Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Voyages et voyageurs à Byzance et en Occident du VIe au XIe siècle

 | 
Jean-Marie Sansterre
, 
Alain Dierkens
, 
Jean-Louis Kupper

Communications orales et écrites entre Grecs et Russes (IXe-XIIIe siècles)

Russes à Byzance, Grecs en Russie : connaissance et méconnaissance de la langue de l’autre

Francis J. Thomson

Texte intégral

L’auteur tient à remercier l’Université d’Anvers RUCA) (de l’octroi d’une subvention annuelle pour ses recherches.

1Depuis la fondation de l’état kiévien par les Varègues au IXe siècle, il y a eu des contacts étroits avec Byzance. Avec la conversion au christianisme de Vladimir (980-1015) et son mariage avec Anne, la sœur porphyrogénète de l’empereur Basile Il (976-1025), les relations s’intensifièrent, mais la manière dont Grecs et Russes communiquaient les uns avec les autres était tellement évidente pour eux qu’ils ne la décrivirent jamais en détail. Pour brosser un tableau de ses communications, il faut exploiter au maximum les allusions et recourir aux déductions logiques.

  • 3 Voir Dummer, Begegnung, p. 226-229.
  • 4 Alexiade, xv, 7, éd. Reifferscheid, Annae, I, p. 293-294.
  • 5 L’épilogue de la Théogonie, éd. Hunger, Epilog, p. 304-305 (p. 305,) cf. Ὺγίαινε ἀδελθέ, ἀδελθίτζα, (...)
  • 6 Σδρᾶ. Puisquil’manque une syllabe dans le vers politique, Hunger, Epilog, p. 6, propose lamendement (...)

2Il n’y a aucune preuve que les Grecs à cette époque s’intéressaient à l’apprentissage des langues étrangères. Ceci était dû en partie à leur sentiment de supériorité vis-à-vis des « barbares »3. Il est significatif qu’Anne Comnène (1083-c. 1153/4), en décrivant l’école de l’orphelinat que son père Alexis I (1081-1118) avait établi pour les orphelins de guerre, dit que les « Scythes » apprennent le grec mais que les Grecs améliorent la connaissance de leur langue maternelle4. La seule phrase en slavon dont nous savons qu’elle fut prononcée par un intellectuel byzantin se trouve dans la Théogonie de Jean Tzétzès (c. 1110-1180/85), qui avait appris par cœur des salutations dans plusieurs langues pour pouvoir saluer les « barbares » en leurs propres langues : Tò σδρᾶ, βράτε, σεστρίτζα, καὶ δóβρα δένη λέγων5. Il n’y a rien d’étonnant dans le fait qu’il y a une faute dans la phrase6.

  • 7 Voir les remarques du métropolite Eustathe Kataphloros de Thessalonique (1175-119/34) dans son élog (...)
  • 8 Proposée par Runciman, History, p. 124, et souvent répétée, p. ex., Bréhier, Monde, II, p. 245 ; Gu (...)
  • 9 Vita S. Methodii, éd. Grivec, Constantinus, p. 147-166 (p. 163).
  • 10 Every, Patriarchate, p. 127.
  • 11 Voir Thomson, Cyril, p. 103-105.

3Ce sentiment de supériorité mis à part, il y avait une autre raison au manque d’intérêt pour les langues étrangères. L’Empire était multiracial et il ne manquait pas de « barbares » qui parlaient le grec, bien qu’il fût parfois difficile de trouver un ἄνδρα δίγλωττον (homme bilingue) pour les langues des peuples qui vivaient en dehors de l’Empire7. Aucune source ne parle de la formation d’interprètes pour le service diplomatique impérial et la théorie8 selon laquelle le prêtre et le diacre du nouveau rite slavon ainsi que les livres de ce rite que l’archevêque Méthode de Moravie (869-885) avait laissés à Constantinople lors de sa visite en 881/29 étaient destinés à l’établissement d’une école où on enseignait les langues slaves et où on formait des missionnaires, une école qu’on a même qualifiée de « the last and best contribution of Photius to the development of the Eastern church »10, relève de la pure imagination. L’église byzantine n’a jamais encouragé l’emploi liturgique du slavon ; au contraire, elle a toujours essayé, dans la mesure du possible, d’assimiler les Slaves au moyen de la langue grecque11.

  • 12 Sur ses responsabilités voir Guilland, Logothètes, p. 31-45 (pour les interprètes, voir p. 37-38) e (...)
  • 13 Voir les remarques de Constantin VII sur linterprète’arménien Théodore, De administrando imperio, x (...)
  • 14 At-Tabari (839-923) raconte que l’ambassadeur abbaside à Constantinople en 860-861, Naşr ibn al-Azh (...)
  • 15 Cyrille et Méthode parlaient parfaitement le slavon puisque leur père avait été gouverneur d’une ré (...)
  • 16 Il est mentionné pour la première fois par Guillaume de Tyr c. (1130-1186) à propos des événements (...)
  • 17 Leo VI, Tactica, IV, 52, éd. Vári, Leonis, i, p. 72. Sur les interprètes byzan- tins, voir Kyrrès, (...)

4Les interprètes byzantins, attachés au scrinium barbarorum (bureau des barbares) sous la supervision du logothète du drome chargé de la direction des affaires étrangères12, étaient ou des non-Grecs, dont la loyauté était parfois suspecte13, ou des Grecs qui avaient appris une langue étrangère, soit parce qu’ils avaient été en captivité14, soit parce qu’ils avaient habité une région de l’Empire où on parlait une langue différente du grec15. Les interprètes n’étaient pas seulement employés dans le service diplomatique, où à partir du milieu du XIIsiècle il y avait un chef interprète, ὁ μέγας διερμηνευτής16, mais certains étaient aussi rattachés aux unités de mercenaires de l’armée17.

  • 18 Voir Browning, Greek, p. 53-69. Sur le problème de la diglossie, voir Nie-Hoffpanagiotidis, Koine, (...)
  • 19 Voir Beck, Geschichte, p. 4.

5La question principale n’est donc pas de savoir quels Grecs apprenaient le slavon, mais quels Russes apprenaient le grec. Ici, il faut faire une distinction nette entre le grec parlé et le grec écrit, car une forme simplifiée de la langue parlée, le démotique, s’est développée entre le VIe et le IXe siècle18 et ne fut pas employée comme langue littéraire avant le XIIsiècle19. Avant d’examiner la question de la connaissance des Russes des formes de la langue écrite, l’attique et la koinè, on étudiera le problème de la langue parlée. Ici, on peut faire la distinction entre d’une part les Russes qui se rendirent dans l’Empire et y séjournèrent parfois et d’autre part les Grecs qui allèrent en Russie.

  • 20 PSBL, I, col. 7. (Les abréviations se trouvent à la tête de la liste de la bibliographie citée).
  • 21 Ibid., i, col. 32-37. (CGU, A I, i, no 556).
  • 22 PSRL, i, col. 33. Le problème du traité de 907, ibid., i, col. 31, ne peut être examiné ici.
  • 23 PSBL, i, col. 46-53. (CGU, A I, i, no 647).
  • 24 Ibid., i, col 48.
  • 25 La location précise est disputée ; soit Beşiktaş selon Janin, Siège, p. 314, et Pargoire, Saint-Mam (...)
  • 26 De administrando imperio, ix, éd. Moravcsik, Constantine, p. 62.
  • 27 Litavrin, Rus’, p. 52-53.
  • 28 Jenkins, Constantine, ii, p. 88. Les témoignages cités à l’appui de la théorie que deux flottilles (...)

6La première mention des Grecs dans la Chronique russe initiale (dite de Nestor) apparaît dans la description de la route commerciale de Constantinople à la Mer Baltique20. Dans les contacts entre l’Empire et la Russie, le commerce a joué un rôle important. La Chronique contient les traductions slavonnes de deux traités de commerce, l’un conclu le 2 septembre 911 entre le prince Oleg (IXe-Xe s.) et l’empereur Léon VI (886-912)21, qui remplace les accords oraux antérieurs22, l’autre conclu en 944 entre Igor († 945) et Romain I Lécapène (920-944)23. D’après ce dernier traité les marchands russes doivent résider dans le quartier de Saint-Mamas24 sur la rive européenne du Bosphore au nord de Galata25. Constantin VII Porphyrogénète (913-959) dit que la flotille russe finit son dangereux voyage à Mesembria26, d’où on a conclu que les équipages et l’escorte restaient à Mesembria et que seuls les marchands gagnaient Constantinople27, mais il est possible que Constantin voulait dire uniquement qu’à Mesembria la flottille était en sûreté dans les eaux byzantines28.

  • 29 PSRL, I, col. 49.
  • 30 Jean Skylitzès, Synopsis historiarum, éd. Thurn, Ioannes, p. 430 ; Jean Zonaras, Annales, xvii, 24, (...)
  • 31 Constantin, De administrando imperio, ix, éd. Moravcsik, Constantine, p. 58. Sur la durée du trajet (...)
  • 32 PSRL, i, col. 49.
  • 33 Liber praefecti, v, 5, éd. Koder, Eparchenbuch, p. 96 ; cf. x, 2, éd ibid., p. 110
  • 34 D’après le Livre du Préfet les marchands étrangers avaient des compatriotes qui résidaient en ville (...)
  • 35 Skylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannes, p. 430-431.
  • 36 Voir ci-dessous la note 138.
  • 37 L’affirmation que le monastère de Saint-Mamas était un centre slave au milieu du XIe siècle, voir T (...)

7Les marchands ne pouvaient entrer dans la ville qu’en groupes de cinquante, sans armes et accompagnés d’un officier impérial dont la tâche était d’arbitrer en cas de conflit29, une sage précaution car lors d’une rixe entre marchands grecs et russes en 1042 ou 1043 un Russe fut tué30. Les Russes, qui quittaient Kiev en juin31 pour arriver à Constantinople vers la mi-juillet, ne pouvaient pas passer l’hiver à Saint-Mamas32, ce qui est confirmé par le Livre du Préfet du début du Xe siècle, qui stipule que les marchands étrangers doivent résider dans des quartiers spéciaux et que leur séjour ne peut pas dépasser les trois mois33. Ces mesures formaient un obstacle à l’acquisition d’une connaissance du grec mais il n’est pas certain qu’elles soient restées longtemps en vigueur34. Au milieu du XIe siècle les marchands russes résidaient en ville, car, au moment de l’attaque russe en 1043, ils étaient dispersés en plusieurs endroits pour éviter qu’ils puissent former une cinquième colonne35. A la fin du XIIe siècle, ils avaient leur propre embolos, rue munie de colonnades, à proximité de l’église des Quarante Martyrs36. De toute manière, à partir du XIe siècle, il n’y a pas de traces d’un lien quelconque entre les Russes et le quartier de Saint-Mamas37.

  • 38 PSRL, i, col. 48.
  • 39 Ibidem. Sur les documents délivrés par les autorités byzantines aux marchands et aux pèlerins voir (...)
  • 40 Ibid., i, col. 52.
  • 41 Ibid., i, col. 37, 52.
  • 42 Une conclusion déjà souvent tirée, voir, p. ex., Mikucki, Études, i, p. 38 ; Sorlin, Traités, p. 45 (...)
  • 43 Voir Golubinsky, Istoriya, i, 1, p. 174 ; Mosin, Khristianstvo, p. 12.
  • 44 Comme le veut Shepard, Problems, p. 21.

8Par rapport au traité de 911, celui de 944 révèle l’usage croissant de documents écrits. Auparavant, les marchands russes portaient des sceaux en argent ; dès 945, le prince russe devait munir chaque flottille d’un document spécifiant le nombre de bateaux38. Les marchands qui arriveraient sans un tel document seraient détenus et s’ils réussissaient à s’évader, le prince russe en serait informé par écrit39. Si l’empereur a besoin de mercenaires, il écrira au prince, qui les fournira40. Les deux traités ont été dressés en deux exemplaires, un pour chaque partie41. Tout ceci implique qu’au milieu du Xe siècle il y avait une chancellerie ou du moins des archives à Kiev42, ne fût-ce que sous une forme primitive. Les princes russes étaient encore des païens et il est fort probable que les scribes de cette chancellerie étaient des chétiens43, mais la thèse que c’est Byzance qui les a fournis44 reste conjecturale.

  • 45 Voir Lavrovsky, Elemente, p. 31-149 ; Malingoudi, Vertrage, p. 89-93. Pour une rétrotraduction en g (...)
  • 46 Voir Obnorsky, Yazyk, p. 84-102.
  • 47 Par ex., Grekov, Rus’, p. 294 ; Kronsteiner, Literatursprache, p. 9 ; Obnorsky, Yazyk, p. 103 ; Sor (...)
  • 48 La langue ne connaît pas, par ex., la forme bulgare žd mais seulement le ž du vieux-russe, par ex.,(...)
  • 49 Voir Sreznevsky, Dogovorakh, p. 316-318.
  • 50 Telle est l’opinion de Dimitriu, Voprosu, p. 3, et Istrin, Dogovory, p. 391 ; cf. Malingoudi, Vertr (...)
  • 51 PSRL, I, col. 46-47. Sur ces noms, voir Thomsen, Relations, p. 70-71.
  • 52 Ibn Khurdādhbeh (c. 825-c. 912) dans son Kitāb al masâlik wa’l-mamālik relate que des eunuques slav (...)
  • 53 Le ms. laurentin l’a corrompu en Sinko Borič’, éd. PSRL, i, col. 47 ; mais la forme correcte est pr (...)
  • 54 Par ex., Likhačev, Povest’, i, p. 231.
  • 55 Par ex., Léger, Chronique, p. 36 ; Cross, Chronicle, p. 73. Cette interprétation est impossible car (...)
  • 56 La théorie de Pogodin, Zametki, p. 124-125, que la phrase i sin’ko biric’ est une forme corrompue d (...)
  • 57 Voir Solov’ev, Zametki, p. 416-417, mais son opinion que Sin’ko traduisait du slavon en nordique es (...)

9Les hellénismes lexicaux et syntaxiques dans les deux traités révèlent clairement qu’ils ont été traduits du grec45, et la langue du premier est plus ancienne et plus obscure et contient plus de traits bulgares que celle du traité de 94446. On a souvent considéré qu’ils furent traduits immédiatement du grec en slavon47, mais la langue du traité de 911 – même si on admet une révision de la traduction originale48 – n’est pas la même que celle des traductions du début du Xe siècle49, et il se peut que les traités ne furent traduits qu’au XIe siècle50, bien sûr par des personnes différentes. Même dans le traité de 944 les noms des marchands restent nordiques, par exemple Ívarr, Slôthi, Ôleifr, Sigbjörn, Grímr51, mais ceci ne veut pas dire que les négociations s’effectuèrent en grec et en nordique car les Varègues de la Russie du milieu du Xe siècle ont dû connaître le vieux-russe même s’ils parlaient encore le nordique entre eux52. Le dernier nom dans la liste des envoyés et marchands est celui de Sin’ko birič53, qu’on a souvent traduit comme s’il s’agissait des noms de deux personnes54, ou d’un nom avec patronyme55. En réalité il faut le traduire comme « Sin’ko le héraut »56 et puisque Sin’ko est le seul nom slave dans la liste à part celui du prince Svyatoslav, il se peut que ce personnage ait rempli l’office d’interprète57.

  • 58 De cerimoniis aulae byzantinae, ii, 15, éd. Reiske, Constantini, i, p. 594-598. La question de l’an (...)
  • 59 Ibid., i, p. 597.
  • 60 Ibid., i, p. 598. Les réceptions sont relatées d’une manière légendaire dans la Chronique russe, ma (...)

10Après la mort du prince Igor en 945, son épouse Olga fut régente jusqu’à la majorité de leur fils Svyatoslav vers 960, et c’est à ce titre qu’elle alla à Constantinople, où elle fut reçue deux fois par l’empereur Constantin VII, qui lui-même décrivit les deux réceptions le mercredi 9 septembre et le dimanche 18 octobre de l’année 946 ou 95758. Deux interprètes impériaux assistèrent à la première réception, ainsi que l’interprète d’Olga59, tandis qu’à la seconde réception il n’y avait que les interprètes impériaux60. On ne sait s’il faut attacher une importance au fait que les interprètes impériaux sont désignés par le terme ἑρμηνευταί et celui d’Olga par ἑρμηνεύς ; il est aussi impossible de dire quelle était leur nationalité, bien que celui d’Olga, qui est elle appelée par la forme nordique de son nom, Ἒλγα, fût probablement un Russe.

  • 61 PSRL, i, col. 72. Il s’agit probablement du métropolite Théophile d’Euchaïta, que Tzimiskès envoya (...)
  • 62 Une traduction slavonne du traité se trouve dans la Chronique russe, ed. PSRL, i, col. 72-73. (CGU,(...)
  • 63 Historia, ix, 11, éd. Hase, Leonis, p. 156-157 ; voir aussi Skylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannis (...)

11Dans la plupart des cas la présence d’interprètes n’est même pas mentionnée. En juillet 971 le prince Svyatoslav (c. 960-972), qui avait mené deux expéditions en 967-968 et 969-971 pour conquérir la Bulgarie, fut forcé de demander la paix après avoir été assiégé à Dorystolon pendant trois mois par l’empereur Jean Tzimiskès (969-976). Les conditions de paix qui avaient été négociées furent rédigées par le syncelle Théophile61 et Tzimiskès et Svyatoslav y apposèrent leurs sceaux62. Léon le Diacre (c. 950après 992) décrit en détail la rencontre des deux souverains mais ne dit rien sur la manière dont ils communiquèrent entre eux63.

  • 64 PSRL, i, col. 36, 50, 52.
  • 65 Ibid., i, col. 154.
  • 66 Chronographia, éd. Renauld, Michel, ii, p. 8.
  • 67 Voir ci-dessus n. 29. La Chronique russe ne dit rien des motifs de l’expédition, ce qui n’a pas emp (...)
  • 68 Skylitzès, Synopsis, éd. THURN, Ioannes, p. 431-433. La Chronique russe prétend que beaucoup furent (...)
  • 69 PSRL, i, col. 154.

12Les traités de 911 et de 944 prévoient le rachat de captifs et d’esclaves ainsi que l’engagement des mercenaires dans l’armée impériale64. Au moins quelques personnes de ces deux catégories qui retournèrent en Russie avaient acquis une connaissance du démotique. En 1043 le prince Yaroslav de Kiev (1019-1054) envoya une expédition sous le commandement de son fils, le prince Vladimir de Novgorod (1036-1052), et son général Vysata contre Constantinople65. Michel Psellos (c. 1018-après 1078) la considère comme le résultat d’une hostilité envers l’Empire que seule la puissance de ce dernier avait pu empêcher jusque là66, tandis que Jean Skylitzès la voit comme un acte de vengeance pour le meutre d’un Russe éminent à Constantinople67. La force navale russe fut défaite grâce au feu grégeois et une tempête coula maints navires, ce qui contraignit six mille hommes à débarquer sous le commandement de Vyšata. En route vers la Russie, ils furent encerclés près de Varna par des troupes byzantines commandées par Katakalon Kékaumenos († après 1057) et les 800 survivants de la bataille furent amenés à Constantinople en captivité68. Ce n’est que trois ans plus tard que Vysata fut relâché69.

  • 70 Snorri Sturluson, Heimskringla, éd. Jónsson, Heimskringla, iii, p 75-76.
  • 71 Kékaumenos, Strategicon, ed. Litavrin, Sovety, p. 284. Sur son service byzantin, voir Blöndal, Vara (...)
  • 72 Kékaumenos, Strategicon, éd. Litavrin, Sovety, p. 284 ; Snorri, Heimskringla, éd. Jónsson, Heimskri (...)
  • 73 Snorri, Heimskringla, iii, éd. Jônsson, Heimskringla, iii, p. 98-99.

13Le cas le plus célèbre de quelqu’un qui s’engagea dans l’armée byzantine et passa après quelques années en Russie est celui d’Harald Sigurdsson le Sévère (Hardràdi, c. 1015-1066). Après la mort de son demi-frère Olaf II Haraldsson, roi de Norvège (1016-1030), dans la bataille de Stiklestad en 1030, Harald se réfugia à Kiev, où il resta quelques années70 avant de s’engager vers 1034, dans l’armée impériale, où il atteignit le rang de spatharocandidatus71. Après l’avènement au pouvoir de Constantine IX Monomaque (1042-1055), il demanda la permission de rentrer en Russie, ce qui lui fut refusé ; il dut s’évader en tapinois de Constantinople72. Il resta trois ans à Kiev, où il épousa la fille de Yaroslav, Élisabeth, avant de rentrer en Norvège73.

  • 74 Vita S. Theodosii, éd. Kotkov, Sbornik, p. 71-135 (p. 86). On ne sais au juste quand il rentra. Il (...)
  • 75 Voir ci-dessous n. 208.
  • 76 Heppell, Paterik, p. 41, n. 141. La suggestion de Tsibikè, Ἀντωνίου, p. 236, qu’il résida dans le m (...)
  • 77 Vita S. Theodosii, éd. Kotkov, Sbornik, p. 85-86.
  • 78 Ibid., p. 86.
  • 79 Malheureusement on ne connaît rien de l’histoire des trois monastères sur l’île à l’époque byzantin (...)

14Après le baptême de Vladimir en 988 et la conversion progressive de la Russie qui s’ensuivit, le nombre de Russes qui résidaient à Constantinople crût. A partir de la seconde moitié du XIsiècle on y constate la présence de moines russes. Nestor, un moine du Monastère des Grottes à Kiev (XIe s.), relate qu’Éphrem, un moine du monastère, résida quelque temps dans la ville impériale avant de retourner pour devenir métropolite titulaire de Pereyaslavl74. Pendant son séjour à Constantinople il aida Théodose, abbé du Monastère des Grottes (c. 1061-1074), à obtenir un exemplaire de la règle studite75, mais la thèse affirmant qu’il résida dans le monastère de Studiou76 reste hypothétique. Un peu après, un moine du monastère de Saint-Menas à Kiev, qui avait été boyard avant de devenir moine, quitta son monastère et ayant atteint la Mer Noire, partit pour Constantinople et trouva une île au milieu de la mer, où il s’installa et mourut plus tard77. Nestor ajoute : « et jusqu’à aujourd’hui l'île s’appelle l’île du boyard »78. Le mot slavon bo(l)yarin pourrait rendre le mot prince et puisque les Îles des Princes dans la Mer de Marmara s’accordent bien avec le récit de Nestor, il se pourrait que le moine s’installa dans un monastère sur Principo, la plus grande des neuf îles79.

  • 80 Voir, par ex., Mošin, Russkie (ix), p. 61 ; Dujčev, Mont, p. 128.
  • 81 Éd. Ara, v, 1, no 19, p. 154-155 (p. 155).
  • 82 Pour le rôle joué par les Varègues dans les campagnes de Basile II, voir Blöndal, Varangians, p. 42 (...)
  • 83 Pour d’autres exemples voir la liste des signataires d’un acte daté du 19 avril 1015, éd. Dölger, S (...)
  • 84 Éd. Ara, III, no 6, p. 60-64 (p. 63-64) : Σιγνον Κυ(ριακοὓ) (μον) αχ(οὓ) του Ρως (sic).

15On prétend souvent que les Russes possédaient leur propre monastère au Mont Athos déjà au début du XIe siècle80 car un acte de 1016 porte la signature de Gérasime, supérieur du monastère τοὓ Ρôς (sic)81. Puisque le nom est au singulier, il ne peut s’agir que d’un monastère fondé par un Russe, c’est-à-dire un des Varègues, qui avait servi dans les armées de Basile II (976-1025)82. On ne connait rien de plus sur cet établissement modeste, qui était une des fondations athonites du XIe siècle qui disparurent sans laisser aucune trace, sauf leurs noms dans quelques documents contemporains83. Un acte de 1081 porte la croix et la signature du moine Cyriaque le Russe84, mais on ignore s’il était d’origine Scandinave ou slave.

  • 85 Éd. Ara, xii, no 7, p. 73-76 (p. 73) : βιβλία ρούσικα (sic).
  • 86 Ed. ibid., xii, no 1, p. 30. Xylourgou est aussi mentionné dans des actes de 1048 et 1070, éd. ibid (...)
  • 87 Voir, par ex., Mosin, Russkie (ix), p. 63 ; Dujčev, Mont, p. 128.
  • 88 Éd. Ara, xii, no 8, p. 82-85 (p. 83).
  • 89 Ibid., xii, p. 84. Sur Xylourgou voir Thomson, Origins, p. 326-330.

16La présence de moines russes à l’Athos est attestée pour la première fois dans l’inventaire du monastère de Notre-Dame du Charpentier (τοὓΞυλουργου) dressé le 14 décembre 1142, où figurent 52 livres russes85. Xylourgou est mentionné pour la première fois dans un acte de 1030 quand son supérieur Théodule acheta un ermitage86. L’identification de Xylourgou avec le monastère du Russe87 est complètement arbitraire et il n’y a pas la moindre indication que Xylourgou était dès le début habité par des Russes. Il n’est appelé le monastère russe que dans un acte de 1167, où figure son supérieur Laurent comme abbé τς τοὓ Ξυλουργοὓ μονς τν Ῥουσν88. Ceci est l’acte d’acquisition du monastère délabré de Saint-Pantaléon par Xylourgou et l’acte montre que les Russes avaient déjà été en possession de Xylourgou depuis un certain temps car quelques-uns y avaient été tonsurés et d’autres y étaient morts89.

  • 90 Éd. Actes de l’Athos, v, 1, éd. L. Petit, dans Vizantiysky vremennik, 17 (1910), app. i, p. I-III, (...)
  • 91 PSRL, xii, p. 244.
  • 92 Pašuto, Politika, p. 77 ; voir aussi Levčenko, Ocerki p. 466. Coupé de la Russie en 1240, le monast (...)

17Les moines de Xylourgou déménagèrent à Saint-Pantaléon en 1167 et ce dernier resta une fondation insignifiante jusqu’à la prise de Kiev par les Mongols en 1240. Les supérieurs ne figurent parmi les signataires d’aucun document athonite et il est très significatif que la pétition du Protaton d’Athos à l’empereur Alexis III (1195-1203) de 1198 pour permettre aux moines Syméon, auparavant Étienne Némanja, satrape de Serbie (1166-1195/6, † 1200), et Sabas, plus tard le premier archevêque de Serbie (1219-1233/4, †1235), d’établir un monastère serbe au Mont Athos, cite explicitement les précédents d’autres nations, les Ibères et les Amalfitains90, mais ne fait aucune allusion aux Russes ou Slaves. La première fois que le monastère de Saint-Pantaléon est mentionné dans une source russe est à la fin du XVe siècle quand son supérieur Paisios voyagea en Moscovie pour récolter des aumônes en 149791 et l’assertion que le monastère « servait de centre de relations ecclésiastico-politiques, de pèlerinage et probablement de relations commerciales et politipolitiques»92 entre Byzance et la Russie Kiévienne est dépourvue de tout fondement.

  • 93 PSRL, i, col. 156.
  • 94 Voir Thomson, Anthony, p. 649-655.
  • 95 Éd. Pope, History, p. 362-371 (p. 361).
  • 96 Voir Bulgakov, Istoriya, i, p. 221-222 ; Dvorník, Making, p. 252-253.
  • 97 Capturée par Boleslas I en 1018, elle fut reprise par Yaroslav en 1031, PSRL, i, col. 144, 150. Sur (...)

18Il est bien sûr possible qu’il y avait des moines russes aussi dans d’autres monastères athonites mais les sources sont muettes à ce sujet. La Chronique russe dit qu’Antoine, fondateur du Monastère des Grottes vers 1051, avait été tonsuré dans le monastère « sur la Sainte Montagne »93, mais ceci se rapporte au Monastère des Grottes sur la Sainte Montagne à Zymne près de Vladimir en Volhynie et pas au Mont Athos94. Le récit de Moïse le Hongrois, écrit dans les années vingt du XIIIe siècle par Polycarpe, moine du Monastère des Grottes à Kiev, raconte que Moïse, qui avait été fait captif par Boleslas I de Pologne (992-1025) en 1018, fut tonsuré par Poemen, un moine de la Sainte Montagne95. Ceci a été interprété dans le sens qu’un moine du Mont Athos travaillait comme missionaire en Pologne96, mais en réalité il s’agit du monastère de Zymne, qui se trouve à peine à 50 km. à l’est de la région de Cerven, occupée par les Polonais de 1015 à 103197.

  • 98 Nestor, Vita S. Theodosii, éd. Kotkov, Sbornik, p. 95. Sur son pèlerinage voir Kostruba, Palomnyk, (...)
  • 99 Nestor, ed. Kotkov, Sbornik, p. 95. Il y mourut avant la mort de Saint Théodose, donc avant 1074.
  • 100 Antoine, Liber qui dicitur Peregrinus, éd. Loparev, Kniga, p. 88. Sur cet ouvrage, voir ci-dessous.
  • 101 Cyrique, Quaestiones ad Nephontem, ed. Goetz, Denkmäler, p. 226, 340.
  • 102 Antoine, Liber, éd. Loparev, Kniga, p. 92-93.
  • 103 Aujourd’hui Kâsim paşa. Sur ce quartier voir Janin, Constantinople, p. 463-464. Sur Ispigas, voir c (...)
  • 104 Aujourd’hui Istinye. Sur le monastère voir Janin, Siège, p. 86-87.

19Le premier pèlerinage connu d’un russe est celui de Barlaam, supérieur du monastère de Saint-Démétrius à Kiev, qui alla à Jérusalem dans les années soixante du XIe siècle98. Plus tard il alla à Constantinople pour acheter des icônes et d’autres objets religieux pour son monastère, mais sur le chemin du retour il tomba malade et mourut au monastère de la Sainte Montagne à Zymne99. Bientôt des masses de pèlerins russes se mirent à voyager en Terre Sainte, quelques-uns même plus d’une fois. Le prêtre Léonce y alla trois fois au XIIe siècle et mourut à Constantinople100. L’archevêque Néphon de Novgorod (1130-1156) se plaignit que beaucoup d’entre eux y allaient uniquement parce qu’ils pouvaient manger et boire sans devoir travailler et que les pèlerinages ruinaient le pays101. Au XIIe siècle, les pèlerins russes en route pour Jérusalem étaient nourris gratuitement à Constantinople dans le monastère de Notre-Dame, fondé par un stylite sur une colline au-dessus d’Ispigas102, c’est-à-dire la partie ouest de la hauteur au-dessus de Galata, qui s’appelait αἱ Πηγαί103. On ne connaît aucun monastère de ce nom à cet endroit et le seul monastère fondé par un stylite à Constantinople est celui de Saint-Daniel, qui se trouvait à Sosthénion sur la côte européenne du Bosphore104. Le monastère où les Russes étaient nourris reste donc non identifié.

  • 105 Daniel, Liber qui dicitur Peregrinus, éd. Seemann, Igumen, p. 1-141 (p. 4). La date la plus probabl (...)
  • 106 Le roi lui accorda une place d’honneur dans l’église du Saint-Sépulcre aux cérémonies de Pâques, éd (...)
  • 107 Son identification à Daniel, évêque de Iouriev (1114-1122), proposée par Karamzin, Istoriya, ii, n. (...)
  • 108 Voir, par exemple, les spéculations de Danilov, Kharakteristike, p. 93-94 ; Glušakova, Putešestvii,(...)
  • 109 Liber, éd. Seemann, Igumen, p. 4 ; cf. p. 139.
  • 110 Éd. ibid. p. 2-4.
  • 111 Éd. ibid. p. 3-4.
  • 112 Éd. ibid., p. 4, cf. p. 101 ; voir aussi sa description de Mar Sabas, éd. ibid. p. 53-56.
  • 113 Éd. ibid., p. 116. Il ne nomme que deux de ses compagnons : Izdeslav (ou Izyaslav) Ivanovič et Goro (...)
  • 114 Éd. ibid., p. 92-93, 127-128.
  • 115 Éd. ibid., p. 128-129.
  • 116 Éd. ibid., p. 138 139.
  • 117 PSRL, ii, col. 295.
  • 118 Éd. Seemann, Igumen, p. 9. Les noms grecs ont presque tous été corrompus par les scribes, voir l’ap (...)
  • 119 Éd. ibid., p. 46.
  • 120 Éd. ibid., p. 24.
  • 121 Éd. ibid., p. 68.
  • 122 Matthieu xxii, 17-22 ; Marc xii, 14-17.
  • 123 Éd. Seemann, Igumen, p. 98.
  • 124 Éd. ibid., p. 81. Sur la valeur de son récit comme source pour la première croisade, voir Vodovozov (...)

20Le seul pèlerin russe qui parle du problème de la commucation est l’abbé Daniel, qui passa seize mois dans le métochion de la Grande Laure de Saint-Sabas à Jérusalem au début du XIIe siècle105. On ne connaît rien sur les origines de Daniel mais la manière dont il fut reçu par le roi Baudouin I de Jérusalem (1100-1118)106 permet de penser que c’était un personnage d’une certaine importance107. On a souvent supposé que son voyage avait aussi un aspect politique et diplomatique108, mais les sources ne disent rien d’un tel objectif. Au contraire, Daniel insiste sur le fait qu’il n’avait que peu de capital et qu’il a tout dépensé pour payer les guides109. Au début de son récit, qui est en même temps une description de la Terre Sainte pour ceux qui ne peuvent pas y aller et un guide pour pèlerins110, il signale que le pèlerin a besoin d’un bon interprète111. Le sien était un moine qui avait passé trente ans en Galilée, dont vingt à Mar Sabas112. Daniel ne dit pas s’il était slave ou grec, mais puisque Daniel voyageait avec six compagnons113, c’était probablement un Slave. Dans sa description des conversations qu’il eut avec le roi Baudouin114, Daniel ne fait aucune allusion à la présence d’interprètes. Il dut acquérir une certaine connaissance du grec car au moins une fois, il eut une conversation alors qu’il n’était pas accompagné par d’autres personnes : tard le soir le gardien du Saint-Sépulcre le laissa entrer seul et lui dit où il devait mettre sa lampe115. Trois jours plus tard le gardien le laissa encore une fois entrer seul et, en échange d’un pourboire, il lui permit de prendre un morceau de la pierre tombale116. D’ailleurs, Daniel ne fut pas le seul Russe à emporter un morceau du Sépulcre : en 1134 la plaque se trouvant au pied du tombeau fut ramenée à Kiev par un certain Denys117. Le fait que Daniel connaissait le démotique est confirmé par ses explications de termes grecs, par exemple, « il y a un autre petit arbre, en forme d’un tremble, mais le nom de cet arbre est sturika »118, c’est-à-dire στύραξ. « Il y a beaucoup d’arbrisseaux d’osier, mais pas comme nos arbrisseaux d’osier, mais plutôt comme ksilazi »119, c’est-à-dire ξύλοχος. Il traduit les noms de lieux, par exemple, « le nom de cet endroit est Spudi, ce qui se traduit par zèle »120, c’est-à-dire σπουδή ; « cet endroit s’appele Agia Pimina, ce qui se traduit par saint troupeau »121, c’est-à-dire ἁγία ποίμνη. Même quand il emploie le mot kins, emprunté au Grec κῆνσος et employé dans la traduction slavonne des évangiles pour rendre tribut122, il lui donne la désinence de l’accusatif singulier grec : « les juifs... lui montrèrent le kinson’ »123. Le récit de Daniel nous montre que malgré la première croisade il y avait des endroits où les Chrétiens et les Sarrasins vivaient ensemble. Ce sont ces derniers d’ailleurs qui l’escortèrent à Bethléem124, mais il ne dit rien de la manière dont il communiqua avec eux.

  • 125 Éd. PSRL, xxi, 1, p. 206-220 (p. 217).
  • 126 Le codex 1311 de l’Université de Moscou, qui contient la première redaction de la Vie, ne date pas (...)
  • 127 Accepté par Golubinsky, Istoriya, i, 2, p. 746 ; Gruševs’ky, Istoriya, iii, p. 421, et d’autres, qu (...)

21D’après la Vie d’Euphrosyne, fille du prince Georges de Polock, qui aurait fait un pèlerinage en Terre Sainte au XIIe siècle, il y aurait eu un monastère russe dédié à la Sainte Vierge à Jérusalem125, mais le manuscrit le plus ancien contenant une version de sa Vie ne remonte qu’au XVIe siècle126 et il faut se méfier d’une source si manifestement légendaire. L’existence d’un tel monastère127 est donc plus que douteuse.

  • 128 PSRL, i, col. 197.
  • 129 Ibid., i, col. 208.
  • 130 Codex 1203 de la collection synodale à Moscou, éd. Žukovskaya, Aprakos, p. 31-290.
  • 131 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis’, p. 19.
  • 132 Voir le colophon du manuscrit, éd. Žukovskaya, Aprakos, p. 289-290.
  • 133 Il décrit un miracle qui eut lieu le 21 mai 1200, Liber, éd. Loparev, Kniga, p. 71-94 (p. 77-78). O (...)

22Beaucoup de Russes visitèrent Constantinople. Anne, fille du prince Vsevolod de Kiev (1077, 1078-1093) et abbesse du couvent de Saint-André, que son père avait fondé128, fut envoyée à Constantinople en 1098 pour ramener un successeur au métropolite Jean II (1076/7-1098)129. En 1103 Mstislav, à l’époque prince de Novgorod (1095-1117), plus tard prince de Kiev (1125-1132), envoya un certain Naslav à Constantinople avec un évangéliaire, qu’il avait fait copier pour l’église de l’Annonciation130 qu’il fonda dans la résidence princière de Novgorod131. A Constantinople on confectionna une couverture précieuse en émail et Naslav rentra avec le livre à Novgorod132. Mais le récit de loin le plus important d’une visite à Constantinople est celui de Dobrynya Yadreykovič († 1231). Son séjour eut lieu dans la période entre 1200133 et la prise de la ville par les croisés le 12 avril 1204. Plus tard, en 1211, Dobrynya fut consacré archevêque de Novgorod sous le nom d’Antoine.

  • 134 Palmieri, Visitatori, p. 579.
  • 135 Golubinsky, Istoriya, i, 1, p. 837.
  • 136 Éd. Loparev, Kniga, p. 76. Il est vrai qu’il s’intéresse au cérémonial, voir ibid., p. 79-80, mais (...)
  • 137 Éd. Loparev, Kniga, p. 77.
  • 138 Éd. ibid., p. 75-76.
  • 139 Ed. ibid. p. 88. Sur l’embolos voir Tikhomirov, Towns, p. 131-132, et ci-dessus n. 35. L’église des (...)
  • 140 Éd. Loparev, Kniga, p. 90.
  • 141 Janin, Constantinople, p. 463, situa cette église d’abord à Pegai, mais cet endroit se trouvait sur (...)
  • 142 Janin, Siège, p. 65.
  • 143 Grusevs’ky, Istoriya, III, p. 421.
  • 144 Éd. Loparev, Kniga, p. 92.
  • 145 Sur ce monastère, voir ci-dessus n. 103. Sur Xénia, voir ci-dessous n. 171.
  • 146 Éd. ibid., p. 78.
  • 147 Éd. ibid., p. 72. Sur cette coupe voir Uvarov, Blyude, p. 85-98, et Aynalov, Dar, p. 1-4.
  • 148 Éd. Loparev, Kniga, p. 85.
  • 149 Éd. Daničič, Zivot, p. 118-344 (p. 238).
  • 150 Éd. Corović, Spisi, p. 14-150, avec l’original grec en parallèle.
  • 151 Éd. Loparev, Kniga, p. 78. L’ancienne théorie selon laquelle Romain avait épousé une princesse byza (...)

23Sa description de Constantinople à la veille du sac de la ville en 1204 a été injustement qualifié d’« arido e noioso catalogo dei templi di Bisanzio e delle ricchezze quivi contenute »134. On a même prétendu qu’Antoine n’était pas capable d’écrire quelque chose de plus littéraire135. En réalité il décrit la célébration de la liturgie dans Sainte-Sophie avec émotion136 et raconte une vision eschatologique d’un règne de paix d’une manière émouvante137. Sa courte péroraison contre les juifs à propos des trente pièces d’argent, pour lesquelles Judas a trahi Jésus, est pleine de force138. Comme son titre l’indique, son Liber qui dicitur Peregrinus, seu Descriptio locorum sanctorum Constantinopolitanorum, est un guide de la ville pour le pèlerin, et Antoine attire surtout l’attention du lecteur sur tout ce qui pourrait intéresser un Russe : l'embolos russe près de l’église des Quarante Martyrs139 et l’église dédiée aux SS. Boris et Gleb à Ispigas140, c’est-à-dire, Galata141. L’idée que cette église appartenait à une concession russe142 reste incertaine et l’affirmation qu’il y avait aussi un monastère auprès de l’église143 est sans fondement. Antoine visita la tombe de la princesse Xénia, épouse du prince Bryaceslav de Polock, qui était enterrée dans la même église que S. Daniel le Stylite144, c’est-à-dire l’église de S. Syméon le Stylite auprès du monastère de S. Daniel à Sosthénion145. À Sainte-Sophie il note l’icône des SS. Boris et Gleb146 et la coupe en or, dont la princesse Olga fit don lors de son séjour à Constantinople147. Il note aussi que lorsque Sabas, à cette époque moine de Chelandariou au Mont Athos, visite la ville, il loge au metochion du monastère de Notre-Dame la Bienfaitrice (Εὑεργέτις)148, un fait qui est confirmé par le moine Domitien (f après 1264) dans sa vie de Sabas149. Etienne Némanja tenait le monastère de la Bienfaitrice en haute estime et le typicon du monastère fut adapté aux besoins de Chelandariou par son fils Sabas150. En décrivant un miracle qui eut lieu à Sainte-Sophie le 21 mai 1200, Antoine mentionne le fait que Tverdyata Ostromiric, envoyé du prince Romain de Volhynie (1170-1205) et Galicie (1199-1205) à l’empereur Alexis III Ange (1195-1203), en fut témoin151.

  • 152 Éd. Nasonov, Letopis’, p. 46-49. Pour une édition récente avec traduction française, voir Patri, Re (...)
  • 153 Comme le veut Pašuto, Politika, p. 264.
  • 154 Éd. Loparev, Kniga, p. 89.
  • 155 Éd. Patri, Relation, p. 482.
  • 156 Voir Gordon, Account, p. 304. La question des origines du récit ne peut pas être examinée ici, mais (...)

24Le récit d’Antoine démontre qu’il y avait une présence russe considérable à Constantinople, mais malheureusement il ne parle pas de ses guides, ni de l’endroit où il logeait. L’intérêt qu’on ressentait à Novgorod pour la capitale byzantine est illustré par l’insertion d’un long récit riche en anecdotes du pillage de la ville en 1204 dans la première chronique de Novgorod152. Le récit est sûrement basé sur la relation d’un témoin oculaire, mais l’attribution du récit à Antoine153 est erronée, car les deux ouvrages emploient des termes différents pour désigner la topographie de la ville ; l’Hippodrome, par exemple, est appelé Podromii par Antoine154 et Podrum’e dans la chronique155. Il n’est même pas sûr que le témoin fût russe et certains détails historiques font croire que le chroniqueur a entendu la relation de la bouche d’un Allemand156.

  • 157 PS RL, I, col. 441. Tatiščev, Istoriya, III, p. 204, avec son insouciance habituelle à l’égard des (...)
  • 158 Domitien, Vita S. Sabae, éd. Daničić, Život, p. 238.

25La prise de Constantinople par les croisés ne mit pas fin aux contacts russes avec la ville. En 1218 l’évêque de Polock en revint avec des reliques : un fragment de la Sainte-Croix, les deux mains de S. Longin et des reliques de Ste Marie-Madeleine, qui furent déposées dans le monastère de l’Ascension à Vladimir en Souzdalie157. L’archevêque Sabas de Serbie logea de nouveau dans le metochion du monastère de Notre-Dame la Bienfaitrice au cours de ses négociations avec l’empereur Jean de Brienne (1231-1237) en 1234/5158.

  • 159 PSRL, i, col. 182.
  • 160 Ibid., i, col. 199.
  • 161 Ibid., i, col. 247.
  • 162 Ibid., i, col. 199-202.
  • 163 Ibid., i, col. 205. Il mourut prince de Novgorod-Seversk (1097-1115).
  • 164 Éd. Seemann, Igumen, p. 8-9.
  • 165 Éd. Zotov, Knyaz’yakh, p. 8-29 (p. 24). Il se peut qu’il s’agisse ici d’une coquille car, dans son (...)
  • 166 Éd. Schlumberger, Sigillographie, p. 432-433, cf. p. 683. Il s’agit du premier membre connu de la f (...)
  • 167 Le premier à tirer cette conclusion fut Loparev, Pečat’, p. 163, qui fut suivi par beaucoup d’autre (...)
  • 168 L’oncle maternel de Svyatoslav, fils d’Oleg, était le chef cuman Tyunrak, fils d’Osuluk, PSRL, ii, (...)
  • 169 Telle est l’opinion de Kazhdan, Mouzalon, col. 1421 ; voir aussi Idem, Marriages, p. 418.

26Toutefois, ce n’étaient pas uniquement les ecclésiastiques, les pèlerins et les marchands qui voyagaient à Byzance et qui pouvaient acquérir une connaissance du démotique avant de rentrer chez eux. Plusieurs princes y séjournèrent en exil. Le 23 mars 1073, le prince Svyatoslav de Cernigov (1054-1073) usurpa le trône de Kiev et installa son fils Oleg comme prince de Volhynie159. A sa mort le 27 décembre 1075, son frère cadet Vsevolod occupa le trône160 et détint Oleg à Černigov161. Le 10 avril 1078 Oleg réussit à s’enfuir et après une expédition manquée contre la Russie avec des alliés cumans il se réfugia en Crimée162, où il fut fait prisonnier par les Khazars en 1079 et expédié à Constantinople, d’où il ne rentra qu’en 1083163. Du récit de Daniel nous savons qu’Oleg passa deux ans de son exil à Rhodes164. Dans le nécrologe du monastère de Saint-Antoine de Lyubeč, le nom de Theôphannu apparaît comme celui de son épouse165. Comme un sceau byzantin du XIe ou XIIe siècle porte l’inscription KE BΘ’ TH CH ΔΟΥΛΗ ΘΕΟΦΑΝΟΥ ΑΡΧΟΝΤΗCΗ ΡΩCΙΑC TH ΜΟΥΖΑΛΩΝΗCΗ166, on en a conclu que Théophano Mouzalonissa fut son épouse167. Cependant Oleg épousa une princesse cumane168 et aucune source ne parle pas d’un second mariage. Le nécrologe n’est que du XVIIIe siècle et guère digne de foi. La dame en question pourrait avoir été l’épouse du gouverneur de Ῥωσία, le port byzantin sur le Bosphore Cimmérien169.

  • 170 PSRL, vii, p. 28-29 ; cf. ibid., I, col. 301 ; ii, col. 293.
  • 171 Ibid., ii, col. 303. Lesquels parmi eux, on l’ignore.
  • 172 Voir ci-dessus n. 143-144. La suggestion de Levčenko, Očerki, p. 469, que la princesse Euphrosyne d (...)

27Sous Bryačeslav (1003-1044), son fils Vsevolod (1044-1101) et son petit-fils David (1101-1129), la principauté de Polock devint un état quasi indépendant et le prince Mstislav de Kiev (1125-1132) décida de mettre fin à cette situation. En 1129 il envahit la principauté et envoya David avec ses frères Rostislav et Svyatoslav et toutes leurs familles en exil à Constantinople170. Deux d’entre eux rentrèrent onze ans plus tard en 1140171. Le sort des autres reste inconnu sauf dans le cas de Xénia, épouse de Bryaceslav, fils de David, qui mourut à Constantinople172.

  • 173 PSRL, ii, 521 ; Jean Kinnamos, Epitome rerum a Johanne et Manuele Comnenis gestarum, v, 12, ed. MEI (...)
  • 174 Voir Karamzin, Istoriya, ii, n. 405 ; de Baumgarten, Généalogies, p. 22 ; Levčenko, Očerki, p. 468, (...)
  • 175 PSRL, i, col. 180. (Son nom de baptême était Démétrius).
  • 176 Epitome, éd. Meineke, Ioannis, p. 236.

28En 1162 André de Bogolyubovo, prince de Vladimir en Souzdalie (1157-1174), pour renforcer son hégémonie sur toute la Souzdalie, exila à Constantinople ses frères Mstislav et Basile ainsi que leur mère avec son plus jeune fils Vsevolod âgé de huit ans. Manuel I Comnène (1143-1180) nomma Basile gouverneur de quatre villes sur le Danube et Mstislav gouverneur d’Otskalan173. L’idée que leur mère était grecque puisqu’elle accompagna ses fils à Constantinople174 est dépourvue de tout fondement. Le sort de Mstislav et de Basile reste inconnu, mais Vsevolod était déjà de retour en Russie en 1168175 et plus tard il devint un des princes les plus puissants de la Souzdalie (1176-1212). L’historien Jean Kinnamos (avant 1143-après 1185), en relatant la nomination de Basile comme gouverneur, ajoute que plus tard un autre prince tauroscythe, Vladislav, fut nommé gouverneur des mêmes villes176, mais aucun prince russe de ce nom n’étant connu, les origines russes de Vladislav sont donc douteuses.

  • 177 PSRL, i, col. 75. Les mariages de princesses russes avec des Byzantins ne sont pas pris en considér (...)
  • 178 PSRL, i, col. 78. La raison pour laquelle Kazhdan, Marriages, p. 415, la considère comme un personn (...)
  • 179 Par exemple, Čubaty, Istoriya, I, p. 191 ; Parkhomenko, Načalo, p. 158. Sur le rôle missionnaire et (...)

29Une autre possibilité pour les princes d’acquérir des connaissances en grec démotique était le mariage, ce qui nous amène au second aspect de l’étude de la connaissance russe du grec parlé : la présence de Grecs en Russie. Le premier cas d’un prince qui eut une femme grecque est celui d’Yaropolk. Son père Svyatoslav, lors d’une de ses campagnes en Bulgarie, captura une belle religieuse et en fit don à son fils177. Après avoir assassiné son frère Yaropolk en 980, Vladimir prit la religieuse comme une de ses concubines et elle donna naissance à Svyatopolk, qui plus tard devint prince de Kiev (1015-1019)178, après quoi le sort de la religieuse reste inconnu. La théorie selon laquelle elle exerça une influence chrétienne sur Yaropolk179 est purement hypothétique.

  • 180 PSRL, i, col. 110-111 ; Scylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannes, p. 336 ; Zonaras, Annales, éd. Pin (...)
  • 181 Voir Vodoff, Questions, p. 435-448 ; Lunt, Interpreting, p. 259 ; Uspensky, Istoriya, p. 33.
  • 182 Voir Thomson, Contribution, p. 214-244.
  • 183 Le contacarion du début du XIIe siècle du monastère de l’Annonciation de Nižny Novgorod, ed. Dostál (...)
  • 184 Éd. Skripil’, Povesti, p. 98-105 (p. 99).
  • 185 Ceci est cité comme preuve par Uspensky, Istoriya, p. 33.
  • 186 Voir Belyakova, Povest’, p. 74-87.
  • 187 Par exemple, la Vie prétend que l’évêque Cyrille de Rostov (1231-1261, † 1262) baptisa Pierre après (...)
  • 188 Voir Hannick, Annexions, p. 459. Sur ses chantres, voir ci-dessous n. 254-257.
  • 189 L’emploi au moins occasionnel du grec à la cathédrale de Sainte-Sophie à Kiev est impliqué par le f (...)
  • 190 D’après la Chronique russe elle mourut en 1011, PSRL, i, col. 129, avant la mort de Vladimir le 15 (...)

30Sans aucun doute, le mariage le plus important est celui de Vladimir et Anne, sœur porphyrogenète de Basile II, lors de sa conversion en 988, dont parlent aussi bien les sources russes que byzantines180. La princesse dut être accompagnée d’au moins un prêtre, mais la théorie selon laquelle la première langue liturgique de l’Église russe, au moins jusqu’à la mort de Vladimir en 1015, fut le grec181 n’est pas prouvée. Il est vrai qu’il n’y a pas de manuscrits liturgiques russes du début du XIe siècle, mais les premiers missionnaires, sans doute des Bulgares, ont certainement apporté leurs livres liturgiques182. Parmi les manuscrits liturgiques russes les plus anciens, certains contiennent des phrases grecques écrites en caractères cyrilliques, mais le résultat est un charabia qui démontre uniquement qu’on tenait le grec en haute estime, et non pas que les offices étaient célébrés en grec ; voir, par exemple : ô feos mou, alleluia. Gloire à toi, ô Dieu, alleluia. Tin ikumeni, alleluia. En oli kardia mou, alleluia, Aie pitié de moi, ô Dieu, aie pitié de moi, alleluia183. D’après la Vie de S. Pierre de la Horde, neveu de Khan Berke de la Horde d’Or (1258-1266), quand Pierre visita Rostov en 1253 le choeur gauche de la cathédrale de la Dormition chantait les offices en grec tandis que le choeur droit chantait en russe (sic)184, mais ceci ne prouve pas qu’on célébrait les offices en grec185, car la Vie ne date que de la fin du XVe siècle186 et représente un mélange de réel et d’imaginaire avec pas mal d’anachronismes187. On a même cité la fable de l’arrivée en Russie de trois chantres grecs au XIe siècle pour soutenir cette théorie188. Les liturgies célébrées pour Anne et celles que célébraient les métropolites qui ne connaissaient pas (encore) le slavon mises à part189, il n’y a aucune raison de croire que les offices furent jamais célébrés en grec. Quant à Anne, les sources se taisent sur son sort, même la date de sa mort reste incertaine190. Il est important de savoir qu’elle n’eut pas d’enfants et qu’à cause d’elle, il n’y avait pas de sang impérial dans les veines de la dynastie riourikide.

  • 191 PSRL, ii, col. 149 ; cf. ibid., I, col. 160, où il y a une coquille.
  • 192 Éd. PSRL, i, col. 240-252 (col. 240). Dans son Exhortatio Vladimir dit que son père comprenit cinq (...)
  • 193 Par exemple, ibid., ii, col. 280. Dans son Exhortatio Vladimir dit que son père comprenait cinq lan (...)
  • 194 Éd. Russkie dostopamyatnosti, t. I, Moscou 1815, p. 61-75 (p. 63).
  • 195 L’assertion que le mariage eut lieu en 1046, p. ex., de Baumgarten, Généalogies, p. 7 ; Kazhdan, Ma (...)
  • 196 Éd. Soloviev, Marie, p. 243.
  • 197 Ibid., p. 245.
  • 198 Voir ci-dessus le sceau de Théophano Mouzalonissa.
  • 199 Sur le revers des sceaux, il y a le portrait de S. André, et Poppe, Expédition, p. 267, n. 181, a é (...)
  • 200 Voir Vostokov, Opisanie, p. 574 ; à ce propos, voir Bryusova, Voprosi, p. 127-135.

31Il n’y a qu’un seul autre cas certain d’un mariage entre un prince russe et une byzantine, celui de Vsevolod, prince de Pereyaslavl (1054-1076), Cernigov (1076-1077) et Kiev (1078-1093). En relatant la naissance du premier fils de Vsevolod, Vladimir, en 1053, la Chronique russe prétend qu’il naquit « de l’impératrice grecque »191, et ce fils, devenu Vladimir II de Kiev (1113-1125), dit dans son Exhortatio que sa mère était une Monomaque192 et plus tard les chroniqueurs lui accordent souvent l’épithète de Monomaque193. On trouve une allusion à sa descendance impériale dans la lettre sur le jeûne que le métropolite Nicéphore I de Kiev (1104-1121) adressa à Vladimir : le métropolite dit que Dieu l’a sanctifié dès la matrice, « ayant mélangé le sang impérial et princier »194. Vsevolod a donc dû épouser un membre de la famille des Monomaques195 et il est théoriquement possible qu’il ait épousé une fille de Constantin IX Monomaque (1042-1055), soit par la première femme de Constantin avant qu’il ne devînt empereur, soit par une maîtresse, mais son épouse ne pouvait pas être une princesse porphyrogenète car l’impératrice Zoé était stérile. On a considéré que le nom de son épouse était Marie car deux sceaux ont été trouvés en Russie qui portent l’inscription : CΦΡΑΓ(ΙC) MAPIAC MO.AXIC THC ΕΥΓΕΝΕCTATIC APXONTICIC196, mais la reconstruction du troisième mot comme MONOMAXIC197 est fausse car le nom de famille figure à la fin d’une inscription198, tandis que le titre ecclésiastique suit le nom de baptême ; il faut donc lire MONAXIC199. Dans les extraits du nécrologe du monastère du Miracle de Saint-Michel à Vydubici, l’épouse de Vsevolod s’appelle Anastase200, mais comme aucun manuscrit ancien du nécrologe n’a été retrouvé, il n’est pas certain que ces extraits, faits pour le comte Nicolas Rumyancev (1754-1826), ont une valeur historique.

32Tous les métropolites de Kiev avant le sac de la ville en 1240 par les Mongols furent des Grecs sauf deux, Hilarion (1051-1054) et Clément (1147-1155), tous deux élus sans la bénédiction du patriarche de Constantinople. Ils n’acquirent pas tous une connaissance du vieux-russe, comme le montre le début de l'Homilia in Quinquagesima du métropolite Nicéphore I :

  • 201 Éd. Bulgakov, Istoriya, ii, p. 349-353 (p. 349). L’attribution de cette homélie à Nicéphore I est l (...)

« Ma langue devrait vous adresser, mes enfants bien-aimés et chéris dans le Christ, beaucoup d’homélies et imbiber votre bonne terre fertile – je veux dire vos âmes – de Son eau ; mais on ne m’a pas donné le don des langues, comme l’appelle saint Paul, avec lequel je pourrais remplir la charge qui m’a été confiée, et je suis donc sans voix au milieu de vous et je me tais beaucoup. Puisqu’une homélie s’impose aujourd’hui car les jours du saint carême s’approchent, j’ai estimé qu’il convient de délivrer l’homélie par écrit »201.

  • 202 S. Cyrille de Moravie le cite, par ex., dans sa défense du slavon comme langue liturgique, Vita S. (...)
  • 203 On constate cet emploi déjà au IVe siècle chez « Ambrosiaster », Commentaria in XII epistolas beati (...)

33Cet emploi abusif du passage où saint Paul traite de la glossolalie (I Cor. XIV, 1-40) comme s’il s’appliquait aux langues étrangères est courant, et pas uniquement dans les écrits slavons202, mais aussi dans la littérature chrétienne en général203.

  • 204 La partie est de la Bulgarie tomba en 971 et le reste du pays fut annexé en 1018. La révolte qui ab (...)
  • 205 Six de ces homélies éd. Sobolevsky, Šestodnev, p. 179-202. On ne connaît son nom que par une glose (...)
  • 206 Comme le prétendent Rykov, Epizod, p. 173, et Turilov, Grigory, p. 188.
  • 207 Pour les différentes significations du mot ΦιλόσοφΦς voir Dölger, Bedeutungen, p. 197-208. Gromov, (...)
  • 208 PSRL, i, col. 160.
  • 209 Éd. Kotkov, Sbornik, p. 89. Sur Éphrem, voir ci-dessus n. 73.
  • 210 Ils vont de l’absurde – Michel et Éphrem seraient la même personne, selon Likhačev, Povest’, ii, p. (...)

34Étant donné que la Bulgarie fit partie de l’Empire byzantin pendant presque toute l’époque kiévienne204, il était naturel pour les métropolites d’employer des Bulgares qui connaissaient le grec dans leur chancellerie, mais on ne connaît le nom que d’un seul d’entre eux : Grégoire « le philosophe », qui arriva avec le métropolite Georges (1061/3-c. 1076) et qui composa un cycle de sept homélies, une pour chaque jour de la semaine205. L’idée que son titre « le philosophe » signifie qu’il avait fait des études à l’école dans le palais de la Magnaure à Constantinople206 est sans fondement, car en grec comme en slavon le terme s’employait dans le sens de « moine »207. Un autre moine qui arriva avec Georges était Michel, du monastère Studiou. D’après la Chronique russe, Théodose, abbé du Monastère des Grottes, obtint de lui un exemplaire de la règle studite208, mais on ignore s’il était Grec ou Bulgare. Dans sa Vie de Théodose, Nestor dit que celui-ci envoya un moine auprès d’Ephrem, qui résidait alors à Constantinople, pour obtenir la règle et que ce dernier lui en fit transmettre un exemplaire209. Beaucoup d’essais ont été entrepris pour harmoniser les deux versions contemporaines des événements210, mais la solution la plus simple est de voir en Michel la personne qui apporta l’exemplaire d’Ephrem.

  • 211 Le document grec le plus ancien provenant de la chancellerie est une liste de treize consécrations (...)
  • 212 Éd. Kalaydovič, Pamyatniki, p. 157-163.
  • 213 Seuls des extraits de la version originale ont été publiés, éd. Popov, Obzor, p. 111-116.
  • 214 Le grec et le slavon en parallèle éd. Pavlov, Opyty, p. 169-189. On ignore si la traduction slavonn (...)
  • 215 Ševčenko, Elements, p. 937.

35C’était évidemment dans la chancellerie qu’on rédigeait les documents en grec qu’on envoyait à Constantinople, mais aucune trace de cette correspondance n’a été conservée avant le XIVe siècle211. Les lettres que les métropolites adressèrent aux princes russes révèlent qu’il y avait au moins une bibliothèque modeste à la chancellerie. Dans la lettre que le métropolite Nicéphore I envoya à Vladimir Monomaque pour l’avertir du danger des contacts avec les « Latins »212, le métropolite cite in extenso la première lettre adressée à Pierre, patriarche d’Antioche, par le patriarche Michel Kéroularios de Constantinople, et dans sa lettre au prince Yaroslav de Volhynie (1100-1123) sur le même sujet213, le métropolite se sert largement de l'Opusculum contra Francos faussement attribué à Photius. Comme il ne cite pas les traductions slavonnes, il est clair que le métropolite avait les originaux grecs à sa disposition. Il n’existe pas de texte grec de ces lettres et il se peut que le métropolite ait dicté ses lettres directement au(x) traducteurs(s). Néanmoins, d’autres lettres furent d’abord écrites en grec puis traduites en slavon, ainsi, par exemple, la lettre que le métropolite Jean II (1076/7-1089/90) adressa à l’antipape Clément III (1080-1100), qui lui avait écrit au sujet de l’unité de l’Église214. Toute spéculation concernant la possibilité pour les Russes d’apprendre le grec dans la chancellerie215 est inutile, car les sources sont muettes à ce sujet.

  • 216 Éd. Pavlov, Pamyatniki, i, col. 79-84. (RAPC, i, 4, no 1247).
  • 217 Éd. Bulgakov, Istoriya, iii, p. 298-300 (p. 298). Il existe aussi une rédaction tardive et interpol (...)
  • 218 Éd. Bulgakov, Istoriya, iii, p. 299.
  • 219 PSRL, ii, col. 520. La version de cet épisode dans la Chronique laurentine, ibid., col. 351-352, n’ (...)
  • 220 Éd. Bulgakov, Istoriya, iii, p. 299.

36Les lettres des patriarches aux métropolites furent traduites lorsqu’elles contenaient une information d’intérêt général, par exemple, celle adressée au métropolite Cyrille (1224-1233) par le patriarche Germain II (1222-1240), dans laquelle le patriarche défend l’ordination d’un ancien esclave sans la production d’une lettre de manumission. Le patriarche menace d’excommunication toute personne, prince ou autre, qui essaierait de dérober la propriété de l’Église ou de s’ingérer dans les affaires des tribunaux ecclésiastiques216. Les patriarches étaient aussi en communication directe avec plusieurs princes. Une lettre envoyée au prince André de Bogolyuhovo par le patriarche Luc Chrysobergas (1157-1169/70) révèle que le prince avait écrit au moins trois fois au patriarche, une fois pour demander l’établissement d’un nouveau siège métropolitain dans sa capitale Vladimir en Souzdalie217, et au moins deux fois pour se plaindre de son évêque, Léon de Rostov (1158-avant 1183)218, qu’André avait expulsé en 1162 car l’évêque ne voulait pas relâcher les règles de jeûne219. Le patriarche mentionne qu’il a reçu une lettre du métropolite concernant cette affaire et qu’il en a aussi été informé par un envoyé impérial et par beaucoup d’autres220.

  • 221 PSRL, ii, col. 485. Il n’est pas sûr que cela signifie qu’ils s’enfuirent à Constantinople, comme l (...)
  • 222 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis’, p. 28. Sa politique byzantinophile suscita u (...)
  • 223 PSBL, ii, col. 484.
  • 224 Éd. Kušelev-Bezbobodko, Pamyatniki, iv, p. 1-9 (p. 5).
  • 225 Patericon, éd. Abramovyč, Pateryk, p. 97. Voir, sur cette lettre, Poljakov, Authentizität, p. 294-2 (...)

37Nous ne savons rien de la traduction de ces lettres patriarcales. Elles auraient pu être traduites déjà à Constantinople avant l’envoi, ou par l’intermédiaire de la chancellerie métropolitaine à Kiev, ou même oralement par le messager patriarcal en Russie. Il faut toutefois attirer l’attention sur le fait que parmi les lettres patriarcales en traduction slavonne il y en a de fausses. En voici deux exemples. Quand le moine russe Clément Smolyatič fut élu métropolite le 27 juillet 1147 sans la bénédiction patriarchale, suite à l’insistance du prince Izyaslav II de Kiev (1146-1149, 1151-1154), les évêques Néphon de Novgorod et Manuel de Smolensk (1137-après 1168) protestèrent, et le second, un Grec, s’enfuit, de même que Cosme, évêque de Polock (1143-après 1156)221. Quand Néphon alla à Kiev en 1149 il fut détenu à cause de son opposition à l’élection de Clément et ne fut relâché qu’en 1150222. Il n’y a pas de raison pour soupçonner l’authenticité de la nouvelle de la Chronique selon laquelle le patriarche lui écrivit pour l’encourager dans son opposition à l’élection223, mais le texte de la lettre qui se trouve dans la Vie de Néphon écrite par le célèbre hagiographe russe Basile de Pskov en 1558224 est le produit de l’imagination fertile de Basile, qui s’est inspiré du récit sur Néphon contenu dans le patericon du Monastère des Grottes à Kiev225.

  • 226 PSRL, i, col. 352-353.
  • 227 Éd. Russky feodal’ny arkhiv XIV pervoy treti XVI veka, (iii), Moscou 1987, no 149, p. 535-536.
  • 228 Une des rédactions, éd. Klyučevsky, Skazanie, p. 21-26 (p. 26). Une autre rédaction de cette fable (...)
  • 229 RAPC, i, 3, no 1054. Encore une fois V. Grumel, ibid., p. 509-510, donne un commentaire erroné et c (...)

38En 1163/4 André de Bogolyuhovo vainquit les Bulgares de la Kama et la relation la plus ancienne de la victoire l’attribue à l’icône de Notre-Dame de Vladimir qu’on porta à la bataille226. Au milieu du XIVe siècle au plus tôt, on composa un récit de l’introduction d’une fête en l’honneur du Seigneur et de Notre-Dame pour commémorer la victoire. Selon le récit, l’empereur Manuel I Comnène aurait vaincu les Sarrasins le même jour et les deux victoires auraient été accompagnées des mêmes signes miraculeux227. Il y a plusieurs rédactions plus tardives de cette légende, dont quelques-unes – aucune n’étant antérieure au XVIe siècle – contiennent une lettre adressée à André au nom de Manuel et de tout le clergé en lui demandant d’introduire la fête228. Il est dommage que ce produit d’une fertile imagination russe du XVIe siècle ait été inclus dans les regestes des actes du patriarcat de Constantinople pour le motif que seul le patriarche, en l’occurrence Luc Chrysobergas, avait le droit d’écrire au nom de tout le clergé229.

  • 230 PSRL, ii, col. 523.

39Beaucoup des évêques diocésains étaient grecs mais il n’est guère possible d’en dresser une liste complète car les chroniques russes ne mentionnent pas leur nationalité sauf dans des circonstances exceptionnelles. Pour en donner un exemple : quand le prince Svyatoslav de Cernigov mourut le 15 février 1164, son entourage jura de tenir sa mort secrète jusqu’à ce que son fils Oleg, prince de Novgorod Seversk († 1180), puisse arriver, de peur que son rival Svyatoslav (1126-1194), fils aîné de Vsevolod II de Kiev (1139-1146), n’arrive avant Oleg. Parmi ceux qui jurèrent se trouvait l’évêque de Cernigov, Antoine (avant 1159 après 1168), qui avait cependant déjà informé Svyatoslav de la mort de son oncle, et le chroniqueur ajoute que l’évêque « cachait la fourberie en soi, car il était grec de naissance »230.

  • 231 Ibid., ii, col. 300. A propos de son opposition à l’élection de Clément Smolyatic, voir ci-dessus n (...)

40Un des plus célèbres évêques grecs était l’eunuque Manuel, nommé évêque de Smolensk quand un siège épiscopal y fut créé en 1137231. Dans une lettre en vers à un certain Barys, qui l’avait accusé d’hérésie, le poète Théodore Prodrome (c. 1100-c. 1170) écrit :

  • 232 Éd. Hörander, Theodoros, p. 474-483 (p. 479-480) :
    « Moi, ô très méchant (homme), (je serais) impie (...)

ἐγώ, κάκιστε, δυσσεβὴς εἰς τòv Λóγov,
ὃς πατέρων μὲν ἐξέφυν ʋεοφρόνων
τὴν πίστιν ἔκτε πραγμάτων πιστουμένων
καὶ κλήσεων μάλιστα Χριστωνυμίας'
πάππου γὰρ εὐμοίρηκα Προδρομωνύμου
καὶ ʋεἳον ἔσχον Χριστòν ὠνομασμένον,
γς Ῥωσικς πρόεδρον ἀβρòν ἐν λόγοις·
ὑφ’ οἷς άναχϑεὶς εὐσεβς ἀνετράφην232.

  • 233 Par exemple, Tachiaos, Metropolitans, p. 433.
  • 234 Franklin, Uncle, p. 40-45 ; Kazhdan, Evidence, 357-358.
  • 235 PSRL, i, col. 304.
  • 236 Voir, par ex., de Baumgarten, Chronologie, p. 67 ; Levčenko, Očerki, p. 468.
  • 237 PSRL, ii, col. 340-341.

41Si ces lignes veulent dire que Théodore fut éduqué par son oncle, l’identification traditionelle de ce dernier comme le métropolite Jean II (1076/7-1089/90)233 ne peut pas être retenue et on a dès lors suggéré que Manuel était son oncle234. Cependant les mots ὑφ’oὶς pourraient se référer aux πατέρες, et dans ce cas l’identification traditionnelle reste possible. La même année que Manuel fut consacré évêque de Smolensk, un autre eunuque, Théodore, fut consacré évêque de Vladimir en Volhynie235. Le fait qu’il était eunuque a été interprété comme preuve que lui aussi était grec236, mais ceci est loin d’être certain, puisqu’il faisait partie des évêques qui, en 1147, se mirent d’accord pour consacrer Clément sans la bénédiction patriarcale237.

  • 238 PSBL, i, col. 390-391.
  • 239 Ibid., ii, col. 629-630. Il est théoriquement possible qu’il fut l’évêque qui alla à Constantinople (...)

42En 1184, le métropolite Nicéphore II (avant 1183-après 1201) consacra le Grec Nicolas évêque de Rostov, mais Vsevolod III de Vladimir en Souzdalie (1176-1212) refusa de l’accepter en prétendant que cette consécration aurait été simoniaque, quoique la vraie raison fût qu’il avait son propre candidat, Luc, abbé du monastère du Saint-Sauveur à Berestovo238. En conséquence Nicolas fut transféré à Polock239. Cet incident est important car il révèle que le métropolite consacrait des Grecs à Kiev, ce qui veut dire que les candidats se trouvaient parmi ceux qui travaillaient à la chancellerie métropolitaine.

  • 240 Éd. Bodyansky, Sočineniya, p. 4-18.
  • 241 PSRL, I, col. 281.
  • 242 Patericon, éd. Abramovyč, Pateryk, p. 116-117.
  • 243 Éd. Bodyansky, Sočineniya, p. 5.
  • 244 Éd. ibid., p. 4.
  • 245 Voir Lyaščenko, Zametka, p. 5 ; Bulanina, Feodosy, p. 459.
  • 246 Par exemple césta, éd. Bodyansky, Sočineniya, p. 4. Son identification avec Théodose, abbé du monas (...)
  • 247 Voir ci-dessous n. 296.

43La présence de moines grecs dans les monastères russes n’est pas attestée. Le seul cas cité n’est pas convaincant. Théodose, moine du Monastère des Grottes à Kiev, traduisit le Tome du pape Léon I du grec en slavon pour un autre moine du monastère, Nicolas240, dans le monde Svyatoslav, fils du prince David de Černigov (1097-1123), qui devint moine le 17 février 1106241 et mourut trente-six ans plus tard242. Dans sa préface, Théodose parle de « mon patriarche »243 et dit qu’il a étudié « les livres homériques et rhétoriques depuis mon enfance »244, ce qui est peut-être un lieu commun byzantin mais est unique pour la Russie kiévienne. Pour ces raisons, on a considéré qu’il était grec245, mais les bulgarismes dans la langue de la traduction246 indiqueraient plutôt qu’il était bulgare. Néanmoins, sa traduction démontre qu’à l’époque il y avait au moins un membre de la communauté qui connaissait le grec. La traduction est aussi unique en ce qu’elle est la seule traduction d’un ouvrage patristique dont on sache avec certitude qu’elle fut faite en Russie kiévienne247..

  • 248 PSRL, i, col. 183.
  • 249 Patericon, éd. Abramovyč, Pateryk, p. 5-8.
  • 250 Ibid., p. 9-12. Sur les architectes byzantins en Russie au XIe siècle, voir Rappoport, Deyatel’nost (...)
  • 251 Ibid., p. 11.
  • 252 Comme le prétendent, p. ex., Franklin, Greek, p. 71, et Tóth, Predposylki, p. 178.
  • 253 Vita, éd. Kušelev-Bezborodko, Pamyatniki, i, p. 263-270 (p. 265). Sur la pierre voir Makarov, Kamen (...)
  • 254 Voir Levčenko, Očerki, p. 435-436, et Radcig, Vliyanie, p. 15. Pire que crédule, Mur’yanov, Kul’tur (...)

44Des marchands et des artisans grecs se rendirent en Russie et quelques-uns y restèrent. On commença la construction de l’église de la Dormition dans le Monastère des Grottes à Kiev en 1073248 sous la supervision d’artisans grecs249 et l’église fut décorée par des artistes grecs, qui arrivèrent avec une caravane de marchands grecs et abkhazes en apportant les pierres dont ils avaient besoin pour les mosaïques250. D’après l’évêque Simon de Vladimir en Souzdalie (1214-1226), ces artistes restèrent au monastère jusqu’à leur mort et « leurs livres grecs » y étaient encore conservés de son temps251. Ces livres n’étaient évidemment pas des manuscrits grecs en général252, mais leurs manuels iconographiques. Malheureusement, la présence de marchands et artisans grecs n’est que rarement attestée sauf dans des sources qui ne sont pas dignes de foi, par exemple, la Vie fabuleuse de S. Antoine dit « le Romain » († 1147). Cette Vie de la fin du XVIe siècle relate que le saint fut emporté au large de la côte italienne par une tempête, le 5 septembre 1105, sur une pierre et qu’il s’échoua à Volkhovsko-lès-Novgorod pendant la nuit du 6 au 7 septembre. Il ne put pas communiquer avec les gens de l’endroit jusqu’à ce qu’il rencontrât un marchand de la Grèce qui parlait grec, « romain » et russe253. L’emploi de cette fable comme preuve de la présence de marchands grecs en Russie kiévienne254 ne fait qu’illustrer la question rhétorique de Slobodan Fomič : Quis credulior est historiographo Russiae mediaevalis ?

  • 255 Les chroniques de Nicon, éd. PSRL, ix, p. 85 ; de Tver, éd. ibid., xv, col. 150-151 ; de Lvov, éd. (...)
  • 256 Istoriya, ii, p. 81.
  • 257 šAkhmatov, Zitie, p. 137-138. A propos de Michel, voir ci-dessus n. 207-209.
  • 258 PSRL, i, col. 160.
  • 259 Istoriya, ii, p. 148.
  • 260 PSRL, ii, col. 300. A propos de Manuel, voir ci-dessus n. 220 et 230-233.

45A partir du XVe siècle, une série de chroniques russes racontent l’arrivée de trois chantres de la Grèce. Elles associent toujours cet événement avec l’arrivée de S. Antoine à Kiev et la fondation du Monastère des Grottes255. L’historien russe Basile Tatiscev (1685-1750), célèbre mais fantaisiste, prétendit qu’ils arrivèrent avec le métropolite Georges (c. 1061/3-c. 1076) en 1053 ( !)256, ce qui a donné lieu à la théorie que l’un d’eux aurait été Michel le Studite257. En réalité, c’est une légende inspirée par le fait que, dans son récit de la fondation du Monastère des Grottes, la Chronique russe relate que Théodose y introduisit la règle studite qui contient les règles pour le chant monastique258. Tatiscev raconte aussi que d’autres chantres arrivèrent de la Grèce avec Manuel de Smolensk en 1137259. En vérité, il s’agit de l’une des multiples histoires inventées de toutes pièces par Tatiscev, inspiré cette fois par le fait que d’après la Chronique Manuel, un eunuque, était « un chantre excellent »260.

  • 261 Éd. V. Yanin et al., Noυgorodskie gramoty na bereste. Iz raskopok 1977-83 gg., Moscou 1986, no 549, (...)
  • 262 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis', p. 42.
  • 263 Voir Matsuki, Painter, p. 34. A propos d’Alexis Comnène, voir ci-dessous n. 267-272.
  • 264 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis’, p. 232.
  • 265 Éd. ibid., p. 68, 275.
  • 266 Voir de Baumgarten, Chronologie, p. 118 ; Michell, Chronicle, p. 73, et Ternovsky, Izučenie, ii, p. (...)
  • 267 Voir Skulina, Imiennictwo, i, p. 144-145.

46En 1973-75 on a fouillé l’atelier d’un iconographe de la fin du XIIe-début du XIIIe siècle à Novgorod et parmi les lettres sur écorce de bouleau retrouvées, il y en a deux adressées à un certain Gricin à propos d’icônes261. Il pourrait s’agir de Gricin Petrovic, qui en 1196 peignit les fresques de la chapelle qui se trouve au-dessus de la porte de la ville262. On l’a pris pour un Grec qui arriva à Novgorod avec Alexis Comnène en 1186 et y resta263. Un des trois candidats à la succession de l’archevêque Gabriel de Novgorod (1186-1193) fut un certain Gricin264, qui était aussi un des trois candidats à la succession de l’archevêque Antoine en 1229265 ; on l’a, lui aussi, pris pour un Grec266. En réalité Grecin, Gricin et Gricin sont des variantes d’un nom slave267 et il ne s’agit donc pas de Grecs.

  • 268 Éd. Nasonov, Letopis', p. 38. La chroniqueur emploie l’année qui commence le 25 mars, voir Berežkov (...)
  • 269 Nicétas Choniatès, Historia, éd. van Dieten, Nicetae, p. 272-274. A propos d’Alexis II, voir VARZOS (...)
  • 270 Nicétas Choniatès, Historia, ed. Van Dieten, Nicetae, ii, p. 296. Sur la question contestée du père (...)
  • 271 Nicétas Choniatès, Historia, éd. Van Dieten, Nicetae, ii, p. 296, 319.
  • 272 Comme le veulent Levčenko, Ocerki, p. 468, et Ternovsky, Izučenie, ii, p. 38. Mais dans ce cas elle (...)
  • 273 Cf. l’assertion que la mère de Vladimir Monomaque était l’impératrice grecque, voir ci-dessus n. 19 (...)

47Gricin l’iconographe a été mêlé à l’une des trois occasions où un (faux) membre de la famille impériale byzantine alla en Russie. D’après la première chronique de Novgorod, l’empereur Alexis, fils de Manuel, visita Novgorod en 6694 (1186/87)268, ce qui est impossible car Andronic I Comnène (1183-1185) s’empara du pouvoir en novembre 1183 et fit étrangler le seul fils légitime de Manuel, Alexis II (1180-1183)269. Un des premiers actes d’Andronic fut d’exiler Alexis Comnène, fils d’Andronic Comnène Vatatzès (c. 1133-1176) chez les Scythes270, c’est-à-dire en Russie, d’où il passa à la cour de Guillaume II, roi normand de Sicile (1166-1189), à Palerme, et participa à la campagne normande contre Andronic en 1185271. Si la date mentionnée dans la chronique est juste, la personne qui visita Novgorod en 1186/7 ne peut pas être Alexis Comnène et il devait s’agir d’un imposteur inconnu272, mais il est plus probable que la date est inexacte et que la personne en question était Alexis. Le chroniqueur aurait donc confondu son rang273.

  • 274 PSRL, ii, col. 524.
  • 275 Nicétas Choniatès, Historia, éd. van Dieten, Nicetae, p. 132 ; Jean Kinnamos, Epitome, v, 10, éd. M (...)
  • 276 Par exemple, Levčenko, Očerki, p. 492 ; Mošin, Russkie (XI), p. 49 ; Pašuto, Politika, p. 195.
  • 277 PSRL, i, col. 280 ; ibid., ii, col. 252. Sur ce mariage, voir Kazhdan, Marriages, p. 419-420.
  • 278 Son admission au conseil d’Yaroslav, voir ci-dessus n. 274, plaide en faveur de ceci. Nicétas Choni (...)
  • 279 Jean Kinnamos, Epitome, v, 12, éd. Meineke, Ioannis, p. 235-236. L’identité de l’envoyé Manuel Comn (...)
  • 280 PSRL, ii, col. 524.

48Andronic I, qui exila Alexis était allé lui-même en Russie. En 1164/5, il fut incarcéré par son cousin Manuel I pour avoir conspiré contre lui, mais Andronic réussit à s’évader et s’enfuit en Galicie, où il fut bien accueilli par le prince Yaroslav (1153-1187), qui le nomma gouverneur de quelques villes274, et s’il faut croire les sources byzantines, l’admit à son conseil275. On a suggéré que cet accueil chaleureux était dû au fait que Yaroslav était son cousin276, car en 1104 la fille du prince Volodar de Przemyśl (1092-1124/5), qui était la soeur du père de Yaroslav, Vladimirko de Galicie (1141-1153), fut amenée à Constantinople pour épouser un fils de l’empereur Alexis I Comnène (1081-1118)277. Ce dernier avait quatre fils. La princesse russe ne pouvait épouser ni Manuel, qui est mort jeune, ni l’empereur Jean II Comnène (1118-1143), qui épousa une princesse hongroise. Andronic, né le 18 septembre 1091, ainsi qu’Isaac, né le 16 janvier 1093 et père d’Andronic, épousèrent des femmes qui s’appelaient Irène, mais dont les origines restent inconnues. Une de ces Irène aurait pu être la fille de Volodar. Il est plus probable qu’elle épousa Andronic, car en 1104 Isaac n’avait qu’onze ans. Si au contraire elle épousa Isaac, il se pourrait que son fils Andronic ait eu une connaissance du vieux-russe278. Quoi qu’il en soit, la vitesse à laquelle Manuel I envoya son ambassadeur Manuel Comnène chez Yaroslav pour négocier le retour d’Andronic279, montre qu’il craignait que son cousin ne formât une alliance hongro-galicienne contre lui. Andronic rentra à Constantinople accompagné de l’évêque de Galič, Cosme280.

  • 281 Ibid., i, col. 291 ; ii, col. 283.
  • 282 Ibid., iii, col. 3.
  • 283 Ibid., i, col. 283.
  • 284 Ibidem.
  • 285 Ibid. i, col. 289.
  • 286 Ibid., i, col. 305.
  • 287 Ibid., ii, col. 284.
  • 288 Ibid., ii, col. 298.
  • 289 Comme le pense Vasil’evsky, Otryvki, i, p. 306-308.
  • 290 Anne Comnène, Alexiade, ix, 6, éd. Reifferscheid, Annae, ii, p. 43. Toutefois, son frère, Nicéphore (...)
  • 291 Ibid., x, 2 et 4, éd. op. cit., ii, 58-61 et 67-69. Il se peut qu’Anne Comnène ait confondu ces inf (...)
  • 292 C’est ce que pense Pašuto, Politika, p. 186.
  • 293 PSRL, i, col. 304 ; ii, col. 298.

49Le dernier cas d’un membre éventuel de la famille impériale qui alla en Russie est celui de Léon Diogène, le zḙt du prince Vladimir Monomaque de Kiev, qui en 1116, appuyé par Vladimir, envahit l’Empire et prit plusieurs villes sur le Danube inférieur, mais qui fut assassiné le 15 aôut par deux Sarrasins envoyés par Alexis I Comnène281. Le terme zḙt signifie le mari d’une soeur ou d’une fille. Vladimir avait quatre sœurs : une, dont le nom reste inconnu, morte en 1089282, Cathérine, morte en 1108283, Eupraxie, morte en 1109284, et Anne, morte en 1112285, ce qui veut dire que Léon a dû être le beau-fils de Vladimir. Ce dernier avait trois filles, Euphémie, qui épousa le roi Koloman de Hongrie († 1114) en 1107 et mourut en 1138286, Agathe, qui épousa Vladimir, prince de Gorodok († 1141), en 1116287, et Marica, dont on ne connaît pas le nom du mari, mais dont le fils, Basile, est appelé fils de Léon le carevič’288. Il est clair que Léon avait épousé Marica et la théorie selon laquelle il épousa une sœur inconnue de Vladimir289 est insoutenable. Léon Diogène, fils de l’empereur Romain IV Diogène (1068-1071) resta fidèle à Alexis I290, mais en 1095 apparut un imposteur qui prétendait être Léon. Il fut banni à Khersôn, d’où il s’évada. Aidé par les Cumans, il envahit l’Empire, mais il fut entraîné dans un guetapens et on le rendit aveugle291. Le fait que le père de Basile est appelé « fils de l’empereur » implique qu’il était aussi un imposteur292, mais il est possible également qu’il s’agissait d’un autre membre de la famille des Diogènes. Quoi qu’il en soit, le fils de Léon, Basile, mourut sans postérité en 113 6293.

  • 294 Éd. Venevitinov, Žitie, p. 134.
  • 295 Éd. Loparev, Kniga, p. 85 et 81.

50Il faut reconnaître l’évidence des faits suivants : la connaissance du grec vulgaire, le démotique, n’était pas rare dans certains cercles de la population kiévienne, soit parmi ceux qui pour l’une ou l’autre raison voyagèrent dans l’Empire, soit parmi ceux qui avaient des liens étroits avec les rares résidents grecs en Russie. Quant au citoyen moyen, il connaissait tout au plus quelques phrases liturgiques. Il est significatif qu’au début du XIIe siècle, Daniel trouva nécessaire de traduire « Kirie eleison, c’est-à-dire, Seigneur, aie pitié »294, tandis qu’au début du XIIIe siècle Antoine n’estima plus nécessaire la traduction de Kirelesu ou Is pola iti děspoda295.

  • 296 Voir Thomson, Quotations, p. 65-102, et Idem, Implications, p. 63-91.
  • 297 Voir Thomson, Russia, p. 304, et ci-dessus n. 246.
  • 298 Voir Thomson, Russia, p. 295-354.

51La situation est tout à fait différente en ce qui concerne la connaissance du grec attique ou même de la koinè. Il est fort significatif qu’aucun auteur kiévien, à l’exception, peut-être, du métropolite Hilarion (1051-1054), ne cite d’ouvrages grecs non traduits296, une preuve convaincante du fait qu’ils ne lisaient pas le grec. A l’exception du Tome de Léon297, rien ne prouve qu’un ouvrage patristique ait été traduit en Russie kiévienne298. Cette affirmation semble être contredite par une déclaration au sujet du prince Yaroslav dans la Chronique russe sous l’an 1037 ; une affirmation qu’on traduit normalement comme une variante de ceci :

  • 299 Variante : ils traduisirent.
  • 300 Ou : copièrent.
  • 301 PSRL, i, col. 152. Voir, par exemple, les traductions en français, éd. Léger, Chronique, p. 128 ; e (...)

« Il rassembla beaucoup de scribes et il299 traduisit du grec en slavon et ils écrivirent300 beaucoup de livres »301.

52En réalité la phrase est irrémédiablement corrompue et on pourrait tout autant la reproduire de la façon suivante :

« Il rassembla beaucoup de scribes et transporta des livres de Grèce et les fit copier de l’écriture slavonne et ils écrivirent beaucoup de livres. »

  • 302 Voir Lunt, Interpreting, p. 251-264, et Thomson, Russia, p. 305-307.

53En d’autres termes, il emporta des livres bulgares de l’Empire, dont la Bulgarie faisait partie en 1037, et fit translittérer les caractères glagolitiques en caractères cyrilliques.302

54L’absence de connaissances en grec littéraire est à première vue contredite également par ce que dit le métropolite Clément dans sa lettre à Thomas, un prêtre de Smolensk, qui l’avait accusé d’employer les œuvres d’Homère, d’Aristote et de Platon dans son exégèse de la Bible. Clément écrit à propos de Grégoire, le maître de Thomas :

  • 303 Éd. Nikol’sky, Trudakh, p. 103-136 (p. 126-127).

« Grégoire connaissait son alpha, tout comme toi, et son bêta, et de façon semblable tout l’alphabet de 24 lettres. Tu peux me croire, car j’en suis témoin, il y a des hommes qui peuvent dire alpha, je ne dirais pas cent fois, mais deux cents, ou trois cents, ou quatre cents fois, et bêta aussi »303.

  • 304 Golubinsky, Voprosu, p. 57, à tort considéra qu’il songeait au slavon, et il confondit aussi les ép (...)
  • 305 Éd. Nikol’sky, Trudakh, p. 103-104.
  • 306 Voir Thomson, Perception, p. 303-364.

55Clément parle évidemment de l’enseignement de la grammaire au moyen d’épimérismes rangés par ordre alphabétique, et le fait qu’il mentionne vingt-quatre lettres prouve qu’il ne pense pas à l’alphabet slavon mais à l’alphabet grec304. Qui plus est, Clément fait clairement la distinction entre les connaissances rudimentaires de Grégoire et Thomas d’un coté, et l’érudition des autres de l’autre. Cela n’implique nullement que ces derniers sont des Russes. Au contraire, Clément veut convaincre Thomas que de telles gens existent en lui assurant qu’il en est témoin. Le seul endroit en Russie où on aurait pu rencontrer de telles gens était précisément la chancellerie du métropolite. Clément nie vigoureusement avoir cité des philosophes anciens dans son exégèse305, et il n’y a aucun indice qui démontre que Clément, ou n’importe quel autre Russe de l’époque, ait eu une connaissance directe de la philosophie grecque, dont aucun ouvrage ne fut traduit en slavon ou en russe avant le XVIIe siècle306.

  • 307 Éd. Vysocky, Nadpisi, p. 253.
  • 308 Voir Lazarev, Mozaiki, p. 159-192.
  • 309 Voir ci-dessus n. 248-249.
  • 310 Voir Sotnikova, Tysyačeletie, nos 206-210, 222-227.
  • 311 Voir Yanin, Pecati, I, nos 3-40.
  • 312 Comme l’argumente Vodoff, Questions, p. 440. Les autres preuves qu’il cite, ibid., p. 440-441, ne c (...)
  • 313 Voir Franklin, Greek, p. 81.
  • 314 Yanin, Pecati, i, nos 54-66.
  • 315 Ibid., i, nos 41-53.
  • 316 Éd. Rybakov, Art, p. 70-71.

56Le peu de traces de l’emploi du grec écrit en Russie kiévienne confirme l’absence d’une connaissance du grec littéraire. Les quelques graffitti grecs sur les murs de la cathédrale de SaintSophie à Kiev sont en grec barbare, par exemple : KE KE ΒΟΗΘΙ ΤΟΝ CΟΝ ΔΟΥΛΟΝ ΓΕΟΡΓΗ307. Les mosaïques grecques de la cathédrale de Sainte-Sophie à Kiev308 n’indiquent pas une connaissance du grec par les Russes car elles furent réalisées par des artistes grecs309. Les inscriptions grecques sur les pièces310 et les sceaux311 du XIe siècle démontrent l’influence de la culture byzantine en Russie à l’époque de la conversion et elles disparaissent au fur et à mesure que les traditions nationales de sigillographie et de monnayage se développent. La théorie selon laquelle la langue des premiers actes officiels était le grec312 puisque la langue d’un sceau doit être la même que la langue du document qu’il authentifie est insoutenable : tout comme les noms grecs de saints sur les icônes et les mosaïques, les inscriptions sigillographiques ont une signification rituelle et non linguistique313. Le fait que des sceaux episcopaux portent encore des inscriptions grecques au XIIe siècle314 ne fait que refléter le fait qu’il y avait encore des évêques grecs. Tous les sceaux métropolitains portent, bien sûr, une inscription grecque315. Les inscriptions hybrides, formées de caractères grecs et cyrilliques, qui se trouvent sur des objets artistiques, par exemple, sur le plus grand des deux sions (modèles d’église en argent) de Novgorod de la fin du XIIe siècle316, révèlent qu’il y avait des artisans qui ne maîtrisaient même pas l’alphabet grec.

57On peut conclure qu’il y avait une connaissance assez répandue du démotique dans certains cercles de la population russe mais pas de l’attique, ni même de la koinè, et les assertions apodictiques telles que :

  • 317 Florya, Pis’mennost', p. 70.

« dans certains monastères – les foyers d’érudition en Russie kiévienne – des lettrés, comme nous le savons maintenant, étudiaient un grand nombre de textes non seulement grecs mais aussi (au XIe siècle) latins »317.

  • 318 Svirin, Voprosu, p. 462, par ex., compare à tort l’Italie, où une connaisance du grec n’apparaîtrai (...)

58relèvent du domaine de la légende et sont parfois inspirées par le chauvinisme318.

Bibliographie

LITTÉRATURE CITÉE

ARA Archives de l’Athos, t. i-xix, Paris 1937-1995 CGU Corpus der griechischen Urkunden des Mittelalters und der neueren Zeit. Reihe A : Regesten. Abteilung I : Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches, éd. F. Dölger et P. Wirth, t. i-v, Munich 1924-1965.

PSRL Polnoe sobranie russkikh letopisey, t. i-xli, Saint-Pétersbourg 1846-1995.

RAPC Les regestes des actes du Patriarcat de Constantinople, t. I : Les actes des patriarches, éd. V. Grumel et al., fasc. i-vii, Paris 1932-1991.

D. Abramovyč, Kyyevo-Pecers’ky pateryk, Kiev 1931 (Pam’yatky movy ta pys’ -menstva davn’oï Ukraïny, 4).

A. Alekseev, Koe-cto o perevodakh v Drevney Rusi (po povodu stat’i Fr. Dz. Tomson « Mode in Russia »), dans Trudy Otdela drevnerusskoy literatury, 49 (1996), p. 278-296.

D. Aynalov, Dar svyatoy knyagini Ol’gi v riznicu svyatoy Sofii v Car grade, dans Trudy dvenadcatogo Arkheologičeskogo s”ezda v Khar'kove 1902, 2 (1905), p. 1-4.

H. Beck, Oeschichte der byzantinischen Volksliteratur, Munich 1971 (Handbuch der Altertumswissenschaft, XII, 2, 3).

L. Bel’sky, Antony, arkhiepiskop Novgorodsky, i ego putesestvie v Car grad. Iz istorii palomnicestv russkikh, dans Panteon literatury, 3 (1890), p. 1-19.

M. Belyakova, « Povest’o Petre, careviče ordynskim » v istoriko-literaturnom kontekste (k voprosu o datirovke proizvedeniya), dans Trudy Otdela drevnerusskoy literatury, 46 (1993), p. 74-87.

I. Berežkov, Khronologiya russkogo letopisaniya, Moscou 1963.

S. Blöndal, The Varangians of Byzantium. An Aspect of Byzantine Mililary History, éd. B. Benedikz, Cambridge 1978.

O. Bodyansky, Slavyanorusskie sočineniya v pergamennom sbornike I.N. Carskogo, dans Cteniya v Imperatorskom Obščstve istorii i drevnostey rossiyskikh, 20 (1848), p. i-xxv, 1-60.

L. Bréhier, Le Monde byzantin, t. i-iii, Paris 1969-1970 (L’évolution de l’Humanité, 32, I-III).

R. Browning, Medieval and Modem Oreek, Cambridge 1969.

V. Bryusova, K voprosu o proiskhoždenii Vladimira Monomakha, dans Vizantiysky vremennik, 28 (1968), p. 126-135.

T. Bulanina, Feodosy Grek, dans Slovar’kniznikov i kniznosti Drevney Rusi, t. i, éd. D. Bulanin et O. Tvorogov, Leningrad 1987, p. 459-461.

Makary (Bulgakov), Istoriya russkoy cerkvi, t. i-xii, Saint-Pétersbourg 1877-1891.

R. Casey, Early Russian Monasticism, dans Orientalia christiana periodica, 19 (1953), p. 372-423.

V. Corović, Spisi svetoga Save, Belgrade 1928 (Zbornik za istoriju, jezik i književnost srpskog naroda. I odeljenje, 17).

S. Cross, The Russian Primary Chronicle, éd. O. Sherbowitz-Wetzor, Cambridge (Mass.) 1953 (Publications of the Mediaeval Academy of America, 60).

M. Cubaty, Istoriya Khrystyyanstva na Rusy Ukraïni, t. i-ii, 1, Rome 1965-1976 (Praci greko-katolyc’koï bogoslovs’koï akademiï, 24 25 et 43).

G. Dagron, Communication et stratégies linguistiques, dans Moschonas, Ἐπικοινωνία, p. 81-92.

G. Dagron, Formes et fonctions du pluralisme linguistique à Byzance (IXe-XIIe siècle), dans Travaux et mémoires du Centre de recherche d’histoire et civilisation byzantines, 12 (1994), p. 219-240.

D. Daničiċ, Život svetoga Simeuna i svetoga Save, napisao Domentijan, Belgrade 1865.

V. Danilov, K kharakteristike « Khozdeniya » igumena Daniila, dans Trudy Otdela drevnerusskoy literatury, 10 (1954), p. 92-105.

H. Davidson, The Viking Road to Byzantium, Londres 1976.

N. De Baumgarten, Généalogies et mariages occidentaux des Rurikides russes du Xe au XIIIe siècle, dans Orientalia christiana, 9 (1927), p. 1-95.

N. De Baumgarten, Chronologie ecclésiastique des terres russes du Xe au XIIIe siècle, dans Orientalia christiana, 17 (1930), p. 1-177.

M. De Goeje, Annales quos scripsit Abu Djafar Mohammed Ibn Djarir at-Tabari, t. i-xv, Leiden 1879-1901.

M. De Goeje, Kitāb al-Masālik wa’l-Mamālik (Liber viarum et regnorum) auctore Abu’l-Kāsim Obaidallah ibn Abdallah ibn Khordādhbeh et excerpta e Kitāb alKharādj auctore Kōdama ibn Djafar, Leiden 1889 (Bibliotheca geographorum arabicorum, 6).

A. Dimitriu, K voprosu o dogovorakh russkikh s grekami, dans Vizantiysky vremennik, 2 (1985), p. 531-550.

P. Dölger, Aus den Schatzkammern des Heiligen Berges. 115 Urkunden und 50 Urkundensiegel aus 10 Jahrhunderten, t. i-ii, Munich 1948.

F. Dölger et J. Karayannopulos, Byzantinische Urkundenlehre, t. i, Munich 1968 (Handbuch der Altertumswissenschaft, XII, 3, 1, i).

A. Dostál, H. Rothe et E. Trapp, Der altrussische Kondakar’auf der Grundlage des Blagověščenskij Nižegorodskij Kondakar', t. ii-v, Giessen 1976-1980 (Bausteine zur Geschichte der Literatur bei den Slawen, 8, ii-v).

I. Dujčiev, Le Mont Athos et les Slaves au Moyen Âge, dans Le Millénaire du Mont Athos 963-1963. Études et Mélanges, t. ii, éd. O. Rousseau, Chevetogne 1964, p. 121-143.

J. Dummeb, Die Begegnung mit den Nachbarvölkern als Sprachproblem in byzantinischer Sicht, dans Byzanz in der europäischen Staatenwelt, éd. J. Dummeb et J. Ibmscheb, Berlin 1983, p. 224-229.

F. Dvobnĺk, The Making of Eastern and Central Europe, Londres 1949.

G. Every, The Byzantine Patriarchate 451-1201, Londres 1962.

B. Florya, Slavyanskaya pis’mennost’i evropeyskaya kul’tura rannego Srednevekov’ya, dans Sovetskoe slavyanovedenie, 2 (1985), p. 66-70.

S. Franklin, Who Was the Uncle of Theodore Prodromus ?, dans Byzantinoslavica, 45 (1984), p. 40-45.

S. Fbanklin, Greek in Kievan Rus’, dans Dumbarton Oaks Papers, 46 (1992), p. 69-81.

Yu. Glusakova, O putešestvii igumena Daniila v Palestinu, dans Problemy obscestvenno-političeskoy istorii Rossii i slavyanskikh stran. Sbornik statey k 70-letiyu M. N. Tikhomirova, éd. V. Sunkov, Moscou 1963, p. 79-92.

L. Goetz, Kirchenrechtliche und kulturgeschichtliche Denkmäler Altruβlands nebst Geschichte des russischen Kirchenrechts, Stuttgart 1905 (Kirchenrechtliche Abhandlungen, 18-19).

E. Golubinsky, Vopros o zaimstvovanii domongol'skimi Russkimi ot Grekov tak nazyvaemoy skhedografii, predstavlyavsey soboyu u poslednikh vyssy kurs gramotnosti, dans Izvestiya Otdeleniya russkogo yazyka i slovesnosti lmperatorskoy Akademii nauk, 9, ii (1904), p. 49-59.

E. Golubinsky, Istoriya russkoy cerkvi, tt. i, I-ii, 2, Moscou 1901-1916 (Cteniya v Imperatorskom Obscestve istorii i drevnostey rossiyskikh, 198, 209-210, 192, 259).

J. Gordon, The Novgorod Account of the Fourth Crusade, dans Byzantion, 43 (1973), p. 297-311.

B. Grekov, Kievskaya Rus’, Moscou 1953.

F. Grivec et F. Tomšič, Constantinus et Methodius Thessalonicenses. Fontes, Zagreb 1960 (Radovi staroslavenskog instituta, 4).

M. Gromov, O znacenii termina « filosof » na Rusi, dans Germenevtika drevnerusskoy literatury, 2 (1989), p. 447-480.

M. Gruševs’ky, Istoriya Ukraïny-Rusy, tt. i-x, Kiev-Lviv 1905-1937.

R. Guilland, Études sur l’histoire administrative de l’Empire byzantin. Titres et offices du Bas-Empire byzantin. Le Grand Interprète, ὁ μέγας διερμηνευτής, dans Ἐπετηρὶς Ἑταιρείας Βυζαντινών Σπουδών, 36 (1968), p. 17-26.

R. Guilland, Les logothètes. Études sur l’histoire administrative de l’Empire byzantin, dans Revue des études byzantines, 29 (1971), p. 5-115.

V. Gultzgoff, La Russie kiévienne entre la Scandinavie, Constantinople et le royaume franc de Jérusalem, dans Revue des études slaves, 55 (1983), p. 151-161.

C. Hannick, Annexions et reconquêtes byzantines : Peut-on parler d’« uniatisme » byzantin ?, dans Irénikon, 66 (1993), p. 451-474.

C. Hase, Leonis Diaconi Caloënsis Historiae libri decem et Liber de velitatione bellica Nicephori Augusti, Bonn 1828 (Corpus scriptorum historiae byzantinae).

M. Heppell, The Paterik of the Kievan Caves Monastery, Cambridge (Mass.) 1989 (Harvard Library of Early Ukrainian Literature. English Translations, 1).

W. Horander, Theodorus Prodomus. Historische Gedichte, Vienne 1973 (Wiener byzantinische Studien, 11).

E. Hosch, Griechischkenntnisse im aller Russland, dans Serta slavica in memoriam Aloisii Schmaus. Gedenkschrift für Alois Schmaus, éd. W. Gesemann et al., Munich 1971, p. 250-260.

V. Hrochová, Les itinéraires des pèlerins russes à Constantinople, dans Moschonas, Ἐπικοινωνία, p. 597-603.

H. Hunger, Zum Epilog der Theogonie des Johannes Tzetr.es. Neue Lesungen und Ergänzungen besonders zu den alt-ossetischen Sprachresten, aus einer bisher unbekannten Handschrift der Österreichischen Nationalbibliothek (Phil. gr. 118), dans Byzantinische Zeitschrift, 46 (1953), p. 302-307.

H. Hunger, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, t. i-ii, Munich 1978 (Handbuch der Altertumswissenschaft, XII, 5, i-ii).

R. Huygens, Guillaume de Tyr. Chronique, t. i-ii, Turnhout 1986 (Corpus christianorum. Continuatio mediaevalis, 63-63A).

A. Isačenko, Die Gräzismen des Grossfürsten, dans Zeitschrift für slavische Philologie, 35 (1970), p. 97-103.

A. Issatschenko, Geschichte der russischen Sprache, tt. i-ii, Heidelberg, 1980-1983.

V. Istrin, Dogovory russkikh s grekami X veka, dans Izvestiya Otdeleniya russkogo yazyka i slovesnosti, 29 (1924), p. 383-393.

R. Janin, Constantine byzantine : développement urbain et répertoire topographique, Paris 19642 (Archives de l’Orient Chrétien, 4A).

R. Janin, Le siège de Constantinople et le patriarcat oecuménique. Les églises et les monastères, Paris 19692 (La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, 3).

R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins. (Bithynie, Hel lespont, Latros, Galèsios, Trébizonde, Athènes, Thessalonique), Paris 1975 (La géographie ecclésiastique de l’Empire byzantin, 2).

R. Jenkins (ÉD.), Constantine Porphyrogenitus. De administrando imperio, t. ii, Londres 1962.

F. Jónsson, Heimskringla. Nóregs konunga sogur af Snorri Sturluson, tt. i-iv, Copenhague 1893-1901 (Samfund til udgivelse af gammal nordisk litteratur, 23, I-IV).

O. Jurewicz, Aus der Geschichte der Beziehungen zwischen Byzanz und Russland in der zweiten Hälfte des 12. Jahrhunderts, dans Byzantinische Beiträge, ed. J. Irmscher, Berlin 1964, p. 333-357.

K. Kalaydovič, Pamyatniki rossiyskoy slovesnosti XII veka, izdannye s ob’yasneniem, variantami i obrazcami pocerkov, Moscou 1821.

N. Karamzin, Istoriya gosudarstva rossiyskogo, t. i-xii, Saint-Pétersbourg 1842-18435.

A. Kazhdan, Some Little-Known or Misinterpreted Evidence about Kievan Rus in Twelfth-Century Greek Sources, dans Harvard Ukrainian Studies, 7 (1983), p. 344-358.

A. Kazhdan, Rus'-Byzantine Princely Marriages in the Eleventh and Twelfth Centuries, dans Harvard Ukrainian Studies, 12-13 (1988-89), p. 414-429.

A. Kazhdan, Mouzalon, dans The Oxford Dictionary of Byzantium, t. ii, New York 1991, col. 1420-1421.

V. Klyučevsky, Skazanie o cudesakh Vladimirskoy ikony Boziey Materi, SaintPétersbourg 1878 (Izdanie Imperatorskogo Obscestva lyubiteley drevney pis’- mennosti, 30).

J. Koder, Das Eparchenbuch Leons des Weisen, Vienne 1991 (Corpus fontium historiae byzantinae, 33).

G. Kolias, Léon Choerosphactès, magistre, proconsul et patrice. Biographie Correspondance. (Texte et traduction), Athènes 1939 (Texte und Porschungen zur byzantinisch-neugriechischen Philologie, 31).

B. Konyukhova, Slavyanorusskie rukopisi XIII-XIV vekov naucnoy biblioteki imeni A. M. Gor’kogo Moskovskogo gosudarstvennogo universiteta. (Opisanie), Moscou 1964.

T. Kostruba, Persy palomnyk iz Ukraïny. Boyaryn Varlaam, persy igumen Pečers’koï Lavry, dans Idem, Vybrani tvory, t. i, Toronto 1955 (Dobra knyzka, 149).

S. Kotkov, Uspensky sbornik XII XIII vekov, Moscou 1971.

O. Kresten, Der Oeleitbrief ein wenig beachteter Typus der byzantivischen Kaiserurkunde. Mit einem Exkurs : Zur Verwendung des Terminus Sigillion in der byzantinischer Kaiserkanzlei, dans Römische historische Mitteilungen, 38 (1996), p. 41-83.

O. Kronsteiner, Zur Literatursprache der Kiever Rus’, dans Die slawischen Sprachen, 15 (1988), p. 7-14 P. Krug, Kritischer Versuch zur Aufklärung der byzantinischen Chronologie mit besonderer Rücksicht auf die frühere Geschichte Russlands, Saint-Pétersbourg, 1810.

K. Kyrrès, Αἱ γλῶσσαι τῆς βυζαντινῆς διπλωματίας ὰπò τῶν ἀρχῶν μέχρι τῆς δ'σταυροφορίας, dans Στασῖνος, 1 (1963), p. 105-120.

G. Kušelev-Bezborodko, Pamyatniki starinnoy russkoy literatury, t. i-iv, Saint-Pétersbourg 1860-1862.

N. Lavrovsky, O vizantiyskom elemente v yazyke dogovorov Russkikh s Grekami, dans Russky filologiČesky vestnik, 52 (1904), p. 1-153.

V. Lazarev, Mozaiki Sofii Kievskoy, Moscou 1960.

L. Léger, La Chronique dite de Nestor (Nestorova ili pervonacal’naya letopis’) traduite sur le texte slavon-russe avec introduction et commentaire critique, Paris 1884 (Publications de l’École des langues orientales vivantes, 2e série, 13).

P. Leone, Ioannis Tzetzae epistulae, Leipzig 1972 (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum Teubneriana).

M. Levčenko, Ocerki po istorii russko-vizantiyskikh otnoseniy, Moscou 1956.

D. Likhačev et B. Romanov, Povest’ vremennykh let, t. i-ii, Leningrad 1950.

G. Litavrin, Psell o pricinakh poslednego pokhoda russkikh na Konstantinopol’v 1043 godu, dans Vizantiysky vremennik, 27 (1967), p. 71-86.

G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena. Socinenie vizantiyskogo polkovodca XI veka, Moscou 1972.

G. Litavrin, O yuridiceskom statuse drevnikh rusov v Vizantii v X stoletii. (Predvaritel’nye zamecaniya), dans Vizantiyskie ocerki. Trudy sovetskikh ucenykh k XVIII Meždunarodnomu kongressu υizantinistov, Moscou 1991, p. 60-82.

G. Litavrin, Die Kiever Rus’und Byzanz im 9. und 10. Jahrhundert, dans Byzantinische Forschungen, 18 (1992), p. 43-59.

G. Litavrin, Usloviya prebyvaniya drevnikh rusov v Konstantinopole v X veke i ikh yuridicesky status, dans Vizantiysky vremennik, 54 (1993), p. 81-92.

Kh. Loparev, Vizantiyskaya pecat’s imenem russkoy knyagini, dans Vizantiysky vremennik, 1 (1894), p. 159-166.

Kh. Loparev, Kniga palomnik. Skazanie mest svyatykh vo Caregrade Antoniya Arkhiepiskopa Novgorodskogo v 1200 godu. Saint-Pétersbourg 1899 (Pravoslavny Palestinsky sbornik, 51).

H. Lunt, On Interpreting the Russian Primary Chronicle : the Year 1037, dans Slavic and East European Journal, 32 (1988), p. 251-264.

A. Lyaščenko, Zametka o socineniyakh Feodosiya, pisatelya XII veka, dans Jahresbericht der Reformierten Kirchenschule, 1899-1900, Saint-Pétersbourg 1900, p. 15-48.

N. Makarov, Kamen’Antoniya Rimlyanina, dans Novgorodsky istoričesky sbornik, 2 (12) (1984), p. 203-210.

J. Malingoudi, Die russisch-byzantinischen Verträge des 10. Jhdts. aus diplomatischer Sicht, Thessalonique 1994 (Βιβλιοθήκη Σλαβικν Μελετν, 5).

Ch. Maltezu, Diversitas linguarum, dans Moschonas,Επικοινωνία, p. 93-102.

Ch. Maltezu,Άδειες ἐλεύθερης κυκλοφορίας (120ς-150ς αἰ). Συμβολή στὴν ἔρευνα τοὓ θεσμοὓ τν διαβατηρίων ἐγγράφων, dans Θυμίαμα στη μνήμη της Λασκαρίνας Μπούρα, t. i, Athènes 1994, p. 173 179.

C. Mango, Bosporus, dans The Oxford Dictionary of Byzantium, t. i. New York 1991, col. 312-313.

M. Mathieu, Les faux Diogènes, dans Byzantion, 22 (1952), p. 133-148.

B. Matsuki, A Oreek Icon Painter in Novgorod. Based upon the Evacuation of the Homestead of Olisei Orechin, dans Cyrillomethodianum, 12 (1988), p. 15-39.

S. Mcgrath, The Battles of Dorostolon (971) : Rhetoric and Reality, dans Peace and War in Byzantium. Essays in Honor of Oeorge T. Denis S.J., éd. T. Miller et J. Nesbitt, Washington 1995, p. 152-164.

A. Meineke, Ioannis Cinnami Epitome rerum ab Ioanne et Alexio Comnenis gestarum, Bonn 1836 (Corpus scriptorum historiae byzantinae).

R. Michell et N. Forbes, The Chronicle of Novgorod 1016-1471 Translated from the Russian, London 1914 (Camden Third Series, 25).

S. Mikuchi, Etudes sur la diplomatique russe la plus ancienne, I. Les traités byzantino-russes du Xe siècle, dans Bulletin international de l’Académie Polonaise des Sciences et des Lettres. Classe de philologie, Classe d’histoire et de philosophie, 40, VII (1953), p. 1 40.

D. Miller, The Logothete of the Drome in the Middle Byzantine Period, dans Byzantion, 36 (1966), p. 438-470.

J, (= Gy.) Moravcsik, Barbarische Sprachreste in der Theogonie des Johannes Tzetzes, dans Byzantinisch-Neugriechische Jahrbücher, 7 (1928-29), p. 352-365.

Gy. Moravcsik et R. Jenkins, Constantine Porphyrogenitus. De administrando imperio, Washington 1967 (Corpus fontium historiae byzantinae, 1).

N. Moschonas (éd.) ‘H ἐπικοινωνία στό Βυςάντιο, Athènes 1993 (Πρακτικά τοὓ βὓ Διεθνοὓς Συμποσίου. Κέντρο Βυςαντινών Ἐρευνν).

V. Mošin, Khristianstvo v Bossii do svyatogo Vladimira, dans Vladimirsky sbornik, Belgrade 1938, p. 1-18.

V. Mošin, Russkie na Afone i russko-vizantiyskie otnoseniya v XI-XII vv., dans Byzantinoslavica, 9 (1947-48), p. 55-85 ; 11 (1950), p. 32-60.

L. Müller, Die altrussischen hagiographischen Erzählungen und liturgischen Dichtungen über die heiligen Boris und Gleb, Munich 1967 (Slavische Propyläen, 14).

L. Murav’eva et L. Kuz’mina, Imennoy i geograficesky ukazateli k Ipat’evskoy letopisi, Moscou 1975.

M. Mur’yanov, O novgorodskoy kul’ture XII veka, dans Sacris erudiri, 19 (1969-70) p. 415-436.

A. Nasonov, Novgorodskaya pervaya letopis’starsego i mladsego izvodov, Moscou 1950.

J. Niehoff-Panagiotidis, Koine und Diglossie, Wiesbaden 1994 (Mediterranean Language and Culture Monograph Series, 10).

N. Nikol’sky, O literaturnykh trudakh mitropolita Klimenta Smolyatica, pisatelya XII v., Saint-Pétersbourg 1892.

S. Obnorsky, Yazyk dogovorov russkikh s grekami, dans Yazyk i myšlenie, 6-7 (1936), p. 79-103.

N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles. Introduction, texte, traduction et commentaire, Paris 1972 (Le monde byzantin).

W. Palmer, The Patriarch and the Tsar, t. i-vi, Londres, 1871-1876.

A. Palmieri (A.P. =), I visitatori russi della Palestina nei secoli scorsi, dans Bessarione, 8 (1900), p. 575-584.

A. Panzer, Wie verständigten sich Waräger, Slawen und Byzantiner ?, dans Die slawischen Sprachen, 19 (1989), p. 73-87.

J. Pargoire, Les Saint-Mamas de Constantinople, dans Izvestiya Russkogo arkheologiceskogo instituta v Konstantinopole, 9 (1904), p. 261-316.

V. Parkhomenko, Nacalo khristianstva na Rusi, Poltava 1913.

V. Pašuto, Vnesnyaya politika Drevney Rusi, Moscou 1968.

S. Patoura, Οἱ αἰχμάλωτοι ὡς παράγοντες ἐπικοινωνίας καὶ πληροφόρησης (40ς-100ς αἰ.), Athènes 1994.

S. Patri, La relation russe de la quatrième Croisade, dans Byzantion, 58 (1988), p. 461 501.

A. Pavlov, Kritičeskie opyty po istorii drevneyšey greko-russkoy polemiki protiv Latinyan, Saint-Pétersbourg 1878.

A. Pavlov et V. Beneševič, Pamyatniki drevne-russkogo kanoničeskogo prava, t. i-ii, 1, Saint-Pétersbourg 1908-1920 (Russkaya istoričeskaya biblioteka, 6 et 36).

M. Pinder et T. Büttner-Wobst, Ioannis Zonarae Annales (t. iii: Epitomae historiarum libri XIII XVIII), t. i-iii, Bonn 1841-1897 (Corpus scriptorum historiae byzantinae).

G. Podskalsky, Christentum und theologische Literatur in der Kiever Rus’ (988-1237), Munich 1982.

A. Pogodin, Tri zametki o nacale Russkogo gosudarstva, dans Slavia, 11 (1932), p. 118-140.

F. Poljakov, Zur Authentizität des Briefes vom Patriarchen Nikolaos IV Muzalon an den Novgoroder Erzbischof Nifont, dans Die Welt der Slaven, 33 (1988), p. 283-302.

R. Pope, The Literary History of the Kievan Caves Patericon up to 1500, Columbia University 1970 (dissertation).

A. Popov, Istoriko-literaturny obzor drevne-russkikh polemičeskikh sočineniy protiv Latinyan (XI-XV v.), Moscou 1875.

G. Popov, Novootkrito svedenie za prevodačeska deynost na bâlgarskite knižovnici ot Sveta gora prez pârvata polovina na XIV v., dans Bâlgarski ezik, 5 (1978), p. 402-410.

A. Poppe, Opowieść latopisarska o wyprawie « na Greków » w 1043 roku. Jej redakcje i okoliczności powstania, dans Slavia orientalis, 16 (1967), p. 349-362.

A. Poppe, La dernière expédition russe contre Constantinople en 1043, dans Byzantion, 32 (1971), p. 1-29, 233-268.

A. Poppe, Soobščenie russkogo palomnika o cerkovnoy organizacii Kipra v načale XII veka, dans ’Επετηρίς τοὓ Κέντρου ’Επιστημονικν ’Ερευνν, 8 (1975-77), p. 53-72.

A. Poppe, Christianity and Ideological Change in Kievan Rus’ : The First Hundred Years, dans Canadian-American Slavic Studies, 25 (1991), p. 3-26.

M. Priselkov, Ocerki po cerkovno-političeskoy istorii Kievskoy Rusi, Saint-Pétersbourg 1913 (Zapiski Istoriko-filologičeskogo fakul’teta Imperatorskogo Sankt-Peterburgskogo universiteta, 116).

S. Radcig, Antičnoe vliyanie v drevnerusskoy kul’ture, dans Voprosy klassiceskoy filologii, 3-4 (1971), p. 3-65.

P. Rappoport, O deyatel’nosti vizantiyskikh zodčikh na Rusi v XI v., dans Pamyatniki srednevekovoy kul’tury. Otkrytiya i versii. Sbornik statey k 75-letiyu V.D. Beleckogo, éd. A. Kirpičnikov et O. Ovsyannikov, Saint-Pétersbourg, 1994, p. 197-205.

G. Reifferscheid, Annae Comnenae Porphyrogenitae Alexias, t. i-ii, Leipzig 1884 (Bibliotheca seriptorum graecorum et romanorum Teubneriana).

J. Reiske, Constantini Porphyrogeniti imperatoris, De cerimoniis aulae byzantinae libri duo, t. i-ii, Bonn 1829-1830 (Corpus scriptorum historiae byzantinae).

E. Renauld, Michel Psellos. Chronographie ou histoire d’un siècle de Byzance (976-1077), t. i-ii, Paris 1926-1928 (Collection byzantine publiée sous le patronage de l’Association Guillaume Budé).

S. Runciman, A History of the First Bulgarian Empire, Londres 1930.

B. Rybakov, Drevnyaya Rus’. Skazaniya. Byliny. Letopisi, Moscou 1963.

B. Rybakov, Russian Applied Art of Tenth-Thirteenth (sic) Centuries, Leningrad 1971.

Yu. Rykov et A. Turilov, Neizvestny epizod bolgaro-vizantiysko-russkikh svyazey XI v. (Kievsky pisatel’ Grigory Filosof), dans Drevneysie gosudarstva na territorii SSSR. Materialy i issledovaniya. 1982 god, (1984), p. 170-176.

Yu. Rykov et A. Turilov, Iz istorii russko-bolgarskikh kul’turnykh svyazey XI v. (Grigory filosof maloizvestny pisatel’ Kievskoy Rusi), dans Russko-bolgarskie svyazi v oblasti knižnogo dela, éd. V. Tileva et M. Nabatova, Sofia 1987, p. 64-105.

A. Šakhmatov, Žitie Antoniya i Pečerskaya letopis’, dans Žurnal Ministerstva narodnogo prosveščeniya, 316 (1898), p. 105-149.

A. Šakhmatov, Razyskaniya o drevneyšikh russkikh letopisnykh svodakh, dans Letopis’ zanyatiy Imperatorskoy Arkheografičeskoy kommissii, 20 (1908), p. i-xx, 1-686.

G. Schlemberger, Sigillographie de l’empire byzantin, Paris 1884.

P. Schreiner, Die byzantinischen Kleinchroniken, t. i-iii, Vienne 1975-1979 (Corpus fontium historiae byzantinae, 12, i-iii).

K. Seemann, Die altrussische Wallfahrtsliteratur. Theorie und Geschichte eines literarischen Genres, Munich 1976 (Theorie und Geschichte der Literatur und der schönen Künste, 24).

K. Serbina, Ustyužsky letopisny svod (Arkhangelogorodsky letopisec), Leningrad 1950.

S. Šestakov, Vizantiysky posol na Rus’ Manuil Komnen, dans Sbornik statey v cest’Dmitriya Aleksandroviča Korsakova (...), Kazan 1913, p. 366-381.

J. Shepard, Tzetzes’Letters to Leo at Dristra, dans Byzantinische Forschungen, 6 (1979), p. 191-239.

J. Shepard, Some Problems of Russo-Byzantine Relations c. 860-c. 1050, dans The Slavonic and East European Review, 52 (1974), p. 10-33.

M. Skripil’ et B. Larin, Russkie povesti XV-XVI vekov, Leningrad 1958.

T. Skulina, Staroruskie imiennictwo osobowe, t. I-II, Breslau 1973-1974 (Prace onomastyczne, 20-21).

A. Sobolevsky, Šestodnev Kirilla Filosofa, dans Izvestiya Otdeleniya russkogo yazyka i slovesnosti Imperatorskoy Akademii nauk, 6 (1901), p. 177-202.

A. Solov’ev, Zametki o dogovorakh Rusi s Grekami, dans Slavia, 15 (1937-38), p. 402-417.

A. Soloviev, Marie, fille de Constantin IX Monomaque, dans Byzantion, 33 (1963), p. 241-248.

I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au Xe siècle, dans Cahiers du monde russe et soviétique, 2 (1961), p. 313-360, 447-475.

M. Sotnikova et I. Spassky, Tysyačeletie drevneysikh monet Rossii. Svodny katalog russkikh monet X-XI vekov, Leningrad 1983.

I. Sreznevsky et I. Belyaev, O dogovorakh knyazya Olega s grekami, dans Izvestiya Imperatorskoy Akademii nauk po otdeleniyu russkogo yazyka i slovesnosti, 1 (1852), p. 309-326.

I. Svencic’ky, Pytannya pro avtentycnist’ dogovoriv Rusi z grekamy v X vici, dans Naukovi zapysky L’vivs’kogo derzavnogo universytetu, 9 (1946), p. 103-122.

A. Svirin, K voprosu o svyazyakh khudozestvennoy kul'tury Drevney Rusi s anticnym mirom, dans Trudy Otdela drevnerusskoy literatury, 22 (1966), p. 450-462.

A. Tachiaos, The Greek Metropolitans of Kievan Rus’ : An Evaluation of Their Spiritual and Cultural Activity, dans Harvard Ukrainian Studies, 12-13 (1988-89), p. 430-445.

T. Tafel, Eustathii metropolitae Thessalonicensis opuscula. Accedunt Trapezuntinae historiae scriptores Panaretus et Eugenicus, Francfort 1832.

Y. Tatiščev, Istoriya Rossiyskaya v semi tomakh, éd. A. Andreev et al, Leningrad 1962-1968.

F. Ternovsky, Izučenie vizantiyskoy istorii i ee tendencioznoe priloženie v drevney Rusi, t. i-ii, Kiev 1875-1876.

V. Thomsen, The Relations between Ancient Russia and Scandinavia and the Origin of the Russian State, Oxford 1877.

F. Thomson, Quotations of Patristic and Byzantine Works by Early Russian Authors as an Indication of the Cultural Level of Kievan Russia, dans Slavica Candensia, 10 (1983), p. 65 102.

F. Thomson, The Implications of the Absence of Quotations of Untranslated Oreek Works in Original Early Russian Literature, Together with a Critique of a Dis torted Picture of Early Bulgarian Culture, dans Slavica Oandensia, 15 (1988), p. 63-91.

F. Thomson, The Bulgarian Contribution to the Reception of Byzantine Culture in Kievan Rus’ : The Myths and the Enigma, dans Harvard Ukrainian Studies, 12-13 (1988-89), p. 214-261.

F. Thomson, SS. Cyril and Methodius and a Mythical Western Heresy : Trilinguism. A Contribution to the Study of Patristic and Mediaeval Theories of Sacred Languages, dans Analecta Bollandiana, 110 (1992), p. 67-122.

F. Thomson, « Made in Russia ». A Survey of the Translations Allegedly Mode in Kievan Russia, dans Millenium Russiae Christianae. Tausend Jahre Christliches Russland 988-1988, éd. G. Birkfellner, Cologne 1993 (Schriften des Komitees der Bundesrepublik Deutschland zur Förderung der Slawischen Studien, 16), p. 295-354.

F. Thomson, Saint Anthony of Kiev the Facts and the Fiction. The Legend of the Blessinq of Athos upon Early Russian Monasticism, dans Byzantinoslavica, 56 (1995), p. 637-668.

F. Thomson, The Origins of the Principal Slav Monasteries on Athos : Zographou, Panteleèmonos and Chelandariou. Together with Some Comments on the Alleged Appearance of Hesychast Practices on Athos in the Late Twelfth Century and on Early Serbian Monasticism, dans Byzantinoslavica, 57 (1996), p. 310-350.

F. Thomson, The Distorted Mediaeval Russian Perception of Classical Antiquity : the Causes and the Consequences, dans Mediaeval Antiquity, éd. A. Welkenhuysen et al., Louvain 1995 (Mediaevalia Lovaniensia. Series I, Studia, 24), p. 303-364.

I. Thurn, Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum. Editio princeps, Berlin 1973 (Corpus fontium historiae byzantinae, 5).

M. Tikhomirov, The Towns of Ancient Rus, Moscou 1959.

I. Tóth, Istoričeskie predposylki vozniknoveniya i rasprostraneniya drevnebolgarskoy pis’mennosti na Rusi, dans Dissertationes slavicae, Sectio linquistica, 16 (1984), p. 149-199.

E. Trapp et H. Hunger, Prosopographisches Lexikon der Palaeologenzeit, fasc. i-xii, Vienne 1976-1996 (Veröffentlichungen der Kommission für Byzantinistik der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1).

È. Tsibikè, ‘H ὑπò xo γίουΑντωνίου Πετσέρσκι ἱδρυϑεἳσα Μονὴ τς Ρωσίας καὶ αἱ σχέσεις αὑτς μετὰ τοὓ βυζαντινοὓ μοναχισμοὓ, dans Θεολογία, 43 (1972), p. 230-242.

A. Turilov, Grigory Filosof neizvesten knizovnik ot XI vek, dans Bâlgaristika i bâlgaristi. Statii i izsledvaniya. Bâlgaristika v čužbina. Protreti na bâlgaristi. 1981-1986, éd. I. Pekhlivanov, Sofia 1986, p. 186-189.

B. Uspensky, Istoriya russkogo literaturnogo yazyka (XI-XVII vv.), Munich 1987 (Sagners slavistische Sammlung, 12).

A. Uvarov, O blyude velikoy knyagini Ol'gi. Novoe dopolnenie k Palomniku Antoniya, dans Drevnosti. Trudy Imperatorskogo Moskovskogo arkheologiceskogo obscestva, 4 (1874), p. 85-98.

I. Van Dieten, Nicetae Choniatae Historia, t. i-ii, Berlin 1975 (Corpus fontium historiae byzantinae, 11, I-II).

R. VÁRI, Leonis imperatoris Tactica, t. i-ii, 1, Budapest 1917-1922 (Sylloge tacticorum graecorum, 3, i-ii).

K. Varzos, ‘H γενεαλογία τν Κομνηνν, t. i-ii, Thessalonique 1984 (Βυζαντινὰ κείμενα καὶ μελέται, 20, I-II).

V. Vasil’evsky, Russko-vizantiyskie otryvki, i. Dva pis’ma vizantiyskogo imperatora Mikhaila VII Duki k Vsevolodu Yaroslaviču, dans Žurnal Ministerstva narodnogo prosveščeniya, 182 (1875), p. 270-315.

G. Vernadsky, The Russo-Byzantine War of 1043, dans Byzantinisch-Neugriechische Jahrbücher, 18 (1945-49), p. 123-143.

V. Vodoff, Quelques questions sur la langue liturgique à Kiev au Xe et au début du XIe siècle, dans The Legacy of Saints Cyril and Methodius to Kiev and Moscow, éd. A. Tachiaos, Thessalonique 1992, p. 435-448.

N. Vodovozov, « Khoždenie » Daniila i pervy krestovy pokhod, dans Ucenye zapiski Moskovskogo gosudarstvennogo pedagogičeskogo instituta, 178 (1962), p. 16-35.

E. Voronova, Žitie Evfrosinii Polockoy, dans Slovar’ knižnikov i knižnosti Drevney Rusi, t. i, éd. D. Bulanin et O. Tvorogov, Leningrad 1987, p. 147-148.

A. Vostokov, Opisanie russkikh i slovenskikh rukopisey Rumyancovskogo Muzeuma, Saint-Pétersbourg 1842.

S. Vysocky, Srednevekovye nadpisi Sofii Kievskoy. (Po materialam graffiti XI XVII vekov), Kiev 1976.

V. Yanin, Aktovye pecati drevney Rusi X-XV vekov, t. i-ii, Moscou 1970.

R. Zotov, O Černigovskikh knyaz’yakh po Lyubeckomu sinodiku i o Černigovskom knyažestve v Tatarskoe vremya. Issledovanie, dans Letopis’ zanyatiy Imperator skoy Arkheografičeskoy kommissii, 9 (1893), p. 1-327, 1-48.

L. Žukovskaya, Aprakos Mstislava velikogo, Moscou 1983.

Notes

3 Voir Dummer, Begegnung, p. 226-229.

4 Alexiade, xv, 7, éd. Reifferscheid, Annae, I, p. 293-294.

5 L’épilogue de la Théogonie, éd. Hunger, Epilog, p. 304-305 (p. 305,) cf. Ὺγίαινε ἀδελθέ, ἀδελθίτζα, καλὴ ἡμέρα σου : « Salut, frère, petite sœur, bon jour à toi. »

6 Σδρᾶ. Puisquil’manque une syllabe dans le vers politique, Hunger, Epilog, p. 6, propose lamendement σδρᾶστε, mais il se peut que Tzétzès ait mal appris la phrase et quil’manque un τò après κα, comme le propose Moravcsik, Sprachreste, p. 357. D’une de ses lettres au métropolite Léon Charsianitès de Dris-tra c. (1145-après 1173) nous savons que Tzétzès ignorait la langue de son esclave Vsevolod-Théodore, – un mysien, éd. Leone, Ioannis, p. 119-120 (p. 120.) Par la Mysie Tzétzès entendait la Hongrie et Vsevolod ne pouvait être quun’des Slaves habitant ce pays, voir Shepard, Tzetzes, p. 221-228.

7 Voir les remarques du métropolite Eustathe Kataphloros de Thessalonique (1175-119/34) dans son éloge funéraire de Manuel I Comnène en 1180, éd. Tafel, Eustathii, p. 196-214 (p. 200.) Sur le multilinguisme à Byzance à cet époque voir Dagron, Communications, p. 81-92, et Id, Formes, p. 219-240.

8 Proposée par Runciman, History, p. 124, et souvent répétée, p. ex., Bréhier, Monde, II, p. 245 ; Guilland, Études, p. 17.

9 Vita S. Methodii, éd. Grivec, Constantinus, p. 147-166 (p. 163).

10 Every, Patriarchate, p. 127.

11 Voir Thomson, Cyril, p. 103-105.

12 Sur ses responsabilités voir Guilland, Logothètes, p. 31-45 (pour les interprètes, voir p. 37-38) et Miller, Logothete, p. 438-470 (p. 449-458).

13 Voir les remarques de Constantin VII sur linterprète’arménien Théodore, De administrando imperio, xliii, éd. Moravcsik, Constantine I, p. 190.

14 At-Tabari (839-923) raconte que l’ambassadeur abbaside à Constantinople en 860-861, Naşr ibn al-Azhar, a reconnu en deux des trois interprètes byzantins des anciens esclaves à Baghdad, Annales, éd. De Goeje, Annales, III, 3, p. 1450.

15 Cyrille et Méthode parlaient parfaitement le slavon puisque leur père avait été gouverneur d’une région slave près de Thessalonique, Vita S. Methodii, éd. Grivec, Constantinus, p. 153.

16 Il est mentionné pour la première fois par Guillaume de Tyr c. (1130-1186) à propos des événements en 1160/61, Historia rerum in partibus transmarinis gestarum, XVIII, 30, éd. Huygens, Guillaume, II, p. 855 : maximus palatinorum interpretum Triphilus. Sur son office, voir Guilland, Études, p. 17-26. On ne peut pas examiner ici la thèse selon laquelle lintroduction' de cet office signifie que les interprètes ne furent plus attachés au scrinium barbarorum.

17 Leo VI, Tactica, IV, 52, éd. Vári, Leonis, i, p. 72. Sur les interprètes byzan- tins, voir Kyrrès, Γλσσαι, p. 105-120. Ils figurent sur les listes doffices, par ex., Philotheus, Cleterologium, éd. Oikonomidès, Listes, p. 83-235 (p. 117.)

18 Voir Browning, Greek, p. 53-69. Sur le problème de la diglossie, voir Nie-Hoffpanagiotidis, Koine, p. 106179.

19 Voir Beck, Geschichte, p. 4.

20 PSBL, I, col. 7. (Les abréviations se trouvent à la tête de la liste de la bibliographie citée).

21 Ibid., i, col. 32-37. (CGU, A I, i, no 556).

22 PSRL, i, col. 33. Le problème du traité de 907, ibid., i, col. 31, ne peut être examiné ici.

23 PSBL, i, col. 46-53. (CGU, A I, i, no 647).

24 Ibid., i, col 48.

25 La location précise est disputée ; soit Beşiktaş selon Janin, Siège, p. 314, et Pargoire, Saint-Mamas, p. 270-274, soit Dolmabahçe juste au sud selon Mango, Bosporus, p. 312. Litavrin, Rus’, p. 46, le situe à tort sur la Corne d’Or. Il ne faut pas le confondre avec le monastère de Saint-Mamas dans la ville proche de la porte de Xylokerkos. Sur ce monastère, voir Janin, Siège, p. 314-319.

26 De administrando imperio, ix, éd. Moravcsik, Constantine, p. 62.

27 Litavrin, Rus’, p. 52-53.

28 Jenkins, Constantine, ii, p. 88. Les témoignages cités à l’appui de la théorie que deux flottilles arrivèrent chaque année, voir Litavrin, Usloviya, p. 84-85, sont peu convaincants. Les estimations du nombre de personnes dans chaque flottille, voir Litavrin, Byzanz, p. 49, et Idem, Statuse, p. 80-81, sont purement spéculatives.

29 PSRL, I, col. 49.

30 Jean Skylitzès, Synopsis historiarum, éd. Thurn, Ioannes, p. 430 ; Jean Zonaras, Annales, xvii, 24, éd. Pinder, Ioannis, iii, p. 631-632. On a spéculé sur le motif de cette rixe, voir, par exemple, Vernadsky, War, p. 63, et Poppe, Expédition, p. 247. A vrai dire, on n’en sait rien.

31 Constantin, De administrando imperio, ix, éd. Moravcsik, Constantine, p. 58. Sur la durée du trajet voir Jenkins, Constantine, ii, p. 37.

32 PSRL, i, col. 49.

33 Liber praefecti, v, 5, éd. Koder, Eparchenbuch, p. 96 ; cf. x, 2, éd ibid., p. 110

34 D’après le Livre du Préfet les marchands étrangers avaient des compatriotes qui résidaient en ville, Liber, v, 2, éd. ibid., p. 94 ; voir le commentaire de Dagron, Formes, p. 238, n. 116. Cependant il n’est pas certain que ceci s’appli quait aussi aux Russes au Xe siècle.

35 Skylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannes, p. 430-431.

36 Voir ci-dessous la note 138.

37 L’affirmation que le monastère de Saint-Mamas était un centre slave au milieu du XIe siècle, voir Tsibikè, Ἀντωνίου, p. 236, est absurde : l’auteur a confondu le quartier avec le monastère, voir ci-dessus la note 24.

38 PSRL, i, col. 48.

39 Ibidem. Sur les documents délivrés par les autorités byzantines aux marchands et aux pèlerins voir Maltezu, Ἄδειες, p. 173-179. Sur le sauf-conduit byzantin en général voir Kresten, Geleitbrief, p. 41-83.

40 Ibid., i, col. 52.

41 Ibid., i, col. 37, 52.

42 Une conclusion déjà souvent tirée, voir, p. ex., Mikucki, Études, i, p. 38 ; Sorlin, Traités, p. 457 ; Svencic’ky, Pytannya, p. 111.

43 Voir Golubinsky, Istoriya, i, 1, p. 174 ; Mosin, Khristianstvo, p. 12.

44 Comme le veut Shepard, Problems, p. 21.

45 Voir Lavrovsky, Elemente, p. 31-149 ; Malingoudi, Vertrage, p. 89-93. Pour une rétrotraduction en grec du protocole et de l’eschatocole du traité de 911, voir Sorlin, Traités, p. 350, n. 137.

46 Voir Obnorsky, Yazyk, p. 84-102.

47 Par ex., Grekov, Rus’, p. 294 ; Kronsteiner, Literatursprache, p. 9 ; Obnorsky, Yazyk, p. 103 ; Sorlin, Traités, p. 328. Poppe, Christianity, p. 9, voit dans cette traduction immédiate la reconnaissance du slavon comme langue officielle de l’état.

48 La langue ne connaît pas, par ex., la forme bulgare žd mais seulement le ž du vieux-russe, par ex., čyužu, ed. PSRL, I, col. 35.

49 Voir Sreznevsky, Dogovorakh, p. 316-318.

50 Telle est l’opinion de Dimitriu, Voprosu, p. 3, et Istrin, Dogovory, p. 391 ; cf. Malingoudi, Vertrage, p. 86-87.

51 PSRL, I, col. 46-47. Sur ces noms, voir Thomsen, Relations, p. 70-71.

52 Ibn Khurdādhbeh (c. 825-c. 912) dans son Kitāb al masâlik wa’l-mamālik relate que des eunuques slaves font office d’interprètes pour les marchands russes à Baghdad, éd. de Goeje, Kitāb, p. 3-183 (p. 154).

53 Le ms. laurentin l’a corrompu en Sinko Borič’, éd. PSRL, i, col. 47 ; mais la forme correcte est preservé dans le ms. hypatien, éd. ibid., ii, col. 36, forme confirmée par le ms. de Radziwill : Isinoko biric’, ed. ibid., xxxviii, col. 26 (Le i initial est une interprétation fautive de et).

54 Par ex., Likhačev, Povest’, i, p. 231.

55 Par ex., Léger, Chronique, p. 36 ; Cross, Chronicle, p. 73. Cette interprétation est impossible car la liste ne contient pas de patronymes. Cross voit en Sin’ko le nom nordique Sveinki, mais il manque un υ, cf. Sυěn’pour Svein dans la même liste.

56 La théorie de Pogodin, Zametki, p. 124-125, que la phrase i sin’ko biric’ est une forme corrompue d’une expression légale nordique i sin oska-byre, c’està-dire dans l’exécution favorable de ses désirs, est aberrante. On ne connaît pas d’expression pareille.

57 Voir Solov’ev, Zametki, p. 416-417, mais son opinion que Sin’ko traduisait du slavon en nordique est peu probable, voir ci-dessus la note 51. Dans l’eschatocole du traité de 911 se trouve l’expression Ivanovym pisaniem, éd. PSRL, i, col. 37, c’est-à-dire par l’écriture de Jean, dans laquelle on a vu le nom du scribe, voir Mikucki, Études, p. 19 : διὰ χειρòς ’Iωάννου, mais la théorie qui fait de lui aussi le traducteur, voir Likhačev, Povest’, II, p. 279, manque totalement de fondement. D’ailleurs, il est loin d’être certain que cette interprétation de la phrase soit exacte, car le nom d’un scrihe dans un traité byzantin avec une puissance étrangère n’est attesté qu’à partir de 1341 et d’autres solutions ont été proposées : le nom est une corruption de kinovarev”m pour διὰ κινναβάρεως, voir Krug, Versuch, p. 79, soit le résultat d’une mauvaise lecture de la fin de la phrase précédente : (εἰρήνην πεποιήκαμεν) αἰωνίαν, voir Malingoudi, Verträge, p. 68-69.

58 De cerimoniis aulae byzantinae, ii, 15, éd. Reiske, Constantini, i, p. 594-598. La question de l’année ne peut pas être examinée ici.

59 Ibid., i, p. 597.

60 Ibid., i, p. 598. Les réceptions sont relatées d’une manière légendaire dans la Chronique russe, mais la présence d’interprètes n’est pas mentionnée, ed. PSRL, i, col. 60-62.

61 PSRL, i, col. 72. Il s’agit probablement du métropolite Théophile d’Euchaïta, que Tzimiskès envoya aux Patzinaks pour négocier le retour de Svyatoslav à Kiev, voir Skylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannis, p. 309-310.

62 Une traduction slavonne du traité se trouve dans la Chronique russe, ed. PSRL, i, col. 72-73. (CGU, A I, i, no 739).

63 Historia, ix, 11, éd. Hase, Leonis, p. 156-157 ; voir aussi Skylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannis, p. 309. Sur le siège de Dorystolon voir Mc Grath, Battles, p. 152-164. Panzer, Waräger, p. 73-87, donne un aperçu de telles recontres mais n’éclaircit pas la manière selon laquelle les parties communiquèrent entre elles. Une glose marginale sur un extrait de la traduction slavonne du commentaire d’Hésychius de Jérusalem sur les Psaumes dans un manuscrit du XIIIe siècle commence ainsi : « Un prêtre grec de Salonique me raconta la même chose... », éd. Alekseev, Perevodakh, p. 282, mais même dans ce cas-ci la conclusion que le glossateur connaissait le démotique, ibid., p. 283, n’est pas certaine vu que l’emploi d’un interprète n’est pas exclu.

64 PSRL, i, col. 36, 50, 52.

65 Ibid., i, col. 154.

66 Chronographia, éd. Renauld, Michel, ii, p. 8.

67 Voir ci-dessus n. 29. La Chronique russe ne dit rien des motifs de l’expédition, ce qui n’a pas empêché les historiens d’en suggérer quelques-uns ; voir les différentes théories proposées par Litavrin, Psell, p. 83-85 ; Poppe, Expédition, p. 233-235, et Priselkov, Očerki, p. 88-92.

68 Skylitzès, Synopsis, éd. THURN, Ioannes, p. 431-433. La Chronique russe prétend que beaucoup furent aveuglés, éd. PSRL, i, col. 154, mais l’affirmation de Poppe, Opowieść, p. 355-356, que l’un des derniers était Vysata, reste conjecturale.

69 PSRL, i, col. 154.

70 Snorri Sturluson, Heimskringla, éd. Jónsson, Heimskringla, iii, p 75-76.

71 Kékaumenos, Strategicon, ed. Litavrin, Sovety, p. 284. Sur son service byzantin, voir Blöndal, Varangians, p. 54-102, et Davedson, Road, p. 207-229.

72 Kékaumenos, Strategicon, éd. Litavrin, Sovety, p. 284 ; Snorri, Heimskringla, éd. Jónsson, Heimskringla, iii, p. 94-98. Sa fuite a dû avoir lieu très tôt après l’avènement de Constantin IX, car Harald n’a joué aucun rôle dans la répression de la révolte de Georges Maniakès en 1042-1043.

73 Snorri, Heimskringla, iii, éd. Jônsson, Heimskringla, iii, p. 98-99.

74 Vita S. Theodosii, éd. Kotkov, Sbornik, p. 71-135 (p. 86). On ne sais au juste quand il rentra. Il est mentionné comme métropolite de Pereyslavl en 1089 et 1091, éd. PSRL, i, col. 208, 211.

75 Voir ci-dessous n. 208.

76 Heppell, Paterik, p. 41, n. 141. La suggestion de Tsibikè, Ἀντωνίου, p. 236, qu’il résida dans le monastère de Saint-Mamas, est absurde, voir cidesus les notes 24 et 36.

77 Vita S. Theodosii, éd. Kotkov, Sbornik, p. 85-86.

78 Ibid., p. 86.

79 Malheureusement on ne connaît rien de l’histoire des trois monastères sur l’île à l’époque byzantine, voir JANIN, Églises, p. 69-70, et Idem, Constantinople, p. 510. En tout il y avait douze monastères sur les îles.

80 Voir, par ex., Mošin, Russkie (ix), p. 61 ; Dujčev, Mont, p. 128.

81 Éd. Ara, v, 1, no 19, p. 154-155 (p. 155).

82 Pour le rôle joué par les Varègues dans les campagnes de Basile II, voir Blöndal, Varangians, p. 42-53, et Davidson, Road, p. 179-180, 239-242. Déjà au milieu du Xe siècle, il y avait des chrétiens dans les rangs des Varègues russes à Byzance, voir Constantin, De cerimoniis, ii, 15, éd. Reiske, Constantini, I, p. 579.

83 Pour d’autres exemples voir la liste des signataires d’un acte daté du 19 avril 1015, éd. Dölger, Schatzkammern, i, no 103, p. 273-275 (p. 275). Sur le monastère du Russe voir Thomson, Origins, p. 324-326.

84 Éd. Ara, III, no 6, p. 60-64 (p. 63-64) : Σιγνον Κυ(ριακοὓ) (μον) αχ(οὓ) του Ρως (sic).

85 Éd. Ara, xii, no 7, p. 73-76 (p. 73) : βιβλία ρούσικα (sic).

86 Ed. ibid., xii, no 1, p. 30. Xylourgou est aussi mentionné dans des actes de 1048 et 1070, éd. ibid., xii, no 4, p. 48-50, et no 6, p. 63-64.

87 Voir, par ex., Mosin, Russkie (ix), p. 63 ; Dujčev, Mont, p. 128.

88 Éd. Ara, xii, no 8, p. 82-85 (p. 83).

89 Ibid., xii, p. 84. Sur Xylourgou voir Thomson, Origins, p. 326-330.

90 Éd. Actes de l’Athos, v, 1, éd. L. Petit, dans Vizantiysky vremennik, 17 (1910), app. i, p. I-III, 1-368, no 3, p. 6-8 (p. 6). La pétition ne porte pas de date mais le chrysobulle d’Alexis par lequel il donne à Syméon et Sabas le monastère de Chelandariou est daté juin 1198, ed. ibid., no 4, p. 8-11.

91 PSRL, xii, p. 244.

92 Pašuto, Politika, p. 77 ; voir aussi Levčenko, Ocerki p. 466. Coupé de la Russie en 1240, le monastère avant la fin du siècle devint serbe et ne redevint russe qu’au XIXe siècle, voir Thomson, Origins, p. 330-335.

93 PSRL, i, col. 156.

94 Voir Thomson, Anthony, p. 649-655.

95 Éd. Pope, History, p. 362-371 (p. 361).

96 Voir Bulgakov, Istoriya, i, p. 221-222 ; Dvorník, Making, p. 252-253.

97 Capturée par Boleslas I en 1018, elle fut reprise par Yaroslav en 1031, PSRL, i, col. 144, 150. Sur Zymne voir Thomson, Anthony, p. 655-658.

98 Nestor, Vita S. Theodosii, éd. Kotkov, Sbornik, p. 95. Sur son pèlerinage voir Kostruba, Palomnyk, p. 64-72.

99 Nestor, ed. Kotkov, Sbornik, p. 95. Il y mourut avant la mort de Saint Théodose, donc avant 1074.

100 Antoine, Liber qui dicitur Peregrinus, éd. Loparev, Kniga, p. 88. Sur cet ouvrage, voir ci-dessous.

101 Cyrique, Quaestiones ad Nephontem, ed. Goetz, Denkmäler, p. 226, 340.

102 Antoine, Liber, éd. Loparev, Kniga, p. 92-93.

103 Aujourd’hui Kâsim paşa. Sur ce quartier voir Janin, Constantinople, p. 463-464. Sur Ispigas, voir ci-dessous n. 140.

104 Aujourd’hui Istinye. Sur le monastère voir Janin, Siège, p. 86-87.

105 Daniel, Liber qui dicitur Peregrinus, éd. Seemann, Igumen, p. 1-141 (p. 4). La date la plus probable de son séjour en Palestine est 1106-1107, ibid., p. VIII-IX.

106 Le roi lui accorda une place d’honneur dans l’église du Saint-Sépulcre aux cérémonies de Pâques, éd. ibid., p. 133.

107 Son identification à Daniel, évêque de Iouriev (1114-1122), proposée par Karamzin, Istoriya, ii, n. 211, et souvent répétée, par ex., par Poppe, Soobscenie, p. 53, n’est qu’un exemple de monoprosopomanie. Son identification à Danilo Ignat’evic des bylines russes, proposée par Rybakov, Rus’, p. 115-124, est aberrante.

108 Voir, par exemple, les spéculations de Danilov, Kharakteristike, p. 93-94 ; Glušakova, Putešestvii, p. 79-92 ; Gultzgoff, Russie, p. 151-161.

109 Liber, éd. Seemann, Igumen, p. 4 ; cf. p. 139.

110 Éd. ibid. p. 2-4.

111 Éd. ibid. p. 3-4.

112 Éd. ibid., p. 4, cf. p. 101 ; voir aussi sa description de Mar Sabas, éd. ibid. p. 53-56.

113 Éd. ibid., p. 116. Il ne nomme que deux de ses compagnons : Izdeslav (ou Izyaslav) Ivanovič et Gorodislav Mikhaylovič Kašika, éd. ibid., p. 136.

114 Éd. ibid., p. 92-93, 127-128.

115 Éd. ibid., p. 128-129.

116 Éd. ibid., p. 138 139.

117 PSRL, ii, col. 295.

118 Éd. Seemann, Igumen, p. 9. Les noms grecs ont presque tous été corrompus par les scribes, voir l’apparat critique de l’édition.

119 Éd. ibid., p. 46.

120 Éd. ibid., p. 24.

121 Éd. ibid., p. 68.

122 Matthieu xxii, 17-22 ; Marc xii, 14-17.

123 Éd. Seemann, Igumen, p. 98.

124 Éd. ibid., p. 81. Sur la valeur de son récit comme source pour la première croisade, voir Vodovozov, Khoždenie, p. 16-35.

125 Éd. PSRL, xxi, 1, p. 206-220 (p. 217).

126 Le codex 1311 de l’Université de Moscou, qui contient la première redaction de la Vie, ne date pas du XVe siècle, comme le veut Voronova, Zitie, p. 147, car ses filigranes ne remontent qu’au XVIe siècle, voir Konyukhova, Rukopisi, p. 63.

127 Accepté par Golubinsky, Istoriya, i, 2, p. 746 ; Gruševs’ky, Istoriya, iii, p. 421, et d’autres, qui ne sont pas les seuls à recourir à tort à la Vie comme source historique, voir, par ex., Pasuto, Politika, p. 224 ; Podskalsky, Christentum, p. 144 et Ternovsky, Izučenie, ii, p. 7. Il faut aussi signaler que ni Euphrosyne, ni son père Georges, ni son frère David, ni ses soeurs Eudocie et Eupraxie ne figurent dans une source historique digne de foi. Litavrin, Psell, p. 82, prétend qu’un « groupe de moines russes » résidait à Jérusalem à partir du milieu du XIe siècle mais ne donne aucune indication d’une source pour soutenir une telle proposition.

128 PSRL, i, col. 197.

129 Ibid., i, col. 208.

130 Codex 1203 de la collection synodale à Moscou, éd. Žukovskaya, Aprakos, p. 31-290.

131 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis’, p. 19.

132 Voir le colophon du manuscrit, éd. Žukovskaya, Aprakos, p. 289-290.

133 Il décrit un miracle qui eut lieu le 21 mai 1200, Liber, éd. Loparev, Kniga, p. 71-94 (p. 77-78). On prétend souvent qu’il visita la ville en 1200, p. ex., Seemann, Wallfahrtsliteratur, p. 213 ; Podskalsky, Christentum, p. 200, mais Antoine ne dit pas qu’il fut lui-même témoin du miracle ; il précise seulement que le miracle eut lieu de son vivant, éd. Loparev, Kniga, p. 77.

134 Palmieri, Visitatori, p. 579.

135 Golubinsky, Istoriya, i, 1, p. 837.

136 Éd. Loparev, Kniga, p. 76. Il est vrai qu’il s’intéresse au cérémonial, voir ibid., p. 79-80, mais la théorie de Bel’sky, Antony, p. 7-9, qu’il fut envoyé à Constantinople pour étudier la liturgie de Sainte-Sophie est hypothétique.

137 Éd. Loparev, Kniga, p. 77.

138 Éd. ibid., p. 75-76.

139 Ed. ibid. p. 88. Sur l’embolos voir Tikhomirov, Towns, p. 131-132, et ci-dessus n. 35. L’église des Quarante Martyrs est probablement celle τς Μέσης, voir Janin, Constantinople, p. 257. Sur cette église voir, Idem, Siège, p. 483-484.

140 Éd. Loparev, Kniga, p. 90.

141 Janin, Constantinople, p. 463, situa cette église d’abord à Pegai, mais cet endroit se trouvait sur la hauteur au-dessus de Galata, voir ci-dessus n. 102, puis il la situa à Cubali sur la rive sud de la Corne d’Or, puisque la porte dans l’enceinte de la ville en face de Pegai s’appelait εἰς Πηγάς, Idem, Siège, p. 65. Mais ce nom ne se trouve pas dans les sources byzantines, comme il l’admet d’ailleurs lui-même, IDEM, Constantinople, p. 290, et l’identification traditionelle d’Ispigas avec Galata, voir, par ex., Loparev, Kniga, p. 100, et Seemann, Wallfahrtsliteratur, p. 219, reste la plus probable.

142 Janin, Siège, p. 65.

143 Grusevs’ky, Istoriya, III, p. 421.

144 Éd. Loparev, Kniga, p. 92.

145 Sur ce monastère, voir ci-dessus n. 103. Sur Xénia, voir ci-dessous n. 171.

146 Éd. ibid., p. 78.

147 Éd. ibid., p. 72. Sur cette coupe voir Uvarov, Blyude, p. 85-98, et Aynalov, Dar, p. 1-4.

148 Éd. Loparev, Kniga, p. 85.

149 Éd. Daničič, Zivot, p. 118-344 (p. 238).

150 Éd. Corović, Spisi, p. 14-150, avec l’original grec en parallèle.

151 Éd. Loparev, Kniga, p. 78. L’ancienne théorie selon laquelle Romain avait épousé une princesse byzantine est sans fondement, voir Kazhdan, Marnages, p. 424. Sur les pèlerins russes à Constantinople, voir Hrochová, Itinéraires, p. 597-603.

152 Éd. Nasonov, Letopis’, p. 46-49. Pour une édition récente avec traduction française, voir Patri, Relation, p. 476-501.

153 Comme le veut Pašuto, Politika, p. 264.

154 Éd. Loparev, Kniga, p. 89.

155 Éd. Patri, Relation, p. 482.

156 Voir Gordon, Account, p. 304. La question des origines du récit ne peut pas être examinée ici, mais il faut se souvenir qu’il y eut un comptoir hanséatique à Novgorod à partir d’environ 1200.

157 PS RL, I, col. 441. Tatiščev, Istoriya, III, p. 204, avec son insouciance habituelle à l’égard des sources historiques, ajoute que l’évêque ramena aussi « beaucoup de livres d’anciens maîtres grecs ». Toutes les affirmations de Tatiscev au sujet des écoles russes où on aurait enseigné le grec sont fausses, voir Golubinsky, Istoriya, I, i, p. 871-880. L’assertion que l’enseignement de la grammaire dans les écoles russes aurait été dispensé en grec, voir Issat-Schenko, Geschichte, I, p. 80, relève du domaine de l’absurde.

158 Domitien, Vita S. Sabae, éd. Daničić, Život, p. 238.

159 PSRL, i, col. 182.

160 Ibid., i, col. 199.

161 Ibid., i, col. 247.

162 Ibid., i, col. 199-202.

163 Ibid., i, col. 205. Il mourut prince de Novgorod-Seversk (1097-1115).

164 Éd. Seemann, Igumen, p. 8-9.

165 Éd. Zotov, Knyaz’yakh, p. 8-29 (p. 24). Il se peut qu’il s’agisse ici d’une coquille car, dans son étude du nécrologe, Zotov ne parle que de Theophania, ibid., p. 34, 67, 173, 239, 259 ; il faudrait donc le changer en Theôphaniu. Pourquoi Kazhdan, Mouzalon, col. 1420, l’appelle Theodora n’est pas clair.

166 Éd. Schlumberger, Sigillographie, p. 432-433, cf. p. 683. Il s’agit du premier membre connu de la famille des Mouzalons ; pour les membres, voir Trapp, Lexikon, fasc. viii, nos 19430-19448, p. 43-46.

167 Le premier à tirer cette conclusion fut Loparev, Pečat’, p. 163, qui fut suivi par beaucoup d’autres.

168 L’oncle maternel de Svyatoslav, fils d’Oleg, était le chef cuman Tyunrak, fils d’Osuluk, PSRL, ii, col. 329, 334, ce qui fait qu’Oleg épousa la fille d’Osuluk.

169 Telle est l’opinion de Kazhdan, Mouzalon, col. 1421 ; voir aussi Idem, Marriages, p. 418.

170 PSRL, vii, p. 28-29 ; cf. ibid., I, col. 301 ; ii, col. 293.

171 Ibid., ii, col. 303. Lesquels parmi eux, on l’ignore.

172 Voir ci-dessus n. 143-144. La suggestion de Levčenko, Očerki, p. 469, que la princesse Euphrosyne de Polock est peut-être allée à Constantinople pour voir où ses relations avaient vécu relève de la fiction. Il est plus que douteux que la princesse ait jamais existé, voir ci-dessus n. 126.

173 PSRL, ii, 521 ; Jean Kinnamos, Epitome rerum a Johanne et Manuele Comnenis gestarum, v, 12, ed. MEINEKE, Ioannis, p. 236. La location d’Otskalan reste inconnue et son identification avec Ascalon, voir Murav’eva, Ukazateli, p. 73, est fautive, car cette ville était aux mains des croisés.

174 Voir Karamzin, Istoriya, ii, n. 405 ; de Baumgarten, Généalogies, p. 22 ; Levčenko, Očerki, p. 468, et Ternovsky, Izučenie, ii, p. 39. On ne sait rien d’elle sauf qu’elle a dû être la seconde épouse de Georges de Souzdal (c. 1120-1157) et qu’elle n’était pas la mère d’André, né en c. 1111, dont la mère était la fille du chef cuman Aëpa, que Georges avait épousée en 1107, PSRL, i, col. 282-283.

175 PSRL, i, col. 180. (Son nom de baptême était Démétrius).

176 Epitome, éd. Meineke, Ioannis, p. 236.

177 PSRL, i, col. 75. Les mariages de princesses russes avec des Byzantins ne sont pas pris en considération car ils n’influencèrent pas les connaissances du grec en Russie.

178 PSRL, i, col. 78. La raison pour laquelle Kazhdan, Marriages, p. 415, la considère comme un personnage légendaire n’est pas claire. De Baumgarten, Généalogies, p. 69, l’appelle à tort une épouse païenne.

179 Par exemple, Čubaty, Istoriya, I, p. 191 ; Parkhomenko, Načalo, p. 158. Sur le rôle missionnaire et culturel des Byzantins tenus en captivité, voir Patoura, Αἰχμάλωτοι, p. 37-49, 61-81 ; sur leurs mariages avec leurs ravisseurs, voir ibid., p. 51-60.

180 PSRL, i, col. 110-111 ; Scylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannes, p. 336 ; Zonaras, Annales, éd. Pinder, Ioannis, III, p. 553.

181 Voir Vodoff, Questions, p. 435-448 ; Lunt, Interpreting, p. 259 ; Uspensky, Istoriya, p. 33.

182 Voir Thomson, Contribution, p. 214-244.

183 Le contacarion du début du XIIe siècle du monastère de l’Annonciation de Nižny Novgorod, ed. Dostál, Kondakar', II, p. 228.

184 Éd. Skripil’, Povesti, p. 98-105 (p. 99).

185 Ceci est cité comme preuve par Uspensky, Istoriya, p. 33.

186 Voir Belyakova, Povest’, p. 74-87.

187 Par exemple, la Vie prétend que l’évêque Cyrille de Rostov (1231-1261, † 1262) baptisa Pierre après la mort de Berke († 1266), éd. Skripil’, Povest’, p. 99. L’idée que la Vie prouve que Cyrille connaissait le grec, voir Ternovsky, Izučenie, II, p. 13, n. 2, est aberrante.

188 Voir Hannick, Annexions, p. 459. Sur ses chantres, voir ci-dessous n. 254-257.

189 L’emploi au moins occasionnel du grec à la cathédrale de Sainte-Sophie à Kiev est impliqué par le fait que le moine Nestor dans sa vie des SS. Boris et Gleb, écrite vers la fin du XIe siècle, l’appelle « kafolikani iklisia », éd. Müller, Erzählungen, p. 1-26 (p. 19).

190 D’après la Chronique russe elle mourut en 1011, PSRL, i, col. 129, avant la mort de Vladimir le 15 juillet 1015, ibid., i, col. 130, tandis que Skylitzès, Synopsis, éd. Thurn, Ioannes, p. 367, dit qu’elle mourut après Vladimir.

191 PSRL, ii, col. 149 ; cf. ibid., I, col. 160, où il y a une coquille.

192 Éd. PSRL, i, col. 240-252 (col. 240). Dans son Exhortatio Vladimir dit que son père comprenit cinq langues, ibid, i, col. 246. La plupart des historiens considèrent que le grec figurait parmi les cinq, voir, par ex., Hösch, Griechischkenntnisse, p. 254-255. Il sied de noter que les affernations de Tatiscev au sujet des connaissances du grec de certains princes, voir, par ex., Tatiščev, Istoriya, III, p. 95, 104, 115, sont tout aussi fausses que celles au sujet des écoles, voir ci-dessus n. 156.

193 Par exemple, ibid., ii, col. 280. Dans son Exhortatio Vladimir dit que son père comprenait cinq langues, ibid., i, col. 246. La plupart des historiens considèrent que le grec figurait parmi les cinq, voir, par ex., Hösch, Griechischkenntnisse, p. 254-255. Il faut noter que les affirmations de Tatiscev au sujet des connaissances du grec de certains pinces, voir, par ex., Tatiščev, Istoriya, iii, p. 95, 104, 115, sont tout aussi fausses que celles concernant les écoles, voir cidessus, n. 156.

194 Éd. Russkie dostopamyatnosti, t. I, Moscou 1815, p. 61-75 (p. 63).

195 L’assertion que le mariage eut lieu en 1046, p. ex., de Baumgarten, Généalogies, p. 7 ; Kazhdan, Marriages, p. 416, ne paraît pas être confirmée par une source authentique. Pour les Monomaques voir Trapp, Lexikon, fasc. VIII, no 19286-19309, p. 28-30.

196 Éd. Soloviev, Marie, p. 243.

197 Ibid., p. 245.

198 Voir ci-dessus le sceau de Théophano Mouzalonissa.

199 Sur le revers des sceaux, il y a le portrait de S. André, et Poppe, Expédition, p. 267, n. 181, a émis l’hypothèse que ce sont les sceaux de la princesse Anne, la première abbesse du couvent de Saint-André, qui aurait donc pris le nom de Marie en religion. Sur Anne, voir ci-dessus n. 127-128.

200 Voir Vostokov, Opisanie, p. 574 ; à ce propos, voir Bryusova, Voprosi, p. 127-135.

201 Éd. Bulgakov, Istoriya, ii, p. 349-353 (p. 349). L’attribution de cette homélie à Nicéphore I est la traditionelle, mais une attribution à Nicéphore II (avant 1183-après 1201) n’est pas impossible.

202 S. Cyrille de Moravie le cite, par ex., dans sa défense du slavon comme langue liturgique, Vita S. Cyrilli, éd. Grivec, Constantinus, p. 95-142 (p. 135-136).

203 On constate cet emploi déjà au IVe siècle chez « Ambrosiaster », Commentaria in XII epistolas beati Pauli, éd. PL, xviii, col. 47-536 (col. 269 270).

204 La partie est de la Bulgarie tomba en 971 et le reste du pays fut annexé en 1018. La révolte qui aboutit à la formation du second empire bulgare ne commença qu’en 1185.

205 Six de ces homélies éd. Sobolevsky, Šestodnev, p. 179-202. On ne connaît son nom que par une glose sur le titre du cycle dans un manuscrit, le codex Cuvanov 14 du XVe siècle, éd. Rykov, Istorii, p. 65. L’assertion de Rykov, Epizod, p. 171, qu’« il n’y a aucune raison pour douter de l’authenticité de l’information dans le titre » est exagerée. L’authenticité est probable, mais non certaine.

206 Comme le prétendent Rykov, Epizod, p. 173, et Turilov, Grigory, p. 188.

207 Pour les différentes significations du mot ΦιλόσοφΦς voir Dölger, Bedeutungen, p. 197-208. Gromov, Značenii, p. 447-480, examine les significations du mot slavon, mais ne traite que brièvement, ibid., p. 460-461, de la signification « moine » et ne fait que répéter l’opinion de Rykov et Turilov sur le cas de Grégoire, ibid., p. 475. Pour un cas typique de l’emploi du terme en slavon pour désigner un moine, voir Popov, Sυedenie, p. 404.

208 PSRL, i, col. 160.

209 Éd. Kotkov, Sbornik, p. 89. Sur Éphrem, voir ci-dessus n. 73.

210 Ils vont de l’absurde – Michel et Éphrem seraient la même personne, selon Likhačev, Povest’, ii, p. 385 – par le conjectural – Théodose aurait obtenu l'Hypotyposis de Michel et la rédaction longue du patriarche Alexis le Studite d’Éphrem, selon Casey, Monasticism, p. 410 – au prosaïque – Théodose aurait déjà envoyé le moine chez Éphrem quand Michel arriva, selon Bulgakov, Istoriya, iii, p. 56. On peut passer les élucubrations de Sakhmatov, Priselkov et al. sous silence.

211 Le document grec le plus ancien provenant de la chancellerie est une liste de treize consécrations épiscopales entreprises par le métropolite Théognoste (1328-1353) entre 1328 et 1335, éd. Schreiner, Kleinchroniken, I, p. 604-608.

212 Éd. Kalaydovič, Pamyatniki, p. 157-163.

213 Seuls des extraits de la version originale ont été publiés, éd. Popov, Obzor, p. 111-116.

214 Le grec et le slavon en parallèle éd. Pavlov, Opyty, p. 169-189. On ignore si la traduction slavonne fut faite du vivant de Jean.

215 Ševčenko, Elements, p. 937.

216 Éd. Pavlov, Pamyatniki, i, col. 79-84. (RAPC, i, 4, no 1247).

217 Éd. Bulgakov, Istoriya, iii, p. 298-300 (p. 298). Il existe aussi une rédaction tardive et interpolée, ed. PSRL, IX, p. 222-229. (RAPC, i, 3, no 1062. V. Grumel ne connaissait que cette rédaction interpolée et par conséquent son commentaire, ibid., p. 508, contient des erreurs de fait).

218 Éd. Bulgakov, Istoriya, iii, p. 299.

219 PSRL, ii, col. 520. La version de cet épisode dans la Chronique laurentine, ibid., col. 351-352, n’est pas fiable. La question ne peut pas être examinée ici, mais la lettre patriarcale confirme la version de la Chronique hypatienne.

220 Éd. Bulgakov, Istoriya, iii, p. 299.

221 PSRL, ii, col. 485. Il n’est pas sûr que cela signifie qu’ils s’enfuirent à Constantinople, comme le prétend DE Baumgarten, Chronologie, p. 84.

222 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis’, p. 28. Sa politique byzantinophile suscita une opposition même dans son propre diocèse, voir ibid., p. 29.

223 PSBL, ii, col. 484.

224 Éd. Kušelev-Bezbobodko, Pamyatniki, iv, p. 1-9 (p. 5).

225 Patericon, éd. Abramovyč, Pateryk, p. 97. Voir, sur cette lettre, Poljakov, Authentizität, p. 294-297. (RAPC, i, 3, no 1027). V. Grumel a malheureusement cru à l’authenticité de cette lettre et l’attribue au patriarche Nicolas IV Muzalon (décembre 1147-mars/avril 1151), ibid., p. 485. En fait, le patriarche qui écrivit à Néphon aurait pu être Théodote II (mars/avril 1151-octobre 1153 ou 1154).

226 PSRL, i, col. 352-353.

227 Éd. Russky feodal’ny arkhiv XIV pervoy treti XVI veka, (iii), Moscou 1987, no 149, p. 535-536.

228 Une des rédactions, éd. Klyučevsky, Skazanie, p. 21-26 (p. 26). Une autre rédaction de cette fable se trouve dans le synaxaire de l’Église russe au 1er août, voir, p. ex., l’édition de 1774, t. ii, 564v-565v.

229 RAPC, i, 3, no 1054. Encore une fois V. Grumel, ibid., p. 509-510, donne un commentaire erroné et conjectural.

230 PSRL, ii, col. 523.

231 Ibid., ii, col. 300. A propos de son opposition à l’élection de Clément Smolyatic, voir ci-dessus n. 220.

232 Éd. Hörander, Theodoros, p. 474-483 (p. 479-480) :
« Moi, ô très méchant (homme), (je serais) impie à l’égard du Verbe, né que je suis de pères croyants (qui avaient été) confirmés dans la foi par des oeuvres et surtout par (le fait qu’ils portaient) le nom du Christ ; j’eus en effet la bonne fortune d’avoir un grand-père du nom de Prodromos et j’avais un oncle appelé Christos, hiérarque de la terre russe, habile en discours, sous (l’autorité) desquels je fus éduqué (et) élévé pieusement ».

233 Par exemple, Tachiaos, Metropolitans, p. 433.

234 Franklin, Uncle, p. 40-45 ; Kazhdan, Evidence, 357-358.

235 PSRL, i, col. 304.

236 Voir, par ex., de Baumgarten, Chronologie, p. 67 ; Levčenko, Očerki, p. 468.

237 PSRL, ii, col. 340-341.

238 PSBL, i, col. 390-391.

239 Ibid., ii, col. 629-630. Il est théoriquement possible qu’il fut l’évêque qui alla à Constantinople en 1218, voir ci-dessus n. 156.

240 Éd. Bodyansky, Sočineniya, p. 4-18.

241 PSRL, I, col. 281.

242 Patericon, éd. Abramovyč, Pateryk, p. 116-117.

243 Éd. Bodyansky, Sočineniya, p. 5.

244 Éd. ibid., p. 4.

245 Voir Lyaščenko, Zametka, p. 5 ; Bulanina, Feodosy, p. 459.

246 Par exemple césta, éd. Bodyansky, Sočineniya, p. 4. Son identification avec Théodose, abbé du monastère (c. 1142-1156), est incertaine.

247 Voir ci-dessous n. 296.

248 PSRL, i, col. 183.

249 Patericon, éd. Abramovyč, Pateryk, p. 5-8.

250 Ibid., p. 9-12. Sur les architectes byzantins en Russie au XIe siècle, voir Rappoport, Deyatel’nosti, p. 197-205.

251 Ibid., p. 11.

252 Comme le prétendent, p. ex., Franklin, Greek, p. 71, et Tóth, Predposylki, p. 178.

253 Vita, éd. Kušelev-Bezborodko, Pamyatniki, i, p. 263-270 (p. 265). Sur la pierre voir Makarov, Kamen’, p. 203-210. Quand le Patriarche Macaire III d’Antioche (1647-1672) visita le monastère le 25 août 1655, on lui raconta une autre version : Antoine fut amené chez l’évêque de Novgorod, Nicétas (1096-1108), et Dieu accorda à chacun le don de comprendre la langue de l’autre ; voir le récit du séjour du patriarche en Russie écrit en arabe par son fils Paul et édité en traduction anglaise abrégée par Palmer, Patriarch, ii, p. 1-389 (p. 246).

254 Voir Levčenko, Očerki, p. 435-436, et Radcig, Vliyanie, p. 15. Pire que crédule, Mur’yanov, Kul’ture, p. 424-427, a lancé la théorie fantaisiste selon laquelle le monastère fondé par Antoine serait « un avant-poste de l’église latine en Orient, habilement déguisé en maison orthodoxe », peuplé par des « éclaireurs latins ». Quel dommage que des inepties pareilles furent publiées dans une revue belge sérieuse !

255 Les chroniques de Nicon, éd. PSRL, ix, p. 85 ; de Tver, éd. ibid., xv, col. 150-151 ; de Lvov, éd. ibid., xx, 1, p. 88 ; d’Ermolin, éd. ibid., xxiii, p. 22 ; d’Ustyug, éd. Serbina, Svod, p. 41, et la première chronique de Sainte-Sophie, éd. PSRL, v, p. 138.

256 Istoriya, ii, p. 81.

257 šAkhmatov, Zitie, p. 137-138. A propos de Michel, voir ci-dessus n. 207-209.

258 PSRL, i, col. 160.

259 Istoriya, ii, p. 148.

260 PSRL, ii, col. 300. A propos de Manuel, voir ci-dessus n. 220 et 230-233.

261 Éd. V. Yanin et al., Noυgorodskie gramoty na bereste. Iz raskopok 1977-83 gg., Moscou 1986, no 549, p. 20-22, et no 558, p. 30.

262 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis', p. 42.

263 Voir Matsuki, Painter, p. 34. A propos d’Alexis Comnène, voir ci-dessous n. 267-272.

264 Première chronique de Novgorod, éd. Nasonov, Letopis’, p. 232.

265 Éd. ibid., p. 68, 275.

266 Voir de Baumgarten, Chronologie, p. 118 ; Michell, Chronicle, p. 73, et Ternovsky, Izučenie, ii, p. 34.

267 Voir Skulina, Imiennictwo, i, p. 144-145.

268 Éd. Nasonov, Letopis', p. 38. La chroniqueur emploie l’année qui commence le 25 mars, voir Berežkov, Khronologiya, p. 246.

269 Nicétas Choniatès, Historia, éd. van Dieten, Nicetae, p. 272-274. A propos d’Alexis II, voir VARZOS, Γενεαλογία, ii, p. 454-471.

270 Nicétas Choniatès, Historia, ed. Van Dieten, Nicetae, ii, p. 296. Sur la question contestée du père d’Alexis, voir Varzos, Γενεαλογία, ii, p. 390, n. 7.

271 Nicétas Choniatès, Historia, éd. Van Dieten, Nicetae, ii, p. 296, 319.

272 Comme le veulent Levčenko, Ocerki, p. 468, et Ternovsky, Izučenie, ii, p. 38. Mais dans ce cas elle ne peut pas être identifiée avec un des quatre imposteurs connus, car le premier participa à la campagne de 1185 et les trois autres sont tous postérieurs à 1191, voir Varzos, Γενεαλογία, ii, p. 471-480.

273 Cf. l’assertion que la mère de Vladimir Monomaque était l’impératrice grecque, voir ci-dessus n. 190.

274 PSRL, ii, col. 524.

275 Nicétas Choniatès, Historia, éd. van Dieten, Nicetae, p. 132 ; Jean Kinnamos, Epitome, v, 10, éd. Meineke, Ioannis, p. 232.

276 Par exemple, Levčenko, Očerki, p. 492 ; Mošin, Russkie (XI), p. 49 ; Pašuto, Politika, p. 195.

277 PSRL, i, col. 280 ; ibid., ii, col. 252. Sur ce mariage, voir Kazhdan, Marriages, p. 419-420.

278 Son admission au conseil d’Yaroslav, voir ci-dessus n. 274, plaide en faveur de ceci. Nicétas Choniatès relate qu’Andronic s’évada de Constantinople avec l’aide d’un serviteur qui connaissait mal le grec, Historia, éd. Van Dieten, Nicetae, p. 129. L’idée de Šestakov, Posol, p. 375, et Jurewicz, Geschichte, p. 340-341, que ce serviteur était slave et que Andronic pouvait donc communiquer avec lui dans sa propre langue, est une hypothèse très osée.

279 Jean Kinnamos, Epitome, v, 12, éd. Meineke, Ioannis, p. 235-236. L’identité de l’envoyé Manuel Comnène est disputée, voir Varzos, Γενεαλογία, ii, p. 512. D’après la chronique russe, l’ambassade consistait en deux métropolites, PSRL, ii, col. 524.

280 PSRL, ii, col. 524.

281 Ibid., i, col. 291 ; ii, col. 283.

282 Ibid., iii, col. 3.

283 Ibid., i, col. 283.

284 Ibidem.

285 Ibid. i, col. 289.

286 Ibid., i, col. 305.

287 Ibid., ii, col. 284.

288 Ibid., ii, col. 298.

289 Comme le pense Vasil’evsky, Otryvki, i, p. 306-308.

290 Anne Comnène, Alexiade, ix, 6, éd. Reifferscheid, Annae, ii, p. 43. Toutefois, son frère, Nicéphore, conspira contre Alexis et fut aveuglé en 1094, ibid., ix, 6 et 9, éd., op. cit., ii, 43 et 53.

291 Ibid., x, 2 et 4, éd. op. cit., ii, 58-61 et 67-69. Il se peut qu’Anne Comnène ait confondu ces informations et que l’imposteur ait prétendu être un autre fils de Romain IV, Constantin, tué en 1074/5, voir Mathieu, Diogènes, p. 133-136. Les événements de 1095 sont relatés par les Chroniques russes, éd. PSRL, i, col. 226-227, et ii, col. 217.

292 C’est ce que pense Pašuto, Politika, p. 186.

293 PSRL, i, col. 304 ; ii, col. 298.

294 Éd. Venevitinov, Žitie, p. 134.

295 Éd. Loparev, Kniga, p. 85 et 81.

296 Voir Thomson, Quotations, p. 65-102, et Idem, Implications, p. 63-91.

297 Voir Thomson, Russia, p. 304, et ci-dessus n. 246.

298 Voir Thomson, Russia, p. 295-354.

299 Variante : ils traduisirent.

300 Ou : copièrent.

301 PSRL, i, col. 152. Voir, par exemple, les traductions en français, éd. Léger, Chronique, p. 128 ; en anglais, éd. Cross, Chronicle, p. 137, et en russe, éd. Likhačev, Povest’, i, p. 302.

302 Voir Lunt, Interpreting, p. 251-264, et Thomson, Russia, p. 305-307.

303 Éd. Nikol’sky, Trudakh, p. 103-136 (p. 126-127).

304 Golubinsky, Voprosu, p. 57, à tort considéra qu’il songeait au slavon, et il confondit aussi les épimérismes et la schédographie. Sur ces deux méthodes d’apprendre la grammaire grecque, voir Hunger, Literatur, II, p. 22-29.

305 Éd. Nikol’sky, Trudakh, p. 103-104.

306 Voir Thomson, Perception, p. 303-364.

307 Éd. Vysocky, Nadpisi, p. 253.

308 Voir Lazarev, Mozaiki, p. 159-192.

309 Voir ci-dessus n. 248-249.

310 Voir Sotnikova, Tysyačeletie, nos 206-210, 222-227.

311 Voir Yanin, Pecati, I, nos 3-40.

312 Comme l’argumente Vodoff, Questions, p. 440. Les autres preuves qu’il cite, ibid., p. 440-441, ne confirment pas non plus sa théorie. Il est vrai que la sanctio spiritualis de la charte octroyée à l’église de Notre-Dame à Kiev par Vladimir en 996 : « Si quelqu’un viole ceci, qu’il soit maudit », PSRL, i, col. 124, ressemble à des formules byzantines, cf. Dölger, Urkundenlehre, p. 122, mais il est tout à fait naturel qu’on ait modelé les premières chartes russes sur les chartes byzantines. Le fait qu’une charte octroyée au monastère de SaintGeorges à Novgorod vers 1130 contient deux hellénismes, ne peut guère être cité pour soutenir l’hypothèse selon laquelle le grec aurait été employé un siècle plus tôt. Sur ces deux hellénismes, voir Isačenko, Grazismen, p. 97-103.

313 Voir Franklin, Greek, p. 81.

314 Yanin, Pecati, i, nos 54-66.

315 Ibid., i, nos 41-53.

316 Éd. Rybakov, Art, p. 70-71.

317 Florya, Pis’mennost', p. 70.

318 Svirin, Voprosu, p. 462, par ex., compare à tort l’Italie, où une connaisance du grec n’apparaîtrait selon lui que vers la fin du XIIIe siècle, à la Russie, où on aurait traduit du grec en slavon au XIe siècle déjà. Commentarium redundat.

© Presses universitaires de Liège, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540