Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Voyageurs italiens à Byzance (VIe-XIe siècles)

Michel Balard

Texte intégral

  • 1 Liutprand de Crémone, Relatio de legatione constantinopolitana, éd. B. Dümmler, Hanovre 1877 (M.G. (...)
  • 2 J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece and Constantinople, 2 vol., LeidenIstanbul 1980, t. 1, p. (...)

1« Après quarante-neuf jours de voyage, sur un âne, à dos de cheval, à pied, affamé et assoiffé, soupirant, pleurant et gémissant, j’arrivai à Naupacte »1. C’est en ces termes choisis que Liudprand de Crémone décrit son voyage de Constantinople à Naupacte (Lépante), lors du retour de l’ambassade que lui avait confiée en 968 son maître, l’empereur germanique Otton 1er. Ces propos illustrent la difficulté des voyages de l’Occident à l’Orient au haut Moyen Age, au point que l’on a pu se demander si ces expéditions ne revêtaient pas un caractère exceptionnel et n’étaient pas réservées à quelques personnalités hors du commun par leur rang social. Pour certains historiens, point de voyages sur une grande échelle en Europe avant le XIe siècle2.

2C’est pourtant faire peu de cas des ambassadeurs, porteurs des messages de leur maître ; des pèlerins, évêques, prêtres ou simples laïcs, qui entreprenaient le voyage, long et dangereux, vers le Saint Sépulcre, sans autre intérêt que celui de leur vie spirituelle ; des marchands de Venise ou d’Italie du Sud, qui furent les premiers protagonistes du réveil commercial de l’Occident. Sans aucun doute, le voyage vers l’Orient, qu’il soit celui d’individus isolés ou de petits groupes, n’est pas un fait exceptionnel au haut Moyen Age, et il n’y a pas de meilleur poste d’observation pour le démontrer que l’Italie pour les deux ou trois raisons suivantes.

  • 3 L’expression est reprise par M. Berza, Un’autonomia periferica bizantina : Amalfi (secc. VI-X), da (...)

3D’abord l’Italie représente le pays où prennent racine les prétentions de Byzance, en tant qu’héritière de Rome, à gouverner un empire unique et universel. D’où les nombreuses relations que Constantinople entretient avec l’Italie sous des formes variées qui vont depuis la pure domination territoriale - exarchat de Ravenne, Italie péninsulaire et insulaire - jusqu’au contrôle du Saint-Siège et de ces territoires méridionaux qui, pour reprendre l’heureuse expression de l’historien roumain Georges Bratianu, bénéficiaient d’une « autonomie périphérique »3. Les voyages des Italiens vers Constantinople constituaient la contre-partie des nombreuses ambassades byzantines vers l’Occident. L’Italie était aussi, et est encore, le siège de la Papauté. Cela signifie que dans une Eglise unifiée, comme elle l’était jusqu’au XIe siècle, des messages et des messagers étaient échangés entre Rome et Constantinople, messagers dont les récits peuvent nous apprendre quelque chose sur l’Empire byzantin. Enfin, plus simplement, la situation géographique de l’Italie, péninsule avancée de l’Occident dans le monde méditerranéen, en fait un pont naturel vers l’Orient et la meilleure hase de départ vers l’est de la Méditerranée. Aussi de nombreux voyageurs traversaient-ils la péninsule pour gagner les principaux ports reliés à l’Empire byzantin, Venise et les villes littorales des Pouilles par exemple.

4Le choix de l’observatoire italien ne dispense pas d’examiner d’abord les conditions historiques des voyages vers l’Orient entre le VIe et le XIe siècle, c’est-à-dire au cours de cette longue période qui sépare le temps de Justinien, dont l’empire s’étendait de l’Asie mineure à l’Italie et à l’Espagne, de l’époque des croisades qui accroissent le nombre des voyageurs vers l’Orient et changent les caractères du voyage, aussi bien que des relations entre Byzance et l’Occident. Alors s’ouvre un nouvel âge de l’expansion occidentale. Restons-en à son seuil pour diriger notre attention vers un temps où les voyageurs étaient moins nombreux et les conditions du voyage plus hasardeuses. Nous pourrons suivre alors les dangereux déplacements des pèlerins et des évêques, des messagers et des diplomates, des marins et des marchands. Malheureusement, peu d’entre eux ont eu soin de consigner par écrit le récit de leurs aventures : Liudprand, évêque de Crémone, représente un cas exceptionnel, alors que les récits des pèlerins sont pour cette période très rares.

  • 4 D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth, Londres 1971, p. 31.
  • 5 K. J. Leyser, Ends and means in Liudprand of Cremona, dans Byzantinische Forschungen, 13, (1988), (...)

5Il n’y avait guère que deux possibilités pour gagner Byzance depuis l’Italie : un voyage par voie de terre à travers la péninsule balkanique ou une expédition maritime. Toutes deux présentaient de nombreuses difficultés. En principe, un voyage par voie de terre empruntait l’une des principales routes reliant Constantinople à la mer Adriatique, comme la célèbre Via Egnatia par Thessalonique et Durazzo ; il impliquait la sécurité tout au long du tracé, c’est-à-dire le contrôle des autorités byzantines sur l’ensemble de l’itinéraire. Mais, comme l’on sait, Byzance n’a réussi à dominer l’ensemble de la péninsule balkanique qu’à de brèves périodes de son histoire4. Les invasions avares et slaves ont bloqué les routes transbalkaniques du milieu du VIe siècle jusqu’au début du IXe siècle, quand Charlemagne a exterminé les populations nomades qui occupaient la Pannonie5.

  • 6 J. Ferluga, Mercati e mercanti fra mar Nero e Adriatico : il commercio nei Balcani dal VII° al XI° (...)
  • 7 K.J. Leyser, The tenth Century in Byzantium-Western Relationships, dans Relations between East and (...)
  • 8 Ibid., p. 32.
  • 9 F. Micheau, Les itinéraires maritimes et continentaux des pèlerinages vers Jérusalem, dans Occiden (...)

6Quelques décennies plus tard, les Magyars submergent le bassin du Danube et la Pannonie. L’arrivée de ces nomades guerriers et la destruction de la grande principauté morave, qui marque leur installation en Europe centrale, bloquent à nouveau la route terrestre. Elle ne s’ouvre pas avant le premier quart du XIsiècle, après la conversion des Hongrois au christianisme6. Raoul Glaber le constate dans un passage célèbre de ses Histoires : « En ce temps-là, tous ceux qui des Gaules ou de l’Italie voulaient aller visiter le Sépulcre du Seigneur à Jérusalem, abandonnèrent l’habituelle route de mer pour traverser le pays du roi (saint Etienne) »7. Mais, avant cette date, le voyage par voie de terre pouvait être une expérience très dangereuse, comme l’expérimenta en 913 le fils d’un doge de Venise qui voulait revenir par voie de terre de sa traditionnelle visite au palais impérial de Constantinople. Alors qu’il allait pénétrer en territoire croate, Michel, le chef des Zachlumi, le fit prisonnier, saisit tous les riches présents qu’il portait et, pire encore, le remit à Symeon de Bulgarie. Il ne put être libéré que contre rançon8. En revanche, après le premier quart du XIe siècle, la route terrestre s’ouvrit largement aux voyageurs : le grand pèlerinage de 1026-1027, qui comprenait près de sept cents personnes, prit la route de la Hongrie, de Selymbria et de Constantinople, pour gagner ensuite Antioche et Jérusalem9.

  • 10 H. Zug Tucci, Negociare in omnibus partibus per terram et aquam : il mercante veneziano, dans Merc (...)
  • 11 J. Delumeau, La peur en Occident XVIe-XVIIIe siècle, Paris 1978, p. 31-35.

7Les difficultés rencontrées au long de la route terrestre donnaient à Venise et aux ports de l’Italie du Sud un quasi-monopole des communications entre Constantinople et la péninsule italienne. Et pourtant le voyage par mer ne pouvait être considéré comme une partie de plaisir. La variabilité des vents en Méditerranée imposait un voyage vers l’est au printemps, pour bénéficier du « maestrale » de nord-ouest, et un retour en automne grâce au « scirocco », vent de sud-est10. La mer suscitait l’effroi de tous les voyageurs : les naufrages, le mal de mer, l’inconfort à bord, la longueur du voyage, les arrêts plus ou moins prévus et prolongés dans les ports rendaient hasardeuse l’expédition. Au Moyen Age, plus encore qu’à la Renaissance, la terre est synonyme de sécurité, la mer d’insécurité11.

  • 12 Liutprand de Crémone, Antapodosis, éd. E. Dümmler, Hanovre 1877 (M.G.H., Scriptores rerum germanic (...)
  • 13 Idem, Relatio de legatione, cit., p. 161-166.
  • 14 K. Leyser, The tenth Century in Byzantine-Western Relationships, cit., p. 32.

8D’Italie à Byzance, il fallait au moins vingt-quatre jours, le parcours le plus bref que l’on connaisse pour cette période, celui de Liutprand de Crémone qui quitta Venise le 25 août 949 pour arriver à Constantinople le 17 septembre12. Mais, au pire, le voyage pouvait durer plus de trois mois, comme ce fut le cas pour ce même Liutprand lors du retour de sa seconde ambassade en 968-969. Il endura des vents contraires à Lépante et souffrit de retards plus grands encore, aux mains des officiers et des agents impériaux au long de la route. Leur mesquinerie et leur mauvaise volonté lui firent prononcer plus d’un juron, aggravèrent les dangers du voyage et accrurent les frais supportés sur la route du retour vers la cour ottonienne13. Mais, en d’autres cas, selon le rang social des voyageurs et les recommendations dont ils bénéficiaient, les autorités byzantines pouvaient aussi aplanir les difficultés et rendre les déplacements plus aisés, comme ce fut le cas pour le fils du doge Pietro Orseolo, ramenant dans sa patrie sa fiancée, de la famille Argyros. En dépit des contrôles tatillons des officiers byzantins et des difficultés du voyage, jusqu’au XIe siècle, la voie maritime resta la plus utilisée entre l’Italie et Byzance14.

  • 15 J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece and Constantinople, cit., t.1, p. 18-20.
  • 16 Sur ces divers sanctuaires, voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, 1re (...)
  • 17 Corpus Christianorum. Series latina, t. CLXXV, Itineraria et alia geographica, Turnhout 1965, p. 1 (...)

9Mais qui pouvait bien l’utiliser avant les croisades ? Avant tout des clercs et des pèlerins, des messagers et des diplomates, des marins et des marchands, trois grandes catégories de voyageurs qu’il nous faut maintenant examiner. Première question : Constantinople était-elle un lieu de pèlerinage pour les Occidentaux à cette époque ? La capitale de l’Empire ne pouvait pas comme Rome et surtout comme Jérusalem être considérée comme une cité sainte ; elle n’a pas été le lieu d’activité d’un grand saint au haut Moyen Age ni possédé la tombe d’un martyr célèbre15. La légende de saint André ne pouvait suffire à attirer dans la capitale des étrangers à des fins religieuses. Cependant, beaucoup d’empereurs, pour donner du lustre à leur capitale, ont essayé d’acquérir des reliques insignes et, parmi celles-ci, surtout des morceaux de la Vraie Croix, apportés de Jérusalem. Plusieurs sanctuaires de la capitale jouissaient d’une grande renommée : celui de saint Michel à Anaplus, aux bouches du Bosphore, celui de saint Etienne dont la main droite était considérée comme l’une des plus importantes reliques de Constantinople, celui des saints Côme et Damien, les saints thaumaturges dont l’église près des Blachernes jouxtait une pharmacie et un hospice, celui enfin des saints Therapon et Isaïe, auxquels recouraient aussi les pèlerins malades16. Mais nous n’avons aucun récit direct de pèlerinage italien à ces sanctuaires avant les croisades. Celui que la tradition appelle Antonin de Plaisance, auteur vers 570 d’un récit très vivant sur son voyage en Palestine, commence son écrit en mentionnant son départ de Constantinople pour Chypre, mais ne dit rien sur son séjour dans la capitale de l’Empire17.

  • 18 Ibid., p. 226-234.
  • 19 AA.SS., septembre, t. 3, p. 605.
  • 20 J. Ebersolt, Constantinople byzantine et les voyageurs du Levant, Paris 1918, p. 32 ; J.P.A. Van d (...)

10Plusieurs pèlerins, après leur voyage à Jérusalem, faisaient un détour pour visiter Constantinople, mais parmi eux peu d’Italiens notables. Vers 680, Adamnanus, abbé d’Iona dans les Hébrides, mit par écrit le récit du pèlerinage d’Arculf, qui séjourna de longs mois à Constantinople. Il laissa une description du site de la capitale, de sa construction par Constantin et des trois plus importantes reliques : la Vraie Croix conservée sous la majestueuse coupole de Sainte-Sophie et vénérée du Jeudi Saint au Samedi Saint, les reliques de saint Georges et la célèbre icône de la Vierge en l’église des Blachernes18. Saint Thomas, abbé de Farfa en Sabine, selon sa vita dans les Acta sanctorum, passa trois ans à Éphèse, après son pèlerinage à Jérusalem, mais nous ignorons s’il en profita pour se rendre à Constantinople avant son retour en Sabine où la Vierge lui ordonna de construire la célèbre abbaye19. A la fin du Xe siècle, saint Bononius et saint Pierre de Verceil revinrent de leur pèlerinage à Jérusalem, en passant par Constantinople. Il est certain que beaucoup de pèlerins partant pour la Terre Sainte étaient attirés par la renommée des reliques de Constantinople, qui valaient le détour, comme le soulignait vers 1090 le moine anglais Joseph de Canterbury, quand il écrivait qu’« il entendit qu’il y avait là un trésor inégalé de reliques dont il voulait par lui-même s’assurer la protection »20. D’autres moines, évêques et papes éprouvaient sans doute le même besoin.

  • 21 P. de Labriolle, G. Bardy, L. Bréhier, G. De Plinval, De la mort de Théodose à l’élection de Grégo (...)
  • 22 J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece, cit., p. 173.
  • 23 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 5, Grégoire le Grand, les États barbares et la con (...)
  • 24 Ibid., p. 170-173 ; G. Dagron, P. Riché, A. Vauchez, Histoire du Christianisme des origines à nos (...)
  • 25 Liber pontificalis, éd. L. Duchesne, t. 1, Paris 1886, p. 336-337.

11De fait, beaucoup de clercs italiens avaient des occasions de voyager jusqu’à Byzance. Jean 1er, qui occupa le Saint-Siège de 523 à 526, fut le premier pape à visiter la nouvelle capitale de l’Empire d’Orient en 52621. Il fut accompagné par une importante délégation composée de quatre sénateurs et patrices, cinq évêques, dont Ecclesius de Ravenne. Grégoire le Grand, avant son accès au pontificat, séjourna en tant qu’apocrisiaire pontifical à Constantinople, où il fit connaissance de l’empereur Maurice, qui l’apprécia beaucoup. Mais, en dépit de son long séjour dans la capitale, le futur pape confesse son ignorance du grec dans deux de ses lettres22. Un siècle plus tard, un autre pape, Constantin, d’ailleurs d’origine syrienne, entreprit depuis Otrante un voyage à Byzance où il obtint que le basileus Justinien II renouvelât les privilèges de l’Eglise romaine23. Le pape Martin 1er fut moins heureux : arrêté par l’exarque de Ravenne, emmené à Constantinople, il fut traduit en justice en raison de son opposition au basileus Constant II dans la question du monothélisme, et finalement exilé à Cherson où il mourut en 65524. Pendant le haut Moyen Age, et jusqu’au VIIIe siècle au moins, le Saint-Siège avait un apocrisiaire permanent à Constantinople, c’est-à-dire un diplomate généralement issu du clergé romain25.

  • 26 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 6, L’époque carolingienne Paris 1937, p. 472, 491  (...)
  • 27 A. Michel, Humbert und Kerullarios. Quellen und Studien zum Schisma des 11. Jahrhunderts, 2 vol., (...)
  • 28 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 8, La réforme grégorienne et la reconquête chrétie (...)

12Les légats pontificaux étaient choisis parmi des évêques ayant prouvé leur totale fidélité envers la papauté. Durant le schisme du IXe siècle, Nicolas 1er envoya deux évêques pour discuter avec Photius, Zacharie d’Anagni et Rodoald de Porto, et ses successeurs, Hadrien II et Jean VIII, firent partir plusieurs légations pour tenter de mettre en œuvre la réconciliation avec Pho tius26. La délégation de 1054, qui fut à l’origine de l’excommunication réciproque, est trop bien connue pour qu’on en parle en détail. Il suffit de rappeler qu’Humbert de Moyenmoutier se piquait de connaître le grec, mais que ses connaissances imparfaites de la langue conduisirent à de dramatiques incompréhensions. Seul le cardinal Pierre d’Amalfi devait avoir une bonne connaissance du grec, car il occupait un siège épiscopal dans une des villes italiennes qui avaient maintenu des liens permanents avec Byzance27. Au XIe siècle, Grégoire VII, peu de temps après son accession au trône de saint Pierre, choisit le patriarche de Grado, Dominique, pour aller négocier l’union des Eglises à Constantinople28.

  • 29 V. Von Falkenhausen, La dominazione bizantina nell’Italia meridionale dal IX al XI secolo, Bari 19 (...)
  • 30 A. Guillou, Aspetti della civiltà bizantina in Italia, Bari 1976, p. 124.
  • 31 V. von Falkenhausen, Magna Grecia bizantina e tradizione classica. Vicende storiche e situazione p (...)
  • 32 V. von Falkenhausen, La dominazione bizantina, cit., p. 171.

13Les voyages vers la capitale byzantine, bien que limités pour des raisons matérielles aux membres du haut clergé, étaient aussi ouverts aux clercs qui vivaient dans les territoires italiens placés sous la souveraineté de l’Empire et qui avaient une bonne connaissance du grec. Certains d’entre eux reçurent leur formation à Constantinople ou essayèrent d’y faire carrière dans l’administration impériale ou dans celle de l'Église. Ce fut le cas de métropolites de l’Italie du Sud, signataires de synodes locaux à Constantinople : Basile de Santa Severina en 997, Jean, son successeur, en 1032, Nicolas d’Otrante en 1027, Etienne, métropolite de Reggio, en 1039, Jean, archevêque de Santa Severina, en 107929. Pour ce qui est des grands conciles oecuméniques, on peut rappeler que le pape Agathon envoya en 680 une nombreuse délégation composée surtout d’évêques et de moines d’Italie du Sud30. Six évêques de la même région assistèrent au concile de Nicée en 787, et quatre autres à celui de Constantinople en 869-87031. Certains obtinrent des dignités impériales : Jean, archevêque de Trani, se rendit à Constantinople et y reçut la charge de syncelle, de même que Nicolas, archevêque de Bari, présent dans la capitale en 1055, en compagnie du duc Argyros32.

  • 33 G. Schiro, Aspetti ed eredità della civiltà bizantina in Magna Grecia, dans Magna Orecia bizantina (...)
  • 34 J. Irigoin, La culture grecque dans l’Occident latin du VIIe au XIe siècle, dans La cultura antica (...)
  • 35 G. Schiro, Aspetti ed eredità, cit., p. 33.
  • 36 A. Guillou, Grecs d’Italie du Sud et de Sicile au Moyen Age : les moines, dans Mélanges de l’École (...)
  • 37 G. Schiro, Aspetti ed eredità, cit., p. 51 ; P. Lemerle, Cinq études sur le XIe siècle byzantin, P (...)

14Beaucoup de membres d’illustres familles italiennes réussirent à obtenir de bonnes places à la cour impériale : Méthode de Syracuse devint au IXe siècle patriarche de Constantinople ; un moine sicilien Cosmas fut le maître de Jean Damascène33. Joseph l'Hymnographe échappa à l’invasion arabe de la Sicile et trouva refuge à Constantinople34. Certains moines, fondateurs des célèbres ermitages de Calabre, en dépit de leur penchant pour la solitude, furent de grands voyageurs : Bartolomeo de Semeri visita la capitale impériale où il acheta des manuscrits et des objets liturgiques35. Elias d’Enna, après de nombreux voyages en Palestine, Egypte, Perse, Afrique du Nord et Péloponnèse, fut appelé à Constantinople par l’empereur Léon VI, mais mourut en cours de route à Thessalonique36. Parmi ces Italiens, l’un des plus célèbres est toutefois Jean Italos qui reçut une première éducation en Calabre, puis se rendit à Constantinople où il suivit les leçons de Psellos, devint « consul des philosophes », mais fut traduit en justice à cause de son interprétation paganisante du dogme chrétien37. Il n’est donc pas étonnant que, jusqu’au XIe siècle, les Italiens qui vivaient sous la domination byzantine aient été parmi les voyageurs les plus nombreux qui se sont rendus vers la capitale impériale, où ils pouvaient compléter leur formation et obtenir des places en vue à la cour ou dans la hiérarchie ecclésiastique.

  • 38 Sur la connaissance du grec en Occident, voir J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece, cit., p. 1 (...)
  • 39 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 4, p. 464.
  • 40 P. Delogu, A. Guillou, G. Ortalli, Longobardi e Bizantini, Turin 1980 (Storia d’italia diretta da (...)
  • 41 T.S. Brown, The Background of Byzantine Relations with Italy in the tenth Century : Legacies, Atta (...)
  • 42 M. Balard, Amalfi et Byzance aux Xe-XIIe siècles, dans Travaux et Mémoires, 6 (1976), p. 85-95.

15Il est clair que certains d’entre eux étaient aussi employés comme messagers ou comme ambassadeurs par les autorités constituées, en raison de leur plus ou moins bonne connaissance du grec38. Dès le VIe siècle, des lettrés sont utilisés pour conduire des ambassades à Constantinople. Théodat envoya le prêtre Rusticus pour escorter Pierre de Thessalonique auprès de Justinien, et son successeur Totila proposa à l’empereur de négocier un traité de paix par le moyen de deux envoyés, le diacre Pélage et Théodore39. Le peuple de Rome, effrayé par l’invasion lombarde, envoya le patrice Pamphronius pour demander de l’aide à Justin II. La première ambassade des Lombards à Byzance en 608 était dirigée par un notaire, Stablicius40. Les fils des doges de Venise étaient souvent retenus à Constantinople comme « otages honoraires ». A ce titre, ils pouvaient compléter leur formation dans la capitale, recevoir des dignités impériales, comme celle de protospatharios, et renforcer les liens politiques entre Constantinople et les Vénitiens, toujours considérés comme sujets (douloi) par l’Empire41. De la même manière, les comtes d’Amalfi qui recevaient des dignités impériales, spatharo-candidat ou patrice, étaient heureux de trouver refuge dans la capitale, si par malheur ils étaient condamnés à l’exil par leur peuple42.

  • 43 Liudprandi Episcopi Cremonensis opera omnia, éd. E. Dümmler, Hanovre 1877 (M.G.H., Scriptores reru (...)
  • 44 M. Oldoni, Liutprando oltre il magazzino delle maschere, dans Liutprando da Cremona, Italia e Orie (...)

16Le plus célèbre de ces ambassadeurs est assurément Liutprand de Crémone43. En trois ouvrages, il se révèle comme un personnage éminent du monde politique et ecclésiastique du Xe siècle. Il donne une peinture très vivante de la société et de la vie quotidienne à Byzance, mais à vrai dire une peinture très contrastée entre la première ambassade de 949-950, dont le récit occupe la majeure partie de l'Antapodosis, et la seconde en 968, racontée en détail dans la Relatio de legatione constantinopolitana. Ces deux œuvres, malgré tout complémentaires, constituent un merveilleux guide Baedeker pour découvrir et comprendre ce que représentait le monde byzantin pour un Occidental instruit du Xe siècle. Après bien d’autres, il serait aisé de discourir, des heures durant, sur les œuvres de Liutprand et sur sa vision du monde byzantin avec ses eunuques qui pouvaient devenir – par quel miracle se demande Liutprand ? – généraux d’armée, avec ses évêques maniérés et discourtois, avec ces rites cérémoniels exaspérants et énigmatiques qui donnent l’impression d’une société bloquée, même pour un aristocrate occidental, habitué à la diplomatie aulique44. On se contentera de donner quelques exemples de l’art de la mise en scène, où excelle Liutprand, qui fait apparaître les Grecs tantôt comme des personnages brillants, tantôt comme de livides marionnettes.

  • 45 Liutprand de Crémone, Antapodosis, éd. E. Dümmler, cit., p. 62 et 107. Cf. K.J. Leyser Ends and me (...)
  • 46 C’est l’hypothèse de J. Koder, Liutprand von Cremona, cit., p. 22-26.
  • 47 Ibid., p. 26.
  • 48 M. Oldoni, Liutprando oltre il magazzino, cit., p. 21-25.

17Il faut d’abord se demander comment un évêque de Crémone pouvait si bien comprendre le monde byzantin. Personne n’a pu expliquer d’où il tenait cette connaissance intime du grec qui caractérise son œuvre : de son père ou de son beau-père qui furent envoyés comme ambassadeurs à Constantinople par le roi d’Italie45 ? de son éducation peut-être effectuée en Italie du Sud, bien qu’il ne dise pratiquement rien de sa jeunesse ? de ses lectures des œuvres classiques ou patristiques46 ? Le doute subsiste. Il est acquis toutefois qu’il pouvait comprendre par lui-même les propos du basileus, sans l’aide d’un interprète. Dans ses œuvres, il utilise deux cent trente mots grecs, dont soixante-dix reviennent deux fois ou même davantage47. Il en donne toujours une traduction en latin, mais on remarquera qu’il utilise surtout ce vocabulaire grec dans l’Antapodosis, où il manifeste plus d’admiration que de dédain, que dans la Relatio, où l’amertume et le mépris envers les Grecs se donnent libre cours. Il fait preuve d’une très haute culture, truffant son récit de mainte citation empruntée à Térence, Juvénal, Plaute ou Martial, et donne ainsi, selon ces modèles, un grand caractère dramatique à ses écrits48.

  • 49 Ed. E. Dümmler, cit., livre I, 11, p. 7-10.

18Son sens de l’humour, ses qualités de portraitiste, sa sensibilité envers certains traits de la vie quotidienne à Byzance ressortent de quelques passages significatifs de ses œuvres. Dans ses premiers écrits, et en particulier dans l'Antapodosis, il découvre avec une admiration émerveillée la cour impériale et la ville fabuleuse de Constantinople, à laquelle rien en Occident ne saurait être comparé. Voyez son portrait de Léon VI49. Une nuit, l’empereur décide de quitter seul, anonymement, le palais impérial et d’errer dans les rues de sa capitale, pour tester la fidélité et le sens du service de ses gardes de nuit. Arrêté comme vagabond à un premier poste de police, il allait être battu lorsqu’il tend à ses gardes douze pièces d’or ; il est aussitôt libéré. Il subit le même sort à un second poste et s’échappe en remettant vingt pièces d’or. Au troisième, les soldats lui prennent tout ce qu’il porte et l’enferment dans une cellule. Il engage la conversation et demande à ses gardes s’ils connaissent l’empereur. « Comment pourrais-je le connaître, répond l’un d’eux, alors que je ne me souviens même pas l’avoir jamais rencontré ». Léon VI leur dit qu’il est l’empereur, mais personne ne le croit. Après avoir discuté d’astrologie, il offre à l’un des gardes de l’accompagner au matin jusqu’au palais impérial. Reconnu par les courtisans, il donne une forte récompense aux gardes du troisième poste, mais punit et renvoie les autres de leur charge.

19Cette belle histoire impressionne fort notre évêque, mais pas autant que sa première réception au palais de Romain Lécapène : le trône d’or, les lions de bronze doré qui rugissent et agitent leur queue en cadence, l’arbre doré empli d’oiseaux qui chantent, et finalement le trône qui s’élève dans les airs en emportant l’empereur à la fin de l’entrevue, tous ces symboles de la richesse de Byzance sont destinés à frapper le visiteur étranger et à leur montrer l’immense puissance et l’opulence de l’Empire.

  • 50 Liutprand de Crémone, Relatio, éd. E. Dümmler, cit., 3, p. 138.
  • 51 Juvénal, Satires, V, 54.
  • 52 Sur la cuisine byzantine décrite par Liutprand, voir J. Koder – Th. Weber, Liutprand von Cremona, (...)

20Contrastant avec ces premières impressions, le récit de la seconde ambassade infructueuse est peut-être plus dramatique encore, bien que le lecteur doive décrypter ce qui appartient à la réalité byzantine et ce qui vient de l’amère déception éprouvée par l’évêque de Crémone. A titre d’exemple, que l’on relise le portrait qu’il nous donne de Nicéphore Phocas50 : « Cet homme est monstrueux ; c’est un nain à la tête gonflée, avec des yeux de petite taupe ; défiguré par une courte, large et épaisse barbe grisonnante ; déshonoré par un cou d’une longueur d’un pouce ; ressemblant à un porc, en raison des poils serrés sur son chef ; de la couleur d’un Ethiopien et, comme dit le poète51, vous ne souhaiteriez pas le rencontrer dans l’ombre ; un gros ventre, un postérieur maigre, des hanches trop allongées en comparaison de sa petite stature ; de petites jambes ; des talons et des pieds de bonne taille ; vêtu d’un vêtement de cérémonie de lin fin, mais usagé, d’odeur infecte et décoloré par le temps ; chaussé de chaussures de Sicyone ; la langue effrontée, un renard par sa nature, un Ulysse par la fourberie et la fausseté ». En quelques mots, tout est dit : les comparaisons avec le monde animal font ressortir l’inhumanité du basileus ; la couleur noire de la peau ne fait que refléter la noirceur de l’âme, par opposition au vêtement candide des serviteurs de Dieu ; l’usure des tissus est signe d’avarice sordide, bref Nicéphore n’est pas digne de la charge impériale. La lutte pour le pouvoir sur les Romains, pouvoir que revendique Otton 1er, le maître de Liutprand, mais que rejette Nicéphore, explique ce portrait plein de mépris et d’amertume. La critique de la nourriture et de la cuisine va dans le même sens. Les Grecs se satisfont d’une cuisine très grasse, baignant dans l’huile d’olive, dans le « garum », une sauce à base de poisson. Ils consomment des légumes très ordinaires, oignons et poireaux, indignes de la table impériale. Ils boivent un vin horrible, mélangé à la poix et au plâtre ; leur eau est imbuvable52.

  • 53 K.J. Leyser, Ends and means, cit., p. 143.
  • 54 M. Oldoni, Liutprando oltre il magazzino, cit., p. 34-35.

21Que retenir de ces perceptions antithétiques du monde byzantin ? La première, qui s’exprime dans l'Antapodosis, donne la peinture de la capitale splendide d’un grand empire, considéré par l’auteur comme la tête de la Christianitas. La seconde, de la ville invivable de Nicéphore, tannière d’un ennemi implacable qui s’oppose aux prétentions du nouvel empire germanique53. La différence vient de l’engagement personnel de l’auteur, de sa haute conscience autobiographique, qui fausse son jugement. Les écrits de Liutprand présentent deux Byzances opposées, en raison de deux impressions contrastées, de deux manières de juger le monde et la société à deux moments autobiographiques différents, au cours desquels l’auteur a été confronté avec la réalité byzantine. La grande solitude mentale de Liutprand, metteur en scène d’une comédie élargie à l’échelle du vaste monde, n’est sauvée que par le seul moyen possible de vivre, en dépit de tout ce qui peut arriver : rire amèrement de ses concitoyens, tout en étant assuré de l’éternité de la culture54.

22Mais ce talent de Liutprand fut-il connu et reconnu ? Le petit nombre de manuscrits conservés semble prouver qu’il n’eut guère de lecteurs, en dehors de la cour ottonienne à laquelle s’adressait son discours. Loin d’être le créateur du récit de voyage décrivant, interprétant et jugeant la société de son temps, Liutprand n’est peut-être que l’auteur de rapports officiels qui justifient sa conduite et expliquent à son maître l’insuccès de son ambassade. Par chance, ces rapports ont été conservés jusqu’à nous et font de Liutprand un témoin exceptionnel des rapports entre l’Orient et l’Occident au Xe siècle.

  • 55 Liutprand de Crémone, Antapodosis, livre V, 21, éd. E. Dümmler, cit. p. 111.
  • 56 Ibid., Relatio, 54-55, p. 159-160.

23Liutprand a aussi compris le rôle joué par les marchands dans la société de son temps. Il nous présente les Amalfitains et les Vénitiens, les deux premières communautés occidentales installées à Constantinople, et dont les membres font d’incessants voyages entre l’Italie et les rives du Bosphore. Liutprand décrit leurs activités à deux moments. D’abord quand en 944 les fils de Romain Lécapène se révoltent contre l’autorité de leur père et veulent renverser l’empereur légitime, Constantin VII Porphyrogénète. Un évêque d’Amalfi et ses concitoyens se déclarent prêts à aider au triomphe de la légitimité, et, par là, au renforcement de leur propre place dans l’Empire55. Liutprand parle une seconde fois de l’activité des marchands, au moment de son départ de Constantinople, en octobre 968. Les officiers impériaux, sur ordre de Nicéphore Phocas, se saisissent des précieux tissus de soie achetés par l’évêque, en prétextant que l’exportation de la pourpre, réservée à l’usage impérial, est interdite. Liutprand proteste de sa bonne foi et rappelle que, lors de sa première ambassade, il a pu exporter le tissu sans entrave. L’Occident fait d’ailleurs un usage commun de la soie apportée par les marchands amalfitains et vénitiens56.

  • 57 R. Janin, Constantinople byzantine, Paris 1964, p. 246-247.
  • 58 G. Matthiae, Le porte bronzee bizantine in Italia, Rome 1971 ; M.E. Frazer, Church Doors and the G (...)
  • 59 Lors d’un séminaire tenu à l’Université de Paris I en janvier 1994.
  • 60 M. Balard, Amalfi et Byzance, cit. ; C. Cahen, Amalfi en Orient à la veille, au moment et au lende (...)

24Les hommes d’affaire n’ont malheureusement pas dit grand-chose sur leurs activités, bien que celles-ci soient de grande importance pour l’avenir de l’Empire. Les Amalfïtains étaient installés à Constantinople sur les rives de la Corne d’Or, entre les portes de Perama et d’Hicanitissa57. Ils avaient là deux églises ou monastères, celle du Saint-Sauveur, où fut enseveli en 1063 l’archevêque de Palerme Bernard, durant le séjour du duc de Salerne Guisulf à Constantinople, et l’église Sainte-Marie des Amalfïtains, toutes deux tenues par des clercs latins. Parmi les gens d’Amalfi venus à Constantinople pour un temps, la famille de Mauro-Pantaleone est la plus célèbre par sa richesse, son réseau d’affaires étendu à l’ensemble du monde méditerranéen, et son engagement dans la vie politique de la seconde moitié du XIe siècle, entre les Normands et Byzance. Beaucoup de sources occidentales mentionnent les pallia ou étoffes de soie achetés par des grands laïcs ou des clercs auprès des marchands amalfïtains qui importaient aussi des perles, des parfums, des bijoux, des objets liturgiques et ces étonnantes « portes du Paradis » qui ornent aujourd’hui encore sept églises d’Italie du Sud58. Peutêtre commerçaient-ils aussi des céréales, comme le suggère Paul Magdalino à propos du célèbre phoundax de Rodosto59. Tout ce commerce reposait sur un trafic triangulaire entre lTtalie du Sud, le monde musulman et Byzance, car les Amalfïtains n’avaient pas de produits spécifiques à importer à Constantinople, où ils se présentaient plus en acheteurs qu’en vendeurs. Leurs activités s’y sont poursuivies jusqu’à la fin du XIe siècle, car on considère généralement que le passage d’Amalfi sous la domination des Normands, ennemis irréductibles de l’Empire, a mis fin aux liens privilégiés entre Amalfi et Byzance60.

  • 61 P.J. Geary, Furta sacra. Thefts of Relics in the central Middle Ages, 2e éd., Princeton 1990, ch. (...)

25A côté des Amalfitains, il ne faudrait pas négliger les marchands des villes littorales des Pouilles. Le rapt des reliques de saint Nicolas à Myra en 1087 démontre la vigueur des traditions maritimes et marchandes des gens de Bari, habitués à se rendre à Antioche, en concurrence avec les Vénitiens, et à ravitailler en céréales Constantinople et d’autres villes de l’Empire61. La translation est pour Bari un grand succès et témoigne de l’essor précoce de ses marins et de ses marchands.

  • 62 Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux, t. 5, Paris 1895, p. 443.
  • 63 P. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Age, Paris 1959, p. 34.
  • 64 E. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris 1993, p. 274.
  • 65 F. Thiriet, La Romanie vénitienne, cit., p. 36-39.

26Que dire alors des Vénitiens ? Nos enim Venetici sumus nautae et negociatores, proclame fièrement un passage des Miracles de saint Nicolas62. Depuis le tout début du IXe siècle, nous avons des preuves multiples des voyages des marchands vénitiens à Constantinople. Le doge Agnello Particiaco en 827 déclare par testament attendre le retour de fonds investis outre-mer et confiés à des compatriotes. Le premier chrysobulle, concédé par Basile II à Venise en 992, doit être considéré comme la sanction de tous les liens maritimes et commerciaux établis par les Vénitiens au long des routes vers Alexandrie et Constantinople63 A preuve, le passage de la Vie de Nikon le Metanoeïte, où l’on voit deux marchands d’Aquilée à Sparte à la fin du Xe siècle64. L’un d’eux, possédé par le démon, est guéri par la bienveillante intervention du saint. Un siècle plus tard, quand Alexis 1er à recours à l’aide de la flotte vénitienne pour repousser la dangereuse attaque des Normands contre l’Empire et accorde à ses alliés le chrysobulle de 1082, les marchands de la Lagune l’emportent parmi les Occidentaux à Constantinople et dans de nombreuses régions littorales de l’Empire. Sans insister sur ces faits bien connus65, on peut néanmoins retenir que la structure du commerce vénitien est semblable à celle des Amalfitains, mais le trafic est mieux enraciné, car les Vénitiens peuvent apporter aussi à Constantinople leurs propres productions, dont le sel, et tout ce qu’ils ramassent au long des voies maritimes qu’ils empruntent. Grâce à eux et aux marchands d’Italie du Sud, les techniques commerciales et les traditions maritimes héritées de Byzance et des pratiques de l’Islam pénètrent dans le monde occidental : de nouvelles formes de contrats sont mises au point, de nouveaux types de navires sont mis en chantier. Une nouvelle période commence, caractérisée par un accroissement du trafic, une multiplication des voyages et la supériorité économique des Occidentaux, à l’intérieur même de l’empire byzantin.

27Au cours des six siècles ici examinés, des pèlerins et des clercs, des messagers et des ambassadeurs, des marins et des marchands ont pris de plus en plus nombreux la route de Byzance. A la fin du XIe siècle, quand pour la première fois les troupes de la croisade se présentent sous les murs de Constantinople, les chemins menant à la capitale byzantine sont de mieux en mieux connus, de plus en plus fréquentés : soit la longue voie terrestre à travers la péninsule des Balkans, soit la route maritime empruntée par les Vénitiens et les marchands de l’Italie du Sud. Un nouveau réseau de communications, pas toujours pacifiques, est établi entre les deux parties de la chrétienté. Mais la fréquence des voyages n'a aucune incidence sur les écrits qui en font état : l’œuvre de Liutprand est une brillante exception. Le récit de voyage est né du récit de pèlerinage à Jérusalem, en aucune façon des souvenirs des pèlerins et des marchands italiens se rendant à Byzance, et peu soucieux de narrer en détail les épreuves et les dangers subis pour y développer le réseau de leurs affaires.

ADDENDUM (1998)

28Le livre récent de K.N. Ciggaar, Western Travellers to Constantinople. The West and Byzantium 962-1204, Leiden 1996, p. 245-294, fait le point sur les voyageurs italiens dans l’Empire byzantin de la fin du Xe siècle à la Quatrième Croisade. Sur la Via Egnatia, on consultera N. Oikonomides, The Medieval Via Egnatia, dans E. Zachariadou (éd.), The Via Egnatia under Ottoman Bute 1380-1699, Crete University Press, Rethymnon 1996, p. 9-16.

29Sur Liutprand de Crémone, il convient maintenant d’utiliser P. Chiesa (éd.), dans Corpus Christianorum. Continuatio medievalis, vol. 156, Turnhout 1998. Le vocabulaire de Liutprand est étudié par G. Gandino, Il vocabolario politico e sociale di Liutprando di Cremona, Rome 1995 (Istituto storico italiano per il Medioevo, Nuovi studi storici, 27).

30Sur les premiers quartiers italiens à Constantinople et leur rôle, voir P. Magdalino, The Grain Supply of Constantinople, ninthtwelth centuries, dans Constantinople and its Hinterland, C. Mango - G. Dagron (éds.), Aldershot 1995, p. 40-41 et Id., Constantinople médiévale. Etudes sur l’évolution des structures urbaines, Paris 1996, p. 85-88.

Notes

1 Liutprand de Crémone, Relatio de legatione constantinopolitana, éd. B. Dümmler, Hanovre 1877 (M.G.H., Scriptores rerum germanicarum), p. 161.

2 J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece and Constantinople, 2 vol., LeidenIstanbul 1980, t. 1, p. 3.

3 L’expression est reprise par M. Berza, Un’autonomia periferica bizantina : Amalfi (secc. VI-X), dans Atti del V° Congresso internazionale di Studi bizantini (1936), Rome 1939, p. 25-31.

4 D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth, Londres 1971, p. 31.

5 K. J. Leyser, Ends and means in Liudprand of Cremona, dans Byzantinische Forschungen, 13, (1988), p. 139.

6 J. Ferluga, Mercati e mercanti fra mar Nero e Adriatico : il commercio nei Balcani dal VII° al XI°secolo, dans Mercati e mercanti nell’alto Medioevo : l’area euroasiatica e l’area mediterranea, Spolète 1993 (Settimane del Centro italiano di Studi sull'alto Medioevo, XL), p. 485.

7 K.J. Leyser, The tenth Century in Byzantium-Western Relationships, dans Relations between East and West in the Middle Ages, éd. D. Baker, Edinburgh 1973, p. 29.

8 Ibid., p. 32.

9 F. Micheau, Les itinéraires maritimes et continentaux des pèlerinages vers Jérusalem, dans Occident et Orient au Xe siècle. Actes du IXe Congrès de la Société des Historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Paris 1979, p. 89.

10 H. Zug Tucci, Negociare in omnibus partibus per terram et aquam : il mercante veneziano, dans Mercati e mercanti nell’alto Medioevo, cit., p. 51-79.

11 J. Delumeau, La peur en Occident XVIe-XVIIIe siècle, Paris 1978, p. 31-35.

12 Liutprand de Crémone, Antapodosis, éd. E. Dümmler, Hanovre 1877 (M.G.H., Scriptores rerum germanicarum), p. 120.

13 Idem, Relatio de legatione, cit., p. 161-166.

14 K. Leyser, The tenth Century in Byzantine-Western Relationships, cit., p. 32.

15 J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece and Constantinople, cit., t.1, p. 18-20.

16 Sur ces divers sanctuaires, voir R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, 1re partie : Le siège de Constantinople et le patriarcat oecuménique, t. III : Les Eglises et les monastères, Paris 1969.

17 Corpus Christianorum. Series latina, t. CLXXV, Itineraria et alia geographica, Turnhout 1965, p. 129 : C. Milani, Itinerarium Antonini Placentini. Un viaggio in Terra Santa del 560-570 d.C., Milan 1977, p. 233.

18 Ibid., p. 226-234.

19 AA.SS., septembre, t. 3, p. 605.

20 J. Ebersolt, Constantinople byzantine et les voyageurs du Levant, Paris 1918, p. 32 ; J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece, cit., p. 18.

21 P. de Labriolle, G. Bardy, L. Bréhier, G. De Plinval, De la mort de Théodose à l’élection de Grégoire le Grand, Paris 1937 (Histoire de l'Église, dir. A. Fliche – V. Martin, 4), p. 435-436 ; T.C. Lounghis, Les ambassades byzantines en Occident depuis la fondation des États barbares jusqu'aux croisades (407-1096), thèse de doctorat Université de Paris 1, t. 1, p. 78. Ce premier voyage fut suivi de beaucoup d’autres : les papes Agapet et Vigile firent plusieurs voyages à Constantinople sous le règne de Justinien.

22 J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece, cit., p. 173.

23 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 5, Grégoire le Grand, les États barbares et la conquête arabe (590-757), Paris 1938, p. 199-200.

24 Ibid., p. 170-173 ; G. Dagron, P. Riché, A. Vauchez, Histoire du Christianisme des origines à nos jours, t. 4, Paris 1993, p. 643-644.

25 Liber pontificalis, éd. L. Duchesne, t. 1, Paris 1886, p. 336-337.

26 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 6, L’époque carolingienne Paris 1937, p. 472, 491 497 ; G. Dagron, P. Riché, A. Vauchez, Histoire du Christianisme, cit., t. 4, p. 171-183.

27 A. Michel, Humbert und Kerullarios. Quellen und Studien zum Schisma des 11. Jahrhunderts, 2 vol., Paderborn 1924-1930 ; M. Jugie, Le schisme byzantin. Aperçu historique et doctrinal, Paris 1941 ; E. Petrucci, Rapporti di Leone IX con Costantinopoli. Parte 1“ : Per la storia dello scisma del 1054, dans Studi medievali, 3" série, 14 (1973), p. 733-831.

28 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 8, La réforme grégorienne et la reconquête chrétienne (1057-1123), Paris 1946, p. 69.

29 V. Von Falkenhausen, La dominazione bizantina nell’Italia meridionale dal IX al XI secolo, Bari 1978, p. 164.

30 A. Guillou, Aspetti della civiltà bizantina in Italia, Bari 1976, p. 124.

31 V. von Falkenhausen, Magna Grecia bizantina e tradizione classica. Vicende storiche e situazione politico-sociale, dans Magna Orecia bizantina e tradizione classica, Naples 1978, p. 72, n. 67.

32 V. von Falkenhausen, La dominazione bizantina, cit., p. 171.

33 G. Schiro, Aspetti ed eredità della civiltà bizantina in Magna Grecia, dans Magna Orecia bizantina e tradizione classica, Naples 1978, p. 35.

34 J. Irigoin, La culture grecque dans l’Occident latin du VIIe au XIe siècle, dans La cultura antica nell’Occidente latino dal VII al XI secolo, Spolète 1975 (Settimane del Centro italiano di Studi sull'alto Medioevo, XXII), p. 429.

35 G. Schiro, Aspetti ed eredità, cit., p. 33.

36 A. Guillou, Grecs d’Italie du Sud et de Sicile au Moyen Age : les moines, dans Mélanges de l’École Française de Rome, 75 (1963), p. 100.

37 G. Schiro, Aspetti ed eredità, cit., p. 51 ; P. Lemerle, Cinq études sur le XIe siècle byzantin, Paris 1977, p. 247.

38 Sur la connaissance du grec en Occident, voir J.P.A. Van der Vin, Travellers to Greece, cit., p. 171-181.

39 A. Fliche – V. Martin, Histoire de l’Église, t. 4, p. 464.

40 P. Delogu, A. Guillou, G. Ortalli, Longobardi e Bizantini, Turin 1980 (Storia d’italia diretta da G. Galasso), p. 41.

41 T.S. Brown, The Background of Byzantine Relations with Italy in the tenth Century : Legacies, Attachments and Antagonisms, dans Byzantinische Forschungen, 13 (1988), p. 34-36.

42 M. Balard, Amalfi et Byzance aux Xe-XIIe siècles, dans Travaux et Mémoires, 6 (1976), p. 85-95.

43 Liudprandi Episcopi Cremonensis opera omnia, éd. E. Dümmler, Hanovre 1877 (M.G.H., Scriptores rerum germanicarum) ; Liutprando di Cremona, Italia e Oriente alle soglie dell’anno mille, éd. M. Oldoni – P. Ariatta, Novare 1987 ; Liutprand of Cremona, The Embassy to Constantinople and other writings, éd. J.J. Norwich, Londres 1993. Parmi les études récentes sur Liutprand, voir J. Koder – Th. Weber, Liutprand von Cremona in Konstantinopel, Vienne 1980, et K.J. Leyser, Ends and means in Liudprand of Cremona, dans Byzantinische Forschungen, 13 (1988), p. 119-143.

44 M. Oldoni, Liutprando oltre il magazzino delle maschere, dans Liutprando da Cremona, Italia e Oriente, cit., p. 30.

45 Liutprand de Crémone, Antapodosis, éd. E. Dümmler, cit., p. 62 et 107. Cf. K.J. Leyser Ends and means, cit., p. 122.

46 C’est l’hypothèse de J. Koder, Liutprand von Cremona, cit., p. 22-26.

47 Ibid., p. 26.

48 M. Oldoni, Liutprando oltre il magazzino, cit., p. 21-25.

49 Ed. E. Dümmler, cit., livre I, 11, p. 7-10.

50 Liutprand de Crémone, Relatio, éd. E. Dümmler, cit., 3, p. 138.

51 Juvénal, Satires, V, 54.

52 Sur la cuisine byzantine décrite par Liutprand, voir J. Koder – Th. Weber, Liutprand von Cremona, cit. p. 84-98.

53 K.J. Leyser, Ends and means, cit., p. 143.

54 M. Oldoni, Liutprando oltre il magazzino, cit., p. 34-35.

55 Liutprand de Crémone, Antapodosis, livre V, 21, éd. E. Dümmler, cit. p. 111.

56 Ibid., Relatio, 54-55, p. 159-160.

57 R. Janin, Constantinople byzantine, Paris 1964, p. 246-247.

58 G. Matthiae, Le porte bronzee bizantine in Italia, Rome 1971 ; M.E. Frazer, Church Doors and the Gates of Paradise : Byzantine Bronze Doors in Italy, dans Dumbarton Oaks Papers, 27 (1973), p. 145-162.

59 Lors d’un séminaire tenu à l’Université de Paris I en janvier 1994.

60 M. Balard, Amalfi et Byzance, cit. ; C. Cahen, Amalfi en Orient à la veille, au moment et au lendemain de la 1re Croisade, dans Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1977, p. 291-301 ; A.O. Citarella Il declino del commercio di Amalfi, dans Idem, Il commercio di Amalfi nell’alto Medioevo, Salerne 1977.

61 P.J. Geary, Furta sacra. Thefts of Relics in the central Middle Ages, 2e éd., Princeton 1990, ch. 5 ; J-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome 1993, p. 436, reprend les divers témoignages sur les relations de Bari avec Constantinople.

62 Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux, t. 5, Paris 1895, p. 443.

63 P. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Age, Paris 1959, p. 34.

64 E. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris 1993, p. 274.

65 F. Thiriet, La Romanie vénitienne, cit., p. 36-39.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540