Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Les marchands qui voyagent, ceux qui ne voyagent pas et la pénurie de textes géographiques byzantins

Nicolas Oikonomidès

Texte intégral

1Lorsqu’on parle géographie dans le monde byzantin, on pense tout de suite à la topographie chrétienne de Kosmas Indikopleustes, un texte qui appartient plutôt au monde romain tardif et qui est en fait une interprétation chrétienne du monde. Des préoccupations théologiques sont aussi à l’origine de textes comme celui sur les quatre fleuves du paradis que l’on identifie aux quatre grands fleuves du monde connu, le Nil, le Danube, le Tigre et l’Euphrate.

  • 1 Pour les écrits géographiques byzantins, voir H. Hunger, Βυζαντινὴ Λογοτεχνία I, Athènes 1991, p.  (...)

2On connaît plusieurs études ou commentaires byzantins sur les géographes de l’Antiquité, ouvrages qui appartiennent à la géographie qu’on pourrait appeler « scientifique ». On a aussi des descriptions de voyages aux Lieux Saints, donc une géographie « pieuse », à laquelle on attachera aussi les descriptions de divers pays dans les textes hagiographiques de toutes les époques. On a enfin la géographie « archéologique » dont l’exemple le plus fameux est le Livre des Thèmes de Constantin VII Porphyrogénète, qui décrit les provinces du Xe s. en se basant sur une littérature archéologique, surtout du VIe s. ; dans cette catégorie, privilégiée dans Byzance l’archéomane, on classera également les diverses listes de villes et de provinces, et tout particulièrement les équivalences entre les noms anciens des villes et des peuples et leurs noms médiévaux1.

  • 2 Une approche du problème nouvelle et prometteuse : A. Laiou, On Political Geography : the Black Se (...)

3Les Byzantins connaissaient une certaine géographie, comme le montrent leurs ouvrages littéraires ou historiques2. Mais nous avons peu de descriptions de voyages, même de voyages de marchands, malgré le fait que Byzance, du VIe au XIe s., n’a pas connu l’économie fermée qui caractérise l’Europe occidentale. Ceci est d’autant plus étonnant que les milieux du califat, qui avaient une économie semblable à la byzantine, nous ont donné cette admirable série de voyageurs arabes, qui ont visité le monde (y compris l’Empire byzantin) et qui ont laissé des descriptions détaillées et passionnantes de ce qu’ils y ont vu. Comment expliquer le silence byzantin dans ce domaine ?

  • 3 Michel Attaliate, éd. I. Bekker, Bonn 1853 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 48-50.

4Une interprétation possible serait à chercher dans la mentalité des Byzantins qui, se croyant au centre du monde en tant que citoyens romains, continuateurs de l’Empire, et fascinés de l’Antiquité classique – ou de ce qu’ils prenaient pour leur passé classique –, ne sentaient point le besoin de s’occuper des autres pays. Il y a une certaine vérité dans cette hypothèse – nous y reviendrons. Mais, ces mêmes Byzantins nous ont laissé toute une brillante série d’historiens qui parlent de leur propre temps et des problèmes que créaient à l’Empire les peuples étrangers. Puis, comment attribuer un tel manque d’intérêt au peuple qui s’est même offert le luxe, au XIe s., avant les croisades, de faire venir à Constantinople des animaux exotiques, des éléphants et des girafes, pour les mener en parade dans les rues pour le plus grand amusement du peuple3 ? L’intérêt pour l’exotique – et, par extension, pour l’étranger – ne manquait certainement pas dans une grande ville aussi cosmopolite que Constantinople du XIe et du XIIe siècle.

  • 4 I. et P. Zépos, Jus Graecoromanum, II, Athènes 1931, p. 91-103.
  • 5 C’est mon interprétation des deux dernières vexations de l’empereur Nicéphore Ier, qui ont fait l’ (...)

5Serait-ce parce que les Byzantins ne voyageaient pas à l’étranger pour faire du commerce ? Ceci n’est certainement pas vrai. La loi Rhodienne, dont la date est incertaine mais qui était valable pendant les siècles qui nous intéressent, prévoit plusieurs cas d’association entre marchands et « armateurs » concernant le transport de marchandises et les vicissitudes qui pouvaient arriver4. Au tout début du IXe s., alors que la piraterie arabe était devenue le principal danger en mer, les sources parlent des petits propriétaires de navires dans les provinces, que l’État encourage à s’engager dans la marine de guerre, et des grands armateurs constantinopolitains, auxquels l’État accorde des prêts obligatoires, afin de les forcer à mieux armer leurs navires et à revendiquer la part qui leur revient dans le commerce maritime international5. Il est intéressant pour notre propos de noter que dans les deux textes ci-dessus, le marchand apparaît comme une personne distincte de l’armateur.

  • 6 A. Laiou, Byzantins Traders and Seafarers, dans Sp. Vryonis ed., The Greeks and the Sea, [s. a.], (...)
  • 7 I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au Xe s., dans Cahiers du monde russe et soviétiq (...)
  • 8 Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, ed. G. Moravcsik-R.J.H. Jenkins, Washington (...)
  • 9 Actes de Docheiariou, éd. N. Oikonomidès, Paris 1984 (Archives de l’Athos, 13), p. 14.
  • 10 O. Lampsides, Ἅγιος Εὐγένιος ὁ Τραπεζούντιος, Athènes 1984, p. 95-96.
  • 11 A. Laiou, Byzantine Traders, p. 88.

6Les textes attestant la présence de marchands byzantins dans des pays lointains se multiplient avec le Xe s. et l’épanouissement de l'économie qui le caractérise. Plusieurs auteurs, comme Jean Mauropous au XIe et Constantin Manassès au XIIe s., insistent sur le désir du profit qui incite le marchand à braver les dangers de la mer. Les documents de la Geniza du Caire laissent entendre que jusqu’au milieu du XIIe s. les principaux marchands chrétiens qui visitaient la ville étaient des Byzantins (Rum)6. Dans les traités entre l’empereur et les princes de Kiev (911, 944), il est question de bateaux marchands byzantins qui risqueraient de faire naufrage près d’endroits tenus par les Russes – donc, au mieux, certaines parties de la côte nord de la Mer Noire, sinon à l’intérieur des fleuves navigables7. Le commerce de Cherson avec les peuples des steppes et le va-et-vient des Chersonites en Asie Mineure est ininterrompu8. Le commerce avec l’Afrique du nord est attesté dans une légende hagiographique9. Nous connaissons enfin le cas d’un marchand trapézontin, qui est resté en Syrie pendant longtemps au XIe s.10. Au XIIe s., des marchands byzantins sont attestés à Alexandrie, à Barcelone, à Montpellier11. Ce sont des renseignements peu nombreux et épars ; ils montrent cependant clairement que le commerce maritime au loin était bel et bien pratiqué par les habitants de l’Empire.

7Qui étaient ces marchands et d’où venaient-ils ? Je crois que cette question a une importance considérable en ce qui concerne Byzance et son économie pleine de particularités.

  • 12 C. Mango, Le développement urbain de Constantinople ( IVe- VIIe s.), Paris 1985, exagère, à mon av (...)
  • 13 The Itinerary of Rabbi Benjamin of Tudela, trad. par A. Asher, Londres 1840, p. 51.

8D’abord il faut souligner l’importance démesurée de la ville de Constantinople : la Ville par excellence, qui ne semble avoir jamais perdu son caractère de cité, malgré les années difficiles qui vont du milieu du VIIe au milieu du IXe s.12 ; la Ville, très populeuse, qui s’était développée aux Xe, XIe et XIIe siècles et qui constituait toujours le plus grand bazar de l’Empire, le seul véritable marché de consommation ; au dire d’un grand voyageur du XIIe s., Benjamin de Tudèle, Bagdad était la seule autre ville qui pouvait être comparée à Constantinople du point de vue de l’activité économique13. Située sur le croisement de deux grandes routes, terrestre et maritime, unissant deux continents et deux mers, elle a très vite acquis un caractère cosmopolite très marqué, qui faisait d’ailleurs la fierté de ses habitants au XIIe s. : les orateurs palatins (et Benjamin de Tudèle) insistent sur le vaste nombre d’étrangers qu’on pouvait y voir, venant de toutes sortes de pays, soit comme émissaires, soit comme marchands.

  • 14 N. Oikonomidès, Le marchand byzantin des provinces ( IXe- XIe s.), dans Mercati e mercanti nell’al (...)
  • 15 I. et P. Zépos, JUS, II, p. 243 (ch. 4,4).
  • 16 I. et P. Zépos, JUS, IV, p. 213-214 (ch. 51,9).

9Or, je crois avoir montré ailleurs14 que, jusqu’au XIe s. au moins, Constantinople constituait une région économique séparée du reste de l’Empire. C’était sans doute une région étendue, mais dont la vie économique tournait autour de l’organisation du marché de la capitale. Le manuel de droit du IXe s. connu sous le nom d’Epanagogè15 ainsi que la Peira d’Eustathios Romaios, cette collection de décisions juridiques de la première moitié du XIe s.16, nous apprend que le territoire de la Ville avait, pour des raisons de tradition, une étendue de 100 milles, à l’intérieur desquels une juridiction spéciale était appliquée ; par exemple, la législation du Xe s. concernant la protimesis n’y était point en vigueur, comme elle l’était dans tout le reste de l’Empire ; ceci changea sous le règne de Basile II, qui la soumit au même régime que les terres des thèmes. Mais rien ne dit que cet empereur ait aboli les autres privilèges dont elle jouissait.

  • 17 J. Durliat et A. Guillou, Le tarif d’Abydos (vers 492), dans Bulletin de Correspondance Hellénique (...)
  • 18 Costantino Porfirogenito, De Thematibus, ed. A. Pertusi, Vatican 1952 (Studi e Testi, 160), p. 160 (...)

10Il est certain que la région de Constantinople était délimitée par les postes d’Abydos et d’Hiéron, où se faisait le contrôle de tout le trafic maritime17. Il n’est pas impossible, qu’elle soit identique à celle appelée Tafia ou Talaya par les géographes arabes dans les listes des thèmes : elle contenait Constantinople et était délimitée par les Détroits, la Mer Noire, la Propontide et le long mur ; A. Pertusi a proposé d’y voir la région où stationnaient τὰ άλλάγια ou τὰ τάγματα, donc les régiments de mercenaires connus comme les tagmata impériaux18, ce qui est possible et même probable, mais je crois qu’elle pouvait aussi avoir des particularités de caractère économique ou autre.

11A l’intérieur de cette région, donc essentiellement dans la Ville, les métiers étaient organisés en systèmata ou sômateia, organisations étatiques surveillées par l’éparque et strictement réglementées. La concurrence entre les membres des métiers organisés était très difficile, sinon impossible, étant donné qu’ils étaient obligés d’agir en cartel pour acheter la marchandise, que leurs marges de profit étaient elles aussi réglementées, que toute tentative de concurrence illicite était sévèrement punie. Ainsi la possibilité de créer des grands capitaux et des grandes entreprises était limitée, malgré le fait (et à cause du fait) que Constantinople était le seul véritable grand marché de consommation dans l’Empire, le seul qui aurait pu permettre l’accumulation de capital commercial. Il n’en fut rien. Les quelques grands riches que nous connaissons pendant la période méso-byzantine jusqu’à la fin du XIIe s., ne sont point des hommes d’affaires, ils sont des hommes de l’administration, des fermiers du fisc ou des artistes.

12Car les hommes d’affaires de Constantinople ne se déplaçaient pas, au moins jusqu’au XIe s. Confortablement installés dans la sécurité que leur garantissait le système, ils attendaient d’une part les fournisseurs, de l’autre les clients. Ils agissaient comme des « courtiers passifs. » Ils risquaient peu mais leurs ambitions étaient aussi limitées.

  • 19 Das Eparchenbuch Leons des Weisen, ed. J. Koder, Wien 1991 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae).

13Le Livre du Préfet19, ce réglement des métiers constantinopolitains du Xe s., décrit de façon très vive comment toute marchandise « vient » à Constantinople des provinces ou de l’étranger. Le verbe utilisé, εἰσέρχομαι, même sans complément, signifie dans le langage économique et administratif « entrer à Constantinople » : la marchandise εἰσέρχεται comme un fonctionnaire εἰσέρχεται dans une région dont l’accès n’est pas permis à tous. Le Livre du Préfet parle des bijoutiers qui achètent les métaux précieux de gens qui viennent du dehors de la ville (ἔξωθεν ; ch. 2,6) ; il parle de la soie, de la cire, du savon, des moutons, des porcs, des poissons, du vin, des bêtes de somme qui entrent du dehors dans la ville pour être vendus aux marchands (ch. 6 ; 7,1 et 2 ; 11,3 ; 12,6 ; 15, 4 et 5 ; 16,3 ; 17,3 ; 19,1 ; 21,9) ; du lin, qui est apporté par des Byzantins (du Strymon, du Pont, de Kerasous) ou par des Bulgares (ch. 9, 1 et 6) ; des parfums et épices qui sont apportés à la capitale par des marchands byzantins qui habitent là où aboutissent les grandes routes d’Orient : à Chaldie ou à Trébizonde ou ailleurs (ch. 10,2) ;) des vêtements et autres marchandises qui « entrent » de la Syrie et du port byzantin de Seleukeia par des marchands Syriens ou par des Byzantins de province (ch. 5).

14Le plus remarquable est que dans plusieurs cas (p. ex. pour les porcs, les poissons, les bêtes de somme), il est expressément interdit aux marchands constantinopolitains d’aller individuellement les chercher hors de la Ville. Une seule exception concerne les bouchers, qui sont encouragés à s’organiser en cartel pour acheter les troupeaux au delà de Nicomédie, au Sangarios, afin d’obtenir un meilleur prix d’achat (ch. 15,3).

15La même philosophie prévaut, naturellement, en ce qui concerne la vente des marchandises. Les hommes d’affaires de la capitale, installés dans leurs boutiques, attendent les clients, constantinopolitains ou non-constantinopolitains. Toutes les marchandises sont accessibles aux premiers ; mais la vente des marchandises « prohibées », tels les métaux précieux ou la soie de haute qualité, est interdite aux non-constantinopolitains, car l’État craignait qu’elles aboutissent illégalement à l’étranger. Ce qui intéresse particulièrement notre enquête, est que les marchands constantinopolitains ne se déplaçaient de la capitale ni pour acheter, ni pour vendre leur marchandise.

  • 20 I. et P. Zépos, Jus, II, p. 245.

16Et les visiteurs de Constantinople ? À ceux mentionnés dans le Livre du Préfet, on ajoutera les très nombreux marchands étrangers qui ont fréquenté son marché : Russes, Italiens, Bulgares, etc. Mais ce qui est significatif, est qu’aux yeux de l’administration byzantine, tous les non-constantinopolitains, « ceux qui viennent du dehors » (’εξωτικοί), qu’ils soient byzantins ou étrangers, sont traités de la même façon. Indépendamment du pays (étranger) ou de la région (byzantine) d’où ils viennent (ch. 20,1 : τόπου εἵτε καὶ χώρας), ils sont reçus par un officier spécial, le legatarios, et sont soumis aux contrôles de l’administration de la ville (au IXe s. ils étaient contrôlés par le questeur20) : dans une période de temps limitée à trois mois, ils doivent vendre et acheter. Leur marchandise est contrôlée à l’arrivée (pour fixer les conditions dans lesquelles elle sera vendue) et au départ (pour empêcher l’exportation des articles « prohibés, » ch. 20). Ils sont a priori suspects : s’ils apportent des objets en or ou en argent, ils doivent expliquer comment ils les ont obtenus « afin de découvrir les objets volés » (ch. 2,6) ; ils sont suspects d’exportations illégales des objets de valeur ou de main d’œuvre entraînée à la production de tels objets (ch. 6, 16 ; 8, 3 et 7).

  • 21 Cf. D. Jacoby, Les Juifs de Byzance : une communauté marginalisée, dans les Actes de la rencontre (...)

17Il y a plus important. Il est interdit aux marchands constantinopolitains de vendre de la soie grège « aux Juifs ou aux marchands » qui la vendront en dehors de la Ville (ch. 6,16). L’interdiction concernant les Juifs fait naturellement penser à ce vaste réseau international des marchands juifs, notamment des Radhanites, qui circulaient dans le monde entier, jusqu’en Extrême Orient, et dont les activités ne pouvaient naturellement pas être contrôlées, si ce n’était à la source21. Il faudrait donc penser que des appréhensions semblables existaient pour les marchands byzantins des provinces : ils n’avaient probablement pas un réseau aussi étendu et aussi sophistiqué que les Juifs, mais ils avaient ostensiblement tous les contacts nécessaires pour exporter illégalement ce qui se trouvait en leur possession, et ce malgré les contrôles étatiques à la frontière.

  • 22 Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae, éd. H. Delehaye, Bruxelles 1902, col. 720-724.
  • 23 G. Dagron et H. Mihaescu, Le traité sur la guérilla de l’empereur Nicéphore Phokas, Paris 1986, p. (...)

18D’une façon générale, les marchands byzantins de province semblent fonctionner selon les principes de l’économie libre, sans règlements particuliers, dans la mesure où ils ne s’approchent pas de Constantinople et de sa région. Ils choisissent librement leurs sources d’approvisionnement, et l’endroit où ils iront vendre ; leur marge de profit semble être libre, définie par les lois de l’offre et de la demande ; ils n’appartiennent pas à des organisations étatiques ou à des corps de métiers ; ils se déplacent beaucoup, d’une ville à l’autre, d’une foire à l’autre, d’un pays à l’autre et manient parfois des sommes très considérables22. Ce sont ces marchands de province (et non point les constantinopolitains) que l’on retrouve dans les bazars lointains, tels ceux du Caire, de la Syrie, de l’Italie ou de la Russie. Ce sont eux qui reçoivent les marchandises importées aux portes de l’Empire et les transportent à leur tour vers la capitale : les Trapézontins y apportent les produits d’Orient qui leur arrivent par voie de terre de l’Asie centrale et de la Perse, ceux de Séleukeia, les marchandises qui viennent de la Syrie et de l’Égypte. Les marchands de province servent aussi d’espions, lorsqu’ils se rendent en territoire ennemi23.

19Malgré le fait que nous sommes en présence de deux systèmes différents, le rôle central de Constantinople reste évident, même en ce qui concerne le commerce des provinces : la capitale est le marché par excellence, où s’écoulent les surplus des agriculteurs et des éleveurs et les autres marchandises des provinces ; elle est aussi l’aboutissement naturel des marchandises importées de l’étranger. Les échanges de la province avec la capitale semblent avoir une importance beaucoup plus grande que le commerce d’une province à l’autre. Ce commerce périphérique, circulaire, qui parfois donne l’impression d’éviter Constantinople et ses tracasseries administratives, a bel et bien existé et est attesté par plusieurs textes, plus souvent au XIIe s. qu’auparavant. Mais il n’a jamais pu se comparer au commerce avec le centre.

20Autrement dit, le commerce au système libre des provinces joue essentiellement un rôle accessoire à celui de Constantinople. L’administration met sur un pied d’égalité le marchand étranger et le Byzantin de la province mais il semble aussi que le rôle économique des deux dans la capitale byzantine est identique : fournir des matières premières et en retirer des produits manufacturés.

  • 24 H. Ahrweiler, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris 1975, p. 87-102 ; cf. en particuli (...)

21D’où l’attitude ambigüe des provinciaux vis-à-vis de la capitale : admiration sans bornes, mais aussi envie et, même, haine envers cette ville qui impose à tous sa volonté, qui les exploite pour améliorer son propre niveau de vie et qui ne laisse pas passer d’occasion pour exprimer son mépris à leur égard. Cette hostilité envers les habitants de la capitale, attestée à plusieurs reprises, se manifesta de façon dramatique en 1204, lorsque les paysans de la Thrace se sont mis à vilipender les Constantinopolitains qui quittaient leur ville devant la IVe Croisade24.

  • 25 Vie de S. Luc de Phocide, éd. D. Sophianos, Athènes 1989, p. 194.

22Or, Constantinople était aussi, jusqu’au Xe s., le seul lieu où l’on pouvait obtenir une culture décente, permettant de s’exprimer en cette langue archaïque et tarabiscotée appréciée par le lecteur byzantin averti. Bien que le monopole de la capitale sur l’éducation secondaire ne fût pas absolu (nous rencontrons, par exemple, un professeur de littérature classique à Corinthe au Xe s.25), il est certain que la culture de classe était difficilement accessible ailleurs dans l’Empire. Les XIe et XIIe s. ont vu une amélioration substantielle du niveau culturel dans tout l’Empire, sans que la primauté absolue de Constantinople soit jamais sérieusement contestée.

23Il y a plus : le public des auteurs et des lecteurs était lui aussi concentré à Constantinople. Ceci devient évident lorsqu’on regarde les écrits des quelques érudits qui, après avoir reçu une éducation toute constantinopolitaine, se sont vu confier des postes d’évêque en province et s’y sont rendus pour rester, tel Théophylacte Hèphaistos, archevêque d’Ochrid autour de 1100, ou Michel Choniate, métropolite d’Athènes autour de 1200. Ils se plaignent à l’unisson de l’ennui et des paysans qui les entourent dans leurs nouveaux sièges et rêvent de la capitale pour son style de vie et pour sa culture. On a souvent dit que ces phrases sont des topoi littéraires : c’est possible. Mais il ne faut point oublier que les topoi sont utilisés là où il conviennent. Or il n’y a aucun renseignement dans les sources pour contredire les assertions de ces vénérables et savants évêques.

24Les hommes de la capitale qui se plaignent d’être mis en poste en province, c’est un phénomène commun, défiant les siècles. Que ces plaintes contiennent des exagérations, ce l’est aussi. Il reste cependant une réalité indiscutable : dans les petites villes, le cercle des lettrés était limité. Les nouveaux écrits ne pouvaient être lancés qu’à la capitale, où était concentrée l’élite intellectuelle, où habitaient la crème de la société, les aristocrates et les riches qui pourraient éventuellement s’intéresser et financer un nouvel écrit et son auteur.

25À Byzance, l’aristocratie a toujours habité les villes et notamment Constantinople. Au Xe s., c’était une aristocratie palatine, composée des hommes qui avaient une certaine familiarité avec l’empereur, exprimée par leurs titres honorifiques, et rémunérée par un salaire qu’ils recevaient de la main du souverain. Plus tard, ce fut le tour des grandes familles de l’aristocratie militaire qui se trouvait au pouvoir avec la dynastie des Comnènes : chacune de ces familles avait d’habitude une certaine parenté avec les empereurs, possédait une base économique solide dans une certaine province, d’où elle tirait aussi ses appuis politiques et la main d’œuvre nécessaire pour faire valoir ses points de vue ; mais elle habitait la capitale, aussi près que possible du palais.

  • 26 Vie de S. Luc de Phocide, éd. D. Sophtanos, p. 200.
  • 27 J’ai exposé mes idées sur les aristocrates-séparatistes des provinces dans O πολιτικός ρόλος τοθ λ (...)

26Aussi, Byzance n’a pas connu la cour du seigneur noble de la périphérie, car la plupart de ces seigneurs habitaient la capitale. Même les grands administrateurs, les stratèges des thèmes ou les ducs ou les juges, laissaient souvent leurs familles à Constantinople lorsqu’ils partaient accomplir leur mandat administratif26. Et les mouvements séparatistes, qui apparaissent pour la première fois remarquablement tard, en 1042, dans des régions éloignées (à Chypre, puis aussi en Crète et à Trébizonde), n’ont connu aucun succès, car ils ont été vite et efficacement écrasés par le pouvoir central, parfois avec la collaboration des populations locales – et ce jusqu’aux dernières décennies du XIIe s. D’ailleurs, les mouvements séparatistes n’avaient pas à leur tête les membres des véritables grandes familles, mais des aristocrates moyens qui, par ces actes inhabituels, essayaient d’obtenir ce que la grande aristocratie leur refusait27.

27Le principe monarchique fut toujours fort à Byzance : il a contribué au surdéveloppement économique et culturel de la capitale aux dépens des provinces. Les quelques aristocrates qui se trouvaient en province vivaient avec l’espoir qu’un jour ils pourraient retourner à Constantinople.

28Il me semble que la situation générale que j’ai essayé de décrire pourrait fournir une explication aux questions que je me suis posées au début du présent exposé. Nous avons à Byzance, jusqu’au XIIe s., deux types de marchands :

29a) Celui de la capitale, qui ne se déplace pour ainsi dire jamais, qui est protégé et contrôlé par l’État et qui a un revenu élevé et sûr, grâce à la place qu’il occupe au marché. Il est l’intermédiaire obligatoire entre producteurs et consommateurs, entre marchands et autres marchands qui vendent et s’approvisionnent à Constantinople.

30b) Le marchand de province, qui fonctionne dans une ambiance d’économie libre, et n’est soumis à des contrôles que lorsqu’il vient à Constantinople. Il est obligé de prendre des risques importants et se déplace beaucoup dans l’Empire et à l’étranger. Mais il joue un rôle accessoire dans le commerce de la capitale, qu’il visite pour des courts séjours strictement limités aux affaires.

31Or ce marchand de province vivait loin des milieux intellectuels de la capitale, loin des lecteurs possibles, loin des sources possibles de subvention, et près des stratèges des thèmes qui s’inquiétaient surtout des activités militaires de l’ennemi. Ainsi, au lieu de devenir auteur, le marchand de province est devenu espion. D’ailleurs, il avait peu de chances d’avoir reçu une éducation au delà du primaire, une éducation qui lui permettrait de s’adresser d’égal à égal aux intellectuels reconnus de son temps. Il n’a pas écrit sur ses voyages, parce qu’il ne savait pas le faire comme il faut, et parce qu’il vivait loin de ceux qui auraient pu lui demander de le faire. Ces deux handicaps n’existaient pas pour le marchand constantinopolitain, mais celui-là ne voyageait point.

  • 28 See C. Galatariotou, Travel and Perception in Byzantium, dans Dumbarton Oaks Papers, 47 (1993), p. (...)

32C’est une explication qui peut paraître un peu mécanique – un automatisme qui ne suffit pas pour tout expliquer. Ceci est vrai. Je crois qu’elle montre seulement un contexte, qui ne produisit pas ou ne permit pas le développement de pressions sociales suffisantes pour conduire à la rédaction de descriptions substantielles de voyage. On pourrait même dire que cette hypothèse trouve une confirmation a contrario dans le fait que les premiers récits de voyage byzantins apparaissent au XIIe s.28, à une époque caractérisée par le remarquable réveil de l’Occident, par les croisades et par l’impossibilité de maintenir l’isolement de Constantinople.

33Mais je crois aussi que la curiosité de base manquait chez le Byzantin. Ce qui l’intéressait, c’était le passé, beaucoup plus que l’étranger. Il raffolait des voyages dans le temps plutôt que dans l’espace. D’où l’intérêt pour la géographie « archéologique » dont nous avons parlé au début du présent exposé. Le passé romain a donc pesé lourd même sur cet aspect des intérêts intellectuels des Romaioi, tant qu’ils se sentaient placés au centre du monde.

Notes

1 Pour les écrits géographiques byzantins, voir H. Hunger, Βυζαντινὴ Λογοτεχνία I, Athènes 1991, p. 359-407 (traduction grecque de l’ouvrage Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, Munich 1978, mise à jour du point de vue bibliographique).

2 Une approche du problème nouvelle et prometteuse : A. Laiou, On Political Geography : the Black Sea of Pachymeres, dans The Making of Byzantine History. Studies dedicated to D. M. Nicol, edd. R. Beaton and Ch. Roueché, London 1993, p. 94-121.

3 Michel Attaliate, éd. I. Bekker, Bonn 1853 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae), p. 48-50.

4 I. et P. Zépos, Jus Graecoromanum, II, Athènes 1931, p. 91-103.

5 C’est mon interprétation des deux dernières vexations de l’empereur Nicéphore Ier, qui ont fait l’objet de longues discussions. Voir Aik. Christophilopoulou, Ή οἰκονομικὴ καὶ δημοσιονομικὴ πολιτικὴ τοῦ αὐτοκράτορος Νικηφόρου A', dans Τόμος εἰς μνήμην Κ. ’Αμάντου, Athènes 1960, p. 413-443 ; et, même auteur, Βυζαντινὴ Iστορία II/l, Athènes 1981, p. 165-171 (avec analyse des opinions antérieures).

6 A. Laiou, Byzantins Traders and Seafarers, dans Sp. Vryonis ed., The Greeks and the Sea, [s. a.], p. 79, 81-82.

7 I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au Xe s., dans Cahiers du monde russe et soviétique, 2 (1961), p. 334, 450.

8 Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, ed. G. Moravcsik-R.J.H. Jenkins, Washington 1967 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 1 = Dumbarton Oaks Text, 1), ch. 53.

9 Actes de Docheiariou, éd. N. Oikonomidès, Paris 1984 (Archives de l’Athos, 13), p. 14.

10 O. Lampsides, Ἅγιος Εὐγένιος ὁ Τραπεζούντιος, Athènes 1984, p. 95-96.

11 A. Laiou, Byzantine Traders, p. 88.

12 C. Mango, Le développement urbain de Constantinople ( IVe- VIIe s.), Paris 1985, exagère, à mon avis, le déclin économique de Constantinople pendant les siècles obscurs.

13 The Itinerary of Rabbi Benjamin of Tudela, trad. par A. Asher, Londres 1840, p. 51.

14 N. Oikonomidès, Le marchand byzantin des provinces ( IXe- XIe s.), dans Mercati e mercanti nell’alto Medioevo : l’area Euroasiatica e l’area Mediterranea, Spoleto 1993 (Settimane di studio del Centro italiano di Studi sull’Alto Medioevo, 40), p. 633 665.

15 I. et P. Zépos, JUS, II, p. 243 (ch. 4,4).

16 I. et P. Zépos, JUS, IV, p. 213-214 (ch. 51,9).

17 J. Durliat et A. Guillou, Le tarif d’Abydos (vers 492), dans Bulletin de Correspondance Hellénique, 108 (1984), p. 581 et s. Sur l’Abydos médiévale, lieu mais aussi type de service contrôlant le trafic maritime, voir aussi mon étude : Le kommerkion d’Abydos, Thessalonique et le commerce bulgare du IXe s., dans V. Kravari, J. Lefort et C. Morrisson éds., Hommes et richesses dans l’empire byzantin, II, Paris 1991, p. 241-248.

18 Costantino Porfirogenito, De Thematibus, ed. A. Pertusi, Vatican 1952 (Studi e Testi, 160), p. 160-162, et Byzantinische Zeitschrift, 49 (1956), p. 85-95 ; H. Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux IXe-XIe s., Athènes-Paris 1960, p. 31-32.

19 Das Eparchenbuch Leons des Weisen, ed. J. Koder, Wien 1991 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae).

20 I. et P. Zépos, Jus, II, p. 245.

21 Cf. D. Jacoby, Les Juifs de Byzance : une communauté marginalisée, dans les Actes de la rencontre (organisée par la Fondation Goulandri-Horn) Oἱ Περιθωριακοὶ στò Βυζάντιο, Athènes 1993, p. 135-137.

22 Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae, éd. H. Delehaye, Bruxelles 1902, col. 720-724.

23 G. Dagron et H. Mihaescu, Le traité sur la guérilla de l’empereur Nicéphore Phokas, Paris 1986, p. 51.

24 H. Ahrweiler, L’idéologie politique de l’Empire byzantin, Paris 1975, p. 87-102 ; cf. en particulier Nicétas Choniate, éd. van Dieten, Berlin-New York 1972 (Corpus Pontium Historiae Byzantinae, 11) p. 593-594.

25 Vie de S. Luc de Phocide, éd. D. Sophianos, Athènes 1989, p. 194.

26 Vie de S. Luc de Phocide, éd. D. Sophtanos, p. 200.

27 J’ai exposé mes idées sur les aristocrates-séparatistes des provinces dans O πολιτικός ρόλος τοθ λαού των επαρχιών στο Βθζάντιο (7ος-11ος αι.), Επιστημονικό μνημόσθνο στη μνήμη Νίκοθ Σβορώνοθ, Athènes 1993, p. 192-193.

28 See C. Galatariotou, Travel and Perception in Byzantium, dans Dumbarton Oaks Papers, 47 (1993), p. 221-241.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540