Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Les pèlerins occidentaux à Jérusalem, VIIIe-IXe Siècles

Michael McCormick

Texte intégral

  • 1 Expositio in Matthaeum, 4, P.L. 106, col. 1291C. Sur les circonstances de rédaction : préface, éd. (...)

1Vers 870, un moine de Stavelot consignait par écrit l’enseignement oral qu’il avait déjà fait par deux fois aux jeunes moines de son abbaye ardennaise. Les petits ne retenaient pas suffisamment les paroles du maître. Ce commentaire de Christian de Stavelot est exceptionnel pour le IXe siècle : au lieu de se livrer à des élucubrations symboliques où la fantaisie s’allie à une érudition livresque, cet exégète carolingien cherche à expliquer le sens de l’Écriture dans son acception littérale et historique. C’est ainsi que, lorsqu’il doit expliquer aux enfants de Stavelot la manne de l’Ancien Testament et le miel de bois qui avait nourri S. Jean le Baptiste, il décrit une friandise sucrée rapportée par les voyageurs au Moyen Orient et qu’il avait lui-même goûtée1.

  • 2 Pour cette dernière appréciation, voir R. Hodges et D. Whitehouse, Mohammed, Charlemagne and the O (...)
  • 3 Le premier jet de ce qui sera ensuite appelé sa thèse remonte aux articles Mahomet et Charlemagne,(...)

2Que cette espèce de relique comestible ne fût qu’une pseudorelique, personne n’en doutera. Mais le fait reste que dans une abbaye ardennaise à la fin de l’époque carolingienne, des gens connus d’un homme critique et averti, avaient rapporté d’un voyage en Terre Sainte une délicieuse friandise arabe. Anecdote isolée, sans portée aucune pour l’histoire générale des économies et civilisations du Haut Moyen Âge ? Ou, au contraire, événement typique et révélateur d’un réseau et d’une fréquence de communications insoupçonnés en cette époque réputée obscure, où les échanges commerciaux en Mer Méditerranée sont parfois censés être réduits à un niveau qui frôlait celui de la préhistoire2 ? Voilà une question centrale pour notre colloque, question qui soulève un problème méthodologique typique de l’histoire du Haut Moyen Âge qu’il soit byzantin ou latin : la portée qu’il convient d’attribuer à un témoignage isolé. Il s’agit d’une question où résonne, soixante-douze ans après sa première parution, la brillante et contestée thèse d’un des plus grands historiens nés dans cette Belgique si féconde en érudition, la célèbre thèse d’Henri Pirenne3.

  • 4 Voir la luxueuse réédition où l’ouvrage original est assorti de plusieurs commentaires par des spé (...)

3L’ombre de son magistral ouvrage, Mahomet et Charlemagne, planait encore sur notre colloque. L’essentiel de la thèse de Pirenne tient en la rupture du grand commerce méditerranéen, provoquée par le triomphe de l’Islam et son blocus économique de l’Occident, laquelle rupture aurait eu pour conséquence, au VIIIe siècle, la mort de l’économie antique internationale, fondée sur l’or et sur le commerce méditerranéen, et la pénible naissance d’une nouvelle et moindre économie, fondée sur la terre, sur la monnaie en argent, et axée sur la Mer du Nord. En un mot, c’est le triomphe de Mahomet qui explique l’isolement et la pauvreté de l’Europe sous-développée de Charlemagne4.

  • 5 E. Ashtor, Quelques observations d’un orientaliste sur la thèse de Pirenne, dans Journal of the Ec (...)
  • 6 Des études qui s’attachent à examiner l'un ou l’autre aspect de l’ouvrage de Pirenne continuent de (...)
  • 7 Der Handel im westlichen Mittelmeer während des Frühmittelalters, Göttingen 1985 (Abhandlungen der (...)
  • 8 Voir surtout la nouvelle datation de l’introduction de la monnaie en argent dans l’Occident caroli (...)

4La thèse de Pirenne a fait couler beaucoup d’encre. Malgré de nombreuses corrections de détails et prises de position contradictoires, les esprits du inonde de l’érudition restent, encore aujourd’hui, divisés à son égard. D’aucuns, tels Ashtor et Lyon, l’acceptent encore, moyennant nuances et corrections, et défendent le caractère « clos » et fort appauvri de l’économie carolingienne. Certains, tels Lewis, la renforcent en invoquant un blocus byzantin. D’autres encore la rejettent catégoriquement, tels M. Lombard, et décèlent, au contraire, dans la Byzance rescapée ou l’Islam victorieux, respectivement l’instrument et les structures d’un nouvel essor économique, qui aurait débuté précisément au moment où Pirenne situait le déclin définitif. Aussi attirantes que soient, par certains côtés, les thèses hautement originales de Lombard, un illustre savant anglais a relevé encore l’année passée combien ses idées reposent sur une imagination féconde alliée à une certaine désinvolture documentaire5. C’est dire que le débat lancé par Pirenne et ses adversaires n’est pas encore dépourvu d’actualité6. Il continue d’ailleurs à inspirer encore des études originales, dont l’une des plus importantes, due précisément à Dietrich Claude, a réussi à démontrer de manière convaincante le long étiolement commercial de la façade chrétienne de la Méditerranée. Ce déclin aboutissait, vers 700, à un point bas qui frôlait l’interruption totale des activités maritimes7. On pourrait également faire état de plusieurs progrès et corrections suscités par l’œuvre de Pirenne, et qui représentent autant d’acquis définitifs en ce qui concerne, par exemple, l’aspect numismatique du débat ; ou les témoignages des rares sources arabes et byzantines, etc.8.

5L’enjeu de ce débat dépasse, et de beaucoup, la seule question du commerce maritime. Il s’agit de savoir si le monde de Charlemagne était appauvri, stagnant, fermé à l’extérieur ; ou au contraire, s’il était économiquement dynamique, s’enrichissant et s’ouvrant aux économies et aux cultures qui l’entouraient. Est-ce que, par conséquent, ce monde carolingien marquait l’ultime frémissement d’un monde antique qui se mourait ? Ou les prémices balbutiantes d’un monde nouveau ? On soupçonne que, parfois inconsciemment, ce vieux débat a formé et déformé des appréciations plus globales sur la nature et la portée du fait carolingien.

  • 9 P. Toubert, Il sistema curtense : La produzione e lo scambio interno in Italia, dans Storia d’Ital (...)

6On se trouve donc devant une sorte d’impasse en ce moment, pour ce qui concerne l’appréciation de la navigation en Méditerranée à l’époque carolingienne. La raison principale n’est pas l’insuffisance des historiens, mais la rareté et l’ambiguïté des sources qui éclairent directement le débat ; comme la manne de Stavelot, celles-ci se prêtent à différentes interprétations, en fonction des suppositions du point de départ. Pour sortir de l’impasse, les historiens ont commencé à déployer une série de méthodes et de questions nouvelles. Dans un sens, Pirenne et le débat qui s’en est suivi, a donné une importante impulsion à l’analyse microéconomique, incitant, par exemple, à scruter sous un nouveau jour les économies de transport et de transfert de certaines microrégions de l’Empire carolingien et, bien sûr, à porter un regard toujours plus précis et plus averti sur le fondement agraire de l’économie médiévale9. On peut aussi espérer à bon droit de nouvelles et importantes données de l’archéologie qui était peu représentée lors du colloque.

  • 10 Voir A. Verhulst, Der Handel im Merowingerreich : Gesamtdarstellung nach schriftlichen Quellen, da (...)

7Dans le cas qui nous occupe, on gagnera à repenser et à reposer les questions de base, en appliquant des méthodes nouvelles aux sources connues. On ne saurait négliger à cet égard la prosopographie, cette étude de biographies collectives d’individus, approche inventée par les spécialistes d’une Antiquité classique peu nourrie de sources, et maniée avec de plus en plus d’aplomb par les médiévistes. Par exemple Pirenne et d’autres se sont inquiétés, sur la base des sources écrites, d’une question qui, de prime abord, semble se prêter excellemment à l’analyse prosopographique, à savoir l’identité et le nombre des marchands du grand commerce attestés dans les sources du Haut Moyen Âge. On a ainsi fait grand cas de la présence de nombreux marchands syriens et orientaux en Gaule mérovingienne. Mais, puisque ces hommes disparaissent ou presque des sources carolingiennes, on en a conclu à la disparition des marchands, et donc du grand commerce à l’époque carolingienne. Sans négliger le fait que les études de MM. Verhulst et Claude ont fortement circonscrit le nombre de marchands orientaux qui sont attestés sans ambiguïté dans les sources mérovingiennes, on peut et on doit s’interroger sur la portée du laconisme carolingien10. N’est-il pas tout aussi possible qu’il y ait eu changement sur le plan de la curiosité historique de ceux qui rédigeaient les sources conservées ?

8Une étude attentive révèle que cette interrogation comporte une grande part de vérité. Pour des raisons qui tiennent à ce qu’on pourrait appeler la « sociologie » de la littérature carolingienne, les clercs aristocrates qui tenaient la plume, et le public très semblable qui lisait leurs beaux manuscrits, se désintéressaient très largement de leurs inférieurs sociaux, ces pauvres diables de marchands. Ils préféraient raconter et lire les exploits des grands guerriers et des prélats, héros qui avaient d’ailleurs de fortes chances d’être aussi leurs cousins, sinon leurs frères.

  • 11 S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut moyen âge, t. 2, Arras 1983.
  • 12 Pour un survol, voir H. Tiefenbach, P. Johanek et al., Dorestad, dans Reallexikon der germanischen (...)
  • 13 Voici mon décompte, où j’ai cherché à grossir les références possibles aux marchands, ce qui rend (...)

9Vérifions cette hypothèse du désintérêt pour le commerce sur l’exemple du catalogue exhaustif des sources portant sur les Frisons, établi par S. Lebecq11. Indépendamment des sources écrites, les preuves de l’ampleur et du rayonnement du commerce des Frisons se sont dégagées du sol de Dorestad et des autres emporia qu’on fouille tout autour de la Mer du Nord12. Or, si nous nous tournons vers le corpus des sources écrites, que voyons-nous ? Que sur quelque soixante-dix sources de l’époque carolingienne, choisies précisément en fonction de la lumière qu’elles projettent sur le peuple commerçant par excellence, on relève en tout et pour tout vingt-trois textes où il est question explicitement ou implicitement de marchands ; et il n’y en a que cinq ou six qui daignent nous livrer les noms d’individus13.

  • 14 Wandalbert de Prüm, Miracula S. Goaris (B.H.L. 3567), 15 et 27-28, éd. O. Holder-Egger, M G.H., Sc (...)

10Force est de constater que les sources écrites se désintéressent assez largement des commerçants et du commerce, qu’ils soient grands ou petits. Leur silence à ce sujet ne peut nous étonner ; car les marchands appartenaient à un autre monde social qui ne concernait guère les auteurs des sources conservées. Lorsque d’aventure, il fallait quand même en parler pour mieux expliquer quelque fait d’un aristocrate, ou parce que tel saint a opéré tel miracle à travers eux, on se garde bien, le plus souvent, de citer leur nom. Ainsi l’auteur des Miracles de S. Goar est prodigue de noms de personnes : il va jusqu’à nommer cette obscure pèlerine irlandaise, Brigide, qui bénéficia d’une guérison opérée par le saint au retour d’un pèlerinage à Rome. Les marchands frisons qui ont éprouvé le pouvoir thaumaturgique du saint sont, par contre, laissés dans l’anonymat14.

11Comment donc contourner l’obstacle ? D’abord en quittant, provisoirement, le domaine par trop exigu du seul commerce, et en repensant le problème sur une échelle plus large, celle des communications. En effet, si l’on cesse de chercher les marchands, auxquels les sources ne s’intéressent guère, et si l’on se tourne vers des formes de communications susceptibles de capter l’attention des très distingués auteurs de nos chroniques et vies de saints – telles les arrivées d’ambassades, le passage de pèlerins, la provenance de reliques, l’arrivée de lettres et d’informations d’outre mer, une nouvelle image des communications se dégage. Cette nouvelle image contredit la notion d’un réseau de communications anéanti par l’Islam triomphant.

12C’est ainsi que je me suis engagé dans un travail de longue haleine, qui arrive maintenant à sa conclusion. Il s’agit d’une enquête prosopographique portant d’une part sur tous les Occidentaux qui se sont rendus à Byzance ou à Jérusalem, d’autre part sur tous les Byzantins arrivés jusqu’en Occident non-byzantin, durant les VIIIe et IXe siècles. Un long et fastidieux dépouil lement a permis d’individualiser bien plus de 400 personnes qui ont traversé la Méditerranée entre 700 et 900 environ. Le travail qui en résulte analyse longuement la prosopographie des ambassadeurs, des pèlerins, des mercenaires, des esclaves, et oui, de quelques marchands ; il passe au crible l’ensemble de leurs mouvements personnels pour en faire apparaître les rythmes tant séculaires que saisonniers ; et il dépiste des transformations, qui me semblent capitales, des infrastructures méditerranéennes, qu’on arrive à dater parfois avec une précision surprenante. Voici donc un petit échantillon des résultats auxquels cette étude a abouti, fondés sur la prosopographie des hommes et des femmes qui ont pris le chemin de Jérusalem aux VIIIe et IXe siècles.

  • 15 F. Parente, La conoscenza della Terra Santa corne esperienza religiosa dell’Occidente cristiano da (...)
  • 16 L. Lalanne, Des pèlerinages en Terre Sainte avant les Croisades, dans Bibliothèque de l’École des (...)

13Contrairement à l’Antiquité Tardive, pour laquelle on compte de belles études, on a plus ou moins négligé le pèlerinage carolingien en Terre Sainte, à la suite de Pirenne. Les rares érudits à s’en occuper concluent à une rupture provoquée par la conquête arabe, suivie d’une reprise marquée par « quelques rares » voyageurs15. On ne s’en étonnera pas lorsqu’on se rend compte que ces érudits ont fondé leurs appréciations sur les catalogues de voyageurs dressés au siècle passé, dont le plus optimiste fait état de quatre pèlerins pour le VIIIe siècle et de huit voyageurs pour le IXe, dont la moitié d’ailleurs sont erronés16.

  • 17 Il ne peut être question de publier ici cette prosopographie. Pour plus de détails, on se rapporte (...)

14Une telle appréciation inclinait naturellement à minimiser la portée des communications avec la Terre Sainte. Mais un dépouillement plus vaste aboutit à un résultat bien différent. Dans son état actuel, la prosopographie à laquelle je travaille permet d’individualiser un minimum de 109 voyageurs de toutes sortes qui sont partis pour la Terre Sainte depuis l’Occident latin entre 700 et 900. Sur ces 109 voyageurs, on peut donner le nom d’environ la moitié d’entre eux ; les autres restent anonymes17.

  • 18 Hugeburc, Vita S. Willibaldi (B.H.L. 8931), 4, éd. O. Holder-Egger, Scriptores, 15, p. 101 ; Mirac (...)

15La plupart de ces voyageurs avaient pour but principal le pèlerinage ; d’autres voyageaient en tant qu’ambassadeurs ; quelques-uns sont attestés comme marchands. Mais il importe de les examiner ensemble : en effet, une étude minutieuse des individus bien identifiés révèle qu’à l’époque, ces catégories professionnelles sont très floues. Ainsi, tel pèlerin finance son voyage en important des produits de luxe en fraude ; tels marchands vénitiens sont chargés par un fonctionnaire carolingien d’ouvrir des négociations avec le patriarche de Jérusalem ; à Byzance on traitait des moines qui avaient couru les routes du pèlerinage entre Jérusalem et Rome de marchands, negotiatores18. Cela ne doit d’ailleurs guère nous étonner, dans la mesure où l’économie occidentale du Haut Moyen Âge était relativement sous-développée, ce qui entraînait une spécialisation du travail assez peu élaborée.

  • 19 VIIIe s. : 22 ; IXe s. : 87, ou, si l’on veut, 87 moins 58 = 29 voyageurs. Sur le détail des chiff (...)

16La plupart de ces voyageurs sont attestés au IXe siècle, où ils sont quatre fois plus nombreux qu’au VIIIe siècle. Il est vrai que le total pour le IXe siècle est gonflé par la conservation d’un document extraordinaire dont je prépare une nouvelle édition critique. Il s’agit d’un recensement statistique préparé, je crois, sur ordre de Charlemagne, des maisons chrétiennes de la Palestine. Ce rouleau atteste, à lui seul, 58 Occidentaux et il nous livre la preuve que les Latins constituaient 23 %, soit un quart, de tout le personnel religieux chrétien établi à Jérusalem vers 810. Mais même si on laisse de côté ce document exceptionnel, le nombre des voyageurs du IXe siècle a progressé de 30 % environ19.

17À vrai dire, si l’échantillon est représentatif de la réalité, les communications avec la Terre Sainte semblent s’intensifier à partir de 785 environ : avant cette date, on compte 15 voyageurs ; après, 94. C’est-à-dire que le rythme des déplacements semble s’accélérer : les quelque 1,7 voyageurs attestés par décennie avant 785 s’élèvent à environ 8 par décennie après cette date. Mais cela correspond-il à un changement dans la réalité ? Ou seulement sur le plan des sources ? On sait, en effet, que les documents de toutes sortes se multiplient au cours du IXe siècle.

  • 20 Voir la monographie annoncée ci-dessus à la n. 17.

18Plusieurs raisons incitent à croire que ce changement est réel. D’abord les fluctuations dans la distribution chronologique des voyageurs ne semblent pas répondre exactement à celles du nombre des sources : ainsi, il y a plus de voyageurs attestés au troisième quart du VIIIe siècle que durant la période 825-850, alors que la quantité des sources conservées de cette dernière période me semble incomparablement plus étoffée20.

  • 21 Voir sur ces établissements, dans le cadre des ambassades carolingiennes à Bagdad, l’excellente ét (...)
  • 22 Hugeburc, Vita Willibaldi, 4, éd. cit., p. 94-101 ; il quantifie : p. 96 ; cf. la description déta (...)
  • 23 V. Peri, Leone III e il « filioque ». Echi del caso nell’agiografia greca, dans Rivista della Stor (...)
  • 24 Elias, Epistola ad reges ex stirpe Karoli, éd. L. d’Achery, Spicilegium sive collectio veterum ali (...)
  • 25 Hugeburc, Vita Willibaldi, 4, éd. cit., p. 97 : par ex. la description détaillée du Saint Sépulcre (...)
  • 26 Cp. les appréciations d’Arculfe, par J. Wilkinson, Jerusalem Pilgrims before the Crusades, Warmins (...)

19Des indices d’ordre qualitatif viennent renforcer les données chiffrées. En premier lieu, l’existence du monastère franc sur le Mont des Oliviers entre 800 et 830 environ me semble incontestablement un fait nouveau, de même, je pense, que le couvent de religieuses carolingiennes attaché au Saint Sépulcre21. En effet, comment s’imaginer qu’un témoin de tout premier plan, ce collaborateur royal que fut Willibald, évêque d’Eichstätt, ait pu passer ous silence deux établissements aussi extraordinaires et pour lui intéressants, dans la description détaillée de l’Église en Terre Sainte vers 724-726 qu’il avait dictée à sa parente Hugeburc, où il est allé jusqu’à quantifier les effectifs d’un couvent22 ? Ensuite, ce n’est qu’au début du IXe siècle que les Francs sont devenus suffisamment voyants à Jérusalem pour que l’on s’y aperçoive de la différence entre leur Credo et la version grecque, ce qui déclenche la querelle dite du filioque, laquelle divergence sépare encore aujourd’hui l’Église catholique de l’orthodoxe23. En 881, le patriarche de Jérusalem le dit lui-même, les Occidentaux se rendent si nombreux en Terre Sainte que les lamentables persécutions subies par son Église seront connues de tout le monde24. Enfin, il suffit de comparer soigneusement le récit d’un pèlerin de 724-726 avec celui d’un homologue de 867, pour saisir l’évolution qui eut lieu entre les deux documents. Le premier pèlerin décrit tout ce que l’on voit des sites sacrés avec un soin raffiné, afin de permettre au lecteur de visionner et presque, dirais-je, de palper une réalité lointaine qu’il ne verra jamais de ses propres yeux. En 870, au contraire, le témoin délaisse même la description du Saint Sépulcre ; il prodigue cependant les conseils sur l’obtention de laissez-passer auprès des autorités arabes, sur la manière de louer un chameau, sur le taux d’échange entre l’argent carolingien et l’argent arabe25. Comment ne pas conclure que cet auteur du IXe siècle finissant présumait que ses lecteurs pourraient eux-mêmes entreprendre un voyage qui semblait quasi impossible 150 ans auparavant26 ? Le témoignage indirect des sources narratives confirme donc ce que nous constatons à partir du nombre des voyageurs.

  • 27 Tous ces chiffres se fondent sur l’état actuel de la prosopographie inédite citée ci-dessus, n. 17 (...)
  • 28 Voir sur ces ambassades, M. Borgolte, Der Gesandtenaustausch, cit.

20D’où viennent-ils, ces voyageurs ? Nous avons quelques indications pour la moitié environ (45 %, soit 49 individus). La plupart viennent de l’Empire carolingien ou de ses marges. 31 viennent d’outre Alpes, alors que 18 sont partis d’Espagne ou d’Italie. En ordre décroissant, ils viennent de la Gaule (17), de l’Italie (15), de l’Angleterre (9), de l’Irlande (4), de l’Espagne (3) et d’outre Rhin (l)27. Les deux surprises sont pour moi la Gaule et l’Espagne. L’attestation des Francs partant de la Gaule est sans doute quelque peu gonflée relativement aux autres régions par le fait que la royauté carolingienne entretenait des relations diplomatiques sporadiques avec les califes de Bagdad, et que la cour franque est le milieu le mieux fourni en documents28. Si l’on ne tenait compte que des pèlerins et des commerçants, la première place reviendrait à l’Italie. D’autre part, le nombre d’Espagnols est remarquable. En fait, il y a une nette tendance des sources de l’époque carolingienne à ne mentionner que les gens de leur propre appartenance ethnique. Les sources originaires de l’Espagne chrétienne ou mozarabe de cette époque sont assez rares ; le fait que quatre Espagnols se rencontrent dans les documents non-espagnols donne à penser qu’ils formaient un contingent plus important que le nombre absolu des attestations pourrait le suggérer.

  • 29 Dans l’état actuel de la prosopographie : 8 et 2, respectivement ; 5 incertains. Même réserve qu’à (...)

21Les régions de l’Italie sont intéressantes. Je rappelle, pour mémoire, que j’exclus l’Italie byzantine de cette analyse. Les voyageurs viennent surtout de l’Italie adriatique, ensuite de l’Italie méridionale29.

22Ces hommes et ces femmes voyageaient-ils seuls ? Il faut reconnaître que les sources sont en général peu dissertes à propos d’éventuels compagnons de route ; le plus souvent, la mention de compagnons de route résulte du pur hasard de la narration. Étant donné les conditions assez peu amènes du voyage et de la cohésion sociale de l’homme du Haut Moyen Âge, on conçoit que les voyageurs solitaires aient été rares. Des sources confirment cette supposition. Mais on parvient assez rarement à discerner le nombre de voyageurs ; on rencontre cependant des groupes de deux ou davantage ; parfois, on voyage à sept ou plus. Il semble donc que les groupes ne soient pas très grands.

  • 30 Pour tous ces détails, on se reportera à la monographie annoncée à la n. 17.

23Quelques-uns de ces groupes étaient ethniquement ou géographiquement homogènes. Dans un ou deux cas, les membres sont certainement apparentés. Mais d’autres sont plus divers. Ainsi trois fois au moins, des groupes s’agrègent à des ambassades et font route avec les envoyés du prince. D’autre part, Bernard, un moine franc, voyageait avec un moine bénéventain et un autre espagnol. Quelques groupes se sont formés ou reformés en cours de route ; les endroits où cela eut lieu nous révèlent les nœuds de l’infrastructure : Rome, Venise, Constantinople, etc. Et ces groupes étaient passablement fluides : ils se formaient et se reformaient au long de la route30. Cela s’explique mieux lorsqu’on examine la durée des pérégrinations.

  • 31 Voir pour les détails, la monographie annoncée à la n. 17.

24Car il faut se rendre à l’évidence : les pèlerins du Haut Moyen Âge ne se pressaient point. C’étaient de joyeux routards, des vagabonds religieux. À l’époque de Charlemagne beaucoup semblent s’être déplacés de façon permanente ; on peut cependant soupçonner que cette tendance diminua avec le temps, et peut-être avec les progrès de l’infrastructure. Mais des absences de trois ou quatre ans n’étaient pas rares. On le saisit de manière qualitative, à lire les récits de voyage des pèlerins ; y avait-il un beau volcan, une foire intéressante, d’excellentes reliques au mont Gargano, à Éphèse, au mont Sinaï : comme rien ne pressait, on allait voir, quitte à rester quelques mois, ou quelques années de plus, en cours de route. C’est cela qui a donné le change à pas mal d’érudits, qui en ont déduit qu’on ne faisait que du cabotage dans la Méditerranée carolingienne, que les voyages étaient devenus très lents par rapport à l’Antiquité. La logique de voyage d’un pèlerin du IXe siècle n’était pas celle d’un marchand ou d’un ambassadeur. À part les quelques cas où les sources nous disent explicitement que l’on devait attendre un bateau pour telle ou telle destination, on n’a aucunement le droit de conclure que les pèlerins ont toujours choisi la route la plus directe et la plus rapide31.

25Est-ce à dire que les pèlerins n’ont rien à nous apprendre sur la question si débattue du grand commerce à l’époque carolingienne ? Tout au contraire ! Il est obvie que les contraintes qui dictaient la durée d’un voyage marchand étaient autres que celles qui prolongeaient l’itinéraire d’un pèlerin. Cela ne signifie pas pour autant que les pèlerins aient dû construire eux-mêmes les bateaux à bord desquels ils arrivaient au Moyen Orient. Hormis le cas précis de la durée de l’absence, la plupart des données qu’on peut tirer des voyages des pèlerins et même des ambassadeurs au Moyen Orient éclairent assez directement les conditions générales des communications à l’époque.

  • 32 Dans son état actuel, la prosopographie révèle trois prélats et quatre prêtres ; sur l’augmentatio (...)

26L’étude prosopographique nous livre une seconde surprise : les prélats, les évêques et les abbés qui sont le groupe social le mieux documenté de l’Empire carolingien, et qui devraient donc se trouver surreprésentés dans notre échantillon, sont presque totalement absents des rangs des pèlerins. Il y a aussi très peu de prêtres, et cela bien que l’Église monastique carolingienne connût une nette croissance du pourcentage des prêtres dans ses rangs32. Si les moines dominent en général, les moines occidentaux établis à Jérusalem dominent au sein de ce groupe, et rien ne permet de présumer que tous avaient fait leurs vœux monastiques avant d’arriver en Palestine. En tout cas, rappelons que les moines qui n’avaient pas reçu les ordres sacrés étaient eux aussi des laïcs. Tout cela ne signifie qu’une seule chose : le pèlerinage en Terre Sainte à l’époque carolingienne n’est pas un miroir fidèle de l’Église institutionnelle. Au contraire, prise dans son ensemble, la prosopographie des pèlerins occidentaux suggère que ce phénomène intéresse la société laïque bien plus que la hiérarchie ecclésiastique.

  • 33 Voir la monographie annoncée ci-dessus, n. 17. 12 ou 13, soit quelque 70 % venaient d’un endroit s (...)
  • 34 Voir sur la densité démographique exceptionnelle du bassin parisien, par ex. G.M. Schwarcz, Villag (...)

27L’analyse prosopographique nous livre une autre donnée sur les origines géographiques de nos voyageurs qui est susceptible d’intéresser le grand débat sur le commerce carolingien. Dans 17 cas, on peut préciser la microrégion d’où les voyageurs tiraient leur origine. Sur ces 17 personnes, près des trois quarts venaient d’une région où se trouvait un des rares emporia, ces grands villages souvent saisonniers et toujours commerciaux33. Mais que conclure de cette apparente association entre origine géographique, emporium, et aptitude au voyage en Terre Sainte ? Il ne s’agit probablement pas d’une coïncidence conditionnée par la géographie démographique, puisque le bassin parisien, par exemple, fait bien piètre figure dans les rangs de nos voyageurs, alors que cette région transalpine était probablement une des plus peuplées à l’époque34. Peut-on alors songer à une sorte de disposition mentale au déplacement, conditionnée par la connaissance de marchands voyageurs ? Ou bien, plus révélateur encore : serait-ce une indication indirecte, que ces emporia, de la Mer du Nord surtout, étaient branchés, directement ou indirectement, sur les grandes routes méditerranéennes ?

  • 35 Hugeburc, Vita Willibaldi, 4, éd. cit., p. 93 ; Translatio S. Marci, B.H.L. 5285, éd. N. Mccleary,(...)

28Quoi qu’il en soit, des indications plus directes prouvent que ces voyageurs nous dévoilent des infrastructures de voyage commandées par le commerce maritime. Ainsi, par exemple, lorsque nous nous interrogeons sur les bateaux qui transportèrent nos voyageurs. En 724 Willibald monte dans un navire égyptien dans le port byzantin de Naples ; sa provenance suggère que c’était un navire marchand. En 827, Dominique, moine du delta du Pô, rentrant de Jérusalem, se rend à Alexandrie pour trouver le moyen de passer en Italie : il n’est pas déçu, car il y découvre tout un convoi de vaisseaux marchands vénitiens. Bernard le Moine, arrivé à Tarente en 867, n’hésite pas à monter dans un bateau chargé de ses coreligionnaires capturés durant une razzia arabe en Italie et destinés au marché d’esclaves d’Alexandrie. On pourrait multiplier les exemples, mais ces trois voyages sont typiques et soulignent avec clarté le rapport entre déplacement de voyageur et infrastructure maritime35.

  • 36 Voir la monographie annoncée ci-dessus, à la n. 17.

29Je voudrais conclure en relevant précisément l’un des changements capitaux d’infrastructure qui nous est révélé par l’analyse de l’ensemble des déplacements effectués par les voyageurs se rendant au Moyen Orient. Il y en a d’autres, mais ce changement me semble particulièrement lourd de portée pour le débat à propos de l’impact arabe sur l’activité maritime en Méditerranée. Au VIIe siècle finissant et durant la première moitié environ du VIIIe siècle, tous les voyages identifiables de gens de l’Occident latin se rendant à Jérusalem passaient par l’Empire byzantin ; souvent même, on faisait escale dans la capitale byzantine, à Constantinople. On arrivait donc en Palestine par le nord. Avant la fin du VIIIe siècle cependant, la route change : les voyageurs latins commencent à bouder Constantinople, et même l’Empire byzantin en général. Deux nouvelles options apparaissent : soit que les Occidentaux s’embarquent directement en Italie pour la Terre Sainte, soit qu’ils se servent d’une nouvelle route en faisant la traversée jusqu’en Afrique ou en Égypte, puis en continuant par terre pour arriver en Terre Sainte par le sud. À partir de la fin du VIIIe siècle, les Occidentaux exploitent sans hésiter l’infrastructure de l’Empire islamique, de préférence à celle de l’Empire byzantin. Et s’il est vrai que ces voyageurs ne font que se servir des réseaux de communications qui se développent en rapport avec les besoins du commerce, ne doit-on pas soulever la question de l’orientation générale de l’économie commerciale occidentale ? D’après les indications fournies par la prosopographie des voyageurs occidentaux, les échanges se seraient beaucoup intensifiés à partir du VIIIe siècle finissant, et ils le seraient surtout en direction de la gigantesque économie musulmane. C’est dire qu’il faudra, malgré tout, reprendre quelques-unes des plus audacieuses hypothèses de M. Lombard36.

30Nous avons commencé notre enquête en épinglant l’énigmatique témoignage d’un moine de Stavelot sur une friandise arabe, à la lumière de l’impasse dans laquelle versait le débat lancé par Henri Pirenne. Cette impasse était due, en grande partie, à la carence de données sur les échanges à longue distance en Méditerranée. Nous avons montré qu’en appliquant les méthodes de la prosopographie et en déployant l’outil le plus puissant dont dispose encore l’historien moderne, l’imagination critique, on réussit à élargir la question : plutôt que de rechercher les marchands, peu ou pas documentés dans les sources que l’époque nous a léguées, nous nous sommes lancé à la recherche de l’univers des communications : pèlerins, lettres, reliques de saints. Rassemblés et interrogés, tous content une même histoire. Le temps dont nous disposons ne nous a permis que de traiter des voyageurs en Terre Sainte. Mais ceux-ci nous livrent déjà des résultats indéniables.

31Le phénomène du voyage en Terre Sainte à l’époque carolingienne était beaucoup plus important qu’on ne l’a reconnu jusqu’ici. Qu’on s’entende clairement. Même après les résultats nouveaux que nous venons de relever, ces déplacements – tout comme l’économie qui les a permis – gardaient des dimensions relativement modestes par rapport aux phénomènes analogues du IVe et du XIe siècle. Ils n’en étaient pas moins porteurs de conséquences pour les chrétiens de Terre Sainte. On comprend mieux à présent, les subventions consenties à l’Église chrétienne en Palestine par Charlemagne et par Louis le Germanique. Et ces voyageurs pourraient bien nous faire connaître un aspect du sentiment religieux carolingien qui était resté dans l’ombre, puisqu’on découvre grâce à eux le caractère passablement laïc et non hiérarchique du pèlerinage en Terre Sainte aux VIIIe et IXe siècles.

32En même temps ce phénomène du voyage est révélateur de la naissance des liens économiques du monde carolingien, et en particulier de l’Italie, avec le monde musulman. Car il s’agit bien d’un phénomène qui ne se comprend pas en dehors des infrastructures établies en fonction des besoins du commerce. Nous en avons vu des indications indirectes : la fluidité des catégories de voyageurs : marchand, pèlerin, envoyé sont des rôles assez interchangeables aux VIIIe et IXe siècles. Les horizons géographiques d’une bonne partie des voyageurs semblent liés à l’existence d’emporia. Et les bateaux qui transportaient la marchandise et les pèlerins étaient en général les mêmes, encore que, le plus souvent, les textes ne nous parlent que des voyageurs. Le nombre de ces déplacements semble progresser nettement au IXe siècle. Et nous croyons bien déceler une transformation fondamentale dans l’infrastructure du voyage, qui en dit long sur l’orientation extérieure du Midi du monde carolingien.

33En définitive, ces résultats montrent qu’après le nadir des échanges, vers 700, constaté par Claude, on assiste, tout au contraire de ce que pensaient Pirenne et Ashtor parmi d’autres, à une reprise des communications qui semble par moments importante. Et qui dit voyage, dit richesse, car il faut payer ce voyage d’une manière ou de l’autre. En guise de conclusion, on serait enclin à se demander si l’on ne saisit pas à travers ces voyages un petit indice du redémarrage de l’économie occidentale, telle que celle-ci se manifestait en communications unissant les bords de la Mer Méditerranée ? Mais la réponse à cette question conduirait loin, bien loin, de notre point de départ.

Notes

1 Expositio in Matthaeum, 4, P.L. 106, col. 1291C. Sur les circonstances de rédaction : préface, éd. E. Dümmler, M.O.H., Epistolae, 6 (1902-1925), p. 177. Sur Christian, voir l’étude toujours fondamentale de E. Dümmler, Über Christian von Stavelot und seine Auslegung zum Matthäus, dans Sitzungsberichte der koniglich-preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1890, p. 935-952 ; M.L.W. Laistner, A Ninth-Century Commentator on the Oospel According to Matthew, dans Harvard Theological Review, 22 (1927), p. 129-149. Pour son éventuelle activité de traducteur du grec, voir F. Dolbeau, Christian de Stavelot et Ste Euphémie de Chalcédoine, dans Analecta Bollandiana, 98 (1980), p. 48.

2 Pour cette dernière appréciation, voir R. Hodges et D. Whitehouse, Mohammed, Charlemagne and the Origins of Europe. Archaeology and the Pirenne Thesis, Ithaca 1983, p. 75 ; mais il faut noter qu’elle est présentée sous la réserve importante de ce qu’apportera à l'avenir l’archéologie (cf. p. 74).

3 Le premier jet de ce qui sera ensuite appelé sa thèse remonte aux articles Mahomet et Charlemagne, dans Revue Belge de Philologie et d'Histoire, 1 (1922), p. 77-86 et Un contraste économique. Mérovingiens et Carolingiens, ibid., 2 (1923), p. 223-253. Pour l’ouvrage publié en 1937, voir la note suivante. Sur sa vie et son œuvre, voir entre autres B.D. Lyon, Henri Pirenne : A Biographical and Intellectual Study, Gand 1974 ; La fortune historiographique des thèses d’Henri Pirenne, Bruxelles 1986 (Archives et bibliothèques de Belgique, no spécial 28), quoique ce dernier colloque ait consciemment évité de traiter de Mahomet et Charlemagne : G. Despy, ibid., p. 9 ; et R.C. Van Caenegem, Law, History, the Low Countries and Europe, Londres 1994, p. 174-177.

4 Voir la luxueuse réédition où l’ouvrage original est assorti de plusieurs commentaires par des spécialistes actuels : H. Pirenne, B. Lyon et al., Mahomet et Charlemagne : Byzance, Islam et Occident dans le Haut Moyen Âge, Anvers 1987 ; cf. L. Genicot, Mahomet et Charlemagne après 50 ans, dans Revue d’histoire ecclésiastique, 82 (1987), p. 277-281 ; une nouvelle édition en livre de poche est parue récemment à Paris : Mahomet et Charlemagne, Presses Universitaires de France 1992. Dans une bibliographie qui ne se compte plus, voir aussi les études et la bibliographie de P.E. Hübinger, Bedeutung und Rolle des Islam beim Übergang vom Altertum zum Mittelalter, Darmstadt 1968, de même que les ouvrages cités ci-dessous.

5 E. Ashtor, Quelques observations d’un orientaliste sur la thèse de Pirenne, dans Journal of the Economie and Social History of the Orient, 13 (1970), p. 166-194 et Aperçus sur les Radhanites, dans Revue suisse d’histoire, 27 (1977), p. 245-275 ; B. Lyon, Le débat historique sur la fin du monde antique et le début du Moyen Age, dans Mahomet et Charlemagne : Byzance..., cit., p. 137-145 ; M. Lombard, Espaces et réseaux du Haut Moyen Âge, Paris 1972, surtout aux p. 31-46, avec les réserves d’A. Verhulst, Marchés, marchands et commerce au Haut Moyen Âge dans l’historiographie récente, dans Mercati e mercanti nell’alto medioevo : L’area euroasiatica e l’area mediterranea, Spolète 1993 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 40) ; p. 23-43 (p. 26), et surtout les remarques de Ph. Grierson, ibid., p. 48-49, appuyant avec des exemples précis le scepticisme vis-àvis des thèses de Lombard exprimé par Verhulst. Cf. aussi les positions de R.S. Lopez, The Trade of Medieval Europe : The South, dans Cambridge Economic History of Europe, t. 2, Trade and Industry in the Middle Ages, éd. M.M. Postan et E. Millar, Cambridge 19872, p. 306-401 (p. 316 et s. et p. 320 et s.).

6 Des études qui s’attachent à examiner l'un ou l’autre aspect de l’ouvrage de Pirenne continuent de paraître. Parmi celles qui intéressent le plus le trafic maritime au IXe siècle, citons les appréciations divergentes de Hodges et Whitehouse, Mahomet, Charlemagne, cit., et J.H. Pryor, Oeography, Technology and War. Studies in the Maritime History of the Mediterranean, Cambridge 19922, surtout aux p. 135 139.

7 Der Handel im westlichen Mittelmeer während des Frühmittelalters, Göttingen 1985 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Philol.-hist. Kl., 3e série, 144).

8 Voir surtout la nouvelle datation de l’introduction de la monnaie en argent dans l’Occident carolingien : Ph. Grierson et M. Blackburn, Medieval European Coinage, with a Catalogue of the Coins in the Fitzwilliam Museum, Cambridge, t. 1, Cambridge 1986, p. 93-97 ; pour l’aspect arabe : P. Gabrieli, Effets et influences de l’Islam sur l’Europe occidentale, dans Mahomet et Charlemagne : Byzance,... cit., p. 195-147 (surtout p. 199).

9 P. Toubert, Il sistema curtense : La produzione e lo scambio interno in Italia, dans Storia d’Italia. Annali, t. 6 : Economia naturale, economia monetaria, Turin 1983, p. 5-63 (=P. Toubert, Histoire du Haut Moyen Âge et de l’Italie médiévale, Londres 1987, no VII) ; J.-P. Devroey, Les services de transports à l’abbaye de Prüm au IXe siècle, dans Revue du Nord, 61 (1979), p. 543-569 et Un monastère dans l’économie d’échanges : les services de transport à l’abbaye de Saint-Germaindes-Prés au IXe siècle, dans Annales : É.S.C., (1984), p. 570-589.

10 Voir A. Verhulst, Der Handel im Merowingerreich : Gesamtdarstellung nach schriftlichen Quellen, dans Early Medieval Studies, t. 2 [= Antikvariskt Arkiv, 39], Stockholm 1970, p. 2-54 (p. 17-18), et D. Claude, Aspekte des Binnenhandels im Merowingerreich auf Grund der Schriftquellen, dans Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor-und frühgeschichtlichen Zeit in Mittel-und Nordeuropa, t. 3, Göttingen 1985 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Phi lol.-hist. Kl., 3e série, 150), p. 9-99 (p. 65-71) : on ne peut nommer que deux orientaux certainement marchands. On notera que, depuis lors, les conclusions de M. Heinzelmann et J.C. Poulin, Les Vies anciennes de sainte Geneviève de Paris. Études critiques, Paris 1986, imposent d’accepter à nouveau le témoignage sur les négociants syriens en Gaule fourni par la Vita Genovefae (B.H.L. 3335), et rejeté par Verhulst en raison de la date supposée tardive de cette Vie. Pour les marchands carolingiens – à l’exclusion de l’Italie –, voir l’utile mise au point de P. Johanek, Der fränkische Handel der Karolingerzeit im Spiegel der Schriftquellen, dans Der Handel der Karolinger- und Wikingerzeit (= Untersuchungen zu Handel und Verkehr der vor- und frühgeschichtlichen Zeit im Mittel- und Nordeuropa, t. 4), Göttingen 1987 (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen, Philol.-hist. Kl., 3e série, 156), p. 7-68 (p. 55-65).

11 S. Lebecq, Marchands et navigateurs frisons du haut moyen âge, t. 2, Arras 1983.

12 Pour un survol, voir H. Tiefenbach, P. Johanek et al., Dorestad, dans Reallexikon der germanischen Altertumskunde, t. 6, Berlin 1986, p. 59-82.

13 Voici mon décompte, où j’ai cherché à grossir les références possibles aux marchands, ce qui rend le résultat le moins favorable pour mon hypothèse : allusions possibles ou certaines aux marchands : S. Lebecq, Marchands et navigateurs, t. 2, nos III (p. 28-29), V (p. 39), XV (p. 82), XVI (p. 90), XX (p. 109), XXVIII (p. 147), XXX (p. 157-158), XXXII (p. 168), XXXVII (p. 182-184), XLVI (p. 230-232), LIV (p. 265-267), LVI (p. 273), LXI (p. 303-304), LXII (p. 307, 311, 313-314), LXIII (p. 318, 324), LXIV (p. 331) et LXIX (p. 365 366), auxquelles il conviendrait d’ajouter les sources où figurent les personnes nommées XXIV (p. 132 : la femme Frideburg), XXVII (p. 144), XXIX (p. 152), XLIII (p. 213 217), XLVIII (p. 244-245) et peut-être LXVIII (p. 361-362 : Rufus).

14 Wandalbert de Prüm, Miracula S. Goaris (B.H.L. 3567), 15 et 27-28, éd. O. Holder-Egger, M G.H., Scriptores, 15 (1887), p. 368 et 370. Noter toutefois qu'il nomme le marchand apparemment franc, Badoart : c. 24, p. 369.

15 F. Parente, La conoscenza della Terra Santa corne esperienza religiosa dell’Occidente cristiano dal IV secolo alle Crociate, dans Popoli e paesi nella cultura altomedievale, Spolète 1983 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, 19), p. 231-316 (p. 276 et 286), où Parente devine une reprise au VIIIe siècle, se fondant sur une considération générale ; cp. S. Runciman, The Pilgrimages to Palestine Before 1095, dans A History of the Crusades, éd. K.M. Setton, t. 1, Madison 19692, p. 68-78 (p. 72), qui affirme une croissance au VIIIe siècle suivie d’un affaiblissement au IXe, sans avancer de preuve.

16 L. Lalanne, Des pèlerinages en Terre Sainte avant les Croisades, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 7 (1845-1846), p. 1-31 (p. 25 et s.), est plus optimiste que R. Rohricht, Die Deutschen im heiligen Lande, Innsbruck 1894, p. 2.

17 Il ne peut être question de publier ici cette prosopographie. Pour plus de détails, on se rapportera à la monographie que je consacre aux communications entre le monde byzantin et le monde franc. Le detail des chiffres avancés ici subira sans doute de légers remaniements avant la publication définitive des résultats dans cette monographie. Il est, en effet, toujours possible que l’un ou l’autre voyageur vienne s’ajouter à nos totaux. On ne manquera pas de consulter également l’ouvrage d’É. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris 1993, consacré aux saints voyageurs byzantins du IVe au XIIe siècle.

18 Hugeburc, Vita S. Willibaldi (B.H.L. 8931), 4, éd. O. Holder-Egger, Scriptores, 15, p. 101 ; Miracula 8. Genesii [B.H.L. 3314), 2, éd. W. Wattenbach, Die Übertragung der Reliquien des h. Genesius nach Schienen, dans Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, 24 (1872), p. 1-21 (p. 9) ; le troisième exemple vient d’un moine originaire de Jérusalem qui vécut pendant plus de huit ans à Rome : Concilium oecumenicum Constantinopolitanum a. 869-870, actio 8, éd. J.D. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, 16, Venise 1761, col. 136E-137C ; cf. le résumé grec, ibid., col. 384E-385C, ainsi que l’étude de J.-M. Sansterre, Les représentants des patriarcats au concile photien d’août-septembre 867, dans Byzantion, 43 (1973) [1974], p. 195-228 (p. 197 ; 205-206). Noter que ce Basile ne figure pas dans mon décompte général des Occidentaux partis en Terre Sainte.

19 VIIIe s. : 22 ; IXe s. : 87, ou, si l’on veut, 87 moins 58 = 29 voyageurs. Sur le détail des chiffres, voir ci-dessus, à la n. 17. Pour ce qui est du recensement de l’Église palestinienne, je livrerai à la presse sous peu une nouvelle étude et l’édition critique de ces documents capitaux. En attendant on peut consulter le Breve commemoratorii de casis Dei et les autres documents qui y sont annexés dans l’édition très médiocre de T. Tobler et A. Molinier, Itinera hierosolymitana, t. 1, 2, Genève 1880, p. 301-305, ou bien mieux, dans l’édition diplomatique de T. Tobler, Descriptiones Terrae Sanctae ex saeculo VIII. IX. XII. et XV., Leipzig 1874, p. 364-368.

20 Voir la monographie annoncée ci-dessus à la n. 17.

21 Voir sur ces établissements, dans le cadre des ambassades carolingiennes à Bagdad, l’excellente étude de M. Borgolte, Der Gesandtenaustausch der Karolinger mit den Abbasiden und mit den Patriarchen von Jerusalem, Munich 1976 (Münchener Beiträge zur Mediävistik und Renaissance-Forschung, 25), p. 90-110, ainsi que la nouvelle édition commentée du Breve commemoratorii annoncée ci-dessus, n. 19.

22 Hugeburc, Vita Willibaldi, 4, éd. cit., p. 94-101 ; il quantifie : p. 96 ; cf. la description détaillée des églises du Mont des Oliviers, p. 98.

23 V. Peri, Leone III e il « filioque ». Echi del caso nell’agiografia greca, dans Rivista della Storia della Chiesa in Italia, 25 (1971), p. 3-58.

24 Elias, Epistola ad reges ex stirpe Karoli, éd. L. d’Achery, Spicilegium sive collectio veterum aliquot scriptorum, 3, Paris 17232, 363 : Tribulationes... quas ipsi satis abundeque per multos hinc illuc venientes cognoscitis, corrigé d’après le ms. Paris, B.N. lat. 11884, f. 2v.

25 Hugeburc, Vita Willibaldi, 4, éd. cit., p. 97 : par ex. la description détaillée du Saint Sépulcre et des lampes à huile qui l’éclairent ; par contre Bernard, Itinerarium, 11, éd. T. Tobler et A. Molinier, Itinera hierosolymitana, t. 1, 2, Genève 1880, p. 309-320, ici p. 315, abrège son récit du même site, puisque, dit-il, le lecteur pourra consulter Bède à son sujet ! Laissez-passer : 3, p. 310 ; 5, p. 311 ; 7, p. 312 ; service de location de chameaux, 8, p. 313 ; change : 6, p. 311 ; voir sur l’Itinéraire, l’étude indispensable de, F. Avril et J.-R. Gaborit, L’Itinerarium Bernardi Monachi et les pèlerinages d’Italie du Sud pendant le Haut Moyen Âge, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 79 (1967), p. 269-298.

26 Cp. les appréciations d’Arculfe, par J. Wilkinson, Jerusalem Pilgrims before the Crusades, Warminster 1977, p. 40-42, et des récits de pèlerins en général par J. Richard, Les relations du pèlerinage au Moyen Âge et les motivations de leurs auteurs, dans Wallfahrt kennt keine Grenzen. Themen zu einer Ausstellung des Bayerischen Nationalmuseums und des Adalbert Stifter Vereins, éd. L. Kriss-Rettenbeck et G. Mohler, Munich 1984, p. 143-154 (p. 145-146).

27 Tous ces chiffres se fondent sur l’état actuel de la prosopographie inédite citée ci-dessus, n. 17. Ils seront donc également susceptibles de légères rectifications.

28 Voir sur ces ambassades, M. Borgolte, Der Gesandtenaustausch, cit.

29 Dans l’état actuel de la prosopographie : 8 et 2, respectivement ; 5 incertains. Même réserve qu’à la n. 27.

30 Pour tous ces détails, on se reportera à la monographie annoncée à la n. 17.

31 Voir pour les détails, la monographie annoncée à la n. 17.

32 Dans son état actuel, la prosopographie révèle trois prélats et quatre prêtres ; sur l’augmentation des prêtres, voir O. G. Oexle, Forschungen zu monastischen und geistlichen Gemeinschaften im westfränkischen Bereich, Munich 1978 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 31), p. 101-103.

33 Voir la monographie annoncée ci-dessus, n. 17. 12 ou 13, soit quelque 70 % venaient d’un endroit situé à moins de 100 km de distance d’un emporium, tels Quentovic, Venise, Hamwic, etc. 100 km reviennent à trois journées environ de marche à pied.

34 Voir sur la densité démographique exceptionnelle du bassin parisien, par ex. G.M. Schwarcz, Village Population According to the Polyptyque of the Abbey of St. Bertin, dans Journal of Medieval History, 11 (1985), p. 31-41 (p. 40-41) ; cf. par ex., E. Ennen, Die europaische Stadt des Mittelalters, Göttingen 1987, p. 78.

35 Hugeburc, Vita Willibaldi, 4, éd. cit., p. 93 ; Translatio S. Marci, B.H.L. 5285, éd. N. Mccleary, Note storiche ed archeologiche sul testo della « Translatio Sancti Marci », dans Memorie storiche Forogiuliesi, 27-29 (1931-1933), p. 225-264 (p. 257-258) ; Bernard, Itinerarium, 4-5, éd. cit., p. 310-311.

36 Voir la monographie annoncée ci-dessus, à la n. 17.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540