Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Des voyages et de la littérature voyageuse à Byzance : un autre espace, une autre société (IVe-XIIe siècles)

Élisabeth Malamut

Texte intégral

1Du IVe au XIIe siècle, l’Empire byzantin offrit aux voyageurs, qu’ils fussent étrangers ou byzantins, un immense pays à parcourir, qui s’étendit, à certaines époques, de l’Illyrie aux terres du Proche-Orient. Les routes, pour la plupart héritées de l’Empire romain, convergeaient désormais vers la nouvelle capitale, Constantinople. Aux voyageurs, qui voulaient traverser les terres d’un empire à la fois continental et méditerranéen, s’offraient des moyens de transport divers : la poste continuait d’être à la disposition des courriers et des fonctionnaires civils et militaires. Les autres voyageaient par leurs propres moyens : chevaux, ânes, mulets. Beaucoup prenaient le bateau, qui alliait la commodité et la sécurité. Notre propos ne sera pas de traiter cette conquête de l’espace, mais de nous consacrer aux voyageurs eux-mêmes, en tentant de les répertorier dans leur multiplicité. Ensuite nous nous interrogerons sur les sources littéraires qui parlent du voyage, en laissent la trace et incitent le lecteur à un nouveau voyage. Enfin, nous parlerons du « voyage », qui fait découvrir à celui qui l’entreprend un monde inconnu, où les références spatiales, temporelles et sociales sont entièrement nouvelles.

Multiplicité des voyages et des voyageurs

  • 1 D.F. Sullivan, The life of Saint Nikon, Brookline-Massachussets 1987 (cité infra, Vie de Nikon), § (...)
  • 2 V. Vasilievskij, Zitie sv. Georgija Amastridskago, Saint-Petersbourg 1893 (Russko-Vizantijskija Iz (...)
  • 3 Liutprand, Evèque de Crémone, Ambassade à Constantinople, dans E. Pognon, L’An Mille, Paris 1947, (...)

2Il y a ceux dont le métier est de voyager, tels le commerçant, le courrier, l’ambassadeur. Ceux-là n’investissent pas tant dans le voyage que dans le but du voyage. Le voyage, comme aventure, est autant le séjour dans la terre d’accueil que le déplacement. On peut citer l’exemple des deux frères marchands d’Aquilée venus à Sparte à la fin du Xe siècle, qui, confrontés au problème de la maladie, furent alors plongés dans la réalité du voyage : ils durent entretenir des rapports avec les indigènes et l’un fut même amené à consulter le saint local, Nikon le Métanoeïte, pour la guérison de l’autre1. On peut encore évoquer les péripéties des marchands d’Amastris venus commercer à Trébizonde, qui furent emprisonnés par le stratège du lieu dans la prison de la ville et pour lesquels commence alors l’aventure de ceux qui, voyageant dans une terre étrangère à leur « patrie », se trouvent soumis à la précarité2. L’ambassadeur se trouve à peu près dans la même situation que le marchand, quand il part à l’étranger. Ainsi le rapport par Liutprand de son voyage à Constantinople en 9683, ne donne aucun détail sur l’aller, mais commence avec son arrivée à Constantinople en juin et se poursuit avec la route du retour en octobre.

3S’apparentant aux précédents, nous trouvons les pèlerins, pour qui le voyage est à la fois l’itinéraire et la découverte du monument saint. Très proches des touristes d’aujourd’hui, ils en diffèrent cependant par leur volonté de voir le signe divin au-delà du monument lui-même. Dans le voyage, le pèlerin associe donc la prière à la visite.

  • 4 Egérie, Journal de voyage (Itinéraire), éd. P. Maraval, Paris 1982 (Sources Chrétiennes, 296, cité(...)
  • 5 J. Wilkinson, Jerusalem Pilgrims before the Crusades, Warminster 1977 (cité infra, Wilkinson), p.  (...)
  • 6 Adomnan, The Holy Places, dans Wilkinson, p. 113-116 ; Maraval, Récits, p. 280-283.
  • 7 Vie de Saint Willibald, dans Wilkinson, p. 126.
  • 8 M.N. Adler, The Itinerary of Benjamin of Tudela, Londres 1907 (cité infra, Benjamin de Tudèle).

4Jusqu’au VIIe siècle les pèlerinages s’inscrivent dans le territoire de l’Empire, telle la plus grande partie de l’itinéraire d’Égérie, qui part de Galice ou du sud de la Gaule en 381, passe par Constantinople pour gagner Jérusalem, selon la voie qu’elle empruntera au retour4 (Bithynie, Galatie, Cappadoce), franchit la montagne du Taurus, parvient à Tarse et s’achemine alors par la côte du sud de l’Asie Mineure, puis par la Syrie, vers la Palestine. De même, vers 570, le récit de voyage du Pèlerin de Piacenza raconte l’itinéraire largement maritime cette fois de celui qui embarqua à Constantinople, visitant Constantia de Chypre, longeant la Syrie avec escales à Tripoli, Byblos, Beyrouth, Sidon et Tyr, débarquant à Ptolémaïs, s’enfonçant en Galilée, séjournant à Jérusalem, puis continuant son pèlerinage au mont Sinaï et en Egypte5. Après 638, date de la prise de Jérusalem par les Arabes, le pèlerinage vers les Lieux saints n’est plus un voyage en terre byzantine. Les pèlerins, se rendant en Terre sainte, font alors des côtes et des îles de l’Empire byzantin des escales sur un itinéraire maritime d’ouest en est, que détourne parfois la réputation de Constantinople6 ou d’Éphèse7. Après le VIIIe siècle, les récits de pèlerinages se font rares. De plus, l’Empire byzantin se trouve en dehors des grands itinéraires des pèlerins chrétiens venus d’Occident, qui passent plus volontiers au sud de la Crète. A partir du XIIe siècle, une autre vague de pèlerins voyage dans l’Empire, venue cette fois de Russie, comme Daniel, higoumène russe, se rendant à Jérusalem en 1106 1107, ou comme Antoine de Novgorod, en 1200, dont le Livre du Pèlerin est consacré à la description des lieux saints de Constantinople. Pour ce dernier, Constantinople est la « Terre sainte » et son voyage n’est autre qu’une promenade dans la ville. Enfin, nous retiendrons l’itinéraire en 1170 d’un pèlerin juif célèbre, Benjamin de Tudèle8, qui avait pour but, le long de son immense périple en Mésopotamie, en Inde et en Egypte, mais également en Russie et en France, de recenser les foyers juifs.

  • 9 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, éd. A. M. Malingrey, Paris 1968 (cité infra, Jean Chrysostom (...)
  • 10 Vie de Maxime le Confesseur, P.G., 90, col. 101-109 ; R. Devreesse, Le texte grec de l’Hypomnèstic (...)
  • 11 Vie de Théodore Stoudite, éd. B. Latyschev, dans Vizantijskij Vremennik, 21 (1914), p. 283 et s.

5Une autre catégorie de voyageurs comprend ceux qui sont forcés de voyager, comme les soldats, qui parcouraient des centaines, voir des milliers, de kilomètres pour aller guerroyer contre les ennemis. Avec eux se trouvaient les mercenaires ou les corps étrangers, enrôlés de force dans l’armée byzantine et prêts à trahir, tels les Petchénègues en 1048, dont nous parlerons plus loin. Contraints également de voyager pour raisons politiques et religieuses, les exilés étaient foule à Byzance. On connaît leurs lieux de détention, terres éloignées aux confins de l’Empire, îles qui paraissaient le bout du monde, forteresses réputées imprenables. Quelques récits de voyages témoignent des peines endurées par ces malheureux, que furent Jean Chrysostome, exilé à Koukousos de Cappadoce, puis à Komanai du Pont9, ou Maxime le Confesseur, sur la route de son calvaire à Schimaris d’Alanie10, ou Théodore Stoudite, sur la route de Thessalonique et, encore, dans son second exil à Métôpa de Bithynie, Bonèta des Anatoliques et Smyrne11. Plus légères certes furent les misères des fonctionnaires civils ou religieux nommés au loin (de Constantinople), qui rechignaient à ces déplacements forcés. Ce voyage, bien que restant en terre byzantine, s’apparente aujourd’hui à ce que l’on pourrait appeler le voyage en poste à l’étranger.

  • 12 Procope De Césarée, Histoire Secrète, éd. P. Maraval, Paris 1990, p. 88.
  • 13 B. Latyschev, Methodii Patriarchae Constantinopolitani Vita S. Theophanis Confessons, Saint-Péters (...)

6Il faut également mentionner les voyages ordinaires ou conventionnels, comme l’étaient les voyages d’agrément, quand la cour se rendait aux thermes (l’empereur Constantin VI fréquentait assidûment les fameux thermes de Brousse), ou se déplaçait dans des résidences d’été (l’impératrice Théodora, femme de Justinien, aimait aller à Hiéron sur la rive asiatique du Bosphore)12. Outre la famille impériale, beaucoup de Byzantins se rendaient aux thermes (les plus réputés étant ceux de Brousse et de la côte sud du golfe de Nicomédie), y compris les saints moines : on vit à la fin du VIIIe siècle Théophane le Confesseur se rendre à Brousse ou à Yalova, et, à la fin du IXe, Constantin le Juif aller aux thermes de Pythia13.

  • 14 Théophane Continué, éd. Bonn, p. 422
  • 15 Ibid., p. 317 320.
  • 16 M.H. Fourmy et M. Leroy, La Vie de S. Philarète, dans Byzantion, 9 (1934), p. 85-170 (p. 140).
  • 17 Théophane Continué, p. 221.
  • 18 Callinicos, Vie d’Hypatios, éd. G. J. M. Bartelink, Paris 1971, p. 214, 216, 318 (année 434- 435).
  • 19 J. Darrouzès, Épistoliers byzantins du Xe siècle, Paris 1960 (Institut Français des Etudes Byzanti (...)
  • 20 Voir Le Pèlerin de Piacenza dans Wilkinson, p. 87 ; Maraval, Récits, p. 227.

7Les voyageurs se rendant à Constantinople ou dans d’autres grandes villes étaient particulièrement nombreux. Ce voyage, que l’on pourrait qualifier d’ordinaire, était lié à une infinité de raisons et concernait pratiquement l’ensemble de la société. Tout d’abord les Grands, comme les princes étrangers ou les membres de la famille impériale vivant en pays étranger, venaient à la cour et séjournaient dans la capitale : on peut évoquer ici les nombreux voyages de Maria, petite-fille de Romain Lécapène, mariée à Pierre le Bulgare14. Les gens puissants et riches venaient également à Constantinople visiter l’empereur : la veuve Danèlis était venue depuis le Péloponnèse sur une litière avec une escorte de 300 hommes rendre visite à Basile I, et revint une nouvelle fois sous le règne de Léon VI15. Les jeunes filles, admises à participer au concours de beauté qui ferait de l’une d’elle l’épouse de l’empereur, voyageaient depuis les provinces les plus reculées de l’Empire pour tenter la chance de leur vie : Théodora, la femme de Théophile, venait de Paphlagonie, tout comme Maria d’Amnia, l’épouse de Constantin VI. Cette dernière est venue à Constantinople, accompagnée de ses parents et de toute sa maisonnée16. Les grands nobles, qui voulaient présenter leurs fils à la cour, obtenir pour eux une dignité, ou bien simplement leur faire dispenser une instruction moyenne et supérieure les envoyaient dans la capitale. Se pressaient dans la capitale tous ceux qui voulaient faire carrière : on se rappellera ici l’exemple du futur Basile I, qui « voulut se rendre dans la capitale, parce qu’il savait que dans les grandes villes et surtout dans les reines des villes, les natures adroites acquièrent la renommée, les plus savantes la plus grande gloire, alors que dans les villes modestes ou dans les villages, les dons s’obscurcissent et se corrompent »17. Venaient également dans la capitale, mais aussi à Antioche ou à Chalcédoine18, ceux qui voulaient assister aux jeux du Cirque. D’autres venaient à Constantinople, parce qu’ils répondaient à une convocation impériale, des fonctionnaires provinciaux rendant compte de leur gestion, des higoumènes devant renouveler les exemptions et les privilèges de leurs monastères, notamment lors d’un changement de règne, des évêques convoqués aux synodes et aux conciles, etc. Cette convocation impériale était souvent assortie de la convocation patriarcale. Tous ceux qui avaient des problèmes relevant du fisc ou de la juridiction impériale, n’hésitaient pas non plus à se rendre dans la capitale, y compris pour l’exemption du service militaire19. Constantinople n’était pas la seule ville où l’on pouvait être investi d’une charge importante, civile ou ecclésiastique. Dans toutes les grandes villes, le stratège, le juge, l’évêque rendaient leurs sentences aux tribunaux sur des litiges régionaux et statuaient sur des investitures locales, aussi peut-on s’imaginer les nombreux déplacements des villageois vers la métropole voisine, également motivés par des préoccupations économiques : au VIe siècle les moniales d’Élousa, qui vivaient aux confins du désert du Sinaï, envoyaient leurs visiteurs à Jérusalem acheter des habits monastiques, des légumes, de l’huile pour les lampes20.

  • 21 En 1116, Irène Doukaina rejoint Alexis I en Bithynie, alors qu’il était en campagne contre les Tur (...)
  • 22 Alexiade II, p. 147 151.

8Certains empereurs, qui s’illustrèrent dans les campagnes militaires, furent de grands voyageurs, parcourant l’Empire et même s’aventurant au-delà des frontières. Ainsi Alexis I Comnène, dès le début de son règne (1081), laisse la gestion de son empire entre les mains de sa mère pour aller guerroyer contre les Normands. Plus tard, il partira en campagne contre les Petchénègues, les Turcs, les Serbes. Avec lui, se trouve souvent pendant une partie du voyage l’impératrice21. A cette cour ambulante se rendent également les Grands, qui veulent converser avec l’empereur. En 1094, Alexis I part en expédition contre les Serbes. Il s’arrête à Philippoupolis où des lettres de l’archevêque d’Achrida lui apprennent que son neveu, Jean, duc de Dyrrachium, prépare une révolte. Isaac, frère d’Alexis I, père de Jean, en est informé et il rejoint l’empereur pour pouvoir disculper son fils qu’il mande d’ailleurs au plus vite à Philippoupolis. Tout se règle dans la tente impériale22.

  • 23 É. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris, 1993.

9Enfin, dans cette société chrétienne où la foi faisait alors s’ébranler les foules dans les pèlerinages et les processions, la quête de Dieu arrachait certains individus à leurs foyers et leur faisait entreprendre de longues pérégrinations. L’errance du saint moine est un voyage particulier, parce qu’il n’a pas de but géographique précis et qu’il constitue en lui-même une fin : il permet, par le déplacement et le dépaysement (xéniteia), d’accéder à la sainteté. Ayant déjà traité ce sujet23, nous n’insisterons pas plus sur ce type de voyage, qui transportait le futur saint du monde habité au désert, et qui était doublé parfois d’une activité missionnaire de conversion des païens ou de reconversion, après une occupation arabe.

La littérature voyageuse

10Le voyage n’existe que par la littérature voyageuse. Celle-ci est extrêmement diversifiée, depuis les journaux de voyage, les rapports d’ambassades ou les livres des pèlerins, dont le but est de relater le voyage, jusqu’aux correspondances et chroniques, qui laissent filtrer quelques renseignements sur certains voyageurs et les conditions particulières auxquelles ils furent soumis. En nous attardant sur ces témoins du voyage, nous voudrions faire comprendre les motivations de leurs auteurs et laisser découvrir la richesse des informations qu’ils nous livrent.

11La littérature voyageuse, proprement dite, a pour but de raconter les péripéties du voyage, tels les rapports d’ambassade ou les journaux de voyage. Une autre catégorie de littérature voyageuse a la volonté de transmettre le voyage, tels les livres des pèlerins et, dans une large mesure, les Vies des saints byzantins.

  • 24 F.A. Wright, The works of Liutprand of Cremona. Antapodosis. Liber de Rebus Gestis Ottonis. Relati (...)
  • 25 Voir réf. n. 3.

12Si les rapports des ambassadeurs nous enseignent la façon dont ces voyageurs perçoivent ce monde étranger, qu’était pour eux l’empire byzantin, ils comportent un côté tronqué, dans la mesure où ils dépendent du sort des relations diplomatiques de l’époque, comme en témoignent les deux récits de Liutprand, celui de l’Antapodosis24 et la Legatio25.

  • 26 Antapodosis, p. 39-42.
  • 27 Ibid., p. 126.
  • 28 Ibid., p. 207-212.
  • 29 Legatio, p. 8.
  • 30 Ibid., p. 7.
  • 31 Ibid., p. 10-11.
  • 32 Ibid., p. 22.
  • 33 Ibid., p. 28.
  • 34 Ibid., p. 32.
  • 35 Ibid., p. 34-36.
  • 36 Ibid., p. 36-37.

13Liutprand a donné de ses deux ambassades à Constantinople - la première en 949, quand il fut délégué par Béranger auprès de Constantin Porphyrogénète, la seconde en 968, quand, alors évêque de Crémone, il fut envoyé par Otton I auprès de Nicéphore Phocas pour arranger un mariage entre son fils et une princesse byzantine-, deux témoignages contradictoires. Le premier voyage lui fit découvrir un monde inconnu et fabuleux, celui de la cour impériale, qu’il ne cesse d’admirer, soit en narrant des histoires rapportées et qui le laissent coi26, soit en faisant l’éloge des empereurs régnants, notamment de l’impératrice Hélène aux yeux verts et aux bras blancs27, soit en décrivant les merveilles du palais de la Magnaure28. Le second voyage, en revanche, fut perçu par Liutprand comme une expérience négative : le style est celui du dénigrement, aussi bien de l’image de l’empereur (tête de cochon, teint d’Éthiopien)29, du palais où il est reçu (en marbre, à tous vents, sans eau)30, des processions – qu’il peint avec humour en évoquant la misère non seulement du peuple de la ville (nus-pieds), mais aussi celle des dignitaires (leurs costumes sont en loques)31 –, de sa visite, enfin, dans le parc de Constantinople rempli d’onagres, qui, selon lui, ne valent pas les ânes domestiques que l’on trouve en Italie32. On pourrait multiplier les exemples. Ce séjour de Liutprand est donc pour lui un cauchemar : il a soif, il dort sur le marbre, il a chaud ou froid. Il finit par tomber malade33. Finalement au bout de quatre mois, il fut autorisé (en octobre) à sortir de Constantinople et à prendre la route du retour. Liutprand dit qu’il mit quarante-neuf jours à dos d’âne pour gagner Naupacte où il arrive en décembre34. De Naupacte, en deux jours, il gagna le fleuve Fidaris, face à Patras, où une violente tempête l’immobilisa encore deux jours. Il navigua jusqu’à Leucade. Le séjour dans l’île fait encore partie du voyage, avec tous les étonnements que lui procure l’évêque eunuque de Leucade, qu’il juge infiniment miséreux dans son apparat et sa manière de vivre35. A son arrivée à Corfou en janvier, le tremblement de terre, qui secoue file, lui apparaît comme le signe prémonitoire de la mauvaise issue de ce séjour. Il fut en effet retardé, retenu prisonnier et maltraité36.

14Alors que le premier voyage avait fait de Liutprand une personnalité (il fut porté sur les épaules de deux eunuques devant l’empereur), le second voyage fut certes lié au dépit de se voir négligé et méprisé. Néanmoins, le sentiment de rejet total qu’éprouva alors Liutprand envers tout ce qui est byzantin tient-il uniquement à la situation de l’évêque de Crémone, pris dans les délicates relations entre l’empereur d’Occident et l’empereur d’Orient à cette époque et au fait qu’il échoua dans sa mission diplomatique ? On peut même aller plus loin et se demander lequel des deux récits de voyage est le plus sincère. La lecture des deux récits donne en effet l’impression de la priorité du vécu dans le second, quand Liutprand fut confronté à la réalité byzantine au-delà de l’apparat.

  • 37 K. Horna, Das Hodoiporikon des Constantin Manassès, dans Byzantinische Zeitschrift, 13 (1904), p.  (...)

15Cette question paraît d’autant plus pertinente, si l’on songe à l’expérience d’un ambassadeur, byzantin cette fois, Constantin Manassès, qui relate dans l'Odoiporikon, récit en forme de poème, le voyage, qu’il accomplit, comme ambassadeur dans l’Orient latin en 1160, pour demander la main de Mélusine de Tripoli au nom de l’empereur Manuel I. Le récit du séjour de Manassès à Chypre, où il fut transporté, malade, pris de fièvre et de diarrhée, au lieu de continuer sa route pour Constantinople, ressemble fort à celui de Liutprand à Constantinople en 968. Il est en effet empreint du même dénigrement de la terre qu’il découvre. Chypre si célèbre pour être une île fertile, lui apparaît comme la terre du bout du monde, comme un astre dépourvu d’éclat, sans rien qui puisse, si peu que ce soit, la comparer à Constantinople. Il considère ses habitants comme des rustres, et ce qu’il raconte de la célébration de l’office lors de la Pentecôte en dit long sur ce qu’il pense des Chypriotes : l’un d’entre eux puait tellement que Manassès n’ayant pu le faire sortir par quelques paroles désobligeantes, finit par le frapper à la figure37. Comment ne pas comparer la description du rustre Chypriote, sentant l’ail, le vin, la merde, l’égout, par Manassès à celle de l’empereur Nicéphore Phokas par Liutprand, quand il le traite de « crotté, chèvre-pied, cul-terreux » ? Les Chypriotes vus par Manassès, le Constantinopolitain, sont bien proches des Constantinopolitains vus par l’évêque de Crémone. Les auteurs de ces récits critiques appartenaient à la même élite politique si imbue d’elle-même, de son milieu et de ses fonctions, qu’elle ne consentait guère à s’ouvrir sur le monde extérieur.

16Le livre du pèlerin, véritable journal de voyage, est extrêmement précis en ce qui concerne l’espace. Il donne le maximum d’informations concernant les toponymes, les routes suivies, les étapes, les distances, comme un guide bleu. Mais, plus complet encore que ce dernier, il mentionne souvent les paysages, les productions du cru, les mœurs des habitants rencontrés et les aventures du voyageur.

  • 38 Égérie, p. 40 et s. ; Maraval, Récits, p. 57.
  • 39 Égérie, p. 60 et s. ; Maraval, Récits, p. 112.

17Le journal d’Égérie est un des meilleurs guides touristiques, tellement il est exemplaire de précision. Si nous ne pouvons que reconstituer le voyage aller qui se trouvait dans la première partie perdue d’un manuscrit mutilé38, ainsi que tout son séjour à Jérusalem, dont la description de la liturgie donne un aperçu39, nous pouvons suivre Égérie à partir de sa visite au Sinaï, qui coïncid avec le début de la partie conservée du manuscrit d’Arezzo.

  • 40 Égérie, p. 119.
  • 41 Ibid., p. 161.

18L’itinéraire part donc du Sinaï, se dirige vers la cité de Pharan, qui est dite à trente-cinq milles du Sinaï, puis vers Clysma en longeant la mer Rouge ; comme il n’y avait pas de route, Égérie a marché dans le désert de sable, s’éloignant parfois à 500 pas de la mer40 (Elle évoque, au passage, la façon dont les indigènes ont l’habitude de circuler). La suite de son récit fourmille d’autant d’informations. Ainsi elle raconte comment le voyage d’Antioche à Édesse, la fit passer par Hiérapolis, puis, à quinze milles de là, lui fit gagner l’Euphrate, qu’elle compare au Rhône, décrivant même le type de bateaux utilisés pour la traversée41.

  • 42 Ibid., p. 104.
  • 43 Ibid., p. 155.

19Pour nous attacher plus profondément au style de cet ouvrage et en embrasser l’extraordinaire richesse, suivons Égérie dans son voyage au Sinaï. Nous sommes en décembre 383 : Egérie vient de Jérusalem42. Elle a gagné le Sinaï. La Bible à la main, elle suit le chemin du peuple d’Israël conduit par Moïse depuis l’Egypte, ses guides lui indiquant de visu tel ou tel lieu célèbre de la Bible. Sur la route du retour, de Chlysma à Arabia, nous imaginons la touriste Egérie, vérifiant la route de l’exode du peuple élu sur une distance déterminée (il y a quatre étapes de Clysma à Arabia) : « Sur cet itinéraire, les saints qui étaient avec nous, c’est-à-dire les clercs et les moines, nous montraient tous les sites que je demandais, toujours d’après les Écritures. Les uns étaient à gauche, d’autres à droite de l’itinéraire qui était le nôtre, les uns étaient assez éloignés de la route, d’autres étaient tout près. Je voudrais que votre Affection me croie, pour autant que j’ai pu m’en rendre compte, les fils d’Israël ont cheminé de la manière suivante : tantôt ils allaient vers la droite, tantôt ils revenaient vers la gauche, tantôt ils allaient dans une direction, tantôt ils repartaient dans une autre à l’opposé, et c’est ainsi qu’ils firent route jusqu’à ce qu’ils arrivent à la mer Rouge »43. On ne peut pas parler de l’incapacité d’Égérie de donner un itinéraire simple. En fait, sa tentative de reconstituer la marche du peuple élu en pays inconnu, en examinant pas à pas l’itinéraire, sans pouvoir le suivre exactement (Egérie précise que la route byzantine n’empruntait pas exactement celle des Hébreux), me fait penser aux tâtonnements de ces historiens du XXe siècle, qui, en quête des routes romaines et byzantines, en dressent progressivement le réseau à partir d’indices matériels ou écrits.

  • 44 Ibid., p. 157.
  • 45 Ibid., p. 159.
  • 46 Ibid., p. 163.

20La description des lieux bibliques n’est pas la seule fin du journal de voyage d’Égérie. Il paraissait en effet important à la pèlerine de nommer, de localiser et de décrire les lieux saints, sites bibliques, sites à rattacher à la vie du Christ et tombeaux des martyrs, mais aussi de donner tous les détails possibles concernant le voyage et l’environnement naturel (le désert) et humain (postes militaires à chaque étape, escorte de soldats près de la mer Rouge) des sites qu’elle visite. Il y a donc dans le journal d’Égérie une symbiose totale entre les réminiscences du passé et l’actualité du dernier quart du IVe siècle, et même une volonté de saisir la continuité entre les données économiques de l'histoire biblique et le paysage contemplé par l’auteur. Par exemple, Héroonpolis (ville établie sur un canal au nord de la mer Rouge) était, dit Égérie, une ville aux temps bibliques, elle est maintenant (en 383-384), un village important que l’on appelle vicus avec une église, des martyria, des monastères d’hommes44. Plus loin, passant par un endroit appelé Ramessès, elle précise que c’était autrefois une ville dont il ne reste rien, mais dont, en historienne, elle embrasse l’étendue, en considérant ses innombrables vestiges45. Enfin, sa description, le long de la branche pelusiaque du Nil, de la terre de Gessen46, avec les vignes, les baumiers, les vergers et les champs cultivés, rend compte d’un paysage hérité de l’histoire : c’est là, dit-elle, que se trouvaient les propriétés des fils d’Israël.

  • 47 Wilkinson, p. 79-89.
  • 48 Ibid., p. 81 ; Maraval, Récits, p. 210-211.
  • 49 Wilkinson, p. 80 ; Maraval, Récits, p. 208.

21Le même esprit, à la fois encyclopédique concernant les monuments saints et curieux des réalités humaines, anime le récit de l’Anonyme de Piacenza47. Nous savons par d’autres sources que la Palestine fut durement éprouvée par les révoltes des Samaritains sous le règne de Justinien. Or le récit du pèlerin de Piacenza non seulement en donne la confirmation, mais décrit de façon très vivante les relations entre les Chrétiens et les Samaritains. Au sud de Scythopolis, il y avait, nous dit l’auteur, plusieurs villes et villages habités par les Samaritains, et quand des Chrétiens ou des Juifs déambulaient dans les rues, les Samaritains brûlaient les empreintes de leurs pieds avec de la paille, tant ils avaient les deux communautés en horreur. Les Chrétiens ne devaient pas toucher les choses qu'ils voulaient acheter aux Samaritains avant d’avoir payé (À l’extérieur de chaque village se trouvait un gardien qui donnait cet avertissement). De plus, les mêmes Chrétiens devaient déposer leurs pièces dans l’eau, puisque les Samaritains ne voulaient pas les prendre de leurs mains. Maudits dès leur entrée dans la ville ou le village habité par les Samaritains, ils ne devaient pas cracher sous peine de déclencher de graves troubles48. Le journal de voyage de l’Anonyme de Piacenza, témoin de l’histoire troublée de la Palestine au milieu du VIe siècle, donne, de plus, envie de suivre le pèlerin pour voir les plus jolies juives du pays, celles de Nazareth49.

22Enfin, la quête du salut est inhérente au style de ces ouvrages et, pour cela, il y a le temps de la prière dans chaque lieu saint.

  • 50 Vie et Pèlerinage de Daniel et Antoine de Novgorov, Le Livre du Pèlerin, dans B. de Khitrovo, Itin (...)
  • 51 Antoine de Novgorov, p. 88, 95, 107.
  • 52 Vie et Pèlerinage de Daniel, p. 6-8. Ainsi, dit-il, Chios produit du mastic et du vin, Samos a un (...)
  • 53 Ibid., p. 4.
  • 54 Antoine de Novgorov, p. 110.

23Quittant la haute époque pour aborder les récits de pèlerinages des russes Daniel, l’higoumène, en 1106, et Antoine, archevêque de Novgorod en 120050, nous retrouvons bien des traits communs à ceux que nous avons mis en relief. Ce sont, d’abord la visite des lieux saints, ensuite la réminiscence du passé avec, dans le récit d’Antoine de Novgorod, l’énumération des reliques et l’histoire hagiographique relatives à chaque monument religieux, enfin des éléments reflétant les intérêts de ces voyageurs. Le Livre du Pèlerin témoigne, en effet, de l’attachement de son auteur à sa patrie : il mentionne le plat d’or servant à la liturgie, que la princesse Olga avait fait fabriquer à Constantinople, l’église des saints martyrs Boris et Glèbe, sise dans le quartier Is-Pigas, et même les noms des ambassadeurs russes, qui furent témoins, en 1199, d’un des miracles habituels dans l’église de Sainte-Sophie51. L’higoumène Daniel livre, quant à lui, une foule de renseignements économiques sur les îles et les ports de la côte sud de l’Asie Mineure où il fit escale52. Enfin, ces ouvrages nous enseignent les raisons pour lesquelles ils ont été rédigés. En témoigne l’introduction du récit de Daniel, sorte de prologue à son « voyage », où l’auteur explique clairement son dessein. Comme Égérie, le saint lieu qu’il décrit est pour lui empreint d’un signe divin, et ce signe, il doit le transmettre : « j’ai écrit ceci pour les fidèles, afin qu’en écoutant la description des lieux saints, ils aspirent à s’y transporter mentalement du fond de leurs âmes, et obtiennent de Dieu la même récompense que ceux qui les ont visités53. De même, dans les dernières lignes du Livre du Pèlerin, Antoine de Novgorod expose la finalité de sa description des églises et des monastères de la capitale. Ce pèlerinage immobile (il n’y a même pas de mouvement exprimé par des verbes comme « aller » ou « venir », mais uniquement l’usage de verbes d’état, comme « être », « se trouver », « être situé ») est en fait un voyage spirituel : « Quant à nous, frères... réunis dans un commun amour, nous tâcherons d’imiter la vie des saints que j’ai cités ici... tâchons d’atteindre ceux avec lesquels nous marcherons vers le Dieu vivant dans la vie éternelle qui n’a pas de fin »54.

24La littérature du pèlerinage chrétien apparaît donc à la fois comme une littérature d’instruction (guide matériel), mais aussi comme celle qui doit permettre le salut par la prière et l’imitation des saints (guide spirituel). Elle est donc à la fois personnelle et transmissible.

  • 55 Benjamin de Tudèle, p. 14-15.
  • 56 Ibid., p. 12-13.

25L’itinéraire de Benjamin de Tudèle fait assez peu de place aux monuments et s’éloigne donc de nos guides touristiques. Il appartient à l’histoire d’une communauté en quête de repères géographiques et ressemble davantage à une encyclopédie. Toutefois l’immensité géographique contenue dans ce texte lui donne un caractère comparable au Journal d’Égérie. Comme dans le texte de la pèlerine de la fin du IVe siècle, l’auteur précise les distances séparant les diverses étapes, calculées ici selon un critère de distance temporelle : ainsi y a-t-il trois jours de voyage de Mitylène à Chios, deux jours de Chios à Samos, trois jours de Samos à Rhodes, quatre jours de Rhodes à Chypre, quatre jours de Chypre à Korykos etc.55. Si Benjamin de Tudèle se borne à mentionner l’état, le nombre et les activités de la communauté juive à chaque étape de son voyage à travers l’Empire byzantin, toutefois à Constantinople, le pèlerin juif se double d’un voyageur curieux et ébloui. Il s’attarde alors à dépeindre la Ville avec laquelle, seule, Bagdad rivalise. Il en mentionne les maîtres, il en décrit l’étendue et la situation, il en énumère les principaux monuments : il s’émerveille des trésors de Sainte-Sophie et du palais des Blachernes dont les colonnes sont recouvertes d’or et d’argent et dont les murs sont gravés de scènes de guerre. Puis il en vient à la géographie humaine, spécialité où il excelle. De Manuel I Comnène, il retient surtout la couronne dont les pierres étincellent tant qu’elles éclairent en pleine nuit ceux qui approchent l’empereur. Mais c’est surtout le cosmopolitisme de Constantinople qui le fascine. Y viennent, dit-il, des marchands de tous les pays (d’Orient, d’Égypte, de Russie et de Hongrie) et des gens de toutes les races du monde pour se donner en spectacle, devant la cour, à l’Hippodrome, aussi bien des jongleurs, des gens du cirque et des saltimbanques. La richesse des citadins, qui provient surtout, selon lui, des revenus commerciaux, est fabuleuse, tout autant qu’est célèbre leur incapacité de se battre et de défendre leur empire, aussi font-ils appel à des mercenaires, qu'ils appellent « Barbares »56.

26La principale caractéristique donc de cette littérature de pèlerinage est d’être dévoreuse d’espace : on passe sans cesse d’un lieu à l’autre et même dans le cas du pèlerinage immobile d’Antoine de Novgorod, le passage continuel d'un monument à l’autre évoque par son accumulation une dimension géographique.

  • 57 D. Gorce, Vie de Sainte Mélanie, Paris 1962 (Sources Chrétiennes, 90), p. 227-228.
  • 58 Ibid., p. 239.

27Proche à certains égards et pourtant distincte, est la littérature hagiographique. Elle y ressemble en ce que les espaces parcourus par les grands saints voyageurs sont immenses, ainsi Nikon le Métanoeïte venu du Pont jusqu’à Sparte, Antoine le Jeune, partant de Syllaion et se rendant en Bithynie, puis à Constantinople, ou encore Biaise d’Amorion, issu de Pessinous, se rendant à Constantinople, puis à Rome, détourné un temps en Bulgarie, rejoignant enfin Constantinople depuis l’Italie, en passant par Modon. Néanmoins le regard de cette littérature est différent de celui des récits de pèlerinages, dans la mesure où ce n’est pas le lecteur qui est ici sollicité de suivre les pas du saint, mais le saint moine, qui est glorifié dans son errance perpétuelle. Aussi la précision est bien moindre. Si l’hagiographe nomme les lieux qui permettent de suivre la route par laquelle est passé le saint, c’est en général une indication fortuite, parce que justement il lui est arrivé quelque chose en ces lieux, qui pousse l’auteur de sa vie à les mentionner. Cette littérature est plus proche du roman d’aventures, comme d’un roman de Jules Verne, que du pèlerinage, guide touristique. Pourtant il s’agit bien de littérature voyageuse, et le fait qu’il s’agisse d’un héros parcourant le monde, tient en haleine le lecteur byzantin. Comme les enfants du Capitaine Grant, qui cherchent leur père en Amérique du Sud, avant de retrouver sa trace en Australie et en Nouvelle Zélande, le saint byzantin erre d’abord dans telle partie du monde byzantin, parfois sur ses marges où il rencontre des Barbares, que l'on peut bien comparer encore aux aborigènes de Jules Verne, avant d’entamer une autre route sacrée, ayant entendu parler de tel lieu saint ou de tel homme saint dans une autre partie du monde. Le saint héros est le personnage central de la littérature hagiographique, alors que le lieu saint et le sanctuaire sont au centre de la littérature de pèlerinage. Dans cette dernière, l’auteur voyageur évolue dans un espace protégé : il est le plus souvent dans une voiture de poste, il est escorté par des soldats ou des moines (voyage d’Égérie), il jouit d’un certain confort, alors que la littérature hagiographique, parce qu’elle fait l’éloge d’un individu qui a rompu avec la société, nous fait pénétrer dans un monde dangereux, celui d’un espace où les règles de la société ordinaire sont abolies. La protection de Dieu dont jouit le saint se substitue à celle de la société et lui permet de continuer sa route. Prenons l’exemple de la Vie de Mélanie, qui est un récit hagiographique. Même s’il s’agit de la Vie d’une grande dame jouissant de toutes les facilités (voiture de poste, auberges confortables) et, même si le style de cette Vie emprunte assez peu au « héros aventurier » qui caractérise d’autres Vies (celle d’Alexandre l’Acémète à la même époque), la Vie de Mélanie nous fait pénétrer dans un monde où le miracle intervient et, seul, permet aux voyageurs de surmonter les obstacles : les difficultés que Mélanie rencontre pour prendre la voiture postale sont résolues par sa sainteté, qui est révélée au préposé57, ou bien encore le froid atroce qui saisit les voyageurs sur la route de Galatie et de Cappadoce, ne fit souffrir ni Mélanie ni ses compagnons grâce aux prières de la sainte58.

28En dehors de la littérature voyageuse proprement dite, toute chronique ou correspondance, qui parle du voyage, nous introduit dans ce monde particulier où l’individu pénètre dans une terre, qui lui est étrangère. Il y a basculement d’un monde connu, régi par des normes, dans un monde inconnu, souvent ressenti comme hostile. Dans le voyage, tout ce que l’on connaissait se dilue et se transforme jusqu’à laisser libre cours à l’imaginaire.

  • 59 A. Karpozilos, The Letters of Ioannes Mauropous, Metropolitan of Euchaïta, Thessalonique 1990 (Cor (...)
  • 60 J. Darrouzès, Épistoliers byzantins du Xe siècle, Paris 1960 (Institut Français des Etudes Byzanti (...)

29La correspondance des fonctionnaires civils et ecclésiastiques mutés hors de Constantinople nous donne l’impression que leur transfert en province est pour eux un voyage qui s’apparente à un exil forcé. Par exemple, Jean Mauropous au milieu du XIe siècle fut nommé évêque à Euchaïte et, arrivé dans son évêché, il écrit au patriarche Michel Cérulaire59, lui racontant à la fois la longueur du trajet (il lui avait fallu en effet deux mois pour joindre Euchaïta), et la désolation de la terre d’accueil (pays dépeuplé, sans agrément, sans arbres, ni végétation, ni bois ; lieu sauvage, négligé, vivant seulement de sa gloire et de sa réputation). Mauropous se retrouve exilé dans une terre isolée sans possibilité de communiquer, non pas parce qu’il n’y a pas de route, mais parce que personne ne s’y rend, excepté le percepteur d’impôts, le policier et le recruteur de soldats. Ses lettres ont le style d’une requête au patriarche pour mettre un terme au voyage forcé. De la même veine, on peut mentionner les lettres de Philètos Synadènos, juge envoyé à Tarse dans les années 1000- 1006, qui se plaint d’être parmi les « stupides Ciliciens ». Il affirme n’aimer ni Tarse, ni Antioche où se trouve son ami Nicéphore Ouranos60. Le ton du récit de ces correspondants s’apparente à celui des ambassadeurs. Pour un Byzantin mondain, homme d’esprit ou avide de carrière, Chypre, Tarse, Euchaïta, ne présentaient, il est vrai, aucun intérêt.

  • 61 Skylitzès, éd. J. Thurn, Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, Berlin New-York 1973 (Corpus Font (...)

30Les chroniques mentionnent aussi des relations de voyage. Le style concis et réaliste de ce genre littéraire n’empêche nullement l’imaginaire d’envahir le réel dès qu’il est question d’un voyage inhabituel. Ainsi de la campagne des Petchénègues enrôlés de force dans l’armée byzantine en 1048, qui devait les mener de Bulgarie jusqu’aux frontières orientales de l’Asie Mineure où ils devaient affronter les Turcs Seldjoukides, le texte de Skylitzès fait bientôt le récit d’un voyage merveilleux61 : « Il (Constantin IX) arma 15.000 Petchénègues et il mit à leur tête quatre chefs de ceux qui se trouvaient à Constantinople... il les transporta à Chrysopolis, leur ayant donné un guide qui devait les conduire en Ibérie, le patrice Constantin Adrabalanos. Eux donc, après avoir traversé le Bosphore, montèrent à cheval et prirent la route qui les conduisait en Orient. Ayant parcouru quelques milles et s’approchant de la ville de Damatruï, ils s’arrêtèrent et tinrent conseil. Les uns étaient partisans de continuer et de ne pas s’opposer aux ordres impériaux... les autres, qui avaient occupé quelques montagnes de Bithynie, voulaient y rester, repousser ceux qui les attaqueraient et ne pas aller du tout en Ibérie, dans un pays lointain et étrange, là où ils auraient comme ennemis non seulement les ennemis des Romains, mais les Romains eux-mêmes. Kataleim, seul, jugeait qu’ils devaient rentrer dans leurs foyers. Quelqu’un ayant dit ‘mais comment traverser la mer ?’Il n’en dit pas plus et ordonna de le suivre... ils descendirent vers la mer. Comme ils n’espéraient pas disposer de bateaux pour la traversée, ils étaient perplexes et cherchaient à savoir comment ils feraient. Lorsqu’ils furent arrivés sur le rivage, Kataleim dit seulement : ‘ que celui qui le veut me suive et il survivra ainsi que tous les Petchénègues’, et ayant éperonné son cheval, il entre dans la mer. Et l’un suivit, un autre après lui, et bientôt toute la foule des Petchénègues. Ils traversèrent en direction de Saint-Taraise, les uns avec leurs chars, les autres ayant abandonné leurs chars ».

31C’est ainsi que les Petchénègues retournèrent à Sardique. Le voyage est d’abord un aller vers une terre étrangère et hostile que l’on n’atteindra pas, puis un retour vers la terre de départ, celle où l’on sera accueilli par les siens. D’une façon assez symbolique, l’aller est lent, le récit est prosaïque, le retour au contraire est rapide et le récit devient miraculeux, c’est l’opposition entre le voyage forcé et le voyage voulu, qui transforme toutes les données.

  • 62 P.G.t. 99, col. 993-997 ; J. C. Cheynet et B. Flusin, DU monastère Ta h athara à Thessalonique : T (...)

32Pour les exilés, les récits décrivent la lenteur, les obstacles, la dureté du voyage qui les conduit au lieu d’exil. Nous prendrons comme exemple l’exil de Théodore Stoudite à la suite du schime moechien, qui éclate en 796 avec le remariage de l’empereur Constantin VI. Théodore prend la tête de l’opposition. Il est exilé à Thessalonique le 25 mars 797, où, peu après, il écrit une lettre à son oncle Platon, racontant le voyage forcé62. Cette route comprenait vingt étapes depuis le monastère de Ta Kathara, que l’on situe sur le mont Arganthônios, au sud de Pylai, jusqu’à Thessalonique. Elle longeait la rive sud de la Propontide, passant par les localités de Lopadion, Parion, Lampsaque, où Théodore fut embarqué pour Thessalonique, avec des haltes à Abydos, Éleountes, Lemnos et en Chalcidique. Il débarqua finalement à Embolos, d’où il fut conduit par voie de terre à Thessalonique. Ce voyage dura plus d’un mois. Dans le récit, Théodore impute aux autorités la volonté de faire traîner le voyage en longueur, alors que bien évidemment celles-là n’avaient qu’une hâte, c’est que cet opposant encombrant arrivât au plus vite à Thessalonique. Les raisons sont dues à la lenteur des moyens de communication de l’époque, surtout quand il fallait attendre plusieurs jours pour prendre la mer.

33Ainsi, la littérature voyageuse proprement dite ou toute relation de voyage, quel que soit le genre littéraire dans lequel elle s’insère, s’ouvre sur un espace particulier, qui a comme caractéristique d’être immense et inconnu. Il est soit réel et concret, c’est-à-dire interrompu par les étapes, les distances d’un lieu à l'autre, calculées en temps de marche ou de navigation, soit imaginaire (grande partie des vies de saints, exemple du retour des Petchénègues dans Skylitzès). Le récit du voyage nous fait pénétrer également dans une autre société, qui, par les uns (pèlerins, ambassadeurs ou encore fonctionnaires en poste dans la province), est ressentie comme provisoire, ou qui, pour les autres, fait partie de l’aventure héroïque (saints moines).

Le voyage, un autre espace, une autre société

  • 63 Alexiade, I p. 82.
  • 64 Odyssée, XIX, 105.
  • 65 Alexiade, 1 p. 82.

34Le voyage transporte l’individu dans un espace où, n’étant plus reconnu par son entourage, il perd son identité. Cet état, qui en fait un marginal au sein de la société nouvelle où il se trouve, est symbolisé par la double question : « Qui es-tu ? D’où vienstu ? », posée à tous les voyageurs, même s’ils étaient des fonctionnaires chargés du recouvrement de l'impôt, comme celui d’entre eux rencontré par Jean Doukas, quand il alla à la rencontre de ses fils révoltés, qui se trouvaient à Tzouroulos en Thrace63. Cette question était déjà celle que l’on posait aux voyageurs dans Homère64, comme le rappelle Anne Comnène65.

  • 66 Et. Sargologos, La Vie de saint Cyrille le Philéote, moine byzantin, Bruxelles 1964 (cité infra, Vi (...)
  • 67 D. Z. Sophianos, Hosios Loukas, La Vie de saint Luc le Steiriôtès, Athènes 1989, p. 00.

35Tous les individus errants, arrêtés par la police, devaient évidemment y répondre. Quand elle fut posée à Cyrille le Philéote, qui, comme chaque vendredi, se rendait depuis Philéa de Thrace dans la capitale et fut arrêté en chemin vers 1080, en guise de réponse, il leva la tête et les mains vers le ciel. Il fut emprisonné66. A ceux que l’on suspectait d’être des esclaves fugitifs, comme Luc le Jeune qui s’était enfui de sa maison de Kastorion en Phocide et se dirigeait vers la Thessalie67, on leur posait en plus deux autres questions : « De quel maître es-tu l’esclave ? », « Où vas-tu ? ».

  • 68 Jean Chrysostome, L 6, p. 129.

36Dans cet espace particulier du voyage, règnent l’insécurité, l’inconfort et souvent la maladie : « voyager m’est plus pénible que mille exils », disait Jean Chrysostome68.

  • 69 Vie de Biaise d’Amorion, AA.SS., Nov., IV, p. 661.
  • 70 Vie de Lazare le Galèsiote, AA.SS., Nov., III (cité infra, Vie de Lazare), p. 511
  • 71 P. Dvornik, La Vie de saint Grégoire le Décapolite et les Slaves Macédoniens au IXe siècle, Paris (...)
  • 72 P. G. Giovanelli, Vie et politeia de notre saint Père, Nil le Jeune, Grottaferrata 1972, p. 90 et (...)

37L’insécurité était le lot de l’ensemble des voyageurs, y compris de ceux qui utilisaient la poste, mais les plus exposés étaient les jeunes fugitifs. Ils pouvaient en effet être enlevés et vendus comme esclaves aux étrangers. Tel fut le sort de Biaise d’Amorion, vendu aux Bulgares vers 88069, et tel faillit être celui de Lazare le Galèsiote, qui se rendait à Jérusalem et qui, à Attalia, fut prêt d’être vendu à un nauclère arménien70. Les voyageurs pouvaient être ramassés par la police, comme nous l'avons vu pour le petit Luc le Jeune. Ils pouvaient être aussi capturés par les ennemis : en 829-830, Grégoire le Décapolite se rendait à Thessalonique et, quand il voulut traverser le Strymon, il fut surpris par des brigands sklavènes71. Nil de Rossano, en 928, voulait gagner le monastère de Nazarios dans la région de Salerne : il fut arrêté par les Arabes, qui faisaient une expédition sur Salerne et Naples72.

  • 73 Jean Chrysostome, L. IX, p. 223, 229, L. XV, p. 359.
  • 74 Vie de Nikon, § 56, 57.
  • 75 Vie de Cyril. Phil., p. 127.

38Les voyageurs étaient menacés par les brigands. Certaines bandes étaient réputées sévir dans une région entière ou même dans plusieurs provinces : sur sa route d’exil à partir de Césarée jusqu’en Arménie, Jean Chrysostome ne cesse de redouter les Isauriens, qui coupent les routes, interceptent les voyageurs, les spolient et les massacrent. Seul l’hiver apporte quelque répit, car les Isauriens se terrent alors chez eux73. Ceci se passe dans les premières années du Ve siècle. Beaucoup plus tard, à la fin du Xe siècle, dans le Péloponèse, près de Kalamata, les habitants des lieux, véritables brigands, dépouillaient les voyageurs et parfois les assassinaient74. Les voyageurs pouvaient être aussi agressés par des soldats en vadrouille sur les routes désertes, tel ce commerçant de Varna, qui voulut rentrer à pied chez lui depuis Philéa de Thrace, et au passage de Zygos, fut dépouillé et tué par deux soldats75.

  • 76 Th. N. Schmit, Vie de Michel le Syncelle, dans Izvestija - Bulletin de l'Institut archéologique ru (...)
  • 77 Réf. n. 2.

39Enfin, les voyageurs, arrêtés par la police, pouvaient être torturés, emprisonnés ou même tués de façon arbitraire. Certains le furent pour opinions contraires à l’idéologie en vigueur, tel Michel le Syncelle, envoyé par le patriarche de Jérusalem à Rome vers 815, qui eut la mauvaise intuition de passer par Constantinople où il séjourna trop longtemps dans le monastère de Chôra avec les frères « Graptoi ». Il fut emprisonné au plus fort de la crise iconoclaste76. D’autres se retrouvaient en prison, menacés de la peine capitale pour des délits divers, comme ces commerçants déjà mentionnés, originaires d’Amastris, arrêtés à Trébizonde et emprisonnés77.

  • 78 Jean Chrysostome, L IX, p. 229.

40Soumise à l’insécurité, la route était aussi particulièrement inconfortable, malgré les étapes, les relais, les auberges, les maisons d’hôtes des monastères, qui scandaient le temps du voyage. Les obstacles matériels étaient en effet innombrables : les fleuves en crue devant lesquels les voyageurs devaient patienter ; les tempêtes, qui empêchent les bateaux d’aborder, quand elles ne les font pas sombrer ; le froid comme celui qui saisit Mélanie, au retour de son voyage à Constantinople, dans les provinces de Galatie et de Cappadoce, couvertes alors de neige. Et que dire à l'inverse du soleil, qui s’abat en plein midi sur le voyageur imprévoyant. Il faut également évoquer l’état des routes, qui, en dehors des grandes routes publiques entretenues, étaient plutôt des chemins : la route de Césarée de Cappadoce à Koukoussos, considérée pourtant comme une grande route, ne pouvait être pratiquée en litière, tellement elle était tortueuse, difficile et escarpée78.

  • 79 Alexiade, II, p. 55.

41Enfin, tomber malade en voyage était fréquent, dans la mesure où à la fois la nouveauté du mode d’alimentation, le manque de confort, les difficultés d’hébergement, la fatigue et le manque de médecins étaient propices au déclenchement de fièvres et de diarrhées, qui pouvaient être mortelles. Rappelons les terribles souffrances endurées par Jean Chrysostome sur la route de son exil, qui constituent l’essentiel de la teneur des lettres qu’il adresse à Olympias. La maladie n’épargne pas non plus les grands guerriers endurcis comme Robert Guiscard, qui, en 1085, au cours de sa campagne contre l’empereur byzantin, tomba malade à Céphalonie et y mourut79. Enfin Constantin Manassès ne cesse de se lamenter dans l’Odoiporikon, sur sa maladie et ses fâcheuses conséquences.

  • 80 Pour une littérature voyageuse, éd. Complexe, 1992, p. 173.
  • 81 Doctrina Jacobi, éd. G. Dagron et V. Déroche, dans Travaux et Mémoires, 11. Paris 1991, p. 130, 23 (...)
  • 82 Théophane Continué, éd. Bonn, p. 464-465.

42Le voyage était aussi le temps de l’ouverture sur une autre société, d’abord une société de voyageurs aux visages multiples. Comme dit justement Kenneth White dans son Petit Album nomade : « Il y a autant de sortes de voyages qu’il y a de feuilles sur l’arbre du voyageur »80. Les nombreuses facettes des voyageurs bouleversent la typologie que nous avons adoptée dans notre première partie : les Vies de Grégoire le Décapolite et de Lazare le Galèsiote évoquent les moines corrompus qui, prenant la route des pèlerins, voyagent en demandant l’aumône de village en village et qui revendent ensuite leurs marchandises, comme s’ils étaient des colporteurs. Les mêmes vendent les jeunes fugitifs aux étrangers, Arméniens, Scythes, Arabes. D’autres combi naient de nombreuses professions, en y associant la violence, tel ce jeune voyageur juif Jacob, dont la vie nous est révélée par la Doctrina Jacobi. Entre 603 et 610, il fut à la fois commissionnaire, marin d’occasion, casseur, vagabond, le long d’un itinéraire qui le conduisit de Constantinople à Ptolémaïs (Saint Jean d’Acre), passant par les villes côtières de Bithynie (soit Pylai, Pythia, Cyzique et Charax), puis par Aigéai en Cilicie. Se rendant ensuite à Antioche et à Rhodes, il participa activement aux affrontements des deux grandes factions, Verts et Bleus81. Si le voyage de Constantin VII, à la veille de mourir (en 959), au mont Olympe fut plus conventionnel et plus serein, il eut aussi un caractère multiple, étant à la fois un voyage impérial, une ascèse et un pèlerinage82.

  • 83 Vie de Lazare, p. 511, 513.
  • 84 Ibid., p. 511.
  • 85 Vitae duae antiquae sancti Athanasii Athonitae, éd. J. Noret, Turnhout 1982 (Corpus Christianorum. (...)
  • 86 F. Halkin, Saint Antoine le Jeune et Pétronas le vainqueur des Arabes en 863 d'après un texte inéd (...)

43Les voyageurs constituaient une société décloisonnée. Se côtoyaient des individus et des groupes qui vivaient ordinairement dans des cellules distinctes. On imagine que les monastères et les auberges abritaient toutes sortes de gens, qui n’avaient pas l’habitude de se fréquenter, mais, même en dehors des étapes nécessaires, la société se trouve décloisonnée le temps du voyage. Ainsi, l’on pouvait voir sur la même route, côte à côte, le saint moine et la jeune fille : dans la Vie de Lazare le Galèsiote, le saint va successivement au secours d’une jeune fille, séduite et abandonnée et d’une autre enlevée par des soldats arméniens83. Les pèlerins venus des quatre coins de l’Empire byzantin faisaient la route ensemble, tels les Cappadociens et les Asiates d’Ephèse à Chônai84. Ensemble également, les moines et les soldats allaient au front : combien de moines reclus dans leurs monastères ou leurs grottes n'ont-ils pas été appelés pour venir accompagner de leurs prières l’armée en guerre ? Et ils s’y sont finalement rendus : Athanase l’Athonite en Crète auprès de Nicéphore Phokas85, Antoine le Jeune auprès de Pétrônas86. Enfin, à Sparte, ne vit-on pas le rapprochement étrange de marchands occidentaux et d’un saint moine orthodoxe ?

  • 87 Vie de Grégoire le Décapolite, p. 55.
  • 88 D. Gorce, Vie de Sainte Mélanie, Paris 1962 (Sources Chrétiennes, 90), p. 227.

44Le voyage, enfin, c’est un groupe. En effet, on ne voyage pas seul, les exemples de voyage solitaire sont rares et ils finissent mal : le plus souvent ce sont des fugitifs, qui vont seuls sur les routes (déserteurs de l’armée, suspects de crimes contre l’Etat etc.). L’errant solitaire ne doit son salut qu’à la grâce divine, comme Nil de Rossano rencontrant les Arabes sur la route de Salerne. Le groupe peut être limité à deux individus, qui font le voyage ensemble ou seulement une partie de l’itinéraire, comme Grégoire le Décapolite, qui voulait partir pour Rome (vers 829) et fut heureux d’accompagner un moine en qualité de serviteur sur la route de Thessalonique à Corinthe87. Fréquemment, on part à plusieurs, comme Mélanie dans son voyage de Jérusalem à Constantinople en 43688.

  • 89 E. de Stoop, Vie d’Alexandre l’Acémète, Patrologia Orientalis, VI, 5 (1911), § 35 et s.
  • 90 Voir ci-dessus n. 55.

45Ce groupe, enfin, peut être une foule. On voyait, errant sur les routes, le saint moine et ses nombreux disciples, souvent rejetés, parfois, au contraire bien accueillis : autour de l’an 400, ils étaient soixante-dix avec Alexandre l’Acémète, depuis Édesse, qui traversèrent l'Euphrate, s’enfoncèrent dans le désert de Perse et arrivèrent devant Palmyre, qui ferma ses portes, entrèrent à Antioche et attirèrent à eux la foule des pauvres89. Très semblable était la foule qui accompagnait les gens du spectacle, les forains, les faux prophètes, qui allaient de ville en ville : on peut rappeler le récit de Benjamin de Tudèle qui évoque la foule de ces gens de toutes les races venue se produire à Constantinople90.

  • 91 E. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, Leipzig 1939 (Texte und Untersuchungen, 49, 2), p. 27.
  • 92 Jean Chrysostome, L 5, p. 122 (août 404).

46On voyait encore sur les routes une multitude de pèlerins (400 Arméniens venus de Jérusalem, passèrent par le monastère d’Euthyme en 42991,) les corps de soldats en expédition. On évoquera enfin le spectacle de la foule se pressant le long de l’itinéraire des prisonniers ramenés à Constantinople sous bonne garde ou accompagnant quelque temps les moines dans leur chemin d’exil : Théodore Stoudite, escorté de soldats, était entouré de la foule souvent hostile des habitants des villages par lesquels il passait. Elle peut être néanmoins bienveillante, comme elle le fut envers Jean Chrysostome, sur la route de Césarée à Koukoussos : « ceux qui nous rencontrent sur le chemin, qu’ils viennent de l’Orient, de l’Arménie, de n’importe quel point de la terre, laissent-ils échapper des torrents de larmes en nous voyant ; ils y joignent des lamentations et ils accompagnent tout notre voyage de gémissements »92.

Notes

1 D.F. Sullivan, The life of Saint Nikon, Brookline-Massachussets 1987 (cité infra, Vie de Nikon), § 74.

2 V. Vasilievskij, Zitie sv. Georgija Amastridskago, Saint-Petersbourg 1893 (Russko-Vizantijskija Izsledovanija), § 27.

3 Liutprand, Evèque de Crémone, Ambassade à Constantinople, dans E. Pognon, L’An Mille, Paris 1947, p. 7-37 (cité infra, Legatio).

4 Egérie, Journal de voyage (Itinéraire), éd. P. Maraval, Paris 1982 (Sources Chrétiennes, 296, cité infra, éGérie), p. 231-233.

5 J. Wilkinson, Jerusalem Pilgrims before the Crusades, Warminster 1977 (cité infra, Wilkinson), p. 79-89 ; P. Maraval, Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (IVe-VIIe siècle), Paris 1996 (coll. Sagesses Chrétiennes) (cité infra, Maraval, Récits), p. 205-235 : la description de l’itinéraire du Pèlerin de Plaisance commence après le passage à Constantinople.

6 Adomnan, The Holy Places, dans Wilkinson, p. 113-116 ; Maraval, Récits, p. 280-283.

7 Vie de Saint Willibald, dans Wilkinson, p. 126.

8 M.N. Adler, The Itinerary of Benjamin of Tudela, Londres 1907 (cité infra, Benjamin de Tudèle).

9 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, éd. A. M. Malingrey, Paris 1968 (cité infra, Jean Chrysostome).

10 Vie de Maxime le Confesseur, P.G., 90, col. 101-109 ; R. Devreesse, Le texte grec de l’Hypomnèsticum de Théodore Spondée, dans Analecta Bollandiana, 53 (1935), p. 49-81 (p. 75).

11 Vie de Théodore Stoudite, éd. B. Latyschev, dans Vizantijskij Vremennik, 21 (1914), p. 283 et s.

12 Procope De Césarée, Histoire Secrète, éd. P. Maraval, Paris 1990, p. 88.

13 B. Latyschev, Methodii Patriarchae Constantinopolitani Vita S. Theophanis Confessons, Saint-Pétersbourg 1918 (Mémoires de l’Académie des Sciences de Russie, VIIIe sér., t. XIII, no 4), p. 22 ; Vie de Constantin le Juif, AA.SS., t. IV, §25.

14 Théophane Continué, éd. Bonn, p. 422

15 Ibid., p. 317 320.

16 M.H. Fourmy et M. Leroy, La Vie de S. Philarète, dans Byzantion, 9 (1934), p. 85-170 (p. 140).

17 Théophane Continué, p. 221.

18 Callinicos, Vie d’Hypatios, éd. G. J. M. Bartelink, Paris 1971, p. 214, 216, 318 (année 434- 435).

19 J. Darrouzès, Épistoliers byzantins du Xe siècle, Paris 1960 (Institut Français des Etudes Byzantines), p. 119-120.

20 Voir Le Pèlerin de Piacenza dans Wilkinson, p. 87 ; Maraval, Récits, p. 227.

21 En 1116, Irène Doukaina rejoint Alexis I en Bithynie, alors qu’il était en campagne contre les Turcs, cf. Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, Paris 1937 1945 (cité infra, Alexiade), III, p. 190.

22 Alexiade II, p. 147 151.

23 É. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris, 1993.

24 F.A. Wright, The works of Liutprand of Cremona. Antapodosis. Liber de Rebus Gestis Ottonis. Relatio de Legatione Constantinopolitana, éd. G. Routledge, Londres 1930, p. 27-212 (cité infra, Antapodosis).

25 Voir réf. n. 3.

26 Antapodosis, p. 39-42.

27 Ibid., p. 126.

28 Ibid., p. 207-212.

29 Legatio, p. 8.

30 Ibid., p. 7.

31 Ibid., p. 10-11.

32 Ibid., p. 22.

33 Ibid., p. 28.

34 Ibid., p. 32.

35 Ibid., p. 34-36.

36 Ibid., p. 36-37.

37 K. Horna, Das Hodoiporikon des Constantin Manassès, dans Byzantinische Zeitschrift, 13 (1904), p. 337-345.

38 Égérie, p. 40 et s. ; Maraval, Récits, p. 57.

39 Égérie, p. 60 et s. ; Maraval, Récits, p. 112.

40 Égérie, p. 119.

41 Ibid., p. 161.

42 Ibid., p. 104.

43 Ibid., p. 155.

44 Ibid., p. 157.

45 Ibid., p. 159.

46 Ibid., p. 163.

47 Wilkinson, p. 79-89.

48 Ibid., p. 81 ; Maraval, Récits, p. 210-211.

49 Wilkinson, p. 80 ; Maraval, Récits, p. 208.

50 Vie et Pèlerinage de Daniel et Antoine de Novgorov, Le Livre du Pèlerin, dans B. de Khitrovo, Itinéraires russes en Orient, traduits pour la société de l'Orient latin, Genève 1889 (cités infra, respectivement Vie et Pèlerinage de Daniel et Antoine de Novgorod).

51 Antoine de Novgorov, p. 88, 95, 107.

52 Vie et Pèlerinage de Daniel, p. 6-8. Ainsi, dit-il, Chios produit du mastic et du vin, Samos a un important bétail et est bien peuplée, Myrrha produit un thymiame noir de la plus grande qualité.

53 Ibid., p. 4.

54 Antoine de Novgorov, p. 110.

55 Benjamin de Tudèle, p. 14-15.

56 Ibid., p. 12-13.

57 D. Gorce, Vie de Sainte Mélanie, Paris 1962 (Sources Chrétiennes, 90), p. 227-228.

58 Ibid., p. 239.

59 A. Karpozilos, The Letters of Ioannes Mauropous, Metropolitan of Euchaïta, Thessalonique 1990 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 34), no 64-65.

60 J. Darrouzès, Épistoliers byzantins du Xe siècle, Paris 1960 (Institut Français des Etudes Byzantines), p. 254, 257.

61 Skylitzès, éd. J. Thurn, Ioannis Scylitzae Synopsis Historiarum, Berlin New-York 1973 (Corpus Fontium Historiae Byzantinae, 5), p. 460-461.

62 P.G.t. 99, col. 993-997 ; J. C. Cheynet et B. Flusin, DU monastère Ta h athara à Thessalonique : Théodore Stoudite sur la route de l’exil, dans Revue des études byzantines, 48 (1990), p. 193-213.

63 Alexiade, I p. 82.

64 Odyssée, XIX, 105.

65 Alexiade, 1 p. 82.

66 Et. Sargologos, La Vie de saint Cyrille le Philéote, moine byzantin, Bruxelles 1964 (cité infra, Vie de Cyril. Phil.), p. 86 et s.

67 D. Z. Sophianos, Hosios Loukas, La Vie de saint Luc le Steiriôtès, Athènes 1989, p. 00.

68 Jean Chrysostome, L 6, p. 129.

69 Vie de Biaise d’Amorion, AA.SS., Nov., IV, p. 661.

70 Vie de Lazare le Galèsiote, AA.SS., Nov., III (cité infra, Vie de Lazare), p. 511

71 P. Dvornik, La Vie de saint Grégoire le Décapolite et les Slaves Macédoniens au IXe siècle, Paris 1926 (cité infra, Vie de Grégoire le Décapolite, p. 54.

72 P. G. Giovanelli, Vie et politeia de notre saint Père, Nil le Jeune, Grottaferrata 1972, p. 90 et s.

73 Jean Chrysostome, L. IX, p. 223, 229, L. XV, p. 359.

74 Vie de Nikon, § 56, 57.

75 Vie de Cyril. Phil., p. 127.

76 Th. N. Schmit, Vie de Michel le Syncelle, dans Izvestija - Bulletin de l'Institut archéologique russe CP., 11 (1906), p. 231 et s.

77 Réf. n. 2.

78 Jean Chrysostome, L IX, p. 229.

79 Alexiade, II, p. 55.

80 Pour une littérature voyageuse, éd. Complexe, 1992, p. 173.

81 Doctrina Jacobi, éd. G. Dagron et V. Déroche, dans Travaux et Mémoires, 11. Paris 1991, p. 130, 235.

82 Théophane Continué, éd. Bonn, p. 464-465.

83 Vie de Lazare, p. 511, 513.

84 Ibid., p. 511.

85 Vitae duae antiquae sancti Athanasii Athonitae, éd. J. Noret, Turnhout 1982 (Corpus Christianorum. Series graeca, 9), § 68 (an 961).

86 F. Halkin, Saint Antoine le Jeune et Pétronas le vainqueur des Arabes en 863 d'après un texte inédit, dans Analecta Bollandiana, 62 (1944), p. 218-219.

87 Vie de Grégoire le Décapolite, p. 55.

88 D. Gorce, Vie de Sainte Mélanie, Paris 1962 (Sources Chrétiennes, 90), p. 227.

89 E. de Stoop, Vie d’Alexandre l’Acémète, Patrologia Orientalis, VI, 5 (1911), § 35 et s.

90 Voir ci-dessus n. 55.

91 E. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, Leipzig 1939 (Texte und Untersuchungen, 49, 2), p. 27.

92 Jean Chrysostome, L 5, p. 122 (août 404).

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540