundenbuch der Stadt Worms, 1, no 39, p. 369 ; sur le commerce des Juifs à Worms et à Spire, voir la charte de Rudiger de Spire (Urkunden zur Geschichte der Stadt Speyer, éd. A. Hilgard, Strasbourg 1885, no 11, p. 11-12), et les diplômes de l’empereur Henri IV, no 411 et 412, M. G. H., Dipl. reg. et imp. Germ., 6, 2, Weimar 1959, p. 546-549 ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 20. La mention d’une expulsion des Juifs de Spire suivie de la mort de l’évêque Eberhard en 1066 n’apparaît que dans la deuxième rédaction des Gesta, Treverorum au XIIe siècle (Gesta Treverorum. Continuatio, 8, éd. Waitz, M. G. H., Script., 8, Hannovre 1848, p. 182) ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 103-104. Un quartier juif, dont l’origine remonte entre 1056 et 1075, est situé à Cologne : Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 38 ; T. J. Lacomblet, Niederrhein. Urkundenbuch, vol. 1, Düsseldorf 1840, p. 158.

42 G. Duby, p. 30 et 119 121, qualifie de paysans les Juifs de cette région mais ne fait ressortir que leurs possessions foncières ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 25-30. Voir Amulo, Liber contra Iudeos, 41, P. L., 116, col. 170C : [...] multi Christianorum [...] ipsis (Iudeis) serviant tam in domibus quam in agris ; C. U. J. Chevalier, Cartulaire de l’abbaye de Saint-André-le-Bas de Vienne, Lyon 1869, no 49, p. 43 ; no 63, p. 52 ; no 64, p. 52-53 ; no 91, p. 68-69 ; no 100, p. 74-75 ; etc. ; Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, éd. M. C. Ragut, Mâcon 1864 : outre les nombreuses mentions d’une terra Hebreorum, des Juifs possesseurs de terres apparaissent dans les actes : no 122 (886-927), p. 91-92 ; no 86 (970-975), p. 67 ; no 153 (971-974), p. 106 ; no 273 (987-996), p. 164 ; de même dans A. J. Bernard A. Bruel, Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, vol. 1-3, Paris 1876-1884 : no 749-750, vol. 1, p ; 706-707, de 949 ; no 1474, vol. 2, p. 528, de 979 ; no 2762, vol. 3, p. 783-784, de 1022. À Chalon, ibid., no 2587, vol. 3, p. 642, de 1004. Pour Narbonne, voir supra, n. 33.

43 B. Blumenkranz, Un ensemble synagogal à Rouen, 1096-1116, dans Comptes rendus (de l')Académie des Inscriptions et Belles Lettres (1976), p. 663-687 ; Id., La synagogue de Rouen (env. 1100), dans Archives juives, 13 (1977), p. 37-44.

44 Des Juifs sont mentionnés à Reims en 1004, où l’abbé Fulrad, après avoir été chassé de Saint-Vaast d’Arras pour indignité, trafiquait avec eux (Gesta episcoporum Cameracensium, 116, éd. L. C. Bethmann, M. G. H., Script., 7, Hannovre 1846, p. 452-453) ; un cimetière juif paraît y exister en 1023 : Sefer Gezêrôt, voir note 34 ; H. Gross, Gallia Judaica, p. 73 ; P. Desportes, Reims et les Rémois aux XIIIe et et XIVe siècles, Paris 1979, p. 107 (cité Desportes) ; G. Nahon, Les communautés juives en Champagne médiévale(XIe-XIIe siècle), dans Rashi, Paris 1974, p. 33-78. Les communautés judaïques de Troyes et Auxerre auraient contribué avec celle de Sens au paiement de la rançon de Juifs rémois enlevés alors qu’ils se rendaient à Troyes pour y commercer, d’après un responsum du rabbin Joseph Tob-Elem de Limoges daté de la première moitié du XIe siècle : I. A. Agus, Urban civilisation in pre-crusade Europe. A study of organized town-life in northwestern Europe during the tenth and eleventh centuries based on Responsa literature, 2 vol., New York 1965, p. 173. L’attribution à Joseph Tob-Elem et donc la date de cet épisode ont été sérieusement contestés par S. Schwarzfuchs, dans son compte rendu de l’ouvrage de Agus dans Revue des études juives, 125 (1966), p. 426-430, p. 429 ; Desportes, p. 107. L’épisode d’un mouvement judaïsant, à la tête duquel aurait figuré Raynard, duc de Sens en 1015, rapporté par Raoul Glaber (Rodulfus Glaber, Historiarum libri quinque, III, 6, 23, éd. France, p. 132-133) témoigne peut-être indirectement de la présence de Juifs à Sens au début du XIe siècle, comme l’indique l’histoire, sans doute forgée par Odoran de Saint-Pierre de Sens d’une expulsion des Juifs de la ville par l’archevêque Anségise en 883 ; Odorannus Sancti Petri Senonensis, Chronicon, a. 883, P. L., 142, col. 771 et B. Blumenkranz, Auteurs latins, p. 253 et 258-259.

45 La première mention d’un Juif à Metz concerne la possession d’un vignoble en 945 : Dom Calmet, Histoire de Lorraine, Nancy 1748, vol. 2, col. 202 ; la deuxième mention date de la fin du Xe siècle : Constantinus abbas sancti symphoriani, Vita Adalberonis, 9, M. G. H., Script., 4, 2, p. 661. Il n’y a pas de témoignage de Juifs à Verdun avant les tosafistes du XIIe siècle, voir Gallia Judaica, p. 205-206 et 347-348.

46 S. Schwarzfuchs, Chroniques hébraïques du XIe siècle, dans Évidences, 41 (1954), p. 34-37 (p. 36-37).

47 Gesta Episcoporum Cameracensium, éd. Bethmann, p. 453.

48 Desportes, p. 107.

49 Voir supra, n. 33.

50 Voir supra, n. 2.

51 Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 12-13 et 22. Le caractère principalement urbain des colonies juives installées en Gaule a servi d’argument à R. Anchel (Les Juifs de France, Paris 1946, p. 20-21) pour conclure que comme les Orientaux, ils étaient actifs dans les professions commerciales. Les positions de Blumenkranz sont jugées excessives par D. Claude pour l’époque mérovingienne (D. Claude, Aspekte des Binnenhandels im Merowingerreich auf Grund der Schriftquellen, dans Der Handel des frühen Mittelalters, éd. K. Dünel, H. Jankuhn, H. Siems, D. Timpe, Göttingen 1985 [Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschtlichen Zeit im Mittel-und Nordeuropa, 3], p. 9-99 [cité Claude, Aspekte], p. 68) et CH. Verlinden pour le IXe et le Xe siècle (À propos de la place des Juifs dans l’économie de l’Europe occidentale aux IXe et Xe siècles. Agobard de Lyon et l’historiographie arabe, dans Storiografia e storia. Studi in onore di Eugenio Dupré Theseider, vol. 1, Rome 1974, p. 21-37) (cité Verlinden).

52 P. Johanek, Die fränkische Handel der Karolingerzeit im Spiegel der Schriftquellen, dans Der Handel der Karolinger-und Wikingerzeit, éd. K. Dünel, H. Jankuhn, H. Siems, D. Timpe, Göttingen 1987 (Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschtlichen Zeit im Mittel-und Nordeuropa, 4), p. 7-68 (p. 56-59).

53 Codex Theodosianus, XVI, 8, 3, éd. T. Mommsen, p. 895-897 ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 327 ; F. Blanchetiere, Privilegia, odiosa ou non ? L’évolution de l’attitude officielle à l’endroit des Juifs et du judaïsme (312-395), dans Revue des sciences religieuses, 59 (1985), p. 222-249 (p. 233-234).

54 Concilium Aurelianense, a. 538, c. 14, éd. C. de Clercq, p. 120 : De mancipiis Christianis, quae in Iudeorum seruitio ditenentur, si eis, quod Christiana religio uetat, a dominis inponitur aut si eos, quos de eclesia excusatos tollent, pro culpa, quae remissa est, adfligere aut caedere fortasse praesumpserint et ad ecclesiam iterato confugerint, nullatinus a sacerdote reddantur, nisi praecium offeratur hac detur, quod mancipia ipsa ualere pronunciaverit iusta taxacio.

55 Concilium Matisconense, a. 581-583, c. 16, éd. de Clercq, p. 227 : quia nunc ita quorundam quaerilla exorta est quosdam Iudaeos per ciuitates aut municipia consistentes in tanta insulentia et proteruia prorupisse, ut nec reclamantes Christianos liceat uel ad praetium de eorum posse seruitute absolui : idcirco praesenti concilio Deo auctore sancimus, ut nullus Christianus ludaeo deinceps debeat deseruire. La tension s’était manifestée par la conversion forcée des Juifs de Clermont en 576, cf. Gregorius Turonensis, Historiae, 5, 11, éd. Buchner, I, p. 298, en 576 ; voir en dernier lieu B. Brennan, The Conversion of the Jews of Clermont in AD 576, dans Journal of Theological Studies, NS 36 (1985), p. 321-337 ; D. Claude, Gregor von Tours und die Juden : Die Zwangsbekehrungen von Clermont, dans Historisches Jahrbuch im Auftrag der Görres-Gesellschaft, 111 (1991), p. 137-147. Un peu plus tard (591-592), Chilpéric tente de forcer au baptême les Juifs de son entourage ; voir supra, n. 24-25. Enfin, d’autres conversions forcées eurent lieu dans le Sud de la Gaule à la fin du VIe siècle, cf. Gregorius Magnus, supra, n. 21.

56 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 9, 214 et 216, éd. Norberg, p. 774 et 779 : Omnino praeterea admirati sumus ut in regno uestro ludaeos christiana mancipia possidere permittitis.

57 Concilium Clippiacense, a. 626/627, c. 13, éd. de Clercq, p. 294 : Christiani Iudaeis et gentilibus non uendantur. Nam si quis Christianorum necessitate cogente mancipia sua Christiana elegerit uenundanda, non aliis nisi îanto Christianis expendat. [...] Iudaei uero si Christiana mancipia ad Iudaismum uocare presumserint aut grauibus tormentis adflixerint, ipsa mancipia fisci ditionibus reformentur.

58 Breviarium Alarici, XVI, 4, 1 = Codex Theodosianus, XVI, 9, 1, éd. Mommsen, p. 895.

59 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 7, 21, éd. Norberg, p. 472 : Dominicus praesentium portitor lacrimabiliter nobis innotuit quattuor fratres suos de captiuitate a Iudaeis redemptos esse atque eos nunc Narbonae in eorundem Iudaeorum seruitio detineri.

60 Stephanus III Papa, Epistola ad Aribertum, P. L., 129, col. 857 : Quapropter sumus dolore tacti, usque ad mortem anxiati, cum cognovissemus per teipsum, quod plebs Judaica Deo semper rebellis, et nostris derogans caerimoniis infra fines et territoria Christianorum allodia haereditatum in villis et suburbanis ; [...] et infra civitates et extra, masculi et feminae Christianorum cum eisdem praevaricatoribus habitantes, diu noctuque verbis blasphemiae maculantur, et cuncta obsequia quae dici aut excogitari possunt, miseri miseraeve praenotatis canibus indesinenter exhibeant.

61 Sur Agobard, voir l’ouvrage de E. Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon, Köln 1969 (Kôlner historische Abhandlungen, 17), cité Boshof ; l’auteur adopte une position inverse de la nôtre : il considère que l’action d’Agobard ne dépasse pas les termes des conciles antérieurs (p. 106).

62 Agobardus Lugdunensis, De baptismo mancipiorum Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 115-116 : Primum, quod summopere mihi necesse est scire, [...] quid faciendum sit de mancipiis Iudeorum ethnicis, que illi comparauerunt. [...] Im promptu est etiam ratione colligere, si qui ethnicorum ad Christum fugiunt, et non recolligimus, sed repudiamus propter carnales dominos, esse impium et crudele, cum humane animae nullus esse possit dominus nisi conditor.

63 Formulas imperiales a curia Ludovici, 30, 31 et 52, éd. K. Zeumer, M. O. H., Formulae, Hannovre 1886, p. 309-311 et 325 ; Formula 30 : Suggesserunt etiam iidem Iudei celsitudini nostre de quibusdam hominibus, qui contra christianam religionem suadent mancipia Hebreorum sub autentu christiane religionis contemnere dominos suos et baptisari, vel potius persuadent illis, ut baptisentur, ut a servitio dominorum suorum liberentur ; quod nequaquam sacri canones constituunt, immo talia perpetrantes districta anathematis sententia feriendos diiudicant ; et ideo volumus, ut neque vos ipsi praedictis Hebreis hoc ulterius facere praesumatis neque iuniores vestros ullis facere permittatis certumque teneatis, quia, quicunque hoc perpetraverit, et ad nos delatum fuerit, quod absque sui periculo et rerum suarum damno evadere non poterit ; Formula 31 : nemo fidelium nostrorum praesumat eorum mancipia peregrina sine eorum consensu ac voluntate baptisare.

64 Formulae imperiales a curia Ludovici, 30 et 31, éd. Zeumer, p. 309-311 : Habeant etiam licentiam mancipia peregrina emere et infra, imperium nostrum vendere.

65 En particulier, Verlinden, p. 21-37.

66 Formulae imperiales a curia Ludovici, 30 et 31, éd. Zeumer, p. 309-311 : liceatque eis secundum legem eorum vivere et homines christianos ad eorum opera facienda locare, exceptis festis et diebus dominicis ; Form. 52, p. 325 : Liceat etiam ei secundum legem suam vivere et homines christianos ad eius opera facienda locare, excepto die dominico et festis diebus.

67 Gregorius Magnus, Registrum epistolarum, 9, 105, éd. Norberg, p. 657-658 : Cognoscentes qualis fraternitatem uestram zelus pro christianis mancipiis, quae Iudaei de Galliarum finibus emunt, accenderit, adeo nobis sollicitudinem uestram placuisse signamus, ut inhibendos eos ab huiusmodi negotiatione nostra etiam deliberatio iudicaret. La lettre est adressée à Fortunatus, évêque de Naples.

68 Agobardus Lugdunensis, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 192 : Haec passi sumus a fautoribus Iudeorum, non ob aliud, nisi quia praedicauimus christianis ut mancipia eis christiana non uenderent, ut ipsos Iudeos christianos uendere ad Hyspanias non permitterent, [...] ; p. 195 : Et cum precedens scedula dictata fuisset, superuenit quidam homo fugiens ab Hyspaniis de Cordoba, qui se dicebat furatum fuisse a quodam Iudeo Lugduno ante annos XXti IIIIor paruum adhuc puerum, et uenditum, fugisse autem anno praesenti cum alio, qui similiter furatus fuerat Arelato ab alio Iudeo ante annos sex.

69 Concilium Meldense-Parisiense, c. 76, éd. W. Hartmann, M. G. H., Concilia, 3, Hanovre 1984, p. 124 : Ut mercatores huius regni, christiani sive Iudei, mancipia pagana, quae per tot populos et civitates fidelium transeuntes ad manus infidelium et sevissimorum hostium nostrorum perducunt.

70 Inquisitio de theloneis Rafelstettensis, c. 9, éd. A. Boretius-V. Krause, dans M. G. H., Capit. Reg. Franc., 2, Hanovre 1897, p. 252 : Mercatores, id est Iudei et ceteri mercatores, undecunque venerint de ista patria vel de aliis patriis, iustum theloneum solvant tam de mancipiis quam de aliis rebus, sicut semper in prioribus temporibus regum fuit.

71 Voir infra, p. 366-369.

72 A. Gieysztor, Les Juifs et leurs activités économiques en Europe orientale, dans Gli Ebrei nell'alto medioevo, Spoleto 1980 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 26), p. 513-514.

73 Formulae imperiales a curia Ludovici, 30, éd. Zeumer, p. 310 : decernimus atque iubemus, ut neque vos neque iuniores seu successores vestri memoratos Hebreos de nullis quibuslibet illicitis occasionibus inquietare aut calumniam generare praesumat nec de rebus eorum propriis, unde praesenti tempore legaliter vestiti esse videntur, aliquid abstrahere aut minuere ullo unquam tempore praesumatis ; sed neque teloneum aut paravereda aut mansionaticum aut pulveraticum aut cespitaticum aut ripaticum aut portaticum aut pontaticum aut trabaticum aut cenaticum a praedictis Hebreis exigere praesumat. Similiter concessimus eis de rebus eorum propriis commutationes facere et proprium suum cuicunque voluerint vendere ; formulation presque identique en Form. 31, p. 311.

74 P. L. Ganshof, À propos du tonlieu à l’époque carolingienne, dans La città nell’alto medioevo, Spoleto 1959 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull'alto medioevo, 6), p. 485-508, p. 491 et n. 12. La règle est formulée explicitement dans deux capitulaires : le capitulaire de Pépin III de 751-755, c. 4 (éd. Boretius, dans M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, no 13, p. 32) : De theloneis vero sic ordinavimus, ut nullus de victualia et carralia, quod absque negotio est, theloneum prehendat..., et le Capitulare missorum général de Thionville (805), c. 13 (éd. Boretius, ibid., no 44, p. 124-125), qui interdit de lever le tonlieu nec de his qui sine negotiandi causa substantiam suam de uno domo sua ad aliam ducunt aud ad palatium aut in exercitum. P. L. Ganshof (ibid., p. 498, n. 32) parle de franchise de tonlieu pour les « marchands juifs » sans distinguer la différence de formulation entre Formulae imperiales 30 et 31.

75 F. L. Ganshof, ibid., p. 485-491 ; abus en matière de tonlieu relevés par de nombreux capitulaires, ibid., p. 506-507 et n. 49.

76 Stephanus III Papa, Epistola ad Aribertum, P. L. 129, col. 857 : Quapropter sumus dolore tacti, usque ad mortem anxiati, cum cognovissemus per teipsum, quod plebs Judaica Deo semper rebellis, et nostris derogans caerimoniis infra fines et territoria Christianorum allodia haereditatum in villis et suburbanis, quasi incolae Christianorum, possideant per quaedam regum Francorum praecepta.

77 Capitula de Iudeis, c. 3, éd. A. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, Hannovre 1881, p. 258 : Ut nemo Iudeus monetam in domo sua habeat et neque vinum nec annonam vel aliam rem vendere praesumat. Ces capitula furent faussement attribués à Charlemagne et à Louis le Pieux, voir Boretius, ibid. et Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 344-345.

78 Caro, I, p. 131-135 ; Pirenne, p. 233 ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 337-338 ; Bachrach, p. 92.

79 Formula imperialis a curia Ludovici, 30, éd. Zeumer, p. 310 : istos Hebreos, Domatum rabbi et Samuelem, nepotem eius, sub nostra defensione suscepimus ac retinemus ; la garantie de ne pas payer le tonlieu ni les taxes de transport sur les biens propres suppose des déplacements.

80 Formula imperialis a curia Ludovici, 31, éd. Zeumer, p. 310 : hos praesentes Hebreos, David, nunnum Davitis, et Ioseph atque... cum pares eorum, habitantes in Lugduno civitate, sub nostra defensione suscepimus ac retinemus/.../ : sed liceat eis sub mundeburdo et defensione nostra quiete vivere et partibus palatii nostri fideliter deservire.

81 F. L. Ganshof, Note sur le « Praeceptum negotiatorum » de Louis le Pieux, dans Studi in onore di Armando Sapori, Milano-Varese 1957, p. 103-112.

82 Formula imperialis a curia Ludovici, 52, éd. Zeumer, p. 325 : iste Hebraeus nomine Abraham, habitans in civitate Caesaraugusta, ad nostram veniens praesentiam, in manibus nostris se commendavit, et eum sub sermone tuitionis nostre recepimus ac retinemus.

83 Formula imperialis a curia Ludovici, 37, éd. Zeumer, p. 315. Voir H. Laurent, Marchands du palais et marchands d'abbayes, dans Revue historique, 183 (1938), p. 281-297. Le praeceptum negotiatorum n’est pas le modèle des lettres de protection octroyées aux Juifs : l’expression sicut ludeis, qui se trouve dans l’édition Zeumer, provient de notes tironiennes qui doivent se lire sicut diximus, cf. J. Stengers, Les Juifs dans les Pays-Bas au Moyen âge, Bruxelles 1950 (Académie royale de Belgique. Classe des lettres et des sciences morales et politiques. Mémoires), p. 83, n. 14 et M. Tangl, Zum Judenschutzrecht unter den Karolingern, dans Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, 33 (1908), p. 197-200.

84 Formula imperialis a curia Ludovici, 30 et 31, éd. Zeumer, p. 309-310 et 310-311 : liceatque eis secundum legem eorum vivere ; 52, p. 325 : Liceat etiam ei secundum legem suam vivere.

85 CARO, I, p. 152-154 ; Pirenne, p. 233 238 ; Baron, 4, p. 43-54, Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 301-302 ; Bachrach, passim et not. p. 83 et 104-105.

86 B. Blumenkranz, Juifs et Chrétiens, p. IX.

87 E. Sabbe, Quelques types de marchands des IXe et Xe siècles, dans Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 13 (1934), p. 176-187.

88 Gregorius Turonensis, Historiae 4, 12, éd. Buchner, I, p. 210 : Iudaeis valde carus ac subditus erat (Cautinus), non pro sainte, ut pastoris cura debet esse sollicita, sed pro comparandis speciebus, quas, cum hic blandiretur et illi se adulatores manifestissime declararent, maiori quam constabant pretio venundabant.

89 Gregorius Turonensis, Historiae 4, 35, éd. Buchner, I, p. 242 : Nam Eufrasius presbiter, filius quondam senatoris Euvodi, susceptas a Iudaeis species magnas regi per cognatum suum Beregisilum misit, ut scilicet, quod meritis optinere non poterat, praemiis optineret.

90 Gregorius Turonensis, Historiae 6, 5, éd. Buchner, II, p. 8 : ludaeus quidam Priscus nomen, qui ei (regi Chilperico) ad species quoemendas familiaris erat, advenit.

91 Oxford Latin Dictionary, éd. P. G. W. Glare, fasc. 7, Oxford 1980, p. 1799 1800 ; A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Strasbourg 1954, p. 768 ; J. F. Niermeyer, Mediae latinitatis lexicon minus, Leiden 1976, p. 983.

92 H. Laurent, Marchands du palais et marchands d’abbayes, dans Revue historique, 183 (1938), p. 281-297 (p. 293). Il existait sans doute d’autres fournisseurs de la Cour au VIIe siècle, comme ces negotiatores Dagoberti, qui transportaient l’argent du roi ; Claude, Aspekte, p. 69, n. 424a, d’après un texte du IXe siècle. Rien ne permet d’identifier le marchand Salomon, negotiator de Dagobert mentionné par les Oesta Dagoberti du IXe siècle (Gesta Dagoberti, 33, éd. B. Krusch,it/. G. H., Script. Rer. Merov., 2, Hannovre 1888, p. 413), comme un négociant juif, ainsi que le proposaient Henri Pirenne (p. 68) et R. Latouche dans Les origines de l’économie occidentale, Paris 1956 (L’évolution de l’humanité) p. 142 et n. 2. Outre que Salomon assure la perception du tonlieu, charge publique en principe interdite aux Juifs, l’anecdote ne donne aucune indication sur ses croyances religieuses et le nom de Salomon est aussi bien porté à l’époque par des chrétiens que par des Juifs ; Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 14 et n. 88.

93 Agnellus Ravennatensis, Liber pontificalis ecclesiae Rauennatis, 143, éd. Waitz, M. G. H., Script. Langob., Hannovre 1878, p. 372 : corona ex modico auro una, sed tamen habuit preciosissimas gemmas, ut temporibus nostris interrogatus Iudeus negotians Karolo imperatori, quo precio venundari possit, adiecit, quod omnes opes istius ecclesiae et omnia ornamenta etiam et tuguria venundetur, non potest eam explere.

94 Capitulare de disciplina palatii Aquisgranensis, c. 1-2, éd. A. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, Hannovre 1881, p. 298 : Unusquisque ministerialis palatinus diligentissima inquisitione discutiat primo homines suos et postea pares suos, si aliquem inter eos vel apud suos igrotum hominem vel meretricem latitantem invenire possit. [...] Petrus vero et Gunzo per scruas et alias mansiones actorum nostrorum similiter faciant, et Ernaldus per mansiones omnium negotiatorum, sive in mercato sive aliubi negotientur, tam christianorum quam et Iudaeorum.

95 Gesta Karoli, 1, 16, éd. H. F. Haefele, M. G. H., Script. Rer. Germ., n. s. 12, Berlin 1959, p. 19-21 : praecepit cuidam Iudeo mercatori, qui terram repromissionis sepius adire et inde ad cismarinas provintias multa preciosa et incognita solitus erat afferre.

96 Pirenne, p. 2-3 ; R. Latouche, Les origines de l’économie occidentale, Paris 1956 (L’évolution de l'humanité), p. 129.

97 Pirenne, p. 67, 82, 227 ; E. Sabbe, Quelques types de marchands des IXe et Xe siècles, dans Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 13 (1934), p. 176-187 (p. 185).

98 D. Claude pense toutefois pouvoir conclure de la documentation que les marchands juifs étaient plus nombreux que les Syriens en Gaule à l’époque mérovingienne et que l’amplitude de leurs activités commerciales était plus large ; il souligne que celles-ci ont survécu à celles des Syriens à l’époque carolingienne (Claude, Aspekte, p. 70-71).

99 Gregorius Turonensis, Historiae, 7, 23, éd. Buchner, II, p. 118-121 : Praesenti quoque anno, Armentarius Iudaeus cum uno sectae suae satillite et duobus christianis ad exegendas cautionis, quas ei propter tributa puplica Iniuriosus ex vecario, ex comite vero Eonomius deposuerant, Toronus advenif. Interpellatisque vins, promissionem accepit de reddendo pecuniae fenore cum usuris.

100 Dhuoda, Manuale 10, 4, éd. P. Riché, Paris 1975 (Sources chrétiennes, 225), p. 352 : non solum de Christianis verum etiam de Iudaeis multa ex illorum rebus manibus meis frequenter recepi.

101 Admonitio generalis (a. 789), c. 5, éd. Boretius, M. G. H.. Capit. Reg. Franc., 1, p. 54 ; Capitula vel missorum vel synodalia, ca. 813, c. 11, éd. Boretius, ibid., p. 183 ; Capitulare Olonense, c. 5, éd. Boretius, ibid., p. 327 ; Capitulare missorum a. 832, c. 4, éd. Boretius-Krause, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 2, p. 63.

102 Il n’y a pas de raison d’identifier le Priscus, monétaire actif à Chalon-surSaône, c’est-à-dire dans le royaume de Gontrand avec le Juif Priscus fournisseur de Chilpéric, comme l’ont proposé I. Loeb, Note sur les Juifs, dans Revue des études juives, 10 (1885), p. 237sq, et Bachrach, p. 56 ; contra, Claude, Aspekte, p. 68. La forme de nom IVSEF portée par un monétaire de Mâcon peut faire penser à un Juif : P. Berghaus, Wirtschaft, Handel und Verkehr der Merowingerzeit im Licht numismatischer Quellen, dans Der Handel des frühen Mittelalter, éd. K. Dünel, H. Jankuhn, H. Siems, D. Timpe, Gôttingen 1985 (Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschtlichen Zeit im Mittel-und Nordeuropa, 3), p. 193-213, p. 196.

103 Goncilium Arvernense, a. 535, c. 9, éd. De Clercq, p. 107 : Ne Iudaei Cristeanis populis iudices praeponantur, est le premier texte dont nous disposons ; il étend l’interdiction à tous les emplois d’officiers publics en général - iudices Elle est reprise par le canon 13 du concile tenu en 583 à Mâcon, dans le royaume de Bourgogne par le roi Contran, qui précise qu’elle s’applique en particulier à l’emploi de tonloyer (Concilium Matisconense, a. 583, c. 13, éd. de Clercq, p. 226). Le canon 17 du Concile tenu à Paris en 614, partiellement repris par l’Édit de Clothaire la même année (c. 10), exprime le même principe sous une forme différente (Goncilium Parisiense, a. 614, c. 17, éd. de Clercq, p. 280 ; Edictum Chlotarii II, a. 614, c. 10, éd. de Clercq, p. 284). Des Juifs devaient cependant être établis comme agents de la puissance publique, puisque les évêques réunis à Paris en 614 précisent que le Juif qui contreviendrait au canon du Concile serait baptisé avec toute sa famille par l’évêque de la Cité.

104 Edictum Pistense, c. 23, éd. Boretius-Krause, M. G. H., Gapit. Reg. Franc., 2, p. 320 : Faber vero, qui post praefatas Kalendas (Octobris) comprobatus fuerit aurum vel argentum ad vendendum vel emendum adulterasse vel misculasse [...] puniatur. Si vero ludaeus fuerit, ipsum, quod mixtum proferet, perdat, et bannum nostrum, sicut tempore praedecessorum nostrorum consuetudo fuit, componat. Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 347.

105 Capitulare missorum Niumagae datum, c. 4, éd. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, p. 131 : Ut singuli episcopi, abbates, abbatissae diligenter considerent thesauros ecclesiasticos, ne propter perfidiam aut neglegentiam custodum aliquid de gemmis aut de vasis, reliquo quoque thesauro perditum sit, quia dictum est nobis, quod negotiatores Iudaei necnon et alii gloriantur, quod quicquid eis placent possint ab eis emere ; chapitre compilé dans Ansegisi abbatis capitularium collectio, c. 117, éd. Boretius, ibid., p. 410.

106 Agnellus Ravennatensis, Liber pontificalis ecclesiae Rauennatis, 143, éd. Waitz, p. 372, voir supra, n. 93.

107 Flodoardus Remensis, Historia ecclesiae Remensis, 3, 13, P. L., 135, col. 166.

108 Annales regni Francorum, a. 801-802, éd. R. RAU, Quellen zur karolingische Reichsgeschichte I, Berlin s. d. (Ausgewählte Quellen zur Geschichte des Mittelalters, 5), p. 76-79.

109 A. Miquel, L’Europe occidentale dans la relation arabe d'Ibrâhim b. Y a’qûb (Xe s.), dans Annales ESC, 21 (1966), p. 1048-1064.

110 Parmi une abondante littérature, l’ouvrage le plus imaginatif est sans doute L. Rabinowitz, Jewish merchant adventurers. A study of the Radanites, London 1948 ; plus sérieuse est la discussion entre J. Jacobi, Die Radaniya, dans Der Islam, 4 (1971), p. 252-264 et C. Cahen, Y a-t-il eu des Radanites ?, dans Revue des études juives, 123 (1964), p. 499-505 ; ID., Quelques questions sur les Radanites, dans Der Islam, 48 (1972), p. 333-334. L’étymologie du mot désignant ces marchands au long cours a donné lieu à une série d'hypothèses, notamment D. Simonsen, Les marchands juifs appelés Radanites, dans Revue des études juives, 54 (1907), p. 141-142 et F. Kmietowicz, The terme Ar-Radaniya in the work of Ibn Hurdadbeh, dans Folia Orientalia, 11 (1969), p. 163-173, où l’on trouvera une discussion des hypothèses antérieures. Voir aussi Blumenkranz, Juifs et chrétiens, p. 13-14 ; Pibenne, p. 234-235 ; Babon, vol. 4, p. 180-181 ; Bachbach, not. p. 72-74, 112.

111 C. Pellat, al-Rādhāniyya, dans Encyclopédie de l’Islam. Nouvelle édition, 7, Leiden-Paris, 1995, p. 376-380, p. 376 ; Ibn Khobdadbeh, Kitâb al-Masâlik wa’lMamâlik (Liber viarum et regnorum), éd. M. J. De Goeje, Leiden 1889 (an. 1967), p. 114 116.

112 D. Simonsen, Les marchands juifs appelés Radanites, dans Revue des études juives, 54 (1907), p. 141-142 ; M. Lombard, La route de la Meuse et les relations lointaines des pays mosans entre le 8e et le 11e siècle, dans L’art mosan, éd. P. Francastel, Paris 1953, p. 9-28, p. 12.

113 F. L. Ganshof, Notes sur les ports de Provence du VIIIe au Xe siècle, dans Revue historique, 183 (1938), p. 28-37.

114 Gregorius Magnus, Registrum epistularum, 1, 45, éd. Norberg, p. 59 : Plurimi siquidem Iudaicae religionis uiri, in hac prouincia commanentes ac subinde, in Massiliae partibus pro diuersis negotiis ambulantes,... ; Id., ibid., 9, 105, p. 657 : Cognoscentes qualis fraternitatem uestram zelus pro christianis mancipiis, quae Iudaei de Galliarum finibus emunt, accenderit, adeo nobis sollicitudinem uestram placuisse signamus, ut inhibendos eos ab huiusmodi negotiatione nostra etiam deliberatio iudicaret. Sed Basilio Hebraeo cum aliis Iudaeis ueniente, comperimus hanc illis a diuersis iudicibus reipublicae emptionem iniungi atque euenire ut inter paganos et Christiani pariter comparentur.

115 Gesta Karoli, 2, 14, éd. Haefele, p. 77 : Contigit quoque ad quandam maritimam Gallie Narbonensis urbem vagabundum Karolum inopinato venire. Ad unius portum, eo prandente sed ignorato, piraterium exploratores Nordmannorum fecerunt. Cumque visis navibus alii Iudeos, alii vero Africanos, alii Brittannos mercatores esse dicerent, sapientissimus Karolus ex instructione vel agilitate non mercatores sed hostes esse deprehendens, dixit ad suos : ‘Non iste naves conferte mercimoniis sed hostibus fete sunt acerrimis’.

116 C. Cahen, Y a-t-il eu des Radanites ?, dans Revue des études juives, 123 (1964), p. 499-505 ; Id., Quelques questions sur les Radanites, dans Der Islam, 48 (1972), p. 333-334

117 J.-P. Poly, La Provence et la société féodale 779-1166, Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris 1976, p. 229.

118 Pirenne, p. 153.

119 A. Rucquoi, Histoire médiévale de la péninsule ibérique, Paris 1993, p. 133sq.

120 Annales Regni Francorum, a. 778, éd. R. Rau, p. 36-39.

121 Annales Bertiniani, a. 839, éd. Grat-Vieilliard-Clémencet, p. 27-28 ; J. MADOZ, Epistolario de Alvaro de Cordoba, Madrid 1947 (Monumenta Hispaniae sacra. Seria patristica, 1), p. 56-57.

122 Euloge de Cordoue, Lettre à Wiliesindus, P. L., 115, col. 845 : la lettre date du 15 novembre 581, les faits de 848.

123 Agobardus Lugdunensis, De insolentia Iudaeorum, éd. Van Acker, p. 195, voir supra, n. 68.

124 Voir supra, n. 45.

125 Capitulare missorum in Theodonis villa datum II, generale, c. 7, éd. Boretius, dans M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, p. 123.

126 Inquisitio de theloneis Rafelstettensis, c. 9, éd. Boretius-Krause, p. 252, voir supra, n. 70.

127 Voir supra, n. 39.

128 M. Lombard, Les métaux dans l’ancien monde du Ve au Xe siècle, Paris-La Haye 1974 (Ecole pratique des Hautes Etudes.VIe section. Sciences économiques et historiques. Civilisations et sociétés, 38) ; Verlinden, voir n. 51.

129 Gapitulare de disciplina palatii Aquisgranensis, c. 1-2, éd. Boretius, M. G. H., Capit. Reg. Franc., 1, p. 298 : omnium negotiatorum, sive in mercato sive aliubi negotientur, tam christianorum quam et Iudaeorum ; Gapitulare missorum Niumagae datum, c. 4, éd. Boretius, ibid., p. 131 : negotiatores Iudaei necnon et alii ; Concilium Meldense-Parisiense, c. 76, éd. Boretius-Krause, M. G. H., Gapit. Reg. Franc., 2, p. 419 : mercatores huius regni, christiani sive Iudei ; Inquisitio de theloneis Rafelstettensis, c. 9, éd. Boretius-Krause, p. 252 : Mercatores, id est Iudei et ceteri mercatores.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540