Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Pèlerins orientaux dans l’orient byzantin

Pierre Maraval

Texte intégral

  • 1 Le terminus a quo que propose le titre du colloque est le VIe siècle, mais si à cette date les pèl (...)
  • 2 Forschungen in Ephesos, IV, 1. Die Marienkirche, p. 101, n. 34, lignes 11-13.

1Tout d’abord une précision : je traiterai seulement de la période qui va des premiers temps du pèlerinage chrétien – le début du IVe siècle – à la conquête arabe, au milieu du VIIe siècle1. Quant aux pèlerins qui feront l’objet de mon enquête, il s’agira essentiellement de ceux qui sont originaires de la partie orientale de l’Empire, mais aussi, à l’occasion, de ceux qui viennent d’au-delà de ses frontières orientales. D’autre part, j’adopte ici le terme de pèlerin par commodité, bien que ce ne soit pas un terme utilisé en ce sens à cette époque (le peregrinus latin désigne simplement un voyageur et ne prend un sens spécialisé qu’à partir du VIIIe s.), et non sans en souligner le danger, celui de réduire les « pèlerins » à ceux qui entreprennent de longs voyages. Il vaudrait mieux, à mon sens, parler de « visiteurs des lieux saints », quelle que soit la distance qu’ils aient à parcourir pour se rendre dans ces lieux, ou mieux encore adopter le mot que l’on trouve dans une inscription d’Éphèse et qui est encore utilisé en grec pour les désigner, le terme de proskunétai2, ceux qui vont adorer, vénérer les lieux saints. Par lieux saints j’entends ici non seulement les lieux bibliques, qui ont fini par monopoliser cette appellation, mais aussi les tombeaux des martyrs ou les sanctuaires édifiés pour recevoir leurs reliques, non moins que les lieux sanctifiés par la présence des saints vivants, les moines les plus célèbres de l’Orient d’alors. Les lieux saints bibliques ont certes été les premiers et les plus constamment visités, mais les autres ont constitué peu à peu, dans toutes les régions d’Orient, tout un réseau de lieux saints largement fréquenté par les fidèles, drainant sans doute autant, sinon davantage de visiteurs.

  • 3 Comme je l’ai écrit ailleurs en sous-estimant la capacité des anciens d'entreprendre sans problème (...)
  • 4 Eusebius Caesariensis, Demonstratio evangelica, 6, 18 ; 7, 2 ; 15 et 23 (G.C.S. [Die griechischen (...)
  • 5 Egeria, Itinerarium, 39 ; 49 (S.C. [Sources chrétiennes], 296, p. 292 ; 316 s. Maraval) ; Cyrillus (...)
  • 6 Ioannes Moschus, Pratum spirituale, 3 (P.G., 87/3, col. 3001 B). Autre exemple dans Sebeos, Hist. (...)
  • 7 Ioannes Chrysostomus, In SS. Mart., 1 (P.G., 50, col. 647).
  • 8 Cf. Miracula S. Demetrii, prol., 5 : « C’est le très saint Démétrios, ton concitoyen (politès) » ( (...)
  • 9 Passio S. Cononis (ed. R. Trautmann, Zeitschrift zur slawische Philol., 11, 1934, p. 306).
  • 10 Cyrillus Scythop., Vita Euthymi 25 (p. 38, Schwartz).
  • 11 Vita syriaca Symeonis (p. 109 Lietzmann).
  • 12 Vita Theodori Sykeonis, 158 (p. 132-133 Festugière I ; 137-138 II) ; cf. aussi 67 (p. 55 I, 59 II)
  • 13 Miracula S. Theclae, 36 (p. 386-391 Dagron).
  • 14 Zacharias Scolasticus, Vita Severi (P.O., 2, p. 78-82 Kugener).
  • 15 Ioannes Chrysostomus, Hom. de Bernice et Prosdocide, 7 : « Venons leur rendre hommage, non seuleme (...)
  • 16 Sophronius, Miracula Cyri et Ioannis, ed. N. Fern Ndez Marcos, LOS Thaumata de Sofronio. Contribuc (...)
  • 17 Miracula S. Theclae, ed. G. Dagron, Vie et Miracles de Sainte Thècle, Bruxelles 1976. Encore peut- (...)
  • 18 Miracula Cosmae et Damiani, ed. L. Deubner, Kosmas und Damian, Leipzig 1907 et E. Rupprecht, Gosma (...)

2Commençons, précisément, par ces visiteurs de proximité, dont il faut bien souligner que ce sont eux les plus nombreux. Ces pèlerins résident, non peut-être à moins d’un jour de voyage du lieu saint3, mais à quelques jours de voyage de celui-ci. Lorsqu’Eusèbe de Césarée, au tout début du IVe siècle, avant même la paix de l’Église, déclare que des fidèles se rassemblent pour prier sur le mont des Oliviers, à Gethsémani, à Bethléem, que d’autres vont se faire baptiser au gué du Jourdain où l’on situait le baptême du Christ4, il est clair qu’il ne peut guère s’agir que de fidèles de Palestine. Ces derniers continueront d’être d’assidus visiteurs des lieux saints de leur pays le jour où ceux-ci seront enclos, enchâssés dans des sanctuaires, des basiliques plus ou moins somptueuses. Lors des fêtes pascales, lors surtout des fêtes de la Dédicace du Martyrium et de l'Anastasis, au mois de septembre, les fidèles de Palestine constituent le gros de la troupe qui investit ces sanctuaires majeurs de la ville sainte, comme en témoignent au IVe siècle Égérie, au VIe Cyrille de Scythopolis5. En fait les chrétiens reprennent, à cette occasion, la pratique juive qui consistait à « monter à Jérusalem » pour ces fêtes. Encore au VIIe siècle, c’est à Jérusalem que les Palestiniens aiment recevoir le baptême, tels ces habitants de Nicopolis (à deux étapes de la ville sainte) dont Jean Moschus nous raconte qu’ils y sont montés pour faire baptiser leurs enfants6. Le même phénomène se reproduit partout, dans les sanctuaires urbains comme dans les campagnes les plus reculées. Jean Chrysostome rapporte ainsi que, le jour de la fête des Maccabées, toute la campagne des environs d’Antioche se déverse dans la ville pour venir au sanctuaire de ces saints7. Les panégyries des saints locaux, autour de leur sanctuaire, ont d’ailleurs un caractère local – ou, pour mieux dire, « régionaliste » – très marqué : c’est notre saint, le saint du pays, qui est fêté par ses concitoyens ; on peut ici évoquer S. Démétrios, saint poliade par excellence8. Ces pèlerinages locaux présentent souvent un caractère communautaire : ainsi, à Bidana de Lycaonie, la panégyrie annuelle de S. Conon commence-t-elle par la venue en procession des habitants de la région : lampes en main, ils marchent vers le sanctuaire en répétant les formules que leur saint aurait prononcées lors de son martyre : « Un est le Dieu de Conon, le Dieu de Conon a vaincu »9. Mêmes pratiques communautaires, occasionnelles cette fois et en dehors de tout contexte festif, auprès de saints thaumaturges : lors d’une sécheresse, les habitants du désert de Judée se rendent de conserve chez S. Euthyme, derrière les croix de procession de leur village, en scandant le Kyrie eleison10. Les habitants des villages proches de la colonne de S. Syméon Stylite l’Ancien montent pareillement vers lui derrière leurs prêtres, accompagnés de chœurs d’enfants qui chantent11. On rencontre une affluence locale semblable lors d’un pèlerinage accompli par Théodore de Sykéon dans un sanctuaire proche de Nicomédie : c’est lui-même qui est accueilli par une foule importante, venue à sa rencontre avec cierges et encensements12. Il arrive que les paysans viennent avec leurs animaux, ainsi lors d’épizooties, comme c’est le cas dans le sanctuaire de Ste Thècle de Séleucie13. On a affaire, on le voit, à de véritables pèlerinages communautaires et organisés, mais, encore une fois, dans un cadre local, ce qui implique des trajets relativement courts. Bien entendu, de telles visites au sanctuaire peuvent être individuelles, indépendantes des panégyries : citons parmi bien d’autres le pèlerinage effectué par Sévère, le futur patriarche d’Antioche, alors qu’il était étudiant à Beyrouth, au sanctuaire de S. Léonce de Tripoli (à un jour de marche) pour y être baptisé - suivi immédiatement par un pèlerinage à Jérusalem14. La fréquentation des lieux saints peut même être régulière, ainsi pour les fidèles qui suivent les conseils de prédicateurs tels que Chrysostome15. Si l’on examine par ailleurs les récits de miracles rattachés aux sanctuaires d’Orient ou les biographies des thaumaturges les plus célèbres, qui mentionnent le plus souvent l’origine géographique de leurs visiteurs, on constate que la grande majorité de ces derniers vient des environs - et encore dans ces textes la part faite aux étrangers semble plus importante que leur proportion réelle. Sur les 70 miracles rattachés au sanctuaire des SS. Cyr et Jean à Ménouthis16, sur la côte égyptienne, 35 concernent des Alexandrins, 15 des Égyptiens ou des Libyens, 20 seulement des étrangers (et encore la majorité de ceux-ci provient-elle de Chypre ou des provinces côtières de la Méditerranée orientale), les miracles de Thècle17 s’appliquent presque exclusivement à des habitants de Séleucie ou des environs, ceux de Côme et Damien et d’Artémius18 à des habitants de Constantinople. De même les visiteurs de Syméon Stylite le Jeune sont-ils en majorité des Antiochiens ou des habitants de l’Antiochène, et ceux du sanctuaire de S.

  • 19 Vita Symeonis iunioris, passim (éd. P. Van den Ven, La Vie ancienne de 8. Syméon le Jeune (521-592 (...)
  • 20 Adamnanus, De locis sanctis, I, I, 8-12 (C.C.L. [Corpus Christianorum, series Latina], 175, p. 185 (...)
  • 21 Gregorius Turonensis, Miracula, I, 32 (M O.H., p. 508 Krusch-Bonnet).
  • 22 Cf. D.A.C.L., V, s.v. Ephèse, col. 138.
  • 23 Cf. Sozomenus, Hist. eccles., II, 4, 2-8 (G.C.S., 50, p. 54-56 Bidez-Hansen). La panégyrie de Mamb (...)
  • 24 Miracula Cosmae et Damiani, 17 (Deubner) ; Miracula Artemii, 42 (p. 47).
  • 25 Les Miracles de Cyr et Jean montrent la présence à Ménouthis de diverses variétés de « monophysite (...)

3Serge à Resapha des tribus nomades de la région environnante19. Tout ceci, finalement, est assez naturel. Cela nous est confirmé par le fait que les fêtes des sanctuaires s’accompagnent d’une foire qui draine toute la région, une foire qui devient parfois si importante qu’elle occulte la fête qu’elle accompagne. Ainsi le pèlerin Arculfe, à la fin du VIIe siècle, a été frappé par la foire qui a lieu en septembre à Jérusalem et nous donne de nombreux détails profanes sur son déroulement, mais il omet de signaler qu’elle accompagnait la fête de la dédicace20. D’autres foires sont célèbres dans tout le monde chrétien, ainsi celle de S. Thomas à Édesse, qui dure trente jours21, ou celle de S. Jean à Éphèse22. Ce caractère de rassemblement local explique aussi que nous trouvions parmi les visiteurs des lieux saints, à cette occasion et en d’autres, des païens, des Juifs (le cas le plus connu est celui de Mambré)23, sans parler de toutes les variétés de dissidents chrétiens, d’« hérétiques », comme on les appelle. Les Miracles de Côme et Damien, ceux d’Artémius font état de la présence d’ariens parmi les visiteurs des sanctuaires24, et bien d’autres textes, après le concile de Chalcédoine, montrent que les adversaires de celui-ci, qu’il s’agisse de nestoriens ou de monophysites, continuent de fréquenter les sanctuaires tenus par les chalcédoniens, en particulier en Palestine, et cela malgré les objurgations de certains de leurs docteurs25.

  • 26 On trouvera tous ces textes (et quelques autres) traduits en français et annotés dans P. Maraval, (...)

4Passons maintenant aux pèlerins à proprement parler, ceux qui entreprennent de longs voyages pour visiter des lieux saints. En abordant ce thème, l’historien doit tout d’abord constater avec regret que pratiquement aucun récit de pèlerin oriental de cette époque ne nous est parvenu : à l’inverse de ce qui est le cas pour les Occidentaux, dont plusieurs récits bien répartis dans le temps – l’Itinéraire du Pèlerin de Bordeaux (333), celui d’Égérie (381-384), la lettre 108 de Jérôme (éloge funèbre de son amie et dirigée Paula dont une partie décrit le pèlerinage de celle-ci en 385-386), l'Itinéraire du Pèlerin de Plaisance (vers 570), les souvenirs d’Arculfe rapportés par Adomnan dans son De locis sanctis (vers 680)26 – permettent de connaître à la fois les étapes, les pratiques, voire la mentalité de leurs auteurs, nous ne disposons pour les pèlerins d’Orient que de sources secondaires, à l’exception peut-être de l'Histoire des moines d’Égypte, qui toutefois est plus qu’un simple récit de voyage - de pèlerinage - auprès des illustres moines de ce pays.

  • 27 Egeria, Itin., 49, 1 (S.C., 296, p. 318-319). Cf. aussi Eusebius Caesar., Demonstr. evang., VI, 18 (...)
  • 28 Vita 8. Mariae Aegypt. (P.G., 87, 3), col. 3712 A.
  • 29 Cf. la lettre de Grégoire de Nysse citée note 50. De Cappadoce viennent plusieurs des moines dont (...)
  • 30 400 Arméniens sur la route de Jérusalem à Jéricho : cf. Cyrillus Scythopolitanus, Vita Euthymi, 17 (...)
  • 31 Vita Symeonis iunioris, 103, 130, 136, 235. Longue note de P. Van den Ven, II, p. 103.
  • 32 Rappelons que les chrétiens de Perse subissent des persécutions très sévères sous Shâpûr II et son (...)

5Il faut remarquer tout d’abord que, pour ces pèlerins d’Orient comme pour ceux d’Occident, ce sont les lieux saints de Palestine qui sont les plus recherchés. On vient à Jérusalem de toutes les régions d’Orient. Eusèbe, Égérie, Jérôme en témoignent pour le IVsiècle ; Égérie souligne que moines et laïcs viennent de « Mésopotamie, Syrie, Égypte, Thébaïde », mais plus généralement de toutes les provinces27. Deux siècles plus tard, un passage intéressant de la Vie de Marie l’Égyptienne rapporte que celle-ci eut un jour le spectacle, à Alexandrie, d’une grande foule d’Égyptiens et de Libyens qui couraient vers la mer. Elle demanda où allaient tous ces gens ; on lui répondit : « Ils vont à Jérusalem pour la fête de l’exaltation de la croix, qui doit avoir lieu, comme d’habitude, dans quelques jours »28. Les provinces voisines de la Palestine fournissent sans doute le plus gros contingent de visiteurs, mais on sait que de nombreux pèlerins venaient de provinces fort éloignées : plusieurs témoignages, au IVe comme au Vsiècle, montrent l’attirance de ces lieux sur les Cappadociens29. Plus éloignés encore, mais non moins assidus, les Arméniens et les Géorgiens, qui circulent généralement en groupes compacts et visitent non seulement Jérusalem, la Judée, la Galilée, mais poussent jusqu’au Sinaï, malgré la difficulté de ce pèlerinage30. Les nombreux emprunts faits par ces peuples à l’architecture ou l’iconographie de Palestine, mais aussi à la liturgie de Jérusalem - dont témoignent les Lectionnaires arménien et géorgien-, sont un des signes de l’importance de ce courant de pèlerinage. Relevons aussi le grand nombre de Géorgiens qui, en se rendant en Palestine, font un détour, au VIe siècle, pour visiter Syméon Stylite le Jeune (ils montent en procession vers sa colonne)31. Les chrétiens de Perse, eux aussi, sont nombreux à venir à Jérusalem, malgré les difficultés que provoquent pour eux soit la politique antichrétienne de leurs empereurs, soit la rupture de leur Église d’avec l’orthodoxie chalcédonienne32. Une question qu’on peut se poser : les habitants de Constantinople et de ses environs sont-ils nombreux parmi les pèlerins de Palestine ? Au IVe siècle et dans la première moitié du Ve encore, certainement : Jérusalem garde toute son aura, comme on le verra plus loin, auprès des membres de la famille impériale et de l’aristocratie de la ville. L’afflux des reliques à Constantinople, qui en fait bientôt une nouvelle ville de Dieu, est un bon témoin de ces échanges, mais il est peut-être une des raisons qui explique que, dans nos sources du moins, le nombre des pèlerins de Palestine venus de la capitale semble diminuer à partir de la seconde moitié du Ve siècle. Il convient cependant, sur ce point, de ne pas forcer l’argument e silentio. Quoi qu’il en soit, retenons, en un premier temps, que les pèlerins orientaux ont été attirés d’abord et avant tout par les lieux saints de Palestine. En examinant maintenant sous un autre angle la sociologie des pèlerins, nous verrons que certains n’hésitaient pas non plus devant de longs voyages pour vénérer le tombeau d’un martyr ou rendre visite à un thaumaturge.

  • 33 Egeria, Itin., 49, 1-2.

6Repartons ici du texte d’Égérie sur l’afflux des pèlerins à Jérusalem pour les fêtes. Elle mentionne successivement les moines, les laïcs, les évêques33. Je reprendrai ici cette répartition, qui est certes une division de type ecclésiastique (bien conforme à la culture purement religieuse de la pèlerine), mais qui définit assez bien trois groupes qui n’ont peut-être pas, devant la pratique du pèlerinage lointain, la même attitude, voire les mêmes possibilités.

  • 34 Basilics Caesariensis, Epist., 100 (Courtonne I, p. 219). Cf. aussi Epist., 142 (II, p. 64) ; 176 (...)
  • 35 Gregorius Nyssenus, De Sancto Theodoro (éd. J.-P. Cavarnos, GNO X, 2) ; In XL Martyres (éd. O. Len (...)
  • 36 Egeria, Itin., 49, 2.

7Commençons par les évêques, et plus généralement par les clercs. Les textes nous en font connaître un grand nombre parmi les visiteurs des sanctuaires. Beaucoup viennent des environs plus ou moins immédiats, invités qu’ils sont, lors des panégyries des sanctuaires, à rehausser de leur présence l’éclat des cérémonies. Ainsi Basile de Césarée invite-t-il les évêques de sa province et de provinces voisines à des fêtes de martyrs cappadociens ; une de ses lettres est adressée à Eusèbe de Samosate, dont la ville épiscopale se situe à 450 km de la sienne34 ! Son frère Grégoire de Nysse prêche à Euchaïta ou à Sébastée dans de telles occasions35 – or il s’agit de sanctuaires qui se trouvent à une bonne semaine de trajet de sa ville épiscopale. Égérie rapporte de même que les évêques présents à Jérusalem lors de la fête de la Dédicace sont de 40 à 50, et encore « quand ils sont peu nombreux »36.

  • 37 Sozomenus, Hist. eccles., II, 26, 1-4 (G.C.S., 50, p. 87-88).
  • 38 Gregorius Nyssenus, Epist., 2, 12 (S.C., 363, p. 118 Maraval).
  • 39 Ioannes de Nikiou, Chronica (p. 470 Zotenberg).
  • 40 Severus Antiochenus, Hom., 110 (P O., 25, p. 782-783).
  • 41 Cf. P. Devos, La servante de Dieu Poemenia, dans Anal. Boll., 87 (1969), p. 195.
  • 42 Vita Theodori Sykeonis, 62 (p. 52).
  • 43 Ainsi Jean l’Hésychaste : Cyrillus Scythop., Vita Ioannis Hesych., 4 (p. 204).
  • 44 Canon 14.
  • 45 Canons 7, 21.
  • 46 Novelle VI, 2.
  • 47 Dans sa traduction de l'Histoire des Conciles de Hefele, H. Leclercq remarquait, en 1906, que « l’ (...)

8Il s’agit en l’occurrence, on le voit, d’une sorte de pèlerinage obligatoire, professionnel en quelque sorte. Dans d’autres cas, des évêques en mission profitent de cette occasion pour se rendre dans un sanctuaire : ainsi les participants du concile de Tyr de 335, qui se rendent en choeur à Jérusalem pour participer à la Dédicace du Martyrium37, ainsi Grégoire de Nysse qui, envoyé en Arabie pour y régler un conflit ecclésiastique, fait en revenant un détour par Jérusalem38, ainsi Cyrille d’Alexandrie qui s’y rend avec l’Augusta Eudocie39, ainsi Sévère d’Antioche qui déclare avoir profité de son déplacement auprès d’un strategos, à propos d’une question d’administration, pour visiter le sanctuaire de S. Thalélée à Aigai (il se justifie ainsi d’avoir quitté sa propre église)40. Quelques exemples nous sont connus aussi de pèlerinages dévotionnels d’évêques, tel ceux des évêques que la riche pèlerine Poemenia, fin IVe siècle, emmène dans ses bagages41, ou celui de Théodore de Sykéon alors qu’il est évêque d’Anastasioupolis42. Nous en connaissons aussi un bon nombre qui sont des pèlerinages de fuite, l’évêque se réfugiant à Jérusalem ou ailleurs pour y vivre incognito la vie monastique43. Dans ces pèlerinages (sauf dans les derniers évoqués), les évêques sont évidemment accompagnés de plusieurs de leurs clercs, prêtres ou diacres surtout, sans parler de leurs serviteurs. Mais on trouve aussi de ces clercs parmi les pèlerins, souvent en mission - mission d’acheminement de lettres, mission pour chercher des reliques. On peut penser, en fait, que les longs pèlerinages accomplis par des clercs ne devaient pas être habituels, d’autant que la législation canonique ne les voyait pas d’un très bon œil : un des canons du concile de Sardique, en 343, précise que les évêques ne peuvent s’absenter de leurs églises plus de trois dimanches de suite44 ; plusieurs interdisent plus particulièrement les voyages sans motif à la cour impériale45. Certes les canons de ce concile n’ont pas été reçus en Orient, mais d’autres textes du droit oriental vont dans le même sens : une Novelle de Justinien46 demande qu’aucun évêque ne soit absent de son église plus d’un an, sinon sur ordre de l’empereur ; les patriarches et métropolites veilleront à ce qu’ils ne s’éloignent pas trop, qu’ils ne restent pas in peregrinis, parmi les voyageurs, qu’ils ne négligent pas les très saintes églises. Ces prescriptions sont évidemment le signe que beaucoup d’évêques étaient trop souvent absents de leur église, pour des raisons d’ailleurs diverses, mais indiquent du moins que cette conduite était sévèrement jugée47. Les autres clercs, de leur côté, ne pouvaient circuler sans lettres de communion de leur évêque : ceci explique peut-être que la majorité des clercs dont nous connaissons les pérégrinations (et éventuellement les pèlerinages) soient en mission, envoyés par leur évêque ou par un personnage officiel, leur pèlerinage apparaissant en quelque sorte comme quelque chose de surérogatoire. Mais dans ce domaine, la catégorie sociale à laquelle appartiennent les clercs a certainement joué un rôle et provoqué de grandes différences de comportement.

  • 48 Sur ce phénomène, cf. H. von Campenhausen, Die ascetische Heimatlosigkeit in altchristlichen und f (...)
  • 49 Celui-ci peut la leur accorder, mais il ne le fait pas toujours sans réticences : cf. Cyrillus Scy (...)
  • 50 Gregorius Nyssenus, Epist., 2 (S.C., 363, p. 106-123).
  • 51 Theodoretus Cyrensis, Historia religiosa, 2, 13 et 29, 7 (S.C., 234, p. 222-223 et S.C., 257, p. 3 (...)
  • 52 Vita Nicolai Sionitae, 8-9, 27-39 (ed. G. Anrich, Hagios Nikolaos I, Leipzig 1913, p. 8-10, 23-33)
  • 53 Historia monachorum in Aegypto, ed. Festugière, Bruxelles 1971.
  • 54 Thomas de Marga, Liber superiorum (p. 39, 175, 585-586 Budge).
  • 55 Les divers récits de son Pré spirituel sont issus de ces pérégrinations.
  • 56 Cyrillus Scythop., Vita Euthymi, 5 (p. 13-14) ; Vita Sabae, 6 (p. 90).
  • 57 Vita Danielis stylitae, 10 (ed. H. Delehaye, Les saints stylites, Bruxelles 1923, p. 12).
  • 58 Ioannes Moschus, Pratum spir., 180 (P.G., 87/3 col. 3052 AB).
  • 59 Vita Anastasii Persi (Actes anciens), 15-16 (ed. B. FLUSIN, Saint Anastase le Perse et l’histoire (...)
  • 60 Leontius Neapolitanus, Vita Ioannis Eleemosynarii, 24 (p. 374 FestugièreRydén).
  • 61 Vita Longini. 13 (ed. T. Orlandi, Vita dei monaci Phif et Longini, Milan 1975, p. 60-61).
  • 62 Vita Theodori Sykeonis, 71 ; 105-109 (p. 58 ; 84-88).
  • 63 Les reliques de S. Hilarion, mort à Chypre, sont dérobées par le « saint homme » Hésychius, son di (...)

9Les moines, de leur côté, sont certainement parmi les pèlerins les plus assidus. Égérie, pour la citer encore, a bien relevé l’attirance que Jérusalem exerçait sur eux, mais bien d’autres textes montrent leur goût pour la fréquentation des lieux saints. Certes, on peut ici relever des différences, voire des divergences : les solitaires, les anachorètes, qui sont pour eux-mêmes leur propre règle, n’hésitent pas à entreprendre une vie pérégrine (qui peut même aller jusqu’à la xeniteia)48, alors que les moines vivant en communauté (qu’ils soient pachômiens ou basiliens) auront à demander l’autorisation de leur supérieur49, et que des voix se soient élevées contre le pèlerinage des moines, et a fortiori des moniales : une fameuse lettre de Grégoire de Nysse leur déconseille très vivement le voyage à Jérusalem50. Mais ce sont certainement les moines qui ont alors la liberté la plus grande pour pratiquer ce type de dévotion. Ils sont nombreux sur les chemins de Palestine, venant « adorer les lieux saints et la croix précieuse ». Théodoret de Cyr nous fait connaître des pèlerinages de moines de Syrie, tels ceux de Julien Saba et de ses disciples, qui vont d’Osrhoène au Sinaï, tels ceux de Marana et Cyra, recluses de Bérée, qui vont à Jérusalem51. Nicolas de Sion, archimandrite d’un monastère près de Myre, accomplit pendant sa vie trois pèlerinages en Palestine52. Les exemples, ici, pourraient être multipliés. Mais les moines sont aussi de bons témoins du pèlerinage auprès d’autres saints moines, tels ceux qui partent de Jérusalem en 390 et visitent successivement tous les apas célèbres de la vallée du Nil, des sites monastiques de Nitrie, des Kellia, de Scété, enfin d’Alexandrie et du delta53, tels les moines perses qui, au VIe et VIIe siècles, vont jusqu’en Thébaïde recevoir la bénédiction de leurs frères54. Jean Moschus, comme le montre le délicieux ouvrage qu’il nous a laissé, a fait sa vie durant le tour des monastères d’Orient, non seulement dans toutes les régions d’Égypte, mais au Sinaï, en Palestine, en Syrie, en Cilicie, à Chypre et dans l’île de Samos55. Nombreux sont les moines qui abandonnent leur région d’origine, où ils avaient parfois commencé de vivre la vie monastique, pour gagner Jérusalem ou le désert de Judée, où ils se fixent (ainsi Euthyme, Sabas et bien d’autres)56. Notons toutefois qu’en 446, Daniel, le futur stylite, parce que la route de Jérusalem est coupée par une révolte samaritaine, se rend finalement à Constantinople, elle aussi ville sainte, et s’établit auprès d’elle57. Les moines sont enfin de ceux qui n’hésitent pas à entreprendre de très longs voyages à seule fin de voir tel sanctuaire célèbre de martyr. Le cas le plus remarquable est sans doute celui de ce moine palestinien dont parle Jean Moschus, qui abandonnait régulièrement sa cellule pour aller vénérer « tantôt saint Jean à Éphèse, tantôt saint Théodore à Euchaïta, tantôt sainte Thècle à Séleucie d’Isaurie, tantôt saint Serge à Rosapha »58 – quatre sanctuaires qui sont alors parmi les plus courus d’Orient, mais qui impliquent pour lui plusieurs mois de voyage. On peut citer aussi les exemples plus modestes d’Anastase le Perse, moine à Jérusalem, qui pour se préparer au martyre entreprend le tour de tous les lieux vénérables de Palestine, en particulier des martyria (S. Georges à Diospolis, Ste Euphémie à Césarée, etc.)59 ; de tel moine palestinien qui se rend à Ménouthis60, de tel autre qui, de Syrie, va à Saint-Ménas en Egypte61. Théodore de Sykéon, lorsqu’il est encore moine, visite de nombreux sanctuaires d’Asie mineure, à Nicomédie, à Germia, à Sozopolis62. Il faut aussi noter que les moines sont souvent chargés de mission, dont celle de rapporter des reliques, au prix même d’un vol63.

  • 64 Ainsi le texte d’Égérie montre qu’elle circule accompagnée de clercs et de moines (Itin., I, 2 ; V (...)
  • 65 Si l’on accepte le scénario et la datation proposés par S. Borgehammar, How the Holy Cross was fou (...)
  • 66 Sebeos, Hist. Heraclii, 29 (p. 90-91 Macler).
  • 67 Theophanes, Chronographia (p. 240, 11 13 de Boor).
  • 68 Ioannes Malalas, Chronographia, XVIII, 441.
  • 69 Palladius Helenopolitanus, Historia lausiaca, 55, 1 (p. 250 Bartelink). Ces pèlerines viennent de (...)
  • 70 Cf. P. Devos, La servante de Dieu Poemenia, dans Anal. Boll., 87 (1969), p. 189-208.
  • 71 Evagrius, Historia ecclesiastica, I, 20-22 (p. 28-32 Bidez-Parmentier).
  • 72 Gregorius Magnus, Reg. Epist., IV, 44 (C.C.L., 140, p. 264).

10En ce qui concerne la troisième catégorie, la plus vaste, mais aussi la moins homogène, celle des laïcs, on doit souligner la partialité de nos sources, qui d’une part s’intéressent davantage aux clercs ou aux moines, qui d’autre part, lorsqu’elles mentionnent d’autres catégories, privilégient les représentants des classes les plus élevées. Encore faut-il rappeler que plus un personnage est élevé dans la hiérarchie sociale, plus il entraîne de monde avec lui. Les voyages, donc les pèlerinages des grands sont aussi ceux d’une multitude d’accompagnateurs, serviteurs, guides, clercs, moines, parfois militaires : les témoignages que nous avons sur ces voyages le laissent parfois apparaître64. Mentionnons tout d’abord quelques pèlerinages d’empereurs ou de membres de la famille impériale : celui de l’Augusta Hélène, peut-être déjà en 32465, paradigme de ceux qu’accomplirent d’autres impératrices ou des dames de l’aristocratie ; celui d’Héraclius à Jérusalem, au printemps 630, lors duquel il rapporte triomphalement la relique de la croix reprise aux Perses66 ; celui de Justinien à l’église des Dix-mille anges de Germia en Galatie, à une bonne douzaine d’étapes de la capitale, un pèlerinage entrepris en octobre 563 (donc vers la fin de sa vie, à une époque où il ne quittait plus guère Constantinople)67. Lorsqu’on sait que Théodora, en déplacement, était accompagnée d’une suite de notables et de 4000 soldats68, on peut en conclure que ces pèlerinages impériaux étaient aussi ceux de toute une foule. L’aristocratie de l’époque théodosienne, de son côté, semble avoir manifesté un goût très vif pour le pèlerinage à Jérusalem, auquel s’ajoute volontiers le détour par l’Égypte et ses moines ; on peut citer surtout des femmes, des dames de la cour ou de l’aristocratie de Byzance, telle la femme et la fille de l'ex-préfet du prétoire Rufin69, telle Poemenia, parente de Théodose70, telle l’Augusta Eudocie71. Quelques exemples de tels voyages nous sont encore connus à l’époque de Justinien, voire de Grégoire le Grand ; celui-ci correspond avec une patricienne de Constantinople qui s’est rendue à Jérusalem et jusqu’au Sinaï72.

  • 73 Acta Thomae, 170 (p. 286 Lipsius-Bonnet) ; Ephrem, Carmina Nisibena, 42, 1-2 (Corpus Scriptorum Ch (...)
  • 74 Cf. Van de Vorst, Saint Phocas, dans Anal. Boll., 30 (1911), p. 255, qui cite deux inscriptions tr (...)
  • 75 Vita Nicolai per Michaelem, 35-36 (p. 130-132 Anrich).
  • 76 Marcus Diaconus, Vita Porphyrii, 5 (p. 5 Grégoire-Kugener) ; Ioannes Moschus, Pratum spir., 174 (c (...)
  • 77 Vie et récits de l’abbé Daniel de Scété ( VIe s.), 10 (Revue de l’Orient Chrétien, 5, p. 372).
  • 78 Vita Anastasi Persi [Actes anciens], 8-10 (p. 48-51 Flusin).
  • 79 Cf. J.-P. Sodini, L'artisanat urbain à l’époque paléo-chrétienne, dans Ktèma, 4 (1979), p. 71 s.
  • 80 Leontius Neapolitanus, Vita Ioannis Eleemosynarii, 18 (p. 365-366 Festugière-Rydén).
  • 81 Gregoriüs Turonensis, Miracula, I, 17 (M.G.H., p. 499-500 Krusch Bonnet).
  • 82 Vita Mariae Aegypt., 19 (P.G., 87/3, col. 3712 A).
  • 83 Vita Pelagiae, 41 (in Pélagie la Pénitente, I, Paris 1981, p. 90)
  • 84 Vita Marciani, 19 (P.G., 114, col. 453 A).
  • 85 Miracula Cyri et Ioannis, 56, 1 (p. 371).

11Bien entendu, les membres d’autres catégories sociales entreprenaient aussi de grands pèlerinages. Les marchands, ou les marins, sont souvent mentionnés dans les textes, même si leur voyage est d’abord motivé par des raisons profanes. Ils ont été pour beaucoup, en tout cas, dans la diffusion des reliques de plusieurs saints - tel le marchand qui ramena des Indes les reliques de S. Thomas73, tels les marins dévots de S. Phocas de Sinope74 ou de S. Nicolas de Myre75 (et je ne parle pas des marins italiens qui, à une date plus tardive, ont emporté à Bari les reliques de ce dernier). Les artisans semblent aussi disposer d’une certaine liberté de mouvement : tel scribe de la province d’Asie, au Ve siècle, se rend à Jérusalem et il y demeure longuement, subsistant par son travail, tel autre, au VIe siècle, y vient de Jérusalem avec sa famille et ses esclaves76 ; tel orfèvre d’Antioche se rend à Jérusalem, puis au désert de Scété77 ; Anastase le Perse, alors apprenti orfèvre à Hiérapolis, gagne de même Jérusalem78. On sait aussi que les ouvriers du bâtiment – parmi lesquels de nombreux Isauriens – se déplacent beaucoup79 ; après l’invasion perse de 614, Jean l’Aumônier en envoie un millier à la ville sainte pour réparer les églises endommagées80. Parmi ceux qui peuvent faire de longs pèlerinages, on compte aussi des marginaux : ainsi les lépreux, qui vont au Jourdain ou aux sources de Moïse de Livias81 ; ainsi les prostituées : Marie l’Égyptienne va d’Alexandrie à Jérusalem82, Pélagie y vient d’Antioche83, des prostituées converties par S. Marcien de Constantinople, au Ve siècle, gagnent la ville sainte pour y adopter la vie monastique, et le saint pourvoit à leurs dépenses de voyage84. La catégorie sociale la moins bien représentée parmi ces pèlerins au long cours semble finalement celle des paysans, qui n’ont ni le droit ni surtout les moyens d’entreprendre de longs voyages. Relevons toutefois le cas d’un pauvre paysan qui de Chypre gagne le sanctuaire de Ménouthis85, mais c’est l’exception, du moins à s’en tenir à nos sources.

***

  • 86 Cf. P. Maraval, L’attitude des Pères du 4e siècle devant les lieux saints et les pèlerinages, dans(...)

12Ce bref inventaire en témoigne : le phénomène de la vénération des lieux saints, dès les origines, a fait l’unanimité parmi les chrétiens d’Orient. Cette pratique religieuse nouvelle, malgré les quelques réserves que lui opposèrent traditionalistes ou spirituels attachés à une conception du culte « en esprit et en vérité » (cf. Jn 4, 21)86, a été adoptée par toutes les catégories de fidèles, par toutes les classes de la société. L’assiduité de ces pèlerins, leur intérêt passionné pour les lieux saints et les reliques, aboutirent même rapidement à la multiplication des uns et des autres. De ce phénomène qui s’est développé ensuite, voire transformé en culte des reliques, puis des images, les chrétiens d’Orient ont été les premiers témoins. Certes, ceux d’Occident ont suivi le mouvement très vite, s’intéressant en premier, comme eux, aux lieux saints bibliques, mais aussi de plus en plus aux tombeaux des martyrs, dont ils rapportent chez eux des reliques, créant ainsi de nouveaux lieux de pèlerinage. Mais il est sans doute utile de souligner que, comme c’est presque toujours le cas dans l’histoire du christianisme des premiers siècles, l’impulsion et le modèle sont venus d’Orient.

Notes

1 Le terminus a quo que propose le titre du colloque est le VIe siècle, mais si à cette date les pèlerinages chrétiens sont devenus une pratique courante, il serait dommage de se priver du témoignage plus original et plus documenté des deux siècles durant lesquels ils ont pris leur essor.

2 Forschungen in Ephesos, IV, 1. Die Marienkirche, p. 101, n. 34, lignes 11-13.

3 Comme je l’ai écrit ailleurs en sous-estimant la capacité des anciens d'entreprendre sans problème des marches de plusieurs jours : cf. P. Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris 1985, p. 105. On trouvera dans cet ouvrage un chapitre sur les visiteurs des lieux saints d’Orient (p. 105136) - [Cf. ibid., p. 413-424, pour les éditions citées].

4 Eusebius Caesariensis, Demonstratio evangelica, 6, 18 ; 7, 2 ; 15 et 23 (G.C.S. [Die griechischen christlichen Schriftsteller], 23, p. 278, 330, 333 Heikel) ; Onomasticon (G.C.S., 11, p. 58, 19-20 ; 74, 17-18 Klostermann).

5 Egeria, Itinerarium, 39 ; 49 (S.C. [Sources chrétiennes], 296, p. 292 ; 316 s. Maraval) ; Cyrillus Scythopolitanus, Vita Sabae, 35 (éd. E. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, Leipzig 1939, p. 121, 14-16).

6 Ioannes Moschus, Pratum spirituale, 3 (P.G., 87/3, col. 3001 B). Autre exemple dans Sebeos, Hist. Heraclii, 25 (p. 74 Macler).

7 Ioannes Chrysostomus, In SS. Mart., 1 (P.G., 50, col. 647).

8 Cf. Miracula S. Demetrii, prol., 5 : « C’est le très saint Démétrios, ton concitoyen (politès) » (p. 51 Lemerle).

9 Passio S. Cononis (ed. R. Trautmann, Zeitschrift zur slawische Philol., 11, 1934, p. 306).

10 Cyrillus Scythop., Vita Euthymi 25 (p. 38, Schwartz).

11 Vita syriaca Symeonis (p. 109 Lietzmann).

12 Vita Theodori Sykeonis, 158 (p. 132-133 Festugière I ; 137-138 II) ; cf. aussi 67 (p. 55 I, 59 II).

13 Miracula S. Theclae, 36 (p. 386-391 Dagron).

14 Zacharias Scolasticus, Vita Severi (P.O., 2, p. 78-82 Kugener).

15 Ioannes Chrysostomus, Hom. de Bernice et Prosdocide, 7 : « Venons leur rendre hommage, non seulement en ce jour de fête, mais encore les autres jours » (P.G., 50, col. 640). Cf. aussi Theodoretus Cyrensis, Therapeutica, VIII, 63 : « Et nous n’y allons pas qu’une ou deux fois [dans les sanctuaires des martyrs], ni même seulement cinq fois par an : mais souvent nous y célébrons des panégyries et souvent, c’est tous les jours que nous offrons nos hymnes à leur maître » (S.C., 57, p. 332-333 Canivet).

16 Sophronius, Miracula Cyri et Ioannis, ed. N. Fern Ndez Marcos, LOS Thaumata de Sofronio. Contribución al estudio de la incubatio cristiana, Madrid 1975.

17 Miracula S. Theclae, ed. G. Dagron, Vie et Miracles de Sainte Thècle, Bruxelles 1976. Encore peut-on remarquer que ce texte, dont le caractère poliade est pourtant très marqué, « fait la part assez belle au résident étranger » (p. 124).

18 Miracula Cosmae et Damiani, ed. L. Deubner, Kosmas und Damian, Leipzig 1907 et E. Rupprecht, Gosmae et Damiani sanctorum vita et miracula e codice Londiniensi, Berlin 1935 ; Miracula S. Artemii, ed. A. Papadopoulos-Kerameus, Varia graeca sacra, Saint-Pétersbourg 1909, p. 1-79.

19 Vita Symeonis iunioris, passim (éd. P. Van den Ven, La Vie ancienne de 8. Syméon le Jeune (521-592), Bruxelles 1962 et 1970).

20 Adamnanus, De locis sanctis, I, I, 8-12 (C.C.L. [Corpus Christianorum, series Latina], 175, p. 185-186 Bieler).

21 Gregorius Turonensis, Miracula, I, 32 (M O.H., p. 508 Krusch-Bonnet).

22 Cf. D.A.C.L., V, s.v. Ephèse, col. 138.

23 Cf. Sozomenus, Hist. eccles., II, 4, 2-8 (G.C.S., 50, p. 54-56 Bidez-Hansen). La panégyrie de Mambré donnait lieu à une importante foire internationale, comme le note l’historien.

24 Miracula Cosmae et Damiani, 17 (Deubner) ; Miracula Artemii, 42 (p. 47).

25 Les Miracles de Cyr et Jean montrent la présence à Ménouthis de diverses variétés de « monophysites » égyptiens, « gaïanites » ou « théodosiens » (12, 6 ; 36, 7 ; 37, 4 ; 38,1 ; 39, 8). Les Plérophories de Jean Rufus – texte d’origine monophysite - s’efforcent en plusieurs passages de dissuader les opposants de Chalcédoine de fréquenter les sanctuaires des lieux saints qui sont aux mains des partisans de ce concile honni, car leur sainteté a disparu (30, 79, 80, P.O., 8, p. 73, 135-136). Un catholicos perse nestorien, en 585, émet des réserves sur le pèlerinage en Palestine (mais surtout parce que celui-ci prive d’offrandes les églises locales) (Actes du synode d’Ichoyaw).

26 On trouvera tous ces textes (et quelques autres) traduits en français et annotés dans P. Maraval, Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient ( IVe- VIIe siècles), Paris 1996.

27 Egeria, Itin., 49, 1 (S.C., 296, p. 318-319). Cf. aussi Eusebius Caesar., Demonstr. evang., VI, 18, 23 (G.C.S., 23, p. 278, 16) ; Hieronymus, Epist., 46, 10 : « Pourquoi rappeler les Arméniens, les Perses, les peuples d’Inde et d’Ethiopie et l’Égypte voisine elle-même (...), le Pont, la Cappadoce, la Célésyrie, la Mésopotamie et tous les essaims de l’Orient ? » (p. 110 Labourt II).

28 Vita 8. Mariae Aegypt. (P.G., 87, 3), col. 3712 A.

29 Cf. la lettre de Grégoire de Nysse citée note 50. De Cappadoce viennent plusieurs des moines dont Cyrille de Scythopolis a raconté la vie : Euthyme (de Mélitène d’Arménie : p. 8 Schwartz), Sabas (de Mutalasca près de Césarée, p. 86-87), Théodosios (p. 236), Théognios (p. 242). De même les disciples d’Euthyme Chrysippe (connu sous le nom de Chrysippe de Jérusalem) et ses frères Cosmas et Gabriel.

30 400 Arméniens sur la route de Jérusalem à Jéricho : cf. Cyrillus Scythopolitanus, Vita Euthymi, 17 (p. 27) ; 800 qui font l’Ascension du Sinaï : Récits d’Anastase le Sinaïte, 38 (Oriens Christianus, 2, 1902, p. 81). Pour les Géorgiens, ibid., 8 (p. 65). Pierre l’ibère fonde un monastère pour eux (Vita Petri Iberi, p. 46 Raabe), Justinien fait de même : Procopius, De Aedificationibus, V, 9 (p. 169 Haury-Wirth).

31 Vita Symeonis iunioris, 103, 130, 136, 235. Longue note de P. Van den Ven, II, p. 103.

32 Rappelons que les chrétiens de Perse subissent des persécutions très sévères sous Shâpûr II et son fils (de 340 à 383), sous Vahram V (425-439), sous Chosroès I (en 540), sous Chosroès II (entre 615 et 628), d’autre part que l’Église de Perse a opté pour une confession de foi « nestorienne » (ou du moins nettement antichalcédonienne) en 486.

33 Egeria, Itin., 49, 1-2.

34 Basilics Caesariensis, Epist., 100 (Courtonne I, p. 219). Cf. aussi Epist., 142 (II, p. 64) ; 176 (II, p. 113) ; 232 (III, p. 93).

35 Gregorius Nyssenus, De Sancto Theodoro (éd. J.-P. Cavarnos, GNO X, 2) ; In XL Martyres (éd. O. Lendle, ibid.).

36 Egeria, Itin., 49, 2.

37 Sozomenus, Hist. eccles., II, 26, 1-4 (G.C.S., 50, p. 87-88).

38 Gregorius Nyssenus, Epist., 2, 12 (S.C., 363, p. 118 Maraval).

39 Ioannes de Nikiou, Chronica (p. 470 Zotenberg).

40 Severus Antiochenus, Hom., 110 (P O., 25, p. 782-783).

41 Cf. P. Devos, La servante de Dieu Poemenia, dans Anal. Boll., 87 (1969), p. 195.

42 Vita Theodori Sykeonis, 62 (p. 52).

43 Ainsi Jean l’Hésychaste : Cyrillus Scythop., Vita Ioannis Hesych., 4 (p. 204).

44 Canon 14.

45 Canons 7, 21.

46 Novelle VI, 2.

47 Dans sa traduction de l'Histoire des Conciles de Hefele, H. Leclercq remarquait, en 1906, que « l’histoire des Itinera episcoporum n’a(vait) jamais été faite, malgré l’intérêt qu’elle présenterait pour l’histoire générale et l’histoire des institutions liturgiques et disciplinaires » (I,1, p. 100).

48 Sur ce phénomène, cf. H. von Campenhausen, Die ascetische Heimatlosigkeit in altchristlichen und frühmittelalterlichen Mönchtum, Tübingen 1930 (repris dans Tradition und Leben. Kräften der Kirchengeschichte, Tübingen 1960, p. 290-317) ; A. Guillaumont, Le dépaysement comme forme d’ascèse dans le monachisme ancien, dans Annuaire EPHE Ve section, 76 (1968-1969), p. 31-58.

49 Celui-ci peut la leur accorder, mais il ne le fait pas toujours sans réticences : cf. Cyrillus Scythop., Vita Sabae, 6 (p. 90). Sabas est autorisé à partir à Jérusalem après un premier refus, mais il doit le faire sans que les autres moines le sachent.

50 Gregorius Nyssenus, Epist., 2 (S.C., 363, p. 106-123).

51 Theodoretus Cyrensis, Historia religiosa, 2, 13 et 29, 7 (S.C., 234, p. 222-223 et S.C., 257, p. 338-339).

52 Vita Nicolai Sionitae, 8-9, 27-39 (ed. G. Anrich, Hagios Nikolaos I, Leipzig 1913, p. 8-10, 23-33).

53 Historia monachorum in Aegypto, ed. Festugière, Bruxelles 1971.

54 Thomas de Marga, Liber superiorum (p. 39, 175, 585-586 Budge).

55 Les divers récits de son Pré spirituel sont issus de ces pérégrinations.

56 Cyrillus Scythop., Vita Euthymi, 5 (p. 13-14) ; Vita Sabae, 6 (p. 90).

57 Vita Danielis stylitae, 10 (ed. H. Delehaye, Les saints stylites, Bruxelles 1923, p. 12).

58 Ioannes Moschus, Pratum spir., 180 (P.G., 87/3 col. 3052 AB).

59 Vita Anastasii Persi (Actes anciens), 15-16 (ed. B. FLUSIN, Saint Anastase le Perse et l’histoire de la Palestine au début du VIIe siècle, I. Les textes, Paris 1992, p. 56-57).

60 Leontius Neapolitanus, Vita Ioannis Eleemosynarii, 24 (p. 374 FestugièreRydén).

61 Vita Longini. 13 (ed. T. Orlandi, Vita dei monaci Phif et Longini, Milan 1975, p. 60-61).

62 Vita Theodori Sykeonis, 71 ; 105-109 (p. 58 ; 84-88).

63 Les reliques de S. Hilarion, mort à Chypre, sont dérobées par le « saint homme » Hésychius, son disciple, et ramenées en Palestine (Hieronymus, Vita Hilarionis, 32, 6). L’évêque syrien Jean de Telia charge de même des moines d’aller voler en Palestine le corps de Jacques Baradée ; ils sont accueillis triomphalement à leur retour (M.-A. Kugener, Récit de Mar Cyriaque racontant comment le corps de Jacques Baradée fut enlevé du couvent de Casion et transporté au couvent de Phesilta, dans Revue de l’Orient Chrétien, 7 [1902], p. 196-207).

64 Ainsi le texte d’Égérie montre qu’elle circule accompagnée de clercs et de moines (Itin., I, 2 ; V, 12 ; VII, 2, etc.), que leur groupe est même à l’occasion escorté par des soldats (VII, 4 ; IX, 3).

65 Si l’on accepte le scénario et la datation proposés par S. Borgehammar, How the Holy Cross was found, From Event to Medieval Legend. With an Appendix of Texts, Stockholm, 1991 (Bibliotheca Theologiae Practicae, 47)

66 Sebeos, Hist. Heraclii, 29 (p. 90-91 Macler).

67 Theophanes, Chronographia (p. 240, 11 13 de Boor).

68 Ioannes Malalas, Chronographia, XVIII, 441.

69 Palladius Helenopolitanus, Historia lausiaca, 55, 1 (p. 250 Bartelink). Ces pèlerines viennent de Constantinople, mais sont sans doute d’origine occidentale, comme Rufin lui-même.

70 Cf. P. Devos, La servante de Dieu Poemenia, dans Anal. Boll., 87 (1969), p. 189-208.

71 Evagrius, Historia ecclesiastica, I, 20-22 (p. 28-32 Bidez-Parmentier).

72 Gregorius Magnus, Reg. Epist., IV, 44 (C.C.L., 140, p. 264).

73 Acta Thomae, 170 (p. 286 Lipsius-Bonnet) ; Ephrem, Carmina Nisibena, 42, 1-2 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 242, p. 28-29).

74 Cf. Van de Vorst, Saint Phocas, dans Anal. Boll., 30 (1911), p. 255, qui cite deux inscriptions trouvées dans l’île de Syros témoignant de la dévotion des marins pour ce saint ; celui-ci avait également plusieurs sanctuaires sur la côté syro-phénicienne.

75 Vita Nicolai per Michaelem, 35-36 (p. 130-132 Anrich).

76 Marcus Diaconus, Vita Porphyrii, 5 (p. 5 Grégoire-Kugener) ; Ioannes Moschus, Pratum spir., 174 (col. 3041 D).

77 Vie et récits de l’abbé Daniel de Scété ( VIe s.), 10 (Revue de l’Orient Chrétien, 5, p. 372).

78 Vita Anastasi Persi [Actes anciens], 8-10 (p. 48-51 Flusin).

79 Cf. J.-P. Sodini, L'artisanat urbain à l’époque paléo-chrétienne, dans Ktèma, 4 (1979), p. 71 s.

80 Leontius Neapolitanus, Vita Ioannis Eleemosynarii, 18 (p. 365-366 Festugière-Rydén).

81 Gregoriüs Turonensis, Miracula, I, 17 (M.G.H., p. 499-500 Krusch Bonnet).

82 Vita Mariae Aegypt., 19 (P.G., 87/3, col. 3712 A).

83 Vita Pelagiae, 41 (in Pélagie la Pénitente, I, Paris 1981, p. 90)

84 Vita Marciani, 19 (P.G., 114, col. 453 A).

85 Miracula Cyri et Ioannis, 56, 1 (p. 371).

86 Cf. P. Maraval, L’attitude des Pères du 4e siècle devant les lieux saints et les pèlerinages, dans Irénikon, 65 (1992), p. 5-23.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540